Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Épilogue

Texte intégral

1Lorsque l'heure vient de publier un recueil d'articles et qu'il faut choisir ceux que l'on considère comme les plus marquants dans un itinéraire scientifique, la tentation de recomposer le passé, voire de le reconstruire rationnellement se fait jour, d'abord parce qu'il faut publier un livre cohérent et qu'ensuite, on a tendance à gommer la part d'aventure intellectuelle de la recherche, celle des occasions et des hasards. L'empirisme de certaines démarches, lorsqu'on se penche sur son passé, à la fin d'une carrière officielle, s'efface pour laisser place à la seule chose qui demeure : un texte écrit, souvent écourté par les contraintes du coût de l'édition.

2Cependant la recherche historique n'est pas une conquête linéaire : elle est faite de réussites et d'échecs. On sait que la première étape d'une vie de chercheur est celle de l'apprentissage, occupé essentiellement par la préparation de la thèse qui, à l'époque où j'ai commencé à travailler, était encore d'Etat et ressemblait à l'interminable chef-d'œuvre des compagnons.

3Rien au départ ne me prédestinait à la recherche historique : pupille de la nation, en septembre 1944, élevé par une mère, veuve de guerre et couturière, je suis entré à l'École normale d'instituteurs d'Orléans. Devenu pendant quelques années un hussard noir de la République, j'ai entrepris parallèlement à mon métier, par passion, des études d'histoire. Remarqué par le redoutable Roland Mousnier, j'ai été élu assistant, en janvier 1969, dans la vieille Sorbonne agonisante sous les cendres de mai 1968 et j'ai participé à la naissance de la nouvelle université de Paris-Sorbonne, où j'ai été maître-assistant de 1972 à 1979, l'équivalent de maître de conférences d'aujourd'hui.

4Au cours de ces années, j'ai eu une chance inouïe, de mon point de vue, celle d'être formé à la recherche par des maîtres très différents, auprès de qui j'ai appris les méthodes les plus rigoureuses et les plus diverses. En effet, j'ai fréquenté avec assiduité pendant plus de dix ans, les séminaires de Roland Mousnier et de Pierre Chaunu, à la Sorbonne, de Denis Richet, à l'EHESS, et de bien d'autres, plus occasionnellement, à la Sorbonne comme à l'EHESS. Cette formation à la recherche dans les séminaires me semble parée de tous les avantages parce qu'elle est à la fois pratique et théorique. En effet, la participation à des discussions passionnantes, à des conférences de recherche qui ouvrent l'esprit sur des points de vue nouveaux, à des enquêtes collectives d'où vont sortir des livres ou des publications est extraordinairement formatrice et permet au chercheur d'apprendre à travailler en équipe et d'être peu à peu opérationnel.

5Parallèlement, je travaillais à ma thèse qui fut une aventure intellectuelle soumise à bien des évolutions. Au départ, je souhaitais faire une thèse sur la Beauce et particulièrement sur le Dunois, mon pays natal. On se souvient que dans ces années 1960-1970, les thèses agraires avaient le vent en poupe. Je me suis vite rendu compte qu'il était vain de vouloir refaire du Pierre Goubert ou de l'Emmanuel Le Roy Ladurie et qu'il fallait trouver des problématiques nouvelles. Roland Mousnier, mon directeur de recherche, plus passionné d'histoire sociale que par l'économie des campagnes, m'avait orienté vers les structures sociales de la Beauce, dans la première moitié du xviie siècle, période qui a toujours été sa période de prédilection. J'avais déjà, sous sa direction, présenté un mémoire de maîtrise sur Les Structures sociales des quartiers du Marais à l'époque de l'affaire de Law.

