Version classiqueVersion mobile

Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle

 | 
Guy Haudebourg

2e partie. L'assistance

Chapitre 6. L’échec des dépôts de mendicité en Bretagne et la création de la Maison de travail et de secours pour l’extinction de la mendicité dans la ville de Nantes

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 . L’Hôpital des pauvres infirmes, créé à Paris par le mandement royal du 27 Août 1612, est transfor (...)
  • 2 . De Gérando, De la bienfaisance publique, vol.4, Paris, 1839, p. 589.
  • 3 . Chaque département devrait créer un dépôt ; 59 sont créés (H. Du Puy, Vagabonds et mendiants. Par (...)

1Pour le législateur comme pour ceux qui sont chargés de lutter contre la mendicité, la première obligation est l’assistance, sous différentes formes, aux indigents qui ne peuvent travailler à cause d’infirmités ou de la situation économique. La question se pose des indigents valides qui, selon les autorités, ne veulent pas travailler et qu’elles qualifient de mendiants volontaires ou professionnels. Pour ceux-ci, la réponse est relativement simple : il faut les obliger à travailler. C’est le sens de l’instauration, par la loi du 10 septembre 1790 confirmée par celle du 24 vendémiaire an II (15 octobre 1793), de dépôts de mendicité au chef-lieu de chaque département. Ces dépôts continuent ceux mis en place sous l’Ancien Régime qui poursuivaient eux-mêmes la politique de répression de la mendicité accentuée par Louis XIV lors de la création des Hôpitaux généraux1. En 1789, selon De Gérando, les trente-trois dépôts de mendicité enfermaient de 6 à 7 000 mendiants ou supposés tels2. Par le décret du 5 juillet 1808, l’Empire reprend cette idée et décide de généraliser la mise en place des dépôts ce qui, pour des raisons financières et politiques, n’avait pu se faire auparavant3. Ils reçoivent théoriquement les mendiants valides puisque les invalides doivent être pris en charge par les hospices ou les bureaux de bienfaisance et que les vagabonds relèvent directement de la maison de détention.

  • 4 . L. Rivière, Mendiants et vagabonds, Paris, 1902, p. 32-45. 32 dépôts fonctionnent sous le second (...)
  • 5 . L.. Rivière, op. cit., p. 47. Il y a alors 31 dépôts.

2C’est cette législation et son esprit qui continuent après 1815 et jusque-vers la fin du siècle. En effet, l’existence de ces établissements est capitale puisque l’interdiction et la répression systématique de la mendicité nécessitent la création d’un établissement destiné à obvier à la mendicité. Pourtant, la création de tels établissements ne va pas de soi. En 1814, n’existent que trente-sept dépôts en France et, lorsque le ministre de l’Intérieur autorise les conseils généraux à les supprimer (17 mars 1817), c’est la chute. En 1830, il n’en subsiste que sept. Les tentatives ultérieures pour en relancer la création donnent des résultats inégaux, trois seulement étant créés entre 1840 et 1848 alors que le second Empire en voit apparaître une trentaine4. Il semble d’ailleurs que ces établissements changent de nature à la fin du siècle puisque, prévus pour les mendiants valides, ils reçoivent alors essentiellement des vieillards et des incurables5.

3Comme ailleurs en France, on retrouve ces difficultés en Bretagne et tout au long du xixe siècle, la plupart des tentatives de fondation de dépôts échouent et les seuls qui existaient en Bretagne, Nantes et Rennes, ferment leurs portes en 1818. Ce n’est qu’en 1829 qu’est fondée une Maison de travail et de secours à Nantes mais cet établissement n’est pas un véritable dépôt de mendicité et peut être considéré comme un intermédiaire entre établissement d’assistance et maison de répression. On peut en dire autant de Poul ar Bachet, créé à Brest en 1870.

Les tentatives de création de dépôts en Bretagne

  • 6 . ADM Y252, une lettre du ministre de l’Intérieur du 20 décembre 1814 prévient le préfet du Morbiha (...)

4En 1815, deux dépôts de mendicité fonctionnent en Bretagne, un à Rennes et l’autre à Nantes auquel ont été rattachés ceux du Morbihan et de la Mayenne6. Les tentatives de créations de dépôts, impulsées et stimulées par les divers ministres de l’Intérieur au cours du xixe siècle n’aboutissent que rarement.

L’échec du Finistère et l’ouverture de Poul ar Bachet

  • 7 . AN F16 1084, lettres des 16/8/1808,30/11/1808,8/12/1808, 29/5/1809, 20/5/1812 et 18/4/1815.
  • 8 . AN F16 1084, lettre du 22/11/1815.

5Dès 1808, le ministre de l’Intérieur se fait pressant auprès du préfet du Finistère pour qu’il impulse la création d’un dépôt car ce département est l’un de ceux qui en ont le plus besoin. En dépit de cette insistance, les recensements des pauvres se font lentement et le préfet ne trouve pas de local. Après avoir écarté successivement les Jacobins de Morlaix, les Ursulines de Landerneau, le couvent de Locmaria à Quimper, il retient l’ancien couvent du Calvaire de Quimper en 1812 mais la vétusté des bâtiments est telle que, en 1815, il est obligé de demander des aides au ministre de l’Intérieur pour réparer la toiture des « bâtiments destinés à servir de dépôt de mendicité »7. À la fin de l’année 1815, « cet établissement n’a reçu jusqu’ici aucune organisation et aucun individu n’y a été reclus »8. Le conseil général du Finistère porte le coup de grâce au projet en 1816 :

  • 9 . AN F16 1084, PV du Conseil général du 7/6/1816.

« Le Conseil, après avoir mûrement examiné le résultat de l’essai déjà fait et après avoir reconnu l’insuffisance de ses ressources pour les dépenses mêmes les plus indispensables, est d’avis qu’il n’y a lieu à s’occuper, sous aucun rapport, de l’établissement du dépôt de mendicité »9.

6Aux problèmes financiers s’ajoutent des raisons idéologiques. Ainsi, en 1865, le conseil municipal de Moëlan est-il fermement opposé à la création d’un dépôt :

  • 10 . ADF 3X41, conseil municipal de Moëlan du 20/06/1865.

« Cet expédient qui punit la pauvreté à l’égal d’un délit ne remédie à rien. La population indigente ne diminue pas, elle est seulement casernée. Dans le dépôt, l’indigent perd le peu de respect de lui-même qu’il pouvait encore conserver en mendiant »10.

  • 11 . J.-Y Le Person, De la bienfaisance à la solidarité ou les chemins de l’exclusion, Brest 1797-1984 (...)

7La ville de Brest, en revanche, a moins de scrupules puisqu’elle ouvre le dépôt de Poul ar Bachet en 1870. Cette propriété, achetée en 1849, est d’abord mise à la disposition de Louis Pidoux, juge de paix qui, soutenu par la mairie et l’évêché, y installe en 1854 un asile pour les enfants de trois à quinze ans. Les difficultés financières du promoteur amènent, cependant, la municipalité à prendre l’établissement à sa charge en 1861. Une convention de 18 ans est alors passée avec les Filles du Saint-Esprit. L’établissement accueille en moyenne 139 enfants de cinq à quinze ans jusqu’en décembre 1869, date à laquelle ils sont transférés à l’hospice civil de Brest ou à la campagne afin de laisser la place à environ quatre-vingt mendiants de Brest ou de l’extérieur qui travailleront l’étoupe. Cet établissement est désormais géré par l’Œuvre pour l’extinction de la mendicité dont nous avons fait état plus haut. Le comité d’administration, composé du maire, de deux conseillers municipaux et de vingt élus parmi les souscripteurs, se réunit une fois par mois à l’Hôtel de Ville de Brest afin de dresser les listes des indigents à secourir à domicile ou à admettre à Poul ar Bachet. L’association souhaitait pouvoir fonctionner uniquement à l’aide des souscriptions mais leur montant, insuffisant dès le départ, ne fait que diminuer au cours du siècle passant de plus de 18 000 francs en 1871 à 1 700 francs en 1899 soit le dixième ! La mairie divise alors par deux sa subvention au bureau de bienfaisance afin de verser l’autre moitié au dépôt de mendicité (17 500 francs en 1871 et 30 000 francs à la fin du siècle)11.

  • 12 . ADF 3X42, lettre du Préfet du 30/04/1872.
  • 13 . ADF 3X42, lettre du maire de Brest du 20/04/1872 ; lettre du Préfet du 30/04/1872 ; délibération (...)
  • 14 . J.-Y Le Person, op. cit., p. 44-47.

8En 1872, les mendiants « condamnés pour délit de mendicité » et les « indigents dont l’indigence absolue et régulière est constatée » sont 8512. Le dépôt est donc complet avec les mendiants de Brest et le vote par le conseil général du Finistère d’une subvention de 5 000 francs pour aider les communes qui voudraient envoyer des indigents à Poul ar Bachet ne permet pas l’extension du dépôt à l’ensemble du département. Les conditions mises par le conseil municipal de Brest sont, de plus, assez draconiennes. Il accepte, en effet, de réserver 40 places aux mendiants du département mais le conseil général doit verser à la ville 130 francs par mendiant pour le trousseau, 160 francs pour les effets de couchage et une allocation de 1 franc par journée de présence des mendiants. En cas de maladie, ceux-ci sont envoyés à l’hôpital et, si les dépenses sont supérieures à 1 franc, le conseil général doit verser la différence13. Comme de nombreux établissements de ce type (voir Sainte-Eugénie à Pontivy), Poul ar Bachet devient un hospice de vieillards au début du xxe siècle14.

  • 15 . G.Méar, La société pour l’exctinction de la mendicité à Brest, mémoire d’histoire des idées polit (...)
  • 16 . Ibid., p. 55.

9À côté des mendiants hébergés à Poul ar Bachet, l’Œuvre pour l’extinction de la mendicité aide des indigents brestois en leur distribuant des bons de secours en nature (pain, soupe, bois, vêtements, sabots) ce qui la rapproche alors du bureau de bienfaisance ou en prenant en charge leur loyer. Les indigents qui reçoivent des aides en nature sont 171 en 1871, 285 en 1872 mais leur nombre régresse par la suite pour se stabiliser autour de 30 dans les années 1890. Le bureau de bienfaisance de Brest ayant ouvert des fourneaux économiques en 1886, ces aides diminuent puis sont supprimées en 1901. À l’inverse, les assistés pour le loyer sont de plus en plus nombreux : 517 en 1871, 599 en 1872, 665 en 1875, 895 en 1890, 910 en 1895, les dépenses pour ce poste augmentant elles aussi très vite (de 16 000 francs en 1871 à 37 000 francs en 1904)15. Cette évolution est officialisée en décembre 1906 puisqu’à cette date l’Œuvre pour l’extinction de la mendicité devient l’Œuvre des loyers dont le but unique est l’aide au loyer des indigents16.

10Nous retrouvons les mêmes difficultés de création d’un dépôt dans le Morbihan.

Le Morbihan h la recherche d’un dépôt extérieur

  • 17 . AN F16 1084, lettres du 17/11/1812 et du 14/10/1814.

11Dans une lettre du 17 novembre 1812 au ministre de l’Intérieur, le préfet du Morbihan envisage l’installation d’un dépôt dans l’ancien couvent des Ursulines de Ploërmel ; en 1814 il pense encore que ce projet peut aboutir mais est désavoué par les notables de son département17. En effet, le Conseil général, dans sa session de 1814, marque son opposition à une telle création :

  • 18 . AN F16 1106.

« D’un côté le Conseil général voyait une dépense effrayante et de l’autre il n’apercevait aucun résultat certain de cette grande mesure [...] Le Conseil général pense en dernière analyse qu’en excitant et favorisant les bureaux de charité dans les villes et les principales communes du département, on parviendra bien plus fortement à éteindre la mendicité qu’on ne le ferait par l’établissement de grands dépôts de mendicité. [...] Ces motifs déterminent le Conseil général à ne voter pour l’exercice de 1815 aucun fonds applicable spécialement au dépôt de mendicité »18.

12Les conseillers généraux morbihannais seraient plus convaincants si, parallèlement au refus du dépôt, ils encourageaient la mise en place de bureaux de bienfaisance, ce qui est loin d’être le cas. De plus, ils considèrent que le financement des bureaux doit provenir de deux sources locales : les dons des personnes charitables et une part du revenu du travail des indigents valides, ces derniers finançant en partie les invalides. Cette opposition amène les autorités à proposer un pis-aller : le dépôt de Nantes recevra les mendiants du Morbihan contre la participation de ce département aux frais d’entretien des personnes envoyées, ce qui ne se fait pas sans litige. Le dépôt nantais ferme en 1818 et, malgré quelques tentatives des divers préfets morbihannais jusqu’à la fin du xixe siècle, aucun dépôt n’existe dans le département, l’établissement de Pontivy ne pouvant pas être considéré comme tel.

  • 19 . ADM Y339, lettre du 17/1/1876.
  • 20 . Id.
  • 21 . ADLA 2X497, lettre du préfet du Morbihan du 21/1/1876.

13La question d’un dépôt en Morbihan est relancée par le ministre de l’Intérieur qui, dans une lettre de 1876 au préfet du Morbihan, rappelle à ce dernier qu’il lui appartient de prendre des mesures énergiques pour réprimer la mendicité19. Connaissant la pauvreté du Morbihan, il conseille au préfet de se mettre en relation avec un autre département qui accepterait de recevoir des mendiants morbihannais. Pour le ministre, Le Mans est trop éloigné mais Poul ar Bachet - qui ne concerne que Brest mais qui doit être étendu à tout le Finistère - pourrait peut-être faire l’affaire. Parallèlement, bien sûr, il faut développer l’activité des bureaux de bienfaisance. Ainsi, lorsque l’assistance sera générale, l’autorité judiciaire « ne refusera pas de sévir rigoureusement contre les mendiants d’habitude »20. L’appel est entendu et le Préfet se tourne vers son homologue de Loire-Inférieure mais pas vers celui du Finistère car il trouve Brest trop éloignée du Morbihan21. Cette demande n’aboutit pas car le conseil général de Loire-Inférieure refuse de créer un dépôt.

  • 22 . ADM Y339, lettre du 9/6/1896
  • 23 . ADM Y339, lettre du 30/7/1896.
  • 24 . ADM Y339, lettres du 12/6/1896 et du 7/7/1896.
  • 25 . ADM Y339, Conseil général du 21/8/1896.
  • 26 . ADM Y3.39.

14Vingt ans plus tard, la solution n’est toujours pas trouvée. En 1896, les demandes faites aux Deux-Sèvres et au Maine-et-Loire échouent car ces départements ne possèdent pas de dépôt22. La démarche auprès du Finistère aboutit au même résultat, les locaux de Poul ar Bachet ne suffisant même pas pour les mendiants de la ville de Brest23. Deux réponses, en revanche, sont positives : Le Mans qui envoie le règlement de son dépôt et Beaugency (Loiret)24. Ce département offre vingt places à un franc dix par jour pour valides et invalides et à un franc vingt-cinq par jour pour malades traités. Le Morbihan s’engage pour un certain nombre de places et paie dix centimes par jour pour chaque lit inoccupé. Il faut pour cela dégager 12 000 francs par an en créant un nouvel impôt d’un demi-centime additionnel au principal des quatre contributions directes. Après une discussion acharnée, le Conseil général accepte ces conditions25. Un accord pour un an est signé en octobre 1897 par les deux départements et, à partir du premier janvier 1898, Beaugency garde douze places pour le Morbihan26. Le Préfet envoie alors une circulaire aux maires du département afin qu’ils affichent l’arrêté du 14 décembre 1897 interdisant la mendicité mais aussi afin qu’ils en connaissent l’esprit :

  • 27 . RAA du M, circulaire du Préfet du 15/12/1897.

« on doit d’ailleurs admettre qu’autant le malheureux connu par sa situation misérable est digne de la sollicitude de l’administration et mérite la bienveillance des populations au milieu desquelles il vit, autant il faut se montrer sévère à l’égard des gens sans aveu, mendiants de profession, vagabonds ou nomades ne vivant que de rapines et forçant la charité publique par l’intimidation ou la menace »27.

  • 28 . ADM Y339, Conseil général du 21/8/1896.
  • 29 . Id.
  • 30 . Id.
  • 31 . ADM Y339, lettre du 9/11/1898.

15Il s’agit pour lui de lever une ambiguïté sur le sens du mot mendiant. Lors des discussions au Conseil général, il était clairement apparu que beaucoup d’élus étaient pour la tolérance des mendiants locaux connus. C’est ce qui avait conduit certains d’entre eux à s’opposer à l’accord avec Beaugency. Par exemple, le Comte de Pluvié avait insisté « pour préciser la distinction qui doit être établie entre les vagabonds et les indigents de la localité »28 et M. Caradec, encore plus magnanime, considérait comme ne devant pas être touchés par une mesure de répression « tous ceux qui demandent l’aumône, quelques soient leur domicile et résidence, quelques dignes d’intérêt qu’ils puissent être »29 c’est-à-dire tous les mendiants qu’il fallait distinguer des vagabonds. Pour M. de Behr, rapporteur du projet, c’était bien les mendiants vagabonds qui étaient visés30. En novembre 1898, l’accord avec Beaugency est renouvelé par le Conseil général où l’opposition a disparu31.

