Version classiqueVersion mobile

L'armée en Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Stéphane Perréon

Troisième partie. Le breton, l'armée et le soldat

Chapitre IX. L’empreinte de l’armée dans les villes et les campagnes bretonnes

Texte intégral

  • 1 F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, Paris, Flammarion, 1949, t. 1, p. 74-75.

Vingt officiers étaient tous les jours invités à la table de mon père. Les plaisanteries de ces étrangers me déplaisaient ; leurs promenades troublaient la paix de mes bois. C’est pour avoir vu le colonel en second du régiment de Conti, le marquis de Wignacourt, galoper sous des arbres que des idées de voyage me passèrent pour la première fois par la tête. […]
Une chose me charmait pourtant, la parade. Tous les jours, la garde montante défilait, tambour et musique en tête, au pied du perron, dans la Cour Verte.
François-René de Chateaubriand1

1La présence et l’activité militaires étaient incontestablement visibles dans les villes, et plus généralement dans toutes les localités où séjournaient des troupes. Les fortifications constituaient sans doute l’aspect le plus apparent de cette présence, même s’il s’agissait pour une large part d’un héritage. En effet, la concordance n’existait plus que rarement entre des enceintes souvent obsolètes et une activité militaire régulière. Les conceptions urbanistiques issues des Lumières poussèrent d’ailleurs au démantèlement des remparts, selon des modalités et une chronologie qui méritent un éclairage précis. Néanmoins, l’armée, ou ceux qui la constituaient, pesait aussi sur d’autres espaces, parfois ruraux, où se développait une vie sociale en contact fréquent avec la société civile. On peut alors se demander si les activités et les habitudes militaires dessinaient une géographie particulière dans les villes de cantonnement et dans quelle mesure les soldats se fondaient dans le paysage. Enfin, il faudra déterminer à quel point l’institution militaire influa sur certains comportements et exerça une influence sur la vie culturelle et la diffusion des idées nouvelles en Bretagne, officiers et soldats étant de grands voyageurs et, partant, des vecteurs de nouveautés.

L’évolution divergente des ouvrages militaires

2À la fin du xviie siècle, les ouvrages militaires étaient nombreux en Bretagne, la plupart des villes possédant une enceinte et plusieurs un château occupé par l’armée.

3Il s’agissait cependant presque toujours de fortifications anciennes à l’efficacité fort restreinte. En outre, l’effort de l’État, surtout à partir du règne de Louis XIV, porta essentiellement sur la défense insulaire et côtière. Les nombreux mémoires conservés à Vincennes se préoccupèrent essentiellement des plus sûrs moyens d’annihiler rapidement toute descente ennemie et de ne pas la laisser gagner l’intérieur de la province. Faute de logistique, d’ailleurs, cette dernière éventualité n’était guère envisageable, d’autant que les Anglais avaient plutôt comme objectif les grands ports commerciaux (Saint-Malo, Lorient) ou militaires (Brest). Dès lors, les enceintes urbaines des cités de l’intérieur d’obsolètes devenaient inutiles. De Vauban au marquis de Langeron, les officiers généraux chargés de la défense de la Bretagne n’accordèrent d’importance qu’aux forts insulaires et côtiers ainsi qu’aux murailles des villes littorales. Seules de rares citadelles de l’intérieur conservaient un intérêt pour l’armée alors qu’un corset de pierre enserrait la province sur sa façade maritime. L’émergence de l’urbanisme des Lumières trouvait donc dans nombre de villes bretonnes un contexte favorable à son épanouissement et, conséquemment, à l’arasement des murailles. Toutefois, l’évolution fut en fait très contrastée si bien qu’on ne peut faire l’économie d’une étude détaillée des modalités de ces transformations et de l’attitude des autorités militaires.

Le délabrement quasi général des enceintes urbaines

  • 2 En 1691, Pomereu remarque : « Il est à observer que cette closture de laditte ville n’a eu qu’un t (...)
  • 3 En 1589, Vitré résista aux troupes du duc de Mercoeur. G. Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne(...)
  • 4 ADIV, 1F 1160, procès-verbaux des 16 et 17 mars 1684 et du 25 juin 1698.
  • 5 F. Hamon, Les fortifications dinanaises au xviiie siècle, maîtrise, J. Meyer (dir.), Rennes II, 19 (...)
  • 6 J. Pradel, Nantes et les problèmes militaires à la fin du règne de Louis XIV 1688-1715, maîtrise, (...)

4Si la plupart des villes bretonnes disposaient d’une enceinte, il existait néanmoins quelques exceptions, comme Saint-Brieuc. Les murailles commencées dans les années 1620 ne furent jamais achevées, et passé 1680 environ, on ne s’en préoccupa plus guère2, signe tangible d’un certain sentiment de sécurité… et de finances insuffisantes. Dans les autres cités, les murs dataient bien souvent de l’époque médiévale. S’ils avaient pu montrer une certaine efficacité au cours des guerres de la Ligue3, ils n’auraient pas résisté à un siège en règle dès la seconde moitié du xviie siècle. En outre, dès cette époque, leur délabrement était patent en beaucoup d’endroits. À Guingamp, un procès-verbal de 1684 constate la détérioration importante des courtines et quatorze ans plus tard on signale même une brèche de « vingt quatre pieds de long, sept de hauteur et deux d’épaisseur4 ». La situation n’est pas meilleure à Dinan où les tours elles-mêmes sont dégradées alors que les deux tiers des murs nécessiteraient des réparations urgentes5. À Nantes, les procès-verbaux ne signalent encore que des fissures en 1688 mais les rapports des années suivantes constatent leur élargissement6.

  • 7 ADIV, C 492, procès-verbal de 1693. Garangeau fut nommé ingénieur en chef à Saint-Malo en 1691 et (...)
  • 8 AMN, EE 139.
  • 9 AMN, DD 190, projet de l’architecte Gabriel, 1727.

5Ces dégradations résultaient d’un long processus d’abandon. Elles trouvaient leur origine dans un manque d’entretien flagrant comme dans certaines pratiques accentuant la vétusté. L’ingénieur du roi Siméon Garangeau, fidèle disciple de Vauban, remarquait à propos de Dinan : « Cette place bien loin d’avoir été entretenue depuis un temps a non seulement été négligée mais ruynée par un chacun7. » Les jardins établis par des particuliers sur des tours ou des sections de rempart comme les amas de fumier ou d’immondices contribuaient inévitablement à disjoindre les pierres et à endommager murs et voûtes. Dans plusieurs villes, maisons et boutiques s’adossaient fréquemment aux murailles, en toute illégalité puisque les ordonnances royales fixaient à cinq toises la distance minimale non bâtie entre murailles et constructions civiles8. À Nantes, du côté de la place Sainte-Catherine, ce n’était pas moins de dix-neuf petites boutiques ou échoppes qui s’adossaient au mur d’enceinte9. Dans un certain sens, cependant, ce genre d’appropriation civile contribua plutôt à la protection des murs, à l’inverse des pratiques horticoles.

  • 10 AMN, BB 57.
  • 11 ADIV, C 492, « Estat des plus urgentes réparations à faire à la ville de Dinan en Bretagne pour la (...)
  • 12 ADIV, 1F 1161, extrait des délibérations de la communauté, 11 avril 1741.
  • 13 Les parapets étaient totalement ruinés et plusieurs accidents s’étaient produits. ADIV, C 10, lett (...)
  • 14 En 1759, à Dinan, une grande partie du contremur des remparts s’écroule et obstrue l’abreuvoir. On (...)

6Le plus surprenant demeure finalement la capacité de résistance de ces vieux murs qui semblent à peine plus ruinés vers 1750 qu’un demi-siècle plus tôt. Rendons ici justice aux municipalités : bien que notoirement insuffisant, l’entretien existait. Seulement, un sentiment croissant de sécurité et le coût prohibitif des travaux nécessaires conduisait les communautés à n’effectuer que des replâtrages de façade. À Nantes, l’entretien régulier des murailles cessa vers 1696. La communauté agit ensuite au coup par coup et dans l’urgence, allouant ponctuellement des sommes variant de 400 à 700 livres alors que plusieurs milliers eussent certainement été indispensables10. Mis à part les cités littorales, le seul plan ambitieux de réfection concerna Dinan. Élaboré par Garangeau en 1693, retouché en 1703, il ne reçut pas même un début de réalisation11. La municipalité était bien incapable de faire face aux fortes dépenses prévues et l’État n’entendait pas investir dans une place forte déclassée. Les villes laissèrent donc progressivement leurs murailles tomber en ruine. Les rares travaux se concentrèrent sur les portes et réutilisèrent fréquemment les pierres provenant des tours et des courtines ruinées. La communauté de Guingamp expose clairement la situation en 1741 : « La communauté manquoit de fond pour rétablir les parties des murs de la ville qui sont tombées, elle consentoit que l’on eut disposé des pierres provenantes de l’écroulement arrivé du côté du Champ au Roy pour le rétablissement de la porte Saint Jacques12. » À Josselin, on entreprit de démolir tous les degrés conduisant sur les murs pour réparer les brèches13. Dans bien des cas, on n’entretenait même plus l’illusion d’éventuelles réparations mais on se contentait de déblayer les parties écroulées lorsqu’elles gênaient14.

  • 15 J.-A. Piganiol de La Force, Nouvelle description de la France, dans laquelle on voit le gouverneme (...)
  • 16 G. Mellier, Essai sur l’histoire de la ville et du comté de Nantes, 1872, p. 6-8.

7Il fallut pourtant du temps pour que l’on procède à l’arasement des enceintes urbaines. Le délabrement voire la ruine ne les condamnaient pas automatiquement à périr sous la pioche des démolisseurs. Il fallait d’abord que les responsables locaux se convainquent de leur parfaite inutilité. Or, dans la droite ligne d’une conception médiévale encore vivace, les murs constituaient le meilleur symbole de la ville. Il suffit pour s’en convaincre de lire Piganiol de La Force, qui ne manque jamais d’évoquer les murailles lorsqu’il présente une ville15. Dans son ouvrage sur l’histoire de Nantes, Gérard Mellier se lance dans une longue description des remparts, signe qu’il garde un attachement pour ces symboles de la puissance urbaine16.

  • 17 Selon l’expression de Bernard Lepetit. B. Lepetit, Les villes dans la France moderne (1750-1830), (...)
  • 18 S. Perréon, Les problèmes militaires à Nantes sous le règne de Louis XV, maîtrise, J.-P. Bois (dir (...)
  • 19 AMN, BB 89.
  • 20 ADIV, C 485, 20 janvier 1758.

8Cette « sécurité conceptuelle17 » s’accompagnait de la sécurité matérielle. On feignit de croire assez longtemps, en effet, à la protection de l’enceinte. En 1746, la descente anglaise devant Lorient entraîna l’adoption de véritables mesures d’état de guerre à Nantes18. Le 27 octobre, la communauté désigna un échevin pour inspecter les murailles et les canons pouvant s’y trouver alors qu’on plaçait des chevaux de frise sur le batardeau du fossé Saint-Nicolas, la porte ne pouvant plus fermer19. Contre une colonne ennemie dépourvue d’artillerie, les vieux remparts auraient encore pu faire illusion. L’enceinte protégeait aussi théoriquement les bourgeois pendant la nuit, en ne permettant pas aux coupe-jarrets de pénétrer dans la ville intramuros, à condition, toutefois que les portes puissent fermer ! À Dinan, une dégradation irrémédiable laissa la ville ouverte avec l’approbation résignée de l’intendant qui remarquait avec bon sens – et ironie – en 1757 : « S’il y a des brèches assez considérables pour laisser le passage libre, il seroit fort inutile de faire la dépense de la réparation des portes20. » Passé le milieu du xviiie siècle, les murailles ne procuraient donc plus qu’une sécurité illusoire.

  • 21 A. Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, t. (...)
  • 22 AMN, BB 86, 18 janvier 1740.
  • 23 L’ingénieur Even propose de mettre ces personnes à la maison de force, « alors ces tours seraient (...)
  • 24 « Le roi désirant procurer aux habitants du bourg du Palais ainsi qu’à ceux des autres bourgs ou v (...)

9L’attachement pouvait aussi provenir de l’appropriation par la population. Le trait dominant de la relation des urbains aux murailles ressortissait à une familiarité quotidienne. Les fortifications se prêtaient à des usages multiples et souvent inattendus. Lieux d’aisance aux xvie et xviie siècles, à une époque où l’hygiène ne conquit que lentement l’espace urbain21, elles restèrent de tout temps un terrain de jeux pour les enfants. L’aspect utilitaire l’emportait cependant. Les tours étaient volontiers occupées. Abandonnées, elles devenaient un refuge pour les vagabonds. Reconverties, elles constituaient des locaux aptes à des usages variés : la grosse tour au bas de la Motte Saint-André, à Nantes, servait d’amphithéâtre de chirurgie22. À Rennes, on enfermait de malheureux aliénés dans les tours de la porte de Toussaint23. Quant aux glacis et aux fossés, ils faisaient volontiers office de terrains de pâturage. À Belle-Île-en-Mer, les autorités reconnurent même explicitement cet usage et autorisèrent aussi les pêcheurs du Palais à y étendre leurs filets, les différentes activités, civiles et militaires, étant clairement délimitées dans le temps et dans l’espace24. Le fait est d’autant plus remarquable que la citadelle restait une des principales places fortes de Bretagne.

  • 25 F. Hamon, op. cit., p. 97-99.

10Les afféagements tendirent à se multiplier. Tout afféagement, qui consistait à aliéner une partie du domaine moyennant redevance, devait obtenir l’approbation royale. Le gouverneur de Bretagne, en tant qu’engagiste du domaine, donnait lui aussi son avis. Ce dernier suffisait généralement. Les afféagements dépendaient des besoins locaux et de l’attitude des autorités. Le contraste entre Nantes et Dinan, par exemple, est patent. Dans la cité ligérienne, les afféagements intervinrent d’autant plus précocement que le gouverneur de ville y trouvait un intérêt et que l’espace devenait précieux dans une ville en développement rapide. À Dinan, au contraire, les afféagements demeurèrent longtemps exceptionnels et ne se multiplièrent qu’après 1780. À la fin de l’Ancien Régime, ils couvraient toutefois plus du tiers de l’enceinte. Ils ne témoignaient cependant pas du dynamisme de la ville car ils servaient pour l’essentiel à agrandir des jardins25.

  • 26 AMN, FF 29, 1er février 1745.

11Un afféagement n’autorisait pas l’usufruitier à user des fortifications à sa guise. Si on ne pouvait le tenir responsable des dégradations dues à la vétusté, il ne devait normalement toucher ni au mur ni aux douves à moins d’une autorisation en bonne et due forme. Certaines municipalités ne réagissaient guère devant le fait accompli mais d’autres se montraient plus vigilantes. Un procès-verbal dressé à Nantes en 1745 constate ainsi que les afféagistes de la contrescarpe de Saint-Nicolas ont quasiment comblé les douves avec de la terre26. Cependant, l’absence de procès-verbaux postérieurs à 1751 pourrait bien témoigner d’un désintérêt pour la conservation de l’enceinte. L’afféagement n’était souvent que la régularisation d’une usurpation antérieure. Ce mouvement témoignait en tout cas d’une démilitarisation croissante, sinon achevée, des murailles.

Les murailles tombent, les villes s’ouvrent

  • 27 ADIV, C 10, requête du 6 juin 1741 et réponse du duc de Penthièvre du 14 juin.
  • 28 AMN, EE 151, procès-verbal du 4 avril 1749, délibération du 9 avril.

12Transformations et destructions, très inégales selon les lieux, se firent au début sans plan d’ensemble. Deux motivations présidèrent aux premières atteintes à l’intégrité des murailles. On entendit d’abord préserver la sécurité publique en évitant chutes de pierres voire de pans de murs. Un habitant de Ploërmel demanda ainsi – et obtint – la permission de démolir une partie du mur proche de son habitation et menaçant de s’écrouler27. À Nantes, la chute de plusieurs pierres et la crainte d’un écroulement général justifièrent en 1749 la démolition de la porte Gellée28. Ces situations d’urgence imposaient des mesures énergiques et rencontraient immanquablement l’approbation des autorités.

  • 29 Cl. Nières, Les villes de Bretagne au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2004, p. 209.
  • 30 Les travaux commencèrent en 1773 et se poursuivirent durant près d’une dizaine d’années. F. Hamon, (...)

13On cherchait aussi à améliorer la circulation. Au moment où les élites urbaines se piquaient de vouloir favoriser le commerce, les obstacles présentés par des portes étroites devenaient insupportables. Parmi beaucoup d’autres, la porte de la tour de La Haye Saint-Hilaire à Fougères, comme celle de Saint-Patern à Vannes, laissaient à peine passer une charrette29. À Dinan, l’armée réclama l’arasement de deux tours. En effet, des charrois de munitions empruntaient fréquemment la pente raide du Jerzual dans des conditions périlleuses. On entreprit donc de tracer un nouveau chemin qui perça les remparts, le ministère de la Guerre et les États provinciaux se partageant les frais30.

