Version classiqueVersion mobile

Les notables du Trégor

 | 
Christian Kermoal

Première partie. La notabilité choisie

Chapitre 4. Les fondements de la notabilité

Texte intégral

  • 1 Élégoët (L.), Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, 1 (...)

1Comment peut-on être amené dans une paroisse trégorroise à la fin du xviiie siècle à occuper une fonction paroissiale ou communale ? D’où vient que certains personnages jusque-là inconnus soient tout à coup appelés à prendre le gouvernement de telle chapelle ou de telle confrérie ? Quels critères, un peu plus tard, déterminent leur succès à telle ou telle élection ? L’exemple du Léon voisin montre que, dans la paroisse, une position sociale dominante n’était pas indifférente1. Mais il n’y a pas de Juloded dans le Trégor, du moins il n’existe pas de caste si formelle et si parfaitement identifiable. Si les attaches locales, la présence de la famille, son aide ont sans doute joué un rôle important dans l’attribution de la notabilité, il est tout aussi probable que la terre, sa possession, son exploitation, la richesse qu’elle procure et les emplois qu’elle crée ont permis à une élite paysanne de se distinguer. Il est donc nécessaire de rencontrer ceux qui étaient concernés : les agriculteurs trégorrois, ces chefs de ménage connus dans leur paroisse pour l’ancienneté de leur famille, l’importance de leurs biens et le nombre de leurs domestiques.

La présence de la famille

2Avant l’exercice quasi obligatoire d’un métier de la terre, la présence familiale s’avère très utile pour obtenir une fonction locale. Une rapide lecture des registres de délibérations permet de vérifier que des noms reviennent très régulièrement comme si une sorte de rémanence était attachée à certains patronymes. L’antériorité, l’enracinement paroissial, les relations familiales, les proches paraissent les premières clés de la permanence aux affaires.

La localité des ancêtres

  • 2 Habasque (F.-M.), Notions historiques ; géographiques, statistiques et agronomiques sur le littora (...)
  • 3 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Inventaire général des actes…, 1784, feuillet non chiffré épin (...)
  • 4 AD (22), A 42, 1714 ; 20 G non classé Ploubezre, rôle des fouages, 1711 et 1742 ; 20 octobre 1776, (...)
  • 5 Ibid. et AD (22), E 1988.
  • 6 Cunuder (A.), Le Temporel de l’abbaye de Bégard à la veille de la Révolution, mémoire de maîtrise (...)
  • 7 Ibid. et AD (22), A 47.

3Le poids de la famille c’est d’abord la présence continue, souvent sur plusieurs siècles, d’une seule famille sur une même exploitation. « Il y a des convenanciers qui demeurent sur leur tenement depuis des siècles » affirme Habasque2 et cette observation même si elle n’est pas spécifiquement trégorroise, ne semble pas devoir être démentie. À Ploubezre, en 1784, il est question des rentes fondées par un dénommé Yves Pasquiou sur des terrains qui dépendent de Convenant Briand-Pasquiou3. Le tenancier et le lieu portent le même nom, ce qui, sauf coïncidence, pourrait signifier la permanence de cette famille sur cette tenure au long des siècles. Sur des durées moins incertaines et plus propices à des contrôles rapprochés, les mêmes patronymes se vérifient aux mêmes endroits sur plusieurs décennies : la famille Le Goffic occupe Convenant Geffroy-Trou Jacob tout au long du xviiie siècle4, tandis que les descendants de Jean Pasquiou exploitent Convenant Hent Meur-Callarec5. Ces exemples pourraient être multipliés ; la propriété paysanne est héréditaire, qu’il s’agisse du fond ou plus souvent des édifices et superfices du domaine congéable. La liste des consorts placée en tête des aveux témoigne des partages successifs qui ont divisé la propriété initiale6 ; elle constitue la preuve la plus rapidement vérifiable de l’ancienneté de la possession : trois rameaux d’une même famille se partagent la propriété de Convenant Le Parquer en Pluzunet, en 1771, cinq autres celle de Convenant Prat Foucaut Bras à Perros-Guirec, en 1771, et huit autres celle de Convenant Yves Le Saux à Trébeurden, en 17657.

4Les frairies, portions de paroisse plus ou moins regroupées en sections lors de la formation des communes, sont les véritables lieux d’origine où on naît, où on grandit et où on meurt au sein de solidarités qui sont celles de la vie paysanne : les travaux des champs, la défense des terres, l’entretien du réseau des chemins, la fréquentation de la chapelle voisine… Avant la Révolution, le nom de l’exploitation, de la frairie et de la paroisse, puis après 1790, le nom du convenant, le village et la commune, sont les éléments de reconnaissance que les paysans trégorrois déclinent lorsqu’il s’agit d’indiquer leur domicile. La vie est centrée sur l’exploitation : un microcosme paraît contenir le quotidien des ruraux trégorrois.

  • 8 Collins (J.-B.), Classes, estates an order in early modern Brittany, Cambridge, 1991 ; « Geographi (...)
  • 9 Kermoal (C.), « Les migrations paysannes dans les campagnes trégorroises vers 1820 », La Culture p (...)

5Il faut néanmoins se méfier de ce qui n’est qu’un leurre ; le monde rural trégorrois connaît, lui aussi, des taux de mobilité non négligeables et ces mouvements ne sont pas seulement des migrations à courte distance ; de grands départs se sont produits ici comme dans le reste de la Bretagne8. Cependant, il n’est pas inintéressant de constater que la mobilité de proximité (en moyenne 7 kilomètres, la distance d’une commune ou deux) ne concerne que 40 % des paysans. Comparé aux autres professions, ce taux est pratiquement le plus faible. La propriété, l’attachement à l’exploitation familiale expliquent sans doute une moindre mobilité. Les paysans quittent moins leur commune d’origine que le reste de la population et ils le font d’autant moins qu’ils sont ménagers : la mobilité de proximité ne concerne que 35 % d’entre eux, contre 48 % des laboureurs et 50 % des journaliers9. Le paysan propriétaire reste davantage sur son exploitation dont il hérite et qu’il s’efforce de transmettre de génération en génération ; il est en conséquence l’homme d’une frairie et d’une paroisse dont le départ sans être un événement rare reste toujours une source d’étonnement.

Migrations de proximité et grands départs

  • 10 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 13 avril 1788.

6Le mariage est le principal révélateur des mouvements de proximité, mais la cause est plus souvent d’ordre économique. Malgré l’existence d’une exploitation dont il est propriétaire, Guillaume Le Moal quitte Bourbriac, avant 1788, pour Pommerit-Le Vicomte10. En s’établissant dans la commune de son épouse, nettement plus fertile, il fait un choix raisonné qui sous-tend une majorité d’unions et surtout de remariages. Les notables connaissent moins ces problèmes. À la tête de leur convenant, ils possèdent une puissance qui théoriquement les préserve de migrations par contrainte économique. Ils emploient une domesticité permanente et s’il leur arrive de déménager à la suite de nouvelles noces, c’est dans des conditions autrement plus favorables, la seule exception de nature à les contrarier étant un congément exercé à leur encontre.

  • 11 AD (22), 20 G non classé Saint-Quay-Perros, 7 janvier 1782. AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 13 janvi (...)
  • 12 AD (22), 20 G 691 Plésidy, 6 avril 1777.

7Malgré tout, les départs des notables n’ont pas été aussi rares que l’on pouvait s’y attendre. Une première idée du volume de ces mouvements, avant 1789, est donnée par deux requêtes des délibérateurs de Saint-Quay-Perros et de Plougasnou adressées à la Commission Intermédiaire. Il s’agit dans les deux cas de faire observer l’accroissement de la pression fiscale sur les habitants compte tenu du départ de plusieurs d’entre eux. À chaque fois, il est rappelé que ces mouvements ont affecté des personnes parmi les plus en vue de la paroisse, celles qui étaient les plus capables de payer un montant élevé de capitation11. Le cas de Toussaint Guillou qui, en 1777, quitte Plésidy pour Magoar montre, en effet, que la possession, même importante, de biens dans une localité n’empêche pas le départ. Ses biens à Plésidy sont multiples : il est propriétaire de plusieurs immeubles, maisons à étage, maisons, logements et terres dont il continue de jouir et de disposer des revenus depuis sa nouvelle paroisse12.

  • 13 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 12 octobre 1788, départ de Louis Le Bonniec député de la frairie de Ker (...)
  • 14 AD (22), 20 G 669 Trévou-Tréguignec, 1er avril 1770, départ de Jean Capitaine, collecteur des ving (...)

8La tenue d’une fonction n’a pas un caractère plus contraignant. De nombreuses personnes quittent leur localité pendant leur temps de charge. La longue durée qui préside à certaines d’entre elles, caporal de frairie ou député du grand chemin par exemple13, en atténue le caractère surprenant. Il est plus étonnant de constater de tels mouvements chez des personnes choisies pour une tâche temporaire14, ou chez les détenteurs des principales fonctions locales.

  • 15 AD (22), 20 G 175 Lanvellec, 29 mars 1789 ; 20 G 331 Pleudaniel, 10 septembre 1769, 21 septembre 1 (...)
  • 16 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 22 octobre 1780.
  • 17 AD (22), 20 G 331 Pleudaniel, 16 septembre 1770 et 18 août 1771 ; 20 G 708 Louannec, 3 janvier 177 (...)
  • 18 AD (22), 20 G 331 Pleudaniel, 21 septembre 1777 ; 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 31 juillet 1785.
  • 19 AD (22), 20 G 331 Pleudaniel, 10 septembre 1769, 18 août 1771 et 21 septembre 1777 ; 20 G 415 Pluf (...)
  • 20 AD (22), 20 G non classé Saint-Quay-Perros, 7 janvier 1782. 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788 ; c (...)

9Des gouverneurs de confrérie ou de chapelle quittent leur fonction en cours de mandat15 ; des fabriques16, mais aussi des délibérateurs sortent de leur paroisse17 ; le mouvement touche même des syndics18. Petits et grands notables paroissiaux peuvent donc choisir, un jour, de quitter leur localité et il n’est pas toujours certain qu’ils le fassent sans contrainte. À Pleudaniel, à Plufur, plusieurs départs sont signalés aux environs de la Saint-Michel19 ; la coïncidence des dates suggère une fin de bail et il est plus que probable en pays convenancier qu’il s’agisse de congéments. Quelques exemples permettent d’affirmer toutefois que ces changements n’affectent en rien leur statut de notable : en 1782, Jean Le Rouzic quitte Saint-Quay-Perros où, depuis 1779, il exerce la fonction de délibérateur ; il s’en vient habiter Louannec, paroisse limitrophe dans laquelle il s’installe au village de Bois-Guézennec ; dès 1788, il est nommé fabrique et il participe l’année suivante, à la rédaction du cahier de doléances20.

  • 21 Le Collège de Tréguier depuis sa fondation jusqu’à nos jours par un ancien élève, Saint-Brieuc, 18 (...)
  • 22 Sée (H.) et Lesort (A.), Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les États généraux (...)

10Nombreux sont aussi les Trégorrois qui ont fait le choix de partir à l’étranger, quittes parfois à revenir un jour dans leur paroisse natale. Deux exemples l’attestent. Le premier n’est qu’une trop simple trace que nous devons à l’historien anonyme de l’ancien collège de Tréguier. En 1782, il signale la présence en classe de sixième de Pascal-François Rolland « d’Amérique21 ». Il est regrettable que l’auteur, d’ordinaire plus précis, n’ait pu nous renseigner davantage sur la paroisse d’accueil de ce personnage ; aucun élément d’une éventuelle carrière locale ne peut donc lui être attribué. Ce n’est pas le cas de Jean-Baptiste Le Blanc, né en Acadie vers 1746-1748. Sa venue en France est peut-être la conséquence des événements qui affectent le Canada à partir de 1755. Toujours est-il qu’en 1789, syndic de Guerlesquin, il participe à la rédaction des doléances de sa paroisse d’adoption22.

11Ces exemples, dont il est malheureusement impossible de dire le nombre, restent exceptionnels. Ils permettent cependant de retoucher le portrait habituel des paysans attachés à leur glèbe ou du moins sa version moderne, celle de l’enracinement au village. Le cas échéant, un cultivateur même en charge d’une fonction locale, peut quitter sa localité ; les destinations sont les communes voisines mais aussi l’étranger. Leur participation aux fonctions paroissiales dans leur nouvelle localité constitue un contre-argument à toute démonstration tendant à prouver la pertinence d’une relation entre stabilité et notabilité. Les notables trégorrois comme les autres habitants des campagnes peuvent être amenés à quitter leur domicile sans pour cela perdre leur statut. Ils le font cependant en moins grand nombre que le reste de la population. L’ancrage local est un atout dont l’importance se mesure à la présence continue des membres d’une même famille à la tête de leur paroisse, un fait dont la constante répétition constitue sans aucun doute la meilleure preuve du rôle joué par les proches dans la transmission du pouvoir.

L’influence des pères

  • 23 AD (22), 20 G 375 Plougras, 11 décembre 1778.
  • 24 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 19 décembre 1779.
  • 25 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 1er janvier 1771, 1er janvier 1778.

12L’influence paternelle est déterminante. La présence du grand-père ou du père comme délibérateur coïncide trop souvent avec l’attribution d’une petite fonction locale à un fils pour retenir le seul fait du hasard : nommer un fils de notable rassure ; le nouveau responsable peut trouver conseil et compétence auprès des siens et, le cas échéant, le père constitue une garantie financière susceptible de combler les pertes que causerait une première gestion déficitaire. Commencer par une petite fonction est donc une manière d’apprendre à moindre risque. Les exemples sont nombreux. En 1778, à Plougras, Yves Riou obtient le gouvernement de la confrérie de la sainte Trinité alors que son père est délibérateur23. À Ploumilliau, en 1787, Jean Guéguen reçoit en charge la chapelle de Keraudy tandis que son père est l’unique délibérateur de cette trève réunie à la paroisse24. À Trélévern, en 1771, François Théry est délibérateur lorsque son premier fils Yves devient fabrique de la paroisse ; ce dernier est à son tour délibérateur, en 1778, lorsque le second fils Vincent accède lui aussi à la fabrique25.

  • 26 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau.

Graphique 5. Influence familiale : trois générations de notables à Ploumilliau (1777-1787)26.

  • 27 Ibid., 9 mars 1779.

13L’aide familiale s’étend sur plusieurs générations. À Ploumilliau, les deux fils de Guillaume Guyomar profitent de la présence de leur père au corps politique pour obtenir une fonction. Jean est nommé gouverneur du Sacre tandis que son père est délibérateur, en 1778. Guillaume son frère, qui lui succède dans cette fonction, profite de circonstances identiques pour obtenir le gouvernement de la chapelle de Christ, en 1782. Leurs enfants seront par la suite gouverneurs de Notre-Dame de Délivrance et de Saint-François, père, fils et petits-fils venant à occuper des fonctions paroissiales dans un temps très court. Le même constat peut être dressé en ce qui concerne la famille Le Boulanger. Mais cette fois l’influence du grand-père sur le début de carrière de son petit-fils est encore plus direct : l’attribution du gouvernement de la confrérie des Trépassés, en 1785, au jeune François correspond à la présence de Jean Le Boulanger dans le corps politique. Dans cette même paroisse, la fonction de syndic est accaparée par la famille Menou ; lorsqu’en 1779, après 20 années de présence, Toussaint Menou démissionne de la fonction de syndic du grand chemin de sa paroisse, il le fait au profit de son fils Marc27.

