Version classiqueVersion mobile

L'armée en Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Stéphane Perréon

Troisième partie. Le breton, l'armée et le soldat

Chapitre VII. L’opinion publique et les charges militaires : réserve ou hostilité ?

Texte intégral

  • 1 M. Le Mené et M.-H. Santrot (dir.), Cahiers des plaintes et doléances de la Loire-Atlantique, Nant (...)

Nous nous plaignons :
– Du sort de la milice qui nous arrache des enfants utiles et nécessaires.
Cahier de doléances de Bouvron1

  • 2 Alain Croix a parmi les premiers, utilisé les chants de Basse-Bretagne pour sonder les mentalités (...)

1Les charges et obligations militaires suscitaient indéniablement des résistances. Quelques-unes ont déjà été évoquées. Toutefois, ces attitudes, difficilement quantifiables et surreprésentées dans les archives – car le respect de la fourniture demandée n’entraînait bien évidemment pas la rédaction d’un procès-verbal – ne résument pas la situation de l’opinion. Il est donc nécessaire de cerner au plus près l’état d’esprit des Bretons envers les charges militaires en accordant une place privilégiée à celle qui suscitait le plus de réactions, la milice provinciale. Les sources administratives posent toutefois le problème de l’interprétation de l’opinion populaire. Les attitudes sont relativement bien connues mais leurs motivations profondes ne nous parviennent jamais que par la voix d’observateurs ou penseurs appartenant tous à l’élite sociale. Les administrateurs ne cherchaient d’ailleurs pas tant à comprendre les réactions de la population qu’à les contrecarrer si elles entravaient la bonne marche des réquisitions. Les cahiers de doléances constituent dès lors une source fondamentale mais dont le traitement doit, lui aussi, s’entourer d’inévitables précautions méthodologiques. Enfin, il aurait été dommage de se priver des ressources de la chanson populaire, qui met parfois en scène des réalités militaires du xviiie siècle. Une grande prudence s’impose cependant, du fait que la collecte de ces chants ne débuta qu’au xixe siècle et que leur datation s’avère souvent incertaine. En outre, plus ces œuvres sont anciennes, plus elles comportent de strates d’époques différentes et de versions, en fonction de l’inspiration de leurs interprètes, du contexte historique et du terroir. Ces incertitudes ne constituent pourtant pas une raison suffisante pour leur dénier toute valeur de sources historiques2.

Le rejet global de la milice provinciale

  • 3 A. Corvisier, L’armée française de la fin du xviie siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Par (...)

2Plus que les autres charges militaires, la milice provinciale suscitait réticences et résistances. Par comparaison, les autres types de service personnel provoquaient à la fois moins de réactions et moins de commentaires. Il est vrai que, passé le règne de Louis XIV, le ban et arrière-ban comme les milices bourgeoises se réduisent à peu de chose. On peut donc se contenter à leur égard des remarques déjà formulées dans la deuxième partie. Si certains des précédents chapitres ont mis en scène des résistances à la milice, l’objectif est ici d’en établir une typologie, voire une chronologie, tout en gardant bien à l’esprit qu’une inégale répartition des sources dans le temps et dans l’espace peut gauchir l’appréciation du phénomène. Voici les gestes et les attitudes du refus. Restera ensuite à examiner également les paroles, celles des élites, mieux conservées et plus accessibles, mais aussi celles des premiers intéressés, artisans urbains et, surtout, paysans. L’objectif ultime reste d’éclairer sinon d’expliquer l’étonnant paradoxe relevé par André Corvisier et confirmé par les études récentes de Jean Nicolas : c’est alors qu’elle n’est plus assemblée, après 1778, que la milice suscite le plus de rejet3.

Les gestes et les attitudes : réticences et résistances

  • 4 ADIV, C 1137, dossier, juin 1758.
  • 5 ADLA, C 249, de Brou à Mellier, 28 avril 1726.

3Les réticences envers le service personnel obligatoire que constitue la milice se traduisaient d’abord par des moyens légaux – ou tolérés – déjà évoqués dans cette étude : volontariat, remplacement, recherche d’exemption en bonne et due forme. Sans être générales, ces pratiques montraient néanmoins un désir affirmé de ne pas servir en personne. Elles restaient cependant subordonnées à la volonté du corps ou de la communauté et, plus prosaïquement, aux capacités financières des intéressés. S’y ajoutait l’intransigeance à géométrie variable de l’intendance qui pouvait invalider une exemption, pour dérogeance, par exemple. La recherche des exemptions illustre bien la répugnance à servir dans la milice. Ainsi, des jeunes gens ou, plus fréquemment, leurs parents, achetaient des charges procurant l’exemption. Souvent fictives, elles pouvaient quelquefois générer un véritable trafic malgré la vigilance des autorités qui, dans les cas les plus flagrants, étaient à même de frapper de nullité certaines exemptions. Les garçons ayant pris à ferme les carrosses et messageries de la province en 1758 en sont ainsi pour leur frais, leur acquisition ne correspondant à aucun service véritable4. Cependant, sous Louis XV comme sous Louis XIV, il existait indéniablement un intérêt fiscal pour l’État à créer des charges exemptant de la milice, comme en 1726 les adjudicataires de la levée du 50e denier et leurs enfants5.

  • 6 Y. Danard et A. Gautier, « La milice de l’Ancien Régime en Bretagne », RHA, n° 4, 1996, p. 121.
  • 7 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, t. 2, De la Renaisance à 1789, Paris, PU (...)

4D’autre part, les « épidémies » de mariages dans les campagnes avant le tirage au sort ne relèvent pas de la légende même s’il convient de les relativiser. Ce phénomène, remarqué par certains contemporains (comme le subdélégué Mellier), est confirmé par les études récentes de Y. Danard et M. Gautier dans l’actuel Morbihan6. Les mariages contractés de mars à mai, c’est-à-dire avant le tirage au sort, ne pouvaient que frapper les observateurs tant les noces étaient rares à cette période de l’année7. Cependant, le mariage ne constitua jamais une assurance absolue contre la milice car, en cas de pénurie de miliciables, les jeunes hommes mariés tiraient également au sort. Ce fut le cas non seulement sous Louis XIV mais aussi en 1726, 1733, 1742 et 1758, c’est-à-dire particulièrement en période de guerre, lorsque les miliciens étaient effectivement mobilisés. Les garçons menacés par le tirage au sort disposaient donc d’un certain nombre de moyens légaux qui ne constituaient néanmoins pas forcément une assurance absolue, les autorités accordant une absolue priorité à la fourniture des hommes demandés, surtout en temps de guerre.

  • 8 ADIV, C 11, lettre de l’intendant, 8 mai 1785.
  • 9 A. Favé, « La milice et les garnisons du pays de Carhaix sous Louis XIV », BSAF, 1898, t. 25, p. 4 (...)

5Quand ces moyens reconnus comme légaux avaient échoué, restait toujours la tricherie. À cet égard, le panel des subterfuges utilisés offre sans doute le meilleur florilège des mille et une façons d’abuser les autorités. Les faux certificats procurant l’exemption étaient rares car leur établissement nécessitait forcément la complicité de notables ou d’autorités locales. On peut juste signaler le cas d’un natif d’Uzel bénéficiant d’un faux certificat de matelot classé8. Une autre affaire fit grand bruit dans la province en 1700, puisqu’elle se termina au parlement : le curé de Spézet et la greffière Marie Trédien fournirent un faux certificat de baptême à un garçon de la paroisse, l’ayant rajeuni suffisamment pour qu’il ne fasse pas partie des miliciables9.

  • 10 ADIV, C 881, sans date (probablement 1726).
  • 11 ADIV, C 1140, sans date.

6Beaucoup plus fréquentes étaient les falsifications des listes préparatoires au tirage au sort ou simplement les oublis volontaires. La complicité des responsables paroissiaux était ici évidente et indispensable au point qu’ils apparaissaient comme les principaux coupables. Un mémoire dressé par l’intendant ne peut que constater l’ampleur du phénomène : « Dans une infinité de paroisses de Bretagne, les trésoriers et marguilliers en charge n’ont point compris dans leur liste ceux des garçons qu’ils ont voulu favoriser. […] Il y a en cela plus de la faute de ceux qui ont dressé la liste que des garçons dont il peut y en avoir même qui n’ayant point demandé cette obmission et qui la trouvant faite ont cru devoir en profiter […]10. » Un garçon de Chastelieu accuse ainsi plusieurs notables de sa paroisse, parmi lesquels le sénéchal et le recteur d’avoir « oublié » volontairement 16 garçons sur les 72 recensés11. Les plaintes des miliciables lésés mettaient néanmoins à jour ces manœuvres frauduleuses. Ceci explique les subterfuges plus raffinés utilisés à Guer en 1776 et dénoncés par le subdélégué de Plélan :

  • 12 Ibidem, lettre à Petiet, 4 avril 1776.

« Les listes qui me sont remises par les trésoriers sont très mal rédigées. S’il se trouve par exemple trois ou quatre frères, les égailleurs, au lieu de les mettre de suite, les inscrivent en différents endroits, afin de ménager par là aux personnes qui veulent parler en leur faveur, le moyen de le faire sans paroitre s’intéresser à la même famille. Il faut l’attention la plus suivie pour démêler ces stratagèmes que fortifie la ressemblance des noms de différentes familles12. »

  • 13 En 1700. A. Favé, op. cit., p. 402.
  • 14 ADLA, C 244, ordonnance pour la levée de 1711, 11 février.
  • 15 ADIV, C 99 et C 2459, ordonnance de Pontcarré de Viarmes, 10 septembre 1735.
  • 16 En 1757. ADF, C 45.
  • 17 Y.-M. Bercé, « Nostalgie et mutilations : psychoses de la conscription », dans F. Lebrun et R. Dup (...)

7Ceux qui ne bénéficiaient pas de complicité pouvaient toujours feindre une maladie ou une infirmité, avec parfois un art théâtral consommé, à l’image de Jacob Le Paoule à Brasparts qui garda le lit et alla jusqu’à se faire administrer les derniers sacrements13. Ce type de pratique était courant puisque l’intendant Ferrand rendit une ordonnance à ce sujet en 1711, constatant que « la plupart des garçons et jeunes hommes mariez […] ont affecté de s’appliquer sur différentes parties de leur corps des herbes qui en peu de temps font croire qu’ils ont des ulcères14 ». La forme ultime de ce genre de comportement débouchait sur la mutilation. Un seul cas avéré ressort des archives concernant la Bretagne : en 1735, à la demande de Thomas, Pierre Harlet lui coupe la première phalange de l’index. Les deux hommes sont condamnés aux galères, d’autant plus que Harlet, servant pour la paroisse de Bazouges en 1731, a déserté15. Il est possible que la lourdeur de la condamnation se révéla dissuasive mais on peut aussi attribuer l’absence d’autres cas signalés à la difficulté de distinguer une mutilation volontaire ou accidentelle. Après tout, on ignore pourquoi il manque les trois dernières phalanges des orteils du pied droit à Hervé Le Bris, de Ploudiry, et le procès-verbal du tirage au sort ne le précise pas16. On peut toutefois avancer l’hypothèse que cette pratique, qui pouvait s’avérer ensuite très préjudiciable pour exercer des travaux agricoles, était rare, alors que la Révolution et l’Empire virent vraisemblablement une recrudescence de l’automutilation17.

  • 18 ADF, C 45, ordonnance imprimée, 21 mars 1780.

8Signalons enfin une autre façon, pour le moins paradoxale, d’échapper à la milice : l’engagement dans les troupes réglées, prohibé en ce qui concernait les miliciens comme les fugitifs. Ce type d’engagement, a priori surprenant, procédait de deux raisonnements : soit le milicien préférait, quitte à servir, le faire dans les troupes réglées, plus prestigieuses et mieux considérées, soit il envisageait de déserter ensuite. En 1780, les autorités recherchent ainsi Jean André, servant pour la paroisse de Saint-Ouen-la-Rouërie qui a déserté pour s’engager dans le régiment de Saintonge18.

  • 19 ADLA, C 248, lettre de Feydeau de Brou, 13 avril 1719.
  • 20 ADLA, C 244, 31 mars 1711.
  • 21 ADLA, C 251, procès-verbal du 12 avril 1769.

9La réticence devenait résistance lorsque la dissimulation et la tricherie cédaient la place au refus affirmé. Cette résistance était d’abord collective et organisée. Il pouvait s’agir, par exemple, du refus d’établir la liste des garçons miliciables de la paroisse, comme à La Chapelle-Basse-Mer en 171919. Le refus était encore plus compréhensible lorsqu’il s’agissait de procurer un remplaçant. Le renoncement de l’intendant à faire fournir un remplaçant par Saffré en 1711 paraît toutefois exceptionnel20. En effet, l’entêtement des paroisses conduisait à une répression sans état d’âme qui consistait, le plus souvent, en l’envoi de garnisaires logés aux frais de la paroisse coupable. Les métiers qui se rebellaient étaient également durement traités à l’instar des cordonniers nantais en 176921. Remarquons qu’on ne trouve pas trace de résistances collectives organisées après 1730 environ dans les campagnes. C’est incontestablement le signe d’une plus grande soumission des communautés aux autorités provinciales face auxquelles la solidarité du village vole facilement en éclats.

  • 22 ADLA, C 248.
  • 23 ADIV, C 1144, ordonnance du 25 octobre 1735.

10Collectifs aussi, d’une certaine manière, les refus de se présenter au tirage au sort. Dans des cas extrêmes, cela pouvait concerner tous les garçons d’une paroisse mais même quand ce n’était pas le cas le phénomène prenait quelquefois l’allure d’un véritable exode. Ainsi, en 1719, sur 130 garçons devant tirer au sort pour la paroisse de Saint-Donatien, à Nantes, 70 manquent à l’appel22. En effet, la plupart des réfractaires au service de la milice choisissaient purement et simplement la fuite. Cependant, même si elle faisait l’objet d’une concertation ou prenait un caractère collectif au départ, la fuite était par essence individuelle. Elle illustre le triomphe de l’égoïsme car le miliciable s’enfuyait et se cachait sans se soucier des conséquences possibles de son attitude sur sa paroisse. Les garçons prenaient la poudre d’escampette vers d’autres paroisses, en particulier garde-côtes : quitte à servir, autant le faire dans la milice garde-côtes qui ne demandait qu’un service sédentaire et en général peu risqué. L’intendant Pontcarré de Viarmes remarque, de ce fait, que « les paroisses sujettes à la milice se trouvent dénuées, non seulement d’hommes à porter les armes, mais aussi de ceux qui y seraient nécessaires pour la culture des terres23 ».

  • 24 A. de Goué, Les charges et obligations militaires de la Bretagne depuis la fin du xvie siècle jusq (...)
  • 25 A. Corvisier, « Quelques réflexions sur les relations entre armée et marine sous l’Ancien Régime » (...)

