Version classiqueVersion mobile

Les notables du Trégor

 | 
Christian Kermoal

Introduction

Texte intégral

  • 1 Ogée (J.-B.), Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne dédié à la nation (...)
  • 2 Hors citation, les noms de lieu seront donnés dans leur forme complète utilisée aujourd’hui, par e (...)
  • 3 AD (22), ms. 2 366, Bagot (J.-L.), Observations médecinales faites à Saint-Brieuc dans les années (...)
  • 4 Sée (H.), Les Classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la Révolution, Paris, 1906, p. 493.

1« Un des préjudices les plus injustes et les plus nuisibles à la félicité des peuples est le mépris qu’on a pour les laboureurs. » Ogée, en 1770, prend fait et cause pour les agriculteurs vertueux et s’indigne qu’on les traite encore de « vils campagnards, d’hommes grossiers, de paysans en un mot ». Mais il n’en continue pas moins en décrivant des êtres stupides, nonchalants, abattus, avilis, insensibles, paresseux, indolents et sans amour-propre1. Vers 1772, le médecin Bagot, futur maire de Saint-Brieuc2, n’est guère plus flatteur. Dès qu’il s’éloigne de la côte, il ne rencontre que des paysans « paresseux, sombres, fourbes, yvrognes, et ajoute-t-il, le nombre des coquins y égale à peu près celui des honnêtes gens3 ». Quant aux juges des Régaires de Tréguier, dénonçant en 1780 « le mépris des lois et l’insolence de certains gros paysans », ils s’indignent des invectives et des violences dont ils accablent leurs domestiques4.

  • 5 « On appelle figurément un homme grossier, rustique, incivil, mal-propre un paysan », Dictionnaire (...)
  • 6 « On dit d’un homme malpropre et incivil que c’est un paysan, un gros paysan, qu’il a l’air d’un p (...)

2Cette condescendance est en fait lieu commun de l’élitisme urbain puisé aux meilleures sources : le Dictionnaire de Trévoux5, le Dictionnaire de l’Académie Française6… Il est dès lors légitime pour toute élite urbaine de montrer un certain dédain pour les agriculteurs et de leur dénier toute capacité, en particulier celle d’administrer leur localité. Potier de la Germondaye dans sa célèbre Introduction au gouvernement des paroisses, en 1777, justifie ainsi son ouvrage :

  • 7 Potier de la Germondaye, Introduction au gouvernement des paroisses, suivant la jurisprudence du P (...)

« […] Le gouvernement d’une Paroisse renferme plusieurs parties d’administration, et ceux qui en sont chargés, ne peuvent s’en acquitter dignement qu’avec le secours des lumières, sans lesquelles ils risquent de s’égarer à chaque pas. Ce danger est encore plus commun dans les Paroisses de campagne, où les Trésoriers sont des Laboureurs, que l’ignorance devroit éloigner de l’administration des affaires publiques7. »

  • 8 Son observation n’est pas exclusivement bas-bretonne et encore moins trégorroise. Mais Potier de L (...)

3L’auteur est docteur en droit des facultés de Rennes, avocat au Parlement de Bretagne et substitut du procureur du roi. Son image de la paysannerie a probablement été brossée d’après nature8, mais elle est extérieure au monde rural : émanant d’un milieu et d’une époque parfaitement identifiables, elle ne peut être retenue que pour le seul regard qu’elle contient.

4En comparaison et avec la même réserve, les propos suivants montrent, 55 ans plus tard, une réelle évolution :

  • 9 Habasque (F.-M.), Notions historiques, géographiques, statistiques et agronomiques sur le littoral (...)

« […] Une instruction élémentaire bien dirigée, indépendamment qu’elle adoucira les mœurs un peu sauvages de nos cultivateurs, offrira l’incontestable avantage de fournir une infinité de sujets aptes à remplir les fonctions de jurés, de maires, d’adjoints, et de membres des conseils municipaux9. »

5Le topique sur les manières mal dégrossies des ruraux est encore présent, mais ces propositions d’Habasque, un magistrat briochin bon connaisseur du pays bas-breton, laissent deviner une bienveillance accrue pour le monde paysan et pour son élite en particulier.

  • 10 Les « élites paysannes », les « notables paysans », « l’élite des notables paysans » (trois expres (...)
  • 11 Kermoal (C.), Les Notables de Ploubezre de la fin du xve au xviiie siècle, Mémoire de maîtrise (di (...)
  • 12 Vovelle (M.), Les Métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Paris, 1976.

