Version classiqueVersion mobile

Les notables du Trégor

 | 
Christian Kermoal

Conclusion

Texte intégral

1Au moment d’achever ce parcours en compagnie des petits notables ruraux trégorrois, il convient de rappeler les questions qui nous avaient incités à entreprendre l’aventure : une série d’interrogations sur les changements de capacité et d’image des personnes habituées à conduire les affaires de leur paroisse ou de leur commune ; une période de 80 années, marquées par la Révolution française, pendant laquelle toutes les évolutions de pouvoir pouvaient s’imaginer. La grille d’analyse choisie pour cette enquête était celle de la notabilité et non seulement de l’accaparement du pouvoir : le champ ouvert s’étendait à toutes les médiations, politiques, techniques et culturelles, tout en conservant les habituelles questions concernant la prédominance économique et sociale de ces personnages.

2L’ensemble des points d’interrogations permettait une comparaison mutatis mutandis avec les grands notables.

La compétence administrative

3L’extraordinaire diversité des fonctions paroissiales, la gestion relativement complexe des fabriques, des confréries et des chapelles, l’enjeu et les conséquences des décisions des corps politiques pouvaient faire douter de la compétence des personnes devant accomplir ces tâches. Or celles-ci ont été menées à bien, souvent avec bonheur.

  • 1 Fournier (G.), Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du xviiie siècle au début du xi (...)

4Les généraux de paroisse ont constitué dans la Bretagne d’Ancien Régime une forme originale d’assemblée locale qu’il est possible de comparer à celles de la France du Sud1 pour ranger cette province parmi les contrées françaises ayant connu une pratique politique avant la Révolution. De ce point de vue la thèse de Georges Minois est confirmée : les assemblées locales ont contribué pleinement à la formation administrative et politique des notables paroissiaux. Mais dans le Trégor, les paysans admis dans les corps politiques ont bénéficié préalablement d’une formation concrète au long d’un patient cursus des fonctions subalternes : leur nombre et la difficulté croissante de ce parcours expliquent la bonne tenue de ces assemblées ; la très forte densité du réseau local des chapelles et des confréries, les besoins de gestion qui en résultaient ont permis un apprentissage solide (et large en terme d’individus concernés) de l’administration et de la tenue des comptes ; elles ont conduit vers les corps politiques des paysans formés, sensibles aux intérêts locaux, aptes à débattre dans un cadre structuré, et de plus en plus capables de se plier aux règles de l’écrit.

5La Révolution n’a rien apporté en complexité. Les fonctions municipales créées en 1790 n’offraient aucune difficulté particulière à des hommes rompus au sein des assemblées de paroisses à l’art de délibérer, de décider et de faire exécuter. Les responsables paroissiaux du Trégor rural peuvent de ce premier point de vue prétendre à la qualification de notable.

L’intérêt pour la politique locale

6La passion des ménagers trégorrois pour les affaires de leur paroisse leur a permis de se forger une conscience politique, bien avant la Révolution.

7Détenant souvent le pouvoir au sein des généraux de paroisses, ils le partagent, au pire, avec les officiers seigneuriaux et les recteurs. Au début de la Révolution, une fois élues les premières municipalités, leurs relations avec les anciens officiers seigneuriaux se raréfient tandis que les prêtres, qui subissent les conséquences de la Constitution civile du Clergé, abandonnent pratiquement toute fonction municipale : les paysans trégorrois se retrouvent alors seuls à administrer leur commune.

8Habitués à traiter pour la communauté des habitants avec qui ils partagent bien des options, ils subissent alors d’incessantes interventions extérieures. Les demandes viennent des directoires des départements ou des districts ainsi que des municipalités urbaines qui imposent leurs décisions. Un encadrement serré, des réactions rurales fortement réprimées en 1792, des ponctions continues par la suite, obligent les représentant ruraux à composer avec une autorité extérieure dont ils deviennent, de fait, les bras exécutifs.

