Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Troisième partie. Noblesse et dissidence

Chapitre XIV. La culture politique d'Henri de Guise vue à travers son comportement1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Le Mécénat et l'influence des Guise, actes du colloque de Joinville de 1994, Par (...)

1Les objectifs d'Henri de Guise ont toujours fait l'objet de controverses. L'historiographie de l'époque de la iiie République le présente souvent comme un dangereux personnage avide de pouvoir, qui travaille au renversement de la dynastie capétienne pour monter sur le trône à la place du roi Henri iii. Certains n'hésitèrent pas à dresser de lui un portrait noir, d'être immoral qui a accepté l'argent de l'ennemi et utilisé le catholicisme pour satisfaire ses appétits politiques.

2Pour tenter de voir plus clair dans cette histoire très complexe, je me propose de reconstituer la culture politique d'Henri de Guise en analysant son comportement à des moments précis et décisifs. Trois éléments m'ont paru dignes d'être retenus : le chevalier épris d'aventures, l'héritier obsédé par le modèle du père mort prématurément dans des conditions dramatiques et le chef de parti attaché à la tradition, qu'elle soit religieuse ou politique.

Un chevalier épris d'aventures

3Le premier rêve pour un jeune prince du xvie siècle est de devenir un « chevalier sans peur et sans reproche » qui n'hésite pas à courir l'aventure et à risquer sa vie pour une belle cause. Henri de Guise, comme beaucoup d'autres, est imprégné de cet idéal qui le conduit à dix-sept ans en Hongrie pour aller combattre les Turcs et défendre les frontières de la chrétienté.

4Cette même quête de l'honneur le portera à participer à la troisième guerre de Religion (1568-1570) où il fera preuve du même mépris de la mort, malgré les conseils de prudence et de sagesse prodigués par les généraux plus soucieux d'obtenir des victoires que de célébrer des exploits individuels.

5Or, le duc de Guise, à la tête d'un groupe de jeunes nobles turbulents, multiplia les imprudences. À Chasseneuil, il fallut l'intervention de l'armée de Biron pour le sauver de la périlleuse situation où il se trouvait, sous le feu protestant. À Saint-Yriex, il ne s'occupa que de la cavalerie et abandonna l'infanterie à son sort si bien qu'elle fut détruite. Près de là, à la Roche-Abeille, le maréchal de Tavannes, commandant l'ensemble de l'armée catholique et royale, n'y tint plus et lui fit réprimande : « Monsieur, lui dit-il, avant d'entreprendre, il faut penser ! »

6Quelques mois plus tard, en juillet 1569, lors du siège de Poitiers où il s'enferma avec la noblesse du pays, il connut la gloire. Bien que la ville ne fût pas défendable, il tint le siège pendant plusieurs mois. La Noue, gentilhomme protestant, écrivit à ce propos ce compliment :

Monsieur de Guise et son frère acquirent un grand renom d'avoir gardé une si mauvaise place, étant encore si jeunes comme ils étaient et aucuns ne pensaient pas moins cet acte comme celui de Metz.

7On sait que le siège de Metz donna la gloire à son père François de Guise qui résista victorieusement à Charles Quint lui-même.

8Enfin en 1576, à Dormans, sur la Marne, il récolta sa fameuse balafre (il eut la joue arrachée par un coup d'arquebuse). C'était le symbole même de la vaillance et du courage, la décoration du héros, celui dont toutes les dames racontent les exploits en frissonnant d'émotion.

9Tous ces actes de bravoure montrent qu'Henri de Guise devient peu à peu un modèle chevaleresque qui fait honneur au nom qu'il porte. C'est sans doute pour cette raison qu'il se lia d'une véritable amitié avec Don Juan, bâtard de Charles Quint, le vainqueur de Lépante contre les Turcs et qui reçut de Philippe II la mission de pacifier les Pays-Bas. Les deux hommes qui partagent le même idéal rêveront non seulement de rétablir le catholicisme aux Pays-Bas et en France mais aussi de reconquérir l'Angleterre et l'Ecosse sans oublier, comme dans les romans de la Table ronde, de libérer la princesse prisonnière, Marie Stuart. La mort de Don Juan en 1578 mettra fin à ces projets qui avaient obtenu l'aval du pape et de Philippe II.

