Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Deuxième partie. La noblesse seconde : un concept de recherche et une réalité sociale

Chapitre IX. Gestion et revenus d'un grand domaine aux xvie et xviie siècles d'après les comptes de la baronnie d'Auneau1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans la Revue d'histoire économique et sociale (RHES), vol. L, 1972, n° 2, p. 165-202

1On a coutume de prétendre que les grands seigneurs ne s'intéressent à l'argent que pour le dépenser. La gestion de leurs biens apparaît souvent comme le cadet de leurs soucis. Le baron d'Auneau semble échapper à ce jugement. Il s'agit pourtant du gouverneur de l'Orléanais au xviie siècle :

  • 2 Archives départementales d'Eure-et-Loir, Compte de 1658, E 1868.

Très Haut et Très Puissant Seigneur, Messire Charles D'Escoubleau, Chevalier des ordres du Roi, Marquis de Sourdis et d'Alluyes, Prince de Chabannes, Comte de Carming, de Jouy (en Josas), Baron d'Auneau, Montdoubleau, Saint-Félix, Montesquiou et Caujac, Seigneur de Montrichard, Chissé, Montluc, Estillac et autres lieux, Conseiller du Roi en ses conseils d'Etat, Maréchal en ses camps et armées, Gouverneur et Lieutenant Général pour Sa Majesté du Païs orléannois, blaisois, Souloigne, Dunois, Perche, Païs chartrain, Vendosmois, Gouverneur et Bailly d'Orléans, Gouverneur de la ville et château d'Amboise2...

  • 3 1 bid., E 1841 à 1872.
  • 4 Lefebvre (Armand), La Châtelienie d'Auneau, Paris, P. Dupont, 1890, p. 98. A.Ibid., p. 96.
  • 5 Ibid., p. 96.

2Il fut baron d'Auneau pendant cinquante-quatre ans, de 1612 à 1666, et nous a laissé des comptes établis par Jean Gillette, procureur fiscal de la baronnie, de la Saint-Rémy 1633 à la Saint-Rémy 1665, soit trente- trois ans3. Charles était le frère aîné de trois ans du fameux archevêque de Bordeaux, François de Sourdis, qui obtint de Richelieu l'exil du vieux duc d'Épernon4. Leur père, François d'Escoubleau de Sourdis, avait soutenu le roi contre la Ligue, joué un rôle important en 1591 dans la prise de Chartres par Henri IV5.

  • 6 Ibid., p. 95.
  • 7 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E 1830 à 1839.

3Il s'était marié en 1573 avec Isabelle Babou, de la maison de la Bourdaisière, dont le bisaïeul fut, paraît-il, notaire ou procureur à Bourges au xve siècle6. Ils achetèrent, le 9 août 1597, pour la somme de 90000 écus, « la châtellenie, terre et seigneurie d'Auneau » à Henry, duc de Joyeuse, qui la tenait depuis 1567. Elle appartenait depuis 1463 à la famille d'Estouteville, alliée à celle de la Rocheguyon, et demeura ainsi un siècle durant dans les mains des Bertin de Silly, branche issue de Marie de la Rocheguyon, morte en 1497. Il sera intéressant de comparer le domaine de Charles d'Escoubleau avec celui de ces derniers, puisque nous possédons les comptes d'Auneau de 1551 à 15617.

Le domaine d'Auneau et sa gestion aux xvie et xviie siècles

  • 8 La date est approximative car les titres ayant été perdus, ils furent renouvelés au xviiie siècle. (...)
  • 9 François Ier autorise Louis et Jacob de Silly frères, seigneurs de la Rocheguyon et d'Auneau, à fo (...)
  • 10 Auneel : nom ancien d'Auneau au xvie siècle.
  • 11 Lefebvre (Armand), op. cit. : acte d'acquisition publié dans l'annexe n° 11 (16 janvier 1612) ; à (...)

4C'est Isabelle Babou qui obtint en 1603 que la châtellenie d'Auneau (cartes 9.1 et 9.2) fiât érigée en baronnie et celle d'Alluyes en marquisat8. La nouvelle baronnie ne tarda pas à grandir et prospérer sous l'impulsion de Charles d'Escoubleau puis de son fils Paul qui en hérita en 1666 et la conserva jusqu'en 1690, année de sa mort. De 1560 à 1660, le domaine s'est accru de 400 ha, passant de 699 à 1 100 ha, ce qui est considérable. À Auneau, bourg fermé de murs depuis 15459, nous trouvons en 1560 le grand Auneel (111 ha61) affermé en quatre parties10 dont deux s'appellent « le petit jolivet » et « vieille-cour d'Auneel ». En 1660, on retrouve 106 ha87, répartis en cinq lots très inégaux, et trois métairies : « le petit jolivet », « l'ancienne métairie d'Auneau » et « 3 muids 6 setiers de terre vers Roinville ». En 1612, Charles d'Escoubleau a acheté pour 12 000 livres la petite seigneurie de Jolivet, qui comprend 9 muids de terres labourables, soit 42 ha 7511.

5Voise, village situé à dix kilomètres au sud d'Auneau, contient quatre métairies (tableau 9.3) : les différences, peu sensibles, de l'ordre de 1 % par rapport à l'ensemble, sont probablement dues à l'amélioration de l'arpentage entre les deux dates. À Aunay/Auneau (tableau 9.4), la baronnie possède 103 ha 71, au xvie siècle, qu'elle enrichit d'une centaine au xviie.

Carte 9.1
Les environs d'Auneau avec tous les villages où s'étend la baronnie

Carte 9.1Les environs d'Auneau avec tous les villages où s'étend la baronnie

Carte 9.2
Auneau et les villes-marchés de la périphérie beauceronne

Carte 9.2Auneau et les villes-marchés de la périphérie beauceronne

Tableau 9.3
Voise

Tableau 9.3Voise

Tableau 9.4
Aunay sous Auneau

Tableau 9.4Aunay sous Auneau

Tableau 9.5
Francourville

Tableau 9.5Francourville

6Les métairies des Pouillies et des Noues gagnent 13 ha 46 mais, surtout, le baron achète la seigneurie de la Boissière qui apparaît dans les comptes en 1656-1657 et qui doit, d'après le loyer de la terre, atteindre 80 à 90 ha. À Francourville, proche Voise, les deux métairies de 1560 demeurent les mêmes en 1660 (tableau 9.5).

  • 12 Escury : ferme isolée à mi-chemin entre Ablis et Auneau.
  • 13 Lefebvre (Armand), op. cit., p. 130.

7Les nouveaux acquêts de 1658-1659 de « Tesnières et Lorissé », groupés ensemble, couvrent 78 ha 77 et Encherville 77 ha 48, s'élevant en tout à 156 ha 25. Mais déjà, en 1633, il existait trois nouvelles métairies, inconnues au xvie siècle : la Chapelle de Villiers (26 ha 91) près d'Ablis, Oinville/ Auneau et Escury12, qui, d'après leur loyer et son évolution, pourraient atteindre à elles deux une centaine d'hectares. Ainsi la baronnie d'Auneau, en 1660, apparaît comme un grand domaine, d'autant plus que ces 1 100 ha sont labourables. Sur les 400 ha nouvellement acquis, 250 environ ont été achetés entre 1656 et 1659. En 1662, le baron, alors âgé de soixante-quatorze ans, vendit les 352 ha 67 de Voise à l'autre seigneur de ce village, le marquis de Viantais, pour 81 500 livres, mais son fils aîné, Paul, le 23 février 1663, « obtint du lieutenant général de bailliage une ordonnance de retrait lignager et remboursa tant à son père qu'à l'acquéreur les frais, prix et loyaux coûts » et trouva ainsi, en 1666, un domaine complet. Malheureusement pour nous, avec la mort de Charles, les comptes disparaissent et nous ne connaissons pas la gestion de Paul13.

8Que rapportent ces métairies en 1560, alors que tous les loyers sont en nature ?

  • 1 157 setiers14 de bleds15 et 2 minots ;
  • 572 setiers16 d'avoyne et 3 minots ;
  • 149 chapons ;
  • 17 « porcs gras d'au moins 100 sols », soit 85 livres tournois ;
  • 44 nombres et demi de gerbes17 ;
  • 40 nombres et demi de fèves.
  • 18 Poids spécifique du froment au xxe siècle: 78 kg/hl en Beauce, année moyenne. Nous supposerons qu' (...)
  • 19 Poids spécifique de l'avoine dans les mêmes conditions: 50 kg à l'hl.

9Ce qui donne en tout pour le grain 1712 hl 47 de bled ou 1 336 q 50 de froment18 et 996 hl 37 d'avoyne, soit 498 q 2819.

10Chaque hectare de terre des métairies fournit donc, entre 1551 et 1560 :

  • 1 setier 2 minots de bled (2 hl 44 ou 1 quintal 90) ;
  • 3 minots d'avoyne (1 hl 42 ou 0 q 71) ;
  • 1/5 de chapon, 1/40 de porc, 1/20 de nombre de fèves et de gerbes.
  • 20 Doyen (M.), Histoire de la ville de Chartres, du Païs chartrain et de Beauce, 1786, p. 376: prix d (...)

11Le prix moyen du setier de froment à Chartres, entre 1551 et 1560, s'établit à 47 sols20. Nous avons calculé celui de l'avoine d'après le rapport des prix de l'avoine et du froment à Orléans, pour la période 1551-1560, comparé à celui des avenages et du froment à Auneau au xviie siècle20. Ainsi, le prix moyen du setier d'avoine s'établit environ à la moitié du prix moyen du froment, soit 23 sols.

  • 21 Mémoires de la Société archéologique de l'Orléanais, t. 5, 1862. « Mémoires sur la valeur des prin (...)

12Le prix du chapon est celui d'Orléans pour les neuf années considérées21. Le revenu à l'hectare tournerait autour de 4 livres 8 sols 6 deniers mais il est sous-évalué dans la mesure où il manque les gerbes et les fèves, revenu imparfait, certes, que nous ne pouvons préciser davantage, mais qu'il est impossible de négliger. Au xviie siècle, le revenu à l'hectare pour les métairies est de 12 livres. Elles représentent 42 % du revenu brut et 53 % du revenu réel. Les cens et les lods et ventes, c'est-à-dire les droits féodaux, ne font que 2 % du revenu brut de 1633 à 1656. Le reste est constitué par :

  • 6 prés : Noue, Cossonville, Grand pré de Morivault, Petite vallée de Morivault, Fontaine blanche et l'Espinette22 ;
  • la ferme des bois, taillis, étangs, saules, osiers, pêche des étangs, eaux, rivières, fossés, « marets », pré du bout du grand étang, herbes des bois, chasse et gibier pour la ferme de Francourville et de la Boissière ;
  • cinq moulins : deux à Auneau (à eau et à vent), deux à Aunay (vers Bretonvilliers et vers Chenevelle), un à Francourville ;
  • des champarts : Noues, Boissière, Hauts-champs-de-coq, Fourneaux, Mirepoix, Alainval, la Chapelle de Villiers mêlés avec le pré et la chasse de Fontaine blanche23 ;
  • le four banal d'Auneau ;
  • les pressoirs d'Aunay, Auneau et Equillemont ;
  • les « dixmes », menues « dixmes » et novales d'Aunay ;
  • les sergenteries, tabellionnés, greffe d'Auneau, Aunay, Francourville, Voise, Oinville ;
  • les péages, étalages, poids et mesures, ban des vins, amendes, le mesurage des grains d'Auneau, les « droits de languiage, Visitation des chaises et essai des chevaux de la baronnie », de maigres avenages.

