Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Troisième partie. Noblesse et dissidence

Chapitre XIII. Les idées politiques d'un gentilhomme protestant pendant les guerres de Religion : l'exemple de Jean de La Taille1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Populations et cultures, études menées en l'honneur de François Lebrun, Rennes, (...)

1Les histoires littéraires évoquent peu le poète Jean de La Taille sauf pour dire qu'il a contribué à préciser le cadre rigoureux de « l'art de la tragédie ». En revanche, comme il se nomme lui-même dans l'édition de ses œuvres « gentilhomme de Beauce » et qu'il est un protestant engagé dans les opérations militaires du temps il intéresse vivement l'historien de la culture politique toujours à la recherche de textes permettant de connaître l'univers mental et les idées des nobles de l'époque des guerres de Religion.

Jean de La Taille

2Issu d'une famille de noblesse ancienne remontant au moins au xiiie siècle et peut-être beaucoup plus haut, Jean de La Taille est né vers 1540 à Bondaroy, un village situé à la limite de la Beauce et du Gâtinais. Le lignage de La Taille qui comprend encore aujourd'hui des membres éminents, était déjà important au xvie siècle puisqu'il comportait quatre branches. Son engagement premier en matière politique et militaire remonte à la guerre de Cent Ans. En effet, Martinet arrière-grand-père de Jean, avait été pris en otage à vingt ans par les Anglais qui voulaient l'attirer dans leur parti puis il avait levé des troupes pour le compte du roi Charles VII avant de devenir gentilhomme de la chambre de Marie de Clèves, mère de Louis XII. Il ne semble pas que ses fils et petits-fils aient occupé des charges importantes. Il faut attendre les guerres de Religion pour voir l'ensemble du lignage fréquenter massivement les armées. On ne connaît pas exactement les circonstances du passage de la famille de La Taille à la Réforme. On sait seulement que le futur poète fit des études à l'université d'Orléans qui était alors un centre actif de diffusion des idées nouvelles, mais il alla ensuite à Paris où il entraîna ses frères et tout ensemble ils se passionnèrent pour la littérature alors en pleine effervescence depuis la création de la Pléiade. Cependant les grands poètes qui faisaient l'objet de leur admiration ne passèrent pas au protestantisme alors que le lignage de La Taille tout entier suivit la religion nouvelle.

  • 2 Les œuvres de Jean de La Taille ont fait l'objet d'une publication par René de la Maulde entre 187 (...)

3On ignore aussi comment les de La Taille se retrouvèrent derrière les Bourbons, mais on constate un engagement militaire très actif à leurs côtés puisque huit membres de la famille appartenant à toutes les branches trouvèrent la mort au cours des combats, dont trois à la fameuse bataille de Coutras en 1587. Ainsi la branche des Essarts perdit le grand-père à Mon- contour (1569), le père à Coutras (1587), deux fils, l'un en 1584, contre les Albanais près de Janville et l'autre, en 1595, à Laon2.

4Néanmoins, le poète Jean de La Taille n'était pas un foudre de guerre civile et appréciait avec modération la vie des camps. Il n'hésite pas à écrire des vers pleins d'humour et de déception comme ceux qui suivent  :

A ceux-là, ce me semble a fait heureuse grâce
(veu un tel camp glissant, plein de neige et de glace)
Qui leur jambe et leur bras ont rapporté chez eux.

5Dans un autre poème dédié à un ami, il insiste sur l'horreur du métier militaire pour un gentilhomme honnête et sensible  :

Mais si languir ne dormir en sécurité
Aller errer de cité en cité
De lieux en lieux, de villages en villages [...]
N'avoyre nul bien, nulle commodité
Faire la guerre l'hiver et l'été
Piller l'aultruy et n'aymer le pillage [...]
Par mille dangers sans argent ni retraites
Battre l'estrade à la pluie et au froid.

6Dans un sonnet envoyé à un ami, il laisse entrevoir les causes de son désenchantement qui résident dans la contradiction entre la quête de l'honneur, idéal du gentilhomme encore imprégné des valeurs médiévales, et la triste réalité quotidienne qui accable la vie du soldat  :

  • 3 Jean de La Taille, ouvrage cité dans l'éd. de la Maul de. Ces textes écrits en 1568 ont été publié (...)

