Version classiqueVersion mobile

Ville fermée, ville surveillée

 | 
Gérald Billard
, 
Jacques Chevalier
, 
François Madoré

Partie 1. La diffusion spatiale des enclaves résidentielles fermées

Introduction à la partie 1

Texte intégral

1L’autoenfermement résidentiel semble progresser sur tous les continents. Le chapitre 1 vise précisément à rendre compte de la diffusion géographique du phénomène à l’échelle planétaire, en faisant un état des lieux des connaissances, fut-il (mais pourrait-il en être autrement ?) partiel. L’objectif est de montrer que cette question n’est pas propre à un ensemble géographique, mais qu’elle trouve une expression universelle, sans pour autant renvoyer systématiquement aux mêmes logiques. Les deux chapitres suivants s’inscrivent pleinement dans la confrontation entre la situation française et étatsunienne, avec d’un côté le déploiement ubiquiste et discriminé des ensembles résidentiels fermés ou clos en France (chapitre 2) et de l’autre, le développement, oscillant entre large présence et sélection des espaces, des gated communities aux États-Unis (chapitre 3).

2Auparavant, avant de décliner ce jeu d’échelles destiné à questionner la réalité de la diffusion spatiale des enclaves résidentielles fermées, précisons ce que nous entendons par autoenfermement résidentiel. Il s’agit d’ensembles d’habitation comprenant les caractéristiques suivantes :

  • La fermeture totale du complexe d’habitat par un dispositif physique (mur ou clôture) qui le constitue en isolat clos.
  • Le contrôle des accès par le recours à un arsenal technologique (portail automatique), humain (gardien) ou une combinaison des deux.
  • Enfin, un principe d’auto-administration d’ampleur très variable d’un contexte géographique à l’autre, ce principe reposant sur une identification du complexe résidentiel à une entité juridique régie par différents statuts (copropriété, association syndicale de propriétaires).

3Par ailleurs, en termes de morphologie, les ensembles résidentiels fermés prennent racine aussi bien dans l’habitat individuel que collectif, les premiers se développant essentiellement dans les franges urbaines, alors que les seconds sont plus caractéristiques des zones centrales ou péricentrales et témoignent d’un processus de densification. Enfin, ces enclaves résidentielles fermées peuvent contenir une part plus ou moins importante de résidences secondaires, en particulier dans certains contextes balnéaires ou ruraux.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search