11Toutefois, comme le remarque Alain de Goué, le mouvement tend à s’inverser sous le règne de Louis XVI, les milices provinciales n’étant alors plus assemblées, de telle sorte qu’elles apparaissent alors moins contraignantes que les milices garde-côtes24. André Corvisier signale aussi que pendant la guerre de Sept Ans 10 000 miliciens garde-côtes furent envoyés à Brest pour y être embarqués, ce qui refroidit singulièrement l’attrait de ce type de service25. Enfin, à partir de 1779, les paroisses côtières durent en outre fournir des canonniers auxiliaires, souvent victimes d’une mortalité fort élevée une fois embarqués sur les navires du roi.

  • 26 ADLA, C 244, 21 février 1711.
  • 27 ADLA, C 249, 7 mai 1726.

12Tant que les villes furent exemptes de la fourniture de la milice, elles constituèrent également un point de chute pour certains fugitifs, au point que l’intendant Ferrand autorisa par une ordonnance les officiers recruteurs de l’armée réglée de s’en saisir26. Enfin, pour les paroisses du sud du comté nantais, les marches communes, exemptes de milice tout au long du siècle, étaient fort tentantes. Cependant, la situation présentait quelques difficultés car certaines paroisses comme Legé, Saint-Étienne-de-Corcoué et Saint-Colomban n’étaient pas totalement incluses dans ces zones d’exemption27.

  • 28 ADF, 1E 1205, requête des responsables paroissiaux et ordonnance, 23 mai 1689.
  • 29 ADLA, C 245, apostille à la supplique de Landrain.

13Ces fuites ne présentaient pas seulement l’inconvénient de perturber l’activité agricole mais débouchaient souvent sur des troubles réels. En effet, chaque communauté étant collectivement responsable de la fourniture d’un ou de plusieurs miliciens, fuites et désertions ne changeaient en rien ses obligations. Commençait alors à travers les campagnes une véritable chasse aux fugitifs puisqu’en arrêtant un réfractaire ceux désignés par le sort gagnaient ainsi leur décharge. Chaque paroissien était invité à prêter main forte aux responsables locaux28. Tirer au sort ne constituait donc pas forcément un mauvais calcul ; encore fallait-il ensuite mettre la main sur un fugitif ! Le système correspondait bien à l’économie de moyens voulue par les responsables provinciaux mais ces poursuites exacerbaient les antagonismes. Une recherche de fugitif pouvait, en effet, servir de prétexte à des règlements de compte violents. Ainsi, l’affaire survenue à Thouaré en 1711 n’est peut-être que l’expression de tensions antérieures tant diffèrent les versions des deux parties. Selon les fabriqueurs de la paroisse, qui se rendent chez Mathurin Landrain pour y saisir des fugitifs, « ledit Landrain, voyant un de ces garçons pris, seroit sorty de sa dite maison jurant exécrablement et vomissant des injures atroces » et toute la famille rosse le fabriqueur Olivier Abraham. Quant à Mathurin Landrain, il accuse les responsables paroissiaux d’en vouloir à son valet qui pourtant n’est pas miliciable, n’atteignant pas cinq pieds de haut, et ce laboureur se plaint d’une grave blessure à la tête. En fin de compte, « cette affaire a esté accommodée au moyen de 15 livres qui ont esté données au nommé Landrain qui se plaint d’estre blessé29 ».

  • 30 ADLA, C 248, lettre du 6 avril 1719.
  • 31 ADLA, C 245, procès-verbal.

14Les chasseurs de fugitifs avaient tout à craindre de ceux qu’ils pourchassaient et de leurs proches. Au sujet des archers envoyés pour appréhender les fuyards, Mellier écrit : « Il m’en revient peu à Nantes avec des fugitifs qu’ils ont arrêtés, dont les pères et mères n’ayent battu et excédé les archers dans le moment qu’ils arrêtent leurs enfants30. » La même année, le fabricien de Saint-Sébastien reçoit un coup de fourche dont il est « fort incommodé ». Déjà, en 1711, la détermination de deux fugitifs armés d’un fusil et d’une hache avait fait rebrousser chemin à quatre invalides du château de Nantes31.

  • 32 ADLA, C 251.
  • 33 En 1727, une échauffourée lors de l’arrestation d’un fugitif provoque un mort à Saint-Georges-de-R (...)
  • 34 M. Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Picard, (...)

15Conscient de ces violences et des exactions parfois graves commises au cours de ces chasses aux fugitifs, l’intendant Pontcarré de Viarmes édicta une ordonnance le 10 novembre 1739 par laquelle il interdit aux simples particuliers de perquisitionner et de pourchasser les fugitifs, devant se contenter d’avertir la maréchaussée32. On ignore le degré réel d’application de cette ordonnance, les archives fournissant peu d’exemples de recherches de fugitifs ayant mal tournées après 172633. On peut supputer un meilleur contrôle des populations rurales voire une proportion plus réduite de fugitifs mais on sait que le moment du tirage au sort continua de troubler les campagnes jusqu’à la fin de l’Ancien Régime34.

  • 35 ADLA, C 244, imprimé signé par l’intendant Ferrand, 26 février 1711.
  • 36 ADLA, C 248, lettre à Feydeau de Brou, 10 avril 1719.

16Une fois attrapé le fugitif tant convoité, se posait la question de savoir pour quelle paroisse il servirait. En effet, nombre de réfractaires quittaient leur paroisse. Dans ce cas, le fugitif devait-il servir pour sa paroisse d’origine ou pour celle où il avait été arrêté ? La position de l’intendance, très pragmatique, semble de faire servir un fugitif pour la paroisse dans laquelle il a été arrêté35. Mellier suit cette procédure en 1719 alors qu’un réfractaire de Couëron arrêté à Blain est réclamé par les deux paroisses. Il propose de satisfaire Blain « pour récompenser la diligence de ceux qui arrestent les fugitifs dans leur paroisse […] autrement ils se mettront peu en peine de les arrester et les fugitifs n’auront rien à craindre de la part de ceux dans la paroisse desquels ils se seront retirés36 ».

  • 37 A. Favé, op. cit., p. 407.
  • 38 ADLA, C 245, dossier, avec correspondance Ferrand-Mellier, mars et avril 1711.

17C’est à l’occasion de ces chasses aux réfractaires que se manifestaient des formes de résistances collectives violentes pouvant prendre l’aspect de véritables émotions populaires. Le caractère spontané de rassemblements visant à empêcher la capture d’un fugitif et à couvrir sa fuite ne fait pas de doute. En 1696, à Plourac’h, les paysans travaillant dans un champ attaquent avec leurs instruments aratoires le procureur syndic et les quatre dragons qui l’accompagnent ; deux paysans interviennent même avec des fusils. Les forces de l’ordre ploient sous le nombre, un dragon étant tué et un autre blessé37. À Chantenay, en 1711, des mégères lapident fabriciens et archers de la maréchaussée, bientôt secondées par leurs maris, artisans prenant fait et cause pour un des leurs qui est réfractaire à la milice38. Notons quand même que ces graves échauffourées se produisent principalement sous le règne de Louis XIV voire en 1719 et 1726 et sont alors l’apanage du monde rural, la contribution à la milice épargnant pratiquement les villes. Cependant, les villes ne furent pas totalement épargnées par ces violences mais celles-ci eurent surtout lieu après 1750. Il semble donc qu’il y ait un glissement de la résistance collective violente des campagnes vers les villes.

  • 39 C’est l’épouse de Claude de Cornulier de Boismaqueau (1666-1740), alors président de la Chambre de (...)
  • 40 ADLA, C 248, procès-verbal du 13 juillet 1719.
  • 41 ADIV, C 1140, sans date.

18Dans le cadre urbain, les émeutiers sont moins facilement identifiables et il ne s’agit plus dès lors d’une communauté unie mais souvent d’un agrégat plus ou moins spontané. On distinguait toutefois de véritables spécialistes de l’agitation parmi les fauteurs de troubles : les valets. En 1719, à Nantes, le commissaire subdélégué pour la milice Dureau, accompagné de paysans, mène un réfractaire en détention lorsqu’il est assailli par les laquais et le cocher de la Présidente de Cornulier39. Un paysan est blessé à la tête et il faut l’intervention de soldats du château pour maîtriser les agresseurs40. À Rennes, c’est Guéral, domestique portant livrée, « qui par ses discours, excita l’émeute41 ».

  • 42 On dispose pour cette période du recueil de toute la correspondance envoyée par l’intendance. ADIV (...)

19C’est surtout à l’occasion du tirage au sort, généralement centralisé en ville, que se produisaient des mouvements de foule incontrôlés voire des échauffourées. On rencontre à cette occasion un cocktail explosif : présence de la foule, ivresse fréquente des miliciables voire des spectateurs, nervosité des forces de l’ordre. L’opération du tirage au sort cristallise les tensions au point de provoquer de nombreuses émotions dans les années 1770 et 1780. Les archives consultées fournissent vingt-six exemples de problèmes survenus pendant ou après le tirage au sort. Le plus ancien remonte à 1740 mais vingt-trois concernent la période 1775-1788. La précision des sources pour l’intervalle 1785-178842 contribue peut-être à la surreprésentation de ces années mais il est manifeste que le tirage devient une opération à risque à partir du milieu des années 1770. Cette conclusion s’accorde parfaitement avec la grande étude diligentée par Jean Nicolas, avec un petit décalage chronologique toutefois.

  • 43 ADIV, C 136, ordonnance imprimée de Bertrand de Molleville, 18 mai 1785.

20La plupart des autres troubles proviennent d’un sentiment d’iniquité des miliciables à propos des exemptions. Les garçons de Plounéour-Ménez réagissent violemment après le renvoi d’un domestique du comte de Coëtlosquet et de celui d’un riche laboureur, la rumeur publique prétendant que l’ordonnance de levée supprimait toutes les exemptions43.

  • 44 S. Perréon, « Les Bretons et la milice provinciale 1689-1789 : entre résistance et acceptation », (...)
  • 45 ADLA, C 251, 16 mars 1775.
  • 46 P. Laporte, La milice d’Auvergne, Clermont-Ferrand, G. de Bussac, 1956, p. 97.

21Les autorités supervisant l’opération ne se maîtrisaient cependant pas toujours, comme à Vannes, en 1776, où subdélégué et maréchaussée eurent un sérieux différend44. L’année précédente, à Nantes, c’est au contraire la brutalité excessive de la maréchaussée lors du tirage au sort de jeunes gens convoqués à l’Hôtel de Ville qui indigna l’opinion publique : onze personnes furent « percées à coup de baïonnettes » sous les yeux du subdélégué45. Remarquons que ces événements, ainsi que d’autres, à Vitré notamment, interviennent en 1775 et 1776. Or la date n’est aucunement anecdotique car ont alors lieu de nouveaux tirages au sort, les précédents remontant à 1771. Le mécontentement et la nervosité sont donc réels. Pierre Laporte constate d’ailleurs pour l’Auvergne plusieurs rébellions lors du tirage au sort du printemps 177546.

  • 47 ADIV, C 1140, lettre à l’intendant, 27 mars 1776.

22Même si le contexte est par conséquent quelque peu particulier, l’épisode survenu à Quimper en 1776 prouve les réactions imprévisibles de la foule47. Ce 27 mars, la foule empêche le déroulement du tirage au sort. Le sieur de Kervelegan, sénéchal de Quimper, témoigne : « Nous prêchâmes inutilement l’obéissance, nous trouvâmes plus de résistance encore et le jour s’est passé sans qu’on ait rien fait. Cette conduite de la jeunesse me parut extraordinaire, je soupçonnais qu’elle était conseillée. » À l’origine de cette résistance obstinée des miliciables, soutenus par le peuple, se trouve une rumeur selon laquelle les clercs – c’est-à-dire les écoliers et « beaucoup de jeunes gens de familles respectables » – ne sont pas exempts. Il faut par conséquent que le sénéchal rétablisse la vérité et use de toute sa force de persuasion pour que l’opération de tirage ait enfin lieu. L’opération de la levée de la milice tourne ici à la confrontation sociale entre le peuple, qui fournit l’essentiel sinon la totalité des effectifs, et les jeunes gens de bonnes familles, qui sont exempts. La question de la milice ravive donc les contentieux sociaux au point que le sénéchal remarque : « Le peuple est nombreux, et si l’on n’était pas attentif à veiller sur ces deux classes, ils sont prêts à s’égorger lorsqu’il commence à être question de la milice […]. Que serait-ce si on fesait comparaître les clercs avec le peuple au lieu du tirage ? Ce serait une vraie boucherie. »

  • 48 ADIV, C 99.

23Des rivalités entre paroisses rurales s’exprimaient aussi à l’occasion du tirage au sort, comme à Guichen le 26 juillet 1734 où, les garçons de Bréal s’étant rebellés, ceux de Saint-Senoux prêtent mainforte au subdélégué et à la maréchaussée pour arrêter les meneurs, gagnant ainsi la décharge de leur paroisse48. Les événements qui regroupaient l’intégralité ou presque des garçons de plusieurs paroisses étaient rares et, l’alcool et la tension aidant, la rencontre tournait à la confrontation entre les « patriotismes de village ». C’est peut-être une des raisons pour lesquelles les subdélégués essayaient, autant que possible, de faire tirer les paroisses individuellement.

24Les résistances à la milice prenaient donc des formes variées. Il semble toutefois que la résistance des communautés rurales s’émoussa au fil du xviiie siècle. À partir du moment où la milice devint permanente et les tirages au sort réguliers, on ne vit plus guère de communautés entières défier les autorités provinciales, signe d’une certaine « domestication », à défaut d’une totale acceptation du principe même de la milice. Dès lors, les formes individuelles de résistance prirent le dessus. Dans les villes, néanmoins, le tirage au sort demeura une opération à risques, surtout après 1734 en fait, car auparavant, seuls les ruraux tiraient pour la milice. Les troubles importants qui survinrent dans les années 1780 trouvaient désormais leur origine plus seulement dans la volonté de ne pas servir mais aussi dans l’opposition croissante aux exemptions dues aux privilèges.

Les élites entre compromission et réformisme

25La noblesse et le clergé encouragèrent souvent la résistance. Que des coqs de village, responsables paroissiaux, cherchent à minimiser le poids du service personnel pour leurs administrés se comprend aisément. En revanche, les compromissions du curé ou du seigneur local étonnent davantage.

  • 49 SHAT, A1 905, 12 juin 1689.
  • 50 « (Hé qui sont les païsans sur lesquels un Recteur puisse compter ? Ne sont-ils pas tous dévoués à (...)

