Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Deuxième partie. La noblesse seconde : un concept de recherche et une réalité sociale

Chapitre VIII. Un modèle de noblesse seconde des pays ligériens : les Du Bueil (Racan)1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Regards sur les sociétés modernes, xvie-xviie siècle, Mélanges offerts à Claude (...)
  • 2 Constant (J.-M.), « Un groupe sociopolitique dans la France de la première moitié du xviie siècle  (...)

1L'expression « noblesse seconde » ne se trouve jamais dans les archives ou les textes des juristes de l'époque moderne : c'est un concept élaboré il y a une dizaine d'années pour permettre de mieux cerner le rôle à la fois politique et social de la noblesse aux xvie et xviie siècles lors des troubles qui se produisirent périodiquement entre la fin du règne d'Henri II et celui de Louis xiv. Un certain nombre de travaux ont été consacrés à la « noblesse seconde » et le mot est maintenant devenu usuel dans le milieu des spécialistes2 Dans cet article, il s'agit de poursuivre la réflexion en approfondissant le phénomène social et politique qu'il représente à travers un exemple-type, celui de la prestigieuse famille des du Bueil installée solidement dans son rôle du xve au xviie siècles en Touraine leur pays d'origine, dans le Sancerrois et dans les confins du Maine et de l'Anjou.

La noblesse seconde : un groupe incontournable

2Réfléchissant sur les relations de la noblesse et du pouvoir au cours des guerres de Religion, je me suis aperçu qu'il était impossible de parler de la noblesse en général mais qu'il fallait distinguer parmi les nobles de multiples catégories qui n'exerçaient pas sur les événements le même type de pression ou d'influence.

  • 3 Levantal (Christian), Ducs et pairs et duché-paieries laiques à l'époque moderne (1559-1790). Pari (...)
  • 4 Constant (J.-M.), « Les barons français pendant les guerres de Religion », repris supra ch. 7 ; «  (...)

3Au sommet de la hiérarchie, dominaient les Princes, les Ducs et Pairs de France qui constituaient la grande noblesse. Au temps des guerres de Religion, ce furent les Bourbons, les Montmorency, les Guise, pour ne citer que les plus grands lignages3. Juste au-dessous d'eux, venaient des familles qui constituaient les cadres de la Cour, des armées et des provinces. J'ai proposé en 1986 de nommer « noblesse seconde » ce groupe restreint, qui paraît stratégique, parce que son engagement, aux côtés du roi ou dans une révolte, conditionne largement le succès ou l'échec de tel ou tel parti lors des périodes de troubles comme la France en connaît entre 1560 et 1660. Ainsi, le ralliement progressif mais massif de la « noblesse seconde » à Henri IV, pendant la Ligue, a été une des raisons de sa victoire car elle lui donnait la maîtrise des forces militaires4. En effet, leur influence était si forte parmi les gentilshommes campagnards ou militaires qu'ils étaient les intermédiaires nécessaires et incontournables entre la province et le monarque ou quelquefois le grand seigneur dissident.

  • 5 Bourquin (Laurent), Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux xvie et xviie siècles, Paris, 199 (...)

4Laurent Bourquin a montré dans sa thèse comment cette « noblesse seconde » s'était constituée en Champagne dans la première moitié du xvie siècle, au moment où cette province-frontière devint stratégique face aux menaces venues de l'est. Sept lignages furent choisis par le Roi, pour tenir le pays, c'est-à-dire commander les places les plus importantes et utiliser à bon escient les « gens de guerre » : les Anglure, les Choiseul, les Clermont, les Dinteville, les Aguerre, les Lenoncourt, les Livron. Pendant les guerres de Religion, cinq autres lignages viendront compléter le dispositif, le front étant en Champagne autant intérieur qu'extérieur, le gouverneur s'appelant le duc de Guise, chef du parti catholique le plus zélé puis de la Ligue5.

5Parmi eux, les Choiseul ont émergé pour rejoindre la grande noblesse des ducs et pairs au xviie siècle : c'était là l'une des vocations de la noblesse seconde : se hisser au premier rang. Les proches du Roi ou ceux qui s'étaient illustrés de manière éclatante ont connu cette élévation, qu'il s'agisse de Gouffier sous François Ier (1519), Montmorency sous Henri II (1551), Épernon et Joyeuse sous Henri III (1581), Luynes (1619) et Richelieu (1631) sous Louis XIII.

