Version classiqueVersion mobile

L'armée en Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Stéphane Perréon

Deuxième partie. Les ponctions humaines et matérielles de l'armée

Chapitre IV. Des fournitures en hommes variées mais rarement volontaires

Texte intégral

  • 1 SHAT, A1 1306, 19 avril 1695.

Au nom de Dieu, ne m’envoyez pas un seul homme d’arrière-ban car outre que je ne sçay qu’en faire et qu’ils ne sont bons qu’à embarrasser par leurs désordres et piailleries continuelles, c’est que nous ne saurions comme quoy les faire subsister.
Vauban1

E-kichen chapel Sant Laurans
A lein montenn Menez Bre
A oa jentil tud yaouank
I sevel an arme.

  • 2 Kanou Kalon-Vreizh/Chants profonds de Bretagne, éditions Arion, 1991, vol. 1. Cette version diffèr (...)

Près de la chapelle Saint-Laurent
Et du Menez Bre
De jeunes gentilshommes
Levaient une armée.
Gwerz Silvestrig2

  • 3 L. Bély, Les relations internationales en Europe (xviie-xviiie siècles), Paris, PUF, 1992, p. 240. (...)

1Comme tous les autres sujets du roi, les Bretons devaient contribuer à la défense du royaume. Si la plupart d’entre eux répondaient à cette obligation en acquittant l’impôt et en fournissant les troupes, certains appartenaient aux forces armées. En tant que province maritime, la Bretagne était soumise au système des classes depuis sa création par Colbert en 1668-16703. L’inscription maritime concernait les gens de mer mais il serait abusif de la réduire au littoral : les mariniers et bateliers de la Basse-Loire, jusqu’à Nantes, y étaient astreints. Nous n’évoquerons pas davantage ce service personnel puisqu’il dépendait de la marine mais nous verrons que ses répercussions pesaient inévitablement sur les autres formes de fournitures en hommes, en particulier sur le recrutement de l’armée réglée. En ce qui concerne l’armée de terre, le service prenait des formes variées aux implications fort diverses, tant certains corps étaient tombés dans l’obsolescence. C’était le cas de l’arrière-ban et des milices bourgeoises qui, cependant, continuèrent d’exister au xviiie siècle et dont il ne faudrait pas négliger le rôle social, à défaut de l’utilité militaire proprement dite. À l’inverse, milice royale et armée réglée contribuaient activement à la défense du Pré carré et aux opérations extérieures. La première posait la question de l’obligation de service militaire des populations et la seconde celle du recrutement volontaire.

Le ban et l’arrière-ban : une longue agonie avec de fiers sursauts

  • 4 G. Daniel, Histoire de la milice françoise et des changemens qui s’y sont faits depuis l’établisse (...)
  • 5 Les documents de l’époque emploient indifféremment « ban et arrière-ban », « ban », « arrière-ban  (...)
  • 6 A. de La Chesnaye des Bois, Dictionnaire militaire, Dresde, 1751, article « ban et arrière-ban ».

2Le terme ban et arrière ban évoque davantage le moyen âge ou les débuts de l’époque moderne que le xviiie siècle. L’institution n’est pourtant jamais abolie sous l’Ancien Régime et se concrétise même en cas de menaces côtières. Ses racines trouvent leurs sources dans l’ost médiéval, le ban désignant le regroupement des vassaux et l’arrière-ban celui des arrières-vassaux4. Plus de distinction de ce genre à l’époque moderne d’où l’emploi de la totalité de l’expression pour désigner la mobilisation exceptionnelle des gentilshommes, tenus d’acquitter l’impôt du sang5. Le sceau de l’archaïsme marque donc ce regroupement de nobles. Les auteurs militaires du xviiie siècle remarquent souvent son abandon. Le dictionnaire de La Chesnaye des Bois s’attarde sur l’historique et le rôle dévolu aux baillis mais, pour les actions les plus récentes, se contente d’un laconique : « On n’en a point convoqué depuis 1674 qu’il fut assemblé sur la Meuse, sous le commandement du marquis de Rochefort6. » Prise telle quelle, l’affirmation est erronée mais l’auteur veut signifier la dernière convocation à l’échelle nationale. En revanche, les mobilisations ponctuelles, pour la défense des côtes principalement, se perpétuèrent encore pendant plusieurs décennies, particulièrement en Bretagne.

  • 7 A. Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France, Paris, Fayard, 1992, t. 1, p. 397.
  • 8 L. Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, article « ban, arrière-ban ».

3La plupart des historiens ont fait peu de cas de ces mobilisations, considérant l’arrière-ban comme moribond dès les années 1670-1680. De façon générale, l’historiographie néglige cette troupe, jugée uniquement à l’aune de son rôle militaire, effectivement réduit voire nul. Elle signale tout juste les rassemblements pour la défense littorale, jugés anecdotiques7. Il convient sans doute d’envisager un autre angle d’approche. Le rassemblement de plusieurs centaines de gentilshommes en 1746 conduit à s’interroger non seulement sur l’état de déliquescence de l’institution quarante ou cinquante ans plus tôt mais également sur l’influence psychologique de telles mobilisations. On connaît le poids de la noblesse dans la province. Les nobles locaux restent encore, pour de nombreux paysans, les principaux référents, admirés ou haïs. Ils peuvent donner l’exemple à un monde rural dont ils occupent, au moins en dignité, le sommet de la hiérarchie. Leur attitude face à l’obligation militaire ne peut donc être totalement neutre, et surtout sans influence sur le reste des Bretons. Lucien Bély évoque l’« effet moral » produit par cette institution, « mobilisant les esprits pour la défense du royaume8 ». On s’attachera donc ici à cerner l’attitude des nobles face au service militaire, sous Louis XIV comme lors de l’éphémère résurrection de 1746.

Des rassemblements fréquents malgré une efficacité douteuse sous Louis XIV

  • 9 Au début de l’été 1696, quelques compagnies des dragons d’Asfeld constituent la totalité des troup (...)
  • 10 La liste n’est peut-être pas exhaustive. Elle est dressée à partir de la sous-série A1 des Archive (...)
  • 11 SHAT, A1 1704, lettre du maréchal d’Estrées, 4 juillet 1703.
  • 12 SHAT, A1 1897, lettre du maréchal de Châteaurenault, 12 juin 1705.

4Dans la seconde moitié du règne de Louis XIV, la Bretagne était bien souvent livrée à elle-même, le gros des armées combattant sur les frontières du Nord et de l’Est9. Quelques escadrons de cavalerie ou de dragons ne présentaient pas une garantie suffisante, en dépit de leur mobilité. Dès lors s’avérait indispensable le recours à des troupes non régulières : milices bourgeoises et garde-côtes, ban et arrière-ban. Cette dernière formation se démarquait des autres par son caractère élitiste, non seulement lié à sa composition sociale mais aussi au fait que ses membres servaient à cheval. La fréquence des convocations suffit à montrer que les autorités attachaient une importance à l’arrière-ban. Des rassemblements eurent lieu en 1689, 1690, 1691, 1692, 1696, 1703, 1705 et 171110. Il ne s’agissait cependant pas, à chaque fois, d’une mobilisation totale. Quand le danger semblait moindre, on se contentait de faire appel à deux ou trois compagnies de la noblesse. En 1703, seuls les évêchés de Vannes et de Quimper furent concernés11. En outre, la mobilisation concernait rarement tout l’effectif d’un diocèse. En 1705, soixante gentilshommes du comté de Nantes seulement se rendirent effectivement en Cornouaille12.

  • 13 SHAT, A1 1428, « État des troupes pour la défense de Brest », 1696.
  • 14 L. Maître, « L’insolence des gens de guerre sous Louis XIV. Épisode de l’histoire de Clisson », AB(...)
  • 15 SHAT, A1 904, lettre du 7 mai 1689, à propos de 150 gentilshommes du Maine.

5Les gentilshommes bretons ne servaient pas obligatoirement dans leur évêché mais ils bénéficiaient de l’assurance de ne pas sortir de la province. En contrepoint, le ban et l’arrière-ban de certaines provinces de l’intérieur du royaume étaient périodiquement envoyés en Bretagne. Les généralités voisines du Maine et de la Touraine furent particulièrement sollicitées, en 1689 et 1696 notamment, mais des provinces plus lointaines contribuèrent également. En 1696, les gentilshommes du Nivernais séjournèrent à Lamballe et ceux du Limousin à Dinan13. On abandonna ensuite le procédé. Les frais occasionnés par le déplacement et le séjour de ces troupes pesèrent sans conteste dans la décision. Les troubles dont se rendirent coupables certains gentilshommes, comme ceux de Touraine à Clisson durant l’été 1689, qui mirent la ville et les environs en coupe réglée, ne purent que la conforter14. Plus que la noblesse du cru, celle venant d’autres provinces semble particulièrement rétive à toute discipline au point que le duc de Chaulnes évoque son embarras15. En effet, autant les nobles bretons reconnaissaient l’autorité des cadres militaires de leur province, autant ceux du Maine ou de Touraine n’obéissaient pas de bonne grâce à des responsables d’une autre province que la leur.

  • 16 Chevalier de Guignard, L’École de Mars ou Mémoires instructifs sur toutes les parties qui composen (...)
  • 17 SHAT, A1 1609, 10 juillet 1702.
  • 18 SHAT, A1 904, 7 mai 1689.
  • 19 SHAT, A1 1306, 19 avril 1695.

6Les témoignages quant à l’utilité de la convocation du ban et de l’arrière-ban présentent des contradictions. Dans une période de sommeil sinon d’abandon de l’institution, Guignard, qui lui consacre pourtant plus de cinq pages, concède que « cette cavalerie autrefois si illustre, qui étoit la terreur des ennemis et le principal appui de la Couronne et de l’État, n’a plus aujourd’hui aucune de ces qualitez16 ». Sous Louis XIV, quelques responsables leur accordent un rôle à jouer dans la défense côtière, comme Du Deffand de La Lande, chargé de la coordonner17. Les autres chefs militaires sont beaucoup plus circonspects, exprimant toutefois rarement leur avis personnel. Le duc de Chaulnes remarque seulement que « la noblesse à cheval est encore bien pire que la cavalerie légère18 ». Seul Vauban, alors qu’il coordonne la défense de Brest et de Saint-Malo, rejette toute idée de rassemblement des nobles de la province, dans une apostille assassine : « Au nom de Dieu, ne m’envoyez pas un seul homme d’arrière-ban car outre que je ne sçay qu’en faire et qu’ils ne sont bons qu’à embarrasser par leurs désordres et piailleries continuelles, c’est que nous ne saurions comme quoy les faire subsister19. » Ce jugement lapidaire confirme l’exclusion du ban de la réflexion tactique et son manque évident de discipline.

  • 20 Ibidem, 31 juillet 1702.

7Les gentilshommes bretons ne se pliaient en effet que difficilement aux ordres donnés. On connaît la pagaïe qui régna quelquefois au sein de l’assemblée de la noblesse lors de la tenue des États provinciaux. Qu’on imagine maintenant ces mêmes hommes armés, oscillant entre désœuvrement et exaltation irraisonnée, et on comprendra l’embarras des officiers généraux. Une fois le contingent d’un évêché arrivé à son quartier et, plus encore, la revue effectuée, des défections se produisaient fréquemment. La lassitude d’une vaine attente, le sentiment – souvent justifié – de l’inutilité de leur présence et des difficultés matérielles et financières les expliquent aisément. « La noblesse commence à s’ennuyer, écrit M. de Bouridal, et il m’est revenu plusieurs gentilshommes qui estoient déjà retournés chez eux20 »

  • 21 SHAT, A1 1896, 20 mars 1705.
  • 22 SHAT, A1 2338, 12 juin 1711.

8Conscients des insuffisances de cette troupe, les responsables militaires cherchèrent à la discipliner et à lui inculquer quelques rudiments d’art militaire. En 1702, les gentilshommes des évêchés de Saint-Brieuc et de Tréguier sont exercés par Du Deffand de La Lande alors que le maréchal de Châteaurenault se charge trois ans plus tard de deux compagnies du Léon21. Un léger entraînement permettait au moins de lutter contre le désœuvrement. Toutefois, la plupart du temps, les nobles furent simplement passés en revue et laissés à eux-mêmes. Avec les années, les convocations s’espacèrent, les responsables militaires ne nourrissant plus guère d’illusions sur les capacités militaires du ban et de l’arrière-ban, au point de lui préférer les détachements des milices bourgeoises, certainement plus dociles. Quand, en 1711, le maréchal de Châteaurenault remarque que de nombreux nobles sont officiers dans les milices garde-côtes, il ajoute laconiquement : « On ne doit guère compter sur le reste22. » Assurément, lorsque s’achève le règne du Roi Soleil, la messe semble dite pour le ban et arrière-ban.

Une troupe peu motivée, source de différends et de difficultés

  • 23 SHAT, A1 961, 16 avril 1690.
  • 24 ADCA, C 7, lettres de Le Cardinal de Kerglas, début xviiie siècle.
  • 25 AN, G7 180, 1696.

9Les deux préoccupations principales des autorités provinciales concernant les troupes de la noblesse étaient d’une part de régler les différends à propos de l’exercice du commandement et, d’autre part, d’assurer leur subsistance. L’organisation du ban et de l’arrière-ban en Bretagne reposait sur une longue tradition enracinée dans l’époque médiévale. La convocation des gentilshommes se faisait dans le cadre territorial des neuf évêchés bretons. Les sénéchaux bretons demeuraient traditionnellement en retrait par rapport à leurs homologues des autres provinces. La raison était, selon le maréchal d’Estrées, que contrairement aux autres provinces, ces derniers étaient gens de robe plus que d’épée23. Le rôle des sénéchaux consistait pour l’essentiel à organiser le rassemblement des nobles, d’abord dans des cantons désignés à l’avance puis en un point précis de chaque évêché. Par des revues, ils s’assuraient de la présence de tous les requis. À cette fin, chaque capitaine faisait prévenir ses hommes par l’intermédiaire des recteurs24. Peu de nobles contestaient la suprématie des sénéchaux et l’altercation entre M. de Moeslieu, celui de Lesneven, et l’alloué de Brest, qui lui arracha des mains les ordres du roi et le rôle d’une des compagnies, relève peut-être autant de différends personnels que d’une réelle querelle de compétence25. L’incident demeure isolé.

  • 26 « Journal d’un volontaire de la milice de Rennes en 1746 (mémoires inédits d’Anneix des Milleries) (...)

10En revanche, en aucun cas, les sénéchaux n’étaient colonels de droit des régiments de la noblesse. Le roi nommait en effet chaque colonel, portant son dévolu sur un noble puissant et respecté, comme M. de La Rivière, gouverneur de Saint-Brieuc, au début du xviiie siècle, pour le diocèse correspondant. Les autres officiers, par contre, étaient élus par les nobles, ce qui se pratiqua encore en 1746. Cette année-là, un incident révéla l’attachement à ce principe. Comme il s’agissait d’envoyer un petit détachement de la noblesse à Belle-Île, le duc de Rohan désigna pour le commander le marquis de La Rivière. Certains gentilshommes protestèrent et obtinrent le droit de voter, désavouant le duc puisqu’ils choisirent M. de Saint-Pern du Lattay26. La rareté et la fragmentation des sources permettent mal d’appréhender ces luttes d’influence mais il apparaît certain que les postes d’officiers du ban et arrière-ban faisaient l’objet d’une compétition mettant en jeu l’honneur des intéressés.

  • 27 SHAT, A1 1609, lettre de Kerisac, 15 juin 1702.
  • 28 Ibidem, 1er août 1702.
  • 29 Ibid., 21 juillet 1702.
  • 30 SHAT, A1 1704, 10 septembre 1703.

11La principale source de contestation survenait lorsque la troupe séjournait sur les côtes. En effet, les dépositaires de la défense côtière étaient les milices garde-côtes dont les officiers, tous nobles, partageaient de mauvaise grâce leur commandement. Ils entendaient même subordonner à leur autorité les troupes de noblesse assignées à leur département. Ils appuyaient cette prétention sur le fait qu’ils tenaient leur grade du souverain et prenaient place dans la hiérarchie militaire du royaume. Cet argument emporta l’adhésion du maréchal d’Estrées qui, en 1702, confia le commandement de la côte de l’évêché de Tréguier à M. de Kerisac, colonel garde-côtes27. Certains nobles mécontents ayant pris la plume pour s’adresser directement à Versailles, Chamillart réprimanda le commandant en chef, affirmant avec force que la noblesse ne devait pas dépendre du secrétariat à la Marine28. Cependant, l’interprétation des directives de Versailles posait des difficultés aux responsables locaux, comme en témoigne la perplexité du sieur Du Deffand de La Lande. En 1702, il considère comme anormal que la noblesse de l’arrière-ban doive obéir « aux officiers garde-côtes qui eux ne commandent qu’à des paysans29 ». Il propose néanmoins un commandement mixte comprenant quelques officiers expérimentés de chaque corps. L’année suivante, il évoque un règlement royal donnant la primauté aux officiers garde-côtes, instruction qui « a fait et fait encor beaucoup murmurer la noblesse et la pourra rendre inutile au service du roy par la lanteur avec laquelle ils se transporteroient sur la coste30 ». Il semble bien qu’on s’en tint là.

  • 31 SHAT, A1 1897, lettre de Châteaurenault, 12 juin 1705.
  • 32 SHAT, A1 1609, 10 juillet 1702.
  • 33 Chevalier de Guignard, op. cit., t. 1, p. 529.

12Assurer la subsistance des compagnies de noblesse n’était pas non plus tâche aisée. Habituellement, quand des lettres patentes convoquaient le ban et arrière-ban, la subsistance était assurée à l’instar des troupes réglées. À une différence près toutefois : on ne puisait pas dans le fonds de l’Extraordinaire des guerres mais dans un autre, spécialement constitué pour l’occasion et alimenté par tous ceux ne pouvant – et, bien souvent, ne voulant pas – contribuer au service effectif. On établissait alors des cantines pour la distribution des vivres. En outre, quand les nobles se déplaçaient, ils recevaient l’étape au même titre que les troupes réglées, comme ceux de l’évêché de Nantes se rendant à Quimper en 170531. Néanmoins, la pauvreté de certains ne leur permettait guère de subsister, même dans ces conditions favorables. On y suppléait par l’octroi d’une aide exceptionnelle, comme en 1702 quand Du Deffand de La Lande sollicite une avance de 7 000 à 8 000 francs sur les fonds de la province pour les nobles nécessiteux de tous les évêchés32. Guignard explique les faiblesses du ban par le fait que l’armée réglée attire les meilleurs gentilshommes ; il ne reste plus alors que les plus jeunes et les plus âgés33. Il devrait ajouter aussi les plus pauvres. L’évocation de la pauvreté de certains gentilshommes conduit à se poser la question de la représentativité du ban. Qui en faisait réellement partie ?

  • 34 BMN, Ms 325, « État de la contribution des veuves, mineurs et autres personnes nobles de l’évesché (...)

13En théorie, tous les nobles devaient répondre à la convocation. Cependant, au cours du xviie siècle, exemptions et arrangements tendirent à devenir la règle. Dès l’origine, certains titulaires de fiefs nobles (veuves, enfants, vieillards, invalides) n’étaient pas en mesure de s’acquitter d’un service militaire. On leur demandait alors de contribuer à l’équipement et à l’entretien d’un combattant. Au fil du temps s’institua une taxe. Dans l’évêché de Vannes, en 1692, 71 particuliers acquittaient en moyenne 200 livres, la taxe variant entre 50 et 500 livres34. Or, à la fin du xviie siècle, dans de nombreuses provinces, les nobles contribuant en argent l’emportaient numériquement sur ceux contribuant en nature, par le service effectif. Plusieurs raisons expliquent cette évolution, constatée dans toutes les provinces du royaume.

  • 35 SHAT, A1 961, 16 avril 1690.
  • 36 AN, G7 173, lettre au contrôleur général avec un extrait du règlement joint, 8 mai 1691.
  • 37 A. M. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des p (...)

14Tout d’abord, des roturiers acquirent des seigneuries redevables du ban. Généralement, on préféra les faire cotiser que servir en armes. Le maréchal d’Estrées précisait à ce sujet qu’ils ne devaient pas contribuer à l’équipement d’un gentilhomme mais « cotiser pour un autre usage35 ». Le commandant en chef s’aperçut toutefois que nombre de roturiers titulaires de fiefs négligeaient de se faire connaître et d’acquitter quoi que ce fût. Il promulgua de ce fait un ordre destiné non pas à les faire servir réellement mais à les inquiéter suffisamment pour qu’ils payent. À la grande satisfaction du maréchal, cet avis provoqua l’effet escompté : « L’alloué de Nantes m’a asseuré que plusieurs personnes le sont déjà venu trouver pour offrir de payer une somme au lieu du service que l’on demande36. » Le service effectif de la noblesse de robe posait également problème. M. de La Faluère relaie ainsi une requête d’exemption des avocats du parlement, nobles pour beaucoup, expliquant que « la profession de tous ne leur permet pas d’effectuer en montant à cheval » le service demandé et rappelant que l’année précédente leur départ fit presque cesser toute activité au Palais37. L’absence d’autre courrier de ce genre montre que les autorités n’inquiétèrent plus cette catégorie, se contentant, là encore, de percevoir une taxe.

  • 38 SHAT, A1 1609, 21 juillet 1702.
  • 39 Ibidem, lettre de Du Deffand de la Lande, 10 juillet 1702.
  • 40 J. Gallet, « En Bretagne, seigneurie et pouvoir militaire du xvie au xviiie siècle », RHA, 1985, n (...)
  • 41 L. Bély, (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, op. cit.
  • 42 A. Endrès, « Charges militaires de Meaux et de son bailliage (1692-1695) », Actes du 103e CNSS, Na (...)

15En l’absence de rôles complets de ban et d’arrière-ban, évaluer la proportion de ceux qui prennent effectivement les armes s’avère difficile. Du Deffand de La Lande estime qu’une mobilisation des gentilshommes bretons doit au moins regrouper 1 500 personnes38. En 1702, le ban des évêchés de Saint-Brieuc et de Tréguier – qui regroupent plus du tiers de la noblesse bretonne – compte 400 hommes39. À coup sûr, seule une minorité rend un service militaire effectif. Le contraste avec les mobilisations massives des xve et xvie siècles est flagrant : le ban de l’évêché de Vannes ne compte même pas 200 membres en 1694, soit cinq à six fois moins que deux cents ans plus tôt40. Les nombres précédents sont cependant loin d’être négligeables et témoignent d’une vigilance certaine des autorités pour limiter exemptions et contributions financières. Joue pleinement ici le caractère de province frontière de la Bretagne qui se démarque du reste du royaume. En effet, en beaucoup d’endroits, l’arrière-ban était devenu une simple taxe, les rôles prenant un caractère fiscal indéniable41. Dans le bailliage de Meaux, la plupart des nobles invoquaient des empêchements variés pour se soustraire au service, à tel point que les requêtes en décharges ou dispenses devinrent la règle42.

  • 43 SHAT, A1 1609, 10 juin 1702 et A1 1896, mars 1705.
  • 44 SHAT, A1 1704, 18 juin 1703.
  • 45 BMN, Ms 325, « État de ceux lesquels prétendent estre exempts du ban et arrière ban », 7 mai 1690.

16En Bretagne, la quête d’exemptions constituait une activité répandue mais visiblement moins couronnée de succès. Obtenir une exemption en bonne et due forme s’avérait en effet difficile. Seuls quelques nobles détenant un grade d’officier de milice bourgeoise pouvaient s’en prévaloir. Le sieur de La Civelière, capitaine major de la milice de Clisson mais résidant à Nantes, peut certes expliquer qu’il exerce un détachement à Clisson mais un rapport rédigé trois ans plus tard par Monsieur Despinoze permet d’en douter fortement43. Les solliciteurs requéraient la vigilance des autorités, n’hésitant pas à interpréter abusivement en leur faveur certains règlements. Monsieur de Kerlenguy, arguant de son rang d’officier dans les troupes réglées, requiert ainsi l’exemption totale de son père. Le maréchal d’Estrées réfute son argumentation et constate qu’« il seroit dangereux […] d’introduire des exemptions sur ce sujet dans cette province où les gentilshommes sans sortir de chez eux sont obligés à la deffence44 ». En 1690, l’ensemble de la province compte moins de 170 exempts, pour l’essentiel des officiers de l’armée réglée ou des parents de ceux-ci45.

  • 46 SHAT, A1 1609, 19 juin 1702.
  • 47 SHAT, A1 2338, 12 juin 1711.

17Les nobles bretons trouvèrent une parade efficace aux mobilisations peu souhaitées. Le littoral, pourtant cause de leurs soucis, leur vint en aide : ils se précipitèrent massivement sur les grades de la milice garde-côtes. Ce dernier service, sédentaire, était à coup sûr moins astreignant et moins coûteux, au point d’attirer des nobles de l’intérieur de la province. Le maréchal d’Estrées y mit le holà dès 1702 : « Tous les gentilshommes se jetant dans le service des capitaines de la garde costes ou de pareils employs, pour arrester ce désordre, j’ay esté obligé d’ordonner qu’aucun gentilhomme ne sera exempt de servir avec le corps de la noblesse qu’il seroit au-delà de l’estenduë portée par le règlement ou que la paroisse ne monta pas ordinairement la garde à la coste46. » Les difficultés de subsistance précédemment évoquées aboutirent néanmoins à une application moins rigoriste voire quelque peu laxiste. Le maréchal de Châteaurenault reconnaît à propos des nobles bretons que « faute de subsistance, on a consenty depuis longtemps que la plupart prît du commandement dans les paroisses et détachemens de la coste47 ». L’osmose entre le ban et la milice garde-côtes fondait théoriquement les bases d’une symbiose bénéfique à la défense littorale. Elle déboucha plutôt sur le dépérissement de l’arrière-ban, vidé de sa substance par un corps devenu concurrent sinon parasite.

  • 48 SHAT, A1 1609, 19 juin 1702.

