Version classiqueVersion mobile

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Première partie. Regards obliques sur l'identité noble

Chapitre IV. Noblesse anglaise, noblesse française : étude comparative1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans le Bulletin de la Société d'Histoire Moderne, 16e série, n° 33, n° 1, 1987, p. 2 (...)

1Comparer les noblesses française et anglaise pourrait paraître un exercice académique tellement les deux sociétés semblent différentes, mais c'est là une idée reçue : en réalité elles partagent de nombreux traits communs.

2Tout d'abord les deux noblesses se sont beaucoup renouvelées aux xvie et xviie siècles ; ensuite, bien que les gentilshommes français ne soient pas libres de leurs activités à cause de la dérogeance, leur rôle dans l'économie n'est pas loin d'être aussi important que celui des nobles anglais. En fait, si elles sont considérées comme dissemblables, c'est parce qu'elles ont évolué différemment au xviie siècle. Alors que la noblesse anglaise conservait ses traditions, la noblesse française prenait peu à peu les caractères de la noblesse d'Ancien Régime que chacun connaît.

Le grand renouvellement de la noblesse aux xvie et xviie siècles

  • 2 Stone (L.), Crisis of aristocracy (1540-1640), Oxford, Oxford University Press, 1965.

3Selon Stone le nombre de familles nobles a triplé entre 1540 et 1640 en Angleterre pendant que la population ne faisait que doubler. Entre 1487 et 1641 les lords (ou pairs) c'est-à-dire les ducs, les marquis, les comtes, les vicomtes et les barons passaient de 57 à 121 et les lignages de la gentry (les baronnets, squires et gentlemen) de 1540 à 1640 de 6 300 à 19 4002.

  • 3 Orléa (M.), La Noblesse aux États généraux de 1576 et 1588, Paris, 1980.

4En France les difficultés pour évaluer le nombre des nobles sont très grandes : M. Orléa, après une étude serrée concernant la seconde moitié du xvie siècle, se résignait à indiquer une fourchette pouvant aller de 20000 à 30000 familles3. Pour ma part, dans un article publié dans les Mélanges Goubert, j'ai proposé une méthode. Pour 10458,31 km2 comprenant l'Orléanais, le pays d'Etampes, le Thimerais et le diocèse du Mans, je suis parvenu à calculer la densité nobiliaire de ce centre-ouest de la France : six feux nobles pour 100 km2. Si on tentait l'aventure, certes hasardeuse, de considérer ces régions comme un échantillon valable pour l'ensemble du pays, on aboutirait aux mêmes résultats que ceux de M. Orléa.

  • 4 Wood (J.), The Election of Bayeux (1463-1666), Princeton, 1980.
  • 5 Constant (j.-m.), Nobles et paysans en Beauce aux aux xvie et xviie siècles, Lille III, 1981 ; du (...)

5Mais ce nombre de nobles a augmenté en France au xvie siècle. Dans l'élection de Bayeux, la croissance aurait été de 118 % de 1540 à 1598 et de 19 % de 1598 à 16664. En Beauce, elle n'aurait été forte que de 12 % entre 1560 et 1600, la tendance s'inversant au xviie siècle, (diminution de 28 % entre 1600 et 1667). Entre ce pôle de croissance persistante en Normandie et le déclin beauceron, l'Orléanais occupe une position médiane puisqu'il conserve sa densité de six feux nobles aux 100 km2 de 1587 à 16675.

  • 6 Constant (J.-M.), La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xviie siècles, Paris, 19 (...)

6Cette très grande mobilité est due à plusieurs facteurs : le dynamisme démographique des nobles, le taux élevé de disparitions des vieilles familles (la Beauce perd chaque demi-siècle un cinquième de ses lignages), la facilité avec laquelle on entre dans la noblesse. Ce dernier caractère est fondamental et permet l'éclosion d'une nouvelle noblesse (celle qui a moins decent ans d'existence). En Beauce, elle représente 60 % de l'effectif total entre 1523 et 1598, dans l'élection de Bayeux 70 %6.

