Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Deuxième partie. La noblesse seconde : un concept de recherche et une réalité sociale

Chapitre X. Château et liberté dans l'imaginaire nobiliaire à l'époque baroque à travers L'Astrée et Les Bergeries1

Texte intégral

  • 1 Article publié dans Château et imaginaire, actes des rencontres d'Archéologie et d'Histoire en Pér (...)
  • 2 La première partie du roman parut en 1607, la seconde en 1610, la troisième en 1619, la quatrième, (...)
  • 3 Constant (Jean-Marie), « Un modèle de "noblesse seconde" des pays ligériens : les du Bueil (Racan) (...)

1Cette communication repose sur un postulat de départ : des œuvres littéraires, écrites par des gentilshommes, si elles ont du succès, peuvent refléter l'attente des lecteurs et donner de précieuses indications sur leur imaginaire. Les deux ouvrages que je vais analyser sont dans ce cas : L'Astrée d'Honoré d'Urfé et Les Bergeries de Racan. Le premier, dont la publication commencée en 1607, s'est achevée en 1627 est un des plus gros succès de l'époque et le second qui est une pastorale jouée en 1619 à l'Hôtel de Bourgogne puis en province, a connu douze éditions originales2 Les auteurs sont d'authentiques nobles et hommes de guerre. Honoré d'Urfé (1567- 1625) était le fils d'un gentilhomme du Forez, apparenté par sa mère à la Maison régnante de Savoie, ce qui explique son engagement du côté de la Ligue. Quant à Racan (1589-1670), Honorat du Bueil, il appartenait à une branche cadette de ce lignage qui s'était illustré pendant la guerre de Cent Ans notamment grâce au fameux comte de Sancerre et pendant les guerres de religion3. Le poète, commanda les gens d'armes d'Effiat pendant le siège de La Rochelle mais il n'avait pas une vocation exclusive pour ce métier et fut nommé par Richelieu dans la première Académie française.

2Afin de mieux cerner les contours de l'imaginaire de la noblesse de cette époque baroque, je vais d'abord évoquer, dans un premier temps, le monde merveilleux de la pastorale, puis montrer que ce monde idéalisé demeure bien incarné dans son époque (la fin du xvie siècle et le premier quart du XVIIe), enfin souligner qu'il est en permanence dans l'ambiguïté et le travestissement baroques.

Le monde merveilleux de la pastorale

  • 4 Yates (Frances A.), Astrée, le symbolisme impérial au xvie siècle, Belin, 1989 (1re éd. sous le ti (...)

3La pastorale, comme l'opéra, vit de conventions et se déroule dans un lieu idéalisé dans lequel les personnages sont des bergers. Son action est réduite à la conquête de la femme aimée qui se réalise selon un code amoureux qui place l'amant au service de la dame à qui il doit obéir sans discussion et sans aucune réserve, préférant la mort à l'insoumission. Dans la mythologie, Astrée est une déesse de la justice qui a habité la terre pendant l'Âge d'or, puis est remontée dans l'Olympe quand le crime est apparu parmi les hommes. Placée dans le zodiaque, sous le signe de la vierge, elle est souvent représentée avec un rameau de palmier d'une main et des épis dans l'autre. On disait qu'elle symbolisait une nouvelle époque de paix, de justice, de bonheur et d'innocence. En cette fin de xvie siècle, Astrée est une figure allégorique à la mode, qui incarne un pouvoir juste et que l'on retrouve dans l'Angleterre d'Elisabeth et dans la France de Charles IX ou d'Henri IV4.

4Il n'est donc pas étonnant qu'Honoré d'Urfé ait choisi d'appeler Astrée le personnage principal de son roman pastoral, mais ce dernier ne se déroule pas dans la mythologie ou la France du xvie siècle mais dans la Gaule du ve siècle de notre ère, dans la province du Forez, au bord de la rivière qui s'appelle le Lignon. Les premières lignes du roman sont les suivantes :

Auprès de l'ancienne ville de Lyon, du côté du soleil couchant, il y a un pays nommé Forez qui, en sa petitesse, contient ce qui est de plus rare au reste des Gaules, car étant divisé en plaines et montagnes, les unes et les autres sont si fertiles et situées en un air si tempéré que la terre y est capable de tout ce que peut désirer le laboureur. Au cœur du pays est le plus beau de la plaine [...] arrosée du fleuve de Loire qui [...] passe presque par le milieu, non point trop enflé et orgueilleux mais doux et paisible. Plusieurs autres ruisseaux en divers lieux la vont baignant de leurs claires ondes mais l'un des plus beaux est Lignon qui, vagabond en son cours [...] va serpentant par cette plaine.

  • 5 Delumeau (Jean). Une Histoire du paradis, le jardin des délices, Fayard, 1992, p. 156.

5Cette vision paradisiaque ne va pas sans rappeler la Genèse (2,8,17) : « un fleuve sortait d'Eden pour irriguer le jardin. De là, il se partageait pour former quatre bras ». D'ailleurs, Jean Delumeau inclut les pastorales dans les représentations que les gens des xvie et xviie siècles se faisaient du paradis5. On retrouve cette même ambiance de merveilleux biblique chez Racan, dans la deuxième strophe du chœur des bergers :

  • 6 Racan, Les Bergeries, op. cit., p. 156, vers 1675 sq., 2e strophe.

Que le siècle d'or fut heureux
Où l'innocence toute pure Ne préservait aux amoureux
Que les seules voix de la nature6.

6Dans les deux œuvres, on trouve ce même climat irréel de douceur de vivre du temps d'Adam et Eve mais dans L'Astrée le politique transparaît davantage dans le récit de l'histoire du pays, lorsqu'Honoré d'Urfé insiste fortement sur les libertés dont jouissent les habitants. Il écrit que les Romains et les Barbares ont laissé au Forez toutes ses libertés traditionnelles :

Alaric, roi des Wisigoths [...] ayant su nos statuts en reconfirma les privilèges et sans usurper aucune autorité sur nous, nous laissa en nos anciennes franchises (I, II).

