Version classiqueVersion mobile

Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle

 | 
Guy Haudebourg

1re partie. De la représentation à la connaissance scientifique

Chapitre 1. Les appareils d’État et les mendiants en Bretagne : assister les indigents et réprimer les mendiants et vagabonds

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La définition du terme mendiant ne semble pas poser de problème aux préfets qui se succèdent dans les départements bretons puisqu’ils ne la donnent jamais. Elle relève de l’évidence. Pourtant, quand on regarde d’un peu plus près les différents textes préfectoraux, la situation est bien moins assurée. Trois termes sont souvent confondus dans les documents et dans les esprits, ceux d’indigent, mendiant et vagabond. Il faut cependant dire à leur décharge que les préfets ne sont pas seuls à admettre cette imprécision puisque leurs supérieurs eux-mêmes ne montrent guère plus de rigueur. Il s’agit là principalement de la conséquence de l’incertitude des conditions des personnes concernées plus que d’une volonté délibérée. La définition de chacune des catégories est pourtant fondamentale pour le traitement que la société peut adopter vis-à-vis d’elles puisque, si les indigents doivent être assistés, les mendiants peuvent être réprimés sous certaines conditions et que les vagabonds doivent être arrêtés et jugés.

2De l’ensemble des documents, il ressort clairement que la mendicité est très importante dans les départements bretons, même si la Loire-Inférieure et l’Ille-et-Vilaine semblent moins affectées et que la fin du siècle semble meilleure pour tous. Pour les préfets, plus qu’à la pauvreté indéniable du pays, cette situation est due à la charité systématique des habitants qui, en ne faisant pas la distinction entre les vrais indigents et les fainéants, encouragent l’oisiveté et la mendicité professionnelle. C’est donc cette pratique ancestrale qui doit être combattue. Ce constat est corroboré par de nombreux observateurs mais ces derniers ont plutôt tendance à valoriser ce comportement des Bretons et tout particulièrement des Bas-Bretons qui, en donnant une place particulière aux mendiants, leur permettent de ne pas être exclus de la société et leur garantissent un rôle social et culturel fondamental.

Indigent, mendiant, vagabond : l’incertitude des définitions et des situations

  • 1 . PCV. Boiste Dictionnaire universel de la langue française, Paris, 1834, É. Littré, Dictionnaire d (...)

3La définition du mendiant donnée par les dictionnaires au cours du xixe siècle ne varie guère et est encore celle du Larousse aujourd’hui. Pour le Dictionnaire universel de la langue française de Boiste, en 1834, comme pour le Dictionnaire de la langue française de Littré, en 1874, un mendiant est celui « qui mendie », c’est-à-dire celui qui demande l’aumône ; « ceux qui vivent de quêtes et d’aumônes » dit Littré, expression identique à celle formulée par le Dictionnaire de l’Académie française en 1884 dans sa septième édition1. Au vu d’une telle limpidité de la définition du mendiant, il est logique que les autorités préfectorales considèrent que tout le monde sait de qui on parle et qu’elles ne s’appesantissent pas sur ce qui relève de l’évidence. Pourtant, ce qui, de prime abord, paraît simple se révèle beaucoup plus complexe à l’étude des textes. En effet, le caractère large de la définition amène soit à employer le même terme pour désigner des phénomènes différents soit à user de termes différents pour rendre compte de la même réalité. La question du vocabulaire pose d’ailleurs de nombreux problèmes aux personnes chargées de répondre aux questions ou enquêtes des préfets. Tous ne comprennent pas les mots avec le même sens et, si certains précisent la signification qu’ils donnent aux différents termes, la plupart restent vagues ou, par des annotations marginales, montrent l’imprécision de leurs réponses. On peut déjà deviner que l’interprétation des statistiques issues de ces enquêtes sera problématique.

4Trois termes reviennent fréquemment dans les différents documents consultés : indigent (ou pauvre), mendiant, vagabond. Le mendiant, charnière entre les deux catégories, est assimilé soit à l une soit à l’autre. La question lancinante pour les divers appareils d’État est de savoir où situer le mendiant et de déterminer en conséquence le traitement à lui administrer : l’assister ou le réprimer ? La frontière est presque impossible à tracer d’autant que les appareils chargés de ces catégories n’ont pas forcément les mêmes critères d’évaluation d’où les discussions possibles entre la police et la justice ou entre la justice et certains organismes chargés de secourir les indigents. Le préfet, chargé au niveau du département de superviser les deux fonctions d’assistance et de répression, est bien un élément de cohérence mais il agit dans un cadre spécifique où l’existence ou l’absence de certains établissements (hospice, bureau de bienfaisance, dépôt de mendicité) permettent une interprétation des lois très variable et où ses objectifs à court terme peuvent décaler les délimitations des diverses catégories. Pour deux groupes, l’action des autorités est en apparence simple : les indigents (ou pauvres) doivent être assistés et les vagabonds réprimés. La question est donc de savoir dans quelle catégorie situer les mendiants et donc de définir les critères qui permettent de les classer.

« L’indigent est exposé à périr »

  • 2 . D. Diderot (et al.), Encyclopédie, Paris, 1751-1766, art. indigent et pauvre.
  • 3 . É. Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1874, art. indigent.
  • 4 . PCV. Boiste, op. cit., art. pauvre et indigent ; Dictionnaire de l’Académie française, 1884, art. (...)

5La plupart des textes ont tendance à confondre les termes de pauvre et d’indigent. Cette confusion n’est pas nouvelle. En effet, selon l’Encyclopédie un indigent est un « homme qui manque des choses nécessaires à la vie » tandis que la pauvreté est « l’état d’indigence qui a besoin de l’assistance d’autrui, faute de pouvoir gagner sa vie par le travail »2. Ce qui est nécessaire à la vie n’est pas précisé mais cette situation de manque signifie que l’indigent n’a pas d’autres solutions pour survivre que de recevoir une aide donnée spontanément ou sollicitée. Il est donc, à ce titre, un pauvre. Littré, en 1874, donne encore la même définition de l’indigent et considère ce terme comme synonyme de pauvre3. D’autres dictionnaires essaient bien de préciser mais les définitions sont trop floues pour être de véritables outils de discrimination. Par exemple, pour Boiste ou l’Académie française, le pauvre « n’a pas le nécessaire » alors que l’indigent est « très pauvre » ou « extrêmement pauvre »4. La différence entre les deux états dépend donc du degré de pauvreté c’est-à-dire de manque. Mais où se trouve la limite entre la pauvreté simple et la pauvreté extrême ou indigence ? Ce qu’en dit le baron De Gérando, célèbre dans la première moitié du siècle pour ses ouvrages traitant de la bienfaisance, résume assez bien l’opinion du moment :

  • 5 . De Gérando, De la bienfaisance publique, vol.1, Paris, 1839, p. 5-6. C’est l’auteur qui souligne.

« Les termes de pauvreté et d’indigence, employés comme synonymes dans le langage usuel, sont loin d’exprimer la même idée et de peindre la même situation. La pauvreté est le degré intermédiaire entre la gêne et la misère ; elle conduit et confine à l’indigence mais elle n’est point encore l’indigence même ; elle est un danger autant qu’une souffrance. Celui-là est pauvre, qui n’a pas suffisamment le nécessaire, qui ne l’a qu’à moitié, qui ne l’a que strictement ; celui-là est appelé pauvre, qui n’a pas de quoi subsister convenablement suivant sa condition. L’indigence est une pauvreté extrême ; c’est la privation du nécessaire ; c’est le dénuement absolu. Il suffit, pour être pauvre, de ne rien avoir en propre, ou même de ne posséder que peu de chose : il faut, pour être indigent, se trouver hors d’état de se procurer soi-même ce dont on manque. Le pauvre n’a pour subsister que ses bras ; l’indigent n’a pas de quoi subsister. Le pauvre éprouve des privations ; l’indigent est exposé à périr »5.

  • 6 . K. Marx, Le Capital, vol. l, Londres, 1867, rééd. Paris, Éditions sociales, 1976, p. 132.

6L’indigent est donc celui qui est incapable de satisfaire les besoins élémentaires nécessaires à la survie biologique. Mais ces « besoins naturels, tels que nourriture, vêtements, chauffage, habitation, etc., diffèrent suivant le climat et les autres particularités physiques d’un pays »6. Ce point de vue de Marx recoupe celui de penseurs libéraux contemporains tel le baron De Watteville, spécialiste des établissements d’assistance :

  • 7 . De Watteville, Rapport à son excellence le ministre de l’Intérieur sur l’administration des burea (...)

« L’état d’indigence est impossible à définir d une manière rigoureusement exacte : où commence-t-il ? où doit-il s’arrêter ? Ces deux questions me semblent insolubles, puisqu’en définitive l’indigence est une chose relative. Tel individu est indigent à Paris, qui pourrait vivre sans l’aide de l’assistance publique dans un village du Finistère ou des Basses-Alpes »7.

7À l’instar des besoins, l’indigence est donc relative et on ne peut en donner des critères valables en tout lieu et pour tous les temps. Il est alors indispensable de calculer le nécessaire à un moment donné dans des conditions données. Nombre de philanthropes du xixe siècle ont, dans cette optique, proposé des types de budgets indispensables à la survie des « classes ouvrières ». Les uns partent des besoins et en estiment les coûts, De Gérando, Villermé ou Guépin par exemple. D’autres, tel Chaptal, estiment que les salaires peuvent être considérés comme une sorte de minimum vital ; on n’est pas loin de Marx pour qui le salaire correspond à ce qui est indispensable à la reproduction de la force du travail. D’autres, enfin, utilisent les critères retenus par diverses administrations (armée, prisons, hospices...) pour calculer les besoins quotidiens de leurs « pensionnaires » tant pour la nourriture, le logement ou les vêtements.

  • 8 . Ibid., p. 12.
  • 9 . Une bonne définition du pauvre est donnée par M. Mollat dans Les pauvres un Moyen Age, Bruxelles, (...)

8Jamais définis par les autorités préfectorales ou nationales, les critères de l’indigence sont laissés à l’appréciation des organismes chargés de ce problème. Dans certains cas, on considère comme indigente toute personne aidée par le bureau de bienfaisance ; c’est, par exemple, ce que fait De Watteville dans son enquête de 18478. Or, les bureaux n’existent pas partout et ont des critères qui varient selon leurs objectifs, leurs conceptions de l’assistance ou leurs ressources : dans deux communes limitrophes, les limites de l’indigence peuvent être très diverses alors que les besoins tels qu’ils sont définis plus haut sont identiques. La notion d’indigence est donc très vague même si, pour tous, le terme signifie un état d’extrême pauvreté difficile à mesurer de façon mathématique9.

Certains indigents peuvent être autorisés à mendier

9Sans jamais définir l’indigence, les autorités posent néanmoins en permanence la question de sa légitimité. Pour elles, le monde des indigents se compose en effet de deux sortes de personnes : les « vrais » indigents qui ont le droit à ce qualificatif et à un traitement de faveur et les « faux » indigents, usurpateurs du titre, que la loi doit réprimer avec rigueur. La distinction peut se faire grâce à l’attitude des uns et des autres vis-à-vis du travail que les classes dirigeantes considèrent comme le seul moyen, pour les non-possédants, de gagner honnêtement leur vie. Mais il est plus que cela et ce qu’en dit le maire de Lannion (Côtes-du-Nord) en 1844 pourrait être repris par la plupart de ses collègues :

  • 10 . ADCA 2X6, Rapport fait à l’assemblée fies associés pour l’extinction de la mendicité, Guingamp, I (...)

« Le travail est la condition de l’homme en ce monde. C’est, dit-on, le châtiment que Dieu a infligé à une première faute et loin de moi la pensée de contester cette tradition religieuse ; mais j’ajouterai que c’est aussi un acte de sa clémence car le travail allège le fardeau de nos misères, il nous aide à supporter plus patiemment les chagrins de la vie ; il nous garantit enfin des rêves de notre imagination et de ses délires. Dans l’état sauvage, errant, isolé, abandonné à lui-même, l’homme est sujet à cette loi suprême ; il est forcé de s’imposer les fatigues les plus dures, les travaux les plus pénibles pour soutenir une vie misérable et hasardeuse. Prétendre qu’il en peut être autrement dans l’état de civilisation ; que quiconque consent à supporter la misère peut s’affranchir de l’obligation du travail, ce n’est donc qu’un insoutenable paradoxe à l’usage des mauvais citoyens ou des sophistes. C’est une vérité incontestable, car elle est la déduction de la loi naturelle, que tout individu valide doit à la société le tribut de ses peines et de son intelligence »10.

10On aura donc soin de bien distinguer les indigents valides qui doivent travailler, des indigents invalides. Quelle que soit la situation économique et sociale, ces derniers sont incapables de travailler parce qu’ils sont trop âgés, trop jeunes, infirmes ou aliénés. Quant aux personnes valides, leur indigence est légitime lorsque les conditions économiques sont très défavorables ou lorsque l’impossibilité du travail résulte d’une situation indépendante de leur volonté (maladie, accident, perte de l’emploi) encore que beaucoup pensent que l’imprévoyance est, elle-même, la preuve d’une certaine tendance à la facilité. Ces indigents légitimes, car non responsables de leur situation, sont en droit, selon les conditions locales, d’obtenir une assistance permanente ou temporaire. Faute de cette prise en charge par la société, la mendicité peut leur être permise sous certaines réserves. Comme l’écrit le préfet de Loire-Inférieure aux maires de son département le 26 mai 1820 :

  • 11 . RAA de LI, circulaire du conseiller de Préfecture du 26/5/1820. La charité publique doit s’entend (...)

« Quant aux vieillards et aux infirmes qui ne peuvent travailler, il faut faire en sorte de leur trouver des ressources [...] Si ces ressources sont insuffisantes, vous pouvez, pour un temps limité, permettre à quelques-uns d’entre eux de réclamer individuellement dans l’étendue de leur canton, les dons de la charité publique »11.

  • 12 . RAA du M, circulaire du Préfet du 23/1/ 1831. Arrêté du 20/1/ 1831.

11En général, les mendiants autorisés sont contrôlés par les autorités. En 1831, le préfet du Morbihan exige des maires de son département qu’ils fournissent un état des « individus de [leur] commune autorisés à mendier soit temporairement par défaut de travail, soit habituellement à raison de leur âge ou leurs infirmités »12. Les catégories dont la mendicité est légitime sont ici bien circonscrites. Il faut en quelque sorte être une victime, ne pas être responsable de son sort pour que mendier soit légitime. L’impossibilité d’avoir un revenu doit être involontaire et vérifiable par la société environnante, en particulier par les autorités et ce n’est qu’après avoir épuisé toutes les ressources possibles que la légitimité de la mendicité peut être reconnue. Ainsi, selon le Code civil, les enfants doivent être pris en charge par les parents et doivent, en retour, prendre soin de leurs parents devenus âgés et incapables de travailler. Cette mesure devrait éviter le dénuement et la mendicité de ces deux catégories « invalides ». Les appareils d’Etat sont cependant conscients que les familles indigentes ne peuvent réellement prendre en charge parents et enfants. De même, jusqu’à la loi de 1838, les familles doivent-elles s’occuper de leurs parents aliénés.

  • 13 . RAA du F ; circulaire du Préfet du 4/9/1817.

