Version classiqueVersion mobile

Histoire du don en France de 1800 à 1939

 | 
Jean-Luc Marais

Chapitre VII. Géographie du don

Texte intégral

  • 1 Revue des Établissements de bienfaisance, 1886, p. 195, « Statistique des libéralités charitables  (...)

1Les écarts de « générosité » entre les régions ont été aperçus par les contemporains, mais peu ont pris la peine de les analyser. Gérando, Martin-Doizy, de Lurieu, se contentent de classer les départements selon l’importance des dons sur une seule année, ou sur une série d’années. La Revue des Établissements de bienfaisance constate, en 1886, que « la bienfaisante rosée des libéralités charitables se répand fort inégalement sur la superficie de la France », mais estime ne pouvoir faire mieux : « Pour établir une base d’appréciation un peu exacte, il faudrait établir une moyenne portant sur les résultats d’une longue période ; malheureusement, les éléments d’un semblable travail nous font défaut1. » En 1908, la Statistique annuelle des Institutions d’assistance tente une approche régionale (en comparant les libéralités et l’annuité successorale par département) qui reste incomplète.

  • 2 Michèle Perrot, « Premières mesures des faits sociaux : les débuts de la Statistique criminelle en (...)
  • 3 Seul C. Langlois, Le diocèse de Vannes au xixe siècle, 1800-1830, 1976, a établi un rapport précis (...)

2Seul, A. M. Guerry, au temps de l’« invention » de la statistique morale2, a tenté de donner une vision d’ensemble. En 1833, son Essai sur la Statistique morale de la France analyse l’ensemble des libéralités, les classant selon la nature des bénéficiaires. Il y relève la part des testaments et celle des donations, le sexe des auteurs, pose le principe d’une étude du nombre des libéralités, et non de leur valeur, et établit un rapport avec la population en calculant, sur dix ans, le nombre de legs ou donations pour X habitants par département. Il cartographie le tout, et s’interroge sur les corrélations avec l’instruction, la criminalité, la richesse, les « élections libérales ». Son étude est discrètement mentionnée par d’Angeville trois ans plus tard, quand celui-ci évoque « le zèle religieux », mais semble ensuite tomber dans l’oubli. La carte des libéralités a, il est vrai, peu à voir avec la célèbre ligne Saint-Malo-Genève. La géographie des dons reste donc un terrain quasiment vierge3.

  • 4 En utilisant les données du recensement le plus proche de la période considérée.
  • 5 Si un calcul sur 5 ans est facilement perturbé par un gros legs, un calcul sur 10 ou 15 ans l’est (...)

3On partira de l’hypothèse que les divers types de dons correspondent à des comportements différents, ce qui nous conduira à étudier successivement les libéralités charitables, les libéralités aux communes, et les libéralités aux établissements ecclésiastiques. Les autres libéralités sont trop peu nombreuses pour qu’une étude de leur géographie soit significative. Comme l’affirmait Guerry, et comme le chapitre précédent l’a établi, c’est le nombre de libéralités par rapport au nombre d’habitants qui est le plus significatif. Pour que cet indicateur soit facilement utilisable, nous avons pris le parti de le calculer (sauf indications contraires) sur des périodes de cinq années4. Le montant des libéralités, qui nous est plus souvent fourni, est toujours susceptible d’être perturbé par une grosse libéralité, parfois plus de 10 fois supérieure au total annuel moyen d’un département. Cette donnée, que nous calculerons en francs ou centimes par habitant, permet d’approcher cependant la réalité ordinaire quand elle est établie à partir de longues périodes5.

4Si des libéralités nombreuses se combinent régulièrement avec des montants élevés, l’analyse est simple. Elle devient plus délicate lorsque les libéralités sont régulièrement peu nombreuses, et leur montant important pour une période donnée. S’agit-il du cumul de quelques libéralités fortes (qui nous renverraient à une minorité généreuse), ou de l’addition de très rares et petites libéralités pendant de longues années et d’une grosse survenue accidentellement (ce qui renverrait à un tempérament régional peu généreux, masqué pour un temps par une donation exceptionnelle) ? Enfin, lorsque les libéralités sont ordinairement peu nombreuses, et leur montant très faible, on peut voir là le signe indiscutable d’un tempérament régional peu généreux.

5Les cartes établies, une chrono-géographie mise en évidence, on pourra peut-être établir une carte de la France généreuse (même si nous savons bien que nos sources ne cernent qu’un partie émergée de la générosité). Il conviendra alors d’en trouver l’explication par une mise en corrélation avec d’autres cartes produites par les historiens et sociologues contemporains.

Les libéralités aux établissements charitables

  • 6 1806-1810, comptage par département effectué à partir de la statistique de Labrosse (A.N. *F15 45) (...)

6À partir d’un certain nombre de relevés6, situons les divers départements les uns par rapport aux autres.

Nombre d’habitants pour un legs charitable (sur 5 ans).

  • 7 Population de la France divisée par le nombre de libéralités pour 5 ans.

7Note 77

  • 8 Nous avons exclu la Corse, dont la situation très particulière (un nombre infime de libéralités) c (...)

8Note 88

  • 9 La période de référence est de 4 ans, mais les données sont recalculées sur la base de 5 ans.

9Note 99

  • 10 C’est le Finistère, comme en 1806 ; vient ensuite le Morbihan, une libéralité pour 39 000 hab.

10Note 1010

11On a donc confirmation, au niveau des départements, de l’augmentation du nombre de libéralités dans les trois premiers quarts du siècle, et de leur repli par la suite. Si l’on classe les départements selon l’indicateur « 1 libéralité pour X habitants », on constate que les départements qui se situent à plus ou moins 1000 de la médiane sont :

  • 11 Pour des raisons techniques, les fonds de carte utilisés sont ceux de la France administrative act (...)

12Ces divers classements montrent donc que dès la Restauration les départements à la traîne rattrapent le gros du peloton, ce qui n’empêche pas pour autant un groupe de départements plus généreux de toujours se distinguer. C’est au début de la Troisième République que le comportement « généreux » s’est étendu au plus grand nombre de départements. Les années suivantes voient un certain étalement de la répartition départementale. Cependant, le nombre des départements « peu généreux » ne remonte pas au niveau du début du xixe siècle : le comportement « généreux », qui avait gagné un certain nombre de départements, poussé par la vague du milieu du siècle, n’était pas un simple effet de mode, il s’est enraciné. L’extension de ce comportement révélé par ces données chiffrées n’implique pas que le classement des départements reste le même au cours de la période. N’y a-t-il pas eu circulation des comportements, glissements et reclassements ? Des cartes11 échelonnées dans le temps vont nous permettre de répondre à ces questions.

13La période de la Restauration fournit un bon point de départ. L’Empire, en effet, doit être vu comme une période de mise en place : les libéralités y sont presque deux fois moins nombreuses que pendant la période suivante, et si quelques traits de la carte s’ébauchent déjà, pour certains départements les indicateurs sont aberrants par rapport à la suite du siècle, reflétant des situations administratives particulières et temporaires.

Carte 1. Une libéralité charitable pour X habitants, 1819-1823, classement des départements en 6 classes égales, de la moins grande fréquence à la plus forte, moyenne : 1 libéralité pour 7155 habitants. Source : A.N. F15 151.

14La carte du nombre d’habitants pour une libéralité charitable, pour les années 1819-1823 met en évidence l’importance des libéralités sur le littoral méditerranéen, et leur présence notable dans un triangle dont la Bourgogne forme le sommet, et la frontière sud de la France (sans le Roussillon) la base. La moitié sud du Bassin parisien, des marges armoricaines à la Champagne, pratique aussi, plus modestement, les libéralités charitables. La Bretagne reste à l’écart, de même qu’une vaste « dépression », au Centre-Ouest (du littoral atlantique au nord du Massif central).

Carte 2. Valeur des libéralités d’un habitant, en 1815-1830, calcul sur une base de 5 années. Classement en 6 classes égales. Moyenne : 0,49 F. Source : Enquête Labrosse.

15Si l’on cartographie les données concernant le montant des libéralités par habitant pour 1814-1830, le bloc « généreux » du Sud et Sud-Est réapparaît (moins nettement marqué, ce qui confirme la place des petites libéralités) ; le grand vide du Centre-Ouest est confirmé, ainsi que celui de la Bretagne occidentale. Pour le Bassin parisien, le Nord et l’Est, la carte est plus contrastée, en raison des retombées des libéralités exceptionnelles qui peuvent survenir telle ou telle année dans ces départements peu généreux.

  • 12 Jean-Pierre Goubert et Roseline Rey, Atlas de la Révolution française. 7. Médecine et santé, 1993, (...)

16À quoi peut bien correspondre cette situation du début de la Restauration, en général très proche de la carte que l’on peut établir pour le premier Empire, et de celle qu’on dresse pour la monarchie de Juillet ? On pense d’abord évidemment à la carte hospitalière. Celle qui a été établie pour la fin de l’Ancien Régime peut nous servir de référence12. La comparaison d’une carte des libéralités en faveur des hôpitaux pour 1814-1830 (en centimes par habitants) avec la carte hospitalière de 1789, est pour l’essentiel satisfaisante. À la forte densité hospitalière du Languedoc et de l’Est aquitain correspondent des libéralités abondantes. Le Bassin parisien, bien équipé, connaît aussi des libéralités importantes. Au sud du Bassin parisien, des discordances apparaissent : Berry, Haut-Poitou, Limousin, Allier, bien équipés, sont peu généreux pour leurs hôpitaux. Bonne correspondance dans le Nord, la Champagne, l’Est. Le vide hospitalier (peu d’hôpitaux, même s’il y a de nombreux lits dans les établissements existants) de la Basse-Normandie et de la Bretagne n’attire pas les libéralités, de même que celui des Charentes. Ainsi, à l’exception du nord du Massif central, la carte de la générosité envers les hôpitaux semble bien être une carte héritée du passé : on donne aux établissements qui existent déjà.

Cartes 3 et 4. Valeur par habitant des libéralités en faveur des pauvres et des bureaux de bienfaisance, calcul sur une base de 5 années. Même échelle pour les deux cartes, figures proportionnelles à la valeur. Source : Enquête Labrosse.

Carte 5. Valeur par habitant des libéralités en faveur des pauvres et des bureaux de bienfaisance, calcul sur une base de 5 années. Échelle identique aux cartes 3 et 4, figures proportionnelles à la valeur. Source : Enquête Labrosse.

17Les libéralités en faveur des pauvres (et des bureaux de bienfaisance, quand ils existent) sont moins élevées, mais en général plus nombreuses. Au cours des trois périodes que nous considérons, la carte se remplit peu à peu. Il apparaît que cette carte ne se superpose que partiellement à celles des libéralités en faveur des hôpitaux. Même en Languedoc et Aquitaine, où les libéralités aux deux institutions sont importantes, des décalages apparaissent : Gascogne, Cantal, Ardèche et Lozère sont plus portés à doter les bureaux de bienfaisance, alors qu’en Provence et Comtat, les hôpitaux sont privilégiés. Plus remarquables encore, les apports aux bureaux de bienfaisance dans l’Ouest intérieur (Normandie, Maine), alors que les hôpitaux y reçoivent moins.

  • 13 Hervé Le Bras, Emmanuel Todd, L’invention de la France, 1981, p. 372, carte établie d’après l’Annu (...)

18Une carte des départements où les libéralités en faveur des bureaux de bienfaisance (ou des pauvres) l’emportent sur les libéralités aux hôpitaux peut être établie pour 1802-1814, ainsi que pour 1836-1840. Le Nord-Pas-de-Calais, l’Ouest, le littoral atlantique, l’Aquitaine, le sud et l’est du Massif central, Jura et France-Comté. La carte qui correspond le mieux avec celle-ci est la carte du nombre d’ordinations en 187613 ! Le rapprochement peut-il s’expliquer ? Partant de l’hypothèse que la carte des ordinands est un reflet d’une carte du prestige du clergé et de son influence, on peut supposer que l’appel à la charité est entendu là où le clergé est influent. Dans ce début de xixe siècle, la bienfaisance serait-elle donc encore essentiellement la charité chrétienne ? Il est plus exact de dire que deux comportements existent. Les libéralités aux hôpitaux révèlent un comportement traditionnel, dont la géographie s’ancre dans les temps pré-révolutionnaires, ce comportement étant plus répandu dans la France du Sud-Est (mais les libéralités y sont de moindre valeur), plus rare dans la France du Nord (mais les libéralités y sont plus importantes). La nouveauté du siècle est de faire apparaître au grand jour (par la loi sur les bureaux de bienfaisance) les dons en faveur des pauvres (dans la pratique, on désigne bien plus souvent les pauvres de telle ou telle paroisse qu’expressément le bureau de bienfaisance). Ces libéralités se sont au début du xixe siècle développées inégalement. Où les voyons-nous apparaître ? Pour une part, là où l’on donnait déjà aux hôpitaux (Languedoc, Provence, Lyonnais, le Nord, ainsi que dans le centre du Bassin parisien). Nous retrouvons là les régions « généreuses » déjà repérées. Mais de nouvelles régions « généreuses » apparaissent : Maine, Anjou, Aquitaine, où les dons aux pauvres sont nombreux. En d’autres régions, où les libéralités restent peu abondantes, celles faites en faveur des pauvres l’emportent cependant sur celles qui sont destinées aux hôpitaux (Bretagne, Normandie, Franche-Comté). On peut donc supposer que là aussi le discours charitable de l’Église est entendu, même s’il ne produit pas des fruits nombreux. Là sans doute aussi, le curé, autorité morale, est écouté par l’administration du bureau de bienfaisance (même si c’est la loi, uniforme, qui décide de sa présence, on non, à la commission administrative du bureau de bienfaisance).

Carte 6. 1836-1840 : les départements où les libéralités faites aux bureaux de bienfaisance sont plus importantes en nombre et en valeur que celles faites aux hôpitaux. Source : Enquête Labrosse.

  • 14 Dans ces zones bien équipées en hôpitaux, les secours à domicile pouvaient d’ailleurs en dépendre, (...)

19Ainsi, à côté de la générosité traditionnelle en certaines régions (et qui tout naturellement favorise les vieux hôpitaux comme les jeunes bureaux de bienfaisance14), une forme nouvelle de générosité apparaît, suscitée par un discours religieux, dans des régions où les hôpitaux étaient rares : ce sont les pauvres qui en sont les bénéficiaires, et donc, en raison de la loi, les bureaux de bienfaisance. Il se peut pourtant que cette charité inspirée par le discours chrétien ne prenne pas la forme des libéralités autorisées : c’est très probablement ce qui se passe en Bretagne bretonnante pendant toute cette période ; c’est peut-être ce qui se passe dans les Hautes et Basses Pyrénées qui apparaissent brusquement sur la carte des libéralités sous la monarchie de Juillet.

20Dans les années qui suivent, le nombre et la valeur des libéralités augmentent ; mais la géographie de cette générosité se modifie-t-elle ? Nous n’avons pas le moyen de connaître le nombre des libéralités avant les années 1870. En revanche, la valeur départementale des libéralités aux hôpitaux nous est fournie pour 1852-1868 par de Lurieu, et pour les bureaux de bienfaisance de 1846 à 1873 par le rapport Buquet.

Carte 7. Valeur par habitant des libéralités aux hôpitaux de 1852 à 1868, calcul sur une base de 5 années, six classes égales. Moyenne 0,49 F. Source : de Lurieu.

