Version classiqueVersion mobile

Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle

 | 
Guy Haudebourg

1re partie. De la représentation à la connaissance scientifique

Chapitre 2. La Bretagne, terre de mendiants ?

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 . J.-E. Gridel, Notes et renseignements pris par un touriste dans un voyage en Bretagne, 1862, Ar M (...)
  • 2 . H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France. Normandie et Bretagne, Paris, 1885, p. 62 (...)
  • 3 . Ch. Géniaux, La Bretagne vivante, Paris, 1911, p. 33.

1Tout au long du xixe siècle, les auteurs notent l’omniprésence des mendiants en Bretagne, même s’il faut nuancer la description selon les lieux et si des évolutions positives peuvent être notées. Ainsi, lors de son voyage en Bretagne en 1862, l’Alsacien Joseph-Émile Gridel rencontre-t-il beaucoup de passants sur la route de Morlaix à Saint-Pol-de-Léon (Finistère). « Tous s’arrêtent, plusieurs nous demandent la charité » et, à Lesneven (Finistère), son hôtel est « situé en face des Halles, véritable Cour des Miracles qui sert d’asile à une foule de malingreux couverts des guenilles les plus fantastiques »1. En 1885, pour le géographe Henri Baudrillart, « la plaie de la Bretagne est restée la mendicité »2 et, en 1911, Charles Géniaux, dans La Bretagne vivante, pense encore que « les touristes qui visitent la Bretagne sont frappés par le nombre des mendiants, très souvent dignes d’un crayon d’un Callot »3. L’iconographie va dans le même sens et, quel que soit le public visé, les mêmes représentations reviennent, telle cette « réclame » pour les chemins de fer de l’État qui présente la Bretagne pittoresque avec au premier plan, un mendiant invalide agenouillé.

2Au-delà de ces clichés qui ne sont pas éloignés de leurs points de vue, les autorités cherchent à mieux connaître les mendiants, tant du point de vue de leur nombre que de celui de vue de la composition de leur groupe. Cette démarche plus scientifique n’a pas un but désintéressé mais vise à engager les diverses actions préfectorales ou locales sous les meilleurs auspices. Les sources dont elles disposent ont plusieurs origines. À côté des enquêtes spécifiques commandées par les gouvernements ou les préfets, certains renseignements peuvent aussi être tirés des recensements par exemple.

Taux de mendicité et taux d’indigence selon les auteurs du xixe siècle

3Nous ne disposons d’aucune statistique officielle traitant de la mendicité pour l’ensemble ou pour une partie de la France. Plusieurs auteurs ont pourtant essayé de pallier ce manque par diverses approches.

  • 4 . A. De Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne... vol. 2, Paris, 1834, p. 93.
  • 5 . Ibid., p. 67.
  • 6 . Ibid. p. 21.

4Le vicomte Alban De Villeneuve-Bargemont, préfet de Loire-Inférieure de 1824 à 1828, après avoir interrogé ses collègues en 1830, dénombre en France 198 153 mendiants dont un grand nombre ne mendie que pendant la saison rigoureuse4. Après la révolution de Juillet 1830, ce nombre serait passé à 229 698 personnes (+16 %)5. Selon lui, « sur une population de 2 522 831 habitants, les départements formant la province de Bretagne comptent 152 683 indigents (dont 46 172 mendiants) »6 soit 1 indigent pour 16 habitants (60 %) et 1 mendiant pour 54 habitants (18 %).

  • 7 . A. Du Châtellier, Recherches statistiques sur le Finistère, Quimper, 1835, p. 78.
  • 8 . Ibid., p. 78.
  • 9 . Ibid., p. 78.

5Les départements bretons se situent alors aux tout premiers rangs de France par leurs taux de mendicité puisqu’il classe l’Ille-et-Vilaine au premier rang (1/36 habitants), le Finistère au second (1/37 habitants), les Côtes-du-Nord au troisième (1/58 habitants), le Morbihan au neuvième (1/85 habitants) et la Loire-Inférieure au trentième (1/182 habitants). Le vicomte note un décalage avec la répartition des indigents en France, les départements du Nord et du Pas-de-Calais arrivant en tête de l’indigence avec respectivement 1/6 et 1/8 de leurs habitants dans la misère et les départements bretons s’échelonnant entre les huitième et quinzième places : Finistère huitième (1/15 habitants), Côtes-du-Nord neuvième (1/16 habitants), Ille-et-Vilaine dixième (1/16 habitants), Loire-Inférieure quatorzième (1/18 habitants) et Morbihan quinzième (1/18 habitants). La façon dont ces nombres ont été obtenus n’est pas indiquée par l’auteur mais, dans sa présentation du paupérisme et de la mendicité dans le Finistère qu’il fait en 1830, Armand Du Châtellier signale qu’ils ont été donnés par les préfets et sous-préfets, sont très approximatifs et sujets à caution7. Par exemple, dans ce département, « l’arrondissement de Châteaulin serait celui où le nombre de pauvres serait relativement le moins élevé, tandis que l’arrondissement de Morlaix présenterait le plus grand nombre de pauvres et de mendiants. Cet état de choses est-il bien exact ? »8. On le voit, dès la publication de ces statistiques, des contemporains remettent en cause la méthode utilisée. Par ailleurs, l’auteur souhaite une évaluation de la pauvreté à partir des rôles fiscaux ce que les administrations concernées n’ont jamais fait pour le xixe siècle. Ce travail est, à l’heure actuelle, impossible à faire pour l’ensemble d’une région et les données de base n’existent pas toujours pour chaque commune. De plus, le tableau publié par Du Châtellier est en contradiction avec celui de Villeneuve. Alors que celui-ci donne un taux d’indigence de 1/15 (67 %) pour le Finistère, Du Châtellier avance la proportion de 1/8 (125 %) en donnant des nombres précis9. On peut donc se demander ce qui a amené Villeneuve à modifier les chiffres fournis par les autorités préfectorales et si ce cas est unique.

  • 10 . A. De Villeneuve-Bargemont, op. cit., p. 14.
  • 11 . Ibid., p. 14.
  • 12 . Ibid., p. 14.

6Les taux de Villeneuve placent les départements bretons un peu au-des- sus de la moyenne française que de nombreux auteurs situent autour de 1 indigent pour 20 habitants (50 %). Le baron De Gérando, dans Le Visiteur du pauvre donne cette proportion pour l’ensemble de la France en estimant le nombre d’indigents à 1/5 (200 %) en ville et de 1/30 (33 %) à 1/40 (25 %) en campagne10 ; le baron De Morogues en trouve 1/16 (62 %) et le comte De Laborde, en 1819 parlait de 1/40 (25 %)11. En temps de crise, les nombres augmenteraient jusqu’aux alentours de cinq millions de misérables pour l’ensemble de la France (soit environ 1/6 de la population française)12. C’est ce que dit par exemple le Journal de Paris du 2 décembre 1831. Là encore, on ne connaît pas l’origine de ces nombres.

  • 13 . De Gérando, De la bienfaisance publique. 4 vol., Paris, 1839.
  • 14 . Ibid., t.1, p. 110-115.
  • 15 . Ibid., t. 1, p. 135
  • 16 . Ibid., t. 1, p. 135

7Le baron De Gérando, reprend la question en 1839 dans son ouvrage De la bienfaisance publique13. Très rigoureux dans ses analyses, il montre les limites des données de Villeneuve-Bargemont issues des établissements de bienfaisance. En effet, de nombreuses communes n’ont ni bureaux ni listes de pauvres et, de plus, il n’y a pas de règle fixe ni commune pour dénombrer ces malheureux14. Ainsi, à Paris, les indigents secourus sont-ils surtout des vieillards et des infirmes alors que « le nombre des valides qui éprouvent des besoins par le manque de travail est de beaucoup supérieur à celui des personnes dont les nécessités proviennent de l’âge ou des infirmités »15. Par ailleurs, les personnes recueillies dans les hôpitaux ou hospices de cette ville le sont en fonction de la maladie et non du degré d’indigence, beaucoup n’étant pas dans la misère sans compter que l’on fait rarement la différence entre les personnes dans la gêne et celles dénuées de tout, c’est-à-dire les indigents véritables16. Pour ces diverses raisons, les données des administrations ne signifient pas grand-chose quant à la réalité de la misère et ne peuvent servir de base fiable à l’établissement d’une statistique de la misère et de la mendicité. On retrouve là les idées des sociologues actuels, à savoir que ces données ne peuvent servir qu’à l’étude des appareils qui les produisent.

  • 17 . De Watteville, op. cit., 1854, p. 4.

8Ces diverses précautions méthodologiques n’empêchent pas le baron De Watteville de reprendre les mêmes sources pour tenter d’estimer l’indigence en France. Alors que De Villeneuve estimait la population indigente à 5 % de la population totale en 1830, De Watteville l’estime à 8 % en 1847 en considérant comme indigents tous ceux qui sont inscrits sur les registres des bureaux de bienfaisance et, malgré ses dénégations, en extrapolant de ces données des résultats pour l’ensemble des communes17. Les Côtes-du-Nord seraient au deuxième rang des 86 départements avec l indigent pour 6 habitants, l’Ille-et-Vilaine au quatrième (1/7 habitants), le Morbihan au dixième (1/9 habitants), le Finistère au 23e (1/11 habitants) et la Loire-Inférieure au 39e (1/14) - voir carte 1. Les taux d’indigence plus élevés que chez Villeneuve peuvent provenir du type de calcul adopté car, si les taux d’assistance sont relativement représentatifs de l’ensemble de l’indigence dans un département où le nombre de bureaux est important et où ces derniers sont suffisamment riches pour couvrir les besoins véritables, ce n’est pas le cas des Côtes-du-Nord, du Finistère ou du Morbihan. D’autre part le contexte de crise économique du milieu du xixe siècle amène probablement une augmentation sensible du nombre d’indigents. Concernant les mendiants, De Watteville commet une erreur dans l’utilisation de ses propres données en rapportant le nombre des mendiants des communes ayant un bureau de bienfaisance à la population totale du département et non à celle des communes concernées. Selon ses données corrigées, les Côtes-du-Nord arrivent au 2e rang, le Finistère au 18e, le Morbihan au 19e, l’Ille-et-Vilaine au 25e et la Loire-Inférieure au 57e (voir carte 2). Comme pour ses prédécesseurs, De Watteville n’indique pas comment les mendiants ont été recensés mais des données conservées aux archives départementales de Loire-Atlantique semblent montrer que les chiffres ont été fournis par les bureaux de bienfaisance aux préfets.

  • 18 . Moyenne calculée à partir des communes ayant un bureau de bienfaisance. Source : De Watteville, o (...)

Carte 1. Nombre d’indigents secourus pour 1 000 habitants dans les départements français en 184718

Carte 1. Nombre d’indigents secourus pour 1 000 habitants dans les départements français en 184718
  • 19 . Moyenne calculée à partir des communes ayant un bureau de bienfaisance. Source : De Watteville, o (...)

Carte 2. Taux de mendicité dans les départements français en 184719

Carte 2. Taux de mendicité dans les départements français en 184719
  • 20 . F. Chanteau, Les plaies sociales. Vagabondage et mendicité, Paris, Rédone, 1899, p. 43

9Les données de la fin du siècle sont, quant à elles, encore plus difficiles à exploiter puisque les divers auteurs qui étudient la mendicité et le vagabondage le font surtout du point de vue juridique et utilisent principalement des chiffres issus des appareils de répression, police et justice. Fernand Chanteau, substitut du procureur de la République à Grenoble, estime à 100 000 les vagabonds et mendiants en France en 1899 dont 33 000 sont poursuivis20. Ce nombre semble issu d’un coefficient x3 affecté aux personnes jugées pour les délits considérés, méthode de calcul plus que douteuse.

10Les auteurs du xixe siècle ont tendance à se citer mais restent assez vagues dans l’établissement de leurs statistiques. Les taux avancés reposent, en définitive, sur des bases fragiles et, bien qu’ils aient souvent été à l’origine d’analyses contemporaines ou postérieures, sont à utiliser avec nuance. Pour ce qui est des estimations de l’indigence, nous pourrons utiliser ces travaux dans la partie consacrée à l’assistance aux pauvres mais, en ce qui concerne la mendicité, les nombres sont à confronter à d’autres sources.

Indigents et mendiants en Bretagne selon les recensements et les enquêtes du xixe siècle

  • 21 . ADCA 3X22 lettre du maire de Plessix-Balisson d’août 1854 au préfet des Côtes-du-Nord.
  • 22 . ADCA 3X22 lettre du recteur de Plessix-Balisson du 17/08/54 au préfet des Côtes-du-Nord.

