Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Deuxième partie. La noblesse seconde : un concept de recherche et une réalité sociale

Chapitre VII. Les barons français pendant les guerres de Religion1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Avènement d'Henri IV, quatrième centenaire, actes du colloque I, Coutras, Pau, 1 (...)
  • 2 Constant (J.-M.), « Noblesse anglaise, noblesse française étude comparative », repris supra ch. 5.
  • 3 Constant (J.-M.), « Un groupe sociopolitique stratégique dans la France de la première moitié du x (...)
  • 4 Beauvais-Nangis, Mémoires, publiés par la Société d'Histoire de France par Monmerqué et Taillandie (...)

1La construction de l'État moderne en France est une longue épopée qui débouche sur la monarchie absolue. Lors des périodes troublées, la noblesse apparaît comme l'une des forces capable de résister à l'instauration de ce type de régime politique. Néanmoins, alors que, en Angleterre, la noblesse défend avec âpreté sa prérogative contre celle du roi, en France sa position est beaucoup plus ambiguë. De ce fait, le siècle 1560-1660 semble une période-clé aussi bien pour le pouvoir royal que pour le rôle et la place de la noblesse2. Dans une communication faite à Oxford en septembre 1986 et dans le livre que j'ai consacré aux Conjurateurs, j'ai essayé de montrer que le groupe nobiliaire stratégique sur lequel il fallait se pencher était celui que j'appelle « la noblesse seconde », car il était d'abord une sorte de vivier d'où sortait le plus souvent la grande noblesse de la génération suivante et surtout parce qu'il constituait un relais entre la cour et la noblesse des provinces3. Beauvais-Nangis dans ses mémoires raconte que lorsqu'il arrivait chez lui en Brie, « quantité de gentilshommes » venaient le visiter. Il en était de même pour le Chancelier de Cheverny4. Le marquis de Nangis peut être considéré comme l'exemple-type de la « noblesse seconde », mais il n'est jamais parvenu à se hisser au premier rang alors que d'autres y ont réussi comme Montmorency, Bonnivet, Le Maréchal de Saint-André, Épernon, Joyeuse, Sully, Luynes, Turenne ou Richelieu. Certains appartiennent à une noblesse titrée, marquis, comtes, vicomtes ou barons, d'autres ne sont que de simples gentilshommes comme Richelieu.

2Pour étudier le rôle de la « noblesse seconde » pendant ce siècle qui va des guerres de religion au règne personnel de Louis XIV, il faut découvrir des sources qui permettent de répertorier les familles les plus notables de chaque province. Ce problème est la première difficulté à laquelle l'historien se trouve confronté. Il est nécessaire de s'y attarder assez longuement et d'en tester la fiabilité. Ensuite je tenterai de répondre à deux questions concernant le temps des guerres de religion : l'origine géographique des familles qui participèrent aux guerres civiles et le parti dans lequel elles s'engagèrent.

Les sources

3L'année dernière, étudiant la « noblesse seconde » sous les ministériats de Richelieu et de Mazarin, j'avais élaboré un fichier comprenant 245 noms de nobles cités dans les mémoires du temps et pour lesquels j'avais essayé de trouver des éléments de biographie.

4Une seconde source m'était apparue intéressante : les rapports des Intendants sur les généralités établis en 1664 et qui contenaient pour chaque noble qui avait retenu l'attention du représentant de l'État, les renseignements les plus importants le concernant. Au cours de cette enquête, le commissaire du roi se fixait le même objectif que moi, identifier les gentilshommes qui avaient suffisamment de crédit, c'est-à-dire d'influence pour mobiliser des fidèles derrière lui. Malheureusement, il subsiste peu de tels documents. Ceux que j'avais étudiés étaient consacrés à la Touraine, l'Anjou, le Maine, le Poitou, le Bourbonnais, le Berry. Cet ensemble permettait d'atteindre 683 nobles.

