Version classiqueVersion mobile

L'armée en Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Stéphane Perréon

Deuxième partie. Les ponctions humaines et matérielles de l'armée

Chapitre V. Des fournitures matérielles relativement fréquentes

Texte intégral

  • 1 ADF, C 48, lettre à la communauté de Brest, 26 novembre 1787.

Je sens comme vous, Messieurs, que 4 régiments dans Brest, c’est beaucoup, mais ce n’est que momentané et pour une circonstance forcée à laquelle il faut bien que les habitants se prêtent.
Le comte de Langeron1

1La logistique de l’armée française d’Ancien Régime reposait largement sur le concours des sujets du roi. Les grandes compagnies de munitionnaires et l’État ne procuraient guère que le matériel, les armes et les subsistances. Le logement des gens de guerre et la fourniture des attelages indispensables pour convoyer les bagages des soldats étaient du ressort des populations, soumises à réquisition. Les modalités de ces deux fournitures principales ainsi que leurs éventuelles alternatives doivent cependant être précisées. Constate-t-on, d’autre part, des évolutions semblables à celles mises en évidence par d’autres études, comme la généralisation du casernement et la raréfaction du logement chez l’habitant ? Plusieurs ordonnances du début du règne de Louis XV, dont celle du 25 octobre 1716, encouragèrent en effet fortement la pratique du casernement. Reste à en connaître le degré d’application en Bretagne et à éclairer les choix des responsables administratifs quant à la priorité accordée à tel ou tel mode d’hébergement. L’objectif de ce chapitre est bien d’évaluer la charge pesant sur les Bretons assujettis et les nuisances qu’ils supportaient. Une telle estimation nécessite toutefois une bonne connaissance des routes empruntées par l’armée, des lieux d’étape, des quartiers habituellement fréquentés et, si possible, des effectifs présents, forcément fluctuants en fonction de la conjoncture politique internationale.

La coexistence du logement des gens de guerre et du casernement

  • 2 Ch. Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle. Le cas bourguignon, Dijon, (...)

2Parmi les privilèges attachés à de nombreuses charges, figurait fréquemment l’exemption du logement des gens de guerre. Il s’agissait, en effet, de la charge matérielle concernant le plus grand nombre. Il importe cependant de préciser les différents modes de logement des soldats de Louis XIV à Louis XVI. On distinguait d’abord le logement chez l’habitant, dit logement personnel ou effectif. L’autre possibilité était de caserner les soldats dans de grandes maisons louées spécialement à cet effet. Enfin, des casernes dignes de ce nom pouvaient être construites à seule fin d’abriter des militaires. Quant aux officiers, ils recevaient souvent, mais pas systématiquement, le logement en espèces et non en nature. Nous exclurons de cette étude le séjour sous la tente, limité à la période estivale, et finalement assez peu pratiqué en Bretagne, excepté lors de rassemblements spécifiques. Il importe ici, tout en décrivant le fonctionnement de chaque type d’hébergement, d’en mesurer le poids pour les habitants et d’examiner les problèmes rencontrés. L’utilisation des archives de la commission intermédiaire, croisées avec d’autres sources, permet d’entrevoir la réalité de la charge du logement personnel et du casernement. Ce n’est pas toujours le cas en France, plusieurs chercheurs ayant renoncé à une telle évaluation faute de documents probants2.

La persistance du logement personnel

  • 3 AMN, EE 68 à EE 83, rôles du logement (1723-1735 ; 1774-1781) ; ADF, 2E 1515, sans date.
  • 4 AMN, EE 95, règlement pour le logement des troupes à Nantes, 1721.
  • 5 AMR, liasse n° 166, ordonnance du maire de Rennes, 1720.
  • 6 AMR, liasse n° 155, « Etat des habitans de la ville de Rennes qui doivent joüir de l’exemption du (...)

3Le principe du logement personnel consistait à répartir une troupe chez un certain nombre de particuliers, à raison, la plupart du temps, de deux soldats par hôte. Dans les villes de quelque importance existait un rôle des habitants contribuables à cette charge. À Nantes, comme à Quimper, ce registre servait également pour la milice bourgeoise3. Cela s’explique par le fait que les officiers de milice bourgeoise, plus que les échevins, se livraient périodiquement à des tournées d’inspection afin de déterminer les capacités d’accueil de chaque foyer4. À Rennes, au début du règne de Louis XV, l’opération était du ressort de commissaires de quartiers tenus de commencer leurs visites précisément quinze jours après la Saint-Jean-Baptiste et de « mettre leurs rolles bien écrits et bien corrects, particulièrement pour l’orthographe des noms5 ». Toutefois, la multiplication du nombre de ces commissaires, qui jouissaient de l’exemption de la patrouille, détermina le duc d’Orléans, tuteur du duc de Penthièvre, à les supprimer pour en revenir au système classique de rôles dressés par les sergents et officiers de la milice bourgeoise6. À partir de ce registre, les autorités municipales désignaient ceux devant loger, en pratiquant une rotation (« turne ») entre les quartiers.

  • 7 Ordonnance du 1er mars 1768.
  • 8 « Observations sur l’instruction réglant le service dans les places et dans les quartiers », artic (...)

4Quelques ordonnances royales de la seconde moitié du xviiie siècle encouragèrent la rationalisation du système, prévoyant de numéroter chaque maison et de « mettre sur la porte un petit écriteau portant le grade de ceux qu’on aura jugé pouvoir y loger convenablement7 ». Certaines municipalités tardèrent à obtempérer, ne voyant guère l’avantage du procédé. Les responsables municipaux de Saint-Brieuc objectèrent que « ce seroit en pure perte de numéroter les maisons parce que par le changement qui arrive successivement, telle maison occupée par un homme sujet au logement est remplacé par un privilégié ou par plusieurs incapables de pouvoir loger, c’est ce qui oblige la communauté de Saint-Brieuc à faire chaque année un controlle général des maisons et de ceux qui les habitent8 ». La numérotation se généralisa toutefois peu à peu. Les logements devaient également faire l’objet d’une description précise : on prévoyait une division en huit classes suivant leur qualité !

  • 9 J. Chagniot, Paris et l’armée au xviiie siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 1985 (...)
  • 10 ADLA, C 532, Instruction pour les correspondants de la commission intermédiaire des États de Breta (...)

5Ces règlements témoignent de la persistance du logement personnel jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Certes, à Paris, le logement des gens de guerre devint dès 1705 une taxe permanente acquittée par les faubourgs. Toutefois, jusqu’au milieu du siècle au moins, quelques Gardes françaises logeaient encore chez des particuliers alors que les Suisses, basés à Saint-Denis et dans des villages limitrophes, ne furent casernés qu’en 17569. Encore peut-on affirmer qu’après cette date le logement personnel avait vécu dans l’agglomération parisienne. Rien de tel en Bretagne. Même si le logement effectif devient l’exception, on le rencontre encore en 1789. La règle généralement admise est alors de ne loger chez l’habitant que les troupes en déplacement, dans le cadre de l’étape, donc pour une nuit ou deux, rarement davantage : « Lorsque les troupes ne doivent faire dans le lieu que le gouvernement leur assigne qu’un séjour de peu de durée, la commission n’en ordonne point le casernement ; elle charge seulement les correspondans de se concerter avec les maires et syndics pour loger par billet chez les habitans les […] soldats, cavaliers et dragons10. »

  • 11 ADF, C 48, états de logement des différents régiments, 1780-1782.
  • 12 Ibidem, lettre au comte de Thiard, commandant en chef, 23 novembre 1787.
  • 13 ADLA, C 535.

6Un afflux de troupes pouvait conduire à prolonger le logement personnel. Brest constitue à cet égard un exemple frappant quoique peu caractéristique de l’ensemble de la Bretagne. Dans les années 1780, de nombreuses troupes logèrent chez l’habitant, souvent pendant deux à trois semaines : 20 jours pour le régiment de La Marck, 18 jours pour Royal-Roussillon mais 351 jours pour le régiment de Bassigny11 ! Dans ce dernier cas, il eût certes été possible de réquisitionner des maisons pour servir de casernes mais, comme le fit remarquer la commission intermédiaire, il aurait alors fallu déloger 200 familles ; mieux valait donc caser les soldats chez l’habitant, en s’efforçant de les changer d’hôte de temps à autre pour répartir cette charge au mieux12. On utilisait aussi le logement effectif en attendant la libération de casernes : un détachement de Penthièvre séjourne ainsi 17 jours chez l’habitant avant d’être caserné le 21 octobre 178613.

Des exemptions nombreuses et difficiles à restreindre

  • 14 AMN, EE 95.
  • 15 AMN, EE 84, le maréchal d’Estrées à Mellier, 11 juin 1721.

7Tous les habitants ne contribuaient pas au logement effectif. Les exemptions étaient légion. Elles concernaient au premier chef clergé et noblesse, sous réserve de non dérogeance. Toutefois, l’exemption portait exclusivement sur la demeure effectivement habitée par ces privilégiés, comme le précisait l’ordonnance du 25 juin 175014. Les nombreux locataires concernés n’avaient donc rien à espérer à moins d’un intercesseur de haut rang sollicité par le propriétaire. Les religieuses du Calvaire, à Nantes, obtinrent l’exemption pour des maisons qu’elles louaient grâce au soutien de poids du cardinal de Noailles et de Mme de Coëtquen15.

8Les titulaires d’offices et d’emplois publics formaient le second groupe d’exempts, et le principal numériquement. Composé notamment des magistrats municipaux et officiers de la milice bourgeoise, il comprenait des membres – selon les villes – du parlement, du présidial, de la chambre des comptes, du consulat, de l’amirauté, etc. Diverses catégories de commis, receveurs et contrôleurs jouissaient des mêmes privilèges.

  • 16 AMN, EE 87. Ordonnance de Pontcarré de Viarmes du 24 novembre 1735.
  • 17 ADIV, C 63, Le Bret à d’Ormesson, 8 février 1758.
  • 18 AMN, BB 102.

9Enfin, la dernière catégorie d’exempts par privilèges était constituée de détenteurs de petits offices plutôt honorifiques mais coûteux. On ne les acquérait justement que pour bénéficier de l’exemption du logement des gens de guerre. Ainsi en allait-il des fauconniers et piquiers du roi, des valets de limiers de la Grande Vénerie, des officiers dans les écuries du roi, des garde-étalons, toutes charges liées à la Maison du Roi. Si la fonction de garde-étalon correspondait effectivement à la garde d’un étalon des haras royaux, le bourgeois qui en était titulaire s’en déchargeait sur un valet16. Citons encore les charges fictives d’officiers des lieutenants de roi ou celles créées par l’ordre de Malte. En liant à ces charges divers privilèges parmi lesquels l’exemption du logement effectif n’était pas le moindre, l’État s’assurait des revenus annexes sans trop d’efforts. En outre, accorder un tel privilège, non fiscal, ne lui coûtait rien. L’État revint à l’occasion sur les privilèges liés à certains offices : les notaires royaux apostoliques ne jouirent ainsi de l’exemption de logement personnel qu’entre 1691 et 171517. De même, l’ordonnance du 1er mars 1768 abolit les exemptions de tous les officiers de la Maison du Roi dont la charge n’impliquait pas de service effectif18. Néanmoins, la multiplication de ces divers offices fit prendre conscience aux autorités locales et provinciales de la nécessité d’une réaction.

  • 19 AMN, EE 85, lettre à Mellier, 17 septembre 1722.
  • 20 Ibidem.
  • 21 ADIV, C 63, lettre à Le Bret, 26 avril 1758.

10L’intendance confirmait ou annulait les exemptions, parfois en rendant une ordonnance, mais très souvent d’une manière beaucoup moins formelle par le biais d’une simple directive au subdélégué ou à la municipalité. On se contentait en général d’exiger que les acheteurs d’offices ou personnes nouvellement en charge présentent leurs titres pour bénéficier de leurs privilèges. Cependant, l’acceptation de tous ces derniers conduisait à un poids accru du logement personnel sur les catégories moyennes et modestes. L’intendance se permit donc d’en refuser certains sous prétexte de dérogeance : tout titulaire de charge exerçant un commerce de détail risquait de perdre les bénéfices de son acquisition. Feydeau de Brou préconisait de ne tenir compte que de l’activité réelle de ces particuliers et non de leurs charges : « A l’égard des autres particuliers qui ont acquis de petites charges pour jouir des exemptions, il n’y a qu’à les faire loger à tour de rolle, en observant de mettre sur les billets de logement les métiers qu’ils exercent et non la qualité de la charge qui pourroit leur procurer l’exemption19. » À Nantes, la vigilance de Mellier permit de découvrir que Chegneau, maître des eaux et forêts, tenait un débit de drogueries et épiceries ; une tailleresse à la Monnaie exerçait en fait le commerce du bois et deux soi-disant monnayeurs tenaient en ville une boutique de perruquiers20 Trente ans plus tard, le successeur de Mellier, Gellée de Prémion, justifie son intransigeance auprès de l’intendant : « Dans quelque cas que ce soit, le nombre des exempts de logement est ici tellement multiplié et les autres si chargés à cet égard qu’on ne peut être trop sévère sur ces demandes d’exemptions21. »

  • 22 AMN, EE 68 à EE 83. Ces registres couvrent la période 1723-1781 avec toutefois une importante lacu (...)
  • 23 AMN, EE 83.

11Évaluer le rapport respectif des contribuables et des exempts suppose de disposer de listes précisant ces deux catégories. Ce n’est pas le cas à Quimper où les rôles n’indiquent que ceux qui logent des soldats. Il faut donc se tourner encore une fois vers la cité des ducs. Le registre pour le logement des gens de guerre a le mérite d’une grande clarté22. Les habitants sont répartis en plusieurs catégories : les exempts, ceux trop pauvres pour contribuer, ceux pouvant loger avec aide et enfin ceux aptes à accueillir des officiers. Pour l’année 1725, les exempts par privilèges représentent 9,3 % du total et les trop pauvres 16,1 %, ce qui revient à dire qu’environ un quart des Nantais ne logeaient pas de soldats chez eux. En 1723, le total se monte à 29 % : les fluctuations étaient par conséquent assez minimes. Si l’on considère toutefois que certaines listes comportent peu d’indications et omettent probablement certains exempts, les non contribuables approchaient peut-être le tiers de la population. Les rôles postérieurs indiquent rarement les plus pauvres, et probablement pas tous les exempts par privilèges, qui ne représentent pas même 4 % de la population en 1780-178123.

12Parmi les exempts par privilèges, les officiers et sous-officiers de la milice bourgeoise constituent le plus gros contingent (67), suivis par la catégorie imprécise des veuves et filles sans profession (45). Viennent ensuite les commis divers (43), les titulaires de petits offices (40), les marchands (40) et enfin les nobles et les ecclésiastiques (37). La profession ou le statut de nombreux privilégiés n’est cependant aucunement précisé. Parmi ceux considérés comme trop pauvres pour loger, les veuves et les filles sans profession dominent (155), le monde du port suivant d’assez près (116). Par cette dénomination, il faut entendre non seulement les marins proprement dits mais aussi ceux qui restent à terre comme les portefaix. Viennent enfin les rentiers et sans profession (52).

Figure 14 : Les exempts et ceux trop pauvres pour loger à Nantes en 1725 (en pourcentage) (AMN, EE 69).

  • 24 J. Meyer, « Structure sociale des villes bretonnes à la fin de l’Ancien Régime », Actes 96e CNSS, (...)

13À Nantes, la charge du logement personnel retombait donc sur des gens modestes, certes vivant mieux que les plus pauvres mais jamais à l’abri d’une crise ou d’une déchéance sociale. Cet ensemble disparate constitué de nombreux compagnons, de certains maîtres, des plus petits employés et commis, assurait le logement effectif. Il est cependant difficile de généraliser ces constatations à l’ensemble des villes bretonnes tant la structure sociale variait d’une localité à l’autre24.

  • 25 ADF, 2E 1515, « Rolle des habitans de la ville de Quimper qui sont en état de loger des trouppes e (...)

14À Quimper, on ne connaît pas les exemptés. Les contribuables sont pour la plupart des gens modestes mais le document pose quelques problèmes d’interprétation : les artisans marqués « maîtres » sont-ils effectivement les seuls et tous les autres des compagnons ? Quelques maîtres donc, quelques « sieurs » au métier non précisé, des cabaretiers, boulangers, bouchers, des petits boutiquiers et de nombreux compagnons, voilà les contribuables. On trouve aussi trois métayers, quelques journaliers et un maître d’école. Dénotent un peu dans cette liste le chirurgien Fagon, l’huissier de l’Amirauté Vigouroux et le sieur Du Boishardy de Poulmorgan25. Par rapport à Nantes, la proportion d’exempts semble moindre. Des gens fort modestes contribuaient et il fallait probablement être miséreux pour y échapper.

  • 26 J.-P. Husson, La société nantaise au xviiie siècle d’après les archives de la capitation et de la (...)

15Trouver des logements aptes à accueillir des officiers posait fréquemment des problèmes. On exigeait, en effet, des pièces vastes et un certain nombre de commodités. Un colonel avait droit à trois chambres et une cuisine, sans compter d’autres pièces pour ses domestiques ! Or, beaucoup de demeures répondant à ces critères appartenaient à des privilégiés. Si, à Saint-Brieuc, on contraignit certains de ces derniers au logement effectif, à Nantes, la charge retombait sur des non privilégiés, marchands, titulaires de petits offices et rentiers26. Au contraire, dans certaines petites villes, ne devoir loger qu’un officier conférait une exemption de fait. À Blain,

  • 27 A. Dupuy, Études sur l’administration municipale en Bretagne au xviiie siècle, Paris, 1891, p. 211 (...)

« tous ceux qui se trouvent placés dans la classe des bourgeois ne logent jamais que des officiers […] et comme il ne passe ordinairement dans ce lieu que des détachements commandés par un bas officier, il en résulte que tout le fardeau du logement, de quelque espèce qu’il soit, au lieu d’être supporté par tous les contribuables, ne l’est que par cinquante personnes, qui forment la classe la plus indigente et qui devroit être la plus ménagée dans la répartition des charges publiques27 ».

