Version classiqueVersion mobile

Les notables du Trégor

 | 
Christian Kermoal

Deuxième partie. La notabilité élue

Chapitre V. L’émergence de la « grande politique » : les charges pour les États de Bretagne (1788-1789)

Texte intégral

1L’ensemble foisonnant des sujets traités par les délibérateurs privilégie les questions d’intérêt local. Il leur arrive pourtant, très régulièrement, de délibérer sur des sujets d’ordre général. C’est chaque année le cas lorsqu’ils ont, par exemple, à s’occuper du tirage au sort pour les milices garde-côte ou provinciale et de la levée de l’impôt. C’est aussi le cas lorsqu’il s’agit de satisfaire à la corvée des chemins et dans certaines paroisses, lorsqu’il faut organiser la corvée des charrois militaires. Les ordres émanent du Conseil du roi, de l’Intendance, de la Subdélégation, du Parlement de Bretagne ou de la Commission intermédiaire. Les délibérateurs sont les derniers maillons d’une chaîne d’autorité qui met en relation les pouvoirs supra locaux et les paroissiens. Le monde extérieur a des exigences dont les corps politiques doivent tenir compte.

  • 1 Mendras (H.), Éléments de sociologie, Paris, 1975 et La Fin des paysans suivi d’une réflexion sur (...)

2L’ouverture des administrateurs paroissiaux à la « grande politique » tient beaucoup à leur capacité à dépasser les seuls intérêts immédiats et locaux pour aborder, avec assez de hauteur de vue, les questions plus générales. Les schémas proposés par les sociologues du monde rural, Henri Mendras et Michel Forsé en particulier1, peuvent être ici repris. Il s’agit de vérifier si, avant la Révolution, les délibérateurs trégorrois ont su s’affranchir des contraintes paroissiales pour prendre en compte les exigences d’une société englobante, y réfléchir et parfois agir. L’écriture des charges destinées aux députés aux États de Bretagne est, bien sûr, un moment clé. Mais les délibérateurs avaient, semble-t-il, déjà pris la mesure des exigences extérieures, bien avant le printemps 1789.

La « grande politique » avant 1789

3Les années 1787 et 1788 offrent, de ce point de vue, deux tests assez intéressants et complets puisque de nombreuses paroisses sont concernées. À deux reprises, le bureau de Tréguier de la Commission intermédiaire demande aux corps politiques de faire des choix qui engagent les communautés locales au-delà de leur intérêt immédiat. La première concerne la corvée des chemins, la seconde traite d’une nouvelle organisation des haras au niveau breton. Les réponses apportées à ces questions montrent que le cadre paroissial dicte toujours les décisions. Mais il apparaît, aussi, que les délibérateurs peuvent entreprendre des réflexions plus générales et parfois décider dans un sens contraire à celui des populations.

Un premier test : la réforme de la corvée des chemins

4Une première circulaire de la Commission intermédiaire de Tréguier est à l’origine d’une série de délibérations qui prennent place entre décembre 1787 et avril 1788 :

  • 2 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, 6 janvier 1788. La lettre, du 28 août 1787, signée de monseign (...)

« Le Roy par un Edit vient, Messieurs d’annoncer l’intention où il est de supprimer la Corvée des grands chemins dans l’étendue de son royaume et de la convertir dans une imposition pécuniaire.
En notre qualité de Commissaires des Etats de Bretagne, voulant traiter cette matière à la prochaine tenue ; non seulement en connaissance de cause, mais aussi pour le plus grand avantage des corvéables, nous vous faisons cette lettre pour que vous ayez à convoquer, suivant les formes ordinaires et prescrites par les Loix l’assemblée du général de la paroisse pour délibérer sur cet important objet et nous faire connoistre ses intentions pour le premier jour du mois de feuvrier prochain.
L’objet de la délibération est simple puisqu’il se réduit à savoir si vous préférer de payer la façon des chemins en argent ou de rester assujettis comme vous l’êtes, à les faire par corvée et de la manière usitée jusqu’à ce jour.
Il y a apparence que le payement en argent doublera la capitation de chaque corvéable.
Faits par le devoir de notre place, pour contribuer et pour rechercher votre plus grand bien, vous pouvez compter que nous serons les interprètes fidèles de vos sentiments ; que nous les appuyerons de tout notre pouvoir aux Etats et ceux-ci auprès du Roi2… »

  • 3 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, 6 janvier 1788. AD (29), 188 G 16 Saint-Eutrope, 9 décembre 17 (...)
  • 4 AD (22), 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788 ; 20 G 625 Trédrez, 23 décembre 1787.
  • 5 AD (22), 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 30 décembre 1787.

5D’une manière constante, les paroisses et trèves se prononcent pour le statu quo : la corvée est nettement préférée au paiement d’une nouvelle imposition3. Quelques assemblées s’appuient sur des aspects techniques, signalent la qualité de leur sol et la piètre fréquentation de la paroisse4. Il semble toutefois que le doublement de la capitation envisagé dans la circulaire ait eu un effet extraordinairement répulsif et que cette annonce soit véritablement la cause du refus systématique. Plusieurs généraux de paroisse le disent clairement tel celui de Saint-Michel-en-Grève qui annonce « être hors d’état de souffrir une augmentation de capitation5 ». Dans son souci d’explication, la Commission intermédiaire a été trop loin. Il aurait sans doute été préférable de ne pas dévoiler ce montant. Car il est possible que plusieurs assemblées en aient alors accepté le principe. Une augmentation du quart de la capitation aurait été accueillie d’une meilleure manière :

  • 6 AD (22), 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788.

« […] Pour déterminer les corvéables à préférer une imposition pécunière aux peines de leurs bras il faudroit connoitre au juste la contribution qu’ils auroient à fournir. Car dès lors qu’elle exederoit tout au plus un quart de la capitation ils préféreroient infiniment de faire la corvée6… »

  • 7 AD (22), 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788 ; 20 G 375 Plougras, 9 décembre 1787 ; 20 G 415 Plufur (...)

6Il y a presque déjà tentative de négociation dans cette réponse. Bien sûr, l’offre étant jugée trop forte, les corps politiques font une contre-proposition qu’ils orientent vers le bas. Car dans l’ensemble, ils se montrent véritablement intéressés par l’intention royale. Le soin pris par les délibérateurs d’élargir la consultation aux autres notables et habitants de la paroisse en témoigne ainsi que les remerciements qui ouvrent certaines délibérations7.

  • 8 Voir par exemple, Roudaut (F.), Collet (D.), Le Floc’h (J.-L.), 1774 : les recteurs léonards parle (...)
  • 9 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 1er janvier 1788.
  • 10 AD (22), 20 G 415 Plufur, 13 janvier 1788.

7Les délibérateurs tirent une certaine fierté d’avoir été consultés. Dans les enquêtes précédentes, seuls les recteurs l’étaient8. Il s’agit donc d’un véritable changement, et les délibérateurs de Trélévern le soulignent qui se font un devoir de répondre « […] puisque Mrs du bureau de la commission daignent nous demander notre avis9… » D’où, aussi, une certaine reconnaissance de la part des responsables locaux qui se confondent en remerciements « pour l’option que nos seigneurs les commissaires veulent bien leur donner10 ». Même si ce n’est pas un sentiment universel (plusieurs généraux de paroisse profitent de l’occasion pour exposer leurs propres revendications), cet aspect n’est pas à négliger ; il pourrait témoigner d’une première réaction à une modification de l’image externe des délibérateurs : celle de personnages reconnus compétents dans leurs fonctions.

Un second test : la question des haras

  • 11 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 14 septembre 1788 (lettre du 26 août). AD (29) 185 G 10 Plougasnou, 7 (...)
  • 12 Charpy (J.), « Les chevaux bretons au xviiie siècle », BSAF, tome LXXXVI, 1960, p. 95-130 et tome (...)

8Une semblable lecture est malheureusement impossible pour la seconde demande de la Commission intermédiaire, moins d’un an plus tard. Aucune indication de ce type n’est consignée dans les cahiers. Les circonstances étaient pourtant tout aussi propices. Le bureau de Tréguier émet, fin août 178811, une lettre circulaire à l’intention des campagnes. L’objet est, cette fois, de sonder les paroisses sur une éventuelle réforme des haras. La question n’est pas nouvelle. L’établissement des haras royaux a suscité bien des critiques et en générera encore en 178912. Le sujet abordé est donc, au moins, aussi brûlant que la corvée des grands chemins.

9La demande qui est envoyée aux syndics et marguilliers est cette fois plus complexe : 4 questions sont posées. La première traite de l’éventuelle dispersion des reproducteurs dans les paroisses ; le choix est proposé entre la mise en service de dépôts fixes, établis de place en place ou le rétablissement, suivant la forme antérieure, de dépôts paroissiaux confiés à des gardes-étalons. La seconde concerne le coût de la saillie ; les délibérateurs doivent se prononcer entre la gratuité totale et une rémunération de quelques livres du garde-étalon. La Commission intermédiaire s’enquiert, ensuite, de la qualité des poulains produits localement par l’ancien système paroissial. Enfin, il est envisagé d’ouvrir un rôle des saillies, véritable embryon de stud-book qui aurait permis un certain contrôle de l’espèce.

  • 13 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788.
  • 14 AD (22), 20 G 73 Le Faouët ; 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève ; 20 G 654 Trélévern et AD (29), 197 G (...)

10Les généraux de paroisse se réunissent rapidement. Plusieurs consultent au-delà du cercle des 12 délibérateurs. Plougasnou prend l’avis d’anciens gardes-étalons, de ménagers ayant anciennement abrité des étalons approuvés et de particuliers versés dans le commerce des chevaux13. Les paroisses n’ont pas toutes le même intérêt et les réponses reflètent d’abord l’importance de l’élevage et du commerce des chevaux dans chaque localité. Néanmoins, peu de corps politiques se dispensent apparemment de délibérer14. Même les paroisses les moins concernées abordent le sujet, en précisant leur moindre intérêt. Les autres se lancent dans différentes considérations s’appuyant sur divers aspects techniques et donnent des réponses qui sont loin d’être uniformes. La pluralité des questions a entrainé une variété de réponses. Il est malheureusement regrettable que la restitution souvent globale des délibérations nous prive d’arguments au cas par cas qui n’existent que pour très peu de localités.

11D’une manière générale il n’est donné de réponses claires et systématiques qu’à la première question. Les avis sont partagés : en gros la moitié des paroisses se prononce pour le retour au système antérieur, un tiers préfère la solution des dépôts fixes et le reste oscille entre les deux positions. Chaque camp a ses arguments ; ils sont d’ordre technique, économique et parfois politique.

  • 15 Young (A.), Voyage en France 1787, 1788, 1789, 3 volumes, Paris, 1976, tome 1, p. 233.
  • 16 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 14 septembre 1788.
  • 17 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788.
  • 18 AD (22), 20 G 625 Trédrez, 20 septembre 1788. À l’inverse, certains éleveurs (dans le Sud) craigne (...)

12Les aspects techniques sont ceux de la qualité et de la conformation de l’étalon royal. Différentes races de chevaux voisinent dans le Trégor. La « misérable race que l’on voit partout » selon Arthur Young qui voyage de Châtelaudren à Morlaix en septembre 178815, n’est commune que dans le sud de l’évêché. À ces bidets ou demi-bidets bretons, les agriculteurs de la côte préfèrent des bêtes plus robustes. La première série de réserves à l’établissement d’un étalon royal dans les haras concerne précisément la différence entre les étalons souhaités par les éleveurs et ceux proposés par les haras : « Les étalons royaux ne conviennent point aux ménagers et laboureurs de campagne » se plaignent les délibérateurs de Bourbriac qui ne sauraient que faire de tireurs de cabriolet16. Sur la côte, les nécessités de l’agriculture et du ramassage du goémon induisent inévitablement la mise à l’écart des bêtes les plus frêles ; il leur faut des travailleurs puissants « plus pesants qu’ils ne le sont ordinairement17 ». Dans leur grande majorité, les paysans du Trégor souhaitent trouver de solides reproducteurs « une qualité plus convenable pour l’usage du pais que ne seraient des chevaux fins qu’on pourrait leur envoyer18 ».

  • 19 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 14 septembre 1788 et 20 G non classé Ploubezre, 14 septembre 17 (...)
  • 20 AD (29), 67 G 4 Garlan, 7 septembre 1788 et 188 G 16 Plougonven, 14 septembre 1788.
  • 21 Ibid., Garlan et AD (22), 20 G 415 Plufur, 14 septembre 1788.
  • 22 AD (29), 188 G 16 Plougonven, 14 septembre 1788 : 20 sous pourraient constituer « un dédommagement (...)
  • 23 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788 : « Il est plus avantageux au laboureur de payer à (...)

13Ces considérations morphologiques ne remettent pas fondamentalement en cause l’existence des haras. Certaines paroisses se satisfont du système19, d’autres le trouvent équivalent20. Le choix de dépôts locaux, de préférence aux haras, se déduit davantage d’arguments économiques. Dans la réflexion des délibérateurs interviennent le coût des saillies, la rétribution du gardeétalon, le déplacement jusqu’aux haras ainsi que le revenu des éleveurs, conséquence de la qualité et du nombre des poulains produits. Aux yeux des ménagers, la gratuité totale de l’insémination dans les haras est un argument intéressant mais non décisif : il est tentant de n’avoir rien à payer21, mais la modicité de la somme demandée n’est pas un obstacle22. Il est beaucoup plus pénalisant d’avoir à se déplacer jusqu’aux haras23 : la distance et la perte de temps qui en résultent sont les véritables raisons de l’hostilité des campagnes à la poursuite du nouveau système.

  • 24 AD (22), 20 G 415 Plufur, 14 septembre 1788.
  • 25 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788.

14Le plus grand nombre de poulains obtenus dans le cadre paroissial est un autre argument. Mais les juments ne mettent normalement bas qu’un poulain chaque année. La meilleure productivité des étalons locaux ne saurait donc être évoquée qu’à travers la robustesse du nouveau né, ce qui semble davantage résulter de la qualité de la jument ou des bons soins de l’éleveur. Ce type de raisonnement semble donc plus spécieux. Il faut cependant rappeler l’extrême sensibilité des propriétaires à cet égard. Un beau poulain peut se vendre entre 180 et 200 livres24. Le souci des quantités produites et des gains qu’elles laissent espérer n’est donc pas anormal. Il apparaît, d’ailleurs, que les paysans en évoquant la question du nombre, reprochent surtout aux haras la faible quantité des étalons disponibles et en conséquence la baisse de la production totale25. La rareté des bêtes approuvées induit mécaniquement la diminution des naissances et pour les paysans celle de leurs revenus. C’est sur cette constatation que s’appuient les revendications liées aux quantités produites.

  • 26 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 14 septembre 1788 ; 20 G 415 Plufur, 14 septembre 1788 ; 20 G T (...)
  • 27 AD (22), 20 G 415 Plufur, 14 septembre 1788.
  • 28 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 14 septembre 1788.

15Par comparaison, il est intéressant de noter que certaines localités mettent en avant la qualité de leur production de préférence au nombre26. Certaines paroisses constatent davantage de qualité dans la production des étalons royaux27, d’autres disent le contraire et ne jurent que par la production privée28. Cette question est souvent à l’origine de divergences entre les délibérateurs et les particuliers. Les premiers préfèrent l’argument de la qualité à celui du coût ou de la distance qui sensibilisent davantage les habitants. Dans ce contexte, la perception du corps politique de Plufur est particulièrement remarquable par ce qu’elle traduit de la relation entre client (l’éleveur, dans ce cas) et fournisseur (le garde-étalon) dans le domaine de la qualité :

  • 29 AD (22), 20 G 415 Plufur, 14 septembre 1788.

« Il résulte encore un grand avantage de la nouvelle forme que les États ont établie en ce que les particuliers sont libres de choisir dans les étalons approuvés ce qui leurs plaisent ; ce qui rend le garde étalon bien plus attentif à donner ses soins pour que les juments reviennent29. »

  • 30 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788.
  • 31 AD (22), 20 G 375 Plougras, 10 octobre 1788 et AD (29), 188 G 16 Plougonven, 14 septembre 1788.

16Il est alors surprenant que la plupart des paroisses n’aient pas adhéré à la proposition de la Commission intermédiaire de garder traces des différentes saillies. Les problèmes d’abâtardissement de la race n’étaient pourtant point étrangers aux éleveurs. Mais il faut sans doute compter avec une certaine méfiance de tout ce qui pouvait être écrit et enregistré. Sur cette quatrième partie de la circulaire, les réponses qui nous sont parvenues sont trop peu nombreuses pour mener une étude comparée. Trois seulement sont connues : elles concernent Plougasnou, Plougonven et Plougras. La première localité se réfugie derrière l’avis des gardes-étalons consultés par l’assemblée, pour déclarer « qu’il est indifférent […] qu’ils ayent des rôles ou non30 ». La critique vient des deux autres paroisses, Plougras se contentant (mais ce n’est pas sans signification) de reprendre mot pour mot, et avec retard, la délibération de Plougonven31. Il s’agit d’un texte bien élaboré où chacune des questions a fait l’objet d’un traitement distinct. Soudain, à l’abord du quatrième paragraphe, le ton change :

« […] Comme tout ce qui est contraire à la liberté devient odieux au public lors même que la contrainte lui est utile, il paroit plus avantageux aux gardes étalons de n’avoir aucun rolle… »

17Il n’y a plus, ici, d’argument technique ou économique ; la liberté individuelle est mise en avant pour réfuter la proposition des États. Tout d’un coup, les notables ruraux déplacent le débat sur le plan politique.

18À quelques semaines de la tenue des États de Bretagne, ce texte pourrait apparaître comme précurseur. Les deux séries de réponses des généraux de paroisses aux interrogations de la Commission intermédiaire sur la corvée des chemins et la réforme des haras montrent que les délibérateurs paysans étaient capables de réfléchir à des thèmes plus généraux, différents des préoccupations habituelles de leurs assemblées. Mais la réponse du général de Plougonven élève le débat à un autre niveau : celui de la politique, thème dont il est classique de constater l’émergence quelques semaines plus tard, au printemps 1789. Les doléances qui sont produites dans les campagnes, paraissent, alors, sortir du néant tant sur le fond que par la forme. Pourtant il n’en est rien, du moins dans le Trégor. Avant ces premières échéances révolutionnaires, les généraux de paroisses avaient acquis l’expérience de revendications dont le ton et l’apparence n’ont rien à envier aux célèbres cahiers.

Les doléances avant le temps des doléances

19Les cahiers de doléances de 1789 possèdent souvent une double caractéristique : celle de textes composés en articles numérotés plus ou moins bien ordonnés et celle d’un ton propre à l’exposé des problèmes et parfois, même, à la revendication. Il est tentant de rechercher, avant la Révolution, dans les délibérations des paroisses, des comptes-rendus qui possèdent les mêmes particularités. Cette quête ne manque pas d’efficience. Elle montre que les idées propres aux doléances du printemps 1789 et leur mise en forme n’étaient pas si nouvelles dans les campagnes.

  • 32 AD (22), 20 G 375 Plougras, 13 juin 1773. La lettre de l’intendant est du 26 avril.

20En 1773, à Plougras, une demande de l’Intendant de Bretagne suscite une réponse assez vigoureuse des généraux de cette paroisse et des deux trèves Loguivy-Plougras et Lohuec associées dans une même récrimination32. La lettre portant réquisition de charrettes et de chevaux pour les charrois militaires depuis Belle-Isle-en-Terre, déclenche une protestation énergique qui concerne les points suivants :

  • À chaque fois que les corvéables se présentent à Belle-Isle-en-Terre, les militaires chargent leurs charrettes au-dessus du poids raisonnable. Cette surcharge est la cause de leur destruction.
  • Les corvéables n’ont aucune possibilité de faire peser le chargement car il n’y a aucun poids à Belle-Isle. Ce point est en contradiction avec les ordonnances et règlements royaux.
  • Les paysans ont les pires difficultés à trouver du bois pour réparer ou reconstruire leurs charrettes de manière assez solide. Car les seigneurs fonciers accaparent cette ressource.
  • 33 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 4 février 1776.

21À Minihy-Tréguier, en 1776, ce sont les chanoines de la cathédrale de Tréguier qui s’attirent les foudres du général33. À l’origine, une plainte de la communauté de ville de Tréguier rappelle que l’on ne dit aucune messe paroissiale pour les habitants de la ville et pour ceux de Minihy-Tréguier.

