Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Troisième partie. Noblesse et dissidence

Chapitre XV. Le Château pendant les guerres de Religion1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans La Vie de château, actes du colloque de Commarque, Le Bugue, Éditions Ol Contou, (...)

1Quand on évoque les châteaux au xvie siècle, l'imagination vagabonde immédiatement du côté de la vallée de la Loire et des fastes de la cour des Valois, mais le château, dans le tissu de la France profonde, n'est pas seulement l'affirmation d'une puissance royale princière ou nobiliaire, il est aussi un moyen de défense militaire, un lieu de pouvoir, une entreprise économique et une résidence seigneuriale.

2Il est donc intéressant de voir si l'époque des guerres de Religion, une quarantaine d'années de troubles où se succédèrent les périodes de combats intenses et de pacifications précaires, a transformé le rôle du château dans le royaume de France. Il est d'abord nécessaire d'examiner si le château de cette seconde moitié du xvie siècle joue encore un rôle militaire comme à l'époque médiévale.

Le rôle militaire du château

  • 2 Tavannes, Mémoires, p. 174 ; La Noue, Discours politiques et militaires, éd. par F. E. Sutcliffe,

3Des gentilshommes comme Tavannes ou La Noue qui ont réfléchi et écrit sur les problèmes militaires du xvie siècle ont admiré les fortifications des villes comme Anvers qui représentent à leurs yeux une forme de perfection dans le genre. Cependant, La Noue insiste sur le coût très élevé de ces constructions et conclut que « les petits potentats » ou les « petites villes » ne pourront jamais s'offrir de tels chefs-d'œuvre. En même temps, il s'interroge sur l'efficacité de ce moyen de défense et se demande si Oudenarde et Maestrich fortifiées de terre ne résisteraient pas aussi bien aux assauts de leurs ennemis2.

  • 3 Aubigné (Agrippa d'), Histoire universelle, éd. par André Thierry, Paris/Genève, 1982, t. II, p. 6 (...)
  • 4 Montluc (Biaise de), Commentaires, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 562.

4Cette remarque de La Noue se vérifie lorsqu'on lit les récits des guerres de Religion. Agrippa d'Aubigné relatant la sanglante épopée du baron des Adrets indique que, marchant vers Cavaillon, « il prend quantité de petits forts3 ». Par cette formule méprisante, il montre que les châteaux n'ont plus l'importance stratégique d'autrefois et que seules les citadelles qui dépendent des villes méritent l'attention. Il en est de même pour Biaise de Monluc qui écrit : « Deux jours après, nous allâmes assiéger le château et ville de Duras [...] toute la nuit, je ne cessai à loger l'artillerie pour battre la ville4 ». Néanmoins quelques châteaux représentent encore un obstacle de taille, comme il l'explique au sieur de Burie :

  • 5 A.Ibid., p. 528.

Je lui remontray que nous courions une grande fortune et qu'il serait bon qu'il print le château de Blanquefort qui était à Monsieur de Duras pour sa retraite et de sa maison que je prinse le château de Caumont, ce que nous fîmes5.

  • 6 Burel (J.), Journal d'un bourgeois du Puy à l'époque des guerres de Religion, Saint-Vidal, Centre (...)

5Dans le Velay, on peut apprécier la valeur défensive des châteaux, grâce au journal de Burel, bourgeois ligueur du Puy. En février 1590, il relate que les habitants de la ville allèrent « tous en troupe et en armes [...] avec le pétard pour assiéger et se saisir du château et forteresse de Ceyssac ce qu'ils ne purent faire [...] car il y avait grand force dedans ». Ils se contentaient de « piller le village » et de tuer « deux ou trois ennemis ». Or, à cette date, Ceyssac ne compte que vingt gens de pied pour la défendre. Il faut donc considérer que ce château, capable de résister à l'attaque des habitants du Puy, piètres soldats sans doute, peut offrir une défense encore appréciable. Mieux, si l'on regarde les vingt-quatre garnisons royales du Velay, on s'aperçoit que dix sont dans ce cas car elles disposent de vingt hommes au moins (42 %). Certes, il n'est pas du tout sûr qu'elles soient en mesure de résister à une véritable armée dotée d'artillerie, mais elles constituent des points d'appui pour tenir le pays au nom du roi6.

