Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Troisième partie. Noblesse et dissidence

Chapitre XVIII. Langue de bois et lutte pour le pouvoir la cabale des Importants de 16431

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Pouvoirs, contestations et comportements dans l'Europe moderne, mélanges offerts (...)
  • 2 Chéruel (André), Histoire de la France pendant la minorité de Louis XIV, Paris, 1879, 4 vol. La ca (...)

1La « cabale des Importants » est un événement rapidement évoqué dans les manuels d'histoire. Cet épisode, présenté comme peu glorieux, conduit par le duc de Beaufort qui passe pour le représentant d'une féodalité attardée, est considéré comme sans importance historique2 Il est pourtant fort intéressant à étudier, car il correspond à la lutte féroce pour le pouvoir que se livrèrent les divers clans politiques et familiaux qui s'agitaient autour de la reine Anne d'Autriche, après la mort de Richelieu et celle Louis XIII.

  • 3 JOUANNA(Ariette), Le Devoir de révolte, la noblesse française et la gestation de l'État moderne, (...)

2Dans cette affaire, les discours jouent un rôle tout aussi capital que les actions, mais les relations des uns et des autres, qu'il s'agisse des fidélités, des liens de clientèle ou des sentiments d'amitié, sont aussi importantes. D'ailleurs, les historiens ont toujours insisté sur l'importance considérable de ces liens, dans les révoltes nobiliaires. De nombreux exemples pourraient illustrer le propos3.

3Cependant, il serait nécessaire de reprendre le problème et d'essayer de comprendre ces événements à la lueur des témoignages du temps et de nos connaissances sur l'histoire des sensibilités de l'époque.

À l'origine des interprétations minimalistes

4André Chéruel s'est beaucoup appuyé sur les mémoires du temps et les correspondances pour faire le récit de la cabale des Importants et on peut imaginer que les mémorialistes exprimant leur point de vue ou celui qui les arrangeait au moment où ils ont écrit le récit de leur vie, ont laissé une représentation particulière des événements. Il en est ainsi du cardinal de Retz :

  • 4 Retz (Cardinal de), Mémoires, dans Œuvres, éd. Marie Thérèse Hipp et Michel Pernot, Paris, Gallima (...)

Je faisais ma cour, une fois par semaine, à la messe de la Reine, après laquelle, j'allais presque toujours dîner cheux M. le Cardinal de Mazarin qui me traitait fort bien et qui était, dans la vérité très content de moi, parce que je n'avais voulu prendre aucune part dans la cabale que l'on appelait des Importants, quoiqu'il y eût d'entre eux qui fussent extrêmement de mes amis4.

5Il est évident que Retz est très mal placé pour parler de la cabale car il a choisi le camp de Mazarin et n'a pas suivi ses amis engagés dans l'opposition. Néanmoins, le rôle qu'il a joué pendant la Fronde fait de lui un analyste, expert en matière de contestation. Il impute notamment l'échec de la cabale au duc de Beaufort, qu'il semble mépriser :

Monsieur de Beaufort, qui avait le sens beaucoup au-dessous du médiocre, voyant que la Reine avait donné sa confiance à M. le cardinal de Mazarin, s'emporta de la manière du monde la plus imprudente. Il refusa tous les avantages qu'elle lui offrait avec profusion [...] il ne ménagea en rien Monsieur ; il brava dans les premiers jours de la régence feu Monsieur le Prince ; il l'outra ensuite par la déclaration publique qu'il fit contre Mme de Longueville en faveur de Mme de Montbazon.

  • 5 L'un des problèmes politiques parmi les plus importants de l'époque est l'existence de trois clans (...)
  • 6 Cette intrigue est montée par la duchesse de Montbazon (Marie d'Avaugour de Bretagne, deuxième fem (...)

6II nie donc toute intelligence politique au duc de Beaufort qui se met volontairement à dos les Orléans et les Condé5. Enfin, il organise de toutes pièces avec Mme de Montbazon, une intrigue de cour qui vise à déstabiliser Mme de Longueville, sœur du vainqueur de Rocroi6.

7Retz qui met clairement en cause le duc de Beaufort, présente son entreprise comme marginale et vouée à l'échec. Il écrit :

  • 7 Beaupui : François Le Dangereux, seigneur de Beaupuy (ou Beaupuis) fils du comte de Maillé, Guidon (...)

Monsieur de Beaufort, pour soutenir ce qu'il faisait contre la Régente, contre le ministre et contre tous les princes du sang, forma une cabale de gens qui sont tous morts fous mais qui, dès ce temps-là me paraissaient guère plus sages : Beaupui, Fontrailles, Fiesque, Montrésor qui avait la mine de Caton, mais n'en avait pas le jeu [...] Béthune7.

8Il ajoute à cette phrase, déjà pourtant fort désobligeante, une autre charge contre les protagonistes des Importants :

ce parti formé à la cour par Monsieur de Beaufort, n'était composé que quatre ou cinq mélancoliques qui avaient la mine de penser creux ; et cette mine, ou fit peur à M. le Cardinal Mazarin, ou lui donna lieu de feindre qu'il avait peur.

  • 8 montrésor (Comte de), Mémoires, dans Mémoires de l'histoire de France, Michaud et Poujoulat, Paris (...)