11Les estimations du nombre d’indigents ou de mendiants sont très difficiles à faire y compris à partir des recensements ou des enquêtes dont l’objet est l’indigence où la mendicité. Elles peuvent cependant nous donner des indications sur les grandes tendances malgré certaines réponses aberrantes dues à des interprétations locales. Citons, par exemple, cette polémique entre le maire et le recteur de Plessix-Balisson en 1854 qui montre ces difficultés. « Le recteur s’est refusé à signer, entendu qu’il voulait mettre une famille qui n’est pas dans l’indigence à notre connaissance mais qu’il voulait favoriser »21 écrit le premier au préfet du département tandis que le recteur, de son côté, conteste une liste qu’il ne croit pas « faite selon la vérité et la justice. Nous avions dressé la liste en commun. Monsieur le maire en a retiré, malgré mes réclamations, même de plus indigents, qui n’ont de ressources que dans le travail du gendre, six personnes »22.

Les résultats par département

  • 23 . ADF 6M947, 3X33 à 3X39 ; ADLA. 2X502 ; ADM M3021, 6M32 à 6M36. É. Gautier, Un siècle d’indigence,(...)
  • 24 . ADCA, 3x22 ; ADF 6M947, 3X33 à 3X39 ; ADIV 1X287 ; ADLA 2X502 ; ADM M3021, 6M32 à 6M36. É.Gautier(...)

12Nous ne disposons pas de documents du même type pour l’ensemble des départements bretons à un moment donné. Les mendiants représenteraient 42 % de la population des Côtes-du-Nord et 22 % de celle du Morbihan en 1841, 44 % de celle du Finistère en 1847, 10 % de celle de Loire-Inférieure en 1855 et 66 % de celle du Finistère en 185623. Quant aux indigents ils composeraient 32 % de la population des Côtes-du-Nord et 23 % de celle du Morbihan en 1841 (sans les mendiants dans ces deux cas), 114 % de celle des Côtes-du-Nord en 1854, 124 % de celle du Finistère en 1856 et 113 % de celle d’Ille-et-Vilaine en 189024.

13Les comparaisons sont donc difficiles à faire dans ce domaine, les données ne portant que sur une partie de la population et concernant des périodes distinctes. Ces nombres confirment l’idée d’une grande pauvreté dans le Finistère, en particulier au moment des crises, puisque tel est le cas de l’enquête de 1854 qui vise à connaître les besoins en atelier de charité au moment d’une crise de subsistances, sans toutefois atteindre des proportions quelquefois avancées. Le taux de mendiants est important puisque dépassant les 5 % dans le Finistère en 1856 ; les Côtes-du-Nord et le Morbihan semblent un peu moins touchés mais les nombres, ne portant que sur un cinquième de la population, sous-estiment peut-être la réalité du problème ; de plus, ils ne concernent pas le même contexte, se situant avant la période de crise où les autres ont été élaborés. L’enquête de 1854 confirme les données de 1841 puisqu’environ 10 % de la population est considérée comme indigente (soit un peu plus de la totalité mendiants/indigents de 1841) mais il faut penser que la population a déjà commencé à émigrer et qu’une partie des pauvres n’est donc plus comptabilisée sur place. La Loire-Inférieure semble mieux lotie. Au contraire, l’autre département entièrement haut-breton, l’Ille-et-Vilaine égale pratiquement en 1890 le Finistère de 1856 ce qui est contradictoire avec l’idée d’une Basse-Bretagne plus touchée que la Haute. Sans doute peut-on voir ici le résultat de définitions évolutives de l’indigence. Un indigent n’est certainement pas la même personne au milieu et à la fin du siècle, le plafond de l’indigence ayant changé. L’utilisation des recensements permet, dans une certaine mesure, de compléter ces données.

  • 25 . ADF 6M67, 6M78 ; ADLA 1M1694 à 1M 1703 ; ADM 6M11 à 6M22.

Tableau 1. Taux d’indigence (pour 1 000 habitants) en Bretagne Sud d’après les recensements (1856-1891)25

Tableau 1. Taux d’indigence (pour 1 000 habitants) en Bretagne Sud d’après les recensements (1856-1891)25

14La situation semble s’améliorer au cours du second Empire. La guerre franco-allemande de 1870 est à l’origine d’une reprise de l’indigence suivie d’une décrue. Les statistiques des années 1886 et 1891 sont peut-être à considérer à part car les systèmes de classement ont changé. D’autre part, l’indigence semble s’aggraver à mesure que l’on s’enfonce vers l’ouest (voir l’année 1861). La cartographie de ces diverses enquêtes et recensements va nous permettre d’affiner ces impressions.

La répartition spatiale de l’indigence et de la mendicité

15À partir des statistiques dont nous venons de présenter les résultats généraux, il est possible de mettre en évidence les zones de pauvreté.

L’indigence

16Lorsque l’on descend à l’échelle communale, les moyennes départementales ne signifient plus grand-chose dans la mesure où la situation diffère d’une commune à l’autre y compris entre deux communes limitrophes, reflet de réalités économiques et sociales différentes peut-être mais aussi produit des différences d’interprétation des notions par ceux qui sont chargés des recensements ou des enquêtes.

17Les recensements du milieu et de la fin du siècle semblent confirmer la meilleure situation des communes de Loire-Inférieure (voir carte 3) ; mais contrairement à ce que montrait la moyenne départementale, si le Finistère est passablement sinistré, c’est l’ouest du Morbihan qui est le plus touché dans cette partie de la Bretagne, principalement le nord-ouest. Les quelques éléments fournis par l’enquête de 1841 ne permettent guère de préciser la situation dans ce département puisque seuls quelques cantons ont été conservés. Il en est de même des données concernant la population à secourir dans les communes morbihannaises ayant un bureau de bienfaisance en 1874 encore que les deux communes ayant alors le plus fort taux d’indigents à secourir soient deux villes littorales, Hennebont et Vannes.

18Si la côte morbihannaise apparaît globalement en meilleure posture que l’intérieur, ce n’est pas vraiment le cas dans le Finistère où le pays bigouden et le cap Sizun semblent assez marqués par l’indigence. Pour ce département, les données cantonales de 1854 semblent confirmer cette impression mais l’affinement communal pour l’arrondissement de Châteaulin permet cependant de nouveau d’opposer l’armor et l’argoat, la « montagne » (Monts d’Arrée) et le Poher (région de Carhaix) ayant des taux d’indigence assez forts. En revanche, dans les Côtes-du-Nord en 1854 (carte4) et l’Ille-et-Vilaine en 1890 (carte 5), cette opposition n’est pas opérante, certaines régions littorales appartenant aux zones les plus pauvres (Trégor et côte d’Ille-et-Vilaine). Alors que la partie occidentale des Côtes-du-Nord apparaît comme la plus pauvre, en Ille-et-Vilaine, c’est l’est du département qui est le plus touché.

  • 26 . ADF 6M63, 6M78, 6M79 ; ADLA 1M1693 ; ADM 6M11 à 6M14. Il s’agit du taux (%) de personnes recensée (...)

Carte 3. Taux de personnes recensées en Bretagne Sud au milieu du xixe siècle sous les rubriques « mendiants, vagabonds, bohémiens » ou « sans profession »26

Carte 3. Taux de personnes recensées en Bretagne Sud au milieu du xixe siècle sous les rubriques « mendiants, vagabonds, bohémiens » ou « sans profession »26
  • 27 . ADCA 3X22

Carte 4. Taux d’indigence dans les Côtes-du-Nord en 185427

Carte 4. Taux d’indigence dans les Côtes-du-Nord en 185427
  • 28 . ADIV 1X287

Carte 5. Taux d’indigence en Ille-et-Vilaine en 189028

Carte 5. Taux d’indigence en Ille-et-Vilaine en 189028
  • 29 . ADF 1049 (1900) ; ADLA 1X316 (1900) ; ADM X1781, X1782 (1906).

Carte 6. Taux de personnes inscrites sur les listes de l’assistance médicale gratuite à la fin du xixe siècle en Bretagne Sud29

Carte 6. Taux de personnes inscrites sur les listes de l’assistance médicale gratuite à la fin du xixe siècle en Bretagne Sud29

19La mise en place, à la fin du siècle, d’un système d’assistance médicale gratuite destiné aux indigents aurait pu permettre de mieux cerner cette question puisque tous les indigents et seulement eux doivent être, théoriquement, inscrits sur les listes. Il n’est cependant pas certain que les inscriptions soient homogènes d’une commune à l’autre, certaines paraissant inscrire le minimum de personnes et d’autres le maximum. La carte de Bretagne Sud confirme la meilleure situation de la Loire-Inférieure ; elle a cependant tendance à montrer une situation pire dans la partie est du Morbihan par rapport à l’ouest ce qui est contradictoire avec ce que nous avons vu plus haut. Quant au Finistère, les seules données conservées, celles de l’arrondissement de Quimper, semblent confirmer la poche de pauvreté du cap Sizun et du pays bigouden même si les taux de la côte sont quelquefois contradictoires avec ce que nous avons plus haut.

20L’étude systématique des registres d’imposition, lorsqu’ils sont conservés, permettrait peut-être de dresser la liste des non-imposés pour indigence. Cette étude n’est pas possible à l’échelle de la Bretagne mais il nous a, cependant, paru intéressant de confronter les données dont nous venons de faire état à celles du fisc. La carte 7 a été établie à partir des rôles des impôts directs rapportés au nombre d’habitants. Cette carte n’est donc pas une carte de l’indigence à la fin du siècle mais, d’une certaine manière, peut être considérée comme représentative de la relative richesse ou pauvreté d’une commune par rapport aux autres, du moins dans le cadre de chaque département puisqu’il y a une certaine homogénéité des rôles départementaux. On peut observer une nette progression de la pauvreté d’est en ouest, le Finistère étant totalement mal en point, tout particulièrement l’arrondissement de Quimperlé, le cap Sizun et le pays bigouden, la presqu’île de Crozon et les Monts d’Arrée. Cet indice donne néanmoins aux Côtes- du-Nord une position relativement bonne ce qui est contradictoire avec toutes les études existantes. L’interprétation de cette carte est donc à nuancer, les moyennes fiscales pouvant sans doute s’expliquer de deux manières. Les départements de Haute-Bretagne, plus riches, ont des moyennes fiscales élevées en relation avec cette richesse alors que les Côtes-du-Nord sont surimposées du fait que la forte émigration qui les affecte depuis le milieu du siècle n’a pas été compensée par une baisse proportionnelle de leur part d’imposition. En revanche, le Morbihan, touché plus tardivement par les départs et le Finistère encore en progrès démographique gardent des moyennes fiscales assez basses.

La mendicité

21Nous pouvons faire la même constatation que les auteurs du xixe siècle : les cartes de l’indigence et de la mendicité ne se recouvrent pas de façon absolue mais cette impression est peut-être due à nos sources lacunaires. Le seul département pour lequel nous ayons des données précises est celui du Finistère (carte 8) et c’est peut-être la raison pour laquelle il apparaît dans une situation pire que les autres ; la montagne (Arrée) et le pays de Poher apparaissent encore une fois particulièrement touchés mais rares sont les communes où ce fléau est négligeable.

22La seule carte dont les données soient cohérentes a été dressée à partir de l’enquête du baron De Watteville (1847) et ne concerne que les communes ayant un bureau de bienfaisance (carte 9). Encore une fois les communes de Basse-Bretagne sont fortement touchées mais c’est aussi le cas du nord-est de l’Ille-et-Vilaine et si l’on ne considère que les deux départements de Haute-Bretagne relativement bien dotés en bureaux, on peut opposer le nord fortement touché par la mendicité au sud beaucoup moins atteint.

Les causes de l’indigence et de la mendicité

23Les enquêtes étant faites à la demande des autorités, nous retrouvons les problématiques déjà vues dans la première partie de cette étude. La classification est toujours la même : il faut distinguer les pauvres légitimes - victimes d’une façon ou d’une autre - des fainéants, mendiants professionnels, ce qui est logique puisque ces diverses enquêtes visent à mettre en place des structures d’assistance et/ou de répression. Le commentaire des résultats de l’enquête concernant la mendicité fait en 1847 par le maire de Locronan (Finistère) est, de ce point de vue, révélateur :

  • 30 . ADF 3X33, lettre du 30/11/1847.