5Voulant connaître « la noblesse seconde », pendant les guerres de religion, je ne disposais pas d'archives semblables. Certes, j'avais bien retrouvé à la Bibliothèque Nationale des listes provenant d'un manuscrit italien émanant probablement d'un ambassadeur qui avait noté pour 1588 les noms de 59 royaux, 54 ligueurs, 6 partisans du roi de Navarre ainsi que les ponts occupés par les divers partis sur la Seine et sur la Loire. J'avais bien sûr entrepris la confection d'un fichier de 245 noms rencontrés dans les mémoires de l'époque, mais il ne me satisfaisait pas car j'avais le sentiment que de nombreux nobles des provinces échappaient à mes investigations. Quelques procès-verbaux de réunion de ban et d'arrière-ban qui comprenaient les noms des « exempts » se trouvant au service du roi, à l'armée ou à la cour permettaient de calculer la proportion de militaires dans le cadre d'un bailliage ou d'une sénéchaussée. Malheureusement ces listes fort intéressantes sont trop peu nombreuses.

  • 5 Recueil historique de l'Ordre de Saint-Michel, BN, mss Fr 32866 (1560-1569) 931 pages ; 32867 (156 (...)
  • 6 Armoriai du Saint-Esprit BN, ms. Fr 32860.

6C'est pourquoi l'idée m'est venue d'exploiter systématiquement les notices consacrées aux chevaliers de l'Ordre de Saint-Michel entre 1560 et 16105. À partir du règne de Charles IX une évolution très importante s'est produite : l'accroissement considérable du nombre des promus. Sous Henri II, chaque promotion comprenait en moyenne huit chevaliers par an, sous Charles IX, cent sept. C'est la raison pour laquelle Henri III créa l'Ordre du Saint-Esprit qu'il réserva à ceux dont il pensait que la fidélité à sa personne était totale6. D'ailleurs, entre 1578 et 1610, 191 chevaliers seulement reçurent le collier du Saint-Esprit, c'est-à-dire en moyenne 4 à 5 par an. Mais l'inflation qui caractérisa la distribution de l'ordre de Saint-Michel est une aubaine pour l'historien de la noblesse puisque, de 1560 à 1610, plus de 3000 personnes le reçurent. Grâce à des crédits obtenus dans le cadre de l'ATP « genèse de l'État moderne » lancée par le CNRS, j'ai pu faire photographier les 1 055 pages contenues dans quatre volumes manuscrits de la BN « établis sur titres d'après les historiens les plus accrédités par J.-E d'Hozier ».

7L'intérêt prodigieux de cette source réside d'abord dans son importance puis dans l'existence de ces fameuses biographies rédigées par le généalogiste du roi. Certes elles sont quelquefois sommaires, se résumant à une ligne : « on ignore sa filiation et ses armes ». En revanche pour un nombre relativement considérable, elles sont de l'ordre d'une page ou davantage, les barons des guerres de Religion comme François de Beaumont, baron des Adrets, ayant droit à 54 feuillets. Des familles comme les Choiseul comptent pendant ce demi-siècle 18 chevaliers. Au total, j'ai obtenu ainsi des renseignements sur 1 928 familles nobles et je dispose d'un dossier comprenant au moins deux notices ou une seule en plusieurs pages pour 268 familles de marquis, comtes ou vicomtes. Il en est de même pour 388 barons.

8Concernant les simples gentilshommes, le problème est plus complexe : pour 688 d'entre eux, j'ai pu établir un dossier composé d'au moins deux fiches ou d'une longue biographie, pour 338 autres, il n'existe que quelques lignes mentionnant le nom du noble, de son père, de sa mère ou quelquefois la formule déjà citée « on ignore la filiation ». Néanmoins il ne faut pas mépriser cette dernière catégorie où l'on rencontre le plus souvent une petite noblesse mal connue des généalogistes du roi. J'ai retrouvé là des petits gentilshommes de Beauce que, pour ma part, je connaissais parfaitement et dont la généalogie était conservée au cabinet des titres de la BN.

  • 7 Constant (J.-M.), La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xviie siècles, Paris, 19 (...)

