Version classiqueVersion mobile

Ville fermée, ville surveillée

 | 
Gérald Billard
, 
Jacques Chevalier
, 
François Madoré

Partie 2. Les logiques de l’enfermement résidentiel

Chapitre 4. La logique sécuritaire

Texte intégral

1L’insécurité, en participant à la construction de l’argumentaire légitimant l’autoenfermement résidentiel, est à l’origine d’une rhétorique qui interroge les diverses finalités sécuritaires de l’enclosure dans le domaine de l’habitat. Dans un premier temps, cette logique va être confrontée au discours relatif à la fragmentation sociospatiale des villes, pour être mise en perspective ensuite à la lumière du contexte français. Toutefois, même si le propos est fondé pour l’essentiel sur l’analyse du cas hexagonal, celui-ci bénéficiera de quelques éclairages complémentaires en provenance d’autres situations géographiques. Au total, la logique sécuritaire qui préside au développement de l’autoenfermement résidentiel en France ressort à trois niveaux. Si l’enclosure apparaît en premier comme une forme de régulation privative de l’insécurité d’appropriation, elle est également susceptible d’offrir un environnement sécurisé aux enfants et, enfin, de préserver les qualités environnementales de l’habitat, ce qui débouche sur la notion de standing écologique.

LA LOGIQUE SÉCURITAIRE, LA FERMETURE RÉSIDENTIELLE ET LA FRAGMENTATION SOCIOSPATIALE DES VILLES

2La plupart des chercheurs travaillant sur la fragmentation sociospatiale des villes évoquent de façon très explicite l’existence d’une articulation entre d’une part la montée de l’insécurité (réelle ou perçue) et des discours sur l’insécurité et, d’autre part, la mise en œuvre de stratégies résidentielles d’autoenfermement. Toutefois, ce lien n’explique que partiellement le développement de ces stratégies et n’épuise donc pas la diversité des processus à l’œuvre dans le développement des enclaves résidentielles fermées dans le monde. Par ailleurs, il s’exprime selon des intensités très variables géographiquement.

3Si la logique sécuritaire semble revenir telle une antienne pour évoquer la prolifération des complexes résidentiels fermés, cette référence commune n’est pas systématiquement porteuse de la même signification selon les pays ou les villes. Il n’est pas toujours possible d’ailleurs d’opérer une hiérarchisation ou même une distinction entre les différentes préoccupations sécuritaires. Celles-ci peuvent aussi bien comprendre une peur de la criminalité sous différentes formes qu’une peur de l’Autre, c’est-à-dire de celui que l’on perçoit comme différent. Fréquemment, ces deux peurs sont peu ou prou confondues, tellement l’Autre est associé à l’acte criminel. Cette confusion traduirait, semble-t-il, l’importance du processus de fragmentation sociospatiale des villes (Navez-Bouchanine, 2001, 2002), sous l’effet combiné de la dualisation sociale et de la progression de l’autoenfermement résidentiel.

4Cette thèse reposant sur l’existence d’un lien entre la montée de l’insécurité urbaine, du sentiment d’insécurité ou des discours sécuritaires et la mise en œuvre de stratégies résidentielles d’autoenfermement est également soulignée par J. Donzelot et M.-C. Jaillet (1999), qui ont animé le séminaire « La nouvelle question urbaine », organisé par le Plan urbain construction et architecture (PUCA). Cette nouvelle question urbaine s’exprimerait en effet à travers une double réalité formant système, bien que chaque partie fasse référence à des structures sociospatiales fortement différenciées, avec d’un côté l’émeute urbaine et le développement des incivilités, et de l’autre l’urbanisme affinitaire et la figure de la ville émergente. La tension qu’exprime cette confrontation se traduit alors, chez les acteurs de l’urbanisme affinitaire, par une volonté de se protéger de « la ville contaminée » symbolisée par « la société incivile des zones défavorisées » (Donzelot, 1999, p. 106). C’est donc au nom de cette lecture urbaine de la question sociale que se renforce cette impression d’insécurité ambiante, sur fond de distance sociale, ethnique mais aussi générationnelle, donc de refus et de peur de l’altérité.

5À Los Angeles, M. Davis (1997) rappelle que la logique sécuritaire préside au développement d’enclaves résidentielles fermées, évoquant « une demande paranoïde de sécurité » (p. 205) ou encore « une obsession sécuritaire » (p. 207). S. Low (2003) montre également l’importance de ces préoccupations sécuritaires, au sens large, c’est-à-dire incluant la peur du crime mais aussi de l’Autre, dans le choix de résider dans les gated communities étatsuniennes. Cette recherche de sécurisation vise non seulement les personnes mais aussi les valeurs immobilières, comme le montre l’étude de ces valeurs dans les lotissements enclos à Los Angeles, où « l’enceinte apporte avant tout une sécurité de l’investissement immobilier » (Le Goix, 2004, p. 43). Enfin, pour la plupart des auteurs travaillant sur les villes latino-américaines (Caldeira, 1996 ; Prévôt-Schapira, 1999 ; Coy et Pöhler, 2002), le développement des stratégies résidentielles d’autoenfermement est adossé, pour partie, à la montée de la violence et du discours sur l’insécurité, sur fond de fragmentation sociospatiale accrue. Toutefois, la visibilité d’un affichage sécuritaire dans les discours de vente des programmes immobiliers est très variable. La rhétorique promotionnelle construite autour de la sécurité, comme celle développée par les résidants, peut-être ainsi masquée (Capron, 2004), comme l’illustre le cas de Buenos Aires, où « bien que rarement explicite dans les discours des résidants, la sécurité est un argument sous-jacent dans leurs représentations comme dans leurs pratiques » (Lacarrieu et Thuillier, 2004, p. 163).