13Au xvie siècle, cet ensemble est groupé sous le vocable de « fermes muables », les moulins, dîmes et champarts se payant en nature, le reste en espèces. En 1560, les cens s'élèvent à 339 livres 18 sols, 49 chapons, 14 poules, les ventes et mutations de fief à 205 livres 8 sols 3 deniers.

  • 24 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E 1868.
  • 25 .Ibid.

14Les documents permettent de saisir d'une certaine façon la gestion du baron : chacun des quarante et un comptes couvre une année-récolte et comporte une cinquantaine de pages découpées en chapitres. Le premier rappelle les sommes qui étaient dues et qui sont rentrées depuis le précédent compte, le deuxième les fermes et recettes seigneuriales énumérées plus haut, le troisième concerne généralement des ventes de bois, les cens, poules, avenages, puis vient le chapitre des dépenses, le détail des réparations et les matériaux utilisés, les gages payés au bailly (10 livres), au procureur fiscal (15 livres), au portier du château couvreur de tuiles (150 livres), ceux versés aux gardes de Monseigneur ou à ceux du château à l'époque de la Fronde, aux armuriers de Chartres et d'Auneau qui fournissent les moyens de défense et sont chargés de les entretenir. Enfin, il y a les remises de bail, les mauvaises années. Précisément, 1660 est de celles-ci : on fait cadeau à Achille Jonquet, fermier du grand Jolivet, de 300 livres sur 900, « considérant la perte qu'il a fait par la rouille, l'année 166024 », 90 livres à Jehan Délavai et Guy Laslier, fermiers de pressoirs d'Auneau et d'Equillemont, « en considération de la perte qu'ils ont fait par la "gellée" arrivée sur les vignes de l'année 1659 qui est la moitié de la dite ferme », enfin 20 livres « pour un mois de non-jouissance à Jacques Macé, fermier des moulins à vent d'Aunay vers Bretonvilliers, le moulin n'étant pas en état de travailler25 ». Cette mauvaise année, avec la rouille, la gelée, la réparation des moulins coûte 4181 livres au baron. Cela montre aussi sa bienveillance, sa volonté de ne pas écraser ses fermiers, de ne pas les acculer à la faillite. Il faut dire que c'est son intérêt, bien compris d'ailleurs, s'il veut continuer à bénéficier d'habiles fermiers, qui feront prospérer sa rente, son domaine étant entièrement affermé. Le mot « métairie » est employé comme synonyme de ferme, le métayage n'existant pas en Beauce. L'attitude du propriétaire vis-à-vis de ses nombreux fermiers est difficile à retrouver, car il faudrait pénétrer la psychologie du personnage et trouver un livre de raison par exemple.

15Cependant, la durée du bail d'un fermier peut être un signe et l'étude systématique des comptes donne quelques indices. En trente-deux ans, les fermiers demeurent souvent les mêmes. Il faut, bien sûr, éliminer ceux qui, en 1665 et en 1633, sont en cours de bail, puisque nous ne savons pas quand il se terminera ou quand il a commencé. Ainsi le Grand Jolivet, à Auneau, connaît trois fermiers qui restent respectivement quatorze, trois et huit ans en place. Les trois muids quatre setiers vers Roinville ne voient que deux cultivateurs : Gilles Ringuenoire de 1643 à 1645, puis de 1645 à 1665 Claude Martin, qui est relayé par sa veuve après sa mort. À Escury, de 1635 à 1665, on ne trouve que quatre fermiers qui demeurent les trois premiers six ans et le quatrième douze ans, à Oinville trois, Boinville au chemin et la Chapelle de Villiers quatre. Seules les deux métairies d'Aunay se distinguent avec sept fermiers. On pourrait multiplier les exemples, notamment avec les champarts, les moulins, les pressoirs ; on aboutirait à des résultats équivalents, même plus probants puisque certains tiennent leur ferme pendant vingt-deux ans. Il faut conclure de cette grande stabilité que ces hommes sont satisfaits de leur bail, comme on peut l'être dans les conditions du xviie siècle. Trouve-t-on des traces de faillite chez ces fermiers ? Si leur nombre est important, il pourrait apparaître comme une indication. Il faut remarquer que la plupart des baux non payés lors de la confection du bilan de la baronnie sont réglés l'année suivante, par exemple en 1633-1634 où seize baux des fermes d'Escury, Oinville, les moulins d'Aunay, d'Auneau, des dîmes, quelques tabellionnés et sergenteries, des bois et des prés, en tout 591 livres 12 sols (3,5 % de la recette) sont reportés exactement l'année suivante.

  • 26 Ibid., E 1860.
  • 27 Ibid., E 1858 (vers Chenevelle).
  • 28 Ibid., E 1859.
  • 29 Ibid., E 1870.

16En trente ans, soixante-huit baux n'ont pas été payés l'année où ils le devaient, pour des raisons diverses que nous reverrons. Chaque année, une soixantaine sont en cours, en trente ans mille huit cents ; la proportion des impayés est faible (3,7 %). Le baron, en cas de nécessité, diminue les loyers proportionnellement à la catastrophe subie, lors des basses eaux quand la rivière qui traverse le bourg ne permet pas de moudre le grain, lorsque la tempête qui souffle fort en Beauce, plat pays où aucun obstacle n'arrête le vent, renverse quelque moulin. Par exemple, en 1652-1653, le fermier du Petit-Jolivet ne verse que la moitié de son bail : « le surplus, trois muids neuf setiers, ayant été par Monseigneur remys et donné audit Decroix fermier, par l'accident qu'il a eu en l'année 165126 ». Le comptable n'obtient que 140 livres sur 280 du meunier d'Aunay et déclare qu'il « n'a pu tirer le surplus, attendu que par accident et fouldre du ciel, ledit moulin serait tombé par terre, la nuit entre le 20 et 21 octobre 164827 ». Enfin, sur la quinzième partie de la métairie de Francourville que la mort d'un fermier a rendu libre, le comptable a fait labourer et ensemencer les grains « qui sont restés sur les dites terres en l'aoust 1651, ayant été les dits bleds gelés et noyés pendant l'hiver d'icelle année comme il serait arrivé en plusieurs lieux et endroits la dite année28 ». La ferme de Boinville au chemin ne paie pas son loyer en 1662-1663 car, écrit le comptable, « il est impossible de ne rien recevoir, attendu le peu de bled recueilli de la ferme en 1662 et la perte de chevaux et de bestiaux arrivée audit Blanchet29 ». Il s'agit le plus souvent de calamités naturelles.

  • 30 Ibid., E 1861 (1653-1654).
  • 31 Ibid., E 1858, 1845, 1853.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.

17On ne distingue que neuf cas sur soixante-huit d'insolvabilité, soit 1,3 % des impayés et 0,5 % des baux à régler chaque année. Dans quatre cas, il s'agit de meuniers comme André Gars, fermier du moulin à vent de Francourville depuis vingt et un ans, « lequel aurait abandonné ledit moulin s'en étant allé hors du païs, après avoir mis la clef d'icelluy moulin soubz la porte30 ». Pour les fermes, le phénomène est plus rare : trois cas. Les enfants de Jean Sédillot, en 1651-1652, renoncent à la succession de leur père car ils ne peuvent payer les 84 livres 7 sols 6 deniers qu'il devait pour la seizième partie de la métairie de Francourville ; même renoncement en 1650-1651 chez les descendants de Robert Proustiau, fermier de la métairie des Tourelles et du tiers de Villeneuve de Voise, endetté à sa mort de 875 livres. La conséquence ne se fait pas attendre, le comptable « n'ayant trouvé personne pour icelluy baillé, les terres sont demeurées en friches31 ». Réaction hostile du village, manque de bras solvables, les documents restent muets. La troisième perte concerne Pierre Ségault et Guy Roussin, fermiers de la métairie de Voise et du tiers de Villeneuve Le comptable se plaint de n'avoir fait recette des 1 270 livres de leur bail, « au jour de noël 165032 ». Les deux baux non honorés qui restent touchent les dîmes d'Aunay (80 livres sur 400) en 1637-1638, « Mathurin et Roland les Girard père et fils » insolvables voient leurs biens saisis, et les champarts de la Chapelle de Villiers en 1645-1646, où Noël Rameneau, incapable de trouver les 64 livres manquantes, a préféré se trouver « absent du païs33 ».

18Ces témoignages impressionnent facilement l'historien qui les lit. Dans la majorité des cas, ils regardent la période de la Fronde, contemporaine d'une énorme crise économique ; cependant, dans les trente années étudiées, statistiquement, ils sont l'exception. Si nous évaluons la perte causée par l'insolvabilité des fermiers, elle est minime : 2757,16 livres sols pour des recettes de l'ordre de 20000 livres par an en moyenne pendant trente ans. Nous pouvons conclure par conséquent que les fermiers ont les reins suffisamment solides dans l'ensemble pour payer leur fermage, bien que notre période englobe la Fronde et la crise de 1661. Doit-on mettre cette rareté des faillites et des saisies à l'actif de la générosité du baron qui sait faire un geste lors des catastrophes météorologiques, des fermiers qui ne s'engagent jamais à la légère lors de la conclusion des baux ou de la terre beauceronne qui récompense le bon cultivateur ? Il existe aussi un intendant qui se contente, selon nos documents, de recevoir quelquefois des recettes. Est-il le vrai gestionnaire ? Les textes ne permettent pas cette affirmation.

19Le baron n'est jamais un personnage lointain. Il veille à la gestion du patrimoine. Les comptes portent fréquemment les traces de son passage et le comptable note les dépenses pour le dîner de « Madame » ou de « Monseigneur » ou pour leur coucher, le prix de l'avoine pour nourrir les chevaux, le salaire du charretier transportant du grain, des chapons ou des pigeons d'Auneau à Paris ou à Jouy-en-Josas. Quelques exemples illustreront notre propos :

  • en mai 1648, « pour le coucher de Madame 26 livres » et « 7 minots d'avoine pour les chevaux et le trainct de Madame » ; le 27 septembre 1648, « arrivée de Monseigneur à Auneau et 5 minots d'avoine pour ses chevaux » ( 19 livres 10 sols) ; en novembre, le « coucher d'Auneau » coûte 22 livres 13 sols, avec le dîner 58 livres 15 sols34 ;
  • le 25 mai 1645, pour la « souppe » d'un homme et d'un cheval qui seraient arrivés d'Alluyes, chargés de volailles, « pour mener à Jouy pour Madame », 25 sols35.
  • 36 Ibid., E 1842.
  • 37 Ibid., E 1843 et 1859.
  • 38 Ibid.

