Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Première partie. Regards obliques sur l'identité noble

Chapitre II. L'enquête de noblesse de 1667 et les seigneurs de Beauce1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans la Revue d'histoire moderne et contemporaine (RHMC), t. XXI, octobre-décembre 19 (...)
  • 2 Esmonin (E.), La Taille en Normandie au temps de Colbert, Paris, 1913 ; Meyer (J.), La Noblesse br (...)

1La légendaire pauvreté du gentilhomme de Beauce fut constamment raillée. Il est intéressant, grâce à l'enquête de 1667, de saisir l'attitude de l'intendant de la généralité d'Orléans vis-à-vis de la noblesse beauceronne et de voir notamment si elle fut l'objet de flagrantes injustices comme celles de Bretagne ou de Normandie2. Elle permet également de dresser un tableau du deuxième ordre et fournit des réponses à quelques questions importantes : origine des familles, puissance exprimée en fiefs vis-à-vis de la noblesse extérieure, des riches roturiers, de la robe parisienne, résidence, mobilité géographique.

  • 3 Bibliothèque d'Orléans, ms. 618 (ancienne cote M. 457).
  • 4 Concernant la législation des enquêtes de noblesse, consulter la thèse de J. Meyer. Cette qualité (...)

2Le feu qui détruisit pendant la dernière guerre les archives de la généralité d'Orléans a fait disparaître une inestimable documentation et contraint à recourir à des sources de remplacement. Le Catalogue des nobles de la généralité, copié sur l'original en l'étude du sieur Chenudeau, secrétaire de Machaut, Intendant, contient 580 noms de familles dont la noblesse fut confirmée en 16673. Ce document, conservé à la bibliothèque d'Orléans, a été complété par le manuscrit français 32582 de la Bibliothèque nationale intitulé Recherche sur la noblesse de la généralité d'Orléans, 1666-1667, établi par Mathurin Delorme, bourgeois de Paris, traitant, « chargé de l'exécution de l'arrest du conseil du 22 mars 1666 pour les usurpateurs de noblesse4 ».

3Alors que le premier manuscrit n'est qu'une longue liste de nobles classés par élection, le second se présente dans un beau désordre avec des redites et concerne les condamnés, les nobles, les désistements, les gens renvoyés au conseil en mentionnant quelquefois succinctement les raisons de telle ou telle décision.

4Comme rien n'indiquait que ces documents fussent complets, nous avons essayé de retrouver les seigneurs beaucerons à travers les archives locales.

  • 5 Toutes les vérifications que nous avons faites montrent la grande conscience avec laquelle travail (...)

5Aux travaux de Merlet, ancien directeur des archives d'Eure-et-Loir, qui, en classant les manuscrits du département, eut la bonne idée de constituer deux fichiers, l'un des seigneuries et fiefs, l'autre des noms rencontrés, rassemblés en vingt volumes écrits de sa main, se sont ajoutés les résultats de nos propres recherches5. Nous sommes parvenus à un répertoire, probablement encore inachevé, qui touche près d'un millier de fiefs pour lesquels nous connaissons au moins un propriétaire du xvie ou du xviie siècle. Pour 1667, l'année de l'enquête, nous disposons de 433 fiefs et de 259 familles de seigneurs. Grâce à ces trois sources aussi différentes et sans cesse confrontées les unes aux autres, nous avons pu vérifier que les deux documents évoqués plus haut méritaient notre confiance.

  • 6 Généalogies orléanaises des familles ayant habité la province d'Orléans, manuscrit de la seconde m (...)
  • 7 Voir à ce propos les commentaires de F. Bluche sur l'origine des familles parlementaires parisienn (...)

6Pour remonter à l'origine des familles, distinguer anoblis et gentils hommes, apprécier le fondement de certaines condamnations, nous avons utilisé les archives d'Eure-et-Loir et du Loiret, les généalogies du chanoine Hubert6, les documents du cabinet des titres de la Bibliothèque nationale7.

7La procédure suivie pour juger de la noblesse d'une famille est simple : le traitant cherche des titres pour confondre les roturiers qui s'affirment écuyers. Il traduit ceux-ci devant le tribunal de l'Intendant qui décide de leur maintien ou de leur expulsion du second ordre. Les cas litigieux sont envoyés au conseil.

  • 8 Nous avons utilisé l'édition de 1700, celle de 1669 étant introuvable. Il ne nous a pas été possib (...)

8Monsieur de Machaut n'a laissé aucun mémoire sur la méthode qu'il a suivie pour juger de la vraie ou de la fausse noblesse beauceronne. Par contre Alexandre de Belleguise, « chargé par Sa Majesté de la vérification des titres de noblesse en Provence », a écrit un Traité de la noblesse et de son origine suivant les préjugés rendus par les commissaires départis pour la vérification des titres de noblesse, avec la déclaration de sa Majesté, arrêts et règlements du Conseil sur le fait de la dite vérification8. Belleguise, tout en relatant son expérience provençale, a voulu populariser sa méthode en publiant son ouvrage en 1669. La seconde édition en 1700, à la veille d'une autre enquête, tend à ériger en modèle les idées exprimées par son auteur. On peut donc penser qu'il représente l'opinion générale des commissaires qui furent chargés de l'enquête.

9Son livre est profondément imprégné de l'esprit nouveau qui anime l'administration royale du temps de Louis XIV. Dans son introduction, il présente la noblesse comme issue de la volonté du prince :

ce serait une erreur de croire que la nature se mêlât de la différence des conditions...La nature ne fait pas les nobles ni les roturiers... Si nous remarquons une différence entre eux, elle est plutôt l'effet de l'autorité souveraine, une récompense de la vertu...

10Il témoigne en conséquence d'une grande méfiance vis-à-vis de la noblesse de race, contestant des auteurs tels que Budé, Tiraqueau, Loyseau, s'appuyant sur Bartole, ce qui est tout à fait significatif :

  • 9 Belleguise, op. cit., p. 59-60.

On s'était persuadé que la seule possession justifiée par des contrats authentiques dans lesquels le père et l'aïeul auraient pris la qualité de noble et d'écuyer suffisaient pour une entière preuve de noblesse ou bien sans s'arrêter au nombre des générations en justifiant d'une telle possession pendant cent années la noblesse était comme prescrite et qu'il ne fallait pas de meilleur titre. Cette opinion était fondée sur le sentiment de plusieurs auteurs et particulièrement Tiraqueau (au chapitre 24) qui tient que la noblesse comme tous autres droits incorporels peut-être prescrite par une possession immémoriale. Mais cet avis n'a pas été suivi parce qu'on a considéré qu'il était contraire aux intérêts du roi et aux droits communs, car en France c'est une maxime certaine que le prince seul peut annoblir, c'est même ce que dit Bartole9.

  • 10 Bacquet, Oeuvres complètes, Paris, 1582 et 1608 ; ce passage est cité par De La Roque dans son Tra (...)

11Ainsi apparaissent des conceptions nouvelles en matière de reconnaissance de noblesse, car Bacquet écrivait en 1582 qu'il suffisait pour montrer qu'un homme était noble de deux témoins déposant « qu'ils ont connu son aïeul et son père et qu'ils les ont vu vivre noblement et faire acte de noble sans avoir été mis à la taille10 ».

  • 11 Esmonin rappelle dans sa thèse que les gentilshommes normands étaient prompts à monter à cheval po (...)

12Comme ces nouvelles idées risquaient de heurter les gentilshommes qui n'avaient pas l'habitude d'une telle procédure11, les commissaires sollicitèrent l'avis du Roi qui répondit par l'arrêt du 19 mars 1667 stipulant que :

  • 12 Belleguise, op. cit., p. 65 et 72.

Ceux qui soutiendront être nobles seront tenus de justifier par devant lesdits commissaires comme eux, leur père et leur aïeul ont pris la qualité d'écuyer ou de chevalier depuis l'année 1560 jusqu'à présent et prouveront leurs descentes et filiations avec possessions de fiefs, emplois et services de leurs auteurs par des contrats de mariages, partages, actes de tutelle, aveux et dénombrements... sans avoir fait ni commis aucune dérogeance12.

