Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Deuxième partie. La noblesse seconde : un concept de recherche et une réalité sociale

Chapitre XI. L'amitié : le moteur de la mobilisation politique dans la noblesse de la première moitié du xviie siècle1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans xviie siècle, n° 205, 51e année, « L'amitié »n° 4-1999, p. 593-608.
  • 2 Constant (J.-M.), La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xviie siècles, Paris, 19 (...)
  • 3 Cicéron, L'Amitié, trad. et éd. par Robert Combès, Paris, 1983, p. 14.

1Tous ceux qui ont lu des mémoires écrits par des gentilshommes du xviie siècle ont été frappés par leur insistance sur le rôle important de l'amitié, sentiment qui apparaît constamment au fil des lignes2. Alors qu'à notre époque, l'amitié qui unit très fortement une personne à une autre appartient au domaine de la vie privée, il semble que, sous le règne de Louis XIII, elle soit un élément capital de sociabilité dans le domaine public, c'est-à-dire de la politique. Il faut croire que dans cette société ancienne, la relation personnelle prédominait par rapport à toute autre forme de lien. Cicéron disait déjà que l'avantage de l'amitié sur la parenté était que tout sentiment pouvait disparaître de la parenté mais non de l'amitié. Il concluait son paragraphe en écrivant : « S'il n'y paraît aucun sentiment, l'amitié perd son nom, la parenté subsiste3 ».

2C'est pourquoi il est nécessaire de se livrer à l'analyse du comportement de certains nobles d'après les témoignages qu'ils ont laissés afin de se demander pourquoi la noblesse de l'époque baroque a senti le besoin de développer un autre type de relation que la parenté, la clientèle ou les réseaux de fidélité.

3Dans un premier temps, il serait utile de voir le rôle de l'amitié dans les relations politiques puis de comprendre comment politique et amitié sont intimement liées pour conduire les luttes contre Richelieu et Mazarin, enfin de saisir la part de l'affectivité et du politique dans l'attitude des nobles de l'époque.

L'amitié, un moteur politique essentiel

  • 4 Simon (Clément), « La vie seigneuriale en Limousin sous Louis XIII », Revue des questions historiq (...)

4En 1618, le duc d'Épernon s'estimant victime d'une injustice de la part du roi, manifesta son mécontentement en quittant la cour et en mobilisant ses partisans dans le Limousin qu'il tenta de soulever. Le vicomte de Pompadour refusa de se rallier à lui et décida de prendre la tête d'une contre-offensive. Il organisa de grands dîners où l'on portait des « santés » au roi. Le succès fut tel que Le Mercure de France daté du 12 avril 1619 relatant la prise d'Uzerche, fit l'éloge du vicomte de Pompadour en rappelant « qu'il avait rassemblé deux cents gentilshommes contre M. d'Epernon, ce qui n'est pas peu de chose » et que « Schomberg, le lieutenant du roi, ne serait jamais parvenu à obtenir la victoire sans lui ». L'article concluait par cette phrase très significative : « En de telles occasions, il a été fait quelque chose de bon, ce n'a été simplement que sous une assemblée d'amis4 ».

5On voit ainsi la puissance de ce lien de sociabilité qui s'inscrit dans les traditions du comportement nobiliaire. Certes, tout tourne autour du banquet, forme chaleureuse et conviviale de réunion qui facilite la relation mais surtout il y a les « santés » qui ne sont pas de simples formalités car lever son verre en l'honneur du roi alors que la révolte gronde dans la province, n'est pas un acte anodin. Il est une prise de position claire qui engage presque à égalité avec le serment car, au vu de tous les présents, on affiche délibérément son choix. Enfin, l'article du Mercure de France révèle bien le ciment profond qui a permis la victoire : le vicomte de Pompadour a mobilisé ses amis non pas individuellement en exerçant une pression sur eux mais en les réunissant en assemblées même si elles ont un caractère plus festif que politique.

6Avec « la bataille d'Uzerche », on a d'une part un événement d'ordre militaire et d'autre part un phénomène politique. En conséquence, on pourrait considérer que cette sociabilité est provinciale et du ressort d'une société civile encore dominée par des valeurs anciennes, voire féodales au sens médiéval du terme, mais il n'en est rien car elle préside à la constitution des structures d'exercice du pouvoir de ce premier xviie siècle.

  • 5 La Châtre, Mémoires contenant la fin du règne de Louis XIII et le commencement de celui de Louis X (...)

7Ainsi La Châtre, dans ses Mémoires, révèle comment, à la mort de LouisXIII, Mazarin, choisit ses appuis politiques. Il note d'abord la vieille amitié de la reine Anne d'Autriche pour Madame de Chevreuse pour dire aussitôt qu'elle « s'effaçait peu à peu pour la nouvelle, celle du cardinal, qu'on voyait s'accroître de jour en jour5 » puis il indique la façon de procéder de Mazarin en écrivant :

il fit des avances pour acquérir l'amitié de ceux qu'elle [la reine] avait cru toujours ses serviteurs. Il commença par Monsieur de Marsillac [La Rochefoucauld] comme étant le premier à qui elle avait protesté hautement de faire du bien et lui fit demander son amitié avec des termes les plus civils et les plus pressants qui se puissent imaginer.

8Monsieur de Marsillac alla rendre compte à la reine des propositions que le cardinal lui avait faites. Anne d'Autriche lui répondit que « le plus grand plaisir qu'il lui pouvait faire » était d'accepter.

9La même démarche fut faite auprès de Monsieur de Metz, c'est-à-dire Henri Bourbon duc de Verneuil, évêque de Metz, fils d'Henri IV et de la marquise de Verneuil, puis de César de Vendôme, son demi-frère, autre fils naturel d'Henri IV. Une conférence regroupa Campion, Epernon, Fiesque, Beaupuy, La Châtre. À l'issue de la réunion, le comte de Fiesque fut chargé d'aller dire au cardinal : « de la part de MM. de Vendôme, de Metz et d'Épernon qu'ils souhaitaient être ses amis avec toutes sortes de franchises et de sincérités, mais qu'ils ne voulaient s'attacher qu'à lui seul ».

