Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La noblesse en liberté

 | 
Jean-Marie Constant

Première partie. Regards obliques sur l'identité noble

Chapitre I. Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xvie et xviie siècles : les notions de « densité et d'espace » nobiliaires1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans La France d'Ancien Régime. Études réunies en l'honneur de Pierre Goubert, Toulou (...)
  • 2 Dauvergne (R.), « Le Problème du nombre des nobles en France au xviiie siècle », Hommage à Marcel (...)
  • 3 Chaussinand-Nogaret (G.), La Noblesse au xviiie siècle : de la féodalité aux lumières, Paris, 1976

1Connaître le nombre des nobles est une sorte de « serpent de mer » de la recherche historique. Jusqu'ici les historiens avaient surtout tenté des évaluations pour le xviiie siècle. Parmi les derniers à avoir fait le point en la matière, R. Dauvergne et J. Meyer parviennent à des conclusions voisines, trois cent cinquante mille nobles2 En revanche, G. Chaussinand Nogaret retient un nombre beaucoup plus petit, cent à cent cinquante mille3. Pour les périodes antérieures, les études sont beaucoup plus rares, mais aussi plus délicates à mener.

2Après avoir évoqué les difficultés de l'entreprise pour les xvie et xviie siècles, nous proposerons une méthode s'appuyant sur la « notion de densité » qui devrait permettre une connaissance plus sûre du nombre des nobles. Nous essaierons de saisir ensuite « l'espace nobiliaire », c'est-à-dire les territoires sur lesquels règne la noblesse ou qu'elle influence ne serait-ce que par sa présence.

Difficultés de l'étude pour les xvie et xviie siècles

  • 4 Orléa (M.), La Noblesse aux États généraux de 1576 et 1588, thèse de 3e cycle, Paris, 1980, ch. II (...)
  • 5 Hurault De L'hopital (M.), Discours sur l'état de la France, Paris, 1591, p. 142, cité par Orléa, (...)
  • 6 Cité par Orléa, p. 55.

3Une tentative d'estimation a été faite pour l'ensemble de la France par M. Orléa4. Il a commencé par relever les témoignages des contemporains. Michel Hurault de l'Hôpital dans son discours sur l'état de la France prétend qu'à la fin du xvie siècle il y aurait 20 000 à 30 000 nobles5. René de Sanzay, ancien capitaine général du ban et de l'arrière-ban pour 1588, soutient qu'il est possible de mobiliser 50 000 chevaux. En 1598, l'ambassadeur anglais Dallington dément cette affirmation et déclare qu'il n'existe pas 50 000 gentilshommes capables de porter les armes. Il ramène ce nombre à 30 000. Le baron de Fourquevaux en 1574, parle de 2 000 gentils hommes pour sa province du Languedoc. Si on imagine que ce gouvernement du midi est un bon échantillon capable de nous renseigner sur l'ensemble du royaume, on peut considérer que la France compterait 24 000 familles nobles6.

  • 7 Wood (J. B.), The Nobility ofthe élection of Bayeux (1463-1666), Princeton, 1980, p. 81 sq.
  • 8 Manuscrit de la bibliothèque d'Orléans, n° 599, 218 p., original, Arrière ban du bailliage d'Orléa (...)

4Peut-on accorder crédit aux gens du xvie siècle ? On les sait peu naturellement portés vers les statistiques. M. Orléa a essayé de vérifier leurs assertions en extrapolant les données des rôles de fief pour le ban et l'arrière-ban. Il a recueilli des renseignements fiables pour vingt-quatre bailliages sur quatre-vingt-treize existants soit 25 % de l'ensemble. Il a calculé qu'un bailliage ou une sénéchaussée comptait en moyenne deux cents gentilshommes tenant fief. En conséquence il évalue le nombre de nobles français, y compris ceux de Bretagne, à 21 000, ce qui entre dans la fourchette proposée par Michel Hurault de l'Hôpital. Il concède que les grands seigneurs possesseurs de terre dans différentes circonscriptions ont pu être comptabilisés plusieurs fois mais il pense que le phénomène est compensé par une proportion équivalente de gentilshommes non fieffés. Dans son livre sur la noblesse de l'élection de Bayeux, M. Wood relève que cinquante-deux nobles ne tenant pas de fief offrent leurs services lors de la convocation du ban et de l'arrière-ban en 1552, soit une proportion équivalente à 25 % de l'effectif nobiliaire du bailliage7. Certes la grande noblesse n'atteint pas un tel pourcentage dans la majorité des bailliages. Dans celui d'Orléans en 1587, quatre chatellenies, quatre baronnies, un comté et trois seigneuries sont possédés par Condé, Lévis, la Tremoille, Lhôpital, Beauvilliers, Briçonnet, Robertet, la Châtre et Rochechouart. Dans le bailliage de Sens en 1575, on trouve Condé, Crussol, Coligny, Ligny, les Guise et enfin le Roi. Mais peut-on comparer la baronnie de Sully, le comté de Tonnerre, le duché de Bar avec le petit fief d'un gentilhomme campagnard ? En Beauce par exemple, une baronnie comme celle d'Auneau comprend cinq à six fois plus de terres exploitables au milieu du xvie siècle (au xviie dix fois) qu'une seigneurie moyenne. Si on applique les coefficients nécessaires à cette situation, on s'aperçoit que la fourchette retenue par M. Orléa entre 20 000 et 30 000 nobles est vraisemblable8.

