Version classiqueVersion mobile

L'armée en Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Stéphane Perréon

Troisième partie. Le breton, l'armée et le soldat

Chapitre VIII. Du soldat redouté au soldat recherché

Texte intégral

  • 1 ADLA, C 209, lettre à Mellier, 20 juillet 1717, à propos des troubles causés par le régiment de Bo (...)

Le major et le commandant ont promis de faire panser les blessés et de réparer les désordres mais s’ils ne prennent le parti de punir sévèrement les soldats qui commettent de pareilles violences, il sera difficile de contenir le bataillon.
Feydeau de Brou1

  • 2 ADIV, C 508, lettre à l’intendant, 3 avril 1781.

Voilà les beaux jours et la garnison dont il est bon de profiter.
Le Mat, maire de Guingamp2

1Les soudards de la répression de 1675 restèrent certainement présents longtemps dans les mémoires bretonnes. De façon générale, le soldat demeurait redouté et souvent redoutable, fréquemment enclin aux vols et à la violence. Toutefois, les opérations militaires du xviiie siècle s’en prirent beaucoup moins aux civils que celles du siècle précédent. Le sac de Berg-op-Zoom par les troupes de Löwendal le 16 septembre 1747 constitua un épisode isolé qui n’égala pas les exactions de Magdeburg et Tirlemont pendant la guerre de Trente Ans. Cette relative « domestication » du soldat ne se limita pas aux champs de bataille et aux environs proches mais influença aussi le comportement des troupes en quartiers ou en déplacement. Il faut néanmoins examiner plus attentivement la conduite des militaires pour déterminer s’ils se démarquaient encore d’une société qui restait violente. Par ailleurs, la fonction de l’armée ne se cantonnait pas à la guerre et comprenait, notamment, le maintien de l’ordre intérieur. Après la guerre de Sept Ans, d’ailleurs, l’existence même d’une armée nombreuse en période de paix et les conceptions utilitaristes nées des Lumières militèrent en faveur de l’octroi de nouvelles missions aux soldats. Conjuguées à l’impact économique de l’armée dans les localités de séjour, elles influencèrent indéniablement la façon dont étaient perçus les soldats par la population.

Un soldat indésirable et peu fréquentable

2Les désordres engendrés par une soldatesque redoutée non seulement constituent le lieu commun de beaucoup d’études et monographies locales mais restent systématiquement évoquées dans les ordonnances jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Cependant, considérer exclusivement sous cet aspect les relations entre civils et militaires reviendrait à les étudier à travers ce miroir déformant. Il n’en reste pas moins vrai que, pendant la majeure partie du xviiie siècle, le soldat demeura quelqu’un de peu fréquentable. Il participait indéniablement à la délinquance et à la criminalité ordinaires et, même, aux frontières de la Bretagne, aux importants trafics générés par des tarifications très inégales. Trafiquant, voleur voire assassin, il demeurait également redoutable pour la vertu des filles et des femmes. Enfin, cumulant la promiscuité, une hygiène douteuse et des déplacements nombreux, il constituait un vecteur idéal pour les épidémies qui ravageaient la province atlantique.

Une violence militaire très difficile à quantifier

  • 3 B. Garnot, Crimes et justice aux xviie et xviiie siècles, Paris, Imago, 2000, p. 17-22.
  • 4 J. Chagniot, « La criminalité militaire à Paris au xviiie siècle », ABPO, 1981, n° 3, p. 327-329.

3L’évaluation de la violence militaire à l’encontre des populations, hors opérations militaires, requiert des précautions méthodologiques. S’en tenir aux habituelles évocations de crimes variés sinon pittoresques ne permettrait pas une évaluation globale. Notre objectif consiste d’abord à traiter les affaires rencontrées comme des sources sérielles pour cerner les moments, les circonstances, l’émotion suscitée voire les sanctions. S’est toutefois posé rapidement un problème de taille, celui des sources disponibles. Sont aujourd’hui remises en cause nombre de conclusions de l’histoire de la criminalité des dernières décennies, les sources utilisées n’apparaissant pas forcément caractéristiques compte tenu de l’évaporation importante entre les affaires et les hautes juridictions3. En outre, Jean Chagniot a montré pour Paris que les sources judiciaires ne constituent pas une approche pertinente de la criminalité militaire, la sous-estimation étant évidente mais difficile à évaluer4. La même difficulté se rencontre en Bretagne.

  • 5 Ch. Hamelin, Justice et criminalité dans la seigneurie d’Uzel et La Motte-Donnon (1743-1790), maît (...)
  • 6 Total de 131 procédures pour les années 1751, 1761 et 1771. R. Blandin, Aspects de la criminalité (...)
  • 7 ADIV, C 883, lettre de l’intendant, 22 janvier 1742 ; C 2461, lettre de l’intendant à Breteuil, 7 (...)
  • 8 E. Larsonneur-Marjot, Criminalité et délinquance dans la sénéchaussée royale de Hédé de 1694 à 178 (...)

4L’examen des fonds judiciaires fournit certes quelques affaires mettant en cause des militaires mais on ne peut que souligner leur rareté. Ainsi, aucune des 134 affaires instruites dans la seigneurie d’Uzel et La Motte Donnon ne concerne un soldat5. L’étude des archives du présidial de Nantes sur trois années ne donne pas un meilleur résultat6. En réalité, la plupart des affaires impliquant des militaires n’arrivaient pas devant les juridictions ordinaires. Un exemple, parmi d’autres : en 1742, deux habitants de Tinténiac sont grièvement blessés par des cuirassiers en quartiers7 ; or, les archives de la sénéchaussée de Hédé n’en livrent aucune trace8. Se noyer dans l’océan des archives judiciaires pour en retirer quelques exemples ne semblait donc pas pertinent. En revanche, il aurait été dommage de se priver des affaires répertoriées dans certains mémoires de maîtrise. D’autre part, les fonds de l’intendance livrent un nombre non négligeable d’affaires criminelles mettant en cause des soldats mais, malheureusement, elles sont rarement détaillées et circonstanciées. Le chercheur ne dispose donc que d’éléments assez lacunaires mais pas forcément dénués d’intérêt pour autant.

  • 9 ADIV, C 882, Viarmes à d’Angervilliers, 12 juillet 1737.
  • 10 B. Garnot, op. cit., p. 131-139.

5Les arrangements à l’amiable entre les coupables et leurs victimes ou les proches de ces dernières constituent sans doute la principale cause de soustraction aux juridictions ordinaires. En 1737, à Nantes, deux dragons du régiment de Nicolay blessent sérieusement Boissard, un tailleur de pierre. Le lieutenant de roi s’entremet et, tout en punissant les deux coupables d’un mois d’emprisonnement, fait verser 24 livres à la victime contre son silence. Or, Boissard et sa femme veulent ensuite porter l’affaire devant la justice alors que, pour l’intendant, « ce doit estre une affaire consommée9 ». Les archives ne gardent donc trace de cette affaire qu’à cause de la rupture du contrat tacite entre la victime et l’institution militaire. L’infrajudiciaire occupait sans conteste une place importante, comme dans l’ensemble de la société du reste10.

  • 11 A. Giffard, Les justices seigneuriales en Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1903, Brion (...)
  • 12 ADIV, C 2627, lettre à l’intendant, 24 octobre 1720.

6Même en l’absence d’accommodement, le maquis des juridictions civiles et criminelles d’Ancien Régime pouvait empêcher l’ouverture d’une procédure ou l’instruction d’une affaire. On comprend aisément la réticence des justices seigneuriales à poursuivre des soldats de passage. Au xviiie siècle, les justices seigneuriales n’exerçaient d’ailleurs plus guère leur compétence criminelle. Toute sentence devait bénéficier d’une confirmation par le parlement pour être exécutée. Les procédures criminelles coûtant cher au seigneur et ne rapportant rien à ses officiers, ces derniers ne se mettaient guère en peine d’arrêter criminels et délinquants, à plus forte raison des soldats souvent non identifiés11. Certains juges royaux ne montraient pas plus d’empressement, ce qui avait au moins le mérite d’éviter les interférences avec la justice militaire, pour peu que celle-ci s’exerçât. À propos du meurtre d’un commis des devoirs par deux capitaines du régiment de Lénoncourt, le commissaire des guerres d’Albignac remarque : « Sy le juge criminel dudit Quimper avoit dessendue comme juge naturel des crimes et délits commis dans son ressort, cela pouvoit faire quelque difficulté entre la compétence militaire et la sienne dont l’apel dudit juge criminel ressort à la chambre de la tournel mais il n’a fait aucun mouvement et a resté jusqu’à présent dans l’inaction12. » En fin de compte, il serait vain de vouloir quantifier précisément la violence militaire. Le caractère fragmentaire des sources ne permet pas non plus de proposer une évolution chronologique ni une véritable géographie de cette violence. On dispose tout juste de certains indices à utiliser avec précaution.

  • 13 J. Quéniart, « Militarisation et violence en Bretagne au xviiie siècle », dans Violence et société (...)
  • 14 ADIV, C 137 et C 138. Le recueil le plus ancien concerne le second semestre de 1757. On dispose ég (...)

7Selon Jean Quéniart, « la violence liée au fait militaire représente sans doute environ 5 % de l’ensemble des affaires portées à la connaissance de la justice13 ». Compte tenu de l’importance de la sous-évaluation, la violence militaire représentait un pourcentage supérieur de l’ensemble des actes de violence commis en Bretagne. Vers le milieu du xviiie siècle, l’intendance demanda à tous les subdélégués de lui envoyer chaque semestre la liste des crimes passibles de la peine de mort commis dans leur circonscription. Les recueils ainsi réalisés, très incomplets, mentionnent la date de la dernière procédure engagée mais rarement celle du crime14. Ils peuvent néanmoins fournir quelques indications sur la violence militaire. Pour les six derniers mois de 1758, les crimes de sang et coups et blessures imputables à des militaires représentent 11,3 % du total. En revanche, en 1779, aucun crime n’est attribué aux soldats. Le nombre élevé de crimes d’auteur inconnu (près de 25 % du total) et, peut-être, l’oubli de la mention du statut militaire de certains accusés, y contribuent. Indubitablement, la violence militaire augmentait en période de conflit, avec le nombre plus élevé de soldats présents en Bretagne. En 1758, on se situait donc dans la fourchette haute du crime militaire.

  • 15 J. Chagniot, « La criminalité militaire à Paris… », op. cit., p. 329.

8Le corpus établi dans le cadre de cette étude considère comme violence militaire toute action mettant en cause au moins un soldat ou un officier. Pour la cohérence du propos par rapport au sujet de cette thèse, les marins ont été écartés. La maréchaussée également, compte tenu de la spécificité de sa mission et de son implantation locale. Cependant, tous les cas retenus appartiennent-ils à la catégorie des crimes et délits militaires ? Une réponse négative s’impose. En Bretagne comme à Paris, « tous les crimes et les délits commis par des officiers ou par des soldats n’ét[aient] pas imputables, loin de là, à leur condition militaire15 ». L’implication, comme coupables ou victimes, de plusieurs soldats et officiers en semestre tient davantage, sinon uniquement, à leur insertion locale qu’à leur profession.

  • 16 ADIV, 4B 4264, « plainte de noble homme René Pierre Joseph Dumoustier, capitaine d’infanterie au b (...)
  • 17 ADIV, C 892, Flesselles à Choiseul, 4 septembre 1767, et divers documents sur l’affaire.

9Dans la campagne redonnaise, l’altercation entre un capitaine d’infanterie et un journalier tire son origine du mécontentement de ce dernier qui s’estimait insuffisamment payé pour le fauchage d’un pré appartenant à l’officier16. Querelle d’affaires, aggravée par le mépris du gentilhomme, qui n’implique en tout cas aucunement son statut de capitaine. À Fougères, en 1767, le nommé Des Douets, soldat d’Orléans infanterie, natif de la ville, se rend coupable de violences envers la femme d’un cloutier. Or, le père du militaire est également maître cloutier, visiblement en mauvais termes avec l’époux de la victime17. C’est donc bien l’origine sociale et familiale du soldat qui intervient ici, même si le métier des armes a pu influencer son passage à l’acte et lui faire espérer l’impunité.

  • 18 ADIV, C 893, lettre du comte du Muy, 3 février 1775.
  • 19 ADIV, C 885, procès-verbal de la maréchaussée, 24 février 1747 et lettre du subdélégué du 22 avril

10L’engagement dans l’armée pouvait renforcer une violence latente et le recours intempérant aux armes. Le grenadier Pierre Bellier, dit Lamoureux, utilise son congé de semestre à pratiquer des rapines avec deux compères lorsque, surpris à voler des oies, il fait usage de son sabre et blesse grièvement un laboureur et son domestique18. Certains ne s’en tiennent pas à ces peccadilles et règnent en tyrans sur certaines trèves ou paroisses. Tel est François Balanec, soldat au régiment de Bourbonnais. Les cavaliers de maréchaussée venus l’arrêter y parviennent, non sans mal, mais sont vite assaillis par « une populace » ; ils doivent rentrer bredouilles et ventre à terre. Le subdélégué de Châteaulin confirme que les séides de Balanec tiennent Plonévez-du-Faou en coupe réglée, personne n’osant déposer contre eux19. Les militaires impliqués dans ces affaires restaient donc parfaitement insérés socialement dans la communauté qui les avait vus naître et c’est dans ce cadre précis et familier qu’ils commettaient ou subissaient des violences. Le soldat n’était donc pas toujours un étranger mais prenait aussi les traits du voisin, du fils d’un collègue ou d’un concurrent, voire du maître.

  • 20 J. Quéniart, « Militarisation et violence… », op. cit., p. 404.
  • 21 V. Larreur, Criminalité et délinquance dans les auberges et cabarets en Bretagne au xviiie siècle, (...)
  • 22 ADIV, 4B 4269, 9 septembre 1785, plainte de Joseph Veaudequin, perruquier et soldat du régiment de (...)

11D’autres affaires entrent dans le cadre plus classique de la confrontation entre le « monde stable des communautés familiales et sociales » et celui des errants20. Étranger par excellence, le soldat, sans forcément s’en rendre compte, violait parfois certains sanctuaires. Qu’il ne salue pas les piliers de cabarets ou refuse d’acquitter son obole et la violence peut se déchaîner. Comme deux soldats du régiment de Flandres, en quartiers à Tréguier, refusent de boire avec deux particuliers, l’un de ces derniers les met en joue avec son fusil et tire21. En Avessac, la présence d’un soldat dans un petit groupe de trois personnes motive sans doute en partie l’attaque d’un maçon et de son neveu, le premier s’écriant en le voyant : « C’est à toi grand bougre que j’en veux, je vais t’assassiner22 ! »

Circonstances, temps et lieux : essai de typologie de la violence militaire

  • 23 AMN, EE 260, juillet 1725.
  • 24 ADIV, C 57, Paulmy à Le Bret, 6 juin 1755.

12Les limites précédemment évoquées n’excluent pas une étude visant à déterminer les lieux, les moments et les circonstances de la violence militaire. Une première constatation s’impose : cette violence était pour l’essentiel urbaine. 72,5 % des affaires dont on connaît les circonstances se produisirent en ville. La présence en ville de la plupart des troupes en quartiers constitue la principale explication. En revanche, peu d’affaires survenaient sur les routes empruntées par les soldats, surtout si l’on exclut les auberges. Si les bandes de coupe-jarrets écumant certaines campagnes comptaient souvent en leur sein des déserteurs, peu de soldats se risquaient à une activité de bandits de grands chemins, comme cette dizaine d’hommes du régiment d’Anjou qui sévit quelque temps entre Nantes et Montaigu en 172523. Ajoutons quelques brutalités à l’encontre des charretiers transportant les bagages. On compte seulement une émotion de taille, aux circonstances hélas non précisées. En 1755, une recrue de 25 hommes de la Compagnie des Indes affronta les habitants du village de Campénéac, qu’elle traversait24.

13Sur un total de 50 affaires concernant la ville, 26 surviennent à l’extérieur, dans la rue ou sur une place. Viennent ensuite les cabarets (10 affaires) et les domiciles privés (8). Il y a bien correspondance avec les lieux fréquentés par les soldats, qui passaient beaucoup de temps dans les débits de boisson mais aussi à déambuler dehors. Faut-il s’étonner de ne déceler aucune violence dans les casernes ? Les différends entre soldats ne s’y réglaient pas, en général. Quant aux civils qui ne manquaient sans doute pas de s’y introduire, s’ils subissaient quelques désagréments, ils ne jugeaient pas utile de s’en plaindre.

Figure 23 : Les lieux de la violence militaire en ville ou aux environs proches.

  • 25 J. Quéniart, Le Grand Chapelletout. Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale au x (...)

14Par ailleurs, la violence militaire avait un caractère diurne affirmé (66 % des affaires dont on connaît le moment), contrastant avec la violence générale qui, dans la moitié des cas au moins, éclatait entre le crépuscule et le milieu de la nuit25. Plus impulsifs, peut-être moins calculateurs, les soldats estimaient en outre pouvoir se passer de la protection de l’obscurité.

  • 26 J. Quéniart, op. cit., p. 70.

15L’échantillon permet également de proposer une périodicité de la violence militaire. La belle saison, marquée par des jours plus longs et une activité plus soutenue, voyait une recrudescence des atteintes envers les personnes26. Ce constat ne se vérifie pas pour les militaires. Il est même bien difficile de déceler en ce qui les concerne une violence saisonnière. Tout juste peut-on remarquer des chiffres plus élevés de décembre à avril inclus. Une oisiveté accrue, une surveillance moindre de la part des officiers dont certains étaient en semestre, les opérations de recrutement et leurs corollaires de déplacements, constituent quelques éléments plausibles d’explication. La violence militaire possédait ses caractéristiques et son rythme propres, intimement liés à la répartition des troupes et à leur mode de vie.

  • 27 F. Billacois, Le duel dans la société française des xvie et xviie siècles. Essai de psychologie hi (...)
  • 28 AMN, FF 126, Mellier à de Brou, 2 novembre 1724.
  • 29 F. Billacois, op. cit., p. 357-365.
  • 30 A. Corre, P. Aubry, Documents de criminologie rétrospective : la Bretagne aux xviie et xviiie sièc (...)

16Le duel constituait un aspect particulier des violences militaires. Quoique pratiqué dans différents milieux sociaux, il était intimement lié à la noblesse et à la condition militaire au sein de laquelle il restait un moyen de régler des différends ou d’affirmer son honneur27. La justice, moins indulgente à partir du règne de Louis XIV, se heurtait souvent à l’impossibilité d’identifier le coupable. En 1724, un capitaine de cavalerie est mortellement blessé au cours d’un duel à Nantes. Bien qu’il ait « vescut trois ou quatre heures après avoir reçu le coup dont il est mort, il ne voulut jamais déclarer le nom de ce particulier28 ». La « fraternité » des duellistes ne pouvait, en effet, que condamner une dénonciation, même effectuée à l’article de la mort29. La plupart des procédures engagées n’aboutissaient donc pas30.

Figure 24 : La répartition des affaires de violences militaires au cours de l’année (pour 61 affaires connues).

  • 31 Le 28 avril 1695. G. Pondaven, « Les troupes de guerre à Lesneven sous Louis XIV », BSAF, 1919, t. (...)
  • 32 ADIV, C 922, procès-verbal, requêtes et correspondance, mars et avril 1756.
  • 33 Voir par exemple le préambule de l’ordonnance royale du 25 octobre 1716. AMN, EE 95.
  • 34 AMN, EE 90, procès-verbal du 30 septembre 1717 ; procédure des 12 et 13 novembre 1717.
  • 35 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, présentés par F. Roudaut, Cahiers de Bret (...)

17Notre corpus documentaire permet de proposer un essai de typologie des affaires violentes mettant aux prises militaires et civils. La première catégorie, s’inscrit dans le cadre des fournitures militaires. Logement des gens de guerre et, plus encore, charrois, mettaient fréquemment en contact civils rétifs et soldats prompts à s’emporter. Les charretiers rassemblés à Lesneven pour le transport des effets du régiment suisse de Salis réclamant le paiement d’avance de l’indemnité prévue, les soldats s’emportèrent contre eux puis malmenèrent le syndic venu s’interposer31. La dispersion des soldats et la faible surveillance exercée par les officiers favorisaient les exactions diverses. En 1756, l’arrière-garde du régiment de Lorraine, chargée d’escorter les voitures réquisitionnées, sème le trouble dans les environs de Hédé. Des soldats volent de la nourriture, enfoncent portes et fenêtres, se font nourrir par des paysans et brutalisent l’épouse d’un récalcitrant32. Tout au long du xviiie siècle, règlements et ordonnances relatifs au logement personnel ne cessèrent de faire référence à l’éventualité de troubles et violences causés par les soldats33. On ne peut toutefois que souligner la rareté des traces de brutalité dans les archives. Encore l’altercation entre l’huissier nantais Vion et un maréchal des logis, qui utilise son fouet, vient-elle du refus du premier d’héberger le soldat34. Les doléances de Beuzit évoquent aussi de façon allusive le décès de deux paroissiens consécutif à de mauvais traitements de la part de militaires logeant dans le village35. C’est à peu près tout. Conclure à la rareté des violences serait aventureux mais blessures graves et décès restaient très exceptionnels.

  • 36 L’expression « devoir de rescousse » vient d’Yves-Marie Bercé, Histoire des Croquants. Étude des s (...)
  • 37 Nombreux exemples dans J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience soc (...)
  • 38 ADIV, C 1100, procédure du subdélégué, février-juin 1708 ; supplique de l’officier, janvier 1709.

18Une dernière catégorie d’événement militaire générait des troubles fréquents : l’arrestation d’un fugitif de la milice royale ou d’un déserteur. À chaque fois, l’échauffourée s’inscrivait dans le « devoir de rescousse » de la communauté envers un de ses membres menacé par la force publique36. Il ne s’agissait donc pas spécifiquement d’actions dirigées contre les militaires : gabelous, commis des devoirs, huissiers et bien d’autres en faisaient aussi les frais37. En 1708, à Saint-Jean-Brévelay, le lieutenant Locoual de Lescoublé veut se saisir d’un certain Jehanno, engagé quelques jours auparavant mais en fuite. Les témoins, croyant à un enrôlement forcé, ameutent la population du village, sonnant même le tocsin. L’officier et ses compagnons trouvent alors refuge dans une maison et se barricadent pour échapper à la fureur populaire38. La raréfaction du recrutement abusif en Bretagne après le règne de Louis XIV explique la quasi inexistence de telles affaires par la suite.

  • 39 ADIV, C 882, Viarmes à d’Angervilliers, 10 mai 1737.
  • 40 ADIV, 2B 1871.

19Si ces violences avaient une origine bien déterminée et répondaient à des objectifs clairs, un nombre non négligeable de celles figurant dans le corpus sortent de ce cadre rassurant. Pour beaucoup d’affaires, on chercherait vainement un mobile et une explication rationnelle. Plusieurs agressions commises par des soldats semblent purement gratuites. À Nantes, trois soldats de trois régiments différents agressent ainsi en pleine rue le sieur Garan, qu’ils ne connaissent pas, puis deux bourgeois sortant de l’Académie39. C’est tout aussi gratuitement que deux soldats de Béarn infanterie blessent à coups de sabre un porteur de chaises et un garçon cloutier à Rennes. Ils essaient par la suite de se justifier en accusant leurs victimes de leur avoir jeté de la boue40. On pourrait détailler à l’envi d’autres affaires semblables. Force est de constater que la violence militaire s’exerçait quelquefois gratuitement, par pur plaisir.

  • 41 SHAT, A1 2347, correspondance et instruction du présidial de Nantes, janvier 1711.

20Dans bien des cas, cependant, une querelle préludait aux coups. Le verbe haut, volontiers arrogants, confiants en leurs armes, les soldats avaient souvent la responsabilité du déclenchement des hostilités, leurs adversaires ayant le tort de répondre aux provocations. La bagarre qui, à Nantes, conduit à la mort du garçon chirurgien Jean Gay en 1711, se révèle caractéristique de l’enchaînement irrémédiable de la violence. Peut-être mécontents de perdre, quatre soldats jouant au billard confisquent sa canne à un garçon frater. Une querelle s’ensuit, envenimée par l’intervention de garçons perruquiers. Des officiers surviennent, a priori pour séparer les belligérants, mais un lieutenant, croyant sentir un coup de crosse, tire son épée et s’acharne sur Jean Gay qui pare treize coups avant d’être transpercé41.

  • 42 ADIV, C 68, lettre du subdélégué, 29 mai 1761.

21D’autre part, plus encore que les civils, les militaires accordaient une grande importance à la défense de leur honneur. Tout affront, toute attitude irrespectueuse à leur égard méritait punition. Offusqués de ne pas être invités à danser lors d’un bal donné à Quimper, plusieurs officiers du régiment de Lorraine s’abstiennent néanmoins de provoquer un esclandre avec la bourgeoisie assemblée. À la sortie, un lieutenant corrige toutefois un chirurgien, les deux hommes s’étant retrouvés seul à seul42.

  • 43 ADLA, C 650, procès-verbal contre des soldats du régiment de Bourbon, 30 janvier 1760.

22L’esprit de corps contribuait aussi à donner une importance disproportionnée à certains différends. Cependant, les civils n’étaient pas forcément en reste, surtout s’il s’agissait d’une corporation, d’une communauté villageoise ou de personnes liées solidairement par un événement festif ou religieux. Les autochtones, qui entendaient rester maîtres de la place, affrontaient alors les intrus dans des collisions qui s’apparenteraient aux troubles rébellionnaires nonobstant le fait que les militaires se situaient hors de toute intervention commandée. Une émotion de taille trouble la bourse de Nantes le 30 janvier 1760. Plusieurs officiers et soldats font irruption place de la Hollande l’épée à la main, à la poursuite d’un capitaine de gabare. Comme un consul les prie de se retirer, ils placent leurs baïonnettes sur leurs fusils et bousculent plusieurs marchands. L’attitude résolue de la foule conduit un officier à demander du renfort, qui survient sous la forme d’un piquet de trente hommes. S’ensuit une terrible bousculade, plusieurs particuliers sortant l’épée, mais l’injonction d’un capitaine de « faire feu sur cette canaille » pousse consuls et négociants à s’enfermer dans la bourse43. La foule intervient ici parce que les militaires ont délibérément violé le sanctuaire du négoce nantais et troublé les tractations qui s’y déroulaient.

  • 44 SHAT, A1 1609, lettre de Bouridal, 23 août 1702. Le procureur du roi de Lesneven donne cependant u (...)

23En ce qui concerne la course poursuite épique entre Le Folgoët et Lesneven survenue en 1702, les dragons de Tournemine ne semblent pas les uniques responsables. Lors du pèlerinage du Folgoët, célèbre dans tout le Léon, quelques dragons venus en spectateurs sont pris à partie par des paysans « apparemment eschauffés de vin, ne visitant guère les églises sans en faire autant des cabarets qui les environnent ». Dépourvus d’armes, les soldats s’enfuient sous une grêle de pierres, poursuivis et maltraités pendant une demi-lieue jusqu’à Lesneven. Une partie de l’escadron s’arme alors de fusils, forçant les paysans à effectuer promptement le chemin inverse. L’intervention énergique des officiers évite finalement un bain de sang44.