  • 7 Cubells (M.), « à propos des usurpations de noblesse sous l'Ancien Régime en Provence », Provence (...)
  • 8 Pour plus de détails voir « Le mystère de l'anoblissement », in Vie quotidienne....op. cit.
  • 9 Larcade (Véronique), Orphelins d'une Amérique, les capitaines gascons à l'époque des guerres de Re (...)

7En revanche, au xviie siècle, la situation est diverse : certaines provinces connaissent encore un certain rajeunissement (élection de Bayeux 59 %, Provence 67 %, élection de Paris 76 %) alors que d'autres vivent sur leur acquis (Beauce 33 %, Bretagne 17 %, Maine, Anjou, Touraine : 13 %)7. Il serait trop long d'expliquer ces différences de comportement qui sont dues à des caractéristiques spécifiques de chaque province et à un contrôle plus grand de l'anoblissement par l'État au xviie siècle. Au xvie siècle au contraire, il ne semble pas que des obstacles infranchissables se soient dressés sur le chemin des candidats à la noblesse. Baquet affirme, dans un livre publié en 1584, qu'il suffit que deux témoins déposent qu'ils ont connu son aïeul et son père et qu'ils l'ont vu vivre noblement pour que la personne en question soit déclarée noble. On remarquera cependant que le processus est long puisqu'il dure trois générations. En Normandie, la coutume prévoyait une ascension plus rapide : la possession d'un fief noble pendant quarante ans donnait le droit à l'heureux propriétaire de prendre la qualité. Le tableau 4.1 résume le mode d'anoblissement beauceron. Il indique qu'au xvie siècle on s'anoblit majoritairement en achetant une terre et que, généralement, elle peut suffire si on y mène la vie noble du gentilhomme campagnard. De plus en plus souvent on y ajoute un office. Ce dernier devient au xviie siècle, le moyen le plus sûr d'entrer dans le second ordre8. D'ailleurs, en Normandie, d'après les calculs de Wood, 67 % de ces nouveaux nobles étaient des hommes de loi ou des officiers contre 14 % de militaires et 14 % de marchands et de bourgeois des villes. En Beauce, au contraire, cette catégorie atteint le tiers, les militaires et les hommes de lois faisant jeu égal avec elle pour chacun un autre tiers. Mais de multiples exemples montrent que des paysans entrent dans la noblesse en achetant une terre ou en jouant les héros à la guerre. Sur 23 capitaines gascons des guerres de Religion, la moitié sont d'origine populaire (cinq soldats, trois paysans, trois artisans, deux marchands)9. On trouve des cas en Bretagne, en Provence, dans le Perche, en Beauce où, semble-t-il, le phénomène pourrait être massif au xvie siècle puis disparaître au xviie.

Tableau 4.1
Mode d'anoblissement beauceron

Tableau 4.1Mode d'anoblissement beauceron

8On voit ainsi que la noblesse française est largement aussi ouverte aux hommes nouveaux que la noblesse anglaise. En Angleterre, on devient un gentleman (ne pas traduire par gentilhomme, le sens des mots est opposé) par les usages, l'estime sociale, l'opinion de ses amis et de ses voisins. Dans les deux pays, c'est le mode de vie qui fait le noble et la frontière à l'intérieur des élites sociales est bien difficile à discerner. En Angleterre, on entre dans la gentry comme en France dans la noblesse par assimilation sociale. Après des études universitaires, on exerce une profession libérale, on achète une terre et on s'intègre aux notables des comtés en deux générations. Mais la gentry ne peut être assimilée à une nouvelle noblesse car elle est aussi constituée de familles anciennes et de cadets de pairs. En effet, la différence avec la France réside surtout dans le sort réservé aux cadets. En France généralement toute la famille est anoblie alors qu'en Angleterre seul le père puis le fils aîné portent le titre de lord. Les autres enfants n'ont pas le droit de siéger à la chambre haute et doivent se contenter des Communes. Ils cherchent à faire carrière dans le haut clergé, l'armée, la marine, les carrières juridiques, la médecine ou l'administration. Un certain nombre d'entre eux deviennent apprentis chez des marchands, s'adonnent au grand commerce et fortune faite, achètent un domaine. On a pu ainsi répéter le fameux proverbe : « gentillesse n'est que richesse mûrie ».