7Attirés par ces conditions si favorables, un certain nombre de nobles des environs vinrent se réfugier là, pour prendre l'habit de berger et y « vivre plus doucement et sans contrainte ».

  • 7 Dubois (Claude Gilbert), Celtes et Gaulois au xvie siècle, op. cit.

8Sur les terres de ce royaume de rêve, règne une femme, la nymphe Amasis, à laquelle devrait succéder sa fille, Galathée ( du nom de la fondatrice légendaire du peuple gaulois). Claude Gilbert Dubois a montré tout ce que L'Astrée a emprunté au mythe celtique qui se développe dans l'opinion après 15607. En même temps, L'Astrée s'inspire d'un autre mythe, celui de Diane, vierge combattante, inviolable et inviolée, selon Sophocle, capable de tuer sans état d'âme ceux qui veulent la forcer, souveraine des forêts, des montagnes, des animaux sauvages, adversaire de la violence aveugle et des amours illicites.

  • 8 Mémoires d'Henri de Campion suivis de Trois entretiens sur divers sujets d'histoire, de politique (...)

9Cette société de liberté s'oppose aux sociétés de l'époque très décriées. Alcippe, père du héros du roman, Céladon, se rend dans les cours de France, Londres, Byzance mais il est tellement déçu qu'il revient vite vivre en Forez. Cette critique des mœurs de la cour comme de la ville est destinée à mettre en avant les valeurs défendues dans L'Astrée, la franchise, le sens de l'honneur, la fidélité à la parole donnée, la pureté de mœurs. Cela répond aux canons de l'esprit vieux gaulois que d'Urfé veut faire revivre parce qu'il pense comme beaucoup de ses contemporains, qu'il représente les vertus de la noblesse des origines. Alexandre Campion, dans les Trois entretiens [...] d'histoire, de politique et de morale, distingue trois espaces de vie pour la noblesse : la cour qui, pour lui également, tient de l'enfer, la ville qui est trop surveillée par Richelieu et enfin la campagne, territoire protégé, lieu privé où le gentilhomme peut jouir d'une vraie liberté parce qu'il est chez lui et retiré du monde8.

10Dans Les Bergeries, Racan accable aussi la société telle qu'elle est, en se plaçant sur le terrain non de la politique mais uniquement de la morale. Lui qui s'est retiré du monde, à la Roche Racan, aux limites du Maine et de la Touraine, où il a écrit les Stances de la retraite, présente les hommes comme soumis à la « colère des dieux », à « Mars », au « sang » et aux « larmes », à « l'envie », à « la honte ». Il stigmatise le « nombre infini de faux dieux, l'ambition, fille d'enfer, Bellone avec le fer qui partage la terre en provinces ». Il va même jusqu'à frôler l'utopie égalitaire quand il fait dire au chœur, à la strophe quatre, qu'autrefois :

Les champs n'étaient pas divisés,
Les richesses étant égales...

11Certes, ces pastorales n'ont rien à voir avec les projets utopiques de Platon, Thomas More ou Campanella, mais comme eux, elles placent leurs héros et héroïnes dans un univers propre à enflammer l'imagination. Dans cette nature, loin des réalités quotidiennes, ne s'exerce sur les bergers et bergères que la tyrannie de l'amour courtois. Le sujet est d'ailleurs, toujours un amour contrarié parce qu'il est source de conflits, de rivalités, voire de guerres. Ainsi, dans L'Astrée, Céladon, calomnié injustement et renvoyé par Astrée va subir des épreuves, interrompues par d'autres histoires et aventures, mais après en avoir triomphé, il finira, après cinq mille pages, par retrouver sa chère aimée. Par exemple, après son suicide, recueilli par les nymphes, filles de la reine Amasis, pour échapper à l'une d'entre elles, Galathée, amoureuse de lui et rester fidèle à Astrée, Céladon se sauve, se réfugie dans une caverne le long du Lignon, ne parvenant à survivre qu'en se nourrissant de larmes et d'un peu de cresson. Devenu l'ombre de lui- même, il ne sera sauvé de la mort que par le druide Adamas.

12Au milieu de tous ces périls, les personnages demeurent fidèles et comptent sur leurs amis. Dans Les Bergeries, Alcidor déclare « de manquer à la foi, j'aimerais mieux mourir » et à un autre moment avoue:

  • 9 Racan, Les Bergeries, op. cit., vers 1112 et 1089.

C'est à ces amis compagnons de fortune
Qu'on aime seulement d'une amitié commune9...

  • 10 Constant (Jean-Marie), Les Conjurateurs..., op. cit. ; Eymard d'Angers (Julien), Recherches sur le (...)

13On est alors totalement immergé dans les sensibilités nobiliaires, la mort étant l'acte de liberté par excellence, la révolte de l'individu, dressé seul contre le pouvoir et la société. Ces périodes de la fin du xvie siècle et de la première moitié du xviie sont dominées philosophiquement par le néo-stoïcisme et la mort du héros qui met sa vie en jeu, par défi, lors des duels10. La littérature rend compte de cette situation et la pastorale aussi. Ainsi, lorsqu'Astrée, sur la foi de médisances, renvoie Céladon qu'elle accuse d'infidélités, ce dernier « se jeta les bras croisés dans la rivière » après avoir dit « plutôt que de rompre un seul des nœuds de mon affection, j'ai mieux aimé perdre la vie » (I, i). Dans Les Bergeries, Alcidor se jette aussi dans la rivière par désespoir. Cléante raconte ainsi l'événement :

Ce misérable amant plus fidèle que sage
Aux dépens de sa vie en fait l'apprentissage
Il s'est précipité pour finir son ennui,
Dans les flots plus humains à lui même que lui (vers 1510).