6Les gated communities étatsuniennes pour se prémunir du danger

« Les habitants des communautés fermées utilisent les murs, les portes d’entrées et les gardes pour tenir à l’écart de leurs maisons et de leurs quartiers toute une gamme de dangers perçus. Ils ne voient plus leur vie sociale quotidienne pleine de citoyens “disciplinés” qui partagent leurs valeurs et leurs normes. La distance physique entre eux et “les autres” est tellement proche que le contact provoque de la peur et du souci, et en réponse, ils construisent des habitations privées, résidentielles et exclusives dont ils peuvent tenir les autres à l’écart avec leurs murs et leurs gardes. Les murs rendent visibles les systèmes de contrôle social et d’exclusion de classe qui étaient déjà là, mais se reflètent désormais dans un environnement concret de stuc et de fer » (p. 156-157).
Low S., « Construire l’exclusion à travers les communautés fermées », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 93, 2003, p. 149-157.

7La question de l’insécurité et de la fragmentation sociospatiale en Amérique latine

« En milieu urbain, la violence n’est plus aujourd’hui politique, mais institutionnelle et privée. Les actes de délinquance fortement médiatisés alimentent le discours sur l’insécurité. Dans la capitale mexicaine, les enquêtes d’opinion placent la sécurité au premier rang des préoccupations des habitants. À Buenos Aires, dans une ville qui reste l’une des plus sûres d’Amérique latine, […] le discours sécuritaire a largement encouragé le mouvement de départ vers les quartiers privés. Aussi la question de l’insécurité est-elle devenue un enjeu politique majeur dans la gestion des grandes métropoles […] Parallèlement, la privatisation de la sécurité – souvent tolérée, voire encouragée par les autorités locales – est chaque fois plus une réalité. Les entreprises de gardiennage et de surveillance sont l’un des secteurs d’activité les plus florissants » (p. 139-140).
Prévôt-Schapira M.-F., « Amérique latine : la ville fragmentée », Esprit, n° 11, 1999, p. 128-144.
« Il faut revenir sur cette question de la peur de la violence et de la criminalité. Ce n’est pas seulement Morumbi (São Paulo), mais aussi tout autour de la ville que cette peur tend à éloigner et séparer les groupes sociaux, et à imposer ainsi la ségrégation. À un certain niveau, la peur de la violence et de la criminalité est liée à la production d’un discours que j’appelle conversation sur la criminalité […] À un autre niveau, avec la peur qui monte alors même que les institutions chargées de faire respecter l’ordre deviennent violentes à leur tour et ne sont pas perçues comme fiables, les gens réagissent en recourant à des moyens privés de sécurité comme l’embauche de gardes privés, l’installation de nouveaux dispositifs de surveillance et le financement d’opérations d’autodéfense. La plus courante et la plus visible de ces stratégies agit sur l’environnement urbain et la vie publique : les gens de toutes les classes sociales fortifient leur domicile, changent leurs habitudes et finissent par transformer la ville et sa sphère publique » (p. 74).
Caldeira T., « Un nouveau modèle de ségrégation spatiale : les murs de São Paulo », Revue internationale des sciences sociales, n° 147, 1996, p. 65-77.

8Sur le continent africain, M. A. Pérouse de Montclos (2000) montre que le développement des villes fortifiées habitées par des classes aisées répond d’abord à un objectif sécuritaire. Il s’agit principalement de se prémunir du crime sous toutes ces formes, dans un contexte sociopolitique marqué à la fois par d’importantes inégalités sociales et une grande faiblesse des États pour non seulement assurer la sécurité des personnes ou des biens, mais pour promouvoir aussi un modèle sociétal moins inégalitaire. Dans ce contexte fortement insécuritaire, l’enclosure est donc aussi un moyen, à l’image de ce qui est observé à Los Angeles, de maintenir, voire de favoriser la progression des valeurs immobilières (Altini et Akindele, 2005).

9L’architecture de bunker face à l’explosion de la criminalité en Afrique du Sud

« La paupérisation des masses et l’explosion de la criminalité ont contribué à redéfinir les contours de la propriété privée en accentuant la césure avec les classes possédantes. Le banditisme armé a précipité un grand renfermement urbain et un repli sur une vie cellulaire. Les habitations se sont hérissées de clôtures, de barbelés et de systèmes d’alarme […] Une telle architecture de bunker a effectivement pu aboutir à un cloisonnement des milieux les plus aisés, surtout dans les économies de marchés ségréguées et relativement développées comme l’Afrique du Sud. Pour se prémunir de la violence du monde extérieur, les citadins sud-africains les plus riches s’en remettent en effet à des compagnies spécialisées et beaucoup ne se déplacent plus qu’avec une arme. Les sociétés de gardiennage assurent en l’occurrence la protection de quartiers entiers : pas seulement des magasins ou des villas individuelles, mais aussi des lotissements fermés et appelés compounds. Elles participent à l’édification de véritables villes fortifiées » (p. 80-81).
Pérouse De Montclos M.-A., « Afrique : ghettos dorés et quartiers du pouvoir », Urbanisme, n° 312, 2000, p. 78-81.

