Version classiqueVersion mobile

Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle

 | 
Guy Haudebourg

2e partie. L'assistance

Introduction de la deuxième partie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les autorités considèrent que deux actions complémentaires sont à mettre en œuvre pour éteindre la mendicité. D’une part, il faut assister ceux qui mendient ou qui risquent de mendier par nécessité, c’est-à-dire parce qu’ils n’ont pas de revenu à cause d’infirmités, d’un âge trop bas ou trop élevé, d’une maladie ou d’un accident ou parce que la conjoncture économique est défavorable. D’autre part, les autres, mendiants volontaires ou de profession qui se confondent le plus souvent avec les vagabonds, doivent être réprimés. C’est aux premiers de ces mendiants ou indigents que nous allons nous intéresser dans cette partie.

2Trois grands systèmes d’assistance publique existent au xixe siècle. Le premier et le plus ancien est le système hospitalier ; si les deux types d’établissement, hôpitaux et hospices, tendent à être distingués au cours du xixe siècle, ils ont en commun de s’adresser essentiellement à la même population pauvre et incapable de travailler, soit momentanément (blessés, malades, femmes en couches), soit pour une longue durée (enfants) voire définitivement (vieillards infirmes, aliénés). Le second système est celui des bureaux de bienfaisance créés sous la Révolution française dont le rôle est l’aide à domicile permettant de moduler l’assistance en fonction de besoins conjoncturels ou structurels. Enfin, les ateliers de charité, pouvant d’ailleurs porter des noms très différents, qui concernent les indigents valides complètent cette organisation. À ces systèmes d’assistance stricto sensu s’ajoutent les dépôts de mendicité qui s’apparentent à la prison mais qui évoluent souvent vers l’établissement hospitalier.

3Aux yeux des autorités, ces systèmes n’ont pas la même importance dans la lutte contre la mendicité. Les représentations qu’elles se font ou qu’elles donnent des mendiants et des origines de la mendicité mais aussi les moyens matériels dont elles disposent les conduisent à privilégier certaines méthodes d’action sur d’autres. Il faut, en premier lieu, fournir du travail à ceux qui n’en ont pas, tout en s’opposant à toute forme de « droit au travail », ensuite développer l’aide à domicile qui, grâce à sa proximité et à la connaissance des assistés permet de secourir les « vrais » indigents et non les fainéants et, enfin, entretenir les établissements hospitaliers. Même dans le domaine des soins, les services à domicile sont préférés aux hôpitaux. Dans cette conception, le dépôt de mendicité ne vient alors que pour contraindre au travail et réprimer les mendiants professionnels comme on le verra dans la troisième partie.

  • 1 . L’ancien système d’assistance (hôpitaux, bureaux de charité) et de répression (dépôts de mendicit (...)

4Cet ordre de priorité n’est pas indifférent. Il est la conséquence de la conception de l’assistance qu’ont les différents régimes politiques qui se succèdent. Dans l’ensemble, les idées du libéralisme économique selon lesquelles l’État doit se garder d’intervenir dans le domaine économique et social dominent jusqu’à la fin des années 1880. Selon cette idéologie et pour les appareils d’État, l’assistance ne doit jamais être un droit car elle relève du devoir moral de chaque individu et surtout doit rester du ressort municipal. Les lois d’ensemble sont donc repoussées avec force jusqu’à ce qu’à la fin du siècle, sous la poussée de divers courants plus sociaux tels le christianisme social, le radicalisme ou le socialisme par exemple, les idées issues de la Révolution française ne soient mises en application par les gouvernements républicains1.

5On peut considérer la loi du 15 juillet 1893 sur l’assistance médicale gratuite aux vieillards, infirmes et incurables comme l’origine de cet État-providence tant décrié tout au long du siècle, pire que le socialisme selon certains auteurs. Il faut cependant nuancer cette vision linéaire des conceptions de l’assistance. En effet, son organisation ne se fait pas partout au même rythme. Ainsi, certaines parties de la Bretagne sont « en avance » y compris par rapport à d’autres provinces alors que d’autres sont « en retard » et l’on peut, dans ce domaine, retrouver l’opposition entre la Haute et la Basse-Bretagne dont nous avons déjà fait état. D’autre part, dans certains secteurs, l’État intervient très tôt sans que les oppositions ne soient très fortes. C’est le cas des lois traitant de l’assistance des enfants trouvés et de l’accueil des aliénés par les hospices, deux domaines qui ne seront pas développés ici et qui nécessitent des recherches spécifiques.

Notes

1 . L’ancien système d’assistance (hôpitaux, bureaux de charité) et de répression (dépôts de mendicité) des pauvres est démantelé par la Constituante. Le comité de mendicité présidé par La Rochefoucauld-Liancourt propose d’assister les enfants abandonnés et les infirmes et de donner du travail aux pauvres valides sans emploi, principes repris par la constitution de 1791. La différence avec l’Ancien Régime est l’assistance systématique de certaines catégories de pauvres même si le principe de droit des pauvres est critiqué par le comité, la sécularisation des organismes et l’abandon des hôpitaux comme moyens privilégiés d’assistance. Le manque d’argent, les vicissitudes politiques empêchent la mise en œuvre de ce système. Les lois de la Convention sont beaucoup plus radicales. Les secours aux indigents sont une obligation de la nation ; l’assistance qui s’apparente de fait à une véritable protection sociale doit être égale pour tous, prise en charge par l’État, même si la gestion est locale, cantonale comme toute l’administration de cette époque. La loi de la bienfaisance nationale est appliquée deux ans durant mais les mesures du Directoire portent un coup fatal à cette anticipation et l’on en revient à une organisation proche de ce qui existait avant 1789 sans, toutefois, remettre en cause le caractère public des institutions.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search