« Cette liste renferme 36 noms qui doivent leur existence journalière à la charité publique. Ces mendiants appartiennent à la classe des vieillards invalides, des veuves et des enfants. Tous les autres, dans une condition moins malheureuse, mendient fréquemment mais non journellement. Cette deuxième catégorie se compose des femmes et enfants de journaliers, ouvriers tisserands et autres, auxquels l’exiguïté du salaire ne permet pas de subvenir aux besoins de leur famille. Une autre cause qui influe encore puissamment sur leur position, c’est le manque de travail pendant une partie de l’hiver dans la commune où ils résident et tous ces malheureux n’ont pas, malheureusement, le courage de dominer la nostalgie qu’on peut considérer comme endémique dans cette localité »30.

  • 31 . ADCA 2P129 ; ADF 2P4 ; ADIV 2P5 ; AD LA 8P 108 ; ADM P759. Il s’agit des contributions foncières, (...)

Carte 7. Contributions directes par habitant en Bretagne en 189031

Carte 7. Contributions directes par habitant en Bretagne en 189031
  • 32 . ADF 3X36 à 3X39.

Carte 8. Taux de mendicité dans le Finistère en 185632

Carte 8. Taux de mendicité dans le Finistère en 185632
  • 33 . De Watteville, Rapport à son excellence le ministre de l’Intérieur sur l’administration des burea (...)

Carte 9. Taux de mendicité dans les communes de Bretagne ayant un bureau de bienfaisance en 184733

Carte 9. Taux de mendicité dans les communes de Bretagne ayant un bureau de bienfaisance en 184733
  • 34 . ADF 3X33, lettre du 26/12/1847.

24L’ordre des mendiants n’est pas donné au hasard. Ne sont présentés ici que ceux qui, du point de vue du maire, ont un certain droit à la mendicité : d’abord viennent ceux qui ne peuvent pas ou plus travailler à cause de leur âge puis ceux qui, pour diverses raisons indépendantes de leur volonté, n’ont pas de revenus leur permettant de vivre et de faire vivre leur famille. Ces raisons sont le manque temporaire de travail ou l’insuffisance des salaires. Les autres mendiants ne sont pas abordés ici. Ils sont illégitimes aux yeux des autorités parce que responsables de leur sort. La conséquence logique est donc de les ignorer voire de les stigmatiser. Ainsi, le maire de Port-Launay (Finistère), lors de la même enquête, constate bien que « le nombre des mendiants a diminué depuis la cessation des chertés des subsistances »34 et reconnaît donc implicitement que la mendicité a pour origine le contexte économique défavorable mais il développe davantage une autre idée :

  • 35 . Id.

« Néanmoins, la mauvaise habitude en étant prise, il [le nombre de mendiants] reste encore à peu près le double de ce qu’il était avant 1846. L’abus des boissons alcooliques, dont le prix est malheureusement à la portée de toutes les bourses, cause incessante d’une démoralisation, mère de la fainéantise, tend et tendra, tant qu’on n’y aura pas remédié, à l’extension de la mendicité »35.

25Les autorités chargées d’effectuer les enquêtes classent donc les mendiants en deux grandes catégories en fonction de l’origine de la mendicité : d’une part ceux qui ne peuvent travailler et qui, victimes du sort, ont un certain droit à la mendicité ; d’autre part, ceux qui sont responsables de leur situation et qui sont donc des usurpateurs de la charité privée ou de la bienfaisance publique.

La première cause de l’indigence et de la mendicité est l’impossibilité de travailler

26On peut distinguer d’une part ceux ne peuvent travailler pour des raisons physiques de ceux qui, valides, n’ont pas d’emploi parce que le pays est trop pauvre ou que la conjoncture est défavorable.

Les invalides

  • 36 . ADIA 2X502.

27La distinction entre valide et invalide ne devrait guère poser de problème puisque, pour la plupart des auteurs de l’époque, le valide est celui qui peut travailler. Pourtant, l’analyse des diverses enquêtes montre que les enfants et les vieillards non infirmes ne sont pas toujours comptés dans les mêmes catégories. Les diverses confrontations de sources tendent cependant à prouver que les erreurs se compensent. Les personnes incapables de travailler représenteraient par exemple 41 % des mendiants du Morbihan en 1841 et 33 % de ceux du Finistère en 1847 (36 % en 1856 mais 63 % si l’on y ajoute les enfants de moins de douze ans). La Loire-Inférieure, pour laquelle nos données sont encore plus lacunaires, fait apparaître aussi un fort taux d’invalides ; lors de l’enquête de 1855, la plupart des commentaires mettent en avant comme origine de la mendicité, les infirmités et le grand âge36. Pour le Morbihan, dans cette catégorie des mendiants incapables de travailler, les vieillards viennent en tête (40 %) suivis des infirmes (34 %). Ce sont ces mendiants invalides que la plupart des cartes postales mettent en scène (voir cahier d’illustrations, photos n° 10 et 11) ainsi que de nombreux peintres (voir cahier d’illustrations, photo n° 12).

28La proportion d’invalides chez les indigents est inférieure : 31 % de ceux du Morbihan en 1841 et seulement 25 % de ceux des Côtes-du-Nord en 1854. Comme pour les mendiants, dans le Morbihan, les invalides les plus nombreux sont les vieillards (42 %) suivis des infirmes (36 %), taux très voisins de ceux des mendiants.

29Les enfants posent un double problème. Le premier est celui de la définition de l’enfance en un siècle où il est permis de travailler tôt. L’âge de douze ans est le plus souvent retenu même si certaines communes en adoptent un autre. Le second problème est la fréquente confusion entre enfants mendiants et enfants de mendiants. Aussi, les données des enquêtes sont- elles à prendre avec de grandes réserves. Au milieu du siècle, la part des enfants chez les mendiants et indigents est importante. Ils représentent, par exemple, 44 % des mendiants morbihannais et 48 % de ceux des Côtes-du-Nord en 1841, 34 % de ceux du Finistère en 1847, 38 % de ceux de Loire-Inférieure en 1855 et 44 % de ceux du Finistère en 1856, les deux sexes étant à peu près aussi nombreux. Cette importance est sensiblement la même pour les indigents du Morbihan en 1841 (38 %).

  • 37 . RAA de LI., circulaire du Préfet du 16/1/1819.
  • 38 . RAA du F, arrêté du Préfet du 18/12/1843.
  • 39 . ADIA 2X500, conseil général de la Société du 1/3/1859.

30Les auteurs se focalisent très souvent sur la présence des enfants parmi les mendiants. « Des familles entières venues de la Basse-Bretagne parcourent le pays en traînant avec elles ou portant sur leur dos des enfants en bas âge »37 déplore le préfet de Loire-Inférieure en 1819 et en 1843, suite à un accident ayant coûté la vie à une fillette de 7 ans, son collègue du Finistère prend un arrêté interdisant d’envoyer les enfants mendier sur les routes parce que « des familles indigentes ont l’habitude d’envoyer leurs enfants, souvent dans l’âge le plus tendre, suivre les voitures publiques ou particulières, pour solliciter la charité des voyageurs »38. Les autorités considèrent le plus souvent que la mendicité enfantine ou juvénile trouve son origine dans le contexte familial. Bien sûr, les raisons économiques ne sont pas ignorées mais c’est sur la mauvaise éducation et le mauvais exemple donnés par les parents que les préfets insistent. C’est aussi le cas des administrateurs de la Maison de Saint-Joseph de Nantes qui, en 1859, rapportent qu’un agent a arrêté « 71 enfants faisant l’apprentissage de la mendicité sous la coupable direction de leurs parents qui les préparent ainsi à un flétrissant vagabondage, à la fainéantise et aux vices qu’ils engendrent »39. La mendicité serait ainsi une profession héréditaire si l’on en croit, par exemple, Henri Baudrillart en 1885 :

  • 40 . H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France. Normandie et Bretagne, Paris, 1885, p. 62 (...)

« La principale cause de la mendicité est une tradition vicieuse invétérée. Toute une classe s’y est vouée, et le métier, devenu héréditaire, fait malheureusement encore de nouvelles recrues qui réparent au moins en partie les pertes qu’il peut éprouver. [...] Les enfants, mal vêtus, sans souliers, sans bas, à l’air abruti, sont dressés à exercer ce triste métier ; ils l’exercent en effet avec une importunité infatigable et une impudence provocante »40.

  • 41 . AMN II carton 68, rapport du Commissaire central de police du 8 octobre 1868.

31Pour les autorités, les enfants sont plus ou moins pervertis et donc plus ou moins amendables selon la famille dont ils sont issus. Certains, même très jeunes, sont considérés comme des mendiants incurables ; devenus de véritables mendiants professionnels, ils doivent subir les rigueurs de la loi, tel est le cas, à Nantes, des enfants Canagan, « trois petits vauriens [dont la] mendicité [...] doit être sévèrement réprimée »41.

  • 42 . AMN II carton 68, rapport du Commissaire central de police du 8 octobre 1868 : famille Fenel ; vo (...)

32À côté de ces enfants qui mendient seuls ou en groupes mais sans adulte, il est assez fréquent de rencontrer des enfants accompagnant un adulte, sa mère le plus souvent ou un vieillard. Le commissaire cité plus haut, présente ainsi plusieurs familles où le mari ne travaille pas et « vit presque exclusivement du produit de la mendicité de sa femme et de ses enfants »42. Les enfants peuvent être en âge de mendier eux-mêmes mais, dans certains cas, sont très jeunes et accompagnent leur mère parce qu’elle ne peut faire autrement ou qu’ils sont un atout dans la demande de l’aumône, permettant de susciter davantage de compassion.

  • 43 . Articles 203 à 211 ; l’article 203 spécifie que « les époux contractent ensemble, par le seul fai (...)

33L’idéologie dominante du xixe siècle, cristallisée dans le Code civil considère que les enfants et les ascendants doivent être pris en charge par la famille43. Ce n’est que lorsque celle-ci ne peut venir à leur secours que la société doit les remplacer par les bureaux de bienfaisance, les établissements hospitaliers voire les colonies agricoles ou les maisons de correction. D’une certaine manière, démontrer que la misère concerne essentiellement les invalides, personnes âgées ou enfants, permet de mettre davantage en question les comportements des familles que la mauvaise organisation de la société. Les analyses ne peuvent plus être aussi simples pour ce qui est des valides car c’est la question du travail qui devient centrale.

Le manque de travail pour les valides

34Le grand nombre des indigents et mendiants capables de travailler - de 60 % à 80 % si l’on ne tient pas compte des enfants - interdit à ceux qui commentent les enquêtes de considérer que tous ces valides sont des fainéants ayant choisi de vivre ainsi par facilité. Le déséquilibre entre les ressources et la population de la province apparaît donc comme la raison principale de la misère et de la mendicité. La Bretagne a en effet un accroissement naturel élevé tout au long du siècle tandis que ses ressources apparaissent limitées et que le nombre d’emplois ne croît pas assez vite même dans les zones en voie d’industrialisation comme la Basse-Loire.

35Au début du xxe siècle, Camille Vallaux voit l’origine de l’émigration et du nomadisme intérieur dont le vagabondage est une variante selon lui, dans la forte densité d’habitants de la péninsule et dans la forte fécondité des Bretons. Il n’hésite pas à parler de surpopulation relative :

  • 44 . Vallaux, La Basse-Bretagne, Paris, 1907, p. 267-271.

« Cette densité est un phénomène tout particulier. Elle n’existe nulle part ailleurs en France dans les pays qui n’ont, comme l’Armorique, ni grands marchés, ni grande industrie, et qui vivent comme elle, de l’exploitation locale des produits du sol ou des produits de la mer. Elle produit donc un trop plein relatif de population et produit aussi le correctif ordinaire, qui est le déracinement partiel sous la vieille forme du nomadisme, ou sous la forme moderne de l’émigration temporaire ou définitive. La densité de la population armoricaine provient partout, à l’intérieur comme sur la côte, d’une prolificité dont le taux assez élevé, quoique variable d’un canton à l’autre s’affirme comme un phénomène général, encore qu’il montre une certaine tendance à décroître dans les villes. [...] Le paysan, lorsque toutes les terres sont prises dans son village et lorsqu’il ne trouve plus de travail où il puisse louer ses bras, ce qui arrive souvent dans les régions pauvres, n’a devant lui qu’un avenir incertain et un horizon obscur, s’il ne se décide pas à quitter son clocher. Le déracinement forcé s’est produit pendant longtemps, en Basse-Bretagne, d’une manière presqu’exclusive, sous la forme du nomadisme. Certaines professions étaient forcées d’y recourir. L’isolement et l’éparpillement des groupes ruraux obligeaient les représentants de plusieurs petits métiers à courir la campagne, et ces errants étaient assez nombreux pour former une classe sociale à part. À côté d’eux et se greffant naturellement sur leur classe se plaçaient les vagabonds de profession douteuse dont le régime de la propriété collective a longtemps favorisé l’éclosion et le développement »44.