Les dépôts éphémères de Rennes et de Nantes

Rennes (1810-1818)

  • 32 . Guinan-Laoureins, Compte d’administration du dépôt de Rennes, Rennes, Cousin-Danelle, 1811, p. 40

16Le dépôt de Rennes, ouvert le 23 juillet 1810, peut accueillir environ 500 mendiants de tout le département32. Le Compte d’administration du dépôt de Rennes rendu en 1811 par le directeur de l’établissement nous donne un exemple de fonctionnement de ce type d’établissement.

  • 33 . Ibid., p. 21-22.

17Selon M. Guinan-Laoureins, « on a considéré le Dépôt moins comme une prison que comme une maison de travail, une école de métiers » ; d’ailleurs certains administrés sont volontaires et les « reclus » ont droit à une sortie le dimanche d’où « les plus fainéants sont toujours revenus ». La maison n’a ni clôture ni garde extérieure33.

  • 34 . Ibid., p. 8.
  • 35 . Ibid., p. 21.
  • 36 . Ibid., p. 6-7 et 18.
  • 37 . Ibid., p. 9.
  • 38 . Ibid., p. 11-15.
  • 39 . Ibid., p. 2.

18Une part du travail est consacrée au fonctionnement même de la maison : construction des bâtiments tels les dortoirs, ateliers, magasins, buanderie par exemple mais aussi fabrication du linge et des vêtements nécessaires aux administrés34. Cependant, l’objectif du directeur du dépôt est aussi de faire de celui-ci une véritable entreprise vendant ses produits dans toute la Bretagne en commençant par l’Ille-et-Vilaine tout en formant des ouvriers qui pourront ensuite s’installer dans les villages afin d’y apporter les techniques qui faisaient défaut jusque là. Selon lui « la Maison a tous les moyens de réussir : le bon marché de la main-d’œuvre, l’économie dans les matières premières et la certitude du débouché »35. On trouve donc des forgerons, des menuisiers, des tourneurs, des tonneliers mais l’activité dominante est celle du textile, le directeur étant convaincu que la laine et le lin verront leur consommation s’envoler36. Les activités les plus simples sont données aux entrants car ils « n’ont ni la volonté ni l’habitude du travail »37 et ce n’est qu’après un apprentissage plus ou moins long qu’ils passent au filage des laines plus précieuses voire au tissage. Seuls les meilleurs ouvriers peuvent, en effet, accéder aux métiers dont huit sont consacrés à la fabrication de mouchoirs par les femmes, cinq (à navette volante) à celle de couvertures de laine et huit à celle de flanelles en remplacement de la manufacture de Vitré en faillite38. Le bilan de la première année semble très satisfaisant puisque les ateliers se sont multipliés, que les travaux avancent et que la majorité des reclus montre de l’application bien qu’il soit « toujours bien difficile de créer un grand établissement, de soumettre, en peu de temps, à l’ordre et au travail, des hommes qui n’ont vécu que dans la fainéantise et dans le vice »39. Selon le directeur lui-même, les débuts ont, en effet, été difficiles :

  • 40 . Ibid., p. 20.

« Les premiers temps de la réclusion se sont passés en révoltes, en projets d’évasion, en refus de travail, en punitions ; on résistait à tout ce qui tendait à l’application : les matières premières qu’on mettait entre les mains de ces mécontents étaient gaspillées, et leurs dispositions malfaisantes se fortifiaient chaque jour par celles des misérables que la gendarmerie amenaient de tous les points du département »40.

  • 41 . Ibid., p. 20
  • 42 . Ibid., p. 3.
  • 43 . Ibid., p. 3
  • 44 . Ibid., p. 22.

19Plutôt que de continuer à menacer et punir, le directeur décide alors d’encourager les bonnes volontés en donnant à ceux qui se comportent bien des récompenses, comme les sorties en ville le dimanche, en compagnie d’un surveillant, toutefois. Quant à ceux qui refusent le travail, il leur réserve les travaux les plus pénibles et les plus sales41. Ainsi, s’il est amené à faire des reproches à « quelques étourdis que l’âge pourrait encore excuser »42, les punitions deviennent rares. Il se plaint, néanmoins, des vieillards qui ne montrent, en général, que peu de bonnes dispositions et qui sont une charge pour le dépôt43. Les enfants acceptent plus facilement leur sort. Le directeur y voit pour preuve le fait qu’ils ne cherchent pas à s’évader et qu’ils sont plus assidus à l’apprentissage des métiers, beaucoup ayant appris à tisser en moins de douze mois44.

  • 45 . Ibid., p. 23.

20Le dépôt est, cependant, décrié et certaines bonnes âmes « ne voient que du désordre dans les permissions » et « crient au scandale quand, en deux mois, on a permis à ces vieillards de sortir pour quelques heures, et qu’un entre vingt, par un penchant irrésistible est revenu au cabaret »45.

21La remise en question est bien plus large que le supposé laxisme du directeur. Ce ne sont pas seulement les sorties qui sont critiquées mais bien plus fondamentalement l’inefficacité du dépôt. Son caractère dissuasif est considéré comme nul et beaucoup ont tendance à croire que l’on gaspille les deniers publics. Aussi, à l’instar de ce qui se passe dans de nombreux départements telle la Loire-Inférieure, le conseil général d’Ille-et-Vilaine demande et obtient sa fermeture en 1818.

  • 46 . Renseignements communiqués par J-Y Lefebvre qui prépare une thèse consacrée au dépôt de Rennes.

22De juillet 1810 à août 1817, le dépôt accueille de vrais mendiants (2 184) mais à partir du premier septembre 1817, ayant été réorganisé, il reçoit essentiellement des femmes en couches (464 jusqu’au 30 décembre 1818)46.

23L’Ille-et-Vilaine agit ensuite comme le Morbihan, en passant un accord avec un dépôt extérieur, celui du Mans (Sarthe) en 1869 puis celui de Montreuil/Laon (Aisne) de 1891 à 1895, enfin, celui de Beaugency (Loiret) de 1901 à 1921.

Nantes (1813-1818)

  • 47 . AN 1-16 1015, lettres de création du 29/10/1809.
  • 48 . AN 1-16 1097, états statistiques.
  • 49 . Id.
  • 50 . RAA de LI, lettre du Préfet du 10/1/1819.
  • 51 . ADLA 1N2, Conseil général de 1819. En 1816, le conseil général de Loire-Inférieure avait verse 18 (...)

24Suite aux lois de 1808 sur la création d’un dépôt dans chaque département, les autorités de Loire-Inférieure acceptent la création d’un établissement situé dans le couvent Saint-Jacques de Nantes. Selon les lettres de création du 29 octobre 1809, il peut accueillir 500 mendiants de tout le département ; ceux-ci devront se présenter au sous-préfet de leur arrondissement puis seront envoyés au dépôt où « ils seront retenus jusqu’à ce qu’ils se soient rendus habiles à gagner leur vie par le travail et au moins pendant un an »47. La décision de principe n’est pas appliquée rapidement puisque le dépôt ne fonctionne qu’à partir de 1813. Fin 1815, il renferme 180 personnes (moyenne de 138 par mois) et 297 en 1816 (248 en moyenne)48. En 1817, la moyenne est de 225 personnes au titre de la Loire-Inférieure, 15 au titre du Morbihan et 16 au titre de la Mayenne soit 256 personnes en moyenne49. À la demande du conseil général de Loire-Inférieure, l’établissement est supprimé par une ordonnance royale du 25 novembre 181850. Pour les conseillers généraux, le dépôt « a coûté 500 000 Francs et n’a pas rempli son but car jamais nous n’avons été tant inondés de mendiants que depuis son établissement, fondé malgré toutes nos réclamations »51. La question de la création d’un nouveau dépôt départemental n’est, apparemment, pas reposée avant la fin des années 1820. La fondation de la Société pour l’extinction de la mendicité dans la ville de Nantes et l’ouverture de la Maison de travail et de secours en 1829 sont les réponses alors apportées à ce problème.

25Ainsi, dans toute la Bretagne, est-il impossible d’installer définitivement de véritables dépôts de mendicité. L’exemple du Morbihan montre que la façon dont on considère les mendiants pèse lourd dans la décision. Le Finistère n’a pas de dépôt si l’on excepte Poul ar Bachet qui est un établissement communal, le Morbihan n’en crée pas et, après un débat passionné des conseillers généraux, passe un accord avec un département lointain mais seulement à la fin du siècle. L’Ille-et-Vilaine agit de même. On a vu comment le conseil général de Loire-Inférieure avait fait capoter l’expérience du dépôt départemental dans une période où le nombre de mendiants était très important. Une dizaine d’années plus tard, c’est à partir de la ville de Nantes qu’est créé un établissement ayant pour but de faire disparaître la mendicité, expérience reprise par la ville de Brest.

Un vrai-faux dépôt de mendicité : la Maison de travail et de secours de Nantes (ou maison de Saint-Joseph)

La création de la Maison de travail et de secours

  • 52 . Villeneuve est préfet de Loire-Inférieure de novembre 1824 à avril 1828 avant d’être celui du Nor (...)

26Dans l’ouvrage Economie politique chrétienne qu’il publie en 1834, le vicomte Alban De Villeneuve-Bargemont relate les conditions de son installation à Nantes et la façon dont il s’y prit pour créer un établissement de lutte contre la mendicité en 182852 :

  • 53 . A. De Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne..., Paris, 1834, p. 13-14.

« Ce fut à cette époque qu’à l’imitation de l’heureux exemple donné à Bordeaux par M. le baron d’Haussez, je conçus le projet de créer, pour la ville de Nantes, une maison de refuge pour les mendiants invalides. Cette institution, achevée par les soins de mon honorable successeur (le baron de Vanssay) reçut les plus puissants secours de Mgr l’évêque de Nantes et de son clergé si digne d’un tel pasteur. La mendicité fut dès lors interdite »53.

  • 54 . ADLA 2X501, arrêté du Préfet du 24/1 2/1827. Il s’agit de Tollenare, receveur des hospices.
  • 55 . ADLA 2X501, lettre du Préfet du 28/12/1827.
  • 56 . Société pour l’extinction de la mendicité dans la ville de Nantes sous les auspices de SAR Madame(...)

27Dès décembre 1827, le Préfet crée et préside un conseil supérieur de la Société pour l’extinction de la mendicité dont sont membres l’Évêque, le Maire, le procureur du Roi, le receveur général des finances54. L’ordre n’est pas innocent ; il s’agit d’intégrer l’Église dans cette entreprise afin qu’elle relaie l’action des pouvoirs publics au lieu de la contrecarrer par des conception de la charité considérées comme désuètes. « J’ai osé assez compter sur la bienveillante coopération que votre grandeur accorde à toutes les associations de charité pour espérer qu’elle daignerait accepter les fonctions de membre du conseil supérieur de la société charitable dont il s’agit »55 écrit le Préfet à l’évêque de Nantes. Les points de vue convergents permettent un travail rapide et, quelques mois plus tard, une brochure annonce la fondation à Nantes de la « Société pour l’extinction de la mendicité dans la ville de Nantes sous les auspices de SAR Madame, duchesse de Berry »56. Un tel patronage est sans doute destiné à montrer tout l’intérêt que la monarchie porte à la question du paupérisme, les relations du vicomte De Villeneuve ayant dû jouer leur rôle. La nouvelle société nantaise est principalement mue par des considérations morales :

  • 57 . Ibid., p. 3.

« Des mendiants en assez grand nombre répandus dans les rues et autres lieux publics de la ville de Nantes, y choquent la vue par l’exposition souvent affectée de leurs infirmités et y offensent la morale quand ils sont réellement invalides. Ils paraissent dénués de tous moyens d’existence et vivent cependant, quelques-uns même, avec une sorte d’abondance »57.

  • 58 . Ibid., p. 3

28On peut voir là une nouvelle manifestation de l’opposition entre Basse et Haute-Bretagne. En Basse-Bretagne, ce sont les mendiants qui sont d’abord considérés et non l’effet qu’ils peuvent produire sur la population, effets qui ne sont sans doute pas les mêmes. À Nantes, le mendiant est un objet repoussant qu’il faut faire disparaître. La question de la charité n’est cependant pas négligée par les auteurs qui connaissent l’influence de la religion catholique sur la population ; eux-mêmes sont souvent des chrétiens pratiquants. Ils ne condamnent pas l’aumône mais considèrent que celle-ci serait plus efficace si les dons étaient recueillis de façon systématique et répartis avec méthode. Ainsi, cette démarche, « loin d’altérer [...] seconderait les vues des personnes pieuses qui se font un si juste devoir de secourir les malheureux au nom de la religion »58.

  • 59 . Ibid., p. 5
  • 60 . Ibid., p. 6-7

29La Société décide d’ouvrir une Maison de travail et de secours (dite de Saint-Joseph) accueillant 160 hommes et femmes, nombre qui « d’après les documents fournis par la Mairie excède celui des mendiants habituels de la ville »59. Comme dans les établissements hospitaliers, les personnes admises devront travailler selon leurs possibilités et recevront une part du salaire produit par ce travail. Seront admis les natifs de Nantes ou ceux qui sont domiciliés dans cette ville depuis au moins deux ans. Tous les autres mendiants seront renvoyés dans leur commune de naissance. L’association ne vise pas seulement à accueillir les malheureux mais a aussi un rôle de régénération morale. Les recettes seront constituées par des souscriptions volontaires, une partie du produit du travail des pensionnaires, des secours en nature demandés aux marchands et industriels, d’allocations demandées à la mairie et de collectes à la porte des églises. Les souscriptions seront pour trois ans minimum et seront constituées d’actions à cent francs, de demi-actions à cinquante francs, de dixième d’action à dix francs afin de favoriser la participation du plus grand nombre. La société sera dirigée par un conseil général et une commission administrative composée de bénévoles comme pour les hospices. Le conseil général (ou assemblée générale) est constitué d’hommes adultes, les femmes peuvent être représentées par un délégué, ce qui est conforme à l’esprit et aux pratiques du temps. Ont voix délibérative, les trente plus gros souscripteurs et trente autres tirés au sort. Il reçoit les comptes, arrête le budget, nomme les neuf membres de la commission administrative sur une liste triple renouvelable par tiers chaque année. En cas de dissolution de la société, l’argent sera donné aux hospices de Nantes60.

  • 61 . RAA de LI, lettre du Préfet du 8/10/1829.

30Le 8 octobre 1829, le préfet De Vanssay qui a succédé à De Villeneuve peut annoncer que la Maison de travail et de secours est en activité61.

Le statut de la Maison de travail et de secours : du vrai-faux dépôt de mendicité à l’hospice

31Le premier problème qui se pose pour la Maison est celui de son statut qui a des conséquences financières et surtout judiciaires car la justice ne peut pas agir de la même manière contre les mendiants selon que l’établissement est reconnu d’utilité publique ou reste totalement privé. Seule l’assimilation de la Maison à un dépôt rend légale la répression systématique de la mendicité.

Du statut d’établissement privé à celui d’établissement d’utilité publique

  • 62 . ADLA 2X497, lettres de la commission administrative des 10/3/1831, 6/5/1831 ; lettres du Préfet a (...)

32Même si les plus hautes autorités administratives départementales et communales sont à l’origine de sa fondation, la Maison de travail et de secours est un établissement privé. Aussi, ses administrateurs tentent-ils de lui faire obtenir un statut plus favorable. Dès mai 1831, l’établissement est assimilé aux établissements publics et le ministre du Commerce et des travaux publics l’autorise à verser ses fonds au compte courant du Trésor royal à 3 % d’intérêts, avantage réservé aux établissements publics62.

  • 63 . ADLA 2X501, lettres du ministre de l’Intérieur des 18/2/1841, 17/5/1843, 27/8/44 et du Préfet du (...)

33En revanche, la Société a du mal à se faire reconnaître d’utilité publique. Dès le début de son existence, pourtant, tout le monde considère la Maison comme un dépôt de mendicité alors qu’en Droit, il n’en est rien, faute d’ordonnance royale la reconnaissant d’utilité publique. C’est pourquoi la commission administrative de la Maison réclame ce statut avec insistance. De plus, cette ordonnance royale favoriserait les souscriptions et permettrait à la Société d’être encore plus à l’aise dans sa trésorerie. Les administrateurs arguent du fait que la Maison a été créée à l’initiative du Préfet, que la mairie de Nantes prend une bonne partie des charges à son compte, que le département verse une subvention et que le gouvernement lui-même a aidé au fonctionnement à certains moments ce qui donne un caractère semi-officiel à la Maison. Sans cette ordonnance, au contraire, la faiblesse de la répression et l’absence de reconnaissance officielle risquent d entraîner une baisse sérieuse des dons et souscriptions qui amènerait la fermeture de la Maison. Une telle mesure, non seulement rejetterait à la mendicité 150 personnes mais interdirait à la justice l’application de l’article 274 du Code pénal, favorisant ainsi le développement de la mendicité à Nantes. Malgré ces arguments, pendant quinze ans, le Conseil d’État oppose une fin de non recevoir à la demande des administrateurs de la Société. Ceux- ci doivent, en effet, attendre une ordonnance royale du 11 janvier 1845 pour voir leur Société déclarée d’utilité publique63. La Maison de travail et de secours devient alors un établissement mixte.