14Dans L'Astrée, la mort de Ligdamon en est un autre exemple. Prisonnier des Neustriens, il est condamné à être jeté dans la fosse aux lions, mais une très belle dame le demanda pour mari au nom d'une coutume qui permettait de lui sauver la vie. Il accepta mais comme il aimait Sylvie « avec tant d'affection qu'elle ne lui pouvait permettre d'épouser autre qu'elle, il élut plutôt le tombeau que cette belle dame ». Donc, « quand on les voulut épouser, il s'empoisonna et la dame, qui croyait que c'était son amour, s'empoisonna du même breuvage ». On peut rattacher à ces exemples, le cas du Dom Juan de Molière, qui n'hésite pas à défier le commandeur au risque de sa vie, ou la mort de Sénèque dans Le Couronnement de Poppée, l'opéra de Monteverdi, joué à Venise, en 1642.

15On voit ainsi que les sensibilités nobiliaires du temps entrent dans L'Astrée ou Les Bergeries comme dans la littérature du temps et il est nécessaire de s'interroger sur le poids des réalités dans ces pastorales.

L'imaginaire est bien incarné dans les réalités nobiliaires de l'époque baroque

  • 11 Gaume (Maxime), L'Inspiration..., op. cit., p. 181 et 191.

16Le premier élément qui rattache l'histoire de L'Astrée à la réalité du temps est son implantation dans le pays de Forez, car les lieux se reconnaissent facilement. D'abord, le pont de Bouteresse permet de franchir le Lignon et sépare le domaine des Nymphes (Marcilly pour la reine Amasis, Isoure pour sa fille Galathée) des hameaux des bergers du nord, ensuite, l'itinéraire suivi par Céladon depuis le palais d'Isoure correspond fidèlement à la carte des routes du xvie siècle, enfin il existe une abbaye cistercienne de femmes à Bonlieu dédiée à la vierge, dont la famille d'Urfé est la protectrice qui, transposée dans le roman, devient « la demeure des chastes vestales, le lieu de culte de la bonne déesse, la vierge qui doit enfanter11 ».

17Le second élément concerne la vie quotidienne, qui est celle de la noblesse ou d'une cour. On décrit

  • 12 Urfé (Honoré d'), L'Astrée, éd. Jean Lafond, op cit., p. 70-71.

[le] palais d'Isoure12, [ses] jardins, [le] labyrinthe de coudriers, [la] fontaine de la vérité d'amour, qui permet aux amants de savoir s'ils sont aimés, [la] grotte de Damon et Fortune [ou celle de la] magicienne Mandrague.

18On raconte que la reine

  • 13 Ibid., p. 101.

Amasis s'en retourna au logis où, trouvant les tables prêtes, chacun, plein de contentement des bonnes nouvelles reçues, dîna joyeusement. [Après le repas] toutes les nymphes étaient attentives, les unes à jouer, les autres à visiter la maison, les unes au jardin et les autres à s'entretenir de divers discours dans la chambre d'Amasis13.

19Le vocabulaire est bien celui qu'emploie la noblesse pour parler de ses résidences (logis, maison, château, palais) mais il y a aussi le décor, les habitudes de vie, les activités, les préjugés même. Ainsi, quelqu'un dit :

  • 14 Ibid., p. 109.

ceux dont vous me demandez des nouvelles sont les principaux de ce hameau [...] où j'ai choisi ma demeure14.

20Plus loin, le narrateur évoque dans le château d'Adamas,

  • 15 Ibid., p. 269 (IIIe partie, livre I, 9).

les portraits qu'ils y admirent [et] donnent prétexte à l'histoire du Roi Euric [Henri IV]15

  • 16 Ibid., p. 386 (IVe partie).

21Avec ce souverain, le roman s'inscrit dans l'histoire proche et les réalités politiques du temps : la guerre se profile à l'horizon. Polémas qui l'incarne veut s'emparer du pouvoir et prendre de force Galathée (fille et héritière de la reine Amasis), voulant, par cette action, abroger la succession matrilinéaire au trône. Il symbolise ainsi la guerre, la force brutale, l'absolutisme, la tyrannie, le pouvoir de violence de l'homme par rapport à celui de la femme, doux et apaisant. Polémas échoue dans l'assaut qu'il lance contre Marcilly mais il réussit à enlever deux nymphes, Léonide et Sylvie, pendant que des soldats emmènent Astrée. Céladon se précipite à la suite de sa bienaimée et devient l'otage de Polémas. Les prisonniers sont attachés pour protéger de leurs corps l'attaque lancée par les rebelles contre Marcilly. Leur chef, Semire, qui avait calomnié Céladon, auprès d'Astrée et provoqué la rupture entre les deux amants, blessé à mort, se rachète en trahissant Polémas, délivre les prisonniers et demande son pardon à Astrée qui le lui accorde16.

22On retrouve dans ce récit bien des situations réelles des guerres civiles vécues par Honoré d'Urfé, mais aussi de nombreux traits du comportement nobiliaire. L'histoire de Lydias, racontée par Mélandre, semble ainsi sortie directement de la réalité :

  • 17 Ibid., p. 80 (IIe partie, livre xii).

[Lydias] vint à Londres, fuitif de son pays à ce que j'ai su depuis, pour avoir tué son ennemi en champ clos. [En Angleterre, il] trouva tant de courtoisie qu'il n'y avait bonne maison où il ne fut incontinent familier [...et] délibéra de faire semblant d'aimer quelque chose afin de se conformer mieux à l'humeur de ceux de Grande Bretagne qui ont tous quelque particulière dame17.