  • 31 G. Saupin, Les villes en France à l’époque moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Belin, 2002, p. 77 (...)
  • 32 AMN, DD 190, projet de Gabriel, septembre 1727.
  • 33 Ibid., lettre de Gabriel à Mellier, 24 décembre 1727.

14Les considérations économiques et urbanistiques entraînèrent les démolitions les plus massives. L’urbanisme des Lumières s’inscrivait en effet au carrefour des sphères économique et artistique, dans une vision globale reposant sur le socle d’une rationalité teintée d’optimisme31. La ville de Nantes constitue à cet égard l’exemple le plus remarquable. Le premier projet portant réellement atteinte aux murailles fut élaboré sous la magistrature de Mellier par l’architecte parisien Jacques V Gabriel. Il prévoyait la démolition du rempart longeant la Loire à proximité de la porte de la Poissonnerie. Sur l’espace dégagé, un quai mais aussi un quartier neuf sur le modèle du quartier Feydeau devaient s’élever. Cette réalisation offrait un quai pour le déchargement et l’accostage à proximité immédiate du centre ville tout en permettant une opération immobilière. Par ailleurs, l’arasement projeté ne laissait pas la cité sans protection de ce côté-là, le mur du quai fermant en quelque sorte la ville32. C’était compter sans l’opposition du maréchal d’Estrées, gouverneur de la ville et commandant en chef. Semblant tacitement approuver le projet de Gabriel au départ, il soutint ensuite un projet concurrent épargnant la muraille. Le maréchal ne s’embarrassa pas de fournir une explication à sa volteface. Il aurait simplement affirmé qu’« il ne consentiroit jamais à la démolition du mur d’enceinte, que c’étoit contre les droits du gouverneur 33 ». Aucune réalisation n’aboutit donc.

  • 34 P. Lelièvre, Nantes au xviiie siècle. Urbanisme et architecture, Paris, Picard, rééd. 1988, p. 73- (...)

15Le veto de Victor-Marie d’Estrées refroidit singulièrement les ardeurs urbanistiques de la municipalité et des élites négociantes. La fausse alerte de 1746 convainquit les Nantais et les responsables militaires de l’obsolescence des murailles. Plusieurs architectes s’attelèrent alors à la tâche de l’embellissement de la cité. En 1754, Vigné de Vigny proposa seulement de combler les fossés et d’abaisser les remparts, demi-mesure peu satisfaisante. Rousseau voulait remplacer la totalité de l’enceinte par de larges boulevards. Ce fut cependant le plan dressé par Ceineray en 1761 que l’on suivit, le subordonnant néanmoins aux besoins immédiats et aux capacités financières de la ville34.

  • 35 F.-J. Verger, Archives curieuses de la ville de Nantes, Nantes, 1837, t. 1, p. 338.
  • 36 Expilly, abbé, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amst (...)

16Ces considérations expliquent le rythme irrégulier des destructions, totalement interrompues de 1759 à 1762, du fait de la chute des recettes des octrois liée à la guerre35. Exprimant l’opinion commune, la description de Nantes du dictionnaire d’Expilly, rédigée par des Nantais, précise à propos des murailles : « Elles ont été en partie détruites, avec la permission du roi, à cause qu’elles étaient devenues inutiles et empêchaient par leur ouverture étroite, le libre passage des voitures de toute espèce, dans une grande ville plus de commerce que de guerre36. » Nantes constituait certes un cas unique en Bretagne par son activité commerciale et la croissance de sa population mais les mêmes aspirations à mettre à bas les murailles se retrouvaient dans d’autres villes de la province.

  • 37 J. Trévédy, Histoire militaire de Redon, Rennes, Caillières, 1893, p. 151-152.
  • 38 AMN, EE 151, délibération du 26 février 1757.
  • 39 F. Hamon, op. cit., p. 58.
  • 40 M. Dugast-Matifeux, Nantes ancien et le pays nantais, Nantes, 1879, p. 364-365.

17Les élites aspiraient à modifier le tissu urbain. Rues tortueuses, maisons à pans de bois et murailles « gothiques » constituaient autant de provocations au bon goût défini par les Lumières. Les théories hygiénistes prônant une circulation maximale de l’air dans des artères larges et rectilignes militaient aussi pour l’ouverture des villes. Elles avaient conquis les responsables municipaux, y compris dans les petites villes. La communauté de Redon se plaignait ainsi en 1775 que les murs « empêchaient l’air extérieur de pénétrer en ville, et que les rues ne pouvaient en aucun temps se dessécher, telle précaution qu’on puisse prendre37 ». Les habitants n’hésitaient pas non plus à mettre en avant de simples considérations esthétiques pour obtenir les démolitions demandées. Les Nantais décrivent en 1757 « le public choqué de la difformité qu’occasionne le cavalier appartenant à la communauté de cette ville » et en sollicitent la destruction38. Peu de voix rompaient ce consensus alors que quelques lords anglais commençaient juste à s’enticher de l’époque médiévale et à en commencer la réhabilitation. Seuls les ingénieurs Garangeau et Lefèvre louèrent l’antiquité, voire la beauté des tours de Dinan39. À Nantes, un érudit, docteur en théologie, regrette les « deux superbes tours de la porte de la Poissonnerie » mais demeure bien isolé dans ses goûts esthétiques40. Les fortifications anciennes ne trouvaient par conséquent pas grâce aux yeux d’une époque qui voulait du Moyen Âge faire table rase.

  • 41 G. Aupiais, « L’urbanisme à Guérande au xviiie siècle », ABPO, 1999, n° 4, p. 68-72.
  • 42 ADIV, C 496, le maire à l’intendant, 2 mars 1770.
  • 43 G. Gillot, colonel, « Les fortifications de Fougères », Bulletin et Mémoires de la Société Archéol (...)

18Les contrastes dans le démantèlement des enceintes urbaines tiennent essentiellement au dynamisme économique et aux ressources des villes. À Guérande, capitale d’une presqu’île en déclin économique, les velléités d’urbanisme des Lumières se heurtèrent aux limites financières d’une communauté endettée qui ne rouvrit même pas la porte Vannetaise, obstruée au siècle précédent41. Dans tous les cas, les militaires ne bloquèrent qu’exceptionnellement le processus de démolition. L’opposition du gouverneur de Dinan à la destruction de la porte du Jerzual ne pesa pas bien lourd face à l’approbation du duc de Penthièvre et du commandant en chef42. L’amour propre de gouverneurs particuliers leur permit néanmoins de retarder certains aménagements : celui de Fougères s’opposa pour des motifs obscurs à la continuation de la démolition des pignons surplombant la porte de Rillé et intenta à la communauté un procès qui dura de 1725 à 172843. Le pouvoir de nuisance de ces personnages, bien que réel, s’avérait finalement limité.

  • 44 ADLA, C 175, Montbarey à Amelot, 15 avril 1779.
  • 45 J. Trévédy, op. cit., p. 152.
  • 46 Ch. Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle. Le cas bourguignon, Dijon, (...)
  • 47 AMR, liasse n° 122, requête de la communauté de Rennes présentée au parlement le 5 mars 1781.

19En revanche, lorsque la Cour s’en mêlait, elle pouvait geler le processus de démantèlement. À Guérande, le ministre intervint lui-même pour faire cesser la démolition. La situation de la ville, peu éloignée de la côte, et le contexte de la guerre d’Amérique, qui pouvait laisser craindre une descente anglaise, pesèrent indubitablement dans cette décision44. Ce type de réaction ne fut que ponctuel et circonstancié et put trouver son origine dans la trop grande ardeur des démolisseurs. En effet, les plus hauts responsables militaires n’accordèrent jamais un blanc-seing pour la destruction de la totalité des murailles mais répondirent presque toujours favorablement aux demandes de démolitions partielles. Les difficultés les plus accentuées provinrent de la Couronne qui répugna en plusieurs occasions à abandonner des biens domaniaux. Le 4 novembre 1776, par exemple, le Conseil d’État rejeta la demande de la ville de Redon à disposer des murs parce qu’ils faisaient partie « du domaine de la Couronne45 ». Ces diverses interventions ne permirent pas aux communautés de disposer à leur guise de leur enceinte et expliquent largement le caractère fractionné des destructions. Cette situation se retrouvait peu ou prou dans l’ensemble du royaume, villes frontières exceptées. En Bourgogne, « l’obscurité de la situation de la propriété » repoussa la perspective de nombreux aménagements46. La démolition de la porte de Toussaint, à Rennes, traîna aussi en longueur parce que la communauté contesta la propriété du roi. L’arrêt du Conseil autorisant la destruction ne satisfit pas la municipalité car il réservait au souverain la portion de terrain n’entrant pas dans les ouvrages projetés. Les Rennais contestaient cette clause, rappelant que la ville avait autrefois élevé les murailles à ses frais47. Bien que doublées d’un intérêt matériel et financier non négligeable, ces querelles relevaient largement de droits symboliques.

À contre-courant de l’évolution générale : la « ceinture de pierre » du littoral

20Alors que la plupart des villes bretonnes ne voyaient plus d’utilité à leurs murailles, quelques autres gardaient leur statut de place forte et un rôle stratégique qui obligeait à la conservation sinon au renforcement des défenses. Brest, Saint-Malo, Lorient et Port-Louis appartenaient à cette catégorie. Les responsables militaires comprirent assez vite que les autres villes littorales ou proches des côtes ne constituaient pas de véritables objectifs pour les Anglais. Ils résolurent donc d’entretenir voire de renforcer les protections des seules cités réellement menacées.

  • 48 En 1778, il s’agit de ceux des Blancs Sablons, de la Lande Saint-Jean, de Kervao, La Trinité, Kerv (...)
  • 49 SHAT, 1M 1086, anonyme.

21On ne cessa, tout au long du siècle, de bâtir des fortifications pour rendre Brest inexpugnable sinon inaccessible. Forts et batteries côtières défendaient la rade et des retranchements successifs la ville et l’arsenal. En cas d’alerte, les troupes disponibles devaient défendre les côtes à partir d’un certain nombre de camps retranchés48. Dans la seconde moitié du siècle, les militaires ne cessèrent pourtant de réclamer un renforcement des défenses. En 1755, un mémoire n’hésite pas à qualifier la place de Brest de « très mauvaise » : « Tous les ouvrages sont enfilés vus à revers par les hauteurs et insoutenables au total, mal tenus, mal construits, d’une mauvaise pierre, les ouvrages sont dégradés, les chemins couverts éboulés, et il n’y a pas de parapet dans toute la partie de Brest49. » Sévère constat plus d’un demi-siècle après les efforts méritoires de Vauban ! Toujours est-il que Brest était une véritable forteresse où les impératifs de la marine et de l’armée dictaient leurs lois.

  • 50 En 1696, 4 000 livres sont prises sur le fonds des étapes pour construire un fort avancé. AN, KK 1 (...)
  • 51 A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 19 (...)
  • 52 SHAT, 1M 1086, mémoire anonyme ; A4 77, lettre au chevalier de Mazin, 19 mai 1765.
  • 53 SHAT, 1M 1011, mémoire n° 3 sur Saint-Malo, 1772, p. 2-3.

22Saint-Malo présentait des affinités avec le port léonard à une différence – fondamentale – près : l’armée y était peu présente et la cité se gardait elle-même. Le roi, ou quelquefois les États50, entretenait les forts extérieurs alors que la communauté s’occupait de la muraille. Quatre extensions de l’enceinte eurent lieu dans la première moitié du xviiie siècle51. Les aspirations des autorités, désireuses de protéger un grand port de commerce, et celles des élites négociantes, à la recherche de terrains à lotir, se rencontrèrent dans un bel unanimisme. Les deux agrandissements postérieurs aux années 1720 furent toutefois effectués plus laborieusement car la prospérité délaissait déjà le port malouin. Les difficultés économiques expliquent le défaut d’entretien quoique les témoignages à ce sujet soient parfois contradictoires. En 1755, le rempart est solide et la maçonnerie bien entretenue alors que dix ans plus tard le duc d’Aiguillon se plaint d’un délabrement avancé52. Il semble cependant que le commandant en chef noircit alors le tableau, un mémoire légèrement postérieur de Carlet de La Rozière ne préconisant que de menues réparations53. L’enceinte malouine avait en tout cas le désavantage de ne pas englober le faubourg de Saint-Servan, qui subit les dévastations anglaises de 1758.

  • 54 J. Le Corre, La défense des côtes bretonnes et les principes tactiques de la guerre littorale de 1 (...)
  • 55 Cl. Nières (dir.), Histoire de Lorient, Toulouse, Privat, 1988, p. 54.
  • 56 SHAT, 1M 1011, mémoire 5 sur Port-Louis et Lorient, 1772, p. 12.

23Les villes de Port-Louis et de Lorient formaient deux ensembles défensifs distincts. Port-Louis disposait d’une enceinte et d’une citadelle édifiées à la fin du xvie siècle, largement remaniées dans la première moitié du xviie siècle, quelque peu améliorées par Vauban, mais dont tous les spécialistes s’accordaient à dénoncer la mauvaise conception initiale54. La ville nouvelle de Lorient vit progressivement s’édifier des fortifications qui n’étaient cependant pas achevées lors de la descente de 1746. En fait, le mur édifié en 1744, de deux pieds six pouces d’épaisseur et quatorze pieds de haut, visait davantage à limiter fraude et contrebande qu’à résister à l’ennemi55. Les fortifications furent notablement améliorées par la suite, des ouvrages détachés, assez mal construits néanmoins, et trois fronts de fortifications protégeant le port56. Ainsi, ces villes littorales, parce que le pouvoir désirait les mettre à l’abri d’une injure anglaise et qu’elles participaient pleinement à la stratégie de défense côtière, connurent une évolution inverse à celle des autres cités de la province. Les fortifications y étaient contraignantes à certains égards mais personne n’aurait envisagé de se passer de leur rassurante protection.

Les châteaux, points d’ancrage de la présence militaire

  • 57 SHAT, 1M 1086, mémoire sur la Bretagne, anonyme.

24Avec les murailles disparaissait l’empreinte militaire la plus visible dans le paysage, quoiqu’elle fût bien souvent fossilisée. En de rares endroits, toutefois, l’armée garda le contrôle de châteaux où se recentrèrent l’activité et la présence militaires. Au contraire, dans les localités côtières, l’extension des fortifications contribua souvent à réduire le rôle des forteresses urbaines, même si elles continuèrent en général à abriter l’état-major de la place et un certain nombre de soldats. Ce n’était pourtant pas le gage d’un entretien satisfaisant. À Brest, selon l’inspecteur de 1755, « le château tombe absolument en ruine, il n’y a pas assés de logement pour la garnison ny de bons parapets57 ». Les extensions se faisaient au détriment du vieux noyau défensif, le trésor royal assumant difficilement la totalité des dépenses. La multiplicité des fortifications dans ces villes côtières ou à leur proximité diluait la prééminence du château qui finalement pesait assez peu sur la ville. Il en allait différemment pour les cités de l’intérieur.

  • 58 ADIV, C 375, procès-verbal du 30 avril 1785 ; divers reçus des dépenses effectuées pour l’entretie (...)
  • 59 Béchameil de Nointel, Mémoire sur la province de Bretagne, 1698, édition critique par J. Bérenger (...)

25À Fougères et Vitré, le rôle militaire du château fut épisodique. Le château de Fougères fut même afféagé en 1785 à François-René-Jean de Pommereul, lieutenant-colonel d’artillerie. Il demeurait à cette date en assez bon état, à l’exception du pavillon Richelieu, en voie d’éboulement. Jusque-là, la communauté veilla relativement bien aux réparations nécessaires : près de 1000 livres y furent consacrées en 1767. Même si le roi se réservait le droit de récupérer l’usage du château « pour y mettre des prisonniers anglais ou pour son service58 », la forteresse était largement démilitarisée depuis la fin du xviie siècle59.

  • 60 AN, G7 533, 4e dossier, mai 1703.
  • 61 F. Hamon, op. cit., p. 44-45.
  • 62 ADIV, C 1090, liste des habitants logeant des prisonniers anglais et les ayant laissés échapper, 1 (...)

26Le château de Dinan ne servait que périodiquement et à un usage exclusif, celui du logement des prisonniers de guerre. Cette fonction permit le maintien d’une activité militaire épisodique dans la forteresse et contribua même à sa survie. Les campagnes de réparations correspondaient en effet presque toujours à des périodes de guerre marquées par l’arrivée de prisonniers. En 1703, on répare les tours en urgence à cet effet60. On renouvelle l’opération en 1744 et en 177961. Bien qu’enfermés dans une extrême promiscuité, les prisonniers étaient souvent trop nombreux pour tous tenir dans le château. On en logeait donc fréquemment dans certaines tours de l’enceinte voire chez l’habitant62.

  • 63 AMN, EE 134, lettre du major du château de Nantes, 28 juillet 1747.
  • 64 ADIV, C 1090, délibération de la communauté de Josselin, 27 avril 1759.

