Version classiqueVersion mobile

Histoire du don en France de 1800 à 1939

 | 
Jean-Luc Marais

Chapitre VIII. Qui sont les donateurs ?

Texte intégral

1C’est un trait constant des écrits de circonstance du xixe siècle que de célébrer la générosité croissante des Français. Un texte anonyme de la première année de la Revue des Établissements de bienfaisance développe ce thème classique :

  • 1 Revue des Établissements de bienfaisance, 1886, p. 193.

« Nous éprouvons un sentiment d’orgueil national en constatant qu’en notre pays, le budget de l’assistance puise dans la charité privée le plus clair de ses revenus. C’est un vieil usage, en France, que de faire sur ses biens une part pour les pauvres […]. On retrouve cette tradition chez toutes les classes de la société. L’attention publique n’est guère appelée que sur les largesses des bienfaiteurs opulents, se chiffrant par millions. Mais ceux, qui par leur situation, peuvent suivre les choses de près, savent dans quelle large mesure les modestes fortunes contribuent à former la dotation des établissements de bienfaisance par des dons de quelques milliers, de quelques centaines de francs1. »

2Discours quasi officiel puisqu’il est repris presque mot pour mot en 1912, quoiqu’élargi à d’autres bénéficiaires.

  • 2 Gabriel Cros-Mayrevieille, Traité de l’Assistance hospitalière, 1912, III, p. 279.

« Des libéralités importantes sont faites tous les jours aux divers établissements charitables de notre pays et tous les jours des largesses nouvelles viennent créer des œuvres éminemment utiles, auxquelles on n’avait pas encore songé. On trouve cette tradition dans toutes les classes de la société ; ceux qui suivent les choses savent dans quelle large mesure les modestes fortunes contribuent à former la dotation de nos institutions de bienfaisance. Chacun veut laisser son obole aux pauvres de sa ville natale, de son département ou de sa patrie2. »

  • 3 Emile Bazin, Pratique de la charité envers les familles ouvrières, 1901, p. 219.

3En 1901, le chanoine Bazin, prêtre angevin, après avoir lui aussi évoqué les pauvres qui donnent, poursuit : « Mais le nombre de personnes aisées et même riches, et même opulentes, qui ne donnent pas à beaucoup près autant qu’elles pourraient et devraient donner, ou même (avant d’écrire, j’ai pesé tous les mots) qui ne donnent rien, est sans contredit très considérable3. » Deux points de vue, non contradictoires d’ailleurs, qu’il nous faut maintenant confronter à la réalité.

  • 4 Nous remercions vivement Claude-Isabelle Brelot qui a mis à notre disposition les travaux de ses é (...)

4Pour atteindre cette réalité, c’est-à-dire les donateurs ordinaires, nous avons, à partir du dépouillement des dossiers d’autorisation, constitué un fichier, formé de plusieurs types de fiches. 1903 fiches ont été remplies à partir du dépouillement de dossiers préfectoraux, choisis uniquement sur des critères géographiques (un département, une ville, des communes géographiquement proches), sans exclure aucune forme de libéralités. Rappelons les justifications de ce choix : seuls ces dossiers prennent en compte l’ensemble des libéralités d’un individu. Malgré tout, ils sont rarement « complets », certaines informations manquent, en particulier sur la fortune, souvent aussi sur la situation sociale. Ce premier ensemble forme notre fichier « provincial », constitué par 1119 fiches du Maine-et-Loire, et 784 fiches d’autres départements : Sarthe, Deux-Sèvres, Allier, Yonne, Gard, Ariège, Creuse. Si nous estimons qu’il y a eu entre 1800 et 1939 autour de 200 000 libéralités, notre « sondage » départemental est donc un sondage à 1 %. Pour contrebalancer le caractère provincial de ce fichier, et faute de pouvoir travailler directement sur les dossiers de Paris (non classés), nous avons constitué un autre fichier, en dépouillant le Recueil des Actes administratifs de la préfecture de la Seine, pour 1901, 1911, 1925. Dans ces Recueils sont publiés, après 1896, les extraits de testament des personnes décédées dans le département, contenant la liste de tous leurs legs soumis à autorisation, qu’ils soient à destination d’institutions situées dans le département, ou hors de celui-ci. Les informations sur les testateurs sont peu nombreuses : le sexe, parfois le statut professionnel, la date du testament et la date du décès. Malgré ses limites, ce fichier nous permet de disposer de 610 fiches d’habitants de la Seine. Les autres fichiers dont nous disposons sont constitués sur une autre base puisqu’ils sont bâtis autour d’un certain type de libéralités : les libéralités envers les institutions religieuses, les collèges, etc., examinées par le pouvoir central, les libéralités en faveur du bureau de bienfaisance de Nantes ou de Rouen, etc. Nous avons constitué un dernier fichier en dépouillant systématiquement les dossiers de libéralités à l’Institut, à l’Académie française, à l’Académie des sciences morales et politiques. Certes, ces 402 dossiers ne contiennent pas toujours le testament intégral, mais ils fournissent un ensemble homogène, particulièrement intéressant. Cet ensemble de 4 125 fiches a été complété, pour des comparaisons, par l’utilisation de travaux existants4.

5Nous présenterons d’abord, essentiellement à partir du fichier provincial et du fichier parisien, une taxinomie des donateurs selon divers critères (sexe, âge, profession, fortune, acte créant la libéralité, nombre de libéralités). Puis, nous reprendrons les divers types de libéralités, et nous tenterons de les mettre en rapport avec certaines caractéristiques de leurs auteurs. Puisque désormais c’est le donateur qui nous intéresse prioritairement, dans son geste, c’est la date de ce geste (date du testament, de la donation) que nous prendrons en compte, et non la date du décès, ni celle de l’autorisation.

L’ensemble des donateurs

Les individus

  • 5 Calcul sur 1 879 fiches.