12En revanche, ceux qui n’ont pas de revenus parce qu’ils ne veulent pas travailler et sont, de ce fait, responsables de leur situation n’ont aucun droit à attendre de la société. La limite est, bien entendu, incertaine entre l’absence de volonté de trouver un emploi et la réelle difficulté à en trouver un, entre la responsabilité et l’irresponsabilité. Les autorités peuvent difficilement faire la distinction quand elles connaissent mal les individus. C’est pourquoi un des grands soucis du temps est que ces personnes sans revenus, considérées comme mendiantes ou vagabondes, soient renvoyées sur le lieu de leur naissance où elles sont connues et où leurs ressources sont connues de tout le monde. « L’autorité locale est la seule qui puisse connaître ceux qui, à raison d’une infirmité ou du défaut réel d’occupation, peuvent être autorisés à quêter »13 écrit le préfet du Finistère en 1817. C’est là une des origines des lois limitant et contrôlant les déplacements des personnes et interdisant le vagabondage. On soupçonne toujours les pauvres qui se déplacent de ne le faire que pour profiter de la crédulité et de la charité des habitants des autres contrées.

Les vagabonds sont les « gens sans aveu »

  • 14 . RAA de LI, lettre du Ministre secrétaire d’État de la police générale du 27/8/1817 qui suit la ci (...)
  • 15 . PCV. Boiste, Dictionnaire universel de la langue française, Paris, 1834 ; E. Littré, Dictionnaire (...)
  • 16 . RAA de LI, circulaire préfectorale du 29/9/1817. Les articles du Code pénal concernant la mendici (...)

13Si les conditions économiques et sociales amènent ponctuellement ou localement les autorités à considérer la mendicité comme « un inconvénient que la société se trouve forcée de tolérer » il est nécessaire de veiller à ce qu’elle « ne puisse jamais enfanter le vagabondage et ses désordres »14. Si l’on en croit les dictionnaires déjà cités, vagabond signifie « qui erre çà et là »15. La notion d’errance c’est-à-dire de déplacement sans but bien défini n’est pourtant pas l’idée fondamentale retenue par les diverses autorités. En effet, les correspondances reprennent le plus souvent, la définition pénale : selon l’article 270 du Code pénal de 1810, « les vagabonds ou gens sans aveu sont ceux qui n’ont ni domicile certain, ni moyens de subsistance, et qui n’exercent habituellement ni métier, ni profession »16. La confusion entre vagabond et mendiant peut donc très facilement être faite puisque ce dernier, à l’instar du vagabond défini par la loi, n’a ni moyen de subsistance ni emploi et est bien souvent sans domicile. La différence entre les deux catégories réside, si l’on suit la définition légale, dans cette absence d’aveu pour le vagabond, c’est-à-dire de personnes pouvant répondre de lui pour ce qui est de ses moyens de vivre ou pour ce qui concerne sa moralité. C’est l’inconnu qui inquiète et le plus inconnu est bien sûr l’étranger qui se déplace. On ne sait rien de lui et il est difficile à contrôler.

  • 17 . D. Bernard, Surveillance des itinérants et ambulants dans le département de l’Indre au xixe siècl (...)
  • 18 . RAA du F, circulaire du Préfet du 16/1/1852

14Toute personne qui se déplace n’est cependant pas un errant, au sens de l’absence de but précis, et tout errant ne peut être considéré comme vagabond mais il est facile d’être soupçonné de vagabondage car les règlements concernant les déplacements sont draconiens. Selon les décrets du 26 février 1793 et du 10 vendémiaire an IV (1er octobre 1796) et jusqu’en 1863, toute personne qui voyage hors de son canton doit être munie d’un passeport à l’intérieur17. Délivrée par l’autorité municipale du lieu de départ, cette pièce comporte les noms, prénoms, profession, lieu de naissance, domicile, destination ainsi qu’un signalement du détenteur. Ce passeport est à la fois une carte d identité et un laissez-passer valable un an. Coûtant deux francs - soit plusieurs jours de travail d’un journalier agricole par exemple -, il est gratuit pour les indigents retournant dans leur commune d’origine. Le chemin utilisé pour joindre le lieu de départ au lieu d’arrivée doit être le plus direct possible. Les autorités municipales sont chargées de contrôler ces documents. Ne pas avoir de passeport, avoir un passeport périmé ou une pièce falsifiée classe déjà l’individu dans la catégorie des suspects. Il en va de même pour ceux qui s’écartent du droit chemin. La gendarmerie et la police doivent donc contrôler tous les voyageurs, qu’ils voyagent à pied, à cheval ou en voiture voire en chemin de fer. Elles peuvent et doivent aussi le faire dans les cabarets, débits de boissons, garnis, auberges ou lieux de débauche car, si l’on en croit le préfet du Finistère de 1852, « c’est là enfin que se cachent les vagabonds, les gens sans aveu intéressés à se soustraire à la surveillance et à l’action de la justice »18. Afin de prévenir tout problème, les propriétaires des lieux d’hébergement doivent vérifier ces pièces et la loi est assez sévère pour les hôtes trop laxistes. Mais il semble que ces menaces ne soient pas suffisantes pour faire appliquer les règlements. En 1858, le préfet de Loire-Inférieure se voit contraint de redire aux maires de son département que :

  • 19 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 8/2/1858.

« une de [leurs] préoccupations constantes doit être encore de rappeler fréquemment aux aubergistes, hôteliers, logeurs ou loueurs de maisons garnies qu’ils sont tenus d’exiger la représentation des passeports de toutes les personnes qui descendent dans leur établissement et qui y passent une nuit »19.

15Être muni de ce document devrait suffire à lever tout risque d’accusation de vagabondage puisque les passeports ne sont délivrés qu’en présence de deux témoins de bonne moralité afin de lever toute suspicion sur la qualité du demandeur et de faire de celui-ci exactement le contraire d’un sans aveu. Ce n’est pas vraiment le cas et les préfets reprochent souvent aux maires de ne pas respecter les diverses mesures concernant la délivrance des passeports, favorisant ainsi le vagabondage et la mendicité. Il faut dire que les règles à respecter et à faire respecter, si elles apparaissent simples sur le papier, sont, en fait, difficilement applicables, surtout dans les périodes les plus troublées du fait de l’insuffisance de gendarmes, agents de police, ou gardes champêtres.

16À côté de cette pièce indispensable, « tout ouvrier travaillant en qualité de compagnon ou garçon, doit être pourvu d’un livret, visé par le Maire ou son Adjoint » (loi du 22 germinal an II-11 avril 1794, loi du 12 germinal an XI-2 avril 1803 et arrêté du 9 frimaire an XII-1er décembre 1803). Il ne peut :

  • 20 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 24/1/ 1818.

« obtenir la permission d’aller dans un autre lieu sans avoir justifié qu’il est libéré de tout engagement [...] Tout ouvrier entrant chez un maître doit lui faire porter sur son livret, le jour de son entrée ; lorsqu’il en sort, il doit également faire inscrire le jour de sa sortie et un congé énonçant qu’il a rempli ses engagements »20.

  • 21 . Ibid.
  • 22 . La suppression des livrets et des passeports à l’intérieur est regrettée par Barthou, ministre de (...)

17Un individu « sans livret ni passeport en règle devrait être considéré comme vagabond »21. Ce livret tient lieu de passeport. Que son instauration manifeste la volonté de surveiller et contrôler une classe considérée comme dangereuse a priori est évident pour tous les observateurs y compris ses plus ardents défenseurs ; on peut y voir aussi le moyen de maintenir les ouvriers dans leurs places et de protéger les entrepreneurs contre des départs précipités d’employés auxquels ils auraient consenti des avances. Le but est donc là encore de stabiliser des individus qui ont une trop grande tendance au nomadisme ; la multiplication des règles dans des entreprises de plus en plus closes va dans le sens de cette lutte contre l’instabilité et le désordre. Ce n’est qu’à la fin du siècle, sous la pression du mouvement ouvrier et syndical et peut-être aussi parce qu’elle est une entrave à la libre circulation des travailleurs rendue nécessaire par le développement de la grande entreprise industrielle, que cette institution est officiellement supprimée (loi du 2 juillet 1890)22.

  • 23 . RAA du M, circulaires préfectorales des 3/4/1816, 7/8/1816, 14/1/1817, 5/10/1817, 2/1/1818, 30/3/ (...)
  • 24 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 5/7/ 1822
  • 25 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 29/8/ 1826.

18Les professions itinérantes, en sus du passeport, nécessitent elles aussi un livret visé par les sous-préfets ou les préfets. En 1849, il est remplacé par une simple autorisation mais à partir de 1863, les nomades sont astreints à posséder un carnet. Nombreux sont les rappels à l’ordre concernant ces dispositions, rappels qui montrent les difficultés d’application des mesures23. La détention de ces pièces ne suffit cependant pas à lever toute prévention envers les personnes qui pratiquent ces métiers. Pour le préfet de Loire-Inférieure, par exemple, « la justice ne peut reconnaître comme métier ou profession, l’imitation grossière d’une industrie à laquelle ils ne se livrent pas véritablement »24 et « les saltimbanques, bateleurs, escamoteurs et autres gens de cette sorte [...], sans être de la classe des mendiants et vagabonds, n’ont que des moyens précaires d’existence »25. Ainsi, les nomades sont-ils toujours à la limite du vagabondage ou de la mendicité, ce qui explique que dans les recensements de la fin du siècle une rubrique regroupe les « bohémiens, vagabonds, nomades ». Toutes ces personnes ont régulièrement à faire la preuve de leur statut c’est-à-dire à être en règle sur le plan administratif et à avoir une réelle activité, ce qui nécessite par exemple que le colporteur transporte avec lui un ballot ayant un minimum de valeur : c’est là le moyen, incertain car très subjectif, de différencier le marchand ambulant du mendiant-vagabond imitant ce métier.

Le discours des appareils d’État : la charité sans limite est à l’origine de la pléthore de mendiants et vagabonds en Bretagne

19La (re) présentation des mendiants ou vagabonds de Bretagne par les préfets dépend sans doute de la réalité que l’image est censée refléter mais est aussi marquée par les objectifs des autorités. En effet, les textes préfectoraux visent avant tout à justifier les diverses politiques d’assistance ou de répression élaborées au niveau national. Celles-ci n’ayant guère varié, il n’est pas étonnant que les mêmes idées reviennent sous la plume des préfets tout au long du siècle. En premier lieu, le nombre de mendiants est pléthorique en Bretagne. Ce fourmillement est, en général, présenté comme le reflet de la pauvreté de la province, principalement de sa partie occidentale, la Basse-Bretagne souvent identifiée à l’ensemble de la province. Mais, si les causes économiques sont les premières évoquées, elles ne sont pas les seules. La seconde constatation est, en effet, que la mendicité rencontre toujours la charité liée à la grande influence de la religion chrétienne dans sa version catholique. Pour les préfets, cette attitude explique en partie le nombre important de mendiants dans la province et favorise le vagabondage. Afin d’atteindre leur but qui est de faire disparaître la mendicité et le vagabondage de Bretagne, les autorités préfectorales essaient constamment de prouver que ces deux phénomènes sont des délits nuisibles à l’ensemble de la population et que leur éradication passe par l’abandon de certaines pratiques charitables.

La Bretagne est un monde plein de mendiants/ vagabonds

  • 26 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 10/10/1843.
  • 27 . RAA du M, circulaire du Préfet du 7/9/1876.

20« La mendicité s’exerce avec une déplorable impunité [...] un grand nombre de pauvres, dont beaucoup sont très valides, parcourent les campagnes »26. Ce reproche fait en 1843 par le préfet de Loire-Inférieure se retrouve tout au long du xixe siècle dans tous les départements bretons. Son collègue du Morbihan considère en 1876 que si les communes appliquaient les lois, « les véritables pauvres secourus à domicile n’iraient pas parcourir le pays ; on ne verrait plus de familles entières se livrer à la mendicité »27. La situation, pour être préoccupante, n’est cependant pas fatale et les solutions à l’invasion du pays par des mendiants et vagabonds existent : les pauvres doivent être maintenus dans leurs communes de naissance où on connaît bien leur situation réelle afin d’y être secourus. Ainsi, les faux indigents pourront-ils être réprimés s’ils continuent à ne pas (vouloir) travailler. Pour les autorités préfectorales, cette situation a des causes économiques structurelles et conjoncturelles (misère du pays, crises) mais surtout culturelles (charité mal entendue). Si les premières sont difficiles à extirper car elles relèvent d’une organisation sociale qui ne doit pas être remise en question, les dernières doivent être vigoureusement combattues car elles sont un encouragement à l’oisiveté et favorisent le vagabondage, source de nombreux crimes.

  • 28 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 10/5/1858.

21La mendicité légitime, pour les autorités, a sa première origine dans la misère ou la pauvreté qui règnent de façon structurelle dans la province. Même la Loire-Inférieure pourtant moins réputée pour sa pauvreté n’est pas totalement épargnée, en particulier la campagne. Le préfet de ce département, en 1858, signale « les misères dont la campagne présente quelquefois l’affligeant spectacle »28. La Basse-Bretagne est plus touchée par la misère et la mendicité et les autorités de Haute-Bretagne ont l’impression que les Bas-Bretons fuient la misère de leurs contrées pour envahir les parties les plus riches de la province. Ainsi, en 1819, le préfet de Loire-Inférieure déplore-t-il que :

  • 29 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 16/1/1819.

« le nombre des mendiants et des vagabonds s’est accru depuis six mois d’une manière incroyable ; que des familles entières venues de la Basse-Bretagne parcourent le pays en traînant avec elles ou portant sur le dos des enfants en bas âge, et n’ayant d’autres moyens d’existence que la charité publique »29.

22Il semblerait que les préfets s’inquiètent moins des mendiants après le second Empire et que ce soient les vagabonds et surtout les « bohémiens » qui deviennent l’objet de leurs craintes. On peut voir là une évolution des mentalités et les effets des diverses mesures sociales qui sont mises en place au cours de cette période.

  • 30 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 26/05/ 1820.
  • 31 . RAA du M, circulaire du Préfet du 26/09/ 1871.

23Si la pauvreté de la Bretagne est à l’origine d’une importante mendicité, celle-ci s’accroît lors les périodes difficiles tels l’hiver et les crises économiques. Deux phénomènes se conjuguent alors. D’une part, le travail diminue, que ce soit dans le cadre des activités agricoles ou dans certains autres domaines tel le bâtiment, d’autre part, les prix augmentent, en particulier ceux des denrées alimentaires. « Dans la mauvaise saison, les travaux des particuliers ne suffisent pas toujours pour occuper les pauvres »30 écrit le préfet de Loire-Inférieure en 1820. Son collègue morbihannais craint l’hiver 1871 « qui s’annonce sous de fâcheux auspices »31 à cause d’une récolte insuffisante. « Le ralentissement des travaux joint au renchérissement des denrées alimentaires et la gêne générale, tout concourt à aggraver les besoins des ouvriers et des pauvres » ajoute-t-il.

  • 32 . RAA du M, circulaire du Préfet du 6/1/1817.
  • 33 . RAA du F, circulaire du Préfet du 5/3/1817.

24Deux grandes périodes de crise mobilisent particulièrement les préfets : 1817-1822, période de disette voire de famine où croissent les déplacements et le vagabondage et la crise du milieu du siècle (1847-1855) qui affecte profondément la production céréalière. En 1817, le préfet du Morbihan, constate « l’état d’indigence dans lequel un grand nombre d’habitants de ce département est réduit par le défaut d’ouvrage »32. La situation est identique dans le Finistère où « la cherté des subsistances et le défaut de travail réduisent chaque jour un plus grand nombre de malheureux à la mendicité »33. Il en est de même pour les années 1847-1855 :

  • 34 . RAA du M, circulaire du Préfet du 15/1/ 1855.