23La guerre reprenant en Gaule, Lydias décide de partir tout en jurant à Mélandre, devenue très amoureuse de lui, qu'il ne partira pas. Ce parjure ne fait nullement faiblir ses sentiments et, déguisée en chevalier, elle décide d'aller rejoindre Lydias à Calais. Le gouverneur de la ville, un très grand seigneur, Lypandas, qui a fait prisonnier Lydias, promet de le remettre en liberté si l'un des amis du jeune homme se bat pour lui, sachant pertinemment que sa redoutable valeur guerrière dissuadera tout adversaire de se présenter devant lui. Mais la frêle Mélandre, passant toujours pour un homme et se faisant appeler « le chevalier triste », décide de relever le défi, bien qu'elle n'ait jamais touché une épée. À la suite d'une succession de coups de chance, elle gagne le combat mais Lypandas ne respecte pas sa parole et exige que le chevalier triste vienne se constituer prisonnier à la place de Lydias. Ce récit conté à la cour de Mérovée par Clidaman, fils d'Amasis et frère de Galathée entraîne les remords de Lydias qui s'écrie : « O Dieux! est-il possible que mes yeux aient été aussi aveugles! ». Il décide d'aller la délivrer et Mérovée permet aux guerriers de sa cour d'aller prendre Calais car, déclare-t-il

En vérité, je lairrai [laisserai] plutôt toutes choses en arrière que je ne fasse rendre la liberté à une dame si vertueuse ; aussi bien nos armes ne sauraient être mieux employées qu'au service de semblables.

24Le siège de Calais réussi, Lypandas prisonnier, Mélandre fut libérée, mais l'auteur ajoute

  • 18 Ibid., p. 99.

Je ne sais comment ni pourquoi, à peine le tumulte de la prise de la ville cessé, que l'on prit garde que Lydias et Mélandre s'en étaient allés, si bien que depuis, on n'a su ce qu'ils étaient devenus18.

25Cette histoire permet de comprendre les valeurs des gentilshommes, la fidélité, l'honneur de la parole donnée, l'attachement au duel, l'hospitalité noble au delà même des frontières, la bravoure, le châtiment des parjures et le pardon de ceux qui savent se racheter. Elle fait aussi le portrait du parfait souverain qui ne fait la guerre que pour des causes justes.

26Mais tous les rois ne sont pas Mérovée et Honoré d'Urfé s'inspire de la Ligue, dont il fut l'un des combattants, pour parler du Childéric de son roman qui ressemble étrangement à Henri III. Collant à la réalité du temps, il revient sur les espoirs du début de son règne, écrivant

Il me serait possible de vous pouvoir redire, Madame, combien était grande l'espérance que tout ce peuple avait mis en ce jeune roi, tant pour être le fils de Mérovée, duquel la mémoire était encore si fraîche que ses grandes victoires leur était ordinairement devant les yeux.

27La chute de popularité de Childéric est décrite de telle façon que la comparaison avec Henri III s'impose. Il écrit :

Peu de temps après avoir été couronné, il commença à mépriser les armes et s'adonner à toutes sortes de délices, ne se souvenant plus que la magnanimité et les exploits belliqueux de ses prédécesseurs avaient acquis la domination des Gaules aux Francs, et le royaume des Francs à lui et à ses successeurs.

  • 19 Ibid., p. 302-303 (IIIe partie).

28Il évoque « des mollesses efféminées », des « laisser-aller » (plus d'exercices de guerre), les désespoirs des grands seigneurs qui « veulent aller ailleurs acquérir de la gloire19 ».

29Il s'attarde sur la rivalité entre Childéric et Andrimarte pour l'amour de Sylviane, où on reconnaît les intrigues de cour, mélangeant les amours et la politique. Childéric éloigne Andrimarte sous prétexte d'une mission d'état avec la ferme intention de se venger par la violence de Sylviane, mais cette dernière très méfiante, lui échappe en se faisant couper les cheveux et en se déguisant en chevalier. Childéric fou de rage fait saccager la maison de Sylviane, ses soldats répandant la terreur dans la ville si bien les chaînes sont tendues comme les jours d'émeute, le peuple s'assemblant et prenant les armes. Sans le courage de deux grands seigneurs, Clidaman et Lindamor, qui tirèrent leur épée pour protéger le souverain et furent blessés au cours du combat, « la furie du peuple ému » aurait fait mourir Childéric. On assiste alors à la mort et aux dernières paroles de Clidaman, fils de la reine Amasis et frère de Galathée, modèle de chevalier puisque le peuple chante

  • 20 Ibid., p. 302 à 370.

à haute voix sa louange, criant que c'était grand dommage de la mort de ce prince tant ami de leur nation et de leur couronne et d'autant plus qu'ils savaient bien tous qu'il n'avait jamais consenti aux violences et tyrannies de Childéric20.

30La révolte gronde contre Childéric. Des seigneurs assemblés à Provins puis à Beauvais viennent en troupe et trouvent « le peuple avec ses armes en la main » se mettent à sa tête et investissent « le Palais Royal, avec quantité de tambours et trompettes et menant si grand bruit que Childéric [commence] à appréhender la furie de ces mutins ». Cette révolte fait absolument penser à la Ligue qui rassemblait les nobles et le peuple des villes et dont le théâtre d'action, à ses débuts, se trouvait précisément en Champagne, en Picardie et en Brie. Or, précisément

une trompette [...] après avoir sonné trois fois, dit à haute voix ces paroles : les Druides, Princes et Chevaliers des Francs et Gaulois assemblés et unis déclarent Gillon, Roi des Francs et Childéric tyran et incapable de porter la couronne de ses aïeux.

31Guillon est porté sur le pavois selon la coutume des Francs et

la nuit venue le Roi [Childéric] passe secrètement par la porte qui sortait hors de la ville et accompagné de tous ses chevaliers fut conduit en Thuringe.

  • 21 Ibid., p. 373-376 ; voir CONSTANT (Jean-Marie), La Ligue, Paris, Fayard, 1996, ch. I.

32Cette scène ressemble étrangement à la fuite d'Henri III de Paris, après les barricades de mai 158821.