  • 45 ADIV, C 2639, information du 27 juin 1698 faite par Jean-Baptiste Primaiguier, avocat, procureur f (...)
  • 46 Dans une auberge entre Ploërmel et Josselin, le lundi 5 février 1787. ADIV, 1Bn 3112.
  • 47 Le 26 novembre 1729. A. Soulabaille, « Les gens de guerre et la violence à Guingamp aux xviie et x (...)
  • 48 Exemples à Guingamp en 1691 et à Rennes en 1760. A. Soulabaille, op. cit., p. 127. M.-M. Muracciol (...)

24Dans nombre de cas, la violence de la soldatesque provient d’intérêts matériels, souvent dérisoires en apparence. Ce sont, par exemple, deux dragons qui s’invitent à une fête champêtre près de Redon et se font offrir des chopines de vin par les participants. Lorsque ces derniers se lassent et signifient leur refus de continuer ainsi, les soldats s’en prennent indifféremment à plusieurs personnes qu’ils blessent de leurs épées45. Le refus d’une cabaretière légaliste de servir des soldats après les Vêpres lui vaut des insultes immédiates et, le lendemain, plusieurs coups de bâtons46. Les soldats privés de boisson en venaient donc parfois à de fâcheuses extrémités. La nourriture provoquait également des litiges, particulièrement quand la troupe désirait améliorer l’ordinaire sans recourir au vol. Lorsque le tarif paraissait trop élevé et le vendeur réticent à baisser son prix, le recours aux armes pouvait y aider. Deux paysans de Bourbriac vendant beurre et œufs sont ainsi blessés lors de la foire de Sainte-Catherine à Guingamp47. Quelques affaires à connotation sexuelle émaillent aussi les procédures. Quand des soldats rentrent chez leurs hôtes avec des filles de mauvaise vie, les logeurs récriminent volontiers, s’exposant à être rudoyés48. En fin de compte, les soldats réagissaient volontiers violemment quand on ne leur permettait pas d’améliorer leur ordinaire alimentaire ou de profiter des plaisirs de la boisson et de la chair.

  • 49 A. M. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des p (...)
  • 50 AN, G7 175, lettre à Pontchartrain, 1er février 1692.
  • 51 V. Dahlem, op. cit., p. 62-63.

25En revanche, les rares crimes crapuleux et prémédités étaient davantage le fruit de bandes de déserteurs ou de soldats congédiés49. Les Irlandais rescapés de l’armée de Jacques II, misérables et sans guère d’espoir de retrouver leur terre natale, se rapprochaient de cette catégorie. En 1692, parmi d’autres crimes, ils trucident un marchand à Guer et se saisissent de son argent et de son cheval50. La palme du sordide revient cependant à deux hommes du régiment Royal-Comtois qui, après avoir bu et mangé avec une veuve, la rouent de coups et l’étranglent, pour un gain dérisoire de cinq petits louis et un gobelet d’argent51. La préméditation étant acquise, le crime suscite une émotion considérable à Port-Louis et conduit à un châtiment exemplaire : les soldats subissent la question ordinaire et extraordinaire puis le supplice de la roue.

Les fruits d’une discipline accrue : une violence en recul

  • 52 J. Chagniot, Paris et l’armée…, op. cit., p. 583.

26Les historiens de l’armée d’Ancien Régime s’accordent sur une diminution notable de la violence militaire au cours du xviiie siècle, sans toutefois que cette évolution transparaisse clairement dans les sources judiciaires52. Pour la Bretagne, on se gardera d’utiliser notre corpus documentaire pour quantifier l’évolution chronologique de la criminalité militaire. Cela n’exclut pas une étude plus qualitative basée sur les réactions de l’opinion publique envers la violence militaire, particulièrement celle qui apparaît gratuite et dénuée de mobiles sérieux.

  • 53 G. Pondaven, op. cit., p. 15.
  • 54 À Nantes. Il est vrai que la victime survit et guérit. AMN, EE 260.
  • 55 G. Pondaven, op. cit., p. 27.

27Sous Louis XIV et peut-être un peu au-delà, les protestations des communautés semblent sélectives et interviennent surtout quand la victime appartient au groupe des notables. À Lesneven, l’assassinat, en 1692, d’un avocat par un enseigne de marine provoque un émoi considérable et les protestations du procureur du roi, du bailli et du commis du greffe53. Lorsque, en revanche, un invalide blesse un paysan d’un coup d’épée en 1723 lors d’une foire, les réactions officielles restent fort modérées54. En outre, des motivations économiques suffisent à expliquer certaines plaintes un peu vives. À la suite des incidents du pèlerinage du Folgoët, la communauté de Lesneven délègue des émissaires auprès du maréchal d’Estrées uniquement parce que « la foire du Folgoat est proche55 ».

  • 56 ADIV, C 2639, placet, juin 1698.
  • 57 SHAT, A1 904, 20 avril 1689.

28De façon générale, toutefois, les exactions de la soldatesque furent de moins en moins supportées au cours du xviiie siècle. Dans la région de Redon en 1698, un seul incident grave fait l’objet d’une procédure. Or, des paysans affirment que « partye desdits dragons qui sont en cette ville de Redon font journellement des viollences et volles tenant le peuple en subiéction56 ». À cette époque encore, la plupart des habitants subissent les vexations sans broncher et ne recourent à la justice que dans les situations les plus graves. Une lettre du duc de Chaulnes jette un éclairage cru sur les maux endurés par les Bretons en 1688-1689 : « L’impunité de tant de désordres publics qu’ont fait touttes les trouppes qui ont passé dans la province autoriseroit beaucoup celles qui ne feroient que ruiner leur hostes tout doucement, sans fraper, tuer ny brusler : ce que les régimens d’Alsace et de Languedoc ont fait, et particulièrement le premier57. » Le degré de tolérance de la part des autorités et l’endurance des populations étaient alors élevés.

  • 58 En 1721, deux particuliers, dont un compagnon pâtissier, sont blessés par des soldats du régiment (...)
  • 59 ADIV, C 883, Viarmes à d’Angervilliers, 13 avril et 30 mai 1738.
  • 60 ADIV, C 4705, assassinat commis à Guingamp par les Chasseurs des Pyrénées. A. Soulabaille, op. cit (...)

29La situation évolua d’abord dans les villes. À Nantes, au début du règne de Louis XV, les autorités municipales réagissent assez vigoureusement contre les violences militaires, même lorsqu’elles touchent des gens modestes58. Les mauvais traitements éprouvés par des passants de la part de jeunes officiers et autres jeunes gens font également « grand bruit à Nantes59 ». À la fin de l’Ancien Régime, toute action de ce genre, a fortiori quand elle cause mort d’homme, suscite des réprobations unanimes. À Guingamp, la vigueur de l’émotion de la population lorsque le cabaretier Le Fol est défenestré par des dragons en 1785 témoigne de la rareté de ce type de violence60. Le maire de Guingamp, soulignant l’« attrocité du crime », en appelle au maréchal de Ségur et fustige l’attitude du major du régiment, qui protège ses hommes : « C’est un recelé des accusés, c’est s’opposer à la punition du crime, c’est arrêter le cours de la justice. » Le temps des accommodements semble révolu. Bien que ténus, les indices sont donc relativement convergents.

  • 61 B. Garnot, Le Peuple au siècle des Lumières. Échec d’un dressage culturel, Paris, Imago, 1990. D. (...)
  • 62 Exemple parmi d’autres, en 1753, à Dinan : les dragons parcourent les rues de nuit, troublant le s (...)
  • 63 ADLA, C 188, Mellier à Ferrand, 5 mai 1711 ; AMN, EE3, comte de Lannion à Voisin, 18 mars 1712.
  • 64 ADLA, C 209, Mellier à de Brou, 20 juillet 1717.
  • 65 A. Dupuy, op. cit., p. 233.

30Plus qu’un adoucissement des mœurs pas totalement démontré61, le facteur principal de cette évolution fut les progrès de la discipline militaire. Le casernement y contribua aussi même s’il ne faut pas s’illusionner sur les règlements défendant aux soldats de sortir armés en dehors du service et de vaguer la nuit62. En fait, le comportement des soldats variait considérablement d’un régiment à un autre. Le sinistre régiment de La Vieuville sème, en 1711-1712, la désolation dans le comté nantais, tuant des habitants à Couëron et Herbignac, le comte de Lannion remarquant : « Les soldats de ce dit régiment […] sont les plus déréglés que j’ai connus63. » Toutefois, l’influence des officiers se révélait prépondérante. Mellier se montre sceptique sur les chances d’améliorer le comportement du tumultueux régiment de Bourbonnais car le commandant ne montre guère l’exemple : il « passe très souvent le soir devant ma maison et ne peut se soutenir tant il est épris de vin », affirme le subdélégué64. Si la troupe casernée à Lesneven en 1738 commet de nombreux excès, c’est parce que « les officiers, presque toujours absents, n’exercent aucune surveillance65 ».

  • 66 ADIV, C 1155, 2 janvier 1770.

31Les officiers jouèrent assurément un rôle modérateur croissant. Ils luttèrent pour la plupart contre les manifestations de violences de leurs soldats, tolérant plus ou moins vols et chapardages. Comme le syndic de Guémené se plaint d’un vol de légumes, le commandant de l’escadron rassemble ses hommes et les tance, son intransigeance lui valant un éloge de la part de l’intendant66. De plus en plus vigilants à tempérer les mauvais penchants de la troupe, les officiers n’en restèrent pas moins toujours réticents à livrer les coupables à la justice civile.

  • 67 ADIV, C 137.

32Traduire des soldats en justice se révélait difficile non seulement du fait de la protection accordée par les officiers, mais aussi parce que le départ de la troupe signifiait également celui du ou des coupables. La procédure risquait alors de s’enliser ou délivrait un jugement par contumace, la plupart du temps jamais effectif. Le recueil des crimes survenus dans la province et dressé tous les semestres mentionne encore en 1779 comme affaire en cours l’homicide du Guérandais Pierre Olivaud par deux soldats du bataillon de Marmande, commis en… 175967 ! Pour une affaire datant de 1775, on note à propos du présumé coupable, Jean-Baptiste Aubry : « a suivi le régiment [Royal-Picardie] ». Le changement de quartiers assurait donc fréquemment l’impunité.

  • 68 SHAT, A1 2347, lettre du commissaire des guerres Milon, 31 janvier 1711. ADIV, C 883, Viarmes au c (...)
  • 69 ADIV, C 2627, Le Blanc à de Brou, 25 octobre 1721. Voir aussi ADIV, C 15 pour le jugement.

33Les autorités elles-mêmes balançaient entre la nécessité de ne pas laisser des crimes impunis et celle de ménager des militaires indispensables au service de l’État et parfois trop peu nombreux. L’intendant ou le ministre se laissaient assez facilement fléchir par un officier général intercédant en faveur d’un accusé. Alors que le comte de Lannion implore la clémence ministérielle envers un officier coupable de l’homicide d’un garçon chirurgien, le comte de Lorges, colonel du régiment Royal La Marine, défend efficacement plusieurs de ses officiers impliqués dans un chahut nocturne68. Parmi les six soldats accusés du meurtre du sieur de Chateaubriand, brigadier de la ferme du tabac, l’un est condamné à mort et les autres aux galères perpétuelles. Or, le secrétaire d’État à la Guerre prône une certaine indulgence et demande à de Brou de « voir s’il n’y auroit pas moyen de conserver par la grace ces soldats au Roy, ou du moins en partie69 ». Ministère comme intendance ne suivirent donc jamais une politique clairement définie en la matière. La poursuite d’une procédure civile, l’encouragement aux accommodements, les sanctions dans le cadre du régiment dépendaient largement de leur appréciation sans qu’il y eut jamais vraiment de critères objectifs déterminant telle ou telle option.

  • 70 M. de Saxe, Mes rêveries, présenté par J.-P. Bois, Paris, Economica, 2002, p. 154-157.
  • 71 Turpin de Crissé, Essai sur l’art de la guerre, Paris, Prault et Jombert, 1754, t. 1, p. 15.
  • 72 Servan, général, Le soldat citoyen ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de pour (...)

34Fort de sa connaissance des pratiques en usage dans les autres armées européennes, Maurice de Saxe dénonçait dans ses Rêveries les excès et les incohérences de la discipline militaire française70. Au milieu du siècle, Turpin de Crissé soulignait la difficulté du juste équilibre entre une discipline appropriée et une sévérité trop grande71 mais les penseurs militaires, à l’instar des juristes, ne manquèrent pas de subir l’influence du Traité des délits et des peines de Beccaria, traduit en français dès 1766. Servan critiquait l’absence d’une véritable hiérarchie des peines, le manque de clarté des ordonnances ainsi que le recours trop systématique à la prison, souvent peu dissuasive72. Les progrès incontestables du comportement des soldats ne pouvaient, à la fin de l’Ancien Régime, occulter les incohérences et les insuffisances de la justice à l’encontre des crimes et délits militaires.

Soldats trafiquants

  • 73 F. Hincker, Les Français devant l’impôt sous l’Ancien Régime, Paris, Flammarion, 1971, p. 22.
  • 74 La partie de la Normandie jouxtant la Bretagne n’était pas pays de grande gabelle mais de quart-bo (...)
  • 75 L. Le Goff, Sa Seigneurye Petit Trou : faux-sauniers et société sur la frontière de Bretagne (1672 (...)

35La Bretagne étant pays exempt de gabelle, le prix du sel y était trente à quarante fois moins élevé qu’en pays de grande gabelle73, parmi lesquels les provinces voisines du Maine, de l’Anjou et de la Normandie74. Ces contrastes généraient un important trafic dans lequel les militaires prenaient à l’occasion une part active. Sur un échantillon de 370 faux-sauniers arrêtés en Haute-Bretagne, Laurent Le Goff dénombre 9 soldats et 3 miliciens, soit 3,5 % du total, mais la difficulté de se saisir de ces militaires armés et souvent nombreux entraîne inévitablement une sous-évaluation du phénomène75.

  • 76 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 1, p. 312.
  • 77 AN, G7 536, 25 mars 1709.
  • 78 J. Nicolas, op. cit., p. 50.
  • 79 AN, G7 177, 10 janvier 1694.

36Les troupes en quartiers à proximité de la frontière bretonne se livraient volontiers au faux-saunage. Par rapport aux paysans, fraudeurs semi-professionnels, ils disposaient d’atouts certains, parmi lesquels la célérité, grâce à l’utilisation de chevaux, et souvent le nombre. Plusieurs fois, les greniers à sel de Fougères et Vitré subirent de véritables razzias de la part de dizaines voire de centaines de soldats. En 1693, une expédition regroupe plus d’une centaine d’hommes76 ; en 1709, 110 cavaliers du régiment des Cravattes s’en viennent piller le sel à Fougères77 ; les cavaliers du Régiment Dauphin infanterie en quartier à Mayenne réitèrent l’opération le 30 décembre 1747, en nombre sensiblement égal78. Le nombre comme la puissance de feu dissuadent les employés des gabelles et les forces de l’ordre d’intervenir79.

  • 80 A. Zysberg, Les galériens, vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, (...)
  • 81 L. Le Goff, op. cit., p. 98. L’auteur remarque que les bandes qui se heurtent aux gabelous font pr (...)

37Fréquemment, des civils, contrebandiers habituels, participaient à ces raids. Cette complicité trouvait son origine dans la synergie entre des fraudeurs fins connaisseurs du bocage et de ses chemins de traverse et des soldats lourdement armés et experts dans l’art de la guerre. Chaque partie apportait ainsi son savoir faire et son expérience. Allons même plus loin. Selon A. Zysberg, beaucoup de bandes de contrebandiers étant « composées en partie de soldats déserteurs, elles se donnent une organisation calquée sur le modèle militaire80 ». L’hypothèse selon laquelle soldats et déserteurs influencèrent les groupes de faux-sauniers dans leur organisation et leur manière d’affronter les forces de l’ordre mérite indubitablement l’attention81.

  • 82 J. Gautier, « La contrebande du sel en Bretagne », MSHAB, 1957, t. 37, p. 157.
  • 83 Le 30 novembre 1709, plus d’une tonne de sel est enlevée dans le grenier de Vitré. Les plus grande (...)
  • 84 ADIV, 8B 559, procès-verbal du 21 janvier 1781.

38Ces actions spectaculaires et, au demeurant, paroxysmiques intervenaient toutes en période de guerre et trouvaient leur explication dans les difficultés de subsistance des troupes en quartiers d’hiver dans le Maine, l’Anjou ou la Normandie. La complicité des officiers en apporte confirmation. Durant l’hiver 1692-1693, ceux du régiment d’Asfeld percevaient trois livres cinq sols sur chaque expédition effectuée par leurs hommes82. La fréquence comme l’importance de ces expéditions, qui culminèrent dans la seconde moitié du règne personnel de Louis XIV, s’amenuisèrent après la guerre de Succession d’Autriche sans pour autant cesser tout à fait. Les progrès de la discipline militaire y contribuèrent mais les profits parfois réalisés constituaient toujours un puissant stimulant, surtout que le trafic portait sur des quantités importantes83. Eloigner les troupes affirmant un trop fort penchant pour la contrebande constituait au mieux, un pis-aller. En effet, les longs déplacements ne rebutaient pas cavaliers et dragons. Des soldats en rupture de ban arrêtés au Pertre, à la frontière du Maine, venaient d’un détachement caserné à Josselin, à plus de 120 kilomètres à l’ouest84.

  • 85 ADIV, C 15 et C 2627, diverses pièces du dossier.

39La contrebande concernait aussi le tabac et l’alcool. Il s’agissait toutefois d’une fraude moins visible que le faux-saunage et pratiquée par de plus petits groupes. Cependant, les soldats s’en prenaient à l’occasion aux employés des fermes, comme le reste de la population d’ailleurs. Ils représentaient alors le bras armé des contrebandiers. En 1720, du tabac de contrebande ayant été saisi et un fraudeur arrêté, une expédition comprenant six soldats du régiment de Limousin et nombre de civils s’organise et fond sur la charrette de la ferme du tabac. Seuls les soldats, encouragés par leurs compagnons, portent des coups aux malheureux employés, dont l’un décède85.

  • 86 Ch. Aubert, La contrebande du tabac devant la juridiction des traites de Saint-Malo au dix-huitièm (...)
  • 87 En 1770, des cuirassiers détachés à Antrain étaient les complices des contrebandiers déchargeant l (...)
  • 88 En 1787, un grenadier du régiment de Penthièvre loue une chambre dans un magasin d’eau-de-vie et d (...)

40Il existait aussi une fraude plus diffuse, moins violente, impliquant quelques compagnons d’armes. Les soldats revendaient fréquemment leur tabac de cantine ou du tabac de fraude acquis auprès de trafiquants86. Une aide active auprès des contrebandiers, par exemple pour décharger les cargaisons venues des îles anglo-normandes, valait aux soldats une récompense en nature sur la marchandise prohibée, libre à eux de la vendre en totalité ou de la consommer en partie87. Certains militaires en quartiers occupaient leur temps libre à râper et conditionner le tabac de contrebande. À cette fin, ils disposaient d’un matériel complet et louaient quelquefois une chambre en ville pour dissimuler leur activité, ce qui aurait été plus difficile en caserne88.

  • 89 Ch. Aubert, op. cit., p. 47.
  • 90 ADIV, C 1153, le ministre à l’intendant, 13 avril 1737.
  • 91 ADIV, 7B 33, procès-verbal du 30 octobre 1787 et certificat du lieutenant de roi.

41Dans la juridiction des traites de Saint-Malo, les procédures mettant en cause des soldats croissent à partir de 177089 mais cette évolution bien affirmée marque peut-être davantage une répression accrue qu’une progression de la fraude. Toujours est-il que les autorités militaires assumaient leurs responsabilités et punissaient les coupables. Un conseil de guerre tenu à Guingamp condamne le capitaine de Bourguignon, cavalier arrêté avec deux livres deux onces de faux tabac, à acquitter une amende de cent livres90. Cinquante ans plus tard, trois hommes du régiment de Penthièvre arrêtés avec 150 livres de « faux tabac » sont emprisonnés au château de Saint-Malo en 1787 sur l’ordre du lieutenant de roi de la place91.

  • 92 AN, G7 200, Brilhac au contrôleur général, 16 juin 1720.
  • 93 ADIV, C 883, lettre à Pontcarré de Viarmes, 11 septembre 1741.

42Aux frontières de la Bretagne, les soldats se muaient donc parfois en contrebandiers. Des fraudeurs devenaient aussi soldats et continuaient leur activité interlope quand l’occasion se présentait, influençant inévitablement leurs camarades. Le premier président du parlement de Rennes sollicite en 1720 l’élargissement de deux fraudeurs d’eau-de-vie ; « on peut en faire deux bons dragons » affirme-t-il92. Certaines de ces recrues désertaient rapidement pour retourner à leur activité antérieure, comme le déplorait Orry en 174193. Cependant, endosser l’uniforme permettait souvent de continuer à trafiquer en toute quiétude, l’institution militaire et ses solidarités internes procurant une plus ample protection que la communauté villageoise ou le métier.

  • 94 ADIV, C 1155, lettre d’Erondelle, subdélégué d’Ancenis, 12 octobre 1754.

43Du reste, la contrebande réalisée par les soldats appartenait à l’ordre des choses et les autorités la considéraient avec fatalisme : « Il n’est point étonnant que des troupes armées qui sont dans un pays de vignobles et où les sels sont de commerce libre et à vil prix […] n’y fassent toute la fraude qui se puisse fair » ; « celles qui les ont précédées ont fait comme elles et celles qui leur succéderont feront la même chose94. »

  • 95 J.-Y. Barzic, L’hermine et le soleil. Les Bretons au temps de Louis XIV, Spézet, Coop Breizh, p. 4 (...)
  • 96 ADIV, C 882, Viarmes à d’Angervilliers, 18 octobre 1737.

44Sur les marches de la Bretagne se tissaient entre civils et militaires des relations d’intérêt et de confiance qui n’atteignaient jamais un tel degré ailleurs dans la province. Le soldat était rarement considéré comme un concurrent mais plutôt comme un allié. Gabelous comme autorités provinciales connaissaient ces solidarités. Dans les environs d’Ancenis, un sous-fermier et ses acolytes se déguisent ainsi en soldats pour s’inviter chez un habitant et, après avoir acquis sa confiance, le convaincre de recel de sel95. À propos de deux compagnies de cavalerie établies à Varades, l’intendant s’inquiète de la proximité du village de La Meilleraye dont les habitants, « tous fraudeurs de profession », pourraient montrer le mauvais exemple aux soldats et « mesme les entrainer dans le party de la fraude96 ». En fin de compte, les soldats n’étaient jamais que des fraudeurs occasionnels qui trouvaient ainsi un palliatif ponctuel à la maigreur de leur solde et ne faisaient qu’imiter les populations locales. Ces soldats trafiquants ne représentaient finalement un danger que pour les employés de la gabelle, du tabac et des devoirs et, dans une moindre mesure, pour l’autorité et les finances de l’État.

Un voleur impénitent ?

  • 97 ADIV, C 6093, 28 août 1784.
  • 98 SHAT, A1 1704, lettre des habitants de Redon au maréchal d’Estrées, 24 juillet 1703.
  • 99 ADIV, C 892, septembre 1767 et C 1155, décembre 1769-janvier 1770.
  • 100 A. Farge, Le vol d’aliments à Paris au xviiie siècle, Paris, Plon, 1974, p. 89-94 et 128-130.

45Les grandes entreprises criminelles collectives, comme celle de Cartouche, restaient exceptionnelles et presque circonscrites à la capitale. En revanche, le vol demeurait une pratique courante chez les soldats. La modestie du butin, l’absence de violence sinon la conviction de l’inéluctabilité du phénomène, rendent celui-ci très discret dans les archives. Bien souvent, d’ailleurs, le soldat n’agissait que pour améliorer un peu sa vie quotidienne. Si pain, viande et boisson étaient normalement fournis en quantité suffisante, les légumes constituaient un complément alimentaire appréciable. « Lorsque le soldat manque de légumes, c’est lui ôter la moitié de sa nourriture » affirme l’intendant Bertrand de Molleville97. Or, rien n’était plus facile pour les soldats que de chaparder dans les potagers et vergers. Au début du siècle, les dragons en quartier à Redon allègent vignes et arbres fruitiers98. À Josselin en 1767, comme à Guémené deux ans plus tard, les jardins subissent des ponctions importantes ; dans le premier cas, l’officier commandant l’escadron paie un dédommagement aux habitants lésés, sans que l’entière responsabilité des dragons soit toutefois prouvée99. Il ne semble pas que les soldats volaient couramment d’autres denrées, se démarquant ainsi du vol d’aliments pratiqué par les couches populaires100.

  • 101 ADIV, C 885, d’Argenson à Viarmes, 22 janvier 1747.
  • 102 ADIV, C 4698, dossier sur les dégradations de la maison du chevalier du Haffont de Lestrédiagat, l (...)
  • 103 A Harfleur, en Normandie, les dragons volent aussi des légumes, des fagots et quelques poules. J. (...)

46Les cavaliers n’oubliaient pas non plus leurs fidèles montures. Le maître de poste de Lorient le constata à ses dépens, ses réserves d’avoine et de foin ayant sérieusement diminué après le passage en ville des régiments d’Heudicourt et de L’Hôpital101. En outre, un supplément de bois n’étant jamais superflu, les soldats s’appropriaient des planches, quitte à s’attaquer aux boiseries des casernes ou à piller un navire en réparation102. Légumes, bois voire fourrage, voilà bien l’essentiel des produits convoités, en Bretagne comme ailleurs103. S’il s’agissait là de mieux répondre à des besoins vitaux en remplissant les estomacs et en réchauffant les corps, certains vols avaient néanmoins le profit comme mobile.

  • 104 ADIV, 2B 1850 et 4B 4904.
  • 105 En 1780. A. Dupuy, op. cit., p. 233.

47Des soldats indélicats parcouraient les rues en quêtes de rapine, s’introduisant dans les logis en l’absence des occupants pour y subtiliser des objets divers. S’ils étaient quelquefois surpris104, la plupart du temps l’affaire n’avait pas de suite, en l’absence de témoins. Lorsque la troupe dépassait les bornes, la communauté de ville réagissait. À Tréguier, on perquisitionna dans les casernes, ce qui permit de retrouver de nombreux objets volés et de les restituer à leurs légitimes propriétaires105.

  • 106 ADIV, C 68, Le Bret à Choiseul, 25 mars 1761.
  • 107 ADLA, B 9305, mars 1779.

48Voler ses camarades ou le régiment apparaissait à juste titre comme une trahison de l’esprit de corps et de l’institution, d’où la lourdeur des condamnations. En 1761, un soldat du régiment de Boulonnais ayant volé ses camarades se voit ainsi condamné aux galères perpétuelles106. Les lourdes peines encourues ne freinaient pourtant pas les plus audacieux, comme ces deux soldats de Berwick qui mirent sur pied une organisation bien rodée. Subtilisant des étoffes dans le magasin du régiment, en quartiers à Guérande, l’un d’eux, tailleur de formation, les découpait. Ensuite, l’ancienne lingère Marie Moyon teignait les effets volés et, avec un aubergiste et un marchand d’ardoises, s’occupait de les vendre107.