22L’instance est pendante devant le Parlement de Bretagne et les délibérateurs de Minihy doivent décider si la paroisse rurale doit se joindre à la communauté de ville dans ce procès. Au-delà de la suite favorable qui va être donnée, il faut retenir de cet épisode, le rapprochement entre la ville et la campagne, situation qui se renouvellera en 1788, et, bien sûr, les reproches formulés à l’encontre du chapitre cathédral :

« – 1° que les messires chanoines sont gros décimateurs dans leur paroisse
– 2° qu’ils y perçoivent la dixme à la douzième gerbe sur toutes les espèces de production de la terre qui s’y ensemencent
– 3° que ces dixmes produisent un revenu annuel d’environ dix mille livres…
– 4° que néanmoins on ne dit point de messe pour les habitants de la paroisse ny messe matinale ny grande messe dans tout le cours de l’année […]. »

23À Brélévenez, en 1782, ce sont, cette fois, les contraintes de la milice, les corvées et la lourdeur des impôts qui sont la cible des délibérateurs. Divers particuliers de plusieurs villages ont formé une requête vers l’intendant de Bretagne pour voir réduire leurs impositions. Pour appuyer leur demande ils arguent de l’appartenance de leurs villages non pas à la paroisse rurale mais à la proche ville de Lannion. Le corps politique de Brélévenez s’empresse, bien sûr, de dénoncer cette prétention. La réponse, en 6 paragraphes numérotés, nous vaut, d’abord, un rappel des corvées auxquelles sont soumis les habitants de la paroisse. Mais surtout, la comparaison avec la situation plus enviable des populations urbaines laissent deviner une plus sourde rancœur contre la ville voisine :

  • 34 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 30 juin 1782.

« Primo la paroisse de Brélévenez est obligée aux guets et pour le remplir il faut un capitaine, deux lieutenants, six sergents et six pédons qu’on change toutes les semaines, lesquels pédons courent jour et nuit pour porter dans les différentes postes les ordres concernants le service de sa majesté…
2do La même paroisse est obligée aux transports des troupes et à fournir des chevaux aux messieurs officiers.
3tio A fournir à la garde de la cotte neuf hommes par cinq jours outre les soldats canonniers gardecotte.
4to Le même général est encore obligé de fournir pour compléter le nombre des canonniers et matelots gardecotte quelquesfois quatorze ou quinse personnes par ans.
5to La même paroisse est obligée à la réparation des grands chemins corvée qui coute beaucoup aux habitants.
6to Enfin la même paroisse fournit comme toutes les autres paroisses voisines de Lannion dix lits aux cazernes de la ditte ville et à la décharge des habitants de la même ville pour le logement des troupes.
[…] Au lieu que les corvées des habitants de la ville de Lannion ne consistent qu’à fournir des lits dans les cazernes pour lesquels ils sont bien payé et à fournir un homme ou deux par ans à la milice34. »

24En 1788, enfin, à Lanmeur, le corps politique s’emporte contre les membres de la Commission intermédiaire de l’évêché de Tréguier qui leur ont fait suivre une ordonnance des États de Bretagne concernant la confection du rôle de l’Industrie. Lors d’une précédente délibération, les délibérateurs avaient déjà traité de ce problème refusant de payer ce supplément aux vingtièmes puisqu’aucun artisan n’exercait sur la paroisse. Le retour de la même demande, à un an d’intervalle, provoque une réponse très sentie de l’assemblée :

  • 35 AD (29), 113 G 14 Lanmeur, 23 novembre 1788.

« Lesquels délibérants s’expédiant sur le tout déclarent à MM les commissaires au bureau de Tréguier qu’ils n’ont que faire de l’ordonnance dont est cas attendu qu’elle est contraire à leur avis consigné dans la délibération du 9 septembre 1787 à laquelle ils adhèrent et dont le bureau de Tréguier doit être saisi ; priant au surplus MM les commissaires de ne plus les convoquer pour délibérer sur des requêtes à eux envoyées en communication à l’effet d’avoir leur avis puisqu’on n’y a aucun égard35. »

25Ces quelques exemples affichent une parenté évidente avec les futures doléances. Les trois généraux de Plougras, de Loguivy-Plougras et de Lohuec se plaignent à l’intendant des « tors et grieffs qu’ils souffrent », celui de Minihy-Tréguier se « plain à nos seigneurs du parlement », les délibérateurs de Brélévenez déduisent leurs raisons ; il s’agit, déjà, d’exposer les problèmes et de réclamer, méthode qui sera reprise dans les cahiers de 1789. Les plaintes portent sur les corvées, les charrois, le logement des troupes, la dîme, la rareté des bois, le non-respect des règlements. Les attaques visent les militaires, les propriétaires fonciers, le clergé, la ville, la Commission intermédiaire. Toutes sortes de sujets et de cibles qui reparaîtront en 1789.

26Les cahiers de délibérations ne présentent que des cas isolés de revendications. Mais lors de l’enquête de 1787 sur la réforme des chemins, il apparaît très nettement que de nombreuses paroisses partagent les mêmes préoccupations.

  • 36 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 13 avril 1788.

27Plusieurs d’entre elles profitent de leur réponse à la Commission intermédiaire pour exprimer leurs demandes. « Les plus grands travaux on été faits jusqu’ici sans espoir de récompense » soulignent les délibérateurs de Bourbriac pour qui toute peine mériterait salaire36. Le corps politique de Plounévez-Moëdec, sans compter la surcharge de capitation, se plaint :

  • 37 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 25 novembre 1787.

« des corvées continuelles tant du logement des troupes, charrois, fournissement des chevaux de selle et à l’entretien des deux buttes de belisle en terre […] quantité de corvées extraordinaires auxquelles le général de plonévez est assujetti37. »

  • 38 AD (22), 20 G 375 Plougras, 9 décembre 1787.
  • 39 AD (22), 20 G 431 Pommerit-le-Vicomte, extrait des registres de délibérations, 23 décembre 1787.

28À Plougras, sur ce même sujet, on prie la Commission intermédiaire de diminuer cette imposition38. À Pommerit-le-Vicomte, les habitants souhaitent à l’avenir, n’avoir plus à charrier de pierres qu’en cas de nécessité immédiate39.

29Tout ceci est encore assez spontané, mal coordonné. Mais il est remarquable que dans les dernières années de l’Ancien régime, les délibérateurs trégorrois n’ont plus aucune inhibition à revendiquer officiellement des améliorations, des réformes. Ils signent des comptes-rendus qui parlent de changement, ils s’opposent aux villes ou s’en rapprochent au gré des circonstances, ils se confrontent au clergé, aux propriétaires fonciers. Il semble bien, aussi, que des idées commencent à circuler. La délibération de Plougonven reprise presque mot à mot par Plougras paroisse voisine mais non limitrophe, en est un exemple. La remarque de Bourbriac sur les travaux non rétribués existe également dans la délibération de Plounévez-Moëdec. Ce n’est sans doute pas pur hasard. Les événements de la fin 1788 et du début 1789 montrent que les informations pouvaient toucher facilement les plus reculées des paroisses rurales.

30La demande qui outrepasse l’objet de la réunion provoque une mise en garde du recteur qui refuse de signer. Les délibérateurs persistant dans leurs dires et se préparant à délibérer au sujet du désaccord de leur pasteur, ce dernier trouve dans la retraite une solution provisoire à une situation de plus en plus tendue. Est-ce une relation de cause à effet ? La réunion du 31 décembre suivant est consacrée au casuel (retour à l’ancien tarif ) et à l’horaire de la messe basse : « Les fabriques mettront de l’ordre à l’heure où la seconde messe à basse voy doit ce dire les jours de fête et dimanche. »

Trois vagues d’adhésions aux charges urbaines

31La tenue des États de Bretagne, prévue initialement fin 1788 à Rennes, donne l’occasion aux paroisses bretonnes d’exprimer plus massivement leurs revendications. Les villes ayant députation aux États sollicitent et reçoivent des paroisses rurales les demandes écrites dont elles chargent leurs représentants. De décembre 1788 à mars 1789, une majorité de paroisses trégorroises délibère sur des sujets de grande politique qui touchent à la tenue des États de Bretagne et au contenu de ses délibérations. Les charges données aux députés du Tiers état sont l’occasion de dresser dans chaque localité des catalogues de revendications qui prolongent et amplifient celles précédemment exprimées et qui préfigurent les cahiers de doléances. Pendant cette période de moins de 4 mois, la forme et le fond des futures revendications sont progressivement vulgarisés. Et le débat qui restait réservé aux corps politiques est parfois ouvert à une plus grande partie de la population.

Le contexte

32La décision de convoquer prochainement les États généraux est prise par arrêt du Conseil du roi, le 5 juillet 1788. Le 8 août, la date en est fixée, par édit, au 1er mai 1789. En Bretagne, cette nouvelle produit une agitation qui va aller s’amplifiant jusqu’au printemps. La fermentation trouve un terrain favorable dans la future tenue des États de Bretagne. En raison de leur périodicité bisannuelle, ceux-ci doivent s’ouvrir à la fin de l’année 1788.

  • 40 Pocquet (B.), Les Origines de la Révolution en Bretagne, 2 volumes, Paris, 1885, tome 1, p. 264-27 (...)
  • 41 Dupuy (R.), ibid., p. 42. Sauf Quimper qui trouve son avantage dans l’instauration d’un Grand Bail (...)
  • 42 Évolutions et résistances. La Révolution dans les Côtes-du-Nord, 1788-1800. Catalogue de l’exposit (...)
  • 43 Il n’y a pas à proprement parler de « Constitution bretonne ». Le texte dont il est question et au (...)
  • 44 Cochin (A.), op. cit., p. 153.
  • 45 Fournier (L.), Histoire politique de la municipalité de Guingamp, de la révolte parlementaire de 1 (...)

33La Monarchie vient de livrer (et de perdre) une bataille contre le Parlement de Bretagne qui a reçu, à cette occasion, le soutien actif des États, c’est-à-dire, en fait, de la Noblesse bretonne40. La réforme judiciaire de Lamoignon, le garde des Sceaux, a avorté. Il était question de réduire le rôle du Parlement en le privant de ses droits d’enregistrement et de remontrance et en réorganisant la justice autour de trois Grands Bailliages installés à Rennes, Nantes et Quimper. La Bretagne presque unanimement rejette cette réforme41. La mise en exil du Parlement, décidée à Versailles, met Rennes en émeute. Le 2 juin, la population s’oppose à la force armée qui protège l’intendant et le gouverneur de la province. Fin juin, une délégation des États part pour Versailles porter à Louis xvi une protestation solennelle, signée de 1 106 nobles42, rappelant les termes de la « Constitution bretonne43 ». Ses 12 membres sont jetés à la Bastille. En août, le comte de Botherel, procureur syndic des États entreprend une tournée des villes bretonnes. Son succès est relatif mais suffisant pour faire croire au gouvernement à un possible embrasement de la province44. La suspension des édits et l’élargissement des 12 qui coïncident avec le renvoi des ministres, précèdent le rétablissement du Parlement. Les villes de Bretagne, en fête, illuminent. Dans le Trégor, Guingamp, Lannion et Morlaix se joignent à la fête commune45.

  • 46 Meyer (J.), La Noblesse bretonne, 2 volumes, Paris, 1966, tome 2, p. 1252 qui utilise Necker, Admi (...)
  • 47 Skol Vreizh, Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, troisième partie, La Bretagne province (...)

34L’unanimité de façade tient dans la défense des intérêts de la province. Il s’agit surtout pour la Bretagne de continuer à limiter les exigences de la monarchie en matière fiscale. Campé derrière la défense de la « Constitution bretonne », le combat du lobby nobiliaire aux États est efficace et reconnu comme tel. D’après Necker lui-même, un Breton ne paye au roi que 12 livres 10 sols quand un Poitevin débourse 27 livres 10 sols et un Normand 29 livres 10 sols46. Mais en contrepartie, la Noblesse s’autorise à ne payer que 100 000 livres de capitation sur un total de 1800 000 livres. Le Tiers de Bretagne souhaiterait tripler cette part et réduire d’autant la sienne47. Depuis 1772, au moins, il essaye vainement de faire discuter cette question aux États. D’où les questions qui agitent les villes dès l’automne et qui trouvent dans la prochaine tenue des États généraux une raison supplémentaire : il s’agit, tout simplement, de modifier la composition des États de Bretagne et de réformer leur mode de fonctionnement. Le succès remporté par la Noblesse dans son combat pour rétablir le Parlement n’a pas entamé les ardeurs revendicatrices des membres du Tiers.

  • 48 Meyer (J.), op. cit., tome 1, p. 75-99.
  • 49 AD (35), C 2855. Cité par Dupuy (R.), La Garde Nationale…, op. cit., p. 43, note 4.
  • 50 Dupuy (R.), De la Révolution à la Chouannerie…, op. cit., p. 22.
  • 51 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 40.

35Les États de Bretagne réunissent les représentants des trois ordres. Mais il s’agit d’une représentation tronquée. Seul le second ordre y délègue en masse. Tout possesseur de fief, âgé de 25 ans dont les titres sont reconnus par le Parlement de Bretagne, peut venir siéger. La Noblesse y accourt donc en nombre, se retrouvant habituellement à 500 ou 600 membres48. En janvier 1789, ils seront 95149. Le clergé est représenté par ses hauts dignitaires, les évêques des 9 diocèses, les abbés d’une quarantaine d’abbayes et quelques chanoines délégués des chapitres cathédraux. En tout une cinquantaine de députés, tous issus de la noblesse ; le bas clergé des recteurs, des curés et des prêtres est totalement exclu. Le Tiers est celui des villes qui peuvent députer aux États : 47 députés, certains anoblis50, représentent les 42 communautés de villes ayant ce droit. Pour le Trégor, il s’agit de Tréguier, Lannion, Morlaix et Guingamp. Les autres villes et les paroisses rurales ne sont pas admises. Le Tiers, d’ailleurs, ne représente que les bourgeois des villes. Les nobles prétendent représenter, seuls, les habitants des campagnes dont, aux termes de la Coutume, ils sont les « protecteurs nés51 ».

36L’influence de la Noblesse est donc sans partage, d’autant que l’on y vote par ordre. Devant la coalition supposée et effective de la Noblesse et du haut clergé, le Tiers se retrouve systématiquement minoritaire et éprouve les pires difficultés pour faire entendre sa voix. L’espoir d’obtenir une meilleure répartition des impôts se heurte à cette situation et l’intérêt des futurs États généraux est réduit par le fait que depuis 1614, ce sont les États de la province qui élisent leurs députés aux États du royaume. La campagne qu’orchestrent les villes, dès l’automne 1788, est centrée sur ces questions. Coupé du monde rural, le Tiers des villes ne représente que ses intérêts immédiats, facilement dénoncés. Une période s’ouvre au cours de laquelle les paysans, par le poids qu’ils apportent aux revendications urbaines, vont devenir l’enjeu d’une lutte entre bourgeois et nobles.

Les charges pour les députés : la première vague (7 décembre 1788-4 janvier 1789)

  • 52 Ibid., p. 156.
  • 53 Ibid., p. 157.
  • 54 . La Haye (P. de) et Briand (Y.), Histoire de Lannion des origines au xixe siècle, Lannion, 1974, (...)

37Les fêtes qui ont été données à l’occasion du retour des 12 et le rétablissement du Parlement de Bretagne ne semblent pas avoir été décrétées dans un parfait enthousiasme. À Guingamp, c’est la Société des Trois Ordres et non la municipalité qui se charge des frais de l’illumination52. À Lannion, celle ci se fait sur ordre des juges et à Morlaix grâce à la Société littéraire53. Les paroisses rurales semblent être restées à l’écart même si, le 18 octobre, les chanoines de la collégiale de Tonquédec complimentent le Parlement pour l’énergie avec laquelle il défend les intérêts de la Bretagne54.

  • 55 AD (35), C 1714 et 1715.
  • 56 Ibid.
  • 57 AD (35), C 1715, lettre du subdélégué de Guingamp à l’Intendant, 29 août 1788.
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid., lettre du subdélégué de Lannion, 3 septembre 1788 et lettre du recteur de Plouisy, 10 septe (...)
  • 60 AD (35), C 1655.

38Les campagnes ont sans doute d’autres soucis. Elles s’inquiètent de plusieurs émeutes qui viennent d’éclater dans les ports et dans les villes de la province afin de s’opposer à l’exportation des grains55. Dans le Trégor, Guingamp, Lannion, Lézardrieux, Morlaix, Pontrieux, La Roche-Derrien et Tréguier connaissent ces troubles entre avril et septembre56. Ils mettent en œuvre le petit peuple des villes « composé d’ouvriers et de gens de peine57 » qui réclame l’arrêt total des embarquements. Lorsque ces événements touchent la campagne comme à Pabu58, il s’agit d’un cas particulier, l’émeute ayant pris forme au lieu-dit La Poterie, un village d’artisans potiers. Les cultivateurs, au contraire, souhaiteraient la liberté du commerce59. Ils n’ont pas pris part à ces mouvements et continuent de se consacrer aux travaux des champs. Les récoltes demandent d’ailleurs tous leurs soins. La saison est peu clémente. Toutes les productions de grains et de légumes s’annoncent assez médiocres, les froments sont charbonnés, le blé noir présentent peu de grains60.

  • 61 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 176-181 et p. 351-352. L’auteur de ce mémoire serait Jean-Franço (...)

39Pourtant, la politique les rattrape. Depuis le 20 août, un « mémoire secret » court les paroisses du sud-est du Trégor et les proches localités des évêchés de Saint-Brieuc et de Quimper61. Il réclame pour le Tiers, à cause de la Raison, du Droit Naturel et de la Volonté Générale, l’égalité d’impôt et de vote. Son succès n’est guère important : 17 ou 18 paroisses sensibilisées par leurs recteurs, toutes en dehors du Trégor, y auraient adhéré. Ce n’est qu’un début, rien en comparaison de ce qui va se passer à partir de novembre.

  • 62 AM Rennes, 1007 C1. Pommeret (H), ibid., p. 2-3. Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 194-196. Dupuy (...)

40L’initiative vient des villes. À Rennes, le 20 octobre, la municipalité nommée depuis moins de quinze jours, adopte un projet de charges en 9 articles qui est destiné aux députés de la ville aux États de la province62. 3 revendications y sont présentées : la meilleure répartition et le meilleur emploi des impôts, l’augmentation du nombre des députés du Tiers, la présence des recteurs parmi les députés du Clergé. On retrouve le principal grief de la bourgeoisie à l’encontre des ordres privilégiés, la revendication d’une meilleure contribution de la noblesse à la capitation, et le moyen d’y parvenir : l’augmentation du poids du Tiers et la réduction de celui du haut Clergé. Il n’est pas encore question du vote par tête, car avec l’apport du bas clergé, les patriotes rennais espèrent voir le premier ordre incliner dans leur sens et inverser le rapport de 2 contre 1 qui jusqu’à présent était défavorable au Tiers.

  • 63 AM Rennes, 1007 E1 et 1007 K1. La simultanéité de leurs actes et le fait que Rennes ait attendu la (...)

41Le 4 novembre, Nantes et Vitré adoptent de pareilles revendications63. Ces textes rassemblent l’ensemble des préoccupations qui agitent les patriotes dans la perspective conjointe des États de Bretagne et des États généraux. L’indépendance du Tiers et sa capacité à affronter en bonne position les deux autres ordres pour obtenir satisfaction sont des soucis communs. Ils s’expriment par des revendications proches même si Vitré se place résolument dans la seule perspective des États généraux du royaume et si Rennes et Nantes glissent dans leurs demandes quelques lignes qui les concernent exclusivement.

  • 64 Ibid., p. 197.
  • 65 AM Rennes, 1007 G 1 et 1007 G 2.
  • 66 AM Rennes, 1007 G 2.
  • 67 Dupuy (R.), De la Révolution à la Chouannerie…, op. cit., 1988, p. 26.

42Ces documents gardent néanmoins un caractère général. Ils vont être rapidement diffusés dans toute la Bretagne. Augustin Cochin évoque l’entente manifeste des patriotes des villes marchandes pour expliquer ce phénomène64. La circulation de l’information est remarquable. Les imprimés des différentes délibérations sont envoyés à toutes les communautés de ville de la province. Les « Charges données à MM. les députés de la Ville et Communauté de Rennes… », du 20 octobre 1788, un « arrêté des officiers municipaux de la ville de Nantes », du 4 novembre 1788, sont reçus à Guingamp le 14 novembre. Ces imprimés sont cités à Quemperven le 31 décembre, en même temps qu’un arrêté de la ville de Rouen65. Les textes sont lus et commentés. Ils suscitent de nouvelles délibérations, de nouveaux arrêtés qui eux-mêmes sont imprimés, à leur tour, et diffusés de la même façon, l’objectif étant de faire nombre. Il est question à Châtelaudren, le 14 décembre, de divers arrêtés en provenance d’Auray (11 novembre 1788), de Saint-Brieuc (24 novembre 1788), de Quintin66. La diffusion des idées dans les campagnes suit la même logique : exiger le doublement du Tiers ne se comprend que si les députés des communautés urbaines représentent effectivement tous les roturiers y compris ceux des campagnes67.

