Version classiqueVersion mobile

Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle

 | 
Guy Haudebourg

Troisième partie. La répression

Chapitre 10. Sociologie des mendiants et vagabonds arrêtés en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 A Nantes, les mendiants sont souvent accusés par les forces de police d’êtr (...)

1Les forces de répression n’opèrent pas vraiment au hasard et peuvent se montrer moins sourcilleuses à certains moments qu’à d’autres. La tolérance, dans les périodes de crise, par exemple, n’est probablement pas totalement aléatoire : certains ont sans doute alors plus de chances d’être moins importunés que d’autres : les vieillards, les infirmes sans doute ; les enfants peut-être d’autant que la jurisprudence tend à les écarter de ces inculpations. Aussi ne peut-on considérer les informations apportées par l’étude des personnes arrêtées comme le reflet fidèle des caractéristiques de l’ensemble de ceux qui mendient ou vagabondent en Bretagne Sud aux alentours du milieu du xixe siècle, du moins en ce qui concerne la pyramide des âges. Il est cependant permis de penser que les métiers ou les origines géographiques des prévenus ne diffèrent guère de ceux de l’ensemble du groupe. Ces éléments, bien que lisibles extérieurement, même s’ils le sont moins que le sexe, l’âge ou les infirmités, sont sans doute moins pris en compte dans les critères de tolérance1. L’étude plus systématique de l’origine géographique des personnes arrêtées est un assez bon indicateur des mouvements de la population pauvre de cette période.

Sexe, âge et métiers des personnes écrouées

2Connaître le nombre de personnes différentes arrêtées pour vagabondage ou mendicité n’est pas aisé. En effet, les renseignements donnés par les écrous ne sont pas d’une précision certaine et il est fréquent qu’une même personne vieillisse de dix ans entre deux arrestations distantes de deux ans (ou rajeunisse !) ce qu’on peut vérifier pour les femmes mariées pour lesquelles nous disposons des noms de jeune fille et d’épouse ainsi que du lieu de naissance. La fréquence des noms, des prénoms identiques pour des personnes de la même génération habitant une même commune ne permet pas toujours d’être assuré que deux arrestations concernent bien la même personne ; bien plus, la transcription des noms sur les registres est quelquefois fantaisiste, il est facile de le voir avec les noms de lieu de naissance par exemple. Pour ces diverses raisons, le nombre de personnes différentes que nous avons retenu n’est qu’une approximation. Du fait de l’imprécision des écrous, la situation de famille des personnes arrêtées ne peut être étudiée, aussi l’avons-nous laissée de côté.

Sexe et âge

  • 2 Toutes les données de ce chapitre proviennent des séries Y des ADF, (...)

3Les 18 727 arrestations concerneraient 13 621 personnes2. La proportion des femmes dans chacun des délits est exactement la même si l’on prend comme référence l’ensemble des arrestations (26 %) et légèrement plus importante chez les mendiants (28 %) que chez les vagabonds (23 %) si l’on considère les personnes arrêtées.

4En ce qui concerne les âges, l’étude porte sur l’ensemble des arrestations puisque les récidivistes sont arrêtés à des âges différents ; si cette donnée n’est pas très fiable, elle donne cependant un ordre de grandeur et il est permis de penser que les erreurs portant sur 18 603 arrestations (26 % de femmes) pour lesquelles nous disposons de cette information se compensent. L’âge moyen de 37 ans est aussi celui des hommes ce qui s’explique par le fait que l’âge moyen des femmes n’est inférieur que de deux ans et que les hommes représentent les trois quarts des effectifs.

5Les mendiants sont en général plus âgés que les vagabonds (48 ans contre 37) ce qui est particulièrement vrai pour les femmes ; l’écart des moyennes est, en effet, de 12 ans pour les hommes (46 ans contre 34) et de 22 pour les femmes (52 ans contre 30). Aussi, alors que les vagabonds sont légèrement plus âgés que les vagabondes, les mendiants le sont moins que leurs compagnes. Que le vagabondage, qui nécessite un déplacement, concerne les plus jeunes peut s’expliquer par les meilleures conditions physiques et l’état d’esprit plus entreprenant des plus jeunes. La comparaison des pyramides des âges permet de mieux mesurer ces différences de comportement (graphique 11).

Graphique 11. Pyramide des âges des vagabonds et vagabondes arrêtées en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)

Graphique 11. Pyramide des âges des vagabonds et                         vagabondes arrêtées en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)
  • 3 Dans l’Hérault, 32 % des vagabonds ont moins de 25 ans. M. R. Santu (...)

6Les vagabonds sont les plus nombreux dans la tranche des 20 à 30 ans3 mais, alors que la courbe des femmes baisse assez vite après avoir atteint son maximum à 23 ans, celle des hommes subit une légère reprise entre 30 et 40 ans pour diminuer ensuite tout en conservant des effectifs assez importants. Les hommes vagabondent plus tôt et plus tard que les femmes ce qui explique la moyenne d’âge plus élevée. Les jeunes filles hésitent peut-être plus que les garçons à quitter leur canton et la présence d’enfants est sans doute à mettre au compte du moindre vagabondage des femmes après 23 ans. Les courbes sont totalement différentes chez les prévenus de mendicité (graphique 12).

  • 4 Nous retrouvons ces caractéristiques en Eure-et-Loir pour la fin du (...)

7Dans les deux cas, les 40-60 ans dominent ce qui explique l’écart avec l’âge moyen des vagabonds mais, alors que la courbe des femmes est assez régulière avec un maximum à 60 ans, les hommes ont un premier sommet à 18 ans suivi d’un creux et d’une reprise après 30 ans qui les amène au maximum des 60 ans. Ce premier pic de mendiants jeunes explique l’âge moyen plus bas chez les hommes que chez les femmes. On peut constater que l’on commence à mendier plus jeune qu’à vagabonder ; il s’agit dans certains cas d’enfants qui mendient seul mais le plus souvent d’enfants accompagnant un parent4. L’éloignement du lieu de domicile (ou de naissance) ne se fait guère avant une dizaine d’années, la vie d’expédients s’effectuant auparavant sur place.

Graphique 12. Pyramide des âges des mendiants et mendiantes arrêtés en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)

Graphique 12. Pyramide des âges des mendiants et                         mendiantes arrêtés en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)

Les métiers des vagabonds et mendiants

  • 5 Ces métiers peuvent, de plus, dépendre de la saison. « Tel migrant (...)
  • 6 Certaines de ces personnes ont été arrêtées à plusieurs reprises ; (...)

8Les métiers indiqués sur les registres d’écrous sont essentiellement ceux que les personnes arrêtées indiquent. Ils peuvent donc être fantaisistes ou ne pas être pratiqués à cause de l’âge, d’infirmités ou du manque de travail par exemple. Dans certains cas, il est probable que le métier est l’état que les forces de police ou le greffier de la prison ont indiqué de leur propre initiative, « vagabond », « mendiant » par exemple ou « sans état »5. L’étude des métiers porte sur 13 532 personnes pour lesquelles nous connaissons cette donnée, 10 117 hommes et 3 415 femmes6. Les définitions de mendiant et de vagabond excluant a priori certains métiers, ces situations affectent essentiellement les catégories sociales les plus fragiles. Un petit nombre des écroués est cependant composé de professions que l’on n’attendrait guère ; quelques ecclésiastiques, étudiants ou professeurs ou se disant tels sont ainsi arrêtés, faute de papiers en règle mais sont vite relâchés. Il s’agit d’ailleurs le plus souvent d’anciennes professions qui ne sont plus pratiquées du fait de l’âge ou d infirmités. On peut ainsi relever un « ex-commissaire de police » et quelques « ex-gendarmes » ou « ex-gardes-chiourme ». Mais ce ne sont là que des cas marginaux et l’essentiel des prévenus est sans profession ou a un métier peu qualifié ou très sensible à la conjoncture économique. L’éventail des activités des prévenus de mendicité est plus restreint que celui des vagabonds et, dans les deux cas, les métiers des hommes sont beaucoup plus divers que ceux des femmes.

Les métiers des hommes

9Le tableau 5 ci-après présente les domaines d’activité des hommes arrêtés pour vagabondage ou mendicité.