  • 108 Exemple d’une blanchisseuse qui dérobe chemise et tour de col dans la chambre d’un dragon. V. Dahl (...)

49Finalement, les soldats constituaient sans conteste une catégorie assez portée au vol, sans pour autant que ce délit leur fût systématiquement associé, à l’instar des errants et vagabonds. Certaines bandes hantant les campagnes ou sévissant lors des foires et marchés, et comprenant parfois des déserteurs en leur sein, étaient plus à craindre que les militaires. Enfin, le soldat n’était lui-même aucunement à l’abri de vols et indélicatesses de la part des civils, notamment de ses hôtes, dans le cadre du logement effectif108.

Un éternel séducteur ?

  • 109 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 235.
  • 110 A. Corvisier, Louvois, Paris, Fayard, 1983, p. 355.
  • 111 ADIV, 4B 4263, « Information faite à la requête de Jean-Georges Peltein, cavalier au régiment de B (...)
  • 112 ADLA, C 537, les commissaires au comte de Langeron, 31 octobre 1788.
  • 113 ADLA, C 533, Thébault de La Monderie aux commissaires, 15 juin 1788.
  • 114 ADLA, C 537, mémoire sur le casernement du régiment de Rohan, sans date mais après juillet 1789.

50Les soldats étaient pour la plupart des hommes jeunes qui ne pouvaient guère rester insensibles aux sirènes de l’amour. Seule une minorité d’entre eux connaissaient les liens du mariage dans une proportion difficile à évaluer toutefois109. Le Tellier et Louvois tentèrent, pour des raisons matérielles et psychologiques, de dissuader les soldats de se marier110. De plus, la vie de garnison et ses nombreuses pérégrinations n’étaient pas faites pour séduire les jeunes filles et encore moins leur famille. Le cavalier Jean-Georges Peltein, du régiment de Bourgogne, parvint certes à se marier à Redon mais lorsque, faute d’avoir obtenu son congé absolu, il se proposa d’emmener son épouse avec lui, la belle-famille réagit et séquestra la jeune femme111. En outre, la présence de femmes et d’enfants au sein des armées posait de réels problèmes de logement. La commission intermédiaire n’octroyait une indemnité pour les lits des casernes qu’en fonction du nombre de soldats. Pour les femmes, « il est de principe en Bretagne qu’elles soient logées de gré à gré et à leurs frais » expliquent les commissaires en 1788112. Seuls les régiments suisses, en vertu de leurs privilèges, bénéficiaient de conditions beaucoup plus favorables113. C’est seulement avec la Révolution que l’on commença à prendre en compte les soldats mariés : on prévoit pour eux et leurs épouses des chambres à Nantes en 1789114.

  • 115 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 1, p. 381, 29 décembre 1694.
  • 116 A. Corvisier, Louvois, op. cit., p. 354-355.
  • 117 N. Roger, « Soldats et prostituées : un couple indissociable dans la société de Louis XIV », RHA, (...)
  • 118 ADIV, C 154, correspondance et liste, février 1745.

51La prostitution compensait en partie l’absence de compagne. Invariablement, les prostituées suivaient les troupes en marche et s’établissaient dans les mêmes quartiers. En 1694, Nointel remarque que « les femmes et les filles qui sont enfermées à Brest y ont esté attirées par les régimens qui y ont campé pendant cet été, et le mesme inconvénient arrivera toujours tant qu’il y aura des troupes115 ». Autant dire que les redoutables sanctions prévues par les ordonnances s’avéraient peu dissuasives. Soucieux, notamment, de prévenir la propagation des maladies vénériennes, Louvois étendit le 30 mars 1687 à tout le royaume une ordonnance de 1684 prévoyant de couper le nez et les oreilles des filles trouvées en compagnie de soldats à moins de deux lieues des camps116. Elle fut peu appliquée117 et, la plupart du temps, on se contentait de fouetter les coupables et de les enfermer. Certains officiers veillaient sur la santé et la moralité de leurs hommes comme le commandant du bataillon de milice de Fontenay-le-Comte qui fit arrêter et enfermer au château de Brest dix filles de joie, qui passèrent par les verges au péril de leur santé118.

  • 119 M-Th. Cloître (dir.), Histoire de Brest, Brest, CRBC, 2000, p. 108-109.
  • 120 AMN, GG 754, 29 août 1763.

52Les opérations d’enfermement montraient les mêmes limites que pour les vagabonds. Des postulantes prenaient simplement la place des filles arrêtées. En 1777, les autorités militaires de Brest appréhendèrent et envoyèrent à Rennes trente-cinq filles mais le marquis de Langeron constata bien vite qu’« il ne paraît pas qu’on en ait diminué le nombre119 ». Enfin, des prostituées se dissimulaient au sein même de l’armée, qu’il s’agît de certaines blanchisseuses ou vivandières voire d’épouses de soldats qui bénéficiaient ainsi d’une protection idéale. Le dragon Joseph Martin fait ainsi passer pendant trois ans une Allemande pour sa femme et l’abandonne à Nantes lorsqu’elle tombe enceinte120.

  • 121 AMN, FF 271.
  • 122 ADLA, C 209, lettre de Mellier à de Brou, 20 juillet 1717.
  • 123 En 1751-1752. A. Soulabaille, Guingamp sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 1999, p. 43.

53Il ne faudrait cependant pas croire que les soldats recouraient uniquement à une prostitution qui leur aurait été exclusivement destinée. Ils fréquentaient aussi bien les bordels que les très petits établissements et les filles indépendantes. Il ne s’agissait jamais que de clients parmi d’autres. Un procès-verbal de 1746 recense ainsi trois catégories de personnes fréquentant une maison de tolérance : bourgeois, marins et soldats121. Les soldats n’apparaissent dans les archives policières que lorsqu’ils font du tapage ou insultent les voisins d’une maison close. En outre, pendant la belle saison, certains cédaient aux avances d’une « raccrocheuse ». Les bourgeois de Nantes se plaignent en 1717 que « des soldats viennent la nuit avec des filles de mauvaise vie pratiquer leurs exercices sur le foin ramassé et font divers ravages122 ». L’arrivée et le séjour d’une troupe apportait certes une clientèle nombreuse aux maquerelles mais risquait néanmoins d’attirer l’attention des autorités sur leur commerce. Marie Olivier dépassa probablement les bornes lors du séjour du régiment de Conti. Les officiers se plaignirent au procureur général du parlement que « des femmes de mauvaise vie perdoient leurs troupes dans Chatelaudren et enclaves en Plélo », ce qui conduisit à sévir contre cette « école de perdition123 ».

  • 124 L. Guesdon, La criminalité dans la sénéchaussée de Dinan à la fin de l’Ancien Régime, DES, Rennes, (...)

54Les soldats représentaient aussi un danger pour la vertu des femmes et des filles, quoique certaines n’eussent pas besoin de leur présence pour se dévergonder. Pour des femmes courant l’aventure, les militaires représentent des partenaires parmi d’autres. Un marchand de Dinan se plaint ainsi que depuis trois années son épouse « a toujours continué ses débauches, tantôt avec la troupe, tantôt avec d’autres124 ». Chaque localité comptait de telles libertines qui n’avaient cependant pas l’apanage des rencontres avec les soldats.

  • 125 A. Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France, Paris, Fayard, t. 2, p. 108.
  • 126 F. Olier, « Le Conquet, garnison du bout du monde. La vie militaire au Conquet au xviiie siècle », (...)
  • 127 J.-L. Bruzulier, « L’illégitimité et l’abandon à Vannes entre 1760 et 1789 », ABPO, 1991, n° 4, t. (...)
  • 128 M.-Th. Cloître (dir.), op. cit., p. 109.

55Les naissances illégitimes mentionnées dans les registres paroissiaux fournissent des précisions quant à la présence militaire et ses fluctuations125. Au Conquet, alors qu’on n’observe aucune naissance illégitime de 1740 à 1753, l’afflux de troupes pendant la guerre de Sept Ans entraîne un développement indéniable du phénomène avec deux cas en 1756, 1757, 1759 et 1763 et jusqu’à cinq en 1761126 ! Le départ de nombreux Conquétois comme marins se conjugue à l’arrivée des soldats et prive femmes et filles de la présence comme de la surveillance des maris et pères. Une même constatation s’impose pour Vannes, où les trois « clochers » de naissances illégitimes correspondent aux années 1761, 1779 et 1787127. Néanmoins, certains contemporains exagéraient l’ampleur du phénomène. L’affirmation de la communauté de Brest selon laquelle « la multiplicité des troupes de terre et de mer triple le nombre des bâtards » est démentie par un taux de naissances illégitimes de 12 % (dans les années 1780), guère supérieur à celui des autres villes bretonnes128.

  • 129 M.-Cl. Phan, « Les déclarations de grossesse en France (xvie-xviiie siècles) : essai institutionne (...)

56Les déclarations de grossesses constituent indubitablement la meilleure source pour une étude sérielle visant à cerner la responsabilité des soldats dans les naissances illégitimes. Certes, la connaissance de l’identité du père repose pour l’essentiel sur la déclaration de la fille mère mais, concernant les soldats, cela ne paraît guère gênant. En effet, pour obtenir un mariage avantageux ou une compensation financière intéressante, une servante, par exemple, pouvait incriminer son maître ou un notable, ce qui rendit d’ailleurs les autorités de plus en plus circonspectes129. Ce genre d’inconvénient pouvait tout au plus se poser pour les officiers mais pas pour les simples soldats.

  • 130 AMN, GG 749, GG 753 et GG 757. Le pourcentage réel est supérieur car certaines filles de la campag (...)
  • 131 J. Depauw, « Amour illégitime et société à Nantes au xviiie siècle », AESC, 1972, n° 4-5, p. 1155- (...)
  • 132 AMN, GG 749.

57L’étude des registres permet donc d’affiner la responsabilité des soldats dans les naissances illégitimes. Elle confirme la corrélation établie avec les périodes de conflits. À Nantes, les trois périodes pendant lesquelles la responsabilité des soldats dans les naissances illégitimes sort de l’anecdote sont celles des trois guerres de Succession d’Autriche, de Sept Ans et d’Amérique. Alors qu’avant 1741, leur responsabilité est négligeable, les militaires représentent 4,8 % des pères déclarés entre 1742 et 1747, 12,3 % pour l’année 1760 et 4,5 % en 1780130. En outre, officiers de la marine et marins de tout poil généraient plus de bâtards que les soldats131. Par ailleurs, l’armée apparaissait comme une échappatoire pour les pères non désireux d’assurer les conséquences matérielles voire judiciaires de leur paternité : ils sont ainsi quatre à rejoindre l’armée réglée et six la milice au cours de la guerre de Succession d’Autriche à Nantes132.

58Sans nul doute, l’uniforme, le port altier voire le verbe haut permettaient aux soldats de séduire filles et jeunes femmes. Restons toutefois vigilants car la logique même des déclarations de grossesses agit comme un miroir déformant : les filles mères y sont presque toujours victimes d’un séducteur. La réalité était forcément plus complexe, la séduction ne s’exerçant pas forcément en sens unique. En tout état de cause, les sources utilisées ne permettent pas de distinguer ingénues et dévergondées !

59Toutes ces femmes sont d’humble extraction. Leur père – le registre indique généralement sa profession lorsqu’il vit encore – est journalier, portefaix, cordier, jardinier ou cordonnier. Quelques-unes se déclarent sans profession. Parmi les autres dominent les servantes et les lingères ou blanchisseuses. Notons aussi d’autres activités liées au vêtement : brodeuse, tailleuse. Enfin, deux ou trois vendent des fruits dans la rue. En fin de compte, ces activités contribuaient à mettre en contact filles et soldats. Déambulant dans les rues, les militaires ne manquaient pas d’adresser quelques compliments aux marchandes de fruits des carrefours, de lier connaissance avec des servantes effectuant les emplettes de leurs maîtres. Le nettoyage et la conservation de leur uniforme les forçait parfois à recourir aux services de blanchisseuses ou de brodeuses locales. La plupart du temps, filles séduites et soldats appartiennent au même milieu social et la connivence née de la fréquentation des mêmes lieux facilite les rencontres et l’ébauche des idylles.

  • 133 Le régiment de Boulonnais arrive à Nantes le 30 novembre 1779 et en repart le 9 octobre 1780. Le r (...)

60Bien souvent, la relation ne se résumait pas à une brève étreinte mais durait probablement des semaines sinon des mois. Les filles mères connaissaient généralement le nom ou le surnom de leur séducteur ainsi que son régiment ou son grade. Cela suggère une fréquentation assez longue assortie de discussions et confidences. Pour les années 1780-1781, le contraste entre les paternités illégitimes des soldats de Conti et de Boulonnais est saisissant : quatre paternités reconnues pour le premier et seize pour le second. La durée plus courte du séjour du régiment de Conti constitue l’explication la plus satisfaisante133. En effet, la première conception n’intervient qu’en février 1780, plus de deux mois après l’arrivée de ces troupes. Pour le régiment de Boulonnais, la moitié des conceptions s’échelonnent entre juin et septembre 1780. Or, le régiment de Conti quitte la ville début juin.

  • 134 La vie véritable du citoyen Jean Rossignol, vainqueur de la Bastille et général en chef des armées (...)

61Une tendre amie pouvait en outre rendre des services en cas de difficultés. Lorsque Rossignol, futur général des armées de la République, est emprisonné à Saint-Malo à la suite d’une dispute, sa maîtresse lui envoie quotidiennement de la nourriture134. Finalement, les soldats ne se distinguaient pas fondamentalement des autres catégories d’itinérants souvent prisés par les femmes en mal d’amour. Les marins, les compagnons du tour de France voire les artistes en tournée laissaient également des bâtards derrière eux.

Le soldat, vecteur d’épidémies

  • 135 La population passe probablement de 2,3 millions à 2,2 millions. J. Quéniart, La Bretagne au xviii(...)

62Le « beau xviiie siècle » démographique vit, entre 1700 et 1789, la population du royaume de France augmenter de plus d’un quart. La Bretagne resta à l’écart de cette croissance. Elle connut même à la fin de l’Ancien Régime une évolution inverse. La période du plein démographique, celle de l’« âge d’or », est antérieure à 1675-1680. La faible croissance des deux premiers tiers du siècle précéda une nette décroissance pour les années 1770-1790, largement imputable aux épidémies qui ravagèrent alors la province135.

  • 136 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, t. 2, De la Renaissance à 1789, Paris, P (...)
  • 137 AN, H1 334, États de 1756, mémoire sur les levées de milices.
  • 138 ADIV, C 73, 7 mars 1764.

63Si les philosophes et économistes, qui déplorèrent presque unanimement la dépopulation du royaume, se trompèrent lourdement136, les analystes bretons s’approchèrent davantage de la réalité. Les États de Bretagne utilisèrent à l’envi cet argument pour tenter d’obtenir un allégement des charges fiscales pesant sur la province. Il est toutefois légitime de penser qu’au-delà d’une rhétorique convenue, les députés bretons s’aperçurent des difficultés démographiques. En 1756, ils remontrent que « tant de causes de dépopulation ne sont pas aussi fréquentes dans les autres provinces du Royaume, ce n’est pour ainsi dire qu’en Bretagne qu’elles se réunissent toutes à rendre les campagnes presque désertes137 ». Or, quelles sont les causes invoquées à ce déficit croissant de population ? Pêlemêle les épidémies, les nombreux marins, le recrutement de l’armée, et surtout de la milice royale, les travaux des mines et ceux des arsenaux. L’armée n’était donc considérée comme un facteur de dépopulation qu’à travers les hommes enlevés à la province et qui ne revenaient pas. L’intendant Le Bret attribuait de même la prétendue chute de population au nombre excessif de marins et à la guerre, qui causaient un déficit de naissances138.

  • 139 SHAT, A1 961, lettres de Bouridal des 8 mai et 1er juin 1690. G. Minois, Nouvelle histoire de la B (...)

64Les contemporains firent pourtant plusieurs fois le lien entre armée et épidémies, que ce fût au sujet des Irlandais de Jacques II au début des années 1690 ou des soldats malades débarqués à Brest en 1757139. Plusieurs facteurs contribuaient à faire des soldats des vecteurs idéaux de maladies contagieuses : l’entassement dans des casernes parfois insalubres, une hygiène douteuse, et surtout une forte mobilité. En plusieurs occasions, les épidémies progressèrent vraiment au pas du soldat.

  • 140 J.-P. Filippini, « Le régime alimentaire des soldats et miliciens pris en charge par la marine fra (...)
  • 141 J.-P. Goubert, Malades et médecins en Bretagne 1770-1790, Rennes, Klincksieck, 1974, p. 329.
  • 142 A. Dupuy, « Les épidémies en Bretagne au xviiie siècle », AB, 1886-1887, t. 2, p. 38.

65L’intégration de la Bretagne dans l’aire géostratégique atlantique et son nouveau statut de province frontière vis-à-vis de l’Angleterre à partir de la seconde moitié du xviie siècle se paya au prix fort. Sur cette nouvelle interface du royaume de France, Brest, et dans une moindre mesure Lorient, jouèrent le rôle de synapses par lesquelles arrivaient ou partaient les flux de marins et de soldats. Non seulement les troupes débarquées, affaiblies par une alimentation mal équilibrée140 et, souvent, par le scorbut, payaient un lourd tribut aux maladies mais elles amenaient fréquemment avec elles des épidémies. En 1741, le débarquement de l’escadre du marquis d’Antin donna lieu à des épidémies de typhus et de dysenterie141. Toutefois, le grand choc eut lieu en novembre 1757. Le typhus fit alors des ravages parmi les hommes débarqués de l’escadre du comte Dubois de La Mothe et se communiqua ensuite à la population brestoise. On compta plus de 3 000 morts dont près de 1 000 civils142. Il y eut plus grave : le « mal de Brest » se répandit dans la province et y devint endémique, connaissant périodiquement des poussées mortifères.

  • 143 J.-P. Goubert, op. cit., p. 105.
  • 144 ADIV, C 89, placet des maîtres apothicaires de Fougères, 1er décembre 1779.
  • 145 ADIV, C 882, 12 juin 1737. La guerre de Succession d’Autriche provoqua un afflux de soldats malade (...)
  • 146 ADIV, C 89, requête des administrateurs de l’hôpital de Saint-Brieuc, 1779.

66Les épidémies trouvaient dans la province un substrat favorable largement alimenté par la misère et les mauvaises conditions sanitaires. Un autre facteur propice à leur expansion fut le manque d’isolement des soldats malades. Comme les quelques hôpitaux militaires ne suffisaient pas en temps de crise, les soldats submergeaient fréquemment les hôpitaux civils. Pour la période 1741-1791, soldats et marins représentent entre 5 et 50 % des patients de l’hôpital général de Morlaix143. Les établissements éloignés des côtes connaissaient le même phénomène. À Fougères, l’établissement d’une garnison quasi permanente obligea les administrateurs de l’hôtel-Dieu Saint-Nicolas à augmenter sensiblement les capacités d’accueil, qui passèrent de 39 à 89 lits entre 1762 et 1779, une chambre particulière étant même réservée aux militaires144. Un tel afflux, qui ne s’accompagnait pas d’un accroissement du personnel, se faisait inévitablement au détriment des soins prodigués aux autres malades et aux pauvres. C’est ce qui motiva la demande de Viarmes pour la nomination d’une sixième Fille de la Charité à l’hôpital de Belle-Île145. Pendant la guerre d’Amérique, les administrateurs de l’hôpital de Saint-Brieuc tirent la sonnette d’alarme : « les desservants sont excédés de fatigue et l’apoticairerie épuisée, ainsi que le linge et tous les fonds nécessaires ». Il semble même qu’on expulsa quelques malades civils, les soldats « ayant été placés un peu brusquement au dit hôpital146 ».

  • 147 ADIV, C 884, d’Argenson à Viarmes, 24 septembre 1744.
  • 148 Cité par J.-P. Goubert, op. cit., p. 335-336.
  • 149 SHAT, A1 961, lettre de Bouridal du 1er juin 1690. Selon un état joint à la correspondance, on com (...)

67Par ailleurs, les malades contagieux étaient rarement isolés : à Brest, leurs camarades valides venaient les visiter et contribuaient ainsi à répandre les épidémies147. En outre, quand l’hôpital devenait mouroir, beaucoup de malades, dès qu’ils pouvaient marcher, prenaient la poudre d’escampette. Le médecin briochin Bagot le déplorait en 1758 : « Cette maladie […] se répandit ensuite dans une partie de la province où elle fut apportée tant par les convalescents que par les malades qui s’échappaient des hôpitaux aussitôt qu’ils se sentaient un peu de vigueur pour fuir une mort d’autant plus certaine que le défaut de soins se joignait au fléau destructeur et l’aggravait148. » Les hôpitaux de fortune installés dans des lieux inadéquats, parfois des chapelles, ne contribuaient pas peu à cette déplorable situation. On plaçait même parfois des soldats malades chez l’habitant, dans le cadre du logement des gens de guerre. Si la plupart des Irlandais dysentériques débarqués en 1690 se retrouvent dans des hôpitaux, des appentis, des magasins de l’arsenal de Brest voire des écuries, certains sont dispersés dans quatorze paroisses où « leur maladie se communique aux habitans dont quantité ont le pourpre. […] Il y a mesme un sindic qui prenoit beaucoup de soin des malades qui se meurt, ce qui ralentit l’ardeur de tout le monde149 ». On comprend, dès lors, l’empressement des communautés à faire partir les soldats dès qu’ils pouvaient tenir debout et cela même s’ils demeuraient contagieux…

  • 150 A. Dupuy, « Les épidémies en Bretagne… », op. cit., p. 30.

68Cependant, certaines épidémies ne devaient rien aux troupes. En 1741, par exemple, la typhoïde éclate dans les environs de Vitré avant de se répandre et l’armée n’y est pour rien150, d’autant plus que les mouvements militaires sont très rares en été. Seul un travail titanesque retraçant mouvements des troupes et expansion des épidémies pourrait davantage préciser les responsabilités des soldats, à condition de bien identifier les maladies et de ne pas négliger l’existence de foyers d’infection persistants et pouvant se réactiver.

  • 151 ADIV, C 2556.

69Il existait aussi nombre d’endémies, dont certaines véhiculées par les soldats. Deux types d’infections dominaient : les maladies vénériennes et la gale. Concernant les premières, les militaires, clients assidus des prostituées, constituaient sans conteste une population à risque. Quant à la gale, largement répandue dans la population rurale bretonne, elle concernait d’autant plus les soldats qu’ils vivaient dans des conditions d’hygiène pour le moins douteuses. Un état des malades de la gale et de la gonorrhée de quatre régiments stationnés en Bretagne en 1777 montre l’importance de ces affections : on y compte 688 hommes soit environ 17 % du total de la troupe151 !

  • 152 J.-P. Goubert, op. cit., p. 118.
  • 153 ADIV, C 3834, p. 1085.
  • 154 Ibidem, p. 1199, lettre au correspondant de Dinan, 19 février 1782.
  • 155 J. Haize, « Aux camps de Paramé. Un officier et un soldat », ASHAASM, 1925-1926, p. 171.

70Pour ces maladies, on prit l’habitude de ne pas envoyer les patients dans les hôpitaux mais plutôt de les consigner dans des infirmeries attenantes aux casernes152. Les lits étaient alors fournis par les habitants ou les communautés. Les commissaires des États rechignèrent parfois à la gestion de ce domaine particulier et purent s’appuyer, dans les années 1780, sur l’ordonnance royale du 2 mai 1781 prescrivant de traiter les galeux dans les hôpitaux153. Ils durent cependant le plus souvent encourager les communautés urbaines, souvent fort réticentes, à l’instar de celle de Dinan en 1782, à faire la fourniture154. Quoiqu’une désinfection des literies fût ultérieurement prévue, de tels procédés ne pouvaient qu’entretenir l’endémie. Attraper la gale semblait presque normal, si l’on en croit le comte de Tilly, qui campa à Paramé en 1779 : « En Bretagne, ce n’est pas une affaire ; plusieurs officiers du régiment partagèrent ma bonne fortune155. »

  • 156 ADIV, C 89, requête des administrateurs de l’hôpital de Saint-Brieuc.

71La responsabilité des soldats dans l’entretien et la réactivation de foyers de paludisme, en particulier dans les environs de Saint-Brieuc, reste à prouver bien qu’on puisse la conjecturer. En 1779, le régiment du Maine arrive à Saint-Brieuc avec un certain nombre de soldats touchés par la « maladie de Dol » (une forme de malaria ?) et répand l’épouvante dans la cité156.

  • 157 C’est notamment le cas en 1771 pour des chevaux morveux de la Légion de Condé en quartier à Lesnev (...)

72Enfin, l’importance des épidémies ne doit pas occulter l’existence d’épizooties très dommageables. La correspondance de l’intendance livre régulièrement des cas de chevaux morveux parmi les détachements de cavalerie et de dragons en quartiers. Si les militaires se montraient quelquefois très laxistes, le commissaire départi et ses subdélégués déployaient au contraire un zèle réel à combattre le mal157. S’il reste difficile d’évaluer l’efficacité de ces mesures, il semble toutefois que la Bretagne ne connut pas d’épizootie équine dévastatrice au xviiie siècle.

Service de l’intérêt commun et maintien de l’ordre social

  • 158 J. Chagniot, Paris et l’armée…, op. cit., p. 611 et suivantes.

73À partir des années 1760, la littérature et l’opinion publique éclairée participèrent activement à la réhabilitation du militaire. Toutefois, comme l’a montré Jean Chagniot, ce n’est pas tant l’image du guerrier que l’on encense que celle du soldat utile à la société en troquant le fusil pour une pioche158. Les troupes casernées à Paris, en particulier les Gardes françaises, furent largement sollicitées en ce sens mais les soldats en quartiers en Bretagne n’y échappèrent pas davantage. L’utilitarisme de l’armée, au moins pour l’État et le groupe social dominant, signifiait aussi contribuer au maintien de l’ordre public, en prêtant main forte aux forces de police, notamment pour contenir la populace.

74Il ne s’agissait pas là d’une mission nouvelle mais d’une utilisation traditionnelle qui tendait cependant à s’adapter et à se perfectionner. Se posèrent aussi les questions du choix de l’intervention et de ses modalités. De la mission traditionnelle qui s’adaptait et s’élargissait aux nouveaux domaines d’activité de l’armée, c’était toujours au nom de l’intérêt commun que l’institution agissait.

Une mission traditionnelle : le maintien de l’ordre

  • 159 Le cas se produisit auparavant mais il y eut alors généralisation de cette pratique. J. Pradel, Na (...)
  • 160 AMN, BB 61, 12 janvier 1696.
  • 161 AMN, BB 60, 29 novembre 1694.
  • 162 ADIV, C 883, Viarmes à d’Angervilliers, 13 avril 1738.