6Ce phénomène explique pourquoi la prise de villes, de bourgades ou de châteaux équivaut à une reprise en mains par le parti adverse. Henri IV procède ainsi dans le Maine en septembre 1589. Dans cette province, les ligueurs sont maîtres des villes du Mans, Laval, Sablé, Mayenne, La Ferté- Bernard et Château-du-Loir. Parti de Tours le 25 novembre 1589, Henri IV soumet Montoire, Lavardin, Château-du-Loir et établit son camp dans la bourgade d'Ecommoy le 27 au soir. Le 2 décembre, l'artillerie royale pilonne les murailles du Mans où les habitants obligent Boisdauphin qui commande pour la Ligue à capituler. En échange, le roi, magnanime, permet à la cité d'échapper au pillage de rigueur mais lui inflige de lourds impôts. Dans les jours qui suivent, les autres garnisons se rendent également : Sablé, Beaumont, Laval, Château-Gontier. Le 8 décembre, Henri IV et ses troupes quittent Le Mans avec le sentiment d'avoir rallié la province du Maine puisque seule La Ferté-Bernard demeure ligueuse. Quelques coups de canon tirés par l'armée royale ont suffi à ramener à la raison une population qui ne croit plus que sa protection dépend de ses châteaux mais de la bonne volonté royale.

  • 7 Mémoires du chanoine Moreau sur les guerres de la Ligue en Bretagne, publiés par Henri Waquet, Par (...)

7Néanmoins, si l'artillerie est absente, un château bien fortifié, habité par un gentilhomme décidé, et surtout ambitieux, peut jouer un rôle militaire déterminant, comme en Bretagne, où Guy Eder appelé « LaFontenelle », ligueur et brigand, bien que de noblesse ancienne, s'est construit grâce aux places fortes qu'il a conquises une terrible légende7. Citons, par exemple, le cas du château de Coëfrec, paroisse de Ploubezre, évêché de Tréguier, tenu par François de Guesbriant qui le commandait au nom du roi. Comme les généraux royalistes lui avaient ordonné de le détruire afin qu'il ne tombât pas entre les mains des ligueurs du duc de Mercœur, ce baron manifesta son mécontentement en changeant de camp et en demandant au gouverneur de Morlaix de lui envoyer des soldats. Ces derniers, commandés par La Fontenelle, après une gracieuse réception, prirent en main la forteresse et en chassèrent les occupants. Les royaux durent en faire un siège en règle pour la reprendre, ce qui confirme ce que nous disions plus haut.

8En revanche, il n'en fut pas de même à Cranec, château possédé par un gentilhomme ligueur, Vincent de Coatnezre, sieur de Pratmaria, place forte tellement bien fortifiée qu'elle avait résisté à tous les sièges. Bien que Pratmaria fût ligueur, La Fontenelle convoitait pour lui-même ce château aussi bien défendu et qui contenait beaucoup de richesses. Comme il savait qu'il était imprenable par les armes, il essaya la ruse. En juin 1593, il fit prévenir Pratmaria qu'une attaque des royaux était imminente. Ce dernier, reconnaissant à son compagnon de parti, accepta les renforts, dont celui de La Fontenelle. Une fois entré à l'intérieur, La Fontenelle se rendit maître des lieux. Jouant le chevalier magnanime, il épargna la vie de Pratmaria et lui permit de sortir, mais sans son argenterie, ses vivres et ses meubles précieux. La Fontenelle installa sa garnison et mit le plat pays en coupe réglée. Les paysans, révoltés par un tel comportement, tentèrent de faire le siège de la forteresse, mais le seigneur pillard les attaqua par surprise et en massacra, selon les témoignages du temps, de sept cents à huit cents en une heure et demie.

  • 8 Constant (J.-M.), « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xvie et xviie siècle (...)
  • 9 Constant (J.-M.), Nobles et paysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, op. cit. ; Inventaire gén (...)