  • 2 Pour une relation plus détaillée de tous ces épisodes, voir Constant (J.-M.), Les Guise, Paris, 19 (...)

10Cette soif d'aventure se retrouvera en 1588 quand Henri quittera Soissons, malgré l'interdiction du roi, pour rejoindre Paris sur la foi d'un message verbal de Catherine de Médicis, apporté par le ministre Bellièvre en même temps que la décision officielle d'Henri III. Quelques jours plus tard, lors des journées des barricades, il tirera les Suisses, comme son adversaire de toujours en Champagne, Dinteville, des griffes de la foule qui voulaient leur faire un mauvais sort. Il montrait ainsi que, chez lui, la générosité d'âme l'emportait contre tout esprit de vengeance2.

11Ces qualités morales qui font l'homme de guerre selon l'idéal de vertu du gentilhomme représentaient pour le duc de Guise une sorte d'étendard obligé pour l'héritier d'une dynastie qui disposait d'un patrimoine moral politique et religieux qu'il lui fallait défendre.

Le modèle du père

12Tous les actes du duc de Guise, si on les examine avec attention, peuvent être compris comme l'action d'un héritier soucieux de respecter le rôle patrimonial de la famille mais surtout en référence au modèle du père mort assassiné par un gentilhomme protestant, Poltrot de Méré.

13Lorsqu'il était enfant, des lettres écrites à son père révèlent déjà ses dispositions. Ainsi, à sept ans, en 1557, il raconte à son père que son oncle le cardinal de Lorraine lui posa son aumusse sur l'épaule en lui demandant s'il ne voulait pas être chanoine à Reims. La réponse de l'enfant fut sans ambiguïté :

  • 3 BN, Gaignières, volume 348, P 151, 153, 157.

Je lui répondis que j'aimerais mieux être auprès de vous pour rompre une lance ou une épée sur quelque brave Espagnol ou Bourguignon pour éprouver si j'ai bon bras car j'aime mieux escrimer ou rompre une lance que d'être toujours enfermé dans une abbaye avec un froc3.

14Très vite sans doute, Henri ressentit qu'on attendait de lui qu'il ressemblât à ceux de sa lignée et des scènes comme celles que raconte Biaise de Monluc dans ses Commentaires contribuèrent certainement à le confirmer dans ses certitudes. Le grand capitaine explique que l'enfant et ses cousins passèrent devant le bataillon qu'il commandait, accompagné de quelques gentilshommes. Voilà comment il relate l'événement :

Je leur dis : ça, ça, mes petits princes ça ! Mettez pied à terre car j'ai été nourri en la maison de là où vous êtes sortis (qui est la Maison de Lorraine où j'ai été page). Je veux être le premier qui vous mette les armes sur le col.

15Il leur mit la pique sur les épaules et leur dit :

J'espère que Dieu vous fera la grâce de ressembler à vos pères et que je vous porterai bonne fortune pour être le premier qui vous a mis les armes sur le col. Elles m'ont jusqu'ici été favorables. Dieu vous rende aussi vaillants que vous êtes beaux et fils de très bons et généreux pères !

  • 4 Monluc (Biaise de), Commentaires, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 454-4 (...)

16Monluc achèvera cette cérémonie de quasi-adoubement en faisant marcher les petits princes en tête du bataillon devant une troupe émerveillée. La conclusion du chef de guerre était claire : il y voyait un bon présage pour l'avenir, cette « bonerace », écrit-il, ne pouvait connaître de « poltrons »4.

