Version classiqueVersion mobile

L'armée en Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Stéphane Perréon

Conclusion générale

Texte intégral

1Au terme de cette étude s’affirment les grands traits de l’institution militaire en Bretagne au xviiie siècle. La province était une frontière maritime mais ne jouait ce rôle que par intermittence. En effet, alors que les provinces du Nord et de l’Est conservaient des troupes nombreuses en période de paix, la Bretagne connaissait alors un reflux important, le phénomène s’atténuant cependant dans les deux dernières décennies de l’Ancien Régime. Les conflits provoquaient l’irruption d’officiers généraux en mission chargés de coordonner la défense côtière ou de veiller au bon fonctionnement des camps estivaux établis à proximité du littoral. Vauban procéda en outre à l’inspection et à l’amélioration des fortifications côtières. Même si leur arrivée heurta inévitablement quelques susceptibilités locales, ces hauts gradés, d’abord chargés des opérations militaires, n’entrèrent guère en conflit avec l’administration en place. Les principales difficultés provinrent surtout de l’éternelle rivalité entre armée et marine. L’intérêt accordé à la Bretagne par le secrétaire d’État à la Guerre était donc fonction de la menace anglaise alors que son homologue de la Marine conservait toute son attention à Brest, puissant arsenal et siège de la flotte du Ponant.

2Sans conteste siècle de l’intendance, le xviiie siècle breton correspond aussi à l’émergence des États provinciaux comme organisme gestionnaire, à travers la commission intermédiaire instaurée en 1734. Or, il ne semble pas que le partage des compétences administratives ait obéré l’efficacité de la gestion de l’armée. La commission intermédiaire assuma le plus souvent avec zèle ses responsabilités. Plus qu’un organisme concurrençant le commissaire départi, il vaut mieux y voir une administration complémentaire et relativement bien rodée. En outre, les velléités de limitation de l’autorité de l’intendant dans le domaine militaire ne vinrent pas toutes des États. De la volonté du duc d’Aiguillon de le dessaisir du contrôle des engagements aux divers projets tendant à confier les levées de milice aux militaires, l’intendant subit plusieurs fois la menace d’une remise en cause de son autorité sur les personnels de l’armée. Comparé à d’autres pays d’États, il résista même assez bien en Bretagne, gardant la haute main sur la milice alors que ses collègues de Bourgogne et de Languedoc abandonnaient la levée aux assemblées provinciales.

  • 1 D. Biloghi, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’étape languedocienne, Montpellier, (...)

3Indéniablement, la coopération l’emportait dans les relations entre les commissaires du roi et la Province en ce qui concerne les affaires militaires. C’est même sans doute le seul domaine où elle était aussi poussée. À l’échelle des bourgs et des villes, le cumul plusieurs fois observé des fonctions de subdélégué et de correspondant de la commission confirme cette collaboration étroite. Comment ces personnages auraient-ils pu appartenir aux deux institutions si celles-ci avaient été concurrentes et hostiles ? Les quelques frictions et tensions constatées trouvaient leur source dans des inimitiés personnelles et de classiques querelles de préséance. La situation ne devait guère être différente dans les autres pays d’États, malgré une variété indéniable dans l’exercice des responsabilités administratives d’une province à une autre. L’exemple du Languedoc montre une coopération fréquente et des affrontements rares1.

4La dévolution du casernement et de l’étape à la Province recentra l’autorité de l’intendant sur les personnels militaires, la gestion financière de l’Extraordinaire des Guerres et la milice royale. Alors que croissaient les effectifs des bureaux de Rennes, c’était peut-être l’assurance d’une administration plus efficace car plus spécialisée. Seuls des événements exceptionnels troublaient ce bel ordonnancement issu d’une claire répartition des tâches. Le rassemblement de milliers de soldats dans des camps d’entraînement côtiers élargissait temporairement les attributions de la Province, à son grand dam puisque des frais supplémentaires en découlaient. Quant aux descentes anglaises, elles bousculaient système de l’étape et ravitaillement à un tel point que de longs mois voire des années étaient ensuite nécessaires à l’apurement des comptes. Assurément, la guerre n’était pas l’état normal ni habituel de la Bretagne au xviiie siècle.

  • 2 Cl. Sturgill, La formation de la milice permanente en France 1726-1730, Vincennes, SHAT, 1975, p. (...)