9On voit donc que les châteaux, pendant les guerres de Religion, peuvent encore jouer un rôle militaire lorsqu'il s'agit de guerres locales ou de coups de main, mais ils ne résistent pas longtemps aux troupes royales quand elles sont assistées par l'artillerie. Cependant, il ne faut pas s'imaginer que la France de cette époque est couverte de châteaux et pleine de gentilshommes. En 1577, dans le diocèse du Mans, 42 % des paroisses n'abritent aucun noble. Le bailliage d'Étampes est dans le même cas pour 61 % des villages en 1544 et celui de Châteauneuf-en-Thimerais pour 35 % en 15528. D'ailleurs, même lorsqu'il y a des nobles, ils ne vivent pas tous dans des châteaux ou des forteresses et les différences sont grandes d'une province à l'autre dans le royaume de France. Dans un territoire correspondant à la superficie de l'actuel canton d'Auneau, en Beauce, sur 54 seigneuries repérées, il n'existe que 13 châteaux (24 %) aux xvie et xviie siècles. Au contraire, dans le canton de Sablé-sur-Sarthe, il demeure encore aujourd'hui une cinquantaine de manoirs et de châteaux datant de cette même période9. À l'évidence, la plupart d'entre eux ont été conçus comme de belles résidences et non pas comme des sites défensifs. C'est dire qu'à l'époque des guerres de Religion, la densité des forteresses n'était pas très grande et que seules les villes avaient des citadelles qui méritaient ce nom.

10Mais si la fonction défensive du château est largement sur la voie du déclin dès l'époque des guerres de Religion, on peut s'interroger sur le rôle qu'il joue. Demeure-t-il un centre de pouvoir ?

Le château comme centre de pouvoir

  • 10 Constant (J.-M.), Nobles et paysans..., op. cit.

11Tous les nobles et les seigneurs ne disposent pas du pouvoir seigneurial, certains n'étant que des propriétaires terriens. Ainsi en 1554, Antoine d'Allonville, écuyer, seigneur du Plessis et du Masteau, gentilhomme de la maison du roi, ne possède, en plus de son domaine, que le droit de prendre le jour de la circoncision quelques poules et chapons de cens sur certaines maisons de Saint-Escobille et le droit à l'offrande le jour des trépassés. Comme on le voit son pouvoir sur les habitants est inexistant10.

  • 11 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E 1829 à E 1860. Constant (J--M.), « Gestion et revenus d (...)

12En revanche, certains seigneurs disposent d'une part importante de la puissance publique. Ainsi la châtellenie d'Auneau, qui sera érigée en baron- nie en 1603, possédée successivement par les Joyeuse et les Sourdis, s'étend sur cinq villages et représente un véritable service public avec notamment l'exercice de la haute justice. Les cinq moulins, les trois pressoirs, le four, les péages, les droits d'étalage, les poids et mesures, le ban des vins, les amendes, le mesurage des grains, les sergenteries, les tabellionnés et les greffes de quatre villages sont affermés et rapportent au baron d'Auneau autant que les 1 100 hectares de fermages, ce qui signifie que ce pouvoir, exercé par ce seigneur ou ses agents et qui intéresse beaucoup la vie quotidienne des censitaires, est loin d'être une valeur négligeable11.

  • 12 Constant (J.-M.), « L'enquête de noblesse de 1667 et les seigneurs de Beauce », repris supra ch. I (...)

13Mais ces deux exemples opposés nous amènent au problème de savoir quelle est la proportion de seigneuries qui sont détentrices d'une partie de la puissance publique par rapport à l'ensemble des propriétés féodales. Un recensement fait en Beauce pour l'année 1667 révèle 87 justices pour 433 fiefs et seigneuries, c'est-à-dire 20 %. En fait, seuls les détenteurs de duchés, de marquisats, de comtés et de baronnies disposent de pouvoirs locaux importants. Jean Gallet a remarqué le même phénomène dans le Vannetais où il appelle « sieurie » cette cellule uniquement économique qui comprend un manoir, un moulin, une métairie et quelques petites exploitations12.

14La seconde difficulté rencontrée est de pouvoir analyser la perception que le paysan a de la présence noble et de l'emprise seigneuriale. Dans ce domaine, les témoignages sont rares et les cahiers de doléances villageois rendent de précieux services. Les cinquante cahiers du bailliage de Chartres écrits par les élites villageoises pour les états généraux de 1576 sont révélateurs d'un état d'esprit de cette époque des guerres de Religion : 30 % des cahiers traitent des droits féodaux ou seigneuriaux ; parmi eux, 22 % se plaignent du « rachat » parce qu'ils possèdent des parcelles de fiefs démembrés dont le droit dépend, évidemment, du droit féodal. En conséquence, l'une des grandes revendications paysannes de la Beauce, du Perche et du Thimerais est d'obtenir l'égalité dans les partages de leurs terres soumises au partage noble qui avantage l'aîné. Ils souhaiteraient en même temps une limitation des droits à payer, estimant que le seigneur féodal agit, en la matière, selon son caprice.