10En Europe, R. Wehrhahn (1999) remarque, en observant l’émergence des gated communities en Espagne, que « les raisons de leur augmentation sont principalement basées sur une progression du désir de sécurité », tandis que J.-F. Pérouse (2002) rappelle que le développement des cités privées à Istanbul se nourrit, du moins partiellement, d’une obsession sécuritaire. À Varsovie, G. Glasze et R. Pütz (2004) observent une invasion des préoccupations sécuritaires dans la transformation ou la production du logement : l’installation de dispositifs de sécurité sous diverses formes (matérielles ou humaines) a tendance à se généraliser et l’on voit poindre les premières gated communities dans les zones périurbaines. Cette demande de sécurité est relayée et entretenue par les pouvoirs publics, qui prônent la « tolérance zéro » face à la criminalité et mettent en œuvre des dispositifs de surveillance de l’espace public. Toutefois, sur le continent européen, la peur du crime n’a pas la même signification qu’en Amérique ou en Afrique, car les statistiques de la criminalité, en particulier les atteintes aux personnes, y sont notablement plus faibles. Cette préoccupation sécuritaire se nourrit donc à la fois d’une exaspération grandissante face à la multiplication des atteintes aux biens (à titre d’exemple, le nombre de vols par habitant a quasiment décuplé entre 1950 et 2000 en France) et d’une prolifération des discours insécuritaires produits en particulier par la sphère politico-médiatique.

11L’obsession sécuritaire tous azimuts des cités privées à Istanbul

« La clôture physique est fondatrice de la cité privée. Toutes les publicités font invariablement référence au dispositif de protection et de surveillance, actif “24 heures sur 24”. Cette clôture est concrétisée par de hauts murs, hérissés de piques métalliques diversement ouvragées et jalonnés de spots et parfois de caméras vidéo ou thermiques. Il existe même des douves. Cet argument sécuritaire semble en fait largement importé, et son exagération aura sans doute pour effet de susciter l’insécurité aux abords de ces cités protégées. Car c’est en se mettant en scène qu’elles vont se désigner comme cibles potentielles » (p. 31).
Pérouse J.-F., « Istanbul cernée par les citées privées », Urbanisme, n° 324, 2002, p. 26-31.

LA BANALISATION DU DISCOURS SÉCURITAIRE CHEZ LES PROMOTEURS IMMOBILIERS FRANÇAIS

12En France, la logique sécuritaire alimente pour partie le développement des complexes résidentiels fermés ou clôturés, avec la construction d’un discours promotionnel légitimant l’enclosure par la nécessité de se protéger de la criminalité. Ainsi, les dix promoteurs interrogés (cf. chapitre 2) en 2002 estiment tout à fait inconcevable aujourd’hui de construire un programme résidentiel sans un contrôle des accès et sans une panoplie d’éléments de sécurisation. Les plus fréquemment cités sont l’interphone, le digicode, le vidéophone, les alarmes, les portes blindées et les clés d’accès aux ascenseurs.

13La logique sécuritaire dans les programmes immobiliers neufs clôturés (extraits d’entretien auprès des promoteurs immobiliers)

  • Le directeur technique de Bouygues Immobilier (promoteur national) : « La sécurisation des programmes immobiliers, c’est vraiment devenu un argument de vente […] un argument fort et qu’on continue à développer pour proposer de nouveaux services. »

  • Le directeur technique d’Eiffage Immobilier (promoteur national) : « Aujourd’hui, la demande d’un client final, elle est quand même plutôt sécuritaire et on ne se voit pas proposer un logement qui n’ait pas au moins un digicode extérieur sur une première porte de sas et puis, a minima, un interphone après, et puis donc une grille de clôture pour fermer. » Cet argument sécuritaire est évoqué à plusieurs reprises au cours de l’entretien : « C’est devenu un élément important du choix d’un client […] si effectivement un client a le choix entre deux promotions, deux types de promoteurs, je pense qu’il va incliner favorablement vers celui qui aura mis un accent particulier sur ce domaine de la sécurité, ça c’est clair. »

  • Le directeur produits de Promogim (promoteur national) : « Dans les prestations, il y a la sécurité, qui effectivement, semble prendre une part de plus en plus grande. »

  • Le directeur technique de Malardeau (promoteur toulousain) : « La clôture, le portail télécommandé, l’alarme, le vidéophone, avec tout ce qui est lié à la sécurité, c’est un bon argument de vente. »

  • La responsable de la gestion locative de Monné Decroix (promoteur toulousain) : « Aujourd’hui, il ne faut pas se leurrer, la sécurité c’est un atout, un argument de location et de vente. Ça ne l’était pas, mais les faits de société font que ça l’est devenu. »

Entretiens réalisés à Paris les 15 et 16 janvier 2002 (Bouygues Immobilier, Eiffage Immobilier et Promogim), puis du 23 au 25 janvier à Toulouse (Malardeau et Monné Decroix).

14L’invasion du discours faisant référence de façon très explicite à l’insécurité chez les promoteurs immobiliers français a pour conséquence, entre autres, une banalisation de la rhétorique sécuritaire dans la rédaction des descriptifs des programmes immobiliers neufs, qu’ils soient clôturés ou non.