10Grâce à ces précieux renseignements, on sait donc comment Mazarin tenta d'approcher des nobles de haut rang qui avaient été dans l'opposition à Richelieu, pour les rallier non à sa politique mais à sa personne, en leur faisant demander leur amitié. Les leaders des partis de cour organisés autour d'un grand seigneur, souvent un prince du sang, ont procédé de la même façon. On peut même affirmer, sans risque d'erreur, que presque tous les complots, cabales et révoltes nobiliaires du xviie siècle ont été des affaires d'amis.

Amitiés et oppositions politiques

  • 6 Montrésor (Comte de), Mémoires, même collection, p. 197 sq.

11On sait que Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII, héritier du trône jusqu'à la naissance de Louis XIV en 1638, a représenté l'espoir de toute l'opposition à Richelieu. Il est intéressant de savoir quels types de relations entretenaient entre eux les opposants au cardinal. Après l'arrestation de Puylaurens, l'homme de confiance de Gaston, le 14 février 1635, celles de du Fargis, de Charnazé et de du Coudray, le frère du roi était très inquiet, selon Montrésor qui l'explique, dans ses Mémoires, en disant qu'il voyait que Louis XIII et Richelieu cherchaient à éliminer tous ceux en qui il avait placé sa confiance6.

12Néanmoins, il ne baissait pas les bras et essayait de recruter des gens sûrs. Montrésor raconte ainsi comment Gaston lui demanda de devenir son principal conseiller. Monsieur le fit contacter par un homme sûr en lui demandant de venir le trouver. Dès son arrivée, il fut averti par deux de « ses amis intimes » qu'il avait été mis sur la liste de ceux qui allaient être bannis. Cette nouvelle, pourtant destinée à le dissuader de se mettre au service du prince, ne l'affecta pas outre mesure puisqu'il dit « qu'elle lui donna peu de peine » tellement il considérait comme normal de « souffrir pour Monsieur ». Le lendemain, il alla donc faire « la révérence » à l'héritier du trône, en présence du cardinal de la Valette et de Bautru, tous deux très attachés à Richelieu. Il remarqua que ces derniers évitèrent soigneusement de lui parler parce que, pensa-t-il, ils craignaient que le Premier ministre, informé, en prît ombrage. Après le départ de ces deux hommes dont Gaston se méfiait, ce dernier l'appela dans son « cabinet » où il lui dit la phrase suivante : « il avait dessein de se confier [à moi] plus qu'à tout autre des siens et il attendait de mon zèle à son service toutes les preuves d'affection et de fidélité ».

13Comme on le voit le mot « amitié » n'est pas prononcé mais le frère du roi insiste sur l'aspect affectif de la relation qu'il entendait entretenir avec son nouvel homme de confiance. Plus loin, le comte de Montrésor évoque non seulement « son zèle au service du prince » mais aussi son désir de « venger le bannissement de ses amis », ce qui prouve que le vocabulaire habituel de l'époque comprend le mot « ami » comme un proche d'un homme ou d'une femme en qui ce dernier ou cette dernière place sa confiance pour gouverner avec eux, la relation affective étant dominante parce que les clivages idéologiques ou purement politiques n'existaient pas véritablement comme aujourd'hui.

  • 7 Nangis (Beauvais), Mémoires, publiés par Monmerqué et Tallandier, Paris, Société d'histoire de Fra (...)

14Beauvais Nangis résume admirablement, dans ses Mémoires, cette primauté de l'affectif et des relations personnelles lorsqu'il décrit, pour 1614, comment il entra dans la rebellion des Princes7. Un envoyé du duc de Nevers vint le trouver et lui expliqua que l'élévation de Concini à la dignité de Maréchal de France était scandaleuse parce que des hommes comme son père, le fameux Beauvais Nangis, qui avait été un proche d'Henri III et qui s'était illustré sur les champs de bataille des guerres de Religion, « ne l'était point » alors qu'il « avait tant servi et mérité ». Il ajoutait que lui et « ses amis » s'emploieraient désormais pour lui. Beauvais Nangis — le fils, c'est-à-dire l'auteur des Mémoires -, lui répondit qu'à la condition de ne rien entreprendre « contre le service du roi », il se pouvait assurer de lui car, expliquait-il, tous les personnages d'importance étaient contre lui dans les allées du pouvoir. Le chancelier Sillery était son ennemi depuis une affaire de duel où son ami, Balzac des Dunes, avait trouvé la mort, de même que Villeroy à la suite d'un procès qui durait depuis deux cents ans, pour une question de limites de terres, enfin le duc d'Épernon, qui était un adversaire de toujours de son père à la cour d'Henri III et d'Henri IV et qui le faisait bénéficier de cet héritage d'inimitié.

15L'envoyé du duc de Nevers lui promit qu'on renverrait Concini dans son Italie natale, Épernon loin de la cour dans son gouvernement, le chancelier et Villeroy « chez eux », qu'on mettrait d'autres gens dans le Conseil du roi à leur place et que le souverain qui allait bientôt être majeur se servirait de Monsieur le Prince [Condé] et des gens qui le soutenaient actuellement pour « diminuer l'autorité de la Reine Mère » [Marie de Médicis].

