Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Deuxième partie. La noblesse seconde : un concept de recherche et une réalité sociale

Chapitre VI. Un groupe socio-politique stratégique dans la France de la première moitié du xviie siècle : la noblesse seconde1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Contamine (Philippe) (dir.), Les Aristocraties et la genèse de l'État moderne (x (...)

1La réussite d'un « parti nobiliaire » tient bien sûr au rang et à la personnalité du prince qui le dirige. Néanmoins des mouvements comme la Guerre folle, la Ligue, la grande cabale de Gaston d'Orléans ou les diverses frondes ont des caractères tout à fait spécifiques qui font leur originalité, mais un dénominateur commun les unit : ils ne vivent et ne meurent que grâce à leur capacité à mobiliser la noblesse. Certes la valeur de la cause défendue, le choc émotionnel provoqué par certains événements ou certaines décisions gouvernementales contribuent à décider les gentilshommes à « monter à cheval » et à s'engager pour ce qu'ils considèrent comme une bonne cause. Cependant, s'en tenir à cette évidence condamnerait les chercheurs à passer à côté de l'essentiel, c'est-à-dire des formes de sensibilité et de sociabilité particulières à la noblesse.

2Par conséquent la connaissance des structures du comportement, des influences culturelles, des choix religieux ou philosophiques, des engagements militaires s'avère nécessaire si on veut tenter une approche nouvelle de l'histoire politique. Dans ce contexte les mémoires, comme tous les textes écrits par les gentilshommes, ne doivent pas être considérés comme seulement capables de nous renseigner à propos du récit des événements, mais comme un chantier archéologique pouvant révéler des ressorts inconnus susceptibles d'expliquer le triomphe en France de telle ou telle politique. Ainsi le succès de la monarchie absolue ou d'une entreprise de subversion de type ancien dépend-il de la rencontre de quelques hommes décidés et d'une masse de gens qui trouvent en eux les défenseurs de valeurs semblables. Définir la noblesse seconde revient donc à identifier les hommes d'influence et à déterminer la proportion qu'ils représentent parmi leurs collègues moins entreprenants et la masse de la petite noblesse plus ou moins prompte à les suivre. Cette noblesse seconde et sans doute une partie de la gentilhommerie servent de relais aux princes et aux souverains dans les provinces. Dresser la liste de ces personnalités importantes est une tâche qui nous occupe depuis de longues années. Notre fichier comporte déjà plusieurs centaines de notices, mais le travail est loin d'être achevé. De ce fait les premiers résultats qui seront indiqués ici peuvent être l'objet de sérieuses modifications à mesure que l'enquête progressera.

3En revanche, il est indéniable que la noblesse seconde a pris conscience de sa force à la veille de la Fronde et a essayé de jouer sa propre carte politique lors de l'assemblée de noblesse de 1651. L'échec de cette opération de grande envergure est souvent passé sous silence par les historiens fascinés par des réussites plus « jacobines ». Cette opération traduit pourtant des aspirations qui finiront par triompher au siècle suivant après s'être armées d'un outillage mental nouveau.

4En conséquence, après avoir dans un premier temps souligné l'importance et le rôle de la noblesse seconde au xvie comme au xviie siècle, nous allons présenter la tentative de 1651 puis essayer de cerner, à partir d'angles différents, le contour de cette noblesse seconde persuadée que son heure est arrivée.

Importance et rôle de la noblesse seconde

  • 2 Lemonnier (Henri), Charles VIII, Louis XII et François I''. Les guerres d'Italie (1492-1547), t. V (...)

5Tous les souverains ont puisé dans le vivier que représente la noblesse seconde pour constituer leur entourage. Henri Lemonnier dans le Lavisse avait déjà remarqué que l'arrivée au pouvoir de François Ier avait fait surgir des hommes nouveaux et que la victoire de Marignan était le symbole de ce renouvellement. Il citait Bourbon, Alençon, Nevers qui étaient de très grands seigneurs, mais aussi des gens de la noblesse moyenne comme par exemple l'ancien gouverneur du monarque, Boissy, son fils, Bonnivet, Brion, Galiot de Genouillac, Montmorency2.

  • 3 Romier (Lucien), Jacques d'Albon de Saint-André (1512-1562), Paris, 1909.
  • 4 Constant (Jean-Marie), Les Guise, Paris, 1984, p. 99 et 142.
  • 5 A.Ibid., p. 120-122.

6D'ailleurs, au xvie siècle, à chaque succession royale correspond un changement des hommes qui composent la cellule de décision qui entoure le souverain. À partir de ce moment, les amis du Prince, comblés de faveurs et de richesses, font partie de la grande noblesse qui se régénère de cette façon. Henri II, avant même la mort de son père, avait constitué sa cour qui s'opposait trait pour trait à celle de François Ier. Des hommes nouveaux, souvent aussi sportifs que le dauphin, s'imposeront de plus en plus et, le jour venu, accompagneront leur maître dans les allées du pouvoir. Ils se nomment Vieilleville, Bourdillon, La Châtaigneraie, Coligny, Tavannes, Dampierre, Brissac et surtout Jacques d'Albon de Saint-André. La famille de ce dernier est tout à fait représentative de cette noblesse seconde qui nous intéresse. Elle ne jouait qu'un rôle local en Forez aux xive et xve siècles, mais elle était vassale des Bourbon. Le grand-père du maréchal se distingua au service de Pierre de Beaujeu en Guyenne et en Bretagne, pendant la Guerre folle, accomplit des exploits contre Ferdinand d'Aragon. À sa mort, en 1502, il était chambellan et conseiller de Louis XII, vicomte de Pont-Authou et de Pont-Audemer, bailli de Montferrand en Auvergne et touchait une pension du roi. Le père du maréchal continua à jouer un rôle important en devenant gouverneur du Roannais, capitaine de Bourbon- Lancy, bailli de Beaujolais et de Dombes, en s'illustrant sur le théâtre italien et pyrénéen et, surtout, en épousant une riche héritière auvergnate qui lui apporta une belle fortune ; mais le coup de maître qu'il réalisa fut d'être chargé de l'éducation du futur Henri II. C'est ainsi que son fils Jacques qui passa son enfance à jouer avec le prince devint son homme de confiance3. Notons que, jusqu'au xviiie siècle, contribuer avec succès au gouvernement d'un enfant-roi assure avec certitude la promotion de tout un lignage. La bonne noblesse des gentilshommes de province aspirée par les faveurs de la cour a quelquefois des difficultés pour assumer de hautes responsabilités. Les fameux mignons d'Henri III en sont l'exemple typique. L'histoire leur a fait une très mauvaise réputation en reprenant les jugements des contemporains qui voyaient en eux des parvenus indignes des fonctions qu'ils occupaient. Pourtant ils appartenaient, pour la moitié d'entre eux au moins, à la noblesse seconde de province, portant des titres et occupant des charges importantes4. Le favori d'Henri III, véritable premier ministre annonçant par bien des côtés Richelieu, était regardé par le duc de Guise comme « un petit cadet de Gascogne ». Pourtant son père, baron de la Valette, avait été lieutenant général de Guyenne, ce qui avait permis à son fils de devenir compagnon d'armes d'Henri de Navarre puis ami du duc d'Alençon frère du roi, enfin homme fort du gouvernement d'Henri III. Il en est de même pour Joyeuse dont le père, fidèle de Montmorency, était lieutenant général en Languedoc5.