  • 28 AD (22), 20 G 175 Lanmodez, 13 septembre 1778, 10 septembre 1780, 12 novembre 1784, 4 septembre 17 (...)
  • 29 AD (22), 20 G non classé Saint-Quay-Perros, 7 janvier 1782, 26 janvier 1783.
  • 30 AD (22), 20 G 784 Brélévenez, 24 décembre 1775.
  • 31 AD (22), 20 G 52, 13 octobre 1769.

14Une stratégie familiale d’occupation du pouvoir peut se déduire de ces exemples. L’effet amplificateur est certain. À Lanmodez, les trois fils de Jean Le Razavet occupent successivement différentes places : Yves est gouverneur de la confrérie de saint Yves, en 1779, Guillaume est délibérateur, en 1780, Pierre gouverneur de la confrérie du saint Sacrement, en 1785, puis Yves, à nouveau, fabrique, en 178928. Le poids de la famille dans les instances locales profite de ces extensions qui ne concernent pas seulement les ascendants. Le rôle d’intermédiaire peut être tenu par des enfants, par des frères et peut même s’étendre aux gendres. À Saint-Quay-Perros, François Le Luron fils est délibérateur sans discontinuer entre 1780 et 1790 ; François son père devient fabrique, en 1782, et gouverneur du Sacre, en 178329. À Brélévenez, deux frères, Yves et Jean Briand, se succèdent comme gouverneurs de la chapelle Saint-Roch en 1775 et 177630. À Coadout, François Le Druillenec, gendre de René Daniel, précède son beau-père comme délibérateur, en 177031.

  • 32 AD (22), 20 G 691 Plésidy, 14 décembre 1777.
  • 33 AM Rennes, 1007 G 2, 7 décembre 1788.
  • 34 AM Rennes, 1007 H 2, 15 février 1789.

15Une absence ou un décès peuvent être mis à profit par les fils ou les gendres pour entrer une première fois au corps politique. Ollivier Cadoudal de Plésidy succède ainsi, en 1777, comme délibérateur à son beau-père décédé32. En 1788, à Plounévez-Moëdec, Yves Le Dantec remplace son père malade, lors de la délibération du 11 novembre 1788 ; cette apparition est la première à une quelconque responsabilité locale ; au printemps suivant, il est délégué à Rennes pour les États généraux. Des carrières s’ouvrent, grâce à la présence familiale, sur un petit coup de pouce du destin. Lorsque les habitants de Ploulec’h donnent leur cahier des charges pour les États de Bretagne, Jacques Le Goff ne doit sa présence dans l’assemblée qu’à la maladie de son frère délibérateur33. La même aventure, dans les mêmes circonstances, permet à Pierre Riou, futur maire de Ploumagoar, de signer le cahier des charges de sa paroisse34.

La famille

  • 35 AD (22), 20 G 415 Plufur, 23 mai 1784. La situation est dénoncée par le procureur fiscal.
  • 36 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 16 novembre 1788. Il obtient le départ de Pierre Daniel et de Ch (...)

16Ces dernières observations nous invitent à rechercher les éléments offrant une vision élargie de la famille, relative aux questions du pouvoir. En toute rigueur, les corps politiques ne pouvaient compter de parents : en 1784, Guillaume Ansquer est admis comme délibérateur de la paroisse de Plufur, cette fonction lui est rapidement retirée car il est le beau-frère de Pierre Meuric, lui-même délibérateur35. En réalité, dans de nombreuses paroisses, et plus particulièrement dans les petites localités, ce qui aurait dû constituer une règle intangible était parfois contourné. Lorsque le recteur de Pleumeur-Bodou dénonce une telle situation dans sa paroisse, en 1788, il ne fait que signaler une situation sinon fréquente du moins assez commune36.

  • 37 AD (22), 20 G 654.
  • 38 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, délibérations du général de la paroisse. AM Belle-Isle-en-Ter (...)
  • 39 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 28 septembre 1783.
  • 40 AD (22), 20 G non classé Plestin-les-Grèves, délibérations du général, 1780. AM Plestin-les-Grèves (...)

17Entre 1772 et 1789, à Trélévern, François Théry et ses fils Yves et Vincent tiennent à plusieurs reprises diverses fonctions en même temps : ils sont tour à tour délibérateurs, syndics, procureurs terriens, fabriques, pendant que leur père ou leur frère occupent une autre fonction paroissiale ; en 1778, Yves est délibérateur tandis que Vincent est fabrique ; en 1781, ils sont tous deux délibérateurs37. François Le Guillermic est délibérateur à Belle-Isle-en-Terre, en 1784, tandis que son gendre François Le Diouris est fabrique de Notre-Dame de Pendréo. Tous deux signent le cahier de doléances de la paroisse, en 178938. Au Faouët, ce n’est pas tant la relation père-fils entre Jean et Claude Le Calvez délibérateurs successifs, de 1788 à 1790, qui nous retient, mais leur parenté avec le recteur Jouanjan. Celui-ci est soit le frère soit l’oncle de Hervée Jouanjan épouse de Jean et mère de Claude39. À Plestin-les-Grèves enfin, Joseph Thomas est nommé plusieurs fois délibérateur entre 1775 et 1780. Il est le frère d’Yves Thomas, prêtre de la paroisse qui sera élu procureur de la commune, en 179040. La famille proche s’étend aux parents et alliés et se rehausse, dans ces exemples, de la présence d’un religieux parmi ses membres.

Les proches

  • 41 Le saint concile de Trente oeucuménique et général célébré sous Paul III, Jules III et Pie IV souv (...)

18Au-delà de la famille, diverses relations d’intérêt, sociales ou privées, peuvent lier les individus à un quelconque notable. La parenté spirituelle créée par le baptême est l’exemple le plus connu. Les canons du concile de Trente stipulent que les parrains et marraines contractent une alliance avec le baptisé, son père et sa mère ; le prêtre qui officie contracte la même alliance avec l’enfant, le père et la mère41. Ceci, lié au fait que les notables sont davantage sollicités comme parrains et marraines parce que mieux à même de participer aux frais des cérémonies et plus susceptibles d’offrir ensuite une protection efficace à leurs filleuls, conduit à des relations croisées entre parents, parrains, filleuls et prêtres qui dépassent le cadre strictement familial.

  • 42 Lagadec (Y.), Pouvoir et religion au village : la vie paroissiale à Loudéac, Cadélac, Trévé et Sai (...)
  • 43 AD (22), 5 Mi 343.

19Le cercle de solidarité entre délibérateurs que Yann Lagadec a mis en évidence pour la paroisse de Cadélac, en 1735, en recensant les liens de parrainage entre membres du corps politique42, se retrouve dans toutes les localités. Le nombre important de baptêmes qui sont célébrés chaque année (une centaine pour une paroisse moyenne), le contexte familial et local de la cérémonie expliquent cette situation. Le notable lui-même, son épouse, son fils ou sa fille peuvent assumer le rôle de parrain ou de marraine à la demande d’un autre notable ou de ses enfants. À Minihy-Tréguier, en 1786, 56 % des baptêmes concernent, comme père ou comme parrain, au moins un personnage ayant tenu une fonction paroissiale ; 26 % des baptêmes mettent en scène au moins un membre ancien ou présent du corps politique43. Les baptêmes pour lesquels, le père et le parrain sont des délibérateurs anciens ou en titre sont fréquents. Les relations sociales nées de l’exercice d’une fonction se doublent de relations privées.

20Ménager ou agriculteur, le notable du Trégor rural est d’abord un homme de la terre. Il est aussi celui d’un lieu : d’une frairie d’abord, d’une paroisse ensuite. Parfaitement situé dans son espace et dans ses relations par ses contemporains, il bénéficie de toute l’antériorité familiale pour accéder aux diverses responsabilités locales. L’influence des parents est souvent déterminante avant la Révolution. Le souvenir d’un père, les recommandations d’un allié sont les gages d’une meilleure attention en complétant ce qui paraît constituer l’essentiel : l’appartenance au métier de la terre et le niveau de fortune.

L’appartenance à la terre

21Le Trégor possède une façade maritime qui aurait pu en faire une région tournée vers la mer. Mais ce pays est presque exclusivement agricole. Les métiers de la terre dominent largement. Pour autant les habitants des campagnes ne sont pas tous des paysans. Une analyse socioprofessionnelle du monde rural permet d’en mesurer la diversité.

Les métiers de la terre et les autres

  • 44 AD (35), C 1449 et C 1450. Les données viennent des villes de Guingamp, Lannion, Tréguier et La Ro (...)
  • 45 Muller (T.), « Artisans et commerçants dans le Trégor à la fin du siècle de Louis XV (1re partie)  (...)
  • 46 AD (22), 1 C 80 (b).
  • 47 Ogée ne signale que deux moulins à vent à proximité du bourg, Ogée (J.-B.), Dictionnaire historiqu (...)
  • 48 Meyer (J.), La Noblesse bretonne au xviiie siècle, 2 volumes, Paris, 1966, tome, 2, p. 658.

22Le premier indice est une enquête de 1767 qui recense 1 675 artisans et commerçants dans un secteur situé entre Lannion et Tréguier44. La population est estimée d’après Ogée à 29 300 habitants ; le taux d’artisans et commerçants serait d’environ 5,7 %. Ce ratio est probablement trop faible : l’enquête ne dénombre par exemple que 9 meuniers ; la sous-évaluation est évidente. Une certaine spécificité trégorroise semble apparaître à travers l’importance des secteurs textile et alimentaire qui couvrent respectivement 29 % et 14 % du monde artisanal contre seulement 20 % et 7,5 % pour la province. Au contraire, le monde marchand est plus faiblement représenté (17 % contre 22 % en Bretagne) ainsi que le milieu hôtelier qui avec 54 individus, ne représente qu’un peu plus de 3 % contre 11 %45. Le rôle de la capitation de Penvénan, pour 1782, donne de manière très complète la profession des imposés46 : avec 244 ménagers, 3 laboureurs et 65 journaliers, les professions de la terre couvrent 80,82 % des contribuables ; le reste se trouve réparti entre 20 artisans (5,18 %), 5 commerçants (1,29 %), un marin et un notaire. Là encore, il faut s’interroger sur les lacunes ou les silences de cette description ; il n’est mentionné qu’un seul matelot et il n’existerait aucun pêcheur ni maître de barque dans cette paroisse maritime ; seuls deux meuniers exerceraient leurs talents dans cette paroisse « fertile en toute sorte de grains47 ». Il faut, surtout, tenir compte des doubles professions, ou plus, comme ce fils d’Yves Perrin qui est ménager, sellier et tanneur. Si le ménager, pour reprendre la définition du Grand Étalon de Riec, de 1740, est « un homme aisé qui a une tenue à luy, sans dettes48 », la mention d’une seconde activité artisanale ou marchande signifie probablement un glissement vers un indispensable complément rémunérateur, la tenure agricole n’ayant plus qu’une valeur économique restreinte. Dans ce cas, le poids des paysans de Penvénan ne serait plus que de 74,35 %, celui des artisans montant à 11,39 % et celui des commerçants à 1,55 %.

23Cette distribution, mieux que l’enquête de 1767, entachée d’urbanité, semblerait davantage convenir pour le monde rural.

Les détenteurs des fonctions locales

  • 49 144 professions pour 5 472 fiches soit un rendement de 2,63 %.
  • 50 66 d’entre eux sont ainsi recensés alors qu’il est n’est jamais dit qu’ils exercent cette professi (...)

24Le recensement des professions exercées par les notables à partir des informations glanées dans les cahiers de délibérations est d’un piètre rendement. Pour la fin de l’Ancien Régime, je n’ai retrouvé le métier que de 144 personnes alors que près de 5 500 détenteurs d’une fonction locale ont été mis en fiche49. Ce rendement inférieur à 3 % n’autorise pas de grandes observations si ce n’est que les ménagers ne représentent environ que 17 % de cet échantillon restreint ; ce qui est peu et ne correspond pas à ce qui à été dit plus haut. Il apparaît donc hautement probable que la qualité de ménager n’ait pas été signalée systématiquement, car elle allait de soi. Par contre, les autres professions étaient plus souvent annoncées, peut-être pour mieux souligner une différence, tandis que pour les robins et les notaires « Me » (M[aîtr]e) précédant le nom semblait suffire50. La répartition socioprofessionnelle des assemblées locales s’écarte alors très nettement de la composition de la population. Plus de 97 % des délibérateurs des généraux de paroisses seraient des ménagers : la main mise des paysans fortunés sur les corps politiques ne souffrirait pratiquement d’aucun partage.

Les exclus des fonctions locales

  • 51 18 meuniers, un boucher, un boulanger, 4 tisserands, un tailleur, un cordonnier, 2 maîtres papetie (...)
  • 52 Goubert (P.), La Vie quotidienne des français au xviie siècle, Paris, 1982, p. 186-189. Roudaut (F (...)
  • 53 Habasque (F.-M.), op. cit., tome 1, p. 298 et note n° 5.
  • 54 AD (22), 20 G 415 Plufur, 30 août 1789.
  • 55 AD (35), C 1714, C 1715. Viau (C.), Les Séditions populaires dans la sénéchaussée royale de Trégui (...)

25La sous-représentation des artisans dans les assemblées est évidente. De tous les détenteurs d’une fonction locale, seuls 32 sont signalés comme artisans ; le ratio est encore plus faible : environ 0,58 %51. Ne faisant jamais groupe, isolés, ces personnages ne représentent qu’eux-mêmes face aux ménagers, et ne parviennent à accéder à une responsabilité qu’avec leur accord. Si les meuniers sont un peu plus fréquemment appelés à occuper une fonction locale, leur présence dans ces assemblées ressemble davantage à celle des autres artisans qu’à celle des paysans aisés de la paroisse. Une confortable aisance et des intérêts communs auraient pu suffire pour les faire admettre de manière plus fréquente. Leur mauvaise réputation de fripons, un peu sorciers et mauvais pratiquants52 explique leur mise à l’écart, mais à peine mieux lotis que les autres artisans, ils connaissent un ostracisme qui ne leur est pas spécifique ; c’est celui de tous les métiers non paysans. L’exclusion touche plus encore les femmes. La moitié féminine de la population n’apparaît jamais dans ces assemblées et n’y obtient pratiquement aucune fonction. Les femmes selon Habasque ne tiennent qu’un rôle secondaire en Basse-Bretagne : « Elles ne sont à proprement parler que les premières servantes de leurs époux, de leurs fils, et il n’y a pas jusqu’au maître-valet, personnage important dans une ferme, qui ne commande quelquefois à la maîtresse de maison53. » Socialement mineure, même si le précédent portrait mérite d’être nuancé, les femmes le sont plus encore sur le plan politique. Lorsqu’elles sont admises aux assemblées des généraux de paroisses, lorsqu’elles présentent les comptes d’une fabrique, d’une chapelle ou d’une confrérie, elles n’y viennent qu’en tant que veuve appelée à clore l’exercice d’un mari défunt54 ; les femmes sont officiellement exclues de la vie publique à laquelle elles ne doivent participer en rien. Seule leur présence à différentes émeutes rappelle qu’elles ne sont pas insensibles aux événements55.