26Dès l’instauration de la milice, nombre de prêtres et de gentilshommes protégèrent et cachèrent les fugitifs. Le duc de Chaulnes s’en plaint à Louvois en 1689 : « Presque tous les gentilshommes, les recteurs et prêtres, les veuves, tous chagrin de l’exclusion qu’on leur avoit donné pour faire trouver de bons soldats, firent tout ce qu’ils purent contre les nominations et appuyèrent sourdement la retraite de ceux qui avoient été nommés49. » L’explication du gouverneur quant à l’attitude des membres des deux premiers ordres n’emporte pas totalement l’adhésion. Certes, le système de la milice recourait aux paroisses pour procurer des soldats au roi et les recruteurs naturels qu’étaient les nobles purent s’en trouver vexés voire lésés. Toutefois, on verra plus volontiers dans leur attitude, comme dans celle des recteurs, l’exercice de leur rôle de protection des communautés rurales, nullement incompatible, d’ailleurs, en ce qui concerne les seigneurs, avec une exploitation économique sans vergogne. À peu de frais et sans guère de risques, ils se créaient ainsi une clientèle d’obligés comprenant les garçons et leurs proches. Selon le recteur de Saint-Denoual, la milice renforçait effectivement l’influence de la noblesse, qui s’attachait la paysannerie par divers moyens50.

  • 51 ADLA, C 244, ordonnance imprimée du 11 février.
  • 52 ADIV, C 2607, ordonnance de Ferrand, 18 mars 1712.

27Ces pratiques contraignirent les autorités à légiférer en citant nommément les deux premiers ordres. L’ordonnance de Ferrand pour la levée de 1711 fait ainsi « deffence aux curés et aux gentilshommes de favoriser ceux qui doivent tirer ni d’user de menaces51 ». Régulièrement renouvelées, ces injonctions ne troublaient guère nobles et prêtres qui, au demeurant, ne risquaient pas grand-chose. Dondel, président du présidial de Vannes, constate en 1712 que plusieurs communautés régulières de la ville cachent des réfractaires52 mais quant à s’en saisir…

  • 53 ADIV, C 2606, ordonnance du 6 avril 1711.
  • 54 ADLA, C 249, liste des exempts avec instructions complémentaires de l’intendance, 9 avril 1726.
  • 55 ADIV, C 11, lettre de l’intendance à Cottin, 22 mai 1786.
  • 56 ADIV, C 10, lettre de l’intendance au subdélégué de Corlay et au comte, 7 avril 1776.

28La complicité des nobles et des religieux avec les fugitifs plaçait les responsables paroissiaux dans une situation inconfortable. Désireux de coopérer et, surtout, d’échapper aux sanctions, les fabriciens de la subdélégation de Lamballe se plaignirent à l’intendant de ne pouvoir fournir les miliciens demandés, les gentilshommes et « d’autres particuliers » cachant chez eux les jeunes gens propres au service53. L’instauration de la milice permanente s’accompagna de la quasi disparition de ce type de remarque. On admit alors sans difficulté l’exemption d’un valet par prêtre ou par gentilhomme et, quelquefois, on tolérait davantage54. Forts de ces privilèges, les seigneurs restèrent par la suite fort vigilants. Ils veillaient sur leurs gens, comme Cottin, seigneur de Saffré, qui protesta contre le choix de son jardinier comme milicien en 178655. Par ailleurs, ils demeuraient des intercesseurs recherchés. Le comte Saisy de Kerampuil se porte ainsi garant d’un paroissien de Glomel qui demande – et obtient – le droit de se faire substituer56.

  • 57 A. Furetière, Le dictionnaire universel, Paris, SNL-Le Robert, rééd. 1978, t. 2, article « milice  (...)
  • 58 SHAT, A1 902, lettre à Louvois, 1er janvier 1689.

29Les élites ne manifestèrent jamais ni attachement ni indulgence envers la milice royale. L’institution fut portée sur les fonts baptismaux sous de mauvais auspices puisqu’on critiqua son nom dès son instauration. Il semble que le terme milice ait eu une connotation péjorative, du moins quand il ne concernait pas une institution urbaine. Furetière oppose clairement milices et troupes réglées, ce qui les déprécie forcément aux yeux des militaires57. Le duc de Chaulnes, qui vante au ministre les beaux hommes recrutés, s’en fait l’écho : « Je croy mesme que ces régimens seroient mal nommez de ce nom de milices puisque je peux vous assurer qu’ils n’en ont nullement l’air58. » La dénomination subsista pourtant jusqu’en 1773 officiellement et bien au-delà dans le langage courant.

  • 59 AN, G7 177, 25 août 1694, lettre de M. de La Faluère.
  • 60 ADLA, C 248, lettre à de Brou, 19 mars 1719.

30Quant au principe même, il fit l’objet de critiques, les États comme les plus notables parlementaires n’ayant de cesse de réclamer la substitution de la levée par une somme d’argent59. Certains administrateurs royaux ne raisonnaient pas autrement. En 1719, Mellier ne comprenait pas pourquoi on recourait à la milice et proposait « de lever cent livres par homme sur les paroisses contribuables et de donner ces sommes aux officiers des milices pour faire des soldats à la manière accoutumée60 ».

  • 61 AN, H1 352, mémoire sur l’imposition pour la milice.
  • 62 AN, H1 334, mémoire sur les levées de milice, 1756.
  • 63 Ibidem.

31Les États n’eurent de cesse de réclamer un allégement de la contribution humaine et financière de la Bretagne. En 1762, ils prient le roi de « procurer à la Bretagne une exemption prompte et entière des milices pendant la paix et même en temps de guerre une suppression au moins de plusieurs bataillons61 ». Leurs supplications jouaient sur le registre affectif en peignant une Bretagne ruinée et dépeuplée mais étaient aussi étayées par une argumentation qui se voulait rigoureuse. Elles évoquaient d’abord le nombre de paroisses, présentées comme uniformément petites et peu susceptibles « de fournir plusieurs bataillons de milices62 ». L’argument économique et agricole ensuite développé était sans doute plus à même de convaincre : « L’expérience aprend que les miliciens bretons sont autant d’hommes perdus pour l’agriculture, les uns servent à recruter le corps des grenadiers de France, et tous les autres, dès qu’ils sont sortis de chez eux pendant quelque tems, il ne leur est plus possible de revenir à leur première vie, si rude et si grossière qu’elle n’a d’exemple nulle part et ne peut être suportable que par l’habitude63. » Certes, ces considérations ne touchèrent pas directement les jeunes gens concernés mais elles influencèrent indéniablement l’opinion publique locale. Elles firent même davantage puisque les commissaires du roi et leurs subordonnés s’y rallièrent en partie.

  • 64 ADLA, C 244, lettre à Mellier, 12 mars 1711.
  • 65 ADLA, C 248, état des vagabonds retenus pour la milice à Nantes, avril 1719, et lettre de Mellier (...)

32Pour faciliter le service, suivant les termes de l’époque, l’intendance accepta fréquemment volontariat et remplacement, souvent au mépris des ordonnances royales. Certains intendants intégrèrent même de force dans la milice des libertins et vagabonds, moyen commode de purger les campagnes d’individus indésirables mais qui ne put que nuire à la réputation de l’institution ! Les circonlocutions de l’intendant Ferrand peinent à éviter la contradiction : « Lorsque j’ay permis d’arrester les libertins pour le soulagement des paroisses, j’ay aussi eu en veuë le bien du service pourvu qu’ils fussent plus propres à servir que d’autres mais mon intention n’a pas été de prendre de mauvais sujets.64 » En 1719, les vagabonds détenus dans les prisons sont versés dans la milice, à l’exception de ceux déclarés inaptes que l’on destine, à leur grand effroi, au peuplement de la Louisiane65.

  • 66 ADIV, C 1137, 26 avril 1727.
  • 67 ADF, C 45, lettre de l’intendant, 21 mars 1777.
  • 68 ADIV, C 11, ordonnance de l’intendant, 24 avril 1785.

33Si ce genre de pratique disparut après l’instauration de la milice permanente, l’état d’esprit des commissaires départis et de leurs subordonnés n’évolua pas radicalement. En témoignent les sanctions prises à l’encontre des rebelles et mutins qui consistaient, la plupart du temps, à les faire servir dans la milice ! C’était faire de ce service militaire un châtiment. Le secrétaire d’État Le Blanc vit bien le problème en 1727. Feydeau de Brou envisageait de punir les garçons mutinés de Guimiliau en les faisant servir pendant quatre ans dans la milice. Le Blanc protesta : « Il paroit que la proposition d’obliger à servir pendant quatre années dans la milice les autheurs de cette mutinerie dont il y en a déjà deux miliciens de droit, leur estant échu par le sort d’y servir, ne doit pas estre regardée comme une punition, qu’il est au contraire très important d’en faire un exemple en faisant tenir ces mutins au cachot pour instruire leur procès66. » Lorsqu’un soldat provincial de la paroisse de Guimiliau s’en prend au cavalier de maréchaussée consigné à la porte de l’hôtel de ville de Landerneau lors du tirage au sort, les autorités hésitent encore quant aux sanctions à appliquer : l’intendant ne peut « point prononcer contre lui la peine de servir un plus grand nombre d’années que celui qui est prescrit par les ordonnances. Le titre 9 de celle du 5 décembre 1774 […] ne condamne à servir dix ans que ceux qui ne se sont pas présentés aux jours fixés pour la levée67 ». Le rebelle subit finalement une peine d’un mois de prison. Toutefois, on continua de déclarer miliciens de droit les meneurs des « tapages » et rébellions. En 1785, par exemple, à la suite de troubles survenus à Josselin, trois garçons de Lanouée sont condamnés à huit jours de prison et six ans de service68.

  • 69 ADIV, C 1136, 24 décembre 1773.

34Sous le ministère de Choiseul, les velléités réformatrices se traduisirent par l’instauration des recrues provinciales, qui n’apporta guère satisfaction et fut rapidement abandonnée. La création des régiments provinciaux en 1771 suscita encore plus d’espérance et s’accompagna de nombreux projets réformateurs. La lettre envoyée par Monteynard à Dupleix, comme à tous les autres commissaires départis, témoigne d’une réelle lucidité à l’égard de l’ancienne formule de la milice mais aussi de beaucoup d’illusions sur les avantages du nouveau système69.

  • 70 L.-M. de Merlet, Essai sur les troupes provinciales, Paris, 1773.
  • 71 SHAT, 1M 1763 et 1764.
  • 72 SHAT, 1M 1764, 6 mars 1774.
  • 73 SHAT, 1M 1763, projet daté du 24 juillet 1772, de Nantes.
  • 74 SHAT, 1M 1764, 4 février 1774.
  • 75 SHAT, 1M 1763, projet du chevalier de Jasson, apostille.
  • 76 En particulier celle de supprimer les assemblées annuelles du régiment entier et celle de confier (...)

35Toujours est-il que Versailles sollicita l’avis de nombreux officiers, lettres et mémoires affluant de 1772 à 1774. Un des auteurs les plus prolifiques fut Louis-Mathieu de Merlet, colonel puis inspecteur du régiment provincial de Paris, qui publia même sur le sujet70. Les archives de Vincennes renferment également les projets de trois officiers bretons : le chevalier de Jasson, lieutenant-colonel, Cormier du Médic, capitaine de grenadiers, et Legall du Tertre, capitaine aide-major, tous trois du régiment provincial de Vannes71. Cormier du Médic et, probablement, Legall du Tertre, répondirent à une demande du Secrétariat à la Guerre72. L’antériorité de la rédaction peut laisser envisager une initiative personnelle du chevalier de Jasson73 mais il ne fait aucun doute qu’il bénéficia d’un relais efficace auprès du Secrétaire d’État, ce qui explique qu’on sollicita ensuite les compétences et l’expérience d’officiers du même régiment. Chaque mémoire formule des propositions propres, parfois complémentaires, sans cependant former complètement un projet global. Le chevalier de Jasson insiste notamment sur l’avantage à utiliser les compétences des anciens miliciens et anciens soldats pour former et encadrer les hommes des régiments provinciaux. Legall du Tertre désapprouve les assemblées annuelles destinées aux revues et exercices : « Les officiers, bas-officiers et soldats sont aussi peu instruits après l’assemblée qu’ils l’étaient auparavant, et cependant cela coûte beaucoup d’argent au roi en pure perte74. » Quant à Cormier du Médic, il propose un nouveau mode de levée et démontre avec force calculs les économies qui en résulteraient. Ces projets ne sont pas marqués par une quelconque connotation bretonne ou locale, la seule allusion à la Bretagne concernant les officiers, appartenant à « la très pauvre et très ancienne noblesse de la province75 ». Ils ne se distinguent par conséquent pas vraiment des autres projets de la même période, plusieurs propositions se retrouvant chez Merlet76. Ils s’attachent essentiellement à des considérations techniques et ne visent guère à la réhabilitation de l’institution dans l’opinion publique.

La parole populaire : un rejet global mais des critiques nuancées

  • 77 Ph. Grateau, Les cahiers de doléances, une relecture culturelle, Rennes, PUR, 2001, p. 53.
  • 78 A. Corvisier, « L’opinion et le fait militaire sous l’Ancien Régime d’après les cahiers de doléanc (...)

36Certains auteurs traitant de la milice font référence aux cahiers de doléances et en citent volontiers quelques extraits pour montrer qu’ils expriment le rejet de la milice royale. Pour Philippe Grateau, la cause est entendue : « La haine de la milice est unanime77. » Cependant, le lecteur doit se contenter de quelques remarques globales, sans guère disposer d’éléments statistiques précis. Seuls André Corvisier et deux de ses plus éminents anciens élèves ont mené des recherches sur l’opinion et le fait militaire à travers les cahiers de doléances78. C’est pourquoi nous proposons, dans les pages qui suivent, une étude la plus rationnelle possible, quantitative et qualitative, de la vision de la milice dans les cahiers de doléances. Personne ne niera, en effet, qu’ils constituent une source remarquable pour la connaissance de l’opinion publique à la fin de l’Ancien Régime, à condition d’éviter quelques écueils tenant à leurs conditions de rédaction. Nous nous appuierons d’abord sur les cahiers de l’actuel département de Loire-Atlantique, correspondant grossièrement au comté de Nantes. Pour plus de cohérence, nous en avons soustrait les cahiers des paroisses de la sénéchaussée de Rennes, onze au total, et ceux des marches communes de Bretagne et du Poitou. Restent 195 cahiers correspondant aux sénéchaussées de Nantes et de Guérande.

  • 79 A. Croix, « Bonheur et santé ! Regard culturel sur les cahiers de doléances du Pays nantais », dan (...)
  • 80 Ph. Grateau, op. cit., p. 56-58.