  • 10 Stone (L.), « La noblesse anglaise une élite ouverte ? », Annales ESC, janvier-février, 1905 ; Sto (...)

9Selon Stone, il faut nuancer ce processus, la noblesse anglaise n'étant pas aussi ouverte qu'on l'a souvent proclamé10. La thèse qu'il défend va, comme la nôtre, dans le sens d'un rapprochement entre les deux noblesses de part et d'autre de la Manche. Cependant, il existe des différences. Ainsi en Angleterre pour devenir Lord, il faut une nomination du roi alors qu'en France seuls les ducs et pairs sont soumis à cette procédure. Certes, les marquisats, les comtés, les vicomtés, les baronnies peuvent être érigés par le souverain mais il suffit, pour porter l'un de ces titres, d'acheter l'une de ces terres. Jean Meyer rappelle qu'en Bretagne, il y a 37 marquisats et une foule de marquis, 18 vicomtés et 300 vicomtes.

  • 11 Stone (L.), Crisis..., op. cit.

10On s'aperçoit ainsi qu'en Angleterre comme en France, pour appartenir à cette élite sociale que constitue la noblesse, il faut bénéficier de l'indépendance financière, vivre sans travailler de ses mains et avoir en plus de la naissance, la volonté d'adopter un système de valeurs, une façon de vivre qui distinguait les membres de ce groupe social du reste de la société. Un noble devait vivre à la campagne, s'habiller de façon élégante, s'amuser avec prodigalité, avoir une éducation suffisante pour connaître raisonnablement les affaires publiques, être capable de paraître avec grâce au bal, sur un cheval, dans une salle d'armes ou sur un court de tennis11. Ce mode de vie, très semblable, nous conduit naturellement à nous demander quelles sont leurs activités.

Le rôle de la noblesse : le problème de la dérogeance

11Il est de tradition d'opposer la noblesse anglaise qui a la liberté de s'adonner à toutes les activités commerciales et industrielles, qui gère ses domaines avec efficacité à la noblesse française qui n'aurait le droit que de dépenser son argent et de regarder baisser son niveau de vie, parce que sa rente seigneuriale en continuelle diminution et ses activités militaires la ruinaient. Rien n'est plus faux. La noblesse française est largement aussi occupée que la noblesse anglaise. Le tableau 4.2 nous renseigne sur les professions exercées par les nobles français.

Tableau 4.2
Professions exercées par les nobles français (%)

Tableau 4.2Professions exercées par les nobles français (%)

12À travers les quelques exemples qui sont indiqués, on voit que la proportion de nobles exerçant le métier militaire ne dépasse jamais 30 %. Au xvie siècle, il existe peu de différence entre les hommes nouveaux et les autres, ce qui n'est pas le cas au xviie où la robe et la noblesse récente peuvent être pratiquement assimilées. La constatation de Marc Bloch affirmant que le gentilhomme campagnard est un personnage typique du xvie siècle se vérifie totalement. On sait que beaucoup d'entre eux exploitaient directement leurs terres mais il est impossible de dire, dans l'état actuel de la recherche, dans quelle proportion.

  • 12 500 de Colbert : 280 (BN).

13L'Intendant Pommereu, en 1664, indique que les nobles du Bourbonnais, du Berry, de la Marche « font valoir leurs terres de leurs mains12 ». Les Beaucerons agissent de même et gagnent beaucoup d'argent. Vers 1640, la culture du froment pouvait leur rapporter 30 à 45 % du capital investi, celle du méteil 17 à 30 %. Au xvie siècle, ce même taux n'excédait pas 20 %.

  • 13 « Les gentilshommes chefs d'entreprise », in Constant (J.-M.), La Vie quotidienne de la noblesse.. (...)

14On voit donc que la gestion des gentilshommes beaucerons est dictée, tout autant que celle des Anglais, par le souci de la rentabilité. D'ailleurs le xvie siècle français, comme la période des Tudor, se caractérise par la construction de manoirs, ce qui est un signe d'enrichissement13.

