Version classiqueVersion mobile

Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle

 | 
Guy Haudebourg

2e partie. L'assistance

Chapitre 3. Hospices, hôpitaux et organisation de la santé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’assistance publique aux pauvres par un système hospitalier est très ancienne et a été nettement privilégiée sous l’Ancien Régime mais la situation des hôpitaux et hospices au xixe siècle diffère cependant de celle qui était la leur avant la Révolution. En effet, même si, contrairement à ce qu’avaient voulu les conventionnels, les établissements hospitaliers ne sont pas nationalisés, il n’y a pas de retour à leur autonomie complète. Et d’autre part, si à l’époque moderne, les autorités politico-administratives avaient favorisé le développement des hôpitaux/hospices comme moyen de lutte contre la mendicité, au xixe siècle, les autorités leur préfèrent très nettement la mise en place de bureaux de bienfaisance pour aider les indigents. Il est révélateur que les préfets ne parlent guère des hôpitaux et hospices dans les circulaires traitant de la mendicité qu’ils envoient à leurs subordonnés et que le nombre d’établissements soit inférieur en 1847 à ce qu’il était avant 1789. Les Côtes-du-Nord perdent sept établissements, le Finistère quatre, l’Ille-et-Vilaine onze, le Morbihan trois ; seule la Loire-Inférieure garde son équipement.

  • 1 . P. Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, 1866-1876, art. Hôpital.
  • 2 . De Gérando, De la bienfaisance publique..., vol. 4, Paris, 1839, p. 320.

2C’est au cours du xixe siècle que la différence entre hospices et hôpitaux s’opère. Pourtant, malgré la loi du 7 août 1851 qui sépare bien les hôpitaux des hospices, la distinction n’est pas toujours faite, surtout dans les établissements de peu d’importance. Les dernières difficultés sont néanmoins balayées par la circulaire ministérielle du 15 décembre 1899 qui porte des règlements-types pour les hôpitaux et les hospices. Les hôpitaux soignent les malades, les blessés, les femmes en couches. Réservés aux indigents au début du siècle, ils accueillent progressivement d’autres catégories sociales grâce aux différentes découvertes médicales et à l’ouverture de lits payants offrant des conditions meilleures qu’aux indigents. Cette évolution du rôle de l’hôpital ne passe que lentement dans les faits et dans les consciences. Le Grand dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse ne définit-il pas encore l’hôpital comme une « maison de charité établie pour recevoir et traiter gratuitement les malades indigents »1. La question des soins semble ne pas avoir de lien direct avec la lutte contre la mendicité. Pourtant, beaucoup d’observateurs s’accordent à penser qu’elle n’est pas secondaire et que la mise en place de systèmes de soins gratuits contribue considérablement, sinon à diminuer le nombre d’indigents et de mendiants, du moins à empêcher que leur nombre n’augmente. Selon De Gérando, par exemple, « l’admission à l’hôpital est plutôt un préservatif contre la misère qu’un remède à la misère déjà réelle »2. Les hospices, eux, accueillent les vieillards, les infirmes, les incurables, les orphelins, les enfants trouvés ou abandonnés et les aliénés. Ils contribuent donc à la lutte contre la mendicité puisque, sans leur existence, leurs pensionnaires, incapables de travailler et sans ressources, seraient à la rue et ne pourraient vivre que de l’aumône, ce qu’ils font d’ailleurs lorsqu’ils ne sont pas à l’hospice. Comme pour bien d’autres aspects, la Bretagne est sous-équipée dans le domaine hospitalier, même si la Loire-Inférieure l’est à un moindre degré et si les soins à domicile compensent en partie cette faiblesse hospitalière.

Un faible encadrement hospitalier au xixe siècle

3Le développement ou la stagnation des établissements hospitaliers dépend dans une grande mesure de choix locaux puisque ce sont les communes qui ont le pouvoir de décision. Deux facteurs déterminent le développement ou la stagnation de ce secteur : les conceptions de l’assistance des diverses autorités et les moyens financiers des administrations.

Des établissements peu nombreux au regard des besoins

Le réseau hospitalier en Bretagne au xixe siècle et ses capacités d’accueil

  • 3 . De Watteville, Essai statistique sur les établissements de bienfaisance, Paris, 1846, p. 6-7.

4Rapporté au nombre d’habitants, le réseau des hôpitaux et hospices de Bretagne n’est pas très dense. Selon De Watteville, c’est seulement après les riches provinces d’Alsace, Bourgogne, Flandres, Île de France, Normandie que « viennent les provinces réputées religieuses, la Bretagne, le Comtat Venaissin, le Lyonnais et la Provence »3 Comme bien d’autres, cet auteur constate que les institutions dépendent avant tout des moyens financiers dont dispose la région et des mentalités plus que des besoins réels.

5La carte 10 montre l’inégale répartition des établissements : la côte est en général mieux dotée que l’intérieur des terres, la Haute-Bretagne un peu mieux équipée que les trois autres départements, la ville de Nantes étant particulièrement avancée puisqu’elle vient en troisième position - derrière Paris et Lyon — pour l’équipement hospitalier. Les établissements se situent en priorité dans les villes administratives (préfectures, sous-préfectures) et dans les villes importantes par leur nombre d’habitants, la diversité et la spécialisation se retrouvant surtout dans les plus grandes villes.

  • 4 . La population bretonne passe de 2 732 481 habitants en 1851 à 3 151 686 habitants en 1891 selon l (...)
  • 5 . J.-A Le Foll, Th. Fillaut, « Les institutions psychiatriques de la Révolution à nos jours », dans (...)
  • 6 . ADLA 2X14 bis, relevé des lits d’hospices et d’hôpitaux au 28 février 1890.

6Le nombre de lits augmente légèrement au cours du siècle grâce à la modernisation des établissements existants et à la création de nouveaux. Le tableau 2 indique le nombre de places théoriques et fait apparaître une augmentation de 4 % du nombre de place mais, dans le même temps, la population a augmenté d’environ 15 %4. La régression de l’encadrement hospitalier apparaît alors importante. Relevons cependant qu’elle n’est pas générale puisque les Côtes-du-Nord voient leur nombre de lits augmenter de 15 % alors que la population baisse de 2 % et qu’elle n’est pas égale puisque les lits augmentent de 8 % dans le Finistère — où la population croît de 40 % - mais régressent de 48 % dans le Morbihan où la population progresse de 14 %. Cette chute est cependant à relativiser. En effet, la baisse du nombre de places aux Incurables de Vannes s’explique par l’ouverture de l’asile de Saint-Avé en 1886 et il est possible que la diminution importante du nombre de lits à Lorient s’explique par la baisse du nombre de militaires hébergés dans cet hôpital. Si, en cas d’épidémie ou de besoins extraordinaires, les établissements sont souvent saturés - par exemple, l’asile de Saint-Athanase (Quimper) héberge 509 malades pour 471 places en 18925— il leur arrive aussi de ne pas faire le plein comme en février 1890 lorsque 77 % des lits de Loire-Inférieure sont occupés6. Globalement, même si le nombre de lits augmente peu, la situation semble donc meilleure à la fin du siècle, avec des établissements moins saturés et une meilleure répartition. Dans le même temps, les conditions d’hébergement s’améliorent nettement.

  • 7 . ADCA 1X10 (1900) ; ADF 6M1046 (1900) ; ADIV 1X293 (1901) ; ADLA 2X14 bis (1893) ; ADM X1874 (1890 (...)

Carte 10. Établissements hospitaliers en Bretagne à la fin du xixe siècle7

Carte 10. Établissements hospitaliers en Bretagne à la fin du xixe siècle7
  • 8 . Th. Fillaut (dir.) Lieux de soins, lieux d’histoire, Rennes, ENSP, 1995, p. 215-217. ADCA 1X10 ; (...)

Tableau 2. Nombre de lits dans les établissements hospitaliers de Bretagne au milieu et à la fin du xixe siècle8

Tableau 2. Nombre de lits dans les établissements hospitaliers de Bretagne au milieu et à la fin du xixe siècle8

L’hébergement s’améliore au cours du siècle

7Les plus petits des anciens établissements installés dans de vieux locaux évoluent peu, faute de ressources. C’est le cas, à la fin du siècle, du Croisic (Loire-Inférieure) :

  • 9 . ADLA 2X14 bis.

« Il se compose de vieux bâtiments nécessitant chaque année de nombreuses dépenses d’entretien grâce auxquelles il est maintenu en assez bon état [...] Pour répondre aux conditions d’une bonne hygiène, il y aurait lieu de reconstruire la majeure partie de l’immeuble actuel »9.

8Les établissements nouvellement créés sont naturellement en meilleur état à condition d’être installés dans des locaux neufs ou rénovés. Ceux des grandes villes changent le plus d’aspect. Nous prendrons ici le cas de Nantes où les quatre établissements hospitaliers d’avant la Révolution sont regroupés dans deux établissements au xixe siècle, l’hôpital (l’Hôtel-Dieu) et l’hospice (Saint-Jacques).

9Deux hôpitaux se succèdent au même endroit sous l’appellation d’Hôtel-Dieu. Le premier fonctionne jusqu’en 1863 dans des constructions qui datent du xviiie voire du xviie siècle où, en dépit des améliorations opérées après 1793, les conditions d’accueil laissent longtemps à désirer. Comme l’écrit Léon Maître :

  • 10 . L. Maitre, Histoire administrative des anciens hôpitaux de Nantes, Nantes, 1875, p. 81-83.

« En transformant les greniers et en donnant à l’édifice primitif toute l’extension dont il était susceptible, on était parvenu [...] à entasser 637 malades où nous en placerions à peine 400 aujourd’hui. Ce chiffre n’était pas encore le maximum de la contenance, le règlement de 1841 l’avait fixé à 759. [...] Malgré les travaux de consolidation, la vétusté dévorait l’édifice avec tant de rapidité, qu’on se vit, en 1842, dans la nécessité de prendre une décision à bref délai »10.

  • 11 . F. Vincent, Hospices civils de Nantes, dans La ville de Nantes et la Loire-Inférieure, Congrès de (...)
  • 12 . F. Vincent, op. cit., p. 294-295.
  • 13 . S. Borsa, C.-R. Michel, La vie quotidienne des hôpitaux en France au xixe siècle, Paris, Hachette (...)

10Inauguré en 1863, le nouvel édifice, de type Lariboisière, est constitué d’un ensemble de huit pavillons isolés, reliés entre eux par des galeries vitrées au rez-de-chaussée. Chaque pavillon comprend alors trois vastes salles de trente-six lits11. À la fin du siècle, on passe à neuf pavillons comprenant 975 lits pour les malades12. Cette reconstruction suit certaines conceptions alors en vigueur (pavillons) mais les besoins énormes de l’agglomération nantaise poussent la commission administrative et les élus à construire un très vaste établissement alors qu’il était recommandé de construire des hôpitaux de 400 places environ13.

  • 14 . Rapport du Préfet au Conseil général, 1822. Cité dans L. Maître, op. cil, p. 187 (note 1).

11L’hospice, quant à lui, passe du Sanitat à Saint-Jacques. Depuis le xviiie siècle, les mendiants, aliénés, vieillards sont enfermés dans l’Hôpital général du Sanitat. En 1822, selon un rapport du Préfet « la majeure partie des bâtiments est dans un tel état de caducité et de dégradation, que l’on peut craindre les accidents les plus graves. Cette situation dont la réalité n’est que trop notoire, compromet la sûreté et même l’existence des personnes qui habitent cette maison »14. Aussi, la commission administrative des hospices de Nantes décide-t-elle de transférer ses activités dans l’ancien prieuré Saint-Jacques situé à Pirmil sur la rive sud de la Loire. Le nouvel établissement qui reçoit les pensionnaires du Sanitat à partir de 1834 est un modèle du genre si l’on en croit le docteur Ange Guépin :

  • 15 . A. Guépin, E. Bonamy, Nantes au xixe siècle, Nantes, 1835, p. 535.

« Il y a de l’air et du soleil, pour réjouir ces pauvres vieillards qui vont y terminer une carrière si souvent remplie d’inquiétude et de souffrances physiques. Il y a un tableau frais et paisible pour y reposer le cerveau brûlant et sans cesse surexcité de ces malheureux aliénés qui viennent y chercher leur guérison ; il y a de l’espace pour développer les forces des jeunes orphelins, que l’on conserve au dépôt quand ils sont malades ou infirmes. Voilà ce qu’on trouve à Saint-Jacques, au lieu de l’air étouffé du Sanitat, aux salles longues et étroites, aux fenêtres basses et rares »15.

