Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Troisième partie. Noblesse et dissidence

Chapitre XII. La noblesse protestante en France pendant les guerres de Religion : un ferment d'innovation dans un monde traditionnel1

Texte intégral

  • 1 Article publié dans Benedjct (Philip), Marnef (Guido), van Nierop (Henk), Venard (Marc) (dir.), Re (...)
  • 2 Mariéjol (J.-H.), La Réforme, la Ligue, l'édit de Nantes (1559-1598), t. VI de Lavisse (Ernest) (d (...)

1L'attitude de la noblesse française pendant les guerres de Religion est à la fois bien et mal connue. À la fin du xixe siècle et dans la première partie du xxe, il était de bon ton d'affirmer que les guerres de Religion étaient le produit des luttes des grands clans nobiliaires : Guise, Bourbons, Montmorency. Il est évident que ces grands lignages ont joué un rôle parce qu'ils disposaient de clientèles nombreuses et réparties sur l'ensemble du territoire français mais il est nécéssaire d'étudier les familles de ces nobles qui composaient ces réseaux afin de mieux cerner les partis qui s'opposaient. Il est ainsi apparu qu'on ne pouvait évoquer la noblesse en général, qu'il fallait distinguer les diverses catégories qui composaient le second ordre2

  • 3 Constant(j.-M.), « Les barons pendant les guerres de Religion », in Avènement d'Henri IV, Quatrièm (...)
  • 4 Constant (J.-M.), La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xviie siècles, Paris, 19 (...)

2En effet, les grands seigneurs de la cour avaient leurs stratégies politiques, voire leurs ambitions, mais il ne faut pas croire que les oppositions qui se manifestent au Conseil du roi suffisent à expliquer tout le comportement noble car en dessous des princes et des grands, existait un groupe puissant et stratégique sur le plan social et politique que j'ai proposé d'appeler la noblesse seconde. Elle comprenait les cadres des armées, les lieutenants généraux des provinces et des places militaires, en somme l'élite de la noblesse dont le ralliement à la cause du roi ou à celle d'une révolte de grand seigneur décidait du sort du royaume. En Champagne, Laurent Bourquin a montré que cette noblesse seconde fut chargée par le souverain de défendre cette province- frontière pendant tout le xvie siècle. Certains de ces lignages grâce à l'appui du roi sont entrés dans la grande noblesse comme par exemple les Épernon ou les Joyeuse au temps d'Henri III3. En dessous de cette noblesse seconde, venait la masse des gentilshommes où l'on pouvait distinguer les militaires et les campagnards c'est-à-dire ceux qui vivaient noblement à la campagne dans leurs manoirs ou leurs maisons fortes4.

3Depuis une vingtaine d'années, la noblesse catholique a fait l'objet d'études qui nous ont éclairés sur son comportement. En revanche la noblesse protestante n'est connue qu'à travers des études provinciales parce que les sources et les méthodes pour l'étudier, même de façon indirecte, comme l'exploitation des notices de l'Ordre de Saint-Michel ont permis de le faire pour la noblesse catholique, n'ont pas encore été découvertes. Néanmoins, il est intéressant de faire le point sur nos connaissances et de voir quelles sont les perspectives de recherche qui peuvent s'ouvrir dans ce domaine.

4Dans un premier temps, nous allons essayer d'évaluer la puissance de la noblesse protestante puis nous interroger sur les raisons de ses choix religieux. Enfin nous tenterons de comprendre les éléments qui constituent l'imaginaire politique des nobles protestants à travers leurs comportements et les programmes qu'ils ont élaborés.

Essai d'évaluation de la pression nobiliaire protestante pendant les guerres de Religion.

  • 5 Constant (J.-M.), « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xvie et xviie siècle (...)

5On ne connaît pas plus le nombre des nobles protestants que celui des catholiques et ce chantier de recherche demeurera encore longtemps ouvert car il est un sujet de controverses en France depuis le xviiie siècle et les méthodes d'investigation sont longues en ce domaine. Pour distinguer les nobles ligueurs des royalistes et des neutres, j'avais découvert une source indirecte susceptible d'être étudiée de façon quantitative : les registres de l'Ordre de Saint-Michel qui avaient été établis par d'Hozier, le généalogiste du roi, mais cette récompense n'étant accordée qu'aux catholiques, cette source ne pouvait être utilisée pour les protestants5.

6En attendant de trouver une solution à ce problème, il est obligatoire de se replier sur des exemples régionaux. Janine Garrisson a évalué à 36 % la proportion des nobles réformés en Quercy mais elle indique qu'elle serait plus importante en Saintonge, en Gascogne, en Gévaudan en Languedoc et en Haute Provence. La Basse Normandie atteint aussi un niveau important : 40 % dans l'élection de Bayeux. Néanmoins toute la France n'est pas à l'unisson de ces chiffres élevés. La noblesse du Limousin ne compte dans ses rangs que 21 lignages soit 13 %. On trouve une proportion semblable dans les bailliages et sénéchaussées de Vendôme, Château-du-Loir et d'Étampes (autour de 10 %). En Beauce, la densité est plus forte (26 %).

7Ces différences attirent l'attention sur les disparités existant entre les catégories de noblesse. Il faut ajouter que des résultats si divers d'un espace géographique à l'autre interdisent toute généralisation à partir d'un corpus. L'historien ne peut donc se lancer que dans des monographies provinciales et faire de la micro-histoire régionale ou villageoise mais surtout multiplier les angles d'investigation.

8Ainsi Michel Cassan dans sa thèse sur le Limousin apporte des informations précieuses et nouvelles. Il constate que la noblesse protestante titrée est sur-représentée par rapport à l'ensemble du second ordre (un vicomte sur deux, quatre barons sur sept) mais surtout que la masse des gentilshommes réformés se concentre dans des zones bien précises, seize paroisses de la vicomte de Limoges et dans quatorze contiguës.

9D'autres exemples confirment ce cas de constitution d'espaces de réformés. En Beauce, la grande majorité des lignages protestants se concentre dans deux zones de part et d'autre de la route Paris-Orléans en bordure du Gàtinais et dans la partie beauceronne du Dunois où la proportion de gentilshommes huguenots approche les 40 %.

  • 6 Garrisson (J.), Protestants du midi 1559-1598, Toulouse, 1980, p. 26. ; Wood (J.), The Nobility of (...)

10Dans le Maine, on assiste à des phénomènes identiques: 35 % dans le Saônois et ses marges (sud-est d'Alençon), 8 % dans le sud-est du Haut Maine. Pour une partie du diocèse du Mans, on dispose d'une enquête effectuée par l'évêque en 1577. Elle est tout à fait révélatrice: dans le doyenné de Lignières la Carelle (sud d'Alençon), le pourcentage des nobles protestants est de 23,52 %, dans le nord de l'actuelle Mayenne de 0,96 %6.