10Un homme sur cinq est considéré sans profession, situation qui peut s’expliquer par l’âge, les infirmités, l’absence de qualification ou une classification arbitraire des forces répressives. Cette situation vient en tête chez les vagabonds mais est devancée par celle de cultivateur chez les mendiants. Une partie importante des personnes arrêtées déclare une profession sans véritable qualification, faisant appel essentiellement à la force physique. 37 % des hommes sont domestiques, cultivateurs, manœuvres, portefaix et terrassiers (33 % des vagabonds et 45 % des mendiants). Certaines autres catégories de notre classement ont aussi leur part d’activités non qualifiées, tels les bûcherons (métiers du bois), fileurs ou cardeurs (textile). Une partie de ceux qui sont classés dans les divers appartient aussi à ce groupe non qualifié ; c’est le cas des quelques commissionnaires, « décrotteurs » qui nettoient les chaussures dans la rue ou « ramasseurs de cendre », situations qui ne sont pas vraiment des métiers mais s’apparentent à ce que de nombreux textes considèrent comme de la mendicité déguisée. Globalement, les sans-profession et professions non qualifiées représentent donc plus de la moitié de l’ensemble des hommes arrêtés pour vagabondage et mendicité ; la moitié des vagabonds et les deux tiers des mendiants sont dans ce cas.

Tableau 5. Répartition (en %) des métiers des hommes arrêtés pour vagabondage ou mendicité en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)

Tableau 5. Répartition (en %) des métiers des hommes                             arrêtés pour vagabondage ou mendicité en Bretagne Sud au xixe siècle                             (1831-1865)
  • 7 Sans-état, mendiants, vagabonds.

11Note 77

  • 8 Cultivateurs, laboureurs, jardiniers, journaliers, pâtres, gard (...)

12Note 88

  • 9 Les portefaix sont aussi appelés bousqueurs ou boucaniers.

13Note 99

  • 10 Terrassiers, carriers, carreyeurs, perreyeurs, paveurs, mineurs (...)

14Note 1010

  • 11 Peintres, vitriers, plâtriers, carreleurs, couvreurs, tuiliers, (...)

15Note 1111

  • 12 Métiers de la vente. On y trouve les revendeurs, épingliers, (...)

16Note 1212

  • 13 Marins, marins-pêcheurs, mariniers, bateliers, mousses, (...)

17Note 1313

  • 14 Bouchers, charcutiers, boulangers et pâtissiers.

18Note 1414

  • 15 Maréchaux-ferrants, fondeurs, chaudronniers, mouleurs, ferblant (...)

19Note 1515

  • 16 Bûcherons, scieurs de long, charbonniers, sabotiers, menuisiers (...)

20Note 1616

  • 17 Cordonniers, savetiers, bourreliers, corroyeurs, tanneurs, (...)

21Note 1717

  • 18 Fileurs, cardeurs, tisserands, sergers, cotonniers, bonnetiers, (...)

22Note 1818

  • 19 Rouliers, postillons, cochers, muletiers, conducteurs d’animaux (...)

23Note 1919

  • 20 Chanteurs, musiciens, saltimbanques, acrobates...

24Note 2020

  • 21 États très différents concernant chacun moins de 1 % des écroué (...)

25Note 2121

26Les professions qualifiées ne sont toutefois pas absentes, en particulier chez les prévenus de vagabondage, ce qui peut s’expliquer de diverses manières. Certains ne peuvent pas travailler du fait de leur âge avancé ou d’infirmités ; d’autres sont sans travail en raison d’une conjoncture défavorable (crises à répétition entre 1847 et 1858) ou d’évolutions structurelles qui amènent un manque d’emploi important dans leur secteur ; le textile, par exemple, cumule les deux phénomènes et ce n’est pas par hasard que les métiers du textile représentent plus de 7 % des personnes arrêtées. Enfin, pour trouver du travail, beaucoup partent vers les lieux où s’opère la révolution industrielle ; dans notre aire et pour la période concernée, il s’agit essentiellement de la région nantaise, la région lorientaise se développant surtout après les années 1860. Ces ouvriers étrangers, apparaissant comme des dangers potentiels pour le bon ordre public, sont systématiquement contrôlés et presque tout aussi automatiquement incarcérés car ils ne possèdent que rarement les papiers obligatoires au déplacement. Ceux-là sont le plus souvent relâchés très vite, en particulier par le tribunal de Nantes, car les juges sont bien conscients des évolutions de l’économie et de la société. Lors des périodes les plus difficiles, ces travailleurs étrangers à la région n’ont souvent pour subsister que la mendicité car ils ne disposent pas de famille susceptible de les aider dans leur région d’accueil. Nous pouvons aussi noter l’importance relative des marins (plus de 5 % de l’ensemble), profession qui semble particulièrement touchée par les difficultés.

27Certaines professions marginales fournissent un contingent non négligeable aux arrestations. Les métiers de chiffonniers, colporteurs ou marchands ambulants sont souvent considérés comme des moyens de dissimuler la mendicité, aussi les personnes concernées sont-elles facilement contrôlées et arrêtées, d’autant que les règlements les concernant sont tellement draconiens qu’à moins d’un miracle, elles sont presque certaines d’être en contravention avec les textes en vigueur. Il en va de même pour les artistes, funambules, montreurs d’animaux et autres saltimbanques qui n’ont pas bonne presse et qui sont considérés eux aussi comme des dangers pour l’ordre public ; les chanteurs ou musiciens des rues, le plus souvent, passent pour des mendiants déguisés. Leur importance numérique chez les écroués est cependant très faible.

Les états des femmes

28La diversité des situations des hommes ne règne pas chez les femmes, à l’image de la condition féminine au xixe siècle. L’essentiel est en effet constitué par des professions non qualifiées ainsi que l’on peut s’en rendre compte sur le tableau 6 suivant :

Tableau 6. Répartition (en %) des métiers des femmes arrêtées pour vagabondage ou mendicité en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)

Tableau 6. Répartition (en %) des métiers des femmes                             arrêtées pour vagabondage ou mendicité en Bretagne Sud au xixe siècle                             (1831-1865)
  • 22 Blanchisseuses, lingères, laveuses, lavandières...

29Note 2222

3039 % des femmes sont dites sans profession et, comme chez les hommes, c’est chez les prévenues de vagabondage que la proportion en est la plus forte, les cultivatrices dominant chez les mendiantes. Derrière les travaux de l’agriculture vient le textile - le filage et le cardage, activités demandant le moins de qualification, dominant largement — qui représente une part importante des métiers des femmes arrêtées, loin devant les lingères, domestiques et prostituées. La part des domestiques est très déséquilibrée puisque, peu importante chez les mendiantes, elle représente 10 % des prévenues de vagabondage. Cette différence peut s’expliquer par le fait que les domestiques se déplacent quelquefois loin de chez elles pour trouver une place et qu’en attendant d’en trouver une, elles tombent facilement sous le coup de la loi. Les lingères arrivent derrière et, bien que ce soit une activité pratiquée alors par toutes les femmes, on ne peut sans doute pas considérer qu’elle soit totalement dénuée de toute qualification. Les seules prostituées arrêtées le sont uniquement pour vagabondage et leur part est aussi importante que celle des marchandes par exemple. Avec les chiffonnières, ces dernières dépassent 4 %, leur part étant, comme chez les hommes, plus importante chez les mendiantes que chez les vagabondes. Les professions diverses présentent moins de fantaisie que chez les hommes. On retrouve quelques commissionnaires, chanteuses, rempailleuses de chaise, voire paludières ou funambules mais tous ces états sont vraiment marginaux.

31L’essentiel des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité est donc composé de représentants des « classes ouvrières » urbaines ou rurales.

32Le grand nombre d’ouvriers agricoles arrêtés à la ville marque d’ailleurs assez bien la mutation qui est en train de s’opérer au milieu du xixe siècle en Bretagne Sud comme ailleurs. La campagne, surpeuplée eu égard à ses ressources, voit partir une partie de ses bras. Ces ouvriers non qualifiés ou qualifiés dans des métiers en crise, arrivés dans les zones urbaines, sont souvent arrêtés par les représentants des forces de l’ordre en vertu du principe selon lequel les classes laborieuses sont des classes dangereuses. Leurs vêtements, leur langue, leur étrangeté, tout les désigne facilement au contrôle et à l’arrestation pour vagabondage puisque, la plupart du temps, ils ne possèdent aucun des papiers d’identité obligatoires (passeport et livret).