6Le présent ouvrage est consacré à ces petits dirigeants de campagne et à l’évolution de leur image dans le Trégor rural entre 1770 et 185010. Il fait suite à un premier travail consacré aux notables de Ploubezre à la fin de l’Ancien Régime11 et propose une réflexion sur les premiers degrés de la notabilité en milieu paysan. Cette précédente étude me laissait penser qu’une petite élite rurale, attentive aux problèmes paroissiaux et soucieuse de connaître des affaires locales pouvait accéder à une certaine notabilité. Mon ambition est de le vérifier dans un cadre élargi à tout le territoire de l’ancien évêché de Tréguier, pendant une période marquée chronologiquement par la Révolution française, débutant assez tôt pour pouvoir étudier avant la fin de l’Ancien Régime des institutions paroissiales stabilisées, mais recouvrant largement les xviiie et xixe siècles, de manière à observer, pour reprendre la célèbre formule de Michel Vovelle, « le choc du temps court sur le temps long12 ».

  • 13 Siegfried (A.), Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, réédition, (...)
  • 14 Nicolas (M.) et Pierre (P.), « Le bilan des élections régionales de 1998 en Bretagne », ABPO, tome (...)

7Deux événements bornent, en pays trégorrois, la période étudiée et distinguent l’ancien évêché des autres régions bretonnes ; les notables ruraux y sont étroitement associés : le premier est l’échec avéré de la réforme catholique, le second est l’émergence – stupéfiante aux yeux d’André Siegfried13 car soudainement marquée dans les votes de 1910 – d’un pays de gauche, perceptible dès 1848, et dont la réalité se vérifie encore aujourd’hui14.

  • 15 Minois (G.), Un échec de la réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du 16e au 18e siècle, (...)
  • 16 Minois (G.), Ibidem et « Le rôle politique des recteurs de campagne en Basse-Bretagne (1750- 1790) (...)
  • 17 Le Gallo (Y.), Clergé, religion et société en Basse-Bretagne de la fin de l’Ancien Régime à 1840, (...)

8En amont, la séparation du sacré et du profane décidée par le Concile de Trente et appliquée dans le Trégor au pied de la lettre, aurait eu pour conséquence, l’éviction des prêtres de toute pratique politique locale15. À la fin de l’Ancien Régime, le domaine sacré serait dévolu aux prêtres confinés dans un rôle strictement cultuel, tandis que le monde profane aurait été accaparé par les notables paysans16. Cette situation porte en germe un anti-cléricalisme visible au siècle suivant et illustré, un peu trop peut-être, par la haute figure de Renan17.

  • 18 Bougeard (C.), « Du 19e au 20e siècle. Permanences et évolutions (1848-1985) », Minois (G.) (dir.) (...)
  • 19 Siegfried (A.), op. cit., p. 156-157.

9En aval, les élections législatives puis présidentielles de 1848 montrent un Trégor s’extirpant lentement de l’influence des propriétaires et du clergé. Dans tous les cantons, Louis-Napoléon Bonaparte obtient de 40 % à plus de 80 % des suffrages devançant largement le candidat républicain18. Les cultivateurs aisés se sont rangés avec les forces conservatrices (dans les pays de Lannion et de Guingamp on parle des « soumis » de tel comte ou de tel marquis pour désigner les fermiers des propriétaires nobles). Les petits propriétaires sont toutefois moins tenus politiquement : ils ont voté plus librement ; c’est dans ce milieu que les ferments républicains auront le plus d’efficacité en 191019.

  • 20 Droguet (A.) (dir.), Les Bleus de Bretagne de la Révolution à nos jours. Actes du colloque de Sain (...)
  • 21 Le traitement des archives judiciaires qui paraît prometteur est encore peu engagé.

10Le lien, la continuité entre échec de la réforme tridentine, anticléricalisme et attachement aux idées progressistes ont été rappelés20. Il est sans doute encore illusoire de prétendre vouloir observer le monde paysan dans sa composante la plus populaire et la plus étendue21. Les élites sont plus accessibles. Par leur opposition, les avis successifs de Potier de la Germondaye et d’Habasque introduisent une problématique sur l’évolution politique, sociale, économique et culturelle des dirigeants de campagne. Par leur positionnement de part et d’autre de 1789, ils appellent une série de questions sur les thèmes de la continuité ou de la rupture et de la relation à l’événement.