75La notion de maintien de l’ordre recouvrait des situations variées qu’il importe de préciser. Il s’agissait d’abord de veiller à la sécurité publique, principalement en ville, par des patrouilles et des sentinelles. Lorsqu’une troupe séjournait en quartiers dans une ville, elle occupait les corps de garde et organisait des patrouilles de nuit afin d’assurer la sécurité des habitants. Bien souvent, l’armée se substituait purement et simplement à la garde bourgeoise. À Nantes, on chargea les soldats de la patrouille à partir de 1693159. C’est ainsi qu’en 1696, huit cavaliers du régiment de Rassan, en quartier d’hiver, arpentaient les rues pendant la nuit160. Cette présence n’était pas uniquement dirigée contre les malandrins. Nointel y voyait « le seul moyen d’empêcher les désordres que les soldats […] peuvent faire dans la ville161 ». On devine néanmoins les limites du procédé, mises en exergue par l’épisode survenu en 1738. Comme des officiers maltraitaient les passants, une escouade de la milice bourgeoise survint, épaulée par deux soldats. Or, ces derniers reconnurent leurs officiers parmi les fauteurs de troubles et changèrent de camp, tirant même sur la garde bourgeoise162 ! C’est probablement pour cette raison, d’ailleurs, que la garde bourgeoise continuait en général la patrouille conjointement avec les soldats en quartier.

  • 163 AMN, AA 80, procès-verbal, 27 janvier 1766.
  • 164 B. Pocquet, Histoire de la Bretagne, Rennes, Plihon, 1914, t. 6, p. 145.

76Les piquets de soldats et sentinelles présents lors de manifestations publiques remplissaient d’abord une fonction dissuasive. Il s’agissait d’éviter les débordements de la foule. La présence d’invalides pendant la cérémonie funèbre en l’honneur du dauphin en 1766 relève de la même nécessité : ils sont postés en différents endroits de la chapelle de la Bourse et aux angles de l’estrade supportant le catafalque163. Il y eut cependant des présences préventives dans un contexte plus tendu. Les mesures prises à l’occasion de l’exécution à Nantes du marquis de Pontcallec et de trois de ses compagnons constituent sans conteste l’exemple le plus frappant. Les condamnés se rendirent du château à l’échafaud de la place du Bouffay entre une haie de soldats, les autorités craignant, à tort, une éventuelle mobilisation du peuple en leur faveur164.

  • 165 AMN, EE 125 et EE 97.
  • 166 AMN, II 37, le comte de Lannion à Mellier, 13 avril 1714.
  • 167 Cette amélioration n’excluait pas des troubles sérieux en certaines occasions. Quand, en 1774, à A (...)
  • 168 AMB, 2S 1, mémoire général sur l’emplacement des troupes en Bretagne, 9 novembre 1788.

77On plaçait volontiers des sentinelles à des lieux sensibles sinon stratégiques. Cette tâche incombait en priorité aux invalides. À Nantes, par exemple, on en plaça à la Monnaie à partir de 1720 et aussi à l’hôtel de ville les jours d’arrivée des troupes afin d’empêcher la perturbation de la délicate opération de la distribution des logements165. En ce qui concerne la garde de la comédie, les autorités se montrèrent plus circonspectes. En 1714, la municipalité préféra employer des archers de ville pour le bon ordre des spectacles et récusa une garde composée de soldats du château166. On redoutait en effet que les invalides ne demeurassent passifs en cas de troubles suscités par de jeunes officiers. En 1780, en revanche, on en appela naturellement aux invalides pour garder le théâtre, signe tangible d’une moins grande défiance de la municipalité et de l’amélioration notable du comportement des militaires167. Enfin, les prisons, souvent vétustes et foyers de révoltes, nécessitaient parfois une présence militaire. Lorsque des troupes ne séjournaient pas en quartiers à Nantes mais à proximité, on y envoyait un détachement168.

  • 169 ADIV, C 136, ordonnance imprimée de Bertrand de Molleville, 18 mai 1785.
  • 170 ADIV, C 1714, lettre des notables de Baud, 1er septembre 1788.
  • 171 En 1789, plusieurs négociants d’Hennebont s’adressent d’abord aux juges pour obtenir l’aide de la (...)
  • 172 « Il est ordonné aux troupes qui sont à Lamballe, Saint-Brieuc et Guingamp de prêter main forte po (...)

78Les interventions lors d’émotions populaires constituent un autre aspect, beaucoup plus exceptionnel, du maintien de l’ordre. L’armée agissait presque exclusivement suivant la procédure de la mainforte. On faisait appel à elle lorsque ceux chargés habituellement du maintien de l’ordre n’y pouvaient suffire. Quand le tirage au sort des garçons de Plounéour-Ménez tourne à l’émeute le 21 avril 1785, la maréchaussée est submergée, plusieurs de ses membres tombant même à terre. Seule l’arrivée d’un détachement de Royal-Roussillon, caserné dans cette ville de Morlaix, rétablit le calme et sauve les cavaliers du lynchage169. La maréchaussée prenait assez vite le pouls de la situation et déclarait volontiers son insuffisance. Les cavaliers envoyés à Baud en 1788 pour surveiller le marché aux grains n’osèrent intervenir, ce qui détermina le maire et le procureur fiscal à demander l’envoi d’un détachement de soldats170. La requête d’une intervention en mainforte provenait donc le plus souvent des responsables municipaux ou des juges. Dans certaines séditions relatives à l’exportation des grains, on vit aussi des négociants en appeler aux troupes réglées. Toutefois, ils respectèrent alors la procédure normale et s’adressèrent d’abord aux juges171. Cependant, l’autorisation de la plus haute autorité militaire de Bretagne s’avérait indispensable. Quand les troubles se répétaient, le commandant en chef ou son représentant accordait une autorisation globale. Le comte de Thiard émit ainsi un véritable blanc-seing en faveur d’une compagnie de négoce de Lamballe en 1789 mais la saisie de la justice demeurait obligatoire172.

  • 173 ADIV, 2B 1944, procédure, affaire survenue le 5 août 1788.

79Un subdélégué pouvait, au nom de l’intendant, demander son concours à un officier. Il restait néanmoins soumis au bon vouloir du militaire, la négociation se substituant à la réquisition. Les refus étaient rares et motivés par la crainte d’une collusion entre troupe et révoltés. Le refus des officiers de Bouillon infanterie d’intervenir contre l’émeute du port du Dahouët dut certainement beaucoup à la présence d’hommes de ce régiment parmi les rebelles173.

  • 174 ADIV, 1Bf 1513, procédure et arrêt du 19 juillet 1766.
  • 175 J. Chagniot, Paris et l’armée…, op. cit., p. 64-72.

80Enfin, les responsables militaires locaux avaient le loisir d’envoyer des troupes juguler les troubles selon leur propre appréciation. À Brest, en 1766, la décision du comte de Roquefeuil, commandant de la place, sortit d’un mauvais pas des commis des fermes et des juges assiégés dans une boutique par une populace furieuse174. À Paris, les troupes requises en mainforte demeurèrent toujours sous le contrôle des magistrats malgré des velléités émancipatrices175. Le caractère particulier de la capitale et les attributions du parlement expliquent cette situation alors qu’en Bretagne, même si la règle était aussi de passer par les juges, on rencontre davantage d’exceptions.

  • 176 Il s’agissait de réprimer une révolte d’ouvriers du port. AN, KK 1105, lettre du comte de Thiard à (...)
  • 177 SHAT, A4 77, 11 juillet 1765.

81La mainforte en cas d’émotion populaire était le quasi apanage des troupes réglées. La milice bourgeoise n’intervenait qu’avec parcimonie et réticence du fait de l’appartenance de ses membres à la communauté urbaine. On ne recourait pas non plus à la milice provinciale. Tout juste remarque-t-on en août 1789 l’envoi à Paimbœuf d’un détachement de 120 hommes pris pour moitié dans la milice royale et pour l’autre moitié dans la « milice bourgeoise » de Nantes (en fait la Garde nationale, quoique le commandant en chef répugne à employer l’expression)176. Par contre, lorsque le procureur fiscal de Crozon envisagea d’employer la garde-côtes à des fins répressives, le commandant en chef précisa que ces milices n’étaient « point tenues aux mêmes obligations que les troupes réglées qui doivent prêter main forte lorsqu’elles en sont requises177 ».

  • 178 ADIV, C 1670, lettre du 20 septembre 1765, avec d’autres lettres du subdélégué et du marquis de Br (...)

82Dans la majorité des situations, l’intervention de la troupe était répressive plus que préventive. L’émotion de Vannes en septembre 1765 est à cet égard très caractéristique. L’émeute éclate le 13 septembre et la milice bourgeoise se révèle bien incapable d’y faire face. Le subdélégué Guillo du Bodan sollicite alors l’envoi de troupes. Le marquis de Broc, commandant en second, en accepte le principe le 15. Un détachement de grenadiers arrive finalement de Lorient le 17 au soir et procède à des arrestations le lendemain. Au total, pendant au moins quatre jours, les mutins paradent en ville : « On y jouissoit d’une aparence de tranquilité qu’on ne devoit qu’à la police qu’on a été forcé d’abandonner aux mutins », explique l’intendant au contrôleur général178. La troupe affrontait par conséquent rarement la vindicte populaire.

  • 179 Il y eut plusieurs blessés. ADIV, C 1717, 8 juillet 1789.

83Les collisions violentes sinon meurtrières se déroulèrent dans le contexte prérévolutionnaire ou révolutionnaire. En 1789, la compagnie du régiment de Bassigny envoyée à Quimperlé pour protéger un chargement de seigle se heurte le 7 juillet à la foule. Plusieurs mutins ne se contentent pas de lapider les soldats mais les affrontent au corps à corps, d’autant que la troupe dispose de cartouches en nombre insuffisant. Cette attitude des révoltés, plus téméraires que de coutume, annonçait des temps nouveaux179.

  • 180 ADIV, C 1715, Bertrand de Molleville, 24 novembre 1788.

84Pour toutes les affaires concernant les grains, qui sont les plus nombreuses, le rôle des soldats ne se borna pas toujours à empêcher les attroupements séditieux mais put également comprendre la protection des convois et des opérations d’embarquement. L’aspect préventif de la présence militaire n’était toutefois pas encore évident. Ce n’est qu’au printemps 1789 que ministre et intendance placèrent l’armée à titre préventif dans différents ports. Il s’agissait d’empêcher toute opposition au chargement des grains, à l’instar de ce qui s’était produit l’année précédente. Une lettre de l’intendant à Necker témoigne d’un nouvel état d’esprit : « Il me paroitroit plus convenable d’envoyer des troupes pour en imposer aux séditieux : il vaut mieux chercher à éviter les émeutes que de s’occuper du soin de les punir180. » La présence de l’armée réglée dans certains petits ports, comme Pont-Croix et Audierne, répond à ce principe au printemps 1789.

  • 181 ADIV, C 1670, Guillo du Bodan, 19 octobre 1765.
  • 182 ADIV, C 1714, du Goasmeur Duportal, échevin et négociant, 10 octobre 1788.
  • 183 La maréchaussée pratiquait fréquemment la délégation pour arrêter les malfaiteurs. M.-M. Muracciol (...)

85L’efficacité de l’armée réglée pour apaiser les troubles et dissuader les mutins de relancer le mouvement ne fait aucun doute. Les témoignages concordent : les troupes impressionnent beaucoup plus que la maréchaussée. Pour le subdélégué de Vannes, « la vue d’un cavalier de maréchaussée d’icy ne fait pas plus d’impression sur leur esprit [aux mutins] que celle d’un garde côte181 ». Une vingtaine d’années plus tard, un échevin de Tréguier lui fait écho : « Le public en ce pais fait peu de cas de voir la maréchaussée182. » L’insertion locale des hommes de la maréchaussée ne les rendait guère redoutables alors qu’eux-mêmes se montraient volontiers hésitants lorsqu’il s’agissait de réprimer. Il était en effet nécessaire de ne pas obérer les conditions d’une future et indispensable cohabitation. Les cavaliers ne souhaitaient pas subir par la suite une guerre larvée quasi quotidienne. Enfin, la faiblesse des effectifs limitait forcément l’impact dissuasif comme l’efficacité des interventions183.

  • 184 ADIV, C 1715, le comte de Brienne à Necker, 20 novembre 1788.
  • 185 ADIV, C 1714, du Goasmeur Duportal, 22 septembre 1788.
  • 186 ADIV, C 1715, Riou du Cosquer, 23 mars 1789.

86En contrepoint à ces limites, l’armée de ligne ralliait les suffrages. À l’automne 1788, alors que la fermentation des esprits demeure active malgré l’arrêt du Conseil du 7 septembre suspendant l’exportation des grains à l’étranger, le commissaire départi se plaint au ministre du peu de troupes restant en Bretagne et réclame deux régiments supplémentaires en quartiers pour assurer le maintien de l’ordre184. Pour beaucoup de responsables municipaux confrontés à une émotion populaire, « il n’y a que l’autorité militaire qui puisse en imposer à la fureur de la populace185 ». La simple annonce de l’approche des troupes et de leur présence à proximité suffit parfois à calmer les esprits. Lorsqu’un bataillon du régiment de la Sarre arrive à Quimper, les habitants de Pont-Croix cessent leur agitation, la rumeur annonçant l’envoi d’un détachement dans la localité186.

  • 187 AN, G7 536, Voysin à Desmaretz, 14 novembre et 21 décembre 1710.
  • 188 « Vous renderés, Monseigneur, un service à notre ville de nous procurer un bataillon à demeure pou (...)
  • 189 ADIV, C 6093, Bertrand de Molleville, 28 août 1784.

87Tant que l’armée séjournait, l’incendie rébellionnaire continuait quelquefois de couver mais ne repartait pas. Au début du siècle, la crainte d’une renaissance des troubles motiva Versailles pour laisser à Nantes un régiment d’infanterie et le comte de Lannion, spécialement dépêché pour rétablir l’ordre187. Maires et subdélégués étaient conscients du rôle dissuasif des soldats et insistaient fréquemment pour que la troupe restât. Le subdélégué de Vannes craint une reprise de l’agitation si les soldats s’en vont rapidement et sollicite un bataillon en quartier d’hiver188. Toutefois, seuls des troubles récurrents ou particulièrement graves empêchaient l’armée de repartir rapidement. Les soldats appelés à Lorient pour apaiser une émeute en repartent au bout de cinq jours189.

  • 190 ADIV, C 3837, p. 420, compte-rendu d’une lettre du comte de Goyon.

88Les Chasseurs des Alpes envoyés à Couëron pour protéger les prairies afféagées n’y restent pour la plupart que deux semaines190.

  • 191 C. Denys, Police et sécurité au xviiie siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, (...)
  • 192 J. Chagniot, op. cit., p. 171-172.
  • 193 Une tradition persistait au début du xxe siècle dans la famille de Pierre Jakez Hélias selon laque (...)

89Le prompt apaisement de ces crises atteste l’efficacité de l’armée. Le manque de travaux sur le rôle de l’armée dans le maintien de l’ordre comme la relative imprécision de certaines sources concernant la Bretagne permettent difficilement d’esquisser un tableau comparatif. Dans les villes de garnisons du Nord, l’omniprésence de la police militaire s’accompagnait d’une modération des interventions, facilitée par les progrès de la discipline191. À Paris l’emploi de l’armée à des fins répressives fut très mesurée, tant pour ménager l’opinion publique que parce que la présence de la troupe ne calmait pas automatiquement les émeutiers192. Le premier inconvénient concernait peu la Bretagne, bien éloignée des salons parisiens et de la République des lettres. Les responsables provinciaux, civils et militaires, y prenaient assurément moins de précautions que leurs homologues parisiens. Les révoltés bretons étaient apparemment plus facilement impressionnés par la troupe. Certes, la vigueur de la répression militaire de la révolte des Bonnets Rouges et du Papier timbré marqua fortement les esprits193 mais que la prégnance de ce souvenir ait subsisté à la veille de la Révolution jusqu’à induire des comportements particuliers paraît douteux.

  • 194 AN, H1 362, 4e dossier, lettre du duc, 11 février 1767.

90Si l’on excepte la conspiration de Pontcallec, dont les meneurs furent pourchassés par des cavaliers, l’armée ne se mêla guère de la répression des menées aristocratiques et parlementaires en Bretagne. Durant l’affaire de Bretagne comme en 1788, c’est la maréchaussée qui procéda aux arrestations. Néanmoins, les adversaires résolus de l’absolutisme ministériel regardaient volontiers la présence de troupes réglées comme un danger potentiel. En 1767, alors que le duc d’Aiguillon présidait les États dans une ambiance tendue, le passage inopiné de quelques dragons provoqua l’émoi de l’assemblée. Certains députés y virent la volonté de « forcer les États à achever leur travail et à consentir aux demandes du Roy ». Au grand dam de la noblesse, le duc refusa toutefois de hâter le départ de la trentaine de militaires incriminés194.

Des garnisaires et des expéditions pour vaincre les résistances et les fraudes

  • 195 ADLA, C 215, Charron à Mellier, 15, 21 et 29 juin 1719.
  • 196 AN, G7 537-540, 15 février 1711.
  • 197 Bouin fit partie des marches communes jusqu’au 26 septembre 1714, date à laquelle des lettres pate (...)
  • 198 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 3, p. 334, lettre de Ferrand, 10 décembre 1710.
  • 199 N. Le Pourhiet-Salat, La défense des îles bretonnes de l’Atlantique des origines à 1860, Vincennes (...)

91Le maintien de l’ordre englobait aussi toutes les opérations destinées à faciliter l’action de l’administration, généralement effectuées en dehors de tout contexte insurrectionnel. Le principal mode d’action consistait en l’envoi de garnisaires, qu’il s’agît de faire acquitter l’impôt, fournir un milicien ou exécuter la corvée royale. Dans certaines situations de refus généralisé, il fallait frapper plus fort d’où des envois massifs, eu égard à la population concernée. En 1719, dans le contexte tendu de la conspiration de Pontcallec, les autorités ne pouvaient tolérer que Laniscat, bientôt imitée par d’autres paroisses environnantes, se révoltât contre la capitation. Un détachement de 120 hommes vint à bout de cette résistance195. Les autres interventions massives se situèrent en dehors du système des garnisons. On envoya, par exemple, un détachement de quatre compagnies pour réquisitionner du sel dans les marais salants de Bourgneuf face au refus des propriétaires de s’y plier196. À proximité, dans les marches communes, les autorités entendaient faire cesser le trafic de marchandises prohibées en provenance de Hollande et débarquées à Bouin197. Pour se saisir du principal organisateur de cette contrebande et contrer toute velléité de résistance des habitants de l’île, on prévit d’y envoyer deux compagnies d’infanterie198. À Belle-Île-en-Mer, les fermiers généraux prirent l’habitude de recourir à l’armée pour percevoir les redevances dues par des paysans misérables pour la plupart199.

  • 200 ADIV, C 883, d’Angervilliers à Coëtmen, commandant en Basse-Bretagne, 19 février 1738.
  • 201 La détermination des contrebandiers méritait ces mesures exceptionnelles puisque les affrontements (...)

92Seules quelques actions d’envergure rassemblaient des effectifs plus importants : les employés des fermes de Guingamp obtinrent ainsi l’appui d’une vingtaine d’hommes du régiment de Brissac cavalerie pour fouiller des maisons suspectes200. Quant au recours à l’armée pour affronter des contrebandiers armés, il demeurait rare, notamment parce que les soldats prenaient une part active à ces activités illicites. La ferme générale des devoirs réquisitionna cependant en 1727 cinquante soldats du régiment de Lorraine et dix cavaliers de celui de Brissac pour déloger de la forêt de Camors une troupe de fraudeurs puissamment armés201.

93Les actions plus anodines, en revanche, conduisaient à la banalisation du recours à l’armée. Dans la majorité des cas, les soldats, seuls ou en petits groupes, accompagnaient simplement un juge, un percepteur ou un huissier. La présence de soldats lors de ces opérations routinières qui dégénéraient rarement contribua sans conteste à humaniser la figure du militaire. En revanche, c’était une avancée vers la démilitarisation des soldats en quartiers que de leur confier des tâches à caractère civil relevant autant de la police urbaine que du maintien de l’ordre proprement dit.

Une contribution active à la lutte contre les incendies

  • 202 AN, G7 200, 25 décembre 1720. Cl. Nières, La reconstruction d’une ville au XVIIIe siècle. Rennes 1 (...)

94L’implication croissante des troupes en quartiers dans la lutte contre les incendies s’inscrit parfaitement dans le processus qui met l’armée au service du bien commun. Il semble, toutefois, que le recours systématique aux soldats n’eut lieu que dans la seconde moitié du xviiie siècle. Lors du grand incendie de Rennes en 1720, non seulement le régiment d’Auvergne ne fit montre d’aucune utilité particulière mais on accusa même ses hommes d’avoir profité de la confusion pour voler202.

  • 203 ADIV, C 489, délibération du 19 mars 1781.
  • 204 SHAT, A4 40, Desmontreux, premier échevin, 21 janvier 1767.
  • 205 J. Trévédy, Histoire militaire de Redon, Rennes, Caillières, 1893, p. 132.

95Le tableau changea radicalement dans les deux dernières décennies de l’Ancien Régime. Chaque sinistre donnait alors lieu à une mobilisation de la troupe qui, désormais, ne se contentait pas de stationner en armes à titre préventif mais agissait en prenant des risques. Les délibérations de la communauté de Dinan mettent en exergue le rôle actif du régiment Royal-Corse lors de l’incendie survenu dans la nuit du 15 au 16 mars 1781 : « Officiers et soldats, tous ont travaillé avec intrépidité, nous sommes redevables en partie à leur courage de la portion de la ville qui a été conservée203. » Le dévouement des régiments de Penthièvre, Dauphiné et Vermandois à Brest en 1767 fut aussi manifeste mais moins désintéressé : le feu, né dans une maison particulière, menaçait le parc des vivres204. Citons encore le sauvetage du chartrier de l’abbaye Saint-Sauveur à Redon, arraché des flammes le 30 mai 1780205.

  • 206 ADLA, C 385, lettre au comte de Goyon, 10 décembre 1786.
  • 207 M. de Boussanelle, Aux soldats, Paris, P. M. Delaguette, 1786, p. 245-246.

96Toutefois, les éloges tressés aux militaires à ces occasions appartenaient alors à l’air du temps, allant jusqu’au stéréotype. Après un incendie combattu activement, les officiers municipaux de Nantes louent « l’ardeur désintéressée avec laquelle le militaire français s’employe tous les jours en de semblables rencontres206 ». Les anecdotes édifiantes de Boussanelle, mettant en scène la bravoure d’un soldat pendant l’incendie de Montpellier en 1770, n’emploient guère un autre ton207. En somme, on peut légitimement se demander si l’absence de témoignages et de louanges avant les années 1760 relève de la passivité des soldats ou de la réserve verbale d’édiles pas encore touchés par le mouvement de réhabilitation du soldat. D’ailleurs, quand il s’agit d’octroyer une récompense pécuniaire aux vaillants soldats du feu, l’unanimisme des louanges se fissure. Après tout, précise la municipalité de Nantes à propos des soldats de Penthièvre,

  • 208 ADLA, C 385, lettre au comte de Goyon, 10 décembre 1786.

« s’ils ont été utiles, on ne peut pas dire non plus qu’ils l’ayent été davantage que les cytoyens. Les soldats du régiment de Penthièvre ne firent autre chose que de se tenir sous les armes pour empêcher la multitude d’assaillir les pompiers et de nuire au jeu des pompes, les ouvriers du château approchèrent seuls du foyer pour arrester conjointement avec les ouvriers pompiers la communication de l’incendie ; il n’y auroit donc qu’eux seuls qui pourroient y avoir perdu quelques vêtements208 ».

  • 209 Ibidem, lettre des officiers au comte de Goyon, sans date.

97Les officiers du détachement contestent la version minimaliste du magistrat : « Il y en avoit vingt d’occuppés à cette police qui avoient leurs habits uniformes, les autres soixante étoient en sarrôts ou en habits de travailleurs et se portèrent dans tous les endroits du feu avec tout le zèle qu’on peut attendre d’une troupe qui cherche à se distinguer par sa magnanimité, sa valeur et sa générosité209. » À coup sûr, les implications éventuelles et la subjectivité des témoins minimisaient ou valorisaient l’action de la troupe.

La pelle et le fusil : la contribution militaire aux travaux publics

  • 210 Comte J. I. M. de Spar, Instructions militaires, Paris, Briasson, 1753, p. 125.
  • 211 R. de Thomé, De l’ensemble ou Essai sur les grands principes de l’administration, Paris, Gattey, 2 (...)
  • 212 Servan, général, op. cit., p. 240-253.

98Dans la seconde moitié du xviiie siècle fleurirent essais et opuscules promouvant l’idée de la contribution des soldats aux grands travaux. La première motivation consistait à vaincre l’oisiveté des militaires en temps de paix : les travaux pénibles endurcissaient le corps et, en réduisant le temps libre, éloignaient de certains vices210. Dans les deux dernières décennies de l’Ancien Régime, les penseurs militaires manquèrent rarement d’évoquer, dans un quasi unanimisme, les bienfaits, pour les soldats comme pour la société, de la participation des troupes aux travaux publics211. Servan en fit même un élément fondamental du nouveau système qu’il proposait212.

  • 213 ADLA, C 677, « Projet de nettoiement de la rivière de Loire » et « Réflexions sur le projet de net (...)

99Toutefois, l’emploi de soldats à des ouvrages publics relevait aussi de l’utilitarisme des Lumières. En temps de guerre, le soldat se rendait utile par le maniement des armes mais avec la paix son entretien devenait coûteux. Dès lors, qu’il rendît aussi des services en temps de paix paraissait logique, le maniement de la pelle et de la pioche étant aussi utile que celui du fusil. Certes, il s’agissait là d’une littérature parisienne et, bien souvent, théorique, mais ses échos se rencontraient en Bretagne. Dès 1749, les négociants nantais, inquiets de l’ensablement de la Loire en aval de Nantes, proposent dans un mémoire d’utiliser soldats et miliciens au creusement d’un chenal facilitant la navigation213. Ils mettent en avant le faible coût de la main-d’œuvre militaire et la paix récente qui rend oisifs de nombreux soldats.

  • 214 ADIV, C 4942, p. 189-190, séance du 29 janvier 1784.
  • 215 Ibidem, p. 226, séance du 9 mars.
  • 216 ADIV, C 4992, « projet pour avoir 900 pionniers détachés des milices de la province constamment de (...)
  • 217 J. Chagniot, op. cit., p. 168.

100Lorsque la commission intermédiaire pour la navigation intérieure en Bretagne élabora précisément les plans des travaux, elle en appela également à l’armée. Encore cette requête fut-elle assez tardive, datant de mars 1784 alors que la commission fonctionnait depuis octobre 1783. C’est d’ailleurs un officier breton qui, le premier, élabora un mémoire sur le sujet. M. du Tertre, capitaine de grenadiers royaux, proposa de constituer « un bataillon de travailleurs pris dans les Régimens Provinciaux de Bretagne composé de six cent soixante hommes214 ». Le chevalier du Dézerseul, capitaine du génie, lui aussi Breton, soumit peu de temps après un autre mémoire relatif « aux troupes qui pourroient être emploïées aux travaux de la navigation215 ». Néanmoins, à l’instar des négociants nantais, ces officiers ne détaillaient guère les motivations de leur projet216. Il n’existe pas forcément de synchronie entre les projets et les réalisations effectives, la théorie ne faisant que systématiser une pratique déjà ancienne. Comme le souligne Jean Chagniot, « pour appeler les troupes à rendre des services à la collectivité, on n’a pas attendu que la dernière génération des Lumières définisse l’utilité sociale du soldat-citoyen217 ». Cependant, cette théorisation permit d’envisager un recours plus systématique à la main-d’œuvre militaire, d’autant plus que, de 1763 à la fin de l’Ancien Régime, l’armée ne connut aucune mobilisation massive.

