Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Première partie. Regards obliques sur l'identité noble

Chapitre V. Noblesse et élite au xvie siècle : les problèmes de l'identité noble1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans L'Identité noble, dix siècles de métamorphoses (ixe-xixe siècles), Le Mans, 1998 (...)
  • 2 Jouanna (Ariette), L'Idée de race en France aux xvie et dans la première moitié du xviie siècles, (...)

1Le problème de l'identité nobiliaire s'est pratiquement toujours posé depuis la seconde moitié du xvie siècle. D'ailleurs à cette époque la multiplication des traités de noblesse témoigne de la crise de conscience vécue par les élites de ce temps. Si les historiens d'aujourd'hui font de cette question un thème de colloque, c'est parce que les travaux des deux dernières décennies ont remis en cause un certain nombre d'idées reçues, notamment celles que les règles juridiques du xviiie siècle ne s'appliquent pas de la même façon pour le xvie siècle2. Entre ces deux mondes nobiliaires méconnaissables, le grand siècle des mutations, le xviie remet en cause les définitions et les modèles sociaux.

2Je proposerai donc d'essayer de savoir comment on reconnaissait un noble à l'époque de la Renaissance puis d'étudier des cas choisis volontairement à la marge afin de rendre plus significatifs certains processus, enfin de tenter d'expliquer ce que représentait la noblesse dans ces périodes anciennes.

Essai de définition

3Au xvie siècle, comme l'a souvent montré Ariette Jouanna, il existait un consensus pour assimiler noblesse et vertu. Cette vertu, faite de valeurs morales transmissibles et héréditaires est d'abord militaire, exaltant le don de sa vie pour une cause, le courage, l'héroïsme mais aussi l'intelligence :

  • 3 Jouanna (Ariette), dans Chaussinand-Nogaret (G.), Constant (J.-M.), Durandin (C.), Jouanna (A.), H (...)

la vaillance guerrière est considérée comme le sommet de l'excellence humaine, comme une vertu totale qui met en jeu toutes les facultés de l'esprit et du corps3.

4Mais si la noblesse est une vertu morale, comment la prouver à ceux qui ignorent la façon dont vivent un gentilhomme et son lignage à la guerre comme à la campagne ? L'État monarchique du xviie siècle répondra en exigeant des actes notariés authentifiés. Or, les nobles détestent « les papiers » et les hommes de loi qui les fabriquent. Monluc écrit, à l'époque de Cateau-Cambrésis, que les hommes gagnent la guerre sur le terrain mais que la France la perd à cause de ces « maudits papiers », c'est-à-dire des traités et des négociations. Dans ces conditions, pour un gentilhomme comme pour l'opinion publique, la vraie preuve de noblesse est la blessure. Ainsi les Guise, père et fils, ont arboré fièrement leur célèbre balafre comme une décoration. Biaise de Monluc, blessé gravement plusieurs fois, portait un nez de cuir pour cacher la plaie qui le défigurait atrocement, La Noue était surnommé « Bras de fer » parce qu'une prothèse remplaçait un membre perdu.

5Pour tous ces militaires et pour l'opinion publique en général, on prouve sa noblesse sur le champ de bataille, mais, en même temps, en dehors des périodes de combat on vit « noblement » sur ses terres. Cette seconde notion introduit une certaine contradiction car, pour devenir un gentilhomme campagnard, il suffit d'acheter une terre, ce que font tous ceux qui se sont enrichis, des hommes de loi aux riches paysans. D'ailleurs, Olivier de la Marche, dans son Traité du duel judiciaire de 1436, répondait clairement en cinq points à la question des conditions d'appartenance à la noblesse à son époque3 :

  1. Posséder un grand office de la couronne : « par ce moyen sont anoblis eux et leur postérité ».4
  2. « Mener vie honnête de "nobles hommes" et se peuvent les hoirs venant d'eux se nommer gentilshommes ».
  3. « Tiercement quand un serviteur de prince a honorablement vécu, le Prince le fait chevalier ; il anoblit lui et sa postérité ».
  4. Servir les armes en état d'hommes d'armes, « ce qui anoblit l'homme ».
  5. Anoblir par lettre de prince. « Cette voie est la moins autorisée ».

6Ce qui frappe dans l'analyse d'Olivier de la Marche, c'est d'abord la hiérarchisation qu'il opère. Il met en tête les grands dignitaires du royaume qui sont déjà généralement nobles en accédant à ces fonctions, mais tout de suite après, il place la vie du gentilhomme campagnard sur son domaine, montrant ainsi que l'œuvre du temps qui, en plusieurs générations, fait du roturier un gentilhomme, est un peu moins importante que le pouvoir dans l'entourage du Prince, mais demeure un mode privilégié d'existence noble. Ensuite, il opère une distinction entre le militaire armé chevalier pour sa vertu et celui qui appartient à une compagnie d'ordonnance, mais qui ne s'illustre pas par des actions d'éclat. Dans le premier cas, toute la postérité est anoblie ; dans le second, il ne s'agit que d'un anoblissement personnel. Enfin, il souligne que la lettre de noblesse lui paraît la moins autorisée alors qu'elle deviendra au xviiie siècle la voie royale par excellence. À l'époque de la Renaissance, l'opinion publique l'acceptait si mal que le champenois d'Origny allait jusqu'à parler à son propos de crime assimilable à la fabrication de fausse monnaie.