« La mendicité toujours fréquente dans ce département, a pris de nouveaux développements depuis que la cherté des subsistances a rendu plus difficile la condition des familles pauvres [...] Dans ces derniers temps, on a vu des bandes de mendiants parcourir le pays, y répandre l inquiétude et obtenir des aumônes sinon par la menace, du moins en produisant une certaine épouvante »34.

25se plaint le préfet du Morbihan en 1855. La situation est tellement difficile que même les personnes ayant du travail ne peuvent subvenir aux besoins de leurs familles et doivent mendier. Le même préfet constate que :

  • 35 . RAA du M, circulaire du Préfet du 21/ 11/1855.

« la cherté des subsistances est telle qu’il n’existe plus de proportion entre le prix de la nourriture et le chiffre du salaire journalier, de sorte que même en travaillant de toutes ses forces, le père de famille ne peut parvenir à gagner le pain de sa femme et de ses enfants »35.

26Dans des circonstances si difficiles, il est bien entendu impossible aux préfets de présenter les victimes du manque de travail ou de l’insuffisance des salaires comme des fainéants responsables de leur situation. Mais ces causes objectives leur paraissent secondaires au regard de l’attitude charitable des populations bretonnes.

La charité favorise la multiplication des mendiants et encourage le vagabondage

27Un des topos de la littérature préfectorale est que la charité aveugle des Bretons est à l’origine du grand nombre de mendiants en Bretagne. Ainsi, le préfet du Morbihan écrit-il en 1820 que :

  • 36 . RAA du M, circulaire du Préfet du 12/4/1820.

« les bienfaits de la charité sont immenses dans ce département ; le Morbihannais est bon hospitalier, le malheureux ne réclame jamais en vain ses secours ; mais de cette disposition favorable aux indigents dérive un inconvénient grave : la mendicité se multiplie, l’habitude de mendier fait perdre à beaucoup d’indigents le goût du travail, et la certitude de trouver des secours attire dans le Morbihan une foule de mendiants étrangers qui se livrent au vagabondage, inquiètent les campagnes et encombrent les cités »36.

28En 1842, le préfet du Finistère est, lui aussi, catégorique :

  • 37 . RAA du F, circulaire du Préfet du 9/2/ 1842.

« C’est une vérité démontrée que les aumônes isolées ne produisent malheureusement pas le bien que désirent en obtenir ceux qui les font ; et dans ce pays où la charité est un sentiment universel, où toutes les classes de la société la pratiquent à l’envi, elles vont même quelquefois contre leur objet en incitant des indigents valides à leur demander des ressources qu’ils trouveraient plus sûrement dans leur travail »37.

29Pour ces administrateurs, la charité en tant que telle est une vertu à laquelle l’administration doit rendre hommage mais cette vertu présente beaucoup de dangers, favorise l’oisiveté, mère de tous les vices et par conséquent amène le vagabondage puisque le vagabond est celui qui n’a pas de ressources à cause de sa fainéantise. Ce n’est pas là une idée bien neuve. Dans l’Encyclopédie, on prétend que :

  • 38 . D. Diderot, Encyclopédie, Paris, 1751-1766, art. mendicité.

« l’aumône, louable dans ses principes, n’en est pas moins quelquefois l’aliment de la fainéantise et de la débauche. Dans une grande partie de l’Europe, les enfants des villageois s’habituent, au sortir du berceau, à ce vil métier de mendiant »38.

30Le passage de l’état de mendiant à celui de vagabond est ici explicité. On est ou on devient mendiant à cause de la misère mais cette situation qui ne devrait être que temporaire, car due à des événements limités dans le temps, tend à devenir une habitude, un mode de vie dont la cause fondamentale est le refus du travail. Les mendiants sont toujours soupçonnés de gagner beaucoup plus d’argent grâce à l’aumône que s’ils travaillaient. De plus, ces étrangers inconnus sont inquiétants, dangereux. La charité sans discernement est totalement condamnable car elle ne fait pas la distinction indispensable entre le véritable indigent - mendiant légitime tel qu’il a été défini plus haut — et le paresseux. En 1855, le préfet du Morbihan reprend les mêmes idées :

  • 39 . RAA du M, circulaire du Préfet du 15/ 1/ 1855.

« Il faut donner de manière à soulager la misère honnête, sans accorder une prime d’encouragement à la paresse ou à l’inconduite. L’aumône qu’on accorde à des individus inconnus est presque toujours mal placée. Que chacun ne secoure que les pauvres placés autour de lui et résidant dans la même commune, ou du moins dans le même canton »39.

31La mendicité au-delà des limites du canton ne peut être tolérée parce que les causes de l’indigence du quémandeur sont inconnues aux donateurs potentiels. Afin d’éviter les abus, la population doit seconder les autorités en s’autodisciplinant, c’est-à-dire en refusant la charité systématique et en réservant ses aumônes aux mendiants légitimes connus parce qu’ils sont de la commune ou ont des certificats officiels les autorisant à mendier. Cette autodiscipline est un premier pas vers l’organisation rationnelle de la charité, elle-même antichambre de la mise en place des bureaux de bienfaisance. Ce premier pas est néanmoins difficile à faire admettre surtout lorsque les autorités municipales elles-mêmes ne respectent pas les consignes préfectorales. Ainsi, en 1821, le préfet du Morbihan tance-t-il certains édiles :

  • 40 . RAA du M, circulaire du Préfet du 12/9/1821.

« On a craint dans quelques localités l’insuffisance des ressources pour nourrir les pauvres, et l’on a autorisé une partie des mendiants à refluer sur les communes voisines ; mais c’est une erreur dont il importe de prévenir le retour. Il n’est point de commune, quelque petite qu’elle soit, qui ne puisse alimenter ses pauvres ; et en les forçant à y résider l’administration locale est à même de les connaître tous, d’obliger au travail ceux qui peuvent s’y livrer, de les maintenir dans une bonne conduite en exerçant sur eux une surveillance active et continue, et de ne faire participer aux aumônes du riche hospitalier que ceux qui y ont un droit incontestable, tandis que les mendiants étrangers qui s’introduisent dans une commune échappent facilement à la surveillance, n’épargnent personne, et excitent tour à tour la crainte et la pitié en demandant avec violence et menaces, ou en feignant des infirmités pour mieux séduire et détourner à leur profit la part destinée au véritable indigent »40.

  • 41 . RAA du M, circulaire du Préfet du 3/5/ 1850 citant celle du Ministre de l’Intérieur du 29/4/ 1850

32Par ces facilités données à la mendicité, si l’on en croit les préfets, on laisse s’instaurer le vagabondage qui débouche inexorablement sur le crime, vols ou autres atteintes aux biens et aux personnes. À certaines périodes, la crainte se fait politique. C’est le cas après l’insurrection ouvrière parisienne de juin 1848 lorsque les déplacements vers la capitale et Lyon sont sévèrement contrôlés pour empêcher que des indigents ne viennent s’ajouter aux « éléments de désordre déjà trop nombreux qui existent dans ces deux villes »41. C’est encore vrai en 1871 quand le préfet de Loire-Inférieure soupçonne certains vagabonds d’être des Communards qui :

  • 42 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 20/7/ 1871.

« après avoir eu soin de s’affubler d’un mauvais pantalon garance ou d’un képi se donnent, à l’aide de ce déguisement, pour d’anciens soldats revenant d’Allemagne où ils étaient prisonniers de guerre, alors que selon toutes apparences, ils pourraient bien n’être que d’anciens insurgés évadés de Paris »42.

33L’aspect politique est, cependant, peu présent dans les accusations portées contre les vagabonds. Ce sont plutôt des états limites qui sont visés par les mesures de surveillance tels les commis-voyageurs ou les colporteurs et tout particulièrement ceux d’écrits ou d’images car ils peuvent cacher des publications hostiles au pouvoir en place :

  • 43 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 16/4/1816.

« Ne perdez pas de vue, Monsieur le Maire, que c’est parmi les individus de cette classe que les malveillants ont souvent trouvé leurs agents les plus actifs ; que c’est par eux qu’ils sont parvenus à faire circuler les nouvelles les plus absurdes et à alarmer l’habitant crédule des campagnes »43.

34prévient le préfet de Loire-Inférieure en 1816. Selon les régimes politiques les idées dangereuses ne sont pas les mêmes mais les déplacements sont toujours craints. En 1852, le préfet du Finistère rappelle que les passeports délivrés aux gens de commerce pour toute la France sont à proscrire car :

  • 44 . RAA du F, circulaire du Préfet du 23/4/1852. C’est-à-dire anarchiste.

« le porteur peut circuler librement pendant plusieurs mois, sans laisser trace de son passage. C’est là un abus qui peut offrir un certain danger, lorsque surtout il est constant que la profession de commis-voyageur cache souvent un but de propagande anarchique »44.

  • 45 . ADLA 1M799, lettre du Préfet du 25/7/1894.

35À la fin du siècle, le préfet de Loire-Inférieure est convaincu que « certains vagabonds disant exercer des professions mal définies sont en relations avec des anarchistes résidant sur divers points du département et qu’ils peuvent servir aux communications qu’ils échangent »45.

  • 46 . ADLA 1M801, lettre du Préfet au ministre de la Police générale du 23/3/1816.

36Inversement, les colporteurs peuvent être utilisés dans le sens du gouvernement en place à la demande même du plus haut niveau. Ainsi, en 1816, le préfet de la Loire-Inférieure rapporte-t-il avoir « fait composer des chansons dans le sens du gouvernement et [les avoir] échangées avec celles dont étaient porteurs ces marchands »46.

  • 47 . ADIA 1M799, lettre du Préfet du 25/7/ 1894.
  • 48 . RAA de LI circulaire du Préfet du 29/5/ 1858.

37Les vagabonds sont en outre accusés d’immoralisme. D’après le préfet de Loire-Inférieure « la plupart de ces mendiants improvisés se disent ouvriers sans ouvrage et ne sont le plus souvent que des maraudeurs ou des ivrognes qui se sont fait chasser de leurs ateliers »47. Cette double accusation de fainéantise et d’ivrognerie est constante au cours du siècle. Le troisième reproche d’ordre moral est en général le libertinage. Si l’on en croit les publications officielles, les lois concernant le mariage et les relations entre sexes sont mises à mal par tous ces gens difficiles à contrôler. Dans ce domaine, encore, les colporteurs sont particulièrement en ligne de mire. Afin d’éviter la diffusion de matériel immoral, les lois imposent la vérification des ballots mais cela n’évite pas toutes les effractions. Aussi les imprimés transportés doivent-ils être estampillés et la police doit-elle vérifier que « le timbre bleu est apposé sur chaque volume, sur chaque imprimé et sur chaque estampe »48.

38À la fin du siècle, à partir du moment où la République est solidement installée, les errants les plus craints ne sont plus les mêmes et la définition du vagabond change. Les lois ont évolué et la liberté de la presse (1881) fait que les colporteurs ne sont plus contrôlés. À partir des années 1880 les vagabonds sont pratiquement toujours assimilés aux bohémiens. Ceux-ci ne sont plus seulement des étrangers à la commune voire au canton mais sont des hors-départements ou même des étrangers au pays. La possibilité d’identification ne joue plus et l’exclusion est plus facile. On peut remarquer que cette évolution se fait parallèlement à la disparition des discours concernant les mendiants. Ce moindre intérêt des autorités reflète peut- être un amoindrissement de la mendicité et du vagabondage en Bretagne ainsi que l’évolution des mentalités. Les sources permettant l’étude de la répression faisant malheureusement défaut pour cette même période, nous en resterons à ces hypothèses.

39Les principes de l’action préfectorale étant définis, se pose la question de savoir comment les diverses thèses sont reçues par la population de Bretagne.

Réprimer les mendiants : de l’acceptation en Haute-Bretagne au refus en Basse-Bretagne

  • 49 . Réédité dans V.A. Malte-Brun, La Bretagne au xixe siècle, si. 1993. Le taux d’analphabétisme chez (...)

40Les appareils d’État sont chargés de faire appliquer les décisions gouvernementales et, parallèlement, de diffuser l’idéologie dominante le plus largement et le plus profondément possible dans le pays. Les préfets ne ménagent pas leur peine pour transmettre les directives ministérielles aux sous-préfets, aux maires et aux commissaires de police mais, à mesure que l’on « descend » dans la société, les représentations se diversifient. La plupart des sources dont nous disposons sont issues de catégories lettrées et par là même, excluent un grand nombre de personnes. Les plus illettrés étant en général les plus pauvres, ce sont donc les plus concernés par le problème de l’indigence, de la pauvreté ou du vagabondage qui sont absents de l’écriture de leur propre histoire. De plus, cet aspect est accentué en Basse-Bretagne où la population la plus pauvre est le plus souvent bretonnante et ne reçoit aucun enseignement de sa langue. Les données de la fin du xixe siècle marquent encore le retard de l’ouest de la province dans l’alphabétisation. Par exemple, selon Malte-Brun, en 1878, le Finistère se classe au 87e rang des 89 départements français pour ce qui est du taux des enfants de 6 à 13 ans inscrits à l’école, le Morbihan au 85e, les Côtes-du-Nord au 82e, la Loire-Inférieure au 77e et l’Ille-et-Vilaine au 67e. La même année, pour 100 jeunes gens maintenus sur les listes de tirage au sort c’est- à-dire aptes au service militaire, 52 savent lire, écrire et compter dans le Morbihan, 55 dans les Côtes-du-Nord, 63 en Ille-et-Vilaine, 64 dans le Finistère et 90 en Loire-Inférieure49. La réception de l’idéologie dominante par la société nous est donc essentiellement connue par ce qu’en dit la minorité lettrée. La diffusion de cette idéologie, favorisée par les cadres politico-administratifs locaux et départementaux est, dans une certaine mesure, limitée par l’influence des idées chrétiennes mais surtout amoindrie en Basse-Bretagne par la place particulière qu’y occupe le mendiant.

L’idéologie dominante est relayée par une bonne partie des cadres municipaux et départementaux

41L’acceptation de l’idéologie de la bourgeoisie est favorisée par la faiblesse des idées socialistes en Bretagne alors que les cadres de l’administration locale sont en grande partie acquis aux idées dominantes. En outre, certains publicistes se font le relais de ces idées. Le point le plus délicat pour l’appareil d’Etat est la position ambiguë de l’Église catholique dans une région où son emprise sur les esprits est presque sans partage.

La faiblesse de l’idéologie socialiste en Bretagne

42La plupart des penseurs du socialisme et du communisme s’intéressent essentiellement à la classe ouvrière, surtout de la grande industrie, directement concernée par l’exploitation et, selon eux, seule capable de mener à bien une révolution permettant la suppression de l’exploitation de l’homme par l’homme ; ce sont les travailleurs, producteurs des richesses, en tant que tels qui sont l’objet de leur réflexion. Bien évidemment, tous ceux qui se situent aux limites ne sont pas complètement ignorés mais, à l’instar de Marx, beaucoup pensent que ces couches de « prolétaires en haillons » sont difficiles à gagner aux idées révolutionnaires. Selon cet auteur, le Lumpenproletariat :

  • 50 . K. Marx, Les luttes de classes en France, Paris, Editions sociales, 1970, p. 58 ; rédaction en 18 (...)