37Une première approche montre l’influence indéniable de cahiers modèles. Il s’agit d’abord de celui rédigé à Nantes par le Comité Cottin et intitulé A Messieurs les généraux de paroisses, et dont l’article 2 concerne la milice. Le voici : [nous nous plaignons] « Du sort de la milice qui nous arrache des enfants utiles et souvent nécessaires ». L’article 13 ajoute : « Que notre liberté soit aussi sacrée que celle de tous autres citoyens : que tous les enrôlements forcés soient supprimés, sauf à les remplacer par les enrôlements à prix d’argent. » On le retrouve mot à mot dans le cahier modèle rédigé à Rennes et intitulé Les charges d’un bon citoyen de campagne. De nombreuses paroisses ayant eu connaissance de l’un ou l’autre de ces cahiers quasi identiques sinon des deux, la vigilance s’impose car un recopiage pur et simple ne possède a priori pas la même signification qu’une appropriation réelle des doléances y figurant. Se pose ici avec acuité la question du degré d’autonomie des communautés rurales lors de la rédaction et du choix effectué. Alain Croix voit dans les cahiers modèles « un catalogue de mises en forme, de suggestions aussi très certainement, mais rien de plus » et insiste sur le tri effectué par les rédacteurs paroissiaux79. Philippe Grateau a bien montré ce travail de sélection et de modification lorsque le cahier modèle est passé au tamis de l’assemblée paroissiale80.

  • 81 D. Olier, Un siècle de milice en Bretagne 1688-1791. Ses répercussions sur la population, maîtrise (...)

38Parmi les 108 cahiers évoquant la milice, 22 sont nettement influencés dans la forme par les cahiers modèles. Celui de Frossay marque ainsi : « Du sort de la milice […] qui nous ôtent des enfants utiles et nécessaires pour la culture de nos terres. » D’autres cahiers s’en inspirent mais vont plus loin, revendiquant l’abolition de la milice. À Mésanger, les paroissiens « demandent la suppression du tirage au sort de la milice en ce qu’il nous enlève des enfants utiles et nécessaires à la culture de nos terres ». Parmi les cahiers fortement influencés, il est toutefois difficile d’affirmer que l’article modèle est recopié parce qu’il correspond parfaitement aux aspirations des paroissiens. Disons simplement que son propos trouve un certain écho dans la paroisse. Dans la sénéchaussée de Nantes, la majorité des cahiers évoquant la milice ont su s’écarter des modèles jusqu’à formuler des doléances relativement originales. Dans bien des cas, on s’approche certainement de l’opinion de la paroisse, du moins de celle de ses membres les plus notables. La situation n’est guère différente dans la sénéchaussée de Rennes où environ 16 % des cahiers adhèrent à l’article des Charges d’un bon citoyen de campagne traitant de la milice81.

  • 82 Ibidem.

39Dans le cadre géographique précédemment défini, 55,38 % des cahiers évoquent la milice, ce qui semble relativement peu. Le nombre assez élevé des paroisses garde-côtes diminue singulièrement cette proportion alors que ces paroisses, n’étant pas concernées, n’évoquent pas la milice, sauf à y faire allusion avec le service de la côte. Une fois retranchées ces paroisses côtières, le pourcentage passe à 69,23 %. 108 cahiers traitent de la milice. Les résultats obtenus s’harmonisent singulièrement avec les conclusions obtenues par David Olier pour la sénéchaussée de Rennes. Près de la moitié des cahiers y font référence à la milice, la proportion se montant à 68 % une fois retranchées les paroisses garde-côtes82.

  • 83 Les cahiers des sénéchaussées de Quimper et Concarneau ont également été publiés mais ces circonsc (...)
  • 84 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, présentés par F. Roudaut, Cahiers de Bret (...)

40La tentation d’extrapoler ces données à toute la Bretagne est forte mais l’étude de la sénéchaussée de Lesneven incite à une élémentaire prudence83 : sur 66 cahiers, seuls 5 évoquent la milice, soit 7,57 %. Cette très faible proportion ne remonte d’ailleurs guère en retranchant les paroisses garde-côtes car deux d’entre elles évoquent à la fois la milice et la garde-côtes. Les conditions de rédaction et la présence d’un cahier modèle expliquent cette anomalie, guère imputable à une spécificité bas-bretonne. D’une part, les cahiers modèles des évêchés de Rennes et Nantes ne furent pas diffusés dans la sénéchaussée de Lesneven. En revanche, un modèle succinct fut distribué avec le paquet contenant les textes royaux. Or, aucun des sept articles n’évoque la milice ni, d’ailleurs, aucune autre charge militaire84. D’autre part, le délai imparti pour délibérer et rédiger les cahiers fut très court, ce qui explique que la plupart des paroisses recopièrent le petit cahier modèle, y ajoutant souvent quelque considération locale mais parfois rien du tout. Toutefois, ceci ne constitue pas une explication suffisante. Quelques paroisses ou trèves ont su se dégager du modèle et formuler des doléances originales. En outre, beaucoup évoquent des charges militaires comme les charrois ou le logement personnel alors qu’elles ne disposaient d’aucun modèle y faisant référence. Il faut donc bien se résoudre à conclure que la milice préoccupait peu les paroisses de la sénéchaussée de Lesneven.

  • 85 Le procès-verbal de la séance préparatoire à la rédaction du cahier porte la signature de François (...)

41La longueur du passage consacré à la milice mérite également notre attention. En excluant le préambule, parfois fort long, le passage consacré à la milice représente en moyenne 5,5 % des cahiers. Cependant, ce chiffre cache des disparités assez fortes. 54,63 % des cahiers consacrent moins de 5 % de leur longueur à la milice, 34,26 % de 5 à 10 % du total et 11,11 % plus de 10 %. Dans de nombreux cahiers, l’évocation de la milice n’excède guère une ou deux lignes. Rien de comparable avec les longs passages consacrés à la nécessité d’une fiscalité plus équitable ou aux droits seigneuriaux. Les paroisses plus disertes ne correspondent pas à une zone géographique particulière. Le vignoble, à la main-d’œuvre si précieuse, s’il évoque parfois sa particularité, ne se distingue pas du reste de la sénéchaussée. La sensibilité locale comme l’influence de certains personnages expliquent les disparités constatées. À Pleyber-Christ, dans la sénéchaussée de Lesneven, l’article sur la milice, préconisant des exemptions ne portant pas préjudice à l’agriculture, doit certainement beaucoup au riche ménager François Madec qui s’adressa en 1781 à l’intendant par l’intermédiaire du recteur, pour que son premier valet soit exempté85.

42L’emplacement de l’article ou du passage consacré à la milice peut-il apporter des enseignements sur l’importance accordée à la question ? Dans l’écrasante majorité des cas, un article, ou au minimum un alinéa spécifique, est réservé à la milice. Cela témoigne autant de son importance que de la difficulté de l’évoquer avec une autre charge. Dans plus de 40 % des cahiers, la milice est évoquée dans le premier quart et dans plus de 71 % dans la première moitié. Est-ce le signe d’une importance particulière ? Remarquons que ce pourcentage peut être accru par l’influence des cahiers modèles qui évoquent la milice au début. De plus, en parler au début traduit surtout qu’il s’agit d’un problème général, global, alors que, bien souvent, on détaille ensuite les questions et revendications spécifiques à la paroisse. Évoquer la milice dans le dernier quart du cahier, comme dans 17,5 % des cas, met au contraire en exergue la question, le rédacteur réservant fréquemment les principales doléances pour la fin. Il est par conséquent assez difficile de conclure quant à l’importance accordée au phénomène en se servant de l’emplacement du passage consacré à la milice.

43Parler de la milice est une chose, la façon dont on en parle en est une autre. Quels termes, adjectifs comme substantifs, la qualifient elle ? Le terme milice est très rarement accompagné d’un adjectif, rarement d’un adverbe, quelquefois d’un substantif. Toutefois, le total n’excède pas 26 cahiers sur 108. Dans la sénéchaussée de Lesneven, la milice n’est jamais qualifiée. Ailleurs, le terme « enrôlements forcés » revient six fois, le mot « fléau » également, parfois qualifié : « fléaux désastreux », « fléaux accablants », « fléau de leur liberté ». Le choix des adjectifs montre des différences d’appréciation : à Saint-Julien-de-Vouvantes, la milice est « gênante », à Nozay « désastreuse » et à Saint-Lumine-de-Coutais « odieuse et forcée ». Dans de rares paroisses, on s’épanche davantage, comme à Derval qui évoque la « destruction de la liberté des hommes », ou à Vallet où la milice est « contraire aux droits de l’humanité ». L’influence de la philosophie des Lumières rejaillit incontestablement sur la rhétorique et le vocabulaire utilisés au point de se demander si, parfois, la recherche de l’effet de style ne conduit pas à outrepasser le sentiment réel de la population à l’égard de l’institution. Les envolées lyriques d’un petit homme de loi campagnard pouvaient séduire plus par la forme que par le fond. Le fait que, dans la grande majorité des cas, aucun terme ne qualifie la milice, n’indique guère la volonté d’en faire un thème majeur de doléance.

  • 86 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, op. cit., p. 137.

4447,22 % des cahiers réclament explicitement la suppression de l’institution et 25 % celle du tirage au sort, ce qui reviendrait presque au même car dénaturerait totalement les principes constitutifs des régiments provinciaux. Les autres cahiers se contentent de se plaindre. Affirmer que ces cahiers réclament implicitement la suppression de la milice serait abusif, quand bien même une telle décision rencontrerait probablement l’assentiment de la population. Dans la sénéchaussée de Lesneven, seule la paroisse garde-côtes de Plouider et celle de Sainte-Sève réclament clairement la suppression. À Pleyber-Christ, la revendication n’est qu’implicite : « Si le tirage au sort de la milice continue d’avoir lieu […]86. » En fin de compte, certains n’osent pas envisager ni réclamer la disparition de la milice que tous, sauf quelques vieillards chenus, ont toujours connue.

45Qu’ils réclament ou non l’abolition du service militaire personnel, la plupart des cahiers expriment des reproches à son encontre. Le principal concerne les exemptions. Beaucoup de cahiers s’en prennent aux domestiques des deux premiers ordres, parfois avec véhémence. On dénonce ces « gens oisifs et fainéants » (Saint-Même-le-Tenu), « vil appareil du luxe, de l’indolence et de l’oisiveté » (Saint-Philbert-de-Grand-Lieu). On fustige d’autant plus ces domestiques qu’un certain nombre n’adopte cet état que pour échapper au tirage au sort (Vieillevigne). À travers eux, c’est aussi aux « prétendus privilégiés » (Brains) que l’on s’attaque. Les valets focalisent donc le ressentiment et servent de boucs émissaires, victimes de la tonalité antinobiliaire et antiseigneuriale prédominant dans bon nombre de cahiers. Il semble y avoir globalement rejet des exemptions, attitude cependant rarement exprimée aussi explicitement qu’à Saint-Mars-la-Jaille : « Il paraîtrait juste que nul n’en fut exempt, quelque place qu’il occupât. » À l’inverse, six cahiers réclament de nouvelles exemptions. C’est le signe tangible de la permanence d’un certain attachement au principe des privilèges. Sauf à Riaillé, où l’on entend exempter les soutiens de famille, les paroissiens demandent des égards pour les enfants et parfois domestiques des laboureurs, « attendu l’utilité de leur profession » (Fégréac). Il s’agit là de propositions alternatives faites par les coqs de villages, qui dominèrent sans conteste l’assemblée de délibération. En sénéchaussée de Rennes, Noyal-sur-Brutz fixe même un tarif : un exempt pour un laboureur jouissant d’une ferme de 40 écus et deux exempts pour celui exploitant un domaine de plus de 200 écus de revenu. Ces revendications, quoique minoritaires, se retrouvent néanmoins dans les sénéchaussées de Rennes (Ruffigné) et Lesneven (Pleyber-Christ).

46Le second reproche formulé à l’encontre de la milice est de nuire à l’agriculture. Dans 32 cas, la doléance va au-delà de la phrase des cahiers modèles, qui ne mentionne pas explicitement l’activité agricole. Néanmoins, la plupart des formulations restent stéréotypées : la milice enlève des bras, ou des enfants, nécessaires « pour la culture de nos terres » (Frossay), constitue un « fléau[x] accablant[s] » pour les agriculteurs (Joué), « diminue le goût pour l’agriculture » (Le Loroux-Bottereau). Les paysans les mieux instruits et informés connaissaient indubitablement le discours dominant célébrant l’agriculture et la classe utile des laboureurs. Ils savaient que de tels arguments seraient écoutés sinon entendus. Cela ne signifie d’ailleurs pas qu’ils n’étaient pas eux-mêmes convaincus de leur utilité sociale comme des nuisances provoquées par le tirage au sort. Quelques cahiers vont plus loin et dénoncent l’exode rural ainsi provoqué, persuadés, comme beaucoup d’érudits, du dépeuplement des campagnes et du royaume entier. À Ruffigné, en sénéchaussée de Rennes, on dresse un tableau alarmant : la milice « dépeuple nos campagnes, déjà trop désertes, dont une partie reste en friche, faute de cultivateurs ».

  • 87 A. Babeau, La vie militaire sous l’ancien régime, Paris, 1890, p. 235. A. Corvisier, L’armée franç (...)

47Un autre argument contre la milice, que l’on retrouve dans 15 cahiers, est qu’elle ne respecte pas les libertés individuelles. Dans la plupart des cas, l’influence de l’article des Charges d’un bon citoyen de campagne est indéniable. À Saint-Lumine-de-Coutais, il est recopié mot pour mot. Suivant cette logique, le cahier de Rougé évoque dans un même court article la milice et les lettres de cachet et réclame leur abolition. D’Albert Babeau à André Corvisier, l’historiographie a souvent insisté sur le rejet d’un service militaire non consenti87. Constatons ici que, malgré sa présence dans un cahier modèle, moins de 15 % des cahiers évoquant la milice se plaignent d’une atteinte à la liberté individuelle. Cela ne signifie pas forcément l’acceptation du service personnel mais au moins la lenteur de l’appropriation du concept de liberté individuelle, surtout familier des élites urbaines pétries d’influences philosophiques.

  • 88 Cahiers de doléances de la région de Carhaix, Quimper, CDDP du Finistère, 1979, document 17.

48Les autres reproches ne sont jamais formulés par plus de quatre paroisses. Il s’agit de la perte de temps et de la fatigue provoquées par les déplacements au lieu du tirage au sort (Mauves), argument que l’on retrouve à Plouguernével, près de Carhaix88. De rares paroisses dénoncent les violences et troubles accompagnant le tirage au sort. Enfin, l’argument selon lequel les régiments provinciaux ne servent à rien, n’étant plus assemblés, se rencontre rarement. En effet, les autorités pouvaient alors rétorquer aux villages que la milice ne constituait pas un fardeau ! Les dépenses engendrées, hors impôt de la milice, ne sont guère évoquées, sauf à Saint-Jean-de-Béré où on les détaille une à une.