  • 13 Ibid.

13Louis XIV exprimait dans cet arrêt la position traditionnelle soutenue par Tiraqueau mais exigeait des preuves écrites et par là s'éloignait de Bacquet qui se contentait de témoignages oraux. Cependant Belleguise nuance ses jugements et, finalement, recommande aux enquêteurs une grande souplesse, déclarant usurpateurs ceux qui ne présentent que des qualifications pour preuves, mais acceptant soit la possession des fiefs, soit les services, n'osant exiger les deux car « MM. les commissaires connaissent que les meilleures familles ne pouvaient satisfaire à toutes les deux conditions13 ».

  • 14 Nouveau d'Hozier, 250.
  • 15 Belleguise, op. cit., p. 72.

14L'examen des titres des 28 familles écartées de la noblesse par M. de Machaut confirme l'identité des vues de Belleguise et de l'Intendant d'Orléans Par exemple, il accepte comme preuve de noblesse « l'attestation faite par les habitants de Mittainvilliers assemblés en l'église en présence du lieutenant de la prévôté » que Charles Mulot, écuyer seigneur du Bouchet, « est issu de noble race bien qu'il ait été délaissé en bas âge, sans aucun tuteur, quoiqu'il ait perdu quelques-uns de ses titres de nobles14 », il applique le précepte de Belleguise : « autrement pour réformer un abus on eût fait des injustices15 ». La prudence de l'Intendant fut grande puisque seules neuf familles sur deux cent quarante-deux payèrent une amende, pendant que dix-neuf autres ne parvenaient pas à se faire inscrire sur le catalogue des nobles, mais évitaient la vraie condamnation, restant en quelque sorte suspendues entre le deuxième et le troisième ordre.

  • 16 Soyer, art. cité, in Bulletin de la Société archéologique de l'Orléanais, 1940.

15Trois magistrats au présidial d'Orléans ont essayé de s'agréger à la noblesse : l'ancêtre du grand juriste Pothier, dont le jugement fut publié, dut verser 1 000 livres d'amende malgré ses dénégations, le traitant brandissant deux actes notariés où il avait pris abusivement le titre d'écuyer16.

  • 17 Hubert (Chanoine), Généalogies, VIII, p. 260.

16Les Thoinard ne seront anoblis qu'au xviiie siècle par les charges. En 1550, ils étaient bourgeois d'Orléans et végétèrent ensuite dans les officiers de finance, de présidial en portant le titre de « seigneur de... »17. L'enquête de 1667 gêne leur ascension de même que celle des Vaillant que l'on peut suivre depuis 1387 :

  • 1387 : Jean, avocat en « cour laye » d'Orléans, trois générations se succèdent dans cette profession ;
  • au xvie siècle, on trouve des élus, des conseillers du Présidial, quatre générations d'échevins, un chanoine ;
  • le représentant de la neuvième génération, « seigneur de... », condamné à 1 500 livres d'amende, s'était fait donner des lettres de réhabilitation, en 1646 par la Cour des aides, simulant ainsi la fin d'une dérogeance18.
  • Deux familles anoblies en 1634 par les élus lors de l'enquête sur les tailles n'ont pas réussi à tromper Machaut :
  • Pierre Laillier, écuyer, sieur de Noir-Espinay, paroisse de Santeuil, élection de Chartres, fut déclaré roturier et dut payer 600 livres d'amende. Il présentait le procès-verbal de la révision de la coutume de Montfort l'Amaury en 1546 comme preuve d'ancienneté de sa noblesse, mais tous les possesseurs de fiefs allaient à ces révisions19. De plus sa filiation était insuffisamment suivie, un contrat de mariage notamment n'étant pas signé. Néanmoins notre homme réussira à se faire reconnaître d'extraction depuis 1530, lors de l'enquête de 1693, bien que ses contrats ne soient toujours pas signés20 ;
  • la noblesse de François de Vézien et de la Fosse est contestée par Chérin qui ironise à son propos : « François de Vezien et de la Fosse qui avait été jugé noble en l'élection de Chartres en 1634 ne fut pas si heureux dans la recherche de la noblesse de la généralité d'Orléans par Monsieur de Machaut en 1666 ». Les actes présentés « ont paru suspects et on a demandé les minutes. Ceux des deux premiers ne se trouvèrent point ». D'autres semblèrent faux. Dans un contrat de mariage de 1601, « la grosse nomme le père et la mère et la minute n'en fait nulle mention »21.
  • 22 Hubert (Chanoine), VII, p. 168.

17Deux homonymes du nom de « Lemaire » ont été condamnés. L'un faisait remonter sa noblesse à 1500, date par trop vague, mais sa généalogie contient une telle invraisemblance chronologique qu'on ne peut lui accorder aucun crédit22.

  • 23 Id., VIII, p. 193 et E. 3326, archives départementales d'Eure-et-Loir.

18L'autre cherche également à s'agréger ; un acte de mars 1629 omet le terme d'écuyer le nommant « seigneur de... » alors que la généalogie de Hubert l'inscrit noble depuis 1586 sans trace d'anoblissement23.

19« Phillipe de Bellouys » écuyer, sieur de Donnemain a été condamné pour inscription de faux.

  • 24 Id„ VII, p. 81 et Lefebvre, Documents pour l'histoire du canton de Janville, Chartres, 1875.

20À propos de la famille David, nous disposons de deux généalogies, l'une d'un érudit local faite avec des registres paroissiaux et des pierres tombales, l'autre du chanoine Hubert, plus indiscrète, qui révèle le sort des trois générations précédant l'anoblissement. Vers le milieu du xvie siècle, un laboureur du nom de David épouse la fille d'un bourgeois d'Étampes. Son fils devient bourgeois d'Étampes à son tour, son petit-fils « seigneur de... ». À la quatrième génération, en 1621, Pierre David, écuyer, gentilhomme, secrétaire de la Maison du Roi, est anobli pour ses services. Son fils Joachim est condamné. Il semble que son père n'ait joui que d'une noblesse personnelle24.

  • 25 « Terrier de Santilly », Archives nationales, R4*, 501-502.
  • 26 Mss français 32582, p. 219 et 229.

21L'examen des dossiers de neuf familles condamnées à payer une amende montre qu'elles ont mérité leur sort. Le cas de celles qui ont su éviter cet impôt sur la fausse noblesse, sans réussir toutefois à se faire porter sur la liste des maintenues pose des problèmes plus épineux. Tout d'abord six personnes « ont dényé la qualité », c'est-à-dire qu'elles ont prétendu n'avoir jamais pris le titre d'écuyer. Pothier avait d'ailleurs vainement essayé de prouver la même chose. Deux privilégiés exemptés de la taille comme lui ont échappé au traitant, bien qu'ils lui parussent suspects : François Jacquet, sieur de Nonneville, maître de la poste de Château-Gaillard25, et la veuve d'un élu en l'élection de Mortagne-au-Perche26.

22Ces deux cas ne suscitent aucune contestation, de même que celui de la veuve Sevin, dame de Baudreville, qui vit noblement sur ses terres. Elle n'a jamais revendiqué la noblesse mais l'évolution de sa famille que l'on peut suivre depuis le xive siècle éclaire de façon tout à fait symbolique la lenteur de la mobilité sociale :

  • première génération : en 1393, Picot Sevin est laboureur à Rouvray-Sainte-Croix (à la limite du Dunois et de l'Orléanais) ;
  • deuxième génération : vers 1420, marchand-bourgeois d'Orléans demeurant faubourg Bannier (sur la route de Paris) ;
  • cinquième génération : à la fin du xve siècle : un marchand-pelletier, un chanoine de Sainte-Croix, un notaire au châtelet d'Orléans ;
  • sixième génération : vers 1509, division de la famille en plusieurs branches ; certaines s'anoblissent au cours du xvie siècle ; le rameau qui nous intéresse comprend un avocat à Orléans, des conseillers du Présidial et de la Cour des aides ;
  • aboutissement : anoblissement vers 1720 par la charge de conseiller-secrétaire du Roi.
  • 27 Hubert (Chanoine), II, p. 271.