20Nous n'avons pas compté ces dépenses-là dans nos bilans annuels. Elles ne font pas partie à proprement parler des frais de gestion de la baronnie, mais du train de vie de Charles d'Escoubleau. Cela ne veut pas dire que nous sous-estimons la valeur de ces remarques, importantes sur le plan social, et que nous exploiterons lors de l'étude du style de vie de la noblesse. De même, nous avons laissé de côté les frais qui n'intéressent pas directement la gestion du domaine comme l'achat de grain de semence pour la seigneurie de Jouy, de chevaux, de moutons. Régulièrement, chaque année, le baron fait ces dépenses. Considère-t-il les produits beaucerons comme de qualité supérieure par rapport aux achats faits dans la région parisienne, à moins qu'il ne les trouve moins chers ? Ce trait à lui seul témoigne qu'il s'intéresse de très près à la gestion de ses domaines. Ainsi, le 28 septembre 1635, il achète pour 180 livres « 20 setiers de froment de semence mesure d'Auneau à raison de 9 livres le setier à Pierre Boulle laboureur à Aulnay ». Pour 30 sols de frais de transport, le grain est « mené à Jouy » par trois charretiers du village. La même année, il peuple son écurie de chevaux nouveaux payés 1 060 livres. Le comptable verse 3 livres aux hommes qui ont conduit les chevaux à Auneau, 25 sols au maréchal qui a posé 9 fers, dépense 10 livres pour fournir 4 minots 1/2 d'avoyne et 50 bottes de foin nécessaires à la nourriture des bêtes pendant leur séjour à la baronnie. Vingt-six oysons « sont envoyés à Jouy » qui avaient été achetés 15 livres 12 sols36. En novembre 1536, le baron s'enquiert de 200 moutons pour 1 025 livres et dépense « 3 livres 25 sols pour héberger les deux hommes qui devront les conduire à Jouy37 ». Comme on voit, le comptable note toutes ces dépenses avec une grande précision et le baron veille ; aussi lorsqu'il demande une remise quelconque, il la justifie toujours avec de solides arguments et « supplie humblement Monseigneur » ; celui-ci acquiesce en faisant indiquer dans la marge « alloué » ou « non alloué » et signe le plus souvent. Par contre, nous avons indiqué dans les dépenses celles qui concernent la défense du château, l'achat de la poudre et des piques, l'entretien des armes, le paiement des gardes pendant la Fronde, de même que l'hébergement des moutons et du berger de Jouy en 1651-165238, « quatre mois à Auneau avec son troupeau à raison des gens de guerre qui étaient aux environs de Jouy », car cela intéresse la vie quotidienne du domaine et ses charges.

  • 39 Ibid., E 1841.

21Il nous reste enfin à voir quelles sont les structures de location de la baronnie, comment les exploitations sont découpées, aussi bien au xvie qu'au xviie siècle, pour être remises aux fermiers. Nous choisirons comme premier exemple significatif la métairie de Francourville (70 ha 50), affermée à sept fermiers en 1560. En 1633, elle est répartie en six parties inégales39 :

  • Cantien Poirier, 4e portion 17 ha 80 ;
  • Vve Dussiot et E. Ysambert 1 muid = 4 ha 75 ;
  • M. Boutheroue, 1 portion12 ha 35 ;
  • E Poirier, la moitié du quart8 ha 90 ;
  • J. Picquart, au lieu de son beau-père 8 ha 90 ;
  • S. Ysambert, l'autre quart17 ha 80.

22En 1635-1636, les loyers deviennent en nature et la métairie est divisée en trois parties :

  • Sebastien Ysambert, la moitié ;
  • Michel Symon, le quart ;
  • Robert Pasquier, le quart40.
  • 41 Ibid., E 1852.

23En 1644-1645, neuf ans plus tard, les baux sont à nouveau en argent et la métairie partagée en neuf parties, sept portions qui contiennent chacune un huitième de l'exploitation (8 ha 90) et deux parts un seizième (4 ha 45)41.

24À partir de 1659-1660, la ferme est baillée entière à Pierre Michenet et Claude Leroi qui la conservent six ans. À cette date, en 1664-1665, on mélange la Salle de Francourville avec Lorissé et Tesnière, achetées en 1658-1659, dans ce même village, et on donne à Toussaint Sédillot « le lieu seigneurial de Lorissé, Tesnière et la Salle avec 20 muids et demi de terre » (97 ha 37) et à son frère François « 9 muids et demi faisant partie de Lorissé et la Salle » (45 ha 12). Enfin Jehan Sablon se contente de 3 muids (14 ha 25) faisant partie deTesnières. À Voise, le découpage est encore plus extravagant :

  • en 1560, chaque moitié de la métairie de Villeneuve est baillée à cinq personnes, 30 setiers en 2 pièces sises à Voise et Villeneuve confiées à trois fermiers.
  • Adonville se voit divisée en quatre parties (neuf fermes pour 70 ha 83) : 8 muids 1 setier 1 mine à quatre fermiers, 2 muids 1 setier 1 mine à deux fermiers, 2 muids 4 setiers 1 mine à un fermier, 22 setiers à deux fermiers.
  • Les Tourelles, laissées entières mais prises par trois fermiers, de même que celle qui fait partie du chastel de Voise dont le père et le fils Jehan Songuin.
  • Ainsi Voise, qui compte 357 ha 01, est partagée entre vingt-trois fermiers (moyenne pour chacun 15 ha 52)42.
  • 43 Ibid., E 1841.

25En 1633-1634, les 352 ha 67 n'appellent que sept preneurs43 :

  • Pierre Segaut : métairie d'Adonville plus 32 setiers de terre ;
  • Georges Gautier : une partie de Villeneuve et des Tourelles ;
  • Guy Roussin : une partie du château de Voise ;
  • Pierre Goussigny : la moitié du château de Voise ;
  • Vve Tressereau : le surplus du château de Voise ;
  • Léonard Billette : une partie de Villeneuve et des Tourelles ;
  • Robert Priousteau : une partie de Villeneuve et des Tourelles.
  • 44 Ibid., E 1843.

26En 1635-1636, on trouve neuf baux44 :

  • Pierre Segaut : la moitié d'Adonville et
  • la moitié du château de Voise (73 ha 62) ;
  • Clément Billette : l'autre moitié d'Adonville (36 ha 81 ) ;
  • Guy Roussin : l'autre moitié du château de Voise (36 ha 81) ;
  • Pierre Priousteau : le tiers de Villeneuve (42 ha 75) ;
  • Estienne Bun : les 2/3 du 1/3 de Villeneuve (28 ha 50) ;
  • Mathurin Bideau : le 1/3 du 1/3 de Villeneuve (14 ha 25) ;
  • Robert Priousteau
  • et son fils Pierre : les Tourelles (77 ha 18) ;
  • Michel Doublet : les 2/3 du 1/3 de Villeneuve (28 ha 50) ;
  • Pierre Duissiot : le 1/3 du 1/3 de Villeneuve (14 ha 25).

27Il est évidemment curieux de constater que l'on démantèle des métairies pour en donner des morceaux à des fermiers qui ont déjà des portions d'autres exploitations. Le cas de Villeneuve, grosse ferme de 128 ha 25, est typique, puisqu'on n'hésite pas à la diviser par tiers ou par neuvième. Par contre, les Tourelles, Andonville, le château de Voise, qui contiennent environ 75 ha, sont baillées entières ou par moitié. Ainsi, pendant les quinze ans que dure ce système, jusqu'en 1650-1651, le même fermier garde la moitié d'Adonville (36 ha 81) et la moitié de Voise (36 ha 81), alors qu'il aurait eu la même superficie avec l'une des deux. Le sol est-il meilleur dans l'une que dans l'autre ? Ce serait évidemment une explication.

28Après la Fronde, on assiste au même phénomène déjà entrevu à Francourville dans les années 1659-1660 : une sorte de concentration des baux en quelques mains. La totalité de Voise, la moitié d'Adonville, « les deux tiers du tiers de la moitié de Villeneuve », soit 124 ha 68, ne sont laissées qu'à Pierre Segault et Guy Roussin en 1650, puis trois ans après à Estienne Gautier et Jean Laureau, enfin en 1656 à un seul homme, Léonard Mathieu, qui conserve encore cet ensemble en 1665.

29Pendant quinze ans, Michel Couturier cultivera 9 muids des Tourelles et 9 muids de Villeneuve, soit 85 ha 50. Sébastien Amy prendra 21 muids qui comprennent la moitié de Villeneuve et le reste des Tourelles : 99 ha 75. La veuve Billette, toujours pendant le même temps, gardera 7 muids 9 setiers d'Adonville et 18 setiers de Villeneuve : 43 ha 93. Il semble qu'avant la Fronde, le fermier n'envisage pas de prendre au-delà de 70 ha. Après celle-ci, Léonard Mathieu atteint 124 ha, Sédillot 100, Amy 99, Couturier 85. Si on ajoute les deux territoires des villages de Voise et de Francourville, en 1649, dix-huit fermiers cultivent 23 ha ; en 1664, sept preneurs disposent en moyenne de 72 ha. À Voise, par exemple, seule la veuve se contente de 50 ha. À Auneau, le même phénomène de concentration se rencontre : avant 1661, les 106 ha de la Basse-Cour sont divisés en cinq baux, l'année suivante il ne demeure plus que deux exploitations, dont l'une de 90 ha. Il ne s'agit cependant que de six métairies sur douze, mais l'évolution d'Aunay le confirme de façon spectaculaire :

  • 1633-1634, Pouillies et Noues : six parts, huit fermiers ;
  • 1634-1635, Pouillies et Noues : cinq parts, six fermiers ;
  • 1635-1636, Pouillies et Noues : deux parts, trois fermiers(l'un la moitié, les deux autres l'autre) ;
  • 1656-1657, Pouillies et Noues : une part, un fermier (plus 32 setiers),
  • 117 ha 1745 ;
  • 1658-1659, Henry Duissiot, auparavant fermier de la seule Boissière, nouvellement acquise, totalise les 200 ha que contient Aunay.

30Le Grand Jolivet, Escury, Oinville, qui ne dépassent pas 50 ha, ont toujours été cultivés par un fermier qui a peu changé au cours des trente ans. La Chapelle de Villiers, pendant dix ans, compte deux exploitants pour ses 26 ha, puis un seul à partir de 1644 et se trouve affermée avec tous les champarts de la baronnie à partir précisément de 1658-1659. Boinville- au-chemin subit la même évolution. Ses 57 ha sont divisés en six parties de 1633 à 1645, en deux parts et cinq fermiers dont trois frères jusqu'en 1659-1660, année où elle demeure entre les mains d'un seul.