  • 16 . Ibid., p. 535.

12Les différentes catégories reçues dans cet établissement sont séparées les unes des autres. Les vieillards et infirmes occupent six bâtiments, les orphelins un et les aliénés huit16.

Les conditions d’accueil dans les établissements hospitaliers

Le domicile de secours et l’exclusion des hors-communes

  • 17 . Cité dans J. Imbert (dir.), Histoire des hôpitaux, Toulouse, Privat, 1982, p. 335.

13La loi du 24 vendémiaire an II (15 octobre 1793) inaugure le principe d’un domicile de secours, lieu où le nécessiteux a droit aux secours publics et qui peut être sa commune de naissance ou de résidence à condition que l’intéressé y séjourne depuis plus d’un an ce qui exclut les gens de passage. Celle du 7 août 1851, encore assez restrictive, n’impose le secours aux « étrangers » qu’en cas d’urgence. « Lorsqu’un individu privé de ressources tombe malade dans une commune, aucune condition de domicile ne peut être exigée pour son admission dans l’hôpital existant dans la commune »17. Les habitants des communes possédant un établissement hospitalier semblent donc privilégiés. Les hôpitaux et hospices peuvent néanmoins, après accord, accueillir des habitants des communes voisines.

  • 18 . Dr Anizon, Situation des classes nécessiteuses de la Loire-Inférieure sous le rapport des secours (...)
  • 19 . Ibid., p. 704.
  • 20 . Ibid., p. 704.
  • 21 . Ibid., p. 704.
  • 22 . Ibid., p. 704.
  • 23 . Ibid., p. 704.
  • 24 . ADLA 2X14 bis.
  • 25 . Dr Anizon, op. cit., p. 717.

14Ainsi, en 1865, la situation en Loire-Inférieure est-elle très disparate. Certains établissements suivent l’exemple d’Oudon « destiné uniquement aux pauvres de la commune »18. À Châteaubriant, les trente-deux lits sont « destinés aux indigents et presque toujours occupés par des vieillards, des orphelins, et quelques malades de la ville »19. Dans ces établissements, il semble que les indigents étrangers tombés subitement malades ne soient pas pris en charge par l’hôpital. D’autres appliquent la loi à la lettre. À l’instar de Nort/Erdre, ils soignent les « nécessiteux de la commune - malades, vieillards, enfants », et les passants en cas d’accident20. Une troisième attitude consiste à appliquer la loi et à passer des conventions avec des communes proches pour l’accueil de leurs malades. Ainsi, Ancenis, « traite gratuitement tous les indigents malades de la commune ainsi que les voyageurs »21 mais les pauvres des communes voisines paient un franc par jour en salle commune, sauf en cas de convention particulière passée avec la commission administrative. L’hôpital de Pornic réserve vingt-quatre lits pour les pauvres malades de la ville mais en offre cinq aux communes voisines contre rétribution de un franc cinquante en salle commune et de trois à cinq francs en cabinet22. Ce système est identique à Guérande où les étrangers paient un franc vingt-cinq par jour23. Grâce à des fondations privées ou municipales, l’hôpital-hospice d’Ancenis réserve des lits à un indigent d’Anetz, à un de Saint-Herblon, à un de Saint-Géréon, à un de Mésanger, à trois non-malades d’Ancenis24. Ces différences de comportement vis-à-vis des étrangers proches ou lointains dépendent de plusieurs facteurs dont le moindre n’est pas celui des possibilités d’hébergement. Si l’hôpital de Clisson est plus accueillant que certains autres, c’est peut-être dû à ce que les lits sont rarement tous occupés et le petit établissement de Blain accepte les étrangers en cas d’urgence lorsqu’il a des places libres25.

  • 26 . RAA du M, lettre du Préfet du 17/10/1850. Voir aussi la lettre du Préfet du 12/12/1867.
  • 27 . RAA du M, lettre du Préfet du 5/10/1891. Voir aussi RAA du M, lettre du Préfet du 13/10/1897.

15Les autorités départementales, elles-mêmes, soutiennent cette pratique de l’exclusion des pauvres étrangers. Ainsi, en 1850, le préfet du Morbihan ordonne-t-il aux maires de n’envoyer des indigents dans les hôpitaux que lorsque la commune est en mesure de payer le séjour (1 franc par jour)26. De plus, les conditions sont souvent draconiennes. Le conseil général du Morbihan prend à sa charge les malades indigents de communes qui n’ont pas d’établissement hospitalier à condition qu’ils soient curables dans un bref délai. Constatant que certains de ces indigents sont incurables, il exige des communes un certificat d’indigence et un certificat médical attestant la curabilité et la durée probable du traitement sous peine de rejet des demandes27. On retrouve les mêmes difficultés en Ille-et-Vilaine. En 1851, le préfet, Pagès :

  • 28 . RAA d’IV, septembre 1851, n°418, p. 366

« a l’honneur de prévenir MM les maires que la subvention de 4 300 francs allouée par le conseil général pour traiter, en 1851, à l’Hôtel-Dieu de Rennes, un certain nombre de malades curables des communes rurales est épuisée et qu’elle sera plus qu’absorbée par le prix de pension des personnes actuellement en traitement dans cet établissement. Il les incite, en conséquence, à ne pas diriger sur Rennes, des malheureux qui seraient obligés de retourner chez eux, faute de place et de moyen de leur faire appliquer les secours de l’art »28.

  • 29 . J.-L. Bault, L’hôpital de Paimbœuf, Paimbœuf, 1968, p. 119-120.

16La situation semble évoluer sous la troisième République. Ainsi, en 1878, le préfet de Loire-Inférieure réussit-il à contraindre l’hôpital de Paimbœuf à héberger les malades des communes limitrophes29.

  • 30 . Dr Anizon, op. cit., p. 713.
  • 31 . Ibid., p. 713.
  • 32 . Règlement du service intérieur des hospices de Vannes, Vannes, Grébus, 1882, p. 11.

17Tous les indigents vivant dans les communes où se trouve un hospice ne sont pas sûrs d’y avoir accès. Par exemple, seuls les vieillards ou infirmes résidant depuis plus de vingt ans dans la commune de Blain peuvent être accueillis dans son hospice30. À Oudon, la résidence doit dater d’au moins six ans31. L’hospice de l’Humanité de Vannes n’accepte que les vieillards « caducs ou infirmes » dont le domicile dans la ville est d’au moins dix ans sans interruption32. Ce sont là, heureusement, des cas extrêmes et le plus souvent, il n’est pas exigé de résidence supérieure à un an. Mais le manque de place peut, dans les faits, porter la résidence à des délais bien plus longs. C’est le cas, par exemple, à Nantes où les vieillards qui désirent entrer à Saint-Jacques doivent s’inscrire sur une liste d’attente de plusieurs années.

Des établissements destinés aux pauvres

  • 33 . Ibid., p. 11.

18Pour P. Larousse, comme pour bien d’autres au xixe siècle, hôpitaux et hospices sont encore des établissements de charité destinés aux indigents (voir cahier d’illustrations, photo n° 13). Si certains grands établissements évoluent vers un statut d’établissement sanitaire pour tous où opèrent des chirurgiens célèbres, dans l’ensemble, les établissements bretons semblent bien destinés à une clientèle de pauvres. Le règlement des hospices de Vannes est catégorique : « Les vieillards et infirmes dont l’état d’indigence viendrait à cesser, seront, sur décision spéciale de la commission administrative, renvoyés de l’hospice »33. Néanmoins, deux autres catégories peuvent se rencontrer dans les établissements bretons, les militaires et les pensionnaires payants.

  • 34 . En 1841, la commission administrative de l’hôpital de Pontivy se plaint de la place exigée par le (...)
  • 35 . Il est de 2 francs par officier et de 1 franc par soldat à Lorient au début du xixe siècle mais e (...)
  • 36 . J. Imbert (dir.), Histoire des hôpitaux, Toulouse, 1982, p. 343. Règlement du service de santé du (...)
  • 37 . S. Borsa, C-.R. Michel, La vie quotidienne des hôpitaux en France au xixe siècle, Paris, Hachette (...)
  • 38 . Paul Morel cité dans J. Imbert (dir.), Histoire des hôpitaux, Toulouse, 1982, p. 344.
  • 39 . La loi du 7 juillet 1877 réorganise l’organisation des hôpitaux militaires et généralise cette pr (...)
  • 40 . A. Guépin, E. Bonamy, Nantes au xixe siècle, Nantes, 1835, p. 583.

19Les militaires sont généralement bien accueillis car ils représentent une rentrée d’argent, l’autorité militaire versant une indemnité de séjour. Il arrive cependant que des dissensions apparaissent34. Fixé entre quatre-vingts centimes et un franc au début du siècle35, ce prix de journée est établi en fonction des dépenses après 183136. Il semble, malgré tout, n’avoir jamais réellement compensé le coût des dépenses engagées pour l’accueil de militaires. Certains prix sont complètement déconnectés de la réalité. C’est le cas de l’hôpital de Pont-l’Abbé (Finistère) qui ne réclame que vingt-sept centimes par jour37. Cette situation amène certains observateurs à affirmer que « il n’est pas pour ainsi dire un hôpital en France recevant des militaires qui ne pût très légitimement dire que de ce fait il subissait une perte »38. C’est indéniablement vrai pour les grands hôpitaux qui créent des services spécialement pour les militaires. Il faut sans doute nuancer pour les petits. Lorsque le prix de journée excède les dépenses d’hébergement et de soins proprement dits, l’établissement n’est pas forcément perdant puisque les militaires occupent alors des lits vacants qui, même vides, représentent toujours une certaine charge. L’accueil de militaires peut alors apparaître comme une rentrée d’argent supplémentaire permettant à l’hôpital de mieux fonctionner. Certains grands établissements réservent une partie de leurs locaux aux militaires et marins39. On peut, dans ce cas, parler d’hôpitaux mixtes. C’est le cas des hôpitaux de Nantes (Hôtel-Dieu), Lorient ou Brest. Les officiers ont des conditions meilleures que leurs hommes soignés en salle commune d’une trentaine de lits. Par exemple, à l’Hôtel-Dieu de Nantes, en 1833, « huit cabinets, six à deux lits et deux à un lit, sont en outre réservés pour les officiers et les malades payant trois Francs par jour »40. Les hôpitaux qui n’accueillent que des militaires, tels le Petit-Couvent de Vannes ou Saint-Charles au Grand-Fougeray (Ille-et-Vilaine), ne nous concernent pas dans cette étude.

20Certaines commissions administratives hospitalières sont favorables à l accueil de pensionnaires payants. De Watteville souligne l’intérêt de cette mesure :

  • 41 . Cité dans S. Borsa, C.-R. Michel., op. cit., p. 70.

« Non seulement la création de lits payants dans les hôpitaux et les hospices est utile à ces établissements qui ne peuvent pas toujours subvenir aux charges qui leur sont imposées mais elle est éminemment utile aux classes ouvrières. En dehors de l’indigence, il existe un grand nombre d’individus que l’état de maladie fait passer de la gêne à la misère si on ne leur vient pas en aide. La création de lits payants est une bonne œuvre et produira les meilleurs effets »41.

  • 42 . Ibid., p. 70.
  • 43 . ADM XI869.
  • 44 . Dr Anizon, op. cit., p. 754.
  • 45 . ADM X1869. Seuls Pontivy et Port-Louis n’ont aucune place payante. Vannes accueille 5 % de pensio (...)

