Version classiqueVersion mobile

Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle

 | 
Guy Haudebourg

Troisième partie. La répression

Conclusion de la troisième partie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le cadre global de la répression policière et judiciaire de la mendicité et du vagabondage est le même dans toute la province - comme dans toute la France - et fondé sur les articles 269 à 282 du Code pénal (1810) mais il dépend largement des conditions locales. En effet, si le vagabondage est dans tous les cas un délit et appelle la répression, la mendicité n’est délictueuse qu’en fonction des individus et des conditions locales.

2Cette répression représente une part importante de l’activité policière et judiciaire en Bretagne sud au xixe siècle. Entre 1831 et 1865, en effet, une arrestation sur trois (entre une sur cinq et une sur deux selon les arrondissements) concerne les mendiants et vagabonds. Il en est de même pour un jugement sur dix (entre un sur vingt et un sur quatre selon les arrondissements) entre 1825 et 1900. Le nombre des arrestations et des jugements a tendance à augmenter jusque dans les années 1890 au moins. Si ces tendances ne nous permettent pas d’en déduire les évolutions de l’ensemble de la mendicité ou du vagabondage puisque les statistiques pénales mesurent avant tout l’activité des appareils répressifs, elles confirment cependant l’opposition que l’étude de l’assistance nous avait permis de mettre en évidence : celle de la Haute-Bretagne et de la Basse-Bretagne, les deux tiers des arrestations de Bretagne sud étant effectuées en Loire-Inférieure entre 1831 et 1865. La part des mendiants et vagabonds dans les écroués est, elle aussi, supérieure dans cette partie de la province atteignant 40 % des écrous contre 30 % à l’ouest ; il en va de même du rapport entre le nombre d’arrestations et celui de la population des arrondissements concernés : 6,4 pour 10 000 habitants en Haute-Bretagne contre 2,6 en Basse- Bretagne, Nantes culminant à 11,4 pour 10 000.

3Cette opposition est encore plus nette pour ce qui est de la mendicité qui, globalement, dans l’aire étudiée, représente un quart des arrestations de mendiants/vagabonds (de l % dans l’arrondissement de Châteaulin à 44 % dans celui de Nantes). L’est de la péninsule, davantage fourni en bureaux de bienfaisance et établissements hospitaliers, tolère beaucoup moins la mendicité que l’ouest si l’on en croit le nombre d’arrestations pour ce délit dans les deux aires : 90 % des mendiants arrêtés en Bretagne sud entre 1831 et 1865 le sont en Loire-Inférieure où ils représentent globalement 36 % des arrestations de mendiants/vagabonds contre 7 % dans l’ouest. Le mendiant est refusé en Loire-Inférieure parce que la société considère que le véritable indigent trouve des secours dans les organisations d’assistance et que le quêteur d’aumône est un fainéant qui n’a droit à aucune commisération. Dans cette partie de la province, même s’il y a des nuances selon les régions, dans l’ensemble, la population accepte les principes d’organisation de l’assistance et la répression de la mendicité prônés par les appareils d’État. C’est particulièrement vrai dans la ville de Nantes où la bourgeoisie locale a mis en place un substitut au défunt dépôt de mendicité afin de permettre la répression de toute forme de mendicité.

4Toute autre est la situation dans l’ouest. Malgré un appareil policier important — légèrement moindre qu’en Loire-Inférieure dans le Finistère et équivalent dans le Morbihan -, le nombre d’arrestations pour mendicité y est très faible. Ici, les gendarmes, les gardes champêtres ou les agents de police, ne semblent guère convaincus de la nécessité d’arrêter des individus que, à l’instar du reste de la population bas-bretonne, ils ne considèrent pas comme des dangers pour l’ordre public et comme des criminels en puissance, idées qui fondent les articles du Code pénal consacrés à la répression du vagabondage et de la mendicité.

