Version classiqueVersion mobile

Histoire du don en France de 1800 à 1939

 | 
Jean-Luc Marais

Chapitre X. Les objectifs du don

Texte intégral

1Les institutions bénéficiaires des dons ont déjà été évoquées, mais il faut maintenant aller au-delà de cet aspect institutionnel. Par l’intermédiaire de ces institutions, quel est le but visé ? Qui veut-on gratifier ? Quelle action veut-on mener ? Tous les donateurs ne s’expliquent pas là-dessus, et l’on doit souvent se contenter de ces phrases laconiques : « Je donne aux pauvres de…, à la fabrique, à l’hôpital ». Mais beaucoup, plus soucieux de l’action qu’ils prévoient que d’expliquer le pourquoi de leur geste, accompagnent leur décision d’informations précises, permettant de dresser le programme d’une action sociale riche et parfois minutieusement décrite. Cette précision était évidemment une garantie de bonne exécution de leurs volontés, expressément exposées dans le cas de donations sous le titre « motif de la donation », fréquemment décrites en cas de legs comme « conditions » du legs.

2La première question que se posait un donateur était de savoir qui serait bénéficiaire de son don : les mutations de la société française, aussi bien culturelles qu’économiques et sociales, se répercutent sur ce choix. Une fois les bénéficiaires choisis, qu’allaient-ils recevoir ? Le don est souvent préparé par toute une vie, il prolonge une action entamée. C’est le palliatif de situations longuement observées et jugées néfastes et amendables. Le don fait resurgir une expérience humaine préalable. Il peut même être militant, voulant imposer ses solutions. D’une certaine manière, il renvoie à une vision d’un ordre social, que l’on veut conforter ou transformer.

Le choix des bénéficiaires

Les habitants d’un lieu déterminé

3Au début du xixe siècle, et pendant longtemps, c’est par rapport à un lieu que le don est distribué. Dans certains cas, on peut dire que la terre l’emporte sur les hommes qui y vivent. C’est le lieu où l’on décédera en cas de don testamentaire, le lieu où l’on vit en cas de donation. La référence reste donc le village, parfois le hameau (ou l’ancienne paroisse absorbée lors des mutations administratives). En l’an XII, Benoît donne un domaine au collège de Saint-Claude, pour entretenir un boursier de sa propre paroisse, qui soit de préférence un de ses parents. Antoinette Neveux donne (1890) une rente de 500 F au bureau de bienfaisance de Saint-Aubin-sur-Yonne, pour entretenir à l’hospice de Joigny les malades originaires de Saint-Aubin, et recommande de ne pas oublier « le hameau de la Thuilerie, dont sont originaires les familles Morot, Gobert, Neveux ». En ville, l’espace de référence reste longtemps la paroisse, espace religieux et réseau de sociabilité quotidienne : d’où les dons aux pauvres de la paroisse, à la fabrique de la paroisse. Une minorité seulement a une vision plus étendue, donnant à la ville (rarement), à une institution religieuse au champ d’action plus large (le séminaire). Les libéralités aux congrégations féminines sont souvent faites pour l’établissement dirigé par les religieuses dans une paroisse donnée, et il en va de même de celles faites aux frères.

  • 1 Pour Paris les données sont tirées du relevé fait par Marescot du Tilleul, L’Assistance Publique à (...)

4On a relevé pour Paris et trois villes, d’une part les testaments qui mentionnent des libéralités « aux pauvres », sans précision de domicile, ou au bureau de bienfaisance, d’autre part ceux qui désignent les pauvres d’un quartier particulier (désigné par le nom d’un arrondissement ou d’une paroisse)1.

Testaments désignant les pauvres de la ville ou le bureau de bienfaisance par rapport au total des libéralités en faveur des pauvres pour chaque période.

5On tire de ce tableau deux conclusions. La première relève de l’institutionnel et du culturel. Là où les bureaux de bienfaisance sont organisés en sections territoriales (Paris et Rouen), les bienfaiteurs sont naturellement plus portés qu’ailleurs à désigner les pauvres de ces sections comme bénéficiaires de leurs libéralités : l’institution infléchit les comportements, comme le prouve la différence entre Rouen et Nantes, aux effectifs de population pourtant comparables. Seconde conclusion : au long du siècle, malgré quelques aléas, progresse une représentation globale de la ville et une vision plus nette du rôle du bureau de bienfaisance. Ceci est confirmé par le vocabulaire employé : l’expression « Je donne aux pauvres », « Je donne aux pauvres de X (ville) », qui l’emporte largement au début du siècle, cède la place à une autre formule, d’abord rare, puis qui se répand : « Je donne au bureau de bienfaisance pour les pauvres. » À l’inverse, mais la signification est identique, à Paris recule la désignation des « pauvres de la paroisse de… », « les pauvres de Saint-X » (2/3 des cas dans le premier tiers du siècle, 15 % de 1881 à 1906), alors que sont plus nombreuses les mentions des « pauvres de tel arrondissement ». C’est la preuve à la fois d’une laïcisation de l’espace, et du choix d’une circonscription plus grande que la paroisse.

6Longtemps, les pauvres que l’on veut aider sont donc ceux d’un quartier déterminé : conscient de cet attachement, en 1903, le directeur de l’Assistance publique de Paris essaie de relancer la générosité des Parisiens envers les bureaux de bienfaisance par cet argument :

  • 2 Revue des Établissements de bienfaisance, 1903, p. 382.

« Il faut dire à vos concitoyens que les dons […] vont exclusivement aux pauvres et qu’ils peuvent, selon la volonté du donateur, être confondus dans les ressources générales du bureau de bienfaisance, ou recevoir une destination particulière, c’est-à-dire être distribués aux indigents et nécessiteux d’un quartier désigné, d’une rue même2 ».

7En 1924, Madame Bordier, née Faugeron, lègue 100 F de rente au bureau de bienfaisance d’Angers, pour les pauvres des paroisses Notre-Dame et Saint-Serge, « en plus de la part allouée à eux par le bureau de bienfaisance ».

  • 3 Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine, 1925, testament de 1925.

8Pourquoi cet attachement : souci d’aider ceux que l’on a fréquentés, même de loin, espoir de les voir assister à son enterrement et d’augmenter la masse des prières attendues, sorte de contre-don comme le laissent penser quelques formules, du genre : « là où j’ai fait ma fortune, là où j’ai été maire, médecin… ». Un des testaments les plus surprenants dans sa franchise est celui de Caffin, industriel parisien qui lègue ses biens « pour les pauvres de l’arrondissement ; tous sont de mes ouvrières3 ».

9Un autre élément d’explication du choix d’un lieu, qui vaut pour les villes, mais plus encore pour les campagnes, est la présence de propriétés. On donne, à Paris, pour « les pauvres des arrondissements où je possède des propriétés », en province, pour ceux du ou des villages où l’on est propriétaire foncier. Louis Collas de l’Epronière donne 1/6 du revenu de ses biens aux pauvres des neuf communes de Maine et Loire où ces biens sont situés (1805). Même choix de Madame Gaudicher, épouse Talour de la Cartrie (six paroisses), de Claudine Berger (« une demi fourniture de blé seigle aux pauvres des dix paroisses où elle avait du bien », 1817), etc.

10Sans que ce critère de choix disparaisse, d’autres apparaissent au cours du siècle, significatifs d’un changement des mentalités. Dans une France où les hommes circulent de plus en plus, où l’on migre des campagnes vers la ville, ce sont des lieux liés à l’histoire du donateur qui sont choisis. Lieux de la naissance, ou d’origine familiale : Pierre Desmé, qui habite Paris, lègue 60 000 F en 1892 aux hospices de Saumur, « où je suis né ». Mademoiselle Macquin, receveuse des Postes à Antony, lègue (1907) 500 F aux pauvres de Rablay (Maine-et-Loire), « pays natal de mon cher et bon père ». Les régions d’émigration bénéficient de ces dons : l’Yonne, le Cantal. Si tant d’habitants de la Seine donnent en province, c’est évidemment pour ces raisons : 38 % des testateurs parisiens de 1901 et 1911, 26 % de ceux de 1925. C’est parfois l’itinéraire de toute une vie qui est jalonné par des dons : Guarin, magistrat aux Sables-d’Olonne, donne 500 F à la fabrique de Notre-Dame-de-Nantilly à Saumur (« en reconnaissance du sacrement de confirmation reçu par lui à Nantilly »), et 500 F au collège de cette ville (1866). Madame veuve Liégard, lègue 1 000 F aux pauvres de Saint-Eusèbe d’Auxerre, lieu de naissance de son mari, 1 000 F aux pauvres de Saint-Laud d’Angers, où il est décédé, 1 000 F aux pauvres de Notre-Dame de Versailles, où elle-même est née. Roos, professeur d’allemand qui habite Paris lors de son décès, crée des prix (25 F de rente) dans les cinq établissements où il a enseigné (Sézanne, Chateau-Thierry, Pontivy, Bayonne, Beauvais), et lègue une rente de 50 F à sa commune natale de Romanswiller, ainsi qu’à la communauté israélite de ce village. Comment expliquer autrement que par la naissance le legs de 22 000 $ de Madame Dupuy qui habite New York et qui meurt à Monte-Carlo, aux hospices de Saumur (1921) ? Un cas limite : celui de Lefèvre, directeur des contributions en retraite, décédé en 1888, qui lègue 7 500 F aux pauvres des divers endroits où il a séjourné, à raison de 100 F par année de séjour : les pauvres de Nantes ont droit à 500 F.

  • 4 Dislère, Notes sur les dons et legs de 1908, J.O., 6 juin 1909.

11D’autres bienfaiteurs, en général plus riches, veulent agir sur l’ensemble du pays. Pour cela, ils se tournent vers l’Académie française, comme Montyon, pour la distribution de ses prix à « un Français pauvre qui aura fait l’action la plus vertueuse », et « à un Français qui aura composé l’ouvrage le plus utile aux mœurs » (1819). La démarche reste rare à cette date. Il est d’autres cas, comme Pigenat qui lègue (1845) 20 000 F à partager entre tous les séminaires de France : le legs ayant été réduit à 10 000 F, il revint 125 F à chaque séminaire ! (1851). Ces libéralités deviennent de plus en plus fréquentes. En 1871, Goddet lègue 10 000 F pour les instituteurs laïques les plus méritants de France. Génin, industriel lyonnais, outre divers legs particuliers, donne 1 000 F de rente à chaque département français, pour être distribués, selon un système compliqué, aux pauvres de trois villes de chaque département, de 4 000 à 20 000 habitants, « parce qu’au-dessous la misère est moins grande et se soulage par des relations plus proches et qu’au-dessus mon legs de 1 000 F ne serait pas aussi sensible » ; pour la Seine – « mes 1 000 F n’y seraient pas une goutte d’eau » – il confie les 1 000 F à l’Académie française. Pour l’Alsace-Lorraine, si « un gouvernement étranger » (sic) refuse le legs, la somme « sera versée à notre ministre de la Guerre et spécialement affectée à faire des fusils » (1879). D’autres testateurs suivront, Giffard en faveur de pupilles de l’Assistance publique, Vernet en faveur de « mousses de la marine ». Certains vont même jusqu’à donner à l’État. Modestement, comme Mademoiselle Adèle Coutelle, de Malicorne, qui lègue (1877) 1 000 F à l’État Français, ou somptueusement, comme Tuchman, qui lègue tous ses biens (950 000 F) à l’État pour amortir la dette inscrite4. Cette volonté d’agir au niveau national relève pour une part sans doute de la mégalomanie, mais correspond aussi à l’affirmation d’une nouvelle sensibilité, moins liée aux lieux, plus sensible aux hommes et aux besoins, que nous allons retrouver.

Des catégories spécifiques de bénéficiaires

12Présent dès le début du siècle, un autre comportement se répand au cours des années : donner pour des personnes qui satisfont à des critères spécifiés. Ceci vaut évidemment pour les pauvres : on désigne, non les pauvres en général, mais des pauvres choisis. Se mêlent dans ce choix la conscience que tout don ne peut avoir que des effets limités, et qu’il vaut mieux concentrer son action, l’idée que tous les pauvres ne sont pas « intéressants » (expression très fréquente), et la sensibilité personnelle à certaines misères.

13L’expression quasi caricaturale de ce choix peut être trouvée dans le testament (1899) du sieur Robert :

  • 5 Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine, 1901. C’est la commune de Sainte-Eu (...)

« […] à l’homme le plus pauvre, 50 F, à la femme la plus pauvre, 50 F, à l’homme qui se mariera dans l’année le plus pauvre, 50 F, à la fille qui se mariera dans l’année la plus pauvre, 50 F, à la fille qui se sera la mieux conduite, 50 F, à l’homme le plus pauvre et le plus travailleur, 50 F, à la fille la plus instruite et la plus pauvre, 50 F, au garçon le plus instruit et le plus pauvre, 50 F, aux enfants fesant [sic] la première communion, 50 F à partager, […] aux deux plus pauvres de Freidevialle, la terre m’appartenant à partager en deux5 ».

14Pierre Chalumeau lègue le reste de sa fortune à l’hôpital de Joigny, pour un lit « pour le plus pauvre de ma paroisse ». Julie Hubert lègue 1 000 F, à placer, à la commune de Malicorne, pour « les laveuses de lessive les plus pauvres ». Toute la gamme des causes de pauvreté est utilisée : « les pauvres les plus vieux et les plus infirmes de la commune » (1872), « femme âgée de plus de 50 ans, pauvre et sans famille » (1912), « mères abandonnées, vieillards, incurables » (1931).

15Les handicaps physiques méritent assistance, mais ils sont assez rarement évoqués. François Delamarre, dans son testament de 1843, est original :

  • 6 Marescot du Tilleul, L’Assistance Publique à Paris…, t. II, p. 970.

« Pour remédier autant que possible aux imperfections, aux bizarreries, aux monstruosités dont la nature est beaucoup trop prodigue, je lègue 12 000 F à 12 de ces êtres les plus disgraciés de la capitale, tels que nains, aveugles, culs de jatte, manchots, bossus, crochus, tordus, tous enfin incapables de pouvoir exercer une profession quelconque6. »

16Ce sont plutôt les œuvres qui s’occupent de ces handicapés que l’on gratifie, telle à la fin du siècle l’Association Valentin Haüy, fréquemment mentionnée par les testaments parisiens.

17Mais tandis que le siècle s’écoule, d’autres préoccupations apparaissent : le pauvre ne doit pas seulement être pauvre, il doit mériter l’aide qu’on lui porte. Les prix de vertu déteignent sur l’assistance, même si quelques rares donateurs tentent d’inverser la situation, comme Charles Lebis qui prévoit que les revenus des 40 000 F qu’il lègue seront distribués aux plus pauvres de la Doutre (quartier d’Angers), « sans reproche sur la probité et la sobriété, sans partialité ni préférence que celle du malheur » (1853).

18Cette combinaison de pauvreté et de vertu inspire les multiples fondations de rosières : la jeune fille bénéficiaire doit être pauvre, mais aussi vertueuse, méritante. Robert lègue (1905) tous ses biens à la ville d’Angers, pour instituer autant de prix de 600 F que possible, pour des jeunes filles de 25 ans, « de bonnes familles pauvres et honnêtes ». Prudent Leroy lègue (1930) 200 000 F à l’Académie française, pour doter « deux jeunes filles pauvres vertueuses de la Mayenne ». Mais la vertu en soi ne suffit pas ; des vertus précises sont nécessaires, dévouement aux parents (« une jeune fille pauvre et vertueuse qui aura soigné ses parents », 1911), aux frères et sœurs…

19D’ailleurs la vertu n’est plus seulement nécessaire aux jeunes filles. Tous les pauvres assistés seront vertueux : « ouvriers pauvres de plus de 60 ans, sans condamnation en correctionnelle ou aux assises », précise Bou dit Le Bon, dès 1841. On insiste en fait de plus en plus sur les critères moraux : Georges Charbonnier donne à la ville de Melle 3500 F pour un prix d’encouragement au bien, décerné à une famille d’ouvriers intéressante par sa probité, sa moralité, son travail, plus encore que par sa situation malheureuse (1899). Les pauvres seront secourus s’ils élèvent correctement leurs enfants.

  • 7 Calcul d’après le Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine : on a compté comm (...)

20Dans le premier tiers du xxe siècle, l’assistance aux pauvres connaît une double évolution. On constate le développement, par le biais d’œuvres de plus en plus spécialisées, d’une aide à finalité très précise (logement, lutte contre la tuberculose, aide par le travail, femmes en couches, œuvres hygiénistes en faveur de l’enfance). On peut y ajouter l’assistance aux vieillards, soit par des œuvres nouvelles (asiles, maison de retraites), soit par les Petites Sœurs des pauvres. Par ailleurs, l’aide aux pauvres devient plus systématiquement encore militante, moralisante (confiée pour cela aux municipalités ou à des organismes comme l’Académie, plutôt qu’aux bureaux de bienfaisance), les critères non économiques l’emportant de plus en plus. Du coup, sans disparaître complètement en raison de la viscosité des mentalités, l’aide aux pauvres « ordinaires » s’amenuise, en fait laissée aux pouvoirs publics. Pour la Seine, on peut considérer que les formes nouvelles d’aide séduisent 35 % de ceux qui donnent pour les malheureux en 1901, 37 % en 1911, 48 % en 19257. En province, l’évolution est beaucoup moins rapide, mais du même type : les œuvres en faveur des vieillards, les orphelinats, les œuvres en faveur des enfants apparaissent aux côtés des hôpitaux et des bureaux de bienfaisance.

De nouvelles solidarités

21Si le pauvre « générique » attire de moins en moins l’attention, les pauvres de certains groupes spécifiques sont aidés. Les nouvelles solidarités sont moins verticales, plus horizontales. Ces solidarités apparaissent dans le cadre des métiers. Certes, la solidarité dans ce cas est essentiellement mutualiste, compagnonnique. Pourtant, marginalement, le don y tient sa place. En 1844, Joseph Trabuchi donne 90 000 F pour fonder six lits à l’hôpital Beaujon à la disposition d’ouvriers poêliers et fumistes, et Jules Tinard, en 1902 fonde aux hospices d’Angers un lit pour les ouvriers miroitiers, doreurs, encadreurs. C’est à la fin du siècle que ces libéralités deviennent nombreuses, par le biais des mutuelles professionnelles : la Société de charrons-forgerons par exemple, des sociétés ou des mutuelles compagnonniques ou des mutuelles d’employés. À la limite du monde des employés et de celui des professions libérales, Lefranc, répétiteur au lycée d’Oran, lègue ses livres et son Grand Dictionnaire Larousse aux répétiteurs et adjoints, pour une bibliothèque « à leur usage collectif et exclusif », et ses biens (11 200 F) au lycée, pour des secours, « à condition qu’ils soient distribués par le proviseur accompagné de deux répétiteurs » (1903).

22Mais les classes moyennes supérieures sont aussi particulièrement sensibles à ces nouvelles solidarités : les médecins, les architectes, les avocats, les professeurs. Un autre groupe proche est formé par les artistes, grâce aux institutions fondées par le baron Taylor, et les littérateurs, qui donnent à la Société des Gens de lettres. Henry Buguet, en 1919, lègue 600 F de rente à la Société des auteurs compositeurs dramatiques, pour un sociétaire malade, 700 F de rente à la Société des Gens de lettres pour une veuve, ou un vieux poëte chansonnier, 10 000 F à la Société des journalistes parisiens, 10 000 F à la Société des auteurs compositeurs de musique. Louis Bigot, qui a été journaliste vingt ans, lègue tous ses biens à l’Association des journalistes parisiens afin de fonder une maison de retraite pour vieux journalistes (1906). Les écrivains, les artistes, confient à l’Académie française, à l’Académie des beaux-arts, à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, leurs dons pour aider leurs confrères malheureux.