5Demeure en suspens la question de l’efficacité du système breton. Si l’on fait fi des impondérables matériels de l’époque, de la lenteur des déplacements aux difficultés de ravitaillement, il est raisonnable de conclure à une certaine efficacité. L’étape fonctionne et les troupes respectent dans leur marche les impératifs fixés par les routes établies à Versailles. Les effectifs de miliciens sont conformes aux ordonnances et en général levés en temps voulu. Les soldats sont logés, chez l’habitant ou dans des maisons tenant lieu de casernes. Ce dernier point constitue d’ailleurs le maillon faible de la logistique militaire en Bretagne. Quasiment dépourvue de casernes permanentes à la fin de l’Ancien Régime, la province apparaît en ce domaine en retard sur de nombreuses généralités. Il est difficile de faire abstraction des réfractaires, des tensions agitant le milieu rural et de l’opinion publique, mais si l’on s’en tient à une optique fonctionnaliste, l’institution remplissait son rôle. En réaction aux tendances traditionnelles de l’historiographie insistant, notamment depuis E.-G. Léonard, sur les difficultés rencontrées, Claude Sturgill a montré que la milice provinciale fonctionnait2. Le satisfecit accordé à l’administration militaire doit toutefois tenir compte du fait que la pression militaire était globalement faible en Bretagne, mis à part quelques espaces côtiers, en comparaison aux frontières terrestres.

6Que l’administration centrale, à Rennes comme à Versailles, ait fait des progrès au xviiie siècle est indéniable. Cependant, elle reposait encore sur une large base de responsables locaux souvent bénévoles. L’action voire le dévouement des subdélégués et correspondants ne suffisait pas. Maires, échevins mais également simples syndics ou fabriciens de campagne s’avéraient indispensables. Les exigences accrues de l’administration militaire conjuguées à un désir de rationalisation contribuèrent à asseoir plus légitimement des notables locaux, comme les syndics choisis en 1782 pour les transports, qui continuèrent quelquefois à administrer la commune en tant que maires à partir de 1790.

7D’autres exerçaient temporairement une responsabilité en dehors de toute fonction officielle, comme les notables dressant les rôles des jeunes gens concernés par la milice ou des charrettes et animaux de trait de la paroisse. L’édifice de la logistique militaire s’appuyait sur ces milliers de bonnes volontés non rétribuées. Au moins autant que l’administration fiscale, celle de l’armée impliquait de nombreux individus agissant à l’échelle de la paroisse, de la frairie, du quartier ou du métier. Cette collaboration obscure à l’échelle des plus petites circonscriptions géographiques était fondamentale au fonctionnement du « géant militaire » et contribua notablement à sa relative bonne santé.

  • 3 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 290. J. Lynn, Giant of the (...)

8Les progrès de l’administration furent aussi rendus nécessaires par l’appesantissement des charges militaires. Longtemps liée à l’alternance des périodes de paix et de conflit, la présence de l’armée en Bretagne se fit numériquement plus importante dans la seconde moitié du siècle, particulièrement à partir de la guerre de Sept Ans. La maritimisation des guerres pesa sur cette évolution. Devenue une des têtes de pont de la puissance militaire française, la Bretagne subit une présence des troupes plus pesante. En un sens, c’est seulement durant cette période qu’elle ressentit pleinement les conséquences de la Révolution militaire occidentale. Au cours de ce processus, le développement de l’État accompagne cette croissance des armées particulièrement spectaculaire dans l’Europe du xviie siècle. Déterminer la cause et la conséquence entre le développement quasi simultané de ces deux institutions pose néanmoins problème et alimente un débat passionné, entre historiens anglo-saxons pour l’essentiel3. Pour s’en tenir à la Bretagne, il est indéniable que l’accroissement du nombre de soldats, du moins en période de conflit, rendit nécessaire le développement de l’administration militaire et sa rationalisation.

9Le passage et le séjour de troupes plus nombreuses contraignit les responsables provinciaux et locaux à s’adapter. Les charges pesant sur la population étaient parfois lourdes. Aux contrastes dans le temps, fonction des impératifs stratégiques moteurs de la « respiration militaire » de la province, s’ajoutaient de flagrantes inégalités géographiques. L’infanterie prenait ses quartiers essentiellement dans les villes côtières ou à leur proximité immédiate et les environs de Brest étaient systématiquement concernés. Les localités situées sur les itinéraires menant à ces quartiers subissaient par conséquent de fortes contraintes. La diversification progressive des itinéraires menant de Brest à Nantes vint peut-être du souci d’une répartition plus équitable de la charge. Néanmoins, le trajet entre Saint-Malo et Brest n’offrant guère d’alternative, villes et villages de la côte nord de la Bretagne demeurèrent foulés par les passages.

  • 4 P. Rosanvallon, « L’utilitarisme français et les ambiguïtés de la culture politique prérévolutionn (...)