Carte 8. Valeur par habitant des libéralités aux bureaux de bienfaisance de 1846 à 1873, calcul sur une base de 5 années, six classes égales. Source : rapport Buquet.

21Tout en sachant que les grosses libéralités (et elles existent pour cette période) peuvent troubler la carte, nous pouvons observer quelques transformations. Sur la carte des libéralités aux hôpitaux, le Bassin parisien, la Bourgogne, le Rhône et la Loire renforcent leurs positions. La Touraine, l’Anjou, le Poitou rejoignent ce groupe, ainsi que la Lorraine. La Bretagne, le Centre-Ouest restent à l’écart du mouvement. L’ensemble méridional se disloque : Hérault, Vaucluse, Haute-Garonne défendent leur place, tandis que régressent Aude, Ariège, Hérault, Tarn, Ardèche…

22L’explication se trouve peut-être sur la carte des libéralités aux bureaux de bienfaisance. Dans la France méridionale, un certain transfert semble s’opérer des hôpitaux vers les bureaux de bienfaisance en Languedoc (Gard, Gers, Tarn-et Garonne). Par ailleurs, les bureaux de bienfaisance reçoivent désormais des libéralités un peu partout en France, plus importantes là où le mouvement s’était dessiné au début du siècle (dans l’Ouest intérieur, le Nord). Même la Bretagne est légèrement touchée. Pourtant, des Charentes à l’Yonne, le vide ne se comble pas : cette bande prend en écharpe des régions économiquement inégales, aux revenus très différentes, ce qui montre bien que l’explication est à chercher du côté des donateurs, et non des besoins.

23Une carte globale de la « générosité » en valeur, totalisation des deux cartes précédentes, au milieu du siècle, comparée avec la même carte pour 1814-1830 met en évidence plusieurs mutations. Les Français donnent plus : on est passé de 49 centimes par habitant à 117 centimes (sur 5 ans). Même les départements les moins « généreux » ont progressé. De la Bretagne (non comprise) à l’ouest, au Val de Loire au sud, à la Champagne à l’est, les libéralités sont partout importantes : les inégalités du début du siècle sont très atténuées. L’axe séquano-rhodanien s’affirme aussi nettement, alors que les départements alpins donnent peu. En revanche, dans la France méridionale, le paysage a changé. L’Aquitaine a été intégrée dans l’ensemble méridional, mais certains départements ne donnent pas plus qu’au début du siècle (Aude, Drôme), d’autres ne progressent que très modérément (Hérault). Ni les hôpitaux, ni les bureaux de bienfaisance n’ont attiré les libéralités des habitants du Centre-Ouest : certes, ils donnent plus qu’au début du siècle, mais l’écart avec le reste du pays reste flagrant, tout comme en Bretagne.

24Sans nous perdre dans des variations chronologiques trop fines, comparons les cartes de fréquence des libéralités de 1819-1823 (carte 1, p. 224) et de 1902-1905.

Carte 9. Une libéralité pour X habitants, calcul sur 5 ans, 1902-1905, moyenne 1 pour 5516 habitants, 6 classes égales. Source : S.G.F.

25Trois faits majeurs se dégagent. Le bloc méridional s’est disloqué ; le recul des Bouche-du-Rhône, de l’Aude, est spectaculaire. L’Ardèche, les Bouches-du-Rhône ont désormais une fréquence des libéralités inférieure à la moyenne nationale. Ne résistent bien que le Vaucluse et les Basses-Alpes, et dans une moindre mesure, le rebord sud du Massif central. L’Aquitaine et les Pyrénées occidentales ont cependant été gagnées : la fréquence des libéralités confirme ce que la carte en valeur du milieu du siècle avait annoncé. Le grand vide du Centre-Ouest se maintient, et tend même à rejoindre le bloc breton en raison du reflux de la Loire-Inférieure et du Maine-et-Loire. Certes, quelques progressions locales grisent un peu la carte, mais cette dépression de la « générosité » reste frappante. D’autant qu’un second bloc généreux s’est constitué : de la Normandie et du Maine à la Champagne et à la Bourgogne. Les taches claires de la carte de la Restauration sont comblées. Le Bassin parisien devance désormais le Midi méditerranéen.

Carte 10. Évolution entre 1819-1813 et 1902-1905, de la fréquence : en blanc, département ayant gagné 20 rangs et plus. En noir, département ayant perdu 20 rangs ou plus.

26Les reculs relatifs les plus nets sont ceux des départements du littoral méditerranéen, du couloir rhodanien, et des marges armoricaines. les progrès relatifs se dessinent au sud du Bassin parisien, ainsi que dans le Sud-Ouest.

Carte 11. Valeur, en F par habitant (sur 5 ans), des libéralités charitables de 1889 à 1898 ; moyenne 2,29 F.
1 : moins de 0,5 F;
2 : de 0,5 à 1 F;
3 : de 1 F à 1,3 F;
4 : 1,30 F à 2 F;
5 : 2 F à 2,99 F;
6 : plus de 3 F.

  • 15 Paul Cornut, Répartition de la fortune privée en France, par département et par nature de biens au (...)

27Une carte des montants par habitant des libéralités pour 1889-1898, mise en rapport avec la carte de la fortune privée pour 190815, permet de compléter l’analyse de ces évolutions. Le basculement que la carte du milieu du siècle annonçait se poursuit. De la Normandie à la Champagne, un ensemble compact regroupe des départements où l’on donne désormais beaucoup : la population y est riche, les donateurs nombreux. Les gros donateurs isolés de la Restauration y ont été imités. Même situation, à un moindre degré en Champagne et Lorraine : les donateurs y ont toujours été assez nombreux, et leurs libéralités suivent leur enrichissement. Sur les marges armoricaines, la richesse reste moyenne, mais le nombre des donateurs est élevé : les départements traditionnellement « généreux » (Maine) y ont été rejoints par leurs voisins (Normandie). Du coup, le niveau des libéralités en valeur reste important. Cette progression du nombre des donateurs touche même quelque peu la Bretagne, ainsi que la Vendée, qui émergent ainsi des basses eaux où elles se situaient depuis toujours. Dans cet ensemble septentrional, la carte de la valeur des libéralités en faveur des bureaux de bienfaisance (pour 1889-1898) est parlante : c’est là qu’elles sont les plus importantes. Elles ont nettement progressé vers le nord et vers l’est, depuis leurs bases de l’Ouest intérieur. La Bretagne également est désormais touchée par ce type de libéralités. La France pauvre du Limousin et du Périgord se repère toujours nettement, même si quelques nuances y apparaissent : le nombre de donateurs, toujours médiocre, y a progressé, et on en retrouve l’effet sur la carte des valeurs. Des Pyrénées aux Alpes, la médiocrité des revenus explique peut-être la faible valeur des libéralités par rapport au Bassin parisien. Mais désormais, les situations départementales sont contrastées, en raison des évolutions divergentes du nombre des libéralités. Les nombreuses libéralités qui caractérisaient cette région dans la première moitié du xixe siècle ont gagné certains départements (vers l’ouest), mais ne se retrouvent plus partout à l’est : les zones hautes ont plutôt mieux résisté que les plaines, mais leur pauvreté ne leur permet pas d’atteindre des moyennes élevées en valeur. Les libéralités aux bureaux de bienfaisance sont de valeurs variables et n’ont pas vraiment progressé depuis le milieu du siècle : rien à voir avec leur développement dans la France septentrionale.

28En 1921-1925, sur l’ensemble du pays, le nombre d’habitants pour une libéralité a augmenté, mais dans 31 départements, il a diminué. Ces départements sont dispersés sur le territoire, y compris dans les zones peu généreuses, comme si une homogénéisation des comportements était en cours.

Carte 12. Une libéralité pour X habitants, Calcul sur 5 ans, 1921-1925, moyenne 1 pour 6612 hab., 6 classes égales. Source : S.G.F.

29La carte d’ensemble montre en particulier la conquête du Centre-Ouest. Les départements les plus « généreux » (indicateur inférieur à la moitié de la moyenne nationale) sont situés aussi bien dans le Midi (Basses-Pyrénées, Gers, Vaucluse, Basse-Alpes, Isère) que dans le Nord (Mayenne, Orne, Aisne, Meuse, Côte-d’Or). Les départements les moins généreux (indicateur deux fois plus élevé que la moyenne) sont dans l’Ouest (trois départements bretons), le Centre (Nièvre, Haute-Vienne), le Sud (Gironde, Aude, Pyrénées-Orientales).

30Cette évolution pourrait être en rapport avec le développement des libéralités aux bureaux de bienfaisance avec charge d’entretien de sépultures : beaucoup de départements où le nombre de libéralités charitables progresse par rapport à 1901-1905 sont aussi des départements où les legs aux communes augmentent (22 sur les 31). Or les legs ou donations aux communes sont fréquemment faits en vue de l’entretien de sépultures. Il y aurait donc là deux manifestations parallèles de la même préoccupation.

  • 16 Voir supra, chapitre 4, les sources utilisées pour établir cette fortune.

31Ces évolutions sont confirmées par l’examen de la fortune des établissements de bienfaisance au début du xxe siècle. Comme une part de la fortune des hôpitaux est formée des biens qui leur ont été attribué sous le Consulat et l’Empire, nous prendrons comme référence l’année 1833, et nous comparerons le classement des départements selon leur fortune hospitalière en 1833 puis en 191016. Nous considérerons comme significatif un déplacement dans le classement de plus de 10 rangs. Aucun changement dans le Bassin parisien au sens large : les riches hôpitaux de ces régions ont vu leur bon classement se maintenir grâce aux importantes et nombreuses libéralités dont ils sont les bénéficiaires. Les progrès ont lieu à l’est (Vosges et Haute-Saône), à l’ouest (Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, Finistère, Deux-Sèvres, Basses-Pyrénées), et autour du Massif central (Allier, Ardèche, Tarn, Lot). Les reculs sont tous méridionaux : les hôpitaux de richesse moyenne n’ont pas bénéficié de libéralités suffisamment nombreuses et importantes pour maintenir leur place. Même si le poids du passé reste dominant pour expliquer l’inégale richesse des hôpitaux, les changements observables reflètent pour une bonne part le mouvement des libéralités au cours du siècle.

Carte 13. Fortune des hôpitaux en 1910, en francs par hab, 6 classes égales. Source : Revue politique et parlementaire, décembre 1913.

  • 17 Fortune des bureaux de bienfaisance en 1910, rapportée au nombre d’habitants à cette époque.

32La carte de la fortune des bureaux de bienfaisance17 permet de faire une sorte de bilan du mouvement des libéralités, puisque, on l’a montré plus haut, ces institutions ont constitué leur fortune essentiellement avec les dons ou legs. Le Sud-Ouest aquitain, les Alpes, la Franche-Comté, s’y détachent, et surtout le Bassin parisien et l’Ouest, de la Normandie à l’Anjou. Le vide du nord du Massif central et du Berry, de la Bretagne, est frappant. La médiocrité de la situation dans le Sud-Est confirme ce que l’étude du mouvement des dons et legs avait montré. Par rapport à la carte des libéralités en faveur des pauvres du début du xixe siècle, on voit bien que le mouvement s’est maintenu dans l’Ouest, en Aquitaine, en France-Comté et dans le Nord, qu’il a végété dans le Sud-Est. Il a largement gagné le Bassin parisien, mais laissé de côté la Bretagne et le Centre.

Carte 14. Fortune des bureaux de bienfaisance en 1910, en francs par habitant, 6 classes égales. Source : Revue politique et parlementaire, décembre 1913.

33L’Assistance publique de Paris a la plus grosse fortune de rapport. La Seine n’est cependant pas toujours le premier département pour le nombre des libéralités (rapporté à la population). Elle se situe entre les 30e et 40e places, sauf pendant deux des périodes que nous avons analysées : les débuts de la Restauration, les débuts de la IIIe République. Peut-on y voir l’écho d’une plus grande sensibilité dans la capitale à la volonté de restauration morale des régimes conservateurs ? L’hypothèse pourrait être confirmée par le montant des libéralités, renvoyant très probablement aux couches supérieures de la société. Les dons ou les legs dans ce département sont de valeurs élevées, le plaçant en tête de classement selon la valeur des libéralités par habitant : premier rang en 1800-1814, 1814-1830, et 1878-1888, second rang en 1830-1845, cinquième rang en 1889-1898. La valeur moyenne d’une libéralité y est presque toujours supérieure à la valeur moyenne dans le reste de la France, du moins avant la Grande Guerre. Chaque donateur de la Seine distribue d’ailleurs ses libéralités à un plus petit nombre d’établissements que les provinciaux. Des donateurs dont le nombre situe en général la Seine dans la moyenne nationale, mais concentrant leurs libéralités sur quelques établissements, telle est la situation du côté des dons et legs.

  • 18 Calcul à partir de H. Monod, Statistique des dépenses publiques d’assistance en France pendant l’a (...)
  • 19 La Revue des Établissements de bienfaisance publie en 1902 (p. 138) une « Statistique, en 1898, de (...)

34Mais la part des troncs et quêtes, c’est-à-dire des petits dons, dans les ressources de l’Assistance publique de Paris, est plus forte que dans le reste de la France. Cette combinaison des grosses libéralités et du flot des petits dons (ainsi que des revenus d’un patrimoine important) fait que les ressources propres des établissements publics d’assistance, qui sont dans le reste du pays de 2,57 francs par habitant, sont dans la Seine de 6 F en 188518. On a vu que les œuvres privées d’assistance parisiennes bénéficiaient au début du xxe siècle de libéralités au moins égales à celles reçues par les œuvres publiques. Il faudrait pouvoir connaître les apports des quêtes aux œuvres privées19 pour compléter le tableau de « la charité à Paris », pour reprendre le titre d’un ouvrage de Maxime du Camp de 1885, mais il semble bien que les ressources des diverses institutions d’assistance y soient en rapport avec la concentration de la richesse.

35Il est peut-être prématuré d’avancer une explication d’ensemble avant d’avoir analysé les autres formes de libéralités. Présentons cependant les acquis de notre étude des libéralités charitables.

361° Il y a une tradition de libéralités charitables dans la France méridionale : libéralités de petites valeur, mais fréquentes. Ce « donné », cet héritage, subit au cours du siècle des évolutions contradictoires : là, il est consolidé et même renforcé, ailleurs, il est abandonné.

372° Les institutions hospitalières « créent » pour une part le mouvement de libéralités en leur faveur, mais le développement de ce mouvement varie ensuite selon les régions.

  • 20 La carte des libéralités au début du xxe siècle, dans la France du Nord, se superpose bien avec la (...)

383° Les libéralités en faveur des pauvres (du moins celles qui nous apparaissent) sont d’abord nombreuses où l’audience du discours religieux est forte. On comprend ainsi mieux pourquoi le débat sur la distribution des aumônes par le clergé ou le bureau de bienfaisance a été si vif. Pourtant ces libéralités, comme d’ailleurs celles faites aux hôpitaux, débordent rapidement les régions où l’Église est influente. Aussi pourrait-on plus justement dire qu’aux libéralités charitables inspirées par les croyances se juxtaposent, dans des proportions variables selon les régions (la situation de la Lorraine n’est pas celle de la Beauce), des libéralités philanthropiques. Pourquoi ces libéralités se développent-elles massivement dans la France septentrionale, inégalement religieuse ? Pourquoi le souci philanthropique y trouve-t-il plus d’écho que dans le Centre ou le Midi ? Meilleure intégration à l’ensemble national de ces zones de forte alphabétisation ? Plus grande aisance ? Un certain rapport à la richesse, un malaise né de l’enrichissement, dans des régions où le nombre d’enfants est faible, et qu’on exorciserait par le don d’une part de sa fortune20 ?