33Ainsi donc, dans L'Astrée, à la différence de beaucoup d'autres pastorales, la politique est intimement mêlée aux intrigues amoureuses et on reconnaît au passage nombre d'allusions à la Ligue et aux réalités nobiliaires du temps, mais l'essentiel dans la pastorale est ailleurs, il s'agit de flatter l'imaginaire de la noblesse qui retrouve en elles ses rêves, voire ses fantasmes et ses ambiguïtés.

Travestissements et ambiguïtés baroques

  • 22 Kjers (Judikje) et tlssink (Fieke), La Gloire du siècle d'or, catalogue de l'exposition du Rijksmu (...)
  • 23 Rousset (Jean), La Littérature de l'âge baroque en France, Circé et le paon, Paris, José Corti, 19 (...)

34Les mêmes thèmes semblent se retrouver à travers l'Europe et véhiculer des idées semblables. Ainsi, dans la République des Provinces Unies, Pieter Cornelizs Hooft (1581-1647) a écrit un poème pastoral, Granida, qui a tellement intéressé le stathouder Frédéric Henri, qu'il commanda à Gérard Van Honthorst une série de compositions pour la décoration de son château de Honselaersdijk. L'une d'elles, qui se trouve au musée d'Utrecht, intitulée Granida et Daifilo (1625), représente les deux jeunes amoureux dans une nature idyllique. Or, le poème pastoral comprend une partie de chasse au cours de laquelle la jeune femme s'égare et rencontre le berger, un duel entre deux princes amoureux d'elle, le berger qui prend la place de l'un des deux protagonistes, une scène dramatique où les jeunes gens sont surpris enlacés et condamnés à mort par leurs assaillants, le geste de clémence de Tsipherne, digne de celui d'Auguste dans Cinna qui leur permet de courir vers le bonheur comme Lydias et Mélandre, Alcidor et Arthénice, Céladon et Astrée22. On voit ainsi que tous les ingrédients nécessaires pour construire une œuvre baroque capable de toucher le public de cette première moitié du xviie siècle se rencontrent aussi bien en Hollande qu'en France. Un élément fondamental que l'on retrouve chez Daifilo et qui permet de caractériser cette forme artistique est le travestissement et l'ambiguïté, déjà mis en relief en son temps par Jean Rousset23.

35Dans le récit de ses aventures citées plus haut, la jeune Anglaise, Mélandre, amoureuse de Lydias, quand elle débarque sur le continent et se fait passer, à Calais, pour le « chevalier triste », révèle sa double identité :

  • 24 L'Astrée, p. 79 (Ire partie).

Seigneur, chevalier, cet accoutrement que vous me voyez n'est pas le mien propre mais Amour qui, autrefois, a vêtu des hommes en femmes, se joue de moi de cette sorte et m'ayant fait oublier en partie ce que j'étais, m'a revêtu d'un habit contraire au mien car je ne suis pas homme mais fille d'une des bonnes maisons de Bretagne24.

36Ce jeu avec l'identité sexuelle, s'explique ici par la nécessité pour la jeune fille de pouvoir agir en toute liberté, un jeune noble imposant mieux sa présence, dans un milieu de guerriers, qu'une frêle adolescente, mais l'ambiguïté peut être facteur de trouble érotique, comme dans le livre X de la IIIe partie, quand le druide Adamas introduit Céladon dans la chambre d'Astrée. Le grand prêtre a une fille Alexis qui ressemble à Céladon. Ce dernier, déguisé en Alexis, se rend chez Astrée ; il ne désobéit pas à sa belle puisqu'il emploie un artifice et qu'il est autre que lui-même. D'ailleurs,

37Astrée se prend d'affection pour le faux Alexis, comme si elle pressentait le jeu et s'y prête avec un certain plaisir, profitant de l'ambiguïté du masque. De cette façon, Céladon partage la chambre d'Astrée, l'aide à se déshabiller, lui ôtant tantôt un nœud et tantôt une épingle et si quelquefois la main passait près de la bouche d'Astrée, elle la lui baisait.

38Deux jours et deux nuits s'écoulent ainsi dans l'intimité la plus étroite. Alexis-Celadon porte la robe de chambre d'Astrée et contemple à loisir « la belle endormie ». Mieux, en se levant, Astrée se laisse voir dans le plus simple appareil et les deux amants échangent des caresses qui « étaient un peu plus serrées que celles que les filles ont accoutumé se faire », mais Astrée

  • 25 Ibid., p. 70 (IIIe partie, livre x).

qui n'y pensait en façon quelconque lui rendait ses baisers tout ainsi qu'elle les recevait non pas peut être comme une Alexis mais comme au portrait vivant de Céladon25.

39Certes, les deux jeunes gens, semblables à Adam et Eve, au paradis terrestre, avant la transgression, respirent continuellement la vertu qui l'emporte contre toutes les tentations que peut imaginer le lecteur. Même un moraliste comme Fortin de la Hoguette « ne défend point » de telles lectures à ses enfants car dit-il

  • 26 Fortin De La Hoguette (P.), Testament ou conseils fidèles d'un bon père à ses enfants. Dix fois éd (...)

dans les romans, tout est grand les vertus et les vices sont extrêmes et récompensé selon la loi du mérite ou du démérite [...] l'âme se relève par cette lecture26.

40Charles Sorel va plus loin et fait dire à Francion, jeune gentilhomme venu de sa Bretagne pour devenir élève d'un collège parisien :

  • 27 Sorel (Charles), Histoire comique de Francion, 1923, publié dans Romanciers du xviie siècle, Galli (...)

J'achetais de certains livres que l'on appelle romans qui contenaient des prouesses des anciens chevaliers [...] cela m'espoinçonnait le courage [...] il me semblait qu'il me serait aussi facile de couper un homme d'un seul coup par la moitié qu'une pomme [...] bref, je n'avais plus à l'esprit que rencontres, que tournois que châteaux, que vergers, qu'enchantements [...] et qu'amourettes27.