  • 218 J. Gury, « La Guerre d’Indépendance américaine et les défenses de Brest », Cahiers de l’Iroise, 19 (...)
  • 219 SHAT, A4 50, « Règlement pour les troupes emploïées aux travaux du Roi à Brest », 1783.
  • 220 ADIV, 1F 1156, ordonnance de Caze de La Bove, 15 mars 1777.

101En Bretagne, l’utilisation de soldats comme travailleurs atteignit son point d’orgue dans les années 1780 mais on fit appel à l’armée auparavant. Rien de surprenant, d’abord, à ce que les soldats participent à la construction ou à l’entretien des ouvrages militaires. Des fortifications établies et rénovées sous l’égide de Vauban aux grands aménagements du port de Brest sous Louis XVI, les soldats s’activèrent. À Brest, les différents régiments en quartier se relayèrent pour la construction des fortifications du Bouguen : Condé œuvra en 1777-1778, Bourbonnais en 1779, Bassigny et Dietrich en 1780, Béarn en 1781218. En 1782, quatre des six bataillons de la garnison participèrent aux travaux, les deux autres se chargeant du service de la place219. L’utilisation d’une partie des troupes en quartier à Brest et dans les environs pour élargir les chemins menant aux différentes forteresses s’inscrivait encore dans le contexte de travaux utiles à l’armée220.

  • 221 ADIV, C 1180, extrait des délibérations de la communauté de ville, 8 novembre 1759.
  • 222 A. Dupuy, op. cit., p. 234.
  • 223 ADIV, C 518, Boullaire Duplessix à l’intendant, 28 octobre 1780.

102Pour les ouvrages civils, le recours aux militaires ne semble pas antérieur à la guerre de Sept Ans et, jusqu’aux grands aménagements hydrauliques des dernières années de l’Ancien Régime, demeura modeste. Il s’agissait de travaux ponctuels et de courte durée, comme le redressement du quai donnant vers Tréguier à Morlaix221. L’initiative provenait autant des communautés que des ingénieurs qui voyaient là une bonne occasion d’utiliser une main-d’œuvre disponible et disciplinée. À Guingamp, les troupes participèrent à l’aménagement urbain en aplanissant la Motte du Vally222. À Lamballe, la communauté souhaitait régulariser et élargir le cours de la rivière du Gouessant avant l’hiver 1780. L’arrivée, en provenance de Saint-Brieuc, d’un détachement de 105 hommes du régiment d’Aquitaine permit de respecter les délais : « Les soldats travaillent à la satisfaction de l’ingénieur et du public » écrivit le maire223.

  • 224 ADIV, C 4942 et C 4943, p. 12, séance du 25 juin 1784.
  • 225 ADIV, C 4992, rapport du 21 septembre 1784.
  • 226 M. J. F. Obelin de Kergal, Précis de recherches et observations sur divers objets relatifs à la na (...)
  • 227 ADIV, C 4942, p. 237-238, lettre aux deux députés, Monsieur de Piré et l’abbé de Goyon, 22 mars 17 (...)

103L’appel à l’armée en 1784, pour régulariser le cours de la Vilaine, résulta de la conjonction de plusieurs facteurs. Le premier fut sans conteste une pénurie de main-d’œuvre. En témoignent les nombreuses missives envoyées par la commission aux recteurs et subdélégués pour qu’ils recrutent des travailleurs ainsi que certaines conditions favorables accordées aux ouvriers civils224. La première campagne de travaux vit d’ailleurs des défections de travailleurs civils mécontents d’un paiement à la tâche et non à la journée225. Or, la signature du traité de Versailles le 3 septembre 1783 faisait entrer la France dans une ère de paix. La menace anglaise ne pesant plus sur les côtes bretonnes, pourquoi ne pas redéployer les troupes vers l’intérieur afin qu’elles œuvrent à une action perçue comme inévitablement bénéfique au commerce et à la prospérité de la province226 ? La promotion du projet par certains officiers montre chez eux des convictions communes à celles de nombreux penseurs militaires. En comparaison, la nouvelle commission apparaît timorée. Elle enjoignit aux deux députés envoyés à Paris de contacter le contrôleur général et le maréchal de Ségur afin de tâter le terrain227.

  • 228 ADIV, C 4943, p. 3, séance du 14 juin 1784.
  • 229 F. Tiberghien, Versailles. Le chantier de Louis XIV, Paris, Perrin, 2002, p. 128-131.

104Les soldats n’exerçaient jamais qu’une activité de manœuvres consistant à creuser, déblayer, terrasser. Seuls quelques-uns, plus qualifiés, fabriquèrent occasionnellement des outils (des brouettes en 1784)228. La contribution des militaires était donc proche de celle de leurs lointains prédécesseurs de Versailles, employés principalement aux travaux de force229.

  • 230 A. Corvisier, Louvois, op. cit., p. 391.
  • 231 J. Chagniot, op. cit., p. 55.
  • 232 ADIV, C 4942, p. 250, séance du 3 avril 1784.

105Plus qu’à toute autre activité, on employa souvent les militaires à creuser des canaux. Les travaux hydrauliques de l’Eure, entre Maintenon et Versailles, employèrent 10 000 hommes à partir de 1685 et davantage par la suite230. En 1720, plusieurs détachements d’infanterie travaillèrent au canal de Montargis231. Les commissaires bretons s’inspirèrent toutefois d’un exemple plus récent, leurs deux députés leur envoyant un règlement du 8 juillet 1783 pour les troupes destinées à travailler au canal de jonction de la Saône à la Loire232. Les soldats travailleurs de la Vilaine s’inscrivaient donc dans une longue tradition.

  • 233 SHAT, 1M 1770, « État des hommes de chaque généralité qui servent dans chaque régiment de l’armée  (...)
  • 234 ADIV, C 4972, 18 avril 1784.
  • 235 ADIV, C 4961, p. 53, 26 mai 1788.
  • 236 Les ordonnances de mars 1788 décidèrent la sédentarisation des troupes. A. Navereau, Le logement e (...)

106La réquisition de la main-d’œuvre militaire se fit non seulement avec l’aval des officiers des troupes concernées mais ces derniers se portèrent en outre volontaires. Il est significatif que les régiments employés avaient tous une identité bretonne marquée : les régiments de Penthièvre et de Rohan étaient ceux qui comptaient alors le plus de Bretons, talonnés notamment par Condé et Beauce, pressenti mais non utilisé233. Le colonel de Condé, comte de Sesmaisons, se porta volontaire. Il explique son geste par des motivations patriotiques, la patrie du cœur étant alors la Bretagne234. Quant au régiment de Penthièvre, il lui fallut nécessairement l’autorisation de son duc éponyme. Les commissaires pensaient probablement que les officiers et même les soldats bretons mettraient plus d’entrain à œuvrer dans leur province natale alors que ces derniers pouvaient y trouver des avantages, par exemple l’obtention de congés, d’autant moins préjudiciables que la distance à parcourir était courte. D’ailleurs, la première campagne de travaux donna satisfaction, si bien qu’on reconduisit les deux mêmes régiments l’année suivante. En 1786, un détachement de Penthièvre fut encore utilisé. Deux ans plus tard, le régiment de Rohan, comprenant une proportion non négligeable de Bretons, était prévu pour la campagne de travaux mais la commission, solidaire du parlement, refusa son emploi, ce corps de troupe ayant participé à la répression des manifestations de Rennes235. On assista donc à une sédentarisation, à une sorte de provincialisation – de bretonnisation oserait-on dire – de ce régiment, d’autant plus qu’il demeura pendant cette période à disposition de la commission intermédiaire ad hoc. Il ne faut pas s’en étonner outre mesure puisqu’on se situait alors en plein débat sur la sédentarisation des troupes236.

  • 237 SHAT, 1M 1094, « Règlement pour les troupes employées aux travaux de la navigation intérieure de l (...)
  • 238 ADIV, C 4944, p. 91, séance du 2 mai.

107Les régiments employés fournirent au maximum 450 hommes. Les autres soldats se reposaient en attendant leur tour. En effet, le règlement prévoyait de relever les hommes tous les quinze jours (article 40). Il conseillait logiquement d’employer les « soldats les plus en état de soutenir le travail » (article 2) et d’exclure les recrues. Toutefois, les volontaires bénéficiaient de la faculté de continuer au-delà de la quinzaine prévue (article 42)237. En fait, la plupart des soldats durent à un moment ou à un autre manier la pelle ou la pioche : le régiment de Condé commença les travaux le 15 juin 1784 et ne s’arrêta que le 31 octobre, largement de quoi, pour chaque homme, d’effectuer plusieurs campagnes de quinze jours. La commission essaya pourtant de s’attacher le concours des hommes ou des détachements jugés les plus efficaces. En 1785, elle demande ainsi que les cinquante hommes qui seront employés à Bourg-des-Comptes soient pris dans le détachement utilisé l’année précédente à l’escarpement du rocher de la Corbinière238.

Figure 25 : Les camps des troupes employées à régulariser le cours de la Vilaine.

  • 239 ADIV, C 4961, p. 37, 1er mars 1787.
  • 240 ADIV, C 4992, rapport de M. de La Tremblaye, 6 juillet 1784.
  • 241 ADIV, C 4945, p. 148, lettre du maréchal de Ségur, 10 août 1786.

108L’activité des soldats donna globalement satisfaction à la commission. On ne fit pas appel à leurs services en 1787 parce qu’on consacra la campagne de cette année-là aux ouvrages d’art (écluses) nécessitant une main-d’œuvre qualifiée239. Quoique soumis à une rude discipline, les soldats étaient moins malléables que les travailleurs ruraux. Ils répugnaient à avoir les pieds dans l’eau. Lorsque l’eau envahit la coupure destinée à évacuer les eaux de la Vilaine vers Redon, il faut appeler des campagnards, « la troupe n’y voulant plus tenir240 ». Deux ans plus tard, le ministre se fendit d’ailleurs d’une lettre « pour défendre que les soldats soient exposés à travailler dans l’eau241 ».

  • 242 ADIV, C 4992, rapport du 6 juillet 1784.
  • 243 ADIV, C 4969, 24 mars 1785.
  • 244 Ordonnance du 10 décembre 1762, solde en temps de paix. A. Corvisier, L’armée française…, op. cit.(...)
  • 245 ADIV, C 4992, rapport de Messieurs de Goyon et Robinet, 9 septembre 1784.

109En fait, les principaux désaccords portèrent sur la rémunération des soldats, la Province cherchant naturellement à la réduire. Les soldats y trouvaient-ils leur compte ? Ils percevaient une somme quotidienne fixe de seize sous avec, en sus, trente-six sols par toise cube de terre extraite. Selon le commissaire de La Tremblaye, le salaire moyen se montait à 23 sous 7 deniers par jour, les jours chômés le faisant descendre à un peu moins de 20 sous242. Le maréchal de Ségur s’appuyait sur les calculs effectués dans les bureaux de la Guerre pour affirmer qu’« on ne peut convenir […] que le prix moyen des journées employées réellement sur les atteliers ait beaucoup excédé la somme de 20 sols243 ». Comparé aux 5 sols 8 deniers quotidiens alloués habituellement au soldat244, le gain était appréciable. Les quelques ouvriers qualifiés, comme les quatre menuisiers et les trois charpentiers du régiment de Condé travaillant au magasin de Redon, gagnaient 25 sols245.

  • 246 Ibidem, rapport du 6 juillet 1784.
  • 247 Ibid., « État nominatif des soldats dudit régiment [Condé] blessés aux travaux de la navigation in (...)
  • 248 ADIV, C 4944, p. 295, séance du 6 janvier 1786.
  • 249 ADIV, C 4969, Ségur à la commission, 30 septembre 1786.
  • 250 ADIV, C 4972, le comte de Sesmaisons à la commission, sans date.
  • 251 SHAT, 1M 1094, règlement, article 38.

110Cependant, pour les soldats, la contrepartie d’un salaire élevé tenait dans de dures conditions de travail et une discipline accrue. Les mains des militaires différant de celles, calleuses, des paysans, le maniement de la pelle se traduisait par des ampoules handicapantes et douloureuses246. La nature glaiseuse du terrain accentuait la pénibilité de la tâche. En outre, les accidents du travail menaçaient l’intégrité physique des ouvriers. Le danger essentiel était dû au dénivelé, entraînant chute de personnes ou d’objets. Sylvain Jacquet, de Condé, glisse sur un terrain humide et tombe sur une brouette ; il reste paraplégique. Un de ses camarades reçoit une brouette chargée d’outils sur la jambe gauche247. Encore ces blessés militaires bénéficiaient-ils de plus d’égards que les ouvriers civils. La sollicitude de leurs officiers et de la commission intermédiaire leur permettait d’obtenir des compensations. En 1785, le roi accorde le brevet militaire à trois soldats de Penthièvre blessés248. Jean Auvray, chasseur du même régiment, est nommé garde-chasse dans une forêt royale près de Rennes, « métier qu’il est en état de faire ». Son camarade Chupin, plus sévèrement touché, obtient les Invalides249. Le colonel du malheureux Jacquet sollicite simplement son entretien à vie dans un hôpital250. Les blessures contractées sur les chantiers étaient donc tout autant considérées que celles survenues sur les champs de bataille, valant les mêmes récompenses ou compensations. Quant aux maladies éventuelles, les archives de la commission n’en soufflent mot. C’est seulement le signe de l’absence d’épidémie mais le milieu palustre générait des fièvres parfois malignes. L’eau vinaigrée, seule boisson autorisée sur le lieu de travail, était censée prévenir ces affections251.

  • 252 Ibid., article 66.
  • 253 J. Chagniot, op. cit., p. 583.
  • 254 SHAT, 1M 1094, règlement, article 29. Pour les travaux militaires de Brest, la journée pouvait mêm (...)
  • 255 F. Tiberghien, op. cit., p. 147-148.

111La préférence accordée à des baraquements pour loger les soldats tenait certes à des raisons pratiques (proximité des travaux, rassemblement plus aisé des hommes) mais aussi à une volonté de surveillance. Pas question, en effet, de vagabonder le soir ou le dimanche : des patrouilles y veillaient252. Le dimanche, tous marchaient en ordre vers l’église la plus proche afin d’assister à l’office. Si les Gardes françaises des dernières années de l’Ancien Régime étaient « tenus sévèrement comme des séminaristes253 », les soldats travaillant à la navigation intérieure de la Bretagne s’en rapprochaient. La discipline d’un travail de groupe quotidien et astreignant participait pleinement aux efforts de moralisation de l’armée. On comptait sur la longueur des journées de travail pour éteindre toute velléité de libertinage grâce à l’épuisement des corps. Au cœur de l’été, l’embauche avait lieu à 4h30 et la débauche à 19h30, quatre heures étant consacrées aux déjeuner, dîner et goûter254. La longueur de la journée de travail s’accordait en fait avec les ordonnances réglementant l’activité des ouvriers civils255. Il n’est, par conséquent, pas certain que leur expérience de travailleurs de peine ravit les soldats mais, après tout, on ne leur demanda pas leur avis.

Le soldat consommateur : une bonne affaire ?

  • 256 J. Chagniot, op. cit., p. 255-282.

112L’approvisionnement et l’entretien de l’armée généraient un immense marché. Le royaume entier contribuait à nourrir plusieurs centaines de milliers de soldats, des dizaines de milliers de chevaux, fabriquait armes, munitions et uniformes. Les armes et munitions provenaient des manufactures royales alors que la plupart des autres fournitures s’effectuaient dans le cadre de l’entreprise. Le centre prépondérant de cette entreprise était Paris, ne serait-ce que parce que s’y concentraient les grandes fortunes du royaume. Toutefois, surtout après 1715, les provinces l’emportèrent nettement dans les opérations de fabrication256. En Bretagne, l’entreprise militaire à destination de l’armée de terre resta cependant relativement limitée. En fait, c’est davantage à une échelle micro-économique que l’on perçoit les consommations réalisées par les troupes et les bénéfices pour de nombreux artisans et commerçants. Voici une autre raison de souhaiter la présence de l’armée : on prit conscience qu’elle pouvait être pourvoyeuse de richesse. Il reste à examiner si la présence des troupes en Bretagne était forcément une bonne affaire, et pour qui.

Des liens assez ténus entre l’armée et l’économie bretonne

  • 257 J.-P. Bertaud, Guerre et société en France de Louis XIV à Napoléon Ier, Paris, A. Colin, 1998, p. (...)
  • 258 J. Tanguy, Quand la toile va. L’industrie toilière bretonne du xvie au xviiie siècle, Rennes, Apog (...)
  • 259 SHAT, A1 1801, lettre à Nointel, 26 février 1704.

113En Bretagne, les fabrications industrielles de guerre intéressaient essentiellement la marine. Leur localisation dans les quatre grands ports de Brest, Lorient, Nantes et Saint-Malo en rendait parfaitement compte. L’arsenal de Brest concentrait à lui seul toutes les productions indispensables à la marine de guerre, de la construction des navires à la fabrication des armes et des poudres257. Les principales manufactures d’armes et fonderies se localisaient, quant à elles, dans l’Est et le Nord de la France. En ce qui concerne les uniformes, les manufactures de Lodève acquirent au xviiie siècle une évidente prépondérance pour la fourniture de draps bleu et de tricots. La proto-industrie textile bretonne ne se mit pas au service de l’armée, à l’exception, là encore, des toiles à voile, vendues à la marine258. Comme jusqu’à la fin du règne de Louis XIV l’équipement des compagnies incombait encore largement aux officiers, certains d’entre eux, originaires de Bretagne, y passèrent peut-être quelques commandes mais cette activité demeura négligeable. Même pour les officiers bretons, la place de Paris demeurait prépondérante : Droualen, capitaine de dragons originaire de Quimper, se fournit en effets d’habillement auprès d’un marchand de drap parisien pour 2 074 livres 8 sols259.

  • 260 ADIV, C 1715.

114En revanche, la province fournissait des denrées alimentaires. Non seulement les céréales consommées sur place par les troupes en provenaient mais on en exportait, en partie pour remplir les estomacs des militaires. Alors que les transports et exportations de grains suscitèrent en plusieurs occasions des agitations populaires, particulièrement en 1788-1789, la subsistance de la troupe fit toujours l’objet d’un consensus. Le 3 septembre 1788, le subdélégué de Lannion remarque que le peuple « ne murmure point lorsqu’il sait que les grains sont destinés pour la subsistance de la troupe et les approvisionnements du roi260 ». La vindicte populaire ne s’en prit d’ailleurs jamais aux greniers des munitionnaires que personne n’assimilait aux accapareurs et spéculateurs honnis.

  • 261 SHAT, A1 1287, lettre du 24 octobre 1694.
  • 262 SHAT, A1 1306, 29 avril 1695.
  • 263 ADIV, C 885, lettre de M. de Banville, 23 avril 1746.

115Les fourrages constituaient une autre denrée, parfois convoitée, dans tous les cas emmagasinée et consommée. La présence des régiments de cavalerie et de dragons provoquait couramment un enchérissement du foin. Une denrée trop rare et des tarifs trop élevés conduisaient les autorités à déplacer troupes et chevaux. Nointel préconise, à l’automne 1694, de choisir les quartiers d’hiver en fonction du fourrage disponible car en certains endroits de la province, il atteint des prix prohibitifs261. Quelques mois plus tard, Vauban, présent à Brest, constate que les régiments de cavalerie n’« ont pas laissé une charreté de fourage à dix lieues à la ronde262 ». En bien des endroits, les militaires se retrouvaient en concurrence avec les aubergistes et maîtres de poste pour l’acquisition des fourrages, ce dont profitaient certains spéculateurs. Les maréchaux des logis du régiment d’Heudicourt réussissent ainsi à circonvenir un propriétaire de leur vendre son foin mais un aubergiste de Landerneau l’enlève finalement. Un capitaine accuse à ce propos l’aubergiste et le maître de poste de s’entendre « avec les paysans pour nous faire payer les denrées bien cher car ils enlèvent le jour du marché le peu d’avoine qu’on y apporte263 ».

  • 264 H. Fréville, L’intendance de Bretagne, Rennes, Plihon, 1953, t. 1, p. 499 et t. 2 p. 49-50. En 174 (...)
  • 265 ADIV, C 916, « Mémoire au sujet des 100 milliers de foin et 3 200 boisseaux d’avoine dont M. le ma (...)

116Ces difficultés expliquent que dès 1747 Pontcarré de Viarmes proposa de créer des dépôts de fourrage et que Védier élabora un projet très précis onze ans plus tard264. Dans les situations les plus critiques, l’intendant décréta un droit de préemption pour l’administration : alors que des camps étaient établis en 1747, Viarmes fit dresser un état des fourrages et avoines des paroisses les plus proches et obligea « les possesseurs de les garder jusqu’à nouvel ordre pour n’être pas dans le cas d’en aller chercher au loin265 ». Assurément, la vente des céréales et du foin à l’armée rapportait, surtout aux intermédiaires, sans doute peu à la plupart des producteurs.

  • 266 Ch. Cérino, Sociétés insulaires, guerres maritimes et garnisons. Belle-Île-en-Mer au siècle de Lou (...)

117La majeure partie des vivres et matériaux consommés par l’armée provenait bien de la province. Christophe Cérino a récemment déterminé les aires d’approvisionnement de la garnison de Belle-Île-en-Mer266. Les céréales venaient des évêchés de Vannes et Nantes, comme le fourrage. Le bois de chauffage et celui utilisé pour les palissades et les fascines provenaient de Vannes ou Quimperlé, le bois d’œuvre de Nantes. On se désaltérait avec du vin du comté nantais ou du cidre d’Hennebont. L’arsenal de Lorient fournissait divers biens manufacturés. En tout état de cause, l’approvisionnement breton dominait.

  • 267 F.-Ph. Loubat, baron de Bohan, Examen critique du militaire françois, Genève, 1781, t. 1, p. 146.
  • 268 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, Paris, A. Colin, 1931, t. 1, p. 233.
  • 269 ADIV, C 4699, récapitulatif des passages de troupes.
  • 270 ADLA, C 265.

118La Bretagne était aussi une terre d’élevage chevalin. Les foires de Quimper, Locronan, Carhaix, La Martyre, prospéraient grâce à la vente d’équidés. En outre, le développement des haras permit au xviiie siècle d’améliorer la constitution des chevaux bretons. Il semble bien, néanmoins, que l’effort fut insuffisant, du moins pour fournir des animaux de qualité aux troupes montées. Le baron de Bohan n’évoque pas la Bretagne dans les principales régions fournissant des chevaux à l’armée267. Quant à Arthur Young, il est défavorablement impressionné par la médiocrité du cheptel équin breton268. Le bidet breton, quoique résistant, ne correspondait pas à l’archétype du cheval de guerre du xviiie siècle. Il n’empêche que les officiers, en premier lieu les Bretons, continuèrent à se pourvoir en montures dans la province : des chevaux de remonte la quittaient régulièrement. En janvier 1756, par exemple, des chevaux destinés à Penthièvre cavalerie partent de Guingamp et de Montauban269. Néanmoins, des régiments en quartiers en Bretagne ne s’y approvisionnaient pas forcément : en 1740 passent à Nantes soixante-dix chevaux de remonte destinés au régiment de La Ferronaye et provenant du Limousin, de Touraine et même du Languedoc270.

  • 271 J. Charpy, « Les chevaux bretons au xviiie siècle », BSAF, t. 87, p. 11.
  • 272 AN, G7 189, 18 mars 1709.
  • 273 J.-Y. Barzic, op. cit., p. 30.
  • 274 SHAT, Ya 499, « Résultat de la première tournée de M. Chabert relativement aux chevaux qui existen (...)

119Si toute évaluation globale du nombre de montures vendues à l’armée chaque année semble vouée à l’échec271, le marché militaire pesait suffisamment lourd, au moins au début du xviiie siècle, pour avoir une incidence sur les prix. Le Cluzeau, inspecteur des manufactures à Morlaix, remarque en 1709 le faible nombre de chevaux vendus à la foire de la Mi-Carême à Carhaix ; il attribue cette mévente aux rumeurs de paix qui ont dissuadé d’acheter tant les officiers de cavalerie et de dragons que les marchands extra-provinciaux272. À la fin du règne de Louis XIV, le prix des chevaux tombe de moitié dans les foires de Quimper et Locronan, les autorités militaires encourageant les officiers à acheter dans d’autres provinces273. Par la suite, les achats reprirent, en particulier en période de conflit, lorsqu’il fallait combler les pertes. Un inspecteur dépêché par Versailles en 1788 soulignait d’ailleurs que la province « pourroit remonter toute l’année en temps de paix comme elle le fait en grande partie pendant la guerre274 ». L’état qu’il dressa recensait en Bretagne 14 650 chevaux propres au service des troupes ; pour environ la moitié d’entre eux, il s’agissait toutefois de chevaux de trait utilisables pour l’artillerie et les vivres.

  • 275 En 1704, onze marchés pour l’artillerie portent sur 2 800 chevaux ou mules. J. Chagniot, Guerre et (...)
  • 276 ADLA, 4E 62, pièce 207, 14 janvier 1757.
  • 277 Le 8 mars 1761, deux muletiers de Batz s’engagent à mener personnellement six mules au comte de Vo (...)

120La presqu’île guérandaise, qui se singularisait par la présence de nombreux animaux de bât utilisés pour convoyer le sel, fournit ponctuellement des mulets à l’armée, en particulier pendant la guerre de Sept Ans. Il ne s’agissait pas de vente mais bien de contrats de location. Le procédé n’avait alors rien d’exceptionnel mais, en général, chaque contrat portait sur des centaines d’animaux275 alors que les entrepreneurs du pays guérandais étaient fort modestes. En janvier 1757, six muletiers de Batz concluent un contrat devant le subdélégué du Croisic pour fournir quarante mules et un cheval à plusieurs officiers généraux. Des garçons sont également désignés pour accompagner les animaux276. D’autres contrats sont signés à la même époque à l’initiative du marquis de Sesmaisons277. L’influence de M. de Sesmaisons et du subdélégué Benoist pesa incontestablement mais il faut croire aussi que les muletiers y trouvaient leur compte, tout en étant conscients des dangers encourus par les animaux comme par les hommes. Le remboursement de toute mule capturée ou tuée par l’ennemi diminuait cependant les risques de perte. Il s’agissait bel et bien d’une activité complémentaire rentable pour ces convoyeurs.

  • 278 AN, H1 353, Cahier des États de Bretagne présenté au roi en 1766, avec avis de M. de Flesselles. D (...)
  • 279 AN, H1 361, lettre du contrôleur général à Choiseul, décembre 1766.

