Version classiqueVersion mobile

Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle

 | 
Guy Haudebourg

Conclusion générale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Tous les ouvrages consacrés à la Bretagne du xixe siècle le constatent, la misère est grande dans cette province et sa manifestation la plus extrême est la mendicité. Les exemples de communes où plus de la moitié de la population est assistée par le bureau de bienfaisance sont souvent repris par de nombreux auteurs. Il nous semble, cependant, nécessaire de nuancer considérablement les idées communément admises à ce sujet. L’évaluation quantitative de l’indigence et de la mendicité est difficile, celle du vagabondage quasi impossible puisque, par nature, les vagabonds échappent ou tentent de se soustraire à tout contrôle.

2Le premier obstacle à cette connaissance est d’ordre sémantique et méthodologique. Les définitions des catégories et les limites de ces dernières sont tellement imprécises que ceux qui sont chargés des dénombrements, recensements ou évaluations se débattent dans la confusion. Certains considèrent tous les indigents comme des mendiants ; à l’inverse, d’autres ne comptabilisent que les « professionnels » ; à l’exagération des données dans le premier cas répond la sous-estimation dans le second, erreurs dont l’importance est impossible à mesurer. La définition de l’indigence, elle-même, est problématique. Il arrive que seules les personnes prises en charge par un établissement d’assistance soient considérées comme indigentes. L’inexistence de celui-ci est alors le témoignage de l’absence de problème !

3La seconde difficulté est l’absence d’homogénéité des sources ; il est extrêmement rare que les cinq départements de Bretagne aient conservé des documents du même type pour une date donnée. De plus, les seules séries qui couvrent l’ensemble du siècle sont les recensements qui ne regroupent pas toujours les catégories de façon identique et qui ne sont pas toujours informés de la même manière, toujours à cause de l’incertitude des définitions et des situations. Enfin, les données concernant le nombre de mendiants sont très éparses. De la grande enquête de 1841, les Côtes-du-Nord et le Morbihan conservent quelques cantons mais les autres départements de Bretagne n’ont plus rien. Les seules enquêtes complètes qui nous restent concernent le Finistère Sud en 1847 et 1856 ; l’importance quantitative de la mendicité ne peut donc être envisagée que pour ce département dans une période de crise. Les données éparses pour les autres départements, fournies, par exemple, par De Watteville (1847) sont trop sporadiques, surtout pour le Morbihan, pour être une image fidèle de l’ensemble des communes. Ce sont cependant les seules données que nous possédions, aussi, devons-nous nous en contenter tout en sachant qu’on ne saurait s’en satisfaire. Les statistiques fournies par les appareils répressifs ou les établissements d’assistance mesurent, en effet, avant tout leur propre activité et ne sauraient être représentatives de l’ensemble des phénomènes auxquels ils sont associés. Nous avons pu noter à plusieurs reprises que des baisses du nombre d’arrestations de mendiants ou vagabonds pouvaient être enregistrées lors de crises où tous les observateurs notaient des augmentations de la mendicité et du vagabondage, situation dont le paradoxe est souligné par des membres de l’appareil policier lui-même. Selon les enquêtes consacrées à la mendicité, 5 % de la population des Côtes-du-Nord et 2,2 % de celle du Morbihan mendieraient en 1841 ; la situation serait pire dans le Finistère puisqu’en 1847 ce département verrait plus de 4 % de sa population réduite à la mendicité et qu’en 1856 le taux atteindrait 6,6 %. Quelques données pour la Loire-Inférieure en 1855 donnent un taux de mendicité inférieur à 1 % taux très proche de celui donné pour 1847 par De Watteville (0,8 %).

4Quant à l’indigence, les résultats sont encore plus disparates que ceux de la mendicité ; si, en 1841, le Morbihan compte 2,3 % d’indigents, De Watteville en recense 10,9 % en 1847 ; le Finistère sud, quant à lui, en compterait 12,5 % en 1854 et les Côtes-du-Nord 11,5 % la même année. Les recensements, qui sont beaucoup plus flous quant aux populations concernées, font apparaître une population marginalisée proche de la mendicité et du vagabondage ayant tendance à diminuer au cours de la seconde moitié du siècle : concernant environ 3 % de la population au milieu du siècle, ce groupe tombe à 1,5 % à la fin du siècle. Les évolutions des classements permettent, cependant, difficilement de considérer cette baisse comme le reflet exact de l’évolution du nombre d’indigents, mendiants ou vagabonds.

