Version classiqueVersion mobile

Les notables du Trégor

 | 
Christian Kermoal

Première partie. La notabilité choisie

Chapitre I. Les fonctions paroissiales d’Ancien Régime

Texte intégral

  • 1 Dupuy (A.), L’Administration municipale en Bretagne au xviiie siècle, Paris/Rennes, 1891.
  • 2 Perraud-Charmantier (A.), Essais sur le général de la paroisse en Bretagne, particulièrement dans (...)
  • 3 Duine (F.), « Les généraux des paroisses bretonnes : Saint-Martin de Vitré » dans AB, tome 23, n° (...)
  • 4 Minois (G.), La Bretagne des Prêtres en Trégor d’Ancien Régime, Brasparts 1987, p. 220-223 et 265- (...)
  • 5 Goujard (Ph.), « Les fonds de fabriques paroissiales : une source d’histoire religieuse méconnue » (...)
  • 6 Sée (H.), Les Classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la Révolution, Paris, 1906, p. 499-502. (...)
  • 7 Croix (A.), L’Âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, 1993, p. 86-90. Les Bretons délibèrent. (...)

1L’organisation politique des paroisses bretonnes à la fin de l’Ancien Régime n’a suscité depuis un siècle et les Études sur l’administration municipale en Bretagne au xviiie siècle d’Antoine Dupuy1 que fort peu de travaux. La plupart des ouvrages qui abordent ce sujet sont travaux de juristes2 ou monographies locales. C’était déjà vrai il y a plusieurs décennies et cela reste vrai même si la recherche universitaire récente a pris le relais de l’érudition3. Le Trégor a bénéficié d’une approche plus vaste, mais la thèse de Georges Minois sur l’échec de la réforme catholique dans l’ancien évêché n’accorde qu’une part restreinte au fonctionnement des généraux de paroisses, mêle les aspects urbains et ruraux et s’intéresse plus précisément au rôle des prêtres au sein de ces assemblées4. La question est en chantier en Bretagne comme ailleurs5 et ceci explique, sans doute, que depuis bientôt un siècle, les ouvrages consacrés à la paysannerie bretonne ne traitent de cet objet que succinctement6. Il n’existe point d’étude globale sur un sujet qui mêle de manière inextricable les aspects religieux et administratifs, la pratique religieuse et la vie politique, les questions de foi et de pouvoir. En dehors de l’étude d’Alain Croix sur le fonctionnement des assemblées de paroisse au xviie siècle, la seule véritable synthèse reste à ce jour la courte présentation des généraux de paroisse servant d’introduction au répertoire des registres de délibérations bretons7. Celle-ci, toutefois, ne traite que du général de la paroisse, n’aborde pas l’administration des fabriques, des confréries et des chapelles, ne parle pas des hommes qui ont tenu ces fonctions ni des liens qui unissaient les différents marguilliers et gouverneurs aux délibérateurs des assemblées paroissiales. Avant de répondre aux questions concernant pouvoir et carrières, il n’est donc pas inutile de revenir sur les différentes fonctions exercées dans le cadre paroissial ancien, sur l’organisation qui se mit en place entre xviie et xviiie siècles et sur l’apprentissage administratif dont bénéficièrent les différents acteurs.

Le gouvernement des paroisses

Le cadre ancien

  • 8 Bourin (M.) et Durand (R.), Vivre au village au Moyen Âge, xie et xiiiesiècles, Paris, 1984, p. 63
  • 9 Goujard (Ph.), art. cit., op. cit., p. 100.
  • 10 Raison du Cleuziou (A.), « Trois actes prônaux. xve-xvie siècles », Revue de Bretagne, tome 34, 19 (...)
  • 11 Minois (G.), « Églises et chapelles en chantier : l’exemple du Trégor au xve siècle », Croix (A.) (...)

2L’administration des biens des églises et des chapelles par des laïcs, situation courante à la fin de l’Ancien Régime, est une pratique fort ancienne. Elle s’est exercée dans la France du Nord, dans les pays rhénans, en Flandre et en Allemagne dès la fin du Moyen Âge8. Elle s’y est développée entre xiie et xve siècles, sous la tutelle probable de l’Église à l’exemple du diocèse de Rouen où dès le xiiie siècle les fabriques paroissiales étaient gérées par des laïcs sous le contrôle de l’évêque et des prêtres9. En Bretagne à la fin du xve siècle, une majorité de paroisses, urbaines et rurales, bénéficient d’une telle organisation. Plémy dans le diocèse de Saint-Brieuc, possédait deux « trésoriers et administrateurs des biens de l’église et de la fabrice », en 147810. Une situation identique devait se retrouver dans le Trégor où, entre 1400 et 1500, 16 églises paroissiales et 41 chapelles sortent de terre alors que parallèlement 30 autres églises et 19 autres chapelles sont réparées ou reconstruites11.

  • 12 Le Louarn (G.), « La chapelle Notre-Dame de Kerfons en Ploubezre », MSHAB, tome XL, 1983, p. 302.
  • 13 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre, fonds de la chapelle de Kerfons : « Aultre donnaison faicte p (...)

3La construction, l’entretien et la réparation des lieux de culte forment la vocation première des fabriques, ce qui transparaît à travers le nom même de l’institution. Naturellement, l’église paroissiale bénéficie en priorité de ce type d’administration, mais il est pensable que devant des besoins identiques, les chapelles isolées en étaient également pourvues. En 1406, période qui suit de près la nouvelle construction d’une nef et d’un chœur12, une fabrique existe à la chapelle Notre-Dame de Kerfons en Ploubezre13. Toutes les constructions anciennes et nouvelles bénéficiant de ce type d’organisation, la probabilité est grande pour que dans chaque paroisse des laïcs aient été appelés, dès cette époque, à occuper, en plus de l’église, un nombre croissant de fonctions de gouverneurs de chapelles. Quelques nouvelles créations, mais surtout le souci de conserver les bâtiments anciens et la nécessité d’une bonne gestion expliquent, par la suite, le maintient de ces institutions jusqu’à la Révolution. C’est un lourd ensemble de fonctions cumulées à travers le temps et toujours conservées, que les élites paroissiales reçoivent en gestion à la fin de l’Ancien Régime.

  • 14 Bourin (M.) et Durand (R.), op. cit., p. 63.
  • 15 Minois (G), « Les confréries pieuses : l’exemple du Trégor », Croix (A.) (dir.), Les Bretons et Di (...)
  • 16 Briant (Y.), « Deux statuts de confréries lannionaises », SECDN, tome LXXXVIII, 1960, p. 36-46.
  • 17 Ibid., tome XC, 1962, p. 13.
  • 18 AP Lannion, Fonds de la paroisse Saint-Jean du Baly.
  • 19 La Haye (P. de), Histoire de Tréguier ville épiscopale, Rennes, 1977, p. 162.
  • 20 AD (29), 179 G 8.
  • 21 AD (29), 75 G 11.
  • 22 AD (22), 20 G Non classé, Ploubezre, comptes.
  • 23 Minois (G.), Un échec de la réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siè (...)
  • 24 AP Lannion, Fonds de la paroisse Saint-Jean du Baly.
  • 25 Minois (G.), Thèse citée, tome 3, p. 693.

4Les confréries ont une origine tout aussi ancienne et des conséquences semblables pour les notables ruraux de 1770. L’extraordinaire développement dans toute la France, en Angleterre et en Suisse de ces associations pieuses et leur installation dans les églises paroissiales datent des derniers siècles du Moyen Âge14. En ville, elles prennent leur origine dans les regroupements de métiers mêlant entraide confraternelle et dévotion. La plus ancienne confrérie trégorroise, fondée, en 1170, à Morlaix est une confrérie de marchands15. Celle du Saint-Sacrement fondée à Lannion, en 1444, est un élargissement d’un groupement de cordonniers16. La « fraerie Monseigneur Sainct Nicolas » érigée en l’église Saint-Jean du Baly à Lannion, en 1483, est destinée aux « bons et notables bourgois marchans maistres de navires et mariniers dud[it] lieu et de partie des maistres mariniers et mareans des parrœsses circumvecines17 ». Cet aspect professionnel perdure jusqu’au moins la fin du xviie siècle puisqu’en 1675, dans cette même ville, les marchands poêliers et les vitriers se joignent à la confrérie de Saint-Éloy18 et qu’à Tréguier, en 1688, les menuisiers et les charpentiers s’associent en celle de Saint-Joseph fondée dans la cathédrale19. Les confréries rurales semblent se cantonner davantage dans un registre pieux : entretien du luminaire, aumônes, prières et enterrements. Leurs traces sont plus récentes sans que cela signifie réellement une moindre ancienneté. La confrérie du Saint-Sacrement de Plouégat-Guerrand est érigée en 155120. Celle de Notre-Dame de Bonne Aventure à Guerlesquin est attestée en 155521. La confrérie du Luminaire de Ploubezre existe en 159422. Sur 93 confréries urbaines et rurales répertoriées en 1660, au moins 23 existaient avant 1500 et 44 étaient présentes dès 162023. Leur conservation et surtout l’essor nouveau initié par le concile de Trente déterminent une importante croissance au xviie siècle. Celle-ci est principalement due aux nombreuses érections de confréries du Rosaire, dès 1621 à Lannion24 et Plouagat-Châtelaudren25 puis plus massivement à partir de l’épiscopat du dominicain Noël Deslandes (1635-1645) qui souhaitait promouvoir un Rosaire dans chaque paroisse. Au moins 24 confréries de ce type sont érigées dans le Trégor avant 1700, mais encore 13 confréries du Saint-Sacrement et 16 autres placées sous divers vocables. Malgré un rythme de création très ralenti au xviiie siècle, plus de 400 confréries sont administrées par les notables ruraux trégorrois avant la Révolution. À nouveau, un héritage très lourd qui s’ajoute à celui des églises et des chapelles, et qui doit encore être complété par l’ensemble des fonctions créées par les besoins en administration civile.

  • 26 « Les gienz de la parœsse par les tresoriers doivent faire la pourvéance là où seraient ceulx enff (...)
  • 27 Tigier (H.), La Bretagne de bon aloi. Répertoire des arrêts sur remontrance du Parlement de Bretag (...)
  • 28 Ibid., p. 13, articles 11 et 12 et Potier de la Germondaye, Introduction au gouvernement des paroi (...)
  • 29 Gallet (J.), op. cit., p. 49.

5La seule mention de fabriques paroissiaux dans la Très Ancienne Coutume de Bretagne, au xive siècle, provient d’un texte de police sur le traitement des enfants abandonnés26. En Bretagne comme dans le reste du royaume, le profane et le religieux se mêlent de manière inextricable ; au niveau de base que constitue la paroisse, le religieux domine pour réduire à presque rien l’organisation laïque : le cadre paroissial est le socle sur lequel s’appuie toute mesure même celle sans rapport avec la religion. Un arrêt du Parlement de Bretagne du 30 mars 1611, tente, par exemple, d’organiser la chasse aux loups dans la province. Les paysans sont convoqués au prône de la grand-messe pour se joindre à la battue organisée par les seigneurs et gentilshommes. Les trésoriers de l’église doivent se trouver sur les lieux du rassemblement pour pointer les absents sur le rôle des fouages. Les défaillants sont contraints à une amende levée par les huissiers ou sergents royaux, laquelle est versée en présence du recteur ou du vicaire entre les mains des trésoriers. Le produit ne peut être utilisé que pour l’ornement de l’église27. L’autorité extérieure s’appuie naturellement sur le cadre paroissial né du religieux. Elle fait intervenir les gentilshommes et les officiers du roi mais surtout les prêtres et les fabriques. Le rôle dévolu aux trésoriers combine d’ailleurs ici les trois grands chapitres de leur fonction : organisation de la répartition et de la collecte de l’impôt, corvées et réquisitions ; pointage des défaillants qui rappelle leurs obligations en matière de police locale, de sécurité des personnes et des biens, de surveillance des mœurs ou de respect des règlements ; enfin, rôle spécifique du fabrique comme administrateur des biens de l’église. Seule cette dernière partie réfère à la fonction initiale, les autres sont venues s’ajouter au fil du temps. La police locale leur est expressément dévolue, dans la continuité de la Très Ancienne Coutume, depuis au moins la fin du xvie siècle28. L’impôt qui se levait dans le cadre des seigneuries se collecte désormais au niveau de la paroisse29.

6La demande en prestations, réquisitions et prélèvements royaux augmentant encore au xviiie siècle, ces besoins supplémentaires vont se traduire par de nouvelles fonctions. Mais la corvée des chemins, la collecte de la capitation ou la surveillance des côtes se traitent localement au niveau des multiples frairies. Ces obligations vont donner lieu à des créations dont le nombre dépasse de loin celui des administrateurs des églises, des chapelles et des confréries. Même si le caractère de ces fonctions apparaît plus ponctuel, ce sont plusieurs dizaines de postes supplémentaires qui, vers 1770, seront attribués, annuellement, dans chaque localité.

Les généraux de paroisses

  • 30 Potier de la Germondaye, op. cit., Voir en particulier la partie 3, chapitre 1er, section 1 et cha (...)

7La multitude des fonctions qui couvre toute l’administration, au sens large, de la paroisse (et non seulement son organisation religieuse ou parareligieuse) n’en constitue cependant que la partie exécutive. La décision en matière de gouvernement temporel, pour reprendre la terminologie de l’époque, appartient à une instance supérieure, en principe « l’assemblée générale des habitants », en réalité un groupe plus ou moins large agissant pour l’ensemble. Cette appellation ou les suivantes, la « généralité des paroissiens », le « général de la paroisse », le « général », sont les termes le plus souvent utilisés pour désigner cet organe de décision. Une certaine confusion règne, d’ailleurs, entre ces différentes appellations qui se retrouvent employées de manière tout à fait aléatoire et apparemment synonymes dans les différents arrêts du Parlement de Bretagne aux xviie et xviiie siècles30. Cette équivalence entre les termes est, semble-t-il, réelle pour la fin de l’Ancien Régime. Mais elle n’est pas certaine pour les périodes précédentes, le tournant se situant à la fin du xviie siècle.

  • 31 Bourin (M.) et Durand (R.), op. cit., p. 206-211.
  • 32 Recueil des arrests de règlements du Parlement de Bretagne concernant les paroisses qui fixent la (...)
  • 33 Raison du Cleuziou (A.), art. cit., p. 74.
  • 34 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre.
  • 35 AP Rospez, feuillet en mauvais état.