121La prise en compte des consommations de la troupe par les responsables locaux et provinciaux fut tardive. Longtemps, les États ne virent guère d’avantage à la présence des troupes. Comme ils se plaignaient du trop grand nombre de régiments envoyés en Bretagne une fois achevée la guerre de Sept Ans, l’intendant Flesselles essaya de leur démonter l’intérêt économique de la présence militaire : « Le peuple, loin d’être surchargé par le grand nombre de troupes qu’il y a eu dans la province y a au contraire beaucoup profité soit par le débit de ses denrées, soit par les loyers d’un grand nombre de maisons qui seroient restées vacantes. » Il ajoutait que « les habitans donn[aient] d’une main pour recevoir de l’autre278 ». Cependant, encore peu sensibles aux théories des économistes, les États privilégiaient l’équilibre de leurs comptes279.

  • 280 L’affaire se passa en 1776 et la communauté obtint gain de cause. J. Trévédy, op. cit., p. 136-137
  • 281 A. Dupuy, op. cit., p. 234.
  • 282 ADIV, C 928, lettre à l’intendant, 9 mai 1787.
  • 283 BMN, Ms 1404, « Mémoire pour l’établissement de cazernes à Rennes », 13 juin 1789.
  • 284 J. Quéniart, La Bretagne au xviiie siècle, op. cit., p. 420-421 ; 476.

122Les premières manifestations d’attachement à l’armée vinrent incontestablement davantage de la petite bourgeoisie commerçante. À Redon, la décision du marquis d’Aubeterre, commandant en chef, de retirer la garnison provoqua les doléances de la communauté qui eut la subtilité de ne pas insister seulement sur son intérêt économique mais aussi sur le bien-être des soldats et de leurs fidèles montures280. En 1779, la pétition des marchands de Quintin pour qu’une garnison soit envoyée dans leur cité traduit un état d’esprit similaire281. Les villes habituées aux troupes tenaient à leur présence et celles qui connaissaient des casernements épisodiques aspiraient à une présence continue de l’armée. On considéra même parfois l’institution militaire comme un palliatif aux difficultés économiques. En 1786-1787, on évoqua beaucoup en Bretagne le projet du transfert de l’intendance de Rennes à Nantes, qui ne se concrétisa finalement pas. Le coup eût été rude pour Rennes, même s’il restait le parlement. Le sieur Boullet rédigea alors un mémoire « sur la nécessité d’accorder des troupes à la ville de Rennes, en garnison permanente, nécessité qui devient absolue par la translation de l’intendance à Nantes 282 ». La municipalité reprit cet argumentaire deux ans plus tard lorsqu’elle sollicita l’établissement d’une garnison permanente « dans une ville où le commerce est presque nul283 ». L’évolution de l’état d’esprit des élites bourgeoises de la province doit certainement beaucoup au marasme économique et démographique subi par la plupart des villes de Bretagne. Seuls les ports de Nantes, Lorient et Brest prospéraient dans la seconde moitié du siècle alors que la plupart des autres cités végétaient voire connaissaient de sérieuses difficultés économiques et financières284.

  • 285 A. Young, op. cit., t. 1, p. 231.

123Les implications économiques du séjour d’une troupe nombreuse n’étaient en effet pas négligeables. L’arrivée des soldats provoquait presque inévitablement une augmentation sensible des prix dont ne pouvaient que se louer vendeurs et autres prestataires de services alors que les autres habitants avaient tout lieu de s’en plaindre, d’autant que la hausse portait en priorité sur les denrées de première nécessité. La concentration de quatre régiments d’infanterie à Rennes en 1788, suite aux troubles, entraîna une hausse sensible des prix285. Les municipalités ne se faisaient donc l’écho que de la partie commerçante de leur cité alors qu’elles mêmes y trouvaient un intérêt fiscal indéniable, à travers l’augmentation du produit des octrois.

L’entreprise de l’étape, ses profits et ses risques

124Les principaux ressorts de l’entreprise militaire en France se concentraient à Paris. Les grands entrepreneurs et munitionnaires comme les bailleurs de fonds s’y trouvaient, ne laissant qu’une portion congrue aux provinces. En Bretagne, cependant, existait un marché important, celui des étapes. Nous ne reviendrons pas ici sur les adjudications et les baux. En revanche, examiner, dans la mesure où les sources le permettent, les gains réalisés et les principaux intervenants paraît essentiel.

  • 286 ADIV, C 3674, requête aux États.
  • 287 Ibidem, mémoire sur le bail de 1777 à 1779.

125Les moralistes et les théoriciens militaires manquèrent rarement de dénoncer les profits réalisés dans le cadre de l’entreprise des étapes et, plus généralement, des subsistances. Pourtant, en plusieurs occasions, les adjudicataires perdirent de l’argent. En 1716-1718, 1728-1729, 1777-1779, les déficits s’accumulèrent. En 1730, l’adjudicataire Barthélemy Burnel évalue ses pertes de l’exercice précédent à près de 20 000 livres, ayant perdu 11 sols par place de fourrage286. Les pertes de ses successeurs du bail de 1777-1779 se montèrent quant à elles à la somme astronomique de 86588 livres 17 sols et 10 deniers287. Certes, on objectera avec raison que ces entrepreneurs avaient tout intérêt à gonfler leur passif pour susciter la pitié des États. Néanmoins, leur absence ou, du moins, leur impuissance lors des adjudications postérieures témoigna de la mauvaise santé financière de leur compagnie. Burnel dut laisser les baux de 1730 et 1732 à des compagnies concurrentes et ne remporta à nouveau l’adjudication qu’en 1734. Quant aux trois associés de 1777, ils ne furent plus en mesure de convoiter l’adjudication et laissèrent le champ libre à leurs concurrents Jollivet et Dacosta. Les sources ne nous renseignent par conséquent que sur les déficits. Si ces requêtes conservées sont bien les seules à avoir été écrites, on ne compterait dans le siècle que cinq exercices déficitaires pour la fourniture de l’étape et du fourrage.

  • 288 Ibid., requête…
  • 289 Ibid., mémoire sur le bail…
  • 290 Ibid., requête imprimée, novembre 1760.

126Ils sont forcément dus à des circonstances particulières. Les pénuries de denrées faisant flamber les prix trouvaient leur origine dans les aléas climatiques. Barthélemy Burnel ne pouvait guère prévoir que le millier de foin, qui valait 8 à 9 livres lors de son adjudication, passerait en quelques mois à 25 voire 30 livres en raison d’un hiver 1728-1729 particulièrement long et rude ; dans le même temps, le prix de l’avoine doublait288. Les adjudicataires de 1777 firent sans doute preuve d’imprudence en concluant un bail à des tarifs très faibles qui se révélèrent vite insuffisants par rapport aux prix du marché. La prise en charge des fournitures du camp de Paramé en 1778 n’arrangea pas leur situation289. De façon générale, à partir du milieu du siècle, l’afflux de troupes en Bretagne lors des conflits plaça les entrepreneurs de l’étape en situation difficile. Pierre Queudreu, fermier général pour les années 1759 et 1760, récapitula dans un mémoire l’origine de ses pertes financières290. La marche de certaines troupes en dehors du système de l’étape, les contrordres entraînant la perte des denrées accumulées et le passage de soldats dans des « lieux inusités » dépourvus de sous-étapier entraînèrent des frais considérables. Cette compagnie souffrit aussi de l’adjonction de l’entreprise des voitures à celle de l’étape. Toute innovation était source de difficulté et la guerre risquait fort de rogner les bénéfices des entrepreneurs.

  • 291 Ibid., addition à la requête de Pierre Queudreu, fermier général des étapes et voitures, imprimé, (...)

127Toutefois, en dépit des termes mêmes du bail, les entrepreneurs malheureux pouvaient espérer un secours financier de la Province. La compagnie de 1716 reçut 8 000 livres à titre de gratification et celle de 1777, 17 170 livres. Les États n’agissaient pas ainsi par pure charité. En aidant les adjudicataires en difficulté, ils entretenaient la concurrence. C’est d’ailleurs cette argumentation qu’utilise Queudreu en 1762 : « Sa concurrence lors de l’Adjudication des Étapes des deux derniers baux, les a fait porter au prix modique où elles sont ; en sorte que si, contre toute attente, Nosseigneurs ne se portoient pas à lui accorder l’indemnité qu’il demande, ils le mettroient hors d’état de se présenter à aucunes Adjudications, et de faire le bien de la Province291. » En somme, les États donnaient d’une main en espérant récupérer de l’autre.

128En fin de compte, l’entreprise des étapes et fourrages permettait habituellement de substantiels bénéfices mais imprudences, mauvaises récoltes ou autres circonstances imprévues étaient susceptibles d’entraîner de cuisants revers de fortune.

Le profil social des entrepreneurs et des étapiers locaux

  • 292 C’est la même chose en Languedoc. D. Biloghi, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’é (...)
  • 293 ADIV, C 3674, « affaire de la demoiselle Anne Julienne Ménard, veuve du sieur Le Pertel, contre Pi (...)

129La difficulté à bien cerner le profil social des entrepreneurs de l’étape tient à plusieurs raisons. La première est liée à l’identification de toutes les parties prenantes. Celui qui remportait l’adjudication n’était bien souvent qu’un prête-nom. Ceux qui se présentaient ensuite comme cautions donnaient une image plus fidèle de la compagnie des étapes292. Cependant, des bailleurs restent nécessairement dans l’ombre : en 1716, Pierre Le Pertel est intéressé au bail des étapes sous le nom de Priou des Rivières, bourgeois de Dinan. Seule une plainte postérieure permet de le savoir et de démonter le mécanisme complexe de ce type de société293.

  • 294 Il s’agit de : Jacques Lambot de Lisle (1716, 1732), Daniel Dubuisson (1721, 1724), Charles-August (...)
  • 295 D. Biloghi, « A la confluence de l’histoire militaire et de l’histoire sociale : les entrepreneurs (...)
  • 296 ADIV, C 4029.

130Un échantillon d’une vingtaine d’entrepreneurs échelonnés au long du règne de Louis XV apporte néanmoins des informations fort intéressantes294. Tout d’abord, l’hégémonie rennaise est frappante : sur 26 entrepreneurs, 23 résident dans la capitale bretonne. Un seul Nantais, François Belin ; un Malouin, Jean Vallé. Cette situation n’est pas sans analogie avec celle du Languedoc où l’hégémonie montpelliéraine ne laissait que la portion congrue aux Toulousains et Nîmois295. Les milieux négociants des grands ports bretons boudaient l’entreprise de l’étape. Peut-être la considéraient-ils comme d’un rapport incertain et trop limité. La domination des Rennais tient néanmoins aussi à une autre cause : la proximité. Le directeur de l’étape et ses associés entretenaient des rapports étroits et fréquents avec l’intendant puis, à partir de 1734, avec la commission intermédiaire. Il convenait alors de résider à Rennes, centre politique et administratif de la province. Les adjudications effectuées lors des États tenus dans d’autres villes n’y changeaient rien et n’attiraient pas la bourgeoisie locale. Les professions des entrepreneurs se regroupaient pour l’essentiel en deux pôles, celui des officiers et celui des marchands auxquels il convient d’ajouter quelques rentiers296. Ces différentes catégories semblent la plupart du temps représentées.

  • 297 ADIV, C 4037. François Gazon de La Maisonneuve était également maître particulier des eaux et forê (...)

131Prenons l’exemple des baux de 1767 et 1771. Le premier associe deux marchands (Thomas Jollivet fils et Godefroy Brossay Saint-Marc), un négociant (Thomas Aufrey du Taillis), un avocat (Marie-François-René Jousselin de Verrière) et un architecte (Joseph-Anne Le Conte). La compagnie adjudicatrice du second comprend trois marchands de drap (Jacques Bidard de La Bidais, Jacques Ponthais et François Gazon de La Maisonneuve), un rentier (Morin) et le sieur d’Oultremer du Margat, directeur de la Trésorerie des États297. Spécialistes du commerce, gestionnaires voire hommes de loi mettaient donc en commun leurs compétences et leur expérience. Aucun de ces particuliers n’était vraiment impliqué professionnellement dans les fournitures à l’armée. Seul Thomas Jollivet vendait du vin, et du fer d’ailleurs.

  • 298 ADIV, C 4029.
  • 299 R. Kerviler, op. cit., t. 6, p. 228. Il est adjudicataire des octrois de Moncontour, Dol et Morlai (...)
  • 300 ADIV, C 3674 et 4700.

132L’examen des cotes de capitation pour les années 1760-1770 indique des fortunes dans l’ensemble moyennes298. Un associé est capité en moyenne à 69 livres environ, en deçà des grandes fortunes bourgeoises de Rennes. Mieux, un tiers de l’échantillon considéré acquitte moins de 40 livres. L’avocat Jousselin de Verrière ne paie que 16 livres de capitation. La plupart n’ont d’ailleurs qu’un domestique voire un facteur ou un clerc, suivant leur activité professionnelle. Le seul qui se démarque notablement est Jean-François Dacosta de La Fleuriais qui paie 50 livres comme négociant, 156 livres à la chancellerie et entretient trois domestiques. Il est par ailleurs fermier général des États et, au moins en une occasion, adjudicataire des octrois de plusieurs villes299. Il n’est dès lors guère surprenant qu’il remporte l’adjudication en 1773, 1775, 1779 et 1781300. Ses associés Thomas Jollivet et, plus encore, Joseph-Louis Grillard, procureur au présidial, font modeste figure à côté de lui.

Figure 26 : La capitation des entrepreneurs de l’étape des baux de 1763, 1767, 1771, 1777 et 1781.

  • 301 Il faut sans doute ajouter Dureau Garé, adjudicataire des fouages de la province en 1722. R. Kervi (...)
  • 302 ADIV, C 3674, affaire de la veuve du sieur Le Pertel.
  • 303 Il rentre partiellement dans ses fonds en 1786 mais ne retente plus l’aventure de l’étape par la s (...)
  • 304 Un des seuls Parisiens est Jean-François Desjardins, originaire de Quintin, et officier du comte d (...)

133Les entrepreneurs ne se situaient donc pas tous au sommet de l’élite du tiers état, sans préjuger de l’apport financier d’autres intervenants demeurés dans l’ombre. Si l’on excepte Dacosta de La Fleuriais, Oultremer du Margat et, dans les années 1730, Le Brun de La Butterie et Molliez, ces hommes ne participaient pas à d’autres adjudications ni au maniement des finances de la province301. Cela n’est pas forcément étonnant car si l’étape comportait des risques indéniables, l’apport initial ne se montait pas à des sommes astronomiques. En 1716, le fond de démarrage de l’étape s’élève à 15 000 livres, Pariette, un des quatre associés, avançant 1 500 livres302. Il fallait néanmoins pouvoir faire face en cas de dépenses excessives. Jean-Baptiste d’Oultremer du Margat, choisi comme caissier par la compagnie du bail de 1777, se voit obligé de recourir dès la première année à ses propres deniers : le 12 octobre 1777, il verse 6795 francs, premier versement suivi de plusieurs autres qui le conduisent à s’endetter303. En fin de compte, l’entreprise de l’étape en Bretagne attirait peu l’élite bourgeoise de la province. Elle séduisait encore moins négociants et hommes d’affaires parisiens, totalement absents semble-t-il304.

  • 305 AN, H1 308, mémoire sur les étapes, 1744.

134L’activité et les résultats des entrepreneurs de l’étape reposaient largement sur la compétence de leurs préposés, autrement dit des étapiers locaux. Toutefois, les fermiers ne disposaient pas à cet égard d’un choix très large. Certes, les entrepreneurs – comme les États quand ils choisirent de se passer d’une entreprise générale de l’étape – avaient intérêt à susciter une concurrence mais certains indices semblent montrer que les candidats au poste de sous-étapier ne se bousculaient guère. Dans certains lieux peu fréquentés, « l’entrepreneur est obligé de régir […] faute de trouver des étapiers305 ». Précisons au passage les difficultés rencontrées pour identifier ces personnages, quelquefois cités par les fermiers de l’étape ou évoqués dans la correspondance administrative. L’étude suivante, menée à partir d’une dizaine d’individus en poste dans la période 1755-1772, apporte néanmoins d’utiles enseignements.

  • 306 12 livres 3 sols en 1763. ADIV, C 4140.
  • 307 ADIV, C 4138.
  • 308 En 1755. ADIV, C 4079.
  • 309 ADIV, C 3674, contrats entre les fermiers généraux de l’étape et des étapiers locaux, 1771-1772.

135Les préposés à l’étape présentaient un profil social varié mais n’appartenaient que rarement à l’élite urbaine. Ils étaient en outre rarement partie prenante par leur métier dans les fournitures à l’armée. Pierre Thomas, qui résidait à Malestroit, était le seul aubergiste du lot. On trouve aussi un marchand à Redon en 1755. Deux autres étaient commis à la poste et perruquier. L’implication dans l’étape de Monsieur d’Hardicourt, bas-officier invalide résidant à Pontivy, surprend moins. Sa connaissance des exigences des soldats et des vicissitudes des troupes en marche le prémunissait mieux que d’autres contre de mauvaises surprises. À Auray, c’est Guérin, entreposeur et receveur des ports et havres, qui faisait fonction de sous-étapier en 1769. Les deux derniers personnages cités étaient les seuls véritablement aisés. Leur qualité ou fonction les exemptait de capitation mais leurs épouses, tenant un commerce, payaient l’impôt. Celle du bas-officier acquittait 30 livres et celle de Guérin 15 livres. Parmi tous les autres, seul Scribault, préposé à Redon en 1771, payait plus de dix livres306. La plupart des étapiers sont des gens modestes : Daufresne fils, commis à la poste, était capité à 6 livres307. Encore plus surprenant, Jacques Augeard Closneuf, pourtant chargé de Saint-Brieuc, Lamballe, Jugon et Dinan, n’acquittait que 4 livres de capitation comme chapelier308. Or, il ne semble pas que d’autres particuliers avaient des intérêts dans ces affaires. La caution de François Morel, en poste à Antrain, n’était autre que son beau-frère, modeste marchand chapelier. Pour les autres, c’était souvent l’épouse ou la belle-mère309.

  • 310 Voir supra dans chapitre II « Les responsables communaux et paroissiaux… » (p. 88).

136Par conséquent, la gestion locale de l’étape n’attirait pas, dans les petites villes, les principaux bourgeois, mais plutôt des individus de modeste envergure. Il ne faut pas s’en étonner puisqu’en temps normal le préposé n’avait guère d’argent personnel à débourser. Il passait commande à divers commerçants et payait la plus grande part lorsque la commission lui envoyait la somme correspondante. Dans des circonstances d’urgence, en revanche, sa faculté d’adaptation était faible. On voyait donc périodiquement un maire, un syndic voire un subdélégué suppléer un sous-étapier défaillant310.

  • 311 ADIV, C 4700, requête de novembre 1760 et addition du 30 octobre 1762.

137Quand, en temps de guerre, l’extraordinaire devenait commun sinon quotidien, beaucoup de préposés étaient conduits à une faillite pure et simple. Le fermier général Pierre Queudreu insista auprès des États sur l’insolvabilité des sous-étapiers et calcula que la banqueroute de plusieurs d’entre eux lui avait coûté 15 000 livres311. Le fait que peu de notables locaux choisirent d’investir dans l’étape montre clairement que les profits étaient réduits eu égard aux risques encourus pour une activité très dépendante de la conjoncture économique comme militaire.

Mille et un petits métiers concernés par l’armée

  • 312 Ch. Cérino, op. cit., t. 1, p. 289-291.
  • 313 SHAT, 1M 1093.

138Nombre de commerçants et artisans passaient des contrats avec l’armée ou, simplement, fournissaient les soldats à titre individuel. À Belle-Île, la présence d’une garnison permanente dans la citadelle du Palais influençait notablement l’activité économique de la société locale. Christophe Cérino évalue à 10 % la part de la population susceptible de tirer profit de la présence des militaires. Dans une île déshéritée de moins de 5 000 habitants, certains métiers n’existaient d’ailleurs que grâce à la garnison. C’était le cas des blanchisseuses, lingères, laveuses et maîtres perruquiers312. Un « état des hommes depuis 16 jusqu’à 60 ans qu’il est absolument nécessaire de conserver dans l’isle de Belle Isle particulièrement en tems de guerre », daté de 1779, apporte d’utiles précisions313. Trois catégories de métiers ressortent de l’ensemble, si l’on exclut les paysans réquisitionnés pour les charrois. Les métiers du bâtiment sont jugés indispensables pour l’entretien des fortifications et des casernes. Matelassiers et blanchisseurs veillent sur les lits militaires. Quant aux pourvoyeurs de vivres, boulangers, bouchers et cantiniers, ils sont même évoqués en premier.

  • 314 ADLA, C 534, état de dépenses, 13 juin 1788.
  • 315 ADIV, 1F 1170, « Mémoire des réparations faittes par touttes sortes d’ouvriers tant aux escuries q (...)
  • 316 ADCA, C 89, quittances de ceux qui ont fourni les casernes ou y ont travaillé, ainsi que dans les (...)

139Un peu partout dans la province, l’entretien des casernes procurait du travail à divers artisans. La réfection des casernes d’Ancenis prévues pour le régiment de Conti revint à plus de 1347 livresetemploya deux menuisiers, deux charpentiers, un cloutier, un serrurier, un ferblantier et des portefaix314. À chaque fois, plusieurs jours voire plusieurs semaines d’activité étaient garantis. Au début du xviiie siècle, la réparation des casernes de Guingamp s’étale sur plusieurs semaines. Toussaint Caluer y travaille quatorze jours à poser des fenêtres et monter des cloisons alors qu’un de ses collègues menuisier y œuvre treize jours315. Dans la même ville, vers la fin du siècle, tout nouveau casernement entraîne un certain nombre de travaux et l’achat de menues fournitures qui impliquent souvent les mêmes artisans et commerçants. En 1787, vingt d’entre eux se partagent 910 livres 3 sols316.

  • 317 ADIV, C 882, d’Angervilliers à Viarmes, 10 août 1737.

140Entretien et nettoiement des armes procurait aussi du travail aux armuriers. En 1737, par exemple, il s’agit de nettoyer les fusils entreposés dans les magasins de la milice provinciale. Le ministre demande à l’intendant de passer des marchés à cet effet avec les armuriers de Rennes, Vannes, Saint-Brieuc, Redon, Dinan et Carhaix317.

  • 318 ADIV, C 1155, « État des remèdes faits par le sieur Tronchet, chirurgien juré, aux dragons du régi (...)
  • 319 ADIV, C 61, requête de Le Clerc, 17 juillet 1757, assortie d’une note de frais.
  • 320 ADIV, C 89, requête de deux maîtres chirurgiens de Fougères, 1779.

141Enfin, une dernière catégorie professionnelle profitait du séjour des troupes, celle des médecins et chirurgiens. Les soldats constituaient une clientèle nombreuse et solvable puisque l’administration remboursait les soins prodigués. Tronchet, chirurgien juré à Guémené, fait 68 prescriptions aux dragons casernés de fin septembre au 14 décembre 1779, pour une somme totale de 94 livres 10 sols318. Encore ce chirurgien n’y gagne-t-il qu’un surplus de clientèle car il bénéficie de toute façon de celle de l’hôpital. Son homologue de Châteaulin Le Clerc, en revanche, exerce en dehors de toute institution. Les deux compagnies du régiment de Marbeuf dragons lui rapportent 315 livres en huit mois (du 13 octobre 1756 au 16 juin 1757)319. Les soldats furent probablement les principaux clients de ce chirurgien pendant leur séjour. La clientèle des soldats et prisonniers de guerre faisait l’objet d’une concurrence souvent âpre entre chirurgiens. À l’annonce de la création probable d’un hôpital pour les prisonniers anglais, deux praticiens de Fougères se portent candidats, suscitant une plainte de leurs collègues320.

  • 321 Selon le subdélégué, certains soldats n’ont pas de culotte et sont condamnés à rester dans leur ca (...)
  • 322 ADIV, C 61, l’intendant à Audouard, 7 mars 1757.
  • 323 Il acquitte 24 livres de capitation en 1767 et entretient un domestique. ADIV, C 4029.
  • 324 Parmi eux, Thomas Le Carroux, dit La Franchise, paie 21 livres de capitation et loge un compagnon (...)
  • 325 En 1763. ADIV, C 4140.

142Quelques marchés d’équipements étaient passés périodiquement. Ils demeuraient cependant exceptionnels et restreints. En 1757, la détresse des soldats français revenus des prisons d’Angleterre et rassemblés à Vannes conduit le ministre à autoriser la conclusion de marchés locaux pour leur procurer des vêtements décents321. Des commandes, de deux types, sont alors passées. Certaines portent sur des quantités relativement importantes. L’intendance charge ainsi Gautier La Boullaye, marchand rennais, des fournitures de 370 gilets, d’autant de culottes et de 740 chemises pour un montant total de 7 458 livres 11 sols 8 deniers322. N’existait-il pas à Vannes de marchand susceptible d’assurer la fourniture ? En tout cas, La Boullaye possède une aisance certaine et probablement les moyens d’honorer rapidement cette importante commande323. On s’adresse de même à trois cordonniers rennais pour 500 paires de souliers destinés au régiment de Languedoc324. Les artisans vannetais, de plus modeste envergure, profitent aussi de ces commandes. Dix-huit cordonniers sont ainsi sollicités pour 300 paires de chaussures. Ils représentent plus du tiers de tous les cordonniers de Vannes. Aucune préférence n’est accordée aux plus notables disposant de plusieurs compagnons. Raccapé, capité à 16 livres, confectionne 22 paires, soit moins que Mathurin Balenne, capité à 3 livres325. Pour les plus modestes, la commande de l’armée se présente comme une manne qui leur garantit plusieurs semaines voire plusieurs mois de revenus : Joseph Laporte, dit Morancy, capité à 1 livre 6 sols, y gagne 73 livres 10 sols.

  • 326 ADIV, C 1082, « État des parties de la dépense occasionnée en Bretagne par la descente des Anglois (...)

143Les opérations militaires sur les côtes présentaient une autre circonstance exceptionnelle entraînant un surcroît d’activité pour nombre de corps de métiers. L’année 1758, marquée par les descentes de Cancale et Saint-Cast, présente à cet égard une large panoplie. Marches forcées et concentrations de troupes firent que les fournisseurs habituels ne suffirent pas. On s’adressa alors à divers particuliers qui fournirent une vache, quelques bottes de foin ou du pain. Si les bouchers, les boulangers et les aubergistes sont évidemment sollicités, de simples bourgeois et paysans contribuent également. Resterait à évaluer le prix alors acquitté au regard de celui du marché. Dans bien des cas, on devait s’approcher d’une réquisition pure et simple. En octobre 1746, le pain est d’ailleurs « pris d’authorité » à Quimperlé326. Toutefois, comme le paiement intervenait postérieurement, des négociations ultérieures restaient possibles.

  • 327 ADIV, C 1091, « État de ceux qui ont acheté les effets d’habillement du détachement du régiment de (...)
  • 328 ADIV, 8 B 556, Martin Boiron.