  • 28 G. Pondaven, « Les troupes de guerre à Lesneven sous Louis XIV », BSAF, 1919, t. 46, p. 3-34.

16Malgré cet exemple invitant à la prudence, on peut raisonnablement conjecturer que Nantes et Rennes, concentrant richesse et charges administratives comportaient proportionnellement plus d’exempts que les autres villes bretonnes. En outre, les plus petites localités ne pouvaient guère épargner les plus pauvres. C’est en tout cas la situation que connaît Lesneven à la fin du xviie siècle, les simples journaliers accueillant des soldats comme les bourgeois28.

  • 29 D. Riet, op. cit., p. 94-95.

17Il existait aussi des disparités géographiques, inévitablement plus marquées dans les principales villes que dans les autres localités. La tentation pouvait exister, pour certaines municipalités, de cantonner en priorité les soldats dans les faubourgs ou certains quartiers périphériques. À Saint-Brieuc, le quartier du Martray et, en particulier les rues Fardel et du Bourg Vassé, contribuaient davantage que le reste de la cité29. À Nantes, quelques plaintes parviennent au secrétaire de l’intendant, qui remarque :

  • 30 AMN, EE 95, lettre de Charron à Mellier, 18 juin 1720.

« La manière […] dont le maire et les échevins de Nantes font le logement des troupes paroist très irrégulière, […] si les particuliers qui logent aujourd’hui se plaignoient en cour qu’ils ont logé deux fois pendant que les autres quartiers de la ville n’ont point souffer le logement, cela attireroit quelque disgrâce à Messieurs les maire et échevins et leur prétendu bon ordre seroit assurément très désapprouvé30. »

  • 31 ADLA, C 535.
  • 32 J.-L. Laffont, op. cit., p. 828.

18Le contrôle était d’autant plus facile que le logement personnel s’effectuait selon les quartiers de milice bourgeoise. Ce système et la vigilance de l’intendance contribuèrent certainement à limiter les excès. En 1786 et 1787, une rotation s’établit bien, pour deux détachements réduits, il est vrai ; le premier loge place Saint-Nicolas et rue de la Fosse, et le second rue du Château et rue des Carmélites31. Assurément, les Nantais et les autres citadins bretons échappèrent aux dérives constatées à Toulouse où seul le faubourg Saint-Cyprien supportait le logement personnel et le casernement, au grand dam de ses habitants, pauvres pour la plupart32.

  • 33 ADIV, C 61, 16 juillet 1757.
  • 34 ADIV, C 62, Bernier à l’intendant, 15 août 1757.
  • 35 A. Dupuy, op. cit., p. 216.

19Lorsque maires et syndics s’avisaient que les contribuables au logement ne suffiraient pas pour accueillir la troupe attendue, ils disposaient du recours du cas de foule qui consistait à ne tenir compte d’aucune exemption et à réquisitionner tous les logements disponibles. Les ecclésiastiques restaient un peu ménagés, ne devant loger qu’en toute dernière extrémité. Le principal inconvénient du procédé résidait dans son caractère potentiellement arbitraire. La décision appartenait, en effet, à la communauté et si elle était en général justifiée, quelques exemples montrent qu’elle pouvait aussi être dirigée contre une ou plusieurs personnes. Lorsque passe le premier bataillon du régiment de Bourbon infanterie à Landivisiau, le syndic décrète le cas de foule et se justifie auprès de l’intendant33. Il dit vrai quand il affirme que la plupart des privilégiés, dont le curé, ont dû accueillir des soldats. En revanche, il omet d’avouer que plus de vingt personnes ne disposant d’aucun privilège et pas trop pauvres ont été épargnées. Selon Bernier, représentant de la ferme du tabac à Port-Louis, le cas de foule n’est qu’une mesure vexatoire à l’encontre, en particulier, de l’entreposeur des tabacs34. A. Dupuy a d’ailleurs relevé d’autres exemples de ce genre avec des victimes à chaque fois clairement désignées : une noble dame veuve au Faou, quelques vieilles filles à Saint-Brieuc, les correspondants de la commission intermédiaire à Hédé35. L’intendant n’intervenait qu’a posteriori, soit pour enquêter sur un cas de foule jugé abusif, soit, plus couramment, pour amadouer les privilégiés concernés voire les féliciter pour leur civisme.

La généralisation du casernement pour les troupes en quartiers

  • 36 SHAT, A1 1287, lettre du commissaire des guerres Tixier.
  • 37 F. Olier, « Le Conquet, garnison du bout du monde. La vie militaire au Conquet au xviiie siècle », (...)
  • 38 AMN, EE 96, loyers des casernes pour le régiment de Bourbonnais, 1er décembre 1716-1er février 171 (...)
  • 39 ADIV, C 13, lettre de l’intendant à Le Blanc et au Garde des Sceaux, du 10 novembre 1719.
  • 40 F. Le Lay, Histoire de la ville et communauté de Pontivy au xviiie siècle. Essai sur l’organisatio (...)

20Inauguré dans la seconde moitié du xviie siècle, le casernement devint peu à peu la règle pour les troupes en quartiers dès que le séjour excédait quelques semaines. La rareté des informations pour le règne de Louis XIV permet difficilement de proposer une chronologie de la mise en place de ce système. Certains indices laissent toutefois penser que les quelques villes bretonnes fortement marquées par la présence militaire jouèrent un rôle précurseur. Des casernes sont attestées à Port-Louis en 169436. Il en allait probablement de même à Brest. Au Conquet, les premières casernes furent louées au début du xviiie siècle par l’intendant de la marine pour accueillir des compagnies franches37. En revanche, dans la plupart des autres villes, il fallut au moins attendre le règne de Louis XV pour assister à un regroupement des soldats dans des bâtiments réservés à cet usage. À Nantes, on rencontre les premières casernes en 1716, pour loger le régiment de Bourbonnais38. À Morlaix, des casernes sont attestées en 171939 mais, à Pontivy, le logement chez l’habitant fut systématique jusqu’en 172540. Il s’agit par conséquent d’un mouvement progressif et assez lent. Cependant, lors de la création de la commission intermédiaire, la plupart des villes et des bourgs pratiquaient certainement le casernement.

  • 41 A. Navereau, Le logement et les ustensiles des gens de guerre de 1439 à 1789, Poitiers, 1924, p. 1 (...)
  • 42 A. Dupuy, op. cit., p. 206.

21Ce mouvement irréversible résultait d’une convergence entre les autorités soucieuses, pour des raisons de discipline principalement, d’éloigner soldats et civils, et les populations désireuses d’échapper à une promiscuité souvent mal vécue. L’initiative vint cependant d’en haut. La pratique du casernement fut développée par nombre d’intendants à partir de 1692 alors que l’ordonnance royale du 25 octobre 1716 encourageait les villes à adopter ce mode de logement41. On vient d’ailleurs de constater qu’elle eut une application immédiate à Nantes. Les villes bretonnes suivirent l’impulsion royale, avec un temps de réaction assez long toutefois. Il ne faut pas tant y voir un manque d’enthousiasme pour le casernement que des difficultés matérielles, en particulier dans les petites localités, pour trouver des bâtiments adéquats. En outre, la hantise de se voir imposé, sous le prétexte du casernement, une garnison permanente, explique bien des réticences, comme celles des habitants de Bazouges qui, en 1733 encore, ne veulent pas entendre parler de caserne42. Il n’est guère contestable que la généralisation des casernes permit de placer des troupes en quartiers dans la plupart des villes et bourgs mais l’avantage par rapport au logement effectif était indéniable.

Les servitudes liées aux casernes : la fourniture des lits et de l’ustensile

22Si le casernement dispensait l’habitant d’une cohabitation redoutée, il s’accompagnait d’autres servitudes. Il fallait, en effet, meubler les casernes, c’est-à-dire fournir lits et ustensiles. Il existait à cet égard trois possibilités.

  • 43 N. Le Pourhiet-Salat, La défense des îles bretonnes de l’Atlantique des origines à 1860, Vincennes (...)
  • 44 AMN, EE 94, correspondance Mellier/Feydeau de Brou, novembre 1716.
  • 45 N.-L. Caron, op. cit., p. 61-62.

23Dans certaines localités, un entrepreneur se chargeait de la fourniture, comme à Belle-Île-en-Mer où son rôle consistait surtout à rassembler les lits loués par des îliens volontaires43. Les municipalités ne trouvèrent pas forcément d’adjudicataire pour effectuer cette fourniture : à Nantes en 1716, lors de l’établissement du casernement, on décida, faute de mieux, de faire contribuer les habitants44. Par la suite, la commission intermédiaire se chargea de cette adjudication qui, dans les années 1770-1780, ne concernait que les principaux quartiers de la province, à savoir Brest, Lorient, Port-Louis et Belle-Île. Les baux étaient conclus pour neuf ans et portaient sur environ 250 lits pour chaque place, sauf pour Brest où 1578 lits étaient fournis en 1778, ce nombre élevé expliquant la présence de trois entrepreneurs45.

  • 46 A. Dupuy, op. cit., p. 210.
  • 47 En 1787, la communauté de Guingamp possède 24 lits et celle de Saint-Brieuc 30. ADCA, C 89 et C 91

24La deuxième possibilité était l’achat par les communautés des lits nécessaires. Cette solution présentait l’avantage d’épargner aux maires et syndics non seulement les opérations de réquisition habituellement pratiquées mais aussi les réclamations et contestations qui survenaient fréquemment. Néanmoins, les municipalités répugnaient à la dépense, les lits communaux risquant soit de ne pas suffire en cas d’un afflux de soldats, soit de rester inutilisés durant de longs mois. Cet inconvénient explique les plaintes de la communauté de Josselin quand partent les deux escadrons de Royal-Étranger qui y étaient casernés46. Le procédé resta donc peu usité. Certaines communautés possédaient quelques dizaines de lits qui ne suffisaient pas mais soulageaient notablement leurs administrés47.

  • 48 ADIV, C 3817, p. 15-16, séance du 31 octobre 1760.
  • 49 N. Le Pourhiet-Salat, op. cit., p. 189-190.

25Le principal mode de fourniture des lits aux casernes demeura tout au long du siècle la réquisition. Les contribuables n’étaient toutefois pas exactement les mêmes que ceux supportant le logement personnel. Maires et syndics n’hésitaient pas à en charger les villages et campagnes environnants. Les trésoriers de Saint-Aubin-du-Cormier obtinrent ainsi de la commission que le village de Liffré fournisse lui aussi des lits et ustensiles aux casernes48. Les communautés n’avaient de cesse de tenter d’alléger leur fardeau au détriment des paroisses campagnardes dont les plaintes parvenaient plus difficilement à l’intendance ou à la commission intermédiaire. En revanche, la fourniture des lits aux casernes des îles désertes, sous-peuplées ou trop pauvres incombait à quelques communautés côtières voire plus lointaines. Si Auray fournissait Houat et Hoëdic, Brest, Ouessant, c’était de Nantes que venaient les vingt lits pour l’île Dumet, au large de Piriac49.

  • 50 AMN, EE 95, Feydeau de Brou à Mellier, 2 février 1721.
  • 51 ADF, 2E 1515, procès-verbal du maire de Quimper, 20 septembre 1780.

26Dès les débuts du casernement, les autorités prirent conscience du fait qu’elles ne pouvaient pas demander des lits et le logement en nature aux mêmes contribuables. Pour appâter d’éventuels fournisseurs, on envisagea, à Nantes, d’exempter du logement des gens de guerre tous ceux qui apporteraient des lits aux casernes, proposition rejetée par l’intendant qui objecta avec bon sens que « cela chargeroit ceux qui ne peuvent fournir de lit50 ». En réalité, la coexistence du logement personnel et du casernement conduisait souvent les autorités à ménager les contribuables aux deux charges sans toutefois que la fourniture de l’une puisse exempter de l’autre. Lorsqu’un marchand de draps de Quimper proteste de devoir loger deux soldats du régiment d’Anhalt alors qu’il fournit déjà trois lits aux casernes de la ville, le maire dévoile sa conception de l’équité : « Votre cotte article 39 du rolle arretté par Monsieur le commissaire des guerres le 23 juin dernier étoit de quatre hommes dans les cas de passages mais égard à ce que vous avez déjà trois lits occupés, je ne vous en ay donné que deux51. »

  • 52 ADF, C 48.
  • 53 ADLA, C 534.
  • 54 AMN, BB 71, 6 avril 1717.

27On établit donc, dans la plupart des villes bretonnes, des rôles pour la fourniture des lits, semblables à ceux du logement personnel. Leur rédaction demeura toujours l’apanage des communautés voire des subdélégués, l’institution des correspondants de la commission n’ayant guère d’incidence. Les autorités, soucieuses de répartir la charge, essayaient de ne pas toujours faire contribuer les mêmes. Dans les petites localités, cela s’avérait difficile. À Lambézellec, sur 54 particuliers qui fournissent des lits le 5 octobre 1783, 37 avaient déjà contribué du 15 février au 1er octobre et ont par conséquent laissé leur lit dans la caserne52. De même, 115 des 164 fournisseurs d’Ancenis en 1789 avaient déjà contribué l’année précédente53. À Nantes, le nombre de contribuables dépassant assez largement le nombre de lits nécessaires, on employait le tirage au sort. On y procédait à l’hôtel de ville en présence des députés des corps et de l’ancien bureau de la communauté. Une main innocente tirait les billets : le 6 avril 1717, on prit à cet effet un enfant qui passait dans la rue54.

  • 55 N.-L. Caron, L’administration des États de Bretagne (1493-1790), Nantes, 1872, p. 41-42.
  • 56 AMN, EE 94, liste des exempts, 10 mai 1716.

28De façon générale, les exemptions étaient bien moindres que pour le logement personnel55. Parfaitement conscientes que la couche la plus aisée de la population était la plus à même de céder un lit sans en souffrir, les autorités limitèrent de façon drastique les cas d’exemption. En 1716, ces privilégiés ne sont qu’une trentaine à Nantes, nombre très faible comparé aux centaines de foyers non redevables du logement effectif56.

  • 57 AMN, BB 71, Feydeau de Brou à Mellier, 10 janvier et 23 mars 1717.
  • 58 N.-L. Caron, op. cit., p. 70.
  • 59 J. Meyer, « Structure sociale des villes bretonnes… », op. cit., p. 489.
  • 60 J.-P. Husson, op. cit., p. 111.

29Encore fallait-il des critères précis pour déterminer les contribuables à cette charge. Or, il n’y eut jamais d’homogénéisation en Bretagne à ce sujet, chaque ville agissant à son gré, sous le contrôle de l’intendant puis, à partir de 1734, de la commission intermédiaire. Le montant de la capitation constituait le principal sinon le seul critère. À Nantes, on fit d’abord contribuer ceux payant au moins dix à quinze livres puis on fixa le montant minimal à trente livres57. Il est d’ailleurs remarquable que le même plancher fut choisi par la commission intermédiaire en 1781 pour la ville de Rennes. Les contribuables taxés au-dessous de trente livres se réunissaient à plusieurs pour fournir un lit complet alors que les plus riches le fournissaient seuls58. La limite choisie marquait le seuil de la véritable richesse. Ceux payant de vingt à cent livres constituaient la catégorie des « gens qui vivent » sans craindre le lendemain et, dans les petites villes bretonnes, le véritable groupe dirigeant59. C’étaient donc en premier lieu les plus riches qui fournissaient les lits aux casernes. Cependant, dans les plus petites villes, il s’avérait impossible de se limiter à cette catégorie sociale qui, même à Nantes, n’excédait pas 5 % de la population totale60.

  • 61 ADLA, C 534.
  • 62 ADIV, C 4162, rôle de capitation du diocèse de Nantes, ville d’Ancenis, 1789.
  • 63 La ville d’Ancenis compte 592 contribuables à la capitation pour le périmètre urbain et plus de 80 (...)

30Les listes des contribuables d’Ancenis en 1788-1789 illustrent le pragmatisme des responsables du casernement. En 1788, comme l’année suivante, 164 habitants livrent un lit aux casernes abritant les dragons des régiments de Conti et de Chartres. Toutefois, il ne s’agit pas exactement des mêmes personnes à chaque fois, si bien que le nombre des contribuables dépasse les 20061. Qui sont-ils ? Les rôles de capitation éclairent significativement leur condition sociale62. En premier lieu, 52 % des contribuables à la fourniture des lits acquittent plus de dix livres de capitation alors qu’ils ne représentent même pas 20 % de l’ensemble des contribuables à cet impôt63. Les 204 contribuables appartiennent bien en majorité au tiers le plus imposé de la ville. Tous ceux imposés de vingt livres et plus livrent un lit, à une exception près. Et que de beau monde, de notables, dans cette catégorie ! On y trouve Mme Thoinet, imposée de 146 livres, et ses deux fils, plusieurs autres riches veuves, des rentiers fortunés, comme Arnaud de La Gironnière et Le Bourdais, mais aussi le maire Renoult de Renouville et le correspondant de la commission, Luneau de La Grasserie. Ceci appelle une première remarque : mis à part les nobles, il ne semble pas y avoir d’exempt. En effet, le maire, le correspondant, l’officier d’infanterie Brossaud le Jeune et quelques autres auraient pu y prétendre. Même les pères Cordeliers apportent un lit aux casernes ! Tout laisse penser que les responsables donnaient le bon exemple en contribuant eux-mêmes et en n’épargnant pas les autres notables. Avant de s’extasier sur le civisme de la bonne société d’Ancenis, remarquons que la commission versait dix livres dix sols par an et par lit à chaque propriétaire. Dès lors, le geste apparaît moins désintéressé. Laisser un lit dans une caserne ne rapportait certes pas grand-chose à ces gens aisés mais, pour peu qu’il restât inoccupé chez eux, il ne rapportait alors rien.

