Version classiqueVersion mobile

Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle

 | 
Guy Haudebourg

2e partie. L'assistance

Conclusion de la deuxième partie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 . La plupart des idéologues de la bourgeoisie libérale sont hostiles à cette notion de droit et pre (...)

1Que l’État ait un rôle à jouer dans l’assistance des pauvres, même si c’est pour le déléguer à des organisations privées, n’est pas une idée nouvelle au xixe siècle. Sous l’Ancien Régime, la charité était la doctrine officielle et les canaux de l’assistance passaient peu ou prou par des organisations catholiques. La Révolution française amène, dans le principe, deux changements fondamentaux. D’une part l’assistance est sécularisée, les appareils d’État la prenant désormais en charge en la déléguant aux communes. D’autre part, cette assistance, encore dénommée charité par certains nostalgiques ou bienfaisance selon les termes officiels, tend à gagner, difficilement, le statut d’un droit1. Une première étape est l’inscription du droit au travail dans les principes de la Révolution de 1848 ainsi que la création des ateliers nationaux mais cette notion de droit n’aboutit qu’à la fin du siècle avec le vote des premières lois sociales qui instaurent des droits pour les pauvres, bien qu’elles ne concernent encore qu’une partie de la population. Nous quittons donc alors, en partie, le domaine de la bienfaisance pour passer dans celui de l’assurance voire de la prévoyance. La loi du 15 juillet 1893 est, en ce sens, un des points de départ de ce que certains appellent l’État-providence et d’autres l’État social. Nous y voyons, pour notre part, l’aboutissement partiel des idées que la première République n’avait pu mettre en œuvre pour des raisons économiques et politiques.

2L’étude de l’assistance aux pauvres en Bretagne fait apparaître les difficultés auxquelles se heurtent les différentes autorités au cours du siècle.

3Sans être négligeables, les obstacles financiers nous semblent seconds et, il apparaît ici, mais la Bretagne n’a pas le monopole de cette situation, que les mentalités ou l’idéologie jouent un rôle très important voire déterminant dans la mise en place des diverses structures : établissements hospitaliers, bureaux de bienfaisance, ateliers de charité voire dépôts de mendicité. L’aumône manuelle et la relation directe avec le mendiant intercesseur privilégié avec Dieu, semblent préférés en Basse-Bretagne à toute organisation de l’assistance. Si les établissements hospitaliers, encore largement considérés comme destinés aux pauvres, ne semblent pas trop pâtir de cette conception, encore que leur nombre et que les places qu’ils offrent ne progressent que lentement au cours du siècle, l’assistance médicale gratuite pour les indigents est un échec complet et les bureaux de bienfaisance, éléments fondamentaux de la lutte contre la pauvreté et la mendicité ne se mettent que lentement en place.

4Les préfets ne ménagent pourtant pas leur peine et essaient de trouver des solutions spécifiques à cette situation très particulière. Ainsi, sous le second Empire, sont-ils à l’initiative de « ; Œuvre de l’extinction de la mendicité » dans le Finistère et des « comités de charité » dans le Morbihan, deux tentatives pour organiser la charité traditionnelle, premier pas vers la mise en place de bureaux de bienfaisances orthodoxes. Les résultats sont néanmoins décevants, même si l’on peut penser que ces diverses actions ont pu avoir une fonction propédeutique puisque, par exemple, les comités de charité morbihannais se transforment presque tous en bureaux de bienfaisance dans les années 1880. Ce département semble, dans ce domaine de l’assistance, être un cas vraiment particulier ; à partir des années 1880, en effet, débutent les hostilités entre tenants de l’assistance publique par les bureaux et partisans de l’assistance contrôlée par l’Église, assistance cristallisée ici dans les « comités libres de charité » que les autorités préfectorales accusent d’être des machines de guerre cléricalo-légitimistes. On peut, néanmoins, noter une augmentation du nombre de bureaux mis en place au cours du siècle ; ces progrès sont sans doute à mettre en relation avec l’évolution économique et les mouvements de population - plus particulièrement sur la côte atlantique -, les mendiants semblant toujours aussi intégrés dans la société bas-bretonne, du moins ceux de la commune.