15Le second thème est antiseigneurial et concerne les champarts et les ave- nages (10 % des cahiers). Le seigneur visé est le chapitre de Chartres dont la main est particulièrement lourde puisque les prélèvements atteignent quelquefois 11 % à 14 %.

  • 13 Constant (J.-M.), « Les idées politiques paysannes : études comparées des cahiers de doléances (15 (...)
  • 14 Leclerc (Paulette), Garéoult, un village de Provence dans la deuxième moitié du xvie siècle, Paris (...)
  • 15 Saint-Jacob (Pierre de), Les Paysans de la Bourgogne du nord, Paris, 1960.

16Il faut donc constater le faible pourcentage du nombre des cahiers qui critiquent le système féodal ou seigneurial et considérer que, à la différence de ce qui se passera en 1789, les élites villageoises qui rédigent les plaintes et doléances ne remettent pas en cause les structures dans lesquelles elles vivent. Outre les sensibilités collectives qui sont loin d'être les mêmes, on peut l'expliquer par les grandes disparités de situations dans l'espace français et même d'un village à l'autre, voire à l'intérieur de la même communauté d'habitants. Ainsi en Beauce, certaines paroisses qui dépendent du chapitre de Chartres sont lourdement taxées mais, dans la châtellenie de Toury, de la mouvance de l'abbaye de Saint-Denis, les censitaires ne paient qu'un cens tout à fait dérisoire. À trois kilomètres de là, dans la châtellenie royale de Janville, certains habitants sont soumis à un champart de 16 %13. En Provence, à Garéoult, au sud de Brignoles, en 1571, 30 % des biens ne paient rien alors que les 70 % restants se partagent entre ceux qui versent un cens modeste et ceux soumis à l'ancienne tasque à 8 %14. En Bourgogne du Nord, la tierce en principe représente 11 % de la récolte mais elle peut atteindre 20 %15.

  • 16 Constant (J.-M.), Nobles et paysans..., op. cit., p. 192 et 303 ; Terrier de Rouvres Saint-Jean, A (...)

17On pourrait répéter les mêmes arguments à propos du four banal. Ainsi en Beauce, dans le village de Rouvres-Saint-Jean près de Malesherbes, toutes les familles, y compris celles de manouvriers, disposent d'un four alors que dans le bourg d'Auneau, siège de la baronnie, ou à Maintenon, siège du marquisat, il existe un four banal où doivent aller les habitants16.

18Dans la montagne limousine, l'exploitation du four du moulin, de l'étang et des pacages se fait de façon communautaire. Nicole Lemaître écrit à ce propos :

  • 17 Lemaître (Nicole), Bourgeois communes et mas : les communaux en Bas Limousin depuis le xvie siècle (...)

c'est tout le village qui chauffe le four pour le pain de toutes les maisons, qui vide l'étang pour partager le poisson [...] l'usage du moulin se partage en parts selon les ayants droit, c'est-à-dire que chacun le fait tourner un certain nombre de jours par an à son profit17.

19On comprend ainsi que le système seigneurial, si varié dans ses formes et dans le poids qu'il pèse sur les bourses paysannes, ne suscite pas un phénomène de rejet généralisé comme en 1789 où il était appuyé par des conceptions nouvelles en matière de gestion de l'agriculture.

20En revanche si la structure juridique des liens entre le château et les paysans n'est pas remise en cause, il n'en est pas de même concernant les relations personnelles entre les gentilshommes campagnards et les villageois :

  • 27 cahiers sur 50 soit 54 % s'en prennent avec force au comportement noble ;
  • 28 % dénoncent la tyrannie des gentilshommes et évoquent la peur qu'elle leur inspire ;
  • 26 % les accusent du pillage de leur récolte ou de la confiscation de leurs chevaux pour aller à la guerre ;
  • 24 % se contentent de se plaindre de leur concurrence économique parce qu'ils prennent des terres ou des dîmes à bail alors qu'ils n'en ont pas le droit sans déroger ;
  • enfin, plus modestement, 8 % des cahiers déclarent que les nobles ne font pas leurs charges en n'entretenant pas les rivières, les ponts et les chemins pour lesquels ils touchent des péages ;
  • un seul cahier ose dire que les « gentilshommes » sont « riches et inutiles » et « causes des guerres ». Certes ce dernier point de vue est tellement minoritaire (2 %) qu'il est négligeable mais son existence même prouve que des campagnards du Perche Gouet n'hésitent pas à le formuler.