  • 56 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 26 mars 1786.
  • 57 AD (22), 20 G 407 Plouzélambre, 12 avril 1773 ; 20 G 587, Saint-Michel-en-Grève, 1783-1789.

26Présentes et actives dans les manifestations, n’hésitant pas à faire preuve d’un courage certain, les femmes ne sont pas habituellement admises aux responsabilités. S’il leur arrive de tenir la place de sacriste car la fonction reste facilement dans la famille et qu’une femme peut assurer ce rôle en attendant que ses enfants grandissent56, les autres fonctions leur sont habituellement interdites. Même le gouvernement des confréries, dans lesquelles elles sont très nettement majoritaires, ne leur est pas confié. Avant la Révolution, rares sont les paroisses comme Plouzélambre ou Saint-Michelen-Grève qui leur offrent un petit rôle57, en l’occurrence, la quête pour les captifs. À Saint-Michel-en-Grève, en 1788, celle qui est chargée de ce travail est Françoise, la fille de René Thomas, l’un des délibérateurs. Cette situation où le père chaperonne son enfant, nous l’avons vu, n’est pas spécifique à cette localité. Elle est commune à de nombreuses paroisses dans lesquelles la présence des pères dans les corps politiques coïncide avec l’accès des fils aux fonctions paroissiales : une pratique qui profite d’abord, parce que les risques sont moindres, à ceux dont la fortune est manifeste.

La puissance économique

  • 58 Jarnoux (Ph.), Les Bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au 18e siècle. (...)

27Les rôles de la capitation, jusqu’en 1790, nous fournissent des renseignements précieux sur les revenus des notables. Leur utilisation pose néanmoins problème : ces sources sont d’origine fiscale ; le niveau des fortunes des notables locaux ne peut donc être mesuré directement tandis que l’utilisation des contrats de mariage et des inventaires après décès qui, croisés avec ces documents, auraient pu nous fournir un meilleur éclairage, se sont révélés d’un rendement trop aléatoire. Les rôles de la capitation sont considérés comme des indicateurs détournés et déformés des hiérarchies sociales58. En milieu rural, ils permettent toutefois une comparaison acceptable entre individus d’une même localité.

La capitation à la fin de l’Ancien Régime

  • 59 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre, Mandement général pour la levée de la capitation de l’année 1 (...)
  • 60 AD (22), C 80 (b), capitation de Moustéru, 1787. 20 G 253 Minihy-Tréguier, 9 mai 1773.
  • 61 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 2 avril 1780.
  • 62 Des fraudes ont sans doute été commises. Il était tentant pour les délibérateurs et pour les égail (...)

28La capitation est théoriquement payée par tous. Mais les membres des deux premiers ordres sont comptés à part : la Noblesse dispose d’un rôle séparé et le clergé y participe par un don gratuit. Il faut attendre la Révolution et l’égail de 1790 pour que les rôles de la capitation deviennent communs aux trois ordres. Avant cette date, ceux qui sont dressés dans les paroisses et dans les trèves ne concernent que le Tiers état. Tous les habitants y sont portés sauf les domestiques et les pauvres ; les ménagers payent la capitation pour eux et pour leurs domestiques ; cette disposition vaut aussi pour les ecclésiastiques qui sont inscrits sur les rôles du Tiers pour ce qui concerne leurs serviteurs59. Elle est généralement respectée dans les paroisses et dans les trèves60. Néanmoins, il arrive que des domestiques, payent individuellement et en cette qualité, un montant séparé61. Cette situation est anormale et semble avoir été peu courante. Pour les observations qui suivent, le montant retenu pour chaque contribuable est celui de sa propre capitation éventuellement additionnée de celle de ses domestiques62.

  • 63 Jarnoux (P.), op. cit., p. 17.
  • 64 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre, rôle de la capitation, 1788. Le chanoine Pierre-Joseph Garat (...)
  • 65 AD (22), C 80 (b).
  • 66 AD (22), C 79 (b).
  • 67 Cas détectés à Ploubezre dans les années 1743-1749. AD (22), 20 G non classé.

29Après 1734, les États de Bretagne reprennent à l’Intendance la charge de la répartition et de la collecte de la capitation63. Les bureaux de la Commission intermédiaire sont directement impliqués dans ce travail au niveau des paroisses64. Ceci n’empêche pas les discussions : à Penvénan, en 1782, François Le Grand riche ménager, le second capité de la paroisse, fait plusieurs fois revoir sa cote à la baisse. Imposé au début à 76 livres auxquelles il doit ajouter 6 livres pour deux grands valets et 4 livres 10 sols pour deux grandes servantes, il engage un âpre marchandage au cours duquel les chiffres de 50 livres, 62 livres, 65 livres, 66 livres et enfin 70 livres sont avancés65. Mais tricher est désormais plus difficile ; des fraudes sont déjouées et les contrevenants mis à l’amende. Vincent Henry, « faute d’avoir pris sa cote part proportionnelle dans l’augmentation qui se trouve au rôle », est taxé de 10 livres supplémentaires, en 1779, à Saint-Adrien66. On ne peut cependant jurer que tous les contrevenants aient été dénoncés ou découverts. En dehors des cas signalés dans les registres de délibérations ou des rectifications portées directement sur les rôles, la lecture ligne à ligne de plusieurs séries continues de rôles de capitation pourrait seule nous apporter une meilleure mesure de ces fraudes qui dans chaque localité paraissent néanmoins n’avoir concerné que quelques individus, au plus, chaque année67. Les montants de la capitation sont des instantanés qui ne reflètent que la vérité d’un moment ; le classement réel de tel ou tel notable à partir de la liste des capités d’une année peut donc, dans l’absolu, être entaché d’erreur.

  • 68 Bluche (F.) et Solnon (J.-F.), La Véritable hiérarchie de l’Ancienne France. Le tarif de la premiè (...)
  • 69 AD (22), C 80 (a) Plouguiel, 1784 ou Pontrieux, 1780, par exemple.
  • 70 Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4.

30Le tarif de la première capitation de 1695 proposait une livre d’imposition pour montant de la dernière classe68. Ce montant minimal se trouve souvent réduit dans les rôles trégorrois : vers 1780-1790, des cotes de 10 ou 15 sols se rencontrent dans nombre de localités et il arrive même que des pauvres, capités pour un montant nul ou signalé « pour mémoire », y soient portés69. Le positionnement fiscal des notables au sein d’une population presque entière, de laquelle n’échapperait, en dehors des ordres privilégiés, que mendiants et vagabonds, peut donc être tenté. En utilisant les rôles de la capitation qu’ils avaient pu retrouver, Henri Sée et André Lesort ont publié un certain nombre de données fiscales (montant et domesticité) concernant les signataires des cahiers de doléances70. L’étude est très incomplète compte tenu de la piètre conservation de ces documents dans le Trégor. Elle permet néanmoins une vision rapide du positionnement d’une partie des signataires dans un certain nombre de localités ; 9 paroisses et trèves rurales peuvent être ainsi comparées à 3 des 4 paroisses guingampaises, aux alentours de 1789.

  • 71 Les villes connaissent des différences entre elles et les campagnes sont taxées de 21 deniers par (...)
  • 72 Meyer (J.), « Rennes à la fin de l’Ancien Régime », Meyer (J.) (dir.), Histoire de Rennes, Toulous (...)
  • 73 Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 204.

31Les bases de la capitation ne sont pas les mêmes pour les villes et pour les campagnes ; toute comparaison entre cotes urbaines et rurales souffre de ce différentiel71. Il est malgré tout tentant de comparer ces données à la classification que propose Jean Meyer dans son Histoire de Rennes. Le Haut Tiers rennais commence à partir de 20 livres de capitation et se divise entre bourgeoisie aisée (de 20 à 50 livres), bourgeoisie riche (de 50 à 100 livres) et bourgeoisie très riche (au-delà)72. Il existe donc dans les paroisses trégorroises un certain nombre de ménagers qui, au seul vu de leur capitation, pourraient être considérés à Rennes comme membres du Haut Tiers, bourgeois aisés, souvent bourgeois riches et même très riches : à Plouaret, Guillaume-Jean Mahé paye 120 livres de capitation et Pierre Le Morvan 100 livres73 ; la moyenne de la capitation payée par les signataires des cahiers de doléances dans cette dernière paroisse s’élève à plus de 41 livres ; c’est mieux qu’à Guingamp, ville moyenne bourgeoise, où la présence de plusieurs corporations d’artisans fait tomber la moyenne et où les cotes les plus élevées n’atteignent pas 100 livres. Dans plusieurs paroisses et trèves de l’échantillon, la capitation payée par plusieurs signataires des doléances de 1789 est supérieure à 20 livres ; ce qui n’est pas le cas de la Trinité de Guingamp où le plus fort capité parmi les signataires ne paye que 11 livres 10 sols. Les riches ménagers trégorrois, au vu de leurs impositions, ne sont pas des personnages insignifiants.

  • 74 Bourbriac, 1789 ; Moustéru, 1787 ; Penvénan, 1782 ; Ploubezre, 1788 ; Plouguiel, 1784 ; Plounévez- (...)
  • 75 Les sommes inférieures à une livre (quelques unités dans chaque localité) sont comptabilisées avec (...)

32Pour le vérifier, il est possible d’utiliser d’une manière plus complète les rôles capitations de 9 paroisses et trèves rurales74 et en les comparant à celui de la petite ville de Pontrieux qui deviendra chef-lieu de district, en 1790. Le détail, livre par livre75, permet d’y repérer précisément les notables ayant exercé une fonction locale, entre 1770 et 1790, et de les situer par rapport à la moitié inférieure des contribuables ainsi qu’au décile supérieur.

Graphique 6. Moyenne et étendue de la capitation dans quelques localités trégorroises vers 1789.

33Dans tous les exemples, Pontrieux compris, une moitié au moins des capités se situe dans les 3 ou 4 tranches d’imposition les plus basses, entre 0 et 4 livres ; seule Saint-Adrien nécessite de monter jusqu’à 6 livres pour recenser la moitié des contribuables mais ceci est dû au faible nombre des imposés plutôt qu’à une plus grande richesse. Sauf à Pontrieux où la somme de 13 livres marque l’entrée du décile supérieur, les plus riches imposés de chaque localité se situent à partir de 15 à 25 livres, cette limite étant centrée sur 20 livres. Certaines cotes peuvent alors s’envoler vers les sommets qui ont déjà été évoqués : 59 livres à Ploubezre, 65 livres à Pommerit-Jaudy, 86 livres à Penvénan…

  • 76 AD (22), C 80 (b).
  • 77 AD (22), 20 G 694.
  • 78 AD (22), C 80 (a).

34Dans chaque frairie, 3 ou 4 ménagers se distinguent des autres paysans. Ils supportent des cotes insolentes et paient les impositions de leurs domestiques permanents. Au niveau de la paroisse, ils forment un groupe assez restreint : une vingtaine ou une trentaine de personnes dont les impositions peuvent monter jusqu’à plusieurs dizaines de fois le montant de base. Ainsi à Penvénan, en 1782, où après François Le Grand occupé à faire baisser sa propre cote, et après la veuve de Hyacinthe Saliou capitée à 83 livres 15 sols, Jean Duprez, un ménager ayant deux grands valets et deux grandes servantes, paye 58 livres 15 sols et où les 10 premiers capités doivent au moins 29 livres76. De même à Pommerit-Jaudy, en 1790, où Raoul Gouriou paye pour lui, ses trois valets, un petit valet et une servante, 65 livres 10 sols ; les 9 autres plus grosses cotes de la commune (domestiques compris) dépassant 39 livres77. En comparaison, dans la petite ville de Pontrieux, en 1780, le principal montant s’élève à 69 livres. Il est payé par la veuve de Jean Le Nay, une meunière employant 4 domestiques. Pour recenser les 10 plus forts capités, il faut descendre à 23 livres. C’est la somme payée par Pierre Denis du Porzou, sénéchal des seigneuries de Châteaulin-Pontrieux et de Frynaudour, receveur des ports et havres de la ville78.

  • 79 AD (22), 20 G 397 ; C 79 (a).

35Les premiers capités participent aux fonctions locales : 7 rôles sur 9 le confirment. Lorsqu’il se trouve une situation contraire, c’est tout simplement que les plus fortes cotes sont payées par des femmes ou que ces sommes sont supportées non par un seul individu mais par plusieurs79. Toutefois, la base de recrutement reste très large. À Bourbriac, Ploubezre, Pommerit-Jaudy et Rospez, tous les personnages ayant tenu des fonctions de premier plan, syndic, délibérateur ou fabrique, se situent fiscalement dans la moitié la plus aisée de la population ; il est d’ailleurs remarquable que le seuil des 50 % à peine atteint suffit pour être appelé à une fonction locale majeure. La promotion rapide de jeunes fabriques comme délibérateur, dès leur temps de charge passé, illustre cette caractéristique suivante : aucun notable potentiel n’est véritablement écarté des principales fonctions locales sur le seul critère de la fortune.

36Ceci est d’autant plus vrai que tous les capités, sans exception, peuvent être appelés à des fonctions locales subalternes : gouverneurs de petite chapelle ou de confrérie, députés du grand chemin, caporaux de frairie, égailleurs, collecteur… Les études qui concernent Moustéru, Plounévez-Moëdec, Plouguiel, Penvénan et Saint-Adrien ont été menées en élargissant l’enquête à tous les détenteurs d’une fonction locale, quelle qu’elle soit. Les syndics, délibérateurs et autres fabriques sont toujours situés dans la moitié supérieure des contribuables, mais les détenteurs d’une petite fonction peuvent être recrutés dans la partie la plus médiocre de la population : tout le monde peut être appelé à jouer un rôle, surtout si celui-ci ne se situe pas au premier plan.

37Certains personnages parmi les plus forts capités ne prennent néanmoins aucune part aux tâches locales. Dans chaque paroisse et dans chaque trève, il existe des hommes dont les cotes sont parmi les plus importantes mais qui ne sont jamais invités à jouer un rôle. Pour ne prendre que Ploubezre et Penvénan dont les sources couvrent assez complètement la période, plusieurs exemples peuvent être cités : Yves Le Parquier (33 livres) et Yves Le Morvan (30 livres), dans la première paroisse, Yves Le Roux (33 livres 10 sols), François Le Grand le jeune (24 livres) ou Yves Linquin (19 livres 10 sols), dans la seconde, ne viennent jamais aux affaires sans qu’il soit possible de dire si une fonction extérieure, un métier particulier (les trois personnes de Penvénan sont des ménagers), un problème quelconque ou une infirmité empêchent qu’ils y soient appelés.