8La première appellation, « l’assemblée générale des habitants », suppose une forme de démocratie directe : tous les paroissiens, sans distinction, peuvent assister et intervenir sur n’importe quel sujet. S’il a véritablement existé, ce type d’organisation ne peut être qu’antérieur au xive siècle car les textes montrent, dès cette époque, une évolution vers une première forme de représentation31. Celle-ci n’a laissé que peu de traces dans le Trégor ; la pratique orale puis la consignation des décisions sur feuilles volantes en sont sans doute la cause, jusqu’à ce que le Parlement de Bretagne tente d’y remédier, en 165932. De fait, les documents qui mentionnent ces assemblées délibératives sont rares et tardifs ; ce sont des actes prônaux rédigés par des notaires au cours de grand-messes dominicales ; ils montrent tous une forme institutionnalisée d’une assemblée désormais dirigée par un groupe plus restreint de personnes. Un acte passé à Brélévenez, en 1466, mentionne outre Jean Sclisson notaire, 29 noms dont ceux de 5 prêtres33. Les 39 actes prônaux qui, à Ploubezre, jalonnent la période de 1551 à 1672 citent en moyenne de 25 à 30 habitants, en plus des nobles, présents dans environ 10 % des cas, et des prêtres34. Un autre, à Rospez, en 1644, mentionne le recteur, un prêtre, les fabriques, les gouverneurs des confréries du Saint-Sacrement et du Luminaire et 18 autres personnes signalées par rapport à « plusieurs aultres faisans la plus saine et maire voix d’icelle paroisse35 ». Cette formule et sa semblable « plus saine et mere part » sont communes à tous ces textes. Elles rappellent la « sanior et major pars » médiévale dont elles sont la traduction et la continuation. Elles montrent par rapport à l’assemblée de tous les habitants une sérieuse évolution puisque ce n’est plus toute la paroisse mais seulement la meilleure partie d’entre elle qui est concernée. Le notaire mentionne quelques noms, ceux dont l’importance ou la présence donnent valeur légale aux décisions qui viennent d’être prises. Les autres restent dans l’ombre. Les petites gens, les domestiques, les journaliers ne sont pas invités à ces réunions où l’on vient « traicter et disposer des affaires politiques ». À ceux-ci, sont réservées les messes matinales ou celles célébrées dans les chapelles éloignées. La grand-messe paroissiale ne concerne que ceux qui prétendent avoir un droit de décision sur les affaires de la communauté. Mais en réalité, on le sent, ceci n’est réellement l’affaire que d’une partie de l’assemblée, celle qui est nommément désignée par le notaire.

  • 36 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre, Comptes des syndics des paroissiens, 17 cahiers, 1574-1645.

9Les affaires traitées dans ces réunions touchent probablement des sujets plus variés que ceux dont nous entretiennent les actes qui ont été conservés et qui ne l’ont été que parce que concernant majoritairement les biens des églises : attributions de pierres tombales, paiements de droits royaux ou seigneuriaux, délibérations sur les salaires des desservants des chapelles, passations de baux, reconnaissance de rente à la fabrique, poursuite de contribuable récalcitrant, nomination d’homme vivant, mourant et confisquant. Les comptes des syndics des paroissiens de Ploubezre, qui agissent sous le contrôle de l’assemblée paroissiale, montrent des emplois de deniers pour des sujets aussi divers que la construction de l’église, le transport de l’eau bénite, les relations avec la garnison du château voisin de Tonquédec, la tenue de procès ; des affaires concrètes qui concernent la communauté entière et dépassent le strict cadre religieux de la paroisse36. Ces sujets expliquent la présence à ces réunions des principaux chefs de famille, de cette « meilleure et plus grande partie des habitants » que malgré le silence des archives et le rituel d’une formule bien rodée, l’on pressent toujours importante. Ce second type d’organisation tend à l’oligarchie sans toutefois l’atteindre. Un groupe encore nombreux d’individus est toujours présent et assiste aux délibérations pour l’ensemble, pour la généralité des paroissiens, pour le général de la paroisse, et garantit la légitimité des décisions prises par un petit nombre d’entre eux. Même si la décision véritable ne leur appartient plus réellement, une certaine forme d’opposition peut subsister. Le groupe contrôle toujours l’individu. D’où la réaction de certains paroissiens lorsque leur véritable mise à l’écart se précise.

  • 37 Recueil des arrests de règlements du Parlement de Bretagne…, Rennes, 1740, p. 145.
  • 38 Croix (A.), op. cit., p. 87.
  • 39 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, délibérations du général de la paroisse, 27 septembre 1705. Da (...)

10Celle-ci prend forme légale en 1691 : un arrêt du Parlement de Bretagne, du 27 avril, impose pour la première fois dans chaque paroisse une représentation locale de 12 personnes « ayant voix délibérative » et devant décider pour la totalité, pour la généralité des paroissiens37. Cette nouveauté écarte tous ceux qui appartenaient à « la plus saine et mere part » mais réduit également le petit groupe de ceux qui pensaient avoir leur mot à dire lors des assemblées générales. Une telle disposition ne pouvait laisser indifférent. Alain Croix a publié l’exemple de La Martyre où, en 1697, 7 personnes nommément citées et « quelques autres gens de néant et insolvables » s’opposent avec scandale, irrévérence et force bruit à ce « que l’on fasse aucune députation38 ». Il est possible que parmi ceux qui manifestent, les personnes dont les noms sont mentionnés fassent partie des décideurs, le reste étant à classer parmi les autres chefs de famille, assistants habituels de la grand-messe. Sans atteindre une telle fureur, je retrouve un comportement semblable à Ploubezre, en 1705, lorsque deux particuliers François Le Cuziat et Louis Le Dauphin s’opposent aux 12 délibérateurs lors d’une décision de réparer le presbytère39. Ces deux personnages font partie des notables de la paroisse et s’ils ne tiennent plus, en cette année 1705, aucune fonction locale, c’est de toute leur autorité et de la même manière que lors des précédentes et plus larges assemblées de paroisses qu’ils signifient leur veto au projet ; celui-ci est suspensif des travaux ; il faudra une décision de justice pour permettre les trois bannies nécessaires à l’adjudication des réparations.

11L’arrêt du 27 avril 1691 constitue bien un véritable tournant dans l’organisation politique des paroisses bretonnes. Une représentation limitée remplace désormais l’assemblée de la paroisse et son nombre variable de décideurs. Aux 8 arrêts qui jusqu’à cette date avaient essayé d’en organiser le gouvernement temporel, vont désormais succéder une multitude de textes qui tous prennent appui sur cette règle : ce sont 12 personnes, et 12 seulement, qui chaque année doivent prendre en charge l’entière administration locale. L’assemblée générale des paroissiens est définitivement révolue, du moins dans son organisation coutumière. Elle est remplacée par une représentation limitée qui est appelée « le général ». Mais l’application de cette décision dans les paroisses trégorroises et son maintien ne vont pas se faire sans difficulté. Tout le début du xviiie siècle est jalonné par des problèmes d’organisation avant que, vers 1770, la situation des paroisses apparaisse unifiée.

L’évolution à la fin de l’Ancien Régime

12L’arrêt du 27 avril 1691 ne traite pas seulement du nombre des délibérateurs. Il s’attache aussi à fixer les règles de fonctionnement de la nouvelle organisation. Il précise d’abord que tous les membres devront être d’anciens marguilliers et qu’ils devront se rendre obligatoirement aux réunions pour y siéger en compagnie du seigneur du lieu, seul noble admis, ou de son représentant. Il dégage encore deux points essentiels. Premièrement, les délibérations connaissent une officialisation accrue : au lieu d’une ratification « en l’endroit du prône de la grand messe » de décisions souvent préparées à l’avance, le texte impose un débat véritable dans un cadre structuré ; le sujet de la réunion est annoncé une semaine au préalable et doit être répété au début de la délibération ; il est suggéré de tenir réunion dans la sacristie pour éviter l’indécence du cabaret mais surtout pour résister à la tentation de délibérations sourdes. Ensuite, l’archivage des décisions est rendu obligatoire : en remplacement des actes prônaux dressés par un notaire sur feuilles séparées, chaque paroisse est tenue d’ouvrir un cahier, chiffré et millésimé gratuitement par le juge du lieu, sur lequel seront consignés les sujets traités et les décisions prises ; à l’issue de chaque réunion, ce cahier doit être soigneusement rangé avec les archives dans un coffre fermant à trois clefs ; l’une est détenue par le seigneur de la paroisse, l’autre par le recteur, la dernière par le plus ancien des marguilliers en charge.

  • 40 Recueil des arrests…, p. 124 et 208.
  • 41 Arrêts du 28 septembre 1715 concernant les délibérations de la paroisse de Plouvara et du 7 décemb (...)
  • 42 Arrêt du 17 janvier 1703 concernant les assemblées des paroisses de la ville de Rennes, ibid., p. (...)
  • 43 Arrêt du 20 décembre 1735, ibid., p. 495.
  • 44 Guimilliau, Saint-Germain de Rennes, Saint-Servan, Pacé, Saint-Thuriau de Quintin. Ibid., p. 95, 1 (...)
  • 45 Ibid., p. 590.

13D’autres arrêts viendront compléter et renforcer ces dispositions. Le 9 décembre 1702, le rappel d’un arrêt du 17 janvier 1688 fait obligation au rapporteur de séance d’indiquer le nom des délibérateurs et à ceux-ci, du moins ceux qui en sont capables, de signer la minute des délibérations40. En 1715, il leur est signifié de procéder annuellement au renouvellement des douze délibérateurs et, en 1718, de ne nommer que d’anciens trésoriers ayant rendu leurs comptes et payé leur reliquat41. Puis à diverses reprises, viennent explications et rappels sur la manière de délibérer et de voter. Plusieurs préconisations sont émises à l’adresse des 12 délibérateurs et des recteurs pour mieux organiser les séances des généraux de paroisses. Aux premiers il est enjoint « d’être modeste dans les assemblées, de ne parler qu’à leur tour, sans interruption, et en tout se comporter avec sagesse et révérence42 ». Aux seconds est fixé leur rang : « Ils y occuperont la première place, signeront les premiers les Délibérations, et donneront leur voix immédiatement avant celui qui présidera lequel opinera le dernier et recuëillera les voix43» Cette participation du recteur aux délibérations est indiquée dans plusieurs arrêts particuliers à certaines paroisses44. Mais elle ne semble avoir été officialisée pour l’ensemble de la province que par un arrêt du 22 août 176645. Ce texte constitue une reconnaissance tardive d’une situation de fait : détenteur de l’une des trois clefs du coffre, le recteur était nécessairement admis aux assemblées.

  • 46 Minois (G.), La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, Brasparts, 1987, p. 222.
  • 47 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec ; 20 G 626 Tréduder ; 20 G 407 Plouzélambre ; 20 G 175 Lanmodez
  • 48 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre, 29 avril 1696.
  • 49 Dobet (Abbé F.), « Histoire de Guingamp », CT, n° 20, 1987, p. 30-31.

14La chronologie des arrêts du Parlement de Bretagne et leur rythme plus serré au cours des deux premières décennies du xviiie siècle suggèrent un début d’application laborieux. Une situation qui se remarque effectivement dans certaines paroisses. À Châtelaudren, les délibérations ne réunissent d’abord que trois ou quatre participants. À Plounévez-Moëdec, Tréduder et Lanmodez, les procès-verbaux ne sont pas signés. À Pleudaniel, en 1707, il faut nommer d’office des délibérateurs, personne ne souhaitant participer aux réunions. À Guingamp, dans la paroisse de la Trinité, en 1721 puis en 1723 et 1730, le recteur doit aller de porte en porte quérir des délibérateurs qui tous se récusent ; 8 réunions seulement y auront lieu jusqu’en 177246. La situation paraît peu brillante. Mais il s’agit d’une vision partielle qu’il faut élargir : la tenue des registres de délibérations, imposées par un arrêt du 11 mars 1689, a trouvé une application rapide dans plusieurs paroisses trégorroises. Parmi les premiers cahiers conservés, celui de Plounévez-Moëdec date de 1690, celui de Tréduder de 1691, celui de Plouzélambre de 1693, celui de Lanmodez de 169447. Le plus ancien cahier de délibérations de Ploubezre s’ouvre sur un rappel de l’arrêt de 1691 et précise qu’un précédent cahier est fini48. Les comptes rendus, dans cette dernière paroisse, montrent un respect scrupuleux des arrêts de règlements. Les taux de présence et l’organisation des séances, du moins d’après ce qu’on peut en déduire de leur transcription, sont déjà semblables à ceux des débats d’avant la Révolution. Seule la fréquence des réunions reste encore assez faible. À Ploubezre comme à Pleudaniel, il faut attendre les années 1720 pour trouver un rythme plus soutenu : de 2 à 5 délibérations, en moyenne, chaque année pour un total connu de 101 réunions à Pleudaniel et de 265 à Ploubezre, jusqu’en 1772 : ces deux paroisses rurales n’ont rien en commun avec l’exemple urbain de la Trinité de Guingamp. La raison du manque d’assiduité, dans ce dernier cas, est sans doute à rechercher dans la primauté exercée à Guingamp par la communauté de ville : c’est elle qui détient le pouvoir local et qui décide des affaires ; si ses membres trouvent un meilleur intérêt à participer aux délibérations du général de la principale paroisse guingampaise, celle de Notre-Dame, c’est, d’une part, en raison de l’identité parfaite entre les deux institutions et, d’autre part, en raison de l’usage attesté, depuis 1693, de ne choisir comme maire qu’un ancien gouverneur et administrateur de l’église Notre-Dame49.

  • 50 Dupuy (A.), op. cit., p. 140-141, donne des exemples pris dans les évêchés de Quimper, de Saint-Ma (...)

15L’organisation des généraux de paroisses dans le Trégor n’a pas été plus lente ou plus tardive que dans le reste de la province ; elle s’inscrit dans la moyenne bretonne50. Comme dans les autres évêchés, le cadre souhaité par le Parlement de Bretagne s’est mis progressivement en place au cours du xviiie siècle. À partir de 1770, les délibérateurs participent à des réunions structurées qui ont intégré les activités traditionnelles de choix des fabriques, de nomination des gouverneurs des chapelles et des confréries ou de vérification des comptes. Les paysans qui y siègent sont confrontés à la rigueur de l’administration (réunions, comptes rendus formalisés, tenue des archives, fréquentation de l’écrit, signatures) et à l’organisation des débats (délibération, choix et votes). L’assemblée générale de tous les paroissiens n’est plus convoquée ou alors de manière exceptionnelle. La situation semble acceptée : 80 ans après sa création, l’institution paraît fonctionner normalement et comme les bourgeois de Guingamp, les délibérateurs paysans songent peut-être à y mener carrière.

