Version classiqueVersion mobile

Espagne : Nations, nationalités, nationalismes

 | 
Juan Pablo Fusi

Chapitre 3. La Nation éclairée

Texte intégral

« Aucun amour collectif - [écrirait Canovas sur la monarchie des Habsbourgs] - n'unissait castillans et aragonais, valenciens, catalans, navarrais et basques. »

1Il manquait donc quelque chose dans cette « nation espagnole » que la Providence — ou plutôt, Louis XIV — remit à Philippe V : la passion nationale, l'idée même de nationalité. Vers 1729 encore, le père Feijoo (1676-1764), avec Mayans, la personnalité capitale de la première période des Lumières espagnoles, pouvait écrire dans le troisième tome de son Teatro critico universal [Panorama critique], discours X, intitulé « Amour de la patrie et passion nationale », que « ce qu'au moyen de l'expression vulgarisée » l'on nommait « passion nationale » était un « sentiment délinquant », « fille légitime de la vanité et de l'émulation ».

2Or, ce qui allait se produire tout au long du xviiie siècle était précisément ceci : l'apparition du sentiment de nation, l'élaboration d'idées et de théories sur l'Espagne et son histoire. Les concepts, « nation », « patrie » et « patriotique » (« nation espagnole », « royaume d'Espagne », au lieu de monarchie hispanique) furent alors employés de façon abondante. L'apparition en 1782 dans une encyclopédie française (Encyclopédie méthodique) du mot « Espagne » dans laquelle Nicolas Masson de Morvilliers, auteur très peu connu, se demandait si la civilisation devait quelque chose à l'Espagne, si l'Espagne avait apporté quelque chose à l'Europe, déclencha la plus grande tempête intellectuelle connue jusqu'alors en Espagne, la première polémique, si l'on veut, sur l'Espagne dans l'histoire. L'ambassadeur espagnol à Paris, le comte d'Aranda, protesta auprès des autorités françaises. Le Président du Conseil de Castille, qui était alors l'équivalent du premier ministre, Floridablanca, ordonna la rédaction d'un rapport sur le sujet. L'Académie Royale d'Espagne, fondée en 1713, organisa un concours littéraire pour défendre l'apport espagnol à la culture. En 1786, sur commande de Floridablanca, parut la Oración apologética por la España y su mérito literario [Oraison apologétique pour l'Espagne et son mérite littéraire], écrite par Juan Pablo Forner, un réfutation passionnée de la thèse de Masson, une défense acharnée de l'Espagne, et un texte polémique et érudit qui provoqua à son tour - parce qu'il contenait des opinions et des jugements sans doute partiaux et discutables, et pas toujours apologétiques des multiples manifestations de la culture espagnole — de nouvelles et d'intenses polémiques. José Cadalso dirait de ses Cartas marruecas [Lettres marocaines, 1774], qu' « elles traitent du caractère national » après avoir écrit une Defensa de la Nación española contra la carta persiana LXXVIII [Défense de la Nation espagnole contre la LX XVIIIe lettre persane] de Montesquieu.

  • 1 2 de mayo : les 2 et 3 mai 1808, la répression à l'encontre des insurgés madrilènes fu (...)

3De nombreux auteurs des Lumières — Cadalso lui-même, par exemple, toujours dans ses Cartas marruecas - regrettèrent par moments qu'il n'y eût pas de patriotisme en Espagne. En 18081, des incidents causés par la présence à Madrid d'une armée française stationnée dans la capitale espagnole en vertu d'un traité officiel avec la France, le traité de Fontainebleau du 27 octobre 1807, provoquèrent, comme on le sait, le soulèvement populaire et tout de suite après, et jusqu'en 1813, la guerre contre l'occupation française.

  • 2 Styles rococo et néoclassique : il suffit de penser à l'art officiel : les palais de La Gran (...)

4Le paradoxe apparaît donc de façon évidente. Tout au long du xviiie siècle, un siècle marqué par des styles cosmopolites2, de fortes influences étrangères, françaises et italiennes principalement, le sentiment de nation, la perception de la nation comme communauté politique et même certaines formes de populisme espagnoliste (« majos* » et « manolas* », les capes, les chambergos*, les mantilles, les taureaux, les tonadillas*, les saynètes) finirent par devenir des réalités constitutives de la vie politique et de la vie sociale. Autrement dit, ce ne fut ni la Castille, ni les castes, ni la mystique mais bien le réformisme éclairé qui structura la nation espagnole.

Le centralisme monarchique

5Néanmoins, le réformisme éclairé ne fut pas quelque chose d'immédiat ; il ne fut pas un projet de gouvernement imposé par le changement dynastique. La « pleine époque des Lumières » - il convient de le dire de façon claire — n'eut véritablement lieu que durant le règne de Charles III, entre 1759 et 1788. Le changement dynastique fut loin de susciter au départ des espoirs de réformes et de rénovation. Au contraire, ce qu'il apporta de façon immédiate, ce fut la guerre — la Guerre de Succession -déclenchée par l'Angleterre, l'Autriche et la Hollande, qui virent dans la désignation de Philippe V au trône d'Espagne une nomination qui renforçait l'hégémonie française en Europe et rompait l'équilibre continental. Ces pays appuyèrent, par conséquent, la candidature de l'archiduc autrichien Charles à la Couronne d'Espagne. Le prix de la guerre - qui fut une guerre longue, au résultat très incertain jusqu'aux victoires de Philippe V à Brihuega et Villaviciosa (Guadalajara) en décembre 1710, victoires rendues possibles grâce à l'intervention d'une fort contingent français - fut de plus très élevé : par les traités d'Utrecht (1713) et de Rastatt (1714), Philippe V conserva le trône d'Espagne et les colonies mais dut céder la Belgique, Milan et la Sardaigne à l'Autriche, la Sicile à la Savoie, et Minorque et Gibraltar à la Grande-Bretagne. Il dut accepter la participation anglaise au trafic des esclaves (asiento*) et au commerce vers l'Amérique (navire autorisé). Dans la Péninsule, la guerre avait divisé le pays : la Catalogne, l'Aragon, les Baléares et Valence soutinrent la cause de l'archiduc Charles ; Barcelone ne se rendit que le 11 septembre 1714 ; Majorque, en 1715 seulement.

6Bien entendu, Philippe V qui régna entre 1700 et 1746 (exception faite de quelques mois en 1724 au cours desquels il abdiqua en faveur de son fils Louis Ier), n'arriva pas en Espagne avec un projet « éclairé » de nation. En 1700, c'était un jeune homme de dix-sept ans qui ne parlait que le français, qui était dépourvu de toute expérience politique et de tout plan d'action pour l'Espagne. Durant la Guerre de Succession il montra des dons de commandement, fit preuve de détermination et de hardiesse bien qu'il fût d'un tempérament renfermé et dépressif (avec des épisodes parfois sévères de déséquilibre mental) et très peu intéressé par les tâches gouvernementales. Son fils et successeur, Ferdinand VI (1746-1759) fut également une personnalité réservée et mélancolique (ce qui le conduisit à la folie dans les dernières années de sa vie), et à bien des égards, médiocre. Charles III (1759-1788), également fils de Philippe V, fut surtout un homme doux, au contact familier et simple, dépourvu de toute vanité, à la volonté ferme et à l'intelligence essentiellement discrète.

7Au cours du xviiie siècle, la politique continuerait d'être une affaire de cour : autorité suprême du roi, luttes courtisanes, influences bureaucratiques, jeux des factions et clientélismes personnels pour le contrôle du pouvoir. Les politiques concrètes ne répondirent pas toujours à des idées et à des critères structurés et cohérents. Les équipes gouvernementales des différents monarques ne furent jamais purement homogènes. Dans les premiers gouvernements de Philippe V, l'influence française (les ambassadeurs Harcourt et Amelot, le marquis de Louisville, la princesse des Ursins, le financier Jean Henry Louis Orry...) fut considérable. De 1716 à 1719 - après le second mariage du roi, avec Isabelle Farnèse, qui exerça un contrôle très strict sur les décisions du monarque - l'Espagne fut de fait gouvernée par le cardinal italien Giulio Albéroni, bien qu'il n'eût aucune charge officielle, et entre 1726 et 1728, par le baron de Ripperda, un hollandais d'origine espagnole (qui assuma les portefeuilles de l'Administration, des Indes, des Finances et de la Guerre).

8En réalité, la politique de réformes ne commença à gagner en consistance et en continuité qu'à partir de la période (1726-1736) au cours de laquelle, après la chute de Ripperda, le ministre Patiño (1670-1736), homme à la longue expérience administrative dans la haute bureaucratie de l'État depuis le changement de dynastie, assuma les portefeuilles de l'Administration, de la Marine, des Indes et des Finances, et surtout à partir de 1738-1754, sous le règne de Ferdinand VI, sous la direction des ministres José del Campillo et Zénon de Somodevilla, marquis de la Ensenada (1702-1781). Charles III lui-même forma au moins trois équipes gouvernementales : la première, le gouvernement sans doute le plus résolument réformiste de son règne, fut dominée de nouveau par des hommes politiques étrangers (des italiens comme le marquis de Grimaldi, Secrétaire de l'Administration de 1763 à 1776, et le marquis d'Esquilache (Schillace) qui occupa jusqu'en 1766 les portefeuilles des Finances et de la Guerre. Puis, après le « motín de Esquilache» de 1766 — émeutes de rues dans la capitale contre certaines dispositions prises par le ministre, émeutes de la faim dans près de cent villages, conspiration politique probable contre Esquilache - crise qui produisit un certain ralentissement dans le processus de réformes, il eut recours au comte d'Aranda (1767-1773) et finalement, à Floridablanca (1777-1792).

  • 3 Pactes de Famille avec la France (1733, 1743, 1761), sécurité pour l'empire coloni (...)

9La politique étrangère elle-même, bien qu'elle répondît, non à une politique universelle comme aux xvie et xviie siècles, mais à la défense des intérêts géopolitiques espagnols, et qu'elle se matérialisât pour cette raison en un système cohérent3, obéit, selon les royaumes, à des priorités et à des objectifs différents. La « question italienne » — c'est-à-dire l'aspiration à récupérer les états italiens, auxquels l'Espagne ne renonça pas malgré les accords d'Utrecht - absorba l'attention espagnole pratiquement jusqu'aux années 1730.

10— Premièrement, dans la période Alberoni, au travers d'une agressive politique de guerre : Alberoni, décidé à rendre à l'Espagne son prestige international, réunit une armée d'environ 40 000 hommes et une importante escadre, et envahit la Sardaigne en 1717 et la Sicile en 1718, une ambitieuse opération qui faisait douter de la décadence espagnole.