17Or, ce père, présenté comme un modèle, va mourir alors que l'enfant n'a que treize ans. Désormais l'espoir armé du peuple catholique, il deviendra très vite, sous la houlette du cardinal de Lorraine son oncle, le nouveau chef militaire du clan lorrain à la cour de France. Être orphelin dans des conditions dramatiques représente forcément un traumatisme pour le jeune Guise, et il faut se demander, lorsqu'on analyse le comportement ultérieur du duc de Guise jusqu'à sa mort, si l'une des clés les plus éclairantes n'en est pas le modèle du père. En effet, à chaque fois qu'on le regarde agir, on est frappé par les similitudes avec les gestes du père. Ainsi, l'objectif d'Henri lors des moments les plus conflictuels de la Ligue contre Henri III, entre les barricades de mai et l'assassinat de la fin décembre, semble être de devenir connétable ou lieutenant général du royaume, c'est-à-dire une sorte de mentor du roi. Quand on connaît la situation politique de l'époque, le désir d'Henri III de se dégager des grands lignages qu'il craint, comme les Guises, les Montmorencys, ou les Bourbons, ses aspirations et même son obstination à vouloir créer autour de lui une grande noblesse nouvelle qui lui devrait tout, on demeure stupéfait de la naïveté guisarde qui ne peut s'expliquer que par la volonté de suivre le même parcours que le père. En effet, ce dernier, sous le règne de François II, jeune homme majeur parce que les rois le sont à treize ans, confia aux oncles de la reine Marie Stuart, le père et l'oncle d'Henri, le soin de gouverner la France avec lui.

18Cette application à mettre ses pas dans ceux de son illustre père sans se rendre compte que les temps ont changé et que ce qui était possible avec un enfant roi ne l'était plus avec un homme adulte en âge de gouverner et en pleine possession de ses moyens, traduit chez le duc de Guise l'idée que rien n'évolue et que tout est un éternel recommencement. Sans doute pense-t-il aussi qu'Henri III est un roi faible à qui il peut imposer tout ce qu'il souhaite. Cette attitude montre, chez le duc de Guise, une culture plus militaire que politique, où la stratégie des rapports de force doit l'emporter sur le droit régalien. Elle est significative également dans la mesure où elle permet de percevoir un attachement aux traditions familiales plus important que la conscience des réalités nouvelles du temps. Rien ne conduit à voir dans son comportement un novateur alors que le souverain Henri III, par bien des côtés, incarne la réforme et le souci de coller aux réalités de son époque.

Un prince attaché aux traditions religieuses et politiques

19Tout, dans la vie du duc de Guise, respire la tradition de la vie princière et son catholicisme intransigeant ne l'empêchait pas de courir les aventures féminines, à la grande joie du peuple de Paris qui, raconte-t-on, détestait Coligny et son allure sévère de huguenot intègre. Au contraire il aimait le prince de Condé, pourtant tout aussi efficace chef protestant, parce qu'il « savait caresser la mignonne ». Dans ce domaine bien particulier de la vie princière, Henri de Guise ressemblait à Condé et on sait que la dernière nuit de son existence fut fort courte et joyeusement célébrée avec une des perles de la cour.

20Mais le test le plus sérieux se révèle lors des états généraux de 1588 lorsque le tiers état parisien Ligueur voulut imposer sa politique révolutionnaire, que l'on peut résumer en quatre points :

  • contrôler les finances et les dépenses de l'État,
  • décider une diminution de l'impôt pour soulager les populations,
  • nommer les ministres,
  • imposer une Chambre de justice pour juger les financiers honteusement enrichis au détriment de l'État.

21Face à ce programme très neuf qui plaçait les états généraux dans la position de contrôler efficacement l'action du pouvoir royal et qui remettait en cause le fonctionnement de la monarchie capétienne, le duc de Guise et son conseiller Pierre d'Épinac, archevêque de Lyon et primat des Gaules, tentèrent d'infléchir la position de leurs fidèles Ligueurs. Convié à dîner par La Chapelle-Marteau, prévôt des marchands de Paris et leader du tiers état, le Balafré évoqua la misère du roi, les besoins d'argent nécessaires pour entreprendre la guerre contre les huguenots. Cependant les chefs parisiens de la Ligue demeurèrent inébranlables au grand dépit du duc de Guise.