31La fréquence de certains patronymes et les homonymies ne permettent pas toujours d’identifier les autres contribuables avec certitude. Pour l’essentiel, il s’agit de particuliers imposés de cinq livres et davantage : veuves et demoiselles, marchands, maîtres de métier mais aussi avocats, médecin voire laboureur aisé. Les plus humbles fournisseurs, qui payent au minimum deux livres, sont des maîtres artisans. Les compagnons et le petit peuple du fleuve (mariniers, pêcheurs, portefaix) échappent à la charge à de très rares exceptions près. Quelques particuliers, imposés de deux ou trois livres, contribuent alors que d’autres, imposés jusqu’à dix livres ne le font pas. Quelques passe-droits peuvent l’expliquer mais il existe une autre possibilité. Pourquoi Luneau et Renoult se seraient-ils basés uniquement sur la capitation ? Pierre Latouche ne paie que deux livres, certes, mais comme charpentier il peut construire un lit à moindres frais. On ne peut toutefois systématiser cette éventualité : le menuisier François Harblin contribue mais pas son confrère Pierre Moisset, de fortune identique. Il est aussi possible que d’autres particuliers modestes disposaient d’un lit inoccupé. On touche ici aux limites de l’interprétation à la fois des rôles de capitation comme indicateur social et des listes de fournitures alignant des noms sans commentaire. Si la fourniture d’un lit pénalisait certainement davantage les gens modestes que les notables, elle épargnait nécessairement les plus pauvres.

Figure 15 : La capitation de ceux fournissant des lits aux casernes d’Ancenis en 1788 et 1789 (ADLA, C 534 ; ADIV, C 4162).

  • 64 ADCA, C 89. Le taux d’alphabétisation n’excède alors guère 35 % dans les principales villes de la (...)

32Le rôle des lits fournis à Guingamp en 1787 confirme ces premières observations : sur 100 particuliers concernés, plus des deux tiers signent à côté de leur patronyme, proportion nettement plus élevée que la moyenne locale et qui indique nécessairement une certaine aisance sociale pour la plupart64.

  • 65 ADIV, C 4140.

33À Malestroit en 1779, le rôle de la capitation comporte des annotations relatives à la fourniture de l’ustensile aux casernes alors qu’une autre liste précise qui s’associe pour fournir un lit65. Aucun particulier, même aisé, ne fournit une couchette complète : 174 contribuables sont regroupés par trois ou quatre, en général, pour fournir 52 lits. L’association au rôle de la capitation est trompeuse car il n’y a pas toujours corrélation entre la cote de la personne et ce qu’elle fournit. Ainsi, Joseph Le Ray et Pierre Le Lièvre fournissent tous deux un matelas alors qu’ils acquittent respectivement 4 et 12 livres au titre de la capitation. Mieux, le fermier Loaisel Dupaty, imposé de près de 40 livres, est redevable d’un traversier et d’une paillasse, comme Pierre Tougay, dix fois moins imposé. L’association entre Toullet, Jean-Baptiste Clairval et la veuve Gapihan fournit un lit complet, comme la famille Thomin, mais leur imposition, servantes comprises, se monte respectivement à 31 livres 10 sols et 76 livres. Tout donne l’impression d’une évaluation précise des facultés de chacun. Une négociation avec les intéressés n’est pas à exclure : pourquoi certains livrent-ils une chaise ou plutôt un banc, d’autres une paillasse ou une couverture ? Encore s’agit-il là d’effets concrets mais les plus humbles fournissent des portions de tables. Le cordonnier François Gorel contribue pour un septième de table et le drapier Pierre Gorel pour un cinquième. En tout état de cause, les communautés restaient largement souveraines pour répartir la charge de l’ustensile en nature.

  • 66 AMN, EE 94, règlement imprimé, 12 octobre 1739.

34Finalement, la fourniture de lits aux casernes était bien une charge plus équitable que le logement personnel parce qu’elle touchait d’abord les notables. Pour de petits artisans ou commerçants, peut-être contraints d’acheter à plusieurs un lit ou une paillasse, elle était cependant difficilement supportée. Elle comprenait, en outre, l’ustensile, c’est-à-dire tables, bancs, pots, plats de terre, cuillères de pots, chandeliers, seaux, planche à pain, sans compter des râteliers pour les armes et les bagages. En 1739, les règlements ajoutèrent même une serviette et un napperon, changés tous les huit jours66.

  • 67 Ibidem, Charron à Mellier, 18 août 1721, et EE 97, ordonnance de Feydeau de Brou, 6 août 1722.

35Les opérations de renouvellement de l’ustensile, des draps en particulier, et de changement de lits s’effectuaient dans la pagaïe. Tous ceux qui avaient pu se libérer survenaient en même temps. Soucieux de perdre le moins de temps possible, anxieux à l’idée de peut-être récupérer leurs fournitures détériorées, les contribuables n’étaient guère d’humeur à attendre le contrôle des autorités responsables du casernement. Dans l’agitation, les chapardages ne manquaient pas et certains ne retrouvaient pas leur bien. Les inconvénients ne se limitaient donc pas aux contributions matérielles ; il ne faut pas négliger les appréhensions et, dirions-nous aujourd’hui, le stress des personnes humbles. Les plus aisés, en revanche, ne montraient pas forcément un grand empressement à se manifester : le sieur Deguienne vient récupérer son lit longtemps après le départ du régiment de Bourbonnais et s’aperçoit alors de sa disparition67.

Les critères du choix des casernes

  • 68 ADLA, C 533, Thébault aux commissaires, 25 novembre 1787.
  • 69 ADLA, C 538, 28 octobre 1787.
  • 70 ADLA, C 535, lettre aux commissaires, 6 février 1787.

36Une autre charge consistait à fournir les bâtiments servant de casernes. Sur quels critères reposait le choix des maisons destinées à loger des militaires ? En fait, les exigences militaires s’accordaient mal avec les pratiques de la communauté ou du correspondant de la commission intermédiaire. Par commodité, les seconds gardaient en général les mêmes casernes, ce qui ne convenait pas forcément aux officiers, soucieux de discipline et d’efficacité du service. En 1787, le comte de Goyon, commandant en second, n’agrée pas le choix des casernes pour le régiment de Bassigny. Thébault, correspondant à Nantes, comptait reprendre les maisons utilisées pour le régiment de Royal-Roussillon « mais Monsieur le comte de Goyon en a disposé autrement en […] disant que les premières maisons de la Fosse étoient trop éloignées et qu’il falloit en chercher de nouvelles dans des quartiers de la ville plus près, pour être à portée de servir tous les corps de garde68 ». Quelque temps auparavant, le correspondant remarquait que les « avantages du logement doivent l’emporter sur l’éloignement69 ». Deux conceptions se heurtaient donc. Les officiers redoutaient une trop grande dispersion des soldats, synonyme de surveillance plus difficile. Les responsables du casernement ne s’embarrassaient pas de telles considérations. Thébault justifie ainsi le choix de la maison de la veuve Mazure : « Lors de l’arrivée du premier détachement du régiment de Penthièvre, la maison Mazure se trouvoit vacante […], c’est ce qui me détermina à préférer cette maison à toute autre parce que, ne délogeant personne, cela ne pouvoit exciter aucune plainte ni réclamation70. »

  • 71 Ibidem, 14 octobre 1786.
  • 72 ADIV, C 4698, supplique des propriétaires de casernes de Moncontour, 1764.

37Le loyer influençait également la décision : malgré les injonctions du comte de Goyon, Thébault hésite à caserner les soldats dans le quartier du Bouffay où les loyers sont chers71. D’autre part, afin de caserner cavaliers ou dragons, le choix se portait fréquemment sur des demeures pourvues d’écuries, pour ne pas dissocier les hommes et leurs montures. C’est notamment le cas à Moncontour en 176472.

  • 73 AMN, EE 96, loyers des casernes pour le régiment de Bourbonnais, 1er décembre 1716-1er février 171 (...)

38Un dernier critère concernait la taille des bâtiments choisis. À cet égard, les aspirations des maires et correspondants et celle des officiers se rejoignaient pour plébisciter des maisons de grande taille. Cela limitait en effet le nombre de propriétaires concernés et, conséquemment, les fréquentes complications administratives. Ceci explique que, parmi les premières casernes de Nantes, plusieurs comportaient environ 30 lits et une 47 lits, de quoi coucher 94 soldats au moins73 !

  • 74 ADLA, C 537, résumé de la commission sur la plainte du régiment de Rohan sur l’insalubrité de ses (...)
  • 75 ADLA, C 533, les commissaires à Thébault, 25 décembre 1787.
  • 76 F. Olier, op. cit., p. 308.
  • 77 J. Trévédy, Histoire militaire de Redon, Rennes, Caillières, 1893, p. 132-133.

39On ne soulignera jamais assez la grande hétérogénéité des situations d’une ville à l’autre. La raison en est que ni Versailles ni la commission intermédiaire ne donnèrent de directives claires et impératives à ce sujet. Certes, un rapport des commissaires daté de 1789 précise que « la salubrité du quartier est le principal objet à considérer dans l’emplacement des troupes et le choix des cazernes, il n’en est pas d’un grand nombre d’hommes réunis comme d’un simple ménage, ils ont besoin d’une grande circulation d’air et d’appartements qui ne soient pas humides74 ». Ces considérations humanitaires n’interviennent toutefois que dans le second semestre de 1789, dans un contexte particulièrement favorable au soldat citoyen et patriote. On n’en trouve pas trace auparavant. Au contraire, seule comptait, en définitive, la modicité des loyers : « L’économie exige que les troupes soient établies dans les quartiers les moins chers. Nous comptons, Monsieur, qu’à l’avenir vous ne vous écarterez point de cette règle75. » Dans les petites villes, les casernes potentielles étant rares, les bâtiments adéquats servaient pendant de longues années voire des décennies. Au Conquet, les casernes ne changent guère, les autres maisons étant presque toujours habitées par leurs propriétaires, indélogeables bien évidemment76. En d’autres localités, comme à Redon, on utilisa des bâtiments publics : l’hôtel du gouverneur, non résident, y fut aménagé, avec la construction de deux écuries, par la communauté qui en obtint l’afféagement77.

40Le choix d’une maison comme caserne concernait, certes, son propriétaire mais également ses éventuels locataires. L’opportunité d’utiliser des demeures vacantes se présentait rarement. Il fallait faire décamper dans l’urgence les occupants. Le procédé, brutal, posa longtemps problème, non pas tant pour des raisons humanitaires qu’à cause des plaintes qu’il provoquait. Les locataires les plus humbles subissaient sans broncher mais d’autres, plus aisés, demandaient des dommages et intérêts, quitte à se pourvoir en justice contre le propriétaire. Les États accordaient certes une indemnité mais, là encore, propriétaire et locataires se disputaient son partage.

  • 78 AN, H1 464, requête des États de Bretagne avec projet de règlement, 1766.
  • 79 ADLA, C 532, « Instruction pour les correspondants de la commission intermédiaire des États de Bre (...)

41Assaillie de plaintes et voyant les tribunaux ordinaires empiéter sur ses prérogatives, la commission se détermina à élaborer un règlement en 1767. Il obligeait le locataire à choisir entre deux options : ou bien laisser subsister son bail et recevoir une indemnité ou bien le résilier78. Cela ne réglait pas la question d’éventuels dommages et intérêts pour le préjudice subi, si bien que le règlement du 3 janvier 1785, magnanime, stipula que la location serait désormais à la charge du fonds du casernement à compter des deux mois précédant le délogement des locataires79. La législation évolua donc dans un sens favorable aux locataires qui, à la fin des années 1780, pouvaient même se constituer un petit pécule en prévision d’un futur loyer plus onéreux.

Le cas particulier du logement en argent

  • 80 N.-L. Caron, op. cit., p. 55. Ordonnance du 5 juillet 1765 fixant le logement des officiers généra (...)
  • 81 AMN, EE 94, Charron à Mellier, 28 octobre 1721.

42Le logement en argent concernait au premier chef les officiers. Parmi les hauts responsables militaires, seul le commandant en chef recevait son logement en nature, habitant habituellement, à partir de 1732, l’hôtel de Blossac à Rennes. Les officiers généraux employés en Bretagne, en revanche, touchaient une indemnité en fonction de leur grade : 1 800 livres pour un lieutenant général, 1 200 livres pour un maréchal de camp, 900 livres pour un brigadier80. Mis à part ceux résidant à demeure dans les forteresses, les officiers ordinaires recevaient aussi leur logement en argent, l’indemnité étant payée partie par la communauté et partie par la province81. Si l’auberge ne les tentait pas, rien ne les empêchait de s’accorder avec un particulier louant une chambre ou un appartement. La législation foisonnante concernant le logement des gens de guerre oscilla plusieurs fois, néanmoins, entre une application stricte de ce système et la possibilité d’offrir le choix aux officiers.

  • 82 En 1721. G. Saupin, La vie municipale à Nantes sous l’Ancien Régime 1565-1789, thèse de 3e cycle d (...)

43Le logement effectif des officiers ne pouvait, de toute façon, concerner que l’étape, le séjour en quartiers d’hiver ou d’été entraînant obligatoirement le versement d’une indemnité. Les officiers préféraient d’ailleurs souvent l’accueil chez l’habitant à un séjour pas forcément confortable dans une auberge. Ceux du régiment de La Marck cherchent ainsi à obtenir du maire de Nantes des billets de logement82. N’oublions pas, enfin, que, pour éviter une cohabitation jugée indécente, les veuves et les filles n’accueillaient jamais de soldats dans leurs foyers mais acquittaient le logement en espèces. Les femmes les plus pauvres en étaient exemptées.

Les fournitures de charrettes et de chevaux

44La logistique des armées combine non seulement le ravitaillement et le logement des troupes mais également les transports. Les armées d’Ancien Régime se déplaçaient certes par leurs propres moyens, à pied ou à cheval. La fourniture d’autres moyens de transport était pourtant nécessaire, pour les blessés ou les malades, les bagages, certains équipements ou certaines armes, en particulier l’artillerie. La plupart du temps, les autorités y pourvoyaient en réquisitionnant charrettes, bœufs et chevaux. Seuls les détenteurs – propriétaires ou simples utilisateurs – de ces animaux et matériels étaient donc touchés, avec toutefois des contrastes géographiques importants, la proximité d’une route empruntée par l’armée signifiant inévitablement une charge plus lourde à supporter. Comme pour les autres charges, exemptions et passe-droits créaient des inégalités et, par conséquent, mécontentements et tensions. Les pages suivantes tenteront une évaluation de la lourdeur de la fourniture, en n’oubliant pas les résistances suscitées.

Une réglementation foisonnante et hésitante

  • 83 D. Biloghi, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’étape languedocienne, Montpellier, (...)

45La réglementation touchant aux transports militaires connut au cours du xviiie siècle quelques changements de fond et de multiples aménagements de détail. En 1716, un premier règlement royal fixa avec précision la quantité d’attelages à fournir en fonction de l’importance et de la qualité de la troupe83. Toutefois, constatant l’insuffisance de ces quotas, on autorisa en 1728 les officiers à fixer eux-mêmes ce dont ils avaient besoin. Les autorités municipales n’avaient alors qu’à les satisfaire. On revint néanmoins à l’ancien règlement dès 1730 car les officiers demandaient trop de voitures, surchargeant les paysans, souvent pour transporter des effets pas toujours indispensables. L’ordonnance du 5 novembre 1730 fixa par conséquent des quotas, à cinq charrettes par bataillon, trois par régiment de deux escadrons et quatre par régiment de trois escadrons, tout en prévoyant la possibilité de voitures supplémentaires dans certains cas précis. On s’y maintint par la suite sauf pendant la guerre de Sept Ans durant laquelle ces quotas furent sensiblement augmentés.

  • 84 AMN, EE 131.
  • 85 AMB, EE 3, 20 octobre 1772, imprimé.

46S’il fallait une preuve de la préoccupation des autorités pour la question des transports militaires, l’abondance pléthorique de règlements de plus en plus précis y suffirait. L’ordonnance de Dupleix du 26 avril 1773 ne comporte pas moins de trente-trois articles extrêmement précis84. La litanie de tous ces textes réglementaires qui apportent en général peu de modifications par rapport aux précédents mais en reprennent au contraire souvent jusqu’aux termes, pose le problème de leur application ou, du moins, témoigne de difficultés certaines. On ne peut les imputer au manque de prise en compte des réalités bretonnes par l’administration royale puisque l’intendant adopta de nombreuses dispositions pour adapter et expliciter les décisions de Versailles. Le commissaire départi n’en était pas moins conscient des difficultés pour faire appliquer la réglementation. Dupleix s’en ouvre à ses subdélégués en 1772 : « Je reconnois tous les jours, Messieurs, que malgré les sages précautions prises, tant par les ordonnances du roi que par celles de mes prédécesseurs, il s’est glissé des abus considérables sur ce qui concerne la marche des troupes, soit parce qu’on n’observe pas les règles établies à ce sujet, soit parce que l’on y contrevient85. »

  • 86 ADIV, C 2689, p. 319-322 ; C 2692, p. 240-241.
  • 87 N.-L. Caron, op. cit., p. 116.
  • 88 D. Biloghi, op. cit., p. 324.

47Les États, parce qu’ils contrôlaient l’étape, élaboraient aussi des règlements dont les plus importants furent ceux du 9 novembre 1760 et du 21 mai 176786. Intendant et États n’empiétaient cependant pas sur leurs prérogatives respectives : le premier avertissait maires et syndics de la réquisition et châtiait les éventuels délinquants. Les seconds n’intervenaient dans le domaine des transports qu’à cause de l’indemnité accordée aux contribuables de cette charge87. Le service des transports donnait donc lieu à une véritable cogestion entre la Province et le représentant du pouvoir central, situation propre aux pays d’États que l’on retrouve en Languedoc, avec une répartition similaire88.

  • 89 N.-L. Caron, op. cit., p. 123.