  • 14 Souriac (R.), Le Comté de Comminges au xvie siècle, Paris, 1978.

15Mais l'agriculture n'est pas le seul secteur où la noblesse réussit. J'ai émis l'hypothèse qu'elle dominait le marché du verre jusqu'à l'apparition des grandes manufactures de Colbert. Elle jouait un rôle important dans la métallurgie. Les ancêtres du surintendant des finances et ami d'Henri III, d'O, possédaient des forges dans le Thimerais à la fin du xve siècle. Dans le comté du Comminges au xvie siècle, tout ce qui était industriel était de la compétence de la noblesse locale (meunerie, tuileries, briquetteries, fours à chaux, forges)14.

  • 15 Zeller (G.), « Une notion à caractère historico-social la dérogeance », Cahiers internationaux de (...)
  • 16 Des campagnes étaient organisées. Ainsi le livre publié par Jean Eon, carme malouin, Le Commerce h (...)

16Néanmoins un obstacle important freinait le dynamisme de la noblesse française : la dérogeance qui, en théorie, interdisait certains métiers ou certaines activités considérées comme infamantes aux gentilshommes15. Si ces derniers passaient outre aux interdits, ils perdaient leur noblesse et ne pouvaient la retrouver qu'après avoir obtenu des lettres de réhabilitation de la Cour des Aides. Au xvie siècle, ces règles étaient peu respectées et l'attitude des souverains ambiguë et fluctuante. Ainsi en 1566, Charles IX donnait satisfaction aux Marseillais en leur octroyant le droit de faire le commerce de gros. En Bretagne, aucun roi n'osa jamais remettre en question les traditions locales qui avaient inspiré les législations des ducs Jean et Pierre aux xive et xve siècles. À Troyes, Louis XI accorda aux nobles le droit de « vivre marchandement ». En revanche, Bordeaux, Lyon, Tours et Rouen n'obtinrent jamais pareils privilèges. Il semble que les monarques aient été sensibles aux rapports de force locaux. Si le tiers état s'opposait violemment à ce que la noblesse d'une province fasse du commerce, le souverain ne se permettait pas d'aller contre leur avis. Il faudra attendre Colbert pour que la législation fût modifiée16. Dans la première moitié du xviie siècle, on peut dire que deux modèles culturels cohabitent dans la noblesse : l'un, traditionnel, qui voit l'avenir de la noblesse dans l'armée ou la culture du blé, le second, plus entreprenant, près des côtes, qui se rapprocherait davantage de celui des nobles du nord de l'Europe ou de l'Italie.

  • 17 Voir le résumé du débat dans Stone (L.), Les Causes de la révolution anglaise, Londres, 1972 ; Par (...)

17Ce problème de la dérogeance ne touche pas la noblesse anglaise qui pouvait s'adonner librement à toutes les activités économiques. En revanche un autre débat a divisé les historiens anglais, c'est le rôle et la place de la gentry dans la société et le développement du phénomène révolutionnaire17. En définitive on voit donc qu'excepté le principe de la dérogeance, il existait peu de différence entre les noblesses française et anglaise au xvie siècle mais des évolutions vont se faire jour au xviie siècle.

Les évolutions décisives du xviie siècle : la guerre et la politique

18Au xviie siècle la noblesse anglaise est restée fidèle à elle-même dans ses structures, mais elle s'est transformée en une véritable « classe politique » alors que la noblesse française a pris un autre chemin pour devenir lentement cette aristocratie d'Ancien Régime décrite par tous les manuels.

  • 18 Smith (Sir Thomas), The Commonwealth ofEngland, publié en 1583 et édité en 1635. Du même De republ (...)

19En Angleterre, malgré les soubresauts révolutionnaires, les pairs retrouvèrent lors de la restauration leur situation antérieure à savoir qu'ils demeuraient liés au système parlementaire. Depuis Edouard III les grands barons et les hauts dignitaires ecclésiastiques ont constitué la Chambre Haute devenue la Chambre des lords sous Henri VIII. Pour entrer dans cet auguste sénat, il fallait recevoir une lettre du roi. En revanche, selon Thomas Smith, la gentry n'était qu'une « nobilitas minor » faite à bon marché [good cheap). C'est pourquoi elle était rejetée dans la Chambre des communes18.