  • 6 Cassan (Michel), Le Temps des guerres de Religion : le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Pari (...)

6Mais tous les nobles de haut rang qui appartiennent à ce que l'on peut appeler la « noblesse seconde », ne connurent pas des promotions aussi fracassantes malgré leur courage exemplaire sur le champ de bataille ou leur fidélité à toute épreuve au souverain. En Limousin, dans la première moitié du xvie siècle, cinq lignages peuvent être qualifiés de « nobles seconds » : Ventadour, Turenne, Pompadour, Noailles et Escars. Deux seulement accéderont à des duchés-paieries : les Ventadour (en 1594) et les Noailles (en 1663)6.

7Au contraire, si on prend pour exemple la petite sénéchaussée (800 km2) de Château-du-Loir qui appartient à la province du Maine et se trouve aux limites de la Touraine et de l'Anjou, on s'aperçoit que, sur les huit familles capables d'être rangées dans la « noblesse seconde » au xvie siècle, aucune ne se haussera jusqu'au duché. La plupart d'entre elles étaient constituées de multiples branches qui possédaient des terres dans les divers pays ligériens. Certaines avaient déjà des positions sociales fortes comme les Montmorency- Laval ou les Coesmes ou comme les Champagne qui étaient déjà premiers barons d'Anjou au xiiie siècle (branche de Mathefelon-Durtal) et premiers barons du Maine (branche de Pêcheseul-Parcé). Au contraire, les Scépeaux ne connurent la célébrité qu'au temps des guerres de Religion où François devint, en 1562, Maréchal de France sous le nom de Maréchal de Vieilleville. Mais les Champagne s'illustrèrent aussi pendant les guerres civiles : Jean, sire de Pêcheseul, premier baron du Maine, chevalier de l'Ordre du Roi, gentilhomme ordinaire de sa chambre, capitaine de cent hommes d'armes de ses ordonnances fut catholique « zélé » surnommé « grand godet » parce qu'il précipitait les protestants dans la Sarthe en disant qu'il les faisait boire à son grand godet pendant que son cousin Nicolas, comte de la Suze, l'autre branche, son fils puis son petit-fils combattaient dans les rangs protestants. Les quatre autres lignages : les Illiers, les Clermont-Gallerandes, les Vendomois et les du Bueil connurent la gloire pendant la guerre de Cent ans mais continuèrent à révéler leurs talents pendant les guerres de Religion. C'est pourquoi le cas de la famille du Bueil est exemplaire.

Un exemple de la noblesse seconde ligérienne : les du Breuil

  • 7 La Chesnaye et Desbois, Dictionnaire de la Noblesse... ; Linières (R. de), Armoriai de la Sarthe, (...)

8La généalogie complète de ce lignage ne se trouve pas dans les lieux où elles sont généralement accessibles : dictionnaires de la noblesse, cabinet des titres de la Bibliothèque nationale. Il a donc fallu rassembler tous les éléments d'un puzzle disparate pour reconstituer les itinéraires de tous les membres de chaque famille7.

9Le premier personnage qui se couvre véritablement de gloire est Jehan du Bueil, lieutenant général du duc d'Anjou, qui garde et défend Le Mans en 1365 contre les Anglais. Capitaine de la garde du corps du Roi, il accumule grâce à ses mariages et à ses achats un très beau patrimoine. Son fils Jehan, Sire du Bueil, seigneur de Montrésor, Château-Francourt, Saint- Calais, Courcillon, Chambellan du Roi, Grand Maître des arbalétriers de France sera tué à Azincourt en 1415, mais son mariage avec Marguerite, dauphiné d'Auvergne, fille de Bréaud, dauphin d'Auvergne et de Marguerite comtesse de Sancerre, fait tomber dans l'escarcelle de la famille le fameux comté de Sancerre. Ses frères participent aussi à l'édification de la constellation Du Bueil : Hardoin sera évêque d'Angers et Jacques créera une nouvelle branche connue sous le nom de Fontaines à laquelle appartiendra le poète Racan trois siècles plus tard.