11— Deuxièmement, après l'échec d'Alberoni - une partie de l'escadre espagnole fut détruite dans les eaux siciliennes par les anglais, qui attaquèrent ensuite Vigo, tandis que des troupes françaises occupaient Saint-Sébastien et Fontarabie, et que les Autrichiens lançaient une forte contre-offensive en Sicile - par le biais de la diplomatie, dans une première phase dirigée par Ripperda, puis par Patiño, qui obtint que les puissances reconnaissent l'éventuel droit de succession de la dynastie espagnole aux duchés de Parme, Piacenza et Toscane, et ensuite, au cours de la guerre de succession polonaise dans laquelle l'Espagne intervint aux côtés de la France en vertu du premier Pacte de Famille. Patiño obtint aussi que la dynastie récupère Naples et la Sicile, réintégrées en effet en 1738 pour l'infant don Carlos, le futur Charles III.

12Ferdinand VI poursuivit au contraire une politique de stricte neutralité - associée surtout à la gestion du secrétaire de l'Administration, José Carvajal y Lancaster — basée fondamentalement sur la paix avec l'Angleterre et sur une politique d'équilibre entre ce pays et la France. Charles III abandonna la politique de son prédécesseur - qui avait favorisé le déploiement de la flotte britannique dans l'Atlantique, une véritable menace pour les intérêts coloniaux espagnols - rénova la politique d'alliance avec la France (troisième Pacte de Famille, 1761) à laquelle elle s'unit aussi bien dans la Guerre de Sept Ans (1756-1763) que dans la Guerre d'Indépendance des États-Unis, et fit du contrôle du pouvoir naval de l'Angleterre la clé de sa politique étrangère. Avec des résultats inégaux : ainsi, en 1762, l'Espagne perdit La Havane et Manille face aux anglais, mais les récupéra l'année suivante ; elle perdit également la Floride mais en revanche gagna la Louisiane ; elle occupa les Malouines en 1770 mais y renonça aussitôt ; elle envahit et récupéra Minorque en 1782 mais échoua à Gibraltar. Malgré tout, le Traité de Versailles de 1783, qui mit fin à la Guerre de l'Indépendance américaine, fut favorable à l'Espagne : la Grande-Bretagne reconnut finalement la perte de Minorque et restitua la Floride.

  • 4 Frédéric II de Prusse, Joseph II et Léopold II d'Autriche, Catherine II de Russie, Gustave (...)
  • 5 Élimination de privilèges fiscaux de la noblesse et du clergé, contributions uniques et (...)

13Ce que la nouvelle dynastie apporta - sans doute sous l'influence de la France de Louis XIV qui intervint très directement dans les affaires espagnoles durant les premières années du règne de Philippe V - ce fut un nouveau sens de l'État et une nouvelle idée de la monarchie, en harmonie précisément avec le despotisme ou l'absolutisme éclairé de l'Europe du xviiie siècle4, ce qui, en résumé, signifia : centralisation de l'État, renforcement de l'autorité monarchique, expansion de la bureaucratie administrative, élimination de privilèges, fueros, diètes, parlements et cortès provinciaux, compilation, unification et réforme de lois et codes civils et pénaux, professionnalisation et étatisation des armées, unification progressive des Finances5, libéralisation du commerce intérieur, système régalien, politiques mercantilistes de protection et d'encouragement de l'industrie, de l'artisanat et du commerce nationaux. Pour la pensée éclairée (européenne, espagnole), le pouvoir administratif apparaissait comme le fondement de l'État au service d'une monarchie dont la légitimité découlait de son action en tant que fonction publique et dont l'objectif devait être désormais le bien-être (ou le « bonheur ») de ses sujets.

14Le centralisme du xviiie siècle — car c'est de cela dont il s'agit, en Espagne et hors d'Espagne — répondit ainsi à une conception administrativiste (c'est-à-dire non nationaliste : il n'y avait pas de nationalisme au xviiie siècle) de l'action du gouvernement. Pour ce qui concerne l'Espagne, par conséquent, ce ne fut pas le sentiment de nation qui conduisit au réformisme bourbonien, mais le contraire : ce fut le centralisme bourbonien, le réformisme éclairé, qui finirait par créer le sentiment de nation. Il a déjà été dit que Philippe V en 1700 était français ; de fait, il éprouva toujours une profonde nostalgie pour la France et n'abandonna que très tard l'idée de monter sur le trône de France. Il a également été dit que, dans ses premiers gouvernements, l'influence française avait été dominante, spécialement celle d'Amelot et Orry, pour reprendre des noms déjà mentionnés, bien qu'il ne manquât pas de conseillers et de ministres espagnols : Porto-carrero, Macanaz, Ubilla, Grimaldo, Orendaín... Le très bel ensemble de La Granja lui-même — palais et jardins - résidence que le roi fit construire pour son repos (et en partie, symbole de la nouvelle monarchie), fut construit selon le style et le goût de Versailles.

  • 6 De fait, le secrétaire de l'Administration préfigurait un premier ministre

15Quoi qu'il en soit, la nouvelle dynastie aborda immédiatement deux réformes véritablement significatives : la réforme de l'Administration centrale et l'unification des différents royaumes qui constituaient la monarchie. Le changement de la structure de l'État fut déterminant. La réforme de l'Administration centrale consista en la substitution du système des conseils de la monarchie autrichienne par des secrétaires d'état, ce qui put se faire en reprenant cette institution qui existait déjà mais qui manquait de relief chez les Habsbourgs, tout d'abord en dédoublant ses fonctions en 1705, pour finir par instituer en 1714, après une processus de refonte des charges et des réajustements de compétences et d'attributions, un ensemble de cinq ministères qui, après de nouveaux arrangements, deviendraient sous Ferdinand VI, les ministères de l'Administration, de la Justice, des Finances, de la Marine et des Indes, et de la Guerre ; les changements auxquels il serait procédé ultérieurement sous Charles III et Charles IV ne seraient pas déterminants. Les anciens conseils furent, ou bien supprimés (Aragon, Croisade, Flandres, Italie), ou bien privés de toute fonction significative (Administration, Finances, Guerre...), exception faite du Conseil de Castille ou Conseil royal, lequel, divisé en plusieurs catégories et avec un total de vingt-deux conseillers, survécut comme organe suprême de conseil et de supervision des réalisations, avec des fonctions étendues désormais à tout le royaume. L'importance de la réforme, dans laquelle Orry et Macanaz jouèrent un rôle majeur, était évidente. Les secrétariats, immédiatement antérieurs au gouvernement du xixe siècle composé de ministres6, supposaient l'unification de la direction politique du gouvernement, quelque chose d'inexistant dans l'Espagne des Habsbourgs, comme cela a été dit. En bonne logique, Floridablanca créa en 1787, bien qu'elle ne durât que jusqu'en 1792, une Junta de Estado*, littéralement ce qui serait, à partir de 1824, le Conseil des Ministres.

16La seconde réforme ne fut pas moins importante. L'appui de l'Aragon, de la Catalogne, de Majorque et de Valence à l'archiduc Charles dans la Guerre de Succession permit à la Couronne de supprimer les fueros et les Cortès, premièrement d'Aragon et de Valence (1707) — le Justicia d'Aragon et la Generalidad* de Valence furent également supprimés - et ensuite, par le Décret dit de Nueva Planta* du 16 janvier 1716, les institutions particulières de Catalogne (Generalitat et sa Députation Générale, les Cortès, le Conseil des Cent qui gérait la ville de Barcelone), institutions qui n'avaient pas encore été supprimées, pas même après la séparation de la Catalogne de 1640 à 1652.

17Cette réforme eut ses limites. La Navarre et les provinces basques - qui avaient soutenu Philippe V - conservèrent leurs institutions (fueros basques ; vice-roi, Cortès et fueros de Navarre), bien qu'au début du xixe siècle il y eût une sérieuse tentative de la part du gouvernement, alors dirigé par Godoy, pour les modifier. En Galice et dans les Asturies furent maintenues, respectivement, les Assemblées du Royaume et l'Assemblée Générale du Principat. La Catalogne, l'Aragon et les Baléares (Valence exceptée) conservèrent leur procédure, leurs droits civils, pénaux et commerciaux respectifs (l'unification du droit ne serait menée à bien en Espagne qu'au xixe siècle). La Catalogne conserva aussi sa monnaie et, malgré des dispositions officielles qui imposèrent l'usage du castillan dans l'enseignement et la fonction publique, le catalan se maintint comme langue de la Catalogne, bien que la littérature continuât d'être une littérature médiocre et privée de souffle. Mais la suppression des fueros et des Cortès d'Aragon, de la Catalogne, des Baléares et de Valence réduisait les royaumes d'Espagne - comme le disait le décret de 1707 relatif à l'Aragon et à Valence — « à l'uniformité de lois identiques ». En d'autres termes, le royaume d'Espagne était en train de se doter d'un régime politique commun.

18En outre, l'unification politique des royaumes rendit obligatoire une réforme profonde de l'administration territoriale qui se baserait sur deux institutions :

  • les Capitanías generales* à caractère militaire, douze au total (Catalogne, Valence et Murcie, Aragon, Majorque, Andalousie, Grenade, Canaries, Estrémadure, Vieille Castille, Nouvelle Castille, Galice, Asturies et Navarre, dans cette dernière comme vice-roi), auxquelles correspondait de ce fait le gouvernement de la région et sous l'autorité desquelles demeurèrent aussi les Audiences Royales, dont le nombre fut également augmenté.
  • la fonction nouvellement créée (1711) des intendants, sortes de gouverneurs civils de province, qui en 1749 assumèrent également la magistrature des capitales de celles-ci et furent dotés de compétences en matière de Justice, de Finances et d'Ordre Public ; les corrégidors, sous l'autorité des intendants, virent leurs prérogatives encore diminuer et restèrent à la tête de subdivisions territoriales des provinces, avec des compétences de police et de justice.

19La réforme s'étendit aux Indes, à l'Amérique : deux nouvelles vice-royautés furent créées (Nouvelle Grenade, 1739 ; Rio de la Plata, 1776) et plusieurs autres audiences ; le système des intendances fut introduit, et il fut procédé à la réforme en profondeur de toute l'organisation militaire de ces territoires, étendus depuis 1763 à la Louisiane (armées, systèmes de fortifications, bagnes, frontières, etc.).

Le réformisme éclairé

20L'importance de tout cela a déjà été indiquée : la réforme administrative et l'unification politique - à quoi s'ajoute la rationalisation des Finances entamée par Orry et Alberoni : quotes-parts de l'Aragon, de la Catalogne, et de Valence égales aux impôts payés par la Castille ; gestion directe par le ministère des Finances et ses fonctionnaires de rentes de divers ordres concédées auparavant ; meilleure gestion du recouvrement fiscal ; création en 1763 de la Real Lotería ; création d'une banque centrale, la Banque de San Carlos, en 1782... - rendirent possible l'action réformiste de l'État.