23On voit également apparaître cette solidarité chez les militaires, en faveur de veuves, d’enfants, ou tout simplement en faveur des régiments où ils ont servi. En 1869, un fils de gendarme lègue 1 800 F de rente aux gendarmeries de Seine-Inférieure et de l’Eure, pour l’éducation d’enfants de gendarmes. En 1891, le duc de Chartres lègue 100 000 F à la cavalerie française, pour fournir des bourses ou des trousseaux à des descendants d’officiers sortant de Saint-Cyr ou de Saumur ; un général lègue, en 1909, 100 000 F au ministre de la Guerre, pour divers régiments, et 6 000 F à diverses mutuelles militaires : ce sont ses seules libéralités. L’officier Max Beulé, en 1913, lègue 50 000 F aux cinq régiments où il a servi, pour des prix à des sous-officiers, 10 000 F à la Maison du Soldat, 50 000 F à la Société de secours aux blessés militaires. Le général Huguet lègue en 1925 50 000 F pour les régiments où il a servi, et 50 000 F à la Société de secours des anciens de Polytechnique, pour un prix annuel à un sous-officier père de famille nombreuse. Les legs aux associations d’anciens élèves d’écoles d’ingénieurs reflètent le même comportement.

  • 8 André Gueslin, Gens pauvres, pauvres gens dans la France du xixe siècle, 1998, p. 69.

24Moins facile à mettre en évidence, mais plus significative, la solidarité « de classe » apparaît à la fin du xixe siècle. Jusque-là, on aidait les « pauvres honteux » (c’est une des raisons qui poussaient certains donateurs à confier la distribution de leurs aumônes aux curés, qui connaissent les misères cachées). Désormais, on aide plus explicitement ceux qui sont pauvres, mais qui ne l’ont pas toujours été, ceux qui sont tombés dans la misère en raison des circonstances, mais dont on juge qu’ils n’y ont pas leur place, ceux dont la misère est « imméritée »8. Cette préoccupation est particulièrement fréquente chez les donateurs qui choisissent l’Académie française pour distribuer leurs dons.

25Faivre, dont la fortune est importante, crée trois prix, l’un de 3 000 F pour trois anciens facteurs de piano méritants (distribué par la Ville de Paris), un autre de 1 000 F pour deux ouvriers et deux ouvrières, les plus méritants par la conduite et le travail (confié à la Société d’encouragement au Bien), le dernier, distribué par l’Académie française, de 1 000 F, à deux personnes de plus de 60 ans « dans une position difficile dans n’importe quelle classe de la société » (1899). Il faut donc soulager le malheur, hors du monde des pauvres traditionnels ; c’est aussi ce que pensent Madame Hébrard de Villeneuve, lors de sa donation en 1924, de 3 200 F de rente pour secourir des veuves malheureuses avec des enfants à charge « sans aucune condition de milieu ou de rang social », et Madame Labiche, qui crée un prix de 5 000 F (1933), pour des mères de famille veuves avec des enfants à charge, « quel que soit leur milieu social ».

  • 9 A.N. F17 14620.

26Certains désignent nettement les membres des classes moyennes. En 1863, Paul Salomon, demeurant aux États-Unis lègue 8 000 dollars aux pauvres de Nantes, « à des personnes qui ayant connu l’opulence sont par suite de malheurs immérités tombées dans l’indigence et souffrent en silence de leur mauvaise fortune ». En 1890, Elise Bouttevin lègue 60 000 F à l’établissement hospitalier créé par son frère : elle souhaite y ajouter « quelques chambres payantes pour les personnes qui désireraient s’y faire soigner ou s’y retirer pour finir leurs vieux jours sans soucis. L’expérience m’a démontré à quel point ce but est philanthropique. Les infirmes, les vieillards, sont souvent privés des soins nécessaires que leur demi-aisance ne peut leur procurer ». En 1891, Mademoiselle Huot lègue tous ses biens à l’Académie française pour un prix destiné à un « jeune homme dans une position heureuse que les revers de fortune auront obligé à travailler pour vivre et qui aura su accepter courageusement une vie de pauvreté mais d’honneur ». Mademoiselle Cavelan qui rédige son testament la même année, crée par legs trois prix de vertu, pour des femmes « dans un milieu social où règne une certaine éducation ». Munkel, rentier, fait un legs universel (82 763 F) pour des prix à « des personnes ayant fait preuve d’ordre et d’économie que des malheurs et des maladies auront mis dans une situation pénible, pour les aider à se relever » (1904). Les libéralités de ce type tombent à un rythme plus serré après la guerre, en rapport probable avec les difficultés des rentiers. En 1925, les époux Deloy-Prud’homme, propriétaires-rentiers, donnent 2 000 F de rente pour une famille nombreuse, « de préférence de petite bourgeoisie » ; en 1928, nouvelle donation (20 000 F) pour des secours à des « personnes âgées d’un niveau social élevé ». L’industriel Darracq, parmi ses libéralités très importantes, prévoit plusieurs prix de ce type : un prix de 6 000 F « à une jeune fille née dans une position heureuse que des revers de fortune auront obligée à travailler et [qui] aura préféré une vie de pauvreté honnête et honorable à la vie offerte aux femmes qui préfèrent une richesse au détriment de l’honneur », six prix de 2 000 F à des ménages frappés par des revers, 50 000 F pour des pensions viagères à des veuves d’académiciens ou des écrivains malheureux. En 1929, Armand Granjux, avocat, percepteur en retraite, lègue tous ses biens à l’Institut, pour des prix à des « étudiants sans fortune […] appartenant à des familles de professions libérales, n’appartenant ni au monde du commerce, ni à celui de l’industrie9 ». Il est évident qu’en ces années de bouleversements sociaux, la hantise du déclassement inspire ces bienfaiteurs. Le don n’est plus un pont jeté vers les classes pauvres, c’est une muraille pour défendre un monde menacé.

27Ce rétrécissement des horizons sur la profession, le groupe social, n’est cependant qu’un aspect des transformations du xxe siècle. Pour bien d’autres donateurs, les horizons s’élargissent, au-delà du village, de la ville, vers des besoins nouveaux, des institutions nouvelles, suscitées par les transformations de la société et des mentalités.

La sensibilité à l’actualité

28Certaines libéralités à des hôpitaux, à des fabriques, sont sans doute la réponse à un besoin urgent, connu par le donateur ou le testateur, que l’historien qui ne fait pas une monographie locale ne peut qu’ignorer. Parfois ces circonstances peuvent apparaître dans les dossiers, quand la libéralité est faite pour « la reconstruction de l’église », « pour éteindre la dette de la fabrique », pour l’aménagement de l’hôpital. Charles Lambert lègue tous ses biens (330 000 F) aux hospices de Saumur, et se suicide. La famille réclame : la commission administrative explique que les hospices ont un très gros projet, la reconstruction des bâtiments, au coût de 450 000 F. « Cette situation est très connue à Saumur, où elle préoccupe beaucoup l’opinion publique, et nous ne doutons pas qu’elle n’ait été la cause de la générosité de M. Ch. Lambert envers les hospices ». Cette actualité locale reste pourtant presque toujours insaisissable, sauf exceptions. Mais l’actualité nationale trouve aussi un écho chez certains de nos donateurs. Ceci peut être démontré pour deux domaines : le développement des préoccupations scientifiques, les questions hygiénistes et démographiques.

Le développement de la science

29L’intérêt pour la science (la faire progresser, la faire connaître) touche des donateurs, scientifiques, ingénieurs, mais est repérable hors du milieu scientifique. En 1879, Mademoiselle Bourgier lègue 40 000 F au ministère de l’Instruction publique pour acheter des livres de « sciences positives modernes », à distribuer dans les différentes bibliothèques populaires de France. Par son testament de 1880, Pierre Savary lègue 100 000 F à la commune de Mauzé (Deux-Sèvres) pour qu’elle organise des conférences données par des hommes de science ou de lettres.

  • 10 Pierre Gauja, Les fondations de l’Académie des Sciences, 1917.

30Parmi les fondateurs de prix de l’Académie des sciences10, si les savants sont les plus nombreux, on trouve aussi des profanes. Le plus bel exemple est sans doute le legs d’Isbecque, par testament de 1887, de 10 000 F :

  • 11 P. Gauja, op. cit., p. 376.

« J’ai toujours progeter d’avoire pour m’endataire après moi l’Académie pour laquelle j’ai voué un culte pour hommage à la science consodérée par moi préférable à la richesse si fragile elle vous anoblie Elle vous ouvre toutes les Portes donnent des satisfactions à nul autre semblables rend à l’univers des services […] Cela a été un chagrin de toute ma vie de sentire que j’aitait doué de tous dons qui sont restés à néan faute de non savoire11 ».

  • 12 A.N. F17 13014. Il fait ce legs à l’Académie française, mais le Conseil d’État invite l’Académie d (...)
  • 13 A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/57, et A.N. F19 15640/1.

31J. B. Plumy, propriétaire à Paris, en 1863 donne 25 actions de la Banque de France pour perfectionner les machines à vapeur ou la navigation à vapeur ; Binoux (testament de 1874), propriétaire à Milly, et Lecomte, rentier de Rouen (testament de 1876) lèguent tous leurs biens pour le progrès des sciences ; Hébert, rentier, lègue en 1892 30 000 F pour des travaux sur la vulgarisation de l’électricité ; Demolombe, propriétaire dans le Doubs, lègue la moitié de ses biens pour un ouvrage de géologie appliqué à l’agriculture (1908). Pierson, de Mirecourt, lègue 100 000 F pour « récompenser une découverte physique, telle par exemple que la direction des ballons » (1898)12. Charles Pannetier, inspecteur des lignes télégraphiques, de Brissac (Maine-et-Loire), lègue en 1908 100 000 F à l’Académie de médecine, pour un prix à « l’auteur d’une découverte en médecine et en chirurgie », et 60 000 F à l’Institut Pasteur13. Madame Ronsin, dont le mari était percepteur à Montmirail, lègue (1925) 300 000 F à l’Institut, pour qu’il décerne un prix « à des recherches du domaine des sciences naturelles, compris de la façon la plus large ».

  • 14 P. Gauja, op. cit., et Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine, 1911.
  • 15 A.N. F17 14644, « Relevé des dons et legs autorisés… par le ministre de l’Instruction Publique », (...)
  • 16 Notice dans Les donateurs du Louvre, 1989.

32Parmi les auteurs des plus importants legs en faveur des progrès scientifiques, on trouve des profanes. Loutreuil, originaire de l’Orne, qui a fait fortune en Russie dans l’industrie sucrière, donne en 1906 3,5 MF à l’Académie des sciences, et 1 MF à la Caisse des recherches scientifiques, pour développer les sciences de toute nature, qui, estime-t-il, sont en retard en France14. Daniel Iffla-Osiris, banquier, donne en 1899 32 000 F de rente à l’Institut, pour fonder un prix décerné à « la découverte la plus remarquable dans la science, les arts, les lettres, et généralement dans tout ce qui touche l’intérêt public ». Le premier prix est attribué en 1903 au docteur Roux, qui en fait bénéficier l’Institut Pasteur. C’est à la suite de cela qu’en 1906 Osiris fit son legs à l’Institut Pasteur, d’une valeur de 30 MF, un des plus gros legs de l’époque. Doit-on considérer comme des profanes l’industriel Zaharoff, qui donne 700 000 F en 1909 à la faculté des sciences de Paris pour créer une chaire d’aviation15, ou les membres de la famille Rothschild ? Edmond de Rothschild crée en 1921 la Fondation d’aide à la recherche scientifique, fait en 1927 une donation à l’Institut de biologie physico-chimique, et en 1928 contribue à la fondation de l’Institut Henri-Poincaré16.

Hygiénisme et natalisme

  • 17 A.N. F17 14621. Le legs est fait à l’Institut, et le prix est alternativement décerné par l’Académ (...)

33Les préoccupations hygiénistes et natalistes qui se développent à la fin du siècle trouvent un écho chez les donateurs. Charles Maujean lègue 1 000 F de rente pour un prix biennal récompensant une découverte scientifique servant à « l’amélioration de l’hygiène populaire, à la préservation de la santé ou de l’existence des ouvriers dans les professions dangereuses, à la guérison des maladies épidémiques et contagieuses » (1873)17.

34L’action est parfois plus ciblée. Les Sociétés de Charité maternelle, anciennes, recevaient parfois des legs, mais fonctionnaient plutôt grâce aux souscriptions de leurs membres, et aux subventions de l’État. Ces sociétés, ou d’autres d’initiative privée, reçoivent à partir de la fin du siècle de nombreuses libéralités. À Rouen, la Société a reçu 6 libéralités de 1834 à 1848, au moment de sa fondation, une en 1863, 7 de 1869 à 1886, 5 de 1908 à 1917. La Société protectrice de l’enfance de cette même ville, reconnue d’utilité publique en 1899, reçoit, de 1902 à 1929, 18 libéralités.

  • 18 Marescot du Tilleul, L’Assistance Publique…, t. I, p. 670. et G. Cros-Mayrevieille, Traité de l’As (...)
  • 19 A.N. F17 13007
  • 20 A.N. F17 14621.

35On se préoccupe des mères, des femmes en couches, des nourrices. En 1892, le baron de Rothschild donne 1 MF pour des secours aux accouchées sortant des hôpitaux18. M. Main lègue (1899) 20 000 F à la ville de Niort, pour des secours aux femmes d’ouvriers : 50 F pendant le dernier mois de la grossesse, 50 F pendant le mois qui suit la naissance, et aux filles-mères qui élèvent leurs enfants, 25 F par mois la 1re année, 20 F jusqu’à trois ans, et si possible jusqu’à douze ans. Charles Durand-Quelin, célibataire, lègue (1899) tous ses biens à la ville d’Angers pour distribuer un prix annuel de 400 F, « en faveur de celle des mères de famille de la commune d’Angers ayant moins de 45 ans, qui aura le plus grand nombre d’enfants légitimes ou illégitimes qu’elle aura elle-même allaités de son propre sein ». En 1906, Arthur Merice lègue au département de la Seine un domaine afin de créer un « refuge pour les mères qui ne peuvent acquitter les mois de nourrice », et qui seront employées par l’œuvre19. En 1908, Madame de Rothschild donne 1,5 MF à la Société de l’allaitement maternel. Les préoccupations de Madame Marquet (1923) recouvrent tous ces domaines : 100 000 F à l’Institut pour « la découverte scientifique la plus marquante », 100 000F à la Société pour la propagation de l’allaitement maternel, et le reste au département de la Seine pour « les familles nombreuses les plus pauvres du IXe arrondissement20 ». La « Goutte de lait » de Nantes reçoit un premier legs en 1903 et un second en 1907, celle d’Angers reçoit un legs de 3000 F en 1914. Mademoiselle Barjot de Lyon fait divers legs pieux et charitables (1922) et « ce qui restera d’argent après les payements faits [sera] affecté spécialement à l’hôpital Renée Sabran à Giens pour qu’on y envoie le plus d’enfants malades possibles ». Plus original, quoique moins généreux, Le Chevalier, président du conseil général de la Sarthe lègue 2000 F pour le médecin de la protection des enfants du premier âge qui aura le plus fait baisser la mortalité infantile dans sa circonscription (1909).

36Les libéralités aux diverses associations qui s’occupent de l’enfance vont dans ce sens : ainsi, on veut aider au départ des enfants en colonies de vacances. On lègue pour les « vacances scolaires des écoles laïques » de Nantes (1905). Prosper Tourette lègue (1917) tous ses biens à l’Académie française, afin que, entre autres actions, elle accorde des bourses à quatre enfants pour des « séjours en colonie de vacances ». Madame Bourdelais lègue en 1921 « ce qui restera » à l’œuvre « Les Petits Angevins à la campagne et à la mer ». Le docteur Triger en 1934 charge l’Institut de son legs de 100 000 F pour aider « une colonie de vacances de garçons dans une paroisse pauvre de la ville de Paris ».

  • 21 A.N. F17 14621.

37La lutte contre la tuberculose est un aspect de cette action hygiéniste : Constantin Maugenet, qui habite Caudéran, lègue (1901) 10 000 F à l’Œuvre des Enfants tuberculeux, et 5 000 F à la Société protectrice de l’enfance (ainsi que 30 000 F à l’Académie française pour récompenser de « bonnes actions, de beaux dévouements »). Hallez-Claparède lègue (1910) 100 000 F pour « l’Hôpital de Villepinte (poitrinaires) » et autant à l’Institut Pasteur et à l’Association Valentin Haüy. Madame veuve Barbieri, de Paris, lègue 10 000 F à l’œuvre des Enfants tuberculeux, pour fonder un lit (1909). L’Œuvre Grancher angevine reçoit des époux Le Chatellier deux fermes en 1921, et 100 F de rente 5 % en 1924 de Madame Bordier. Madame Marquet lègue 100 000 F à une « œuvre d’hygiène anti-tuberculeuse » (1923)21. Parmi les bénéficiaires des nombreux legs de Mademoiselle de Freycinet (1931), on trouve l’Institut Pasteur, le Comité national de défense contre la tuberculose, le Sanatorium de Bligny, l’Œuvre Grancher. Par son testament de 1926, M. Cailliard d’Aillères lègue 25 000 F à l’Association d’hygiène sociale et de prévention anti-tuberculeuse de la Sarthe, qui bénéficiera, dans les années qui suivent, de quatre autres legs.

  • 22 A.D. de Seine-Maritime, 4/OP/447, et Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine(...)

38Le legs Saint-Ouen de Pierrecourt est apparemment étonnant, mais s’intègre en fait parfaitement, par sa date et son objectif, dans cette ambiance. Cet aristocrate rouennais lègue, en 1899, tous ses biens (au moins 8 MF) à la ville de Rouen pour fonder un prix annuel de 100 000 F dotant « un couple de géants afin de régénérer l’espèce humaine ». La ville de Rouen, après négociation avec les héritiers, utilisa une partie des fonds dans un esprit qui se voulait assez conforme à l’inspiration de l’original donateur : fondation pour « le traitement d’enfants tuberculeux dans des sanatoria et des secours de loyers à des familles nombreuses », dépenses d’enlèvement des ordures ménagères et usine d’incinération22.

  • 23 Christine Clerc, Fondation Rothschild, 130 ans de solidarité, s. d., p. 104 ; M.-J. Dumont, La Fon (...)

39Les actions en faveur du logement populaire vont dans ce sens, puisque l’insalubrité du logement est dénoncée comme une des causes de la mauvaise santé des enfants, et des maladies sociales comme la tuberculose. En 1874, la baronne Salomon de Rothschild, belle-fille de James, fonde l’Œuvre des Loyers ou Secours Rothschild : 100 000 F de secours pour les loyers, distribués par les maires de Paris. En 1888, la donation Heine (600 000 F) permet à la Société philanthropique de construire des logements hygiéniques. La donation anonyme Lebaudy en 1901 a le même objectif, ainsi que la donation Broca (1903) : « Société des Logements économiques pour familles nombreuses ». En 1904, Gustave et Edmond de Rothschild dotent de 10 MF une fondation pour « améliorer les conditions de l’existence matérielle des travailleurs en France, et plus particulièrement à Paris ». Plusieurs fondations au même objectif suivent : Fondation Weil (1905), Fourcade (1905), Singer-Polignac (1909)23. Puis la province est touchée : en 1913, Claire Langlois lègue à la ville du Mans 50 000 F pour construire des habitations bon marché.