11Un autre trait frappant de la noblesse protestante est l'étroite imbrication des noblesses urbaine et campagnarde. Ainsi, lors de la prise du Mans, en 1562, selon les récits de ces folles journées, tout aurait été organisé le 1er avril, à l'Hôtel de Vignolles, où le maître du lieu, Jean de Vignolles, écuyer, seigneur de la Rochère, fils d'un notaire et secrétaire du Roi, maison et couronne de France, lieutenant particulier du siège présidial, faisait figure de chef d'une conspiration destinée à prendre le contrôle de la ville à l'exemple de ce qui avait été réussi à Orléans. Autour de lui, on rencontre Thibault de Bouju, seigneur de Verdigny, lieutenant criminel, appartenant à une vieille famille du Mans, déjà présente au xiiie siècle comme capitaine du château sous Philippe le Hardi, le prévôt des maréchaux, Richent, son lieutenant, du Breil, seigneur de la Fontaine d'Outillé, Taron avocat du Roi, les frères Boussard, membres d'une autre vieille famille mancelle remontant au xiiie siècle et qui exercent des charges de conseiller au prési- dial et à l'élection en étant respectivement seigneur de Congé-sur-Orne et des Granges.

12Près d'eux, se trouvaient des gentilshommes chefs de guerre, tels La Motte Thibergeau, qui fut le vrai commandant militaire de la ville devenue protestante puis l'aventure achevée, l'organisateur de la retraite en Normandie, le compagnon d'Andelot en 1568 et enfin le colonel du siège de Paris en 1590. Il était accompagné de Nicolas de Champagne, descendant des premiers barons du Maine, futur comte de la Suze, seigneur d'au moins onze seigneuries et chambellan du roi, capitaine de cinquante hommes d'armes et qui avait participé au siège de Metz et à la bataille de Saint-Quentin. Le troisième, Guillaume d'Argenson, écuyer, seigneur d'Avesnes, Méhenry et Bellavilliers dans le Saônois et le Perche appartenait à un lignage suivi depuis le xive siècle. Deux autres gentilshommes, Isaac de Germainville, baron de La Gahardière et des Touches et Jean de Boisjourdan seigneur de Bouère, sont des militaires.

13En revanche, la garde des ponts n'est pas confiée uniquement à des gentilshommes : si le Pont Neuf est sous la responsabilité de Jean du Fou baron de Pirmil et de Noyen, le pont Yssouard et le pont Perrin sont laissés aux mains de vieilles familles d'ancienne bourgeoisie.

14Comme on le voit, la synthèse semble parfaite entre la vieille bourgeoisie mancelle et les gentilshommes de la campagne, la réforme protestante étant le catalyseur d'une solidarité d'élites diverses réunies pour la conquête du pouvoir urbain et le triomphe de la nouvelle religion. La noblesse huguenote minoritaire dans le plat pays, associée à des notables urbains, titulaires de charges importantes, nobles pour certains, proches de la noblesse pour d'autres, avait pris conscience de la force que pouvait représenter une telle organisation associant nobles de ville et nobles de campagne.

  • 7 L'Invasion de la ville du Mans par les religionnaires en 1562, ouvrage anonyme, Le Mans, 1667 ; An (...)

15On peut parler de noblesse de ville parce que la noblesse de robe n'existe pas encore socialement et politiquement avant les années 1620-1640. En effet, on trouve des notaires et secrétaires du roi (les fameuses savonnettes à vilains si moquées) des conseillers au parlement, des officiers de bailliages mais aussi une bourgeoisie très ancienne dont le comportement est celui d'une élite nobiliaire. Cette alliance protestante inhabituelle des notables urbains et de la noblesse de la campagne, souvent militaire, qui prend appui sur la ville, est le fruit d'une stratégie visant la conquête de places fortes mais invente aussi une nouvelle structure d'État, qui triomphera dans les rangs protestants puis ligueurs7.

16On remarque qu'à Angers la même situation prédomine. Pasquier indique un processus qui pourrait être semblable dans bien des villes quand il écrit : « Plusieurs villes se sont prises d'elles-mêmes en faveur des huguenots » et il cite Le Mans, Tours, Blois, Angers, Saumur, Bourges, Meaux, Rouen, Maçon, Le Havre, Montauban, Valence.

  • 8 « Journal de Louvet », Revue de l'Anjou, 1854 ; pasquier (e.), Lettres historiques, Paris ; Genève (...)

17Janine Garrisson montre bien les deux schémas qui prévalent : la ville passe au parti de Condé grâce à l'adhésion des notables détenant déjà des responsabilités ou elle est conquise par des bandes armées bénéficiant de complicités intérieures. Anne Cuggenheim avait déjà analysé cette rencontre nobles-notables urbains à Nîmes et voyait la noblesse comme désireuse de dominer la ville face aux officiers et aux juristes mais Denis Crouzet pense que l'avancée politique nobiliaire est une conséquence de la crise et non la cause de l'engagement des nobles8.

18Néanmoins toute la noblesse protestante d'une province n'est pas à la remorque ou à la tête du patriciat urbain. Ainsi dans le Maine, la célèbre famille Beaumanoir de Lavardin n'est pas sur ce front mais dans les armées. Lignage de la noblesse seconde, son action se situe davantage dans l'entourage de la grande noblesse.

19Si certains sont aux armées, d'autres mènent plus modestement la vie des gentilshommes campagnards. Le curé de Montigné, près d'Alençon, ne dit-il pas, certes à une date tardive en 1577, à propos de Noble Louis de Pylois, qu'il vit « paisiblement et noblement » tout en étant de « la R.PR. ainsi que ses fils Jean et Richard ». Il en est de même, en Beauce, où la grande majorité des nobles protestants n'a pas lié son sort à celui des villes d'Orléans et de Chartres. Certes, on en trouve quelques-unes qui sont allés prêter main-forte aux notables d'Orléans, en 1562, comme le sieur Gallot de Bouglainval mais il reviendra ensuite dans son village, où à la tête des protestants, il résistera aux attaques des catholiques conduits par leur curé.

20Dans ce pays de Beauce, on trouve d'abord des familles de la noblesse seconde ou celles qui l'approchent socialement. Nombre d'entre eux font de belles carrières militaires et bénéficient de ce fait d'une influence locale forte Ainsi les frères d'Aussy : l'un a été capitaine de cent reîtres, un autre a été gouverneur de la citadelle d'Orléans, un troisième, capitaine d'une compagnie de cavalerie à la tête de laquelle il sera tué à la bataille de Saint-Denis, en 1567.

21Au total, six lignages de la noblesse seconde et assimilée constituent 17,24 % de la noblesse protestante de Beauce. La proportion des gentilshommes est bien plus importante (71,42 %) mais ces derniers peuvent être partagés en deux catégories : les militaires (34,28 %) et les campagnards (37,14 %). Ces militaires occupent des postes modestes d'hommes d'armes ou d'archers quelquefois de façon intermittente comme les Neufcar, les gentilshommes campagnards menant une existence paisible dans les villages ou quelquefois imposant l'ordre protestant comme à Arpentigny où François de Gravelle, seigneur d'Ermeray, va empêcher, pendant un demi- siècle, la célébration du culte catholique en transformant la chapelle en grange et le bénitier en auge pour les cochons.