  • 5 Origny (Pierre d'), Le Héraut de k noblesse de France, Reims, 1578 ; Baquet, Quatrième livre des d (...)

7En revanche, pour ce qui concerne la vie noble sur un domaine, Baquet rejoint, cent cinquante ans plus tard, Olivier de la Marche puisqu'il écrit qu'il suffit du témoignage oral de deux personnes qui affirment avoir vu vivre noblement le seigneur, son aïeul et son père, sans avoir été mis à la taille pour qu'on les considère comme d'un lignage noble5.

8Ainsi au xvie siècle, on peut dire que la noblesse se reconnaît au pouvoir, à l'existence noble sur une terre et à la bravoure militaire mais, pour l'historien, ces critères sont quelquefois difficiles à retrouver. Peut-il alors se contenter d'utiliser les titres de noblesse indiqués sur les documents rencontrés au hasard des archives ?

  • 6 Stein, « Le ban et l'arrière-ban du bailliage d'Étampes », Annales de la société archéologique du (...)

9L'analyse du procès-verbal du ban et de l'arrière-ban du bailliage d'Etampes, en 1544, va nous convaincre du contraire6 (tableau 5.1).

Tableau 5.1
Le ban et I'arrière-ban d'Étampes en 1544

Tableau 5.1Le ban et I'arrière-ban d'Étampes en 1544

10D'abord, on s'aperçoit que la proportion de militaires en activité est grande (22 %) par rapport à d'autres bailliages (la moyenne nationale tourne autour de 15 %) et qu'il existe une forte réserve de gens prêts à servir alors que ceux qui paient la taxe, autrement dit les gens vivant noblement qui ne manifestent aucune ambition d'ordre militaire représentent le quart de l'effectif. Le second tableau (5.2) qui répartit les possesseurs de fiefs en fonction des qualités et des titres mentionnés sur les procès-verbaux indique que tous les chevaliers sont sous les armes, de même que la moitié des écuyers et des fils d'écuyers alors que la grande majorité des « seigneurs de... » vivent sur leurs terres et pour certains, aspirent à servir. La conclusion, après examen de ce tableau, devrait aller de soi : les chevaliers et les écuyers, « nobles de lignée » ou « nobles d'exercice », pour reprendre la distinction de Jean du Bueil dans Le Jouvencel, portent la qualité d'honneur pendant que les « seigneurs de » représentent les gens nouveaux en cours d'anoblissement ou tentant de s'agréger au second ordre.

Tableau 5.2
Les qualités portées par les possesseurs de fiefs du bailliage d'Étampes en 1544

Tableau 5.2Les qualités portées par les possesseurs de fiefs du bailliage d'Étampes en 1544
  • 7 Prunelé, BN, PO 2396 ; ms Fran 32873 ; bibl. d'Orléans, ms Hubert, II, 236 ; de Sainxe, BN, Carrés (...)

11Cependant, il faut se méfier des apparences, la réalité étant beaucoup plus complexe que l'idéal juridique pourrait le laisser penser. Ainsi, Messire Gilles de Prunelé, chevalier seigneur de la Porte, l'un des cent gentilshommes de la maison du roi, qui appartient à l'une des plus anciennes familles de Beauce dont la noblesse remonte au-delà du xiiie siècle et sans doute plus tôt, porte toutes ces qualités. Son cousin, Urbain de Prunelé, d'une autre branche, lieutenant de la compagnie du duc d'Enghien, est mentionné plus simplement seigneur de Guillerval. Un simple regard, sans étude généalogique, se fondant uniquement sur des titres et qualités aurait conduit à commettre une grossière erreur. Il en est de même pour la famille de Sainxe. Dans le procès-verbal, Adrien est dit écuyer sans aucune autre indication. Or, dans son contrat de mariage du 8 avril 1535, rédigé à une date où ses parents sont morts et le partage fait, il s'intitule « Noble homme Adrien de Sainxe écuyer seigneur de Boissy le Brouard en partie ». Dans un acte de 1552, concernant la garde noble de ses cinq enfants, il est dit « écuyer, seigneur de Boissy » sans la qualité de « noble homme » alors que son fils, en 1561, lors de son mariage, retrouve le titre7.

12Ces exemples qui pourraient être multipliés à l'infini, nous incitent à manier les qualités et les titres avec beaucoup de prudence, puisque ces indications apparaissent et disparaissent sans qu'on connaisse les raisons de ces changements de dénominations plus ou moins désordonnés. En conséquence, le chercheur, pour connaître l'identité d'un noble, doit analyser avec un soin méticuleux sa généalogie, les conditions dans lesquelles il s'est installé sur son domaine, ses alliances, son intégration dans le groupe social auquel il appartient, les carrières militaires des membres de son lignage, les qualités et les titres qu'il porte.

13Comme on le voit, l'entreprise est difficile, longue et lourde et peut se révéler infructueuse car de nombreux problèmes surgissent à chaque instant.

L'extrême complexité du problème de l'identité noble au xvie siècle

  • 8 Tarragon, BN, PO 2798 ; Chérin 192 ; DB 626 ; NH 310 ; Carrés d'Hozier, 591.
  • 9 Cochonneau, archives départementales d'Eure-et-Loir, E XIX 57 Janville 5 1 1576.
  • 10 Le Boulleur, Cabinet d'Hozier, 58.