23Il semble que l'enquête de 1667 ait retardé l'ascension de cette branche des Sevin qui se disposaient à s'agréger à la noblesse, vivant noblement sur leur fief et cherchant l'occasion favorable pour pénétrer définitivement dans le second ordre27.

  • 28 Dossiers bleus 279 et Allones GGI (registres paroissiaux) : « Le 25 janvier 1678 a été inhumé dans (...)

24Le dossier de Jehan Fouquet, seigneur d'Ymorville, est de même nature, quoique plus délicat. Il renonce à la qualité bien qu'il porte le titre d'écuyer dans les registres paroissiaux et que les dossiers bleus fassent remonter sa noblesse à l'année 1534. Comme on ne connaît pas l'origine de cette généalogie et que le curé d'Allones fait mourir notre écuyer « à 100 ans environ », nous demeurons d'autant plus sceptique à propos de sa noblesse qu'il ne désire pas la défendre. Après l'enquête, Jehan Fouquet continuera de s'intituler « écuyer ». Pourquoi le traitant ou l'intendant furent-ils dupes de ce qui peut nous apparaître comme un stratagème, alors que Pothier dut verser, pour le même motif, une forte amende ? Il est probable que la famille Fouquet était en cours d'agrégation en 1667. Sa dénégation permettait de la remettre à la taille. Pothier, exempté de la taille, sans amende, n'aurait subi aucune sanction. L'impôt supporté par Fouquet était, sur le plan de l'honneur comme sur le plan matériel, suffisant, pensèrent les commissaires, pour le rayer à jamais du catalogue des agrégés à la noblesse. C'est d'ailleurs ce qui arriva puisque cette famille disparut sans laisser de trace28.

  • 29 Nouveau d'Hozier, 273.

25A propos des deux autres familles, on sait peu de chose. Elles se contentent d'habiter un village de Beauce sans y posséder aucun fief. Condamnée d'abord par défaut, la veuve Jacques Hasson, Marguerite de la Saussaye, qui habite Meslay renonce ensuite à la qualité. Guillaume Poussemotte demeure à Mainvilliers mais il ne semble pas concerné par la promotion sociale de quelques membres de sa famille qui se sont anoblis par les charges en Normandie29.

  • 30 Illiers GG6 : registres paroissiaux, 6 septembre 1654.

26Huit familles ont été « condamnées par défaut », c'est-à-dire qu'elles ne se sont pas présentées à la réquisition des commissaires. Nous n'avons découvert aucun document concernant deux d'entre elles qui demeurent par conséquent pour nous des inconnues et des énigmes. Deux autres ne possèdent point de terres en Beauce mais habitent en bordure du pays, chez des « parents » plus ou moins éloignés. Trois portent le titre de « seigneur de... » et vivent noblement, attendant désormais vainement un anoblissement pratiquement devenu impossible. La mort semble avoir interrompu l'ascension de Denis Guespain, écuyer, seigneur de Saint-Eman, capitaine des mines et des sapes, gentilhomme servant la Maison du Roi30. En 1667, sa veuve ne daigne pas répondre à la convocation de l'Intendant, montrant par là qu'elle ne désire pas reprendre à son compte les prétentions à la noblesse de son époux. En 1678, elle convolera d'ailleurs en deuxièmes noces avec un avocat au Parlement. Le sieur Guespain a-t-il bénéficié d'un anoblissement à titre personnel ou n'était-il qu'un roturier ? Le problème est difficile à résoudre.

27Le Roi de France étant, comme chacun sait, le protecteur de la veuve et de l'orphelin, l'Intendant ne voulut pas sans doute s'acharner contre cette dame et préféra se contenter de constater sa défection.

28Trois familles ont été condamnées par forclusion, c'est-à-dire qu'elles n'ont pas présenté les titres dans les délais. Les Poirier ne sont pas identifiables ; on ne trouve répondant à ce nom qu'un marchand de Vendôme. Pouvait-il posséder, étant donné l'état lamentable des chemins, un fief en pays chartrain ? De plus, il serait le seul marchand propriétaire de fief en 1667, ce qui rend l'hypothèse invraisemblable.

  • 31 Berchères-l’évêque CGI et Doyen : histoire de la ville de Chartres... Chartres, 1786.
  • 32 Mémoire présenté au Roi par la noblesse du bailliage de Chartres, 22 septembre 1650.

29Noble homme Pierre de Bernardin, écuyer, seigneur du Mesnil, fut tué lors d'une sédition chartraine à l'époque de la Fronde, alors qu'il assistait à l'assemblée de la noblesse du bailliage de Chartres31. Nicolas est qualifié de Lieutenant de Nancy en 1663, mais c'est Henry, seigneur de la Barre, qui est condamné par forclusion. La dispersion des membres de la famille a-t-elle rendu plus difficile le rassemblement des titres ? Ce qui expliquerait le retard. L'Intendant craignait-il une réaction de la noblesse beauceronne s'il condamnait les descendants d'un homme considéré comme martyr tombé au service du roi, car les gentilshommes de Beauce prétendent s'être opposés aux officiers séditieux de la ville de Chartres32 ?

  • 33 Dossiers bleus : 524 ; Chanoine Hubert, VII, p. 196 ; Champséru GGI (registres paroissiaux). Nous (...)

30Nous disposons de trois sources complémentaires pour étudier le cas de Pierre Piguerres, écuyer, seigneur de Loinville33 :

  • première génération : vers 1500, un marchand-drapier-chaussetier à Chartres ;
  • deuxième génération : même profession mais achat de deux fiefs ;
  • troisième génération : officier seigneurial (bailli d'Illiers) et procureur du Roi à la prévôté de Chartres (1548) ;
  • quatrième génération : même situation (jusqu'en 1565) ;
  • cinquième, sixième et septième générations : (entre 1571 et 1667) aucune profession n'est exercée. Les Piguerres sont « seigneurs de » la Bouteillerie et de Loinvile.
  • Ce schéma généalogique appelle un certain nombre de remarques :
  • le titre d'écuyer, d'après la généalogie d'Hubert, est pris à la troisième génération. Or, il paraît tout à fait invraisemblable qu'un officier seigneurial ou un procureur puissent être considérés comme nobles alors qu'ils pratiquent des professions ignobles ;
  • on ne trouve aucune trace d'anoblissement ou de service militaire dans ces documents ;
  • il est possible de supposer que les Piguerres se sont agrégés à la noblesse en vivant noblement sur leurs terres ;
  • la date de 1650 retenue par le Roi ne pouvait que les embarrasser, la profession de procureur étant encore pratiquée en 1565. Cela explique sans doute leur retard pour rassembler les titres de familles et l'obligation pour eux de prétendre à une noblesse plus ancienne ;
  • trois générations de vie noble et des alliances réciproques avec des familles d'authentiques gentilshommes beaucerons devaient inciter l'Intendant à considérer les Piguerres comme agrégés au second ordre, bien que Pierre portât encore en 1660 et 1680 le titre de « noble homme ».
  • 34 Belleguise, op. cit., p. 72.
  • 35 Ibtd., p. 77.

31Nous avons analysé longuement ce cas parce qu'il nous paraissait caractéristique et même exemplaire, un nombre considérable de gentilshommes beaucerons s'étant hissés de cette manière dans le deuxième ordre. Belleguise avait tout à fait conscience du problème lorsqu'il fustigeait les « nobles de plume qui sans verser le sang s'anoblissent chez eux par des voies douces34... ». Sa colère était toute théorique puisque, quelques pages plus loin il acceptait les qualifications de deux siècles « à défaut des conditions portées par l'arrêt du conseil [...] la notoriété de leur noblesse devant servir de seconde preuve35... ». Certes l'exemple de Piguerres montre que l'Intendant d'Orléans se contenta de bien moins, les qualifications n'atteignant pas un siècle ; gentillesse naturelle, souci politique de ne pas heurter une noblesse que la légende dit pauvre, ordre du roi de protéger une gentilhommerie prompte à le servir, qui n'hésita pas à lui témoigner sa fidélité en pleine Fronde ; on sait en effet que Louis XIV tenait le plus grand compte de ces considérations. Aucun document ne nous permet actuellement de répondre à ces questions. Nous ne pouvons que constater l'indulgence des commissaires.