  • 68 AM Morlaix, délibération de la communauté de ville, 13 novembre 1788. AM Rennes 1007 G 2 Brélévene (...)
  • 69 AM Rennes, 1007 G 2. Le cahier de Saint-Brieuc date du 24 novembre 1788. Les dix premiers de ses q (...)

43Dans le Trégor, les villes qui députent aux États reçoivent les 3 textes initiaux dans la quinzaine qui suit leur publication68. Châtelaudren qui ne députe pas (mais qui y aspire fortement) s’en inquiète dès, au moins, le 7 décembre et, le dimanche suivant, prend une délibération inspirée par les cahiers des charges de Saint-Brieuc et de Quintin69. Il existe donc dans le Trégor dans la première quinzaine de décembre, cinq pôles potentiels de diffusion des idées nouvelles vers les campagnes. À l’exception de Morlaix et dans une moindre mesure de Guingamp, ils vont fonctionner, dès cette période, avec néanmoins des fortunes diverses.

  • 70 AD (29), 197 G 10 Ploujean, 1er février 1790.
  • 71 Cochin (A.), op. cit., tome 2, p. 109, note 1.
  • 72 Le Vasseur (O.), La Bourgeoisie morlaisienne à la veille de la Révolution, 1786-1788, Mémoire de m (...)

44Morlaix ne participe à aucune des différentes vagues d’adhésions ou de revendications qui vont être émises jusqu’au printemps 1789. La députation des 12 nobles bretons embastillés en août était menée par le comte de La Fruglaye, gentilhomme morlaisien dont les terres s’étendent dans la proche paroisse de Ploujean70. La municipalité est, sans doute, peu à l’aise face à une noblesse locale active et bien organisée. Dans le courant de l’année, un mémoire diffamatoire a circulé, à son encontre, de maison en maison et recueilli environ 130 signatures71. En septembre, l’illumination de l’Hôtel de ville et des maisons particulières, lors de la libération des 12, a connu un incident grave : dans la nuit du 16 au 17, la demeure de l’ancien maire Mazurié de Pennanec’h a été assaillie à coup de pierres et ses fenêtres brisées72. En butte aux attaques de la noblesse, les patriotes morlaisiens ne s’activent guère dans les campagnes voisines. Les cahiers de délibérations des campagnes avoisinantes n’indiquent aucune délibération au sujet des demandes du Tiers. Aucun arrêté des paroisses circonvoisines ne parvient à Rennes. Le pays morlaisien, Léon et Petit Trégor compris, se signale par son silence.

  • 73 Fournier (L.), Histoire politique de la municipalité de Guingamp de la révolte parlementaire de 17 (...)

45La région de Guingamp n’est guère plus prolixe, du moins jusqu’à Noël. Le seul texte d’adhésion aux demandes du Tiers est celui de Châtelaudren, du 14 décembre 1788. La petite ville est aux limites de l’évêché de Saint-Brieuc, et c’est de ce côté, nous l’avons vu, que vient le mouvement. Les campagnes guingampaises ne produisent aucun document. On peut conjecturer que le climat conflictuel qui règne à Guingamp n’incite pas à la confiance. Le député de la ville est son maire Le Normant de Kergré, « député-né » du fait de sa charge. Mais celui-ci connaît une forte opposition de ses pairs, autres robins et petits bourgeois qui lui reprochent son autoritarisme et sa manière d’agir73. La conséquence de cette situation tendue est l’absence de charges véritables fixées par Guingamp à son représentant.

  • 74 Ibid., p. 36. AD (22), C 165.

46Sur des bases assez floues (aucun avis précis n’est donné sur le doublement du Tiers, l’exclusion des anoblis et la manière de voter74), il est difficile de motiver les paroisses voisines. L’opposition au maire aurait peutêtre pu s’en charger, il ne semble pas qu’elle ait su saisir l’occasion. Aucun arrêté ne parvient à Rennes de la région de Guingamp. Une seconde zone de silence s’y établit jusqu’à la fin de 1788.

  • 75 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 14 décembre 1788. AM Rennes, 1007 G 2, Perros-Guirec.
  • 76 AM Rennes, 1007 G 2, Ploulec’h, 7 décembre 1788.
  • 77 AM Rennes, 1007 G 2, Loguivy-lès-Lannion et Pleumeur-Bodou, 14 décembre 1788.
  • 78 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, délibérations du général, 21 décembre 1788. AM Rennes, 1007 G (...)
  • 79 AM Rennes 1007 G 2 Pluzunet, 28 décembre 1788 et Quemperven, 31 décembre 1788 ; 1007 H 1, Lanneven (...)
  • 80 AM Rennes, 1007 G 2 et 1009 L, Brélévenez, 21 décembre 1788.
  • 81 AM Rennes 1007 G 2 Quemperven, 31 décembre 1788.
  • 82 Ibid. AM Rennes, 1007 H 1, Lanneven, Rospez et Tréduder, 4 janvier 1789.

47Ce n’est pas le cas de la région de Lannion. L’arrêté de la communauté de ville pris le 22 novembre est aussitôt imprimé et expédié dans les paroisses des environs75. Plusieurs d’entre elles le reçoivent avant le dimanche 7 décembre, date à laquelle sont données les premières convocations des généraux de paroisses. Ploulec’h, proche voisine de Lannion, se réunit dès cette journée76. Loguivy-lès-Lannion et Pleumeur-Bodou se contentent de donner une indication prônale pour s’assembler le dimanche suivant77. Dans la semaine, plusieurs autres paroisses continuent de recevoir le même imprimé et le dimanche 14 décembre est marqué par plusieurs nouvelles annonces78. Jusqu’au 4 janvier 1789, les corps politiques des environs de Lannion s’assemblent pour exprimer leur adhésion et leurs revendications79. Les comptes rendus font référence au texte lannionais. Ce document n’est pas seul à circuler dans les campagnes : des « arrêtés de différentes communautés de ville » sont lus à Brélévenez80 ; Quemperven, nous l’avons vu, signale les textes de Rennes et de Nantes et un arrêté de la ville de Rouen81. La rumeur également va bon train. Dans plusieurs réunions (surtout les plus tardives), il est fait allusion aux délibérations qui se sont tenues dans les localités voisines et dans toute la province82. Un fort intérêt pour les questions du temps anime les campagnes. Pour la seule région de Lannion, il nous reste 11 cahiers des charges à destination des députés du Tiers aux États de Bretagne. Une même attention est sensible dans la région de Tréguier.

  • 83 AM Rennes, 1007 G 2, Trézény, 14 décembre 1788 et Coatascorn, 21 décembre 1788.
  • 84 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, délibération du général, 14 décembre 1788. 20 G non classé Ploub (...)

48Dans ce secteur, plusieurs séries d’adhésions aux demandes du Tiers État ont lieu presque simultanément. À partir du 7 décembre, Trézény est appelée à se réunir. Elle y consacre le dimanche suivant et avec une semaine d’avance, elle émet une adhésion qui est reprise dans des termes identiques par Coatascorn83. Les textes de ces deux localités ne font aucune allusion à la ville épiscopale ni à son député. Mais la formule qui vient en préambule est identique à celle de 9 autres paroisses qui du 14 au 25 décembre émettent des réclamations destinées à la communauté de ville de Tréguier ou à son maire député aux États de Bretagne84 : 2 versions d’un même texte, très proches l’une de l’autre, sont produites dans les campagnes périphériques ; la première variante commune à Pleubian, Plouguiel et Trédarzec se distingue par la seule référence à la communauté de ville et est émise le 14 décembre 1788 ; la seconde s’adresse, de plus, au maire de Tréguier Launay du Portal et vient de Langoat, Minihy-Tréguier, Penvénan, Pommerit-Jaudy, La Roche-Derrien et Troguéry. Elle est discutée dans ces localités entre le 14 décembre et Noël. À cet ensemble, il faut ajouter une délibération de Plougrescant prise le 21 décembre dont le texte est apporté à la communauté de ville de Tréguier par les députés de la paroisse. Avec 2 adhésions, des 15 et 16 décembre 1788, qui proviennent de la communauté des procureurs des Régaires et de celle des avocats de la ville, ce sont donc, au moins, 14 cahiers qui sont donnés à Tréguier ou dans ses environs proches.

49La première vague de revendications lancée par les patriotes de Rennes, Nantes et Vitré et relayée par ceux des petites villes trégorroises se traduit donc ici par un certain nombre d’adhésions des paroisses rurales ; il nous en reste 23 exemplaires. Toutes les localités concernées sont situées au Nord de l’évêché sans qu’il faille rechercher dans ce constat une meilleure sensibilité politique du secteur. L’influence directe des petits centres urbains est sans doute une meilleure explication. Il faut davantage retenir la bonne réactivité des campagnes. Moins d’un mois suffit (dans les pires des cas) pour que celles-ci se manifestent en formalisant leur adhésion et parfois leurs revendications. La seconde et la troisième vague d’adhésions initiées depuis Rennes, fin décembre, montre que cette réactivité n’était guère passagère. La rapidité et le nombre des demandes qui sont formulées entre janvier et mars signalent la profondeur de la sensibilité politique des paroisses trégorroises et sa quasi-universalité. Le territoire concerné est, cette fois, nettement plus étendu.

La seconde vague : le vote par tête et le blocage des États (19 janvier-22 février 1789)

  • 85 AM Rennes, 1007 C 1 ter, Extrait des registres du greffe de l’hôtel de ville de Rennes, article 11 (...)
  • 86 La liste de ces personnages connue sous l’appellation de « Comité Cottin » du nom de son chef, est (...)

50Le 17 novembre 1788, la municipalité de Rennes, rappelant l’antériorité de son arrêté du 20 octobre, confirme sa première délibération et affirme son attachement à voter par ordre et non par tête, par respect de la « Constitution bretonne85 ». Cet avis est jugé trop modéré par les patriotes qui, sous l’impulsion de leurs homologues nantais86, essaient de retourner la situation. Cette tentative et l’injonction faite à tous les députés de ne pas délibérer avant que les légitimes revendications du Tiers aient été adoptées par les autres ordres alimentent les débats jusqu’à l’ouverture des États de la province, le 29 décembre 1788.

  • 87 Le Normant de Kergré pour Guingamp, Daniel de Kerinou pour Lannion, Mazurié de Pennanec’h pour Mor (...)
  • 88 Fournier (L.), op. cit., p. 37.
  • 89 AM Rennes, 1007 H 1.
  • 90 AM 1007 G 2 et 1007 H 1 d’une part et 1009 L de l’autre. Les documents sont similaires pour les pa (...)
  • 91 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 357, note 3.

51Les députés arrivent à Rennes aux alentours du 20 décembre87. Convocation leur a été donnée pour le 22 décembre, une semaine avant la tenue des États de manière à fixer l’attitude du Tiers. Un certain nombre d’accompagnateurs les suivent, leur nombre varie suivant les localités. Il est prévu deux adjoints par député. Mais il se trouve des délégations plus importantes. Lorsque ces « agrégés » sont plus nombreux (c’est le cas de Guingamp88 et semble-t-il aussi de Lannion89), il apparaît qu’ils ont mission de surveiller leur maire plutôt que de le soutenir dans les discussions qui doivent préluder aux États de Bretagne. Cette suspicion entre modérés et plus francs patriotes semble avoir été connue des campagnes. C’est du moins ce qu’on peut déduire du nombre d’adhésions parvenues en double et aujourd’hui classées sous deux cotes différentes aux Archives municipales de Rennes90. Elles supposent deux versements séparés : celui, normal, des textes apportés par les députés eux-mêmes, mais aussi un envoi direct au greffe de la ville de Rennes par certaines paroisses n’ayant qu’une confiance restreinte dans leurs représentants91.

  • 92 Fournier (L.), op. cit., p. 36.
  • 93 AM Rennes, 1007 D 2 bis.
  • 94 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 267-276.
  • 95 Le Lay (F.), « Les derniers États de Bretagne : lettres des députés et codéputés de Pontivy aux Ét (...)
  • 96 AM Rennes 1007 C 2, délibérations des députés du Tiers assemblés à l’Hôtel de ville de Rennes les (...)

52Les charges reçues par les députés trégorrois, charges données par leur communauté de ville mais aussi par les paroisses rurales, s’appuient toutes sur les textes initiaux qui se contentent du vote par ordre. Or dans les semaines qui ont précédé l’arrivée des délégations à Rennes, le débat a évolué sur ce point. Le 16 décembre, encore, une délibération de la commune de Nantes incite les municipalités bretonnes à donner à leurs députés des charges précises et particulièrement celle du vote par tête92. Le 19 décembre, l’assemblée des 10 paroisses de Rennes, dont la réactivation a pour but évident de donner forme légale à une opposition à la municipalité, s’autorise une délibération dans laquelle il est demandé l’abolition du vote par ordre93. Cette question, bien sûr, revient dans les débats organisés par le Tiers en préparation des États de la province, entre les 22 et 27 décembre ; elle en constitue même l’élément essentiel et suscite, au cours de ces journées, bien des discussions et des controverses94. Au soir du 27 décembre, plusieurs députés se refusent encore à voter cette proposition contraire à leurs charges et parmi eux les Trégorrois Launay du Portal et Le Normant de Kergré95. Ce n’est que le lendemain qu’ils s’exécutent, avant que les 30 articles qui composent le « Résultat des délibérations du Tiers » soient envoyés à l’imprimerie pour être expédiés dans toute la province96.

  • 97 Poquet (B.), Les Origines de la Révolution en Bretagne, 2 volumes, Paris, 1885, tome 2, p. 150-160 (...)
  • 98 AM Rennes 1007 C 2. La signature est barrée.
  • 99 AM Rennes 1007 H 1, copie des délibérations municipales de Lannion des 26 et 30 janvier 1789 : « T (...)

53Le début des États de Bretagne est marqué des mêmes atermoiements97. Dès le 28 décembre, quelques députés du Tiers rédigent une protestation contre le vote par tête. Parmi les 24 signataires se trouvent Launay du Portal, Le Normant de Kergré et le Lannionais Daniel de Kerinou qui se distingue en se rétractant, le 30 au soir98. Cette volte-face le remet dans le droit chemin du patriotisme actif. Mais l’attitude modérée professée pendant quelques heures lui vaudra un cinglant désaveu de ses compatriotes99. Il n’empêche ! 3 députés trégorrois sur 4 ont signé la protestation contre le vote par tête. La coloration politique de l’évêché est celle d’un patriotisme mesuré, malgré un activisme qui peut être remarqué à Guingamp, à Lannion et dans une moindre mesure à Tréguier. L’opinion des campagnes ne compte pas. Les adhésions rurales ne sont pas prises en compte sinon pour faire masse. C’est le seul rôle qui est demandé aux paroisses et qui va leur être renouvelé dans la suite logique de l’ajournement des États de Bretagne.

54En dépit de cette belle lézarde dans le bloc commun du Tiers, celui-ci ne cède rien sur le second point qui est le refus de délibérer. Une fois voté le don gratuit, car c’est faire acte d’allégeance au roi, les députés du Tiers présentent leurs revendications. La base est la délibération tenue à l’Hôtel de ville de Rennes entre le 22 et le 27 décembre, inacceptable par la Noblesse. Le Tiers état se déclarant alors sans pouvoir pour délibérer, chaque épisode, si mineur soit-il, devient un prétexte pour faire obstruction à la tenue des États. Les bons offices de l’évêque de Rennes, président du Clergé, ne servent à rien. La question du renouvellement du Grand Bureau, celle du chiffrage du registre des délibérations, habituellement éléments de routine, suffisent à bloquer la situation. Dès le 1er janvier, il devient inévitable d’alerter le Conseil du roi. Dans l’attente d’une réponse, les États se figent.

  • 100 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 298-300.
  • 101 Brette (A.), Recueil de documents relatifs à la convocation des États généraux, 2 volumes, Paris, (...)

55Le 5 janvier, au matin, une première grande nouvelle parvient à Rennes. Un arrêté du Conseil du roi, pris le 27 décembre, accorde au Tiers le doublement réclamé depuis novembre et soutenu par la première vague d’adhésions. Cependant, le vote par tête est refusé. Le soir, arrive la seconde décision qui concerne directement la tenue des États. Par un nouvel arrêté, du 3 janvier 1789 (il sera annoncé officiellement par l’intendant le 7 janvier100), Louis XVI ajourne les États de Bretagne jusqu’au 3 février. Le roi ordonne aux députés de retourner dans leurs municipalités pour obtenir de nouveaux pouvoirs101. Il s’agit, bien entendu, de lever le refus de délibérer.

  • 102 Sée (H.) et Lesort (A.), Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les États généraux (...)
  • 103 AM Rennes, 1007 C 3. La version manuscrite conservée aux Archives municipales de Rennes portait in (...)
  • 104 AM Rennes, 1009 L.
  • 105 AM Rennes, 1007 H 2.
  • 106 Ibid.
  • 107 Ibid.

56En réponse, les députés du Tiers font imprimer une lettre qu’ils adressent aux communes, paroisses et corporations de la province102. Le texte est prêt ; redatés du 5, légèrement modifiés, accompagnés de la délibération du Tiers des 22 au 27 décembre, les 14 articles qui le composent forment un modèle de charges à donner à nouveau aux députés du Tiers ; le dixième article réclame toujours le vote par tête103. Cet envoi ne semble pas avoir connu un succès immédiat dans les campagnes trégorroises. Celui-ci ne viendra qu’avec la suite des événements de janvier ; 6 ou 7 délibérations, seulement, peuvent s’y rattacher directement, 4 viennent de la région de Châtelaudren104. Le 19 janvier, le corps politique de la petite ville entend le rapport de Le Normand de Kergrist et prend connaissance des différentes pièces établies entre le 22 et le 27 décembre puis des délibérations ultérieures avant de témoigner leur reconnaissance à leur député et d’adhérer aux demandes du Tiers. Le 25 janvier, la circulaire du 5 est étudiée à Plouagat-Châtelaudren, à Lanrodec et à Boqueho qui s’empressent d’y souscrire et de rapporter leurs décisions à Le Normant de Kergrist. À Coatréven, le 8 février, le corps politique adhère à l’arrêté des communes de Rennes du 22 décembre et autres jours suivants105. Enfin, à Pont-Melvez, le 20 février, il est toujours fait unique référence aux « quatorze articles relevés dans la lettre de messieurs les députés des communautés, communes et corporations de Bretagne106 ». Le cas de Lanmérin 2 jours plus tard est moins net. Il est rappelé la lettre circulaire adressée au général de cette paroisse par les citoyens de la commune de la ville de Rennes. Mais le développement qui suit est une compilation presque conforme des différentes versions d’adhésions ayant été prises à Trézény et Coatascorn ainsi que dans les paroisses du secteur de Tréguier au mois de décembre107. Les adhésions qui y sont formulées apparaissent donc décalées par rapport à la situation nouvelle.

La troisième vague : la lutte contre la noblesse (1er février-22 mars 1789)

  • 108 Pocquet (B.), op. cit., tome 2, p. 103. Pommeret (H.), op. cit., p. 10-14. Cochin (A), op. cit., t (...)
  • 109 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 1er février 1789. AM Rennes 1007 H 2.

57Depuis plus d’un mois, les événements se sont précipités à Rennes108. La Noblesse ne pouvait se résoudre à abandonner le combat et les idées qui avaient fait son succès de l’été. Le 10 janvier, elle fait paraître une déclaration qui accuse la Bourgeoisie d’empêcher par ses manœuvres le déroulement des États. 10 000 exemplaires dont 3 000 en breton sont expédiés aux généraux de paroisses. On en retrouve la trace à Bourbriac, le 1er février suivant109. Le texte breton est le plus virulent :

  • 110 « Ia, soulagement ar paysantet a so bet a bet amzer e caloun ar Noblancs. Ma e bet paysantet bete (...)

« Oui, la noblesse de tout temps a eu à cœur le soulagement des paysans. Si les paysans ont été jusqu’à présent trop accablés par les charges, la noblesse jure du fond du cœur, qu’elle est prête à examiner et à peser toutes leurs demandes, avec justice, sagesse et équité pour leur plus grand soulagement.Si leurs demandes n’ont pas encore été écoutées, c’est la faute des bourgeois110. »

  • 111 AM Rennes, 1009 L.