15La logique sécuritaire dans les descriptifs de programmes immobiliers neufs clôturés (extraits de descriptifs de programmes immobiliers neufs)

  • Les Nouveaux Constructeurs (promoteur national), « Chessy Village » en Île-de-France, programme comprenant à la fois de l’habitat collectif et des maisons individuelles : « Résidence entièrement clôturée avec accès par un portail et une grille équipés de digicodes. Accès au hall d’entrée commandé par digicode, doublé par un interphone et un système de vidéosurveillance. Porte d’accès au parking télécommandée par un émetteur infrarouge. »

  • Eiffage Immobilier (promoteur national), « Les Villas Caducée » à Nancy, programme d’habitat collectif : « Les Villas Caducée se composent de deux petits immeubles de quatre étages accueillant quatorze et dix-neuf appartements dans un espace protégé de la rue et clôturé pour plus de sécurité. »

  • Eiffage Immobilier (promoteur national), « Les Terrasses d’Émilie » à Lyon, programme d’habitat collectif : « Espace de qualité clos de murs, avec portillon et grilles sur rue ; copropriété entièrement privative avec vidéophone pour une meilleure sécurité. »

  • Groupe Ellul (promoteur à Montpellier), « Le Castel d’Ô » à Montpellier, programme comprenant à la fois de l’habitat collectif et des maisons individuelles : « Pour ma sécurité ils ont pensé à tout » […] La propriété est entièrement close. Un gardien veillera sur Le Castel d’Ô. Chaque hall est équipé d’un interphone. »

  • Cazam Immobilier (promoteur à Montpellier), « La Terrasse de Juvena »à Montpellier, programme d’habitat collectif : « La sécurité a été privilégiée : digicode ou interphone, garages en sous sol par accès télécommandé, entrée de la résidence fermée par un portail électronique. »

  • Seger (promoteur à Besançon), « Le Domaine des Monts de Brégille » à Besançon, programme d’habitat collectif : « La totalité du parc résidentiel est clôturé. Un portail automatique, commandé par émetteur radio individuel, sera le seul accès public au Domaine. Complété par un équipement vidéo par appartement pour assurer plus activement la sécurité de la résidence. »

  • Robert Alday (promoteur à Saint-Jean-de-Luz), « Résidence Tivoli » à Pau, programme d’habitat collectif : « Vous accéderez par un portail automatique au sein de ce parc clos, entièrement sécurisé. »

  • Gesfim (promoteur à Bordeaux), « Villa Augustine » à Bordeaux, programme d’habitat collectif : « L’enceinte entièrement clôturée, le portail à ouverture télécommandée, l’interphone et le système de télésurveillance assurent un environnement préservé et une totale sécurité. »

  • Fonta (promoteur à Toulouse), « Le Petit Trianon » à Toulouse, programme d’habitat collectif : « Entièrement clôturée, le portail à ouverture télécommandée et les portes à digicodes confèrent à la résidence un caractère sécuritaire. »

  • Fonta (promoteur à Toulouse), « Villa Lorenzo » à Toulouse, programme comprenant à la fois de l’habitat collectif et des maisons individuelles : « Un dernier atout : la sécurité : concierge avec vidéosurveillance, portail avec digicode, enceinte clôturée. »

Extraits de descriptifs des 183 programmes immobiliers clôturés commercialisés en France au cours du premier semestre 2002 (site Internet des promoteurs).

Fig. 9 : Portillon d’entrée des piétons et contrôle des accès par digicode et vidéo-surveillance (résidence Le Champollion réalisée par Monné Decroix à Carquefou, banlieue nord de Nantes) (cliché : F. Madoré, juin 2004)

Fig. 9 : Portillon d’entrée des piétons et contrôle des accès par digicode et vidéo-surveillance (résidence Le Champollion réalisée par Monné Decroix à Carquefou, banlieue nord de Nantes) (cliché : F. Madoré, juin 2004)

L’ENCLOSURE FORME DE RÉGULATION PRIVATIVE DE L’INSÉCURITÉ D’APPROPRIATION EN FRANCE

16En première instance, il semble que la banalisation progressive du discours sécuritaire dans la promotion des programmes immobiliers neufs clôturés en France se nourrisse à la fois de la crainte du vol, crainte fondée sur l’explosion des prédations, et sur l’incapacité des autorités à apporter une réponse susceptible d’apaiser cette crainte, tant en termes de prévention que d’élucidation des actes prédateurs. Les statistiques des crimes et délits enregistrés par les forces de police et de gendarmerie, en laissant apparaître un décuplement, ou peu s’en faut, du nombre de vols par habitant au cours de la seconde moitié du xxe siècle, montrent qu’il y a désormais quasiment dix fois plus d’atteintes aux biens que d’atteintes aux personnes, contre seulement un rapport approximatif de un à trois en 1950. La comparaison avec l’enquête nationale de victimation conduite en 1986 par le Cesdip confirme globalement les statistiques policières, à savoir le découplage entre un risque d’agression faible et, au contraire, la généralisation du risque de prédation (Robert et al., 1999). Or, le sentiment d’insécurité étant directement en rapport avec une expérience antérieure de victimation, cette élévation importante de la probabilité d’être victime d’un vol contribue pour partie au développement d’un climat insécure. Ainsi, selon l’enquête permanente sur les conditions de vie des ménages (EPCV) de l’Insee, le sentiment d’insécurité au domicile double lorsque les individus ont été victimes, au cours des deux années précédant l’enquête, soit d’une agression physique ou verbale, soit d’un cambriolage. Si 10 % des Français interrogés en 1997 se sentent en insécurité dans leur domicile sans avoir été victime, dans les deux années écoulées, d’une agression ou d’un cambriolage, ce taux monte respectivement à 21 % et à 25 % lorsque la personne a subi une victimation de ce type (Crenner, 1999).