9On peut s'étonner de la chaleur avec laquelle Retz s'acharne à se moquer des hommes de ce parti. Il note que La Rivière, conseiller du duc d'Orléans, fit tout pour effrayer Mazarin en grossissant le rôle joué par Montrésor, son ennemi qu'il voulait éliminer. Pourtant, Montrésor dans ses mémoires, s'emploie à minimiser lui aussi la place qu'il a tenue dans la cabale en présentant l'affaire comme une partie de campagne, rassemblant des amis, à Beaumont, chez Monsieur de Harlay, pour les fêtes de Noël8 :

Monsieur de Harlay, de tout temps, notre intime ami, nous en voulut donner témoignage que de nous venir voir durant notre éloignement. Après avoir demeuré peu de jours avec nous, s'en retournant à Paris, il nous pria de lui rendre visite aux fêtes de Noël, à sa maison de Beaumont

  • 9 J.-J.Barillon (1601-1645), président aux Enquêtes, avait été exilé à Amboise au temps de Richelieu (...)

10Les amis présents qu'il cite sont peu nombreux, le président Barillon, le prince de Marcillac, le marquis de Maulévrier, du Bourdet et Beloy9. Montrésor, écrit que « cette entrevue, quoique fort innocente et de nulle considération, fit un éclat étrange ». Il attribue cet effet à une manipulation politique du père de La Rochefoucauld qui en a parlé à Mazarin, pour se démarquer de l'attitude de son fils, le prince de Marcillac, puis à La Rivière qui a voulu compromettre Montrésor.

11Il semble que les rumeurs aient joué pleinement leur rôle, car Montrésor déclare : « Au retour de ces MM. à Paris, ils trouvèrent ce bruit si public ». C'est à ce moment aussi que le nom « d'Importants » fut donné à ce rassemblement, poursuit-il.

12Ainsi donc, pour le participant à cette assemblée que fut Montrésor, tout a été grossi volontairement pour mieux accabler les participants en les faisant passer pour des hommes dangereux. Mais d'autres mémorialistes ont consacré davantage de pages à la cabale des Importants et en montrent l'importance.

La lutte pour le pouvoir

13Marcillac, futur duc de La Rochefoucauld, a tendance à minimiser son rôle dans la contestation et la cabale elle-même lorsqu'il dit :

  • 10 LA Rochefoucauld, Mémoires, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », (...)

Enfin, il m'arriva d'aller à Beaumont où on voulait que toute la cabale de Mme de Chevreuse eût un rendez-vous et où la ruine du cardinal ne pouvait pas manquer d'être résolue10.

14Pour lui comme pour Montrésor, il y a manipulation car les imaginations s'en sont données à cœur joie à propos de cette assemblée de Beaumont. D'ailleurs il ne semble pas se considérer comme vraiment membre de la cabale des Importants, car il la définit de la façon suivante :

  • 11 La Rochefoucauld, op. cit., p. 67 sq.

Il se forma une cabale de la plupart de ceux qui avaient été attachés à la Reine, pendant la vie du feu Roi, qui fut nommée des Importants. Bien qu'elle fût composée de personnes différentes d'intérêt, de qualité et de profession, tous convenaient d'être ennemis du cardinal Mazarin, de publier les vertus imaginaires du duc de Beaufort et d'affecter un faux honneur, dont Saint-Ibar, Montrésor, le comte de Béthune et quelques autres s'étaient érigés en dispensateurs11.

15Ce texte est le plus clair de ceux que l'on a lus jusqu'ici, car il met en scène la représentation que La Rochefoucauld se fait de la cabale. Pour lui, elle est formée de fidèles de la Reine, d'ennemis de Mazarin, de partisans du duc de Beaufort. De plus, ils sont des adeptes d'une certaine forme de morale touchant à l'honneur. Lui-même revendique hautement d'être un fidèle d'Anne d'Autriche, ce qui lui pose des problèmes de conscience, car il est pris entre ses amis qui sont des opposants engouffrés dans la cabale et la Reine qu'il veut soutenir. Il exprime sa difficulté à se situer en expliquant sa fidélité totale à la Reine et sa réticence face au cardinal, qui, d'ailleurs, en prend ombrage :

Pour mon malheur, j'étais de leurs amis, sans approuver leur conduite. C'était un crime de voir le cardinal Mazarin ; cependant, comme je dépendais entièrement de la Reine, elle m'avait déjà ordonné une fois de le voir : elle voulut que je le visse encore ; mais comme je voulais éviter la critique des Importants, je la suppliai d'approuver que les civilités qu'elle m'ordonnait de lui faire, fussent limitées et que je pusse lui déclarer que je serais son serviteur et son ami tant qu'il serait véritablement attaché au bien de l’état et au service de la Reine, mais que je cesserai de l'être s'il contrevenait à ce qu'on devait attendre d'un homme de bien et digne de l'emploi qu'elle lui avait confié. Elle loua avec exagération ce que je lui disais ; je le répétai mot à mot au Cardinal qui, apparemment, n'en fut pas aussi content qu'elle et qui lui fit trouver mauvais ensuite que j'eusse mis tant de conditions à l'amitié que je lui promettais.

  • 12 La Châtre, Mémoires contenant la fin du règne de Louis XIII et le commencement de celui de Louis X (...)