5Il semble, si l’on s’en tient à ces sources, que la misère aille croissant d’est en ouest aussi bien sous le rapport de l’indigence que sous celui de la mendicité. D’autre part, l’opposition argoat/armor semble pertinente aussi dans ce domaine, surtout au sud de la péninsule, la côte atlantique étant dans une situation économique plus favorable que l’intérieur du pays sauf lors de graves crises, telles celles de la pêche à la sardine par exemple ou les crises industrielles qui touchent la Basse-Loire ou la région lorientaise. Enfin, nous pouvons noter l’opposition entre villes et campagne, les communes rurales étant relativement plus frappées par la mendicité que les villes même si les pauvres des campagnes sont nombreux à quitter leurs communes pour se rendre à la ville où ils espèrent trouver du travail ou être pris en charge par des organismes charitables ou d’assistance, peu nombreux ou inexistants à la campagne. Plus que leur nombre, c’est sans doute le caractère allogène de ces ruraux qui suscite la peur ou la condamnation de citadins ayant le sentiment d’être envahis.

6Comme partout en France, l’appareil d’État essaie d’enrayer la mendicité et le vagabondage qui lui est le plus souvent associé par deux types de mesures intrinsèquement liées : l’assistance aux indigents qui risquent de mendier et la répression des mendiants et vagabonds considérés comme des dangers potentiels pour l’ordre et la morale publics. Mais cette double action donne en Bretagne des résultats particulièrement insatisfaisants que n’explique pas totalement le trop grand nombre de personnes à prendre en charge. L’étude parallèle de l’assistance et de la répression met, en effet, en évidence deux situations : celle de la Haute-Bretagne, qui s’apparente, semble-t-il, au reste de la France et celle de la Basse-Bretagne souvent considérée par les préfets comme archaïque dans ce domaine comme dans bien d’autres.

7L’Ille-et-Vilaine et la Loire-Inférieure sont, dès le milieu du siècle, dotées d’un grand nombre d’établissements publics destinés aux indigents - bureaux de bienfaisance, hôpitaux, hospices — ce qui rend possible l’interdiction systématique de la mendicité et sa répression. Les préfets sont même quelquefois devancés par les maires qui exigent davantage de mesures répressives et, en conséquence, acceptent plus facilement la mise en place de systèmes d’assistance des plus pauvres. Naturellement, la situation n’est pas uniforme et certaines communes sont plus rétives que d’autres mais aucun point des départements n’est entièrement démuni même si les communes les plus rapides dans la mise en place de telles structures sont les plus importantes du point de vue de leur nombre d’habitants et de leur rôle administratif.

8À la campagne, on semble particulièrement craindre les vagabonds, et l’attrait des grandes agglomérations telle Nantes, plus fort dans la deuxième moitié du siècle, explique sans doute la présence d’étrangers plus nombreux qui font peser des craintes sur les campagnes qu’ils traversent. Ces gens sans aveu sont nombreux à être arrêtés en Loire-Inférieure mais sont renvoyés hors de poursuite dans un cas sur trois. Un quart de ceux qui passent au tribunal sont acquittés et nombreux sont ceux qui bénéficient de circonstances atténuantes qui leur évitent les trois mois de prison prévus par le Code pénal, la moyenne des condamnations pour vagabondage seul étant de 38 jours. Le vagabondage est « compris » sinon admis par les autorités judiciaires, conscientes que l’évolution économique entraîne des déplacements importants, déplacements que font les ouvriers sans se doter des papiers nécessaires.