22Les historiens ont souvent interprété cette impuissance du Lorrain à assouplir la position des Ligueurs comme de la duplicité, s'appuyant sur une phrase ambiguë rapportée par Pasquier qui écrit :

  • 5 Pasquier (E.), Lettres historiques (1556-1594), éd. D. Thickett, Genève ; Paris, 1966, livre XII, (...)

[Le Roi] a parlé à Monsieur de Guise comme à celui qu'il estime avoir grande autorité sur tous les députés afin qu'il les voulut rendre plus souples mais il s'en est fort excusé disant n'y avoir aucune puissance5.

  • 6 « Journal des États de Blois tenus en 1588 et 1589 par Me Étienne Bernard avocat au Parlement de D (...)

23En fait le duc de Guise disait vrai, comme le révèle le député de Bourgogne Bernard dans le récit des états qu'il fit. L'historien du xixe siècle Georges Picot, auteur d'une gigantesque Histoire des états généraux en quatre volumes publiée en 1872, écrit que l'exactitude ordinaire de Bernard est plus crédible que celle des historiens. De plus, Bernard a été un témoin direct de ces événements car il a été reçu de multiples fois par Henri III et il raconte avec beaucoup de détails les propos qui furent échangés lors des entrevues entre le souverain et les délégations de députés du Tiers. D'ailleurs, le lendemain de cette demande du roi au duc de Guise (29 novembre), il s'entretiendra avec quatre députés, leur déclarant qu'hier il avait parlé au nom du roi mais qu'aujourd'hui il voulait leur livrer le fond de sa pensée. Il leur expliqua alors que la rupture des états était imminente, que seuls les huguenots pouvaient s'en réjouir. Aussi il mettait les députés en garde à ne pas pousser les choses à l'extrême et que le seul parti à prendre était « de contenter le Roi » pour lui permettre de faire la guerre contre les protestants6.

24On voit très bien dans cette affaire que le duc de Guise n'adhère pas du tout aux thèses révolutionnaires des ligueurs, que son but est le triomphe du catholicisme et qu'il croit en une alliance possible avec le roi pour réaliser cet objectif.

25Le mémoire que lui adresse son conseiller Pierre d'Epinac va dans le même sens. D'abord il propose que le duc vive à la cour, y installe ses fidèles pour participer à la direction des affaires et travailler à son avancement personnel. Ensuite, entrant tout à fait dans le système de gouvernement d'Henri III, il lui indique qu'il devra entretenir les meilleures relations avec les favoris du moment, Bellegarde et Laugnac, et faire en sorte que les deux hommes conservent entre eux d'excellents rapports de façon à éviter les jalousies.

26Le troisième point est sans doute le plus important car il préconise que le duc de Guise devienne le médiateur entre Henri III et sa mère Catherine de Médicis. Il remarque que cette dernière finit toujours par l'emporter et c'est pourquoi il recommande au duc de se rendre indispensable pour créer entre la mère et le fils un climat de confiance de telle sorte que l'un et l'autre ne puissent plus se passer de sa présence.

27Après avoir établi un tel programme, le primat des Gaules songeait à évoquer les conditions d'exercice du pouvoir. Il envisageait tous les moyens possibles pour que les ministres dépendissent étroitement du Balafré. Il s'attachait à montrer que le chancelier devait être un homme en qui il pouvait placer sa totale confiance. Sur ce point Pierre d'Epinac se faisait plus offensif, n'hésitant pas à menacer et à préconiser que, en cas de désaccord, il fallait laisser les états généraux en nommer un autre. Outre que beaucoup de gens de l'époque pensaient que le primat des Gaules se serait fort bien vu dans la robe du chancelier, il faut noter que le principal conseiller du Balafré rejoignait complètement, dans ce domaine, le point de vue du tiers état. Il n'est d'ailleurs pas impossible qu'il ait inspiré cette position.

28Enfin, il demandait au duc de Guise de tenter de se faire nommer connétable de France en lui indiquant un modèle à suivre : Charles Martel.

Cette dignité, écrivait-il, lui servirait d'échelle et degré après degré pour monter à la grandeur à laquelle il parvint [...] et depuis ayant institué laisser ses enfants rois.