58Le 18 janvier, elle lance encore une protestation solennelle contre la suspension des États de Bretagne et la convocation des prochains États généraux : l’ingérence royale et la forme de la convocation sont contraires à la « Constitution » de la province. Les membres présents s’engagent à ne participer à aucune assemblée organisée au mépris des institutions bretonnes. Ce texte est lui aussi traduit en breton et diffusé en grand nombre. Un commentaire en est donné, le 2 février, à Loguivy-lès-Lannion111.

  • 112 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 336 note 3. Les paroisses sont Saint-Aubin, Saint-Étienne, Saint (...)
  • 113 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, délibération du général, 1er février 1789. AM Rennes 1007 H 2. Le text (...)
  • 114 AM Rennes, 1007 H 2 Camlez, 8 février 1789.
  • 115 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 15 et 22 mars 1789. AM Rennes, 1007 H 3, Lézardrieux, 15 mars 17 (...)

59Face à cette attaque en règle, le Tiers riposte en demandant aux paroisses de se prononcer en faveur des délibérations prises à l’hôtel de ville de Rennes du 22 au 27 décembre 1788. De nouveau, l’assemblée des 10 paroisses de Rennes, forme fictive de 10 assemblées successives tenues entre le 15 et le 18 janvier dans les paroisses de la ville112 donne le ton. Les 10 adhésions, réunies le 19 janvier, sont envoyées aux généraux de paroisses, accompagnées de la circulaire du 5 janvier et des délibérations du 22 au 27 décembre. Au passage, les patriotes locaux y glissent les différents arrêtés de leur municipalité. L’ensemble inonde les paroisses rurales. Ces paquets parviennent dans le Trégor à partir, peut-être, du 25 janvier113 et, sûrement, du 30 janvier114. La question y est toujours débattue dans la seconde quinzaine de mars115.

Carte 1. Les cahiers des charges pour les députés aux États de Bretagne (décembre 1788-mars 1789)
  • 116 AM Rennes, 1007 H 2.

6035 nouvelles délibérations ont été conservées pour le Trégor rural. Elles émanent de tout l’évêché à l’exception notable du secteur de Morlaix. Cette fois, les campagnes autour de Guingamp participent pleinement au mouvement, avec néanmoins un retard d’environ 2 semaines sur les environs de Lannion et de Tréguier. Aucun véritable modèle ne peut être distingué parmi ces écrits qui mêlent adhésions aux arrêtés rennais, reconnaissance et louanges au roi, revendications multiples et variées. Seules les délibérations de Lanvézéac et de Camlez reprennent des formules utilisées au mois de décembre dans le secteur de Tréguier116. Les documents qui sont produits dans les campagnes trégorroises à partir de février annoncent, avec quelques semaines d’avance, les cahiers de doléances pour les États généraux de 1789.

61Les 3 vagues de délibérations trégorroises qui se succèdent entre la mi-décembre 1788 et la fin mars 1789 possèdent un caractère complémentaire. Elles dessinent sur la carte une marqueterie qui retrace nettement la chronologie de l’adhésion. Ceci est particulièrement visible dans les environs de Tréguier où chaque épisode provoque de nouvelles assemblées sans que jamais celles-ci ne se recoupent. À ce prix, le Trégor apparaît bien réagir aux demandes rennaises et s’insère favorablement dans le bilan de la province.

117
  • 118 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 367, note n° 1, qui ne dénombre que les adhésions conservées aux (...)

62Note 118118

Tableau 10. Participations des paroisses rurales bretonnes à l’écriture des charges des députés du Tiers aux États de Bretagne (décembre 1788-mars 1789)

63Même si ces chiffres demanderaient à être repris en recherchant systématiquement dans les registres de délibérations des paroisses bretonnes les réunions relatives aux États de Bretagne, la place du Trégor qui émerge des évêchés bas bretons, mérite d’être soulignée. Elle démontre une bonne sensibilité politique des paroisses rurales dans ce diocèse compte tenu de l’absence totale de participation du secteur de Morlaix. Il n’est bien sûr pas question d’en déduire une grande réactivité des populations aux affaires du temps ou une docilité particulière aux sollicitations extérieures. Ces questions ne concernent qu’une fraction des habitants, ceux habitués à traiter des affaires de leur localité.

Le développement de charges rurales spécifiques

  • 119 AM Rennes 1007 H 2, Le Merzer, 4 mars 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 114.

64Le thème des délibérations, annoncé presque toujours au prône de la grand-messe, devait sans doute interroger plus d’un auditeur. « Nous sommes grossiers et basse d’esprite pour entendre ce que c’est les États » écrivent les paysans du Merzer119 ; ce qui ne les empêche pas de former leur délibération et d’exposer leurs revendications. Car la principale caractéristique de ces comptes rendus est que non seulement ils servent à adhérer aux demandes du Tiers mais aussi, très rapidement, à l’exemple de ce qui leur était démontré par les premiers imprimés venus de Rennes et de Nantes, ils sont utilisés pour exprimer les propres revendications des participants.

Le contenu

  • 120 AD (35), G 523, Registre des délibérations de Saint-Étienne et de toutes les paroisses de Rennes ( (...)
  • 121 Je recense vingt-deux textes différents dans les délibérations des paroisses trégorroises.

65Les textes initiaux de Rennes, Nantes et Vitré, fin octobre et début novembre 1788, forment le socle sur lequel vont s’établir les futures demandes des municipalités et généraux de paroisses. Les envois de Lannion et de Saint-Brieuc qui sont repris par les campagnes trégorroises s’en inspirent directement. Ils sont complétés et amendés par les délibérations du Tiers des 22 au 27 décembre, les articles de la circulaire du 5 janvier 1789 et la délibération des 10 paroisses de Rennes du 19 janvier120. Ces documents ont été largement diffusés dans toute la Bretagne. Même s’ils ne sont pas les seuls à avoir été lus dans les campagnes, loin s’en faut121, ils peuvent aider à une réflexion sur l’emploi ou non de modèles par les délibérateurs trégorrois et servir à déterminer leur degré d’émancipation en distinguant les revendications qui leur étaient propres.

Tableau 11. Charges des députés du Tiers : types et évolution (Trégor 1788-1789)
  • 122 AM Rennes, 1007 G 2, Pleumeur-Bodou, 14 décembre 1788 ; 1007 H 2, Coatréven, 8 février 1789.
  • 123 AM Rennes, 1007 H 2, Pont-Melvez, 20 février 1789.
  • 124 AM Rennes, 1007 H 3, Le Merzer, 4 mars 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 113-114

66Les assemblées rurales, à partir de décembre 1788, émettent 3 types de documents. Les premiers comptes rendus sont de simples adhésions aux textes qui leur sont proposés122. Les seconds sont toujours des adhésions mais complétées des revendications des paroisses. Certaines assemblées ne s’y risquent pas sans une certaine prudence ; les participants savent très bien qu’ils outrepassent l’objet de leur réunion mais la tentation est bien forte de saisir l’occasion pour faire passer leurs idées : « Nous désirerions, s’il nous est permis, de représenter une demande qui nous est particulière » commencent les notables de Pont-Melvez, puis sur trois feuillets, ils développent une explication de l’usement de quevaise qui se termine par une longue charge contre les seigneurs123. Un seul texte ne formule aucune adhésion à l’un des 6 documents de base. C’est celui du Merzer124 ; très particulier et plus tardif, il participe à un combat politique sur lequel nous reviendrons.

Graphique 8. Les revendications des campagnes trégorroises (Charges pour les députés du Tiers aux États de Bretagne)

67La chronologie de ces trois types de réponses est décrite dans le tableau 11. Leur répartition varie suivant la période d’émission et confirme l’hypothèse du départ. À mesure que les événements se succèdent, les délibérations prennent une forme nouvelle. Le rythme habituel des assemblées dominicales est parfois avancé pour des réunions en pleine semaine malgré la période des labours en décembre et la préparation du lin en février-mars. Les réunions s’élargissent prenant forme d’assemblées de notables que les autres habitants ne viennent pas encore troubler. Les sujets se politisent. Les adhésions aux textes des villes se complètent de revendications qui expriment plus volontiers les besoins des campagnes. Dans les catalogues qui leur sont proposés, les ruraux choisissent et adaptent. Ce sont leurs propres problèmes dont ils chargent leurs députés. Les 68 délibérations conservées ayant eu pour objet la tenue des États de Bretagne ont laissé 267 revendications :

68160 sont directement inspirées par les différents arrêtés des municipalités, les délibérations et les courriers du Tiers ; les 107 autres rassemblent les revendications librement formulées par les assemblées rurales.

69Les demandes inspirées par les envois du Tiers datent principalement de la période de décembre. Elles reprennent, pour la plupart, les indications de Rennes, Nantes et Vitré relayées par Lannion et Saint-Brieuc. En conséquence, elles sont plus nombreuses mais aussi géographiquement plus dispersées. À côté des charges fondamentales qui sont reprises par une ou deux douzaines de localités, il en est d’autres qui ne sont émises qu’une ou deux fois. Les modèles ont pour conséquence inévitable (et peut-être pour objet) de rappeler des problèmes moins aigus mais cependant bien réels. Ces rappels déclenchent dans certaines assemblées des réactions qui s’accumulent sans pour cela véritablement traduire l’esprit général. Avec une vingtaine de revendications dès la première délibération du 14 décembre 1788, Châtelaudren arrive, ainsi, nettement en tête des localités les plus agissantes. Mais la petite ville a sans doute des préoccupations autres que celles du monde rural : 10 demandes ne sont émises que par cette seule localité et ne sont pas retenues par le reste du Trégor.

70Quelques adaptations locales peuvent se rencontrer mais dans l’ensemble, le message des villes est parfaitement relayé par les campagnes qui insistent cependant sur les aspects jugés les plus importants. L’augmentation du nombre des représentants du Tiers état est ainsi l’idée qui reçoit le plus fort soutien :

  • 125 AM Rennes, 1007 H 1 et 1009 L, Rospez, 4 janvier 1789.

« […] Convaincu par une longue et facheuse expériance que c’est aux abus qui se sont introduit dans l’administration que le tiers Etat et surtout les habitants des campagnes doivent leur oppression que le déffaut de représentant aux états pour réclamer et faire valoir leur droit en est la cause de surcharge de capitation, fouages ordinaires et extraordinaires, cazernement, fournitures aux cazernes […]125. »

  • 126 AM Rennes, 1009 L, Lanmérin, 22 février 1789.
  • 127 AM Rennes, 1007 G 2, Loguivy-lès-Lannion, 14 décembre 1788, Quemperven, 31 décembre 1788.

71Ce sentiment et l’espoir d’un meilleur équilibre expliquent l’émergence de cette revendication épaulée, dans plusieurs paroisses, par celle de la liberté du scrutin. Ainsi, « l’ellection libre du nombre suffisant de représentants » est la première demande formulée à Lanmérin126. Elle apparaît, sous une forme proche, dans 11 autres localités. Il s’agit d’une formidable réponse aux arguments de la Noblesse : les « protecteurs nés » des campagnes n’ayant pas su satisfaire le monde rural, le Tiers des campagnes allié à celui des villes doit prendre son destin en main. Quemperven et Loguivy-lès-Lannion écartent toute idée de représentation par des nobles ou des anoblis ou même par des officiers seigneuriaux, « juges, procureurs fiscaux, fermiers ou receveurs des seigneurs […]127 ». Cette idée est complétée par la revendication d’une représentation proportionnée à la population du monde rural : 10 demandes d’un député par tranche de population de 6 000 à 8 000 personnes et 2 autres d’un représentant pour 15 à 20 paroisses cherchent à établir un nouveau rapport de force.

72L’objectif immédiat est une meilleure répartition des impôts. Toutes les paroisses des environs de Tréguier le disent :

  • 128 AM Rennes, 1007 G 2, Coatréven, 21 décembre 1788.

« […] L’élection libre d’un nombre suffisant de représentants par lesquels on puisse espérer voir enfin les impositions réparties dans un juste proportion, les droits des peuples bien deffendus et la noblesse d’autant plus respectable qu’elle sera portée à contribuer aux charges de l’état, en raison de ses grandes et riches possessions plutôt qu’à s’en affranchir aux dépens des plebéïns et petits propriétaires sur lesquels elle a par ailleurs des avantages incomparables […]128. »

73Le rapprochement des demandes similaires (l’égalité des trois ordres devant l’impôt, l’égalité du calcul de la capitation entre le Tiers et la Noblesse, le fait que les nobles doivent contribuer) donne à cette revendication un poids comparable à celle qui réclame une meilleure représentation aux États. À nouveau et tout aussi puissamment, le second ordre est attaqué et les campagnes apportent un soutien sans ambages à l’offensive.

  • 129 AM Rennes, 1007 G 2, Quemperven, 31 décembre 1788.
  • 130 AM Rennes, 1007 G 2 Pleubian, 14 décembre 1788.

74En troisième lieu, les assemblées rurales s’associent à l’idée de donner aux recteurs accès à la députation. Les arguments émis à cette occasion reprennent ceux des villes. Les délibérateurs de Quemperven souhaitent que leurs députés requièrent « que MM. les recteurs des paroisses de la province, des villes et des campagnes soient admis dans l’ordre de l’église aux états […] ». Ils précisent sans équivoque « qu’ils seront de l’ordre du tiers129 ». Lorsque ceux de Pleubian demandent « que les recteurs députent aussi par diocèse parcequ’ils connoissent mieux les besoins du peuple que le clergé du premier ordre130 », l’opposition avec la noblesse est tout aussi marquée. Quelle que soit la formulation, que celle-ci mette en exergue les intérêts du Tiers ou les besoins des campagnes, la dichotomie rappelée entre bas et haut clergé souligne, en fait, l’opposition entre le Tiers état et la Noblesse.

75Les réponses ayant été soufflées par les villes, ce résultat paraît normal. Il ne s’agit encore que d’appuyer une adhésion en développant tel ou tel aspect jugé le plus important. Mais puisque ces assemblées donnent l’occasion de développer d’autres revendications, qu’en est-il de celles librement exprimées ? Gardent-elles alors la même animosité à l’égard de la Noblesse et sont-elles des soutiens aussi efficaces aux idées du Tiers ?

  • 131 AM Rennes, 1007 H 2 Pont-Melvez, 20 février 1789 et Trézélan, 26 février 1789 ; 1009 L Botlézan, 8 (...)
  • 132 AM Rennes, 1007 H 2 Trézélan, 26 février 1789.

76Ce second groupe de revendications est moins fourni mais surtout moins dispersé que le précédent. Les demandes sont réparties selon 4 thèmes principaux. Le premier qui domine nettement est celui des domaines congéables. 38 sur 107 soit plus de 35 % des réclamations librement élaborées dans les assemblées rurales portent sur cette question. Ce dossier peut être complété de 5 demandes de réforme ou d’abolition de la Quévaise131. Car si la nature de ce régime diffère de celui des baux convenanciers, l’esprit des revendications est comparable132.

77Le régime convenancier est responsable de tous les malheurs

  • 133 Plouisy, Ibid.

« d’un quantité nombreus de necesiteux et de mendiant et encorre pire [des] inimitiés, querelles, injures, batteries, meurtres et incendies derivant des exercices de congements chosse que l’on croirait encore eviter si l’on suprimoit et retractoit [les] exercices de congément133… »

  • 134 AM Rennes, 1007 H 2 Lanvézéac, 2 février 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 143, (...)

78Le ton est déterminé, parfois vif. La suppression des congéments est demandée par cinq paroisses134. Mais, dans leur grande majorité, les assemblées rurales ne souhaitent, encore, qu’une réforme des domaines congéables. Cette attente tient au constat de deux dérives essentielles dont les domaniers se sentent victimes : celle des congéments que les propriétaires fonciers, pour des raisons lucratives, multiplient de manière abusive ; celle de l’usage des bois et des bois blancs, droit qui leur est donné par l’usement de Tréguier et dont la spoliation profite au seigneur foncier. Ces deux objets sont traités de manière équivalente dans les assemblées paysannes : 16 demandes concernent la réforme des abus, 15 réclament la propriété des bois.

  • 135 AM Rennes, 1007 H 2, Saint-Quay-Perros, 8 février 1789.
  • 136 AM Rennes, 1007 H 2, Kermaria-Sulard, 10 février 1789.
  • 137 AM Rennes, 1007 H 2, Saint-Quay-Perros, 8 février 1789.

79Les coupables sont clairement désignés : il s’agit des nobles « pour la raison qu’ils en tirent des sommes considérables en forme de commission de la main à la main135 ». Quand le seigneur a besoin d’argent « pour éclater ou faire sa barbarie136 », « pour faire son oppulant137 », il provoque une expulsion en donnant pouvoir de congédier à un autre cultivateur. Le mécanisme est alors le suivant, décrit par l’assemblée de Loguivy-lès-Lannion :

  • 138 AM Rennes, 1009 L, Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.

« Le seigneur foncier d’une terre donne après neuf ans à un autre la faculté de nous expulser de ses terres quant il veut, même avant la récolte que nous avons semée si nous ne lui comptons pour assurance de neuf autres années une somme arbitraire que le seigneur ou receveur n’a jamais manqué de dire offerte par un ou plusieurs autres ; somme qu’il nous faut compter ou être mis sur le chemin avec notre famille et l’attirail de notre labourage. Nous sommes remboursés au dire de priseurs presque toujours inhabiles à priser nos terres et leurs fruits. Nous sommes obligés pour être occupés et logés de donner à un autre seigneur une somme arbitraire pour avoir la faculté d’expulser un autre138… »

  • 139 AD (35), C 1714, Lettre de l’intendant Bertrand au ministre Necker, 22 septembre 1788.
  • 140 Dubreuil (L.), La Vente des biens nationaux…, op. cit., tome 1, p. 26. Les bourgeois en posséderai (...)

80L’accusation fait la part belle des cultivateurs qui lorgnent les terres du voisin et qui d’eux même sollicitent des congéments. Elles oublient, aussi, que les délibérateurs en viennent parfois à utiliser la même technique pour procurer quelques fonds à la fabrique paroissiale. Quant aux experts priseurs, ce sont généralement des paysans du cru, ménagers et convenanciers comme les plaignants et aussi capables que ces derniers d’estimer la valeur d’un bien. L’attaque participe, en fait, d’un vieux fond de rancœurs accumulées contre les nobles. Des bourgeois des villes, des prêtres, d’autres paysans, la fabrique paroissiale peuvent être propriétaires fonciers. Mais ainsi que le rappelle l’intendant de Bretagne dans une lettre à Necker concernant la situation dans l’évêché de Tréguier : « Il paroît que le peuple écrasé sous le poids de la féodalité est généralement aigri contre la noblesse et les grands propriétaires139. » Ce filtre très particulier et le fait que les nobles possèdent 65 % des terres140 polarisent la vision des paysans : les seigneurs sont les seuls et uniques responsables.

81La même attaque, tout aussi ciblée contre les nobles, prend encore forme au sujet de l’utilisation des bois :

  • 141 AM Rennes, 1007 H 2 Louannec, 8 février 1789.

« Que tous bois blancs en général appartiennent comme par le passé au colon desquels ces derniers pourront disposer sans que les seigneurs puissent y rien prétandre sous quelque prétexte que ce soit141. »

  • 142 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 15 février 1789 : « […] que l’on commence desja [à] sentir la rareté de (...)
  • 143 AM Rennes, 1009 L Lanmérin, 22 février 1789. Sur les différentes formes d’utilisation du bois, voi (...)
  • 144 Traité des domaines congéables à l’usement de Tréguier & Comté de Gouello…, articles 2 et 16. Les (...)

82C’est une question assez complexe qui mêle la propriété des arbres, attribuée au foncier ou au convenancier selon les essences et les lieux de plantation, le droit d’usage permis ou non suivant qu’il s’agisse du tronc ou des émondes, la coutume. Le souvenir de certains usages reste dans les mémoires paysannes : ils sont bien sûr favorables aux colons. La raison de cet ensemble de revendications si ciblées est que le bois est rare142 alors que les paysans en ont un besoin quotidien et crucial pour leur exploitation, leurs outils ou leur demeure : « Un convenant est toujours suceptible de réparations de clayes, poteaux et eschaliers, les convenantiers de charettes, charues et autres outils de labeur, même les logements de quelques boisages143. » Et ce bois, l’usement de Tréguier en donne le libre usage aux propriétaires convenanciers quand il s’agit d’arbres fruitiers, de « bois puisnays » et des émondes de chêne (à condition de ne pas abattre d’arbre). Il leur est par contre interdit de toucher aux arbres de haute futaie plantés le long des allées et dans les bois de décoration144.