18Les remarques précédentes témoignent de la faible motivation des gentilshommes bretons pour le service du ban et arrière-ban. Tout le monde ou presque en était conscient. Le maréchal d’Estrées ne le cache pas au secrétaire d’État à la Guerre : « Il est certain que le service avec la noblesse en corps est rejetté de touts les meilleurs gentilshommes aussy bien que des autres et qu’il seroit bientôt détruit en cette province si l’on apportait trop de facilité à recevoir les bonnes et mauvaises raisons que l’on allègue48. » Plus que la crainte d’une confrontation avec un ennemi le plus souvent invisible et insaisissable, les difficultés matérielles expliquent une large partie des réticences. Le ban semble à l’image de la noblesse bretonne. Les pauvres y sont nombreux.

  • 49 Ibidem, 10 juillet 1702.
  • 50 ADCA, C 7, contrôle de la compagnie de Kerglas effectué à Guingamp le 4 juillet 1702.
  • 51 AN, G7 186, 18 juillet 1706.

19L’équipement et l’armement étaient à la charge des gentilshommes. Si le moindre nobliau possédait une épée, armes à feu et montures de qualité étaient plus rares. En 1702, Du Deffand de La Lande se résout même à faire servir à pied 40 hommes du ban des évêchés de Saint-Brieuc et Tréguier, seuls 200 sur 400 étant correctement montés49. Les contrôles de la compagnie de Monsieur Le Cardinal de Kerglas, levée dans les environs de Guingamp, précisent que certains nobles ne peuvent servir qu’à pied. La plupart, y compris les cavaliers, demandent de l’aide. M. Le Frotter de Poulmestre, de Quemper-Guézennec, caractérise bien ces petits gentilshommes dans la gêne : il « déclare ne pouvoir servir sans aide, n’ayant aucun bien et estant chargé de famille, et voulloir servir à pied ». Le sénéchal le contraint finalement à fournir « un tiers de la subsistance d’un cavalier50 ». La difficulté rencontrée pour assurer la subsistance des plus indigents força peu à peu les autorités à ne plus les solliciter, Ferrand constatant en 1706 que « les pauvres gentilshommes qui ne peuvent subsister dans leurs quartiers se retirent chez eux après la reveuë51 ».

  • 52 Mme de Sévigné, Correspondance, NRF-La Pléiade, 1978, t. 3, lettres des 15 et 19 juin 1689 et 26 a (...)

20Cependant, cela n’explique pas la réticence sinon le refus de la noblesse aisée ou riche. Certes, ces nobles possédaient quelque chose et une mobilisation prolongée les éloignait de leurs affaires. L’essentiel n’était pas là. Le service du ban et arrière-ban était regardé comme un privilège désormais contraignant dont on ne voyait guère l’utilité. La fréquence des convocations pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg ne put que lasser. L’honneur avait cédé le pas à l’obligation. La promiscuité avec des hobereaux indigents et peu policés, la perte du confort quotidien ne pouvaient également que rebuter l’aristocratie aisée. Madame de Sévigné se fait l’écho d’un autre inconvénient : les officiers de noblesse étaient conduits à des dépenses somptuaires lors de banquets interminables accompagnant les rassemblements du ban. Mortifié par l’expérience vécue en 1689, Charles de Sévigné parvint l’année suivante à ne pas rejoindre l’arrière-ban, prétextant des maux imaginaires52.

  • 53 ADCA, C 7, revue de la compagnie de Kerglas faite à Tréguier le 11 juin 1706.

21L’attitude des nobles bretons n’apparaît guère différente de celle des bourgeois désireux d’échapper aux contraintes de la milice bourgeoise ou des paysans envers milice provinciale ou garde-côtes. On peut même penser qu’elle y contribua un peu, le deuxième ordre donnant en quelque sorte le la. Veillons néanmoins à éviter toute simplification abusive. Que la plupart des nobles aient cherché à se soustraire au service est indéniable mais qu’une fois mobilisés ils aient fait montre d’une évidente mauvaise volonté l’est beaucoup moins. Les témoignages des responsables militaires mettent surtout en exergue les difficultés. Que les gentilshommes de l’arrière-ban fassent preuve de bonne volonté leur semble normal si bien qu’ils s’abstiennent en général de le signaler. D’ailleurs, les gentilshommes pauvres renoncent surtout à servir faute de moyens de subsistance. Ils ne semblent pas forcément rétifs au principe même du service armé. Comme nombre de ses compagnons, M. de Kermenguy de La Cursinne « demande de l’ayde et n’a aucun bien et fait offre de servir53 ». Il n’en est pas moins vrai que lorsque s’éloigne la menace des descentes anglaises et bientôt la guerre, le ban et l’arrière-ban sont indubitablement sclérosés et entrent dans un long sommeil. On pourrait parler de mort s’il n’y avait le surprenant réveil de 1746.

L’étonnante résurrection de 1746

  • 54 Pour les détails voir B. Pocquet, Histoire de la Bretagne, Paris-Rennes, 1914, t. 6, p. 249-253.

22L’épisode de 1746 est suffisamment connu pour ne pas en évoquer les détails militaires, qui importent peu pour cette étude. Rappelons néanmoins brièvement les principaux faits54. Les Anglais débarquèrent près de Lorient le 1er octobre avec la ferme intention de mettre à sac le siège de la Compagnie des Indes. Tenus en échec par des troupes hétéroclites, ils rembarquèrent le 10, se dirigèrent vers Le Croisic, semant la panique parmi les habitants. Puis, après quelques tirs de canon contre les îles de Houat et Hoëdic, ils se retranchèrent dans la presqu’île de Quiberon le 16 octobre. Ils repartirent finalement le 28 sans avoir réellement livré combat.

  • 55 ADCA, C 7, lettre de Deschamps, 2 octobre 1746.
  • 56 SHAT, A1 3188, lettre du comte de Sullé, 17 octobre 1746.
  • 57 Ibidem, lettres de Micault de Soulville, subdélégué, des 6 et 8 octobre 1746.
  • 58 Ibid., lettre du comte de Sullé, 17 octobre 1746.

23Cet épisode resterait anecdotique s’il n’avait produit une grande effervescence dans la province et entraîné une importante mobilisation. La convocation du ban et arrière-ban intervint assez tôt, ce qui exclut une décision versaillaise. L’initiative en revint d’abord au lieutenant de roi de Port-Louis55, relayé par les commandants en second, Volvire et Coëtmen, et s’explique par la rareté des troupes réglées en Bretagne, qui consistaient pour l’essentiel en cavalerie et dragons. Le dernier appel au ban remontait à trente-cinq ans et très peu de gentilshommes l’avaient donc connu. Or, force est de constater la célérité du rassemblement. Dès le 4 octobre, cinquante nobles de l’évêché de Tréguier se regroupent ; ils arrivent à Lorient le 956. En revanche, la noblesse de Nantes ne s’ébranle que le 17. Les premiers mobilisés sont des volontaires et n’attendent pas les autres. Les nobles de la subdélégation de Lamballe partent ainsi en deux groupes : quinze le 6 octobre et huit le 8 octobre57. L’improvisation apparaît aussi dans le fait que les nobles sont laissés à eux-mêmes : une fois les Anglais rembarqués de devant Lorient, le contingent de l’évêché de Tréguier repart de sa propre initiative58.

  • 59 Ibid., lettre du duc de Rohan, 22 octobre 1746.
  • 60 Ibid., lettre du comte de Carné-Trécesson, 24 octobre 1746.

24L’organisation intervient plus tard, sous l’égide du duc de Rohan qui supervise les élections des officiers au sein des compagnies des diocèses et compte exercer cette troupe. Plus de 400 gentilshommes sont alors rassemblés à Auray, sans compter les domestiques, souvent armés, qui accompagnent certains d’entre eux59. La mobilisation peut sembler modeste comparée à celles du règne de Louis XIV mais il ne s’agit pas là de la noblesse de tous les évêchés. Comme celle de Tréguier, la noblesse de Saint-Brieuc n’a séjourné que quatre jours à Lorient puis a regagné ses foyers sur l’ordre du marquis de Coëtmen60. Il ne semble pas, non plus, que les gentilshommes de Dol et du Léon se soient rendus près de Lorient mais peut-être furent-ils mobilisés localement.

  • 61 ADIV, C 4263, C 4268 et C 4272, rôles de la capitation de la noblesse des évêchés de Saint-Brieuc, (...)
  • 62 J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1966, p. 20.

25En tout état de cause, le contingent réuni n’est donc pas négligeable. Appréhender sa composition sociale se révèle plus difficile puisqu’on ne dispose que des noms de trente volontaires envoyés à Belle-Île. Fort heureusement, les lettres du subdélégué de Lamballe et du comte de Sullé précisent les patronymes de ceux ayant constitué les détachements des diocèses de Saint-Brieuc et Tréguier. À l’aune de la capitation versée, cette noblesse paraît relativement représentative de la noblesse bretonne. Les fortunes modestes y prédominent. Sur soixante nobles des évêchés de Tréguier, Saint-Brieuc et Vannes, 45 % paient moins de vingt livres de capitation, 35 % entre vingt et cinquante livres et 20 % plus de cinquante livres61. Les contrastes entre les diocèses sont ceux constatés pour la noblesse en général, plus nombreuse et plus pauvre dans ceux de Tréguier et de Saint-Brieuc. Seuls 20 % des nobles du ban de Vannes sont imposés de moins de vingt livres alors que la proportion atteint 40 % pour celui de Saint-Brieuc et 54 % pour celui de Tréguier. Au sein de cet échantillon représentatif, seul le marquis de La Rivière fait figure de grosse fortune avec 200 livres, aucun autre ne dépassant 150 livres et peu (3) atteignant les 100 livres. D’un autre côté, les indigents sont plus rares au sein du ban que de l’ensemble du corps de la noblesse : 26,5 % du total acquittent moins de dix livres, certains tombant même à trois livres, mais ils sont rares. Rappelons qu’en 1710, plus de la moitié des nobles des évêchés de Tréguier et de Saint-Brieuc versent moins de dix livres, quand ils paient quelque chose62. Cette sous-repré-sentation des plus pauvres trouve une explication logique dans une réticence évidente à servir au risque d’entamer un modeste patrimoine et à l’attitude compréhensive des autorités. Le plus surprenant est bien de trouver ces nobles modestes qui n’avaient rien à gagner à l’affaire fors l’honneur. Notons également l’homogénéité de la fortune des officiers du détachement de l’évêché de Tréguier. Qu’il s’agisse du commandant, comte de Sullé de Bégaignon, du major, du cornette ou du maréchal des logis, tous paient entre trente et trente-six livres de capitation. En revanche, les plus riches, comme le comte du Parc ou MM. de Langle et de Kergrist, n’exercent au sein du ban aucune responsabilité officielle. La raison tient peut-être au caractère électif du commandement, débouchant sur un consensus au profit de la noblesse moyenne.

Figure 2 : La capitation des gentilshommes venus défendre Lorient en 1746 (SHAT, A1 3188 ; ADIV, C 4263, 4268 et 4272).

Figure 3 : La capitation des gentilshommes de l’évêché de Tréguier venus défendre Lorient en 1746 (SHAT, A1 3188 ; ADIV, C 4268).

  • 63 SHAT, A1 3188, lettre du duc de Rohan, 18 octobre 1746.
  • 64 Ibid., 20 octobre 1746.

26Plusieurs indices laissent à penser que les chefs militaires comptaient un tant soit peu sur le ban. Composé de cavaliers, il présentait l’avantage d’une mobilité accrue par rapport aux milices. Quand, après le rembarquement de Lorient, on craint une descente dans la presqu’île de Rhuys, ce sont 200 gentilshommes qu’on envoie d’abord. On utilise même un petit groupe d’entre eux pour reconnaître les retranchements anglais dans la presqu’île de Quiberon63. On avait compris que cette troupe se prêtait mieux à des chevauchées ressortissant plus à la petite guerre qu’à la bataille rangée. La volonté de militarisation de l’arrière-ban est manifeste : le marquis de Rothelin, gouverneur du Port-Louis, désire fournir des fusils à ceux qui en manquent, « leur faire observer la discipline militaire » et « leur donner la paye de mousquetaire jusqu’à l’arrivée des troupes [réglées]64 ».

  • 65 ADIV, C 916, « État des officiers dont on se propose de former chaque compagnie de gentilshommes s (...)
  • 66 SHAT, A1 3188, respectivement 27 et 22 octobre 1746.
  • 67 Ibidem, 27 octobre 1746.
  • 68 Ibid., lettre du duc de Rohan, 29 octobre 1746.

27On entendait utiliser au mieux l’enthousiasme de la noblesse bretonne en calquant son organisation sur celle des troupes réglées. En 1747, le duc de Penthièvre eut même des velléités de réorganisation des compagnies de gentilshommes, qu’il voulut exercer au même titre que les milices garde-côtes65. Tous les témoignages confirment l’enthousiasme des nobles assemblés. Le marquis de Rothelin évoque « la noblesse de Bretagne qui marque une grande volonté » ; M. de Juigné confirme qu’elle montre beaucoup de zèle pour le « service de Sa Majesté et de la patrie66 ». Lorsqu’une lettre du ministre leur rendant hommage leur est lue par le duc de Rohan, l’enthousiasme culmine67. Certes, l’heure est à l’exaltation et les responsables militaires regardent les nobles bretons avec les yeux de l’amour. Toutefois, la bonne volonté et la motivation sont indéniables. On assiste même à un phénomène d’émulation. Quand les Anglais quittent la presqu’île de Quiberon, on craint qu’ils n’attaquent Belle-Île. Cette menace nécessite l’envoi de renforts dans l’île, parmi lesquels des milices bourgeoises et un détachement de trente nobles volontaires. Or, la plupart souhaitant en faire partie, le duc de Rohan se voit obligé de désigner ceux étant de piquet ce jour-là68.

Idéal noble de service et patriotisme

  • 69 Ibid., sans date précise (octobre 1746).
  • 70 Ibid., 23 octobre 1746, lettre écrite de Rennes.
  • 71 Ibid., lettre de Monsieur de La Blottière, 22 octobre 1746.

28La volonté de servir le roi se mêle ici à un patriotisme émergent, évoqué dans plusieurs courriers. Le sieur de Racinoux, ancien capitaine de Royal Artillerie retiré à Nantes depuis cinq ans, propose de reprendre du service pour le roi et « principalement dans ma patrie » ajoute-t-il69. Lamarche, ancien officier aux Gardes, sollicite de devenir aide de camp du duc de Penthièvre, venant « au secours de [sa] patrie70 ». Notons l’ambiguïté du terme « patrie » qui semble désigner tout à la fois le royaume et la Bretagne. Difficile par conséquent de savoir si les gentilshommes défendaient la France, le roi ou la Bretagne. Sans doute les trois à la fois. Mais qu’il s’agisse de patriotisme national ou régional, le terme s’applique parfaitement aux quelques nobles du comté de Nantes qui puisent dans leurs économies pour acquérir un cheval et répondre à l’appel71.

  • 72 « Journal d’un volontaire de la milice de Rennes en 1746 », op. cit., p. 461.
  • 73 C’est en 1756 que le chevalier d’Arc fait paraître La noblesse militaire ou le Patriote français, (...)

29L’enthousiasme des nobles de l’arrière-ban ne se réduisait pas à une affaire de patriotisme. Pour nombre d’entre eux, la convocation de 1746 représenta un événement majeur, l’occasion de rompre momentanément avec un quotidien monotone et peu exaltant. Toute cette aventure dénote presque un aspect ludique. Le milicien rennais Anneix des Milleries évoque le départ pour Belle-Île du sieur de Moutiers, noble rennais : « Nous venons de le voir s’y préparer. Il part avec un courage et une gaieté qui nous charment72. » L’affaire de 1746 donne au moins l’illusion de la guerre – le danger en moins – même si elle se résume surtout à une grande excursion entrecoupée d’exercices. Pour les plus humbles, prendre les armes permettait aussi de se démarquer, consciemment ou non, de l’élite roturière, paysans riches ou bourgeois aisés, et de réaffirmer, dix ans avant le chevalier d’Arc, la vocation guerrière du second ordre73.

  • 74 ADIV, C 1150.

30L’hypothèse selon laquelle d’anciens officiers de l’armée réglée jouèrent un rôle d’entraînement pour l’ensemble de la noblesse paraît hautement vraisemblable. Si les rôles de la capitation mentionnent rarement les services antérieurs, l’état des officiers retirés en Bretagne, dressé en 1758, apporte d’intéressants enseignements74. Au sein des soixante nobles identifiés avec certitude, neuf au moins – mais certainement davantage compte tenu des décès intervenus entre 1746 et 1758 – avaient servi dans les troupes réglées, six d’entre eux n’ayant toutefois jamais dépassé le grade de lieutenant. La plupart étaient retirés depuis longtemps (huit à vingt-quatre ans pour six d’entre eux), seul le sieur Du Plessis de Grénédan, capitaine dans Gervaisais puis Gondrin jusqu’en 1745, pouvant mettre à profit une expérience récente, limitée cependant par des attaques de goutte. Même si le passage de certains dans l’armée de ligne fut probablement court – Poulain du Mauny a quitté le service à 22 ans, Du Rocher de Saint-Riveul à 27 ans – ils bénéficiaient d’un minimum d’expérience qui put se révéler utile et ils encadraient utilement leurs compagnons. Leur évocation de combats passés et de hauts faits d’armes plus ou moins authentiques était à même de motiver l’ensemble de la troupe. En revanche, tous les militaires retirés ne furent pas convoqués pour se porter vers Lorient. Dans la subdélégation de Lamballe, le sieur Plancher de Laube, retiré depuis 1742 et âgé de trente ans, sans infirmité signalée en 1758, ne fait pas partie de l’arrière-ban en 1746. D’autre part, ces quelques anciens officiers ne se voient pas confier des commandements particuliers au sein du ban.

  • 75 ADIV, C 1082, printemps 1747, sans date précise.

31L’attitude des détachements de la noblesse semble avoir donné satisfaction en 1746 puisque l’année suivante une « disposition générale que l’on propose pour la défense des côtes de la province de Bretagne pendant l’été » évoque le rôle qu’ils pourraient jouer75. Toutefois, le même texte met en exergue la difficulté à ravitailler ces troupes rassemblées en urgence. Au-delà de l’aspect matériel, crucial, on voit poindre aussi une critique implicite à l’encontre de troupes peu disciplinées et aussi promptes à se décourager qu’à s’enthousiasmer. En revanche, leur motivation à s’opposer aux descentes anglaises n’est pas mise en doute.

  • 76 Les dernières mobilisations du ban et arrière-ban ont alors lieu en Poitou, Saintonge et Aunis. L. (...)
  • 77 Contrairement à 1746, il ne s’agit pas d’une simple promenade. Les vingt volontaires marchant en t (...)
  • 78 ADIV, C 2688 et C 2827. Liste des volontaires de Saint-Cast.

32L’éventualité évoquée en 1747 se produisit une dizaine d’années plus tard. En 1758, en effet, se renouvellent les descentes anglaises, dans un secteur géographique différent toutefois : les côtes des évêchés de Saint-Brieuc et Saint-Malo. Or, ces épisodes n’entraînent pas de mobilisation du ban et arrière-ban76. La présence en Bretagne de troupes réglées plus nombreuses qu’en 1746 constitue une première explication. D’autre part, on constate la mobilisation spontanée de volontaires. Lors de la célèbre bataille de Saint-Cast, ils sont une soixantaine, pour la plupart gentilshommes77. Sur les soixante-six volontaires de 1758, dix sont des officiers de l’armée de terre en semestre, deux des officiers de marine, onze d’anciens officiers et deux autres exercent des fonctions militaires, le gouverneur de Dinan, M. de La Bretonnière, et le prévôt de la maréchaussée, Picquet de Mélesse78. Cela signifie qu’au moins 40 % d’entre eux exercent ou avaient exercé un commandement dans l’armée. S’y ajoutent quelques parents de militaires, comme Scott de Martainville, neveu du lieutenant de roi de Saint-Malo.

  • 79 SHAT, A1 3496, lettre du 27 septembre 1758.

33Il ne fait pas de doute que ces personnages eurent un effet d’entraînement sur d’autres gentilshommes des environs de Saint-Malo et Saint-Brieuc. Quelques-uns vinrent même de plus loin, comme Davy de Villée, avocat au parlement de Rennes, ou La Motte Colas, installé à Plélan. Il semble en outre que le patriotisme donna des ailes à quelques vieux nobles présentés comme fort décrépits dans l’état de 1758. M. de Virmont, 78 ans, « peut à peine marcher » et M. de Pontual est « très vieux ». On les retrouve pourtant à Saint-Cast le 11 septembre ! En fin de compte, cet épisode souligne l’intégration d’un idéal de service de la patrie chez les anciens militaires et sa propagation au sein d’une partie de la noblesse, peut-être en conjonction avec d’anciennes valeurs chevaleresques. Le duc d’Aiguillon souligna au ministre le volontarisme et l’ardeur des nobles bretons, venus nombreux au rassemblement intervenu la veille du combat mais qui n’y participèrent pas tous79. Leur participation à cet événement guerrier est sans doute la plus belle postérité du ban et arrière-ban, désormais remplacé par une levée imprégnée de patriotisme.

Les milices bourgeoises : un rôle social plus que militaire

34Les milices bourgeoises s’inscrivaient dans la tradition médiévale des « bonnes villes ». À l’origine, il s’agissait d’un regroupement des bourgeois en armes pour défendre la ville. Ces milices jouèrent un rôle important au xvie siècle pendant les guerres de religion, non seulement à Paris mais aussi en Bretagne (on pense en particulier à Saint-Malo qui se constitua alors en république quasiment indépendante). Quelle est la situa-tion au xviiie siècle, période de paix civile s’il en est ? Il convient d’abord de distinguer deux aspects sensiblement différents, quoique complémentaires, du terme générique milice bourgeoise. D’une part la milice bourgeoise exerce une fonction militaire ponctuelle en rassemblant, quand c’est nécessaire, un véritable contingent, appelé détachement, et envoyé sur les côtes pour prévenir une descente ennemie. D’autre part, existe la fonction quotidienne du guet : une « garde bourgeoise » est chargée, par des patrouilles, d’assurer la sécurité de l’enceinte urbaine, en particulier la nuit. On s’attachera particulièrement à la composition sociale des détachements et de la garde afin de déterminer les implications de ces contraintes militaires et policières.

Le poids des milices bourgeoises

  • 80 A. Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviiie siècle », dans Les homm (...)

35Chaque milice bourgeoise était intrinsèquement liée à la ville qui l’avait engendrée. Alors, autant de situations diverses que de villes en Bretagne ? Pas tout à fait. L’édit de mars 1694, outre son aspect fiscal indéniable, entraîna une certaine uniformisation dans les structures. Il précisait ainsi que dans chaque ville où se trouvaient un archevêché, un bureau de finance ou un présidial, il y aurait un colonel, un major, huit capitaines et neuf lieutenants80. Il s’en fallait de beaucoup, toutefois, que les règlements fassent des différentes milices bourgeoises des corps tout à fait semblables.

  • 81 SHAT, A1 1704. Ce nombre a souvent été sous-estimé. Alain de Goué annonçait vingt-trois villes bre (...)

36Au xviiie siècle, la plupart des villes de Bretagne disposent d’une milice bourgeoise. Un état dressé en 1703 recense 49 villes pourvues d’une milice bourgeoise81. Il s’agit non seulement de villes grandes et moyennes mais également de petites cités, comme Pontchâteau, Oudon, Nort, Bazouges, Combourg, Monfort, Gourin, etc. Chacune de ces milices fournit au moins un contingent pendant la guerre de Succession d’Espagne. On peut d’ailleurs penser que le simple fait de posséder une milice bourgeoise confère un caractère urbain et participe, avec d’autres éléments, à la définition de la ville d’Ancien Régime. Cependant, on ne peut que s’interroger sur la réalité de ces milices : assurent-elles la sécurité au quotidien ou n’existent-elles plus que lors de rares rassemblements ? Certaines ne sont-elles pas plus ou moins moribondes ?

  • 82 AMB, EE 2.
  • 83 D. Riet, La ville et les armes : milices et troupes à Saint-Brieuc au xviiie siècle, maîtrise, F. (...)

37Il existait des listes recensant tous ceux devant servir pour la milice. Dressées par quartiers et distinguant, pour les villes les plus peuplées, les différentes compagnies, elles pouvaient cumuler plusieurs usages : le rôle de recensement de la population établi à Brest en 1787 servait à la fois pour la milice bourgeoise et la capitation82. À Saint-Brieuc, au début du xviiie siècle, les listes mentionnent, outre la profession, des indications utiles au service : invalidité éventuelle, arme possédée ; le choix de ceux constituant le détachement était ensuite effectué par un simple tirage au sort83.

  • 84 AMN, EE 78 (1774-1776).
  • 85 AMN, EE 54 et EE 56.

38Les rôles les plus précis et complets sont nantais. Toutefois, les mêmes listes servaient à la fois pour le service de la milice et le logement des gens de guerre, sans que l’on puisse affirmer avec certitude que les deux charges se superposaient totalement. Si l’effectif de 2 400 miliciens à la fin du xviie siècle ne constitue qu’une évaluation de Mellinet, on en dénombre 4 775 en 1725 et 3 371 dans les années 1760-177084. Il faut d’abord souligner le faible nombre de personnes assujetties, même en 1725. Moins de 5 000 miliciens pour plus de 40 000 habitants, cela signifie approximativement un homme sur deux en âge de porter les armes, au grand maximum. Les exemptions sont donc légion. D’autre part, on relève une évolution contradictoire sur un siècle. L’augmentation constatée entre la fin du xviie siècle et 1725 peut s’expliquer partiellement par la croissance générale de la population et un contrôle plus strict des exemptions. En revanche, l’évolution postérieure à 1725 ne peut que surprendre. Alors que la ville s’agrandit, que sa population double, au minimum, entre 1700 et 1790, on compte de moins en moins d’assujettis à la milice bourgeoise. La multiplication des exemptions constitue un élément d’explication mais la raison principale tient justement à la croissance urbaine. Les quartiers de milice en viennent à ne plus couvrir toute la ville, les nouveaux quartiers, à l’ouest, contribuant peu voire pas du tout. Deux réformes tentèrent de remédier au problème posé par l’extension urbaine, sans grand succès. En 1722, la compagnie de la Fosse, quartier du port actif et densément peuplé, éclata en quatre et en 1727 on créa la compagnie de Chézine, sur la paroisse de Chantenay85.