9La mendicité, que tous les textes excusent car elle apparaît inéluctable, est dans les faits de moins en moins admise car elle manifeste un comportement entièrement opposé à l’idéologie dominante qui considère le travail comme le fondement de la société. On peut, pourtant, là encore mettre à part la ville de Nantes où la fondation, dès 1829, d’un substitut au dépôt de mendicité — la Maison de travail et de secours pour l’extinction de la mendicité dans la ville de Nantes — est représentative de l’attitude de la bourgeoisie nantaise, bourgeoisie qui est peut-être en avance sur le reste du département du fait d’un contexte plus proche de celui des autres régions en voie d’industrialisation. Facilement arrêtés, les mendiants ne sont guère acquittés par les tribunaux de Loire-Inférieure (6 % d’acquittements) mais on peut constater que, comme pour l’ensemble de la Bretagne sud, ce sont les arrondissements où les arrestations sont les plus nombreuses qui ont les tribunaux les moins sévères : 47 % des prévenus de mendicité entre 1831 et 1865 sont arrêtés dans l’arrondissement de Nantes ce qui montre l’activité importante de la police dans ce domaine or l’emprisonnement y est le plus bref (18 jours contre 33 dans les autres tribunaux du département).

10La situation apparaît totalement différente en Basse-Bretagne ; le retard dans la mise en place des structures publiques destinées aux plus pauvres est encore grand à la fin du siècle et toutes les tentatives des préfets pour organiser la lutte contre la mendicité en alliance avec les cadres de l’Eglise catholique ne débouchent, au mieux, que sur des demi-succès. Faute de structures d’assistance, les moyens légaux de répression sont affaiblis mais il semble que même la répression permise par la seule application du Code pénal soit au-dessous des possibilités. Il y a dans cette partie de la province une sorte de refus de réprimer toute forme de mendicité et si la mise en place des structures d’assistance est si lente, c’est à notre sens parce que les autorités municipales et les habitants sont attachés à des relations particulières avec les mendiants de la paroisse. En refusant toute prise en charge publique de l’indigence, ils empêchent toute possibilité d’interdiction de la mendicité locale et permettent le maintien de liens traditionnels et directs entre les pauvres (indigents, mendiants) et la population de la commune.

11Tous les témoignages concordent, en effet, pour dire qu’en Basse-Bretagne les mendiants ont une place spécifique et importante dans la société : « pauvres de Dieu », ils sont des intermédiaires privilégiés entre les moins pauvres et la divinité et, à ce titre, doivent être protégés et soutenus. Ils sont naturellement présents sur tous les lieux de culte où la charité chrétienne a le plus de chance de s’exercer : aux portes des églises, au pied des calvaires, près des fontaines christianisées. Ils sont nombreux aux pardons où certains d’entre eux - les pèlerins par procuration - se rendent en remplacement de personnes incapables de se déplacer et où d’autres se font payer pour s’infliger les pénitences des pèlerins. Ils ont leur place dans les foyers de la commune et participent à toutes les réjouissances, en particulier aux repas de noce où une place leur est réservée, du moins en Cornouaille et dans le Vannetais ; en retour, ils sont les colporteurs des nouvelles à la campagne, animent les veillées grâce aux nombreux contes et aux chansons qu’ils connaissent et servent à l’occasion de baz valan (entremetteur) entre les jeunes gens et jeunes filles. Si tous les mendiants ne sont pas des artistes, certains ont cependant joué un rôle non négligeable dans la transmission du patrimoine culturel de Basse-Bretagne, d’abord et surtout à leurs auditeurs locaux mais aussi aux divers collecteurs qui se sont intéressés à la culture orale populaire au xixe siècle, parmi lesquels on peut citer La Villemarqué et Luzel. Cette position particulière des mendiants en Basse-Bretagne, encore attestée dans les années 1930, explique le peu d’empressement de l’appareil répressif. Nous pouvons toutefois constater que, si les arrestations pour mendicité sont peu nombreuses, les condamnations par les tribunaux sont beaucoup plus lourdes qu’en Loire-Inférieure — 46 jours aux mendiants et 96 aux vagabonds contre respectivement 19 et 38 - comme si l’appareil judiciaire acceptait moins la mendicité que le reste de la société bas-bretonne et corrigeait la trop grande tolérance policière. Si les mendiants ne sont pas rejetés, les vagabonds, en revanche, semblent particulièrement craints dans cette partie peu industrialisée de la province et leurs condamnations plus lourdes qu’en Loire-Inférieure semblent confirmer une attitude générale des populations à leur égard même si la limite entre mendiants et vagabonds n’est pas toujours très facile à établir.