21En effet, pris dans son ensemble, ce qui fut fait tout au long du xviiie siècle fut pour le moins remarquable et, dans certains cas, extraordinaire. La monarchie encouragea l'éducation, la création d'institutions académiques et la recherche scientifique. En 1713 fut créée l'Académie Royale d'Espagne ; en 1738, l'Académie Royale d'Histoire, et peu après, l'Académie de Jurisprudence de Santa Barbara et l'Académie Royale des Belles Lettres de San Fernando ; il y eut aussi des académies des Beaux-arts à Valence et Séville. La réforme de l'Armée et de la Marine - que nous allons voir tout de suite - entraîna l'ouverture de diverses écoles et académies militaires (Collège des Guardias Marinas* à Cadix, 1717 ; Ecole d'Artillerie à Ségovie, d'Ingénieurs à Barcelone et Alcala...). Ensenada créa à Cadix en 1748 un Collège de Chirurgie pour la formation de médecins de la Marine ; pour l'Armée de Terre, furent créés les Collèges Royaux de Chirurgie de Barcelone (1760) et de Madrid (San Carlos, 1787). Sur la base d'initiatives antérieures, fut constituée en 1734 l'Académie Royale de Médecine de Madrid, et en 1786, à Barcelone, l'Académie Royale Médico-Pratique, institutions (il y en eut d'autres de nature semblable dans différentes villes) consacrées à l'étude, à la divulgation et à la publication de travaux des sciences médicales et des disciplines voisines (botanique, pharmacie) : en 1762, fut créé le Collège des Pharmaciens de Madrid et peu après, celui de Barcelone.

  • 7 Société créée par des personnalités basques éclairées, comme le comte de Floridablanca, av (...)
  • 8 Il y fut découvert par Juan José de Elhuyar, un chimiste de la Rioja

22À partir de 1758, la Junta de Comercio* de Barcelone introduisit les études techniques et nautiques. Elle créa progressivement des chaires de chimie, de tachygraphie et de botanique. À l'initiative de Jovellanos, fut créé l'Instituto de Gijón (1794) pour l'enseignement des sciences et de la navigation. L'Académie Royale Basque des Amis du Pays7 ouvrit en 1771 le Séminaire Patriotique de Vergara, où l'on étudiait les mathématiques, les humanités, la physique, la minéralogie et la chimie, et où furent menées à bien des recherches significatives sur le wolfram8, le platine et le fer. Philippe V, qui fonda en 1712 la Bibliothèque Royale devenue au xixe siècle, Bibliothèque Nationale et, à Barcelone en 1717, l'Université de Cervera - après avoir fermé d'autres institutions catalanes — créa à Madrid, en 1725, le Séminaire Royal des Nobles pour l'éducation des enfants de la noblesse ; Charles III - qui en 1770 établit, également à Madrid, les Études Royales de San Isidro - entreprit la réforme des Colegios Mayores* et de la structure organique des universités et des programmes d'études.

  • 9 Ils publieraient tous les deux le récit de leurs observations et ultérieurement, tout au l (...)

23En 1753, fut créé à Cadix un Real Observatorio Astronómico, qui serait suivi, en 1793, par celui de Madrid. En 1755, fut mis en chantier dans la capitale, à l'initiative de José Quer — associé à Antonio J. Cabanilles et Casimiro Gómez Ortega, trois excellents botanistes -, le Real Jardín Botánico, un grand centre de recherche d'histoire naturelle ; en 1777, fut fondé le Real Gabinete de Historia Natural, un musée des sciences. Finalement, après la participation de l'astronome et mathématicien Jorge Juan et du naturaliste Antonio de Ulloa, tous deux guardias marinas, à l'expédition hispano-française au Pérou et à Quito dirigée par La Condamine (1735-1744) pour déterminer la longitude de l'équateur9, la Couronne finança plusieurs expéditions scientifiques de grande envergure parmi lesquelles l'expédition aux « Royaumes du Pérou et du Chili » (1777), de H. Ruiz et José A. Pavó ; l'expédition Royale au Royaume de la Nouvelle-Grenade (1782), dirigée par José Celestino Mutis ; l'expédition de Malaspina (1794) sur les côtes du Pacifique - depuis le Cap Horn jusqu'à l'Alaska — ainsi que celle que l'on nomma « l'expédition du vaccin », dans les années 1803-1808, dirigée par les médecins Balmis et Salvany, pour acheminer le vaccin de la variole en Amérique et aux Philippines.

  • 10 Fabriques de tissus en soie à Talavera, de drap à Guadalajara, Ségovie et Brihuega, de tap (...)

24L'État assuma également la direction de l'économie du pays, ou du moins encouragea la production et la croissance de l'économie. Patiño régularisa en 1737 avec la Matrícula del Mar* les activités de la pêche (pêche, chargement et déchargement dans les ports...). En plus des fabriques d'armes (Liéganes-La Cavada, Orbaiceta,...) et des arsenaux navals, l'État créa dès le début du xviiie siècle, avec un bonheur inégal, une série d'usines spécialisées, les Reaies Fábricas10, pour introduire des techniques de fabrication nouvelles et stimuler des secteurs en perte de vitesse ou inexistants. À l'exception des douanes basques — qui demeurèrent à Miranda, Orduña et Valmaseda —, les douanes intérieures, les frontières, disparurent et furent transférées aux frontières ou dans les ports (dont certains, comme Santander, se virent octroyer des exemptions). Les privilèges de la Mesta*, la puissante association d'éleveurs qui contrôlait l'élevage transhumant et qui fut l'une des cibles de la critique éclairée, furent diminués (à partir de 1780, l'exploitation de pâturages déterminés lui fut imposée). En 1765, il fut admis de libérer les prix des grains.

  • 11 La Compañía Guipuzcoana de Caracas, créée en 1728, avec son siège à Saint-Sébastie (...)

25La politique douanière fut clairement protectionniste (tarifs de 1744, 1747 et 1778), pour favoriser l'industrie catalane du coton, qui commença à se développer à partir des années 1740 : l'importation de tissus étrangers fut interdite, sauf dans les années 1760-1770. Bien que cela ne fût pas immédiat — par exemple, en 1717 fut concédé à Cadix (contre Séville) le monopole du trafic portuaire — le commerce avec l'Amérique et les Philippines se libéralisa progressivement. La Couronne concéda à quelques compagnies commerciales11 l'exclusivité de l'utilisation de certains ports ou du contrôle de certains trafics, comme le cacao du Vénézuela, ce qui fut le cas de la Compañía Guipuzcoana de Caracas, pour prendre l'exemple le plus significatif. En 1765, l'autorisation fut concédée à neuf ports espagnols (non seulement Cadix et Séville, mais désormais Barcelone, Gijon, Santander et d'autres) et à plusieurs ports américains. En 1778, la pleine liberté du commerce avec l'Amérique fut pratiquement octroyée, et l'entrée des navires en provenance d'Amérique autorisée dans n'importe quel port.

  • 12 Elle serait exposée, par exemple, par Bernardo Ward dans son Proyecto económico

26L'État encouragea un programme de colonisation en divers endroits du pays, pour promouvoir l'exploitation de terres non cultivées. Dans la Sierra Morena, la plus réussie de toutes ces expériences que dirigea Pablo de Olavide (1725-1803), fut construit entre 1769 et 1775 un ensemble de 15 villages (La Carolina, La Carlota, La Luisiana...), 26 hameaux et 2 282 maisons, dans lesquelles purent s'installer 10 420 personnes dont plusieurs milliers d'Allemands. En accord avec ce qui était une préoccupation générale12, fut entreprise la construction de réseaux de voies publiques, avec Madrid comme centre, de routes et de « chemins royaux », construction lancée de façon décisive après la publication en 1749 des Ordenanzas a los corregidores sobre caminos y puentes [Ordonnances aux corrégidors sur les chemins et les ponts], approuvées par Ensenada. Entre 1777 et 1788, sous Floridablanca comme superintendant des routes, on construisit 195 lieues de chemins (environs 1 100 kilomètres) et 322 ponts. En 1763, commença à fonctionner un service bihebdomadaire de diligences entre Madrid et Barcelone bien que le voyage durât environ six jours : jusqu'au xixe siècle, jusqu'à l'arrivée du chemin de fer et du télégraphe, l'intégration territoriale centre-périphérie fut en Espagne, comme dans presque toute l'Europe, lente et difficile.

27De la même façon, à partir de 1753, fut commencée la construction d'un réseau de canaux navigables en Castille et en Aragon, travaux d'une grande complexité (dénivellations, écluses, aqueducs, bassins...) et d'un coût extrêmement élevé, qui ne furent pas achevés, mais qui avancèrent sensiblement et purent entrer en service au cours des années 1780. Parallèlement, de nombreux ports furent convenablement équipés avec de nouveaux quais, des jetées, des balises et des phares. La Couronne assuma également le service de Correosy Postas ; celui-ci, organisé par des ordonnances élaborées par Campomanes (1776) et dirigé pendant quelques années par l'efficace Floridablanca, devint à la fin du siècle un service particulièrement efficace.

  • 13 La Flotte Royale dépendait du Secrétariat de la Marine

28L'Armée fut profondément réformée. Elle devint une Armée permanente - bien que non nationale : en 1780 il y avait 12 régiments d'infanterie étrangers pour 32 régiments espagnols, répartis sur l'ensemble du territoire en capitanías et comandancias*, et sous la dépendance du Secrétariat de la Guerre13. La structure de commandement fut organisée de façon hiérarchique. Dans l'Infanterie, les tercios furent remplacés en 1704 par des régiments (un bataillon de douze compagnies) et armés de fusils à baïonnettes. La Cavalerie fut structurée en régiments (de ligne et de dragons) de quatre compagnies. Les uniformes furent totalement modifiés, selon le goût français. En 1704, fut créé le corps des Guardias de Corps, qui servit de base à la Guardia Real avec d'autres troupes (hallebardiers, gardes wallons...), et en 1711, naquirent les corps d'Ingénieurs et d'Artillerie. Parallèlement, s'ouvrirent au cours du siècle, dans diverses villes - Ségovie, Barcelons... - des académies ou écoles pour la formation des officiers des différentes armes. La Marine, intégrée depuis 1714 à la Flotte Royale - avec des bases à Cadix, El Ferrol et Carthagène et des arsenaux à La Carraca, Guarnizo et La Havane - fut également remodelée, surtout grâce au travail de Patino, intendant général de la Marine à partir de 1717 : c'est à lui que l'on doit la création à Cadix du corps et de l'école des guardias marinas pour la formation des officiers. Ensenada, quant à lui, créa une Direction Générale de la Flotte et donna l'impulsion décisive aux plans de construction navale : en 1788, la Flotte disposait d'environ 170 navires de toutes sortes (navires à ponts multiples, frégates, corvettes...).