J'ayme acquérir honneur et cèle mes valeur [...]
J'ayme à voir vertu et ne voy que gendarmes
J'ayme à faire la guerre et ne voy que voleurs3.

Les idées de Jean de La Taille avant la Saint-Barthélémy

7Mais ces vers ne sont pas les seules preuves qu'il ne se résigne pas à la guerre civile. Son itinéraire politique confirme qu'il subit cette situation douloureusement. Dans un livre intitulé Remontrance pour le Roy à tous les sujets qui ont pris les armes, écrit en 1562 et publié l'année suivante, il prêche pour l'unité française derrière le roi Charles IX. Il fait parler le souverain à qui il recommande le ton de la prière plus que celui du commandement, espérant par là rétablir la confiance entre les adversaires pour permettre la réunification de la noblesse derrière le monarque. En effet, il pense d'abord à la noblesse et ne semble attacher aucune importance au reste de la société. Pour lui, à force de se déchirer, le second ordre, membre nécessaire et redouté va faire mourir le corps tout entier. Il apparaît ainsi d'une certaine façon comme un précurseur du parti des « politiques », c'est-à-dire ceux qui voient dans le conflit une lutte de grands clans nobiliaires, la religion demeurant du domaine de la vie privée. Cette intrusion des problèmes de la foi dans le comportement politique détruit, selon lui, les valeurs nobiliaires. Il résume cette véritable rupture en quelques vers très explicites pour décrire le déchirement des familles.

  • 4 Remontrance pour le roy à tous les sujets qui ont pris les armes, éd. de la Maulde, 1879-1906.

Quelle erreur de voir ou plutôt quelle horreur
de voir gent contre gent, s'allumer en fureur
le sang contre le sang, enfants contre le père
femmes contre l'époux, frères contre frères
amy contre l'amy, voysin contre voysin4.

8On retrouve là les accents des discours de La Noue, autre protestant politique, lorsqu'il évoque l'entrevue de Catherine de Médicis et des Bourbons à Toury en Beauce pour une ultime tentative de réconciliation. Dans ce célèbre passage, il présente avec émotion les deux « troupes » se faisant face, la catholique et la protestante  :

  • 5 La Noue, « Discours XXVI », in Discours politiques et militaires, éd. F. E. Sutcliffe, Paris  ; Ge (...)

Après qu'elles se furent contemplées demi heure, chacun désireux de voir l'un son frère, l'autre son oncle, son cousin, son ami ou ses anciens compagnons, demandait licence aux supérieurs, ce qu'on obtenait avec peine pour ce qu'il avait été défendu qu'on ne s'accostât de crainte de venir aux injures et après aux mains. Mais tant s'en faut que querelles s'en suivissent qu'au contraire, ce ne furent que salutations et embrassades de ceux qui ne pouvaient se garder de montrer signe d'amitié à ceux que la parenté ou l'honnêteté avaient auparavant lié ensemble5.

9Ces textes, qu'il faudrait rapprocher de ceux écrits par des gentilshommes catholiques comme Racyne de Villegomblin, ont l'intérêt de nous faire découvrir les drames de conscience des nobles protestants écartelés entre la défense de la foi et les valeurs traditionnelles de la noblesse. Cette intrusion des formes d'engagement « idéologique » chez des hommes dont l'univers mental ne connaissait jusqu'ici que les impératifs découlant de la défense du lignage, du service du roi ou du code de l'honneur chevaleresque, est une nouveauté de la période des guerres de Religion.

10Jean de La Taille, qui ne se résigne pas à accepter cette nouvelle situation, essaie de trouver les moyens de réunifier la noblesse en lui proposant des objectifs communs. Après avoir fustigé « l'étranger convoiteux » prêt à profiter de la guerre civile pour « aider » la France à se « défaire » un peu plus, il fait parler François 1er Henri II, Louis XI pour lequel il éprouve la plus grande admiration et rappelle que la France a battu les païens, les Allemands, les Anglais, les Bourguignons, les Flamands, les Espagnols. Cette explication par le rôle de l'étranger peut nous sembler un peu courte, mais elle témoigne de la vigueur du « patriotisme » de la noblesse déjà à cette époque. Il n'invoque d'ailleurs pas que cette cause comme origine de la guerre et reprend à son compte celle qu'ont souvent avancée ses contemporains, la fameuse paix de Cateau-Cambrésis qui a laissé la noblesse française désœuvrée. C'est pourquoi la solution qui découle de cette analyse est d'entraîner à nouveau les gentilshommes dans une grande aventure, celle par exemple d'aller combattre les infidèles en Hongrie pendant trois ans.