  • 21 Mais cela ne vaut pas pour la Haute-Loire et la Lozère : ce n’est pas directement à la vitalité re (...)

394° Au même moment, la France méridionale abandonne en partie ses gestes généreux. Sa relative pauvreté n’explique rien, puisque le mouvement de recul est plus fort dans les départements les plus riches (littoral méditerranéen). L’enrichissement en serait-il la cause ? Cela semble peu applicable à l’Ariège, la Lozère… La permanence des comportements traditionnels est plus forte dans les régions montagnardes du versant aquitain. Serait-ce une piste ? Mais pourquoi le recul à l’est (avec pourtant l’exception remarquable du Vaucluse et des Basses Alpes) et le maintien à l’ouest ? Peut-on penser que les chrétientés méridionales du sud-ouest du Massif central, des Pyrénées occidentales21, auraient mieux maintenu les attitudes traditionnelles ? La charité traditionnelle méridionale ferait pendant à la philanthropie septentrionale.

  • 22 Carte publiée par André Gueslin, L’invention de l’économie sociale, 1987, p. 198.

40À l’inverse, le recul des libéralités dans les zones méridionales ne trouverait-il pas sa source dans la mise en place de formules nouvelles pour lutter contre le malheur ? La mutualité prenant la place de l’assistance, il n’est plus nécessaire d’enrichir les bureaux de bienfaisance ? La carte de l’enracinement mutualiste22 en 1910 confirmerait, pour les départements du littoral méditerranéen, cette hypothèse (ainsi que pour le Rhône et la Loire). On ne peut cependant aller trop loin dans cette voie : des départements où les libéralités reculent n’ont pas connu d’essor mutualiste (Ardèche, Haute-Loire), alors que la mutualité prospère en même temps que les libéralités progressent dans les Landes, en Isère, en Champagne.

  • 23 Nous avons considéré les départements où il y a trois libéralités de ce genre et plus, dans l’une (...)

41On peut d’ailleurs examiner les libéralités aux sociétés de secours mutuels. Elles sont rares, et le calcul d’un indicateur par rapport à la population serait peu significatif. Nous nous contenterons donc de faire apparaître, pour la période 1875-1905, les départements où ce genre de libéralité revient régulièrement23.

  • 24 Dans une certaine mesure, car le nombre des libéralités reste très modeste par rapport aux libéral (...)

42On a confirmation des trois modèles de développement de la mutualité. Il accompagne l’essor des libéralités charitables (et en particulier de celles faites aux bureaux de bienfaisance), dans le centre et le nord du Bassin parisien, en Champagne et dans l’Est, ainsi que dans le Sud-Ouest, et en Isère. Il peut prendre dans une certaine mesure24 le relais de l’aide à l’assistance traditionnelle (région lyonnaise, Languedoc). La mutualité, enfin, a ses propres zones de développement : cela apparaît clairement sur le littoral atlantique, où les sociétés de secours mutuels éveillent un mouvement de libéralités dans une région jusque-là très réservée envers ce type de démarche.

Carte 15. Les libéralités en faveur des sociétés de secours mutuels (gris clair : trois libéralités sur une année, gris foncé : trois libéralités sur deux années et plus).

  • 25 Les « frairies », en pays bretonnant, ont un rôle d’assistance funéraire et d’assistance charitabl (...)
  • 26 Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle, 1975, p. 518, 532, 534.
  • 27 A. Corbin, dans sa contribution à Histoire du Poitou, du Limousin et des Pays charentais, 1976, p. (...)
  • 28 Ibid., p. 388. Quelques indications dans F.-J. Labrugne, Paysans charentais. Histoire des campagne (...)

435° Il est une dernière question à poser. Pourquoi certaines régions sont-elles réfractaires aux gestes « généreux », régions aussi diverses économiquement, culturellement, que la Bretagne, les Charentes, le Limousin ? La solution consiste peut-être à s’écarter d’une explication unique. On peut penser que la Bretagne a conservé plus fortement que le reste du pays d’autres systèmes d’assistance, plus immédiats (« données »), ou non contrôlés par l’État (paroisses, fraternités25). Pour le Centre-Ouest, Alain Corbin remarque qu’on refuse d’y organiser l’assistance publique, que les « bonnes œuvres » y sont rares. Il note que le Limousin « semble préférer que les rapports de charité s’établissent dans le cadre du groupe ou de la catégorie auxquels il appartient, que l’aumône apparaisse comme la manifestation de la solidarité, et que le don, impliquant une éventuelle réciprocité, prenne la forme d’un échange26 ». Les communautés de hameaux27 n’y auraient-elles pas rendu sans intérêt les institutions municipales ? Quand au Cher, aux Charentes, aux Deux-Sèvres, ne sont-ils pas des départements où la mutualité et les coopératives se sont en priorité développées28 ? Certes, cet essor est pour l’essentiel postérieur au début du xxe siècle ; on n’en connaît pas les causes. N’y aurait-il pas des habitudes de solidarités horizontales qui expliqueraient l’absence des libéralités charitables dans ces régions ?

  • 29 H. Monod, Statistique des dépenses d’assistance en France pendant l’année 1885, 1889, tableau XXI, (...)
  • 30 On a utilisé le tableau de la dépense réelle par habitant et par département (tableau XXI).

44Le phénomène que nous analysons est la résultante d’une somme de décisions individuelles. Retrouve-t-on les mêmes comportements lors de décisions prises collectivement, comme les choix fiscaux ? H. Monod a établi par département l’importance des dépenses publiques consacrées à l’assistance29. On peut supposer que les décisions des assemblées départementales reflètent plus ou moins ce que les populations sont prêtes à payer par l’impôt, en vue de l’assistance. La cartographie des données recueillies par Monod30 révèle une géographie de la dépense publique charitable.

Carte 16. Dépenses à la charge du département pour l’assistance, par habitant, en 1885 (de 2,64 F à 0,47 F), cinq classes égales. Source : Monod, Statistique des dépenses d’assistance publique en France pendant l’année 1885.

45La comparaison de cette carte avec celles de la valeur ou de la fréquence des libéralités charitables n’est pas aisée. Proposons les hypothèses suivantes. Les régions de faible « générosité » (peu de donateurs) de l’Ouest breton et du Centre-Ouest (se prolongeant jusqu’à la Nièvre, l’Allier) compensent cette attitude par une fiscalité plus tournée vers l’assistance qu’ailleurs (mais le niveau des dépenses y reste généralement faible). Dans le nord du Bassin parisien (de la Picardie à la Champagne et à la Lorraine), où l’on est « généreux », on estime peut-être que l’impôt n’est pas nécessaire. Dans le Massif central, l’Aquitaine, le Languedoc, où l’on donne fréquemment (mais de petites sommes) on estime qu’il n’est pas nécessaire de recourir à l’impôt. Dans les Bouches-du-Rhône (ainsi qu’en Lozère), on donne peu, mais l’impôt est élevé. Si dans ces régions, on peut supposer que s’opère un choix entre l’impôt et le don, il est d’autres régions où impôt et don se cumulent : Maine, Anjou, Touraine, Haute-Normandie, Franche-Comté et région rhodanienne. Enfin, quelques départements juxtaposent faible générosité et faible imposition : Creuse, Corrèze, Charente-Inférieure.

  • 31 « Municipalités et hôpitaux dans les villes françaises au xixe siècle », Le social dans la ville e (...)

46À partir de tous ces classements partiels, risquons une typologie générale. Le Midi aquitain et languedocien, le sud du Massif central seraient des régions d’assistance « traditionnelle » : depuis toujours, l’assistance repose sur de nombreuses et petites libéralités. Cette tradition se maintient inégalement, mais n’est pas relayée par un nouveau système de pensée, d’où recul des apports et absence de l’impôt. Seul le littoral méditerranéen évoluerait vers des formes nouvelles (impôt dans les Bouches-du-Rhône, et le Var, mutuelles dans le Gard, l’Hérault). Le Bassin parisien est une région d’assistance « verticale » : depuis toujours, les riches y consacraient une part de leur fortune aux établissements hospitaliers ; au cours du siècle, ils sont imités par les couches moyennes, qui dotent hôpitaux et bureaux de bienfaisance. Mais l’assistance y repose toujours sur la bienfaisance volontaire plus que sur l’impôt obligatoire. Olivier Faure, étudiant les subventions municipales aux hôpitaux, signale un vaste Nord-Est abstentionniste31, dont l’explication pourrait être, selon nous, dans la richesse des hôpitaux, et dans la permanence du mouvement des libéralités. Cependant, le modèle mutualiste s’y développe, sous l’influence de Paris.

47Dans l’Ouest des marges armoricaines et de la Normandie, comme dans la vaste zone qui s’étend de la Lorraine à la région lyonnaise, l’assistance est plutôt « communautaire » : moins institutionnalisée que dans le Midi, elle repose sur les apports de petits donateurs de plus en plus nombreux, mobilisés par un discours charitable. Mais elle s’adapte aussi aux exigences nouvelles, en s’adjoignant les ressources de l’impôt, et les mutuelles s’y implantent. Bretagne, Poitou, et dans une certaine mesure Charentes, Périgord, pratiquent peu les libéralités charitables institutionnalisées, mais passent directement de la charité « à la porte » à la solidarité coopérative ou fiscalisée. Ce sont aussi globalement des régions où les subventions municipales aux hôpitaux sont importantes.

48On a remarqué que l’intensité de l’adhésion religieuse n’était pas une facteur univoque dans l’explication de la carte de la générosité. C’est cependant un élément à examiner. On peut supposer qu’il éclairera mieux la carte des libéralités aux institutions religieuses que nous allons maintenant aborder.

Les libéralités aux établissements religieux

  • 32 A.N. F19 7204 contient divers relevés par départements pour l’Empire et la Restauration, soit glob (...)

49Des relevés32 étalés sur le siècle permettent de cerner globalement la fréquence de ces libéralités dans les divers départements.

Nombre d’habitants pour un legs religieux (sur 5 ans).

  • 33 Population de la France divisée par le nombre de libéralités par an.

50Note 3333

  • 34 La période de référence est de 4 ans, mais les données sont recalculées sur la base de 5 ans.

51Note 3434

52Comme pour les libéralités aux établissements charitables, mais avec un démarrage plus tardif, on constate une progression de leur fréquence dans les deux premiers tiers du xixe siècle, et un repli par la suite. Moins nombreux que les legs charitables dans la première moitié du siècle, leur progression les fait passer devant ceux-ci dans la seconde moitié. Leur repli, quoique rapide, ne remet pas en cause leur avance. On a donc, plus resserrée dans le temps, une diffusion du don aux institutions religieuses sur l’ensemble du pays.

53Cette généralisation est cependant moins systématique que pour les libéralités charitables : les départements se situant dans la tranche centrale (de la moitié de la moyenne au double de la moyenne) sont toujours moins nombreux pour les libéralités aux établissements religieux. D’ailleurs, les départements se situant nettement loin (plus du double) de la moyenne, sont généralement (sauf en 1872-1876) plus nombreux que ce qu’on observe pour les libéralités charitables : il existe donc une frange de départements qui n’a pas suivi le mouvement.

Nombre de départements se situant :

  • 35 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la révolution française, 1993.
  • 36 Dans Histoire de la France religieuse, t. 3, p. 310-329.

54Lorsqu’il cartographie ces donnée, l’historien croit partir en terrain plus connu que lorsqu’il abordait celui des libéralités charitables. En effet, les cartes ne manquent pas qui tentent de mesurer l’attachement des Français au catholicisme : la célèbre carte Boulard pour le monde rural du milieu du xxe, qu’on applique parfois un peu hâtivement au xixe siècle, les cartes fournies par les divers volumes parus des Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français, les cartes de Michel Lagrée, prolongeant Dangeville, sur les versements à la Propagation de la Foi, les cartes des demandes d’indulgences construites par Philippe Boutry, les diverses cartes du recrutement ecclésiastique, sans parler de la carte de la prestation du serment à la Constitution civile du Clergé, de T. Tackett, et des gerbes de cartes dressées par Michel Vovelle35 et Claude Langlois36. N’est-il pas logique de penser que les cartes des libéralités en faveur des institutions ecclésiastiques refléteront plus ou moins ces images connues ?

  • 37 A.N. F19 7204, par département. Un autre relevé existe par diocèse, qui confirme le précédent pour (...)

55On peut dresser une première carte pour la période 1802-1814 : elle porte sur le nombre de libéralités aux fabriques et séminaires37.

56Elle révèle la force du phénomène dans la France du Bassin parisien, de la Champagne, et de la Lorraine ; un second pôle, dans la région lyonnaise se repère. Enfin la France méridionale n’ignore pas ce geste, mais le pratique modérément, alors que l’Ouest breton s’y engage plus nettement.

  • 38 M. Vovelle, op. cit., p. 171, carte 40.
  • 39 Ibid., p. 175, carte 43.3.

57Une carte de la valeur de ces libéralités révèle le poids des petites sommes en Bretagne, et dans le sud du Massif central, mais n’est pas sensiblement différente de la précédente. Le Centre-Ouest que nous avions repéré dans l’analyse des libéralités charitables se distingue encore, mais moins nettement. Cette carte intrigue : certes, les zones supposées être les plus attachées au catholicisme peuvent s’y repérer, la Bretagne et les marges armoricaines, le Nord et la Lorraine, dans une moindre mesure les Pyrénées et le sud du Massif central. Il n’empêche que se détache nettement ce centre du Bassin parisien, qui participait nettement, quelques années plus tôt, à la déchristianisation révolutionnaire, par ses adresses à la Convension38 et en livrant l’argenterie des églises39.

Carte 17. 1802-1814. Nombre d’habitants pour une libéralité aux fabriques et aux séminaires, 6 classes égales. Source : A.N. F19 7204.

Carte 18. Valeur par habitant des libéralités aux fabriques et séminaires (1802-1814), 6 classes égales. Source : A.N. F19 7204.

58Laissant cette question sans réponse, examinons l’évolution des années suivantes. Autant que la précocité de cette France centrale, apparaît dès lors le démarrage plus tardif de la France périphérique. Si l’on construit une carte qui met en évidence la croissance du nombre des libéralités entre l’Empire et la Restauration, on fait apparaître les départements qui s’étaient engagés tôt dans ce mouvement (croissance ultérieure inférieure à la moyenne nationale), et ceux qui ne s’y engagent vraiment que sous la Restauration.

Carte 19. Les plus fortes croissances du nombre des libéralités sous la Restauration (blanc).

  • 40 Une exception notable : le Sud-Est, mais le serment y correspond à une situation originale.

59La carte de ces donateurs de la deuxième heure n’est pas sans présenter des ressemblances assez frappantes avec la carte du refus du serment40. Mais n’y a-t-il pas une certaine logique dans ce comportement ? La nouvelle législation, qui entraîne l’intervention de l’État dans ce domaine religieux, n’est-elle pas, dans son esprit, proche de la Constitution civile ? Là où fut accepté la Révolution, puis l’Empire, on accepte aussi ces nouvelles règles et les libéralités réapparaissent rapidement. D’autres régions ne s’engagent que lentement, ne faisant pleinement confiance à la nouvelle législation que lorsqu’elle apparaît définitive et appliquée par un pouvoir dont on pense qu’il est plus sincèrement attaché aux intérêts de l’Église.