Capitation et fortune personnelle

  • 80 AD 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 30 novembre 1783. Gourio (J.), Plestin et Trémel sa trève p (...)

38La difficulté est de relier capitation et fortune. Il est habituel d’affecter le montant de la capitation d’un coefficient 40 pour obtenir le revenu annuel. En supposant cette pratique fondée, il resterait encore à établir la fortune exacte qui dépend de bien d’autres éléments : l’héritage familial, la valeur du convenant, celui du cheptel… Celle de Jean Le Brigant syndic de Plestin-les-Grèves, en 1783, monte, par exemple, à 25 000 livres de capital80.

  • 81 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 13 avril 1788.

39À Bourbriac, en 1788, une requête en réduction de capitation présentée par Julien-Bernard-Toussaint Bodin devant le bureau de la Commission intermédiaire de Tréguier est réfutée par le corps politique de la paroisse81. L’argument présenté par le général est d’une part que le revenu du bureau local des domaines dont Bodin est le receveur, est de 400 livres et d’autre part que la capitation payée par les anciens receveurs a toujours été de 9 livres. Nous approchons ici concrètement du coefficient 40 précédemment évoqué. Il semble pouvoir être retenu pour cette tranche de capitation aux alentours de 10 livres ; il est probablement sous-évalué pour les cotes les plus basses et ne signifie plus grand chose pour les plus importantes. Le moyen manque donc pour établir une relation entre capitation et fortune.

  • 82 E dépôt des communes, Gommenec’h, 26 messidor an II (14 juillet 1794). Les critères pouvant aider (...)

40Celle-ci, même si les contemporains relient aisément ce critère à la possession terrienne82, ne possède pas, à la fin de l’Ancien Régime, un caractère aussi déterminant qu’imaginé. Les personnes appelées aux principales fonctions locales se situent toutes dans la moitié supérieure des capités. Mais le large spectre des impositions et diverses évictions des plus forts contribuables montrent que ce facteur ne suffit pas à lui seul. L’attribution aux plus petits imposés des fonctions locales élémentaires indique encore des pratiques bien plus complexes où la famille, le métier et la fortune rencontrent les nécessités locales pour forger autant de destins individuels.

Le choix des notables

41À la fin de l’Ancien Régime, les carrières locales débutent par de petites fonctions attribuées au niveau de la paroisse et dont la réussite ou le cumul donnent parfois accès aux tâches les plus importantes : fabriques paroissiaux puis délibérateurs. Il semble avoir existé une sorte de cursus honorum. Diverses phases d’apprentissage ponctuent un parcours initiatique qui permet à chacun de faire ses preuves avant d’approcher les premières fonctions paroissiales. La lisibilité est incertaine : les gouvernements de confréries ou de chapelles (certaines d’entre elles étant lieux de pèlerinage majeurs) précèdent ou suivent la gestion de la fabrique ou l’entrée au général de la paroisse ; des fonctions de syndic, de député du grand chemin, d’égailleur, de collecteur s’intercalent entre ces moments et viennent brouiller encore notre vision des carrières locales. L’écriture des charges, la rédaction des cahiers de doléances et l’élection des délégués aux assemblées du Tiers-État pour les États généraux du royaume compliquent cette étude.

Les nominations annuelles

42Le renouvellement des effectifs pour des durées très diverses appartient, depuis 1691, aux 12 délibérateurs. Des changements peuvent avoir lieu ponctuellement au cours de l’année ou, pour certains collecteurs, suivre l’arrivée de tel mandement de la capitation ou des vingtièmes ; en règle générale toutefois ils interviennent une fois par an, à date fixe. Une réunion prend alors place au cours de laquelle toutes les personnes arrivées au terme de leur mandat sortent de fonction et sont remplacées nombre pour nombre. Le moment choisi pour ces grandes manœuvres n’est pas partout le même : le changement de calendrier civil, anciennement Pâques puis le Nouvel An, une fête religieuse majeure ou celle du saint patron sont les dates habituellement retenues.

Les 12 délibérateurs

43Le remplacement des membres du corps politique s’effectue sans aucune uniformité. D’une paroisse à l’autre ou dans une même localité d’une année sur l’autre, les règles varient. Les 12 délibérateurs peuvent être remplacés en bloc ou par parties ; il est courant de les voir changer par moitié, par tiers ou par quart ; il arrive parfois que le remplacement ne concerne qu’une personne. Un jeu subtil entre continuité et renouvellement semble présider aux changements annuels.

  • 83 Potier de La Germondaye, Introduction au gouvernement des paroisses suivant la jurisprudence du Pa (...)
  • 84 AD (22), 20 G 393.
  • 85 AD (22) 20 G 625 Trédrez ; 20 G 669 Trévou-Tréguignec. AD (29), 113 G 14 Lanmeur, 17 décembre 1786
  • 86 AD (22), 20 G 73 Le Faouët.
  • 87 AD (22), 20 G 331 Pleudaniel ; 20 G 615 Trébeurden.

44En théorie, selon les arrêts de règlement du Parlement de Bretagne, les délibérateurs sont élus pour un an et doivent quitter leur fonction au bout de l’exercice83. En réalité cette situation ne se retrouve que rarement : Plounévez-Moëdec est le seul exemple d’une paroisse agissant ainsi, entre 1785 et 178884. Il est plus fréquent de voir des mandats durer 2, 3 ou 4 années et parfois davantage ; les délibérateurs déclarent d’ailleurs, très officiellement, cette manière de procéder, au moment de leur renouvellement : 2 ans à Lanmeur, 3 ans au Trévou-Tréguignec, souvent 4 ans à Trédrez85. Au Faouët, le changement concerne 2 délibérateurs chaque année ; une même personne reste donc en fonction 6 ans86. Ce n’est pas un maximum : il n’est pas rare de suivre une même personne à la tête de sa paroisse pendant une décennie ; des paroisses comme Pleudaniel ou Trébeurden donnent l’exemple de membres du corps politique pouvant siéger 9 à 13 années consécutives87.

  • 88 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 15 décembre 1789 : « Nouveaux délibérateurs en leur lieu et pla (...)

45Les changements peuvent affecter l’ensemble du corps politique ou une partie. La première solution est retenue à Minihy-Tréguier : une équipe complète est désignée pour 3 années et sauf problème ou décès, les 12 personnes restent en place pendant ce temps88. Le plus souvent les renouvellements ne concernent qu’une fraction des délibérateurs, ce qui garantit à la fois stabilité et expérience au corps politique. Or délibérer demande constance et efforts ; si une telle présence peut dissimuler un problème local, la communauté n’arrivant pas à renouveler ses dirigeants, elle peut également signifier la volonté affirmée des notables paroissiaux de ne pas quitter le pouvoir.

46À Plésidy, le rythme de renouvellement est théoriquement de 3 ans :

  • 89 AD (22), 20 G 691 Plésidy, 4 mars 1770.
  • 90 Ibid., 14 février 1773 et 13 février 1774.

47chaque année, 4 délibérateurs sont appelés à quitter leur place89, mais des difficultés semblent contrarier ce fonctionnement. En 1773, Yves Lozach est annoncé parmi les sortants : son successeur désigné est François Le Ny. Un an plus tard et sans aucune explication, la liste des nouvelles désignations permet de constater qu’Yves Lozach est resté membre du corps politique, que François Le Ny n’y est jamais entré et que les 3 autres délibérateurs sortants occupent toujours leur fonction. Ces derniers doivent changer, en 1774, et François Le Ny succède à l’un d’entre eux tandis qu’Yves Lozach qui a annoncé à nouveau la fin son de mandat ne rencontre personne pour lui succéder et se trouve contraint de repartir pour un nouvel exercice90. On ne sait rien des problèmes qui ont été à l’origine de cette situation. Il semble néanmoins que les délibérateurs aient rencontré dans ce cas des difficultés de recrutement et une mauvaise volonté des remplaçants.

  • 91 Pour élire les délibérateurs. Des assemblées délibératives ont lieu pour d’autres affaires : 8 en (...)
  • 92 AD (22), 20 G 287 Penvénan, 10 mars 1776.

48À Penvénan, le problème se situe plus nettement au niveau des responsables qui ne semblent pas vouloir quitter leur place. Les renouvellements sont peu nombreux, les délibérateurs sont fréquemment en fonction pour 5 ou 6 années. En 1776, le recteur Louis Le Neuder, s’appuyant sur différents arrêts, rappelle l’obligation de changer de délibérateurs chaque année et d’en choisir parmi les anciens trésoriers ayant rendu leur compte : « Ce qui ne s’observe pas dans cette paroisse puisque depuis près de six ans il n’y a eu aucune assemblée du général91, que depuis ce tems quelqu’uns délibérants n’ont point été changés et qu’il y a actuellement deux délibérants qui doivent des comptes à l’église92. » L’analyse des différents renouvellements, jusqu’en 1790, montre, par la suite, des personnes qui continuent à être nommées pour 5 et 6 années. En particulier la période comprise entre 1785 et 1788 est marquées par un unique changement, celui d’Yves Riou décédé en 1786. Malgré l’avertissement du recteur, les délibérateurs de Penvénan n’ont pas changé leurs habitudes.

49De manière générale, il est possible de constater le maintien ou le retour fréquent des mêmes délibérateurs à travers l’établissement d’un coefficient de renouvellement par paroisse. Il s’agit, pour une période donnée, de comparer le nombre de délibérateurs ayant réellement été en fonction au nombre de places théoriquement offertes (un délibérateur ne pouvant occuper qu’une fois la place). Les chiffres sont particulièrement significatifs : pour un ensemble de 18 paroisses pour lesquelles il est possible de disposer, sans interruption, des nominations sur au moins 10 années, deux utilisent moins de deux personnes, en moyenne, pour renouveler l’équipe initiale des 12 délibérateurs ; neuf en utilisent deux ; cinq, trois ; et deux, quatre personnes. Que cette situation soit volontaire ou résulte d’une contrainte locale, force est de constater la permanence des mêmes personnes aux fonctions délibérantes.

  • 93 Kermoal (C.), Les Notable de Ploubezre de la fin du xve siècle au xviiie siècle, Mémoire de maîtri (...)

50Les procédés pouvant être mis en oeuvre par les délibérateurs souhaitant se maintenir au pouvoir sont essentiellement de deux types : l’autoreconduction et l’échange, ces deux moyens pouvant naturellement se combiner pour allonger le temps de présence93. Déjà relevés à Ploubezre dans les années 1719-1725, ces procédés sont largement réemployés dans les paroisses trégorroises à la fin de l’Ancien Régime. Ils peuvent être illustrés par les deux exemples suivants :

Plufur

Plufur

Auto-reconduction

Plounévez-Moëdec

Plounévez-Moëdec

Échange

51Lorsque les cahiers de délibération sont remplis avec précision, le greffier note systématiquement les noms des deux délibérateurs, le remplaçant et le remplacé. Il devient donc possible sur plusieurs années de suivre la succession des délibérateurs à une même place. Les schémas qui combinent auto-reconductions et échanges sont éloquents :

52Toutes les combinaisons sont possibles qui permettent à un cercle étroit de détenteurs de conserver une place au général. L’exemple de Coadout ci-dessus montre l’utilisation du système dans un cadre familial : Jean Le Druillennec par l’intermédiaire de Louis Le Guével succède indirectement à son père. Ce genre d’arrangement peut être illustré par de nombreux exemples : à Bourbriac, Ploubezre, Trélévern…

  • 94 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 5 avril 1779.
  • 95 Voir les rôles d’imposition de la paroisse : AD (22), 20 G 394 et 20 G 397. Le rôle de la capitati (...)
  • 96 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 23 janvier 1780.

53Le nombre de notables potentiels occupant une place assez en vue sur les rôles de capitation et devant néanmoins attendre longtemps une entrée au corps politique, donne quelque crédit à l’hypothèse d’un accaparement des places du général par certains. Néanmoins, il ne faut pas conclure trop vite à une recherche systématique de tels accords dans le seul but de conserver cette fonction. Dans plusieurs paroisses les nominations se font dans le cadre des frairies et ce système limite les choix à seulement quelques postulants et explique le retour des mêmes noms. À Plounévez-Moëdec, lorsque le greffier annonce les changements de délibérateurs, il prend bien soin d’en présenter la liste frairie par frairie94. La paroisse connaît l’avantage d’en compter 12 exactement95 ; le canevas est simple à suivre ; il est respecté strictement : lorsque la mort d’Yves Le Groiec survient en cours de mandat, au début de 1780, le corps politique désigne automatiquement Ollivier Le Gall comme étant le plus ancien délibérateur de Keranfoll, la frairie dont était issu le défunt96.

  • 97 AD (22), 20 G 375 Plougras.
  • 98 AD (35), 2 B 921 Plésidy, doléances et Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 175.

54Les 12 délibérateurs de Plougras sont choisis de cette manière. Le changement est d’abord annuel et procède d’échanges dans le cadre des frairies. Le rythme est régulier. Mais à l’approche de la Révolution, en 1788 et surtout en 1789, le nombre des reconductions s’accroît97. Ce phénomène n’est pas propre à cette seule paroisse : à la fin de 1788 et au début de 1789, des changements d’habitude marquent la composition des corps politiques. Ils amènent souvent au pouvoir un certain nombre de personnes n’ayant encore jamais participé aux délibérations. À Plésidy, deux nouveaux délibérateurs Yves Le Cabellec et Joseph Le Corre ainsi qu’un fabrique Adrien Thoraval entrent en fonction pour la première fois98 ; jamais auparavant ils n’avaient tenu la moindre fonction locale. Ils ne sont pas les seuls : dans le Trégor 59 % des délibérateurs nommés pour 1789 et 32 % de ceux nommés pour 1790 sont des personnes entrant pour la première fois au corps politique.

Les fabriques, les gouverneurs de chapelles et de confréries

55Quelques indications ponctuelles dans diverses paroisses font penser à un rajeunissement des titulaires des fonctions para-religieuses avant la Révolution. Le décompte systématique des mentions « fils de » et « le jeune » qui accompagnent les patronymes des nouveaux venus sur la période 1770-1790 ne confirme pas cette hypothèse. Au mieux, 13% des titulaires des fonctions de fabriques ou de gouverneurs possèdent ces qualificatifs. Les dernières années de l’Ancien Régime, la tendance est même inverse, 1790 étant, pour ce type de décompte, une des plus mauvaises. Toutefois ces chiffres sont des minimums et en l’absence d’enquête plus approfondie sur l’âge exact des titulaires il est hasardeux de conclure. La seule certitude est que les fabriques sont très peu concernés par ces appellations : soit que l’administration de l’église paroissiale n’est pas confiée à des jeunes hommes soit, plus vraisemblablement, que les personnes nommées à cette fonction sont définitivement identifiées par la communauté paroissiale et que, sauf homonymie toujours possible, il n’est pas nécessaire de les distinguer davantage. À ce moment de leurs carrières locales, les fabriques sont largement engagés dans un cursus assez sélectif qui doit mener les meilleurs à siéger au corps politique.