10La multiplicité des privilèges engendrait des exemptions, fort variables toutefois selon la charge considérée. Nombreuses pour le logement personnel, elles ne concernaient en revanche qu’une mince frange de l’élite urbaine pour le casernement. Si l’intendance ou la commission intermédiaire contrôlaient plus ou moins efficacement ces exemptions, les autorités municipales gardaient presque toute latitude pour déterminer la capacité de chaque contribuable. Malgré l’affirmation d’utilité publique, sur laquelle il était de bon ton d’appuyer toute requête à la fin de l’Ancien Régime4, l’attachement aux privilèges restait encore fort. Que des nobles, des ecclésiastiques et d’autres notables renonçassent parfois à s’en prévaloir illustrait autant un esprit de sacrifice frappé du sceau du service public qu’une conception presque évergétique de leur rôle social. À chaque fois, cependant, le privilège était mis entre parenthèses mais son existence perdurait. Un manque de tact de l’administration pouvait d’ailleurs pousser un notable auparavant conciliant à clamer haut et fort son exemption. Si les deux premiers ordres comptaient ainsi garder ou regagner le respect et l’estime générale, ils échouèrent. En effet, les entorses plus fréquentes aux exemptions traduisaient aux yeux du peuple l’injustice de ces privilèges. Entre l’acceptation des moines de loger des soldats à titre exceptionnel et la réquisition de leur couvent pour y établir une caserne à demeure, il n’y avait finalement qu’un pas à franchir.

11S’il est un domaine où la militarisation de la Bretagne ne joua aucun rôle, c’est bien celui du recrutement volontaire. Une situation stratégique presque identique eut des répercussions différentes en Normandie, où l’accession au rang de province frontière suscita des engagements plus nombreux dans les rangs de l’armée de ligne au cours du siècle, à moins qu’André Corvisier ait surestimé le lien entre les deux phénomènes. Aux explications traditionnelles – l’influence de la marine, la plus petite taille des hommes, la modestie sociale d’une part importante de la noblesse – il convient visiblement d’ajouter la spécificité culturelle de la province, surtout de sa partie ouest. La pratique majoritaire sinon exclusive de la langue bretonne y expliquait la prépondérance du recrutement effectué par des officiers du cru, souvent connus localement, alors que le racolage y remportait peu de succès. Ce peu d’entrain des Bas-Bretons tenait davantage à des considérations techniques et psychologiques qu’à une quelconque hostilité à l’encontre du royaume. Simplement, la barrière de la langue renforçait l’appréhension à quitter la Bretagne pour le reste du royaume, indistinctement appelé le « pays des Francs » (Bro C’hall). Il s’ensuit que seuls des francophones ou des jeunes gens particulièrement portés vers l’aventure s’engageaient dans l’armée.

12Il apparaît tentant de mettre en relation les réticences et résistances constatées à l’encontre de la milice royale avec le peu d’enthousiasme pour s’engager dans les troupes réglées. Cependant, cette explication est loin d’être suffisante. Non seulement la milice suscita des oppositions, plus ou moins vives, dans toutes les provinces, mais il ne paraît pas qu’elles furent plus fortes en Bretagne, pourtant particulièrement imposée si l’on considère l’exemption de la bande côtière des deux lieues, densément peuplée. En outre, la Basse-Bretagne ne semble pas se démarquer par une résistance plus affirmée. Cela tend à confirmer notre hypothèse précédente, les miliciens bas-bretons étant en général regroupés dans des compagnies commandées par des officiers souvent bretonnants. La légende noire de l’institution doit beaucoup aux philosophes et économistes des Lumières qui dénoncèrent les frais engagés par les communautés et plus encore les nuisances provoquées à l’agriculture voire la contribution de la milice à la dépopulation du royaume ou pour le moins des campagnes. La popularité de ces deux derniers thèmes dans les cahiers de doléances témoigne autant de leur écho dans un monde rural devenant revendicatif que de la diffusion des idées de la République des Lettres.

13L’analyse du phénomène de la milice et de son inégal rejet a souvent manqué de distanciation chronologique. La milice de Louis XIV, dont peu revinrent, n’était pas celle de Louis XVI, qui se limitait pour la plupart des hommes à l’opération du tirage au sort. Les formes de résistances évoluèrent également. La coercition étatique vint rapidement à bout des résistances collectives, qui cédèrent alors la place à des résistances individuelles. De même, les fuites massives de la milice louis-quatorzienne et des années 1719 et 1726 ne se retrouvèrent plus par la suite. En revanche, le tirage au sort prit un caractère périlleux pour les autorités dans les années 1770 alors que les rébellions se succédèrent dans la décennie suivante. Indubitablement, les griefs n’étaient plus exactement les mêmes, la réticence à servir militairement sans l’avoir choisi persistant néanmoins durant tout le siècle. À la fin de l’Ancien Régime, comme le confirment les cahiers de doléances, le caractère aléatoire et jugé arbitraire des exemptions ainsi que la gêne engendrée par le tirage au sort justifient l’impopularité de la milice. Néanmoins, le caractère massif des inaptitudes physiques, essentiellement pour défaut de taille, était tellement important qu’il ne s’agissait pas d’un sujet de préoccupation majeur.