  • 6 BN, Nouveau d'Hozier, 198 ; Constant (Jean-Marie), « Naissance d'une nouvelle génération de conspi (...)

7Mais cette noblesse ne se rencontre pas uniquement dans l'entourage des souverains, elle fréquente tous les princes et grands seigneurs. Il peut même sembler particulièrement habile d'entrer dans la clientèle de l'héritier du trône. Gaston d'Orléans, dans cette situation jusqu'en 1638, draine ainsi une partie de la noblesse. Sur 35 personnes citées dans les mémoires comme attachées à lui, 60 % portent un titre de marquis, de comte ou de baron. Les autres sont de simples gentilshommes comme le fameux Puylaurens, son homme de confiance. On ne trouve trace de sa famille aux limites de la Marche et du Poitou qu'au xive siècle et il faut attendre son grand-père pour trouver dans sa généalogie une charge, celle de chambellan du duc d'Anjou ; mais c'est son père qui accomplit véritablement la première percée sérieuse en devenant gouverneur de Gaston, ce qui assure à son fils de Laage le glorieux destin qui le conduisit à accepter le titre de duc et pair et à mourir pour son maître dans sa prison du château de Vincennes6.

  • 7 BN, Dossiers bleus, 19. Voir le livre cité supra, n. 5 (même chapitre).

8Le long séjour à la Bastille du comte de Fargis fut plus clément puisqu'il en sortit vivant, mais il n'était pas un simple gentilhomme car il appartenait à la puissante famille des d'Angennes, très en cour sous Henri III. Son père, Philippe, avait été gouverneur du Maine et du Perche, poste où il avait montré une fidélité à toute épreuve au roi en luttant contre les ligueurs, fort actifs dans cette région. Lui-même, Charles, s'était fait remarquer comme « diplomate-dévot » dans l'entourage de Marie de Médicis et était passé tout naturellement au service de Gaston après la Journée des dupes. Retz se méfiait de lui parce qu'il considérait qu'il avait « le crâne étroit », mais le duc d'Orléans lui confia la redoutable mission de signer en son nom un traité d'alliance avec Madrid lors de la grande épopée militaire qui conduisit l'héritier du trône de Lorraine à la défaite de Castelnaudary en 1632. Sa femme, née Madeleine de Silly (sœur de la mère de Retz), défraya également la chronique en menant avec élégance trois sortes d'existence également pittoresques, une vie galante agitée mêlée d'une action politique décidée contre Richelieu, le tout entrecoupé d'une période de mysticisme exacerbé sous la houlette de Bérulle. Elle mourut en exil après avoir été condamnée à mort par contumace7.

  • 8 BN, Chérin, 103.
  • 9 Retz (Cardinal de), Œuvres, Paris, 1984, p. 145.

9Entre le petit gentilhomme que fut à l'origine Puylaurens et le cadet de la famille d'Angennes, il y a eu L'Estourville, baron du Puiset, capitaine des gardes de Monsieur après avoir été page auprès de lui. Il appartenait à l'une des plus importantes familles de Beauce, les Hallot, qui fréquentait l'entourage des princes et les armées depuis trois générations8. Retz écrit à ce propos : « La Rochepot s'assura de la Frette, du marquis de Boissy, de L'Estourville qu'il savait être attaché à Monsieur et enragé contre le cardinal9 ». Cette phrase traduit un double engagement en fonction de deux éléments également capitaux, le lien traditionnel unissant un gentilhomme à un prince et un choix politique qui pourrait paraître nouveau dans la conjoncture du temps. Néanmoins, il faut demeurer prudent, la remarque de Retz étant ambiguë et pouvant signifier que les gentilshommes épousent par fidélité les haines de leur maître.

10Cette noblesse seconde, auréolée du prestige de servir à la cour, faisait figure, dans les provinces, de relais ou de centre de ralliement. Dans ses Mémoires, Beauvais-Nangis raconte à son fils le retour de son grand-père à Nangis :

Votre grand-père vint à Nangis où d'abord la plus grande partie de la noblesse le vint trouver tant pour l'espérance que quelques-uns avaient de faire leur fortune par son moyen que parce que, de toute ancienneté, notre maison a eu ce bonheur d'être aimée dans ce pays tellement que près de deux cents gentilshommes lui avaient promis de l'assister.

11Le rôle de relais de la noblesse seconde est ici admirablement décrit. On pourrait multiplier les textes de ce genre qui prouvent à quel point ces familles ont la possibilité de jouer le sort de la monarchie lors de chaque crise grave. C'est pourquoi elles sont l'objet de tant de surveillances et de sollicitations de la part des autorités. Ainsi, en Poitou, l'intendant Colbert de Croissy écrit à propos du gouverneur, le duc de Rouannez, qu'il n'a aucun bien dans la province, et qu'il est « peu accrédité, peu autorisé » et toujours absent. De ce fait il ne le cite qu'en troisième position après le duc de La Trémoille, dont l'influence est largement dominante, et après le duc de La Rochefoucauld. L'intendant rappelle que le gouvernement du Poitou a été dans cette dernière maison et que de nombreux liens relient ce prestigieux lignage à la noblesse locale :

  • 10 BN, Cinq cents de Colbert, 278, p. 99.

Comme ils ont de grandes branches et qu'ils tiennent à quantité de gens dans la province, ils y peuvent amasser quelque parti dans le temps des troubles [...] comme l'on peut remarquer dans les parties de chasses où ils ont toujours grande compagnie de noblesse qui s'attache à eux 10.

12La sociabilité joue alors un rôle déterminant en matière politique comme le montre un article du Mercure de France daté du 12 avril 1619 relatant la prise d'Uzerches :

[Le vicomte de Pompadour] avait rassemblé deux cents gentilshommes contre Monsieur d'Epernon, ce qui n'est pas peu de chose [...]. Sans lui Schomberg, le lieutenant du roi, ne serait jamais parvenu à la victoire.