56Dans chaque localité, après le corps politique, un grand nombre de fonctions sont attribuées chaque année. Certaines, au niveau de la paroisse, concernent l’église, les confréries ou les chapelles importantes. D’autres, dans les frairies, concernent les petites chapelles ou tiennent des obligations fiscales et de la police. Elles ne sont pas équivalentes : quelques-unes sont prestigieuses, beaucoup n’apportent que la contrainte d’obscures tâches routinières. Certaines localités marquent une très nette différence entre la fabrique et les gouvernements des chapelles et des confréries ; d’autres, pour de multiples raisons et souvent depuis longtemps, ont laissé se développer de véritables hiérarchies dont il est possible de mesurer l’importance à travers les budgets mis en œuvre et la durée des fonctions. Au nombre des premières on trouve Plougonver et Plouguiel ; Ploubezre et Plouaret illustrent les secondes.

  • 99 AD (22), 20 G 374 Plougonver, comptes (1784-1789). Tous les montants sont ramenés en valeurs annue (...)

57À Plougonver, entre 1784 et 1789, les redditions de compte concernent 10 fonctions. Ce sont la fabrique, les confréries des Agonisants, de la Rédemption des captifs, du Rosaire, du Sacre, de Saint-Herbot et de Saint-Yves et enfin les chapelles de Saint-Germain, Saint-Tugdual et Sainte-Marguerite99. La durée des mandats est d’un an pour la fabrique et de 3 années pour toutes les autres fonctions. Aucune hiérarchie ne se dessine ; les budgets annuels des différents gouverneurs sont particulièrement médiocres.

  • 100 AD (22), 20 G 382 Plouguiel, comptes (1780-1781).

58À Plouguiel, le poste le plus important est celui de la fabrique. Avec 500 livres de charge annuelle et presque autant de décharge, les deux marguilliers gèrent le budget le plus important de la paroisse. Les confréries viennent ensuite, le Sacre et le Luminaire puis plus loin le Rosaire avec des rentrées équivalentes à celles d’une première chapelle, celle de Saint-Gouëno. Enfin la confrérie de Saint-Yves et la chapelle de Notre-Dame de Bon-Secours terminent la liste. Quatre niveaux peuvent être notés : celui de l’église paroissiale, important mais dégageant un faible solde positif, celui des grandes confréries, moins élevé mais d’un meilleur rapport, celui des médiocres confréries et moyennes chapelles qui dégagent d’aussi petits bénéfices que la fabrique, celui enfin des petits lieux de dévotions peu rentés mais dégageant tout de même un solde positif. La durée des mandats est uniformément de 3 années pour tous les gouverneurs ; les fabriques de l’église paroissiale restent en place une année comme dans les autres paroisses100. Il n’y a pas de relation entre durée du mandat et importance de la fonction selon les rentes qui y sont perçues.

  • 101 Kermoal (C.), Mémoire cité, p. 65. Les rentes en nature sont calculées suivant l’appréci de 1676 : (...)

59À Ploubezre, au contraire, le classement des rentes perçues annuellement par la fabrique, les chapelles et les confréries autorise la présentation suivante pour 1675101. Le prestige de la chapelle de Kerfons s’inscrit dans les chiffres. Elle domine de très loin toutes les institutions y compris la fabrique paroissiale deux fois moins bien rentée. Les 3 confréries viennent ensuite et devancent largement les autres chapelles. De celles-ci, Saint-Fiacre de Runfao est la moins bien pourvue : 44 fois moins que la chapelle Notre-Dame alors qu’elle est aussi ancienne et a reçu à diverses époques la visite des mêmes compagnons bâtisseurs.

Graphique 7. Les rentes perçues à Ploubezre, vers 1675

  • 102 Ibid.

60La durée des mandats des différents gouverneurs et fabrique peut être observée en parallèle102 :

Tableau 9. La durée des fonctions à Ploubezre (1770-1790)

61Le gouverneur de la chapelle de Kerfons et les fabriques ne restent en fonction qu’une seule année. Cette durée est la règle pour presque toutes les églises paroissiales : les fabriques de Ploubezre ne bénéficient d’aucun traitement exceptionnel. Ce n’est pas le cas du gouverneur de Notre-Dame qui, de tout le Trégor, est l’un des rares à rester si peu de temps en fonction. Les responsables de confrérie sont nommés pour 2 ans. À partir de 1740, l’érection de la confrérie des Trépassés et une quête pour les pauvres conduisent à la désignation de 2 gouverneurs supplémentaires : la durée de leur fonction est également fixée à 2 années. Les gouverneurs des petites chapelles occupent des mandats beaucoup plus longs, au moins 3 ans et pouvant atteindre la décennie. Pendant les 40 dernières années de l’Ancien Régime, la petite chapelle Saint-Jacques du Ruguirec ne connaît que deux gouverneurs : Yves Derrien qui a tenu cette fonction pendant 27 ans, jusqu’en 1778, et son fils Olivier qui lui succède et dont le mandat s’achèvera, au bout de 15 ans, lors de la fermeture des chapelles, en 1793.

62La corrélation entre les 2 séries est presque parfaite. À des budgets élevés, moyens ou faibles correspondent des durées de fonction courtes, normales ou longues. Le bel écart qui peut être noté entre la chapelle de Kerfons et celle du Ruguirec pourtant voisine, la différence sensible avec celle de Runfao qui est un autre beau vaisseau de pierres, ne sont dus qu’à l’extraordinaire ferveur dont jouit le premier enclos : zèle et dévotion contribuent au prestige de la chapelle Notre-Dame de Kerfons et celui-ci rejaillit sur son gouverneur.

  • 103 AD (22), 20 G non classé Plouaret, comptes (1777-1793).

63À Plouaret, les comptes qui nous sont parvenus ne couvrent pas la totalité des chapelles. Ils permettent néanmoins de reconnaître une hiérarchisation comparable à celle de Ploubezre103. La fabrique paroissiale qui dispose du budget annuel le plus important distance de 5 fois la chapelle Saint-Michel, la seule à présenter un compte en charge dépassant 100 livres.

64Deux autres chapelles, celle de Saint-Mathieu et celle des Sept-Saints possèdent des rentrées convenables de l’ordre de 70 livres. Les autres institutions, y compris les deux confréries du Sacre et du Luminaire ne dépassent pas 50 livres. La chapelle de Notre-Dame de la Consolation ferme la marche avec 23 livres de recette et un fort déficit dont la raison n’est pas connue, le détail des comptes n’étant pas conservé.

  • 104 Le compte, qui est le seul de la période, est présenté par Marie Derrien Veuve de Jean Rouat ; il (...)

65Les fabriques sont nommés pour un an de même, semble-t-il, que le gouverneur de la chapelle Saint-Michel104. Le gouverneur de la confrérie du Sacre reste lui aussi une année en fonction. Cette situation ne s’explique pas par les budgets annuels qui sont trop faibles : il faut peut-être en rechercher la raison dans son ancienneté. Celle du Rosaire érigée plus récemment connaît un renouvellement tous les 2 ans de même que la chapelle Saint-Mathieu. Le gouverneur de la confrérie de la Consolation change tous les 4 ans. La chapelle des Sept-Saints en Plouaret-Vieux-Marché, aujourd’hui célèbre pour son culte particulier aux sept martyrs dormants d’Ephèse, n’avait pas même renom à la Révolution ; Yves Riou, son dernier gouverneur, reste en charge de février 1788 à septembre 1793. À Plouaret, la corrélation entre budget et durée est moins forte qu’à Ploubezre mais ses institutions présentent bien les mêmes caractéristiques : étagement en 3 catégories suivant l’importance de la chapelle ou de la confrérie, durée des mandats en relation avec cette importance.

  • 105 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, comptes. AM Belle-Isle-en-Terre, délibérations municipales, 1 (...)
  • 106 AD (22), 20 G 358 Ploëzal, comptes des chapelles.
  • 107 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, comptes des chapelles.

66Toutes les paroisses ne présentent pas de telles situations. Mais dans celles où ceci existe et malgré de nombreuses variantes, il est possible de poser comme hypothèse que plus le lieu de culte est important, plus il est convoité et plus le temps de fonction est court. Plusieurs localités présentent des situations incomplètes pour lesquelles existe seulement 2 catégories. C’est le cas à Belle-Isle-en-Terre, où seuls les fabriques de l’église Saint-Jacques et de la chapelle Notre-Dame de Locmaria-Pendréo sont remplacés chaque année. Tous les autres gouverneurs de chapelles ou de confrérie sont nommés pour 3 ans105 ; il n’existe pas de troisième catégorie qui aurait pu concerner éventuellement de plus petites institutions. La chapelle de Notre-Dame de Locmaria-Pendréo est un édifice ancien et imposant situé à quelque distance du bourg. Entre son gestionnaire et les gouverneurs des petites chapelles existait un important écart de responsabilité et cette différence se concrétise par une durée de mandat plus réduite. À Ploëzal, au contraire, la répartition en deux catégories ne fait émerger aucune fonction éminente. Entre 1773 et 1791, tous les mandats de gouverneurs de chapelles sont attribués pour 3 ans. Ce n’est que pour les plus petits édifices que les durées s’allongent106. Il faut, enfin, se garder d’une trop grande systématisation dans la recherche d’une corrélation entre durée d’un mandat et importance de l’institution : à Pleumeur-Bodou, de 1774 à 1781, la très belle chapelle Saint-Samson bénéficie de rentrées proche ou supérieures à 200 livres ; sur la période, elle ne connaît pourtant qu’un seul administrateur, Pierre Daniel, qui est un voisin107. Saint-Samson malgré son importance connaît une situation identique à celle de Saint-Jacques du Ruguirec à Ploubezre, un traitement par le voisin habituellement réservé aux institutions les moins prestigieuses.

Les fonctions civiles

67Aux différentes fonctions para-religieuses, il faut ajouter celles répondant aux besoins royaux : les égailleurs et les collecteurs des diverses impositions, les syndics et les députés des grands chemins, les syndics pour le charroi ou le logement des troupes, les personnes chargées du guet, celles devant surveiller la coupe du goémon, celles devant signaler les épaves… Il faut tenir compte des variantes locales ; toutes les trèves ne présentent pas la même organisation, les fabriques ne sont pas toujours deux, le nombre des égailleurs et des collecteurs est un multiple (parfois imparfait) de celui des frairies. Suivant que la localité soit trève ou paroisse, suivant le nombre plus ou moins élevé de frairies, suivant la situation sur la côte ou la proximité des grands chemins, une quantité fort variable de fonctions complémentaires peut être remplie.

68Les durées sont aussi très variables, quelques jours par an pour les caporaux de frairies, quelques semaines, au plus, pour la collecte de l’impôt, annuelles pour le guet, la décennie parfois pour les syndics. À ces différents niveaux, les compétences ne sont pas les mêmes, les risques non plus ! Dans le grand jeu des attributions, les petites fonctions civiles ont un rôle : elles permettent de tester les compétences d’un nouveau venu face à ses premières responsabilités et entrent à ce titre dans le cursus des places à franchir. À l’autre bout de la hiérarchie, le syndic des troupes et le syndic du grand chemin font partie des fonctions les plus éminentes de la paroisse, même si la lourdeur et les contraintes de la tâche ternissent un peu leur prestige.

Les choix

  • 108 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 159, article 6.
  • 109 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 22 juin 1777.
  • 110 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 162-166.

69La lecture des délibérations des généraux de paroisses emporte la conviction : toute décision de nommer à une fonction locale appartient aux seuls délibérateurs108. Même les syndics sont nommés par le corps politique109. Il est cependant difficile de savoir jusqu’à quel point les délibérateurs peuvent intervenir à propos de telle ou telle nomination. Le problème vient du mode de désignation qui varie suivant les paroisses ; si des noms apparaissent clairement, il est beaucoup moins aisé de déterminer comment les fabriques et les gouverneurs de chapelles et de confréries ont été présentés, désignés ou élus, suivant quelle logique particulière et par qui. Une solution semble s’imposer, celle d’une cooptation organisée par les délibérateurs. Mais plusieurs cas d’élections viennent brouiller notre vision du mode de renouvellement des notables paroissiaux. La jurisprudence en la matière est contradictoire : le scrutin est prévu par un arrêt du 12 mars 1685 et la présentation de candidats est ordonnée par un second arrêt du 17 janvier 1742110.

  • 111 AD (22), 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788.
  • 112 AD (22), 20 G 691 Plésidy, 4 mars 1770.
  • 113 AD (22), 20 G 415 Plufur, 13 mars 1785.
  • 114 AD (29), 188 G 16 Plougonven, 4 mai 1783.
  • 115 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 30 septembre 1770, « après avoir tous confferer ensemble pour ladite é (...)
  • 116 AD (22), 20 G 331 Pleudaniel, 10 septembre 1769.

70Toutes les nominations sont officialisées par le corps politique. À Louannec, les délibérateurs choisissent et nomment les fabriques111. À Plésidy, ils les « nomment d’une commune voix112 ». À Plufur, ils agissent « d’une voix unanime113 ». Certains comptes rendus montrent pourtant que derrière ces accords constamment affirmés, des débats ont lieu. À Plougonven, il est avoué que le corps politique a agi « après avoir murement délibéré114 ». Au Faouët, un coin du voile se lève : la décision quoiqu’unanime, s’est faite « après avoir tous confferer ensemble pour ladite éllection115… » : il y a donc eu désignation de plusieurs candidats puis un vote pour désigner le fabrique de la paroisse et le gouverneur de la chapelle Notre-Dame de Kergrist. Comme à Pleudaniel, il a fallu « choisir et nominer à la pluralité des voyes116 ».

  • 117 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 2 mars 1788.
  • 118 AD (22), 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 15 mars 1789.
  • 119 Ibid., 21 décembre 1783, 27 novembre 1785, 21 décembre 1788.

71Qui sont les candidats ? Il ne faut sans doute pas trop s’attarder sur le portrait peu flatteur qu’en laisse le procureur fiscal de Plounévez-Moëdec : « On nomme souvent des fabriques pour les petites confrairies ou autels dévots absolument insolvables117… » Le nombre des postes à pourvoir et la taille des localités expliquent pour partie les nominations les moins brillantes. Ainsi qu’il est expliqué à Saint-Michel-en-Grève, « à peine on peut trouver douze délibérants, des fabriques & des collecteurs des droits royaux & pour les trouver on est obligé de prendre même des pauvres118 ». Dans cette paroisse, pourrait-on dire, apparaissent même des femmes119. Elles ont en charge, on l’a vu, les confréries des Captifs et de la Terre-Sainte, elles y tiennent principalement des rôles de quêteuses.

  • 120 AD (22), 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 21 décembre 1783.
  • 121 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 26 décembre 1778.
  • 122 AD (22), 20 G non classé, 22 juillet 1781, 24 mars 1782, 30 novembre 1783 et 31 juillet 1785.
  • 123 AD (22), 20 G non classé Saint-Quay-Perros, 14 janvier 1781.
  • 124 AD (22), 20 G 615 Trébeurden, 23 février 1772, « on a nommé à la pluralité des suffrages entre plu (...)