  • 45 . J.-C Cassard, Évolution démographique et sociale de la Bretagne au xixe siècle, dans Skol Vreizh,(...)

36De 81h/km2 contre 67 h/km2 en France en 1846, la densité de population bretonne passe à 92 h/km2 contre 75 h/km2 en France en 191145. Ces fortes densités sont dues à des taux d’accroissement naturel et à des indices de fécondité particulièrement élevés. Villermé et Benoiston de Châteauneuf le soulignent en 1841 :

  • 46 . Villermé, Benoiston de Chateauneuf, Voyage en Bretagne en 1840 et 1841, réédition Rennes, Tud ha (...)

« C’est une opinion généralement répandue et que les Bretons eux- mêmes se plaisent à confirmer, que les unions chez eux sont très fécondes.
Ils citent avec complaisance des familles qui comptent huit, dix, douze ou même beaucoup plus, et, à les en croire, ces familles ne sont pas rares »46.

  • 47 . H. Baudrillart, op. cit., réédition Plabennec, Tud ha Bro, 1987, p. 125.
  • 48 . J.-C. Cassard, op. cit., p. 102.

37Pour les années 1830, les forts taux de natalité sont néanmoins compensés par des taux élevés de mortalité qui peuvent s’expliquer par la pauvreté d’ensemble de la province, le sous-équipement sanitaire et la faible scolarisation, situation de « sous-développement » classique. De ce fait, l’accroissement naturel, bien qu’assez élevé pour l’ensemble de la Bretagne reste en deçà de celui de l’ensemble de la France. Ainsi, alors que, pour la période 1821-1836, l’accroissement naturel français est de 5 % par an, il n’est que de 4 % pour l’ensemble de la Bretagne. La situation est inversée à la fin du siècle : la baisse de la natalité bretonne est inférieure à celle de l’ensemble du pays et, surtout, la mortalité a plus fortement régressé en Bretagne qu’en France, faisant apparaître un accroissement naturel bien plus important que celui de la France. Ainsi, en 1913, cet accroissement naturel annuel est-il encore de 5 % pour l’ensemble de la Bretagne. Mises à part les Côtes-du-Nord pour lesquelles une forte émigration entraîne un recul de la population avant la fin du siècle, les densités moyennes des départements bretons s’accroissent encore à la fin du siècle même si cela ne signifie pas qu’ils ne soient pas affectés de mouvement d’émigration plus ou moins importants selon les cantons. Une des conséquences de cette fécondité élevée est le grand nombre de familles nombreuses. Contrairement à la Normandie, en Bretagne « la famille nombreuse paraît encore une richesse au lieu d’être considérée comme une charge »47. En 1891, 31 % des familles bretonnes ont plus de quatre enfants contre 21 % pour l’ensemble de la France48. Bien sûr, ces moyennes masquent des inégalités, les familles nombreuses étant plus fréquentes en Basse-Bretagne qu’en Haute-Bretagne.

38Pourtant, les enquêtes les plus précises avancent rarement la taille des familles comme cause principale de l’indigence ou de la mendicité. En 1841, dans le Morbihan, la « surabondance d’enfants » — sans que l’on sache quel est le plancher, celui-ci étant peut-être totalement subjectif — serait à l’origine de la situation de 11 % des indigents - le taux le plus élevé étant celui du canton d’Allaire avec 25 % - et de 7 % des mendiants (le maximum étant de 13 % à Questembert).

39Pour beaucoup d’observateurs, le déséquilibre entre le nombre d’habitants et les ressources est évidemment la raison fondamentale de l’indigence, de la mendicité et du vagabondage mais, plutôt que de faire reposer ce déséquilibre sur le trop grand nombre d’individus, ils préfèrent insister sur l’insuffisance de la production alimentaire ou sur le manque de travail permanent, saisonnier ou temporaire ou encore sur les salaires assez bas qui ne suffisent pas à nourrir de nombreuses familles. Les enquêtes et bon nombre d’observateurs mettent l’accent sur deux aspects : d une part les ressources de l’agriculture sont insuffisantes, d’autre part l’industrie a pris du retard au xixe siècle. Quant aux activités liées à la mer, leur situation est très contrastée selon les lieux et les époques et est l’objet d’un moindre intérêt de la part des auteurs du xixe siècle.

  • 49 . H. Baudrillart, op. cit., 1987, p. 126. En 1876, l’agriculture emploierait 71,2 % des bras (il fa (...)
  • 50 . C. Vallaux, op. cit., p. 10

40La question de l’agriculture est fondamentale dans une province où plus des deux tiers de la population vivent encore de l’agriculture à la fin du siècle49. « Le sol de la Basse-Bretagne, ou Armorique, paraît, à première vue peu favorable à l’établissement de sociétés florissantes »50, écrit Camille Vallaux en 1907. Cette pauvreté du sol est le plus souvent illustrée par l’importance des landes : en 1834, la Bretagne compte plus de 900 000 ha de landes, soit 27 % de sa superficie alors que la moyenne française est inférieure à 15 %. Le Finistère et le Morbihan ont 40 % de leur sol en landes, les Côtes-du-Nord et la Loire-Inférieure 19 % et Ille-et-Vilaine 15 %. Pour beaucoup d’auteurs, le défrichement de ces terres permettrait de donner du travail à tous les malheureux et serait une solution à la mendicité sinon à long terme du moins temporairement tout en permettant d’augmenter les productions. C’est le cas de la commission cantonale de Grand-Champ (Morbihan) qui commente les résultats de l’enquête sur les mendiants en 1841 :

  • 51 . ADM 6M33.

« La commune de Grand-Champ possède des terrains en landes d’une immense étendue, d’un défrichement facile, ce sont les landes de Lanvaux. On n’a point à craindre une dépense sans résultat car déjà des essais assez nombreux ont été faits par des gens pour ainsi dire sans moyens et ces malheureux ont parfaitement réussi. Les céréales, les prairies [...], les légumes, les bois, tout prospère à Lanvaux. C’est là qu’on pourrait former un établissement dans le genre de celui que notre compatriote Henri Jollivet conseille avec tant de raison dans son exposé [...] sur l’extinction de la mendicité »51.

  • 52 . L’Agriculture de l’Ouest, 1840, t.l, p. 28-36.
  • 53 . Ibid., 1843, p. 5-13.
  • 54 . Vallaux, op. cit., p. 44
  • 55 . On peut quand même relever des progrès en Basse-Bretagne grâce au canal de Nantes à Brest achevé (...)
  • 56 . Dans ce système, le propriétaire garde la propriété du terrain (fonds) et vend au preneur les édi (...)

41Cette idée est partagée par une bonne partie de la population éclairée. Dans ses « Vues générales sur la région de l’Ouest » publiées en 1840 dans L’Agriculture de l’Ouest. Jules Rieffel insiste sur la nécessité de défricher et propose d’encourager les propriétaires en leur donnant des primes52. Selon les expériences qu’il a lui-même expérimentées, le défrichement à la houe (écobuage) ou à la charrue est possible et intéressant grâce à l’utilisation de noir animal (résidu du raffinage du sucre) comme engrais. En 1843, 500 ha de landes ont ainsi été défrichés sur la colonie agricole de Grand-jouan qu’il dirige à Nozay (Loire-Inférieure)53. Les défrichements progressent néanmoins lentement et très inégalement en Bretagne. En 1855, la situation est encore identique à celle de 1834 et ce n’est qu’à la fin du siècle que le rythme s’accroît. On peut, de plus, distinguer Basse et Haute-Bretagne puisqu’en 1913, les landes n’occupent plus que 1 % de la Loire-Inférieure et 5 % de l’Ille-et-Vilaine mais recouvrent encore un quart du Finistère et du Morbihan par exemple. Il faut rappeler que, loin d’être des terres inutiles, les landes jouent un rôle important dans l’agriculture bretonne, fournissant la litière et l’alimentation des animaux, les combustibles ou encore les engrais pour les terres cultivées54. De plus, à supposer que les propriétaires aient été convaincus de la nécessité de défricher, encore fallait-il que les moyens de communication soient suffisants pour importer les amendements indispensables. La Haute-Bretagne a été la première dotée en chemins de fer et de plus, Nantes, grâce à son port pouvait faire venir de loin ce qui lui manquait et ensuite le redistribuer dans tout son arrière-pays55. Les difficultés de transports ajoutés aux problèmes du domaine congéable qui renforce l’esprit routinier de la population expliquent en grande partie que les défrichements en Basse-Bretagne furent plus lents et plus tardifs56.

  • 57 . R. Bourrigaud, Le développement agricole de la Loire-Atlantique au 19 siècle, Nantes, 1994, p. 70 (...)

42Il est difficile de savoir dans quelle mesure le défrichement des landes a permis de limiter la mendicité. On peut néanmoins constater qu’en général les zones les plus touchées par la mendicité sont celles où l’émigration est la plus précoce et la plus importante ce qui est logique, la population n’ayant comme choix que de partir dans l’espoir de trouver du travail ailleurs ou de vivre dans la misère sur place. Or, là où les défrichements ont été importants (en Loire-Inférieure, par exemple) l’émigration n’a pas été importante ce qui tendrait à montrer un meilleur équilibre entre ressources et population et une amélioration globale des conditions de vie. Les arrondissements qui voient leur population rurale augmenter le plus rapidement entre 1826 et 1886 sont ceux qui, au début du xixe siècle possédaient les plus importantes superficies de landes et où ont eu lieu les plus importants défrichements57.

43Aux difficultés de l’agriculture s’ajoute un certain retard industriel de la Bretagne. Les industries rurales qui représentaient un complément indispensable pour de nombreux paysans sont en déclin depuis la fin du xviiie siècle, déclin accéléré par la tourmente révolutionnaire. C’est en particulier le cas de l’industrie textile, souvent citée parce qu’elle était une des principales activités sous l’Ancien Régime et qu’elle employait beaucoup de monde.

  • 58 . A. De Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne... vol.2, Paris, 1834, p. 21.

« Il existe une quantité effrayante de pauvres et de mendiants dans les départements de l’ancienne Bretagne mais il faut remarquer que ce paupérisme se manifeste surtout dans les cantons où l’ancienne et riche industrie agricole et manufacturière des chanvres et des lins a disparu »58.

  • 59 . J.Tanguy, Les problèmes de l’économie bretonne. 1680-1789, dans Skol Vreizh, Histoire de la Breta (...)

44écrit De Villeneuve en 1834. Si toute la péninsule est touchée, toutes les régions n’évoluent pas au même rythme ; tout dépend du type de textile qui est fabriqué. Les toiles de lin grossières du nord du Finistère sont affectées dès le xviiie siècle lorsque le marché anglais est perdu, alors que les tissus de lin fin sont en expansion jusqu’à la Guerre d’Indépendance Américaine (1778-1783)59. Si les artisans sont touchés par cette mutation, les agriculteurs le sont aussi parce qu’ils produisent la matière première et qu’ils étaient employés temporairement par les fabriques pour fournir les filés et pour tisser. Cette crise textile concerne principalement le nord de la péninsule (nord du Finistère et Côtes-du-Nord) mais se prolonge au nord-ouest de la Cornouaille, à l’est du Morbihan (Josselin, Malestroit) et en Ille-et-Vilaine.

45Les autres industries ne sont guère mieux loties. Contrairement à ce qui se passe dans d’autres régions, l’industrie se développe peu en Bretagne au xixe siècle. Ses petites industries rurales ont fortement tendance à décliner et ne sont pas compensées par les nouvelles activités. Au début du xxe siècle, à propos de la Basse-Bretagne, Camille Vallaux relève la littoralisation et la polarisation des activités industrielles :

  • 60 . C. Vallaux, op. cit., p. 191-192.