16Ainsi, La Rochefoucauld, fidèle exclusif de la Reine et ami des partisans de Beaufort révèle son mépris pour ce dernier. Pourtant, d'autres mémorialistes, tout en reconnaissant que le duc avait fait quelques bévues de jeunesse, lui trouvent de grandes qualités. C'est le cas notamment de La Châtre12. Il fait dire à la reine, à propos de Beaufort, « que nous venions de voir le plus honnête homme de France » et La Châtre ajoute ce portrait : « il est certain, quoiqu'il soit malheureux, qu'il a de très bonnes parties et que pour le cœur et la fidélité, peu de personnes ne peuvent se comparer à lui ».

17Ainsi, il lui reconnaît deux qualités qui constituent à elles seules l'idéal de la noblesse, le courage et la fidélité. Certes, il lui reproche son « manque de prudence, un peu de vanité [et] sa jeunesse » qui lui a fait commettre « des fautes notables ». Ces fameuses erreurs de Beaufort sont au nombre de quatre selon lui : avoir pris le parti de Mme de Montbazon dont l'attitude était dictée par « le dépit », avoir « désobligé » M. d'Enghien, s'être fait un ennemi de la Rivière, principal conseiller de Gaston d'Orléans, par amitié pour Montrésor et Béthune, préférant ainsi « l'honorable à l'utile », ce qui renforce l'idée d'un attachement de Beaufort à un certain nombre de valeurs morales, n'avoir pas réglé le contentieux avec la Maison d'Orléans, car il avait déjà froissé Caston en refusant d'entrer dans la révolte de Cinq-Mars et de Thou, en signant le traité secret avec l'Espagne. Il avait invoqué la nécessité, pour une affaire de cette importance, de consulter son père qui se trouvait en exil en Angleterre, donc injoignable, mais peut-on considérer que c'est une erreur ?

18Il faut dire que pour un jeune homme comme Beaufort (il a 27 ans en 1643), l'époque était difficile et les choix redoutables, car il n'avait que peu d'expérience politique, dans la mesure où son père avait toujours été tenu à l'écart des sphères du pouvoir. À cette époque, il n'était célèbre que par ses faits d'armes, en 1630, à 14 ans, il sert en Savoie, à 19 ans, en 1635, il se distingue à Aveins, en 1636, à Corbie, en 1639, au siège d'Hesdin, en 1640, à Arras. D'ailleurs, toute la brillante carrière de Beaufort, dans la marine, après la Fronde, confirme la justesse du portrait dressé par La Châtre.

19On comprend la réaction d'Anne d'Autriche qui lui confie en catastrophe la garde militaire de ses enfants, le jeune Louis XIV et son frère, âgés respectivement de cinq et trois ans. Les souvenirs des guerres de Religion sont encore dans tous les esprits et elle a peur que les grands clans familiaux veuillent s'emparer du jeune héritier du trône. Aussi, lorsqu'elle apprend l'aggravation de l'état de santé de Louis XIII et qu'elle croit percevoir des mobilisations armées du côté du maréchal de La Meilleraye, de Condé, voire de Gaston, elle se voit isolée, dans un environnement politique hostile et craint pour ses enfants. Elle joue la carte de ses amis qui ont subi, comme elle, la répression cardinalice. En s'appuyant sur Beaufort, militaire courageux et fidèle, elle impose sa détermination.

  • 13 Ibid., p. 273-276.

20La Châtre reconstitue le climat de cette période précise, avec un certain bonheur lorsqu'il montre, qu'après la mort de Richelieu, « toute la France s'attendait à voir un changement entrer dans les affaires ». Aussi, la stupéfaction est grande de constater que la Maison de Richelieu « est maintenue dans ses dignités » et que « les dernières volontés » du cardinal « sont suivies entièrement ». Beaucoup sont encore plus surpris de voir que Louis XIII travaille principalement avec trois ministres proches de Richelieu, Mazarin, Chavigny et des Noyers13.

  • 14 La Rochefoucauld, op. cit., p. 62.
  • 15 Campion (Henri de), Mémoires suivis de Trois entretiens sur divers sujets d'histoire, de politique (...)
  • 16 La Rochefoucauld, op. cit., p. 63.

21La Rochefoucauld traduit aussi cette attente des opposants lorsqu'il écrit : « tous ceux qui avaient souffert sous le cardinal de Richelieu, attendaient avec impatience un changement14 ». Henri de Campion, qui appartient à la Maison de Vendôme, rend également compte, dans ses Mémoires, de l'état d'esprit des opposants. Pour lui, Louis XIII ne fait pas revenir immédiatement les exilés parce qu'il ne veut pas laisser croire qu'il a été gouverné par l'un de ses sujets15. Cette représentation du roi prisonnier est traditionnelle dans toute l'histoire de la contestation nobiliaire, car les opposants ne peuvent justifier d'affronter le pouvoir royal qu'en prétendant qu'il faut libérer le souverain de son entourage. La Rochefoucauld qui vit dans un autre système de représentation, déclare, qu'à la fin de sa vie, le Roi voulut donner des marques de clémence et de piété en témoignant que la violence de la répression avait été davantage le fait de Richelieu que de lui16.