48Les États, à partir de 1757, adjugèrent le service des transports soit avec celui de l’étape, soit séparément. Concrètement, cela ne changea rien. L’entrepreneur – toujours le même que celui de l’étape – ne fut pratiquement jamais en mesure de louer de gré à gré les attelages et animaux nécessaires, la plupart étant employés dans les travaux agricoles et le tarif proposé ne suscitant pas l’enthousiasme. Il fallait donc presque systématiquement recourir aux réquisitions, l’adjudicataire se contentant de verser l’indemnité prévue aux contribuables. Cette situation conduisit la commission à renoncer, dès 1763, à l’adjudication du transport et à en assumer l’entière administration financière. L’entreprise échoua donc en Bretagne faute de moyens de transport négociables de gré à gré. Les États eurent beau jeu, a posteriori, de transformer cet échec en victoire contre l’esprit de lucre des entrepreneurs et d’affirmer leur souci d’une juste rétribution du « colon89 », l’explication résidait en fait dans des facteurs sociaux et économiques. Il n’existait finalement aucune alternative viable au système des réquisitions.

Les autres types de fournitures et l’alternative de la voie d’eau

  • 90 AMB, EE 3, lettre du commissaire des guerres Bigot de Saint-Simon, 13 août 1760.
  • 91 ADF, C 73, « État des voitures qui ont été fournies à Quimperlé pour le transport des bagages des (...)
  • 92 AMN, EE 128, l’intendant au subdélégué de Nantes, 8 décembre 1746.

49En dehors des cas habituels de transport, des attelages étaient périodiquement réquisitionnés à d’autres fins. Le charroi des pièces d’artillerie sortait de l’ordinaire par l’ampleur de la mobilisation. En 1760, six paroisses proches de Brest fournissent à cet effet vingt-trois voitures attelées de quatre chevaux chacune et plus d’une centaine d’autres chevaux de trait avec cordes et colliers90. De même, entre novembre 1761 et mai 1762, une des plus fortes mobilisations dans la subdélégation de Quimperlé consiste dans le rassemblement à Rosporden de soixante-douze bœufs attachés par couple pour des chariots d’artillerie se rendant à Brest91. Fort heureusement, le passage de trains d’artillerie demeurait exceptionnel et, parfois, des attelages appartenant à l’armée pouvaient opérer : en 1746, cent chevaux d’artillerie arrivent à Nantes pour convoyer des canons et des boulets92.

  • 93 ADIV, C 6148, règlement de Duval Soarès, subdélégué de Brest, 3 septembre 1757.
  • 94 SHAT, 1M 1823, les correspondants de Dol et de Combourg aux commissaires, 24 juillet et 4 août 175 (...)

50D’autre part, il fallait transporter les vivres et le bois indispensables à la subsistance de la troupe. En temps normal, munitionnaires et entrepreneurs assuraient le convoyage sans trop de difficultés. En revanche, les concentrations de soldats en période de guerre exigeaient des réquisitions, comme en 1757 dans la subdélégation de Brest pour le pain de munition93. L’établissement de camps entraînait une mobilisation encore supérieure, un approvisionnement correct étant une des conditions sine qua non de leur réussite. Ainsi, en 1756, une centaine de charrettes transportent six cents cordes de bois du Parc des Ormes, à proximité de Dol, jusqu’au camp de Paramé. Des charretiers de Combourg sont également mis à contribution94.

  • 95 ADIV, C 4705, le subdélégué à d’Agay, 13 avril 1771.

51Certaines traditions locales, instituées par les militaires, pesaient parfois lourd. À Belle-Île, « on oblige les habitans […] à fournir gratuitement, pendant l’hyver, des voitures pour transporter de la glace à la glacière de la citadelle95 ». Ce témoignage traduit l’existence de charrois à des échelles locales, à proximité des forteresses ; les paysans qui en sont victimes semblent corvéables à discrétion, à moins que l’intendant n’intervienne pour modérer ce type de corvée.

  • 96 ADIV, C 922, « Ordonnance du Roi portant règlement sur les voitures qui doivent être fournies aux (...)
  • 97 ADIV, C 4700, requête de Pierre Queudreu, fermier général des étapes et voitures des troupes pour (...)

52Dans une province maritime non dépourvue de cours d’eau navigables, la voie d’eau offrait aussi des possibilités. Or, on l’utilisait peu. Certes, elle ne convenait guère pour les malades ou les bagages accompagnant une troupe, le rythme de la progression comme le trajet se calquant difficilement sur ceux d’une compagnie, d’un bataillon ou d’un régiment. L’ordonnance royale du 1er juillet 1768 prévoyait toutefois que ce mode de transport puisse suppléer la voie terrestre pour les bagages « lorsque les routes seront parallèles au cours des rivières navigables et que les Intendans estimeront que le transport des bagages pourra se faire sûrement et commodément par eau96 ». La route entre Nantes et l’Anjou se prêtait à cette possibilité mais pas les itinéraires menant à Brest. Il ne semble pas que les intendants de Bretagne exploitèrent vraiment cette alternative qui, pourtant, eût permis des économies substantielles97. En revanche, les pièces d’artillerie, tout comme d’autres fournitures, convenaient parfaitement à ce mode de transport particulièrement adapté aux pondéreux.

  • 98 AMN, EE 128, lettre à Mellier, 13 juin 1722.
  • 99 ADIV, C 69, lettre de Védier à Macé, subdélégué de Dinan, mai 1761.
  • 100 D. Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 47.

53Des obstacles importants existaient néanmoins. Lorsqu’on remontait la rivière, l’extrême lenteur devenait rédhibitoire. Quand, en 1722, il faut acheminer quarante-trois canons de Nantes à La Charité-sur-Loire, Feydeau de Brou se prononce sans hésiter pour la voie terrestre, mettant en exergue cet argument98. La voie d’eau convenait surtout pour des convoyages sur de faibles distances, comme lorsqu’il s’agit de transporter une pièce de canon portative et des munitions du régiment de Beauvaisis de Saint-Malo à Dinan, en empruntant la Rance99. En fait, charrois et batellerie se suppléaient mutuellement plus qu’ils ne se concurrençaient, la seconde restant largement tributaire des conditions atmosphériques100. D’autre part, la configuration de la plupart des rivières bretonnes, dépourvues de connexions entre elles jusqu’à la mise en service du canal de Nantes à Brest, et leur navigabilité parfois réduite, explique aussi leur faible utilisation pour les transports militaires.

  • 101 ADIV, C 929.
  • 102 N. Le Pouhriet-Salat, op. cit., t. 1, p. 190.
  • 103 N.-L. Caron, op. cit., p. 123-124.

54Il en allait différemment des îles, tributaires du transport maritime. Les troupes et leurs bagages y arrivaient et en repartaient grâce à un système de chasse-marée mobilisant des mariniers. Là encore, compte tenu du caractère ponctuel du service, on procédait souvent par réquisition. Des marchés furent toutefois conclus. Pour assurer le passage entre la terre ferme et l’île de Batz, le subdélégué de Saint-Pol passe un marché le 11 mai 1780 avec cinq entrepreneurs, habitants de l’île disposant de canots101. Ces transporteurs apportaient également les vivres indispensables à la survie des troupes et même parfois l’eau douce, comme aux Glénan en 1756102. À l’instar du transport terrestre, le prix du fret était acquitté moitié par l’État et moitié par la Province103. Il s’agissait donc d’un transport vital pour les garnisons insulaires mais somme toute marginal à l’échelle de la Bretagne.

Des réquisitions reposant sur la paysannerie aisée et certains corps de métiers

  • 104 AMN, EE 128, ordonnance du 12 octobre 1735.

55En ce qui concerne les paroisses contribuables, pendant longtemps régna un certain pragmatisme, sans règle bien établie, l’intendance désignant les paroisses concernées et s’efforçant au gré des plaintes de la population et des observations de ses subdélégués, de gommer les injustices les plus criantes. Pontcarré de Viarmes intervient ainsi en 1735, constatant que plusieurs paroisses des environs de Nantes « très à portée de faire ce service, n’y sont pas assujetties » ; il impose alors cette fourniture à neuf paroisses supplémentaires104.

  • 105 ADIV, C 922, « Observations du subdélégué de Callac sur la requête du général de la paroisse de La (...)

56S’affirma toutefois progressivement un souci de rationalisation qui s’exprima dans l’ordonnance du 26 avril 1773. L’article IX stipulait que les paroisses distantes de deux lieues au plus des lieux d’étape devaient contribuer. Son caractère laconique ouvrait cependant la porte à bien des interprétations dans une province d’habitat dispersé. En 1784, alors que plusieurs paroisses des environs de Callac se rejettent la charge à supporter, le subdélégué remarque : « L’article 9 de l’ordonnance de M. Dupleix du 26 avril 1773 parlant de la distance ne prescrit pas de la mesurer du clocher de la paroisse au lieu de passage ; aussi il y a peu de lieux qui n’ayent quelque paroisse dont le clocher n’en soit pas éloigné de plus de deux lieues de corde mais les confins se trouvent de cette distance et presque toujours moins105. » Cette interprétation de bon sens était généralement suivie sans faire pour autant jurisprudence.

  • 106 Ibidem, liste des chevaux et charrettes, 2 août 1785.
  • 107 ADIV, C 65, 6 juin 1759.

57On se doit d’insister sur le faible nombre des exemptions. Mis à part les nobles, les ecclésiastiques et leurs domestiques, presque tous contribuaient. Dans la paroisse de Ploërdut, un seul exempt est ainsi signalé, Joseph Tanguy, ancien syndic résidant dans le village de Keromnès106. Les fermiers et les métayers, qui supportaient l’essentiel de la charge en milieu rural, ne bénéficiaient pas des éventuelles exemptions des propriétaires. Toutefois, des arrangements prenant en compte le logement personnel intervenaient localement. Le subdélégué de Concarneau s’en explique à l’intendant : « Ceux d’entre eux qui logeront ne doivent pas contribuer aux charrois et dans la mesme équité ceux qui charroient ne pourront estre tenus au logement dans les cas ordinaires107. » En l’absence d’autres témoignages semblables, il faut se garder de généraliser de telles pratiques qui n’eurent jamais force de loi.

  • 108 ADIV, C 922, état des charrettes et montures qui peuvent être fournies à Ploërdut, 2 août 1785.
  • 109 AMN, EE 131, 24 février 1756, ordonnance de Le Bret.
  • 110 AMN, EE 129, procès-verbal, 19 avril 1760.

58Les réquisitions touchaient également les meuniers, souvent possesseurs d’un ou de plusieurs chevaux et d’une charrette et plutôt aisés. À Ploërdut, les douze meuniers de la paroisse fournissent des montures108. En ville, la fourniture affectait certains corps de métiers : loueurs de chevaux et voitures, bouchers, tanneurs, petits marchands ; plusieurs ordonnances citent explicitement ces quelques catégories109. Sur la demande des majors des régiments de Bourbon et de Royal-Cantabre, les jurés des communautés des tanneurs et des bouchers de Nantes reçoivent ainsi l’ordre de fournir vingt-quatre chevaux, douze pour chaque métier110. Pour les responsables municipaux, la corporation constituait une unité plus pertinente que la paroisse pour assurer les transports, sachant que seules quelques professions bien particulières contribuaient.

  • 111 ADIV, C 922, « Rolle des charretiers et autres qui sont dans le cas de contribuer audit transport (...)
  • 112 Il s’agit sans doute de frairies.

59Pour les campagnes, plusieurs états dressés en 1785 dans quelques paroisses de la subdélégation de Guémené apportent d’autres éléments très intéressants. Ils ne sont pas entièrement nominatifs, les capacités à fournir charrettes et chevaux étant déterminées suivant les hameaux. Pour la paroisse de Saint-Thugdual, treize « villages » (écarts) et le bourg fournissent quatorze charrettes111. Pour chaque unité géographique, deux habitants sont généralement nommés. Par exemple, pour le bourg de Saint-Thugdual, il est mentionné : « Joseph Guilloux, René Guillemot et consorts, à savoir Le Stanq Bihan, Resteneine et Roslagadec. » Deux constatations s’imposent. D’une part, il est peu probable que la force de ces quatorze ensembles soit identique mais une certaine équité est probable. La difficulté d’appréciation résulte du fait qu’on ne sait pas si ce découpage géographique est uniquement destiné à la réquisition des moyens de transport ou si ces micro circonscriptions préexistent et ont aussi un autre usage, fiscal par exemple112. D’autre part, chaque regroupement apparaît collectivement responsable de la fourniture d’une charrette et des animaux de trait. Cela suppose une certaine cohésion sociale, les quelques personnes citées nominalement étant probablement les plus notables habitants de ces quartiers et, à ce titre, les responsables du bon fonctionnement des réquisitions.

  • 113 À ce sujet, voir J. Quéniart, op. cit., p. 117-120. ADIV, C 922, état recensant les particuliers a (...)

60Les réquisitions touchaient surtout l’élite paysanne : laboureurs, fermiers et métayers plutôt aisés, meuniers. Quand sept paysans de Guipel se plaignent de préjudices de la part de soldats à l’occasion de la fourniture d’une charrette et de chevaux, tous signent leur déclaration. Pour trois d’entre eux, la signature est « ferme » et révèle une probable pratique de l’écriture113.

  • 114 ADCA, C 4, « État général de tous les propriétaires des charrettes ou harnois, chevaux et bœufs de (...)

61Pour autant que l’on puisse en juger, les responsables paroissiaux s’attachaient à une répartition équitable et ne s’exemptaient pas indûment. De tels procédés n’auraient pas manqué de susciter des plaintes à l’intendance et des tensions préjudiciables à la cohésion de la communauté. La douzaine de notables qui forme le « corps politique » de Plounévez-Moëdec et dresse à ce titre la liste des charrettes et chevaux disponibles contribue ainsi largement, chacun fournissant au moins un attelage et souvent deux animaux. Le rédacteur prit d’ailleurs le soin de préciser en marge pour chacun d’eux « délibérant114 ».

  • 115 N.-L. Caron, op. cit., p. 116-117.

62Les autorités versaient des indemnités seulement aux propriétaires des chevaux, bœufs et charrettes. Beaucoup de conducteurs, fermiers, métayers ou compagnons, ne touchaient rien directement, étant seulement nourris de rations militaires. La règle généralement suivie fut d’accorder une indemnité proportionnelle à la distance effectuée. En 1759, par exemple, les États payaient trente sous par lieue pour une voiture et cinq sous pour un cheval de selle115. Toutefois, seul l’aller était pris en considération mais pas le retour.

  • 116 Ibidem, p. 121.
  • 117 Ibid., p. 125-126.

63On comprend, dès lors, la réticence et la mauvaise volonté chroniques des contribuables à cette charge. Plus qu’une soudaine et charitable générosité, c’est probablement ce qui motiva les États pour prendre l’initiative. Ils s’inspirèrent de règlements élaborés par les intendants des généralités d’Artois et de Caen, et chargèrent leurs députés en Cour d’obtenir un alignement sur ces provinces. Le règlement royal du 15 août 1770 accorda vingt sous par lieue pour une voiture, y compris le trajet du retour. Les États, décidément prodigues pour cet objet, firent de même quelques mois plus tard, de sorte que le propriétaire d’une charrette reçut dorénavant quarante sous par lieue, à condition, toutefois, de transporter la charge réglementaire de 1500 livres. Les mêmes principes s’appliquèrent aux chevaux de selle116. L’intendant et les États s’accordèrent même en 1767 pour que les correspondants de la commission payassent toute la somme prévue, y compris la part du roi, étant remboursés ultérieurement117.

64Toute cette évolution contribua sans conteste à l’amélioration du sort des réquisitionnés. La motivation des autorités vint-elle de la nécessité d’améliorer le service ou d’un souci croissant d’humanité ? Ces deux facteurs pesèrent certainement dans l’unanimisme de la Province et du pouvoir central à cet égard. Cependant, à en juger par la persistance des difficultés au cours des années 1770 et 1780, les dispositions adoptées n’eurent guère l’effet escompté.

Évaluation de la charge de la fourniture des moyens de transport

  • 118 AMN, EE 129, « Mémoires des corvées tant ordinaires qu’extraordinaires, et des dépenses résultante (...)

65L’évaluation concrète de cette charge suppose de disposer de sources indiquant, pour plusieurs paroisses, le nombre d’attelages et d’animaux fournis. Deux documents de nature différente et d’inégale valeur y contribuent. Le premier est le mémoire des archers de la ville de Nantes chargés des réquisitions118. En effet, ces archers intervenaient quand il y avait des difficultés pour trouver des attelages, c’est-à-dire souvent. Cependant, cet état ne recense pas exhaustivement tous les attelages fournis mais uniquement ceux réquisitionnés par la force publique. Il ne peut donc fournir une estimation globale du nombre de charrettes fournies. Il apporte seulement des éléments de comparaison entre les paroisses, à condition d’admettre une égale réticence à fournir des moyens de transport.

  • 119 ADLA, C 266, récapitulatif des routes des différentes troupes passées à Nantes.

66La confrontation entre les « corvées » des archers et les passages de troupes fournit quelques éclairages intéressants119. On compte, en 1757, 62 passages de troupes et 19 interventions des archers. Cela confirme que le nombre d’attelages et de chevaux effectivement livrés est supérieur à celui figurant sur le registre des archers. Toutefois, de nombreux groupes de quelques hommes (recrues, invalides) n’avaient pas forcément droit à des moyens de transport, ce qui ne permet pas d’évaluer précisément l’importance des réquisitions. On constate que la plupart des interventions de la force publique interviennent lors du passage de bataillons ou de régiments, troupes nombreuses nécessitant force chevaux et charrettes.

  • 120 AMN, EE 128, liste du 15 janvier 1748.