  • 22 Définition reprise de Dupuy (R.), « Les paysans et la politique (1750-1850) », ABPO, tome 89, n° 2 (...)
  • 23 Chiva (I.) et Pingaud (M.-C.), « Pouvoirs et monde rural. Présentation de recherche », Études Rura (...)
  • 24 À partir des travaux de Pierre Bourdieu concernant ces questions, voir Hubscher (R.), « Bilan crit (...)

11Un premier ensemble de questions a trait aux fondements et à la réalité de la notabilité rurale. La définition usuelle du grand notable, celui de la Monarchie censitaire, est celle d’un homme « qui cumulait et confondait sur sa personne des revenus confortables, une certaine respectabilité sociale et une influence politique mixte (autorité locale et relation efficace avec le pouvoir central) tout en conservant des relations privilégiées avec la population22 ». Sans prétendre appliquer à l’identique cette formule aux petits notables ruraux trégorrois, on peut se demander si, toutes proportions gardées, ses éléments constitutifs ne sont pas transposables. La sociologie et l’histoire des « élites » ont dressé le portrait des responsables de campagne qui par l’accaparement des terres, l’accès à la connaissance et l’exercice du pouvoir dominent les communautés locales23. L’enracinement à travers la possession de la terre ou la présence ancestrale au village, paraissent des critères signalétiques puissants. La famille, la terre et la place au sein de la communauté sont autant de champs d’une analyse des pouvoirs privés et publics mettant en évidence un capital de notabilité fondé sur la connaissance et la reconnaissance, un capital étroitement lié aux notions de réputation et de prestige24.

  • 25 Minois (G.), La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, op. cit., p. 222 et « Le rôle poli (...)

12Un second ensemble concerne la capacité administrative puis politique des notables ruraux et conduit à en mesurer les retombées en terme d’image personnelle. Georges Minois a soutenu que les généraux de paroisses trégorrois furent de remarquables lieux d’apprentissage sinon à la politique, du moins à l’administration, à son obligation de rigueur et à la fréquentation de l’écrit25. En élargissant ces propos à l’ensemble des fonctions locales d’Ancien Régime, l’étude des postes à pourvoir et de leurs détenteurs doit permettre de préciser le portrait de ces élites paysannes et de vérifier si, dans une quelconque mesure, la mise en œuvre de leurs nouveaux savoirs n’a pas servi de tremplin à leur propre notabilité. Cette question ouvre sur la permanence au pouvoir : les éventuels changements de personnels qui accompagnent les différents épisodes de la Révolution française peuvent donner la mesure d’un enracinement local, les évolutions qu’il est possible de détecter à partir du Consulat et de l’Empire marquent davantage la position des notables ruraux en terme d’image personnelle à l’extérieur, les qualités individuelles étant retenues par les administrations préfectorales.

13L’accent sera enfin porté sur leur présence au pouvoir. L’apprentissage administratif, la participation aux instances locales, la démonstration de compétences individuelles peuvent avoir déterminé chaque notable à affirmer sa place au sein de sa communauté, et peut-être même à la revendiquer face aux pouvoirs extérieurs. Les élites paysannes ont directement participé aux épisodes marquants de leur histoire. Si la conquête de la notabilité se traduit par des carrières individuelles, elle suppose une ouverture à la politique, non seulement sa composante locale mais aussi la « grande politique ». Nous suivrons donc pas à pas les épisodes formateurs de cette conscience en essayant de déterminer les clés d’un passage de l’intérêt local à celui bien compris, sinon bien accepté, de la nation entière.

  • 26 Mendras (H.) et Forsé (M.), Le Changement social, tendances et paradigmes, Paris, 1983, p. 34.
  • 27 Mendras (H.), Éléments de sociologie, Paris, 1975, p. 136.
  • 28 Ibidem.
  • 29 Tilly (C.), La Vendée…, op. cit., p. 69.
  • 30 Expression empruntée à Croix (A.), « Les notables ruraux dans la France du xviiie siècle : une clé (...)
  • 31 Mendras (H.), La Fin des paysans suivi d’une réflexion sur la fin des paysans vingt ans après, Arl (...)
  • 32 Mendras (H.) et Forsé (M.), op. cit., p. 35.