  • 9 Constant (J.-M.), Nobles et paysans en Beauce aux xvieet xviie siècles, Lille III, 1981, p. 27bis.
  • 10 Wood, op. cit., p. 45.

5Le problème est partiellement résolu. Il faut pouvoir mesurer les variations de la démographie nobiliaire. Pour connaître les effectifs des familles il faut les reconstituer. Il n'est nullement évident que le coefficient appliqué dans l'ouest ou le bassin parisien soit valable pour le Midi ou le Massif Central. De plus il évolue avec le temps. En Beauce par exemple, le nombre de personnes par famille nucléaire noble, de 6,15 au xvie siècle passe à 5,60 au xviie siècle. Pendant ce temps, le lignage grossit régulièrement et gagne trois points (de 7,74 à 10,05). La population nobiliaire dans ce même pays n'est nullement stable. Les plus gros bataillons apparaissent entre 1560 et 1660. Un déclin important (28 %) touche la seconde moitié du xviie siècle, l'époque de la Renaissance qui connaît une certaine augmentation se situant à mi-chemin9. Dans l'élection de Bayeux où la croissance domine selon Wood, l'indice 100 de 1463 devient 146 en 1540, 264 en 1598, 246 en 1624, 283 en 166610. Les situations peuvent être aussi très diverses et évoluer dans des sens différents d'une province à l'autre. En conséquence il est difficile de se livrer à des extrapolations.

  • 11 Constant (J.-M.), L'enquête de noblesse de 1667 et les seigneurs de Beauce, Revue d'histoire moder (...)

6L'autre difficulté est de nature documentaire. M. Orléa a privilégié les listes du ban et de l'arrière-ban ; Wood les a couplées avec les enquêtes de noblesse, fréquentes en Normandie de Louis XI à Louis XIV. On peut aussi utiliser les procès-verbaux des révisions de coutume qui comprennent souvent des listes de nobles présents. Il faut néanmoins être prudent. Pour Orléans, en 1583, l'énumération est incomplète pour certaines parties du bailliage, très lacunaire ou franchement absente pour d'autres. On s'en aperçoit en comparant avec le ban et l'arrière-ban de 1587. Les enquêtes de noblesse de 1667 ne donnent pas toujours satisfaction. Pour la Beauce, la confrontation avec d'autres sources m'avait montré la crédibilité du dossier déposé à la Bibliothèque nationale11. Lorsque j'ai voulu le reprendre pour étudier l'ensemble de la généralité d'Orléans, je me suis aperçu que certaines élections telles que Romorantin et Vendôme avaient été sacrifiées un peu vite par les administrateurs. La tentative de saisir le nombre des nobles à l'époque de Louis XIV grâce à l'énorme matériel documentaire des enquêtes de noblesse se révélait à l'usage très peu sûre. Les listes établies par les érudits locaux peuvent rendre de grands services parce qu'elles sont souvent le fruit de longues et patientes recherches d'hommes du xixe siècle qui connaissaient admirablement les archives.

7À ce stade de notre réflexion, on peut affirmer que la documentation qui nous est offerte sur la noblesse des xvie et xviie siècles n'est pas également exploitable. On peut seulement se livrer à des évaluations à partir de régions privilégiées par la qualité des sources. C'est pourquoi j'ai pensé qu'il était nécessaire de chercher de nouvelles méthodes et de modifier les problématiques. Les notions de « densité et d'espace nobiliaires » permettent d'utiliser les multiples listes rencontrées.

Densité et espace nobiliaires

  • 12 Stein (H.), « Le ban et l'arrière-ban d'Étampes en 1544 », Annales de la société historique et arc (...)
  • 13 Saugrain, Nouveau dénombrement de la France, 1920.
  • 14 Brette (A.), Atlas des bailliages, Paris, 1904.
  • 15 Joanne (P.), Dictionnaire de la France, Paris, 1890.