49Ce tour d’horizon ne peut s’achever sans l’examen des propositions formulées au sujet de la milice. En dehors de celles déjà évoquées, le souhait dominant, présent dans 37,96 % des cahiers, est de substituer au service personnel une contribution pécuniaire. Cette requête figure dans l’article 13 des Charges d’un bon citoyen de campagne. Toutefois, il ne s’agit pas là d’un simple mimétisme mais d’une revendication réelle qui part de la situation vécue dans chaque paroisse. Saint-Mars-la-Jaille demande simplement une généralisation du rachat. Le Pallet explicite davantage : « Il est défendu aux généraux, aux garçons et gens nouvellement mariés d’acheter leurs miliciens. Cela paraît mal entendu. Il n’est point de paroisse assujettie au tirage qui ne put se procurer un milicien en état de faire le service sans déranger ou même ruiner la maison où se trouve un cultivateur. » Le consensus concerne également l’assiette de l’impôt, dont on souhaite, comme pour les autres contributions en argent, qu’elle n’épargne ni la noblesse ni le clergé. À Montrelais, on remarque que « le service du soldat étant consacré à la sûreté publique, tous les individus y doivent contribuer ». Seules varient en fait les modalités de collecte, certains comptant sur les paroisses, d’autres sur les États provinciaux (Barbechat, Saint-Aignan-de-Grand-Lieu). Les propositions en faveur de régiments provinciaux rénovés n’exemptant personne sont rares mais existent néanmoins. Bouaye comme Monnières proposent ainsi la suppression de toutes les exemptions mais il s’agit d’un choix par défaut, au cas où l’abolition réclamée n’aurait pas lieu. En revanche, la paroisse de Saint-Lumine-de-Coutais remporte la palme du patriotisme en s’écriant : « Qu’on fasse plutôt une levée générale. » C’est bien la seule préfiguration des conscriptions révolutionnaires dans le comté de Nantes et certainement une des rares de Bretagne.

  • 89 En Auvergne, « certaines paroisses demandent la suppression pure et simple de la milice ; certaine (...)

50Les sentiments exprimés vis-à-vis de la milice apparaissent donc contrastés. Si le fait que les paroisses concernées en parlent ou non doit beaucoup à l’existence de cahiers modèles, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit rarement d’une préoccupation essentielle du monde rural, encore moins des villes. Les cahiers qui évoquent la milice s’en plaignent, réclament souvent sa suppression, mais les rédacteurs sont conscients que l’abolition nécessitera presque obligatoirement une compensation financière. Les doléances exprimées en Bretagne à propos de la milice possèdent bien des analogies avec celles d’autres provinces, les grands traits de l’institution étant identiques dans tout le royaume89.

Les raisons de l’impopularité de la milice

  • 90 Duc de Saint-Simon, Mémoires, Paris, Chéruel, 1865, t. 3, p. 212.
  • 91 Pierre-Augustin de Varennes évoque les « héros larmoyants » issus du tirage au sort. P.-A. de Vare (...)
  • 92 Collectif, Les aventures du citoyen Jean Conan de Guingamp/Avanturio ar citoien Jean Conan a Voeng (...)

51La difficulté de conclure définitivement sur les raisons de l’impopularité de la milice tient à la disparité chronologique des sources permettant d’appréhender l’état d’esprit des principaux intéressés. Si les cahiers de doléances constituent à cet égard une source exceptionnelle, on connaît plus les actions que les paroles dans les décennies précédentes. À la suite de Saint-Simon, la Cour attribua la réticence à l’encontre du service personnel aux souvenirs douloureux de la guerre de Succession d’Espagne90. Peu de jeunes gens revinrent, en effet, des armées d’Espagne et d’Italie, soit qu’ils y fussent morts, soit qu’ils eussent définitivement adopté l’état militaire. Le souvenir de ces jeunes hommes disparus après avoir tiré le billet noir hantait sans doute encore les villages en 1726 mais le service restreint des années 1730 contribua certainement à le dissiper. Bien que les démonstrations d’émotivité n’aient pas disparu91, la crainte voire la colère avaient succédé à l’effroi à la fin de l’Ancien Régime. Lorsqu’il se remémore le tirage au sort, le Guingampais Jean Conan s’exprime sans émotion et les déplacements accomplis en Haute-Bretagne dans le cadre des chasseurs provinciaux s’apparentent à d’aimables promenades92. Il est vrai qu’au regard de ses expériences révolutionnaires postérieures, la milice n’avait pas de quoi le traumatiser.

  • 93 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 118.

52Une autre explication réside dans le rejet d’un service militaire imposé et non choisi93. Les réticences psychologiques à quitter sa communauté pour un monde inconnu ne doivent effectivement pas être sous-estimées. Pour les Bas-Bretons, les difficultés de communication une fois leur bataillon sorti de Bretagne occidentale aggravaient le déracinement. Une anecdote survenue en 1759 témoigne de cette détresse, ici spirituelle. Cette année-là, Le Veyer, commandant du bataillon de Carhaix en garnison à Carentan, demande l’envoi d’un aumônier bretonnant

  • 94 ADIV, C 65, lettre à l’intendant, 29 avril 1759.

« attendu que n’y ayant à Carentan ny aux environs aucun prêtre bas breton, les soldats de ce bataillon se trouvent privés de touts secours spirituels, même à l’article de la mort ; comme c’est un inconvénient qui me paroit mériter beaucoup d’attention, tant pour prévenir les désertions qui ne sont déjà que trop fréquentes, que parce qu’il est en effet convenable de procurer à cette troupe les secours spirituels dont elle peut avoir besoin […]94 ».

  • 95 Ibidem, réponse à l’intendant, 8 mai 1759.
  • 96 A. Croix, op. cit., t. 2, p. 1242.

53Malgré ce vibrant plaidoyer, le duc de Crémilles demeura inflexible : « Vous sçavez que le Roy n’entretient point d’aumôniers à la suitte des bataillons de milice et il ne seroit pas proposable de tirer des prestres de chaque province où il y a un idiome particulier parmy le peuple pour accompagner les bataillons de milice quand la nécessité du service exige de les en faire sortir95. » Un tel exemple pouvait motiver certaines résistances de la part de Bas-Bretons très imprégnés de leurs devoirs religieux depuis les grandes missions du xviie siècle menées par le père Maunoir et son équipe96.

  • 97 Cl. Sturgill, La formation de la milice permanente en France 1726-1730, Vincennes, SHAT, 1975, p. (...)
  • 98 SHAT, Ya 487, décès dans les troupes de milice.
  • 99 Collectif, Les aventures…, op. cit., p. 51.
  • 100 A. de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, R. Laffont, 1986, p. 1029-1030.

54En outre, en temps de guerre, le danger restait important. Épidémies et endémies n’épargnaient pas plus la milice que les troupes réglées. En 1730, 168 hommes du bataillon de Redon restent hospitalisés à Gravelines et certains n’en reviennent pas97. De mai 1746 à décembre 1747, les sept bataillons bretons perdent 589 hommes dans les hôpitaux flamands98. La forte réticence à servir contre son gré persista au cours du siècle mais s’atténua dans la dernière décennie de l’Ancien Régime, la milice n’étant alors pratiquement plus assemblée. Elle n’en demeurait pas moins handicapante pour ceux désignés par le sort. Ils restaient à la merci du moindre conflit, de la moindre mobilisation et ne constituaient pas, de ce fait, un parti convenable pour les jeunes filles. Face à l’opposition déterminée des parents de sa tendre amie, Jean Conan décide de partir et c’est d’ailleurs à ce moment que débutent véritablement ses aventures99. Un autre sujet de mécontentement, évoqué par Tocqueville100 et très perceptible dans les cahiers de doléances, l’emportait dans les années 1780, suscité par le nombre élevé d’exemptions de plus en plus considérées comme injustes. Ce changement d’état d’esprit s’inscrivait dans le grand mouvement de remise en cause des privilèges.

Une opinion partagée à propos des autres charges militaires

55Une remarque s’impose de prime abord : les charges autres que la milice ne semblaient pas constituer une préoccupation majeure pour les Bretons. Les élites y accordaient moins d’attention, beaucoup de cahiers de doléances ne les mentionnent pas. Il serait toutefois prématuré de conclure à l’indifférence des populations à leur égard. En outre, plus encore que la milice, les autres contributions militaires variaient notablement d’un lieu à un autre tant elles étaient liées aux routes empruntées par les troupes et à la localisation des quartiers de séjour. Peut-on alors établir un lien entre lourdeur de la charge et récriminations voire propositions à son égard ? Distingue-t-on, par ailleurs, l’émergence d’un esprit civique ? C’est à ces questions que nous allons tenter d’apporter des éléments de réponse.

Un développement inégal de l’« esprit civique » chez les privilégiés

  • 101 Voir supra p. 45.
  • 102 ADIV, C 1082, rapport du commissaire des guerres Houvet, 20 novembre 1750. A. Babeau, op. cit., p. (...)

56À l’instar de la milice, les autres charges militaires motivaient la recherche d’exemptions. Le phénomène concernait essentiellement le logement personnel, les autorités limitant plus strictement les exemptions de casernement et de charrois. S’il existait un groupe a priori épargné par les contributions militaires, c’était bien le premier ordre. Toutefois, quoique son exemption de fait ne souffrît d’aucune contestation, les autorités s’adressèrent, à l’occasion puis de plus en plus fréquemment, aux ecclésiastiques, réguliers plus que séculiers. Les communautés religieuses présentaient un atout réel pour des administrateurs soucieux de caser des soldats : la possession de bâtiments spacieux, parfois en partie vacants. Ce n’est cependant qu’assez tard que les autorités envisagèrent et utilisèrent cette possibilité. La plupart des exemples concernent le règne de Louis XVI. L’explication tient très certainement dans l’évolution des mentalités des responsables de l’administration militaire qui, suivant en cela l’opinion publique, considérèrent progressivement comme peu utiles les ordres réguliers s’ils n’assumaient pas une part des charges communautaires. Cette conception utilitariste justifiait le recours aux locaux conventuels, devenus bien grands pour des communautés souvent restreintes. Les cloîtres étaient prisés, nous l’avons vu, pour effectuer le tirage au sort des régiments provinciaux101. On leur assigna également d’autres usages : hébergement de chevaux, comme ceux du ban et arrière-ban à Auray en 1746, et même de soldats, qui, à Rennes, y couchèrent sur de la paille en 1788102.

  • 103 ADLA, C 457, séance des États du 3 janvier 1785.
  • 104 G. Minois, op. cit., p. 564.
  • 105 AMB, 2S 5, 19 octobre 1787. À Morlaix, les soldats logent chez les Capucins et à la Retraite. À La (...)

57Dans les « cas de foule », caractérisés par un afflux considérable de soldats, il paraissait logique de demander davantage. Cela se produisit en 1784 dans l’évêché de Rennes et les États de Bretagne firent des « éloges au zèle des maisons religieuses qui se sont prêtées à alléger le fardeau du peuple dont on prend les maisons pour y caserner les troupes, et ont invité toutes les maisons religieuses à se prêter en pareil cas103 ». L’encouragement prodigué par la Province suggère des accords à l’amiable entre communautés régulières et commission intermédiaire. Il n’est pas certain, cependant, que les religieux pouvaient aisément refuser, craignant pour beaucoup la dissolution pure et simple de leur communauté. En effet, la commission des Réguliers, qui œuvra en Bretagne de 1769 à 1774, décida la fermeture de dix-huit monastères et couvents masculins aux effectifs et revenus insuffisants104. D’ailleurs, en 1787, le commissaire des guerres La Serre attribue systématiquement un contingent de soldats aux couvents de Morlaix, Saint-Pol-de-Léon, Roscoff et Landerneau, ces villes hébergeant trois régiments d’infanterie. À Saint-Pol, les Carmes accueillent la compagnie de grenadiers du régiment de Normandie et les Minimes une demi-compagnie de fusiliers de la même troupe105.

  • 106 ADCA, C 89, requête du 7 juillet 1788 et réponse du 15 juillet.

58Les religieux ne refusèrent jamais d’abriter des soldats mais s’y prêtèrent parfois de mauvaise grâce. Les Dominicains de Guingamp dénoncèrent « le bruit des armes et le ton peu réservé d’une soldatesque tumultueuse ». Dans la requête adressée à la commission, ils se plaignirent cependant beaucoup plus du non respect de leurs privilèges. Les commissaires ne les rassurèrent guère sur ce point, ne se cachant pas de vouloir faire contribuer régulièrement les communautés religieuses : « Vous partagez certainement le désir de concourir au bien du service et au soulagement des contribuables […] nous sommes persuadés […] qu’à ce double titre votre communauté se prêtera à continuer ce secours autant que les circonstances le permettront106. »

  • 107 ADIV, C 3831, p. 555-556, la commission au correspondant de Rennes, 14 décembre 1779.
  • 108 ADLA, C 538, requête pour obtenir le loyer des lits en question, 24 avril 1789.

59Les ecclésiastiques en vinrent de plus en plus couramment à livrer des lits aux casernes, en réponse aux sollicitations des municipalités. Dès 1779, l’évêque de Rennes avait procuré six couchettes pour l’usage des soldats107. Le chapitre de la cathédrale de Nantes fournit de même douze lits, « eu égard à la gêne qu’occasionnoit aux contribuables de cette ville le cazernement de deux régimens108 ».

  • 109 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, op. cit., p. 105, article 34.

60La bonne volonté des moines ne leur permit pourtant pas de remonter dans l’estime publique. Au contraire, l’utilisation de monastères à des fins de casernes encouragea certaines communautés à transformer l’exception en règle générale. Un article du cahier de doléances de Landerneau propose ainsi de convertir en casernes les couvents des Récollets et des Capucins, qui ont déjà servi temporairement à cet usage, et n’abritent plus que quelques pensionnaires109.

  • 110 En 1777. A. Dupuy, Études sur l’administration municipale en Bretagne au xviiie siècle, Paris, 189 (...)

61Comparée à l’attitude univoque du clergé, celle de la noblesse révélait contradictions et ambiguïtés. Le logement personnel était unanimement rejeté, bien qu’il n’eût lieu qu’en cas de foule et ne concernât que les officiers, également nobles. Même des nobles ne résidant pas opposaient une fin de non recevoir aux responsables municipaux ou paroissiaux, comme Messieurs du Poulpry et de Kervasdoué qui ne voulurent pas ouvrir leurs hôtels particuliers de Lesneven aux officiers de l’état-major du régiment de Cambrésis ; moyennant quoi, on occupa d’autorité leurs appartements110.

  • 111 Jean-François-René Huart, seigneur de La Bourbansais (1704-1780), conseiller au parlement de Renne (...)
  • 112 ADIV, C 6148, sans date (1779). Les passages soulignés ici le sont dans la lettre originale.
  • 113 Dans la même lettre, il demande à l’intendant des remèdes contre la dysenterie qui sévit à Pleugué (...)