27De manière moins systématique, le château de Nantes abrita aussi à plusieurs reprises des prisonniers de guerre. En 1747, par exemple, on y casa tant bien que mal une centaine d’Anglais desservant la frégate Maidstone échouée à Noirmoutier63. Si certains châteaux démilitarisés abritèrent des prisonniers de guerre, comme celui de Josselin du 21 août au 4 novembre 1758, ce fut uniquement à titre provisoire et exceptionnel, d’autant qu’il n’existait pas forcément de troupes réglées pour les surveiller64.

28En dehors de ces afflux périodiques, d’autres prisonniers peuplaient régulièrement cellules et cachots. Rappelons que gouverneurs de place, lieutenants de roi, commandants ou majors n’hésitaient pas à emprisonner des particuliers à la demande de la justice ou de leur propre chef, en vertu de leur pouvoir de police. Des prisonniers d’État et, de façon générale, des victimes des lettres de cachet, séjournaient dans les châteaux de Nantes, Saint-Malo et Brest. Si La Chalotais fut isolé au château du Taureau, en baie de Morlaix, puis notamment à Saint-Malo, Pontcallec et ses complices vécurent leurs derniers mois à Nantes.

  • 65 J.-P. Bois, Les anciens soldats dans la société française au xviiie siècle, Paris, Economica, 1990 (...)
  • 66 AMN, EE 154, « État des ouvrages à faire au château de Nantes dépendants de l’artillerie qui doive (...)
  • 67 Ibidem, correspondance, novembre et décembre 1759.
  • 68 AMN, DD 204, le directeur des fortifications Frezier au maire Gellée de Prémion, 25 janvier 1759.
  • 69 ADIV, C 6156, Sabrevois à l’intendant, 12 mars 1786. Envoi d’états des dépenses faites pour la con (...)

29Seul le château de Nantes possédait une fonction militaire pleine et entière. Une compagnie d’invalides, parfois deux, y logèrent à partir de 1709, semble-t-il65. Les autorités désirèrent toujours conserver les capacités militaires de la forteresse. En 1711, alors que le commissaire des fortifications envisageait de combler le souterrain de la tour du Fer à Cheval, de Mianne « fit voir que toutes les canonnières et entrées de la casemate étoient des feux razans qui pourroient avoir quelque jour leur utilité, qu’il ne falloit point les combler66 ». Il semble cependant que le comte de Menou, successeur de M. de Mianne, se montra moins intéressé par l’amélioration des capacités défensives du château. Plus laxiste, il ferma les yeux sur les usurpations de certains riverains. Une vigoureuse reprise en main s’exerça en 1759 sous l’impulsion du maréchal de Belle-Isle. Les propriétaires des maisons situées vis-à-vis du château avaient bâti sur la contrescarpe un mur de clôture, des remises, des écuries. Le Conseil ordonna leur destruction, laissant à la ville le soin de s’arranger avec les particuliers lésés67. L’intransigeance des militaires s’exprima également par le rejet du projet d’extension des cales du Port Maillard au pied des murailles68. Si l’armée avait abandonné toute idée de tutelle sur une enceinte urbaine en cours de démantèlement, elle continuait par contre à veiller jalousement sur le château. Ce dernier, qui subit encore des modifications dans les années 1780, avec la construction d’un grand magasin d’artillerie69, restait le seul ouvrage défensif efficace dans une ville largement démilitarisée. La présence militaire s’y ancrait.

Figure 27 : Plan du château de Nantes en 1763 (ADLA, C 50).

  • 70 AN, G7 534, 4e dossier, lettre de Pontchartrain, 12 mars 1711.
  • 71 AMN, EE 154, Mellier à de Brou, 18 juin 1722.
  • 72 Ibidem, devis d’entretien pour les années 1716 et 1717.
  • 73 SHAT, A1 1897, état des logements du château de Nantes et lettre de M. de Mianne, 23 juin 1705.

30Les propos précédents pourraient laisser accroire l’idée d’un entretien satisfaisant des forteresses occupées ou utilisées par l’armée. Plusieurs témoignages permettent d’en douter. À Dinan, les travaux ponctuels ne suffisaient pas à prévenir un délabrement croissant : en 1711, un mur s’effondra70. À Nantes, les planchers d’une tour s’écroulèrent et coûtèrent la vie à plusieurs personnes71. L’administration des fortifications, tiraillée entre les nouvelles constructions et l’entretien des plus anciennes, tirait souvent le diable par la queue. L’entretien courant, qui faisait l’objet d’une adjudication tous les deux ans, ne pouvait apporter de réponse satisfaisante, l’entrepreneur n’étant pas tenu aux réparations si la surface abîmée excédait une toise carrée à chaque endroit72. Dès lors, loger dans un château de ce type ne constituait pas à proprement parler un avantage, d’autant que la promiscuité y régnait souvent. En 1705, les officiers et soldats du château de Nantes sont « extrêmement resserrés » dans leurs chambres, des lits ayant même été placés dans les cheminées73 ! La situation n’était pas meilleure à Belle-Île ni à Brest.

Des lieux marqués par l’armée et consacrés par l’usage

31Construits dans une finalité militaire, les ouvrages fortifiés portaient inévitablement la trace de l’armée jusqu’à ce qu’ils deviennent obsolètes et hors d’usage. Châteaux ruinés et murailles délabrées ou partiellement démantelées n’étaient plus, au xviiie siècle, significatifs de l’empreinte de l’armée sur les lieux. Places fortes exceptées, d’autres endroits, à vocation civile au départ, portaient alors la marque de l’institution militaire. Cette marque provenait soit d’une fonction particulière soit de la présence de soldats. Toutefois, seule une fréquentation habituelle voire continue doit retenir l’attention, sinon toutes les maisons accueillant des soldats dans le cadre du logement effectif pourraient prétendre à l’appellation de « lieux militaires ». Il n’en existait pas moins des endroits clairement identifiés par les contemporains comme imprégnés par l’armée et ceux qui la composaient. Exclusivement militaires ou espaces de rencontres et d’échanges avec les civils, ils dessinaient une géographie particulière, tantôt intangible, tantôt mouvante. Les pages suivantes s’attacheront à les préciser pour mieux cerner le quotidien des soldats et leur place dans les villes, bourgs ou villages.

Exiguïté et insalubrité des maisons louées comme casernes

  • 74 ADCA, C 89, procès-verbal du 7 novembre 1787.
  • 75 AMN, EE 96, loyer des casernes pour le régiment de Bourbonnais (1719), celui de Conti (1720) et li (...)

32Situer les maisons prises pour loger les soldats s’avère ardu. En effet, les listes ne désignent bien souvent les casernes que par le nom de leur propriétaire voire un surnom sans indiquer ni la rue ni, généralement, le quartier. En 1787, les casernes de Guingamp se nomment Délivrance, casernes du Mat, d’Alexandre, d’Urvois, mais où se situent-elles74 ? Pour les premières casernes de Nantes, au début du règne de Louis XV, les indications sont très fragmentaires, signalant seulement une caserne à la Fosse, une rue Saint-Denis, une autre paroisse Saint-Clément75.

  • 76 ADCA, C 95.
  • 77 ADCA, C 91, lettre aux commissaires, 8 juillet 1788.
  • 78 ADLA, C 532, C 533 et C 537.

33C’est pourquoi les archives des correspondants de la commission à Saint-Brieuc, qui précisent leur localisation pendant près d’un demi-siècle, constituent vraiment un document exceptionnel76. Il montre des changements relativement fréquents. Des douze maisons louées en 1746 pour les bataillons de Wittmer suisse, seules deux accueillent à nouveau des troupes l’année suivante. Une seule d’entre elles se retrouve en 1756 pour loger le régiment d’Orléans. On constate le même phénomène entre 1779 et 1788, une seule habitation accueillant des soldats aux deux dates. Ce roulement dans le choix des maisons à louer était-il volontaire ou subi ? Les réticences des propriétaires étaient souvent fortes. Ils s’efforçaient de présenter leur demeure comme vétuste et par conséquent impropre à loger la troupe. Comme le remarquait le correspondant Chouesmel de La Salle, « c’est le refrain quand il est question ici de casernes, les maisons ne valent rien77 ». Les indications fragmentaires dont on dispose pour Nantes montrent aussi une rotation, peut-être moindre toutefois, à la fin des années 178078. Il n’empêche que ces casernes portaient une empreinte militaire indéniable, les soldats les occupant pendant plusieurs mois voire plus d’un an.

  • 79 D. Riet, La ville et les armes : milices et troupes à Saint-Brieuc au xviiie siècle, maîtrise, F. (...)

34Les casernes n’étaient jamais l’apanage d’un quartier. On perçoit seulement, à Saint-Brieuc, quelques regroupements, relativement éloignés les uns des autres. En 1747, pas moins de sept casernes se situent place Saint-Pierre ou à proximité et trois, rue de Gouët. En 1779, les rues de Gouët, Saint-Gouéno et le quartier Fardel rassemblent près de la moitié des casernes. La rue de Gouët est encore privilégiée, si l’on peut dire, en 1788 pour le régiment de Penthièvre79. Dans une ville relativement peu étendue, il est cependant difficile d’affirmer que certaines rues ou quartiers étaient plus « militaires », d’autant que cette géographie se révélait mouvante. Le phénomène s’affirmait sans doute avec plus de force dans les grandes villes de la province. À Nantes, les quartiers de la Fosse, de Chézine et les ponts sur la Loire semblent concentrer les casernes, le quartier du Bouffay en accueillant également. Ne ressort par conséquent aucune volonté générale d’isoler les militaires ni de faire supporter les désagréments de leur présence à certains habitants plus qu’à d’autres. Les faubourgs, en particulier, s’ils n’étaient pas oubliés, ne subissaient jamais l’essentiel du casernement.

  • 80 ADCA, C 91, « État et procès-verbal des maisons qui ont servi de cazerne pour le régiment de Penth (...)
  • 81 ADCA, C 89, Dupetitbois, lieutenant-colonel du régiment de dragons d’Orléans, caserné à Guingamp, (...)

35Un procès-verbal détaillé permet de calculer l’espace disponible pour chaque homme dans quelques casernes de Saint-Brieuc en 178880. En considérant quatre casernes de taille variable et deux hommes par lit, la superficie moyenne par soldat se monte à environ 2,6 m2. Il ne s’agit néanmoins pas de l’espace libre, beaucoup plus réduit du fait de la présence de lits et, en général, d’une grande table et de deux bancs. En considérant les lits comme conformes aux ordonnances et le reste du mobilier de taille correcte pour un nombre d’hommes assez élevé, on parvient, à un espace libre moyen de 1,1 m2 par individu. Au-delà des inévitables disparités, les soldats n’ont donc souvent pour se mouvoir que des passages entre les lits, ceux-ci et les bancs et jusqu’à la porte. Quelques maisons disposent cependant de salles avec des tables et des bancs mais plus aérées car dépourvues de lit. Dans la maison de La Lande Robinot, deux pièces du rez-de-chaussée, respectivement de 30,6 m2 et 27 m2 permettent aux soldats de se réunir. L’entassement régnant dans les chambres les confinait donc surtout à leur rôle de dortoir. Les officiers ne manquaient pas de se plaindre du manque de place : « Les lits sont tellement encombrés dans les cazernes que l’on nous a donné qu’il ne reste pas le plus petit espace pour y placer les selles, les brides et les bottes81. »

Figure 28 : Les maisons louées comme casernes à Saint-Brieuc en 1756 pour le régiment d’infanterie d’Orléans (d’après ADCA, C 95).

Figure 29 : Plan d’une maison servant de caserne à Quimperlé en 1757 et essai de reconstitution de sa literie (d’après ADF, 2 E 1521).

  • 82 N. Le Pourhiet-Salat, La défense des îles bretonnes de l’Atlantique des origines à 1860, Vincennes (...)
  • 83 ADIV, C 62, M. de La Brosse, commandant à Belle-Île, 17 décembre 1757. « J’ay cette force de retir (...)
  • 84 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, Paris, A. Colin, 1931, t. 1, p. 228 et 233.
  • 85 SHAT, A1 1287, 24 décembre 1694.
  • 86 N.-L. Caron, L’administration des États de Bretagne (1493-1790), Nantes, 1872, p. 45.

36L’exiguïté des casernes se doublait fréquemment de leur insalubrité. Les îles et certaines localités rurales n’offraient que des logements fort spartiates. À Groix, la compagnie de bas-officiers invalides envoyée en 1747 dut se contenter de paille hachée pour s’étendre, les lits étant inconnus dans l’île82. Dans l’île d’Houat, les soldats couchaient dans des baraques ouvertes au vent et aux intempéries83. Par ailleurs, comme s’en étonnait Arthur Young, nombre de maisons bretonnes ne possédaient pas de carreaux vitrés, seuls des volets fermant les ouvertures84. Le commissaire des guerres Tixier en décrivit les inconvénients à Barbezieux : « Lorsqu’ils sont fermés, on ne voit goutte dans lesdittes chambres et les soldats y sont étouffés de fumée et […] quand ils sont ouverts ils souffrent extrêmement et par le vent et par le froid85. » La situation s’améliora notablement sur ce plan au cours du xviiie siècle. Les procès-verbaux de visites aux casernes mentionnent presque toujours par la suite la présence de vitres aux fenêtres. En leur absence, la commission intermédiaire fit au moins poser du papier huilé86.

  • 87 ADLA, C 534, la commission au maire, 5 mai 1789 ; procès-verbal du 23 octobre 1788.
  • 88 A. Dupuy, Études sur l’administration municipale en Bretagne au xviiie siècle, Paris, 1891, p. 223
  • 89 ADLA, C 537, lettre du correspondant du 9 novembre 1788 ; résumé de l’affaire par la commission, 1 (...)
  • 90 SHAT, 1M 1774, « projet de lettre à la commission intermédiaire, à adresser au comte de Thiard pui (...)

37Les plaintes des officiers concernaient principalement deux objets. D’abord, la literie, pas toujours satisfaisante et éventuellement malsaine. Les dragons de Conti casernés à Ancenis se plaignent de matelas trop durs et qui deviennent fétides alors qu’un procès-verbal constate que près de la moitié des paillasses sont rapiécées, mauvaises, usées voire percées87. D’autre part, sous l’influence des théories aéristes, on se préoccupa de façon croissante de l’environnement des casernes. Dans les années 1780, le voisinage de cloaques, d’immondices et l’humidité excessive devinrent insupportables aux soldats comme à leurs officiers. Le commandant du second bataillon du régiment de Flandre insiste ainsi auprès de la communauté de Tréguier pour qu’elle fasse curer un cloaque88. La tolérance variait en fait d’une troupe à l’autre. Le régiment de Rohan occupa fin 1788 à Nantes approximativement les mêmes casernes que ceux de Bassigny et de Châteauvieux. Situées sur le pont de la Magdeleine et rue du Marais, jouxtant les parcs aux fumiers et vidanges de la ville, elles étaient incontestablement malsaines mais seul le régiment de Rohan s’en plaignit. On prenait également conscience des spécificités du logement militaire. Alors que le correspondant de la commission remarquait que de nombreux pauvres habitants logeaient dans des rez-de-chaussée presque enterrés, la commission rétorquait qu’« il n’en est pas d’un grand nombre d’hommes réunis comme d’un simple ménage, […] ils ont besoin d’une grande circulation d’air et d’appartements qui ne soient pas humides89 ». Les autorités se convainquirent d’ailleurs de l’insalubrité de ces casernes par le recensement des malades effectué grâce aux registres de l’hôpital90. L’approche empirique se doublait désormais d’une étude raisonnée et scientifique. Certes, de nombreux particuliers connaissaient des conditions de logement aussi mauvaises sinon pires que celles des soldats mais on commençait enfin à considérer que ces derniers, en tant que serviteurs de l’État, méritaient mieux que le sort commun. Le nouvel état d’esprit accompagnant les débuts de la Révolution aida incontestablement à prendre en compte ces considérations.

L’échec des projets de casernes permanentes

  • 91 F. Dallemagne, Les casernes françaises, Paris, Picard, 1990, p. 11.
  • 92 D. Biloghi, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’étape languedocienne, Montpellier, (...)
  • 93 ADIV, C 3812, p. 383, 29 juillet 1755 ; p. 507, 18 octobre 1755. Il s’agit probablement ici de Lou (...)
  • 94 ADIV, C 3812, p. 9-10. Le traité avec Micault de Mainville est conclu le 10 décembre 1754.