« Les industries maintenant mortes de l’Armorique continentale ont été resserrées et finalement étouffées dans d’étroites bandelettes qu’imposaient les lois physiques et l’état social du pays, et les industries qui vivent ou plutôt qui végètent de nos jours n’ont pu secouer la même sujétion, à la réserve de celle que l’Etat français a importées comme les arsenaux maritimes, ou de celles, comme le groupe d’Hennebont, qui ne sont qu’un reflet de lointains foyers d’activité [...] la grande industrie a avorté dans l’œuf malgré ses appels à la main-d’œuvre étrangère et la petite industrie ne tient qu’un rang bien modeste dans le pays demeuré presqu’exclusivement rural »60.

  • 61 . Ibid., p. 191-192.

46Parmi les échecs notons l’exploitation du plomb argentifère des mines de Poullaouen et Huelgoat (Finistère) qui cesse en 1868. Cette activité fournissait du travail à un millier de personnes au xviiie siècle et à environ 350 en 1842, entre les mines et la fonderie-métallurgie61. Nous avons pu voir plus haut que les taux de mendicité sont élevés dans cette région si l’on en croit les enquêtes de 1847 et 1856. En Ille-et-Vilaine, les mines de Paimpont (fer) et de Pont-Péan (plomb argentifère) ferment au début du xxe siècle. La seule mine de charbon bretonne (Montrelais en Loire-Inférieure) ferme en 1911. Les forges rurales, quant à elles, disparaissent les unes après les autres (Moisdon en Loire-Inférieure, Pont-Callec et Lanvaux en Morbihan, Paimpont en Ille-et-Vilaine par exemple) et ce sont principalement les entreprises de bord de mer qui se développent. C’est le cas des forges d’Inzinzac-Lochrist (Morbihan) qui ont pu se développer en liaison avec la région nantaise qui fournit la matière première, celles de Trignac ou de Basse-Indre ou encore des usines de transformation des produits de la pêche. On retrouve là encore l’opposition armor/argoat.

47La misère, sur la côte n’est, généralement, pas considérée comme le résultat d’une structure économique insuffisante mais plutôt comme celui de crises comme celles de la pêche à la sardine du milieu du xixe siècle ou des années 1880 par exemple. La côte, que tous s’accordent à présenter comme plus riche que l’intérieur tant dans le domaine de l’agriculture que dans celui de l’industrie, semble d’ailleurs être un pôle d’attraction, du moins à certaines périodes. Selon la commission de Plouay (Morbihan) :

  • 62 . ADM M3021.

« dans les années de disette, la population mendiante de l’intérieur du Finistère et de quelques cantons des Côtes-du-Nord afflue dans le Morbihan traversant Plouay, se dirigeant par la côte vers Vannes. À l’époque de ces pèlerinages, des groupes de mendiants passent par nos routes sans beaucoup s’y arrêter »62.

  • 63 . A. De Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne... vol.1, Paris, 1834, p. 12-13.

48Cependant, si la Basse-Bretagne est presque entièrement restée à l’écart de la révolution industrielle, à l’exception de la région de Lorient-Hennebont-Inzinzac et de Brest, la région nantaise est, elle, entrée dans le mouvement de renouvellement qui caractérise le xixe siècle même si c’est avec quelques difficultés et du retard sur d’autres régions. En effet, après la période révolutionnaire, Nantes a du mal à repartir car « cette cité, jadis métropole du commerce des Antilles, et longtemps le foyer d’une prospérité inouïe, avait cruellement souffert des désastres de Saint-Domingue »63 écrit le vicomte Villeneuve-Bargemont en 1834. Malgré ces vicissitudes, Nantes reste un port de commerce important, le quatrième après Marseille, Le Havre et Bordeaux à la fin du siècle. Les importations de sucre de l’île Bourbon (La Réunion) donnent un rôle de premier plan aux raffineries qui sont le moteur de l’industrialisation de la ville jusque sous le second Empire. Ce déséquilibre entre la Basse-Loire et le reste de la Bretagne explique l’attrait de Nantes pour de nombreux miséreux de la province. Cet aspect a déjà été dégagé par les divers discours des préfets de Loire-Inférieure du xixe siècle. La commission du canton de Questembert (Morbihan), parlant des mendiants étrangers confirme ce sens des déplacements :

  • 64 . ADM 6M34.

« La plupart des communes ne pouvant apprécier ni le nombre des mendiants étrangers qui s’y présentent ni ce qu’ils reçoivent, observent qu’ils y passent à diverses époques de l’année ; quelques-uns voisins des communes qu’ils parcourent y passent une fois par semaine, d’autres moins souvent ; un assez grand nombre venant des départements des Côtes-du-Nord, du Finistère, du Morbihan passe en assez grand nombre pour aller travailler dans les départements de la Loire-Inférieure, Vendée, Ille-et-Vilaine. Bon nombre de ces individus mendient encore en retournant chez eux (deux à trois lois l’année) »64.

49Un des grands déplacements se fait donc ouest-est, vers les régions où les possibilités d’emplois définitifs ou temporaires sont plus grandes ; les grands centres industriels se trouvant sur la côte, l’autre sens des migrations est de l’intérieur des terres (argoat) vers la côte (armor).

50Les difficultés sont naturellement accentuées à certains moments. On a déjà vu que les préfets considéraient l’hiver comme la saison favorable à la mendicité. En effet, comme l’écrit la commission cantonale du canton de Questembert (Morbihan), en été, certains travaux permettent d’employer une main-d’œuvre plus abondante :

  • 65 . Id.

« Les secours qu’ils reçoivent seraient bien insuffisants si la plus grande partie de ces malheureux n’était employée pendant la belle saison soit aux travaux agricoles, soit aux chemins et routes ; mais par malheur ces derniers travaux furent suspendus l’hiver dernier, aussi les besoins de la classe malheureuse se firent-ils vivement sentir »65.

51La baisse d’activité ne concerne pas que l’agriculture ; la pêche peut être, elle aussi, victime des mauvaises conditions météorologiques, plus fréquentes en hiver. Un bon exemple de crise conjoncturelle de la pêche et de ses conséquences nous est fourni par le conseil municipal de Camaret (Finistère) en novembre 1846 :

  • 66 . Conseil municipal de Camaret du 8 novembre 1846.

« Le Conseil général du Finistère, dans sa session dernière, s’est fait un devoir d’appeler l’attention du gouvernement sur l’état de profonde misère dans lequel le défaut presque total de pêche de la sardine a plongé, cette année les populations de Douarnenez et de Concarneau. Dans cette circonstance, on a pu s’étonner que par une sorte d’oubli involontaire, il n’ait été fait la moindre mention des pêcheurs de Camaret et de Morgat, qui, pour être moins nombreux que les premiers, n’en ont pas moins partagé le même sort »66.

  • 67 . ADF 1M142, rapport du 20 février 1866.

52En février 1866, le commissaire du canton de Douarnenez (Finistère) note que « les marins pêcheurs n’ont pu rien gagner par le mauvais temps qui s’est succédé »67. C’est aussi l’hiver que ferment les conserveries de poisson.

53D’autre part, certaines crises amènent une augmentation très importante du nombre de mendiants par arrêt de certaines activités. Ainsi, en 1854, le sous-préfet de Quimperlé écrit-il à propos de la commune d’Arzano (Finistère) que :

  • 68 . ADF 6M947.

« l’administration municipale, il y a quinze ou dix-huit mois ne signalait que quinze indigents invalides. Aujourd’hui, le nombre est très accru. Cette commune fournissait beaucoup de bois à brûler à Lorient où l’on consomme beaucoup de houille. Le prix du bois a baissé de 30 % sur cette place ; par suite, on laisse sans être exploités les bois des haies des communes environnantes. De là beaucoup d’ouvriers sans ouvrages dans les trois communes du canton d’Arzano et principalement la commune chef-lieu »68.

54La différence entre l’intérieur et la côte est que l’argoat est touché chaque hiver par le ralentissement des travaux en sus des crises épisodiques et est peut-être globalement plus pauvre tandis que l’armor, plus riche, est affecté de crises plus irrégulières.

55Qu’il soit structurel ou conjoncturel, le manque de travail explique donc le gonflement du nombre de pauvres et de mendiants à certaines occasions. Indirectement, la plus grande pauvreté de certaines parties de la province entraîne des problèmes pour les zones les plus attractives, la Basse- Loire principalement, car une partie de ces miséreux part vers ces contrées où elle espère trouver un emploi. Le plus souvent, ces personnes voyagent sans papiers et sont alors considérées comme vagabondes ; de plus, ne trouvant pas forcément de travail, elles sont contraintes à la mendicité sur place. Mais, même lorsqu’ils ont un emploi, beaucoup d’habitants de Bretagne ne peuvent subvenir aux besoins de leurs familles.

Des revenus insuffisants

56Nous venons de voir les raisons qui pouvaient amener une partie de la population à ne pas avoir de revenu et à être dans le plus grand dénuement. Selon que la société prend ou non en charge ces divers aspects, ces indigents passent ou non au stade de la mendicité. Mais, à côté de ceux qui sont dénués de tout revenu faute de travail, nombre de familles de travailleurs sont contraintes d’avoir recours à des aides de l’assistance ou de la charité parce que leurs revenus sont insuffisants. Le maire de Locronan (Finistère), en 1841, après avoir présenté les invalides comme la première catégorie, parle d’une seconde sorte de mendiants :

  • 69 . ADF 3X33.

« Tous les autres dans une condition moins malheureuse mendient fréquemment mais non journellement. Cette deuxième catégorie se compose des femmes et enfants de journaliers, ouvriers tisserands et autres auxquels l’exiguïté du salaire ne permet pas de subvenir aux besoins de leur famille »69.

57Le maire de Hillion (Côtes-du-Nord) constate la même chose en 1854 :

  • 70 . ADCA 3X22 lettre du maire d’Hillion du 29/07/1854 au préfet des Côtes-du-Nord.

« Nous croyons devoir dire que nos indigents valides sont en général assez actifs et laborieux mais le produit de leur travail est si modique qu’ils ne peut suffire aux besoins de leur famille surtout quand elle est nombreuse »70.

58Cette situation défavorable des travailleurs bretons est encore vraie à la fin du siècle. Camille Vallaux, parlant des ouvriers agricoles, note que :

  • 71 . C. Vallaux, op. cit., p. 168-171. Il s’agit des salaires journaliers en francs ; le salaire franç (...)

« l’augmentation de leurs salaires, considérables par rapport aux anciens taux, paraît bien faible comparée aux salaires des ouvriers agricoles du reste de la France. La Basse-Bretagne est toujours un pays de main-d’œuvre abondante et à vil prix [...] En 1852, le journalier du Finistère, nourri par son employeur, recevait un salaire moyen de 0,40. En 1892, la statistique agricole évaluait le salaire du même ouvrier, dans les mêmes conditions, à 0,88 dans le Finistère, à 0,86 dans le Morbihan [...] Comme les journaliers, les domestiques gagés à l’année ont vu leurs gages s’accroître mais ces gages n’ont atteint que des taux très modérés [...] Les taux médiocres de l’Armorique ne proviennent pas seulement de la moindre richesse générale : ils proviennent aussi et surtout de la surabondance de la population que l’émigration ne parvient pas à compenser »71.

59Et si ces salaires, calculés au plus juste n’obligent pas les travailleurs à mendier en temps normal, dès que les revenus disparaissent la mendicité guette. En effet, ils ne permettent aucune possibilité d’épargne et la perte du travail, même momentanée, est une catastrophe. Selon un dirigeant de société mutuelle du Finistère en 1860, les mendiants sont :

  • 72 . De ta mendicité en Bretagne... par un président de société de secours mutuel, Châteaulin, 1860, p (...)

« en premier lieu les journaliers qui n’ont d’autre industrie pour vivre que de louer leurs bras à ceux qui ont des travaux à exécuter ; viennent ensuite les ouvriers tels que bûcherons, charpentiers, menuisiers, tailleurs, maçons et tous ceux qui vivent aussi de leur travail en exerçant un état ! Enfin les valets de ferme. Nous estimons que ces individus composent le cinquième environ de la population. Leurs salaires étant à peine suffisants pour les faire vivre eux et leur famille, la maladie, un accident, la vieillesse arrivant et les mettant dans l’impossibilité de gagner leur vie, ils se livrent à la mendicité »72.

60En 1911, Charles Géniaux reprend les mêmes idées :

  • 73 . Ch. Géniaux, La Bretagne vivante, Paris, 1911, p. 33.