33À côté de ces travailleurs migrants, il n’est pas rare que des personnes ayant une activité itinérante soient arrêtées pour les mêmes défauts de papiers, principalement ceux qui vivent de « petits métiers » (revente de petits objets, colportage de faible valeur...) à la limite de la mendicité déguisée. Cela ne signifie pas que d’autres catégories ne risquent pas l’inculpation de vagabondage ; souvenons-nous que G. Flaubert est contrôlé dans le Finistère et que son voyage sans but inquiète les autorités locales. Dans ce cas, la possession du passeport suffit à lever tout risque ; l’absence de ce papier conduit bien quelques représentants de classes favorisées en prison mais leur séjour y est bref. Nous retrouvons les mêmes caractéristiques, accentuées, chez les prévenus de mendicité et, même si on peut relever parmi eux un négociant ayant sans doute fait faillite, de pareils cas semblent rarissimes.

34S’il y a un certain déterminisme sociologique dans les arrestations pour vagabondage ou mendicité, l’origine géographique des inculpés n’est pas indifférente.

Origine géographique des mendiants et vagabonds arrêtés en Bretagne Sud (1831-1865)

35L’étude de l’origine géographique porte sur 13621 personnes pour lesquelles nous avons pu préciser le lieu de naissance. C’est en effet ce lieu qui est étudié ici et non celui du domicile car celui-ci est beaucoup trop incertain, beaucoup de prévenus indiquant comme lieu de domicile, le lieu où ils sont arrêtés afin d’échapper à l’accusation de vagabondage et trop nombreux sont les cas de « sans-domicile ». Étudier les lieux de naissance permet de cartographier l’aire d’influence des différents arrondissements et éventuellement les sens de déplacement de la population qui risque l’arrestation pour mendicité ou vagabondage, c’est-à-dire, comme nous venons de le voir, l’ensemble de ce que l’on appelle alors les classes ouvrières. Les résultats d’ensemble font apparaître un déséquilibre très important dans l’origine des prévenus de mendicité et de vagabondage (graphique 13).

Graphique 13. Lieu de naissance des personnes arrêtées pour mendicité et vagabondage en Bretagne Sud (1831-1865). Répartition en % de l’ensemble

Graphique 13. Lieu de naissance des personnes arrêtées pour                     mendicité et vagabondage en Bretagne Sud (1831-1865). Répartition en % de                     l’ensemble
  • 23 A. Chatelain, Les migrations temporaires en France de 1800 à 1914, (...)

36Les personnes arrêtées pour mendicité ou vagabondage en Bretagne Sud sont essentiellement originaires de l’ouest de la France (85 % de l’ensemble, la Bretagne représentant à elle seule 79 % du total), suivis du département de la Seine. Derrière, arrive le Puy-de-Dôme avec un fort taux d’originaires des communes du canton de Saint-Dier— 13 des 24 écroués pour mendicité et 21 des 49 arrestations pour vagabondage — canton réputé pour ses mendiants23.

  • 24 Ce ne sont pas toujours des étrangers ; les noms prouvent qu’une part d (...)

37Les arrestations font apparaître trois types d’attraction : une attraction d’importance locale, une d’importance régionale, à l’échelle de la Bretagne, et une d’importance nationale. Nous regrouperons donc les cas en fonction de cette typologie des aires d’influence. Nous considérons qu’un arrondissement a une influence locale lorsque plus des deux tiers des inculpés viennent du département même ou d’un département voisin, même si les autres origines sont très diverses. Tous les arrondissements de Basse-Bretagne sont dans ce cas et, sauf Ploërmel, tous puisent la moitié de leurs inculpés dans leur propre département. Les arrondissements de Loire-Inférieure recrutent moins de 35 % de leurs inculpés dans le département et attirent surtout la population du grand ouest. L’arrondissement de Nantes attire fortement les (Bas-) Bretons mais recrute très largement puisque presque tous les départements français fournissent leur contingent ainsi que certains pays étrangers24. On peut parler ici d’attraction, sinon nationale, du moins interrégionale.

Les arrondissements de Basse-Bretagne : une influence locale

38En Basse-Bretagne, la plus grande partie des écroués est originaire du département voire de l’arrondissement où elle est arrêtée ; on peut cependant noter que, dans les arrondissements de Pontivy et Châteaulin, les prévenus viennent d’un petit nombre de départements (voir cartes 18 à 20).

39Aucune région ne semble particulièrement attirée par la Basse-Bretagne, les départements d’origine des personnes arrêtées couvrant à peu près l’ensemble du territoire mais n’étant représentés que par quelques individus. D’autre part, les déplacements est-ouest sont peu importants, les échanges entre Bretagne bretonnante et Haute-Bretagne se faisant presque à sens unique, d’ouest en est (voir cartes 21 et 22). Les arrondissements du Finistère sud sont édifiants à cet égard puisque les écroués sont essentiellement nés dans le département même. Ici, les arrestations concernent le plus souvent des personnes de l’arrondissement ou des communes des arrondissements limitrophes les plus proches, les limites départementales ne jouant aucun rôle particulier.

40Même pour l’arrondissement de Lorient où le nombre de personnes concernées est plus élevé que dans les autres arrondissements, l’aire d’attraction ne dépasse guère 60 kilomètres et l’on a une très nette césure entre Basse et Haute-Bretagne, les mendiants ou vagabonds issus de cette dernière étant peu nombreux et venant essentiellement du Morbihan. Le déplacement ouest-est est manifeste dans l’arrondissement limitrophe de Quimperlé, le nombre d’originaires de cet arrondissement étant beaucoup plus important dans les arrestations de Lorient que dans celles de Quimper par exemple. Apparaît aussi un autre déplacement, nord-sud, ou plus exactement, de Bretagne centrale vers la côte où se trouvent les principales villes. C’est visible dans le Morbihan où le nombre d’originaires de l’arrondissement de Pontivy arrêtés dans celui de Lorient est plus élevé que dans leur propre arrondissement. On peut le confirmer avec le Finistère où le même phénomène se produit avec les natifs de l’arrondissement de Châteaulin arrêtés dans celui de Quimper. Est-ce là le reflet du développement de l’industrie dans le sud, les conserveries par exemple ?

  • 25 ADF 2Y419 à 2Y442.

Carte 18. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Châteaulin (1831-1865)25

Carte 18. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour                         vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Châteaulin                             (1831-1865)25
  • 26 ADF 2Y273 à 2Y327.

Carte 19. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Quimper (1831-1865)26

Carte 19. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour                         vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Quimper (1831-1865)26
  • 27 ADM 2Y27 à 2Y47.

Carte 20. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Lorient (1831-1865)27

Carte 20. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour                         vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Lorient (1831-1865)27
  • 28 ADF 2Y273 à 2Y327.

Carte 21. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Quimper (1831-1865)28

Carte 21. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour                         vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Quimper (1831-1865)28
  • 29 ADM 2Y27 à 2Y47.

Carte 22. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Lorient (1831-1865)29

Carte 22. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour                         vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Lorient (1831-1865)29

Les arrondissements de Loire-Inférieure (Nantes excepté) : une attraction régionale

41Dans ces quatre arrondissements, les prévenus de vagabondage et de mendicité ont une origine relativement large, non parce que ces zones sont attractives en elles-mêmes - sauf à l’échelle locale peut-être - mais parce que ce sont des passages obligés vers Nantes (voir carte 23).

42Les prévenus arrêtés dans les arrondissements de Savenay et Châteaubriant proviennent d’un grand nombre de départements français mais la plus grande partie vient de l’ouest de la France, principalement de Bretagne (c’est particulièrement vrai pour Savenay). Chacun de ces deux arrondissements recrute en premier lieu dans sa zone proche. Les communes finistériennes sont assez peu représentées, l’essentiel venant du Morbihan et des Côtes-du-Nord, principalement de la partie sud-ouest de ce département. L’Ille-et-Vilaine - surtout le sud même si aucune partie du département n’est épargnée - fournit aussi son contingent, en particulier dans l’arrondissement limitrophe de Châteaubriant.