« dans toutes les grandes villes, constitue une masse nettement distincte du prolétariat industriel, pépinière de voleurs et de criminels de toute espèce, vivant des déchets de la société, individus sans métier avoué, rôdeurs, gens sans aveu et sans feu, différents selon le degré de culture de la nation à laquelle ils appartiennent, ne démentant jamais le caractère de lazzaroni »50.

  • 51 . Lettre à Hamon du 15/05/1896. Lettres nantaises. Correspondance Brunellière-Hamon (1891-1899), Na (...)

43Ce point de vue n’est, en apparence, guère différent de l’idéologie dominante. Les marginaux sont essentiellement perçus comme des délinquants en puissance. Mais là où la bourgeoisie voit un risque pour l’ordre social, Marx ne voit que des rebuts de la société impossibles à organiser. Leur comportement individualiste et leur absence de conscience de classe les excluent du prolétariat révolutionnaire et, loin de faire d’eux des dangers véritables pour la classe dominante, les transforment facilement en ses auxiliaires contre les autres prolétaires, sans compter que le nombre important de ces gens sans travail permet au patronat de faire pression sur les salaires et les conditions de travail. À la fin du xixe siècle, le chef socialiste nantais, Charles Brunellière, assez représentatif du mouvement socialiste de cette région « regarde comme une erreur funeste l’idée que la révolte sera la fille de la misère car celle-ci ne peut engendrer que l’aveulissement complet et irrémédiable »51.

  • 52 . Ange Guépin qui joue un rôle non négligeable à Nantes en tait partie mais est un marginal du soci (...)

44Les autres courants socialistes, proches des idées de Proudhon s’intéressent, eux aussi, principalement aux travailleurs et leur réflexion comme leurs actions concernent d’abord l’organisation des ouvriers en sociétés de secours mutuels puis en syndicats. Les mendiants ne sont que rarement considérés en tant que tels ; on peut voir évoqués les cas de chômeurs obligés de mendier pour survivre mais, une fois exclu du monde du travail, on est plus ou moins exclu du monde des travailleurs. Quelles que soient les conceptions de ces courants concernant la question de la mendicité, en Bretagne, la faiblesse du socialisme avant les années 1914 — sauf localement et tardivement — est un avantage certain pour les idées dominantes qui ne rencontrent en général que peu d’obstacles sur leur gauche52.

45En ce qui concerne la mendicité, on peut dire qu’elles ne sont pratiquement pas contrecarrées par les mouvements socialistes qui pensent que la lutte des classes se situe sur un autre terrain, celui de l’organisation syndicale et politique. À cet avantage indéniable vient s’ajouter le fait que bon nombre de cadres municipaux ont la même idéologie que les préfets nommés par Paris.

Des cadres municipaux et départementaux à la même idéologie que les préfets

  • 53 . Lois des 22 frimaire an VIII (12/12/1799), 21 mars 1831 (le maire est choisi dans le conseil muni (...)

46Longtemps, les maires n’ont pas été élus par les conseils municipaux mais désignés par les autorités préfectorales voire directement par le gouvernement, sous la Monarchie censitaire ou le second Empire par exemple53. Dans ces conditions, il semble logique que les vues du préfet soient aussi les leurs. Lorsque, après 1884, le maire est un conseiller municipal élu au suffrage universel, il lui est plus difficile de ne pas tenir compte de ce que pensent ses administrés même s’il est toujours considéré comme un agent de l’autorité supérieure.

47Les points de vue des maires, des sous-préfets, des commissaires nous sont connus par les échanges épistolaires liés à ces questions de la mendicité ou du vagabondage ; ils peuvent aussi se lire en creux dans les textes des préfets. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les représentations des préfets, bien qu’elles dépendent fondamentalement de ce que leurs supérieurs veulent mener comme politique, tiennent compte de ce que leurs subordonnés leur signalent. L’imprégnation idéologique nécessite des destinataires réceptifs et donc que les idées que l’on essaie de leur faire admettre ne soient pas en décalage trop grand avec leurs propres représentations. Dans ces conditions il est logique que le discours préfectoral ne rencontre guère d’opposition chez des gens issus des couches dirigeantes qui partagent souvent la même idéologie dominante. Certains maires sont d’avance entièrement sur la même longueur d’onde que leur préfet. C’est le cas, par exemple, de Lucas Championnière, maire de Brains (Loire-Inférieure) qui se plaint en 1818 au préfet de Loire-Inférieure :

  • 54 . ADIA 1M800, lettre au Préfet du 23/12/1818.

« [Un] grand nombre de mendiants étrangers [...] parcourent nos campagnes depuis environ trois mois. Il en vient ici non seulement des communes voisines mais de celles d outre-Loire et des familles entières de la Basse-Bretagne assiègent nos portes avec leurs enfants que de jeunes femmes traînent après elles ou portent sur leurs dos. Des hommes de tout âge les suivent de près, les uns avec des passeports d’indigents et d’autres n’en ayant pas du tout. Très certainement, il se trompent ceux qui soutiennent que la mendicité doit être soufferte parce que la charité est un devoir. Le cœur s’endurcit quand on voit trop fréquemment des individus qu’on suppose des fainéants vivre uniquement du pain de l’aumône. Les portes seront tenues fermées et le pauvre du voisinage n’en pourra plus trouver l’entrée [...] L’impôt que dans les campagnes nous payons aux mendiants est excessif et non également réparti car l’homme dur s’en débarrasse aisément aux dépens de celui qui ne saurait voir sans la soulager la misère si près de lui quand elle serait le fait de la paresse [...] j’appelle votre attention sur les inconvénients de laisser voyager ainsi des gens sans aveu »54.

48Ce sont principalement les mendiants vagabonds qui sont visés. Les termes utilisés sont très suggestifs. On a l impression qu’une horde de barbares — pour les personnes de la classe sociale de ce maire, ces Bas-Bretons qui ne parlent pas français ou le baragouinent viennent de contrées arriérées et sauvages — assiège la civilisation et les comportements sous-entendus reprennent l’antienne de l’immoralité : les femmes traitent leurs enfant comme des objets et elles sont suivies des hommes. Le communisme des femmes est simplement suggéré mais le grand nombre d’enfants suffit à démontrer le libertinage. La fainéantise est, bien entendu, à l’origine de cette errance et la charité est mise à mal par cette situation car les gens vont avoir tendance ou à donner à n’importe qui ou à fermer leur porte et leur cœur. Dans les deux cas les mendiants légitimes sont victimes, que leur pain soit pris par des étrangers ou que la charité disparaisse. Les idées sont ici exactement identiques à celles des préfets. Les maires parlent peu des mendiants proprement dits, si l’on excepte celui de Nantes qui prend des mesures rigoureuses contre ce qu’il considère comme un abus. Il est donc en plein accord avec son supérieur sur la nécessité d’interdire la mendicité.

  • 55 . ADIA 1M800, lettre au Préfet du 26/5/1858.
  • 56 . ADI A IM800, conseil municipal de Sucé/Erdre du 1 1/6/1893.
  • 57 . ADM 4M43, conseils municipaux de Rieux du 4/2/1894, de Saint-Jacut du 11/2/1894 et de Peillac du (...)

49En revanche, nombreux sont ceux qui se plaignent des vagabonds, spécialement en Loire-Inférieure, peut-être parce que le développement industriel de la Basse-Loire et la croissance de l’agglomération nantaise attirent particulièrement les travailleurs des régions où les emplois manquent. En 1858, le maire du Pallet (Loire-Inférieure) décrit les « mendiants étrangers dont beaucoup sont des vagabonds à qui l’on est forcé de donner, dans la crainte qu’ils ne se portent à des excès, ne trouvant dans les villages que des femmes, les hommes étant occupés à leurs travaux agricoles »55. Les mendiants étrangers semblent donc vus comme des fléaux plutôt que comme des victimes. Pourtant, dans la même lettre le maire du Pallet considère les habitants de sa commune comme « charitables ». Mais cette charité semble ne concerner que les habitants de la commune, connus du voisinage. La peur des vagabonds paraît générale et constante. En 1893, le maire de Sucé (Loire-Inférieure) appelle l’attention de son conseil sur les plaintes des agriculteurs concernant les mendiants étrangers qui « se présentent dans les fermes isolées où on n’ose pas leur refuser l’aumône par la crainte des insultes ou des menaces d’incendie56. On retrouve la même crainte dans l’est du Morbihan en 189457. Le conseil municipal de Saint-Vincent-sur-Oust dénonce au préfet le :

  • 58 . ADM 4M43, conseil municipal de Saint-Vincent/Oust du 18/11/1894

« passage sur le territoire de Saint-Vincent de mendiants et de vagabonds étrangers au pays, dont le nombre s’accroît de plus en plus. Il arrive souvent qu’ils s’introduisent dans les villages où ils se montrent très exigeants, surtout lorsqu’ils ne trouvent dans les habitations qu’une personne seule ou des enfants qu’ils effraient par leurs menaces dans le but d’obtenir davantage »58.

50Il s’agit dans ces derniers cas de points de vue de conseillers municipaux élus au suffrage universel qui reflètent au moins en partie les idées de leurs administrés.

51En Bretagne gailèse, le préfet ne semble donc pas avoir de soucis à se faire. Mendicité et vagabondage sont bien perçus par ses subordonnés comme des phénomènes qu’il faut faire disparaître. C’est là un point d’appui non négligeable. Bien sûr, ce sont les mesures prises et les réactions à ce moment qui permettront de vérifier ou d’infirmer cette symbiose des idées.

  • 59 . Rapport sur l’extinction de la mendicité dans le Finistère, Quimper, 1858, p. 4-9.

52Si les maires ont été longtemps les relais directs du pouvoir central, la situation est beaucoup plus contradictoire en ce qui concerne les conseillers généraux. En effet ceux-ci sont élus au suffrage censitaire puis au suffrage universel et, dans une certaine mesure, sont plus indépendants du pouvoir politique que les maires même s’ils peuvent cumuler les mandats. On peut, néanmoins, constater que sur la question de la mendicité et du vagabondage, ils rejoignent en grande partie les idées des préfets. Il est d’ailleurs quelquefois difficile de faire la distinction entre ce qui relève des idées de l’appareil préfectoral et ce qui est le point de vue des conseillers généraux tant les liens sont étroits. Ainsi, lorsqu’en 1858, le préfet du Finistère met en place une commission d’étude de la mendicité, à côté de membres du personnel préfectoral et d’un abbé, il fait appel à deux délégués du conseil général. On peut penser que le préfet a choisi des conseillers généraux assez représentatifs des idées de leurs collègues pour que les travaux de la commission ne soient guère contestables. Cette commission, à l’instar des autorités préfectorales et des enquêtes du xixe siècle, considère qu’il y a lieu de distinguer les mendiants légitimes « que la misère ou les infirmités mettent à la merci de la pitié publique » et les valides qui « pourraient gagner par le travail, les secours qu’ils sollicitent de la pitié publique »59. Le grand nombre de mendiants (40 000 dans le Finistère), pour les membres de cette commission, est fondamentalement lié aux habitudes d’oisiveté contractées précocement et à une charité mal placée. « L’aumône devient une prime à l’oisiveté » considèrent les auteurs du rapport mais il est difficile de combattre cette pratique car beaucoup de gens considèrent que la distribution directe est beaucoup plus efficace que tout autre façon. « Tout intermédiaire entre le bienfaiteur et le donataire est un témoin gênant qui refroidit la charité » précisent-ils. Comme les autorités préfectorales, ces auteurs considèrent qu’il faut faire cesser cette aumône indifférenciée. Dans ce but, l’organisation des secours doit se faire au niveau de la commune car « le soin du mendiant doit être remis à ceux qui le connaissent ». On retrouve là les principes des orientations gouvernementales mais ces notables ne suivent plus le préfet quant aux façons de donner les secours. Pour eux, l’aumône des plus aisés doit être volontaire car :

  • 60 . lbid., p. 4-9.

« en perdant la liberté, elle cesse d’être une jouissance pour celui qui donne et un titre à la reconnaissance de celui qui reçoit. La taxe blesse le riche qui se voit arracher avec peine ce qu’il donnerait avec plaisir ; elle blesse le pauvre, qui croit se relever de l’humiliation par l’insolence »60.

53Pour ces gens, ce qui est condamnable, ce n’est pas l’aumône en tant que telle mais la charité aveugle. Il faut seulement que les donateurs s’autodisciplinent en ne donnant qu’à de bons pauvres connus, c’est-à-dire nés dans la commune. Toute tentative d’organisation est refusée dans cette partie de la Bretagne. L’idéal est une sorte de retour à un passé idyllique où les vagabonds étaient quasiment absents de Bretagne, où chaque pauvre était soutenu par les habitants de la paroisse et où les riches avaient leurs pauvres attitrés. La relation du pauvre et du riche est ainsi plus forte et le secours dépend de la bonne volonté du riche et du bon comportement du pauvre. La sujétion sociale et politique est ainsi complète : nous sommes en 1858 sous le régime du suffrage universel et même les pauvres ont le droit de vote ! On a affaire ici à une sorte d’idéologie intermédiaire entre celle des préfets pour lesquels les secours doivent être organisés puis municipalisés et celle de ceux qui considèrent que l’aide doit être accordée sous forme d’aumône manuelle à toute sollicitation. Comme les conseillers municipaux, les conseillers généraux critiquent surtout les mendiants étrangers confondus avec les vagabonds :

  • 61 . ADM 4M43, conseil général du 16/4/ 1890.

« Je me plains, dit M. Lanjuinais, conseiller général du Morbihan, des vagabonds étrangers au département qui se présentent sans cesse chez nous la menace à la bouche. Je prie donc Monsieur le Préfet de vouloir bien prendre des mesures pour éviter les ennuis et les inquiétudes que ces individus nous causent »61.

54Les relais locaux des autorités préfectorales semblent acquis aux idées de celles-ci dans la partie orientale de la Bretagne ; la situation est, en revanche, plus complexe en Basse-Bretagne. D’accords en grande partie avec le refus de la charité aveugle et la nécessité de la lutte contre le vagabondage, les conseillers généraux semblent diverger sur les méthodes d’action.

Le soutien de certains publicistes

55À l’instar des préfets, certains écrivains ou publicistes considèrent que la charité est souvent mal placée. Ils ne remettent généralement pas en cause le principe même mais critiquent l’absence de distinction entre les vrais nécessiteux — jeunes enfants, vieillards, infirmes — et les fainéants qui, selon eux, ont compris que cette façon de vivre était la plus facile. Alexandre Bouët en est le représentant le plus connu :

  • 62 . A. Bouët, O. Perrin, Breiz Izel, 1844, rééd. Paris, Scghcrs, 1986, p. 322-323.

« Les droits et privilèges de nos mendiants, la place qu’ils se sont faite dans la civilisation armoricaine témoignent assez que la semence de l’Évangile n’est pas tombée chez nous dans une terre ingrate, et que la charité peut être appelée une vertu bretonne. Mais [...] cette vertu mal comprise est devenue pour le pays une plaie véritable. Les mendiants, formant bientôt une sorte de corporation, y ont propagé de dégradantes habitudes et discrédité le travail, lorsque la lenteur naturelle des habitants demandait au contraire à être stimulée et leur apathie vivement combattue. De là une population considérable résignée à vivre sans feu ni lieu, pourvu qu’elle vive sans rien faire »62.