6L'occasion de sortir d'un sujet qui aurait pu être une morne impasse, les plateaux du Bassin parisien ayant été déjà bien labourés par les historiens, m'a été fournie par la découverte de sources originales, en matière de noblesse des xvie et xviie siècles aux archives d'Eure-et-Loir. Aucune thèse n'avait été consacrée à la noblesse rurale du xvie siècle, François Bluche et Jean Meyer ayant concentré leurs efforts sur le xvie siècle en commençant au règne personnel de Louis XIV. Ainsi donc, peu à peu, s'est fait jour, dans mon esprit, l'idée de comparer les structures sociales et les sensibilités collectives de la noblesse et des paysans, sur la longue durée, au moins deux siècles (xvie-xviie siècles), thématiques encore mal explorées à l'époque. La lecture de Stone et l'utilisation de sa méthode de comptage des manoirs, ont été une révélation et m'ont fourni les bases d'une réflexion sur la mise en œuvre de cette méthode comparative. Cette dernière, à laquelle ont été allergiques des générations d'historiens de l'époque positiviste, a été à l'origine de ma forte inclination pour l'histoire anthropologique.

7La seconde opportunité a été la découverte, au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale, d'un document rare, les 50 cahiers de doléances originaux des villages du bailliage de Chartres en 1576. L'exploitation de cette source, qui dévoilait l'univers politique des villageois pendant les guerres de Religion et montrait que les habitants des campagnes étaient tout aussi capables d'assimiler une culture politique que les élites, a ouvert un chantier qui ne m'a jamais quitté.

8Cette thèse achevée et soutenue, j'ai été élu, en 1979, professeur à l'université du Maine, jeune université en pleine expansion où j'ai décidé de demeurer pour le reste de mon existence, l'idée de faire carrière dans le fameux quadrilatère du Quartier latin, où j'ai enseigné pendant dix ans, ne m'ayant jamais effleuré malgré quelques sollicitations. En effet, le travail dans une université nouvelle s'apparentait, pour ceux qui voulaient bien se donner à cette cause, à une œuvre de pionniers. C'est la raison pour laquelle j'ai cumulé, à l'université du Maine, de nombreuses responsabilités et notamment celle de doyen de la faculté des lettres, de 1987 à 1997, à mesure qu'apparaissaient de nouvelles structures.

9Mon premier rêve a été de créer un séminaire de recherche d'histoire moderne sur le modèle de ceux que j'avais fréquentés à la Sorbonne et à l'EHESS, ce qui s'est réalisé rapidement.

10Le second rêve a été de fonder un laboratoire de recherche : ce fut d'abord le Centre d'études villageoises et nobiliaires, qui obtint la reconnaissance du Ministère en 1988, puis fut invité à fusionner avec celui d'Iconographie, en 1992. Enfin la création du Laboratoire d'histoire anthropologique du Mans, le LHAMANS, né en 1995 puis associé au CNRS en 1996, représentait le couronnement d'une action de longue haleine. Certes, les évolutions des orientations du département des sciences humaines du CNRS, au gré des alternances politiques ou syndicales, ne permirent pas à notre petite équipe de se maintenir au-delà d'un plan quadriennal. La raison officielle invoquée était que nous n'avions pas de personnel CNRS, comme si les créations de postes de fonctionnaires dépendaient de nous. Il est plus probable que la petitesse du laboratoire, qui ne comprenait que 12 ensei- gnants-chercheurs, plus des associés, dans une université moyenne, était la raison principale, explicitée en 2004, au moment où le CNRS affiche plus clairement sa nouvelle politique : favoriser la constitution de grands ensembles plus lisibles sur le plan international.

11Néanmoins les membres du laboratoire déterminés, enthousiastes, dynamiques, travaillant collectivement et publiant beaucoup (112 publications en 4 ans, dont 5 livres collectifs et 15 individuels), sans personnel de recherche propre, n'ont pas perdu courage. Des ouvrages collectifs importants ont été rédigés, dans le cadre de ce laboratoire et notamment Gens de l'Ouest, contribution à l'histoire des cultures provinciales, livre de 545 pages, sorti en 2001. Au moment où j'écris, le laboratoire qualifié par les experts « de grande qualité » s'attaque à de nouveaux axes qui devraient se révéler très productifs.