17Parallèlement à cette explosion du nombre des vols, on assiste à une diminution du taux d’élucidation, qui est passé du tiers approximativement en 1950 (36 %) à un peu plus d’un dixième seulement (13 %) en 2000. On peut donc considérer que « de facto, le vol est quasiment dépénalisé en France, puisqu’il n’est presque plus réprimé » (Gayraud et Sénat, 2001, p. 114). Or, cette banalisation des prédations et leur faible prise en charge par les institutions policières ou judiciaires, mais aussi la limitation par les assurances du remboursement du vol afin de rétablir des marges menacées par la montée des sinistres (Robert, 2002 ; Zauberman, 2002), créent un vide de sécurité dans lequel se sont engouffrées les sociétés de services spécialisées dans le traitement, sous toutes ses formes, de la sécurité. M. Marcus et C. Vourc’h (1998) mettent ainsi en évidence une montée en puissance des processus de régulations informelles et privées des comportements prédateurs, parallèlement à la perte d’efficacité des régulations formelles créées à l’initiative de la seule puissance publique. L’aboutissement logique de ce processus est l’explosion du marché privé de la sécurité en Europe et dans le monde. F. Ocqueteau (1997) ne montre-t-il pas comment la sécurité privée en France, forte de 100 000 agents environ, a quadruplé son chiffre d’affaires au cours des années quatre-vingt à quatre-vingt-dix ? De fait, la gestion de la sécurité, qui a longtemps reposé sur l’État et la solidarité de voisinage, s’est complexifiée, avec cette profusion d’acteurs ayant vocation à participer à sa régulation (Ansidei, 1998).

18Toutefois, si la sensibilité des Français à l’insécurité est devenue aussi prégnante, c’est également du fait de la place grandissante prise par cette question dans la sphère politico-médiatique. En effet, au cours des années soixante-dix, cette question est de plus en plus articulée autour du lien entre délinquance et insécurité, au détriment de l’articulation qui associait alors violence politique et insécurité (Robert et Pottier, 1997 ; Wievorka, 1999 ; Rey, 2002). Or, au fur et à mesure où se renouvelle cette question, celle-ci est devenue centrale dans les préoccupations des Français (Roché 1996), les élections municipales de 2001 ou l’élection présidentielle de 2002 constituant l’acmé ce cette inquiétude. La place importante occupée désormais par l’enjeu sécuritaire apparaît finalement comme le fruit croisé d’une explosion d’une délinquance de prédations non élucidée et d’un mécanisme de médiatisation dans la construction des représentations de l’insécurité, marqué par la multiplication des discours insécuritaires produits en particulier par la sphère politico-médiatique et leur contribution active à l’alimentation de la rumeur.

19La fermeture de l’espace résidentiel participe donc de cette montée en puissance des mécanismes de régulation informelle de l’insécurité d’appropriation, car elle est perçue comme une parade susceptible d’assurer une protection relative contre les deux cibles privilégiées des voleurs, à savoir les voitures et les habitations, en compliquant la tâche des prédateurs.

20La fermeture pour se protéger du vol (extraits d’entretien auprès des promoteurs immobiliers)

  • Pour le responsable technique d’Espace 2 (promoteur national), la systématisation de la fermeture répond prioritairement à « une demande de la clientèle de préserver l’aspect sécurité au niveau vol, effraction, etc. ».

  • Le directeur technique de Malardeau (promoteur toulousain) lui fait chorus, estimant que « le besoin de sécurité s’exprime par rapport au vol et à l’agression […] à travers les observations des clients, c’est une observation qui revient souvent, le vol, le vol et l’agression ».

  • L’un des dirigeants du groupe 4M Promotion (promoteur toulousain) estime, quant à lui, que « les clients se sentiront un peu plus protégés si leur voiture est dans une résidence clôturée ».

Entretiens réalisés à Paris les 15 et 16 janvier 2002 (Espace 2), puis du 23 au 25 janvier à Toulouse (Malardeau et 4M Promotion).

21Pour rendre encore plus difficile la tâche des cambrioleurs ou autres malfrats potentiels, certains promoteurs conçoivent, depuis peu, une sorte de compartimentage des espaces au sein d’un même ensemble résidentiel. L’un des dirigeants de 4M Promotion expose ce principe, qui consiste à « badger les espaces » : « Nous avons maintenant multiplié, ajouté d’autres prestations […] trois résidences ou quatre viennent d’être équipées, mais alors ce sont des résidences qui ont deux ou trois ans, nous avons fait des contrôles d’accès avec des badges qui permettent d’éviter qu’il y ait un passage d’un immeuble à un sous-sol, d’un sous-sol dans un autre immeuble, qui contrôle les accès des gens qui ne doivent aller que dans une zone ou dans telle zone » (entretien réalisé le jeudi 24 janvier 2002 à Toulouse).

22Ainsi, à l’insécurité d’appropriation, correspond la mise en place de limites sécuritaires adossées à un processus de réappropriation des espaces communs des ensembles résidentiels situés dans une copropriété ou un lotissement. Ce phénomène peut être interprété, au moins partiellement, comme une volonté collective de développer des formes de régulation privée de cette insécurité d’appropriation, en dehors des organismes ayant officiellement en charge la question sécuritaire.