Les premières fonctions locales (1770-1790)

16L’inventaire des fonctions sur lesquelles s’appuient ces carrières demande une étude exhaustive de tout ce qui pouvait être offert à l’éventuelle convoitise des notables ruraux. Avant d’aborder l’organe de décision que constitue le général de la paroisse, il est nécessaire d’analyser l’ensemble des fonctions exécutives, celles qui regardaient l’administration des biens des églises, fabriques, chapelles et confréries, celles, aussi, qui concernaient la vie commune, et dont les éléments constitutifs étaient inextricablement mêlés.

L’église

  • 51 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 9 décembre 1770 ; 20 G 415 Plufur, 1er avril 1770. AD (29), 188 G 16 (...)
  • 52 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 27 avril 1775 ; 20 G 189 Lanvellec, 24 décembre 1769. AD (29), 203 G 5 (...)
  • 53 AD (22), 20 G 615 Trébeurden, 2 février 1770, « fabrique de la grande hautel » ; 20 G 587 Saint-Mi (...)
  • 54 Kermoal (C.), Les Notables de Ploubezre de la fin du xve au xviiie siècle, mémoire de maîtrise (di (...)
  • 55 AD (22), 20 G 415 Plufur, 17 mars 1771. AD (29), 67 G 4 Garlan, 9 octobre 1787 (la date portée sur (...)
  • 56 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 24 décembre 1769.

17Dans la presque totalité des paroisses, l’église, bâtiment majeur, est confiée aux bons soins de deux administrateurs nommés pour un an. Ces marguilliers sont habituellement dénommés « fabriques », mais différents qualificatifs accolés à leur titre, permettent de préciser leur fonction. Les fabriques de l’église, à cause de l’importance de l’édifice, sont parfois présentés comme les principaux fabriques de la paroisse ; fabriques « du grand corps » comme il est noté à Brélévenez, ils tiennent de cette position une appellation, assez répandue, de « grands fabriques » ou de « grand fabrique de la grande église51 ». Souvent, aussi, ils portent la dénomination du patron de la paroisse, « fabrique de monsieur saint Briac » à Bourbriac, « fabrique de Saint Brandan » à Lanvellec, « Fabrique de Notre Dame » à Plourin-lès-Morlaix52. Dans une majorité de paroisses, ils ne sont plus désignés cependant que comme « fabrique du grand autel » ou « fabrique du maître autel53 ». Cette dénomination qui marque leur positionnement comme fabrique de l’autel principal du premier lieu de culte, paraît traduire un recul par rapport à ce qu’était anciennement la fonction de fabrique. À Ploubezre, elle apparaît relativement tard et correspond nettement à une évolution à la baisse d’une fonction qui cumulait, à la fin du xviie siècle, les tâches de syndic et de marguillier, c’est-à-dire toute l’administration civile et religieuse de la paroisse54. Cependant il ne faut pas trop en déduire : toutes ces appellations sont employées de manière équivalente et se retrouvent, au fil des documents, dans chaque paroisse. L’appellation de « grand fabrique » peut toutefois révéler une certaine hiérarchie entre les deux marguilliers. Dans plusieurs paroisses, cette distinction est très nette, et il est fait référence à un premier et à un deuxième fabrique. C’est le cas à Plufur où l’un et l’autre personnages sont appelés « grand fabrique » et « second fabrique » ; c’est aussi le cas à Garlan où existent un « fabrique trésoryer du maitre autel » et « son second fabrique55 ». À Lanvellec, la hiérarchisation est encore plus évidente puisque déterminant deux types d’activités : le premier est le grand fabrique de Saint-Brandan, le second a pour rôle la seule distribution du pain bénit56.

  • 57 AD (22), 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 1er avril 1781. AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 28 mars (...)
  • 58 AD (29), 188 G 16 Saint-Eutrope, 27 avril 1783.

18La situation des trèves n’est guère différente. Trémel compte deux fabriques, de même que Saint-Jean-du-Doigt57. A Saint-Eutrope, qui est une trève de Plougonven, on peut même noter un autre exemple de hiérarchisation puis qu’apparaissent un « grand fabrique » et un « second fabrique58 ».

  • 59 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 21 décembre 1788.
  • 60 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 30 novembre 1770.

19Enfin les règles en usage à Belle-Isle-en-Terre et au Faouët sont sensiblement différentes, et certainement marginales pour le Trégor. Si dans la première localité il existe bien deux fabriques, désignés comme tels et ayant des attributions communes, ces deux personnages n’administrent pas le même édifice. Le premier est fabrique de l’église Saint-Jacques, église paroissiale ; le second est fabrique de Notre-Dame de Locmaria-Pendréo, une ancienne et importante chapelle à quelque distance du bourg59. Au Faouët, de la même manière, il n’existe qu’un seul fabrique pour l’église paroissiale. Un second fabrique gère une autre belle chapelle, celle de Kergrist. Mais à la différence de Belle-Isle-en-Terre, ce dernier personnage ne s’occupe pas des affaires de la paroisse. Il ne s’agit que d’un simple gouverneur de chapelle60.

Les chapelles

  • 61 Planiol (M.), Histoire des institutions de la Bretagne, tome 3, La Bretagne ducale. Le Gouvernemen (...)

20« Toutes les chapelles un peu considérables de la Basse-Bretagne avaient leur fabrique61» Dans le Trégor, cet avertissement de Marcel Planiol vaut aussi pour les petites chapelles. L’attribution d’un gouvernement, grand ou petit, est un moment important d’une carrière paroissiale. Il est donc nécessaire de procéder au recensement préalable de tous les lieux de culte avant d’étudier les parcours individuels des notables.

  • 62 Principalement des chapelles ayant disparu à des dates indéterminées, entre xviiie et xixe siècles (...)
  • 63 Provost (G.), Le pèlerinage en Bretagne au xviie et xviiie siècles, Thèse pour le doctorat d’Histo (...)

21Déterminer le nombre des chapelles trégorroises à la fin de l’Ancien Régime est difficile en raison principalement de l’absence de série homogène qui oblige à recourir à diverses sources paroissiales avec tous les problèmes liés à la plus ou moins bonne conservation de ces fonds et à leur médiocre qualité sérielle. Une recherche, cas par cas, a permis de recenser dans le Trégor 442 chapelles et 446 confréries rurales au moment de la Révolution, 90 cas restant indécis62. Sans prétendre à une totale exhaustivité, et en y ajoutant les chapelles urbaines, ce dénombrement permet d’approcher une moyenne : 3,07 chapelles publiques par paroisse ou par trève. Georges Provost a donné un tableau des densités bretonnes par paroisse ; en comptabilisant les trèves séparément, on obtient les chiffres suivants63 :

Tableau 1. Densité des chapelles publiques en Bretagne, comparaison par diocèse

  • 64 Benjamin Jollivet prétendait qu’avant la Révolution cette paroisse en comptait 24. Voir Jollivet ( (...)
  • 65 Saint-Mélaine de Morlaix, Plouaret, Plougasnou, Plougonver, Plougras, Ploujean, Plourin-lès-Morlai (...)

22Le Trégor s’inscrit dans le paysage bas-breton à la géographie sacrée particulièrement dense. Des localités comme le Ponthou ou Locquémeau n’étant pas pourvues de chapelle, ceci permet d’imaginer le nombre de bâtiments pouvant exister dans plusieurs autres. L’ensemble Plouaret et Vieux-Marché est ainsi peuplé de 13 ou 14 chapelles64, celui de Plestin-les-Grèves et Trémel en compte 15. Certes la configuration particulière de ces deux paroisses, incluant de droit ou de fait le territoire d’une trève, explique cette inflation. Mais Ploëzal, simple paroisse, en possède 11, Pleubian 8 et Cavan, Louargat ou Pleudaniel 7 chacune. Ces chapelles ne sont pas toutes érigées dans les frairies ou les écarts. Le bourg en concentre parfois plusieurs et le cimetière possède souvent un bâtiment qui lui est propre malgré le voisinage immédiat de l’église. Cette situation existe à Brélévenez, Guerlesquin, Minihy-Tréguier et dans au moins 9 autres paroisses65 ; sans compter, comme à Saint-Jean-du-Doigt, les oratoires positionnés près de l’église tréviale, dans le cimetière.

  • 66 Les saints autochtones représentent 35,9 % des dédicaces ; Provost (G.), Thèse citée, tome 1, p. 1 (...)
  • 67 Millour (G.), Les Saints guérisseurs et protecteurs du bétail en Bretagne, Paris, 1946. Renouard ( (...)
  • 68 Minois (G.), La Bretagne des prêtres…, op. cit., p. 280-281. Explication, vers 1778, de Christophe (...)
  • 69 AD (22), 2 C 3296, Table alphabétique des testaments, bureau de Lannion, fin xviiie siècle et débu (...)

23Les chapelles rurales trégorroises sont placées sous le patronage de saints très divers ; la Vierge Marie, saint Maudez, sainte Anne, saint Jean, et saint Yves sont les plus fréquemment retenus ; il est possible de recenser encore 140 protecteurs différents, souvent connus que de la seule Bretagne66. L’un des traits les plus originaux de la pratique religieuse locale se manifeste dans ce grand nombre des saints auxquels s’adresse la piété trégorroise, une pratique à laquelle sont également associés les animaux67 : « C’est aux chapelles que les dévôts bas-bretons adressent leurs visites, portent le tribut de leurs obligations pieuses68. » Fondations et aumônes sont peu élevées mais multiples. Et si les fondations deviennent de plus en plus rares au xviiie siècle, si les aumônes ont tendance à décroître, elles s’effectuent toujours sous la même forme qu’au siècle précédent, celle d’une extraordinaire dispersion, plusieurs chapelles (et plusieurs intercesseurs) étant toujours concernées par les testaments vers 179069.

Les confréries

24En plus des chapelles, les legs vont encore aux confréries qui bénéficient pareillement de cette forme de dévotion diffuse. Leur nombre est tout aussi élevé : 446 ont été recensées dans le Trégor à la fin de l’Ancien Régime ; la moyenne par paroisse s’établit à 4,02 ; ce qui place l’évêché de Tréguier à un niveau proche de la Provence où les confréries de pénitents, ici inconnues, gonflent les chiffres.

  • 70 Décompte suivant Les Bretons délibèrent…, op. cit. Pour une comparaison avec les autres régions, j (...)

25Note 7070

  • 71 Minois (G.), « Le réseau des confréries pieuses… », art. cit., p. 334 et mes propres comptages pou (...)

26Note 7171

Tableau 2. Nombre de confréries en Bretagne, comparaison par diocèse

  • 72 Ibid.
  • 73 Le rythme des créations dont les dates sont connues, montre trois vagues en deux temps : la premiè (...)
  • 74 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Inventaire général des actes, 1784 ; 20 G 381 Plouguiel, Inven (...)
  • 75 Minois (G.), « Le réseau des confréries pieuses… », art. cit., p. 340.
  • 76 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 28 septembre 1783, « lequel sera tenu d’avoir un cahier sur lequel on (...)

27Les confréries les plus fréquentes sont celles du Rosaire, du Luminaire et du Saint-Sacrement (appelées presque uniformément « Sacre »). Les autres sont placées sous l’invocation des saints et certaines de celles-ci ayant prolongé d’anciennes confréries médiévales font partie des plus anciennes confréries du Trégor. Mais dans l’ensemble, il faut attribuer au dynamisme post-tridentin l’extraordinaire floraison des confréries au xviie siècle. L’effort de création a été dirigé par le clergé trégorrois72, les fidèles ne semblent pas avoir totalement suivi73. Leur adhésion mesurée à travers le nombre des fondations et des legs testamentaires74, s’arrête avant la fin du xviie siècle ; alors que ce mouvement épousait assez sensiblement le rythme des créations de nouvelles confréries, l’effort de création qui est toujours très net entre 1680 et 1700 et qui se prolonge durablement, jusqu’en 1730, ne suscite plus aucun écho. Entre 1767 et 1772, dans la continuité de l’assemblée des évêques de France, de 1763, Jean-Marc de Royère essaie, pendant son épiscopat, de promouvoir le culte du Sacré-Cœur de Jésus dans le diocèse de Tréguier75. Son initiative n’est guère suivie : 5 confréries du Sacré-Cœur, seulement, sont érigées en Trégor : c’est un échec ! Il n’y aura plus alors de nouvelle tentative. Le seul exemple de création vers la fin de l’Ancien Régime est celui du Faouët, le 2 novembre 1783, quand Jean Lamandé est désigné comme gouverneur d’un autel dédié à Saint-Yves et à la Sainte-Croix76. Il s’agit d’un acte isolé, le dernier d’une longue série qui a profondément marqué sinon les âmes, du moins le paysage para-religieux trégorrois. Peu de confréries ayant disparu au xviiie siècle, la liste de celles qui existent encore en 1789 est impressionnante. Si elle témoigne plutôt de l’échec trégorrois d’une pastorale de la Réforme, elle indique cependant dans chaque paroisse, un ensemble de fonctions à administrer et de postes à pourvoir.

  • 77 Ibid., p. 348.
  • 78 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 21 décembre 1788.
  • 79 Saint-Jean, Saint-Joseph, Sainte-Marguerite et Saint-Pierre, AD (22), 20 G 608 Servel, 17 décembre (...)
  • 80 Minois (G.), « Le réseau des confréries pieuses… », art. cit., p. 341.

28L’originalité trégorroise apparaît nettement dans ces chiffres, comme si la multiplication du nombre des confréries sur ce territoire avait été organisée par le clergé pour combattre la tiédeur religieuse de ses habitants77. Non seulement les confréries existent dans les paroisses et dans les trèves, mais elles se rencontrent encore dans les chapelles des écarts. Notre-Dame de Locmaria-Pendréo abrite une confrérie du Rosaire et une confrérie de Saint-Jean78. La chapelle de Bonne-Nouvelle à Servel possède quatre confréries79. Sous l’impulsion du seigneur de Kermézen, même la petite chapelle Sainte-Anne à Pommerit-Jaudy est pourvue d’une confrérie du Rosaire80. Le résultat est tel que le diocèse approche le niveau des évêchés du royaume où la densité des confréries est la plus forte : Arles (3,48), Vence et Grasse (5,16). La conséquence est que dans chaque paroisse et trève, un nombre supplémentaire de fonctions est offert aux notables locaux.