13Enfin l'article concluait par cette phrase significative :

  • 11 Clément-Slmon (G.), « La vie seigneuriale en Limousin sous Louis XIII », Revue des questions histo (...)

En de telles occasions il a fait quelque chose de bon, ce n'a pas été simplement que sous une assemblée d'amis11.

14Cette forme traditionnelle de sociabilité nobiliaire débouche quand le besoin s'en fait sentir sur une action politique ou militaire précise. C'est de cette façon que les assemblées de noblesse de l'époque de la Fronde sont nées et ont pris une ampleur sans précédent.

Une prise de conscience politique de la noblesse seconde : l'assemblée de noblesse de 1651

15Une première assemblée s'était réunie du 30 septembre au 12 octobre 1649, convoquée par la reine Anne d'Autriche désireuse de mobiliser indirectement la noblesse contre Condé, devenu trop puissant aux yeux de Mazarin. Les frondeurs ayant réussi à se faire une place parmi ceux qui avaient accepté de jouer le jeu de la cour, la reine craignit de ne plus maîtriser les événements et la déclara dissoute. Omer Talon conclut dans ses Mémoires :

  • 12 Talon (Orner), Mémoires, édition Petitot, Paris, 1820-1829, t. III, p. 10-13. À propos de l'assemb (...)

Ainsi finit cette assemblée de noblesse, laquelle si elle n'eût été promptement dissipée pouvait produire de mauvais effets et ceux qui l'avaient sous main excitée n'en eussent été les maîtres, étant dangereux dans une monarchie de souffrir les assemblées de cette qualité12

16L'assemblée de 1651 (tableau 6.1) affiche hautement sa filiation vis-à-vis de celle de 1649 afin de lui donner un fondement légal. Sourdis dira dans un de ses discours au clergé du 10 février 1651 :

  • 13 Journal de l'assemblée de noblesse tenue en 1651 à Paris, BN, Lb 37 1858.

La noblesse a désiré l'union avec MM. du clergé ou plutôt une continuation de l'union qui fut faite en l'an 1649 de MM. du clergé avec l'assemblée de noblesse qui se fit alors, celle-ci n'étant qu'une continuation permise dès lors par Leurs Majestés en cas d'infraction et d'inexécution des choses promises13.

Tableau 6.1
Composition de l'assemblée de noblesse de 1651

Tableau 6.1Composition de l'assemblée de noblesse de 1651

17Officiellement elle fut provoquée et protégée par le lieutenant général du royaume, Gaston d'Orléans, pour appuyer la libération des trois princes emprisonnés : Condé, Conti et Longueville. En fait, elle fut l'œuvre de quelques hommes déterminés comme Retz l'a très bien expliqué :

  • 14 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 584.

Le vieux bonhomme La Vieuville, le marquis de Sourdis, le comte de Fiesque, Béthune et Montrésor se mirent dans la tête de faire une assemblée de noblesse [...ainsi qu'Annery qui] en est le secrétaire et encore plus le fanatique14.

  • 15 Journal de l'assemblée de noblesse tenue en 1651 à Paris, Discours de Sourdis, 25 février 1651, p. (...)

18D'ailleurs le prétexte, la libération des princes, ne dura pas longtemps puisque le 13 février, une semaine seulement après le début de l'assemblée, ces derniers furent remis en liberté. Le reste du temps, jusqu'au 25 mars, ils s'occupèrent de tout autre chose : la défense de leurs privilèges et la réunion des états généraux. Le programme de réformes qu'ils préparaient était propre à mobiliser les gentilshommes. Ainsi ils réclamaient la suppression du ban et de l'arrière-ban, institution détestée. Cela ne doit pas être interprété comme un refus de servir, car ils demandaient des emplois et des charges qui leur seraient réservés, mais comme une tentative de fiscalisation abusive du second ordre. Ils exigeaient dans le même temps le maintien de leurs privilèges en matière d'impôts et attaquaient violemment ceux qui avaient tenté de mettre à la taille les nobles du Vexin et de Beauce. La responsabilité des financiers leur semblant engagée dans ces affaires, ils préconisaient qu'ils fussent éloignés des centres de décision. Comme on le voit, toutes leurs demandes convergent vers un même objectif : consolider la position de la noblesse dans la société et dans l'État. C'est ainsi qu'ils souhaitaient protéger les paysans dont ils voulaient défendre le sort et proposaient la création de tribunaux spéciaux pour juger les nobles afin d'éviter qu'ils fussent la proie des gens de justice. Le marquis de Sourdis, au nom de ses collègues, remarque « qu'un prévôt ou le moindre présidial fait tous les jours le procès criminel de la noblesse alors qu'un simple prêtre ne peut être jugé que par des juges ecclésiastiques15 ». Dans le même discours, Sourdis regrette qu'il soit interdit à la noblesse de trafiquer et de commercer, mais cette dernière revendication est exprimée avec une telle ambiguïté qu'il semble qu'elle ne fasse pas l'unanimité de l'assemblée.

19En effet la préoccupation unanime est plus politique : obtenir l'appui du clergé pour solliciter la convocation des états généraux. Mazarin conseille à la reine d'en parler et de ne jamais les réunir. C'est d'ailleurs la ligne de conduite qui prévaudra. L'assemblée de noblesse qui ne désire nullement un affrontement avec la couronne suivra l'avis modéré du marquis de Sourdis et acceptera de se dissoudre sous la foi de vagues promesses dont chacun savait qu'elles ne seraient jamais tenues. De toute façon, l'essentiel ne résidait pas dans ce programme, somme toute traditionnel, de la noblesse, mais dans une prise de conscience de ses possibilités d'action et dans sa soif relative d'autonomie vis-à-vis du roi comme des grands.

  • 16 Joly (Guy), Mémoires, 1.1, Genève, 1751, p. 174, cité par Lassaigne, op. cit., p. 43.

20Dans ce domaine, l'organisation véritablement parlementaire que s'est donnée l'assemblée est un signe plus que symbolique : alors qu'en 1649 les diverses catégories de noblesse siégeaient séparément, en 1651 l'ordre tout entier forme une assemblée unique où l'égalité entre tous les membres est la règle. De plus, cette assemblée se dote de deux présidents élus renouvelés chaque quinzaine et de deux secrétaires choisis pour toute la durée de la session. Il est indéniable que le fait que les responsables soient toujours deux implique une volonté de dépersonnaliser l'assemblée. La noblesse devient une sorte de « république » au sens moderne du terme dont le modèle est la Rome antique. Leur organisation est un mélange inspiré par leur éducation classique et peut-être par les exemples de fonctionnement de systèmes représentatifs anglais, suédois ou polonais. Ainsi ils créent des commissions pour préparer des actes d'union et vérifier la noblesse des votants et constituent des délégations pour rencontrer le clergé, le roi ou les princes. L'assemblée se réunit tous les jours jusqu'à la libération des illustres prisonniers, puis le mercredi et le samedi de trois heures à cinq heures. On vote à la majorité simple au scrutin public et les présidents opinent les derniers. Selon Guy Joly, les délibérations étaient calmes « avec beaucoup moins de bruit et de tumulte qu'au parlement, personne n'interrompant jamais celui qui parlait16 ».