34La seconde question qui est posée aux diverses autorités du xixe siècle est de savoir si la Maison peut être considérée comme un dépôt de mendicité. De la réponse positive à cette question dépendent les possibilités légales de répression de la mendicité.

La Maison de travail et de secours peut-elle être assimilée à un dépôt de mendicité ?

35Pour que la Maison soit considérée comme un dépôt, elle doit être en mesure de recevoir tous les mendiants de la ville. Son statut dépend donc de ses capacités d’accueil et du type de personnes qu’elle accueille. Au cours du siècle, l’établissement évolue ; proche d’un dépôt de mendicité à sa fondation, il s’apparente progressivement à un hospice.

36Le but initial de la Maison est de faire disparaître la mendicité de Nantes en donnant un asile aux mendiants originaires de Nantes ou habitant la ville depuis au moins deux ans. En effet, dans la mesure où il existe un endroit destiné à faire disparaître la mendicité, celle-ci peut être totalement interdite selon l’article 274 du Code pénal. La Maison de travail et de secours étant un établissement « considéré comme dépôt de mendicité » par les autorités, la ville de Nantes prend le 10 juillet 1829 un arrêté interdisant la mendicité de façon absolue. Du côté de la justice, il n’y a apparemment pas de problème et la Maison est considérée comme un vrai dépôt de mendicité ce qui permet aux juges d’appliquer l’article 274 du Code pénal. Or, le défaut d’ordonnance royale interdit de considérer l’établissement comme un véritable dépôt, ce que reconnaît le Conseil d’État lorsqu’il rappelle que la lutte contre la mendicité ne peut être déléguée à une entreprise privée. Grâce à l’arrêté du maire de Nantes, les mendiants étrangers sont chassés et tout mendiant domicilié est arrêté par les agents de police ou la gendarmerie puis déféré au tribunal correctionnel qui, comme le disent les administrateurs de la Société :

  • 64 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative de la Maison du 26/10/1832.

« sans avoir égard à notre défaut d’institution légale, lui [au mendiant] applique ordinairement l’article 274 du Code pénal, et le condamne à nous être envoyé après avoir tenu vingt-quatre heures de prison. Nous, de notre côté, le recevons mais sans reconnaître formellement au tribunal le droit de nous imposer des condamnés. Son jugement n’est pour nous qu’une sorte d’attestation que l’individu est un vrai mendiant »64.

  • 65 . ADLA 2X497, commission administrative des 4/3/1834 et RAA de LI, lettre du Préfet du 5/3/1834.
  • 66 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/11/1853.

37Les préfets qui se succèdent à la tête du département sont eux-mêmes conscients de l’ambiguïté du statut de la Maison et des insuffisances qu’elle présente dans la lutte contre la mendicité dans le département. Afin de donner une assise légale à la répression, ils soutiennent les demandes de la Société pour se voir reconnaître officiellement et obtenir le statut d’utilité publique. D’autre part, afin de permettre une répression de la mendicité de façon plus ample, ils obtiennent en 1834 l’acceptation par la Société de réserver vingt-cinq places dans la Maison pour l’admission de mendiants des communes de Loire-Inférieure65. Cette extension de la Maison à vingt-cinq puis trente mendiants du département ne suffit cependant pas à faire de la Maison un dépôt. Le statut ambigu de la Maison est relevé par un inspecteur des établissements de bienfaisance lors d’une visite en septembre 1853. Il regrette, en effet, que ne soient pas séparés les « mendiants arrêtés sur la voie publique en flagrant délit de mendicité [et les] malheureux réduits à un état de misère et l’infirmité tel que pour eux la mendicité serait une nécessité »66.

38Les incitations préfectorales de transformation de la Maison en dépôt échouent et, en 1862, parlant de la Maison, le ministre de l’Intérieur peut encore écrire que :

  • 67 . ADLA 2X497, lettre du ministre de l’Intérieur du 7/11/1862.

« cet établissement, fondé en vue de l’extinction de la mendicité est une sorte de refuge ouvert à la vieillesse et à l’infirmité. On y reçoit tout individu sans asile et sans pain qui n’a pu trouver place ailleurs ; la ville y envoie de plus ses mendiants condamnés ou non mais ce n’est pas à proprement parler un dépôt de mendicité, et l’Inspecteur général a raison de penser et de dire qu’il n’existe pas à Nantes un lieu de répression dans le sens légal du mot »67.

  • 68 . ADLA 2X497, lettre du ministre de l’Intérieur au Préfet du 11/7/1865.
  • 69 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative de la Maison du 16/8/1865.
  • 70 . Id.
  • 71 . ADLA 2X497, lettre du ministre de l’Intérieur du 18/8/1875.

39Les points de vue des administrateurs et du Ministre sont complètement antagoniques. Celui-ci propose, en effet, que tous les vieillards indigents recueillis soient placés dans les divers hospices de Loire-Inférieure et que la Maison n’admette plus que les mendiants condamnés en vertu de l’article 274 du Code pénal68. La Maison changerait alors de nature ce que ne peuvent admettre les administrateurs attachés à son caractère fondamentalement charitable même s’ils sont convaincus de la nécessité de « doter le département d’un établissement central qui puisse procurer l’extinction de la mendicité dans toutes les communes »69. De plus, les locaux de la Maison ayant été donnés dans un but très précis, seuls les héritiers des donateurs peuvent donner leur assentiment sur une telle évolution de la Maison70. Une dizaine d’années plus tard, la Maison est devenue un véritable hospice privé et l’inspecteur général des établissements de bienfaisance en tournée en Bretagne en 1875, peut écrire qu’elle « ne serait en réalité qu’un asile de vieillard où les mendiants ne seraient reçus qu’à titre exceptionnel »71.

40Le conseil général de Loire-Inférieure étant toujours hostile à la création ex nihilo d’un dépôt de mendicité, le Préfet se tourne à nouveau vers la Maison en 1884 mais se heurte à un nouveau un refus :

  • 72 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/5/1884. C’est nous qui soulignons.

« Notre établissement dont le but principal est de donner asile aux personnes âgées et infirmes et même aux aveugles ne pourrait devenir en quelque sorte une maison de force sans faire éprouver une perturbation complète de tous les différents services, car il serait difficile d’admettre à la vie commune et sous le même toit des vieillards, des adultes et de tout jeunes enfants »72.

  • 73 . ADLA 2X500, assemblée générale du 11/5/1885.

41Le Préfet propose alors la création d’un second établissement administré par la Société ce qui convient aux administrateurs qui acquièrent un terrain de 22 300 mètres carrés près de la Maison afin de créer un établissement destiné à « recevoir les condamnés pour délit de mendicité dans la ville de Nantes [...] véritable dépôt de mendicité »73. Ce projet ne va pas plus loin et par la suite, on n’a aucune mention d’un dépôt de mendicité en Loire-Inférieure. La Maison reste un hospice privé qui accueille essentiellement des vieillards et des invalides et plus rien en elle ne rappelle le caractère répressif de son origine.

42De son côté, la justice se pose aussi des questions. En effet, même si l’urgence de la répression amène les autorités judiciaires à ne pas être trop regardantes sur le statut de la Maison lors de sa création, très vite, elles incitent les administrateurs à donner une assise légale plus solide à leur entreprise. Le premier reproche est que la Maison ne concerne que Nantes. En conséquence, la répression au titre de l’article 274 du Code pénal ne peut concerner que la ville et de façon incomplète car beaucoup de vieillards indigents ou infirmes ne peuvent y entrer faute de place. Cette Maison devrait donc s’agrandir et devenir départementale car, si l’on en croit le procureur impérial de Nantes :

  • 74 . ADLA 2X497, lettre du Procureur de Nantes du 19/7/1854.

« si la mendicité est une plaie dans une grande ville, elle constitue dans les communes rurales un mal bien autrement sérieux quoique moins aperçu. À Nantes, les mendiants sont une gêne ; dans les campagnes, ils sont un danger permanent. Les vols, les incendies y sont en grand partie commis par des mendiants »74.

  • 75 . ADLA 2X497, lettre du Parquet du 4/3/1884.
  • 76 . Id. Souligné dans le texte.

43L’accueil de trente mendiants du département à partir de 1834 ne permet pas la répression sur l’ensemble du département puisque tous les mendiants ne peuvent être admis. Un demi-siècle plus tard, le parquet de la cour d’assise de Loire-Inférieure est formel : la Maison de travail et de secours ne pouvant tenir lieu de dépôt de mendicité au sens de la loi, il est impossible à la justice d’appliquer l’article 274 du Code pénal75. En conséquence, le juge ne peut « déférer à la juridiction correctionnelle que les individus valides qui ont mendié d’habitude. Cette double condition permet à la plupart des mendiants d’échapper à toute répression »76. L’échec de la création d’un dépôt après cette date limite donc les possibilités de la répression de la mendicité. Remarquons au passage que la justice a utilisé abusivement voire illégalement l’existence de la Maison pendant plus de cinquante ans. On peut voir dans l’évolution de la position des juges comme le reflet des progrès de l’État de Droit au cours du xixe siècle et de l’évolution de l’attitude de la justice vis-à-vis de la mendicité dont nous reparlerons plus loin.

Le conseil général et la commission administrative de la Société pour l’extinction de la mendicité dans la ville de Nantes

  • 77 . Nous assimilerons la Société pour l’extinction de la mendicité et la Maison de travail et de seco (...)
  • 78 . ADLA 2X500, commission administrative du 21/9/31.
  • 79 . ADLA 2X500, assemblée générale de la Société du 22/4/1840.

44Tous les statuts successifs conservent l’organisation du projet de 182877. La commission administrative, composée de neuf membres élus pour trois ans par le conseil général de la Société, est renouvelée par tiers chaque année. En 1829, ce conseil général est composé des trente plus importants souscripteurs et de trente tirés au sort parmi les autres. Il surveille les actes de la commission administrative et vérifie les comptes de gestion lors d’une assemblée annuelle réunie sous la présidence du Préfet, de l’Évêque ou du maire de Nantes. La Société a cependant du mal à réunir les personnes prévues pour l’assemblée annuelle. Aussi, dès 1831, tous les souscripteurs présents ont-ils voix délibérative78. Ce n’est cependant pas suffisant pour mobiliser les souscripteurs puisque, par exemple, malgré les annonces dans les journaux, l’assemblée de 1840 ne réunit que douze personnes79.

  • 80 . ADLA 2X500, assemblée générale du 14/7/1862.
  • 81 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/6/1874.
  • 82 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/5/1884.

45Il y a une assez grande stabilité dans la composition des commissions administratives puisque le premier président, M. Marion, est encore en place en 186280. Cette permanence voulue des administrateurs se veut la preuve symbolique de la poursuite des buts originels de la Société. Ainsi, en 1874, le président Angebault rappelle-t-il que « la commission [est] heureuse de conserver dans son sein les mêmes noms, les mêmes traditions, le même dévouement que par le passé »81. Ce dernier est lui-même l’un des dirigeants de la Société pendant vingt ans, de 1863 à sa mort, en 188382.

  • 83 . ADLA 2X500, assemblée générale du 11/5/1885. Du Fougeray était militaire ; du Rostu permet à la S (...)
  • 84 . ADLA 2X500, assemblées générales des 1/3/1859 et 3/8/1860.
  • 85 . ADLA 2X500, assemblées générales des 10/1 1/1853, 23/4/1866 et 5/4/1898.

46Lors des changements d’administrateurs, on essaie d’intégrer des personnes qui perpétuent les précédentes. Ainsi, en 1884, M. Angebault est remplacé par son gendre, le colonel Lévesque du Rostu83. À M. Nau, architecte, succède son fils, lui aussi architecte. Lorsque l’abbé Dandé, administrateur depuis 1834, meurt en 1859, il est remplacé par l’abbé Audrain, curé de Saint-Pierre84. Cette permanence est d’ailleurs soulignée par la nomination au titre de président d’honneur de la Société, titre qui n’est accordé qu’à trois reprises au cours du siècle : à M. Lorette de la Refoulais en 1853, lorsqu’il prend sa retraite, à M. Maisonneuve, doyen des administrateurs, en 1866 et à M. Allégret qui, après avoir été administrateur plus de trente ans, démissionne en 1898 pour des raisons de santé85.

  • 86 . ADLA 2X500, assemblée générale du 9/6/1888.
  • 87 . H. Jouve (éd.), Dictionnaire biographique des notabilités du département de la Loire-Inférieure, (...)

47La commission se réunit chaque semaine, un administrateur étant chargé de l’inspection hebdomadaire de la Maison dont il rend compte à la séance suivante86. La charge d’administrateur n’est donc pas de tout repos. Elle est d’autant plus lourde que la plupart ont une activité professionnelle et que certains sont membres d’autres associations. Ainsi, le président de la fin du siècle, M. Bureau, médecin, est professeur d’histoire naturelle à l’école de médecine et de pharmacie de Nantes et est conservateur du Muséum d’histoire naturelle de Nantes, M. Angebault est avocat et M. Marion est vice-président du tribunal de Nantes et longtemps membre du bureau de bienfaisance de Nantes où il a aussi une réunion hebdomadaire87. Le fonctionnement de cette commission administrative est calqué sur celui des commissions des hôpitaux.

48D’une certaine manière, les positions défendues par les administrateurs de la Société reflètent l’idéologie d’une partie des classes dirigeantes de la ville, en phase avec les représentations des préfets qui se succèdent à la tête du département. Les divers discours et la pratique des administrateurs confirment ce que nous avons vu pour la question de l’assistance : dès le début du siècle, les notables nantais et sans doute une bonne partie de la population considèrent que la société doit organiser le traitement de la mendicité par l’assistance mais aussi par une certaine forme de répression. L’évolution que nous constatons dans la population reçue et dans le rôle que les administrateurs assignent à la Maison montre cependant une certaine évolution des mentalités. La répression devient progressivement secondaire. Si, à l’origine, la Maison est créée pour rendre possible la répression tout en ayant un caractère d’assistance pour les vieillards et invalides, à la fin du siècle, elle n’est plus qu’un hospice, l’aspect répressif ayant disparu. Il est possible de faire le rapprochement entre ces conceptions de la mendicité et le développement économique de la région nantaise où l’industrialisation entraîne des transformations qui nécessitent dans certains cas l’appel à de la main-d’œuvre extérieure à la région ou qui, au contraire, laissent momentanément une partie de la population sans travail. Une bonne partie des mendiants et des vagabonds est constituée par cette armée industrielle de réserve. Les notables qui œuvrent au développement de la Maison de Saint-Joseph sont conscients de cette situation et se rendent compte que la mendicité de ce nouveau genre n’est pas la même que la mendicité d’Ancien Régime. Progressivement, les mendiants leur apparaissent davantage comme des exclus du progrès que comme des fainéants ; en conséquence, la Maison, plus qu’un établissement coercitif devient un établissement d’assistance.

49Cependant, s’ils sont en phase avec les idées dominantes jusque dans les années 1880, nous pouvons considérer qu’ensuite, ils prennent un certain retard. Leurs conceptions religieuses les amènent à défendre le développement d’établissements du type de Saint Joseph - moyen d’exercer une charité privée rationnelle - sans poser la question de la mise en place de systèmes d’assistance sociale généralisée. En cela, ils sont bien les héritiers de la bourgeoisie libérale du siècle. Sans que jamais il n’y soit fait allusion, la défense et l’extension de Saint-Joseph est une prise de parti social et politique, voire culturel. Aux tenants d’une république laïque qui commencent à avancer les principes de l’assistance systématique de certaines catégories de victimes (accidentés du travail, vieillards, infirmes...), ils opposent leur conception de la bienfaisance où l’on peut faire la distinction entre ceux qui méritent l’assistance et ceux qui n’en sont pas dignes.

Les finances de la Société pour l’extinction de la mendicité dans la ville de Nantes

50La question du financement a déjà été évoquée à propos du statut de la Société et des conséquences juridiques qui en découlaient. Bien sûr, cet aspect est déterminant car, de l’argent récolté dépendent les locaux, leur état, le mobilier, le linge, les vêtements, la nourriture et le nombre des personnes hébergées ou employées par la Maison de travail. À l’origine, les recettes proviennent des souscriptions, des dons faits à l’établissement, d’une subvention du conseil municipal de Nantes, du produit du travail des administrés ; en 1833, le conseil général de Loire-Inférieure décide de verser une subvention à condition que le département ait son quota d’admis à la Maison.

Les souscriptions permettent le démarrage de la Société

51Ange Guépin constate en 1835 que l’enthousiasme du début semble avoir faibli :

  • 88 . A. Guépin, E. Bonamy, Nantes au xixe siècle, Nantes, 1835, p. 569.

« Le fait est que le produit s’éleva à 40 000 francs pour chacune des trois premières années. Maintenant, on se contente d’adresser des lettres aux anciens souscripteurs, et soit par cette raison, soit pour tout autre motif le produit est tombé à 4 000 francs par an »88.

  • 89 . ADLA 2X501, assemblée générale du 7/4/1846.
  • 90 . ADLA 2X500, assemblée générale du 31/5/1871. Rapport d’Angebault.
  • 91 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.
  • 92 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/4/1898.