23La clôture offre-t-elle pour autant un bon niveau de protection face à cette insécurité réelle ou représentée ? Les exemples ne manquent pas pour montrer que si la fermeture réduit de façon importante le risque d’une atteinte aux biens, elle n’est pas complètement étanche. E. J. Blakely et M. G. Snyder (1997) soulignent que si l’autoenfermement résidentiel participe bien de la quête d’un espace sécurisé, la protection face à la délinquance est toute relative, ne serait-ce par le développement d’une petite criminalité de la part des adolescents inoccupés vivant à l’intérieur de ces lotissements. Les entretiens réalisés auprès des dix promoteurs en France montrent bien que même le contrôle de l’environnement résidentiel le plus poussé n’élimine pas complètement la victimation.

24L’efficacité toute relative de la clôture pour se prémunir contre le vol (extraits d’entretien auprès des promoteurs immobiliers)

  • Le directeur technique de Bouygues Immobilier (promoteur national) : « La clôture, en termes d’efficacité pure (pour se prémunir contre les atteintes aux biens), c’est très discutable. »

  • Le directeur technique de Malardeau (promoteur toulousain) : « Une simple clôture n’empêche pas les voleurs de passer. » Un des cadres commerciaux de cette société surenchérit : « Si vous voulez franchir la haie, vous pouvez la franchir, je veux dire, si vous voulez aller voler dans un appartement, vous pouvez, quelqu’un qui veut y aller, il peut y aller. Ça c’est certain. »

  • L’un des dirigeants du groupe 4M Promotion (promoteur toulousain) souligne que « l’efficacité de la fermeture est toute relative. Elle est d’abord psychologique ».

Entretiens réalisés à Paris les 15 et 16 janvier 2002 (Bouygues Immobilier), puis du 23 au 25 janvier à Toulouse (Malardeau et 4M Promotion).

LES AUTRES FINALITÉS SÉCURITAIRES DE L’ENCLOSURE EN FRANCE

Offrir un environnement sécurisé aux enfants…

25Si l’une des principales finalités sécuritaires de la fermeture des espaces résidentiels en France est de se protéger contre le vol ou la dégradation de ses biens propres, principalement le logement et la voiture, une autre logique à l’œuvre est de sécuriser les espaces communs, de façon à permettre leur appropriation par les résidants, en particulier les enfants. La présence d’une clôture permet en effet de sécuriser les espaces de jeux, car non seulement les enfants ne peuvent s’éloigner, mais de surcroît l’accès à la résidence est protégé. Cette protection rassure à deux niveaux les parents : par rapport à la circulation automobile et vis-à-vis d’une intrusion humaine ou animale (un chien par exemple) susceptible de présenter un danger pour l’enfant.

26Certains promoteurs, comme Espace 2, ont d’ailleurs intégré dans leurs prestations cette finalité sécuritaire de la clôture, en la doublant d’une préoccupation esthétique vis-à-vis des espaces privatifs collectifs. Le groupe a ainsi créé le concept des Domaines, défini comme un « parc clos et paysager, sans véhicule, avec mails piétonniers » (plaquette de présentation du groupe). Dès l’entrée dans le Domaine, les véhicules sont dirigés vers des allées réservées exclusivement à la circulation automobile et qui mènent aux parkings en sous-sol, de sorte que « pour la sécurité et la tranquillité de tous, aucun véhicule ne peut ainsi circuler à l’intérieur du Domaine ». Cette finalité de la clôture et de la sécurisation rappelle cette mère de famille qui, dans le roman de Boris Vian L’arrache cœur, cherche à enfermer derrière des murs de plus en plus hauts et de plus en plus clos sa progéniture, afin de la soustraire aux dangers potentiels, recréant alors les conditions d’une vie fœtale.

27Parmi les dix promoteurs français interrogés sur la diffusion de l’enclosure dans leurs programmes de logements, certains ont évoqué l’intérêt de la clôture pour la protection des enfants lorsque ceux-ci jouent dehors. Par ailleurs, l’analyse des descriptifs des 183 programmes immobiliers neufs clôturés et commercialisés en France au cours du premier semestre 2002 permet d’isoler cette dimension sécuritaire de la clôture, à savoir la sécurisation des espaces communs pour favoriser leur appropriation par les résidants, et notamment les enfants.

28La sécurité des enfants et la légitimation de la clôture (extraits d’entretien auprès des promoteurs immobiliers)

  • Le responsable technique d’Espace 2 (promoteur national) : « Tout à l’heure dans l’idée de la suppression de clôture, il y avait les enfants qui peuvent rentrer, mais également, bien sûr, les enfants qui peuvent sortir, et je pense qu’il peut être sympathique pour une famille de se dire, bon le gosse est dans le jardin, il ne risque rien. Bon, même si ce n’est pas entièrement vrai, il ne peut pas s’échapper, entre guillemets. »

  • Pour le directeur des programmes de Sagec (promoteur toulousain) : « C’est très important pour les couples avec enfants d’avoir une clôture parce que les enfants jouent en bas, dans un univers clos avec leur vélo, ils ne vont pas sur la route, et on en a fait d’ailleurs un argument de vente. »

  • L’un des responsables commerciaux de Malardeau (promoteur toulousain) évoque aussi « ce côté tranquillité intérieure lorsque vous voulez lâcher les enfants ».