Carte 20. Classement des départements selon le nombre de libéralités religieuses par habitant, 1815-1824. Source : Guerry, Statistique morale…

60Le travail de Guerry montre plus nettement le poids de l’Est, la place maintenue du centre du Bassin parisien, l’affirmation de l’Ouest, du sud du Massif central et de l’Aquitaine.

  • 41 Il n’est pas possible de fournir ces données sur la période 1815-1829. On retrouve donc dans ces s (...)

61Il est possible d’établir, pour l’ensemble de la période 1802-1829, une répartition des libéralités en fonction de leur fréquence41, par type d’établissement.

Carte 21. Nombre d’habitants pour une libéralité aux fabriques, 1802-1828, 6 classes égales. Source : A.N. F19 7211-7212.

62La carte des libéralités en faveur des fabriques, cures et succursales, est sans doute, puisque ce sont les plus fréquentes, celle dont la comparaison est la plus justifiée avec la carte générale établie pour le Premier Empire. On y retrouve, consolidé, le pôle de l’Est. Basse-Normandie, Maine et Bretagne y sont plus nettement mis en valeur. Dans la France méridionale, peu de changements, si ce n’est une certaine inversion : les plaines et littoraux laissent la place aux hautes terres. Le vide du Centre s’élargit. Et le centre du Bassin parisien est moins nettement présent. La même carte établie en valeur par habitant n’est pas très différente : l’Est, la Bretagne, le Midi aquitain et languedocien sont moins bien placés, les libéralités y sont de faible valeur, alors que le centre du Bassin parisien réapparaît, en raison de leur montant plus important. Il est clair que ce sont les libéralités aux fabriques qui fixent les grandes lignes de la carte d’ensemble, comme le prouve la comparaison des deux cartes précédentes. Alors que la fabrique, ou la cure, sont des institutions proches, dont on utilise les services, l’évêché, le séminaire, les écoles secondaires ecclésiastiques sont plus lointaines. Les libéralités en leur faveur sont moins nombreuses, mais toujours de plus forte valeur. Leur répartition sur le territoire est-elle significative ?

Carte 22. L’effort pour le clergé : libéralités en faveur des séminaires, petits séminaires, évêchés, 1802-1829, montant par habitant, six classes égales. Source : A.N. F19 7204.

  • 42 C. Langlois et T. Tackett, chap. IV de Histoire des Catholiques en France, 1980, p. 283.
  • 43 C. Langlois, chap. V du même ouvrage, p. 301.
  • 44 Dans cette région de vastes territoires paroissiaux, le critère de la cure vacante n’a pas la même (...)
  • 45 C. Langlois, Le diocèse de Vannes au xixe siècle, 1974, p. 376-377.

63La carte de l’effort en faveur du clergé semble moins clairement dessinée. Pourtant, elle se révèle plus facilement explicable. Sans que la correspondance soit parfaite, on peut la comparer avec la carte des cures vacantes en 1814-181542, ou en 182843. L’importance de l’effort dans le Bassin parisien (de la Touraine et du Berry à la Picardie) est à mettre en rapport avec la pénurie cléricale. Les auteurs de ces libéralités sont souvent des prêtres, des nobles. Sur les 54 bienfaiteurs du séminaire d’Orléans, de 1802 à 1828, 22 sont prêtres (comme ce chanoine Simon qui constate que « l’établissement du séminaire, si utile à la religion et à l’Église ne [peut] se soutenir pour le présent sans le secours des particuliers », 1816), 14 sont nobles. Pour le séminaire de Blois, de 1821 à 1828, 5 des 7 donateurs sont prêtres. Les départements méridionaux où cet effort est fait sont ceux du couloir garonnais qui connaissent aussi la pénurie. Si les libéralités sont nombreuses dans l’Ouest des marges armoricaines, alors que les cures vacantes y sont rares44, c’est peut-être que le souvenir des persécutions révolutionnaires et des pertes humaines du clergé rend la population plus sensible à la situation des séminaires. Jouent aussi leur rôle le dynamisme de ces chrétientés cléricales, les restes des fortunes ecclésiastiques antérieures à la Révolution, si l’on se fie à l’exemple du diocèse de Vannes, où le clergé, qui sert il est vrai également d’intermédiaire à des dons de laïcs, fournit 92 % des 200 000 F que reçoit le séminaire de Vannes45. À l’inverse, l’Est, relativement généreux envers les fabriques, ne donne guère pour le clergé.

64L’abondance des cartes pour cette période permet d’ébaucher une analyse des comportements. Les lignes de fond de la carte naissent évidemment de l’opposition entre le Nord de la France où l’on se tourne vers les fabriques, en particulier pour leur demander des services religieux pour les morts, et le Sud où ce comportement est beaucoup plus rare. Cette attitude septentrionale, encore peu développée pendant l’Empire en Bretagne et Normandie, s’y est répandue pendant la Restauration. Même si l’on écarte les libéralités pour services, la France du Nord garde son avance sur la France méridionale. Les chrétientés des marges armoricaines et de l’Est, qu’on attendait à voir se détacher, se trouvent au même niveau que le centre du Bassin parisien. Ne serait-ce pas qu’en cette dernière région, les donateurs aux fabriques, peut-être moins nombreux, sont plus généreux ?

  • 46 Les rares mais importantes libéralités de ces régions ne modifient pas la carte, ni en nombre, ni (...)

65Sur cette structure de base, des libéralités, plus rares mais souvent d’assez forte valeur, viennent apporter des touches supplémentaires. Dans le Bassin parisien, les dons et legs aux évêchés et séminaires d’une part, aux congrégations religieuses de l’autre, viennent s’ajouter aux libéralités en faveur des fabriques, plaçant cette région dans le groupe de tête. On retrouve ce comportement en Poitou et Berry : le décalage entre la carte en nombre et la carte en valeur y confirme la place des grosses libéralités. Le triangle Vendée-Berry-Périgord est, avec les trois départements d’Île-de-France, la région où la valeur moyenne des libéralités aux fabriques dépasse la moyenne nationale. Ces libéralités plus ciblées vers les congrégations, les séminaires, sont également caractéristiques de la diagonale qui relie le Jura au centre des Pyrénées. Deux régions apparaissent à l’écart du mouvement : Angoumois, Périgord, Limousin46 d’une part, le littoral méditerranéen, moins nettement, d’autre part.

  • 47 Carte établie par Dangeville, et reprise par Claude Langlois, Histoire des catholiques…, p. 300.
  • 48 Carte de Dangeville, reprise et commentée par M. Lagree.
  • 49 Philippe Boutry, « Le bel automne de l’indulgence », Provence historique, t. XXXIX, 1989, p. 348-3 (...)

66Y a-t-il un lien entre cette carte et d’autres mesurant la vitalité religieuse à cette époque ? À première vue, non. Sont bien différentes dans leur allure et leurs gradations les cartes du recrutement ecclésiastique pour 1825-182947, ou la carte des versements à la Propagation de la Foi pour 1827-183448, ou les cartes des suppliques pour indulgences49. Pourtant, à y regarder de plus près, ressemblances et discordances peuvent se comprendre. Si l’on écarte la sur-représentation de l’Est due à l’étonnant souci que l’on y a des services pour défunts, si l’on considère que les libéralités aux séminaires, et aux congrégations, dont bénéficient le centre du Bassin parisien et le Poitou sont peut-être la manifestation d’une minorité riche et mobilisée s’additionnant aux libéralités de personnes plus modestes, on obtient une carte « virtuelle » beaucoup moins contrastée, ou l’arc de générosité qui s’étend de la Vendée au Jura en passant par le Nord, entoure une zone de moindre générosité. Cette carte où les contrastes sont atténués, correspond bien mieux à la carte du recrutement ecclésiastique, ou à celle des suppliques pour indulgence.

67Dans la France méridionale, du Rhône à l’Atlantique, la carte des libéralités et les cartes du recrutement ecclésiastique, des suppliques pour indulgences, des versements à la Propagation de la Foi correspondent globalement. C’est que l’effet perturbateur des libéralités pour services ne joue pas si massivement dans cette région : les libéralités y sont moins nombreuses, mais reflétant peut-être mieux les différences des comportements religieux. À l’est du Rhône, et sur le littoral, la correspondance est moins bonne, mais n’y aurait-il pas là à voir les choses autrement ? Ne serait-ce pas ici l’absence de libéralités qui serait traditionnelle, ou plus exactement, les libéralités traditionnelles ne seraient-elles pas (de façon encore plus marquée qu’à l’ouest du seuil du Lauraguais) les libéralités en faveur de l’assistance.

  • 50 Gérard Cholvy, La religion en France de la fin du xviiie siècle à nos jours, 1991, p. 129.
  • 51 A.N. F19 12108, 12109, 1034.
  • 52 Sur les dossiers du même type analysés pour la première moitié du siècle, dans les autres diocèses (...)
  • 53 A.N. F19 12109, Orléans.
  • 54 Le clergé paroissial, qui en vivait, ne devait d’ailleurs pas la considérer comme si secondaire.

68Deux points sont à retenir. La propension à faire des dons et des legs dépend à la fois des conditions présentes, et de comportements hérités. Sur une géographie traditionnelle qui s’organise en trois modèles (une moitié nord de la France où les libéralités aux fabriques paroissiales, à charge de services, sont nombreuses, un Centre-Ouest ignorant les libéralités, un Midi où les institutions d’assistance sont privilégiées par les donateurs), les comportements et les choix du moment viennent s’ajouter, modifiant les données héritées. La place des libéralités aux fabriques dans des régions relativement tièdes religieusement (mais la carte de la Restauration, telle qu’on peut la dessiner à partir de celles qui ont été évoquées ci-dessus, n’est pas celle de 188050, encore moins celle de 1945) doit être examinée attentivement. Le Bassin parisien, « tiède », « déchristianisateur » en l’an II, bénéficie peut-être de l’offensive restauratrice catholique de notables riches, mais aussi de donateurs plus modestes, qui veulent aider à la restauration des églises, à la création des séminaires. Parmi les bienfaiteurs des établissements ecclésiastiques des diocèses d’Orléans et de Blois de 1802 à 182951, 22 % sont des notables (châtelains, nobles, robins ou descendants de robins), et 35 % sont des prêtres52. La dame Meulan des Fontaines, veuve de la Porte, qui par donation réalise le vœu de son mari en donnant 2 ha 37 ares de terre à la fabrique de Meslay, dans le Loir-et-Cher, pour augmenter les revenus du curé, l’exprime : « convaincue, comme je le suis, qu’on ne peut procurer d’ecclésiastiques aux paroisses de campagne qu’en leur assurant un sort qui les mette au dessus du besoin et hors de la dépendance des habitants » (1817)53. Pourtant, ces dons aux fabriques, ces demandes de services, sont suffisamment nombreux pour n’être pas seulement des gestes de notables en Orléanais, en Champagne. Même s’ils sont des manifestations du niveau social du testateur ou du donateur (cela est particulièrement sensible lorsque qu’il s’agit de demande de services « annoncés », ou de simples « prières au prône »), ils sont aussi l’attestation d’une croyance. Que cette croyance ne s’accompagne pas de l’obéissance à toutes les prescriptions ecclésiales (pratique pascale ou dominicale), ne doit pas conduire l’observateur, trop soucieux de cohérence dans les comportements, à la considérer comme secondaire54, ou non significative. Phénomène massif, elle doit être prise en considération.

Carte 23. Nombre d'habitants pour une libéralité aux fabriques, Secondes Républiques (recalculé sur 5 ans), six classes égales. Sources : A.N.F196717.

  • 55 Exceptions : Loiret, Bouches-du-Rhône, Rhône, Bas-Rhin, Creuse.
  • 56 La forte progression des libéralités aux fabriques dans les Hautes et Basses Pyrénées est parallèl (...)

69Cette carte qui présente la fréquence des libéralités aux fabriques, peut donc être comparée avec la même carte pour 1802-1829. Si les libéralités sont à peu près partout plus nombreuses55, leur croissance ne se fait pas partout au même rythme. L’explication ne peut faire appel à un seul facteur. Il convient de se situer dans la longue durée, en envisageant l’évolution ultérieure (en comparant 1848-1851 et le début du xxe siècle). Le souci d’assurer des prières aux défunts, traditionnel en Normandie et dans le Nord-Est, le développement des libéralités testamentaires dans le Sud-Ouest56, bénéficiant tout aussi bien aux pauvres qu’aux fabriques, sont des mouvements de longue durée. Le don pour services, ou à la fabrique, n’est certes pas ignoré dans les régions ferventes : toutes d’ailleurs, au milieu du xixe siècle, le pratiquent. Mais ce geste, dans ces régions, n’est pas le seul possible, surtout dans la seconde moitié du siècle où les besoins des paroisses sont moins criants. Séminaires, congrégations, œuvres catholiques diverses, demandent, et obtiennent, le soutien des fidèles. Du coup, on aboutit à ce paradoxe que les régions les plus attachées au catholicisme sont celles où la progression des libéralités est la plus médiocre. La carte des départements où la croissance des libéralités est plus faible que la moyenne, entre la Seconde République et le début du xxe siècle, se superpose assez bien à la carte des régions de bonne vitalité religieuse en 1880.

Carte 24. Évolution de la Restauration au début du xxe siècle.
Hachuré : progrès constant ; blanc : progrès de la IIe République au xxe s. ; grisé : recul de la IIe République au début du xxe s. ; noir : recul constant depuis la Restauration.

  • 57 Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan, Ille-et-Vilaine, Maine-et-Loire, Nord, Vosges, Doubs, Loire, A (...)

70Les départements qui de la Restauration à 1900, connaissent constamment une croissance plus lente que la moyenne sont, sauf deux, des départements de chrétienté57 ! Le paradoxe que nous avançons – les régions catholiques sont celles qui donnent le moins aux établissements religieux – peut-être étayé par plusieurs cartes successives.

Carte 25. Les libéralités aux congrégations enseignantes, de 1865 à 1870, nombre d’habitants pour une libéralité, six classes égales. Source : A.N. F17 12470.

  • 58 A.N. F17 12470.

71La première est celle des libéralités aux congrégations enseignantes entre 1865 et 187058. Il s’agit là, dans le contexte de la fin du Second Empire, de libéralités qu’on peut qualifier d’offensives : créer, ou consolider, des écoles congréganistes. Que nous montre cette carte ? Les libéralités sont certes nombreuses dans les zones dévotes (Lozère, Pyrénées, Ille-et-Vilaine) mais pas dans toutes (presque rien en Lorraine où ces écoles existent déjà, en Alsace). Elles sont plutôt situées dans les périphéries de ces zones, comme si elles organisaient l’offensive à partir des chrétientés, vers le Bassin parisien, la Touraine et le Poitou, la vallée de la Garonne. Les donateurs viennent aider à ce mouvement de redistribution des religieuses mis en évidence par Claude Langlois.

Carte 26. Nombre d’habitants pour une libéralité, 1872-1875, six classes égales. Source : S.G.F.

  • 59 Désormais, tous les cultes sont confondus, et l’on n’a plus les moyens de distinguer selon les éta (...)
  • 60 Pas-de-Calais, Tarn.