  • 19 Constant (J.-M.), « Un groupe socio-politique stratégique dans la France de la première moitié du (...)
  • 20 foisil (M.), Un Sire de Gouberville, Paris, 1981, rééd. 1996.
  • 21 Dewald (J.), The Formation of a provincial nobility : the magistrales of the parlement of Rotten ( (...)

20En France il est rare de trouver ce genre de distinction (l'Intendant Pommereu en 1664, à propos de la noblesse du Bourbonnais, évoque deux « classes »). La noblesse est un tout en étant plusieurs. Les grands comprennent les princes et les ducs et pairs qui reconstituent, lors des séances solennelles du Parlement, la « curia régis » médiévale et bénéficient de ce fait d'une certaine influence politique, surtout lors des crises. En dessous d'eux, vient ce qu'on peut appeler « la noblesse seconde » c'est-à-dire la noblesse titrée des provinces qui joue un rôle dans les États, comme les Barons en Languedoc, ou qui sert de relais au roi ou aux grands19. La masse des gentilshommes constitue un troisième groupe qu'il est quelquefois bien difficile de distinguer du précédent comme de la foule des gentilshommes campagnards qui vivent de l'exploitation de leurs terres comme le sire de Gouberville20. Au milieu de toutes ces catégories, il faut intégrer la noblesse de robe qui naît précisément en tant que telle au xviie siècle21.

  • 22 Elton (G. R), The Tudor révolution in government, Cambridge, 1953 ; Neale (J. E.), The Elizabethan(...)

21Ainsi les noblesses anglaise et française se ressemblaient pour leur comportement mais n'étaient pas définies de la même façon. En France elle était d'abord un groupe social alors qu'en Angleterre elle correspondait à deux élites dont la vocation était à la fois sociale et politique. En conséquence l'ascension des « Communes » se fait parallèlement à celle de la gentry. Le vote de l'impôt, qui était une arme formidable entre les mains des Communes, obligeait les souverains à respecter leur pouvoir. De plus, les Tudor s'étaient appuyés sur eux pour mener leur politique religieuse. Peu à peu la gentry était devenue un groupe stratégique22.

22La montée du puritanisme qui donne au « parti patriote » une doctrine soumet la noblesse anglaise à une véritable acculturation en faisant disparaître de son esprit l'idéal chevaleresque médiéval. Ces idées qui avaient servi de morale aux nobles anglais vont être remplacées, dans une grande partie de la gentry, par la morale puritaine accompagnée d'un grand désir de servir l'Etat. Ces « patriotes » qui pensent que le peuple anglais est « le peuple élu » vont parvenir à gagner une certaine autonomie vis-à-vis du roi, des évêques et des lords.

  • 23 Constant (J.-M.), Les Conjurateurs, Paris, 1987 ; « Un groupe socio-politique... », ch.VI, infra ;(...)

23En France, les tentatives de la « noblesse seconde », sous Richelieu et, surtout, lors de l'assemblée de noblesse de 1651, pour mener une politique indépendante de même nature vont échouer23. Chez ces nobles de la première moitié du xviie siècle, le modèle chevaleresque, loin de décliner, est fortifié par l'influence de la culture baroque et la montée du stoïcisme chrétien. C'est pourquoi la noblesse française a rencontré de fortes résistances lorsque certains de ses membres ont cherché à la transformer en « classe politique ».

  • 24 Jouhaud (C.), « Ordre et désordre autour des Condé (1632-1652) : une première approche », colloque (...)
  • 25 Constant (J.-M.), Les Guise, Paris, 1984, p. 210 sq.
  • 26 Mousnier R.), « La participation des gouvernés à l'activité des gouvernants dans la France au xvii(...)
  • 27 Constant (J.-M.), « La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires », ch. xvi (...)
  • 28 Mousnier (R.), La Monarchie absolue en Europe du Ve siècle à nos jours, Paris, 1982, p. 89.