  • 9 Constant (J.-M.), Nobles etpaysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, Lille, 1981.

22Pour conclure sur ce thème, si on dresse un tableau de la noblesse protestante en Beauce entre 1560 et 1570, on a 51 % de militaires, 37 % de gentilshommes campagnards et 12 % de gens de robe9.

  • 10 Orléa (M.), La Noblesse aux états généraux de 1576 et 1588, Paris, 1980.

23Ainsi donc, le mouvement protestant à travers les quelques exemples cités apparaît certes largement minoritaire sur le plan du nombre des lignages qui le composent mais cette faiblesse est relative car elle est compensée par la qualité des adhérents, titulaires de pouvoirs importants dans les cités ou dans les armées et surtout par une stratégie politique particulièrement bien adaptée à leur situation. On peut d'ailleurs mesurer cette force, lors des élections pour les états généraux de 1576, grâce aux travaux de Manfred Orléa10.

24D'abord il faut constater qu'un seul député huguenot est élu en Saintonge, François Pons, seigneur de Mirembeau. Un autre l'a été, à Senlis, « par les uns et par les autres », c'est-à-dire par une conjonction de protestants et de catholiques politiques mais, l'heureux bénéficiaire de cette opération, le célèbre Du Plessis Mornay, a décliné l'honneur qui lui était fait. Ainsi les réformés, qui représentent 48 % des présents à l'assemblée du bailliage de Blois, peuvent faire entendre leurs voix et surtout faire avancer leurs idées même si leur représentation n'est pas très forte comme à Nevers (12 %), Péronne (16 %), Provins (9 %) Poitiers (7 %). À Vendôme et à Étampes, où les huguenots sont loin d'être majoritaires, l'un des leurs est pourtant choisi mais l'élection dans les deux cas est invalidée parce qu'elle reposait sur un trop grand nombre de procurations. On décide donc de ne compter que les votes des présents.

25Mais si, dans le cas de Blois, il est décidé de s'abstenir de parler de religion et de considérer les protestants comme « bons parents et amis » et si, à Nevers, la tendance hostile à l'édit de pacification est absente, il en est tout autrement à Provins, où le conflit entre neuf huguenots très décidés et une centaine de catholiques indignés faillit dégénérer en bataille rangée, les plus intransigeants des deux camps voulant tirer l'épée et inviter leurs adversaires à en découdre.

26Souvent, on cherche des moyens juridiques pour écarter les réformés. Décider de ne pas prendre les procurations est souvent utilisé mais il est plausible aussi que les procurations aient été fausses.

27Ainsi, il n'est pas possible de généraliser d'autant plus que chaque province a ses traditions. Dans certaines, les états provinciaux décidaient du choix des députés et rédigeaient le cahier de doléances sans même réunir d'assemblée de noblesse.

28Néanmoins, M. Orléa souligne que les protestants, quand ils sont présents dans les assemblées et qu'ils ont la possibilité d'exprimer leurs idées, manifestent souvent des exigences qu'on qualifierait aujourd'hui de démocratiques. Ils veulent imposer la participation de tous aux assemblées, l'élection secrète pour éviter les pressions, un vrai débat public, ce qui prouve que l'irruption des huguenots a été non seulement un bouleversement religieux mais aussi une véritable révolution culturelle et politique. Il faut donc s'interroger sur les raisons profondes de ce choix de la part des nobles.

Comment la noblesse devint-elle protestante ?

  • 11 Major (J. Russel), « Noble income inflation and the wars of religion in France », American histori (...)

29On a beaucoup réfléchi et écrit pour essayer de comprendre l'engagement des nobles dans le protestantisme. On a évoqué l'appauvrissement de la noblesse aux prises avec des difficultés économiques occasionnées par la hausse des prix, les nobles étant supposés vivre de droits seigneuriaux fixes. Depuis quelques années, les historiens se sont efforcés de démontrer que les gentilshommes ne s'appauvrissent pas au xvie siècle mais gagnent de l'argent justement à cause de la hausse des prix car l'essentiel de leurs revenus est constitué de l'exploitation directe d'une partie de leurs terres et de fermages ou de métayages rapportant une rente foncière qui monte quelquefois plus vite que les prix comme en Béarn. Tout un ensemble de travaux publiés depuis 1980, militent dans ce sens et indiquent que cette piste ancienne est dépassée et ne peut être suivie que pour des cas particuliers11.

30En Beauce, où la terre rapporte beaucoup aux nobles, les chemins de la réforme sont divers. Certains comme les d'Aussy, ont des liens anciens dès le début du xvie siècle avec l'Allemagne où ils commandent des compagnies de lansquenets, d'autres comme une branche de la famille de Prunelé, les cadets de Monceau de Tignonville, les Tullières, les Fesques, qui sont des fidèles des Bourbons ont sans doute rencontré, dans cette maison, des gens qui leur ont fait découvrir la nouvelle foi. Pour deux lignages, La Taille et Meaussé, les jeunes ont fait des études à l'université d'Orléans, foyer important de diffusion selon Théodore de Bèze qui écrit : « Dieu commença à faire retentir sa voix à Orléans qui fut avec Bourges la fontaine dont les eaux regorgèrent dans tout le royaume ». Les historiens du début du xviie siècle, magistrats de présidial ou ecclésiastiques, le disent aussi et rapportent qu'un étudiant appelé Pierre Colombeau enseigna la réforme à Orléans en 1557. Guyon explique ainsi que les prédications « s'entendent » aux environs de la ville, jusqu'à Cercottes, Gidy, Neuville et Beaugency. Jean Baptiste Souchet, le chartrain, va dans le même sens en révélant que, dès 1532, « l'hérésie s'était glissée dans Châteaudun par la fréquentation de ceux de Blois et de Vendôme ». Or on a vu que, précisément, la réforme touchait 40 % de la noblesse dans le Dunois.

  • 12 Constant (J.-M.), « La pénétration des idées de la réforme protestante dans la noblesse provincial (...)

31Mais une fois que le contact est établi avec la religion nouvelle, demeure le problème de la diffusion. L'un des canaux privilégiés est la parenté. On s'aperçoit qu'en Beauce, le réseau des alliances matrimoniales dans les familles qui deviendront protestantes avant l'apparition de la réforme est déjà en partie en place. Dans le lignage de La Taille, sur douze mariages dont on a des traces dans la première moitié du xvie siècle, cinq se font avec des familles qui glisseront vers le calvinisme. Ce même pourcentage de 42 % se retrouve chez les d'Aussy, un taux voisin chez les Meaussé. Entre 1506 et 1536, les trois quarts des mariages de Cosne, 60 % de ceux de Chartres rassemblent les futurs adeptes du protestantisme une ou deux générations plus tard12.