62Une lettre d’un parlementaire rennais, M. de La Bourbansais111, illustre à merveille l’état d’esprit de ces gentilshommes aisés. En 1779, le syndic de Pleuguéneuc doit loger douze officiers des Volontaires de Nassau accompagnés de sept valets. Les modestes demeures villageoises ne correspondant guère au standard prévu par les ordonnances, il se permet de les envoyer au château de La Bourbansais dont le propriétaire réside alors à Rennes. Terrible affront pour le seigneur local ! S’adressant à l’intendant, le parlementaire demande une punition contre le syndic : « que l’on sache, dans tout le canton, que je n’ai pas été offensé impunément par un manant de cette espèce ». Ses plaintes auprès de l’autorité militaire lui valent une réponse désinvolte sinon narquoise du marquis de Langeron, qui achève de l’exaspérer : « Vous voyés […] que dans le stile de M. de Langeron, mes justes plaintes sont un papier dans lequel on ne voit autre chose que la consolante anecdote, que MM. les officiers de Nassau ont été logés et qu’à cela il n’y a rien à dire, qu’un certificat de bien vivre réparera tout, et qu’enfin ma maison est un village112. » La morgue aristocratique s’accompagne ici d’un attachement viscéral aux privilèges nobiliaires. Le sieur de La Bourbansais dénie en outre tout pouvoir au syndic roturier et paysan, évoquant « l’insolence d’un paysan, soi-disant sindic, qui n’a jamais pu, dans aucun cas, être autorisé à disposer de ma maison comme de celle d’un de ses pareils. » Les autorités militaires ne partageaient pas ce point de vue, voyant d’abord dans le syndic un administrateur local, certes modeste, mais bien utile. Le service de l’État passait assurément avant un quelconque esprit d’ordre : le comte de Goyon ne prend pas la peine de répondre à l’offensé, le marquis de Langeron semble s’en amuser et l’intendant n’agit guère. Le caractère exemplaire de l’affaire tient à ce que Huart de La Bourbansais n’était pas un noble passéiste et borné. Imprégné de la philosophie des Lumières, comme ses confrères du parlement, il se préoccupait même des paysans et plaignait leurs malheurs113.

  • 114 ADIV, C 3831, p. 553-554, séance du 14 décembre 1779.
  • 115 A. Dupuy, op. cit., p. 220.

63En ce qui concerne le casernement, les attitudes de la noblesse apparaissent sensiblement différentes. Les refus existaient mais demeuraient l’exception. En plusieurs occasions, les nobles contribuèrent financièrement aux frais du casernement. L’initiative n’était jamais isolée mais concernait au contraire l’ensemble de l’ordre d’une ville, hormis les plus humbles, bien entendu. En 1779, c’est l’ensemble du présidial de Rennes qui livre vingt-cinq lits aux casernes de la ville114. En 1788, les gentilshommes de Rennes fournissent tout le nécessaire pour caserner 200 dragons pendant l’hiver115. Les autres exemples datent aussi des années 1770 et 1780 et influencèrent sans conteste certains corps et les privilégiés du tiers état.

64Ces gestes dénotent sans conteste un nouvel état d’esprit chez une partie au moins de la noblesse. La volonté de servir le roi et l’intérêt commun semble indéniable mais les aristocrates ne manquaient jamais de le faire savoir. Parler de propagande serait anachronique mais on se rapproche d’un néo-évergétisme qui permet à la noblesse d’insister sur son utilité sociale et son désintéressement. À la lueur de cette conception s’expliquent mieux les fréquents refus du logement personnel, pas forcément contradictoires avec une contribution volontaire pour les casernes. En effet, la noblesse n’acceptait pas la remise en cause, même temporaire, de ses privilèges, mais consentait parfois à servir l’intérêt public financièrement, à condition que le geste vînt d’elle et que tous en prissent connaissance. En somme, l’hostilité aux réquisitions n’empêchait nullement des dons qui mêlaient prémices d’esprit civique et anciennes conceptions de don et de charité. Ajoutons que la très forte réticence envers le logement effectif était à l’unisson de celle constatée dans toutes les catégories sociales.

Les gestes du refus populaire

  • 116 AMN, EE 90, procédure, 12-13 novembre 1717.

65Les non exempts développèrent des formes de résistance. Encore convient-il de dissocier nettement logement personnel et charrois. Force est de constater la rareté des refus de logement ou de fourniture aux casernes. Les quelques exemples connus concernent exclusivement des bourgeois à l’abri du besoin sinon aisés. À Nantes, l’huissier de l’Amirauté Vion placarde sur sa porte de prétendus privilèges et refuse ensuite d’ouvrir sa porte au maréchal des logis qui se présente pour loger116. Ces récalcitrants, pour la plupart instruits et souvent pétris de culture juridique, tentaient ainsi d’influencer les autorités et de les placer devant le fait accompli, sans succès apparemment. Les habitants socialement plus modestes ne se risquaient guère à de telles extrémités. Le peu de résistance constatée suggère aussi que, bien qu’incontestablement gênant, le logement effectif ne constituait pas une charge justifiant toutes les audaces pour y échapper.

  • 117 ADIV, C 922, 10 octobre 1787, imprimé.

66Les formes de résistance constatées en ce qui concerne les fournitures d’attelages rappellent beaucoup celles observées à propos de la milice provinciale. Le système reposant sur les listes dressées au sein des paroisses, le peu d’empressement à remplir cette obligation retardait les réquisitions, jusqu’à ce que l’intendant sermonnât les fautifs. Bertrand de Molleville rendit à cet effet une ordonnance en 1787, dénonçant notamment les manquements des marguilliers de la paroisse de Quimerc’h et des métiers de Muzillac117. L’absence de rédaction de rôle traduisait la plupart du temps une volonté collective de résistance. Il était cependant difficile de maintenir un front uni face aux exigences de l’administration.

  • 118 AMN, EE 129, procès-verbal et compte rendu des deux archers de ville, 17 mai 1730.
  • 119 ADIV, C 922, « Refus des habitans de Mézangé de fournir des voitures et chevaux », dossier avec or (...)

67La résistance prenait dès lors une forme individuelle. On ne peut toutefois exclure, dans certains cas, une concertation dans le refus. Les tribulations des fabriciens de Vertou en 1730 constituent un exemple extrême, certes, mais caractéristique. La mairie de Nantes leur a demandé d’envoyer à l’hôtel de ville quatre charrettes pour le 15 mai. Or, les responsables de la paroisse ne parviennent pas à en trouver : les métayers sont étrangement absents et leurs épouses se déclarent incompétentes, un bœuf est estropié, une charrette cassée, une autre absolument indispensable au seigneur local… Quant aux autres, ils refusent de servir, prétextant que ce n’est pas leur tour ! L’intervention de deux archers de ville entraîne miraculeusement la guérison du bœuf malade et la réapparition de plusieurs paysans avec leur attelage. Ils n’acceptent cependant d’obéir que sous la menace de prison brandie par un archer. Finalement, les quatre charrettes se rangeront devant l’hôtel de ville le 16 mai avec plus de vingt-quatre heures de retard118. Plus de cinquante ans plus tard, la résistance n’a guère faibli, six paysans de Mésanger réquisitionnés pour fournir quatre charrettes refusant de s’exécuter119.

68En fin de compte, il apparaît qu’il valait la peine de refuser les charrois mais pas le logement personnel. L’étude de l’opinion publique à la fin de l’Ancien Régime doit permettre d’éclairer les sentiments populaires à l’encontre de ces deux charges.

Des charges militaires matérielles peu évoquées dans les cahiers de doléances

  • 120 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, op. cit., p. 190.

69Bien que le cahier modèle distribué dans la sénéchaussée de Lesneven n’évoque pas les charges militaires, 30,3 % des paroisses y font référence. La plupart (24,24 % du total) développent des remarques et requêtes à propos des attelages fournis aux troupes. En revanche, le logement personnel et le casernement les inspirèrent moins. La raison en est simple : la plupart des paroisses rurales ne logeaient pas les soldats de passage ni ne fournissaient les casernes. Quant aux impôts à finalité militaire, ils sont presque oubliés. Deux cahiers évoquent celui du casernement, un seul celui de la milice. Dans 60 % des cas, un article est consacré dans son intégralité aux charges militaires, signe d’une évidente spécificité comme d’une certaine importance. Par contre, 30 % des cahiers considérés ne jugent pas utiles de réserver un article entier à ces questions. Le plus souvent, les charrois au bénéfice des troupes, voire le logement effectif, font l’objet d’une même doléance que la corvée. Comme d’autres paroisses, Saint-Sauveur demande de « convertir les corvées des grands chemins et le transport des bagages des troupes qui ne se font que par les cultivateurs120 ».

70Dans les sénéchaussées de Nantes et de Guérande, 31,79 % des cahiers évoquent d’autres charges militaires que la milice. La proportion est étonnamment proche de celle de la sénéchaussée de Lesneven mais, ici, les cahiers modèles contribuent à ce résultat. En effet, A Messieurs les généraux de paroisses et Les charges d’un bon citoyen de campagne incluent les impôts du casernement et de la milice dans un article revendiquant l’égalité fiscale entre les trois ordres. Une vingtaine de paroisses recopièrent l’article en question ou s’en inspirèrent nettement, n’évoquant pas les autres problèmes militaires pour la plupart.

71Ce silence dénote une sensibilité moindre à ces questions que dans la sénéchaussée de Lesneven. Une étude plus poussée le confirme. À peine 16 % des cahiers font référence aux charrois militaires et moins de 13 % au logement chez l’habitant ou au casernement. Les affaires militaires ne font même l’objet d’un article spécifique que dans moins de la moitié des cas, les contributions fiscales étant souvent traitées toutes ensemble. Dès lors, que moins de 6 % de la longueur des cahiers soient consacrés aux charges militaires n’étonne pas outre mesure. En sénéchaussée de Lesneven, les contrastes sont plus saisissants. La moyenne, élevée, de 13,28 % recouvre de très fortes disparités. Plus de la moitié des cahiers consacrent en fait moins de 10 % de leur longueur aux charges militaires. C’est le cas, en particulier, des villes de Landerneau, Lesneven, Saint-Pol-de-Léon et Roscoff, dont les cahiers sont, certes, beaucoup plus longs et variés que ceux des paroisses rurales. En revanche, quatre paroisses consacrent 20 % ou davantage de leurs doléances aux questions militaires. À Beuzit ou à La Forêt, c’est même presque la moitié du court cahier ! En fait, dans plusieurs villages, le seul passage original, non recopié dans le cahier modèle, concerne justement les charges militaires. C’est le signe d’une préoccupation certaine. En sénéchaussée de Nantes, les cahiers les plus diserts sur les transports militaires, comme ceux du Bignon, de Jans, de Treillières, détaillent la situation exacte de la paroisse à cet égard, ce qui relève d’un phénomène identique.

Des charrois astreignants, longs et mal rémunérés

  • 121 Exemples de La Roche, La Martyre, Pont-Christ.

72Volontiers détaillées, les charges militaires ne sont jamais qualifiées par un adjectif ou substantif apposé. Mieux vaut par conséquent uniquement s’attacher aux explications données. Dans les trois circonscriptions considérées, les paroisses accordant une place significative aux charges militaires, et particulièrement aux charrois, s’inscrivent pleinement dans la géographie des passages et des séjours. En sénéchaussée de Lesneven, elles se répartissent grossièrement en trois ensembles distincts. Le premier s’étend aux alentours de Landerneau et comprend Beuzit, La Forêt, Sizun, Plouédern, Pencran et Ploudiry. Les quatre premières paroisses sont parmi celles qui consacrent le plus de place à cette question. Il n’y a guère lieu de s’en étonner, Landerneau étant le premier (ou dernier) lieu d’étape sur la route de Brest. Les villages en question étaient donc fortement sollicités. Un deuxième ensemble se dessine autour de Morlaix, avec Taulé, Locquénolé et Sainte-Sève. Morlaix se trouvant dans une situation presque identique à celle de Landerneau, quoique plus éloignée de Brest, les doléances sur les charrois n’ont pas lieu de surprendre. Le troisième ensemble s’articule autour de Lesneven qui ne constituait pas un lieu d’étape habituel entre Brest et Morlaix, mais la route y passant et continuant vers Saint-Pol-de-Léon fournissait à l’occasion un itinéraire de rechange. En outre, des troupes séjournaient fréquemment dans la cité. Ces passages mobilisaient inévitablement chevaux et charrettes. Une objection surgit cependant. Pour s’en tenir à l’exemple des environs de Landerneau, certaines paroisses, pourtant redevables des charrois militaires, ne les évoquent pas dans leurs doléances121. C’est que la gêne occasionnée ne venait pas seulement du matériel et des animaux effectivement fournis mais aussi des déplacements. Les habitants de Ploudiry, Plouédern et Sizun se plaignent surtout de devoir se rendre à Landerneau pour charger bagages ou malades alors que ceux des paroisses plus proches n’émettent pas de telles critiques.

  • 122 Voir supra p. 214-215.

73Un phénomène presque identique se remarque en sénéchaussée de Nantes. La plupart des paroisses qui s’épanchent sur les charrois militaires y contribuent activement et se situent le long des routes empruntées par les troupes. Le Bignon fournit des attelages sur l’itinéraire Nantes-Montaigu, La Chapelle-sur-Erdre, Jans, Marsac, Treillières et Puceul sur celui de Nantes à Rennes alors que Couffé et Oudon jouxtent plus ou moins Ancenis, lieu d’étape obligé entre Nantes et l’Anjou. D’autres paroisses tout aussi proches ne contribuent pas, ou peu, ce qui motive d’ailleurs les doléances concertées des villages voisins de Jans et Marsac. Néanmoins, il est bien difficile d’établir une corrélation entre l’importance des fournitures de chevaux et attelages et celle des doléances à ce sujet. Des paroisses particulièrement chargées – dans les années 1750 – n’en soufflent mot, comme Carquefou et Pont-Saint-Martin122. En revanche, les paroisses assez éloignées de Nantes, comme Le Bignon, Haute-Goulaine et Treillières évoquent les charrois militaires, d’autant plus durement ressentis par les conducteurs que le point de rassemblement se situe dans la cité ligérienne. La contribution réelle et celle ressentie ne s’accordaient donc pas toujours et plusieurs paramètres intervenaient lors de la rédaction des cahiers.

  • 123 M. Le Méné et M.-H. Santrot (dir.), Cahiers des plaintes…, op. cit., t. 1, p. 303.