  • 36 Chérin, 196.
  • 37 Nouveau d'Hozier, 82.

32Enfin Monsieur de Machaut envoya deux familles devant le conseil du Roi. Les de Tilly n'avaient plus de titres, ceux-ci étant conservés dans leur province natale, la Normandie, dont ils étaient issus, descendant selon Chérin d'un compagnon de Guillaume le Conquérant36. Ils furent maintenus dans leur noblesse, de même que les Carnazet dont la filiation comprenait une copie de foi et hommage non signée. Un arrêt les déclara « nobles depuis 151437 ».

33Ainsi cette enquête de noblesse réalisée par l'administration royale ne ressemble absolument pas à celles de Bretagne et de Normandie. Aucun gentilhomme authentique n'a été éliminé du second ordre. Neuf familles sur deux cent seize (4 %) ont payé une amende et la même proportion a été condamnée par défaut ou forclusion, termes qui cachent les difficultés rencontrées par certains lignages en cours d'ascension qui ne pouvaient encore prétendre à l'anoblissement, mais qui ne se voyaient déjà plus entièrement dans le tiers état. Elle indique également que la majorité des condamnés ont cherché à aller trop vite. Deux exemples particulièrement éclairants ont montré l'extrême lenteur de la mobilité sociale : les Vaillant et les Sevin végètent longuement dans la bourgeoisie orléanaise et doivent attendre quatre siècles avant de s'anoblir.

34De cet ensemble, on peut également extraire un schéma type de l'ascension sociale qui ne demande jamais moins de quatre générations. À l'origine on trouve quelquefois un riche laboureur qui devient vite marchand-bourgeois d'Orléans, Chartres ou Étampes, le passage par la ville étant obligatoire. L'échevinage, l'office seigneurial, l'élection ou le présidial permettent à notre homme de gravir peu à peu l'échelle des honneurs. La fortune acquise dans la marchandise ou la fonction publique ou seigneuriale acculera notre bourgeois à acquérir un fief. II suffira aux générations suivantes de vivre noblement une centaine d'années sur cette terre, de se faire reconnaître nobles lors des enquêtes fiscales de 1598, 1634, 1667 pour pénétrer dans le second ordre et passer pour un gentilhomme dont l'antiquité de la race se perd dans la nuit des temps.

35Certains mécanismes de l'anoblissement ont été mis à jour par la découverte de la fausse noblesse, mais seule l'étude de la vraie noblesse maintenue par l'Intendant permettra de confirmer ou d'infirmer ce modèle en l'étayant de statistiques précises. Grâce à l'enquête il est possible de répondre à quatre questions :

  • origine des familles (ancienneté, origine sociale et géographique),
  • puissance exprimée en fiefs,
  • résidence et mobilité géographique,
  • la concurrence des seigneurs étrangers à la région, des roturiers, de la robe parisienne.

36Les tableaux qui rassemblent les résultats indiquent que la noblesse de Beauce représente la moitié des seigneurs de fiefs et détient trois-cinquièmes de ceux-ci (tableau 2.1).

37La guerre de Cent Ans, loin de susciter des vocations militaires promptes à combler les vides, a détruit la gentilhommerie beauceronne. Au xvie siècle, 71 % des nobles sont des hommes nouveaux. La reconstruction du pays fut autant sociale qu'économique. Ce phénomène est-il particulier à cette région, très éprouvée par ces conflits, qui servit plusieurs fois de champ de bataille ? L'anoblissement par Louis XI de tous les possesseurs de fiefs de Normandie inclinerait à considérer ce schéma comme exemplaire pour tous les pays dévastés.

38Les anoblis entre 1560 et 1667 (42 lignages) sont beaucoup moins nombreux qu'au siècle précédent : de 1450 à 1560, 63 familles sont concernées. À mesure que la noblesse se reconstitue elle se referme, devenant plus exigeante vis-à-vis des nouveaux venus.

Tableau 2.1
La noblesse en Beauce, xie-xiie siècle

Tableau 2.1La noblesse en Beauce, xie-xiie siècle
  • 38 Pour les justices nous avons utilisé comme grille de départ un manuscrit de Jousse qui se trouve à (...)

39Note *38

  • 39 Dans ce total entrent en jeu 3 familles italiennes dont nous ne pouvons contrôler la noblesse et 5 (...)

40Note **39

41L'origine sociale des gentilshommes se retrouve difficilement avant le xve siècle. À partir de 1400, on peut dresser une statistique bien que de nombreuses généalogies s'efforcent de cacher les antécédents familiaux de leurs ancêtres (tableau 2.2).

Tableau 2.2
Origine sociale des gentilshommes

Tableau 2.2Origine sociale des gentilshommes

42C'est au xvie siècle que l'on cherche le plus à cacher son origine sociale. La date fatidique de 1560 contraignit sans doute nombre de familles à soustraire les titres gênants de la vue des généalogistes. Les gentilshommes du xve siècle se sentaient moins vulnérables, l'ancienneté de leur race les mettant à l'abri de toute surprise. Aucun d'entre eux d'ailleurs ne fut inquiété par l'intendant Machaut. Les anoblis du xviie siècle, irrémédiablement tachés par la proximité de leur roture, devaient être en mesure de prouver leur anoblissement, ce qui explique la chute brutale du pourcentage des inconnus au cours de ce siècle. Le titre écrit est désormais exigé à cette époque, comme nous l'avons vu, alors que la période précédente s'accommodait fort bien du témoignage oral.

  • 40 Dossiers bleus, 438.
  • 41 E. 2710, archives départementales d'Eure-et-Loir.
  • 42 Généalogie Tarragon aux archives départementales d'Eure-et-Loir ; Chérin, 192 ; Nouveau d'Hozier, (...)
  • 43 Nouveau d'Hozier, 21
  • 44 Cabinet d'Hozier, 180.

43Tous les traités de la noblesse des xvie et xviie siècles exaltent la vertu militaire des gentilshommes. Pour Belleguise, « vivre noblement, c'est servir le Prince en temps de guerre, remplir les charges de capitaine, lieutenant, enseigne ». Or, telle n'est pas la réalité. Les gentilshommes de Beauce devant la noblesse à leur courage militaire sont rares : le xvie siècle, époque de guerre, s'il en fût, culmine avec un cinquième seulement des nobles devant leur ascension à l'honneur des armes. Ainsi l'ancêtre de la famille des Mazis était gouverneur d'Etampes et de Dourdan en 1429, l'année du siège d'Orléans40 ; Jean d'Orval, écuyer seigneur de Loupille, paroisse de Péronville, tenait en 1412 le parti contraire au duc d'Orléans, ce qui lui valut la saisie d'une terre41. De même Robert de Tarragon, homme d'armes en l'ordonnance du Roi dans la compagnie sous le maréchal de Gié, fait épouser par son fils la fille d'un gentilhomme du Gâtinais, homme d'armes également qui se trouvait à la bataille de Ravenne. Ils portent tous deux le titre de « noble homme » et les descendants de la famille Tarragon conserveront fidèlement la tradition militaire jusqu'au xxe siècle même42. En 1542, Etienne Bailly est lieutenant d'une compagnie lorsqu'il prend le titre d'écuyer. Pendant la guerre de Trente Ans, plusieurs de ses descendants tomberont au service du Roi43. Ces exemples brillants et significatifs sont exceptionnels, comme celui de Jacques Guillon, armé chevalier sur le champ de bataille, et dont la noblesse fut confirmée par le roi Charles IX quelques années plus tard44.

  • 45 Lalource et Duval, Recueil des pièces originales concernant Us États généraux, Paris, 1789, vol. V (...)

