Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Troisième partie. Noblesse et dissidence

Chapitre XVII. La Révolte nobiliaire de 1658-1659 en Orléanais : mouvement marginal ou authentique manifestation de démocratie nobiliaire ?1

Texte intégral

  • 1 Première parution dans Sociétés et idéologies des temps modernes. Hommage à Ariette Jouanna,
  • 2 Constant (J.-M.), « L'assemblée de noblesse de 1651 : une autre conception de la monarchie françai (...)

1La révolte nobiliaire de 1658-1659 s'inscrit tout naturellement comme une conséquence des assemblées de noblesse de 1649 et 1651 mais surtout dans la continuité du mouvement des bailliages unis de 1652. Lors du colloque, La Fronde en questions, il avait été montré que l'assemblée de 1651 était annonciatrice d'un phénomène politique nouveau : l'irruption de la gentilhommerie au premier plan de l'action politique et le désir d'une partie de la noblesse menée par des leaders radicaux de conduire une action politique autonome par rapport aux princes et aux grands ; cependant les modérés avec à leur tête Charles d'Escoubleau, marquis de Sourdis, avait accepté la demande de Gaston d'Orléans et du prince de Condé de dissoudre l'assemblée contre une promesse impossible à tenir de convoquer les états généraux2.

  • 3 constant (J.-M.), « La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires », repris (...)

2Le mouvement des bailliages unis prit une autre tournure dans la mesure où il se cantonna dans des régions bien précises, la Normandie, le Vexin, la Beauce et le Perche. Cette noblesse, souvent petite, entendait protester contre les débordements des gens de guerre mais demandait, comme l'assemblée de 1651, la convocation des états généraux, des postes dans l'armée et les administrations, le maintien des privilèges fiscaux. Reçus par le Roi, écoutés et pleins d'espoir parce qu'ils avaient le sentiment d'avoir été compris, ils se sentirent trahis lorsqu'ils virent après la Fronde, le pouvoir monarchique s'empresser de les oublier3.

3Cette frustration semble avoir joué un rôle important dans la mobilisation des gentilshommes du Dunois et du Blésois, lors de la Révolte de 1658-1659 comme le prouvent les interrogatoires des nobles arrêtés.

  • 4 Jouanna(A.), Le Devoir de révolte: la noblesse française et la gestation de l'État Moderne (1559- (...)

4Habituellement, depuis au moins le xve siècle, la noblesse, lorsqu'elle brandissait l'étendard de la contestation, emboîtait le pas d'un grand qui décidait et entraînait derrière lui toute sa clientèle. Cependant ce schéma classique n'est pas celui de la révolte de 1658-1659 qui est partie de la base comme celle des bailliages unis4.

5Mais avant d'analyser les structures du mouvement, il est nécessaire de raconter les principaux événements.

Une conspiration nobiliaire

  • 5 Constant (J.-M.), Nobles et paysans..., op. cit., p. 363.
  • 6 Lassaigne (J.-D.), op. cit., p. 88-91.

6Dès 1654, les nobles du Poitou, de Saintonge et d'Angoumois voulurent s'assembler « au sujet des tailles », car ils craignaient que le Premier ministre leur fît payer des impôts comme il avait tenté de le faire en 1650 dans l'élection de Dourdan5. En 1656, la noblesse d'Anjou se sentit touchée à son tour et provoqua un rassemblement le 23 mars au Lion d'Angers pour défendre les « immunités et franchises » du second ordre. Elle décida de choisir deux gentilshommes par canton qui se réunirent à Ingrandes pour élire deux représentants chargés d'aller porter leurs doléances au Roi. La Normandie s'agita aussi au début de l'année 1658 et protesta contre la déclaration du roi du 30 décembre 1656 qui organisait une recherche des usurpateurs de noblesse et celle du 17 septembre 1657 qui ordonnait à tous les anoblis depuis l'année 1606 de payer une somme de 1 650 livres. Mazarin reçut l'un d'entre eux, le sieur de Boussé, qui avait pris parti pour le roi et contre les princes pendant le Fronde. Le roi par mesure d'apaisement réduisait la contribution des anoblis de 1650 à 150 livres mais cette concession parut insuffisante aux nobles qui qualifièrent Boussé de « traître à la noblesse6 ».