21Cependant, si le rôle de la noblesse n'est pas contesté, on voit que le comportement violent des nobles est l'objet de critiques acerbes et quelquefois contradictoires comme en témoigne, dans le cahier de Prunay le Gillon, cette réserve d'importance :

Ne se plaignent toutefois lesdits habitants de leur seigneur et dame de Prunay qui leur sont infiniment bons, mais se plaignent des circonvoisins qui vont au-devant des gens d'armes pour avoir de l'avoine à nourrir leurs chevaux et pour cet effet ils les envoient ailleurs et veulent garder ce qu'il ne leur appartient.

  • 18 Constant (J.-M.), Nobles et paysans..., op. cit.

22Dans le même esprit, la paroisse de Béville-le-Comte regrette de faire partie du domaine royal parce qu'elle n'a pas de seigneur pour la protéger, ce qui indique que les mentalités collectives dans les villages du Chartrain ne sont pas favorables à l'affrontement avec les nobles mais recherchent au contraire leur protection. Cette idée est encore renforcée par le rôle des gentilshommes protestants qui voient leurs pouvoirs s'accroître parce qu'ils sont membres des consistoires. Ils célèbrent ainsi une nouvelle alliance entre Dieu, le château et les villageois et deviennent le bras armé qui va défendre la communauté contre les attaques des catholiques. En 1564, par exemple, à Germignonville, en Beauce, le curé n'ose plus s'aventurer dans sa paroisse parce que « des gentilshommes appelés huguenots les menacent à tuer et tailler en pièces s'ils les rencontrent ». En Thimerais, à la même époque, Gallot de Bouglainval charge à la tête de ses coreligionnaires les catholiques menés par le curé et venus les assaillir à la sortie du prêche. Un peu plus loin, à Arpentigny, François de Gravelle d'Ymeray abolit le culte romain dans ce village pendant un demi-siècle18.

23Ainsi certaines paroisses distribuent les compliments aux nobles qui les protègent alors que d'autres les accusent d'être de grands prédateurs. Presque tous les cahiers évoquent la terreur des sergents (les huissiers) porteurs de saisies de biens nobles qui refusent d'aller dans les demeures nobles pour exercer leur fonction et passent dans les villages de maison en maison pour demander aux habitants de les porter à leur place. Face au refus apeuré des paysans, ils les obligent à payer une petite partie des biens saisis qu'ils répartissent entre les feux jusqu'à ce qu'ils aient obtenu la valeur de ce qu'ils venaient chercher. Néanmoins, les villageois du bailliage de Chartres ne semblent pas vouloir aller au-delà de la protestation puisque les mémorialistes du temps n'évoquent pas de révoltes anti-nobles comme le chanoine Moreau en Bretagne.

24Ce dernier relate les guerres de la Ligue en Bretagne dans la région de Quimper et prête aux paysans des visées très subversives. Il écrit en effet :

  • 19 Mémoires du chanoine Moreau..., op. cit.

Cette défaite des paysans de Carhaix le samedi et le dimanche abaisse leur arrogance et leur fierté car ils étaient tout disposés à une révolte contre la noblesse et les villes ne voulant être sujets de personne de quoi ils se vantaient ouvertement et il est sans doute que s'ils se fussent trouvés victorieux à Carhaix comme ils se promettaient, ils se fussent jetés sur les maisons nobles sans pardonner à aucun qui eût été de condition plus relevée qu'eux. Et en faisant de même disaient qu'ils seront tous égaux sans que l'un n'eût aucun pouvoir ni juridiction sur l'autre. Mais Dieu en dispose tout autrement car ils furent si durement traités à Carhaix qu'ils devinrent aussi doux et humbles qu'ils étaient arrogants19.