12Le relatif retard industriel de la Bretagne occidentale et la permanence d’une certaine conception de la charité et de la place des pauvres dans la société sont à l’origine de ces comportements différenciés de la Haute et de la Basse-Bretagne. Ce qui apparaît comme une preuve supplémentaire d’archaïsme aux autorités préfectorales est au contraire valorisé par divers courants : les bretonistes qui exaltent tout ce qu’ils considèrent comme des particularismes bretons mais surtout les courants antirépublicains et cléricaux de la fin du siècle pour lesquels l’organisation publique des secours aux indigents amène à l’abaissement moral de ceux qui reçoivent et à la disparition du sentiment de reconnaissance vis-à-vis de ceux qui leur donnaient auparavant.

13La question de l’assistance n’est pas devenue un enjeu politique à l’instar de l’école parce qu’à côté de la bienfaisance publique opère la charité privée sous toutes ses formes, probablement dominante au xixe siècle en Bretagne. Le Morbihan fait cependant exception à ce modus vivendi. En effet, le rôle de l’Église catholique dans les comités de charité mis en place sous le second Empire par les préfets de ce département pour pallier le manque de bureaux de bienfaisance est si grand que, lorsque les autorités de la troisième République décident de transformer ces comités en bureaux de bienfaisance, à l’exemple des « écoles libres », se créent alors des « comités libres de charité » qui, selon les sous-préfets, sont des foyers de lutte antirépublicaine qui assortissent de pressions politiques leurs distributions de secours.

14Les évolutions de la période de la troisième République n’effacent pas les oppositions entre les deux parties de la province. La création de bureaux de bienfaisance est encore favorable à l’Ille-et-Vilaine et à la Loire-Inférieure et la mise en place de l’Assistance médicale gratuite issue de la loi du 14 juillet 1893 s’opère plus vite dans ces départements même si les trois autres en sont dotés dès le début du xxe siècle. Ce décalage temporel relativement court peut être considéré comme symptomatique de l’évolution des mentalités quant à la nécessité de la prise en charge de certaines catégories par l’ensemble de la société. On peut noter parallèlement que, même si les mendiants sont toujours accueillis favorablement par la société civile, la fin du siècle voit le Morbihan passer un accord avec un dépôt de mendicité et interdire complètement la mendicité ; si l’évolution des mentalités n’est pas achevée pour l’essentiel de la population de Basse-Bretagne - nous situerions la rupture dans ce domaine, comme dans d’autres, au milieu du xxe siècle — les classes dirigeantes locales s’alignent quant à elles sur les conceptions nationales dès la fin du xixe siècle.

15Si les données quantitatives sont d’interprétation très complexe à cause des réserves que nous avons émises plus haut, les enquêtes, les recensements et les écrous de prison permettent de mieux préciser la sociologie des mendiants, indigents et vagabonds et l’origine de leur situation.

16Les mendiants sont essentiellement des personnes incapables de gagner leur vie à cause de leur âge trop élevé ou trop jeune, d’infirmités, ou de veuvage pour les femmes. Le sexe féminin est particulièrement touché par la misère puisque mendiants et indigents comprennent de 50 à 75 % de femmes selon les enquêtes. La plupart des représentations picturales donnent bien cette image des mendiants bretons ; il est rare en effet d’y voir mendier une personne valide en âge de travailler.

17Les indigents sont en général plus jeunes et nous retrouvons parmi eux les mêmes catégories. Ces indigents sont marginalisés parce que leurs salaires ne suffisent pas à nourrir leur famille ou parce qu’ils n’ont pas de travail pour diverses raisons comme la maladie, un accident, une crise économique. Le plus grand nombre est composé de travailleurs de la terre ; l’agriculture qui avait du mal à nourrir les campagnes au xviiie siècle était alors complétée par des industries rurales qui ont disparu au xixe siècle, celles du textile en particulier ; de plus, la forte fécondité bretonne et l’augmentation des densités de population sur une terre souvent peu productive — même s’il faut nuancer selon les régions - amènent à une surpopulation relative des campagnes. La conséquence en est l’appauvrissement des cultivateurs ou des journaliers et leur départ vers les villes où ils ne trouvent pas forcément un emploi. C’est ce qui explique que ces catégories soient si présentes chez les indigents urbains alors que l’agriculture n’y est pas pratiquée ou si peu. Les métiers non qualifiés ou fragiles reviennent le plus souvent : le textile, reflet d’une situation catastrophique en Bretagne mais aussi tous les métiers de force (manœuvres, portefaix) qui sont mal payés et surtout où le nombre de jours d’emploi est très incertain et le plus souvent entrecoupé de périodes sans emploi. Le nombre de marins, pour les mêmes raisons, est lui aussi important. Du côté des femmes, l’éventail est plus restreint : les agricultrices sont les plus nombreuses suivies des ouvrières du textile et des lingères.