67Choisissons comme échantillon d’étude la période 1755-1759, particulièrement fertile en interventions du fait de la guerre de Sept Ans. Les différences entre les paroisses sont notables. À côté de quelques-unes contribuant plus de 60 fois (Le Bignon, Carquefou, Pont-Saint-Martin), d’autres se situent autour de 40 interventions (La Chapelle-sur-Erdre, Saint-Herblain, Orvault, Treillières, Saint-Donatien) alors que le reste, groupe de loin le plus nombreux, contribue en général moins de 20 fois. La capacité de chaque paroisse comptait pour beaucoup, évidemment, mais il est probable que certaines, placées plus près des routes, contribuaient proportionnellement davantage. Pour les environs de Nantes, certaines paroisses contribuant le moins étaient parmi les plus éloignées des routes (Bouguenais, Basse et Haute-Goulaine) alors que les plus sollicitées se situaient souvent à proximité des lieux de passage. Par ailleurs, le nombre d’interventions ne préjuge en rien du nombre d’attelages fournis. Ainsi, Le Bignon est sollicité 8 fois, comme Saint-Sébastien, mais fournit 78 charrettes contre 14 ! On ne connaît le nombre de charrettes existant dans une paroisse que pour Doulon, où 7 contribuables disposent de 9 charrettes en 1748120. De 1755 à 1759, cette paroisse fournit au minimum 17 charrettes, ce qui correspond à 0,67 interventions par an pour chaque métayer. Si l’on veut bien considérer que les archers n’intervenaient que dans une minorité de cas, on approchait peut-être les 2 réquisitions annuelles.

  • 121 ADF, C 73.

68Le tableau imprimé des charrettes et chevaux fournis à Quimperlé en 1761-1762 constitue une autre source de choix121. Sont mentionnés les attelages et animaux fournis par les différentes paroisses ainsi que le nom des propriétaires. Une certaine rotation des paroisses contribuables se remarque. Lothéa fournit sept charrettes le 12 juin mais aucune le 13 ni le 24 alors que Saint-Michel en livre deux le 13 juin mais aucune la veille ni le 24 juin. Un phénomène identique se vérifie pour les chevaux. Pour la ville de Quimperlé, la fourniture des chevaux repose sur un nombre assez réduit de particuliers : vingt-quatre au total du 18 juillet au 7 novembre 1761. Le tour des principaux fournisseurs revient assez vite : Étienne Touzic fournit un cheval le 27 août, un autre le 13 septembre, un autre le 2 octobre puis à nouveau le 6 du même mois, et encore à trois reprises jusqu’au 7 novembre.

Les vicissitudes du service des transports

69La réitération d’ordonnances et règlements comme le recours fréquent à la force publique, témoignaient des difficultés inhérentes aux transports militaires. Les vicissitudes observées ne se résumaient pas toutes à la mauvaise volonté obstinée des contribuables. Dans bien des cas, ils étaient exacts à fournir attelages et chevaux demandés mais certaines mésaventures ne purent que les rendre plus circonspects.

  • 122 N.-L. Caron, op. cit., p. 128-131 et AMB, EE 3, imprimé de l’intendance aux maires, 10 mars 1761.
  • 123 ADIV, C 922, petit dossier avec lettres et procès-verbaux.

70Les problèmes venaient d’abord des soldats. La contestation la plus fréquente portait sur la quantité des moyens de transports nécessaires. Quand bien même les multiples règlements les fixaient précisément, officiers et soldats cherchaient à passer outre. Usant de subterfuges, des hommes bien portants obtenaient des chevaux en tant que malades ou convalescents alors que des officiers, sous prétexte de messages à porter à des détachements casernés en d’autres localités, chevauchaient pour leur agrément ou leurs affaires privées sur des montures ne leur appartenant pas122. Les autorités finissaient presque toujours par avoir connaissance de ces abus, trop tard pour y remédier, certes, mais pas pour obtenir des compensations financières. En septembre-octobre 1764, la commission intermédiaire réclame ainsi 118 livres et 10 sols pour un excédent de quatre voitures fournies au régiment Royal dragons lors de sa sortie de la province123. La vigilance de la commission et de l’intendance s’accrut d’ailleurs proportionnellement aux difficultés financières de la province et de la monarchie.

Figure 16 : Les réquisitions d’attelages dans les environs de Nantes.

  • 124 G. Pondaven, op. cit., p. 18-19, 28 avril 1695.
  • 125 AMN, EE 128, lettre du sieur de Ravenet, capitaine de milice royale, à la communauté de Nantes, 21 (...)
  • 126 Ibidem, lettre de l’intendant d’Agay, 3 janvier 1771.

71D’autre part, les réquisitions donnaient couramment lieu à des scènes de violence. À Lesneven, à la fin du xviie siècle, les charretiers et le syndic sont maltraités et une charrette est endommagée124. Maladresses et circonstances défavorables conduisaient parfois à des égarements coupables et aucunement prémédités. Alors que des charrettes parties de Nantes approchent de Montaigu, des cordes se rompent, des soldats malades s’affolent et un caporal, excédé par la gaucherie des paysans, en frappe un avant que son capitaine ne s’interpose125. L’évocation de désordres éventuels pendant les transports dans différents textes officiels confirme la relative fréquence de ces incidents126.

  • 127 ADIV, C 65, supplique au ministre, 16 avril 1759.
  • 128 Le cahier de doléances du Bignon, au sud de Nantes, demande de « maintenir la lenteur naturelle de (...)

72Violence envers les hommes mais aussi à l’encontre des animaux. À une époque où le pas de l’homme constitue la norme, le galop du cheval procure les griseries d’une inhabituelle vitesse. Certains militaires ne s’en privent pas, quitte à exténuer une monture qui ne leur appartient pas et qui, parfois, ne survit pas à l’impitoyable traitement. Similien Briand, marchand de bois à Nantes, décrit ainsi le supplice enduré par son cheval : « Il fut monté par le domestique d’un officier dudit régiment [Royal-Vaisseaux] lequel mit en trousse un portemanteau pesant cent livres au moins et fut depuis Nantes au galop jusques à Montaigu distant de sept fortes lieues sans débrider127. » On comprend, dans ces conditions, que certains s’accommodaient fort mal du rythme nonchalant des bœufs et les frappaient dans le vain espoir d’accélérer l’allure, au grand dam des propriétaires128. La crainte de retrouver ses animaux estropiés voire morts constituait un frein puissant à une fourniture efficace. Le matériel souffrait également dans les mauvais chemins et une charrette endommagée était un préjudice de taille.

  • 129 ADIV, C 922, ordonnance royale du 1er juillet 1768.
  • 130 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, présentés par F. Roudaut, Cahiers de Bret (...)

73Une autre réticence trouvait son origine dans la perte de temps induite par les charrois. Les voitures devaient être sur le lieu du départ à cinq heures au plus tard en été et six heures en hiver129. Pour des conducteurs demeurant parfois à plusieurs lieues du point de rassemblement, cela signifiait partir au cœur de la nuit et s’aventurer dans les chemins creux à la lueur d’une lanterne. L’étape en elle-même prenait la plupart du temps une journée entière et les paysans retrouvaient au mieux leur logis fort tard le soir, quelquefois le lendemain. Quelques cahiers de doléances dénoncent la longueur des distances totales. À Sizun, on observe « qu’il y a des quartiers de la paroisse de Sizun éloignés de cinq lieues du lieu de chargement, sept lieues à faire au lieu de déchargement et six pour s’en retourner130 ». Au bas mot, deux à trois jours de travail s’étaient envolés.

  • 131 ADIV, C 62, lettre du maire à l’intendant, 25 novembre 1757.

74Ces inconvénients suffisent à expliquer le peu d’exactitude des contribuables à remplir leurs obligations. Il ne semble pas excessif d’affirmer qu’une grande partie – la majorité ? – des fournitures d’attelages pour les troupes nombreuses (bataillons, régiments) posait des problèmes. Entendons-nous bien : les difficultés rencontrées entraînaient des frais annexes et des retards mais le service était toujours rempli. D’ailleurs, la diligence des autorité limitait les retards à quelques heures tout au plus, très exceptionnellement à une journée : le comte de Balleroy reçoit ainsi ses chevaux à huit heures au lieu de six. L’éminent personnage n’apprécie guère ce retard minime et s’en plaint à l’intendant, au grand dam du maire de Port-Louis131.

Des charges matérielles fortement contrastées selon les lieux et les années

75Les différentes charges militaires imposées à l’habitant connaissaient des contrastes importants non seulement liés au statut social et aux privilèges en découlant mais aussi à l’implantation géographique. Ceux demeurant dans les lieux d’étape, le long des routes empruntées par les troupes et dans les localités servant de quartiers contribuaient sans conteste davantage que les autres. C’est sur ces Bretons que vont porter en priorité les pages suivantes. Toutefois, auparavant, quelques préalables s’avèrent indispensables : évaluer le nombre de soldats présents en Bretagne et ses variations, identifier les routes les plus fréquentées, les principaux lieux d’étape et de casernement. C’est seulement ensuite que l’on pourra préciser le poids des fournitures matérielles, tout en gardant à l’esprit l’existence de fortes inégalités, tant sociales que géographiques et temporelles.

La présence militaire en Bretagne et la militarisation de la province

  • 132 Cl. Nières, Les villes de Bretagne au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2004, p. 474-475.

76L’armée de ligne présente en Bretagne avait comme principal objectif de protéger les côtes et de repousser un éventuel débarquement anglais. L’importance numérique des soldats variait forcément entre les périodes de guerre et de paix. Reste à déterminer précisément dans quel sens. Selon Bourde de La Rogerie, les hostilités conduisaient les autorités à concentrer les troupes sur les frontières terrestres du Pré carré et donc à dégarnir la Bretagne. Claude Nières conteste cette affirmation et montre la présence de nombreux soldats durant la guerre de Sept Ans132. En fait, il faut distinguer deux grandes périodes.

  • 133 SHAT, A1 1210, « Estat des troupes qui sont en garnison dans les places cy après nommées ».
  • 134 SHAT, A1 1315, lettre de Vauban, 10 octobre 1695.
  • 135 SHAT, A1 1428, état des troupes en Bretagne, juillet 1696.

77Pendant les guerres de la Ligue d’Augsbourg et de Succession d’Espagne, les menaces pesant sur le royaume et la pénurie chronique de combattants conduisirent à laisser peu de troupes réglées stationnées en Bretagne. Les fréquentes mobilisations du ban et arrière-ban comme des milices bourgeoises voire garde-côtes en témoignent. La plupart du temps, les effectifs de l’armée réglée sont faibles pour défendre une province étendue aux côtes découpées : 4 100 hommes en novembre 1693, par exemple133. En 1695, deux régiments d’infanterie française, un suisse et un de cavalerie constituent la totalité des forces disponibles, non compris les troupes auxiliaires134. L’été suivant, sept bataillons d’infanterie et 840 cavaliers sont numériquement épaulés par les gentilshommes de la province, ceux du Nivernais et du Limousin135.

  • 136 SHAT, A4 23, n° 86, « Disposition de l’emplacement des troupes en Bretagne par M. le duc d’Aiguill (...)
  • 137 SHAT, A1 3188, « État des troupes qui se rendent en Bretagne », 12 octobre 1746.
  • 138 AMB, 2S 1, « Emplacement des troupes aux ordres de Monsieur le marquis de Langeron, lieutenant gén (...)
  • 139 SHAT, 1M 1093, lettre à Montbarey, 13 mars 1778. Également état général du 12 octobre 1778.
  • 140 ADIV, C 928, « État des troupes en quartiers en Bretagne », sans date mais entre avril et novembre (...)

78Poursuivre cette énumération serait fastidieux et inutile. Constatons seulement qu’en 1757, on compte en Bretagne dix-huit bataillons d’infanterie – dont deux de milice royale –, seize compagnies de dragons et neuf d’invalides136. Une forte présence militaire se maintient jusqu’à la fin de la guerre de Sept Ans. Ce conflit constitue d’ailleurs un tournant car, pendant la guerre de Succession d’Autriche encore, les troupes réglées étaient peu nombreuses, guère plus que sous Louis XIV. Avant que le débarquement anglais devant Lorient amène les autorités à dépêcher d’urgence vingt bataillons d’infanterie supplémentaires, on ne trouve en Bretagne en 1746 que deux régiments de dragons et cavalerie (L’Hôpital et Heudicourt), un régiment d’infanterie (Ponthieu) et deux bataillons de milice137. À partir de ce moment-là, le roi choisit de renforcer la présence militaire en Bretagne en temps de guerre, ce qui avait le mérite, en cas de descente ennemie, de limiter les marches forcées et d’éviter de dégarnir subitement les fronts terrestres. La guerre d’Indépendance américaine confirma ces options. En 1778, on ne compte pas moins de vingt-sept bataillons d’infanterie, deux régiments de dragons et un de chasseurs138. Encore le marquis de Langeron jugeait-il ce nombre insuffisant pour faire face aux nombreuses missions de l’armée : garde des côtes, travaux de Brest et de Châteauneuf, embarquement sur des navires139. Si l’on excepte quelques variations saisonnières, le nombre de soldats se maintint à un niveau élevé jusqu’en 1783 inclus : douze régiments d’infanterie et un de dragons stationnent en Bretagne en 1782140. La présence accrue des troupes réglées explique que les convocations du ban et arrière-ban et la mobilisation de détachements des milices bourgeoises devinrent obsolètes et sans objet. De 1783 à 1789, le nombre de soldats resta élevé (plus de 8 000 hommes en 1789), les travaux hydrauliques puis l’agitation prérévolutionnaire l’expliquant en partie. En fin de compte, la présence militaire se renforça en Bretagne dans les trois dernières décennies de l’Ancien Régime, sans comparaison possible, toutefois, avec les provinces frontières du Nord et de l’Est.

  • 141 AMB, 2S 1, mouvement des troupes qui arrivent en Bretagne et en partent, 3 mars 1779.

79En période de guerre, le nombre de soldats connaissait un reflux hivernal : la menace anglaise pesait sur les côtes de mars à novembre environ. À l’inverse, l’arrivée du printemps coïncidait avec celle de nouvelles troupes : en mars 1779, six régiments d’infanterie arrivent en Bretagne et un seul en sort141.

  • 142 Ibidem, emplacement des détachements d’infanterie débarqués de l’armée navale du roi, 26 janvier 1 (...)

80Les troupes concentrées en Bretagne étaient quelquefois destinées à s’embarquer à Brest. L’exemple le plus célèbre reste l’armée de Rochambeau qui partit en avril 1780 pour se couvrir de gloire en Amérique. Dans le sens inverse, les soldats fraîchement débarqués restaient quelque temps en Basse-Bretagne avant de prendre la route, délai d’autant plus nécessaire que beaucoup souffraient de problèmes de santé. En 1781, des détachements d’infanterie débarqués des vaisseaux et frégates du roi sont répartis dans sept localités de Cornouaille, Léon et Trégor142. En période de paix, au contraire, la présence militaire dans la province connaissait un étiage assez logique.

L’infanterie sur les côtes, les troupes montées dans l’intérieur

  • 143 A. Navereau, op. cit., p. 70.
  • 144 ADIV, C 928, « Quartiers de la province qui sont les plus convenables à recevoir et à entretenir l (...)
  • 145 ADIV, C 1155, 30 octobre 1754.

81Le type de troupes déterminait les quartiers. En effet, l’infanterie séjournait essentiellement en ville alors que la cavalerie, comme les dragons, privilégiait les petites cités voire les villages. Il s’agit là d’une constante, déjà de mise en 1675 quand Louvois choisit les quartiers des troupes143. La localisation de la cavalerie et des dragons répondait à la tyrannie des fourrages : il importait d’abord d’assurer la subsistance des chevaux. Un rapport du règne de Louis XVI évalue ainsi les capacités de différentes localités. Fougères ne peut recevoir qu’un escadron, les herbages y étant rares, alors que Vitré peut en abriter deux144. On prend soin également de préciser l’existence de rivières, toujours utiles pour abreuver les animaux. La présence ou l’absence d’eau s’avérait déterminante. En 1754, comme les compagnies de Royal-Cravattes casernées à Ancenis et Oudon pratiquent la fraude à grande échelle, l’intendant prévoit de les disperser dans plusieurs villages plus éloignés de l’Anjou mais le subdélégué de Blain lui répond alors que Bouvron ne convient pas, cette localité n’ayant ni rivière ni étang et les ruisseaux et abreuvoirs s’asséchant en été145.

  • 146 SHAT, A4 77, lettre à Monsieur de Ponson, major du régiment, 12 août 1766.
  • 147 ADIV, C 928, état de casernement pour le 1er mars 1788.

82Dans la seconde moitié du siècle, les considérations hygiénistes, sans s’avérer déterminantes, constituaient un argument en faveur de certains quartiers dont on vantait l’air pur et, par conséquent, suivant les conceptions de l’époque, prophylactique. À propos des fièvres incommodant le régiment de Bourgogne cavalerie, le duc d’Aiguillon avoue, surpris : « Je n’en imagine pas la cause, l’air étant très pur à Redon146. » Malgré ces contraintes, les quartiers aptes à loger cavaliers et dragons étaient assez nombreux. Un état prévisionnel de 1788 recense cinq quartiers aptes à accueillir deux escadrons et dix autres un seul147.

  • 148 ADIV, C 4699.
  • 149 Ibidem, juin et septembre 1756.

83Toutefois, un escadron restait rarement groupé dans une localité. Le plus souvent, on répartissait les différentes compagnies dans les villages environnants. Il était plus simple et moins onéreux de déplacer les consommateurs que les subsistances. En juin 1756, les compagnies du régiment de Saint-Jal sont casernées à Quimper (2), Châteaulin (2), Châteauneuf-du-Faou, Landivisiau, Landerneau et au Faou148. La dispersion est parfois plus importante : pas moins de onze localités hébergent le régiment de Marbeuf dragons149. Sis à Quimper, l’état-major bénéficie d’une position assez centrale mais quelques compagnies n’en demeurent pas moins fort éloignées : de la capitale de la Cornouaille au Vieux-Marché, on compte plus de cent kilomètres et vingt de plus jusqu’à Châtelaudren et Pontrieux ! Une telle dispersion risquait certes de nuire au maintien d’une bonne discipline mais l’utilisation du cheval comme moyen de locomotion raccourcissait les délais.

  • 150 ADIV, C 882, Viarmes à d’Angervilliers, 18 octobre 1737.