5L’attitude policière vis-à-vis des vagabonds est plus homogène. Ces derniers effraient les populations dispersées des campagnes et nombreux sont les documents où les édiles locaux insistent sur les menaces qu’ils profèrent à l’égard des femmes et des enfants restés seuls à la maison. Dans toute la province, le nombre d’arrestations de vagabonds est élevé et supérieur à celui des mendiants, les vagabonds représentant en moyenne les trois quarts des arrestations de mendiants/vagabonds et leur part étant proportionnellement plus élevée à l’ouest (93 % contre 64 % en Loire-Inférieure).

6Les tribunaux, quant à eux, ont des attitudes plus complexes. Tant en Haute qu’en Basse-Bretagne, certains indices montrent l’augmentation de la sévérité des peines au cours du siècle. La baisse du nombre de renvois hors de poursuites est particulièrement nette entre 1831 et 1865 puisque l’on passe de 60 % des écroués non poursuivis à 30 % tandis que les acquittements déclinent entre 1825 et 1869. Mais dans la même période, on note des tendances à la baisse du nombre de jours d’incarcération pour mendicité ou vagabondage dans certains tribunaux. Il semble qu’en Basse-Bretagne, les juges soient plus sévères qu’en Haute-Bretagne, les deux tribunaux infligeant les plus fortes peines étant Quimperlé et Châteaulin (158 et 153 jours de prison) alors que Paimbœuf est plus tolérant et que la Haute-Bretagne a tendance à donner des peines inférieures à une semaine.

7Les registres d’écrous de prisons utilisés pour l’étude de la répression du vagabondage et de la mendicité nous donnent, en outre, les éléments nécessaires à la sociologie des arrêtés. Que la police ou la gendarmerie n’effectuent pas leurs arrestations au seul hasard nous est montré par la présence massive des hommes (trois arrêtés sur quatre) alors que les enquêtes indiquent la suprématie des femmes. Les vieillards et les enfants sont, à l’instar des femmes, sous-estimés, la loi les autorisant dans une certaine mesure à mendier sous certaines conditions ; aussi, la moyenne d’âge n’est-elle guère représentative. On peut, néanmoins, constater que les vagabonds sont dans l’ensemble plus jeunes que les mendiants (33 ans contre 48) ce qui peut s’expliquer par le fait que les premiers sont davantage des actifs qui se déplacent à la recherche d’un emploi et que les seconds sont probablement plus souvent des personnes hors d’état de gagner leur vie à cause de leur âge ou d’infirmités. Les métiers des uns et des autres sont très voisins : travailleurs de la terre, métiers en crise (textile) ou sensibles à la conjoncture (terrassiers, maçons, marins).

8Vagabonds et mendiants écroués semblent bien être des travailleurs sans emploi ou incapables de travailler plutôt que des professionnels oisifs comme certains idéologues ont tendance à le ressasser, ce que les renvois hors de poursuite ou les acquittements tendent à prouver ainsi que le nombre moyen d’arrestations. La récidive est faible et, le plus souvent, se limite à deux arrestations. Les cas de multirécidive sont exceptionnels, le maximum d’arrestations étant, entre 1831 et 1865, de 21. Autre mythe littéraire ici battu en brèche, les « bandes » : les vagabonds ou les mendiants sont avant tout des solitaires et les cas de groupes importants arrêtés sont eux aussi très exceptionnels.

9Ces travailleurs ont principalement tendance à se diriger vers la Basse- Loire, seule région industrielle de la province au milieu du xixe siècle ; en font foi, aussi bien les lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage/mendicité en Bretagne sud que les déplacements de quelques multirécidivistes. La région nantaise a une large aire d’influence, attirant particulièrement les habitants du Morbihan et des Côtes-du-Nord. Le second mouvement - non contradictoire avec le premier - est celui qui voit l’intérieur de la péninsule se diriger vers la côte où les conditions économiques semblent meilleures.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search