10Au degré suivant, le fils de Jehan, également nommé Jehan, Sire du Bueil, Comte de Sancerre, est devenu sans doute le héros le plus connu de la famille, puisqu'il fut appelé « le fléau des Anglais » pour s'être beaucoup battu contre eux, dans le Maine, au Mans, à Beaumont, à Sainte-Suzanne mais aussi en Guyenne. Il devint Amiral de France en 1450, chevalier de l'Ordre de Saint-Michel à sa création par Louis XI et fut l'auteur du Jouvencel, sorte de roman militaire, qui s'appuie sur la réalité guerrière et nobiliaire du temps, en racontant des opérations qui se déroulèrent dans l'Ouest de la France.

11Son fils Antoine, chambellan du Roi, épousera Jeanne, bâtarde de Valois, fille de Charles VII et d'Agnès Sorel, ce qui prouve la proximité de son père vis-à-vis du monarque.

12On connaît mal les carrières des successeurs dans la période qui suit mais, au milieu du xvie siècle, sous les règnes de François Ier et d'Henri II, leurs descendants s'illustrèrent à nouveau sur les champs de bataille. Ainsi, Louis, comte de Sancerre, époux de Jacqueline de la Trémoïlle, Grand Échanson, capitaine de cent gentilshommes de la Maison du Roi, eut l'honneur de défendre Saint-Dizier contre Charles Quint. Son fils, Jehan, quatrième du nom, est mieux connu car il devint chevalier du Saint-Esprit en 1597. Gentilhomme de la chambre de Charles IX, puis d'Henri III, il conserva la charge de Grand Échanson et guerroya contre les protestants, les ligueurs et les Espagnols. On raconte qu'il conduisit, à ses frais, cinquante gentilshommes au siège de Paris et qu'il défit les ligueurs à Jargeau, petite ville stratégique par son pont sur la Loire.

13Ce furent là, semble-t-il, les derniers exploits de la branche aînée, quoique Jehan ne mourût qu'en 1638, après avoir continué à servir sous Louis XIII. Mais les branches cadettes avaient pris le relais et s'étaient illustrées pendant les guerres de Religion. Trois capitaines furent faits chevaliers des Ordres du Roi, l'un de Saint-Michel en 1563, et les deux autres du Saint-Esprit en 1583 et 1597. À propos de celui qui reçut l'Ordre de Saint- Michel, en 1563, Georges du Bueil, dit « le seigneur des Fontaines, le jeune », Sire de Bouillé et du Bois de la Motte, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi, conseiller en son conseil privé, capitaine de cinquante hommes de ses ordonnances, gouverneur de Rennes, Saint-Malo et Nantes, vice-amiral, gouverneur et lieutenant général en Bretagne en l'absence du duc de Montpensier en 1560, le généalogiste du Roi, d'Hozier, raconte qu'au mois de juillet 1539, François Ier l'envoya pour une mission de confiance en Bourgogne auprès du duc de Guise et qu'Henri II, en 1549, fit de même. En Bretagne où il occupait des fonctions importantes, d'Hozier écrit qu'il aurait su éviter que la Saint-Barthélémy se déchaînât dans cette province. Bien que d'Hozier écrive : « on le croit fils puîné de Jehan », montrant par là que personne ne sait le situer dans la généalogie, il semblerait plutôt qu'il fut le frère de ce Jehan et l'oncle des deux chevaliers du Saint-Esprit : Honorât et Louis, une génération paraissant les séparer.

14Cet Honorât du Bueil, seigneur des Fontaines, vice-amiral de France, lieutenant général en Bretagne fut reçu chevalier, en 1583, après s'être beaucoup battu contre les protestants et les ligueurs ; il y laissa d'ailleurs la vie, le 11 mai 1590, lorsque le peuple ligueur de Saint-Malo s'empara du château de la ville et le mit à mort parce qu'il était trop fidèle à Henri IV et le manifestait ostensiblement en faisant crier aux enfants lors de la procession du 15 août 1589 : « Vive le roi de France et de Navarre ». Il avait épousé Anne du Bueil, sœur du comte de Sancerre de la branche aînée, lui aussi partisan farouche du Roi, comme nous l'avons vu plus haut.