11Cette idée de réunifier la noblesse autour d'une guerre commune, de plus une croisade, réunissant les chrétiens séparés derrière le roi-chef de guerre, est très populaire chez les gentilshommes. Charles IX lui-même ne sera pas insensible à l'idée d'intervenir aux Pays-Bas contre les Espagnols suggestion faite par Coligny avant la Saint-Barthélémy. On sait comment s'achèvera ce projet et le traumatisme que représentera ce massacre pour les protestants restés vivants.

  • 6 Le plus célèbre traité est paru en 1573. Il s'agit de Hotman, La Franco gallia.

12Ces événements sanglants furent à l'origine de la naissance de conceptions monarchiques nouvelles exprimées par ceux qu'on a nommés « les monarchomaques ». Jean de La Taille s'inscrit dans ce courant mais avec des nuances importantes parce qu'il demeure imprégné par deux cultures complémentaires la tradition nobiliaire et celle de la monarchie capétienne6.

Le prince nécessaire (1573)

13Pour un gentilhomme protestant resté loyal vis-à-vis de Charles IX, les lendemains de la Saint-Barthélémy représentent un dur réveil. Désormais la réflexion de Jean de La Taille s'oriente vers la recherche de moyens permettant d'éviter, pour l'avenir, la répétition de semblables actes de tyrannie. Il essaie donc de repenser en vers le pouvoir monarchique français et de dire comment il voit le prince selon son cœur. Son livre Le Prince nécessaire dédié à Henry de Bourbon exprime des idées bien différentes de celles de la « remontrance ». En homme de son temps, pour qui le roi-modèle ne saurait être que chrétien, il commence par affirmer que le souverain devra être « nourry dans la crainte de Dieu ». Mais, pour un gentilhomme, cette nécessité implique que le monarque reçoive une éducation de gentilhomme afin qu'il comprenne les aspirations de la noblesse. Ainsi, selon les vieux préceptes, sa formation devra concerner à la fois le corps et l'esprit. Le futur roi apprendra à se battre, à escrimer, voltiger et courir mais ne pourra se contenter d'être un bon chasseur ou un bon combattant, il deviendra aussi un intellectuel car, dit Jean de La Taille, « tout Prince ignorant parle en bœuf plus qu'en homme ». Dans cet enseignement, l'histoire tiendra une place de choix. Il écrit  :

Je veux qu'il ait toujours son miroir en mémoire
Où l'on se voit l'esprit  : ce miroir, c'est l'histoire.

14Ces références s'appellent Alexandre, Charles Quint, Moyse, Marc- Aurèle, l'histoire des Romains. Cependant le souverain ne doit pas concevoir son rôle comme celui d'un monarque absolu mais comme celui d'un magistrat à la romaine. Il déclare en effet  :

Il doit croire que son peuple est plus digne que lui
Il est par son devoir serf de la république.

15Une telle phrase, certes inspirée directement des préceptes de l'Antiquité, montre une fois de plus que la pensée des protestants, même nobles, est à l'origine de conceptions qu'on peut qualifier de « pré-démocratiques ». D'ailleurs, il ne s'en tient pas à cette seule idée puisqu'il imagine de couper les racines familiales de l'enfant-roi au moment de son éducation pour le soustraire de l'ambiance de la cour qu'il juge particulièrement néfaste. De cette façon, le souverain n'aura pas l'illusion d'être un homme au-des- sus des autres et, pour qu'il se sente parfaitement bien parmi ses sujets, Jean de La Taille suggère qu'il soit envoyé incognito au collège, allant même jusqu'à dire  :

Je voudrai qu'on lui taise
sa race et sa grandeur et qu'il n'eut connaissance
que de lui nouvel homme encore qu'aise ne soit
car la vertu est rare au Grand qui aperçoit. »

16Jean de La Taille est là dans l'utopie déjà presque baroque  : on sent l'homme de théâtre qui aime le masque et le déguisement.