  • 145 AM Rennes, 1007 H 2 Saint-Quay-Perros, 10 février 1789.
  • 146 Sée (H.), op. cit., p. 396-398.

83Le souhait d’un retour à une situation plus conforme aux intérêts des convenanciers est la conséquence d’une situation fort dégradée dont les seigneurs sont les véritables responsables. Une enquête de l’Intendance, en 1783, montre une exploitation outrancière des bois dans toute la province. Les futaies sont abattues sans être replantées, les haies sont moins fournies que par le passé et dans les zones de domaines congéables, il semble que les usages et la privation des bois blancs forment le principal obstacle aux replantations145. Les seigneurs sont peu sensibles aux injonctions des subdélégués pour remédier au déboisement. Les prix s’envolent146.

84Les colons subissent cette situation dont ils accusent les nobles :

  • 147 AM Morlaix, AA 3 Plougras, Loguivy-Plougras et Lohuec, 18 février 1789.

« Les seigneurs sont presque les seuls qui ayent du bois dans cette contrée et son vassal ne peut faire aucune charette necessaire à l’agriculture. C’est ici un pays à domaine congéable et les seigneurs fonciers jouissent de toute espèce d’arbres et plants qui sont sur les droits à domaines pendant que c’est le domanier qui a élevé ces bois et ils en sont privé par ledit seigneur147… »

  • 148 Soixante-quinze ans plus tard les inspecteurs de l’Agriculture noteront cette caractéristique : « (...)
  • 149 AM Rennes, 1007 H 2 Servel, 2 février 1789.

85Dans cette guerre du bois, il semble que les convenanciers aient perdu, peu à peu, tous leurs droits. Ils essaient de résister sur les fossés (les talus) qui sont leur propriété en taillant les chênes de manière à ce qu’ils produisent beaucoup de branches. Un paysage se complète dans lequel les têtards dominent des talus semés d’ajoncs148. Certains essaient même d’étendre cette pratique aux autres chênes croissant hors des talus, sur le plat149. D’autres trichent.

  • 150 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 15 février 1789 : « […] Ne pouvant desormais pretandre en nul façon d’e (...)

86Le risque est, bien sûr, important : les basses justices sont aux mains des seigneurs qui s’en servent150. C’est donc naturellement que la réforme de la justice et la suppression des basses juridictions forment le troisième pôle revendicatif de cet ensemble. Les paroissiens du Merzer expliquent l’emploi de l’arme judiciaire par les nobles. Ils ne peuvent lutter :

  • 151 AM Rennes, 1007 H 3 Le Merzer, 4 mars 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 113.

« Ausitaux que nous le refuson […] il nous appèle pléder dans ces bas juridiction, qu’il est bien sûre qu’il ne cera pas condannez, et nous somme sûre de l’estre. C’est ce que nous fait inbandonner le toute à leur volontez, grand injustice pour tous151. »

  • 152 Brélévenez, Loguivy-lès-Lannion, Louannec, Perros-Guirec et Quemperven.
  • 153 AM Rennes, 1007 H 2 Camlez, 8 février 1789.
  • 154 Giffard (A.), op. cit., p. 80.
  • 155 AM Rennes, 1007 G 2, Quemperven, 31 décembre 1788.
  • 156 . Ibid.
  • 157 Giffard (A.), op. cit., p. 62 et p. 70, qui donne l’exemple d’une affaire pouvant être menée, d’ap (...)
  • 158 AM Rennes, 1007 G 2 Quemperven, 31 décembre 1788.

87La suppression pure et simple du premier degré de justice est réclamée, sans aucune compensation, par plusieurs paroisses des environs de Lannion152. Le personnel est contesté. Les juges ne prennent pas assez en compte la situation économique des paroisses, leur misère et leur pauvreté153. Quant aux notaires qui sont les auxiliaires de la justice seigneuriale154, ce sont des incapables155. En la matière, la situation est d’autant plus désespérante que la Justice est lente, complexe et onéreuse. Les juridictions d’appel sont reconnues, les juges royaux compétents156. Mais en moyenne 4 degrés de juridictions et jusqu’à 8 degrés de juridictions successives peuvent être franchis avant sentence définitive157. « Les degrés de justice ruinent les plaideurs158. » Les paysans peuvent difficilement suivre :

  • 159 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.

« les trois vues contraires rend la justice si longue, si dispendieuse, si humiliante et si rebutante que les plus sages aiment mieux renoncer à leur droits que de les réclamer surtout s’ils savent avoir affaire à un riche, à un enteté ou à un puissant159. »

  • 160 AM Rennes, 1007 H 2 Kermaria-Sulard, 10 février 1789.
  • 161 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.
  • 162 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 22 mars 1789.

88La réunion des basses juridictions demandée par Kermaria-Sulard160 est un moyen de réduire ce parcours interminable, d’abréger le cours de la justice et de la rendre mois chère. Mais il est surtout nécessaire de rapprocher le justiciable de la « justice finale161 ». Cette revendication est un vœu commun, même si les solutions diffèrent. « Que le cours de la justice soit abrégé » demandent les délibérateurs de Pleumeur-Bodou162 alors que l’assemblée de Ploulec’h en préconise le moyen :

  • 163 AM Rennes, 1007 H 2 Ploulec’h, 2 février 1789.

« Qu’on diminue les degrés de justice et qu’il n’y eut plus qu’un degré d’instruction et un de décision163. »

89La lenteur, la complexité sont principalement remises en cause. Les ruraux souffrent encore d’une justice fortement assujettie au seigneur et à ses officiers. Ce second aspect est celui qui explique les revendications d’abolition. Il y a donc, à nouveau, dans la demande de suppression ou de réforme des basses juridictions, une hostilité au régime féodal. Cette opposition est complémentaire de celle visant le système convenancier. Elle se retrouve, avec encore plus de violence, à l’encontre des banalités de four et de moulin.

  • 164 AM Rennes, 1007 H 2 Saint-Quay-Perros, 10 février 1789.
  • 165 AM Rennes, 1007 G 2 et 1009 L Brélévenez, 21 décembre 1788.
  • 166 . 4 466 mètres au terme de la Coutume. Voir Sée (H.), op. cit., p. 132 note n° 2.
  • 167 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.
  • 168 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.
  • 169 Sée (H.), op. cit., p. 133.
  • 170 AM Rennes, 1009 L Pleumeur-Gautier, 8 février 1789.
  • 171 AM Morlaix, AA 3, Plougras, Loguivy-Plougras et Lohuec, 18 février 1789.
  • 172 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 15 février 1788.

90Vingt-deux demandes visent la suppression des droits de four et de moulin, « un joug très onéreux au peuple164 » ; « qui forme le plus grand impôt sur les paisans165 ». Toutes les tares du système sont décrites pour être rejetées. Il y a d’abord le droit de suite qui s’exerce dans la banlieue du moulin seigneurial. Les sujets d’un même seigneur sont tenus de faire moudre leurs grains au moulin banal lorsque leurs domiciles en sont séparés de moins de 4,5 kilomètres166. Les déplacements sont toujours pénibles, surtout en hiver par des chemins de mauvaise qualité167. Aucune liberté n’est laissée ; les habitants qui demeurent hors la banlieue subissent quand même ce droit. Le seigneur qui ne possède pas de moulin dans l’espace prescrit vend son droit à un autre seigneur dont un moulin est proche168. Les paysans n’ont d’autre solution que de se soumettre. Le respect du tarif pose un second problème. La Coutume de Bretagne fixe le droit de mouture au seizième des grains moulus169. Ce prélèvement semble être respecté. Malheureusement, diverses exactions viennent grever ce coût. Les meuniers volent impunément ceux qui n’ont d’autres solutions que d’utiliser le moulin seigneurial170. La perte pourrait atteindre le tiers des récoltes171 et en cas de plainte : « […] On fait ce que l’on veut au vassaux détraignables même souvent la destruction et la perte des bleds172. »

  • 173 AM Rennes, 1007 H 1 et 1009 L Rospez, 4 janvier 1789.
  • 174 AD (22), E 1649.

91Il faut, bien sûr, faire la part de l’exagération dans ces diverses plaintes. Mais elles sont trop nombreuses, trop ciblées pour ne pas receler une forte part de vérité. « Les malversations généralles des meuniers173 » ne sont pas une fable même si tous ces personnages ne sont pas des fripons. Dans cette analyse, il faut nécessairement prendre en compte les contraintes que leur imposent, à eux aussi, les seigneurs. Les moulins sont susceptibles d’être vendus comme biens convenanciers, avec les mêmes usages. Le moulin de Kerguiniou en Ploubezre dont le fond appartient à la famille du Parc de Locmaria pour la seigneurie de Coatfrec est ainsi mis en vente, en 1781, 3 527 livres174. En 1784, Joseph Le Cuziat et son épouse en acceptent le bail convenancier pour 4 500 livres. En 1786, cette somme est portée à 4 614 livres. La rotation des baux est trois fois plus rapide que celle des habituelles assurances de 9 années. Les prix montent très vite, l’augmentation est proche de 31 % en 5 ans, des conditions très onéreuses. Les seigneurs dans leurs désirs d’accroître leurs revenus poussent les meuniers vers des situations très difficiles dont ils se sortent par diverses pratiques malhonnêtes mais d’autant plus faciles que les clients sont captifs.

  • 175 AM Rennes, 1007 H 2 Servel, 2 février 1789.

92Les habitants des campagnes connaissent bien ces situations. Lorsqu’ils demandent la suppression des banalités ils visent les nobles : « Cette sujetion étant un reste de régime féodal, régime tyranique et oppressif pour le peuple175. » S’ils fustigent les meuniers, ils ne leur attribuent pas les causes premières. Les coupables sont bien les seigneurs :

  • 176 AM Rennes, 1009 L Lanmérin, 22 février 1789.

« Non obstant que les propriétaires des convenants sont sujets par leur seigneurs fontiers à suivre leurs moulins ou ceux qu’ils veulent pour la mouture de leurs bleds, ils les soumettent encore à un droit pécunière envers eux, ou envers les seigneuries par lequel présent article les plébéeins et petits propriétaires sont considérablement grevés par les injustices de la part des meniers176. »

  • 177 AM Rennes, 1007 H 2 Pont-Melvez, 20 février 1789 ; 1007 H 3 Loc-Envel, 16 mars 1789.

93En dehors de celles qui touchent directement à la fiscalité royale, aux francs fiefs, aux devoirs et à la taxe sur l’industrie, il n’est pratiquement pas de plaintes qui ne visent le deuxième ordre. Celles qui ont pour sujet la dîme demandent l’uniformisation et l’égalité des prélèvements quelles que soient les paroisses177. Mais elles réclament surtout l’abolition des dîmes féodales devenues de pures redevances seigneuriales :

  • 178 AM Rennes, 1007 H 2 Servel, 2 février 1789. Voir également AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 22 ma (...)

« Que les dixmes seigneuriales ou inféodées soient abolies attendu que dans leur principe elles n’ont été accordées par les habitants des campagnes aux seigneurs qu’à la condition qu’ils protégeroient les fruits de la terre contre les ravages des bêtes fauves, corbeaux et autres animaux nuisibles et qu’aujourd’huy les seigneurs ne remplissant plus leur obligation, il n’est pas juste de leur payer le droit de dixme qui étoit leur récompense laquelle doit par conséquent être supprimée178. »

  • 179 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 15 février 1788.

94À ces ravages s’ajoutent ceux causés par les pigeons. La « quantité de colombiers chargés de pijons » dénoncée par les délibérateurs de Plouisy est la dernière pique lancée contre les seigneurs179.

95La constance avec laquelle ces différentes attaques sont portées contre la noblesse vient renforcer opportunément les demandes des villes. Les vœux particuliers de chaque paroisse et de chaque trève sont autant d’éléments d’une manifestation, la plus unanime possible, de la province contre le second ordre et le haut clergé. Mais tout en soutenant les revendications du Tiers, chaque envoi qui dépasse la simple adhésion, développe surtout une opposition très marquée au second ordre. Il ne s’agit plus de rancœurs accumulées qui, tout à coup, explosent en émeutes violentes et éphémères. Ces ajouts et développements aux adhésions confirment la maturité politique des élites rurales progressivement acquise au sein des généraux de paroisse. L’ampleur et la rapidité de leurs réponses montrent qu’ils étaient prêts à saisir toute opportunité, celle-ci se présentant en 1788 sous la forme des charges à donner aux députés du Tiers. En conséquence, pour peu qu’une opposition se manifeste au village, les paroisses deviennent le théâtre de véritables luttes politiques.

La lutte politique dans les paroisses rurales

  • 180 AM Rennes, 1007 G 2 et 1009 L Quemperven, 31 décembre 1788.
  • 181 AM Rennes, 1007 G 2 Pleumeur-Bodou, 14 décembre 1788 ; Perros-Guirec, 21 décembre 1788.
  • 182 AM Rennes, 1007 G 2 Brélévenez, 21 décembre 1788.
  • 183 AM Rennes, 1007 G 2 et 1009 L Quemperven, 31 décembre 1788.

96Très rapidement dès les premières réunions de décembre, les assemblées rurales font allusion à la personne royale. À peine 20 % des textes de la première vague, un seul de la seconde mais près de la moitié de ceux de la troisième contiennent au moins une référence de ce type. De manière indirecte, d’abord, il est demandé aux députés « de solliciter auprès du roi180 » ou « d’insister auprès du trône181 ». Dans le même temps, Louis xvi est célébré ; on loue « le meilleurs des roys182 » tout en réclamant sa justice183. Plus directement, ensuite, les revendications lui sont directement adressées comme si le roi allait traiter directement le cas de chaque paroisse, ce dont probablement certains paysans étaient persuadés. Il en résulte des textes où sous une forme naïve, le dithyrambe épouse un intérêt bien compris :

  • 184 AM Rennes, 1007 H 3 Le Merzer, 4 mars 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 113.

« O notre bon Roy, nous nous mettons à votre cotté droit et nous espéron estre du nombre de ceux que vous aymez parceque nous vous aymon parfait, nous santon c’est a dire une douceur dans le cœur qu’il nous ravisse. Nous croyon bien que c’est un don du Saint Esprite, qu’il nous bennie et nous benniron tous les jours notre bon roy et notre bonne renne et la sainte famille royalle184. »

  • 185 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 304-307.
  • 186 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, 8 février 1789. AM Rennes, 1007 H 3 Gurunhuel, 1er mars 1789.
  • 187 AM Rennes, 1007 H 3 Le Merzer, 4 mars 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 113.

97En se plaçant délibérément sous l’autorité royale, en s’abritant sous la protection du monarque les assemblées s’affranchissent de tout pouvoir intermédiaire, que celui-ci émane des seigneurs locaux ou du Parlement. Il n’y a donc plus à redouter les directives des officiers seigneuriaux ou à craindre l’interdiction fulminée, le 8 janvier 1789, par le Parlement de Bretagne qui déclarait toute assemblée illégale185. Les délibérations peuvent avoir lieu186 et le contenu des discussions prendre toutes les formes puisque le texte s’adresse au roi : « C’est l’ouverture de nos cœur que nous envoyon au pied de Sa Majestez187… »

  • 188 Ibid., p. 113-114.
  • 189 AM. Morlaix, AA 3 Plougras, Loguivy-Plougras et Lohuec, 18 février 1789.

98Cette précaution n’est pas inutile. Plusieurs textes contiennent des allusions directes à des rétentions d’informations, à des refus de convoquer les assemblées, à des entraves, à des tentatives de contrôle des délibérations. Le recteur du Merzer a retenu chez lui la délibération des 10 paroisses de Rennes, du 19 janvier 1789, pour empêcher les habitants de former leur propre délibération. Ceux-ci confient l’écriture de leurs revendications à Laurent Le Corre, « un pauvre laboureur » peu habile à manier le français et la plume. Mais ils préfèrent cette solution car les personnes qu’ils ont trouvées jusque là ne cherchaient qu’à les tromper188. Le recteur de Plougras et les curés tréviaux de Loguivy-Plougras et de Lohuec ont refusé de publier la date de la réunion à l’issue de leur prône. Les délibérateurs ont dû se résoudre à une annonce publique189. Ils s’en plaignent d’ailleurs, le 4 mars, devant la municipalité de Morlaix :

  • 190 AM Morlaix, Registre de la communauté de ville, 4 mars 1789. Cité par Roudaut (F.), « Les cahiers (...)

« Les oppositions et obstacles de toute espece et qui souvent dégénèrent en menaces de la part de nos chefs n’ont pas empêché quelques-uns de nous de se livrer à la confiance qu’inspire la bonté du monarque tandis que d’autres plus timides, ou moins secourus des connaissances requises, se bornent à épouser nos vœux, à les partager et à prononcer individuellement ces sentimens en attendant l’heureuse liberté de pouvoir le faire plus légalement190. »

99Il existe donc dans certaines paroisses un climat conflictuel. Les « chefs » (faut-il entendre directement les seigneurs locaux ou plus vraisemblablement les recteurs ?) s’opposent aux délibérateurs tandis que les élites locales qui subissent cette pression offrent un soutien de peu de poids.

100Dans les exemples précédents, ce sont bien les prêtres qui contrarient le fonctionnement des assemblées paysannes. Ni Le Merzer ni Plougras n’ont pourtant de recteurs nobles. Le problème semble celui de la légalité des réunions et cet argument ne manque pas d’inquiéter les populations.

  • 191 AM Morlaix, AA 2-23.

101Il faut aussi tenir compte de l’opposition manifestée par les nobles. Un écrit anonyme et malheureusement non daté, conservé aux Archives municipales de Morlaix, permet d’en apprécier la teneur. Il propose aux corps politiques une Réponse des généraux de paroisses de la Basse Bretagne à l’invitation qui leur a été faite affectueusement par leurs frères et amis, les citoyens de la commune de Rennes191, et déduit, en fait, toutes les raisons que la Noblesse oppose aux menées du Tiers. Par son titre et par les arguments qui y sont développés, il semble dater de la fin décembre 1788 ou du début de l’année suivante, au moment où toutes les idées se radicalisent et où les clivages prennent définitivement forme.

102L’accent est mis d’entrée sur le respect de la « Constitution bretonne », sur les droits et les privilèges de la province. Il en découle l’argument essentiel susceptible de rassembler les populations rurales, celui d’éviter de payer autant d’impôt que le reste du royaume, fait avéré et qui est le point le plus incontestable de cette démonstration. Les nobles sont ensuite présentés comme les seuls et uniques représentants des paysans aux États. C’est le thème habituel des « protecteurs nés » qui permet de contester aux députés des villes le droit de représenter les campagnes donc de prétendre au doublement du Tiers. Le paragraphe suivant est une réponse aux tentatives de séduction menée par les villes en direction du bas clergé. Il s’agit bien évidemment de détourner l’arme que constituerait l’entrée des recteurs aux États par le soutien qu’ils ne manqueraient pas d’apporter au troisième ordre. Enfin, le texte se termine sur une réplique aux flatteries que le Tiers n’a cessé de prodiguer aux paysans. Les habitants des villes ne leur sont en rien supérieurs. Ils sont d’ailleurs issus des campagnes et devraient s’en souvenir avant de connaître l’humiliante déchéance de ceux qui ont voulu monter trop haut.

  • 192 Cet argument utilisé par des gentilshommes venus à Rennes soulève d’indignation un bourgeois de Bo (...)

103Ce texte est assez habile par son mélange de vérité, de loyalisme envers le trône, de référence au droit et aux lois, de rappel de l’antagonisme villecampagne. Mais il pèche par l’outrance de nombre de ses assertions. La convocation du ban féodal pour la défense des droits seigneuriaux et des privilèges de la province n’est plus de ce temps192. La communauté d’intérêt entre les nobles et la paysannerie est peu crédible et tous les convenanciers connaissent le prix de la terre que les seigneurs leur confient.

  • 193 AM Rennes, 1007 G 2, Loguivy-lès-Lannion, 14 décembre 1788 ; 1007 H 3, Le Merzer, 4 mars 1789.
  • 194 AM Rennes, 1009 L Plouec-du-Trieux et Runan, 1er février 1789.