21Les lieux de réunion marquent aussi une évolution. En 1649, la première séance eut lieu dans le salon du marquis de Montglat et les suivantes à l'hôtel de Sourdis mais, en 1651, pour faire face à l'affluence, on dut abandonner, à partir du 4 mars, l'hospitalité nobiliaire pour s'installer dans la grande salle du couvent des Cordeliers qui deviendra célèbre grâce au club du même nom lors de la Révolution française. En effet, l'acte d'union porte 463 signatures mais Joly parle de 700 à 800 présents. Cet acte, procédure ancienne et courante dans la noblesse, a pour but de sceller la solidarité des contractants qui se promettent foi et assistance.

22Mais l'essentiel de l'activité de l'assemblée, comme nous l'avons déjà dit, est de s'unir au clergé pour demander la convocation des états généraux. Là on touche l'originalité des conceptions de la noblesse de cette époque car leurs idées comme leur pratique politique vont se heurter à d'autres représentations et surtout à tous ceux qui participent à la création de l'État moderne à tendance absolutiste. Les positions nobles sont claires. Par exemple, le marquis de Sourdis dira dans sa harangue du 10 février 1651 :

Le clergé et la noblesse sont les deux plus fortes et plus puissantes colonnes de l'État qui le soutiennent beaucoup mieux étant unies et jointes ensemble... La noblesse a estimé que de ce concert il naîtra une harmonie utile non seulement au bien du clergé et de la noblesse mais aussi au bien de l'État.

23Le comte de Fiesque, le 15 mars, ira encore plus loin :

Les états généraux : un remède innocent qui fait toujours du bien et jamais de mal. Ce sera dans les états que MM. du clergé trouveront la conservation des privilèges de l'Église gallicane, la noblesse le rétablissement de ses anciennes prérogatives et immunités, la justice un appui pour l'observation des lois et le châtiment des crimes, le pauvre peuple le soulagement de ses misères, toute la France la sûreté de la liberté publique, le roi cette autorité juste et tempérée qui fait également aimer et craindre le souverain de ses sujets et de toute l'Europe, enfin cette bienheureuse paix vers laquelle il y a bien longtemps qu'elle soupire.

  • 17 La Rochefoucauld, Mémoires, Paris, 1964, p. 135.

24La Rochefoucauld dans ses Mémoires reprendra mot pour mot une partie de cette argumentation, mais il y ajoutera une critique contre « la puissance trop étendue des favoris » qui a perturbé « les anciens fondements » de l'État. Il met en cause la responsabilité du prince de Condé et du duc d'Orléans dans l'échec de la noblesse. Il les accuse de n'avoir pas vu « leurs véritables intérêts », d'avoir voulu « ménager la cour et le parlement qui craignent également les états17 ».

  • 18 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 584.

25L'intérêt du commentaire de La Rochefoucauld, membre signataire de l'assemblée, est qu'il désigne les adversaires : les favoris, la cour, le parlement. Effectivement, la reine fut tellement effrayée par le rassemblement des nobles qu'elle fit monter six compagnies de la garde vers le Palais Royal18. Quant au parlement, il demeura neutre en 1649 et 1651 tant que la noblesse n'évoqua pas la réunion des états généraux. À partir de ce moment, il fit tout pour faire capoter l'entreprise nobiliaire car il voyait dans les états une concurrence politique. En effet il était l'interlocuteur privilégié et conflictuel de la monarchie grâce à la procédure de l'enregistrement des lois. Il faisait fonction de contrepoids politique et craignait de perdre ce rôle en cas de convocation des états généraux. Deux conceptions de l'État se font jour, celle du parlement qui veut instituer un pouvoir des juges pour contrôler l'action du monarque et celle de la noblesse et du clergé qui veulent donner aux trois ordres représentant les peuples la possibilité de tempérer la monarchie. L'évêque de Comminges, au nom du clergé, expliquera que

  • 19 Lassaigne(J.-D.), op. cit., p. 55.

[la France est] un corps constitué de trois membres, l'ecclésiastique, la noblesse, le tiers état et que quand à ce corps parfait un quatrième membre voulait se joindre [le parlement], cela fournirait un monstre horrible19.

26Retz ne partage pas du tout les idées politiques des nobles et s'opposera à la convocation de l'assemblée. Il écrit cette phrase significative :

  • 20 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 584.

Nous avions Monsieur, nous avions le parlement, nous avions l'Hôtel de Ville. Ce composé paraissait faire le gros de l'Etat, tout ce qui n'était pas assemblée légitime le déparait20.

  • 21 Montrésor, Mémoires : voir l'analyse dans constant (Jean-Marie), « Naissance d'une nouvelle généra (...)

27Cette vision très parisienne de l'État par Retz appartient au courant centralisateur très à la mode à cette époque et considère avec mépris l'élaboration par la noblesse d'une conception nouvelle qui prend appui sur une vieille tradition. En effet les nobles conjurateurs, dans leurs mémoires, esquissent avec maladresse et difficulté les premiers balbutiements de ce qui sera le libéralisme politique. Montrésor par exemple évoque le « respect des formes » et la consultation des états et des grands pour déclarer la guerre. Pour lui le non-respect des règles de leur rituel constitue un acte de tyrannie21.

  • 22 Campion (Henri de), « Entretien sur l'autorité du souverain », in Mémoires suivi des entretiens po (...)