  • 24 A.N. F17 13015. Il donne aussi 200 000 F à la ville de Paris pour fonder deux écoles laïques, et à (...)

40L’encouragement à la natalité est la suite logique de ces préoccupations. Pendant très longtemps, on ne trouve pas trace d’une aide spécifique aux familles nombreuses, en particulier pauvres. Le souci d’aider les « mères multipares », sans aucune autre préoccupation, apparaît en 1880 chez Emile Thomas, qui veut récompenser les mères ayant le plus d’enfants, les plus jeunes et les plus pauvres24. En 1895, dans le Gard, un legs est fait pour « la mère qui a le plus d’enfants ». En 1898, les époux Guéroul, sans enfant, « s’inquiétant beaucoup de la diminution des naissances dans notre pays », donnent 50 000 F à la mutuelle l’Émulation chrétienne de Rouen, pour qu’elle verse des secours aux femmes qui accouchent. En 1899, Jean Duparchy, entrepreneur, lègue sa fortune (plus d’1 MF) pour des prix aux familles nombreuses du Jura, de Seine-et-Oise, du VIIIe arrondissement. En 1911, Madame Tricard lègue 20 000 F de rente à l’Institut pour secourir des ménages nécessiteux habitant Paris ayant au moins quatre enfants (elle suggère des secours pour loyers).

  • 25 Aussi la situons-nous plutôt parmi les legs militants (voir infra).
  • 26 Il s’agit très certainement ici de se distinguer de la Fondation Lamy, en faveur de familles paysa (...)
  • 27 La Médaille de la Famille française, créée le 26 mars 1920, prend pour base 5 enfants légitimes. ( (...)

41La guerre accentue les inquiétudes, et suscite un flot croissant de prix en faveur de familles nombreuses. Auguste Gérard, ambassadeur, lègue (1916) 25 000 F à l’Académie française pour « doter des familles françaises ayant un grand nombre d’enfants ». La même année, un négociant charentais lègue 500 000 F pour créer cinq prix « à des familles de cultivateurs français, pauvres et honorables, ayant 5 enfants », avec possibilité de renouveler le prix si 3 nouveaux enfants naissent. La Fondation Lamy, de 1916, a le même objet, mais y ajoute des crières confessionnels stricts25. Cependant, c’est la « Donation Cognacq-Jay en faveur des familles nombreuses », qui par son ampleur, a le plus d’échos. Le couple donateur explique ainsi sa démarche : « Désireux d’encourager dans leur généreuse mission ceux qui assument la lourde charge de créer de grandes familles françaises… ». La première donation, du 13 octobre 1919 (44 582 458 F en actions et obligations) prévoit une dot de 25 000 F par département pour une famille ayant au moins neuf enfants vivants ou morts pour la France, nés de père et mère français. « Les questions politiques ou cultuelles ne devront exercer aucune influence sur l’attribution des dotations26. » La donation du 11 mars 1922 (1 644 642 F) corrige quelque peu la première. Les parents ne devront pas avoir plus de 42 ans, et les donateurs ajoutent 100 dotations de 10 000 F pour des familles ayant cinq enfants avant 30 ans27. Des critères moraux apparaissent : les familles devront être de « bonne réputation et en bonne santé » ; « L’Académie se prononcera sur l’opportunité de doter ou non une famille dont l’absence de dignité ferait craindre une mauvaise utilisation ». La troisième donation (15 536 100 F) porte de 100 à 203 les dotations de 1922, dont trois pour l’Algérie.

  • 28 Ils sont aussi critiqués, par certains courants féministes, et par Jules Moch, dans L’OEuvre, 11 a (...)

42Les Cognacq-Jay ont des imitateurs28. L’imitation est parfois explicite : Claude Protat, en 1923, lègue tous ses biens à l’Académie française, « même maison qui distribut les legs, Cogac-Jeys qui en aura la gérance, et ferat un leg qui portera le nom leg Protat Claude de Bonneuil (Seine) [sic] », pour « une famille très méritante d’ouvrier du département de la Seine ayant eu au moins huit enfants ». Même référence dans le testament de Jules Lecomte de Valognes (1929) : famille ayant élevé au moins dix enfants, « choisie de la manière employée par le legs Cognacq ».

43Si l’imitation n’est pas explicite, elle est probable (mêmes expressions), chez le notaire Louis Batault qui en 1922 lègue à l’Académie 100 000 F pour des prix à des « familles nombreuses de Côte-d’Or et Saône-et-Loire, sans distinction politique et religieuse ». Probable aussi chez Madame Spiers qui donne (1921) 103 000 F de rentes, pour dix prix annuels de 10 000 F, à des « familles nécessiteuses et méritantes d’au moins six enfants (l’aîné n’aura pas plus de 15 ans) », parmi les « cultivateurs, ouvriers, agents, facteurs, gardes-champêtres, gardes-forestiers, gardes-chasses, gendarmes », sans distinction politique et cultuelle. D’autres donations suivent, ainsi que des legs nombreux, avec d’ailleurs bien souvent réapparition de critères moraux. Ces libéralités sont faites essentiellement à l’Académie française, mais aussi à l’Institut ou à l’Académie des sciences morales. Auguste Schlumberger, né en 1843, dans son testament de 1928 (il ne meurt qu’en 1938), explique qu’il veut « favoriser la repopulation de notre chère et malheureuses patrie ; après l’effroyable saignée de la dernière guerre elle en a plus besoin que jamais ». Aussi lègue-t-il sa fortune (17 MF) à l’Académie des sciences morales et politiques, pour des prix de 1 000 F au moins « à des chefs de familles ouvrières et paysannes françaises, ayant plus de trois enfants à charge », sans préoccupation de croyance ou d’opinion « mon but étant d’aider à la saine repopulation de la France en facilitant l’éducation des enfants pauvres ».

44Ces préoccupations se retrouvent dans des libéralités faites à des communes de province : Madame Girbal, née Baral, lègue 25 000 F à sa commune natale pour des prix de 500 F à des familles nécessiteuses du Cantal ayant plus de cinq enfants. À Rouen, c’est à l’Académie locale que Madame Braquehais lègue (1919) tous ses biens, importants, pour un prix annuel destiné à « des familles nombreuses et nécessiteuses, dignes d’intérêt et de moralité irréprochable de l’arrondissement de Rouen ».

  • 29 A.N. F17 14620 ; il fait aussi des legs particuliers à des oeuvres protestantes, à la commune et a (...)

45Bien souvent, on l’a remarqué, les testateurs répartissent leurs legs entre diverses institutions dont les spécialisations couvrent le champ de leur préoccupation général. Les legs du docteur Carrière, d’Alès, illustrent cet état d’esprit optimiste et confiant en la science : 20 000 F à l’Institut Pasteur « au mieux de ses besoins et à ses travaux scientifiques et humanitaires », 10 000 F à l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française, pour « combattre la dépopulation et encourager les familles nombreuses et les plus méritantes dans notre pays », 20 000 F à l’Académie des sciences, pour « l’avancement de la science en général », le reste (2 MF) à l’Institut au profit « des sciences, lettres et arts pour le revenu en être affecté aux découvertes et inventions les plus utiles au progrès matériel et moral de l’humanité, de la civilisation, de la paix universelle29 ».

46Il est sans doute d’autres thèmes qui pourraient démontrer la sensibilité des donateurs aux événements qu’ils vivent ou à l’atmosphère de l’époque : ainsi les secours aux familles des marins disparus en mer, les secours aux veuves de policiers, gendarmes, et les multiples libéralités en faveur des victimes directes ou indirectes de la Grande Guerre. Ces exemples suffisent à montrer que les donateurs – et plus fréquemment les donateurs parisiens ou ceux qui choisissent l’Institut et ses composantes, que les ruraux provinciaux – donnent parce qu’ils sont sollicités par l’actualité.

Prolonger son action

47Il n’est pas facile, à partir des dossiers d’autorisation, d’atteindre les comportements antérieurs du donateur. On peut cependant montrer que certains d’entre eux ne font que poursuivre, par leur donation ou par leur legs, une action déjà commencée, réaliser d’une façon nouvelle des gestes déjà pratiqués.

La charité continuée

48Les commissions administratives qui reçoivent les dons le disent parfois : le donateur était connu pour sa générosité. Pierre Texier, curé de Doué-la-Fontaine, fait deux legs charitables importants (1825) : « Il est de notoriété publique qu’il avait depuis longtemps manifesté l’intention de laisser à sa mort un gage éclatant de sa sollicitude pour les pauvres, qu’il n’a cessé de soulager toute sa vie, que ses actes de bienfaisance et sa conduite toute patriarcale lui ont mérité l’estime générale de la contrée. » « Étant très charitable, elle secourait chaque année un grand nombre de pauvres », dit le maire d’Aubigné (1888) à propos de Madame Guillet, qui vient de léguer 300 F de rentes, pour « donner du pain aux pauvres ». Madame Cotte de Jumilly, qui a fondé un hôpital dans sa maison, est ainsi évoquée par le conseil municipal de la commune angevine où elle vivait : « Ayant toujours considéré les pauvres comme des membres de sa famille, elle tenait à ce qu’ils puissent, un jour, habiter la demeure dont les portes leur furent constamment ouvertes, et où ils n’ont cessé de recevoir le plus fraternel accueil » (1914). Lorsque la veuve du docteur Monprofit, ancien maire d’Angers, donne 50 000 F aux hospices, la commission administrative parle « du grand bienfaiteur des pauvres que fut le professeur Monprofit ».

  • 30 S. Lippens, La Bienfaisance en Vendée au XIXe siècle, 1994, p. 69.
  • 31 A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/231.

49Le donateur exprime aussi son intention de continuer ses charités : « Je donne aux pauvres une somme de 10 000 F, dont 6 000 à ceux de Chaillot pour continuer le pain et la viande que je donne par semaine, dont Adolphe continuera la distribution, en changeant les pauvres qui n’auraient plus besoin de secours » (1855). « Aux Petites Sœurs des pauvres, continuation des dons que je me plaisais à leur faire » ; « consacrant ainsi que je l’ai fait jusqu’ici ma fortune aux œuvres charitables, je veux au moins à mon décès contribuer au soulagement des pauvres malades et infirmes… ». Donation et testament peuvent s’enchaîner : ainsi Salomon Lefevre, médecin et maire de Noirmoutier fonde par donation un hospice (1843), et consolide cette fondation par un legs (1847)30. Madame Courtigné a rédigé en 1857 son testament, où elle donne « [s]on hospice de Sourdigné », mais une donation de 1863 réalise ce don et elle ne meurt qu’en 186731.

  • 32 M.-P. Bresson, L’expression du sentiment d’appartenance à une communauté…, 1993
  • 33 C.-I. Brelot, « Noblesse et évergétisme urbain en France, 1840-1914 », Le social dans la ville en (...)
  • 34 Yannick Marec, Pauvres et philanthropes à Rouen au xixe siècle, 1981, p. 41.

50Une étude monographique permet parfois de constater que le don formalisé, ou le legs, n’a pour but que de poursuivre une action charitable commencée. Madame de Clocheville a aménagé un hôpital pour enfants, à la mémoire de son fils, avant de le donner à la ville de Tours32. Charles Guyot de Vercia préside les commissions administratives des hospices et du bureau de bienfaisance d’Ornans, participe à la Société Saint-Vincent de Paul, installe des religieuses dans sa maison, et lègue une tuilerie aux hospices33. Keittinger, de Rouen, avant de faire un legs aux pauvres, a aidé les Petites Sœurs des pauvres, la Maison des sourds-muets34.

51Administrateurs des hospices et des bureaux de bienfaisance deviennent souvent donateurs charitables. En 1870, le fils du docteur Bigot, à l’occasion de la mort de son père, et pour obéir à sa volonté, donne 5 000 F aux hospices d’Angers (et le portrait de son père à placer dans la salle des séances de la commission) : la commission remercie en évoquant celui qui a « pendant plus de 23 ans consacré son intelligence et une grande partie de son temps à l’administration du patrimoine des pauvres dont le bien-être le préoccupait sans cesse ». Médecins, religieuses, infirmières sont également donateurs.

Consolider une action commencée

52Si les libéralités accomplissent une action charitable souvent ancienne, elles peuvent être aussi la continuation d’entreprises d’une autre envergure. Beaucoup de testateurs reprendraient sans doute la formule de Madame Carquet (1863) : « Voulant prolonger après ma mort les bonnes œuvres que j’ai faites pendant ma vie… » Grandille, qui lègue son château pour en faire un hospice cantonal de vieillards, avait déjà contribué à la restauration du cimetière de Rogny, à l’établissement d’un lavoir à Saint-Privé, à l’achat d’une pompe à eau à Lavau. Il arrive d’ailleurs que le testament soit rendu inutile par des donations antérieures au décès : Charles Bidet, dans son testament de 1877, avait fait un legs de 15 000 F pour la construction de l’église de Chemillé, et un legs de 2 500 F pour une chaire dans cette église ; quand il meurt, on signale que ces legs ont été acquittés de son vivant.

53Dans le cas des libéralités scolaires, du moins celles d’avant l’école obligatoire, le don assure souvent le fonctionnement d’un établissement fondé par le donateur quelques années plus tôt. Lorsque Monsieur Taillefer lègue 4000 F à la ville de Melle pour l’entretien de la salle d’asile, le préfet, dans son avis, souligne : « Par ce legs M. Taillefer a voulu assurer l’existence de la salle d’asile qu’il avait créée par son administration » (1856). Sous le Second Empire ou pendant la République conservatrice, les libéralités (legs, donations) sont fréquemment un moyen de consolider l’école déjà créée par la même personne (l’école fonctionnant, il est délicat pour l’administration de refuser ce don). En 1866, l’abbé Chauvet donne à la Congré­gation du Saint-Sauveur une maison à charge de tenir une école à Mont­boucher (Creuse), mais l’école existe déjà. Même situation lors de la donation de l’abbé Florand, à la même congrégation, en 1866, pour Néoux. En 1874, l’abbé Lainé, curé d’Evaux, donne une maison aux Petits Frères de Marie, pour une école, qui fonctionne comme école publique. L’abbé d’Andigné, dont l’aide financière a été essentielle dans la fondation du patronage Notre-Dame des Champs, à Angers, par son testament de 1832 lègue à cette œuvre 10 000 F, et 5 000 F « pour une œuvre semblable à Saumur ».

  • 35 Deshayes, curé d’Auray, écrit en 1823 : « Je viens de trouver une personne qui me donnera 8000 F p (...)
  • 36 Sur 193 dossiers antérieurs à 1880, dans 4 départements (Aube, Creuse, Maine-et-Loire, Morbihan, A (...)

54Il est d’ailleurs des dons d’un type un peu particulier, des dons de prête-noms. Le donateur n’est que l’intermédiaire qui a reçu des souscriptions ou des dons de particuliers. C’est fréquemment le cas des curés (même si nous ne pouvons pas le montrer à chaque fois35). Ceci d’ailleurs conduit à réduire quelque peu la place apparemment forte du clergé parmi les donateurs. L’abbé Brouard donne une maison servant d’école à Jallais et des terres aux Sœurs de Sainte-Marie, mais ces biens proviennent de divers dons (1843-1854). Même situation quand le curé Brossard donne à la mense curiale de Mazé des immeubles pour une école de garçons (1874) : c’est le résultat d’offrandes. Si l’on examine les libéralités à des écoles déjà existantes, les prêtres représentent 55 % des donateurs36 : pour une part, il s’agit de biens qui leur appartiennent, achevant l’œuvre entreprise, mais c’est aussi le transfert à la commune, à une congrégation, du produit de collectes ou de dons de paroissiens.

La suite de la vie professionnelle

55Par le don, le donateur continue d’agir, comme il le faisait durant sa vie. Dons des maires, des médecins, des prêtres, déjà évoqués, peuvent illustrer ce comportement. Mais celui-ci n’est pas réservé aux notables, dont l’action est attendue. Il concerne aussi les modestes, et plus encore les artistes, les savants… Il s’agit parfois de petits gestes, révélant un souci pratique, une expérience concrète. Ainsi Pierre Burlot, ancien maçon, lègue 3 000 F à l’hospice de Moutiers Saint-Jean, « dont 500 F devront être employés au dallage de la cour en pierre de Thisy » (1881). Dans un tout autre domaine, Ernest Dainville, directeur de l’école des beaux-arts d’Angers, donne (1896) une rente de 100 F pour « faciliter aux élèves des deux sexes le moyen de se rendre aux lieux des examens ». L’éditeur Tisserant veut créer un prix de 1 500 F (1937) pour « un romancier français de 40 à 50 ans, écrivain ayant déjà donné des preuves de talent et ayant devant lui un long avenir, pour lui permettre le tranquille achèvement d’une œuvre » ; la société des fondeurs Susse, ayant « reconnu l’importance d’encourager les jeunes artistes » dans leurs débuts donne 100 000F à l’Académie des beaux-arts, pour un prix à un jeune sculpteur de 27 à 33 ans, non élève de l’école de Rome (1929).

  • 37 Les Donateurs du Louvre.

56La libéralité veut aussi prolonger toute une vie de travail. Les professions intellectuelles sont particulièrement concernées, comme si le travail intellectuel ne pouvait jamais trouver son terme. James Lloyd, botaniste, lègue à la ville d’Angers tous ses biens et ses collections qui seront conservées dans une salle spéciale. Sa fortune doit assurer le traitement du conservateur, l’enrichissement des collections, et la continuation de la Flore de l’Ouest de la France. Il ne s’agit pas seulement du souci de survivre par ses collections, comme le montrent les conditions qu’il pose pour le choix du conservateur : « en dehors de toute considération de grade universitaire, […] un botaniste humble, ami de la nature, voué au progrès de la science que j’ai aimée et cultivée ». Les conservateurs de musées font bénéficier leur établissement de leurs propres collections : ce qui est connu pour le Louvre37 vaut aussi pour les musées de province. Alfred Bertran, conservateur du musée de Moulins, lègue au département ses collections (« ne voulant pas qu’après ma mort mes collections soient dispersées au vent des enchères et voulant d’une façon absolue qu’elles profitent à ma ville natale », écrit-il dans son testament de 1910). Souci assez voisin pour Elie Brutails, archiviste départemental de la Gironde qui lègue 84 000 F à l’Institut pour des « travaux d’entretien, à l’exclusion de toute réfection, dans les églises antérieures à 1900 sur le territoire de la Gironde et des Landes ».

  • 38 P. Gauja, Les Fondations de l’Académie des Sciences, 1917, passim. L’Insitut de France, 1907, t. I (...)