24Les Grands imprégnés comme Condé d'idées absolutistes s'opposèrent à eux, de même que le Parlement qui, en l'absence de réunion des états généraux, prétendait représenter et défendre les intérêts de l'ensemble des Français, le pouvoir des juges pour limiter celui des rois ayant toujours été considérable en France24. Enfin la dynastie capétienne de tradition centralisatrice n'a jamais accepté de partager son pouvoir avec des représentants des forces sociales. D'ailleurs la noblesse ne fut jamais très combative, lors des états généraux du xvie siècle où elle laissa souvent la vedette aux leaders du tiers état25. En 1614, comme on sait, la reine arbitra les conflits qui divisaient les ordres26. Lors de l'assemblée des nobles de 1651, la conjonction des Condé, de la Cour, du Parlement eut vite fait d'anéantir les velléités politiques de la « noblesse seconde ». De plus elle vivait au milieu d'une contradiction permanente : elle désirait partager le pouvoir mais refusait d'abandonner son privilège d'exemption fiscale27. Or, en Angleterre, c'est par le vote de l'impôt que la gentry tenait la monarchie. En France, depuis 1439, les états avaient abandonné au roi cette prérogative28. Dans ce pays tout était prêt pour renforcer le pouvoir du roi. L'effort financier colossal qu'il dut fournir lors de la guerre de Trente ans précipita son évolution. La nécessité de faire entrer l'argent des impôts dans les caisses de l'État allait permettre à des groupes sociaux qui travaillaient pour son service de se renforcer (officiers, financiers, cadres administratifs et militaires de toutes sortes). Les nobles qui souhaitaient affranchir le pays de ce complexe militaro-financier s'attaquaient à trop forte partie, d'autant plus que la majorité de l'élite nobiliaire trouvait, dans les armées, une place qui lui permettait de faire une belle carrière, en accord avec la tradition intellectuelle de la noblesse qui voulait qu'elle fut avant tout une « classe militaire ».

25Au contraire, l'Angleterre qui se tint à l'écart des conflits continentaux en se repliant sur ses luttes intestines n'eut jamais l'obligation de se forger un État fort pour résister aux fortes pressions exercées par les nécessités militaires. Elle évolua lentement, en fonction de sa propre tradition, pendant que la France accouchait d'une nouvelle société qui allait être le fondement de la société d'Ancien Régime.

26Ainsi, on voit que les noblesses française et anglaise se ressemblent beaucoup au xvie siècle, aussi bien par leur croissance, leur renouvellement ou leur rôle dans la société. En revanche tout change au xviie siècle, sous les coups de boutoir de la guerre sur le continent et de la révolution en Angleterre. La révolution empêchera l'évolution vers un système absolutiste où la France se précipite du fait de la guerre. La noblesse devient outre-manche « une classe politique » alors qu'en France il ne lui reste plus qu'à s'illustrer sur les champs de bataille pour conserver une certaine prééminence.

Notes

1 Article paru dans le Bulletin de la Société d'Histoire Moderne, 16e série, n° 33, n° 1, 1987, p. 21-26.

2 Stone (L.), Crisis of aristocracy (1540-1640), Oxford, Oxford University Press, 1965.

3 Orléa (M.), La Noblesse aux États généraux de 1576 et 1588, Paris, 1980.

4 Wood (J.), The Election of Bayeux (1463-1666), Princeton, 1980.

5 Constant (j.-m.), Nobles et paysans en Beauce aux aux xvie et xviie siècles, Lille III, 1981 ; du même, « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xvie et xviie siècles : les notions de densité et d'espace nobiliaires », in La France d'Ancien Régime : études réunies en l'honneur de Pierre Goubert, Toulouse, 1985.

6 Constant (J.-M.), La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xviie siècles, Paris, 1995 ; du même « Les structures sociales et mentales de l'anoblissement : analyses comparatives d'études récentes (xvie-xviie) », CROEM, Bordeaux III.

7 Cubells (M.), « à propos des usurpations de noblesse sous l'Ancien Régime en Provence », Provence historique, 1970 ; Meyer (J.), La Noblesse bretonne, Paris, 1966. Les autres chiffres proviennent de mes recherches personnelles.