72Tous ces personnages sont introduits par leurs pairs ou leurs parents. L’un des nouveau fabrique de Saint-Michel-en-Grève, en 1783, Pierre Le Guern, est présenté comme le « collègue » d’Yves Guiomar, l’un des sortants120. À Lanvellec, en 1779, Louis Roche, le gouverneur de la confrérie de Sainte Marguerite, succède à Yves Roche, son frère121. Il y a donc sélection des candidats et c’est véritablement à ce niveau que se passe la véritable cooptation. La méthode en usage à Plestin-les-Grèves illustre cette pratique : en 1781, les fabriques sortants présentent, chacun, 3 candidats pour assurer leur succession ; ce sont les délibérateurs assemblés en corps politique qui effectuent le choix définitif ; en 1782, les gouverneurs des confréries de Saint Efflam et du Rosaire sont nommés par leurs prédécesseurs, les 12 délibérateurs donnent leur accord ; en 1785, enfin, le mode de renouvellement des gouverneurs du Rosaire et du Sacre se révèle être du même type que celui des fabriques : 3 présentations pour un choix final par les délibérateurs122. Cette manière de faire se retrouvant en d’autres paroisses, à Saint-Quay-Perros pour le renouvellement des syndics entre 4 personnes123 ou à Trébeurden pour les fabriques124, il est légitime de penser qu’il s’agissait là d’un mode de nomination plus répandu que les textes ne le font apparaître, les choix définitifs masquant les présentations préalables.

  • 125 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 10 et 15 décembre 1775.
  • 126 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 11 et 31 décembre 1780.
  • 127 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 20 décembre 1778.
  • 128 AD (22), 20 G 415 Plufur, 27 juin, 1784.

73Aussi est-il rare que des nominations soient remises en cause par le corps politique. À Lanvellec, en 1775, 2 délibérations ont lieu à ce sujet à 5 jours d’intervalle. Lors de la seconde, le corps politique reprend la totalité des choix effectués. Les fabriques, les receveurs de la capitation et des vingtièmes, les nominations de collecteurs sont revues et corrigées ; seuls les égailleurs ne changent pas. Aucune explication n’est donnée ; pour la confrérie du Rosaire il est seulement indiqué : « Allain le Morvan continué au lieu et place de Jean Orcie125 », une formule ambiguë qui laisse supposer bien des discussions. À Minihy-Tréguier, en 1780, 2 receveurs de la capitation nommés à la fin décembre sont révoqués dès la délibération suivante. Des remplaçants sont désignés, sans autre explication de la part des délibérateurs que celle-ci : « C’est par erreur qu’ils les ont nommé126. » Ailleurs il faut se contenter de quelques traces : Maurice Le Terrier dont le nom est barré comme fabrique du Maître-Autel de Ploumilliau en 1779 pour être remplacé par Louis Hamonou127 ; plusieurs ratures mais surtout une d’entre elles, énorme, barrant toute une ligne à Plufur, alors que les délibérateurs « après s’être conférés ensemble » commençaient à donner leurs choix128. La difficulté de trouver des personnes compétentes pour tenir ces fonctions si nombreuses dans chaque paroisse, le système des présentations en vigueur dans un bon nombre de localités limitent probablement les hésitations des délibérateurs. Il est patent, aussi, que des discussions avaient lieu entre les réunions officielles, avant toute présentation. Il est dès lors surprenant d’enregistrer des refus de la part des intéressés eux-mêmes. Mais ces cas ne présentent guère une fréquence plus élevée que celle des remises en cause par le général. Et quand ils se produisent, le corps politique cède sans trop essayer de forcer les récalcitrants à accomplir leur tâche.

  • 129 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 17 décembre 1786.
  • 130 Ibid., 4 février 1787.
  • 131 Ibid., 25 février 1787.

74À Ploumilliau, en 1787, Yves Riou est nommé fabrique129. Sa désignation date du 17 décembre 1786 et son refus apparaît, là encore, avec retard puisque c’est seulement le 4 février que le procureur fiscal fait état de sa défection : « Le sieur Riou fabrique nommé du maître autel de cette paroisse parrait se refuser à l’acceptation de ses fonctions. » Deux anciens fabriques sont alors désignés par le corps politique pour se rendre auprès de l’intéressé et l’inviter à se présenter à l’assemblée « pour déduire les motifs de son refus ». Yves Riou obtempère, vient devant le corps politique, déclare son refus et signe sur le cahier de délibérations faisant suivre son paraphe de son grade dans la milice : « Yves Riou lieutenant garde cote. » Il y a, sans doute, dans cette déclinaison d’un grade et d’une fonction susceptible de le protéger contre toute attribution d’une fonction paroissiale, l’explication de sa décision. Mais l’assemblée déclare que ce n’est pas suffisant : « Ledit sieur Riou n’a donné aucun motif de son refus ni justifié d’aucune exemption. En conséquense autorise ledit sieur p(rocureu)r fiscal a faire les suites nécessaires130. » Cette fois le schéma est plus conforme à ce qu’on peut attendre de responsables. C’est donc avec surprise que 15 jours plus tard on note une nouvelle reculade. Yves Riou est remplacé par un jeune homme, Jean Guéguen fils de Jean, dont le père, justement, est délibérateur. Il s’agit bien d’un expédient. La décision est motivée par le désir de « ne pas entré en contestation avec le sieur Riou […] attendu qu’il est nécessaire de faire le service cette année131 ». Et c’est là, sans doute, la clef de toutes ces défaillances des généraux de paroisses lorsqu’il faut sanctionner : la bonne entente à conserver dans la paroisse et surtout le fait que les finances locales sont en jeu. Les « suites nécessaires », c’est-à-dire un procès, peuvent coûter cher alors que pendant ce temps la confrérie n’est pas gérée ce qui peut présenter des inconvénients bien plus graves, premier lieu la mauvaise tenue des comptes et la perte des rentes. Bien choisir est un art que les délibérateurs trégorrois pratiquent le plus souvent avec réussite ; il arrive seulement parfois que les éléments dont ils disposent, la connaissance du candidat, de sa famille et les éléments de sa carrière paroissiale ne suffisent pas.

Les carrières paroissiales

  • 132 AD (22) 20 G non classé Ploubezre, 20 octobre 1776 ; 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 2 avril 1 (...)
  • 133 AD (22), 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 15 mars 1789.

75Pour obtenir l’aval du corps politique, les personnes choisies doivent répondre à certains critères, en premier lieu la compétence et la probité132. Alain Coden, grand fabrique de Saint-Michel-en-Grève, en 1789, est retenu car il est connu « comme un paisan bien honête & bien propre à remplir dignement cette charge et cet[te] fonction133 » ; cette connaissance, bien sûr, est partagée avec toute la communauté mais elle se double pour les délibérateurs de l’expérience et des savoirs démontrés par Alain Coden lors de ses précédentes fonctions.

76Les exemples précédents permettent d’envisager dans certaines paroisses un cursus honorum menant, de fonction en fonction, au corps politique et aux places les plus prestigieuses. Les fabriques paroissiales n’offrent pas forcément les fonctions les plus importantes. Les exemples de Belle-Isle-en-Terre ou de Ploubezre montrent que des chapelles pouvaient être mieux rentées que l’église et celui de Loguivy-Plougras indique que parfois cette prééminence pouvait aller à des confréries comme celle de Saint-Émilion. Au niveau intermédiaire, les confréries du Sacre, du Rosaire et surtout du Luminaire disputent d’importance avec les chapelles moyennes. Au niveau le plus bas, toutes les chapelles et confréries se ressemblent pour n’offrir que des fonctions médiocres. Chaque paroisse et chaque trève constituent un cas particulier ; il ne peut y avoir de schéma pré-établi pour leur analyse. Une étude des carrières paroissiales doit tenir impérativement compte des situations locales, celles-ci se compliquant de la tenue de fonctions profanes ou laïques.

77Pour une approche des carrières locales, le schéma suivant peut néanmoins être proposé : le futur notable commence comme gouverneur d’une petite confrérie ou d’une petite chapelle puis, en cas de succès, accède à la gestion d’une confrérie plus importante comme le Luminaire, le Sacre ou le Rosaire ; une moyenne chapelle peut également lui être proposée ; alors, seulement, vient l’attribution de la fabrique paroissiale puis, une fois rendus et acceptés les comptes de sa gestion, le sortant est appelé assez rapidement à participer aux délibérations du corps politique ; lorsqu’une chapelle ou une confrérie de grand renom existe dans la paroisse, celle-ci n’est accessible qu’après un ou plusieurs passages comme délibérateur. Bien entendu les fonctions civiles s’intercalent dans ce cursus : très souvent et bien avant l’attribution d’un premier gouvernement, la carrière commence au niveau des quartiers comme, collecteur, égailleur ou caporal de frairie ; plus tard, la collecte et l’égail de la capitation accompagne, au niveau de la paroisse, le temps de fabrique ; la collecte des vingtièmes peut alors prendre place de manière aléatoire dans ce parcours tandis que l’une des fonctions de syndic clôt la carrière d’un délibérateur.

  • 134 AD (22), Pleudaniel, 30 août 1772., 19 septembre 1773 ; 20 G 608 Servel, 24 juillet 1774, 8 janvie (...)
  • 135 AD (22), 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 21 décembre 1783.

78Pour entrer en fonction il est obligatoire d’avoir soldé une précédente administration et déposé les comptes. Le cumul, de ce fait, est interdit ou du moins très limité : seuls les délibérateurs qui n’ont point de compte à tenir peuvent éventuellement prendre une autre fonction134. Le cumul des mandats a été pratiqué dans plusieurs paroisses : Ploujean, Plufur, Saint-Michel-en-Grève, Saint-Quay-Perros… Presque toujours, il s’agit d’un délibérateur à qui il est attribué une seconde fonction. Exceptionnellement Sylvestre Le Bras, à Saint-Michel-en-Grève, reçoit en 1784 le gouvernement de la chapelle de Sainte Geneviève et celui de la confrérie de saint Maudez135. Mais sauf à Pleudaniel, il n’est rien dit de ces pratiques dans les cahiers de délibérations. Le grand nombre de fonctions devant être tenues simultanément explique que dans certaines paroisses des notables aient été amené à cumuler plusieurs tâches. Néanmoins toutes les localités n’ont pas accepté cette manière de résoudre un problème qui n’est pas seulement celui des effectifs mais aussi celui de la confiance à accorder à un nombre important de personnes tandis que la concentration des pouvoirs entre les mains de quelques-uns pouvait accroître l’importance de ceux qui en bénéficiaient.

Trajectoires individuelles

  • 136 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 169, article 8.

79L’attribution d’une fonction à un mineur est interdite136. C’est donc à l’âge de 25 ans que commence une éventuelle carrière. Certains apparaissent plus tôt dans les registres. Ce sont des enfants qui sachant signer viennent suppléer leur père dans cet exercice. D’autres profitent d’une nomination comme homme vivant, mourant et confisquant dès la première année de la majorité, lorsque les circonstances et la demande des procureurs fiscaux se conjuguent. Mais en règle générale tout commence par une petite fonction locale.

  • 137 AD (22), 20 G 415 Plufur, 1er septembre 1782, 30 mars 1783, 18 janvier 1784, 13 novembre 1785, 26 (...)
  • 138 Ibid., 14 décembre 1783, 18 janvier, 1er février, 7 et 28 mars, 27 juin, 26 septembre, 28 novembre (...)

80Les carrières réalisées par les notables paroissiaux épousent plus ou moins les schémas qui viennent d’être établis. Il n’est possible de raisonner que sur des fractions de destins individuels. Je n’ai retrouvé aucun exemple complet sur la période 1770-1790 en raison principalement des carrières municipales s’ouvrant à la Révolution mais encore des décès, des changements de domicile ou des gestions défaillantes qui soldent des carrières inachevées. Mais toutes, morceaux par morceaux, présentent les mêmes caractéristiques et il est possible de reconstituer ce qui aurait pu être un parcours individuel. Voici une carrière fictive construite à partir de trois destins dont les séquences auraient pu s’enchaîner. Yves Lorgeré137 vient sans doute d’atteindre 25 ans lorsqu’en 1782, il est nommé homme vivant, mourant et confisquant de la seigneurie de Runfau pour la paroisse de Plufur. L’année suivante il est caporal du grand chemin et à ce titre responsable de deux frairies ; il commence véritablement sa carrière paroissiale. En 1784, il collecte les vingtièmes dans la frairie de Kerillis, la frairie de l’église, c’est-à-dire le bourg, où il habite. Sachant signer, il intervient à plusieurs reprises, en 1783 et 1784, pour aider les délibérateurs qui ne peuvent le faire138. En 1785, il obtient une première fonction paroissiale : il est nommé collecteur de la taille de l’industrie pour les années 1782 à 1784. Signe que tout se passe au mieux : en 1786, il devient gouverneur de la petite chapelle Saint-Yves érigée dans le cimetière, une fonction qu’il cumule avec l’égail de l’impôt de l’industrie, 12 livres dues à la couronne.

  • 139 Ibid., 30 mars 1783, 8 janvier, 1er février et 7 novembre 1784, 25 avril et 16 mai 1785, 16 juille (...)
  • 140 AD (35), 2 B 921 Plufur, 1er avril 1789.

81Il succède dans cette charge à Alain Quéré139, gouverneur de Saint-Yves, depuis 1782. Ce second personnage habite lui aussi le bourg ; cette position et le fait qu’il sache signer correctement l’ont amené également, en plusieurs occasions, à parapher le registre des délibérations. Il est encore en fonction, en 1785, lorsqu’il lui est demandé avec d’autres « notables » de se joindre à une délibération élargie concernant la valeur des mesures pour les grains employées dans la paroisse. À cette occasion, il assiste à la nomination des députés du grand chemin et participe exceptionnellement à sa première délibération. À peine a-t-il quitté la chapelle de Saint-Yves, qu’il lui est demandé de participer à l’égail de la capitation pour Kerillis. En 1787, il est collecteur pour cette même frairie et en 1788, il entre à la fabrique paroissiale ; 1789 l’amène à signer le cahier de doléances140.

  • 141 Ibid., 11 août 1782, 17 août 1783, 28 mars 1784, 13 janvier 1788, 30 novembre 1789.
  • 142 AD (35), 2 B 921 Plufur, 1er avril 1789.