7Au même moment, les gentilshommes de Beauce, très méfiants à l'égard du pouvoir ministériel qui avait voulu leur imposer la taille et n'avait pas respecté les promesses faites à leurs députés lors des bailliages unis de 1652, se réunirent à Ormes près d'Orléans et décidèrent de contacter leurs collègues de Sologne et du Berry. Les nobles du Poitou et de l'Aunis les imitèrent et souhaitèrent étendre leur mouvement en Saintonge et en Guyenne.

8La Sologne se singularisa par un soulèvement paysan encore mal connu, la révolte des sabotiers, dont le leader semblerait avoir été, selon les rapports adressés aux ministres, un gentilhomme très engagé dans la révolte nobiliaire, Gabriel de Jaucourt de Bonnesson, seigneur de Basfour en Sullias.

9Face à toute cette agitation et à la menace d'une intervention militaire du maréchal d'Hocquincourt, exilé aux Pays-Bas espagnols comme Condé et Retz, Mazarin interdit à tous les gentilshommes, par arrêt du conseil le 23 juin 1658, de « faire des associations » ou des « assemblées » à « peine de la vie ». Comme le Premier ministre ne disposait pas de forces militaires suffisantes pour tenir à la fois la frontière extérieure et un front intérieur, le mouvement continua à se développer et les noblesses des provinces concernées parvinrent à coordonner leurs actions en tenant une réunion constitutive le 20 juillet 1658 à Conches en Normandie. Là, vingt-quatre délégués représentant les bailliages de Normandie et d'Orléanais jurèrent un « acte d'Union » qui les obligeait à se secourir mutuellement s'ils étaient inquiétés. Ils rédigèrent une protestation contre les violences des gens de guerre qui ne respectaient plus les maisons nobles et décidèrent d'envoyer dix d'entre eux trouver le duc d'Orléans pour lui rappeler sa promesse de 1651 de demander les états généraux. Le procès-verbal de cette réunion de Conches fut écrit le soir même à Saint-Elier ou à Lieru, deux villages proches en bordure de la forêt. Des assemblées particulières d'explication se déroulèrent dans la forêt d'Orléans, à Brotonne en Normandie, à la Carrière près de Laval, à Contigné en Anjou, à Chateaurenault en Touraine.

  • 7 BN, ms. fr. 6897, p. 20-25, Interrogatoire de Lézanville.
  • 8 .Ibid., ms. fr. 6896, p. 212, Interrogatoire de Frouville.

10Dès le début d'août, Mazarin ordonna la suspension des poursuites fiscales contre les nobles, ce qui calma les Poitevins mais parut insuffisant aux gentilshommes de Normandie et d'Orléanais, car le Premier ministre, lorsqu'il avait publié en septembre 1658 sa déclaration de pardon aux gentilshommes, avait écarté sept personnes qui lui paraissaient les plus dangereuses. Or les sept écartées étaient les plus populaires et celles qui avaient été à l'initiative du mouvement. En conséquence, le 15 novembre 1658, cinq délégués de Normandie, deux de l'Orléanais, deux de Touraine se retrouvèrent pour une assemblée à Montmirail dans le Perche-Gouet et rédigèrent leurs résolutions à Lavaré dans le Maine7. Le 8 février 1659, nouvelle réunion, cette fois à majorité orléanaise, à Cloyes et à la Jouasnierre dans le Dunois puis à Tesnières dans le Perche-Gouet. Elle s'acheva à Authon-du-Perche où les délégués mirent en forme leurs décisions. Le 20 avril 1659, une autre assemblée se tint à Villequoy, une ferme de la paroisse de Péronville, les écritures se faisant à quelques kilomètres de là dans un « cabaret qui est au lieu de Patay8 ».

11La paix avec l'Espagne étant annoncée, le mouvement s'essouffla d'abord en Poitou où la noblesse avait le secret espoir d'être mieux entendue du Roi en temps de paix qu'en temps de guerre.