  • Enfin, la responsable de la gestion locative de Monné Decroix (promoteur toulousain) insiste à son tour sur ce registre de la sécurisation : « La sécurité des enfants, en fait, c’est aussi l’un des arguments qu’on utilise, c’est quand même plus tranquille pour les parents d’avoir le bambin qui galope au milieu d’espaces verts sachant que c’est clôturé. »

Entretiens réalisés à Paris les 15 et 16 janvier 2002 (Espace 2), puis du 23 au 25 janvier à Toulouse (Malardeau, Monné Decroix et Sagec)

29La sécurité des enfants et la légitimation de la clôture dans les descriptifs de programmes immobiliers neufs clôturés (extraits de descriptifs de programmes immobiliers neufs)

  • Espace 2 (promoteur national), « Rive Gauche » à Dijon, programme d’habitat collectif : « Espace paysager clos par une élégante grille en fer forgé. Les jardins et espaces verts seront pour vos enfants un lieu de détente idéal dans la plus totale sécurité. »

  • George V (promoteur national), « Le Clos des Orchidées » à Dinard, programme d’habitat collectif : « Dans un domaine clos et intimiste, notre résidence bénéficie d’une belle piscine et d’un espace de verdure pour que les enfants jouent en toute sécurité. »

  • Groupe Ellul (promoteur à Montpellier), « Le Castel d’Ô » à Montpellier, programme comprenant à la fois de l’habitat collectif et des maisons individuelles : « Ici, je peux jouer tranquillement » […] Les enfants peuvent y jouer en toute quiétude. »

  • Sud Promotion (promoteur de la Côte-d’Azur), « Les Jardins d’Aurélia » sur la Côte d’Azur, programme d’habitat collectif : « Vos enfants seront dans un cadre propice à l’épanouissement entre parc arboré, aire de jeux et piscine, le tout dans un domaine clos et protégé. »

Extraits de descriptifs des 183 programmes immobiliers clôturés commercialisés en France au cours du premier semestre 2002 (site Internet des promoteurs).

30Cet objectif sécuritaire assigné à la clôture, à savoir offrir un environnement protégé aux enfants, est également évoqué dans d’autres contextes géographiques que la France. Ainsi, G. Glasze (2003), en observant les motivations des résidants d’ensembles résidentiels fermés et gardés au Liban, note l’importance de cette finalité, surtout pour les complexes construits après la fin de la guerre, donc dans les années quatre-vingt-dix. Elle apparaît même en tête des motivations citées, avec l’approvisionnement sécurisé en eau et électricité : environ la moitié des résidants l’évoque comme un élément décisif dans la décision d’acheter ou de louer un logement compris dans un ensemble gardé.

…Préserver les qualités environnementales de l’habitat (notion de standing écologique)

31Enfin, une dernière finalité sécuritaire de l’enclosure des espaces résidentiels est sous-tendue par la volonté de préserver d’éventuelles intrusions et dégradations (tags, détritus, crottes de chiens…) les qualités environnementales, appréciées au sens large, de l’habitat. Dans les trois quarts des descriptifs des 183 programmes immobiliers neufs clôturés et commercialisés en France au cours du premier semestre 2002, on valorise la qualité paysagère du lieu, c’est-à-dire essentiellement son cadre naturel, voire son ornementation architecturale en puisant aux sources de l’architecture de la demeure bourgeoise (« grille en fer forgé »…). Surtout, on insiste plus particulièrement sur la perspective de maintenir cette qualité grâce à la présence d’une clôture.

32Ainsi, l’enclosure de l’espace résidentiel peut être justifiée par la volonté de préserver l’intégrité écologique du lieu, ce qui renvoie à la fois à une logique sécuritaire, car il s’agit bien de se protéger des préjudices matériels et d’une dégradation des valeurs immobilières liés à une insécurité visant à dégrader cette qualité environnementale, et à une logique d’appropriation privative des espaces collectifs dans l’habitat. Le groupe toulousain Monné Decroix communique d’ailleurs beaucoup sur ce thème, justifiant pour partie la clôture de ces ensembles résidentiels par la qualité des espaces verts et la nécessité de la préserver. Comme l’exprime la responsable de la gestion locative, « il fallait surtout protéger du monde extérieur des allées et venues, c’est quand même pas le jardin public » ou encore « la clôture nous amène uniquement juste une tranquillité pour pouvoir entretenir nos espaces verts de manière plus sereine » (entretien réalisé le jeudi 24 janvier 2002 à Toulouse).

33La préservation des qualités environnementales de l’habitat et la légitimation de la clôture (extraits de descriptifs de programmes immobiliers neufs)

  • George V (promoteur national), « Domaine de la Ribassière » à Marseille, programme de maisons individuelles :» Sitôt franchie la grille d’entrée, la magie opère. Le Domaine de la Ribassière est un domaine privé entièrement clos où s’organisent nos villas et bastides au sein d’un parc verdoyant. »

  • Meunier (promoteur national), « Résidence Près-aux-Bois » en Île-de-France, programme d’habitat collectif : « Petite résidence sertie dans un écrin de verdure clos et en retrait de l’avenue. »

  • Seger (promoteur à Besançon), « Le Domaine des Monts de Brégille » à Besançon, programme d’habitat collectif : « Le Domaine des Monts de Brégille offre de grands espaces de calme, de détente pour tous ceux qui veulent prendre la vie “côté nature” […] Il harmonise une architecture contemporaine haut de gamme à un environnement protégé. Des massifs d’arbres dans le parc isolent les différents immeubles. Les équipements collectifs sont intégrés dans des espaces verts. Les parkings sont repoussés loin du pied des immeubles, pour préserver la qualité de vie sonore et visuelle. »