22Après la mort du Roi et la cassation du testament de Louis XIII par le Parlement de Paris, les décisions vont s'accélérer et le climat changer : désormais maîtresse du jeu politique, Anne d'Autriche peut observer les aptitudes à gouverner et les réactions des uns et des autres. Des événements nouveaux vont influer sur ces décisions :

  1. La victoire de Rocroi, par le duc d'Enghien, a renforcé considérablement le prestige de la Maison de Condé, ce qui est une donnée essentielle de la nouvelle vie politique.
  2. Ce que les mémorialistes appellent les maladresses de Beaufort, racontées longuement, ont été décisives, car il s'est opposé à la Maison de Condé et à celle d'Orléans. Il s'interdisait ainsi des alliances qui auraient pu être importantes contre Mazarin17. Les observateurs les plus subtils comme La Rochefoucauld ou La Châtre perçoivent bien les évolutions. Le premier écrit, par exemple : « je voyais diminuer la confiance que la Reine avait pour le duc de Beaufort » puis il conclut un peu plus loin : « les choses étant en ces termes, le cardinal de Mazarin d'une part, Mme de Chevreuse et le duc de Beaufort, de l'autre, songèrent avec beaucoup d'application à se détruire18 ».
  3. Le choix de la Reine que La Châtre présente avec clarté. Il voit d'abord des amitiés, celle de Liancourt, futur janséniste, de Mme la princesse de Condé. Il distingue ensuite le poids de certaines personnalités des milieux dévots comme saint Vincent de Paul, qui lui conseille de pardonner à ses ennemis ou Montaigu qui emploie l'argument décisif, à savoir que Mazarin a, entre les mains, les moyens de faire la paix et de l'emporter contre les factions. Il y a enfin des gens de confiance comme Biringhen, le premier valet de chambre, qui lui explique que Mazarin a le secret des affaires et qu'il est impossible de se passer de lui tout au moins au commencement19.
  4. La tactique de Mazarin qui se fait des amis, est bien racontée par La Châtre. Le cardinal fit des avances pour acquérir l'amitié de ceux qu'elle (la reine) avait toujours cru ses serviteurs. Il commença par M. de Marsillac... comme étant le premier à qui elle avait protesté hautement de faire du bien et lui fit demander son amitié avec des termes les plus civils et les plus pressants qui se puissent imaginer [...] M. de Marsillac rendit compte à la reine de ce que le cardinal lui avait fait dire [...] elle lui dit que le plus grand plaisir qu'il lui pouvait jamais faire était d'être son ami.
  • 20 Ibid., p. 284-285.

23Il fit de même avec M. de Metz, fils d'Henri IV et de Mme de Verneuil, évêque de cette ville. Il renouvela ces gestes avec beaucoup d'autres20.

  • Enfin, il entreprit même des négociations avec les Vendôme. Elles regroupèrent pendant cinq ou six jours, Monsieur de Metz, le duc d'Epernon, le comte de Fiesque, Beaupuy, La Châtre et Campion, domestique de la maison de Vendôme. Le comte de Fiesque serait allé trouver Mazarin pour lui dire que MM. de Vendôme, Epernon et Metz voulaient bien être de ses amis mais qu'il fallait écarter le chancelier (Séguier) pour le rôle qu'il avait joué contre de Thou et l'affaire des Ermites21. Mazarin leur manifesta sa joie mais lors des séances suivantes, il leur expliqua que, s'il changeait de chancelier, il serait obligé de rappeler Chateauneuf. Or, ce dernier apparaîtrait comme une provocation pour les Condé et notamment pour Madame la princesse qui ne lui pardonnait pas d'avoir présidé le tribunal qui avait fait condamner à mort son frère, le duc de Montmorency, en 1632, après la révolte conduite par Gaston d'Orléans. Finalement, la négociation fut ajournée, Beaufort voulant attendre le retour de Mme de Chevreuse, pour décider quoi que ce soit.

24À la suite de cet échec, ces réunions ont été présentées comme « un crime, une cabale, une sédition », s'indigne La Châtre. On voit ainsi comment la manipulation de l'information et les rumeurs ont pu jouer leur rôle, en cette période agitée où le moindre renseignement a son importance.

  • Le retour de Mme de Chevreuse22 était attendu et redouté à la fois. Louis XIII, sur son lit de mort, avait exigé qu'elle ne revînt pas d'exil, car il la percevait comme le diable en personne. Néanmoins il fut jugé plus sage de l'inviter à rentrer. L'entrevue avec la Reine fut un échec car les deux femmes avaient profondément changé et évolué dans des sens différents. Mazarin, soucieux de paix civile, lui avait demandé son amitié comme il l'avait fait avec beaucoup de personnalités de l'opposition mais elle y mit des conditions, qui furent jugées inacceptables par Mazarin comme par la Reine. Ainsi, elle exigea le rétablissement du duc de Vendôme dans son gouvernement de Bretagne, celui du duc d'Epernon en Guyenne, celui de Châteauneuf comme garde des sceaux et la nomination de Marcillac au Havre.

25Or, la réalisation d'un tel programme, qui consistait à promouvoir un changement radical de politique, était impossible pour Mazarin, qui désormais était solidement arrimé au pouvoir et n'avait plus besoin des soutiens de l'opposition la plus extrême. En effet, cela supposait la dépossession du clan Richelieu de la Bretagne et du Havre, ce qui privait Mazarin d'un appui notable. De plus, la nomination de Chateauneuf lui enlevait le soutien de la Maison de Condé.