  • 30 A la fin du xixe siècle, les Bretons (de l’actuelle région) représe (...)

43Les taux de Bretons - et principalement de Bas-Bretons - plus élevés à Savenay et Châteaubriant qu’à Paimbœuf et Ancenis semblent prouver que la destination finale d’une partie importante de ces derniers — du moins au milieu du xixe siècle - est bien la région nantaise et non des lieux plus éloignés tels que la région normande ou le bassin parisien30. Les originaires des départements de Mayenne, Maine-et-Loire et Vendée, limitrophes de la Loire-Inférieure fournissent un contigent important des écroués dans les arrondissements d’Ancenis et de Paimbœuf. Les populations de ces départements - plutôt ruraux et « en retard » du point de vue de l’industrialisation — sont, elles aussi attirées par la région nantaise en voie d’industrialisation.

La région nantaise : une aire d’attraction nationale ?

44Tous les départements français sauf deux fournissent leur contingent d’inculpés à l’arrondissement de Nantes, certains en fournissant un nombre non négligeable telle la Seine (voir carte 24). La moitié ouest de la France est cependant nettement favorisée et les départements limitrophes encore plus. De plus, nul ne peut rivaliser avec les départements bretons, y compris avec le Finistère bien plus éloigné que la Vendée ou le Maine-et-Loire, aussi est-il difficile de parler d’attraction à l’échelle nationale. Comme dans les autres cas, les originaires de l’arrondissement dominent largement, les Nantais en particulier mais on peut constater que la région sud-ouest des Côtes-du-Nord est particulièrement bien représentée avec ses prolongements au nord-ouest du Morbihan (voir carte 25). Peu de communes de ce dernier département n’ont pas de représentants. L’Ille-et-Vilaine et le Finistère arrivent nettement derrière, bien qu’un grand nombre de leurs communes fournissent leur contingent.

  • 31 ADLA 3Y8 à 3Y15.

Carte 23. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement d’Ancenis (1831-1865)31

Carte 23. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour                         vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement d’Ancenis (1831-1865)31
  • 32 ADLA 2Y30 à 2Y109.

Carte 24. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Nantes (1831-1865)32

Carte 24. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour                         vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Nantes (1831-1865)32

45Nous ne disposons pas de données permettant de connaître l’origine géographique de la population de l’arrondissement nantais pour cette période mais il est toutefois possible de comparer les lieux de naissance des personnes arrêtées pour mendicité ou vagabondage à ceux des habitants d’un quartier très populaire de Nantes : le Marchix. Si l’on excepte la proportion des originaires de Loire-Inférieure, plus faible chez les écroués que chez les résidants, ce qui est logique au regard de la définition du vagabond ou du mendiant, les départements qui fournissent le plus gros pourcentage d’habitants de ce quartier et la plus forte proportion de délinquants sont les mêmes : les départements bretons et les départements limitrophes de l’est et du sud de la Loire-Inférieure ; le point de divergence le plus flagrant est la plus grande importance des originaires du Finistère chez les prévenus de vagabondage ou mendicité que chez les résidents du Marchix. Ce décalage peut être dû à la marginalisation plus grande des Finistériens mais aussi au fait que ces derniers s’installeraient de préférence dans d’autres quartiers « bretons » tel Chantenay.

Bilan des mouvements : l’influence de la région nantaise en Bretagne Sud

46L’attraction de la région nantaise sur les départements (bas-) bretons est ainsi mise en évidence. Cette attraction est, néanmoins, inégale : alors que le nombre d’originaires du Morbihan et des Côtes-du-Nord est très élevé chez les personnes arrêtées dans les arrondissements de Loire-Inférieure, ce n’est pas le cas pour ceux du Finistère. Tout se passe comme si dans ce département, on avait affaire à une mendicité ou un vagabondage à faible rayon d’action. L’éloignement de la région nantaise est sans doute une des raisons de ce phénomène ; l’attraction de Brest en est probablement une autre. Le pôle industriel le plus proche semble déterminant dans le déplacement ; l’attraction lorientaise sur les cantons finistériens proches semble confirmer cette idée.

  • 33 ADLA 2Y30 à 2Y109.

Carte 25. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Nantes (1831-1865)33

Carte 25. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour                         vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Nantes (1831-1865)33
  • 34 ADF 2Y273 à 2Y327, 2Y419 à 2Y442. 2Y489 à 2Y518 ; ADLA 2Y30 À 2Y109 (...)

Carte 26. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité en Bretagne sud (1831-1865)34

Carte 26. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour                         vagabondage ou mendicité en Bretagne sud (1831-1865)34
  • 35 Lorient a un poids démesuré dans le Morbihan grâce à l’Arsenal qui (...)
  • 36 Les déplacements des Bretons vers la Beauce sont favorisés par cert (...)

47Le grand nombre d’écroués Morbihannais (voir cartes 26 et 27) est dû à la conjugaison des arrestations sur place - en particulier dans l’arrondissement de Lorient où se trouve le seul pôle industriel véritable de Basse-Bretagne Sud et où la densité policière est plus élevée à cause de l’inquiétude que fait peser le port35— et de celles effectuées en Loire-Inférieure, la relative proximité de la Basse-Loire expliquant la plus grande attraction de cette zone sur les Morbihannais que sur les Finistériens. C’est ce moindre éloignement qui est aussi à l’origine des mouvements des habitants des Côtes-du-Nord vers le sud mais il semble légitime de penser qu’une partie d’entre eux se dirige plutôt vers l’est, en direction de la région parisienne ou de la région rennaise36.

48Le nombre d’arrestations d’originaires de Loire-Inférieure inférieur à celui des Morbihannais peut s’expliquer par la plus grande richesse du premier département vis-à-vis du second et par le fait que les déplacements se faisant essentiellement vers la région nantaise, les natifs du département se déplaçant sur de moindres distances ou restant dans leur arrondissement ont de moindres risques d’arrestation.

49Les registres d’écrous nous ont permis d’étudier la composition sexuelle et sociale des personnes arrêtées en Bretagne Sud pour mendicité ou vagabondage ainsi que leur origine géographique. Ils nous permettent aussi d’approcher d’un peu plus près certains comportements de ces deux groupes.

Deux aspects du comportement des mendiants et vagabonds : pratique de groupe ou individuelle et question de la récidive

50L’étude des écrous ne peut nous permettre de dégager tous les comportements des mendiants ou vagabonds mais deux traits ayant des répercussions importantes sur l’attitude de la police et de la justice peuvent être mis en évidence : la mendicité ou le vagabondage en groupe et le problème de la récidive.

Une pratique plutôt individuelle

  • 37 M.-R. Santucci, Délinquance et répression au xixe siècle : l’ex (...)

51L’ensemble des arrestations montre qu’en général, en Bretagne Sud, les personnes arrêtées sont seules ou accompagnées par quelqu’un qui n est pas en contravention avec la loi, possédant des papiers par exemple. Nous retrouvons là ce que constate M.R. Santucci pour l’Hérault : « Contrairement aux descriptions littéraires du xixe siècle, le vagabond est un solitaire devant la justice »37.

  • 38 ADLA ADF 2Y273 à 2Y327, 2Y419 à 2Y442, 2Y489 à 2Y518 ; ADLA 2Y30 À (...)

Carte 27. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour vagabondage ou mendicité en Bretagne Sud (1831-1865)38

Carte 27. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour                         vagabondage ou mendicité en Bretagne Sud (1831-1865)38
  • 39 M.R. Santucci, trouve une proportion de 4 %o. M.R. Santucci, op. ci (...)
  • 40 Pour la période 1800-1830, le taux de mendicité en réunion en Loire (...)