38Les premières casernes construites exclusivement pour les soldats et non inclues dans un château ou une forteresse virent le jour dans les places fortes. Le Tellier puis Louvois encouragèrent ces constructions, sans qu’aucun plan général ne soit toutefois élaboré. En 1710, on dénombrait 160 casernes de ce type dans l’ensemble du royaume, la plupart sur les frontières du Nord et de l’Est, aucune en Bretagne91. L’ordonnance du 25 septembre 1719 prévit la généralisation du casernement. Certaines provinces, parmi lesquelles la Provence, le Dauphiné et le Languedoc, mais aussi quelques villes, demandèrent d’en construire à leurs frais. Toutes les casernes prévues ne trouvèrent pas une concrétisation matérielle mais ce type de bâtiment se généralisa92. La Bretagne ne suivit le mouvement que de fort loin. Jusqu’au milieu du xviiie siècle au moins, ni la Province ni les villes, à l’exception de Nantes, ne manifestèrent un quelconque désir de construire des casernes. Il est notable que les casernes construites à Brest le furent à l’initiative et aux frais de l’État. Quelques initiatives privées virent également le jour. Micault de Mainville à Lamballe, comme Pic de La Mirandole à Châteauneuf-du-Faou, bâtirent spécialement des casernes pour les louer à la Province, espérant tirer un bénéfice substantiel de l’opération. Il ne s’agissait en fait que de grandes maisons ne possédant aucun caractère spécifique. À Châteauneuf-du-Faou, la caserne était un ensemble très modeste, apte à loger trente hommes et trente chevaux, la ville hébergeant habituellement une compagnie de cavalerie ou de dragons93. Ces rares initiatives ne devaient rien au hasard : Micault de Mainville n’était autre que le frère du correspondant de la commission à Lamballe, Micault de Soulville. La commission conclut des traités avec ces entrepreneurs, soulagée qu’ils prennent en charge cette partie du service94.

39La passivité bretonne vint sans doute d’une méfiance exacerbée. Bâtir des casernes permanentes pouvait offrir à l’État un prétexte commode pour envoyer dans la province davantage de troupes en quartiers. À l’inverse, jusqu’au déferlement de troupes consécutif à la guerre de Sept Ans, la plupart des villes accueillaient peu de soldats en quartiers et ne voyaient pas pourquoi engager des frais alors que les casernes temporaires étaient parfois vides des mois durant.

  • 95 Cl. Sturgill, « Échec du pouvoir royal en France : guerre sourde contre la construction des casern (...)

40L’explication avancée par Claude Sturgill pour l’Auvergne paraît, en revanche, peu convaincante95. L’historien étatsunien voit dans le peu d’empressement des autorités locales et provinciales à construire des casernes une conséquence de l’attachement d’une partie de la population pour les formes traditionnelles du logement des gens de guerre. Si l’argument est recevable pour les maisons louées comme casernes, il n’emporte pas l’adhésion pour le logement effectif, l’indemnité versée aux hôtes ne compensant guère les désagréments subis.

  • 96 AN, H1 322, « projet de mémoire pour servir d’instruction particulière à Messieurs les Commissaire (...)
  • 97 AN, H1 456, mémoire des États contre la dépense de 125 000 livres pour la construction de casernes (...)
  • 98 AN, H1 323, 4e dossier, lettre de monsieur de La Bornière, 6 décembre 1750.
  • 99 Ibidem, lettre du 6 décembre 1750 et H1 456, observations sur le mémoire des États du 7 janvier 17 (...)

41Les commissaires du roi aux États de 1750 reçurent comme mission de faire constituer par l’assemblée un fonds de 125 000 livres pour la construction à Belle-Île d’un corps de casernes destiné aux dragons. Viarmes souligna à cette occasion les capacités insuffisantes de la citadelle, même en temps de paix96. L’échec du projet est symptomatique du raisonnement et de la stratégie des États qui s’opposèrent vigoureusement au paiement des 125 000 livres. Considérant la présence de dragons sur l’île uniquement utile en cas de descente anglaise imminente, ils évaluèrent à seulement 20000 livres par siècle les dépenses de logement et conclurent à l’inutilité de casernes permanentes97. En outre, l’insigne maladresse d’un officier de marine évoquant un projet du même ordre à Brest leur fit craindre la généralisation de leur participation financière pour construire des casernes dans les différents quartiers de la province98. En fin de compte, les États l’emportèrent, l’intendant lui-même se rangeant à leurs arguments alors qu’il avait déjà fait remarquer la docilité relative de la session et la nécessité de ne pas heurter l’assemblée sur un sujet somme toute mineur99.

  • 100 A. Fonteneau, « Deux casernes rouennaises, Saint-Sever (1774) et le Pré-au-Loup (1780) », Actes du (...)

42Le contrôle financier du casernement par la commission intermédiaire explique la passivité de l’intendant. Or, dans bien des généralités, le commissaire départi prit l’initiative, en concertation avec le secrétaire d’État à la Guerre. À Rouen, les casernes de Saint-Sever (1774) et du Pré-au-Loup (1780) lui durent beaucoup, le financement provenant à la fois du fonds du casernement de la généralité et d’une partie des revenus de la taille100. En Bretagne, au contraire, la commission ne faisait que répondre à des initiatives locales, au demeurant peu nombreuses.

  • 101 AMN, BB 71, 9 janvier 1722.
  • 102 AMN, EE 97, Mellier à de Brou, 5 mars 1722.
  • 103 Ibidem, Mellier à de Bou, 2 et 9 juillet 1722.
  • 104 La grève de La Saulzaie fut finalement lotie pour un aménagement résidentiel dans lequel investire (...)

43Au sein de ce panorama assez uniforme, les projets élaborés à Nantes dans les années 1720 n’apparaissent que plus étonnants. Dès janvier 1722, la communauté délibéra pour dresser un devis en vue de la construction de casernes « en ville ou en dehors101 ». La volonté de Mellier, sans conteste influencé par Feydeau de Brou, explique largement l’originalité nantaise. La construction envisagée s’inscrivait, en outre, dans un projet global d’aménagement urbain. En effet, les magistrats nantais jetèrent leur dévolu sur la Grève de La Saulzaie, bout d’île non construit peu éloigné du cœur de la cité et dont la ville avait obtenu la jouissance par l’arrêt du Conseil du 19 novembre 1721. Le consensus se fit pour y aménager des casernes102. Le maire et subdélégué proposa même d’« y mettre des barrières et [d’] y tenir les soldats pendant la nuit en bonne discipline ». Les Nantais faisaient dès lors d’une pierre plusieurs coups. Ils isolaient une soldatesque dont ils se méfiaient visiblement, tout en la laissant à portée d’intervention de la ville en cas de nécessité, et ils aménageaient un terrain vague. Les échevins, quant à eux, s’allégeaient de la gestion toujours délicate des maisons louées à titre de casernes. Seulement voilà : les premiers plans et devis refroidirent l’enthousiasme général, le bureau de ville désavouant l’ingénieur Goubert103. Au final, ce projet de casernes permanentes n’eut aucune suite, grevé par un coût excessif et bientôt concurrencé par d’autres réalisations104.

  • 105 SHAT, A4 77, lettre au chevalier du Fou, 14 février 1765.
  • 106 ADLA, C 457, séance des États du 7 janvier 1785.
  • 107 BMN, ms 1404, « Mémoire pour l’établissement de cazernes à Rennes », 13 juin 1789. Les religieuses (...)

44Les autres initiatives des communautés intervinrent des décennies plus tard, dans un contexte différent. Dans tous les cas, l’investissement initial constituait un frein indéniable. Alors que la communauté de Pontivy souhaite construire des casernes, le duc d’Aiguillon souligne à juste titre les difficultés de financement : « La ville de Pontivy n’ayant point assés de revenus pour frayer à la dépense qu’exigeroit la construction […], je ne vois d’autres moyens d’y survenir [sic] que de demander des secours aux États à cet effet ou de faire une imposition volontaire sur les habitans […]105. » Le projet resta en suspens. La plupart des villes ne disposaient pas de revenus suffisants pour financer sans risque et sans aide la construction de casernes. En 1785, la ville de Josselin sollicite auprès des États un prêt de 30 000 livres sur le fonds du casernement afin de construire des casernes, ne pouvant avancer cette somme élevée106. À Rennes, la municipalité envisagea d’établir de vastes casernes dans le couvent du Colombier, propriété des Visitandines. Toutefois, l’indemnité à verser aux religieuses et le coût des indispensables travaux portaient la somme nécessaire à près de 200 000 livres, ce qui était beaucoup trop pour la ville toute seule107.

  • 108 Ch. Lamarre, op. cit., p. 312.

45À l’échelle du royaume, ce type d’opération obérait le plus souvent les finances municipales. La ville d’Auxonne, en Bourgogne, crut pouvoir y faire face grâce au produit de la vente des coupes de la forêt de Crochères mais dut toutefois emprunter 60 000 livres et ne put plus guère entretenir les autres bâtiments publics108. En Bretagne, l’intendant ne pouvait finalement que louer la prudence de communautés souvent endettées, d’autant plus que la location de maisons comme casernes donnait satisfaction dans l’ensemble.

  • 109 H. Fréville, L’intendance de Bretagne, Rennes, Plihon, 1953, p. 385 et AN, H1 579, mars 1730. On c (...)
  • 110 F. Dallemagne, op. cit., p. 74-75.
  • 111 AMB, 2 S 12, plans.
  • 112 SHAT, 1M 1774, lettre du ministère au commandant en chef, 3 janvier 1789. Elle dénonce les conditi (...)

46À Brest, localité saturée de troupes, les autorités prirent l’initiative. Les premières casernes furent construites pour les compagnies franches de la marine dans les années 1730109. En ce qui concerne l’armée de terre, il fallut attendre la seconde moitié du siècle : la caserne César fut achevée en 1767, celle de Recouvrance en 1774, les deux aux frais de l’État110. Il s’agissait là des seuls exemples de casernes « à la Vauban » de Bretagne. Les autorités militaires élaborèrent d’autres projets à la fin de l’Ancien Régime pour bâtir des casernes dans l’enceinte du Bouguen, en 1779, et dans le Parc ar Meazou dans les années 1780, mais sans réalisation effective111. Ce fut seulement à l’extrême fin de l’Ancien Régime, sous l’influence d’un tiers état revendicatif, qu’un certain consensus se fit en Bretagne pour lancer une campagne générale de constructions. Les bureaux de la Guerre proposèrent alors à la Province d’y pourvoir par un emprunt de cinq à six millions de livres112. Le maëlstrom de l’année 1789 relégua le projet, à peine ébauché, aux oubliettes.

La géographie des us et coutumes militaires

  • 113 ADIV, 1 F 1170, extrait des délibérations de la communauté, 26 novembre 1693.

47Casernes mises à part, un certain nombre de constructions étaient marquées du sceau de l’armée. Il s’agissait en premier lieu des corps de garde, utilisés par les troupes en quartiers et par la garde bourgeoise. Il s’en trouvait souvent un sur une place centrale : place du Bouffay à Nantes, place du Marché au Lait à Guingamp, à proximité de la place au Blé à Lesneven, etc. D’autres jouxtaient les fortifications, comme à Dinan. Pas plus que pour les casernes, il n’existait d’impératifs architecturaux concernant ces bâtiments dont la construction comme l’entretien incombaient aux communautés. Celui construit à Guingamp en 1693 mesurait vingt pieds de longueur et seize de largeur en dedans pour une hauteur de sept pieds113.

  • 114 ADIV, C 2606, dossier, mars-décembre 1711.
  • 115 ADIV, C 1155, procès-verbal du 23 janvier 1736.
  • 116 ADIV, 4B 4665, procès-verbal du 17 avril 1781.
  • 117 R. Muchembled, L’invention de l’homme moderne. Sensibilités, moeurs et comportements collectifs so (...)

48Les cabarets et auberges étaient les principaux lieux de convivialité pour la troupe comme pour le peuple. Tous les établissements de ce genre étaient susceptibles d’accueillir des soldats mais certains s’en faisaient une clientèle privilégiée. Les recruteurs descendaient en priorité dans certaines auberges connues ou recommandées par des camarades. À Rennes, un capitaine loue, en 1711, une chambre dans la Basse Baudrairie pour y rassembler ses recrues114. Vingt-cinq ans plus tard, une enquête relative à une affaire d’enrôlement forcé affirme clairement la présence massive et habituelle de recruteurs à l’auberge de l’Écu, sise rue du Vau Saint-Germain115. Il semble donc bien que les établissements de la paroisse Saint-Germain avaient la préférence des recruteurs. Nul doute que les anciens soldats devenus tenanciers savaient comment s’attacher la clientèle militaire et facilitaient, à l’occasion, les opérations de recrutement. En dehors de ces véritables quartiers généraux, les militaires privilégiaient la proximité. Les soldats casernés rue de la Magdeleine à Rennes prennent l’habitude, en 1780, de se rendre chez la débitante Marie Le Noble, dans la même rue116. Les tavernes constituaient des lieux de rencontre par excellence entre civils et militaires, pour le meilleur et pour le pire. S’y ébauchaient solidarités voire amitiés, s’y concluaient des marchés ; y naissaient aussi et parfois s’y règlaient de sanglantes querelles. Ces lieux possédaient leurs rites et gare à qui s’y comportait avec désinvolture117 !

  • 118 Cl. Nières, Les villes de Bretagne…, op. cit., p. 203-204.
  • 119 ADIV, C 620, devis de Moreau, ingénieur à Morlaix, 18 mars 1760.
  • 120 Nantes. Plans commentés. Vingt plans du xviiie au xxe siècle, présentés par G. Bienvenu, Nantes, M (...)

49Dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’empreinte militaire s’affirma dans un certain nombre de villes avec l’aménagement de places d’armes. Ces réalisations s’inscrivaient cependant plus dans des projets urbanistiques que militaires proprement dits. Ces espaces, que l’on trouvait à Nantes, Quimper, Auray et Carhaix, notamment, se situaient le plus souvent à la limite entre ville intramuros et faubourgs118. Ils ne naquirent pas à l’initiative des militaires. À Carhaix, la communauté entend d’abord aménager « dans une très grande et belle place un champ de bataille dans lequel il peut être pratiqué des promenades publiques au centre de la ville sans préjudicier au principal objet que l’on s’est proposé d’avoir un champ de bataille ou place d’armes119 ». L’embellissement l’emportait incontestablement sur l’aspect pratique, surtout que la capitale du Poher n’accueillait pas des troupes en permanence. On décida de rendre carrée la place choisie, celle du Marhalla, de la délimiter par des barrières de bois pourvues d’une porte encadrée de pilastres de pierre, plantations d’arbres et bancs agrémentant encore davantage l’ensemble. Pour Nantes, le plan de Vigné de Vigny projetait d’aménager à l’ouest du cours des États une grande place d’armes que des casernes auraient pu border120. Ce fut finalement l’arasement de la Motte Saint-André qui permit cette réalisation, la place étant dédiée à Louis XVI.

50Nul doute que ces places régulières aux lignes parfaitement géométriques s’accordaient impeccablement avec les revues et exercices qui s’attachaient également à l’impression d’ordre laissée par des rangs et files évoluant le plus mécaniquement possible.

  • 121 Moi, Claude Bordeaux. Journal d’un bourgeois de Rennes au xviie siècle, présenté par B. Isbled, Re (...)
  • 122 ADIV, C 6146, lettre de Minard, commandant de la place, 19 octobre 1772.

51Les officiers ne pouvaient que s’en réjouir mais ils n’avaient pas attendu ces aménagements urbains pour rassembler et exercer leur troupe, quitte à investir pour cela des prairies situées aux limites de la ville, comme à Rennes en 1676121. Les places d’armes possédaient l’avantage de mieux donner à voir la puissance militaire, y compris dans ses aspects coercitifs. Les exécutions de soldats pour désertion ou autre crime capital ne manquaient pas de s’y dérouler. Toutefois, ces cérémonies ne conféraient aucune sacralité aux lieux, des activités civiles continuant de s’y dérouler. Dans les places de guerre, ces dernières constituaient parfois une gêne pour les militaires. Les officiers de Port-Louis se plaignaient ainsi régulièrement que la place d’armes ne fût pas nettoyée après les marchés des immondices et des pierres qui ne manquaient pas de s’y accumuler122.

  • 123 ADIV, C 418, lettre du maire à l’intendant, 27 février 1774, et devis du manège, sans date. Le mai (...)
  • 124 Cl. Nières (dir.), Histoire de Saint-Brieuc et du pays briochin, Toulouse, Privat, 1991, p. 123.

52Les autorités militaires réclamèrent à l’occasion certains aménagements. Les officiers de cavalerie entendaient disposer de manèges pour que les recrues apprissent à monter. Les responsables municipaux accédèrent en général à ces requêtes qui ne nécessitaient pas de travaux titanesques, la pose de barrières et l’apport de sable créant le manège. À Redon, on l’établit sur la place proche de la Butte, à la porte Notre-Dame, à la suite de la requête du lieutenant-colonel du prestigieux régiment de Royal-Picardie123. De plus de conséquences furent les transformations urbaines provoquées par les transports d’artillerie. La sécurité de ces lourds convois nécessita en effet d’élargir certaines rues voire, comme à Dinan, de percer les remparts. Ces « traverses » s’inséraient néanmoins dans l’urbanisme de l’époque, l’intendance luttant pour l’alignement des habitations et l’élargissement des voies de communication124.

  • 125 ADIV, 2B 1944, affaire Joseph Bondu, 16 juillet 1788.
  • 126 ADIV, 4B 4665, procès-verbal du 17 avril 1781.