14Cette évolution, une fois vérifiée, soulignera le rôle d’intermédiaires joué par ces personnages. La relation avec le monde extérieur, la capacité à comprendre et accepter les nécessités supérieures, la qualité de précurseur sont des déterminants majeurs des notables ruraux, à la fois écrans et liens de communication entre la communauté locale et la société englobante… En rapport avec le monde extérieur, leur médiation est susceptible de s’étendre aux plans économique, politique, idéologique, technique26 et culturel27 ; ils sont aussi, localement, les seuls qui peuvent apporter la nouveauté au village ; des définitions qui, traditionnellement, ne concernent pas (ou concernent mal) les paysans. Henri Mendras lorsqu’il décrit des médiateurs pense au prêtre, au notaire, à l’usurier, au négociant, à l’instituteur, au châtelain28. Charles Tilly cite le curé, le marchand, le fonctionnaire29. Ces « agents d’influence30 » ne sont jamais des cultivateurs ; car incapables d’innover31, ils ne sauraient accéder qu’au rôle de récepteurs culturels et encore à l’expresse condition de faire partie des « paysans les plus ouverts32 ».

15Cet ouvrage n’est donc pas simplement une étude des fonctions paroissiales et municipales sur lesquelles s’appuierait une petite notabilité rurale. Réalisée dans le cadre du Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés et Cultures de l’Ouest européen, elle souhaite atteindre les hommes, cerner leurs ambitions, comprendre leurs pensées. Volontairement menée « au ras du sol », confrontée au foisonnement événementiel né de la Révolution, elle privilégie les documents émanés de l’entourage immédiat des paysans et parfois directement d’eux-mêmes. Pas à pas, toujours au contact d’êtres de chair et de sang, je souhaite ainsi rendre hommage à cette société bretonne et rurale d’où je viens et redire, deux siècles après Ogée, mon mépris pour cette condescendance avec laquelle on la traite trop souvent encore.

Le Trégor en 1789

Le Trégor en 1789

Notes

1 Ogée (J.-B.), Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne dédié à la nation bretonne. Nouvelle édition revue et augmentée par MM. A. Marteville et P. Varin, 2 tomes, Rennes, 1843-1853, tome 1, p. 15.

2 Hors citation, les noms de lieu seront donnés dans leur forme complète utilisée aujourd’hui, par exemple Le Cloître-Saint-Thégonnec.

3 AD (22), ms. 2 366, Bagot (J.-L.), Observations médecinales faites à Saint-Brieuc dans les années 1772 et suivantes, p. 305.

4 Sée (H.), Les Classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la Révolution, Paris, 1906, p. 493.

5 « On appelle figurément un homme grossier, rustique, incivil, mal-propre un paysan », Dictionnaire universel François et Latin vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, Contenant la Signification et la Définition des mots de l’une et l’autre langue… 8 volumes, Paris, 1771, tome 6, p. 619, col. 2.

6 « On dit d’un homme malpropre et incivil que c’est un paysan, un gros paysan, qu’il a l’air d’un paysan », cité par Dupuy (R.), « Les paysans et la politique (1750-1850). En guise de conclusion provisoire… », ABPO, tome 89, n° 2, 1982, p. 265.

7 Potier de la Germondaye, Introduction au gouvernement des paroisses, suivant la jurisprudence du Parlement de Bretagne, Saint-Malo, Rennes, 1777, p. iv et v.

8 Son observation n’est pas exclusivement bas-bretonne et encore moins trégorroise. Mais Potier de La Germondaye possède une clientèle dans l’évêché de Tréguier et il la conservera au moins jusqu’en 1789. AD (22), 20 G 331 Pleudaniel, délibérations du général de la paroisse, 6 septembre 1789.

9 Habasque (F.-M.), Notions historiques, géographiques, statistiques et agronomiques sur le littoral du département des Côtes-du-Nord, 3 tomes, Saint-Brieuc, 1832-1836, tome 1, p. 190.

10 Les « élites paysannes », les « notables paysans », « l’élite des notables paysans » (trois expressions empruntées à Dupuy (R.), De la Révolution à la chouannerie. Paysans en Bretagne (1788-1794), Paris, 1988, p. 322, 323 et 325) suscitent un intérêt croissant qui les place désormais au cœur des monographies rurales. Des recherches sur la notabilité et le pouvoir local prolongent le débat engagé à Strasbourg en 1975 (voir Études Rurales, n° 63-64, juillet-décembre 1976). Des ouvrages tels que Jessenne (J.-P.), Pouvoir au village et Révolution. Artois 1760-1848, Lille, 1987 ; Moriceau (J.-M.), Les Fermiers de l’Île de France. L’ascension sociale d’un patronat agricole (xve au xviiie siècle), Paris, 1994 ; Tripier (Y.), Les Agents nationaux en Bretagne sous la Révolution, édificateurs de la République dans l’Ouest (décembre 1793-avril 1795), thèse de doctorat ès lettres, nouveau régime, (dir. Louis Le Guillou), Brest, 1987, démontrent l’efficacité d’enquêtes menées « au ras du sol ».