12Ce fut le moment choisi par Mazarin pour prendre des mesures d'apaisement concernant les anoblis, question sensible en Normandie, mais il accompagna cette décision d'un coup de force propre à jeter la confusion dans les rangs des révoltés : il constitua une commission extraordinaire du Grand Conseil, présidée par un maître des requêtes, François de Pommereu. À la fin d'avril, des arrestations furent décidées. L'étau se resserra autour du noyau dur de la conjuration : Lézanville fut assiégé dans son château de Clesles en Dunois par le prévôt du Perche. En août, les maisons nobles de ses amis furent gardées par la troupe. Trente-cinq gentilshommes furent l'objet d'une enquête. Bonnesson arrêté fut condamné à mort et exécuté le 12 décembre 1659. Cette mesure extrême fut suivie d'une amnistie qui exceptait Créquy et Annery. Cependant les deux hommes eurent toute liberté de partir en exil. L'ordre était revenu.

13Racontés de cette façon, les événements paraissent de peu d'importance: une cinquantaine de personnes dispersées sur un territoire peu étendu allant de la Sologne à la Normandie, une dizaine de leaders qui organisèrent quelques réunions et rassemblements non autorisés. Cependant la répression qui s'abattit sur eux permet de penser que Mazarin et le gouvernement ne considérèrent pas cette aventure comme anodine et crurent à une tentative de déstabilisation majeure. Qu'en est-il exactement?

Les objectifs du mouvement nobiliaire

  • 9 Ibid., p. 210: interrogatoire de François de Tacheret de la Pagerie, gentilhomme du Dunois; p. 212 (...)

14Si on examine les motifs de cette mobilisation des nobles à travers les interrogatoires de la Pagerie, Frouville et Lézanville, tous trois seigneurs du Dunois et fort voisins, on s'aperçoit qu'ils placent leur mouvement dans le droit fil de l'assemblée de 16519. Dès l'assemblée constitutive de Conches, leur première décision est d'envoyer une députation de dix membres vers le duc d'Orléans pour lui rappeler la promesse de 1651 de réunir les états généraux et pour lui demander d'intervenir en faveur de la suppression des arrêts du 13 et du 23 juin 1658 qui refusaient aux nobles le droit de s'assembler pour défendre leurs « droits, immunités et franchises » alors que le Roi le leur avait accordé en 1652.

15La seconde assemblée de Montmirail et Lavaré stigmatisa le duc d'Orléans, qui avait osé abandonner la noblesse, et faisait une place aux revendications concernant les anoblis de Normandie. Elle franchissait une étape supplémentaire dans l'opposition à Mazarin en décidant le principe d'une opération militaire : mille chevaux viendraient de Normandie et pourraient franchir la Loire entre Jargeau et Beaugency. Cette prise d'armes constituait encore la préoccupation essentielle de l'assemblée de Villequoy mais un autre problème était au cœur des débats : trouver un chef au mouvement.

16C'est là toute la nouveauté des événements de 1658-1659: les nobles ont préparé leur programme de revendications et travaillent à trouver les moyens de l'appliquer en cherchant un grand seigneur capable de les aider à le mettre en œuvre. Ainsi Lézanville déclara qu'après l'assemblée de Montmirail, les députés passèrent toute la nuit dans une hôtellerie de Lavaré pour rédiger les résolutions qui avaient été prises dans la journée. Au cours de cette même séance, Créquy nomma un trésorier, un homme riche de Rouen, mais nous n'avons pas d'autres détails sur le financement des opérations militaires envisagées.

17L'autre préoccupation des gentilshommes fut de réussir à convaincre la noblesse des autres provinces de se joindre à eux. À Villequoy, on rendit compte des négociations avec les noblesses du Bourbonnais, de Normandie, de Sologne, du Berry, de Bourgogne, du Vexin, du Dunois, du Chartrain, de la Touraine et de la Marche. En même temps, on tentait de rallier l'Anjou, le Maine et le Poitou.

18Il faut remarquer que l'aire visée est celle qui a donné près de 60 % des participants de l'assemblée de noblesse de 1651 et que son centre de gravité est le territoire exact dans lequel se sont déployées les assemblées des bailliages unis de 1652.

19D'ailleurs Lézanville, lors de son interrogatoire, indique bien que le choix des lieux d'assemblées est fait pour permettre la venue des nobles de toutes les provinces concernées et particulièrement de l'ouest. Ainsi Lavaré et Montmirail à cheval sur les provinces du Perche et du Maine auraient pu attirer les noblesses de l'Anjou et du Maine.