21Il semble que nombre d’établissements ne soient pas vraiment convaincus par ces arguments puisque la part de ces lits en France est inférieure à 5 % en 184842. En 1853, ces lits ne représentent que 3 % des places dans les hôpitaux morbihannais43. La Loire-Inférieure semble un peu plus favorable à cette pratique puisqu’en 1865, les lits de pensionnaires représentent 12 % du total dont 85 % sont occupés44. La réticence à accepter à l’hôpital des malades autre qu’indigents vient de loin ; sous l’Ancien Régime, les hôpitaux sont des lieux réservés aux pauvres et tout au long du xixe siècle, l’administration elle-même répugne à vouloir étendre l’hôpital à d’autres catégories sociales. Ceux qui en ont les moyens doivent se faire soigner à domicile ou dans des maisons privées quand elles existent. Le nombre de lits payants n’est donc pas lié aux besoins mais dépend principalement du bon vouloir des administrateurs des hospices, d où l’hétérogénéité des comportements. Par exemple, en 1865, en Loire-Inférieure, six établissements sur quinze n’accueillent pas de pensionnaires payants. Ceux où l’importance relative de ce type d’hébergement est élevée - sans jamais excéder 45 % du total — sont en général des petits établissements : Bourgneuf (44 lits), Savenay (52 lits), Châteaubriant (42 lits). Les deux établissements nantais qui dominent avec 85 % de l’ensemble des lits de Loire-Inférieure, offrent 12 % de leurs lits à des hôtes payants soit 77 % de l’ensemble des lits payants du département. Même constatation pour le Morbihan : Hennebont vient en tête avec 31 % de lits payants mais le plus grand établissement, Lorient (804 lits) n’offre que deux places payantes en 185345.

  • 46 . Dr Anizon, op. cit.. p. 711.
  • 47 . Selon un tableau des salaires des professions les plus importantes dans la ville de Nantes (publi (...)

22Outre les réticences des administrateurs, une des raisons du faible nombre de pensionnaires est sans doute le montant des prix de pension. En effet, si ceux-ci semblent relativement modestes dans certains cas, de 150 à 200 francs par an à Savenay en 186546, un ouvrier économe peut alors difficilement épargner de quoi passer plusieurs années dans un tel établissement et les plus aisés restent chez eux47. Les pensionnaires sont en général accueillis dans de meilleures conditions que les indigents. Par exemple, à Saint-Jacques (Nantes) les aliénés indigents sont hébergés dans un dortoir de dix-huit lits alors que les pensionnaires sont seuls dans une petite chambre. Leur sort n’est, cependant, pas totalement indifférent à celui des plus démunis puisqu’il sert souvent de référence à ceux qui réclament l’amélioration des conditions d’hébergement des indigents.

23L’essentiel de la population hospitalière en Bretagne est, au xixe siècle, composé d’indigents. On peut estimer le nombre d’indigents à l’hôpital en diminuant le nombre de lits gratuits du nombre de lits de militaires soignés lorsque nous possédons ces données. Ainsi, à Nantes, les militaires et pensionnaires représentent en moyenne un quart des lits, tous les autres étant occupés par des représentants des classes pauvres. Pour les petits hôpitaux, la part des indigents est le plus souvent impossible à déterminer car les états sont très imprécis.

Un exemple d’établissement : Saint-Jacques de Nantes

  • 48 . ADLA BA571/15, hospices civils de Nantes : séance du 22/5/1875. Les femmes n’attendent « que » qu (...)

24L’âge minimum pour entrer dans les hospices n’est pas toujours précisé, et pour certains, n’est que théorique. C’est le cas de Saint-Jacques à Nantes où les vieillards sont accueillis à partir de soixante-cinq ans mais où le délai d’entrée repousse cet âge de plusieurs années. Dans ce cas, comme dans beaucoup d’hospices, les commissions établissent un registre d’inscriptions en attente. Pour les hommes, ce délai est de quinze à dix-huit mois en 1875 après avoir été supérieur à trois ans48.

25Saint-Jacques de Nantes offre un bon éventail des catégories qui se rencontrent dans ce genre d’établissement. Dans cet hospice, comme dans bien d’autres, les vieillards sont les plus nombreux (42 % en 1840) suivis des aliénés pas nécessairement indigents (39 % en 1840). La troisième catégorie est composée des enfants assistés du département (19 % en 1840).

  • 49 . C.Bouchet, Rapport à la commission administrative des hospices de Nantes (Séance du 11 mars 1836) (...)
  • 50 . F. Vincent, Hospices civils de Nantes, op. cit., p. 299. Dans la loi de finance du 29 mars 1897, (...)
  • 51 . F. Vincent, op. cit., p. 299.
  • 52 . ADLA BA571/15, hospices civils de Nantes : séance du 22/5/1875.
  • 53 . J.-C. Renoul, Notice statistique sur les hospices de Nantes et le mouvement de leur population, A (...)
  • 54 . Ibid., p. 128-131.
  • 55 . Ibid., p. 128-131.
  • 56 . Ibid., p. 128-131.

26La vieillesse ou l’infirmité n’ouvrent aucun droit automatique à l’hébergement de l’hospice. D’ailleurs, les vieillards ou les infirmes le désireraient-ils en un temps où ce type d’établissement est considéré comme un mouroir ? Comme le précise la commission administrative des hospices nantais « l’hôpital général ne reçoit à ces deux titres, que les gens à qui la fortune, l’âge ou les infirmités ne permettent pas de vivre dans l’intérieur de la ville »49. Les vieillards indigents admis à Saint-Jacques à partir de 65 puis 70 ans50 doivent être domiciliés à Nantes mais certains entrent au compte des communes ou du Département. Dans ce cas, le préfet prend un arrêté pour l’admission. Il n’y a pas d’âge pour l’admission des indigents domiciliés à Nantes « qui justifient d’infirmités suffisantes pour les mettre hors d’état de gagner leur vie »51. C’est la commission administrative qui statue sur l’admission en fonction des places disponibles, de l’urgence et de la situation du demandeur. Afin que ne soient recueillis que « ceux qui méritent absolument cette faveur », la commission administrative fait une enquête sérieuse avant l’inscription sur les listes d’attente puis une nouvelle lors de l’admission puisque le délai entre les deux peut être de plusieurs années et que la situation des personnes peut s’être améliorée dans le même temps52. Les statistiques regroupent ces deux catégories, aussi ne pouvons-nous pas faire de distinction. D’ailleurs, les hospices eux-mêmes les mêlent dans les mêmes lieux. Dans le vieil hospice nantais du Sanitat, ces vieillards et ces infirmes indigents occupent déjà une grande place : 61 % des lits en 1825, 49 % en 183053. À Saint-Jacques, environ 400 lits entre 1835 et 1850, 450 lits au milieu du xixe siècle leur sont attribués54. Les femmes sont les plus nombreuses : 57 % en 1852 et 1853, 59 % en 185455. Le séjour moyen est court, 250 jours pour les hommes et 290 jours pour les femmes dans les années 1852-1854 mais il masque des inégalités importantes. Si certains sortent après un délai plus ou moins long pour rejoindre leur famille (12 % en 1852-1854), les autres terminent leur vie à l’hospice : ces personnes étant âgées et souvent mal en point, le taux de mortalité est assez élevé : 14 % en 1840, 13 % en 1840-1845, 17 % en 1850, 20 % en 1852-185456.

27Les conditions de vie de ces personnes nous sont présentées par un administrateur en 1836 :

  • 57 . C. Bouchet, Rapport à la commission administrative des hospices de Nantes (Séance du 11 mars 1836 (...)

« Les indigents vieillards et infirmes couchent tous dans des dortoirs vastes, aérés, à des étages élevés au-dessus d’un soubassement et d’un rez-de-chaussée, et fermés sans restriction dans la journée. Ils mangent tous à une table commune, à des heures réglées, sans qu’il leur soit permis d’emporter les débris de leurs repas. Les heures du coucher, les heures du lever sont réglées ; le change des habillements, du linge de corps et des draps de lit est également soumis à une règle. Dans les intervalles des repas, ils se livrent à divers travaux. Dans la division des femmes, l’atelier et le réfectoire sont dans deux pavillons distincts ; dans la division des hommes, ils sont confondus dans une même salle mais séparés par une claire-voie [...] La première loi qui préside est celle du travail. Chaque admis doit son travail selon ses forces et son intelligence »57.

  • 58 . ADLA 2X17, 2X18 ; J.-C. Renoul, op. cit., p. 134.
  • 59 . Ibid, p. 134.
  • 60 . Ibid., p. 134.
  • 61 . ADLA BA571/15, hospices civils de Nantes : séance du 22/5/1875.

28Les administrés perçoivent un tiers du produit de leur travail et peuvent recevoir des visites sous certaines conditions. Les pensionnaires, non-indigents, sont peu nombreux : dix-neuf en 1841, douze en 1 847 et vingt-deux en 185458. Au milieu du siècle, la pension annuelle coûte 400 francs59. La mortalité de ces derniers est comparable à celle des indigents (19 % en 1854) ce qui tendrait à prouver que les traitements ne doivent guère différer60. Selon la commission administrative, les places de pensionnaires sont très demandées malgré l’augmentation des prix61.

  • 62 . L. Maitre, Histoire administrative des anciens hôpitaux de Nantes, Nantes, 1875, p. 224.
  • 63 . F.Vincent., Hospices civils de Nantes, op. cit., p. 296.
  • 64 . Ils sont 652 en 1875, 653 en 1876 ; voir ADLA BA571/15, hospices civils de Nantes : séance du 16/ (...)
  • 65 . J.-C. Renoul, op. cit., p. 148.
  • 66 . Ibid., p. 148.
  • 67 . Ibid., p. 149.

29Les aliénés sont progressivement accueillis dans les hôpitaux généraux créés pour renfermer les mendiants au cours du xviiie siècle. Dans le cas du Sanitat de Nantes, selon Léon Maître, « il ne paraît pas que la direction de l’Hôpital général ait fait d’efforts sérieux pour créer un véritable quartier d’aliénés avant la fin du xviiie siècle »62. Le nombre d’aliénés hébergés par « l’hospice général » de Saint-Jacques ouvert en 1834 progresse de façon importante dans la première moitié du siècle passant de 150 à 500 environ63. Le nombre total d’aliénés se stabilise ensuite autour de 650 personnes en moyenne64. La mortalité tourne autour de 10 % soit sensiblement moins que celle des vieillards ce qui s’explique par la différence d’âge et le séjour moyen est d’environ 270 jours, comparable à celui des vieillards65. Tous ces aliénés ne sont pas logés à la même enseigne. Certains sont à la charge du conseil général ou des communes qui paient 1,10 franc par jour et par individu en 1854 en application de la loi du 30 juin 183866. Celle-ci prévoit que l’interné paie son séjour s’il en a les moyens. Dans le cas contraire, c’est aux parents ou aux enfants de le faire mais quand ces derniers sont indigents, le département prend les frais à sa charge. D’autres, du département de Loire-Inférieure, sont pensionnaires : de 20 en 1830, leur nombre passe à 56 en 1835, 79 en 1840, 113 en 1845 et 121 en 1850. Enfin, les derniers, sont étrangers au département mais leur nombre ne fait que décroître : 61 en 1840, 33 en 1845 et 8 en 185067.

30Au Sanitat, au début du xixe siècle, les aliénés sont enfermés dans des loges dont le nombre augmente à la fin du xviiie siècle et que présente Léon Maître :

  • 68 . Ibid., p. 149.

« Leurs loges avaient six pieds et demi de largeur sur dix pieds de longueur et sept de hauteur ; elles étaient voûtées, fermées par une grille et garnies d’un siège d’aisance dans le fond. L’aliéné était attaché comme une bête féroce dans cette espèce de cage par des menottes et une chaîne »68.

  • 69 . Ibid, p. 149.

31Nous sommes loin encore des conceptions nouvelles du xixe siècle défendues par Pinel et Esquirol. Le fou est encore considéré comme un animal à enfermer. Malgré tout, au Sanitat même, dans les années 1820, les conditions évoluent. L’ouverture d’une annexe permet de laisser les aliénés se promener dans un jardin entouré de bâtiments salubres. Leur état sanitaire s’améliore et le recours aux cachots devient peu fréquent69. Les conditions d’hébergement à l’hospice Saint-Jacques sont sans rapport avec ce qu’elles étaient au Sanitat. Un ensemble de bâtiments leur est réservé et l’on applique les méthodes alors les plus en pointe. Selon Guépin :

  • 70 . A. Guépin, E. Bonamy, op. cit., p. 542.

« la maison des fous à Nantes n’est plus seulement un lieu de refuge pour ces malheureux mais un lieu de traitement, un lieu de passage pour beaucoup d’entre eux qui, après la cure, rentrent dans la société, et peuvent lui être encore des membres dévoués et utiles »70.

  • 71 . Ibid, p. 542.

32On fait venir un médecin spécialiste des maladies mentales et un cours concernant ces affections est dispensé à l’école de Médecine71.

33La dernière catégorie est constituée des enfants. Selon Ange Guépin, dans les années 1830 :

  • 72 . Ibid., p. 559-560.

