Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Troisième partie. Noblesse et dissidence

Chapitre XVI. La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans xviie siècle, « La Fronde », n° 45, octobre-décembre 1984, p. 341-354.
  • 2 Sur ces problèmes la bibliographie est réduite : l'ouvrage le plus récent et le mieux documenté es (...)

1Parler de « la troisième Fronde » pourrait paraître hérétique aux yeux des spécialistes habitués à entendre évoquer celle des Princes, la vieille Fronde, la nouvelle, voire l'union des deux. Pourtant la gentilhommerie essaya bien, en 1651-1652, de jouer sa carte de façon autonome, sans plus de réussite d'ailleurs que les officiers ou la grande noblesse. On ne peut comprendre cependant l'établissement de la monarchie absolue, les structures mises en place par Louis xiv, leur triomphe et leur durée pendant presque cent cinquante ans si on n'a pas à l'esprit l'échec de la troisième Fronde qui fut une tentative pour construire en France un État nobiliaire2.

2Nous allons d'abord voir naître les assemblées parisiennes de 1649 et 1651, puis raconter cette curieuse aventure que furent les bailliages unis. Enfin, nous essaierons de dégager les leçons que l'histoire de la Fronde peut tirer de ces événements.

Naissance et structuration du mouvement nobiliaire : les assemblées de noblesse de 1649 et 1651

3Après la paix de Rueil, le 1er avril 1649, la Fronde semblait terminée. Il n'en était rien. Condé, vainqueur de Rocroi et de Lens, « sauveur » de la monarchie contre la contestation intérieure, voulait gouverner et exigeait d'être consulté sur toutes les affaires. Pour le contrer et maintenir son pouvoir,

4Mazarin tenta diverses manœuvres dont la convocation d'une assemblée de noblesse. Les représentants de la gentilhommerie, réunis à La Roche-Guyon le 9 juin 1652, le rappelèrent à Louis XIV : « Le projet s'en fit dans le cabinet de la Reine lors régente et fut sollicité des personnes qui avaient l'honneur de l'approcher de près ». Le prétexte choisi était propre à mobiliser les gens de l'époque : il s'agissait du fameux droit de « tabouret » qui permettait aux femmes de ducs et pairs et aux princesses de s'asseoir dans la chambre de la Reine. En 1647, ce privilège avait été accordé au duc de Bouillon, prince de Sedan. Auparavant, Henri IV l'avait donné aux Rohan. François de La Rochefoucauld, prince de Marcillac, l'auteur des Maximes et conspirateur célèbre, essayait de l'obtenir. Mazarin poussa d'autres familles à le demander. Condé et son frère Conti l'appuyèrent sans se rendre compte du piège tendu par le Cardinal. Par l'intermédiaire des quatre maréchaux de France, chefs naturels de la noblesse, le premier ministre suscita une assemblée de gentilshommes qui protestèrent, au nom du mythe de l'égalité nobiliaire, contre l'octroi du tabouret à des familles qui n'en avaient nullement le droit. Le 30 septembre, une assemblée très mondaine rassembla une douzaine de personnes dans le salon du marquis de Montglat, grand maître de la garde-robe, et décida d'envoyer une délégation auprès de Condé, de Conti et du duc d'Orléans. Les princes refusèrent de recevoir les délégués.

  • 3 Claude de Bourdeilles, comte de Montrésor (1608-1663), petit-neveu de Brantôme, avait participé au (...)

5Face à cette situation, beaucoup de nobles éprouvèrent un sentiment d'injustice et se sentirent victimes d'une forme de tyrannie. Le 2 octobre, le nombre des présents augmenta. Il fut arrêté de jurer « l'acte d'union », institution très populaire et très vivante dans la noblesse. Il s'agissait de se promettre fidélité et solidarité perpétuelles comme au temps merveilleux de la féodalité médiévale. L'acte d'union a été perdu mais, d'après les listes publiées par Saint-Simon et Omer Talon, on peut penser, comme M. Lassaigne, que deux cents gentilshommes avaient été présents. Le duc de Beaufort, petit-fils d'HenriIV, et éternel opposant, pensa qu'il était possible de « noyauter » le mouvement. Il y fit entrer quelques-uns de ses amis qui avaient participé avec lui à « la cabale des Importants » de 1643, Montrésor, Béthune, Laigue, Fiesque. L'assemblée du clergé étant à ce moment réunie, la noblesse se permit quelques contacts avec elle. Comme ces « frondeurs », grâce à une activité débordante, devinrent peu à peu majoritaires parmi les gentilshommes rassemblés, la Reine s'effraya, révoqua les tabourets et les honneurs accordés. Elle reçut une députation de nobles avant de dissoudre l'assemblée. La délégation consciente de la force du mouvement qu'elle avait déclenché en profita pour énoncer quelques-unes de ses revendications traditionnelles : l'indiscipline des gens de guerre qui ravageaient les campagnes et n'épargnaient pas toujours les maisons nobles, les anoblissements trop nombreux3.

6La Reine fit des promesses. Orner Talon, observateur perspicace de la vie politique, conclut :

  • 4 Talon (O.), Mémoires, éd. Petitot et Monmerqué, 1820-1829, III, p. 10-13.

Ainsi finit cette assemblée de noblesse, laquelle si elle n'eût été promp- tement dissipée pouvait produire de mauvais effets et ceux qui l'avaient sous main excitée n'en eussent été les maîtres, étant dangereux dans une monarchie de souffrir des assemblées de cette qualité4...

  • 5 Retz (Cardinal de), Œuvres, éd. par Marie-Thérèse Hipp et Michel Pernot, Paris, Gallimard, « Bibli (...)
  • 6 Ministère des Affaires étrangères, vol. 1669, rapports concernant l'Orléanais.