  • 13 Roelker (Nancy), « The appeal of calvinism to French noblewomen in the sixteenth century », Journa (...)

32Michel Cassan remarque un phénomène semblable en Limousin chez les Pierre Bussières et les Pons. Il insiste aussi sur un autre canal celui de l'influence des femmes déjà remarqué par Nancy Roelker. Il présente notamment le cas d'une fille Chabot et de Marguerite de Bourbon Busset qui, après la mort de son mari, Jean Geoffroy de la Pierre Bussière, dirige la maison, pendant vingt ans et marie son fils et ses deux filles dans des familles protestantes. Le veuvage, le prosélytisme religieux, la défense du patrimoine familial, la conclusion d'alliances, évoquent, remarque Michel Cassan, le modèle du parcours de Jeanne d'Albret13.

  • 14 Mergey (Jean de), Mémoires, Collecrion Petitôt.

33Mais les femmes ne jouent pas qu'un rôle de veuve héroïque, fidèle et bonne gestionnaire, elles peuvent entraîner leur mari vers de nouvelles voies religieuses. Jean de Meurgey, petit gentilhomme de Champagne, rapporte dans ses mémoires, la conversion de La Rochefoucauld, dont il est un fidèle. Il explique que la mort de sa femme avait tellement affecté son maître qu'il se retira à l'abbaye Saint-Victor à Paris d'où ses amis s'efforcèrent de le faire sortir. Au bout de quelques mois, il épousa Charlotte de Roye, protestante, sœur de la princesse de Condé, à qui on impute généralement sa conversion. Il faut cependant remarquer que le fait de vouloir entrer dans un monastère indique qu'il avait un penchant naturel pour un engagement religieux profond14.

34Dans le Maine, la famille de Champagne, déjà citée, a un profil familial très complexe. La branche aînée, dite de Champagne et de Parcé, est non seulement demeurée catholique mais s'est inscrite dans le registre des grands massacreurs des guerres de Religion car Jean appelé « Grand Jean ou Grand Godet » noyait les protestants dans la Sarthe qui passait sur ses terres de Pechesseul en disant qu'il les faisait boire à son Grand Godet, ce qui lui a valu son surnom.

35En revanche, la branche cadette de la Suze, passa à la réforme. Nicolas qui participa à la prise du Mans de 1562 après avoir montré sa bravoure à Metz et à Saint-Quentin, fut tué alors qu'il combattait aux côtés de Condé à la bataille de Saint-Denis en 1567. Mais sa femme Françoise de Laval n'avait pas abandonné le catholicisme et avait élevé ses deux enfants, Louis et Brandelis, dans cette religion. Ils persistèrent dans la foi de leur mère mais leur sœur Perronelle, dame de Bazoches, était protestante et épousa Jacques de Montgommery comte de Lorges. L'aîné, Louis, s'était allié, en 1572, à Madeleine de Melun, dame de Normanville, dont il eut quatre enfants que leur mère éleva dans la religion réformée. Le premier, Louis, deviendra général de l'armée de la république de Berne, tout en accomplissant une carrière militaire remplie d'exploits dans les armées française, suédoise et bernoise, sous Louis XIII et pendant la guerre de Trente Ans. On pourrait multiplier les exemples mais il faut rester prudent car les femmes nobles ont toujours joué un rôle important. Lorsque les hommes sont à la guerre, elles sont investies des responsabilités de la gestion de la maison et de la seigneurie. Il ne faudrait pas que la surprise de voir surgir des femmes dans un univers, la noblesse, qu'on imagine masculin, aboutisse à une vision trop féministe de la réforme. L'exemple de la famille de Champagne comme bien d'autres, montre que le choix de la femme est aussi primordial que celui de l'homme pour l'avenir du lignage mais qu'il ne doit pas être surestimé.

  • 15 Crouzet (D.), Genèse de ta réforme..., op. cit., p. 539 sq. ; Im vie de Bayardde Symphorien Champi (...)

36Denis Crouzet a mis en avant une autre raison qui explique la sensibilité particulière des nobles aux problèmes religieux : « le besoin sacral de la guerre ». S'appuyant sur des textes de Biaise de Monluc et de Brantôme, il explique que la guerre est une rencontre avec la mort, donc avec Dieu et que la société nobiliaire est une société-panique qui cherche à atteindre Dieu dans l'action. Dans ce cadre, la fin de la guerre avec l'Espagne, après le traité de Cateau-Cambrésis, est vécue par la noblesse comme une catastrophe, les gentilshommes passant de la guerre extérieure aux luttes civiles sans difficulté, parce qu'ils deviennent leur propre objet de violence en s'en- fonçant dans une sorte d'autodestruction15.

  • 16 Foisil (M.), Le Sire de Gouberville, Paris, 1981, rééd. 1986.

37Cependant, cette sensibilité particulière des hommes de guerre n'est pas toujours celle des gentilshommes campagnards pourtant nombreux, comme on l'a vu en Beauce où la moitié de la noblesse protestante est campagnarde ou d'office. D'après les calculs que j'ai pu faire, il n'y aurait que 15 % en moyenne de familles nobles qui comprendraient des militaires pendant les guerres de Religion avec des disparités très grandes d'une province à l'autre. Ainsi, la Basse Normandie, qui a un taux de militarisation très bas (13 %) a beaucoup de gentilshommes protestants. En revanche, les bailliages d'Étampes, de Chartres et du Limousin, qui ont des taux relativement élevés (20 à 29 %), comptent peu de huguenots(38). Le « besoin sacral de la guerre » conduit à un surcroît de foi qui s'exprime aussi bien dans le protestantisme que dans le catholicisme le plus exigeant. On peut aussi penser que les gentilshommes campagnards sont bercés de rêves chevaleresques et d'exploits militaires. Dans le manoir du Mesnil en Val, le sire de Gouberville possède des livres : Amadis des Gaules, la Table ronde, mais aussi Nostradamus, Machiavel, Rabelais. Noël du Fail recommande la lecture du Roman de la rose, des Quatre fils Aymon, d'Ogier le Danois. On s'explique ainsi mieux pourquoi le frère de Gouberville, la tête brûlée de la famille, s'en va faire la guerre et pourquoi son demi-frère, Symonet, veut aussi courir l'aventure en s'embarquant sur le navire du capitaine Malessard. Par les lectures, par les histoires racontées, les nobles participent largement à un idéal commun qui est fait d'honneur militaire, même si le gentilhomme, dans la réalité de sa vie quotidienne, est plus occupé par ses foins et ses avoines que par la guerre16.