20Enfin il faut noter que l'organisation que se donne la noblesse est celle que préconisaient les bailliages unis : élection de délégués représentatifs qui se rendent aux réunions et rendent compte à leurs amis. En 1658-1659, le système a été perfectionné, car on a délaissé les circonscriptions royales au profit des « cantons », c'est-à-dire d'un groupe d'une quinzaine de paroisses. Cette structure nouvelle qui quadrille les pays en rébellion est plus étroite que les bailliages et plus efficace pour mobiliser la noblesse. Elle explique que la trentaine de leaders recherchés aient fait trembler le gouvernement, car ils touchaient, selon Jean-Dominique Lassaigne, trois à quatre mille gentilshommes qui avaient des attaches avec le mouvement.

21Pourtant le caractère le plus frappant des événements est sans doute leur improvisation : la subversion se décide au coup par coup, sans chef d'envergure, se nourrissant de la détermination de quelques personnes très décidées.

22Dans un premier temps, les leaders voulurent inscrire leurs démarches dans un cadre légal en s'adressant au duc d'Orléans parce que ce dernier incarnait une certaine légitimité et qu'il avait promis les états en 1651.

23Gaston d'Orléans ayant fait savoir qu'il ne recevrait pas la délégation et qu'il ne cautionnerait pas l'action de la noblesse, les gentilshommes amers s'adressèrent à Condé qui répondit favorablement, car il était fort intéressé à voir une révolte se développer en France alors qu'il était exilé à Bruxelles auprès des Espagnols. Le mouvement nobiliaire, actif comme il était, obligerait Mazarin à négocier avec lui.

24Cependant, si Gaston pouvait apparaître comme le leader national de la noblesse puisqu'il avait été lieutenant général du royaume et occupait encore le deuxième rang dans la succession à la couronne après le frère du Roi, il n'en était pas de même de Condé qui se battait aux côtés des Espagnols contre les armées françaises. Certains nobles, effrayés par ces odeurs de trahison, se retirèrent du mouvement. On comprend alors que les gentilshommes aient cherché d'autres chefs pour les conduire, car il n'était pas imaginable pour l'époque qu'un mouvement, dirigé par un collectif de petits nobles de campagne, eût quelques chances d'être écouté à la cour. Ils dépensaient tellement d'énergie à trouver un grand seigneur qui pût répondre à leur appel qu'il ne fait pas de doute qu'ils avaient conscience de l'originalité de leur démarche et savaient qu'ils rompaient avec la tradition des ligues nobiliaires qui voyaient se mobiliser derrière un prince toute sa clientèle.

25C'est pourquoi il est nécessaire d'examiner maintenant qui étaient les promoteurs de cette entreprise nobiliaire, qui étaient les chefs pressentis et enfin quelles furent les conséquences de l'échec essuyé par les nobles.

La fin d'une époque : la révolte n'est plus un devoir pour les grands

26L'un des leaders, Gabriel de Chartres, sieur de Lézanville, un gentilhomme du Dunois, fut interrogé par deux conseillers du Grand Conseil qui instruisaient le dossier de ces événements. Racontant l'aventure qu'il avait vécue, il révéla que Bonnesson (Gabriel de Jaucourt, seigneur de Basfour en Sullias) fut à l'origine de toute l'affaire en Orléanais puisqu'il avait chargé Jean de Mervilliers, écuyer seigneur de Viabon, un ancien des bailliages unis, de prévenir Lézanville ainsi que « plusieurs autres de la généralité d'Orléans » du lieu et de l'heure de l'assemblée de Liéru près de Conches. Là, il rencontra seize nobles de Normandie dont il cita six noms. Parmi ces six, quatre se trouvaient à l'assemblée de 1651 : Alexandre de Créquy, comte de Bernielles, Jean de Turquet, sieur de Tourailles, François le Chatellier, seigneur de la Hautaie et Charles d'Ailly seigneur d'Annery en Vexin. Ce dernier était même le secrétaire de l'assemblée, c'est-à-dire l'homme-clé de son organisation.