14Les charges financières, quant à elles, étaient d’abord fiscales et renvoyaient de ce fait à l’attitude de la population face à l’impôt. Les impositions spécifiques destinées à l’entretien de l’armée demeurèrent toujours relativement légères par rapport à l’ensemble de la fiscalité malgré une augmentation sensible des dépenses militaires pour la Province à partir de la guerre de Succession d’Autriche. Gardons cependant à l’esprit que l’essentiel des prélèvements fiscaux alimentait la machine guerrière de la monarchie et servait à éponger les dettes – ou, bien souvent, leurs intérêts – contractées lors des conflits. Un tel contexte limitait assurément la lisibilité des impôts militaires alors que le principe même d’une fiscalité d’État permanente n’était plus contesté. La révolte du Papier timbré en 1675 fut d’ailleurs le dernier grand soulèvement lié aux impôts dans la France d’Ancien Régime. Cela démontre, s’il en était besoin, que les remontrances des États contre les impôts à finalité militaire ne relayaient pas les aspirations populaires mais participaient d’une stratégie autonome élaborée par la noblesse bretonne. Seul l’impôt de la milice provoquait quelques récriminations, non à cause de son montant, peu élevé, mais plutôt parce qu’il apparaissait largement inutile, la paroisse devant en outre contribuer aux frais de la levée et les garçons se cotiser pour le futur milicien. Dans leur majorité, les Bretons auraient volontiers accepté une fiscalité plus lourde à condition qu’elle les débarrasse des frais annexes, d’autant plus redoutés que très aléatoires. Parmi ces derniers, les amendes ou – ce qui revenait au même – l’entretien de garnisaires dispendieux, sanctionnait l’incapacité de la paroisse à assumer ses tâches administratives.

15L’état d’esprit de la population à l’encontre de l’armée était liée à deux facteurs essentiels, l’impact des charges militaires et la nature des relations avec le soldat. En ce qui concerne le premier objet, la tentation fut longtemps de s’y soustraire. La course à l’exemption, souvent constatée, éclaire ce phénomène. Que les individus chargés de l’administration militaire bénéficiassent d’exemptions semblait logique puisqu’ils ne jouissaient d’aucune rétribution pécuniaire. En revanche, la multiplication des sinécures ou des charges de peu de conséquence ne répondait pas à cette logique et obérait le bon fonctionnement du système. Les réactions des autorités provinciales et municipales pour en limiter la portée restèrent trop épisodiques. En outre, concernant plus particulièrement la milice royale, l’autonomie des intendants et de leurs subdélégués dans la détermination des exemptions se heurta aux exigences de rationalisme d’une part croissante de la population. Or, non seulement l’administration ne répondit pas à ces attentes mais les subdélégués tendirent, chacun à sa manière, à multiplier les exemptions sous l’influence des théories d’utilité sociale, de service public et du physiocratisme. Même si une partie de l’opinion publique restait attachée au concept de privilège, plus personne ne contestait vraiment le principe des charges militaires. On se plaignait surtout de leur lourdeur, souvent de leur arbitraire, ainsi que de la forme qu’elles prenaient. L’emportait chez beaucoup, en effet, le désir d’une contribution fiscale globale qui eût remplacé toutes les fournitures en nature, des charrois à la milice. S’il n’est pas certain que l’État y aurait trouvé son compte, villes et campagnes y auraient assurément gagné en tranquillité alors qu’auraient disparu des frais annexes quelquefois lourds.