44Les charges ne semblent pas attirer non plus les prétendants à la noblesse avant 1560. À partir de cette date, les offices anoblissants rencontrent une grande faveur, ce qui ne saurait étonner car, non seulement l'administration royale croît par la multiplication des créations pour des raisons fiscales, mais la noblesse tend à se fermer : il suffit de lire les cahiers du second ordre aux états généraux de 1614 pour s'en convaincre45. On y trouvera des couplets indignés contre l'anoblissement « par des voies douces » alors que la grande majorité des gentilshommes ont pénétré ainsi, sur la pointe des pieds, dans cette noblesse tant désirée. Avant 1560, la charge anoblissante par excellence est l'office de notaire et secrétaire du roi. Entre 1560 et 1600, les offices de Parlement et de trésorier général de France sont aussi sollicités que « la savonnette à vilains ». Au xvie siècle le Parlement devient le tremplin idéal des candidats à la noblesse.

45L'agrégation au second ordre, que les contemporains connaissaient bien et que les commissaires de 1667 étaient particulièrement invités à poursuivre, apparaît comme le mode privilégié d'anoblissement pour la noblesse de la « reconstruction » après la guerre de Cent Ans comme pour celle du xvie siècle. Elle disparaît pratiquement après 1560, parallèlement à la montée des offices et des couches nouvelles. Par quelques exemples, nous essaierons de démonter ce mécanisme que nous avons déjà évoqué grâce aux dossiers des faux-nobles.

  • 46 Cherin, 48.

46La famille Chambon prétendait descendre d'une grande famille auvergnate et s'être établie en Beauce en 1500, mais Chérin, dans une lettre à Monsieur de Vergennes, déclare cette filiation « dénuée de fondement46 ». Il écrit également que les « possessions de cette famille sont peu considérables... les alliances simples quoique nobles... les services peu marqués au-dessous de cent ans », c'est-à-dire avant 1676.

  • 47 Nouveau d'Hozier, 109.

47Noble homme Charles de Crémeur soutient être breton en 1489. II épouse la fille unique du propriétaire de la seigneurie de Gas-en-Chartrain et prend le titre d'écuyer. Il faut attendre trois générations pour trouver un militaire dans cette famille47.

  • 48 Cabinet d'Hozier, 250.

48Les La Motte, seigneurs de Baignaux, en Grande Beauce, ne pratiquent le métier des armes qu'à la quatrième génération, en 1606, mais auparavant ils avaient « été maintenus » dans leur noblesse par les commissaires lors de l'enquête des tailles de 1598, autant dire que leur intégration à la gentilhommerie s'achevait après un siècle d'attente48.

  • 49 Ibid., 58.
  • 50 Charrier français (1868) et Nouveau d'Hozier, 150.

49On pourrait ainsi multiplier les exemples signifiants : les Meaussé, reproduction exacte du cas de la Motte, les Le Boulleur, qui virent leur noblesse reconnue officiellement par l'exemption de la contribution du ban et l'arrière-ban en 1562 à la quatrième génération, alors qu'ils portent le titre d'écuyer depuis 1450 et celui de noble homme jusqu'en 159249. Les Gaudart d'Allaines, militaires à la neuvième génération, sont « maintenus » lors de l'enquête de 163450. Plutôt que d'accumuler les cas, il est préférable d'établir une statistique précise. Près de la moitié (46 %) des familles trouvant leur origine au xve siècle correspondent à ce schéma et n'ont porté les armes qu'entre la troisième et la sixième génération. Il faut y ajouter les 10% qui attendirent plus longtemps encore. On ignore l'origine et la vie militaire de 26 % des cas. Parmi ceux-ci combien cachent leurs antécédents pour une raison analogue ? Étant donné la mentalité de l'époque, s'ils devaient leur noblesse à l'épée ou à l'office, ils n'auraient aucun intérêt à le cacher, bien au contraire.

50Pour des raisons évidentes et déjà exposées, la proportion des agrégés est moindre au xvie siècle, mais notre ignorance croît à mesure que le temps passe.

51Finalement pour les xve et xvie siècles, le tiers des gentilshommes se sont agrégés à la noblesse « par des voies douces » en prenant le titre d'écuyer gardant celui de « noble homme » pendant une centaine d'années. Parvenant à se faire reconnaître officiellement par le pouvoir royal, ils entreprennent alors une carrière militaire, généralement entre la troisième et la sixième génération, à la faveur des troubles religieux ou de la guerre de Trente Ans. Le tiers également des familles cache soigneusement son origine et ses titres et, par là même, paraît suspect. Quant au dernier tiers, il est constitué d'anoblissements orthodoxes par les armes ou les charges.

52Ce schéma qui contredit les arguments des théoriciens de la noblesse s'intègre parfaitement aux conceptions de Belleguise concernant ceux qui ne pouvaient présenter des preuves « de leurs actes de services » :

  • 51 Belleguise, op. cit., p. 73-75.

Il est certain qu'il y a plus de vraisemblance que leurs pères n'étaient point nobles [...] ce sont probablement des nobles de plume qui sans risque de verser le sang s'anoblissent chez eux par des voies douces... à ce compte, il ne faudrait qu'être riches, vivre sans rien faire et tâcher d'usurper les titres de noblesse, avec quoi le bourgeois serait assuré de transmettre à ces descendants la qualité de noble pourveu qu'il leur laissât assez de bien pour vivre51...

  • 52 Dossiers bleus, 396.

53Il n'est pas étonnant que ces bourgeois attendent trois ou quatre générations avant de paraître à l'armée. Il leur fallait se décrasser peu à peu pour s'intégrer parfaitement à la gentilhommerie, apprendre le métier des armes, trouver un protecteur qui acceptât de les « nourrir ». Avant 1560, c'était surtout le roi qui attirait les gentilshommes. Pendant les guerres de Religion, la Maison de Navarre, le duc d'Alençon multiplient les possibilités de carrière militaire. Ainsi Théodore de Ligneris fut envoyé à « Pau à l'âge de cinq ans auprès du prince de Navarre d'où il fut ramené à l'âge de neuf ans... enfant d'honneur de M. de France, duc d'Alençon, qu'il servit jusqu'à l'âge de quinze ans jusqu'à sa mort [du duc d'Alençon] en qualité de gentil homme de sa chambre et il se mit depuis au service du comte de Soissons en qualité de chambellan jusqu'en 160752 ».

54Son cousin dut s'éloigner de France pour avoir trempé dans la conjuration d'Amboise alors que son père avait été ambassadeur du roi de France au concile de Trente.

  • 53 Goubert (P.), Béarnais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, 1960.

55Ce phénomène, apparemment politique, pourrait être social et représenter une mobilisation massive de la gentilhommerie qui aurait permis les guerres de Religion, chaque seigneur oubliant l'ancienneté de sa noblesse et se jetant dans le combat en fonction de ses idées et trouvant par là même un protecteur. En Beauvaisis, Pierre Goubert a montré que la noblesse s'est ruinée dans les luttes religieuses53. Par conséquent l'évolution sociale que nous avons constatée pourrait n'être qu'une manifestation politique ou religieuse. Il nous faut étudier de près ce problème afin d'être sûrs que nous ne sommes pas victimes d'une illusion et que nous n'avons pas pris le politique pour le social.

56Tout d'abord, aucun des anciens lignages dont l'origine est antérieure à 1400 ne choisit la période 1560-1660 pour embrasser la carrière militaire.

57Sur dix-huit familles du xve siècle, sept allèrent à l'armée pendant les guerres de Religion, mais pour six d'entre elles, cent ans s'écoulèrent après qu'elles eurent pris le titre d'écuyer et deux cents pour la septième. Quatre optèrent pour la profession des armes avant les troubles, mais attendirent au moins soixante-dix ans pour s'engager. Le règne de Louis XIV attira trois nouvelles vocations, la guerre de Trente Ans et la période la précédant quatre.