52Plutôt que verser des souscriptions régulières d’un montant élevé, certaines personnes charitables préfèrent faire des dons ou des legs ce qui peut expliquer la chute des souscriptions annuelles qui apparaissent comme un engagement alors que les dons ponctuels laissent davantage de liberté aux donateurs. Selon leurs moyens financiers ou les résultats de la Maison, ces derniers peuvent ainsi varier leurs aides. Au cours du siècle, les souscriptions continuent mais sont très inégales. En tête viennent le plus souvent des personnalité de premier plan. Ainsi, pour 1846, relève-t-on une centaine de souscripteurs, le Préfet venant en tête avec soixante francs suivi de Mgr de Hercé (évêque de Nantes), Marion de Procé, président de la Société et le général Marion qui versent trente francs chacun89. À la fin du second Empire, les souscriptions semblent mieux rentrer et les visites de l’établissement semblent faire bonne impression sur les souscripteurs90. Ainsi, en 1868, le président de la Société, M. Angebault, se félicite-t-il de ce que les travaux de la chapelle de la Maison aient été soldés grâce à de nouveaux souscripteurs91. À la fin du siècle, non seulement les souscriptions rentrent assez facilement mais certains font des souscriptions extraordinaires tel le peintre Élie Delaunay qui souscrit pour 1 000 francs en 189792.

Les subventions doivent prendre le relais

  • 93 . ADLA 2X497, assemblée générale de la Société du 26/10/18.32.
  • 94 . ADLA 2X500, commission administrative du 17/8/1835. Voir aussi 2X497, assemblée générale de la So (...)
  • 95 . ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866.

53Après trois années de fonctionnement, la baisse importante des souscriptions amène les administrateurs à s’adresser aux diverses autorités. Selon eux, en effet, « cette chute n’intéresse pas seulement les sentiments philanthropiques de nos magistrats, elle doit exciter la sollicitude sous le rapport de la tranquillité publique. C’est au nom de celle-ci que nous devons les prier de nous aider »93. Les arguments convainquent la municipalité de Nantes qui verse une subvention de 10 000 francs (plus la prise en compte du loyer de 2 500 francs) à partir de 183494. Cette somme augmente très lentement, atteignant 14 000 francs en 186595. Le Ministre de l’Intérieur constate alors avec les administrateurs de la Maison que :

  • 96 . ADLA 2X497, lettre du Ministre de l’Intérieur au Préfet du 26/6/1866.

« depuis l’établissement de la congrégation des Petites Sœurs des Pauvres à Nantes, les libéralités faites à son profit [c’est-à-dire à la Maison de travail] sont de plus en plus rares et si la ville ne consent à porter au chiffre de 25 000 francs l’allocation qu’elle accorde à la maison de secours, celle- ci se verra dans l’impossibilité absolue de tenir ses engagements »96.

  • 97 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/6/1874.

54Ils doivent cependant patienter jusqu’en 1874 avant de voir cette requête aboutir97.

  • 98 . ADLA 2X497, assemblée générale de la Société du 1/6/1838, lettre de la commission administrative (...)
  • 99 . ADLA 2X497, lettres de la commission administrative au Préfet des 15/6/1840, 23/9/1848 et 3/4/188 (...)
  • 100 . ADLA 2X497, lettre du Préfet à la commission administrative du 11/9/1885 et lettre de la commissi (...)

55À partir de 1833, le conseil général de Loire-Inférieure verse une subvention annuelle de 8 000 francs en échange de l’hébergement de vingt- cinq indigents puis de 10 000 francs pour trente indigents98. Malgré de nombreuses demandes d’augmentations, en particulier pendant les périodes de crise économique, la subvention reste la même et ce n’est qu’en 1880 que le Conseil général porte son aide à 15 000 francs contre l’augmentation du nombre de lits pour des pauvres du département dans la Maison de travail, de trente à quarante99. Cette aide passe à 20 000 francs en 1885 pour soixante lits100.

Les dons et les legs sont aussi importants que la subvention départementale

56Les dons et legs, ne pouvant être estimés par anticipation, sont considérés comme des recettes extraordinaires. En cas d’extrême urgence, les autorités participent à ces aides exceptionnelles mais ce sont les versements privés qui représentent la plus importante recette de ce type.

Les versements publics exceptionnels

  • 101 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 24/7/1841.
  • 102 . ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866 ; assemblée générale des 5/7/1869. 10/6/1874 e (...)

57Il arrive que la ville de Nantes, le département de Loire-Inférieure et l’État fassent des versements exceptionnels lorsque la situation de la Maison est très difficile. Ainsi, en 1840, alors que la Maison est en déficit depuis plusieurs années, la ville de Nantes verse 1 000 francs et le Conseil général 2 000101. Ce don du département semble être le seul malgré les diverses demandes des membres de la Société. Cette attitude peut s’expliquer aisément par le fait que l’établissement a essentiellement une action dans la ville de Nantes. De son côté, Nantes réitère ces allocations extraordinaires à plusieurs reprises. On peut relever les dons de 5 000 francs en 1865, 2 000 francs en 1868, 3 000 francs en 1873 pour compenser l’augmentation du prix du pain, 5 000 francs en 1876102.

  • 103 . ADLA 2X497, assemblée générale de la Société du 26/10/1832
  • 104 . ADLA 2X497, lettres de la commission administrative au Préfet des 9/8/1847 et 23/9/1848.
  • 105 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 31/7/1850 ; 2X500, assemblée géné (...)

58Les aides de l’État, sont, elles aussi ponctuelles. Le premier don du ministère de l’Intérieur date de 1829 et a pour but d’encourager la nouvelle Société103. En 1847, la Société sollicite du ministre une aide de 10 000 francs sur le crédit de deux millions de francs dont il dispose pour les établissements de bienfaisance et en obtient 2 000104. Elle obtient à nouveau un secours gouvernemental de 2 400 francs en 1849105.

  • 106 . ADLA 2X500, assemblées générales des 5/6/1872 et 10/6/1874.

59Les autorités rechignent à ces versements exceptionnels et n’aident qu’en cas d’extrême urgence. Lorsque les assises financières de la Société sont plus solides grâce aux dons privés, les aides publiques se font plus rares malgré les demandes des administrateurs. Ainsi, lorsqu’en 1872, la Maison s’agrandit afin de recueillir et soigner des aveugles, la Société sollicite en vain les autorités municipale et départementale espérant qu’elles « ne voudront pas laisser à l’initiative privée seule, la gloire d’avoir rendu un pareil service à notre département et à notre ville »106.

Quêtes, aumônes, dons et legs privés

  • 107 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869.

60Dès la fondation de la Société, les autorités autorisent les quêtes de deux membres de la Maison à la porte de chaque église de Nantes. Afin d’éviter tout abus, les quêteurs sont porteurs de boîtes de fer blanc fermées par un cadenas107. On voit que les administrateurs n’ont pas une confiance aveugle envers leurs pensionnaires. À côté de ces aumônes, on trouve les dons ou legs de notables nantais ou de familles aisées. Les résultats de ces deux formes de dons sont donc assez inégaux.

  • 108 . ADLA 2X501.
  • 109 . ADLA 2X500, assemblée générale de la Société du 14/7/1862.
  • 110 . ADLA 2X500, assemblées générales des 5/7/1869 et 18/5/1889.
  • 111 . ADLA 2X500, assemblée générale du 28/4/1870.
  • 112 . ADLA 2X497, lettres de la Supérieure au Préfet des 24/7/1854, 20/8/1855, 29/7/1864. Nantes verse (...)
  • 113 . ADLA 2X500, assemblée générale du 31/5/1871.

61Concernant l’aumône, les résultats des années 1839, 1840 et 1844 montrent que les gens ont davantage tendance à verser aux portes des églises ou à la Maison l’hiver que l’été, peut-être parce que la détresse semble plus difficile à supporter à ce moment-là ou que certaines cérémonies religieuses incitent davantage à l’aumône tel Noël108. Selon ces données, la collecte a tendance à baisser ce que semblent confirmer les administrateurs. Ainsi, en 1862, le président Marion fait-il remarquer que les quêtes aux églises ont rapporté moins que les années précédentes bien que les curés recommandent à leurs paroissiens de donner pour la Maison109. À la fin des années 1880, ces quêtes aux portes des églises ne rapportent plus que 7 à 8 francs par dimanche alors qu’à l’origine elles rapportaient 30 à 40 francs110. Pour les administrateurs, les raisons d’une telle situation sont de deux ordres. Tout d’abord, une charité mal ordonnée amène certains à faire l’aumône à n’importe qui, ce qui encourage la mendicité tout en retirant des fonds potentiels à la Maison111. Il semble donc que toute la population ne soit pas totalement convaincue par le traitement de la mendicité mis en place par une institution du type de Saint-Joseph et préfère l’aumône traditionnelle dans laquelle la relation au pauvre est directe. La seconde raison de cette désaffection d’une part de la population vis-à-vis de Saint-Joseph est la concurrence d’autres associations charitables, au premier rang desquelles les Petites Sœurs des Pauvres qui ont créé un asile pour les vieillards à Nantes en 1849. Cet asile ne reçoit que peu d’aides de la ville de Nantes ou du Département, aussi une partie de la charité chrétienne se tourne-t-elle vers ce lieu au détriment de Saint-Joseph qui paraît mieux loti112. Cependant, cette œuvre ne semble pas la seule concurrence dérangeante. M. Angebault se plaint du « grand nombre d’œuvres nouvelles qui surgissent de toutes parts et font oublier les anciennes »113.

  • 114 . ADLA 2X500, assemblée générale des 22/4/1868 et 5/7/1869.

62À côté de ces quêtes aux portes des églises, la Maison dispose de troncs où les personnes charitables peuvent déposer leurs libéralités. Certains dons peuvent être importants. Par exemple, en 1867, quelqu’un dépose 500 francs en or et en 1868, le directeur reçoit 400 francs en billets mais nous sommes ici aux limite de la catégorie de l’aumône et nous nous rapprochons de ce que les administrateurs appellent les dons114.

  • 115 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.
  • 116 . ADLA 2X497, assemblée générale du 26/10/1832.
  • 117 . ADLA 2X497, assemblée générale du 1/6/1838.
  • 118 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877.
  • 119 . ADLA 2X500, assemblée générale du 14/7/1862.
  • 120 . ADLA 2X500, assemblées générales des 28/4/1870 et 7/4/1877 ; BA571/16, assemblée générale du 12/6 (...)
  • 121 . ADLA 2X500, assemblée générale du 20/5/1879. Ceux qui abandonnent officiellement leurs obligation (...)

63Il n’est pas toujours simple de faire la distinction entre dons et legs ce qui peut sembler n’avoir que peu d’importance puisque cet argent entre dans les caisses de la Société plus ou moins tard. C’est le cas jusque vers 1860 mais, à partir de cette date, les dons présentent un avantage certain sur les legs. En effet, si la Maison peut utiliser les premiers comme bon lui semble, les legs doivent être déposés au Trésor et leur capital ne peut être touché, les intérêts seuls étant à la disposition de la Société ce qui amène certains donateurs à verser directement à la Maison afin qu’elle puisse plus facilement profiter de leurs libéralités115. Certains dons émanent de personnalité de tout premier plan telles la duchesse de Berry en 1830 ou la Reine en 1831116. Le plus important versement dont il est fait état par les administrateurs est, en 1838, celui de M. Lelasseur (de Ranzay), d’un montant de 30 000 francs. Or, le statut de la Société à ce moment ne lui permet pas de recevoir cet argent d’où un manque à gagner important puisque cette somme représente les dépenses d’une année de fonctionnement de la Maison117. On peut relever aussi un don de Mademoiselle Bascher qui verse 5 000 francs en 1876118. Ces dons variant pour la plupart entre 100 et 1 000 francs sortent souvent la Maison d’une mauvaise passe car ils sont utilisables immédiatement119. Après 1870, lorsque, afin de créer un asile pour les aveugles, la Société décide d’émettre 500 obligations de 100 francs sans intérêt remboursables sur dix ans par tirage au sort annuel (voir cahier d’illustrations, photo n° 14), une nouvelle forme de donation apparaît puisque certains des souscripteurs renoncent au remboursement de leurs obligations120. Ainsi, en 1878, sur 50 obligations à rembourser, 12 sont le sont effectivement, 21 sont données officiellement et 17 ne sont pas réclamées121.

  • 122 . ADLA 2X500, assemblée générale du 8/4/1897.
  • 123 . ADLA 2X500, Angebault, Maison de travail..., Nantes, 1877.
  • 124 . ADLA 2X500, assemblée générale du 15/6/1863.

64L’essentiel des legs est le fait de notabilités nantaises participant en général à la bienfaisance d’une manière ou d’une autre. Beaucoup ont été actifs dans la Société en tant qu’administrateurs ou sont de la famille des administrateurs. Le total des legs de 1845 à 1899 s’élève à 538 000 francs, soit une moyenne annuelle de presque 10 000 francs ce qui correspond à la subvention du conseil général mais dont le capital ne peut être touché. Les versements sont de 8 000 francs en moyenne par donateur mais la répartition est très inégale. À côté de legs d’un montant très élevé, 100 000 francs en 1896 par Madame Peccot par exemple122, dominent les sommes inférieures à 1 000 francs, somme qui donne l’accès au statut de bienfaiteur. S’agissant de legs, il est logique que les sommes les plus basses soient déjà conséquentes, les plus faibles étant de 200 francs. Le principal bienfaiteur de la Maison est M. Lorette de la Refoulais auquel on peut adjoindre sa femme puisqu’ils apparaissent tous les deux en tête des bienfaiteurs de la Maison123. Outre les bâtiments d’une valeur de 130 000 francs qu’il offre à la Société en 1847, il fait deux legs d’une valeur totale d’environ 40 000 francs124. L’importance de ce personnage est soulignée aux yeux des pensionnaires et des visiteurs par la pose, en 1889, dans le parloir principal de la Maison d’un portrait de M. Lorette au bas duquel on peut lire :

  • 125 . ADLA 2X500, assemblée générale du 18/5/1889.

« Par le don magnifique de cette Maison et des terrains dits : Tenue des Orphelins, qui en dépendent, LORETTE DE LA REFOULAIS en ouvrant un Asile à la Vieillesse indigente a mérité la Reconnaissance des Pauvres et l’estime de ses Concitoyens »125.

  • 126 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/4/1898.
  • 127 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877.
  • 128 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.
  • 129 . ADLA 2X500, assemblée générale du 28/4/1870.

65Les dons en nature sont beaucoup plus difficiles à évaluer et couvrent plusieurs domaines : alimentation, vêtements, linge, matières premières pour le travail des pensionnaires. Parmi les donateurs, on peut noter les noms de grands négociants ou industriels nantais tels Lemarchand, Cossé, Perdriel et Chancerelle qui fournissent du sucre ou du poisson salé par exemple126. Les Cassegrain fournissent gratuitement des quantités de pâté ou de « débris » de porc127. Des économies de combustible peuvent aussi être faites grâce aux dons de mottes de tan qui remplacent en partie le bois ou le charbon utilisés pour chauffer les lessiveuses et les fourneaux des cuisines128. En outre, une partie de l’équipement de la Maison est donnée par les bienfaiteurs qui recommandent un pauvre, l’habitude étant qu’ils fournissent un lit en fer129. À cela s’ajoute le produit du travail des pensionnaires dont nous reparlerons plus loin.

66Même si les ressources privées ne sont pas négligeables, elles ne représentent qu’un tiers des fonds disponibles, rendant les subventions municipales et départementales fondamentales pour la Maison. En cas de besoin extraordinaire, il faut utiliser les excédents des années précédentes mais il est fréquent que les années soient déficitaires avant 1870 et dans ce cas, seules les aides exceptionnelles de la ville de Nantes ou du Département peuvent sortir la Maison d’une mauvaise passe. Ces déficits sont principalement dus aux hausses des dépenses alimentaires les mauvaises années. Il semble, néanmoins, que la situation aille en s’améliorant après les années 1870, les déficits étant moins nombreux et moins marqués et les années au solde positif étant plus nombreuses ; cette impression est corroborée par l’augmentation du nombre des lits et l’ouverture de nouveaux soins ainsi que par les améliorations du cadre de vie, domaine auquel nous allons nous intéresser maintenant.

La vie à la Maison de Saint-Joseph

Le personnel encadrant

67Le nombre de personnes employées dans la Maison est essentiellement fonction du nombre de pensionnaires. On peut distinguer deux catégories de personnes : les employés rémunérés et ceux qui exercent gratuitement leur charge.

  • 130 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838.
  • 131 . Angebault, Maison de travail..., p. 4.
  • 132 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

68Le personnel salarié est composé du directeur, des sœurs, d’un portier et d’un agent. Le directeur, logé avec sa famille dans une partie de la Maison gagne 1 200 francs par an et n’est ni nourri ni meublé130. Après 1878, tout laisse croire que c’est la Supérieure des religieuses de l’établissement qui assure cette charge131. Celle-ci est responsable de la surveillance générale, de la correspondance, des réceptions de pensionnaires, du service du culte, des rapports avec l’aumônier ou le directeur, de l’administration intérieure et de tout ce qui concerne le mobilier et les provisions de la Maison132.

  • 133 . ADLA 2X500, assemblée générale du 20/4/1880.
  • 134 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 24/3/1838.
  • 135 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838 ; assemblées générales (...)
  • 136 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869.
  • 137 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/5/1865.