53Les habitudes voire les rites militaires incluaient aussi dans cette géographie spécifique des endroits plus isolés dévolus aux règlements de compte. Les duels – pour autant qu’on puisse les repérer – se déroulaient hors les murs mais il n’est pas sûr du tout qu’ils bénéficiaient en chaque ville d’un lieu particulier et intangible. Il semble en aller différemment des « batteries » entre soldats. À Rennes, lors d’une enquête diligentée après la découverte d’un homme inanimé près du moulin de Saint-Martin, un jardinier déclare que son chien aboie après les soldats qui viennent se battre journellement dans la ruelle voisine125. De même, les hommes du régiment de Normandie casernés à l’autre extrémité de la ville règlent leurs différends dans le champ du Petit Villeneuve126. On se situait à chaque fois dans un espace périurbain peu fréquenté qui mettait les protagonistes à l’abri d’une intervention intempestive des forces de l’ordre ou de leurs officiers. Certains de ces lieux étaient visiblement consacrés par l’usage et sans doute utilisés par les différentes troupes se succédant en quartier. Ils donnaient peut-être lieu à des formes d’initiation des recrues, mises à l’épreuve que les bizuts devaient surmonter pour s’intégrer définitivement.

Un signe fort :
l’ancrage toponymique d’un usage militaire

  • 127 ADIV, C 2466, lettre du 8 juin 1757.

54Dans des cas rares, mais ô combien significatifs, l’armée s’inscrivit même dans la toponymie. Un tel phénomène implique néanmoins des séjours longs et répétés qui marquèrent suffisamment la population locale pour qu’elle en vînt à considérer un lieu comme intrinsèquement lié à l’activité militaire. Par ailleurs, seule la microtoponymie, plus perméable et moins intangible, était éventuellement concernée. Ainsi, les camps des soldats qui œuvrèrent à la navigabilité de la Vilaine, quoique certainement marquants pour les riverains, ne subsistèrent pas assez longtemps pour s’inscrire dans la microtoponymie : le cadastre napoléonien n’en conserve aucune trace. Par contre, au Conquet, localité recevant très régulièrement des détachements tout au long du xviiie siècle, le cadastre de 1842 comporte encore l’appellation « Parc an exercis » pour le « Champ de Mars » utilisé par la troupe près de la chapelle Sainte-Barbe. La consécration toponymique de l’activité militaire fut assez rapide. En effet, en 1757, le colonel du régiment de Quercy demanda à l’intendant un terrain pour l’exercice au Conquet, signe qu’il n’en existait alors aucun de bien déterminé127. Sachant que peu de troupes séjournèrent après la Révolution, le nom de « champ de l’exercice » s’imposa donc en deux ou trois décennies. Il est vrai que les manœuvres et tirs des soldats constituaient toujours un spectacle singulier pour les habitants.

  • 128 ADM, 3P 1344 (Guémené, 1843), 3P 1551, sections A-B (Josselin, 1833) et 3P 1884, sections A-C (Mal (...)
  • 129 ADLA, 7P 749, section K.

55La trace toponymique apparaît beaucoup plus ténue voire inexistante dans bien des villes de casernement. La raison principale tient à ce que la troupe s’exerçait en milieu urbain, sur les places d’armes précédemment évoquées, et marquait peu les espaces ruraux environnants. Toutefois, les petites villes hébergeant des compagnies de cavaliers ou de dragons gardaient encore au xixe siècle quelques noms hérités de cette présence. À Josselin et Malestroit existait alors le Pré de l’abreuvoir. Même si cette installation n’était pas à l’usage exclusif de l’armée, c’était bien elle la principale bénéficiaire et utilisatrice. Notons aussi l’existence d’un Pré Lieutenant à Malestroit et de la Prée du Capitaine à Guémené où subsistait aussi une Rue de la Caserne128. Certainement plus significatif, le Garnison, à Varades, correspondait à une terre et une vigne où séjournèrent probablement des cavaliers parmi ceux du détachement souvent envoyé dans la localité pour décharger la ville d’Ancenis129.

L’influence de la société militaire sur la société civile

56Le séjour de milliers d’hommes souvent étrangers à la province voire au royaume intégrait de fait la Bretagne dans un espace encore plus vaste, d’autant que cette présence dépendait largement de la conjoncture géostratégique européenne. Les soldats côtoyaient inévitablement les civils, même si la société militaire s’individualisait progressivement. L’armée eut-elle une influence sensible sur la société civile en Bretagne, en dehors des aspects économiques et épidémiques déjà évoqués ? Et si oui, peut-on en évaluer l’impact, en particulier dans le domaine des idées et des mentalités ? La réponse à ces questions nécessite au préalable de préciser la durée des séjours en quartiers et les éventuels établissements puis d’examiner les solidarités tissées entre les civils et les militaires, potentiels vecteurs d’idées ou de comportements nouveaux.

Durée des séjours, fréquence des établissements

  • 130 Le plus long séjour est celui du régiment d’infanterie de La Marine, présent de 1775 à 1780. F. Ol (...)
  • 131 A. Corvisier, Les contrôles de troupes de l’Ancien Régime, Vincennes, SHAT, 1970, t. 3, p. 465-514
  • 132 ADIV, C 69, Védier à Crémilles, 20 décembre 1761.

57L’influence éventuelle d’une troupe dans une localité dépendait d’abord de la durée de son séjour. On peut donc presque tenir pour négligeables les soldats de passage qui, tout au plus, pouvaient colporter quelques informations. La longueur des quartiers variait, quant à elle, notablement, de six à dix-huit mois le plus souvent. Sur un total de 79 corps de troupes en séjour à Port-Louis et Lorient entre 1734 et 1790, seuls quatre d’entre eux demeurèrent plus de deux ans130. Les seules troupes présentes sur de plus longues périodes étaient les compagnies détachées d’invalides. Les relevés effectués par André Corvisier permettent de calculer la durée de séjour d’une partie des compagnies présentes en Bretagne de 1730 à 1764 environ131. La moyenne s’établit à un peu plus de quatre années. Seules de rares compagnies demeuraient beaucoup plus longtemps au même endroit : la 147e resta pendant quatorze ans à Nantes et la 62e treize ans à Lorient. Les soldats avaient alors d’autant plus de chances de se créer des relations au sein de la société urbaine, même si changements de compagnie et entrées à l’Hôtel se produisaient fréquemment. La sédentarité de certaines compagnies expliquait le choix effectué par des soldats venant d’obtenir les Invalides. René Galet, sergent du bataillon de milice de Nantes, résidant dans cette ville, sollicite en 1761 d’entrer dans la compagnie de Toucheronde (147e compagnie), alors en garnison depuis douze ans dans le château132.

  • 133 P. de La Haye, Y. Briand, Histoire de Lannion des origines au xixe siècle, Lannion, Impram, 1986, (...)
  • 134 ADIV, C 89, placet à Caze de La Bove, 17 août 1779.
  • 135 F. Olivier-Martin, Notes historiques sur la ville et la châtellenie de Jugon des origines à 1789, (...)
  • 136 ADIV, C 1150.
  • 137 ADIV, C 4698, La Joufrelot à Godefroy, premier commis de la commission intermédiaire, 23 avril 177 (...)

58À l’inverse, des soldats extra-provinciaux s’acclimataient à la Bretagne jusqu’à la considérer presque à l’égal de leur pays natal. Ils s’y établissaient alors volontiers. Ces invalides ou simples anciens soldats pouvaient garder un contact étroit avec l’armée en exerçant une activité d’aubergiste, comme Jean-Baptiste Juste à Lannion en 1779133. Certains demeuraient dans leur dernier lieu de service. Après avoir obtenu son congé du régiment de Courten, le Suisse Antoine Bron reste à Belle-Île où il exerce les activités de cordonnier et de marchand de vin, au profit de la garnison, très probablement134. On rencontre ces étrangers ça et là au hasard des archives tant en Haute qu’en Basse-Bretagne. Des quatre invalides qui se marient à Jugon après 1750, deux sont originaires d’autres provinces135. L’état général des officiers retirés dans la province dressé en 1758 signale plusieurs Irlandais et Suisses ainsi que des Français originaires d’autres provinces136. La plupart avaient sans doute acquis des biens fonciers voire conclu des alliances. Un mariage avec une fille du pays contribuait à accélérer leur intégration. Pour ceux non dégagés de leurs obligations militaires, le plus difficile restait d’acheter leur congé absolu. Les prétentions exagérées d’un capitaine retardent ainsi le mariage d’un cavalier avec une marchande de Blain, les futurs époux se connaissant depuis deux ans137.

  • 138 J.-P. Bois, op. cit., p. 185.
  • 139 ADIV, C 1094, contrôle des vétérans et invalides pensionnés, 1790. Les Normands dominent au sein d (...)
  • 140 « Journal d’un curé de campagne au xviiie siècle », présenté par P. Lemarchand, MSECDN, 1960, t. 8 (...)

59La disparition des listes d’invalides retirés ne permet pas d’en savoir beaucoup plus. Un état de 1790 pour le canton de Saint-Malo indique toutefois une résidence urbaine, ce qui coïncide avec les conclusions de Jean-Pierre Bois138, mais également une forte proportion d’étrangers à la province (71 %)139. On se gardera d’extrapoler ce résultat à l’ensemble de la Bretagne mais il montre l’implantation d’anciens soldats. Qu’ils aient été quelques centaines voire davantage en Bretagne, ces soldats retirés du service et bien intégrés dans la société locale témoignent de l’ouverture de celle-ci et, en même temps, y contribuaient. On oubliait progressivement leur origine voire leur véritable identité. À la fin du règne de Louis XV, le sergent de Plancoët est appelé Pibrac ; si on l’identifie généralement comme invalide, pratiquement personne ne connaît son vrai nom, Borel, ni ne sait qu’il est originaire du Languedoc, quand bien même son accent probable le désigne comme natif d’une autre province140.

Les liens étroits des militaires avec la société civile

  • 141 L.-M. de Merlet, Essai sur les troupes provinciales, 1773, p. XIII-XV.

60Les soldats en quartiers bénéficiaient d’un temps libre généralement important. Alors qu’au cours du siècle les progrès de la discipline et le soin apporté à la tenue tendirent à le réduire, les moralistes militaires fustigèrent de plus en plus l’oisiveté du soldat. Merlet affirme même qu’en temps de paix, « l’état de l’Officier et du Soldat des Troupes réglées est un état heureux ; et les prétendues fatigues de ce dernier, des chimères141 ». Constat sévère et quelque peu excessif, sans doute, mais il n’en est pas moins vrai que le soldat ne ployait guère sous une besogne surabondante. Qu’il employât son temps libre à arrondir sa solde grâce à une activité rémunérée, à jouer ou à paresser, c’était souvent l’occasion pour lui d’entrer en contact avec des civils. Certains des lieux décrits plus haut, en particulier les cabarets, y contribuaient notablement.

  • 142 A. Boulaire, R. Le Bihan, Brest des Ozanne, Rennes, Ouest-France/Éditions de la Cité, 1992, p. 58- (...)
  • 143 SHAT, Ya 499, « Ordonnance du roi pour défendre à toutes personnes non admises dans l’état militai (...)

61La rue était également le domaine des militaires. Les gravures de Brest réalisées par les frères Ozanne mettent fréquemment en scène des soldats qui font littéralement partie du décor. Factionnaires ou hommes de patrouille, ils ne focalisent pas particulièrement l’attention, signe de leur intégration aux scènes de la vie quotidienne. Les trois sentinelles de L’embarquement au port de Brest devisent posément, à peine distraites par l’effervescence ambiante, l’une s’étant même assise sur une malle. Deux de leurs camarades déambulent, débonnaires, sur le quai, et semblent peu concernés par la chute d’un chargement de bouteilles. Les trois soldats qui assistent en 1766 à la mise au sec du vaisseau Le Zodiaque côtoient sur un long banc un jeune couple enlacé et quelques paysans142. D’autre part, le port, désormais quasi systématique, de l’uniforme, levait bien des ambiguïtés, même si certains civils s’en revêtaient parfois143. La plupart du temps, l’uniforme faisait bien le soldat.

  • 144 M. Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au milieu du xviiie siècle, Paris (...)
  • 145 C. Mellinet, La commune et la milice de Nantes, Nantes, 1839, t. 5, p. 175-178.

62L’armée elle-même, en tant qu’institution, se donnait quelquefois en spectacle. Revues et exercices s’exécutaient sous le regard des badauds. Dans la seconde moitié du siècle, l’influence du modèle prussien tendit à renforcer le côté mécanique et spectaculaire des évolutions. Les nombreux Te Deum accompagnant les victoires royales, outre leur fonction de célébration et d’information ritualisée144, mettaient à l’honneur les troupes réglées de passage ou en séjour. La population admirait sans conteste l’armée à ces occasions. Une trop grande fréquence risquait toutefois de banaliser l’événement. Vingt et un Te Deum de 1744 à 1746, c’est beaucoup. Nul doute qu’en dehors des aspects réglementaires et contraignants, le peuple savait aussi se réjouir pour son propre compte et profiter des feux de joie diurnes et nocturnes, bals, fontaines de vin et feux d’artifice. Les Bretons participaient donc à la guerre dans le sens où les célébrations leur en rappelaient périodiquement l’existence. Ils eurent seulement une fois l’occasion de fêter des héros tout juste auréolés de leur succès, lorsque les troupes victorieuses à Saint-Cast le 11 septembre 1758 traversèrent la province. À Nantes, l’arrivée du régiment de Brie et du duc d’Aiguillon donna le signal de festivités qui durèrent du 15 au 29 octobre. La liesse populaire semble sincère et spontanée : pour une fois défilaient des troupes venant de vaincre le seul ennemi constituant une menace pour la Bretagne145.

  • 146 J. Trévédy, op. cit., p. 141.
  • 147 L’officier troubla la procession, on ne sait dans quelles circonstances, ce qui motiva un procès-v (...)

63La participation de l’armée ne se cantonnait cependant pas aux cérémonies militaires. Les soldats encadraient les principales processions, leur donnant une pompe supplémentaire, à la satisfaction des participants et des spectateurs. Pendant son séjour à Redon en 1774-1775, le détachement de Royal-Picardie escorta ainsi les deux Fêtes-Dieu146 alors que le 1er juin 1747 la procession du Saint-Sacrement de Morlaix bénéficia du renfort de soldats de Ponthieu et d’un officier147. Dans les villes petites et moyennes, l’implication de l’armée dans les cérémonies religieuses mettant en scène le corps social contribuait non seulement à sa popularité mais aussi à rehausser la qualité esthétique de la célébration grâce aux uniformes voire à la musique.

  • 148 ADIV, 4B 4665, procès-verbal du 17 avril 1781.
  • 149 Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les États Généraux de 1789, présentés par A (...)
  • 150 A. Boulaire, R. Le Bihan, op. cit., p. 90-91.

64Relations amoureuses mises à part, un tissu de solidarités et de connivences unissait fréquemment civils et militaires. Loin d’être anonymement confondus entre eux, les soldats encasernés étaient souvent connus et clairement identifiés. À Rennes, une enquête rapide permet d’identifier les restes d’un soldat du régiment de Normandie, parti depuis plusieurs mois. Des témoins se rappellent de son patronyme et qu’il jouait du violon148. Les soldats séjournant plusieurs mois voire une année se créaient pour le moins des connaissances sinon un véritable réseau de relations. Issus pour la grande majorité des couches populaires, ils n’avaient aucun mal à lier connaissance avec les gens du peuple, à moins que la langue ne crée un obstacle insurmontable. C’était le cas pour des soldats étrangers maîtrisant mal le français mais également dans les campagnes et petites localités de Basse-Bretagne. Le cahier de doléances de Belle-Isle-en-Terre attribue les mauvais traitements subis par ceux habitant la partie rurale de la paroisse à leur absence de connaissance de la langue française, ce qui irrite les soldats et les porte à la violence149. Un geste, une mimique mal interprétés risquaient en effet de conduire à de dangereuses extrémités. Sinon, le soldat devenait un interlocuteur d’autant plus apprécié que le temps libre ne lui était guère compté. La sentinelle même ne répugnait pas à la conversation. Sur une gravure de Nicolas Ozanne, celle de faction à la pointe du Salou, à Brest, s’est assise devant sa guérite et devise avec un couple, fusil posé à terre, quitte à encourir les foudres d’un supérieur qui passerait en ce lieu champêtre150. Même s’il convient de tenir compte de la recherche du pittoresque par l’artiste, Ozanne assista certainement à des scènes semblables.

  • 151 Voir supra p. 280.
  • 152 ADIV, C 89, supplique du syndic d’Évran, décembre 1779.

65Par ailleurs, ne voir dans l’attachement manifesté par le soldat pour le logement personnel que l’espérance de profiter matériellement de son hôte paraît réducteur. L’hébergement chez des particuliers pouvait donner l’illusion d’un foyer, contrairement à la caserne. Nous avons vu que le bourgeois de Quintin Chassin de La Villechevalier possédait des informations précises sur les officiers qu’il logeait, fruit de conversations certainement courtoises151. Enfin, lorsqu’ils entretenaient de bonnes relations avec leur hôte, les soldats n’hésitaient pas à le défendre le cas échéant. Lorsque le syndic d’Évran, qui loge deux soldats, est insulté et menacé par un procureur fiscal voisin, le fourrier hébergé s’interpose spontanément pour le protéger152.