56Pour lui, la charité aveugle donne au mendiant l’assurance d’une aumône et la mendicité devient un métier héréditaire. Ceux qui font l’aumône de cette manière sont donc coupables de faire appel à leur cœur et non à leur raison. Ce sont précisément ces notions de raison et d’efficacité qui sont mises en avant par les autorités pour justifier et mettre en place les divers moyens d’assistance. À l’instar des autorités préfectorales, Alexandre Bouët considère que l’aumône à tous relève d’un monde ancien, d’une structure économique et sociale dépassée et que le comportement des Bretons est un archaïsme à combattre. Il pouvait peut-être se justifier sous l’Ancien Régime car les riches, écrasant le peuple, avaient des devoirs envers leurs victimes, en particulier celui de la charité. À la mauvaise organisation sociale répondait l’inorganisation de la charité. La nouvelle société, en revanche, permet l’accession au bien-être matériel et moral à tous grâce au travail et, en attendant que cela soit vraiment le cas, corrige ses défauts temporaires par la mise en place de multiples institutions. La charité ne peut atteindre réellement ses buts qu’en s’intégrant dans l’organisation de l’assistance. Ce point de vue a d’autant plus d’importance qu’Alexandre Bouët est journaliste et a fondé trois journaux Le Finistère, Le Brestois, L’Armoricain qui véhiculent ses idées. De plus, son père fut maire de Lambezellec (Finistère), nommé et reconnu par le pouvoir. Les préfets ne sont donc pas complètement isolés dans la propagation de l’idéologie bourgeoise dominante et ont des relais dans certaines couches sociales.

La position ambiguë de l’Église catholique

  • 63 . M. Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, Paris, Fayard, 1992.

57L’idéologie et la pratique de l’Eglise catholique concernant la question de la mendicité sont fondamentales dans la mesure où les masses bretonnes sont pratiquantes et largement sous l’influence du clergé. Ce fait, signalé par bon nombre de récits de voyageurs ou d’ouvrages savants du xixe siècle, est corroboré par les études scientifiques les plus récentes même si ces dernières sont plus nuancées63.

58Le plus souvent, le discours sur les pauvres sert non seulement à présenter une réalité sociale mais à rappeler une des vertus chrétiennes, la charité. Dans ce don, ce n’est pas le receveur qui est au centre du problème mais le donateur. C’est dans cette pratique de l’aumône que l’idéologie religieuse et l’idéologie bourgeoise risquent d’être en contradiction puisque, pour cette dernière, le travail étant la valeur suprême, toutes les attitudes qui risquent d’amoindrir le goût de l’effort sont à combattre. La façon dont les autorités ecclésiastiques présentent la charité est donc déterminante. Si l’aumône doit être donnée à n’importe qui, nul doute que les mendiants seront accueillis favorablement par une population qui respecte les enseignements de ses prêtres ; dans le cas contraire, les portes se fermeront devant tous ceux dont le besoin n’est pas flagrant.

59Les conceptions de la religion catholique concernant la charité n’ont guère changé depuis l’Ancien Régime, voire même depuis le moyen âge. Le pauvre est présenté comme l’image du Christ, pauvre de Dieu que les riches doivent soutenir par leurs aumônes ce qui leur ouvrira les portes du Paradis. La plupart du temps, les évêques ne font pas de différence entre le pauvre et le mendiant et ce qui est dit du pauvre en général concerne aussi les mendiants. D’ailleurs les termes utilisés par beaucoup de gens pour désigner ces derniers sont le plus souvent des variations autour du terme pauvre, paour en breton, encore utilisé dans les années 1930.

60Les circulaires religieuses traitant de la pauvreté sont très nombreuses après le second Empire. On peut y voir le reflet des progrès de l’industrialisation et de l’intérêt grandissant de l’Église pour la question sociale mais peut-être davantage encore, les répercussions d’un contexte politique bien spécifique. En effet, depuis les années 1860, la politique de l’Etat français est de plus en plus contestée ou condamnée par l’Église catholique. Le soutien de Napoléon III aux patriotes italiens qui réduisent l’importance des états du Pape, malgré la création des zouaves pontificaux, est à l’origine de la rupture. Les Semaines religieuses de la période insistent sur les enrôlements dans une armée dirigée par le général nantais Lamoricière. Les relations ne font que se dégrader ensuite du fait de la sécularisation puis de la laïcisation de nombreux services qui jusque-là étaient du ressort de l’Église. Les publications épiscopales deviennent alors de véritables organes antirépublicains, développant les idées cléricales les plus conservatrices. Dans ce contexte, mettre l’accent sur la charité sert aussi à combattre les idées de la bourgeoisie républicaine qui, elle, veut mettre en place des structures d’assistance publique rationnelles. Les orientations gouvernementales ne sont pourtant guère différentes de celles de la première moitié du siècle et ne devraient pas être une pomme de discorde entre l’Église et l’État mais, les relations des deux appareils ayant évolué considérablement, mettre en avant les valeurs chrétiennes qui divergent le plus d’avec celles des appareils d’État contrôlés par les républicains permet de donner une apparence théologique à un combat politique. De plus, présenter la misère comme étant la conséquence de la société capitaliste, elle-même associée à la forme politique républicaine, permet de disqualifier doublement le régime aux yeux de Bretons que l’on veut catholiques et monarchistes. La République apparaît à la fois anticléricale et antisociale.

61Tout au long du siècle, les réponses données par l’Église au problème de la mendicité sont équivoques. Les textes d’un même évêque concernant la charité peuvent être contradictoires, les uns ne faisant pas la distinction entre les pauvres, mendiants ou non, les autres appelant les fidèles à ne pas encourager l’oisiveté. On peut toutefois noter que les autorités religieuses partagent le goût de l’ordre public et moral avec les autorités politiques même quand les relations politiques avec le gouvernement sont au plus bas. Une circulaire du 11 décembre 1879 envoyée au clergé et aux fidèles de son diocèse par l’évêque de Nantes, Monseigneur Lecoq, permet de présenter l’essentiel de l’idéologie de l’Église de l’époque en ce qui concerne les questions de la pauvreté et de la charité :

  • 64 . NTCF : Nos très chers frères.
  • 65 . SRDN, 20/12/1879, p. 1218-1220.

« La pauvreté, NTCF64, ne doit jamais nous trouver insensibles. [...] Non, vous ne direz pas : les pauvres ont tant de défauts ; ils sont imprévoyants, intempérants et ingrats, sans ordre, sans religion, sans moralité. S’il en est ainsi, plaignez-les mais ne les abandonnez pas ; en ce moment, il ne faut envisager que leurs souffrances. Soyez, NTCF, miséricordieux comme votre Père Céleste lui-même est miséricordieux, c’est le principe de l’Evangile [...] Comme Jésus, votre modèle, montrez-vous plus que jamais bons, tendres, compatissants, généreux. Soulagez vous-mêmes et directement les pauvres si vous le pouvez ; soulagez-les par l’entremise de vos dignes pasteurs ou des personnes qui vous inspirent une légitime confiance. Prenez une prompte et large part aux diverses souscriptions qui viennent de s’ouvrir. Il ne s’agit ici ni de parti, ni de mesquines rivalités, ni de divisions. Que ce soit plutôt l’union de tous, sous le drapeau de la vraie charité. Montrez par des œuvres, la fécondité de votre foi et la sincérité de vos convictions chrétiennes. Et alors nos frères, les pauvres, seront soulagés ; Dieu sera glorifié ; nous nous sentirons nous-mêmes meilleurs et plus près du Cœur de Celui qui a dit : “Ce que vous aurez fait au plus petit des miens, c’est à moi-même que vous l’aurez fait” »65.

62Selon ce texte, le chrétien doit faire la charité dans toutes les circonstances et ne pas chercher d’excuse à ce qui ne serait qu’égoïsme. Ce n’est pas aux hommes de juger de la conduite des autres et, en cas de détresse, il faut soulager par n’importe quel moyen. Il y a une certaine gradation dans les moyens de faire la charité : d’abord, si on le peut, le mieux est de donner directement, ensuite on peut donner par l’intermédiaire des curés, puis donner à des personnes charitables connues qui redistribueront, enfin, donner aux souscriptions religieuses ou laïques. La rivalité entre les institutions publiques et privées n’est ici qu’évoquée, la supériorité accordée par les autorités épiscopales aux œuvres religieuses étant seulement suggérée par l’injonction de faire taire les discordes devant l’urgence et l’ampleur de la tâche à accomplir. C’est par leur efficacité dans l’assistance aux démunis que les chrétiens montreront la supériorité de la foi chrétienne sur tous les autres principes. Pour cet évêque, l’émulation est bien meilleure et plus chrétienne que tout esprit partisan mal placé. Si, dans ce texte, c’est principalement aux sentiments humanitaires qu’il est fait appel, dans d’autres appels, le pauvre est de façon bien plus claire, assimilé au Christ :

  • 66 . SRDN, 1/1/1887, p. 4-5

« Entrez dans les maisons où il y a un pauvre, Jésus est là sous la figure de ce malheureux. Il est dans la misérable cabane où des enfants affamés manquent de pain ; dans le taudis, dans le grenier mal joint, mal fermé, où l’on tremble de froid parce que la flamme joyeuse ne brille pas au foyer [...] Jésus y couche sur la paille. ô Maître, vous l’avez dit, vous êtes partout où un homme a faim, partout où l’on souffre du froid, partout où l’on pleure. Mais alors, au sein de nos grandes villes ouvrières, surtout dans la rude saison, combien peu de demeures où vous n’êtes pas, ô Jésus ! ô riches, ô chrétiens, écoutons, nous aussi, à l’exemple des bergers, la parole de l’ange. Passons jusqu’à ce nouveau Bethléem et voyons ce mystère, ce sacrement que la charité de notre Dieu y opère. Jésus s’y transfigure, il y prend la place du pauvre et il veut que ce pauvre s’érige pour le riche charitable en sauveur »66.

63écrit la Semaine religieuse du Diocèse de Nantes en 1887.

  • 67 . De la mendicité en Bretagne et des moyens propres à l ‘éteindre par un président de société de se (...)

64L’aumône au pauvre est donc le moyen d’aller au paradis. « Le Breton croit généralement que la prière du pauvre qu’il confond avec le mendiant a plus d’accès que celle du riche près de la miséricorde de Dieu »67 écrit un observateur. On saisit, là, la fonction importante du mendiant comme interlocuteur privilégié entre la population et Dieu.

65Si l’on suit ces divers textes, l’Église catholique, assez bien ancrée dans la population, tend bien à favoriser l’aumône et à la rendre générale, non sélective. Appelant à venir en aide à toute demande, l’Église encourage l’aumône aux mendiants quels qu’ils soient. Ceux-là trouveront donc un accueil favorable dans la population la plus soumise à ses enseignements. En ce sens, le reproche des autorités politiques serait en partie mérité.

  • 68 . SRDN, 16/1/1892, p. 67-68.

66Cependant, d’autres textes ne présentent pas la même conception de la charité. Sous le titre « N’oublions pas les pauvres »68, la Semaine religieuse du Diocèse de Nantes, en 1892, distingue différentes catégories d’indigents et finalement retrouve les classifications faites par les préfets depuis le début du siècle. Les pauvres ne sont pas un groupe de souffrants mais il y lieu de départager les mendiants qu’il faut réprimer des véritables indigents qu’il faut assister :

  • 69 . Ibid.. p. 67-68.

« Le chrétien sincère, le vrai disciple de Celui qui aimait tous les pauvres, doit gravir les escaliers qui conduisent à la demeure de ceux qu’on appelle les pauvres honteux. Agir ainsi, c’est comprendre toute l’étendue de cette vertu divine qu’on appelle la charité ; c’est prouver au pauvre qu’on voit en lui non seulement un homme mais encore un frère. De cette manière aussi, celui qui fait l’aumône est assuré de ne pas se tromper ; les renseignements puisés à bonne source démontrent que les familles secourues méritent l’intérêt qu’on leur témoigne. On a raison d’interdire la mendicité publique ; elle est un désordre et un mal. Le mendiant de la rue entretient celui qui donne un denier dans cette erreur qu’il s’acquitte de ses devoirs envers les pauvres. Or, rien n’est moins vrai. De plus, cette mendicité tient éloignées l’une de l’autre la classe aisée et la classe souffrante, qui ne se connaissent pas ; en outre, elle ne sert qu’à favoriser celle des enfants, qui est devenue un fléau désastreux [...] »69.

  • 70 . AMN II carton 68, lettre du curé de Saint-Nicolas à l’Évêque du 3/11/ 1832 et lettre de l’Évêque (...)
  • 71 . AMN II carton 68, lettre du Maire au Commissaire de police du 7/11/1832.

67On retrouve sous la IIIe République ce qui fondait l’alliance du trône et de l’autel dans la première moitié du siècle : la peur du désordre. Si le clergé est, dans sa majorité, hostile à la République, ses idées sociales ne sont guère différentes de la bourgeoisie au pouvoir. Il faut bien distinguer le bon pauvre du mauvais qui demande, voire exige, dans la rue. Il est trop facile de donner au premier venu ; le vrai chrétien doit faire un effort pour découvrir le bon pauvre qui se cache et est humble. Concernant la question de la mendicité, les évêques considèrent que l’activité de l’État et de l’Église se complètent. Il n’y a plus d’alliance mais il y a complémentarité. L’ambiguïté de la position de l’Église est constante. Sous la Monarchie de juillet, alors que le discours est en général favorable à l’aumône sans distinction, un échange de lettres entre le maire de Nantes et les autorités ecclésiastiques montre que ces dernières partagent en partie les idées des autorités politiques. Le curé de Saint-Nicolas s’étant plaint à Mgr de Guérines, son évêque, de la présence quasi constante de mendiants à la porte de l’église, celui-là dénonce au maire de Nantes ce « désordre scandaleux » et appelle à une « efficace répression »70 Ferdinand Favre, le maire, de confession protestante, dénonce au commissaire de police de la ville les pauvres qui sont aux « portes et dans l’intérieur des églises pour y mendier, poursuivent même les personnes qui entrent ou sortent, de la manière la plus inconvenante, enfin tiennent des propos qui blessent la morale publique et le respect qui est dû à la Religion »71. Ce n’est pas la mendicité en tant que telle qui est dénoncée par le curé et l’évêque mais ses débordements ; cependant, existe-t-il dans l’esprit de ces gens une mendicité sans débordements ? Cette attitude montre bien que tous les pauvre ne sont pas les bienvenus. Ils doivent respecter certaines règles en particulier morales.

68Les positions de l’Église sont donc assez complexes. On peut sans doute voir une évolution dans l’idée de la charité et donc, en dernière analyse, dans la définition du pauvre. La charité sans exclusive à tout pauvre ou présumé tel est restée longtemps la doctrine de base et il est évident qu’il y eut un décalage temporel entre les enseignements des clercs et leur application par la population ; on ne change pas les habitudes et les représentations d’un peuple en peu de temps. Progressivement, cette charité est envisagée uniquement pour les bons pauvres, c’est-à-dire ceux qui sont des victimes du sort et non des oisifs ou autrement dit ceux qui correspondent aux critères de l’assistance par les bureaux de bienfaisance, là où ils existent. Le reproche qui est fait à ces derniers est seulement d’être civils et de ne pas assister spirituellement les pauvres. L’idéologie bourgeoise est donc renforcée par ces conceptions religieuses alors que, pendant toute une partie du siècle, le principe de la charité défendu par le clergé était un obstacle de taille à la différenciation des bons et des mauvais pauvres et donc à l’assistance des uns et à la répression des autres. Cependant, si la population est en général très sensible aux idées transmises par la religion, elle semble assez réticente vis-à-vis des nouvelles conceptions concernant l’aumône.