38Néanmoins, si cette dimension - le besoin sacral de la guerre - existe et joue son rôle, il ne faut pas exagérer son importance dans la motivation noble. Il suffit de voir les réticences qui s'expriment vis-à-vis de ce service militaire obligatoire des possesseurs de fiefs, que représente le ban et l'ar- rière-ban, pour comprendre que toute la noblesse n'est pas emportée par le tourbillon de la guerre. De plus, le gentilhomme sait souvent faire la part des choses avant d'engager sa vie. Ainsi, pour ce qui concerne la noblesse titrée, chez les chevaliers de l'Ordre de Saint-Michel, pendant les guerres de la Ligue, pour l'ensemble des douze gouvernements du royaume de France, j'ai calculé que 39 % combattaient dans les rangs royalistes et 17 % dans ceux des ligueurs, ce qui laisse un fort reste de 44 % qu'on appelle les rieurs ou neutres qui sont attentistes et souhaitent que la situation politique et militaire s'éclaircisse avant de choisir. Cependant, là aussi, des disparités énormes existent : ces rieurs dépassent 60 % en Languedoc et en Guyenne- Gascogne, 50 % en Dauphiné et Bourgogne, provinces où l'environnement réformé peut avoir une forte influence mais aussi où des chefs de guerre prestigieux auraient pu entraîner une masse plus importante de clientèles potentielles. Il n'y a que les deux-cinquièmes des gouvernements à ne pas franchir la barre des 40 %.

39Dans le milieu protestant, où on a une surmilitarisation de la noblesse (51 % en Beauce), il n'est pas sûr que les gentilshommes réformés se mobilisent pour la guerre elle-même mais peut être davantage pour la cause qu'ils défendent. Jean de la Taille, certes poète et intellectuel, n'a pas une vision de la guerre semblable à celle de Monluc et de Brantôme qui, de par leur situation personnelle, transfigurent et idéalisent peut-être les actions militaires. Pourtant, son lignage n'a pas ménagé ses hommes puisque son engagement militaire remonte à la guerre de cent ans et se poursuit pendant les guerres de Religion. La génération du poète a mobilisé six hommes sur huit toutes branches confondues dans les armées protestantes derrière les Bourbons. Pendant toute la durée des luttes civiles, huit sont morts sur les champs de bataille, trois étaient à Coutras en 1587 où l'un d'eux sauva la vie du Prince de Condé. Le poète fut blessé à Arnay le Duc et soigné par le chirurgien personnel d'Henri IV, à la demande du Roi. La branche des Essarts perdit le grand père à Moncontour (1569) le père à Coutras (1587) deux fils en 1584 et en 1595 dans une escarmouche locale contre des soldats albanais et au siège de Laon. La vie des camps ne semble pas une partie de plaisir comme l'écrit le poète Jean qui apparaît fort blasé, voire déçu, lorsqu'il dit :

  • 17 Constant (J.-M.), « Les idées politiques d'un gentilhomme protestant pendant les guerres de Religi (...)

Mais si languir ne dormir en sécurité
Aller errer de cité en cité
De lieux en lieux, de villages en villages
N'avoir nul bien nulle commodité
Faire la guerre l'hiver et l'été
Piller l'aultruy et n'aymer le pillage
Par mille dangers sans argent ni retraite
Battre l'estrade à la pluie et au froid.
J'ayme acquérir honneur et ce le mes valeurs
j'ayme voir vertu et ne voy que gens d'armes
J'ayme à faire la guerre et ne voy que voleurs17.

40Dans ces vers il exprime une énorme déception parce qu'il conteste la distance existant entre la guerre rêvée (le besoin sacral de la guerre) et la réalité quotidienne de la vie des camps. Cette attitude de Jean de la Taille montre la très grande complexité des comportements des nobles et la difficulté à comprendre l'engagement de la noblesse vers la réforme qu'il n'est pas possible de réduire à une seule cause. Sept modèles sont apparus qui ont tous fait l'objet d'une historiographie convaincante : l'appauvrissement économique, le contact avec l'Allemagne, l'influence de l'Université d'Orléans, l'engagement dans la clientèle des Bourbons ou de Coligny, le rôle de diffuseur de la parenté, celui des femmes, le besoin sacral de la guerre chez les nobles.

41Toutes ces approches apportent une part de la connaissance mais elles ne montrent que les multiples facettes du surgissement de la conscience individuelle du gentilhomme quelle que soit l'influence subie ou les contacts pris avec la réforme. Coligny, en détention après Saint-Quentin, médite sur les textes bibliques et les sermons de Calvin, prenant ainsi conscience de sa voie en matière religieuse.

L'imaginaire politique des nobles protestants

42Ces choix opérés par des hommes et des femmes qui ont trouvé dans la réforme des solutions rationnelles à leurs angoisses existentielles pour reprendre l'idée de Denis Crouzet vont déboucher sur la guerre civile parce que cette rupture est vécue par une grande part de la population comme un drame porteur de catastrophes et annonciateur de la fin tragique du monde. Mais la réforme ne porte pas seulement des marques d'acculturation dans le domaine religieux, elle envahit la sphère du politique, bien que les formes traditionnelles demeurent le plus souvent apparentes et quelquefois décisives.

43Il est frappant de voir que les protestants comme, plus tard les ligueurs, prennent appui sur les villes. Certes, ces dernières jouent un rôle militaire décisif à l'époque mais elles représentent aussi un fondement politique. L'exemple du Mans en 1562 montre que notables urbains et gentilshommes semblent en plein accord. Dix ans plus tard, après la Saint-Barthélémy, cet objectif stratégique de prise de ville était devenu, dans le midi, un programme politique. Le règlement de l'assemblée de Millau en 1573 commenté par Janine Garrisson fait « de la cité la base essentielle de l'organisation politique ». Elle indique que ce règlement est beaucoup moins explicite sur l'organisation fédérale qui normalement doit rassembler toutes ces villes dans un ensemble politico-religieux que Jean Delumeau a appelé « les Provinces Unies du midi ». J'ai démontré dans mon livre sur la Ligue que cette république des villes protestantes du sud de la France, comme celle des Pays Bas au xviie siècle ou celle des cités ligueuses, représentait sans doute la structure politique rêvée par l'imaginaire

44des gens du xvie siècle : un pouvoir de proximité, reposant sur la ville, des liens provinciaux très lâches et surtout un Protecteur, grand seigneur chef de guerre, chargé de la défense, appelé Protecteur chez les protestants français, Stathouder chez les Hollandais, Lieutenant général chez les ligueurs.

  • 18 Hotman (F.), La Franco gallia, 1573 ; Bèze (Th. de), Du droit des magistrats sur les sujets, 1575 (...)