25Mais, dans cette Bretagne occidentale, les paysans ne sont pas mus uniquement par des sentiments anti-nobles mais également par un catholicisme très ligueur, le même chanoine Moreau rapportant qu'ils n'hésitèrent pas à prendre le manoir de Roscanou, dans la paroisse de Gouessec, à cinq lieues de Quimper, en septembre 1590. La dame de Roscanou, ayant eu un de ses cousins tué par les ligueurs, ne cessait de menacer de vengeance les villageois du voisinage promettant notamment de faire brûler leurs maisons lorsque les royalistes arriveraient. Or, en septembre, un membre de sa famille qui venait de se marier à Rennes lui demanda l'hospitalité. Toute la compagnie, soixante à quatre vingts gentilshommes à cheval, fêta l'heureux événement dans le manoir de Roscanou, mais les paysans, croyant à la préparation d'une attaque des royaux, se rassemblèrent au son du tocsin, firent le siège de la demeure seigneuriale à laquelle ils mirent le feu et massacrèrent à coups de fourche tous ceux qui tentaient de s'échapper du brasier. Seule la jeune épousée qui ne reçut qu'un « coup de fourche dans la gorge » échappa au carnage.

26Évidemment, lorsqu'on lit le récit de cet événement, on est tenté de retenir d'abord l'aspect politico-religieux, mais il semble qu'il faille aussi prendre en compte un sentiment antinobiliaire très fort car les nobles ligueurs essayèrent de sauver les invités de ce mariage lorsqu'ils s'aperçurent de leur méprise ; mais les paysans, particulièrement montés, contre la dame de Roscanou les menacèrent de se retourner contre eux.

27Ainsi le château peut paraître, pendant les guerres de Religion, comme le nid difficilement prenable d'un grand prédateur violent et cupide ou comme un centre de protection efficace des paysans en cas d'attaque ou de passage des gens de guerre, mais il demeure également ce qu'il n'a jamais cessé d'être depuis l'époque féodale, une entreprise économique qui fait vivre le territoire environnant.

Le château : entreprise économique

  • 20 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E XIX 192.
  • 21 Foisil (Madeleine), Un Sieur de Gouberville, Paris, 1981, 2e éd.
  • 22 Constant (J.-M.), Nobles et paysans....op. cit.
  • 23 Cabourdin (Guy), Hommes et terres en Lorraine (1560-1635), 2 vol., 1977.

28Ainsi, en 1558, Pierre de Brosset, écuyer, seigneur d'Arconville et de Villiers le Lézard, gentilhomme campagnard de quatre générations de noblesse, habite dans son lieu seigneurial d'Arconville qui est une ferme beauceronne. Il vit dans une chambre et une salle basse comme les laboureurs de son village, avec le même type de mobilier, lit, coffre, table, banc, escabelle, buffet et ne se distingue d'eux que par sa vaisselle d'étain, le nombre de ses chevaux et l'étendue de son exploitation (une centaine d'hectares) dont il est propriétaire20. Il dirige celle-ci comme son contemporain du Cotentin, Gilles de Gouberville qui vit aussi noblement sur son domaine agricole21. Bien sûr tous les gentilshommes n'exploitent pas directement leurs terres en faire-valoir direct, certains baillant à ferme et vivant de leurs rentes mais, dans tous les cas, le domaine constitue l'essentiel de leurs revenus, donc de leurs soins. Ainsi en Beauce, pour un corpus de 67 seigneuries reconstituées à l'aide d'aveux et dénombrements principalement, 34 n'ont pas d'autre revenus que leur réserve (50,74 %). Parmi les 33 autres, 13 % perçoivent des revenus liés à l'exercice de la justice, 9 % des cens, 7 % des champarts, 4 % des droits de pressoir22. En Lorraine, au xvie siècle, la part du domaine dans les revenus va de 60 à 96 %23.

29Cette entreprise agricole que représente le château ou le manoir est très rentable puisque la gestion directe par le seigneur rapporte entre 13 et 25 % en Beauce à l'époque des guerres de Religion alors que la rente foncière en nature ne donne que 13 % et en argent 8 %.

30Ces exploitations de bon rapport nécessitent une nombreuse main- d'œuvre pour les moissons, les foins, les travaux d'entretien des fossés, des haies, des toitures, des murailles, sans compter les servantes et les serviteurs pour la maison (une quarantaine de noms apparaissent chez Gouberville en dix ans). Ainsi un château, une maison forte, un manoir, une ferme seigneuriale, loin d'être une excroissance parasitaire dans les villages, représentent au contraire du travail et des emplois, donc une garantie de survie dans ces civilisations rurales à la limite des subsistances.