14Certes, il existe des cas classiques et clairs. Ainsi, à la fin du xve siècle, Noble homme Robert de Tarragon, écuyer, seigneur de Morgues en Dunois, homme d'armes de la compagnie d'ordonnance du roi sous le maréchal de Gié et ses fils, porteurs des mêmes titres et également hommes d'armes, sont incontestablement des gentilshommes8. À l'autre bout de la chaîne, lorsque René Cochonneau marchand à Orléans, paroisse Saint-Paul, prête hommage et foi pour son fief de 20 hectares, il n'exprime aucune prétention de noblesse9. En revanche, lorsqu'on examine la généalogie de la famille Le Boulleur, on demeure perplexe. À la première génération, Florimond Le Boulleur, licencié ès lois est avocat à Chartres ; à la seconde, Noble homme Baptiste Le Boulleur, en 1561, est dit seigneur des Brots et de Bourneville. Logiquement on pourrait conclure que cette famille de la bourgeoisie chartraine, désireuse d'entrer dans la noblesse, décide de s'installer à la campagne sur son domaine pour y vivre noblement. Cependant, les choses vues sous cet angle sont trop simples car, à la troisième génération, à propos de Noble Jehan Le Boulleur écuyer, seigneur de Malnos, on lit une copie d'extrait du registre du bailliage de Chartres en 1562 qui indique : « Jehan Le Boulleur est renvoyé exempt pour les fiefs et seigneuries de la contribution du ban et de l'arrière-ban attendu sa noblesse de race ». Or, cette noblesse de race paraît bien récente puisqu'elle ne date que de deux générations10.

15On pourrait considérer ce cas comme particulier, Jean Le Boulleur ayant pu bénéficier d'amitiés au bailliage pour obtenir un acte de complaisance, mais bien d'autres exemples confirment que, loin d'être une exception, ce cas est au contraire tout à fait caractéristique d'une pratique de la bourgeoisie urbaine. Ainsi, Jehan Champrond, seigneur des Menus et du Tronchet, avocat au bailliage de Chartres, écuyer du duc de Nemours est tué par les Anglais à la porte de Saint-Michel lors de la guerre de Cent ans au début du xve siècle. Son fils aîné, avocat lui aussi, aide à la reprise de Chartres par Charles VII en 1432.

16La famille est déjà parfaitement intégrée à la bonne société de la ville, le signe en étant l'accession d'un cadet au chapitre si prestigieux de la cathédrale. Néanmoins la profession d'avocat leur paraît sans doute suffisamment confortable ou un support social privilégié puisque le petit-fils la choisit après le père et le grand-père. Il y ajoute une charge de valet de chambre du roi au début du xvie siècle et prend de ce fait le titre d'écuyer. À la quatrième génération, l'arrière petit-fils se dit toujours avocat mais, cette fois, au parlement de Paris, cette branche de la famille s'éteignant avec Michel qui accède au poste de bailli et capitaine de Chartres qu'il occupe en 1542, mais sans porter aucun titre nobiliaire.

  • 11 Champrond, BN, DB 167 ; archives départementales d'Eure-et-Loir, E 1420 et G 960 ; bibliothèque mu (...)

17La seconde branche de cette famille qui naît au milieu du xvie siècle comprendra un maître de comptes et, vers 1570, un conseiller au parlement qui deviendra président aux enquêtes. Une telle généalogie dans chacune des branches ne découvre aucun anobli par aucun des moyens habituels connus. On ne voit que des avocats, des officiers, un chanoine, un militaire. La conclusion normale que l'on pourrait tirer de cette étude serait de dire que la famille Champrond appartient à la bonne bourgeoisie de Chartres. Pourtant, de Thou écrit dans ses mémoires à la date de 1578 : « A Faucon succédera Champrond d'une noblesse du pays chartrain ». Certes, de Thou parle « d'une noblesse » comme si de nombreuses catégories pouvaient exister dans le pays chartrain, mais il est évident que pour le célèbre historien, la noblesse de Champrond ne fait aucun doute11.

  • 12 Hérouard », R. Parois de Gasville et BN, NH 187.

18On pourrait multiplier les exemples semblables comme ceux des Hérouard, recensés nobles lors de l'enquête sur les tailles de 1598, comme lors de celles de noblesse de 1667 alors que, bourgeois de Dreux puis de Chartres, possesseurs de six seigneuries, ils n'ont jamais eu d'autre charge que celles de lieutenant général du bailliage ou maître de requête du dauphin12.

  • 13 Compaing, bibliothèque municipale d'Orléans, ms. Hubert II 106.
  • 14 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E XIX 63 Janville 5 8 1583.
  • 15 Sachet, Archives Eure-et-Loir, E XIX 63 21 6 1588.