45Ces régimes politiques subordonnent la noblesse et ne lui confient pas un rôle majeur autre que celui de la défense. Les assemblées protestantes de Nîmes et de Montauban en août 1573, selon Janine Garrisson, désirent faire admettre aux catholiques leur existence comme sujets à part entière dans le royaume, mais en même temps, demandent au roi, l'acceptation d'un état protestant inclus dans la confédération européenne des nations réformées. Au cours de l'assemblée de Millau, de 1573, les gentilshommes et les sieurs qui sont majoritaires (58 %) entérinent sans état d'âme apparent cette organisation politique qui fait de la ville le cœur de l'État protestant. Lorsqu'une alliance est conclue avec le politique Damville, le puissant gouverneur du Languedoc, les notables de l'assemblée de Nîmes devinrent méfiants vis-à-vis de ce grand seigneur comme ils l'étaient face au fils de Condé. Ils voulurent le contrôler et lui interdire de gouverner à sa guise. Ils se faisaient l'écho des idées nouvelles en vogue chez les protestants et popularisées par les ouvrages des Monarchomaques. Pour éviter les actes de tyrannie il fallait conclure un contrat entre le roi et le peuple. Dans ce cadre, le rôle des états généraux était grand : établir et déposer les rois, choisir les magistrats, faire les lois, décider de la paix et de la guerre, voter les impôts même si rien n'était dit à propos de la périodicité des états et du rôle du roi dans la convocation. Le compromis fait avec les Politiques allait modérer encore ce programme comme le remarque Ariette Jouanna. Politiques et protestants étaient en accord pour ce qui concerne le rôle des états, du roi et des magistrats, le devoir de révolte, le fonctionnement de l'état de droit mais les différences de conceptions portaient sur la légitimité de l'élection par rapport à celle de la naissance, la souveraineté du peuple, le contrat, fondement des relations de pouvoir dans le royaume18.

46Ainsi, il y a aussi des conceptions très différentes entre les protestants. Le radicalisme méfiant des villes vis-à-vis de tout protecteur qu'il fût roi ou grand seigneur, se heurtait aux réticences des théoriciens car même l'auteur du fameux Vindiciae [...] éprouvait, comme les autres, des difficultés à sortir des structures de pensée de l'époque issues de Platon et d'Aristote, pour prôner une doctrine politique de séparation des pouvoirs ou d'équilibres différents de ceux que l'antiquité avait envisagés. La république des Provinces Unies du midi était un régime de fait, considéré sans doute comme provisoire ou non fiable, puisqu'il ne théorisait pas sur son existence.

47Un gentilhomme humaniste comme Jean de la Taille, lorsqu'il publie Le Prince nécessaire, en 1573, prend même le contre-pied de ces idées. Par le titre de son livre dédié à Henri de Bourbon, il exprime une volonté de réhabiliter auprès de ses coreligionnaires l'idée qu'il n'est pas possible de se passer d'un souverain. Il va beaucoup insister sur le rôle de magistrat à la romaine du prince, sur sa sagesse à l'image des rois de la Bible, David et Salomon, sur sa valeur morale et sur les conditions de son éducation où il devra être mêlé aux autres enfants de façon très démocratique. En conséquence, il ne souhaite pas limiter le pouvoir traditionnel des rois puisqu'il écrit : « Sans s'arrêter à ceux qui font accroire aux Rois que c'est pour les brider que de les soumettre aux lois ». En matière de gouvernement, Jean de la Taille, se réfère peu aux états généraux faits selon lui pour remettre de l'ordre dans la nation lorsque ce dernier est gravement perturbé ce qui correspond à la conception traditionnelle et monarchique mais il prône de bâtir un vrai conseil privé du roi composé de deux conseils : le premier comprendrait « l'élite de la noblesse » et le second appelé « conseil populaire en moindre qui parle à l'autre » sera réservé aux gentilshommes élus. Il semble que son modèle soit l'Angleterre des Tudors qui lui est contemporaine et qui développe un système politique qui commence à prendre forme précisément dans cette seconde moitié du xvie siècle. Or, on sait que la grande noblesse siège à la Chambre des Lords alors que les Communes sont majoritairement dominées par la gentry. Il suggère enfin de remettre en usage les accusations à la romaine lorsqu'il écrit :

...comme devant César à Rome
pour lesquelles chacun peut accuser tout homme
même les grands seigneurs...

48Le pouvoir, chez lui, est partagé entre le roi et la noblesse. Les villes, armatures du système protestant, en sont exclues. En même temps, il réfléchit à une réorganisation des trois piliers de l'État: l'armée, la justice et la religion. L'armée devait être repensée à l'imitation de celle des Romains : bâtir le camp, le soir, approvisionner correctement les troupes, respecter les horaires. La justice serait retirée aux parlements pour être confiée à des gentilshommes élus. En matière religieuse, il se déclare hostile aux tentatives de réconciliation, favorable à la liberté religieuse pour les protestants et à un compromis à la condition qu'il ne permette pas à l'un ou l'autre camp de pouvoir abuser de sa victoire. Sans le dire ouvertement, Jean de la Taille prône une monarchie où le roi devrait gouverner en s'appuyant sur la noblesse installée dans le conseil. Il ne croit pas aux assemblées, états, conciles, mais il place, au centre du pouvoir, le roi et son conseil. Il pensait ainsi réaliser le modèle politique de l'antiquité en réunissant monarchie, aristocratie et démocratie. Ariette Jouanna a bien montré, dans le devoir de révolte, que le rôle de ce conseil et sa composition étaient au cœur des débats chez les nobles car c'est là que se font les arbitrages, la distribution des privilèges et des pensions.

49Ainsi donc, la noblesse protestante comprend au moins trois tendances après la Saint-Barthélémy : les partisans d'un pouvoir urbain de fait capable de résister à toutes les attaques, ceux qui mettent les états généraux comme contrepoids à une trop grande puissance du roi, enfin, les partisans d'un pouvoir royal assisté d'un conseil représentatif de la noblesse.

  • 19 mousnier (R.), « La société des fidèles », in Les Institutions de la France sous la monarchie abso (...)

50Mais la noblesse protestante est aussi divisée pour ce qui concerne les liens d'amitié, de fidélité ou de clientèle qui l'unissent au roi ou aux grands. À mon avis, la période des guerres de Religion ne correspond pas à un renforcement de ces liens mais à une remise en cause qui n'est pas totale mais partielle du système de relations même si la paix civile revenue au temps du baroque triomphant, dans la première moitié du xviie siècle, ce type de sociabilité connaît son plus bel apogée19. Jean de la Taille remarque, dès 1562, dans sa Remontrance pour le roi à tous les sujets qui ont pris les armes que les valeurs nobiliaires sont détruites par la guerre civile. Il écrit notamment :

Quelle erreur de voir ou plutôt quelle horreur,
De voir gent contre gent s'allumer de fureur
Le sang contre le sang, enfants contre le père,
Femmes contre l'époux, frères contre frères, Amy contre
amy, voisin contre voisin.

51François de la Noue, dans ses Discours militaires, lorsqu'il évoque l'entrevue de Toury en Beauce, entre Catherine de Médicis et les Bourbons, pour une ultime tentative de réconciliation, montre bien les déchirements que les différences de foi religieuse entraînent dans la noblesse rassemblée en deux troupes, se faisant face, en attendant l'issue des pourparlers :

après qu'elles se furent contemplées demi heure, chacun désireux de voir, l'un son frère, l'autre son oncle, son cousin, son ami ou ses anciens compagnons, demandait licence aux supérieurs, ce qu'on obtenait avec peine pour ce qui avait été défendu même qu'on s'accostât de crainte de venir aux injures et après aux mains. Mais tant s'en faut que querelles s'en suivissent, qu'au contraire, ce ne furent que salutations et embrassades de ceux qui ne pouvaient se garder de montrer signe d'amitié pour ceux que la parenté ou l'honnêteté avaient auparavant liés ensemble.