29Certes, les limites de ce vaste éventail d'initiatives de réformes (rien de semblable n'avait jamais été fait) furent évidentes. La pensée économique éclairée elle-même attirerait régulièrement l'attention sur le retard de l'Espagne et sur les problèmes et les carences du royaume (problèmes démographiques et agraires ; question de la pauvreté et de la mendicité ; absence de communication ; majorats, formes et étendue de la propriété de la terre...). Malgré les Fábricas Reaies, dont beaucoup échouèrent, l'activité industrielle resta comparativement faible, à l'exception du centre industriel de fabrication du coton apparu en Catalogne à partir des années 1740. Même si les Campomanes, Jovellanos, Cabarrús, etc., laissèrent clairement entendre que seules la réforme agraire, la desamortización* — c'est-à-dire la libéralisation de la propriété des terres amorties ou inaliénables -, la suppression des privilèges de la Mesta et des droits seigneuriaux ainsi que la libération des prix agricoles pourraient sauver l'agriculture espagnole — dans laquelle ils voyaient, avec lucidité, le véritable problème de l'Espagne — ce qui parvint réellement à se faire fut insuffisant : par exemple, la desamortización* de Godoy entreprise en 1798 sous le règne de Charles IV, ne toucha que quelques propriétés de l'Église (terres et habitations, et tout particulièrement, des hôpitaux, des asiles et des hospices).

  • 14 En catalan dans la version originale

30L'Espagne du xviiie siècle continua d'être un pays céréalier dont l'agriculture, très en retard techniquement et aux rendements très faibles, était dramatiquement mal commercialisée et accablée par les droits seigneuriaux. Les années 1763-1765, 1770, 1784-1793 et 1800-1804 furent des années de pénurie et dans certaines contrées, de famine. Les hausses des prix furent à certains moments incontrôlables et en tout cas, très graves. Bien que l'Espagne restât un pays relativement stable, il y eut à plusieurs reprises des manifestations nombreuses et variées de mécontentement, des protestations sociales, des explosions de violence populaire. Ainsi, la crise sociale et la tentative de transférer les douanes à la frontière provoquèrent début septembre 1718 des émeutes et des troubles d'une grande violence dans plusieurs villages des environs de Bilbao, la matxinada (de matxin, villageois occupant le parvis des églises), c'est-à-dire des pillages et incendies de maisons, des agressions mortelles contre les autorités et les notables locaux, qui provoquèrent l'intervention des troupes royales et l'exécution de 16 personnes. En 1766, le « Motín de Esquilache » lui-même se produisit dans un contexte de profond malaise social — dû à de mauvaises récoltes et à des hausses du prix du pain en partie causées par la libération des prix du blé décrétée en 1765 - et s'étendit, comme cela a été indiqué, dans un centaine de villages environ : les incidents furent particulièrement graves à Saragosse, dans quelques localités des provinces d'Alicante et de Valence ainsi qu'en Guipuzcoa. En 1788, des circonstances similaires — mauvaises récoltes, cherté du pain — produisirent de violents troubles à Barcelone (les rebomboris del pà14).

31En outre, bien que le xviiie siècle fût un siècle dominé par la pensée éclairée et les idées scientifiques, l'Église - au sein de laquelle apparut également un important secteur éclairé et réformateur - conserva, avec ses 145 000 individus et son formidable patrimoine (14,79 % de la terre enregistrée au cadastre), un immense pouvoir social et spirituel. Le régalisme de la Couronne (c'est-à-dire l'affirmation de l'autorité royale sur l'Église) progressa : par le Concordat de 1753, la Papauté reconnut à la Couronne d'Espagne le droit de nomination à de nombreuses fonctions ecclésiastiques ; en 1767, après avoir été rendus coupables du « Motín de Esquilache », les jésuites furent expulsés d'Espagne (environ 2 800 individus), mesure soutenue par de nombreux autres ordres religieux, et généralisée en Europe. Mais religiosité, festivités religieuses, célébrations solennelles et pratiques quotidiennes, cultes et dévotions spécifiques, valeurs catholiques, continuèrent à régir la vie sociale et individuelle des espagnols. L'Inquisition perdit une grande partie de son ancienne puissance et sa tâche principale devint désormais la censure des livres : elle put encore, néanmoins, en 1714, juger Macanaz - le ministre de Philippe V qui avait proposé la réforme du Conseil de l'Inquisition, la réduction du clergé et la sécularisation de la monarchie — et, en 1775, Olavide, l'une des personnalités les plus représentatives des Lumières espagnoles et du mouvement réformiste. Au xviiie siècle, on construisit des centaines d'églises, de monastères, de clochers, d'ermitages et de chapelles dans toute l'Espagne, dont certains des plus grands temples de l'Église espagnole : l'église de San Martín Pinario et la façade de l'Obradoiro de la Cathédrale de Saint—Jacques, la basilique de San Francisco el Grande à Madrid, les cathédrales de Murcie et Cadix, la façade de celle de Pampelune, le Sanctuaire de Loyola, la Seu Nova de Lleida, les Salesas Reaies et San Marcos à Madrid, la basilique de Santa María à Saint-Sébastien, la chapelle de la Virgen del Pilar à Saragosse. C'est au xviiie siècle, et non au xviie, que la célébration de la Semaine Sainte de Séville — peut-être la plus élaborée et la plus brillante dans le genre - atteignit sa plénitude.

32Malgré tout, le xviiie siècle — que l'on se souvienne de ce qui a été dit plus haut - fut un siècle excellent, de réaffirmation de la présence de l'Espagne et de croissance démographique, industrielle, urbaine et commerciale (bien qu'avec des cycles irréguliers et inégaux). La population, indicateur privilégié du redressement du pays, passa en effet d'environ 7,7 millions d'habitants en 1700 à 10,4 millions en 1787 (recensement de Floridablanca) ; celle de Madrid, d'environ 130 000 habitants à la fin du xviie siècle à environ 200 000 au début du xixe siècle.

  • 15 La liste des travaux réalisés est impressionnante : le nouveau Palais Royal (architectes : (...)

33Ce qui fut fait à Madrid précisément, l'embellissement de la capitale, la matérialisation de la nouvelle image de la monarchie que les Bourbons voulaient donner, fut particulièrement remarquable15. Madrid n'était plus seulement la Cour : c'était un centre urbain capable - c'est du moins ce que l'on prétendait - de structurer, culturellement et politiquement, le royaume.

34Parallèlement, se produisait en outre un autre fait véritablement majeur, dont les effets à long terme finiraient également par être décisifs pour la structuration du pays : le développement des économies régionales, la transformation de la structure économique régionale du royaume. En effet, l'extension de la vigne, la commercialisation des eaux de vie et du vin, les améliorations dans la production agricole, l'essor du commerce et le développement, à partir des années 1740, de l'industrie du coton, avec la fabrication des « indiennes », firent de la Catalogne la région la plus dynamique de la Péninsule, d'autant plus qu'elle avait fait son entrée sur le marché espagnol après la suppression des douanes intérieures, et surtout sur le marché américain après la libéralisation de celui-ci. À leur tour, l'extension du maïs et de la pomme de terre, le commerce avec l'Amérique et la croissance démographique, transformèrent l'économie agricole de toutes les régions de la côte cantabrique, des Asturies, de la Cantabrie, de la Galice et des provinces basques. En Galice, en outre - bien qu'étant toujours une région attardée, avec une agriculture de rentiers (monastères, châteaux) et de petites exploitations - des commerçants catalans commencèrent l'exploitation de l'industrie de la salaison ; en Cantabrie, le trafic des laines, du blé et des farines par Reinosa — après la construction de chemins royaux depuis Burgos, Valladolid et Palencia — fut à l'origine de la prospérité du port de Santander. Le commerce avec l'Amérique, les compagnies de navigation, l'industrie de la pêche, quelques chantiers navals, des forges, l'exportation de minerais et les industries de l'armement, rendirent possible le redressement des provinces de Biscaye et de Guipuzcoa (avant la période de récession qui commença à la fin du siècle).

  • 16 Olavide cumula cette fonction et celle de superintendant des Nuevas Poblaciones* d (...)

35L'expansion de l'irrigation, le défrichage de nouvelles terres et la spécialisation agricole (riz, par exemple), ajoutés à l'essor de l'industrie de la soie (Valence) et de la laine (Alcoy), favorisèrent le développement de certaines zones du Levant. Le commerce avec l'Amérique et sa condition de grande base navale provoquèrent la spectaculaire croissance du port de Cadix ; l'activité marchande rendit possible l'essor du port de Malaga et la présence à cet endroit (ainsi qu'à Cadix) d'importantes colonies de commerçants étrangers ; de nouvelles cultures et la spécialisation de sa « vega* », ainsi que le développement de quelques industries textiles (corderie, soie, laine), donnèrent une impulsion à l'économie grenadine. Bien qu'ayant perdu le monopole du commerce américain, Séville, embellie et urbanisée durant la période où, entre 1767 et 1775, Olavide fut « assistant » (corrégidor) de la ville16, conserva sa position de grand centre administratif, ecclésiastique et commercial. La population de la Catalogne passa de 406 000 habitants en 1720 à 899 000 en 1787 ; celle du Pays Basque, de 175 000 à 334 000 ; celle de la Galice, de l'Aragon et de l'Andalousie fut multipliée par deux au cours du siècle ; celle de Valence, par trois. Barcelone passa d'environ 35 000 habitants à la fin du xviie siècle à un peu plus de 100 000 à la fin du xviiie ; Cadix, de 40 000 à 70 000 ; Valence et Séville avoisinaient les 80 000 habitants à la fin du xviiie siècle ; Murcie, Malaga, Grenade, Saragosse, les 50 000.

  • 17 À qui l'on doit, comme cela a été mentionné, l'extension des intendances à l'ensemble du t (...)

36On pourra donc débattre de la nature même, de l'efficacité et de la signification de la politique de réformes de la nouvelle dynastie : elle fut, en effet, désordonnée et confuse dans les premières années de Philippe V ; consistante et efficace sous Patiño (1726-1736) ; très efficace, probablement, sous Ensenada17 déterminée et énergique sous le règne de Charles III (1759-1788), et grâce à l'inspiration de l'intelligent et tenace procureur du Conseil de Castille, Pedro Rodríguez de Campomanes (1723-1803). Quoi qu'il en soit, le fait historique capital était clair : gouverner signifiait désormais impulser depuis l'État, depuis la Couronne, des réformes et des initiatives au profit de la nation. La monarchie hispanique des Habsbourgs n'avait reconnu comme responsabilités propres que l'administration suprême de la justice, la guerre, le maintien de l'ordre public et la défense de la foi. Le changement fut donc extraordinaire. Jovellanos l'exprima très bien lorsque dans son Elogio fúnebre de Carlos III [Éloge funèbre de Charles III, 1789] il dit que ce fut pendant le règne de ce roi qu'apparut ce que l'on appela dès lors « l'économie civile » : des politiques et des réalisations concrètes pour le bien-être des sujets.