31Comment expliquer ces concentrations après la Fronde ?

  • 46 Ibid., B 305.

32Faut-il incriminer les destructions dues aux mouvements de troupes ? Les comptes ne l'évoquent à aucun moment mais, dans les archives de la justice d'Auneau en 1653, on trouve une décision intéressante : on ordonne, en effet, « une enquête sur les dégâts causés par plusieurs escadrons de cavalerie pendant le siège d'Étampes, lesquels soldats ont incendié la meilleure partie du village d'Aunay, pillé les maisons de Bretonvilliers et fait manger à leurs chevaux les récoltes sur pied ». Cependant, malgré ces événements, le berger de Jouy-en-Josas est venu abriter son troupeau à Auneau, ce qui pourrait laisser penser, pour le moins, que cette partie de la Beauce était plus tranquille que le sud de la région parisienne46. Est-ce alors la crise économique provoquée par les mauvaises saisons ? Nous avons déjà signalé les remarques du comptable en 1551 :

  • ledit bled « gellé » et noyé pendant l'hiver d'icelle année, comme il serait arrivé en plusieurs lieux et endroits la dite année47 ;
  • accident et manque de bled qu'il a eu l'année 165 148.
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid., E 1854.

33Mais, dès 1646-1647, « à cause de la grêle arrivée en la dite paroisse sur les grains en l'année 1645 », la métairie de la Salle de Francourville se voyait soulagée de 1215 livres sur 1 349, prix de son loyer. Boinville-au-chemin se trouve dans le même cas49. En 1647-1648, ce sont « les gelées de l'année précédente » qui diminuent la production des gerbes d'osier qui n'ont pas donné autant qu'on l'espérait50. En 1649-1650, Escury, le Petit-Jolivet, Voise, Villeneuve, Francourville, les Tourelles ne paient qu'une partie de leur bail sans qu'il nous soit donné d'explication, soit une perte de 3 878 livres 15 sols pour le baron (16 % des recettes). En 1650-1651, même cortège d'impayés pour la somme de 4 730 livres 10 sols (21 % des recettes). Ainsi, à partir de 1646-1647, jusqu'en 1653, les mauvaises années se sont succédé et, accumulées, elles peuvent avoir eu un effet désastreux pour les petits fermiers. Elles ont pu contribuer à les éliminer des baux futurs. Seule une étude à travers les minutes notariales de la région nous révélera si cette hypothèse se vérifie et s'il se constitue à cette époque un groupe de fermiers plus riches, plus entreprenants et plus résistants. Le prix du setier de froment à Chartres prend son cours de crise dès 1647 et ne le quitte qu'en 1654. Comme il l'avait déjà en 1643, on peut considérer qu'en dix ans, il y eut sept ans de mauvaises récoltes.

34Mais la démographie a dû jouer son rôle également puisque la Chapelle- de-Villiers reste en friches de 1653 à 1657-1658 et là on la rattache à la ferme des champarts, car dit le comptable :

  • 51 Ibid., E 1860.

[il] « n'aurai[t] » pu trouver personne pour icelle affermer depuis l'expiration dudit bail qui en avait été fait à défunt Cantien Blanchet51. [Il]a fait publier à Villiers et Prunay-sous-Ablis, [mais en vain] car même ledit village de Villiers est inhabité et quantité de terres en friches.

35Pendant cinq ans, même observation :

  • 52 Ibid„ E 1865.

on ne trouve personne, elle est en friche52.

36Ces mauvaises récoltes, engendrées pour certaines par de mauvais hivers qui font geler les blés, sont également causées par une excessive humidité qui incommode souvent les céréales l'été en les faisant germer sur pied et même pourrir quelquefois, d'autant plus qu'à cette époque la moisson durait très longtemps. Nos documents témoignent sur le sujet grâce au moulin à eau d'Auneau installé sur la rivière de Voise. Au chapitre des dépenses, chaque année de 1633 à 1635 et de 1637 à 1645, une remise est indiquée pour les mois d'été, le moulin ne fonctionnant pas « par manque d'eau ». On retrouve la même remarque en 1661-1662-1663, le comptable déclarant à propos du meunier :

  • 53 Ibid., E 1871. La crise de 1660-1661 a été causée par la « rouille », due peut-être aussi à l'humi (...)

Il n'a joui que six mois dudit moulin à eau, les autres six mois, may, juin, juillet, aoust, septembre, octobre de chacune des trois années, le moulin a été sans eau à cause du manque d'eau53.

37La Beauce, région sèche, est souvent victime des phénomènes karstiques provoqués par son socle calcaire. Sur les trente-deux années où nous avons des comptes à Auneau, on en rencontre douze que nous pouvons qualifier de sèches ; or la sécheresse de l'été favorise généralement les grains. Les prix au cours de ces années sont d'ailleurs bas. On peut raisonnablement penser que les vingt autres étés se trouvèrent suffisamment humides pour permettre au ruisseau de faire fonctionner le moulin, mais aussi pour gâter les grains, étant donné que les mauvaises moissons coïncident exactement avec celles où le moulin a de l'eau.

38Ainsi, succession de mauvaises récoltes, crise démographique qui aurait enlevé des bras et des concurrents pour les baux, existence peut-être d'un groupe de fermiers dynamiques capables de prendre de grosses fermes, d'autres études nous permettront de choisir, à moins que toutes ces raisons aient joué.

39Cependant, un dernier facteur a probablement pesé très lourd, le prix du loyer de la terre, charge plus ou moins écrasante pour le fermier, suivant la conjoncture, gain pour le baron, et le cycle infernal prix-revenus n'est peut-être pas étranger à ces brutales évolutions, tout en étant lui aussi tributaire des autres causes déjà envisagées.

L'évolution du revenu de la baronnie

40Le revenu de la baronnie, dont les structures nous sont déjà connues, culmine en 1652-1653 avec 27 565 livres 2 sols et en 1661-1662 avec 24836 livres 15 sols 2 deniers. Les plus faibles datent de 1662-1663 avec 14 201 livres 15 sols 2 deniers et de 1634-1635 avec 14636 livres. La moyenne s'établit à 19 663 livres 11 sols pour les trente-deux ans :

  • de 1633 à 1641 (8 ans) 17 531 livres 7 sols ;
  • de 1641 à 1650 (10 ans) 19 988 livres 18 sols ;
  • de 1651 à 1660 (10 ans) 21 108 livres 7 sols ;
  • de 1661 à 1665 (4 ans) 19 825 livres 12 sols.

41Nous constatons une augmentation régulière des revenus jusqu'en 1661. Là, une diminution, causée probablement par la crise, perturbe l'évolution. Cependant, il ne faut pas oublier les nouvelles métairies qui viennent enrichir le patrimoine à partir de la décennie 1650-1660 et qui gonflent le revenu artificiellement dans une certaine mesure et ne traduisent pas, de toute façon, le mouvement de la rente foncière. Retirons ces nouveaux acquêts et choisissons un système de comparaison plus logique, neuf ans par exemple, qui correspondent à la durée moyenne des baux. La plupart d'entre eux sont en cours en 1633 et se terminent en 1634-1635. Les nouveaux inaugurés en 1635-1636 fournissent un excellent point de départ et une année charnière (tableau 9.6).

  • 54 Wailly (Natalis de), Mémoire sur les variations de la livre tournois depuis le règne de Saint Loui (...)

42Nous constatons que l'augmentation des revenus est régulière jusqu'à la Fronde, mais qu'elle est brutalement stoppée après celle-ci54 :

  • de 1635-1644 à 1644-1653, le revenu augmente de 12 %, le prix du froment de 34 % (dans le même temps, la livre tournois a perdu 7,5 % de sa valeur en argent).
  • de 1644-1653 à 1653-1662, ce revenu diminue de 11,17 %, le prix du froment de 16 % (la livre a perdu 6 % de sa valeur en grammes d'argent).

43Il faut noter que la Fronde elle-même ne change pas cette progression, c'est après celle-ci que la tendance change de cap. On peut considérer que les deux années 1633-1634 et 1634-1635 témoignent des neuf années qui précèdent l'année-récolte charnière 1635-1636, car, nous l'avons vu, les baux vont en général au bout de leurs neuf ans et même au-delà. La moyenne de ces deux années, dont les revenus sont très proches, traduirait, pour la neuvaine inaugurée en 1635-1636, une augmentation de 17 % (les prix : 19 % pour les deux ans également). Cette hausse est cependant artificielle puisque la livre tournois a perdu dans le même temps 20 % de sa valeur en argent, on peut donc penser que ces augmentations lui sont imputables. Au total, entre 1633 et 1653, le revenu a progressé de 29 %, les prix de 53 %. Comme la livre a été dévaluée de 33,5 % par rapport à l'argent, les prix n'ont réellement monté que de 20 %. Quant à la rente, elle n'a même pas suivi le rythme des dévaluations. La rente foncière ne suit pas l'escalade des prix. Le baron perd de l'argent, le fermier en gagne lorsqu'il vend sa production.

Tableau 9.6
Évolution des revenus entre 1633 et 1662

Tableau 9.6Évolution des revenus entre 1633 et 1662
  • 55 Pour calculer la valeur des baux en nature, nous nous sommes servi des prix indiqués dans les comp (...)

44Note *55.

  • 56 Voir note 19

45Note **56.

  • 57 De plus nos calculs les font tributaires des prix.
  • 58 Les deux comptes isolés de ces deux années sont malheureusement trop imprécis pour être utilisés s (...)

46L'évolution des métairies résumée dans un tableau (9.7) confirme le schéma. Tirons quelques conclusions : les prix ne sont suivis ou dépassés que dans deux cas sur neuf : au Petit-Jolivet et à l'ancienne métairie d'Auneau où les fermiers sont victimes de leurs baux en nature, dont l'accroissement de la charge les pénalise par rapport à ceux dont le bail se paie en espèces57. Au contraire, les baux exprimés en argent dès 1633 s'enflent peu, 6 % à Escury, 10 % à Oinville, 27 % à Voise où la hausse est moitié moindre que celle des prix. Que tous les fermiers aient revendiqué des baux en argent se comprend facilement. Ce désir sera satisfait au cours des années 1640-1650. Pour que le paysan ait à sa disposition des sommes suffisantes pour payer son bail, il doit être installé dans une économie demarché, il lui faut vendre une partie de sa production et non plus se contenter de vivre dessus. Celui au contraire qui donne une partie de cette production en guise de loyer se prive d'un manque à gagner certain en période de hausse des prix. Il est donc très important de déterminer la date de cette véritable révolution rurale. En 1560 et encore en 1602-160358, tous les baux sont en nature. En 1633, quelques fermiers paient déjà en argent : à Escury, à Oinville, petites métairies d'une centaine d'hectares à elles deux, à Voise, où les quatre exploitations versent encore 5 % de leur bail en nature jusqu'en 1634-1635. Au Grand-Jolivet, on associe les deux modes jusqu'en 1647-1648 ; à cette date, tout est acquitté en argent. En 1653, tous les baux sont réglés en livres. Si on excepte le Petit-Jolivet, toutes les dates de la transformation coïncident :

  • 1643-1644 ancienne métairie d'Auneau et Boinville-au-chemin,
  • 1644-1645 Aunay, Francourville et la Chapelle-de-Villiers,
  • 1653-1654 Petit-Jolivet.