16Le décalage apparaît croissant entre une opinion publique acceptant le principe d’une contribution à la défense du royaume – de la patrie écrit-on même dans la seconde moitié du siècle – et des États contestant la légalité des prélèvements au nom de libertés bretonnes définies à la fin du xve siècle dans un contexte assurément différent et devenues depuis incompatibles avec la construction de l’État moderne. Veillons toutefois à ne pas être dupes de la rhétorique nobiliaire, obligatoirement ancrée dans un passé mythique et idéalisé. La frange la plus intransigeante, celle dite du « Bastion », pouvait se convaincre de la justesse de revendications aussi irréalistes qu’itératives, il n’en reste pas moins que les États composèrent avec le pouvoir royal, avec comme principal objectif d’obtenir un allégement fiscal ou des transferts de compétences. Ils participèrent au mouvement qui vit les différents États provinciaux de France assumer des charges administratives croissantes au cours du xviiie siècle. Certes, malgré la précocité de la création de la commission intermédiaire, les États bretons obtinrent au final moins de responsabilités que certains de leurs homologues, en particulier ceux du Languedoc. Ils se chargèrent néanmoins d’une partie des fournitures et de la fiscalité militaires. Dès lors, le grand écart de la Province entre des principes archaïques et démagogiques et une pratique administrative relativement impopulaire devenait flagrant. L’opinion publique de la fin de l’Ancien Régime ne manifestait guère d’attachement envers une assemblée provinciale trop monopolisée par la noblesse et qui ne se comportait guère différemment des services rennais du commissaire départi. La défense des administrés était finalement plus un prétexte qu’une réalité et les contribuables ne ressentaient guère de différence entre l’administration centrale de l’intendant et celle, provinciale, de la commission. En assumant des responsabilités administratives, notamment militaires, les États bretons creusèrent leur propre tombe et celle de l’autonomie provinciale.

17S’il est une charge récusée par les cahiers de doléances, du moins lorsqu’elle est évoquée, c’est bien le logement effectif. L’affirmation de l’intimité familiale, marquée par des transformations dans l’espace domestique, rendait de moins en moins supportable l’intrusion des soldats, même limitée à une nuit ou deux. La concordance fréquente de l’origine sociale entre les logeurs et leurs hôtes n’y changeait rien. Les hommes d’armes restaient d’ailleurs potentiellement nuisibles sinon dangereux. La faiblesse de leur solde pouvait les inciter à exiger davantage de leurs hôtes que le feu et la chandelle prévus par les ordonnances, quitte à user de violence. Les réactions de l’opinion indiquent pourtant un reflux de la violence militaire, endurée moins stoïquement par les populations urbaines au fil des décennies. Les violences gratuites et crapuleuses, en particulier, semblent régresser. Il n’est hélas pas possible d’évaluer plus précisément ce phénomène, l’analyse des archives judiciaires se révélant inopérante pour cerner la délinquance et la criminalité des troupes. La décrue des exactions commises par les soldats vint surtout d’une discipline accrue et des progrès de la « civilisation des mœurs » chez les élites alimentant le corps des officiers. Concernant le peuple, dont étaient issus la plupart des soldats, il s’agissait tout au plus d’un vernis que les tensions révolutionnaires firent rapidement craquer.

18Plus discipliné, moins redoutable, le soldat fit l’objet d’une réhabilitation. Les penseurs militaires entendaient cumuler efficacité accrue du corps militaire et utilité sociale, les déboires de la guerre de Sept Ans et la longue période de paix qui suivit influençant leur réflexion. Concurremment, une littérature plus populaire plaignait le pauvre soldat, à travers les figures de l’engagé contre son gré et du déserteur affligé de nostalgie. Force est de constater que ces évolutions d’abord parisiennes et inhérentes à la République des Lettres touchèrent également la Bretagne. Au-delà d’une littérature diffusée dans l’ensemble du royaume, les idées participant à la réhabilitation du soldat appartenaient à l’air du temps et commençaient, dans la seconde moitié du siècle, à faire l’objet d’un consensus au sein de l’élite. L’élite marchande, dont les négociants nantais constituaient l’avant-garde, fut la première à envisager l’emploi d’une main-d’œuvre militaire à des fins civiles. Peut-être les esprits n’étaient-ils pas suffisamment mûrs auparavant, en tout cas il fallut attendre la dernière décennie de l’Ancien Régime pour voir des troupes travailler à la navigabilité de la Vilaine. Certes, le creusement de canaux et le curage de rivières par des militaires s’inscrivaient dans une longue tradition. Cependant, le canal de Briare, comme plus tard les travaux de Maintenon, était voulu et étroitement contrôlé par le souverain. Au contraire, les travaux bretons étaient nés d’initiatives locales et s’effectuaient sous la direction des États par le biais de la commission intermédiaire à la navigation intérieure. Les soldats apparaissaient comme des intérimaires détachés de leur corps d’origine et rétribués par la Province, qui déterminait les ouvrages à effectuer. Dans ce contexte, il n’est pas anecdotique de souligner que les régiments employés étaient parmi ceux comprenant le plus de Bretons. Alors que fleurissaient les projets visant à attribuer un lieu de garnison fixe à chaque régiment, on assistait à une sorte de « provincialisation » des troupes de soldats travailleurs. Les États n’aspiraient sans doute pas à une autorité directe sur le militaire mais la poursuite de ce processus, brutalement interrompu par la pré-révolution, aurait pu nuire à la cohésion d’une armée travaillée par des interrogations existentielles. La Révolution ne clora d’ailleurs pas le débat quant à la nécessité d’une territorialisation du recrutement et des troupes de réserve.