7Elle avait duré du 30 septembre au 12 octobre 1649, une douzaine de jours. Celle de 1651 dépassa les quarante jours. Commencée le 6 février, elle ne s'acheva que le 25 mars. L'initiative serait venue de quelques gentilshommes. Retz cite « le vieux bonhomme La Vieuville, le marquis de Sourdis, le comte de Fiesque et Montrésor5 ». Si les trois derniers sont connus pour être des opposants farouches, ce n'est pas le cas des deux premiers. La Vieuville avait été un excellent ministre qui avait préparé d'une certaine façon le redressement opéré par Richelieu, mais il s'était compromis avec des financiers douteux dans d'obscures opérations qui lui valurent la disgrâce. Malgré son âge avancé pour espérer effectuer une nouvelle carrière politique (69 ans), il n'hésita pas à mettre son prestige au service des gentilshommes. Son désintéressement fut loin néanmoins d'être total puisqu'il fut à nouveau chargé des finances et devint duc et pair de France. Le marquis de Sourdis, Charles d'Escoubleau, maréchal de camp depuis 1632, gouverneur de l'Orléanais, du Blésois et du Chartrain, appartenait à une famille qui avait toujours été fidèle au Roi. Il jouissait d'une grande popularité dans la noblesse. Un autre personnage fut, avec Sourdis, l'âme de cette seconde assemblée : Charles d'Ailly, baron d'Annery, maréchal de camp également, l'un des bras droits de Retz. Sourdis pouvait paraître plus efficace aux yeux de la noblesse. Il était intervenu auprès du souverain et avait obtenu que des mesures vexatoires pour les gentilshommes fussent rapportées. En août 1650, en Vexin, pour lutter contre la contrebande du sel, les adjudicataires des gabelles avaient reçu du conseil une commission pour lever des compagnies de cavalerie et empêcher tout trafic illicite. Ils pouvaient perquisitionner dans les maisons nobles et même escalader les murs en utilisant les « pétards » et le canon. L'agitation provoquée par ces mesures s'empara de toute la province. Les gentilshommes du Vexin, réunis à Pontoise, donnèrent procuration à d'Annery pour porter des plaintes au Roi. Le comte de Beaumont fut jeté en prison pour avoir fait signer le fameux texte. Le marquis de Sourdis avait réussi à faire révoquer la commission par le Conseil. Quelques mois plus tard, en octobre 1650, une incarcération de quatorze mois à Vincennes. Béthune, (1603-1660) fils du frère de Sully. Le marquis de Laigues, capitaine des gardes de Gaston et homme de confiance de Retz. Le comte de Fiesque fut un adversaire constant de Mazarin.dans les élections de Dourdan et de Pithiviers, l'intendant d'Orléans Bragelongue entreprit d'imposer à la taille un certain nombre de nobles sous le prétexte qu'ils faisaient valoir trop de terres eux-mêmes. L'agent fidèle de Mazarin en Beauce, Brisay de Denonville, n'hésita pas à qualifier cet acte, dans une lettre à son maître, de « chose inouïe dans le royaume et contraire aux lois de cet état6 ». Sourdis, une fois encore, fit arrêter l'opération par le Conseil.

  • 7 Constant (J.-M.), op. cit., p. 363 sq.
  • 8 L'inexistence de privilèges particuliers pour la Beauce au temps de Charles VI a été démontrée par (...)
  • 9 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 584.

8La noblesse beauceronne, comme celle du Vexin, demeurait méfiante vis-à-vis des intendants, des traitants, du gouvernement de Mazarin. En revanche, elle plaçait sa confiance dans des hommes comme Sourdis. Ce dernier, très haut et très puissant seigneur Messire Charles d'Escoubleau, chevalier des ordres du roi, marquis de Sourdis et d'Alluyes, prince de Chabannes, comte de Carming et de Jouy-en-Josas, baron d'Auneau, Mondoubleau, Montesquiou, Caujac, seigneur de Montrichard, Chissé, Monluc, Estillac et autres lieux, était en outre le plus grand propriétaire terrien de Beauce où il possédait vingt et un fiefs et seigneuries. En outre, son père tenait déjà certains gouvernements comme le Chartrain pendant les guerres de Religion et avait montré une grande fidélité au roi malgré de rudes épreuves7. De ce fait il jouait admirablement son rôle de médiateur entre la noblesse et le gouvernement. Il avait ainsi, le 22 octobre 1650, obtenu confirmation de privilèges pour les gentilshommes de Beauce remontant à Charles VI. Il leur était accordé de « pouvoir faire valoir par leurs domestiques plusieurs terres sans être cotisés à la taille ». Ces avantages n'avaient, semble-t-il, jamais existé au temps de la guerre de Cent Ans, mais la noblesse y croyait fermement et demeurait prête à se battre et à mourir pour les conserver8. On mesure par là les grands mérites du marquis de Sourdis à leurs yeux. La position de d'Annery n'était pas aussi favorable dans la mesure où ses liens avec l'opposition lui attiraient la méfiance de la Reine. En revanche, ils permettaient d'entretenir suffisamment de relations avec les frondeurs pour exercer une pression efficace sur le gouvernement. Les gentilshommes, peut-être grâce à lui, reçurent le soutien de Gaston d'Orléans en désaccord avec la cour. Retz était moins enthousiaste et tenta d'empêcher le duc de leur donner sa caution. Il était « persuadé qu'il n'y avait rien de plus dangereux...Nous avions, écrivait-il dans une phrase célèbre, Monsieur, nous avions le Parlement, nous avions d'Hôtel de ville. Ce composé paraissait faire le gros de l'État9... ». Il se rallia avec réticence lorsqu'il vit le rôle joué par son ami d'Annery... « qui en était le plus fanatique ».