16Ainsi donc le parti d'opposition à Concini est organisé autour de Condé, flanqué de grands seigneurs et de toute une pyramide d'amis. En 1617, lors du coup d'État de Louis XIII et de Luynes contre le même Concini, la procédure se répéta. Beauvais Nangis rapporte que, trois mois auparavant, Monsieur de Rays « fort affectionné audit sieur de Luynes [le] tira à part et dit que si Monsieur de Luynes avait affaire à ses amis il se pourrait assurer de [lui] ». La réponse de Beauvais Nangis fut sans ambiguïté :

Je lui dis que j'étais obligé d'aimer ceux que le roi aimait et qu'avec ce devoir j'étais serviteur dudit sieur de Luynes et que je lui offrais non seulement ma personne mais celle de mes frères et de cinquante de mes amis que le pouvais en peu de temps faire venir auprès de lui ; de plus que j'avais un ami qui était le duc de Roannais, homme de cour et de qualité pour porter parole à qui que ce fût qu'il eût affaire.

  • 8 Ibid., p. 151-152.

17Quelques jours plus tard, Luynes s'approcha de lui et lui dit, en faisant attention d'être ni vu ni entendu parce que la réussite de l'opération nécessitait la discrétion, « qu'il savait l'obligation qu'il m'avait et qu'il ne s'offrirait jamais occasion de me servir qu'il ne le fit avec affection8 ».

18On sait que cette prise de pouvoir de Louis XIII et de Luynes réussit mais une autre conjuration, « la cabale des Importants » échoua parce qu'elle ne se parait pas de la même légitimité. Cependant, elle s'organisait selon les mêmes caractères de sociabilité. La Châtre le dit avec clarté mais commence par expliquer la genèse de son opposition à Richelieu :

  • 9 La Chatre, op cit., p. 271.

Quelques temps après la naissance de notre roi Louis XIV, voyant qu'il n'y avait rien à espérer pour moi tant que le cardinal de Richelieu serait tout puissant parce que je ne pouvais m'assujettir seulement auprès de lui et que d'ailleurs j'avais beaucoup d'alliances et de liaisons d'amitié qui lui pouvaient être suspectes9.

19Ce ciment d'amitié des opposants à Richelieu pesa lourdement lors de la cabale des Importants de 1643 puisqu'il justifia son choix en faveur des adversaires de Mazarin par cette phrase :

  • 10 Ibid., p. 288.

De puissantes considérations m'appelaient ; presque tous mes amis s'y trouvaient embarqués et particulièrement Monsieur de Guise qui, à son retour en France m'avait fait des caresses extraordinaires et semblait m'avoir choisi comme son capital ami10.

  • 11 Ibid., p. 289.

20Or, il s'agit bien d'un parti au sens du xviie siècle du terme, puisque La Châtre écrit : « le cardinal de Mazarin considérait notre parti comme formé contre lui11 ». La Rochefoucauld confirme ce point de vue en déclarant :

  • 12 La Rochefoucauld, Mémoires, dans Œuvres complètes, Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade  (...)

Il se forma une cabale de la plupart de ceux qui avaient été attachés à la reine pendant la vie du feu roi qui fut nommée des Importants. Bien qu'elle fût composée de personnes différentes d'intérêt, de qualité et de profession, tous convenaient d'être ennemis du cardinal Mazarin, de publier les vertus imaginaires du duc de Beaufort et d'affecter un faux honneur dont Saint-Ibar, Montrésor, le comte de Béthune et quelques autres s'étaient érigés en dispensateurs. Pour mon malheur, j'étais de leurs amis sans approuver leur conduite12.

21Plus tard, il affirme que « la cour était partagée » entre Beaufort et Mazarin et qu'on « attendait le retour de Madame de Chevreuse » pour connaître l'issue de cette lutte pour le pouvoir car « l'amitié que la reine avait toujours eue pour elle » serait l'élément décisif. Cependant il n'en fut rien car la reine tout en avouant à La Rochefoucauld « qu'elle l'aimait toujours » leur fit part de sa crainte « de la voir troubler par ses cabales le repos de sa régence ».

  • 13 Montrésor, op. cit., p. 221.
  • 14 Ibid., p. 224.

22Ces accusations de La Rochefoucauld contre ce trio oppositionnel ne sont pas démenties par les Mémoires de Montrésor qui présente le comte de Béthune comme « son intime ami13 » et Saint-Ibar, son cousin germain, avec qui il entretenait « une étroite liaison d'amitié14 ».

  • 15 Constant (Jean-Marie), « L'échec de Brutus », in Les Conjurateurs. Le premier libéralisme politiqu (...)

23On s'aperçoit alors que Montrésor est au centre d'une constellation d'amis qui sont en permanence dans l'opposition à Richelieu puis à Mazarin. Monsieur de Harlay, qui invita une partie des Importants dans sa maison de campagne fut, raconte-t-il, de « tout temps notre intime ami ». Placé à un poste-clé, principal conseiller de Gaston d'Orléans, alors que Saint-Ibar occupait la même fonction auprès du comte de Soissons, il est devenu comme l'âme d'une opposition nobiliaire reposant sur des liens affectifs profonds. Ensemble, les deux cousins et amis organisèrent, en 1636, le complot d'Amiens, qui avait pour objectif de tuer Richelieu mais l'attentat échoua parce que Gaston d'Orléans ne voulut pas au dernier moment cautionner de telles méthodes politiques15.

24La Châtre, déjà rencontré, naviguait dans les mêmes eaux. Montrésor rapporte qu'après l'arrestation du duc de Beaufort, en plein Louvre, par le capitaine des gardes, René Guitaut, le comte de la Châtre s'était rendu au logis de Béthune « assez alarmé en son particulier ». C'était là sans doute l'un des lieux connus où on pouvait s'informer et recevoir des conseils. En effet, le trio était identifié par tout le monde comme le centre de l'opposition. Ainsi, une heure après l'arrestation de Beaufort, un « homme de qualité » vint avertir les comtes de Béthune et de Montrésor que leur tour allait suivre et qu'ils seraient emprisonnés car l'éloignement de la cour semblait aux responsables gouvernementaux une sanction trop légère. Elle fut pourtant appliquée à Saint-Ibar qui reçut le commandement de se retirer dans l'une de ses maisons, mais il répondit en riant à l'exempt, porteur de l'ordre, que :

Sa Majesté avait été aussi mal informée de ses biens que de ses crimes et qu'il s'en allait en Hollande pour lui témoigner son obéissance.