57Les ingénieurs, les scientifiques souhaitent qu’on poursuive leurs recherches. Les bienfaiteurs de l’Académie des sciences sont des profanes soucieux de progrès, mais aussi des scientifiques ou des ingénieurs : Lalande le premier, en l’an X, Becquerel, au début du xxe siècle, et bien d’autres38. Dupuytren a fondé une chaire à la faculté de médecine de Paris et, en 1907, Jaumes lègue 600 000 F à l’université de Montpellier sous condition du rétablissement de la chaire de pathologie et thérapeutique générale. Henry Deutsh de la Meurthe fait (1910) une donation de 2 MF à l’université de Paris pour aider au perfectionnement des appareils de locomotion aérienne. Mais ces préoccupations sont partagées par des ingénieurs moins connus. Jacques Danton, ingénieur des mines, qui pensait que les mines de fer d’Anjou pourraient remplacer celles de Lorraine, répartit ses legs entre l’Académie des sciences, pour l’étude des phénomènes radiants, l’École des mines de Saint-Etienne, l’Association française pour l’avancement des sciences, la Société de l’industrie minérale, la Société des amis des sciences, la Société géographique de France, la Société d’encouragement à l’industrie nationale.

  • 39 A.N. F17 14675 : Jules Flammermont, professeur d’histoire à la faculté des lettres de Lille, lègue (...)
  • 40 Louis Aucoq, L’Institut de France, 1889.
  • 41 Sur 402 dossiers de libéralités à l’Institut, Académie française, Académie des beaux-arts, Académi (...)

58Les enseignants veulent aider leurs étudiants39, mais surtout les pousser à suivre leurs traces, tout comme les intellectuels en général souhaitent voir prolonger leurs recherches. Volney lègue 24 000 F à l’Académie des inscriptions et belles-lettres pour « provoquer l’étude philosophique des langues, et encourager tout travail qui tendra à donner suite et exécution à la méthode imaginée par le testateur pour transcrire les langues asiatiques en lettres européennes ». Bigot de Morogues fonde un prix sur l’état du paupérisme et les moyens d’y remédier (1834), Thiers un prix d’histoire, etc.40. Desportes, membre de l’Académie de médecine, donne 700 F de rente pour un concours annuel de travaux pratiques de botanique micrographique appliquée à la médecine (1874). Gustave Le Bon veut léguer tous ses biens à l’Institut, pour un prix décerné au savant « qui aura développé expérimentalement un des points traités dans L’évolution de la Matière ou L’évolution des Forces » (1927). Trente-cinq pour cent des donateurs à l’Institut, à l’Académie, et à divers corps savants créent un prix, une bourse, qui récompensera un travail lié à leurs travaux ou à ceux de leur époux, père, etc.41.

  • 42 Jules Montariol, membre du Caveau, lègue 10 000 F à l’Académie française, pour qu’elle couronne to (...)

59Les artistes souhaitent prolonger leur style : Jeanne Burdy, artiste peintre, veut récompenser par un prix annuel un tableau, figure ou portrait (mais ni fleurs, ni nature morte, ni paysage) : « Il faudra que l’œuvre soit empreinte d’une grande originalité, ne sente en aucune façon la photographie, être très bien dessinée et conserver la belle tradition de l’art français ». Les chansonniers veulent que l’on couronne des chansonniers42. Les écrivains veulent encourager le genre littéraire qu’ils ont pratiqué. Le dramaturge Paul Hervieu fonde un prix à « une pièce de haute littérature jouée hors des théâtres réguliers, comme l’Œuvre, les Escholiers, les Théâtres de verdure » (1909). Edmond de Goncourt n’était donc en rien original en souhaitant récompenser « un ouvrage d’imagination exclusivement en prose » (1892). En revanche, il est original en ne confiant pas la distribution du prix à l’Académie française, mais à une sorte de contre-académie : « une société littéraire, qui devra être composée de dix hommes de lettres, ni grands seigneurs, ni hommes politiques ».

  • 43 Rapport annuel sur la Caisse des recherches scientifiques, J.O., 24 juin 1911.

60Si les donateurs sont souvent d’une précision exigeante quant à l’objectif de leur don, ce n’est pas toujours le cas. Certains se contentent de demander le meilleur usage pour le progrès de la science, des arts : ainsi Salomon Reinach, Sully-Prudhomme. Le Prince Pierre Bonaparte donne 100 000F à l’Académie des sciences, en 1908, puis en 1911, non à capitaliser pour un prix, mais à distribuer rapidement sous forme de subventions pour poursuivre des travaux, car, selon lui, ce ne sont pas les prix qui font avancer la science43. Il est à noter qu’il aurait pu faire ce don à la Caisse des recherches scientifiques, fondée pour cela en 1901, sur l’initiative d’Auddifred, député de la Loire, qui pensait que « bien des personnes généreuses voudraient attribuer à la Caisse des libéralités qui trouveraient un emploi plus profitable que si elles étaient distribuées en prix ». Pour tous, le don a une finalité précise, il permet de continuer d’agir, après une vie déjà active.

Agir par ses libéralités

61De beaucoup de donateurs, nous ne savons à peu près rien. Ont-ils été généreux durant leur vie ? Avaient-ils une activité professionnelle, politique ? D’eux, nous ne connaîtrons jamais que leurs libéralités. Mais ces libéralités révèlent un trait qui leur est commun : l’ordre des choses ne les satisfait pas, ils veulent l’infléchir, le modifier, grâce à leur fortune, en utilisant les ressources du droit et du respect attendu de leurs dernières volontés. Cette transformation peut prendre la forme de simples aménagements : nous parlerons de dons correcteurs. Elle peut être plus profonde : le don sera novateur. Elle peut enfin se concevoir comme s’insérant dans un combat : c’est le don militant.

Le don correcteur

  • 44 20 août 1909, Georges Thiébaut. Cet article est provoqué par un autre legs à l’Académie française (...)

62Donner « aux pauvres », « à l’hôpital », sans préciser plus, est-ce sobriété dans l’expression ? confiance dans les commissions administratives ? voire formalisme ? (comme le laisse entendre un journaliste de La Libre Parole évoquant le don « d’un Chauchard, qui par snobisme de millionnaire, formalité bureaucratique ou clause de style, jette 100 000 F « aux pauvres de Paris », sans même les avoir regardés, sans savoir qu’ils sont 170 000 inscrits, que cela leur fait chacun 58 c, sans compter les frais de déplacement »)44.

63Il est des donateurs qui vont plus loin. Leurs motivations sont multiples. Certains tiennent à ce que leurs dons soient distribués non en argent, mais en nature, exprimant là une opinion banale et éternelle sur les risques d’un mauvais usage de l’argent liquide par les pauvres : « plutôt en pain, vêtements ou meubles qu’en argent » (1837). Bou dit le Bon allait même plus loin dans sa méfiance : les pauvres « pensionnés » (à 250 ou 300 F par an) porteront une plaque en fer blanc Pensionnaire de la commune (1841). « Ces secours ne doivent jamais être un encouragement à la paresse ou à l’inconduite. Si donc la commission administrative jugeait devoir en attribuer à des personnes vraiment nécessiteuses, mais ne donnant pas des garanties de conduite, elle les remettrait dans ce cas en nature et non en espèce » précise encore une donatrice de 1925.

  • 45 N. Ploquin, La bienfaisance dans le Loiret au xixe siècle à travers les dons et legs, 1994, p. 89.

64Pourtant, plus que la méfiance, c’est un souci d’action concrète qui ressort des conditions posées par les donateurs. On peut n’être pas loin de l’Ancien Régime, comme René Montrieux et son épouse, qui tous deux prévoient, à leur service de huitaine, « dix pauvres habillés de neuf, y compris la chemise » (1810), ou comme Maussion, d’Orléans, en 1814, qui veut que pendant dix ans douze pauvres soient reçus à l’Hôtel-Dieu pour dîner, recevant 1 livre de pain, 1,5 livre de viande, et 1,5 litre de vin45. Louis Bachelot et sa femme, par leurs deux testaments (1812 et 1814), lèguent 2500 F : ils veulent que les secours soient également répartis entre hommes et femmes, « en pain, vin, viande, vêtement ou argent ». Cette distribution de vin aux pauvres n’est pas rare : on lègue parfois sa cave, ses liqueurs, car on y voit un véritable réconfort. Nombreux sont ceux qui précisent la date de la distribution, les uns, on l’a vu, à l’anniversaire de leur décès, les autres, aussi nombreux, à certains moments déterminés de l’année : « dans la saison la plus pénible pour les pauvres » (1812), « tous les dimanches de Noël à Pâques, après la grand’messe » (1824), « de préférence l’hiver » (1845). On peut même envisager une action de plus grande ampleur : Madame de Chemellier, née Desmazière, lègue 25 000 F au bureau de bienfaisance de Savennières pour établir un fourneau économique pendant les cinq mois d’hiver (1885). Certains pauvres peuvent faire l’objet d’attentions plus précises : Charles Dupuis veut que l’on distribue 150 kg de pain et 50 kg de viande pendant dix ans, le pain en janvier, la viande pour les femmes en couches et malades. D’autres prévoient des fournitures de bois, ou le paiement de loyers. D’autres encore se soucient de l’habillement des pauvres : « habiller les enfants pauvres des écoles » (1827), distribuer gilet, casquette et pantalon à quatre petits garçons, et robe, tablier, mouchoir et coiffe, à huit petites filles (1863). On trouve toujours un testateur qui résume en ses volontés tous les cas possibles : c’est l’angevin Antoine Lesourd-Delisle, qui par son testament de 1855 et six codicilles, distribue pain, cervelas, tabac à priser et à fumer, vin, à divers groupes de pauvres, libéralités que le bureau de bienfaisance juge « difficile[s] à exécuter à la lettre ».

  • 46 Donation Couscher, A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/404.

65Plus rares : don de 1 000 F pour acheter un cabriolet, un cheval, deux harnais, et une vache pour faciliter le transport des malades (1822)46, legs d’une chaise à porteurs au bureau de bienfaisance de Béziers (1829), d’une calèche neuve aux pauvres de Rouen (1835), ou d’une « chaise à porteur pour servir aux besoins des infirmes et malades de la paroisse » (1863) ; de 1000 F pour acheter des draps à louer aux pauvres (1878).

  • 47 A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/75.

66Certains donateurs organisent un système d’assistance qui implicitement critique le système existant. Ainsi Madame Janvier de la Motte tient à ce que les vieillards soient assistés dans leur famille, et non à l’hospice. Elle donne 1 000 F de rente au bureau de bienfaisance d’Angers, cinq vieillards recevront chaque semaine, à domicile, 2 kg de pain, 1 kg de viande, une bourrée (1872). Pitre-Merlaud, ancien magistrat, lègue tous ses biens au bureau de bienfaisance : 1/3 des revenus iront à l’instruction, les 2/3 aux pauvres, mais distribués par sommes de 70-80 F à un petit nombre de familles plutôt que par aumône au jour le jour selon le mode du bureau. « La possession d’un petit pécule est propre à leur donner quelques habitudes d’ordre et d’économie en même temps qu’il peut s’appliquer à des besoins moins pressants que les autres et moins secourus, tels que vêtements, loyers salubres » (1879)47. André Joubert, en léguant 300 000 F à trois bureaux de bienfaisance de trois communes limitrophes (1880) « pour établir un docteur médecin à Blaison qui soignerait gratuitement les pauvres », devance la loi sur l’assistance médicale gratuite.

67Quant aux enfants des pauvres, on se préoccupe de les mettre en apprentissage, et puisque très généralement les parents doivent payer le maître d’apprentissage, on prévoit des rentes pour placer « trois jeunes filles pauvres, orphelines, ou filles de veuves, chez les métayers les plus considérés de la commune » (1857), « faire apprendre des états à quelques enfants pauvres et intelligents… Comme cette somme est plus qu’il ne faut, surtout pour les filles », ce qui restera leur sera versé à 21 ans (1855).

  • 48 Un exemple original par son importance : M. Paris de la Bergère lègue 180 000 F à l’hôpital d’Orlé (...)

68Les dons aux hôpitaux sont généralement moins précis : sans doute les donateurs ont-ils conscience que les règlements hospitaliers sont difficilement modifiables. L’adjuration de Madame Courtigné n’est possible que parce qu’elle est fondatrice de l’hôpital : « Je dis formellement aux sœurs de l’hospice de Gonnord, et aux sœurs de mon hospice de Sourdigné, que ce lieu n’est et ne doit jamais être pour elles un lieu de parties de plaisir. Il appartient exclusivement aux pauvres, qui ont le plus grand besoin que le temps ne soit pas perdu » (1857). Certains souhaitent améliorer les conditions de vie des pensionnaires : Gondrand lègue tous ses biens (1300 F) à l’hospice de Foix pour installer des rideaux de lits (1858). Sanvoisin lègue tous ses biens à l’hospice Courtais de Montluçon, et recommande de conserver ses vignes, pour améliorer l’ordinaire des pensionnaires. Madame Tailbois lègue 15 000 F aux hospices de Saumur pour fonder un lit, et y ajoute 2000 F « pour procurer les jours de fêtes quelques douceurs et plaisirs aux orphelins de l’hospice ». On lègue pour des « gâteries aux vieillards » (1924, Sablé), « du café aux hospitalisés » (1934). Victor Frontanié lègue (1886) 1 000 F à l’hospice d’Espalion pour un appareil d’hydrothérapie. D’autres tentent d’éliminer les inconvénients de la législation hospitalière, qui limite l’accueil dans les hôpitaux aux malades de la ville, d’où les multiples créations de lits au profit des malades d’une commune rurale48. Restait le problème des voyageurs de passage. Couscher, donne en 1831, 200 F de rente pour fonder à l’hôpital de Saumur un lit pour un ouvrier ambulant, un voyageur malade et indigent, et en 1875, Madame Lacube lègue 2 000 F aux hospices de Foix pour « l’entretien des malades de passage ». En 1890, Désiré Barthélémy lègue 12 000 F aux hospices d’Angers, pour « entretien d’un lit destiné aux malades étrangers à la ville d’Angers ayant besoin d’une opération chirurgicale ».

  • 49 Ainsi la maison de retraite fondée par les Chardon-Lagache reçoit-elle des vieillards qui peuvent (...)
  • 50 E. Knoepflin, Les bienfaiteurs des pauvres au xixe siècle…, 1862, p. 148.
  • 51 Ibid., p. 18.

69C’est évidemment les créateurs d’hôpitaux qui pouvaient le plus facilement imposer leurs volontés, quant aux conditions d’admission49, au règlement. Le testament de Boulard, mort en 1825, organise minutieusement l’hospice qu’il fonde à Saint-Mandé, et y fait régner la discipline : uniforme, entrée interdite aux parents des hospitalisés, sauf au parloir50. En 1910, Chatelain lègue tous ses biens à l’hospice de Meulan, pour faire construire selon ses plans un pavillon (portant son nom) pour les vieillards (il y prévoit des jeux et un billard). Il précise les règles d’admission ; le jour anniversaire de la naissance du fondateur, l’ordinaire sera amélioré. Montyon avait organisé, par son testament ouvert en 1821, la transition entre l’hôpital et la ville, par des secours aux convalescents51.

70C’est la prise de conscience des imperfections des institutions charitables existantes qui pousse certains donateurs à agir. La même attitude explique les libéralités faites en vue d’aménager un lieu que l’on fréquente régulièrement.

  • 52 On trouve aussi des libéralités pour l’embellissement des temples. Ainsi ce legs (1896) au conseil (...)
  • 53 Les frères Dutuit donnent à la ville de Rouen la sacristie reconstruite de Saint-Maclou, avec obli (...)
  • 54 A.N. F19 15037. Le même donne à la commune une horloge sonnant les heures et demies, portant sur s (...)

71Les églises52 sont les premières bénéficiaires de ces attentions, soit que les dons s’intègrent dans des projets d’aménagement ou d’embellissement décidés par le curé ou la fabrique, soit que certains donateurs, sensibles à l’aspect de l’édifice, prévoient plus précisément les améliorations à réaliser. Maurette lègue (1845) 1 000 F pour le « carrelement du chœur » de l’église de Foix. Renée Boumard, cultivatrice, lègue 1 000 F pour « l’embellissement du grand autel de l’église » d’Andrezé (1872). Carton, de Ferrières, dans l’Allier, donne 2 500 F à la fabrique (1885), en précisant l’emploi : « achat d’un ornement noir complet, une jolie niche pour le maître-autel, un lustre convenable pour remplacer l’ancien qui devra être remis à neuf et replacé plus bas dans la nef, s’il reste de l’argent, une ou plusieurs statues dans le style de celle de Saint-Joseph ». Les frères Dutuit font reconstruire une sacristie dans le style de l’église (Rouen)53. Le don original de Dulac (1896) s’insère dans ce mouvement : il charge l’Institut (qu’il dote d’un capital de 500 000 F) de « construire, restaurer et orner des églises sur le territoire français », en choisissant les villages les plus pauvres, mais en demandant les œuvres d’art à des artistes de talent, et en priant les membres de l’Institut de ne « se laisser influencer en aucune façon par qui que ce soit, et surtout par aucun membre du clergé ». D’autres sont plus sensibles à la modernisation de l’édifice. On donne 40 F de rente pour la « couverture du clocher en matière métallique », remplaçant des bardeaux (1857, Haute-Marne). Le sieur Bezançon, en 1897, donne 1050 F de rente à la fabrique de Savigny (Haute-Marne) pour installer un calorifère et assurer son entretien54.

  • 55 A.D. des Deux-Sèvres, 4/O/2, registre : en 1900, Charles Clisson donne 20 000 F pour la constructi (...)
  • 56 Le legs du chanoine Audra, mort en 1823, complété par une souscription, permet de creuser un puits (...)
  • 57 Dumaine à Luçon : « Toute ma propriété […] deviendra un jardin public gratuitement ouvert à la pro (...)

72La même préoccupation d’aménagement et d’amélioration de l’espace quotidien explique de nombreux legs aux communes, afin de pallier certaines faiblesses de l’équipement communal : dons de maisons pour installer la mairie, l’école ou la poste ; libéralités pour l’entretien des chemins ou, plus rarement, pour la construction de ponts55. On dote sa commune d’une horloge (ceci assez tôt), d’adductions d’eau56 et de fontaines, de lavoirs, d’un parc57. On donne aussi pour embellir la ville ou le village. Madame Vernier lègue 250 000 F à la ville de Troyes pour ouvrir une place devant Saint Urbain (1910). Auguste Giffard lègue tous ses biens à la ville d’Angers (1882), en prévoyant un programme d’érection de six statues, dont il détermine les emplacements. On introduit un décor citadin au village, comme Elise Bouttevin qui lègue (1890) 2 000 F, 3 000 F si nécessaire, pour installer à Mayet (Sarthe), devant l’hôtel de ville « une fontaine monumentale avec un jet d’eau, une douzaine de tilleuls, protégés chacun par un petit grillage, 4 ou 6 bancs à distance convenable » ; ou comme Madame Papin qui dote Le Lude (Sarthe) d’un kiosque à musique, d’un « W.C. » (1931).

  • 58 A.N. F17 8192 : Alexis Bauchez lègue tous ses biens au collège de Gray « pour le développement des (...)
  • 59 A.N. F17 14681. Donation d’une rente de 50 F, par M. Charles Pouthas, professeur au lycée Janson d (...)