6Sur l’ensemble des dons et legs de l’échantillon départemental, on a 47,4 % d’hommes, 49,7 % de femmes, 2,7 % de couples (essentiellement pour des donations)5. Mais il est plus significatif de faire apparaître l’évolution de ce ratio.

7Cette évolution reflète un phénomène culturel (l’affirmation des femmes), et un phénomène démographique (l’augmentation de leur part dans la population, à partir de 1866). Le rôle du facteur culturel apparaît si l’on compare les dons et les legs. On peut considérer que le don correspond à un comportement plus autonome et plus novateur, donc, dans la société du xixe siècle, à un comportement plus masculin, alors que le legs est plus traditionnel.

  • 6 Calcul sur 770 dossiers citadins, et 754 dossiers ruraux.

8Ceci se confirme si l’on considère le domicile du bienfaiteur : la part des femmes est plus forte en ville qu’en campagne, et l’on peut supposer que les citadines sont plus novatrices que les rurales (période 1800-19146).

9Parmi les testateurs parisiens de 1901 et 1911, la part des femmes est de 52 %, et de 57 % en 1925.

10D’autres travaux fournissent des données légèrement divergentes, pour la période 1800-1914.

  • 7 S. Lippens, La bienfaisance en Vendée…, 1994, calculé à partir de p. 38-39.

11Note 77

  • 8 F. Arnoult, L’évergétisme dans le Doubs…, 1991, p. 86.

12Note 88

  • 9 N. Ploquin, La bienfaisance dans le Loiret…, 1994, p. 142.

13Note 99

14En ce qui concerne l’état matrimonial, les dossiers sont souvent incomplets, en particulier pour les hommes. Aussi nous contenterons-nous de présenter la situation des femmes, dans notre échantillon et dans d’autres études.

  • 10 N. Bertin, La noblesse, les œuvres et la bienfaisance dans les villes d’Indre-et-Loire, 1995, p. 1 (...)

15Note 1010

16Le poids des femmes seules est incontestablement élevé, et ceci est facile à comprendre. D’une part, la situation juridique de la femme ne lui permet pas de faire de donation sans l’autorisation de son mari. D’autre part, si les femmes peuvent librement tester, elles ne testent en faveur des institutions qu’à défaut d’autres héritiers, ou qu’après le décès de leur conjoint, comme les hommes, nous le verrons. Dans un couple sans héritier direct, très généralement les biens sont transmis au conjoint survivant, puis celui-ci en dispose. La femme étant généralement plus jeune que l’homme, il est logique que ce soit elle, veuve, qui transmette les biens.

  • 11 Il s’agit de l’âge lors de l’acte créant la libéralité. Calcul sur 598 fiches.

17À quel âge donne-t-on ? Les donateurs comme les testateurs sont âgés. Sur l’ensemble de la période 1800-1939, ils ont en moyenne 67 ans (sans écart entre les hommes et les femmes)11. Cet âge suit la progression de l’espérance de vie, puisqu’il passe de 65 ans de 1800 à 1850, à 66,4 ans de 1851 à 1914, et à 70,6 ans de 1915 à 1939. La proportion de ceux qui donnent avant 60 ans décroît au cours des trois périodes considérées : 34 %, 23,2 %, 13,4 %. Au vieillissement de la population s’ajoute le fait que l’on attend de plus en plus tard pour tester : la proportion de testaments rédigés moins de deux ans avant le décès passe, sur les trois périodes, de 32 % à 34 % et à 49 %.

  • 12 Nous avons rapatrié les femmes sans profession indiquée dans la catégorie de leurs maris, quand el (...)

18Il est difficile de situer socialement les donateurs ou testateurs. Les mentions de la profession sont rares, puisqu’il s’agit de personnes âgées, présentées généralement comme propriétaires, ou rentiers. Le tableau que l’on peut présenter n’a donc pas une très grande signification. Nous y avons adjoint les résultats de deux autres études, en laissant de côté la catégorie des propriétaires, trop floue pour être significative12.

  • 13 À noter que les 5 cantons étudiés par F. Arnould sont des cantons ruraux.

19Note 1313

  • 14 Nous avons considéré comme nobles tous les porteurs de titre ou de particule. Nous avons intégré l (...)

20Groupe relativement facile à repérer, les nobles14 forment 9 % de notre échantillon, donc largement plus que leur place dans la société française.

  • 15 Calcul sur 390 fiches où le testament intégral est présent. En Vendée, le taux global est de 37 % (...)

21Quand une copie intégrale du testament est présente dans le dossier, nous disposons d’une autre donnée : les legs particuliers aux domestiques, fermiers. Sommes une fois données, rentes viagères, une année de loyer, mobilier, sont les formes les plus fréquentes de ces legs. L’interprétation de ce geste est difficile. La présence de domestiques est certes un marqueur social, mais on peut penser que les libéralités en leur faveur sont plus fréquentes chez les personnes qui font des legs aux institutions que sur l’ensemble de la population. Quoiqu’il en soit, 39 % des testateurs de notre échantillon font ce type de legs15.

22Normalement, les autorités doivent s’enquérir de la fortune du donateur, avant d’autoriser la libéralité. Malgré cette règle, cette mention n’est pas présente dans tous les dossiers, ou est présentée de façon statistiquement inutilisable : « a une fortune suffisante » (en cas de donation), « belle fortune ». En regroupant les indications existantes, on établit le tableau suivant (1800-1914).

  • 16 La méthode de F. Arnould est différente et exemplaire, puisqu’elle a recherché le montant des fort (...)

23Note 1616

  • 17 Faisons les rapprochements suivants (sommaires, puisque ne reposant pas sur les mêmes bases chrono (...)

24En Vendée, où la tradition du legs n’existe pas, la faiblesse de l’effectif des petits donateurs s’accompagne d’une sur-représention des grosses fortunes. C’est à peu près l’inverse dans le Doubs, d’autant que les cantons étudiés sont ruraux. Notre propre échantillon, plus diversifié, montre que les dons et les legs sont certes le geste de personnes riches17, mais que les donateurs se recrutent également dans toutes les couches qui disposent d’une certaine aisance sans pourtant atteindre la grande richesse.