  • 16 Montrésor, op cit., p. 227.

25Mais le trio d'amis avait acquis une telle réputation que les princes de la cour les regardaient avec considération, pensant qu'un jour le groupe pourrait leur être utile. Ainsi le duc de Longueville vint leur dire tout « le déplaisir » qu'il ressentait à l'idée qu'ils allaient être traités avec une rigueur disproportionnée avec ce qu'on leur reprochait. Il accompagna son discours « de force compliments et de plusieurs assurances de l'honneur de son amitié ». Il prit ensuite à part Montrésor pour lui demander ce qu'il jugeait « qu'il y avait à faire dont il le priait de lui parler librement16 ».

26Mais Montrésor était aussi en excellentes relations avec la duchesse de Chevreuse exilée en Touraine. Là encore l'amitié fut un puissant lien entre ces deux conjurateurs-nés. Montrésor se sent solidaire et écrit :

  • 17 Ibid., p. 228.

La demeure de Madame de Chevreuse à Tours me donnait sujet à la voir de fois à autre [car] l'état auquel se trouvait une personne de qualité si universellement délaissée dans sa disgrâce, ce qui [augmentait] le désir en moi de réemployer à lui rendre nos services avec plus de soin et d'affection17.

27Une telle rencontre inquiéta beaucoup Mazarin et la reine qui décidèrent d'éloigner davantage Madame de Chevreuse en l'invitant à se rendre à Angoulême mais, effrayée, elle s'enfuit en Bretagne, chez le marquis de Coaquin. Montrésor sera traité d'une façon beaucoup plus dure puisqu'il connaîtra des heures difficiles en prison.

28Mais ce groupe d'irréductibles était craint, même par un opposant notoire et systématique, comme le fut César de Vendôme, le père du duc de Beaufort et le demi-frère de Louis XIII et de Gaston. Lorsque Montrésor et ses amis allèrent lui faire « une visite de respect », le duc leur reprocha vertement d'avoir mal conseillé son fils et d'être la cause de son emprisonnement. Montrésor qui qualifie ce discours de « choquant » répondit en ces termes :

  • 18 Ibid., p. 225.

Je le suppliais de se souvenir que toutes ses conférences secrètes s'étaient passées sans notre participation, qu'il y avait plus de deux mois que nous ne voyions plus ni lui ni Monsieur son fils et que nous étions bien informés que dans toutes les mesures qu'ils avaient prises pour s'établir à la cour, nous n'avions pas été désirés18.

29Avant de le quitter, Montrésor et Béthune lui dirent qu'ils n'étaient pas venus pour « entrer en conteste » avec lui mais pour le servir dans « sa mauvaise fortune ».

30Ainsi l'opposition est loin d'être unie parce qu'elle s'organise par groupes d'amis, les relations affectives étant le ciment permettant l'action des divers groupes mais elles ne sont pas suffisantes pour construire un mouvement susceptible d'ébranler la monarchie.

La part de l'affectivité dans la politique

  • 19 Constant (Jean-Marie), « L'assemblée de noblesse de 1651 : une autre conception de la monarchie fr (...)

31Ce groupe de Montrésor, Béthune et Saint-Ibar se retrouvera à l'époque de la Fronde, dans l'assemblée de noblesse de 1651. Parmi les présidents qui se succédèrent tous les quinze jours, on rencontre Béthune et Coaquin. On sait, cependant, que Montrésor y joua un rôle prépondérant mais qu'il n'occupa jamais de responsabilité de premier plan comme si, tout en demeurant tout à fait actif, il ne souhaitait pas qu'on le remarquât et qu'on le renvoyât croupir dans une tour du château de Vincennes19.

  • 20 Constant (Jean-Marie), « Les partis nobiliaires et le développement de l'État moderne : le rôle de (...)

32Mais ce caractère autonomiste du mouvement nobiliaire de 1651, animé par des gentilshommes de la noblesse seconde, c'est-à-dire cette grande noblesse qui se situe dans la hiérarchie, juste au-dessous des princes et des ducs et qui sert de relais entre la cour et la province ou entre les grands et la masse nobiliaire, existe déjà lors de la cabale des Importants de 164320.

33Il semble que la grande noblesse menée par le duc de Beaufort considéra que le pouvoir était à sa portée et qu'elle n'avait pas besoin de mobiliser les relais habituels de la révolte aristocratique. De plus, ces petits groupes politiques constitués « d'amis proches » ou « intimes » devaient composer avec d'autres structures comme la parenté et surtout celle de la famille royale. Il fallait ainsi compter avec les grands clans Bourbon, les Orléans, les Condé, les Vendôme, qui ne s'entendaient que rarement entre eux et poursuivaient chacun avec leurs énormes clientèles, des objectifs particuliers et le plus souvent contradictoires. Ce n'était pas le seul obstacle à aplanir pour les amis de Montrésor si même ils avaient eu l'envie de créer un grand mouvement d'opposition politique : il y avait aussi les personnalités que les états d'âme, les intérêts, les engagements moraux et les amitiés portaient vers d'autres alliances. Parmi elles, la duchesse de Chevreuse qui occupait une position particulière comme ancienne amie d'Anne d'Autriche lorsqu'elle était persécutée par Richelieu, La Rochefoucauld (l'auteur des maximes et des mémoires déjà cités) qui avait délibérément décidé de s'attacher à cette même princesse parce que, écrit-il :

Je crus que le parti de la reine était le seul qu'il fût honnête de suivre. Elle était malheureuse et persécutée.

  • 21 La Rochefoucauld, op cit., p. 46.