29Toutes ces confréries ne sont pas équivalentes. Comme existaient de plus petites chapelles, il y avait aussi de moindres confréries. Les plus communes d’entre elles ont participé à l’essor quantitatif de cette forme de dévotion, dans un esprit post-tridentin. Certaines, comme celles tournées vers la mort, paraissent s’être développées parce qu’elles correspondent mieux à une sensibilité locale, d’autres comme les confréries pour la libération des captifs ont bénéficié de la promotion du clergé. Suivant les époques et les lieux, les places de gouverneurs de confréries ont pu susciter un intérêt ou un engouement passagers et présenter ponctuellement un attrait supérieur. Puis elles ont brillé d’un éclat moindre et subi une certaine désaffection. La dévotion des fidèles a suivi les mêmes variations : fondations, testaments et offrandes affluent à certaines périodes et stagnent à d’autres. Il n’est, semble-t-il, resté de ce grand mouvement qu’un ensemble de fonctions à pourvoir, que des autels à entretenir et qu’un domaine, encore plus vaste, à administrer : celui des rentes fondées en faveur de ces confréries.

30Ce travail d’administrateur est proche de celui demandé aux fabriques paroissiaux et aux gouverneurs de chapelles. Il est donc nécessaire de conserver cet ensemble avec celui des fabriques et des chapelles pour cerner les modes d’apprentissages du pouvoir. De ce nombre naît la diversité : chaque paroisse et chaque trève constituent donc un cas particulier et leur analyse ne peut suivre de schéma préétabli. Une étude des carrières paroissiales doit tenir impérativement compte des situations locales, celles-ci se compliquant encore de la tenue de fonctions profanes ou laïques.

Les autres fonctions locales

31Dans chaque paroisse, un certain nombre de fonctions liées à l’égail ou à la collecte de l’impôt, à l’accomplissement de corvées telles que les charrois militaires ou la réparation des grands chemins, viennent s’ajouter au guet et au devoir de milice pour occasionner d’autres nominations de personnes. Pour beaucoup d’entre elles, les modes de remplacement sont semblables à ceux des fabriques ou des gouverneurs. Mais pour d’autres fonctions liées aux besoins de la communauté, les schémas sont nettement moins formels.

Les auxiliaires du fisc

32En premier lieu viennent la répartition et la collecte des impôts, principalement la capitation et les vingtièmes mais aussi les fouages et les levées concernant les fourrages et la garnison. Un ensemble complexe qui dans chaque paroisse nécessite des nominations annuelles.

  • 81 Dupuy (A.), Études sur l’administration municipale…, op. cit., p. 158. Sée (H.), Les classes rural (...)
  • 82 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Mandement général pour la levée de la Capitation de l’année 17 (...)

33La capitation est un impôt de répartition suivant trois clefs. Au premier niveau, celui du royaume, la Bretagne est abonnée pour une somme, quasi invariable jusqu’en 1789, aux alentours de 1 800 000 livres ; la noblesse est taxée à 120 000 livres, les villes à 345 500 livres, les campagnes à 1 243 000 livres81. Cette somme à prélever sur le monde rural est alors divisée entre les paroisses selon leur population comptabilisée par feux à l’instar des anciens fouages. Au troisième niveau celui de la paroisse, le montant local de la capitation est réparti entre les chefs de famille, ou plus précisément les chefs de ménage, selon leurs revenus réels ou supposés, en incluant leurs domestiques82.

  • 83 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 13 juin 1779.
  • 84 AD (22), 20 G 615 Trébeurden, 24 février 1771 et 28 mai 1780.
  • 85 AD (22), 20 G 175 Lanmodez, 11 septembre 1774 ; 20 G non classé, 15 juin 1786.
  • 86 Il n’y a pas de taille en Bretagne. Cet abus de langage désigne les anciens fouages ducaux devenus (...)
  • 87 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 21 décembre 1788.
  • 88 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 28 septembre 1783.

34Ce dernier travail est celui de « l’égailleur » ou « des égailleurs », car cette répartition s’effectue au niveau de la paroisse mais encore dans chaque frairie ; les « collecteurs » ont, eux, pour mission de récolter les sommes imposées. Les nominations des égailleurs et des collecteurs sont étroitement liées ; les collecteurs de la capitation d’une année se retrouvent comme répartiteurs l’année suivante. Il peut s’agir des fabriques en charge. À Brélévenez, d’après un « usage ancien », les fabriques font office de collecteurs de la capitation l’année de leur mandat83. À Trébeurden, au moment du choix des marguilliers, il est spécifié que « lesdits fabriques feront […] la collecte et recette de la capitation comme l’usage et la coutume » ; l’année suivante ils sont systématiquement nommés égailleurs84. Cette manière de procéder est celle d’une très grande majorité de paroisses85 ; il existe cependant quelques variantes. À Lanvellec, un collecteur spécifique est nommé pour la capitation, un autre pour les vingtièmes et un troisième pour les « tailles86, fourrages et garnisons ». Ces trois personnages sont appelés « collecteurs généraux » et se font aider dans les frairies par des « collecteurs particuliers87 ». Au Faouët, la franche séparation entre grand fabrique et fabrique de la chapelle de Kergrist produit entre ces deux personnages une nouvelle répartition des rôles : le premier assure la collecte des fouages, le second celle de la capitation88. Mais ici, aussi, le schéma général est respecté, l’année suivante les deux fabriques se retrouvent égailleurs de la capitation.

  • 89 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Mandement général pour la levée de la Capitation de l’année 17 (...)
  • 90 Ibid., article 16, p. 8.
  • 91 Ibid., p. 4 et AD (29), 67 G 4 Garlan, 14 décembre 1788.
  • 92 Ibid., article 19, p. 9 et article 23, p. 10.
  • 93 AD (22), 20 G 691 Plésidy, 29 juin 1777.

35La collecte en deux termes, avril et octobre, et la remise de l’argent au bureau du receveur des fouages de l’évêché viennent donc alourdir le travail des fabriques. Ils sont d’ailleurs rétribués pour cette tâche : 3 deniers par livre pour la capitation proprement dite et 4 deniers par livre pour les impositions pour la milice et le casernement des troupes qui y sont annexées89. Malgré la possibilité qui leur est donnée de se faire seconder dans les frairies90, ils ne semblent pas avoir reçu d’aide en dehors d’exemples particuliers comme celui de Lanvellec. La raison est probablement que les collecteurs sont solidaires sous la responsabilité des généraux de paroisses qui les ont nommés, qu’ils doivent être solvables91 et doivent faire l’avance des sommes non perçues92. Ces obligations gênent parfois les nominations, étant donné qu’il n’est pas toujours simple de trouver dans les paroisses des volontaires compétents, assez aisés et honnêtes. Le corps politique de Plésidy se plaint ouvertement de cette difficulté, en 1777 : « Vû l’impossibilité [de trouver] à l’avenir dans cette paroisse et trèves des gens capables qui sçauroient lire et escrire, solvables et responsables de la cueillette annuelle de pareilles sommes […] qui devienderoient insolvables ou souvant qu’ils s’enfuiront avec l’argent après l’avoir ramassé93… »

  • 94 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Mandement général pour la levée de la Capitation de l’année 17 (...)
  • 95 Ibid., capitation, 1788. Chaque page du rôle est paraphée par « messire Pierre-Joseph Garrat de Sa (...)
  • 96 Ibid., p. 3.
  • 97 Kermoal (C.), Les Notables de Ploubezre…, mémoire cité, p. 70 ; AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 24 jui (...)
  • 98 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 24 décembre 1789.

36L’égail de la capitation est très sévèrement contrôlé « afin que chacun soit taxé en proportion de son aisance, & que les riches ne soient pas soulagés à l’oppression des pauvres, injustice qui n’est que trop ordinaire94 ». Un commissaire de la Commission Intermédiaire se joint aux égailleurs et aux notables nommés dans chaque frairie et contrôle la répartition de la capitation à l’aide des rôles de l’année précédente et de l’état des changements collecté par les fabriques95. Ceux-ci pour un tiers d’entre eux sont d’anciens marguilliers ou trésoriers, les autres sont choisis parmi « les habitants qui n’ont point encore passé en charge96 ». Il se trouve donc dans chaque paroisse un certain nombre de fonctions à pourvoir à cette occasion. Ce sont au niveau de la paroisse les anciens fabriques et collecteurs devenus égailleurs et au niveau des frairies, de petits égailleurs apparaissant en nombre variable : 22 à Ploubezre ; 6 groupes de 2 personnes à Bourbriac ; 8 individus, un par frairie, à Plufur ; 4 seulement à Plésidy97. Bien sûr, des cas particuliers viennent compliquer ce schéma général. À Lanvellec, par exemple, sont nommés 2 « égailleurs généraux » bien distincts des fabriques, mais la répartition y est réalisée, comme ailleurs, par 7 égailleurs particuliers, un par frairie98.

  • 99 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Mandement général pour la levée en 1787 du premier et second v (...)
  • 100 Le premier vingtième a succédé au dixième en 1750. Le second vingtième qui avait été créé en 1756 (...)

37L’organisation de l’égail et de la collecte des vingtièmes est à peu près semblable99. Au niveau de la province, le montant annuel varie suivant les périodes ; deux ou trois vingtièmes levés sur les biens-fonds et autres revenus peuvent être perçus100. L’abonnement consenti par les États de Bretagne, en 1786 et 1787, additionné de celui pour le Commerce et l’Industrie, monte, cette dernière année, à 3 203 300 livres. La part de l’évêché de Tréguier s’élève à 249 400 livres. Cette somme est répartie entre les paroisses.

  • 101 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Mandement général…, p. 4.
  • 102 Une personne : AD (22), 20 G 52 Coadout, 21 janvier 1770 ; 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788 ; AD (...)

38L’égail et la collecte des vingtièmes se font de manière tout aussi rigoureuse que pour la capitation. La seule véritable différence est la liberté laissée aux commissaires d’être présents ou non lors de l’établissement des rôles101. Pour le reste, le déroulement est identique, tant pour la confection des rôles que pour leur publication lors du prône de la grand-messe, la collecte en 2 fois (avril et octobre) et le versement au bureau du receveur des fouages. Mais dans chaque paroisse, il n’est gardé traces de nominations que de celles des collecteurs : 1 ou 2 par paroisse102, distincts des fabriques en charge. Il n’est jamais fait mention d’égailleurs spécifiques pour les vingtièmes. Il semble bien que ce soient les mêmes personnes que pour la capitation qui effectuent cette nouvelle répartition, tant au niveau général de la paroisse ou de la trève qu’à celui particulier des frairies. Le nombre des fonctions créées par cet impôt se limite donc aux seuls collecteurs.

  • 103 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 21 décembre 1788.
  • 104 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 17 décembre 1769.
  • 105 AD (22), 20 G 52 Coadout, 21 janvier 1770. AD (29), 67 G 4 Garlan, 9 octobre 1787.
  • 106 AD (29), 113 G 14 Lanmeur, 12 décembre 1784 et 11 décembre 1785.

39En ce qui concerne les autres impositions, le schéma est moins universel. À Belle-Isle-en-Terre, les égailleurs des fouages sont les collecteurs de l’année précédente. L’organisation se calque sur celle de la capitation ; il n’y a, cependant, ni égailleur ni collecteur principaux. Le cadre est celui des 7 frairies de la paroisse, mais seulement 4 égailleurs sont retenus comme collecteurs à l’issue de leur année de charge103. À Brélévenez, il est fait mention de collecteurs dans le cadre des frairies, certains étant changés annuellement d’autres étant reconduits dans leur fonction sans explication apparente de ces options particulières104. À Coadout, le collecteur des fouages est aussi celui de la capitation, tandis que celui de Garlan est un receveur nommé uniquement pour cette collecte105. À Lanmeur, il existe aussi un receveur des fouages, mais la fonction s’exerce dans le cadre des frairies par 9 collecteurs différents106. Les paroisses semblent donc avoir conserver toute latitude pour organiser la répartition et la collecte de ces impôts d’origine plus ancienne. L’étude des fonctions qui sont liées à cette activité ne peut donc se faire qu’au cas par cas, la diversité étant la règle. Elle est néanmoins nécessaire : il semble bien que de la même manière que pour la capitation et pour les vingtièmes, ces postes soient confiés à des personnes n’ayant point exercé de charge. La raison est d’abord pratique : le cadre frairial multiplie les fonctions et pour y pourvoir, il faut recruter au-delà du premier cercle des notables. Les personnes nommées connaissent à cette occasion un premier contact avec les fonctions paroissiales, il peut s’agir pour eux du début d’une possible carrière.

Les corvées

40Les charges royales ne se bornent pas aux seuls impôts. Dans toutes les paroisses rurales, viennent s’ajouter des prestations en nature. Une requête, de 1782, adressée par divers particuliers de Brélévenez à l’intendant de Bretagne, dans l’espoir de voir réduire leurs impositions, en montre toute l’étendue :

  • 107 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 30 juin 1782.

« Il est facile de prouver que les corvées auxquelles les habitants de cette paroisse sont sujets et obligés surpassent beaucoup celles des habitants de la ville de Lannion, et le détail suivant forme la preuve :
Primo la paroisse de Brélévenez est obligée aux guets et pour le remplir il faut un capitaine, deux lieutenants, six sergents et six pédons qu’on change toutes les semaines, lesquels pédons courent jour et nuits pour porter dans les différentes postes les ordres concernants le service de sa majesté…
2do La même paroisse est obligée aux transports des troupes et à fournir des chevaux aux messieurs officiers.
3tio A fournir à la garde de la cotte neuf hommes par cinq jours outre les soldats canonniers gardecotte.
4to Le même général est encore obligé de fournir pour compléter le nombre des canonniers et matelots gardecotte quelquesfois quatorze ou quinse personnes par ans.
5to La même paroisse est obligée à la réparation des grands chemins corvée qui coute beaucoup aux habitants.
6to Enfin la même paroisse fournit comme toutes les autres paroisses voisines de Lannion dix lits aux cazernes de la ditte ville et à la décharge des habitants de la même ville pour le logements des troupes107… »

41La réclamation détaille les trois grands chapitres des corvées qui pèsent sur les habitants du littoral : la milice garde-côtes, la réparation des grands chemins et enfin le logement et le transport des troupes. Chacun d’entre eux, mobilise au niveau des paroisses, un certain nombre de fonctions.