144Ce tour d’horizon ne peut s’achever sans évoquer le recel et le trafic d’effets militaires, activité souterraine autant qu’illégale mais relativement pratiquée compte tenu de la fréquence des désertions. Cette activité tenait plus du délit que du commerce mais certains petits revendeurs agissaient de bonne foi. Cela semble être le cas de ces fripiers, cordonniers et revendeurs rennais qui achetèrent en 1757 différentes pièces d’uniformes du régiment de Languedoc pour des montants variant entre 2 et 25 livres. Les autorités ne leur en tinrent d’ailleurs pas rigueur, se contentant d’une simple restitution327. Aubergistes et cabaretiers, par contre, agissaient en connaissance de cause, jouant les intermédiaires. Deux déserteurs s’adressèrent ainsi à leur hôte qui fit venir un fripier qui leur acheta leur uniforme et leur remit des habits civils328. L’importance de la désertion procurait quelques profits à de petits vendeurs professionnels ou occasionnels et il ne fait guère de doute que des paysans bretons portèrent des habits militaires transformés et recyclés.

  • 329 ADIV, C 1082, Houvet à Viarmes, 24 mars 1747.

145En fin de compte, les commandes militaires irriguaient tout un réseau de petits commerçants et artisans qui n’en vivaient sans doute jamais totalement mais en profitaient notablement. La seule ombre au tableau consistait dans les délais de paiement car, si l’armée payait, elle prenait indubitablement son temps. Pour des gens modestes, souvent endettés pour l’achat de la matière première ou de la denrée de base non transformée, l’attente devenait vite difficile à supporter. Le commissaire des guerres Houvet prend ainsi sur lui de payer les boulangers de Vannes en mars 1747, plus de six mois après la descente ennemie. Il se justifie auprès de l’intendant par « le tort que le défaut de payement fait à nombre de pauvres gens329 ».

Les limites : soldats débiteurs, insolvables et concurrents

  • 330 ADIV, C 65, le subdélégué à l’intendant, 9 février 1759.

146Soldats et officiers constituaient sans conteste une clientèle appréciable pour certains commerçants et artisans. Se posait cependant la question de la solvabilité des militaires. Le seul second bataillon de Volontaires-Étrangers laissa un passif de 13 000 livres à Lorient330 ! Le seul recours face à ces débiteurs impénitents restait l’intendant mais plusieurs facteurs contribuaient à rendre le remboursement difficile sinon impossible.

  • 331 ADIV, C 884, d’Argenson à Viarmes, 14 décembre 1745.

147D’abord, la plupart des créanciers ne se manifestaient qu’une fois la troupe partie, sans doute parce qu’ils espéraient un paiement jusqu’au dernier moment. L’éloignement rendait plus improbable encore l’apurement de la dette, quand bien même une rescription restait possible. Par ailleurs, les vicissitudes de la guerre pouvaient mettre un point final à l’affaire : le capitaine Coock, débiteur d’une marchande d’Hennebont, succombe à Fontenoy, ses effets ne suffisant même pas à rembourser ce qu’il doit à l’état-major de son régiment331.

  • 332 AMN, EE 132, La Tour, 16 novembre 1729.
  • 333 Ibidem, préambule de l’ordonnance.
  • 334 ADIV, C 893, comte de Muy à Caze de La Bove.

148Ordonnances et règlements se succédèrent tout au long du siècle pour limiter le crédit aux soldats. L’ordonnance de Feydeau de Brou en date du 10 mai 1722 fut réitérée en 1729, 1737, 1739. L’interdiction totale du crédit étant utopique, il s’agissait de lui imposer des limites strictes. Dans le cas de prêts supérieurs à 12 sols, le créancier était tenu d’informer dans les vingt-quatre heures l’officier responsable et de remettre un mémoire au maire ou au syndic332. On prévoyait aussi d’avertir les habitants des jours et heures précis des revues pour que les créanciers s’y présentassent et formulassent leurs plaintes en désignant les soldats coupables. L’ordonnance de 1768 sur le service des places interdisait la vente à crédit sauf permission faite par l’officier-major de la troupe qui choisissait donc, le cas échéant, d’endosser la responsabilité des dettes. Ces dispositions visaient d’ailleurs plus à protéger les soldats que les commerçants. De Brou justifiait son ordonnance de 1722 par le fait que les soldats endettés se privaient de toute leur solde, ce qui les mettait « hors d’état de faire le service333 ». Les autorités pouvaient toujours s’appuyer sur les règlements pour débouter les créanciers. Lorsque ces derniers devenaient trop importuns, on pouvait les menacer d’une punition « pour avoir fait crédit après les deffenses faites334 ». Vendre aux soldats ou leur procurer de menus services comportait donc une part de risque acceptée par beaucoup qui voyaient en ces dizaines ou centaines d’hommes de passage ou en séjour autant de clients potentiels.

  • 335 ADIV, 4B 4269, procès-verbal du 9 septembre 1785.
  • 336 On ignore cependant si eux-mêmes sont d’anciens prisonniers ou s’ils appartiennent à une troupe sé (...)
  • 337 ADLA, C 533, Thébault de La Monderie à la commission intermédiaire, 2 décembre 1787.

149De clients, les soldats se muaient quelquefois en concurrents. Ceux possédant une qualification professionnelle la faisaient couramment valoir. Lors de son séjour à Redon, Joseph Vaudequin, soldat de Condé, travaille ainsi pour un maître perruquier335. Il s’agissait souvent d’une activité épisodique qui concurrençait peu la main-d’œuvre locale. On chercherait en vain, en tout cas, de quelconques tensions entre travailleurs et soldats. D’ailleurs, certains exerçaient leurs talents pour leurs camarades. Parmi les dix-huit cordonniers qui fabriquent des souliers pour les Français revenus des prisons d’Angleterre en 1757, deux sont des soldats336. Certaines troupes comptaient même en leur sein des artisans civils qui les accompagnaient dans leurs déplacements. Quand ils arrivent à Nantes, les officiers du régiment de Bassigny réclament ainsi des chambres supplémentaires non seulement pour les vivandières mais aussi pour les armuriers et les cordonniers337.

  • 338 ADIV, C 2463, Viarmes à d’Argenson, 22 mars 1752.
  • 339 AMN, HH 138, procès-verbal du 26 juillet 1749.

150C’est également pour la troupe que certains exercent la fonction de boucher à Port-Louis en 1752. Il s’agissait normalement d’un privilège réservé aux régiments suisses mais une tolérance existait pour d’autres troupes, notamment irlandaises. Le colonel du régiment de Berwick précise d’ailleurs à l’intendant sa vigilance pour « empescher les abus que les soldats commettent en vendant de la viande à d’autres qu’aux soldats du même régiment338 ». On permettait enfin aux invalides de pratiquer un petit commerce : à Nantes, ils étaient les seuls à pouvoir se placer le samedi, jour de marché, dans les lieux publics pour y vendre de menues hardes339.

  • 340 ADIV, C 500, extrait du registre des délibérations de la communauté, 20 janvier 1780 ; lettre du m (...)

151Il ne faut toutefois pas envisager la présence de soldats experts dans une profession uniquement sous l’angle de la concurrence. Leur compétence n’avait parfois aucun équivalent sur place et les communautés l’utilisaient alors avec bonheur. À Guingamp, la pompe publique ne fournissant plus d’eau depuis longtemps, un soldat du régiment des Deux-Ponts resté malade à l’hôpital, propose ses services, ayant été « instruit dans les travaux des mines et dans la conduite des eaux à Nancy et ailleurs ». Constatant ses compétences, le maire propose alors d’acheter le congé du nommé Michel et de lui allouer les 230 livres prévues annuellement pour l’entretien de la pompe et des pompiers. Les exigences financières du colonel firent cependant échouer la négociation, au grand dam des deux parties et notamment du soldat qui, âgé de près de cinquante ans, cherchait un lieu où se retirer340.

Conclusion

  • 341 « Tous les travailleurs seront pourvus d’un gilet d’étoffe de laine, d’un sarreau et pantalon de t (...)
  • 342 A. Navereau, op. cit., p. 124-125.

152Difficilement quantifiable car échappant souvent à la justice ordinaire, la violence militaire déclina apparemment au cours du xviiie siècle alors que le niveau d’endurance de la population diminua. Le soldat garda un penchant pour la rapine et resta sujet à des accès de violence d’autant plus dangereux qu’il possédait une arme et savait la manier. L’esprit de corps contribuait en outre à envenimer certaines affaires et constituait un utile bouclier contre les poursuites des juridictions civiles. Cependant, dans une société qui restait violente, le soldat ne constituait qu’un acteur de la violence parmi d’autres. Il ne suffisait plus, néanmoins, à l’armée d’éviter de prendre part aux violences. On lui demandait désormais davantage. Les élites se reposaient de façon croissante sur elle pour le maintien de l’ordre et utilisaient parfois cette main-d’œuvre bon marché. Le maintien de l’ordre n’était toutefois jamais qu’une extension du métier des armes à une époque où les forces de police demeuraient peu nombreuses. La contribution aux travaux publics allait plus loin puisqu’elle plaçait entre parenthèses la condition militaire des travailleurs : le règlement élaboré pour les soldats travailleurs de la Vilaine stipulait clairement le port d’un habit ouvrier, tout signe militaire étant exclu341. Les citadins prirent également conscience de la consommation induite par les troupes dont profitaient indéniablement, quoiqu’à des degrés divers, de nombreux marchands et artisans. Il ne restait plus qu’à attribuer à demeure un régiment à une localité donnée. Des projets furent élaborés en ce sens dans les années 1780 mais les réalisations n’auront lieu qu’au siècle suivant, conduisant à la spécialisation de villes de garnison vivant en symbiose avec l’armée342. Désormais recherchés sinon appréciés, les soldats conservaient néanmoins les inconvénients qui s’attachaient à leur condition d’errants, demeurant pourvoyeurs de bâtards et colporteurs d’épidémies. L’emploi de soldats pour améliorer la navigabilité de la Vilaine et, de façon plus générale, à de grands travaux civils, posait une autre question. Cette activité constituait largement un palliatif à une paix trop longue, du point de vue militaire, et posait implicitement la question des missions de l’armée en dehors des périodes de conflits. Le rejet d’une oisiveté considérée comme corruptrice des mœurs et l’assimilation, non sans ambiguïté, de la notion d’utilitarisme diffusée par Helvétius militaient alors pour l’utilisation des soldats à des tâches purement civiles.

Notes

1 ADLA, C 209, lettre à Mellier, 20 juillet 1717, à propos des troubles causés par le régiment de Bourbonnais.

2 ADIV, C 508, lettre à l’intendant, 3 avril 1781.

3 B. Garnot, Crimes et justice aux xviie et xviiie siècles, Paris, Imago, 2000, p. 17-22.

4 J. Chagniot, « La criminalité militaire à Paris au xviiie siècle », ABPO, 1981, n° 3, p. 327-329.

5 Ch. Hamelin, Justice et criminalité dans la seigneurie d’Uzel et La Motte-Donnon (1743-1790), maîtrise, A. Antoine (dir.), Rennes II, 1999.

6 Total de 131 procédures pour les années 1751, 1761 et 1771. R. Blandin, Aspects de la criminalité à Nantes à la fin du xviiie siècle, maîtrise, J. Quéniart (dir.), Rennes II, 1986.

7 ADIV, C 883, lettre de l’intendant, 22 janvier 1742 ; C 2461, lettre de l’intendant à Breteuil, 7 mars 1742.

8 E. Larsonneur-Marjot, Criminalité et délinquance dans la sénéchaussée royale de Hédé de 1694 à 1789, mémoire de maîtrise, J. Quéniart (dir.), Rennes II, 1987.

9 ADIV, C 882, Viarmes à d’Angervilliers, 12 juillet 1737.

10 B. Garnot, op. cit., p. 131-139.

11 A. Giffard, Les justices seigneuriales en Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1903, Brionne, G. Monfort, rééd. 1979, p. 123-124.

12 ADIV, C 2627, lettre à l’intendant, 24 octobre 1720.

13 J. Quéniart, « Militarisation et violence en Bretagne au xviiie siècle », dans Violence et société en Bretagne et dans les pays celtiques, Actes du colloque international de Brest, 18-20 mars 1999, Kreiz n° 13, 2000, p. 404.

14 ADIV, C 137 et C 138. Le recueil le plus ancien concerne le second semestre de 1757. On dispose également des seconds semestres des deux années suivantes puis le recueil connaît un hiatus de près de vingt ans puisqu’on passe directement à 1779.

15 J. Chagniot, « La criminalité militaire à Paris… », op. cit., p. 329.

16 ADIV, 4B 4264, « plainte de noble homme René Pierre Joseph Dumoustier, capitaine d’infanterie au bataillon de la Rochebernard contre Barthélemy Guyho, journalier », 28 août 1769.

17 ADIV, C 892, Flesselles à Choiseul, 4 septembre 1767, et divers documents sur l’affaire.

18 ADIV, C 893, lettre du comte du Muy, 3 février 1775.

19 ADIV, C 885, procès-verbal de la maréchaussée, 24 février 1747 et lettre du subdélégué du 22 avril.

20 J. Quéniart, « Militarisation et violence… », op. cit., p. 404.

21 V. Larreur, Criminalité et délinquance dans les auberges et cabarets en Bretagne au xviiie siècle, maîtrise, J. Quéniart (dir.), Rennes II, 1990, p. 50.

22 ADIV, 4B 4269, 9 septembre 1785, plainte de Joseph Veaudequin, perruquier et soldat du régiment de Condé, en quartiers à Redon, d’un maître perruquier et d’une veuve.

23 AMN, EE 260, juillet 1725.

24 ADIV, C 57, Paulmy à Le Bret, 6 juin 1755.

25 J. Quéniart, Le Grand Chapelletout. Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale au xviiie siècle, Rennes, Apogée, 1993, p. 69. A. Cabantous, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l’Europe moderne xvie-xviiie siècles, Paris, Fayard, 2002, p. 113-114.

26 J. Quéniart, op. cit., p. 70.

27 F. Billacois, Le duel dans la société française des xvie et xviie siècles. Essai de psychologie historique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1986, p. 312 et 342.

28 AMN, FF 126, Mellier à de Brou, 2 novembre 1724.

29 F. Billacois, op. cit., p. 357-365.

30 A. Corre, P. Aubry, Documents de criminologie rétrospective : la Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Lyon-Paris, Masson, 1896, p. 340.

31 Le 28 avril 1695. G. Pondaven, « Les troupes de guerre à Lesneven sous Louis XIV », BSAF, 1919, t. 46, p. 18-19.

32 ADIV, C 922, procès-verbal, requêtes et correspondance, mars et avril 1756.

33 Voir par exemple le préambule de l’ordonnance royale du 25 octobre 1716. AMN, EE 95.

34 AMN, EE 90, procès-verbal du 30 septembre 1717 ; procédure des 12 et 13 novembre 1717.

35 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, présentés par F. Roudaut, Cahiers de Bretagne occidentale, 1989, p. 40.

36 L’expression « devoir de rescousse » vient d’Yves-Marie Bercé, Histoire des Croquants. Étude des soulèvements populaires au xviie siècle dans le Sud-Ouest de la France, Genève-Paris, Droz, 1974, rééd. Le Seuil, 1986, t. 2, p. 587.

37 Nombreux exemples dans J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris, Le Seuil, 2002, p. 69-78 notamment.

38 ADIV, C 1100, procédure du subdélégué, février-juin 1708 ; supplique de l’officier, janvier 1709.

39 ADIV, C 882, Viarmes à d’Angervilliers, 10 mai 1737.

40 ADIV, 2B 1871.

41 SHAT, A1 2347, correspondance et instruction du présidial de Nantes, janvier 1711.

42 ADIV, C 68, lettre du subdélégué, 29 mai 1761.

43 ADLA, C 650, procès-verbal contre des soldats du régiment de Bourbon, 30 janvier 1760.

44 SHAT, A1 1609, lettre de Bouridal, 23 août 1702. Le procureur du roi de Lesneven donne cependant une version bien différente, incriminant les dragons. G. Pondaven, op. cit., p. 27. Selon Antoine Dupuy, les soldats auraient provoqué l’émoi en déclarant vouloir enrôler les jeunes gens. A. Dupuy, Étude sur l’administration municipale en Bretagne au xviiie siècle, Paris, 1891, p. 231. La version de Bouridal, parvenue à Versailles, est to tefois la seule officielle ; dix à douze paysans furent arrêtés et emprisonnés, sanction entérinée par les autorités militaires de la province.

45 ADIV, C 2639, information du 27 juin 1698 faite par Jean-Baptiste Primaiguier, avocat, procureur fiscal de Redon et subdélégué de l’intendant.

46 Dans une auberge entre Ploërmel et Josselin, le lundi 5 février 1787. ADIV, 1Bn 3112.

47 Le 26 novembre 1729. A. Soulabaille, « Les gens de guerre et la violence à Guingamp aux xviie et xviiie siècles », MSHAB, 1995, t. 73, p. 128.

48 Exemples à Guingamp en 1691 et à Rennes en 1760. A. Soulabaille, op. cit., p. 127. M.-M. Muracciole, La criminalité de 1758 à 1790 d’après le fonds du présidial de Rennes, maîtrise, J. Delumeau (dir.), Rennes II, 1969, p. 138-139.

49 A. M. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des provinces, Paris, Imprimerie nationale, 1874-1898, t. I, p. 469.

50 AN, G7 175, lettre à Pontchartrain, 1er février 1692.

51 V. Dahlem, op. cit., p. 62-63.

52 J. Chagniot, Paris et l’armée…, op. cit., p. 583.

53 G. Pondaven, op. cit., p. 15.

54 À Nantes. Il est vrai que la victime survit et guérit. AMN, EE 260.

55 G. Pondaven, op. cit., p. 27.

56 ADIV, C 2639, placet, juin 1698.

57 SHAT, A1 904, 20 avril 1689.

58 En 1721, deux particuliers, dont un compagnon pâtissier, sont blessés par des soldats du régiment de la Gervaisais. La municipalité prend alors un arrêté contre les coupables, condamnés à 150 livres de provisions alimentaires. AMN, BB 74.

59 ADIV, C 883, Viarmes à d’Angervilliers, 13 avril et 30 mai 1738.

60 ADIV, C 4705, assassinat commis à Guingamp par les Chasseurs des Pyrénées. A. Soulabaille, op. cit., p. 131.

61 B. Garnot, Le Peuple au siècle des Lumières. Échec d’un dressage culturel, Paris, Imago, 1990. D. Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 309-310. J. Nicolas, op. cit., p. 67.

62 Exemple parmi d’autres, en 1753, à Dinan : les dragons parcourent les rues de nuit, troublant le sommeil des habitants et commettant diverses dégradations et exactions. A. Dupuy, op. cit., p. 231.

63 ADLA, C 188, Mellier à Ferrand, 5 mai 1711 ; AMN, EE3, comte de Lannion à Voisin, 18 mars 1712.

64 ADLA, C 209, Mellier à de Brou, 20 juillet 1717.

65 A. Dupuy, op. cit., p. 233.

66 ADIV, C 1155, 2 janvier 1770.

67 ADIV, C 137.

68 SHAT, A1 2347, lettre du commissaire des guerres Milon, 31 janvier 1711. ADIV, C 883, Viarmes au chancelier, 30 mai 1738.

69 ADIV, C 2627, Le Blanc à de Brou, 25 octobre 1721. Voir aussi ADIV, C 15 pour le jugement.

70 M. de Saxe, Mes rêveries, présenté par J.-P. Bois, Paris, Economica, 2002, p. 154-157.

71 Turpin de Crissé, Essai sur l’art de la guerre, Paris, Prault et Jombert, 1754, t. 1, p. 15.

72 Servan, général, Le soldat citoyen ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de pourvoir à la défense du royaume, Neufchâtel, 1780, p. 410-414.

73 F. Hincker, Les Français devant l’impôt sous l’Ancien Régime, Paris, Flammarion, 1971, p. 22.

74 La partie de la Normandie jouxtant la Bretagne n’était pas pays de grande gabelle mais de quart-bouillon.

75 L. Le Goff, Sa Seigneurye Petit Trou : faux-sauniers et société sur la frontière de Bretagne (1672-1789), maîtrise, J. Quéniart (dir.), Rennes II, 1995, p. 14.

76 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 1, p. 312.

77 AN, G7 536, 25 mars 1709.

78 J. Nicolas, op. cit., p. 50.

79 AN, G7 177, 10 janvier 1694.

80 A. Zysberg, Les galériens, vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, Paris, Le Seuil, 1987, p. 93.

81 L. Le Goff, op. cit., p. 98. L’auteur remarque que les bandes qui se heurtent aux gabelous font preuve d’une certaine discipline et décrochent rapidement, selon les habitudes de la petite guerre, en quelque sorte.

82 J. Gautier, « La contrebande du sel en Bretagne », MSHAB, 1957, t. 37, p. 157.

83 Le 30 novembre 1709, plus d’une tonne de sel est enlevée dans le grenier de Vitré. Les plus grandes expéditions portaient sur plusieurs tonnes. B. Briais, Contrebandiers du sel. La vie des faux sauniers au temps de la gabelle, Paris, Aubier, 1984, p. 186.

84 ADIV, 8B 559, procès-verbal du 21 janvier 1781.

85 ADIV, C 15 et C 2627, diverses pièces du dossier.

86 Ch. Aubert, La contrebande du tabac devant la juridiction des traites de Saint-Malo au dix-huitième siècle (1717-1791), mémoire de DEA de droit, Rennes 1, 1991, p. 47.

87 En 1770, des cuirassiers détachés à Antrain étaient les complices des contrebandiers déchargeant le « faux tabac » sur la côte près de Cancale. ADIV, 7B 47, plainte de l’entreposeur de Saint-Malo, 26 février 1770.

88 En 1787, un grenadier du régiment de Penthièvre loue une chambre dans un magasin d’eau-de-vie et de café à Saint-Servan. Lors d’une perquisition, on y trouve du tabac de contrebande et des tamis, balances en cuivre, cuillères de bois et sac de toile. ADIV, 7B 33, procès-verbal du 10 mai 1787.

89 Ch. Aubert, op. cit., p. 47.

90 ADIV, C 1153, le ministre à l’intendant, 13 avril 1737.

91 ADIV, 7B 33, procès-verbal du 30 octobre 1787 et certificat du lieutenant de roi.

92 AN, G7 200, Brilhac au contrôleur général, 16 juin 1720.

93 ADIV, C 883, lettre à Pontcarré de Viarmes, 11 septembre 1741.

94 ADIV, C 1155, lettre d’Erondelle, subdélégué d’Ancenis, 12 octobre 1754.

95 J.-Y. Barzic, L’hermine et le soleil. Les Bretons au temps de Louis XIV, Spézet, Coop Breizh, p. 465.

96 ADIV, C 882, Viarmes à d’Angervilliers, 18 octobre 1737.

97 ADIV, C 6093, 28 août 1784.

98 SHAT, A1 1704, lettre des habitants de Redon au maréchal d’Estrées, 24 juillet 1703.

99 ADIV, C 892, septembre 1767 et C 1155, décembre 1769-janvier 1770.

100 A. Farge, Le vol d’aliments à Paris au xviiie siècle, Paris, Plon, 1974, p. 89-94 et 128-130.

101 ADIV, C 885, d’Argenson à Viarmes, 22 janvier 1747.

102 ADIV, C 4698, dossier sur les dégradations de la maison du chevalier du Haffont de Lestrédiagat, louée comme caserne à Morlaix, 1764-1768. ADIV, C 882, Viarmes à d’Angervilliers, 24 mai 1737.

103 A Harfleur, en Normandie, les dragons volent aussi des légumes, des fagots et quelques poules. J. Goube, « Le logement des gens de guerre dans la généralité de Rouen de 1694 à 1789 et ses répercussions sur la vie des civils », Actes du 103e CNSS, Nancy-Metz, 1978, t. 1, p. 554.

104 ADIV, 2B 1850 et 4B 4904.

105 En 1780. A. Dupuy, op. cit., p. 233.

106 ADIV, C 68, Le Bret à Choiseul, 25 mars 1761.

107 ADLA, B 9305, mars 1779.

108 Exemple d’une blanchisseuse qui dérobe chemise et tour de col dans la chambre d’un dragon. V. Dahlem, op. cit., p. 39.

109 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 235.

110 A. Corvisier, Louvois, Paris, Fayard, 1983, p. 355.

111 ADIV, 4B 4263, « Information faite à la requête de Jean-Georges Peltein, cavalier au régiment de Bourgogne, demandeur et accusateur », 27 mai 1767.

112 ADLA, C 537, les commissaires au comte de Langeron, 31 octobre 1788.

113 ADLA, C 533, Thébault de La Monderie aux commissaires, 15 juin 1788.

114 ADLA, C 537, mémoire sur le casernement du régiment de Rohan, sans date mais après juillet 1789.

115 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 1, p. 381, 29 décembre 1694.

116 A. Corvisier, Louvois, op. cit., p. 354-355.

117 N. Roger, « Soldats et prostituées : un couple indissociable dans la société de Louis XIV », RHA, 1995, n° 1, p. 19-21.

118 ADIV, C 154, correspondance et liste, février 1745.

119 M-Th. Cloître (dir.), Histoire de Brest, Brest, CRBC, 2000, p. 108-109.

120 AMN, GG 754, 29 août 1763.

121 AMN, FF 271.

122 ADLA, C 209, lettre de Mellier à de Brou, 20 juillet 1717.

123 En 1751-1752. A. Soulabaille, Guingamp sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 1999, p. 43.

124 L. Guesdon, La criminalité dans la sénéchaussée de Dinan à la fin de l’Ancien Régime, DES, Rennes, sans date, p. 25.

125 A. Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France, Paris, Fayard, t. 2, p. 108.

126 F. Olier, « Le Conquet, garnison du bout du monde. La vie militaire au Conquet au xviiie siècle », BSAF, 1986, t. 115, p. 312.

127 J.-L. Bruzulier, « L’illégitimité et l’abandon à Vannes entre 1760 et 1789 », ABPO, 1991, n° 4, t. 98, p. 393 et 399-400. Les deux premières dates correspondent à des périodes de guerre. Un problème se pose cependant pour 1779 car il semble bien qu’aucune troupe ne séjourna en quartier à Vannes en 1778. AMB, 2S 1, emplacement des troupes le 20 mai et le 1er novembre 1778.

128 M.-Th. Cloître (dir.), op. cit., p. 109.

129 M.-Cl. Phan, « Les déclarations de grossesse en France (xvie-xviiie siècles) : essai institutionnel », RHMC, janviermars 1975, p. 81-82. Selon l’auteur, ce durcissement du droit est cependant moins net en Bretagne.

130 AMN, GG 749, GG 753 et GG 757. Le pourcentage réel est supérieur car certaines filles de la campagne venaient à Nantes pour accoucher plus discrètement et y déclaraient leur grossesse. Seuls ont été pris en compte des soldats présents à Nantes.

131 J. Depauw, « Amour illégitime et société à Nantes au xviiie siècle », AESC, 1972, n° 4-5, p. 1155-1182.

132 AMN, GG 749.

133 Le régiment de Boulonnais arrive à Nantes le 30 novembre 1779 et en repart le 9 octobre 1780. Le régiment de Conti arrive le 29 novembre 1779 et part le 11 juin 1780. ADIV, C 928, « aperçu des troupes qui ont été à Nantes depuis le mois de mai 1780 jusqu’au mois de septembre 1786 ».