82La Révolution, en changeant le jeu des attributions paroissiales, nous ampute de la dernière partie de la carrière d’Alain Quéré. Elle aurait pu être celle que j’emprunte à Rolland Meuric141, fabrique de la paroisse en 1780. Ce dernier ayant terminé son temps, aux Rameaux 1781, attend plus d’un an pour rendre son compte, de manière imparfaite semble-t-il, puisqu’un reliquat de 75 livres « oublié par erreur » est rapporté l’année suivante. À partir de ce moment, le compte de sa gestion passée étant rendu et soldé, Rolland Meuric est susceptible d’entrer au corps politique. L’occasion lui en est donnée rapidement puisqu’il est appelé à cette fonction le 28 mars 1784. Il va y rester 3 ans, jusqu’au 18 mars 1787. En 1788, on le retrouve collecteur des vingtièmes pour la paroisse. L’année suivante il est adjoint pour les procédures criminelles, chargé de faciliter le cours de la Justice lorsque la paroisse est concernée ; ces deux dernières fonctions ne sont attribués à Plufur qu’à des personnes étant passées au corps politique. Entre temps il a participé, lui aussi, à la rédaction des doléances142.

83Une carrière paroissiale « complète » se déroule donc sur au moins 25 ans et peut comporter une douzaine de fonctions successives. Le parcours mêle des fonctions para-religieuses liées au gouvernement temporel des paroisses et les fonctions civiles qui sont celles du gouvernement extérieur. La difficulté est croissante : dans les deux catégories on passe du cadre de la frairie à celui de la paroisse, des petites sommes aux fonds importants, du simple au compliqué. Des points de contrôle balisent le parcours : un bon travail de collecte permet d’espérer une petite chapelle ou une confrérie, le passage par la fabrique conditionne l’entrée au corps politique. Pour accélérer le processus, il n’est pas interdit de valoriser son image : l’épisode des signatures ne me paraît pas, à cet égard, totalement fortuit.

84Ce parcours reste, pour sa plus grande part, interne à la paroisse. Il permet néanmoins d’entrer en relation avec l’extérieur. Lorsque les décisions prises par le corps politique engagent les finances de la paroisse il est donné aux fabriques l’occasion de travailler avec les avocats conseils. Il n’est donc pas besoin d’attendre les moments prestigieux d’une fin de carrière pour rencontrer les commissaires surveillant la capitation ou les vingtièmes, les ingénieurs des Ponts et Chaussée, les autorités militaires, tous les représentants de la société urbaine.

Les contacts avec les interlocuteurs extérieurs

  • 143 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 157-158.

85Un arrêt de règlement du Parlement de Bretagne, du 14 août 1741, fait obligation aux délibérateurs de choisir 3 avocats conseils auxquels ils doivent référer avant de prendre toute décision importante143. Dans le cas contraire et si des conséquences fâcheuses se produisent, les 12 délibérateurs peuvent être poursuivis personnellement sur leurs biens. Le choix des 3 conseils est donc un exercice important et difficile. Il est obligatoire mais engage les délibérateurs : un mauvais choix peut entraîner un mauvais avis et le suivre s’avérer préjudiciable à la communauté entière.

  • 144 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 19 novembre 1786.
  • 145 Ibid., 13 mai 1786.

86Les délibérations de Bourbriac donnent un exemple de cette difficulté. En 1786, le général de la paroisse est engagé dans un procès contre des particuliers qui contestent le versement de 3 rentes annuelles de 4 livres, fondées, en 1665, pour les 3 jours de procession des Rogations. Les débiteurs arguent du fait qu’ils n’ont plus la pièce de terre sur laquelle sont fondées les trois rentes. Le cas est assez délicat pour que les délibérateurs jugent nécessaire de prendre avis. Ordre est donné aux fabriques, le 19 novembre, d’aller à Guingamp consulter les avocats-conseils de la paroisse, du Timeur, Le Mat et Trédon144. La réponse tarde : maître Limon du Timeur est toujours absent, ce qui explique, pour partie, qu’aucune décision n’ait été prise dans les premiers mois de 1787. Mais surtout, une certaine méfiance règne à l’encontre de ses autres collègues. Il s’avère qu’ils ont déjà « consulté contre le général », c’est-à-dire qu’ils ont assisté des clients au cours de procès menés contre la communauté paroissiale. Il vaudrait mieux changer d’avocats ; le choix malheureusement est restreint. Parmi ceux qui restent, Festou de La Ville-Blanche « a aussi travaillé contre le général » et Kergré est le procureur fiscal de la seigneurie de Guingamp ; ce dernier est donc perçu davantage comme officier seigneurial que comme avocat. Le choix final n’est donné que le 13 mai 1787 : le général désigne 2 autres avocats de Guingamp : Alexandre Le Poullain de Garlan et Mauviel145.

87L’anecdote dépasse le simple cadre de ces choix faits avec prudence et circonspection. La présence aux réunions du 19 novembre et du 13 mai du procureur fiscal de la paroisse fait supposer que l’intérêt de prendre conseil n’a pas été directement ressenti par les délibérateurs paysans. Il a fallu un intermédiaire extérieur. Par contre, une fois le besoin exprimé, ce sont bien les paysans qui agissent, les fabriques qui se déplacent et qui exposent directement les craintes du général de Bourbriac, les délibérateurs qui pèsent les risques et qui fixent leurs choix. Et ce faisant, ils agissent au nom de leur communauté paroissiale et se montrent capables de médiation, même si celle-ci est encore incomplète puisqu’initiée de l’extérieur.

  • 146 Fournier (L.), Histoire politique de la municipalité de Guingamp de la révolte parlementaire de 17 (...)

88L’important n’est d’ailleurs pas là, mais dans la qualité des personnes rencontrées. Joseph Le Normant de Kergré, procureur fiscal du duc de Penthièvre, en 1788, est le maire de Guingamp. Toussaint Limon du Timeur est le doyen des anciens maires et à ce titre siège lui aussi à la communauté de ville. Festou de La Ville-Blanche sera échevin en 1789. Le Poullain de Garlan et Mauviel vont participer au comité légal élu à Guingamp les 9 et 10 septembre 1789, véritable assemblée révolutionnaire, très agissante, face à la communauté de ville. Le Graët de Trédon fait partie de l’assemblée qui, le 15 décembre 1789, choisit ses députés pour la première Fédération de Pontivy (15 janvier 1790). Seul Le Mat, semble-t-il, n’apparaît pas dans la suite des événements guingampais146.

  • 147 AD (22), 20 G 331, 6 septembre 1789. Potier de la Germondaye est l’auteur, cité plus haut, de la c (...)
  • 148 La Haye (P. de) et Briand (Y.), op. cit., Lannion, 1974, p. 129.

89Un large sondage dans les cahiers de délibérations trégorrois montre que les conseils nommés par les généraux de paroisses sont souvent des personnages remarquables. Potier de la Germondaye, Lanjuinais et Boislevé choisis, à Rennes, par le général de Pleudaniel, en septembre 1789, sont parmi les tous premiers juristes bretons du temps147. Jean Le Bricquir du Meshir, qui est consulté par Ploubezre, Ploumilliau et Plufur, est le subdélégué de Lannion ; il est aussi maire de cette ville, en 1787. Jean-Marie Beaudouin de Maisonblanche, le conseil de Ploubezre et de Ploumilliau, est l’auteur des Institutions convenantières ou traité raisonné des domaines congéables…, deux volumes parus à Saint-Brieuc en 1776 ; il sera maire de Lannion en 1791148. Tous ces personnages ont une grande influence sur les campagnes. C’est assez naturellement qu’ils vont être mêlés ou associés aux différentes décisions qui seront prises dans les paroisses rurales entre 1788 et 1790 : l’examen des charges des députés du Tiers état pour les États de Bretagne à partir de la fin de 1788, l’élection des députés et de la rédaction des cahiers de doléances de 1789, et l’élection des municipalités révolutionnaires, en 1790.

90À la fin de l’Ancien Régime, reposent sur quelques critères essentiels : la présence ancestrale dans la paroisse, l’importance et le soutien de la famille, l’appartenance aux métiers de la terre ; la fortune positionne le futur notable de manière complémentaire, mais n’a pas un caractère si majeur. L’ensemble permet d’envisager une carrière dont les différentes phases dessinent un cursus honorum des fonctions les plus simples aux plus importantes.

91Le parcours accompli au sein des institutions locales est alors doublement formateur. Le long apprentissage, fonction après fonction, procure à l’individu les connaissances nécessaires pour qu’il puisse un jour gérer sa localité. En même temps, ce cheminement l’impose progressivement dans l’esprit des habitants : dans la paroisse son image extérieure prend forme, il devient un homme qui compte. Vis-à-vis de l’extérieur, les contacts qu’il peut être amené à prendre son autant de repères complémentaires. Dans l’esprit des visiteurs occasionnels le notable paroissial est un contact éventuel, sans doute moins important que le recteur qui domine ce type de relation par sa fonction et sa présence continue, mais il devient un interlocuteur de plus en plus habituel, de plus en plus familier, à mesure que les années passent et que les rencontres se succèdent. Pour tous, pour les paroissiens et pour les visiteurs, il s’affirme comme un lien évident et tient une position d’intermédiaire dont les événements de 1788 et de 1789 vont montrer toute l’importance.

Notes

1 Élégoët (L.), Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, 1996.

2 Habasque (F.-M.), Notions historiques ; géographiques, statistiques et agronomiques sur le littoral du département des Côtes-du-Nord, 3 volumes, Saint-Brieuc, 1832, 1834, 1836, tome 1, p. 293.

3 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Inventaire général des actes…, 1784, feuillet non chiffré épinglé au cahier n° 4.

4 AD (22), A 42, 1714 ; 20 G non classé Ploubezre, rôle des fouages, 1711 et 1742 ; 20 octobre 1776, rôles de la capitation, 1772 et 1788.

5 Ibid. et AD (22), E 1988.

6 Cunuder (A.), Le Temporel de l’abbaye de Bégard à la veille de la Révolution, mémoire de maîtrise (dir. Roger Dupuy), Université de Rennes 2, 1972, p. 39-40.

7 Ibid. et AD (22), A 47.

8 Collins (J.-B.), Classes, estates an order in early modern Brittany, Cambridge, 1991 ; « Geographic and social mobility in early modern France », Journal of social history, 1991, p. 563-577. Croix (A.), « L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne France. Position de thèse », Histoires et Sociétés Rurales, n° 11, 1er semestre 1999, p. 109-146.b

9 Kermoal (C.), « Les migrations paysannes dans les campagnes trégorroises vers 1820 », La Culture paysanne (1750-1830), Colloque d’histoire culturelle et religieuse (24-25-26 mai 1993), Université de Rennes 2-Haute-Bretagne, (dir. Alain Croix et Jean Quéniart), ABPO, tome 100, 1996, n° 4, p. 545-563.

10 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 13 avril 1788.

11 AD (22), 20 G non classé Saint-Quay-Perros, 7 janvier 1782. AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 13 janvier 1788.

12 AD (22), 20 G 691 Plésidy, 6 avril 1777.

13 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 12 octobre 1788, départ de Louis Le Bonniec député de la frairie de Kerjagu. 20 G non classé Ploubezre, 12 mai 1788, remplacement de Louis Le Ballier, député du grand chemin « actuellement hors de la paroisse ».

14 AD (22), 20 G 669 Trévou-Tréguignec, 1er avril 1770, départ de Jean Capitaine, collecteur des vingtièmes, « qui sort et part de cette paroisse ».

15 AD (22), 20 G 175 Lanvellec, 29 mars 1789 ; 20 G 331 Pleudaniel, 10 septembre 1769, 21 septembre 1777.

16 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 22 octobre 1780.

17 AD (22), 20 G 331 Pleudaniel, 16 septembre 1770 et 18 août 1771 ; 20 G 708 Louannec, 3 janvier 1773 ; 20 G 253 Minihy-Tréguier, 21 novembre 1773.

18 AD (22), 20 G 331 Pleudaniel, 21 septembre 1777 ; 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 31 juillet 1785.

19 AD (22), 20 G 331 Pleudaniel, 10 septembre 1769, 18 août 1771 et 21 septembre 1777 ; 20 G 415 Plufur, 1er février 1784.

20 AD (22), 20 G non classé Saint-Quay-Perros, 7 janvier 1782. 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788 ; cahier de doléances, 5 avril 1789 ; en 1791, il est élu notable municipal, actes de la municipalité, 9 mars 1791.

21 Le Collège de Tréguier depuis sa fondation jusqu’à nos jours par un ancien élève, Saint-Brieuc, 1895, p. 56.

22 Sée (H.) et Lesort (A.), Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les États généraux de 1789, 4 volumes, Rennes, 1909-1912, tome 4, p. 227. La Révolution le voit tenir diverses fonctions, juge de paix en 1793, commissaire du pouvoir exécutif de l’an V à l’an VII (1796-1799). De 1803 à 1808, il est maire de Guerlesquin où il meurt, le 20 avril 1811.

23 AD (22), 20 G 375 Plougras, 11 décembre 1778.

24 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 19 décembre 1779.

25 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 1er janvier 1771, 1er janvier 1778.

26 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau.

27 Ibid., 9 mars 1779.

28 AD (22), 20 G 175 Lanmodez, 13 septembre 1778, 10 septembre 1780, 12 novembre 1784, 4 septembre 1788.

29 AD (22), 20 G non classé Saint-Quay-Perros, 7 janvier 1782, 26 janvier 1783.

30 AD (22), 20 G 784 Brélévenez, 24 décembre 1775.

31 AD (22), 20 G 52, 13 octobre 1769.

32 AD (22), 20 G 691 Plésidy, 14 décembre 1777.

33 AM Rennes, 1007 G 2, 7 décembre 1788.

34 AM Rennes, 1007 H 2, 15 février 1789.

35 AD (22), 20 G 415 Plufur, 23 mai 1784. La situation est dénoncée par le procureur fiscal.

36 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 16 novembre 1788. Il obtient le départ de Pierre Daniel et de Charles Hamon parents de deux autres délibérateurs, mais oublie que le commis des délibérations et l’un des fabriques sont beaux-frères ce qui lui vaudra une opposition concertée, le 18 janvier suivant.

37 AD (22), 20 G 654.

38 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, délibérations du général de la paroisse. AM Belle-Isle-en-Terre, actes de la municipalité. Sée (H.) et Lessort (A.), Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les États généraux de 1789, 4 volumes, Rennes, 1909-1912, tome 4, p. 192 ; ils seront élus successivement notables municipaux, en 1790 et en 1793.

39 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 28 septembre 1783.

40 AD (22), 20 G non classé Plestin-les-Grèves, délibérations du général, 1780. AM Plestin-les-Grèves, délibérations du général, 1775-1776. Gourio (J.), Plestin et Trémel sa trève pendant la Révolution, Brest, 1928, p. 10 et 33. Le Goff (H.), « Le clergé séculier trégorrois (1789-1801) », Le Goff (H) (dir.), La Révolution dans le Trégor, Saint-Brieuc, 1988, p. 54.

41 Le saint concile de Trente oeucuménique et général célébré sous Paul III, Jules III et Pie IV souverains pontifes. Nouvellement traduit par l’abbé Chanut, troisième édition, à Paris, chez Sébastien Marbre-Cramoisy, imprimeur du Roy, rue Saint Jacques, 1686, p. 311.

42 Lagadec (Y.), Pouvoir et religion au village : la vie paroissiale à Loudéac, Cadélac, Trévé et Saint-Caradec au 18e siècle (vers 1680-1790), mémoire de maîtrise (dir. Alain Croix), Université de Rennes 2, 2 volumes, 1991, tome 2, p. 73.