58La situation est différente pour les hommes nouveaux du xvie siècle. Huit sur dix-sept, après quatre-vingts ou cent ans de noblesse, participèrent à la guerre de Trente Ans ou rejoignirent les armées un peu plus tôt. Par contre neuf d'entre elles (la moitié) ne purent résister au démon religieux et à ses passions. On connaît le parti de cinq de ces gentilshommes : deux protestants, deux royaux, un fidèle du duc d'Alençon. Cette précocité militaire ne détruit cependant pas notre hypothèse, trois cas patientant quatre générations avant de s'engager, trois autres trois, les trois derniers deux, c'est-à-dire entre trente et soixante-dix ans. On voit cependant que le zèle religieux hâta l'intégration des anoblis au second ordre, jouant ainsi un rôle social important dans la mesure où les prouesses militaires venaient apporter l'honneur qui avait jusqu'ici manqué cruellement à ces hommes nouveaux, avides de promotion sociale et entichés des idéologies qui semblaient si bien servir leurs desseins.

  • 54 Mousnier (R.), Labatut (J.-P)- Durand (Y.), Problèmes de stratification sociale : deux cahiers de (...)

59Ainsi notre schéma type, élaboré à partir des condamnations de 1667, s'avère coïncider parfaitement avec la réalité du xvie siècle et même correspondre à l'ascension de la majorité des familles de gentilshommes qui font remonter leur noblesse à la période comprise entre la guerre de Cent Ans et les troubles religieux. Notons simplement qu'à partir de la seconde moitié du xvie siècle et surtout au xviie siècle cette pratique ne sera plus tolérée et devra être remplacée par l'achat d'un office anoblissant ou une lettre du roi pour des services éminents rendus à la monarchie. Cependant le même opprobre continuera d'affliger l'anobli considéré comme un bourgeois pendant une centaine d'années ou quatre générations54. On s'explique ainsi mieux la lenteur de la mobilité sociale avant 1 600 que l'anoblissement par charges rendra plus rapide aux siècles suivants.

60L'origine géographique de la noblesse beauceronne pose moins de problèmes. Avant 1400, le recrutement est local à 80 %. Entre 1400 et 1560, 71 % des familles (sur un total de 70) sortent de la terre beauceronne. Les autres viennent surtout des régions périphériques : Gâtinais, Normandie, Perche, Orléanais. D'autres provinces, tels la Touraine, l'Ile-de-France, le Thimerais, la Bourgogne, l'Anjou, le Limousin, ou des pays étrangers comme l'Ecosse en fournissent une.

61Le recrutement des anoblis après 1560 se fait toujours dans le pays, mais, à partir du xviie siècle, parallèlement à la montée des offices, la ville pénètre en force la campagne, Paris, Orléans, Chartres devenant les pourvoyeurs de nobles pour la Beauce, sans poussée particulière de la part de la capitale.

6285 % des gentilshommes résident dans leur seigneurie. Pour les anoblis, les deux tiers préfèrent habiter la ville.

63La mobilité géographique est nulle chez l'ancienne noblesse. Comment pourrait-il en être autrement alors que les seigneurs de fiefs s'anoblissent sur leurs terres ? On connaît 2 cas sur 87 qui changent de terres, mais au bout de quatre générations. Le plus souvent le lignage s'étend, des cadets conquérant, par des mariages avantageux, de nouveaux fiefs.

64La puissance des gentilshommes, exprimée en fiefs possédés, montre qu'ils sont loin d'être des pauvres hères comme le prétend la légende. Représentant le tiers des seigneurs de Beauce, ils possèdent deux-cinquièmes des fiefs et 44 % des justices. Les anoblis, de moitié moins nombreux, mais dont la fortune devait être moins altérée, ont trois fois moins de fiefs et quatre fois moins de justices. De même, les roturiers tiennent quinze fois moins de justices et deux fois moins de fiefs que les gentilshommes d'extraction pour un même nombre de familles. La seule vraie concurrence vient des nobles de l'extérieur qui concentrent entre leurs mains 37 % des justices et un cinquième des fiefs alors qu'ils ne représentent que 17 % des seigneurs de Beauce. Nous appelons cette noblesse « extérieure », parce qu'elle n'est pas compromise dans l'enquête de la généralité d'Orléans. On y trouve sept familles de cour : Balzac d'Entragues, La Trémoïlle, Béthune, Courcillon... La région parisienne ne prédomine pas dans leur recrutement, le groupe le plus important venant de l'Ouest (Anjou, Normandie, Maine, Thimerais).

65La grande majorité des familles d'anoblis ou de gentilshommes se contentent d'un fief. Celui-ci, le plus souvent, est une grosse ferme beauceronne qui permet probablement à son propriétaire de vivre correctement. Pouvaient-ils jouer les grands seigneurs avec de tels revenus ? C'est une question que nous espérons pouvoir résoudre dans l'avenir. Cependant certaines familles possédaient plusieurs fiefs comme le montre le tableau 2.3 ; ainsi les Hallot, barons et chevaliers, dont l'origine remonte au xiiie siècle, tiennent dix fiefs répartis entre leurs trois branches beauceronnes.

Tableau 2.3
Possessions des familles nobles

Tableau 2.3Possessions des familles nobles
  • 55 Le propriétaire des 21 fiefs est un cas particulier : Escoubleau de Sourdis, gouverneur de l'Orléa (...)

66Note*55

  • 56 Moyenne sans Sourdis

67Note **56

  • 57 La Grande Beauce s'étend de part et d'autre de la route Paris-Orléans, d'Étampes à Orléans. La Bea (...)

68La moitié des familles roturières (sur un total de 66) a choisi d'acheter un fief dans le pays chartrain. Le Dunois et la Grande Beauce se partagent le reste57. Une absence de marque : le marchand qui laisse la place aux « seigneurs de... » vivant noblement sur leurs terres, nombreux dans les trois régions, aux officiers des présidiaux d'Orléans et de Chartres installés autour des villes de préférence. Huit membres des cours souveraines, officiers en majorité de la chambre des comptes de Paris, originaires semble-t-il de Chartres, se sont établis dans cette région. Les sept officiers seigneuriaux ont préféré le Dunois et le pays chartrain à la Grande Beauce. Parmi les autres roturiers, on trouve deux notaires et secrétaires du Roi non encore anoblis, un lieutenant général de bailliage, un grand doyen de Notre-Dame de Chartres, un trésorier général de France, deux militaires, un notaire, un maître de poste, un garde du corps de la reine mère. On remarquera que la robe parisienne roturière ou noble, beauceronne d'origine ou extérieure, tient une place insignifiante : 8 % des familles et 7 % des fiefs. De même, nous constatons entre les différentes régions de la Beauce une disparité qu'il nous faut expliquer et que le tableau 2. 4 résume avec clarté.

Tableau 2.4
Les propriétaires des fiefs

Tableau 2.4Les propriétaires des fiefs
  • 58 Voir la thèse de Jacquart (J.), La Crise rurale en Ile-de-France, 1550-1570, Paris, A. Colin, 1974 (...)

69Le Dunois, pays fermé, mal relié à Paris, est abandonné aux gentils hommes et aux roturiers, surtout officiers seigneuriaux, donc connaisseurs en matière d'exploitation de domaine, alors que Chartres et la Grande Beauce disposent de routes qui rendent les communications faciles avec Paris et Orléans notamment, mais cette explication est insuffisante. Si la robe parisienne préfère le Hurepoix et la Brie, c'est non seulement à cause de la proximité de la capitale, mais surtout parce qu'ils sont des pays verdoyants, comme le Dunois et le pays chartrain, grâce aux vallées du Loir, de l'Eure et de leurs affluents58. Enfin à propos des roturiers il est évident que l'influence de la ville de Chartres est décisive car elle sert de tremplin pour beaucoup de ces officiers ivres d'ambition, l'exemple d'Aligre et de sa réussite en témoigne. Pour résumer la situation, on peut dire que le Dunois, bien qu'il se prête à des cultures plus diversifiées (comme le pays chartrain) que la Grande Beauce, est trop inaccessible pour intéresser les anoblis et la noblesse extérieure. La Beauce chartraine au contraire réunit tous les éléments pour attirer les citadins parisiens ou chartrains. Quant à la Grande Beauce, bien desservie par les transports de l'époque, Piganiol de la Force la présente ainsi : « plaine fertile en froment, païs sans vignes, sans prés, sans bois, sans montagne, sans rivières, ni fontaines. Qui voudrait hormis un Beauceron s'établir dans un pareil païs ? »

  • 59 Bloch (J.-R.), L'Anoblissement en France au temps de François I", Paris, 1934.