12Pour ma part, depuis la soutenance de la thèse d'État, j'ai orienté mes recherches de plus en plus vers l'histoire sociale et l'histoire des sensibilités politiques, publiant seul 59 articles, 8 livres et participant ou dirigeant 8 ouvrages collectifs. Dans cet ensemble, je constate, presque avec tristesse, que j'ai laissé peu de place à l'histoire économique paysanne, mais que j'ai dépensé beaucoup d'énergie à l'analyse des cahiers de doléances villageois de 1789. Une grande enquête, aujourd'hui achevée, a été menée dans le cadre du séminaire d'histoire moderne, avec les étudiants de maîtrise pendant une quinzaine d'années : 37 mémoires ont été soutenus, comptant près de 6 000 pages. Géographiquement, l'enquête couvre un vaste territoire du Centre Ouest, allant de Laigle en Normandie à la vallée de la Creuse et du Chartrain à la frontière du Maine et de la Bretagne. Pour le moment, un gros article rassemble les résultats de ces travaux collectifs, je ne désespère pas d'y consacrer un livre.

13Néanmoins, la noblesse reste mon chantier favori et celui qui a occupé la plus grande partie de mon temps. C'est la raison pour laquelle j'ai choisi de rassembler, pour cet ouvrage, les articles qui me paraissaient les plus significatifs. Dans ce domaine, mon itinéraire a été balisé par quelques thèmes : le nombre des nobles, l'espace et la densité nobiliaires, l'anoblissement, l'origine sociale de la noblesse et particulièrement celle des gentilshommes campagnards, la comparaison avec la noblesse anglaise, commande de Jean Jacquart, pour la SHMC et la préparation à l'agrégation et au Capes.

14L'expression « noblesse seconde », qu'on ne trouve jamais sous la plume des gens des xvie et xviie siècles, s'est révélée un concept très utile, pour éclairer l'histoire sociale et politique du comportement nobiliaire. D'ailleurs, un certain nombre d'historiens l'ont utilisée, ce qui prouve qu'il y avait un manque dans le vocabulaire social. Ma réflexion sur la définition de la noblesse seconde comme groupe à la fois social et politique, qui se situe dans la hiérarchie noble, tout de suite après les princes et les ducs et pairs de France, date des années 1984, au moment où j'ai écrit mon livre sur les Guise. Cependant, je n'ai pas utilisé l'expression dans ma communication au colloque de Fontevraud, de 1984, dans le cadre de l'ATP (Action thématique programmée) du CNRS, Genèse de l'État moderne, ni dans La Vie quotidienne de la noblesse française des xvie et xviie siècles, parue en 1985. En effet, si la notion était présente dans le travail d'élaboration que je menais sur l'histoire de la noblesse, le mot ne fut prononcé que dans le cadre du séminaire de Denis Richet, sur le modèle de la « bourgeoisie seconde » de Drouot dans Mayenne et la Bourgogne, thèse qui date de 1937. J'ai parlé pour la première fois de « la noblesse seconde » au colloque d'Oxford de 1986, actes publiés en 1989.

15J'ai réaffirmé cette dimension à la fois sociale et politique de la noblesse seconde, lors du colloque de Coutras de 1987, Les Barons pendant les guerres de Religion, communication qui repose sur un travail énorme, le dépouillement massif des notices de l'ordre de Saint-Michel, photographiées à la Bibliothèque nationale, grâce à des crédits accordés par le CNRS, dans le cadre de l'ATP (plusieurs volumes de manuscrits), Genèse de l'État moderne.

16Laurent Bourquin, qui a rejoint l'équipe en 1987 et soutenu sa thèse sur La Noblesse seconde en Champagne aux xvie et xviie siècles, en 1992, a donné son vrai sens au concept élaboré de façon empirique et montré combien il était porteur dans une province frontière où la monarchie s'appuyait sur quelques familles à qui elle confiait des responsabilités très importantes. Dans une seconde étape de sa réflexion, la publication de son livre sur Les Nobles, la ville et le roi, l'autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion, va encore plus loin en présentant un autre modèle dans une province où la pression étrangère est faible. Là, cette noblesse seconde est envoyée ailleurs et le pouvoir est confié à des gentilshommes extérieurs à la région qui brisent l'autonomie urbaine, sous le prétexte de lutter contre les factions religieuses et d'éviter la guerre civile.