8 Pour plus de détails voir « Le mystère de l'anoblissement », in Vie quotidienne....op. cit.

9 Larcade (Véronique), Orphelins d'une Amérique, les capitaines gascons à l'époque des guerres de Religion, maîtrise d'histoire sous la dir. de J. Garrisson, université de Toulouse-Le Mirail, 1982.

10 Stone (L.), « La noblesse anglaise une élite ouverte ? », Annales ESC, janvier-février, 1905 ; Stone (L.)

et fawtier-stone (J. C.), An Open elite England (1540-1880), Oxford, Oxford University Press, 1984.

11 Stone (L.), Crisis..., op. cit.

12 500 de Colbert : 280 (BN).

13 « Les gentilshommes chefs d'entreprise », in Constant (J.-M.), La Vie quotidienne de la noblesse...,op. cit. Voir aussi Gallet (J.), La Seigneurie bretonne (1450-1680), Paris, 1983.

14 Souriac (R.), Le Comté de Comminges au xvie siècle, Paris, 1978.

15 Zeller (G.), « Une notion à caractère historico-social la dérogeance », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 22, 1957. Repris dans Aspects de la politique française sous l'Ancien Régime, Paris, 1964.

16 Des campagnes étaient organisées. Ainsi le livre publié par Jean Eon, carme malouin, Le Commerce honorable, en 1646, était subventionné par le grand commerce nantais.

17 Voir le résumé du débat dans Stone (L.), Les Causes de la révolution anglaise, Londres, 1972 ; Paris, 1974.

18 Smith (Sir Thomas), The Commonwealth ofEngland, publié en 1583 et édité en 1635. Du même De republica anglorum, 1583. Cliffe (J. T.), The Yorkshire gentry from the reformation to the civil War, Londres, 1969 ; du même The Puritan gentry, Londres, 1983.

19 Constant (J.-M.), « Un groupe socio-politique stratégique dans la France de la première moitié du xviie siècle : la noblesse seconde », colloque d'Oxford Les Partis nobiliaires, ch. vi, infra.

20 foisil (M.), Un Sire de Gouberville, Paris, 1981, rééd. 1996.

21 Dewald (J.), The Formation of a provincial nobility : the magistrales of the parlement of Rotten (1489-1610), Princeton, 1980 ; Huppert (G.), Bourgeois et gentilshommes, Chicago, 1977 ; Paris, 1983 ; Descimon (R.), « La haute noblesse parlementaire parisienne ; la production d'une aristocratie d'État au xviie siècle », colloque d'Oxford cité.

22 Elton (G. R), The Tudor révolution in government, Cambridge, 1953 ; Neale (J. E.), The Elizabethan House of Commons, Londres, 1949 et Elizabeth I" and her parliaments, 1539-1581, 1953 et 1584-1603, 1957 ; RUSSELL (Conrad), Parliaments and English politic (1601-1629), Oxford, Oxford University Press, 1979

23 Constant (J.-M.), Les Conjurateurs, Paris, 1987 ; « Un groupe socio-politique... », ch.VI, infra ; Fillon(a.), « Politique, théâtre et sentiment dans les mémoires des gentilshommes conspirateurs de la génération du Cid », colloque d'Oxford cité.

24 Jouhaud (C.), « Ordre et désordre autour des Condé (1632-1652) : une première approche », colloque d'Oxford cité.

25 Constant (J.-M.), Les Guise, Paris, 1984, p. 210 sq.

26 Mousnier R.), « La participation des gouvernés à l'activité des gouvernants dans la France au xviie siècle », in La Plume, la famille et le marteau, Paris, 1970.

27 Constant (J.-M.), « La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires », ch. xvi, infra.

28 Mousnier (R.), La Monarchie absolue en Europe du Ve siècle à nos jours, Paris, 1982, p. 89.

Table des illustrations

Titre Tableau 4.1Mode d'anoblissement beauceron
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18096/img-1.png
Fichier image/png, 190k
Titre Tableau 4.2Professions exercées par les nobles français (%)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18096/img-2.png
Fichier image/png, 227k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search