La valeur de leurs dons

25On peut établir une valeur moyenne des sommes léguées par les donateurs ou testateurs de notre échantillon. Comme tout calcul en valeur, ces données sont facilement perturbées par quelques grosses libéralités. Elles font cependant apparaître que le don moyen de chaque donateur est largement supérieur aux dons moyens établis dans les chapitres précédents, reçus par les divers types d’établissements. C’est bien logique, puisque chaque donateur gratifie souvent plusieurs établissements de ses libéralités. Son don total est donc la somme de divers dons particuliers.

Valeur moyenne du don d’un donateur ou testateur (en F courants).

  • 18 Pour 1800-1914, le don moyen est de 16 424 F; en Vendée, pour la même période, il est de 8 661 F ( (...)

26Note 1818

27Plus intéressante, la répartition en pourcentage des sommes léguées selon leur valeur.

28Dans la seconde moitié du xixe siècle, on constate l’enrichissement du pays, mais aussi la place de plus en plus importante des gros donateurs (plus de 50 000 F). Assez logiquement, les libéralités des testateurs de la Seine sont plus élevées.

29En reprenant nos données pour pouvoir les comparer avec deux études antérieures, on peut établir le tableau suivant (1800-1914) :

  • 19 Le poids des très petites libéralités dans le Doubs (22 % de libéralités de moins de 100 F) nous p (...)

30Même si certaines distorsions restent peu explicables19, il apparaît clairement que les libéralités sont, pour une très grande part, des libéralités de valeur moyenne, correspondant à la place dans la société des donateurs aux fortunes moyennes.

  • 20 6 % dans le Loiret, étudié par N. Ploquin (op. cit., p. 44). Même donnée en Vendée (S. Lippens, op (...)
  • 21 Calcul sur 1 297 et 217 dossiers.
  • 22 Assez curieusement, on connaît mal la valeur des legs universels, car les ordonnances ou arrêtés d (...)
  • 23 Calcul sur 73 cas provinciaux où la valeur est connue, soit un peu plus de la moitié des legs univ (...)

31La question est donc celle du rapport entre le don et la fortune du donateur, fortune que nos sources n’indiquent qu’en cas de testament. Combien font un legs universel ? 9,4 % des testateurs de 1800 à 191420, 17,5 % ensuite21, dans l’échantillon départemental. Dans la Seine, 14,5 % en 1901-1911, 24,6 % en 1925. Le legs universel, d’abord plutôt féminin (57 % de femmes entre 1800 et 1850, dont beaucoup de célibataires), se masculinise entre 1850 et 1914 (54 % d’hommes), pour redevenir féminin après la guerre (54 % de femmes). Ces legs universels sont des legs de fortunes de valeur variable, très médiocres aussi bien qu’élevées22. De 1800 à 1914, ils se répartissent ainsi23 :

  • 24 Calcul sur 249 cas provinciaux, de 1800 à 1939.

32On peut, dans un petit nombre de cas, calculer le rapport entre le don et la fortune du donateur. En laissant de côté les legs universels, on constate que 57 % des testateurs lèguent moins de 10 % de leurs biens, 30 % de 11 à 50 %, 12,4 % plus de 50 %24.

33Le don moyen des hommes est plus important que celui des femmes : 19 257 F, contre 14 846 F (1800-1914). Mais pour annuler l’effet perturbateur des grosses libéralités, mieux vaut examiner la répartition des libéralités selon leur montant.

Répartition des libéralités selon le sexe et l’état matrimonial (1800-1914).

  • 25 E. Richard, « Des veuves riches au xixe siècle », Les Femmes et l’argent, Colloque 1985, Centre d’ (...)
  • 26 Et qui peuvent d’ailleurs être chargées par celui-ci de la réalisation de legs.

34Si les hommes sont plus généreux que les femmes, ce n’est sans doute dû qu’à leur statut économique. En effet, ils sont dépassés dans leur générosité par les veuves, qui bien souvent cumulent leur fortune et celle que leur a léguée leur mari25, et qui ont, de par leur veuvage, retrouvé la liberté de disposer de leurs biens26. En revanche, les femmes célibataires, même si elles sont bien représentées (30 % de l’effectif féminin), ne peuvent disposer que de leurs biens de famille, et éventuellement des quelques économies d’un travail au statut bien souvent médiocre : d’où le poids des petites libéralités (12,8 % de libéralités de moins de 300 F, proportion double de celle de l’ensemble des femmes, alors que pour les hommes, la proportion est de 7,3 %).

35Si la propension à donner, dans une région déterminée, ne semble pas différente en ville et en campagne, dans la première moitié du xixe siècle, donateurs des villes et donateurs des campagnes ne se distinguent pas quant à la valeur de leurs libéralités. L’écart se creuse ensuite, reflétant l’enrichissement plus rapide des villes, et sans doute aussi la multiplication des bénéficiaires potentiels, plutôt urbains.

La répartition des dons

36Nous avons jusqu’ici considéré comme un tout l’ensemble des dons d’un même personnage. Mais si certains ne donnent qu’à une institution (c’est le cas de 93 % des auteurs de donations), beaucoup veulent répartir leurs libéralités vers de multiples bénéficiaires.

  • 27 Selon la Statistique générale de la France, dans le dernier tiers du siècle, le rapport était aux (...)

37Un testateur sur deux, au xixe siècle, fait donc plusieurs libéralités, la moyenne étant de 2,1 libéralités par testateur27. Cette diversité se réduit au xxe siècle dans notre échantillon provincial, en raison de la place prise par les legs à charge d’entretien de tombe, qui représentent une part importante des legs uniques. Les testateurs après 1914, font 1,5 legs. Mais si l’on ne considère que ceux qui font plus d’un legs (pour écarter ces legs « intéressés »), les testateurs font 3,3 legs avant 1914, 2,8 après.