74Pour les trois sénéchaussées étudiées, trois reproches principaux au sujet des transports militaires émergent de l’ensemble des doléances. Le plus répandu porte sur l’insuffisance de la compensation financière accordée par les États, eu égard au temps passé et aux pertes parfois éprouvées. Non seulement le montant acquitté était faible mais le paiement traînait dans des proportions déraisonnables. Au Bignon, les délibérations du 8 décembre 1788 remarquent que des charrois effectués au mois de mars n’ont toujours pas été payés et « qu’on ne paye quelquefois qu’après plus d’un an les charrois des pauvres métayers123 ». D’autre part, les paysans dénoncent le chargement excessif des voitures et les détériorations qui s’ensuivent. Ajoutons, pour certaines paroisses éloignées du lieu de chargement, la longueur des déplacements. Quatre cahiers dénoncent également les brutalités de la troupe envers les animaux, jugés trop lents ou pas assez chargés, mais aussi à l’encontre des conducteurs qui s’interposent.

75Particulièrement disert, le cahier de Taulé et de ses trèves récapitule l’ensemble de ces inconvénients, tout en affectant de les considérer comme révolus en employant l’imparfait. Le passage mérite citation :

  • 124 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, op. cit., p. 206.

« Ce service exigeait la plus grande célérité, il fallait tout abandonner pour s’y rendre, et cet abandon se faisait toujours au détriment de l’agriculture qui demande les soins les plus exacts et les plus suivis. Mais ce qui accablait le plus les assujettis à ce service, c’est l’oppression où ils se trouvaient de la part de la troupe qui, non contente de les surcharger en route de beaucoup d’effets qu’elle n’osait pas charger en ville au delà du taux fixé de 1 500 livres pesant par voiture, maltraitait encore les conducteurs chemin faisant, forçait leur marche indiscrètement et les ont [sic] souvent mis dans la nécessité d’écraser leurs chevaux et de briser leurs voitures, d’où résultaient des pertes considérables pour des gens peu aisés124. »

76On ne retrouve cependant pas en sénéchaussée de Lesneven les récriminations, fréquentes dans celle de Nantes, contre les exemptions bénéficiant à certaines paroisses et donc contre la répartition géographique de la charge. On note aussi une plus grande sensibilité à la détérioration des voitures en Basse-Bretagne mais, dans l’ensemble, les reproches sont analogues. On les retrouverait probablement dans toutes les régions de France traversées par les troupes.

  • 125 Ibidem.

77Les paroisses ne se contentèrent pas de se plaindre mais formulèrent aussi assez souvent des souhaits. Deux requêtes principales, incompatibles entre elles, émergent de notre ensemble documentaire. 43,75 % des paroisses de la sénéchaussée de Lesneven se prononcent pour la suppression pure et simple des charrois militaires. Dans quatre cas, on propose de remplacer la fourniture en nature par une imposition prélevée sur les trois ordres. C’est d’ailleurs la revendication principale dans le comté nantais alors que l’abolition est rarement réclamée explicitement. L’idée d’une participation de tous les ordres aux dépenses ne laisse pas d’être quelque peu ambiguë car on ignore au juste si la préférence va à une contribution en nature ou en argent. Le système de l’adjudication est plusieurs fois proposé, comme à Taulé : « L’adjudicataire se mettrait en état de remplir ses engagements, le service de l’État se ferait exactement et sans gêne, et chacun se trouverait à sa place125. » Au contraire, 31,25 % des paroisses de la sénéchaussée de Lesneven se contentent de demander une augmentation de l’indemnité versée aux conducteurs et un paiement prompt, « sur le champ », écrit-on même à Guicquelleau. Revendication modeste, timorée même, mais réaliste.

  • 126 A. Lesort et H. Sée (dir.), Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les États Génér (...)

78Le thème de la réduction des distances est également important, surtout dans le pays nantais. Suivant les paroisses, on réclame une limitation à deux lieues (Sautron, Saint-Étienne-de-Montluc), trois lieues (Orvault), ou quatre lieues (Plouédern, Le Bignon, Haute-Goulaine). En Basse-Bretagne, la paroisse de Plougonver demande de ne plus effectuer les charrois de Belle-Isle-en-Terre à Morlaix mais de la première localité à Guingamp, modification qui aurait l’avantage de réduire la distance parcourue de près de moitié126.

  • 127 Cahiers des plaintes et doléances…, op. cit., t. 1, p. 303 (article 8) ; t. 2, p. 672 (article 7).

79Le Bignon et Haute-Goulaine émettent par ailleurs une proposition originale, à savoir alléger les charges fiscales pesant sur les paroisses sujettes aux fournitures d’attelages127. Enfin, on note une sensibilité exacerbée au sujet des exemptions de fait dont bénéficient beaucoup de villages proches, si bien que les cahiers les citent nommément afin que les autorités les fassent contribuer. L’absence de ce type de revendication en sénéchaussée de Lesneven indique peut-être des inégalités moins flagrantes et moins durement ressenties.

Le logement personnel et le casernement : des charges critiquées

  • 128 A. Navereau, Le logement et les ustensiles des gens de guerre de 1493 à 1789, Poitiers, 1924, p. 1 (...)

80Les cahiers des paroisses formulent peu de reproches à l’encontre du logement personnel ou de la fourniture des casernes. A. Navereau remarque en Bretagne quelques plaintes manifestes contre le logement effectif, à Rennes et Guingamp notamment128. Cependant, il s’agit bien là d’exceptions, pour une raison bien simple : les urbains les plus aisés, inspirateurs et rédacteurs des cahiers, bénéficiaient en général d’exemptions. Les plaintes doivent plutôt être recherchées au sein des cahiers de certains métiers.

  • 129 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, op. cit., p. 88.

81À Landerneau, les boulangers, les fourniers et les menuisiers se plaignent d’accueillir des soldats. Les plus notables bourgeois relaient assez mal leurs plaintes. Ils réclament des casernes permanentes pour soulager l’habitant d’ » un fardeau très onéreux » mais aussi, raison non avouée, pour alléger la gestion municipale. Les populations qui s’expriment sur le sujet déplorent pêle-mêle la fréquence du logement, la lourdeur des exemptions et l’insuffisance de l’indemnité versée pour la fourniture des lits aux casernes. Le cahier des boulangers de Landerneau exprime bien la voix du petit peuple des villes : « Quand Sa Majesté fait passer des troupes en cette ville, on les envoie chez des personnes qui sont obligées de coucher sur la dure pour leur céder leur lit, n’(en) ayant qu’un, et cela contre des gens qui sont plus qu’en suffisance d’en loger et qui souvent n’en ont point du tout ; outre cela le menu peuple est obligé aux casernes, eux qui n’en ont pas pour leur suffisance, et pour tout salaire de ce fournissement, n’ont quelquefois pas six deniers par jour129. »

  • 130 Ibidem, p. 140.

82Par ailleurs, seule la paroisse de Beuzit se plaint du comportement dangereux des soldats, marquée, dit-elle, par la mort de deux paroissiens à la suite de mauvais traitements lors de la guerre d’Amérique130. On souligne aussi que les « cultivateurs […] ne sont plus maîtres chez eux », inconvénient certainement éprouvé par beaucoup d’hôtes mais finalement rarement exprimé. Dans les sénéchaussées de Nantes et de Guérande, on se contente de dénoncer les exemptions. Par contre, les propositions formulées y sont plus nombreuses, signe de l’influence des milieux éclairés de Nantes et Rennes voire d’une plus grande maturité politique.

  • 131 Cahiers des plaintes et doléances…, op. cit., t. 2, p. 514.
  • 132 Moi, Caude Bordeaux… Journal d’un bourgeois de Rennes au xviie siècle, présenté par B. Isbled, Ren (...)
  • 133 « Journal d’un bourgeois de Dinan 1637-1690 », présenté par P. Aubry, MSECDN, 1897, t. 35, p. 28-2 (...)

83Trente cahiers des sénéchaussées de Nantes et Guérande réclament explicitement l’abolition du logement personnel et, pour la plupart, son remplacement par une imposition acquittée par les trois ordres. Fréquemment, le passage englobe aussi les fournitures aux casernes. Les exemptions font l’objet d’une condamnation sans appel et de nombreux cahiers souhaitent une contribution de tous, sans trancher sur sa nature exacte. Les officiers et gens de loi de Clisson demandent ainsi : « L’assujettissement de la noblesse et du clergé au logement des gens de guerre et à la fourniture aux casernes, par la raison que la sûreté de l’État est un bien commun à tous les ordres131. » Quelques villes bretonnes, parmi lesquelles Rennes, Guingamp, Landerneau, réclament des casernes permanentes mais beaucoup d’autres restent coites sur le sujet alors que les élites urbaines ne doutent pas des bienfaits du système. La crainte de ne pouvoir assumer les dépenses afférentes explique probablement les réticences observées. D’autres sources témoignent de l’opinion de la bourgeoisie aisée. En effet, livres de raisons et autres journaux bourgeois évoquent incidemment le logement des gens de guerre mais la sécheresse stylistique inhérente au genre dévoile difficilement l’opinion de l’auteur. À Rennes, les continuateurs de Claude Bordeaux ne parlent du logement des soldats qu’en 1676, dans le contexte très particulier de la répression de la révolte de 1675. Pierre Duchemin écrit : « Le jour de la Chandeleur, 2 février, on a fait un délogement ou plutôt un désolement général, ce qui a encore beaucoup coûté aux habitants et avons eu deux soldats de la colonelle des Dauphins132. » Cette servitude militaire, même si elle est l’occasion de plaindre la communauté d’habitants en général, n’est jamais évoquée que quand elle concerne le narrateur. À Dinan, Julien Chertier note ainsi en 1689 et 1690 la présence en garnison de gentilshommes de l’arrière-ban et de miliciens, sans d’ailleurs donner un quelconque avis sur le sujet133.

  • 134 « Journal d’un habitant de Quintin au dix-huitième siècle », présenté par R. Chassin de Guerny, SE (...)

84En fin de compte, c’est un bourgeois de Quintin, Chassin de La Villechevalier, qui s’avère le plus disert. De 1778 à 1789, il précise tous les séjours des troupes, leur date d’arrivée et de départ ainsi que leur composition. C’est le signe non seulement d’un intérêt personnel pour la question mais également que la présence des militaires rompait le quotidien monotone de la bourgeoisie de cette petite ville. La platitude du propos ne laisse transparaître aucun sentiment mais deux annotations témoignent pour le moins de relations courtoises avec les officiers hébergés. Chassin donne des précisions sur ses hôtes, qui ne peuvent provenir que d’une conversation que l’on imagine fort civile : « Nous logions M. O’Connor, capitaine volontaire » ; « Nous logions M. de la Blache, de l’Anguedoc [sic], premier lieutenant. » Il précise même à propos du corps du premier nommé : « Un bataillon du régiment de Walsh Serrand, qu’on nomme Ouelche avec 35 officiers. » Ce bourgeois semble accueillir de bonne grâce des officiers courtois avec qui il s’entretient de façon fort civile. Il ne s’agit pas ici de l’intrusion de soudards brutaux et anonymes mais d’hommes du monde à l’identité précise. On sent même presque poindre de la fierté quand Chassin ajoute au sujet du régiment irlandais de Walsh : « Quand le colonel venoit à Quintin, il couchois [sic] chez nous134. » Il serait certes abusif de généraliser à partir d’un simple témoignage. Celui-ci a toutefois le mérite de montrer que des bourgeois aisés pouvaient s’accommoder du logement effectif, qui les mettait en contact avec des officiers d’un niveau social équivalent sinon supérieur.

Le choix d’une fiscalité militaire équitable

  • 135 Paroisse de Grand-Auverné. Cahiers des plaintes et doléances…, op. cit., t. 2, p. 630.

85Les doléances à l’égard des impôts de la milice et du casernement ne présentent guère d’originalité. Rarement évoqués seuls, ils sont le plus souvent confondus avec d’autres impositions. En recopiant plus ou moins les cahiers modèles parvenus à leur connaissance, les paroissiens ne se plaignent pas de leur lourdeur mais des exemptions : « [Nous nous plaignons] de l’injustice des impôts particuliers à notre ordre, ce qui nous fait payer seuls les fouages ordinaires et extraordinaires, le casernement, les milices, les francs-fiefs135. » Les contributions militaires en argent sont donc traitées uniquement sous l’angle de l’injustice fiscale et des privilèges du clergé et de la noblesse, sans que les rédacteurs daignent s’attacher à leur spécificité. Cela confirme les remarques déjà formulées à ce sujet. Ces impôts n’étaient pas particulièrement lourds ni plus mal considérés que les autres. La majeure partie de la population en acceptait le principe, consciente de la nécessité de contribuer à l’entretien de l’armée.

  • 136 Y. Le Gall, « Patriotisme et provincialisme en Bretagne, 1788-1789 », ABPO, 1989, n° 4, p. 381-431

86En un sens, ces doléances confirment la défaite idéologique de la noblesse qui, par la voix des États, ne cessa tout au long de siècle de dénoncer l’injustice de ces impôts et même leur caractère illégal et contraire aux libertés bretonnes. Alors que la plupart des paroisses font fi des privilèges provinciaux136, il apparaît logique qu’elles ne se reconnaissent pas dans cette argumentation. Par ailleurs, il eût été paradoxal de se plaindre du poids de ces impôts alors qu’on réclamait de nouvelles contributions pécuniaires se substituant au service personnel, pour la milice, les charrois ou les fournitures aux casernes. Les Bretons, à l’instar des autres Français, acceptaient donc de participer à la défense du royaume, à deux conditions : que cela se fît en payant plutôt qu’en servant, et que personne ne fût exempt.

Conclusion

  • 137 De nombreuses personnes vivaient encore fréquemment dans la même pièce à cette époque mais du moin (...)

87L’opinion publique bretonne, du moins telle que nous avons pu la saisir à travers les sources disponibles, ne faisait preuve d’aucune originalité. Elle ne contestait pas l’existence d’obligations militaires mais plutôt leur caractère aléatoire et de plus en plus ressenti comme inique. Les inconvénients matériels incontestables attiraient également des critiques. Alors que s’affirmait l’intimité familiale et conjugale, l’irruption d’étrangers dans la maisonnée devenait une intrusion difficilement supportable137. Le service personnel, dans le cadre de la milice royale, suscitait le rejet mais ne constituait pas une préoccupation majeure, peut-être parce qu’il concernait finalement peu de monde. La suppression de l’institution ne fut jamais une revendication majeure des cahiers de doléances où l’emportaient des contraintes nettement plus honnies, comme les droits seigneuriaux. L’opinion traduit même la victoire de l’administration puisque le principe d’une contribution – de préférence pécuniaire – aux charges militaires semble faire l’objet d’un quasi-consensus à la fin de l’Ancien Régime. L’habitude du service a entraîné l’acceptation de son principe, à défaut de ses modalités.

88La militarisation relative de la Bretagne à partir de la guerre de Succession d’Autriche, marquée par la présence d’effectifs plus importants, l’établissement plus fréquents de camps estivaux, et, conséquemment, l’accroissement des charges matérielles alors que, à l’opposé, s’allégeaient les fournitures en hommes, ne fut certainement pas étrangère à l’évolution des mentalités. Il semble bien néanmoins, autant que l’on puisse en juger à travers des études assez localisées et fragmentaires, que même les provinces peu en contact avec l’institution militaire n’évoluèrent guère différemment.