La nation et les provinces

37Les Lumières — s'agissant aussi bien de l'Europe que de l'Espagne — sont un concept d'une grande complexité. Les Lumières ne furent pas un corps de pensée cohérent et fermé ; mais plutôt un ensemble épars d'idées, de convictions et de croyances (sur l'individu, la nature humaine, Dieu, la société, la science, le monde naturel) élaborées par des philosophes, des essayistes et des penseurs qui agirent dans des contextes politiques et sociaux très différents et qui eurent en commun la volonté d'avancer vers un monde régi par la raison et le progrès. La relation de cause à effet entre pensée éclairée et réformisme politique ne fut pas toujours — ni en Espagne ni en Europe — évidente et immédiate. Dans de nombreux cas, le réformisme monarchique du xviiie siècle répondit davantage à des raisons pratiques qu'à des convictions morales ou idéologiques. S'agissant de l'Espagne où, comme nous l'avons vu, ce fut la Couronne, plus que la société, qui assuma et encouragea la politique de réformes, il a déjà été dit que les trois premiers Bourbon furent des personnalités aux préoccupations intellectuelles limitées ; le quatrième, Charles IV, qui régna entre 1788 et 1808, fut un indécis et un faible, « un de ces mortels bénis qui sont nés pour être heureux dans leur ignorance », comme le dit de lui, avec férocité mais avec justesse, l'écrivain sévillan Blanco White, dans une de ses Cartas de España [Lettres d'Espagne], publiées à Londres, en anglais, en 1822. Néanmoins, ce que la pensée éclairée fit — en Espagne comme en Europe — ne fut pas négligeable : elle créa pour le moins le climat d'opinions et d'idées qui favorisèrent et légitimèrent le réformisme ministériel.

38Naturellement, toute la pensée éclairée espagnole — conservatrice, modérée, radicale — tourna autour d'idées et de projets de réformes de la « nation », du pays, du royaume : idées et projets de réforme sociale (de l'éducation, de l'Église, du goût et des coutumes des espagnols) et de réforme économique, et même - parfois - de réforme politique (limites de la monarchie, critique du despotisme...). L'œuvre, par exemple, d'un pré-éclairé comme Feijoo (1676-1764), un homme laborieux, à l'esprit clair et plein de bon sens (selon Domínguez Ortiz) - œuvre réunie dans son Teatro crítico universal (1726-1739) et dans Cartas eruditas [Lettres érudites, 1741-1760] — englobait, sous l'apparence d'une critique des superstitions, des croyances en l'exorcisme et des exhortations, du géocentrisme, des miracles, sous l'apparence, en somme, d'une critique de l'ignorance, une profonde réflexion sur le retard de l'Espagne et voulait, en conséquence, rénover de fond en comble le goût et la mentalité des espagnols, par le biais de la pensée scientifique et de la critique comme méthode d'étude et d'observation.

  • 18 Mayans édita fray Luis de León, Nebrija, Brocense, Vives, le Quichotte et écrivit en 1737 (...)
  • 19 Dans son Memoria para el arreglo de la policía de los espectáculos y diversiones públicas, (...)

39L'œuvre de Mayans (1699-1781) - juriste, philologue, historien, latiniste, homme d'une extraordinaire érudition très présent dans la culture européenne et espagnole de son temps - en réhabilitant le xvie siècle (par rapport au xviie, un siècle détesté par les Lumières) à travers ses études sur la langue espagnole et l'édition d'auteurs de ce siècle qu'il définit comme le Siècle d'Or18, ressemblait beaucoup à une révision critique de l'histoire de l'Espagne et à l'affirmation d'une certaine idée ou d'une certaine vision de l'Espagne dans l'histoire. La critique de la corrida et du théâtre du Siècle d'Or par Jovellanos19 et spécialement du théâtre de Lope de Vega, son rejet de l'architecture baroque et parallèlement son goût pour l'art classique, pour l'architecture néoclassique de Ventura Rodríguez, pour la peinture de Velazquez et de Mengs, pour le théâtre de Plaute et de Térence (et dans le théâtre espagnol, pour la Célestine et pour Torres Naharro, auteur de la première moitié du xvie siècle), étaient, de la même façon, des critiques de ce qui commençait à être des visions essentialistes, casticistas, du fait espagnol, et qui contenaient, également, des idées, des propositions - un projet, si l'on veut - éthiques et esthétiques pour leur pays.

  • 20 Les œuvres essentielles pourraient être : Ustáriz, Teoría y práctica de Guerra y Marina [T (...)

40Cela fut encore plus évident — presque par définition — en ce qui concerne la pensée économique. Parce que la pensée économique éclairée ne fut pas, comme avait pu l'être l'arbitrismo* du xviie siècle, une poignée d'idées plus ou moins opportunes, plus ou moins extravagantes, mais une réflexion en profondeur et une réflexion rigoureuse sur les problèmes de l'Espagne. Exprimée dans une littérature abondante et diversifiée20, encouragée par le travail des Sociétés des Amis du Pays, créées à partir de 1774, à l'imitation de la Société Basque, et impulsée d'en haut par Campomanes (celle de Saragosse créa en 1789 la première chaire d'Économie de l'histoire espagnole), la pensée économique éclairée fournit les analyses, les statistiques, les projets, les idées, et même les théories pour la réforme de l'économie nationale depuis le sommet de l'État : idée pour le développement et la protection de l'industrie et du commerce, pour le repeuplement du pays, sur le droit de propriété, desamortización et lois agraires, pour la suppression des corporations et même de la Mesta ; projets et études pour la construction de chemins et de canaux et l'amélioration des communications, et même pour la création de nouvelles institutions financières qui organiseraient et réguleraient la question monétaire.

41Les académies — Académie Royale d'Espagne, Académie Royale d'Histoire, Académie Royale des Beaux-arts - se virent confier des tâches et des responsabilités qui équivalaient, en forçant un peu le trait, à l'élaboration pure et simple de l'identité nationale. L'Académie publia à partir de 1726 le Diccionario de Autoridades [Dictionnaire des Autorités] (c'est-à-dire les termes, les phrases toutes faites, les proverbes, en usage dans la langue espagnole), en 1741, La Ortografía [L'Orthographe], et en 1771, la Gramática [Grammaire], dont l'étude serait obligatoire dans l'enseignement à partir de 1780 ; l'Académie d'Histoire, pour sa part, publia en 1740, un Diccionario biográfico-histórico de España [Dictionnaire biographico-historique de l'Espagne].

  • 21 1719-1762 ; il fit des recherches sur les archives de Tolède et sur la personnalité de Fer (...)
  • 22 1702-1773 ; auteur de Clave historial [Explication historique, 1743], La Cantabria [La Can (...)
  • 23 Il n'existe probablement pas dans le xviie siècle européen une œuvre comparable à (...)

42En outre, comme l'écrivit Sánchez Albornoz dans son long essai intitulé « Jovellanos et l'histoire » publié dans Españoles ante La historia (1957), « le xviiie siècle espagnol fut le siècle de l'histoire » ; tout d'abord, selon Albornoz, grâce aux travaux des pères Andrés Burriel21, et ceux d'Enrique Flórez22, un véritable capital de sources narratives et diplomatiques ; mais de plus, grâce au travail de Mayans comme éditeur de textes du xvie siècle et comme historien de la langue espagnole, grâce à Manuel Risco, Juan Bautista Muñoz, au jésuite Juan Francisco Masdeu, auteur, pendant son exil, de Historia Crítica de España y de la Cultura Española [Histoire critique de l'Espagne et de la culture espagnole, 1783-1805], grâce à Antonio Capmany, Floranes, Juan Andrés y Morell, jésuite également et grand spécialiste des manuscrits arabes, et à de nombreux autres. Avec un apport significatif : l'histoire ne serait plus, comme elle l'avait été jusqu'à alors, ni de la pure érudition documentaire ni le simple récit d'événements, mais une histoire qui répondrait - ou devrait répondre, au moins pour Jovellanos (comme il le dit dans son discours de réception à l'Académie d'Histoire en 1778) - à la volonté d'expliquer l'origine et l'évolution de la législation, des coutumes et de la politique de l'Espagne, c'est-à-dire à la volonté d'expliquer la formation de l'Espagne dans l'histoire, la signification de la culture espagnole, intention, tout à fait explicite, par exemple, dans l'œuvre de Masdeu citée plus haut. Les Lumières « inventèrent » le voyage à travers l'Espagne comme moyen de connaissance de la réalité sociale et de la géographie physique et artistique de l'Espagne. On fit ainsi — selon la typologie maintenant classique de Gaspar Gómez de la Sema (Los Viajeros de la Ilustración [Les Voyageurs des Lumières], 1976) - des voyages économiques (comme les notes de voyage de Jovellanos dans ses Diarios [Journaux]), des voyages scientifico-naturalistes, des voyages artistiques (avant tout, le Viage de España [Voyage en Espagne], de Antonio Ponz, en 20 volumes, publiés entre 1772 et 1794), des voyages historico-archéologiques, et des voyages sociologico-littéraires, des voyages inspirés en outre, d'après Gómez de la Serna, par le réformisme pédagogique, l'étude critique et la volonté scientifique. Le voyage éclairé, en d'autres termes, se proposa quelque chose d'essentiel à l'idée de nation : faire connaître l'Espagne aux espagnols eux-mêmes. C'est pour cela que Jovellanos, dans son Elogio de las bellas artes [Éloge des beaux-arts, 1781], dit de l'étonnant Ponz23 que c'est « guidé par le patriotisme qu'il court d'un endroit à un autre de notre Péninsule, visite ses villes et villages, les places, les temples, les bâtiments publics, qu'il recherche partout les monuments artistiques, qu'il fait connaître et apprécier les œuvres estimées, qu'il exerce une censure impartiale et sévère contre les produits de l'extravagance et qu'il poursuit et traque le mauvais goût jusqu'à le faire fuir... ».

  • 24 Comme Ensayo histórico-crítico sobre la antigua legislación y principales cuerpos legales (...)

