Version classiqueVersion mobile

Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle

 | 
Guy Haudebourg

1re partie. De la représentation à la connaissance scientifique

Introduction de la première partie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jusque dans les.années 1880, la question de la mendicité est posée par les appareils d’État à partir des mêmes présupposés : l’économie repose sur la propriété privée et la liberté d’entreprendre (qui n’est d’ailleurs pas totale). La diminution de la pauvreté et la suppression de la mendicité qui en est l’expression la plus extrême se feront d’elles-mêmes grâce au progrès continu que cette organisation économique et sociale ne peut manquer d’apporter. De plus, selon l’idéologie libérale dominante, les causes de la mendicité sont multiples et les défauts propres aux individus (fainéantise, intempérance...) jouent un rôle non négligeable voire déterminant. Aussi, la solution à ce problème relève-t-elle de l’individu plus que de la société et se pose-t-elle davantage en termes moraux que sociaux.

2Afin de maintenir l’ordre public indispensable au fonctionnement harmonieux de la société et au développement économique qui profitera à tous, deux actions complémentaires concernant les mendiants sont nécessaires : l’assistance aux vrais indigents, victimes du sort, doit précéder et permettre la répression des faux pauvres et vrais oisifs. La (re) présentation de la mendicité et du vagabondage par les appareils d’État est indissociable de cette double activité, c’est-à-dire qu’elle vise à fonder théoriquement l’action préfectorale et gouvernementale auprès des autorités subalternes tels les maires et auprès de l’ensemble de la population. Le pouvoir politique étant représenté au niveau du département par le préfet, ce sont les documents produits par ce dernier qui sont notre source principale tels les différents actes administratifs ou les lettres envoyées aux maires.

3L’extrême confusion des termes utilisés nous amène tout d’abord à tenter de clarifier les définitions des personnes dont parlent les préfets. Une fois les catégories définies, que vont en dire les préfets, quelle image vont- ils en donner ?

4Il est plus difficile encore de savoir comment la population de Bretagne reçoit ces représentations des mendiants et vagabonds. En effet, les seules sources dont nous disposons sont issues de couches sociales favorisées. Un grand nombre d’entre elles est constitué d’œuvres d’art et il est impossible de les considérer comme des reflets parfaits de la société car tel n’est pas leur objet et la personnalité des auteurs, leur idéologie, leur esthétique, les destinataires et la destination de leurs œuvres jouent un rôle dans leur production. Rappelons, cependant, que le xixe siècle est le siècle du réalisme et que nombreux sont ceux qui veulent rendre compte de la réalité. Dans une certaine mesure, ces œuvres peuvent donc être admises comme des sources intéressantes. De plus, à côté des réalisations artistiques, existent des documents de type plus scientifique tels les livres de géographes ou les comptes rendus d’enquêtes. L’objectivité n’est pourtant pas garantie : les ouvrages de cette période traitant des colonies le montrent assez. La Bretagne a-t-elle été épargnée par ces défauts, rien n’est moins sûr.

5Si les autorités sont généreuses en discours sur les indigents, mendiants et vagabonds, elles ne se cantonnent pas au domaine idéologique. Afin de donner une base solide à leur action, elles ont besoin de connaître scientifiquement les groupes concernés. Dans ce but, elles lancent, à tous les niveaux, des enquêtes et essaient d’utiliser les ressources statistiques qui se multiplient à cette époque. Même si ces données sont marquées par les présupposés idéologiques de ceux qui sont chargés de préparer les enquêtes ou d’y répondre, elles n’en demeurent pas moins les seules données chiffrées dont nous disposions.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search