26En réalité, Mme de Chevreuse voulait l'élimination de deux des clans familiaux qui étaient les soutiens de l'absolutisme, de la raison d'Etat et de la politique de guerre contre l'Espagne. Elle proposait de les remplacer par les Vendôme et les opposants de toujours à la politique de Richelieu.

  • Campion décrit par le menu un projet d'assassinat de Mazarin :
  • 23 Campion, Mémoires, op. cit., p. 154 sq.

A la fin la duchesse de Chevreuse et lui (Beaufort) se voyant entièrement discrédités par les mauvais offices du cardinal de Mazarin, unique cause de leurs malheurs, ils conçurent contre lui, la plus forte haine. Elle se trouva partagée par la duchesse de Montbazon, le sieur de Beaupuy, guidon des gendarmes du roi et l'un des confidents du duc et par mon frère23.

27Comme il est question de se servir de lui pour l'exécution et que sa conscience résiste, il argumente, disant notamment qu'on voulait faire payer à Mazarin les violences de son prédécesseur et que ce qu'avait fait le nouveau cardinal était sans doute critiquable mais ne méritait peut-être pas la mort. Son frère et Beaufort semblèrent ébranlés par ses raisons, mais le duc qui était continuellement sous l'influence de Mmes de Chevreuse et de Montbazon, ne tint pas compte de son avis. Selon son témoignage, Henri de Campion fit tout ce qu'il put pour empêcher l'attentat qui lui répugnait et il y parvint jusqu'au jour où Beaufort fut arrêté et la cabale des Importants dispersée. L'affaire était alors terminée, Mazarin était victorieux et il n'y avait plus d'alternative à son pouvoir.

La cabale des Importants : une alternative politique ?

28On a vu qu'à tous les stades du développement de cette affaire éminemment politique, les discours, les conversations, les arrière-pensées avaient joué un rôle capital. Peu de gens avaient exprimé ce qu'ils pensaient réellement, sauf le duc de Beaufort et il a perdu. Le triomphe de la langue de bois est donc total. Néanmoins, si les mémorialistes cachent une partie de leur discours et pratiquent l'omission avec une maîtrise certaine, ce qu'ils disent, en général, n'est pas tout à fait faux. On peut tirer de leurs propos toute une analyse de la situation politique, à la mort de Louis XIII.

29Dans l'ensemble, on retrouve du côté de Mazarin les anciens soutiens de Richelieu et du côté de Beaufort, les opposants, à l'exception de Gaston d'Orléans, devenu lieutenant général du Royaume et qui a rallié le camp de la de la Reine. Mais si les fidèles d'Anne d'Autriche, du temps de sa persécution par Richelieu et Louis XIII, comme La Rochefoucauld et La Châtre, lui témoignent toujours autant d'affection, ils ne cachent pas leurs problèmes de conscience à l'idée de suivre Mazarin, car des solidarités et des amitiés fortes les unissent aux opposants.

30On peut discerner, en regardant s'agiter tout ce monde de courtisans, de multiples strates politiques aussi bien chez les partisans d'Anne d'Autriche que chez ceux du duc de Beaufort. Ainsi, parmi ces derniers, on peut distinguer une opposition résolue à Mazarin et une autre moins ferme, les partisans d'un accommodement et les plus intransigeants, sans compter ceux qui jouent les intransigeants pour mieux s'accommoder. Si on prend l'exemple des Vendôme et certains opposants qui acceptent de négocier avec Mazarin, on s'aperçoit qu'ils n'invitent pas Montrésor et Béthune jugés, sans doute, trop incontrôlables. En revanche, Beaufort refuse de s'engager avant d'avoir l'avis de la duchesse de Chevreuse. L'intransigeance de cette dernière empêchera tout accord.

31Beaufort demeure donc au cœur du dispositif oppositionnel par ses arbitrages, n'hésitant pas à se lancer à l'assaut des Condé et à traiter par le mépris, les relations avec Gaston d'Orléans. Ainsi, son père avait négocié, par l'intermédiaire du Maréchal d'Estrées et chez ce dernier, une entrevue entre La Rivière et M. de Beaufort, mais seul Mercœur, vint au rendez-vous.

32Ces attitudes montrent que Beaufort n'entend pas partager le pouvoir avec les Condé, les Orléans ou Mazarin mais qu'il veut gouverner seul avec la Reine. On ne connaît pas son attitude vis-à-vis du parti dévot, mais on peut faire des hypothèses. En effet, si les dévots ont été dispersés politiquement et mis hors d'état de nuire, après la journée des Dupes, ils sont toujours présents sur le plan religieux et ont continué à développer la réforme catholique avec l'appui de Louis XIII et de Richelieu.

  • 24 Bertière (Simone), La Vie du Cardinal de Retz, Paris, 1990.

33Dans la lutte pour le pouvoir des années 1642-1643, il semble bien que les dévots aient choisi Anne d'Autriche et Mazarin, ce qui explique les prises de position du coadjuteur, Gondi. En effet, Simone Bertière a intitulé l'un des chapitres de sa biographie du cardinal de Retz, « L'homme du parti dévot » et elle démontre qu'il doit toute sa carrière au parti dévot, qui a misé sur ce brillant intellectuel pour être le futur archevêque de Paris24.