69Les religieuses sont les Sœurs hospitalières de la Présentation de fours dont l’emploi est justifié d’un point de vue moral par les administrateurs de la Maison. « Une autorité douce, paternelle, une bienveillance et une charité constante sont l’apanage des établissements tenus par des religieuses qui ne travaillent pas pour la terre mais dans un but plus élevé »133 écrivent-ils par exemple en 1880. Même si cet aspect est indéniable, les administrateurs étant souvent des chrétiens convaincus, la question financière n’est pas étrangère non plus à ce choix logique en un temps où les hospices publics eux-mêmes font appel aux religieuses. Les sœurs sont logées, blanchies, chauffées, éclairées pour 1 800 francs et sont assistées d’une servante payée 270 francs134. De quatre à l’origine, leur nombre passe à dix dans les années 1860 pour atteindre dix-neuf en 1886135. Aidées de pensionnaires, elles s’occupent de la nourriture, du linge, du ménage, du jardin et de la porterie après la mort du concierge en 1868136. Elles soignent les pensionnaires lorsqu’ils sont malades et surtout les encadrent dans leurs travaux et, bien qu’elles soient assez âgées et pas toujours bien portantes, chacune se charge d’une cinquantaine de personnes137.

  • 138 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 24/3/1838 ; assemblée générale du (...)
  • 139 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869.

70Le portier ne reçoit que 124 francs par an mais est nourri et logé ainsi que sa femme138. À sa mort en 1868, ce poste est supprimé car il semble qu’il ne satisfaisait pas totalement les administrateurs ; en effet, le président Angebault considère que grâce à son remplacement par une ecclésiastique « la Maison y gagnera donc, et sous le rapport de l’ordre et sous celui de l’économie »139.

  • 140 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 26/12/1832 ; 2X500, lettre de la (...)
  • 141 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/11/1853.
  • 142 . ADIA 2X501, commission administrative du 29/11/1854.
  • 143 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.
  • 144 . ADLA 2X500, assemblée générale du 14/7/1862.

71Dès 1832, les administrateurs de la Maison obtiennent du ministre de l’Intérieur l’autorisation d’avoir un agent de police payé 600 francs par la Société dont le travail exclusif est la chasse aux mendiants car les agents de la ville de Nantes sont, selon eux, trop occupés par leur service courant pour être efficaces dans ce genre de répression140. En 1852, selon les administrateurs de la Société, « sa vigilance s’est particulièrement exercée aux portes des églises et des rues avoisinantes ; mais il ne peut être partout à la fois »141. Les églises semblent privilégiées par les mendiants car c’est là que la charité chrétienne a le plus de chances de s’exercer mais on peut voir une seconde explication dans la présence de l’agent sur ces lieux. En effet, comme on l’a vu plus haut, chaque jour deux pensionnaires de la Maison font la quête aux portes des églises avec de moins en moins de succès. Les mendiants non autorisés sont donc une concurrence directe et déloyale à la Maison, concurrence qu’il faut faire disparaître. L’agent Jousset semble efficace puisque, en 1853, il arrête 329 mendiants dont 135 sont poursuivis par la justice,141 chassés de Nantes, les 53 restants étant sans doute pris en charge par la Maison142. Il est ensuite remplacé par le « sieur Landrazin, ancien militaire, qui remplit, [...] les fonctions de sergent de ville attaché à la Maison, par arrêté de M. le Préfet du 10 novembre 1855 »143. En 1860, ce dernier arrête 183 personnes, la plupart venant de Basse-Bretagne144. La baisse du nombre d’arrestations est sans doute due à la diminution du nombre de mendiants puisqu’il semble que ce garde arrête systématiquement tous les mendiants et que, selon de nombreux rapports, le début des années 1850 a été particulièrement riche en délits de mendicité et vagabondage.

  • 145 . ADLA 2X500, assemblées générales des 5/6/1872. 10/6/1874, 1 1/5/1885 et 17/5/1887.
  • 146 . ADLA 2X500, assemblée générale du 3/6/1875.

72Le personnel non salarié comprend les médecins et l’aumônier. Les six médecins bénévoles qui visitent quotidiennement et à tour de rôle les pensionnaires semblent attachés à la Maison toute leur vie professionnelle. C’est le cas du docteur Thomas Maisonneuve qui est à la fois administrateur et médecin de la Maison pendant trente-deux ans, du docteur Herbelin qui officie trente ans, du docteur Lequerré qui meurt en 1884 après quarante-quatre ans d’activité ou encore du docteur Lehoux qui meurt en 1886 après trente-deux ans de services145. Lorsque la Maison s’agrandit pour soigner des aveugles à partir de 1874, le docteur Dianoux, spécialiste des yeux vient s’adjoindre146. Seul à officier dans ce domaine, il est présent quotidiennement à la Maison et a donc un statut différent de celui de ses confrères.

  • 147 . ADLA 2X500, assemblée générale de 1839. En cela, la Maison ne se distingue pas des hospices publi (...)
  • 148 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838 ; à l’origine, l’aumôni (...)

73L’importance du médecin des âmes n’est pas moindre. En effet, pour les administrateurs de la Société, outre le travail, « le moyen le plus puissant pour obtenir et assurer le bon ordre dans la maison [est...] appeler la religion à y remplir la place qu’elle doit avoir dans toute Société bien organisée »147. Un aumônier dit la messe trois fois par semaine dans la chapelle de la Maison, assiste tous ceux qui désirent ses secours spirituels et donne des rudiments d’instruction religieuse aux pauvres de la Maison148. Les administrateurs ont tout lieu de se réjouir de son activité et en 1853, le président Marion remarque que :

  • 149 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/11/1853.

« les sages conseils de l’aumônier, la reprise de leurs devoirs religieux, dont beaucoup avait abandonné la pratique, inspirent et entretiennent le calme chez ceux-là mêmes qu’on aurait cru d’abord disposés à l’impatience et à l’irritation »149.

Les administrés

Les divers groupes d’administrés et les capacités d’accueil de la Maison

74La Maison a été créée pour éteindre la mendicité à Nantes, c’est-à-dire, d’une part pour accueillir les mendiants et, d’autre part recevoir ceux qui mendieraient si l’établissement n’existait pas. Aux mendiants proprement dits viennent donc s’ajouter des vieillards invalides mais cette ambivalence de la Maison est levée progressivement. Dès les années 1870, même si à ce moment elle est encore considérée comme un dépôt par la justice et si son président se refuse à admettre l’évolution qui se dessine, elle s’apparente à un hospice privé ce que confirme la décision d’étendre son activité aux malades des yeux après 1874.

  • 150 . ADLA 2X500, assemblée générale de 1839.
  • 151 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/3/1859. La Société aurait dépensé alors 36 000 francs pour ce (...)

75La Maison reçoit les mendiants arrêtés à Nantes par l’agent, ceux qui sont envoyés par le tribunal correctionnel, ceux qui sont envoyés par le département ainsi que les volontaires. Ces derniers doivent produire un certificat d’indigence visé par le commissaire de police et la dame de charité du bureau de bienfaisance de leur quartier. La personne prise en charge est alors hébergée dans la Maison ou secourue à domicile, comme par le bureau de bienfaisance, lorsqu’il s’agit de dénuement passager. La Société peut fournir du pain pour 12 à 14 francs par mois ou payer le loyer à condition que la personne ne mendie pas, ce qui doit être confirmé par une attestation du commissaire de police du quartier150. Ce système fonctionne jusqu’en 1855 mais, peu satisfaite des résultats de ces aides à domicile, la Société décide de les supprimer afin de consacrer tous ses revenus à l’établissement151. À partir de cette date, tous sont donc pensionnaires de la Maison.

  • 152 . ADLA 2X497, discours du Préfet du 4/1/1829. ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1840.
  • 153 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1840.
  • 154 . ADLA 2X500, commission administrative du 17/8/1835.

76L’enquête originelle avait fait penser que les besoins étaient inférieurs à 150 places si l’on ne prenait en compte que les mendiants nés ou domiciliés à Nantes depuis au moins deux ans mais la Maison qui héberge environ 120 pauvres en 1830 voit leur nombre monter à 180 en 1840152. La première raison de cette augmentation est que « le nombre des besogneux semble augmenter en proportion des moyens de secours que la bienfaisance vient à leur offrir »153. Mais les administrateurs constatent de plus que « la population a sensiblement changé de nature depuis la fondation de l’établissement »154. En effet, la Maison accueille de plus en plus de vieillards infirmes qui ne trouvent pas de place à l’hospice dont ils relèvent. Par exemple, dans les années 1840 l’attente à l’entrée de Saint-Jacques est de quatre à cinq ans :

  • 155 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1840.

« Dans cet intervalle, la mort vient éclaircir leurs rangs mais parmi les survivants, bon nombre de ces infortunés fatigués d’une vaine et longue attente, pressés d’ailleurs par le besoin de se délivrer du souci de chercher péniblement à gagner leur vie, impatients du repos et sachant que s’ils mendient publiquement, ils seront arrêtés, condamnés et conduits ensuite à la Maison de Saint-Joseph, [...] se décident à demander l’aumône, recherchent à cet effet la rencontre d’un garde-ville et s’applaudissent d’avoir gagné par quelques jours de prison, dont ils surmontent l’humiliation un asile tranquille et assuré pour la fin de leurs jours qui pour la plupart serait advenue avant le tardif instant de leur admission à Saint-Jacques »155.

  • 156 . Id.
  • 157 . ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866.
  • 158 . 18 octobre 1798.
  • 159 . ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866.

77Ainsi, en 1839, 87 des 100 entrées à la Maison font suite à une condamnation du tribunal correctionnel, la plupart de ces personnes étant inscrites sur les listes d’attente de Saint-Jacques. Au total 71 des pensionnaires de la Maison sont inscrits, cette année-là, à Saint-Jacques156. L’ambiguïté du statut de la Maison explique aisément ce comportement des vieillards sans abri. La Maison dont le but est l’extinction de la mendicité se doit d’accueillir tous les mendiants envoyés par le tribunal puisque seul cet accueil permet à la justice de réprimer l’ensemble de la mendicité. Un refus entraînerait la fin de la répression et la fin des soutiens à la Maison donc la fermeture de cette dernière. Dans les moments de crise économique et d’extension de la mendicité, le nombre de personnes à secourir et à accueillir est donc nettement supérieur aux capacités d’accueil de l’établissement. Ce rôle de substitut amène à plusieurs reprises les administrateurs à rappeler que le but de la Société n’est pas respecté et que, d’après les lois en vigueur, c’est aux hospices de recevoir « les infirmes et les vieillards qui sont domiciliés dans la commune et qui ne peuvent plus travailler »157. Ces établissements reçoivent d’ailleurs des fonds spécifiques, à l’instar des bureaux de bienfaisance (lois du 27 vendémiaire an VII158 et décret du 17 mai 1809)159. Malgré toutes les récriminations, selon le président Marion, en 1859, la Maison :

  • 160 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/3/1859.

« est devenue et devient chaque jour un auxiliaire à l’hospice général de Saint-Jacques et à la Maison des Petites Sœurs des Pauvres qui sont les seuls refuges des vieillards infirmes et incurables, refuge dont l’insuffisance devient de jour en jour manifeste et plus déplorable »160.

  • 161 . ADLA 2X500, assemblée générale du 18/5/1889.
  • 162 . Id.

78Le nombre de condamnés par le tribunal correctionnel, sans complètement disparaître, diminue fortement pour, sans doute, disparaître après 1884, date à laquelle le tribunal correctionnel de Nantes ne considère plus la Maison comme un dépôt. En 1889, le président Bureau prend acte de ces évolutions et s’il considère que « pour combattre sérieusement la mendicité et le vagabondage, il est bien difficile de trouver mieux que ces asiles [comme la Maison] »161 c’est parce que dans son esprit, il faut multiplier les mesures de prévention, en particulier vis-à-vis des vieillards et invalides qui souvent ne peuvent être pris en charge par leur famille elle-même indigente. Il constate d’ailleurs à propos des pensionnaires de la Maison que « tous ces pauvres sans exception sont de vieux ouvriers, des hommes ou des femmes infirmes, et ce personnel représente ce qu’on peut appeler en toute vérité les invalides du travail »162.

  • 163 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869.
  • 164 . ADLA 2X500, assemblée générale du 28/4/1870.
  • 165 . ADLA 2X500, assemblées générales des 5/6/1872 et 3/6/1875.
  • 166 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877.

79En 1869, le président propose d’ouvrir la Maison à un nombre relativement important d’aveugles (de 20 à 40)163. Le principe retenu en 1870, la Société finance les travaux en prenant 15 000 francs sur ses fonds et en émettant 500 obligations à 100 francs sans intérêt, remboursables en dix ans par tirage au sort annuel (5 000 francs) à partir de 1872164. La section des soins ophtalmologiques, ouverte en 1874, accueille des aveugles qui n’ont pas d’autre infirmité165. Dès la première année, le nombre de lits est insuffisant ; ils passent de 20 à 25 et la commission administrative propose de les augmenter à 30166. L’ouverture de cette section prouve bien l’évolution progressive de la Maison vers un statut officieux d’hospice privé et les administrateurs, en adoptant cette décision, montrent qu’ils en sont conscients malgré les dénégations de leur président.

80L’évolution du nombre d’administrés n’a guère de rapports avec les besoins réels, même si à l’origine la capacité d’accueil avait été calculée en fonction des besoins — sous-estimés — de la ville de Nantes. De plus, ce nombre dépend aussi du type de personnes que la Maison choisit d’héberger. De 1829 à 1897, on peut distinguer trois phases. Les dix premières années voient une augmentation constante du nombre de personnes prises en charge - de 75 à 150 - avec des années exceptionnellement élevées. C’est la période où les renseignements sont les plus imprécis, les administrés étant quelquefois confondus avec les pensionnaires alors qu’il y a des secourus à domicile. Nous n’avons pas de données pour les années 1841- 1851, période de transition. Lors de la deuxième phase (1852-1876), à l’exception de quelques pics particulièrement élevés (1859-1860), le nombre d’administrés est stable, avoisinant les 250. La troisième phase, après 1877, alors que l’établissement est ouvert à une trentaine d’aveugles, montre l’accueil d’environ 300 personnes.

Sociologie des pensionnaires : les hommes sont les plus nombreux

  • 167 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/3/1859.

81Les administrateurs essaient à diverses reprises de faire le bilan des personnes qu’ils ont admises dans l’établissement. De 1829 à 1857, la Maison reçoit 2 180 personnes qui se divisent en 1 150 hommes et 1 030 femmes, situation étonnante car en général les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans ce type d’établissement167. 883 personnes sont décédées dans l’établissement soit 40 % du total, taux très important mais qui peut s’expliquer par l’âge élevé des personnes reçues et par le fait que beaucoup de ces pensionnaires restent jusqu’à la fin de leur vie, certains sortant, néanmoins, après un séjour plus ou moins long dans la Maison.

  • 168 . ADLA 2X500, recensement de 1851.

82Jusqu’en 1855, la Société a deux sortes d’administrés, les pensionnaires et les secourus à domicile. Les statistiques n’indiquent pas expressément quel groupe est concerné. Le recensement de 1851 nous permet cependant de connaître la répartition par âge et par sexe de l’ensemble des administrés. La moyenne d’âge des hommes s’établit à 62 ans contre 59 pour les femmes. Si les 60-70 ans sont les plus nombreux, 49 % des hommes et 30 % des femmes, les tranches d’âges plus jeunes ne sont pas négligeables puisque les moins de 50 ans représentent 10 % des hommes et 18 % des femmes. Ces dernières, plus présentes chez les jeunes, le sont aussi chez les plus âgés ; ainsi, un seul homme a plus de 80 ans alors que les femmes sont huit dans ce cas168.

  • 169 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868
  • 170 . ADLA 2X500, assemblées générales des 28/4/1870 et 31/5/1871.

83La distinction entre les mendiants stricto sensu et les vieillards n’est pas toujours faite. Une statistique pour l’année 1867 montre néanmoins que les vieillards sont admis au-dessus de 65 ans. Ils sont 155 au 31 décembre 1867, alors que les mendiants sont 102 (40 %). Pour ces derniers nous n’avons pas de précisions. Quant aux vieillards, 27 % ont entre 65 et 70 ans, 48 % entre 70 et 75 ans, 25 % plus de 75169. Pour les années 1869 et 1870, les mendiants sont considérés en bloc dans les moins de 65 ans et représentent encore 40 % du total, 75 % ayant moins de 60 ans170.

  • 171 . ADLA 2X500, assemblées générales des 10/6/1874 et 7/4/1877.

84En 1873, les pensionnaires issus d’une condamnation du tribunal correctionnel représentent le quart des administrés alors qu’en 1876 seulement 28 des 277 administrés (10 %) sont envoyés par le tribunal correctionnel171. Cette baisse s’explique par les problèmes légaux que le tribunal se pose quant à l’application du Code pénal et anticipe peut-être sur la renonciation de 1884 à considérer la Maison comme un dépôt de mendicité.

85En ce qui concerne l’origine géographique des mendiants, nous disposons de données sporadiques. En août 1835, près des 3/4 des 122 administrés de la Maison sont originaires de Loire-Inférieure, les Nantais représentant à eux seuls près du quart de l’ensemble, situation logique si l’on considère les statuts et le fonctionnement de l’établissement. Les originaires des départements bretons viennent derrière, reflet du mouvement des habitants de ces départements vers la région nantaise. Les autres sont issus principalement de départements limitrophes (Vendée, Maine-et-Loire) ce qui suggère un autre courant migratoire.