« le nombre des orphelins recueillis par les hospices, à Nantes, s’élève en moyenne à 343 par an, provenant de trois sources ; les uns, en effet, sont nés à la maternité ; d’autres ont été exposés au tour ; d’autres, enfin [...], sont recueillis, quand ils se trouvent isolés, par suite d’une condamnation encourue par leurs parents. La plus grande partie des orphelins provient de Nantes mais il en vient aussi des différentes communes du département »72.

  • 73 . J.-C. Renoul, op. cit., p. 91-92.
  • 74 . ADLA BA57I/15, hospices civils de Nantes. 1886.
  • 75 . J.-C. Renoul, op. cit., p. 92.

34Il semble que beaucoup d’enfants nés à la maternité de l’Hôtel-Dieu de Nantes soient ensuite abandonnés par leurs mères indigentes, cet abandon ne pouvant pas se faire directement à la maternité73. L’accouchée doit, en effet, obligatoirement repartir avec son enfant et c’est souvent après qu’il soit revenu à l’hôpital pour des soins qu’elle l’abandonne74. Les conditions d’accouchement doivent laisser à désirer puisque le taux de mortalité des nouveau-nés à l’hôpital même est relativement élevé : 15 % en 1840-1850, pour un séjour d’une dizaine de jours maximum75.

  • 76 . La loi du 19 janvier 1811 qui institue l’Assistance publique, rend obligatoire cette mesure en mê (...)
  • 77 . J. Sandrin, Enfants trouvés, enfants d’ouvriers. xviie-xixe siècles, Paris, Aubier, 1982, p. 81.
  • 78 . De Watteville, Rapport à son Excellence, le ministre de l’Intérieur sur les tours, les abandons, (...)
  • 79 . ADLA 2X17, 2X18.
  • 80 . A. Guépin, E. Bonamy, op. cit.. p. 568.

35Le premier groupe des enfants assistés est accueilli à l’Hôtel-Dieu. Les enfants abandonnés doivent être déposés au tour de l’hôpital, l’accouchée n’ayant pas le droit de confier son enfant à des intermédiaires76. Ce système avait été mis en place pour éviter que des mères ne fassent inscrire leurs enfants sur les listes des établissements puis se les fassent confier ensuite en tant que nourrices. En novembre 1848, le système du tour qui, selon certains, favorisait le vice, est abandonné dans de nombreux endroits et c’est désormais le bureau d’admission de l’hôpital - en fait, souvent la Supérieure des religieuses de l’établissement — qui reçoit la mère77. À Nantes, cependant, le tour subsiste encore en 1853 alors que le Finistère en a fermé deux sur quatre et le Morbihan un sur deux78. Dans la décennie 1820-1830, le nombre d’entrées d’enfants assistés à l’Hôtel-Dieu de Nantes se situe aux environs de 300 ainsi que Guépin le dit plus haut. Dans les années 1840-1849, il varie entre 300 et 400, certaines années étant exceptionnelles (1840, 930 entrées et 1849, 1 989 entrées)79. L’établissement reçoit essentiellement des enfants très jeunes. 87 % des nouveaux admis ont, en effet, moins de un mois. La mortalité est très élevée mais pas exceptionnelle si l’on en croit Guépin pour qui « la mortalité à Nantes est, à peu près, la même actuellement sur les orphelins qu’à Paris et à Rouen. Mais ceci n’est point une raison pour fermer les yeux sur une calamité réelle »80.

36Une fois recueillis, ces enfants ne restent pas à l’hôpital ou à l’hospice. La loi du 30 ventôse an V (20 mars 1797) considère en effet que l’hôpital n’est qu’un dépôt, l’enfant devant ensuite être placé en nourrice ou mis en pension chez des particuliers. Ce n’est qu’en cas de maladie grave, d’accident, d’infirmité qu’il est ramené à l’hôpital. Guépin nous présente la situation dans les années 1830 :

  • 81 . A. Guépin, E. Bonamy, op. cit.. p. 559-560. On peut relever dans le texte de Guépin, l’allusion à (...)

« Ces enfants [...] sont confiés à des nourrices de la campagne qui les emmènent chez elles, dans différents lieux du département, et de là, les élèvent jusqu’à l’âge de douze ans. L’allaitement artificiel adopté depuis trente ans, est encore en usage aujourd’hui, parce qu’il permet de choisir entre un plus grand nombre de nourrices. Si, en effet, on exigeait l’allaitement naturel, qui est véritablement le plus convenable, toutes choses égales d’ailleurs, on restreindrait beaucoup le nombre des personnes à choisir, et on n’en trouverait pas assez qui eussent, du reste, à distribuer de la tendresse et des soins minutieux, comme il en faut aux jeunes enfants. Les nourrices reçoivent, depuis la naissance jusqu’à un an, 8 fr. par mois ; de un an à trois ans, 7 fr. ; de trois à huit ans, 6 fr. ; enfin, de huit à douze, 4 fr. par mois ; plus, à la fin des douze ans, une gratification de 50 fr., moyennant un bon certificat du maire ; ou une récompense proportionnelle, dans le cas où la nourrice n’a pris l’enfant qu’à un âge plus ou moins éloigné de la naissance. Jusqu’à l’âge de six ans, les orphelins sont vêtus aux frais de l’administration. À huit ans, ils reçoivent encore un vêtement complet, et un autre à l’âge de onze ou douze ans. Les enfants nés à la Maternité n’y restent, après leur naissance, que dans le cas où ils sont malades. Les orphelins déjà grands, quand ils sont infirmes ou malades, sont placés à l’hôpital général de St-Jacques. Leur nombre est habituellement de quatre-vingt, à peu près »81.

  • 82 . ADLA. BA571/15. Commission des hospices de Nantes. 1886. Les enfants ayant le certificat d’étude (...)
  • 83 . J. Sandrin, op. cit.. p. 77-78 et ADIA BA571/15, commission des hospices de Nantes, 1886.
  • 84 . J.-C. Renoul, op. cit., p. 168.

37L’âge du placement est repoussé à treize ans à la fin du siècle, ce qui correspond à l’âge de la scolarité obligatoire et les nourrices reçoivent alors 12 francs par mois82. Jusqu’en 1818, les garçons âgés de plus de douze ans sont employés par la Marine. Après cette date, c’est moins courant et ils sont plus souvent placés en apprentissage83. Dépendant de l’Assistance publique jusqu’à l’âge de vingt et un ans, ils sont sous la dépendance d’un tuteur délégué par la commission administrative de l’hospice qui gère leurs biens ; leurs salaires sont placés à la caisse d’épargne84.

  • 85 . Ibid., p. 168.
  • 86 . Ibid, p. 168.

38Le nombre d’enfants en nourrice diminue entre 1825 et 185485. La baisse est importante puisque l’on passe de 1721 placés en 1825 à 768 en 1854 soit une division par plus de 2. Pour la période 1825-1854, les taux de mortalité de l’ensemble des enfants placés à la campagne se situent autour de 12 % par an86.

39Afin d’empêcher que les mères célibataires n’abandonnent leurs enfants, les hôpitaux mettent quelquefois en place des systèmes d’assistance particuliers. L’expérience de Nantes mise en place dans les années 1820, nous est rapportée par Guépin :

  • 87 . Ibid., p. 168.

« En 1826, une autre institution fut créée, ayant pour but de confier à leur mère quelques-uns des enfants naturels nés dans le département. On assure à chaque fille-mère qui veut élever son enfant la somme de quatre francs par mois pendant les deux premières années ; trois francs pendant la troisième ; à la fin de celle-ci, les secours doivent cesser. Depuis cette époque, jusqu’à 1834 inclusivement, dans une série de neuf années, 425 enfants au-dessous de trois ans ont été admis à être élevés de cette sorte »87.

  • 88 . Ibid., p. 168.
  • 89 . ADI-A BA571/15 (1886.). Une loi du 5 mai 1869 met en place des secours temporaires aux filles-mèr (...)
  • 90 . ADIA BA571/15, commission des hospices de Nantes, 1886.

40Selon les différents calculs de Guépin, ce système permettrait de baisser sensiblement la mortalité du premier mois (12 % contre 56 %)88, sans parler, naturellement, de l’aspect affectif et moral de cette décision. Quant aux effets sur le nombre d’abandon, ils ne sont pas évalués. On peut peut-être penser que la baisse du nombre d’abandons dans la période 1825-1854 n’est pas sans rapport avec la mise en place de ce système. Ces secours temporaires existent toujours à la fin du xixe siècle. Après enquête de l’Assistance publique, les mères reçoivent six francs par mois pendant un an ; l’aide est souvent prolongée un ou deux ans89. Selon la commission administrative, même si cette aide est insuffisante pour élever un enfant, elle a une apparence de « prime à la mauvaise conduite » car elle ne concerne que les enfants illégitimes, les parents légitimes n’ayant pas d’aide pour élever leurs enfants car c’est au bureau de bienfaisance de les prendre en charge. L’hospice de Nantes offre cependant la particularité d’aider certains enfants légitimes, ceux des veuves ayant plus de trois enfants de moins de 12 ans (74 secours de 100 francs en 1886)90.

  • 91 . J.-C. Renoul, op. cit., p. 135.
  • 92 . Ibid., p. 135. Il donne des taux de mortalité de 2,25 % en 1852, 8,14 % en 1854.

41À côté des enfants abandonnés ou trouvés qui sont hébergés temporairement par l’Hôtel-Dieu, Saint-Jacques héberge des enfants orphelins de père ou de mère de familles indigentes (une soixantaine dans les années 1852-185491). La mortalité dans cette catégorie d’enfants est inférieure à celle des enfants abandonnés ou trouvés car ils ne sont pas admis dès le premier âge92. C’est aussi dans cet établissement que les enfants assistés sont envoyés par leurs nourrices en cas d’accident ou de maladie grave. Enfin, les orphelins infirmes sont eux aussi accueillis à Saint-Jacques où ils restent en permanence. Selon Léon Maître :

  • 93 . L. Maître, op. cit., p. 222-223.

« Les jeunes garçons comme les jeunes filles ont une école, un réfectoire, des dortoirs, une infirmerie et un préau séparés. Ils sont sous la direction d’un régent, d’un prévôt qui les instruisent, les surveillent de jour et de nuit, et leur cherchent des professions en rapport avec leurs aptitudes, dès que leurs forces permettent de les placer en apprentissage chez de bons maîtres. Les jeunes filles sont confiées à la garde d’une sœur qui les instruit et leur enseigne les travaux à l’aiguille, ou placées en service, si elles sont capables de gagner leur vie. Dès qu’elles ont fait leur première communion, si elles restent à l’hôpital, on les fait passer successivement par tous les emplois de la maison, afin de les former à la vie active. Pendant leur passage à l’hospice, les jeunes garçons sont employés comme les enfants de police de l’ancien Sanitat l’étaient, aux convois funèbres, à porter des cierges et des armoiries. Il est rare qu’un enterrement ait lieu à Nantes sans que le cortège soit précédé de quelques-uns de ces enfants habillés non plus de bleu mais de noir et coiffés d’une petite calotte. Le cœur des passants s’est ému bien des fois, j’en suis sûr, en voyant ces infortunés brûler sous les ardeurs du soleil de l’été ou grelotter sous la pluie glaciale de l’hiver »93.

Les autres formes d’intervention dans le domaine de la santé

  • 94 . Rapport de M. le Dr Letenneur sur le mémoire du Dr Anizon, ASAN, 1854, vol. XXV, p. 242.

« Les hôpitaux [...] doivent être réservés pour les individus qui n’ont pas de foyer domestique, ou qui ne peuvent recevoir, au sein de leur famille, les soins qui leur sont nécessaires. L’intérêt des malades, l’intérêt des familles et de la Société, la religion, la morale, l’économie enfin, conseillent de favoriser autant que possible l’extension des secours à domicile »94.

42écrit le docteur nantais Letenneur en 1854. Contre l’entassement dans les hôpitaux, la préférence du corps médical va aux soins à domicile au travers de la création de dispensaires. D’autre part, les campagnes sont très démunies dans le domaine hospitalier. Pour pallier ce manque, diverses tentatives de création de secours médical gratuit vont apparaître dans les années 1850, avec plus ou moins de réussite selon les cas.