34Saint Vincent de Paul aurait joué un rôle important dans sa nomination et sa formation de même que l'évêque de Lisieux, Philippe Cospean. Or, ces hommes misent sur Anne dAutriche, très pieuse, et qui leur fait confiance. Ils pensent que la Reine va mettre en œuvre leurs idées. On comprend alors pourquoi Retz se moque avec tant de vigueur et d'ironie des Importants car le parti des Vendôme ne correspond pas à ce que souhaite le milieu intellectuel de la réforme catholique.

35De plus, le problème de la paix ne se pose plus dans les mêmes termes qu'en 1630 ou 1637 ; depuis la fin décembre 1641, les préliminaires de Hambourg désignent Munster et Osnabriick comme lieux de conférences et bien que la guerre continue, la victoire du duc d'Enghien, le 19 mai 1643, à Rocroi et la destruction de l'armée espagnole des Pays Bas, a accéléré le processus qui conduit à la paix. Même si le Congrès de Wesphalie ne s'ouvre qu'en avril 1644 et que sa signature ne se fait qu'en octobre 1648, les dévots savent qu'une réconciliation avec l'Espagne se réalisera, quel que soit le temps qui sera nécessaire aux diplomates et aux chefs de guerre pour la conclure.

  • 25 constant (Jean-Marie), « La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires », re (...)

36La politique extérieure ne paraissant pas un enjeu majeur dans la lutte pour le pouvoir en 1642-1643, comme à l'époque de Richelieu, il faut donc essayer, de voir, en dehors des ambitions personnelles, ce qui peut distinguer les Importants des partisans de Mazarin. Est-ce une conception de la monarchie et notamment le rejet de la monarchie absolue ? Il n'est pas facile de répondre à cette question. Il y a, parmi eux des adversaires déterminés de la monarchie absolue comme Montrésor et Béthune. On les retrouvera en 1651, à la tête de l'assemblée de noblesse25.

37Quant à l'attitude de Beaufort, elle est difficile à analyser. Il participera à l'assemblée de noblesse de 1651 mais sans y jouer aucun rôle.

38Cependant, on peut, à travers les textes déjà cités, comprendre cette opposition. Retz dit qu'ils sont tous « morts fous », que Montrésor a « la mine de Caton », que la cabale est constituée de « quatre ou cinq mélancoliques ». La Rochefoucauld insiste sur les différences « d'intérêts », donc sur la diversité politique des membres de la cabale, en ajoutant qu'ils vantaient « les vertus imaginaires du duc de Beaufort », ce qui signifie qu'il ne lui prêtait pas de programme bien défini, ni une grande habileté politique. Enfin, il conclut en déclarant que ces hommes, Saint-Ibar, Montrésor et Béthune, affectaient un « faux honneur » et qu'ils en étaient « les dispensateurs ».

39Il faut donc comprendre, à travers toutes ces phrases que le groupe se faisait remarquer d'abord par une attitude originale puis par une rigidité et un attachement aux valeurs nobiliaires anciennes. Parmi elles, l'amitié, mais comme tous les clans la pratiquent et cherchent à se faire des amis, ce qui distingue les Importants, c'est que, pour eux, elle n'est pas un moyen mais une fin, un système de valeurs. La Rochefoucauld est clair quand écrit : « pour mon malheur, j'étais de leurs amis sans approuver leur conduite » et La Châtre explique fort bien sa situation : il raconte qu'il avait « presque tout son bien en Berry », sous « le gouvernement de Condé », qu'il était au mieux avec le duc de Longueville, qu'il avait « l'honneur d'appartenir de fort près à Mme la Princesse, mais [dit-il], de l'autre côté de puissantes considérations m'appelaient : presque tous mes amis s'y trouvaient embarqués et particulièrement M. de Guise [qui] semblait m'avoir choisi comme capital ami ».

40Il conclut son paragraphe par cette phrase lourde de sens :

m'étant trouvé joint d'intérêt avec mes propres amis, j'y avais en peu de temps, acquis beaucoup de liberté et avais reçu des assurances de m'en servir en toutes occasions.

41Il se retrouve désormais dans la situation comparable à celle de Montrésor quand il a décidé de démissionner de ses fonctions de premier conseiller auprès de Gaston d'Orléans, ce qui lui permet de jouer sa carrière sans état d'âme, complètement à l'écart des réseaux de clientèle.

42On peut dire que la politique de ce temps n'est pas faite d'idées et de conceptions de monde comme aujourd'hui mais de clans d'amis et de maisons. On raisonne en fonction des solidarités fondamentales et ces hommes d'opposition donnent la priorité à leurs réseaux d'amitié par rapport aux fidélités traditionnelles qui se constituaient autour des grandes maisons nobles. Cette attitude attire sur La Châtre les foudres de la Reine qui lui demande de ne pas prendre parti et de rester neutre. Le cardinal alla plus loin pour lui manifester son mécontentement. Lorsque La Châtre prie

M. de Liancourt de dire au cardinal qu'il ressentait la captivité de M. de Beaufort avec une douleur infinie mais que c'était sans murmurer et sans perdre le respect [qu'il] lui devait [qu'il] lui demandait qu'il [le considérât] comme un homme qui songeait à faire sa charge et rien davantage...

43La réponse de Mazarin fut nette : il n'appréciait pas les hommes libres : il perdit rapidement toutes ses fonctions.

44On a vu aussi qu'Henri de Campion fit tout pour ne pas exécuter l'ordre de Beaufort d'assassiner Mazarin et pourtant il était domestique de la maison du duc, mais c'était contraire à sa conscience.