  • 10 BN fr. 10880. joly (Guy), Mémoires, Genève, 1751, 2 vol.

9Cette présence de quelques hommes décidés contribuera à faire de l'assemblée un instrument efficace et structuré. La première réunion eut lieu chez le marquis de La Vieuville, la seconde à l'hôtel de Nemours. Ceux de Richelieu et de Crèvecœur en abritèrent quelques autres, mais le succès devenait tel qu'à partir du 4 mars il fallut se rassembler au couvent des Cordeliers. Les participants venaient de toutes les provinces de France mais ils ne représentaient qu'eux-mêmes, aucune élection n'ayant eu lieu pour les désigner. L'acte d'union porte 463 signatures et Guy Joly prétendit que 700 à 800 personnes étaient présentes à certaines séances10. Les débats furent dirigés par deux présidents qui changèrent tous les quinze jours. Les deux premiers furent Sourdis et La Vieuville. Deux secrétaires dressaient procès-verbal des délibérations. Des commissions se constituèrent pour préparer le travail. Dans l'ensemble, la majorité des nobles étaient des opposants, les royalistes de 1649 s'étant abstenus. Pour cette raison, Montglat qualifia l'assemblée de « cohue ». L'allégation est sans doute trop partisane, Sourdis et La Vieuville cherchant à faire œuvre constructive, à organiser la noblesse en force autonome, alors que les princes voulaient l'utiliser comme masse de manœuvre et la renvoyer.

10En effet, le but officiel de la convocation était de travailler à la libération des princes, Condé, Conti et Longueville, que la Reine avait fait arrêter le 18 janvier 1650. Or, le 13 février 1651, Mazarin les libéra, pensant profiter de la division qui ne manquerait pas de se produire entre les divers chefs de clans nobiliaires. La noblesse se porta à leur rencontre. Son président Sourdis, dans un beau discours, compara Condé à Alexandre et à César. Le 22 février, le comte de Maure, Louis de Rochechouart, neveu de Marillac par sa femme, vint au nom des princes remercier solennellement la noblesse. Pour les grands, l'assemblée devait s'achever. Tel n'était pas l'avis des gentilshommes présents. Ils avaient préparé un programme de réformes et s'apprêtaient à poursuivre des objectifs qui lui étaient propres. Ils voulaient pouvoir trafiquer comme le tiers état, librement (discours de Sourdis, 22 février 1651), la suppression du ban et de l'arrière-ban, institution détestée, des tribunaux spéciaux pour juger les nobles afin de leur éviter d'être la proie des hommes de loi. Leurs privilèges fiscaux devaient être maintenus intacts. Ils refusaient l'utilisation des partisans et souhaitaient être nommés aux charges de l'Etat (emplois militaires, offices judiciaires, bénéfices ecclésiastiques). Ils défendaient le sort des paysans dont ils s'estimaient les protecteurs naturels. Le 15 mars ils demandaient, en compagnie du clergé, la réunion des états généraux. Mazarin, dans une lettre à Anne d'Autriche, conseilla d'en parler mais de ne jamais les réunir. Le 16 mars, le maréchal de Lhospital, au nom de la Reine, vint demander à l'assemblée de se dissoudre, ajoutant que les états généraux étaient convoqués à Tours pour le 1er octobre. Les nobles firent traîner les choses. Chacun savait que le Roi serait majeur le 7 septembre et qu'il ne serait pas tenu de respecter les engagements pris pendant sa minorité. C'est pourquoi la noblesse exigea que les états généraux eussent lieu avant la majorité du roi. Ils réclamaient le droit de se réunir en cas d'inexécution de la promesse qui leur était faite. Gaston essaya d'intimider la cour en déclarant que les gentilshommes étaient prêts à courir à l'assaut du Palais Royal si on prenait des mesures contre eux. Le 23 mars, le Parlement, très hostile à la réunion des états, obligea le duc d'Orléans à faire son possible pour dissoudre l'assemblée. Le 25 mars, il vint, en compagnie de Condé, proposer aux nobles une réunion des états généraux le 8 septembre, le lendemain de la majorité du roi. Ils combattirent ensemble la proposition de création d'une commission permanente de la noblesse qui veillerait à l'exécution de la promesse. Le marquis de Sourdis, dont le prestige était énorme, conseilla la dissolution qui intervint dans les heures qui suivirent. On sait que la promesse ne fut pas tenue et que les états généraux ne se réunirent jamais, au grand scandale de la noblesse qui ruminait son amertume dans les manoirs ou sur les champs de bataille.

Le grand rêve nobiliaire : l'aventure des bailliages unis

  • 11 Archives municipales de Chartres, Sa 6 (1 et 2). BN, Procès-verbal de ce qui s'est passé à l'assem (...)