9Toujours dans cette même catégorie des gentilshommes, il y a encore une trentaine de biographies de ces fameux capitaines des guerres de Religion, de petite naissance nobiliaire, bourgeoise et même paysanne, qui ont réalisé de belles carrières grâce à leur valeur militaire7.

10On voit facilement tout le parti que l'on peut tirer d'une source aussi riche mais elle comporte un inconvénient majeur: elle privilégie les fidèles du roi au détriment des protestants par exemple, car bien sûr le collier était donné à ceux qui étaient considérés comme des fidèles du souverain. Cet inconvénient était tempéré par le changement fréquent de monarque pendant les guerres de Religion (quatre en cinquante ans) où les attitudes de chacun d'eux furent différentes. Si Henri III a été plus chiche et moins ouvert que son frère, Charles IX, plus prodigue, a été plus mobilisateur de noblesse. Quant à Henri IV, rassembleur et réconciliateur, il a fait entrer à la fois ses amis protestants et ses ennemis ligueurs réconciliés. De toute façon le caractère fondamental demeure : pour être chevalier il faut être un fidèle inconditionnel du roi. La notice consacrée à François de Cazillac, baron de Cessac l'avoue sans ambiguïté :

  • 8 Ms. Fr 32866 (1568), p. 820.

De Thou en parlant du baron de Cessac dit qu'il avait été bon courtisan et bon officier, que dans sa jeunesse il avait été attaché à MM. de Guise et leur avait rendu de grands services, mais que depuis qu'on l'avait fait chevalier de l'ordre, il ne s'était engagé dans aucune faction, que toute la noblesse du pays lui faisait la cour8.

11Mais pour mieux tester la valeur de la source, il faut la comparer à d'autres témoignages.

La noblesse dans les guerres de Religion

  • 9 Orlea (Manfred), La Noblesse aux états généraux de 1576 et 1588, Paris, 1980, p. sq.~, Constant (J (...)
  • 10 Orlea (M.), op. cit., p. 152-153.

12La première chose à faire est de comparer cette source aux autres et aux résultats déjà connus. Selon les évaluations faites par M. Orléa comme par moi-même du nombre des nobles pendant les guerres de Religion, il faudrait compter 20 000 à 30 000 familles nobles en France. De ce fait, les 1 928 dossiers que j'ai établis représentent entre 6 % et 10 % de cette noblesse. Lorsque je travaillais sur la Beauce, j'avais calculé que 5,98 % des personnes nobles avaient eu une charge militaire ou de cour entre 1560 et 1600, mais le pourcentage du nombre des familles était plus élevé (28 %)9. De toute façon seule une petite partie de la noblesse s'engageait fortement dans la guerre civile. M. Orléa écrit qu'on appelait « rieurs » en Bourgogne les gentilshommes « neutres ». En Auvergne les 2/3 de la noblesse auraient été dans cet état d'esprit. Selon le cardinal d'Ossat, la ligue ne ralliait pas un dixième de la noblesse française10. S'il faut se méfier des évaluations des auteurs anciens, on peut cependant conclure qu'une petite partie seulement de la noblesse participait aux guerres de Religion.

13On peut se demander ce que représente le corpus de l'ordre de Saint-Michel par rapport à la mobilisation militaire de la noblesse. Certes il existe dans toutes les provinces des gentilshommes qui pratiquent la guerre d'embuscade pour leur compte. Evidemment ces francs-tireurs ne seront connus que grâce aux chroniques et aux livres de raison. Ils ne semblent pas les plus nombreux. En Beauce par exemple, nous n'en avons rencontré que deux. Un peu partout, les guerres de Religion sont le fait de chefs de guerre à la tête de troupes le plus souvent régulières. C'est pourquoi connaître le nombre de gentilshommes engagés dans les compagnies permet d'évaluer celui des participants à la guerre civile à une date donnée. Les procès-verbaux de ban et d'arrière-ban, lorsqu'ils contiennent des listes d'exempts qui sont au service du roi, sont d'excellents indicateurs. Le tableau 7.1 page suivante rassemble les données.