104Ce type de document, la lettre du chevalier de Guer, la déclaration de la noblesse, l’arrêté de la noblesse (ces deux derniers textes en breton), ont connu une certaine diffusion dans les campagnes et sans doute reçu un certain regard. Celui qui vient d’être présenté porte au verso : « R. de Ploujean. » Ce qui pourrait signifier qu’il était destiné à l’abbé de Lanlay R(ecteur) noble de cette paroisse. L’hypothèse est plausible. Du côté du Tiers comme de celui de la noblesse, les prêtres ont été utilisés comme vecteurs de diffusion des écrits dans les campagnes. À Loguivy-lès-Lannion, au Merzer les documents leur sont directement adressés193. À Plouec-du-Trieux, les délibérateurs votent 30 sols de remboursement au recteur pour les paquets reçus par la poste194. Il arrive parfois que les prêtres les présentent et les lisent, eux-mêmes, aux assemblées.

105Le recteur de Bourbriac qui vient de présenter la déclaration en breton de la noblesse de Bretagne, du 10 janvier 1789, s’empresse de préciser qu’il n’est pas d’accord avec son contenu. Ce n’est pas lui qui mène le débat ; déjà, les délibérateurs se sont offusqués :

  • 195 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 1er février 1789.

« Le dit général de Bourbriac a d’un commun accord déclaré ne pas adhérer dans le sens ny tomber dans le piège proposé par ladite déclaration de la noblesse qu’il n’approuve et n’entend approuver et que ledit sieur recteur déclare n’avoir lû que pour en faire sentir l’inconséquence ; que ladite déclaration tend ouvertement à une sédition pour laquelle les habitants de Bourbriac toujours dévoués envers leur Roy et les intérest[s] de leur province ne se livreront jamais195. »

106À Loguivy-lès-Lannion, le 2 février 1789, les délibérateurs et les quelques notables qui viennent d’entendre lecture des textes du Tiers et de ceux de la Noblesse s’emportent contre l’arrêté de la Noblesse, du 18 janvier, dans lequel

  • 196 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.

« après le serment de ne rien redresser dans nos grieffs, on nous témoigne des sentiments particuliers d’amour, où notre partie s’érige en juge, où l’on veut nous faire croire que la cause du païsan n’est pas instruite, tandis que nous savons tous que le refus d’entendre cette cause puissament instruite a suspendu les états, où l’on nous dit qu’on veut nous tromper parceque nos députés n’ont pas voulus suivre les anciens règlements que nous appellons des abus et dont nous demendons la correction196 ».

  • 197 AM Rennes, 1007 H 2 Perros-Guirec, 8 février 1789.

107Ici, comme à Bourbriac, les paysans se montrent capables d’un parfait discernement. Les arguments sont analysés un par un et réfutés lorsqu’ils ne sont pas conformes aux intérêts du Tiers. Il s’agit bien d’un débat politique dans lequel les partis sont clairement définis et les enjeux connus. Il n’est plus seulement traité de problèmes immédiats mais de questions d’une autre nature. Lorsque l’assemblée de Perros-Guirec vote ses remerciements aux députés du Tiers c’est, disent-ils, parce que ces derniers « ont soutenû la régénération des droits et liberté du Tiers dans un moment où les oppulants employent tous les moyens pour saccrifier à leur tirannie la partie la plus utile à l’état197 ».

108Pour peu, alors, qu’une opposition se manifeste localement, l’ensemble prend toutes les apparences d’un combat politique : idée contre idée, intérêt contre intérêt. Il est peu commun cependant de rencontrer de tels conflits dans les textes d’archives. Mais il existe un certain nombre d’indices qui s’ajoutent à ceux dont il vient d’être question. C’est ainsi qu’à l’issue des réunions, il arrive parfois que les participants refusent de signer. Il s’agit là d’un moyen caractéristique de marquer son opposition à une décision. Jamais, en effet, les délibérateurs ne font figurer au compte rendu une idée contraire à celle qui vient de recueillir les suffrages ni a fortiori la défendent en la paraphant. Ils se contentent de refuser leur adhésion à ce qui a été décidé.

  • 198 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, délibérations du général.

109Il est donc exceptionnel de pouvoir suivre le véritable combat (le mot n’est pas trop fort) que vont se livrer à Pleumeur-Bodou le recteur et le corps politique. Il ne s’agit plus ici d’indices ou de courtes allusions mais du récit complet des événements consignés mot à mot par le commis, complétés par le recteur lui-même qui s’épanche de sa plume dans un véritable torrent de remontrances, et des éventuelles réponses des assistants et du corps politique. L’ensemble couvre près de 4 mois, toute la période marquée par la rédaction des charges, du début décembre 1788 au 22 mars 1789198.

  • 199 Guerniou (J.), « Le destin d’une famille noble durant la Révolution : les frères du Largez », Le G (...)

110Le recteur est l’abbé Louis-Gabriel du Largez, fils cadet d’une ancienne famille noble remontant, au moins, au xie siècle199. Né à Louargat, berceau de sa famille, en 1748, il a été curé de Ploumilliau puis recteur de Botlézan avant d’arriver à Pleumeur-Bodou en 1777. Farouche opposant à la Révolution, il va être de toutes les actions hostiles au Nouveau Régime. Dénoncé par ses paroissiens, dès février 1791, pour propos inconstitutionnels, il parvient à s’enfuir pour Jersey en juin de cette année. Aumônier du régiment du Dresnay, il débarque à Quiberon, le 27 juin 1795, avec la première division des émigrés. Fait prisonnier le 27 juillet suivant, il est condamné à mort et fusillé, le 30 juillet.

111Il a sans doute une manière très tatillonne de s’immiscer dans le gouvernement temporel de sa paroisse. En octobre 1788 puis en novembre, encore, il s’occupe toujours de redresser la composition du corps politique de Pleumeur-Bodou sous prétexte que deux délibérateurs sont parents et alliés. Leur nomination date pourtant de plus de 10 mois et doit être renouvelée au premier de l’an.

112Le 14 décembre, la délibération commence par les affaires ordinaires (le paiement de diverses réparations). Elle se poursuit par la présentation par Jean Le Bivic, l’un des fabriques, d’un extrait imprimé de l’arrêté pris le 22 novembre par la communauté de ville de Lannion. Avant même que lecture en soit faite, le recteur du Largez se lance dans une remontrance où il s’évertue, dans un premier temps, à rappeler l’antagonisme villes-campagnes en jouant du fait que les affaires des unes ne sont point celles des autres. « La maison de ville de Lannion, dit-il, n’a rien de commun avec le corps politique de Pleumeur-Bodou. » Il rappelle ensuite les lois du royaume, les coutumes, la « Constitution » et les privilèges de la province ainsi que les immunités et libertés de l’Église gallicane. Ce sont les mêmes arguments que ceux retrouvés dans le texte morlaisien présenté plus haut. La représentation du Tiers aux États de Bretagne et le mode de nomination des députés pour les États généraux sont au cœur du débat. Mais l’habileté du recteur, et ceci restera constant dans son discours et dans celui de la Noblesse à l’adresse des assemblées rurales, est de ne pas contredire directement, point par point, les idées du Tiers mais de déplacer le débat sur le plan de la légalité. Retranché derrière les lois, l’abbé du Largez peut alors s’opposer « à toutes les innovations que l’on voudroit introduire ».

  • 200 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 14 décembre 1788.

113La réponse des délibérateurs reste sur le plan des idées. Après lecture et débat, ils conviennent que le texte lannionais exprime parfaitement ce qu’ils ressentent : « Ledit arrêté est depuis longtemps le vœux général de la campagne, qu’il est aussy celuy particulier de la commune de cette paroisse. » C’est la réponse directe au premier argument du recteur. Le Tiers des villes a su reconnaître les besoins de celui des campagnes ; il y a communauté de vues entre les deux parties. Le coin placé par l’abbé du Largez entre la municipalité de Lannion et le général de Pleumeur-Bodou ne peut jouer. Les ruraux acceptent de se faire représenter par un député de la ville proche, lui donnent tout pouvoir pour représenter les habitants de la paroisse. C’est la seconde réponse opposée au recteur. Les nobles ne sont plus regardés comme les représentants naturels des paysans aux États. La « Constitution bretonne », de ce fait, n’est plus respectée et l’autorité du recteur est, sans doute aussi, bafouée. Du moins, le ressent-il ainsi. Il ne signe pas à la fin de la délibération avec les autres participants tandis que, chose étonnante, peut-être pour se prémunir d’une éventuelle réaction de dépit, les fabriques emportent le cahier chez eux200.

  • 201 Ibid., 1er janvier 1789.
  • 202 AM Rennes, 1007 H 2 Perros-Guirec, 8 février 1789.

114La délibération suivante, celle du 1er janvier 1789, est consacrée aux habituels renouvellements des fabriques, gouverneurs, égailleurs, collecteurs, commis et délibérateurs. Comme il est d’usage, le corps politique demande à l’abbé du Largez de publier ces changements au prône de sa grand-messe201. Celui-ci ne réagit pas. Dans l’embarras, Joseph Le Poncin, l’un des nouveaux fabriques, présente le cahier à Jean Le Guillouzer son beau-frère, qui le publie le 18 janvier au pied de la croix du cimetière. Ce choix ne s’est pas fait sans réflexion : Le Guillouzer est notaire et commis de la paroisse. Il est, aussi, le père de Jacques-Jean Le Guillouzer, notaire royal et commis de Perros-Guirec202.

115Cette décision motive une nouvelle intervention du recteur. Lors de l’assemblée du 18 janvier, il explique son refus : la nomination des nouveaux délibérateurs est illégale car les personnes choisies ne l’ont pas été parmi les anciens trésoriers ayant passé leur charge et soldé leur compte.

116Il prie, en conséquence, les délibérateurs de réformer leur précédente délibération. Cette contravention aux ordonnances et règlements du Parlement de Bretagne est usuelle. Il s’en est déjà plaint à plusieurs reprises. Mais en la circonstance, ce nouveau manquement lui permet, une fois encore, de faire glisser le débat vers « la soumission et le profond respect que les membres du corps politique doivent avoir pour cette cour souveraine qui veille sans cesse à Notre Sureté et à la conservation de nos drois et de nos privilèges et qui sacrifie son repos pour assurer le notre ». Le respect de la légalité est toujours présenté comme l’argument essentiel. Mais c’est bien l’obéissance au Parlement de Bretagne qui est au centre de la discussion. La collusion de ce grand corps avec la Noblesse vient d’être rendu encore plus manifeste par sa décision du 8 janvier d’interdire les assemblées convoquées irrégulièrement. Il est possible qu’au 18 janvier, l’abbé du Largez n’ait pas encore eu connaissance de cet arrêté. Mais la logique de son soutien au Parlement de Bretagne se trouve dans la suite de l’affaire des 12, l’été précédent.

  • 203 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 18 janvier 1789 et 1er juin 1789 (dernière du cahier).

117À cette remontrance, les délibérateurs de Pleumeur-Bodou répondent avec une ruse toute paysanne. Ils ne contestent pas l’observation du recteur. Certes, les membres nommés lors de la précédente réunion ne répondent pas aux critères énoncés par le Parlement de Bretagne. Mais il leur est difficile de faire autrement. Dans le cas contraire, il leur faudrait nommer des parents et alliés, ce dont l’abbé du Largez leur a déjà fait défense lors de deux réunions en octobre et novembre. De deux maux ils ont choisi le moindre et en contrevenant aux règlements ils ont essayé de satisfaire le recteur. Celui-ci a beau dénoncer la fausseté de cette assertion, les délibérateurs ne reviennent pas sur leur décision. Au contraire de ce qui s’était passé en novembre, les nouveaux membres sont maintenus en fonction ; ils seront toujours en charge au mois de juin suivant203.

118Le fonctionnement courant n’est pas touché par cette querelle. Au pied de la croix, un bannissement avait également eu lieu, suivant l’ordre de l’évêque de Tréguier lors de sa visite, pour faire réparer et embellir l’autel Saint-Yves situé dans l’église ainsi que pour en entretenir la toiture. Le travail adjugé pour 60 livres vient à son terme le 15 mars. L’abbé du Largez a fait partie de la commission d’examen qui vient de donner décharge à l’artisan de la bonne exécution de son travail ; seul un chéneau reste à redresser au-dessus de l’autel Saint-Yves. La réunion se poursuit calmement avec l’examen d’une succession dans laquelle l’église de Pleumeur-Bodou est partie prenante. Puis vient l’incident. Fiacre Le Jeune, l’un des fabriques en charge, remet sur le bureau deux paquets qui lui ont été adressés par Daniel de Kerinou, maire de Lannion, député aux États de Bretagne. Il s’agit, d’une part, du résultat des délibérations des députés du Tiers des 22 au 27 décembre accompagné de la circulaire du 5 janvier et, d’autre part, d’un imprimé reproduisant le procès-verbal des séances du Tiers depuis

119le 14 jusqu’au 21 février. La lecture en est donnée par Jean Denis notaire choisi comme substitut par Rivoallan, procureur fiscal, parti, lui aussi, pour Rennes où il accompagne le maire de Lannion.

120L’abbé du Largez reprend alors son inlassable combat, en dictant au commis sa réprobation puis en terminant lui-même de sa main. Mais cette fois il ne s’agit plus seulement, dans ses propos, d’illégalité ou de respect des lois. Il présente une défense de la Noblesse et du Clergé doublée d’une attaque en règle de la bourgeoisie, ce haut Tiers qu’il tente d’opposer, encore une fois, aux honnêtes, paisibles et vertueux cultivateurs :

Les délibérations du Tiers « sont insidieuses, elles frondent l’authorité la plus legitime, et soufflent le feu de la discorde et de la sedition ; elles tendent à rompre le lien social, celuy surtout qui unit les vasseaux à leurs seigneurs, tous les liens, en un mot, du pouvoir et de l’obéissance ; elles inspirent au peuple une injuste desfiance du clergé et de la noblesse ; et luy donnent de l’éloignement pour ces deux ordres qui n’ont jamais cessé d’être ses vrays amis, ses protecteurs, et les plus zelés deffenseurs de ses drois ; elles dirigent d’injurieuses, de fausses et d’odieuses inculpations contre ces deux illustres corps, que la droiture, le désinterressement et léquité de leur vues avoient toujours mis au dessus de tous soupçons. L’esprit d’insubordination d’une certaine partie de la classe de la bourgeoisie qui se qualifie du titre de haut-tiers, lancent contre eux les traits envenimés de sa haine ; elle voudroit rappeller tout à une égallité qui n’existe point dans la nature et qui laisseroit le foible à la mercy du plus fort ; elle attaque les distinctions qui maintiennent l’ordre et qui garantissent par là tous les citoyens de la violence. Elle ne déteste ces deux ordres que parce qu’ils occupent dans la société et dans l’État un rang ou elle voudroit se placer elle même et qu’elle ne parviendra jamais a atteindre. La raison et le bien du gouvernement l’en exclueront toujours ; elle a fait par des sophismes artificieux, des écrits et éphémères et clandestins, et par les libelles incendiaires et diffamatoires qu’elle repend dans le public sans en avoir d’autre droit que celuy qu’elle a l’impudence de s’arroger contre tous principes et pouvoir legitime ».

121Tous les arguments sont utilisés. La destruction des libertés bretonnes va permettre l’introduction en Bretagne de la gabelle dont le seul nom fait frémir les populations. Le non-respect de l’arrêté du 8 janvier sur la défense de s’assembler expose les délibérateurs à la rigueur des peines prévues par la Loi. Le roi lui-même dans son édit du conseil d’État, du 25 février, a cassé les délibérations concernant les États généraux donc celle du 14 décembre au cours de laquelle le corps politique demandait au député de Lannion de porter les revendications de la paroisse au pied du trône. Daniel de Kerinou procureur du roi à Lannion ne peut ignorer ces textes qui ont été envoyés dans tous les sièges royaux. Il trompe donc, sciemment, ses correspondants. Ceux-ci doivent donc s’attendre aux pires châtiments.

122Devant une telle charge, Denis n’arrive à répondre que quelques mots de sa main. Il ne trouve à opposer qu’une seule phrase pour encourager le corps politique à ne pas céder :

« En l’endroit, m[aîtr]e Denis a déclaré aux mêmes délibérants qu’il protestait contre la remontrance du S[ieu]r abbé du Largé comme contraire à tout les intérêts de l’ordre du tiers, et a requis que les mêmes delliberants delibererent [sic]. »

  • 204 Ibid., 15 mars 1789.

123Ceux-ci, prétextant l’heure tardive, décident de remettre à semaine leur décision204. Ce n’est pas une fuite éperdue. Ils prennent bien soin à ce que les fabriques emportent avec eux le registre des délibérations. À n’en pas douter, la semaine va être mise à profit pour discuter les objections du recteur portées sur le cahier, les risques vont être pesés et la réponse étudiée.

124Celle-ci vient, comme prévu, le 22 mars. La réunion débute calmement. Il est question des travaux de réparation et de blanchiment de l’église et des chapelles qui sont attribués, pour 23 sols par jour, à Jean Lageat maçon de Pleumeur-Bodou habituellement employé à ce type de travaux. Puis vient la décision du corps politique :

« En l’endroit lesdits deliberants après avoir entendu lecture tant du cahier des charges du tiers etat de bretagne arretté à rennes le vingt sept décembre dernier du cahier des scéances du même tiers etat du mois de feuvrier dernier ont unanimement déclaré approuver les réclamations qui ont été faites pour l’intérêt du peuple et ont déclaré désirer qu’il soit encore demandé au roy la suppression de la banalité de moulin ; que les collons à domaine congéable ne puisse être expulser de leur drois en payant une année de la rente fontière au seigneur par chaque neuff ans l’année de l’expirement desdits neuff ans ; que les bois blancs appartiennent aux collons comme ils ont fait cy devant, que le cours de la justice soit abrégé ; que les dixmes seigneurialles se percevant en partie de cette paroisse soit supprimé ne sachant les débiteurs d’icelle pour quoy elle est perçue. »

  • 205 Ibid., 22 mars 1789.
  • 206 Ibid., 19 avril, 3 mai et 1er juin 1789.

125Aucune observation du recteur n’a été prise en compte. Au contraire, en précisant leurs revendications, les délibérateurs exposent leurs griefs contre la Noblesse ; la suppression de la banalité des moulins, la réforme des congéments, la libre possession des bois blancs, la réforme de la justice et l’abolition des dîmes seigneuriales visent directement les nobles. Le recteur s’avise alors de répondre. Il évoque l’illégalité de la convocation, celleci ayant pourtant été prise en séance huit jours plus tôt. Il rappelle l’interdiction royale. Il se lamente de n’avoir aucune influence sur ses paroissiens mais en connaît la raison : ils sont travaillés de l’extérieur, en particulier par maître Denis qui agit en sous-main pour Rivoallan le procureur fiscal. Ce dernier, les délibérateurs en conviennent, leur a fait passer le projet de la délibération qu’ils doivent prendre. La confiance qu’ils devraient avoir pour leur pasteur en est donc altérée et, plus grave encore, la persistance avec laquelle ils continuent à ignorer ses avis les exposent aux punitions et aux peines qui attendent tous les contrevenants aux lois. À ces mots, l’un des délibérateurs, Pierre Prat « palissant de colère lui a dit qu’il ne devois être présent à l’assemblée qu’on avoit bien de la bonté de l’y souffrir ». Cette contestation directe de l’autorité du recteur est le dernier incident de cette série d’assemblées. L’abbé du Largez a beau se lancer dans une ultime remontrance contre cette sortie, il a définitivement perdu. En confiant le registre des délibérations aux fabriques pour qu’ils consultent 3 avocats conseils (à Lannion, bien évidemment), les 12 délibérateurs entérinent leur décision205. Le recteur qui a réussi, tout de même, à repousser cette conclusion jusqu’au 22 mars ne reviendra plus sur la question. Les délibérations qui sont conservées jusqu’à la fin du cahier ne traitent plus que des affaires habituelles206. Pour un temps, il n’est plus question de débat politique dans les comptes rendus des délibérations de Pleumeur-Bodou.

126Cette série d’altercations illustre le climat qui pouvait régner dans les paroisses trégorroises sur des questions d’ordre politique, de grande politique : l’affrontement entre la noblesse et le tiers état vérifié, ici, dans l’une de ses composantes locales. La personnalité très particulière de l’abbé du Largez, son caractère autoritaire, sa conception de son rôle de recteur, son origine noble ont été les facteurs aggravants mais non essentiels. On leur doit, surtout, une meilleure relation de ce type de conflit qui a pu se produire ailleurs (Le Merzer, Plougras…) sans laisser autant de traces.