11Le mouvement des bailliages unis prit une tout autre forme. Néanmoins le souvenir de l'assemblée de 1651 demeurait vivant, les gentilshommes souhaitant tirer toutes les conséquences politiques de leur échec. Le journal de l'assemblée, rédigé par Sourdis à partir des notes de d'Annery, fut envoyé dans les provinces en même temps que des instructions précises pour les élections aux états généraux. Il fut recommandé de choisir des personnes d'estime, intègres, qui avaient mérité dans le passé leur confiance et qui étaient libres de toute attache avec la cour et les grands. Ainsi les héros de 1651, Sourdis et Annery, furent élus respectivement à Orléans et à Senlis. La préparation des états généraux conféra de ce fait au rassemblement des nobles un caractère bailliager et local. Un événement cristallisera le mécontentement nobiliaire : l'émeute de Chartres du 18 août 1651. Dans cette ville, alors que la noblesse se réunissait pour élire ses députés et rédiger son cahier de doléances, un conflit surgit entre les officiers du bailliage et les nobles. Ces derniers refusèrent que le lieutenant civil et le lieutenant particulier entrassent avec eux. Les officiers contestés prétendirent que leurs prédécesseurs étaient présents en 1614. Escortés de gardes, ils forcèrent l'entrée de la salle. Après de vifs échanges de paroles, un signal fut donné d'une fenêtre par un mystérieux petit « homme noir ». Aussitôt, l'émeute urbaine se déchaîna et déferla sur le lieu où les gentilshommes siégeaient désarmés et stupéfaits. On releva deux morts et de nombreux blessés parmi les nobles. Cette affaire eut un profond retentissement dans tout le royaume. Des événements semblables se produisirent ailleurs, à Château-Thierry par exemple. La noblesse se sentit profondément humiliée et prit prétexte de la nécessité de se défendre contre de pareilles entreprises pour se rassembler et s'organiser. Une délégation de nobles du bailliage de Chartres, conduite par le bailli, fut reçue par le roi. Des relations précises et accusatrices lui furent remises. Le souverain chargea le maître des requêtes Legras de mener l'enquête. Il convoqua la noblesse pour le 12 septembre à Bonneval, petite ville située sur le Loir au sud de Chartres. 264 gentilshommes s'y rendirent, chiffre jamais atteint pour une délégation, ce qui prouve à quel point la noblesse souhaitait réagir face aux attaques dont elle était l'objet11.

  • 12 Bibliothèque d'Orléans, ms. 557, p. 360. L'analyse complète de ce document se trouve dans Nobles e (...)
  • 13 Ministère des Affaires étrangères, vol. 1669, déjà cité.
  • 14 constant (J.-M.), « Terre et pouvoir : la noblesse et le sol », Association des historiens moderni (...)

12Un autre thème mobilisateur était déjà apparu en 1651 : la lutte contre les désordres des gens de guerre. Cette obligation de se défendre contre cette véritable gangrène qui rongeait les campagnes allait donner au mouvement son caractère original. Alors que l'assemblée de 1651 avait été parisienne et concernait surtout la noblesse seconde des barons et des marquis, le mouvement des bailliages unis de 1652 partit de la base. Une assemblée aurait eu lieu dans le bailliage de Chartres le 5 février 1652, une autre à Nogent-le-Rotrou. On en connaît une assez bien, celle de Terminiers. Le procès-verbal en forme de manifeste s'intitule : Union de plusieurs gentilshommes de Beauce contre les désordres des gens de guerre12. Le texte se plaint de la soldatesque et du pillage. Il remarque que les maisons nobles ne sont pas épargnées, que les terres demeurent incultes après le passage des troupes. Pour remédier à cette situation, les gentilshommes de Beauce demandaient l'autorisation au gouverneur de Sourdis de s'assembler. Il la leur accorda. Ils procédèrent à l'élection d'un capitaine, d'un lieutenant, d'un enseigne, d'un maréchal des logis. Chacun jura obéissance à cet état-major et s'engagea à prêter main-forte aux autres en cas d'attaque par les gens de guerre. L'organisation qu'ils se donnaient était calquées sur celle d'une compagnie militaire, mais ses chefs étaient élus et non nommés. Les officiers disposaient d'un pouvoir judiciaire en cas de conflit entre les membres du groupe. On retrouve ici la mise en application partielle de la revendication, émise en 1651, de tribunaux spéciaux pour la noblesse. Cet ordre à la fois militaire et « démocratique », « sans aucune distinction de rang et de qualité », précise le texte, répond aux aspirations de la base nobiliaire. La composition sociale de l'assemblée de Terminiers est d'ailleurs significative. Tous sont des gentilshommes campagnards qui n'ont pratiquement pas servi dans l'armée, sauf le capitaine. Le voisinage est le caractère principal qui rapproche les présents. Le réseau familial, voire confessionnel, est utilisé à fond : par exemple six familles protestantes unies par des mariages. Les liens de parenté expliquent le quart du rassemblement, la religion et le voisinage le reste. Trois robins ou gens de la ville se sont glissés dans l'assemblée et semblent parfaitement acceptés. On pourrait se demander si la motivation principale de cette petite noblesse n'était pas, avant tout, de servir le Roi. Alès du Corbet, gentilhomme du Dunois, agent et fidèle de Mazarin, rapporte, dans une lettre au premier datée du 19 février 1652, qu'il « est le seul réputé Mazarin de la province », mais que « beaucoup de gentilshommes qui [allaient] prendre emploi auprès du duc d'Orléans le [faisaient] par crainte des représailles ». Selon lui, ils s'engageraient volontiers aux côtés du Roi s'ils obtenaient des garanties de sécurité et des postes13. La volonté d'accéder aux carrières a toujours été un point sensible mis en avant par la noblesse. On sait que 20 à 30 % seulement des nobles étaient employés à l'armée, dans l'administration, la justice ou l'Eglise14.

  • 15 Roger du Plessis, marquis de Liancourt, duc de La Roche-Guyon. Ami de Retz, mais premier gentilhom (...)
  • 16 BN, Clairambaud. 39, P 175. Le texte a été publié par Job, dans Procès-verbaux de k Société archéo (...)