« Les causes profondes de cette plaie armoricaine ne permettent pas, malheureusement, de voir se tarir bientôt le recrutement de ces indigents. Les journaliers agricoles ne touchant guère plus de 400 F par an, les ouvriers villageois, menuisiers et maréchaux de 5 à 700 F et les petits métayers vivant au jour le jour ; cette population ne peut économiser. Aussi, lorsque l’âge affaiblit leurs bras, ou bien ils tombent à la charge de leurs enfants, pauvres eux-mêmes, ou bien ils doivent mendier. Plus souvent, ils végètent à moitié entretenus par leurs fils et aidés par des quêtes qu’ils entreprennent une fois par semaine »73.

61La région nantaise, elle-même, n’est pas épargnée par ces difficultés à la fin du siècle. Ainsi, Charles Brunellière écrit-il à l’un de ses amis que :

  • 74 . Lettre à Auguste Andrieux du 26/08/1893, citée dans Cl. Willard, La correspondance de Charles Bru (...)

« la plupart des ouvriers nantais sont des manœuvres sortis de la campagne ; ils gagnent de 2,50 F à 3 F par jour et vivent dans la misère ; la femme va demander secours à St-Vincent-de-Paul ou au Bureau de Bienfaisance »74.

La misère serait aussi fille de l’alcoolisme et de la fainéantise

62Contrairement aux autorités qui considèrent la charité comme un facteur déterminant de l’accroissement de la mendicité, les rapports des commissions lors des enquêtes ne parlent guère de cet aspect. Bien au contraire, les seules allusions qu’elles font à cet égard sont toutes positives. Dans le canton de Plouay (Morbihan), on relève :

  • 75 . ADM M3021.

« le paysan est aumônieux, il donne au mendiant des aliments toujours, des vêtements quelquefois, aussi celui-ci a rarement faim mais il souffre du froid. Quand au logement, si le pauvre n’a pas sa loge, il a ordinairement pour sa famille et pour lui un grabat dans une érable et ceci lui est accordé bénévolement en esprit de charité »75.

63Pour les diverses commissions, ces habitudes pallient l’absence de bureaux de bienfaisance et d’hospices. Ce qui est à reprocher n’est donc pas le comportement des populations en général mais plutôt celui des mendiants eux-mêmes.

  • 76 . Id.
  • 77 . Dr : Watteville, op. cit. 1854, p. 733.
  • 78 . Ibid., p. 401
  • 79 . ADM Y339, lettre du ministre de l’intérieur au préfet du Morbihan du 17/01/1876.

64En effet, si les commissions mettent en avant les questions économiques, elles n’oublient pas les aspects moraux. Comprenant les maires, les recteurs (curés) et divers notables des cantons, il n’est pas étonnant qu’elles reflètent l’état d’esprit des classes dirigeantes de l’époque. « L’ivrognerie, on le sait est une cause efficiente de mendicité ; la paresse en fait plus tard une profession »76 écrit par exemple la commission de Plouay (Morbihan) ; elle n’est pas éloignée des conceptions du baron De Watteville qui, traitant du Morbihan, écrit en 1854 que « l’ivrognerie et la paresse sont les causes les plus puissantes et les plus invétérées qui engendrent et entretiennent la misère dans ce département »77. Les autres départements ne sont pas mieux lotis puisqu’à propos du Finistère, il dénonce « ce vice de l’ivrognerie, si profondément enraciné dans ce pays depuis des siècles, que rien n’a pu détruire, pas même la religion, qui y exerce cependant un grand empire »78. Le ministre de l’Intérieur, en 1876, considère encore que « dans le Morbihan comme dans le Finistère et les Côtes-du-Nord, la mendicité ne s’exerce que pour satisfaire cet odieux penchant »79. Certains notables nantais dénoncent les :

  • 80 . ADIA 2X500, conseil général de la Société pour l’extinction de la mendicité dans la ville de Nant (...)

« malheureuses familles bretonnes qui émigrent continuellement de leur pays pour se fixer dans notre ville dont elles deviennent le fléau par la profonde misère à laquelle elles sont en proie et par les mauvais exemples que donnent leur ivrognerie, leur malpropreté et leur fainéantise »80.

  • 81 . ADM M3021, 6M32 à 6M36.
  • 82 . ADF 3X34.

65Si l’on considère ensemble les rubriques « inconduite » (terme qui comprend l’alcoolisme) et « inconduite des parents », en 1841, 14 % des indigents et 16 % des mendiants du Morbihan auraient l’origine de leurs difficultés dans l’alcoolisme81. Pour le Finistère, les données sont plus éparses ; à Douarnenez, par exemple, 24 % des mendiants seraient dans ce cas82. Contre ce fléau, la commission du canton de Châteaulin (Finistère) propose en 1847 une solution originale :

  • 83 . ADF 3X33.

« L’abus des boissons alcooliques, dont le prix est malheureusement à la portée de toutes les bourses, cause incessante d’une démoralisation, mère de la fainéantise, tend et tendra, tant qu’on n’y aura pas remédié, à l’extension de la mendicité. L’extinction cependant en serait facile dans ce département et par un moyen fort simple : il consisterait à forcer toutes les communes, loin de les empêcher, à frapper à leur profit d’une taxe élevée et uniforme, les alcools en général. Une partie notable de cet impôt serait spécialement affecté à la création d’un capital destiné à éteindre la mendicité et l’on peut affirmer sans crainte d’être taxé d’exagération que dans dix ans au plus, on aurait réuni une somme assez considérable pour permettre d’entreprendre avec succès cette utile et inappréciable mesure dont les mendiants eux-mêmes auraient fait une bonne part des frais. C’est ainsi qu’à côté du mal se trouve le remède ; il ne s’agit que de vouloir l’appliquer »83.

66Cette belle démonstration n’est pas retenue par les autorités quoi qu’elles en pensent. Si l’alcoolisme est une réalité indéniable, et pas seulement en Bretagne, il semble cependant difficile d’admettre qu’il soit à l’origine de l’indigence et de la mendicité ; il est plus probablement un accompagnement et un effet de la misère. Naturellement, pour les bien-pensants, c’est le vice qui est à l’origine de la situation sociale, explication commode qui a le mérite d’éviter de poser les véritables questions.

  • 84 . ADM M3021, 6M32 à 6M36 ; ADF 3X34.
  • 85 . É. Gautier, Un siècle d’indigence, Paris, Éditions ouvrières, 1950, p. 48-49.

67Quant à la paresse, 6 % des indigents et 6 % des mendiants morbihannais en seraient victimes mais 13 % des mendiants douarnenistes84. Si l’on ne considère que le Morbihan, pour lequel les calculs sont plus significatifs, les taux avancés ne sont pas aussi catastrophiques que ce que l’on aurait pu croire d’autant que l’on est en droit de penser que les membres des commissions n’ont pas dû être particulièrement tendres vis-à-vis de leurs concitoyens. Élie Gautier remarque avec justesse que cette accusation est surprenante car, ordinairement, on loue le courage et l’application au travail des Bretons ; selon lui, cette prétendue paresse, plutôt qu’une cause, est une conséquence de la misère. Celle-ci, en effet, engendre un mauvais état de santé et amène la population à une certaine résignation, à la croyance de l’inutilité de l’effort85.

68Malgré leurs défauts et bien qu’elles ne soient pas exemptes de déformations dues aux préjugés de ceux qui sont chargés de les mettre en œuvre et de les analyser, ces enquêtes nous permettent de mieux connaître l’origine de l’indigence et de la pauvreté. Bien plus, elles nous permettent aussi de mieux connaître les indigents et les mendiants grâce aux renseignements complémentaires qu’elles possèdent.

Sociologie des pauvres et mendiants d’après les enquêtes et les recensements

69Les enquêtes nous permettent en effet de connaître la répartition sexuelle, la structure par âge et les métiers des indigents ou des mendiants, métiers qu’ils exercent ou qu’ils exerçaient avant leur présent état. Certains recensements, quant à eux, nous donnent quelques renseignements quant à la répartition sexuelle de la population marginale et de la répartition par âge.

La répartition sexuelle : la domination des femmes

70Toutes les enquêtes montrent la nette supériorité du sexe féminin qui représente la moitié des effectifs chez les indigents (Morbihan et Côtes-du- Nord en 1841 par exemple) et entre la moitié et les deux tiers des mendiants ce qui infirme l’idée de certains notables nantais pour lesquels les mendiants sont avant tout des hommes parce que :

  • 86 . ADIA 2X500, conseil général de la Société pour l’extinction de la mendicité du 3/8/1860.

« la mendicité publique exige une certaine hardiesse, de l’audace, de l’impudence qui compatit mal avec la douceur et la timidité naturelle à la femme ; il faut aussi reconnaître que dans notre état social, la femme a moins de besoins que l’homme et qu’elle peut en conséquence échapper plus facilement à la misère »86.

  • 87 . ADF-3X33 à 3X35 (1847), 3X36, 3X38, 3X39 (1856) ; ADLA 2X502 (1855) ; ADM M3021, 6M32 à 6M36 (184 (...)

71Chez les adultes, selon les lieux et les moments, le taux de féminisation est cependant très variable : le plus faible est atteint en 1841 dans les Côtes- du-Nord (55 %), le plus élevé dans le Finistère en 1847 (73 %). La répartition est en revanche beaucoup plus équilibrée chez les enfants, les filles pouvant même être dépassées par les garçons : elles ne sont que 49 % des mendiants et des indigents du Morbihan en 1841, par exemple87.

  • 88 . ADM M3021, 6M32 à 6M36.
  • 89 . Id.

72Les enquêtes permettent aussi de préciser quelque peu la situation familiale des mendiants. La plus précise est celle du Morbihan (1841) puisqu’elle distingue les adultes célibataires, hommes et femmes confondus, des mariés et des veufs. Les célibataires sont très nettement minoritaires, 13 % chez les indigents et 24 % chez les mendiants, part inférieure à ce qu’ils sont dans l’ensemble de la population. Ce qui est notable c’est le poids des veufs et plus particulièrement des veuves, 27 % des mendiantes et 23 % des indigentes88. Le veuvage est d’ailleurs assez fréquemment mis en avant dans la cause de la misère des femmes ; en effet, les salaires des hommes sont supérieurs à ceux des femmes — le double, le plus souvent, pour la même activité — et l’absence de ce salaire entraîne ipso facto l’insuffisance des revenus pour nourrir la famille. Plus de la moitié des indigents sont mariés (56 %) ce qui montre bien l’insuffisance et la fragilité des ressources des familles de cette période89.

  • 90 . ADF 3X36, 3X38, 3X39.

73En 1856, dans le Finistère, 64 % des mendiants adultes sont mariés ou ont été mariés, bien que la précision n’apparaisse pas ; nous sommes donc un peu en dessous de la proportion du Morbihan en 1841 (76 %)90. Par ailleurs, les 17 233 mendiants recensés cette année-là dans les trois arrondissements du Finistère sud appartiennent à 5 872 familles différentes soit une moyenne de trois personnes par famille mendiante.

74Les recensements de la population ne dénombrent pas réellement les indigents mais on peut considérer que les catégories retenues sous les rubriques « mendiants, bohémiens, vagabonds » et « sans profession » concernent principalement les populations marginales qui nous intéressent. Les résultats sont globalement assez proches de ceux que nous venons de trouver pour les mendiants. Comme pour l’ensemble des mendiants, les femmes représentent environ 60 % de la population marginalisée alors qu’elles ne sont qu’un peu plus de la moitié de l’ensemble de la population.

Pyramides des âges

75Les données concernant la répartition des âges ne sont pas du tout cohérentes et varient selon les diverses sources, aussi est-il difficile de les confronter même si toutes font apparaître une forte proportion de vieillards.

La répartition des âges des indigents

76Selon l’enquête morbihannaise de 1841, les moins de douze ans représentent 23 % des indigents, les 13-60 ans que l’on peut considérer comme l’âge de la pleine activité en forment 61 % et les plus de 60, 15 %. C’est dire que les deux derniers groupes sont surreprésentés tandis que les enfants sont sous-représentés (graphique 1).

  • 91 . ADM M3021, 6M32 à 6M36.