  • 108 Dupuy (A.), op. cit., p. 253-255. Durand (C.), Les Milices garde-côtes en Bretagne, Rennes, 1927. (...)
  • 109 AD (22), 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 3 décembre 1786 ; 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 1er janvie (...)

42Le service des milices garde-côtes créé au xvie siècle et réorganisé à plusieurs reprises aux xviie et xviiie siècles subit une réforme décisive en décembre 1778108. Les soldats de la milice sont transformés en canonniers garde-côtes et ce changement d’appellation s’accompagne d’une modification de leur organisation. Comme par le passé, toutes les paroisses situées à moins de 2 lieues des rivages de la Manche sont astreintes à ce service. Mais il se trouve désormais 2 types de compagnies : d’une part, les véritables canonniers destinés à fournir en permanence des servants aux batteries côtières et d’autre part, les canonniers de guet qui en temps de paix n’ont à assurer aucun service. Ces derniers sont à la charge entière des paroisses qui doivent les organiser et en fournir l’encadrement. On voit dans l’exemple de Brélévenez se constituer à cet effet une véritable hiérarchie militaire (un capitaine, deux lieutenants, six sergents) et donc un ensemble de grades à attribuer. Il est pensable qu’une semblable organisation avait été mise en place dans les autres paroisses de la côte et que cellesci reconstituaient leurs compagnies en attribuant les grades des anciennes milices. Les exemples sont rares et moins parlants. Mais la présence groupée d’un « capitaine », d’un « chef de division » et d’un « tambour » à Plestinles-Grèves ou les exemples isolés d’un « commandant de l’Isle Grande » à Pleumeur-Bodou, d’un « capitaine du guêt » et d’un « lieuteneant garde côte » à Ploumilliau ou d’un « lieutenant » à Trélévern109 tendent à le prouver.

  • 110 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 25 avril 1773 ; 20 G 415 Plufur, 2 avril 1787. AD (29), 185 G 10 Plou (...)

43Le recrutement des miliciens garde-côtes se fait par tirage au sort. Celuici mobilise, une fois par an, dix « notables » chargé de dresser la liste des « jeunes gens110 ». Cette dernière appellation est trompeuse, l’exemple de Plougasnou montre qu’il s’agit en réalité de tous les garçons et hommes mariés entre 18 et 60 ans. Ils iront grossir les rangs des véritables canonniers servant les bouches à feu.

  • 111 Dupuy (A.), op. cit., p. 244-253. Sée (H.), op. cit., p. 354-362. Dupuy (R.), op. cit., p. 24-25.
  • 112 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 10 mars 1779 et 13 février 1780.
  • 113 Les Aventures du Citoyen Jean Conan de Guingamp. Aventurio ar Citoien Jean Conan a Voengamb, Morla (...)
  • 114 Ibid., p. 139-141, vers 2625-2670. Dupuy (R.), op. cit., p. 26. Nassiet (M.), Noblesse et pauvreté (...)

44La constitution de troupes pour la milice provinciale n’a pas produit de semblables hiérarchies dans les paroisses111. Depuis la réforme de 1765 et l’intervention des députés en cour, la Bretagne ne doit que 6 compagnies : un total de 4 260 hommes enrôlés pour 6 ans. Le renouvellement annuel pour toute la province n’est donc que de 710 personnes désignées par tirage au sort réalisé au chef-lieu de la subdélégation. Les paroisses ne doivent désigner qu’un nombre variable de « notables » pour fixer la liste des personnes devant s’y rendre112. De nombreuses dispenses et des patronages influents font reporter ce recrutement sur les classes les plus pauvres à l’exemple de Jean Conan tisserand de Sainte-Croix de Guingamp et tambour dans une compagnie de chasseur113. L’encadrement est accaparé par la noblesse114. La paroisse doit fournir le petit équipement : vestes, chapeaux, guêtres et souliers qui, stockés dans les magasins du roi, complètent les uniformes.

  • 115 Sée (H.), op. cit., p. 349-354.
  • 116 Il existe un syndic à Lohuec, voir AD (22), 20 G 375 Plougras, 18 février 1789. Un caporal de la f (...)
  • 117 Briand (Y.), Les routes au pays de Lannion au xviiie siècle, Lannion, 1936.

45Si la surveillance des côtes est limitée aux paroisses du littoral, l’entretien des grands chemins concerne tout l’évêché. Créée au début du xviiie siècle et établie définitivement par l’intendant de Bretagne, en 1730, la corvée royale pour l’entretien et la construction des routes ne concerne théoriquement que les paroisses dont les habitants peuvent retourner dormir chez eux le soir. Depuis 1757, la distance maxima jusqu’au lieu de corvée est fixée à deux lieues115. De part et d’autre des deux grands chemins qui mènent de Châtelaudren et Guingamp à Morlaix par l’intérieur ou par la côte, de part et d’autre de la route de Carhaix à Lannion par Guingamp, toutes les paroisses et trèves du Trégor sont concernées. Le Cloître-Saint-Thégonnec et Lohuec qui pourraient prétendre à une exemption de corvée pour cause d’éloignement, ne font pas exception116, sans doute parce qu’elles sont des trèves et contribuent à l’effort de leur paroisse mère Plourin-lès-Morlaix et Plougras. Comme leurs voisines, depuis les ordonnances de 1754 et de 1757, elles doivent accomplir une tâche proportionnelle au montant de leur capitation annuelle, à raison d’une toise de route par livre imposée. Le travail est délimité par une borne de corvée indiquant la distance sur laquelle les corvéables sont tenus d’entretenir la chaussée117. La responsabilité de la bonne exécution est confiée au « syndic du grand chemin » de chaque paroisse et de chaque trève.

  • 118 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 27 septembre 1772 ; 20 G 253 Minihy-Tréguier, 14 septembre 1788 ; 20 (...)
  • 119 AD (29), 188 G 16 Plougonven, 8 décembre 1785.
  • 120 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 9 mars 1779.

46Ces personnages apparaissent sous cette appellation ou sous celle, plus courante, de « syndic118 ». Ils se remarquent dans les paroisses comme dans les trèves, ainsi à Plougonven et à Saint-Eutrope où un « crieur et courrier » est spécialement nommé dans la paroisse pour leur porter les ordres du roi119. Ils sont en relation avec les subdélégués mais surtout avec l’ingénieur des Ponts et Chaussées de Guingamp de qui leur parviennent instructions et autorisations. Ce sont des hommes d’expérience ; leurs mandats sont souvent très longs. À Ploumilliau, en 1779, Toussaint Menou qui démissionne au profit de son fils Marc, met fin à une fonction qui durait depuis 20 ans120.

  • 121 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 3 mai 1772 ; 20 G 415 Plufur, 28 novembre 1784.
  • 122 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 23 décembre 1781 ; 20 G non classé, Plestin-les-Grèves, 28 mars 1784.
  • 123 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 16 avril 1781.
  • 124 AD (22), 20 G 415 Plufur, 30 mars 1783.

47Responsables de la bonne exécution des travaux, ils n’y participent pas directement. Leur principal travail consiste surtout à dresser la liste des ouvriers d’après les rôles de la capitation. Ils gèrent aussi l’encadrement confié à des « députés » ou des « caporaux » nommés après accord de l’ingénieur des Ponts et Chaussées121. Ces personnages sont désignés dans le cadre des frairies ; Louis Menou « députeur en la frairie de Saint-Carré » à Lanvellec, Michel Le Bourhis « caporal en la frérie de Trémeur » à Plestinles-Grèves122 illustrent cette délégation au niveau le plus fin de la paroisse. La règle n’est pas immuable. Il n’y a pas toujours un député par frairie. À Plounévez-Moëdec, leur nombre qui était de 10, jusqu’à 1781, se voit alors réduit à 6 ; chaque député doit désormais s’occuper de 2 frairies123. La même distribution existe à Plufur : les caporaux du grand chemin y sont nommés « chacun pour deux frairies124 ».

  • 125 Sée (H.), op. cit., p. 351.
  • 126 AD (35), C 3826, Registres de la Commission Intermédiaire, 1773-1774, p. 1037-1038 et 1054.
  • 127 AD (22), 20 G 415 Plufur, 1er juillet 1787 ; 20 G 654 Trélévern, 3 mai 1772.

48Ces personnes ont pour mission de rassembler les corvéables et de les mener à l’endroit où accomplir leur tâche. La durée exigible de la corvée ne peut excéder 20 jours par individu. Depuis l’ordonnance de 1757, les périodes sont fixées de manière à éviter les grands froids de l’hiver et le temps des moissons. Elles s’étendent du 1er mars au 15 juillet et du 15 octobre au 15 décembre125. Leur responsabilité d’encadrement se double de la surveillance des travaux, car les députés du grand chemin doivent encore faire respecter la propriété des riverains. Cette question n’est pas négligeable, la tentation est grande pour les carriers d’aller au moins pénible en creusant des perrières au bord de la route, au plus près des lieux à entretenir. Plusieurs réclamations à ce sujet sont traitées par la Commission Intermédiaire chaque année et des indemnités sont accordées aux propriétaires lésés126. Les renouvellements des députés ou caporaux tels qu’ils apparaissent dans les cahiers de délibérations des généraux de paroisses, apportent peu de renseignements sur la périodicité de leur mandat. Ils ont lieu sans aucune régularité, en général à l’occasion de la disparition du précédent détenteur de la fonction127. Si les syndics sont le plus souvent des personnes d’expérience ayant un certain renom dans leur paroisse, les députés des frairies paraissent d’un niveau subalterne. Ils sont aussi plus jeunes, du moins dans leurs premières années de fonction. Comme les collecteurs des frairies, les députés nouvellement désignés sont à l’orée d’une éventuelle carrière.

  • 128 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 5 mai 1782, « règlement pour la nommination des sindics faisan (...)
  • 129 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 1778 ; 20 G 391 Ploumilliau, 21 avril 1782 ; 20 G 654 Tréléve (...)
  • 130 AD (22), C 4.
  • 131 AD (22), 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 20 mai 1782.
  • 132 Dubreuil (L.), Les Vicissitudes du domaine congéable pendant la Révolution, Rennes, 1915, p. 318, (...)
  • 133 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 1778-1789.

49Le logement des troupes et le transport des bagages des militaires de passage sont des corvées tout aussi contraignantes. Une ordonnance de l’intendant de Bretagne du 24 mars 1782 le rappelle128. Dans chaque paroisse et trève des personnes sont spécialement chargées de cette fonction. Elles se rencontrent parfois aux délibérations du général où elles apparaissent principalement sous l’appellation de « syndic » ; celle de « maire » étant portée à Plounévez-Moëdec129. Un « état général de tous les propriétaires de charettes ou harnois, chevaux et bœufs » dans cette paroisse, en 1785, laisse supposer pour ces personnages un travail important puisque ce sont 31 charrettes et 235 chevaux qui sont utilisées pour les transports de bagages, tandis que la moitié des habitants est concernée par le logement des troupes130. La tâche est lourde, ce qui motive la démission de François Delisle, syndic en charge de Plestin-les-Grèves, déclarant faire à ce titre « les plus pénibles et onéreuses fonctions des trésoriers des paroisses de campagne ». L’ordonnance de l’intendant de Bretagne stipule en effet qu’il soit nommé dans chaque localité « un sindic qui sache bien lire et écrire, qu’il jouisse d’une fortune capable de faire certaines avances dans les cas nécessaires, qu’il soit à demeure dans le bourg, qu’il puisse être remplacé qu’en cas de mort ou de maladie ou de plainte fondée131 » Ces obligations et la nécessité d’une relation, semble-t-il assez suivie, avec les subdélégations locales, expliquent, sans doute, que ces postes soient confiés à des hommes d’expérience. À Belle-Isle-en-Terre et à Plounévez-Moëdec situées entre Guingamp et Morlaix sur le grand chemin qui mène directement de Paris à Brest, il s’agit, vers 1785, de Matthieu L’Official et de Guillaume Aurégan. Tous deux sont des notaires ; le premier est substitut du procureur fiscal de sa paroisse, le second est procureur fiscal de plusieurs juridictions132. Ces personnes occupent ces fonctions pour des durées très longues : Matthieu L’Official était déjà syndic pour le passage des troupes en 1778, il exerce toujours en 1789133.

Les autres fonctions paroissiales

50D’autres fonctions viennent compléter ce tableau des postes pouvant être occupés dans les paroisses. Elles sont plus diverses et échappent à une véritable classification. Certaines sont liées, telles les fonctions de témoins synodaux, de porteurs lors des processions, de bedeaux ou de sacristains, aux besoins de la paroisse. D’autres comme celles de bâtonnier, de fossoyeurs, d’homme vivant, mourant et confisquant ou de guetteur du goémon sur les côtes, dépendent des besoins de la communauté. Elles ne paraissent pas devoir être comptabilisées au nombre des fonctions apportant un surcroît de notabilité, mais elles ne sont pas négligeables, car conférant un signe distinctif, une petite notoriété pouvant servir par la suite.

  • 134 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 60.
  • 135 Minois (G.), La Bretagne des prêtres…, op. cit., p. 171.
  • 136 Ibid., p. 172-194.
  • 137 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 21 décembre 1788.

51Les témoins synodaux sont institués dans les paroisses pour informer l’évêque de la qualité de son clergé. Le contrôle des bonnes mœurs des ecclésiastiques, la correction de leurs défauts font partie des visites épiscopales134. Les dépositions des témoins sont donc consignées dans des cahiers séparés et ces rapports révèlent une vie pour le moins tumultueuse, au début du xviiie siècle135. Le prisme grossissant de ces récits nous montre une foule de prêtres paillards, ivrognes, pervers et même assassins136. Il est probable que la situation s’améliorant par la suite, le rôle des témoins synodaux s’en trouva réduit. Pourtant, ils existent toujours aux abords de la Révolution. François Le Morvan et Yves Le Minor, nommés à Lanvellec en 1788, en sont deux derniers exemples ; ce sont les deux fabriques sortants137.