43Ponz créa avec son Viage— outre ce qui vient d'être dit — l'histoire et la critique de l'art espagnol. Avec ses Orígenes de la lengua [Origines de la langue, 1737], Mayans systématisa les études linguistiques de l'espagnol. La publication, également en 1737, de la Poética o reglas de la poesía en general y de sus principales especies [Poétique ou règles de la poésie en générale et de ses principales formes], d'Ignacio Luzán - texte clé de l'esthétique littéraire du néoclassicisme et critique frontale du théâtre et de la littérature espagnole du xvii siècle — fut l'objet d'une vaste polémique qui allait se prolonger tout au long du siècle, autour du sens de la littérature espagnole et surtout autour du théâtre : autour du théâtre de Calderón et des auto-sacramentales, autour des formes brèves et castizas* comme les entre-meses* et la tonadilla, autour des comédies héroïques et larmoyantes en vogue au début du xviiie siècle, polémique qui était en définitive - c'est une évidence - une polémique sur la culture espagnole elle-même. Ce sont finalement des livres, qui créèrent l'histoire du droit en Espagne24. En d'autres termes, les Lumières entraînèrent la révision systématique de l'Espagne et de son histoire : du droit, de la littérature, de la science, de l'histoire, du théâtre, de l'art espagnols.

44Le sentiment de nation - à partir d'un patriotisme en général mesuré, cultivé, serein, cosmopolite, comme l'était, par exemple, le patriotisme d'un Jovellanos - était donc évident, manifeste. L'Espagne avait fini par se structurer en tant que nation. En outre, le sentiment de nation éclairée ne faisait pas de l'Espagne une entité abstraite, émotionnelle et idéalisée. L'Espagne apparaissait, avant tout, comme une réalité sociale et territoriale. C'est la raison pour laquelle cela entraîna, une fois disparus les vieux royaumes, l'intégration des provinces à l'idée de patrie (« J'ai l'intention d'examiner — indiquait Cadalso dans la Lettre I de ses Cartas marruecas [1774] — non seulement la capitale, mais toutes les provinces de la Péninsule ») entendues non comme des unités administratives — cela n'arriverait pas avant la réforme de 1833 - mais comme des espaces naturels de la vie sociale. Du Discurso sobre el fomento de la industria popular [Discours sur le développement de l'industrie populaire, 1774], de Campomanes, livre abondamment diffusé dans toute l'Espagne y qui encouragea la création de Sociétés des Amis du Pays dans tout le royaume, il faudrait dire, paraphrasant ce que dirait Ortega y Gasset bien plus tard, au xxe siècle, dans La redención de las provincias [La rédemption des provinces], qu'il était un appel pour reconstruire l'Espagne à partir des provinces et pour les provinces. Naturellement, la politique du xviiie siècle ressembla beaucoup à une politique à partir des provinces : Macanaz naquit à Hellín ; Campillo, Campomanes et Jovellanos étaient asturiens ; Ensenada était originaire de la Rioja, Aranda et Roda (ministre de la Justice en 1765-1777 et, pour certains, éminence grise dans ces années du règne de Charles III) étaient aragonais ; Ustáriz, l'économiste qui occupa de nombreux postes dans l'administration de Philippe V, Goyeneche, banquier et trésorier d'Isabelle Farnèse, et Múzquiz, ministre des Finances entre 1766 et 1785, étaient navarrais (Olavide, qui était né au Pérou, était également d'ascendance navarraise) ; Floridablanca était né à Murcie. Compte tenu du développement que connurent les économies régionales, on irait même jusqu'à dire que le centralisme bourbonien fut aussi, quasiment, un centralisme pour les provinces.

45En tout cas, le fait que l'on ait créé entre 1774 et 1786 quarante-cinq Sociétés des Amis du Pays, dont la fonction statutaire était le développement et l'étude des économies locales et régionales, était révélateur : la Société Royale Basque des Amis du Pays, la première d'entre elles, créée en1765 (la « pépinière basque », pour reprendre les termes de Ramón Carande) naquit « pour rendre plus étroite l'union des trois provinces d'Alava, Biscaye et Guipuzcoa », comme le précisait l'article premier de ses Statuts. Le livre précédemment cité du père Flórez, La Cantabria (1768), dissipa définitivement le trouble qui avait existé autour de la Cantabrie romaine et prouvait que celle-ci coïncidait avec les limites de la Santander moderne qui, de cette façon, acquérait ses traits distinctifs d'identité. On reprocha toujours à Jovellanos son « asturianisme » excessif. Il a déjà été dit qu'il créa à Gijón en 1794 le Real Instituto Asturiano de Náutica y Mineralogía ; qu'il étudia et prépara aussi d'autres projets pour la région, comme la route de Castille ou le développement de l'industrie du charbon ; ses lettres à Ponz, qu'il pensa publier sous le titre Viaje de Asturias [Voyage dans les Asturies], contenaient des informations d'un grand intérêt ethnographique sur les coutumes et la vie asturienne.

  • 25 Sarmiento lui même, Diego Antonio Cernadas (le curé de Fruime), Xosé Cornide, le père Pasc (...)

46Le Viaje a Galicia [Voyage en Galice, 1754-1755] du père Martín Sarmiento, grand collaborateur de Feijoo, fut le point de départ de la connaissance de la langue et des coutumes galiciennes. Des personnalités éclairées de la région25 et des institutions comme le Consulat de La Corogne (1785) ou l'Académie d'Agriculture (1765) exposèrent déjà les raisons du retard de la Galice : le problème de l'émigration, l'insuffisance de chemins, la pêche, l'absence d'industrie, le défaut d'amélioration des cultures. Au Pays Basque, le jésuite Larramendi (1690-1776) commença le travail de récupération et de systématisation de la langue basque : en 1728, il publia De la antigüedad y universalidad del Bascuence en España [De l'ancienneté et de l'universalité du basque en Espagne] et, l'année suivante, El imposible vencido. Arte de la Lengua Bascongada [L'Impossible vaincu. Art de la langue basque], travaux dans lesquels il encourageait un particularisme basque très marqué qui, au fil du temps, ferait de son auteur un lointain précurseur du nationalisme basque. En 1790, l'archiviste Juan Ramón de Yturriza écrivit une histoire générale de Biscaye ; et peu après, en 1798, l'abbé Joaquín José de Landázuri publiait une histoire érudite de la province d'Alava.

47Rapidement remise de la perte de ses institutions historiques et en passe de devenir une région économique spécifique et différenciée, la Catalogne - dans ses Cartas Marruecas Cadalso présentait déjà les catalans comme les « hollandais de l'Espagne » et l'on parlait alors de la Catalogne, à cause de son caractère industrieux et de son esprit commercial, comme d'une petite Angleterre - commença également à récupérer son histoire. Antonio de Capmany publia les Memorias históricas de la antigua ciudad de Barcelona [Mémoires historiques de l'ancienne ville de Barcelone] en 1779 et 1792 ; en 1780, fut publiée la grande œuvre collective, inspirée par Jaume Caresmar, intitulée Discurso sobre la Agricultura, Comercio e Industria del Principado de Cataluña [Discours sur l'agriculture, le Commerce et l'Industrie du Principat de Catalogne] dans laquelle il était demandé que la « Province », c'est-à-dire la Catalogne, pût se doter de règles et de normes qui lui permettraient de contribuer de façon décisive à la prospérité et au progrès de la « Nation », c'est-à-dire de l'Espagne. En 1803, fut publié le Diccionario catalán-castellano-latino [Dictionnaire catalan-castillan-latin] de Félix Amat et, en 1814, la Gramática i apologética de la llengua catalana [Grammaire et apologétique de la langue catalane], de Josep Pau Ballot.

  • 26 1731-1794 ; on peut citer Las Castañeras picadas [Les Marchandes de marrons offensées], La (...)

48Le botaniste et abbé Antonio J. Cavanilles publia en 1795-1797 ses Observaciones sobre la historia natural, geográfica, agricultura y población y frutos del Reino de Valencia [Observations sur l'histoire naturelle, la géographie, l'agriculture, les peuples et productions du royaume de Valence]. Valence fut l'un des grands centres des Lumières espagnoles : ainsi, Mayans et son maître Manuel Marti, Ponz, Cavanilles lui-même, Andrés Piquer, la grande figure de la médecine espagnole du xviiie siècle, Balmis, médecin également, Francisco Pérez, orientaliste et hébraïste et l'un des inspirateurs de la réforme des Colegios Mayores, et Sempere y Guarinos étaient originaires de la région de Valence. Le prêtre J. Traggia écrivit Aparato de Historia eclesiástica de Aragon [Éléments d'histoire ecclésiastique de l'Aragon, 1790], Même Madrid - pour ne pas allonger abusivement la liste des régions - eut sa première et encore incertaine manifestation d'identité dans les types et les propos des saynètes de don Ramón de la Cruz26 et dans le travail réalisé par la Sociedad Económica Matritense, créée en 1775. Cadalso lui-même souligna l'importance que pouvait avoir la vie provinciale quand, dans les Cartas marruecas souvent citées, il fit allusion à « la variété incroyable des provinces espagnoles ».

  • 27 Il apparaîtrait dans des choses aussi différentes que le Motín de Esquilache, le goût pour (...)

49En résumé, la formulation d'une idée historique de la langue, de l'histoire et de l'art espagnols ; les manifestations de sentiments de préoccupation, d'intérêt et même d'émotion pour leur pays ; l'apparition d'un certain chauvinisme casticista chez les classes populaires27, la création d'institutions culturelles nationales (les Académies, la Bibliothèque Royale, le Jardin Botanique, l'Observatoire Astronomique), la prolifération des plans d'action du gouvernement, l'apparition de l'histoire du droit espagnol, la découverte de la réalité territoriale (les provinces) du pays, tout cela indiquait à quel point on avait avancé dans la cristallisation (élaboration, découverte, comme il plaira) d'une idée de nationalité clairement espagnole. L'Instruction réservée que Floridablanca élabora en tant que chef du gouvernement - il l'était depuis 1777 - en créant en 1787 la Junta de Estado (comme on l'a vu : précédent éphémère du Conseil des Ministres) n'était pas un mémoire rédigé par un favori à son roi : c'était un plan de gouvernement que le premier ministre présentait devant sa nation (un plan, dans ce cas, extrêmement détaillé et exhaustif : 395 articles qui abordaient les relations avec l'Église, la politique intérieure, l'Armée et la Marine, la politique économique et douanière, les Finances, le commerce, le repeuplement forestier, les routes et canaux, la politique étrangère, les problèmes spécifiques des Indes, de Gibraltar et de l'Italie, les relations avec la France, le Portugal et le Maroc, etc.).

  • 28 Il suffit de mentionner : Causas de la Revolución de Francia en el año 1789 [Causes de la (...)

50Même le débat politique passionné qui s'ouvrit au cours des deux dernières décennies du xviiie siècle et des premières années du xixe - pour culminer aux Cortès de Cadix (1810) et dans la Constitution de 1812 - à la faveur de la crise provoquée par la Révolution française et par la perte de prestige de la monarchie espagnole sous le gouvernement de Godoy (1792-1808), le tout-puissant favori de Charles IV et de Marie-Louise de Parme, ne fut pas autre chose qu'un débat sur la « nation espagnole ». La mobilisation idéologique intense et effrénée des secteurs les plus réactionnaires de l'Église contre la Révolution, matérialisée dans des mythes efficaces (la Révolution comme conjuration maçonnique ; Napoléon comme « l'Antéchrist ») et soutenue par des prédications apocalyptiques — dont la meilleure expression fut le travail réalisé par fray Diego de Cadix parcourant les villages d'Espagne - et dans une littérature débordante28, faisait de la foi catholique l'essence de l'Espagne, qu'elle convoquait à une guerre de religion contre la Révolution, et identifiait le catholicisme à la nation et à la monarchie espagnole.