9Malgré ces difficultés, du point de vue de la notabilité, l’expérience est positive. Les habitants reconnaissent à certains d’entre eux la capacité d’agir en leur nom. Les responsables paysans sont placés devant une communauté à laquelle ils appartiennent mais qu’ils représentent pleinement, au nom de laquelle ils décident y compris lorsque l’enjeu dépasse le cadre local ; agissant pour transmettre et faire appliquer les directives du pouvoir, ils forment dans leur paroisse le lien incontournable avec l’extérieur. C’est naturellement que leur médiation se prolonge vers la société englobante : les démarches effectuées pour adoucir la lourde réalité des réquisitions ou les divers épisodes de la lutte anti-convenancière, les montrent capables de porter les revendications locales jusqu’au plus haut niveau de l’État.

Les relations avec l’extérieur

10Le fonctionnement des généraux de paroisses facilitait le contact entre les ménagers trégorrois et les procureurs fiscaux, les avocats conseils, les commissaires venus de Guingamp, Lannion, Morlaix ou Tréguier. L’adhésion des campagnes aux demandes urbaines, en 1788 et au début 1789, doit beaucoup à ces relations de travail, établies depuis longtemps et qui se sont multipliées aux moments des doléances. Sans pour autant négliger leurs propres revendications qui démontrent l’existence dans ce coin de Bretagne d’une voie paysanne de la Révolution, ces rencontres ont fait entrer les ménagers trégorrois dans un réseau de relations et d’interconnaissances qui prépare leur avenir. Députés, électeurs au district ou au département, ces personnages, de plus en plus connus et reconnus, vont bientôt être choisis de l’extérieur. Même si l’épisode fâcheux des municipalités de canton est peu mis à profit par les élites paysannes pour conquérir une certaine notoriété en dehors de leur localité, la réussite de certains agriculteurs comme commissaires du pouvoir exécutif près des administrations des cantons est un premier exemple de ces placements décidés, en dehors du cercle local, sur intervention de réseaux souterrains.

11Dès ce moment, les administrations départementales puis préfectorales commencent à régler la vie locale. Les décisions sont extérieures ; les choix des administrateurs communaux résultent d’une patiente collecte d’informations individuelles. La statistique personnelle alimentée par les listes de notabilité systématiquement complétées éclaire les nominations.

12L’apparente indifférence des paysans pour la politique trouve sa source dans ce contraste évident entre la fin de l’Ancien Régime, quand tout ce qui concernait la paroisse passait par un traitement local, et la période qui s’ouvre où il n’est tenu compte aux responsables locaux que de la bonne exécution des ordres extérieurs. Tous les indicateurs suivent la pente du désintérêt sauf celui qui consiste à se faire reconnaître des autorités mais qui ne touche qu’une infime partie des notables. Suivis et contrôlés par l’administration préfectorale, les responsables communaux constituent l’ultime rouage administratif d’un État centralisateur. Les compétences des notables ruraux de l’Empire, de la Restauration ou de la Monarchie de Juillet ne sont ni pires ni meilleures que celles de leurs devanciers d’Ancien Régime mais les élus doivent désormais une attention particulière aux ordres de l’État : fonctionnaires municipaux ils ne sauraient s’émanciper de leur administration de tutelle ; les cultivateurs doivent acquérir des lumières, apprendre pour mieux servir.

La grande politique

13Les administrateurs locaux doivent aussi se ranger dans un camp. Les épurations, les démissions provoquées, les vagues de renouvellements qui accompagnent chaque changement de régime montrent que la vie locale suit les variations de la grande politique. Cette évolution suppose une prise de conscience par les responsables locaux d’exigences qui dépassent le cadre immédiat paroissial ou communal, ainsi que l’adhésion à un parti qui défend ses intérêts ou ses idées.

14La première partie de ce postulat peut être vérifiée dans les campagnes, avant 1789. Dans les réunions des généraux de paroisses, les délibérateurs sont amenés à se prononcer sur des demandes qui intéressent toute la société rurale et non seulement la communauté paroissiale. Les réponses fournies concernant les haras ou les grands chemins démontrent à plusieurs reprises une intelligence des exigences générales, qui annonce les prochaines envolées qui vont se multiplier sans ambivalence au moment de l’écriture des charges puis des doléances.