13Partie de Beauce et du Perche, l'entreprise s'étendit progressivement au Vexin et à la Normandie. Le 27 février, à Magny-en-Vexin, s'assemblèrent les députés de neuf bailliages. Le 16 avril, à Maintenon, il fut décidé de gagner d'autres régions. Le 16 mai, une nouvelle réunion eut lieu à Nogent-le-Roi. Le 9 juin, deux députés choisis dans chaque bailliage se retrouvèrent au château de Monsieur de Liancourt à La Roche-Guyon15. Ce dernier leur lut une lettre de cachet du Roi déclarant que leur mouvement était fomenté par ses ennemis, que la place des gentilshommes était près de lui au lieu de faire des assemblées illicites. Lorsqu'ils entendirent ces mots, le sang des gentilshommes ne fit qu'un tour. Ils décidèrent illico de monter à cheval pour aller aider le roi. Liancourt eut beaucoup de mal à les en dissuader. Néanmoins, ils rédigèrent un cahier de doléances qu'ils allèrent porter au Roi à Melun le 23 juin 1652. Dix points étaient développés dans le texte remis à la cour. La fidélité au souverain et la douleur de voir leur engagement qualifié de « cabale » y étaient affirmées. Les gentilshommes déclaraient vouloir combattre les ennemis de Sa Majesté, avoir réparation de l'outrage reçu à Chartres, ne plus être mis à la taille, comme ce fut le cas dans l'élection de Dourdan. Us justifiaient les assemblées réunies depuis 1649 et désiraient les continuer. Ils protestaient contre la juridiction des prévôts des maréchaux qui pouvaient condamner la noblesse pour assemblées illicites. Ils demandaient que des mesures soient prises contre les débordements des gens de guerre, que les états généraux fussent convoqués, que des postes dans l'armée ou l'État fussent mis à leur disposition. En outre, ils réclamaient la révocation des lettres de noblesse qui avaient été achetées16.

14Si on compare le programme de l'assemblée de 1651 et celui-ci, on s'aperçoit que trois revendications seulement sont communes : le maintien des privilèges fiscaux, la réunion des états généraux et le désir d'avoir des postes. La noblesse seconde des marquis et des barons qui composait l'essentiel de l'assemblée de 1651 souhaitait davantage la création d'un État nobiliaire en voulant supprimer les partisans, en souhaitant commercer librement en se posant comme protecteurs des paysans. Le modèle polonais est assurément celui qui s'impose à leur esprit. Au contraire, la petite noblesse de campagne des bailliages unis de 1652 affichait un enthousiasme royaliste sans faille tout en demeurant très proche des réalités quotidiennes qu'elle vivait. On sent dans les deux cas un souci de se démarquer des Princes, la différence étant encore plus forte avec les bailliages unis.

15Leur réception par le Roi fut un grand événement pour les gentilshommes. Ils en attendaient la reconnaissance du bien-fondé de leur mouvement. Deux conceptions de la noblesse se font face dès la préparation de la rencontre. Pour Guénégault, secrétaire d'État à la Maison du Roi, la noblesse ne constituait un corps que pendant les états. En conséquence, expliqua-t-il, la Cour recevra la délégation comme un ensemble de particuliers. À cet argument les nobles répliquèrent qu'ils avaient toujours formé un corps et qu'ils voulaient être reçus en tant que tel comme le clergé et le parlement. Finalement le souverain accéda à leur demande. Il les félicita de leurs bonnes intentions et les assura de son affection. Ils présentèrent leurs doléances. La reine déclara que le Roi faisait grand cas de sa noblesse qui était le corps le plus considérable de son État. Elle annonça qu'il répondrait dans des délais raisonnables aux demandes formulées. Quelques jours plus tard, effectivement, des réponses étaient fournies. Le roi, satisfait des offres de service du second ordre, entendait qu'il fût prêt à partir à tout moment, mais en attendant il demandait que les nobles demeurassent chez eux à sa disposition. Quant à la paix, le monarque y travaillait et obligeait ses ennemis à traiter. Il confirmait la tenue des états généraux pour novembre 1652 et promettait de rédiger de nouvelles ordonnances pour discipliner les gens de guerre.

16Ce fut avec consternation que les nobles accueillirent cette réponse. Rien n'avait été dit à propos de leurs assemblées : elles n'étaient ni approuvées, ni condamnées. Le garde des sceaux prétendait même ignorer la lettre adressée à Monsieur de Liancourt où le Roi déclarait que la place de la noblesse était près de lui. Ils se sentaient outrés par « le mépris » qu'on faisait de leurs services en un temps où « tout le monde sait qu'ils seraient très nécessaires à l'État ». Le garde des sceaux osa remarquer « qu'en ce temps le service du roi [était] une chose équivoque ». Les nobles offensés par un pareil soupçon usèrent d'un argument décisif : « Le Roi est notre trésor, notre cour. Pourquoi sommes-nous ici ? Nous aurions pu monter à cheval et aller trouver les Princes ». Les gentilshommes considéraient également que les ordonnances étaient un moyen bien faible pour lutter contre la soldatesque, mais exprimèrent leur satisfaction de voir confirmer la tenue des états généraux.

17En réalité, la Cour avait été impressionnée par le mouvement nobiliaire. Elle était aux prises avec le parti condéen. En ce début de juillet 1652, Bordeaux comme Paris échappaient à son autorité. L'insurrection battait son plein dans la capitale. Broussel y était devenu prévôt des marchands, Beaufort gouverneur, Condé et Gaston d'Orléans s'attribuant l'essentiel du pouvoir. C'est pourquoi la naïveté et la sincérité de la démarche de la noblesse surprirent Mazarin qui voulut la ménager, d'abord pour l'empêcher de rejoindre le parti des Princes, ensuite pour éventuellement l'utiliser contre ses ennemis intérieurs. Comme les gentilshommes détestaient le ban et l'arrière-ban, il envisagea d'accepter l'organisation qu'ils s'étaient donnée spontanément. Vingt gentilshommes éliraient un état-major. Six capitaines choisiraient un maître de camp. Le colonel serait nommé par le Roi sur avis de ces derniers. En fait, cette structure « très démocratique » associait de façon très équilibrée élection et nomination. La noblesse fut très satisfaite de cette proposition, le Premier ministre suggérant de les rassembler tous à Gisors, centre géographique des provinces adhérant au mouvement des bailliages unis (Normandie, Vexin, Orléanais).