43 AD (22), 5 Mi 343.

44 AD (35), C 1449 et C 1450. Les données viennent des villes de Guingamp, Lannion, Tréguier et La Roche-Derrien et des paroisses de Cavan, Brélévenez, Perros-Guirec, Plouaret, Pluzunet, Prat et Tonquédec.

45 Muller (T.), « Artisans et commerçants dans le Trégor à la fin du siècle de Louis XV (1re partie) », Trégor mémoire vivante, décembre 1993, p. 54-65 et Le Hénaff (C.), Artisans et marchands en Bretagne en 1767, mémoire de maîtrise, (dir. J. Meyer), Université de Rennes 2-Haute Bretagne, 1975, p. 101.

46 AD (22), 1 C 80 (b).

47 Ogée ne signale que deux moulins à vent à proximité du bourg, Ogée (J.-B.), Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne dédié à la nation bretonne. Nouvelle édition revue et augmentée par MM. A. Marteville et P. Varin, 2 tomes, Rennes, 1843-1853 tome 2, p. 267, col. 1. A. Marteville et P. Varin signalent 8 moulins en 1853.

48 Meyer (J.), La Noblesse bretonne au xviiie siècle, 2 volumes, Paris, 1966, tome, 2, p. 658.

49 144 professions pour 5 472 fiches soit un rendement de 2,63 %.

50 66 d’entre eux sont ainsi recensés alors qu’il est n’est jamais dit qu’ils exercent cette profession.

51 18 meuniers, un boucher, un boulanger, 4 tisserands, un tailleur, un cordonnier, 2 maîtres papetiers, un couvreur, un menuisier, un maréchal-ferrant et un horloger.

52 Goubert (P.), La Vie quotidienne des français au xviie siècle, Paris, 1982, p. 186-189. Roudaut (F.), « Moulins et meuniers dans les cahiers de doléances de Bretagne », La Bretagne, une province à l’aube de la Révolution. Colloque de Brest, 28-30 septembre 1988, Brest, Quimper, 1988, p. 28-30.

53 Habasque (F.-M.), op. cit., tome 1, p. 298 et note n° 5.

54 AD (22), 20 G 415 Plufur, 30 août 1789.

55 AD (35), C 1714, C 1715. Viau (C.), Les Séditions populaires dans la sénéchaussée royale de Tréguier au siège de Lannion au xviiie siècle, mémoire de maîtrise (dir. François Lebrun), Université de Rennes 2, 1984, p. 40-66.

56 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 26 mars 1786.

57 AD (22), 20 G 407 Plouzélambre, 12 avril 1773 ; 20 G 587, Saint-Michel-en-Grève, 1783-1789.

58 Jarnoux (Ph.), Les Bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au 18e siècle. Rennes, 1996, p. 15.

59 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre, Mandement général pour la levée de la capitation de l’année 1787…, p. 5, 6 et 9.

60 AD (22), C 80 (b), capitation de Moustéru, 1787. 20 G 253 Minihy-Tréguier, 9 mai 1773.

61 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 2 avril 1780.

62 Des fraudes ont sans doute été commises. Il était tentant pour les délibérateurs et pour les égailleurs de profiter de leur temps de fonction pour réduire leur cote. De semblables méfaits avaient eu lieu par le passé et devaient sans doute continuer : le Parlement de Bretagne avait prévu de sanctionner les contrevenants de 10 livres d’amende. AD (22), 20 G non classé Perros-Guirec 13, arrêt du 7 décembre 1725. Arrêts de règlement des 6 novembre 1738 et 7 décembre 1780.

63 Jarnoux (P.), op. cit., p. 17.

64 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre, rôle de la capitation, 1788. Le chanoine Pierre-Joseph Garat de Saint-Priest vicaire général du diocèse de Tréguier et commissaire des États de Bretagne paraphe chaque page.

65 AD (22), C 80 (b).

66 AD (22), C 79 (b).

67 Cas détectés à Ploubezre dans les années 1743-1749. AD (22), 20 G non classé.

68 Bluche (F.) et Solnon (J.-F.), La Véritable hiérarchie de l’Ancienne France. Le tarif de la première capitation (1695), Genève, 1983. Il existait 22 classes de capitation elles-mêmes divisées en rangs.

69 AD (22), C 80 (a) Plouguiel, 1784 ou Pontrieux, 1780, par exemple.

70 Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4.

71 Les villes connaissent des différences entre elles et les campagnes sont taxées de 21 deniers par livre, soit 8,75 % supplémentaires. Ces 21 deniers par livre supplémentaire sont dus pour droits attribués aux offices créés sur les fouages et qui ne sont supportés que par les campagnes.

72 Meyer (J.), « Rennes à la fin de l’Ancien Régime », Meyer (J.) (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, 1972, p. 272. Jarnoux (P.), op. cit., p. 22-25, reprend ces critères pour faire débuter la petite bourgeoisie à quinze livres.

73 Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 204.

74 Bourbriac, 1789 ; Moustéru, 1787 ; Penvénan, 1782 ; Ploubezre, 1788 ; Plouguiel, 1784 ; Plounévez-Moëdec, 1790 ; Pommerit-Jaudy, 1790 ; Rospez, 1789 ; Saint-Adrien, 1789.

75 Les sommes inférieures à une livre (quelques unités dans chaque localité) sont comptabilisées avec celles comprises entre une et deux livres.

76 AD (22), C 80 (b).

77 AD (22), 20 G 694.

78 AD (22), C 80 (a).

79 AD (22), 20 G 397 ; C 79 (a).

80 AD 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 30 novembre 1783. Gourio (J.), Plestin et Trémel sa trève pendant la Révolution, Brest, 1928, p. 42.

81 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 13 avril 1788.

82 E dépôt des communes, Gommenec’h, 26 messidor an II (14 juillet 1794). Les critères pouvant aider à déterminer une hiérarchie sociale dans une paroisse ou une commune y sont définis lors d’une délibération concernant la délivrance de certificats de civisme à tous les chefs de famille (loi du 13 septembre 1793) ; les catégories retenues par la municipalité sont les suivantes, de la plus petite à la plus honorable : chefs de famille non-propriétaires et non compris sur les rôles d’imposition, chefs de ménage ayant ou non des enfants, propriétaires modiques de petites parcelles de terre, propriétaires de quelques maisons, propriétaires imposés dans les contributions mobilières mais n’ayant point de terre et enfin ménagers propriétaires.

83 Potier de La Germondaye, Introduction au gouvernement des paroisses suivant la jurisprudence du Parlement de Bretagne, Saint-Malo/Rennes, 1777, p. 156 : « Les douze anciens Délibérans doivent être remplacés tous les ans par des successeurs. »

84 AD (22), 20 G 393.

85 AD (22) 20 G 625 Trédrez ; 20 G 669 Trévou-Tréguignec. AD (29), 113 G 14 Lanmeur, 17 décembre 1786.

86 AD (22), 20 G 73 Le Faouët.

87 AD (22), 20 G 331 Pleudaniel ; 20 G 615 Trébeurden.

88 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 15 décembre 1789 : « Nouveaux délibérateurs en leur lieu et place attendu que leur trois années est expirée. »

89 AD (22), 20 G 691 Plésidy, 4 mars 1770.

90 Ibid., 14 février 1773 et 13 février 1774.

91 Pour élire les délibérateurs. Des assemblées délibératives ont lieu pour d’autres affaires : 8 en 1772, 1 en 1773, 2 en 1774, 6 au moins en 1775 (cahier lacunaire), 6 en 1776.

92 AD (22), 20 G 287 Penvénan, 10 mars 1776.

93 Kermoal (C.), Les Notable de Ploubezre de la fin du xve siècle au xviiie siècle, Mémoire de maîtrise (dir. H. Neveu), Université de Paris 10-Nanterre, 1986, p. 160-162 ; « L’apprentissage administratif et politique des paysans à travers le fonctionnement des généraux de deux paroisses trégorroises : Ploubezre et Bourbriac », Dupuy (R.) (dir.), Pouvoir local et Révolution, 1780-1850. La frontière intérieure. Colloque Internationnal, Rennes, 28 septembre-1er octobre 1993, p. 93-112. Cet article reprend et corrige le diagramme présenté dans le mémoire.

94 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 5 avril 1779.

95 Voir les rôles d’imposition de la paroisse : AD (22), 20 G 394 et 20 G 397. Le rôle de la capitation de 1790 pour cette paroisse n’en indique que dix : Kerilis, Kerenfeillen, Saint-Melou, Traou Léguer, Treunaff, Lannou Verte, Keramanach, Guerbrigent, La Haye et Keranfoll. Les deux dernières sont mentionnées dans le rôle de la contribution patriotique de 1790 : Sainte-Jeune et Kerabédan.

96 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 23 janvier 1780.

97 AD (22), 20 G 375 Plougras.

98 AD (35), 2 B 921 Plésidy, doléances et Sée (H.) et Lesort (A.), op. cit., tome 4, p. 175.

99 AD (22), 20 G 374 Plougonver, comptes (1784-1789). Tous les montants sont ramenés en valeurs annuelles.

100 AD (22), 20 G 382 Plouguiel, comptes (1780-1781).

101 Kermoal (C.), Mémoire cité, p. 65. Les rentes en nature sont calculées suivant l’appréci de 1676 : 3 livres 5 sols 4 deniers la renée ou boisseau de Lannion de 5,499 décalitres de froment (mesure racle).

102 Ibid.

103 AD (22), 20 G non classé Plouaret, comptes (1777-1793).

104 Le compte, qui est le seul de la période, est présenté par Marie Derrien Veuve de Jean Rouat ; il est possible que le mandat initial ait été plus long et pâtit d’une durée écourtée du fait du décès.

105 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, comptes. AM Belle-Isle-en-Terre, délibérations municipales, 19 décembre 1790 et 23 décembre 1792.

106 AD (22), 20 G 358 Ploëzal, comptes des chapelles.

107 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, comptes des chapelles.

108 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 159, article 6.

109 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 22 juin 1777.

110 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 162-166.

111 AD (22), 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788.

112 AD (22), 20 G 691 Plésidy, 4 mars 1770.

113 AD (22), 20 G 415 Plufur, 13 mars 1785.

114 AD (29), 188 G 16 Plougonven, 4 mai 1783.

115 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 30 septembre 1770, « après avoir tous confferer ensemble pour ladite éllection ont d’un unniment [sic] avis on nommé… »

116 AD (22), 20 G 331 Pleudaniel, 10 septembre 1769.

117 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 2 mars 1788.

118 AD (22), 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 15 mars 1789.

119 Ibid., 21 décembre 1783, 27 novembre 1785, 21 décembre 1788.

120 AD (22), 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 21 décembre 1783.

121 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 26 décembre 1778.

122 AD (22), 20 G non classé, 22 juillet 1781, 24 mars 1782, 30 novembre 1783 et 31 juillet 1785.

123 AD (22), 20 G non classé Saint-Quay-Perros, 14 janvier 1781.

124 AD (22), 20 G 615 Trébeurden, 23 février 1772, « on a nommé à la pluralité des suffrages entre plusieurs sujets proposés ».

125 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 10 et 15 décembre 1775.

126 AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 11 et 31 décembre 1780.

127 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 20 décembre 1778.

128 AD (22), 20 G 415 Plufur, 27 juin, 1784.

129 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 17 décembre 1786.

130 Ibid., 4 février 1787.

131 Ibid., 25 février 1787.

132 AD (22) 20 G non classé Ploubezre, 20 octobre 1776 ; 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 2 avril 1786.

133 AD (22), 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 15 mars 1789.

134 AD (22), Pleudaniel, 30 août 1772., 19 septembre 1773 ; 20 G 608 Servel, 24 juillet 1774, 8 janvier 1775 ; 17 décembre 1775 et 8 décembre 1776 ; 20 G 615 Trébeurden, 25 mai, 12 novembre 1769, 24 septembre 1770 ; 20 G 640 Trégonneau, 26 décembre 1789.

135 AD (22), 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 21 décembre 1783.

136 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 169, article 8.

137 AD (22), 20 G 415 Plufur, 1er septembre 1782, 30 mars 1783, 18 janvier 1784, 13 novembre 1785, 26 mars et 6 août 1786.

138 Ibid., 14 décembre 1783, 18 janvier, 1er février, 7 et 28 mars, 27 juin, 26 septembre, 28 novembre et 19 décembre 1784 : une belle constance qui pourrait indiquer une stratégie de conquête car une fois nommé collecteur de l’industrie il ne vient plus signer.

139 Ibid., 30 mars 1783, 8 janvier, 1er février et 7 novembre 1784, 25 avril et 16 mai 1785, 16 juillet et 17 décembre 1786, 9 mars 1788.

140 AD (35), 2 B 921 Plufur, 1er avril 1789.

141 Ibid., 11 août 1782, 17 août 1783, 28 mars 1784, 13 janvier 1788, 30 novembre 1789.

142 AD (35), 2 B 921 Plufur, 1er avril 1789.

143 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 157-158.

144 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 19 novembre 1786.

145 Ibid., 13 mai 1786.

146 Fournier (L.), Histoire politique de la municipalité de Guingamp de la révolte parlementaire de 1788 à l’organisation révolutionnaire de 1790-1791, Saint-Brieuc, 1934, p. 18-19, 45 bis, 63 et 96.

147 AD (22), 20 G 331, 6 septembre 1789. Potier de la Germondaye est l’auteur, cité plus haut, de la célèbre Introduction au gouvernement des paroisses suivant la jurisprudence du Parlement de Bretagne paru à Rennes et à Saint-Malo, en 1777, qui est l’ouvrage de référence pour nombre de généraux de paroisses. Jean-Denis Lanjuinais, professeur de droit canonique, avocat-conseil des États de Bretagne est le maître à penser des patriotes bretons. Il sera élu député de l’Ille-et-Vilaine à la Convention.

148 La Haye (P. de) et Briand (Y.), op. cit., Lannion, 1974, p. 129.

Table des illustrations

Légende Graphique 5. Influence familiale : trois générations de notables à Ploumilliau (1777-1787)26.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17772/img-1.png
Fichier image/png, 735k
Légende Graphique 6. Moyenne et étendue de la capitation dans quelques localités trégorroises vers 1789.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17772/img-2.png
Fichier image/png, 622k
Titre Plufur
Légende Auto-reconduction
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17772/img-3.png
Fichier image/png, 8,5k
Titre Plounévez-Moëdec
Légende Échange
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17772/img-4.png
Fichier image/png, 11k
Titre Coadout
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17772/img-5.png
Fichier image/png, 24k
Titre Lanmeur
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17772/img-6.png
Fichier image/png, 36k
Légende Graphique 7. Les rentes perçues à Ploubezre, vers 1675
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17772/img-7.png
Fichier image/png, 1020k
Légende Tableau 9. La durée des fonctions à Ploubezre (1770-1790)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17772/img-8.png
Fichier image/png, 49k

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search