41Ces deux témoignages si différents montrent à quel point les gentilshommes de cette première moitié du xviie siècle aimaient la lecture de ces romans qui aidaient à construire leur personnalité, même si le jeune Francion était plus sensible que Fortin de la Hoguette, aux combats, aux histoires d'amour et à la magie.

  • 28 L'Astrée, IV' partie, livre xi.

42Ce dernier thème des vrais et faux magiciens se rencontre sans cesse. Dans L'Astrée, Climanthe trempe dans une machination avec Polémas contre Galathée, Mandrague épris de Damon, emploie toutes les ruses, pour contrarier son inclination vers Fortune, Tirinthe, jaloux, à l'aide d'un miroir magique, donne les apparences de la mort à Sylvaine pour la soustraire au monde, telle Albertine prisonnière et la contraindre ainsi à l'aimer28. Mais le lieu même du Forez respire la magie : Sylvandre qui fut enlevée à ses parents dès son enfance, vient dans la province pour connaître sa véritable identité, comme si le royaume d'Astrée était une terre de connaissance et de révélation où les réalités pouvaient être dévoilées.

43Cependant, cette vallée de la Loire transformée en terre d'affrontement entre les forces du bien et du mal par Honoré d'Urfé est aussi l'endroit du règne de l'ambiguïté sociale issue de l'installation des origines, ainsi relatée :

  • 29 Ibid., Ire partie, livre ii, p. 48.

Il y a plusieurs années, les habitants de la région, excédés de l'ambition et de l'esprit de domination des Romains, jurèrent solennellement de renoncer à toute ambition et de vivre eux et les leurs avec le paisible habit de bergers [...] c'est pourquoi tant de bonnes et anciennes familles [ont depuis vécu] entre les bois et les lieux solitaires29.

44D'ailleurs, Sylvie, la nymphe, dit à propos de Céladon :

  • 30 Ibid., p. 46.

Il mérite bien que vous le secouriez car, outre qu'il est d'une des principales familles de la contrée, encore a-t-il tant de mérites que la peine y sera bien employée30.

  • 31 Ibid., Ire partie, livre ix, p. 368.

45Plus loin, il est dit qu'il descend « d'une vieille et honorable famille de chevaliers31 ».

46L'ambiguïté sociale se double de celle de la religion. Le royaume d'Astrée n'est pas celui des Romains, défenseurs du paganisme mais des Gaulois, car la religion celte est considérée comme annonçant le christianisme. Dans ce cadre, tout se comprend : l'abbaye de Bonlieu consacrée aux vestales, l'existence d'une vierge qui doit enfanter, le druide Adamas expliquant Dieu en trois personnes.

47Par rapport à L'Astrée, Les Bergeries de Racan sont plus centrées sur l'intrigue amoureuse, moins politiques, sociales et religieuses. On voit bien que les temps ont changé, que les interrogations de l'époque des guerres de religion ne sont plus les mêmes, du temps de Louis XIII. De même, la création littéraire a changé et imposé de nouvelles règles.

Conclusion

48Il est évident que le regard de l'historien posé sur ces textes est plus sensible au décryptage des données politiques et sociales qu'à l'analyse fine de l'âme humaine que révèlent les romans et les pastorales de ce premier tiers du xviie siècle. Il n'est d'ailleurs pas sûr qu'Honoré d'Urfé ait voulu faire de son œuvre, une sorte de testament politique de ligueur nostalgique, mais l'univers mental qu'il présente a tous les caractères de l'imaginaire d'un gentilhomme rempli des valeurs nobiliaires de ce temps baroque.

49D'abord, la pastorale se déroule dans des espaces en retrait du monde, sorte de territoires d'utopie entre l'Idéal et l'Eden, puisqu'elle se situe autant dans l'ordre de l'amour et de la morale que de la société, de la politique et de l'évasion. Le triomphe de l'honneur, de la parole donnée, du bien inéluctablement victorieux du mal, de la fidélité et de la vertu sur les passions, transporte les lecteurs loin des bassesses de la cour et de la ville, dans le monde encore mal connu, donc dépaysant des Celtes, des Francs, où se mêlent les connaissances balbutiantes de l'histoire, la culture mythologique tant prisée à l'époque, celle du monde chevaleresque, le lyrisme et la grâce de l'imaginaire romanesque.

50Dans ce royaume parfait où tout demeure immuable, l'évolution est inconnue, l'État moderne ne se construit pas de manière inquiétante au détriment des libertés nobiliaires, parce qu'il est entre les mains d'une femme, une déesse, qui symbolise un pouvoir volontairement faible, mais sacré, prestigieux, accepté par les nobles et consensuel, ce qui constitue sa vraie force. Cette société de gentilshommes devenus bergers, qui s'autorégule naturellement, gouvernée par une déesse, incarnant les valeurs nobiliaires, représente le rêve des gentilshommes qui n'acceptent pas que le souverain capétien tente de se soustraire à leur influence, par l'élaboration d'un État qui pourrait vivre sans eux, au nom d'une raison d'État, largement popularisée par Machiavel.

  • 32 Yates (Frances A.), Astrée ou le rêve impérial..., op. cit. et Constant (Jean-Marie), La Ligue, op (...)
  • 33 Montrésor, dans ses Mémoires, (Michaud et Poujoulat, Paris, 1838) reproche ainsi à Richelieu

51L'Astrée véhicule un modèle de pouvoir que Frances A. Yates a qualifié d'impérial mais qui est aussi celui des villes protestantes et des villes ligueuses pendant les guerres de religion32. Honoré d'Urfé, l'ancien ligueur, était bien placé pour l'avoir vu fonctionner : à la base, on trouvait une cité dominant sa zone d'influence, l'ensemble étant largement autonome. Le seul lien qui rassemblait toutes ces villes et les provinces où le rôle militaire des nobles était déterminant, était le chef de guerre apte à mobiliser tout le monde en cas de péril. On l'appelait lieutenant général chez les ligueurs (le duc de Mayenne), protecteur chez les protestants (Henri de Navarre), Stathouder dans la République des Provinces Unies (la famille d'Orange). Au total, une grande partie de l'Europe voit dans un tel système, un idéal politique. Chez les nobles, s'ajoute une tradition culturelle qui veut que le roi gouverne entouré d'une curia régis de chevaliers qui sont ses compagnons de combat et qui sont chargés de le conseiller, voire de partager le pouvoir avec lui33.