38Cette diversification des légataires correspond pour une part à une diversification géographique. Si (avant 1914) 70 % des testateurs font bénéficier une seule commune de leur(s) libéralité(s), 22 % choisissent deux communes, 7,5 % trois communes, 1,4 % quatre communes, 2,4 % plus de quatre (jusqu’à 20 !), la moyenne étant de 1,56 commune.

Les choix des donateurs

Vue d’ensemble

39Quels sont les bénéficiaires choisis par les donateurs ? Un tableau à double entrée permet de mettre en évidence les situations historiques et les évolutions. Comme chaque donateur peut désigner plusieurs bénéficiaires (ainsi, de 1800 à 1850, 20 % des donateurs font simultanément un legs à un établissement d’assistance et à un établissement religieux ; de 1851 à 1914, la proportion est de 19,8 %), les totaux peuvent dépasser 100 %.

40Note * Libéralités aux établissements d’assistance, ainsi que les libéralités faites aux communes dans un but d’assistance (création d’établissements, aides à des catégories spécifiées, etc.).

41Note ** Y compris les libéralités aux congrégations, quand on ne peut distinguer les libéralités faites dans un but charitable ou éducatif.

42Note *** Libéralités aux communes pour l’éducation, libéralités aux lycées, bibliothèques, ainsi que les libéralités aux congrégations quand elles sont expressément destinées aux écoles.

43Note **** Associations reconnues, et surtout mutuelles.

44Les données concernant les testateurs de la Seine ne sont pas fondamentalement différentes, pour les périodes correspondantes, les différences s’expliquant facilement (plus fort développement des associations charitables privées dans la Seine, plus forte vitalité de la commune en province, présence d’associations d’utilité publique dans la Seine).

45Note * Comme dans le tableau ci-dessus, plus les libéralités aux sociétés reconnues d’utilité publique à but charitable (à peu près absentes en province).

46Note ** Comme dans le tableau ci dessus, plus les libéralités aux sociétés reconnues d’utilité publique à but culturel.

47On peut apporter quelques précisions sur certains de ces choix. Pour aider ou assister les pauvres, on peut choisir les bureaux de bienfaisance, les hôpitaux, confier son don à la commune, ou même combiner ces divers canaux.

  • 28 Il n’y a pas de donateurs qui désignent à la fois le bureau de bienfaisance et la commune, ce qui (...)

48Note 2828

49Les libéralités aux établissements religieux sont diverses. La part des donateurs qui choisissent les fabriques est stable (75,2 % avant 1850, 74,5 % de 1850 à 1914). Malgré le développement de nouvelles institutions religieuses, l’attachement reste constant à la forme la plus proche de l’Église. Le choix des séminaires, comme les statistiques générales l’avaient laissé entendre, évolue : 18,6 % des donateurs dans la première moitié du siècle, 5,3 % ensuite.

Le choix des diverses catégories de donateurs

  • 29 Seulement 20 % parmi les nobles d’Indre-et-Loire (Nathalie Bertin, La noblesse, les œuvres et la b (...)
  • 30 1800-1939.
  • 31 1800-1914. En Indre-et-Loire, la proportion est de 54,3 % (N. Bertin, op. cit., p. 168).
  • 32 1800-1939.

50L’imprécision de nos sources quant au statut social des donateurs ne nous permet pas d’aller bien loin dans la description des choix de divers groupes. On peut néanmoins analyser les dons de certains groupes plus facilement repérables. Les nobles, authentiques ou d’apparence, seront le premier. Leurs dons ne sont pas plus dispersés géographiquement que ceux de la moyenne des donateurs. Pour 23,5 % d’entre eux, les dons s’appliquent à plus d’une localité (contre 30 % sur l’ensemble de l’échantillon). Ils font en moyenne 2,2 libéralités (contre 1,8). Pour la période 1800-1914, le don moyen s’élève à 19 025 F (le don moyen de l’échantillon est de 16 424 F), mais 32 % des donateurs nobles donnent plus de 10 000 F29 (contre 22 % pour l’échantillon). Le ratio par sexe est identique à la moyenne (48 % d’hommes). Ces donateurs, pour 56,4 % font un don charitable (moyenne 58,2 %)30 ; pour 54 % un don à un établissement religieux (moyenne 49 %)31, pour 12 % un don à une commune (moyenne 21 %)32.

  • 33 97 fiches.
  • 34 On note la fonction ou la profession des hommes donateurs, beaucoup plus rarement celle de l’époux (...)

51On peut comparer ce comportement avec celui des notables roturiers (hauts fonctionnaires, magistrats, officiers de haut rang, hommes d’affaires)33. Ils sont 29 % à faire des dons dans plus d’une commune. Ils font en moyenne 2 dons. Leur don moyen monte à 39 030 F. Cependant, il n’y a que 26 % de ces notables qui donnent plus de 10 000 F. Le ratio par sexe étant aberrant34, nous n’examinerons que la répartition des dons des hommes. Les notables roturiers, pour 64 %, font un don charitable (alors que les hommes nobles sont 46 % à le faire, et l’ensemble des hommes de l’échantillon 55 %), et ils sont seulement 24 % à faire un don à un établissement religieux (contre 53,8 % des nobles, et 48,8 pour l’ensemble des hommes). Il y a donc chez ces notables un comportement original.

  • 35 Mais leur fonction n’est pas systématiquement indiquée : certains doivent nous échapper. Pierre Fo (...)
  • 36 131 fiches, aucune après 1914.