8Dans le pays d'Etampes par exemple, une centaine de nobles sont convoqués pour le ban et l'arrière-ban en 154412. L'enquête de noblesse de 1696 qui concerne l'ensemble de la généralité de Paris permet d'identifier les nobles de l'élection. Les deux circonscriptions, bailliage et élection ne coïncident pas comme le cas se présente le plus souvent sous l'Ancien Régime. La seule façon de tenter un rapprochement est de calculer la densité nobiliaire en 1544 puis en 1696 dans les périmètres qui nous sont donnés. La connaissance des limites des bailliages et des élections est une première difficulté qu'il faut résoudre de façon satisfaisante. Des dénombrements comme celui de Saugrain fournissent pour chaque élection les noms des paroisses qui la composent13. Les bailliages ont été cartographiés par Brette en 190414. Il suffit alors de confronter ces cartes à celles qui représentent les communes d'aujourd'hui. Les superficies de ces dernières se trouvent pour toute la France dans le Dictionnaire de Joanne15. La somme de ces espaces communaux permet d'obtenir avec précision la superficie d'un bailliage ou d'une élection. Il faut néanmoins veiller à ce qu'une commune ne soit pas coupée en deux par les limites d'une circonscription ancienne et que certaines paroisses contestées et qui font l'objet d'enjeux entre divers bailliages soient véritablement comptabilisées lors de la convocation du ban ou de l'enquête de noblesse. Quelques études à titre d'exemple témoigneront de la valeur de la méthode. Le procès-verbal de révision de la coutume de Châteauneuf en Thimerais en 1552 compte cent quatorze nobles. Il peut être considéré comme complet, le nom des absents succédant à celui des présents. Petit bailliage, il s'étend essentiellement sur l'actuel département d'Eure-et-Loir et déborde sur l'Eure et l'Orne. Couvrant 921,10 km2, sa densité nobiliaire s'établit à 0,12 feu noble par km2. En 1544 le bailliage d'Etampes est un peu plus grand : 961,81 km2. Une centaine de familles de gentilshommes y résident. La densité est équivalente, à peu de choses près, à celle de Châteauneuf : 0,10 feu noble au km2. Mais le Thimerais et le pays d'Etampes peuvent être considérés comme des régions à fortes densités nobiliaires au milieu du xvie siècle. Un grand bailliage, celui d'Orléans, trois fois plus étendu que les précédents a une densité moitié moins importante. Alors que les petits bailliages étaient des zones homogènes de campagnes ouvertes, celui d'Orléans est composé de régions géographiques diverses : la Beauce, le Gâtinais, la Sologne, la Forêt d'Orléans, le Val de Loire. Pour savoir quelle est la partie de la circonscription la plus déficitaire entre le Val, le plateau ou la forêt, nous avons travaillé sur les bailliages secondaires appelés aussi châtellenies qui bordent le grand bailliage. La zone forestière de Vitry-aux-Loges affiche des résultats légèrement plus bas que ceux du bailliage, de même que Janville qui comprend à la fois une partie beauceronne et une partie du Perche Gouet. En revanche, la densité de la châtel lenie de Boiscommun en Gâtinais (0,24) bat tous les records et celle de Beaugency, faite d'un secteur de petite Beauce, d'une parcelle de Sologne et d'un morceau de Val-de-Loire, avoisine ce que nous avons trouvé à Étampes (0,09). À première vue donc, certaines campagnes telles le Gâtinais, le Thimerais, le Pays d'Étampes rassemblent plus de gentils hommes au xvie siècle que la Beauce, la Sologne, le Perche Gouet ou la Forêt d'Orléans (tableau 1.1)

Tableau 1.1
La densité des feux nobiliaires aux xvie et xvie siècles

Tableau 1.1La densité des feux nobiliaires aux xvie et xvie siècles
  • 16 Pour Orléans xviie siècle : Lambert-Daverdoing (H.), Bulletin de la société archéologique de l'Orl (...)