Graphique 1. Répartition (en %) des indigents selon l’âge dans le Morbihan en 184191

Graphique 1. Répartition (en %) des indigents selon l’âge dans le Morbihan en 184191

77On peur penser qu’une partie non négligeable de ces derniers n’est pas comptabilisée en tant que tels et que seuls leurs parents le sont. Cette moyenne départementale gomme en partie les différences non négligeables qui peuvent exister entre les structures par âge de deux cantons tels Allaire et Sarzeau par exemple. Les écarts entre ces deux cantons distants de moins de vingt kilomètres sont presque caricaturaux. Alors qu’Allaire n’a aucun enfant indigent, Sarzeau en annonce 40 % ; la tranche des 13-60 ans arrive largement en tête dans les deux cantons (74 % à Allaire et 51 % à Sarzeau) mais les vieillards dépassent à peine la moyenne de la population à Sarzeau (9 %) soit que dans ce canton, on ne vivrait pas vieux soit que les conditions de vie des personnes âgées y seraient particulièrement favorables tandis qu’ils sont nettement au-dessus de la moyenne à Allaire (26 %). Faut-il voir dans ces structures quasi opposées le reflet d’économies très différentes puisque Sarzeau est en grande partie tourné vers la mer et l’autre canton presqu’exclusivement agricole ?

78Selon le recensement de 1891, dans le Finistère et en Loire-Inférieure, la part des plus de 60 ans est beaucoup plus importante chez les indigents que dans le reste de la population - leur proportion est double -, même si c’est plus accentué en Loire-Inférieure chez les femmes où le rapport est de trois à un. La part des femmes âgées est supérieure à celle des hommes âgés. Si dans le Finistère, la proportion des moins de vingt ans est inférieure à la population de référence, en Loire-Inférieure, c’est l’inverse du côté des hommes. Le grand nombre d’indigents âgés ou jeunes dans ce département explique que la proportion des 20-60 ans, âge de la pleine activité, soit nettement moins ample chez les indigents et indigentes que dans l’ensemble de la population alors que dans le Finistère les indigents et l’ensemble de la population ont le même taux de 20-60 ans (entre 45 et 55 %). Peut-être, peut-on voir dans ces différences de répartition de la population marginale le reflet de structures différentes de l’indigence, à savoir que dans un département industriel comme la Loire-Inférieure, l’indigence concerne essentiellement les « invalides » alors que dans le Finistère le manque de travail et la faiblesse des salaires entraînent l’indigence d’une partie non négligeable de « valides ».

79De ce que nous avons vu plus haut concernant le sexe des mendiants et indigents et de cette structure par âge, nous pouvons voir que les risques d’être indigent voire mendiant sont d’autant plus élevés que l’on est une femme âgée ; cependant, en Loire-Inférieure, du côté des hommes, ce sont les plus jeunes qui sont les plus affectés. On a l’impression que la tranche des 20-60 ans, la plus active est nettement moins concernée par l’indigence en Loire-Inférieure que dans le Finistère par exemple. Qu’en est-il des mendiants ?

La structure par âge des mendiants

80La base des mendiants morbihannais de 1841 est très large jusqu’à douze ans (43 % de l’ensemble), ce qui confirme ce qui a été vu à partir des tableaux de répartition adultes/enfants (graphique 2).

  • 92 . ADM M3021, 6M32 à 6M36.

Graphique 2. Répartition des mendiants par tranches d’âge (en %) dans le Morbihan en 184192

Graphique 2. Répartition des mendiants par tranches d’âge (en %) dans le Morbihan en 184192

81Si nous considérons l’ensemble du groupe des moins de vingt et un ans, nous retrouvons plus ou moins ce qui a été vu à partir des recensements. L’âge de la pleine activité (13-60 ans) est important (33 %) mais moins que dans l’ensemble de la population où il concerne près d’une personne sur deux, alors que les plus de 60 ans (21 %) sont très présents tout en ne représentant qu’une partie minoritaire des mendiants. La confrontation avec les données concernant les indigents fournies par la même enquête tend à montrer que la part de ceux qui ne peuvent travailler (enfants et vieillards) est beaucoup plus importante chez les mendiants que chez les indigents non-mendiants ; nous retrouvons là ce qui a été vu plus haut quant au sources de la mendicité : c’est l’impossibilité de travailler qui en est la première. L’indigence touche de nombreuses personnes en âge de travailler dont les revenus ne suffisent pas à nourrir la famille, qu’ils n’existent pas du fait d’une infirmité, de l’absence de travail ou qu’ils soient insuffisants.

  • 93 . ADF 3X33 à 3X35.

82La répartition des âges pour quelques communes dans le Finistère de 1847 est assez différente93. En effet, si l’importance des vieillards est encore plus marquée (28 %), le groupe des 13-60 atteint 45 % et se rapproche de la moyenne de l’ensemble de la population tandis que les enfants ne représentent ici que 28 % de l’ensemble.

83Ces moyennes masquent des différences importantes dans la répartition entre les cantons et les communes comme nous l’avons déjà vu pour les indigents. Même deux cantons limitrophes aux économies très voisines peuvent présenter des différences sensibles ; tels sont les cas des cantons d’Allaire et de La Gacilly (Morbihan) en 1841. Si les 12-60 ans ont sensiblement la même importance dans les deux cantons (40 % à La Gacilly et 38 % à Allaire), les enfants d’Allaire représentent 28 % de l’ensemble alors qu’ils sont 39 % à La Gacilly ; la situation est logiquement inversée pour les plus de 60 ans (22 % à La Gacilly contre 34 % à Allaire). Le Finistère nous permet de mettre en regard les répartitions de deux communes limitrophes : Huelgoat et Locmaria-Berrien. Là encore, les différences sont sensibles mais cette fois-ci ce sont les classes d’âge inférieures qui sont les plus concernées ; les plus de 60 ans sont 21 % à Huelgoat et 20 % à Locmaria mais, alors que les enfants sont 26 % à Huelgoat ils montent à 35 % à Locmaria ; logiquement, les 13-60 ans sont 54 % à Huelgoat et 45 % à Locmaria. Dans toutes ces répartitions, il faut naturellement considérer que le classement des enfants joue un rôle important ; en effet, selon qu’ils sont comptés chez les mendiants ou seulement considérés comme enfants de mendiants, leur prise en compte se fait ou non dans les âges et l’ensemble des répartitions en est modifié de façon non négligeable. Déjà visibles pour des cantons ou communes voisines, les écarts, à l’instar de ce que nous avons vu pour les indigents dans le Morbihan, sont accentués lorsqu’il s’agit de communes éloignées, aux économies différentes, entre la côte et l’intérieur par exemple ou entre une petite ville, telle Quimper et une commune agricole des monts d’Arrée.

84La répartition par âge des indigents et des mendiants fait apparaître une surreprésentation des catégories les plus fragiles socialement : les enfants, les vieillards, ce qui n’étonne guère dans une société où les besoins de ces catégories ne sont que progressivement pris en compte. La mise en place de structures d’assistance pour les vieillards issus des classes pauvres tels les hospices et l’obligation scolaire associée à la gratuité ne peuvent en effet que favoriser la baisse du nombre de mendiants. De plus, cette dernière mesure, en permettant à un plus grand nombre d’accéder à une certaine qualification, permet indirectement de limiter les risques d’indigence et de mendicité puisque, ainsi que nous l’allons voir maintenant, ce sont les métiers les moins qualifiés qui fournissent le plus grand contingent de ces groupes.

Les métiers des indigents et des mendiants

85L’éventail des métiers est très restreint, davantage pour les mendiants que pour les indigents et pour les femmes que pour les hommes, reflet du statut de la femme au xixe siècle. Dans tous les cas dominent les métiers les moins qualifiés ou fragilisés par le contexte économique. Nous prendrons ici les exemples du Morbihan en 1841 et du Finistère en 1847.

  • 94 . Sont regroupés sous ce titre les laboureurs, cultivateurs, journaliers, domestiques attachés à la (...)
  • 95 . Sont regroupés ici les tisserands, fileurs, cardeurs, tailleurs, cordiers.
  • 96 . Il s’agit des bûcherons, scieurs de long, menuisiers, charpentiers, charpentiers de marine.
  • 97 . C’est-à-dire les maçons, peintres, couvreurs.

86Pour ce qui est des hommes mendiants, si certains cantons morbihannais précisent qu’il s’agit des états antérieurs à la mendicité, d’autres n’en font rien et pour certains d’entre eux ont tendance à classer tout le monde dans les « sans état » ce qui est somme toute logique. Ce problème de classification des mendiants explique pour une bonne part l’importance des « sans état » (38 %) du côté des mendiants alors qu’ils ne sont que 10 % chez les indigents. Dans les deux cas, ce sont les laboureurs94 qui viennent en tête avec 48 % des mendiants et 62 % des indigents suivis des métiers du textile95 — respectivement 4 % et 6 % — ce qui reflète assez bien la situation de la péninsule : l’agriculture ne suffit pas ou plus à nourrir ses habitants et l’industrie textile est en pleine déconfiture. Les autres activités concernent des secteurs moins touchés par des modifications structurelles mais qui sont régulièrement affectés par l’inactivité saisonnière ou due aux crises : les travailleurs du bois et de la forêt96 représentent 2 % des mendiants et 3 % des indigents, les ouvriers du bâtiment97 1 % des mendiants et 4 % des indigents et les marins (et bateliers) 0,5 % des mendiants mais 5 % des indigents. Nous avons là l’éventail des métiers où il est difficile de vivre de son travail en temps ordinaire et où la moindre crise est catastrophique et oblige à recourir au bureau de bienfaisance quand il existe — ce qui n’est guère le cas dans le Morbihan à ce moment-là - ou à la mendicité quand toute structure d’aide fait défaut.

  • 98 . Sont regroupées les lavandières, laveuses, blanchisseuses.

87Comme chez les hommes, ce sont les travailleuses de la terre et de l’industrie textile qui sont les plus touchées par l’indigence et la mendicité. Les cultivatrices représentent en effet 63 % des mendiantes et 57 % des indigentes et les professions textiles respectivement 9 % et 8 %. Derrière ces deux activités, viennent des métiers essentiellement pratiqués par des femmes tels que domestiques « attachées à la personne » (servantes) (1 % des mendiantes mais 11 % des indigentes) ou lavandières98 (5 % et 10 %). Le cas des domestiques est révélateur de leur situation : leurs bas salaires suffisent difficilement à les faire vivre mais, dans le même temps, leur situation les préserve relativement de la mendicité.

  • 99 . Elles travaillent à la conservation du poisson.

88Le Finistère est malheureusement beaucoup moins précis dans sa présentation. Beaucoup de commissions, en effet, ont tendance à ne prendre en compte que les mendiants de profession dans leur statistique ou à considérer que le métier est la mendicité, aussi la répartition par métier, comme pour le Morbihan, surestime-t-elle probablement les « sans état » avec lesquels les mendiants sont regroupés. Il est possible que d’autres ne compensent cette tendance en ne considérant que les métiers d’avant la mendicité ou en ne faisant guère de détail et en donnant le même état pour tous, ce qui explique sans doute que les « sans état » ne soient que 20 % de l’ensemble. Les cultivateurs dominent largement puisqu’ils représentent 70 % du total auxquels on peut sans doute ajouter une bonne partie des domestiques (2 %). Les professions textiles viennent derrière (3 %) et les marins ne sont que 1 % ce qui tendrait à confirmer ce qui a été vu plus haut pour le Morbihan. L’éventail des métiers est encore plus réduit que dans le Morbihan en 1841. De nombreuses communes n’affichent d’ailleurs que des travailleurs de la terre comme mendiants. On a un peu plus de diversité lorsque l’on s’approche de régions où existe une activité spécifique en difficulté ; tel est le cas de La Feuillée où, outre les cultivateurs, on relève un chiffonnier et cinq femmes de chiffonniers parmi les mendiants. Cette commune fait partie de l’aire des pillaouer et il n’est guère étonnant que cette activité, souvent considérée par les autorités comme de la mendicité déguisée, n’apporte sa part à la mendicité. C’est cependant dans les communes côtières que l’éventail est le plus grand. C’est le cas de Douarnenez où l’on a dix-sept métiers différents (pour 133 mendiants) mais où sept n’ont qu’un représentant. L’ensemble des métiers liés à la pêche vient ici en tête : marins (15 %), ramendeuses (13 %), femmes de presses99 (9 %) et vendeuses de marée (1 %). Les cultivateurs font cependant jeu égal avec les marins (15 %) d’autant que l’on peut leur adjoindre une partie des domestiques (13 %). Ces deux ensemble mis à part, on a derrière, les professions textiles, toujours bien placées chez les miséreux.