17Dans ce livre, j'ai pensé qu'il fallait consacrer toute une partie à cette noblesse seconde et illustrer le modèle par quelques articles. Aux communications faites à Oxford et à Coutras, qui ont tenté de lancer le concept et l'expression, j'ai ajouté une famille des pays ligériens, les Bueil de Racan, la gestion de la baronnie d'Auneau, œuvre de jeunesse, qui présente la seigneurie d'un noble second d'importance, un Sourdis, gouverneur de l'Orléanais et l'un des présidents de l'Assemblée de noblesse de 1651. J'y ai joint aussi deux articles consacrés à des thèmes qui m'ont toujours passionné depuis ma thèse.

18Le premier est l'amitié, qui n'est pas seulement une forme puissante de l'affectivité et de la convivialité, mais paraît être aussi une valeur politique fondamentale et complémentaire du néo-stoïcisme des nobles de l'époque baroque. Roland Mousnier avait noté, le jour de ma soutenance, en 1978, que c'était la première fois que l'importance de ce sentiment avait été soulignée dans les relations sociales et politiques des xvie et xviie siècles.

19Le second est la reconstitution de l'imaginaire des nobles de cette époque. Honoré d'Urfé et Racan, gentilshommes de la noblesse seconde, ont été des auteurs d'œuvres littéraires qui ont eu beaucoup de succès au xviie siècle, ce qui prouve que les lecteurs de l'époque se reconnaissaient dans ces pages qui exprimaient leurs aspirations et leurs rêves. Evidemment, ma communication faite à Périgueux, dans le cadre des journées consacrées au thème « Château et imaginaire », ne s'inscrivait pas dans une démarche littéraire mais dans celle de l'histoire anthropologique.

20Ces études ont fait partie de mes interrogations sur le sens à donner à la vie politique des périodes anciennes. Depuis toujours, j'ai été habité d'une passion dévorante pour l'histoire politique. Mes livres sur les Guise (1984), La Ligue (1996), Les Conjurateurs, le premier libéralisme politique sous Richelieu (1987), Les Français pendant les guerres de Religion (2002), La Naissance des États modernes (2000), manifestent tout l'intérêt que j'ai pris à essayer de comprendre l'attitude des hommes et des femmes dans une période où des structures nouvelles tentent de percer dans un univers pétri de traditions relativement primitives.

21Les affrontements et les guerres civiles sont des moments de paroxysme des tensions qui permettent de saisir avec plus de clarté les clivages et les sensibilités. Ainsi, ma période favorite d'observation a été celle qui va du début du règne d'Henri II à la mort de Mazarin. En même temps le fait que, pendant les deux tiers de ce siècle, le pouvoir suprême a été exercé par des femmes, reines et régentes, alors que la loi salique interdit aux filles de roi de succéder au trône, m'a constamment fasciné. De plus, la politique y est étroitement mêlée non seulement à la religion mais aussi à la culture, ce qui lui donne une résonance particulière et explique bien des contradictions. Ainsi pour la troisième partie du livre, j'ai retenu deux articles significatifs sur la noblesse protestante, un sur la culture politique d'Henri de Guise analysée, de façon anthropologique, à travers son comportement, un sur le rôle du château pendant les guerres de Religion, les trois autres étant consacrés aux mouvements politiques nobiliaires du temps de Mazarin.

22Deux d'entre eux concernent un thème dont je poursuis l'analyse depuis la rédaction de ma thèse et que j'ai appelé « la troisième fronde » et qui montre que la noblesse de certaines provinces, tout en étant imprégnée d'idées anciennes, a tenté de promouvoir une autre forme de monarchie où la noblesse serait associée au pouvoir royal. Derrière ces études, rôde l'idée que peut-être, tout en défendant des structures qu'ils pensent traditionnelles, un certain nombre de nobles, sans doute malgré eux pour la majorité, étaient en train de découvrir certaines conceptions de la liberté.