52Il est relativement facile d’étudier les legs des prêtres35, qui se distinguent d’abord par la dispersion de leurs libéralités36. Ils les répartissent sur de nombreuses localités (45 % font des dons dans plus d’une commune) et font en moyenne 2,5 dons, mais ces dons sont de faible montant : 7 868 F en moyenne, la moitié du montant moyen. Seuls 24 % d’entre eux donnent plus de 5000 F (contre 34 % pour l’ensemble des donateurs). La proportion de ceux qui font un legs charitable (59,5 %) est à peine supérieure au taux masculin général (58,3 %), et proche aussi du taux général (61 %). Ils font plus fréquemment que la moyenne une libéralité à un établissement religieux (76,3 %), ce qui n’étonne pas. Mais surtout, plus que les autres donateurs, ils additionnent les deux types de libéralités : 38 % d’entre eux sont dans ce cas. La valeur moyenne des libéralités qu’ils destinent aux établissements religieux (4 652 F) est supérieure à la valeur de leurs libéralités charitables (3 078 F). Comme tous les donateurs, ils privilégient les fabriques (76 % d’entre eux leur font un don) ; mais ils sont plus originaux en donnant aux séminaires (16 %). Curieusement ils ne sont que 10 % à donner aux menses curiales pour améliorer la situation de leurs successeurs.

  • 37 33 fiches.

53Si l’on examine les donateurs identifiés comme domestique, tisserand, fileuse, jardinier, manœuvre, on constate que le ratio par sexe est à peu près le même que pour l’ensemble des donateurs (45 % d’hommes), et que leurs choix sont fort classiques : 57 % font une libéralité charitable, 51,5 % une libéralité à un établissement religieux, 3 % gratifient une commune. Mais la minceur de l’échantillon37 interdit d’aller plus loin.

54On terminera en comparant le comportement des hommes et celui des femmes. On a considéré la finalité de la libéralité, c’est-à-dire que l’on a « rapatrié » par exemple les libéralités à la commune pour l’assistance ou pour l’église dans les libéralités d’assistance ou à finalité religieuse.

  • 38 Comme chaque donateur fait plusieurs libéralités, le total dépasse 100.

Pourcentage des donateurs de chaque sexe faisant une libéralité de chaque type38.

  • 39 255 fiches.

55Contrairement à ce qui pouvait être attendu, ce n’est pas sur les libéralités à but religieux que se marque la différence, mais sur les autres types de libéralités. À noter que les femmes célibataires39 correspondent plus à l’image attendue puisqu’elles sont 53 % à faire un don à but religieux de 1800 à 1850, 58,5 % au cours de la période suivante. Mais elles se comportent à peu près comme les hommes dans le choix de libéralités en faveur de l’assistance (65 %, 57 %, 50 %, au cours des trois périodes distinguées).

56Les testateurs et testatrices de la Seine font des choix quelque peu différents.

Pourcentage des donateurs de chaque sexe faisant une libéralité de chaque type.

  • 40 On y a intégré les libéralités aux sociétés charitables reconnues d’utilité publique.

57Note 4040

58Il est relativement facile de comprendre l’écart hommes/femmes en ce qui concerne les libéralités religieuses, dans un département où le détachement religieux masculin est exceptionnellement fort. L’intérêt des femmes pour les communes tient surtout au développement des libéralités pour entretien de tombes. Les legs que les hommes font aux sociétés reconnues d’utilité publique s’expliquent par le fait qu’il s’agit souvent d’associations professionnelles ou d’anciens élèves. La plus forte proportion de libéralités charitables ou d’assistance est pour une part liée à la présence de nombreuses œuvres privées de ce type à Paris. D’ailleurs, en 1925, hommes comme femmes font plus de libéralités à des sociétés charitables reconnues qu’aux hôpitaux et bureaux de bienfaisance (mais, à la différence des provinciaux, ils n’utilisent guère la commune pour distribuer leurs dons en faveur de l’assistance).

59L’apparente précision des données que nous venons d’exposer doit être tempérée. Notre échantillon, forcément restreint, pourrait être élargi, et certains pourcentages modifiés par cet élargissement. Malgré tout, on en tire deux impressions. D’une part, une grande homogénéité du groupe des donateurs. Les écarts entre les sexes, entre les groupes sociaux, ne sont pas considérables, et les évolutions dans le temps sont communes aux différents ensembles. D’autre part, sur certains types de libéralités, on perçoit des comportements spécifiques : les libéralités religieuses des prêtres, les libéralités religieuses des hommes nobles (souci de restauration religieuse ?), les libéralités en faveur de l’assistance des notables roturiers (fonctionnaires et magistrats plus sensibles aux problèmes de la société ?), les libéralités des femmes célibataires (plus dévotes ?), celles des Parisiens (plus « modernes »).

Les établissements et leurs donateurs : quels donateurs pour tel établissement ?

60Inversant la démarche, en passant des donateurs (que choisissent-ils ?), aux institutions bénéficiaires (qui les aide ?), nous allons décrire, pour quelques catégories de bénéficiaires, l’évolution des donateurs.

61Qui sont les bienfaiteurs charitables ? Comme on pouvait s’y attendre, en raison du grand nombre de dons, ils ressemblent fort à l’ensemble des donateurs.

  • 41 Période 1800-1939.

62On peut cependant dégager quelques choix privilégiés. Les hommes représentent 46,8 % des bienfaiteurs des pauvres ou des bureaux de bienfaisance, 42,4 % des bienfaiteurs des hôpitaux, 55 % de ceux qui confient aux communes des charges d’assistance41.

  • 42 « Dons et legs aux pauvres, aux hospices et aux fabriques », Bulletin des Sciences géographiques, (...)
  • 43 Calculé à partir de Marescot du Tilleul, L’Assistance publique, ses bienfaiteurs…, 1908.