  • 172 . ADLA 2X501, commission administrative du 29/11/1854.
  • 173 . ADLA 2X500, assemblée générale du 18/5/1889.

86Dix-neuf ans plus tard, la répartition n’est pas fondamentalement différente. Les administrés issus du département sont alors un peu moins nombreux qu’en 1835 alors que les autres Bretons le sont davantage (28 % contre 13 %)172. Il est possible que cette évolution soit le résultat d’une augmentation des flux vers la région nantaise. De plus, certains mendiants qui n’étaient pas susceptibles d’être admis à la Maison en 1835 car n’étant pas assez anciennement installés dans la ville, sont devenus des résidents et à ce titre peuvent être désormais admis. Selon les administrateurs de 1889, sur 2 000 entrées en dix-sept ans, 22 % étaient nés à Nantes, 40 % dans les communes du département, 18 % en Basse-Bretagne (Morbihan, Finistère et Côtes-du-Nord), 20 % dans le reste de la France173. On retrouve donc des proportions proches de celles de 1854.

87Le recensement de 1851 nous donne la répartition des métiers par sexe. Nous retrouvons les métiers déjà vu lors des enquêtes et des recensements concernant les indigents. Les métiers peu qualifiés dominent l’ensemble, chez les hommes, les manœuvres venant en tête avec 1/5 des effectifs ; le fait que nous ayons une population urbaine, récente le plus souvent, explique que le nombre de cultivateurs ou de journaliers soit seulement de l’ordre de 15 %. Derrière viennent les professions fragiles, le textile en particulier mais aussi les métiers du bâtiment et, liés à la situation de Nantes, les marins et gabariers.

88Pour les femmes, la constatation est la même, les internées de la Maison sont à l’image des indigentes en général. Les métiers du textile viennent largement en tête avec plus du tiers des effectifs, suivies des cultivatrices. La remarque déjà faite pour les cultivateurs vaut pour les femmes. Derrière, nous retrouvons les domestiques et les lingères comme pour les indigentes en général ainsi qu’une proportion non négligeable de marchandes.

  • 174 . Id.
  • 175 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1892.

89Selon le bilan de 1889, sur 1 000 administrés, 83 % venaient de professions « exigeant toutes un temps plus ou moins long d’apprentissage »174 les autres étant manœuvres ou terrassiers mais cela ne nous informe guère sur le degré réel de qualification de ces métiers, car il est bien évident que tout emploi nécessite un apprentissage d’une certaine durée. En 1892, le président Bureau revenant sur la composition professionnelle relève 49 professions différentes chez les 185 hommes présents au 31 décembre 1891, la répartition ne différant guère de celle de 1851175.

Les conditions de vie à la Maison

Les locaux de la Maison de travail et de secours

  • 176 . ADLA 2X497, commissions administratives des 10/7/1829 et 19/9/1829.
  • 177 . A. Guépin, E. Bonamy, Nantes au xixe siècle, Nantes, 1835, p. 570 ; Angebault, Maison de travail. (...)

90À partir du 15 septembre 1829, pour 1 250 francs par an, la Société loue l’ancien dépôt de mendicité situé à l’hospice Saint-Jacques176. Elle y reste jusqu’en septembre 1833, date à laquelle elle s’installe dans ses locaux définitifs, la Maison des Orphelins qui hébergea 150 orphelins avant qu’ils ne soient envoyés au Sanitat quai de la Fosse en 1811. Le loyer annuel est de 2 500 francs et aucun impôt sur les portes et fenêtre n’est exigé, cette Maison étant considérée comme un service public. En 1847, M. Lorette de la Refoulais achète l’établissement à l’Hôtel-Dieu pour 130 000 francs et en fait aussitôt don à la Société177. Les locaux évoluent tout au long du xixe siècle grâce à de multiples réparations, embellissements, agrandissements. Le docteur Guépin qui visite l’établissement au tout début de son fonctionnement en donne une description précise :

  • 178 . A. Guépin, E. Bonamy, Nantes au xixe siècle, Nantes, 1835, p. 571-572. L’établissement existe enc (...)

« Cette maison est dans une belle situation, au milieu des vastes tenues qui séparent les rues de Richebourg et Saint-Clément. Une grande cour plantée de tilleuls forme l’entrée. Au bout de cette cour on trouve les bâtiments, qui, outre le logement du directeur, et celui des quatre sœurs de service, contiennent six grandes salles pour les administrés : trois pour chaque sexe. Deux de ces trois pièces servent de dortoirs ; la troisième est la salle de travail. Dès le matin, tout le monde quitte les dortoirs ; personne n’a le droit d’y rester le jour, sauf en cas de maladie. Ce règlement strictement exécuté est absolument nécessaire pour le nettoiement et l’assainissement des salles. Des quatre dortoirs, trois sont exposés au midi, le quatrième au soleil levant. Les salles sont grandes, bien ouvertes ; l’air y est bon. Des draps, une couverture de laine, un traversin, une paillasse, voilà la composition du lit ; l’addition d’un matelas serait bien utile. La salle de travail des hommes est chauffée ; les femmes n’ont pas d’autre feu que leur chaufferette. L’établissement d’un poêle dans cette salle est une amélioration qu’il serait important d’obtenir. Une galerie couverte et deux cours au soleil, une pour chaque sexe, forment le complément nécessaire de l’établissement »178.

  • 179 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/5/1865. M. Nau meurt en 1866. (voir ADIA 2X500, commission ad (...)
  • 180 . ADLA 2X500, assemblée générale du 4/5/1867.
  • 181 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/6/1874.
  • 182 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/6/1874.
  • 183 . ADLA BA571/16, assemblée générale du 12/6/1873.

91Dans les années 1860 la Société fait de gros efforts de construction. Grâce à la charité de M. Lorette de la Refoulais qui a légué 40 000 francs à la Maison, on construit deux nouveaux réfectoires ainsi qu’une nouvelle chapelle dont les plans ont été dessinés par M. Nau (père), architecte et membre de la commission administrative179. Cette chapelle n’est pas seulement destinée aux pensionnaires mais joue un rôle important dans les relations de la Maison avec l’extérieur. Ainsi, pour son inauguration en 1868, l’évêque de Nantes y célèbre-t-il l’adoration du Saint-Sacrement pendant trois jours. Les administrateurs espèrent ainsi faire connaître leur établissement à un grand nombre de personnes et montrer l’efficacité et la place indispensable de la Maison afin de convaincre les souscripteurs éventuels de participer ainsi que de s’assurer le soutien des autorités180. La Société y fait dire des services religieux en souvenir des bienfaiteurs décédés afin de rappeler leurs noms aux différents pensionnaires de la Maison181. Symboliquement, cette chapelle est au centre des bâtiments. L’ensemble des travaux dont la dépense est estimée à 130 000 francs est effectué sans aucune aide des autorités publiques si l’on excepte les subventions ordinaires182. L’ensemble représente une superficie d’environ trois hectares en comprenant les bâtiments, les jardins et les cours plantées d’arbres183.

  • 184 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/5/1865.
  • 185 . ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866 et assemblée générale du 28/4/1870.
  • 186 . ADLA 2X500, assemblée générale du 4/5/1867.
  • 187 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

92Le simple entretien des bâtiments nécessite des sommes importantes. Une part de ces travaux d’entretien est effectuée par les pensionnaires eux- mêmes mais certains ne peuvent l’être que par des entrepreneurs spécialisés. Le manque d’argent fait cependant souvent repousser ces dépenses à la dernière extrémité. Par exemple, en 1865, les administrateurs insistent sur l’urgence de reblanchir et recarreler les dortoirs restés dans l’état de 1830 alors que la maison était une caserne et que seuls les gros murs avaient été épargnés par les militaires184. Ces travaux sont effectués entre 1866 et 1870185. L’année 1870 voit aussi améliorer le service d’hygiène, les lieux d’aisance installés dans la cour permettant la suppression des mauvaises odeurs186. D’autre part, selon les administrateurs, la blanchisserie est « un chef-d’œuvre d’ordre, de goût et d’arrangement qui approche de la coquetterie. Cette vaste pièce excite l’admiration des Dames visiteuses, sans provoquer, toutefois, leur envie par suite de la qualité des tissus »187.

  • 188 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869
  • 189 . ADLA 2X500, assemblée générale du 28/4/1870.

93Les lits, en bois à l’origine, sont progressivement remplacés par des lits en fer mais il faut attendre 1868 pour que tous le soient188. Beaucoup de ceux qui recommandent un pauvre à la Maison - tous les « bienfaiteurs », c’est-à-dire ceux qui ont fait un don supérieur à 1 000 francs ou certains médecins ayant travaillé longtemps pour la Maison, ont ce droit - offrent un lit en fer pour « leur protégé »189.

Vêtements et nourriture.

94Lorsqu’une personne est admise à la Maison, ses vêtements lui sont retirés et elle :

  • 190 . ADLA 2X500, assemblée générale de 1839.

« reçoit en échange l’habit uniforme de la Maison qui se compose d’une veste à manches, d’un gilet et d’un pantalon de laine en hiver et de cotonnade en été. En hiver, les hommes reçoivent comme vêtement supplémentaire une capote et les femmes un manteau qui leur servent de couvre pieds pendant la nuit. Les sabots sont la seule chaussure dans l’établissement »190.

  • 191 . ADLA 2X500, assemblées générales des 4/5/1867, 22/4/1868 et 5/6/1872.
  • 192 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative à l’Impératrice de juillet 1867.
  • 193 . Id.
  • 194 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

95Une partie des vêtements et du linge est fournie par le travail des pensionnaires. Le tout est entretenu soigneusement et la blanchisserie du linge est améliorée lorsqu’en 1867 l’industriel Jusseaume, membre de la commission administrative de la Société, fait don de deux lessiveuses de son invention à la Maison191. Mais les besoins en linge ne peuvent être totalement couverts de cette manière et la Société leur consacre chaque année de fortes sommes Elle essaie aussi d’améliorer le confort de ses protégés en sollicitant les personnalités les plus diverses telle l’Impératrice Eugénie en juillet 1867192. La guerre de 1870 apporte indirectement des aides à la Maison. En effet, dès le début des hostilités, celle-ci devient une ambulance accueillant blessés et malades envoyés par l’administration militaire et, si l’État ou les administrations locales ne fournissent aucune aide, le Comité de l’Œuvre des Militaires de Nantes envoie du linge qui reste ensuite à la Maison193. Son rôle est d’ailleurs reconnu par la Société internationale de secours aux blessés militaires194.

  • 195 . ADLA 2X500, assemblée générale de 1839 ; Angebault, op. cit., p. 14.
  • 196 . Angebault, op. cit., p. 14.
  • 197 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838.
  • 198 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877.
  • 199 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1892.

96D’après le règlement de la Maison, le régime alimentaire est gras quatre jours par semaine. De deux au départ, le nombre de repas quotidien passe à trois195. Ils se composent de soupe maigre et de pain le matin et le soir, de soupe grasse, de pain et de viande les jours gras ou de poisson les jours maigres196. Le pain, de méteil à l’origine, est de froment à la fin des années 1830197. À cette nourriture de base, s’ajoutent les produits qui sont donnés par les bienfaiteurs ou récoltés dans les jardins de la Maison. En 1877, les administrateurs décident d’augmenter la part consacrée à la nourriture afin de diversifier les repas et de distribuer des fruits secs, du fromage, de la mélasse ou du raisiné et à la saison des fruits, des pommes, des fruits rouges ou du raisin. Selon les administrateurs, la quantité est suffisante et, « en résumé, il n’y a pas un seul de nos fermiers, même très à l’aise qui n’enviât pas, pour lui et les siens, le régime alimentaire des pauvres de Saint-Joseph »198. Cette idée revient à diverses reprises sous la plume des administrateurs. En outre, les pensionnaires peuvent améliorer leur ordinaire avec les suppléments vendus à prix coûtants tels que vin rouge, café, eau de vie, chocolat. Après 1890, on ajoute deux goûters et un jour gras supplémentaire soit cinq en tout dont quatre avec de la viande de bœuf. « Combien de ménages ouvriers relativement aisés ne peuvent en dire autant ! »199 interroge à ce sujet le président Bureau en 1892.

  • 200 . ADLA 2X500, assemblée générale de 1854.
  • 201 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/6/1874.
  • 202 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.
  • 203 . Angebault, op. cit., p. 10.
  • 204 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.
  • 205 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.

97La nourriture constitue le premier poste des dépenses de la Maison. Dans le budget de l’année 1854 par exemple, sur 35 930 francs de dépenses ordinaires, 21 600 francs sont prévus pour la nourriture soit 60 % du total dont 14 000 francs pour le pain (65 % des frais de nourriture)200. Cette part importante de l’alimentation dans le budget explique que les administrateurs soient très sensibles aux augmentations des prix des denrées alimentaires et tout particulièrement du pain. Par exemple, les dépenses en pain pour l’année 1873 sont de 24 000 francs alors qu’en 1865 elles étaient de 14 000 francs pour le même nombre d’administrés201. Ce quasi doublement en huit ans ne fait que refléter la tendance générale du siècle même si l’augmentation n’est pas linéaire, les dépenses dépendant à la fois du nombre de pensionnaires qui ne double pas dans le même temps et du prix du kilogramme de pain. Les périodes de crise sont particulièrement difficiles du fait de l’augmentation du nombre d’indigents à héberger et de celle du prix du pain. Tout est mis en œuvre pour faire des économies dans le domaine alimentaire et les administrateurs se félicitent de l’habileté du directeur et de la supérieure dans les marchés qu’ils passent avec les commerçants ainsi que de l’efficacité de la sœur chargée de la cuisine dans la préparation des repas202. Mise à part la nourriture achetée ou issue des dons de personnes charitables, une partie de l’alimentation est produite à la maison dans les jardins « vastes, bien exposés, et très bien entretenus par un personnel dont l’âge seul laisse à désirer, attendu qu’il flotte entre 60 et 80 ans environ »203, jardins qui produisent dans les années 1870 assez de pommes de terre pour la Maison204. On peut aussi noter l’existence de clapiers et d’une porcherie205.

  • 206 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/3/1859.
  • 207 . ADLA 2X500, commission administrative du 9/7/1830, assemblées générales des 22/4/1840, 10/11/1853 (...)

98La gestion la plus économique possible de la Maison amène ainsi à avoir un « prix de journée » relativement bas malgré les hausses sensibles des prix à certains moments. Dans leur bilan de trente ans de gestion en 1859, les administrateurs constatent que les 2 180 pensionnaires ont coûté environ 51 centimes par personne et par jour, dix-sept ans ayant un prix de journée inférieur à 50 centimes par personne et les seules années supérieures à 60 centimes étant 1829 (0,660 et 1849 (0,70f)206. Après 1860, le coût journalier se situe entre 50 et 70 centimes mais, cette augmentation apparente est peut-être due au fait que la Maison n’a plus de secourus à domicile qui faisaient baisser la moyenne avant 1855207. La moyenne des dépenses est dans l’ensemble nettement inférieure celle des hospices de la ville de Nantes.

Travail

  • 208 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838.
  • 209 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 21/11/1847.

99Dès la création de la Société, comme dans les hospices, il est prévu que les pensionnaires travaillent dans la mesure de leurs possibilités. Dans l’esprit des fondateurs, le travail, autant qu’un objectif économique a un rôle moral, celui de préserver les pensionnaires « de l’ennui et du danger de l’oisiveté »208 tout en leur (re) donnant le goût du travail. Par ailleurs, il permet une surveillance plus facile et les administrateurs n’ignorent pas « les dangers de l’oisiveté pour une réunion d’hommes tels que ceux qui composent la population de [leur] maison »209.

  • 210 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/4/1898.
  • 211 . ADLA 2X500, commission administrative du 12/2/1838 ; assemblées générales des 20/5/1879, 20/4/188 (...)
  • 212 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1892.

100Le produit du travail est partagé en deux parties égales entre la Maison et les pensionnaires alors que dans les prisons et les hospices, ces derniers ne reçoivent qu’un tiers des gains. Bien sûr, la part du travail dans les recettes dépend à la fois de la quantité et de la qualité des produits fabriqués mais aussi des autres sources de revenus, en particuliers des dons et legs. Cependant, elle est toujours importante et, en 1897 par exemple, ce revenu représente 23 % des recettes210. Les progrès des produits du travail sont presque constants entre l’ouverture de la Maison où il sont d’environ 3 000 francs par an et la fin du siècle où ils avoisinent les 16 000 francs après avoir culminé à 21 000 francs en 1887211. À la fin du siècle, le travail est présenté comme facultatif mais le partage, conforme à ce qu’il était à l’origine, permet aux pensionnaires d’améliorer leur ordinaire en achetant à prix coûtant le tabac, le café, le vin par exemple212. Les hommes et les femmes ne font pas les mêmes travaux et leurs ateliers sont séparés.

  • 213 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838.
  • 214 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.