18Mais la victoire de Mazarin sur les Princes eut lieu sans le secours de la noblesse. La Cour ne parla plus ni de Gisors, ni d'états généraux, ni d'assemblées de noblesse. La partie la plus militante fut très déçue et se tourna vers l'aile la plus radicale de la Fronde. Elle participa avec Ailly d'Annery et Jaucourt de Bonnesson à la révolte de 1658-1659.

19Deux conceptions du pouvoir monarchique s'étaient affrontées. Celle du pouvoir autoritaire et un peu improvisé de Richelieu et de Mazarin, imposé par les nécessités de la guerre, allait faire face à une organisation plus équilibrée et plus subtile : la monarchie de Louis XIV. La tentative de la noblesse porteuse d'un autre projet politique mérite une analyse minutieuse, car elle montre qu'au milieu du xviie siècle, pour certains, les jeux étaient loin d'être faits.

Autopsie d'un échec

20Cette éclosion d'assemblées de noblesse se place dans le sillage d'une tradition mais est porteuse de nouveauté, voire de modernité. Les actes d'union, le souvenir des assemblées médiévales, le désir de voir se réunir les états généraux appartiennent à l'idéologie nobiliaire de toutes les époques. Il en est de même du jeu des clientèles. Les hommes de Gaston, les fidèles de Condé, de Beaufort, de Retz travaillèrent pour leurs maîtres et essayèrent d'entraîner la masse nobiliaire dans leur sillage. Retz rapporte que, lorsqu'il fut inculpé, en décembre 1649, pour tentative d'attentat contre Condé, il décida en une nuit de rassembler des gentilshommes. Cinquante-quatre vinrent du Vendômois et des environs d'Anet à l'appel de Beaufort. Le coadjuteur en tira quatorze de Brie et d'Annery en amena quatre-vingts du Vexin. De cette façon, Beaufort et Retz firent une entrée fracassante au Parlement à la tête « d'un corps de noblesse qui pouvait faire trois cents gentilshommes ». Retz s'émerveillait de leur désintéressement, soulignant

  • 17 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 470-472.

[qu'il] est très extraordinaire que des gens qui ont leurs maisons à dix, à quinze ou à vingt lieues de Paris aient fait une action aussi hardie et aussi constante contre les intérêts de toute la cour et de toutes les maisons royales réunies. [...] d'Annery pouvait tout sur eux et je pouvais tout sur d'Annery qui était un des hommes les plus fermes et les plus fidèles17.

21Les nobles étaient particulièrement sensibles au caractère affectif de leurs relations. Les atteintes à leurs privilèges, l'émeute de Chartres, la lettre du Roi apportée par Liancourt les entraînèrent dans des conduites qui pouvaient vite devenir extrêmes. Le rôle des leaders fut de canaliser le flux. Sourdis y excellait. Projeté sous les phares de l'actualité, il a sans doute tenté de jouer sa carte personnelle. Lors de l'assemblée de 1651, il a modéré les ardeurs, prononcé des discours, participé à la rédaction d'un programme. En 1652, il ne s'est pas contenté de rassurer les gentilshommes de Beauce et de les autoriser à s'assembler ; il a pensé qu'à la tête d'une troisième force, la noblesse, il pourrait assurer la victoire au Roi et se rendre ainsi indispensable à la monarchie. La conséquence aurait été, bien sûr, l'évolution du système politique vers un partage du pouvoir entre le souverain et sa noblesse. En cela il était beaucoup plus novateur que d'Annery, trop attaché à l'opposition frondeuse par des liens traditionnels de fidélité.

  • 18 Foisil (M.), « Parentés et fidélités autour du duc de Longueville, gouverneur de Normandie pendant (...)

22Le mouvement de 1652 ne put se développer que dans quelques provinces : l'Orléanais, le Vexin, le Valois, grâce à l'action du marquis de Sourdis et du baron d'Annery, la Normandie où Longueville régnait en maître18. Dans cette dernière province, deux tendances se manifestèrent : les royalistes qui voulaient empêcher les levées de soldats et les partisans de Longueville. Ailleurs la noblesse ne rencontra pas pareille facilité. En Anjou, seuls les bailliages de Saumur et de La Flèche participèrent, mais le lieutenant général décida d'engager des poursuites contre ceux qui rejoindraient les bailliages unis. En Poitou, un régiment de cavalerie fut mobilisé pour interdire une assemblée à vingt kilomètres de Niort. En Champagne, le gouverneur cassa la contestation en remplaçant le lieutenant de Nogent- sur-Seine par un homme à lui et en organisant la défense contre les Princes et les gens de guerre. Par cette action, il prenait de vitesse la noblesse. Le mouvement des bailliages unis resta ainsi cantonné du sud-ouest au nord-ouest du Bassin parisien et en Normandie. Là encore il se différencie de l'assemblée de 1651 qui rassemblait des gentilshommes de toutes les provinces de France, mais ces derniers ne représentaient généralement qu'eux-mêmes, n'étant pas élus, alors qu'en 1652, les députés avaient été choisis en toute liberté dans les bailliages.