89Malgré les nombreux préjugés qui affleurent dans les commentaires qui les accompagnent, les différentes enquêtes nous permettent d’appréhender la réalité de la mendicité et de l’indigence dans l’ouest de la Bretagne. Les recensements, quant à eux, malgré leur plus grande imprécision des définitions et des situations regroupées sous des appellations changeantes, semblent confirmer les données de ces enquêtes. De ces différentes sources, nous pouvons en quelque sorte dresser le portrait-robot des diverses catégories pour lesquelles la mendicité risque d’être le seul moyen de survie. La quasi-totalité vient des milieux populaires, le « pauvre honteux » aisé semblant, en Bretagne, une création artistique ou littéraire : ouvriers sans qualification ou peu qualifiés, principalement de la terre. Dans ce milieu, les plus exposés à la misère et à la mendicité sont les enfants - tant garçons que filles —, les femmes âgées et tout particulièrement les veuves et les infirmes. Contrairement aux affirmations des âmes bien pensantes pour lesquelles la mendicité est fille de l’oisiveté, les enquêtes tendent à prouver que ce sont bien ceux qui n’ont pas les moyens de gagner leur pain qui mendient. Qu’une fois l’habitude prise, certains ne sortent pas de cette façon de vivre, cela est possible et même probable mais ce n’est qu’une conséquence et non une cause. Les mêmes enquêtes ont d’ailleurs tendance à montrer que les valides qui mendient le font par manque d’ouvrage et non par oisiveté. Quant à la pléthore du nombre de mendiants, poncif de tous les textes consacrés à la Bretagne du xixe siècle, les seules enquêtes exhaustives qui nous restent concernent le Finistère en 1847 et 1856. Dans cette période de crise, les taux de mendicité sont respectivement de 4 % et de 7 %. Bien qu’importants ils sont loin de donner l’image d’une population presque entièrement vouée à la mendicité sous une forme ou sous une autre. Naturellement, ce ne sont là que des moyennes et certaines communes sont plus touchées que d’autres et il semble bien que la côte soit dans une meilleure situation que l’intérieur et que l’est de la péninsule ait un taux de mendicité et d’indigence moins élevé, reflet d’une meilleure situation économique.

Notes

1 . J.-E. Gridel, Notes et renseignements pris par un touriste dans un voyage en Bretagne, 1862, Ar Men, janv. 1991, n° 32, p. 67.

2 . H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France. Normandie et Bretagne, Paris, 1885, p. 629.

3 . Ch. Géniaux, La Bretagne vivante, Paris, 1911, p. 33.

4 . A. De Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne... vol. 2, Paris, 1834, p. 93.

5 . Ibid., p. 67.

6 . Ibid. p. 21.

7 . A. Du Châtellier, Recherches statistiques sur le Finistère, Quimper, 1835, p. 78.

8 . Ibid., p. 78.

9 . Ibid., p. 78.

10 . A. De Villeneuve-Bargemont, op. cit., p. 14.

11 . Ibid., p. 14.

12 . Ibid., p. 14.

13 . De Gérando, De la bienfaisance publique. 4 vol., Paris, 1839.

14 . Ibid., t.1, p. 110-115.

15 . Ibid., t. 1, p. 135

16 . Ibid., t. 1, p. 135

17 . De Watteville, op. cit., 1854, p. 4.

18 . Moyenne calculée à partir des communes ayant un bureau de bienfaisance. Source : De Watteville, op. cit., 1854.

19 . Moyenne calculée à partir des communes ayant un bureau de bienfaisance. Source : De Watteville, op. cit., 1854.

20 . F. Chanteau, Les plaies sociales. Vagabondage et mendicité, Paris, Rédone, 1899, p. 43

21 . ADCA 3X22 lettre du maire de Plessix-Balisson d’août 1854 au préfet des Côtes-du-Nord.

22 . ADCA 3X22 lettre du recteur de Plessix-Balisson du 17/08/54 au préfet des Côtes-du-Nord.

23 . ADF 6M947, 3X33 à 3X39 ; ADLA. 2X502 ; ADM M3021, 6M32 à 6M36. É. Gautier, Un siècle d’indigence, Paris, Éditions ouvrières, 1950.

24 . ADCA, 3x22 ; ADF 6M947, 3X33 à 3X39 ; ADIV 1X287 ; ADLA 2X502 ; ADM M3021, 6M32 à 6M36. É.Gautier, op.cit.

25 . ADF 6M67, 6M78 ; ADLA 1M1694 à 1M 1703 ; ADM 6M11 à 6M22.

26 . ADF 6M63, 6M78, 6M79 ; ADLA 1M1693 ; ADM 6M11 à 6M14. Il s’agit du taux (%) de personnes recensées sous les rubriques « mendiants, vagabonds, bohémiens » et « sans profession ».

27 . ADCA 3X22

28 . ADIV 1X287

29 . ADF 1049 (1900) ; ADLA 1X316 (1900) ; ADM X1781, X1782 (1906).

30 . ADF 3X33, lettre du 30/11/1847.

31 . ADCA 2P129 ; ADF 2P4 ; ADIV 2P5 ; AD LA 8P 108 ; ADM P759. Il s’agit des contributions foncières, personnelles-mobilières et des portes et fenêtres ; la valeur de la patente n’est pas disponible pour les départements du Finistère et du Morbihan.

32 . ADF 3X36 à 3X39.

33 . De Watteville, Rapport à son excellence le ministre de l’Intérieur sur l’administration des bureaux de bienfaisance et sur la situation du paupérisme en France, Paris, Imprimerie impériale, 1854.

34 . ADF 3X33, lettre du 26/12/1847.

35 . Id.

36 . ADIA 2X502.

37 . RAA de LI., circulaire du Préfet du 16/1/1819.

38 . RAA du F, arrêté du Préfet du 18/12/1843.

39 . ADIA 2X500, conseil général de la Société du 1/3/1859.

40 . H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France. Normandie et Bretagne, Paris, 1885, p. 629.

41 . AMN II carton 68, rapport du Commissaire central de police du 8 octobre 1868.

42 . AMN II carton 68, rapport du Commissaire central de police du 8 octobre 1868 : famille Fenel ; voir aussi les familles Bernard, Bardou.

43 . Articles 203 à 211 ; l’article 203 spécifie que « les époux contractent ensemble, par le seul fait du mariage, l’obligation de nourrir, entretenir et élever leurs enfants » ; l’article 205 précise que « les enfants doivent des aliments à leur père et mère et autres ascendants qui sont dans le besoin ».

44 . Vallaux, La Basse-Bretagne, Paris, 1907, p. 267-271.

45 . J.-C Cassard, Évolution démographique et sociale de la Bretagne au xixe siècle, dans Skol Vreizh, Histoire de la Bretagne et des pays celtiques de 1789 à 1914, Morlaix, 1980, p. 104.

46 . Villermé, Benoiston de Chateauneuf, Voyage en Bretagne en 1840 et 1841, réédition Rennes, Tud ha Bro, 1982, p. 60-61.

47 . H. Baudrillart, op. cit., réédition Plabennec, Tud ha Bro, 1987, p. 125.

48 . J.-C. Cassard, op. cit., p. 102.

49 . H. Baudrillart, op. cit., 1987, p. 126. En 1876, l’agriculture emploierait 71,2 % des bras (il faut sans doute y ajouter la pèche), l’industrie 16,4 % et le commerce et les transports 12,4 %.

50 . C. Vallaux, op. cit., p. 10

51 . ADM 6M33.

52 . L’Agriculture de l’Ouest, 1840, t.l, p. 28-36.

53 . Ibid., 1843, p. 5-13.

54 . Vallaux, op. cit., p. 44

55 . On peut quand même relever des progrès en Basse-Bretagne grâce au canal de Nantes à Brest achevé dans les années 1830.

56 . Dans ce système, le propriétaire garde la propriété du terrain (fonds) et vend au preneur les édifices et superficies.

57 . R. Bourrigaud, Le développement agricole de la Loire-Atlantique au 19 siècle, Nantes, 1994, p. 70-74.

58 . A. De Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne... vol.2, Paris, 1834, p. 21.

59 . J.Tanguy, Les problèmes de l’économie bretonne. 1680-1789, dans Skol Vreizh, Histoire de la Bretagne et des pays celtiques. Troisième partie, La Bretagne province, Morlaix, 1978, p. 141-142.

60 . C. Vallaux, op. cit., p. 191-192.

61 . Ibid., p. 191-192.

62 . ADM M3021.

63 . A. De Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne... vol.1, Paris, 1834, p. 12-13.

64 . ADM 6M34.

65 . Id.

66 . Conseil municipal de Camaret du 8 novembre 1846.

67 . ADF 1M142, rapport du 20 février 1866.

68 . ADF 6M947.

69 . ADF 3X33.

70 . ADCA 3X22 lettre du maire d’Hillion du 29/07/1854 au préfet des Côtes-du-Nord.

71 . C. Vallaux, op. cit., p. 168-171. Il s’agit des salaires journaliers en francs ; le salaire français en 1892 est en moyenne de 1,60 franc

72 . De ta mendicité en Bretagne... par un président de société de secours mutuel, Châteaulin, 1860, p. 10

73 . Ch. Géniaux, La Bretagne vivante, Paris, 1911, p. 33.

74 . Lettre à Auguste Andrieux du 26/08/1893, citée dans Cl. Willard, La correspondance de Charles Brunellière, socialiste nantais, 1880-1917, Paris, Klincksieck, 1968, p. 76-77.

75 . ADM M3021.

76 . Id.

77 . Dr : Watteville, op. cit. 1854, p. 733.

78 . Ibid., p. 401

79 . ADM Y339, lettre du ministre de l’intérieur au préfet du Morbihan du 17/01/1876.

80 . ADIA 2X500, conseil général de la Société pour l’extinction de la mendicité dans la ville de Nantes du 1/3/1859. Par bretonnes, il faut entendre bas-bretonnes, naturellement.

81 . ADM M3021, 6M32 à 6M36.

82 . ADF 3X34.

83 . ADF 3X33.

84 . ADM M3021, 6M32 à 6M36 ; ADF 3X34.

85 . É. Gautier, Un siècle d’indigence, Paris, Éditions ouvrières, 1950, p. 48-49.

86 . ADIA 2X500, conseil général de la Société pour l’extinction de la mendicité du 3/8/1860.

87 . ADF-3X33 à 3X35 (1847), 3X36, 3X38, 3X39 (1856) ; ADLA 2X502 (1855) ; ADM M3021, 6M32 à 6M36 (1841). De Watteville. op. cit., 1854.

88 . ADM M3021, 6M32 à 6M36.

89 . Id.

90 . ADF 3X36, 3X38, 3X39.

91 . ADM M3021, 6M32 à 6M36.

92 . ADM M3021, 6M32 à 6M36.

93 . ADF 3X33 à 3X35.

94 . Sont regroupés sous ce titre les laboureurs, cultivateurs, journaliers, domestiques attachés à la terre.

95 . Sont regroupés ici les tisserands, fileurs, cardeurs, tailleurs, cordiers.

96 . Il s’agit des bûcherons, scieurs de long, menuisiers, charpentiers, charpentiers de marine.

97 . C’est-à-dire les maçons, peintres, couvreurs.

98 . Sont regroupées les lavandières, laveuses, blanchisseuses.

99 . Elles travaillent à la conservation du poisson.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Nombre d’indigents secourus pour 1 000 habitants dans les départements français en 184718
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Carte 2. Taux de mendicité dans les départements français en 184719
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Tableau 1. Taux d’indigence (pour 1 000 habitants) en Bretagne Sud d’après les recensements (1856-1891)25
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-3.png
Fichier image/png, 191k
Titre Carte 3. Taux de personnes recensées en Bretagne Sud au milieu du xixe siècle sous les rubriques « mendiants, vagabonds, bohémiens » ou « sans profession »26
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-4.png
Fichier image/png, 942k
Titre Carte 4. Taux d’indigence dans les Côtes-du-Nord en 185427
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-5.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Carte 5. Taux d’indigence en Ille-et-Vilaine en 189028
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-6.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Carte 6. Taux de personnes inscrites sur les listes de l’assistance médicale gratuite à la fin du xixe siècle en Bretagne Sud29
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Carte 7. Contributions directes par habitant en Bretagne en 189031
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-8.png
Fichier image/png, 1,5M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-9.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Carte 8. Taux de mendicité dans le Finistère en 185632
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-10.png
Fichier image/png, 983k
Titre Carte 9. Taux de mendicité dans les communes de Bretagne ayant un bureau de bienfaisance en 184733
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-11.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Graphique 1. Répartition (en %) des indigents selon l’âge dans le Morbihan en 184191
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-12.png
Fichier image/png, 150k
Titre Graphique 2. Répartition des mendiants par tranches d’âge (en %) dans le Morbihan en 184192
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17736/img-13.png
Fichier image/png, 198k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search