  • 86 ADIV, C 1142, état de revue, 10 juin 1786.

39La proportion des assujettis par rapport à la population totale variait d’une ville à l’autre. On compte ainsi 269 hommes et 14 officiers à la revue de 1786 au Croisic mais, d’après une annotation, l’effectif total dépasse les 500 (pour une ville de 4 000 habitants)86.

  • 87 ADIV, C 1143, état de la milice bourgeoise de Saint-Brieuc, août 1776.
  • 88 ADIV, C 1142, état nominatif des miliciens de Hédé, 15 décembre 1781.
  • 89 F. Ysnel, La défense de la baie de Morlaix aux xviie et xviiie siècles, DEA, Cl. Nières (dir.), Re (...)

40À Saint-Brieuc, en 1776, 760 miliciens forment sept compagnies87. Autant qu’on puisse en juger à travers notre connaissance approximative de la population totale de ces villes et de leur structure démographique, le pourcentage d’exempts ne présente pas de contrastes vraiment marqués. Seules de petites villes, presque des bourgades, comptaient très peu d’assujettis (50 miliciens et 4 officiers à Hédé en 1781), ce qui était finalement de peu de conséquence vu l’absence de service effectif88. À Morlaix, tous les hommes non exemptés n’étaient pas inclus dans la milice bourgeoise : on tirait au sort ceux qui contribueraient. Le tirage effectué en 1784 désigne 225 hommes pour renforcer les douze compagnies. Pour l’essentiel, il s’agit de gens du peuple : 52 commis, garçons et apprentis, 35 employés à la manufacture des tabacs, 22 valets et domestiques, 7 journaliers, des jardiniers, divers compagnons. Dénotent un peu quelques étudiants, un fils de notaire et celui d’un maître bijoutier89. Seuls les plus modestes effectuent un service réel. Le poids de la milice bourgeoise doit donc être rapporté à la catégorie du petit peuple plus qu’à tous les hommes en âge de porter les armes. Considéré sous cet angle, on peut au moins affirmer qu’il n’était pas négligeable et sans doute jugé assez contraignant.

Un rôle militaire : l’envoi de détachements sur les côtes et dans les îles

  • 90 SHAT, A1 1704, distribution des milices bourgeoises des villes de Bretagne.
  • 91 D. Riet, op. cit., p. 62.
  • 92 SHAT, A1 904, lettre du duc de Chaulnes du 3 avril 1689.

41Les envois de détachements sur les côtes se produisirent pour l’essentiel sous le règne de Louis XIV. Ensuite, ce genre de mobilisation fut exceptionnel, hormis en 1746. Les autorités sollicitaient davantage les villes côtières ou assez proches de l’océan mais n’oubliaient pas celles de l’intérieur. Les contingents demandés étaient en rapport avec la population de la ville, sans que l’on puisse toutefois parler de proportionnalité. En 1703, Nantes, Rennes, Saint-Malo et Brest fournissent chacune 300 hommes, Vannes 200 et de nombreuses petites villes 50 (Quintin, Malestroit, Carhaix, Rostrenen…) voire seulement 30 (Clisson, Oudon, Antrain, Jugon, Landivisiau…)90. La charge apparaît inégale, certes, mais en aucun cas écrasante, les plus petites paroisses concernées comptant rarement moins de 1 000 habitants. En outre, certaines paroisses rurales proches pouvaient fournir des hommes pour les détachements de quelques villes. Pour Saint-Brieuc en 1714, neuf paroisses rurales sont concernées91. De même, quatre paroisses rurales des environs de Saint-Malo, non garde-côtes, contribuaient à sa défense, le total théorique des hommes mobilisables se montant à 3 00092. Ce contingent, destiné à la défense de la ville, ne constituait pas un détachement à proprement parler.

  • 93 SHAT, A1 1896, lettre du 22 mars 1705.
  • 94 D. Riet, op. cit., p. 67.
  • 95 SHAT, A1 1801, lettre du ministre à Nointel, 10 février 1704.
  • 96 Ibidem, lettre du 17 février 1704.

42Comment s’effectuait le choix de ceux appelés à former le détachement ? Le milicien devait lui-même posséder une arme, ce n’était pas à la municipalité de lui en fournir. Or, le maréchal de Châteaurenault constate en 1705 que les Bretons sont très mal armés depuis 1675, du fait de la répression de la révolte des Bonnets rouges et du Papier timbré, « et on a veu par les dernières revuës qu’on a faites qu’il n’y en a pas le quart d’armés et la pluspart de mauvais fusils et mousquets93 ». Un état dressé à Saint-Brieuc confirme cette réalité : sur 260 particuliers, 128 ne possèdent pas d’armes et seulement 36 disposent d’un fusil94. Armement hétéroclite, parfois archaïque et très souvent inadapté constituent les caractéristiques des milices bourgeoises. Les communautés en sont conscientes et plusieurs sollicitent de l’intendant, en 1704, l’achat de 50 à 60 fusils95. Béchameil de Nointel oppose une fin de non recevoir reposant sur des arguments réalistes : « Il n’est pas d’usage dans cette province que les communautés fournissent des armes aux milices bourgeoises. Ce seroit d’une trop grande conséquence de les y assujetir, ce seroit une dépense qui se renouvelleroit tous les ans par le peu de soing qu’en auroient ceux à qui on les donneroit et qui ne seroient pas en estat d’en acheter d’autres pour les remplacer96. »

Figure 4 : Les détachements des milices bourgeoises mobilisables en 1703 (d’après SHAT, A1 1704).

  • 97 AMN, EE 103, requête de la communauté au duc de Penthièvre, février 1747.

43Conscients de la difficulté de s’en tenir à ce principe, les successeurs de Nointel acceptèrent plus volontiers l’achat d’armes par les communautés, à condition qu’ils soient ponctuels et non répétés. En 1746, c’est dans l’urgence – un détachement devant se rendre à Belle-Île – que la communauté de Nantes achète 468 fusils97. Cela ne va pas sans difficulté, d’une part parce qu’il faut en trouver le financement (on se rabat finalement sur les octrois, comme souvent) et d’autre part parce que, le détachement revenu, on ne sait guère où entreposer les fusils.

  • 98 SHAT, A1 3188, lettre du chevalier de Grossoles, 29 octobre 1746.
  • 99 ADIV, C 254, dossier, en particulier lettre de l’intendant à Hévin, 6 mars 1763.

44Néanmoins, certaines compagnies se trouvent fort dépourvues en arrivant sur les côtes ou dans les îles. Parmi les 300 hommes des milices bourgeoises de Rennes envoyés à Belle-Île en 1746, seuls 40 sont correctement armés98 ! L’entretien des fusils présentait la plupart du temps des problèmes réels aux communautés à tel point qu’il était rarement effectif et qu’au bout de quelques années les armes n’étaient plus guère opérationnelles. L’achat d’armes n’était donc pas tant un investissement qu’une dépense à fonds perdus, ce qui explique aisément les réticences des communautés. En outre, des malversations se produisaient parfois. En 1763-1764 éclata ainsi à Rennes l’affaire dite « des fusils ». Le subdélégué de Rennes – et major de la milice – Audouard procéda à une inspection des fusils achetés cinq ans plus tôt au moment de la bataille de Saint-Cast, examen qui révéla un manque flagrant d’entretien. La responsabilité en incombait au maire, Hévin, qui se faisait accorder une somme supérieure à celle qu’il payait réellement au héraut chargé de l’entretien et en tirait environ 100 livres par an99.

  • 100 SHAT, A1 1704, lettre du maréchal d’Estrées, 24 septembre 1703.
  • 101 SHAT, A1 1896, état des milices bourgeoises d’Ancenis, Clisson, Oudon et Nort, mars 1705.
  • 102 ADIV, C 1143.

45Il convient maintenant de se poser la question de la valeur militaire des détachements. L’entraînement est insuffisant voire simplement inexistant. Si, en 1703, des inspecteurs sont nommés pour l’exercice des milices, c’est bien qu’en temps normal il ne s’en fait aucun100. L’édit royal de mars 1694, qui transformait les grades de capitaines et de lieutenant de la milice bourgeoise en offices vénaux, les obligeait à réunir quatre fois par an leur compagnie et à faire faire l’exercice. On doute cependant fort que ces assemblées aient eu lieu. Dans un état des milices bourgeoises de quatre petites villes du comté nantais, dressé en 1705, le sieur Despinose explique l’absence d’exercice par la non-résidence quasi-générale des officiers : à Ancenis, « le sieur de la Civelière, capitaine, et le sieur de la Bourdinière, lieutenant, demeurent à Nantes et ne vont point à la compagnie, ce qui est cause que les habitans en mon absence ne se rangent que très difficilement à l’exercice101 ». On constate en outre que dans ces petites bourgades le nombre de miliciens effectivement mobilisables est inférieur à l’état théorique établi en 1703. Ce dernier portait 30 hommes pour Oudon et Nort où Despinose arrive seulement à réunir respectivement 15 et 13 hommes « armés par les habitans qui ont des fusils et qui sont hors d’état de servir ». Le manque d’armes et de munitions, comme l’absence des officiers limitait donc considérablement l’exercice. La situation ne s’améliora pas dans les décennies suivantes, puisque les grandes villes furent désormais touchées par ce phénomène. Le maire de Rennes, constate en 1758 que « l’ignorance des habitants qui composent la milice bourgeoise de Rennes [est] portée jusqu’au point de ne pas sçavoir charger leurs fusils102 ».

  • 103 A. Corre, « Les milices bourgeoises de Brest », BSAF, 1894, t. 21, p. 350.

46Quant au papegault, s’il avait pu servir d’exercice de tir par le passé, ce n’était plus guère son rôle au xviiie siècle. Cette institution regroupait principalement la bonne société, chaque nouveau membre devant être coopté et acquitter une cotisation. Chaque année, une grande cérémonie désignait le chevalier du papegault, tireur le plus adroit. Certaines communautés accordaient encore une vertu pédagogique au papegault, l’assemblée du Bureau de ville de Brest réclamant le 30 avril 1757 la suppression de l’arbre de mai et le « rétablissement dudit papegault ou joyau, qui instruiroit infiniment les habitans au maniement des armes et les engageroit à en avoir chez eux103 ».

  • 104 ADIV, C 1143, mémoire, mai 1758.
  • 105 ADIV, C 3316, requête de la communauté de Saint-Malo aux États, de novembre 1772, qui évoque l’arr (...)

47Dans le même ordre d’idée, le subdélégué de Landerneau rédige en 1758 un mémoire pour rénover la milice bourgeoise de la ville dans lequel il propose de « faire tirer tous les miliciens au papegault » et d’entraîner les hommes une fois par mois sans compter « six revues d’exercice par an faites par le maire ou le subdélégué avec examen des armes104 ». Ces sursauts se produisent pendant la guerre de Sept Ans où une menace potentielle pèse sur les côtes. Malgré tous les souhaits exprimés, le papegault pouvait au mieux exercer au tir les officiers, ceux qui y participaient tout au moins. Parfaitement conscientes de l’inutilité militaire de l’institution, les autorités royales finirent d’ailleurs par la supprimer là où elle n’était pas totalement tombée en désuétude. En 1770, l’abolition est totale pour la Bretagne – sauf à Saint-Malo –, le papegault étant accusé d’entraîner des dépenses inutiles et d’être source de querelles105.

  • 106 SHAT, A1 1896, lettre du 7 avril 1705.
  • 107 SHAT, A1 1704, rapport sur la flotte ennemie, 4 juin 1703. Les hommes étaient alors à la pêche à l (...)

48Tous les éléments militent en faveur d’une valeur militaire quasi-nulle des détachements même si aucun ne subit l’épreuve du feu. Il s’agissait d’abord de faire nombre : les détachements de milice bourgeoise palliaient l’absence ou, tout du moins, l’insuffisance des troupes réglées. Le maréchal de Châteaurenault l’affirme haut et fort en 1705 : « les milices étant la seule ressource de cette province où il n’y a point de troupes réglées106 ». Les miliciens jouaient un rôle dissuasif, les ennemis ne pouvant déterminer de leurs navires à quelles troupes ils avaient affaire. On connaît l’anecdote concernant l’île de Groix où la mobilisation des femmes coiffées de bonnets et montées sur des ânes et des vaches suffit à abuser les Anglais107.

  • 108 J. Pradel, Les problèmes militaires à Nantes à la fin du règne de Louis XIV 1688-1715, maîtrise, J (...)

49Pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg et celle de Succession d’Espagne, la mobilisation de détachements atteint une fréquence inégalée. Qu’on en juge à travers l’exemple de la milice de Nantes, qui envoie 520 hommes à Belle-Île en 1688, 450 en 1696 sur les côtes (trois détachements au Croisic, un à Paimbœuf et un à Saint-Nazaire), 76 à Belle-Île en 1702, un contingent numériquement indéterminé en 1705 et 50 hommes en 1706108. En outre, d’autres contingents furent rassemblés mais ne partirent pas, en 1693, 1697, 1711.

  • 109 SHAT, A1 1897, Despinose, 19 mai 1705 ; on ignore le nombre d’hommes.
  • 110 SHAT, A1 3188, lettre du subdélégué de Lamballe, 6 octobre 1746.
  • 111 Ibidem.
  • 112 SHAT, A4 23, n° 55, « État des habitants en état de porter les armes […] ».
  • 113 A. de Goué, op. cit., p. 77.

50Les autorités militaires comptaient sur le nombre d’hommes fournis par ces milices à défaut de s’appuyer sur leurs valeurs guerrières. En 1705, ce sont elles, pour l’essentiel, qui assurent la défense de Belle-Île puisqu’on y trouve des détachements en provenance de Nantes, Ancenis, Clisson, Vannes, Auray, Pontchâteau, Malestroit et Ploërmel109. En 1746, date de la dernière mobilisation, sont notamment envoyés comme détachements vers Lorient trois compagnies de Lamballe, 200 hommes de Saint-Brieuc, 1 000 hommes de Vannes, 300 hommes de Rennes, 500 de Nantes et même 25 miliciens de Jugon110. Une lettre d’octobre estime à 3 000 le nombre de miliciens ainsi réunis à proximité de Lorient. En outre, la mobilisation concerne les autres portions des côtes bretonnes : un détachement de trois compagnies est levé à Morlaix et envoyé à Brest111. Comme pour le ban et arrière-ban, la mobilisation générale de 1746 constitue une des dernières occasions d’envoi de détachements. En 1757, alors que la menace anglaise se précise sur les côtes de la Manche, on rassemble à Dinan tous les hommes en âge de porter les armes112. De rares mobilisations, beaucoup plus réduites ou ponctuelles, purent toutefois avoir lieu par la suite. À Saint-Brieuc, le 24 juin 1780, le navire corsaire malouin L’Enjôleur s’étant échoué, la milice bourgeoise intervint pour le préserver113.

  • 114 SHAT, A1 3188, lettre du 27 octobre 1746.
  • 115 « Journal d’un volontaire de la milice de Rennes en 1746… », op. cit., p. 436.

51Ces détachements rencontraient fréquemment des conditions matérielles difficiles sur le littoral et, plus encore, dans les îles. Le comte de Menou évoque des « trouppes […] qui ne peuvent voir brusler une amorce de sang froid et qui meurent de misère114 ». Quant au détachement de la milice bourgeoise de Rennes envoyé vers le golfe du Morbihan en octobre 1746, il subsiste dans des conditions plus que spartiates. Pas de lits, même pour les officiers, de la paille pour s’étendre les bons jours et un ravitaillement pratiquement inexistant. À propos de Carnac, Anneix des Milleries remarque, non sans humour : « Mais quel giste ; tout y manque ; du moins n’i trouve t’on ni pain, ni eau potable, ni bois, ni lits. A cela près nous n’avons point à nous plaindre115. » Les étapes de Plélan et de Ploërmel avaient fourni un avant-goût de ces difficultés : « Les chiens même ne vouloient pas manger le pain ; le cidre étoit mouillé avec moitié eau. » Les miliciens rennais subsistèrent un mois dans ces conditions.

  • 116 Ibidem, p. 452.
  • 117 Ibid., p. 472.

52Certains détachements urbains de Haute-Bretagne connaissaient en outre des difficultés de communication bien compréhensibles lorsqu’ils séjournaient en Basse-Bretagne. Qu’on en juge par l’épisode rapporté par Anneix des Milleries : les grenadiers du second bataillon de Rennes sont victimes d’un quiproquo en traversant un village vers Locmariaquer. Les soldats baragouinant un langage incompréhensible sont en effet pris pour des Anglais par les femmes et les enfants – les hommes sont en mer –, créant une panique indescriptible116. Encore les miliciens rennais peuvent-ils compter sur un des leurs, Bas-Breton de naissance, « grenadier par aventure, interprète par nécessité et cuisinier par accident. Le brave homme nous assure qu’il aura soin de nous. Il va chercher du pain au bourg de Plouhinec et des œufs dans les villages117 ».

  • 118 SHAT, A1 1609, lettre du 20 octobre 1702.
  • 119 SHAT, A1 3188, lettre du 23 octobre 1746.

53Cependant, nombre de responsables militaires comptaient toujours sur l’apport des détachements et espéraient pouvoir en améliorer la qualité sinon l’efficacité. Le maréchal d’Estrées ne désespérait pas d’en faire des troupes « aussy aguerries que les milices du Boulonnois dont je me suis faict un modèle118 ». C’est sur son initiative qu’en 1703 les 49 milices bourgeoises de Bretagne furent réparties en dix bataillons totalisant 4 280 hommes. Quatre inspecteurs, dont les sieurs Despinose et de Raz devaient les exercer et les discipliner. Le nombre d’hommes dont se charge chaque inspecteur varie lui aussi notablement : 820 pour Despinose et 1 590 pour de Raz. Tout témoigne en tout cas d’une volonté de rationalisation et d’efficacité. En 1746, à une échelle plus modeste, le chevalier de Kermellec choisit les meilleurs hommes des milices bourgeoises de Vannes pour constituer deux corps de grenadiers qu’il entend rendre opérationnels119. On ne possède malheureusement pas d’autre témoignage sur cette expérience.

  • 120 SHAT, 1M 1770, mémoire du 25 juillet 1763.

54En outre, l’espoir de pouvoir à l’occasion constituer des détachements efficaces n’est jamais totalement abandonné. Le sieur Rue, aide-major de la milice de Landerneau, part ainsi d’un constat aussi réaliste que pessimiste débouchant sur un projet visant à revivifier les troupes bourgeoises120. Laissons-lui la parole.

« On regarde les milices bourgeoises et même les milices garde-côtes comme inutiles. […] Personne n’ignore qu’une compagnie bien commandée ne batte en toute occasion 4 à 500 hommes de milice bourgeoise ou garde-côtes : la raison en est toute simple, ces dernières troupes sont abandonnées à elles-mêmes, sont rarement rassemblées, surtout les milices bourgeoises dont les 19 vingtièmes ne connaissent pas la droite de la gauche ; celles cy sont à peine assemblées tous les dix ans. Cependant, il est des cas, il est des circonstances qui peuvent exiger le maintien de cette milice. »

55Rue propose de ne conserver des milices bourgeoises que dans les villes proches des côtes et de les rendre plus opérationnelles grâce à un exercice hebdomadaire le dimanche ainsi que les jours fériés « pour que l’ouvrier ne perde rien de son travail ».

Portrait des miliciens détachés : de pauvres bougres ?

  • 121 SHAT, A1 1609, lettre du 14 juin 1702.

56Nombre de témoignages non seulement plaignent les détachements de milices bourgeoises envoyés sur les côtes ou dans les îles mais les décrivent aussi comme constitués pour l’essentiel de pauvres hères. Magon de La Chipaudière, illustre négociant malouin, assurait que « les miliciens des villes seroient d’un faible secours parce qu’il n’y a que des malheureux à marcher sans discipline121 ». Comment expliquer cette situation alors que, théoriquement, la plupart des urbains devaient servir comme officiers ou hommes de troupes ?

  • 122 D. Riet, op. cit., p. 73.
  • 123 C’est le cas à Nantes en 1745. AMN, EE 103, requête de la communauté à l’intendant, sans date (pro (...)

57Il faut bien voir qu’au-delà des incapacités physiques et des exemptions, les autorités municipales toléraient voire encourageaient des arrangements variés. Des particuliers se faisaient remplacer par d’autres qui partaient à leur place. Il semble, et cela paraît logique, que les suppléants étaient d’une condition sociale inférieure à ceux qu’ils remplaçaient. Cela ne débouchait pas sur un contrat rédigé devant notaire, comme dans le cas de la milice provinciale, car la substitution tirait moins à conséquence ; le remplacement était simplement noté sur le rôle dressé par les responsables municipaux. On peut raisonnablement supposer que le substituant et le substitué se connaissaient souvent, un maître pouvant se faire remplacer par son compagnon, un marchand par son serviteur, etc. Les suppléés prêtaient volontiers leurs armes, comme le boulanger briochin Le Retif qui fournit un fusil et une épée à un certain Lapelle122. Il est probable aussi que les remplaçants recevaient un pécule123. La motivation générale était donc faible.

  • 124 Ibidem.

58Cette situation explique les difficultés que rencontra la mise sur pied d’un détachement de 500 hommes à Nantes en 1746. La municipalité s’en expliqua auprès du ministre d’Argenson : « les habitants, pour peu qu’ils aient de la fortune, possèdent presque tous des offices ou des emplois qui leur procurent des exemptions » en sorte que « les artisans, et presque toujours les plus malaisés, sont, en quelque façon, les seuls qui, se trouvant sans privilège, puissent être contraints de marcher sur les côtes124 ». Des hommes âgés de plus de 60 ans sont même mobilisés !

  • 125 SHAT, A1 3188, lettre de Menou du 27 octobre 1746.
  • 126 Ibidem, lettre du subdélégué, 6 octobre 1746.
  • 127 ADIV, C 2143, rôles de la capitation des marchands et artisans, 1748.

59Dans l’ensemble, les détachements sont donc constitués de « gens qui n’ont ni volonté ni talens pour le service125 ». À Jugon, en 1746, le subdélégué ne parvient à former un détachement de 25 hommes qu’avec l’appui du sénéchal, personne ne voulant partir126. On retrouve cinq de ces hommes dans les rôles de la capitation127. Un seul, capité à huit livres quinze sous, montre une relative aisance : François Drouet, marchand de cire, miel et grosse toile. Les autres, un maréchal et taillandier, un cardeur et deux tisserands, paient entre trente sous et trois livres cinq sous et sont généralement qualifiés de pauvres. Les plus aisés se voient accorder la faculté d’envoyer un serviteur à leur place : « Alain Briand ou un de ses valets », « François Biard ou son compagnon ». Les autres miliciens, absents de la liste de la capitation, sont donc pour la plupart des compagnons, serviteurs, paysans et, comme pourrait le suggérer les patronymes identiques, les enfants de quelques artisans et commerçants, à coup sûr modestes car capités entre deux et quatre livres.

  • 128 D. Riet, op. cit., p. 68.
  • 129 SHAT, A1 3188, lettre du 4 avril 1746.

60À Saint-Brieuc, en 1714, le « rôle des habitans du Martray sujets à porter les armes » indique la profession de 21 hommes128. Si, pour quelques-uns, le doute est permis – quatre tailleurs, un boulanger, un boucher, un tapissier sont-ils maîtres ou compagnons ? –, les autres exercent une activité modeste, quatre étant journaliers, deux laboureurs, un terrassier, un garçon tisserand, un jardinier, un mercier de pillots, deux étant dénommés « garçons ». Pour l’essentiel, ceux qui marchent vers les côtes sont par conséquent des compagnons voire des maîtres modestes, des petits commerçants, de simples paysans. La forte réticence des maîtres de métiers à partir se comprend aisément : qui, pendant une absence qui peut durer des semaines voire des mois, prendra soin de l’échoppe ou de l’atelier, qui encadrera les éventuels compagnons et apprentis ? C’est encore pis pour les paysans qui ne peuvent abandonner leurs terres sans conséquences fâcheuses, d’autant que les mobilisations interviennent en général à la belle saison. Quant à ceux qui partaient, ils n’avaient guère à défendre et laissaient bien souvent une famille. M. de Saint-Sernin expose ces difficultés au ministre, disant que les milices bourgeoises de Nantes qu’on se propose d’envoyer à Belle-Île, « n’estant composées que de diférens métiers, d’estre hors de chez eux cinq mois porteroit un grand préjudice129 ».

  • 130 D. Riet, op. cit., p. 74.
  • 131 « Journal d’un volontaire de la milice… », op. cit., p. 453-454.

61En revanche, fuites et désertions semblent rares, beaucoup plus, en tout cas, que pour la milice provinciale. C’était en effet prendre le risque d’une mise au ban de la communauté. Les listes préparatoires à l’envoi d’un détachement donnent quand même quelques exemples, comme, à Saint-Brieuc, un boucher et un marchand d’étoupe, ce dernier étant par ailleurs endetté, ce qui constitue une autre bonne raison pour disparaître130. Quatre grenadiers de la compagnie d’Anneix, du détachement des milices de Rennes, désertent à Port-Navalo en 1746 mais les conditions déplorables de leur hébergement et la rareté de la nourriture constituent presque des circonstances atténuantes131.

La garde bourgeoise : assurer la sécurité publique au quotidien

62Les villes d’Ancien Régime se caractérisaient par la faiblesse des effectifs chargés du maintien de l’ordre : pour les principales cités de Bretagne les archers de ville comme les cavaliers de maréchaussée se comptaient sur les doigts des mains. Les bourgeois assuraient donc théoriquement la sécurité de la ville en occupant un ou plusieurs corps de garde et surtout en effectuant la patrouille de nuit.

63À Nantes, une vingtaine de soldats environ encadrée par deux sergents et un capitaine montaient la garde chaque soir. La patrouille proprement dite comprenait cinq à six hommes armés qui faisaient une ronde d’environ deux heures puis étaient relayés. Le fonctionnement était peu ou prou le même dans les autres villes de la province mais, bien souvent, cette belle organisation relevait plus de la théorie que de la pratique.