29Cette phrase est claire : elle découvre les objectifs de l'entourage du duc : être un proche du souverain capable, à la génération suivante, de fonder une nouvelle dynastie, celle des Valois, comme tout le monde le savait, disparaissant avec Henri III.

  • 7 Richard (P), La Papauté et la Ligue. Pierre d'Épinac, thèse à l'université de Lyon, Paris ; Lyon, (...)

30Certes le problème de l'authenticité d'un tel texte ne peut que se poser. Pierre Richard après l'avoir analysé pense qu'il ne s'agit pas d'un faux fabriqué par les royalistes après l'assassinat parce que la fermeté de ton du texte est bien typique de l'archevêque de Lyon et l'action du duc de Guise semble obéir à ces directives7.

  • 8 Mémoires du marquis de Beauvais-Nangis, publiés par Monmerqué et Taillandier, Paris, 1862,

31On s'aperçoit ainsi que le duc de Guise s'inscrit dans une tradition monarchique et qu'il ne comprend pas les innovations opérées par Henri III dans le sens d'une monarchie plus absolue ou, tout au moins, s'il les comprend, il ne les accepte pas. Pour lui, le roi doit s'appuyer sur les princes qui sont nés pour gouverner. Il le dira presque clairement en 1585 comme le raconte Beauvais-Nangis dans ses Mémoires. À propos du duc d'Épernon, alors favori d'Henri III, Henri de Guise explose : « C'est grand pitié qu'un petit cadet de Gascogne ait les plus belles charges de France ». En réalité, le père du duc d'Epernon, loin d'être un petit gentilhomme, appartenait à la noblesse seconde car il était lieutenant général du gouvernement de Guyenne et capitaine d'une compagnie d'ordonnance mais, pour le duc de Guise, il était inadmissible que le roi choisisse un homme appartenant à un lignage de second rang pour en faire un duc et pair de France et lui confier les plus hautes fonctions afin de mieux écarter un prince issu d'une famille souveraine européenne, les Guises, dont la naissance, l'expérience et les relations ne pouvaient qu'être bénéfiques pour le royaume de France8.

32Entre la conception d'un état moderne, organisé autour de la personne du roi suivant la tradition capétienne, et celle d'une monarchie à l'ancienne, où le monarque entouré de grands seigneurs s'accommode de leur influence et de leurs conseils, l'incompréhension est totale. De plus, le duc de Guise se sent encouragé dans son action par la reine qui conseille à son fils de s'appuyer sur le Lorrain et la Ligue parce qu'ils représentent un antidote contre les protestants et les Bourbons qui lui paraissent beaucoup plus redoutables pour la monarchie. Entre le roi, qui ne veut entendre ni la proposition de sa mère ni celle du duc de Guise, et la position du Balafré, l'opposition est totale. En voulant lui imposer par la force des armes et des états généraux sa présence auprès de lui, le duc de Guise met Henri III dans une situation politique intenable qui ne pouvait déboucher que sur un drame.

33Certains membres de l'entourage de duc avaient pris conscience de l'impasse dans laquelle les deux hommes s'engouffraient. Péricard, secrétaire du duc, dans sa déposition après l'assassinat, déclara que plusieurs conseils avaient été tenus autour du duc pour évoquer les « avertissements qu'ils recevaient ». L'un d'eux eut lieu le 9 décembre. Près du Balafré on trouvait son frère, l'archevêque de Lyon, trois gentilshommes lorrains parmi les plus fidèles, Rosne, Bassompierre et Du Bosc, cinq Ligueurs parisiens, le président Neuilly et son gendre, le prévôt des marchands de Paris, La Chapelle-Marteau, le prieur de Saint-Victor et Louchard, commissaire au Châtelet, l'un des chefs les plus durs de la Ligue. L'ensemble du conseil fut d'accord pour suggérer que le duc s'en allât à Orléans. En outre, ce retrait montrerait au roi que le duc ne manipulait pas les états généraux. Epinac s'opposa à cette décision, utilisant cet argument qui convainquit le militaire et le sportif qu'était le duc de Guise :

  • 9 BN, ms. fr. 6549 : Déposition de Péricard secrétaire du duc de Guise et déposition de Pierre d'Épi (...)