72La carte des libéralités en 1872-1876 se situe au moment du sommet de la courbe des libéralités aux établissements du culte59. Partout, elles sont plus nombreuses. Il n’y a pas de bouleversement de la géographie, mais confirmation des traits de 1848-1851. Si l’on termine par une comparaison entre la carte de 1872-1876 et celle établie pour le début du xxe siècle, au moment où la tension monte, les divergences sont parlantes. Un certain nombre de départements ont vu progresser le nombre des libéralités, dans le nord du Bassin parisien, et dans le Sud-Ouest. Pour ces deux régions, le mouvement commencé au début du xixe siècle se poursuit. Les départements concernés (sauf deux60), ne peuvent être considérés comme appartenant au monde des chrétientés. Il y a bien ici un geste qui révèle un attachement au religieux indifférent au contexte politico-religieux. En revanche, les départements où le reflux est plus important que la moyenne nationale (et en particulier ceux où le reflux est deux fois plus rapide) sont majoritairement situés dans les chrétientés de l’Ouest et de l’Est. Le reflux s’étant fait en deux temps : d’abord à l’est, puis à l’ouest. Dans les Deux-Sèvres, où l’on donne traditionnellement peu, l’évolution est intéressante à observer : sur l’ensemble du département, les libéralités aux établissements religieux progressent au cours de la IIIe République. Mais dans le canton « vendéen » de Mauléon, les libéralités aux fabriques, qui n’avaient commencé à se développer qu’à partir de 1860, et surtout 1871-1890, s’effondrent à partir de 1890 :

Carte 27. Nombre d’habitants pour une libéralité, 1902-1905, calcul sur la base de 5 années. Source : S.G.F.

73La carte des libéralités à la veille de la Séparation, malgré son allure étonnante, ne peut surprendre. Dans ses zones « pleines », elle est l’aboutissement des deux tendances majeures que nous avons discernées depuis la fin de la Restauration : la permanence, de la Normandie à la Lorraine, des libéralités aux fabriques, le développement, en Aquitaine, de ces libéralités. Ses « vides » montrent l’achèvement du repli des chrétientés. Il n’y a guère, parmi les régions de chrétienté, qu’en Franche-Comté et dans les Alpes que le don aux fabriques se maintient : compromis entre la tradition et l’actualité.

Carte 28. Les biens des fabriques en 1906, en centimes par habitant. Source : J.O., Sénat, 1908.

  • 61 Nous avons évoqué au chapitre V ses limites : les rentes peuvent être le placement d’excédents, le (...)
  • 62 La fréquence des libéralités pour le décor ou l’entretien des églises pénalise sur cette carte les (...)
  • 63 Olivier Vernier, « Les fondations pieuses face à la séparation de l’Église et de l’État dans les A (...)

74L’inventaire des biens de l’Église fait lors de la loi de Séparation conduit au bilan d’un siècle de libéralités61. La carte générale des biens des fabriques, puisque construite à partir de la valeur de ces biens, reflète le mouvement général du siècle : les libéralités ont toujours été, sur le siècle, plus nombreuses, et de plus forte valeur, dans la France du Nord. Le reste de la carte n’a rien pour surprendre : retrait de la Bretagne, vide du Centre-Ouest et du Centre, place de l’Aquitaine, faible présence du Sud-Est (sauf le Vaucluse, déjà remarqué), où les libéralités ont été rares, et de faible valeur62. La situation de la Savoie et des Alpes-Maritimes rappelle que le régime piémontais avait été relativement plus favorable que le régime français au développement des biens d’Église, et que l’annexion de 1860 avait respecté les fondations antérieures63.

  • 64 Rang aux six périodes examinées, en tenant compte de la tendance générale, et en considérant qu’un (...)

75En mettant en perspective l’ensemble de ces cartes, tentons d’établir une géographie des libéralités aux établissements religieux. Comme leur fréquence n’a diminué dans aucun département, comme elle a augmenté partout, c’est plutôt l’évolution relative de leur fréquence, mesurée par leur rang64, qui est significative. Par cette méthode se dégagent des ensembles géographiques relativement homogènes. Des départements sont très généreux envers les établissements ecclésiastiques, et stables dans leur générosité. Ils se situent dans deux régions. D’abord dans le quart nord-est avec, constamment dans les premiers rangs, l’Aube, la Meurthe, la Meuse (sauf au début du xxe siècle), la Haute-Marne, le Pas-de-Calais, et, à un classement un peu inférieur, la Marne, la Seine-et-Marne, l’Yonne, le Jura et la Haute-Saône. La Manche forme un deuxième pôle : après un certain attentisme sous le Premier Empire, elle se situe toujours aux premières places. De ce premier ensemble de départements, on peut rapprocher un second ensemble imbriqué avec le précédent, qui a connu une croissance sensible du nombre des libéralités au cours du siècle. Il s’agit d’une part de l’Aisne, des Ardennes, de la Somme, de la Côte-d’Or, de l’Eure-et-Loir, et, avec une moindre fréquence des libéralités, mais une croissance aussi forte, de l’Eure, de la Seine-et-Oise, et moins régulière dans son évolution, de l’Oise. Dans ces départements du Bassin parisien et de l’Est, la progression se poursuit jusqu’en 1902-1905. Deux autres départements connaissent une forte croissance des libéralités : le Calvados (mais en recul net au début du xxe siècle), et la Mayenne, qui viennent, avec la Manche, créer un bloc normand. Avec des différences dans la chronologie de la mise en place de ce comportement, tous ces départements septentrionaux constituent au début du xxe siècle un bloc homogène, à forte fréquence des libéralités. L’homogénéité finale apparente ne doit pas nous empêcher d’y distinguer plusieurs situations.

  • 65 Valeur moyenne d’une rente en 1886 : 45 F en Haute-Marne, 56 F dans la Meuse, 54 F dans l’Aube, 58 (...)
  • 66 Valeur moyenne d’une rente : Calvados, 92 F, Manche, 176 F.

76L’importance des libéralités avec charges de service est commune à tous ces départements. Mais sur ce fond commun, il faut distinguer trois modèles. Dans le modèle champenois ou lorrain, l’emportent les petites libéralités aux fabriques, toujours plus nombreuses que les grosses, constituées essentiellement de rentes65, libéralités se mettant (se remettant ?) en place dès le Premier Empire, et qui sont plus souvent des donations que des legs (dans le diocèse de Langres, en 1898, 66 donations pour services et 11 testaments fondant des services, un seul autre testament en faveur d’une fabrique). En Normandie, les libéralités sont aussi nombreuses, quoique s’étant développées plus tardivement : elles sont de plus forte valeur66, formées tout autant de rentes que de biens immobiliers ; la part des donations est forte, mais les legs sont également présents. Le modèle du centre du Bassin parisien est le plus complexe. Le mouvement des libéralités s’y est développé très tôt (dès le Premier Empire), et se maintient jusqu’en 1902-1905. Ce sont des rentes et de biens immobiliers. Leur valeur moyenne est plutôt forte, mais la dispersion de la valeur de ces libéralités est grande. Elles vont aux fabriques, pour des services, mais aussi gratuitement, aux séminaires et aux diocèses, ainsi qu’aux congrégations religieuses.

  • 67 G. Cholvy, et Y. M. Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, II, p. 186.
  • 68 M. Lagree, art. cité, carte 5.
  • 69 Outre les confréries de « charitons », on peut citer ce texte de 1907 : « Le Normand n’est pas un (...)
  • 70 Jean-Claude Farcy, Les Paysans beaucerons au xixe siècle, 1989, p. 891-894.
  • 71 Nathalie Ploqin, La Bienfaisance dans le Loiret au xixe siècle à travers les dons et legs, 1994, p (...)

77Derrière l’apparente uniformité créée par l’abondance des libéralités, il est possible de retrouver la diversité des situations religieuses. D’une part, on a (Normandie, Lorraine, Champagne) des régions qui au xixe siècle sont attachées au catholicisme (sans cependant être « cléricales »), comme le prouve la carte des ordinations de 1900-190467, ou celle des versement à la Propagation de la Foi en 1901-190568. Cet attachement aux rites et aux pratiques se traduit aussi par ces multiples petites libéralités de gens modestes. La Normandie est célèbre par son culte des morts69, et nous en avons ici la confirmation. D’autre part, les libéralités sont également nombreuses (un peu moins cependant) dans les diocèses entourant Paris. Une minorité y montre de façon « exemplaire » son attachement aux croyances (fondations de services), et son soutien aux institutions fondamentales que sont les séminaires, les congrégations. Nous avons signalé ces minorités dans le Loiret, au début du siècle ; les travaux de Jean-Claude Farcy nous les décrivent en Eure-et-Loire à la fin du siècle70. Sur 199 auteurs de libéralités de 1885 à 1900, 66 % sont des femmes. Citadins et nobles sont sur-représentés, ainsi que les prêtres (12,5 % des legs). Par contre, il n’y a que 7 cultivateurs. La moitié de ces testateurs fondent des messes, mais ils lèguent aussi aux fabriques (pour créer un presbytère), au diocèse, au séminaire, aux congrégations (ainsi d’ailleurs qu’aux établissements d’assistance). L’évolution du Loiret, de l’Indre-et-Loire, du Loir-et-Cher, assez difficile à cerner, tient sans doute aussi à ce genre de libéralités plus ou moins militantes. Une étude sur le Loiret71 permet de le vérifier. La partie beauceronne du département a les mêmes caractéristiques que l’Eure-et-Loir : libéralités religieuses plus urbaines que rurales, féminines (52 % de femmes). Dans le Gâtinais, 66 % des donateurs sont des femmes. En Val de Loire et Gâtinais, 40 % des donateurs sont nobles.

  • 72 Mais de valeurs plus élevées : Rennes, 110 F, Nantes, 133 F, Angers, 137 F, Vannes, 91 F, Saint-Di (...)
  • 73 Il y a de nombreuses prières pour les morts, annoncées et tarifées, mais qui ne prennent pas toujo (...)
  • 74 N’oublions pas non plus que l’on peut choisir entre une « fondation » de messes, ce que nous saisi (...)

78Dans la France du Nord, on repère une autre évolution : celle des départements qui connaissent un rythme à deux temps : croissance à partir d’un niveau assez bas, en début de siècle, jusqu’en 1848, ou 1870, puis recul. C’est le cas du Finistère, des Côtes-du-Nord, de l’Ille-et-Vilaine, du Morbihan, du Maine-et-Loire, de la Sarthe (mais dans ce département, se produit un retournement final), de l’Orne, de la Seine-Inférieure (moins nettement), de la Vendée, de la Loire, du Doubs (le seul de ces départements où le niveau de départ était assez élevé), des Vosges, et du Nord. Dans ces départements, les biens des fabriques sont moins grevés de charges de services, les rentes sont plus rares72. En revanche, parmi les biens des fabriques et succursales, la part du foncier est relativement importante. Comment expliquer cette situation ? Ici, ce ne sont pas, sauf peut-être aux confins de la Normandie et de l’Est, les prières pour les morts qui provoquent les libéralités. Cela peut étonner pour la Bretagne, mais c’est explicable73. Est primordial le souci d’assurer la restauration du patrimoine ecclésiastique, d’assurer les revenus du clergé : d’où la place des biens fonciers. Dans une moindre mesure, on donne également aux diocèses et séminaires, aux congrégations (sous la Restauration). Mais ce mouvement de la première moitié du siècle n’a pas duré (même si l’on note parfois une certaine reprise, en 1872-1876). Dans ces régions, essentiellement des « chrétientés », les facteurs religieux, voire politiques, jouent. Sans se détourner complètement des libéralités aux fabriques dans les régions où l’on tient aux services (Vosges, Doubs, Orne), on préfère très probablement donner de façon plus discrète, à des institutions moins intégrées dans le système concordataire. Dons manuels aux congrégations, ou même au curé : dans ces régions cléricales, on estime moins nécessaire de prendre des garanties juridiques pour que le prêtre assure les messes qu’on lui demande. Ainsi peut-on constater que les zones les plus religieuses sont celles où l’on donne moins74.

  • 75 Florence Arnoult, L’évergétisme dans le département du Doubs au xixe siècle, 1991, p. 108, 110, 11 (...)
  • 76 S. Lippens, La bienfaisance en Vendée au XIXe siècle, 1994, p. 76-101. En revanche, dans le Marais (...)

79La constatation a été faite pour le Doubs. Des 5 cantons étudiés par F. Arnoult75, le canton le plus clérical (Le Russey) est celui où les libéralités aux institutions ecclésiastiques sont en proportion, mais aussi en effectifs, les plus faibles ; elles sont peu nombreuses après 1870, nulles après 1900. Les deux cantons les plus détachés (Audeux et Rougemont) voient plus de libéralités de ce genre, rares jusqu’au milieu du siècle, mais se développant ensuite et jusqu’au début du xxe siècle. En Vendée, la situation est assez proche. Les libéralités aux institutions ecclésiastiques sont plus nombreuses dans la Plaine (1 pour 614 habitants), relativement détachée, que dans le Haut-Bocage (1 pour 1000), massivement pratiquant, ou le Marais breton (1 pour 1651), religieux76 L’évolution de la Seine, et du Rhône, est assez voisine : les institutions religieuses de ces départements reçoivent beaucoup jusqu’à la Restauration. Ensuite, les libéralités y stagnent. Il serait naïf de croire que celles que nous voyons sont les seules qui existent.

  • 77 Montant moyen des rentes dans le Gers, 71 F, dans les Basses-Pyrénées, 64 F, dans le Lot, 69 F.
  • 78 Dans le Gers, en 1898, 8 donations, 6 legs.

80Une autre histoire caractérise les départements du Sud-Ouest (Gers, Tarn, Lot, Basses et Hautes-Pyrénées, Tarn-et-Garonne, Lot-et-Garonne, Gironde, et à un moindre degré Dordogne, Deux-Sèvres, Corrèze), ainsi que les Alpes Hautes et Basses, et l’Isère. Dans ces départements, un changement radical se produit au cours du siècle. Les libéralités aux établissements religieux, fort rares au début du siècle, croissent régulièrement et fortement jusqu’à la veille de la Séparation. Des départements comme le Gers, le Lot, classés dans le dernier tiers sous la Restauration, se retrouvent en tête au début du xxe siècle. D’une libéralité pour 20000 ou 30000 habitants, on passe à une libéralité pour 2000 ! Pour les fabriques, ce sont de petites libéralités, de faible valeur, essentiellement sous forme de rentes77, constituées par legs ou par donations78. Les libéralités aux diocèses, séminaires, congrégations, n’ont pas été négligeables. Un certain nombre de départements, géographiquement proches des précédents (Drôme, Aude, Lozère, Aveyron, Puy-de-Dôme, Landes), connaissent cette progression dans la première moitié du siècle, mais le mouvement s’inverse ensuite. Savoie et Haute-Savoie, dont nous ne connaissons pas la situation antérieure à l’annexion, reculent dans le classement à la fin du siècle. Ces départements méridionaux, de vitalité religieuse moyenne ou forte, n’ignoraient pas dès le début du siècle les libéralités aux pauvres, nombreuses, mais de faible valeur. On peut penser qu’il y a eu élargissement de ce geste en faveur des établissements ecclésiastiques. Le mouvement est fort dans les régions les plus dévotes (Gers, Lot, Tarn, Hautes et Basses-Pyrénées), mais aussi dans la vallée de la Garonne, plus tiède. Dans ce mouvement de croissance, quelle est la part d’adhésion et de soutien à l’institution ecclésiastique, la part de comportement social ? Il n’est pas facile d’expliquer pourquoi dans certains départements ce geste perdure jusqu’à la Séparation, alors que dans d’autres on s’en détourne. Si Aveyron, Lozère, Savoie, sont des terres cléricales (on y aurait donc le même comportement que dans la France de l’Ouest), ce n’est pas le cas de l’Aude, du Puy-de-Dôme.