27Ce groupe des Normands rencontrait celui des Orléanais au nombre de sept tous cités : Jean de Mervilliers, seigneur de Viabon-en-Beauce, Henri de Brion, sieur de Puisieux (Beauce), Claude de l'Estoré, sieur de Villegontard

28(Beauce), Louis de Villarceaux, sieur de Neuvy (Beauce), Antoine le Chesne, sieur de la Folie (Forêt d'Orléans), Gabriel de Jaucourt de Bonnesson, sieur de Basfour en Sullias (Sologne), Gabriel de Chartres, seigneur de Lézanville en Beauce dunoise.

29Sur ces sept participants, un seul, Bonnesson, était à l'assemblée de

  • et deux, Mervilliers et Villegontard, à la réunion de Terminiers de
  • dans le cadre des bailliages unis. Les deux filiations du mouvement étaient ainsi confirmées par la présence commune de représentants de ces deux « collectifs » ou « coordinations » nobiliaires pour employer des expressions d'aujourd'hui qui expriment assez bien l'état d'esprit de la noblesse de ce temps. Il est en effet remarquable que l'assemblée de Terminiers a préfiguré la structure cantonale que se sont donnée les nobles de 1658-1659 : la grande majorité d'entre eux étant des gentilshommes campagnards habitant dans un rayon de 20 km autour de ce village situé en bordure de la Beauce et de l'Orléanais. Leur programme mettait en avant la lutte collective contre les « désordres des gens de guerre » qui ne respectaient plus les maisons nobles, mais le voisinage et la solidarité contre un adversaire commun n'était pas le seul lien qui les unissait, car le groupe utilisait, pour le quart de ses membres, le réseau protestant et, pour le cinquième, celui de la parenté, les deux correspondant d'ailleurs souvent. En outre, ils souhaitaient aussi rassembler les gentilshommes des autres bailliages.

30Les conjurés de 1658-1659 ressemblaient comme des frères aux militants des bailliages unis : comme eux, ils étaient des gentilshommes campagnards, certains étaient même également huguenots (Bonnesson, Frouville, Lézanville) ; de plus, ce qui les rassemblait tenait beaucoup à la sociabilité (parenté, relations de bon voisinage, amitié). Ainsi Lézanville raconte que, pour aller à l'assemblée de Cloyes, il a pris en passant du Perray dans sa maison de Renay. À un autre moment, il signale que le texte a été rédigé à la Jouasnière. Or il s'agit de l'une de ses maisons.

31On peut remarquer encore que les lieux de rassemblement se font dans les forêts où les gentilshommes passent une partie de leur vie à la chasse et que la rédaction des procès-verbaux se déroule dans des auberges voisines, le plus souvent la nuit. Enfin, il faut souligner qu'ils semblent se complaire dans le baroque le plus romantique et le plus mystérieux lorsqu'ils racontent leurs aventures, l'exemple le plus significatif étant l'assemblée de Villequoy où l'intervention de Digoville est une véritable scène de théâtre : le personnage est borgne et prend la parole de façon très énigmatique. Il déclare : « Messieurs, je suis un envoyé de la part de la personne que vous savez et en voici son écrit ».

32Sur le papier qu'il brandissait à la cantonade, on pouvait lire une phrase tout aussi vague que celle qui avait été prononcée : « Messieurs, j'accepte l'honneur que vous me faites et ajoutez même créance à ce gentilhomme comme si c'était moi-même ».

  • 10 Témoignage de Frouville, ibid., p. 212.
  • 11 Henri de Lorraine, comte d'Harcourt (1601-1666), dit « cadet la perle », prestigieux militaire qui (...)

33En réalité, tous les assistants avaient compris qu'il s'agissait du comte d'Harcourt, un Guise d'une branche cadette, qui avait été proposé par Créquy et Bonnesson lors de la réunion de Lavaré, dans le Maine10. Bonnesson et d'Annery avaient été désignés par les députés pour prendre contact avec le comte. Ils le cherchèrent vainement en Bourgogne puis à Paris et finirent par le joindre à Royaumont le 21 février 1659. Ils passèrent avec lui un traité par lequel le comte s'engageait à se faire représenter aux assemblées et à se conformer aux décisions prises. On voit ainsi que les nobles n'entendaient pas laisser à un grand le soin de décider à leur place des actions à conduire. C'était là une révolution mentale importante dans l'ordre des révoltes nobiliaires11.

  • 12 François de Beauvilliers, comte de Saint-Aignan (1607-1679), premier gentilhomme de la chambre du (...)
  • 13 Le Prince de Tarente a rédigé des Mémoires qui ont été publiés à Liège en 1767.