134 La vie véritable du citoyen Jean Rossignol, vainqueur de la Bastille et général en chef des armées de la République dans les guerres de Vendée (1759-1802), présentée par V. Barrucand, Paris, Plon-Nourrit, 1896, p. 32.

135 La population passe probablement de 2,3 millions à 2,2 millions. J. Quéniart, La Bretagne au xviiie siècle, Rennes, Ouest-France, 2004, p. 163-164.

136 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, t. 2, De la Renaissance à 1789, Paris, PUF, p. 56-57 et 517-518.

137 AN, H1 334, États de 1756, mémoire sur les levées de milices.

138 ADIV, C 73, 7 mars 1764.

139 SHAT, A1 961, lettres de Bouridal des 8 mai et 1er juin 1690. G. Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 465.

140 J.-P. Filippini, « Le régime alimentaire des soldats et miliciens pris en charge par la marine française au xviiie siècle », AESC, 1965, p. 1157-1162.

141 J.-P. Goubert, Malades et médecins en Bretagne 1770-1790, Rennes, Klincksieck, 1974, p. 329.

142 A. Dupuy, « Les épidémies en Bretagne au xviiie siècle », AB, 1886-1887, t. 2, p. 38.

143 J.-P. Goubert, op. cit., p. 105.

144 ADIV, C 89, placet des maîtres apothicaires de Fougères, 1er décembre 1779.

145 ADIV, C 882, 12 juin 1737. La guerre de Succession d’Autriche provoqua un afflux de soldats malades et la nomination de deux sœurs supplémentaires. Ch. Cérino, « L’hôpital militaire de Belle-Île-en-Mer au siècle de Louis XV : les conditions sanitaires d’une garnison en milieu insulaire », ABPO, 1997, n° 4, p. 45.

146 ADIV, C 89, requête des administrateurs de l’hôpital de Saint-Brieuc, 1779.

147 ADIV, C 884, d’Argenson à Viarmes, 24 septembre 1744.

148 Cité par J.-P. Goubert, op. cit., p. 335-336.

149 SHAT, A1 961, lettre de Bouridal du 1er juin 1690. Selon un état joint à la correspondance, on compte alors plus de 1 300 malades parmi la troupe. Également lettres des 8 avril, 8 mai et 23 juin. Sur les hôpitaux de fortune, voir aussi J.-P. Goubert, op. cit., p. 104.

150 A. Dupuy, « Les épidémies en Bretagne… », op. cit., p. 30.

151 ADIV, C 2556.

152 J.-P. Goubert, op. cit., p. 118.

153 ADIV, C 3834, p. 1085.

154 Ibidem, p. 1199, lettre au correspondant de Dinan, 19 février 1782.

155 J. Haize, « Aux camps de Paramé. Un officier et un soldat », ASHAASM, 1925-1926, p. 171.

156 ADIV, C 89, requête des administrateurs de l’hôpital de Saint-Brieuc.

157 C’est notamment le cas en 1771 pour des chevaux morveux de la Légion de Condé en quartier à Lesneven. ADIV, C 893, d’Agay à Monteynard, 7 juin 1771.

158 J. Chagniot, Paris et l’armée…, op. cit., p. 611 et suivantes.

159 Le cas se produisit auparavant mais il y eut alors généralisation de cette pratique. J. Pradel, Nantes et les problèmes militaires à la fin du règne de Louis XIV 1688-1715, maîtrise, J.-P. Bois (dir.), Nantes, 1993, p. 106.

160 AMN, BB 61, 12 janvier 1696.

161 AMN, BB 60, 29 novembre 1694.

162 ADIV, C 883, Viarmes à d’Angervilliers, 13 avril 1738.

163 AMN, AA 80, procès-verbal, 27 janvier 1766.

164 B. Pocquet, Histoire de la Bretagne, Rennes, Plihon, 1914, t. 6, p. 145.

165 AMN, EE 125 et EE 97.

166 AMN, II 37, le comte de Lannion à Mellier, 13 avril 1714.

167 Cette amélioration n’excluait pas des troubles sérieux en certaines occasions. Quand, en 1774, à Angers, les invalides remplacent une « milice débonnaire » dans la garde de la salle de spectacle, les esprits s’échauffent, les représentations tournent à l’émeute, si bien que la compagnie est relevée en 1775. J.-P. Bois, Les anciens soldats dans la société française au xviiie siècle, Paris, Economica, 1990, p. 253.

168 AMB, 2S 1, mémoire général sur l’emplacement des troupes en Bretagne, 9 novembre 1788.

169 ADIV, C 136, ordonnance imprimée de Bertrand de Molleville, 18 mai 1785.

170 ADIV, C 1714, lettre des notables de Baud, 1er septembre 1788.

171 En 1789, plusieurs négociants d’Hennebont s’adressent d’abord aux juges pour obtenir l’aide de la force armée. ADIV, C 1714, 14 avril 1789.

172 « Il est ordonné aux troupes qui sont à Lamballe, Saint-Brieuc et Guingamp de prêter main forte pour protéger les chargemens de bled que feront d’ici au premier juin prochain le sieur du Bourgneuf et Thomart compagnie, négociants à Lamballe, à condition que lesdits chargemens ne seront que pour Nantes, et que main forte ne sera accordée que sur le réquisitoire par écrit des juges des lieux ou officiers municipaux. » ADIV, C 1715, ordre du comte de Thiard, 21 avril 1789.

173 ADIV, 2B 1944, procédure, affaire survenue le 5 août 1788.

174 ADIV, 1Bf 1513, procédure et arrêt du 19 juillet 1766.

175 J. Chagniot, Paris et l’armée…, op. cit., p. 64-72.

176 Il s’agissait de réprimer une révolte d’ouvriers du port. AN, KK 1105, lettre du comte de Thiard à Saint-Priest, 27 août 1789.

177 SHAT, A4 77, 11 juillet 1765.

178 ADIV, C 1670, lettre du 20 septembre 1765, avec d’autres lettres du subdélégué et du marquis de Broc.

179 Il y eut plusieurs blessés. ADIV, C 1717, 8 juillet 1789.

180 ADIV, C 1715, Bertrand de Molleville, 24 novembre 1788.

181 ADIV, C 1670, Guillo du Bodan, 19 octobre 1765.

182 ADIV, C 1714, du Goasmeur Duportal, échevin et négociant, 10 octobre 1788.

183 La maréchaussée pratiquait fréquemment la délégation pour arrêter les malfaiteurs. M.-M. Muracciole, « Quelques aperçus sur la criminalité en Haute-Bretagne dans la deuxième moitié du xviiie siècle », ABPO, 1981, n° 3, p. 320.

184 ADIV, C 1715, le comte de Brienne à Necker, 20 novembre 1788.

185 ADIV, C 1714, du Goasmeur Duportal, 22 septembre 1788.

186 ADIV, C 1715, Riou du Cosquer, 23 mars 1789.

187 AN, G7 536, Voysin à Desmaretz, 14 novembre et 21 décembre 1710.

188 « Vous renderés, Monseigneur, un service à notre ville de nous procurer un bataillon à demeure pour cet hiver. » ADIV, C 1670, Guillo du Bodan à l’intendant, 19 septembre 1765.

189 ADIV, C 6093, Bertrand de Molleville, 28 août 1784.

190 ADIV, C 3837, p. 420, compte-rendu d’une lettre du comte de Goyon.

191 C. Denys, Police et sécurité au xviiie siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 162-170.

192 J. Chagniot, op. cit., p. 171-172.

193 Une tradition persistait au début du xxe siècle dans la famille de Pierre Jakez Hélias selon laquelle deux ancêtres furent pendus sur ordre du duc de Chaulnes. P. J. Hélias, Le cheval d’orgueil, Paris, Plon, rééd. 1995, p. 428.

194 AN, H1 362, 4e dossier, lettre du duc, 11 février 1767.

195 ADLA, C 215, Charron à Mellier, 15, 21 et 29 juin 1719.

196 AN, G7 537-540, 15 février 1711.

197 Bouin fit partie des marches communes jusqu’au 26 septembre 1714, date à laquelle des lettres patentes supprimèrent la juridiction bretonne.

198 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 3, p. 334, lettre de Ferrand, 10 décembre 1710.

199 N. Le Pourhiet-Salat, La défense des îles bretonnes de l’Atlantique des origines à 1860, Vincennes, SHM, t. 1, p. 184-185.

200 ADIV, C 883, d’Angervilliers à Coëtmen, commandant en Basse-Bretagne, 19 février 1738.

201 La détermination des contrebandiers méritait ces mesures exceptionnelles puisque les affrontements durèrent une journée entière, quatorze soldats étant blessés. V. Dahlem, op. cit., p. 21-22.

202 AN, G7 200, 25 décembre 1720. Cl. Nières, La reconstruction d’une ville au XVIIIe siècle. Rennes 1720-1760, Rennes, Klincksieck, 1973, p. 33. Une rumeur se répandit même par la suite selon laquelle les soldats activèrent le feu plutôt que de l’éteindre. Elle restait vivace en 1788. B. Pocquet, Les origines de la Révolution en Bretagne, Paris, Perrin, 1885, t. 1, p. 136.

203 ADIV, C 489, délibération du 19 mars 1781.

204 SHAT, A4 40, Desmontreux, premier échevin, 21 janvier 1767.

205 J. Trévédy, Histoire militaire de Redon, Rennes, Caillières, 1893, p. 132.

206 ADLA, C 385, lettre au comte de Goyon, 10 décembre 1786.

207 M. de Boussanelle, Aux soldats, Paris, P. M. Delaguette, 1786, p. 245-246.

208 ADLA, C 385, lettre au comte de Goyon, 10 décembre 1786.

209 Ibidem, lettre des officiers au comte de Goyon, sans date.

210 Comte J. I. M. de Spar, Instructions militaires, Paris, Briasson, 1753, p. 125.

211 R. de Thomé, De l’ensemble ou Essai sur les grands principes de l’administration, Paris, Gattey, 2 vol., 1788, t. 2, p. 45.

212 Servan, général, op. cit., p. 240-253.

213 ADLA, C 677, « Projet de nettoiement de la rivière de Loire » et « Réflexions sur le projet de nettoyement de la rivière de Loire faites par les juges et consuls de Nantes représentant le général du commerce de la même ville », 1749.

214 ADIV, C 4942, p. 189-190, séance du 29 janvier 1784.

215 Ibidem, p. 226, séance du 9 mars.

216 ADIV, C 4992, « projet pour avoir 900 pionniers détachés des milices de la province constamment destinés aux travaux pour la construction des canaux », 6 février 1784.

217 J. Chagniot, op. cit., p. 168.

218 J. Gury, « La Guerre d’Indépendance américaine et les défenses de Brest », Cahiers de l’Iroise, 1978, n° 4, p. 174-179. SHAT, 1M 1094, mémoire récapitulatif des travaux du port de Brest de 1763 à 1788.

219 SHAT, A4 50, « Règlement pour les troupes emploïées aux travaux du Roi à Brest », 1783.

220 ADIV, 1F 1156, ordonnance de Caze de La Bove, 15 mars 1777.

221 ADIV, C 1180, extrait des délibérations de la communauté de ville, 8 novembre 1759.

222 A. Dupuy, op. cit., p. 234.

223 ADIV, C 518, Boullaire Duplessix à l’intendant, 28 octobre 1780.

224 ADIV, C 4942 et C 4943, p. 12, séance du 25 juin 1784.

225 ADIV, C 4992, rapport du 21 septembre 1784.

226 M. J. F. Obelin de Kergal, Précis de recherches et observations sur divers objets relatifs à la navigation intérieure de la province de Bretagne, Rennes, Vatar, 1785, p. 25.

227 ADIV, C 4942, p. 237-238, lettre aux deux députés, Monsieur de Piré et l’abbé de Goyon, 22 mars 1784.

228 ADIV, C 4943, p. 3, séance du 14 juin 1784.

229 F. Tiberghien, Versailles. Le chantier de Louis XIV, Paris, Perrin, 2002, p. 128-131.

230 A. Corvisier, Louvois, op. cit., p. 391.

231 J. Chagniot, op. cit., p. 55.

232 ADIV, C 4942, p. 250, séance du 3 avril 1784.

233 SHAT, 1M 1770, « État des hommes de chaque généralité qui servent dans chaque régiment de l’armée », sans date, années 1780.

234 ADIV, C 4972, 18 avril 1784.

235 ADIV, C 4961, p. 53, 26 mai 1788.

236 Les ordonnances de mars 1788 décidèrent la sédentarisation des troupes. A. Navereau, Le logement et les ustensiles des gens de guerre de 1439 à 1789, Poitiers, 1924, p. 124-125.

237 SHAT, 1M 1094, « Règlement pour les troupes employées aux travaux de la navigation intérieure de la Bretagne convenu entre M. le marquis de la Rozière, maréchal de camp commandant ces troupes, et la commission intermédiaire des États de Bretagne pour la navigation et approuvé par M. le maréchal de Ségur », 1786.

238 ADIV, C 4944, p. 91, séance du 2 mai.

239 ADIV, C 4961, p. 37, 1er mars 1787.

240 ADIV, C 4992, rapport de M. de La Tremblaye, 6 juillet 1784.

241 ADIV, C 4945, p. 148, lettre du maréchal de Ségur, 10 août 1786.

242 ADIV, C 4992, rapport du 6 juillet 1784.

243 ADIV, C 4969, 24 mars 1785.

244 Ordonnance du 10 décembre 1762, solde en temps de paix. A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 2, p. 826.

245 ADIV, C 4992, rapport de Messieurs de Goyon et Robinet, 9 septembre 1784.

246 Ibidem, rapport du 6 juillet 1784.

247 Ibid., « État nominatif des soldats dudit régiment [Condé] blessés aux travaux de la navigation intérieure de Bretagne et susceptibles d’obtenir quelques dédommagements », 1er novembre 1784.

248 ADIV, C 4944, p. 295, séance du 6 janvier 1786.

249 ADIV, C 4969, Ségur à la commission, 30 septembre 1786.

250 ADIV, C 4972, le comte de Sesmaisons à la commission, sans date.

251 SHAT, 1M 1094, règlement, article 38.

252 Ibid., article 66.

253 J. Chagniot, op. cit., p. 583.

254 SHAT, 1M 1094, règlement, article 29. Pour les travaux militaires de Brest, la journée pouvait même atteindre douze heures. SHAT, A4 50, « règlement pour les troupes emploïées aux travaux du Roi à Brest », 1783, article 8.

255 F. Tiberghien, op. cit., p. 147-148.

256 J. Chagniot, op. cit., p. 255-282.

257 J.-P. Bertaud, Guerre et société en France de Louis XIV à Napoléon Ier, Paris, A. Colin, 1998, p. 106.

258 J. Tanguy, Quand la toile va. L’industrie toilière bretonne du xvie au xviiie siècle, Rennes, Apogée, 1994.

259 SHAT, A1 1801, lettre à Nointel, 26 février 1704.

260 ADIV, C 1715.

261 SHAT, A1 1287, lettre du 24 octobre 1694.

262 SHAT, A1 1306, 29 avril 1695.

263 ADIV, C 885, lettre de M. de Banville, 23 avril 1746.

264 H. Fréville, L’intendance de Bretagne, Rennes, Plihon, 1953, t. 1, p. 499 et t. 2 p. 49-50. En 1748, l’intendant prévoyait d’installer des magasins à fourrage à Vannes, Auray, Hennebont, Quimper, Landerneau, Dinan et La Roche-Bernard.

265 ADIV, C 916, « Mémoire au sujet des 100 milliers de foin et 3 200 boisseaux d’avoine dont M. le marquis de Coetmen a proposé à Messieurs les Commissaires des États de faire l’aprovisionnement pendant la campagne de 1746 moitié aux environs de Quélern côte de Quimper et moitié aux environs de celui du Blanc Sablon côte de Léon, en cas d’événement et qu’on fut obligé de faire aller la cavalerie sur ladite côte ».

266 Ch. Cérino, Sociétés insulaires, guerres maritimes et garnisons. Belle-Île-en-Mer au siècle de Louis XV, thèse dactylographiée, Rennes 2, 2001, t. 1, p. 125-130 ; t. 2, p. 575 (carte).

267 F.-Ph. Loubat, baron de Bohan, Examen critique du militaire françois, Genève, 1781, t. 1, p. 146.

268 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, Paris, A. Colin, 1931, t. 1, p. 233.

269 ADIV, C 4699, récapitulatif des passages de troupes.

270 ADLA, C 265.

271 J. Charpy, « Les chevaux bretons au xviiie siècle », BSAF, t. 87, p. 11.

272 AN, G7 189, 18 mars 1709.

273 J.-Y. Barzic, op. cit., p. 30.

274 SHAT, Ya 499, « Résultat de la première tournée de M. Chabert relativement aux chevaux qui existent dans les provinces qu’il a parcourues et aux ressources pour les remontes », 25 mai 1788.

275 En 1704, onze marchés pour l’artillerie portent sur 2 800 chevaux ou mules. J. Chagniot, Guerre et société…, op. cit., p. 124.

276 ADLA, 4E 62, pièce 207, 14 janvier 1757.

277 Le 8 mars 1761, deux muletiers de Batz s’engagent à mener personnellement six mules au comte de Voguë, maréchal de camp, et à rester au sein de l’armée tout au long de la campagne. Bulletin de l’Association Préhistorique et Historique de la Région nazairienne, n° 19, septembre 1975.

278 AN, H1 353, Cahier des États de Bretagne présenté au roi en 1766, avec avis de M. de Flesselles. Dès 1754, Le Bret avait développé cette argumentation qui devint dès lors itérative. SHAT, Ya 511, réponse au cahier des États de 1754.

279 AN, H1 361, lettre du contrôleur général à Choiseul, décembre 1766.

280 L’affaire se passa en 1776 et la communauté obtint gain de cause. J. Trévédy, op. cit., p. 136-137.

281 A. Dupuy, op. cit., p. 234.

282 ADIV, C 928, lettre à l’intendant, 9 mai 1787.

283 BMN, Ms 1404, « Mémoire pour l’établissement de cazernes à Rennes », 13 juin 1789.

284 J. Quéniart, La Bretagne au xviiie siècle, op. cit., p. 420-421 ; 476.

285 A. Young, op. cit., t. 1, p. 231.

286 ADIV, C 3674, requête aux États.

287 Ibidem, mémoire sur le bail de 1777 à 1779.

288 Ibid., requête…

289 Ibid., mémoire sur le bail…

290 Ibid., requête imprimée, novembre 1760.

291 Ibid., addition à la requête de Pierre Queudreu, fermier général des étapes et voitures, imprimé, 30 octobre 1762.

292 C’est la même chose en Languedoc. D. Biloghi, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’étape languedocienne, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1998, p. 402.

293 ADIV, C 3674, « affaire de la demoiselle Anne Julienne Ménard, veuve du sieur Le Pertel, contre Pierre Du Fresne, adjudicataire des étapes en 1716 ».

294 Il s’agit de : Jacques Lambot de Lisle (1716, 1732), Daniel Dubuisson (1721, 1724), Charles-Auguste Lemoyne des Loges (1721, 1724), Alexis Dureau Garé (1721), Nicolas Lorin (1721, 1724), Jean Vallé (1726), Le Gay (1730), Le Brun de la Butterie (1730), Pierre Molliez (1732), François Belin (1732), Barthélémy Burnel (1728, 1734, 1736, 1738), Joseph-Anne Le Conte de la Rue Bromme (1767), Thomas Aufrey du Taillis (1767), Marie-François-René Jousselin de Verrière (1767), Thomas Jollivet fils (1767, 1775, 1779, 1781), Godefroy Brossay Saint-Marc (1767), Paul-Gilles Boulay (1767), Guillaume Ollivier (1767), Alexandre et Jacques Ponthais (1763, 1771), Morin (1763, 1771), Jean-René d’Oultremer du Margat (1771, 1777), Jean-François Dacosta de La Fleuriais (1773, 1775, 1779, 1781), Jean-Louis Grillard (1773, 1781), Jacques Bidard de La Bidais (1763, 1771, 1777), François Gazon de La Maisonneuve (1763, 1771, 1777).

295 D. Biloghi, « A la confluence de l’histoire militaire et de l’histoire sociale : les entrepreneurs de l’étape générale en Languedoc au xviiie siècle », dans Société, politique, culture en Méditerranée occidentale xvie-xviiie siècles, Mélanges en l’honneur du Professeur Anne Blanchard, Montpellier, Université Paul-Valéry, centre d’histoire moderne, 1993, p. 149.

296 ADIV, C 4029.

297 ADIV, C 4037. François Gazon de La Maisonneuve était également maître particulier des eaux et forêts du Gâvre et son fils, Gazon des Rivières, général provincial des monnaies au département de Rennes. R. Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, Rennes, 1899, rééd. 1978, t. 8, p. 347.

298 ADIV, C 4029.

299 R. Kerviler, op. cit., t. 6, p. 228. Il est adjudicataire des octrois de Moncontour, Dol et Morlaix en 1781.

300 ADIV, C 3674 et 4700.

301 Il faut sans doute ajouter Dureau Garé, adjudicataire des fouages de la province en 1722. R. Kerviler, op. cit., t. 8, p. 192. Le Brun de La Butterie était le gendre du directeur du Tabac et fut receveur des fouages du tablier de Rennes et Fougères en 1745-1746. A. Rébillon, Les États de Bretagne de 1661 à 1789, Paris/Rennes, Picard/Plihon, 1932, p. 617.

302 ADIV, C 3674, affaire de la veuve du sieur Le Pertel.

303 Il rentre partiellement dans ses fonds en 1786 mais ne retente plus l’aventure de l’étape par la suite. ADIV, 2Eo, « Mémoire à consulter pour Jean-Baptiste d’Oultremer Dumargat et Jeanne Angélique Laugée son épouse contre Jacquette Jacques-Besardais, veuve Gazon Desrivières, tutrice d’Armand Gazon, leur fils ; Adélaïde Gazon, et Étienne-Michel Jambin, son mari », imprimé, 28 brumaire an IX.

304 Un des seuls Parisiens est Jean-François Desjardins, originaire de Quintin, et officier du comte de Toulouse, caution du bail de 1732. ADIV, C 3674.

305 AN, H1 308, mémoire sur les étapes, 1744.

306 12 livres 3 sols en 1763. ADIV, C 4140.

307 ADIV, C 4138.

308 En 1755. ADIV, C 4079.

309 ADIV, C 3674, contrats entre les fermiers généraux de l’étape et des étapiers locaux, 1771-1772.

310 Voir supra dans chapitre II « Les responsables communaux et paroissiaux… » (p. 88).

311 ADIV, C 4700, requête de novembre 1760 et addition du 30 octobre 1762.

312 Ch. Cérino, op. cit., t. 1, p. 289-291.

313 SHAT, 1M 1093.

314 ADLA, C 534, état de dépenses, 13 juin 1788.

315 ADIV, 1F 1170, « Mémoire des réparations faittes par touttes sortes d’ouvriers tant aux escuries qu’aux cazernes », probablement 1710.

316 ADCA, C 89, quittances de ceux qui ont fourni les casernes ou y ont travaillé, ainsi que dans les écuries, à l’occasion de l’arrivée de deux escadrons du régiment de dragons d’Orléans, novembre 1787. Également des quittances de 1788 lorsqu’arrive le régiment de Bouillon.

317 ADIV, C 882, d’Angervilliers à Viarmes, 10 août 1737.

318 ADIV, C 1155, « État des remèdes faits par le sieur Tronchet, chirurgien juré, aux dragons du régiment de Royal qui ont été malades à l’hôpital de Guémené pendant les années 1779 ».

319 ADIV, C 61, requête de Le Clerc, 17 juillet 1757, assortie d’une note de frais.

320 ADIV, C 89, requête de deux maîtres chirurgiens de Fougères, 1779.

321 Selon le subdélégué, certains soldats n’ont pas de culotte et sont condamnés à rester dans leur casernement. Le 15 janvier 1757, il demande au ministre des souliers pour 370 hommes débarqués. Le ministre donne son accord le 23 janvier. ADIV, C 1091.

322 ADIV, C 61, l’intendant à Audouard, 7 mars 1757.

323 Il acquitte 24 livres de capitation en 1767 et entretient un domestique. ADIV, C 4029.

324 Parmi eux, Thomas Le Carroux, dit La Franchise, paie 21 livres de capitation et loge un compagnon en 1767. ADIV, C 4029.

325 En 1763. ADIV, C 4140.

326 ADIV, C 1082, « État des parties de la dépense occasionnée en Bretagne par la descente des Anglois au mois d’octobre 1746 qu’il est nécessaire de faire payer afin que si pareille descente arrivoit, ceux qui ont fourni volontairement en 1746 si portassent avec le même zelle ».

327 ADIV, C 1091, « État de ceux qui ont acheté les effets d’habillement du détachement du régiment de Languedoc », sans date.

328 ADIV, 8 B 556, Martin Boiron.

329 ADIV, C 1082, Houvet à Viarmes, 24 mars 1747.

330 ADIV, C 65, le subdélégué à l’intendant, 9 février 1759.

331 ADIV, C 884, d’Argenson à Viarmes, 14 décembre 1745.

332 AMN, EE 132, La Tour, 16 novembre 1729.

333 Ibidem, préambule de l’ordonnance.

334 ADIV, C 893, comte de Muy à Caze de La Bove.

335 ADIV, 4B 4269, procès-verbal du 9 septembre 1785.

336 On ignore cependant si eux-mêmes sont d’anciens prisonniers ou s’ils appartiennent à une troupe séjournant à Vannes. ADIV, C 1091, état de cordonniers, 31 janvier 1757.

337 ADLA, C 533, Thébault de La Monderie à la commission intermédiaire, 2 décembre 1787.

338 ADIV, C 2463, Viarmes à d’Argenson, 22 mars 1752.

339 AMN, HH 138, procès-verbal du 26 juillet 1749.

340 ADIV, C 500, extrait du registre des délibérations de la communauté, 20 janvier 1780 ; lettre du maire, 18 juin 1781.

341 « Tous les travailleurs seront pourvus d’un gilet d’étoffe de laine, d’un sarreau et pantalon de toile. » (article 17). L’article suivant interdit de porter l’uniforme et le chapeau : « Il ne pourra y avoir d’autre habillement que celui dont il est fait mention. » SHAT, 1M 1094, règlement, 1786.

342 A. Navereau, op. cit., p. 124-125.

Table des illustrations

Légende Figure 23 : Les lieux de la violence militaire en ville ou aux environs proches.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17614/img-1.png
Fichier image/png, 228k
Légende Figure 24 : La répartition des affaires de violences militaires au cours de l’année (pour 61 affaires connues).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17614/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Légende Figure 25 : Les camps des troupes employées à régulariser le cours de la Vilaine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17614/img-3.png
Fichier image/png, 367k
Légende Figure 26 : La capitation des entrepreneurs de l’étape des baux de 1763, 1767, 1771, 1777 et 1781.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17614/img-4.png
Fichier image/png, 17k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search