  • 153 Ch. Pichon, Criminalité et société dans la juridiction seigneuriale de Redon entre 1751 et 1790, m (...)
  • 154 V. Dahlem, Délinquance et criminalité en la sénéchaussée d’Hennebont 1725-1750, maîtrise, J. Quéni (...)
  • 155 Dans la juridiction de Saint-Malo sont pris en compte à la fois les soldats et les marins. S. Jall (...)
  • 156 L. Guesdon, La criminalité dans la sénéchaussée de Dinan à la fin de l’Ancien Régime, DES, Rennes, (...)

66Certaines solidarités étaient clairement motivées par des intérêts convergents, comme celles entre tenanciers et soldats. Moyennant un rabais sur leur consommation, ces derniers veillaient au bon ordre de l’établissement et expulsaient les mauvais payeurs et autres fauteurs de troubles. En novembre 1776, un cavalier en quartier à Redon rossa même sévèrement un client indésirable à la demande du cabaretier Chevrel chez lequel il avait passé sa journée153. Le témoignage de militaires lors de certaines affaires judiciaires semble plus désintéressé. Les soldats étaient à coup sûr des témoins précieux sinon fidèles. Nombreux dans les auberges, traînant dans les rues, en faction en divers endroits, ils assistaient forcément à des vols, agressions, rixes voire meurtres. Peu insérés dans la société locale, ils apparaissaient peut-être comme plus dignes de foi que d’autres personnes, moins sensibles à d’éventuelles pressions ou subornations. Alors qu’elle sait qu’une commère médit gravement à son sujet, une cabaretière de Lorient envoie ainsi deux soldats écouter les accusations calomnieuses pour s’appuyer sur le témoignage des deux hommes lorsqu’elle déposera en justice154. Toutefois, les militaires ne représentent qu’un pourcentage relativement faible des témoins entendus en justice : moins de 2 % pour un ensemble de neuf juridictions seigneuriales de Rennes et guère plus de 5 % à Saint-Malo155. La mobilité des soldats et probablement une certaine méfiance envers l’institution judiciaire expliquent cette discrétion. Il n’en reste pas moins vrai que les militaires témoignaient en justice, du moins quand ils n’étaient pas eux-mêmes mis en cause. Les officiers en quartier s’acquittaient de leur devoir, comme Camille Rossi et Gaspard d’Ortoli, respectivement lieutenant-colonel et capitaine de Royal-Corse, qui témoignèrent à Dinan lors de l’affaire Lambert-Ferron156.

  • 157 L’affaire se termine cependant assez mal car des camarades du soldat croient qu’il a été frappé et (...)

67Connivences et amitiés, parfois sans lendemain, naissaient aussi au cours des libations. On songe bien sûr au cabaret mais fêtes locales et noces offraient aussi des occasions de convivialité. Les dragons et cavaliers dispersés dans les bourgs de l’intérieur de la province s’invitaient volontiers à ces réjouissances et les participants les acceptaient généralement sans heurt. En juin 1757, plusieurs dragons du régiment de Marbeuf se rendent à une noce à trois quart de lieue du Faou. L’un revient tellement ivre qu’il s’affale sur le chemin. Surviennent alors deux paysans qui le reconnaissent et le portent157.

68Le soldat de passage ou en quartiers, même s’il demeurait à certains égards un étranger, participait largement à la vie sociale de la localité où il séjournait. Moins violent, il en devenait plus humain, plus proche, alors que, paradoxalement, les progrès de la discipline, le casernement quasi systématique, le port de l’uniforme tendaient à démarquer la société militaire de la société civile.

Les indices de la réhabilitation du soldat

  • 158 J. Chagniot, Paris et l’armée au xviiie siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 1985 (...)
  • 159 AMN, EE 251, lettre de Mellier, 16 novembre 1721.
  • 160 AMN, EE 252, lettre à l’entreposeur des tabacs, 3 mai 1732.
  • 161 ADIV, C 892, lettre de Flesselles à Choiseul, 15 février 1767 ; Choiseul à Flesselles, 23 mai 1767

69Jean Chagniot a montré dans sa thèse la réhabilitation du militaire dans la littérature comme dans l’opinion publique à partir de 1760158. Le mouvement, largement impulsé par la République des Lettres, touche sans conteste le royaume dans son ensemble. Ses signes et ses traductions concrètes n’en apparaissent pas moins ténus en Bretagne. Les administrateurs semblent les premiers se préoccuper des petits et grands malheurs du soldat. Mellier fait en quelque sorte figure de précurseur en 1721 quand il procure de son propre chef des fagots aux hommes du régiment de La Marck qui ont marché toute la journée sous une pluie persistante159. Une dizaine d’années plus tard, son successeur Gellée de Prémion décide de privilégier les « troupes qui marchent et qui fatiguent » lors des distributions de tabac160. Sans doute s’agit-il là, pour une bonne part, de considérations charitables qui ne traduisent pas obligatoirement une modification radicale du regard porté sur le militaire. Néanmoins, on imagine mal un intendant de la première moitié du siècle considérer avec autant de sollicitude que Flesselles la situation d’un invalide impotent qui doit rejoindre l’Hôtel. Il demande au ministre de préférer « la voye de la mer comme plus douce et moins sujete à inconvénient ». De même, Choiseul s’inquiète d’un soldat incurable hospitalisé à Fougères161. Secrétaire d’État et commissaire départi s’intéressaient donc au sort d’un simple soldat en raison de son activité. Le militaire était devenu digne d’intérêt et de sollicitude.

  • 162 M. Le Mené et M.-H. Santrot (dir.), Cahiers des plaintes et doléances de la Loire-Atlantique, Nant (...)
  • 163 Ibidem, t. 2, p. 759, article 17.
  • 164 Ibid., t. 4, p. 1539.
  • 165 Ibid., t. 4, p. 1614, article 182.

70Les cahiers de doléances se font l’écho d’une vision plus positive du soldat. Parmi ceux de la sénéchaussée de Nantes, deux demandent l’augmentation de la solde. Les bourgeois de Clisson, tellement imprégnés de philosophie qu’ils citent Locke, défendent le droit au bonheur pour le soldat : « Il est injuste qu’une classe destinée à se sacrifier pour la gloire du Royaume et la sûreté de nos propriétés n’ait pas une existence plus heureuse162. » Les paroissiens de La Trinité de Machecoul ne disent pas autre chose, réclamant en sus « une nourriture abondante et saine » pour le militaire163. Ce détail matériel est probablement dû à J.-F. Lebedesque, officier pensionné qui figure parmi les signataires et qui put faire part de son expérience personnelle. Certes, les passages se préoccupant du sort du soldat sont en définitive rares dans les cahiers paroissiaux. En revanche, les cahiers des sénéchaussées ne manquent jamais d’évoquer la question. Faut-il y voir l’influence des officiers élus comme députés, peu nombreux164 mais écoutés ? Outre une paie et une nourriture meilleures, les représentants de la sénéchaussée de Rennes réclament l’abolition des peines les plus déshonorantes, comme les coups de plat de sabre et de bâton165.

  • 166 En Bretagne et Poitou. Chants populaires du comté nantais et du Bas-Poitou recueillis entre 1856 e (...)
  • 167 A. Bigarré, Mémoires du général Bigarré 1775-1813, présentation et notes de M. Legat, Paris, Éditi (...)

71Le peuple oscillait en fait entre une confiance forgée par les exemples de relations amicales et une atavique méfiance. Un chant populaire du comté nantais met en scène cette ambiguïté. Une jeune fille cherche quelqu’un pour l’accompagner alors qu’elle doit traverser un bois. Elle décline l’offre d’un jeune milicien et préfère le concours d’un cabaretier. Or, ce dernier la viole et l’assassine. C’est le soldat qui fait connaître le crime166. Le militaire n’inspirait donc pas forcément confiance mais une certaine sagesse populaire, exprimée notamment par des chansons, lui reconnaissait volontiers des traits d’honnêteté. Des enfants fréquentaient d’ailleurs les soldats, comme le futur général d’Empire Bigarré qui leur apportait des fruits et jouait avec leurs épées167.

  • 168 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 236-237.

72Polémistes et écrivains militaires se piquèrent aussi d’intérêt pour le déserteur. Non seulement on ne l’assimilait plus forcément au brigand de grands chemins mais on lui trouvait des circonstances atténuantes. Une véritable campagne d’opinion aboutit à l’assouplissement de la législation, les déserteurs n’encourant plus la peine de mort à partir de l’ordonnance du 12 décembre 1775168. En Bretagne, cependant, les attitudes envers les déserteurs se révélaient pour le moins contrastées.

  • 169 ADIV, C 2606, ordonnance de Ferrand du 7 mars 1711.
  • 170 ADIV, C 27, Angervilliers à Viarmes, 8 juillet 1735.
  • 171 41,5 % exactement. Signalons aussi un pourcentage de Bas-Bretons inférieur à 5 %. Ph. Chérel, Vive (...)
  • 172 ADIV, C 1105.

73La solidarité débouchait sur une complicité consistant à cacher le fugitif, à lui procurer une nouvelle tenue, démarche pas forcément gratuite quand elle provenait de receleurs et d’intermédiaires. En plusieurs occasions, l’arrestation d’un déserteur mobilisa la population contre les forces de l’ordre et déboucha sur une véritable émotion populaire. Ainsi, un lieutenant d’infanterie dut affronter une foule hostile en 1711 alors qu’il se saisissait d’un déserteur dans les environs de Moncontour169. En 1735, la maréchaussée, qui pistait un déserteur de la marine dans les environs de Quintin, subit pareille mésaventure et battit finalement en retraite170. Il convient cependant de distinguer le déserteur connu, parce qu’originaire du pays ou établi depuis quelque temps, de l’inconnu, de l’étranger. Certains d’y trouver appui et protection, les déserteurs avaient une nette tendance à regagner leur terre natale : près de la moitié de ceux arrêtés par la maréchaussée en Haute-Bretagne de 1726 à 1790 en étaient originaires171. En outre, l’air du pays natal encourageait les soldats bretons à quitter la troupe. Environ 20 % des déserteurs du régiment de Boulonnais jugés en conseil de guerre à Saint-Malo en 1760 étaient natifs de la province, proportion nettement supérieure à celle des Bretons au sein de cette troupe172.

  • 173 ADIV, C 1097, lettre du capitaine O’Brien, 4 février 1752.
  • 174 Ph. Chérel, op. cit., p. 83.

74Toutefois, aucun soldat en rupture de ban ne pouvait se prévaloir d’une totale sécurité. Quoique la délation répugnât à beaucoup, la prime substantielle accordée (100 livres en 1727) ne laissait pas indifférent. L’action des civils se limitait d’ailleurs la plupart du temps à dénoncer un déserteur voire à conduire les forces de l’ordre à son refuge. Un capitaine du régiment de Clare gratifie ainsi de 102 livres un paysan de Ploudalmézeau qui a guidé les recherches mais l’homme refuse ensuite de signer aucun certificat. L’officier s’en explique : « Parmi les paysans on déteste ceux qui ont contribué à la capture d’un déserteur, ce sont les idées de ces sortes de gens, il seroit bien difficile de les faire revenir de leurs préjugés et je n’ay pas tiré de ce paysan ny de plusieurs autres ny quittance ny certificat173. » Un quart des déserteurs arrêtés en Haute-Bretagne le fut cependant sur dénonciation d’un civil174. À partir du moment où le déserteur ne risqua plus la peine capitale, les dénonciations se multiplièrent probablement. À l’exception de ceux ayant regagné leur pays natal, les déserteurs restèrent donc pour la plupart des marginaux menacés, tantôt craints, tantôt plaints.

Les militaires, vecteurs d’ouverture culturelle

  • 175 G. Minois, La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, Brasparts, Beltran, 1987, p. 303-317
  • 176 F. Guériff, Le trésor des chansons populaires recueillies au pays de Guérande, 1983, t. 1, p. 11-1 (...)

75En ce qui concerne la culture et les idées, la Bretagne du xviiie siècle oscillait entre ouverture et fermeture. La masse paysanne vivait une existence routinière ponctuée par les malheurs du temps, mauvaises récoltes et poussées épidémiques. Une authentique culture populaire, baignée de superstition, s’y perpétuait et continuait de s’y élaborer. Les villes et certains espaces côtiers vivaient au contraire à l’unisson avec les élites du royaume. Les idées des Lumières y prospéraient, y compris dans les petites localités. Rappelons que le tiers état breton fut, en 1788-1789, à la pointe de la lutte contre les privilèges et la prééminence de la noblesse. Cependant, s’en tenir à une telle présentation reviendrait à verser dans un manichéisme contestable. La société rurale, souvent fustigée par certains observateurs pour son immobilisme, évoluait quand même mais selon des modalités propres. Georges Minois, par exemple, a montré le recul du sacré et sa séparation d’avec le profane dans la société rurale trégorroise de la seconde moitié du siècle175. Encore les causes de cette évolution étaient-elles essentiellement endogènes. En revanche, l’existence, y compris en Basse-Bretagne, de chansons populaires proches voire identiques à celles d’autres provinces témoigne d’une ouverture manifeste176. On ignore hélas, en ce domaine précis, les vecteurs et les modalités de transmission. À cet égard, soldats et officiers contribuèrent sans nul doute à la diffusion des informations et des idées, au même titre que les marins. Ils constituaient par ailleurs le plus gros contingent d’étrangers à la province et la sillonnaient largement.

  • 177 ADIV, C 3833, p. 528, 582, 586. En 1781.
  • 178 A. Dupuy, op. cit., p. 234.
  • 179 F.-R. de Chateaubriand, op. cit., t. 1, p. 77-78. La vieille « comédie » de Saint-Malo avait brûlé (...)
  • 180 En 1791, un officier du régiment de Beauce lui prodigue ses conseils pour jouer de la harpe. M.-Cl (...)

76Cette influence culturelle s’exerçait à différents niveaux. Le séjour d’officiers contribuait à l’ouverture culturelle des petites villes. Alors que seules quelques villes bretonnes disposent d’un théâtre digne de ce nom, les officiers du régiment de Besançon en aménagent un dans la maison de la Retraite de Fougères, au grand mécontentement des religieux177. Un théâtre est également improvisé à Guingamp178. Lorsque se tient le camp de Paramé en 1779, une salle de spectacle en bois est même aménagée à Saint-Malo. Certains y assistent pour la première fois à une représentation théâtrale ; c’est le cas du jeune Chateaubriand, qui du reste n’y comprend goutte179. Ne se contentant pas des festivités locales, parfois organisées en leur honneur, les officiers donnaient des bals. C’était l’occasion de faire connaître les dernières danses en vogue à Paris et Versailles, ainsi que de nouveaux airs, de nouveaux compositeurs. Madame de Pompery, qui résidait dans les environs de Quimper, perfectionna ainsi sa technique musicale au contact de plusieurs officiers. En octobre 1787, elle attend avec impatience l’arrivée d’un régiment en quartier : « Puisse-t-il s’y trouver quelques amateurs de musique avec qui je puisse concerter quelquefois » écrit-elle à son cousin180.

  • 181 J. Chagniot, Guerre et société…, op. cit., p. 231.
  • 182 M.-Th. Cloître (dir.), Histoire de Brest, Brest, CRBC, 2000, p. 107.

77Plus importante fut sans conteste l’influence idéologique des militaires. Soldats et officiers français se distinguaient de la plupart de leurs homologues européens par une indifférence religieuse volontiers affichée181. En 1779, les officiers présents à Brest se moquèrent ouvertement du respect de leurs confrères espagnols envers leurs aumôniers182. Les officiers brestois ne versaient certainement pas tous dans un déisme voltairien ni dans l’athéisme, loin de là. Ils se gaussaient d’abord de la piété baroque et ostentatoire des Espagnols au moment où eux-mêmes recherchaient une foi plus éclairée, c’est-à-dire en accord avec les idéaux des Lumières.

  • 183 Rennes, Brest, Nantes, Lorient, Saint-Brieuc. G. Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, op. cit (...)
  • 184 R. Maurice, Miscellanées d’histoire lorientaise, 1968, p. 3-8.
  • 185 E. Ruault, « Les loges maçonniques brestoises au xviiie siècle », Cahiers de l’Iroise, avril-juin (...)
  • 186 J. Darsel, « Les sociétés de pensée à Morlaix à la fin du xviiie siècle », MSHAB, 1956, t. 36, p. (...)