73Ce sentiment qui pousse à améliorer les institutions que l’on voit fonctionner inspire aussi un certain nombre de libéralités en faveur des lycées et écoles, souvent par le biais de prix ou de récompenses qui doivent pousser les enfants à cultiver telle vertu ou tel enseignement. Lorsque J. B. Cassain crée un prix au collège de Condom, il en établit le programme : des compositions sur un sujet « qui aura toujours trait à l’amour et la vertu, à la haine du vice, aux avantages que les bonnes mœurs et la sagesse prouvent de bonne heure à la jeunesse, aux fruits délectables qu’elle peut retirer de bonnes études pendant le cours de la vie ». D’autres donateurs encouragent l’étude de telle ou telle matière, les mathématiques58, les sciences naturelles, les langues, l’histoire59. Quand en 1865 le comte de Chastenet donne 200 F de rente au collège de Parthenay, pour un prix aux élèves des « cours spéciaux de français appliqués au commerce, à l’industrie, à l’agriculture », c’est bien probablement un encouragement à l’enseignement spécial que Victor Duruy vient de fonder. Le développement de bourses, ou de la gratuité de l’enseignement secondaire vont dans le même sens : améliorer ce qui existe.

74À l’école primaire, on encourage généralement les meilleurs élèves – ainsi les deux prix annuels de 30 F au garçon et à la fille « qui auront obtenu le plus de points à l’examen du certificat d’études » (1927) – mais Charles Parent donne 800 F à la caisse des écoles du XVIe arrondissement pour récompenser les élèves faibles qui auront prouvé leur application au travail, et 500 F pour les instituteurs qui s’occupent d’eux (1890), et d’autres veulent récompenser les élèves qui auront fait le plus de progrès (1891). François Bourraise, qui meurt à l’hospice de Rouen, lègue (1880) sa petite fortune pour des prix, sous forme de livrets de caisse d’épargne « à deux enfants d’ouvriers qui n’ont pas le temps de suivre d’autres cours parce qu’il faut qu’il travaille [sic] à leur maison une fois la classe finie » (on doit comprendre qu’il s’agit d’enfants qui ne poursuivront pas d’autres études). Mais quelques donateurs sont plus précis, comme l’abbé Prunier, qui « connaissant par une heureuse expérience l’immense utilité et agrément de quelques notions de musique », veut que les religieuses de l’école qu’il crée fasse apprendre aux petites filles une ligne de musique par jour, et quelques lignes de latin (1862), ou comme Mademoiselle Develle qui donne à la commune de Beaune une forêt de 176 ha, où l’on pourra « apprendre la botanique aux enfants et leur faire faire des promenades salutaires à leur santé » (1917). C’est aux loisirs des lycéens que s’intéresse Jules Daillère qui lègue au lycée d’Angers « un stéréoscope double verre avec les vues photographiques qui s’y adaptent et un alethoscope à un seul verre avec vues représentant monuments, villes, montagnes […]. Les élèves pourront pendant les récréations se livrer de temps en temps à un amusement utile et intéressant ».

75Exprimant clairement le souci d’améliorer une situation imparfaite, Mademoiselle Dosne lègue à l’Institut l’hôtel de Thiers et deux immeubles afin d’assurer l’entretien de la bibliothèque qu’elle fonde :

  • 60 A.N. F17 13005. Mlle Dosne est la belle-soeur de Thiers. L’hôtel de Thiers avait été rebâti aux fr (...)

« Mademoiselle Dosne a toujours été frappée par l’insuffisance des bibliothèques de Paris, de la difficulté qu’éprouvaient les personnes studieuses à y trouver place, à y rencontrer pour leurs études, avec des ressources très larges, le calme qui convient aux longs travaux, et il lui a semblé qu’une bibliothèque consacrée à l’histoire moderne et à l’histoire de France spécialement, occuperait dignement l’hôtel où Monsieur Thiers a poursuivi ses grands travaux d’histoire » (1905)60.

Le don novateur

  • 61 Une liste déjà longue dans l’ouvrage de Lurieu, Situation administrative et financière des hôpitau (...)

76Ainsi qu’on peut le constater dans ces derniers exemples, la distinction don correcteur-don novateur n’est pas toujours facile à faire : les forts nombreux fondateurs d’hôpitaux61, de bureaux de bienfaisance n’imaginent rien de nouveau, mais sont en une certaine mesure novateurs, puisque ces établissements n’existaient pas là où ils les installent. Certains donateurs, à un moment donné et dans un lieu donné, innovent plus nettement par leur don. Ils introduisent, là où ils vivent, des institutions nouvelles. Ils suscitent certains gestes jusque-là ignorés, non sans difficulté, car on sait que l’ensemble de la législation n’est guère favorable aux innovations de toute nature.

77Il peut d’abord s’agir d’institutions charitables plus spécialisées. Quelques exemples : quand Madame Courtigné crée, dans le gros village de Gonnord, hôpital, asile d’enfant, dispensaire, caisse de secours (1857-1867), elle est novatrice. Tout comme Narcisse Bruel, en 1879, qui lègue 30 000 F à la ville de Montluçon pour créer un asile de nuit pour les pauvres ; à cette date, c’est une institution rare. On peut considérer qu’un legs du même type, en 1908, est encore novateur dans une commune comme Mamers. Innovation aussi que des établissements hospitaliers spécialisés, comme la Fondation ophtalmologique Rothschild (9 MF par donation en 1909).

  • 62 Cité par S. Lippens, La bienfaisance en Vendée…, p. 70.

78Il est des donateurs qui explorent des pistes originales : Jacque Chaillou fait un legs en 1830 à la commune des Sables-d’Olonne pour qu’un fonds d’extinction de la mendicité soit créé dans un délai de dix ans ; il lègue 3 000 F pour augmenter d’un vingtième le salaire des pauvres (dans les ateliers de charité sans doute)62. Narabutin, de Paris, veut encourager (1849) les versements des ouvriers laborieux aux caisses de retraite. Le curé Dupé, de Brissac, donne à la commune 52 000 F (en 1871) pour créer une caisse de secours au profit des classes ouvrière et agricole : il veut aider ceux qui ne sont pas les plus pauvres. Hérault (1888) lègue 50 000 F à la commune de Bressuire, pour le logement d’ouvriers indigents. Lorsque Chauvet lègue (1882) 58000 F au bureau de bienfaisance de Saumur, pour établir une crèche avec jardin recevant les enfants de moins de trois ans, il précise « sur le modèle de la ville de Paris » : il s’agit bien pour lui d’introduire en province ce qu’il a vu ailleurs.

79Le personnel des hôpitaux bénéficie également de l’attention des donateurs. Couscher (1822) donne 1000 F afin d’acheter « du chocolat de santé », pour les religieuses de l’hôpital de Saumur. Gérando lègue les produits d’une éventuelle réédition de son traité de la bienfaisance publique aux hospices de Paris, pour créer « un noviciat » formant les infirmières et filles de service. Thérèse Durand, en 1900, lègue à l’hospice de Pamiers une propriété dont le revenu servira à « accorder à perpétuité un jour de congé au personnel de l’hospice ».

80Si l’on peut innover dans le domaine de l’assistance, d’autres – il est vrai moins nombreux – songent à encourager d’autres formes de prise en charge, en développant la mutualité. En 1877, A. Grimault, de Rouen, lègue 10 000 F pour la fondation, dans un délai de deux ans, soit par la ville, soit sous son impulsion, d’une société de secours mutuels pour les ouvriers du bâtiment. En 1872, L. Nicolle, à Angers, avait le même projet pour une société de secours mutuels de femmes. En 1931, Cardi donne 120 000 F à la ville d’Angers pour agrandir l’Hôtel de la Mutualité.

  • 63 Ainsi, en 1820, Mlle Jolivet a fait un legs pour « l’éducation des petits garçons les plus pauvres (...)
  • 64 Biographies aveyronnaises, I, p. 50 sqq.
  • 65 Herbert Lottman, La dynastie Rothschild, 1994, p. 338.
  • 66 A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/57.

81Les dons pour l’école sont également novateurs, au moins avant 183363. Ils le restent jusqu’en 1881 quand ils poussent à la fréquentation scolaire, par la gratuité, les fournitures, des « sabots, bonnets, casquettes aux plus pauvres élèves, et aussi papier, plume », 1855. Novatrices également, les libéralités en faveur des salles d’asile. Par la suite, la nouveauté vient plutôt du développement d’autres formes d’enseignement, artistiques ou professionnels, ou de l’encouragement à l’apprentissage. Bou dit le Bon crée (1841) des bourses pour mettre des enfants en apprentissage, mais précise que les maîtres devront leur apprendre à lire, ou les envoyer tous les soirs deux heures à l’école64. En 1877, Edmond de Rothschild veut aider les familles pauvres à laisser leurs enfants le temps suffisant dans les écoles d’apprentissage, par un don de 100 000 F au maire du IXe arrondissement65. En 1885, B. Cambon lègue 30 000 F à la ville de Rodez, pour créer une école municipale d’apprentis. Baron, de Nantes, lègue 1 000 F à la Société industrielle pour l’entretien de l’école d’apprentis (1895). En 1880, l’architecte Duvêtre lègue tous ses biens à la ville d’Angers (moins 30 000 F de legs particuliers) afin qu’elle distribue des bourses pour les écoles des arts et métiers, école des beaux-arts de Paris, petits séminaires, écoles préparatoires et d’agriculture, à égalité entre garçons et filles. Jules Cousineau lègue 30 000 F à la ville de Doué « pour le développement de l’instruction primaire et la création de cours ou d’écoles professionnelles et de bibliothèques populaires » (1900)66. Le docteur Théry (1901) lègue 10 000 F à la commune de Saint-Nicolas d’Aliermont (où l’industrie horlogère est développée) pour fonder un cours de dessin industriel se rapportant à l’horlogerie.

  • 67 A.N. F17 14675. Pour les universités, selon Christophe Charle, (La République des Universitaires, (...)
  • 68 Catalogue de l’exposition : Albert Kahn. Réalité d’une utopie, 1995.

82Les universités ont bénéficié de ces libéralités novatrices : création de chaires nouvelles spécialisées (chaires pour développer la navigation aérienne, en 1909 et 1910, par Zaharoff et Deutsch de la Meurthe), d’équipements tels qu’instituts spécialisés, laboratoires, observatoires. À la fin du xixe siècle, on voit se développer le souci d’ouvrir l’enseignement sur l’étranger. Georges Michonis lègue (1897) 590 000 F à la faculté des lettres de Paris afin d’envoyer en Allemagne, pour deux ans, par groupes de 2 ou 3, des étudiants en philosophie et en histoire religieuse. Il lègue 275 000 F au Collège de France pour rémunérer des leçons faites par un professeur étranger, qui sera une fois sur trois, un philosophe ou un historien des sciences religieuses. « Cette fondation doit servir à resserrer les liens qui unissent les personnes vouées à la haute culture dans tous les pays67. » Même souci chez Albert Kahn en 189868. La veuve d’Edgar Quinet en 1900 crée un prix consistant en « un voyage à Oxford pour la lauréate ». En 1908, Anna Souvestre crée une bourse « Emile Souvestre » au lycée de Quimper, pour financer le séjour à Londres d’un élève de seize ans, choisi pour ses connaissances en anglais et son aptitude à profiter d’un séjour à l’étranger. En 1900, Mademoiselle Block donne 4 000 F de rente à l’Académie des sciences morales pour créer des bourses permettant à des étudiants français de séjourner dans une université étrangère. L’ambassadeur Gérard (ancien ambassadeur au Japon) donne 250 000 F à l’université de Paris pour qu’un étudiant puisse faire « un voyage autour du monde dont l’itinéraire sera varié selon les préoccupations ou opportunités dominantes de notre enseignement et de notre politique extérieure » (1916). Edmond de Rothschild fonde en 1919 une maison de l’Institut à Londres pour aider les jeunes Français à s’imprégner de culture anglaise. Roos, professeur d’allemand, crée (1927) des prix pour encourager l’étude de cette langue « que malgré tous les préjugés régnant depuis la guerre, je crois utile et nécessaire aux Français ».

83Ces préoccupations scolaires reflètent l’importance que la société du xixe siècle accorde à l’éducation. Dans un domaine très proche, on retrouve ce souci lors de la création de bibliothèques et de musées. Il ne s’agit pas ici des grandes institutions nationales dont l’enrichissement correspond à d’autres préoccupations, mais des nombreux établissements fondés pour diffuser la connaissance. En 1819, le sieur Cagnye lègue sa maison, sa bibliothèque et 6000 F aux communes de Broye et de Raye dans le Pas-de Calais. En 1841, Bou dit le Bon lègue 10 000 F à la ville de Rodez afin de former une bibliothèque pour des ouvriers studieux, avec des livres pour chaque état. En 1845, J.-M. Grégoire lègue ses livres à la commune d’Entraygues (Aveyron) pour l’établissement d’une salle de lecture publique. Etienne Orye lègue 200 F à la commune angevine de Mouliherne (1863) pour « établir une bibliothèque qui leur apprendra qu’il n’y a point de sorciers, ni de devins, ni un tas de choses ridicules qu’on leur fait croire. Ils croient presque tous que quand ils sont malades ou leurs bestiaux, qu’un sorcier leur a jeté un sort ». Pour constituer cette bibliothèque, on s’inspirera d’un livre de Jean Macé, conservé dans ses papiers. Elise Bouttevin lègue (1890) 5 000 F à la bibliothèque de Mayet, pour acheter des « œuvres de choix, notamment celles de Littré, Larousse, Flammarion ».

84Le musée, outre sa fonction éducative, est un équipement dont doit se doter une ville, grande, ou petite. Le créer (Château-du-Loir, 1899, Gannat, 1907), ou l’enrichir est une œuvre civique.

« Beaucoup de mes dessins sont rares et de prix. Leur vue a charmé bien des heures de mon âge mûr. J’ai voulu, au lieu de livrer aux enchères de belles choses qui prennent de plus en plus de valeur et qui deviennent pour les villes un si grand attrait, en faire bénéficier le pays qui a été le berceau de mon enfance. Je suis assuré que les nombreux amateurs d’Angers les apprécieront, que les élèves de l’école des Beaux-Arts, les ouvriers d’art, si accessibles chez nous à la compréhension du beau tireront un profit de leurs visites à ces collections, heureux si j’ai pu contribuer pour ma modeste part à accroître le patrimoine d’art déjà si riche de notre Anjou » (de Saint-Genys, 1915).

  • 69 N. Ploquin, La bienfaisance dans le Loiret…, p. 164. Legs novateur ? En 1851 et 1853, l’État a enc (...)

85Les villes peuvent aussi recevoir des équipements nouveaux grâce à des bienfaiteurs prévoyants. En 1868, Madame Beaumarié donne 50 000 F à la ville d’Orléans pour établir un établissement de bain et un lavoir public destinés à la classe ouvrière ou pauvre69. En 1871, Combarel donne 10 000 F à la commune de Villecomtal pour entretenir une cabine de bains à prix réduit. Ernest Bollée, en 1907, donne 1000 F à la ville du Mans pour l’édification d’un four crématoire. Louis Barthou lègue 200 000 F à la ville d’Oloron Sainte-Marie pour des œuvres de bienfaisance ou sportives (1930). Gaston Ducatte, en 1937, donne à la commune de Bléneau (Yonne) le terrain nécessaire pour établir un stade. Évergétisme, encouragement au « socialisme municipal », ou arrangements locaux ? Certains legs sont difficiles à expliquer. En 1889, Alfred Cibiel donne à la commune de Villefranche de Rouergue l’usine à gaz, en 1911, la commune de Rodez reçoit de Fenaille son réseau de tramways.

86L’innovation consiste aussi à accompagner les changements sociaux. Ainsi en est-il du développement des fêtes et du loisir. Les legs aux sociétés musicales sont plutôt les reflets d’une sociabilité villageoise, mais il arrive que le bienfaiteur soit plus incitatif : ainsi la ville de Charolles reçoit-elle d’un musicien une maison dont les revenus serviront à subventionner l’Harmonie Charolaise ou à susciter une autre société si celle-ci disparaissait (1899). Il est quelques legs qui doivent servir à organiser des fêtes : Madame Leblanc lègue 4 000 F à la commune de Saint-Martin d’Ordon (Yonne), une partie de la somme servira à des réjouissances publiques, en juin et en août, lors de l’anniversaire de sa petite fille. Jean Brun-Bayle donne 1 200 F à la commune du Grand Gallargue (Gard), pour l’organisation à perpétuité de jeux, le dimanche qui suit le 14 juillet : courses de chevaux, courses d’ânes, jeu de trois sauts, jeu de la cruche cassée, course en sac (1881). Clément Bernier lègue (1887) 1 000 F à la commune de Fenioux (Deux-Sèvres) pour célébrer le 14 juillet. La donation Ducatte de 1937, à la commune de Champcevrais (150 000 F) récapitule bien les transformations de la bienfaisance et de l’évergétisme : elle doit financer une cantine scolaire, le banquet des démobilisés jusqu’à leur extinction, les jeux de la fête de l’Ascension, du 14 juillet, de la Saint-Maurille, le voyage annuel des enfants des écoles, des jeux et bonbons à Noël, et le surplus aux nécessiteux. La place de ce dernier point est significative !

87Quelques donateurs se préoccupent de l’attribution des prix qu’ils créent, et y introduisent des nouveautés significatives, en rupture avec les usages habituels. Nous n’en avons trace que pour le xxe siècle : Madame Gallet donne une rente de 50 F pour un livret de caisse d’épargne, à une orpheline de Saumur, la plus méritante, « élue par les directrices et ses camarades de 7 à 14 ans ». Jules Derobert, lègue tous ses biens pour aider des vieillards incurables : le conseil municipal décidera, mais « chacun pourra y discuter et faire valoir ses droits et les défendre » (1936).

Le don militant

88On a peut-être eu le soupçon, à l’évocation de certains des dons que nous venons d’évoquer, que le bienfaiteur ne se contentait pas d’améliorer le fonctionnement des institutions qu’il connaissait, de faire naître de nouvelles œuvres, de susciter de nouvelles actions, mais que ses volontés s’inséraient dans une vision générale de la société, qu’elles étaient la poursuite d’un combat, qu’elles pouvaient être qualifiées de militantes. Il est des combats isolés, difficiles à faire entrer dans une typologie, reflets de préoccupations particulières. Ainsi Madame Arnault donne à la commune de Paizais un terrain pour le cimetière, et 2 000 F pour l’enclore, à condition qu’il n’y aura jamais de vente de concession temporaire ou perpétuelle, et de séparation entre des défunts de « sectes philosophiques ou religieuses » différentes. Clovis Balmes, de Sénéchas (Gard) lègue 30 000 F à sa commune, ou à défaut, à l’Académie française, pour un prix « à la personne qui ferait adopter par la majorité des gouvernements établis dans le monde entier l’enseignement dans toutes les écoles primaires d’une seule langue ou langage humain » (1923).

  • 70 A.N. F17 13015. Anaïs Ségalas avait écrit de nombreuses comédies, poèmes, dans les années 1840- 18 (...)