127Dans ce contexte général, le fait majeur reste le développement des revendications propres aux paroisses rurales. Par les attaques constantes qu’elles portent contre les seigneurs locaux, elles contribuent à la lutte que mène le Tiers contre la Noblesse. Mais leur parfaite unanimité et leur convergence laissent penser que les habitants des campagnes, profitent de cette occasion pour exprimer des souhaits très précis, très caractérisés, sur la réalisation desquels ils fondent leur adhésion au mouvement.

Un programme de revendications spécifiques

  • 207 AM Rennes, 1007 G 2 Brélévenez, 21 décembre 1788.

128Le rapprochement entre le Tiers des villes et celui des campagnes est possible parce que les charges proposées par les premiers correspondent aux idées et aux sentiments partagés par les seconds. Les besoins qui sont énoncés par les villes sont les mêmes que ceux ressentis par les paysans. « Ledit arreté est depuis longtemps le vœux général et commun des habitants de la campagne207. » Une phrase identique ou avec quelques variantes se retrouve dans plusieurs délibérations des environs de Lannion, au mois de décembre. L’accord unanime des paroisses se nourrit de ces rapprochements.

  • 208 AM Rennes, 1007 H 2 Saint-Quay-Perros, 10 février 1789. Seule la question des gardes côtes vient r (...)
  • 209 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.-

129Mais on s’aperçoit à l’analyse des thèmes supplémentaires que ces charges urbaines sont très incomplètes aux yeux des paysans trégorrois. Les 14 articles de la lettre du 5 janvier 1789, par exemple, ne suffisent pas. L’adhésion sans restriction et l’expression des sentiments de la plus vive reconnaissance que vote, à l’occasion de leur lecture, l’assemblée de Saint-Quay-Perros n’empêchent pas les participants de se montrer critiques sur les manques évidents de l’envoi des députés du Tiers : « Quoique les quatorze demandes renfermées dans ces arrêtés semble ne rien laisser à désirer d’avantage nous ossons cependant leur représenter que le bien être des cultivateurs demande encore… » ; et en autant d’articles que nécessaire sont abordés les problèmes qui forment le lot commun des revendications paysannes : congéments, bois blancs, moulins, aveux et déclarations, dîmes seigneuriales208. À Loguivy-lès-Lannion, les délibérateurs et les quelques notables qui les ont rejoints n’hésitent pas à signaler que les documents reçus des villes ne traduisent pas la hiérarchie de leurs soucis. Après avoir réclamé la réforme de la justice et la suppression des banalités des fours et des moulins puis dénoncé les malheurs engendrés par les congéments, ils déclarent leur priorité : « Ces trois objets nous interresse plus que les impots malgré leur poids et leur repartition inégalle209. »

  • 210 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, 8 février 1789.
  • 211 AM Rennes, 1007 H 2 Perros-Guirec, 8 février 1788.
  • 212 Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 229-236.
  • 213 AN D XIV 3 21 et Dubreuil (L.), Les Vicissitudes du domaine congéable pendant la Révolution, 2 vol (...)
  • 214 Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 1, p. LXVI note n° 3 et tome 4, p. 143.

130Les textes qui sont produits dans ces circonstances ont, aux yeux des ruraux, un caractère fondamental. Les revendications sont considérées comme essentielles. Ces écrits vont servir de référence. Dès cette époque, les paroisses se calent sur les décisions qu’elles viennent de prendre et y reviennent sans cesse. L’assemblée de Ploubezre, le 8 février 1789, se réfère à sa précédente délibération du 21 décembre « considérant d’ailleurs qu’ils n’ont aucune modification a apporter […] déclarant y persister210 ». Celle de Perros-Guirec, le même jour, rappelle ses décisions antérieures211. Cette manière de rappeler les écrits précédents se retrouve, par la suite, dans de nombreuses paroisses. La délibération du 18 février 1789 tenue par Plougras, Loguivy-Plougras et Lohuec est, ainsi, réemployée en partie par les 3 localités au moment d’établir leur cahier de doléances, au mois d’avril suivant212, puis encore rappelée par les habitants de Loguivy-Plougras, au soutien de revendications convenancières, en janvier 1790213. Moustéru utilise sa délibération du 22 mars 1789 comme cahier de doléances214.

  • 215 Dupuy (R.), De la Révolution à la chouannerie…, op. cit., p. 35.
  • 216 AM Rennes, 1009 L Pleumeur-Gautier, 8 février 1789 : « Nous sommes donc vexés par tous faute d’avo (...)

131Des simples adhésions qui leur étaient demandées, les paysans sont passés rapidement aux revendications directes sur des sujets qui les touchent de plus près. L’unanimité tactique215 avec le Tiers urbain est une alliance de circonstance qui leur permet d’exprimer problèmes et besoins. Les ruraux ont saisi, avec empressement216, l’occasion de se faire entendre. Le monde des campagnes se positionne ainsi sur une voie complémentaire à celle des villes, une voie complémentaire mais indépendante et originale.

L’image du notable

132Bien évidemment, ces revendications sont exprimées par les seules élites rurales. Les populations restent à l’écart. Aussi, dans ce lot de demandes plus ou moins copiées et plus ou moins personnelles, il est possible, profitant du dialogue instauré entre eux et les villes, que les notables paroissiaux aient essayé de traduire leur besoin de reconnaissance et d’affirmer ainsi leur image.

  • 217 AM Rennes, 1007 H 2 Lanvézéac, 2 février 1789.
  • 218 AM Rennes, 1007 H 2 Bourbriac, 1er février 1789 : « La répugnance naturelle qui s’élève de voir de (...)

133Le premier indice est que ces exploitants de domaines congéables ne se présentent pas toujours comme des colons mais s’affirment, comme à Lanvézéac, « petits propriétaires en droits convenantiers217 ». Sur le fond il n’y a guère de différence. Mais sur la forme, il n’est peut-être pas indifférent de rappeler qu’un bien est un bien et que l’acquisition d’un convenant n’est pas chose négligeable. De là à se considérer comme un bourgeois de la terre, il y a sans doute plus qu’un pas. Mais cette position est bien réelle ; elle permet aux principaux colons de se démarquer des autres paroissiens. Au même moment, les délibérateurs de Bourbriac, défendent leurs fils soumis au tirage au sort en arguant du fait qu’ils sont « des enfants de famille de bien et de naissance » ayant qualité et capacité218. C’est indiquer indirectement, mais avec un certain orgueil, leur propre position sociale qui n’est pas insignifiante. Elle les place au plus haut rang dans la paroisse, ce qui pourrait justifier d’être reconnus comme tels par leurs interlocuteurs urbains.

  • 219 AM Morlaix, AA 3 Plougras, Loguivy-Plougras et Lohuec, 18 février 1789.

134Ceci tranche avec les présentations souvent misérabilistes que les délibérateurs ruraux font d’eux-mêmes et dans lesquelles les aveux d’ignorance, de médiocrité et de misère sont habituels. Mais il faut prendre ces descriptions comme des tentatives d’apitoiement plutôt que comme portraits véritables. Les élites paysannes savent jouer de ces images qui méritent, à coup sûr, d’être retouchées. D’une voix commune, les délibérateurs de Plougras, Loguivy-Plougras et Lohuec se présentent comme d’innocents et crédules cultivateurs dont « le patrimoine presque unique est la misère, la douceur et l’honneteté ». Mais le voile se déchire lorsque dans le même texte ils exigent « leurs droits comme hommes et comme citoyens219 ».

  • 220 AM Rennes, 1009 L Buhulien, 2 février 1789 ; Botlézan, 8 février 1789.

135Poussant encore plus loin, l’assemblée demande ensuite une députation rurale aux États. Ce type de revendications n’est pas isolé. Elles ont fait l’objet d’interventions dans de multiples paroisses dès le mois de décembre et elles conservent toujours quelque succès au mois de février220. Cette fois, la proposition qui émane des 3 localités prend une force particulière : « L’assemblée demande aussi à avoir droit de députer un de chaque corps politique aux États lesquels exposeroient les besoins de leur contrée et donneroient les moyens les plus faciles et les plus surs pour subvenir aux besoins de l’état. » Il n’y a plus besoin d’intermédiaire. Les délibérateurs ruraux se sentent aussi capables que les députés des villes de traiter des affaires du royaume et de proposer leurs solutions aux problèmes du temps.

136Une telle demande est l’aboutissement logique de l’établissement des généraux de paroisses. Elle profite très certainement des apprentissages antérieurs, du fonctionnement des corps politiques organes d’échanges et de débats au cours desquels les participants ont été amenés à exprimer leurs idées sur des questions qui dépassaient parfois le cadre strict de leur paroisse. C’est donc naturellement que les délibérateurs prennent position sur des problèmes d’intérêt général et qu’ils revendiquent toute la place qu’ils estiment devoir tenir dans ces discussions.

  • 221 AM Rennes, 1007 G 2 Quemperven, 31 décembre 1788.

137Le débat local tel qu’il émerge dans les campagnes trégorroises entre décembre 1788 et mars 1789, bénéficie d’une parfaite circulation de l’information orchestrée depuis les villes et dont les relais (on l’a vu dans l’intervention de maître Denis à Pleumeur-Bodou) fonctionnent jusqu’au contact des délibérateurs ruraux. Les paysans habitués à ces discussions répondent parfaitement aux sollicitations extérieures. C’est pourquoi les adhésions des paroisses aux demandes du Tiers sont si rapides dans le Nord de l’évêché et si nombreuses et unanimes ailleurs. L’antagonisme entre villes et campagnes n’est pas oublié pour autant. Quelques allusions221, l’envoi des délibérations directement au greffier de la municipalité de Rennes sans passer par les députés des communautés de villes permettent de n’en pas douter. La cohésion du Tiers néanmoins reste forte : les réclamations des ruraux sont particulièrement appuyées à son encontre, c’est un bloc soudé qui affronte la Noblesse.

138Les charges émises par les élites paysannes possèdent néanmoins un caractère local très affirmé et frappent par leur force et leur unanimité. Pour ces raisons, elles constituent une sorte de référentiel à partir duquel les paysans peuvent orienter leur démarche. Quatre mois de débats, d’échanges et parfois d’altercations n’ont pas calmé leurs ardeurs revendicatrices.

139C’est avec une bonne expérience de ce type d’assemblées que les paysans trégorrois abordent, à la fin mars 1789, la rédaction de leurs cahiers de doléances.

Notes

1 Mendras (H.), Éléments de sociologie, Paris, 1975 et La Fin des paysans suivi d’une réflexion sur la fin des paysans vingt ans après, Arles, 1984. Mendras (H.) et Forsé (M.), Le Changement social, tendances et paradigmes, Paris, 1983.

2 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, 6 janvier 1788. La lettre, du 28 août 1787, signée de monseigneur Le Mintier, évêque de Tréguier, de l’abbé Trolong du Rumain et du maire de Tréguier Launay-Duportal, est datée du 28 août 1787. Elle est adressée aux syndics des grands chemins de chaque localité.

3 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, 6 janvier 1788. AD (29), 188 G 16 Saint-Eutrope, 9 décembre 1787.

4 AD (22), 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788 ; 20 G 625 Trédrez, 23 décembre 1787.

5 AD (22), 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 30 décembre 1787.

6 AD (22), 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788.

7 AD (22), 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788 ; 20 G 375 Plougras, 9 décembre 1787 ; 20 G 415 Plufur, 13 janvier 1788 ; 20 G 625 Trédrez, 23 décembre 1787 : « […] La suppression de la corvée est un bien fait qu’en leur qualité de cultivateur ils recevront avec reconnaissance de la justice et de la bonté du roy… »

8 Voir par exemple, Roudaut (F.), Collet (D.), Le Floc’h (J.-L.), 1774 : les recteurs léonards parlent de la misère, Quimper, 1988 et AD (35), C 1556, Enquête de l’Intendance sur la culture du chanvre dans le Trégor, en 1787.

9 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 1er janvier 1788.

10 AD (22), 20 G 415 Plufur, 13 janvier 1788.

11 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 14 septembre 1788 (lettre du 26 août). AD (29) 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788 (lettre du 30 août).

12 Charpy (J.), « Les chevaux bretons au xviiie siècle », BSAF, tome LXXXVI, 1960, p. 95-130 et tome LXXXVII, 1961, p. 3-32.

13 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788.

14 AD (22), 20 G 73 Le Faouët ; 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève ; 20 G 654 Trélévern et AD (29), 197 G 10 Ploujean.

15 Young (A.), Voyage en France 1787, 1788, 1789, 3 volumes, Paris, 1976, tome 1, p. 233.

16 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 14 septembre 1788.

17 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788.

18 AD (22), 20 G 625 Trédrez, 20 septembre 1788. À l’inverse, certains éleveurs (dans le Sud) craignent que les étalons proposés par les haras soient des bêtes trop puissantes. AD (22), 20 G 375 Plougras, 12 octobre 1788 et AD (29), 188 G 16 Plougonven, 14 septembre 1788.

19 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 14 septembre 1788 et 20 G non classé Ploubezre, 14 septembre 1788.

20 AD (29), 67 G 4 Garlan, 7 septembre 1788 et 188 G 16 Plougonven, 14 septembre 1788.

21 Ibid., Garlan et AD (22), 20 G 415 Plufur, 14 septembre 1788.

22 AD (29), 188 G 16 Plougonven, 14 septembre 1788 : 20 sous pourraient constituer « un dédommagement suffisant de la nourriture et des soins de l’étallon ».

23 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788 : « Il est plus avantageux au laboureur de payer à son tour, tous les trois ou quatre ans, la somme de trois livres pour la monte de sa jument annexée à l’étalon royal placé chez le garde étalon son voisin que d’avoir ce service gratuit dans les dépôts établis ailleurs. »

24 AD (22), 20 G 415 Plufur, 14 septembre 1788.

25 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788.

26 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 14 septembre 1788 ; 20 G 415 Plufur, 14 septembre 1788 ; 20 G Trédrez, 20 septembre 1788.

27 AD (22), 20 G 415 Plufur, 14 septembre 1788.

28 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 14 septembre 1788.

29 AD (22), 20 G 415 Plufur, 14 septembre 1788.

30 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 7 septembre 1788.

31 AD (22), 20 G 375 Plougras, 10 octobre 1788 et AD (29), 188 G 16 Plougonven, 14 septembre 1788.

32 AD (22), 20 G 375 Plougras, 13 juin 1773. La lettre de l’intendant est du 26 avril.

33 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 4 février 1776.

34 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 30 juin 1782.

35 AD (29), 113 G 14 Lanmeur, 23 novembre 1788.

36 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 13 avril 1788.

37 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 25 novembre 1787.

38 AD (22), 20 G 375 Plougras, 9 décembre 1787.

39 AD (22), 20 G 431 Pommerit-le-Vicomte, extrait des registres de délibérations, 23 décembre 1787.

40 Pocquet (B.), Les Origines de la Révolution en Bretagne, 2 volumes, Paris, 1885, tome 1, p. 264-270. Cochin (A.), Les Sociétés de pensée et la Révolution en Bretagne (1788-1789), 2 volumes, Paris, 1925, tome 1, Histoire analytique, p. 53-160. Dupuy (R.), La Garde Nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1789-mars 1793), Paris, 1972, p. 41-58.

41 Dupuy (R.), ibid., p. 42. Sauf Quimper qui trouve son avantage dans l’instauration d’un Grand Bailliage dans ses murs.

42 Évolutions et résistances. La Révolution dans les Côtes-du-Nord, 1788-1800. Catalogue de l’exposition, Saint-Brieuc, La Roche-Jagu, Dinan, 17 avril-8 octobre 1789, Saint-Brieuc, 1989, p. 39.

43 Il n’y a pas à proprement parler de « Constitution bretonne ». Le texte dont il est question et auquel la noblesse va faire constante référence est la convention signée par Louis XII, le 7 janvier 1499, en prologue de son mariage avec Anne de Bretagne, et qui garantit les libertés fondamentales de la Bretagne en fixant les bases d’une administration distincte. Voir Morice (dom H.), Mémoires pour servir de preuves à l’histoire civile et ecclésiastique de Bretagne, 3 vol. Paris, 1742-1746, tome 3, p. 815-818.

44 Cochin (A.), op. cit., p. 153.

45 Fournier (L.), Histoire politique de la municipalité de Guingamp, de la révolte parlementaire de 1788 à l’organisation révolutionnaire de 1790-1791, Saint-Brieuc, 1934, p. 29. BM Lannion, Délibérations de la municipalité, 20 septembre 1788. Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 156.

46 Meyer (J.), La Noblesse bretonne, 2 volumes, Paris, 1966, tome 2, p. 1252 qui utilise Necker, Administration des finances, Paris, 1784, tome 1, p. 366, tableau. Ces éléments ont été repris par Dupuy (R.), De la Révolution à la Chouannerie. Paysans en Bretagne, 1788-1794, Paris, 1988, p. 22.

47 Skol Vreizh, Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, troisième partie, La Bretagne province (1532-1789) et les pays celtes du xvie à la fin du xviiie siècle, Morlaix, 1980, p. 218.

48 Meyer (J.), op. cit., tome 1, p. 75-99.

49 AD (35), C 2855. Cité par Dupuy (R.), La Garde Nationale…, op. cit., p. 43, note 4.

50 Dupuy (R.), De la Révolution à la Chouannerie…, op. cit., p. 22.

51 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 40.

52 Ibid., p. 156.

53 Ibid., p. 157.

54 . La Haye (P. de) et Briand (Y.), Histoire de Lannion des origines au xixe siècle, Lannion, 1974, p. 112.

55 AD (35), C 1714 et 1715.

56 Ibid.

57 AD (35), C 1715, lettre du subdélégué de Guingamp à l’Intendant, 29 août 1788.

58 Ibid.

59 Ibid., lettre du subdélégué de Lannion, 3 septembre 1788 et lettre du recteur de Plouisy, 10 septembre 1788, à l’Intendant. Tous les subdélégués trégorrois signalent que les récoltes suffiront aux besoins de la population.

60 AD (35), C 1655.

61 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 176-181 et p. 351-352. L’auteur de ce mémoire serait Jean-François Le Deist de Botidoux fils d’un négociant en toiles d’Uzel. Né au château de Beauregard en Saint-Hervé en 1732, il renoncera à ses privilèges nobiliaires, en 1789, et sera élu électeur par l’assemblée primaire de Saint-Martin-des-Prés. Pommeret (H), L’Esprit public dans le département des Côtesdu-Nord pendant la Révolution, 1789-1799. Essais politiques d’un département breton, Saint-Brieuc, 1921, signale p. 5, note 1, aux Archives nationales, sous la cote K 684, un mémoire au roi, non daté, de Le Deist de Botidoux qui pourrait être ce mémoire secret. Mais l’auteur l’estime plus tardif (novembre ou décembre 1788).

62 AM Rennes, 1007 C1. Pommeret (H), ibid., p. 2-3. Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 194-196. Dupuy (R.), La Garde Nationale…, op. cit., p. 43, note 5.

63 AM Rennes, 1007 E1 et 1007 K1. La simultanéité de leurs actes et le fait que Rennes ait attendu la publication imprimée de Nantes pour publier à son tour laissent supposer une concertation entre les patriotes des 3 localités. Aucun article, toutefois, n’est rédigé de manière semblable, leur ordre est différent, ce qui exclut toute préparation commune, même si, sur le fond, la ressemblance est évidente.

64 Ibid., p. 197.

65 AM Rennes, 1007 G 1 et 1007 G 2.

66 AM Rennes, 1007 G 2.

67 Dupuy (R.), De la Révolution à la Chouannerie…, op. cit., 1988, p. 26.

68 AM Morlaix, délibération de la communauté de ville, 13 novembre 1788. AM Rennes 1007 G 2 Brélévenez, 21 décembre 1788. Cochin (A.), op. cit., tome 2, p. 97, 110 et 172-173. Les Bretons délibèrent. Répertoire des registres de délibérations paroissiales et municipales, 1780-1800 et des cahiers de doléances, 1789, Saint-Brieuc, Quimper, Rennes, Vannes, 1990, p. 55. Un résumé des charges données par la communauté de Tréguier à son représentant est présenté par La Haye (P. de), Histoire de Tréguier, ville épiscopale, Rennes, 1977, p. 301-302. Il s’agit d’une reprise modifiée des articles nantais du 4 novembre. Voir également AD (22), C 165, un document manuscrit non daté intitulé « Charge de Tréguier 1788 » qui reprend en 10 articles les charges des 3 villes en modérant l’article sur les exclusions, refusant celles qui ne seraient pas motivées.

69 AM Rennes, 1007 G 2. Le cahier de Saint-Brieuc date du 24 novembre 1788. Les dix premiers de ses quinze articles sont inspirés des arrêtés de Rennes et de Nantes. AM Saint-Brieuc, BB 2/29.