  • 19 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 451. Saint-Aulaire (Comte de), Histoire de la Fronde, Paris, 1827 (...)

23L'élément le plus neuf de cette période est sans doute l'éclosion, un peu partout, d'assemblées qui s'organisent et cherchent à imposer un nouveau cadre politique à la monarchie. Saint-Aulaire et les historiens libéraux du début du xixe siècle, sensibles à cet aspect des choses, avaient déjà compris que les forces contestataires, sous la Fronde, étaient à la recherche d'un équilibre politique et social entre les nécessités du pouvoir et les aspirations des divers groupes sociaux ou de la société globale. L'exemple de la Chambre Saint-Louis est trop connu pour qu'on y revienne. À Paris, une fois par semaine, pendant toute l'année 1649, des assemblées de rentiers se réunirent, élisant leurs syndics, cherchant à obtenir le paiement des rentes qui leur étaient dues19. Les assemblées de noblesse procédèrent de ce même esprit nouveau, du désir de participer à l'élaboration de la politique à venir. Cette floraison « démocratique » provenait de l'exaspération d'une grande partie de la société face aux décisions administratives des pouvoirs aux prises avec une interminable guerre.

24La revendication commune en 1651 et 1652 était la réunion des états généraux. Or, Condé, Retz et Gaston s'étaient mis d'accord en 1650 pour modifier le Conseil de Régence et le peupler de six prélats, six gentilshommes, six membres du tiers état, qui épauleraient la Reine, Condé et Gaston, et dirigeraient le pays. Cette idée ancienne de faire du Conseil un organe représentatif eût complètement changé le caractère de la monarchie. De même, la tenue régulière d'états généraux chargés de voter l'impôt aurait laissé beaucoup moins de liberté au monarque pour conduire la politique à sa guise. C'est la raison pour laquelle tant d'oppositions se dressèrent sur le chemin de la noblesse. Là résident sans doute les causes de son échec. Le Parlement était fermement opposé à la réunion des états et à toute forme d'assemblées de noblesse. Il prétendait que, lorsqu'il siégeait en présence des princes et des ducs et pairs, il ressuscitait la curia régis médiévale et, de ce fait, représentait la nation à la place des états.

25Les princes ne concevaient d'assemblées de noblesse que pour appuyer leur action. La tradition leur donnait un droit à l'insurrection s'ils s'apercevaient que le pouvoir outrepassait ses prérogatives et devenait tyrannique. Ils se considéraient comme les leaders naturels du second ordre et voyaient d'un mauvais œil se développer un mouvement nobiliaire autonome.

26Le Clergé, sollicité à plusieurs reprises, demeura d'une grande prudence. Le premier ordre du royaume, depuis les guerres de Religion, avait le droit de se réunir régulièrement, de discuter et de voter un don gratuit au roi. Les prélats ne tenaient pas, en suivant leurs aventureux collègues de la noblesse, à perdre un privilège auquel ils étaient tant attachés.

27La Cour et Mazarin ne nourrissaient aucune sympathie pour ces mouvements nobiliaires. Le Premier ministre savait que les états porteraient un regard critique sur sa gestion et ne manqueraient pas de vouloir contrôler le gouvernement, voire de le mettre en tutelle. Comme les princes, il pensait que la noblesse était une force d'appoint : il l'avait mobilisée en 1649 contre Condé sur la question des tabourets, mais l'affaire avait failli se retourner contre lui. En 1651, il fit tout pour qu'elle finît par se dissoudre.

28En fait, la Noblesse portait en elle une contradiction qui l'empêchait de réaliser ses objectifs. Elle souhaitait soit contrôler le gouvernement grâce aux états, soit bénéficier de la possibilité de réunir des assemblées de noblesse. Dans tous les cas de figure, le second ordre apparaissait comme une opposition réelle ou potentielle. Pour réussir leur entrée en politique, les nobles n'avaient que trois solutions :

  • imposer par les armes au roi une monarchie tempérée à l'anglaise, grâce à des états généraux réguliers ;
  • pour obtenir le même résultat, apparaître aux yeux du roi comme un soutien ferme et nécessaire qui lui permettrait en toutes circonstances de triompher de ses ennemis ;
  • négocier un compromis avec la Cour : la noblesse votant à intervalles réguliers dans le cadre de ses assemblées un don gratuit comme le pratiquait le clergé. Pour cela les gentilshommes devaient sacrifier leur sacro-saint privilège fiscal. Un tel événement paraissait sans doute tellement irréalisable que ni la Cour ni la noblesse ne le formulèrent. Seul le tiers état l'évoquait périodiquement lorsqu'il voulait s'opposer aux prétentions de certains nobles à vouloir jouer un rôle économique.

29La noblesse ne comprenait pas que le roi dût trouver lui aussi un avantage à un compromis avec elle. Les contradictions entre les trois Frondes, le Parlement, le clergé, le tiers état empêchèrent toute démarche unitaire de se réaliser. L'habileté de Mazarin, prompt à les exaspérer, fit le reste. De plus, la majorité des gentilshommes demeurait fidèle à la vieille tradition capétienne du roi chef de guerre et de la noblesse, responsable en dernier ressort. En conséquence, ils ne souhaitaient pas de bouleversement. Ils cherchaient simplement à occuper des charges dans l'armée, l'administration ou l'Eglise.