  • Groupe Ellul (promoteur à Montpellier), « Le Castel d’Ô » à Montpellier, programme comprenant à la fois de l’habitat collectif et des maisons individuelles : « Vivre au Castel d’Ô, c’est choisir une vie plus naturelle, plus détendue, avec un vaste parc paysager, arboré, entièrement clos […] Avec ses plantations typiquement méditerranéennes, le grand jardin paysager est une invitation à la découverte de la nature. »

  • Osiris (promoteur à Toulouse), « Villa Cézanne » à Toulouse, programme de maisons individuelles : « Parce qu’il est important de vivre dans un cadre épanouissant, la « Villa Cézanne » s’insère dans un environnement de verdure complètement clos, avec accès sécurisé. »

  • Paul Mateu Promotion (promoteur à Toulouse), « Le Domaine de Diane », programme comprenant à la fois de l’habitat collectif et des maisons individuelles : « Dès l’entrée du domaine, la qualité du site s’affirme par une richesse architecturale dans la respect de la tradition. Un magnifique portail ouvragé, deux colonnes en pierre de taille surmontées de sculptures […] À l’intérieur, passé le pavillon du gardien-régisseur, l’espace paysager créé est un véritable hymne à la nature et au calme. Des arbres aux essences multiples et variées, de nombreux massifs fleuris, vous convient à vivre au rythme des saisons. »

Extraits de descriptifs des 183 programmes immobiliers clôturés commercialisés en France au cours du premier semestre 2002 (site Internet des promoteurs).

34Cette quête environnementale sous-tendue par la fermeture de l’habitat n’est pas spécifique à la France. Elle est évoquée par plusieurs auteurs ayant observé à travers le monde le développement de communautés résidentielles fermées (Dupont, 2000 ; Chevalier, 2002 ; Giroir, 2002 ; Raposo, 2003 ; Pérouse, 2003). Elle participe d’une recherche d’images symboliques, comme celle d’un romantisme adossé à la nature, où « l’espace est représenté comme sécurisé, contrôlé, ordré et beau, comme un paysage expurgé de sa composante obscure » (Raposo, 2003, p. 296). Au total, la clôture est susceptible de matérialiser une différence de standing écologique, en délimitant un îlot de verdure protégé et inaccessible aux non-résidants.

35L’enjeu environnemental et les gated communities à travers différents contextes géographiques dans le monde

Delhi (Inde)
« La déconcentration des classes aisées vers les périphéries rurales se traduit par une compétition pour l’usage du sol dans la ceinture agricole, dans les farm houses de la frange méridionale de la capitale. C’étaient à l’origine de véritables fermes […] Mais la vocation de tels domaines est souvent détournée. Ce ne sont plus que des villas luxueuses et spacieuses, entourées de vastes parcs paysagers protégés par des enceintes murées. Elles se sont développées pour une population à très hauts revenus, qui dispose ainsi de véritables havres de paix et de verdure aux portes d’une capitale parmi les plus polluées du monde » (p. 100).
Dupont V., « Delhi : une dynamique de peuplement centrifuge », in Dureau F. et al. (dir.), Métropoles en mouvement, Paris, Anthropos, 2000, p. 93-103.
Comté du Beaufort (États-Unis, Caroline du Sud)
« Pour les promoteurs, il s’agit certes de vendre un produit immobilier mais surtout un environnement-patrimoine (végétal et faunistique), aussi naturel que possible […] Tout est mis en œuvre pour que les acheteurs se persuadent qu’ils vont bénéficier d’un standing écologique dont eux-seuls seront les bénéficiaires […] Sans doute est-ce par cette confiscation (par la fermeture naturelle ou artificielle, le gardiennage, l’imposition des règles de propriété et d’usages strictes) que fonctionne aujourd’hui le plus sûrement la protection environnementale localisée, dont les bénéficiaires directs sont toutefois assez peu nombreux […] Derrière les enjeux environnementaux, notamment avec la confiscation ordonnant l’échelle du standing écologique, se dessinent d’implacables enjeux sociaux » (p. 233).
Chevalier J., « L’“urbanisation dispersée polycentrique” hors des aires métropolitaines aux États-Unis : le comté de Beaufort, Caroline du Sud », Cahiers Nantais, n° 58, 2002, p. 223-234.
Beijing (Chine)
« Compte tenu de la part souvent majoritaire des espaces non-bâtis (espaces verts ou lacustres), les complexes résidentiels de luxe représentent une surconsommation foncière flagrante (p. 426) […] Les promoteurs de villas de luxe s’efforcent d’accréditer l’idée d’oasis de nature préservée et de lieux antithétiques de l’espace mégapolitain. Les noms des complexes de villas contiennent ainsi souvent le terme de “jardin” (yuan ou huayuan) » (p. 432).
Giroir G., « Le phénomène des gated communities à Pékin, ou les nouvelles cités interdites », Bulletin de l’Association des Géographes Français, n° 4, 2002, p. 423-436.

Table des illustrations

Titre Fig. 9 : Portillon d’entrée des piétons et contrôle des accès par digicode et vidéo-surveillance (résidence Le Champollion réalisée par Monné Decroix à Carquefou, banlieue nord de Nantes) (cliché : F. Madoré, juin 2004)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search