101Dans les années 1830, les hommes font de la charpie à partir de vieilles étoffes de laine, de l’étoupe avec de vieux cordages ou filent du chanvre au rouet. Les femmes, quant à elles, filent le lin, la laine, brochent ou font de la charpie213. Ce sont des travaux peu productifs mais ils continuent tout au long du siècle car certains administrés ne peuvent guère faire autre chose étant donné leur invalidité. De plus, la Maison a besoin de linge de toute sorte et d’entretenir au maximum les vêtements ou le linge. Les conditions de travail ne semblent pas très bonnes puisque, en 1868, ces activités sont installées depuis plus de vingt-cinq ans dans des hangars bas et humides, à peine éclairés et dont les toitures menacent de s’effondrer214.

  • 215 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 21/11/1847.
  • 216 . ADLA 2X497, lettre de M. Bernier, directeur, au président de la Société du 21/11/1847.
  • 217 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 21/11/1847.
  • 218 . ADLA 2X500, assemblées générales de 1839 et des 10/11/1853, 1/5/1865 et 31/5/1871.
  • 219 . ADLA 2X500, assemblée générale du 31/5/1871.
  • 220 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.
  • 221 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877.
  • 222 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

102En 1847, un contrat est passé entre la Maison et MM. Toyon et Duval pour la fabrication d’allumettes chimiques par 40 ouvriers. Les prix convenus pour la préparation des esquilles de bois et la confection des boîtes sont minimes - 10 centimes pour 100 boîtes ou portefeuilles et quatre centimes par presse remplie d’allumettes - mais la Maison n’a pas le choix et est contrainte d’accepter le rebut des autres215. Ces travaux ne sont guère productifs mais l’important est d’éviter l’inoccupation des hommes « véritable malheur pour le bon ordre »216. Afin d’éviter les interruptions dans le travail, un petit atelier est installé dans la cour de la Maison217. Cette activité devient la plus lucrative, même si après 1854 elle entraîne des dépenses supplémentaires comme les charrois des presses à la fabrique sur la rive gauche de la Loire et contribue au doublement du revenu du travail entre 1839 et 1852, les administrés passant de 140 à 201218. Ce travail cesse en 1870219 car, après la guerre de 1870, « le travail pour les allumettes ne donne plus que de faibles résultats »220. Les administrateurs ne regrettent guère une activité qui permettait d’employer les invalides mais dont le bénéfice était devenu minime, trois francs par semaine221. Aussi essaie-t-on de compenser par de nouvelles activités222.

  • 223 . ADLA 2X500, assemblée générale du 31/5/1871.
  • 224 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.
  • 225 . ADLA 2X500, assemblées générales des 7/4/1877 et 20/5/1879.
  • 226 . ADLA 2X500, assemblée générale du 18/5/1889. C’est ce qui s’est passé en 1888.
  • 227 . ADLA 2X500, assemblée générale du 20/5/1879.
  • 228 . ADLA 2X500, assemblée générale du 18/5/1889.

103En 1870, la Maison fait l’acquisition d’une machine simple et commode pour refaire les matelas des pensionnaires ou de particuliers contre un prix modique223. Cependant, à partir de 1871, c’est la fabrication des sacs à papier qui devient rapidement la première activité224 (voir cahier d’illustrations, photo n° 15). Ces sacs, fabriqués par tous les valides, hommes et femmes sont fournis aux commerçants et épiciers nantais voire étrangers puisqu’en 1878 certains sont envoyés jusqu’en Belgique225. Cependant, la conjoncture peut amener une baisse des recettes lorsque la concurrence se fait plus forte ou que la surproduction fait chuter les cours226. À ces confections on ajoute, en 1878, celle de petits fagots de bois pour les habitants de Nantes dont la matière première est fournie par divers industriels227. On relève aussi en 1889, la fabrication d’étuis à bougie228.

  • 229 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/11/1853. En 1852, ces divers travaux (fabrication de toile, (...)
  • 230 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.
  • 231 . ADLA 2X500, assemblée générale du 28/4/1870.

104À ces activités qui apportent un revenu à la Maison car le produit est vendu à l’extérieur, s’ajoutent les travaux faits dans l’intérêt de la Maison qui coûtent un salaire sans rapporter directement d’argent : fabrication de draps, mouchoirs, bonnets, couvertures, raccommadage (voir cahier d’illustrations, photo n° 16)229. Comme nous l’avons vu plus haut, certains jardinent et font faire des économies sur la nourriture230. Les pensionnaires améliorent aussi leur cadre de vie et on utilise au maximum les qualités des anciens ouvriers professionnels. Les murs sont crépis par d’anciens maçons et des coffres à provisions sont faits « avec beaucoup de goût par un ancien charpentier de la Maison »231.

  • 232 . ADLA 2X500, assemblée générale du 9/6/1888.

105Dans un lieu comme la Maison, le travail permet, si l’on en croit les administrateurs, de maintenir un « bon état d’esprit » ainsi qu’un « bon comportement »232 des pensionnaires.

Le comportement des pensionnaires

106Cet aspect n’est guère abordé directement par les administrateurs mais certaines de leurs remarques permettent de soupçonner des problèmes. En effet, à certains moments, des pensionnaires semblent se plaindrent de la nourriture et de l’hébergement. La commission se voit alors contrainte de justifier les conditions d’accueil. Nous avons vu plus haut qu’elle considère, en 1877, que la quantité alimentaire est suffisante et que les ouvriers ou paysans de l’époque vivent plus mal que les pensionnaires. Le président Angebault, en 1877, se fait l’écho des récriminations des administrés :

  • 233 . Angebault, op. cit., p. 13.

« Malgré tous les efforts de la Commission et le zèle des Sœurs pour améliorer la nourriture des administrés, on ne peut éviter les plaintes intéressées de gens qui, chez eux, n’avaient qu’un grabat pour lit de repos, du sel et de l’eau pour potage »233.

  • 234 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877 : « Les doléances sont fausses » considère la commissi (...)

107Que dans le même temps les repas soient enrichis témoigne de ce que les plaintes n’étaient peut-être pas dénuées de fondement234.

108Une autre indication de l’état d’esprit des administrés peut être tirée de certaines attitudes : il semble, en effet, que certains cherchent à s’enfuir. Ainsi, en 1853, le président Marion écrit que :

  • 235 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/11/1853.

« les vieillards surtout se plient facilement à la règle de la Maison. Ils se résignent sans trop de peine à la privation de liberté qui leur est imposée [...] Quelques administrés, toutefois, supportent difficilement la captivité à laquelle ils sont assujettis et s’en affranchissent quand ils peuvent en saisir l’occasion. Depuis 1852, les évasions ont été plus fréquentes que de coutume [...] Ces évadés sont ordinairement d’assez mauvais sujets qui en s’échappant désertent notre ville pour toujours ou pour longtemps »235.

109Que les vieillards ne cherchent pas à partir n’est pas étonnant si l’on se souvient qu’ils sont là par manque de place à l’hospice et qu’ils recherchent, du moins pour certains d’entre eux, cet internement. Ceux qui sont les plus rétifs sont les plus jeunes, condamnés par le tribunal correctionnel ; ils sont nombreux en 1852, comme on l’a vu plus haut. Et pour ces derniers, la Maison est davantage une prison qu’un asile et le vocabulaire du président de la Société est révélateur : qu’est-ce qu’une privation de liberté, sinon un emprisonnement ?

  • 236 . ADLA 2X500, assemblée générale du 14/7/1862. De quel genre ?
  • 237 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869.

110Cependant, en règle générale, à la Maison règnent l’ordre et la tranquillité et les écarts de conduite sont limités puisqu’on ne relève que « quelques rares punitions »236. Les administrateurs prennent d’ailleurs les devants pour éviter les problèmes. En 1868, la Maison s’agrandit à l’est et au sud en grignotant sur les jardins du fermier voisin et d’après Angebault, « cette mesure a produit de bons résultats ; elle a empêché toute communication du fermier et de ses domestiques avec les administrés, la buanderie et le séchoir ; facilité la surveillance »237. Ces mesures tendent à prouver que les administrateurs voient les contacts avec l’extérieur comme un danger ; la Maison, à l’instar de la prison, doit empêcher les mauvaises fréquentations et permettre aux pensionnaires de se régénérer en perdant de mauvaises habitudes que la promiscuité avec d’autres personnes du même monde risque de faire réapparaître. L’isolement doit être un facteur favorable à ce ressourcement et à un départ sur de nouvelles et bonnes bases.

111Le bilan de l’action de la Maison dans la lutte contre la mendicité à Nantes est assez mitigé. Il est nécessaire de ne considérer que la période 1829-1884, car, pour des raisons légales, après cette date, la Maison n’est plus considérée comme un dépôt de mendicité par la justice et ne joue plus un rôle direct dans la répression. L’établissement devient alors un hospice privé et, comme tel, participe à la prévention de la mendicité à l’instar des hospices publics. Avant cette date, la Maison participe de deux manières à l’extinction de la mendicité : en accueillant des personnes qui mendieraient sans son existence et en permettant la répression de la mendicité au titre de l’article 274 du Code pénal. La question est donc de savoir si la création de cet établissement a permis une lutte efficace contre la mendicité à Nantes puisque tel était son but.

  • 238 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 19/9/1829.
  • 239 . ADLA 2X497, lettre du Préfet au maire de Nantes du 21/12/1829.
  • 240 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 26/11/1830.
  • 241 . ADLA 2X497, assemblée générale de la Société du 1/6/1838 ; lettre du maire de Nantes au Préfet du (...)

112À peine la Maison est-elle ouverte que la commission administrative se félicite de la disparition de la mendicité à Nantes, les indigents étant pris en charge d’une façon ou d’une autre et les mendiants valides étant pourchassés par une police active238. Malheureusement cette description quelque peu idyllique est contestée aussitôt par le Préfet. Dès décembre 1829, soit trois mois après l’ouverture de la Maison, il écrit au maire de Nantes que la réapparition de mendiants dans les rues de la ville est un danger pour la survie de l’établissement qui ne pourra obtenir de souscriptions que s’il fait la preuve de son utilité et de son efficacité. Il faut donc surveiller plus activement et envoyer tous les mendiants devant le procureur du Roi, à la Maison ou dans leurs communes s’ils sont extérieurs à la ville239. Les membre de la Société eux-mêmes sont conscients de cette situation. En novembre 1830, la commission administrative constatant que « quelques mendiants reparaissent »240 dans les rues de Nantes, demande au Préfet que la police et la gendarmerie surveillent « avec plus d’activité et d’attention » afin d’arrêter les mendiants. C’est l’inefficacité de la police qui est mise en cause par les administrateurs et non les capacités de la Maison à répondre à la demande. La situation semble s’améliorer et en 1838, les membres de la Société considèrent que l’établissement a atteint son but en ce qui concerne la répression de la mendicité tandis que le maire de Nantes lui-même écrit en 1840 que l’établissement est « parvenu à délivrer notre belle ville du spectacle affligeant de la mendicité »241.

113Ces points de vue sont encore une fois optimistes car, selon le commissaire central de Nantes, la mendicité loin de disparaître a seulement changé de forme. Dans un rapport de 1855, il constate que :

  • 242 . ADLA 2X497, lettre du commissaire central de Nantes au Préfet du 13/8/1855.

« peu de mendiants tendent la main dans les rues et sur les places [...parce qu’ils] savent qu’une surveillance sévère est exercée ; et [qu’] ils connaissent tous les agents [... aussi vont-ils] chez les personnes qui ont l’habitude de donner à jours fixes. Ils montent aux étages supérieurs, ils guettent à la sortie des églises les mariages et les baptêmes et ils se tiennent à l’affût de tous les enterrements où, suivant leur expression, il doit se faire une donnée »242.

  • 243 . ADLA 2X497, lettre du procureur impérial de Nantes au Préfet du 19/7/1854.
  • 244 . ADLA 2X497, lettre du ministre de l’Intérieur au Préfet du 7/11/1862.

114La Maison et l’Interdiction de mendier ont donc contraint les mendiants à tenter d’échapper à la surveillance et à la répression en étant plus discrets mais ils ne sont pas moins actifs qu’auparavant. C’est le spectacle des mendiants qui a disparu. C’est d’ailleurs cet aspect qui avait été à l’origine de la création de la Société. Pour les administrateurs et certains édiles, la mendicité, en devenant invisible a, en quelque sorte, disparu. Dans la même période, le procureur impérial du tribunal de Nantes contredit encore davantage les administrateurs de la Maison. Constatant qu’en 1852, 403 personnes ont été poursuivies pour mendicité à Nantes et 369 en 1853, il regrette que la mendicité s’exerce « publiquement et dans des proportions qui ont souvent été signalées »243, cette situation trouvant son origine dans l’insuffisance du nombre de places à la Maison de Saint-Joseph. Dix ans plus tard, le ministre de l’Intérieur constate que « la mendicité, bien qu’elle y soit interdite y est [...] exercée ouvertement au chef-lieu et par des individus qui ne sont nullement dans l’indigence »244.

115L’existence de la Maison ne serait donc pas dissuasive même dans cette période où les tribunaux la considèrent comme dépôt de mendicité. Seul serait à mettre à son actif l’accueil de vieillards qui, sans elle, seraient restés à la rue. Outre que cet aspect n’est pas négligeable puisque ce sont plusieurs milliers de ces mendiants potentiels qui ont été recueillis, l’existence de la Maison a quand même rendu possible l’action de la justice contre les mendiants proprement dits. Lorsque le procureur de Nantes affirme que plus de 400 mendiants ont été poursuivis par son tribunal, il pense constater que le nombre de mendiants est élevé et que la Maison ne joue pas un rôle complètement dissuasif. Les administrateurs pourraient facilement lui rétorquer que, sans l’existence de la Maison, le nombre de mendiants à la rue serait plus élevé. Mais surtout, et c’est là que pèche le raisonnement du procureur comme de bien d’autres, si le nombre de mendiants poursuivi est grand, c’est que la Maison, alors considérée comme dépôt de mendicité par la justice permet l’arrestation et le jugement des mendiants au titre de l’article 274 du Code pénal. Paradoxalement, sans cet établissement, on pourrait avoir un grand nombre de mendiants dans les rues et aucun au tribunal parce que les conditions légales de poursuite n’existeraient pas.

Notes

1 . L’Hôpital des pauvres infirmes, créé à Paris par le mandement royal du 27 Août 1612, est transformé en Hôpital général par l édit du 27 avril 1656. La mesure est étendue à la France par l’édit du 14 juin 1662. La question de la création d’un lieu d’enfermement des mendiants et vagabonds étrangers est posée à Nantes dès le début du xviie siècle. Le Sanitat est affecté à cet objet à partir de 1650 et prend le titre d’Hôpital général en 1677 (L. Maitre, op. cit., p. 184-185-). L’hôpital général de Vannes reçoit ses lettres patentes en 1684. Selon J.-L. Bruzulier, la plupart des établissements bretons sont créés entre 1678 et 1680 (J.-L Bruzulier, La société, les pouvoirs et la pauvreté : les hôpitaux généraux en Bretagne (1676-1724), thèse de doctorat d’histoire, université Rennes 2, 1996, 750 p.). Ils évoluent vers le statut de dépôts de mendicité au xviiie siècle : maisons de force (déclaration royale du 18/07/1724) puis dépôt (déclaration royale du 3/08/1764, arrêt du conseil d’État du 21/10/1767). La Bretagne possède alors 4 dépôts : Nantes, Quimper, Rennes, Vannes.

2 . De Gérando, De la bienfaisance publique, vol.4, Paris, 1839, p. 589.

3 . Chaque département devrait créer un dépôt ; 59 sont créés (H. Du Puy, Vagabonds et mendiants. Paris, Larose, 1899, p. 61.).

4 . L. Rivière, Mendiants et vagabonds, Paris, 1902, p. 32-45. 32 dépôts fonctionnent sous le second Empire. (H. Du Puy, op. cit., p. 60.).

5 . L.. Rivière, op. cit., p. 47. Il y a alors 31 dépôts.

6 . ADM Y252, une lettre du ministre de l’Intérieur du 20 décembre 1814 prévient le préfet du Morbihan que le quota de son département dans le dépôt de Nantes serait de 200 mendiants. En 1818, ce dépôt ne détient que 9 mendiants au titre du Morbihan.

7 . AN F16 1084, lettres des 16/8/1808,30/11/1808,8/12/1808, 29/5/1809, 20/5/1812 et 18/4/1815.

8 . AN F16 1084, lettre du 22/11/1815.

9 . AN F16 1084, PV du Conseil général du 7/6/1816.

10 . ADF 3X41, conseil municipal de Moëlan du 20/06/1865.

11 . J.-Y Le Person, De la bienfaisance à la solidarité ou les chemins de l’exclusion, Brest 1797-1984, Diplôme sup de travail social, Brest, 1985, p. 44-47.

12 . ADF 3X42, lettre du Préfet du 30/04/1872.

13 . ADF 3X42, lettre du maire de Brest du 20/04/1872 ; lettre du Préfet du 30/04/1872 ; délibération du conseil municipal de Brest du 16/08/1876.

14 . J.-Y Le Person, op. cit., p. 44-47.

15 . G.Méar, La société pour l’exctinction de la mendicité à Brest, mémoire d’histoire des idées politiques, Faculté de droit et des sciences économiques de Brest, 1975, p. 52.

16 . Ibid., p. 55.

17 . AN F16 1084, lettres du 17/11/1812 et du 14/10/1814.

18 . AN F16 1106.

19 . ADM Y339, lettre du 17/1/1876.