Conclusion

30Idéologiquement, en quelque sorte, une partie de la noblesse se sentait parfaitement à l'aise dans le cadre de l'Etat absolutiste, ce qui conduit à poser le fameux problème : la « révolution nobiliaire » arrivait-elle trop tard ? La « techno-structure » de l'Etat moderne était-elle déjà tellement avancée qu'aucun retour en arrière n'était envisageable ? Le mouvement nobiliaire apparaîtrait alors comme un combat d'arrière-garde, un baroud d'honneur. Le souverain, son conseil, les conseillers d'État, les maîtres des requêtes, les commissaires tenant solidement en main les provinces, les traitants assurant à la monarchie les avances financières dont elle avait besoin, l'armée en passe de devenir la plus puissante d'Europe, constituaient un ensemble cohérent et puissant contre lequel les velléités d'opposition se brisaient. À cette conception, Retz, nous l'avons vu, répliquait par une vision très parisienne du « gros de l'État » : Gaston d'Orléans, le Parlement, l'Hôtel de Ville. Pour les gentilshommes au contraire, l'État idéal, c'était le Roi, entouré de sa fidèle noblesse.

  • 20 Les Mémoires de Retz et de La Rochefoucauld donnent une claire idée des conceptions de l'oppositio (...)

31En lisant l'histoire de la minorité de Louis XIV, on a le sentiment d'une époque d'improvisation politique, de travail au jour le jour en fonction des aléas de la guerre extérieure, d'expédients fiscaux les plus fantaisistes nés dans l'esprit particulièrement fertile des dirigeants et des financiers. Cet État « baroque » semble abandonné aux nécessités et aux humeurs au gré des contingences. Seul Louis XIV saura donner de nouvelles règles à ce système improvisé au temps des ministériats et le policer. À cet « État baroque » plus ou moins structuré, correspondaient des comportements politiques divers, allant des tendances libérales de l'entourage de Gaston, de Retz ou de Beaufort aux idées plus autoritaires des hommes du roi ou de Condé20. Il faudrait, bien sûr, compter et voir ce que chaque sensibilité regroupe dans la noblesse ou le Parlement, ficher en quelque sorte chaque itinéraire politique.

32Inévitablement, une telle entreprise conduit à une modification des problématiques de recherche autour de la Fronde. On a essayé, pendant des années, de résoudre toutes les questions grâce à des études sociologiques. Elles sont nécessaires et personne n'en nie l'intérêt, mais les explications qu'elles fournissent s'avèrent insuffisantes parce que limitées. L'étude des mentalités collectives, des mythes, des représentations, des discours politiques et de la culture qui les soutient sera sans doute dans l'avenir susceptible d'apporter une moisson d'interprétations nouvelles.

Notes

1 Article paru dans xviie siècle, « La Fronde », n° 45, octobre-décembre 1984, p. 341-354.

2 Sur ces problèmes la bibliographie est réduite : l'ouvrage le plus récent et le mieux documenté est une thèse de droit de lassaigne (J.-D.), Les Assemblées de noblesse en France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1965. Un livre ancien présente toujours un certain intérêt : jarry, La Guerre des sabotiers de Sologne et les assemblées de noblesse (1653-1660), Orléans, 1880. J'ai traité des implications beauceronnes dans ma thèse déjà citée, Nobles et paysans en Beauce...

3 Claude de Bourdeilles, comte de Montrésor (1608-1663), petit-neveu de Brantôme, avait participé aux côtés de Gaston d'Orléans à deux complots contre Richelieu. Il dut s'exiler en Angleterre. Rentré après la mort du grand cardinal, il participa à « la cabale des Importants », ce qui lui valut

4 Talon (O.), Mémoires, éd. Petitot et Monmerqué, 1820-1829, III, p. 10-13.

5 Retz (Cardinal de), Œuvres, éd. par Marie-Thérèse Hipp et Michel Pernot, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1984, p. 584.

6 Ministère des Affaires étrangères, vol. 1669, rapports concernant l'Orléanais.

7 Constant (J.-M.), op. cit., p. 363 sq.

8 L'inexistence de privilèges particuliers pour la Beauce au temps de Charles VI a été démontrée par Claudine billot dans sa thèse sur Chartres aux xive et xve siècles.

9 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 584.

10 BN fr. 10880. joly (Guy), Mémoires, Genève, 1751, 2 vol.

11 Archives municipales de Chartres, Sa 6 (1 et 2). BN, Procès-verbal de ce qui s'est passé à l'assemblée faite à Chartres..., LB 37, 1967-1968 et LB 37, 1613, Mémoire présenté au Conseil du Roi par la noblesse du bailliage de Chartres.

12 Bibliothèque d'Orléans, ms. 557, p. 360. L'analyse complète de ce document se trouve dans Nobles et Paysans..., op. cit., p. 370 sq.

13 Ministère des Affaires étrangères, vol. 1669, déjà cité.

14 constant (J.-M.), « Terre et pouvoir : la noblesse et le sol », Association des historiens modernistes des Universités, Colloque de 1982, Paris, 1983.

15 Roger du Plessis, marquis de Liancourt, duc de La Roche-Guyon. Ami de Retz, mais premier gentilhomme de la chambre du roi, il adhéra au jansénisme et se retirait de temps à autre à Port-Royal.

16 BN, Clairambaud. 39, P 175. Le texte a été publié par Job, dans Procès-verbaux de k Société archéologique d'Eure-et-Loir, t. VI, 1878.

17 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 470-472.

18 Foisil (M.), « Parentés et fidélités autour du duc de Longueville, gouverneur de Normandie pendant la Fronde », Hommage à Roland Mousnier, Paris, 1981.

19 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 451. Saint-Aulaire (Comte de), Histoire de la Fronde, Paris, 1827, 3 vol.

20 Les Mémoires de Retz et de La Rochefoucauld donnent une claire idée des conceptions de l'opposition à Richelieu et à Mazarin.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search