  • 138 AD (22), 20 G 287 Penvénan, 26 octobre 1777. AD (29), 203 G 6 Plourin-lès-Morlaix, actes de la mun (...)
  • 139 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 273 et 278, propose deux définitions différentes pour le sac (...)
  • 140 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 20 avril 1777 ; 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 2 novembre 1788.

52Dans plusieurs localités, les porteurs pour les processions sont désignés par le général de la paroisse. Il s’agit des porteurs de bannières mais aussi de porteurs de dais, de fanaux et de flambeaux et des croix de paroisses138. Ces nominations sont pour la plupart ponctuelles. Ce n’est pas le cas des sacristains ou bedeaux affectés à l’entretien de l’église et placé sous l’autorité du général et la surveillance du recteur. Les durées de fonctions sont toujours très longues et il n’est pas rare de retrouver une même personne comme « sacriste139 » plus de 10 ans. Il semble d’ailleurs que cet emploi soit souvent attribué à une même famille : à Brélévenez, en 1777, à la demande du recteur qui s’en plaint, Jean Le Guilloury est remplacé par son frère François et, lorsqu’en 1788, Jean Lissillour bedeau de Plounévez-Moëdec vient à décéder, la place est donnée à son fils Yves sous le cautionnement de sa mère140.

  • 141 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 278-279.
  • 142 AD (22), 20 G 415 Plufur, 21 juin 1789.
  • 143 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 19 mai 1777.
  • 144 AD (22), 20 G 625 Trédrez, 23 décembre 1787 ; 20 G 654 Trélévern, 15 octobre 1784.

53L’ouverture et la fermeture des portes, l’exacte sonnerie des cloches aux divers offices, le balayage des lieux de culte, le soin général du cimetière sont leurs attributions fixées par les arrêts du Parlement de Bretagne141. Lorsque des règlements particuliers existent dans les paroisses, ils reprennent ces mêmes chapitres en les adaptant aux usages locaux. À Plufur où la fonction comprend encore la réponse de la messe, en l’absence des ecclésiastiques, et l’entretien de l’horloge, le salaire est de 18 livres par an142. À Brélévenez, le « sacriste » reçoit 12 livres. Malgré une moindre rémunération, la place, n’est pas négligeable. Elle ouvre droit à la jouissance d’une petite exploitation (bâtiment et terres) située au pied de l’escalier menant de Brélévenez à Lannion. Ce domaine congéable appelé Convenant de l’Hôtel des Vicaires est affermé au prix de 72 livres par an ; il peut être sous loué143. Mais dans d’autres lieux, la rétribution du sacristain est bien moins intéressante : celui de Trédrez reçoit une pièce de laine « pour lui servir de gratification du bon service qu’il a rendu » ; celui de Trélévern doit se contenter pour tout salaire « du casuel ordinaire144 ».

  • 145 Ibid., 1er janvier 1777, 25 mai 1783, 15 octobre 1784, 1er janvier 1786.
  • 146 Ibid., 25 mai 1783.

54Le terme de « bâtonnier » pourrait qualifier le gouverneur d’une confrérie (le bâtonnier porteur de la bannière de la confrérie). Mais je n’ai jamais trouvé ce terme associé à une quelconque confrérie. Lorsqu’il apparaît à plusieurs reprises dans la seule paroisse de Trélévern, il désigne toujours le sacristain en charge. C’est vrai pour Pierre Le Bigot, de 1777 à 1784, avant qu’il ne démissionne. C’est toujours le cas pour Pierre Guégan qui lui succède, de 1784 à 1786145. Lorsqu’il est fait mention de leur activité, en 1783, c’est à l’occasion de l’achat de cordes pour l’horloge de l’église146. Il est possible que les termes de bâtonnier et de sacristain aient été synonymes.

  • 147 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 9 septembre 1781.
  • 148 AD (22), 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 23 décembre 1781.
  • 149 Ibid., le surcroît de mortalité de l’année 1780 a rempli le cimetière, « l’ouverture des fosses y (...)
  • 150 Potier de La Germondaye, op. cit., p. 279-280.

55Le métier de fossoyeur est parfois assuré par le sacristain, ainsi à Ploumilliau où Louis-Jean Peron exerce la double fonction de « sacriste et fosseyeur147 ». Mais ce personnage est surtout un professionnel nommé par le général et dépendant de lui148. Plusieurs arrêts du Parlement de Bretagne concernant la disposition et la profondeur des fosses (à 4 pieds sous terre, au moins) sont les principaux règlements qu’il doit observer ; les griefs des recteurs à ce sujet sont d’ailleurs les seuls épisodes qui nous font connaître directement ces personnages149. Il leur était demandé de donner aux fabriques un état précis des ouvertures de terre, des emplacements et des personnes enterrées150, mais cette seconde demande du Parlement n’a pas laissé de trace, soit que son traitement ait été verbal, soit qu’elle n’ait jamais été exécutée.

  • 151 Marion (M.), Dictionnaire des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1923, (...)

56Les « hommes vivants mourants et confiscants » connaissent un mode de renouvellement et de nomination identique à celui des caporaux de la corvée. La raison d’être de ces personnages est de ne point léser les seigneurs dans la perception de leurs droits de mutation lorsque des biens appartiennent à l’église, aux chapelles et aux confréries. De manière fictive, une personne est considérée comme propriétaire des biens d’Église situés dans la paroisse et appartenant à une même seigneurie. Il y a donc autant d’hommes vivants, mourants et confisquants qu’il y a de seigneuries ayant biens dans la paroisse sur lesquels sont assises des rentes dues aux églises et aux chapelles : homme « vivant », car toutes les redevances considérées comme personnelles, les rachats, les lods et ventes, sont dues aux seigneurs ; homme « mourant » car son décès ouvre prestation d’hommage et reddition d’aveu ; homme « confiscant » enfin pour que le droit de confiscation seigneuriale puisse s’exercer en cas de félonie151.

  • 152 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 19 janvier 1772.
  • 153 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 2 novembre 1783.
  • 154 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 8 décembre 1788.
  • 155 AD (22), 20 G non classé, 22 novembre 1789.

57Les généraux de paroisses ont donc intérêt à nommer des personnes jeunes et robustes et de miser ce faisant sur un décès fort tardif. À Trélévern, en 1772, celui qui est nommé pour le fief du roi au ressort de Lannion est Vincent Théry, « jeune homme agé de vingt cinq ans152 ». À Ploumilliau, en 1783, le nouvel homme vivant, mourant et confiscant de la seigneurie de Kerninon est un « jeune homme153 ». À Plouisy, en 1788, les nouveaux hommes vivants, mourants et confisquants de la seigneurie du Poirier et de celle de Saint-Michel sont tous deux âgés de 25 ans154. Ces choix se font aux limites de la majorité légale des titulaires et le fait générateur est pratiquement toujours une demande du procureur fiscal de la seigneurie. Les paroisses laissent le temps jouer en leur faveur et attendent avant de procéder aux nominations et d’être obligées de payer. Ce jeu peut s’avérer dangereux lorsque les officiers seigneuriaux se consultent ou révisent leurs propres archives. À Ploubezre, en 1789, trois seigneuries réclament, au même moment, leurs droits de mutations. Le général n’a d’autre solution que d’atermoyer en déclarant devoir « verifier les titres pour savoir si les hommes laics déclarés aux anciens [aveux] sont décédés ou non155 » : il sait d’avance qu’il lui faudra payer.

  • 156 Desouches (M.-J.), « La récolte du goémon et l’Ordonnance de la Marine », AB, tome 79, n° 2, 1972, (...)

58Les guetteurs pour le goémon sont souvent aussi de jeunes gens. L’enjeu est le varech poussant sur les rivages. Sa propriété d’assimiler les carbonates de chaux et la magnésie en font un engrais bon marché, objet des convoitises paysannes. Les cultivateurs l’emploient pour la fertilisation de leurs terres, sa récolte est fortement réglementée. L’Ordonnance de la Marine de Colbert, de 1681, et sa rédaction spécifique pour la Bretagne, en 1685, fixent les règles de sa récolte, de son commerce et de son usage156. Le goémon détaché de son socle rejeté par les flots sur les rivages peut être ramassé en tout temps et en tout lieu. La coupe par contre est réglementée et doit être fixée dès le début de chaque année pour une période donnée : la récolte de nuit est interdite ; la cueillette est limitée à l’étendue des rivages de la paroisse et l’usage ne peut en être fait que dans l’étendue de celle-ci ; il est interdit d’en vendre à l’extérieur du territoire paroissial.

  • 157 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 375-376 : « …conserver le frai du poisson qui y éclôt, & y t (...)
  • 158 AD (22), 20 G 708 Louannec, 7 janvier 1770 ; 20 G 654 Trélévern, 1er janvier 1770 ; 20 G 175 Lanmo (...)
  • 159 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 1er janvier 1789 ; 20 G 615 Trébeurden, 1er janvier 1771 ; 20 G (...)

59Dans les années qui précèdent la Révolution, toutes les paroisses du littoral suivent probablement cette ordonnance, quelques-unes comme Plestin-les-Grèves, Saint-Michel-en-Grève ou Servel n’ayant cependant aucune délibération à ce sujet. Antérieure à l’arrêt de 1691, l’Ordonnance de la Marine fait référence aux assemblées des habitants pour fixer, dès le début de l’année, les dates de récolte et de les afficher aux portes des églises. Pour la période 1770-1790, la décision revient naturellement aux généraux de paroisses. Quelle que soit la paroisse de la côte, les dates permises vont habituellement du début de l’année à la fin du printemps. Il s’agit, ce faisant, d’assurer les moyens de reproduction du poisson157. L’ouverture de la récolte du goémon s’étend habituellement, suivant le calendrier religieux et festif, de la Chandeleur, le 2 février, à la Saint-Yves, le 19 mai, ou à la Saint-Jean, le 21 juin, chaque paroisse fixant sa période de récolte indépendamment de ses voisines158. Il est moins courant, à l’exemple de Pleumeur-Bodou, de Plougasnou ou de Trébeurden qu’une date civile (le 30 avril, le 31 mai) soit proposée et il est exceptionnel que le terme de la récolte soit repoussé à l’été : un seul exemple à Lanmodez, où, en 1776 et 1779, la date butoir est fixée au 31 juillet et au 1er août159.

  • 160 AD (22), 20 G 625 Trédrez, 12 décembre 1788 ; 20 G 669 Trévou-Tréguignec, 31 décembre 1770. Une co (...)
  • 161 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 1er janvier 1770 ; 20 G 175 Lanmodez, 6 septembre 1769 ; 20 G 708 Lou (...)
  • 162 20 G 669 Trévou-Tréguignec, 31 décembre 1769 : « Deffense à qui que ce soit d’aller à la grève aux (...)
  • 163 Seule distorsion notable à Trélévern où un rocher les Cadeuriou est réservé au seigneur marquis du (...)
  • 164 AD (22), 20 G 175 Lanmodez, 6 septembre 1769.
  • 165 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 1er janvier 1789 : « Avec deffense de couper ledit goëmon de nui (...)
  • 166 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 23 décembre 1788.

60En conséquence, dans les paroisses du littoral des personnes sont nommées pour veiller à la bonne exécution de ces règlements. Elles sont généralement 2, en place pour un an : 2 à Trédrez par exemple, et 2 à Locquémeau, sa trève, nommées chaque année au cours de la même délibération, dès le mois de décembre ; 2 également au Trévou-Tréguignec160. Elles sont appelées « gardes » ou « gardes cotte161 ». Des règlements particuliers fixent localement leur cadre d’intervention162. D’une manière courante l’Ordonnance de la Marine est respectée163 et dans plusieurs paroisses elle est élargie aux bris de côte et aux naufrages. À Lanmodez, en 1769-1770, sont désignés François Lené et Michel Le Mével « garde[s] cotte à s’opposer au pillage du Goëmon et fait par les bateaux étrangers et paroisses voisines et des débris provenant des naufrages sur la cotte dudit Lanmodé164 ». À Pleumeur-Bodou, en 1789, le règlement s’appuie sur l’Ordonnance de la Marine mais étend la compétence des guetteurs aux échouements165. À Plougasnou, il est nommé 2 personnes par frairie, chacune est spécialisée dans sa tâche ; le premier guetteur s’occupe du goémon, le second du bris166.

  • 167 AD (22), 20 G 615 Trébeuden, 6 janvier 1773 : « Et ne pouron néanmoins les susdits gardes côte ent (...)
  • 168 AD (22), 20 G 175 Lanmodez, 13 septembre 1772 : « Les gardiens garde côtes seront payés de leur jo (...)
  • 169 AD (22), 20 G 615 Trébeuden, 28 mars 1773 : « Refus de Yves le Treut […] classé depuis de nombreus (...)

61Les surveillants des côtes dépendent des généraux des paroisses167. Ils sont rétribués sur les prises168 : un salaire bien faible pour une longue journée de guet, chaque marée n’apportant pas forcément une épave à la côte et la basse mer n’étant pas systématiquement moment de fraude. Il est donc certain que ces personnes exerçaient par ailleurs un emploi et il est tentant, les dénominations étant les mêmes, de voir dans ces gardes côtes les mêmes précédents canonniers, ceux-ci étant nommés dans leur paroisse littorale. Rien ne vient certifier cette hypothèse, si ce n’est le fait que sur la côte il n’est jamais question de lever des canonniers du guet. Il faut néanmoins être prudent ; l’Inscription Maritime est un facteur perturbant, car depuis une ordonnance du 3 janvier 1779, les paroisses garde-côtes du royaume sont soumises à la fourniture d’un contingent de marins pour les vaisseaux du roi, identique en nombre à celui des canonniers ; revenus chez eux, ces matelots sont exempts pendant 10 ans de tout tirage au sort ; ils savent, le cas échéant, rappeler cette règle169 et leur absence fausse la vision que nous pourrions avoir de la provenance des effectifs réellement affectés sur les côtes.

62Le guet pour le goémon est donc à prendre en compte au nombre des fonctions attribuées chaque année dans une majorité de paroisses littorales. Deux personnes sont habituellement choisies pour cette tâche, mais parfois davantage lorsque, comme à Plougasnou, le recrutement s’effectue au niveau des frairies. Elles viennent compléter le nombre de celles exerçant une fonction laïque ou parareligieuse, un ensemble pouvant localement atteindre plusieurs dizaines d’individus.

  • 170 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 20 G non classé Ploubezre, 20 G 654 Trélé (...)