Les dispensaires : l’exemple nantais

  • 95 . La ville de Nantes, dans ce domaine, semble à l’avant-garde, non seulement en Bretagne mais aussi (...)
  • 96 . M. Sallion, Quelques vues sur la nécessité de l’établissement d’un dispensaire à Nantes, pour ass (...)
  • 97 . Dr Anizon, Étude sur le service médical des pauvres dans la ville de Nantes, ASAN, 1854, vol. XXV (...)
  • 98 . Dr Anizon, Situation..., p. 730-731.
  • 99 . Ibid., p. 730-731.
  • 100 . Ibid., p. 730-731.
  • 101 . Rapport de M. Letenneur sur le mémoire du Dr Anizon, ASAN, 1854, vol. XXV, p. 243.
  • 102 . Voir J. Léonard, Les médecins de l’ouest au xixe siècle, Paris-Lille, ANRT, 1978, p. 888.

43Ces institutions ne dépendent plus du tout des hôpitaux mais des bureaux de bienfaisance. Ces derniers, comme on le verra plus loin, ont en charge plusieurs « classes » d’assistés dont une reçoit des secours médicaux, longtemps administrés à Nantes par les dames de charité95. Afin d’améliorer l’efficacité et la permanence de ces soins, l’administration du bureau de bienfaisance fait appel à des religieuses. En 1837, dix Sœurs de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul tiennent le dispensaire de la place Saint-Jean et quatre Sœurs de la Sagesse s’occupent des dispensaires de Sainte-Marie et de l’Hôtel-Dieu96. Si tous reconnaissent le grand dévouement de ces religieuses, le corps médical leur reproche leur incompétence et c’est afin de pallier cette faiblesse que les soins à domicile sont réorganisés en 185597. Les quatre dispensaires existants sont maintenus et vingt-et-un médecins, nommés par le Préfet pour trois ans, reçoivent une indemnité de 300 francs par an afin qu’ils visitent les malades indigents à domicile et qu’ils effectuent des consultations gratuites dans les dispensaires. Les remèdes sont fournis par les pharmaciens de Nantes qui respectent un tarif officiel. Les indigents sont, en outre, visités par des dames charitables qui leur apportent nourriture, aides et soins98. Le coût moyen par malade, de 8,11 francs par an contre 53,30 francs à l’hôpital, montre l’efficacité financière de ce système et correspond bien au désir de maintenir les malades à domicile99. Il présente cependant un inconvénient : il est en effet difficile de trouver des médecins volontaires pour ce service, en particulier chez les jeunes. Aussi, le docteur Anizon propose-t-il que ce service soit obligatoire avant de pouvoir accéder à un emploi à l’hôpital, plus prestigieux et fortement recherché100. Quant aux secours à domicile aux vieillards indigents, la proposition du docteur Anizon convient à la commission qui retient le principe d’assistance aux plus de soixante quinze ans ayant plus de dix ans de résidence à Nantes. Une allocation annuelle de 253 francs aux hommes et de 195 francs aux femmes permettrait de faire des économies à Saint-Jacques où le prix de revient est de 328 francs101. Cependant, cette étude n’aboutit pas puisque des propositions reprenant ces arguments sont rejetées par une nouvelle commission en 1862102.

  • 103 . Rapport de M. Letenneur..., p. 244.
  • 104 . M. Sallion, op. cit., p. 510.

44Ces systèmes d’aides à domicile présentent aux yeux de ces médecins un double avantage. D’une part, ils sont stables, contrairement à la charité privée qui est dépendante des hommes et par conséquent incertaine et fluctuante. D’autre part, ils ne créent pas une charité légale qui, à l’instar de ce qui existe en Grande-Bretagne, reviendrait à mettre en place ce droit des pauvres qui « remplace la charité par le pire des socialismes »103. La visite régulière des dames de charité et des religieuses permet le maintien du lien entre le bureau et l’assisté. Sans cette présence, en effet, l’indigent se sent « dispensé du sentiment de la reconnaissance, et les bienfaiteurs ne peuvent plus exercer sur lui, par leurs conseils et leurs encouragements, cette tutelle morale dont il a tant besoin »104 disait déjà le docteur Sallion en 1837. L’assisté est un enfant qu’il faut éduquer et éventuellement réprimer. Ce système de soins, autant que médical est moral. Selon le docteur Anizon :

  • 105 . Dr Anizon, op. cit., p. 727.

« Il est incontestable, en effet, que l’échange répété de soins, d’attention, de dévouement, d’égards inhérents au traitement à domicile, que l’habitude - contractée de bonne heure - de secourir personnellement un proche, de le consoler dans ses souffrances, sont les moyens les plus propres à resserrer les liens de famille, conséquemment à répandre dans les masses les idées de morale, d’union, de paix, d’ordre, de prévoyance et d’économie »105.

45Les établissements hospitaliers ne sont peut-être pas tant à condamner pour des raisons sanitaires que pour des raisons morales. Il semble que ces arguments soient efficaces puisqu’en général les propositions des médecins, presque tous membres de la Société académique de Nantes, sont reprises par les administrations. Ces dernières retrouvent sans doute dans l’argumentation du docteur Anizon des préoccupations proches des leurs.

L’assistance médicale gratuite, réussites et échecs

  • 106 . Ou sur les associations charitables religieuses sans oublier tous les rebouteux ou autres personn (...)
  • 107 . Dr Verger, Médecine charitable ou organisation des secours médicaux pour les pauvres dans les vil (...)

46Si les pauvres des villes ne sont pas toujours bien encadrés au plan sanitaire, ceux des campagnes sont encore plus mal lotis, toutes les enquêtes s’accordent sur ce point. La Basse-Bretagne, là encore, semble dans une situation critique. Jusque dans les années 1850, les indigents des campagnes, lorsqu’ils tombent malades ou sont blessés, n’ont d’autre solution que de compter sur la charité des médecins et pharmaciens106. Cette situation conjuguée aux habitudes explique sans doute qu’ils ne fassent appel aux hommes de l’art qu’en cas d’extrême urgence, trop tard dans beaucoup de cas. Dès la première moitié du siècle sont créés quelques services médicaux gratuits pour les indigents des campagnes. Le docteur Verger de Châteaubriant, dans un mémoire couronné en 1851 par la Société académique de Nantes, intitulé Médecine charitable ou organisation des secours médicaux pour les pauvres dans les villes et surtout dans les campagnes, signale les systèmes des Haut et Bas-Rhin (1803), de la Moselle, de la Haute-Saône (1823) et de la Saône-et-Loire (1843) et note que dans l’ouest des secours ont été partiellement mis en place dans les arrondissements de Laval (Mayenne), Angers, Baugé (Maine-et-Loire) et Châteaubriant (Loire-Inférieure)107.

L’expérience pionnière de Châteaubriant (1840-1855) et la mise en place de l’assistance médicale gratuite en Loire-Inférieure (1855-1871)

  • 108 . Dr Anizon, op. cit., p. 678.
  • 109 . Dr Verger, op. cit. p. 124-130. Tous les renseignements qui suivent sont tirés de cet article.
  • 110 . Ibid., p. 124-130.
  • 111 . Ibid., p. 124-130.

47Le docteur Verger (Châteaubriant) et le docteur Chauvin (Sion, Loire- Inférieure)108 sont à l’origine de cette organisation qui fonctionne à partir de 1840 dans seize communes de l’arrondissement de Châteaubriant où les 30 000 habitants comprennent plus de 5 000 indigents109. Huit médecins volontaires assistés de trois sages-femmes et deux pharmaciens apportent des secours gratuits aux indigents inscrits sur les listes des pauvres des communes ou aux personnes qui ont des billets de visite délivrés par les municipalités, les bureaux de bienfaisance ou des souscripteurs privés. Une consultation hebdomadaire à jour et à heure fixes est organisée à la mairie et la liste des pauvres est revue tous les six mois. Le médecin reçoit un forfait pour les soins donnés à la population agglomérée et est payé en fonction des dépenses répertoriées sur le billet de visite délivré par le souscripteur pour les déplacements excédant trois kilomètres. Pour cette activité, il est payé 50 % de ses honoraires habituels ; les médicaments les plus économiques sont achetés chez les pharmaciens de la circonscription. Dans les années 1850, la valeur d’un billet se monte à 3-4 francs et le mémoire le plus élevé est celui du traitement de tous les pauvres de la commune de Rougé (2 600 habitants) où trente-quatre malades ont été soignés au prix de 126 francs soit 3,70 francs par malade110. Selon le docteur Verger, certaines communes, pour moins de 10 francs par an, sauvent la vie à plusieurs malades. Un comité réunissant les délégués des conseils municipaux, des bureaux de bienfaisance, des souscripteurs, les maires et les curés des communes concernées administre cette œuvre. Il se réunit tous les six mois et règle les montants des billets et ordonnances. Sans ce système, les vies de nombreuses personnes seraient en danger. Le docteur Verger cite l’exemple d’une famille d’une commune qui n’adhère pas au secours médical gratuit : « Quand nous arrivâmes, on venait de porter la femme en terre, le mari était mort depuis trois jours, les petits enfants étaient hors de danger mais ils étaient réduits à la mendicité »111.

48Un autre avantage est que ce système coûte beaucoup moins cher que les soins à l’hôpital qui d’ailleurs n’accepte pratiquement jamais les malades de la campagne. Les 650 personnes soignées à domicile ont coûté 2 144 francs alors que l’hôpital aurait demandé 15 000 francs.

  • 112 . Ibid., p. 124-130.

49Pour le docteur Verger, si l’aspect sanitaire est primordial, cette œuvre joue aussi un rôle moral car la fonction de souscripteur « est très honorable : elle donne une grande influence ; elle équivaut à celle qui était connue autrefois sous le nom de Père des Pauvres »112 L’encadrement sanitaire se double d’un encadrement idéologique. Derrière le soin des corps, se profile celui des âmes. Au sujet de cette expérience, le docteur Anizon est encore plus explicite :

  • 113 . Dr Anizon, op. cit., p. 679.

« En dehors de l’utilité matérielle, inhérente à toutes les institutions de bienfaisance, celle-ci empruntait à son caractère privé l’incontestable avantage de substituer, dans le cœur des populations, le sentiment si salutaire de la reconnaissance, à cet esprit si funeste d’antagonisme et de jalousie qui se propage de plus en plus parmi les sociétés modernes »113.

50Mais si la charité privée présente cet avantage aux yeux de nombreux tenants de l’idéologie dominante, elle n’est pas pour autant dépourvue de défauts, les principaux étant la précarité de l’institution et son aspect trop localisé. Aussi, les autorités cherchent-elles à mettre en place une organisation rationnelle et publique de ces secours.

  • 114 . Ibid., p. 679.
  • 115 . J. Léonard, Les médecins de l’ouest au xixe siècle, Paris-Lille, ANRT, 1978, p. 890 : « L’apogée (...)
  • 116 . Dr Anizon, op. cit., p. 680-681.

51Par l’arrêté du 20 octobre 1855, M. Chevreau, préfet de Loire-inférieure instaure un service médical gratuit pour les indigents du département. Cette décision procède de deux mouvements convergents. D’une part, dans un vœu du 29 août 1851, le conseil général demande la généralisation de l’expérience de Châteaubriant à l’ensemble du département et vote dans ce but une subvention de 14 000 francs en 1855114. D’autre part, les autorités les plus hautes, dès la fin des années 1840, s’inquiètent de cette question. La seconde République donne l’impulsion à un mouvement qui trouve sa concrétisation sous le second Empire. Une circulaire du ministre des Finances du 15 août 1854 incite, en effet, les préfets à prendre des initiatives115. Le département est divisé en circonscriptions qui laissent de côté les douze communes où se trouve un établissement hospitalier et celles qui refusent d’adhérer à ce système, c’est-à-dire qui refusent leur contribution car la subvention de 14 000 francs du conseil général ne suffit pas à couvrir les dépenses116. Le fonctionnement de cette organisation des soins aux indigents nous est donné par J. Léonard dans sa thèse consacrée aux médecins de l’ouest :

  • 117 . J. Léonard, Les médecins de l’ouest au xixe siècle, Paris-Lille, ANRT, 1978, p. 901.