52Racyne de Villegomblain, gentilhomme du Blésois, rapporte une histoire significative : un gentilhomme de Beauce, protestant, nommé Poupry, fut fait prisonnier, en 1568, lors de l'attaque du château de Lusignan, après avoir montré un courage extraordinaire. Le duc de Longueville, qui l'avait élevé page, « le retira de sa prison croyant l'engager au service du roi et au sien, s'étant fait estimer par ce brave acte ; comme de fait [écrit Villegomblain], c'était un courageux jeune homme mais il le trompa et lui manqua de parole, retournant en son parti et depuis mourut misérablement ».

  • 20 La Noue (François de), Discours politiques et militaires, Paris-Genève, 1967, p. 623 ; Vlllegombll (...)

53Pour Racyne de Villegomblain, gentilhomme de la maison d'Henri III, puis d'Henri IV, demeuré catholique et culturellement dans le système traditionnel de relations, l'attitude de Poupry est scandaleuse et sa fin est le châtiment mérité pour un manquement aux valeurs nobiliaires. Cependant, si on prend le point de vue de Poupry porté par sa foi réformée dans les armées protestantes, il n'est pas pensable que sa fidélité à Longueville ou la reconnaissance, le conduisent à se battre dans les rangs catholiques contre ses coreligionnaires ou à rentrer chez lui en Beauce dunoise20.

54En réalité, la réforme protestante a non seulement acculturé la foi religieuse et les idées politiques mais aussi le comportement des nobles protestants dans leurs relations personnelles avec le roi ou les autres nobles. Certes, il ne faudrait pas pousser le raisonnement trop loin et, à partir de quelques exemples épars, conclure trop hâtivement à la fin du système traditionnel de relations nobiliaires. Jean de la Taille, lui-même, est un fidèle du roi Henri IV : il l'a suivi dans toutes ses entreprises et a écrit le Prince nécessaire, qu'il lui a dédié. II ira même jusqu'à se convertir, après l'édit de Nantes, au catholicisme, peut-être par fidélité, à l'égard de son maître.

55Néanmoins, l'observation des relations d'amitié sur lesquelles Ariette Jouanna et moi-même, avons beaucoup travaillé, nous oblige à nous interroger afin de savoir si il n'y a pas là un signe que le système des relations entre les nobles a beaucoup évolué pendant la période des luttes civiles. L'amitié, au xvie siècle, telle que la définit Ariette Jouanna, se caractérise par la liberté, l'indépendance et la relative égalité des partenaires, même s'ils sont de rangs différents. Les lettres envoyées par le fils de Condé et le duc d'Anjou à Mathurin de la Taille des Essarts, en 1578, citées par Ariette Jouanna, montrent bien que les princes sont demandeurs d'un service personnel. Cette liberté de la noblesse, vis-à-vis du Prince de Condé, rencontrée en Picardie, par K. B. Neuschel ne plaide pas pour le renforcement des liens de clientèle pendant les guerres de Religion. La violence des comportements des nobles entre eux et, notamment, la facilité avec laquelle les chefs de guerre condamnent à mort ou organisent des massacres, témoigne dans le même sens.

56Ainsi Biaise de Monluc, lorsqu'il raconte le siège de Montségur (entre Dordogne et Garonne), explique pourquoi il a fait mettre à mort le capitaine Héraud qui avait pourtant fait partie de sa compagnie en Italie et qui était un brave soldat que « beaucoup de gens voulaient sauver pour sa vaillance ». Monluc s'oppose à cette clémence qui aurait été tout à fait en accord avec les valeurs nobiliaires traditionnelles parce qu'il était « assuré, écrit-il, qu'il ne se retournerait jamais de notre côté ». Il le jugeait en effet

  • 21 Jouanna (A.), Le Devoir de révolte..., op. cit., p. 119 et 132.

57Il en fut de même, lors de la conjuration d'Amboise, où le mouvement de contestation vint de la base nobiliaire des gentilshommes ou des intellectuels réformés qui bravèrent l'attitude qu'ils jugeaient timorée de Condé et l'avis négatif de Calvin21.

Conclusion

58On voit ainsi que la noblesse protestante, tout en ayant une attitude originale, n'est peut-être pas si différente de la noblesse catholique quant à ses aspirations. Cependant, les nobles protestants sont, en général, beaucoup moins nombreux et ont un comportement de minorité assiégée. Ils compensent ces handicaps par une sur-représentation de l'élite nobiliaire, une alliance avec les notables de la ville comme au Mans, à Angers, à Nîmes, en 1562, la création d'une structure politique qui tente de rassembler ensemble les villes où ils ont pris le pouvoir dans une sorte de république. Dans les bailliages, pour les élections de 1576, bien qu'ils ne disposent que d'un élu, ils réussissent à faire passer leurs idées grâce à l'appui des politiques, inquiets de l'intransigeance des catholiques les plus zélés. Ainsi, le parti protestant affirme une grande puissance de ralliement tout en conservant son identité parce qu'il est porteur d'une foi nouvelle et d'un projet d'acculturation des relations sociales et politiques traditionnelles.

59Ce phénomène s'explique par la conversion des protestants qui s'accompagne forcément d'une prise de conscience individuelle et d'une remise en cause de toutes les formes anciennes de relations. En conséquence, leur engagement militaire était souvent dicté par le besoin sacral de la guerre mais aussi par le sentiment d'un devoir qu'ils se résignent à accomplir pour la cause de leur foi.

60Leurs choix politiques portés par des idées diverses et même contradictoires qui vont d'une république des villes libres et des provinces unies jusqu'à une monarchie forte, très capétienne d'inspiration, en passant par des modèles bibliques, anglais, romains et nobiliaires. Dans l'ensemble, les nobles protestants souhaitent plus de garanties politiques et de libertés. Ils pensent que le pouvoir ne peut être issu que d'un contrat qui ressemble fort à l'alliance de l'ancien testament.

61Cette revendication de liberté s'exprime aussi par une remise en cause, par certains gentilshommes protestants, des liens de fidélité et de clientèle, au nom de leur foi, valeur qu'ils jugent supérieure à celles de la sociabilité nobiliaire traditionnelle. Au nom de l'amitié qui unit les gens sur un pied d'égalité et permet au gentilhomme de demeurer libre par rapport à l'État, aux Grands seigneurs et aux partis, le noble protestant s'émancipe et se fait l'annonciateur d'un monde nouveau qui triomphera beaucoup plus tard. Néanmoins, il faut reconnaître que ces signes perceptibles, à l'époque des guerres de Religion, en France, et que l'on rencontre aussi bien dans les rangs protestants que dans ceux des ligueurs, demeurent minoritaires et qu'ils seront vite occultés et enfouis dans les inconscients collectifs nobiliaires. On les verra ressortir de façon inattendue comme lors de la révolte de 1658-1659, en Dunois, et, véritablement, se développer à l'époque des lumières dans un autre contexte philosophique.