17En revanche, pour ce qui est de l'organisation politique, il apparaît comme réaliste et exprime sans doute l'idéal de la noblesse protestante. Le roi lui-même doit ressembler à un sage de l'Antiquité. D'abord « qu'il ne soit jamais jeune » et si la chose arrive qu'il se fasse « viel » et « sage » grâce au « livre ». Son modèle est Louis XI dont il vante les mérites de la façon suivante :

Je veux que le roi soit chenu de naissance
Que de Louis le onzième il ait l'esprit subtil
Et que d'un jugement délicat et subtil
Soit le vrai soit le faux il sache bien connaître
De peur que par le nez, on ne le mène paître.

18Mais il voudrait aussi qu'il fût un mécène comme François Ier et qu'il aimât le théâtre particulièrement

La vraie trégédie à la façon des Grecs
La comédie qui lui fera voir l'état du peuple.

19Enfin il admire les Rois de la Bible, Salomon le Juste et David le combattant.

  • 7 Constant (Jean-Marie), Nobles et Paysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, Lille, 1981, 3e part (...)

20Mais s'il est pétri de Bible et d'histoire, Jean de La Taille vit résolument dans son époque et les allusions à la situation politique de son temps sont transparentes lorsqu'il veut interdire le pouvoir et la régence aux femmes et le mariage des rois avec des princesses étrangères. Le Roi qui se choisira une épouse dans son royaume, ne s'alliera plus avec les Turcs, ne versera plus de pensions et rendra son sceptre redoutable. Il se gardera bien de « lâcher la bride » aux ministres ou aux « flatteurs » et surtout n'élèvera jamais « l'étranger barbare » auteur de « nouveautés », « l'ambitieux avare » ou « le vilain ». On voit ainsi que notre poète cultive une forme de « nationalisme » sans faille et qu'il voue aux Italiens de l'entourage de Catherine de Médicis une hostilité totale qui est générale à l'époque puisque même les cahiers de doléances des villages du bailliage de Chartres, en 1576, évoquent le problème dans les mêmes termes7. En revanche Jean de La Taille se révèle plus ouvert pour la montée des non-nobles car après avoir marqué son opposition à l'ascension des « vilains », il ajoute que ce reproche ne s'adresse qu'à ceux qui n'ont pas de « mérite ». D'ailleurs le roi ne devra pas mépriser le peuple mais au contraire être à l'écoute de ses sujets et se « mêler parfois des choses populaires ».

21Néanmoins, en matière de gouvernement, Jean de La Taille souhaite une profonde réforme du Conseil privé qu'il s'agit de « bâtir ». Il propose deux conseils : dans le premier le Prince devra élire « l'élite de la noblesse » et dans le second, qu'il nomme « Conseil populaire en moindre qui parle à l'autre », siégeront des gentilshommes élus. En fait, il se réfère au modèle anglais où la grande noblesse se trouve à la chambre des Lords et la gentry (la petite noblesse) est massivement représentée aux Communes. Même s'il prétend que son projet répond aux canons de l'Antiquité puisqu'il unit « monarchie, aristocratie, démocratie », il est évident que, pour Jean de La Taille, seuls les nobles ont vocation à partager le pouvoir avec le roi. Le plus étonnant, chez lui, réside dans le peu de cas qu'il fait des états généraux qui, dans son système, ne serviraient qu'à remettre de l'ordre dans la nation en cas de sédition. De toute façon, il ne conçoit nullement les états comme une institution qui pourrait tempérer l'exercice du pouvoir royal puisqu'il écrit  :

Sans s'arrêter à ceux qui font accroire aux roys
Que c'est pour le brider que de soumettre aux loys
Et à toute raison leur puissance suprême.

22Ceux qui invoquent cet argument, déclare Jean de La Taille, doivent être considérés comme suspects parce qu'ils craignent de rendre compte de leur activité. À ce propos, pénétré jusqu'au fond de son âme de culture latine, il suggère de remettre en usage les accusations à la romaine qu'il présente ainsi  :

Qu'on permît les accusations comme devant César à Rome
Pour lesquelles chacun peut accuser tout homme
Même les grands seigneurs dont il viendrait grand bien.