« Le médecin des indigents est en même temps chargé des enfants trouvés et orphelins, et de l’hygiène publique ; il donne une fois par semaine des consultations gratuites, à lieu et heure fixes, et il se rend, à l’appel des autorités locales, au domicile des indigents de la liste annuelle nominative de sa circonscription ; il reçoit son indemnité semestrielle proportionnée au nombre des indigents et personnes assistées de sa circonscription, augmentée de primes spéciales en cas d’épidémie ; il peut être pharmacien et se faire rembourser ses remèdes ; il a le droit de faire donner des secours alimentaires aux nécessiteux par le bureau de bienfaisance et le curé. Le financement est très composite : subvention du gouvernement, crédits du conseil général, dons des bureaux de bienfaisance, cotisations des conseils municipaux, souscriptions des personnes charitables, abonnements corporatifs des cantonniers, douaniers etc »117.

52Sur les 208 communes du département, 196 sont concernées par ce système. En 1857, le secours médical est instauré dans 177 communes, formant 175 circonscriptions médicales ce qui est remarquable pour une organisation datant de deux ans mais, si l’on en croit le docteur Anizon :

  • 118 . Dr Anizon, op. cit., p. 690.

« il n’a pas reçu un accueil empressé dans toutes les parties de la Loire-Inférieure. Les communes des arrondissements d’Ancenis, de Châteaubriant et de Savenay l’ont admis à l’unanimité ; le onzième des communes de l’arrondissement de Nantes, 6 sur 66, le tiers de l’arrondissement de Paimbœuf, 8 sur 25, s’abstiennent d’y prendre part. La contribution volontaire n’a pas suivi une progression plus uniforme »118.

  • 119 . Ibid. p. 690.
  • 120 . Ibid. p. 690. voir aussi J. Léonard, op. cit., p. 901.
  • 121 . Dr Anizon, op. cit., p. 689.

53Les raisons des refus sont multiples. Dans l’arrondissement de Paimbœuf, par exemple, « l’aisance générale des populations (on y compte des communes qui n’ont pas de pauvres) l’empêche d’éprouver à un haut degré le besoin d’un secours médical gratuit »119 ; d’autre part, « il n’a pas pu l’être dans dix-neuf [communes], soit par suite de l’éloignement des médecins, soit par le refus de quelques-uns d’entre eux »120. Malgré la réticence de ces communes et de ces médecins, dans l’ensemble, tout le monde a lieu d’être satisfait. De plus, les malades « voisins de l’indigence, sans être sur les listes en profitent cependant parce que le médecin fait des visites plus fréquentes et moins dispendieuses »121. La médecine se propage ainsi dans les campagnes, permettant une intervention plus rapide en cas d’épidémie alors qu’auparavant la moitié des malades mouraient avant l’intervention du médecin ou même sans que l’administration ne fût au courant.

54Enfin, le Préfet, dès 1858, tout en précisant le sens qu’il donne à cette institution, a l’air de penser que l’édifice est en place et solidement fondé :

  • 122 . RAA de LI, lettre du Préfet du 10/05/1858. C’est nous qui soulignons.

« Pour répondre aux vues bienfaisantes de l’Empereur, je me suis occupé de soulager les misères dont la campagne présente quelquefois l’affligeant spectacle. J’ai d’abord avec le concours du Conseil général et des communes, institué un service médical gratuit. Grâce à cette création, que le zèle charitable des médecins du département m’a rendue facile, tous les pauvres sont sûrs de recevoir, dans leurs maladies, les soins et médicaments nécessaires. C’était un premier pas vers le but que je me suis proposé : l’extinction de la mendicité ; car vous savez combien la maladie prolongée du père a de fois précipité la famille dans la misère »122.

55Ces secours à domicile sont donc à inscrire dans un ensemble de mesures visant à lutter contre la mendicité. La santé n’a aucun intérêt en soi ; l’amélioration sanitaire des plus pauvres vise essentiellement à empêcher un appauvrissement de leurs familles, appauvrissement qui déboucherait sur la mendicité.

  • 123 . Dr Anizon, op. cit., p. 692.
  • 124 . Dr Anizon, op. cit., p. 681.
  • 125 . Ibid., p. 681.
  • 126 . RAA de LI, lettre du Préfet du 20/07/1871. Voir aussi RAA de LI, lettre du Préfet du 23/01/1872 : (...)
  • 127 . J. Léonard, op. cit., p. 902.
  • 128 . RAA de LI, lettre du Préfet du 24/9/1876.
  • 129 . J. Léonard, op. cit., p. 903.

56Pourtant, très vite, des difficultés surgissent. La première est la « tendance de certaines municipalités à grossir, contre toute justice et contre toute prudence, les listes supplémentaires d’indigents »123. Ce gonflement des listes entraîne une surcharge de travail pour les médecins qui, de plus, se heurtent aux exigences démesurées des malades. Cette situation est un facteur de découragement pour les médecins. Le second problème qui vient renforcer le découragement des praticiens est d’ordre financier. L’indemnité versée aux médecins, proportionnelle au nombre d’indigents inscrits sur les listes, est relativement modique et ne compense que partiellement leurs frais124. Alors que le nombre de personnes soignées ne fait qu’augmenter, les recettes générales de l’institution et les indemnités des médecins diminuent fortement entre 1856 et 1863 (de 1/3), toutes les administrations agissant dans le même sens. Quatre des cinq arrondissements diminuent leur cotisation dans cette période. « Savenay seul, conséquent avec ses paroles, suit toujours une progression croissante »125. 1871 marque la fin de cette organisation. Depuis 1866, le service médical gratuit est en déficit et le Préfet reproche aux communes de se reposer sur le département126. C’est pourquoi, le conseil général se contente alors de compléter les contributions communales et « presque tout s’effondre ; cinquante-six communes seulement continuent à entretenir les médecins des indigents »127. La situation d’après 1871 ressemble donc à ce qu’elle était avant la création de ce secours en 1855, à savoir marquée par une grande diversité de situations où dominent les expédients. Les communes qui instaurent un service médical gratuit pour les indigents reçoivent, cependant, des subventions du Département128. Il faut attendre 1892 pour voir de nouveau se créer une organisation rationnelle dans ce département. Les dépenses sont alors partagées également entre le département et les communes129. L’expérience d’Ille-et-Vilaine est, en revanche, un succès.

L’assistance médicale gratuite en Ille-et-Vilaine : une réussite exemplaire (1857-1895)

  • 130 . Ibid., p. 903-906.

57Comme en Loire-Inférieure, c’est la généralisation d’une expérience locale qui est à l’origine du système mis en place. Par exemple, au milieu du siècle, dans l’arrondissement de Vitré, des personnes charitables paient le médecin pour leurs indigents. En 1857, le Conseil général vote 15 000 francs pour la création d’un service médical des indigents qui fonctionne sur le modèle de la médecine cantonale : dans chacune des 110 circonscriptions du département, un médecin est chargé de soigner et vacciner les indigents répertoriés par des commissions spécialisées. À la fin de l’année, le médecin présente au conseil départemental d’hygiène la liste de ses visites, visée par les maires des communes concernées. Le conseil d’hygiène répartit les fonds disponibles (22 500 francs en 1859) entre les médecins soit environ 0,50 franc par vaccination et 0,80 franc par visite ce qui est inférieur à ce que perçoivent leurs collègues de Loire-Inférieure. Malgré un coût qui place l’Ille-et-Vilaine parmi les départements les plus économes de France, ces dépenses semblent exorbitantes à certains notables qui préféreraient voir l’assistance aux pauvres entièrement aux mains des religieuses bénévoles. En dépit des difficultés et des vicissitudes de toutes sortes, telle la suspension du service en 1865, l’assistance médicale gratuite fonctionne bon an mal an jusqu’à la loi de 1893 consacrée à cette question et l’on peut même considérer que c’est une belle réussite à l’échelle de la France. Ainsi, en 1876, ce service, adopté par 253 communes rurales sur 340 concernées, concerne près de 30 000 indigents ce qui place l’Ille-et-Vilaine dans les tout premiers rangs du pays où seuls 43 départements ont un pareil système130.

L’impossibilité de créer un service médical gratuit dans les Côtes-du-Nord, le Finistère et le Morbihan

  • 131 . Ibid., p. 891.

58Contrairement à la Haute-Bretagne, la Basse-Bretagne refuse la création d’un service médical gratuit pour les pauvres principalement à cause du refus des notables qui siègent dans les conseils généraux d’utiliser les deniers publics pour les pauvres. De surcroît, en favorisant le développement de l’enseignement congréganiste, ils attirent un grand nombre de religieux qui, non seulement, s’occupent de l’alphabétisation et du catéchisme mais mettent en place des organisations charitables pour les plus pauvres dont les malades131.

59L’hostilité du conseil général des Côtes-du-Nord à la mise en place d’une organisation médicale, sans être exceptionnelle, est très claire :

  • 132 . Résolution du Conseil général du 26/08/1854, citée dans J. Léonard, op. cit., p. 899.

« Le moyen le plus pratique et le plus efficace pour atteindre le but proposé, c’est l’établissement dans les campagnes de sœurs de charité qui, indépendamment de leur dévouement à l’humanité souffrante, donnent l’exemple de toutes les vertus chrétiennes »132.

60Les timides suggestions faites par les autorités ou les médecins se heurtent donc à cette conception et n’aboutissent pas.

61À l’instar de ce qui se passe dans les Côtes-du-Nord, toutes les tentatives pour créer une médecine des pauvres dans le Finistère avortent. En 1856, le Préfet constate que :

  • 133 . RAA du F, lettre du Préfet du 7/4/1856.

« les villes sont généralement dotées d’établissements charitables où l’ouvrier indigent et malade trouve les secours qui lui sont nécessaires ; mais les campagnes n’offrent à nos cultivateurs aucune ressource de ce genre. L’ouvrier des champs n’est que trop souvent exposé à souffrir isolé, sans médicament ni médecin »133.

  • 134 . Ibid.
  • 135 . Ibid.

62Il considère, néanmoins, que l’instauration de médecins cantonaux ne peut se faire dans son département à cause de la trop grande dispersion des habitants, du « nombre considérable des indigents »134 et de l’insuffisance du personnel médical inégalement réparti. Aussi se contente-t-il de recommander aux communes de voter des crédits spéciaux afin de fournir des médicaments gratuits aux indigents, les médecins leur donnant des consultations gratuites135. Dans ce département, les préfets n’essaient même pas d’aller contre les pratiques dominantes. Dans d’autres domaines, ils font pourtant la preuve de leur refus d’abandonner l’assistance à la charité privée. Nous avons déjà vu qu’ils fustigeaient l’aumône distribuée sans discernement, favorable selon eux au développement de la mendicité. Ce défaitisme apparaît donc étonnant, à moins qu’ils n’aient considéré que le domaine de la santé fût secondaire vis-à-vis d’autres tels les ateliers de charité ou les bureaux de bienfaisance par exemple et qu’ils aient préféré concentrer toute leur énergie sur ces derniers.

  • 136 . J. Léonard, op. cit., p. 892-893.
  • 137 . RAA du M, lettre du Préfet du 15/05/1856.
  • 138 . RAA du M, lettre du Préfet du 7/7/1856.
  • 139 . J. Léonard, op. cit., p. 893.
  • 140 . RAA du M, lettre du Préfet du 6/4/1859.
  • 141 . RAA du M, lettre du Préfet du 9/11/1859.
  • 142 . J. Léonard, op. cit.. p. 896-897.

63Contrairement à la Loire-Inférieure où le service médical gratuit est basé sur une forme de médecine libérale, dans le Morbihan, c’est la création de médecins cantonaux qui est proposée en 1852 par le docteur Fouquet. Sa proposition de fonder trente-deux dispensaires et trente-deux postes de médecins cantonaux, bien que solidement argumentée, est repoussée par le conseil général en 1852 et 1853136. Par sa circulaire du 15 mai 1856, le Préfet tente de créer un « service médical des indigents des campagnes » sur la base des idées du docteur Fouquet, en demandant aux communes de voter un impôt de cinq centimes par habitant car le département ne peut pas tout payer137. Les édiles refusent quasi unanimement138. La plupart des communes se déclarent trop pauvres pour un tel sacrifice, le nombre des indigents étant nettement supérieur aux estimations du Préfet et beaucoup considèrent que la charité suffit à panser les maux139. La situation reste bloquée jusqu’en 1858, année où le docteur Fouquet présente un nouveau plan très détaillé au préfet qui nomme une commission chargée de l’examiner140. Le financement serait assuré par 8 000 francs versés par le département et l’État et par un impôt de 10 centimes par habitant voté par les communes. Ce système n’est pas original et a fait la preuve de son utilité et de son efficacité dans le Morbihan même comme à Plœmeur où la commune, « grâce à l’administration intelligente et habile de son maire, fait soigner gratuitement tous ses indigents »141. Ce projet est voté par le Conseil général du 26 août 1859 mais se heurte à l’opposition des municipalités ce qui amène, en retour, le Conseil général à réduire ses subventions puis à les supprimer142.