70Selon la théorie traditionnelle, la noblesse tire son origine du pouvoir royal, principe remontant à saint Louis59, qui fut sans cesse rappelé au cours du xvie siècle. L'édit du 26 mars 1555 défend de prendre sans droit la qualité de noble sous peine d'amende. L'ordonnance de Blois (art. 257), celle d'Orléans (art. 118), le règlement des tailles de 1 600 reviennent sur la question. La répétition régulière de ce principe dans la législation pourrait suffire à en montrer l'inefficacité.

71Belleguise et Machaut professaient les mêmes idées. La réalité cependant les contraignait à composer avec elle. Ils prirent conscience, lors de l'enquête de 1667, de la grande mutation sociale qui s'opérait sous leurs yeux et qu'ils étaient chargés d'accélérer. C'est pourquoi ils essayèrent, tout en demeurant fidèles à la théorie que, désormais, le roi Louis XIV était en mesure d'appliquer, d'effectuer la transition sans heurts, ni injustices, l'exemple proche de la Fronde leur ayant enseigné la prudence.

72Ainsi l'intendant d'Orléans, Machaut, condamna neuf familles à une amende pendant qu'il confirmait la noblesse de 214 lignages, permettant à six d'entre eux de choisir le retour au tiers état et à la taille, laissant onze personnes « condamnées par forclusion ou défaut » en suspens entre le deuxième et le troisième ordre.

73L'examen de la généalogie de ces malchanceux prétendants à la noblesse nous a permis de dresser une sorte de modèle de la promotion sociale de cette époque. Celle-ci est en général lente. L'exemple de David, laboureur, vers 1550, devenu noble en 1621 mais condamné en 1667, montre que les quatre générations qui séparent le paysan de l'anobli ne sont pas jugées suffisantes. Les Sevin, laboureurs au xive siècle, ne seront anoblis qu'au xviiie siècle. Les Vaillant, avocats en 1387, seront condamnés en 1667 après avoir tenté une vaine agrégation.

74Les étapes obligatoires de l'ascension passent par la ville. On quitte la campagne pour la petite marchandise dans les faubourgs d'Orléans. Le grand marchand bourgeois de la cité installé intra muros peut alors conserver son honorable position pendant plusieurs générations, un certain nombre de carrières s'ouvrant devant lui : l'échevinage, l'achat d'offices à l'échelon de l'élection ou du présidial, l'entrée dans les chapitres ou le métier d'avocat.

75L'acquisition d'un fief représente un nouveau bond en avant pour le lignage. Il suffira d'y aller vivre noblement pendant une centaine d'années, de réussir à se faire exempter de la taille si on ne bénéficie pas encore de ce privilège, ce qui est rare pour un officier ou un bourgeois de la ville. Devant le notaire, on se fera nommer écuyer. Qui se souviendra alors, un siècle plus tard, que le seigneur du lieu avait un ancêtre marchand élu ou officier seigneurial ? Tous les censitaires qui, depuis quelques générations, n'auront connu que cette famille au château seront prêts à témoigner devant les enquêteurs de 1598 et 1634 qu'ils les ont vus vivre noblement ainsi que leur père et leur grand-père.

76L'enquête de 1667, avec l'esprit nouveau qu'elle apportait, arrêta ainsi de belles carrières. Le témoignage oral laissait la place à la preuve écrite beaucoup plus indiscrète, le pouvoir royal s'affermissait et se sentait en mesure de contrôler davantage la mobilité sociale. Le livre de Belleguise est imprégné de ces idées.

77Cependant, si certaines familles trop pressées n'eurent pas le loisir de s'anoblir de cette façon au xviie siècle parce qu'elles vivaient quelques décennies trop tard, beaucoup y parvinrent entre la guerre de Cent Ans et 1560. Ce temps de troubles anéantit la plus grande partie de la gentil hommerie beauceronne. Pendant le siècle qui suivit, les deux tiers des nobles sont des hommes nouveaux. En 1667, plus de la moitié de ces familles ont accompli quelques prouesses dans les armées du roi, ce qui permet aux théoriciens d'affirmer que la noblesse est avant tout militaire. Ce qu'ils ignorent ou cachent, tout comme les gentilshommes eux-mêmes, prompts à dissimuler leur origine sous le masque « de la nuit des temps », c'est que ces exploits furent longs à venir. Rares en effet sont les hommes nouveaux qui exercent le métier des armes à leur entrée dans la noblesse (14% en moyenne). La plupart d'entre eux attendent de trois à six générations, profitant des troubles religieux et des guerres de Louis XIII et Louis XIV pour se jeter dans la bataille. Il ne faut cependant pas oublier que nous ignorons l'origine sociale du tiers des familles qui ne se vantent d'aucun service et grossissent probablement le rang des agrégés à la noblesse.

78La deuxième moitié du xvie et le xviie siècle voient surgir les revendications des gentilshommes qui réclament une épuration de leurs rangs :

  • 60 Lalourcé et Duval, Recueils des pièces originales... concernant Us états généraux..., Paris, 1789  (...)

que ceux qui par la licence du temps se sont impunément attribué la qualité de gentilhomme et ne le sont pas en soient déchus... Et que pour cet effet soient députez trois ou quatre gentil hommes de chaque bailliage ou sénéchaussée nomméz par la noblesse du païs... et sera fait fidèle registre des gentilshommes du ressort sans qu'autres y puissent être enrôlés que ceux qui seront nobles de quatre races60...

79Ces quelques lignes témoignent de l'excellente connaisance qu'avaient les gentilshommes du processus d'anoblissement ainsi que de leurs désirs de fermer l'ordre de la noblesse. Désormais, conséquence de ce nouvel état d'esprit, parallèlement au développement de la fiscalité royale, toujours exsangue, qui multiplie les charges dans la fonction publique, se crée une noblesse d'officiers qui vit à la ville d'où elle est issue. La mobilité sociale s'est accélérée ; une ou deux générations suffisent pour entrer dans le second ordre. On comprend ainsi le mépris et la hargne dont les affectent les gentilshommes qui pensent toujours qu'une bonne noblesse s'acquiert en quatre générations ou cent ans. Ces anoblis ou parvenus n'affichent pas une richesse ostentatoire en fiefs, se contentant de 15 % d'entre eux, alors que les gentilshbmmes en conservent près de la moitié. La vieille noblesse tient également à distance respectable la robe parisienne qui ne s'implante pas en Beauce, préférant les régions plus verdoyantes de Brie et du Hurepoix. Par contre, les gentilshommes de l'extérieur, ceux des provinces voisines, de l'ouest notamment, y sont fort bien accueillis puisqu'ils y possèdent, de même que la grande noblesse de Cour, le cinquième des fiefs et 87% des justices. Les roturiers, surtout installés dans le pays chartrain, sont en majorité des magistrats du présidial, des seigneurs vivant noblement, des officiers seigneuriaux. Occupant 20% des fiefs, ils ne tiennent que 8% des justices.

  • 61 Chérin, 209.

80A travers cette enquête de 1667, nous avons vu s'esquisser le portrait du gentilhomme de Beauce. Il se recrute localement, possède un fief qui est une grosse ferme, tient une haute justice. Son origine remonte en général au siècle qui a suivi la guerre de Cent Ans, mais il sert fidèlement le Roi dans ses armées. Il nous manque encore quelques paramètres pour pouvoir porter un jugement sur lui : ses alliances, sa fortune, sa culture, sa mentalité. Est-il aussi pauvre que le prétend la légende ? Claude de Villereau dont la noblesse date du xiiie siècle, lors de son mariage en 1684, déclare « n'avoir aucun meuble, sinon un cheval valant 400 livres tournois, une paire de pistollets, une épée, ses habits le tout valant 200 livres61 ». Mais son père lui donne le tiers de tous ses biens, c'est-à-dire une ferme. On peut considérer le père comme riche puisqu'il dispose de la valeur de trois fermes. Cela lui permettra sans doute de contredire les proverbes : « gentilhomme de Beauce se tient au lit quand on rhabille ses chausses », « vend son chien pour acheter du pain », mais serait-ce suffisant pour soutenir le train de vie noble ou se contentera-t-il de rêver de châteaux en Espagne ?