34Dans cette même assemblée de Villequoy, Bonnesson révéla qu'une personne de qualité du Berry était susceptible de fournir 4000 soldats. Tout le monde pensa au comte de Saint-Aignan, car explique Frouville, Bonnesson lui « a souvent dit » que le comte « était bien intentionné pour la noblesse et qu'il ne manquerait pas de la seconder12 ». Enfin, le prince de Tarente, Henri Charles de la Trémoïlle, exilé à Auxerre, aurait été approché par du Perray, seigneur de Renay13. Bien sûr, pendant tout ce temps, Bonnesson avait pris contact avec Condé et était allé à Bruxelles pour le rencontrer.

35Il faut s'interroger sur le fait que le nom de Bonnesson apparaît toujours lorsqu'il s'agit de contacter un grand, mais on peut se demander si, lors des interrogatoires ses amis ne l'ont pas chargé injustement pour lui faire endosser toutes les responsabilités et apparaître ainsi moins coupables aux yeux du gouvernement.

36Même si cette dimension est perceptible, il est indéniable que Bonnesson fut l'artisan actif qui se dépensait sans compter pour convaincre les gentilshommes des provinces voisines de se joindre au mouvement et pour obtenir le ralliement d'un certain nombre de grands seigneurs. Cependant, le prince de Condé, le comte d'Harcourt, le comte de Saint- Aignan, le prince de Tarente se contentèrent de prononcer de bonnes paroles suffisamment ambiguës pour ne pas être inquiétés par la suite, ce qui prouve leur innocence et montre bien que les vrais animateurs de la rébellion étaient ces gentilshommes de campagne déterminés et baroques.

  • 14 Retz (Cardinal de), Mémoires, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1961, p. 584.

37Ce petit groupe d'irréductibles n'avait jamais accepté ni l'échec de l'assemblée de 1651 ni celui des bailliages unis. Le modèle-type de ce radicalisme fort libéral et de cet activisme militant est Charles d'Ailly d'Annery en Vexin qui appartient à une branche cadette de la famille des ducs de Chaumes. Né en 1603, il a fait une belle carrière militaire: cornette de cavalerie en 1630, colonel et maître de camp en 1649, conseiller d'État la même année, gentilhomme de la Maison du roi en 1650. Sa carrière politique commence en 1651, lors de la fameuse assemblée. Retz écrit à son propos : « il était le secrétaire de cette assemblée, mais il en était encore plus le fanatique14 ». On sait en effet que les deux présidents changeaient toutes les quinzaines dans cette république nobiliaire qui s'était donné une direction double à l'imitation de Rome avec ses consuls, mais les deux secrétaires, dont d'Annery, demeurèrent en poste pendant la durée de la session du 6 février au 25 mars. Il fut contraint de s'exiler en 1652 puis en 1659 pour éviter l'arrestation.

  • 15 BN, ms. Hozier, vol. 4, Ailly d'Annery.

38Il recevra des lettres d'abolition en 1662 sur recommandation de Retz et fut maintenu dans sa noblesse en 1668 lors de l'enquête organisée par Louis XIV et Colbert. En 1639, il avait épousé Renée de Vieuxpont, fille d'un gentilhomme d'ancienne noblesse du Thimerais, ce qui lui permit peut-être de tisser des liens avec les noblesses du Chartrain et de la Beauce15.

  • 16 Lassaigne (J.-D.), op. cit., p. 106.

39L'autre leader normand, contraint à l'exil lui aussi, Alexandre de Créquy comte de Bernieulles, appartenait au lignage du Maréchal, ce qui n'empêcha pas Mazarin de faire raser son château de Cléry près de Péronne. Condé interviendra en sa faveur, ce qui lui permit de revenir dans le royaume16.

  • 17 Bibliothèque municipale d'Orléans, Généalogies du chanoine Hubert, 8 vol., vol. II, p. 75.