84L’impératif des subsistances dictait d’autant plus facilement sa loi qu’une compagnie de cavalerie n’excédait pas une trentaine d’hommes (une quarantaine pour les dragons) que même un petit bourg pouvait loger assez aisément. Ces considérations expliquent une localisation plutôt terrienne, même lorsqu’il s’agit de défendre les côtes. De Pontivy, Ploërmel ou Guingamp, des cavaliers ralliaient la côte rapidement. Nombre de bourgs ou petites villes hébergèrent régulièrement des cavaliers ou dragons en quartiers tout au long du siècle, les états de répartition, quoique lacunaires, montrant des permanences remarquables. Les autorités plébiscitaient à l’occasion certains quartiers, véritables édens des cavaliers et, peut-être davantage, de leurs montures. Ainsi, Varades « est situé dans un des plus beaux lieux de la nature. Les eaux y sont excellentes, les meilleures avoines du comté nantais sont à deux lieues […], les prairies sont abondantes et à perte de vue ». Seule réserve à cette description idyllique : la présence de contre-bandiers susceptibles de corrompre la troupe150.

Figure 17 : Les quartiers des régiments de cavalerie et de dragons en Bretagne durant l’été 1755 (d’après ADIV, C 4699).

  • 151 AMB, 2S 1, « Emplacement des troupes d’infanterie, milice et compagnies d’invalides sur la côte de (...)
  • 152 Vers 1780, 250 hommes du régiment de Rouergue sont établis à Paimpol et des petits groupes de sold (...)
  • 153 AMB, 2S 1, mémoire général sur l’emplacement des troupes en Bretagne, 9 novembre 1788.

85Les quartiers de l’infanterie contrastaient avec ceux des troupes montées. Le principal impératif était la subsistance des hommes. S’y ajoutait un souci de cohésion et d’efficacité qui ne permettait pas d’envisager une trop grande dispersion. On séparait, à la rigueur, les différents bataillons d’un même régiment, chacun disposant d’une autonomie opérationnelle, mais fort rarement les différentes compagnies d’un même bataillon. Même dans ce cas, les différents détachements demeuraient assez proches les uns des autres. En 1756, les compagnies du régiment de Berry se répartissent entre Châteaulin (5), Le Faou (5), Crozon (5) et Camaret (2), la distance entre les localités les plus éloignées n’excédant guère quarante kilomètres151. Seules quelques missions particulières, souvent ponctuelles, liées au maintien de l’ordre ou à la défense des îles, faisaient déroger à ces principes152. Les officiers y répugnaient souvent, un mémoire considérant l’envoi d’un détachement à Nantes pour la garde des prisons et d’un autre au bourg de Couëron, comme « fort contraire à la discipline et au bien du régiment qui le fournit153 ».

  • 154 ADIV, C 4699, février 1755.

86On ne peut donc s’étonner que les villes grandes et moyennes hébergeaient l’essentiel de l’infanterie. En effet, il fallait tenir compte des capacités de logement de chaque localité. Cela pouvait conduire au réaménagement des quartiers initialement prévus. Lorsqu’on s’aperçoit que la présence de trois compagnies de marine à Landerneau ne permettra pas d’y caserner le régiment de Bourgogne, on se rabat sur Le Faou et Châteaulin, à raison d’un bataillon pour chaque ville154.

  • 155 ADIV, C 928, état des troupes en quartiers en Bretagne.

87Enfin, les quartiers choisis pour l’infanterie étaient plus côtiers que ceux de la cavalerie et des dragons. En veut-on un exemple, parmi beaucoup d’autres ? Voici les lieux de séjour des troupes à pied en 1782 : Vannes, Saint-Pol-de-Léon, Quimper, Tréguier, Saint-Brieuc, Nantes, Dinan, Hennebont, Saint-Servan, Rennes, Paimbœuf155. À part Nantes et Rennes, les deux plus grandes villes de la province, aucune autre n’est éloignée de plus de vingt kilomètres de l’océan.

Trajets et lieux d’étape : « rocade bretonne » et liaisons transversales

  • 156 SHAT, 1M 1085, routes et marches des troupes en Bretagne, 3 novembre 1751 ; ADIV, C 4699, « État d (...)
  • 157 SHAT, J 10 A 203, « Routtes et lieux des étapes en 1746 où l’on a marqué les États majors par des (...)
  • 158 Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 4881, « État des lieux choisis pour servir de logement aux troupes m (...)
  • 159 ADIV, C 3673.

88Plusieurs documents recensent exhaustivement toutes les routes empruntées par les troupes156. La carte des routes et lieux d’étape du royaume, dressée en 1746, constitue un document remarquable mais l’absence de légende ne permet pas de lever certaines incertitudes157. On peut toutefois considérer les routes représentées par un trait double comme principales, mais pas obligatoirement plus fréquentées. Malheureusement, les sources antérieures au milieu du xviiie siècle sont plus rares, même si un état des routes et étapes fut dressé dès 1666158. On dispose également d’un certain nombre de feuilles de routes, dont les plus anciennes remontent à 1687159. Par ailleurs, il importe de distinguer les états qui se contentent d’indiquer le trajet suivi et les lieux d’étape de ceux récapitulant le nombre de soldats effectivement passés à chaque endroit et qui permettent donc une évaluation quantitative.

  • 160 ADLA, C 254, récapitulatif des troupes passées par le comté de Nantes.

89Les lieux d’étapes et les itinéraires empruntés n’étaient pas intangibles. Sur un siècle, on perçoit des modifications dans les trajets empruntés par les troupes. De Nantes en Anjou, les soldats passent pour la plupart en 1687 par Ligné et Saint-Pierre-de-la-Rouxière. Seule la cavalerie fait étape à Ancenis. Dès 1722, Ancenis est l’étape inévitable sur ce trajet et les deux autres localités ne semblent plus fréquentées160.

  • 161 SHAT, 1M 1085, 1751.
  • 162 SHAT, J 10 A 203 ; ADIV, C 927 (1783).

90De Vannes à Nantes, c’est la route de l’ouest, par Muzillac, Herbignac, Montoir et Couëron, qui domine à la fin du xviie siècle. Dans les années 1720, ce trajet est devenu obsolète ; les troupes passent désormais par Herbignac, Savenay et Couëron. Puis, assez vite, on ne passe plus par Herbignac mais par Pontchâteau, en franchissant la Vilaine à La Roche-Bernard161. En 1740, un autre itinéraire, composé d’étapes plus longues, est proposé : de Vannes, les troupes se dirigent vers Malestroit puis Redon et Blain. Heureuse exception, on connaît la raison de cette modification : la traversée de la Vilaine à La Roche-Bernard était délicate pour les chevaux alors qu’à Redon la présence d’un pont réglait ce type de problème. Ceci explique que l’itinéraire de contournement fut essentiellement utilisé au début par les troupes montées. Toutefois, il s’imposa assez rapidement puisqu’il figure comme prioritaire sur la carte de 1746 et règne sans partage en 1783, aucune troupe se rendant de Vannes à Nantes ne passant plus, désormais, par La Roche-Bernard, Pontchâteau et Savenay162.

Figure 18 : Les évolutions d’itinéraires entre Nantes et Vannes.

  • 163 AMB, 2S 1, 1770.

91Il existe quelques autres exemples d’itinéraires de rechange : de Nantes à Carhaix, on pouvait soit passer par l’intérieur des terres (Redon, Malestroit, Josselin, Pontivy, Rostrenen), soit emprunter la route côtière jusqu’à Hennebont puis joindre la capitale du Poher par Le Faouët. Le second itinéraire était plus long de six lieues mais avec des étapes plus courtes et une chaussée certainement meilleure, jusqu’à Hennebont du moins. Le premier servait surtout à désengorger la route côtière, fort fréquentée163.

  • 164 Ibidem.

92Au final, les modifications ne furent pas légion sur un siècle. Elles répondirent parfois à une volonté de rationalisation qui répugnait aux routes trop difficiles, comme celle d’Herbignac à Montoir. Cependant, presque paradoxalement, un éventail plus grand d’itinéraires alternatifs était proposé dans la seconde moitié du siècle. On y verra le souci de ne pas épuiser les riverains sujets au logement personnel et aux fournitures d’attelages mais aussi la volonté de réaliser quelques économies en empruntant des trajets comportant moins d’étapes. Quelques annotations indiquent parfois la route prioritaire : d’Hennebont à Brest, les troupes peuvent s’éloigner de la côte et effectuer un crochet par Le Faouët, Gourin et Châteauneuf-du-Faou, « cette dernière route [étant] plus courte de trois lieues mais les chemins sont moins bons164 ». Les considérations financières militaient en faveur de l’allongement des distances parcourues journellement puisque ce procédé permettait de réduire le nombre de localités d’étape.

Figure 19 : Les étapes et les itinéraires en Bretagne en 1746 (d’après SHAT, J 10A 203).

  • 165 D. Roche, op. cit., p. 41-45.
  • 166 Cl. Nières, « Les paysans et les transports au xviiie siècle », MSHAB, 61, 1984, p. 158.
  • 167 B. Kroener, « Le développement d’un réseau routier militaire dans le Nord-Est de la France au cour (...)

93Dans la majeure partie du royaume, l’amélioration du réseau routier fut patente sous les règnes de Louis XV et Louis XVI. L’organisation d’un corps d’ingénieurs spécialisés et compétents, le souci d’uniformisation, les progrès techniques contribuèrent à faire du réseau routier français un des meilleurs d’Europe, cumulant fonctions militaire, stratégique et économique165. En Bretagne, le volontarisme de certains intendants et, plus encore, du duc d’Aiguillon, tout comme la bonne volonté des États, entraînèrent l’amélioration des transports terrestres. Cependant, ce sont surtout les deux grands axes côtiers, de Saint-Malo à Brest et de ce même port à Nantes, qui bénéficièrent de quelques progrès, d’autant plus qu’ils étaient stratégiquement les plus utiles ; en revanche, les liaisons transversales demeuraient difficiles et lentes, malgré quelques améliorations entre Rennes et Brest, par Loudéac, Carhaix et Landerneau166. Selon Bernhardt Kroener, la distance entre les lieux d’étape augmenta d’environ une lieue entre 1630-1640 et la Révolution, pour se situer, dans la seconde moitié du xviiie siècle, entre quatre et huit lieues. Il montre toutefois que cet allongement intervint pour l’essentiel après 1750167.

  • 168 ADIV, C 3673 et AMB, 2S 1. On compte quatorze étapes en 1687 et quinze en 1770.
  • 169 ADIV, C 27, lettre au ministre, 9 décembre 1735.

94Qu’en est-il pour la Bretagne ? La comparaison du trajet de Brest à Nantes en 1687 et en 1770 montre une grande permanence. La moyenne journalière parcourue s’élève à quatre lieues en 1770 et à un peu plus en 1687 puisqu’il y a alors une étape en moins168. D’ailleurs, en 1770, aucune étape ne dépasse six lieues et certaines n’en font que trois. De façon générale, on ne dépasse qu’exceptionnellement les six lieues journalières, comme entre Nantes et Ancenis (sept lieues). L’inquiétude de l’intendant quant à l’étape de sept lieues entre Plélan et Josselin, jugée trop longue, sur un chemin qui, certes, n’est pas le meilleur de la province, montre qu’il s’agit là d’un maximum difficile à dépasser169. Ces constatations témoignent incontestablement du faible impact des améliorations routières mais il faut sans doute y voir également l’effet de l’intangibilité – ou presque – des lieux d’étape.

  • 170 ADIV, C 3673.
  • 171 Les officiers ont droit à plusieurs places de bouche.
  • 172 AN, H1 308, mémoire sur les étapes, 1744.
  • 173 SHAT, 1M 1085.

95Un lieu d’étape se définit comme une localité qui héberge des troupes de passage, pour une nuit ou deux. Un état général de 1691 en dénombre cent trente-quatre170. Il s’agit d’un total considérable puisque toutes les villes et la plupart des bourgs sont concernés. À y regarder de plus près, cependant, un certain nombre de lieux fournissaient peu de places de bouche : 186 à La Roche-Bernard, 76 à Locminé, 60 à Mordelles et à Messac, moins de 25 à Callac, etc. Sachant que le nombre de rations fournies excédait en général le nombre d’hommes effectif171, ces bourgs n’accueillaient en fait que de petits groupes. Il s’agissait le plus souvent de recrues, excédant rarement une vingtaine d’hommes et empruntant si nécessaire des itinéraires transversaux pour rejoindre les routes principales. Si l’on ne considère que les endroits ayant fourni plus de 500 rations, on ne compte plus que 97 lieux d’étape. Un témoignage postérieur évoque plus de quatre-vingt lieux d’étape172. La carte de 1746 en mentionne 67 alors qu’en 1751, 73 localités sont signalées. On suppute que certaines étaient uniquement fréquentées par des recrues ou des détachements de cavalerie173.

  • 174 ADIV, C 3673.
  • 175 D. Biloghi, op. cit., p. 478-479.
  • 176 Pour le Languedoc, Dominique Biloghi montre un nombre non négligeable de changements entre 1708 et (...)

96Les capacités de logement des lieux d’accueil déterminèrent l’essentiel des modifications. Entre Hennebont et Auray, par exemple, les troupes délaissent sous Louis XV les villages de Landaul et Landévant où, en 1691, furent distribuées respectivement 2 035 et 5 275 rations militaires174 ! Le xviiie siècle vit donc un recentrage sur des localités plus peuplées qui garantissaient théoriquement aux soldats un lit et un toit. La rationalisation de l’administration militaire élimina ainsi les plus petits lieux d’étape et les liaisons marginales. Le choix des lieux d’étape procédait d’un savant dosage entre impératifs stratégiques intégrant distance et durée du trajet, considérations financières, capacité de logement des différentes localités et, avec une amplitude fort variable, pressions des notables locaux175. Sans sous-estimer les capacités d’innovation d’une administration assez ouverte aux nouveautés, la pratique routinière, surtout si elle donnait globalement satisfaction, explique bien des statu quo176.

  • 177 ADIV, C 4699 et C 927.
  • 178 Béchameil de Nointel, Mémoire sur la province de Bretagne, 1698, édition critique par J. Bérenger (...)
  • 179 ADIV, C 4699, juin 1756.
  • 180 Ibidem, septembre 1756.
  • 181 ADIV, C 927, septembre 1783.

97Quels étaient les itinéraires les plus fréquentés ? Assez fragmentaires, les récapitulatifs de routes concernant la Bretagne permettent néanmoins de dresser un panorama comparatif pour certaines périodes. Pour les années 1755-1756 et 1783, l’itinéraire le plus fréquenté va de la Normandie à Brest : en 1755-1756, pas moins de dix-sept régiments d’infanterie, trois de cavalerie et un bataillon de milice l’empruntent177 ! Certes, toutes ces troupes ne le parcourent pas toujours en intégralité, s’arrêtant qui à Guingamp, qui à Saint-Brieuc, et d’autre part, le camp de Paramé en 1756 contribue à cette surreprésentation. Il n’en reste pas moins que c’est le chemin le plus usité. Suit la route de Brest à Vannes, particulièrement fréquentée entre Brest et Lorient. Dans son mémoire au duc de Bourgogne, Nointel citait d’ailleurs ces deux itinéraires comme ceux les plus empruntés par les troupes178. On ne doit cependant pas totalement sacrifier à l’image contemporaine d’une rocade bretonne suivant peu ou prou les côtes et marginalisant les liaisons intérieures et transversales. Ces dernières existaient et l’armée les utilisait. Pour se rendre de Saint-Servan, près de Saint-Malo, à Port-Louis, le deuxième bataillon du régiment de Lorraine passe par Dinan, Lamballe, Moncontour, Pontivy, Guémené et Hennebont179. Le régiment de Quercy qui, de Saint-Malo, va à Quimper, emprunte un chemin encore moins usité par Broons, Moncontour, Uzel, Corlay, Rostrenen, Carhaix, Gourin et Rosporden180. On mesure l’avantage incontestable de tels itinéraires intérieurs qui permettaient de supprimer six étapes dans le premier exemple et deux dans le second. Même des troupes relativement proches de Brest suivaient la route de l’intérieur, comme le régiment de Cambrésis qui, pour rejoindre Nantes, passe par Guerlesquin, Callac, Rostrenen, Pontivy, Josselin, Malestroit, Redon et Blain181. Le gain de temps et les économies réalisées l’emportaient sur le mauvais état des chemins et leur pénibilité.

La « respiration militaire » : temps des passages, temps des séjours

  • 182 ADLA, C 260, état et ordres de routes des troupes d’infanterie et de cavalerie passées par Nantes (...)

98Les passages des troupes, comme leur séjour, obéissaient à un calendrier assez précis à une époque où les données stratégiques et logistiques s’affranchissaient encore difficilement des saisons et du climat. Les troupes changeaient de quartiers à des périodes bien précises, les recrues rejoignaient leur corps principalement au printemps. Une étude réalisée par sondage à partir des registres consignant les routes des troupes passées par Nantes donne une idée assez précise de ces flux et reflux, véritable respiration militaire de la Bretagne182.

99Les années sélectionnées sont : 1727-1728, 1740-1741, 1756-1757 et 1772-1773-1774. Le choix volontaire d’années de paix et d’années de guerre est destiné à donner l’image la plus globale possible. On constate d’abord que la moyenne de soldats accueillis chaque année dans le cadre de l’étape ne signifie pas grand-chose : moins de 2 000 en année de paix mais jusqu’à 16 400 en 1762 ! De même, la moyenne de passages annuels se situe à 48 avec un minimum de 25 et des maxima de 62 en 1759 et 103 en 1756). 72 % de ces soldats passent en troupes supérieures à vingt hommes, les régiments de cavalerie et bataillons d’infanterie représentant encore 59 % du total.

  • 183 ADLA, C 265.