47Ce sont les années qui précèdent la Fronde qui voient ces changements, années du maximum des revenus et des prix. Pour l'autre moitié des métairies, la mutation s'est opérée entre 1603 et 1633. Comment expliquer cette conversion autrement que par la hausse des prix qui incite le fermier, dont le bail s'essouffle, à suivre le cours du froment, à produire et surtout à vendre. Or les prix montent régulièrement depuis l'époque d'Henri IV jusqu'à la Fronde :

48Prix du setier de froment à Chartres

  • 1601-1610 : 4 livres 13 sols
  • 1631-1640 : 7 livres
  • 1641-1650 : 9 livres 16 sols.

Tableau 9.7
Évolution des baux des métairies d'Auneau et de l'ensemble de la baronnie (la rente est en livres tournois)

Tableau 9.7Évolution des baux des métairies d'Auneau et de l'ensemble de la baronnie (la rente est en livres tournois)
  • 59 Après ces quatre ans, les Noues et Pouillies-d'Aunay sont affermées avec la Boissière

49Note : 59*

50Deux problèmes restent cependant à élucider : d'abord, pourquoi le baron accepte-t-il cette mutation qui ne l'avantage pas ? Si nous dressons un tableau (9.8), nous comprenons cette réaction. La facilité de gestion milite en faveur du changement : le baron n'a plus à s'occuper de vendre son grain, d'attendre que les cours montent, le numéraire arrive chaque année, il lui suffit d'ajuster le loyer au prix.

  • 60 Hypothèse toute gratuite car les rôles des tailles de la région ont disparu dans l'incendie des ar (...)

51L'inconvénient réside dans la perte importante subie par le propriétaire. Le Petit-Jolivet voit son bail augmenter de 21 % en valeur réelle, soit 13 % de plus que pour les métairies dont le bail est passé en argent. Cependant, les fermiers qui ont revendiqué cette mutation consentent 8 % de hausse en valeur réelle, ce qui équivaut à peu de chose près à ce qu'ils avaient accepté alors que les baux étaient en nature (9 %). Par conséquent, Charles d'Escoubleau a tout lieu d'être satisfait ; l'affaire est bonne pour lui, d'au- tant plus que les métairies qui n'ont cessé de conclure en argent prennent le chemin inverse en valeur réelle puisque la moyenne de leurs baux baisse de 9 % et encore les petites exploitations d'Oinville et d'Escury obtiennent souvent des délais de paiement. Le second problème à élucider concerne les deux fermes de Francourville qui, en 1635-1636, passent du bail en argent au loyer en nature et ce pendant neuf ans. La rente de la Salle augmente de 9 % en valeur réelle, mais celle de Boinville diminue de 16 %. Est-ce le manque de numéraire chez les paysans soumis à la dure fiscalité du Cardinal60 ? La provisoire baisse des prix (11 % en valeur nominale de 1621-1630 à 1631-1640) a-t-elle mis certains cultivateurs en difficulté ? La hausse du bail de la Salle provoque une concentration des terres en trois mains au lieu de sept. Cette dernière remarque nous a amené à nous demander si les concentrations des années 1650-1660 n'avaient pas la même cause. Le tableau 9.9 répond par l'affirmative. Parmi les neuf métairies intéressées, celles d'Auneau et du Petit-Jolivet ne nous fourniront aucune indication, car leurs baux sont mêlés à d'autres revenus après la fusion qui les unit. Notons que le Petit-Jolivet qui a déjà subi la plus forte hausse avant la Fronde se distingue encore par 16 % d'augmentation. Francourville, Boinville, Aunay se concentrent l'année même de la revalorisation de leur loyer. Voise semble l'exception, mais compréhensible : en effet, si nous faisons le bilan de la hausse et de la baisse entre 1633 et 1662, nous nous apercevons que celui de Voise apparaît beaucoup plus lourd qu'ailleurs.

Tableau 9.8
Le passage des baux en nature aux baux en argent : avantages et inconvénients pour le baron

Tableau 9.8Le passage des baux en nature aux baux en argent : avantages et inconvénients pour le baron
  • 61 La livre tournois a perdu 20 % puis 7,5 % de sa valeur entre 1635 et 1644 puis entre 1644 et 1653 (...)

52Note *61

Tableau 9.9
Le mouvement de concentration des baux de métairies

Tableau 9.9Le mouvement de concentration des baux de métairies

53L'histoire de ces fermes commence ainsi à s'éclairer, le scénario suivi pouvant être celui-ci. Les fermiers s'enrichissent grâce à la hausse des prix, obtiennent des baux en argent, vendent le grain qu'ils donnaient autrefois au baron à un prix dont le taux augmente sans cesse, car dans la course-poursuite que se livrent la rente et les prix, celle-là est toujours largement distancée. Le faible nombre des faillites témoigne dans le même sens, la succession d'étés secs aussi. Survient la crise de la Fronde. Les mouvements de troupe n'épargnent pas la baronnie, les intempéries non plus qui accablent le paysan sans aucun répit de 1646 à 1653. Les difficultés des fermiers grandissent proportionnellement à la durée de la crise. Ils paient leurs loyers avec du retard et des remises, quelques faillites se produisent, mais dans l'ensemble ils paient, utilisant sans doute les bénéfices faits auparavant, car personne n'a plus rien à vendre et les prix montent en flèche. En 1653, année où la majorité des baux vient à expiration, le baron est obligé de consentir une formidable baisse (31 % pour la période 1653-1662), alors que dans le même temps les prix n'ont diminué que de 16 %. Certains propriétaires, touchés par la crise et pressés de trouver de l'argent frais, se délestent de quelques seigneuries. Notre baron, en homme avisé, choisit ce moment pour en acheter : la Boissière en 1656-1657, Tesnière, Lorissé, Encherville en 1658-1659, en tout près de 250 ha. Il essaie par la même occasion de lutter contre la crise, complétant son revenu amputé par la baisse. Il cherche par tous les moyens à renverser le mouvement de la rente. Il y parvient en concentrant entre les mains de quelques fermiers puissants qui ont mieux résisté face à la crise ou qui se sont repris plus rapidement ou encore qui sont d'un caractère plus entreprenant que les autres, la majorité de ses métairies. A ce prix, la rente se hausse de 11 et 12 % alors que dans le même temps le prix du froment a progressé de 8 %. Certaines exploitations plus petites déjà tenues par une seule main, comme Escury et Jolivet, emboîtent le pas. Celles que l'on augmente sont d'ailleurs celles où la baisse a été la plus forte ; les autres, dont le loyer n'avait pas subi les mêmes secousses, se maintiennent. Il serait intéressant de pouvoir mesurer l'ampleur de cette crise. Il nous est seulement possible d'avoir une idée très grossière de l'évolution de la production en étudiant des revenus probablement indexés sur elle comme les champarts et les dîmes inféodées. L'unique dîme nous est connue pour le xvie siècle et au xviie jusqu'à la Fronde, son revenu étant ensuite intégré à d'autres. Les champarts ne subissent pas d'ascension vertigineuse comme les prix ou la rente : 1 % d'augmentation signifiant davantage une stagnation qu'une progression. Après la Fronde, ils épousent la courbe générale de la baisse mais en se contentant de 12 % au lieu de 31 % pour les métairies et 16 % pour les prix. Et encore si on enlève le cas anormal de la Chapelle-de-Villiers, on constate une diminution de 6 %, soit cinq fois moins que pour les fermes. Il nous faut cependant parler, avant de poursuivre, de la validité de la source. Peut-on considérer les terres à champart comme significatives pour toutes les terres de la baronnie ? C'est évidemment impossible, d'autant plus que nous ignorons totalement leur superficie de même que celle de la censive connue seulement par le produit de ses redevances. Les champarts peuvent apparaître comme un indicateur indirect de la production uniquement sur les terres à champart, que le paysan dédaigne souvent parce que moins rentables pour lui. Suivons le détail des baux successifs :

  • 1635-1641 825 x
  • 1641-1643 800 x
  • 1643-1651 920 x
  • 1651-1652 420 x
  • 1652-1658 800 x

54(Champarts des Noues, Boissière, Hauts-Champs-de-coq, les Fourneaux, Mirepoix ; champarts et chasse d'Allainval ; ceux de la Chappelle-de-Villiers ont été écartés).

55La crise de 1642-43 est légèrement marquée mais suivie aussitôt d'une hausse de 15 % qui stabilise la situation jusqu'à la Fronde. Après 1652 et pendant six ans, les champarts stagnent au niveau de la crise de 1642-1643. L'année 1651-1652 apparaît comme particulièrement désastreuse. À partir de 1658-1659, tous les champarts sont rassemblés avec la métairie de la Chappelle-de-Villiers. Comme celle-ci a été en friche pendant cinq ans, il est difficile d'évaluer son loyer. Si nous suivons cet ensemble depuis la Fronde, nous constatons une progression de 1 % en 1658. Les champarts de la Chapelle-de-Villiers sont l'histoire d'une permanente décroissance : 12 % avant la Fronde, 52 après. Cette région, proche d'Ablis, a dû être durement éprouvée puisque le comptable signale, en 1655, le village « inhabité... et quantité de terres en friches ». La baisse ici signifie d'abord une progression des friches sur les terres à champarts, délaissées les premières, plus qu'une baisse des rendements. Dès 1645, le fermier quitte le pays parce qu'insolvable. Aucun phénomène n'est enregistré ailleurs, la Chapelle-de-Villiers occupant une position plus au nord que les autres exploitations qui, excepté Escury, se trouvent toutes au sud de la Voise (tableau 9.10).

Tableau 9.10
Évolution des baux des champarts et des moulins

Tableau 9.10Évolution des baux des champarts et des moulins

56Au xvie siècle, nous ne trouvons plus trace des Fourneaux ; comme ils sont tous groupés au xviie siècle, nous ne pouvons établir la comparaison. Par contre, les dîmes d'Aunay nous sont connues de 1551 à 1560 et de 1635 à 1644, en nature au xvie siècle, le bail étant renouvelé chaque année, en argent au xviie siècle, affermées pour trois, six ou neuf ans.

57Entre 1551 et 1560, les années de forte production se situent en 1551-1555-1556 et les années de moindre rendement en 1557- 1559-1560. La très faible dîme de 1560 égale la moitié de la plus forte en 1556. Entre 1557 et 1556, la différence n'est que de 40 %. Pour étudier l'évolution de ce revenu, il nous fallait une base de comparaison entre les setiers de froment et d'avoine versés au xvie siècle et les livres tournois payées au xviie : nous avons choisi cette dernière exprimée en grammes d'argent, afin d'éliminer les fluctuations monétaires qui furent grandes entre les deux périodes.