  • 24 Grandière (R.), Les Manoirs ruraux et leurs seigneuries fin xve début xvie siècles : l'exemple du (...)
  • 25 Flllon (Anne), Louis Simon étaminier dans son village du Haut Maine (1741-1820), thèse soutenue de (...)

31Mais il ne faut pas croire que la noblesse se cantonne uniquement dans le domaine de l'agriculture, elle se fait volontiers industrielle. Des toponymes proches des châteaux comme ferrand, ferranderie, ferrerie, fenderie, feronnerie, forges indiquent la présence d'une industrie métallurgique. Il en est de même pour patouiller, patouillard qui sont des lieux où l'on lavait le minerai. Dans le Haut Maine, il y avait même de véritables complexes métallurgiques aux mains de la noblesse. Ainsi le marquis de Vibraye, un Hurault, confiait la forge de Champrond à un maître de forge habitant Cormorin. Créé à la fin du xve ou au début du xvie siècle, cet ensemble comprenait de nombreuses installations : une forge, une fenderie, un haut fourneau, des mines de fer (Champrond-Coudrecieux), un étang de 60000 mètres cubes d'eau avec un canal de dérivation sur la rivière La Braye. L'endroit était propice à une telle industrie : forêts, rivière, population assez dense. Ce complexe métallurgique nécessitait aussi des moyens de transports considérables assurés ici par trois cents chevaux24. Au total, dans le Haut Maine, Roger Grandière a découvert cinq grands établissements comme celui-là : Chemiré-en-Charnie, possédé par le marquis de Sourches, les forges de Cordes et de l'Aune sur la rivière d'Orthe par le baron de Sillé-le-Guillaume, Antoigné à Sainte-Jammes par les Lavardin, la Gaudinière à Sougé-le-Gannelon par le chevalier Saint-Paul qui la vend à un marchand en 1527. Sept autres sites de moindre importance existent dans le Haut Maine, comme La Fontaine Saint-Martin, Saint-Jean-de-la- Motte, Valennes, Boessé-le-Sec, etc25.

  • 26 Article de L. Chéron dans Province du Maine, 1973.
  • 27 Constant (J.-M.), « Les gentilshommes chefs d'entreprise », in La Vie quotidienne de la noblesse f (...)

32On sait aussi que les gentilshommes pouvaient se faire maîtres verriers et exercer ce métier sans déroger. Dans le Maine, on trouve des verreries tenues par des nobles à Conflans-sur-Anille en 1534 et 156726. En 1577, François de Bongars est dit gentilhomme de verre à Coudrecieux et François de Gastel, sieur de la Pépinière, à Chemiré-le-Gaudin est nommé et appelé maître de la verrerie de Louplande. On rencontre ainsi, au fil des textes, sept à huit verreries nobles mais il y a aussi les tuileries, les fours à chaux, les faïenceries, les poteries et cela un peu partout en France27.

  • 28 Salvini (J.), « La vie dans un manoir du Bas Poitou pendant un siècle : les La Rochejacquelein

33Evidemment ce château, devenant de plus en plus centre de développement économique et de moins en moins une base de défense militaire efficace, a tendance à accentuer son caractère de résidence seigneuriale. Par exemple, dans le Bas Poitou, le manoir de la Rochejaquelein se transforme, en noyant l'ancien bâtiment médiéval dans vingt mètres de façade et en construisant un important escalier de pierre pour conduire dans les chambres spacieuses de l'étage. Des deux côtés de la cour, les bâtiments d'exploitation, remises, étables, écuries, sellier, fournil répondent aux nécessités économiques. La Rochejacquelein est le symbole de la nouvelle évolution28.

34On pourrait multiplier les cas mais ils sont bien connus car ils ont fait l'objet de toutes les attentions des historiens d'art de la Renaissance et du Baroque.

35Pour conclure on peut dire que si la fonction militaire du château est sur la voie du déclin, du moins pour ce qui est du château de campagne (car celui de la ville joue toujours un rôle pour la protection des cités), il demeure un centre de pouvoir par rapport aux villages qu'il domine. Il reste craint même si le poids de la féodalité et de la seigneurie est divers et peu contesté. Protecteur des paysans contre les gens de guerre dont le passage est toujours un désastre, il se fait volontiers prédateur par la violence qu'il exerce sans autre frein que sa conscience religieuse. Mais il ne faudrait pas retenir que les aspects négatifs et oublier que le manoir ou le château est d'abord une entreprise économique, souvent bien gérée et dynamique, dont les retombées sur les villages sont fort grandes parce qu'elles apportent le travail qui permet aux villageois de vivre.