20 . Id.

21 . ADLA 2X497, lettre du préfet du Morbihan du 21/1/1876.

22 . ADM Y339, lettre du 9/6/1896

23 . ADM Y339, lettre du 30/7/1896.

24 . ADM Y339, lettres du 12/6/1896 et du 7/7/1896.

25 . ADM Y339, Conseil général du 21/8/1896.

26 . ADM Y3.39.

27 . RAA du M, circulaire du Préfet du 15/12/1897.

28 . ADM Y339, Conseil général du 21/8/1896.

29 . Id.

30 . Id.

31 . ADM Y339, lettre du 9/11/1898.

32 . Guinan-Laoureins, Compte d’administration du dépôt de Rennes, Rennes, Cousin-Danelle, 1811, p. 40.

33 . Ibid., p. 21-22.

34 . Ibid., p. 8.

35 . Ibid., p. 21.

36 . Ibid., p. 6-7 et 18.

37 . Ibid., p. 9.

38 . Ibid., p. 11-15.

39 . Ibid., p. 2.

40 . Ibid., p. 20.

41 . Ibid., p. 20

42 . Ibid., p. 3.

43 . Ibid., p. 3

44 . Ibid., p. 22.

45 . Ibid., p. 23.

46 . Renseignements communiqués par J-Y Lefebvre qui prépare une thèse consacrée au dépôt de Rennes.

47 . AN 1-16 1015, lettres de création du 29/10/1809.

48 . AN 1-16 1097, états statistiques.

49 . Id.

50 . RAA de LI, lettre du Préfet du 10/1/1819.

51 . ADLA 1N2, Conseil général de 1819. En 1816, le conseil général de Loire-Inférieure avait verse 18 000 francs et les communes du département 16 000 francs pour ce dépôt.

52 . Villeneuve est préfet de Loire-Inférieure de novembre 1824 à avril 1828 avant d’être celui du Nord.

53 . A. De Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne..., Paris, 1834, p. 13-14.

54 . ADLA 2X501, arrêté du Préfet du 24/1 2/1827. Il s’agit de Tollenare, receveur des hospices.

55 . ADLA 2X501, lettre du Préfet du 28/12/1827.

56 . Société pour l’extinction de la mendicité dans la ville de Nantes sous les auspices de SAR Madame, duchesse de Berry, Nantes, 1828, 8 p.

57 . Ibid., p. 3.

58 . Ibid., p. 3

59 . Ibid., p. 5

60 . Ibid., p. 6-7

61 . RAA de LI, lettre du Préfet du 8/10/1829.

62 . ADLA 2X497, lettres de la commission administrative des 10/3/1831, 6/5/1831 ; lettres du Préfet au Ministre des 12/3/1831 et 14/5/1831 et à la commission des 11/5/1831 et 23/6/1831 ; lettres du Ministre au Préfet des 9/5/1831 et 20/6/1831.

63 . ADLA 2X501, lettres du ministre de l’Intérieur des 18/2/1841, 17/5/1843, 27/8/44 et du Préfet du 25/1/1845.

64 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative de la Maison du 26/10/1832.

65 . ADLA 2X497, commission administrative des 4/3/1834 et RAA de LI, lettre du Préfet du 5/3/1834.

66 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/11/1853.

67 . ADLA 2X497, lettre du ministre de l’Intérieur du 7/11/1862.

68 . ADLA 2X497, lettre du ministre de l’Intérieur au Préfet du 11/7/1865.

69 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative de la Maison du 16/8/1865.

70 . Id.

71 . ADLA 2X497, lettre du ministre de l’Intérieur du 18/8/1875.

72 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/5/1884. C’est nous qui soulignons.

73 . ADLA 2X500, assemblée générale du 11/5/1885.

74 . ADLA 2X497, lettre du Procureur de Nantes du 19/7/1854.

75 . ADLA 2X497, lettre du Parquet du 4/3/1884.

76 . Id. Souligné dans le texte.

77 . Nous assimilerons la Société pour l’extinction de la mendicité et la Maison de travail et de secours puisque leur conseil général (assemblée générale) et leur commission administrative sont identiques et que toute l’activité de la Société se résume à celle de la Maison. On peut relever ceux des dates suivantes : 28/1/1829, 26/7/1829, 21/9/1831, 24/3/1834, 7/7/1835, 1844, 11/1/1874, 1884. Il yen a peut-être d’autres.

78 . ADLA 2X500, commission administrative du 21/9/31.

79 . ADLA 2X500, assemblée générale de la Société du 22/4/1840.

80 . ADLA 2X500, assemblée générale du 14/7/1862.

81 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/6/1874.

82 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/5/1884.

83 . ADLA 2X500, assemblée générale du 11/5/1885. Du Fougeray était militaire ; du Rostu permet à la Société de conserver un officier dans ses rangs !

84 . ADLA 2X500, assemblées générales des 1/3/1859 et 3/8/1860.

85 . ADLA 2X500, assemblées générales des 10/1 1/1853, 23/4/1866 et 5/4/1898.

86 . ADLA 2X500, assemblée générale du 9/6/1888.

87 . H. Jouve (éd.), Dictionnaire biographique des notabilités du département de la Loire-Inférieure, Paris, H. Jouve, 1895, non paginé. ADLA 2X501, lettre du Préfet du 24/12/1827.

88 . A. Guépin, E. Bonamy, Nantes au xixe siècle, Nantes, 1835, p. 569.

89 . ADLA 2X501, assemblée générale du 7/4/1846.

90 . ADLA 2X500, assemblée générale du 31/5/1871. Rapport d’Angebault.

91 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.

92 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/4/1898.

93 . ADLA 2X497, assemblée générale de la Société du 26/10/18.32.

94 . ADLA 2X500, commission administrative du 17/8/1835. Voir aussi 2X497, assemblée générale de la Société du 1/6/1838. Ce document parle d’une subvention de 12 500 francs. Il faut entendre les 10 000 francs de subvention directe plus 2 500 francs de remise du loyer que la Maison aurait dû payer à l’Hôtel-Dieu mais que la mairie de Nantes prend à sa charge.

95 . ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866.

96 . ADLA 2X497, lettre du Ministre de l’Intérieur au Préfet du 26/6/1866.

97 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/6/1874.

98 . ADLA 2X497, assemblée générale de la Société du 1/6/1838, lettre de la commission administrative du 4/3/18.34 et RAA de Loire-Inférieure du 5/3/1834. Les 25 places sont réparties de la façon suivante : arrondissement de Nantes : 8 places, arrondissement d’Ancenis : 4 places, arrondissement de Châteaubriant : 4 places, arrondissement de Paimbœuf : 3 places, arrondissement de Savenay : 6 places. ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866.

99 . ADLA 2X497, lettres de la commission administrative au Préfet des 15/6/1840, 23/9/1848 et 3/4/1880.

100 . ADLA 2X497, lettre du Préfet à la commission administrative du 11/9/1885 et lettre de la commission administrative au Préfet du 23/10/1885.

101 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 24/7/1841.

102 . ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866 ; assemblée générale des 5/7/1869. 10/6/1874 et 7/4/1877.

103 . ADLA 2X497, assemblée générale de la Société du 26/10/1832

104 . ADLA 2X497, lettres de la commission administrative au Préfet des 9/8/1847 et 23/9/1848.

105 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 31/7/1850 ; 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.

106 . ADLA 2X500, assemblées générales des 5/6/1872 et 10/6/1874.

107 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869.

108 . ADLA 2X501.

109 . ADLA 2X500, assemblée générale de la Société du 14/7/1862.

110 . ADLA 2X500, assemblées générales des 5/7/1869 et 18/5/1889.

111 . ADLA 2X500, assemblée générale du 28/4/1870.

112 . ADLA 2X497, lettres de la Supérieure au Préfet des 24/7/1854, 20/8/1855, 29/7/1864. Nantes verse 1 000 francs et le Département 500 francs. L’établissement reçoit 86 pauvres et infirmes en 1854. Les sœurs suivent le même régime que leurs pensionnaires qui viennent pour moitié du département, et pour moitié de Nantes. La situation s’améliore ensuite, En 1858, M. Urvoy de Saint Bedan donne à la ville une importante collection de tableaux et 69 300 francs pour construire un asile pour les vieillards. La ville fait construire l’asile Sainte-Anne (passage Russeil) pour 120 000 francs où les Petites Sœurs des Pauvres peuvent accueillir 240 personnes. Nantes verse une subvention annuelle de 2 000 francs. A. Dupont, la bienfaisance privée à Nantes et dans le département de Loire-Inférieure, dans Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, Nantes, 1898, La ville de Nantes et la Loire-Inférieure, vol. 1, Nantes, 1898, p. 307.

113 . ADLA 2X500, assemblée générale du 31/5/1871.

114 . ADLA 2X500, assemblée générale des 22/4/1868 et 5/7/1869.

115 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.

116 . ADLA 2X497, assemblée générale du 26/10/1832.

117 . ADLA 2X497, assemblée générale du 1/6/1838.

118 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877.

119 . ADLA 2X500, assemblée générale du 14/7/1862.

120 . ADLA 2X500, assemblées générales des 28/4/1870 et 7/4/1877 ; BA571/16, assemblée générale du 12/6/1873.

121 . ADLA 2X500, assemblée générale du 20/5/1879. Ceux qui abandonnent officiellement leurs obligations, sont le plus souvent des membres actifs de la Société ou des membres de leur entourage.

122 . ADLA 2X500, assemblée générale du 8/4/1897.

123 . ADLA 2X500, Angebault, Maison de travail..., Nantes, 1877.

124 . ADLA 2X500, assemblée générale du 15/6/1863.

125 . ADLA 2X500, assemblée générale du 18/5/1889.

126 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/4/1898.

127 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877.

128 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.

129 . ADLA 2X500, assemblée générale du 28/4/1870.

130 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838.

131 . Angebault, Maison de travail..., p. 4.

132 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

133 . ADLA 2X500, assemblée générale du 20/4/1880.

134 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 24/3/1838.

135 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838 ; assemblées générales des 28/4/1870 et 17/5/1887.

136 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869.

137 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/5/1865.

138 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 24/3/1838 ; assemblée générale du 4/5/1867.

139 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869.

140 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 26/12/1832 ; 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 24/3/1838.

141 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/11/1853.

142 . ADIA 2X501, commission administrative du 29/11/1854.

143 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.

144 . ADLA 2X500, assemblée générale du 14/7/1862.

145 . ADLA 2X500, assemblées générales des 5/6/1872. 10/6/1874, 1 1/5/1885 et 17/5/1887.

146 . ADLA 2X500, assemblée générale du 3/6/1875.

147 . ADLA 2X500, assemblée générale de 1839. En cela, la Maison ne se distingue pas des hospices publics.

148 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838 ; à l’origine, l’aumônier semble être tin intervenant extérieur. Ce n’est plus le cas dans les années 1870 ; il est désormais logé sur place. Angebault, Maison de travail.... p. 14.

149 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/11/1853.

150 . ADLA 2X500, assemblée générale de 1839.

151 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/3/1859. La Société aurait dépensé alors 36 000 francs pour ces secours. Le nombre de personnes prises en charge de cette manière est de 65 en 1832, 57 en 1833, 51 en 1834,61 en 1835, 80 en 1836 et 69 en 1837 (ADLA 2X501).

152 . ADLA 2X497, discours du Préfet du 4/1/1829. ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1840.

153 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1840.

154 . ADLA 2X500, commission administrative du 17/8/1835.

155 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1840.

156 . Id.

157 . ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866.

158 . 18 octobre 1798.

159 . ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866.

160 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/3/1859.

161 . ADLA 2X500, assemblée générale du 18/5/1889.

162 . Id.

163 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869.

164 . ADLA 2X500, assemblée générale du 28/4/1870.

165 . ADLA 2X500, assemblées générales des 5/6/1872 et 3/6/1875.

166 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877.

167 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/3/1859.

168 . ADLA 2X500, recensement de 1851.

169 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868

170 . ADLA 2X500, assemblées générales des 28/4/1870 et 31/5/1871.

171 . ADLA 2X500, assemblées générales des 10/6/1874 et 7/4/1877.

172 . ADLA 2X501, commission administrative du 29/11/1854.

173 . ADLA 2X500, assemblée générale du 18/5/1889.

174 . Id.

175 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1892.

176 . ADLA 2X497, commissions administratives des 10/7/1829 et 19/9/1829.

177 . A. Guépin, E. Bonamy, Nantes au xixe siècle, Nantes, 1835, p. 570 ; Angebault, Maison de travail.... p. 6-8.

178 . A. Guépin, E. Bonamy, Nantes au xixe siècle, Nantes, 1835, p. 571-572. L’établissement existe encore actuellement ; il s’agit de la maison de retraite Saint-Joseph.

179 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/5/1865. M. Nau meurt en 1866. (voir ADIA 2X500, commission administrative du 23/4/1866). Son fils, architecte lui aussi, lui succède.

180 . ADLA 2X500, assemblée générale du 4/5/1867.

181 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/6/1874.

182 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/6/1874.

183 . ADLA BA571/16, assemblée générale du 12/6/1873.

184 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/5/1865.

185 . ADLA 2X500, commission administrative du 23/4/1866 et assemblée générale du 28/4/1870.

186 . ADLA 2X500, assemblée générale du 4/5/1867.

187 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

188 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869

189 . ADLA 2X500, assemblée générale du 28/4/1870.

190 . ADLA 2X500, assemblée générale de 1839.

191 . ADLA 2X500, assemblées générales des 4/5/1867, 22/4/1868 et 5/6/1872.

192 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative à l’Impératrice de juillet 1867.

193 . Id.

194 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

195 . ADLA 2X500, assemblée générale de 1839 ; Angebault, op. cit., p. 14.

196 . Angebault, op. cit., p. 14.

197 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838.

198 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877.

199 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1892.

200 . ADLA 2X500, assemblée générale de 1854.

201 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/6/1874.

202 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

203 . Angebault, op. cit., p. 10.

204 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

205 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.

206 . ADLA 2X500, assemblée générale du 1/3/1859.

207 . ADLA 2X500, commission administrative du 9/7/1830, assemblées générales des 22/4/1840, 10/11/1853, 1/3/1859, 3/8/1860, 3/8/1860, 14/7/1862, commission administrative du 23/4/1866, assemblées générales des 4/5/1867, 22/4/1868, 5/7/1869, 28/4/1870, 31/5/1871, 5/6/1872 ; BA571/16, assemblée générale du 12/6/1873 ; 2X500, assemblées générales des 10/6/1874, 3/6/1875, 7/4/1877, 20/5/1879, 20/4/1880, 5/5/1884, 11/5/1885, 7/5/1886, 17/5/1887, 9/6/1888, 18/5/1889, 5/4/1898.

208 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838.

209 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 21/11/1847.

210 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/4/1898.

211 . ADLA 2X500, commission administrative du 12/2/1838 ; assemblées générales des 20/5/1879, 20/4/1880, 18/5/1889.

212 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1892.

213 . ADLA 2X500, lettre de la commission administrative au Préfet du 12/2/1838.

214 . ADLA 2X500, assemblée générale du 22/4/1868.

215 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 21/11/1847.

216 . ADLA 2X497, lettre de M. Bernier, directeur, au président de la Société du 21/11/1847.

217 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 21/11/1847.

218 . ADLA 2X500, assemblées générales de 1839 et des 10/11/1853, 1/5/1865 et 31/5/1871.

219 . ADLA 2X500, assemblée générale du 31/5/1871.

220 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

221 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877.

222 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

223 . ADLA 2X500, assemblée générale du 31/5/1871.

224 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

225 . ADLA 2X500, assemblées générales des 7/4/1877 et 20/5/1879.

226 . ADLA 2X500, assemblée générale du 18/5/1889. C’est ce qui s’est passé en 1888.

227 . ADLA 2X500, assemblée générale du 20/5/1879.

228 . ADLA 2X500, assemblée générale du 18/5/1889.

229 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/11/1853. En 1852, ces divers travaux (fabrication de toile, mouchoirs de poche, bonnets...) ont ainsi coûté 1 000 francs.

230 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/6/1872.

231 . ADLA 2X500, assemblée générale du 28/4/1870.

232 . ADLA 2X500, assemblée générale du 9/6/1888.

233 . Angebault, op. cit., p. 13.

234 . ADLA 2X500, assemblée générale du 7/4/1877 : « Les doléances sont fausses » considère la commission.

235 . ADLA 2X500, assemblée générale du 10/11/1853.

236 . ADLA 2X500, assemblée générale du 14/7/1862. De quel genre ?

237 . ADLA 2X500, assemblée générale du 5/7/1869.

238 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 19/9/1829.

239 . ADLA 2X497, lettre du Préfet au maire de Nantes du 21/12/1829.

240 . ADLA 2X497, lettre de la commission administrative au Préfet du 26/11/1830.

241 . ADLA 2X497, assemblée générale de la Société du 1/6/1838 ; lettre du maire de Nantes au Préfet du 19/6/1840.

242 . ADLA 2X497, lettre du commissaire central de Nantes au Préfet du 13/8/1855.

243 . ADLA 2X497, lettre du procureur impérial de Nantes au Préfet du 19/7/1854.

244 . ADLA 2X497, lettre du ministre de l’Intérieur au Préfet du 7/11/1862.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search