Version classiqueVersion mobile

Espagne : Nations, nationalités, nationalismes

 | 
Juan Pablo Fusi

Prologue

Juan Pablo Fusi

Texte intégral

1Ce livre étudie la construction de l'Espagne comme nation. Il veut être à la fois une vision non essentialiste de la formation de l'Espagne en tant que nation et une vision non nationaliste du problème des nationalités et des nationalismes en Espagne. Il part d'une double réalité :

  • L'Espagne a été, avec la France et l'Angleterre, l'une des premières entités nationales d'Europe. Je considère que vers 1500 les étapes essentielles pour la constitution de l'Espagne, de la France et de l'Angleterre comme nations et États intégrés étaient déjà franchies ; mais aussi qu'il devrait encore se passer beaucoup de temps, des siècles, pour que se concrétisent, dans les trois cas, les États unitaires et les sentiments de nationalité modernes.
  • C'est justement au gré de la transformation de la monarchie hispanique des xvie-xviiie siècles en un État national moderne que le problème de l'organisation territoriale de l'État — et avant tout l'apparition des nationalismes périphériques, problème, il convient de le dire dès à présent, d'une extraordinaire complexité - finit par devenir évident et avec le temps, capital.

2Autrement dit, deux faits sont, de mon point de vue, également indéniables : l'Espagne a été l'une des premières entités nationales d'Europe ; avant ou après, des sentiments d'identité spécifiques, des langues propres (en plus de la langue commune) et des institutions territoriales particulières s'y sont concrétisés.

3Ce livre s'appuie également sur quelques hypothèses historiographiques. Ainsi, l'Espagne - ses institutions, sa culture, ses lois, son organisation sociale et familiale, les formes de la vie civile et religieuse - doit-elle être comprise avant tout comme une variable européenne, dont l'histoire, comme l'histoire de n'importe quel pays, montre un processus ouvert et non prédéterminé, qui à chaque étape historique a eu en outre diverses possibilités, un processus dans lequel l'identité nationale et les formes de l'État et de la politique ont substantiellement évolué au cours du temps, et où les faits (union de la Castille et de l'Aragon, empire des Habsbourgs, crise de l'Ancien Régime, révolutions, guerres civiles, mouvements nationalistes, formation de l'État...) auraient toujours pu se dérouler d'une autre façon.

4Il ne s'agit pas là d'affirmations rhétoriques. Bien au contraire :

« l'homme n'a pas de nature [écrivit Ortega y Gasset] ce qu'il a c'est une histoire ; parce que l'histoire est la façon de se comporter d'un être qui est, fondamentalement, radicalement, mobilité et changement. »

5D'où il résulte que pour savoir ce qu'est l'homme - et c'est ce qui intéresse ce livre : savoir ce qu'est une nation, une communauté, un peuple, un territoire — il faut avant tout savoir comment ils sont parvenus à être ce qu'ils sont. Peuples, nations, états, régions (Espagne, France, Euskadi, Catalogne...) n'auraient donc pas d'identité essentielle, permanente et univoque. Leur identité est dans tous les cas ouverte, changeante et évolutive. L'identité est également un processus : nations, peuples, nationalités sont ce qu'ils sont aujourd'hui de par leur histoire, une histoire dont le cours est toujours une évolution non linéaire, discontinue, souvent incohérente et, dans tous les cas, un processus indéterminé, dynamique et ouvert, c'est à dire privé de point de départ et de point d'arrivée.

6Juan Pablo Fusi

7* : Les astérisques renvoient au glossaire en fin de volume

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search