100En ce qui concerne la fréquence des passages, l’étiage des mois de juillet et août contraste singulièrement avec la crue des mois de mars, avril et mai, le reste de l’année présentant peu de variations notables, excepté janvier, très calme. Les troupes nombreuses passent essentiellement au printemps et à l’automne. Il s’agit de régiments ou bataillons changeant de quartiers et qui rentrent ou sortent de la province. Il n’est donc pas rare qu’une même troupe passe deux fois dans une localité à quelques mois d’intervalle : le régiment de Vibraye séjourne à Nantes en septembre 1740 puis à nouveau en mai 1741183. Les quelques passages observés en juillet et en novembre sont le fait de troupes en retard pour rejoindre leurs quartiers ; ils interviennent d’ailleurs presque toujours en début de mois. On peut dresser une typologie sommaire des autres troupes, en fonction de la période de l’année. Les mois de novembre à janvier voient surtout passer des compagnies de marine, des soldats isolés (convalescents, porteurs d’un congé) et quelques groupes de recrues de la Compagnie des Indes se rendant à Lorient. De février à avril, l’essentiel des passages consistent en recrues groupées en petites unités. Enfin, en été, période où les militaires circulent peu, les invalides constituent l’essentiel des soldats de passage, qu’ils rejoignent l’Hôtel des Invalides, une compagnie détachée ou qu’ils aillent soulager leur corps usé aux eaux de Barèges ou Bourbonne. Comme toutes ces troupes de passage logeaient chez l’habitant, celui-ci vivait quelque peu au rythme des déplacements militaires, peu inquiété en été mais bien davantage aux saisons intermédiaires.

Figure 20 : La périodicité des passages de troupes à Nantes de 1727 à 1774 (d’après ADLA, C 260, C 265, C 266, C 267).

Figure 21 : La périodicité des passages de troupes de plus de 300 hommes à Nantes de 1727 à 1774 (d’après ADLA, C 260, C 265, C 266, C 267).

  • 184 ADIV, C 4699, étapes de 1754 à 1765.

101À quelques réserves près, l’exemple de Nantes est extrapolable aux autres lieux d’étape de Bretagne. Le récapitulatif des routes pour la province de 1754 à 1765 ne montre pas de périodicités différentes184. En 1755, les principaux passages ont lieu en février, avril et octobre. Aucun passage en juillet, un petit détachement en août comme en janvier. Les mois de novembre et décembre voient essentiellement circuler des groupes de recrues. Si janvier 1756 se démarque par une plus grande activité, il s’agit là encore de compagnies de nouvelle levée, certaines recrutées en Bretagne et en sortant, d’autres rassemblées ailleurs et rejoignant leur régiment en quartiers dans la province. Les régiments se déplacent en mars et septembre principalement.

102Il semble également intéressant de préciser les durées de séjour des troupes en quartiers. Mis à part les compagnies détachées d’invalides, aucune troupe ne séjournait à demeure en Bretagne. Ce privilège était réservé aux troupes de la Maison du Roi, jamais loin de Versailles, et aux Gardes françaises, régiment intrinsèquement lié à la capitale. Dans le reste du royaume, en revanche, le séjour des régiments excédait rarement deux ans. La crainte d’une assimilation locale et d’une perte de l’esprit militaire au contact d’une population civile devenue familière constitue une explication.

  • 185 E. Galmiche, « La vie militaire à Saint-Brieuc sous l’Ancien Régime et au début de la Révolution » (...)
  • 186 AMN, EE 96.
  • 187 ADIV, C 4699.
  • 188 ADIV, C 4698, « État des quartiers où l’on a placé des troupes d’infanterie de 1746 à 1752 ».

103On distinguait les séjours de courte durée et de longue durée. Les premiers n’excédaient guère trois mois et constituaient des quartiers provisoires, en attendant d’en occuper d’autres. Lorsque, après un séjour de trois mois, le régiment d’infanterie d’Orléans quitte Saint-Brieuc en juin 1756 pour se rendre à Lamballe185, il rejoint probablement ses quartiers d’été. La halte à Saint-Brieuc pouvait s’imposer par la présence d’une autre troupe à Lamballe ou l’impréparation des casernes. Il s’agit là de séjours d’attente, comme ceux concernant quatre troupes à Nantes en 1720 qui ne restent pas plus de quatre mois186. En 1755, plusieurs régiments arrivent en Bretagne en mars et sont casernés dans différents quartiers avant de tous converger vers Brest au mois d’avril187. La plupart des régiments et bataillons, cependant, demeuraient casernés au moins six mois, parfois un an, voire dix-huit mois, comme le régiment suisse de Wittmer en 1747-1748 à Saint-Brieuc. La longueur des séjours explique que les villes bretonnes étaient rarement dépourvues de troupes, surtout en période de guerre. De 1746 à 1752, Vannes logea en permanence un bataillon, huit se succédant presque sans relâche, Auray également sauf en 1749 et 1751 – en 1750, il s’agit d’un demi bataillon – alors que Quimper n’en hébergea qu’en 1746 et 1748 et Dinan en 1746, 1747 et 1748188. En revanche, en période de paix, les séjours se faisaient rares : aucune troupe casernée à Saint-Brieuc de septembre 1748 à avril 1755 !

Une présence des soldats parfois envahissante

  • 189 ADIV, C 928, « Aperçu des troupes qui ont été à Nantes depuis le mois de mai 1780 jusqu’au mois de (...)
  • 190 En 1778, Brest loge plus de 4 000 hommes au total, AMB, 2S 1, « Emplacement des troupes en Bretagn (...)
  • 191 2 400 militaires pour 9 600 civils à Verdun, plus de soldats que de civils à Sarrelouis. Saupin G. (...)
  • 192 G. Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 465.
  • 193 ADIV, C 927.
  • 194 Cl. Nières, Les villes de Bretagne…, op. cit., p. 15.

104Si, dans les principales villes, l’importance numérique des soldats restait modérée par rapport à la population totale, dans certains bourgs ou petites villes, ils submergeaient les autochtones comme une lame de fond. D’avril à octobre 1782, Nantes héberge 2 400 hommes des régiments Dauphin et de l’Isle de France, ce qui demeure acceptable pour une population de près de 80 000 habitants189. La pression se fait plus forte sur Brest et Lorient, moins peuplées, accueillant souvent plusieurs régiments, outre des troupes de marine ou, pour Lorient, de la Compagnie des Indes190. On reste toutefois en deçà des effectifs militaires de certaines places fortes des frontières du Nord et de l’Est191. Les petites localités ressentaient beaucoup plus durement le passage d’un bataillon ou, pis encore, d’un régiment, d’autant plus que le logement s’effectuait chez l’habitant. Le bourg de Belle-Isle-en-Terre, situé sur la route menant de Saint-Brieuc à Brest, reçoit ainsi environ 5 000 hommes en 1783192. Certes, il ne s’agit jamais d’un régiment entier mais le 14 septembre, il faut fournir le gîte à un bataillon et trois compagnies de Toul artillerie et le 5 mars à 820 soldats des régiments de La Fère, Limousin et Picardie193. La population militaire atteint alors presque la population civile, estimée à 1 100 habitants194. L’intrusion de plusieurs centaines d’étrangers, jeunes hommes armés, quelquefois turbulents, bouleversait sans conteste le quotidien.

  • 195 Les soldats couchaient deux à deux selon les ordonnances, et souvent trois à trois dans la réalité
  • 196 A. Pardailhé-Galabrun, La naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens, xvie-xviiie siècles, Pari (...)
  • 197 ADIV, C 65, lettre à l’intendant, 31 décembre 1758.
  • 198 A. Dupuy, op. cit., p. 205, 1752-1761.
  • 199 En 1789, une lettre du ministère affirme que souvent, en Bretagne, l’habitant est « privé d’une pa (...)
  • 200 AMN, EE 95, règlement du 25 juin 1750. Il reprend notamment un autre règlement de juillet 1706.

105Chaque famille devait ainsi loger plusieurs soldats. Même en considérant une répartition équitable du logement effectif et un nombre – sans doute surévalué – de 500 logements disponibles, cela revenait pour chaque particulier, cette année-là, à héberger dix soldats, c’est-à-dire à supporter leur présence cinq soirées et nuits195. Dérangement de peu d’importance, dira-t-on. Voire ! S’est-on posé la question des lits vacants ? Les remarquables travaux réalisés sur Paris ne permettent pas une extrapolation à la situation bretonne et montrent, de toutes façons, des proportions déconcertantes entre nombre de couches et nombre de personnes196. Tout juste peut-on hasarder qu’à l’instar de la capitale les lits tendent à se répandre dans les foyers. Plusieurs indices glanés au fil de la correspondance officielle militent en faveur d’un découchage fréquent des contribuables au logement personnel. Quand Marie Le Duc, femme « pas véritablement aisée », sollicite une exemption, le subdélégué de Vitré remarque : « Si à Vitré les personnes qui sont obligées de céder leur lit en ces occasions méritoient une exemption de logement, plus d’un tiers des habitans de Vitré en seroit dispensé197. » Tréguier connaît semblable situation198 au point qu’il ne paraît pas outré de conclure à sa généralisation dans la province199. Certes, les ordonnances relatives au logement personnel précisaient que l’hôte ne devait point découcher en fournissant son propre lit mais excluaient aussi que le soldat renonçât à un couchage décent200. Chez les plus humbles, ce paradoxe se traduisait probablement par un découchage provisoire.

  • 201 ADIV, C 4699, le syndic de Saint-Servan aux commissaires des États, 14 juillet 1756.
  • 202 A. Dupuy, op. cit., p. 211, 1767.

106En outre, dans nombre de lieux, le logement effectif coexistait avec la pratique du casernement. Une conjonction défavorable de ces deux charges pouvait à l’occasion conduire un particulier propriétaire de plusieurs literies à coucher sur la dure, pour peu qu’il dût loger des soldats tout en fournissant un ou plusieurs lits aux casernes. Cette dernière fourniture plaçait les plus humbles devant un cruel dilemme : porter leur lit à la caserne et coucher sur une paillasse ou sacrifier de maigres économies à la location d’un lit. En 1756, les habitants de Saint-Servan « s’épuisèrent pour fournir le nombre de lits nécessaires aux cazernes, ceux qui n’en avoient pas furent contraints d’en louer à des prix exorbitants et ceux qui en étoient pourvus ou qui n’avoient pas le moyen de payer les loyers se gesnèrent à un tel point que partie d’entre eux resta sur la paille201 ». De même, beaucoup de modestes Brestois se privaient de leur lit pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois, en attendant de le récupérer à la caserne202. Cela les préservait, le cas échéant, du logement effectif ; maigre consolation !

  • 203 D. Biloghi, op. cit., p. 474-475.
  • 204 Ch. Lamarre, op. cit., p. 309.

107Cette situation ne se retrouvait pas toujours dans les autres provinces du royaume. En Languedoc, la généralisation du casernement, y compris pour l’étape, et, à partir de 1764, la mise en place d’une entreprise pour la fourniture des lits, améliora notablement la situation des contribuables qui, certes, payaient, mais évitaient désormais la promiscuité des soldats comme le couchage sur la dure203. Panorama presque idyllique comparé à la Bretagne et ne pouvant que faciliter l’acceptation des militaires. Marquées par une forte présence militaire, les provinces du Nord et de l’Est connaissaient très probablement une situation identique et depuis plus longtemps. Seuls certains espaces, surtout marqués par les passages et séjours de courte durée, présentaient des analogies avec la Bretagne. La petite ville bourguignonne de Montbard, forte de 300 ménages, hébergea ainsi 1 500 soldats d’un seul coup en 1741 et plus de 1 000 en 1763, rivalisant aisément en ce domaine avec Belle-Isle-en-Terre204.

Conclusion

108Pour la plupart des Bretons, l’armée était d’abord une institution prélevant des fournitures matérielles. La présence accrue de l’armée, notamment à partir de la guerre de Sept Ans, ne put que renforcer cet aspect. Le poids des ponctions variait inévitablement en fonction des lieux de séjour des troupes et des routes qu’elles empruntaient. La plupart des cités côtières subissaient ainsi l’impact de l’armée, ainsi que certaines autres localités situées sur l’itinéraire le plus fréquenté, véritable « rocade bretonne », dont l’archétype était sans conteste la bourgade de Belle-Isle-en-Terre, régulièrement « foulée » par les passages. Si le logement et le transport militaires concernaient au premier chef la Basse-Bretagne, c’est parce qu’une grande partie du Léon, de la Cornouaille et du Vannetais constituait l’hinterland des places éminemment stratégiques de Brest et Lorient. Les contributions y étaient nécessairement plus fortes et plus durement ressenties.

109La charge la plus redoutée était le logement des gens de guerre. Pour de nombreux foyers, l’inconvénient de devoir coucher sur la dure se conjuguait avec la cohabitation avec des soldats d’un commerce pas toujours agréable, loin s’en faut. Le casernement apparaissait dès lors préférable, d’autant que plusieurs particuliers pouvaient s’associer pour fournir une couchette complète. Il n’avait que le désavantage de ne concerner que les troupes en quartier et de ne pas prémunir à coup sûr du logement personnel. Les réquisitions d’attelages, quant à elles, furent toujours subies et mal perçues car synonymes de perte de temps et souvent d’argent.

110La multiplication des privilèges assurant l’exemption s’ajoutait aux inégalités spatiales et faisait retomber ces charges sur les artisans et petits commerçants pour l’essentiel. Ces exemptions concernaient au premier chef le logement des gens de guerre et beaucoup moins le casernement ou la fourniture d’attelages. La vigilance de l’intendance à combattre leur extension dépendait surtout du zèle des subdélégués. Pour un Mellier ou un Gellée de Prémion intransigeants, combien d’autres s’accommodèrent d’une situation qui excluait du rang des contribuables ceux disposant d’une certaine aisance ? Du moins la multiplication des listes basées sur des enquêtes régulières assurait-elle quelques garanties pour une répartition plus équitable des contributions. Impitoyables à l’encontre des modestes détenteurs de charges procurant l’exemption, les administrateurs provinciaux savaient en revanche faire preuve de compréhension pour la clientèle de personnages bien en cour.

Notes

1 ADF, C 48, lettre à la communauté de Brest, 26 novembre 1787.

2 Ch. Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle. Le cas bourguignon, Dijon, Presses universitaires de Dijon, 1993, p. 308. J.-L. Laffont, Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, thèse dactylographiée, Toulouse-Le Mirail, 1997, p. 829-830. Il est vrai que ces auteurs ont privilégié les archives municipales, souvent fragmentaires et laconiques sur la question.

3 AMN, EE 68 à EE 83, rôles du logement (1723-1735 ; 1774-1781) ; ADF, 2E 1515, sans date.

4 AMN, EE 95, règlement pour le logement des troupes à Nantes, 1721.

5 AMR, liasse n° 166, ordonnance du maire de Rennes, 1720.

6 AMR, liasse n° 155, « Etat des habitans de la ville de Rennes qui doivent joüir de l’exemption du service de la patroüille », imprimé, 10 mai 1743.

7 Ordonnance du 1er mars 1768.

8 « Observations sur l’instruction réglant le service dans les places et dans les quartiers », article 3, 1768. D. Riet, La ville et les armes : milices et troupes à Saint-Brieuc au xviiie siècle, maîtrise, F. Lebrun et Cl. Nières (dir.), Rennes II, 1978, p. 87.

9 J. Chagniot, Paris et l’armée au xviiie siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 1985, p. 372-378.

10 ADLA, C 532, Instruction pour les correspondants de la commission intermédiaire des États de Bretagne, approuvée par délibération des États du 2 décembre 1778 et réimprimée en 1787 avec différentes additions, chapitre VII, article I.

11 ADF, C 48, états de logement des différents régiments, 1780-1782.

12 Ibidem, lettre au comte de Thiard, commandant en chef, 23 novembre 1787.

13 ADLA, C 535.

14 AMN, EE 95.

15 AMN, EE 84, le maréchal d’Estrées à Mellier, 11 juin 1721.

16 AMN, EE 87. Ordonnance de Pontcarré de Viarmes du 24 novembre 1735.

17 ADIV, C 63, Le Bret à d’Ormesson, 8 février 1758.

18 AMN, BB 102.

19 AMN, EE 85, lettre à Mellier, 17 septembre 1722.

20 Ibidem.

21 ADIV, C 63, lettre à Le Bret, 26 avril 1758.

22 AMN, EE 68 à EE 83. Ces registres couvrent la période 1723-1781 avec toutefois une importante lacune entre 1735 et 1774.

23 AMN, EE 83.

24 J. Meyer, « Structure sociale des villes bretonnes à la fin de l’Ancien Régime », Actes 96e CNSS, Toulouse, 1971, t. 2, p. 487-491.

25 ADF, 2E 1515, « Rolle des habitans de la ville de Quimper qui sont en état de loger des trouppes et de contribuer aux fournitures des cazernes quand il y a un si grand nombre que la Communauté n’y peut suffire », (1744 ?).

26 J.-P. Husson, La société nantaise au xviiie siècle d’après les archives de la capitation et de la milice bourgeoise, maîtrise, Nantes, 1971, annexes.

27 A. Dupuy, Études sur l’administration municipale en Bretagne au xviiie siècle, Paris, 1891, p. 211-212, en 1781.

28 G. Pondaven, « Les troupes de guerre à Lesneven sous Louis XIV », BSAF, 1919, t. 46, p. 3-34.

29 D. Riet, op. cit., p. 94-95.

30 AMN, EE 95, lettre de Charron à Mellier, 18 juin 1720.

31 ADLA, C 535.

32 J.-L. Laffont, op. cit., p. 828.

33 ADIV, C 61, 16 juillet 1757.

34 ADIV, C 62, Bernier à l’intendant, 15 août 1757.

35 A. Dupuy, op. cit., p. 216.

36 SHAT, A1 1287, lettre du commissaire des guerres Tixier.

37 F. Olier, « Le Conquet, garnison du bout du monde. La vie militaire au Conquet au xviiie siècle », BSAF, 1986, t. 115, p. 308.

38 AMN, EE 96, loyers des casernes pour le régiment de Bourbonnais, 1er décembre 1716-1er février 1719.

39 ADIV, C 13, lettre de l’intendant à Le Blanc et au Garde des Sceaux, du 10 novembre 1719.

40 F. Le Lay, Histoire de la ville et communauté de Pontivy au xviiie siècle. Essai sur l’organisation municipale en Bretagne, Paris, H. Champion, 1911, p. 206.

41 A. Navereau, Le logement et les ustensiles des gens de guerre de 1439 à 1789, Poitiers, 1924, p. 11 et 139-143.

42 A. Dupuy, op. cit., p. 206.

43 N. Le Pourhiet-Salat, La défense des îles bretonnes de l’Atlantique des origines à 1860, Vincennes, SHM, 1983, t. 1, p. 189.