  • 11 Haute-Marche : PV de l'arrière-ban de la province de la Marche tenue à Guéret en 1553. Idem pour l (...)

14Si on prend le risque de coupler les procès-verbaux de 1577 et de 1620 pour la Basse-Marche (entre le Poitou et le Limousin), on aurait un taux de 33 %. Si on procède à la même opération pour la Haute-Marche (la Creuse) en 1553 et 1636 on obtiendrait 22 %11.

15Si on fait la somme des militaires rencontrés dans toutes les circonscriptions considérées et qu'on la rapporte au total des nobles récapitulés, on s'aperçoit que la proportion de gentilshommes engagés dans les armées se situe entre 15 et 16 %. Si on enlève les bailliages pour lesquels on éprouve quelques doutes quant au sérieux de l'établissement des listes c'est-à-dire Caen, Amiens, la Haute et la Basse Marche, on devrait s'accommoder de 9,37 %. En gros, on peut conclure que la proportion de gentilshommes-militaires pendant la seconde moitié du xvie siècle s'établit entre 10 et 15 %. La comparaison entre le rapport militaire/noblesse et chevalier de Saint-Michel/noblesse indique que le nombre de chevaliers est de 4 à 5 % moins important que celui des militaires. Comme il y a des gens de robe parmi les promus, la différence doit être légèrement plus accentuée.

16Si l'on tente de regrouper les résultats sur le plan géographique, on s'aperçoit que les régions qui mobilisent le moins de militaires sont l'Ouest bocager et le Dauphiné. Au contraire, le Sud-Ouest de la France, la Picardie, la Bourgogne, le Chartrain atteignent des taux relativement élevés alors que la Champagne, le Haut-Maine, la région d'Orléans se tiennent dans la moyenne. Il sera intéressant de comparer cette répartition avec celledes chevaliers de Saint-Michel.

Tableau 7.1
Proportions de nobles des bailliages dans l'armée ou à la cour

Tableau 7.1Proportions de nobles des bailliages dans l'armée ou à la cour

Sources :

  1. Travers (Émile), Rôle du ban et de l'arrière-ban du bailliage de Caen en 1552, Rouen-Paris, 1901.
  2. Wood (J. B.), The Nobility of the élection of Bayeux (1463-1666), Princeton, 1980, p. 83.
  3. Valentin de Cheylard (René), « Le ban et l'arrière-ban de 1594 en Valentinois et Diois », Bulletin de la société d'archéologie et de statistique de la Drôme, n° 337, p. 273-284, 1960.
  4. moulard (p.), Enquête sur les principes religieux et la résidence des gentilshommes dans le diocèse du Mans en 1577, Le Mans, 1886. À compléter par les mémoires de maîtrise de Françoise Leliboux et Virginie Babin, étudiantes en histoire à l'université du Maine.
  5. Le Ban et l'arrière-ban du bailliage d'Orléans, bibliothèque municipale d'Orléans, ms. 599.
  6. soccard (c.), « Rôle du ban et de l'arrière-ban du bailliage de Troyes en 1558 », Mémoires de la société d'agriculture, sciences et arts de l'Aube, 1890, n° 54, p. 231-295.
  7. Brocard(M.), « Convocation de la noblesse de Chaumont-en-Bassigny (1577) », Bulletin héraldique de France, nouv. série, III, 1913, p. 126-134 et 251-258.
  8. Roy (Maurice), Le Ban et l'arrière-ban du bailliage de Sens au xvie siècle, Sens, 1885, p. 123-242.
  9. Moulard (P.), op. cit., note 13.
  10. Romanet (Vicomte de), « Mortagne. Rôle du ban et de l'arrière-ban du Perche en 1551, 1674 et 1675 », Documents sur la province du Perche, deuxième série, III.
  11. Stein (Henri), « Le ban et l'arrière-ban du bailliage d'Étampes en 1544 », Annales de la société historique et archéologique du Gâtinais, 1894, 12, p. 28-38.
  12. Chartres : BN, ms. Fr 25766.
  13. Arbaumont (Jules d'), Procès verbal de la convocation du ban et de l'arrière-ban des bailliages de la Montagne ou de Châtillon/Seine en 1568, Paris, 1863.
  14. Leclerc (A.), « Rôle du ban et de l'arrière-ban du Haut-Limousin en 1568 », Bulletin de la société archéologique du Limousin, 1894, 41, p. 543-580.
  15. Arbumont (Abbé), Ban et arrière-ban de la Sénéchaussée du Périgorden 1557, Périgueux, 1857.
  16. beauvillé (Victor de), Recueil de documents inédits concernant la Picardie, Paris, 1877, t. III, p. 380-540. Arrière-ban de 1557.