78Cette aspiration explique la part prééminente qu’ils prirent dans la fondation et l’animation des loges maçonniques. Trente-huit loges furent créées en Bretagne au xviiie siècle ; la plupart d’entre elles se situaient dans les grandes villes et principaux ports de la province183. Certaines étaient des loges de régiment, exclusivement réservées aux militaires, comme la « Loge de Saint-Jean de la Famille-Unie du Régiment d’infanterie de Condé » fondée à Lorient le 23 février 1776. Les principaux officiers du régiment en faisaient partie184. Il existait de semblables associations de frères militaires à Brest. Les régiments qui s’y succédèrent au cours des années 1770 possédaient tous une loge. Les officiers de terre jouèrent ainsi un rôle déterminant dans le développement de la franc-maçonnerie, davantage que leurs homologues de la marine. En 1775, la loge du régiment de Beaujolais créa une loge pour la marine en collaboration avec l’« Heureuse Rencontre185 ». Les militaires, en activité et retirés du service, se retrouvaient aussi en nombre dans les loges civiles. Six des onze membres fondateurs de « La Noble Amitié » de Morlaix étaient des officiers ou anciens officiers. En outre, sur un total de 181 maçons identifiés dans cette ville entre 1775 et 1790, plus de 17 % exerçaient un commandement dans l’armée, ce pourcentage montant même à 21 % si l’on compte les officiers garde-côtes et le commissaire des guerres Allemand de Brunières186. Les militaires contribuèrent donc notablement au dynamisme du mouvement et à l’essor des idées nouvelles.

  • 187 G. Minois, Un échec de la réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècl (...)
  • 188 F. Broudic, La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995.

79Une ultime question demeure en suspens : les soldats contribuèrent-ils à la francisation de la Basse-Bretagne ? Un comptage effectué par Georges Minois d’après les dépositions de plus de 2 000 personnes ayant témoigné dans des procès à Tréguier, entre 1700 et 1715, montre que 86 % des militaires ou anciens militaires maîtrisaient la langue française alors que les deux tiers de la population l’ignoraient187. Certes, quelques-uns de ces soldats n’étaient pas originaires du pays et d’autres parlaient français avant leur engagement. Il n’en reste pas moins vrai que la plupart des monolingues devinrent bilingues en passant par l’armée. Le contact avec des camarades francophones, les longs séjours dans différentes provinces du royaume rendaient ce processus inéluctable. Le creuset de l’armée, en mettant en présence des hommes d’origines géographiques variées, contribuait au façonnage de nouveaux sujets. Ceux revenus au pays pouvaient à juste titre s’enorgueillir de maîtriser la langue du pouvoir. Ils contribuèrent donc modestement à valoriser le français et, peut-être, à stigmatiser le breton. Cependant, il serait naïf d’accorder un rôle moteur à ces individus dispersés alors que le déclin de la langue bretonne ne s’amorça réellement en milieu rural qu’après des décennies de conscription et le choc brutal de la Première Guerre mondiale188. L’armée d’Ancien Régime était une machine à franciser mais seulement pour quelques milliers d’individus et non pour la masse de la population. Son impact fut incontestablement faible mais, croyons-nous, pas totalement négligeable.

  • 189 F.-M. Luzel, Gwerziou et soniou, Paris, Maisonneuve et Larose, 1971, t. 1, p. 359-361.
  • 190 J. Lynn, Giant of the Grand Siècle. The French Army 1610-1715, Cambridge, Cambridge University Pre (...)

80L’expérience vécue au sein de l’armée ne peut toutefois se réduire à une question de langue. La carrière des armes générait de nombreux déplacements. Parcourant à pied les routes et provinces de France, les soldats étaient les plus grands voyageurs de l’époque. Au fur et à mesure de leurs déplacements et de leurs séjours, ils prenaient conscience des dimensions, comme des facteurs d’unité et de diversité, du royaume. Ce dernier devenait dès lors tangible et les soldats furent sans doute la fraction du peuple qui en eut la conscience en premier. Or, plusieurs dizaines de milliers de Bretons – cent mille ? – connurent l’aventure des armes au xviiie siècle et même si une minorité seulement revint dans sa province d’origine, ils participèrent, ne serait-ce que par leurs récits, à une meilleure connaissance de la France en Bretagne. La gwerz Silvestrig évoque le séjour de son héros à Sedan et « Metz en Lorraine189 ». C’est le signe de témoignages sur ces places fortes frontalières au nom exotique pour des oreilles bas-bretonnes. Grâce à l’expérience des soldats revenus au pays, le royaume prenait corps dans les consciences bretonnes. Pour les Bretons comme pour tous les sujets du roi, l’armée joua bien son rôle de « French melting-pot190 ».

Conclusion

  • 191 « Cent fois le jour je dis à mon pourpoint, quand Michel me revient, que/c’est une grande perte po (...)

81L’empreinte de l’armée sur les paysages et sur les hommes évolua notablement au cours du xviiie siècle. L’institution militaire déserta les fortifications de l’intérieur de la province pour se recentrer sur de véritables bastions côtiers et insulaires. La disparition des enceintes urbaines se fit au gré des adjudications et des aménagements. Seules subsistèrent finalement celles de cités moins dynamiques et désargentées alors qu’ailleurs le xixe siècle se chargea d’araser les derniers pans de murailles encore debout. L’influence de l’armée s’exerçait largement à travers les soldats, désormais souvent casernés. Des lieux civils devinrent représentatifs de la vie militaire et de ses relations avec la société civile. La présence effective des soldats primait en quelque sorte la fonction première de l’endroit. Ils dessinaient, surtout en ville, une géographie spécifique qui se modifiait sensiblement au gré des différentes troupes en quartiers mais possédait aussi quelques points de repère intangibles. Les habitants identifiaient sans conteste un certain nombre de lieux comme spécifiquement militaires à tel point que la présence de l’armée s’inscrivit parfois dans la toponymie. L’influence culturelle et idéologique des militaires était d’autant moins négligeable que cette catégorie sociale constituait le groupe d’étrangers à la province le plus nombreux et le plus diffus, alors que les marins, par exemple, se cantonnaient surtout dans les espaces côtiers. En outre, cette influence touchait différents niveaux sociaux : les officiers fréquentaient noblesse et bourgeoisie, les soldats le peuple. Les militaires étaient incontestablement des brasseurs d’idées qui ouvrirent de nouveaux horizons voire des perspectives insoupçonnées à un certains nombre de Bretons. Plus que le séjour de troupes majoritairement allogènes, l’installation à demeure d’invalides extra-provinciaux conquis par l’amour ou la douceur du climat breton, et plus encore le retour au pays de soldats et miliciens, firent progressivement prendre conscience à la population de la réalité tangible et de la diversité de la France. Affirmer que l’institution militaire en profita pleinement serait exagéré : les réticences à s’engager demeuraient fortes. Néanmoins, il semble bien que la carrière militaire apparaissait désormais plus honorable. Lorsqu’il fait l’éloge funèbre de son bedeau Michel Morin, paysan débrouillard et force de la nature, le recteur imaginé par Le Laé regrette qu’il ne se soit pas engagé dans l’armée où il serait devenu un officier de fortune porteur de la croix de Saint-Louis191. C’est le témoignage d’une certaine considération pour les carrières et décorations militaires jusque chez le petit peuple bretonnant pour qui écrivait Le Laé.

Notes

1 F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, Paris, Flammarion, 1949, t. 1, p. 74-75.

2 En 1691, Pomereu remarque : « Il est à observer que cette closture de laditte ville n’a eu qu’un très léger commencement d’un costé et que depuis un grand nombre d’années ce projet a esté comme entièrement abandonné sy ce n’est pour en faire toujours mention dans les lettres de renouvellement et dans les arrests du Conseil », AN, G7 173, mémoire du 20 mars 1691.

3 En 1589, Vitré résista aux troupes du duc de Mercoeur. G. Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 408.

4 ADIV, 1F 1160, procès-verbaux des 16 et 17 mars 1684 et du 25 juin 1698.

5 F. Hamon, Les fortifications dinanaises au xviiie siècle, maîtrise, J. Meyer (dir.), Rennes II, 1976, p. 17 et 64.

6 J. Pradel, Nantes et les problèmes militaires à la fin du règne de Louis XIV 1688-1715, maîtrise, J.-P. Bois (dir.), Nantes, 1993, p. 31.

7 ADIV, C 492, procès-verbal de 1693. Garangeau fut nommé ingénieur en chef à Saint-Malo en 1691 et directeur des fortifications de Haute-Bretagne au début du xviiie siècle. A. Blanchard, Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691-1791, Montpellier, CNRS-Université Paul-Valéry, 1981, p. 312-313.

8 AMN, EE 139.

9 AMN, DD 190, projet de l’architecte Gabriel, 1727.

10 AMN, BB 57.

11 ADIV, C 492, « Estat des plus urgentes réparations à faire à la ville de Dinan en Bretagne pour la mettre hors d’insulte et empêcher un coup de main », 6 juillet 1693 ; « Estat estimatif des ouvrages et dépenses à faire pour les réparations et améliorations du château de la ville de Dinan scitué à cinq lieuës de Saint-Malo sur la rivière de Rance », 26 janvier 1703.

12 ADIV, 1F 1161, extrait des délibérations de la communauté, 11 avril 1741.

13 Les parapets étaient totalement ruinés et plusieurs accidents s’étaient produits. ADIV, C 10, lettre au duc de Penthièvre, 7 avril 1752, et réponse du 27 avril.

14 En 1759, à Dinan, une grande partie du contremur des remparts s’écroule et obstrue l’abreuvoir. On déblaie l’abreuvoir mais le mur n’est pas réparé. ADIV, C 499.

15 J.-A. Piganiol de La Force, Nouvelle description de la France, dans laquelle on voit le gouvernement général de ce royaume, celui de chaque province en particulier et la description des villes, maisons royales, châteaux et monumens les plus remarquables…, Paris, Desprez, 1753-1754, 3e édition, 13 vol.

16 G. Mellier, Essai sur l’histoire de la ville et du comté de Nantes, 1872, p. 6-8.

17 Selon l’expression de Bernard Lepetit. B. Lepetit, Les villes dans la France moderne (1750-1830), Paris, A. Michel, 1988, p. 62.

18 S. Perréon, Les problèmes militaires à Nantes sous le règne de Louis XV, maîtrise, J.-P. Bois (dir.), Nantes, 1993, p. 36.

19 AMN, BB 89.

20 ADIV, C 485, 20 janvier 1758.

21 A. Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, t. 2, p. 789-790.

22 AMN, BB 86, 18 janvier 1740.

23 L’ingénieur Even propose de mettre ces personnes à la maison de force, « alors ces tours seraient inutiles et pourront être démolies sans difficulté. » AMR, liasse n° 122, mémoire sur la porte et les tours, 20 septembre 1780.

24 « Le roi désirant procurer aux habitants du bourg du Palais ainsi qu’à ceux des autres bourgs ou villages de Belle Isle en mer les commodités et facilités qu’ils sont dans le cas de désirer pour la pêche de la sardine […] permet auxdits habitants du Palais et autres lieux de continuer à profiter du terrain vague en avant des glacis de la citadelle du côté du nord et de l’ouest pour y étendre leurs filets de pêche en tout temps et autant que besoin sera et pour leur assurer cette jouissance elle ordonne qu’il sera fait par les officiers du corps royal du Génie employés à Belle Isle un abornement sur ledit terrain pour déterminer la partie qui doit être consacrée aux glacis de cette place […]. » Le même règlement interdisait d’envoyer des bestiaux en pâture sur les glacis pendant l’époque de la pêche à la sardine, du 1er mai au 31 octobre. SHAT, 1M 1094, règlement de 1786.

25 F. Hamon, op. cit., p. 97-99.

26 AMN, FF 29, 1er février 1745.

27 ADIV, C 10, requête du 6 juin 1741 et réponse du duc de Penthièvre du 14 juin.

28 AMN, EE 151, procès-verbal du 4 avril 1749, délibération du 9 avril.

29 Cl. Nières, Les villes de Bretagne au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2004, p. 209.

30 Les travaux commencèrent en 1773 et se poursuivirent durant près d’une dizaine d’années. F. Hamon, op. cit., p. 81-84.

31 G. Saupin, Les villes en France à l’époque moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Belin, 2002, p. 77-78.

32 AMN, DD 190, projet de Gabriel, septembre 1727.

33 Ibid., lettre de Gabriel à Mellier, 24 décembre 1727.

34 P. Lelièvre, Nantes au xviiie siècle. Urbanisme et architecture, Paris, Picard, rééd. 1988, p. 73-80.

35 F.-J. Verger, Archives curieuses de la ville de Nantes, Nantes, 1837, t. 1, p. 338.

36 Expilly, abbé, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, 1768, t. 5, p. 20. Les auteurs de la notice sont Grelan, Hubelot et D. M. Dugast-Matifeux, Nantes ancien et le pays nantais, Nantes, Morel, 1879, p. 364-365.

37 J. Trévédy, Histoire militaire de Redon, Rennes, Caillières, 1893, p. 151-152.

38 AMN, EE 151, délibération du 26 février 1757.

39 F. Hamon, op. cit., p. 58.

40 M. Dugast-Matifeux, Nantes ancien et le pays nantais, Nantes, 1879, p. 364-365.

41 G. Aupiais, « L’urbanisme à Guérande au xviiie siècle », ABPO, 1999, n° 4, p. 68-72.

42 ADIV, C 496, le maire à l’intendant, 2 mars 1770.

43 G. Gillot, colonel, « Les fortifications de Fougères », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique et Historique de l’Arrondissement de Fougères, 1963, t. 7, p. 63-64.

44 ADLA, C 175, Montbarey à Amelot, 15 avril 1779.

45 J. Trévédy, op. cit., p. 152.

46 Ch. Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle. Le cas bourguignon, Dijon, Presses universitaires de Dijon, 1993, p. 521.

47 AMR, liasse n° 122, requête de la communauté de Rennes présentée au parlement le 5 mars 1781.

48 En 1778, il s’agit de ceux des Blancs Sablons, de la Lande Saint-Jean, de Kervao, La Trinité, Kervalan, Plouzané, Saint-Pierre et Lambézellec. SHAT, 1M 1093, « Mémoire sur les positions à prendre en avant de Brest pour la défense de ce port », juin 1778.

49 SHAT, 1M 1086, anonyme.

50 En 1696, 4 000 livres sont prises sur le fonds des étapes pour construire un fort avancé. AN, KK 1103, mémoire, mars 1696.

51 A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 1997, p. 740, schéma.

52 SHAT, 1M 1086, mémoire anonyme ; A4 77, lettre au chevalier de Mazin, 19 mai 1765.

53 SHAT, 1M 1011, mémoire n° 3 sur Saint-Malo, 1772, p. 2-3.

54 J. Le Corre, La défense des côtes bretonnes et les principes tactiques de la guerre littorale de 1689 à 1789, DEA, J.-P. Bois (dir.), Nantes, 1998, p. 70-71.

55 Cl. Nières (dir.), Histoire de Lorient, Toulouse, Privat, 1988, p. 54.

56 SHAT, 1M 1011, mémoire 5 sur Port-Louis et Lorient, 1772, p. 12.

57 SHAT, 1M 1086, mémoire sur la Bretagne, anonyme.

58 ADIV, C 375, procès-verbal du 30 avril 1785 ; divers reçus des dépenses effectuées pour l’entretien et les réparations du château ; lettre du subdélégué à l’intendant, 16 mai 1785.

59 Béchameil de Nointel, Mémoire sur la province de Bretagne, 1698, édition critique par J. Bérenger et J. Meyer, La Bretagne de la fin du xviie siècle d’après le Mémoire de Béchameil de Nointel, Paris, Klincksieck, 1976, p. 121.

60 AN, G7 533, 4e dossier, mai 1703.

61 F. Hamon, op. cit., p. 44-45.

62 ADIV, C 1090, liste des habitants logeant des prisonniers anglais et les ayant laissés échapper, 1707.

63 AMN, EE 134, lettre du major du château de Nantes, 28 juillet 1747.

64 ADIV, C 1090, délibération de la communauté de Josselin, 27 avril 1759.

65 J.-P. Bois, Les anciens soldats dans la société française au xviiie siècle, Paris, Economica, 1990, p. 56.

66 AMN, EE 154, « État des ouvrages à faire au château de Nantes dépendants de l’artillerie qui doivent être faits sur le fonds qui luy est destiné et non sur celui des fortifications », Poictevin, ingénieur du roi, 2 novembre 1717.

67 Ibidem, correspondance, novembre et décembre 1759.

68 AMN, DD 204, le directeur des fortifications Frezier au maire Gellée de Prémion, 25 janvier 1759.

69 ADIV, C 6156, Sabrevois à l’intendant, 12 mars 1786. Envoi d’états des dépenses faites pour la construction.

70 AN, G7 534, 4e dossier, lettre de Pontchartrain, 12 mars 1711.

71 AMN, EE 154, Mellier à de Brou, 18 juin 1722.

72 Ibidem, devis d’entretien pour les années 1716 et 1717.

73 SHAT, A1 1897, état des logements du château de Nantes et lettre de M. de Mianne, 23 juin 1705.

74 ADCA, C 89, procès-verbal du 7 novembre 1787.

75 AMN, EE 96, loyer des casernes pour le régiment de Bourbonnais (1719), celui de Conti (1720) et liste de lits fournis de 1716 à 1719.

76 ADCA, C 95.

77 ADCA, C 91, lettre aux commissaires, 8 juillet 1788.

78 ADLA, C 532, C 533 et C 537.

79 D. Riet, La ville et les armes : milices et troupes à Saint-Brieuc au xviiie siècle, maîtrise, F. Lebrun et Cl. Nières (dir.), Rennes II, 1978, p. 100-101.