  • 62 Tous ceux qui se sont intéressés aux travaux de Natalis de Wailly pensent qu'il a sous-estimé les (...)

58Entre 1551-1560 et 1635-1644, la hausse réelle du revenu a été de 7 %, de 1635-1644 à 1644-1652 de 3 %. Il est évident que les baux en argent étant établis pour trois ans au minimum sont conclus en fonction des récoltes prévisibles et surtout des dernières moissons recueillies. Les dîmes baillées en argent ne sont, par conséquent, qu'un baromètre très approximatif de la production qui ne permet pas d'apprécier le détail des bonnes et des mauvaises années, se contentant de donner des indices intéressants sur la tendance générale. C'est ainsi qu'elles se présentent en Beauce, dans la baronnie d'Auneau particulièrement où il semblerait que la production ait légèrement augmenté entre le règne d'Henri II et le ministère de Richelieu. Dans la période qui a précédé la Fronde, au contraire, la stagnation prévaut. Ainsi les champarts et les dîmes ; indexés probablement sur la production, ont un comportement particulier, très éloigné de celui des prix et de la rente des fermes. Il nous faut savoir s'il en est de même au xvie siècle62.

  • 63 L'année 1558 a été perdue. Nous avons cependant comparé des moyennes de neuf ans.

59Comme la superficie des exploitations n'est pas la même en 1560 et 1635, nous comparerons le revenu à l'hectare. En valeur nominale, entre les années 1551-1560 et 1635-1644, le revenu des métairies progresse de 171 % alors que les prix atteignent 236 %63. En livres exprimées en grammes d'argent, le revenu à l'hectare n'augmente que de 45 % et les prix de 89 %. La rente n'est indexée ni sur les prix en fièvre ni sur une production quasi immobile, elle vogue entre deux eaux, à mi-chemin entre les deux. Cependant, les fermiers qui commercialisent une partie de leurs récoltes sont les grands bénéficiaires d'une telle situation. Il n'est pas sûr d'ailleurs que ceux qui paient des baux en nature soient défavorisés par rapport à ceux qui paient en espèces.

  • 64 Le méteil ayant remplacé l'avoine et le froment du xvie siècle, les chapons et les porcs, il n'éta (...)

60Aux xvie et au xviie siècles, Aunay règle son loyer en grains alors que les quatre métairies de Voise ont opté, entre 1603 et 1633, pour le bail en argent. Si nous convertissons toutes ces rentes en grammes d'argent, afin de pouvoir les comparer64, en soixante-quinze ans, le bail en nature d'Aunay n'a augmenté que de 18 % alors que celui de Voise atteint 12 %. Il semble donc bien que l'intérêt du fermier à transformer un loyer en nature en bail en argent réside, comme nous l'avons déjà expliqué, dans le désir de commercialiser une plus grande proportion de la récolte pour profiter davantage de la hausse des prix. Pour le propriétaire, la différence est mineure, 6 % en valeur réelle et 12 % en valeur nominale.

61L'effondrement de la rente foncière après la Fronde (31 %) qui ne semble pas entraîner dans les mêmes proportions le revenu net du baron (11 %), nous incite à nous demander si les métairies jouent réellement le rôle moteur dans l'évolution des revenus de la baronnie. Le tableau 9.11 indique qu'elles l'entraînent effectivement en période de hausse puisqu'elles en représentent la moitié en 1635, les trois-cinquièmes en 1635 et 1644, mais lors de la baisse d'après la Fronde, le dynamisme ne leur appartient plus ; elles rétrogradent en dessous de la moitié. Le revenu à l'hectare progresse et se rétracte parallèlement au revenu des métairies, ne retrouvant même plus, après la Fronde, le niveau de 1633. On mesure là l'étendue du désastre. Quel est cet élément nouveau qui soutient la rente du baron, il nous faut bien sûr le déterminer. Nous avons vu que les champarts et les dîmes étaient incapables de jouer ce rôle, cependant ils temporisent, montant et baissant peu, ce qui est un facteur d'équilibre dans son budget.

Tableau 9.11
Rôle moteur du revenu des métairies en période de hausse

Tableau 9.11Rôle moteur du revenu des métairies en période de hausse
  • 65 1651 : dernière date où le moulin d'Auneau est distingué d'autres revenus seigneurieux.

62Les moulins évoluent de façon divergente (tableau 9.10). Ceux d'Aunay voient leur loyer augmenter dans une proportion inférieure de 11 % à celui des métairies. La décroissance d'après la Fronde n'a pas lieu. Mieux, en 1646-1647 et 1648-1649, deux nouveaux meuniers, qui resteront respectivement en place quatorze et douze ans, acceptent un bail légèrement augmenté qui ne fléchira qu'en 1660-1661 avec le changement de preneurs. Les deux moulins d'Auneau, de 1633 à 1651, sont baillés à Jehan Besson pour 1 500 livres65.

  • 66 Achives départementales d'Eure-et-Loir, E 1871. Indications fournies par les remises pour causes d (...)

63En 1662, on apprend fortuitement qu'ils ont monté de 20 %66. À Fran- courville, un comportement encore différent nous attend. La diminution s'amorce dès 1635, s'accélère jusqu'à la Fronde, culmine dans les neuf ans qui suivent, totalisant en tout 47 %. Le redressement ne s'opère qu'en 1663 par une hausse de 50 % environ. André Gars, meunier de Francourville depuis vingt et un ans, fuit en 1653, « laissant la clef sous la porte », accablé sans doute sous le poids des difficultés, et pourtant son bail avait fondu de 15 % en onze ans, alors que les prix avaient augmenté de façon massive. Nous avions déjà noté que les cas d'insolvabilité étaient plus fréquents chez les meuniers que chez les cultivateurs : pour Aunay, les deux moulins en 1634-1635, un en 1636-1637, des retards en 1636-1637 à Francourville, pour tous en 1638-1639. 1661 est également une mauvaise année pour les meuniers dont les difficultés majeures datent cependant des années 1634-1640, non de la Fronde, sauf pour Francourville. Il faut noter que les dîmes passent, en 1638, de 400 x à 350, ne regagnant ces 50 x qu'en 1644 pour les conserver jusqu'en 1652. Les difficultés sont-elles d'ordre fiscal ? Les meuniers ont-ils su ajuster leurs tarifs après la récente dévaluation ? Il nous est impossible de répondre à ces deux questions.

  • 67 Voir note 39.

64Les prés de la baronnie — Noues et Cossonville, le Grand-Pré et la Petite-Vallée de Morivault, Fontaine-Blanche et l'Espinette - ne sont comptés séparément que jusqu'en 1652-1653. À partir de cette date, on ne connaît l'évolution que des Noues et Cossonville, groupés dans le même bail, et l'Espinette (tableau 9.12). L'ensemble connaît une hausse de 20 % avant la Fronde, soit 15 % de moins que les métairies. Après 1652, la baisse moyenne pour les Noues et Cossonville s'établit autour de 46 %, soit 15 % de plus que pour les métairies. Le sursaut de 1661-1662 n'est que de 11 %. À propos de l'Espinette, le comptable note, en 1664-1665, qu'à partir de 1652, les trois premières années, il n'a pu trouver personne qui voulût le prendre à ferme, parce qu'il était « ruyné ». Le comptable déclare avoir refait les fossés et « fait planter autour des plantards de saules et d'aulnes ». On ne connaît ni la cause ni en quoi consiste la « ruyne », ce qui est bien dommage67. À partir de 1655 jusqu'en 1664, le pré est affermé 27 x an, subissant une baisse de 32 %.

65La ferme de la coupe des bois de la baronnie supporte une augmentation de 21 % avant la Fronde. À partir de 1648, les 2 000 livres qu'elle représente environ sont mêlées à un ensemble de revenus seigneuriaux.

66En effet, le comptable, au cours de l'année 1651-1652, ne dresse plus la liste d'un certain nombre de revenus tels que : le moulin à eau et à vent d'Auneau, le mesurage des grains, le four banal, la coupe des bois et taillis, les poids et mesures, les péages et les étalages, le ban des vins, les amendes et confiscations, la pêche, la cueillette des herbes des étangs et des fossés, la sergenterie d'Auneau, la sergenterie et le tabellionné de Voise et de Francourville, toutes les chasses des bois et des alouettes. Il se contente de noter le total : 10 000 livres. Or, l'année précédente 1650-1651, cette somme n'était que de 6 703 livres. Entre ces deux comptes, 49 % d'augmentation. Faut-il voir là, de la part du baron, un essai de lutte contre la mauvaise conjoncture céréalière qui l'oblige à sacrifier beaucoup dans le domaine des métairies et un essai de rétablissement, en augmentant massivement les revenus seigneuriaux ? D'ailleurs, entre 1633 et 1651, certaines hausses ont été très importantes, par exemple, la ferme de la sergenterie, des poids et mesures d'Auneau progresse de 118 %, le tabellionné et la sergenterie d'Aunay de 74 %, les droits de péages, étalages, amendes et confiscations de 45 %. À partir de 1642-1643, on ouvre le four banal dont on ne parlait pas auparavant en le baillant 300 livres puis 800 à partir de 1645 (accroissement : 166 %, de même pour le petit pressoir d'Aunay en « ruyne » en 1633, mais vite réparé puisqu'affermé 10 livres en 1635 puis 15 livres en 1650 : hausse : 50 %).

Tableau 9.12
Revenus des prés et de la coupe des bois de la baronnie exprimés en livres

Tableau 9.12Revenus des prés et de la coupe des bois de la baronnie exprimés en livres

Tableau 9.13
Évolution de quelques droits seigneuriaux comparés au mouvement de l'ensemble

Tableau 9.13Évolution de quelques droits seigneuriaux comparés au mouvement de l'ensemble
  • 68 Nous avons retiré la coupe des bois en comptant le chiffre le plus faible, celui de 1650-1651. Pou (...)

67Note :*68

68Les revenus connus en détail pendant trente ans suivent-ils cette évolution ? Le tableau 9.13 le montre pour les pressoirs d'Auneau et d'Equillemont qui inaugurent la série par une baisse de 4 % avant 1635, vite compensée par une hausse de 3 % dans les années 1644-1653, continuée après la Fronde où la véritable progression intervient : 41 % de 1653 à 1662 et 4 % après.

69La ferme du droit de languiage visitation des chaises et essai des chevaux de la baronnie connaît une baisse de 23 % avant la crise et une hausse de 27 % après. Le tabellionné et greffe d'Auneau et Oinville ont un comportement semblable à celui des fermes : 30 % de hausse avant 1653 et 31 % de baisse dans les sept ans qui suivent. Le bilan apparaît positif pour les deux premiers, mais dans des proportions très variables respectivement + 40 % et + 4 % et négatif pour le troisième, - 1 %.