89D’autres combats s’inscrivent dans une histoire plus générale. Madame Champreix, connue sous le nom d’André Léo, féministe et communarde, lègue une rente à la commune de France qui voudra la première tenter un système collectiviste en achetant un terrain qui sera travaillé en commun avec partage des fruits (1900). La division du protestantisme entre libéraux et orthodoxes après 1872, explique certains legs. Louis d’Ounous lègue une rente (1883) de 200 F au pasteur de Sabarat « tant qu’il y en aura un et qu’il sera fidèle à la profession de foi du synode de 1872 ». Madame Leferme fait un legs universel à la Société d’histoire du protestantisme français : « En faisant connaître le glorieux passé de nos ancêtres huguenots, et les souffrances endurées en commun, j’estime qu’elle est une des œuvres les mieux qualifiées pour restaurer l’unité du protestantisme français » (1913). Le mouvement féministe trouve quelques échos. En 1875, Madame Botta, de New York crée un prix quinquennal pour le meilleur ouvrage en français sur la condition des femmes. Mais (faute de candidatures ?), elle autorise l’Académie en 1887 à décerner le prix comme elle le jugera convenable dans l’intérêt des lettres. Des femmes vont plutôt agir de façon à montrer l’activité intellectuelle féminine. Madame Jules Favre, en 1886, veut que l’on récompense une œuvre littéraire écrite par une femme. En 1905, Mademoiselle Bertille Ségalas, lègue à l’Académie française 500 F de rente pour le même objet, sous le nom de prix Anaïs Ségalas70.

90Mais l’essentiel des combats recoupent les grands débats de la société française. Le débat sur la place de l’Église, à l’école, et dans les hôpitaux, est l’un des plus présents dans nos dossiers. Dans la première moitié du xixe siècle, la plupart des donations ou legs pour la création d’écoles ne peuvent être qualifiés de militants, même si ces écoles sont confiées à des congrégations féminines : en effet, il n’y a guère en campagne, d’autres possibilités d’assurer la stabilité d’une école. En ville, et pour les garçons, la situation est différente, puisque que se développent des écoles mutuelles et des écoles paroissiales, et que les frères sont vus, bien plus que les religieuses, comme les fourriers d’une reconquête catholique. La situation change après 1833, et surtout après la loi Falloux. La présence de congréganistes dans les écoles publiques, la création d’écoles libres face aux écoles publiques ou à leur place, deviennent des enjeux essentiels pour l’Église, comme nous l’avons déjà vu. Le combat n’apparaît pas toujours nettement dans les textes des donateurs, et bien souvent ce sont les pièces du dossier qui éclairent la signification militante d’un don. Il est pourtant parfois des donateurs qui explicitent leurs objectifs. En 1862, Mademoiselle Lizée donne à la commune du Champ une maison et ses dépendances, pour y établir une école tenue par des religieuses :

« Pour le cas non présumable ou la loi de l’État enlèverait aux communautés et congrégations religieuses le droit et la liberté d’enseigner dans les écoles, il n’y aurait pas lieu à résolution de la donation faite par elle, mais […] la commune devrait alors confier la direction de l’école à une institutrice catholique, et ensuite à des sœurs, si les congrégations religieuses venaient à être réintégrées dans leur ancien droit. »

91C’est donc bien le caractère catholique du personnel que l’on veut assurer.

92Il arrive que le militantisme s’affirme nettement par dons affrontés, comme à Saint-Melaine (Maine-et-Loire). Au début du Second Empire, alors qu’existait une école communale de filles, le curé avait créé une école congréganiste de filles, et avait, par son testament (1857) doté la congrégation d’une rente de 50 F. L’acceptation de cette rente avait provoqué une enquête, dont avait été chargé le juge de paix. Le récit qu’il fait de sa venue est intéressant. Jusqu’à midi, 4 ou 5 personnes sont venues déposer, mais ensuite (on imagine que la nouvelle a circulé), cent personnes sont venues de tous les points de la commune, pour donner leur avis, qui selon le magistrat, est favorable à l’action « philanthropique » des sœurs, mais hostile à l’existence de deux écoles. Le conseil municipal est également hostile à ce qui paraît comme une reconnaissance officielle de l’école congréganiste, et accuse le curé d’avoir fait campagne pour que les habitants « votent » (sic) pour l’école des sœurs. Le préfet donne cependant un avis favorable à l’acceptation du legs, qui est autorisé. Cette école prospéra, car par la suite, se réduisit le nombre d’élèves de l’école publique, qui n’avait plus qu’une classe mixte. En 1876, l’autorité supérieure veut supprimer la mixité, ce qui revient alors à faire reconnaître l’école congréganiste de filles comme communale. Le maire républicain décide donc (décembre 1877) de créer une école publique communale de filles, qu’il s’engage par donation (1878), à entretenir (1 200 F pour les locaux et le traitement de l’institutrice) pendant dix ans. En même temps, par testament, il lègue sa maison et des immeubles qui ne pourront être aliénés (d’une valeur totale de 140 000 F) pour « y établir une école laïque et gratuite » ; il meurt en 1884, et la commune reçoit sa libéralité.

  • 71 S. Lippens, La bienfaisance en Vendée au xixe siècle, 1994, p. 60.

93Même si la grande majorité des donateurs aident les écoles religieuses à naître et à fonctionner (sur les dossiers ministériels des quatre départements que nous avons dépouillés, avant 1881, 88 % des libéralités vont à des écoles religieuses, 2 % à des écoles laïques, pour les autres, on ne sait), on trouve donc aussi des donateurs qui aident ou créent des écoles mutuelles, puis des écoles laïques, du moins tant que l’État ne s’en charge pas. Sébastien Luneau, ancien député libéral et républicain, lègue ses biens au département de la Vendée (1868) pour favoriser le développement de l’enseignement primaire laïque71. Etienne Vigne, banquier, ancien conseiller municipal, ancien conseiller général, lègue (1875) tous ses biens (340 000 F) à la commune de Beaucaire pour établir, dans les 18 mois, « un établissement d’enseignement laïque », en fait une école primaire supérieure, où l’on pourra « acquérir les connaissances indispensables, aujourd’hui surtout, à tous les citoyens ». Ce sera un enseignement sans grec et sans latin, et « tout enseignement religieux et toutes pratiques religieuses en seront absolument proscrits ». « Comme mes concitoyens n’ont pas en général pour la diffusion de l’instruction tout le zèle qu’ils devraient avoir, je crois devoir stimuler ce zèle en établissant des prix en argent », qui iront aux mères des lauréats. La fondation d’une école normale d’institutrices, au Mans, par un legs universel (legs Thébault), est également militante (1880). La bataille peut se déplacer sur le terrain : on attire les élèves par divers avantages. Le sieur Godin lègue 1 000 F pour des livrets de caisse d’épargne aux élèves des écoles de frères de Bar-sur-Seine (1871). Madame Vivet lègue 60 000 F au bureau de bienfaisance de son arrondissement, pour fournir des « gilets de tricot, souliers, livres de classe au plus grand nombre d’enfants pauvres allant aux écoles laïques de mon arrondissement » (1876). Après 1881, c’est même sur ce terrain que se concentre le combat, par le biais de prix et de récompenses. Madame Allais lègue tous ses biens à la commune d’Angers, pour « récompenser les apprentis pauvres […] suivant les cours de la Chambre des Métiers, ayant fréquenté exclusivement les écoles laïques » (1925). La même année, F. Simon, maire de Vaas, donne une rente de 50 F pour distribuer des livrets de caisse d’épargne aux enfants des écoles communales. On lègue aussi aux Fourneaux des écoles laïques. En 1929, l’instituteur de Thouarcé lègue son jardin à la commune : « Ce jardin sera cultivé par les instituteurs laïques de garçons et de filles et les produits devront aller à titre de bienfaisance aux cantines scolaires établies ou à établir dans les écoles laïques de Thouarcé. »

94On sait que la distribution des aumônes fut un enjeu durant tout le siècle ; les hôpitaux le devinrent à leur tour à partir du moment où certains furent laïcisés. Le don peut être un moyen détourné de regagner du terrain. Les legs à un hôpital, à condition qu’il soit tenu par des religieuses, ou bien que les religieuses n’y entrent pas, sont en général acceptés « en tant que non contraires aux lois ». La situation est différente quand le donateur fonde l’hôpital. Madame Boucicaut, qui a fait de l’Assistance publique de Paris sa légataire universelle, l’exprime très nettement en 1886 :

  • 72 Marescot du Tilleul, L’Assistance Publique…, I, p. 561. En revanche, Madame de Clocheville se cont (...)

« L’Assistance Publique a assez d’hôpitaux où les personnes qui redoutent les secours religieux peuvent trouver asile, pour que j’aie le droit de tenir à ce qu’il s’en rencontre un où les personnes qui aiment ces secours puissent les recevoir. Ainsi le veulent la tolérance et la liberté. Maîtresse de ma fortune, je puis n’en disposer qu’à conditions et j’impose à ma légataire universelle pour la mise en œuvre à toujours de l’hôpital que je fonde, celle d’avoir un service hospitalier desservi par des religieuses72. ».

95L’entrée du clergé dans les hôpitaux devient un enjeu. G. Panneton lègue 80 000 F de biens à l’hôpital d’Angers, legs révocable si par mesure gouvernementale ou autre, l’entrée des ministres du culte était interdite (1892). Par contre, un testateur parisien de 1911 lègue ses biens pour créer un asile de vieillards où n’entrerait aucun ministre du culte, sauf in articulo mortis, pour ceux qui auront fait la demande préalablement sur papier timbré.

96Au xxe siècle, le militantisme catholique prend généralement d’autres voies que les dons ou legs « classiques » pour agir. Mais on voit alors apparaître ce que nous proposons d’appeler les libéralités piégées, libéralités où les charges apparemment annexes sont en fait la très probable cause de l’ensemble du geste. Ainsi le sieur Monacier lègue une horloge à la commune de Cherny (Aube), « à condition qu’un christ serait rétabli dans chacune des deux écoles communales et que les emblèmes religieux y seraient maintenus ». Jules Jeuniette donne 100 000 F à la ville de Saumur pour assurer l’éducation d’orphelins de guerre (1919), mais en mettant comme condition formelle une « éducation morale et religieuse », et donc la venue au collège d’un aumônier, d’un pasteur ou d’un rabbin. Y avait-il un piège dans la donation de Madame Juglar à l’Institut, en 1905, d’une somme de 20 000 F pour les besoins de la bibliothèque, à charge d’une messe annuelle à l’intention des membres de l’Institut ? L’Institut avait accepté, ainsi d’ailleurs que le ministre de l’Instruction publique, mais le Conseil d’État refusa : on ne peut célébrer une messe pour tous les membres de l’Institut, quelle que soit leur religion.

  • 73 En 1909, M. Porteneuve lègue 350 000 F à l’Académie, pour récompenser « la meilleure oeuvre ou ins (...)
  • 74 A.N. F17 14625, donation Gallet, professeur au grand séminaire de Nancy (6 000 F de rente).

97L’Académie française, devenue un bastion de la défense catholique73, et de moins en moins soumise au principe de spécialité, reçoit un certain nombre de libéralités militantes : elle doit récompenser des œuvres d’inspiration catholique, décerner des prix à des « missionnaires catholiques ayant rendu les plus grands services à la cause française » (1926)74, « favoriser l’influence française à l’étranger et aux colonies, particulièrement par le soin de missionnaires catholiques » (1928). La Fondation Lamy est un bon exemple de don militant, créateur d’un véritable mouvement. Etienne Lamy, secrétaire perpétuel de l’Académie française, « certain que restaurer la fécondité de notre race est le plus essentiel intérêt de la France, que la plus efficace conseillère de ce changement est la morale religieuse, et que tout Français a le devoir de hâter cette Résurrection de la vie nationale… », donne le 4 mai 1916, 500 000 F à l’Académie française pour récompenser « deux familles de paysans catholiques, les plus pauvres, les plus nombreuses, les plus chrétiennes, les plus intactes de mœurs ». L’aspect nataliste, certes présent (le titre officiel qu’il donne est Prix de l’Académie Française en faveur des familles nombreuses), et peu original à cette date, est moins important que l’inspiration « traditionaliste ». D’ailleurs, transmettant le dossier au Conseil d’État, le ministre attire l’attention sur le « caractère confessionnel » de la donation, ce qui n’entrave cependant en rien son autorisation, d’ailleurs fort rapide, le 28 juin 1916. En 1919, Lamy augmente de 100 000F sa fondation ; par son testament de 1917, il lègue la moitié de ses biens à l’Académie française pour augmenter le prix et créer dans ses propriétés des écoles agricoles et horticoles « où les élèves seraient instruits à devenir non seulement des cultivateurs habiles mais des chefs de famille et des fidèles de la vieille morale ». Le testament exprime bien ce que peut être ce militantisme des donateurs, souvent conscients de leurs limites, mais résolus à agir.

« Je désire consacrer toutes les ressources qui m’appartiennent à l’œuvre la plus nécessaire pour la France, le rétablissement des familles laborieuses, fécondes et chrétiennes. Certes ma fortune privée a bien peu de pouvoir quand il s’agit de lutter contre un mal général, la désertion de la terre et du foyer […]. Néanmoins, la pauvreté probable des résultats ne serait pas l’excuse légitime de ne rien entreprendre. »

98La presse dut se faire l’écho de la donation, puisque des imitateurs (12) survinrent rapidement : le 14 novembre 1916, Lefrançois, ancien notaire à Yvetot, lègue 60 000 F à l’Académie française pour un prix Lamy, dans les communes rurales de l’arrondissement. En 1918, Batard, de Paris, lègue tous ses biens pour « augmenter la fondation Lamy ». Fachan, conducteur des Ponts et Chaussées de Bagnères de Bigorre, lègue toute sa fortune (1921, 35000 F), pour un prix comparable à la Fondation Lamy dont il reprend les termes exacts. Certains modifièrent quelque peu les conditions, mais l’inspiration restait la même. On peut penser que certaines libéralités néo-ruralistes ont été également inspirées par Lamy, tel le legs de Viette, ingénieur (1 MF, 1939) à l’Académie pour « des œuvres ayant pour but de ramener des Français à des campagnes de France pour s’y livrer à la culture ». Il y a trace d’une fondation (1924) d’un prix pour une « famille nombreuse […] probe, laborieuse, vertueuse, franchement laïque. Les enfants doivent être élevés dans les sentiments de l’honnêteté, du beau, du bien, du juste », mais l’Institut la refusa !

99Plus globalement, c’est l’ensemble des libéralités d’un donateur qui nous révèle ses intentions. Quelques exemples dans chacun des deux camps illustreront ces engagements. Etienne Orye qui habite un quartier bourgeois d’Angers possède 146000 F ; il rédige son testament en 1863, et meurt en 1867. Ses legs représentent le quart de sa fortune. Le plus important est fait à la commune de Mouliherne (une rente de 700 F)

« […] pour payer un brave homme d’instituteur laïque, qui apprenderait aux enfants à bien se conduire et à lire et à écrire, ou si la commune préfère sen servir pour aider à éteindre la mendicité (la mendicité apprend à être fainéant et mauvais sujet), ou les donner à quelques vieillards qui ont été de braves gens et des plus travailleurs, cultivateurs qui seraint dans la misère point par leurs fautes. Le conseil de la commune décidera cela, et ceux qui en ont le plus besoin [sic]. »

100Il lègue ensuite 200 F de rente à

« […] l’administration du temple protestant d’Angers pour aider à soutenir cette religion, parce que la concurrence améliore les Religions comme autre chose, et rend moins fanatique surtout le peuple, chose qui fait beaucoup de mal ; ce qui rend encore moins fanatique, c’est un peu d’instruction et pour cela je donne 1000 F, une fois donné, pour les écoles mutuelles d’Angers (et aussi parce que la concurrence améliore les écoles). J’ai entendu dire qu’il y avait deux temples protestants ici, d’un peu de différence de croyance, il faudra leur partager les deux cents francs. »

101Il lègue également 2 000 F aux hospices, et 1 000 F aux salles d’asile, « pour donner du pain aux pauvres petites enfants (parce que le manque de nourriture aux pauvres enfants les rend faible toute leur vie) [sic] », ainsi que 1 000 F aux Petites Sœurs des pauvres, et 1 000 F à l’orphelinat Saint-Michel. Par codicille, il ajoute 300 F pour les écoles, et 200 F pour établir une bibliothèque à Mouliherne. Beaucoup plus modeste, Athanase Joudelat, parisien, mais natif de l’Yonne, lègue 1 000 F au bureau de bienfaisance de Chitry, son village natal, 1 000 F à l’école communale de garçons de Chitry, 1 000 F à l’école communale de filles, 500 F à chacune des caisses des écoles du Ve arrondissement, du XVe, et de Billancourt, 200 F « à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction publique de Vaugirard, dont M. Mousseron est secrétaire et étant un des membres fondateurs », « pour la Société des droits de l’homme étant un des premiers souscripteurs, n’en faisant plus partie depuis le changement de président, mais reconnaissant que cette société républicaine est très utile en démocratie, 200 F, pour l’Assistance Publique de Paris, dont M. Mesureur est le directeur, 200 F » (testament olographe de 1908).

  • 75 En fait, beaucoup de bienfaiteurs faisant des legs charitables, cette situation n’est pas très fré (...)

102Nous considérerons comme bienfaiteurs militants du camp catholique les donateurs dont la quasi totalité des biens va à des œuvres catholiques75. Ainsi, P. Giguet, ancien notaire, et sa fille Emilie, par leurs deux testaments rédigés en 1878 et 1880, font des legs particuliers à l’archevêque de Sens, à la fabrique de la cathédrale, et à une autre fabrique paroissiale, pour des bourses au petit séminaire, aux sœurs de la Providence, aux sœurs de la Sainte-Enfance, à l’archevêque de Paris pour le Sacré-Cœur de Montmartre, à l’orphelinat « pour la chapelle », le reste étant partagé en deux parts, moitié pour des bourses au grand séminaire, moitié aux sœurs de la Providence pour des fondations en souffrance. Autre exemple, l’avocat J.-J. Cesconi. Ses libéralités ne vont pas toutes à des œuvres catholiques (227 000 F sur un total de 278 000 F) : il fait également des libéralités charitables. Cependant, les libéralités aux institutions religieuses l’emportent (paroisses, patronages, congrégations, archevêque de Paris, œuvres catholiques). Et l’esprit de ses legs est clairement exprimé dans son testament de 1923 :

« Pour la création à l’Institut catholique de Paris de conférences sur l’union de la science et de la foi. En même temps que le Dieu des Armées est le Dieu des sciences, un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup de science ramène à lui. Dans un siècle matérialiste comme le nôtre, c’est une vérité dont il importe que le haut enseignement pénètre de plus en plus l’élite pour qu’elle s’étende jusqu’à l’école du dernier village. Il n’y a en réalité pas de grands hommes ou de vrais savants athés [sic] ou si peu que le nombre est négligeable. Les hommes de notre temps ne sont pas éloignés de croire le contraire, ci à l’Institut catholique à cette fin… »

103Il lègue aussi pour organiser des conférences ou séances cinématographiques dans les écoles, avec le même objectif apologétique.

  • 76 A.C.E., carton « legs 2 ».
  • 77 Jurisprudence Générale Dalloz, 1855, 1, 454 ; T. Tissier, Traité théorique et pratique…, 1896, t. (...)

104Si le combat religieux apparaît au travers des dossiers, le combat politique est beaucoup plus discret. De toute façon, le régime de l’autorisation administrative des libéralités par le gouvernement ne rend guère possible une telle utilisation militante du don. Les libéralités à caractère politique direct ou détourné sont refusées, comme le legs indirect du duc de Bourbon pour la création d’un hospice destiné aux soldats vendéens (1833)76, ou le legs Hubert (1849) créant des logements gratuits pour les ouvriers malheureux, manquant d’ouvrage « par suite de leurs opinions démocratiques ou socialistes77 ».