34Il gagna sa confiance grâce à une amie proche et confidente d'Anne d'Autriche, Mlle de Hautefort avec laquelle il « avait une grande liaison d'amitié21 ».

35On peut ainsi noter l'apparition d'un troisième groupe au moment de la cabale des Importants, celui des anciens amis de la Reine qui avaient été dans l'opposition à Richelieu mais qui étaient maintenant du côté du pouvoir parce qu'Anne d'Autriche, devenue régente, tenait dans ses mains les clés qui ouvraient les portes vers l'avenir.

36Comme on le voit à nouveau, toutes les motivations politiques sont mêlées inextricablement. L'amitié est un moyen de mobilisation, un ciment, quelquefois un but, qui donne un sens à l'action de ces gentilshommes baroques, mais elle n'est souvent qu'un élément de choix et elle se mêle à d'autres valeurs. Par exemple, pour Beauvais Nangis, le service du roi est une valeur plus fondamentale que l'amitié et il ne s'engage dans une conjuration que si ces deux conditions sont remplies. Au contraire, La Rochefoucauld agit en fonction d'une autre analyse et d'autres idéaux :

  • 22 Ibid.

Tant de sang répandu et tant de fortunes renversées avaient rendu odieux le ministère du cardinal de Richelieu ; la douceur de la régence de Marie de Médicis était encore présente et tous les grands du royaume qui se voyaient abattus croyaient avoir passé de la liberté à la servitude. J'ai été nourri de ces sentiments [...] la domination du cardinal de Richelieu me parut injuste22.

37Ici, apparaît un autre thème cher à l'opposition à Richelieu : la lutte contre la tyrannie. Montrésor va encore plus loin que La Rochefaucauld dans ce domaine :

L'expérience [...] m'avait fait connaître quelle est la puissance des ministres pour détruire un particulier qui reste sans support et qui n'était soutenu d'aucune protection. Je me trouvais à tous moments exposé aux mouvements de leurs caprices [...] Je sentais en moi une répugnance invincible de songer à m'établir puisque je ne le pouvais qu'au préjudice de ma conscience et aux dépens de mon honneur [...]. La cour dans sa servitude n'était propre que pour les esclaves et trop contraire à des esprits libres comme le mien.

38L'aspiration à la liberté d'un homme en dehors de tous les systèmes de clientèles est là clairement exprimée, en même temps que la force du sentiment de l'honneur, mais aussi la puissance de la conscience individuelle. Face à la solitude dans la lutte contre l'injustice et la tyrannie, Montrésor reconnaît l'amitié comme une vertu chargée de sens lorsqu'il écrit :

  • 23 Montrésor, op cit., p. 230.

Nonobstant ces réflexions que j'estimais seules capables [...] de me conduire à la tranquillité qui est le souverain bonheur de la vie, la force de l'amitié23.

  • 24 Mémoires d'Henri de Campion suivi de Trois entretiens sur divers sujets d'histoire de politique et (...)

39Montrésor se fait ici l'interprète de ce que ressentent nombre de gentilshommes du premier xviie siècle et il faut sans doute relire les événements avec en tête cette grille de lecture. On retrouve ces mêmes idées chez les frères Campion24.

40Peut-on considérer qu'il existe d'autres courants politiques sous les ministères de Richelieu et de Mazarin ?

  • 25 Constant(Jean-Marie), « La révolte nobiliaire de 1658-1659 en Orléanais: mouvement marginal ou aut (...)

41Le parti protestant en tant que tel, c'est-à-dire une force militaire et politique, comme il l'était pendant les guerres de religion, ne se manifeste plus après l'édit de grâce d'Alès. On peut même considérer que les gentilshommes protestants se mêlent aux autres sans que le critère religieux apparaisse comme distinctif. Mazarin l'affirme lorsqu'il dit en substance que le petit troupeau broute de la mauvaise herbe, mais qu'il demeure calme. Lors de la révolte de 1658-1659, gentilshommes protestants et catholiques, agissent ensemble au nom de valeurs nobiliaires assez semblables à celles rapportées par Montrésor. Parmi ces dernières, l'amitié joue un rôle essentiel25.

  • 26 PagèS (G.), « Autour du Grand orage: Richelieu et Marillac: deux politiques », Revue historique, C (...)

42Le parti dévot a officiellement disparu lors de la journée des Dupes (10 novembre 1630). Privé de chefs après l'exil de Marie de Médicis et la mort des frères Marillac, il se survit néanmoins comme un courant spirituel mais aussi comme sensibilité politique dans les complots et les pamphlets. Le programme des dévots peut se résumer à cinq chapitres : opposition à la sécularisation de l'État et à la raison d'État qui en découle, paix avec l'Espagne, réduction de l'hérésie protestante, assainissement des finances qui suppose une baisse de l'impôt, soulagement de la misère du peuple. Gaston d'Orléans, dans son manifeste, publié en Lorraine, le 31 mai 1631, ne reprit à son compte qu'un seul point de ce programme : la misère du peuple, le reste étant une véhémente attaque contre le cardinal de Richelieu. Le manifeste du comte de Soissons, daté du 2 juillet 1641, utilisait les mêmes arguments, mais évoquait tous les mécontentements de tous les groupes sociaux ou professionnels à la façon des professions de foi électorales d'aujourd'hui26.

43Ainsi les programmes politiques traduisaient les grandes lignes de clivages des sensibilités de l'époque qui portaient surtout sur la conception de l'État : les dévots par exemple pensaient que rien ne pouvait affranchir l'homme de son lien de dépendance à Dieu : en conséquence, ils refusaient un État qui fondait sa logique d'existence sur l'incarnation de la nation et non sur la volonté divine. La Ligue avait bataillé, pendant les dernières années des guerres de religion, autour de ce thème et elle avait perdu comme d'ailleurs les dévots qui entouraient le cardinal de Bérulle et Marie de Médicis.