51La génération libérale, ou crypto-libérale, post-éclairée (les Cabarrús, León de Arroyal, Ibáñez de la Rentería, Quintana, Valentín de Foronda, Martínez Marina...) et bien entendu, des radicaux comme Marchena, Rubín de Celis ou Picornell, envisagèrent l'idée de « nation espagnole » sur les principes, plus ou moins explicites, de liberté politique, de souveraineté, de citoyenneté et de constitution. Le texte de la Constitution de Cadix de 1812 ne pouvait être plus frappant à cet égard :

« La Nation espagnole [proclamait-il] est la réunion de tous les espagnols des deux hémisphères [...] ; la Nation espagnole est libre et indépendante, et n'est ni ne peut être le patrimoine de quelques familles ou de quelques personnes [...] ; la Souveraineté réside essentiellement dans la Nation [...] ; l'objet du Gouvernement est le bonheur de la Nation, puisque le but de toute société politique n'est autre que le bien-être des individus qui la composent ».

La fin de l'Ancien Régime

  • 29 Ce dernier, un palais remodelé par Charles III, avec des salons éblouissants et des jardin (...)

52L'Espagne dont hérita Charles IV en 1788, et qui à partir de 1792 serait gouvernée par Manuel Godoy (1767-1851), à l'exception d'une brève interruption entre 1798 et 1800 (gouvernements de Saavedra et Urquijo), était, conformément à ce qui a été dit précédemment, un royaume éclairé et catholique, un grand empire colonial, une nation stable et paisible, un pays nullement dramatique, comme pouvait en témoigner — pour citer un exemple facilement identifiable — toute la première œuvre de Goya, celle des années 1775-1808 ; cartons pour tapisseries et tableaux de scènes aimables, de fêtes et de divertissements populaires, portraits de la cour, portraits de l'aristocratie (La Marquise de la Solana, La Duchesse d'Albe, La Comtesse de Chinchón...) et des Lumières (Floridablanca, Meléndez Valdés, Jovellanos, Moratín...) ; une Espagne dont l'image officielle n'était plus la masse imposante de L'Escurial, mais les fontaines et les jardins des Reaies Sitios de La Granja et d'Aranjuez29 et le colossal Palais Royal de Madrid, le plus grand d'Europe, un énorme bloc de granit sur un socle irrégulier, avec des pilastres et des colonnes adossés aux façades et une grande balustrade supérieure, et de splendides intérieurs, avec des fresques de Giaquinto, Mengs et Tiépolo, une décoration et du mobilier exquis.

  • 30 Même Godoy, un homme sans grande éducation devenu rapidement impopulaire compte tenu (...)

53L'éventuelle évolution tranquille que cette Espagne aurait pu avoir30 se trouva rapidement, immédiatement, tronquée par la nouvelle situation créée en France et dans toute l'Europe, par ce grand bouleversement que furent la Révolution française de 1789 et l'Empire napoléonien (1805-1814) sur lequel celle-ci déboucha.

  • D'une part, la Révolution française provoqua la réaction conservatrice du régime espagnol, encore dirigé par Floridablanca (durcissement de la censure, paralysie du processus de réformes, répression de groupuscules révolutionnaires) et amena en Espagne, désormais dirigée par Godoy, la guerre de ce qui fut appelé la Première Coalition (Grande-Bretagne, Prusse, Autriche, Espagne et Hollande) contre la France révolutionnaire (1793-1795), avec des résultats négatifs — une contre-offensive française parvint à occuper les provinces basques — qui firent que l'Espagne dut négocier unilatéralement la paix (traité de Bâle de juillet 1795).
  • D'autre part, la politique étrangère que suivrait Godoy à partir de 1795 - politique d'alliance avec la France (ratifiée par les traités de San Ildefonso de 1796 et 1800, et d'Aranjuez de 1801) - fit de l'Espagne un simple satellite de la France napoléonienne et l'entraîna, non seulement dans une guerre contre le Portugal en 1801, mais aussi dans une guerre navale presque permanente contre l'Angleterre, avec des conséquences économiques et militaires désastreuses : augmentation des dépenses, très grave déficit des Finances, interruption du trafic commercial régulier avec l'Amérique (avec comme point culminant la destruction presque totale de la Flotte espagnole à Trafalgar, en octobre 1805), une profonde récession économique, l'autorisation pour les troupes françaises d'entrer en Espagne (traité de Fontainebleau du 27 octobre 1807) dans la perspective d'une opération contre le Portugal comme partie intégrante du « Blocus Continental » déclaré par Napoléon contre la Grande-Bretagne.

54Tout cela précipita le désastre de 1808, une triple crise gouvernementale, étatique et nationale. Dans un premier temps, le 17 mars, un coup de force (révolution de palais et émeute populaire) qui se déroula à Aranjuez, lieu de résidence de la cour, fit perdre le pouvoir à Godoy. Ensuite, l'émeute d'Aranjuez décida Charles IV à abdiquer en faveur de son fils Ferdinand (Ferdinand VII), l'homme qui fédérait l'opposition - alors vaste et générale — au godoyisme. Enfin, peu après, le 2 mai, se produisait à Madrid un soulèvement populaire contre l'armée française qui, sous les ordres du maréchal Murat, était entrée dans la capitale espagnole le 20 mars en vertu des accords du traité de Fontainebleau.

55Ce qui suivit fut probablement l'une des plus graves crises de toute l'histoire espagnole. Car, au vu des événements, Napoléon Bonaparte, maintenant véritable arbitre de la situation, commença à liquider la monarchie bourbonienne et à établir à sa place un régime satellite. Après avoir réuni à Bayonne, en avril 1808, suite aux événements d'Aranjuez, toute la famille royale, l'empereur des français obligea Ferdinand VII (5 mai 1808) à restituer la Couronne à Charles IV, et celui-ci, à lui céder les droits au trône d'Espagne, à la tête duquel il plaça immédiatement (7 juin) son propre frère, Joseph Bonaparte. À partir du 22 mai éclatèrent des soulèvements anti-français dans plusieurs villes espagnoles. Dès lors, la guerre, une guerre cruelle et dévastatrice, comme Goya en témoigna dans la série de gravures qu'il intitula Los Desastres de la Guerra [Les Désastres de la guerre, 1810-1823] et dans ses tableaux des 2 et 3 mai, s'étendit à tout le territoire de la Péninsule et se prolongea jusqu'en 1813.

56Comme il est facile de le comprendre, les conséquences à court et moyen terme furent catastrophiques. Bonaparte modifia de façon décisive le cours de l'histoire de l'Espagne. Occupation française, soulèvement populaire et guerre détruisirent le vieil ordre politique et social du pays, l'Ancien Régime, et avec lui l'ordre colonial (que l'Espagne perdit entre 1810 et 1825, après plusieurs années de guerre, à l'exception de Cuba, Porto Rico et des Philippines qu'elle conserverait jusqu'en 1898). De nombreux observateurs et protagonistes des événements (comme le poète Quintana, l'un des premiers leaders du libéralisme radical espagnol, ou l'économiste Flórez Estrada, ou l'historien libéral Toreno, ou Blanco White déjà cité, l'écrivain sévillan lucide et tourmenté, expatrié à Londres à partir de 1810) virent dans tout cela, par analogie avec ce qui s'était passé en France depuis 1789, la matérialisation de la révolution espagnole.

  • 31 Azanza, O'FarrilI, Cabarrús, Urquijo, Meléndez Valdés, Moratín…

57Ils avaient en partie raison. Dans la zone d'occupation française, Joseph Bonaparte voulut, sur la base de la Constitution élaborée à Bayonne (7 juillet 1808) par un groupe de notables espagnols, créer, avec l'appui des « afrancesados* »31, un régime réformiste et éclairé. Dans la zone espagnole, le vide du pouvoir et la passivité dans laquelle en mai 1808 se trouvaient encore les autorités légitimes (capitaines généraux, présidents des Audiencias et Chancelleries...) provoquèrent des actes insurrectionnels et la formation à partir du 25 mai 1808 de nouveaux pouvoirs territoriaux, les Assemblées provinciales, qui semblaient assumer la souveraineté et légitimer leur autorité au nom du peuple, processus qui se radicalisa au fil de la guerre jusqu'à atteindre son apogée lors de la réunion des Cortès à Cadix, le 24 septembre 1810. Ces Cortès déclarèrent assumer la souveraineté nationale : un véritable coup révolutionnaire par lequel, en l'absence du roi et dans une situation de vide de pouvoir, un congrès de députés à la représentativité réduite, au choix douteux et sans mandat constituant préalable, s'emparait de la représentation nationale et commençait un vaste travail législatif, dont le couronnement serait la Constitution du 19 mars 1812, la première Constitution de l'histoire de l'Espagne.

58Mais, comme cela se produisit également en France — où la révolution commencée en 1789 ne se consolida, en réalité, qu'en 1871 — le triomphe définitif de la révolution espagnole, qui impliquait la création d'un État national, constitutionnel et parlementaire, ne se produisit qu'à une date très avancée du xxe siècle et ne commença à se consolider qu'en 1840, lors de la victoire des troupes libérales sur le carlisme dans la guerre civile qui éclata en 1833. Avec une conséquence importante pour la construction du nouvel ordre national : en Espagne, c'est l'Armée - et non la société elle-même ou ses élites politiques et sociales - qui fut l'instrument de la révolution libérale, ce qui sans aucun doute conditionna à bien des égards le cours de l'histoire, la signification de la révolution et la construction du nouvel État national.

  • 32 Le grand thème de l'historien Miguel Artola, auteur de Los Afrancesados [Les Franc (...)

59En 1808, les premiers libéraux espagnols vécurent en réalité un mirage révolutionnaire (qui n'allait pas être le dernier). La transition de l'Ancien Régime au régime libéral32 fut un processus long qui se prolongea, comme on vient de l'indiquer, entre 1808 et 1840, et qui constitua un révolution mal définie, incomplète et discontinue. Ce fut un processus qui entraîna deux longues guerres (la guerre d'Indépendance de 1808-1813 et la guerre carliste de 1833-1840) et qui vit l'alternance de tentatives constitutionnelles et d'expériences contre-révolutionnaires : la révolution gaditane (1808-1814), la réaction absolutiste de Ferdinand VII (1814-1820), le Triennat Constitutionnel (1820-1823), la décennie absolutiste (1824-1833), régime libéral - avec la Constitution de 1837 comme axe -et la guerre civile (1833-1840).