19Il semble donc qu'au xvie siècle, les grandes familles de la notabilité urbaine se confondent facilement avec la noblesse locale et que leur statut soit considéré comme équivalent. Le cas de la famille Compaing d'Orléans est particulièrement éclairant13. Appartenant dès 1305 à la bourgeoisie orléa- naise et alliée notamment à des membres de la famille de Thou, ancêtres de l'historien et du premier président, les Compaing sont anoblis par Charles VII pour le rôle qu'ils ont joué lors du célèbre siège, en 1429, et de la victoire de Jeanne d'Arc. Comme ils sont déjà seigneurs de Barberonville, on se serait attendu à les voir vivre noblement, mais il n'en est rien car dans les générations suivantes, cette famille continue à demeurer à Orléans et à se marier dans la bourgeoisie de la ville. Vers 1540, une alliance dans le lignage Sachet d'Epincy permet de penser qu'ils s'en échappent car Noble homme Jehan de Sachet, écuyer, seigneur d'Epincy et de Landreville loue à un laboureur beauceron le lieu seigneurial d'Epincy en la paroisse de Moutiers-en-Beauce où il y a logis, cour, colombier, grange, étable, toits « et autres » le tout clos de hautes et fortes murailles, avec 140 hectares de terres labourables, de vignes, de bois et une garenne14. En réalité, bien qu'il apparaisse sous les traits d'un gentilhomme beauceron, bardé de terres, Noble homme Jehan Sachet habite Orléans et appartient à la bourgeoisie de la ville où il exerce la charge de commissaire des guerres15. On voit ainsi que les Compaing, quoiqu'anoblis, continuent à vivre dans leur milieu de la grande bourgeoisie urbaine plutôt que de s'intégrer dans celui de la gentilhommerie traditionnelle vivant à la campagne. Pourtant le geste de Charles VII récompensant leur courage militaire est plus que centenaire.

20Après ces exemples, on serait tenté de conclure à l'existence d'une « aristocratie » urbaine, mi-bourgeoise mi-noble qu'on pourrait intituler « les nobles citoyens des villes », dont le poids est tellement important dans la société qu'ils n'envisagent jamais de changer de statut. On comprend alors pourquoi le développement des offices — et surtout des offices anoblissants — eut tant de succès en France et que rapidement, dans la première moitié du xviie siècle, il s'est constitué une puissante noblesse de robe.

21Cette mise en évidence d'un tel groupe confirme les propos de Claude de Seyssel dans la monarchie de France lorsqu'il évoque le « peuple gras » du moyen état où il place les marchands et les officiers. Il a fort bien compris la puissance de ce groupe social lorsqu'il écrit :

  • 16 Seyssel (Claude de), La Monarchie de France, Paris, Édition Poujol, 1961, p. 123.

Et semble bien a aucuns du premier état (la noblesse) que cettui-ci soit mieux traité que le leur ; mais non pourtant étant les choses susdites également entretenues selon la raison se doit contenter de son état. Et même que le premier est toujours le plus grand et le plus puissant outre ce qu'il est le plus digne. Tellement que ceux du second tâchent toujours d'y parvenir comme je dirai tantôt16.

  • 17 Du Mas de Paysac (Gontran), Les Nobles citoyens de Périgueux au xviiie siècle, thèse d'histoire mo (...)

22D'ailleurs cette bourgeoisie, devenue une sorte de noblesse, est quelquefois institutionnalisée comme à Périgueux où les « nobles citoyens » de la ville disposent de privilèges semblables à ceux du second ordre et se considèrent comme constituant une aristocratie. Ainsi ils sont exemptés de taille, de franc-fief, de ban et d'arrière-ban et avaient le droit de porter l'épée17.

  • 18 Le Coq et Serisy, BN, NH 305 ; archives départementales d'Eure-et-Loir, E 876, 877, 881.

23Cependant, l'existence d'une élite urbaine accrochée à la noblesse de province et souvent aussi puissante qu'elle, n'est pas le seul obstacle à une définition juridique nette de la noblesse, les campagnes elles-mêmes révélant des situations particulièrement complexes. Ainsi en 1520, Noble Jehan Serisy, écuyer, seigneur en partie de la Roche et Varenne comme son père, qui semble le premier à porter une qualité noble, épouse Noble Damoiselle Thomasse de Loriflant, fille d'un écuyer, seigneur de la Varenne. En 1529, il versera 100 sols pour payer la rançon de François Ier. Comme cette contribution représente 10 % du revenu, ce dernier pourrait être de 50 livres, c'est-à-dire modeste. En 1561, le fils intitulé « Noble homme », contracte mariage avec la fille d'un autre noble homme, maréchal des logis d'une compagnie d'ordonnance, mais son petit-fils, en 1595, s'unira avec Damoiselle Jacquette Le Coq, fille de Noble homme Jehan Le Coq, seigneur de Moisville. Or, on connaît bien cette famille suivie depuis le xve siècle : en effet, dans les années 1479-1489, Jehan Le Coq laboureur à Boinville paroisse du Gault-en-Beauce rassemble des terres parcelle par parcelle, de même que son fils qualifié de « marchand laboureur » en 1511.Àla quatrième génération, son descendant est devenu « honnête personne, sieur de Moisville » puis rapidement « Noble homme, sieur de Moisville » titre authentifié par d'Hozier18.

24Cette alliance avec la fille d'un notable campagnard en pleine ascension économique et sociale (en 1513, la famille Le Coq avait déjà réuni 126 hectares de terres), permet de penser que la distance sociale qui sépare cette petite gentilhommerie rurale de l'élite paysanne n'est pas très grande et qu'un certain nombre de laboureurs du Bassin Parisien se sont mêlés peu à peu à la petite noblesse comme les yeomen anglais à la gentry. Ainsi, lorsqu'on examine les mariages contractés par les familles alliées des Serisy comme les Loriflant, on ne rencontre que des nobles hommes dont on ignore l'origine sociale parce qu'elle est soigneusement cachée dans les généalogies. Les Bercis, les Plessis, les Fesnières, les Villereau qui appartiennent toutes comme les Loriflant et les Serisy à ce milieu de gentilshommes très campagnards, à l'ancienneté toute relative, pourraient bien avoir en commun de sortir des élites paysannes. Par exemple, on mesure la puissance très modeste de Noble homme Guillaume de Loriflant seigneur d'Elumignon lorsqu'on lit la description de cette terre en 1578 :

  • 19 Lorifiant, archives départementales d'Eure-et-Loir, E XIX 191 (1578) Janville et E 2732, 3771, 377 (...)