40En Orléanais, Bonnesson, qui sera exécuté, semble être le leader le plus actif de la rébellion. Il avait participé avec quatre autres membres de sa famille à l'assemblée de 1651 mais ne s'était pas fait remarquer par des prises de paroles ou des propositions qui eussent pu avoir l'honneur de figurer dans les relations des débats. Son lignage installé en Sologne près de la vallée de la Loire entre Châteauneuf et Gien était protestant. Il est possible qu'il ait eu des liens de parenté avec Gabriel de Chartres, seigneur de Clesles et de Lézanville car son père avait épousé Anne de Basfour, fille de Jean, maître de la garde-robe du prince de Condé. Si ces liens se confirmaient, ils permettraient de comprendre la gestation du mouvement et pourquoi Bonnesson fit prévenir Lézanville de la tenue de l'assemblée. Cependant la généalogie n'est pas précise et ne permet d'émettre qu'une hypothèse17.

  • 18 Constant (J.-M.), Nobles et paysans..., op. cit.

41Cependant Lézanville ne demeura pas fidèle à son coreligionnaire protestant, car il le chargera pour sauver sa propre vie. Son lignage beauceron était ancien et comprenait de nombreuses branches, mais il ne jouera jamais un rôle de premier plan18.

42Cette zone du Dunois, autour de la forêt de Marchenoir, abrita nombre de conjurés ce qui prouve à quel point le mouvement était localisé. On y trouve Samuel de Frouville, seigneur de l'Esperonnière, François de Tacheret, sieur de la Pagerie, Charles de Beauxoncles, seigneur de Vievy-le-Rayé, du Perray, sieur de Renay. Plus au nord, on rencontre Jean de Mervilliers, d'une vieille famille d'hommes de guerre et Louis de Villarceaux, sieur de Neuvy qui proposa de se saisir de Janville, petite ville close, siège d'un grenier à sel et d'un bailliage secondaire dépendant de celui d'Orléans. À partir de cette base qui aurait servi de retraite à la noblesse, il comptait lever un impôt sur la population pour fournir de l'argent aux conjurés. On mesure là la vision très localiste de la révolte qui permet de comprendre son sens nouveau : mobiliser des gentilshommes de la base nobiliaire qui ont cassé les liens de fidélité traditionnels qui unissaient grande et petite noblesses et travaillé pour leur propre compte.

Conclusion

43Ainsi, lorsqu'on regarde ces événements et qu'on les analyse, on se demande pourquoi cette révolte nobiliaire qui n'en fut pas vraiment une, car aucune opération militaire ne fut déclenchée, a fait l'objet d'une telle répression et a tant préoccupé Mazarin. Certes, le mouvement avait établi des liens avec Condé mais ce dernier n'a jamais mis en application les promesses qu'il avait faites. Il en fut de même des autres grands seigneurs contactés après le refus du duc d'Orléans de recevoir les délégués des nobles. En fait, il n'y eut que des assemblées non autorisées, qui n'ont jamais réuni de foules importantes, et des tentatives d'entraîner à la révolte les gentilshommes de plusieurs provinces. Très vite, dans ce domaine, ce fut l'échec et la rébellion se cantonna dans le Dunois et en Normandie.

44Néanmoins, même si cette pseudo-révolte demeure très localisée, elle est très importante dans l'histoire politique de la noblesse. En effet, après l'échec des Princes lors de la Fronde, il n'existera plus de révolte nobiliaire de grande ampleur, comme on n'en avait connu au temps des cardinaux-ministres. Face à ce vide, on assiste à l'émergence d'un mouvement nobiliaire autonome qui s'inspire de ceux qui l'avaient précédé en 1651 et en 1652 et qui ont toujours été considérés comme marginaux par toute l'historiographie française alors que le gouvernement de l'époque les avait pris fort au sérieux.

45L'échec, prévisible, de cette révolte n'a cependant pas arrêté la cinquantaine de nobles qui ont bousculé toutes les traditions de révolte séculaire et ont revendiqué le droit de s'assembler librement et de décider de la politique qu'ils devaient mener.

46On peut suggérer que le système des fidélités a vécu dans l'Orléanais parce que le duc d'Orléans l'a laissé mourir et qu'il ne fut jamais le féodal qu'il aurait dû être.

  • 19 constant (J.-M.), « Amitié, système de relation et politique dans la noblesse française aux xvie e (...)