52Pour l’étude de la mendicité ou du vagabondage en réunion, nous avons dans un premier temps relevé tous ceux qui ont été arrêtés ou jugés pour mendicité ou vagabondage en réunion ; il est probable que le qualificatif n’est pas toujours donné y compris à des personnes arrêtées ensemble. En effet, mendier en groupe est une circonstance aggravante du délit et, dans les périodes ou les lieux plus tolérants, on évite de donner des précisions entraînant des risques aggravés. De plus, la loi ne considère pas les groupes familiaux de la même manière, ces derniers ne constituant pas une « réunion ». Aussi, pour pallier cet inconvénient (pour le chercheur et non pour les familles), avons-nous relevé les familles arrêtées dans un même lieu à la même date. En ajoutant ces deux catégories, le taux de mendicité ou vagabondage en réunion est faible : 4 % pour l’ensemble de la Bretagne Sud, les deux parties de la province ayant des taux quasi identiques39. L’arrondissement ayant le taux le plus élevé, Paimbœuf, est aussi celui pour lequel les données portent sur le plus faible nombre d’arrestations mais même ici, moins de 10 % des prévenus sont arrêtés en groupe. Les proportions de chacune des deux catégories que nous avons isolées varient selon les lieux mais, globalement, nous pouvons constater qu’elles ont à peu près la même importance40.

53La seconde constatation que l’on peut faire concernant ces groupes est qu’ils n’ont pas de grande ampleur, le plus nombreux que nous ayons étant composé de dix personnes de la même famille arrêtées dans l’arrondissement de Lorient en 1860. Les groupes de deux personnes représentent 67 % du total, les plus importants étant peu fréquents (11 % pour ceux de trois personnes) ou insignifiants (2 % pour ceux de 4). L’essentiel des mendiants ou vagabonds semble donc se composer d’individus solitaires et, dans les cas où se forme un groupe, il est bien rare qu’il s’agisse d’autre chose que d’un couple. L’étude un peu plus précise des groupes montre que les rapprochements ne se font pas au hasard.

  • 41 Les générations retenues sont les suivantes : écart inférieur à 5 a (...)
  • 42 Du même pays s’il s’agit d’étrangers.

54Pour l’ensemble de la Bretagne Sud, nous avons isolé 189 groupes où la circonstance aggravante « en réunion » est appliquée. Les 365 personnes concernées sont composées de 74 % d’hommes, 3 % de garçons de moins de 12 ans, de 22 % de femmes et de 1 % de filles de moins de 12 ans. Nous retrouvons à peu près la répartition de l’ensemble des écroués : 75 % de sexe masculin. 63 groupes, soit le tiers de l’ensemble, sont formés d’une personne, l’autre échappant pour une raison quelconque à l’aggravation de son délit. Les 126 groupes restant tendent à prouver qu’on ne mendie pas ou ne vagabonde pas avec n’importe qui. En effet, 79 % des écroués de cette catégorie agissent avec des personnes du même sexe que le leur ; 75 % sont de la même génération que leurs compagnons41, 53 % ont la même origine géographique, au moins le même canton42. Seulement 36 % pratiquent le même métier mais ce taux porte sur un grand nombre de cas de sans-état ; plus généralement, il est extrêmement rare que les personnes aient des activités très différentes. L’ensemble des données tend bien à prouver que « qui s’assemble, se ressemble ». Enfin, en dépit du Code pénal qui exempte les personnes de la même famille de ce chef d’accusation, 10 % des groupes de ce premier type sont constitués de parents.

  • 43 La proportion des mères/jeunes enfants (moins de 10 ans) est toutef (...)

55Nous avons isolé, d’autre part, 148 familles vagabondant ou mendiant ensemble, la plupart du temps à deux ainsi que nous l’avons vu plus haut. Ces groupes ont une proportion un plus importante des femmes que dans ceux que nous venons de voir puisque les hommes représentent 48 % de l’ensemble, les garçons de moins de 12 ans, 18 % alors que les femmes atteignent 27 % et les filles de moins de 12 ans 7 %. Dans l’ensemble, les femmes auraient donc tendance à privilégier le groupe familial aux autres ce qui pourrait s’expliquer par le fait qu’elles sont, le plus souvent, responsables des jeunes enfants. La composition familiale des groupes infirme cette idée puisque les groupes mère/enfant(s) sont moins nombreux (17 %) que les groupes père/enfant(s) (25 %)43. L’ensemble des deux parents et des enfants représente 2 % du total ; les couples forment 6 % et les groupes de frères et sœurs ou de cousins atteignent 50 %.

56Que les membres de ces groupes familiaux soient nés dans les mêmes communes n’est guère étonnant (84 %) ; les différences concernent quelquefois les époux mais tout autant les parents et enfants qui naissent au cours de déplacement par exemple. 63 % de ces groupes sont formés de personnes du même sexe et 58 % d’individus de la même génération, ce qui s’explique par l’importance des groupes de frères ou de cousins. Un même métier, là encore, ne concerne qu’un peu plus du tiers des écroués (34 %) ce qui s’explique par les mêmes raisons que celles données plus haut pour les autres types de groupes.

  • 44 Fl. Chavigny fait les mêmes constatations pour l’Eure-et-Loir. Les (...)

57Les écrous des prisons de Bretagne Sud de 1831 à 1865 tendent à prouver que le vagabondage et la mendicité sont plutôt le fait d’individus isolés et non de bandes comme aiment à le colporter les tenants de la répression ; lorsqu’ils se regroupent, c’est le plus souvent en petites unités composées de personnes proches du point de vue familial, géographique ou social44. On agit le plus souvent avec une personne de la même génération et du même sexe.

58Un second poncif concernant les vagabonds et mendiants est celui de la récidive. Nombreux sont les auteurs qui citent des vagabonds ou mendiants arrêtés des dizaines de fois pour le même délit. Qu’en est-il ici ?

La récidive est peu importante

59De 1831 à 1865, en Bretagne Sud, pour 18 727 accusations de mendicité ou vagabondage, on compte 13 621 personnes différentes, soit 1,37 arrestation en moyenne par personne. La récidive, pour ne pas être négligeable, n’est donc pas si importante que certains écrits veulent bien le laisser entendre. La répartition du nombre d’arrestations fait apparaître une très nette prédominance des personnes arrêtées une seule fois (86 % des cas). Les cas de multirécidive sont très marginaux : une seule personne, dont nous reparlerons plus loin, est arrêtée 21 fois dans les divers arrondissements de Bretagne Sud, une 19 fois, deux 18 fois. La récidive semble plus importante dans les arrondissements les plus attractifs de chaque département où se trouve en général la plus grande agglomération.

60Dans l’ensemble, les prévenus de mendicité ou de vagabondage sont arrêtés une seule fois, voire deux fois et, le plus souvent, dans le même arrondissement et dans un délai rapproché (un à deux ans) même si certains le sont à plus de dix ans d’intervalle. Les arrestations sur plusieurs arrondissements et sur des périodes longues concernent plutôt les multirécidivistes, même si les records sont obtenus dans un seul arrondissement (Nantes pour les hommes et Lorient pour les femmes). Dès lors que l’on a été arrêté plusieurs fois, les probabilités de l’être à nouveau semblent plus grandes. C’est dans ces cas que les juges parlent de mendiants ou vagabonds de métier.

61Nous avons retenu ici quelques-uns des cas extrêmes qui nous permettent d’étudier des comportements sur plusieurs dizaines d’années, le grand nombre d’arrestations amenant à mieux connaître les individus. Nous présenterons d’abord les déplacements puis les calendriers d’arrestations de quelques mendiants ou vagabonds.

  • 45 ADM Y 343.