70 AD (29), 197 G 10 Ploujean, 1er février 1790.

71 Cochin (A.), op. cit., tome 2, p. 109, note 1.

72 Le Vasseur (O.), La Bourgeoisie morlaisienne à la veille de la Révolution, 1786-1788, Mémoire de maîtrise (C. Nières dir.), Université de Rennes 2, 1989, p. 179-181. Le bâtiment n’était pas illuminé car vide de tout habitant : son propriétaire passait l’été à la campagne.

73 Fournier (L.), Histoire politique de la municipalité de Guingamp de la révolte parlementaire de 1788 à l’organisation révolutionnaire de 1790-1791, Saint-Brieuc, 1934, p. 31-36.

74 Ibid., p. 36. AD (22), C 165.

75 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 14 décembre 1788. AM Rennes, 1007 G 2, Perros-Guirec.

76 AM Rennes, 1007 G 2, Ploulec’h, 7 décembre 1788.

77 AM Rennes, 1007 G 2, Loguivy-lès-Lannion et Pleumeur-Bodou, 14 décembre 1788.

78 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, délibérations du général, 21 décembre 1788. AM Rennes, 1007 G 2, Brélévenez et Perros-Guirec 21 décembre 1788 ; 1009 L, Brélévenez, 21 décembre 1788.

79 AM Rennes 1007 G 2 Pluzunet, 28 décembre 1788 et Quemperven, 31 décembre 1788 ; 1007 H 1, Lanneven, Rospez et Tréduder, 4 janvier 1789.

80 AM Rennes, 1007 G 2 et 1009 L, Brélévenez, 21 décembre 1788.

81 AM Rennes 1007 G 2 Quemperven, 31 décembre 1788.

82 Ibid. AM Rennes, 1007 H 1, Lanneven, Rospez et Tréduder, 4 janvier 1789.

83 AM Rennes, 1007 G 2, Trézény, 14 décembre 1788 et Coatascorn, 21 décembre 1788.

84 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, délibération du général, 14 décembre 1788. 20 G non classé Ploubezre, 21 décembre 1788. AM Rennes, 1007 G 2, 1007 H 1 et 1009 L.

85 AM Rennes, 1007 C 1 ter, Extrait des registres du greffe de l’hôtel de ville de Rennes, article 11, p. 35.

86 La liste de ces personnages connue sous l’appellation de « Comité Cottin » du nom de son chef, est donnée par Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 198.

87 Le Normant de Kergré pour Guingamp, Daniel de Kerinou pour Lannion, Mazurié de Pennanec’h pour Morlaix, Launay du Portal pour Tréguier, tous députés du fait de leur charge de maire. Châtelaudren qui en théorie ne peut députer, envoie néanmoins l’un de ses habituels représentants au général de la paroisse Le Normant de Kergrist ; AM Rennes 1009 L, délibération de Saint-Magloire de Châtelaudren, 19 janvier 1789.

88 Fournier (L.), op. cit., p. 37.

89 AM Rennes, 1007 H 1.

90 AM 1007 G 2 et 1007 H 1 d’une part et 1009 L de l’autre. Les documents sont similaires pour les paroisses ou trèves de Brélévenez, Lanneven, Rospez et Tréduder localités du secteur de Lannion.

91 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 357, note 3.

92 Fournier (L.), op. cit., p. 36.

93 AM Rennes, 1007 D 2 bis.

94 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 267-276.

95 Le Lay (F.), « Les derniers États de Bretagne : lettres des députés et codéputés de Pontivy aux États de 1788-1789 », AB, tome 28, n° 1, p. 10-11.

96 AM Rennes 1007 C 2, délibérations des députés du Tiers assemblés à l’Hôtel de ville de Rennes les 22, 23, 24, 25, 26 et 27 décembre 1788.

97 Poquet (B.), Les Origines de la Révolution en Bretagne, 2 volumes, Paris, 1885, tome 2, p. 150-160. Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 277-307.

98 AM Rennes 1007 C 2. La signature est barrée.

99 AM Rennes 1007 H 1, copie des délibérations municipales de Lannion des 26 et 30 janvier 1789 : « Tertio : qu’en signant le 28 du même mois de décembre une déclaration ou protestation particulière rétractation de quelques articles du cahier général des charges ainsi que l’a fait le Sr Kerinou, il a formellement contrevenu aux ordres et pouvoir de sa communauté du 22 du même mois, par lequel il étoit chargé de demander l’égalité des représentants du tiers aux États de la province avec ceux réunis des deux premiers ordres et le vote par tête. »

100 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 298-300.

101 Brette (A.), Recueil de documents relatifs à la convocation des États généraux, 2 volumes, Paris, 1894, tome 1, p. 247.

102 Sée (H.) et Lesort (A.), Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les États généraux de 1789, 4 volumes, Rennes, 1909-1912, tome 1, p. LXXV-LXXVII.

103 AM Rennes, 1007 C 3. La version manuscrite conservée aux Archives municipales de Rennes portait initialement la date du 4 janvier qui a été rectifiée. Elle fait d’ailleurs allusion à la décision « qui peut arriver d’un jour à l’autre ».

104 AM Rennes, 1009 L.

105 AM Rennes, 1007 H 2.

106 Ibid.

107 Ibid.

108 Pocquet (B.), op. cit., tome 2, p. 103. Pommeret (H.), op. cit., p. 10-14. Cochin (A), op. cit., tome 1, p. 297-438. Dupuy (R.), La Garde nationale…, op. cit., p. 41-67 ; De la Révolution à la Chouannerie…, op. cit., p. 26-35.

109 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 1er février 1789. AM Rennes 1007 H 2.

110 « Ia, soulagement ar paysantet a so bet a bet amzer e caloun ar Noblancs. Ma e bet paysantet bete breman re sammet dre ar c’hargou, an Noblancs a toue, a greis caloun, e prest da zelaou a da bouezou o ol goulennou, gant justics, furnez, a guirionnez, evit o brassa soulagement ; a ma ne quet bet selaouet choas o goulennou, eo dre faot ar bourc’hisien. », Le Hérault de la nation, n° 11, p. 165 ; cité par Pommeret (H.), op. cit., p. 10-11, note n° 3. La dernière phrase du texte français signale seulement : « Si cette discussion n’a pas encore eu lieu, l’ordre du tiers y a mis seul obstacle. »

111 AM Rennes, 1009 L.

112 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 336 note 3. Les paroisses sont Saint-Aubin, Saint-Étienne, Saint-Germain, Saint-Hélier, Saint-Jean, Saint-Laurent, Saint-Martin, Saint-Pierre, Saint-Sauveur et Toussaint.

113 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, délibération du général, 1er février 1789. AM Rennes 1007 H 2. Le texte indique « D’après convocation pronale de huitaine » mais plusieurs sujets sont traités au cours de la délibération du 1er février. La convocation a donc pu porter sur l’un ou l’autre de ces sujets.

114 AM Rennes, 1007 H 2 Camlez, 8 février 1789.

115 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 15 et 22 mars 1789. AM Rennes, 1007 H 3, Lézardrieux, 15 mars 1789 ; Loc-Envel, 16 mars 1789.

116 AM Rennes, 1007 H 2.

117 Paroisses et trèves rurales.

118 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 367, note n° 1, qui ne dénombre que les adhésions conservées aux Archives municipales de Rennes, et mes propres comptages pour l’évêché de Tréguier et ses enclaves de l’évêché de Dol.

119 AM Rennes 1007 H 2, Le Merzer, 4 mars 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 114.

120 AD (35), G 523, Registre des délibérations de Saint-Étienne et de toutes les paroisses de Rennes (23 août 1770-6 décembre 1789), délibération du 19 janvier 1789. AM Rennes, 1007 C 1, 1007 C 2, 1007 C 3, 1007 E 1, 1007 K 1. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 1, p. LXXV-LXXVII.

121 Je recense vingt-deux textes différents dans les délibérations des paroisses trégorroises.

122 AM Rennes, 1007 G 2, Pleumeur-Bodou, 14 décembre 1788 ; 1007 H 2, Coatréven, 8 février 1789.

123 AM Rennes, 1007 H 2, Pont-Melvez, 20 février 1789.

124 AM Rennes, 1007 H 3, Le Merzer, 4 mars 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 113-114.

125 AM Rennes, 1007 H 1 et 1009 L, Rospez, 4 janvier 1789.

126 AM Rennes, 1009 L, Lanmérin, 22 février 1789.

127 AM Rennes, 1007 G 2, Loguivy-lès-Lannion, 14 décembre 1788, Quemperven, 31 décembre 1788.

128 AM Rennes, 1007 G 2, Coatréven, 21 décembre 1788.

129 AM Rennes, 1007 G 2, Quemperven, 31 décembre 1788.

130 AM Rennes, 1007 G 2 Pleubian, 14 décembre 1788.

131 AM Rennes, 1007 H 2 Pont-Melvez, 20 février 1789 et Trézélan, 26 février 1789 ; 1009 L Botlézan, 8 février 1789. Cet usement très particulier a fait, en 1930, l’objet d’une thèse de position de l’école des Chartres qui reste l’ouvrage de référence en ce domaine. Son édition en a été très tardive : Laurent (J.), Un Monde rural en Bretagne au xve siècle : la Quévaise, Paris, 1972. Voir également Sée (H.), op. cit., p. 10-22 ; Dubreuil (L.), « L’usement de quévaise dans le domaine de Penlan (évêché de Tréguier) », ABPO, tome 68, n° 3, 1961, p. 403-435. La quévaise ne semble avoir existé que sur les domaines ecclésiastiques : l’abbaye de Bégard, le domaine de Bégard-Penlan en Trébeurden, la commanderie de Pont-Melvez et celle du Palacret à Saint-Laurent ; il faut y ajouter les terres détenues par l’abbaye du Relecq-Kerhuon, la commanderie de La Feuillée et celle de Maël et Louch aux limites ouest et sud-ouest du Trégor. La quévaise est un contrat foncier de longue durée qui se caractérise par un droit de juveignerie assimilable à un droit de mainmorte et par divers droit seigneuriaux : suite de moulin, corvées, charrois, etc.

132 AM Rennes, 1007 H 2 Trézélan, 26 février 1789.

133 Plouisy, Ibid.

134 AM Rennes, 1007 H 2 Lanvézéac, 2 février 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 143, délibération de Moustéru, 22 mars 1789. AD (22), 20 G non classé Ploubezre, 8 février 1789, 20 G 388 Plouisy, 15 février 1789. AM Rennes, 1007 H 2 Saint-Quay-Perros, 10 février 1789.

135 AM Rennes, 1007 H 2, Saint-Quay-Perros, 8 février 1789.

136 AM Rennes, 1007 H 2, Kermaria-Sulard, 10 février 1789.

137 AM Rennes, 1007 H 2, Saint-Quay-Perros, 8 février 1789.

138 AM Rennes, 1009 L, Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.

139 AD (35), C 1714, Lettre de l’intendant Bertrand au ministre Necker, 22 septembre 1788.

140 Dubreuil (L.), La Vente des biens nationaux…, op. cit., tome 1, p. 26. Les bourgeois en posséderaient quinze pour cent.

141 AM Rennes, 1007 H 2 Louannec, 8 février 1789.

142 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 15 février 1789 : « […] que l’on commence desja [à] sentir la rareté des bois et qu’en fin dans quelques tems il ny aura pas du tout… »

143 AM Rennes, 1009 L Lanmérin, 22 février 1789. Sur les différentes formes d’utilisation du bois, voir : Seympour (J.), Métiers oubliés, métiers d’autrefois, Paris, 1985 et Trépos (P.), « Enquêtes sur le vocabulaire breton de la ferme », ABPO, tome 67, n° 4, p. 529-599 et tome 68, n° 4, p. 444-592.

144 Traité des domaines congéables à l’usement de Tréguier & Comté de Gouello…, articles 2 et 16. Les bois puînais sont les épines, les ronces, les genêts, le houx, le sureau, le genévrier, le noisetier, les aulnes, et le bouleau. Les essences réservées aux propriétaires fonciers consistent en châtaigniers, frênes, hêtres, noyers, ormes et chênes, voir Sée (H.), op. cit., p. 269. Il n’est pas question des derniers dans les revendications paysannes qui ne parlent que des bois blancs, en théorie, les pins et les sapins. Il est plus probable que cette appellation recouvre les bois puînais et les véritables bois blancs ; ce qui résulte des différents souhaits de retour à une situation antérieure, celle de l’usement de Tréguier tel que le consignait F. de Rozmar, au début du xviiie siècle, et qui ne parle que des bois puînais.

145 AM Rennes, 1007 H 2 Saint-Quay-Perros, 10 février 1789.

146 Sée (H.), op. cit., p. 396-398.

147 AM Morlaix, AA 3 Plougras, Loguivy-Plougras et Lohuec, 18 février 1789.

148 Soixante-quinze ans plus tard les inspecteurs de l’Agriculture noteront cette caractéristique : « Ces talus qui bordent uniformément les champs cultivés sont couverts de vieux chênes émondés et tortus, ou d’ajonc épineux », Agriculture française par MM. les Inspecteurs de l’Agriculture. Publié d’après les ordres de M. le Ministre de l’Agriculture et du Commerce. Département des Côtes-du-Nord, Paris, 1844, p. 75.

149 AM Rennes, 1007 H 2 Servel, 2 février 1789.

150 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 15 février 1789 : « […] Ne pouvant desormais pretandre en nul façon d’en disposser d’aucune espece [de bois] sans s’exposer d’etre regardé comme criminel et de risquer quelque biens qu’il pouroit avoir à perdre ou condamné au galaire. »

151 AM Rennes, 1007 H 3 Le Merzer, 4 mars 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 113.

152 Brélévenez, Loguivy-lès-Lannion, Louannec, Perros-Guirec et Quemperven.

153 AM Rennes, 1007 H 2 Camlez, 8 février 1789.

154 Giffard (A.), op. cit., p. 80.

155 AM Rennes, 1007 G 2, Quemperven, 31 décembre 1788.

156 . Ibid.

157 Giffard (A.), op. cit., p. 62 et p. 70, qui donne l’exemple d’une affaire pouvant être menée, d’appel en appel, devant les juridictions suivantes : 1- Le Poirier, 2- Kerhont, 3- Launay-Botloy, 4- Pontrieux, 5- Châtelaudren, 6- Saint-Brieuc (Sénéchaussée royale), 7- Rennes (Présidial) et enfin 8- le Parlement.

158 AM Rennes, 1007 G 2 Quemperven, 31 décembre 1788.

159 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.

160 AM Rennes, 1007 H 2 Kermaria-Sulard, 10 février 1789.

161 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.

162 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 22 mars 1789.

163 AM Rennes, 1007 H 2 Ploulec’h, 2 février 1789.

164 AM Rennes, 1007 H 2 Saint-Quay-Perros, 10 février 1789.

165 AM Rennes, 1007 G 2 et 1009 L Brélévenez, 21 décembre 1788.

166 . 4 466 mètres au terme de la Coutume. Voir Sée (H.), op. cit., p. 132 note n° 2.

167 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.

168 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.

169 Sée (H.), op. cit., p. 133.

170 AM Rennes, 1009 L Pleumeur-Gautier, 8 février 1789.

171 AM Morlaix, AA 3, Plougras, Loguivy-Plougras et Lohuec, 18 février 1789.

172 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 15 février 1788.

173 AM Rennes, 1007 H 1 et 1009 L Rospez, 4 janvier 1789.

174 AD (22), E 1649.

175 AM Rennes, 1007 H 2 Servel, 2 février 1789.

176 AM Rennes, 1009 L Lanmérin, 22 février 1789.

177 AM Rennes, 1007 H 2 Pont-Melvez, 20 février 1789 ; 1007 H 3 Loc-Envel, 16 mars 1789.

178 AM Rennes, 1007 H 2 Servel, 2 février 1789. Voir également AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 22 mars 1789 et AM Rennes 1007 H 2 Trézélan, 26 février 1789.

179 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 15 février 1788.

180 AM Rennes, 1007 G 2 et 1009 L Quemperven, 31 décembre 1788.

181 AM Rennes, 1007 G 2 Pleumeur-Bodou, 14 décembre 1788 ; Perros-Guirec, 21 décembre 1788.

182 AM Rennes, 1007 G 2 Brélévenez, 21 décembre 1788.

183 AM Rennes, 1007 G 2 et 1009 L Quemperven, 31 décembre 1788.

184 AM Rennes, 1007 H 3 Le Merzer, 4 mars 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 113.

185 Cochin (A.), op. cit., tome 1, p. 304-307.

186 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, 8 février 1789. AM Rennes, 1007 H 3 Gurunhuel, 1er mars 1789.

187 AM Rennes, 1007 H 3 Le Merzer, 4 mars 1789. Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 113.

188 Ibid., p. 113-114.

189 AM. Morlaix, AA 3 Plougras, Loguivy-Plougras et Lohuec, 18 février 1789.

190 AM Morlaix, Registre de la communauté de ville, 4 mars 1789. Cité par Roudaut (F.), « Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven (1789) », ABPO, tome 87, n° 3, 1980, p. 500, note n° 17.

191 AM Morlaix, AA 2-23.

192 Cet argument utilisé par des gentilshommes venus à Rennes soulève d’indignation un bourgeois de Bourseul. Voir Dupuy (R.), De la Révolution à la chouannerie…, op. cit., p. 28.

193 AM Rennes, 1007 G 2, Loguivy-lès-Lannion, 14 décembre 1788 ; 1007 H 3, Le Merzer, 4 mars 1789.

194 AM Rennes, 1009 L Plouec-du-Trieux et Runan, 1er février 1789.

195 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 1er février 1789.

196 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.

197 AM Rennes, 1007 H 2 Perros-Guirec, 8 février 1789.

198 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, délibérations du général.

199 Guerniou (J.), « Le destin d’une famille noble durant la Révolution : les frères du Largez », Le Goff (H.) (dir.), La Révolution dans le Trégor. Les Bleus, les Blancs et les autres. Analyses, portraits, documents, Trégor 89, Saint-Brieuc, 1990, p. 367-394.

200 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 14 décembre 1788.

201 Ibid., 1er janvier 1789.

202 AM Rennes, 1007 H 2 Perros-Guirec, 8 février 1789.

203 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 18 janvier 1789 et 1er juin 1789 (dernière du cahier).

204 Ibid., 15 mars 1789.

205 Ibid., 22 mars 1789.

206 Ibid., 19 avril, 3 mai et 1er juin 1789.

207 AM Rennes, 1007 G 2 Brélévenez, 21 décembre 1788.

208 AM Rennes, 1007 H 2 Saint-Quay-Perros, 10 février 1789. Seule la question des gardes côtes vient remplacer celle de la Justice qui est omise dans ce texte.

209 AM Rennes, 1009 L Loguivy-lès-Lannion, 2 février 1789.-

210 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, 8 février 1789.

211 AM Rennes, 1007 H 2 Perros-Guirec, 8 février 1788.

212 Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 229-236.

213 AN D XIV 3 21 et Dubreuil (L.), Les Vicissitudes du domaine congéable pendant la Révolution, 2 volumes, Rennes, 1915, tome 1, p. 299.

214 Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 1, p. LXVI note n° 3 et tome 4, p. 143.

215 Dupuy (R.), De la Révolution à la chouannerie…, op. cit., p. 35.

216 AM Rennes, 1009 L Pleumeur-Gautier, 8 février 1789 : « Nous sommes donc vexés par tous faute d’avoir la faculté ni le moyen de faire entendre nos plaintes ni porter nos gémissements jusques au pied du tronne. Et cherchant tous les moyens possibles pour y parvenir nous déclarons nous joindre et nous conformer à l’aretté prix par la communauté et paroisses de la ville de Rennes le dix neuf janvier et autre antérieurement. »

217 AM Rennes, 1007 H 2 Lanvézéac, 2 février 1789.

218 AM Rennes, 1007 H 2 Bourbriac, 1er février 1789 : « La répugnance naturelle qui s’élève de voir des enfants de famille de bien et de naissance dans la clace du tiers à la verité très souvent très necessaire au labourage et être obligé de tirer au sort de la milice pendant que des lacquets sans nombre de baux etat des gardes établis sans qualité sans quapacité et sans droit sont exxants de preférence. »

219 AM Morlaix, AA 3 Plougras, Loguivy-Plougras et Lohuec, 18 février 1789.

220 AM Rennes, 1009 L Buhulien, 2 février 1789 ; Botlézan, 8 février 1789.

221 AM Rennes, 1007 G 2 Quemperven, 31 décembre 1788.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search