15Le frère d'Honorat, Louis, seigneur de Racan, chambellan de François d'Anjou et d'Alençon, fut lieutenant de sa compagnie de gendarmes, gouverneur du Croisic, maréchal des camps, conseiller au conseil privé, capitaine de cinquante hommes d'armes des ordonnances, gentilhomme de la chambre du Roi. Il fut blessé à Moncontour en 1569 sous le commandement du futur Henri III, combattit avec Henri IV comme Grand Maître de l'artillerie au siège d'Amiens où il trouva la mort. Il avait épousé Marguerite de Vendomois, d'une famille de la noblesse seconde du Maine qui lui donna, en 1589, le poète Racan.

16Ce dernier, tôt orphelin - sa mère mourut en 1601 -, vécut sous la protection de son tuteur, le futur duc de Bellegarde qui avait épousé Anne de Fontaines, fille d'Honorat dont on a parlé plus haut et qui était donc la cousine de Racan. Chez ce grand personnage, il fit la rencontre de sa vie, celle du poète Malherbe dont il devint le disciple. Mais la situation financière que lui avait laissée son père en mourant à la guerre était devenue tellement difficile qu'il fallut l'intervention d'Henri IV auprès du Chancelier Bellièvre afin de lui obtenir un répit de deux ans, ce qui lui donna le temps de vendre une terre qu'il avait héritée de sa mère, pour payer les cent deux mille livres de dettes qui risquaient de faire sombrer sa famille. Henri IV s'intéressait particulièrement à ce lignage des du Bueil qui lui avait été constamment fidèle, toutes branches confondues mais aussi parce qu'une très jolie femme d'une autre branche, celle de Courcillon au Maine, la fameuse Jacqueline du Bueil, comtesse de Moret, avait succombé à son royal charme. Il y aura un héritier, le comte de Moret.

17Racan porta les armes, commandant les gendarmes d'Effiat, lors du siège de la Rochelle, mais il ne semble pas qu'il ait eu la même vocation exclusive que ses ancêtres. Selon Tallemant des Réaux, il était « un peu asthmatique », légèrement bègue et surtout d'une distraction proverbiale qui amusait tout Paris. Il épousa en 1628 Madeleine du Bois, fille de Pierre du Bois, comte des Fontaines, baron de Vendenesse, qui possédait des terres en Touraine et en Nivernais. Sa cousine, la duchesse de Bellegarde, vint signer au contrat de mariage, sans doute pour rassurer la belle-famille concernant la fortune chancelante de son futur gendre. Après la mort sans enfants du duc et de la duchesse, en 1631, une partie de l'héritage revint à Racan. Il recevait quatre cent mille livres alors que son cousin d'Acygné devait se contenter de deux cent mille et le comte de Sancerre de cent trente mille. Ce dernier fit un procès à Racan dont nous ne connaissons pas l'issue mais il est évident que, désormais, le poète était à l'abri du besoin. De plus, il connaissait la célébrité littéraire et fut nommé à l'Académie Française à sa création en 1634. Il la fréquentait, paraît-il, avec assiduité, partageant son temps entre Paris et la Roche Racan où il s'était retiré loin du bruit de la capitale et des armées. Ses Stances à la retraite de même que sa pastorale, Les Bergeries, jouée en 1619, en avaient fait l'un des hommes le plus en vue de son époque. Il était considéré, avec Mainard, comme le disciple parfait de Malherbe et entretenait une correspondance avec tous les grands esprits du temps : Guez de Balzac, Conrart, Chapelain et bien sûr Mainard. La Fontaine l'appréciait beaucoup. Ainsi, grâce à son œuvre littéraire, il donna peut-être plus de postérité à son lignage que les chefs de guerre, ses prédécesseurs. On est d'ailleurs frappé par la modernité de sa poésie qui, par bien des côtés, annonce Lamartine. Il fut, cependant, le dernier grand homme du lignage et s'en rendit compte puisque Tallemant révèle qu'il regrettait publiquement que son fils aîné, celui qui lui succéderait, fût si « sot ». Effectivement, le nom s'éteignit au tout début du xviiie siècle.

Les Du Bueil : un modèle de noblesse seconde

18Quelles conclusions tirer à partir de cet exemple ?

  • 8 Tallemant des Réaux, « Racan et les autres rêveurs », dans Historiettes, Paris, Gallimard, « Bibli (...)