Les barons pendant les guerres de Religion

17Ce travail étant extrêmement long à réaliser parce qu'il faut rechercher à partir du nom des seigneuries et des villages concernés la province à laquelle le noble appartient, je n'ai pu l'exécuter que pour 622 familles titrées, 87 marquis, 97 comtes, 84 vicomtes, 354 barons. Afin de ne pas raisonner sur de trop petits nombres, j'ai choisi de les répartir entre les douze gouvernements puisque c'était là une institution très vivante à l'époque. Le classement auquel je suis parvenu figure dans le tableau 7.2 :

Tableau 7.2
Proportions de nobles des bailliages dans l'ordre de Saint-Michel

Tableau 7.2Proportions de nobles des bailliages dans l'ordre de Saint-Michel

18On remarque d'abord que les résultats varient d'un à six. La province qui fournit le moins de chevaliers de Saint-Michel, le Dauphiné, est aussi celle qui semble mobiliser le moins de militaires en Diois et Valentinois. De plus, le Dauphiné, comme chacun le sait, a une noblesse très protestante qui ne peut être considérée comme suffisamment fidèle au roi pour être contenue dans l'armoriai de l'ordre de Saint-Michel. La situation de la Provence est sensiblement la même. Pour ces deux gouvernements qui ont gardé des États provinciaux relativement puissants, le particularisme qu'ils cultivent jalousement les tiennent un peu à l'écart de la vie du royaume auquel ils ne s'intègrent que lentement.

  • 12 Jacquart (J.), La Crise en Île-de-France, Paris, 1974.

19Le cas de l'Île-de-France est tout autre. La proportion des gentilshommes y ayant fortement baissé face à l'offensive de la robe et de la bourgeoisie parisienne pour l'achat des terres, il est normal que le nombre des nobles militaires soit relativement bas12.

  • 13 jouanna (A.), « Protections des fidèles et fidèles du roi, l'exemple d'Henri Ier Damville », Homma (...)

20Les quatre suivants qui occupent de la sixième à la neuvième place sont, comme le Dauphiné et la Provence, des régions périphériques: deux conservent des Etats, la Bretagne et le Languedoc. Il est intéressant de noter que le Languedoc est celui des gouvernements qui envoie le moins de marquis, de comtes et de vicomtes, mais qui fournit le plus de barons. Certaines baronnies donnant droit d'entrée aux Etats, ce titre a acquis un tel prestige que beaucoup se l'attribuent volontiers. De plus ce particularisme languedocien est renforcé par le pouvoir sans partage qu'exerce l'indéracinable gouverneur Montmorency-Damville13.

21La situation de la Champagne et de la Picardie pose davantage de problèmes. Zones-frontières de l'est et du nord, travaillées par les divers partis pendant les guerres de Religion, je pense qu'il serait prématuré de porter un jugement trop hâtif à leur propos.

22À l'autre extrémité caracolent, largement en tête, le gouvernement de l'Orléanais puis celui de la Guyenne-Gascogne, c'est-à-dire tout le centre- ouest et le sud-ouest du royaume, enfin le Lyonnais qui correspond à la plus grande partie du Massif Central.