9Au xviie siècle l'élection d'Orléans ne semble pas avoir subi de transformations notables puisqu'on y retrouve la même densité que cent ans plus tôt. En réalité cette stabilité cache une augmentation. L'enquête de noblesse de Louis XIV a adopté les nouveaux critères qui faisaient déjà partie du corpus lentement élaboré par les juristes et largement plébiscité par l'opinion publique. Il n'est pas possible d'évoquer ici ce changement de sensibilité collective et d'idéologie. Les concepts d'ancienneté et d'anoblissement jouent un rôle de plus en plus grand. Au xvie siècle le possesseur de fief qui vivait l'existence du gentilhomme campagnard s'intégrait dans la noblesse sans difficulté. Le lent processus de définition de la noblesse, qui s'achève au temps du Roi Soleil et culmine avec de La Roque, agit de façon dissuasive sur les candidats à la noblesse16. Si, pour constituer un modèle fictif, on intègre ceux dont la noblesse n'a pas été acceptée au nom des nouvelles normes, on trouve à Orléans une densité de 0,08, c'est-à-dire une augmentation d'un tiers, à Étampes une croissance de 28 %. Cette politique malthusienne en matière de noblesse, voulue par l'opinion et appliquée par Louis XIV, ses ministres et ses intendants, a bloqué une partie de la mobilité sociale dans la seconde moitié du xviie siècle.

10Pour pouvoir analyser correctement la répartition des nobles dans les bailliages on ne peut se contenter d'analyses chiffrées aussi générales. Il faut pénétrer plus avant dans l'espace nobiliaire et voir ce qui se passe dans les paroisses. Ces études réclamant beaucoup de temps et de patience, nous n'avons pu les mener à bien que dans deux petits bailliages Étampes et Châteauneuf en Thimerais, qui comprennent respectivement quatre-vingt-trois et quatre-vingt-sept communautés en 1544 et 1552. Le tiers des villages du bailliage de Châteauneuf et les trois-cinquièmes de celui d'Etampes n'abritent pas de nobles sur leur territoire. Dans ce dernier, le sud-est de la circonscription est particulièrement vide de gentilshommes. En revanche, à Châteauneuf, la noblesse se répartit avec plus de régularité sur l'ensemble du terroir. Le tiers ou la moitié des paroisses vivent avec un ou deux seigneurs en leur sein. Quelques-unes, en général assez étendues, une ou deux par bailliage, ont plus de cinq nobles.

11On pourrait prolonger ces études bailliagères par une analyse sociale, qui permettrait une connaissance plus profonde de la noblesse. Bien des surprises alors attendraient le chercheur et bien des points de vue s'en trouveraient modifiés.

Conclusion

  • 17 Une enquête en cours à l'Université du Maine dirigée par R. Philippe et moi-même intitulée Dévelop (...)

12Ces quelques pages ne représentent qu'un premier jalon d'une enquête en cours17. Notre programme comprend des analyses comparatives de grands bailliages champenois (Chaumont-en-Bassigny, Troyes et Sens), de l'ouest de la France (Maine, Perche, Normandie) d'île de France, de l'Orléanais, du Nord (Amiens, Boulogne, Vermandois) et du Centre (Poitou-Charentes) (tableau 1.2).

Tableau 1.2
La répartition des nobles dans les paroisses

Tableau 1.2La répartition des nobles dans les paroisses
  • 18 L'enquête de noblesse de 1667 pour la généralité de Paris est introuvable. En revanche celle de 16 (...)

13Cette première approche permet de voir comment les obstacles documentaires, qui empêchaient jusqu'ici de connaître le nombre des nobles aux xvie et xviie siècles, peuvent être franchis. Cette méthode a l'inconvénient d'être coûteuse en temps et fastidieuse à souhait, comme à chaque fois qu'il est nécessaire de constituer un « corpus quantitatif » concernant les périodes anciennes, mais elle a l'avantage de cerner les problèmes de fort près et de saisir toutes les nuances du peuplement nobiliaire. Elle donne à l'historien la faculté de délaisser des sources par trop défectueuses pour s'attacher à celles qui sont exploitables, sans que la recherche soit, pour cette raison, irrémédiablement compromise. On peut lui reprocher sur le plan technique de rapprocher des densités de circonscriptions qui ne recouvrent pas le même territoire, ce qui pourrait cacher des distorsions entre les diverses parties d'un même pays. Dans ce cas, une baisse ou une hausse ne traduirait qu'une différence d'implantation originelle de la gentilhommerie. L'argument serait valable si on cantonnait l'étude à l'échelle d'une microrégion. Il faudrait alors ne considérer que les zones communes aux deux circonscriptions, en l'occurence bailliage ou élection. Si on désirait extrapoler les résultats de ces territoires-tests à l'échelle nationale, il faudrait procéder de cette façon. En revanche, comme il me paraît difficile de penser que l'Île-de-France et l'Orléanais puissent témoigner pour l'ensemble du pays, je me suis bien gardé d'essayer de tels procédés. Le problème soulevé sera résolu en fonction des objectifs poursuivis : connaissance de la répartition nobiliaire dans l'espace français et calcul du nombre des familles nobles. En conséquence, les superficies prises en compte devront être suffisamment importantes pour masquer les différences entre les divers territoires choisis. Par exemple au lieu de travailler sur l'élection d'Étampes qui ne concerne qu'un demi-millier de kilomètres carrés, comme nous venons de le faire, parce que l'enquête est loin d'être achevée, il sera nécessaire d'utiliser les données de toute la généralité de Paris, en distinguant bien le cas particulier de la capitale et les divers pays qui la composent. Il en est de même pour les bailliages qui doivent être pris en compte, dans la mesure où les sources le permettent, par grands groupes régionaux. Dans ces conditions on peut espérer disposer pour la France du nord de résultats sûrs18.