15Le choix d’un camp ou d’un parti est antérieur à la Révolution, mais il se définit alors collectivement et par la négative : celui d’un sourd rejet de la noblesse. Le rapprochement avec le Tiers urbain, l’adhésion à ses revendications, en 1788 et 1789, sont affaires de circonstances : ils ne signifient nullement un accord aveugle et laissent libre cours à une défense des intérêts de la paysannerie, la lutte anti-convenancière étant l’illustration achevée de cette voie rurale. Dans les années qui suivent, les événements et l’évolution de l’esprit public obligent chacun à se déterminer individuellement pour ou contre la Révolution. Modérés et jacobins se divisent : se maintenir au pouvoir, briguer les suffrages devient un choix politique ; les clivages qu’il est possible de déceler, dès 1792, vont se perpétuer dans les sociétés rurales.

16La différence entre les administrateurs municipaux de l’Empire, de la Restauration et de la Monarchie de Juillet et leurs devanciers d’Ancien Régime réside dans leur positionnement par rapport à la grande politique : elle n’est étrangère ni aux uns ni aux autres mais sa pratique par les délibérateurs des généraux de paroisse n’est qu’occasionnelle ; elle vient en complément d’une gestion des affaires locales, tandis que pour les maires et les adjoints désignés par les préfectures elle est une obligation primordiale : il leur faut se déterminer par rapport au pouvoir central avant de prétendre exercer une fonction municipale. Le positionnement de chacun est affirmé et celui-ci devient peu à peu un élément constitutif de sa notabilité.

La place dans la communauté paroissiale

17Les notables ont été nommés, élus ou désignés, mais quel que soit le mode utilisé, le personnel qui occupe les fonctions locales est toujours issu d’un même creuset social : celui des ménagers les mieux installés dans leur paroisse, celui des cultivateurs dont les familles dominent leur commune de génération en génération. Pendant la Restauration, l’administration locale est davantage confiée aux propriétaires nobles. Cette situation n’empêche nullement que les notables ruraux soient toujours présents, proches du pouvoir, connus des préfectures, reconnus. Malgré les difficultés et même s’il ne faut pas négliger le nombre des démissions à caractère économique, quels que soient l’importance et l’intérêt des fonctions locales, des paysans les sollicitent, les remplissent et les abandonnent difficilement.

18Participer aux tâches locales est un moyen de marquer son positionnement social. Les fonctions d’Ancien Régime, comme celles créées par la Révolution, ont été imposées de l’extérieur aux élites paysannes. Elles leur ont néanmoins offert des possibilités de promotion par ajout aux anciennes possibilités, comparaison puis sélection des plus performantes. L’apprentissage administratif et le passage à la politique se sont concrétisés par les nominations et les élections ; ils ont débouché naturellement sur des questions de pouvoir en modifiant l’image externe de chaque notable, celle sur laquelle se bâtit une carrière paroissiale ou communale. Intégrés mentalement, ces mêmes acquis ont modifié les aspirations et les comportements des intéressés : un sentiment d’appartenance à une élite locale s’est développé individuellement à mesure que s’affirmait le portrait que chaque notable se construisait de lui-même, l’image interne qu’il essayait de projeter sur son entourage.

19Les responsables paroissiaux du Trégor rural ont développé, à leur niveau, tous les critères de la notabilité. Ils bénéficient de revenus suffisants, ils jouissent d’une certaine considération sociale dans leur communauté et à l’extérieur, ils gèrent la politique locale, font des choix de grande politique et tiennent des relations avec le pouvoir. Intermédiaires incontournables pour tout contact extérieur, ils conservent des relations normales avec la population locale.