  • 132 AMB, EE 1, ordre de 1758 et un autre du 14 mars 1778.

64Il existait toutefois le cas particulier des places de guerre dont Brest était l’archétype. La garde n’y avait pas seulement un aspect de maintien de l’ordre mais aussi un caractère défensif, pendant les conflits principalement. Deux ordres de 1758 et 1778 prévoient ainsi des patrouilles renforcées qui « empescheront les attroupemens, assemblées confuses et feront rentrer les femmes et les enfans dans leurs maisons132 ».

  • 133 AN, G7 175, 23 avril 1692.
  • 134 SHAT, A1 1801, lettre de Monsieur de Sainte-Marie du 6 avril 1704.
  • 135 SHAT, A1 1896, 18 mars 1705.

65Règlements et ordonnances organisaient le service de la garde bourgeoise mais de nombreux témoignages montrent le caractère limité de leur application. À Saint-Malo, les responsables militaires s’en émurent au point que leurs missives prirent un caractère de leitmotiv. Le gouverneur particulier, marquis de Guémadeuc, affirma le premier qu’il n’y avait quasiment plus personne à qui on pouvait faire faire la garde133. Une douzaine d’années plus tard, le lieutenant de roi, M. de Sainte-Marie, et le marquis de Polastron dénoncent plusieurs fois « le peu d’attantion qu’ont les bourgeois à garder la ville134 ». Le lieutenant de roi insiste sur les dangers encourus dans une ville où « toutes les nuits il n’y a pas une sentinelle sur les murs ny très souvent aux magazins à poudre » alors que des prisonniers anglais circulent, libres de leurs mouvements135. Le ton volontiers alarmiste des responsables militaires de la cité malouine ne porta guère ses fruits, Versailles ne semblant pas s’émouvoir de ces avertissements réitérés.

  • 136 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 1, p. 409, 25 décembre 1695.
  • 137 ADIV, C 99, ordonnance du 2 octobre 1728, reprise le 30 septembre 1732.

66À Rennes, la patrouille avait été supprimée en 1675, les bourgeois étant désarmés à l’occasion de la révolte du papier timbré. Elle est remise sur pied en 1696, non sans difficulté. Se plaignant des désordres nocturnes, M. de La Faluère demande au contrôleur général la possibilité d’« établir une espèce de patrouille de vingt bourgeois divisés en quatre escouades de cinq hommes chacune136 ». Or, le lieutenant général, le marquis de Lavardin, s’oppose à ce projet, remontrant qu’il n’a pas désarmé les Rennais autrefois pour les réarmer vingt ans plus tard. Le renouveau de la patrouille fut finalement approuvé par le Conseil des finances en 1696 et le contrôleur général fit cesser l’opposition nostalgique sinon anachronique de M. de Lavardin. On attendait de la patrouille une efficacité accrue lors de la tenue des États, au point que le maréchal d’Estrées rendit à cette occasion une ordonnance en 1728137. Elle exemptait notamment de garde et de patrouille divers métiers utiles pour servir les membres des États (bouchers, boulangers, aubergistes, cuisiniers, porteurs de chaise) mais ils devaient payer des remplaçants. Les escouades étaient alors renforcées (dix hommes au lieu de sept), les officiers « ayant attention qu’il ne soit reçu dans les escouades aucun homme yvre », ce qui devait donc se produire en temps normal.

  • 138 AMN, BB 66, 27 avril 1704.
  • 139 AMN, BB 70, 26 avril 1714.

67À Nantes, la patrouille fut suspendue de mai à septembre inclus à partir de 1704, le maréchal d’Estrées ne la jugeant véritablement utile que pendant les longues nuits de la mauvaise saison138. En 1714, le comte de Toulouse affirma même, avec moins de tact, que « ceux qui étoient commis pour la patrouille étoient ceux-là même qui commettoient le plus grand désordre139 ».

  • 140 AN, G7 175, lettre du 23 avril 1692.
  • 141 ADIV, C 1142, lettre du 24 octobre 1763.

68En outre, le poids des exemptions et de l’absentéisme se faisait fortement sentir. La seconde moitié du xviie siècle a vu, semble-t-il, une désaffection progressive pour la garde bourgeoise. Le marquis de Guémadeuc en situe les prémices, pour Saint-Malo, vers 1675-1680140. Certes, la nostalgie conduit peut-être le gouverneur à une certaine idéalisation de la milice de sa jeunesse mais il n’y a pas lieu de remettre en doute ni la chronologie de la dégradation ni les formes qu’elle prend, à savoir une inflation des exemptions. Soulignons l’ambiguïté des autorités qui, tout en veillant sur la milice bourgeoise, défendent aussi le commerce et les activités économiques en général. Cette difficulté à ménager la chèvre et le chou se traduit par une augmentation sensible des exemptions. En 1763, l’intendant précise bien au sieur Floch de Kerambosquer, lieutenant-colonel de la milice bourgeoise à Recouvrance : « À l’égard des maîtres charpentiers et des principaux ouvriers employés au port de Brest, ils doivent jouir de l’exemption du service du guet et garde, parce que celuy auquel ils sont attachés est infiniment plus essentiel141. »

  • 142 AN, G7 175, 23 avril 1692.
  • 143 SHAT, A1 1609, 24 décembre 1702.
  • 144 ADIV, C 1142, lettre du 5 octobre 1763.

69À Saint-Malo, à la fin du xviie siècle, le commissaire de la marine prétendit exempter tous les ouvriers œuvrant sur les navires et le commis du munitionnaire voulut agir de même pour tous les métiers de bouche et les portefaix, au grand dam du marquis de Guémadeuc142. Dans les principaux ports de Bretagne, les facilités accordées à la marine, de guerre comme commerciale, et plus généralement au commerce, ne pouvaient que limiter le service effectif de la garde bourgeoise. Les nombreuses exemptions accordées généreusement expliquent que le poids du service retombait sur une minorité qui ne pouvait guère être motivée puisqu’elle était là faute de pouvoir s’en soustraire légalement. Selon M. de Sainte-Marie, plus de 200 personnes bénéficiaient d’une exemption à Saint-Malo en 1702143. On ne constate guère de changements entre le constat du marquis de Guémadeuc en 1692 (« il n’y a plus que les pauvres qui n’ayent quelque charge ») et celui de Le Guen l’aîné, major de la milice bourgeoise de Brest en 1763. Selon ce dernier, « on écrase une poignée d’habitans déjà cassés par l’âge et le travail continuel de leurs états pour en dispenser ceux les plus capables de le remplir [le service]144 ».

  • 145 SHAT, A1 1896, lettre du 18 mars 1705. ADIV, C 1140, lettre de l’intendant au maître des requêtes (...)
  • 146 ADIV, C 1142, lettre du maire, 23 juillet 1759.
  • 147 Ibidem, extrait du règlement de la milice bourgeoise du Croisic, joint à une lettre du maire du 10 (...)

70Pour certains pauvres, toutefois, monter la garde à la place d’un bourgeois procurait de menus revenus pour une tâche finalement peu exigeante, d’autant plus qu’elle était souvent mal remplie. Un remplaçant touchait 10 sols par jour à Saint-Malo au début du xviiie siècle et 12 sols 70 ans plus tard145. Les remplaçants de Quimper en 1759 s’en tiraient à moins bon compte, ne percevant que 6 sols pour monter la garde de nuit à la place des personnes aisées146. À la fin de l’Ancien Régime, la faculté de se faire remplacer en payant quelqu’un était tellement rentrée dans les mœurs qu’elle figurait dans les règlements de certaines milices bourgeoises, comme au Croisic où il était stipulé que « ceux qui ne voudront pas faire le service en personne pourront se faire remplacer et fournir un homme du quartier en leur lieu et place147 ».

  • 148 ADIV, 2 B 1944, 21 octobre 1788.

71Un procès-verbal dressé à Rennes en 1788 donne une idée des patrouilles ainsi constituées. Alors qu’une escouade de fusiliers est requise pour séparer deux hommes qui se battent violemment, se trouvent dix hommes au corps de garde. Parmi eux trois soldats invalides, plusieurs compagnons mais aussi un maître cordonnier et un maître boucher mais ce qui frappe c’est leur âge fort avancé : sept d’entre eux avouent plus de 62 ans148 ! On entrevoit ici le rôle social de la patrouille qui permet à des vieillards de se procurer de menus revenus, quitte à donner au corps de garde une allure d’asile. Les plus jeunes, parmi lesquels un maçon de 32 ans et un recors de 45 ans, ne sont probablement pas des remplaçants mais de simples assujettis au service. On peut certes sourire quant aux capacités de maintien de la sécurité publique de la part d’une telle troupe mais on aurait tort : les anciens soldats, même chenus et perclus de rhumatismes, savaient encore manier les armes et gardaient probablement des capacités de réaction non négligeables, à condition, bien entendu, de ne pas devoir courir après des malfaiteurs.

  • 149 ADLA, C 405, lettre du 6 janvier 1778.

72Les autorités tentaient néanmoins de limiter les exemptions. Quand, en 1778, Langlois, loueur des carrosses et autres voitures publiques de Nantes, se plaint d’être astreint aux patrouilles de nuit, le maire lui répond qu’il peut se faire substituer. Toutefois, le premier magistrat nantais soupçonne Langlois de rechercher seulement l’exemption, ce qu’il refuse catégoriquement149. La richesse et l’aisance permettaient donc d’échapper au service effectif mais ne garantissaient pas obligatoirement une exemption en bonne et due forme.

73Affirmer que la garde bourgeoise et la patrouille se dégradèrent inexorablement au cours du xviiie siècle relève bien d’une vue de l’esprit. La situation était déjà peu brillante et même fort altérée à la fin du xviie siècle. Le service dépendait beaucoup des responsables non seulement militaires mais également municipaux.

  • 150 ADIV, C 1143, sans date.
  • 151 SHAT, Ya 511, observations concernant le règlement, jointes à une lettre du maire, 9 décembre 1767
  • 152 A. Anne Duportal, « La milice bourgeoise à Hédé », BSAIV, t. 34, 1904, p. 343-346.

74On constate toutefois une reprise en main des milices bourgeoises de Bretagne dans les années 1750-1760. L’influence du duc d’Aiguillon est presque certaine, inspirant ou soutenant les projets de rénovation de Landerneau en 1758, Rennes la même année et élaborant plusieurs règlements dans les années 1760, en particulier celui de Quimper en 1767. Des mémoires et règlements sont également rédigés dans les années 1770-1780, comme si le mouvement impulsé se poursuivait, profitant d’une certaine cinétique. Si, pour certaines villes, ce sont les autorités de la province qui ont agi de leur propre chef, pour d’autres, les responsables municipaux prennent l’initiative, surprenant parfois les premières. L’intendant Caze de La Bove demande ainsi à la communauté de Lannion pourquoi elle veut rétablir la milice bourgeoise150. À Quimper, c’est le maire qui sollicite un règlement auprès du duc d’Aiguillon. Ces règlements, assez stricts, prévoyaient un contrôle étroit et des sanctions, comme à Quimper « pour les sergents qui commandent le retirement avant mynuit ou du moins renvoyent une partie de la garde151 ». Dans la petite ville de Hédé, un règlement limitant les remplacements est adopté en 1781152.

  • 153 ADIV, C 1142, 5 octobre 1763.

75Le problème résidait dans l’application des sanctions. Le major brestois Le Guen l’aîné se plaint du manque de coopération des autorités militaires de la ville : « Nous avons fait conduire au château quelques habitans faute de se trouver au service et pour nous avoir essentiellement manqué ; pouvons-nous le dire, incontinents qu’ils ont paru ils ont été renvoiés, et nous avons vu ces gens se badiner de nos ordres et exciter les autres à la désobéissance153. » Si quelques particuliers sont punis dans la même ville trois ans plus tard, c’est surtout parce que le duc d’Aiguillon intervient personnellement.

  • 154 A. M. de Boislisle, op. cit., t. I, p. 221, lettre du 16 juillet 1690.
  • 155 AMN, EE 35, ordonnance du roi portant établissement d’un guet, 1er octobre 1786.

76Faute de mieux, la garde bourgeoise restait par conséquent l’instrument principal du maintien de l’ordre quotidien dans les villes bretonnes. On ne peut que remarquer la rareté des projets de substitution, en particulier pour établir un guet. Ceux élaborés à Rennes comme à Nantes n’eurent pas de suite. À Rennes, le projet s’élabore faute de l’existence d’une patrouille nocturne, supprimée en 1675. Il provient du parlement et est exposé dans un mémoire par M. de La Faluère. L’intendant Pomereu ne manifeste pas un enthousiasme débordant : il reconnaît, certes, les avantages d’une telle création pour la police et la sûreté de la ville mais remontre au contrôleur général que le roi en tirera peu d’argent154. Il n’existe pas d’autre projet de ce genre avant celui de Nantes en 1786. Le modèle en était le guet de Paris, jusque dans l’uniforme, identique155. Ce projet n’eut pas de suite, en bute à l’hostilité de la plupart des officiers municipaux. Il est vrai que l’établissement d’une compagnie du guet professionnelle nécessitait des fonds et ne pouvait guère concerner que les deux principales villes de la province.

  • 156 SHAT, 1M 1770, 25 juillet 1763.
  • 157 SHAT, Ya 511, supplique de Louis Rouillé dit Desnoyers, 1762.

77La confiance accordée à la garde bourgeoise ne faiblit guère au cours du siècle. On accorde parfois un caractère pédagogique à la patrouille. Rue, aide-major de la milice de Landerneau, voit là l’occasion pour les miliciens de se discipliner156. On utilise volontiers l’expérience d’anciens militaires, quitte à regretter par la suite leurs mœurs ou leur intransigeance. À Dinan, Louis Rouillé, dit Desnoyers, obtint en 1758 l’office de garçon major de la milice, après avoir servi pendant onze ans et demi comme dragon dans le régiment de la Reine. Il est toutefois cassé en 1762. Selon la municipalité, c’est en raison de son insolence et de sa grossièreté envers les officiers ; Desnoyers avance une autre explication : il a dénoncé certains officiers qui n’assuraient pas la garde des prisonniers anglais et serait donc victime de la vengeance de ces bourgeois influents157.

  • 158 ADIV, C 1143, délibération de la communauté de Morlaix, 21 janvier 1778 ; état de la milice bourge (...)

78À la fin de l’Ancien Régime, cependant, la garde bourgeoise a disparu depuis longtemps dans bien des villes, sans que le nombre d’habitants soit toujours le facteur déterminant. Alors qu’à l’orée des années 1780, le guet et la garde fonctionnent régulièrement à Morlaix, on ne rassemble plus les bourgeois en armes qu’à quelques grandes occasions à Saint-Brieuc. À Lannion, la milice bourgeoise elle-même n’est plus qu’une institution fantôme, n’y ayant pratiquement plus d’officiers158.

  • 159 ADIV, C 243, mémoire adressé au duc de Penthièvre par des membres de la garde bourgeoise, sans dat (...)

79Une des limites de la patrouille consistait dans l’étendue géographique couverte, souvent plus réduite que la ville elle-même. La patrouille rennaise ne circulant pas dans les faubourgs, des habitants dressent un tableau bien sombre et peut-être excessif de ces quartiers : « On est peu inquiet du désordre qui se commet dans les faubourgs, qui sont ordinairement le théâtre des vols, des batteries et même des assassinats. C’est le refuge des gens sans aveu et des brigands. Sachant qu’ils n’ont rien à craindre des patrouilles, ils sont si audacieux que, pendant que nous sommes occupés de nos patrouilles, ils enfoncent les portes et pillent nos maisons159. » La capacité de réaction de la garde bourgeoise était donc variable et jouait certainement un rôle assez modeste dans la lutte contre la criminalité urbaine ordinaire, sans pour autant laisser le champ libre aux coupe-jarrets. Ne sous-estimons pas, non plus, l’aspect psychologique de la patrouille qui, quelle que fût son efficacité réelle, veillait sur le sommeil des bourgeois.

Du maintien de l’ordre à la collecte d’informations : d’autres missions de police

  • 160 AMN, FF 257, procès-verbal du 12 août 1735.

80Le maintien de l’ordre ne se limitait pas à la lutte contre la criminalité et la délinquance ordinaires. Il était parfois nécessaire de disperser et réprimer les attroupements, les émotions populaires. Néanmoins, les interventions de ce genre étaient rares. À Nantes, la milice bourgeoise n’agit pratiquement pas lors des agitations d’origine frumentaire ou fiscale de la fin du règne de Louis XIV. Seule l’intervention de troupes réglées rétablit le calme. La réticence de la milice bourgeoise se comprend aisément tant elle s’imbriquait dans le tissu social urbain. On envisage assez mal, en effet, des bourgeois prendre les armes contre leurs voisins dont ils partageaient d’ailleurs probablement les sentiments. En outre, ces révoltes prenant pour cible l’État et ses représentants, le bourgeois, même officier, ne se sentait généralement pas menacé d’où une passivité qui pouvait même frôler la complicité tacite. En revanche, la menace de l’ordre social par des franges du prolétariat ou sous-prolétariat urbain mobilisait davantage. Les troubles survenus à Nantes en 1735 en fournissent l’illustration. À l’origine, un gabarier qui avait eu l’audace d’entrer dans l’hôtel de la bourse, en fut expulsé. Ses camarades arrivèrent à la rescousse, provoquant une véritable émeute réprimée par la milice bourgeoise160. Non seulement les gabariers s’en prirent au temple du commerce nantais mais ils faisaient en outre partie du monde turbulent et inquiétant du port. Le simple fait que le maire se porta sur place montre que l’affaire fut prise au sérieux.

  • 161 ADLA, C 405, arrêt du 16 février 1721.
  • 162 AN, G7 200, lettre de Feydeau de Brou du 25 décembre 1720.

81La milice bourgeoise tenait aussi une place de premier plan dans la lutte contre les incendies. Il ne s’agissait pas tant de lutter contre le feu que d’éloigner les badauds, empêcher les désordres et garder ensuite les lieux incendiés afin de prévenir les vols161. Au son du tocsin, dix hommes par compagnie devaient prendre les armes sous le commandement d’un officier. Toutefois, l’incendie de Rennes en 1720 illustre les limites de l’intervention de la milice bourgeoise : constatant que le feu menaçait leurs propres foyers, beaucoup d’officiers et de simples miliciens quittèrent le poste qu’on leur avait assigné pour tenter de protéger leurs biens162. Il n’en reste pas moins vrai que, dans la plupart des sinistres, la milice bourgeoise tint son rôle.

  • 163 ADIV, C 1090, listes et correspondance, avril 1762.
  • 164 ADIV, C 1142, Védier au duc de Penthièvre, 5 octobre 1758.
  • 165 AMN, EE 134, lettre du major du château, 28 juillet 1747.
  • 166 H. Fréville, L’intendance de Bretagne, Rennes, Plihon, 1953, t. 2, p. 48.

82Ponctuellement, certaines milices bourgeoises furent chargées de la garde voire de l’escorte de prisonniers de guerre. Dans des petites localités, assurer la garde des Anglais supposait une mobilisation de toute la milice avec sentinelles et patrouilles régulières, comme sur le passage de plusieurs centaines de prisonniers se rendant en Normandie en 1762 et faisant étape à Fougères et Antrain163. En 1758, à Josselin, on fut même obligé de créer, pour la circonstance, plusieurs postes d’officiers supplémentaires164. La surveillance se révélait plus aisée dans une ville disposant d’une forteresse à condition, toutefois, qu’elle suffise pour tous les prisonniers. Le château de Nantes ne put ainsi accueillir qu’une partie des prisonniers anglais de la frégate Maidstone, échouée à Noirmoutier, les 250 autres étant logés en ville, sous la vigilance de la garde bourgeoise165. Des détachements de milice purent même, dans des circonstances certes exceptionnelles, escorter une colonne de prisonniers. Lors du débarquement anglais à Cancale en juin 1758, des prisonniers anglais étaient enfermés au château de Dinan, à portée d’une expédition audacieuse destinée à les libérer. On préféra les évacuer vers Josselin, un détachement de la milice bourgeoise de Rennes les escortant en chemin166.

  • 167 SHAT, A1 1704, lettre de De Mianne, 17 avril 1703.

83Enfin, la milice bourgeoise s’acquittait périodiquement d’un certain nombre de missions de « police » : inspection des greniers à blé, visite des logements des habitants astreints à l’hébergement des gens de guerre. Les miliciens ou, pour le moins, leurs officiers, constituaient un utile réseau de renseignement susceptible d’informer la municipalité sur l’état de l’opinion ou certaines menaces. En 1703, des agitateurs armés ayant été signalés, le lieutenant de roi charge les officiers de milice bourgeoise de Nantes d’observer les étrangers et gens inconnus167.

Une expression forte du patriotisme urbain

  • 168 ADIV, C 1143, état de la milice de Saint-Brieuc, août 1776.
  • 169 ADIV, C 1142, supplique de Christophe de la Roche Nouvelle, capitaine, 1758.

84Le rassemblement de tout ou partie de la milice bourgeoise d’une ville n’avait pas seulement lieu à l’occasion d’épisodes guerriers. Dans la plupart des villes, « les assemblées du corps militaire ont lieu lors des fêtes ou des passages de personnages illustres168 ». Lorsque passe le gouverneur de Bretagne, le lieutenant général, le commandant en chef, un prince du sang voire un ministre, la milice bourgeoise sous les armes est partout rassemblée, comme à Ancenis en 1758, à la suite de la visite du duc d’Aiguillon169. Il en va de même lorsque le gouverneur particulier prend ses fonctions.

  • 170 P. Bois (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 218.
  • 171 A. Henwood, « Un prince en Bretagne : sur les pas du comte d’Artois, de Saint-Malo à Nantes (mai 1 (...)

85À ces occasions, la milice n’était pas seulement tenue de stationner sur une place ou de s’aligner sur le passage du prestigieux arrivant, elle allait à sa rencontre, au moins aux portes de la ville, parfois beaucoup plus avant. En 1689, la milice bourgeoise de Nantes s’avança jusqu’à Ingrandes, à 50 kilomètres de là, pour accueillir le roi déchu Jacques II170. Le cérémonial, proche de celui des entrées de villes royales, était réglé par une stricte étiquette et mettait en scène la puissance de la ville hôte. La visite du comte d’Artois en Bretagne, au printemps 1777, montre cependant que des troupes occasionnelles à fonction d’apparat pouvaient supplanter la milice bourgeoise. En effet, à Saint-Malo, le prince est accueilli par une soixantaine de jeunes gens à cheval somptueusement vêtus alors qu’à Nantes les négociants constituent, spécialement pour cette occasion, une compagnie de quatre-vingt-cinq dragons à l’uniforme luxueux171.

  • 172 M. Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au xviiie siècle, Paris, Fayard, (...)
  • 173 Ibidem, p. 282.
  • 174 ADIV, C 62, lettre au duc de Penthièvre du 14 décembre 1757.

86Par nature imprévisibles et irréguliers, les rassemblements lors des Te Deum célébrant les victoires royales constituaient d’autres temps forts pour les milices bourgeoises. Ordonnés par le roi à l’occasion de la prise d’une ville ou d’un combat victorieux, les Te Deum avaient lieu dans toutes les villes du royaume. La célébration comprenait deux moments : d’abord la cérémonie religieuse ponctuée par le chant du Te Deum puis les réjouissances publiques. À Nantes, alors que l’on chantait le Te Deum dans la cathédrale en présence des principales personnalités de la ville, la milice bourgeoise en armes stationnait sur la place Saint-Pierre avec à ses côtés les troupes réglées, quand il y en avait. Or, la fréquence des Te Deum à certaines périodes donnait à voir fréquemment la milice bourgeoise assemblée. Si, de 1689 à 1714, on compte près de quarante cérémonies de ce type, la fréquence atteint son paroxysme pendant la guerre de Succession d’Autriche avec trente trois célébrations de 1744 à 1749, dont treize pour la seule année 1745172. Pour les officiers, chaque rassemblement était l’occasion de montrer son rang et de parader. L’intérêt et la fierté pour le simple milicien paraissent moins évidents, quand bien même sa patience et son assiduité trouvaient leur récompense dans la suite des festivités. Il est probable que l’aspect simplement festif, populaire et quelque peu débridé, rencontrait plus d’écho chez lui que le versant ritualisé de la célébration. À cet égard, Michèle Fogel remarque : « On voit se dessiner une distorsion entre la célébration maîtrisée, hiérarchisée, belle image d’uniformisation propre à alimenter les rêves du roi, de ses ministres et de leurs commis, et la reprise de l’occasion par les populations elles-mêmes qui se réjouissent certes, mais pour leur propre compte […]173. » La répétition des célébrations engendra parfois une lassitude compréhensible qui se tra-duisit certainement par des défections de miliciens, même si les témoignages font défaut pour les Te Deum proprement dits. En 1757, la désobéissance à Redon atteignit un autre degré, les habitants refusant de prendre les armes à l’occasion de la naissance du comte d’Artois alors qu’ils en avaient reçu l’ordre la veille174.

87Ces rassemblements donnaient à voir les milices bourgeoises comme des troupes militaires. Cependant, dans les villes où l’armée réglée séjournait en quartiers, le coude à coude entre les deux troupes lors des célébrations ne manquait pas de poser des problèmes de préséance. Les soldats bénéficiaient de leur statut de professionnels mais les bourgeois pouvaient leur opposer la tradition et la résidence permanente dans la ville.

  • 175 AMN, EE 57, « Procès-verbal des officiers de milice bourgeoise contre le refus des officiers du ré (...)
  • 176 Ibidem, lettre du 28 septembre 1762.

88Le pouvoir royal ne confirma jamais la prétention des milices bourgeoises à une certaine priorité sur les troupes réglées. Certains régiments ne se privèrent donc pas de contester l’usage établi. En 1762, des incidents éclatèrent à Nantes lorsque le régiment de Bourgogne ne permit pas à la milice bourgeoise de s’assembler sur la place Saint-Pierre175. La milice dut faire piteusement demi-tour. Afin de prévenir de tels problèmes, le duc d’Aiguillon décréta alors qu’elle prendrait désormais la gauche des troupes réglées en signe de subordination176. Le professionnalisme l’emportait sur les privilèges urbains.