28On rencontre le même genre d'idées dans les entreprises politiques des frères Campion, et Alexandre, l'aîné de cette famille, se trouve comme Montrésor dans l'assemblée de noblesse et dans nombre de complots contre Richelieu et Mazarin. Il déclare que la sagesse des premiers rois romains fut de créer le Sénat parce qu'ils se défiaient d'eux-mêmes. Par cette prise de conscience ils construisaient un rempart pour la liberté contre leurs hypothétiques « passions ». Ce mot et l'idée qu'il représente montrent bien que nous avons à faire à des hommes très influencés par la morale et notamment par le stoïcisme chrétien qui fait fureur à cette époque mais il prouve aussi que la noblesse sentait l'impérieuse nécessité de dresser, face à un pouvoir royal de plus en plus fort grâce à l'action des favoris, un contrepoids susceptible de limiter ses possibles excès. Cependant ils ne vont pas jusqu'à inventer le concept de « séparation des pouvoirs » qui ne verra le jour qu'après la glorieuse révolution de 1688 chez Locke partiellement puis chez Montesquieu. L'outillage mental des hommes du baroque, essentiellement alimenté par la pensée antique et, comme le montre Anne Fillon, par la culture de leur temps, ne leur permettait pas d'aller jusque-là. Ils font d'ailleurs la démarche inverse puisque Campion remarque qu'à Rome les étrangers ne pouvaient deviner qui commandait, du peuple, des nobles ou des consuls et il concluait que c'étaient les trois à la fois car il y avait équilibre. Pour Campion, Montrésor, Sourdis, il devait exister une harmonie entre les pouvoirs, une union que Campion qualifie « d'amour » et non de séparation. Il faudra attendre la génération suivante et la diffusion du cartésianisme et du mécanisme pour que la notion de séparation des pouvoirs puisse s'envisager. Le débat politique de l'époque demeure dominé par Machiavel comme le rappelle Fiesque : « le prince doit-il être aimé ou être craint ? » Les frères Campion dissertent à perte de vue à ce propos22.

29On voit que l'assemblée de noblesse de 1651 représente une expression politique nouvelle et originale qui a été méprisée par les historiens trop bons lecteurs de Retz. Or les leaders de cette assemblée de noblesse comme les membres de l'entourage de Gaston, de Soissons, des Vendôme, de Condé et de Retz appartiennent à la noblesse seconde. Il est donc tout à fait nécessaire de cerner les contours de ce groupe socio-politique.

A qui appartient la noblesse seconde ?

30Lorsque Retz évoque l'assemblée de noblesse pour en nier l'utilité, il cite les noms de six personnes, les pères fondateurs, selon lui, du mouvement. On peut également considérer que les huit présidents et les six secrétaires élus sont parmi les leaders naturels de cette noblesse. D'ailleurs, si l'on excepte Montrésor, les cinq autres ont exercé les responsabilités indiquées. Au total onze hommes paraissent bénéficier d'une influence importante dans la conduite de l'assemblée : huit présidents, La Vieuville, Sourdis, Béthune, Vitry, Fiesque, Illiers de Chantemesle, Fosseux et Coaquin, deux secrétaires, Annery et Chanlost, enfin Montrésor qui se contente d'être dans presque toutes les commissions et délégations. Pourtant ce comte, cadet de Bourdeilles et neveu de Brantôme, est un homme-clé de l'opposition mais il a toujours préféré l'ombre et affiché un désintéressement aussi total qu'affecté. Il a été pendant quelques années le conseiller principal de Gaston d'Orléans et fut l'instigateur, avec son cousin Saint-Ibar du fameux attentat manqué d'Amiens en 1636 contre Richelieu. Fidèle parmi les fidèles, sorte de Caton dont il a le caractère et la mine, il va, la mort dans l'âme, abandonner Gaston qu'il jugera faible et peu sûr et jouer sa propre carte. Il sera emprisonné quatorze mois après la cabale des Importants, ce qui ne l'empêchera pas de devenir une sorte d'éminence grise de la Fronde comme il l'avait été de Gaston. Il met son point d'honneur à cultiver l'amitié comme seuls les baroques savent le faire. Le baron de Blot lui consacra une chanson :

Ce que je prise plus que l'or
Et qui fait que je respire
C'est l'amitié de Montrésor
Que j'estime plus qu'un empire
Ah ! le voilà ! ah ! le voici !
Celui qui n'en a nul souci [c'est-à-dire Gaston].

31Montrésor doit être considéré comme un ennemi déclaré de la monarchie absolue et de ses promoteurs, un homme véritablement d'opposition. Il n'en est pas de même pour tous les leaders de l'assemblée qui peuvent être divisés en deux tendances : les modérés et les radicaux. Parmi ces derniers, Charles-Léon comte de Fiesque, qui préside du 8 au 22 mars, est, comme Montrésor, un farouche adversaire des cardinaux ministres et de leurs méthodes de gouvernement. Sa famille avait dû quitter Gênes après la conjuration de Fiesque, précisément en 1547. Notre héros était, au dire des contemporains, un homme intelligent et cultivé, ami de Segrais, Rotrou et Chapelain, qui porterait, selon Victor Cousin, le nom de Pisistrate dans le Grand Cyrus de Mlle de Scudéry. Il faisait en quelque sorte partie du tout Paris de l'époque et passait pour avoir introduit en France la mode de l'opéra à l'italienne. Fidèle du comte de Soissons, il est de tous les complots de son maître. Après la mort de ce dernier en 1641, lors de la victoire de la Marfée, il se rallie aux Vendôme et participe à la cabale des Importants. Il se piquait d'être contre les favoris et les puissants. C'est pourquoi il ne se contentera pas d'être frondeur en France mais se battra aussi pour l'indépendance du Portugal. Homme de culture et homme d'action, conjurateur né, il fera un mariage d'amour également politique en 1644 avec Gilonne d'Harcourt veuve du marquis de Piennes, l'une des maréchales de camp de Mlle de Montpensier.

32L'un de ceux qui l'avaient précédé à la présidence était aussi un personnage haut en couleur, François de L'Hospital marquis de Vitry. Fils du maréchal exécuteur de Concini, embastillé sous Richelieu, sa mauvaise réputation était telle que même Retz s'en effrayait. Il avoue dans ses Mémoires que la société de Vitry, Brissac, Matha et Fontrailles

qui demeuraient en union avec lui n'était pas un bénéfice sans charge. Ils étaient cruellement débauchés et la licence publique leur donnait encore plus de liberté ; ils s'emportaient toujours dans des excès qui allaient jusqu'au scandale ».

33Par exemple, un jour après dîner, voyant venir un convoi funèbre, ils le chargèrent l'épée à la main en criant au crucifix : « Voici l'erreur ! ». Le marquis de Vitry fut très frondeur et lié à la fois aux Guise, à Beaufort et à Retz.

  • 23 Montrésor, Mémoires, publiés en 1663 ; Chérin, 34 ; Fiesque, Mémoires du temps, Biographie Michaud (...)