62Le premier personnage peut être considéré comme un mendiant au « long cours ». Il s’agit de Yves Goasglas, né à Plougoulm (Finistère) en 1844 (voir carte 28). Les renseignements, pour ce cas, ne sont pas issus des registres d’écrous mais proviennent du casier judiciaire45 Si l’on excepte la première condamnation par le conseil de guerre de Lille en 1893, pour désertion - mais d’une certaine manière, celle-ci s’apparente au vagabondage par son refus de l’ordre et des structures établies - en quatorze ans, 28 jugements sur 31 le sont au titre de la mendicité et du vagabondage quelquefois associés à la rébellion ou à des outrages, ce qui nous incite à penser que les trois jugements pour rébellion et outrages ne sont guère différents des autres. Contrairement aux affirmations de nombreux auteurs selon lesquels le vagabondage conduit au crime, ce cas semble montrer que le passage ne se fait pas automatiquement même chez quelqu’un que l’on peut considérer comme un « mendiant-vagabond professionnel », pour reprendre la terminologie en vogue. Les lieux de jugements et d’arrestation concernent tout l’ouest de la France. Que certains départements n’apparaissent pas ne signifie pas qu’il les ait ignorés mais qu’il n’y a pas été jugé, ayant pu être arrêté et renvoyé hors de poursuite. Les déplacements semblent sans but précis mais on peut remarquer que tout jugement lointain l’amène à un retour vers la Bretagne ce qui peut s’expliquer par le renvoi vers son lieu de naissance, sous contrôle de la gendarmerie, à l’issue de sa peine. Le milieu des années 1890 le voit juger essentiellement dans le Finistère, signe d’un retour définitif ? Rien n’est moins sûr puisque c’est le tribunal de Pontivy qui l’envoie au dépôt de mendicité de Beaugency (Loiret) pour trois mois en 1898.

Carte 28. Années et arrondissements d’arrestations de Yves Goasglas né à Plougoulm (Finistère) en 1844

Carte 28. Années et arrondissements d’arrestations de                         Yves Goasglas né à Plougoulm (Finistère) en 1844

63Les deux cas suivants sont deux « moyens courriers » : Nicolas Taoc et Augustin Lhostis (voir cartes 29 et 30). Les sources sont les registres d’écrous de Bretagne Sud ; aussi, rien ne permet de dire qu’ils ne sont pas allés plus loin que la Bretagne Sud. Huit ans séparent la première arrestation de Nicolas Taoc, charpentier né à Brest (Finistère) en 1795, de la dernière ; il mendie ou vagabonde en Bretagne Sud de 50 à 60 ans environ. Tout se passe comme si dans les années 1840-1850, son objectif était de se rendre à Nantes et qu’ensuite, il repartait vers le Finistère. Quant à Augustin Lhostis, journalier, manœuvre ou cloutier né à Saint-Pol-de-Léon (Finistère) en 1800, il vagabonde entre 40 et 55 ans ; si son objectif final semble être la région nantaise, son itinéraire est plus complexe. Arrêté comme N. Taoc dans l’arrondissement de Vannes, il est ensuite pris dans celui de Châteaulin, comme s’il avait voulu rejoindre sa terre d’origine ; les arrestations ultérieures sont effectuées en Loire-Inférieure et dans le Morbihan. Arrêté dans l’arrondissement d’Ancenis, il doit être renvoyé vers le Finistère, est arrêté de nouveau dans le Morbihan mais revient vers la Loire- Inférieure qu’il semble ne plus quitter.

  • 46 Une des raisons est peut-être liée au métier ; cette femme est cons (...)

64Les trois mendiants suivants ont un faible rayon d’action : Joseph Bous- seau (voir carte 31), Guy Vibert et Marie-Julienne Nogray. Né à Caro (Morbihan) en 1800, le laboureur ou manœuvre Joseph Bousseau semble s’être fixé dans l’arrondissement de Nantes puisque ses dix-neuf arrestations pour mendicité ou vagabondage en vingt ans sont effectuées en Loire-Inférieure dont trois seulement en dehors de l’arrondissement nantais. Guy Vibert, ex-roulier devenu manœuvre né à Redon (Ille-et-Vilaine) en 1810, quant à lui, est arrêté vingt et une fois en quatorze ans dans le seul arrondissement de Nantes sans être jamais écroué ailleurs. L’attirance pour Nantes, où il réside probablement, est ici évidente. La seule femme multi-récidiviste de notre liste, Marie-Julienne Nogray, domestique née à Ploërdut (Morbihan) vers 1825, est arrêtée douze fois en cinq ans dans l’arrondissement de Lorient. Ce cas illustre bien les tendances mises en évidence plus haut quant aux comportements différents selon les sexes. Il apparaît une fois de plus que le vagabondage chez les femmes est associé à une relative jeunesse ; sa période d’arrestations est brève sans que nous ayons une explication de la cessation brutale des poursuites46. Si les hommes semblent avoir un déplacement ample, Nantes paraissant être dans tous les cas le but de leurs déplacements, cette femme n’est pas très éloignée de son lieu de naissance, tout en se dirigeant vers la côte (la ville de Lorient ?) et reste constamment dans le même arrondissement.

Carte 29. Années et arrondissements d’arrestations de Nicolas Taoc né à Brest (Finistère) en 1795

Carte 29. Années et arrondissements d’arrestations de                         Nicolas Taoc né à Brest (Finistère) en 1795

Carte 30. Années et arrondissements d’arrestations de Augustin Lhostis né à Saint-Pol-de-Léon (Finistère) en 1800

Carte 30. Années et arrondissements d’arrestations de                         Augustin Lhostis né à Saint-Pol-de-Léon (Finistère) en 1800

Carte 31. Années et arrondissements d’arrestations de Joseph Bousseau né à Caro (Morbihan) en 1800

Carte 31. Années et arrondissements d’arrestations de                         Joseph Bousseau né à Caro (Morbihan) en 1800

65Remarquons que ces différents cas ne sont pas totalement représentatifs de l’ensemble. La multirécidive les distingue des autres et s’ils sont (Bas) Bretons comme la majorité des mendiants ou vagabonds arrêtés en Bretagne Sud pendant cette période, ils sont Finistériens dans la moitié des cas et d’Ille-et-Vilaine dans un cas sur six, deux départements plus marginaux sur l’ensemble des arrestations.

66À ces déplacements nous ajouterons la présentation de quelques calendriers d’arrestations et de condamnations qui correspondent aux hommes et à la femme les plus fréquemment arrêtés en Bretagne Sud entre 1831 et 1865 (voir ci-après). Les hommes sont écroués sur des périodes longues (26 ans dans le cas de Jean-Pierre Maingot) et ne sont pas arrêtés tous les ans ; est-ce à dire que ces années-là, ils n’ont pas mendié ou vagabondé ? Rien n’est moins sûr. La seule femme ici prise en compte (Julienne Nogray), au contraire, est arrêtée sur une période courte, plusieurs fois dans l’année et chaque année de la période considérée. Nous avons vu plus haut qu’elle était peut-être prostituée ce qui expliquerait aisément ces arrestations systématiques.

67Dans l’ensemble, aucune saison n’apparaît déterminante pour les arrestations ; nous retrouvons là ce qui a été vu en moyenne pour l’ensemble de la Bretagne. La même personne est arrêtée à n’importe quel moment de l’année, ce qui est logique s’il s’agit véritablement de « professionnels » complètement sortis du rythme des travaux ruraux ou urbains. Les arrestations correspondent alors beaucoup plus à l’activité de la police et à ses conceptions du moment puisque l’on peut penser que ces personnes sont en état de mendicité ou de vagabondage constant. Dans l’ensemble, à mesure que passe le temps, les arrestations sont plus fréquentes. Les premières arrestations ne sont pas suivies de peines de prison alors que les dernières le sont toutes. Il n’y a cependant pas de progression linéaire des peines ; si certains en voient en effet la longueur augmenter (Guy Vibert, Julienne Nogray), les autres ont des durées de séjour plus chaotiques. L’augmentation de l’âge des prévenus aurait pu amener les juges à faire preuve d’une relative mansuétude ; ce n’est pas le cas, la récidive semble au contraire, amener une attitude plus répressive.

68Les registres d’écrous ne nous permettent pas de connaître la sociologie de l’ensemble des mendiants et vagabonds de Bretagne Sud au milieu du xixe siècle puisqu’il semble bien que les appareils répressifs n’opèrent pas au hasard et que certains délinquants sont volontairement tolérés, la proportion de ceux-ci étant impossible à évaluer. L’analyse des données nous permet néanmoins d’appréhender de façon plus fine la typologie de ceux qui risquent le plus l’arrestation.