  • 5 ADIV, C 928, ordonnances de garnison pour 1779.

19L’utilisation de l’armée réglée à des fins de maintien de l’ordre s’inscrit dans la même évolution consacrant le triomphe de l’utilitarisme. Cette contribution relevait certes d’une mission traditionnelle mais demeura longtemps exceptionnelle, circonscrite à des troubles graves voire aux révoltes généralisées. Le xviiie siècle, au moins en Bretagne, est marqué par une recrudescence des interventions, qu’il s’agisse de l’envoi de détachements pour calmer des émeutes frumentaires ou de l’emploi de garnisaires. Dans la première circonstance, une évolution de l’état d’esprit des élites se fait jour. En effet, dans les années 1770 et 1780, responsables municipaux mais aussi simples négociants en appellent aux troupes réglées pour la protection des blés et contenir la populace. Le soldat, qui remplit sa tâche de manière satisfaisante, devient pour les élites le meilleur garant de l’ordre public et social alors que le désir accru de sécurité met en exergue la faiblesse numérique des forces de police. On continua par ailleurs d’employer des garnisaires pour fléchir la résistance de paroisses ou familles récalcitrantes. Il semble bien, cependant, que le procédé décrut en efficacité. Les dragonnades touchant les protestants réussirent grâce aux exactions perpétrées. Or, le comportement des garnisaires s’améliora par la suite et l’habitude de les faire séjourner dans une auberge transforma la sanction en une simple amende. On constate toutefois que le procédé réduisit l’opposition de certaines paroisses à la milice tout en se révélant inopérant pour les fuites individuelles. À partir des années 1770, les garnisons touchèrent essentiellement les paroisses réfractaires à la corvée et les listes d’intervention conservées illustrent autant la détestation de la charge que le peu d’impact de la sanction5. Il est vrai qu’alors on n’employait plus guère les troupes réglées mais la maréchaussée. Alors que le séjour en caserne se généralisait, les officiers se montraient certainement de plus en plus réticents à disperser leurs hommes dans les villages et les auberges. À la fin de l’Ancien Régime, l’armée de ligne était incontestablement le meilleur garant de l’ordre public en Bretagne, d’autant que les responsables locaux craignaient moins les réactions de l’opinion publique que leurs homologues parisiens.

  • 6 F. Cardini, La culture de la guerre, NRF-Gallimard, 1992, p. 149.

20Un autre argument militait en faveur de la présence de troupes dans les villes : la consommation induite par les soldats. Autant la Bretagne participait peu à l’entreprise militaire, autant les multiples dépenses liées aux séjours pesaient d’un poids non négligeable dans l’économie locale. La bureaucratisation de l’armée, initiée par Le Tellier puis Louvois, mit fin à son caractère prédateur et l’inséra dans l’économie générale du royaume6. Dans bien des villes et bourgades bretonnes, les troupes irriguaient l’économie locale, particulièrement languissante en beaucoup d’endroits à la fin de l’Ancien Régime. La prise de conscience de l’intérêt économique des troupes, plus précoce chez l’intendant et dans les provinces du Nord et de l’Est, ne semble guère antérieure aux années 1770 chez les édiles bretons. Il y a donc à peu près concomitance avec la réhabilitation du soldat dans les esprits. Malgré la parenthèse due aux guerres de la Révolution et de l’Empire, le processus qui allait conduire aux villes de garnison des xixe et xxe siècles, marquées par une symbiose entre sociétés civile et militaire, était bien en marche sous le règne de Louis XVI.

21Passant dans environ quatre-vingts lieux d’étape, séjournant régulièrement dans une dizaine de villes pour l’infanterie et davantage pour la cavalerie et les dragons, souvent dispersés en compagnies, l’armée marquait le paysage et les esprits de sa présence. En ce qui concerne les ouvrages fortifiés, toutefois, on assista à un repli de l’institution militaire sur les remparts et forts côtiers alors que se poursuivait ailleurs un démantèlement déjà bien entamé au xviie siècle, pour les châteaux du moins. Il faudrait d’ailleurs replacer cette évolution dans l’histoire diachronique du renforcement du pouvoir central. Dès le Moyen Âge, l’autorité croissante des ducs réduisit progressivement la multitude des mottes castrales et des châteaux privés, le roi de France accélérant ensuite le processus, retardé par les troubles civils du xvie siècle. La domestication de la noblesse et la sanctuarisation du royaume aboutirent à l’étape ultime, à savoir la multiplication des bastions côtiers et l’abandon des défenses de l’intérieur. Dans une grande partie de la province, le xviiie siècle marque par conséquent l’appropriation civile d’ouvrages fortifiés désormais délaissés par l’armée. Le degré d’atteinte aux murailles constitue alors un bon indicateur du dynamisme économique et démographique de chaque cité, les obstructions des autorités militaires étant finalement l’exception. Parallèlement à ce mouvement, la pratique systématique du casernement pour les troupes en quartiers conférait une identité militaire aux habitations choisies. Cependant, le changement fréquent des casernes et, plus encore, la quasi absence de bâtiments construits exclusivement pour les militaires ne permettait pas d’individualiser de véritables quartiers militaires au sein des villes. C’est assurément là un trait d’archaïsme de la Bretagne à la fin de l’Ancien Régime.