63Il est sûr que la diversité régionale joue ici. Pour 1802-1823, Benoiston de Châteauneuf, dépouillant le Bulletin des Lois42, avait trouvé 60 % d’hommes parmi les donateurs des institutions d’assistance. Pour notre échantillon, sur cette période, le taux est de 56 %. Parmi les donateurs aux pauvres et aux hôpitaux de Paris, puis à l’Assistance Publique, on a 62,1 % d’hommes avant 1850, 54,2 % dans la seconde moitié du siècle43. Cette masculinité exceptionnelle s’atténue au xxe siècle à Paris : 49 % d’hommes en 1901, 1911, et 46 % en 1925. Par contre, si l’on intègre les libéralités aux établissements privés, on a pour ces deux dernières périodes 46 % puis 39 % d’hommes.

  • 44 Dépouillement de A.D. de Seine-Maritime, 4/OP/453 à 460. 170 donateurs, jusqu’en 1926, sexe connu (...)
  • 45 Dépouillement de A.D. de Loire-Atlantique, X 215 à X 220 (jusqu’en 1909), 205 fiches.
  • 46 A.D. de Seine-Maritime, 4/OP/480.

64D’autres dépouillements donnent des résultats variés : les pauvres et le bureau de bienfaisance de Rouen sont gratifiés par 44,3 % d’hommes (30,4 % avant 1850, 55 % après)44 ; à Nantes, les hommes sont 49 % (50,5 % avant 1850, 47,7 % après), les femmes sont 51 % (dont 27 % de célibataires, 47 % de veuves, soit la proportion moyenne de notre échantillon provincial)45. Les œuvres privées reconnues d’utilité publique sont en revanche majoritairement dotées par des femmes. En 1901, 1911, dans la Seine, les femmes sont 66 % des donateurs de ces œuvres charitables ; en 1925, 67 %. Même situation (66 %) pour la Société de protection de l’enfance de Rouen (de 1902 à 1929)46.

  • 47 Pour 1802-1823, Benoiston de Châteauneuf indique 60 % d’hommes ; notre échantillon indique 54 % d’ (...)
  • 48 103 fiches.
  • 49 71 fiches.
  • 50 Échantillon départemental, 722 fiches où la valeur est connue.

65Qui s’intéresse aux établissements religieux catholiques ? Globalement, ce sont des hommes pour 47 %, soit le ratio général des libéralités47. Si l’on examine les donateurs des divers types d’établissements, on retrouve pour les fabriques les taux généraux déjà signalés : 50,8 % d’hommes dans la première moitié du siècle, 48,2 % dans la seconde moitié. Assez curieusement, les menses curiales ont le même type de donateurs : 48,6 % d’hommes sur le siècle (mais, et c’est logique, 40,5 % de prêtres). Les établissements qui participent à une action religieuse plus militante attirent plus les femmes que les hommes. Les libéralités aux congrégations viennent majoritairement de femmes (54 %)48. Même situation pour les séminaires : 55 % de femmes parmi les donateurs49. La situation est d’ailleurs assez curieuse : un tiers de prêtres, un tiers de femmes célibataires (bonnes de curé ou sœurs de prêtres ?). Le don moyen aux établissements religieux est de 5 471 F par donateur (avant 1914)50.

  • 51 475 dossiers de la série F19.

66Si l’on étudie les donateurs des libéralités de l’échantillon que nous avons constitué par sondage parmi les dossiers des Cultes51, la situation est un peu différente : 58 % d’hommes, 42 % de femmes pendant le siècle, mais 63 % d’hommes (dont 28 % de prêtres) et 37 % de femmes avant 1850, 42 % d’hommes et 58 % de femmes ensuite.

  • 52 À partir des dossiers des Cultes (nous avons examiné 134 dossiers).
  • 53 Cette sous-représentation des femmes est sans doute liée à la faible place chez les protestants de (...)

67Quant aux donateurs qui font des libéralités aux institutions protestantes52, ce sont pour 53 % des hommes, donc une proportion plus forte que chez les donateurs aux institutions catholiques53. La proportion des donateurs qui se rattachent au monde des affaires y est de 7,4 %, soit à peu près le double de la proportion de l’échantillon général. La moyenne des libéralités est de 11 157 F (donc à peu près le double de ce que donnent les catholiques à leurs institutions). Mais la jurisprudence ayant pendant beaucoup plus longtemps permis aux consistoires d’accepter des libéralités charitables, la situation est un peu particulière et ne permet pas une comparaison terme à terme avec les établissements catholiques. Parmi les donateurs, 34 % donnent pour le culte : dans ce sous-groupe, la part des hommes est de 47 %, soit le ratio général, et on est aussi très près de la situation des donateurs aux établissements religieux catholiques. En revanche, parmi les 39 % qui donnent pour les pauvres (par l’intermédiaire des consistoires ou de sociétés charitables protestantes), les hommes l’emportent (53 %), comme ils l’emportent parmi ceux (11 %) qui s’intéressent à l’éducation protestante (60 % d’hommes), ou ceux qui donnent terrain ou bâtiment pour le culte.

  • 54 À partir de notre échantillon de 111 fiches, A.N. F19 11123 à 11131.
  • 55 Valeurs connues, en écartant les legs de la baronne de Hirsch (13 MF aux institutions juives).

68L’étude des donateurs aux institutions juives repose sur des bases comparables, puisque, comme pour les protestants, les consistoires ont pendant longtemps reçu des libéralités charitables. La population54 est assez différente des autres groupes : 67 % d’hommes, mais 72 % avant 1850, 69 % de 1850 à 1880, 64 % après 1880. 13 % des donateurs relèvent du monde des affaires. Le don moyen est de 10 455 F55. 64 % font des libéralités purement religieuses (avec dans 2 cas sur 5, une fondation de prière pour les morts), pour 63 % ce sont des hommes. 43 % donnent pour les pauvres des sommes à distribuer par le consistoire ou par les institutions d’assistance de la communauté. La proportion des donateurs aux institutions éducatives de la communauté (écoles ou sociétés pour l’apprentissage) est forte : 18 %.

69Juifs et protestants, comme les catholiques, donnent à la fois dans un but religieux et dans un but charitable : alors que la proportion de ces doubles dons est de 20 % sur l’ensemble des donateurs, elle est (mais la base documentaire est un peu différente) de 15 % chez les protestants, de 29 % chez les juifs.