« Un lieu et manoir seigneurial, lieu terre et seigneurie » qui comprend une maison couverte de tuiles avec granges bergeries étable toit à vaches, le tout portant des chaumes, un colombier, une vigne, une cour, un jardin, un gast, une coupe de bois de saules, une garenne, des prairies et 74 hectares de terres labourables19.

25Après l'examen de tous ces cas, une évidence apparaît : la qualité de « noble homme... seigneur de » peut cacher des réalités sociales très diverses, du grand bourgeois Orléanais Noble homme François Colas — qui laisse à sa mort en 1599, une dizaine de seigneuries en héritage à ses enfants, que la population surnomme « le roi Colas » parce que maire d'Orléans et qui reçoit des lettres presque amicales d'Henri III — au gentilhomme campagnard, sans doute d'origine paysanne, qui vit noblement sur une petite terre d'une cinquantaine d'hectares en passant par l'avocat, l'officier ou le négociant. Cependant, il ne faudrait pas croire que le notable urbain ou le gentilhomme paysan pourraient être mal considérés par les militaires valeureux. Un chevalier comme Noble homme Jehan d'Aussy, seigneur de Coutures, capitaine d'une compagnie de lansquenets en 1512, ou ses fils et petits-fils, qui portent les mêmes qualités et titres que lui, épousent des filles de tout petits gentilshommes campagnards comme ceux rencontrés précédemment, car il existe une sorte d'égalité nobiliaire qui laisse peu de place à ces hiérarchies que l'on rencontrera aux siècles suivants.

26Cette diversité nobiliaire qui bouscule bien des affirmations des historiens trop attachés au statut juridique de la noblesse tel qu'il existait au xviiie siècle, oblige à réfléchir sur le rôle de cette élite dans la société du siècle de la Renaissance.

La noblesse du xvie siècle ou l'élite sociale aux prises avec les hommes de loi

27Certes, personne n'éprouve de doutes à propos de la noblesse de Biaise de Monluc, mais sa façon héroïque de prouver sa noblesse, comme le révèlent ses gasconnades lorqu'il se met tout nu pour montrer, à la face du monde, les blessures gagnées sur le champ de bataille, n'est pas le moyen retenu par les juristes et les avocats qui peuplent de plus en plus les sphères de l'État et qui croient davantage à la vertu des dossiers et des parchemins. Désormais, la monarchie administrée par des légistes exigera des papiers officiels en bonne et due forme. C'est pourquoi Gouberville lorsqu'il doit présenter ses titres passe la nuit à les chercher, ce qui indique qu'ils ne représentaient pas pour lui un bien précieux et une préoccupation principale et que ce contrôle exercé par l'Etat était plutôt vécu comme une perturbation extérieure dont il se serait volontiers passé.

  • 20 Tullières, BN, NH 320.
  • 21 Teiller et Villequoy, BN, NH 311.
  • 22 Constant (J.-M.), « Noblesse anglaise, noblesse française, étude comparée », ch. 4 supra.

28À ce point de vue, l'opposition est totale avec le xviiie siècle. On le voit lorsque la famille Tullières, d'une noblesse du Dunois remontant au moins au xve siècle, demande une place pour l'un de ses enfants20. Elle présente des hommages et foi de 1428 mais d'Hozier écrit : « on n'a point de titres où ils sont dits fils du précédent ni qui les distinguent l'un de l'autre [le père et le fils s'appellent Guillaume], mais on a produit des aveux et dénombrements et des actes de foi de 1448, 1491 et 1492 ». Tous évoquent Noble homme Guillaume de Tullières, écuyer, seigneur de Valainville dont l'un ou l'autre fut père de Noble homme Guillaume, homme d'armes de la compagnie du comte de la Marche en 1512 à la fameuse bataille de Ravenne. Deux univers mentaux radicalement différents se côtoient, celui de ce début du xviiie siècle, soucieux de précision et d'exactitude, qui fonde tout sur des preuves écrites irréfutables, et celui du xve siècle où l'acte rédigé l'était pour son objet propre et non dans la perspective de servir de titre à une famille parce que personne n'aurait osé contester la noblesse de ce lignage installé à Valain ville tellement sa qualité allait de soi. L'historien a tendance aujourd'hui encore à suivre d'Hozier et à épouser les querelles des juristes des xviie et xviiie siècles, sans se rendre compte que la législation régissant la noblesse date en grande partie de l'enquête de 1667 et des grands traités de la Roque, Belleguise, Hubert qui l'ont illustrée. Dans la première moitié du xvie siècle, quand on vit noblement, on « prend » la qualité noble. En 1667, l'intendant d'Orléans écrit à propos des familles Le Teiller et Villequoy connues depuis la fin du xve siècle sans aucune trace d'anoblissement : « ledit Antoine fils de Nicolas écuyer et de Etiennette de Villequoy ses père et mère qui ont vécu noblement tout auparavant l'année 1551 et depuis icelle "pris" la qualité d'écuyer21 ». L'intendant souligne bien que ce qui comptait à l'époque de la Renaissance c'était moins la qualité juridique, qui venait comme une consécration, que la réalité sociale de la vie noble. En effet, au xvie siècle la noblesse se traduit par un mode d'existence ou l'exercice d'une fonction. En réalité, cette noblesse française ressemblait à la noblesse anglaise par bien des côtés22. Semblables au xvie siècle, elles évoluent différemment au xviie : alors que la noblesse anglaise maintient sa tradition, la noblesse française se transforme profondément.