  • 143 . ibid., op. cit.. p. 899-906. Ces tentatives de création de service de médecine gratuite ainsi que (...)

64Sur cette question de la médecine des pauvres, l’opposition entre Basse et Haute- Bretagne semble complète. Les trois départements bretonnants refusent tout système de secours médical gratuit pour les pauvres des campagnes alors que la Loire-Inférieure en crée un qui fonctionne une quinzaine d’années et qu’en Ille-et-Vilaine ce secours fonctionne à partir de 1857 et subsiste, bon an mal an, jusqu’à l’instauration de l’assistance médicale gratuite en 1893143. Comme nous l’avons vu pour le Morbihan et le Finistère, ce sont les élus, et tout particulièrement les élus locaux qui font échouer toutes les tentatives. Selon Jacques Léonard :

  • 144 . J. Léonard, op. cit., p. 896.

« la raison profonde de la résistance des élus à la médecine des indigents, réside dans l’implantation antérieure des religieuses dans le paysage social, et dans leur glissement accentué de l’enseignement à la médecine : sur 703 religieuses recensées en 1859, 306 s’occupent des enfants et au moins 195 s’occupent officiellement des malades pauvres ; elles sont deux fois plus nombreuses que les médecins du Morbihan »144

65L’attitude des élus est indissociable des mentalités des populations. Au moment où ils s’opposent à ces services de médecine des pauvres, les conseils municipaux sont, en effet, élus au suffrage universel et on peut penser qu’ils ne reflètent pas seulement les vues des plus aisés de leurs concitoyens. Les attitudes différentes des départements bretons nous semblent donc refléter deux conceptions de l’assistance aux plus démunis.

La loi sur l’Assistance médicale gratuite du 15 juillet 1893

66Cette question des secours médicaux aux indigents est réglée au niveau national par la loi du 15 juillet 1893, loi qui met en place l’Assistance médicale gratuite. Selon le premier article de cette loi :

« tout Français malade, privé de ressources, reçoit gratuitement de la commune, du département ou de l’État, suivant son domicile de secours, l’assistance médicale à domicile ou, s’il y a impossibilité de le soigner utilement à domicile, dans un établissement hospitalier. Les femmes en couches sont assimilées à des malades ».

  • 145 . RAA du M, lettre du Préfet du 8/06/1895.

67L’organisation de ce service est dévolue au département. « Il est organisé dans chaque département, sous l’autorité du préfet et suivant les conditions déterminées par la présente loi, un service d’assistance médicale gratuite pour les malades privés de ressources ». Le conseil général de chaque département doit se charger de l’organisation et de la répartition des dépenses entre département et communes mais, s’il y manque, le gouvernement peut prendre un décret. Cette assistance, d’après la loi, concerne les personnes sans ressources, c’est-à-dire les « individus inscrits sur les listes des bureaux de bienfaisance ». Quand ces derniers n’existent pas, c’est le bureau d’assistance de la commune (voir plus loin) qui dresse la liste des secourus, liste nominative y compris quand ils sont membres d’une même famille. De plus, elle « est arrêtée par le conseil municipal, qui délibère en comité secret : elle est déposée au secrétariat de la mairie ». L’inscription est valable un an. Dans les faits, sur ces listes ne sont pas portés uniquement les indigents mais aussi ceux que la maladie amènerait à l’indigence, très nombreux dans ce cas145. Le domicile de secours est très important car il détermine l’administration qui prend à sa charge les frais des soins. Les précisions de la loi sont grandes à ce sujet car le législateur sait bien que des litiges nombreux sont à prévoir entre les différents niveaux. Il s’acquiert « par une résidence habituelle d’un an dans une commune postérieurement à la majorité ou à l’émancipation ». Il se perd, par conséquent, « par une absence ininterrompue d’une année postérieure à la majorité ou à l’émancipation ». En règle générale, les enfants ont le domicile de secours de leur père et les épouses celui de leur mari. Dans un monde où la mobilité géographique est importante, ce domicile n’est pas toujours facile à déterminer. Aussi :

« à défaut de domicile de secours, l’assistance médicale incombe au département dans lequel, le malade, privé de ressources aura acquis son domicile de secours. Quand le malade n’a ni domicile de secours communal, ni domicile de secours départemental, l’assistance médicale incombe à l’État ».

68Le service de l’assistance médicale gratuite est du ressort de la commune. Ce choix est logique puisque c’est le seul niveau où l’on peut réellement connaître la situation des personnes et les évolutions de cette situation. Pour ce faire, dans chaque commune est mis en place un bureau d’assistance.

« La commission administrative du bureau d’assistance est formée par les commissions administratives réunies de l’hospice et du bureau de bienfaisance, ou par cette dernière quand il n’existe pas d’hospice dans la commune ».

  • 146 . RAA du M, lettre du Préfet du 31 août 1893. Il précise que les délégués du conseil municipal ne d (...)
  • 147 . RAA du M, arrêté du Préfet du 13 novembre 1899.
  • 148 . ADLA 1X332, séance du Conseil général du 22/08/1900.
  • 149 . ADIA. 2X14 bis, lettre du Préfet du 17 mai 1901.

69Lorsqu’il n’y a ni hospice ni bureau de bienfaisance, et c’est la majorité des cas en Basse-Bretagne, le bureau d’assistance est composé du maire, de deux délégués du conseil municipal, pas forcément conseillers municipaux, de quatre administrateurs nommés par le ministre de l’Intérieur146. L’installation ne se fait d’ailleurs pas très vite puisque dans le Morbihan, l’arrêté instaurant l’assistance médicale gratuite ne date que du 15 novembre 1899147. En Loire-Inférieure, l’organisation créée en 1892 continue jusqu’en 1900 mais les médecins et pharmaciens, toujours plus mal payés refusent de continuer ainsi et le Conseil général décide d’appliquer la loi du 15 juillet 1893 à partir du premier janvier 1901148. La résistance semble d’ailleurs latente si l’on en croit une lettre circulaire envoyée par le préfet de Loire-Inférieure à certains maires, présidents des commissions administratives des hôpitaux ou du bureau d’assistance ; c’est le cas de Clisson par exemple où, le nombre de lits de malades gratuits diminue bizarrement entre 1892 et 1901149. Qu’il s’agisse d’une circulaire montre que le cas n’est pas isolé ; il semblerait que nombre d’hôpitaux aient alors tendance à minimiser leurs capacités d’accueil pour n’être pas mis en demeure d’accueillir des malades indigents supplémentaires.

70Au xixe siècle, le système hospitalier continue à être un des éléments de l’assistance aux plus démunis même s’il n’est plus le premier. La composition des personnes hospitalisées est révélatrice de cet état de fait. Cependant, l’augmentation du nombre de pensionnaires payants nous permet de penser que nous sommes alors dans une situation de transition. Aller se faire soigner à l’hôpital est sans doute moins redouté à la fin du siècle qu’au début et il semble que les places de pensionnaires pour les vieillards dans les hospices soient alors très recherchées. Cependant, cette évolution concerne surtout les établissements des grandes villes où les conditions sanitaires et d’hébergement se sont nettement améliorées.

71La Bretagne reste, néanmoins, très largement sous-équipée en établissements hospitaliers et en nombre de lits par rapport à ses besoins et vis-à-vis des autres régions de France. Si l’on met de côté l’aspect financier qui est réel mais peut-être pas fondamental car on trouve bien de l’argent pour d’autres domaines comme les constructions d églises, la faiblesse de l’implantation des établissements hospitaliers tient selon nous à la conjonction de deux aspects : en Basse-Bretagne, l’assistance est généralement laissée à la charité privée et c’est à la famille de s’occuper de ses ascendants ou descendants, ce que dit aussi le Code civil et en Haute-Bretagne, la conception dominante est que, sauf exceptions tels les enfants abandonnés ou les aliénés, les personnes qui relèvent des hôpitaux et hospices doivent être soignées à domicile. Dans les deux cas, le résultat est le même, à savoir l’insuffisance du développement des établissements, en particulier à la campagne. Ces deux conceptions se retrouvent naturellement dans toutes les questions de l’assistance. C’est le cas pour les bureaux de bienfaisance dont nous allons traiter maintenant.

Notes

1 . P. Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, 1866-1876, art. Hôpital.

2 . De Gérando, De la bienfaisance publique..., vol. 4, Paris, 1839, p. 320.

3 . De Watteville, Essai statistique sur les établissements de bienfaisance, Paris, 1846, p. 6-7.

4 . La population bretonne passe de 2 732 481 habitants en 1851 à 3 151 686 habitants en 1891 selon l’Insee.

5 . J.-A Le Foll, Th. Fillaut, « Les institutions psychiatriques de la Révolution à nos jours », dans J. Pecker (et al.), La santé en Bretagne, Paris, Hervas, 1992, p. 1 56.

6 . ADLA 2X14 bis, relevé des lits d’hospices et d’hôpitaux au 28 février 1890.

7 . ADCA 1X10 (1900) ; ADF 6M1046 (1900) ; ADIV 1X293 (1901) ; ADLA 2X14 bis (1893) ; ADM X1874 (1890).

8 . Th. Fillaut (dir.) Lieux de soins, lieux d’histoire, Rennes, ENSP, 1995, p. 215-217. ADCA 1X10 ; ADF 6M1046, 1X7 ; ADIV 1X293 ; ADLA 2X6, 2X14 bis, 2X17, 2X18 ; ADM X1869. Certains chiffres avancés par De Watteville (1854) ont été corrigés à l’aide des statistiques hospitalières plus fiables.

9 . ADLA 2X14 bis.

10 . L. Maitre, Histoire administrative des anciens hôpitaux de Nantes, Nantes, 1875, p. 81-83.

11 . F. Vincent, Hospices civils de Nantes, dans La ville de Nantes et la Loire-Inférieure, Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, vol.1, Nantes, 1898, p. 294.

12 . F. Vincent, op. cit., p. 294-295.

13 . S. Borsa, C.-R. Michel, La vie quotidienne des hôpitaux en France au xixe siècle, Paris, Hachette, 1985, p. 35.

14 . Rapport du Préfet au Conseil général, 1822. Cité dans L. Maître, op. cil, p. 187 (note 1).

15 . A. Guépin, E. Bonamy, Nantes au xixe siècle, Nantes, 1835, p. 535.

16 . Ibid., p. 535.

17 . Cité dans J. Imbert (dir.), Histoire des hôpitaux, Toulouse, Privat, 1982, p. 335.

18 . Dr Anizon, Situation des classes nécessiteuses de la Loire-Inférieure sous le rapport des secours médicaux dans les campagnes et dans les villes, ASAN, 1865, t. XXXV, p. 704.

19 . Ibid., p. 704.

20 . Ibid., p. 704.

21 . Ibid., p. 704.

22 . Ibid., p. 704.

23 . Ibid., p. 704.

24 . ADLA 2X14 bis.

25 . Dr Anizon, op. cit., p. 717.

26 . RAA du M, lettre du Préfet du 17/10/1850. Voir aussi la lettre du Préfet du 12/12/1867.

27 . RAA du M, lettre du Préfet du 5/10/1891. Voir aussi RAA du M, lettre du Préfet du 13/10/1897.

28 . RAA d’IV, septembre 1851, n°418, p. 366

29 . J.-L. Bault, L’hôpital de Paimbœuf, Paimbœuf, 1968, p. 119-120.

30 . Dr Anizon, op. cit., p. 713.

31 . Ibid., p. 713.

32 . Règlement du service intérieur des hospices de Vannes, Vannes, Grébus, 1882, p. 11.

33 . Ibid., p. 11.

34 . En 1841, la commission administrative de l’hôpital de Pontivy se plaint de la place exigée par les militaires pour peu de malades (ADM RB1027, Hôpital de Pontivy. xiie siècle, 1673, 1959, Commission administrative de Pontivy, 1959).