89La vision de l’armée par les Bretons du xviiie siècle n’était toutefois pas réductible au sentiment public à l’encontre des charges militaires. L’attitude des soldats comme les profits engendrés dans les localités de passage et de séjour jouaient également un rôle incontestable.

Notes

1 M. Le Mené et M.-H. Santrot (dir.), Cahiers des plaintes et doléances de la Loire-Atlantique, Nantes, Conseil général de Loire-Atlantique, t. 1, p. 365, article 2.

2 Alain Croix a parmi les premiers, utilisé les chants de Basse-Bretagne pour sonder les mentalités religieuses. En outre, certains chants correspondent à des événements historiques identifiés avec précision. A. Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, t. 2, p. 926-932. M. Nassiet, « La littérature orale bretonne et l’histoire », ABPO, 1999, n° 3, p. 35-64.

3 A. Corvisier, L’armée française de la fin du xviie siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, PUF, 1964, t. 1, p. 113. J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris, Le Seuil, 2002, p. 387.

4 ADIV, C 1137, dossier, juin 1758.

5 ADLA, C 249, de Brou à Mellier, 28 avril 1726.

6 Y. Danard et A. Gautier, « La milice de l’Ancien Régime en Bretagne », RHA, n° 4, 1996, p. 121.

7 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, t. 2, De la Renaisance à 1789, Paris, PUF, 1988, p. 296-299.

8 ADIV, C 11, lettre de l’intendant, 8 mai 1785.

9 A. Favé, « La milice et les garnisons du pays de Carhaix sous Louis XIV », BSAF, 1898, t. 25, p. 400.

10 ADIV, C 881, sans date (probablement 1726).

11 ADIV, C 1140, sans date.

12 Ibidem, lettre à Petiet, 4 avril 1776.

13 En 1700. A. Favé, op. cit., p. 402.

14 ADLA, C 244, ordonnance pour la levée de 1711, 11 février.

15 ADIV, C 99 et C 2459, ordonnance de Pontcarré de Viarmes, 10 septembre 1735.

16 En 1757. ADF, C 45.

17 Y.-M. Bercé, « Nostalgie et mutilations : psychoses de la conscription », dans F. Lebrun et R. Dupuy (dir.), Les résistances à la Révolution, Paris, Imago, 1987, p. 171-179.

18 ADF, C 45, ordonnance imprimée, 21 mars 1780.

19 ADLA, C 248, lettre de Feydeau de Brou, 13 avril 1719.

20 ADLA, C 244, 31 mars 1711.

21 ADLA, C 251, procès-verbal du 12 avril 1769.

22 ADLA, C 248.

23 ADIV, C 1144, ordonnance du 25 octobre 1735.

24 A. de Goué, Les charges et obligations militaires de la Bretagne depuis la fin du xvie siècle jusqu’en 1789, Paris, A. Rousseau, 1906, p. 50.

25 A. Corvisier, « Quelques réflexions sur les relations entre armée et marine sous l’Ancien Régime », État, marine et société. Hommage à Jean Meyer, Paris-Sorbonne, 1995, p. 131.

26 ADLA, C 244, 21 février 1711.

27 ADLA, C 249, 7 mai 1726.

28 ADF, 1E 1205, requête des responsables paroissiaux et ordonnance, 23 mai 1689.

29 ADLA, C 245, apostille à la supplique de Landrain.

30 ADLA, C 248, lettre du 6 avril 1719.

31 ADLA, C 245, procès-verbal.

32 ADLA, C 251.

33 En 1727, une échauffourée lors de l’arrestation d’un fugitif provoque un mort à Saint-Georges-de-Reintembault. ADIV, C 17, de Brou à Le Blanc, 18 juin 1727.

34 M. Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Picard, 1968, p. 378.

35 ADLA, C 244, imprimé signé par l’intendant Ferrand, 26 février 1711.

36 ADLA, C 248, lettre à Feydeau de Brou, 10 avril 1719.

37 A. Favé, op. cit., p. 407.

38 ADLA, C 245, dossier, avec correspondance Ferrand-Mellier, mars et avril 1711.

39 C’est l’épouse de Claude de Cornulier de Boismaqueau (1666-1740), alors président de la Chambre des comptes. R. Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, Mayenne, 1978, t. 5, p. 295.

40 ADLA, C 248, procès-verbal du 13 juillet 1719.

41 ADIV, C 1140, sans date.

42 On dispose pour cette période du recueil de toute la correspondance envoyée par l’intendance. ADIV, C 11. Une partie des expéditions de 1775 et 1776 est également disponible. ADIV, C 10.

43 ADIV, C 136, ordonnance imprimée de Bertrand de Molleville, 18 mai 1785.

44 S. Perréon, « Les Bretons et la milice provinciale 1689-1789 : entre résistance et acceptation », Europe et défense. Actes du colloque Histoire militaire et défense atlantique tenu à Nantes le 2 avril 1999, Nantes, 2000, p. 70-71.

45 ADLA, C 251, 16 mars 1775.

46 P. Laporte, La milice d’Auvergne, Clermont-Ferrand, G. de Bussac, 1956, p. 97.

47 ADIV, C 1140, lettre à l’intendant, 27 mars 1776.

48 ADIV, C 99.

49 SHAT, A1 905, 12 juin 1689.

50 « (Hé qui sont les païsans sur lesquels un Recteur puisse compter ? Ne sont-ils pas tous dévoués à la Noblesse, soit par crainte des coups de bâtons, soit par l’amour de l’yvrognerie, soit par crainte de la milice, ou des procès ?) » « Journal d’un curé de campagne au xviiie siècle », présenté par P. Lemarchand, MSECDN, 1960, t. 88, p. 77-78.

51 ADLA, C 244, ordonnance imprimée du 11 février.

52 ADIV, C 2607, ordonnance de Ferrand, 18 mars 1712.

53 ADIV, C 2606, ordonnance du 6 avril 1711.

54 ADLA, C 249, liste des exempts avec instructions complémentaires de l’intendance, 9 avril 1726.

55 ADIV, C 11, lettre de l’intendance à Cottin, 22 mai 1786.

56 ADIV, C 10, lettre de l’intendance au subdélégué de Corlay et au comte, 7 avril 1776.

57 A. Furetière, Le dictionnaire universel, Paris, SNL-Le Robert, rééd. 1978, t. 2, article « milice ».

58 SHAT, A1 902, lettre à Louvois, 1er janvier 1689.

59 AN, G7 177, 25 août 1694, lettre de M. de La Faluère.

60 ADLA, C 248, lettre à de Brou, 19 mars 1719.

61 AN, H1 352, mémoire sur l’imposition pour la milice.

62 AN, H1 334, mémoire sur les levées de milice, 1756.

63 Ibidem.

64 ADLA, C 244, lettre à Mellier, 12 mars 1711.

65 ADLA, C 248, état des vagabonds retenus pour la milice à Nantes, avril 1719, et lettre de Mellier à de Brou, 7 mai.

66 ADIV, C 1137, 26 avril 1727.

67 ADF, C 45, lettre de l’intendant, 21 mars 1777.

68 ADIV, C 11, ordonnance de l’intendant, 24 avril 1785.

69 ADIV, C 1136, 24 décembre 1773.

70 L.-M. de Merlet, Essai sur les troupes provinciales, Paris, 1773.

71 SHAT, 1M 1763 et 1764.

72 SHAT, 1M 1764, 6 mars 1774.

73 SHAT, 1M 1763, projet daté du 24 juillet 1772, de Nantes.

74 SHAT, 1M 1764, 4 février 1774.

75 SHAT, 1M 1763, projet du chevalier de Jasson, apostille.

76 En particulier celle de supprimer les assemblées annuelles du régiment entier et celle de confier la levée à des militaires. L.-M. de Merlet, op. cit., p. 58-60 et 12-13.

77 Ph. Grateau, Les cahiers de doléances, une relecture culturelle, Rennes, PUR, 2001, p. 53.

78 A. Corvisier, « L’opinion et le fait militaire sous l’Ancien Régime d’après les cahiers de doléances des États généraux », dans Société, politique, culture en Méditerranée occidentale xvie-xviiie siècle. Mélanges en l’honneur du Professeur Anne Blanchard, Montpellier, Université Paul-Valéry, Centre d’histoire moderne, 1993, p. 97-113. Jean Chagniot et Jean-Pierre Bois ont aidé André Corvisier dans ses recherches.

79 A. Croix, « Bonheur et santé ! Regard culturel sur les cahiers de doléances du Pays nantais », dans Populations et cultures. Études réunies en l’honneur de François Lebrun, Rennes, AFL, 1989, p. 435.

80 Ph. Grateau, op. cit., p. 56-58.

81 D. Olier, Un siècle de milice en Bretagne 1688-1791. Ses répercussions sur la population, maîtrise, R. Dupuy (dir.), Rennes II, 1991, p. 53.

82 Ibidem.

83 Les cahiers des sénéchaussées de Quimper et Concarneau ont également été publiés mais ces circonscriptions ont l’inconvénient de comprendre une majorité de paroisses garde-côtes.

84 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, présentés par F. Roudaut, Cahiers de Bretagne Occidentale, n° 11, 1990, p. 25-26.

85 Le procès-verbal de la séance préparatoire à la rédaction du cahier porte la signature de François Madec. Voir supra p. 163.

86 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, op. cit., p. 137.

87 A. Babeau, La vie militaire sous l’ancien régime, Paris, 1890, p. 235. A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 118.

88 Cahiers de doléances de la région de Carhaix, Quimper, CDDP du Finistère, 1979, document 17.

89 En Auvergne, « certaines paroisses demandent la suppression pure et simple de la milice ; certaines admettent son maintien mais réclament des réformes ; d’autres enfin proposent un système de remplacement et une nouvelle organisation militaire », P. Laporte, op. cit., p. 179.

90 Duc de Saint-Simon, Mémoires, Paris, Chéruel, 1865, t. 3, p. 212.

91 Pierre-Augustin de Varennes évoque les « héros larmoyants » issus du tirage au sort. P.-A. de Varennes, Réflexions morales relatives au militaire français, Paris, 1779, p. 97.

92 Collectif, Les aventures du citoyen Jean Conan de Guingamp/Avanturio ar citoien Jean Conan a Voengamb, Morlaix, Skol Vreizh, 1990, p. 51.

93 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 118.

94 ADIV, C 65, lettre à l’intendant, 29 avril 1759.

95 Ibidem, réponse à l’intendant, 8 mai 1759.

96 A. Croix, op. cit., t. 2, p. 1242.

97 Cl. Sturgill, La formation de la milice permanente en France 1726-1730, Vincennes, SHAT, 1975, p. 100.

98 SHAT, Ya 487, décès dans les troupes de milice.

99 Collectif, Les aventures…, op. cit., p. 51.

100 A. de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, R. Laffont, 1986, p. 1029-1030.

101 Voir supra p. 45.

102 ADIV, C 1082, rapport du commissaire des guerres Houvet, 20 novembre 1750. A. Babeau, op. cit., p. 81.

103 ADLA, C 457, séance des États du 3 janvier 1785.

104 G. Minois, op. cit., p. 564.

105 AMB, 2S 5, 19 octobre 1787. À Morlaix, les soldats logent chez les Capucins et à la Retraite. À Landerneau, on sollicite les Capucins et les Ursulines.

106 ADCA, C 89, requête du 7 juillet 1788 et réponse du 15 juillet.

107 ADIV, C 3831, p. 555-556, la commission au correspondant de Rennes, 14 décembre 1779.

108 ADLA, C 538, requête pour obtenir le loyer des lits en question, 24 avril 1789.

109 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, op. cit., p. 105, article 34.

110 En 1777. A. Dupuy, Études sur l’administration municipale en Bretagne au xviiie siècle, Paris, 1891, p. 221.

111 Jean-François-René Huart, seigneur de La Bourbansais (1704-1780), conseiller au parlement de Rennes de 1724 à 1780. R. Kerviler, op. cit., t. 9, p. 496.

112 ADIV, C 6148, sans date (1779). Les passages soulignés ici le sont dans la lettre originale.

113 Dans la même lettre, il demande à l’intendant des remèdes contre la dysenterie qui sévit à Pleuguéneuc et parle de sa « douleur de voir périr de bons et honnêtes laboureurs, classe de citoyens si utiles à la société ».

114 ADIV, C 3831, p. 553-554, séance du 14 décembre 1779.

115 A. Dupuy, op. cit., p. 220.

116 AMN, EE 90, procédure, 12-13 novembre 1717.

117 ADIV, C 922, 10 octobre 1787, imprimé.

118 AMN, EE 129, procès-verbal et compte rendu des deux archers de ville, 17 mai 1730.

119 ADIV, C 922, « Refus des habitans de Mézangé de fournir des voitures et chevaux », dossier avec ordonnance du 5 novembre 1787.

120 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, op. cit., p. 190.

121 Exemples de La Roche, La Martyre, Pont-Christ.

122 Voir supra p. 214-215.

123 M. Le Méné et M.-H. Santrot (dir.), Cahiers des plaintes…, op. cit., t. 1, p. 303.

124 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, op. cit., p. 206.

125 Ibidem.

126 A. Lesort et H. Sée (dir.), Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les États Généraux de 1789, Rennes, 1909-1912, t. IV, p. 202-203.

127 Cahiers des plaintes et doléances…, op. cit., t. 1, p. 303 (article 8) ; t. 2, p. 672 (article 7).

128 A. Navereau, Le logement et les ustensiles des gens de guerre de 1493 à 1789, Poitiers, 1924, p. 155-157.

129 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, op. cit., p. 88.

130 Ibidem, p. 140.

131 Cahiers des plaintes et doléances…, op. cit., t. 2, p. 514.

132 Moi, Caude Bordeaux… Journal d’un bourgeois de Rennes au xviie siècle, présenté par B. Isbled, Rennes, Apogée, 1992, p. 183.

133 « Journal d’un bourgeois de Dinan 1637-1690 », présenté par P. Aubry, MSECDN, 1897, t. 35, p. 28-29.

134 « Journal d’un habitant de Quintin au dix-huitième siècle », présenté par R. Chassin de Guerny, SECDN, 1956, t. 85, p. 50-52.

135 Paroisse de Grand-Auverné. Cahiers des plaintes et doléances…, op. cit., t. 2, p. 630.

136 Y. Le Gall, « Patriotisme et provincialisme en Bretagne, 1788-1789 », ABPO, 1989, n° 4, p. 381-431.

137 De nombreuses personnes vivaient encore fréquemment dans la même pièce à cette époque mais du moins étaient-elles en général apparentées. Ph. Ariès, G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 3 : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 1986, p. 517-519.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search