29La première raison qui explique cette divergence d'orientation tient à la construction en France d'un Etat moderne par des juristes, des officiers et des commissaires du roi. Passant, comme l'a montré Roland Mousnier, de 4 000 en 1515 à 40 000 en 1665, les officiers sont parvenus au cours du xviie siècle à devenir une noblesse particulière, « la robe », constituée à partir des élites urbaines ou rurales que nous avons déjà rencontrées au xvie siècle. Or, les juristes, par une tendance naturelle de leur métier, aspirent à codifier par des lois contraignantes l'élite sociale. C'est sans doute pour cette raison que la définition des règles d'anoblissement accompagne la montée des officiers dans la société et l'État. L'origine sociale des anoblis en témoigne. En Normandie, par exemple, 67 % des nouveaux nobles appartiennent à ce milieu des hommes de loi contre 35 % en Beauce, région où les marchands, les bourgeois des villes et les militaires l'emportent parce que les villes périphériques qui entourent le pays n'abritent pas de parlement comme Rouen. Cependant en Beauce, dès 1500, sur les 45 roturiers qui possèdent des fiefs ou des seigneuries, 47 % sont des hommes de loi, proportion qui atteint 68 % en 1700.

30En fait, à tous les grands moments de l'histoire de France, les hommes de loi sont au cœur des conflits comme sous la Ligue quand, dans les villes, avocats et officiers se divisent entre « ligueurs » et « politiques ». Ainsi il existe souvent des parlements concurrents, dans le ressort de Paris, à Tours pour le parti du roi, dans la capitale pour la Ligue. Il en va de même en Normandie avec Rouen et Caen et dans beaucoup d'autres provinces quand la ville parlementaire est aux mains des ligueurs. Pendant la Révolution, on sait le rôle joué par les avocats et autres hommes de loi qui peuplent les assemblées et les instances locales. Cette tradition politico-sociale se perpétuera en France jusque vers 1960. En conséquence, on peut dire que les hommes de loi sont au cœur de l'Etat, en France, de la fin du Moyen Âge à la deuxième moitié du xxe siècle.

31La seconde raison qui explique l'évolution de la noblesse française vers de nouvelles structures réside dans le fait qu'elle ne joue pas, comme en Angleterre, un rôle politique institutionnalisé. Outre-Manche, les lords (la grande noblesse) disposent de leur chambre et la petite et moyenne noblesse de la gentry constitue la moitié des commoners. Au contraire, en France, les états généraux ne sont jamais parvenus à s'imposer vis-à-vis du pouvoir royal et toutes les tentatives faites pendant la Ligue et la Fronde ont échoué. La cause de ces échecs réside sans doute dans la puissance des Parlements qui ne sont pas seulement des cours d'appel, mais aussi des assemblées de juges contrôlant de façon pointilleuse toute la législation royale. Conscients de leur pouvoir et refusant d'en lâcher la moindre parcelle parce qu'ils se pensaient les défenseurs d'un État de droit, les grands magistrats des Parlements ont vite compris tout ce qu'ils auraient pu perdre lors des crises de rejet qui secouent le carcan imposé aux Français par les constructeurs de l'État moderne. Ils savaient que la réunion d'assemblées périodiquement élues dans le cadre des états généraux qui auraient voté les impôts et légiféré en même temps que le souverain ne leur aurait laissé qu'une place fort modeste dans l'Etat. Ils seraient devenus de modestes fonctionnaires de justice rendant des arrêts pour accommoder des parties et auraient perdu tout ce qui faisait leur prestige de « pères du peuple » protégeant les faibles contre les tentatives envahissantes d'une monarchie en mal d'argent ne sachant quel moyen inventer pour faire entrer des impôts dans le trésor public.

32L'Angleterre n'a pas connu une telle situation et si le mot « parlement » existe dans les deux langues, il revêt des sens différents. De ce côté-ci du Channel, il désigne une institution composée de juges achetant leur charge, cour d'appel investie de pouvoirs régaliens en matière législative, issues de la « curia régis » médiévale, autrement dit le conseil du roi élargi alors que, chez les Anglais, cette dernière institution a évolué vers ce que les Français appellent « les états généraux ». En Angleterre, états et Parlement ne font qu'un alors qu'en France ce sont deux institutions différentes et concurrentes. C'est pourquoi sous la Fronde, le Parlement de Paris a tout fait pour obtenir la dissolution de l'assemblée de noblesse de 1651 dont le programme était de réunir des états généraux pour en faire la pierre angulaire de la monarchie qu'ils appelaient de leurs vœux. Cette différence entre les deux pays s'explique sans doute par le pouvoir de juge suprême du roi de France qui délègue une partie de cette prérogative à des officiers, alors qu'en Angleterre, la procédure d'« Equity » élaborée par la chancellerie est une exception (qui sera d'ailleurs supprimée par le pouvoir révolutionnaire puis rétablie au moment de la restauration), la règle étant la « commonlaw », procédure juris- prudentielle dans laquelle le roi n'est que très faiblement impliqué.

  • 23 Coyer (abbé), La Noblesse commerçante, Paris, 1756 ; Sainte Foix (Philippe Auguste de, chevalier d (...)