Notes

1 Article paru dans la Revue d'histoire moderne et contemporaine (RHMC), t. XXI, octobre-décembre 1974, p. 548-566.

2 Esmonin (E.), La Taille en Normandie au temps de Colbert, Paris, 1913 ; Meyer (J.), La Noblesse bretonne au xviiie siècle, 2 vol., Paris, 1966.

3 Bibliothèque d'Orléans, ms. 618 (ancienne cote M. 457).

4 Concernant la législation des enquêtes de noblesse, consulter la thèse de J. Meyer. Cette qualité de « traitant » est fournie par Jacques Soyer dans un article du Bulletin de la Société archéologique du Loiret, tome XXIV, 1940-1943. Il ne traite que de la condamnation de Pothier.

5 Toutes les vérifications que nous avons faites montrent la grande conscience avec laquelle travaillait le grand archiviste que fut Merlet.

6 Généalogies orléanaises des familles ayant habité la province d'Orléans, manuscrit de la seconde moitié du xviie siècle, 8 vol., Bibliothèque d'Orléans, M. 608-615. La table analytique publiée par Charles de Vassal chez Herluison à Orléans en 1862 rend de grands services, de même que l'article consacré aux travaux du chanoine Hubert par la revue Chartrier français (Orléans, 1867) qui contient, en plus de la table, des indications sur les sources de ces généalogies, fournies pour la plupart par les familles elles-mêmes, ce qui a nécessité de notre part une étude critique très approfondie.

7 Voir à ce propos les commentaires de F. Bluche sur l'origine des familles parlementaires parisiennes au xviiie siècle dans les Mémoires publiés par les Sociétés d'histoire et d'archéologie de la ville de Paris et de l'Ile-de-France, tome V-VI, 1953-1954. Un article de M. Perronnet, dans la Revue historique revient sur cette question (1968).

8 Nous avons utilisé l'édition de 1700, celle de 1669 étant introuvable. Il ne nous a pas été possible d'identifier Alexandre de Belleguise sur le plan social.

9 Belleguise, op. cit., p. 59-60.

10 Bacquet, Oeuvres complètes, Paris, 1582 et 1608 ; ce passage est cité par De La Roque dans son Traité de la noblesse, I, p. 64.

11 Esmonin rappelle dans sa thèse que les gentilshommes normands étaient prompts à monter à cheval pour défendre leurs privilèges.

12 Belleguise, op. cit., p. 65 et 72.

13 Ibid.

14 Nouveau d'Hozier, 250.

15 Belleguise, op. cit., p. 72.

16 Soyer, art. cité, in Bulletin de la Société archéologique de l'Orléanais, 1940.

17 Hubert (Chanoine), Généalogies, VIII, p. 260.

18 Ibid., VII, p. 246.

19 Grand coutumier général. Coutume d'Orléans, t. III, p. 725-775.

20 Nouveau d'Hozier, 200.

21 Chérin, 207.

22 Hubert (Chanoine), VII, p. 168.

23 Id., VIII, p. 193 et E. 3326, archives départementales d'Eure-et-Loir.

24 Id„ VII, p. 81 et Lefebvre, Documents pour l'histoire du canton de Janville, Chartres, 1875.

25 « Terrier de Santilly », Archives nationales, R4*, 501-502.

26 Mss français 32582, p. 219 et 229.

27 Hubert (Chanoine), II, p. 271.

28 Dossiers bleus 279 et Allones GGI (registres paroissiaux) : « Le 25 janvier 1678 a été inhumé dans l'église d'Allones le corps de Jehan Fouquet, Écuyer, sieur de Sainte-Croix et d'Ymorville âgé de 100 ans ou environ ».

29 Nouveau d'Hozier, 273.

30 Illiers GG6 : registres paroissiaux, 6 septembre 1654.

31 Berchères-l’évêque CGI et Doyen : histoire de la ville de Chartres... Chartres, 1786.

32 Mémoire présenté au Roi par la noblesse du bailliage de Chartres, 22 septembre 1650.

33 Dossiers bleus : 524 ; Chanoine Hubert, VII, p. 196 ; Champséru GGI (registres paroissiaux). Nous avons pu construire une généalogie avec tous les éléments contenus dans ces trois documents complémentaires.

34 Belleguise, op. cit., p. 72.

35 Ibtd., p. 77.

36 Chérin, 196.

37 Nouveau d'Hozier, 82.

38 Pour les justices nous avons utilisé comme grille de départ un manuscrit de Jousse qui se trouve à la bibliothèque d'Orléans. Le grand juriste a travaillé d'après un fonds de l'Intendance qui contenait un certain nombre de renseignements pour l'année 1735. À partir de ce schéma nous avons reconstitué la situation des justices en 1667, de façon à retrouver les érections plus tardives et les propriétaires de cette époque

39 Dans ce total entrent en jeu 3 familles italiennes dont nous ne pouvons contrôler la noblesse et 5 familles que nous n'avons pu identifier

40 Dossiers bleus, 438.

41 E. 2710, archives départementales d'Eure-et-Loir.

42 Généalogie Tarragon aux archives départementales d'Eure-et-Loir ; Chérin, 192 ; Nouveau d'Hozier, 310 ; Carrés d'Hozier, 591, pièces originales 2798. Dossiers bleus, 626. Nombreux actes aux archives d'Eure-et-Loir qui ont servi, avec ceux du cabinet des titres, à la confection de la généalogie.

43 Nouveau d'Hozier, 21

44 Cabinet d'Hozier, 180.

45 Lalource et Duval, Recueil des pièces originales concernant Us États généraux, Paris, 1789, vol. V (1614).

46 Cherin, 48.

47 Nouveau d'Hozier, 109.

48 Cabinet d'Hozier, 250.

49 Ibid., 58.

50 Charrier français (1868) et Nouveau d'Hozier, 150.

51 Belleguise, op. cit., p. 73-75.

52 Dossiers bleus, 396.

53 Goubert (P.), Béarnais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, 1960.

54 Mousnier (R.), Labatut (J.-P)- Durand (Y.), Problèmes de stratification sociale : deux cahiers de la noblesse (1649-1651), Paris, 1965.

55 Le propriétaire des 21 fiefs est un cas particulier : Escoubleau de Sourdis, gouverneur de l'Orléanais. Nous avons publié un article sur la gestion d'une de ces baronnies : Auneau, RHES, n° 2, 1972

56 Moyenne sans Sourdis

57 La Grande Beauce s'étend de part et d'autre de la route Paris-Orléans, d'Étampes à Orléans. La Beauce dunoise se trouve à l'est de Châteaudun et du Loir. Le pays chartrain entoure la ville de Chartres, mais atteint, au sud, le bourg de Voves.

58 Voir la thèse de Jacquart (J.), La Crise rurale en Ile-de-France, 1550-1570, Paris, A. Colin, 1974 et le livre de Mireaux E., Une Province française au temps du grand roi : la Brie, Paris, 1958.

59 Bloch (J.-R.), L'Anoblissement en France au temps de François I", Paris, 1934.

60 Lalourcé et Duval, Recueils des pièces originales... concernant Us états généraux..., Paris, 1789 ; voir aussi Dlirand (Y.), « Cahier de la noblesse du gouvernement de l'Orléanais », in Enquêtes et Documents, t. 1, Nantes, Centre de Recherches sur l'histoire de la France atlantique, 1971.

61 Chérin, 209.

Table des illustrations

Titre Tableau 2.1La noblesse en Beauce, xie-xiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18094/img-1.png
Fichier image/png, 361k
Titre Tableau 2.2Origine sociale des gentilshommes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18094/img-2.png
Fichier image/png, 283k
Titre Tableau 2.3Possessions des familles nobles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18094/img-3.png
Fichier image/png, 293k
Titre Tableau 2.4Les propriétaires des fiefs
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18094/img-4.png
Fichier image/png, 301k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540