Calendrier des arrestations de Jean-Pierre Maingot, cordonnier, né à Basse-Indre (Loire-Inférieure) vers 1800

Calendrier des arrestations de Jean-Pierre Maingot,                         cordonnier, né à Basse-Indre (Loire-Inférieure) vers 1800

Calendrier des arrestations de Marie-Julienne Nogray, domestique, née à Ploërdut (Morbihan) vers 1830

Calendrier des arrestations de Marie-Julienne Nogray,                         domestique, née à Ploërdut (Morbihan) vers 1830

Calendrier des arrestations de Guy Vibert, roulier, né à Redon (Ille-et-Vilaine) vers 1810

Calendrier des arrestations de Guy Vibert, roulier, né à                         Redon (Ille-et-Vilaine) vers 1810

Calendrier des arrestations de Joseph Bousseau, laboureur, né à Caro (Morbihan) en 1800

Calendrier des arrestations de Joseph Bousseau,                         laboureur, né à Caro (Morbihan) en 1800

Calendrier des arrestations de Jean-Louis Domicile, journalier, né à La Trinité-Porhoët (Morbihan) vers 1810

Calendrier des arrestations de Jean-Louis Domicile,                         journalier, né à La Trinité-Porhoët (Morbihan) vers 1810

69Que ce soit chez les mendiants ou chez les vagabonds, les hommes écroués dominent largement puisqu’ils représentent environ les trois quarts de l’ensemble alors que les enquêtes donnent à penser que les femmes sont davantage sujettes à l’indigence et à la mendicité : elles sont plus de 50 % des indigents ou mendiants dans le Morbihan en 1841. Cette discordance nous semble une preuve supplémentaire du tri préalable opéré par la police ou la gendarmerie. Sont arrêtés en priorité ceux qui semblent les plus dangereux pour l’ordre, les hommes apparaissant certainement plus difficiles à contrôler et à maîtriser. De la même manière, les classes d’âge ne sont pas à l’image de l’ensemble de cette population ; les moins de 16 ans ne sont pas légalement des délinquants même si certains sont arrêtés et condamnés et les autorités préfectorales appellent à tolérer la mendicité des vieillards parce qu’ils sont incapables de gagner leur vie. Il est difficile de savoir dans quelle mesure cette moindre sévérité modifie les moyennes d’âge des écroués. Dans l’ensemble, les vagabonds sont moins âgés que les mendiants, 33 ans pour les premiers contre 48 ans pour les seconds, les hommes étant plus vieux que les femmes chez les premiers (34 ans contre 30), les femmes plus âgées que les hommes chez les seconds (52 ans contre 46).

70En revanche, les écrous indiquent des métiers voisins de ceux des enquêtes. L’éventail en est un peu plus large car le nombre de personnes considérées est plus grand et que les états des vagabonds sont plus divers. Si l’on excepte les individus sans profession, les mendiants et vagabonds sont essentiellement des personnes non-qualifiées ayant une activité très sensible à la conjoncture telle que celles de la terre, de la mer, du bâtiment ou du textile.

71La situation difficile de ces divers états est à l’origine de déplacements de ces travailleurs vers les pôles économiques en développement : la côte sud et plus encore, la région nantaise. Les zones d’émigration sont, naturellement, les régions les plus pauvres ou celles où la pression démographique est trop forte : Morbihan (le nord-ouest tout particulièrement) et Côtes-du-Nord (le sud-ouest surtout).

72Les faibles taux de récidive de ces écroués semblent prouver que, sauf exception, ces personnes ne sont pas des mendiants ou vagabonds professionnels, contrairement à ce qu’écrivent de nombreux textes du xixe siècle ; de même, contrairement aux descriptions littéraires, les mendiants ou vagabonds sont essentiellement des solitaires. Quand ils sont en groupes, ils sont peu nombreux et le plus souvent associés à des personnes proches, familialement et socialement. Les quelques cas de multirécidivistes confirment ce que les moyennes indiquent.

Notes

1 A Nantes, les mendiants sont souvent accusés par les forces de police d’être Bas-Bretons. Les vêtements et la langue désignent ces derniers au contrôle plus tatillon des forces répressives. L’intolérance à leur égard est-elle alors plus grande que vis-à-vis d’autres groupes ? L’influence du « délit de faciès » est toujours difficile à mesurer. ]. F. Tanguy, pour le vagabondage dans les années 1900 considère que la subjectivité de la répression se manifeste ici avec plus d’évidence que nulle part dans cet ensemble de chiffres ». J.-F. Tanguy, Le maintien de l’ordre publie en Ille-et-Vilaine (1870-1914), thèse d’État, université de Rennes 2. 1986, p. 384.

2 Toutes les données de ce chapitre proviennent des séries Y des ADF, ADLA, ADM.

3 Dans l’Hérault, 32 % des vagabonds ont moins de 25 ans. M. R. Santucci, Délinquance et répression au xixe siècle : l’exemple de l’Hérault, Paris, Économica, 1986, p. 130-131. L’ordre de grandeur n’est guère différent de celui de la Bretagne Sud puisqu’ici 40 % des vagabonds ont moins de 25 ans. Les mendiants de moins de 25 ans ne représentent que 15 % du total.

4 Nous retrouvons ces caractéristiques en Eure-et-Loir pour la fin du siècle : 1/4 des mendiants et vagabonds a moins de 25 ans. 1/2 entre 25 et 50 ans. Les vagabonds, là encore, sont plus jeunes (dans la force de l’âge) que les mendiants (plus de 55 ans). Fl. Chavigny, op. cit., p. 21.

5 Ces métiers peuvent, de plus, dépendre de la saison. « Tel migrant est moissonneur pendant un mois puis devient terrassier sur un chantier durant trois mois. Tel colporteur qui vendait sa pacotille au début de sa migration finit celle-ci comme mendiant parce qu’il a fait de mauvaises affaires et qu’il lui faut un peu d’argent pour regagner son village d’origine ». A. Chatelain, Les migrations temporaires françaises au xixe siècle, Annales de démographie historique, 1967, p. 17.

6 Certaines de ces personnes ont été arrêtées à plusieurs reprises ; nous avons alors retenu l’état le plus fréquent ; en cas d’égalité, le métier a été retenu au détriment de sans-profession.

7 Sans-état, mendiants, vagabonds.

8 Cultivateurs, laboureurs, jardiniers, journaliers, pâtres, gardiens d’animaux...

9 Les portefaix sont aussi appelés bousqueurs ou boucaniers.

10 Terrassiers, carriers, carreyeurs, perreyeurs, paveurs, mineurs, ardoisiers...

11 Peintres, vitriers, plâtriers, carreleurs, couvreurs, tuiliers, briquetiers, verriers.

12 Métiers de la vente. On y trouve les revendeurs, épingliers, bimbelotiers...

13 Marins, marins-pêcheurs, mariniers, bateliers, mousses, novices.

14 Bouchers, charcutiers, boulangers et pâtissiers.

15 Maréchaux-ferrants, fondeurs, chaudronniers, mouleurs, ferblantiers, cloutiers, serruriers, ajusteurs, mécaniciens, tourneurs en métaux, riveteurs, armuriers.

16 Bûcherons, scieurs de long, charbonniers, sabotiers, menuisiers, charpentiers, charpentiers de marine, sculpteurs, charrons, coquiers (de navire), ébénistes, tonneliers, tourneurs sur bois.

17 Cordonniers, savetiers, bourreliers, corroyeurs, tanneurs, selliers.

18 Fileurs, cardeurs, tisserands, sergers, cotonniers, bonnetiers, chapeliers, cordiers, teinturiers, voiliers.

19 Rouliers, postillons, cochers, muletiers, conducteurs d’animaux, charretiers.

20 Chanteurs, musiciens, saltimbanques, acrobates...

21 États très différents concernant chacun moins de 1 % des écroués ; on y trouve des agents d’assurance, un avocat, des étudiants, des officiers, des perruquiers...

22 Blanchisseuses, lingères, laveuses, lavandières...

23 A. Chatelain, Les migrations temporaires en France de 1800 à 1914, Lille. PUL, 1976, p. 498-499.

24 Ce ne sont pas toujours des étrangers ; les noms prouvent qu’une part d’entre eux est d’origine française (certains y sont nés sous le Premier Empire. 196 personnes sont originaires de 25 pays étrangers ou d’outre-mer, c’est dire si leur proportion est faible (1,4 %). 21 sont issus de l’empire français dont 13 de La Réunion mais l’essentiel provient de pays limitrophes : 41 Italiens, 27 Espagnols, 23 Allemands, 23 Suisses, 21 Belges et 13 Britanniques (64 % des « étrangers »).