47Il faudrait avancer aussi l'hypothèse que le protestantisme de certains leaders les a incités à penser plus librement et à se conduire selon leur conscience. Déjà, pendant les guerres de Religion, on a pu remarquer avec La Noue que les nouveaux rapports religieux avaient modifié les anciennes relations de parenté et de fidélité19. Or le Dunois, le Blésois et l'Orléanais étaient des pays où les protestants furent nombreux.

48Enfin, il faut considérer cette révolte comme la dernière manifestation de l'esprit baroque, comme le désir ultime de résistance politique d'une société traditionnelle confrontée à la construction de l'État moderne à la française : la monarchie absolue.

49Lors du traité signé entre le comte d'Harcourt d'une part, Bonnesson et d'Annery d'autre part, Lézanville déclare :

Ensuite que fut fait un traité lequel portait qu'il se liait aux intérêts de la noblesse et promettait (en cas qu'il y eut aucuns des gentilshommes arrêtés) de monter à cheval et faire toutes choses possibles pour sa liberté.

  • 20 Constant (J.-M.), Les Conjurateurs, Paris, Hachette, 1987.

50Il est évident, quand on lit ces lignes, qu'il existe un lien intellectuel à vingt ou vingt-cinq ans de distance entre les opposants à Richelieu dûment châtiés, les leaders de l'assemblée de noblesse de 1651, les animateurs du mouvement des bailliages unis de 1652 et les conjurés de 1658-165920. Dans ce cas, la révolte de 1658-1659 serait bien une manifestation authentique d'esprit démocratique et on comprend pourquoi l'époque l'a considérée comme si marginale et que l'histoire lui a emboîté le pas.

Notes

1 Première parution dans Sociétés et idéologies des temps modernes. Hommage à Ariette Jouanna,

Montpellier, Université de Montpellier III, 1996, p. 335-345.

2 Constant (J.-M.), « L'assemblée de noblesse de 1651 : une autre conception de la monarchie française », in La Fronde en questions, actes du 18e colloque du CMR 17, Marseille, 1989, p. 277-286.

3 constant (J.-M.), « La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires », repris supra ch. XVI ; Lassaigne (J.-D.), Les Assemblées de noblesse aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1985 ; Jarry(L.), La Guerre des sabotiers de Sologne et Us assemblées de noblesse (1653-1660), Orléans, H. Herluison, 1880.

4 Jouanna(A.), Le Devoir de révolte: la noblesse française et la gestation de l'État Moderne (1559-1661), Paris, Fayard, 1981.

5 Constant (J.-M.), Nobles et paysans..., op. cit., p. 363.

6 Lassaigne (J.-D.), op. cit., p. 88-91.

7 BN, ms. fr. 6897, p. 20-25, Interrogatoire de Lézanville.

8 .Ibid., ms. fr. 6896, p. 212, Interrogatoire de Frouville.

9 Ibid., p. 210: interrogatoire de François de Tacheret de la Pagerie, gentilhomme du Dunois; p. 212: interrogatoire de Samuel de Frouville et seigneur de l'Esperonnière, demeurant proche Marchenoir.

10 Témoignage de Frouville, ibid., p. 212.

11 Henri de Lorraine, comte d'Harcourt (1601-1666), dit « cadet la perle », prestigieux militaire qui descendait de la branche Elbeuf de Guise.

12 François de Beauvilliers, comte de Saint-Aignan (1607-1679), premier gentilhomme de la chambre du roi, lieutenant général. Il avait la réputation d'être très vaillant et très courageux. Il sera fait duc en 1665.

13 Le Prince de Tarente a rédigé des Mémoires qui ont été publiés à Liège en 1767.

14 Retz (Cardinal de), Mémoires, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1961, p. 584.

15 BN, ms. Hozier, vol. 4, Ailly d'Annery.

16 Lassaigne (J.-D.), op. cit., p. 106.

17 Bibliothèque municipale d'Orléans, Généalogies du chanoine Hubert, 8 vol., vol. II, p. 75.

18 Constant (J.-M.), Nobles et paysans..., op. cit.

19 constant (J.-M.), « Amitié, système de relation et politique dans la noblesse française aux xvie et xviie siècles », in Aux sources de la puissance: sociabilité et parenté, actes du colloque de Rouen, Rouen, Université de Rouen, 1988, p. 145-154.

20 Constant (J.-M.), Les Conjurateurs, Paris, Hachette, 1987.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search