33La troisième raison qui permettrait de comprendre la prédominance des hommes de loi dans la société et la politique en France est sans doute économique. Dans la seconde moitié du xvie et au xviie siècles, les milieux d'affaires n'occupent plus le devant de la scène : la noblesse militaire, si nécessaire pendant les guerres, la robe qui incarne l'État moderne, la noblesse de cour qui éclabousse de son éclat la France de Louis xiv, représentent un certain nombre d'idéaux pour l'élite de la société française. Malgré les efforts de Colbert pour rendre à l'économie et au développement une place prépondérante, il faudra attendre le xviiie siècle et une conjoncture générale plus dynamique pour voir à nouveau des entrepreneurs dans la haute société. Dans toutes les provinces, les nobles influencés par la pensée physiocratique participent aux travaux de sociétés d'agriculture et tentent des expériences : de grands seigneurs comme le duc d'Orléans et bien d'autres s'intéressent à l'industrie. Le meilleur symbole de cette prise de conscience est la querelle de la noblesse commerçante. L'abbé Coyer veut laisser une place à une noblesse d'affaires qui contribuerait à l'enrichissement national alors que le chevalier d'Arc rêve d'une noblesse uniquement militaire, très mobile, puisque ceux qui ne porteraient pas les armes en seraient éliminés, et les roturiers valeureux, intégrés. Dans les deux cas, les vieux critères qui identifiaient la noblesse, comme la naissance et la dérogeance volent en éclat, mais il est remarquable que ces deux projets contradictoires de réforme de la noblesse font disparaître de l'horizon aristocratique les hommes de loi. Entre le développement économique et l'honneur militaire considérés comme de nouvelles valeurs, il n'y a plus de place pour les magistrats qui semblent appartenir à un passé révolu. Point de salut hors des champs de bataille ou des entreprises prospères. On sait que cette querelle passionna l'opinion, signe des temps et des nouvelles mentalités. On connaît aussi la suite des événements, la création d'une noblesse d'Empire qui répondit à l'attente de certaines élites et récompensa les brillants militaires le plus souvent sortis du rang et la place que les préoccupations économiques allaient prendre chez les élites du xixe siècle. La révolution mit fin au pouvoir des magistrats des cours de justice mais les hommes de loi, présents massivement, dans les assemblées continueront à être la classe politique par excellence23.

  • 24 Mousnier (R.), Mémoires adressés au chancelier Séguier, Paris, 1964, notice sur Nicolas de Corbero (...)

34Ce processus est l'aboutissement d'une évolution voulue par la monarchie. À partir du xviie siècle, celle-ci devint fort méfiante vis-à-vis de la noblesse comme de la robe, deux groupes antagonistes mais pleins d'ambitions politiques et prompts à s'opposer au souverain ou à ses représentants. À partir de Richelieu et surtout de Colbert, les intendants nommés et responsables remplaceront de plus en plus les officiers. Issus du même milieu social qu'eux, ils n'épousent pas leurs idées et aspirent par souci d'efficacité à briser les privilèges fiscaux des élites sociales. Ce choix de la centralisation qui est une des caractéristiques de la monarchie française va peser très lourd sur l'évolution de la société et des mentalités politiques en France24.

Conclusion

35En définitive, si le milieu des hommes de loi constitue bien l'espace social privilégié dans lequel le pouvoir recrute ses agents, il est aussi, à travers l'histoire du royaume de France, le vivier des élites quelles que soient les évolutions ou les révolutions qui se produisent. Néanmoins au xvie siècle, cette élite est beaucoup plus ouverte que dans les périodes suivantes. En réalité, la noblesse est une des formes de l'élite. Y pénètrent les militaires valeureux, la grande bourgeoisie urbaine des rentiers et surtout des avocats, les nouveaux riches des campagnes et tous ceux qui détiennent une parcelle de pouvoir régalien ou princier.

36Cette présence des hommes de loi sur une très longue durée de plusieurs siècles fait sans doute la spécificité de cette élite à la française. Au cœur de ce dispositif social, le groupe des avocats, véritable carrefour social et professionnel, appartenant au monde des professions libérales réputées indépendantes des pouvoirs et des puissances ; ces défenseurs par métier des gens frappés par l'injustice peuvent se faufiler partout, dans la noblesse, dans les parlements, dans les administrations et pénétrer, en cas de crise, dans tous les camps, animant les oppositions comme les cercles gouvernementaux. Présents à tous les niveaux, ils vont codifier les évolutions sociales, imposer une civilisation de l'écriture à tous ceux qui se contentaient de la parole donnée. Désormais le contrat oral, si cher au gentilhomme comme au paysan, devra laisser la place à un acte écrit dans lequel on aura bien pris garde de penser à tout ce qui pourrait arriver dans l'avenir. On comprend alors la haine des gentilshommes contre ces juristes et ces « hommes de plume », prompts à leur soutirer de l'argent et à les précipiter vers la ruine et l'effacement social. Monluc est le meilleur symbole de cette attitude. Non seulement il considère le traité de Cateau-Cambrésis comme la victoire de ceux qui écrivent ces « maudits papiers » et qui abandonnent le cœur léger l'Italie pour laquelle la fleur de la noblesse française s'est battue, y a péri comme ses fils ou y a laissé une grande partie d'elle- même, mais il pense que ces hommes de loi sont des irréalistes incapables de comprendre des militaires courageux qui cultivent l'honneur et vivent au quotidien les réalités des champs de bataille. En effet, on sait que Charles IX, soucieux de gestion, envoie Tambonneau président de la chambre des comptes enquêter sur l'emploi des deniers publics par Monluc lors de ses campagnes militaires. Ce dernier, alors âgé de 70 ans, affreusement mutilé, accablé par la mort au combat de trois de ses fils, fut tellement ulcéré par cette décision qu'il considérait comme une insulte à son honneur, qu'il écrivit un long texte pour se justifier. Ce mémoire devint une véritable œuvre littéraire et un témoignage qui nous permet de comprendre ces mentalités nobles du siècle de la Renaissance.