11 Kermoal (C.), Les Notables de Ploubezre de la fin du xve au xviiie siècle, Mémoire de maîtrise (dir. Hugues Neveux), Université Paris 10-Nanterre, 1986.

12 Vovelle (M.), Les Métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Paris, 1976.

13 Siegfried (A.), Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, réédition, Paris, 1964, p. 157.

14 Nicolas (M.) et Pierre (P.), « Le bilan des élections régionales de 1998 en Bretagne », ABPO, tome 106, n° 2, 1999, p. 85-99.

15 Minois (G.), Un échec de la réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du 16e au 18e siècle, thèse d’État (dir. François Lebrun), Université Rennes 2, 4 volumes, 1984 et La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, Brasparts, 1987.

16 Minois (G.), Ibidem et « Le rôle politique des recteurs de campagne en Basse-Bretagne (1750- 1790) », ABPO, tome 89, n° 2, p. 153-165.

17 Le Gallo (Y.), Clergé, religion et société en Basse-Bretagne de la fin de l’Ancien Régime à 1840, 2 volumes, Paris, 1991, tome 1, p. 134-142.

18 Bougeard (C.), « Du 19e au 20e siècle. Permanences et évolutions (1848-1985) », Minois (G.) (dir.), Les Côtes-du-Nord de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, 1987, p. 278-281 ; Cloître (M.-T.), « Aspects de la vie politique dans le département du Finistère de 1848 à 1870 », BSAF, tome 99, 1972, n° 2, p. 731-802 ; Lagrée (M.), Catholicisme et société dans l’Ouest. Cartes et statistiques, tome 2, Le 19e siècle, Rennes, 1981, p. 25-26. L’évêque de Saint-Brieuc était favorable au gouvernement sortant, et ce vote a priori favorable à la droite peut avoir recelé des volontés d’émancipation.

19 Siegfried (A.), op. cit., p. 156-157.

20 Droguet (A.) (dir.), Les Bleus de Bretagne de la Révolution à nos jours. Actes du colloque de Saint- Brieuc-Ploufragan, 3-5 octobre 1990, Saint-Brieuc, 1991.

21 Le traitement des archives judiciaires qui paraît prometteur est encore peu engagé.

22 Définition reprise de Dupuy (R.), « Les paysans et la politique (1750-1850) », ABPO, tome 89, n° 2, 1982, p. 140.

23 Chiva (I.) et Pingaud (M.-C.), « Pouvoirs et monde rural. Présentation de recherche », Études Rurales, n° 63-64, juillet-décembre 1976, p. 9. Tilly (C.), La Vendée. Révolution et contre-révolution, Paris, 1970, p. 67-90.

24 À partir des travaux de Pierre Bourdieu concernant ces questions, voir Hubscher (R.), « Bilan critique de l’histoire rurale en France : Approches en question », Bodiguel (M.) et Lowe (P.), Campagne française, campagne britannique. Histoires, images, usages au crible des sciences sociales, Paris, 1989, p. 95-96.

25 Minois (G.), La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, op. cit., p. 222 et « Le rôle politique des recteurs de campagne en Basse-Bretagne (1750-1790) », art. cit., p. 158-161.

26 Mendras (H.) et Forsé (M.), Le Changement social, tendances et paradigmes, Paris, 1983, p. 34.

27 Mendras (H.), Éléments de sociologie, Paris, 1975, p. 136.

28 Ibidem.

29 Tilly (C.), La Vendée…, op. cit., p. 69.

30 Expression empruntée à Croix (A.), « Les notables ruraux dans la France du xviiie siècle : une clé de la sociabilité », Levasseur (R.), De la sociabilité. Spécificité et mutations. Actes du colloque de Trois- Rivières, Montréal, 1990, p. 39.

31 Mendras (H.), La Fin des paysans suivi d’une réflexion sur la fin des paysans vingt ans après, Arles, 1984, p. 50-58.

32 Mendras (H.) et Forsé (M.), op. cit., p. 35.

Table des illustrations

Titre Le Trégor en 1789
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17766/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search