Le principal facteur de résistance aux représentations des préfets : la place du mendiant dans la société bretonne

69Si les éléments favorables à la pénétration des idées bourgeoises dans les couches les plus larges de la population ne sont pas négligeables, les préfets se heurtent à beaucoup de difficultés. L’insistance avec laquelle ils réitèrent les diverses mesures et les principes sur lesquels elles s’appuient en est un indice. Ces difficultés sont sans doute d’ordre matériel mais elles sont aussi dues aux mentalités de la population.

70Il est très difficile de connaître l’idéologie des classes populaires bretonnes concernant cette question des mendiants. Le peuple n’a guère laissé de témoignage écrit et nous sommes réduits à utiliser des données de seconde main. La plupart de ces œuvres ne présentent d’ailleurs pas directement l’idéologie ou les idéologies du peuple mais décrivent des comportements. C’est à partir de ces descriptions littéraires ou iconographiques qu’il nous faut essayer de lire l’idéologie populaire. Il n’est pas aisé de faire la part de ce qui relève de l’idéologie personnelle de l’auteur et de ce qui est la présentation objective d’un problème, le choix même des thèmes abordés et l’accent mis sur tel ou tel aspect induisant en général un présupposé idéologique. Il est bien évident que les objectifs des uns ou des autres ne sont pas les mêmes et que, selon le but assigné à l’œuvre, le degré d’objectivité est différent. On peut penser que les travaux à but scientifique reflètent mieux la réalité que les œuvres à caractère esthétique mais cette distinction est très discutable car l’idéologie des scientifiques peut les aveugler à la fois dans leurs observations et dans leurs interprétations alors que le projet des écrivains ou peintres réalistes est justement la reproduction du réel dans toute sa complexité. En essayant d’être ce miroir que l’on promène au bord du chemin, la littérature peut donc à certains moments être plus fidèle que certaines approches qui se veulent scientifiques.

71On peut cependant noter une évolution au cours du siècle dans les méthodes d’approche. Même si l’idéologie des auteurs surdétermine toujours en partie leurs œuvres, il y a de très nets progrès dans la fiabilité du travail scientifique, les controverses dans les diverses sociétés et les différentes publications ayant amené les savants à s’entourer de précautions méthodologiques. Aussi la confrontation des diverses représentations permet-elle de retrouver les « faits » et par là d’envisager une présentation des idéologies populaires. Ce sont donc ces œuvres qui vont être interrogées. Elles ont été choisies en fonction de leur importance pour l’étude de notre sujet et la valeur esthétique des œuvres d’art n’a pas été un critère de sélection. Les plus mauvaises, bien que ce qualificatif soit discutable, sont quelquefois les plus intéressantes car l’idéologie y est transparente. On peut remarquer un fort déséquilibre entre la Basse et la Haute-Bretagne. La Basse-Bretagne apparaît, en effet, comme un monde spécial tant aux yeux des artistes nés en Bretagne bretonnante qu’aux yeux des gens de l’extérieur et pour beaucoup, le voyage dans cette contrée est un voyage dans le temps. Dans cette régression vers la barbarie, les mendiants tiennent justement un rôle important. Ils révèlent et symbolisent l’archaïsme économique et social, situation décriée par les uns, valorisée par les autres.

Les formes de la charité

  • 72 . Villermé, Benoiston de Chateauneuf, Voyage en Bretagne en 1840 et 1841, Rennes, Tud ha Bro, 1982, (...)

72Tous les témoignages s’accordent sur la profonde charité des Bretons même si les interprétation qui en sont faites divergent. Pour tous - y compris pour les auteurs anticléricaux -, cette pratique de masse prouve la profondeur de la conviction catholique du pays. Peu nombreux sont ceux qui se contentent de signaler cette pratique sans en tirer de conséquences idéologiques. Parmi ceux-là, Villermé et Benoiston de Châteauneuf constatent en 1841 que le Breton « ne ferme à l’indigent ni sa maison, ni sa porte. Il est charitable, hospitalier »72. Cette hospitalité des Bretons est un des topos de la représentation de la Bretagne.

73La plupart des auteurs assortissent néanmoins leurs descriptions de commentaires hostiles ou favorables à la charité aveugle. C’est d’ailleurs sur cette question que beaucoup se polarisent, ce qui est logique puisque le signe distinctif du mendiant est la demande d’aumône et que, en conséquence, la vie du mendiant est fonction de la réponse à cette demande. A. Bouët qui soutient les idées préfectorales est toutefois minoritaire chez les auteurs et la plupart ont tendance à valoriser le comportement charitable de leurs concitoyens. La question de la charité est, pour ce courant, l’occasion de présenter une Bretagne idyllique dans ses rapports sociaux. Bien sûr le pays est pauvre mais la richesse ne doit pas nécessairement être le but de l’humanité et cette pauvreté permet la mise en évidence d’idées et de comportements supérieurs. À strictement parler, ces auteurs ont une idéologie conservatrice quand elle n’est pas réactionnaire, même si leurs positions politiques sont plus complexes.

  • 73 . De la mendicité en Bretagne..., op. cit., p. 5

« La Bretagne est la contrée de la France où la Mendicité est le plus répandue. Elle semble avoir existé dans cette province dès l’antiquité la plus reculée [...] La Foi et la Charité qui animaient nos pères, faisaient trouver dans chaque pauvre mendiant un membre souffrant de la grande famille chrétienne ; on l’appelait, comme on l’appelle encore, du doux nom de cher Pauvre (Paor kez) et chacun se faisait un devoir de soulager sa misère [...] Ces sentiments de Charité se sont perpétués jusqu’à nos jours en Bretagne comme toutes les grandes traditions que nous ont léguées nos ancêtres : les mœurs, le costume, la langue, la foi, rien n’a changé »73.

74écrit un président de société de secours mutuels du Finistère en 1860. Pour beaucoup, il s’agit de figer les choses voire de revenir à un passé plus ou moins proche : les rapports sociaux antérieurs à la Révolution et à l’industrialisation font très souvent l’objet de la nostalgie de ces auteurs. On peut d’ailleurs souvent constater que la valorisation de la charité bretonne va de pair avec l’idéalisation de la vie rurale ou agricole. La charité est aussi une vertu rurale et la fin des campagnes c’est aussi la fin de ces rapports édéniques entre pauvres et plus aisés.

75Ces mendiants sont d’autant mieux accueillis qu’ils sont connus et qu’ils ont un rythme régulier de passage. Ainsi, avant la première guerre mondiale, six mendiants sont-ils reçus régulièrement, une à deux fois par semaine, par les habitants de Bubry (Morbihan) :

  • 74 . Brugalann, Mes mendiants, L’Écho de Sainte-Hélène, septembre 1979.

« Mon père et ma mère les recevaient à la maison sans cérémonie mais avec déférence, comme des déshérités, des envoyés de Dieu, qu’il fallait accueillir avec tout son cœur, et soulager dans la mesure du possible en leur offrant le pain, et surtout le gîte. Chaque convive avait droit à une écuelle de soupe constituée par deux crêpes fines de blé noir, recouvertes de minces tranches de pain de seigle (“chantelleri” ! ! !) le tout arrosé d’un bouillon gras chaud de lard provenant du saloir. Un seul pichet de cidre d’une contenance de deux litres suffisait pour humecter les gosiers »74.

  • 75 . Voir P.-J. Hélias, Le cheval d’orgueil, Paris, Plon, 1975, p. 313-317.

76À la même période, la même attitude se retrouve au pays bigouden75. Cette charité ne se réduit pas à bien recevoir les mendiants de passage. Celui- ci est en effet associé à certains événements importants de la vie des Bas-Bretons. Ainsi, lors des mariages, en Cornouaille, un jour leur est-il réservé.

  • 76 . A. Bouët, O. Perrin, op. cit., p. 320-322.

« C’est le troisième jour que les amphitryons de la fête appellent à y prendre part tous les mendiants du canton, et qu’a lieu ce fameux repas des pauvres, où l’on ne se montre pas moins poli, moins généreux envers des hôtes en haillons qu’envers les convives endimanchés. Rien de plus curieux que la métamorphose dont l’aire offre alors le spectacle. À la place de cette réunion de dandys rustiques qui le disputaient tout à l’heure de luxe et d’élégance bretonne avec les petites-maîtresses des paroisses voisines, voici par centaines ces lazzaroni infirmes et valides pour qui la mendicité est parfois un refuge et une nécessité cruelle mais le plus souvent un métier et le bonheur suprême ; voici ces fanfarons de pauvreté, ces Diogènes fashionables qui s’étudient à être la hideuse représentation de toutes les misères humaines ; voici enfin cette population vagabonde et aux mœurs quasi bohémiennes, qu’on rencontre sur toutes les routes, un long bâton à la main et le bissac sur le dos, qui passe sa vie à parcourir les châteaux, les fermes, les pardons surtout [... ] Autant les autres conviés de la noce ont mis de coquetterie à se parer de leurs habits les plus beaux, autant ils en mettent, eux, à venir revêtus de leurs plus misérables haillons. Ne faut-il pas que leur extérieur inspire la pitié ? Car si partout ailleurs la pitié est une recommandation assez triste, c’est elle ici qui doit tenir lieu d’invitation »76.

  • 77 . Une noce en Bretagne, Pathé, Archives du Film cinématographique. Centre national cinématographiqu (...)

77On retrouve dans cette description les mêmes jugements de valeur que précédemment. La description des mendiants laisse entendre que ce sont des gens qui feignent et que l’origine de la mendicité est la fainéantise. L’origine de ce repas des pauvres est très nettement religieuse, tout événement heureux devant être tempéré par le rappel à l’humilité et à la charité. Mais l’absence de reconnaissance des mendiants vis-à-vis de leurs hôtes montre aussi que, pour tout le monde, cette situation est normale. Il y a comme un droit des pauvres, la société devant subvenir aux besoins de tous et tout événement extraordinaire devant être l’occasion d’une forme de redistribution des richesses. Si la charité chrétienne est la justification explicite de ce repas, il y a implicitement la crainte qu’un trop grand bonheur amène à un très grand malheur. On retrouve la même pratique à la même période dans le Morbihan (voir cahier d’illustrations, photos n°1 et 2). Cette place des mendiants dans la noce est encore attestée au xxe siècle. Un remarquable film de 1911 consacré à une noce au pays de Landévant (Morbihan) présente une séquence relativement longue de cette partie du repas et l’exposition intitulée Quand les Bretons passent à table rappelle la mort d’un de ces mendiants après un tel repas en 192977. Mais le mendiant n’a pas seulement droit à une part du repas. Il participe à l’ensemble de la noce, en particulier à la danse qui est le moment de la communion entre les participants, accentuée ici par le fait que la danse est collective et, par ses pas spécifiques, signe d’appartenance à une collectivité bien circonscrite. Les mendiants admis appartiennent à un environnement proche.

  • 78 . H. Dréan, Autour de La Roche-Bernard au début du xxe siècle, Saint-Brieuc, Dastum, 1985, p. 132.

78La situation est différente en Haute-Bretagne. L’accueil des mendiants à la noce dans le Morbihan semble se faire jusqu’à la Vilaine. La limite de cette pratique n’épouserait donc pas la frontière linguistique. Pour le début du xxe siècle, un auteur constate que dans la région de La Roche-Bernard (Morbihan), au nord de la Vilaine, « les mendiants n’étaient jamais refusés aux repas des noces. Certes, ils ne mangeaient pas à la table des mariés mais on leur gardait toujours un lieu pour le faire ainsi qu’une part des différents plats qui composaient le repas »78. En revanche, dans le « mitau », au sud de la Vilaine, la noce se fait au restaurant et aucune allusion à l’accueil de mendiants n’est faite dans les témoignages.

79Dans tous ces cas, le mendiant est en situation de receveur. Celui qui donne, le fait par pitié, et peut-être surtout par respect des enseignements de l’Eglise avec ce que cela sous-tend comme représentation de l’au-delà. Une des craintes des plus aisés est que le pauvre ne soit Jésus revenu sous ce déguisement pour éprouver la profondeur de la foi chrétienne. Cette conception peut aussi expliquer l’importance de la charité bretonne.

80Cependant, la plupart des documents ne présentent pas le mendiant comme passif. Au don, il offre un contre-don. Apportant les nouvelles chez ceux qui l’accueillent, il joue un rôle particulier sur les lieux de culte et est créateur, véhicule et conservateur d’une part de la culture populaire bretonne.

Le rôle actif du mendiant dans la société bretonne

81Un des rôles importants du mendiant est de colporter les nouvelles à la campagne. Selon Alexandre Bouët, en Cornouaille :

  • 79 . A. Bouët, O. Perrin, op. cit., p. 346-348.

« Il faut bien qu’ils paient de quelque manière la bienveillance dont ils sont l’objet ; et savez-vous en quelle monnaie ils s’acquittent ? en nouvelles ! ainsi que les tailleurs, ce sont les nouvellistes, les gazetiers de l’Armorique, et les dépenses qu’ils occasionnent aux laboureur équivalent de la sorte pour ceux-ci aux frais de journaux que fait un citadin. On a vu que nos fermes, au lieu d’être groupées en villages, sont éparpillées dans la campagne, et que les habitants n’ont guère entre eux de communication que les jours de fêtes. Leur position explique donc ce besoin de nouvelles, cette curiosité que les tailleurs et les mendiants se sont donné mission de satisfaire. Mais ces deux classes rivales, en journalisme comme en courtage amoureux, le pratiquent chacune suivant son caractère ; le mendiant représente le journal grave et sérieux, c’est le Temps ou les Débats, et le tailleur, le journal plaisant et satirique, c’est Vert-Vert ou Figaro »79.

  • 80 . É. Souvestre, Les derniers Bretons, Paris, 1836, p. 69.

82Émile Souvestre retrouve les mêmes caractères dans le Léon où le mendiant « commence à payer l’hospitalité de son hôte, en lui racontant ce qu’il a appris dans ses dernières courses [...] c’est le porte-nouvelles, le commis-voyageur de cette civilisation toute patriarcale »80. Cette fonction de colporteur de nouvelles qu’assure le mendiant qui se déplace trouve sa justification dans l’isolement des villages et la rareté des contacts avec l’extérieur si l’on excepte les foires ou les pardons par exemple. Ce rôle, bien sûr, s’exerce surtout dans les campagnes (voir cahier d’illustrations, photo n°3). Les gens de la ville sont informés par d’autres canaux. La véracité des informations transmises par ces personnes est d’autant plus difficile à contrôler que la population n’a pas les moyens de les vérifier. On peut cependant penser que, dans la mesure où beaucoup de ces mendiants sont des habitués, c’est-à-dire ont une aire où ils exercent leur activité, la fiabilité des uns et des autres est relativement connue des habitants. Nul doute qu’une certaine rivalité dans la qualité de l’information a dû exister entre les divers chercheurs de pain et que la qualité de l’accueil pouvait dépendre des réputations.

  • 81 . A. Bouët, o. Perrin, op. cit., p. 51.
  • 82 . P. Audin, Guide des fontaines guérisseuses du Morbihan, Paris, 1983, p. 9.