25 ADF 2Y419 à 2Y442.

26 ADF 2Y273 à 2Y327.

27 ADM 2Y27 à 2Y47.

28 ADF 2Y273 à 2Y327.

29 ADM 2Y27 à 2Y47.

30 A la fin du xixe siècle, les Bretons (de l’actuelle région) représentent 14 % des mendiants et vagabonds arrêtées en Eure-et-Loir. Fl. Chavigny, op. cit. p. 23-24. L’auteur explique ce grand nombre d’arrestations par le nombre important de Bretons allant chercher du travail et de la nourriture à Paris, l’Eure-et-Loir, étant un lieu de passage obligé vers la capitale. Il faut y ajouter le grand nombre de ceux qui se rendaient en Beauce pour le travail agricole.

31 ADLA 3Y8 à 3Y15.

32 ADLA 2Y30 à 2Y109.

33 ADLA 2Y30 à 2Y109.

34 ADF 2Y273 à 2Y327, 2Y419 à 2Y442. 2Y489 à 2Y518 ; ADLA 2Y30 À 2Y109, 3Y8 à 3Y15 4Y4 à 4Y17, 5Y3 à 5Y7, 6Y7 à 6Y18 ; ADM 2Y27 à 2Y47, 2Y54 à 2Y58, 2Y77 à 2Y88, 2Y160 à 2Y179.

35 Lorient a un poids démesuré dans le Morbihan grâce à l’Arsenal qui représente 60 % des effectifs industriels du département avant 1850 et encore 40 % après 1880, employant de 3 000 à 5 000 ouvriers sans compter, naturellement, les entreprises sous-traitantes. G. Le Bouédec (dir.), op. cit., p. 330 et 345. Les forges d’Hennebont (Lochrist, Inzinzac) sont le deuxième employeur après l’Arsenal, avec environ 1 000 ouvriers. Ibid. p. 349. À ces deux entreprises, s’ajoutent la construction navale ou les conserveries, par exemple.

36 Les déplacements des Bretons vers la Beauce sont favorisés par certains tarifs de chemins de fer. Le Paris-Orléans offre un demi-tarif pour les départements de l’Eure, de l’Eure-et-Loir, les arrondissements de Mantes et Rambouillet à partir de 1884. G. Le Bouedec (dir.), op. cit., p. 337.

37 M.-R. Santucci, Délinquance et répression au xixe siècle : l’exemple de l’Hérault, Paris, Économica, 1986, p. 78.

38 ADLA ADF 2Y273 à 2Y327, 2Y419 à 2Y442, 2Y489 à 2Y518 ; ADLA 2Y30 À 2Y109 3Y8 à 3Y15, 4Y4 à 4Y17, 5Y3 à 5Y7, 6Y7 à 6Y18 ; ADM 2Y27 à 2Y47, 2Y54 à 2Y58, 2Y77 à 2Y88, 2Y160 à 2Y179.

39 M.R. Santucci, trouve une proportion de 4 %o. M.R. Santucci, op. cit., p. 78. Fl. Chavigny, quant à elle, avance des proportions beaucoup plus importantes pour l’Eure-et-Loir à la Fin du xixe siècle : de 10 % à 20 %. Fl. Chavigny, op. cit., p. 9.

40 Pour la période 1800-1830, le taux de mendicité en réunion en Loire-Inférieure est inférieur à 10 % ; voir B. Desmars, op. cit., p. 173.

41 Les générations retenues sont les suivantes : écart inférieur à 5 ans pour les moins de 20 ans ; écart inférieur à 10 ans pour les 21-50 ans ; écart inférieur à 20 ans pour les plus de 51 ans.

42 Du même pays s’il s’agit d’étrangers.

43 La proportion des mères/jeunes enfants (moins de 10 ans) est toutefois supérieure à celle des pères/jeunes enfants.

44 Fl. Chavigny fait les mêmes constatations pour l’Eure-et-Loir. Les groupes sont le fait de familles et la plupart ne sont composés que de deux personnes. Les regroupements d’occasions sont rares ; la plupart des groupes rassemblent des personnes de la même région ou du même métier. Fl. Chavigny, op. cit., p. 9.

45 ADM Y 343.

46 Une des raisons est peut-être liée au métier ; cette femme est considérée comme domestique ou sans-profession mais est dite fille publique lors de ses deux premières arrestations. Elle est donc peut- être arrêtée au départ parce qu’elle racole sur la voie publique ; elle peut ensuite avoir régularisé sa situation en trouvant un emploi « honnête » ou en régularisant sa situation de prostituée. Elle peut aussi être retournée à Ploërdut.

Table des illustrations

Titre Graphique 11. Pyramide des âges des vagabonds et vagabondes arrêtées en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-1.png
Fichier image/png, 231k
Titre Graphique 12. Pyramide des âges des mendiants et mendiantes arrêtés en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-2.png
Fichier image/png, 276k
Titre Tableau 5. Répartition (en %) des métiers des hommes arrêtés pour vagabondage ou mendicité en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-3.png
Fichier image/png, 494k
Titre Tableau 6. Répartition (en %) des métiers des femmes arrêtées pour vagabondage ou mendicité en Bretagne Sud au xixe siècle (1831-1865)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-4.png
Fichier image/png, 288k
Titre Graphique 13. Lieu de naissance des personnes arrêtées pour mendicité et vagabondage en Bretagne Sud (1831-1865). Répartition en % de l’ensemble
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-5.png
Fichier image/png, 180k
Titre Carte 18. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Châteaulin (1831-1865)25
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-6.png
Fichier image/png, 682k
Titre Carte 19. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Quimper (1831-1865)26
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-7.png
Fichier image/png, 737k
Titre Carte 20. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Lorient (1831-1865)27
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-8.png
Fichier image/png, 741k
Titre Carte 21. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Quimper (1831-1865)28
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-9.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Carte 22. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Lorient (1831-1865)29
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-10.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Carte 23. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement d’Ancenis (1831-1865)31
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-11.png
Fichier image/png, 877k
Titre Carte 24. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Nantes (1831-1865)32
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-12.png
Fichier image/png, 933k
Titre Carte 25. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour vagabondage ou mendicité dans l’arrondissement de Nantes (1831-1865)33
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-13.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Carte 26. Lieux de naissance des personnes arrêtées pour vagabondage ou mendicité en Bretagne sud (1831-1865)34
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-14.png
Fichier image/png, 740k
Titre Carte 27. Lieux de naissance des Bretons arrêtés pour vagabondage ou mendicité en Bretagne Sud (1831-1865)38
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-15.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-16.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Carte 28. Années et arrondissements d’arrestations de Yves Goasglas né à Plougoulm (Finistère) en 1844
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-17.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Carte 29. Années et arrondissements d’arrestations de Nicolas Taoc né à Brest (Finistère) en 1795
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-18.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Carte 30. Années et arrondissements d’arrestations de Augustin Lhostis né à Saint-Pol-de-Léon (Finistère) en 1800
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-19.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Carte 31. Années et arrondissements d’arrestations de Joseph Bousseau né à Caro (Morbihan) en 1800
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-20.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Calendrier des arrestations de Jean-Pierre Maingot, cordonnier, né à Basse-Indre (Loire-Inférieure) vers 1800
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-21.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Calendrier des arrestations de Marie-Julienne Nogray, domestique, née à Ploërdut (Morbihan) vers 1830
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-22.png
Fichier image/png, 346k
Titre Calendrier des arrestations de Guy Vibert, roulier, né à Redon (Ille-et-Vilaine) vers 1810
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-23.png
Fichier image/png, 697k
Titre Calendrier des arrestations de Joseph Bousseau, laboureur, né à Caro (Morbihan) en 1800
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-24.png
Fichier image/png, 955k
Titre Calendrier des arrestations de Jean-Louis Domicile, journalier, né à La Trinité-Porhoët (Morbihan) vers 1810
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17750/img-25.png
Fichier image/png, 987k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search