44En revanche les néo-stoïciens comme Montrésor ou les frères Campion défendaient d'autres conceptions et montraient un attachement à la liberté et à la conscience, un respect à la conscience individuelle qui les éloignaient des dévots du début du siècle, en faisaient des disciples des antiques et les entraînaient à refuser le gouvernement de Richelieu, le cardinal étant accusé d'entretenir la guerre pour assouvir sa coupable passion du pouvoir absolu. Comme La Rochefoucauld, ils regrettaient la monarchie française traditionnelle et tempérée dans laquelle le Parlement incarnait l'État de droit et celle plus mythique où le souverain consultait la noblesse avant de prendre une grande décision.

  • 27 Jouanna (Ariette), Le Devoir de révolte, Paris, 1989, p. 654 sq.

45Néanmoins, il faut se garder de toute systématisation car les différences religieuses ou philosophiques n'étaient pas primordiales puisque Gaston avait autour de lui des dévots, des libertins, des stoïciens et même des proches de Richelieu tout à fait absolutistes. Il en était de même pour le cardinal qui exigeait d'abord de ses collaborateurs une fidélité absolue. Cette dernière, comme l'amitié, est de l'ordre de l'affectif. Elle n'est pas automatique et suppose un choix. Pendant les guerres de religion, cette amitié est sollicitée par les leaders et elle suppose comme l'explique Ariette Jouanna, liberté, indépendane et relative égalité des partenaires même s'ils sont de rang différent27. Le caractère affectif de la relation s'en trouvait accentué et prenait le pas sur les autres considérations.

46On pouvait même accepter comme un devoir et un honneur une proposition qui comportait des risques comme celle de Gaston d'Orléans qui demanda à Montrésor de devenir son principal conseiller alors que ce dernier savait que tous ses prédécesseurs étaient morts en prison, d'Ornano en 1626, Puylaurens en 1635. Il fallait donc un courage singulier à Montrésor pour prendre en main une charge qui l'obligerait à affronter les dangereuses tempêtes politiques qui ne manqueraient pas de se lever.

  • 28 Lassaigne (Jean-Dominique), Les Assemblées de noblesse en France aux xviiie et xviiie siècles, Par (...)

47En même temps, ces choix engageaient le demandeur à se faire protecteur, fonction que Gaston assuma rarement, mais qui était le plus souvent remplie avec exactitude par les autres grands seigneurs comme le duc de Longueville qui, pendant la Fronde, fit tout pour venir en aide aux gentilshommes contestataires pendant les assemblées de noblesse28.

48Les gentilshommes savaient eux aussi se protéger entre eux en se regroupant et en se jurant fidélité et assistance. C'est le sens des « actes d'union » signés par tous les participants d'une assemblée de noblesse. On vit en effet revivre cette vieille institution médiévale en 1649, en 1651 dans les réunions parisiennes et en 1652 lors du mouvement dit « des bailliages unis ». C'est un mode de sociabilité qui est peut-être européen puisqu'il ressemble au Covenant écossais. Ces serments exprimaient un désir d'action et un moyen de défense du groupe contre toutes les formes de répression tout en s'appuyant sur des formes traditionnelles de sociabilité dans lesquelles l'amitié était un élément essentiel comme dans la victoire d'Uzerche gagnée par les « amis » du vicomte de Pompadour.

Conclusion

49Ces liens d'engagement personnels et affectifs montrent que l'action politique dans la première moitié du xviie siècle obéit à des critères bien différents de ceux des xixe et xxe siècles. Certes le service du Roi qu'on peut assimiler à celui de l'État, pouvoir incarné par une personne en donnant une dimension humaine à tous les actes et les décisions, est une valeur qui rassemble pratiquement tous les gentilshommes qui ont laissé des mémoires mais privilégie la relation personnelle et affective au détriment de notions plus abstraites.

50L'engagement religieux demeure, comme au temps des guerres civiles, un clivage fondamental mais les dévots, qui ne sont plus en mesure d'imposer leur ligne politique après la journée des Dupes, acceptent de se mêler à des gens qui sont fort loin de leurs conceptions, comme les libertins de l'entourage du duc d'Orléans.

51Dans cette période, où les affrontements sont durs et les conjonctures sombres, la mode est de se réfugier dans le néostoïcisme qui inonde littéralement la société et les clans politiques, le comte de Montrésor en étant l'illustration vivante. Chez beaucoup d'opposants à la politique de Richelieu, la lutte contre l'hérésie chère aux dévots, n'est jamais citée mais le rejet de la guerre est au premier plan, non parce qu'on veut protéger l'Espagne, mais parce qu'on affirme que Richelieu se sert de la guerre pour se maintenir aux affaires, inspiré par une coupable « passion » du pouvoir, péché suprême pour un stoïcien.

  • 29 Constant (Jean-Marie), « La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires », re (...)

52Au milieu des persécutions, des ambitions, des emprisonnements, des morts violentes, l'amitié apparaît comme une valeur refuge mais elle est aussi la forme traditionnelle de la sociabilité nobiliaire la plus propre à mobiliser les gentilshommes souvent allergiques à l'encadrement par les institutions de l'État. Ainsi les souverains ne parvenaient pas à rendre la convocation pour le ban et l'arrière-ban populaire parce que les gentilshommes rechignaient devant l'obligation du service militaire alors qu'à Uzerche spontanément les amis du vicomte de Pompadour se rassemblèrent et emportèrent la victoire mais ils avaient effectué un acte gratuit. On retrouve ce même type d'attitude avec les bailliages unis de 1652 où les députés de Normandie et de l'Orléanais allèrent trouver le roi pour lui proposer de se battre pour lui29.

53Cette forme de compagnonnage guerrier et libre appartient à l'imaginaire de la noblesse française qui ne rêve que de monter à cheval pour se donner corps et âme à une cause.