23La Normandie et la Bourgogne qui suivent ne sont pas très éloignées de la situation de la Picardie. Si l'on compare les deux sources dont nous disposons à propos de la Basse Normandie, les listes de ban et d'arrière-ban et l'Armoriai de Saint-Michel, on s'aperçoit qu'il y a une distorsion. On pourrait émettre l'hypothèse d'un comportement différencié entre la Basse et la Haute Normandie, l'une mobilisant peu la noblesse et l'autre, au contraire, étant à l'unisson de la Picardie voisine.

24Si l'on excepte ce cas normand et le bailliage d'Amiens, la répartition des militaires d'après les procès-verbaux du ban et de l'arrière-ban et celle des chevaliers de Saint-Michel comportent peu de différences, ce qui renforce notre jugement à propos de cette source.

25Mais il faut multiplier les angles d'approche afin de mieux cerner cette localisation de la noblesse titrée. Si l'on distingue les quatre gouvernements de l'ouest de la France — Normandie, Bretagne, Orléanais, Guyenne-Gascogne — des quatre de l'est — Provence, Dauphiné, Bourgogne et Champagne —, et qu'on garde, comme zone centrale, la Picardie, l'Ile-de-France, le Lyonnais, et le Languedoc, on constate une mobilisation décroissante d'ouest en est, 47 %, 29 %, 23 %. Maintenant, si l'on répète l'opération du nord au sud en classant au nord la Picardie, la Normandie, la Champagne, l'Île-de-France, au centre, l'Orléanais, la Bourgogne, la Bretagne, le Lyonnais, au sud, la Provence, le Languedoc, le Dauphiné, la Guyenne-Gascogne, on voit que la partie centrale l'emporte nettement avec 44 % alors que le sud se contente de 29 % et le nord de 26 %.

26Ainsi, la France la plus militaire pendant les guerres de Religion est une France du centre, du centre-ouest, et du sud-ouest. Reste le problème de la répartition des chevaliers de Saint-Michel titrés entre les divers partis en présence. Je n'ai retenu que ceux dont l'orientation était nettement affirmée ou connue et qui combattaient effectivement.

27Dans sept gouvernements, les chevaliers de l'ordre de Saint-Michel portant des titres de marquis, comtes, vicomtes et barons qui s'engagent dans un des trois partis, dépassent la moitié du corpus. Il s'agit dans un ordre décroissant de l'Île-de-France, la Champagne, l'Orléanais, la Normandie, le Lyonnais, la Provence et la Picardie. Évidemment, partout les royaux l'emportent largement en nombre comme en pourcentage.

Tableau 7.3
Engagement des chevaliers de l'Ordre de Saint-Michel titrés (%)

Tableau 7.3Engagement des chevaliers de l'Ordre de Saint-Michel titrés (%)

Les chevaliers de l'ordre de Saint-Michel et les partis pendant les guerres de Religion

28Les Navarrais dépassent les Ligueurs en Guyenne-Gascogne (le futur Henri IV y est gouverneur), en Dauphiné (on sait que la proportion de huguenots y est importante), en Orléanais (les Charentes et le Poitou sont des provinces de forte implantation protestante). Ils semblent également bien implantés en Champagne. Certes la source ne contredit pas la tendance générale de la région mais je suis contraint de constater que le parti protestant est sous-représenté par rapport aux royaux et aux ligueurs. L'exemple beauceron, que je connais bien, conforte cette idée: aucune famille de militaire royaliste ou ligueur ne manque dans notre corpus de chevaliers de Saint-Michel. En revanche, 60 % des nobles militaires protestants répertoriés sont absents. Mais le tableau montre aussi la faiblesse du parti ligueur par rapport au parti royaliste auquel viennent encore s'adjoindre les protestants après accord entre Henri III et Henri de Navarre. Partout les fidèles du roi atteignent 30 % et même plus de 50 % en Île-de-France (54 %). Il faut noter que l'emprise royaliste la plus forte se situe dans les gouvernements qui entourent la capitale : Île-de-France, Normandie, Orléanais, Champagne où l'on dépasse 40 %. Les chevaliers titrés qui choisissent la Ligue sont nombreux en Lyonnais (Auvergne) et en Picardie mais on constate que les royaux ont mobilisé le double de partisans dans cette même catégorie de noblesse. La situation est identique en Bourgogne et en Bretagne. Dans ces quatre gouvernements, les gouverneurs ligueurs sont des princes prestigieux: les ducs de Nemours (Lyonnais), Aumale (Picardie), Mayenne (Bourgogne), Mercœur (Bretagne). Dans cette dernière province, on dit quelquefois d'un gentilhomme non pas qu'il a été ligueur, mais qu'il a suivi le duc de Mercœur. Dans quatre autres circonscriptions, les royaux sont quatre à cinq fois plus nombreux que les ligueurs, en Normandie, en Champagne, en Provence, en Île-de- France. Ailleurs, la supériorité du roi est écrasante, en Dauphiné, six pour un, en Orléanais, sept pour un, en Languedoc seize pour un et en Guyenne- Gascogne vingt-cinq pour un. L'emprise protestante dans certaines régions, l'influence des gouverneurs dans d'autres tels Henri de Navarre, Montmorency-Damville expliquent le phénomène.