20Ces notables vivent comme les autres habitants, suivent les mêmes rites, respectent les mêmes règles. Ils se tiennent pourtant au-devant de leur communauté en développant des signes qui démontrent leur qualité. Ces signes sont nombreux et c’est plus dans leur accumulation sur une même personne que dans leur originalité que réside la preuve manifeste de leur supériorité. Tout cela n’est réuni que chez les premières personnes de la paroisse ou de la commune, celles qui sans réserve sont reconnues comme faisant partie de la meilleure et première partie de la population, celle que courtisent les prêtres et que reconnaissent les habitants des villes, celle que la notabilité consacre par la reconnaissance sans cesse affirmée d’un positionnement social et d’un élargissement de la notoriété.

  • 2 Jessenne (J.-P.), Pouvoir au village et révolution. Artois, 1760-1848, Lille, 1987.
  • 3 Élégoët (L.), Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, 1 (...)

21Les petits notables du Trégor rural peuvent-ils témoigner pour toute une couche supérieure de la paysannerie ou sont-ils un cas d’espèce ? Les ménagers forment un large ensemble qui continue la sanior pars des anciennes assemblées de paroisse, duquel ne ressort pratiquement jamais un « coq de village » : un groupe numériquement important qui ne peut être assimilé aux bénéficiaires de la « fermocratie » tenant pouvoir au village en Artois2. Le tableau qui vient d’être brossé ne vaut, pour l’heure, que pour cette partie de la Bretagne où il ne peut encore être comparé qu’à celui des notables du Léon voisin. Mais l’énorme besoin en fonctions locales n’a pas permis que se développe ici une caste aussi identifiable que celle des Juloded, caste formée au demeurant sur des critères différents3.

22Peuvent-ils même être comparés aux autres détenteurs du pouvoir local en Bretagne ? Les études en cours sur la Haute-Bretagne devraient apporter à court terme d’utiles réponses. Il reste comme repère l’enquête d’André Siegfried qui distingue le Trégor et qui marque précisément le rôle des petits notables trégorrois dans l’expression originale de ce pays :

  • 4 Siegfried (A.), Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, 1913, rééd (...)

« Qu’il s’agisse du noble ou du prêtre, (le peuple bretonnant) subit la pression quand il ne peut faire autrement ; mais il en garde le ressentiment, et, dès que la chose devient possible, il se libère. Les cultivateurs aisés […] les petits propriétaires […] se sentent et sont en effet moins tenus. C’est surtout parmi eux que l’émancipation démocratique se répand depuis quelques années avec rapidité4. »

  • 5 Ibid., p. 157. Forestier (Y.), « La “fin des notables” dans le Trégor » dans Bougeard (C.) et Jarn (...)
  • 6 Nicolas (M.) et Pierre (P.), « Le bilan des élections régionales de 1998 en Bretagne », ABPO, tome (...)

23Ce pays qui enthousiasmait tant Siegfried est l’ancien pays si dense de chapelles et de confréries, celui où l’apprentissage de l’administration et de la gestion s’est fait de la manière la plus large, celui où la pratique politique était effective avant 1789, celui où le nombre des petits dirigeants locaux était si important. En 1919, cette terre marque sa différence en assurant la fin retentissante des grands notables : « Il fallait, pour s’évader de l’armature qui l’enserrait que ce peuple osât5. » Point de naissance ou d’ouverture à la grande politique à cette occasion, point de pays retardataire, mais seulement et à nouveau l’émergence de sentiments anciens, peut-être enfouis mais jamais disparus et dont les récents scrutins gardent toujours la trace, si longtemps après6.

Notes

1 Fournier (G.), Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du xviiie siècle au début du xixe, 2 volumes, Toulouse, 1994.

2 Jessenne (J.-P.), Pouvoir au village et révolution. Artois, 1760-1848, Lille, 1987.

3 Élégoët (L.), Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, 1996.

4 Siegfried (A.), Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, 1913, réédition, Paris, 1964, p. 151 et 156.

5 Ibid., p. 157. Forestier (Y.), « La “fin des notables” dans le Trégor » dans Bougeard (C.) et Jarnoux (P.) (dir.), Élites et notables en Bretagne de l’Ancien Régime à nos jours, p. 123-143.

6 Nicolas (M.) et Pierre (P.), « Le bilan des élections régionales de 1998 en Bretagne », ABPO, tome 106, n° 2, 1999, p. 85-99.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search