22La dissociation de l’habitat, le port plus systématique de l’uniforme, l’accroissement de la discipline, tendaient indiscutablement à dissocier la société militaire du monde civil. D’un autre côté, moins porté au larcin et à la violence, le soldat devenait plus fréquentable. L’absence de casernes closes, l’importance du temps libre, consacré à des activités rémunératrices ou aux loisirs, multipliaient les occasions de contact entre soldats et civils. Relations professionnelles, d’amitié et amoureuses inséraient les militaires dans la vie locale. Telle était la situation, du moins dans les lieux de séjour, essentiellement urbains. Dans les campagnes, le soldat ne faisait le plus souvent que passer. Il fallait lui laisser son lit, convoyer ses bagages sur de mauvais chemins, éventuellement supporter ses brimades. S’ajoutaient en Basse-Bretagne les difficultés de compréhension mutuelle. Nul doute que l’image de l’armée, certainement plus positive en 1789 qu’un siècle plus tôt, n’ait pas été la même partout en Bretagne.

23Les contrastes de la présence et de l’influence de l’armée en Bretagne n’empêchèrent pas cette institution de contribuer efficacement au renforcement des structures d’encadrement étatiques et paraétatiques. La rationalisation de l’administration militaire inséra progressivement tout individu masculin – et parfois féminin – dans un réseau de contrôle de plus en plus étroit. Couché sur les listes du logement effectif, des fournitures aux casernes, des attelages et animaux à réquisitionner, ou celles préparatoires au tirage au sort à la milice, le Breton était désormais mieux connu. N’oublions pas non plus que les recensements des années 1780 et la numérotation systématique des habitations urbaines furent motivés par des nécessités militaires. On objectera avec pertinence que l’administration fiscale agit de même, comme en témoignent les rôles de la capitation. Il n’en reste pas moins vrai que l’administration militaire, plus que toute autre, se donna les moyens matériels d’améliorer son efficacité et contribua à renforcer les cadres administratifs locaux. Car elle remplissait globalement ses objectifs, certes plus limités que dans les provinces frontière du Nord et de l’Est. Les requêtes, les plaintes et les sanctions conservées dans les archives témoignent de l’existence de problèmes mais renseignent peu, en général, sur leur ampleur. Les particuliers n’écrivaient qu’en cas de difficulté et très rarement pour féliciter l’administration. Lorsque tout va bien, on ne le crie pas sur les toits… De même, les théoriciens militaires dénonçaient les abus et proposaient leurs solutions. S’en tenir à ces versions reviendrait à affirmer l’hostilité générale de la population envers les charges militaires. Or, l’analyse des cahiers de doléances de 1789 a montré une situation nettement plus nuancée.

24Poussons plus avant ce raisonnement. Pendant des décennies, les Bretons ont contribué aux fournitures militaires. Ils ouvrirent peu à peu les yeux sur les inégalités engendrées par les privilèges et exemptions sans cependant remettre fondamentalement en cause le principe d’une participation aux charges de l’armée. S’il est certain que l’immense majorité des Bretons aurait répugné à quitter ses foyers pour défendre la patrie, ils acceptaient une contribution financière voire certaines charges en nature. Ce n’est pas la moindre des victoires de l’État. Incontestablement, une habitude de service s’était mise en place. Elle révéla ses atouts et ses faiblesses soumise à l’épreuve de la Révolution.

  • 7 R. Dupuy, De la Révolution à la chouannerie. Paysans en Bretagne 1788-1794, Paris, Flammarion, 198 (...)
  • 8 Y. Durand, Vivre au pays au xviiie siècle, Paris, PUF, 1984, p. 290-291.
  • 9 A. Corvisier, « Les circonscriptions militaires de la France. Facteurs humains et facteurs techniq (...)
  • 10 B. Tanguy et M. Lagrée (dir.), Atlas d’histoire de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2002, p. 130-13 (...)
  • 11 J. Cambry, Voyage dans le Finistère, Paris/Genève, Slatkine, 1979, p. 31.