  • 30 Constant (Jean-Marie), « Amitié, système de relation et politique dans la noblesse française aux x (...)

54est prêt à mourir pour Gaston d'Orléans, La Châtre risque et perd l'une des plus belles charges du royaume pour soutenir ses amis dans la cabale des Importants, Beauvais Nangis brave le chancelier de Sillery qui veut organiser le procès de son ami des Dunes, tué en duel et va avec ses amis recueillir le corps pour le porter à la maison familiale de Malesherbes30.

  • 31 Cicéron, op. cit., p. 12-14.

55Cette sorte de jubilation éprouvée par un groupe de nobles amis à défier les autorités, pour montrer son courage par un geste d'autant plus beau qu'il est gratuit fait partie d'un rituel de chevalerie ancien qui retrouve une seconde vigueur, grâce à la renaissance de la philosophie néostoïcienne de cette époque baroque. En effet, l'amitié participe à cet héroïsme du gentilhomme. Cicéron n'écrit-il pas que « l'amitié ne peut exister que chez les hommes de bien ». Il ajoute plus loin « que l'amitié ne peut être qu'une entente totale et absolue accompagnée d'un sentiment d'affection ». L'amitié répond alors au besoin quasi religieux d'absolu auquel aspire le gentilhomme toujours prêt à risquer sa vie pour une noble cause, ce qui fait dire à Cicéron : « je crois bien que la sagesse exceptée, l'homme n'a rien reçu de meilleur de la part des dieux ». Dans l'Antiquité, les stoïciens rangeaient l'amitié juste au-dessous de la vertu, ce qui permet à Cicéron d'affirmer « que sans vertu toute amitié est impossible ». Il va même plus loin en prétendant que celui qui a devant lui un ami véritable « a devant soi comme sa propre image idéale »31.

56Il est vrai que lorsqu'ils se battaient contre avec leurs amis pour la « liberté » contre la « tyrannie » du cardinal de Richelieu, des gentilshommes comme Montrésor, les frères Campion, Béthune, Fiesque, Saint-Ibar, La Châtre et La Rochefoucauld étaient persuadés d'incarner des valeurs morales intangibles dont ils étaient les garants et les derniers protecteurs, une sorte de rempart contre les pernicieuses évolutions d'un monde contemporain perdu par le triomphe des « maximes de Machiavel ». Montrésor n'écrit-il pas à propos de Madame de Chevreuse :

  • 32 Montrésor, op. cit., p. 227.

L'abandonnement quasi général dans lequel elle était de tous ceux qu'elle avait obligés et s'étaient liés d'amitié et unis d'intérêts avec elle me fit juger du peu de foi que l'on doit ajouter aux hommes du siècle présent [...] ce qui augmente en moi le désir [...] de lui rendre mes services avec plus de soin et d'affection32.

  • 33 Cicéron, op. cit., p. 40.

57On se souvient que La Rochefoucauld et La Châtre avaient été dans le même état d'esprit vis-à-vis de la reine Anne d'Autriche. Cette atitude est logique et s'appuie sur leur culture. Cicéron écrit que « ce sont les caractères fermes solides et constants qu'il faut choisir » pour en faire des amis et il avoue qu'ils représentent « une espèce particulièrement rare »33.

  • 34 Cicéron, op. cit., p. 19.

58Ce sont donc des êtres d'élite, voire d'exception, sur le plan moral, qui entretiennent des relations d'amitié et les poussent jusqu'à leurs extrêmes parce que, dit Cicéron, « l'inclination de l'âme » et « le sentiment » y sont plus importants que le profit ou l'échange des services34. Beauvais Nangis, après avoir enlevé, avec ses amis, le corps de son ami mort pour lui donner une sépulture décente, comme on l'a déjà vu, et aussi perdu l'espoir de faire carrière, raconte que lorsqu'il retourna à la cour :

  • 35 Nangis (Beauvais), op. cit., p. 144.

force gens se vinrent offrir à moi, me priant de les aimer puisque j'aimais mes amis jusques après leur mort et que je quittais ma fortune pour leur rendre preuve35.

  • 36 Constant(Jean-Marie), « Absolutisme et modernité », dans chaussinand-nogaret (G.), Constant (J.-M. (...)

59On s'aperçoit ainsi que l'amitié dans la mesure où elle est perçue comme une protection, contre les difficultés de la vie et les aléas de la carrière complètement tributaires du caprice des dirigeants en place, est en même temps une forme d'indépendance de l'individu face à un pouvoir qui ne prend en compte que les rapports de force. L'amitié qui permet, soit d'être dans les allées du pouvoir si on est ami avec ses détenteurs, soit de rassembler tous ceux qui ont à s'en plaindre pour agir ensemble sous un abri inébranlable, symbolisé par un lien affectif aussi fort que l'amitié, est ainsi véritablement pour les gentilshommes du xviie siècle, complètement déboussolés par les transformations politiques et celles de la société, un repère inébranlable de stabilité qui leur apparaît comme le dernier carré où les hommes conservent une part de liberté36.

  • 37 Fillon (Anne), « Politique, théâtre et sentiment dans les mémoires de quelques gentilshommes consp (...)

60Ainsi Beauvais Nangis ne fit pas carrière et écrivit un livre sur l'histoire des favoris tellement il se sentait hors d'un circuit politique qui le délaissait alors qu'il avait le sentiment d'être moralement beaucoup plus méritant que ceux qui avaient agi par intrigue et quelquefois bassesse pour se propulser au premier rang. Montrésor, Campion et tous les autres sont dans la même situation. D'ailleurs, ce splendide isolement de ces baroques intransigeants est accentué par leur propension à théâtraliser toutes leurs attitudes comme l'avait admirablement démontré Anne Fillon lors du colloque d'Oxford37.