70Le bilan général des revenus seigneuriaux force la conjoncture et de loin (tableau 9. 14) : en vingt-neuf ans, le bilan est positif dans des proportions très dissemblables, les revenus seigneuriaux augmentant de 23 % de plus que les prix, alors que les métairies accusent un déficit de 33 et 56 % par rapport à ces mêmes éléments.

Tableau 9.14
Variation (%) du revenu des métairies et des revenus des droits seigneuriaux en fonction de la hausse nominale des prix de 1633 à 1662

Tableau 9.14Variation (%) du revenu des métairies et des revenus des droits seigneuriaux en fonction de la hausse nominale des prix de 1633 à 1662

Tableau 9.15
Part (%) des métairies et des revenus seigneuriaux dans le produit brut en fonction de la conjoncture

Tableau 9.15Part (%) des métairies et des revenus seigneuriaux dans le produit brut en fonction de la conjoncture

71Le tableau 9.15 montre que, dans le revenu brut, le produit des métairies n'est jamais prépondérant, variant de près de la moitié en période de hausse au tiers lors de la baisse. La situation des revenus seigneuriaux est inverse, mais en période de crise ils s'affirment comme l'élément moteur du revenu. Avec les bois et les prés, ils demeurent toujours l'élément dynamique du produit brut, avec plus de force après la Fronde. L'achat de nouvelles métairies tempère le mouvement.

72Il nous faut voir si ce rôle des droits seigneuriaux est spécifique au xviie siècle ou si la situation est la même au xvie. Nous avons choisi ceux que l'on retrouve dans des conditions identiques entre 1551-1560 et 1633-1644 ; ce sont le tabellionné, greffe, sergenterie, poids et mesures d'Auneau, péages, étalages, ban des vins et amendes.

  • 69 On ne peut suivre l'évolution des moulins et des prés, car ceux-ci ont dû changer: les noms ne son (...)

73Ils rapportent 366 livres au xvie siècle, 1 178 livres au xviie ; la hausse, 221 %, équivaut presque à celle des prix : 236 %. Calculés en grammes d'argent, l'augmentation atteint 81 %, les prix 89 %. Dans les deux cas, les écarts, 15 et 8 %, sont peu importants et les droits seigneuriaux semblent parfaitement indexés sur les prix69.

74On comprendra ainsi facilement pourquoi les propriétaires de seigneuries sont si attachés à ces droits, capables en temps de crise de combler les pertes dues au retournement de la conjoncture et de soutenir le rythme de la hausse des prix lorsque celle-ci est favorable.

75Le rôle des droits féodaux est moindre. Leur évolution nous ménage peu de surprises. Nous sommes simplement étonnés que le produit des cens varie entre 1633 et 1640. Après cette date, la situation est stabilisée jusqu'en 1656. Il doit s'agir d'une négligence de la part du baron ou du comptable, car, en 1664, on fait payer les arriérés de droits féodaux, des lods et ventes surtout remontant jusqu'en 1633. Le tableau 9.16 nous montre l'évolution de ces droits.

Tableau 9.16
Évolution des recettes féodales de la baronnie

Tableau 9.16Évolution des recettes féodales de la baronnie
  • 70 Après 1657.

76Notes :*70

  • 71 La poule vaut 9 sols pendant dix-neuf ans, de 1638 à 1657, d'après les registres de comptes de la (...)

77**71

78L'ensemble de ces recettes féodales stagne autour de 2 % et arrive à 5 % après l'acquisition des nouvelles seigneuries.

79Dans la mesure où tout s'afferme dans la baronnie, les frais d'exploitation n'existent pas et les charges du propriétaire se limitent à l'entretien des bâtiments qui constitue la moitié des dépenses entre 1635 et 1644, le tiers dans la période qui englobe la Fronde, les deux-tiers après celle-ci. Nous avons exclu de nos tableaux les chiffres des années 1633-1634-1635 qui ne peuvent en aucun cas représenter une série de neuf ans, comme les baux.

  • 72 Six minots de méteil = 1 setier et demi = 2 hi 122. Deux setiers = 2 hi 96.

80Dans l'ensemble, ces dépenses et ces réparations obèrent peu le budget du baron. Certaines années ne connaissent aucun frais d'entretien, notamment 1645-1646 et les périodes 1650-1653 et 1654-1657. À l'époque de la Fronde, il était en effet illusoire de reconstruire ou raccommoder dans la mesure où la mauvaise humeur des soldats de passage pouvait tout remettre en question. L'année 1653-1654 voit les ouvriers s'affairer de tous côtés, alors qu'ensuite, la baisse des revenus des métairies oblige à être prudent et à ne pas entreprendre des travaux nouveaux. En 1657-1658, la note est la plus forte des trente ans : 7 331 x 3 s, car non seulement il faut rattraper le retard, mais il faut aménager les seigneuries nouvelles, notamment à Francourville où l'on opère des transformations importantes. La contradiction entre la baisse des réparations pendant la Fronde et la hausse des dépenses est due à l'irrégularité du paiement des baux, pertes ou retards par conséquent. Ce mouvement du prix des réparations se trouve bien sûr tributaire du prix des matériaux (ciment, chaux, tuiles, bois, chaume, clous, etc.) et de la main-d'œuvre. Ces deux prix sont constamment associés, si bien qu'on ne peut espérer saisir un mouvement des salaires sur trente ans autrement que par des notes éparses. En 1634-1635, le creusement de rigoles dans un pré se paie 16 sols la journée. En 1657, des travaux à Francourville qui consistent également au terrassement, mais d'une autre nature puisqu'il s'agit de démolir de vieilles maisons achetées par le baron, d'en transporter la terre et les pierres et d'aplanir l'endroit, ne valent plus que 10 sols la journée, soit une baisse de 37 % du salaire de l'homme de peine généralement employé pour ces sortes de travaux. Pendant trente ans, nous connaissons les gages du portier du château d'Auneau, mais tous les neuf ans il change d'activités annexes si bien que les comparaisons sont difficiles. De 1633 à 1644, il n'est que portier et reçoit 6 minots de méteil72 par an, mais de 1644 à 1653, il est en même temps garde des bois et son setier et demi devient deux setiers ; on ajoute en outre 150 livres tournois. Faut-il conclure que son salaire a augmenté de 25 % ? Comme il est en nature on ne peut évoquer les dévaluations. Ou faut-il penser que cette hausse est due à ses nouvelles fonctions ? Enfin neuf ans plus tard, le portier qui n'est plus le même personnage devient couvreur de tuiles et se trouve chargé de veiller sur les toits de la baronnie.

Tableau 9.17
Dépenses d'entretien et réparations de la baronnie

Tableau 9.17Dépenses d'entretien et réparations de la baronnie

81Il ne perçoit plus que 150 livres. Baisse du salaire ou fonction moins astreignante ? Il est bien difficile de le dire. Certes, en homme du xxe siècle, on pourrait considérer le métier de couvreur comme plus dangereux, donc mieux payé, et conclure à une baisse du salaire qui serait en accord avec la conjoncture. Mais la fonction de garde des bois n'est-elle pas estimée plus honorable au xviie siècle ? Dans ce cas, le salaire n'a peut-être pas baissé. À défaut de pouvoir établir le mouvement des salaires, non agricoles cependant puisque ces derniers sont payés par les fermiers, nous pouvons construire une hiérarchie. Pendant la Fronde, un soldat qui garde le château reçoit 16 sols par jour. Un maçon, en 1659-1660, était rétribué 10 sols, le terrassier également, alors que celui qui plante des osiers, en 1642-1643, touche 12 sols. En 1659-1660, un charretier avec deux chevaux, sans compter la nourriture des bêtes qui est en sus, « amène des pierres et de la terre » et gagne 15 sols, soit 50 % de plus que l'homme de peine. On remarque en même temps une certaine baisse après la Fronde qu'on peut chiffrer à 20 %. Il y a, en dernier lieu, les voyageurs ; un homme qui porte des perdreaux à Madame à Jouy-en-. Josas en 1634-1635 pour 25 sols, un homme de peine chargé de « lettres de Monseigneur » n'hésite pas à partir pour Orléans en recevant 35 sols de gages. Un berger qui conduit un troupeau de moutons à Joui demande 25 sols en 1634-1635 et, peu avant la Fronde, « ramener des piques et des armes » de Chartres à Auneau représente 50 sols pour un charretier avec trois chevaux. En bas de l'échelle des salaires, on trouve l'homme de peine ; le charretier avec son attelage et ses chevaux gagne le double. Ceux qui voyagent à pied ou en voiture reçoivent davantage en fonction de la distance à parcourir.

Conclusion

82Les comptes de la baronnie d'Auneau nous ont fait entrevoir quelques problèmes économiques aux xvie et xviie siècles. Charles d'Escoubleau de Sourdis, gouverneur de l'Orléanais, est apparu comme un gestionnaire efficace, toujours soucieux de ses intérêts mais aussi humain, la rareté des faillites enregistrées chez ses fermiers en témoigne. La rente qu'il consent aux cultivateurs de ses 1 100 ha de terre cultivable ne parvient jamais à suivre les prix. Depuis le xvie siècle, il en est ainsi : la rente s'essouffle et ne les rattrape jamais. Tous les fermiers qui commercialisent une partie suffisante de leurs récoltes ont compris l'intérêt qu'ils pouvaient tirer d'une telle situation. Ils ont demandé à convertir les baux en argent. Le baron qui voyait ainsi son administration simplifiée accepte tout en majorant les loyers en conséquence. Cette mutation capitale du monde rural s'est faite, semble-t-il, à l'amiable en ménageant l'intérêt des deux parties.

  • 73 Lefebvre (G.), Études orléanaises, Paris, 1962.

83La crise de la Fronde est venue brouiller le jeu. Probablement provoquée par une succession d'étés humides et d'intempéries en tous genres que le passage des troupes a encore aggravée, elle a renversé brutalement la conjoncture au détriment de la rente qui a baissé davantage que les prix. Le baron a essayé de lutter de toutes ses forces contre cette situation catastrophique. Il augmente massivement les revenus seigneuriaux qui, depuis le xvie siècle pourtant, épousaient la folle course des prix, devenant l'élément dynamique du produit brut. Il achète 250 ha de terres nouvelles espérant retrouver un ensemble de recettes comparable à celui qu'il a perdu. Pour toucher un intérêt supérieur, il augmente le capital. Enfin, il cherche à relancer la hausse. Il y parvient mais en concentrant les métairies en quelques mains puissantes. Est-ce l'apparition de ces gros fermiers beaucerons décrits par Georges Lefebvre pour le xviiie siècle73 ? Seule l'étude patiente des minutes notariales donnera une réponse à ces questions. De toute façon, ce fermier que nous avons cherché à cerner nous échappe encore en grande partie, car les comptes ne le saisissent qu'indirectement à travers l'évolution de son loyer et ne permettent pas de le faire vivre dans son exploitation, ni de connaître le profit qu'il tire du travail de la terre. Quant au bénéfice net du baron, nous pouvons le calculer puisque nous connaissons le prix des 352 ha des quatre métairies de Voise vendues en 1662. Dans cette période de crise et de baisse, il ne s'élève qu'à 7 %. Entre 1644 et 1653 où la rente touche son maximum, il atteint 10 %. Un grand seigneur, acquéreur d'un domaine en Beauce, peut espérer doubler son capital en dix ans. Charles d'Escoubleau fut baron d'Auneau pendant cinquante-quatre ans...