  • 177 G. Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine 1598-1720, Rennes, PUR, 1996, (...)

89Les milices bourgeoises, de par leur nature intrinsèque, faisaient partie intégrante des municipalités. La milice bourgeoise était liée aux privilèges essentiels d’une ville, au même titre que certaines exemptions fiscales. Elle restait, dans beaucoup de villes, la meilleure expression du patriotisme de cité. Guy Saupin a montré son imbrication dans la vie politique nantaise et le parallélisme entre les élections municipales et celles des officiers, qui concernaient la même élite urbaine. Il affirme même que « la structure a joué un rôle politique fondamental, aussi bien dans l’intensification des relations sociales de quartier et l’entretien de la cohésion globale de la communauté que dans le processus de distinction de l’élite dirigeante177 ».

  • 178 AMB, EE 1, lettre de Saint-Florentin du 22 novembre 1752.
  • 179 AMN, EE 58.
  • 180 AMN, EE 57, procès-verbal des officiers de milice bourgeoise.

90Les officiers constituaient le lien le plus fort avec l’institution municipale. L’attrait pour ces postes trouvait son origine dans certains privilèges attachés à la fonction et le prestige qui en découlait. Une autre motivation prenait sa source dans la fierté de paraître aux grandes cérémonies en uniforme. La plupart des officiers étaient très sensibles à cette forme d’honneur qui les rapprochait, par l’apparence vestimentaire du moins, de leurs homologues des troupes réglées. Le fait que certains officiers de milices bourgeoises, à Brest notamment, revêtirent des uniformes entièrement semblables à ceux des officiers de la milice provinciale est révélateur de leur admiration pour ceux commandant des troupes à vocation véritablement guerrière178. Dans les années 1780, l’épaulette étant devenue récemment le signe distinctif des officiers de troupes, ceux des milices bourgeoises voulurent s’en parer. L’ordonnance de 1786 qui l’interdit aux officiers de Nantes provoqua donc la consternation. Pour le duc de Céreste-Brancas, « ils se sont crus avilis s’ils portaient un uniforme sans ces marques distinctives179 ». La prétention des officiers de milice bourgeoise de ressembler à ceux de l’armée réglée leur valait parfois de pénibles déconvenues. En 1762, les officiers du régiment de Bourgogne lorgnèrent « indécemment et avec dérision » les officiers de milice nantais et leurs hommes, s’en moquant ouvertement devant la population rassemblée pour un Te Deum180.

La milice provinciale : une minorité d’assujettis

91La milice provinciale, également appelée milice royale, constituait la ponction en hommes de loin la plus importante. À la différence du ban et arrière-ban et des milices bourgeoises, elle concernait la plus grande partie des catégories sociales et du territoire breton. D’autre part, elle contribuait parfois activement à la défense du royaume et épaulait périodiquement les troupes réglées. Appartenir à cette milice était assurément de plus de conséquence que de participer de temps à autre à la garde bourgeoise. Il n’est de ce fait pas anecdotique de s’interroger sur le poids de ce service militaire sur la population, sur son éventuel impact social.

  • 181 G. Daniel, op. cit., t. 2, p. 430.
  • 182 J. Chagniot, « De l’armée de métier à la nation armée (1760-1793) », dans M. Vaïsse (dir.), Aux ar (...)
  • 183 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 116-118.

92Contrairement à certaines affirmations de l’époque désireuses de l’ancrer dans le passé181, il s’agissait d’une institution nouvelle, quand bien même elle s’inspirait de certains précédents. Lorsqu’il crée la milice en novembre 1688 l’intention de Louis XIV est d’abord pratique : il faut surtout y voir un signe de la difficulté croissante à recruter des troupes réglées. Jean Chagniot, faisant un parallèle avec la levée en masse de 1793, impute cette création à « une conjoncture politique inopinée qui dresse toute l’Europe contre la France182 ». Il s’agit par conséquent de pallier la raréfaction des recrues volontaires, phénomène qui s’amplifie pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg et, plus encore, pendant la guerre de Succession d’Espagne. La brève réactivation de 1719 répond aussi à un caractère d’urgence même si le conflit avec l’Espagne demeure fort limité. En 1726, en revanche, les autorités tiennent à inscrire la milice dans la durée pour disposer d’une troupe de réserve en cas de guerre. La milice devient dès lors permanente, comme dans d’autres états européens du reste183. Les années s’échelonnant de 1759 à 1765 constituent toutefois une parenthèse, les levées de milice cédant la place au système des recrues provinciales qui, ne donnant guère satisfaction, est définitivement abandonné en 1765. En 1771, l’ordonnance du 4 août crée quarante-sept régiments provinciaux qui remplacent la milice royale. Par-delà une volonté manifeste d’une militarisation du corps, cette réforme vise davantage à réhabiliter l’institution qu’à en modifier le principe. Malgré le volontarisme affiché au plus haut niveau de l’État, elle n’est guère couronnée de succès, si bien que l’on revient en 1781 à l’organisation antérieure.

Les limites géographiques des bataillons : fluctuations dues aux réformes et prise en compte minimale de la dualité linguistique

  • 184 ADLA, C 681.

93La milice provinciale bretonne a subi, bien entendu, les mêmes vicissitudes que l’institution à l’échelle nationale mais avec des particularités locales. Sous Louis XIV, c’est le caractère fluctuant des institutions qui frappe. On compte ainsi trois régiments puis quatre mais, quand l’urgence se fait sentir, les nouveaux miliciens sont directement incorporés dans les troupes réglées. C’est le cas en 1704 où les recrues sont destinées à sept régiments différents184. Une nouvelle forme est adoptée en 1726 : la milice provinciale bretonne constitue 7 bataillons portant chacun le nom du centre de rassemblement : Nantes, Rennes, Vannes, Carhaix, Saint-Brieuc, Dinan, Redon. Cette structure demeura en place jusqu’à la réforme de 1771 mais on note quand même un changement non négligeable dans les années 1730 avec le passage à huit bataillons, probablement de 1729 à 1741 inclus. Le bataillon supplémentaire créé porte alors le nom de Pontivy. Cette réforme entraîna inévitablement un redécoupage des circonscriptions de recrutement mais on ignore lequel.

  • 185 Ce comptage a été effectué en confrontant les paroisses du bataillon de Saint-Brieuc en 1759 et ce (...)
  • 186 C’est le 22 décembre 1766 que le roi ordonne que le silence soit fait sur l’affaire de Bretagne. L (...)

94En 1766, on assista à une réduction du nombre de bataillons avec la suppression de celui de Saint-Brieuc. Son ressort fut alors partagé entre les quatre bataillons voisins. Une trentaine de paroisses, essentiellement gallèses, rejoignirent celui de Dinan, une vingtaine celui de Vannes, une quinzaine, parmi les plus occidentales, celui de Carhaix et moins de dix, voisines de Loudéac, celui de Redon185. Il existait donc, au sein de l’intendance, la volonté d’une répartition la plus équitable possible. Cette suppression se traduisit en outre par un allégement de la charge en hommes pesant sur la province et dans la circonscription concernée. Dix paroisses qui totalisaient 82 miliciens en 1759 n’en lèvent plus que 55 de 1781 à 1786. L’allégement est globalement sensible mais inégal : 50 % pour Tréglamus, 39 % pour Saint-Brieuc mais seulement 16,7 % pour Plounévez-Quintin et 0 % pour Quintin. La suppression de 1766 fut certainement l’occasion pour l’intendance de revoir le contingent demandé à chaque paroisse. Dans cet épisode, l’influence des députés présents en Cour et représentant les États de Bretagne fut déterminante, probablement conjuguée à une volonté de conciliation du pouvoir royal alors en butte à l’hostilité des parlements186.

  • 187 ADLA, C 681, ordonnance du 1er décembre 1774.
  • 188 ADIV, C 4704.

95Lors de la réforme de 1771, la Bretagne fournit trois régiments portant les noms de Rennes, Nantes et Vannes187. À la fin de l’Ancien Régime, on comptait à nouveau six bataillons, chacun portant le nom du régiment de troupes réglées, dans lequel les miliciens pourraient être incorporés en temps de guerre188.

  • 189 A. Corvisier, « Les circonscriptions militaires de la France, facteurs humains et techniques », da (...)
  • 190 ADIV, C 4704.

96André Corvisier déplorait en 1976 que personne n’ait dressé une carte des circonscriptions de recrutement des bataillons de milice189. La liste précise des paroisses fournissant des hommes pour les tirages au sort de 1781, 1784 et 1786 permet de combler cette lacune190. En revanche, aucun état antérieur complet ne semble exister. Du côté de la mer, les limites géographiques des bataillons correspondent approximativement à la limite des deux lieues redevables des milices garde-côtes. Les frontières terrestres ne coïncident pas avec d’autres limites administratives, en particulier évêchés et sénéchaussées. Néanmoins, aucune subdélégation n’est démembrée, ce qui s’explique par le rôle joué par le subdélégué dans l’opération du tirage au sort. Le découpage des bataillons de milice est donc bien spécifique. Reste à savoir à quelles motivations précises il entend répondre : volonté d’équilibrer le prélèvement en hommes ? éviter aux miliciables et miliciens des déplacements trop longs ?

97Qu’en est-il par ailleurs de la prise en compte de la particularité linguistique ? Certains bataillons (Nantes, Rennes) sont francophones et un entièrement bretonnant (Carhaix). Les autres ont seulement une dominante. Cependant, un examen plus approfondi montre que la limite entre le bataillon de Carhaix et celui de Dinan suit à peu près la frontière linguistique à la réserve près qu’entre les deux s’intercalent des paroisses dépendant du bataillon de Vannes et situées de part et d’autre de cette limite. Au Sud de Quintin, en particulier, le découpage est net : des paroisses gallèses comme La Harmoye, Lanfains, Saint-Martin-des-Prés, Merléac font partie du bataillon de Dinan alors que des paroisses bretonnantes comme Corlay, Canihuel, Plussulien ressortissent à celui de Carhaix. On note cependant une exception remarquable : le village de Peumerit-Quintin, au cœur du domaine bretonnant, dépend du bataillon de Dinan alors qu’il se trouve entouré de paroisses dépendant de celui de Carhaix. Le découpage des bataillons de milice tenait en partie compte de la dualité linguistique de la Bretagne, pour des raisons essentiellement pratiques. Les quelques anomalies constatées peuvent s’expliquer par une méconnaissance de la situation linguistique de certaines paroisses (certains érudits ont bien fait des erreurs au xixe siècle…).

Figure 5 : L’assise territoriale des bataillons de milice bretons à la fin de l’Ancien Régime (d’après ADIV, C 4704).

  • 191 ADIV, C 881, lettre du 15 octobre 1726.
  • 192 Ibidem, lettre du 31 janvier 1727.
  • 193 G. Livet, L’intendance d’Alsace sous Louis XIV 1648-1715, Paris-Strasbourg, Le Roux, 1956, p. 805.

98Certaines consignes officielles données pour le choix des officiers de milice confirment la prise en compte des bretonnants. Le Blanc écrit à Feydeau de Brou : « Il seroit nécessaire que je fusse informé du nombre de compagnies […] dont les soldats n’auront d’autre langage que le bas breton et des cantons ou ces compagnies seront scituées affin de leur destiner des officiers qui connoissant ce langage puissent s’en faire entendre et les discipliner191. » Dans un courrier postérieur le ministre conseille toutefois de ne pas se baser sur cet unique critère. Ce principe concernait même le choix du colonel du bataillon192. La maîtrise de la langue bretonne constituait sans conteste un atout pour celui désirant commander un bataillon ou une compagnie bretonnante, étant important qu’officiers et simples miliciens puissent se comprendre sans l’intermédiaire d’un interprète. Les mêmes critères gouvernaient le choix des officiers de milice dans d’autres parties du royaume, comme en Alsace193.

Une délimitation difficile avec les paroisses garde-côtes

99La milice provinciale en Bretagne possédait d’autres caractéristiques essentiellement dues à son caractère de province maritime. Selon un principe général, valable pour tout le royaume, les paroisses situées à moins de deux lieues de la mer fournissaient la milice garde-côtes et non la milice royale. La milice garde-côte dépendait du secrétariat d’État à la Marine et non du département de la Guerre.

  • 194 ADLA, C 249, « État des paroisses garde côte de l’évêché de Nantes tiré du registre du receveur de (...)

100Malgré la simplicité de la loi, le statut de certaines paroisses était souvent ambigu. Un problème se posait d’abord pour les villages riverains d’un fleuve, la Loire en particulier. La difficulté reposait sur la délimitation exacte de la fin de l’océan et du commencement des eaux douces. L’intendance, consciente de ces ambiguïtés, s’attacha donc à préciser le statut des paroisses concernées. Ainsi, la liste des paroisses garde-côtes de l’évêché de Nantes, dressée en 1726, fut annotée, peut-être par le subdélégué général La Vergne. Il précise notamment que Savenay « ne devroit pas être compris dans un état garde-côtes estant à trois lieues de la mer ainsi que Bouée et plusieurs autres paroisses comme Saint Estienne de Montluc, Malleville qui ne sont pas à la vérité a deux lieues de la rivière où la mer refoule mais a plus de deux lieues de la grande mer194 ». Seuls les garçons classés, souvent nombreux dans ce type de paroisses, n’étaient pas concernés par la milice de terre.

  • 195 ADIV, C 1140, 3 juin 1726.

101Les paroisses très étendues possédant à la fois une partie côtière et une autre éloignée de la côte posaient des problèmes plus aigus encore. Une des caractéristiques de l’habitat de bocage est en effet la dispersion avec l’existence du bourg (centre de la paroisse) et de « villages » (hameaux) souvent éloignés et parfois pourvus du statut de trève, sans oublier les nombreuses fermes isolées. Les différents écarts et le bourg peuvent par conséquent se situer de part et d’autre de la limite des deux lieues. Selon le syndic de Quimperlé, la paroisse de Quéven connaît cette situation, la plus grande partie se situant néanmoins fort loin de la mer195. Il propose alors « de détacher de la garde de la coste quelque paroisse éloignée comme celle de Quéven dont l’extrémitté est à plus de cinq lieuës de la mer ». Constatons toutefois que si l’extrémité de la paroisse de Quéven est bien à plus de deux lieues de la côte (mais certainement pas à cinq !), le bourg en est à peine à huit kilomètres et certains hameaux ou fermes à cinq kilomètres maximum.

  • 196 Ibidem, supplique des habitants de Saint-Frégant, 1726.

102Face aux difficultés présentées par les paroisses côtières s’enfonçant profondément dans les terres, l’intendance n’hésitait pas quelquefois, à ne pas respecter le cadre paroissial, séparant une ou plusieurs trèves de la paroisse principale pour les exempter de la milice terrestre ou, au contraire, les y faire contribuer. Ainsi, Guissény, au nord de Lesneven, dépendait de la milice garde-côtes alors que sa trève de Saint-Frégant, distante de plus d’une lieue et demi, vers l’intérieur des terres, contribuait à la milice royale196.

  • 197 ADLA, C 249.
  • 198 ADIV, C 1, questionnaire imprimé, 29 décembre 1728.
  • 199 ADIV, C 1141, « Paroisses exemptées de la milice attendu qu’il y a des capitaineries établies pour (...)

103Pour une meilleure efficacité mais aussi afin de ne pas trop prêter le flanc aux contestations, l’intendance établit des listes. Ce fut en particulier le cas en 1726. Le caractère désormais pérenne de l’institution ne permettait plus d’improviser. Cette année-là, l’administration se base en particulier sur une liste fournie par le receveur des fouages de l’évêché de Nantes197. L’envoi systématique de questionnaires aux subdélégués et la tenue d’un répertoire par l’intendant La Tour améliorèrent notablement la connaissance des paroisses198. Toutefois, la difficulté à établir la liste des paroisses garde-côtes de la province est mise en évidence par les hésitations de l’intendance et les modifications parfois constatées d’un document à un autre. On remarque ainsi des différences notables entre la liste dressée en 1726 et une autre non datée mais très certainement postérieure199. Entre les deux dates, pour l’évêché de Nantes, huit paroisses sont versées dans la milice royale ; à l’inverse, Le Pallet et Paimbœuf rejoignent alors la milice garde-côte.

  • 200 ADLA, C 249.
  • 201 ADIV, C 1140, lettre de La Barbinay Trouin, 16 juin 1726.

104Les erreurs, les inévitables oublis suffisent à expliquer ces modifications voire ces incohérences. Tout autant pour les atténuer que par facilité, les responsables s’inspiraient des précédents : en 1726, par exemple, on exhume des archives une liste de paroisses garde-côtes de 1694, preuve, par ailleurs, que dès les premières années de la milice de terre, on essaya de délimiter précisément son aire de recrutement200. Référence à la coutume également pour ceux contestant le découpage effectué par l’intendance : à propos de six paroisses de l’évêché de Dol retirées de la milice garde-côtes et assujettis à la milice royale, un officier de la première rappelle que « les six paroisses ont de tous temps été pourvues de capitaines et d’officiers [garde-côtes]201 ».

  • 202 SHAT, A1 1704, lettre de Du Deffand de La Lande.

105Par ailleurs, tout mène à penser que nombre de paroisses auparavant garde-côtes furent soustraites à ce service pour contribuer à la milice royale. Un mémoire de 1703 sur les capitaineries garde-côtes de Bretagne dénonce d’ailleurs l’acception très généreuse sinon laxiste comme paroisse garde-côtes. Il affirme que sur un total de 518 compagnies, 320 sont effectivement à moins de deux lieues des côtes mais « il reste environ 198 compagnies qui sont dans les terres dont les paroisses sont à plus de deux lieues de la mer et jusqu’à trois, quatre ou cinq lieues dans les terres » ; il ajoute : « Il est certain que ces 198 compagnies sont absolument du département de Monseigneur de Chamillart et ne devroient point faire partie ny estre comprises dans ce qui compose les 25 capitaineries garde costes202. » Sachant en outre que les milices garde-côtes furent quelque peu délaissées jusqu’à ce que le duc d’Aiguillon s’y intéresse et que les efforts de l’intendance portaient en priorité sur le bon fonctionnement de la milice terrestre, il ne faut guère s’étonner d’une définition très restrictive des premières. Après 1726 et les quelques années suivantes qui fournissent l’essentiel de notre documentation, les contestations semblent pratiquement inexistantes : les règles étaient désormais fixées par l’intendance et, de ce fait, plus guère discutables.

Les inégalités géographiques du poids de la milice

106Le principal leitmotiv des États de Bretagne concernant la milice, assez fréquemment repris dans les cahiers de doléances de 1789, est le poids insupportable de cette fourniture en hommes. Qu’en était-il réellement ? Si l’on considère le contingent attribué à la province, une évidence s’impose : la Bretagne était une des généralités qui fournissait le plus, en nombre absolu. On remarque toutefois une décroissance puisque le contingent breton représentait 8 % du total national en 1688, 7 % en 1726, environ 6,5 % de 1756 à 1758 et 5,7 % de 1778 à 1788. N’oublions pas, toutefois, que la Bretagne était alors une province peuplée. En effet, rapporté au nombre d’habitants, le service de la milice paraît plus léger, d’autant plus si on établit des comparaisons avec d’autres généralités. En 1688, par exemple, la Bretagne fournit un milicien pour 1 000 habitants contre un pour 750 en Auvergne et un pour 1260 en Bourgogne.

  • 203 A. Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, p. (...)
  • 204 En 1876, une bande côtière de cinq kilomètres regroupe un tiers de la population. G.Minois, Nouvel (...)
  • 205 Les chiffres utilisés sont ceux fournis par Sautai qui lui-même se basait sur les ordonnances de l (...)

107Cependant, toutes les paroisses distantes de moins de deux lieues de la mer relevaient des milices garde-côtes. Or, les côtes bretonnes constituaient, déjà à cette époque, les espaces les plus densément peuplés de la province, exception faite des régions nantaise et rennaise203. Il s’ensuit que le rapport entre les miliciens et la population concernée géographiquement par le service ne devait guère être très différent de celui établi pour l’Auvergne, par exemple. Essayons une estimation. Si on considère que les paroisses garde-côtes regroupaient au moins 25 % de la population de la province204, on arrive cette fois à un rapport d’un milicien pour 750 habitants en 1688 et un pour 477 en 1701, année où le contingent fourni fut particulièrement élevé. La Bretagne intérieure contribuait ainsi davantage que la plupart des autres provinces du royaume, sans cependant atteindre le record de la généralité de Montauban (un milicien pour 350 habitants)205. On peut donc affirmer que la Bretagne était l’une des provinces où le poids de la milice de terre se faisait le plus sentir, particulièrement dans les campagnes de l’intérieur.

108Remarquons aussi la fréquence des levées au début du xviiie siècle : une levée annuelle entre 1701 et 1712 et même deux en 1711, la première n’ayant pas fourni suffisamment de miliciens. De 1701 à 1712, la Bretagne lève ainsi 22 400 hommes, nombre supérieur à celui de toute autre province du royaume. Pendant cette période, plus de 1 % des Bretons ont donc été requis, ce qui rapporté au nombre des jeunes gens de 18 à 40 ans représente une proportion sans conteste élevée. Il semble que Versailles ait demandé un contingent relativement élevé à la Bretagne compte tenu de sa population nombreuse.

  • 206 A. de Goué, op. cit., p. 31.

109Le service s’allégea toutefois au cours du xviiie siècle, notamment pour les espaces ruraux, uniques assujettis jusqu’en 1734, les villes (10 à 15 % de la population) bénéficiant d’une exemption. Avec l’institution des régiments provinciaux en 1771, le contingent annuel fourni par la Bretagne est de 710 hommes206. Sous Louis XVI, le service s’est considérablement allégé : un milicien pour 3 150 habitants environ chaque année de 1781 à 1786. En aucun cas, la milice ne constituait alors une charge écrasante ou un quelconque fardeau, du moins à considérer l’effectif prélevé. Elle était d’autant moins à craindre que les miliciens n’avaient pas eu à combattre depuis 1763 (on préleva seulement un petit nombre d’hommes par bataillon pendant la guerre d’Indépendance américaine).

  • 207 P. Laporte, La milice d’Auvergne, Clermont-Ferrand, G. de Bussac, 1956, p. 37-38.
  • 208 On se base ici sur les chiffres de population donnés par J.-P. Goubert, Malades et médecins en Bre (...)
  • 209 ADIV, C 4704, 1781-1786.

110On ne peut, cependant, se contenter d’une mesure chiffrée globale pour appréhender la charge de la milice telle qu’elle était ressentie. Il est d’abord nécessaire d’examiner si la répartition du contingent à l’intérieur de la généralité pouvait se révéler source d’injustice. Dans son étude sur l’Auvergne, Pierre Laporte note des différences sensibles d’une subdélégation à l’autre207. On constate peu ou prou la même chose pour la Bretagne, le rapport entre nombre de miliciens fournis et nombre d’habitants fluctuant environ du simple au double. C’est ainsi que celle de Hédé fournissait un milicien pour 425 habitants, la première subdélégation de Rennes un pour 592, la seconde un pour 611, celle de Gourin un pour 896, celle de Vannes un pour 914 et celle de Josselin un pour 1065208. Que la subdélégation de Vannes, comprenant des paroisses assujetties à la milice garde-côtes, fournisse moins paraît logique mais on cherche en vain une explication rationnelle pour celle de Josselin. Si l’on descend au niveau inférieur, celui des paroisses, les écarts sont du même ordre. Dans la subdélégation de Nantes, par exemple, Saint-Sébastien fournit un milicien pour 626 habitants, Carquefou un pour 892, Basse-Goulaine un pour 1378 et Rezé un pour 1488209.

111Les populations concernées avaient-elles une conscience claire de ces inégalités ? Malgré l’absence de données chiffrées précises, les paroissiens connaissaient la « force » de leur communauté et étaient certainement capables de la comparer à ses voisines. En 1694, d’ailleurs, les habitants de la petite paroisse de Locunolé, en Cornouaille, adressent une requête à l’intendant Béchameil de Nointel, se plaignant de fournir un milicien, comme certaines paroisses voisines plus peuplées. Ils se plaignent que

  • 210 AN, G7 177, lettre de Nointel et requête des habitants, 14 juin 1694.

« la paroisse de Querrien qui environne de toutes parts celle des supplians, qui a vingt-neuf feux et trois quart de feux, ne fournit que trois soldats, celle de Mellac aussy du voisinage qui a onze feux ne fournit qu’un soldat et les autres à proportion. Mais si celle des supplians qui n’est composée que de trois feux fournissoit un soldat entier, elle fourniroit près de quatre fois plus que les autres par proportion à sa grandeur et à sa force210 ».

  • 211 J. Gébelin, Histoire des milices provinciales (1688-1791), Paris, Hachette, 1882, p. 34-35.
  • 212 D. Olier, Un siècle de milice en Bretagne 1688-1791. Ses répercussions sur la population, maîtrise (...)
  • 213 P. Laporte, op. cit., p. 37.

112De telles différences de charges ne s’expliquaient pas uniquement par une mauvaise application des règlements. L’État hésita souvent quant à la manière d’établir le plus d’équité possible dans la contribution des différentes paroisses. Louvois établit comme règle la fourniture d’un milicien pour 2 000 livres de taille payées mais cela conduisait nécessairement à des regroupements de paroisses et à des calculs subtils souvent incompatibles avec l’ampleur et l’urgence de la tâche211. Dès le début, le règlement fut par conséquent appliqué assez grossièrement. D’autre part, il n’était guère concevable pour l’administration de changer la répartition à chaque nouvelle levée, quand bien même la situation des communautés avait évolué. L’absence de mise à jour des listes pendant de longues années sinon des décennies ne pouvait conduire qu’à des inégalités croissantes, comme celles que l’on constate de 1781 à 1786 pour quelques paroisses de Rennes et des environs qui fournissent tantôt un milicien pour 13 feux (paroisse Saint-Martin, à Rennes), tantôt un milicien pour 50 feux (Drouges)212. Que le mode de répartition reposât sur le nombre de feux (en 1729), sur l’impôt acquitté par les communautés ou sur le nombre d’hommes en état de servir (1765), les autorités provinciales disposaient d’une grande latitude d’application des ordonnances. L’intendant d’Auvergne donne ainsi des consignes très précises à ses subdélégués en avouant les difficultés d’une répartition équitable213.