Conclusion

29Ainsi donc les premiers résultats de l'analyse quantitative de cette source massive que représente l'Armoriai de l'ordre de Saint-Michel constitué par d'Hozier confirment les impressions laissées par les études qualitatives réalisées par les historiens depuis plus d'une centaine d'années. Les protestants sont puissants dans le Sud-Ouest, le Dauphiné, les Charentes et le Poitou et fort bien implantés en Champagne. Il en est de même pour les bastions de la Ligue que sont le Lyonnais, l'Auvergne, la Picardie, la Bourgogne et la Bretagne.

30En revanche ce qui éclate et qui est nouveau, c'est la force du parti Royaliste. Certes la source utilisée le privilégie mais justement, c'est là son intérêt, car jusqu'ici on avait tendance à considérer les souverains comme isolés ou abandonnés au cœur de la tourmente. Or c'est loin d'être le cas. L'emprise royale est très grande dans les gouvernements qui entourent la capitale, Île-de-France, Normandie, Orléanais, Champagne. Un tel phénomène ne nous étonnera pas de la part des capétiens de même que la supériorité écrasante du parti du roi par rapport aux autres dans les régions périphériques, Dauphiné, Languedoc, Guyenne-Gascogne.

31La carte de ces diverses influences correspond à celle des gentilshommes-militaires révélée par les listes de ban et d'arrière-ban. Il se confirme que la noblesse du centre-ouest et du sud-ouest est la plus mobilisée et que celle du Dauphiné et des bocages normand et breton est plus réticente à s'engager mais bien des incertitudes demeurent à propos de ces rôles de ban et d'arrière-ban trop peu nombreux et dont l'exactitude des renseignements fournis est quelquefois douteuse ou ambiguë.

32Évidemment, ce tableau que je viens de dresser et qui met en relief la force du parti royal conduit à s'interroger sur les raisons des échecs du roi. On peut se demander pourquoi le monarque, si bien pourvu en clientèles nobiliaires, n'a pas vaincu plus vite. Il n'y a là aucun mystère. Les villes ont joué un rôle capital pendant les guerres de religion aussi bien dans le parti huguenot que dans celui de la Ligue.

33La population urbaine a été le ferment le plus actif de ces deux mouvements. Cette irruption des masses citadines explique les difficultés rencontrées par les différents souverains. De plus, les villes sont souvent dotées de citadelles difficiles à prendre. De longues guerres de siège devaient être menées. Dans ses Discours militaires, La Noue insiste bien sur cet aspect fondamental des combats pendant les guerres de Religion. D'ailleurs l'acharnement mis par les protestants puis les ligueurs à obtenir, lors des traités, des places de sûreté montre bien le prix que l'on attachait à la possession des cités. Cette longue suite de prises et de reprises de villes et de bourgades, qui faisait passer les divers belligérants de l'espoir au désespoir et inversement, a permis au conflit de se poursuivre. Néanmoins, à terme, la puissance de l'engagement nobiliaire aux côtés d'Henri IV permet de comprendre pour une part sa victoire finale. En effet cette noblesse militaire expérimentée qui constituait les cadres de ses troupes lui donnait une supériorité militaire certaine.