  • 78 A.N. F17 14623, et Archives du Conseil d’État, section de l’Intérieur, procès-verbaux, 15 mars 191 (...)
  • 79 A.N. F17 13012. Le testament est de 1886, le décès de la testatrice de 1907.

105Quelques autres cas de refus peuvent être signalés. André Broquette, outre divers legs à des associations, des legs pour des prix de vertu, demande à l’Académie française de décerner un prix unique de 20 000 F « pour récompenser l’auteur d’une définition de la souveraineté nationale faisant ressortir la différence qui existe entre ce principe de justice et le suffrage universel, principe de force qui en est la négation » (testament de 1903) : l’Académie accepte (il s’agissait d’un legs universel de 4 MF environ), le ministre de l’Instruction publique est prêt à autoriser, mais le Conseil d’État s’oppose à l’acceptation de cette clause78. Dans le cas du legs Leclère, c’est l’Académie française qui refuse. Cette demoiselle, habitant New York, lègue 100 000 F, pour créer un prix en faveur de la « maîtresse d’école qui se serait le plus distinguée par son influence morale sur ses élèves, et par son zèle et son succès à leur inculquer de sages principes de moralité et de vertu ». Mais elle accompagne ce legs de considérants : elle veut « relever [la France] du bas état où elle se trouve et de plus l’empêcher de faire tant de mal dans ce pays (USA) où elle a une grand influence ». La presse américaine a fait écho à ces griefs, les estimant légitimes : l’Académie française refuse, ne voulant pas paraître souscrire à ces reproches79.

106Le militantisme politique devait donc être plus discret. La donation du domaine de Chantilly à l’Institut par le duc d’Aumale n’est sûrement pas sans lien avec l’évolution politique du pays. Le duc avait prévu ce legs dans un testament rédigé en 1884, mais décide de faire une donation dès la fin de 1886. Or, c’est en juin 1886 que les membres des familles ayant régné sur la France sont exilés, et que le duc d’Aumale est rayé des cadres de l’armée par Boulanger. Le texte de la donation évoque discrètement ce contexte :

  • 80 A.N. F17 14619.

« Voulant conserver à la France le domaine de Chantilly dans son intégrité, avec ses bois, ses pelouses, ses eaux, ses édifices et ce qu’ils contiennent […], tout cet ensemble qui forme comme un monument complet et varié de l’art français dans toutes ses branches et de l’histoire de ma patrie à des époques de gloire, j’ai résolu d’en confier le dépôt à un corps illustre qui m’a fait l’honneur de m’appeler dans ses rangs à un double titre, et qui, sans se soustraire aux transformations inévitables des sociétés, échappe à l’esprit de faction comme aux secousses trop brusques, conservant son indépendance au milieu des fluctuations politiques80. »

  • 81 J.-L.Marais, Les Sociétés d’hommes. Histoire d’une sociabilité du xviiie siècle à nos jours. Anjou (...)

107Dans de tout autres circonstances, la politique transparaît en filigrane, lors de la donation à la commune de Fougeré, par l’ancien maire, du bâtiment du cercle. Ce bâtiment est le siège d’une de ces nombreuses « sociétés » villageoises répandues dans les villages de Maine-et-Loire81 : celle-ci, républicaine, a été fondée par un ancien maire et député, Lemasson. Les bâtiments ont été construits par emprunt, et en 1912, le maire Levoyer pour éviter la faillite, a racheté ce bâtiment évalué 12000 F. Par son testament, il le lègue à la commune, pour des œuvres laïques et républicaines. Il meurt en octobre 1918, et son successeur presse le préfet d’autoriser cette libéralité, avant les nouvelles élections, afin de sauvegarder les intérêts républicains dans cette commune fidèle à la République depuis 1871.

108Il y a une part d’arbitraire à vouloir classer les dons. D’abord parce que la plupart des donateurs en font plusieurs, et poursuivent donc plusieurs objectifs, mais aussi parce que beaucoup ne s’expriment pas, et que nous devons tout simplement considérer que lorsqu’ils donnent à l’hôpital, à une association comme la Société de secours aux naufragés, etc, il n’y a pas à chercher au-delà de cette simple attribution, en elle-même explicite à leurs yeux.

Une société idéale

  • 82 A.N. F17 14620. Ce prix est fondé par la légataire universelle de Jules-Paul Audéoud, banquier, dé (...)
  • 83 Janet Horne, « Le Musée social à l’origine : les métamorphoses d’une idée », le Mouvement Social, (...)

109Toutes ces libéralités dessinent au total un monde idéal : celui que les donateurs voudraient voir fonctionner, celui qu’ils veulent, par leurs dons, faire naître. C’est une société qui s’occupe de ses pauvres, et ce souci n’est pas seulement celui des très riches. Bien des donateurs modestes partagent cette préoccupation, qui les pousse à apporter aux hôpitaux, aux bureaux de bienfaisance, leur don, à la mesure de leur fortune. La place de ces libéralités, directes, ou indirectes (par les communes, par les congrégations charitables, par les sociétés de secours mutuels) est dominante, en valeur, comme en nombre. Bien des donateurs souhaitent être imités, et certains le disent nettement. Mais le souci des pauvres, témoignant parfois d’une connaissance concrète de la pauvreté, s’accompagne d’une acceptation de cette pauvreté. Pour les pauvres, sauf exception, on livrera du pain mi-blé, mi-seigle, le « pain des pauvres », tant qu’il existe. Aux pauvres, on ne léguera que les « habits qu’ils peuvent porter » (les fourrures, les dentelles, auront d’autres usages). Certains donateurs, moins résignés, espèrent trouver la solution au problème de la pauvreté. L’abbé Gossier, qui en 1839 lègue 10 000 F aux hospices de Rouen, et 20 000 F à la ville, pour des prix, veut encourager les « progrès de l’amélioration sociale », sous le rapport religieux, moral et matériel. On crée des prix pour récompenser l’ouvrage « le plus utile au bien public en contribuant à l’amélioration ou à l’instruction du peuple, à l’union des différentes classes de la société… » (1873), un mémoire « sur les moyens les plus pratiques et les plus efficaces pour améliorer, avec le concours de l’État, le sort de la classe la plus nombreuse » (1884). Le prix Jules Audéoud (3 000 F par an) doit « encourager les études, travaux, et les services relatifs à l’amélioration du sort des classes ouvrières et au soulagement des pauvres, soit par des lois ou des actes administratifs, soit par l’initiative privée et le progrès de toutes les sciences » (1886)82. Maisondieu crée un prix biennal pour « un ouvrage ou une œuvre ayant contribué à l’amélioration du sort des classes laborieuses » (1893). Le comte de Chambrun est passé d’une action charitable traditionnelle à l’idée de la réforme sociale, qui le conduit à la fondation du Musée Social (1894)83.

  • 84 Cité par Christophe Marchand, L’évergétisme des élites municipales de la Haute-Saône au xixe siècl (...)

110Le pauvre doit être « méritant », « intéressant ». Les fondateurs de prix unissent pauvreté et moralité. Seront donc récompensés « la famille d’ouvriers domiciliée à Angers qui […] sera reconnue la plus digne en raison des habitudes de travail et de moralité de chacun de ses membres » (1874), des « familles pauvres et honnêtes, de bonne réputation et ayant grand besoin d’être secourues » (1925), des pauvres « dévoués », « un acte de dévouement, dans l’ombre, par quelqu’un de pauvre » (1907). Certains vont même plus loin dans leurs exigences. Guertin lègue plus de 10 000 F de rente (en fait, le bureau de bienfaisance de Nantes n’en recevra que 3000) pour éviter que les propriétaires fassent, en cas de non paiement de loyer, vendre les meubles et outils de « pauvres ouvriers, non socialistes, d’une probité et d’une conduite exemplaire » (1832) ; le notaire Monnin, de Dampierre sur Linotte (Haute-Saône), veut soulager les nécessiteux « probes, honnêtes, partisans de l’ordre social et d’une bonne moralité, conditions formelles » (1878)84.

  • 85 La thèse récente de Pascale Quincy-Lefebvre, De l’enfance insoumise à l’enfance difficile…, 1995, (...)

111Les vertus familiales sont particulièrement prisées, entente des époux (« ménage légitime, frappé par des revers de fortune, ou ouvriers rangés, mais vivant en bonne intelligence », 1888), mais surtout respect et dévouement des enfants envers leurs parents. Mademoiselle Camille Favre lègue à l’Institut la somme nécessaire pour délivrer 28 prix annuels de 500 F « pour encourager le dévouement filial », en 1881. Elle est vite imitée par de multiples prix. On évoque un « fils respectueux de ses parents » (1882), une « jeune fille ayant soigné ses parents » (1886), un « fils d’une famille pauvre qui aura fait preuve de piété filiale en soignant sa vieille mère » (1894), une jeune fille qui se sera « sacrifiée » pour élever sa famille, soigner ses parents âgés infirmes (1911), un « fils qui aura prouvé une affection et un respect profond de son père âgé » (1919). Comment expliquer de telles préoccupations souci de donateurs âgés ? Réaction devant le vieillissement de la sociéte française ? Influence de lectures ? Écho d’« affaires » récentes85 ?

  • 86 En 1925, dans les 180 legs publiés au Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Sein (...)

112Au sein de la famille, la mère a une place spécialement marquée : elle est dévouée, et Darracq souhaite qu’on récompense annuellement douze « femmes ou filles sans fortune, intactes de mœurs, emblèmes de vaillance et de dévouement, dont les vertus ont débordé le foyer familial pour soulager de plus malheureux ou malheureuses en répandant un peu d’entraide et de dévouement autour d’elles ». D’ailleurs, les femmes seront récompensées pour leur vertu : c’est le cas de toutes les rosières86. Les jeunes filles lutteront « honnêtement contre l’adversité » (1911), elles préféreront « une vie de pauvreté honnête et honorable à la vie offerte aux femmes qui préfèrent une richesse au détriment de l’honneur ». Ces formulations étaient sans doute un écho de la polémique qu’avait suscitée en 1909 le legs Espéronnier. Cet avocat voulait léguer à l’Académie française 150 000 F pour qu’elle délivre des prix à 4 à 10 jeunes femmes de moins de 35 ans,

« […] qui sans fortune ou avec de fort modestes ressources auront su, au milieu des dangers de la vie, conserver leur dignité et leur réputation, et auront préféré, sans être peut-être absolument irréprochables, le labeur et ce qu’elles estimaient le devoir envers elles-mêmes, leur famille ou celui qu’elles aimaient, à l’existence facile des femmes entretenues. L’intention du testateur est que les bénéficiaires de son legs aient eu un réel mérite à échapper aux tentations qui assaillent la femme pauvre et qu’elles ne soient pas en conséquence absolument disgraciées par la nature. »

  • 87 A.N. F17 13010.

113La presse s’empara de l’affaire (c’était l’été !) : « Jusqu’à présent, les académiciens avaient coutume de chercher à l’ombre des sacristies les servantes au grand cœur qu’ils voulaient lester de menue monnaie » (Gil Blas, 17 août 1909) ; « Prix de demi-vertu » (Le Soleil, 13 août). Ce legs nous « reposerait des bienfaits numérotés et des sollicitudes administratives » (La Libre Parole, 20 août 1909). L’Académie refusa87. On ne plaisante pas avec les prix de vertu.

  • 88 A.N. F17 13014. Le vicomte de Voguë, chargé du discours sur les prix de vertu, en 1909, évoque ave (...)

114Cette exaltation des vertus familiales s’étend au-delà du cercle étroit de la famille. Les domestiques sont vus comme des enfants : on attend d’eux les même sentiments. Mademoiselle Hurel crée d’ailleurs un prix (1918) qui récompensera « le dévouement ou le désintéressement envers sa famille ou ses patrons ». En 1824, Couscher avait créé un prix pour les deux meilleurs domestiques de Saumur, homme et femme. Les héritiers d’Alphonse Dageul donnent à la commune de Mayet 4000 F, à placer, pour « récompenser de bonnes actions de courage ou de vertu accomplies par des habitants de Mayet ou des domestiques attachés depuis de longues années à leurs maîtres » (1885). Mademoiselle Lavocat, de Troyes, crée un prix pour une « domestique non mariée ayant servi avec dévouement avant et après leur adversité une famille, une dame, mais de préférence une demoiselle » (1891). Edmond Peyrard crée à la fois un prix de dévouement filial, et un prix pour « les vieux serviteurs âgés d’au moins soixante ans, restés chez le même maître plus de vingt ans et n’ayant touché chez ce dernier qu’une partie des gages qui leur étaient dûs ou des gages très modestes en raison des services rendus » (1906)88 : veut-il réparer une injustice, ou récompenser la fidélité des servantes dévouées ? L’évolution des métiers ne change pas les préoccupations : on charge les prud’hommes de récompenser des ouvriers, des ouvrières, des domestiques (1892), les chambres de commerce de délivrer des encouragements au travail.

115Cette vision très patriarcale de la société explique la crainte de la ville qu’on sent chez beaucoup de bienfaiteurs. Il faut encourager les enfants à rester à la campagne, en les y plaçant en apprentissage par exemple : « Quant aux enfants, il vaut mieux les placer à la campagne et les destiner à l’agriculture que d’ajouter à la foule des ouvriers entassés parmi les dangers et les séductions de la ville ; on ne peut trop éviter ces manufactures, foyer de corruption, et non moins funestes à la santé de l’âme qu’à celle du corps » (1855). Il faut aussi encourager le retour à la terre. On récompense les meilleurs agriculteurs (1857, 1869, 1909) ; on crée des fermes-écoles. C’est à la campagne qu’il faut installer les orphelins, les vieillards. Les époux Gélineau lèguent ainsi leurs biens, valant 112000 F (1882 et 1890), à la commune de Cernusson pour un asile d’orphelins et de vieillards (on leur fera travailler la terre), et au département de Maine-et-Loire, leur propriété de Boudré, pour des « orphelins et vieillards nécessiteux, tout en les faisant travailler selon leurs forces, ce qui vaudra beaucoup mieux pour leur santé que de les laisser mendier » (1896). Même souci chez Madame Girault, née Lesourd-Delisle : elle lègue sa propriété aux hospices d’Angers, pour y établir une école laïque et gratuite, autant que possible une « école professionnelle et agricole ».

  • 89 Madame Rativeau a légué 2 000 F pour acheter des livres de prix (1878). Le legs est autorisé en 18 (...)

116L’économie est une vertu capitale, d’où les encouragements à l’épargne, par la distribution de livrets de caisse d’épargne aux enfants, aux apprentis, aux orphelins. Plus que les livres de prix (bons pour les élèves des lycées), ce sont des livrets de caisse d’épargne que l’on distribue quasi systématiquement aux élèves des écoles primaires, d’origine populaire89. Avec le legs pour entretien de tombe, cela devient le legs à la commune le plus fréquent de l’Entre-deux-guerres : « entretenir ma tombe et donner un livret de caisse d’épargne de 10 Frans à l’élaive le plus méritant de l’école » (sic) (1932).

  • 90 Formule de Bigot, créant un prix d’honneur (capital 2 000 F) dans sa ville natale de Thouars, 1870 (...)
  • 91 Sylvain Rappaport, « Les silences de la vertu », Bulletin de la Société d’histoire de la Révolutio (...)

117La multiplication des récompenses, des prix, est d’ailleurs en elle-même significative : le travail, la vertu, seront récompensés. Les enfants sont visés (« encourager mes jeunes compatriotes à l’étude et au travail90« ), mais aussi les adultes. Il importe donc de faire connaître la vertu. C’était le but de la proclamation des prix. La vertu ne doit plus être cachée, mais exemplaire91. C’est un des buts de Broquette, en 1903 : son legs de 4 MF à l’Académie française doit permettre de faire publier chaque année « un recueil des noms et actes des personnes qui auront obtenu des prix de vertu, en nombre d’exemplaires suffisant pour être distribué à tous les instituteurs, institutrices, et chefs d’instituts ». La société reconnaît le mérite des plus pauvres, les « méritants » si souvent évoqués, comme des plus savants, les plus travailleurs, artistes, savants, écrivains. Le prix vaut en lui-même, autant que par sa récompense. C’est ce que signifie le commentaire, par le conseil municipal de Rouen, d’un legs créant des distributions de livrets de caisse d’épargne : « La jeune population de notre ville ne recevra pas seulement, dans la fondation Mulot, un élément de bien être, elle y puisera surtout un encouragement à bien faire, plus précieux assurément que le don lui-même » (1876).

  • 92 « On assiste, depuis 1870, à une floraison des “romans de la victime”, concernant surtout les pers (...)

118Si le don n’explique pas la société, la société explique le don. L’imaginaire social sous-jacent derrière les prescriptions des donateurs est celui d’une société où la pauvreté est présente, mais qui pense que de bonnes institutions de bienfaisance, et les progrès de la science, en viendront à bout. C’est une société où les pauvres sont reconnaissants, et sortent de leur situation par le travail, l’épargne, l’école, la vertu. Comme dans les romans populaires92, la victime, après ses malheurs, est récompensée : A. Martin, de Nîmes, veut créer un prix au capital de 10 000 F, pour « une très honnête famille d’ouvriers pauvres », qui a élevé ses enfants, soutenu ses vieux parents. Ce prix sera comme « la première assise d’une aisance future » (1892). Cette société est rurale. Les pères y sont respectés, les jeunes filles vertueuses, les garçons prennent en charge leurs parents. Mais cet idéal, sans doute plus présent chez les donateurs, population âgée, que dans le reste de la population, n’est pas sans rapport avec la société réelle. La France est rurale. Les ménages y ont privilégié sinon l’enfant unique, du moins l’enfant rare, sur qui l’on reporte son affection et ses espoirs. L’assistance publique n’est due qu’à défaut des secours de la famille : elle n’est que très lentement affirmée comme un droit. Pour le plus grand nombre, l’école est la première étape de la promotion, par la petite entreprise et la fonction publique, bien plus que l’enrichissement capitaliste. L’égalité démocratique sourcilleusement affirmée n’est pas exclusive du respect des hiérarchies fondées sur le savoir, le mérite. La distance entre la France réelle et la France que veulent réaliser les donateurs n’est pas si grande qu’on ne puisse pas, par une action modeste mais exemplaire et multipliée, essayer de la combler.

Conclusion

  • 93 Il y a même le cas limite de ceux qui prévoient la capitalisation des revenus du capital qu’ils do (...)
  • 94 Ou en retrouvant ce chemin, car l’on peut considérer que le mouvement philanthropique, décrit par (...)

119Car les donateurs veulent agir. Si une très petite minorité se contente de vouloir partager avec d’autres des satisfactions esthétiques, la grande masse veut, par son don, infléchir les comportements de ses concitoyens, améliorer les institutions existantes, convaincre. Par la situation sociale qui était la sienne (rappelons la forte proportion de femmes parmi eux), le donateur n’a pu toujours agir par lui-même, sur le terrain social ou politique. Par un souci de son confort bien compréhensible, il a souvent (4 fois sur 5) repoussé à plus tard, après sa mort, l’action à mener. Mais il lui reste une arme : ce qu’il a. De l’avoir, il fait un pouvoir. Jusqu’au chantage parfois, lorsque certaines conditions impératives sont introduites ! Plus souvent, ses biens seront chargés de réaliser après lui93 ce dont il avait rêvé. Et c’est là que se situe la limite. Ce rêve, chez beaucoup, manque souvent d’imagination. D’abord parce que l’État balise strictement pendant toute cette période, par la réglementation des dons et legs, les limites de ce qu’il juge « d’utilité publique ». Ensuite parce que ce rêve est bien souvent solitaire, manquant du dynamisme qui naît de la confrontation des idées et de l’action collective. L’écart entre Paris et la province est ici parlant, que ce soit pour les grandes donations aux universités, corps savants, fondations nouvelles (pensons à la création du Musée Social par le comte de Chambrun et aux multiples innovations d’Albert Kahn), ou pour les libéralités en faveur des associations humanitaires. Pourtant, le don, en trouvant94 peu à peu le chemin des associations, des fondations, ouvrait de nouvelles perspectives que le second xxe siècle allait voir se déployer.