45Cette irruption de la conscience individuelle chez La Châtre, Montrésor, Campion, quelquefois La Rochefoucauld et peut-être Beaufort, détonne dans la société de cette époque. Ces hommes sont considérés comme des originaux, orgueilleux et hautains, pleins de suffisance, voire des fous, parce qu'ils dédaignent de se soumettre aux jeux des clientèles, les fameux faux honneurs dont ils sont les dispensateurs.

46Ainsi, il est possible, au-delà des témoignages des contemporains ou des participants à la cabale des Importants, de dépasser la lettre des discours et de voir ce que représente cet épisode de la lutte pour le pouvoir après la disparition de Richelieu et de Louis XIII.

  • 26 Constant (Jean-Marie), Les Conjurateurs, Paris, 1987.

47La cabale des Importants regroupe les anciens opposants à Richelieu sauf la Maison d'Orléans et ses clients, les dévots et de nombreux fidèles d'Anne d'Autriche. Ces cabalistes rassemblés autour du duc de Beaufort sont de sensibilités différentes, mais ils souhaitent la fin du système politique institué par Richelieu et veulent d'autres hommes à la tête de l'État. Ils affichent, en politique, une attitude morale inspirée du néo-stoïcisme26. Face à la raison d'État, à la dictature de guerre de Richelieu, aux jeux des clientèles, au machiavélisme du temps, ils défendent des valeurs fondées sur la conscience individuelle, l'amitié, l'honneur à l'ancienne et le refus des compromissions, ce qui se traduit par cette attitude hautaine tant moquée.

48Comme nombre de ces hommes ont connu l'exil en Angleterre, on peut se demander s'ils n'ont pas regardé, au cours de leur séjour, avec un regard complaisant, la gentry puritaine, très agitée à cette époque. Comme ils étaient déjà pénétrés de ces idées inscrites dans leur culture par les réformes religieuses qui privilégiaient la relation personnelle avec Dieu, ils n'envisageaient pas de renoncer à soumettre la politique à leur libre examen.

Notes

1 Article paru dans Pouvoirs, contestations et comportements dans l'Europe moderne, mélanges offerts à Yves-Marie Bercé, Paris, 2004.

2 Chéruel (André), Histoire de la France pendant la minorité de Louis XIV, Paris, 1879, 4 vol. La cabale des Importants est traitée 1.1, à partir de la p. 119.

3 JOUANNA(Ariette), Le Devoir de révolte, la noblesse française et la gestation de l'État moderne, 1559-1661, Paris, 1989 ; Durand Yves (dir.), Hommage à Roland Mousnier : clientèles et fidélités en Europe à l'époque moderne, Paris, 1981. Dans cet ouvrage, un article de Madeleine Foisil sur les fidélités en Normandie autour du duc de Longueville pendant la Fronde et un d'Ariette Jouanna sur celles du duc de Montmorency.

4 Retz (Cardinal de), Mémoires, dans Œuvres, éd. Marie Thérèse Hipp et Michel Pernot, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1984, p. 173-174.

5 L'un des problèmes politiques parmi les plus importants de l'époque est l'existence de trois clans dans la famille des Bourbons, qui sont dans l'ordre, les Orléans dirigés par le frère du roi LouisXIII, le fameux Gaston d'Orléans, les Condé dirigés par Monsieur le Prince avec son fils aîné, le duc d'Enghien, le vainqueur de Rocroi, son second fils, Conti, et sa fille, Mme de Longueville, les Vendôme, issus d'Henri IV et de Gabrielle d'Estrées et qui comprennent le vieux duc, à qui aucune intrigue n'a échappé, Mercœur, à l'écart de l'opposition, enfin Beaufort, actif contre Richelieu et Mazarin. Ces grands clans disposent de clientèles très importantes et aspirent à jouer un rôle politique central. Le duc d'Enghien, qui a été formé par les soins de Richelieu et a épousé une de ses parentes, est acquis à la monarchie absolue. En revanche, Gaston d'Orléans peut être considéré comme un partisan d'une monarchie tempérée par des pouvoirs intermédiaires. Les Vendôme, dans l'opposition à Richelieu, ont passé leur temps en prison ou en exil.

6 Cette intrigue est montée par la duchesse de Montbazon (Marie d'Avaugour de Bretagne, deuxième femme d'Hercule de Rohan, duc de Montbazon), maîtresse du duc de Beaufort après l'avoir été du duc de Longueville. Ce dernier avait quitté Mme de Montbazon pour épouser en 1642, Anne Geneviève de Bourbon, sœur du duc d'Enghien (le grand Condé). Mme de Montbazon se consola dans les bras du duc de Beaufort. Les deux femmes se vouaient une haine implacable : l'affaire des lettres le prouve. Coligny avait laissé tomber des lettres passionnées d'une femme amoureuse et pour salir la réputation de Mme de Longueville, Mme de Montbazon prétendit qu'elles étaient de la main de la duchesse de Longueville, ce qui était faux. L'affaire mobilisa toute la Maison de Condé et devint publique notamment après les incidents de la maison Renard. Anne d'Autriche donnait une collation pour Mme la princesse, chez Renard (établissement, installé à l'extrémité du jardin des Tuileries, fréquenté par les gens de qualité), Mme de Montbazon y vint sans l'aval de la Princesse qui exigeât qu'elle sortît. La Reine lui ordonna de s'en aller et lui envoya un ordre de sortir de la cour.