83Plus importante encore est l’activité du mendiant sur les lieux de culte car son rôle d’intercesseur y est beaucoup plus développé que dans le contexte familial où il ne fait que réciter quelques prières. Les représentations du mendiant dans un décor religieux sont nombreuses, sans doute parce que la situation semble « typique » des mendiants de Bretagne (voir cahier d’illustrations, photo n° 4). Très souvent, son activité est la récitation d’une prière du même genre que celle qui a été évoquée à propos de son accueil dans les maisons. Dans ce cas-là, il est simplement montré à la porte d’une église ou au pied d’un calvaire, le calvaire étant un motif « pittoresque » de la Basse-Bretagne et un sceau d’authenticité bretonne. Ce ne sont là que situations banales pour un mendiant. Le mendiant se rencontre également près des fontaines (voir cahier d’illustrations, photo n° 5). Comme l’écrit Alexandre Bouët, « dans nos campagnes, presque toutes les fontaines ont des vertus miraculeuses ; leur culte jadis fut établi par les druides et les apôtres du christianisme trouvèrent plus facile de le sanctifier que de le déraciner »81. Ces fontaines christianisées, dédiées à un saint guérisseur, sont très fréquentées par les familles qui ont une demande particulière à faire (faire marcher un enfant, le faire parler, guérir quelqu’un d’une infirmité ou d’une maladie...). Pour le Morbihan on dénombre encore une centaine de fontaines guérisseuses importantes82. Selon Charles Le Goffic, les mendiants sont souvent présents près de ces lieux de culte particuliers :

  • 83 . Ch Le Goffic, L’âme bretonne, Paris, 1902, p. 41.

« Dans toutes les fontaines cependant, il est d’usage d avaler une bolée d’eau : les mendiantes la puisent elles-mêmes et la débitent contre un sou le bol. Infime loyer mais où l’on reconnaît une survivance des importants privilèges qui s’attachaient, chez les premiers Celtes, à la garde des fontaines divinatoires »83.

  • 84 . A. Bouët, O. Perrin, op. cit. p. 52.

84L’origine de la pratique est discutable mais l’intervention des mendiants dans ces pèlerinages aux fontaines semble avérée. Alexandre Bouët décrivant l’une de ces fontaines, indique une autre intervention possible. « C’est aussi par piété que la mère de famille, en proie à quelque inquiétude ou chagrin domestique, loue une vieille mendiante pour aller, à son intention, vider et nettoyer la fontaine sacrée, ce qui doit rendre le saint favorable »84.

  • 85 . Musée des Jacobins, Morlaix (Finistère).
  • 86 . Musée des Beaux-Arts, Quimper (Finistère).
  • 87 . Vitrail de Laigneau datant de 1886.

85Ce travail du mendiant se rapproche d’une pratique bien spécifique, le pèlerinage par procuration, pratique qui concerne surtout les pardons. Pour les mendiants, ces processions sont sans doute les lieux les plus importants car ils cumulent deux aspects favorables à la mendicité. D’une part, ils attirent un grand nombre de personnes et d’autre part, leur caractère avant tout religieux en fait des lieux privilégiés pour les « pauvres de Dieu », la population étant a priori réceptive aux demandes d’aumône lors de ces fêtes. Les pardons les plus importants sont très fréquentés par les mendiants si l’on en croit les divers auteurs et bon nombre de représentations iconographiques : cartes postales (voir cahier d’illustrations, photos n° 5 et 6), peintures (Th. Deyrolle, Pardon près de Concarneau85, J. Breton, Pardon de Kergoat86) mais aussi vitraux d’églises tel ce pardon de Saint-Mathurin dans l’église Saint-Mathurin de Moncontour (Côtes-du-Nord)87.

86Selon Emile Souvestre, le pardon de Rumengol (Finistère) est :

  • 88 . É. Souvestre, I.e Finistère en 1836, Brest, 1838, p. 98-99.

« remarquable par le nombre de mendiants qu’il attire. Trois à quatre cents de ces gens à besace s’y rendent habituellement chaque année [...] Alors, c’est un spectacle dont aucune parole ne peut rendre la fantastique magie que celui de ces trois cents déguenillés assis autour de leur foyer en plein vent. On dirait un campement de bohémiens du moyen âge. Ils sont là accroupis sur leurs longs bâtons blancs, leurs besaces à leurs pieds comme des âmes en peine qui seraient venues s’asseoir un instant autour de brasiers délaissés. Par instants, un jet de flamme éclaire ces visages grimaçants, hagards ou stupides, marqués du vice et des misères humaines »88

  • 89 . Ch. Lhermitte, Souvenirs de Bretagne. Photographies de Charles Lhermitte. 1911-1913, Paris, Chêne (...)
  • 90 . Ibid., préface de Louis Guilloux, p. 8
  • 91 . Rapport sur l’extinction de la mendicité dans le Finistère, Quimper, 1858, p. 21. L’image a la vi (...)

87Deux photographies prises par Charles Lhermitte à Fouesnant et au Juch (Finistère) montrent qu’on rencontre encore en 1911 ces mendiants lors des pardons de Cornouaille, l’artiste précisant que « avant d’aller faire brûler les cierges dans ce sanctuaire, ces femmes venues de divers « pays », ont dû faire l’aumône à ces mendiants qui envahissent les pardons »89. Ces images peuvent être considérées comme un témoignage sérieux car l’auteur « évite partout le pittoresque pour touristes »90 contrairement aux cartes postales de l’époque dont le but est essentiellement de donner à voir du « pittoresque » telle celles qui montrent un mendiant sous une pancarte interdisant la mendicité (voir cahier d’illustrations, photo n° 7). La mise en scène du photographe n’est pas si originale qu’on pourrait le croire puisque un rapport de 1858 sur l’extinction de la mendicité dans le Finistère prétendait déjà que ces mendiants « on les voit, au pied de l’écriteau qui leur défend de mendier, tendre la main au magistrat qui passe »91.

88Les mendiants sont donc présents aux pardons pour demander l’aumône mais nombre d’entre eux y ont un rôle actif que présente Charles Le Goffic au début du xxe siècle :

« Une autre catégorie de mendiants qui ne manque point de pittoresque mais qui tend à faire retraite d’année en année, est celle des « pèlerins par procuration ». Rangés le long du cimetière, on les entendait jadis qui glapissaient sur tous les tons :

  • Ah ! chrétiens, qui de vous a un tour d’église à faire nu-pieds ?
  • Qui veut qu’on fasse pour lui un tour d’église sur les genoux ?
  • 92 . Ch Le Goffic, L’âme bretonne, Paris, 1902, p..34.

Nu-pieds, le tour d’église coûtait généralement un blanc (un sou) ; sur les genoux, un réal (5 sous). Pour le même prix à Saint-Laurent du Pouldu, on pouvait prendre un bain par procuration : des mendiants spéciaux se tenaient en permanence devant la piscine et y plongeaient à commandement pour le compte des pèlerins en répétant trois fois de suite la formule sacramentelle : Sant Loranh zon pardonno hag a lamo diganéomp ar boanizili (Saint Laurent nous pardonne et nous guérisse des rhumatismes). Et les clients ne chômaient point autour de ces étranges marchands de rémissions. Non par tiédeur religieuse chez l’acheteur, pour se débarrasser d’une corvée mais parce que le marché, pour si peu moral qu’il nous semble, se relevait ici d’une charité »92.

  • 93 . J.-F. Brousmiche, Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, Quimper, 1977. t. 1, p.66

89En 1829, un voyageur notait déjà cette habitude pour le pardon de Rumengol : « Ceux des pèlerins qui ont le moyen de le payer, trouvent à Rumengol, des mendiants qui se chargent d’effectuer leurs pénitences ou leurs vœux indiscrets »93. Alexandre Bouët, Émile Souvestre et Anatole Le Braz décrivent la même chose. Cette pratique semble donc assez répandue dans toute la Basse-Bretagne au xixe siècle.

90Les rôles religieux du mendiant sont donc très divers. Considéré comme le pauvre de Dieu, il peut être admis comme un interlocuteur privilégié avec Dieu et, à ce titre, enrôlé pour tout geste religieux. Son statut lui donne une certaine supériorité dans la relation au divin, ses demandes ayant davantage de chance d’être écoutées. Si la pratique de l’aumône semble fréquente, celle des pèlerinages par procuration, pour attestée qu’elle soit, est impossible à mesurer. D’après plusieurs textes, ce sont surtout les catégories aisées qui sont concernées malgré une certaine modicité des coûts. On peut penser qu’en général, seules les personnes incapables de se déplacer se faisaient remplacer parce qu’elles étaient infirmes, malades ou que leur situation ne leur permettait pas de quitter leur domicile au moment d’un pardon (décès d’un membre de la famille...).

  • 94 . É. Souvestre, Les derniers Bretons, Paris, 1836. p. 68-69.
  • 95 . Ibid., p. 163.

91Outre son rôle dans la vie religieuse, le mendiant de Basse-Bretagne assure une fonction importante dans le domaine culturel. On a déjà vu qu’il est un informateur plus ou moins fiable des nouvelles du jour ; il est peut- être beaucoup plus important dans son rôle de colporteur des dernières productions culturelles. « Il saura, écrit É. Souvestre, de plus, chanter les dernières complaintes qui ont été faites à la ville du haut de la mer (Morlaix) sur le naufrage des huit douaniers de Kerlaudy, ou sur l’assassinat du meunier du Pontou ; car le mendiant est le barde de la Basse-Bretagne »94. Dans le même ouvrage, Emile Souvestre note que lors de l’épidémie de choléra de 1832, le préfet du Finistère refusa de faire répandre une chanson donnant des conseils contre la maladie, sous le prétexte que le texte n’était pas signé par un médecin. En conséquence « l’hygiène publique fut confiée aux mendiants qui colportèrent la complainte de village en village et le préfet continua à écrire des circulaires »95 (sous-entendu non appliquées).

  • 96 . A. Le Braz, Au pays des pardons, Paris, 1900, p. 73.

92Toutes ces chansons d’actualité étaient en général imprimées sur feuilles volantes et diffusées surtout sur les lieux publics où il y avait concentration d’un grand nombre de personnes, en particulier lors des pardons. La distinction est d’ailleurs très difficile à faire entre des mendiants qui chantent et des chanteurs à la limite de la mendicité (voir cahier d’illustrations, photo n° 8). A. Le Braz, dans son texte sur les pardons intitule le chapitre consacré à Rumengol Le pardon des chanteurs96 et nous présente un de ces fameux chanteurs-compositeurs, Yann Ar Minous qui, exceptionnellement, n’est pas un réel mendiant. Sa renommée et ses qualités de chanteur en font un cas à part. Bon nombre sont plus proches des mendiants mais les cartes postales, par exemple, ont plutôt retenu des figures célèbres tel le père Zim-Zim (voir cahier d’illustrations, photo n° 9).

93Si ces textes sont imprimés, les contes et chansons traditionnels continuent à se transmettre oralement et ce n’est qu’au xixe siècle que l’on voit des lettrés s’intéresser à cette culture. Bon nombre de collecteurs s’adressent alors aux mendiants. L’un des premiers auteurs à publier des textes de chansons populaires bretonnes est l’écrivain Émile Souvestre. À ce moment, les méthodes de collectage et de publication ne sont pas encore rigoureuses et Souvestre ne cite guère ses sources car il est plutôt un vulgarisateur qu’un collecteur. Si, du point de vue du contenu des chansons, les textes de Souvestre ne peuvent être considérés comme des sources fiables, en revanche, les conditions de leur diffusion semblent correspondre à la réalité. Selon A. Le Braz :

  • 97 . A. Le Braz dans F. M Luzel, Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne, Paris, 1868-1890, (...)

« c’est aussi le mendiant qui a le plus retenu de ces écrits prestigieux que le Léonard aime à écouter pendant les soirées d’hiver auprès de son large foyer. C’est lui qui chante les complaintes bretonnes dans les assemblées annuelles qui ont lieu près d une église ou d’une chapelle, et auxquelles on a donné le nom de pardons »97.

  • 98 . Th. Hersart de La Villemarqué, Barzaz Breiz, Paris, 1839.
  • 99 . D. Laurent, Aux sources du Barzaz Breiz, Douarnenez, Ar Men, 1989.
  • 100 . Th. Hersart de La Villemarqué, Barzaz Breiz, Paris, 1867, p. IV.

94Or, cette notation concernant le Léon corrobore ce qu’écrit Théodore Hersart de la Villemarqué dans son Barzaz Breiz98. Depuis les travaux fondamentaux de Donatien Laurent touchant à l’origine de cette œuvre et sur les conditions de son élaboration, on sait que La Villemarqué a véritablement collecté des chants dans la campagne cornouaillaise autour de Nizon (Finistère), même si ce ne sont pas ces textes qu’il a publiés99. Selon la préface de son texte, il a recherché « de préférence les mendiants, les pillaouer ou chiffonniers ambulants, les tisserands, les meuniers, les tailleurs, les sabotiers, toute la population nomade et chanteuse du pays »100. Ainsi, les mendiants viennent-ils en premier lieu de cette énumération des connaisseurs de chansons mais l’absence de notations bien précises nous interdit de mesurer la réelle part qu’ils ont eue dans sa collecte.

  • 101 . Donatien Laurent estime que M. Philippe connaissait 259 chansons. D. Laurent, op. cit. p. 284.
  • 102 . F. M Luzel, op. cit.
  • 103 . N. Quellien, Chansons et danses des Bretons, Paris, 1889, p. 65.
  • 104 . Ibid., p. 65.
  • 105 . L. F. Sauvé, Proverbes et dictons de la Basse-Bretagne, Paris, 1878, p. V. Aucun de ces dictons n (...)
  • 106 . Voir, par exemple, Le Lay, Ar pillaouër, Annales de Bretagne, 1893-1894, t. IX, p. 432.

95À un demi-siècle de là, en Trégor, des collecteurs reconnus pour leur rigueur scientifique utilisent les mêmes sources. François-Marie Luzel, grâce à la précision de ses notations, nous permet de mesurer l’importance de certains de ses informateurs. Plus du tiers des textes recueillis dans les Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne ont pour origine un mendiant, au premier rang desquels Marguerite Philippe, pèlerine par procuration101. À côté de cette mendiante si célèbre qu’elle devint une véritable vedette des fêtes de l’Union Régionaliste Bretonne, Luzel interroge d’autres mendiants, tels le mendiant aveugle Garandel, Marie Job Kado, Marie-Anne Lenoan, Anne Salie et d’autres dont le nom n’est pas cité mais qui sont signalés par une note du genre « chanté par une vieille mendiante de... [suivi du nom d’une commune des Côtes-du-Nord] »102. Dans la même période, Narcisse Quellien publie ses Chansons et danses des Bretons qu’il a recueillies avec la même précision scrupuleuse que Luzel. Travaillant sur le même territoire que son prédécesseur, le Trégor, Quellien retrouve le même corpus et s’il n’utilise pas les mêmes personnes du moins puise-t-il en partie aux mêmes sources. « Entre ce gwerz qui m’a été chanté par une mendiante de Rospez, et la troisième version de Les Aubrays, recueillie par M. Luzel, il n’existe que des nuances »103. Les mendiants sont encore présents dans ce recueil même si Quellien est très critique vis-à-vis de cette source à laquelle il préfère « les meuniers, les tailleurs, les tisserands, [...] plus sûrs dépositaires de la véritable poésie populaire »104. Dans ce domaine des traditions populaires, les auteurs et collecteurs ne font en général guère de différence selon les terroirs. Il semble bien que la transmission du fonds se fasse de la même manière dans toute la Basse-Bretagne. Les mêmes métiers sont systématiquement cités par les collecteurs et les mendiants sont toujours présents, même si tous ne leur accordent pas la même importance. Pour ce qui est du Morbihan, Jean-Mathurin et François Cadic ont collecté beaucoup de contes et récits mais ils n’indiquent malheureusement pas précisément leurs sources. Sauvé collecte les proverbes et dictons de la Basse-Bretagne à la fin des années 1870 : « Pâtres, laboureurs, marins, tisserands, meuniers, tailleurs, bûcherons, mendiants de tous âges et de toute misère, ont à mon appel, réveillé leurs souvenirs »105. Les textes contés ou chantés mettent rarement en scène les mendiants en tant que tels mais ces derniers sont vus au travers de métiers comme celui de chiffonnier qui est souvent considéré comme à la limite de la mendicité106.