Notes

1 Article publié dans Benedjct (Philip), Marnef (Guido), van Nierop (Henk), Venard (Marc) (dir.), Reformation, Revolt and Civil War in France and the Netherlands (1555-1585), Proceedings of the colloquium, Amsterdam, 29-31 october 1997, Amsterdam, Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences, 1999, p. 69-82.

2 Mariéjol (J.-H.), La Réforme, la Ligue, l'édit de Nantes (1559-1598), t. VI de Lavisse (Ernest) (dir.), Histoire de France des origines à la révolution, Paris, 1884, nouv. éd., 1983 ; Constant (J.-M.), Les Guise, Paris, 1984 ; Constant (J.-M.), « Clans, partis nobiliaires et politique des souverains au temps des guerres de Religion », in Genèse de l'État moderne, CNRS-Éditions, 1987, p. 221 -226.

3 Constant(j.-M.), « Les barons pendant les guerres de Religion », in Avènement d'Henri IV, Quatrième centenaire, Colloque I à Coutras en 1987, Pau, 1989, p. 49-62 ; du même « Les partis nobiliaires et le développement de l'État moderne : le rôle de la noblesse seconde », in L'État moderne : genèse, CNRS-Éditions, 1990, p. 175-185; Bourquin (L.), Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux xvie et xviie siècles, Publications de la Sorbonne, Paris, 1994.

4 Constant (J.-M.), La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xviie siècles, Paris, 1985.

5 Constant (J.-M.), « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xvie et xviie siècles : la notion de densité et d'espace nobiliaire », repris supra ch. i. ; Bourquin (L.), « L'espace nobiliaire : le bailliage deTroyes en 1558 » et Constant (J.-M.), « Les mutations de l'espace nobiliaire dans le Maine et la vallée du Loir du xvie au xviie siècle », in Châteaux et villages, rencontres du Périgord de 1995, Bordeaux, 2003, p. 145-156; Constant (J.-M.), La Ligue, Paris, 1996, p. 325-332.

6 Garrisson (J.), Protestants du midi 1559-1598, Toulouse, 1980, p. 26. ; Wood (J.), The Nobility of Bayeux (1463-1666), Princeton, 1980 ; Cassan (M.), Le Temps des guerres de Religion : le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, 1996, p. 48-65; Moulard (P ), Enquête sur Us principes religieux et la résidence des gentilshommes du diocèse du Mans en 1577, Le Mans, 1886.

7 L'Invasion de la ville du Mans par les religionnaires en 1562, ouvrage anonyme, Le Mans, 1667 ; Anjubault (A.) et Chardon (H.), « Recueil de pièces inédites pour servir l'histoire de la réforme et de la ligue dans le Maine », Annuaire de la Sarthe, 1867-1868.

8 « Journal de Louvet », Revue de l'Anjou, 1854 ; pasquier (e.), Lettres historiques, Paris ; Genève, 1966, p. 112 ; Guggenheim (Anne. H.), « The calvinists notables of Nîmes during the era of religious war », Sixteenth century journal, t. III, n° 1, p. 80-96

9 Constant (J.-M.), Nobles etpaysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, Lille, 1981.

10 Orléa (M.), La Noblesse aux états généraux de 1576 et 1588, Paris, 1980.

11 Major (J. Russel), « Noble income inflation and the wars of religion in France », American histori- cal review, 86, I, fev. 1981 ; Charbonnier (P), La Seigneurie rurale en Basse Auvergne, Clermont, 1980; Wood (J.), The Nobility, op. cit. ; Bottin (J.), Seigneurs et paysans. 1540-1650, Paris, 1983; Goy (J.) et Le Roy Ladurie (E.), Prestations paysannes, dîmes et rentes foncières, Paris ; La Haye; New York, 1982 ; Constant (J.-M.), « Terre et pouvoir : la noblesse et le sol », colloque des historiens modernistes, 1982; Cassan (M.), Le Temps des guerres de Religion..., op. cit., p 95 sq.; Crouzet (Denis), Genèse de la réforme française (1520-1562), Paris, 1996 ; Jouanna (Ariette), Le Devoir de révolte, op. cit., Paris, 1989, p. 92 sq.

12 Constant (J.-M.), « La pénétration des idées de la réforme protestante dans la noblesse provinciale française à travers quelques exemples », in Les Réformes: enracinement culturel, Paris, 1985, p. 324-325 ; Cassan (M.), Le Temps des guerres de Religion..., op. cit., p. 98-99.

13 Roelker (Nancy), « The appeal of calvinism to French noblewomen in the sixteenth century », Journal of interdisciplinary history, 1972, p. 391-418 ; Cassan (M.), Le Temps des guerres de Religion..., op. cit., p. 101.

14 Mergey (Jean de), Mémoires, Collecrion Petitôt.

15 Crouzet (D.), Genèse de ta réforme..., op. cit., p. 539 sq. ; Im vie de Bayardde Symphorien Champier, Paris, 1992.

16 Foisil (M.), Le Sire de Gouberville, Paris, 1981, rééd. 1986.

17 Constant (J.-M.), « Les idées politiques d'un gentilhomme protestant pendant les guerres de Religion : l'exemple de Jean de la Taille », repris infra ch. XIII.

18 Hotman (F.), La Franco gallia, 1573 ; Bèze (Th. de), Du droit des magistrats sur les sujets, 1575 ; Languet (H.) et Du Plessis Mornay (Ph.), Vindicae contra tyrannos, 1975; Jouanna (A.), Le Devoirde révolte..., op. cit., p. 348.

19 mousnier (R.), « La société des fidèles », in Les Institutions de la France sous la monarchie absolue, Paris, 1974,1.1, ch. iii ; Jouanna (A.), Le Devoir de révolte..., op. cit., p. 65-91; Kettering (S.), Patrons, brokers and clients in the 17th century France, New York ; Oxford, 1986 ; Neuschell (K. Brooke), Word and honnor: interpreting noble culture in 161th century France, Ithaca, 1989 ; Bourquin (L.), Noblesse seconde..., op. cit., p. 72 sq. ; Constant (J.-M.), Vie quotidienne..., op. cit., p. 161-188.

20 La Noue (François de), Discours politiques et militaires, Paris-Genève, 1967, p. 623 ; Vlllegomblln (Racyne de), Mémoires des troubles arrivés en France, Paris, 1667.« fort opiniâtre et coiffé de cette religion ». Du côté protestant, le baron des Adrets, dans la vallée du Rhône, en cette même année 1562, n'agit pas autrement.

21 Jouanna (A.), Le Devoir de révolte..., op. cit., p. 119 et 132.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search