52Mais le pouvoir noble n'est peut-être pas la seule préoccupation du gentilhomme qui est d'abord épris de liberté. On a vu que ses relations avec la mort, par le duel, la guerre ou le suicide témoignent de sa volonté de ne pas se laisser enfermer dans un monde où l'héroïsme serait absent et les passions du monde triomphantes. On peut aussi interpréter le goût du travestissement par un désir de liberté absolue. Pour vaincre les adversités, les personnages n'hésitent pas à changer de sexe ou de condition sociale. Pour fuir leur condition de courtisan et garder leurs franchises, des nobles s'installent en Forez et prennent la condition de berger, sans abandonner leur statut qui les place parmi l'élite. Le travestissement, cette volonté de se transformer, cette métamorphose permanente, ressemble à un parcours initiatique qui les conduit vers le Bien après avoir vaincu les forces du mal, elles aussi travesties et peu reconnaissables comme dans la réalité.

  • 34 Jouanna (Ariette), L'Idée de race en France au xviie et au début du xviie siècles, Montpellier, 19 (...)
  • 35 Mousnier (Roland), « L'évolution des institutions monarchiques en France et ses relations avec l'é (...)

53Ces ambiguïtés permanentes cachent en réalité la grave crise de conscience identitaire de la noblesse de la fin du xvie et du début du xviie siècles. Les innombrables traités de noblesse publiés à l'époque montrent bien que le problème se pose en ses termes34. La lente constitution de l'État capétien qui n'accepte pas de faire de la noblesse, une classe politique, à l'inverse de ce qui se passe en Angleterre ou dans d'autres pays européens, mais la réduit à une élite purement sociale, porteuse de privilèges mais dépourvue de responsabilités autres que celles attribuées par le Roi et ses ministres, créent chez eux un malaise. La concurrence d'autres groupes sociaux qui investissent les postes de l'État, y font carrière, édifient de nouvelles dynasties et entrent dans ses rangs, est perçue comme destructrice de leur puissance. D'ailleurs le conflit éclatera lors des états généraux de 161435.

54Un roman comme L'Astrée ou une pastorale comme Les Bergeries représente alors pour les nobles une évasion dans des territoires imaginaires, affublés de toutes les apparences des réalités matérielles de leur vie quotidienne, mais pleins des nostalgies de leurs combats perdus. La défaite de la Ligue a ôté ses illusions à Honoré d'Urfé (il ne rencontrera Henri IV qu'en 1610, quelques mois avant son assassinat). Quant à Racan, déçu par la vie militaire, il s'est souvent retiré du monde aux confins de la Touraine et du Maine et s'est réfugié dans la littérature. Ce monde dépaysant d'exotisme historique et religieux, est un théâtre d'apparences où le gentilhomme a la d'avoir déclenché la guerre sans respecter les formes. Il écrit : « la guerre ayant été déclarée entre les deux couronnes de l'autorité particulière du cardinal sans assemblées d'Etats, ni de grands du royaume qui devaient être appelés dans une déclaration de cette nature suivant ce qui s'était toujours pratiqué », p. 215. liberté d'être berger sans perdre sa condition de gentilhomme et où il peut, sans compromission aller jusqu'au bout dans le dépassement de ses valeurs. En même temps, cette vie en retrait par rapport au monde, comme on entre en religion (et l'époque est fertile en la matière) est une forme de repli sur ce qui est essentiel, un territoire immatériel, de liberté, d'honneur, de parole donnée et d'amour absolu sans autre alternative, en cas d'échec, que la mort, forme de liberté suprême et de refus de la résignation.

Notes

1 Article publié dans Château et imaginaire, actes des rencontres d'Archéologie et d'Histoire en Périgord les 29, 30 septembre et 1er octobre 2000, Bordeaux, Ausonius publications, « Scripta varia », 4.

2 La première partie du roman parut en 1607, la seconde en 1610, la troisième en 1619, la quatrième, fragmentaire en 1620, puis 1625 et 1627, la cinquième en 1627, après la mon de l'auteur, D'autres éditions eurent lieu en 1632, 1633 et 1647. Celle de 1925-1928 par H. Vaganay contient cinq volumes (l'œuvre fait plus de cinq mille pages). L'une des premières études est celle de Magendie (M.), Le Premier des grands romans français: L'Astrée, analyse et extraits, Paris, 1928. Plus récemment, des spécialistes de la littérature ont publié des extraits: Gérard Genette dans la collection 10/18 en 1964, Maurice Gaume, Le Hénaff, 1981, Jean La font, Gallimard, « Folio », 1984. Les ouvrages les plus récents consacrés à cette œuvre: Jacques Ehrmann, Un Paradis désespéré, l'amour et l'illusion dans L'Astrée, PUF, 1963 ; Henri Coulet, Le Roman jusqu'à la Révolution, A. Colin, 1.1, 1967 ; Claude Gilbert Dubois, Celtes et Gaubis au xvie siècle. Le développement littéraire d'un mythe nationaliste, Vrin, 1972 ; Claude Longeon, Une Province française à la Renaissance, la vie intellectuelle en Forez au xvie siècle, Centre d'Études Foréziennes, 1975 ; Maxime Gaume, Les Inspirations et les sources de l'œuvre d'Honoré d'Urfé, Centre d'Études Foréziennes, 1977 ; Maurice Lever, Le Roman français au xviie siècle, PUF, 1981 ; Jacques Bonnet, La Symbolique de L'Astrée, Le Hénaff, 1981 ; Georges Molinié, Du roman grec au roman baroque, Université de Toulouse-Le Mirail, 1982; Louise K. Horowitz, Honoré d'Urfé, Twayne Publishers, 1984; Madeleine bertaud, L'Astrée et Polexandre. Du roman pastoral au roman héroïque, Droz, 1986 ; Servais Kervorkian, Thématiquedi ? L'Astrée, h. Champion, 1991. Une excellente mise au point a été faite dans le Dictionnaire des Lettres françaises, le xviie siècle, publiée sous l'égide du cardinal Georges Grente, 1re éd., Fayard, 1951, 2e éd. entièrement révisée, amendée et mise à jour sous la direction de Patrick Dandrey, Fayard, 1996.