  • 107 . Voir les ouvrages de Paul Sébillot et Adolphe Orain cités dans la bibliographie.

96En revanche, les sources pour la Haute-Bretagne sont beaucoup plus éparses. On peut voir là le moindre intérêt que présentait pour certains la Bretagne francophone en voie d’industrialisation. Le plus célèbre collecteur scientifique de cette région est Paul Sébillot qui a recueilli des contes en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes-du-Nord. Il n’indique malheureusement pas toujours le métier du conteur et, s’il est possible que certains soient des mendiants, il est révélateur qu’il ne cite aucun nom de mendiant dans ses sources contrairement à Luzel qui était son modèle. On peut faire les mêmes constatations pour Adolphe Orain qui a collecté des contes et chants en Loire-Inférieure et Ille-et-Vilaine. Cette absence manifeste, selon nous, la moindre place de ces dernier dans la propagation de la littérature orale107.

97Ainsi, en ce qui concerne la Basse-Bretagne au moins, il semble bien que la population — surtout dans les campagnes - ne soit pas prête à accepter les idées diffusées par les appareils d’État. L’intégration des mendiants dans la société bas-bretonne est un obstacle sérieux aux thèses selon lesquelles la mendicité est un délit qui doit être poursuivi comme tel. Le mendiant, intercesseur entre la population et Dieu voire toutes les forces occultes, présente certains traits des sorciers des sociétés primitives chargés de ces relations avec un monde que l’on craint. D’une certaine manière, il est tabou. C’est là, sans doute, un des grands obstacles auxquels se heurtent les diverses autorités préfectorales. D’autre part, son rôle culturel important, tout particulièrement comme colporteur de nouvelles et de la littérature populaire orale fait de lui un personnage attendu le plus souvent à périodes fixes et moins oisif que ne le prétendent les textes officiels.

98Mais, naturellement, les appareils d’Etat ne se contentent pas de lutter contre les idées et les comportements traditionnels de la population bretonne. Afin de mettre en œuvre les diverses mesures découlant des lois et des orientations gouvernementales, parallèlement à leurs tentatives de conquête des esprits, les autorités, à tous les niveaux, tentent de connaître scientifiquement la réalité. Dans ce but des enquêtes sont lancées tant au niveau national qu’au niveau local ; d’autre part toutes les ressources statistiques sont mises à contribution avec plus ou moins de bonheur. Ce sont ces différentes approches qui vont être examinées maintenant.

Notes

1 . PCV. Boiste Dictionnaire universel de la langue française, Paris, 1834, É. Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1874, Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 7e édition, 1884, art. mendiant.

2 . D. Diderot (et al.), Encyclopédie, Paris, 1751-1766, art. indigent et pauvre.

3 . É. Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1874, art. indigent.

4 . PCV. Boiste, op. cit., art. pauvre et indigent ; Dictionnaire de l’Académie française, 1884, art. pauvre et indigent.

5 . De Gérando, De la bienfaisance publique, vol.1, Paris, 1839, p. 5-6. C’est l’auteur qui souligne.

6 . K. Marx, Le Capital, vol. l, Londres, 1867, rééd. Paris, Éditions sociales, 1976, p. 132.

7 . De Watteville, Rapport à son excellence le ministre de l’Intérieur sur l’administration des bureaux de bienfaisance et sur la situation du paupérisme en France, Paris, Imp. impériale, 1854, p. 12.

8 . Ibid., p. 12.

9 . Une bonne définition du pauvre est donnée par M. Mollat dans Les pauvres un Moyen Age, Bruxelles, Complexe, 1992, p. 14 :« Le pauvre est celui qui, de façon permanente ou temporaire, se trouve dans une situation de faiblesse, de dépendance, d’humiliation, caractérisée par la privation des moyens, variables selon les époques et les sociétés, de puissance et de considération sociale : argent, relations, influence, pouvoir, science, qualification technique, honorabilité de la naissance, vigueur physique, capacité intellectuelle, liberté et dignité personnelles. Vivant au jour le jour, il n’a aucune chance de se relever sans l’aide d’autrui. Une telle définition peur inclure tous les frustrés, tous les laissés-pour-compte, tous les asociaux, tous les marginaux ; elle n’est spécifique d’aucune époque, d’aucune région, d’aucun milieu. »

10 . ADCA 2X6, Rapport fait à l’assemblée fies associés pour l’extinction de la mendicité, Guingamp, Imp. B. Jollivet, 1844. Discours de E. Dépassé du 11 mars 1844.

11 . RAA de LI, circulaire du conseiller de Préfecture du 26/5/1820. La charité publique doit s’entendre ici au sens de charité privée ou aumône.

12 . RAA du M, circulaire du Préfet du 23/1/ 1831. Arrêté du 20/1/ 1831.

13 . RAA du F ; circulaire du Préfet du 4/9/1817.

14 . RAA de LI, lettre du Ministre secrétaire d’État de la police générale du 27/8/1817 qui suit la circulaire du Préfet du 29/9/ 1817.

15 . PCV. Boiste, Dictionnaire universel de la langue française, Paris, 1834 ; E. Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1874 ; Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 1884, 7e édition ; l’Encyclopédie (art. vagabond) dit « qui erre çà et là et qui n’a aucune demeure fixe ». D. Diderot, Encyclopédie, Paris, 1751-1766.

16 . RAA de LI, circulaire préfectorale du 29/9/1817. Les articles du Code pénal concernant la mendicité et le vagabondage sont rappelés en annexe de cette circulaire.

17 . D. Bernard, Surveillance des itinérants et ambulants dans le département de l’Indre au xixe siècle et au début du xxe siècle dans Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au xixe siècle, colloque de la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du xixe siècle, Paris, Créaphis, 1987, p. 241. Ces passeports sont temporairement rétablis en 1871. Les passeports d’indigents subsistent tout le siècle.

18 . RAA du F, circulaire du Préfet du 16/1/1852

19 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 8/2/1858.

20 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 24/1/ 1818.

21 . Ibid.

22 . La suppression des livrets et des passeports à l’intérieur est regrettée par Barthou, ministre de l’Intérieur, dans sa circulaire du 10 juin 1898 citée dans le RAA de LI du 22/06/1898.

23 . RAA du M, circulaires préfectorales des 3/4/1816, 7/8/1816, 14/1/1817, 5/10/1817, 2/1/1818, 30/3/1818.

24 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 5/7/ 1822

25 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 29/8/ 1826.

26 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 10/10/1843.

27 . RAA du M, circulaire du Préfet du 7/9/1876.

28 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 10/5/1858.

29 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 16/1/1819.

30 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 26/05/ 1820.

31 . RAA du M, circulaire du Préfet du 26/09/ 1871.

32 . RAA du M, circulaire du Préfet du 6/1/1817.

33 . RAA du F, circulaire du Préfet du 5/3/1817.

34 . RAA du M, circulaire du Préfet du 15/1/ 1855.

35 . RAA du M, circulaire du Préfet du 21/ 11/1855.

36 . RAA du M, circulaire du Préfet du 12/4/1820.

37 . RAA du F, circulaire du Préfet du 9/2/ 1842.

38 . D. Diderot, Encyclopédie, Paris, 1751-1766, art. mendicité.

39 . RAA du M, circulaire du Préfet du 15/ 1/ 1855.

40 . RAA du M, circulaire du Préfet du 12/9/1821.

41 . RAA du M, circulaire du Préfet du 3/5/ 1850 citant celle du Ministre de l’Intérieur du 29/4/ 1850.

42 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 20/7/ 1871.

43 . RAA de LI, circulaire du Préfet du 16/4/1816.

44 . RAA du F, circulaire du Préfet du 23/4/1852. C’est-à-dire anarchiste.

45 . ADLA 1M799, lettre du Préfet du 25/7/1894.

46 . ADLA 1M801, lettre du Préfet au ministre de la Police générale du 23/3/1816.

47 . ADIA 1M799, lettre du Préfet du 25/7/ 1894.

48 . RAA de LI circulaire du Préfet du 29/5/ 1858.

49 . Réédité dans V.A. Malte-Brun, La Bretagne au xixe siècle, si. 1993. Le taux d’analphabétisme chez les recrues morbihannaise des classes 1830-1833 est de 80 % contre 49 % pour la France. B. Frelaut. B. André, G. Le Bouëdec, J. Bigorgne, Un long xixe siècle (1815-1945), dans .G Le. Bouëdec (dir.), Le Morbihan de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Bordessoules, 1994, p. 352.

50 . K. Marx, Les luttes de classes en France, Paris, Editions sociales, 1970, p. 58 ; rédaction en 1850. Dans Le Capital, la représentation est la même : «... des vagabonds, des criminels, des prostituées, des mendiants, et de tout ce monde qu’on appelle les classes dangereuses. ». K. Marx, Le Capital, vol. 1. Paris, Editions sociales, 1976. p. 464 (première édition Londres, 1867).

51 . Lettre à Hamon du 15/05/1896. Lettres nantaises. Correspondance Brunellière-Hamon (1891-1899), Nantes, CDMOT, 1990, 368 p.

52 . Ange Guépin qui joue un rôle non négligeable à Nantes en tait partie mais est un marginal du socialisme organisé.

53 . Lois des 22 frimaire an VIII (12/12/1799), 21 mars 1831 (le maire est choisi dans le conseil municipal) et 5 mai 1855 (l’Empereur choisit tous les maires y compris hors du conseil municipal). À partir de la loi du 14 avril 1871, les conseils municipaux désignent les maires (sauf dans les villes de plus de 20 000 habitants). La loi du 5 avril 1884 étend la précédente à toutes les communes.

54 . ADIA 1M800, lettre au Préfet du 23/12/1818.

55 . ADIA 1M800, lettre au Préfet du 26/5/1858.

56 . ADI A IM800, conseil municipal de Sucé/Erdre du 1 1/6/1893.

57 . ADM 4M43, conseils municipaux de Rieux du 4/2/1894, de Saint-Jacut du 11/2/1894 et de Peillac du 27/2/1894.

58 . ADM 4M43, conseil municipal de Saint-Vincent/Oust du 18/11/1894

59 . Rapport sur l’extinction de la mendicité dans le Finistère, Quimper, 1858, p. 4-9.

60 . lbid., p. 4-9.

61 . ADM 4M43, conseil général du 16/4/ 1890.

62 . A. Bouët, O. Perrin, Breiz Izel, 1844, rééd. Paris, Scghcrs, 1986, p. 322-323.

63 . M. Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, Paris, Fayard, 1992.

64 . NTCF : Nos très chers frères.

65 . SRDN, 20/12/1879, p. 1218-1220.

66 . SRDN, 1/1/1887, p. 4-5

67 . De la mendicité en Bretagne et des moyens propres à l ‘éteindre par un président de société de secours mutuels du Finistère, Châteaulin, 1860, p. 7

68 . SRDN, 16/1/1892, p. 67-68.

69 . Ibid.. p. 67-68.

70 . AMN II carton 68, lettre du curé de Saint-Nicolas à l’Évêque du 3/11/ 1832 et lettre de l’Évêque au Maire du 5/11/1832.

71 . AMN II carton 68, lettre du Maire au Commissaire de police du 7/11/1832.

72 . Villermé, Benoiston de Chateauneuf, Voyage en Bretagne en 1840 et 1841, Rennes, Tud ha Bro, 1982, p. 25

73 . De la mendicité en Bretagne..., op. cit., p. 5

74 . Brugalann, Mes mendiants, L’Écho de Sainte-Hélène, septembre 1979.

75 . Voir P.-J. Hélias, Le cheval d’orgueil, Paris, Plon, 1975, p. 313-317.

76 . A. Bouët, O. Perrin, op. cit., p. 320-322.

77 . Une noce en Bretagne, Pathé, Archives du Film cinématographique. Centre national cinématographique de Rennes ; Buhez, Quand les Bretons passent à table, Rennes, Apogée, 1994, p. 190.

78 . H. Dréan, Autour de La Roche-Bernard au début du xxe siècle, Saint-Brieuc, Dastum, 1985, p. 132.

79 . A. Bouët, O. Perrin, op. cit., p. 346-348.

80 . É. Souvestre, Les derniers Bretons, Paris, 1836, p. 69.

81 . A. Bouët, o. Perrin, op. cit., p. 51.

82 . P. Audin, Guide des fontaines guérisseuses du Morbihan, Paris, 1983, p. 9.

83 . Ch Le Goffic, L’âme bretonne, Paris, 1902, p. 41.

84 . A. Bouët, O. Perrin, op. cit. p. 52.

85 . Musée des Jacobins, Morlaix (Finistère).

86 . Musée des Beaux-Arts, Quimper (Finistère).

87 . Vitrail de Laigneau datant de 1886.

88 . É. Souvestre, I.e Finistère en 1836, Brest, 1838, p. 98-99.

89 . Ch. Lhermitte, Souvenirs de Bretagne. Photographies de Charles Lhermitte. 1911-1913, Paris, Chêne, 1977, p. 23

90 . Ibid., préface de Louis Guilloux, p. 8

91 . Rapport sur l’extinction de la mendicité dans le Finistère, Quimper, 1858, p. 21. L’image a la vie dure puisqu’en 1873 le secrétaire de la Préfecture des Côtes-du-Nord reprend la même formule, au mot près. Cité dans E. Gautier, Un siècle d’indigence, Paris, Éditions ouvrières, 1950, p. 37.

92 . Ch Le Goffic, L’âme bretonne, Paris, 1902, p..34.

93 . J.-F. Brousmiche, Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, Quimper, 1977. t. 1, p.66

94 . É. Souvestre, Les derniers Bretons, Paris, 1836. p. 68-69.

95 . Ibid., p. 163.

96 . A. Le Braz, Au pays des pardons, Paris, 1900, p. 73.

97 . A. Le Braz dans F. M Luzel, Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne, Paris, 1868-1890, vol. 1, p. 69. Souligné par l’auteur.

98 . Th. Hersart de La Villemarqué, Barzaz Breiz, Paris, 1839.

99 . D. Laurent, Aux sources du Barzaz Breiz, Douarnenez, Ar Men, 1989.

100 . Th. Hersart de La Villemarqué, Barzaz Breiz, Paris, 1867, p. IV.

101 . Donatien Laurent estime que M. Philippe connaissait 259 chansons. D. Laurent, op. cit. p. 284.

102 . F. M Luzel, op. cit.

103 . N. Quellien, Chansons et danses des Bretons, Paris, 1889, p. 65.

104 . Ibid., p. 65.

105 . L. F. Sauvé, Proverbes et dictons de la Basse-Bretagne, Paris, 1878, p. V. Aucun de ces dictons ne concerne directement les mendiants.

106 . Voir, par exemple, Le Lay, Ar pillaouër, Annales de Bretagne, 1893-1894, t. IX, p. 432.

107 . Voir les ouvrages de Paul Sébillot et Adolphe Orain cités dans la bibliographie.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search