25Quoique l’évolution politique et religieuse de la France ait joué un rôle important, il est incontestable que la levée des 300 000 hommes constitua le facteur déclenchant de l’insurrection des campagnes vendéennes et bretonnes7. Alors que le nombre de jeunes gens mobilisés était nettement supérieur à celui des miliciens de la décennie précédente, les révoltés ne manquèrent pas d’en appeler au souvenir de l’ancienne institution abolie en 1791. Le manifeste rédigé à Oudon était à cet égard fort explicite : « La milice ayant été abolie, nous ne souffrirons jamais ni choix, ni tirage qui nous enlève de force à la culture de nos terres » déclarait-il8. À la suite d’A. Corvisier, il paraît alors tentant de mettre en relation inégalités géographiques du poids de la milice d’Ancien Régime et comportement vis-à-vis des levées de 17939. Or, la conjonction ne semble pas évidente. Certes, les métiers nantais, particulièrement sollicités avant 1789, s’affirmèrent comme de solides soutiens de la République. En revanche, les paroisses de la subdélégation de Landerneau, caractérisées par une proportion écrasante d’inaptes et d’exemptés, ne s’insurgèrent pratiquement pas10. On aurait du mal, également, à expliquer le contraste entre le Trégor « bleu » et la majeure partie du Vannetais à l’aune de la milice royale ou, plus généralement, des charges militaires. Tout au plus s’agit-il d’un facteur parmi d’autres. Cette constatation ne contredit pas le contraste entre villes et campagnes. Ce sont d’abord et majoritairement les espaces ruraux qui s’insurgèrent. L’irruption de gardes nationaux urbains volontiers arrogants, et synonyme de charges militaire accrues provoqua en bien des endroits un réel ressentiment. Car la République, surtout dans ses deux premières années, entraîna un accroissement des fournitures à l’armée sans commune mesure avec les conflits de l’Ancien Régime. Peu après la Terreur, Cambry s’offusqua d’ailleurs des méthodes employées, souvent proches de la prédation11.

26Nul doute que la Révolution inaugura l’établissement d’un nouveau lien entre armée et nation mais l’exemple breton montre que ses racines s’ancraient dans les dernières décennies de l’Ancien Régime. La présence effective et croissante d’une armée finalement supportable en fit aux yeux des populations une institution plus familière dont les avantages équilibraient de plus en plus les inconvénients. Une fréquentation accrue, comme les obligations inhérentes à la milice provinciale voire à la garde-côtes, éliminèrent définitivement l’image d’une armée constituée d’un ramassis de redoutables vauriens au profit de celle d’un corps sans conteste plus respectable et soumis à des règles propres.

27L’administration militaire révolutionnaire s’appuya incontestablement sur ce nouvel état d’esprit, particulièrement en milieu urbain, le plus accoutumé à côtoyer les soldats sur de longues périodes. Elle bénéficia aussi des cadres et des pratiques du régime précédent et marcha dans ses pas. La formation militaire, même rudimentaire, autrefois acquise fut alors mise à profit par certains individus, tant pour défendre le régime en place que pour le combattre. Nul doute que d’anciens miliciens, comme Jean Conan, s’engagèrent alors et se souvinrent des anciennes leçons et habitudes de la milice provinciale.

Notes

1 D. Biloghi, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’étape languedocienne, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1998, p. 329.

2 Cl. Sturgill, La formation de la milice permanente en France 1726-1730, Vincennes, SHAT, 1975, p. 15 et 60.

3 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 290. J. Lynn, Giant of the Grand Siècle. The French Army 1610-1715, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 597-599.

4 P. Rosanvallon, « L’utilitarisme français et les ambiguïtés de la culture politique prérévolutionnaire (position d’un problème) », dans The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, vol. 1 : The Political Culture of the Old Regime, Oxford, Pergamon Press, 1987, p. 437.

5 ADIV, C 928, ordonnances de garnison pour 1779.

6 F. Cardini, La culture de la guerre, NRF-Gallimard, 1992, p. 149.

7 R. Dupuy, De la Révolution à la chouannerie. Paysans en Bretagne 1788-1794, Paris, Flammarion, 1988, p. 277-310.

8 Y. Durand, Vivre au pays au xviiie siècle, Paris, PUF, 1984, p. 290-291.

9 A. Corvisier, « Les circonscriptions militaires de la France. Facteurs humains et facteurs techniques », dans Les hommes, la guerre et la mort, Paris, Economica, 1985, p. 43.

10 B. Tanguy et M. Lagrée (dir.), Atlas d’histoire de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2002, p. 130-131.

11 J. Cambry, Voyage dans le Finistère, Paris/Genève, Slatkine, 1979, p. 31.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search