Notes

1 Pour Paris les données sont tirées du relevé fait par Marescot du Tilleul, L’Assistance Publique à Paris, ses bienfaiteurs et sa fortune mobilière, 1904, 2 vol. Pour les trois villes de province, Angers, Nantes, Rouen, on a utilisé les dossiers établis par les préfets lors de l’instruction de chaque affaire, aux archives départementales des départements respectifs (série 4 O à Angers, série 4 OP à Rouen, série X à Nantes), dossier complété pour Rouen par le registre des dons et legs des archives du bureau de bienfaisance communiqué par M. Y. Marec.

2 Revue des Établissements de bienfaisance, 1903, p. 382.

3 Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine, 1925, testament de 1925.

4 Dislère, Notes sur les dons et legs de 1908, J.O., 6 juin 1909.

5 Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine, 1901. C’est la commune de Sainte-Eulalie (département non précisé) qui est légataire.

6 Marescot du Tilleul, L’Assistance Publique à Paris…, t. II, p. 970.

7 Calcul d’après le Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine : on a compté comme formes traditionnelles les libéralités aux hôpitaux et bureaux de bienfaisance, comme formes nouvelles les libéralités charitables confiées aux communes, et les libéralités aux sociétés reconnues d’utilité publique charitables.

8 André Gueslin, Gens pauvres, pauvres gens dans la France du xixe siècle, 1998, p. 69.

9 A.N. F17 14620.

10 Pierre Gauja, Les fondations de l’Académie des Sciences, 1917.

11 P. Gauja, op. cit., p. 376.

12 A.N. F17 13014. Il fait ce legs à l’Académie française, mais le Conseil d’État invite l’Académie des sciences à revendiquer le legs. Il lègue aussi 30 000 F à la ville de Mirecourt, pour faire exécuter des statues de Jeanne d’Arc et de Victor Hugo.

13 A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/57, et A.N. F19 15640/1.

14 P. Gauja, op. cit., et Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine, 1911.

15 A.N. F17 14644, « Relevé des dons et legs autorisés… par le ministre de l’Instruction Publique », 1909. Zaharoff, financier d’origine grecque, 1849-1936.

16 Notice dans Les donateurs du Louvre, 1989.

17 A.N. F17 14621. Le legs est fait à l’Institut, et le prix est alternativement décerné par l’Académie des sciences et l’Académie française.

18 Marescot du Tilleul, L’Assistance Publique…, t. I, p. 670. et G. Cros-Mayrevieille, Traité de l’Assistance hospitalière, 1912, III, p. 280.

19 A.N. F17 13007

20 A.N. F17 14621.

21 A.N. F17 14621.

22 A.D. de Seine-Maritime, 4/OP/447, et Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine, 1901. Le défunt, qui habitait Courbevoie, âgé de 81 ans lors de la rédaction du testament, léguait aussi des biens (modestes en proportion de sa fortune) à une demoiselle Bichel. Les héritiers plaidèrent contre la ville et contre « la fille Bichel ». Ils soutenaient que le prix était contraire aux lois et à l’ordre public. La ville de Rouen accepta une transaction (3 MF aux héritiers).

23 Christine Clerc, Fondation Rothschild, 130 ans de solidarité, s. d., p. 104 ; M.-J. Dumont, La Fondation Rothschild et les premières habitations à bon marché de Paris, 1900-1925, 1984, passim ; H. R. Lottman, La Dynastie Rothschild, 1994, p. 81, p. 130.

24 A.N. F17 13015. Il donne aussi 200 000 F à la ville de Paris pour fonder deux écoles laïques, et à la Société philanthropique. L’Académie, gratifiée du legs « nataliste », veut le refuser, en 1883 l’affaire n’est pas réglée, mais l’Académie ne semble pas avoir accepté. Dans le dossier, se trouvent des lettres de candidature pour le prix.

25 Aussi la situons-nous plutôt parmi les legs militants (voir infra).

26 Il s’agit très certainement ici de se distinguer de la Fondation Lamy, en faveur de familles paysannes catholiques (voir infra).

27 La Médaille de la Famille française, créée le 26 mars 1920, prend pour base 5 enfants légitimes. (Yvonne Knibielher et Catherine Fouquet, Histoire des Mères, 1977, p. 306 de l’édition de poche).

28 Ils sont aussi critiqués, par certains courants féministes, et par Jules Moch, dans L’OEuvre, 11 août 1934, « Cette misère de Prix Cognacq. Combien d’hommes imposent à leur femme une cinquième naissance, ayant entendu qu’ils toucheraient 10 000 F » (cité par Christine Bard, Les Filles de Marianne. Histoire des Féminismes, 1919-1940, 1995, p. 367).

29 A.N. F17 14620 ; il fait aussi des legs particuliers à des oeuvres protestantes, à la commune et au bureau de bienfaisance de Saint-André de Valborgne, à l’Alliance française (1932).

30 S. Lippens, La Bienfaisance en Vendée au XIXe siècle, 1994, p. 69.

31 A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/231.

32 M.-P. Bresson, L’expression du sentiment d’appartenance à une communauté…, 1993

33 C.-I. Brelot, « Noblesse et évergétisme urbain en France, 1840-1914 », Le social dans la ville en France et en Europe, 1750-1914, 1996, p. 184.

34 Yannick Marec, Pauvres et philanthropes à Rouen au xixe siècle, 1981, p. 41.

35 Deshayes, curé d’Auray, écrit en 1823 : « Je viens de trouver une personne qui me donnera 8000 F pour acheter la maison et l’enclos des Ursulines de Ploërmel afin d’y faire un établissement de nos frères », (C. Langlois, Le diocèse de Vannes au xixe siècle, 1974, p. 370-371).

36 Sur 193 dossiers antérieurs à 1880, dans 4 départements (Aube, Creuse, Maine-et-Loire, Morbihan, A.N. F17).

37 Les Donateurs du Louvre.

38 P. Gauja, Les Fondations de l’Académie des Sciences, 1917, passim. L’Insitut de France, 1907, t. II, signale comme anciens membres fondateurs de prix : Lalande, Lallemand, Montagne, Serre, Vaillant, Gay, du Moncel, Janssen, Lannelongue, et les veuves de Laplace, Delalande-Guérineau, Damoiseau, de Pontécoulant, Reynaud, Savigny.

39 A.N. F17 14675 : Jules Flammermont, professeur d’histoire à la faculté des lettres de Lille, lègue tous ses biens à la faculté des lettres de Paris, pour créer une caisse de prêts pour des secours à des étudiants en histoire moderne (« depuis 1715 »).

40 Louis Aucoq, L’Institut de France, 1889.

41 Sur 402 dossiers de libéralités à l’Institut, Académie française, Académie des beaux-arts, Académie des inscriptions et belles-lettres, faculté de pharmacie de Paris, faculté des lettres de Paris. Il s’agit pour 20 % des intellectuels eux-mêmes, pour 13 % de leurs veuves, enfants, descendants.

42 Jules Montariol, membre du Caveau, lègue 10 000 F à l’Académie française, pour qu’elle couronne tous les deux ans la meilleure chanson (testament de 1888, décret de 1892). Mais l’Académie, fort embarrassée, décide de ne pas décerner le prix en 1895, et d’y renoncer, ce qui pose beaucoup de problèmes au Conseil d’État (A.N. F17 13013).

43 Rapport annuel sur la Caisse des recherches scientifiques, J.O., 24 juin 1911.

44 20 août 1909, Georges Thiébaut. Cet article est provoqué par un autre legs à l’Académie française (legs Esperonnier, A.N. F17 13010).

45 N. Ploquin, La bienfaisance dans le Loiret au xixe siècle à travers les dons et legs, 1994, p. 89.

46 Donation Couscher, A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/404.

47 A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/75.

48 Un exemple original par son importance : M. Paris de la Bergère lègue 180 000 F à l’hôpital d’Orléans, pour fonder 18 lits, pour 18 pauvres de 18 communes, 1869 (N. Ploquin, La bienfaisance dans le Loiret, p. 92).

49 Ainsi la maison de retraite fondée par les Chardon-Lagache reçoit-elle des vieillards qui peuvent en partie payer.

50 E. Knoepflin, Les bienfaiteurs des pauvres au xixe siècle…, 1862, p. 148.

51 Ibid., p. 18.

52 On trouve aussi des libéralités pour l’embellissement des temples. Ainsi ce legs (1896) au conseil presbytéral de Nages (Gard) de 400 F pour « une coupe avec son assiette pour les baptêmes, et une burette pour la Sainte-Cène » (A.N. F19 10087).

53 Les frères Dutuit donnent à la ville de Rouen la sacristie reconstruite de Saint-Maclou, avec obligation de détruire la sacristie actuelle – la procédure s’étale de 1890 à 1899 (A.D. de Seine-Maritime, 4/OP/445)

54 A.N. F19 15037. Le même donne à la commune une horloge sonnant les heures et demies, portant sur son cadran Don de M. Charles Bezançon.

55 A.D. des Deux-Sèvres, 4/O/2, registre : en 1900, Charles Clisson donne 20 000 F pour la construction du pont de Chalenton (Azay-sur-Thouet). Madame Desjobert fait en 1878 une donation au préfet des Landes de 400 000 F, pour construire un pont de Pierre sur l’Adour à Saubusse, « Je veux que ce pont serve gratuitement et à perpétuité au public » (G. Reverdy, Les Routes de France au xixe siècle, 1993, p. 231).

56 Le legs du chanoine Audra, mort en 1823, complété par une souscription, permet de creuser un puits artésien à Dijon (Histoire de Dijon, 1987, p. 269). Gally donne en 1851 50 000 F pour le pompage des eaux de l’Aveyron, à Rodez, et en 1855, 200 000 F pour l’adduction de l’eau (Histoire de Rodez, 1981, p. 252).

57 Dumaine à Luçon : « Toute ma propriété […] deviendra un jardin public gratuitement ouvert à la promenade des habitants le dimanche et les jours de grandes fêtes » (1871) (S. Lippens, La bienfaisance en Vendée…, p. 62). Parissot, lègue sa propriété pour établir une promenade publique à Bernay (Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine, 1911). Cela peut apparaître aussi en campagne : Madame Gougeon de Cerisay lègue (1878) aux habitants de Coulombiers (Sarthe) le droit de « se promener dans le bois du Breil le dimanche comme bon leur semblera ». Vingt ans plus tard, les héritiers rachètent ce droit à la commune (A.D. de la Sarthe, 4/O/144).

58 A.N. F17 8192 : Alexis Bauchez lègue tous ses biens au collège de Gray « pour le développement des mathématiques par un cours de mathématiques spéciales préparant à l’École Polytechnique » (1830) ; les héritiers réclamèrent (sans succès) en signalant que le collège de Gray n’avait que 50 ou 60 élèves, et que même pas trois d’entre eux arrivaient chaque année en rhétorique.

59 A.N. F17 14681. Donation d’une rente de 50 F, par M. Charles Pouthas, professeur au lycée Janson de Sailly, en mémoire de son père, proviseur et historien du lycée de Caen (1926).

60 A.N. F17 13005. Mlle Dosne est la belle-soeur de Thiers. L’hôtel de Thiers avait été rebâti aux frais de l’État après sa destruction sous la Commune.

61 Une liste déjà longue dans l’ouvrage de Lurieu, Situation administrative et financière des hôpitaux et hospices de l’Empire, 1869. Dans les libéralités de plus de 500 000 F signalées par Dislère dans ses notes au Journal Officiel, les créations d’hospices ou d’asiles de vieillards sont nombreuses.

62 Cité par S. Lippens, La bienfaisance en Vendée…, p. 70.

63 Ainsi, en 1820, Mlle Jolivet a fait un legs pour « l’éducation des petits garçons les plus pauvres » de Martigné. Elle est morte en 1824, et ce n’est qu’en 1836 que la commune se préoccupe d’obtenir l’autorisation d’accepter : la loi Guizot était passée par là ! (A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/270 et A.N. F15 1597). Dans notre échantillon départemental, 7 % des donateurs avant 1833 font une libéralité en faveur de l’enseignement primaire, et la proportion reste la même ensuite.

64 Biographies aveyronnaises, I, p. 50 sqq.

65 Herbert Lottman, La dynastie Rothschild, 1994, p. 338.

66 A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/57.

67 A.N. F17 14675. Pour les universités, selon Christophe Charle, (La République des Universitaires, 1994, p. 345), ce n’est qu’en 1906 que cette préoccupation apparaît. Michonis est donc particulièrement novateur.

68 Catalogue de l’exposition : Albert Kahn. Réalité d’une utopie, 1995.

69 N. Ploquin, La bienfaisance dans le Loiret…, p. 164. Legs novateur ? En 1851 et 1853, l’État a encouragé la création de bains populaires, mais 8 villes seulement ont demandé une aide (Jacques Leonard, Archives du corps. La santé au xixe siècle, 1986, p. 131).

70 A.N. F17 13015. Anaïs Ségalas avait écrit de nombreuses comédies, poèmes, dans les années 1840- 1860.

71 S. Lippens, La bienfaisance en Vendée au xixe siècle, 1994, p. 60.

72 Marescot du Tilleul, L’Assistance Publique…, I, p. 561. En revanche, Madame de Clocheville se contente de demander que son hôpital soit tenu par des soeurs de Saint-Vincent de Paul « autant que cela sera possible », et ajoute : « Je n’entends du reste déroger à aucune des règles d’administration établies par les lois pour le gouvernement des établissements publics » (cité par M.-P. Bresson, L’expression du sentiment d’appartenance…).

73 En 1909, M. Porteneuve lègue 350 000 F à l’Académie, pour récompenser « la meilleure oeuvre ou institution laïque française mettant le mieux en action l’influence heureuse de la morale énergique laïque sur le bien-être de l’individu comme de la société », et l’Académie accepte (A.N. F17 13014) ; mais par la suite, on n’a pas trace de libéralités de ce type.

74 A.N. F17 14625, donation Gallet, professeur au grand séminaire de Nancy (6 000 F de rente).

75 En fait, beaucoup de bienfaiteurs faisant des legs charitables, cette situation n’est pas très fréquente. C’est par exemple le cas de M. Papin-Dupont, « le Saint-Homme de Tours », dont le testament est analysé par O. Metais-Thoreau, « Sainteté et gestion du patrimoine au xixe siècle. À propos du testament et de l’inventaire après décès de M. Papin-Dupont », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1993, 2, p. 204-216. Ce saint homme fait des legs charitables et des legs à des oeuvres de piété.

76 A.C.E., carton « legs 2 ».

77 Jurisprudence Générale Dalloz, 1855, 1, 454 ; T. Tissier, Traité théorique et pratique…, 1896, t. I, p. 160 ; Marescot du Tilleul, L’Assistance Publique à Paris…, 1904, t. II, p. 820.

78 A.N. F17 14623, et Archives du Conseil d’État, section de l’Intérieur, procès-verbaux, 15 mars 1910. L’avis est d’ailleurs recopié intégralement sur le registre des procès-verbaux.

79 A.N. F17 13012. Le testament est de 1886, le décès de la testatrice de 1907.

80 A.N. F17 14619.

81 J.-L.Marais, Les Sociétés d’hommes. Histoire d’une sociabilité du xviiie siècle à nos jours. Anjou, Maine, Touraine, 1986, passim.

82 A.N. F17 14620. Ce prix est fondé par la légataire universelle de Jules-Paul Audéoud, banquier, décédé en 1885. Son fils, Jules Maurice (1864-1907), fera de l’État son légataire universel (7,5MF pour l’acquisition d’oeuvres d’art par le Louvre).

83 Janet Horne, « Le Musée social à l’origine : les métamorphoses d’une idée », le Mouvement Social, 1995, juin, p. 47 sqq.

84 Cité par Christophe Marchand, L’évergétisme des élites municipales de la Haute-Saône au xixe siècle, 1987, p. 134.

85 La thèse récente de Pascale Quincy-Lefebvre, De l’enfance insoumise à l’enfance difficile…, 1995, décrit l’arrière plan mental de ces dons : au xixe siècle, « l’insoumission d’un fils ingrat, la violation de l’autorité du père est vue comme une menace pour l’ordre public » (p. 122). Elle note aussi, chez les parents demandant des mesures correctives pour leurs enfants, l’angoisse de la vieillesse, de la pauvreté (p. 615). La courbe des demandes de « corrections », établie par B. Schnaper, qu’elle reproduit (p. 361), montre une remontée brutale des demandes en 1894-1898.

86 En 1925, dans les 180 legs publiés au Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine, 4 testateurs prévoient des rosières (dont deux emploient l’expression même).

87 A.N. F17 13010.

88 A.N. F17 13014. Le vicomte de Voguë, chargé du discours sur les prix de vertu, en 1909, évoque avec ironie ces prix créés pour les servantes mal payées toute leur vie, J.O., 20 novembre 1909.

89 Madame Rativeau a légué 2 000 F pour acheter des livres de prix (1878). Le legs est autorisé en 1894. Dès 1894, on remplace les livres par 4 livrets de caisse d’épargne (A.D. de l’Yonne, 4/O/70).

90 Formule de Bigot, créant un prix d’honneur (capital 2 000 F) dans sa ville natale de Thouars, 1870 (A.D. de Maine-et-Loire, 4/O/73).

91 Sylvain Rappaport, « Les silences de la vertu », Bulletin de la Société d’histoire de la Révolution de 1848…, 1994, p. 28-35. C’est à partir de 1831 que le silence est brisé.

92 « On assiste, depuis 1870, à une floraison des “romans de la victime”, concernant surtout les personnages féminins, allant de chute en chute vers la rédemption finale […]. L’innocent est devenu le héros ; le rétablissement de la norme s’opérera donc en fonction de l’intervention d’un dépositaire de la norme, mandaté par la société à cet effet » (Y. Olivier-Martin, Histoire du roman populaire en France, 1980, p. 153). On a parfois l’impression que les donateurs veulent jouer le rôle de la Providence.

93 Il y a même le cas limite de ceux qui prévoient la capitalisation des revenus du capital qu’ils donnent, et qui prévoient donc des réalisations futures, dans des décennies. Ainsi Guilhem (1865) donne 10 000 F à la ville de Brest, dont les revenus seront capitalisés pendant 100 ans, pour construire à ce moment un musée de peinture, sculpture, histoire naturelle, qui portera son nom. Des testateurs prévoient la capitalisation des revenus de leur legs, pour fonder un hospice.

94 Ou en retrouvant ce chemin, car l’on peut considérer que le mouvement philanthropique, décrit par Catherine Duprat, avait déjà ouvert des voies novatrices.

Table des illustrations

Légende Testaments désignant les pauvres de la ville ou le bureau de bienfaisance par rapport au total des libéralités en faveur des pauvres pour chaque période.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18131/img-1.png
Fichier image/png, 41k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search