35 . Il est de 2 francs par officier et de 1 franc par soldat à Lorient au début du xixe siècle mais en 1808 la Marine refuse de payer (Y. Romieux, L’hôpital civil de Lorient aux xviiie et xixe siècles, dans J. Pecker (et al.), La santé en Bretagne, Paris, Hervas, 1992, p. 143).

36 . J. Imbert (dir.), Histoire des hôpitaux, Toulouse, 1982, p. 343. Règlement du service de santé du 1er avril 1831.

37 . S. Borsa, C-.R. Michel, La vie quotidienne des hôpitaux en France au xixe siècle, Paris, Hachette, 1985, p. 67.

38 . Paul Morel cité dans J. Imbert (dir.), Histoire des hôpitaux, Toulouse, 1982, p. 344.

39 . La loi du 7 juillet 1877 réorganise l’organisation des hôpitaux militaires et généralise cette pratique.

40 . A. Guépin, E. Bonamy, Nantes au xixe siècle, Nantes, 1835, p. 583.

41 . Cité dans S. Borsa, C.-R. Michel., op. cit., p. 70.

42 . Ibid., p. 70.

43 . ADM XI869.

44 . Dr Anizon, op. cit., p. 754.

45 . ADM X1869. Seuls Pontivy et Port-Louis n’ont aucune place payante. Vannes accueille 5 % de pensionnaires payants.

46 . Dr Anizon, op. cit.. p. 711.

47 . Selon un tableau des salaires des professions les plus importantes dans la ville de Nantes (publié par le CRDP de Nantes sous le titre Aspects de la vie industrielle et ouvrière dans le département de la Loire-Atlantique. 1789-1870, Nantes, juin 1977), les salaires des ouvriers nantais en 1848 sont compris entre 1 franc (pour les cotonniers) et 4 francs par jour (pour les voiliers), salaires qui permettent tout juste à ces derniers de vivre ; on estime à cette époque que le minimum vital annuel est de 700 à 800 francs pour une famille de 4 personnes : il est donc impossible à la quasi totalité des travailleurs de mettre de l’argent à la caisse d’épargne.

48 . ADLA BA571/15, hospices civils de Nantes : séance du 22/5/1875. Les femmes n’attendent « que » quelques mois.

49 . C.Bouchet, Rapport à la commission administrative des hospices de Nantes (Séance du 11 mars 1836), Nantes, 1836, p. 26.

50 . F. Vincent, Hospices civils de Nantes, op. cit., p. 299. Dans la loi de finance du 29 mars 1897, l’article 43 est consacré à l’assistance des vieillards, infirmes et incurables. L’âge considéré des vieillards est 70 ans (RAA de LI, lettre du Préfet du 8 mai 1897). Le recul de l’admission à l’hospice date de cette-loi.

51 . F. Vincent, op. cit., p. 299.

52 . ADLA BA571/15, hospices civils de Nantes : séance du 22/5/1875.

53 . J.-C. Renoul, Notice statistique sur les hospices de Nantes et le mouvement de leur population, ASAN, 1855, t. xxvi, p. 128-131.

54 . Ibid., p. 128-131.

55 . Ibid., p. 128-131.

56 . Ibid., p. 128-131.

57 . C. Bouchet, Rapport à la commission administrative des hospices de Nantes (Séance du 11 mars 1836). Nantes, 1836, p. 26-27.

58 . ADLA 2X17, 2X18 ; J.-C. Renoul, op. cit., p. 134.

59 . Ibid, p. 134.

60 . Ibid., p. 134.

61 . ADLA BA571/15, hospices civils de Nantes : séance du 22/5/1875.

62 . L. Maitre, Histoire administrative des anciens hôpitaux de Nantes, Nantes, 1875, p. 224.

63 . F.Vincent., Hospices civils de Nantes, op. cit., p. 296.

64 . Ils sont 652 en 1875, 653 en 1876 ; voir ADLA BA571/15, hospices civils de Nantes : séance du 16/06/1876.

65 . J.-C. Renoul, op. cit., p. 148.

66 . Ibid., p. 148.

67 . Ibid., p. 149.

68 . Ibid., p. 149.

69 . Ibid, p. 149.

70 . A. Guépin, E. Bonamy, op. cit., p. 542.

71 . Ibid, p. 542.

72 . Ibid., p. 559-560.

73 . J.-C. Renoul, op. cit., p. 91-92.

74 . ADLA BA57I/15, hospices civils de Nantes. 1886.

75 . J.-C. Renoul, op. cit., p. 92.

76 . La loi du 19 janvier 1811 qui institue l’Assistance publique, rend obligatoire cette mesure en même temps qu’elle exige que chaque arrondissement dispose de son hôpital des enfants trouvés. On distingue les enfants abandonnés qui sont laissés par un ascendant dans un établissement hospitalier ou à une personne, des enfants trouvés qui sont laissés sur la voie publique de manière anonyme.

77 . J. Sandrin, Enfants trouvés, enfants d’ouvriers. xviie-xixe siècles, Paris, Aubier, 1982, p. 81.

78 . De Watteville, Rapport à son Excellence, le ministre de l’Intérieur sur les tours, les abandons, les infanticides et les mort-nés de 1826 à 1854, Paris, Imprimerie impériale, 1856, p. 16-17 et 43-45.

79 . ADLA 2X17, 2X18.

80 . A. Guépin, E. Bonamy, op. cit.. p. 568.

81 . A. Guépin, E. Bonamy, op. cit.. p. 559-560. On peut relever dans le texte de Guépin, l’allusion à l’allaitement artificiel, à base de lait de vache, sans doute, avec tous les problèmes que cela risque de poser. Les études consacrées à cette question en Bretagne sont rares. Jean-Jacques Kerdreux étudie la question pour la presqu’île de Crozon au xviiie siècle. La mortalité de ces enfants semble alors très élevée.

82 . ADLA. BA571/15. Commission des hospices de Nantes. 1886. Les enfants ayant le certificat d’étude primaire avant cet âge sont dispensés de l’obligation scolaire.

83 . J. Sandrin, op. cit.. p. 77-78 et ADIA BA571/15, commission des hospices de Nantes, 1886.

84 . J.-C. Renoul, op. cit., p. 168.

85 . Ibid., p. 168.

86 . Ibid, p. 168.

87 . Ibid., p. 168.

88 . Ibid., p. 168.

89 . ADI-A BA571/15 (1886.). Une loi du 5 mai 1869 met en place des secours temporaires aux filles-mères indigentes. Il s’agit probablement de l’application de cette loi par la commune de Nantes.

90 . ADIA BA571/15, commission des hospices de Nantes, 1886.

91 . J.-C. Renoul, op. cit., p. 135.

92 . Ibid., p. 135. Il donne des taux de mortalité de 2,25 % en 1852, 8,14 % en 1854.

93 . L. Maître, op. cit., p. 222-223.

94 . Rapport de M. le Dr Letenneur sur le mémoire du Dr Anizon, ASAN, 1854, vol. XXV, p. 242.

95 . La ville de Nantes, dans ce domaine, semble à l’avant-garde, non seulement en Bretagne mais aussi en France. En 1886, 8 dispensaires existent, répartis entre 4 villes, celle de Rennes se refusant à en créer un. J. Cucarull, De la charité individuelle à la bienfaisance organisée : l’assistance à Rennes de 1850 à 1914, Gavroche, janvier-février 1990, n°49, p. 10.

96 . M. Sallion, Quelques vues sur la nécessité de l’établissement d’un dispensaire à Nantes, pour assurer les secours à domicile aux indigents malades, ASAN, 1837, vol. 8, p. 500-504.

97 . Dr Anizon, Étude sur le service médical des pauvres dans la ville de Nantes, ASAN, 1854, vol. XXV, p. 210-212. Voir aussi Dr Anizon, Situation des classes nécessiteuses de la Loire-Inférieure sous le rapport des secours médicaux dans les campagnes et dans les villes, ASAN, 1865, t. XXXV, p. 727- 730.

98 . Dr Anizon, Situation..., p. 730-731.

99 . Ibid., p. 730-731.

100 . Ibid., p. 730-731.

101 . Rapport de M. Letenneur sur le mémoire du Dr Anizon, ASAN, 1854, vol. XXV, p. 243.

102 . Voir J. Léonard, Les médecins de l’ouest au xixe siècle, Paris-Lille, ANRT, 1978, p. 888.

103 . Rapport de M. Letenneur..., p. 244.

104 . M. Sallion, op. cit., p. 510.

105 . Dr Anizon, op. cit., p. 727.

106 . Ou sur les associations charitables religieuses sans oublier tous les rebouteux ou autres personnes qui exercent illégalement la médecine.

107 . Dr Verger, Médecine charitable ou organisation des secours médicaux pour les pauvres dans les villes et surtout dans les campagnes, ASAN, 1852, vol. xxiii, p. 105-106.

108 . Dr Anizon, op. cit., p. 678.

109 . Dr Verger, op. cit. p. 124-130. Tous les renseignements qui suivent sont tirés de cet article.

110 . Ibid., p. 124-130.

111 . Ibid., p. 124-130.

112 . Ibid., p. 124-130.

113 . Dr Anizon, op. cit., p. 679.

114 . Ibid., p. 679.

115 . J. Léonard, Les médecins de l’ouest au xixe siècle, Paris-Lille, ANRT, 1978, p. 890 : « L’apogée de ce premier système se place en 1868, quand 52 départements, près de 15 000 communes et plus de 700 000 indigents des campagnes sont touchés ». 1863 : 37 départements concernés ; 1867 : 48 ; 1869 : 35 ; 1870 : 45 ; 1873 : 44.

116 . Dr Anizon, op. cit., p. 680-681.

117 . J. Léonard, Les médecins de l’ouest au xixe siècle, Paris-Lille, ANRT, 1978, p. 901.

118 . Dr Anizon, op. cit., p. 690.

119 . Ibid. p. 690.

120 . Ibid. p. 690. voir aussi J. Léonard, op. cit., p. 901.

121 . Dr Anizon, op. cit., p. 689.

122 . RAA de LI, lettre du Préfet du 10/05/1858. C’est nous qui soulignons.

123 . Dr Anizon, op. cit., p. 692.

124 . Dr Anizon, op. cit., p. 681.

125 . Ibid., p. 681.

126 . RAA de LI, lettre du Préfet du 20/07/1871. Voir aussi RAA de LI, lettre du Préfet du 23/01/1872 : le Département supprime temporairement l’assistance médicale gratuite.

127 . J. Léonard, op. cit., p. 902.

128 . RAA de LI, lettre du Préfet du 24/9/1876.

129 . J. Léonard, op. cit., p. 903.

130 . Ibid., p. 903-906.

131 . Ibid., p. 891.

132 . Résolution du Conseil général du 26/08/1854, citée dans J. Léonard, op. cit., p. 899.

133 . RAA du F, lettre du Préfet du 7/4/1856.

134 . Ibid.

135 . Ibid.

136 . J. Léonard, op. cit., p. 892-893.

137 . RAA du M, lettre du Préfet du 15/05/1856.

138 . RAA du M, lettre du Préfet du 7/7/1856.

139 . J. Léonard, op. cit., p. 893.

140 . RAA du M, lettre du Préfet du 6/4/1859.

141 . RAA du M, lettre du Préfet du 9/11/1859.

142 . J. Léonard, op. cit.. p. 896-897.

143 . ibid., op. cit.. p. 899-906. Ces tentatives de création de service de médecine gratuite ainsi que celles de lutte contre la mendicité se déroulant partout au même moment (1857-1858) montrent qu’il ne s’agit pas de mouvements spontanés des préfets mais de l’application d’orientations nationales.

144 . J. Léonard, op. cit., p. 896.

145 . RAA du M, lettre du Préfet du 8/06/1895.

146 . RAA du M, lettre du Préfet du 31 août 1893. Il précise que les délégués du conseil municipal ne doivent pas être médecins, pharmaciens ni... frères !

147 . RAA du M, arrêté du Préfet du 13 novembre 1899.

148 . ADLA 1X332, séance du Conseil général du 22/08/1900.

149 . ADIA. 2X14 bis, lettre du Préfet du 17 mai 1901.

Table des illustrations

Titre Carte 10. Établissements hospitaliers en Bretagne à la fin du xixe siècle7
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17740/img-1.png
Fichier image/png, 510k
Titre Tableau 2. Nombre de lits dans les établissements hospitaliers de Bretagne au milieu et à la fin du xixe siècle8
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17740/img-2.png
Fichier image/png, 915k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17740/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search