60La transition se déroula, en outre — et cela est essentiel pour notre sujet - dans un climat de crise permanente, politique, administrative et nationale, et de profonde division sur la nature même du type d'organisation politique et sociale, du type d'État, que l'on voulait pour l'Espagne, climat que traduisit bien le pessimisme, l'amertume et la tristesse qui imprégnèrent, dans les années 1830, l'œuvre journalistique de Mariano José de Larra (1809-1837), dans laquelle l'auteur dépeignit de façon satirique et souvent sans pitié tout ce qui s'était produit dans le pays depuis 1808.

61L'Espagne entrait dans le xixe siècle, siècle du nationalisme dans toute l'Europe — nationalisme comme fondement de l'État ; nationalisme comme force de cohésion sociale ; nationalisme comme forme de l'activité politique — sans tradition récente d'institutions représentatives. Au xviiie siècle, les Cortès ne furent réunies que cinq fois - 1709, 1712, 1724, 1760, 1789 — et à chaque fois pour de simples raisons protocolaires. Le régime parlementaire — institué par les Cortès de Cadix - naquit sans véritable légitimité historique : ce qui explique, précisément, l'acharnement que les hommes de 1812 - un Martínez Marina, par exemple - avaient mis à inscrire la Constitution gaditane dans la tradition espagnole ; ce qui explique également la facilité avec laquelle Ferdinand VII put à partir de 1814 abroger tout ce qui avait été fait et légiféré par les Cortès depuis 1810.

  • 33 Comme le montraient ses écrits réunis dans Consideraciones políticas sobre la situación (...)

62L'état de crise permanente que l'État vécut à partir de 1808 — obsession de Larra et aussi de Jaime Balmes33 — avait empêché la construction, après le désastre de 1808, d'un appareil administratif et d'un appareil gouvernemental un tant soit peu opérationnels, ce qui expliquait la faible cohésion que le corps social avait encore au milieu du xixe siècle (et même longtemps après), et le prestige, faible ou inexistant, d'institutions comme les mairies, les assemblées provinciales, la police, les écoles et l'université, qui allaient se reconstruire ou se recréer nouvellement, à partir de 1814, une fois terminée la Guerre d'Indépendance et une fois Ferdinand VII rétabli sur le trône. Ce qui s'était produit entre 1808 et 1840 était donc formidable : l'Espagne, qui était une nation, qui avait été même — comme nous l'avons vu — l'archétype de la nation moderne dès le début du xvie siècle, se retrouvait sans État.

Notes

1 2 de mayo : les 2 et 3 mai 1808, la répression à l'encontre des insurgés madrilènes fut sanglante

2 Styles rococo et néoclassique : il suffit de penser à l'art officiel : les palais de La Granja et d'Aranjuez, le Palais Royal de Madrid, et la Porte d'Alcalá, et aux artistes de la cour (peintres : Houasse, Van Loo, Ranc, Giaquinto, Mengs, Tiépolo ; architectes : Juvara, Sacchetti, Sabatini, Bonavia ; musiciens : Scarlatti et Boccherini).

3 Pactes de Famille avec la France (1733, 1743, 1761), sécurité pour l'empire colonial américain, présence en Méditerranée.

4 Frédéric II de Prusse, Joseph II et Léopold II d'Autriche, Catherine II de Russie, Gustave III de Suède, Louis XV en France, Pombal au Portugal

5 Élimination de privilèges fiscaux de la noblesse et du clergé, contributions uniques et communes.

6 De fait, le secrétaire de l'Administration préfigurait un premier ministre

7 Société créée par des personnalités basques éclairées, comme le comte de Floridablanca, avec le soutien de la Couronne et des assemblées représentatives de Guipuzcoa, pour l'étude des sciences et des beaux-arts

8 Il y fut découvert par Juan José de Elhuyar, un chimiste de la Rioja

9 Ils publieraient tous les deux le récit de leurs observations et ultérieurement, tout au long du xviiie siècle, de nombreux travaux dans leurs spécialités respectives

10 Fabriques de tissus en soie à Talavera, de drap à Guadalajara, Ségovie et Brihuega, de tapisseries à Madrid, de verre à La Granja, de porcelaine au Buen Retiro de Madrid, de tabac à Séville...

11 La Compañía Guipuzcoana de Caracas, créée en 1728, avec son siège à Saint-Sébastien ; la Compagnie des Philippines, 1733 ; la Real Compañía de Comercio de Barcelone, 1755

12 Elle serait exposée, par exemple, par Bernardo Ward dans son Proyecto económico

13 La Flotte Royale dépendait du Secrétariat de la Marine

14 En catalan dans la version originale

15 La liste des travaux réalisés est impressionnante : le nouveau Palais Royal (architectes : Filippo Juvara, 1735 ; G.B. Sacchetti, 1738-1764 ; et à la fin, Sabatini), les habitations du Comte-Duc (Pedro de Ribera, 1718-1720), Real Hospicio (Pedro de Ribera, 1722), pont de Tolède (Pedro de Ribera, 1719-1724), le palais Goyeneche, appelée ensuite Académie de San Fernando (José B. Churriguera, 1715), les Salesas Reales (Carlier, 1749-1758), San Marcos (Ventura Rodríguez, 1749-1753), San Francisco (fray Francisco Cabezas, 1761-1784), Porte d'Alcala (Sabatini, 1769-1774), Observatoire Astrologique et Musée d'Histoire Naturelle (1788), tous les deux de Juan de Villanueva, les fontaines de Cibeles et des Cuatro Estaciones (œuvres de Francisco Gutiérrez et Manuel Alvarez, respectivement), déplacement des cimetières vers l'extérieur (1787), commencement de la constructions des égouts, canalisation du Manzanares...

16 Olavide cumula cette fonction et celle de superintendant des Nuevas Poblaciones* de la Sierra Morena, mentionnées précédemment.

17 À qui l'on doit, comme cela a été mentionné, l'extension des intendances à l'ensemble du territoire, la reconstruction de la Flotte Royale et l'aménagement des routes et des chemins, et qui en 1749 prépara un projet en vue d'établir une contribution unique pour remplacer alcabalas, millones et les taxes restantes, dont il resta l'élaboration d'un nouveau cadastre et une enquête sur la population et la richesse du pays d'une extraordinaire valeur sociale et historique

18 Mayans édita fray Luis de León, Nebrija, Brocense, Vives, le Quichotte et écrivit en 1737 la première biographie de Cervantès.

19 Dans son Memoria para el arreglo de la policía de los espectáculos y diversiones públicas, y sobre su origen en España [Mémoire pour la réglementation de la police des spectacles et des divertissements publics et sur leur origine en Espagne], qu'il écrivit en 1790

20 Les œuvres essentielles pourraient être : Ustáriz, Teoría y práctica de Guerra y Marina [Théorie et pratique de la Guerre et de la Marine, 1724] ; Bernardo Ward, Proyecto económico [Projet économique] ; Campomanes, Tratado de la regalía de la amortización [Traité des droits royaux de l'amortissement, 1765], et Discurso sobre el fomento de la industria popular [Discours sur le développement de l'industrie populaire, 1774] ; Olavide, Informe sobre la Ley Agraria [Rapport sur la loi agraire, 1768] ; Cabarrús, Memoria para la creación de un Banco Nacional [Rapport pour la création d'une Banque Nationale, 1781] ; Jovellanos, Informe en el expediente de la ley agraria [Rapport sur le dossier de la loi agraire, 1795]...

21 1719-1762 ; il fit des recherches sur les archives de Tolède et sur la personnalité de Fernando el Santo

22 1702-1773 ; auteur de Clave historial [Explication historique, 1743], La Cantabria [La Cantabrie, 1768] et surtout des 29 volumes de la España Sagrada [L'Espagne sacrée].

23 Il n'existe probablement pas dans le xviie siècle européen une œuvre comparable à son Viaje de España, un prodige d'information, artistique, géographique, social et économique

24 Comme Ensayo histórico-crítico sobre la antigua legislación y principales cuerpos legales de los Reynos de León y Castilla [Essai historico-critique sur l'ancienne législation et les principaux organismes légaux des royaumes du Léon et de Castille, 1807], de Francisco Martínez Marina. Historia del lujo

25 Sarmiento lui même, Diego Antonio Cernadas (le curé de Fruime), Xosé Cornide, le père Pascasio de Seguin, Francisco Somoza de Monsoliú, qui en 1775 écrivit Estorvos i remedios de la riqueza de Galicia [Entraves au développement de la Galice et quelques remèdes], José Luis Labrada (Descripción económica del Reino de Galicia [Description économique du Royaume de Galice, 1804].

26 1731-1794 ; on peut citer Las Castañeras picadas [Les Marchandes de marrons offensées], La Pradera de San Isidro [La Prairie de San Isidro], La Plaza Mayor, La Casa de Tócame Roque [La Pétaudière]...

27 Il apparaîtrait dans des choses aussi différentes que le Motín de Esquilache, le goût pour les courses de taureaux, ou la fixation par Tiépolo fils et Goya de types espagnols très marqués, comme les majos et les manolas

28 Il suffit de mentionner : Causas de la Revolución de Francia en el año 1789 [Causes de la Révolution Française de 1789], du jésuite Lorenzo de Hervás y Panduro, de 1803 ; El Preservativo contra la irreligión [Protection contre l'irréligion], du père Rafael de Vélez, de 1812 ; les Cartas del Filósofo Rancio [Lettres du Vieux Philosophe] du père Alvarado

29 Ce dernier, un palais remodelé par Charles III, avec des salons éblouissants et des jardins splendides, avec des arbres centenaires, des fontaines, des jets d'eau, des sculptures, un fleuve artificiel

30 Même Godoy, un homme sans grande éducation devenu rapidement impopulaire compte tenu de ses origines - un officier de la Garde Royale porté au sommet du pouvoir en pleine jeunesse par le favoritisme de la reine - de son arrogance, de sa vanité et de sa soif de pouvoir, se considéra comme un continuateur des Lumières et le fut en partie

31 Azanza, O'FarrilI, Cabarrús, Urquijo, Meléndez Valdés, Moratín…

32 Le grand thème de l'historien Miguel Artola, auteur de Los Afrancesados [Les Francophiles], Los Orígenes de la España contemporánea [Les Origines de l'Espagne contemporaine], La España de Fernando VII [L'Espagne de Ferdinand VII], etc., qui vit à juste titre que c'est à ce moment-là, et non au Moyen-àge, que l'Espagne des xixe et xxe siècles entra en gestation

33 Comme le montraient ses écrits réunis dans Consideraciones políticas sobre la situación de España [Considérations politiques sur la situation de l'Espagne], 1840

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search