5En Haute-Bretagne, les conceptions nouvelles de l’assistance semblent beaucoup mieux acceptées et la charité traditionnelle davantage remise en question ; celle-ci est de plus en plus considérée comme devant être organisée. On peut y voir le reflet des progrès des idées rationnelles dans les couches dirigeantes de la société. La plupart des administrateurs ne sont pourtant pas moins chrétiens, -catholiques le plus souvent— que leurs collègues de Basse-Bretagne mais acceptent beaucoup plus facilement la sécularisation et l’organisation de l’assistance. Celle-ci leur paraît, en effet, répondre aussi à l’esprit chrétien de la charité puisque les pauvres « légitimes » ne sont pas laissés à l’abandon et que les « faux », parasites, sont contraints au travail puisque la création de bureaux de bienfaisance ou d’ateliers de charité lors des chômages permet la répression de la mendicité « illégitime ». En un sens, selon eux, la séparation du bon grain de l’ivraie est ainsi permise, alors que l’attitude qui consiste à faire la charité à tout un chacun, en ne faisant pas cette distinction, va à l’encontre de l’Évangile. La différence avec la Basse-Bretagne est ici manifeste : un système d’aide médicale gratuite est mis en place en Ille-et-Vilaine et en Loire-Inférieure dès le milieu du siècle et le nombre de bureaux de bienfaisance est nettement supérieur. La population assistée par ces bureaux varie d’une commune à l’autre et d’une année à l’autre. Le plus souvent nous retrouvons les caractéristiques dégagées par les enquêtes consacrées aux indigents ; les femmes sont les plus nombreuses et les métiers les moins qualifiés ou les plus sensibles sont touchés en priorité.

6Ces établissements sont doublés, lors des crises, par l’instauration d’ateliers de charité, destinés à employer les mendiants valides à des travaux d’utilité générale, ne nécessitant, généralement, pas de qualification tels qu’entretien des routes et chemins, travaux dans les carrières. On ne perçoit guère de différence de conception entre les deux parties de la province dans ce domaine.

7Les conceptions opposées de l’attitude à adopter vis-à-vis des mendiants se retrouvent dans la question des dépôts de mendicité. Les seuls dépôts à fonctionner en Bretagne sont, jusqu’en 1818, ceux de Nantes et Rennes, toutes les tentatives pour en créer un dans les autres départements échouant. Après leur fermeture, deux tentatives de substitution à ces dépôts ont lieu en Bretagne. La première est la création à Nantes, en 1829, de la Maison de travail et de secours. Conçue à l’origine comme un véritable dépôt, elle s’apparente progressivement à un hospice privé. Cette tentative n’en révèle pas moins la volonté répressive des créateurs de l’établissement, et au-delà, d’une partie importante des cadres idéologiques de la cité, sinon de la population. La seconde est, en 1870, la transformation de Poul ar Bachet (Brest) en dépôt mais là encore, il reste communal et évolue rapidement vers le statut d’hospice. Rappelons que cette ville est généralement considérée comme une enclave « française » en Basse-Bretagne. La population reçue dans ces établissements est essentiellement composée de vieillards, d’infirmes ou d’enfants. La fin du siècle voit, toutefois, une certaine convergence des deux parties de la Bretagne à propos de cette question puisque l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan passent des accords avec des dépôts de mendicité extérieurs.

8La mise en place de ces structures d’assistance permet la répression de la mendicité, aspect que nous allons examiner dans la troisième partie.

Notes

1 . La plupart des idéologues de la bourgeoisie libérale sont hostiles à cette notion de droit et prennent souvent comme exemple, pour la dénigrer, la loi des pauvres mise en place en 1601 en Angleterre. Malgré cette résistance, en France, la tendance au cours du siècle est de donner toujours plus de droits aux plus démunis, surtout à la fin du xixe siècle. Au contraire, en Grande-Bretagne, les années 1830 voient une certaine régression de la législation et la loi est réformée en 1834. Ce système de « taxe des pauvres » existe aussi dans la plupart des États allemands. Certains pays comme la Hollande et la Belgique ont des éléments proches des workhouses anglaises.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search