23Cette idée qu'il faut manier avec prudence est à mettre en relation avec le néo-stoïcisme, qui fait fureur dès la fin du xvie siècle et à l'époque baroque. Il faut la compléter par l'amitié, ce lien affectif et social à la fois, qui permet toutes les solidarités, pour et contre le pouvoir. On perçoit ainsi, dans cette forme primitive de la vie politique où les partis au sens actuel du terme n'existent pas, l'existence de clans politiques. Le mot clan ne doit pas être entendu au sens familial ou lignager, comme on le définit normalement chez les ethnologues. Ces petits groupes d'hommes et de femmes, liés à un personnage puissant ou amicalement rassemblés autour de quelques idées et ambitions collectives, voire autour de formes culturelles d'une vision de l'existence, sont encore assez méconnus. Cependant, ils participent à l'originalité de la culture politique du temps de Marie de Médicis et d'Anne d'Autriche, souvent occultée par la fascination exercée sur les historiens par les ministres cardinaux que furent Richelieu et Mazarin, personnages mythiques et considérés comme intouchables, constructeurs de l'État moderne et de la nation, préfigurateurs du gestuel jacobin de la France en danger.

24Bien sûr, cette direction est celle que je privilégie dans les recherches que je mène actuellement : faire le lien entre le politique et le culturel, pour comprendre les attitudes et les choix des uns et des autres, les rêves dont sont peuplés leurs imaginaires. Un regard anthropologique sur la littérature, le théâtre, la musique et notamment l'opéra, la danse, devrait apporter des éléments nouveaux et peut-être décisifs. Il faut certes demeurer prudent ; il y a une trentaine d'années, tout le monde pensait que la connaissance des structures sociales allait résoudre toutes les questions. On sait maintenant qu'il n'en est rien, ce qui incite les chercheurs à la prudence et à la relativité des approches.

25Néanmoins, je n'ai pas abandonné l'idée, car elle me passionne, d'étudier à nouveau les structures de l'anoblissement car je ne suis pas sûr que le modèle beauceron soit unique et puisse s'appliquer en totalité à l'ensemble de la France. Certes, il semble convenir au Bassin parisien et à la Provence, mais il faudrait engager des investigations pour voir dans quelle mesure il est fiable et sur quels territoires.

26En revanche, les enquêtes sur la densité nobiliaire représentent une avancée. Même si des cas particuliers peuvent se faire jour, ils n'entameront pas le fond des conclusions, à savoir l'extrême diversité des situations locales la baisse généralisée du nombre des nobles au xviiie siècle et la forte poussée du xvie siècle, période faste pour la gentilhommerie. Reste à entreprendre un vaste tour de France pour essayer d'approcher, province après province, la connaissance du nombre des nobles, la répartition des lignages sur les territoires et les évolutions qui se produisent pendant la période moderne. Des analyses comparatives des élites sur le plan européen et même asiatique seraient les bienvenues.

27Deux autres rêves me caressent l'esprit, mais je ne suis pas sûr de pouvoir les réaliser. Le premier, écrire un livre à partir de ma thèse, qui n'a été publiée qu'en deux cents exemplaires par le centre des thèses de Lille, en 1981, pour montrer ce qui en demeure après un quart de siècle d'existence et les lacunes qu'elle pouvait comporter par rapport aux recherches qui ont été entreprises depuis sa soutenance. Le second, entreprendre la publication d'un livre sur les cahiers de doléances villageois de 1576 à 1789. Il pourrait comprendre plusieurs éléments, d'abord l'édition des cahiers des villages de 1576, avec un commentaire de présentation, puis les résultats de la grande enquête sur ceux de 1789 dans tout le Centre Ouest de la France, enfin une analyse et une synthèse comparatives. Il y aurait là, sans doute, matière nouvelle à apporter sur les idées politiques paysannes et leur évolution sur deux siècles.

28Mais ce sont là des rêves personnels. En effet, il ne faut pas oublier les projets du laboratoire d'histoire anthropologique, auquel je compte bien apporter ma modeste pierre. On sait bien que lui aussi sera soumis à des évolutions qui devront tenir compte des changements de l'Ordre du monde. Notre époque est celle des grands bouleversements : la construction européenne, une nouvelle mondialisation des échanges. La recherche est contrainte par sa structure, ses fondements, son éthique et son sens même, à évoluer pour s'adapter. Il serait quelquefois judicieux qu'elle anticipât les transformations. En effet, il ne serait pas bon de croire, comme les personnages de L'Astrée, à un monde immobile et immuable dans lequel l'histoire s'abstiendrait de passer.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search