63Ces différentes fonctions plus obscures mais aussi beaucoup plus nombreuses complètent le nombre de celles ouvertes localement comme délibérateurs, comme fabriques ou gouverneurs de chapelles et de confréries. La multiplication des frairies, la position sur le littoral ou le long du grand chemin font varier leur nombre dans des proportions importantes. Celuici est souvent élevé : 85 à Brélévenez sans compter les 32 officiers du pardon, 71 à Plounévez-Moëdec, 69 à Ploubezre et 61 à Trélévern, par exemple170. Toutes ne semblent pas équivalentes en complexité, en durée ou en prestige même si chacune d’entre elles peut présenter un intérêt dans le cours d’une éventuelle carrière. Il faut simplement retenir l’existence dans chaque paroisse et dans certaines trèves de fonctions d’importance variable qui constituent un vaste ensemble mêlant des tâches d’administration, de comptabilité, de surveillance, de bonne gestion ou de simple exécution. Son organisation et son renouvellement ne sont pas choses négligeables. La tâche en revient aux membres du général de la paroisse, organe de décision pour tout ce qui concerne la communauté.

Notes

1 Dupuy (A.), L’Administration municipale en Bretagne au xviiie siècle, Paris/Rennes, 1891.

2 Perraud-Charmantier (A.), Essais sur le général de la paroisse en Bretagne, particulièrement dans le diocèse de Nantes et au dernier état du droit, Thèse de droit, Rennes, 1926.

3 Duine (F.), « Les généraux des paroisses bretonnes : Saint-Martin de Vitré » dans AB, tome 23, n° 1, 1907, p. 1-21 et n° 4, 1908, p. 473-497. Hanry (A.), Retiers. Le Général de la paroisse au xviiie siècle, Rennes, 1928. Le Cerf (R.), « Le général d’une paroisse bretonne au xviiie siècle » dans Revue de Bretagne et de Vendée, juillet, août et septembre 1888. Rouxel (J.), « Un général de paroisse sous l’Ancien Régime », Revue Morbihannaise, 1905, p. 337-350. Voir la liste des travaux universitaires dans Croix (A.) (dir.), Les Bretons et Dieu. Atlas d’histoire religieuse 1300-1800, Rennes, 1986, chapitre 35 auxquels il faut ajouter les travaux récents menés à Brest sous la direction de Jean Tanguy et de Fañch Roudault, à Nantes sous la direction de Guy Saupin et à Rennes sous la direction de Jean Quéniart et Alain Croix.

4 Minois (G.), La Bretagne des Prêtres en Trégor d’Ancien Régime, Brasparts 1987, p. 220-223 et 265-269.

5 Goujard (Ph.), « Les fonds de fabriques paroissiales : une source d’histoire religieuse méconnue », RHEF, tome 68, n° 180, janvier-juin 1982, p. 99-111. Marcadé (J.), « Les fabriques rurales dans le diocèse de Poitiers de Mgr de Caussade à Mgr de Bouillé (1750-1840) » dans « La culture paysanne… », op. cit., p. 489-498. Bianchi (S.), « L’élection des premiers maires (1790) en milieu rural dans le sud de l’Île-de-France : sources, résultats, interprétation », Dupuy (R.) (dir.), Pouvoir local et Révolution…, op. cit., p. 155, note n° 7, signale une enquête en cours aux Archives départementales de l’Essonne et du Val-de-Marne sur les communautés des habitants et les assemblées de fabriques.

6 Sée (H.), Les Classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la Révolution, Paris, 1906, p. 499-502. Gallet (J.), Seigneurs et paysans bretons du Moyen Âge à la Révolution, Rennes, 1992, p. 49-50.

7 Croix (A.), L’Âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, 1993, p. 86-90. Les Bretons délibèrent. Répertoire des registres de délibérations paroissiales et municipales, 1780-1800, et des cahiers de doléances, 1789, Saint-Brieuc, Quimper, Rennes, Vannes, 1990, p. 7-9.

8 Bourin (M.) et Durand (R.), Vivre au village au Moyen Âge, xie et xiiie siècles, Paris, 1984, p. 63.

9 Goujard (Ph.), art. cit., op. cit., p. 100.

10 Raison du Cleuziou (A.), « Trois actes prônaux. xve-xvie siècles », Revue de Bretagne, tome 34, 1905, p. 66-67.

11 Minois (G.), « Églises et chapelles en chantier : l’exemple du Trégor au xve siècle », Croix (A.) (dir.), Les Bretons et Dieu…, op. cit., carte n° 20.

12 Le Louarn (G.), « La chapelle Notre-Dame de Kerfons en Ploubezre », MSHAB, tome XL, 1983, p. 302.

13 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre, fonds de la chapelle de Kerfons : « Aultre donnaison faicte par marguerite Penarchant à la fabrie dudict kerfoues d’un parc dict parc an allée du mardy apprès quasimodo mil quattre centz six. ».

14 Bourin (M.) et Durand (R.), op. cit., p. 63.

15 Minois (G), « Les confréries pieuses : l’exemple du Trégor », Croix (A.) (dir.), Les Bretons et Dieu…, op. cit., carte n° 26.

16 Briant (Y.), « Deux statuts de confréries lannionaises », SECDN, tome LXXXVIII, 1960, p. 36-46.

17 Ibid., tome XC, 1962, p. 13.

18 AP Lannion, Fonds de la paroisse Saint-Jean du Baly.

19 La Haye (P. de), Histoire de Tréguier ville épiscopale, Rennes, 1977, p. 162.

20 AD (29), 179 G 8.

21 AD (29), 75 G 11.

22 AD (22), 20 G Non classé, Ploubezre, comptes.

23 Minois (G.), Un échec de la réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècle, thèse d’État, (dir. F. Lebrun), Université de Rennes 2 Haute-Bretagne, 4 volumes, 1985, tome 2, p. 358.

24 AP Lannion, Fonds de la paroisse Saint-Jean du Baly.

25 Minois (G.), Thèse citée, tome 3, p. 693.

26 « Les gienz de la parœsse par les tresoriers doivent faire la pourvéance là où seraient ceulx enffanz trouvez… », Planniol (M.), La Très Ancienne Coutume de Bretagne, Rennes, 1895, p. 259.

27 Tigier (H.), La Bretagne de bon aloi. Répertoire des arrêts sur remontrance du Parlement de Bretagne, 1554-1789, conservés aux Archives d’Ille-et-Vilaine, s.l., 1987, p. 8.

28 Ibid., p. 13, articles 11 et 12 et Potier de la Germondaye, Introduction au gouvernement des paroisses suivant la jurisprudence du Parlement de Bretagne, Saint-Malo/Rennes, 1777, p. 451-457.

29 Gallet (J.), op. cit., p. 49.

30 Potier de la Germondaye, op. cit., Voir en particulier la partie 3, chapitre 1er, section 1 et chapitre 4, section 1.

31 Bourin (M.) et Durand (R.), op. cit., p. 206-211.

32 Recueil des arrests de règlements du Parlement de Bretagne concernant les paroisses qui fixent la manière d’en faire les délibérations, assemblées, imposition des foüages et levées des dîmes, depuis 1609 jusqu’à présent. Nouvelle édition, Rennes, 1740, p. 11-13. Cet ouvrage très classique a connu plusieurs rééditions et augmentations tout au long du siècle : 1740, 1751, 1769, 1777.

33 Raison du Cleuziou (A.), art. cit., p. 74.

34 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre.

35 AP Rospez, feuillet en mauvais état.

36 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre, Comptes des syndics des paroissiens, 17 cahiers, 1574-1645.

37 Recueil des arrests de règlements du Parlement de Bretagne…, Rennes, 1740, p. 145.

38 Croix (A.), op. cit., p. 87.

39 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, délibérations du général de la paroisse, 27 septembre 1705. Dans la suite de l’ouvrage, sauf indication complémentaire, les délibérations du général de la paroisse sont indiquées par la cote du cahier de délibération suivie de la date de la réunion.

40 Recueil des arrests…, p. 124 et 208.

41 Arrêts du 28 septembre 1715 concernant les délibérations de la paroisse de Plouvara et du 7 décembre 1718, Ibid., p. 273 et 350.

42 Arrêt du 17 janvier 1703 concernant les assemblées des paroisses de la ville de Rennes, ibid., p. 213.

43 Arrêt du 20 décembre 1735, ibid., p. 495.

44 Guimilliau, Saint-Germain de Rennes, Saint-Servan, Pacé, Saint-Thuriau de Quintin. Ibid., p. 95, 134, 197, 249. Recueil des arrests de règlements du Parlement de Bretagne concernant les paroisses qui fixent la manière d’en faire les délibérations, assemblées, imposition des foüages et levées des dîmes, depuis 1609 jusqu’à présent. Nouvelle édition, 2 tomes, Rennes, 1777, tome 2, p. 480.

45 Ibid., p. 590.

46 Minois (G.), La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, Brasparts, 1987, p. 222.

47 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec ; 20 G 626 Tréduder ; 20 G 407 Plouzélambre ; 20 G 175 Lanmodez.

48 AD (22), 20 G non classé, Ploubezre, 29 avril 1696.

49 Dobet (Abbé F.), « Histoire de Guingamp », CT, n° 20, 1987, p. 30-31.

50 Dupuy (A.), op. cit., p. 140-141, donne des exemples pris dans les évêchés de Quimper, de Saint-Malo et de Rennes et trouve une désaffection identique à celle de la Trinité de Guingamp dans la paroisse Saint-Jean de Rennes.

51 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 9 décembre 1770 ; 20 G 415 Plufur, 1er avril 1770. AD (29), 188 G 16 Plougonven, 4 mai 1783.

52 AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 27 avril 1775 ; 20 G 189 Lanvellec, 24 décembre 1769. AD (29), 203 G 5 Plourin-lès-Morlaix, 2 juillet 1780. À Plounévez-Moëdec (AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 5 avril 1779), l’appellation n’est pas sans ambiguïté : « fabrique de la confrérie de Saint Pierre patron de cette paroisse ».

53 AD (22), 20 G 615 Trébeurden, 2 février 1770, « fabrique de la grande hautel » ; 20 G 587 Saint-Michel-en-Grève, 29 décembre 1782 ; 20 G non classé Saint-Quay-Perros, 7 janvier 1782 ; 20 G 625 Trédrez, 31 décembre 1769.

54 Kermoal (C.), Les Notables de Ploubezre de la fin du xve au xviiie siècle, mémoire de maîtrise (dir. H. Neveux), Université de Paris 10-Nanterre, 1986, p. 59-60.

55 AD (22), 20 G 415 Plufur, 17 mars 1771. AD (29), 67 G 4 Garlan, 9 octobre 1787 (la date portée sur le cahier est erronée, il s’agit vraisemblablement du 9 décembre).

56 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 24 décembre 1769.

57 AD (22), 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 1er avril 1781. AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 28 mars 1784.

58 AD (29), 188 G 16 Saint-Eutrope, 27 avril 1783.

59 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 21 décembre 1788.

60 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 30 novembre 1770.

61 Planiol (M.), Histoire des institutions de la Bretagne, tome 3, La Bretagne ducale. Le Gouvernement, l’Église, Finances, Justices, Mayenne, 1981, p. 200.

62 Principalement des chapelles ayant disparu à des dates indéterminées, entre xviiie et xixe siècles, et des chapelles domestiques ou privées.

63 Provost (G.), Le pèlerinage en Bretagne au xviie et xviiie siècles, Thèse pour le doctorat d’Histoire (dir. J. Quéniart), 3 volumes, Université de Rennes 2, 1995, tome 1, p. 113. Je souscris à sa remarque méthodologique (séparer chapelles publiques et domestiques), p. 115-116, note n° 2, que j’applique. La situation à la fin du xviiie siècle, le paysage étant figé, permet cette séparation qui me paraît plus juste pour une comparaison entre diocèses. Il est néanmoins difficile d’écarter les chapelles domestiques en se basant sur l’inventaire du vicomte Henri Frotier de La Messelière, AD (22), 60 J 220, car nombreuses sont celles qui possédaient un gouverneur.

64 Benjamin Jollivet prétendait qu’avant la Révolution cette paroisse en comptait 24. Voir Jollivet (B.), Les Côtes-du-Nord, histoire et géographie de toutes les communes du département, Guingamp, 1859, tome 4, p. 149, col. 2.

65 Saint-Mélaine de Morlaix, Plouaret, Plougasnou, Plougonver, Plougras, Ploujean, Plourin-lès-Morlaix, Plufur, Saint-Gilles-le-Vicomte. Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’ossuaires indépendants de l’église, ainsi à Plourin-lès-Morlaix, la chapelle Saint-Mathurin (AM Plourin-lès-Morlaix, actes de la municipalité, 8 décembre 1792).

66 Les saints autochtones représentent 35,9 % des dédicaces ; Provost (G.), Thèse citée, tome 1, p. 158.

67 Millour (G.), Les Saints guérisseurs et protecteurs du bétail en Bretagne, Paris, 1946. Renouard (M.) et Merrien (N.), Saints guérisseurs de Bretagne, Rennes, 1994.

68 Minois (G.), La Bretagne des prêtres…, op. cit., p. 280-281. Explication, vers 1778, de Christophe Derrien recteur de Tréduder.

69 AD (22), 2 C 3296, Table alphabétique des testaments, bureau de Lannion, fin xviiie siècle et début xixe siècle. Croix (A.) et Roudaut (F.), Les Bretons, la mort et Dieu de 1600 à nos jours, Paris, 1984, p. 35-36.

70 Décompte suivant Les Bretons délibèrent…, op. cit. Pour une comparaison avec les autres régions, je tiens à nouveau compte de cette spécificité bretonne que sont les trèves et les enclaves pour considérer individuellement l’ensemble des 144 localités qui se partageaient le territoire trégorrois. Les enclaves de l’évêché de Dol sont inclues dans le territoire où elles se situent.

71 Minois (G.), « Le réseau des confréries pieuses… », art. cit., p. 334 et mes propres comptages pour l’évêché de Tréguier.

72 Ibid.

73 Le rythme des créations dont les dates sont connues, montre trois vagues en deux temps : la première date des années 1630-1650 puis viennent deux relances, vers 1660-1670 et 1680-1700.

74 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Inventaire général des actes, 1784 ; 20 G 381 Plouguiel, Inventaire des titres, 1768 ; AP Rospez, rentier 1781.