81Le reste de la France méridionale s’abstient ; l’Ardèche, l’Ariège, l’Hérault, le Gard, les Pyrénées-Orientales, la Haute-Loire, le Cantal, restent constamment en fin de classement, et ont plutôt tendance à reculer dans ce classement. Le recul est particulièrement marqué pour les Bouches-du-Rhône et le Var. On pense évidemment à l’influence du détachement religieux dans une région où par ailleurs ce geste n’était pas traditionnel (mais l’explication ne vaut guère pour les départements du Massif central). Une seule exception dans cette région, le Vaucluse, qui maintient sa place : au début du xixe siècle, la fréquence des libéralités est la même dans le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, à la veille de la Séparation, l’écart est de 1 à 4.

  • 79 A. Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin, p. 647-649, signale ces difficultés, et le lien étab (...)
  • 80 Signalé par Prompsault, Dictionnaire raisonné de droit et de jurisprudence ecclésiastique, 1849, t. (...)

82Il reste un groupe de départements, bien connu désormais, où les libéralités sont constamment peu fréquentes : Vienne et Haute-Vienne, Charente-Inférieure, Creuse, Nièvre. Pour le Limousin, on connaît les difficultés que rencontrent les curés à propos du casuel79. Pendant le Premier Empire, le préfet de la Charente signale des héritiers qui par intérêt privent le défunt de sépulture religieuse80. L’absence de libéralités n’a donc rien de surprenant. On peut cependant noter que certains départements de cet ensemble du Centre-Ouest, sont touchés tardivement par l’évolution des régions voisines. Au nord, Cher, Indre, Allier progressent quelque peu (est-ce le comportement du Val de Loire qui s’y répand ?) ; au sud, Charente, Corrèze, seraient « contaminés » par le modèle aquitain.

  • 81 Diocèse de Troyes, diocèse de Reims : signalé dans Matériaux pour l’histoire religieuse…, II, p. 12 (...)
  • 82 Pierre Goujon, Le vigneron citoyen. Mâconnais et Châlonnais, 1848-1914, 1993, p. 36.
  • 83 Matériaux pour l’histoire religieuse…, II, p. 117.
  • 84 Y.M. Hilaire, « L’histoire religieuse de la France contemporaine », Historiens et Géographes, n° 33 (...)

83Puisqu’une géographie se dégage, c’est bien là un fait social. Mais l’observateur doit renoncer à avancer une seule explication de cette carte. On constate l’interférence d’attitudes héritées (le souci des services funéraires en Champagne et Normandie, la faible part des libéralités religieuses en Languedoc, l’absence de gestes testamentaires en Limousin, etc.), et de comportements nouveaux. La difficulté est de saisir la logique de ces comportements nouveaux : généralisation de comportements minoritaires ? Activisme militant, chronologiquement marqué ? Détachement religieux ? De cette étude quelque peu insatisfaisante, tirons trois conclusions certaines. Relevons d’abord que progressivement, les Français ont pris en compte, et dans toutes les régions, la situation de l’Église concordataire, médiocrement dotée. Ils lui ont apporté des ressources. Mais de cette première évidence découle une seconde : le mouvement des libéralités enregistrées n’est que la partie visible du flux dont l’évolution de la générosité des régions pieuses nous révèle « en creux » l’existence. La cartographie confirme ce que nous avions déjà soupçonné. Enfin, les plus ou moins fortes discordances entre la carte des libéralités et les cartes connues de la fidélité religieuse ne doivent pas être considérées comme insignifiantes. Outre qu’elles nous invitent peut-être à regarder plus attentivement l’évolution de l’attachement au catholicisme au cours du siècle, elles attirent notre attention sur le « culte des morts » (dans le Bassin parisien, où ce « culte des morts » est vif, on constate aussi que la présence à la messe dominicale est supérieure à la pratique pascale81). Certes, il relève pour une part du prestige social, d’où l’importance accordée aux services « annoncés au prône ». Si l’on fait dire des messes pour les morts en Mâconnais et Châlonnais, « c’est par point d’honneur : pour un Mâconnais de Viré, il vaudrait mieux annoncer deux fois une messe et ne pas la dire que d’en dire une sans l’avoir annoncée82 ! » Mais ne pourrait-on pas avancer l’hypothèse que les libéralités pour fondations de services, quand elles se développent de manière quelque peu étonnante par rapport à une pratique dominicale ou pascale faibles, sont la manifestation d’une vie religieuse qui prend de l’autonomie par rapport aux prescriptions ecclésiales, sans refuser cependant les enseignements majeurs sur l’Au-delà. Dans le diocèse de Châlons, où ces libéralités sont nombreuses, les derniers sacrements ne sont jamais refusés au xixe siècle83. Doit-on aller jusqu’à penser que la répartition selon les sexes reflète, comme un indicateur inversé, l’évolution de la pratique masculine ? La part des hommes (les prêtres n’étant pas comptés) dans ces libéralités évolue ainsi en Haute-Marne : 1858, 29 % ; 1888, 37 % ; 1898, 44 %. N’y aurait-il pas une logique religieuse dans ce comportement : si les messes pour les morts doivent abréger le temps du Purgatoire, n’est-ce pas dans les régions où les infractions aux règles imposées par l’Église sont nombreuses, qu’il faut aider les âmes des défunts reléguées au Purgatoire à en sortir le plus vite ? La quasi-absence des libéralités, du Périgord au Berry, à travers tout le siècle, représente-t-elle un détachement radical ? Le faible nombre de libéralités en Languedoc annoncerait-il le détachement (modèle Vovelle) ? Si l’on se reporte à l’évolution ultérieure84, la stabilité de la pratique dans l’Yonne, la Seine-et-Oise, et la plupart des diocèses du Bassin parisien, confirmerait la signification religieuse du geste libéral fréquent dans ces diocèses, alors que le reflux de la Creuse, du Cher, de l’Allier, des Charentes, prouverait que l’absence des libéralités était bien révélatrice d’un détachement total.

84L’évolution du mouvement des libéralités aux établissements religieux dans le Bassin parisien, le Languedoc, l’Aquitaine, est grossièrement parallèle à celle des libéralités charitables. Les vides des deux cartes se superposent dans une forte proportion. Il y a là l’ébauche d’une géographie non plus sectorielle, mais générale. Avant de nous y engager, regardons les dernières libéralités dont le nombre permet une étude régionale, les libéralités aux communes.

Les libéralités aux communes

85On donne beaucoup moins fréquemment aux communes qu’aux institutions d’assistance et qu’à l’Église, et on leur donne pour des objectifs très variés.

Carte 29. Les libéralités aux communes. Relevé sur 3 années de la Restauration. Source : Bulletin des Lois.

86La première carte ressemble assez fortement à la carte des libéralités aux pauvres : libéralités nombreuses en Lorraine, Franche-Comté, dans le Nord du Bassin parisien, en Normandie, et sur les marges armoricaines, ainsi que sur le rebord est du Massif central, et moins nettement, dans quelques départements aquitains. Le vide du Sud-Est, du Centre-Ouest, de la Bretagne est également comparable. Rien de bien étonnant, puisque les libéralités aux communes à cette époque sont souvent scolaires (assurer l’école aux pauvres), ou indirectement religieuses (dons de presbytères, d’églises), mais on sait que ces régions sont aussi celles où le clergé a un certain prestige.

87En 1872-1876, nous pouvons tracer une carte plus parlante, à partir de libéralités plus nombreuses. À cette date, les libéralités aux communes sont devenues plus spécifiques : elles sont essentiellement scolaires, ou d’intérêt général. La carte est moins nettement contrastée que toutes celles que nous avons jusque-là examinées. Le centre du Bassin parisien se détache nettement, alors que la Normandie et la Lorraine, présentes sous la Restauration, sont en net retrait. Le Sud-Est, qui à la même époque donne peu aux pauvres, se distingue mieux, ainsi que le rebord du Massif central. On a peut-être là l’explication des faibles libéralités charitables de l’Ardèche, de la Loire. Le Sud-Ouest et les Pyrénées de l’ouest, où les libéralités charitables aussi bien que religieuses se développent, n’est pas en reste pour les libéralités aux communes. Sur le littoral méditerranéen, où les libéralités charitables reculent, on ne constate pas de transfert vers les communes. Plus nouvelle, la situation du Centre-Ouest : ces départements, jusque-là toujours en fin de classement, sont beaucoup mieux placés. Charentes, et surtout Berry sortent de l’ombre.

Carte 30. Les libéralités aux communes : nombre d’habitants pour une libéralité 1872-1876 (6 classes égales). Source : S.G.F.

Carte 31. Les libéralités aux communes, 1901-1905, nombre d’habitants pour une libéralité, six classes égales. Source : S.G.F.

88La situation en 1902-1905 montre une recomposition de blocs régionaux. L’Ouest breton et des marges armoricaines, une bonne partie du Massif central, les Alpes et la vallée du Rhône s’effacent. Par contre, Normandie, Champagne, Bourgogne, Île-de-France forment un bloc homogène. Cette carte ressemble assez à celle des libéralités religieuses à la même date. Le rapprochement n’est pas fortuit. On sait que les libéralités aux communes sont souvent faites avec des charges d’entretien de sépultures (parfois accompagnées de services religieux). Il s’agit donc d’une préoccupation caractéristique d’une région : comment assurer le souvenir des morts. Ce souci peut être satisfait de deux façons, par les fabriques, par les communes : deux solutions qui ne sont pas d’ailleurs incompatibles. En revanche, les régions les plus dévotes, même si elles sont soucieuses des morts, ne se tournent pas vers les communes : voilà qui explique les discordances aux deux extrémités de cette grande zone du souvenir, en Normandie, et en Lorraine Franche-Comté. Cette solution laïque de la commémoration des défunts explique la place des libéralités aux communes dans des zones comme le Val de Loire et le Centre, le Limousin, les Deux-Sèvres, et même le littoral languedocien.

Carte 32. Les libéralités aux communes, 1921-1925, nombre d’habitants pour une libéralité, six classes égales. Source : S.G.F.

  • 85 Une exception cependant : les 2 départements des Pyrénées occidentales, qui jusqu’au bout, ont un c (...)
  • 86 Dans le Bassin parisien, l’Yonne est mal placée, mais c’est une situation provisoire : dans les ann (...)

89En 1921-1925, les contrastes de la carte s’accentuent. Les fabriques n’existent plus. On ne peut plus leur demander d’assurer cette sorte de religion des chrétiens saisonniers, mélange d’assurance du souvenir, de croyance, de prestige social, qu’étaient les services assurés par cette institution à la fois religieuse et communale, la fabrique. Désormais, c’est la solution communale, ou rien. Les régions pieuses ont choisi : elles disparaissent à peu près complètement de la carte des libéralités aux communes85 (voir en particulier l’évolution de la Franche-Comté, de l’Aveyron). En revanche, n’y aurait-il pas une mutation de la religion des morts dans les régions de catholicisme moins militant ? Ce recours à la commune, du Bassin parisien où il est né86, s’étend à la Normandie, à la Sarthe, au Val de Loire, aux Charentes, au Limousin, et même, plus modestement, au littoral languedocien.

90Il ne s’agit pas de nier qu’il existe d’autres raisons que le souci d’assurer l’entretien de sa tombe pour donner aux communes. Sous cette forme, ou sous d’autres plus prestigieuses, il apparaît pourtant que c’est la volonté de faire survivre un nom qui explique la plupart des libéralités qui leur sont adressées. Alors que déclinent les libéralités aux établissements publics d’assistance, le don aux communes apparaît comme le moyen le plus sûr de survivre.

  • 87 9 départements, puisque le Nord contient deux des 10 premières villes.

91Toutes ces cartes ne font pas apparaître les libéralités aux établissements reconnus d’utilité publique non charitables, et le cadre adopté, le département, ne fait pas ressortir le caractère de plus en plus urbain des libéralités. Faute de pouvoir distinguer les libéralités urbaines, on peut cependant comptabiliser celles qui sont délivrées dans les départements où se situent les dix plus grandes villes. Sous la Restauration, dans les départements des dix plus grandes villes de l’époque, on délivrait 17 % de l’ensemble des libéralités, et 33,3 % du montant de ces libéralités. En 1902-190587, dans les départements des dix premières villes, sont délivrées 18,6 % des libéralités, mais la valeur de ces libéralités monte à 58 % du total. En 1921-1925, 32 % des libéralités sont délivrées dans ces mêmes départements pour 50,8 % du montant total. Sur le siècle, le nombre des libéralités dans les départements des grandes villes augmente, ainsi que leur valeur, tandis que les libéralités des autres départements progressent beaucoup moins vite.

Calcul sur 5 ans.

92Après la Grande Guerre, le geste libéral régresse dans les régions les moins urbanisées : les institutions bénéficiaires n’attirent plus la générosité. Mais il continue à progresser dans les villes, à Paris, là où sont implantées les institutions d’utilité publique qui bénéficient de plus en plus de la générosité publique.

Une explication d’ensemble ?

  • 88 Assez proche, la Corse, et dans une moindre mesure, la Catalogne française (Pyrénées-Orientales).

93Si le geste généreux tend à se concentrer sur de nouvelles institutions, essentiellement urbaines (et parisiennes) au xxe siècle, il n’en reste pas moins vrai qu’à travers tout le xixe siècle, par delà les évolutions lentes, se révèlent d’étonnantes continuités dans la carte des libéralités. Ces constantes sont : la force de ce mouvement dans un vaste Bassin parisien qui s’étend de la Normandie aux Vosges et au Jura (mais qui laisse de côté en général le Pas-de-Calais, et surtout le département du Nord) ; l’attitude spécifique de la Bretagne, qui reste à l’écart du phénomène, malgré quelques épisodes de générosité88 ; le grand vide qui s’étend des rives de l’Atlantique (entre Loire et Gironde) au Nivernais-Bourbonnais ; le développement régulier des libéralités, quelque soit leur objet, dans le Bassin aquitain.

94Après avoir « battu les cartes », selon l’expression de Michel Vovelle, nous devons avouer notre perplexité. Bien des cartes, qu’on aurait pu croire utiles, ne nous éclairent en rien : ni celle de la richesse, ni celle de la propriété paysanne, ni celle de l’alphabétisation. Toute libéralité est créée par un texte, testament ou un acte devant notaire. N’y a-t-il pas là une piste à creuser ? Le souci de faire testament ne serait-il pas un élément qui faciliterait un geste charitable, même si les notaires du xixe siècle ne sont plus tenus comme sous l’Ancien Régime d’inviter le testateur à penser aux pauvres ? On n’a pas, semble-t-il, de statistiques régionales du nombre de testaments. Seules les ouvertures de testaments olographes et mystiques au tribunal font l’objet d’un relevé. Mais ces testaments ne sont pas les plus fréquents au xixe siècle, et l’on ne sait rien des proportions régionales des testaments publics et des testaments olographes.

95Si l’on prend ces cartes avec précaution (nous fournissons celle de 1880), peuvent-elles nous éclairer ? Les vides de la Bretagne, du Berry, du Limousin, s’y retrouvent. Le Bassin parisien est bien marqué sur les deux types de carte. Un examen plus précis révèle quelques discordances : la Mayenne et la Sarthe, fortement donatrices, font peu de testaments olographes, alors que la Charente en fait, mais donne rarement. Mais peut-on tirer davantage d’une statistique ne portant que sur les testaments olographes ?