  • 56 Sur 115 fiches 1800-1939.
  • 57 A.N. F17 9444 (Aube), 9459 (Creuse), 9494 et 9495 (Maine-et-Loire), 9504 (Morbihan), soit 219 doss (...)

70Dans notre échantillon départemental, les libéralités en faveur de l’éducation proviennent pour 57,4 % d’hommes56. Les prêtres sont 17,3 % des donateurs en faveur de l’éducation, et les nobles 14,2 %. Les données sont un peu différentes dans les dossiers nationaux dépouillés concernant l’enseignement primaire57 : les hommes ne sont que 46,5 % des donateurs. La proportion de nobles (12,3 %), et celle de prêtres (20 %) y est en revanche assez comparable.

  • 58 43 fiches, 1800-1939.

71Les libéralités aux communes pour leur équipement (urbanisme, bâtiments communaux) proviennent à 70 % d’hommes58.

Conclusion

72Dans cette austère moisson de chiffres, tentons de dégager quelques lignes de force. Les donateurs sont présents à tous les niveaux de la société française, et si les plus aisés sont plus présents que la place qu’ils tiennent dans la population globale ne le laisse attendre, ils n’écartent pas les moyens, ni même les petits. Ceci est vrai dès le début du xixe siècle, et l’on ne peut donc penser qu’un groupe social aurait pu jouer un rôle de modèle. Dans l’attente d’études plus systématiques, constatons que certains groupes sont plus présents que d’autres, leur place parmi les donateurs est supérieure à leur place dans la société globale : le clergé, les nobles, les femmes célibataires.

73Tout le monde donne, et la hiérarchie des choix est la même chez tous : d’abord les pauvres et l’assistance, ensuite l’Église. À côté de ce comportement majoritaire, quelques-uns se distinguent par des choix plus précis, ou plus militants, ou des modalités nouvelles de distribution.

74Le ratio des sexes, s’il montre d’abord un certain retrait des femmes et un attachement plus poussé de celles-ci aux formes les plus traditionnelles (le don en faveur des pauvres), révèle par son évolution une intégration progressive des femmes dans la vie sociale, en particulier des veuves et des célibataires. Pour les veuves, on peut penser que c’est grâce à leur richesse. Pour les célibataires, suggérons l’intérêt de femmes moins enfermées dans le cercle familial pour les nouveautés et pour des institutions ou œuvres plus éloignées de l’environnement quotidien, et peut-être le souci d’une certaine affirmation de soi, par des choix originaux.

Notes

1 Revue des Établissements de bienfaisance, 1886, p. 193.

2 Gabriel Cros-Mayrevieille, Traité de l’Assistance hospitalière, 1912, III, p. 279.

3 Emile Bazin, Pratique de la charité envers les familles ouvrières, 1901, p. 219.

4 Nous remercions vivement Claude-Isabelle Brelot qui a mis à notre disposition les travaux de ses étudiants sur ce sujet.

5 Calcul sur 1 879 fiches.

6 Calcul sur 770 dossiers citadins, et 754 dossiers ruraux.

7 S. Lippens, La bienfaisance en Vendée…, 1994, calculé à partir de p. 38-39.

8 F. Arnoult, L’évergétisme dans le Doubs…, 1991, p. 86.

9 N. Ploquin, La bienfaisance dans le Loiret…, 1994, p. 142.

10 N. Bertin, La noblesse, les œuvres et la bienfaisance dans les villes d’Indre-et-Loire, 1995, p. 165. Calcul sur 106 personnes.

11 Il s’agit de l’âge lors de l’acte créant la libéralité. Calcul sur 598 fiches.

12 Nous avons rapatrié les femmes sans profession indiquée dans la catégorie de leurs maris, quand elle était indiquée.

13 À noter que les 5 cantons étudiés par F. Arnould sont des cantons ruraux.

14 Nous avons considéré comme nobles tous les porteurs de titre ou de particule. Nous avons intégré les épouses roturières de ces « nobles », ainsi que les épouses nobles de roturiers, au total 170 fiches.

15 Calcul sur 390 fiches où le testament intégral est présent. En Vendée, le taux global est de 37 % (S. Lippens, op. cit., p. 15). La proportion est plus forte que chez les testateurs « ordinaires », si l’on se fie aux études menées sur les testaments angevins.

16 La méthode de F. Arnould est différente et exemplaire, puisqu’elle a recherché le montant des fortunes dans les archives de l’enregistrement, beaucoup plus sûres que les évaluations des maires.

17 Faisons les rapprochements suivants (sommaires, puisque ne reposant pas sur les mêmes bases chronologiques). En 1911, sur l’ensemble du pays, 95,6 % des successions positives sont inférieures à 50 000 F : dans notre échantillon, ces fortunes sont 51,4 %. Les donateurs sont donc plus aisés que la moyenne. Si l’on considère qu’en 1911, les successions de 50 000 F à 1 MF sont 4,2 % des successions positives, on constate que parmi les donateurs, 48,1 % ont une fortune de cet ordre. Quant aux millionnaires, ils sont 3 % des donateurs, alors que 0,2 % des décédés laissent une succession en 1911 (les données sur les successions de 1911 sont celles publiées par A. Daumard, reprises par elle dans Histoire économique et sociale de la France, IV, 1, p. 416).

18 Pour 1800-1914, le don moyen est de 16 424 F; en Vendée, pour la même période, il est de 8 661 F (S. Lippens, op. cit., p. 28).

19 Le poids des très petites libéralités dans le Doubs (22 % de libéralités de moins de 100 F) nous pose problème : n’aurait-on pas compté dans ces libéralités des rentes, comme certains exemples du chapitre correspondant pourraient le laisser supposer ? Mais par ailleurs, il est sûr que le Doubs est une région où l’intensité du phénomène des dons et legs est forte.