Les Bergeries de Racan, pastorale en cinq actes avec chœurs qui comprend 2 992 vers (plus une églogue de 102 vers) ont fait l'objet de douze éditions, à Paris, Saint-Gervais, Lyon et Rouen entre1625 et 1635. L'édition critique de Louis Arnould, qui date de 1937, a été reprise avec une bibliographie nouvelle par la Société des Textes Français Modernes en 1991 ; celle de la « Bibliothèque de la Pléiade » dans Théâtre du xviie siècle, t.I, 1975, est de J. Scherer. Tous les ouvrages traitant de la littérature du xviie siècle évoquent Racan.

3 Constant (Jean-Marie), « Un modèle de "noblesse seconde" des pays ligériens : les du Bueil (Racan) », repris supra ch. viii. Le comte de Sancerre surnommé « le fléau des Anglais », auteur du Jouvencel était partisan de Charles VII. Jacqueline du Bueil, l'une des maîtresses d'Henri IV, appartenait à cette famille.

4 Yates (Frances A.), Astrée, le symbolisme impérial au xvie siècle, Belin, 1989 (1re éd. sous le titre Astraea, the Impérial Theme in the Sixteenth Century, Londres, Ark Paperbacks, 1975).

5 Delumeau (Jean). Une Histoire du paradis, le jardin des délices, Fayard, 1992, p. 156.

6 Racan, Les Bergeries, op. cit., p. 156, vers 1675 sq., 2e strophe.

7 Dubois (Claude Gilbert), Celtes et Gaulois au xvie siècle, op. cit.

8 Mémoires d'Henri de Campion suivis de Trois entretiens sur divers sujets d'histoire, de politique et de morale, Mercure de France, éd. présentée par Marc Fumaroli, Paris, 1967. L'analyse des ces entretiens a été faite dans Constant (Jean-Marie), Les Conjurateurs, le premier libéralisme politique sous Richelieu, Paris, Hachette, 1987, p. 191 sq.

9 Racan, Les Bergeries, op. cit., vers 1112 et 1089.

10 Constant (Jean-Marie), Les Conjurateurs..., op. cit. ; Eymard d'Angers (Julien), Recherches sur le stoïcisme aux xvie et xviie siècles, Paris, 1975 ; Zanta (Léontine), La Renaissance du stoïcisme au xvie siècle, Paris, 1914; Crouzet (Denis), Les Guerriers de Dieu, Paris, Champvallon, 1990, p. 554 sq. ; Germa-Romann (Hélène), La Belle mort des gentilshommes français au xvie siècle et dans la première moitié du xviie siècle, thèse sous la dir. d'Ariette Jouanna, Montpellier, Université Paul Valéry, 1999; Du « belmorir » au « bien mourir », Genève, Droz, 2001.

11 Gaume (Maxime), L'Inspiration..., op. cit., p. 181 et 191.

12 Urfé (Honoré d'), L'Astrée, éd. Jean Lafond, op cit., p. 70-71.

13 Ibid., p. 101.

14 Ibid., p. 109.

15 Ibid., p. 269 (IIIe partie, livre I, 9).

16 Ibid., p. 386 (IVe partie).

17 Ibid., p. 80 (IIe partie, livre xii).

18 Ibid., p. 99.

19 Ibid., p. 302-303 (IIIe partie).

20 Ibid., p. 302 à 370.

21 Ibid., p. 373-376 ; voir CONSTANT (Jean-Marie), La Ligue, Paris, Fayard, 1996, ch. I.

22 Kjers (Judikje) et tlssink (Fieke), La Gloire du siècle d'or, catalogue de l'exposition du Rijksmuseum, Amsterdam, 2000, tableau 28, p. 54.

23 Rousset (Jean), La Littérature de l'âge baroque en France, Circé et le paon, Paris, José Corti, 1954.

24 L'Astrée, p. 79 (Ire partie).

25 Ibid., p. 70 (IIIe partie, livre x).

26 Fortin De La Hoguette (P.), Testament ou conseils fidèles d'un bon père à ses enfants. Dix fois édité en France et en Hollande. L'édition consultée date de 1648.

27 Sorel (Charles), Histoire comique de Francion, 1923, publié dans Romanciers du xviie siècle, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1958, p. 169-179.

28 L'Astrée, IV' partie, livre xi.

29 Ibid., Ire partie, livre ii, p. 48.

30 Ibid., p. 46.

31 Ibid., Ire partie, livre ix, p. 368.

32 Yates (Frances A.), Astrée ou le rêve impérial..., op. cit. et Constant (Jean-Marie), La Ligue, op. cit., p. 460-461.

33 Montrésor, dans ses Mémoires, (Michaud et Poujoulat, Paris, 1838) reproche ainsi à Richelieu

34 Jouanna (Ariette), L'Idée de race en France au xviie et au début du xviie siècles, Montpellier, 1981, deux tomes.

35 Mousnier (Roland), « L'évolution des institutions monarchiques en France et ses relations avec l'état social », dans La Plume, la faucille et le marteau, Paris, PUF, 1970, p. 215-230, conférence prononcée devant la Société d'études du xviie siècle le samedi 20 janvier 1962.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search