18Quant aux vagabonds, ce sont les registres d’écrous qui nous permettent de préciser leur profil car ils échappent à toute tentative de recensement. Composés d’hommes pour les trois quarts, plus jeunes que les mendiants arrêtés, ce sont eux aussi des travailleurs. Nous retrouvons les mêmes métiers dominants que dans la catégorie précédente mais l’éventail est beaucoup plus large. Très nombreux sont les travailleurs qui risquent l’arrestation pour vagabondage car peu se munissent des papiers obligatoires aux déplacements (passeports à l’intérieur et livrets ouvriers) ; les plus fragiles socialement sont cependant les plus nombreux parmi les écroués pour vagabondage, reflet de leur situation précaire et de leurs difficultés d’adaptation sans doute mais aussi des préjugés de l’appareil répressif. Les gendarmes et les agents vérifient plus aisément la situation de ceux que le comportement, les vêtements ou la langue désignent comme vagabonds ou mendiants en puissance que celle de personnes bien mises. Les premiers sont d’ailleurs des « individus » que l’on tutoie et les seconds des « personnes » que l’on vouvoie et lorsque, par hasard, l’une de ces dernières est arrêtée, son séjour en prison est très court et, le plus souvent, assorti d’un non-lieu. Cette attitude policière et judiciaire est logique ; le passeport a été instauré pour contrôler les déplacements de la population voire les empêcher mais si, sous la Révolution, il visait surtout les catégories contre-révolutionnaires, au xixe siècle, il vise avant tout les classes laborieuses et dangereuses qui ont tendance à toujours plus se déplacer du fait des mutations économiques.

19Les arrestations de vagabonds et de mendiants sont ainsi une source d’information sur les déplacements des travailleurs. Le grand pôle d’attraction de la Bretagne Sud est la Basse-Loire ; les Bretons de toute la province y affluent suivis de loin par les ouvriers originaires du Maine-et-Loire et de Vendée. En ce sens, Nantes et sa région sont encore bretonnes au xixe siècle. Il est difficile de dire si ces arrivées sont la marque d’une immigration temporaire ou définitive ; on peut constater qu’un certain nombre d’arrestations de non-Nantais dans l’arrondissement de Nantes se situent à plusieurs années d’intervalles et à des saisons différentes, ce qui semblerait prouver que dans ces cas il s’agit plutôt d’immigration longue. Le second mouvement est de l’intérieur du pays vers la côte, et plus particulièrement vers les villes, telle Lorient. Nantes participe naturellement aussi de ce mouvement. La densité de population du littoral, déjà plus élevée que celle de l’intérieur, va en augmentant, effet de meilleures conditions économiques, semble-t-il, alors que l’intérieur stagne ou se vide à des rythmes très variables.

20Le lecteur n’a pas manqué de constater les déséquilibres de cette recherche, la Bretagne sud ayant été favorisée. La raison fondamentale en est qu’à l’origine se trouve une thèse consacrée uniquement à cette partie de la province. Il est à souhaiter que le chantier ouvert ici trouve de nombreux prolongements. La question de la mendicité est en effet si vaste, les questionnements si divers et les sources si nombreuses pour le xixe siècle qu’on ne peut que souhaiter la multiplication des études, non seulement pour cette province mais aussi pour le reste de la France. Loin de concerner la seule érudition, cette question nous semble pleinement d’actualité en un temps où la crise économique multiplie ceux que l’on appelle les nouveaux pauvres ou quart-monde et où le « SDF » devient une figure emblématique de l’exclusion sociale. La mendicité a réapparu dans les villes, souvent dans les mêmes quartiers qu’au xixe siècle, et si l’arsenal répressif visant les mendiants a été abandonné en 1994 — ce que certaines communes ont essayé de pallier en édictant des arrêtés anti-mendicité rappelant ceux du siècle passé —, les questions de la prise en compte de ceux que l’on n’appelle plus des indigents sont toujours posées.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search