23Pour le reste de son analyse des rouages du pouvoir, il croit devoir distinguer trois piliers dans l'État  : l'armée, la justice et la religion. En matière militaire, il vante bien évidemment l'organisation romaine, la façon de faire le camp le soir, le bon ordre de l'intendance, le respect des horaires, ne consentant à ajouter au crédit de son époque que l'artillerie. Sur le plan judiciaire, il fulmine contre les parlements adversaires de la liberté religieuse et souhaite que les magistrats soient des gentilshommes élus, complétant ainsi son dispositif de construction d'Etat nobiliaire, sans d'ailleurs jamais l'avouer vraiment. En ce qui concerne la religion, il se déclare favorable bien sûr à la liberté religieuse pour les protestants, mais se méfie des tentatives de réconciliation qui ont été tentées jusqu'ici, qu'il s'agisse des états généraux, des conciles ou d'assemblées diverses qu'il qualifie « d'inutiles ». Il propose une solution plus discrète  : que les grands des deux religions se réunissent et que le roi les oblige à trouver une solution dans un délai imposé. Le plus à craindre, dit-il, dans cette guerre civile, c'est la victoire de l'un des deux camps, car le victorieux pourrait abuser de sa victoire.

Conclusion

24Ainsi l'intérêt principal de ces textes de Jean de La Taille poète, gentilhomme et protestant, est de faire apparaître l'extraordinaire sentiment de loyalisme de la noblesse française vis-à-vis de l'institution monarchique dans ce qu'elle a de plus traditionnel. Pour lui comme pour beaucoup d'autres, la rupture religieuse n'impliquait pas la rupture politique. Certes il vivait mal la guerre civile, mais il fallut le massacre de la Saint-Barthélémy pour qu'il se sentît obligé d'imaginer un État nobiliaire modéré dans ses prétentions, très imprégné de culture antique et qui laissait au roi toutes ses prérogatives.

25Ainsi les deux conseils qu'il prévoit, celui de la grande noblesse et celui qu'il appelle « populaire » bien qu'il soit aussi composé de nobles, tout en

26ayant l'apparence du parlement anglais, n'en ont pas les pouvoirs et notamment celui de voter l'impôt. On voit bien que Jean de La Taille ne croit pas aux vertus des assemblées  : les états généraux sont réservés aux périodes de crise et les conciles sont inutiles.

27En revanche il met l'accent sur le rôle éminent du souverain, personnage central qu'il faut bien préparer à sa tâche en l'éduquant de façon différente et en donnant à sa fonction le caractère d'une magistrature romaine.

28On comprend mieux ainsi pourquoi la noblesse en France a été si peu tentée de jouer un rôle politique alors que d'autres noblesses européennes participaient d'une façon ou d'une autre aux décisions, dans des assemblées comme en Angleterre ou en Pologne ou dans des conseils comme en Espagne.

Notes

1 Article paru dans Populations et cultures, études menées en l'honneur de François Lebrun, Rennes, Amis de François Lebrun/Université Rennes 2/Institut culturel de Bretagne, 1989, p. 425-431.

2 Les œuvres de Jean de La Taille ont fait l'objet d'une publication par René de la Maulde entre 1879 et 1906. Une thèse soutenue devant l'université de Dijon lui a été consacrée par un Écossais  : Daley (T. A.), Jean de La Taille, Paris, 1934. Sur la famille de La Taille, le cabinet des titres de la Bibliothèque nationale apporte une belle documentation généalogique : Chérin 192, Dossiers bleus 633, Pièces originales 785, Nouveau d'Hozier 309, Cabinet d'Hozier 305.

3 Jean de La Taille, ouvrage cité dans l'éd. de la Maul de. Ces textes écrits en 1568 ont été publiés en 1574.

4 Remontrance pour le roy à tous les sujets qui ont pris les armes, éd. de la Maulde, 1879-1906.

5 La Noue, « Discours XXVI », in Discours politiques et militaires, éd. F. E. Sutcliffe, Paris  ; Genève,

1967, p. 23.

6 Le plus célèbre traité est paru en 1573. Il s'agit de Hotman, La Franco gallia.

7 Constant (Jean-Marie), Nobles et Paysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, Lille, 1981, 3e partie.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search