34On a déjà vu ce que le même Retz pensait de son fidèle Charles d'Ailly baron d'Annery, secrétaire de l'assemblée, dont il était selon lui « le fanatique », mais, comme le cardinal, Annery avait le génie de l'intrigue et de l'organisation et jouissait d'un énorme prestige dans la noblesse du Vexin, sa province, où il pouvait mobiliser des dizaines de gentilshommes pour n'importe quelle tâche. L'autre secrétaire, Louis Hilaire de Piedefer, marquis de Chanlost, est un homme de Condé qui ne semble pas avoir joué les premiers rôles, tout comme François de Montmorency, marquis de Fosseux (une branche cadette) qui préside l'assemblée du 22 mars au jour de sa dissolution23.

  • 24 Constant (Jean-Marie), « Gestion et revenu d'un grand domaine aux xvie et xviie siècles d'après le (...)
  • 25 Cramail : voir notre livre cité au même chapitre.
  • 26 Sourdis : DB 250 ; Lassaigne (J.-D.), op. cit., p. 23.

35L'activisme de ces six responsables était contrebalancé à la tête de l'assemblée par la modération des cinq autres. Le plus prestigieux est sans aucun doute Charles d'Escoubleau marquis de Sourdis, gouverneur de l'Orléanais, qui bénéficiait d'un énorme crédit dans la noblesse pour avoir obtenu de la cour la suppression d'un certain nombre de mesures qui portaient atteinte aux privilèges de l'ordre. Il était difficile d'envisager que cette famille basculât dans l'opposition. Rien ne l'y prédestinait. La rumeur publique au temps de François Ier, rapportée avec conscience par d'Hozier dans les Dossiers bleus de la Bibliothèque nationale, colporte que son arrière-grand-père Etienne dut sa fulgurante carrière au fait qu'il soulageait les douleurs du roi en lui léchant les hémorroïdes. Quant au fameux archevêque de Bordeaux, homme de confiance de Richelieu dont les différends avec d'Epernon et Vitry défrayèrent la chronique, il était son frère aîné. Mais si Sourdis n'était pas homme d'opposition, il ne semblait pas prêt à imiter son bisaïeul, il occupait une position originale de gentilhomme indépendant et incarnait à merveillle les aspirations de la noblesse baroque à la recherche de son autonomie et de son identité. Il s'intéressait à l'économie et, comme nous l'avons vu, revendiqua dans un de ses discours le droit pour les nobles de commercer librement. Lui-même gérait fort bien ses terres. Dans la baronnie d'Auneau pour laquelle on dispose de comptes de 1633 à 1664, il traitait ses fermiers avec beaucoup d'humanité, leur faisant des remises de fermages lors des mauvaises années, ce qui ne l'empêcha pas de concentrer les fermes entre les mains des laboureurs les plus puissants en l'espace des quelques années qui suivirent la Fronde. Au même moment, pour remédier au manque à gagner dû aux mauvaises récoltes, il augmentait massivement les baux faits aux greffiers, aux notaires, en gros à tous ceux qui n'étaient pas directement tributaires des mauvaises saisons24. Il ne se contentait pas de gérer ses domaines et de s'occuper des affaires publiques, il participait à la vie intellectuelle de son temps en fréquentant le salon de Madame de Sablé à l'époque où elle recevait des savants et des philosophes. On le vit à l'académie de Mersenne aux côtés de Gassendi. Enfin il avait épousé Jeanne de Monluc, fille du fameux comte de Cramail, petit-fils de l'auteur des Commentaires. Or Cramail, avant de devenir un opposant à Richelieu et de passer dix ans à la Bastille, fut un écrivain très apprécié dans le tout premier xviie siècle25. Il est certain que ce concepteur du mouvement nobiliaire qui réussissait à amalgamer autour de lui des royaux et des frondeurs mériterait une étude approfondie car sa personnalité est par bien des côtés très novatrice26.

  • 27 La Vieuville : DB 667.
  • 28 Illiers : DB 365 ; Malo de Coaquin : DB 427.

36L'autre premier président de l'assemblée que Retz nomme « le bonhomme La Vieuville » ne paraît pas habité par des motivations aussi élevées que Sourdis. Premier ministre avant Richelieu et évincé par lui pour des relations douteuses avec les financiers, il sera arrêté et mis quelque temps au château d'Amboise. L'assemblée de noblesse lui permit de retrouver la surintendance des finances er de devenir duc et pair avant de mourir en 165327. Les autres présidents, le comte de Béthune, neveu du grand Sully et « ami intime » de Montrésor comme Léon d'Illiers de Chantemesle ou Malo de Coaquin, breton de la région de Saint-Malo qui facilita le départ de Mme de Chevreuse pour l'Angleterre, jouèrent un rôle plus secondaire qu'il faudrait néanmoins essayer de préciser davantage28.

  • 29 Mémoires de Montrésor, Fontrailles, La Châtre, La Rochefoucauld, Retz, les Historiettes de Tallema (...)

37On peut remarquer qu'indépendamment de leurs options politiques, dix de ces onze leaders appartiennent à la noblesse titrée (six marquis, trois comtes, un baron, le seul gentilhomme étant Illiers de Chantemesle). Si on examine maintenant la composition de l'ensemble de l'assemblée au regard de cette classification, on s'aperçoit que sur 459 signataires de l'acte d'union, on trouve 70 % de simples gentilshommes, 1,5 % de ducs, 11 % de marquis, 9 % de comtes et de vicomtes, 3 % de barons, 4 % de chevaliers et de commandeurs de Malte. La masse de cette noblesse résolue à imposer des changements politiques par le jeu des états généraux est pour les deux tiers formée de gentilshommes dont le rôle dans leur province n'est pas négligeable. Il y a de fortes chances pour que ce demi-millier de nobles constitue une partie importante de la noblesse seconde. Une étude ultérieure s'attachera à savoir qui sont exactement l'ensemble de ces hommes. Nous nous sommes borné ici à tenter de connaître ceux qui peuplaient les entourages des princes d'opposition, Gaston, Soissons, les Vendôme, plus tard Condé et Retz puis ceux du roi, de Richelieu, de Mazarin ou de la reine, afin de voir s'il existait des différences dans leur recrutement. Pour ce faire nous avons fiché 235 personnes dont les noms sont cités dans les récits du temps29. Le tableau 6.2 montre que loyalistes et opposants n'appartiennent pas tout à fait au même milieu nobiliaire. Les proches du pouvoir sont pour 68 % des marquis et des comtes, c'est-à-dire des hommes qui font partie de l'élite de la noblesse seconde. En revanche, l'opposition ne recrute que 43 % de ses membres, l'essentiel de ses troupes étant constitué de simples gentilshommes et de barons (51 % alors que les loyalistes n'en ont que 29 %). Les fidèles de Gaston d'Orléans qui représentent près de 40 % de notre corpus d'opposants occupent une position intermédiaire puisque les gentilshommes forment pour 2/5 le gros de ses partisans, rejoignant ainsi l'opposition dans son ensemble mais la proportion des barons égale celle des comtes (autour de 20 %).