113En revanche, pour la fin du xviiie siècle tout au moins, on ne note pas d’inégalité flagrante entre villes et campagnes. Les villes fournissaient, en effet, environ 15 % des miliciens, ce qui correspondait approximativement à leur poids démographique dans la province. Cependant, comme pour le milieu rural, le poids du service fluctuait fortement d’une cité à une autre. Dans de nombreuses villes, le rapport se situe à 1 milicien pour 1 000 habitants environ (Rennes, Vannes, Quimperlé, Dinan, Gourin). Quelques-unes sont cependant plus lourdement chargées : 1 milicien pour 730 habitants à Quimper, 1 pour 544 à Morlaix et 1 pour 476 à Nantes, de 1781 à 1786. La présence plus ou moins importante de privilégiés d’une ville à une autre ne suffit pas à expliquer ces écarts.

Figure 6 : Le poids des levées de milices dans différentes villes bretonnes.

Une pléthore d’incapacités physiques et d’exemptions

  • 214 ADIV, C 1137, ordonnances du 12 novembre 1733.

114D’autres inégalités attisaient davantage les passions : les exemptions, aussi multiples que variées. Elles purent aller de pair avec les inégalités géographiques dans les débuts de la milice, les villes, pour l’essentiel, ne contribuant pas avant 1734. L’année 1701 constitua toutefois une exception notable puisque, confronté à la rareté des hommes de troupes et à la misère des campagnes, Louis XIV contraignit les métiers urbains à fournir des hommes. Les métiers eurent les pires difficultés pour trouver le nombre de recrues demandé à tel point que l’on ne renouvela pas l’opération. Même en 1734, quelques villes restaient exemptes de la milice de terre : il s’agissait de Saint-Malo, Brest, Rhuys (Sarzeau), Concarneau et Le Croisic, la première car elle se gardait elle-même et les autres comme assujetties à la milice garde-côtes214.

  • 215 F. Le Lay, Histoire de la ville et communauté de Pontivy au xviiie siècle. Essai sur l’organisatio (...)
  • 216 ADLA, C 140, février 1752. Ph. Jarnoux, « Une espèce de petite république. Les privilèges d’une pa (...)

115Une autre ville parvint néanmoins à éviter le tirage au sort jusqu’en 1744 : Pontivy. On a là un exemple caractéristique de l’intervention de hauts personnages contre l’influence desquels l’intendant ne pouvait rien. Lors de l’éphémère rétablissement de la milice en 1719, Pontivy doit fournir trois miliciens et l’argumentation du bureau de ville insistant sur le fait que la cité avait marché pour la défense des côtes lors de la guerre de Succession d’Espagne ne fléchit pas Feydeau de Brou. Les Pontivyens se tournent alors vers leur seigneur et protecteur naturel, le duc de Rohan. Le puissant personnage parvient à faire libérer les trois miliciens déjà incorporés. En 1726, le prince de Léon intervient pour soustraire les faubourgs de la ville au tirage au sort215. Dans ces deux occasions, l’intendant dut par conséquent s’incliner face aux réseaux d’influence venus de la Cour. Cette protection ne put néanmoins durer au-delà de 1743 car à partir du moment où Paris fournit des miliciens, il devenait bien difficile de continuer à exempter une petite cité bretonne. Les habitants des cantons composant la franchise du Gâvre durent bien se rendre à cette évidence en 1752. En effet, arguant de l’octroi par le roi de lettres de confirmation de leurs privilèges, remontant aux ducs de Bretagne, et les exemptant d’« aller à l’ost », ils demandèrent d’être déchargés de fournir un soldat de milice mais furent bien entendu déboutés de leur requête par l’intendant, d’autant plus qu’ils fournissaient déjà des miliciens depuis nombre d’années216. On assista donc, assez rapidement après l’instauration de la milice permanente en 1726, à une réduction drastique des exemptions territoriales. Il n’en alla pas de même pour les exemptions à caractère social ou physique.

  • 217 ADIV, C 1140 et C 2552, procès-verbaux de tirage au sort.
  • 218 ADF, C 45, procès-verbaux de tirage au sort.
  • 219 Cl. Vignes, Les milices en Provence de la fin du xviie siècle à la Révolution, thèse de droit dact (...)

116Les causes d’exemption étaient en effet multiples puisque liées non seulement à l’origine sociale ou aux facultés économiques mais également à la complexion physique et en particulier à la taille. Dans ce dernier cas, mieux vaudrait d’ailleurs parler d’inaptitude. Or, comme en témoignent les procès-verbaux de tirage au sort, peu de jeunes Bretons atteignaient la taille minimale réglementaire de cinq pieds ! Si à Vézin en 1742, plus du tiers des miliciables sont exemptés pour défaut de taille, la proportion atteint 62 % à Campbon en 1757217. C’est encore bien pire pour seize paroisses de la subdélégation de Landerneau dans les années 1780 puisque 89,5 % des hommes sujets au sort sont trop petits, une fois retranchés les privilégiés218 ! Le contraste avec d’autres provinces est saisissant : à la même période, seuls 22,8 % des Provençaux et à peine 17 % des Auvergnats ne mesurent pas la taille requise219. Sans conteste, la limite des cinq pieds n’était pas adaptée aux Bretons. Cela confirme parfaitement les difficultés de la province dans la seconde moitié du siècle, la malnutrition expliquant largement cette situation.

  • 220 ADF, C 45.
  • 221 Ibidem, procès-verbaux de tirage au sort, 26 mars-17 avril 1787.

117Les exemptions pour causes physiques ne se limitaient pas au défaut de taille mais comprenaient tout un ensemble d’infirmités : aspect chétif ou maladif, boiteux, mal voyant, épileptique, scrofuleux, etc. Plus surprenantes mais finalement assez conformes aux préjugés de l’époque sont quelques exemptions pour « cheveux rouges » ou calvitie. Le principal problème consistait en fait à s’assurer que les maladies ou déficiences physiques n’étaient pas feintes mais bien réelles. Or, un médecin ou chirurgien n’assistait pas systématiquement au tirage au sort. Par un imprimé du 19 juillet 1757, l’intendant proscrit même l’emploi d’un chirurgien à pareille occasion, essentiellement pour des raisons financières : si l’infirmité était évidente, il fallait renvoyer le garçon et si elle ne l’était pas le faire tirer au sort, un examen intervenant lors de l’assemblée de milice s’il avait tiré un billet noir220. Toutefois, cette directive ne fut pas appliquée par tous les subdélégués, puisque le procès-verbal du tirage au sort des paroisses de la subdélégation de Landerneau en 1787 fait figurer des frais de chirurgien221.

  • 222 J. Gébelin, op. cit., p. 85-91.
  • 223 ADLA, C 248, Mellier à de Brou, 19 mars 1719. Un arpent équivaut à une superficie de 20 à 50 ares.

118Les exemptions à caractère social étaient fort nombreuses mais demeurèrent longtemps très floues. La première liste officielle fournie par Versailles ne date que du 27 novembre 1765 !Toutefois a-t-elle le mérite de l’exhaustivité puisqu’elle énumère plus de cent motifs d’exemption222. Auparavant, ces exemptions étaient à l’appréciation de l’intendance qui pouvait demander ou recevoir des conseils du ministère. Aux autorités provinciales de trancher, au besoin d’aménager. Un exemple suffit à démontrer l’insuffisance des instructions venues de Versailles. Une ordonnance royale de 1719 exempte les laboureurs mais laisse les responsables provinciaux perplexes : comment définir un laboureur en Bretagne ? Sollicité par Feydeau de Brou, Mellier propose de se baser sur la surface cultivée : le laboureur serait celui cultivant au moins le labour d’une charrue, c’est-à-dire trente journaux ou arpents en moyenne223. Cette définition était sans doute valable pour le comté nantais mais pas forcément adaptée à toute la province…

  • 224 ADLA, C 249, 9 avril 1726.
  • 225 ADLA, C 244, ordonnance de Ferrand pour la levée de 1711.

119L’intendant garda d’ailleurs une réelle marge de manœuvre après 1765, comme les préposés au tirage au sort d’ailleurs. En dehors des deux premiers ordres et de leurs serviteurs, les privilèges allaient aux officiers et, de façon plus générale, à la bourgeoisie. Pour ceux bénéficiant d’une certaine aisance, l’achat d’une charge procurant l’exemption se révélait aisé. Une liste dressée par l’intendance en 1726 cite comme exempts : les chefs de maison, les chefs de commerce, les chefs de boutique, les étudiants, les pourvus en titre de charges, les pourvus d’emplois, les juges et procureurs fiscaux (mais pas leurs enfants), un valet par recteur, les « domestiques des villes ne faisant autre fonc-tion que servir leurs maîtres », les anciens miliciens et leurs frères224. Outre le fait que certaines dénominations sont vagues, ambiguës et peuvent prêter à contestation, il convient surtout de remarquer une réelle inflation des motifs d’exemption comparé à une autre liste de 1711 qui n’évoquait que les garçons classés, les arpenteurs et les « officiers des seigneurs s’ils ont payé la finance225 ».

  • 226 ADLA, C 681, supplique, 5 avril 1766.

120Par ailleurs, on perçoit au cours du siècle une considération croissante pour le commerce qui explique que les négociants nantais soient exemptés en tant que tels. Ces privilèges se limitent au commerce de gros, les détaillants étant au contraire contribuables. C’est pourquoi Allotte de La Fuye n’a de cesse de nier exercer un quelconque commerce de détail, ce dont l’accusent les épiciers et droguistes nantais, soucieux d’alléger leur propre contribution226.

  • 227 ADIV, C 2552, liste des garçons et des exempts.
  • 228 ADF, C 45, procès-verbal du tirage de 1783.
  • 229 ADIV, C 6147, certificat du recteur de Pleyber-Christ, 1er avril 1781. François Madec payait 138 l (...)

121L’agriculture, sous l’influence des physiocrates, bénéficia peu à peu de certains égards qui conduisirent à exempter les riches laboureurs et, la plupart du temps, leurs enfants. À Campbon, en 1757, sont ainsi exemptés un « fermier de plus de deux cents livres de rente » et un autre « faisant un gros commerce de grains227 ». À Commana, on exempte un ménager (paysan riche)228. Les autorités avaient aussi égard aux principaux serviteurs de ces coqs de villages. À Pleyber-Christ, quand le sort touche Paul Martin, son maître François Madec s’adresse au recteur qui certifie que les terres de Madec valent 600 livres de revenu annuel et qu’il entretient au moins quatre bœufs et trois chevaux. Martin, premier valet chargé de la charrette et de la charrue, semble donc indispensable229.

  • 230 ADF, C 45.
  • 231 Ibidem, 18 janvier 1780.

122La confrontation des quelques procès-verbaux de tirage au sort conservés aux listes officielles montre non seulement la grande latitude d’action des subdélégués mais aussi une certaine tendance à la multiplication des exemptions. Examinons, par exemple, les exempts des paroisses de Sizun, Guimiliau et Lampaul en 1783. On y trouve les fils des syndics et fabriqueurs, le « fils d’une grande ferme », des chefs de ménage, des « soutiens de leur mère », un premier meunier, les domestiques d’une grande ferme, les fils d’une veuve, les domestiques des curés, cinq jeunes gens ayant des frères soldats, un homme jugé trop vieux et un autre « ayant travaillé pendant toute la guerre aux fortifications de Brest230 ». S’additionnent donc considération sociale, utilité économique et publique, reconnaissance de services rendus à la défense du royaume et principes humanistes. Il n’était peut-être pas toujours aisé pour les préposés au tirage au sort de résister à de nombreuses sollicitations ni probablement à l’air du temps contribuant à multiplier, sans forcément en avoir pleinement conscience, les exemptions. Les exhortations de l’intendant pour « ne point donner d’extension aux privilèges et exemptions afin que le poids de la levée des soldats provinciaux soit moins onéreux aux peuples des campagnes » n’ont guère reçu d’application231.

  • 232 Ibid., listes du tirage de 1783.
  • 233 P. Laporte, op. cit., p. 69.

123Pour les campagnes, il convient toutefois de relativiser l’importance de ces exemptions, beaucoup moins nombreuses que les inaptitudes physiques. Pour les paroisses de Sizun, Guimiliau, Lampaul, Commana et Plougourvest en 1783, sur un total de 915 garçons, 73,2 % sont trop petits, 9,8 % infirmes et 11,8 % exempts pour les raisons développées précédemment232. Le pourcentage d’exempts est étonnamment proche de celui constaté pour l’Auvergne à la même époque, preuve qu’en dépit d’une large latitude laissée aux subdélégués, les mêmes considérations présidaient aux exemptions233.

  • 234 ADIV, C 4704, liste des garçons présents, exemptés et miliciens pour les années 1781, 1784 et 1786 (...)

124Les listes dressées dans les années 1780 pour le tirage au sort confirment que le pourcentage d’exemptions et d’inaptitudes était considérable : seulement 23 % des jeunes gens tirèrent au sort dans l’ensemble de la province234. Encore ne s’agit-il là que de la moyenne des six régiments provinciaux bretons. Localement, les non miliciables peuvent représenter un très fort pourcentage du nombre de jeunes gens présents : 91 % pour les cloutiers de Nantes en 1781, 86 % à Plougonven en 1784, 88 % à Couëron en 1786. En revanche, on constate une anomalie pour la subdélégation de Vannes, qui fournit le régiment de Savoie-Carignan, puisque les exempts et inaptes y sont nettement minoritaires : un seul à Vannes en 1786, à peine 4 % des présents à Plescop en 1784. L’explication réside surtout dans le nombre d’absents : comment expliquer autrement que seulement 45 garçons soient présents à Vannes en 1786 ? Gageons que le subdélégué dispensait les jeunes gens trop petits de se présenter, en contradiction formelle avec les instructions de l’intendant.

  • 235 P. Laporte, op. cit., p. 60.

125Compte tenu de la proportion très élevée des incapacités physiques et des exemptions, le risque pour un miliciable de tirer un billet noir était relativement élevé. Autrement dit, sous le règne de Louis XVI tout du moins, mesurer plus de cinq pieds, ne pas bénéficier de privilèges ou de la mansuétude du subdélégué, c’était déjà faire partie de la petite proportion de laissés pour compte sur qui le sort risquait fort de tomber. Si seulement 13 % des miliciables de Botsorhel deviennent miliciens en 1784, la proportion monte à 25 % pour Vertou en 1781 et surtout à 40 % pour les poêliers nantais en 1786 ! Logiquement, plus le pourcentage d’exemptés s’élève, plus le risque de devenir milicien pour ceux qui ne le sont pas devient fort, surtout quand l’effectif considéré est réduit. Cela explique que sur les 11 cloutiers de Nantes qui tirent au sort, 8 deviennent miliciens, cas extrême qu’expliquent les 91 % d’exemptés ! Ces données sont fort éloignées de celles d’autres provinces, comme l’Auvergne, où en 1775, seuls moins de 3 % des miliciables deviennent effectivement miliciens, la faible proportion des inaptes pour taille insuffisante constituant la principale explication235.

Figure 7 : L’importance des exemptions et des incapacités au tirage de 1781 (ADIV, C 4704).

  • 236 Expression employée par le comte de Guibert dans sa Lettre à l’Assemblée Nationale publiée sous le (...)

126La milice était donc bien une « loterie de malheur236 » mais où, à la différence d’une vraie loterie, il était relativement aisé de tirer le billet noir, compte tenu du faible nombre de participants. À tous égards, le milicien apparaissait véritablement comme celui qui n’avait pas eu de chance, touché par un destin peu enviable.

La pratique du volontariat et de la substitution

  • 237 ADLA, C 244, 11 février 1711.
  • 238 A. Corvisier, L’armée française de la fin du xviie siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Par (...)
  • 239 ADLA, C 244, lettre du 24 février 1711.
  • 240 ADLA, C 681, lettre aux négociants de Nantes, février 1780.

127Dès l’instauration de la milice, communautés ou particuliers ont cherché à enrôler des miliciens à prix d’argent. Or, les règlements, souvent répétés, interdisaient presque toujours formellement cette pratique, à quelques exceptions près. Dans son ordonnance pour la levée de 1711, l’intendant Ferrand fait défense aux syndics « d’acheter des hommes pour servir en la place de ceux auxquels le sort sera échu, quand même ils seroient originaires de la paroisse237 ». Cette interdiction du volontariat et du remplacement répondait à une idée simple excellemment formulée par André Corvisier : « Louis XIV et ses ministres pensaient fort justement qu’un milicien remplaçant ne constituait pas une recrue de plus car il aurait pu tout aussi bien s’engager dans les troupes réglées238. » Les dispositions officielles ne furent jamais strictement appliquées et, tout au long du xviiie siècle, les responsables provinciaux furent les premiers à fouler aux pieds leurs propres règlements, trop heureux de disposer du nombre prévu de miliciens. En 1711, 45 livres sont offertes à chaque milicien sur l’argent payé l’année précédente par les paroisses pour être dispensées de fournir des hommes et Ferrand, en contradiction avec son ordonnance de la même année, note à ce propos : « Cette voie peut facilitter le service à faire trouver des gens des paroisses qui s’offriront à servir volontairement239. » En 1780, le subdélégué nantais précise au sujet de la fourniture d’un milicien contre de l’argent que « ces arrangements ne sont pas permis mais seulement tolérés240 ». L’intendant et ses subalternes deviennent alors experts en casuistique !

  • 241 A. Bergerat, Histoire de Basse-Goulaine. Un village entre Loire et Goulaine, Ville de Basse-Goulai (...)
  • 242 ADLA, C 248, Mellier à Feydeau de Brou, 11 avril 1719.
  • 243 ADF, C 45, ordonnance imprimée, 24 décembre 1780.

128Il convient de distinguer les paroisses rurales, qui recouraient quelquefois au volontariat, des villes où cette pratique était plus habituelle, pour certains corps de métiers du moins. Il arrivait parfois qu’une communauté rurale engageât un milicien, chaque paroissien contribuant en fonction de ses moyens à la dépense. L’initiative venait, en général, des responsables paroissiaux qui n’hésitaient pas, le cas échéant, à utiliser leurs propres deniers, comme ceux de Basse-Goulaine en 1707 : voyant que l’emprunt de 50 livres pour l’achat d’un volontaire ne suffisait pas, ils avancèrent 15 livres pour son habillement241. Toutefois, l’intendance posait une condition : les volontaires devaient être originaires de la paroisse ou y avoir « demeure depuis un tems non suspect » et ceux les présentant devaient s’en porter garants242. La cause de la réticence des autorités était simple : il s’agissait d’éviter l’engagement de « billardeurs », quasi professionnels qui ne s’engageaient que pour toucher la prime et désertaient ensuite avant de joindre une autre troupe et ainsi de suite. François David appartenait probablement à cette catégorie : il s’engagea pour la paroisse Saint-Jean de Rennes puis il déserta rapidement pour joindre les Volontaires de Nassau qu’il quitta ensuite243.

  • 244 E. Pélaquier, « Le recrutement des milices provinciales en Languedoc au xviiie siècle. Première ap (...)
  • 245 SHAT, 2Yc 103.
  • 246 E. Pélaquier, op. cit., p. 62.

129Selon Elie Pélaquier, le volontariat était une pratique très courante en Languedoc puisque, pour le village de Saint-Victor-la-Coste au xviiie siècle, seuls deux miliciens sur dix-neuf identifiés étaient issus du sort244. Sans offrir une telle comparaison, les contrôles des bataillons de milice permettent au moins d’identifier l’origine des miliciens. Au sein du bataillon de Saint-Brieuc, en 1759, près de 59 % des miliciens servent pour leur paroisse natale et 28,5 % pour une paroisse située à moins de vingt kilomètres de leur lieu de naissance. Dans bien des cas, d’ailleurs, il s’agit de paroisses voisines : Plémy et Gausson, Grâce (Uzel) et Saint-Thélo, Collinée et Saint-Gouéno, dans la compagnie Dessalle245. Cela n’exclut pas que certains soient volontaires ou remplaçants mais, en tout cas, il s’agit très rarement d’inconnus ou d’étrangers. D’ailleurs, dans tout le bataillon, il n’existe qu’un seul non Breton ! À Saint-Victor-de-la-Coste, en Languedoc, huit miliciens étaient originaires du village et quatre de paroisses proches246, soit un total de 63 %, nettement inférieur à celui constaté pour le bataillon de Saint-Brieuc. Or, le village languedocien recrutait des volontaires en Avignon. En Bretagne, la grande proportion de natifs indique la marginalité de telles pratiques sans que l’on puisse assurément conclure sur l’importance du volontariat et du remplacement, faute de sources complémentaires.

  • 247 ADIV, C 2553, juillet et août 1691.

130De rares indications sur les tout premiers miliciens semblent confirmer un recrutement local. Des quittances de dix-huit paroisses du département de Moncontour évoquent les miliciens247. La plupart sont identifiés par leur nom et prénom, les patronymes paraissant bien du cru, de Julien Guézo à Jean Le Corre ou Yves Morin. En revanche, pour quelques-uns, on ne dispose que d’un surnom typiquement militaire : La Fleur, La Rose, La Bonté. Il s’agit sans doute ici de quelques volontaires engagés contre de l’argent, anciens soldats des troupes réglées pour la plupart. Leur faible nombre est patent.

  • 248 2Yc 103, 1759. Le choix de 1753 pour le rôle de la capitation semble raisonnable. ADIV, C 4100 (La (...)

131L’étude de l’origine sociale des miliciens demeure un champ d’investigations largement inviolé. En l’absence de sources locales précisant l’état du milicien ou de ses parents, le recours aux rôles de la capitation s’avère indispensable mais aléatoire. La première difficulté consiste à bien choisir l’année du rôle de la capitation. En effet, choisir une date proche de l’incorporation risque de ne pas donner de résultat si les parents du milicien sont décédés ou la mère remariée. Toutefois, jeter son dévolu sur une époque plus éloignée peut gommer une éventuelle chute de niveau social, due, par exemple, au décès du père. S’ajoutent à ces incertitudes les habituelles limites des rôles de la capitation (homonymies, omission d’une partie voire de la totalité des pauvres, absence du nom des domestiques et de nombreux compagnons). Il semblait quand même intéressant de tenter l’aventure à partir d’un échantillon de vingt-cinq miliciens de Guingamp et Lamballe248. Au total, le père de douze d’entre eux a été identifié avec quasi certitude. Les parents des miliciens sont, pour la plupart, des gens modestes : huit acquittent entre quinze sous et deux livres de capitation. Ils sont cordonnier, drapier, boucher, tisserand mais aussi journalier et laboureur. Cependant, à Lamballe, deux cotes ressortent de cet ensemble : celle de Mathurin Colas, débitant, vingt livres dix sols, et celle des enfants de Joseph Heurtault, vingt et une livres. Mathurin Colas fils dut donc très probablement tirer au sort malgré l’aisance de son père qui ne put ou ne voulut lui procurer ni exemption ni remplaçant. Quant à Pierre Heurtault, âgé de 17 ans en 1753, le décès prématuré de son père fragilisa probablement sa position. On ne peut donc assimiler les miliciens à la lie des villes ni aux plus déshérités d’autant plus qu’il ne se trouve dans les rôles de Lamballe et de Guingamp, qui mentionnent les pauvres, aucun père de milicien dans cette catégorie sociale. Par conséquent, ces miliciens étaient issus de milieux souvent humbles mais pas forcément miséreux, la milice ne différant pas fondamentalement dans sa composition sociale de l’armée réglée.

  • 249 ADLA, C 251, procès-verbal, 12 avril 1769.
  • 250 AMN, BB 99, 18 mars 1767.

132Au sein des communautés urbaines et, plus précisément des corps de métiers, la pratique du volontariat était d’une grande banalité. Elle se mit en place dès le moment où les villes durent contribuer, c’est-à-dire 1734. Toutefois, elle ne fut jamais systématique, le tirage au sort subsistant également, comme s’en rendirent compte les compagnons cordonniers de Nantes en 1769249. Les corporations renouvelaient donc périodiquement leurs requêtes pour en bénéficier. En mars 1767, par exemple, les rouliers, loueurs de chevaux, boisseliers et crocheteurs de Nantes sollicitent auprès de l’intendance la permission de fournir « des hommes de leur satisfaction, comme par le passé, chacun pour leur quotepart de la milice sans que leurs enfants, commis, garçons et compagnons soient obligés de tirer au sort en personne250 ». La municipalité les appuyait dans leur démarche, essentiellement pour des raisons d’ordre économique : il fallait ménager « les jeunes gens […] destinés tant au négoce qu’aux autres professions utiles honorables, ainsi que les garçons et compagnons des différents métiers de première et seconde nécessité, tant pour la subsistance des habitants que pour le service de la mer ».

  • 251 ADLA, C 251, supplique des mégissiers, 18 février 1734.
  • 252 Ibidem, contrat du 3 mai 1788.

133Certains métiers étant numériquement faibles, des regroupements s’avéraient inévitables et posaient quelquefois problème, en particulier lors de la répartition des frais d’engagement entre différents corps de métiers. C’est ainsi qu’en 1734 les mégissiers, gantiers et pelletiers de Nantes ont fourni un milicien pour 400 livres mais les mégissiers se plaignent de devoir 250 livres et réclament une répartition totalement équitable avec le corps des gantiers et pelletiers251. Ces contestations et désaccords faisaient partie du contexte général de dissensions graves au sein des corporations qui s’épuisaient dans des procès interminables. Les contributions expliquent qu’à l’instar des communautés rurales les volontaires issus du corps de métier sollicité étaient plébiscités. Ainsi, en 1788, les commis des négociants nantais se cotisent pour le paiement de 500 livres en cinq annuités en faveur de leur camarade Michel Mercy, originaire d’Angers et volontaire252.