Notes

1 Article paru dans L'Identité noble, dix siècles de métamorphoses (ixe-xixe siècles), Le Mans, 1998, p. 45-61.

2 Jouanna (Ariette), L'Idée de race en France aux xvie et dans la première moitié du xviie siècles, Montpellier, 1976, 2 vol. ; Cubells (Monique), « À propos des usurpations de noblesse en Provence sous l'Ancien Régime », Provence historique, 1970 ; wood (James), The nobility of the élection of Bayeux (1463-1666), Princeton, 1980 ; Dewald (Jonathan), The formation of a provincial nobility : the magistrates of the parlement of Rouen (1499-1610), Princeton, 1980 ; Charbonnier (P.), La Seigneurie en Auvergne aux xiv et xve siècles, Clermont-Ferrand, 1980 ; Constant (J.-M.), Nobles et paysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, Lille III, 1985.

3 Jouanna (Ariette), dans Chaussinand-Nogaret (G.), Constant (J.-M.), Durandin (C.), Jouanna (A.), Histoire des élites en France du xvie au xxe siècle, Paris, 1991, p. 33.

4 La Marche (Olivier de), Traité du duel judiciaire, Édition Prost, 1872, p. 45 ; 1re éd., 1436, rééd.

en 1583.

5 Origny (Pierre d'), Le Héraut de k noblesse de France, Reims, 1578 ; Baquet, Quatrième livre des droits du domaine de France, Paris, 1584, p. 72.

6 Stein, « Le ban et l'arrière-ban du bailliage d'Étampes », Annales de la société archéologique du Gâtinais, XII, 1894, p. 28-38.

7 Prunelé, BN, PO 2396 ; ms Fran 32873 ; bibl. d'Orléans, ms Hubert, II, 236 ; de Sainxe, BN, Carrés d'Hozier, 566.

8 Tarragon, BN, PO 2798 ; Chérin 192 ; DB 626 ; NH 310 ; Carrés d'Hozier, 591.

9 Cochonneau, archives départementales d'Eure-et-Loir, E XIX 57 Janville 5 1 1576.

10 Le Boulleur, Cabinet d'Hozier, 58.

11 Champrond, BN, DB 167 ; archives départementales d'Eure-et-Loir, E 1420 et G 960 ; bibliothèque municipale d'Orléans, ms. Hubert VI 70.

12 Hérouard », R. Parois de Gasville et BN, NH 187.

13 Compaing, bibliothèque municipale d'Orléans, ms. Hubert II 106.

14 Archives départementales d'Eure-et-Loir, E XIX 63 Janville 5 8 1583.

15 Sachet, Archives Eure-et-Loir, E XIX 63 21 6 1588.

16 Seyssel (Claude de), La Monarchie de France, Paris, Édition Poujol, 1961, p. 123.

17 Du Mas de Paysac (Gontran), Les Nobles citoyens de Périgueux au xviiie siècle, thèse d'histoire moderne sous la dir. d'Yves Durand, Paris-Sorbonne, 1989.

18 Le Coq et Serisy, BN, NH 305 ; archives départementales d'Eure-et-Loir, E 876, 877, 881.

19 Lorifiant, archives départementales d'Eure-et-Loir, E XIX 191 (1578) Janville et E 2732, 3771, 3774, 3775, 2809,3214.

20 Tullières, BN, NH 320.

21 Teiller et Villequoy, BN, NH 311.

22 Constant (J.-M.), « Noblesse anglaise, noblesse française, étude comparée », ch. 4 supra.

23 Coyer (abbé), La Noblesse commerçante, Paris, 1756 ; Sainte Foix (Philippe Auguste de, chevalier d'Arc), La Noblesse militaire ou le patriote français, Paris, 1756 ; Depitre (Edgar), « Le système de la querelle de la noblesse commerçante », RHES, 1913, p. 137-176 ; Levy Bruhl (H.), « La noblesse de France et le commerce à la fin de l'ancien régime », RHM, 1938, p. 209-235 ; Zeller(G.), « Louis XI, la noblesse et la marchandise », Annales ESC, 1946, p. 336 et 346 ; « Une notion de caractère historico-social, la dérogeance », Cahiers internationaux de sociologie, 1957, p. 40 sq. ; Richard (Guy), La Noblesse d'affaires au XVIIIe siècle, Paris, 1974.

24 Mousnier (R.), Mémoires adressés au chancelier Séguier, Paris, 1964, notice sur Nicolas de Corberon, p. 65-83.

Table des illustrations

Titre Tableau 5.1Le ban et I'arrière-ban d'Étampes en 1544
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18097/img-1.png
Fichier image/png, 195k
Titre Tableau 5.2Les qualités portées par les possesseurs de fiefs du bailliage d'Étampes en 1544
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18097/img-2.png
Fichier image/png, 244k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search