  • 89 Malgré une lecture attentive des travaux d’E. Todd et de H. Le Bras, nous n’y avons rien trouvé pou (...)
  • 90 Hervé Le Bras, Les Trois France, 1986, p. 107 : voir la situation du Limousin, et de l’Aveyron, ou (...)
  • 91 On peut quand même noter que le littoral méditerranéen est devenu une zone d’héritage égalitaire au (...)
  • 92 Voir infra, chapitre IX.

96N’y aurait-il pas à se tourner vers les régimes successoraux ? Sans y trouver une relation entre les structures familiales et le geste du don89, ne pourrait-on pas penser que l’obligation de passer devant un notaire, dans les régions où l’on ne suit pas les règles communes prévues par le Code civil, aide à penser à faire un legs ? Mais la carte de ces usages au début du xxe siècle90 n’est guère applicable sur les nôtres. La France de l’héritage inégalitaire comporte aussi bien des régions qui donnent, que des régions qui ne donnent pas91. Si, considérés isolément, le droit, la pratique successorale, et, peut-être moins nettement, la pratique testamentaire, sont des impasses, n’y aurait-il pas une voie à ouvrir du côté des comportements qu’induisent les usages testamentaires. Dans la grande majorité des cas, on fait un legs (ou une donation) parce qu’on n’a pas d’héritier direct92. Dans ce cas, on ne peut confier la réalisation de ses volontés à un enfant respectueux des volontés parentales, et on est libre de disposer de ses biens. Il y a donc redoublement des facteurs qui poussent à la générosité testamentaire. Les cartes démographiques confirment-elles ces hypothèses ?

Carte 33. Fréquence des testaments olographes par ressorts de cours d’appel, 1880. Source : Compte de l’Administration de la justice civile…

  • 93 Jacques Dupaquier, Histoire de la population française, III, p. 426 (fig. 203 et 204).

97La cartographie du célibat définitif93 n’est pas sans rapport avec nos cartes. Les régions d’intense célibat sont, sauf la Bretagne, des régions où l’on donne fréquemment : Normandie et marges armoricaines, Lorraine, Franche-Comté, Massif central, Pyrénées de l’ouest, Savoie… mais l’on donne aussi beaucoup dans le Bassin parisien où le célibat est peu fréquent.

Carte 34. Le célibat définitif des femmes, 1866-1875. Source : Jacques Dupâquier, Histoire de la population française, II, p. 426.

Carte 35. Ménages sans enfants après 25 ans de mariage, en 1906. Source : H. Le Bras et E. Todd, L’invention de la France, p. 320.

  • 94 H. Le Bras et E. Todd, op. cit., p. 198.

98Peut-être plus convaincante la carte des ménages sans enfant, des couples n’ayant en 1906 aucun enfant après 25 ans de mariage94. Dans le Bassin parisien, dans l’Ouest, dans le Centre, dans le Sud-Ouest, elle n’est pas sans ressembler à la carte des libéralités en 1902-1906, avec cependant des divergences : les couples sans descendance sont nombreux dans les Charentes, mais ne semblent pas tester, de même que sur la côte provençale. À l’inverse, dans le sud du Massif central, l’on donne relativement fréquemment, alors que les couples inféconds sont peu nombreux. Sans être entièrement satisfaisant (le Sud-Est pose problème), l’examen de ces données démographiques semble ouvrir des pistes intéressantes.

  • 95 André Armengaud, Les populations de l’Est-Aquitain au début de l’époque contemporaine, 1961, p. 290 (...)

99Il faut sans doute renoncer à mettre à jour une causalité unique. La carte du don ne peut être que le reflet de la diversité des facteurs qui entourent ce geste : règles successorales, situations familiales, traditions locales, choix idéologiques, statuts sociaux, se conjuguent. Dans les cartes du début du xixe siècle, nous soupçonnons un héritage de l’Ancien Régime, mais en assurer la preuve dépasse nos moyens. Donner aux pauvres, ou aux fabriques, choisir l’embellissement de l’église, ou fonder un service, sont pour une part des gestes « traditionnels ». La fréquence de ces gestes varie : là, c’est un comportement très général, d’où la multiplicité des petites libéralités. Ailleurs, c’est plutôt un geste de notable. Pourtant, un comportement minoritaire peut se répandre. On soupçonne que le renforcement de la paysannerie propriétaire d’Aquitaine95 explique le développement des gestes libéraux en cette région. N’en est-il pas de même en Normandie, en Champagne ?

100Le geste libéral n’est pas sans être influencé par les discours du temps : le discours de l’Église sur l’Au-Delà, mais aussi son discours plus missionnaire sur les besoins des œuvres chrétiennes ; le discours charitable ou philanthropique sur l’assistance, relayé par les notables des commissions administratives des hôpitaux et bureaux de bienfaisance ; le discours des œuvres nouvelles, confessionnelles ou laïques, qui drainent une part des libéralités autorisées, et absorbent sans doute, sans que nous puissions le mesurer, une partie des dons. Les cartes, comme les courbes, laissent entrevoir, en creux, dans leurs fléchissements conjoncturels et régionaux, d’autres formes de dons.

101Le rapport à la mort est de plus en plus essentiel dans le don. Les legs l’emportent sur les donations. Or, le lien entre la mort et la famille est essentiel. C’est à la famille que les testateurs s’en remettent pour l’exécution de leurs volontés, en même temps d’ailleurs que la force du sentiment familial les détourne de priver leurs enfants de leurs biens. L’absence de descendance devient-elle la condition et le motif essentiel du don ? La survie du nom, la garantie de la mémoire prennent-elles le pas sur la volonté d’assurer des ressources à une institution utile ou respectée ? C’est ce qu’il nous faut maintenant examiner.

Notes

1 Revue des Établissements de bienfaisance, 1886, p. 195, « Statistique des libéralités charitables ». Lorsque le ministère de l’Intérieur fera établir une statistique décennale (1879-1888, puis 1889-1898), on publiera des tableaux par département, mais sans en faire d’analyse.

2 Michèle Perrot, « Premières mesures des faits sociaux : les débuts de la Statistique criminelle en France, 1780-1830 », Pour une histoire de la statistique, t. I, Paris, 19842, p. 125-135. Voir aussi l’introduction d’Emmanuel Le Roy-Ladurie à A. d’Angeville, Essai sur la statistique de la population française considérée sous quelques-uns de ses rapports physiques et moraux, 1re éd, 1839, réed. 1969.

3 Seul C. Langlois, Le diocèse de Vannes au xixe siècle, 1800-1830, 1976, a établi un rapport précis entre les données sur le Morbihan, et les données nationales.

4 En utilisant les données du recensement le plus proche de la période considérée.

5 Si un calcul sur 5 ans est facilement perturbé par un gros legs, un calcul sur 10 ou 15 ans l’est évidemment moins. Pour permettre des comparaisons sur le siècle, nous ramènerons cependant notre indicateur sur la base de 5 ans : si Y francs sont données de 1814 à 1830, nous procédons ainsi : Y divisé par 17, multiplié par 5, et divisé par le nombre d’habitants au milieu de la période.

6 1806-1810, comptage par département effectué à partir de la statistique de Labrosse (A.N. *F15 45). 1819-1823, relevés annuels par départements fournis par A.N. F15 151. 1836-1840, comptage par département à partir de la statistique de Labrosse (A.N. *F15 45). Rien n’existe pour 1845-1871. 1872-1876, Statistique annuelle… 1902-1905, idem (nombre de libéralités aux établissements publics). 1921-1925, idem.

7 Population de la France divisée par le nombre de libéralités pour 5 ans.

8 Nous avons exclu la Corse, dont la situation très particulière (un nombre infime de libéralités) créait un écart non significatif. Cela tient à la non-application en Corse de l’impôt sur les successions. L’administration de l’enregistrement n’informe donc pas les préfets, qui n’ont pas à autoriser les libéralités.

9 La période de référence est de 4 ans, mais les données sont recalculées sur la base de 5 ans.

10 C’est le Finistère, comme en 1806 ; vient ensuite le Morbihan, une libéralité pour 39 000 hab.

11 Pour des raisons techniques, les fonds de carte utilisés sont ceux de la France administrative actuelle. On voudra bien considérer que Paris et les départements de la première couronne correspondent à l’ancienne Seine, que Yvelines, Essonne et Val-d’Oise correspondent à l’ancienne Seine-et-Oise, et que la Meurthe d’avant 1871 correspond à la Meurthe-et-Moselle actuelle.

12 Jean-Pierre Goubert et Roseline Rey, Atlas de la Révolution française. 7. Médecine et santé, 1993, p. 39, nombre d’hôpitaux pour 10 000 habitants. L’utilisation de cette carte de la situation à la veille de la Révolution n’est pas injustifiée, puisque l’essentiel des hôpitaux sont de fondation ancienne. Aux 1224 hôpitaux créés avant 1790, se sont ajoutés 26 hôpitaux pendant le Révolution et l’Empire, 53 pendant la Restauration (A. Legoyt, « L’assistance publique en France, étude statistique », Le Correspondant, 10 septembre 1873, p. 973).

13 Hervé Le Bras, Emmanuel Todd, L’invention de la France, 1981, p. 372, carte établie d’après l’Annuaire statistique de la France, 1877. La carte des élèves ecclésiastiques en 1825-1829, établie par Dangeville, est moins pertinente.

14 Dans ces zones bien équipées en hôpitaux, les secours à domicile pouvaient d’ailleurs en dépendre, ou dépendre d’organismes semi-hospitaliers, comme les Miséricordes. Plus que les « bureaux de bienfaisance », ce sont probablement ces établissements que l’on gratifie.

15 Paul Cornut, Répartition de la fortune privée en France, par département et par nature de biens au cours de la première moitié du siècle, 1963, p. 576.

16 Voir supra, chapitre 4, les sources utilisées pour établir cette fortune.

17 Fortune des bureaux de bienfaisance en 1910, rapportée au nombre d’habitants à cette époque.

18 Calcul à partir de H. Monod, Statistique des dépenses publiques d’assistance en France pendant l’année 1885, 1889, tableau 34. Dans la Seine les dépenses financées par le contribuable s’élèvent à 13,54 F contre 1,6 F dans le reste du pays.

19 La Revue des Établissements de bienfaisance publie en 1902 (p. 138) une « Statistique, en 1898, des établissements de bienfaisance reconnus d’utilité publique », qui mentionne le « montant des secours distribués » : pour la Seine : 10 669 257 F, soit 3,19 F par habitant : ces secours proviennent des dons et legs capitalisés par les établissements, et des quêtes et souscriptions. Ils sont distribués à 515 000 personnes (soit 20 F par an et par personne secourue).

20 La carte des libéralités au début du xxe siècle, dans la France du Nord, se superpose bien avec la carte des ménages réduits (1886), et celle des suicides (1875-1885) ! (H. Le Bras et O. Tood, op. cit., p. 294-295).

21 Mais cela ne vaut pas pour la Haute-Loire et la Lozère : ce n’est pas directement à la vitalité religieuse qu’il faut recourir.

22 Carte publiée par André Gueslin, L’invention de l’économie sociale, 1987, p. 198.

23 Nous avons considéré les départements où il y a trois libéralités de ce genre et plus, dans l’une ou plusieurs des années suivantes : 1875, 1876, 1885, 1886, 1887, 1888, 1901, 1902, 1903, 1904, 1905.

24 Dans une certaine mesure, car le nombre des libéralités reste très modeste par rapport aux libéralités charitables traditionnelles.

25 Les « frairies », en pays bretonnant, ont un rôle d’assistance funéraire et d’assistance charitable. Elles sont mentionnées par P. Hubert-Valleroux, La charité avant et depuis 1789 dans les campagnes de France, 1890, p. 265. Le même auteur mentionne le Morbihan, les Côtes-du-Nord, les Deux-Sèvres comme des départements où la charité privée est importante. Voir aussi la thèse de Guy Haudebourg, Mendiants et vagabonds en Bretagne au xixe siècle, 1998.

26 Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle, 1975, p. 518, 532, 534.

27 A. Corbin, dans sa contribution à Histoire du Poitou, du Limousin et des Pays charentais, 1976, p. 399.

28 Ibid., p. 388. Quelques indications dans F.-J. Labrugne, Paysans charentais. Histoire des campagnes d’Aunis, Saintonge et Bas-Angoumois, t. II, p. 278 : dans l’arrondissement de La Rochelle, en 1912, 30 % des communes ont une société de secours mutuels, 41 % une boulangerie coopérative ; dans celui de Maremmes, les chiffres sont respectivement de 38 et 14 %. Le mouvement est plus vif en Charente-Inférieure qu’en Charente.

29 H. Monod, Statistique des dépenses d’assistance en France pendant l’année 1885, 1889, tableau XXI, XXIII.

30 On a utilisé le tableau de la dépense réelle par habitant et par département (tableau XXI).

31 « Municipalités et hôpitaux dans les villes françaises au xixe siècle », Le social dans la ville et en Europe, 1996, p. 68.

32 A.N. F19 7204 contient divers relevés par départements pour l’Empire et la Restauration, soit globaux, soit par type d’établissement. On a relevé le nombre de libéralités aux fabriques dans le fichier établi par la Direction des Cultes pour la Seconde République. À partir de 1871, on dispose des publications de la Statistique générale de la France (elle confond tous les cultes dans ses tableaux, mais c’est statistiquement assez négligeable).

33 Population de la France divisée par le nombre de libéralités par an.

34 La période de référence est de 4 ans, mais les données sont recalculées sur la base de 5 ans.

35 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la révolution française, 1993.

36 Dans Histoire de la France religieuse, t. 3, p. 310-329.

37 A.N. F19 7204, par département. Un autre relevé existe par diocèse, qui confirme le précédent pour les diocèses dont la circonscription correspond à un département.

38 M. Vovelle, op. cit., p. 171, carte 40.

39 Ibid., p. 175, carte 43.3.

40 Une exception notable : le Sud-Est, mais le serment y correspond à une situation originale.

41 Il n’est pas possible de fournir ces données sur la période 1815-1829. On retrouve donc dans ces séries les libéralités du Premier Empire. Cependant, le petit nombre de libéralités pendant le Premier Empire, comparativement aux chiffres de la Restauration, permet de considérer les cartes pour 1802-1829 comme reflétant essentiellement la situation de la Restauration.

42 C. Langlois et T. Tackett, chap. IV de Histoire des Catholiques en France, 1980, p. 283.

43 C. Langlois, chap. V du même ouvrage, p. 301.

44 Dans cette région de vastes territoires paroissiaux, le critère de la cure vacante n’a pas la même signification que dans les régions d’habitat groupé et de petits terroirs.

45 C. Langlois, Le diocèse de Vannes au xixe siècle, 1974, p. 376-377.

46 Les rares mais importantes libéralités de ces régions ne modifient pas la carte, ni en nombre, ni en valeur.

47 Carte établie par Dangeville, et reprise par Claude Langlois, Histoire des catholiques…, p. 300.

48 Carte de Dangeville, reprise et commentée par M. Lagree.

49 Philippe Boutry, « Le bel automne de l’indulgence », Provence historique, t. XXXIX, 1989, p. 348-351.

50 Gérard Cholvy, La religion en France de la fin du xviiie siècle à nos jours, 1991, p. 129.

51 A.N. F19 12108, 12109, 1034.

52 Sur les dossiers du même type analysés pour la première moitié du siècle, dans les autres diocèses, la proportion de prêtres est de 23 %.