19La famille s'est maintenue comme beaucoup d'autres après la guerre de Cent ans, puis cas fréquent, a rebondi de façon spectaculaire pendant les guerres de Religion en demeurant proche du pouvoir. Malgré les obstacles, beaucoup d'atouts lui ont permis de réussir : charges et commandements importants, célébrité militaire et littéraire, vastes biens répartis sur plusieurs provinces, alliances prestigieuses - Laval, Polignac, La Trémoïlle, Daillon du Lude, Stuart de Lemnox, Monteclerc, Montalais, Couette, Vendômois, Broc, Perrien de Crenan -, mais aussi deux fois le sang royal, celui de Charles VII et celui d'Henri IV. Leur influence sur le pays peut se mesurer, en 1580, grâce au recrutement de la compagnie d'ordonnance du duc d'Anjou, frère d'Henri III : 17 % des hommes d'armes sont des gentilshommes des pays ligériens, surtout de Touraine alors que Louis du Bueil n'en est que le sous-lieutenant et le lieutenant le fameux Rosne8.

20Certes, les derniers éclats du lignage se produisent à l'époque de Louis XIII pour les branches de Sancerre et de Racan. Essoufflement biologique, difficultés financières pour la famille de Racan ont peut-être empêché les du Bueil d'accéder à de très hautes dignités alors que d'autres, à peine mieux lotis, pénétreront dans le monde fermé des ducs. On peut remarquer que sur les huit familles de la noblesse seconde de la sénéchaussée de Château-du-Loir, deux disparurent au cours du xviie siècle, trois ne virent pas le milieu du xviiie, trois seulement franchiront la Révolution.

  • 9 On rencontre la même déception, à propos de la vie militaire, chez le poète du xvie siècle, Jehan (...)

21On peut aussi se demander, en lisant Racan, si le raffinement de son esprit n'était pas un obstacle à la poursuite de la carrière militaire et si sa piété si caractéristique de l'élan de la réforme catholique du xviie siècle ne l'éloignait pas du rôle traditionnel de la noblesse9. Les Stances de la retraite et Les Bergeries montrent un désir profond de se retirer du monde et de vivre un nouveau mode d'existence, celui du gentilhomme campagnard, ami des lettres, des arts et de la nature, soucieux de son salut, de plus en plus loin du monde, de la Cour et des vanités de la réussite. Il annoncerait, en cette époque du baroque florissant, le modèle romantique du gentil- homme-poète à l'image de Lamartine et de Vigny.

Notes

1 Article paru dans Regards sur les sociétés modernes, xvie-xviie siècle, Mélanges offerts à Claude Petitfrère, Tours, Université François Rabelais, 1997, p. 357-363.

2 Constant (J.-M.), « Un groupe sociopolitique dans la France de la première moitié du xviie siècle : la noblesse seconde », repris supra ch. VI.

3 Levantal (Christian), Ducs et pairs et duché-paieries laiques à l'époque moderne (1559-1790). Paris, 1996.

4 Constant (J.-M.), « Les barons français pendant les guerres de Religion », repris supra ch. 7 ; « La noblesse seconde et la Ligue », BSHM, 1988 ; « Les partis nobiliaires et le développement de l'État moderne : le rôle de la noblesse seconde », dans L'Etat moderne :genèse, Paris, Éditions du CNRS, 1990 ; La Ligue, Paris, 1996.

5 Bourquin (Laurent), Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux xvie et xviie siècles, Paris, 1994.

6 Cassan (Michel), Le Temps des guerres de Religion : le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, 1996.

7 La Chesnaye et Desbois, Dictionnaire de la Noblesse... ; Linières (R. de), Armoriai de la Sarthe, Le Mans, 1948, vol. I, p. 116 ; BN, Cabinet des titres : Nouveau d'Hozier, 74, Pièces originales 549-550 ; BN, Recueil historique de l'Ordre de Saint-Michel, mss 32866-32867-32868-32869 ; BN, Armoriai de l'Ordre du Saint-Esprit, mss 32860.

8 Tallemant des Réaux, « Racan et les autres rêveurs », dans Historiettes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1.1, p. 381 sq. ; notes très précieuses d'Antoine Adam si merveilleux connaisseur du xviie siècle.

9 On rencontre la même déception, à propos de la vie militaire, chez le poète du xvie siècle, Jehan de la Taille, que chez Alfred de Vigny, à l'époque romantique.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search