Tableau 6.2
Noblesse d'opposition et noblesse loyaliste

Tableau 6.2Noblesse d'opposition et noblesse loyaliste

38Une seconde différence sociologique existe entre les entourages de Gaston et du roi : la proportion des aînés et des cadets. Autour de Gaston, les sept barons sont des aînés, mais 71 % des marquis et des comtes sont des cadets ou sont issus des branches cadettes. Ainsi le vicomte d'Autel est un Choiseul, frère du Maréchal de Choiseul-Praslin. Ce dernier est considéré par Retz comme « un grand Mazarin » alors que le cadet est qualifié par le mémorialiste de « capitaine des gardes de Monsieur et mon ami particulier ». Son rôle est loin d'être passif puisque, selon Montrésor, il assure la liaison entre son maître et le comte de Soissons au moment de la conjuration contre Richelieu.

  • 30 Rapports des Intendants (1664). Cinq cents de Colbert 227 (Tours), 278 (Poitou), 279 (Bourges), 28 (...)

39Cette approche de la noblesse seconde par l'analyse de la composition des entourages a été complétée par une étude de la noblesse provinciale réalisée grâce à quelques mémoires d'intendants dressés en 1664 et destinés à préparer une remise en ordre intérieure du royaume. Dans ces rapports de l'administration, la variété domine. Ceux de Colbert de Croissy en Touraine, Maine, Anjou, Poitou et de Pommereu en Bourbonnais et Berry ont la précision et l'indiscrétion de procès-verbaux de police, d'autres sont moins utilisables. Nous avons résumé dans trois tableaux (6.3, 6.4, 6.5) des renseignements fournis pour 683 familles nobles de ces provinces à propos desquelles nous disposons d'informations qui peuvent couvrir une vingtaine de lignes ou tenir en quelques mots30.

40Certes chacun de ces tableaux pourrait à lui seul faire l'objet d'une communication tellement la matière de ce qui se trouve dans ces enquêtes est riche. Nous nous contenterons donc d'indiquer les conclusions qui nous paraissent essentielles. D'abord, le nombre de familles qui ont retenu l'attention de l'intendant est évidemment très variable d'une province à l'autre et il est bien difficile de calculer ce qu'il peut représenter par rapport à la totalité des nobles. Dans la généralité de Tours (Touraine, Maine,Anjou) pour laquelle nous avons dépouillé l'enquête de noblesse de 1667, la proportion est de 25 % si on ne prend que les familles dont on a maintenu la noblesse et 15 % si on inclut celles qui ont été condamnées. Il faut cependant se garder de tout triomphalisme, car on découvre toujours à un moment ou à un autre que ces listes ne sont pas complètes. Dans le Bourbonnais l'intendant a réparti ses choix en « deux classes ». Dans la première il met « les plus grands seigneurs, les gentilshommes du pays ou ceux qui ont servi dans les armées ou qui sont les plus riches ». Dans la seconde il place « ceux qui sont ou ont été officiers chez le roi ou les maisons royales ou du moins servi ou d'autres qui sont moins riches que les premiers et enfin les autres qui vivent noblement en faisant profession des armes ».

Tableau 6.3
Les familles importantes dans la province selon l'Intendant

Tableau 6.3Les familles importantes dans la province selon l'Intendant

Tableau 6.4
Rôle militaire de la noblesse remarquée par l'Intendant

Tableau 6.4Rôle militaire de la noblesse remarquée par l'Intendant

Tableau 6.5
L'influence des familles dans les provinces (d'après le jugement des Intendants en 1664) (%)

Tableau 6.5L'influence des familles dans les provinces (d'après le jugement des Intendants en 1664) (%)

41Dans cette sénéchaussée on remarque le petit nombre des personnes titrées de même qu'en Berry, alors qu'elles sont plus nombreuses que les gentilshommes cités dans les pays de Loire. Partout ce sont les marquis qui l'emportent par rapport aux comtes. Les barons ont des effectifs si squelettiques qu'il faut croire qu'ils se confondent souvent avec les simples gentilshommes ou que leurs titres rencontrés si souvent dans des actes privés sont plus ou moins faux. En fait le nombre des lignages perçus comme importants par les administrateurs royaux est relativement faible dans chacune des provinces. Il en est de même pour ceux qui se sont engagés dans les troubles de la Fronde. Si on excepte le Bourbonnais qui bat tous les records en matière de charges, le nombre des militaires ne dépasse pas une fourchette allant du cinquième à la moitié des gens remarqués. Nous avons aussi essayé de mesurer la réputation et le crédit des familles. L'ancienneté joue peu sauf en Anjou où d'autre part Colbert de Croissy remarque que la fausse noblesse pullule. En revanche, la bravoure, la sagesse, l'honnêteté, l'esprit sont des critères de jugement pour 30 à 50 % des cas. Quant à la proportion des hommes d'influence mesurée au nombre des amis mobilisables ou au rôle d'arbitre qu'un homme peut jouer lors des différends fréquents qui opposent des gentilshommes entre eux, elle varie du tiers à la moitié en Touraine, Poitou, Bourbonnais et Berry, mais elle dépasse à peine le quart pour le Maine et 12 % pour l'Anjou.

Conclusion

42Ainsi le rôle de la noblesse seconde est fort variable d'une province à l'autre. Certaines, comme le Bourbonnais, semblent prédestinées à fournir des officiers et des soldats alors que d'autres, comme l'Anjou ou le Maine, éprouvent des difficultés à se mobiliser. Il est donc nécessaire de poursuivre l'enquête le plus loin possible afin d'obtenir une image exacte de la gentil- hommerie et de son comportement politique.

43À l'intérieur de ce groupe dirigeant la noblesse, il existe un petit nombre d'hommes qui exercent une influence et d'autres, comme dit l'intendant, qui vivent tranquillement chez eux. En effet la valeur des hommes est un facteur important qui peut déterminer bien des destins et changer bien des politiques. On comprend alors pourquoi ces nobles, puissants et considérés dans leur province, peu nombreux par ailleurs, et qui occupent une position si stratégique, sont le plus souvent aspirés par le service du roi. Ceux qui n'ont pas la possibilité de suivre de telles carrières se tournent vers les princes ou les grands dont ils constituent le parti ou les fidèles.