80 ADCA, C 91, « État et procès-verbal des maisons qui ont servi de cazerne pour le régiment de Penthièvre depuis le 26 mars 1788 jusqu’au 10 avril mesme année avec détail des différends ustencilles nécessaires au cazernement ».

81 ADCA, C 89, Dupetitbois, lieutenant-colonel du régiment de dragons d’Orléans, caserné à Guingamp, 21 novembre 1787.

82 N. Le Pourhiet-Salat, La défense des îles bretonnes de l’Atlantique des origines à 1860, Vincennes, SHM, 1983, p. 188.

83 ADIV, C 62, M. de La Brosse, commandant à Belle-Île, 17 décembre 1757. « J’ay cette force de retirer dix hommes de ce détachement pour ne pas les laisser périr » écrit-il à l’intendant.

84 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, Paris, A. Colin, 1931, t. 1, p. 228 et 233.

85 SHAT, A1 1287, 24 décembre 1694.

86 N.-L. Caron, L’administration des États de Bretagne (1493-1790), Nantes, 1872, p. 45.

87 ADLA, C 534, la commission au maire, 5 mai 1789 ; procès-verbal du 23 octobre 1788.

88 A. Dupuy, Études sur l’administration municipale en Bretagne au xviiie siècle, Paris, 1891, p. 223.

89 ADLA, C 537, lettre du correspondant du 9 novembre 1788 ; résumé de l’affaire par la commission, 1789.

90 SHAT, 1M 1774, « projet de lettre à la commission intermédiaire, à adresser au comte de Thiard puis aux commissaires des États », 3 janvier 1789.

91 F. Dallemagne, Les casernes françaises, Paris, Picard, 1990, p. 11.

92 D. Biloghi, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’étape languedocienne, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1998, p. 204-205.

93 ADIV, C 3812, p. 383, 29 juillet 1755 ; p. 507, 18 octobre 1755. Il s’agit probablement ici de Louis Guillaume Pic de La Mirandole, sénéchal de Châteauneuf en 1727 et conseiller au parlement de Rennes en 1771, en même temps que son fils François-Hyacinthe. F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, 1991, rééd., p. 691-692.

94 ADIV, C 3812, p. 9-10. Le traité avec Micault de Mainville est conclu le 10 décembre 1754.

95 Cl. Sturgill, « Échec du pouvoir royal en France : guerre sourde contre la construction des casernes. Exemple de l’Auvergne (1720-1731) », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1992, t. 96, p. 185-195.

96 AN, H1 322, « projet de mémoire pour servir d’instruction particulière à Messieurs les Commissaires du Roy à l’assemblée des États de Bretagne de l’année 1750 », avec annotations de Pontcarré de Viarmes.

97 AN, H1 456, mémoire des États contre la dépense de 125 000 livres pour la construction de casernes à Belle-Île, 7 janvier 1751.

98 AN, H1 323, 4e dossier, lettre de monsieur de La Bornière, 6 décembre 1750.

99 Ibidem, lettre du 6 décembre 1750 et H1 456, observations sur le mémoire des États du 7 janvier 1751. Pour ne pas perdre la face, le pouvoir royal cassa la délibération des États portant refus du financement mais en accepta le principe et oublia le projet de casernes. La modération de Versailles s’explique notamment par la nécessité d’éviter une trop forte contestation de l’impôt du vingtième, créé par un édit de mai 1749. Le nouvel impôt fut accepté par les États de 1750 sauf par l’ordre de la noblesse qui obtint que son avis distinct fût inscrit sur le procès-verbal. B. Pocquet, Histoire de la Bretagne, Rennes, Plihon, 1914, t. 6, p. 232-236.

100 A. Fonteneau, « Deux casernes rouennaises, Saint-Sever (1774) et le Pré-au-Loup (1780) », Actes du 103e CNSS, p. 565-569.

101 AMN, BB 71, 9 janvier 1722.

102 AMN, EE 97, Mellier à de Brou, 5 mars 1722.

103 Ibidem, Mellier à de Bou, 2 et 9 juillet 1722.

104 La grève de La Saulzaie fut finalement lotie pour un aménagement résidentiel dans lequel investirent plusieurs grands entrepreneurs et négociants. C’est l’actuel quartier Feydeau.

105 SHAT, A4 77, lettre au chevalier du Fou, 14 février 1765.

106 ADLA, C 457, séance des États du 7 janvier 1785.

107 BMN, ms 1404, « Mémoire pour l’établissement de cazernes à Rennes », 13 juin 1789. Les religieuses furent chassées en 1792 mais le couvent ne devint une caserne qu’en 1833. P. Banéat, Le vieux Rennes, Paris, Guénégaud, 1972, p. 445.

108 Ch. Lamarre, op. cit., p. 312.

109 H. Fréville, L’intendance de Bretagne, Rennes, Plihon, 1953, p. 385 et AN, H1 579, mars 1730. On construisit quatre corps de logis et un pavillon aptes à abriter 850 hommes. C’était insuffisant pour toutes les compagnies ranches dont certaines furent casernées dans d’autres localités.

110 F. Dallemagne, op. cit., p. 74-75.

111 AMB, 2 S 12, plans.

112 SHAT, 1M 1774, lettre du ministère au commandant en chef, 3 janvier 1789. Elle dénonce les conditions de logement des troupes en Bretagne : « il n’est aucune province ou les troupes soient plus mal établies sous tous les rapports ».

113 ADIV, 1 F 1170, extrait des délibérations de la communauté, 26 novembre 1693.

114 ADIV, C 2606, dossier, mars-décembre 1711.

115 ADIV, C 1155, procès-verbal du 23 janvier 1736.

116 ADIV, 4B 4665, procès-verbal du 17 avril 1781.

117 R. Muchembled, L’invention de l’homme moderne. Sensibilités, moeurs et comportements collectifs sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1988, p. 212-222.

118 Cl. Nières, Les villes de Bretagne…, op. cit., p. 203-204.

119 ADIV, C 620, devis de Moreau, ingénieur à Morlaix, 18 mars 1760.

120 Nantes. Plans commentés. Vingt plans du xviiie au xxe siècle, présentés par G. Bienvenu, Nantes, Mémo, 1994, p. 30-31.

121 Moi, Claude Bordeaux. Journal d’un bourgeois de Rennes au xviie siècle, présenté par B. Isbled, Rennes, Apogée, 1992, p. 183. Le 15 février, les régiments du Dauphin et de la Couronne furent passés en revue en la Prée de La Taillais, près du manoir de la Salle-Verte.

122 ADIV, C 6146, lettre de Minard, commandant de la place, 19 octobre 1772.

123 ADIV, C 418, lettre du maire à l’intendant, 27 février 1774, et devis du manège, sans date. Le maire se montrait d’autant plus favorable à l’établissement du manège qu’il y voyait la certitude d’accueillir par la suite des troupes sans discontinuer, pour le plus grand bénéfice de la communauté, selon lui. Quelques années plus tôt, des manèges furent établis à Guémené, Josselin et Pontivy pour le régiment de dragons de La Reine. ADIV, C 1153, état des sommes dues à différents particuliers qui ont travaillé et fourni les choses nécessaires pour l’établissement de manèges, 28 avril 1768.

124 Cl. Nières (dir.), Histoire de Saint-Brieuc et du pays briochin, Toulouse, Privat, 1991, p. 123.

125 ADIV, 2B 1944, affaire Joseph Bondu, 16 juillet 1788.

126 ADIV, 4B 4665, procès-verbal du 17 avril 1781.

127 ADIV, C 2466, lettre du 8 juin 1757.

128 ADM, 3P 1344 (Guémené, 1843), 3P 1551, sections A-B (Josselin, 1833) et 3P 1884, sections A-C (Malestroit, 1830).

129 ADLA, 7P 749, section K.

130 Le plus long séjour est celui du régiment d’infanterie de La Marine, présent de 1775 à 1780. F. Olier, « Les régiments de l’armée du Roy à Lorient et à Port-Louis (1734-1790) », Les cahiers de l’Iroise, oct.-déc. 1986, p. 188-191.

131 A. Corvisier, Les contrôles de troupes de l’Ancien Régime, Vincennes, SHAT, 1970, t. 3, p. 465-514.

132 ADIV, C 69, Védier à Crémilles, 20 décembre 1761.

133 P. de La Haye, Y. Briand, Histoire de Lannion des origines au xixe siècle, Lannion, Impram, 1986, p. 88.

134 ADIV, C 89, placet à Caze de La Bove, 17 août 1779.

135 F. Olivier-Martin, Notes historiques sur la ville et la châtellenie de Jugon des origines à 1789, Jugon, Rue des Scribes, rééd. 1985, p. 208. L’un est normand, l’autre bourguignon. Le mariage est bien ici la cause de la fixation à Jugon, d’autant que le second se marie avec le consentement de son colonel et obtient ensuite son congé.

136 ADIV, C 1150.

137 ADIV, C 4698, La Joufrelot à Godefroy, premier commis de la commission intermédiaire, 23 avril 1772.

138 J.-P. Bois, op. cit., p. 185.

139 ADIV, C 1094, contrôle des vétérans et invalides pensionnés, 1790. Les Normands dominent au sein des extra-provinciaux mais on rencontre également des Bourguignons, un Poitevin, un Alsacien, etc. Parmi les Bretons, quelques-uns sont natifs de Saint-Malo ou de la région proche mais deux sont originaires de Basse-Bretagne et un de Rennes.

140 « Journal d’un curé de campagne au xviiie siècle », présenté par P. Lemarchand, MSECDN, 1960, t. 85, p. 93. Pibrac est probablement le surnom attribué dans le cadre de l’armée.

141 L.-M. de Merlet, Essai sur les troupes provinciales, 1773, p. XIII-XV.

142 A. Boulaire, R. Le Bihan, Brest des Ozanne, Rennes, Ouest-France/Éditions de la Cité, 1992, p. 58-61 et 92-93.

143 SHAT, Ya 499, « Ordonnance du roi pour défendre à toutes personnes non admises dans l’état militaire d’en porter les distinctions », imprimé.

144 M. Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au milieu du xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989, p. 247-285.

145 C. Mellinet, La commune et la milice de Nantes, Nantes, 1839, t. 5, p. 175-178.

146 J. Trévédy, op. cit., p. 141.

147 L’officier troubla la procession, on ne sait dans quelles circonstances, ce qui motiva un procès-verbal du sénéchal. Des problèmes de préséance risquaient en effet de se poser. ADIV, C 10, lettre envoyée le 25 juin 1747.

148 ADIV, 4B 4665, procès-verbal du 17 avril 1781.

149 Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les États Généraux de 1789, présentés par A. Lesort et H. Sée, Rennes, 1909-1912, t. 4, p. 193.

150 A. Boulaire, R. Le Bihan, op. cit., p. 90-91.

151 Voir supra p. 280.

152 ADIV, C 89, supplique du syndic d’Évran, décembre 1779.

153 Ch. Pichon, Criminalité et société dans la juridiction seigneuriale de Redon entre 1751 et 1790, maîtrise, J. Quéniart (dir.), Rennes II, 1990, p. 208.

154 V. Dahlem, Délinquance et criminalité en la sénéchaussée d’Hennebont 1725-1750, maîtrise, J. Quéniart (dir.), Rennes II, 1988, p. 178. Juillet 1739.

155 Dans la juridiction de Saint-Malo sont pris en compte à la fois les soldats et les marins. S. Jallet, Criminalité et délinquance à Saint-Malo 1770-1789, maîtrise, J. Quéniart (dir.), Rennes II, 1991, p. 65-69. Pour Rennes, C. Datchary, Vivre à Rennes au xviiie siècle. Comportements, cultures et sensibilités, maîtrise, A. Croix (dir.), 2001, p. 25.

156 L. Guesdon, La criminalité dans la sénéchaussée de Dinan à la fin de l’Ancien Régime, DES, Rennes, sans date, p. 39.

157 L’affaire se termine cependant assez mal car des camarades du soldat croient qu’il a été frappé et s’en prennent alors aux deux paysans. ADIV, C 2466, lettre du subdélégué Olivier, 26 juin 1757.

158 J. Chagniot, Paris et l’armée au xviiie siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 1985, p. 611-652.

159 AMN, EE 251, lettre de Mellier, 16 novembre 1721.

160 AMN, EE 252, lettre à l’entreposeur des tabacs, 3 mai 1732.

161 ADIV, C 892, lettre de Flesselles à Choiseul, 15 février 1767 ; Choiseul à Flesselles, 23 mai 1767.

162 M. Le Mené et M.-H. Santrot (dir.), Cahiers des plaintes et doléances de la Loire-Atlantique, Nantes, conseil général de Loire-Atlantique, 1989, t. 1, p. 512, article 19.

163 Ibidem, t. 2, p. 759, article 17.

164 Ibid., t. 4, p. 1539.

165 Ibid., t. 4, p. 1614, article 182.

166 En Bretagne et Poitou. Chants populaires du comté nantais et du Bas-Poitou recueillis entre 1856 et 1861 par Armand Guéraud, édition critique par J. Le Floc’h, Saint-Jouin-de-Milly, FAMDT Éditions, 1995, t. 1, p. 95 (La fille de Batz).

167 A. Bigarré, Mémoires du général Bigarré 1775-1813, présentation et notes de M. Legat, Paris, Éditions du Grenadier, 2002, p. 20.

168 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 236-237.

169 ADIV, C 2606, ordonnance de Ferrand du 7 mars 1711.

170 ADIV, C 27, Angervilliers à Viarmes, 8 juillet 1735.

171 41,5 % exactement. Signalons aussi un pourcentage de Bas-Bretons inférieur à 5 %. Ph. Chérel, Vive l’Été, Bon Voyage et les autres : les déserteurs en Haute-Bretagne (1726-1790), maîtrise, J. Quéniart (dir.), Rennes II, 1995, p. 33-36.

172 ADIV, C 1105.

173 ADIV, C 1097, lettre du capitaine O’Brien, 4 février 1752.

174 Ph. Chérel, op. cit., p. 83.

175 G. Minois, La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, Brasparts, Beltran, 1987, p. 303-317.

176 F. Guériff, Le trésor des chansons populaires recueillies au pays de Guérande, 1983, t. 1, p. 11-13.

177 ADIV, C 3833, p. 528, 582, 586. En 1781.

178 A. Dupuy, op. cit., p. 234.

179 F.-R. de Chateaubriand, op. cit., t. 1, p. 77-78. La vieille « comédie » de Saint-Malo avait brûlé en 1778. Il est probable que la présence des militaires activa la construction d’une salle provisoire.

180 En 1791, un officier du régiment de Beauce lui prodigue ses conseils pour jouer de la harpe. M.-Cl. Mussat, « Pratique et sociabilité musicales en Bretagne à la fin du xviiie siècle d’après les lettres de Madame de Pompery », dans Charpiana, Mélanges offerts par ses amis à Jacques Charpy, Fédération des sociétés savantes de Bretagne, 1991, p. 202-205.

181 J. Chagniot, Guerre et société…, op. cit., p. 231.

182 M.-Th. Cloître (dir.), Histoire de Brest, Brest, CRBC, 2000, p. 107.

183 Rennes, Brest, Nantes, Lorient, Saint-Brieuc. G. Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, op. cit., p. 581.

184 R. Maurice, Miscellanées d’histoire lorientaise, 1968, p. 3-8.

185 E. Ruault, « Les loges maçonniques brestoises au xviiie siècle », Cahiers de l’Iroise, avril-juin 1957, p. 27-31.

186 J. Darsel, « Les sociétés de pensée à Morlaix à la fin du xviiie siècle », MSHAB, 1956, t. 36, p. 81-118.

187 G. Minois, Un échec de la réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècle, thèse dactylographiée, Rennes 2, 1984, t. 1, p. 190-191.

188 F. Broudic, La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995.

189 F.-M. Luzel, Gwerziou et soniou, Paris, Maisonneuve et Larose, 1971, t. 1, p. 359-361.

190 J. Lynn, Giant of the Grand Siècle. The French Army 1610-1715, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 450.

191 « Cent fois le jour je dis à mon pourpoint, quand Michel me revient, que/c’est une grande perte pour le Roi/qu’il ait failli à servir en l’armée :/car, pour un capitaine éminent, il l’eût/été indubitablement, et porterait au/jour d’aujourd’hui et “Voyez-vous”/et croix de saint Louis ! » G. Esnault, La vie et les œuvres comiques de Claude-Marie Le Laé (1745-1791), Paris, H. Champion, 1921, p. 129-130 (La burlesque oraison funèbre de Michel Morin).

Table des illustrations

Légende Figure 27 : Plan du château de Nantes en 1763 (ADLA, C 50).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17615/img-1.png
Fichier image/png, 568k
Légende Figure 28 : Les maisons louées comme casernes à Saint-Brieuc en 1756 pour le régiment d’infanterie d’Orléans (d’après ADCA, C 95).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17615/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Figure 29 : Plan d’une maison servant de caserne à Quimperlé en 1757 et essai de reconstitution de sa literie (d’après ADF, 2 E 1521).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17615/img-3.png
Fichier image/png, 313k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search