61Cependant, ces hommes qui n'ont pas accepté les mutations d'un monde dans lequel ils ne reconnaissaient pas leurs valeurs, ont réfléchi et sont devenus porteurs d'idées qui firent leur chemin beaucoup plus tard. Certes, ces gentilshommes de l'époque baroque, n'avaient pas « l'outillage mental » pour reprendre l'expression de Lucien Febvre, des gens des xviiie, xixe et xxe siècles parce que les « lumières » n'avaient pas encore accompli leur œuvre, mais ils apparaissent aujourd'hui aux yeux des historiens comme des précurseurs, au même titre que Richelieu, de formes d'états modernes. Ils étaient porteurs de vertu, de liberté, de l'idée que la conscience individuelle doit l'emporter sur la raison d'état, de solidarités qui prenaient la forme ancienne de l'amitié mais annonçaient les futures organisations politiques que seront les partis politiques tels que nous les connaissons.

62Ce mélange inextricable de valeurs de sociabilité dont l'amitié est le pilier central et d'idées politiques nouvelles imprégnées d'un nouvel idéal qui s'accordait avec les mythes nobiliaires ancestraux comme avec ceux véhiculés par la culture antique, constitue un ensemble qui va engendrer après un long cheminement le plus souvent très chaotique l'univers politique qui s'imposera par la suite.

Notes

1 Article paru dans xviie siècle, n° 205, 51e année, « L'amitié »n° 4-1999, p. 593-608.

2 Constant (J.-M.), La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xviie siècles, Paris, 1985, 2de éd., 1994, p. 143 sq.

3 Cicéron, L'Amitié, trad. et éd. par Robert Combès, Paris, 1983, p. 14.

4 Simon (Clément), « La vie seigneuriale en Limousin sous Louis XIII », Revue des questions historiques, 1897.

5 La Châtre, Mémoires contenant la fin du règne de Louis XIII et le commencement de celui de Louis XIV, Michaud et Poujoulat, coll. « Mémoires pour servir à l'Histoire de France », 1838. Il s'agit d'Edme de la Châtre qui mourut en 1645, p 284.

6 Montrésor (Comte de), Mémoires, même collection, p. 197 sq.

7 Nangis (Beauvais), Mémoires, publiés par Monmerqué et Tallandier, Paris, Société d'histoire de France, 1862, p. 130.

8 Ibid., p. 151-152.

9 La Chatre, op cit., p. 271.

10 Ibid., p. 288.

11 Ibid., p. 289.

12 La Rochefoucauld, Mémoires, dans Œuvres complètes, Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 67.

13 Montrésor, op. cit., p. 221.

14 Ibid., p. 224.

15 Constant (Jean-Marie), « L'échec de Brutus », in Les Conjurateurs. Le premier libéralisme politique sous Richelieu, Paris, Hachette, 1997, ch. 4, p. 115-146.

16 Montrésor, op cit., p. 227.

17 Ibid., p. 228.

18 Ibid., p. 225.

19 Constant (Jean-Marie), « L'assemblée de noblesse de 1651 : une autre conception de la monarchie française », dans La Fronde en questions, Aix-en-Provence, 1989, p. 277-287.

20 Constant (Jean-Marie), « Les partis nobiliaires et le développement de l'État moderne : le rôle de la noblesse seconde », dans Genèse de l'État moderne, Paris, CNRS, 1990, p. 175 ; Bourquin (Laurent), Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux xviie et xviie siècles, Paris, 1994.

21 La Rochefoucauld, op cit., p. 46.

22 Ibid.

23 Montrésor, op cit., p. 230.

24 Mémoires d'Henri de Campion suivi de Trois entretiens sur divers sujets d'histoire de politique et demorale, édition présentée par Marc Fumaroli, Paris, 1967.

25 Constant(Jean-Marie), « La révolte nobiliaire de 1658-1659 en Orléanais: mouvement marginal ou authentique manifestation de démocratie nobiliaire », in Sociétés et idéologie des temps modernes, Mélanges offerts à Ariette Jouanna, Montpellier, 1996, p. 335.

26 PagèS (G.), « Autour du Grand orage: Richelieu et Marillac: deux politiques », Revue historique, CLXXIX, p. 63-97; Constant (J.-M.), Les Conjurateurs..., op. cit., p. 43 sq. ; LlM (Seung Hui), La Pensée des « bons catholiques » dans la première moitié du xviie siècle (1598-1642), thèse sous la dir. d'Yves Durand, Université de Paris-Sorbonne, 1998.

27 Jouanna (Ariette), Le Devoir de révolte, Paris, 1989, p. 654 sq.

28 Lassaigne (Jean-Dominique), Les Assemblées de noblesse en France aux xviiie et xviiie siècles, Paris, 1965, p. 121.

29 Constant (Jean-Marie), « La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires », repris infra ch. XVI.

30 Constant (Jean-Marie), « Amitié, système de relation et politique dans la noblesse française aux xvi et xviie siècles », dans Aux sources de la puissance, sociabilité et parenté, actes du colloque de Rouen, 1987, Rouen, 1988.

31 Cicéron, op. cit., p. 12-14.

32 Montrésor, op. cit., p. 227.

33 Cicéron, op. cit., p. 40.

34 Cicéron, op. cit., p. 19.

35 Nangis (Beauvais), op. cit., p. 144.

36 Constant(Jean-Marie), « Absolutisme et modernité », dans chaussinand-nogaret (G.), Constant (J.-M.), Durandin (c.), Jouanna (A.), Histoire des élites en France du xvie au xxesiècle, Paris, 1991, p. 145-214, rééd. Hachette, « Pluriel », 1994.

37 Fillon (Anne), « Politique, théâtre et sentiment dans les mémoires de quelques gentilshommes conspirateurs de la génération du Cid », in Contamine (Philippe), L'État et les aristocraties (xiie-xviie siècles) en France, Angleterre, Écosse, actes du colloque organisé par le CNRS en 1986 à Oxford, Paris, 1989.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search