53 A.N. F19 12109, Orléans.

54 Le clergé paroissial, qui en vivait, ne devait d’ailleurs pas la considérer comme si secondaire.

55 Exceptions : Loiret, Bouches-du-Rhône, Rhône, Bas-Rhin, Creuse.

56 La forte progression des libéralités aux fabriques dans les Hautes et Basses Pyrénées est parallèle à ce que nous avions observé pour les libéralités aux pauvres.

57 Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan, Ille-et-Vilaine, Maine-et-Loire, Nord, Vosges, Doubs, Loire, Aveyron. Les deux exceptions : la Haute-Marne (mais les libéralités pour service y avaient atteint un tel taux dès la Restauration qu’il était difficile de continuer sur ce rythme), et le Var : département de médiocre vitalité religieuse, dans une région où le souci des services n’existe pas (ou plus) depuis longtemps (voir M. Vovelle).

58 A.N. F17 12470.

59 Désormais, tous les cultes sont confondus, et l’on n’a plus les moyens de distinguer selon les établissements.

60 Pas-de-Calais, Tarn.

61 Nous avons évoqué au chapitre V ses limites : les rentes peuvent être le placement d’excédents, les libéralités pour les églises ne sont pas comptabilisées. Mais, à la différence des tableaux de la fortune des établissements des bienfaisances, les biens remis par l’État aux fabriques au moment du Concordat (anciens biens nationaux) sont mis à part, et non pris en compte dans notre recherche.

62 La fréquence des libéralités pour le décor ou l’entretien des églises pénalise sur cette carte les régions méridionales.

63 Olivier Vernier, « Les fondations pieuses face à la séparation de l’Église et de l’État dans les Alpes-Maritimes », Recherches Régionales, 1980, 2, p. 109-120.

64 Rang aux six périodes examinées, en tenant compte de la tendance générale, et en considérant qu’un classement aberrant peut provenir d’un concours de circonstances.

65 Valeur moyenne d’une rente en 1886 : 45 F en Haute-Marne, 56 F dans la Meuse, 54 F dans l’Aube, 58 F dans le Jura.

66 Valeur moyenne d’une rente : Calvados, 92 F, Manche, 176 F.

67 G. Cholvy, et Y. M. Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, II, p. 186.

68 M. Lagree, art. cité, carte 5.

69 Outre les confréries de « charitons », on peut citer ce texte de 1907 : « Le Normand n’est pas un mystique… Il tient à sauver son âme, et de même qu’il s’adresse à un homme de loi pour sauvegarder ses intérêts matériels, il s’adresse à son curé pour sauvegarder ses intérêts spirituels » (R. de Félice, La Basse-Normandie. Étude de géographie régionale, 1907, cité par Gabriel Desert, « Ruraux, religion et clergé dans le diocèse de Bayeux au xixe siècle », Cahiers des Annales de Normandie, n° 8, p. 116-145).

70 Jean-Claude Farcy, Les Paysans beaucerons au xixe siècle, 1989, p. 891-894.

71 Nathalie Ploqin, La Bienfaisance dans le Loiret au xixe siècle à travers les dons et legs, 1994, p. 75-86

72 Mais de valeurs plus élevées : Rennes, 110 F, Nantes, 133 F, Angers, 137 F, Vannes, 91 F, Saint-Dié, 109 F.

73 Il y a de nombreuses prières pour les morts, annoncées et tarifées, mais qui ne prennent pas toujours la forme de la fondation. On a aussi remarqué que la Bretagne ne donnait pas par testament pour les pauvres.

74 N’oublions pas non plus que l’on peut choisir entre une « fondation » de messes, ce que nous saisissons, et des messes « au détail », plus ou moins nombreuses, dont le prix total peut être élevé. Or nous ne connaissons que très partiellement ces demandes de messes. Elles apparaissent dans les testaments, mais ceux que nous avons lus sont ceux de donateurs. Il semble bien qu’il y ait des usages locaux : là, on privilégie la fondation de services, ici plutôt les « messes une fois dites ». Dans l’Ariège, sur notre échantillon, sur 30 libéralités à une fabrique, deux seulement fondent un service ; toutefois, ces 30 donateurs, pour 11 d’entre eux au moins (car nous n’avons pas toujours l’intégralité du testament), demandent des messes, sans fondation.

75 Florence Arnoult, L’évergétisme dans le département du Doubs au xixe siècle, 1991, p. 108, 110, 114.

76 S. Lippens, La bienfaisance en Vendée au XIXe siècle, 1994, p. 76-101. En revanche, dans le Marais méridional, aux frontières des Charentes, on tombe à 1 pour 2 039..

77 Montant moyen des rentes dans le Gers, 71 F, dans les Basses-Pyrénées, 64 F, dans le Lot, 69 F.

78 Dans le Gers, en 1898, 8 donations, 6 legs.

79 A. Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin, p. 647-649, signale ces difficultés, et le lien établi par les paysans entre l’Ancien régime et les obits et fondations. Voir aussi, Louis Perouas, Refus d’une religion, religion d’un refus en Limousin rural, 1880-1940, 1985, p. 116-120

80 Signalé par Prompsault, Dictionnaire raisonné de droit et de jurisprudence ecclésiastique, 1849, t. III, col. 654 (article sépulture). Par ailleurs, mais ce n’est sûrement pas sans lien, dans le diocèse de Poitiers, les fabriques, à la fin de l’Ancien Régime, comme au début du XIXe siècle, sont très difficilement mises en place (J.Marcade, « Les Fabriques rurales dans le diocèse de Poitiers de Mgr de Caussade à Mgr de Bouillé », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1993, p. 489 sqq.).

81 Diocèse de Troyes, diocèse de Reims : signalé dans Matériaux pour l’histoire religieuse…, II, p. 129, 124.

82 Pierre Goujon, Le vigneron citoyen. Mâconnais et Châlonnais, 1848-1914, 1993, p. 36.

83 Matériaux pour l’histoire religieuse…, II, p. 117.

84 Y.M. Hilaire, « L’histoire religieuse de la France contemporaine », Historiens et Géographes, n° 331, 1991, p. 262-263.

85 Une exception cependant : les 2 départements des Pyrénées occidentales, qui jusqu’au bout, ont un comportement spécifique.

86 Dans le Bassin parisien, l’Yonne est mal placée, mais c’est une situation provisoire : dans les années qui suivent, les libéralités aux communes sont nombreuses et dépassent après 1930 les libéralités aux établissements de bienfaisance.

87 9 départements, puisque le Nord contient deux des 10 premières villes.

88 Assez proche, la Corse, et dans une moindre mesure, la Catalogne française (Pyrénées-Orientales).

89 Malgré une lecture attentive des travaux d’E. Todd et de H. Le Bras, nous n’y avons rien trouvé pour éclairer nos cartes.

90 Hervé Le Bras, Les Trois France, 1986, p. 107 : voir la situation du Limousin, et de l’Aveyron, ou du Bassin parisien et de Berry.

91 On peut quand même noter que le littoral méditerranéen est devenu une zone d’héritage égalitaire au cours du XIXe siècle, ce qui implique probablement le recul de l’usage du testament (depuis 40 ans dans le Var, les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse, le Gard, écrit en 1895 G. Albert, La liberté de tester… Étude critique du système français, p. 812) : serait-ce à considérer dans l’explication du recul des libéralités dans cette région?

92 Voir infra, chapitre IX.

93 Jacques Dupaquier, Histoire de la population française, III, p. 426 (fig. 203 et 204).

94 H. Le Bras et E. Todd, op. cit., p. 198.

95 André Armengaud, Les populations de l’Est-Aquitain au début de l’époque contemporaine, 1961, p. 290-291.

Table des illustrations

Légende Nombre d’habitants pour un legs charitable (sur 5 ans).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-1.png
Fichier image/png, 124k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-2.png
Fichier image/png, 33k
Légende Carte 1. Une libéralité charitable pour X habitants, 1819-1823, classement des départements en 6 classes égales, de la moins grande fréquence à la plus forte, moyenne : 1 libéralité pour 7155 habitants. Source : A.N. F15 151.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-3.png
Fichier image/png, 2,4M
Légende Carte 2. Valeur des libéralités d’un habitant, en 1815-1830, calcul sur une base de 5 années. Classement en 6 classes égales. Moyenne : 0,49 F. Source : Enquête Labrosse.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-4.png
Fichier image/png, 2,4M
Légende Cartes 3 et 4. Valeur par habitant des libéralités en faveur des pauvres et des bureaux de bienfaisance, calcul sur une base de 5 années. Même échelle pour les deux cartes, figures proportionnelles à la valeur. Source : Enquête Labrosse.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-5.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Carte 5. Valeur par habitant des libéralités en faveur des pauvres et des bureaux de bienfaisance, calcul sur une base de 5 années. Échelle identique aux cartes 3 et 4, figures proportionnelles à la valeur. Source : Enquête Labrosse.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Carte 6. 1836-1840 : les départements où les libéralités faites aux bureaux de bienfaisance sont plus importantes en nombre et en valeur que celles faites aux hôpitaux. Source : Enquête Labrosse.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-7.png
Fichier image/png, 2,1M
Légende Carte 7. Valeur par habitant des libéralités aux hôpitaux de 1852 à 1868, calcul sur une base de 5 années, six classes égales. Moyenne 0,49 F. Source : de Lurieu.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-8.png
Fichier image/png, 2,5M
Légende Carte 8. Valeur par habitant des libéralités aux bureaux de bienfaisance de 1846 à 1873, calcul sur une base de 5 années, six classes égales. Source : rapport Buquet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-9.png
Fichier image/png, 2,2M
Légende Carte 9. Une libéralité pour X habitants, calcul sur 5 ans, 1902-1905, moyenne 1 pour 5516 habitants, 6 classes égales. Source : S.G.F.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-10.png
Fichier image/png, 2,3M
Légende Carte 10. Évolution entre 1819-1813 et 1902-1905, de la fréquence : en blanc, département ayant gagné 20 rangs et plus. En noir, département ayant perdu 20 rangs ou plus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-11.png
Fichier image/png, 978k
Légende Carte 11. Valeur, en F par habitant (sur 5 ans), des libéralités charitables de 1889 à 1898 ; moyenne 2,29 F.1 : moins de 0,5 F;2 : de 0,5 à 1 F;3 : de 1 F à 1,3 F;4 : 1,30 F à 2 F;5 : 2 F à 2,99 F;6 : plus de 3 F.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-12.png
Fichier image/png, 2,4M
Légende Carte 12. Une libéralité pour X habitants, Calcul sur 5 ans, 1921-1925, moyenne 1 pour 6612 hab., 6 classes égales. Source : S.G.F.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-13.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Carte 13. Fortune des hôpitaux en 1910, en francs par hab, 6 classes égales. Source : Revue politique et parlementaire, décembre 1913.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-14.png
Fichier image/png, 2,4M
Légende Carte 14. Fortune des bureaux de bienfaisance en 1910, en francs par habitant, 6 classes égales. Source : Revue politique et parlementaire, décembre 1913.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-15.png
Fichier image/png, 2,1M
Légende Carte 15. Les libéralités en faveur des sociétés de secours mutuels (gris clair : trois libéralités sur une année, gris foncé : trois libéralités sur deux années et plus).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-16.png
Fichier image/png, 2,3M
Légende Carte 16. Dépenses à la charge du département pour l’assistance, par habitant, en 1885 (de 2,64 F à 0,47 F), cinq classes égales. Source : Monod, Statistique des dépenses d’assistance publique en France pendant l’année 1885.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-17.png
Fichier image/png, 2,4M
Légende Nombre d’habitants pour un legs religieux (sur 5 ans).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-18.png
Fichier image/png, 112k
Légende Nombre de départements se situant :
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-19.png
Fichier image/png, 93k
Légende Carte 17. 1802-1814. Nombre d’habitants pour une libéralité aux fabriques et aux séminaires, 6 classes égales. Source : A.N. F19 7204.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-20.png
Fichier image/png, 2,1M
Légende Carte 18. Valeur par habitant des libéralités aux fabriques et séminaires (1802-1814), 6 classes égales. Source : A.N. F19 7204.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-21.png
Fichier image/png, 2,2M
Légende Carte 19. Les plus fortes croissances du nombre des libéralités sous la Restauration (blanc).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-22.png
Fichier image/png, 1,8M
Légende Carte 20. Classement des départements selon le nombre de libéralités religieuses par habitant, 1815-1824. Source : Guerry, Statistique morale…
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-23.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Carte 21. Nombre d’habitants pour une libéralité aux fabriques, 1802-1828, 6 classes égales. Source : A.N. F19 7211-7212.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-24.png
Fichier image/png, 1,9M
Légende Carte 22. L’effort pour le clergé : libéralités en faveur des séminaires, petits séminaires, évêchés, 1802-1829, montant par habitant, six classes égales. Source : A.N. F19 7204.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-25.png
Fichier image/png, 2,3M
Légende Carte 23. Nombre d'habitants pour une libéralité aux fabriques, Secondes Républiques (recalculé sur 5 ans), six classes égales. Sources : A.N.F196717.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-26.png
Fichier image/png, 2,4M
Légende Carte 24. Évolution de la Restauration au début du xxe siècle.Hachuré : progrès constant ; blanc : progrès de la IIe République au xxe s. ; grisé : recul de la IIe République au début du xxe s. ; noir : recul constant depuis la Restauration.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-27.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Carte 25. Les libéralités aux congrégations enseignantes, de 1865 à 1870, nombre d’habitants pour une libéralité, six classes égales. Source : A.N. F17 12470.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-28.png
Fichier image/png, 2,3M
Légende Carte 26. Nombre d’habitants pour une libéralité, 1872-1875, six classes égales. Source : S.G.F.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-29.png
Fichier image/png, 2,2M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-30.png
Fichier image/png, 279k
Légende Carte 27. Nombre d’habitants pour une libéralité, 1902-1905, calcul sur la base de 5 années. Source : S.G.F.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-31.png
Fichier image/png, 2,4M
Légende Carte 28. Les biens des fabriques en 1906, en centimes par habitant. Source : J.O., Sénat, 1908.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-32.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Carte 29. Les libéralités aux communes. Relevé sur 3 années de la Restauration. Source : Bulletin des Lois.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-33.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Carte 30. Les libéralités aux communes : nombre d’habitants pour une libéralité 1872-1876 (6 classes égales). Source : S.G.F.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-34.png
Fichier image/png, 2,2M
Légende Carte 31. Les libéralités aux communes, 1901-1905, nombre d’habitants pour une libéralité, six classes égales. Source : S.G.F.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-35.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Carte 32. Les libéralités aux communes, 1921-1925, nombre d’habitants pour une libéralité, six classes égales. Source : S.G.F.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-36.png
Fichier image/png, 2,2M
Légende Calcul sur 5 ans.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-37.png
Fichier image/png, 59k
Légende Carte 33. Fréquence des testaments olographes par ressorts de cours d’appel, 1880. Source : Compte de l’Administration de la justice civile…
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-38.png
Fichier image/png, 2,8M
Légende Carte 34. Le célibat définitif des femmes, 1866-1875. Source : Jacques Dupâquier, Histoire de la population française, II, p. 426.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-39.png
Fichier image/png, 1,8M
Légende Carte 35. Ménages sans enfants après 25 ans de mariage, en 1906. Source : H. Le Bras et E. Todd, L’invention de la France, p. 320.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18128/img-40.png
Fichier image/png, 1,7M

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search