44 AMN, EE 94, correspondance Mellier/Feydeau de Brou, novembre 1716.

45 N.-L. Caron, op. cit., p. 61-62.

46 A. Dupuy, op. cit., p. 210.

47 En 1787, la communauté de Guingamp possède 24 lits et celle de Saint-Brieuc 30. ADCA, C 89 et C 91.

48 ADIV, C 3817, p. 15-16, séance du 31 octobre 1760.

49 N. Le Pourhiet-Salat, op. cit., p. 189-190.

50 AMN, EE 95, Feydeau de Brou à Mellier, 2 février 1721.

51 ADF, 2E 1515, procès-verbal du maire de Quimper, 20 septembre 1780.

52 ADF, C 48.

53 ADLA, C 534.

54 AMN, BB 71, 6 avril 1717.

55 N.-L. Caron, L’administration des États de Bretagne (1493-1790), Nantes, 1872, p. 41-42.

56 AMN, EE 94, liste des exempts, 10 mai 1716.

57 AMN, BB 71, Feydeau de Brou à Mellier, 10 janvier et 23 mars 1717.

58 N.-L. Caron, op. cit., p. 70.

59 J. Meyer, « Structure sociale des villes bretonnes… », op. cit., p. 489.

60 J.-P. Husson, op. cit., p. 111.

61 ADLA, C 534.

62 ADIV, C 4162, rôle de capitation du diocèse de Nantes, ville d’Ancenis, 1789.

63 La ville d’Ancenis compte 592 contribuables à la capitation pour le périmètre urbain et plus de 80 pour les campagnes environnantes. Parmi ceux fournissant des lits, 139 ont été identifiés avec certitude.

64 ADCA, C 89. Le taux d’alphabétisation n’excède alors guère 35 % dans les principales villes de la province. J. Quéniart, Culture et société urbaine de la France de l’Ouest au xviiie siècle, Lille, 1977, p. 151-153.

65 ADIV, C 4140.

66 AMN, EE 94, règlement imprimé, 12 octobre 1739.

67 Ibidem, Charron à Mellier, 18 août 1721, et EE 97, ordonnance de Feydeau de Brou, 6 août 1722.

68 ADLA, C 533, Thébault aux commissaires, 25 novembre 1787.

69 ADLA, C 538, 28 octobre 1787.

70 ADLA, C 535, lettre aux commissaires, 6 février 1787.

71 Ibidem, 14 octobre 1786.

72 ADIV, C 4698, supplique des propriétaires de casernes de Moncontour, 1764.

73 AMN, EE 96, loyers des casernes pour le régiment de Bourbonnais, 1er décembre 1716-1er février 1719.

74 ADLA, C 537, résumé de la commission sur la plainte du régiment de Rohan sur l’insalubrité de ses casernes, 1789.

75 ADLA, C 533, les commissaires à Thébault, 25 décembre 1787.

76 F. Olier, op. cit., p. 308.

77 J. Trévédy, Histoire militaire de Redon, Rennes, Caillières, 1893, p. 132-133.

78 AN, H1 464, requête des États de Bretagne avec projet de règlement, 1766.

79 ADLA, C 532, « Instruction pour les correspondants de la commission intermédiaire des États de Bretagne, sur le casernement des troupes […] », 1787.

80 N.-L. Caron, op. cit., p. 55. Ordonnance du 5 juillet 1765 fixant le logement des officiers généraux pour tout le royaume.

81 AMN, EE 94, Charron à Mellier, 28 octobre 1721.

82 En 1721. G. Saupin, La vie municipale à Nantes sous l’Ancien Régime 1565-1789, thèse de 3e cycle dactylographiée, Nantes, 1981, t. 1, p. 79.

83 D. Biloghi, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’étape languedocienne, Montpellier, Université Paul Valéry, 1998, p. 212.

84 AMN, EE 131.

85 AMB, EE 3, 20 octobre 1772, imprimé.

86 ADIV, C 2689, p. 319-322 ; C 2692, p. 240-241.

87 N.-L. Caron, op. cit., p. 116.

88 D. Biloghi, op. cit., p. 324.

89 N.-L. Caron, op. cit., p. 123.

90 AMB, EE 3, lettre du commissaire des guerres Bigot de Saint-Simon, 13 août 1760.

91 ADF, C 73, « État des voitures qui ont été fournies à Quimperlé pour le transport des bagages des troupes et des payemens faits tant par les troupes que par les préposés de l’adjudicataire des étapes et voitures ».

92 AMN, EE 128, l’intendant au subdélégué de Nantes, 8 décembre 1746.

93 ADIV, C 6148, règlement de Duval Soarès, subdélégué de Brest, 3 septembre 1757.

94 SHAT, 1M 1823, les correspondants de Dol et de Combourg aux commissaires, 24 juillet et 4 août 1756.

95 ADIV, C 4705, le subdélégué à d’Agay, 13 avril 1771.

96 ADIV, C 922, « Ordonnance du Roi portant règlement sur les voitures qui doivent être fournies aux troupes pendant leurs marches », article 15, 1er juillet 1768.

97 ADIV, C 4700, requête de Pierre Queudreu, fermier général des étapes et voitures des troupes pour les années 1759 et 1760, imprimé, novembre 1760.

98 AMN, EE 128, lettre à Mellier, 13 juin 1722.

99 ADIV, C 69, lettre de Védier à Macé, subdélégué de Dinan, mai 1761.

100 D. Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 47.

101 ADIV, C 929.

102 N. Le Pouhriet-Salat, op. cit., t. 1, p. 190.

103 N.-L. Caron, op. cit., p. 123-124.

104 AMN, EE 128, ordonnance du 12 octobre 1735.

105 ADIV, C 922, « Observations du subdélégué de Callac sur la requête du général de la paroisse de Laniscat et sur les réponses du sindic de Rostrenen et des paroisses de Plouray et de Plounévez-Quintin », 9 septembre 1784.

106 Ibidem, liste des chevaux et charrettes, 2 août 1785.

107 ADIV, C 65, 6 juin 1759.

108 ADIV, C 922, état des charrettes et montures qui peuvent être fournies à Ploërdut, 2 août 1785.

109 AMN, EE 131, 24 février 1756, ordonnance de Le Bret.

110 AMN, EE 129, procès-verbal, 19 avril 1760.

111 ADIV, C 922, « Rolle des charretiers et autres qui sont dans le cas de contribuer audit transport des bagages des troupes ainsy que du nombre de bœufs, chevaux et charrettes qui leur appartiennent dans la paroisse de Saint-Thugdual, le 16 mars 1785, Le Moign, sindic ».

112 Il s’agit sans doute de frairies.

113 À ce sujet, voir J. Quéniart, op. cit., p. 117-120. ADIV, C 922, état recensant les particuliers ayant subi des préjudices de la part de soldats du régiment de Lorraine, 7 avril 1756.

114 ADCA, C 4, « État général de tous les propriétaires des charrettes ou harnois, chevaux et bœufs de la paroisse de Plounévez Moëdec évêché de Tréguier subdélégation de Guingamp qui peuvent être employés à faire le transport des bagages des troupes de Belle Isle en Terre à Morlaix […] », années 1780.

115 N.-L. Caron, op. cit., p. 116-117.

116 Ibidem, p. 121.

117 Ibid., p. 125-126.

118 AMN, EE 129, « Mémoires des corvées tant ordinaires qu’extraordinaires, et des dépenses résultantes desdites corvées, que les archers de la ville et communauté de Nantes ont faites pendant les années 1754, 1755, 1756 au sujet des fourniments de charrettes… » ; « Mémoires […] les années 1757, 1758, 1759, 1760, 1761, 1762 et 1763 au sujet de la fourniture des charrettes… ».

119 ADLA, C 266, récapitulatif des routes des différentes troupes passées à Nantes.

120 AMN, EE 128, liste du 15 janvier 1748.

121 ADF, C 73.

122 N.-L. Caron, op. cit., p. 128-131 et AMB, EE 3, imprimé de l’intendance aux maires, 10 mars 1761.

123 ADIV, C 922, petit dossier avec lettres et procès-verbaux.

124 G. Pondaven, op. cit., p. 18-19, 28 avril 1695.

125 AMN, EE 128, lettre du sieur de Ravenet, capitaine de milice royale, à la communauté de Nantes, 21 mars 1728.

126 Ibidem, lettre de l’intendant d’Agay, 3 janvier 1771.

127 ADIV, C 65, supplique au ministre, 16 avril 1759.

128 Le cahier de doléances du Bignon, au sud de Nantes, demande de « maintenir la lenteur naturelle de la démarche de ces animaux utiles qui tirent les voitures, et que l’impatience des soldats précipite, au détriment de leur santé, et quelquefois de leur vie », M. Le Mené et M.-H. Santrot (dir.), Cahiers des plaintes et doléances de la Loire-Atlantique, Nantes, Conseil général de Loire-Atlantique, 1989, t. 1, p. 318.

129 ADIV, C 922, ordonnance royale du 1er juillet 1768.

130 Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven, présentés par F. Roudaut, Cahiers de Bretagne occidentale, 1990, n° 11, p. 202-203.

131 ADIV, C 62, lettre du maire à l’intendant, 25 novembre 1757.

132 Cl. Nières, Les villes de Bretagne au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2004, p. 474-475.

133 SHAT, A1 1210, « Estat des troupes qui sont en garnison dans les places cy après nommées ».

134 SHAT, A1 1315, lettre de Vauban, 10 octobre 1695.

135 SHAT, A1 1428, état des troupes en Bretagne, juillet 1696.

136 SHAT, A4 23, n° 86, « Disposition de l’emplacement des troupes en Bretagne par M. le duc d’Aiguillon du 30 octobre 1757 ».

137 SHAT, A1 3188, « État des troupes qui se rendent en Bretagne », 12 octobre 1746.

138 AMB, 2S 1, « Emplacement des troupes aux ordres de Monsieur le marquis de Langeron, lieutenant général commandant en Bretagne », 12 mars 1778.

139 SHAT, 1M 1093, lettre à Montbarey, 13 mars 1778. Également état général du 12 octobre 1778.

140 ADIV, C 928, « État des troupes en quartiers en Bretagne », sans date mais entre avril et novembre 1782, par recoupement.

141 AMB, 2S 1, mouvement des troupes qui arrivent en Bretagne et en partent, 3 mars 1779.

142 Ibidem, emplacement des détachements d’infanterie débarqués de l’armée navale du roi, 26 janvier 1781.

143 A. Navereau, op. cit., p. 70.

144 ADIV, C 928, « Quartiers de la province qui sont les plus convenables à recevoir et à entretenir les escadrons de cavalerie suivant la nouvelle formation », sans date (période 1778-1787).

145 ADIV, C 1155, 30 octobre 1754.

146 SHAT, A4 77, lettre à Monsieur de Ponson, major du régiment, 12 août 1766.

147 ADIV, C 928, état de casernement pour le 1er mars 1788.

148 ADIV, C 4699.

149 Ibidem, juin et septembre 1756.

150 ADIV, C 882, Viarmes à d’Angervilliers, 18 octobre 1737.

151 AMB, 2S 1, « Emplacement des troupes d’infanterie, milice et compagnies d’invalides sur la côte de Bretagne à l’exception de celles qui sont destinées au camp de Saint-Malo », 1756.

152 Vers 1780, 250 hommes du régiment de Rouergue sont établis à Paimpol et des petits groupes de soldats n’excédant pas vingt-cinq hommes sont envoyés à Plouha, Plouézec et dans l’île de Bréhat. AMB, 2S 1, « Instructions pour le détachement de 250 hommes… », sans date, très certainement la période 1778-1781.

153 AMB, 2S 1, mémoire général sur l’emplacement des troupes en Bretagne, 9 novembre 1788.

154 ADIV, C 4699, février 1755.

155 ADIV, C 928, état des troupes en quartiers en Bretagne.

156 SHAT, 1M 1085, routes et marches des troupes en Bretagne, 3 novembre 1751 ; ADIV, C 4699, « État des passages que tiennent ordinairement les troupes en Bretagne », 1756 ; AMB, 2S 1, « Routes et marches des troupes dans cette province », 1770.

157 SHAT, J 10 A 203, « Routtes et lieux des étapes en 1746 où l’on a marqué les États majors par des croix ».

158 Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 4881, « État des lieux choisis pour servir de logement aux troupes marchant par étapes ».

159 ADIV, C 3673.

160 ADLA, C 254, récapitulatif des troupes passées par le comté de Nantes.

161 SHAT, 1M 1085, 1751.

162 SHAT, J 10 A 203 ; ADIV, C 927 (1783).

163 AMB, 2S 1, 1770.

164 Ibidem.

165 D. Roche, op. cit., p. 41-45.

166 Cl. Nières, « Les paysans et les transports au xviiie siècle », MSHAB, 61, 1984, p. 158.

167 B. Kroener, « Le développement d’un réseau routier militaire dans le Nord-Est de la France au cours de l’Ancien Régime », Actes du 104e CNSS, Bordeaux, 1979, p. 60.

168 ADIV, C 3673 et AMB, 2S 1. On compte quatorze étapes en 1687 et quinze en 1770.

169 ADIV, C 27, lettre au ministre, 9 décembre 1735.

170 ADIV, C 3673.

171 Les officiers ont droit à plusieurs places de bouche.

172 AN, H1 308, mémoire sur les étapes, 1744.

173 SHAT, 1M 1085.

174 ADIV, C 3673.

175 D. Biloghi, op. cit., p. 478-479.

176 Pour le Languedoc, Dominique Biloghi montre un nombre non négligeable de changements entre 1708 et 1773. D. Biloghi, op. cit., p. 485-486 (cartes). La Bretagne est beaucoup plus conservatrice.

177 ADIV, C 4699 et C 927.

178 Béchameil de Nointel, Mémoire sur la province de Bretagne, 1698, édition critique par J. Bérenger et J. Meyer, La Bretagne de la fin du xviie siècle d’après le Mémoire de Béchameil de Nointel, Paris, Klincksieck, 1976, p. 156.

179 ADIV, C 4699, juin 1756.

180 Ibidem, septembre 1756.

181 ADIV, C 927, septembre 1783.

182 ADLA, C 260, état et ordres de routes des troupes d’infanterie et de cavalerie passées par Nantes (1727) ; C 265 (1736-1746), C 266 (1755-1763), C 267 (1763-1779), livre de copie des ordres de route et revues des troupes en marche indiquant le service des étapes.

183 ADLA, C 265.

184 ADIV, C 4699, étapes de 1754 à 1765.

185 E. Galmiche, « La vie militaire à Saint-Brieuc sous l’Ancien Régime et au début de la Révolution », AB, 1920, t. 34, p. 131-132.

186 AMN, EE 96.

187 ADIV, C 4699.

188 ADIV, C 4698, « État des quartiers où l’on a placé des troupes d’infanterie de 1746 à 1752 ».

189 ADIV, C 928, « Aperçu des troupes qui ont été à Nantes depuis le mois de mai 1780 jusqu’au mois de septembre 1786 ».

190 En 1778, Brest loge plus de 4 000 hommes au total, AMB, 2S 1, « Emplacement des troupes en Bretagne », 1er novembre 1778.

191 2 400 militaires pour 9 600 civils à Verdun, plus de soldats que de civils à Sarrelouis. Saupin G., Les villes en France à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, Belin, 2002, p. 131.

192 G. Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 465.

193 ADIV, C 927.

194 Cl. Nières, Les villes de Bretagne…, op. cit., p. 15.

195 Les soldats couchaient deux à deux selon les ordonnances, et souvent trois à trois dans la réalité.

196 A. Pardailhé-Galabrun, La naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens, xvie-xviiie siècles, Paris, PUF, 1988, p. 285-286.

197 ADIV, C 65, lettre à l’intendant, 31 décembre 1758.

198 A. Dupuy, op. cit., p. 205, 1752-1761.

199 En 1789, une lettre du ministère affirme que souvent, en Bretagne, l’habitant est « privé d’une partie de son lit ». SHAT, 1M 1774, lettre au comte de Thiard, 3 janvier 1789.

200 AMN, EE 95, règlement du 25 juin 1750. Il reprend notamment un autre règlement de juillet 1706.

201 ADIV, C 4699, le syndic de Saint-Servan aux commissaires des États, 14 juillet 1756.

202 A. Dupuy, op. cit., p. 211, 1767.

203 D. Biloghi, op. cit., p. 474-475.

204 Ch. Lamarre, op. cit., p. 309.

Table des illustrations

Légende Figure 14 : Les exempts et ceux trop pauvres pour loger à Nantes en 1725 (en pourcentage) (AMN, EE 69).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17610/img-1.png
Fichier image/png, 188k
Légende Figure 15 : La capitation de ceux fournissant des lits aux casernes d’Ancenis en 1788 et 1789 (ADLA, C 534 ; ADIV, C 4162).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17610/img-2.png
Fichier image/png, 66k
Légende Figure 16 : Les réquisitions d’attelages dans les environs de Nantes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17610/img-3.png
Fichier image/png, 531k
Légende Figure 17 : Les quartiers des régiments de cavalerie et de dragons en Bretagne durant l’été 1755 (d’après ADIV, C 4699).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17610/img-4.png
Fichier image/png, 633k
Légende Figure 18 : Les évolutions d’itinéraires entre Nantes et Vannes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17610/img-5.png
Fichier image/png, 744k
Légende Figure 19 : Les étapes et les itinéraires en Bretagne en 1746 (d’après SHAT, J 10A 203).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17610/img-6.png
Fichier image/png, 878k
Légende Figure 20 : La périodicité des passages de troupes à Nantes de 1727 à 1774 (d’après ADLA, C 260, C 265, C 266, C 267).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17610/img-7.png
Fichier image/png, 83k
Légende Figure 21 : La périodicité des passages de troupes de plus de 300 hommes à Nantes de 1727 à 1774 (d’après ADLA, C 260, C 265, C 266, C 267).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17610/img-8.png
Fichier image/png, 85k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search