44Mais dans cette première moitié du xviie siècle, les choses ne sont pas aussi simples. Montrésor et Fiesque choisissent résolument l'opposition aux cardinaux-ministres, d'autres, tel Sourdis, rêvent d'une monarchie tempérée par les états généraux. Des conceptions politiques nouvelles, puisées dans la culture antique mais aussi dans celle baroque de leur temps comme le montre Anne Fillon, des déceptions affectives et politiques vis-à-vis des grands les conduisent à penser que le moment est venu pour la noblesse de jouer une carte différente de celles du roi et des princes. L'assemblée de 1651 par son fonctionnement « démocratique » est aux antipodes de la monarchie absolue. Elle est le symbole du combat d'une dizaine de nobles titrés qui entraînent un demi-millier de gentilshommes. L'échec de ce mouvement volontairement perdu au milieu du fracas des diverses frondes princières l'a condamné à l'oubli. Pourtant, au-delà de la défaite de cette noblesse baroque, il faudrait s'interroger sur le succès de la construction de Louis XIV et se demander si le roi n'a pas trouvé les accents et les moyens de rallier les fils de ces contestataires en leur donnant l'occasion de s'illustrer sur les champs de bataille et de réussir de belles carrières au regard de l'histoire.

45Néanmoins le mouvement nobiliaire ne fiât pas oublié sous les Te Deum de la victoire. Fénelon et Boulainvilliers surent en retrouver les traces, de même que les Lumières qui l'habillèrent de nouveaux concepts. Montrésor n'allait pas si loin, l'outillage mental de son temps ne le permettait pas, mais il maudissait « la tyrannie » en demandant qu'on respectât « les formes ». Les Campion encore plus stoïciens que lui refusaient que dans la France de Richelieu « la liberté des paroles » leur fut interdite. C'était une prise de conscience à mettre à l'actif de la noblesse baroque.

Notes

1 Article paru dans Contamine (Philippe) (dir.), Les Aristocraties et la genèse de l'État moderne (xiiie-xviie siècles) France, Angleterre, Écosse, actes du colloque d'Oxford, Paris, 1989, p. 279-304.

2 Lemonnier (Henri), Charles VIII, Louis XII et François I''. Les guerres d'Italie (1492-1547), t. V, Paris, 1911, nouv. éd., 1982, p. 215.

3 Romier (Lucien), Jacques d'Albon de Saint-André (1512-1562), Paris, 1909.

4 Constant (Jean-Marie), Les Guise, Paris, 1984, p. 99 et 142.

5 A.Ibid., p. 120-122.

6 BN, Nouveau d'Hozier, 198 ; Constant (Jean-Marie), « Naissance d'une nouvelle génération de conspirateurs », in Les Conjurateurs, Paris, Hachette, 1987, ch. iii.

7 BN, Dossiers bleus, 19. Voir le livre cité supra, n. 5 (même chapitre).

8 BN, Chérin, 103.

9 Retz (Cardinal de), Œuvres, Paris, 1984, p. 145.

10 BN, Cinq cents de Colbert, 278, p. 99.

11 Clément-Slmon (G.), « La vie seigneuriale en Limousin sous Louis XIII », Revue des questions historiques, 1897.

12 Talon (Orner), Mémoires, édition Petitot, Paris, 1820-1829, t. III, p. 10-13. À propos de l'assemblée de noblesse : lassaicne (J.-D.), Les Assemblées de noblesse en France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1965 ; constant (Jean-Marie), Nobles et paysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, Lille III, 1981, p. 365-381 ; Constant (Jean-Marie), « La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires », repris infra ch. xvi.

13 Journal de l'assemblée de noblesse tenue en 1651 à Paris, BN, Lb 37 1858.

14 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 584.

15 Journal de l'assemblée de noblesse tenue en 1651 à Paris, Discours de Sourdis, 25 février 1651, p. 43.

16 Joly (Guy), Mémoires, 1.1, Genève, 1751, p. 174, cité par Lassaigne, op. cit., p. 43.

17 La Rochefoucauld, Mémoires, Paris, 1964, p. 135.

18 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 584.

19 Lassaigne(J.-D.), op. cit., p. 55.

20 Retz (Cardinal de), op. cit., p. 584.

21 Montrésor, Mémoires : voir l'analyse dans constant (Jean-Marie), « Naissance d'une nouvelle génération de conspirateurs », loc. cit.

22 Campion (Henri de), « Entretien sur l'autorité du souverain », in Mémoires suivi des entretiens politiques sur divers sujets d'histoire, de politique et de morale, Paris, 1967, p. 231-257.

23 Montrésor, Mémoires, publiés en 1663 ; Chérin, 34 ; Fiesque, Mémoires du temps, Biographie Michaud ; Cousin (Victor), La Société française au xviie siècle d'après Le Grand Cyrus de Mlle de Scudéry, Paris, 1858, t. II, p. 245 ; Vitry, Dossiers bleus 360 et NH 389 ; Ailly d'Annery : Cabinet d'Hozier 4 ; Chanlost : PO 2210 et NH 265 ; LA Rochefoucauld, Mémoires ; Fosseux, Généalogie des Montmorency ; Retz (Cardinal de), « Grand Armoriai de France de Jougla de Morena », op. cit., p. 717.

24 Constant (Jean-Marie), « Gestion et revenu d'un grand domaine aux xvie et xviie siècles d'après les comptes de la baronnie d'Auneau », repris infra ch. ix.

25 Cramail : voir notre livre cité au même chapitre.

26 Sourdis : DB 250 ; Lassaigne (J.-D.), op. cit., p. 23.

27 La Vieuville : DB 667.

28 Illiers : DB 365 ; Malo de Coaquin : DB 427.

29 Mémoires de Montrésor, Fontrailles, La Châtre, La Rochefoucauld, Retz, les Historiettes de Tallemant des Réaux.

30 Rapports des Intendants (1664). Cinq cents de Colbert 227 (Tours), 278 (Poitou), 279 (Bourges), 280 (Moulins).

Table des illustrations

Titre Tableau 6.1Composition de l'assemblée de noblesse de 1651
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18099/img-1.png
Fichier image/png, 171k
Titre Tableau 6.2Noblesse d'opposition et noblesse loyaliste
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18099/img-2.png
Fichier image/png, 324k
Titre Tableau 6.3Les familles importantes dans la province selon l'Intendant
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18099/img-3.png
Fichier image/png, 543k
Titre Tableau 6.4Rôle militaire de la noblesse remarquée par l'Intendant
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18099/img-4.png
Fichier image/png, 533k
Titre Tableau 6.5L'influence des familles dans les provinces (d'après le jugement des Intendants en 1664) (%)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18099/img-5.png
Fichier image/png, 405k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search