14Le lien sera alors assuré entre une « histoire bailliagère » chère à Pierre Goubert, porteuse des mille facettes de la diversité française d'Ancien Régime et l'histoire nationale où les particularismes provinciaux pèsent lourdement.

Notes

1 Article paru dans La France d'Ancien Régime. Études réunies en l'honneur de Pierre Goubert, Toulouse, 1984, p. 149-155.

2 Dauvergne (R.), « Le Problème du nombre des nobles en France au xviiie siècle », Hommage à Marcel Reinhard : sur la population française aux xviiie et xixe siècles, Société de démographie historique, 1974 ; Meyer (J.), « La noblesse française au xviiie siècle : aperçus des problèmes », Acta polo-niae historica, Warsawa, 1977.

3 Chaussinand-Nogaret (G.), La Noblesse au xviiie siècle : de la féodalité aux lumières, Paris, 1976.

4 Orléa (M.), La Noblesse aux États généraux de 1576 et 1588, thèse de 3e cycle, Paris, 1980, ch. III : « La noblesse : une élite héréditaire en crise », p. 51 sq.

5 Hurault De L'hopital (M.), Discours sur l'état de la France, Paris, 1591, p. 142, cité par Orléa, p. 53.

6 Cité par Orléa, p. 55.

7 Wood (J. B.), The Nobility ofthe élection of Bayeux (1463-1666), Princeton, 1980, p. 81 sq.

8 Manuscrit de la bibliothèque d'Orléans, n° 599, 218 p., original, Arrière ban du bailliage d'Orléans pour 1587 ; Le Roy (M.), Le Ban et l'arrière-ban du bailliage de Sens pour l'année 1575, Sens, 1885.

9 Constant (J.-M.), Nobles et paysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, Lille III, 1981, p. 27bis.

10 Wood, op. cit., p. 45.

11 Constant (J.-M.), L'enquête de noblesse de 1667 et les seigneurs de Beauce, Revue d'histoire moderne et contemporaine, 1974.

12 Stein (H.), « Le ban et l'arrière-ban d'Étampes en 1544 », Annales de la société historique et archéologique du Gâtinais, 1894, p. 28-38.

13 Saugrain, Nouveau dénombrement de la France, 1920.

14 Brette (A.), Atlas des bailliages, Paris, 1904.

15 Joanne (P.), Dictionnaire de la France, Paris, 1890.

16 Pour Orléans xviie siècle : Lambert-Daverdoing (H.), Bulletin de la société archéologique de l'Orléanais, t. XXI. Pour Châteauneuf : « Petite chronique de Blévy », Mémoires de la société archéologique d'Eure-et-Loir, t. II, 1860, p. 378-379. À propos des changements de conceptions de noblesse voir les communications de Madame Ariette Jouanna et de Jean-Marie Constant dans L'Anoblissement en France, xvie-xviiie siècles. Devoirs et réalités, Actes du colloque sur l'anoblissement, Bordeaux, novembre 1982, Bordeaux, Centre de recherche sur les origines de l'Europe moderne, 1985.

17 Une enquête en cours à l'Université du Maine dirigée par R. Philippe et moi-même intitulée Développement économique et groupes sociaux s'intéresse particulièrement au rôle et à la place de la noblesse de Philippe le Bel à Louis-Philippe. Ce travail se fait en relation avec le centre de l'Europe moderne de Bordeaux III et avec l'équipe de Denis Richet à L'ehess.

18 L'enquête de noblesse de 1667 pour la généralité de Paris est introuvable. En revanche celle de 1696 conservée à la Bibliothèque de la ville de Paris peut rendre de grands services. Je l'exploite actuellement.

Table des illustrations

Titre Tableau 1.1La densité des feux nobiliaires aux xvie et xvie siècles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18093/img-1.png
Fichier image/png, 595k
Titre Tableau 1.2La répartition des nobles dans les paroisses
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18093/img-2.png
Fichier image/png, 439k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540