7 Beaupui : François Le Dangereux, seigneur de Beaupuy (ou Beaupuis) fils du comte de Maillé, Guidon des gendarmes du Roi ; fidèle de la Maison de Vendôme, il fut un agent de Beaufort. Il serait effectivement mort fou, ce qui n'est pas le cas des autres. Fontrailles, Louis d'Astarac, vicomte de Fontrailles, né dans les premières années du xviie siècle, mort en 1677, joua un rôle important dans l'opposition à Richelieu et notamment dans la conjuration de Cinq-Mars, ce qui l'obligea à s'exiler en Angleterre. Revenu en France après la mort de Richelieu, il entra dans la cabale des Importants. Pendant la Fronde, il fut près de Retz puis se rallia à Mazarin. Il a raconté dans ses mémoires l'histoire de la conjuration de Cinq-Mars qui fut publiée en 1663 en même temps que les mémoires de Montrésor. Fiesque, Charles Léon, comte de Fiesque, fils de François, tué au siège de Mardyck en 1646, a toujours été adversaire de Mazarin. Hippolyte de Béthune (1603-1665), fils de Philippe de Béthune, le frère de Sully, grand ami de Montrésor.

8 montrésor (Comte de), Mémoires, dans Mémoires de l'histoire de France, Michaud et Poujoulat, Paris, 1838, p. 226 ; Constant (Jean-Marie), « Un ennemi de la tyrannie, sous Richelieu et Mazarin : le comte de Montrésor », à paraître dans les mélanges offerts à J.-F. Labourdette en 2003.

9 J.-J.Barillon (1601-1645), président aux Enquêtes, avait été exilé à Amboise au temps de Richelieu ; le prince de Marcillac est La Rochefoucauld, l'auteur des Maximes qui ne deviendra duc de La Rochefoucauld qu'à la mort de son père, Hercule de Beloy, lieutenant de louveterie puis enseigne et capitaine des gardes de Gaston d'Orléans (en 1649).

10 LA Rochefoucauld, Mémoires, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 24.

11 La Rochefoucauld, op. cit., p. 67 sq.

12 La Châtre, Mémoires contenant la fin du règne de Louis XIII et le commencement de celui de Louis XIV, in Mémoires de l'histoire de France, Michaud et Poujoulat, Paris, 1838. Edme, comte de La Châtre, appartenait à une famille très importante de la noblesse seconde du Berry. Son père avait été maréchal des camps et armées du roi, bailli et capitaine du château de Gien et sa mère était la fille de Jacques le Guesle, procureur général du Parlement de Paris. Ami intime du comte de Brienne, secrétaire d'Etat, le comte de La Châtre obtint, par son intermédiaire, la charge de grand maître de la garde-robe de Louis XIII. Très fin analyste de la vie politique de son temps, il comprit très vite que la naissance de Louis XIV, en 1638, et la mauvaise santé de Louis XIII, entraîneraient rapidement une régence qui serait confiée à Anne d'Autriche, amenée selon lui à jouer dans l'avenir un rôle politique de premier plan. En conséquence, il s'attacha à elle mais ne participa à aucun des complots contre Richelieu. Après la mort de Richelieu, il devint colonel général des Suisses, charge qu'il perdit parce qu'il se rangea du côté de la cabale des Importants, contre Mazarin. Il s'engagea alors dans l'armée du duc d'Enghien, fut blessé à Nordlingen et mourut de ses blessures à Philippsbourg le 3 septembre 1645.

13 Ibid., p. 273-276.

14 La Rochefoucauld, op. cit., p. 62.

15 Campion (Henri de), Mémoires suivis de Trois entretiens sur divers sujets d'histoire, de politique et de morale, édition présentée et annotée par Marc Fumaroli, Paris, 1967, p. 145.

16 La Rochefoucauld, op. cit., p. 63.

17 La Châtre, op. cit., p. 276.

18 La Rochefoucauld, op. cit., p. 65 et 72.

19 La Châtre, op. cit., p. 280.

20 Ibid., p. 284-285.

21 Cette affaire est un complot qui aurait comporté l'assassinat de Richelieu. Le duc de Vendôme a toujours nié l'existence de cette tentative.

22 Mme de Chevreuse, Marie de Rohan (1600-1679), duchesse de Luynes puis de Chevreuse en 1622, avait été l'amie de la reine Anne d'Autriche. Opposée à Richelieu, elle fut l'âme de nombreux complots et tenta même de faire remplacer le Premier ministre par Châteauneuf. Exilée en France puis à l'étranger, son retour était très attendu. Considérée comme l'aventurière-type de cette époque baroque, elle a fasciné les historiens qui lui ont consacré d'excellents ouvrages. Cousin (Victor), Madame de Chevreuse, Paris, 1862 ; Battifol (Louis), La Duchesse de Chevreuse, Paris, 1913 ; Bouyer (Christian), La Duchesse de Chevreuse, Paris, 2002.

23 Campion, Mémoires, op. cit., p. 154 sq.

24 Bertière (Simone), La Vie du Cardinal de Retz, Paris, 1990.

25 constant (Jean-Marie), « La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires », repris supra ch xvi.

26 Constant (Jean-Marie), Les Conjurateurs, Paris, 1987.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540