20 6 % dans le Loiret, étudié par N. Ploquin (op. cit., p. 44). Même donnée en Vendée (S. Lippens, op. cit., p. 14).

21 Calcul sur 1 297 et 217 dossiers.

22 Assez curieusement, on connaît mal la valeur des legs universels, car les ordonnances ou arrêtés d’autorisation ne la précisent pas. Il faut donc que le dossier soit suffisamment complet pour pouvoir y trouver une évaluation de la fortune du testateur.

23 Calcul sur 73 cas provinciaux où la valeur est connue, soit un peu plus de la moitié des legs universels.

24 Calcul sur 249 cas provinciaux, de 1800 à 1939.

25 E. Richard, « Des veuves riches au xixe siècle », Les Femmes et l’argent, Colloque 1985, Centre d’études féminines de l’université de Provence, 1986, p. 21-35.

26 Et qui peuvent d’ailleurs être chargées par celui-ci de la réalisation de legs.

27 Selon la Statistique générale de la France, dans le dernier tiers du siècle, le rapport était aux environs de 1,2. C’est que la Statistique générale ne prend pas en compte les libéralités à des établissements de diverses natures, mais seulement les libéralités à plusieurs établissements du même type.

28 Il n’y a pas de donateurs qui désignent à la fois le bureau de bienfaisance et la commune, ce qui montre bien le transfert au profit des communes, plus libres et plus aptes à innover et à aider certaines catégories d’assistés, au détriment des bureaux de bienfaisance.

29 Seulement 20 % parmi les nobles d’Indre-et-Loire (Nathalie Bertin, La noblesse, les œuvres et la bienfaisance…, 1995, p. 168).

30 1800-1939.

31 1800-1914. En Indre-et-Loire, la proportion est de 54,3 % (N. Bertin, op. cit., p. 168).

32 1800-1939.

33 97 fiches.

34 On note la fonction ou la profession des hommes donateurs, beaucoup plus rarement celle de l’époux des donatrices. Beaucoup d’épouses de notables n’apparaissent donc pas comme telles, à la différence des épouses de nobles.

35 Mais leur fonction n’est pas systématiquement indiquée : certains doivent nous échapper. Pierre Foucault, « La générosité financière du clergé au xixe siècle : l’exemple sarthois », De la charité à l’action sociale : religion et société, 1995, p. 251-262, estime qu’un prêtre sur deux fait un testament, et que ceux qui testent lèguent en moyenne 30 % de leur fortune aux œuvres. 24 % des testaments contiennent des legs aux pauvres, 31 % des legs aux fabriques.

36 131 fiches, aucune après 1914.

37 33 fiches.

38 Comme chaque donateur fait plusieurs libéralités, le total dépasse 100.

39 255 fiches.

40 On y a intégré les libéralités aux sociétés charitables reconnues d’utilité publique.

41 Période 1800-1939.

42 « Dons et legs aux pauvres, aux hospices et aux fabriques », Bulletin des Sciences géographiques, 1825, 5, p. 9-11. A.M. Guerry, Essai sur la statistique morale de la France, 1833, trouve 61 % d’hommes en 1815-1825.

43 Calculé à partir de Marescot du Tilleul, L’Assistance publique, ses bienfaiteurs…, 1908.

44 Dépouillement de A.D. de Seine-Maritime, 4/OP/453 à 460. 170 donateurs, jusqu’en 1926, sexe connu pour 160.

45 Dépouillement de A.D. de Loire-Atlantique, X 215 à X 220 (jusqu’en 1909), 205 fiches.

46 A.D. de Seine-Maritime, 4/OP/480.

47 Pour 1802-1823, Benoiston de Châteauneuf indique 60 % d’hommes ; notre échantillon indique 54 % d’hommes pour ces dates.

48 103 fiches.

49 71 fiches.

50 Échantillon départemental, 722 fiches où la valeur est connue.

51 475 dossiers de la série F19.

52 À partir des dossiers des Cultes (nous avons examiné 134 dossiers).

53 Cette sous-représentation des femmes est sans doute liée à la faible place chez les protestants des libéralités avec souci de mémoire (6 %) : nous verrons au chapitre suivant que les femmes sont surreprésentées parmi ceux qui se soucient du souvenir.

54 À partir de notre échantillon de 111 fiches, A.N. F19 11123 à 11131.

55 Valeurs connues, en écartant les legs de la baronne de Hirsch (13 MF aux institutions juives).

56 Sur 115 fiches 1800-1939.

57 A.N. F17 9444 (Aube), 9459 (Creuse), 9494 et 9495 (Maine-et-Loire), 9504 (Morbihan), soit 219 dossiers.

58 43 fiches, 1800-1939.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-1.png
Fichier image/png, 44k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-2.png
Fichier image/png, 31k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-3.png
Fichier image/png, 34k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-4.png
Fichier image/png, 48k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-5.png
Fichier image/png, 77k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-6.png
Fichier image/png, 125k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-7.png
Fichier image/png, 111k
Légende Valeur moyenne du don d’un donateur ou testateur (en F courants).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-8.png
Fichier image/png, 25k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-9.png
Fichier image/png, 105k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-10.png
Fichier image/png, 90k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-11.png
Fichier image/png, 94k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-12.png
Fichier image/png, 49k
Légende Répartition des libéralités selon le sexe et l’état matrimonial (1800-1914).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-13.png
Fichier image/png, 68k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-14.png
Fichier image/png, 75k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-15.png
Fichier image/png, 72k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-16.png
Fichier image/png, 90k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-17.png
Fichier image/png, 84k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-18.png
Fichier image/png, 66k
Légende Pourcentage des donateurs de chaque sexe faisant une libéralité de chaque type38.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-19.png
Fichier image/png, 81k
Légende Pourcentage des donateurs de chaque sexe faisant une libéralité de chaque type.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-20.png
Fichier image/png, 80k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18129/img-21.png
Fichier image/png, 73k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search