34Cette révélation que l'on doit à l'Armoriai de l'ordre de SaintMichel permet de conclure que ce dernier est une formidable source pour identifier et connaître les familles nobles qui ont joué un rôle pendant les guerres de Religion et pour évaluer la puissance du Roi sous les derniers Valois et les premiers Bourbons.

Notes

1 Article paru dans Avènement d'Henri IV, quatrième centenaire, actes du colloque I, Coutras, Pau, 1987, p. 49-62.

2 Constant (J.-M.), « Noblesse anglaise, noblesse française étude comparative », repris supra ch. 5.

3 Constant (J.-M.), « Un groupe sociopolitique stratégique dans la France de la première moitié du xviie siècle : la noblesse seconde », repris supra ch. 6 ; Constant (J.-M.), Les Conjurateurs. Le premier libéralisme politique sous Richelieu, Paris, Hachette, 1987.

4 Beauvais-Nangis, Mémoires, publiés par la Société d'Histoire de France par Monmerqué et Taillandier, Paris, 1862, p. 51 : « Votre grand père vint à Nangis où... la plus grande partie de la noblesse le vint trouver tant pour l'espérance que quelques-uns avaient de faire leur fortune par ce moyen que parce que de toute ancienneté, notre maison a eu le bonheur d'être aimée dans ce pays tellement que près de deux cents gentilshommes lui avaient promis de l'assister et il était prêt à partir [...] » ; Cheverny (Chancelier de), Mémoires, éd. de 1664, p. 140 et 161.

5 Recueil historique de l'Ordre de Saint-Michel, BN, mss Fr 32866 (1560-1569) 931 pages ; 32867 (1569-1574) 707 pages 32868(1574-1589) 569 pages ; 32869 (1589-1610) 486 p. Le manuscrit italien de la BN est aux manuscrits français 5045.

6 Armoriai du Saint-Esprit BN, ms. Fr 32860.

7 Constant (J.-M.), La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xviie siècles, Paris, 1985, p. 128 sq.

8 Ms. Fr 32866 (1568), p. 820.

9 Orlea (Manfred), La Noblesse aux états généraux de 1576 et 1588, Paris, 1980, p. sq.~, Constant (J.-M.), « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xviie et xviiie siècles : les notions de densité et d'espace nobiliaires », repris supra ch. 1 ; Constant (J.-M.), Nobles et Paysans en Beauce aux xvie et xviiie siècles, Lille III, 1981, p 160 sq.

10 Orlea (M.), op. cit., p. 152-153.

11 Haute-Marche : PV de l'arrière-ban de la province de la Marche tenue à Guéret en 1553. Idem pour le ban et l'arrière-ban de 1636, de 1674 concernant le Francalleu et la Haute-Marche. Mémoires de la société des sciences naturelles de la Creuse, 1847-1857, II ; La porte (A. de), Les Gens de qualité en Basse-Marche, Le Dorat, 1886-1889, pour les années 1577 et 1620.

12 Jacquart (J.), La Crise en Île-de-France, Paris, 1974.

13 jouanna (A.), « Protections des fidèles et fidèles du roi, l'exemple d'Henri Ier Damville », Hommage à Roland Mousnier, Paris, 1981.

Table des illustrations

Titre Tableau 7.1Proportions de nobles des bailliages dans l'armée ou à la cour
Légende Sources :
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18100/img-1.png
Fichier image/png, 643k
Titre Tableau 7.2Proportions de nobles des bailliages dans l'ordre de Saint-Michel
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18100/img-2.png
Fichier image/png, 585k
Titre Tableau 7.3Engagement des chevaliers de l'Ordre de Saint-Michel titrés (%)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18100/img-3.png
Fichier image/png, 484k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search