  • 253 Y. Danard, A. Gautier, « La milice de l’Ancien Régime en Bretagne », RHA, 1996, n° 4, p. 120.
  • 254 ADLA, C 248, contrat du 26 avril 1719.

134Le remplacement différait quelque peu du volontariat car il intervenait après le tirage au sort et consistait en un accord entre celui désigné par le sort et celui acceptant de prendre sa place moyennant finance. La communauté, comme le corps de métier, n’était pas directement concernée par ce type de contrat, généralement officialisé par un notaire. C’est ainsi qu’en 1689 Pierre Michel, de la paroisse de Guégon, se fait remplacer par Gilles Ménory qu’il paie de ses propres deniers253. De même, en 1719, Nicolas Robert, né en Anjou mais résidant à Nantes depuis six ans, se propose pour servir à la place de Jean Potiron, désigné par le sort. Robert reçoit 60 livres (23 en acompte et le reste à son incorporation) et une paire de souliers, le contrat étant rédigé par un notaire et le remplaçant examiné par le subdélégué254. Ces deux hommes se connaissaient probablement, un milicien prenant rarement le risque de choisir un inconnu comme substituant.

  • 255 SHAT, 1M 1770, 15 juin 1735.

135Cette éventualité survenait cependant quelquefois. Une affaire arrivée à Rennes en 1735 en témoigne. Dans une lettre, le commissaire des guerres Houvet se plaint à d’Angervilliers de la conduite du sieur de Cherville, lieutenant au régiment de Rosnyvinen, qui a engagé des recrues et « en a vendu cinq aux particuliers cy après qui avoient eu le sort pour servir dans la milice pour leurs paroisses255 ». Les paroisses concernées sont pour la plupart proches de Rennes : la ville constituait donc un vivier de remplaçants. Les substitués déboursent chacun de 90 à 150 livres, pas en vain puisque Houvet agrée la transaction, sauf pour un remplaçant trop petit.

  • 256 ADIV, C 892, 18 février 1766.

136Prohibées par les ordonnances, les substitutions se pratiquèrent cependant tout au long du siècle, souvent avec l’aval des autorités. Le ministre s’en remettait sur ce point à l’intendant qui disposait d’une marge de manœuvre appréciable. Voici ce qu’écrit Choiseul à Flesselles : « Vous n’ignorez pas que les substitutions ont toujours été deffendues […]. Vous ne devez donc vous y prêter que dans les cas de grande considération, en faisant même apercevoir que vous prenez sur vous, ce qui donne un ton de douceur à votre opération256. » Le commissaire départi soignait donc sa popularité à bon compte.

Les aléas du service effectif de la milice

  • 257 A. Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France, op. cit., t. 2, p. 20.
  • 258 A. de Goué, op. cit., p. 46.
  • 259 Cité par A. Farge, Les fatigues de la guerre, Paris, Le Promeneur, 1996, p. 25.
  • 260 Sautai évoque l’exemple d’un régiment comptant, en 1690, 300 morts et autant de malades dans les h (...)

137L’établissement de la milice en 1688 répondant à une situation d’urgence, les premiers miliciens furent rapidement mis à pied d’œuvre, pas seulement, comme prévu à l’origine, pour garder les places fortes mais aussi pour combattre. La proportion d’incorporés dans les troupes réglées alla croissante jusqu’à atteindre son apogée pendant la guerre de Succession d’Espagne, près de la moitié d’entre eux étant alors intégrés à l’armée de ligne257. Ces miliciens combattirent, parfois durement : en 1693 quatre bataillons de milices bretonnes, commandés par Messieurs de Saulx et de Goësbriant, se distinguent à l’armée de Catinat258. En 1704, 1705 et 1706, les miliciens bretons sont incorporés dans les armées d’Espagne et d’Italie. Ces soldats inexpérimentés et for-més hâtivement payaient probablement un lourd tribut humain car à ceux tombés au combat, il faut ajouter les victimes de maladies, toujours importantes au sein des armées en campagne. Nul doute que les jeunes paysans bretons envoyés loin de chez eux prirent contact on ne peut plus brutalement avec la réalité de la guerre. Saint-Simon affirme, avec quelque exagération certainement, au sujet des miliciens de ces années : « Il est vrai qu’on les menait en Italie dont il n’est jamais revenu un seul259. » Au-delà d’une certaine rhétorique, on soupçonne en effet des pertes terribles et on imagine mal les survivants revenir au pays après plusieurs campagnes et une fois devenus des soldats quasi professionnels260.

  • 261 ADIV, C 1137, Le Blanc à de Brou, 9 octobre 1727.
  • 262 B. Deschard, « Les Grenadiers Royaux », dans L’armée au xviiie siècle, actes du colloque de 1996, (...)
  • 263 A. de Goué, op. cit., p. 47.
  • 264 ADIV, C 1141, état du 4 octobre 1756.

138Par la suite, à chaque conflit, les bataillons bretons furent mobilisés et souvent utilisés pour la garde des forteresses ou la protection des côtes. Les déplacements furent toutefois nombreux et quelquefois lointains. En 1719, le bataillon de Nantes garde la place de La Rochelle ; en 1727, il stationne autour de Dunkerque en compagnie des bataillons de Vannes, Redon, Saint-Brieuc et Carhaix261. Des miliciens bretons combattirent en Bohême en 1743 et l’un d’entre eux, du bataillon de Carhaix, s’illustra même par une évasion spectaculaire suivie d’un long périple en territoire ennemi262. En 1748, les miliciens des bataillons de Nantes, Rennes et Redon participent activement aux combats dans les Flandres, se distinguant notamment lors de la prise de Berg-op-Zoom263. Enfin, en 1756, les compagnies du bataillon de Nantes sont dispersées autour de Saint-Pol-de-Léon, affectées à la surveillance et à la défense des côtes264. Quant à la pratique du prélèvement de miliciens pour les incorporer dans les troupes réglées, elle ne disparaît pas totalement puisqu’en 1735 on prend 48 hommes dans chaque bataillon pour servir à l’armée d’Italie.

  • 265 Ibidem, état de mai 1758.

139Ce furent rarement des bataillons bretons qui protégèrent la province et, même quand ce fut le cas, chaque bataillon ne séjourna pas dans son secteur de recrutement. Ainsi, en 1756, le bataillon de Nantes stationne aux alentours de Saint-Pol-de-Léon alors que la côte du comté nantais est défendue par le bataillon de Dinan, en quartiers au Croisic. De même, en 1758, ce sont des bataillons poitevins et aquitains qui gardent les côtes bretonnes alors que la plupart des bataillons bretons sont hors de la province265. La volonté de faire bouger la milice provinciale était patente et répondait d’abord à des impératifs stratégiques, considérant qu’une troupe avait un comportement plus « militaire », une discipline plus affirmée si elle servait loin de chez elle, évitant ainsi toute considération personnelle, affective ou matérielle. Peut-être s’agissait-il aussi de bien montrer à ces troupes qu’elles différaient, par leur nature même, des milices garde-côtes.

  • 266 B. Deschard, op. cit., p. 11-17.
  • 267 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 462.

140Le service effectif était encore plus important au sein des grenadiers royaux et provinciaux, véritable élite de la milice. L’ordonnance du 15 septembre 1744 créa dans chaque bataillon de milice une compagnie de grenadiers choisis de préférence parmi les miliciens venant de faire campagne dans les troupes réglées. Pour ces hommes, l’exercice était régulier et l’enrégimentement durant les conflits inévitable, comme pendant la guerre de Sept Ans266. Même pour de simples miliciens, l’incorporation pouvait déboucher sur une véritable carrière militaire. Ainsi, parmi les miliciens incorporés en 1734-1735 dans Chartres infanterie, 232 restent ensuite au corps et souscrivent des engagements dont un bon nombre de Bretons267. L’incorporation était par conséquent un tremplin possible vers une authentique carrière militaire, et de ce fait, un moyen de recrutement pour l’armée réglée.

Les difficultés du recrutement volontaire pour l’armée réglée

  • 268 BN, NAF 371, mémoire du marquis de Langeron, 1780.

141Les corps de troupes levés majoritairement en Bretagne s’attirèrent plusieurs fois les remarques élogieuses d’observateurs louant leur comportement, leur robustesse et leur frugalité268. Toutefois, en dépit des qualités reconnues aux soldats bretons, la province ne constituait pas un espace privilégié de recrutement, loin s’en faut. Cette contradiction apparente mérite assurément des explications. Y répondre nécessite d’éclairer les mécanismes et la géographie du recrutement de l’armée réglée en Bretagne, afin de discerner d’éventuels caractères spécifiques. Il importe également de préciser la méthode employée, les chercheurs n’ayant jusqu’à présent abordé le recrutement que d’un point de vue global ou, au contraire, local, mais jamais à l’échelle d’une province.

Le faible recrutement de l’armée réglée en Bretagne

  • 269 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 415-417 et cartes p. 430.

142Depuis les travaux fondateurs d’André Corvisier, basés sur l’examen attentif des contrôles de troupe, on dispose de données chiffrées précises sur l’origine géographique des soldats des armées de Louis XV et Louis XVI. Une constatation s’impose : en leur sein, les Bretons sont rares. En 1716, on compte 171 soldats pour 100000 habitants en Bretagne, beaucoup moins qu’en Alsace (494), en Champagne (831), en Flandre (845) ou en Franche-Comté (1198)269. La Bretagne est bien la province qui fournit le moins de recrues à l’armée réglée. Qui plus est, on assiste à une baisse régulière au cours du siècle : 136 hommes pour 100 000 habitants en 1763, 126 en 1789. Dans le même temps, l’augmentation est sensible en ce qui concerne les provinces du Nord et de l’Est de la France. Ces constatations sont encore plus vraies pour la cavalerie, la proportion de cavaliers par rapport à la population étant tout à fait dérisoire : 13 pour 100 000 contre 47 pour le Poitou, 174 pour la Champagne et 221 pour l’Alsace (en 1716). Toutefois, on constate une certaine stabilité au cours du xviiie siècle (16 pour 100 000 en 1789).

  • 270 Juge, colonel, « Un corps de troupes sous Louis XV : le chevalier de Kermellec et le régiment des (...)
  • 271 SHAT, A1 3188, 27 octobre 1746.

143L’exemple des Volontaires-Bretons mis sur pied par le chevalier de Kermellec en 1747 illustre les difficultés du recrutement en Bretagne. Malgré la présence en son sein de nombreux officiers originaires de la province, le recrutement n’est effectué que très partiellement en Bretagne. Quelques officiers allemands drainent ainsi un nombre important de recrues originaires de la région rhénane270. Certainement conscient des difficultés de lever plusieurs centaines d’hommes en Bretagne, le chevalier de Kermellec, après avoir envisagé de recruter prioritairement des déserteurs qui bénéficieraient d’une amnistie, sollicita aussi de pouvoir prélever 50 volontaires dans chaque bataillon de milice de Bretagne271.

  • 272 SHAT, 1M 1770.
  • 273 Des Pommelles, Observations sur le recrutement et l’emplacement de l’armée active par cantons ou d (...)

144Les contemporains prirent progressivement conscience que toutes les provinces du royaume ne fournissaient pas des recrues pour l’armée de terre dans des proportions identiques. Un souci croissant de compréhension et de rationalisation conduisit à mener des études chiffrées sur le sujet. Un état conservé à Vincennes et dressé dans les années 1780 s’intitule « État des hommes de chaque généralité qui servent dans chaque régiment de l’armée » ; il distingue avec beaucoup de précision l’infanterie, l’infanterie légère, l’artillerie, la cavalerie, les dragons et les chasseurs et se base sur les contrôles de troupes272. À partir de ce type de recherche, le chevalier Des Pommelles élabora ses réflexions, publiées en 1789 ; elles débouchèrent ensuite sur un débat à la Constituante pour savoir s’il convenait ou non d’attribuer un contingent de recrues à chaque département. Des Pommelles perçut bien l’importance des provinces du Nord dans le recrutement de l’armée réglée : « Parmi les seize généralités du nord, on en trouve beaucoup dont le contingent fourni à l’armée par les enrôlemens volontaires est en dessous du centième de la population273. » En revanche, jamais il ne souligne, dans son petit opuscule, la particularité de la Bretagne, le faible nombre de soldats bretons ne le surprenant peut-être pas au point qu’il juge inutile d’en souffler mot.

  • 274 ADIV, C 69, 6 novembre 1761.

145Par ailleurs, on ne dispose guère de témoignage des autorités provinciales quant au faible recrutement de l’armée réglée en Bretagne. Seule une lettre du subdélégué général Védier à Choiseul relève que « l’opération des recrües n’a point encore eu assés de succès en Bretagne depuis qu’elle y a été renouvellée, pour qu’on y puisse trouver une ressource274 ». Il est vrai, cependant, que le système des recrues provinciales ne donna guère satisfaction dans l’ensemble du royaume et plusieurs intendants se lamentèrent sur le peu de succès du procédé.

  • 275 SHAT, A1 1896, 8 avril 1705.

146Les officiers en recrue, en revanche, ne pouvaient ignorer le problème. Une lettre du sieur Morain, lieutenant-colonel du régiment de Lassay, illustre bien les difficultés du recrutement de l’armée réglée. Il affirme : « Je suis assez heureux pour avoir fait vingt-quatre bons hommes [de recrue] » ; « Je suis peut être le seul dans la province qui ait aussy bien réussi275. » Outre la pénurie criante de soldats due à la guerre de Succession d’Espagne, il faut incriminer ici la concurrence de la milice, l’intendant, soucieux de fournir le contingent fixé par Versailles, faisant beaucoup de difficultés pour accepter les recrues engagés après le 20 octobre.

Éléments d’explication et hypothèses : la mer, les déficiences physiques et la culture

  • 276 Des Pommelles, op. cit., p. 6.

147L’explication « naturaliste » l’emportait à la fin de l’Ancien Régime, dans le droit fil des philosophes fondant les caractères des différents peuples sur le climat et le milieu naturel. L’état conservé à Vincennes classe les généralités non par ordre alphabétique, mais suivant leur latitude, progressant du nord vers le sud. Cela préjuge d’une hypothèse explicative que l’étude chiffrée cherche à mettre en évidence. En effet, le chevalier Des Pommelles attribue un rôle essentiel au climat, la continentalité, étant, selon ses conclusions, particulièrement propice aux engagements. Toutefois, il reconnaît volontiers l’influence d’autres facteurs, le goût pour le service militaire tenant aussi « à l’éducation, à l’habitude, aux circonstances et aux préjugés de chaque pays, au séjour des troupes276 ». Il signale également que les hommes sont plus grands et vigoureux dans le Nord du royaume.

  • 277 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 272.

148Les auteurs du xxe siècle, quant à eux, privilégient souvent le caractère maritime de la province. Sans conteste, nombreux étaient les marins en Bretagne, tous concernés par le système des classes institué par Colbert. Si les circonstances pressantes de la guerre de Succession d’Espagne conduisirent à incorporer dans l’armée de terre des garçons classés, les ordonnances postérieures interdirent ce genre de pratique277. Il en fut de même pour les miliciens garde-côtes. Or, comme les espaces côtiers étaient, dès cette époque, les plus densément peuplés de la province, une part importante des jeunes Bretons n’étaient pas recrutables, même s’il ne faut nourrir aucune illusion sur l’application stricte des règlements. On peut donc parler, concernant la Bretagne, d’une sorte de « glacis côtier » largement imperméable au recrutement de l’armée réglée. Il paraît néanmoins nécessaire de vérifier cette hypothèse séduisante et logique à l’aide des contrôles de troupes.

  • 278 G. Minois, op. cit., p. 653.
  • 279 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 2, p. 639.
  • 280 SHAT, 1 Yc 575.

149Ne négligeons pas, d’autre part, les facteurs physiques, autrement dit la petite taille des Bretons. Cette situation n’était pas tant imputable à d’éventuelles particularités génétiques qu’à une alimentation particulièrement déficiente, la province connaissant une situation économique et sociale très difficile dans la seconde moitié du xviiie siècle. Les études statistiques de la première moitié du xixe siècle confirment cette triste réalité : parmi les conscrits bretons de 1819 à 1826, 27 % ont une taille inférieure à 1,57 mètre et les cas de boiterie, rachitisme et idiotisme sont fréquents, classant les départements bretons en queue de peloton des départements français en ce qui concerne la taille comme la situation sanitaire278. Or, les critères pour l’armée réglée étaient plus draconiens que pour la milice : les ordonnances de Choiseul, qui consacraient un usage établi, exigeaient une taille minimale de cinq pieds deux pouces pour l’infanterie et de cinq pieds quatre pouces pour la cavalerie279. Certes, là encore, les règlements officiels ou conventions tacites n’étaient pas forcément appliqués. Les recrues de la compagnie de Kerlaud (régiment de Montboissier), levée en 1746 à Vannes, dépassent rarement 5 pieds 1 pouce, plusieurs mesurant même moins de 5 pieds, taille qui les aurait exemptés de la milice provinciale280. Il n’en reste pas moins vrai que le prestige d’un officier tenait en partie à la taille et à la physionomie des hommes qu’il recrutait. La Bretagne ne pouvait donc constituer une région de recrutement prioritaire pour un officier à moins de n’avoir d’autre possibilité ou, simplement, d’être… breton !

150Par ailleurs, il convient de ne pas sous-estimer les facteurs culturels. En effet, la Bretagne présentait encore des particularismes culturels forts au xviiie siècle, surtout dans sa partie occidentale. Les terres s’étendant à l’ouest d’une ligne irrégulière joignant Plouha (au nord) à la presqu’île guérandaise (au sud) étaient le domaine de la langue bretonne. C’était la langue unique des campagnes, même si les élites rurales voire certains paysans connaissaient le français. Seules les villes constituaient des îlots francophones, et encore pas dans leur totalité. Pour un paysan bas-breton, l’engagement dans l’armée réglée était encore plus une rupture que pour beaucoup d’autres Français car la séparation d’avec la communauté, peut-être définitive, s’accompagnait de l’immersion dans un univers linguistique différent. L’examen attentif des contrôles de troupes doit permettre de se faire une idée de la proportion respective des Hauts et des Bas-Bretons dans l’armée réglée.

151Des Pommelles évoquait aussi comme facteur important le séjour des troupes. Plus elles demeuraient longtemps en quartiers, plus elles avaient le loisir de faire des recrues.

  • 281 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 443.

152La répétition des séjours pouvait influencer les jeunes gens et susciter ainsi des vocations militaires. À propos de la généralité de Caen, André Corvisier affirme qu’elle est devenue au xviiie siècle une province militaire car « maintenue en alerte par la crainte de la “descente anglaise” [elle] a vu de fréquents rassemblements de troupes 281 ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que les mêmes causes ne produisirent pas les mêmes effets en Bretagne ! Il semble quand même intéressant d’examiner si les troupes en quartiers en Bretagne y faisaient des recrues.

  • 282 Ibidem, p. 446.

153Concernant la baisse au cours du siècle du nombre de Bretons présents dans l’armée réglée, le poids des miliciens incorporés et qui, pour beaucoup, se rengageaient ensuite, peut constituer une explication plausible. En effet, si la proportion de soldats bretons est maximale en 1716, ce peut être dû aux nombreuses incorporations pendant la guerre de Succession d’Espagne, la Bretagne étant alors particulièrement concernée282. Par la suite, les incorporations et engagements de miliciens furent moins fréquents.

L’exploitation des contrôles de troupes : une nécessaire méthodologie

  • 283 SHAT, 1Yc 657 et 658, 1M 1770.
  • 284 SHAT, 1M 1770.
  • 285 ADIV, C 65, l’intendant à Crémilles, 3 juin 1759.
  • 286 J.-P. Bois, Maurice de Saxe, Paris, Fayard, 1993, p. 433.
  • 287 SHAT, 7Yc 40 (Saxe), 1Yc 575 (Montboissier), 1Yc 482 (La Tour-du-Pin).
  • 288 SHAT, 7Yc 26.

154Il n’est pas envisageable de compulser tous les contrôles de troupes. Néanmoins, un sondage judicieusement choisi peut s’avérer fiable. Soulignons d’abord la nécessité d’étudier des troupes au sein desquelles le nombre de Bretons est significatif. Ce n’est pas évident car peu de Bretons figuraient dans l’armée d’où un risque important de dispersion. Une autre difficulté réside dans le fait que les régiments n’avaient plus, au xviiie siècle, un recrutement strictement provincial et qu’il serait trompeur de se fier à leur nom ; Bretagne infanterie, par exemple, comportait très peu de Bretons. Il existait parfois, cependant, un recrutement préférentiel effectué dans une ou quelques provinces. C’était le cas, notamment, de Penthièvre infanterie. En 1763, ce régiment compte 256 Bretons, soit un quart de son effectif, mais moins de 100 en 1776 et 157 en 1789, donc toujours au moins 9 à 10 % sur la période considérée283. De même, Rohan infanterie compte, en 1789, 126 Bretons284. Le régiment des Volontaires-Bretons, levé en 1747 par le chevalier de Kermellec, était aussi certainement marqué par un caractère breton affirmé mais ses contrôles ont malheureusement disparu… Cette connotation régionale n’échappait pas aux contemporains, comme l’illustre le fait qu’en 1759 un déserteur de la milice, amnistié à condition de s’engager pour six ans dans la troupe de son choix, jette son dévolu sur Penthièvre infanterie : il est vrai qu’il pouvait y avoir des connaissances ou de la famille285. En outre, si le pourcentage de Bretons dans un régiment ou un bataillon ne dépasse qu’exceptionnellement 10 %, certaines compagnies peuvent être constituées majoritairement de Bretons. Jean-Pierre Bois signale ainsi la présence d’un fort contingent breton dans deux compagnies de Saxe-Volontaires286. La 5e brigade (compagnie de Chollet) compte 85 % de Bretons ; ils sont aussi 80 % dans la compagnie de Kerlaud (ou Kerleau) du régiment de Montboissier en 1746, 79,2 % dans la compagnie de La Bourdonnaye du régiment de La Tour-du-Pin en 1748 et 72 % dans la compagnie Du Halgouët du même régiment287. C’est moins flagrant pour la cavalerie et les dragons : un tiers de Bretons dans la compagnie de Penhoët de Monteclerc dragons en 1763288.

  • 289 Ce travail est possible grâce au répertoire établi par André Corvisier, Les contrôles de troupes d (...)
  • 290 C. de Calan, « Les colonels bretons dans l’armée française de 1491 à 1789 », MSHAB, 1932, t. 13, p (...)

155Le meilleur moyen pour trouver des compagnies susceptibles de contenir un nombre significatif de Bretons est de sélectionner un certain nombre d’officiers dont le patronyme ne laisse pas de doute puis de consulter les registres des troupes dont ils avaient le commandement289. Certes, il faut tenir compte du risque d’une surreprésentation des Bas-Bretons (patronymes commençant par « Ker ») mais le choix d’officiers hauts-bretons appartenant à des familles connues et bien identifiées contribue au rééquilibrage. La liste des colonels bretons établie par le comte de Calan fournit aussi d’utiles indications sur les régiments susceptibles de compter une proportion notable de Bretons et confirme bien la prééminence de Penthièvre infanterie290. Sauf exception, seuls les régiments avec au moins deux officiers bretons ont été retenus, ce qui a conduit à sélectionner une douzaine de corps de troupes, en essayant de laisser une place à la cavalerie et aux dragons, même si l’infanterie l’emporte largement.

  • 291 SHAT, 1Yc 21.
  • 292 SHAT, 1Yc 1055.

156La personnalité du colonel ou l’influence locale de certains capitaines jouaient un rôle décisif dans l’attractivité du corps. Que changent ces officiers, que le colonel vende son régiment et le caractère régional de ce dernier peut vite s’effacer. Par exemple, le régiment d’Angoumois comprend en 1729 une compagnie de Kermellec avec 12 Bretons291. En revanche, à partir du moment où le chevalier de Kermellec change de régiment, on ne rencontre dans cette troupe pratiquement plus aucun Breton (contrôle de 1748). Lorsque ce même chevalier de Kermellec, fondateur et colonel des Volontaires-Bretons, meurt le 30 octobre 1747, son régiment est incorporé aux Volontaires de Flandres. Si quelques officiers bretons (Boisgelin, Kerseau) entretiennent la flamme, on remarque néanmoins qu’il y a très peu de Bretons engagés après 1748 et que passé 1755, ils sont très rares au sein de cette troupe292.

  • 293 SHAT, 3Yc 215.
  • 294 SHAT, 1Yc 235, 1764.

157Les contrôles de troupes permettent de déterminer l’origine géographique des recrues puisque leur paroisse de naissance est indiquée. En revanche, le lieu de recrutement ne l’est pratiquement jamais, à l’exception parfois des Gardes françaises et du régiment de La Reine cavalerie en 1716293. Signalons quand même qu’un contrôle du régiment des recrues de Rennes destinées au régiment de Cambrésis précise assez souvent (mais pas systématiquement) le lieu d’engagement294. S’il faut tenir compte d’éventuels déplacements, la paroisse d’origine permet néanmoins de dresser une géographie du recrutement.

  • 295 SHAT, 1Yc 575, régiment de Montboissier, compagnie de Kerlaud.
  • 296 SHAT, 7 Yc 40 (1747), 1 Yc 656 (1744), 1 Yc 482 (1748).
  • 297 Voir notamment la 6e brigade de Saxe-Volontaires et la compagnie du Halgouët du régiment de la Tou (...)

158Les principales limites se situent ailleurs et sont inhérentes à la lecture des contrôles de troupes. Le problème de la transcription du nom de la paroisse d’origine par un officier étranger à la province et peu au fait du patois ou de la langue locale peut s’avérer difficilement surmontable. La Haute-Bretagne réserve quelquefois des surprises, la prononciation locale transformant parfois le suffixe « éac » commun à nombre de paroisses en « ia » d’où « Loudia » pour Loudéac295. Pour les paroisses de Basse-Bretagne, c’est encore pire, en particulier lorsque la recrue donne le nom de son lieu de naissance en breton. Il est parfois retranscrit tel quel et assez fidèlement : on trouve ainsi « Plaga » (pour Plouagat, Plagad en breton) dans la 6e brigade de Saxe-Volontaires et dans la compagnie de Crénan de Penthièvre infanterie296. Pour certaines paroisses, c’est même presque toujours le nom breton qui s’impose : pas de Ploubezre dans les contrôles mais des « Ploubert » (breton Ploubêr)297.