Notes

1 Article paru dans la Revue d'histoire économique et sociale (RHES), vol. L, 1972, n° 2, p. 165-202.

2 Archives départementales d'Eure-et-Loir, Compte de 1658, E 1868.

3 1 bid., E 1841 à 1872.

4 Lefebvre (Armand), La Châtelienie d'Auneau, Paris, P. Dupont, 1890, p. 98. A.Ibid., p. 96.

5 Ibid., p. 96.

6 Ibid., p. 95.

7 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E 1830 à 1839.

8 La date est approximative car les titres ayant été perdus, ils furent renouvelés au xviiie siècle. Alluyes se trouve entre Chartres et Châteaudun, près de Bonneval.

9 François Ier autorise Louis et Jacob de Silly frères, seigneurs de la Rocheguyon et d'Auneau, à fortifier ledit lieu en même temps que Sainville, bourg voisin. Auneau est à 30 km de Chartres et 70 de Paris.

10 Auneel : nom ancien d'Auneau au xvie siècle.

11 Lefebvre (Armand), op. cit. : acte d'acquisition publié dans l'annexe n° 11 (16 janvier 1612) ; à Auneau, le muid vaut 4 ha 75 et le setier 39 ares 60. Cf. Benoit (A.), Anciennes mesures d'Eure-et-Loir (1843) et travaux du ministère de l'Intérieur en l'an VIII.

12 Escury : ferme isolée à mi-chemin entre Ablis et Auneau.

13 Lefebvre (Armand), op. cit., p. 130.

14 Le setier d'Auneau = 1 hl 48 pour le froment, le méteil et le seigle.

15 S'agit-il de froment ou de méteil  ? Nous opterons pour le froment car, dans les séries de baux provenant des abbayes à la même époque, on demande du froment, dans des régions proches d'Auneau : à Francourville notamment (archives départementales d'Eure-et-Loir, H 3277. Baux d'Auzainville (1397-1785). Abbaye de Saint-Jean en la vallée de Chartres).

16 Le setier d'avoine à Auneau = 1 hl 74.

17 Le nombre : cette unité est inconnue par la commission d'Eure-et-Loir et par Benoît. La tradition orale beauceronne ne nous a pas donné de réponse non plus.

18 Poids spécifique du froment au xxe siècle: 78 kg/hl en Beauce, année moyenne. Nous supposerons qu'il n'a pas changé depuis le xvie siècle.

19 Poids spécifique de l'avoine dans les mêmes conditions: 50 kg à l'hl.

20 Doyen (M.), Histoire de la ville de Chartres, du Païs chartrain et de Beauce, 1786, p. 376: prix du setier de froment, mesure de Chartres depuis l'année 1539 jusqu'à présent. La moyenne indiquée ne semble pas concerner l'année-récolte, mais l'année civile. Cela a peu d'importance ici car nous opérons par moyenne de neuf ans et les chiffres se complètent.

21 Mémoires de la Société archéologique de l'Orléanais, t. 5, 1862. « Mémoires sur la valeur des principales denrées et marchandises qui se vendaient et se consommaient en la ville d'Orléans au cours des xive, xve, xvie, xviie, xviiie siècles ». Ces prix ne sont pas établis d'après la mercuriale mais extraits de comptes ecclésiastiques des abbayes orléanaises et de l'Hôtel-Dieu.

22 Ces prés rapportent peu : 250 livres dans les années 1640 ; la rivière passant à Auneau, la Voise, est un ruisseau et le lieu se prête mal à l'herbe et à l'élevage, la Beauce est un pays sec. Les précipitations y sont peu nombreuses par rapport aux régions voisines, elle est en effet abritée par les collines de Normandie et du Perche, qui reçoivent les averses venant de l'ouest.

23 Les divers revenus sont souvent groupés ensemble, lorsqu'ils sont baillés, ce qui rend difficile une étude particulière et une évaluation précise. Ainsi la pêche, la chasse, la coupe des bois, des prés sont affermés ensemble, d'autres prés voisinent avec la chasse et les champarts.

24 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E 1868.

25 .Ibid.

26 Ibid., E 1860.

27 Ibid., E 1858 (vers Chenevelle).

28 Ibid., E 1859.

29 Ibid., E 1870.

30 Ibid., E 1861 (1653-1654).

31 Ibid., E 1858, 1845, 1853.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid., E 1855.

35 Ibid., E 1856 et 1852.

36 Ibid., E 1842.

37 Ibid., E 1843 et 1859.

38 Ibid.

39 Ibid., E 1841.

40 Ibid., E 1843.

41 Ibid., E 1852.

42 Ibid., E 1839.

43 Ibid., E 1841.

44 Ibid., E 1843.

45 Les 32 setiers déjà distincts au xvie siècle des métairies sont affermés à un fermier, puis à deux en 1650-1651, pour se trouver englobés en 1656-1657 avec les métairies ; 32 setiers = 13 ha 06.

46 Ibid., B 305.

47 Ibid., E 1859

48 Ibid., E 1860.

49 Ibid.

50 Ibid., E 1854.

51 Ibid., E 1860.

52 Ibid„ E 1865.

53 Ibid., E 1871. La crise de 1660-1661 a été causée par la « rouille », due peut-être aussi à l'humidité de l'année 1660. Le moulin a de l'eau cette année-là, les années suivantes sont sèches au contraire.

54 Wailly (Natalis de), Mémoire sur les variations de la livre tournois depuis le règne de Saint Louis jusqu'à l'établissement de la monnaie décimale, Mémoires de l'Institut Impérial de France, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, t. XXI, 2e partie, 1857.

55 Pour calculer la valeur des baux en nature, nous nous sommes servi des prix indiqués dans les comptes. Ces prix étaient ceux appliqués à la vente des grains obtenus grâce aux fermes. Par contre, pour l'évolution des prix du froment, il nous fallait des séries complètes

56 Voir note 19

57 De plus nos calculs les font tributaires des prix.

58 Les deux comptes isolés de ces deux années sont malheureusement trop imprécis pour être utilisés statistiquement. Cependant tous les baux sont stipulés en nature.

59 Après ces quatre ans, les Noues et Pouillies-d'Aunay sont affermées avec la Boissière

60 Hypothèse toute gratuite car les rôles des tailles de la région ont disparu dans l'incendie des archives orléanaises.

61 La livre tournois a perdu 20 % puis 7,5 % de sa valeur entre 1635 et 1644 puis entre 1644 et 1653 (Wailly [Natalis de], op. cit.).

62 Tous ceux qui se sont intéressés aux travaux de Natalis de Wailly pensent qu'il a sous-estimé les mutations monétaires des guerres de religion. Notre 7 % est probablement surestimé.

63 L'année 1558 a été perdue. Nous avons cependant comparé des moyennes de neuf ans.

64 Le méteil ayant remplacé l'avoine et le froment du xvie siècle, les chapons et les porcs, il n'était pas possible de procéder d'une autre façon, nous reconnaissons facilement son défaut principal qui est d'introduire l'influence des prix, mais de toute façon ce grain étant destiné à la vente, l'inconvénient est relativement mineur.

65 1651 : dernière date où le moulin d'Auneau est distingué d'autres revenus seigneurieux.

66 Achives départementales d'Eure-et-Loir, E 1871. Indications fournies par les remises pour causes de sécheresse.

67 Voir note 39.

68 Nous avons retiré la coupe des bois en comptant le chiffre le plus faible, celui de 1650-1651. Pour les prés que nous avons également enlevés, nous avons soustrait de la moyenne 1644-1653, les 50 % de l'évolution.

69 On ne peut suivre l'évolution des moulins et des prés, car ceux-ci ont dû changer: les noms ne sont plus les mêmes. Quant aux moulins, leurs revenus sont exprimés en mouture.

70 Après 1657.

71 La poule vaut 9 sols pendant dix-neuf ans, de 1638 à 1657, d'après les registres de comptes de la baronnie. En 1657, tous les droits féodaux sont recueillis en argent.

72 Six minots de méteil = 1 setier et demi = 2 hi 122. Deux setiers = 2 hi 96.

73 Lefebvre (G.), Études orléanaises, Paris, 1962.

Table des illustrations

Titre Carte 9.1Les environs d'Auneau avec tous les villages où s'étend la baronnie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-1.png
Fichier image/png, 387k
Titre Carte 9.2Auneau et les villes-marchés de la périphérie beauceronne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-2.png
Fichier image/png, 267k
Titre Tableau 9.3Voise
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-3.png
Fichier image/png, 171k
Titre Tableau 9.4Aunay sous Auneau
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-4.png
Fichier image/png, 143k
Titre Tableau 9.5Francourville
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-5.png
Fichier image/png, 144k
Titre Tableau 9.6Évolution des revenus entre 1633 et 1662
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-6.png
Fichier image/png, 341k
Titre Tableau 9.7Évolution des baux des métairies d'Auneau et de l'ensemble de la baronnie (la rente est en livres tournois)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Tableau 9.8Le passage des baux en nature aux baux en argent : avantages et inconvénients pour le baron
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-8.png
Fichier image/png, 670k
Titre Tableau 9.9Le mouvement de concentration des baux de métairies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-9.png
Fichier image/png, 556k
Titre Tableau 9.10Évolution des baux des champarts et des moulins
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-10.png
Fichier image/png, 411k
Titre Tableau 9.11Rôle moteur du revenu des métairies en période de hausse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-11.png
Fichier image/png, 274k
Titre Tableau 9.12Revenus des prés et de la coupe des bois de la baronnie exprimés en livres
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-12.png
Fichier image/png, 374k
Titre Tableau 9.13Évolution de quelques droits seigneuriaux comparés au mouvement de l'ensemble
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-13.png
Fichier image/png, 598k
Titre Tableau 9.14Variation (%) du revenu des métairies et des revenus des droits seigneuriaux en fonction de la hausse nominale des prix de 1633 à 1662
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-14.png
Fichier image/png, 263k
Titre Tableau 9.15Part (%) des métairies et des revenus seigneuriaux dans le produit brut en fonction de la conjoncture
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-15.png
Fichier image/png, 289k
Titre Tableau 9.16Évolution des recettes féodales de la baronnie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-16.png
Fichier image/png, 297k
Titre Tableau 9.17Dépenses d'entretien et réparations de la baronnie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18102/img-17.png
Fichier image/png, 373k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search