34« Celui qui quitte la partie la perd ». La reine mère, qui faisait sans doute la même analyse que l'entourage du Lorrain, intervint auprès de son fils pour le « prier » de « rendre content » le duc9.

35Pasquier avait fort bien compris la stratégie du duc de Guise quand il dressa un parallèle entre son destin et celui de Coligny et qu'il écrivit que les deux grands chefs militaires

ne désiraient rien tant que d'approcher le Roi estimant que par ce moyen, ils gagneraient sa bonne grâce [...]. Tous deux furent sous cette opinion perdus.

Conclusion

36Ainsi on peut dire que le duc de Guise comme d'ailleurs Coligny, grands militaires et chevaliers intègres pourtant non dépourvus de sens tactique et d'habileté politique, ont réagi comme des gentilshommes de leur époque. Le duc de Guise est demeuré jusqu'au bout le chevalier épris d'aventures et pétri de traditions souvent anciennes, mais la clé de son comportement demeure sans doute cette image du père auquel il veut ressembler en tous points.

37D'ailleurs cette attitude un peu ancienne plaît au public sur lequel le duc de Guise exercera toujours une influence considérable. Racine de Villegomblain, gentilhomme du Blésois proche d'Henri III et gentilhomme de sa chambre, n'était pas insensible à ce charme politique exercé par le Balafré bien qu'il fût, politiquement, dans un camp opposé. Il écrit dans son histoire des guerres de Religion :

Monsieur de Guise combien qu'il fut jeune de vingt ans, beau et agréable en son action entre tous ceux de son temps, ne donna jamais en ses grandes extrémités la moindre apparence d'étonnement prenant le travail le hasard et la fatigue de la guerre tout ainsi qu'eussent pu faire les moindres capitaines. [...]
Le grand service qu'il rendit au roi [...] le bien et l'utilité qu'il apporta au parti des catholiques et par le même moyen l'honneur qu'il en reçut fut le premier fondement de la grande réputation et la bienveillance que les catholiques portaient à la mémoire de son père, se confirma successivement en lui [...].
Ainsi pour en parler sans passion et à la vérité [...] il est certain qu'il a été le plus digne et le plus excellent prince de son temps.

Notes

1 Article paru dans Le Mécénat et l'influence des Guise, actes du colloque de Joinville de 1994, Paris, 1997, p. 497-508.

2 Pour une relation plus détaillée de tous ces épisodes, voir Constant (J.-M.), Les Guise, Paris, 1984.

3 BN, Gaignières, volume 348, P 151, 153, 157.

4 Monluc (Biaise de), Commentaires, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 454-455 (août 1558)

5 Pasquier (E.), Lettres historiques (1556-1594), éd. D. Thickett, Genève ; Paris, 1966, livre XII, lettre iii.

6 « Journal des États de Blois tenus en 1588 et 1589 par Me Étienne Bernard avocat au Parlement de Dijon, député du tiers état de la dite ville », in Histoire des Etats généraux et autres assemblées nationales, La Haye ; Paris, 1789, t. XIV ; Picot (G.), Histoire des États généraux, Paris, 1872, vol. 3.

7 Richard (P), La Papauté et la Ligue. Pierre d'Épinac, thèse à l'université de Lyon, Paris ; Lyon, 1901, 666 p.

8 Mémoires du marquis de Beauvais-Nangis, publiés par Monmerqué et Taillandier, Paris, 1862,

p. 37 (1585).

9 BN, ms. fr. 6549 : Déposition de Péricard secrétaire du duc de Guise et déposition de Pierre d'Épinac. Information faite par P. Michaud et J. Courtin conseiller en la cour de Parlement pour raison des massacres commis à Blois sur les personnes du duc de Guise et de son frère le cardinal à la requête de la duchesse de Guise.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search