75 Minois (G.), « Le réseau des confréries pieuses… », art. cit., p. 340.

76 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 28 septembre 1783, « lequel sera tenu d’avoir un cahier sur lequel on marquera chaque dimanche le produit des offrandes de chaque semaine ».

77 Ibid., p. 348.

78 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 21 décembre 1788.

79 Saint-Jean, Saint-Joseph, Sainte-Marguerite et Saint-Pierre, AD (22), 20 G 608 Servel, 17 décembre 1775 et 16 février 1777.

80 Minois (G.), « Le réseau des confréries pieuses… », art. cit., p. 341.

81 Dupuy (A.), Études sur l’administration municipale…, op. cit., p. 158. Sée (H.), Les classes rurales…, op. cit., p. 325.

82 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Mandement général pour la levée de la Capitation de l’année 1787…, imprimé, SLND, p. 5.

83 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 13 juin 1779.

84 AD (22), 20 G 615 Trébeurden, 24 février 1771 et 28 mai 1780.

85 AD (22), 20 G 175 Lanmodez, 11 septembre 1774 ; 20 G non classé, 15 juin 1786.

86 Il n’y a pas de taille en Bretagne. Cet abus de langage désigne les anciens fouages ducaux devenus royaux mais toujours payés.

87 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 21 décembre 1788.

88 AD (22), 20 G 73 Le Faouët, 28 septembre 1783.

89 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Mandement général pour la levée de la Capitation de l’année 1787…, articles 23 et 24, p. 10.

90 Ibid., article 16, p. 8.

91 Ibid., p. 4 et AD (29), 67 G 4 Garlan, 14 décembre 1788.

92 Ibid., article 19, p. 9 et article 23, p. 10.

93 AD (22), 20 G 691 Plésidy, 29 juin 1777.

94 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Mandement général pour la levée de la Capitation de l’année 1787…, article 1, p. 4.

95 Ibid., capitation, 1788. Chaque page du rôle est paraphée par « messire Pierre-Joseph Garrat de Saint-Priest, prêtre, chanoine, vicaire général du diocèse de Tréguier, commissaire des États de Bretagne ». À Brélévenez, les collecteurs doivent donner les changements de personnes (décès ou départs) intervenus dans la paroisse depuis un an, AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 13 mai 1770. Dans d’autres lieux, cette tâche est dévolue aux égailleurs, AD (22), 20 G 253 Minihy-Tréguier, 4 novembre 1781.

96 Ibid., p. 3.

97 Kermoal (C.), Les Notables de Ploubezre…, mémoire cité, p. 70 ; AD (22), 20 G 19 Bourbriac, 24 juillet 1785 ; 20 G 415 Plufur, 18 janvier 1784 ; 20 G 691 Plésidy, 3 janvier 1773.

98 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 24 décembre 1789.

99 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Mandement général pour la levée en 1787 du premier et second vingtième, tant du revenu des biens-fonds, que du Commerce et de l’Industrie, imprimé, SLND.

100 Le premier vingtième a succédé au dixième en 1750. Le second vingtième qui avait été créé en 1756 pour subvenir aux besoins du royaume en guerre (guerre de Sept Ans), ne devait durer que 3 mois après la publication de la paix : 6 déclarations et édits l’ont prorogé jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Le troisième vingtième créé en 1782 pour les mêmes raisons, est levé jusqu’en janvier 1787.

101 AD (22), 20 G non classé Ploubezre, Mandement général…, p. 4.

102 Une personne : AD (22), 20 G 52 Coadout, 21 janvier 1770 ; 20 G 708 Louannec, 13 janvier 1788 ; AD (29), 67 G 4 Garlan, 9 octobre 1787 ; 113 G 14 Lanmeur, 12 décembre 1784. Deux personnes : AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 21 décembre 1788 ; 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 1er janvier 1789 ; AD (29) 203 G 5 Plourin-lès-Morlaix, 2 juillet 1780.

103 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 21 décembre 1788.

104 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 17 décembre 1769.

105 AD (22), 20 G 52 Coadout, 21 janvier 1770. AD (29), 67 G 4 Garlan, 9 octobre 1787.

106 AD (29), 113 G 14 Lanmeur, 12 décembre 1784 et 11 décembre 1785.

107 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 30 juin 1782.

108 Dupuy (A.), op. cit., p. 253-255. Durand (C.), Les Milices garde-côtes en Bretagne, Rennes, 1927. Sée (H.), op. cit., p. 362-363. Dupuy (R.), La Garde Nationale et le début de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1789-Mars 1793), Paris, 1972, p. 25-26.

109 AD (22), 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 3 décembre 1786 ; 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 1er janvier 1789 ; 20 G 391 Ploumilliau, 4 mai 1782 et 4 février 1787 ; 20 G 654 Trélévern, 25 avril 1773.

110 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 25 avril 1773 ; 20 G 415 Plufur, 2 avril 1787. AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 28 mars 1784.

111 Dupuy (A.), op. cit., p. 244-253. Sée (H.), op. cit., p. 354-362. Dupuy (R.), op. cit., p. 24-25.

112 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 10 mars 1779 et 13 février 1780.

113 Les Aventures du Citoyen Jean Conan de Guingamp. Aventurio ar Citoien Jean Conan a Voengamb, Morlaix, 1992, p. 51, vers 69-71 et p. 143, vers 2721.

114 Ibid., p. 139-141, vers 2625-2670. Dupuy (R.), op. cit., p. 26. Nassiet (M.), Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, xve-xviiie siècle, Rennes, 1993, p. 359.

115 Sée (H.), op. cit., p. 349-354.

116 Il existe un syndic à Lohuec, voir AD (22), 20 G 375 Plougras, 18 février 1789. Un caporal de la frairie de Creac’h Menory est nommé au Cloître-Saint-Thégonnec, voir AD (29), 203 G 5 Plourin-lès-Morlaix, 2 juillet 1780.

117 Briand (Y.), Les routes au pays de Lannion au xviiie siècle, Lannion, 1936.

118 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 27 septembre 1772 ; 20 G 253 Minihy-Tréguier, 14 septembre 1788 ; 20 G 374 Plougonver 19 août 1787 ; 20 G non classé Perros-Guirec, 14 janvier 1781.

119 AD (29), 188 G 16 Plougonven, 8 décembre 1785.

120 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 9 mars 1779.

121 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 3 mai 1772 ; 20 G 415 Plufur, 28 novembre 1784.

122 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 23 décembre 1781 ; 20 G non classé, Plestin-les-Grèves, 28 mars 1784.

123 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 16 avril 1781.

124 AD (22), 20 G 415 Plufur, 30 mars 1783.

125 Sée (H.), op. cit., p. 351.

126 AD (35), C 3826, Registres de la Commission Intermédiaire, 1773-1774, p. 1037-1038 et 1054.

127 AD (22), 20 G 415 Plufur, 1er juillet 1787 ; 20 G 654 Trélévern, 3 mai 1772.

128 AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 5 mai 1782, « règlement pour la nommination des sindics faisant la fonction de maire dans les lieux où il n’y a pas de communauté tant pour le logement des troupes de passage que pour le commandement des chevaux et voiture nécessaires aux transport de leurs baggages ».

129 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 1778 ; 20 G 391 Ploumilliau, 21 avril 1782 ; 20 G 654 Trélévern, 27 avril 1782 ; 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 5 mai 1782.

130 AD (22), C 4.

131 AD (22), 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 20 mai 1782.

132 Dubreuil (L.), Les Vicissitudes du domaine congéable pendant la Révolution, Rennes, 1915, p. 318, note 3 ; AD (22), 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 5 mai 1782.

133 AD (22), 20 G 4 Belle-Isle-en-Terre, 1778-1789.

134 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 60.

135 Minois (G.), La Bretagne des prêtres…, op. cit., p. 171.

136 Ibid., p. 172-194.

137 AD (22), 20 G 189 Lanvellec, 21 décembre 1788.

138 AD (22), 20 G 287 Penvénan, 26 octobre 1777. AD (29), 203 G 6 Plourin-lès-Morlaix, actes de la municipalité, 8 avril 1790. La « croix d’or » est portée par le grand fabrique.

139 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 273 et 278, propose deux définitions différentes pour le sacriste et le bedeau : le sacriste ou clerc de l’œuvre est un ecclésiastique chargé du dépôt des ornements et vases sacrés, il se différencie du sacristain ou bedeau. Dans le Trégor entre 1770 et 1790, les appellations de sacriste, sacristain et bedeau sont équivalentes et portées par la même personne.

140 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 20 avril 1777 ; 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 2 novembre 1788.

141 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 278-279.

142 AD (22), 20 G 415 Plufur, 21 juin 1789.

143 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 19 mai 1777.

144 AD (22), 20 G 625 Trédrez, 23 décembre 1787 ; 20 G 654 Trélévern, 15 octobre 1784.

145 Ibid., 1er janvier 1777, 25 mai 1783, 15 octobre 1784, 1er janvier 1786.

146 Ibid., 25 mai 1783.

147 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 9 septembre 1781.

148 AD (22), 20 G non classé Plestin-les-Grèves, 23 décembre 1781.

149 Ibid., le surcroît de mortalité de l’année 1780 a rempli le cimetière, « l’ouverture des fosses y devient nuisible à la salubrité de l’air par la nécessité d’exhumer des corps qui ne sont pas encore consumés ». AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 9 septembre 1781, le fossoyeur « ne bat nullement la terre dont il couvre les cadavres, qu’il laisse cependant tout au plus a trois pieds de la superficie du cimetière en sorte que celui ci n’est que floche et monstruosité ».

150 Potier de La Germondaye, op. cit., p. 279-280.

151 Marion (M.), Dictionnaire des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1923, p. 274, col. 2. Sée (H.), op. cit., p. 77-80 et 110-116.

152 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 19 janvier 1772.

153 AD (22), 20 G 391 Ploumilliau, 2 novembre 1783.

154 AD (22), 20 G 388 Plouisy, 8 décembre 1788.

155 AD (22), 20 G non classé, 22 novembre 1789.

156 Desouches (M.-J.), « La récolte du goémon et l’Ordonnance de la Marine », AB, tome 79, n° 2, 1972, p. 349-371.

157 Potier de la Germondaye, op. cit., p. 375-376 : « …conserver le frai du poisson qui y éclôt, & y trouve une abri & une pâture assurée : il s’y fortifie, & y séjourne pendant l’été, & une partie de l’automne, jusqu’à ce que les eaux devenant froides, l’obligent à se retirer dans le fond de la mer. »

158 AD (22), 20 G 708 Louannec, 7 janvier 1770 ; 20 G 654 Trélévern, 1er janvier 1770 ; 20 G 175 Lanmodez, 12 septembre 1773.

159 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 1er janvier 1789 ; 20 G 615 Trébeurden, 1er janvier 1771 ; 20 G 175 Lanmodez, 8 septembre 1776 et 12 septembre 1779 ; une première limite en juin ayant été cancellée. AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 23 décembre 1787.

160 AD (22), 20 G 625 Trédrez, 12 décembre 1788 ; 20 G 669 Trévou-Tréguignec, 31 décembre 1770. Une configuration assez singulière par quartiers se retrouve dans cette paroisse puisque la première personne agit pour le compte du Trévou et la seconde pour celui de Tréguignec.

161 AD (22), 20 G 654 Trélévern, 1er janvier 1770 ; 20 G 175 Lanmodez, 6 septembre 1769 ; 20 G 708 Louannec, 5 janvier 1772 ; 20 G 669 Trévou-Tréguignec, 27 décembre 1772.

162 20 G 669 Trévou-Tréguignec, 31 décembre 1769 : « Deffense à qui que ce soit d’aller à la grève aux guémons ni avant ni après ce terme ni avec chevaux, ni charette, pareillement deffendons à qui que (ce soit) de notre paroisse de vendre ni ceder guémon à aucun particulier d’autre paroisse à peine de confiscation et de touts depens dommage et intérêt […] leur enjoignant de faire attention et de veiller à ce que quelqu’un d’autre paroisse vienne couper et transporter du guémon de cette paroisse, avec ordre de les arreter et de confisquer le guémon qu’ils pouroient avoir couppé et charroyé et le vendre au profit de notre église. »

163 Seule distorsion notable à Trélévern où un rocher les Cadeuriou est réservé au seigneur marquis du Hallay. Ceci est en contradiction avec l’article 4 de l’Ordonnance de la Marine : « Faisons défense à tous seigneurs des fiefs voisins de la mer de s’approprier aucune portion des rochers où croit le varech ». AD (22), 20 G 654 Trélévern, 1er janvier 1770.

164 AD (22), 20 G 175 Lanmodez, 6 septembre 1769.

165 AD (22), 20 G 347 Pleumeur-Bodou, 1er janvier 1789 : « Avec deffense de couper ledit goëmon de nuit et hors le temps de dessus fixé […] lesquels veilleront aussy pendant l’année 1789 aux débris et échouements qui pouroient se trouver à la cotte de cette paroisse en conformité de ladite ordonnance de la marine… »

166 AD (29), 185 G 10 Plougasnou, 23 décembre 1788.

167 AD (22), 20 G 615 Trébeuden, 6 janvier 1773 : « Et ne pouron néanmoins les susdits gardes côte entre prandre aucun procé ny action sans nous donner avis. »

168 AD (22), 20 G 175 Lanmodez, 13 septembre 1772 : « Les gardiens garde côtes seront payés de leur journées sur les prises qu’ils feront de la somme de 20 sols chacun. »

169 AD (22), 20 G 615 Trébeuden, 28 mars 1773 : « Refus de Yves le Treut […] classé depuis de nombreuses années en qualité de matelot et en ladite qualité il prétant etre exant des charges publiques. »

170 AD (22), 20 G 734 Brélévenez, 20 G 393 Plounévez-Moëdec, 20 G non classé Ploubezre, 20 G 654 Trélévern. Ces chiffres doivent être considérés comme des minima, compte tenu de la nomination très aléatoire des députés de frairies. Les hommes vivants, mourants et confisquants n’ont pas été comptabilisés, leur seule contrainte étant d’exister le plus longtemps possible. Les procureurs qui sont souvent des professionnels étrangers à la paroisse n’ont pas davantage été retenus.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Densité des chapelles publiques en Bretagne, comparaison par diocèse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17768/img-1.png
Fichier image/png, 50k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17768/img-2.png
Fichier image/png, 35k

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search