Notes

1 Article paru dans La Vie de château, actes du colloque de Commarque, Le Bugue, Éditions Ol Contou, 1992, p. 185-195.

2 Tavannes, Mémoires, p. 174 ; La Noue, Discours politiques et militaires, éd. par F. E. Sutcliffe,

Genève, Droz, 1967, p. 384.

3 Aubigné (Agrippa d'), Histoire universelle, éd. par André Thierry, Paris/Genève, 1982, t. II, p. 66 (1562).

4 Montluc (Biaise de), Commentaires, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 562.

5 A.Ibid., p. 528.

6 Burel (J.), Journal d'un bourgeois du Puy à l'époque des guerres de Religion, Saint-Vidal, Centre d'études de la vallée de la Borne, 1983,1, p. 186.

7 Mémoires du chanoine Moreau sur les guerres de la Ligue en Bretagne, publiés par Henri Waquet, Paris, 1960 ; Baudry (].), La Fontenelle le ligueur et le brigandage en Basse Bretagne pendant la Ligue (1574-1602), d'après l'éd. Originale de 1920, Le Guilvinec, Association AX Morenn, 1983.

8 Constant (J.-M.), « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xvie et xviie siècles : les notions de densité et d'espace nobiliaires », repris supra ch. i. Voir aussi Rabin, Espace et densité nobiliaires aux xvie et xviie siècles dans le Maine, mémoire de maîtrise, université du Maine, 1986.

9 Constant (J.-M.), Nobles et paysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, op. cit. ; Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France : le canton de Sablé sur Sarthe, 1990.

10 Constant (J.-M.), Nobles et paysans..., op. cit.

11 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E 1829 à E 1860. Constant (J--M.), « Gestion et revenus d'un grand domaine aux xvie et xviie siècles d'après les comptes de la baronnie d'Auneau », repris supra ch. IX.

12 Constant (J.-M.), « L'enquête de noblesse de 1667 et les seigneurs de Beauce », repris supra ch. II. Gallet (J.), La Seigneurie bretonne : l'exemple du Vannetais (1480-1680), Paris, Publications de la Sorbonne, 1983.

13 Constant (J.-M.), « Les idées politiques paysannes : études comparées des cahiers de doléances (1576-1789) », Annales ESC, juillet-août 1982.

14 Leclerc (Paulette), Garéoult, un village de Provence dans la deuxième moitié du xvie siècle, Paris, CNRS-Éditions, 1979.

15 Saint-Jacob (Pierre de), Les Paysans de la Bourgogne du nord, Paris, 1960.

16 Constant (J.-M.), Nobles et paysans..., op. cit., p. 192 et 303 ; Terrier de Rouvres Saint-Jean, AN Q*1 537.

17 Lemaître (Nicole), Bourgeois communes et mas : les communaux en Bas Limousin depuis le xvie siècle, Ussel, 1981, p. 28.

18 Constant (J.-M.), Nobles et paysans..., op. cit.

19 Mémoires du chanoine Moreau..., op. cit.

20 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E XIX 192.

21 Foisil (Madeleine), Un Sieur de Gouberville, Paris, 1981, 2e éd.

22 Constant (J.-M.), Nobles et paysans....op. cit.

23 Cabourdin (Guy), Hommes et terres en Lorraine (1560-1635), 2 vol., 1977.

24 Grandière (R.), Les Manoirs ruraux et leurs seigneuries fin xve début xvie siècles : l'exemple du Haut Maine, mémoire de maîtrise sous la dir. de Robert Philippe, université du Maine, 1987.

25 Flllon (Anne), Louis Simon étaminier dans son village du Haut Maine (1741-1820), thèse soutenue devant l'université du Maine, 1982, p. 11 et 18-19. Grandière, op. cit.

26 Article de L. Chéron dans Province du Maine, 1973.

27 Constant (J.-M.), « Les gentilshommes chefs d'entreprise », in La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xvie siècles, Paris, 1985, ch. III, p. 71-104.

28 Salvini (J.), « La vie dans un manoir du Bas Poitou pendant un siècle : les La Rochejacquelein

(1566-1665) », Bulletin des Antiquaires de l'Ouest, Poiriers, 1929, p. 1-23.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search