  • 298 A. Corvisier, Les contrôles de troupes de l’Ancien Régime…, op. cit., t. 1, p. 70.
  • 299 SHAT, 1Yc 1055.

159Lorsque le recrutement est de type local, la délimitation approximative de la zone de recrutement permet de redonner leur véritable nom à certaines paroisses : le mystérieux Gymber devient alors Quemper (Guézennec). Quelquefois, le nom cité ne correspond pas à une paroisse mais simplement à une trêve voire à un modeste hameau, quand il ne s’agit pas d’une ferme. C’est certainement le cas de La Ville Orpheuvre, dans l’évêché de Saint-Malo, dont est originaire Michel Lemé, engagé dans Penthièvre infanterie en 1736. Si des références plus précises font défaut, l’identification s’avère souvent aléatoire. Enfin, n’oublions pas non plus les homonymes qui n’autorisent pas toujours à trancher, vu le caractère fluctuant de l’orthographe. Il existe ainsi plusieurs Saint-Aubin en Bretagne, tout comme des Bazouges et Noyal. De même, Broons peut correspondre au fief de Du Guesclin mais aussi à un petit village situé à l’Est de Rennes, sur les bords de la Vilaine. Il en résulte que certaines paroisses ne sont pas identifiées à coup sûr voire pas du tout, si bien qu’il vaut mieux alors, dans le doute, s’abstenir, suivant le célèbre adage. On peut certes abonder dans le sens d’André Corvisier lorsqu’il estime que « le nombre de soldats français pour lesquels l’indication du lieu de naissance serait insuffisante n’excède pas 10 % » mais ponctuellement, pour une compagnie par exemple, ce peut être plus298. Dans la compagnie de Saint-Pons de Volontaires de Flandres (1749), la paroisse de naissance d’un tiers des recrues (4 sur 12) n’est pas identifiée avec certitude299.

160On peut par conséquent toucher, à travers la source sérielle que constituent les contrôles des troupes d’Ancien Régime, les réalités les plus tangibles du recrutement, et d’abord tenter d’en dresser la géographie.

Les recrues bretonnes : des Hauts-Bretons de l’intérieur, souvent urbains

161Tous les spécialistes s’accordent pour estimer que la Bretagne côtière fournissait d’abord la marine et beaucoup moins l’armée de terre. Une estimation de ce phénomène est-elle possible ? La limite la plus significative est bien celle des deux lieues côtières puisqu’elle servait à déterminer la frontière entre la milice de terre et la milice garde-côtes. Toutefois, l’influence de la mer se faisait sentir au-delà : les garçons classés étaient nombreux à Nantes et dans les paroisses de la Basse Loire, comme dans les ports fluviaux de Quimper et Dinan notamment. Se limiter aux deux lieues constitue donc une définition minimale de la zone d’influence de la marine.

  • 300 SHAT, Yb 58.
  • 301 SHAT, A1 2347, lettre de Ferrand, 3 février 1711.

162Il y a bien sous-représentation de ces espaces côtiers parmi les Bretons des troupes réglées : sur un échantillon de près de 500 hommes d’infanterie, les natifs de la bande littorale sont seulement 52 soit 10,8 % du total, ce qui est faible eu égard à la nombreuse population côtière. Les résultats sont quelque peu différents en ce qui concerne la cavalerie et les dragons puisque, sur trois régiments, on en arrive à une proportion de 18,3 % avec d’ailleurs des variations sensibles (27,3 % pour Monteclerc dragons en 1763 mais seulement 9,5 % pour Durfort cavalerie en 1730). Ce pourcentage plus élevé pour la cavalerie et les dragons s’explique peut-être par le fait que des hommes qui n’entreraient pas dans l’infanterie s’y engagent, attirés par une prime d’engagement plus élevée et le prestige supérieur de ces corps. Une proportion de 22,2 % de « côtiers » parmi les engagés bretons dans les Gardes françaises de 1783 à 1787 pourrait confirmer cette hypothèse, même si un certain nombre de ces engagés l’ont été à Paris300. Au sein des troupes plus prestigieuses, la répartition géographique des Bretons correspondrait donc mieux à la répartition de la population dans la province. La prudence reste toutefois de mise vu la faiblesse de l’échantillon considéré (60 Bretons pour les trois régiments de cavalerie et de dragons). Le subterfuge utilisé en 1711 par des officiers d’infanterie à Rennes illustre l’attirance supérieure de la cavalerie : pour engager des garçons de belle taille, ils font battre la caisse pour la cavalerie, « ce qui empêche les officiers de ce dernier corps de faire les recruës dont ils sont chargéz301 ». En tout état de cause, le système des classes de la marine limitait nettement les possibilités de recrutement dans les paroisses côtières dont les jeunes gens, quitte à servir, préféraient probablement la marine à l’armée, conscients de contribuer plus directement ainsi à la défense de leur « pays », en butte aux descentes anglaises.

  • 302 SHAT, 1Yc 657.
  • 303 SHAT, 7Yc 40.
  • 304 SHAT, 1Yc 575.
  • 305 Les troupes concernées sont Durfort cavalerie (1730), Ancenis cavalerie (1746) et Monteclerc drago (...)

163Par ailleurs, un fait assez précis se fait jour : dans l’ensemble, les Hauts-Bretons sont beaucoup plus nombreux que les Bas-Bretons. C’est particulièrement vrai au sein du régiment de Penthièvre. Ainsi, en 1749, les Bas-Bretons ne représentent que 17,2 % de l’ensemble des recrues provinciales du régiment et encore cette proportion est-elle en augmentation par rapport à 1744 (6 % de Bas-Bretons !)302. C’est seulement au sein de certaines compagnies que les Bas-Bretons sont plus nombreux et quelquefois l’emportent même sur les Hauts-Bretons. Ils représentent par exemple 37 % des Bretons de la 5e brigade de Saxe-Volontaires et 56,25 % de la 6e brigade en 1747303. Quant à la compagnie de Kerlaud du régiment de Montboissier, non seulement les Bretons y sont majoritaires mais il s’agit de Bas-Bretons à 75 %304. En ce qui concerne la cavalerie et les dragons, les Bas-Bretons semblent plus nombreux, représentant 39,3 % d’un échantillon de 89 hommes305.

164Sur un échantillon s’étalant de 1730 aux années 1780 mais centré sur la période 1740-1760, les Bas-Bretons représentent 27,8 % de l’effectif total des Bretons alors que la Basse-Bretagne regroupe 45 % de la population de la province. Si l’on reprend la proportion fournie par A. Corvisier de 136 soldats pour 100 000 habitants en 1763, en appliquant le coefficient trouvé, on arrive à 84 soldats pour 100000 habitants en Basse-Bretagne et à 179 pour 100 000 en Haute-Bretagne. Le coefficient de la Haute-Bretagne se rapproche alors de ceux d’autres provinces de l’Ouest, principalement la généralité de La Rochelle(172 soldats pour 100 000 habitants) et, dans une moindre mesure, le Poitou (263 pour 100 000) et l’Anjou (274 pour 100 000). Le fossé principal se situe donc autant entre Haute et Basse-Bretagne qu’entre la Bretagne et les provinces voisines.

  • 306 Hypothèse formulée par David Olier mais jamais confirmée. D. Olier, Les officiers bretons de l’arm (...)
  • 307 A. Corvisier, « Les officiers retirés en Bretagne au milieu du xviiie siècle », Actes du 103e CNSS(...)

165Une telle distorsion entre la représentation de la Bretagne bretonnante et du pays gallo s’explique par un faisceau de facteurs complémentaires. Le premier, c’est l’hypothèse vraisemblable selon laquelle la Basse-Bretagne est plus tournée vers la mer, l’attraction des ports militaires de Brest, Lorient et Port-Louis jouant certainement. On peut aussi proposer comme explication la présence au sein des armées d’un plus grand nombre d’officiers originaires de Haute-Bretagne306. Or, l’étude menée par André Corvisier à partir de la liste des officiers retirés en Bretagne en 1758 ne met aucunement en évidence une opposition entre les deux Bretagne : les différences sensibles parfois constatées le sont entre les évêchés307. On note tout juste une légère sur-représentation de la Haute-Bretagne, qui regroupe 59,2 % des officiers retirés alors qu’elle représente environ 55 % de la population de la province. Il ne s’agit donc pas d’un facteur décisif.

  • 308 G. Minois, op. cit., p. 570.

166Le plus important semble bien la barrière de la langue et de la culture. On constate en effet à la lecture des contrôles de troupes que les Bas-Bretons s’engagent souvent en groupe, probablement auprès d’officiers connus et bretonnants. Quant à ceux s’enrôlant individuellement ou par deux dans des troupes dépourvues de réelle identité bretonne, gageons qu’ils sont pour la plupart francophones. Une étude menée pour le Trégor au xviiie siècle montre qu’une écrasante majorité de soldats et d’anciens soldats pratiquent couramment la langue française308. Toutefois, certains l’ont peut-être apprise à l’armée…

167Le nom de la paroisse natale figure parfois en breton dans les contrôles mais, s’il apparaît certain que des recrues de Basse-Bretagne indiquaient le nom de leur paroisse d’origine en breton, cela ne préjuge pas forcément de leur non maîtrise de la langue française. Un engagé peut ne pas connaître le nom francisé de son village tout en comprenant le français et vice versa. Ainsi, dans la compagnie de Kergu du régiment de Rohan infanterie, Mathurin Bauné est dit natif d’un « Moustoerlo » inconnu. On peut y reconnaître la paroisse de Moustoer-Logunec’h (Moustoir-Ac en version francisée), le scribe ayant probablement renoncé à transcrire ce nom dans sa totalité, trop heureux d’en avoir attrapé au vol les premières syllabes. Tout donne l’impression, en outre, qu’une partie des Bas-Bretons de Saxe-Volontaires donnent le nom de leur paroisse en français, sans forcément se faire comprendre d’où « Treillé » ou « Treyes » pour Tréguier (sans confusion possible avec le breton Landreger), « Gingis » pour Guingamp (breton Gwengamp), etc.

  • 309 ADIV, 8 B 558, Joseph Sanguelin et Antoine Fabre, 3 juin 1780.

168Les remarques précédentes sont probablement valables pour d’autres régions de France quand la langue communément parlée était très différente du français. L’Alsace n’entrait pas dans cette catégorie car, province frontière proche des zones de combats, elle possédait une longue tradition de pourvoyeuse de soldats, et, d’autre part, beaucoup d’Alsaciens servaient dans des régiments allemands où la langue usuelle était germanique. Si on ne possède pas de témoignage de Bas-Breton au sujet des difficultés de communication, les déclarations d’un déserteur alsacien arrêté en Bretagne sont éclairantes. Joseph Sanguelin expliqua sa désertion par le fait qu’il « essuyoit trop de mécontentement et trop de duretés attendu qu’il ne peut parler ni ne comprend la langue française et qu’il ne se trouvoit qu’avec des hommes qui ne parloient que français309 ».

  • 310 F. Broudic, La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995, p. 261-262.
  • 311 A. Babeau, La vie militaire sous l’Ancien Régime, Paris, 1890, t. 1, p. 309.

169Par ailleurs, à l’exception des compagnies à forte identité bretonne, les recrues de Basse-Bretagne provenaient de façon préférentielle de certaines zones : d’une part, les villes, dans une proportion plus forte que tous les Bretons en général ; d’autre part, le Vannetais ainsi que les paroisses proches de la frontière linguistique avec le pays gallo Or, toutes ces régions étaient davantage francophones que le reste de la Basse-Bretagne : les deux tiers des urbains parlaient français, la proportion tombant à moins de 10 % pour les paysans, à l’exception du diocèse de Vannes, plus francophone310. Pour les régiments de Penthièvre et de La Tour-du-Pin, qui présentaient les plus forts contingents de Bretons, une proportion importante des recrues de Basse-Bretagne venaient des zones plus francisées évoquées précédemment : 72,5 % pour La Tour-du-Pin, 70,5 % pour Penthièvre en 1749 et 66 % pour le même régiment en 1776, donc, à chaque fois une proportion variant entre les deux tiers et les trois quarts. En outre, les ruraux ne venant ni du Vannetais ni de la zone proche de la frontière linguistique étaient parfois originaires d’une paroisse périurbaine (plusieurs cas à proximité de Quimper, Lannion ou Morlaix, notamment). Précisons enfin que certains ruraux avaient pu émigrer en ville et y acquérir un vernis français. A contrario, on imagine mal des bretonnants s’engager dans une troupe composée de francophones, à moins de disposer d’un jugement personnel limité, comme ces deux Bas-Bretons de Royal-Roussillon en 1779 « à qui on n’avait pu faire entendre un mot de français, ni faire faire aucun service311 ».

Figure 8 : Pourcentage des recrues nées en ville parmi les Hauts et Bas-Bretons.

Un recrutement urbain prépondérant

  • 312 SHAT, 3Yc 215.
  • 313 SHAT, Yb 58.
  • 314 J. Chagniot, Paris et l’armée au xviiie siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 1985 (...)
  • 315 Ibidem, p. 329 (tableau).

170Une meilleure compréhension des divers processus de fourniture d’hommes à l’armée réglée nécessite de connaître les lieux de recrutement, que les contrôles de troupes précisent rarement. Tous les soldats bretons n’étaient pas recrutés en Bretagne, loin de là. Des Bretons migraient vers Paris ou d’autres provinces. Dans le régiment de La Reine cavalerie, sur quatre Bretons, un seul est engagé dans la province (à Lannion en 1703) alors que les autres le sont en Alsace (en 1711 et 1716) et en Provence (en 1715)312. De même, la majorité des Bretons engagés dans les années 1780 dans les Gardes françaises le sont à Paris, qu’ils y soient déjà établis (le Rennais Jean-Louis Ameline loge en 1786 près de la caserne de l’Estrapade, le Nantais Jean Dupont rue Mouffetard en 1784) ou arrivés depuis peu (Toussaint Guégan, de Trégomeur, loge dans une auberge rue du Faubourg-Saint-Laurent en 1784)313. Ces quelques exemples s’accordent parfaitement avec l’affirmation de Jean Chagniot qui parle pour Paris d’une « écrasante prééminence » dans le recrutement314. Or, la plupart des engagés à Paris étaient des provinciaux de naissance, la proportion atteignant même un maxima pour les Gardes françaises de 1785 à 1789 avec plus de 86 %. Cependant, là encore, les Bretons s’engageaient en petit nombre, par exemple dans le régiment de recrues de Paris entre 1763 et 1771315. Cependant, plus qu’une vocation militaire peu affirmée, cela traduit surtout la faiblesse de l’immigration bretonne à Paris au xviiie siècle.

171Les constatations précédentes tendraient à montrer une grande faiblesse du recrutement en Bretagne mais il convient de nuancer cette impression car des non Bretons y étaient aussi recrutés. Ce qui frappe, d’abord, c’est l’attraction des villes et surtout des deux grandes villes de la province, Nantes et Rennes. Au sein du régiment de recrues de Rennes en 1764, sur 57 engagés dans la province, 34 (respectivement 17 et 17) le sont à Rennes et Nantes, ce qui représente 59,7 % du total. Comme le dépôt principal du régiment de recrues était installé à Rennes, on pourrait penser que Nantes était, en temps habituel, un centre de recrutement plus important compte tenu de sa population plus nombreuse et de son caractère de ville de passage, largement ouverte sur l’extérieur. Mais, en contrepartie, s’exerçait certainement la concurrence de la marine de commerce recherchant des matelots. Parmi tous ceux engagés dans ces deux villes, les Bretons sont certes majoritaires mais on trouve aussi des natifs des provinces voisines (4 Normands dont 3 du pays d’Avranches à Rennes ; un Poitevin et un Rochelais à Nantes) comme également de provinces plus éloignées (un Flamand et un Limousin à Rennes, un Bourguignon à Nantes). D’une façon générale, les engagements à Rennes et à Nantes apportent autant d’indications sur les migrations vers ces deux grandes villes que sur les dynamiques de recrutement. Par ailleurs, il est impossible de savoir si ces jeunes gens se sont rendus à Nantes et à Rennes avec l’idée de s’y engager ou pour d’autres raisons.

  • 316 SHAT, 1Yc 536.
  • 317 SHAT, 1M 1770.
  • 318 SHAT, 1Yc 820.

172D’autres sources confirment l’importance des deux villes, les officiers bretons étant assez nombreux à y recruter. Jacques-Joseph Gouyquet, chevalier de Bocozel, capitaine dans Lyonnais infanterie, recrute à Rennes pendant l’hiver 1755-1756 alors que ses camarades nantais Descazaux et de Vay, de la même troupe, le font à Nantes316. Pour ces deux dernières compagnies, la plupart des recrues sont originaires du comté nantais (15 sur 23), deux viennent des marches communes (Gétigné), une de Fougères, une de Vitré, une de Rennes, une des environs de Quintin et deux de Basse-Bretagne. Dix recrues sont originaires de Nantes ou des environs proches. Ceux qui ne sont pas natifs du comté nantais ne sont pas forcément venus à Nantes avec l’idée très nette de s’engager, en particulier ceux de la sénéchaussée de Rennes qui auraient pu le faire dans la capitale bretonne. C’est aussi à Rennes en 1735 que le sieur de Cherville (régiment de Rosnyvinen) enrôle « 40 ou 50 hommes » de février à avril, engageant des hommes presque journellement317. Le sieur de Kernezné, du régiment Le Roy, recrute également à Rennes pendant son semestre et engage 27 hommes entre le 31 décembre 1755 et le 16 mars 1756, parmi lesquels 14 natifs de Rennes318.

Figure 9 : Les lieux de naissance des engagés bretons du régiment de recrues de Rennes en 1764 (d’après SHAT, 1Yc 235).

Figure 10 : Les lieux d’engagement bretons des recrues du régiment de recrues de Rennes en 1764 (d’après SHAT, 1Yc 235).

  • 319 SHAT, 1Yc 235, 1764.

173En dehors de ces deux grands centres de recrutement, le contrôle du régiment de recrues de Rennes montre que les autres engagés se répartissent assez équitablement entre une quinzaine de villes bretonnes, petites ou moyennes319. Il n’y a pas vraiment de corrélation avec la population des cités en question puisque personne ne s’engage à Saint-Malo ni à Lorient et Brest ne compte que deux engagés. Seuls Quimper (quatre engagés dont aucun Bas-Breton) et Guingamp (trois engagés) dominent légèrement. Les autres ne comptent pas plus de deux engagés. Dans ces « petits » lieux d’engagement, les recrues sont pour l’essentiel natives des environs. Le garçon engagé à Paimpol vient de Trédarzec (soit moins de 15 kilomètres), ceux recrutés à Guingamp sont nés respectivement à Plésidy, Plougonven et Plouha soit à une distance maximale n’excédant guère 40 kilomètres. Quant aux deux engagés d’Ancenis, il s’agit d’Angevins mais proches de la frontière bretonne. Les ports constituent une exception remarquable : des sept engagés de Brest, Quimper et Paimbœuf, seuls deux sont Bretons et encore sont-ils nés à Rennes. Tous ces hommes font partie des nombreux déracinés en quête d’aventure ou d’un destin meilleur fréquentant ces lieux. Le Picard Jean Barbier, qui s’engage à Quimper à l’âge de 35 ans, a sans doute déjà servi, peut-être sur les océans. Quant à Laurent dit Sans Chagrin, engagé à Brest, il a servi huit ans dans Royal La Marine et est resté malade dans le port breton. Sans ressources et certainement sans attache, cet Auvergnat se rengage donc logiquement dès que sa santé le lui permet.

  • 320 SHAT, 3Yc 105.
  • 321 A. Corvisier, « Les soldats noirs du maréchal de Saxe. Le problème des Antillais et Africains sous (...)
  • 322 ADIV, C 2552, 28 novembre 1783.
  • 323 ADIV, C 884, lettre du comte d’Argenson, 24 juillet 1743.

174Certaines recrues faites en Bretagne étaient parfois originaires de fort loin, comme Pierre Favel, engagé à Quimperlé mais né à l’île de France (aujourd’hui île Maurice). En outre, la Bretagne, par le biais de ses ports, constituait la principale porte d’entrée de noirs dans le royaume. On en retrouvait quelques-uns dans les troupes réglées, comme Guillaume Balthazard. Ce Malgache, baptisé à Bothoa, s’engage comme trompette dans la compagnie Bayanne du régiment de Durfort cavalerie le 1er juillet 1724320. D’ailleurs, parmi les Uhlans noirs de Maurice de Saxe, trois étaient originaires de Bretagne sur un total de onze venant d’Europe321. Certains officiers, avides d’exotisme, ne manquaient pas, en passant à Nantes, d’y engager un noir, quitte à l’enlever à son maître. C’est ce qui motive la plainte d’un négociant en 1783322. Pour certains de ces déracinés, l’engagement dans l’armée pouvait constituer un acte d’émancipation car ils restaient souvent à la merci d’une expulsion vers les îles à sucre. Un Martiniquais en apprentissage à Nantes, engagé en 1743 dans le régiment d’Anjou, est réputé fugitif et le ministre ordonne, si on s’en saisit, de le renvoyer comme esclave dans son île natale323.

  • 324 N. Genet-Rouffiac, « The Wild Geese, les régiments irlandais au service de Louis XIV », RHA, 2001, (...)
  • 325 ADIV, C 883, Breteuil à Viarmes, 23 août 1742.
  • 326 AMN, BB 88, ordre royal, 15 août 1744.

175C’est également souvent en Bretagne que débarquaient les Irlandais désireux de servir dans les troupes du Roi Très Chrétien. Cependant, ce flux, important sous Louis XIV, se tarit progressivement au fil du xviiie siècle avec l’emprise accrue des Britanniques sur les campagnes irlandaises et la domination maritime de la Royal Navy324. En août 1742 arrivent à Nantes 40 recrues irlandaises pour le régiment de Dillon (alors en quartiers à Béthune), accueillies par le sieur de La Roche, capitaine réformé, qui paie leur passage au capitaine du navire qui les a convoyés325. Compte tenu du caractère semi-clan-destin du recrutement effectué en Irlande et de la difficulté de la traversée, les arrivées se font au compte-gouttes et les engagés se rassemblent souvent à Nantes, y séjournant « jusqu’à ce qu’ils soient assez nombreux pour rejoindre leur régiment », comme les recrues de Dillon en 1741 ou de Clare en 1744326.

L’importance du recrutement par des officiers bretons

176Il existait au xviiie siècle plusieurs formes de recrutement. La plus traditionnelle était le recrutement par des officiers du cru qui profitaient de leurs congés de semestre, d’octobre à avril environ, pour compléter leur compagnie. Dans cette catégorie entre ce que l’on peut appeler le recrutement seigneurial, l’officier levant des hommes dans sa seigneurie (ou celle de parents) ou à proximité, quand bien même tous ne seraient pas des censitaires de la seigneurie en question. L’autre forme, c’était le racolage, qu’il s’agît d’un sergent battant la caisse dans les villages et bourgs qu’il traversait ou bien d’embaucheurs professionnels et appointés voire de véritables agences. En Bretagne, cependant, il n’est pas facilement discernable et le recrutement seigneurial semble bien souvent rester prépondérant ; c’était en tout cas lui le principal pourvoyeur en hommes des troupes à identité bretonne marquée.

  • 327 Il s’agit de Pierre-André-François Descazaux (1718-1757), capitaine en 1745. SHAT, Yb 120 f° 94, Y (...)

177L’importance de l’activité de recrutement constatée à Rennes et à Nantes ne contredit pas cette affirmation. En effet, la plupart des recruteurs qui y opéraient étaient des officiers bretons, pour la plupart possessionnés dans la ville. Certes, le terme de « recrutement seigneurial » s’avère sans doute impropre pour les villes, en tout cas pour Nantes et Rennes, les recrues n’étant aucunement des « vassaux » de ces officiers. Cependant, il existait probablement des liens d’homme à homme qui nous échappent largement. Prenons l’exemple du sieur Descazaux qui appartenait à une prestigieuse famille d’armateurs nantais327. Il était certainement connu sur les chantiers navals, parmi certains artisans et commerçants et, plus encore, au sein de la basoche. De ce fait, on ne peut pas exclure que le jeune Jean-Charles Hardy, fils d’un greffier criminel, qui s’engage le 13 mars 1756, soit lié d’une façon ou d’une autre à la famille Descazaux, comme son (probable) camarade François Bromais. Cela n’empêchait nullement, par ailleurs, le sieur Descazaux de pratiquer un racolage traditionnel.

  • 328 Les Bocozel étaient possessionnés pour l’essentiel dans des paroisses proches de Moncontour. P. Po (...)

178Quant au capitaine Gouyquet du Bocozel, il se pourrait qu’il ne recrutait pas uniquement à Rennes mais aussi dans la seigneurie familiale. En effet, les six recrues du 26 février 1756 sont fort différentes des dix recrues du 12 décembre 1755. Neuf de ces dernières sont originaires de Rennes ou des environs, ce qui n’est le cas d’aucune de celles de 1756. Ces dernières ont une provenance assez dispersée mais trois sont originaires des environs de Loudéac et de Mauron. On peut donc penser que le chevalier de Bocozel commença sa recrue à Rennes puis la poursuivit aux abords de la seigneurie familiale328.

Figure 11 : Les lieux de naissance des recrues bretonnes de trois compagnies du régiment de Lyonnais en 1756 (d’après SHAT, 1Yc 536).

  • 329 SHAT, 7Yc 40.

179Un autre exemple de recrutement mixte est celui des 5e et 6e brigades de Saxe-Volontaires pendant la guerre de Succession d’Autriche. Dans la compagnie de Chollet, la plupart des engagements datent du 3 avril 1745, d’autres du 11 avril puis des recrues souvent individuelles sont faites au long de l’année 1746329. Les dates d’engagement ne permettent pas de proposer un centre de recrutement : les recrues d’avril 1745 sont nées dans une vaste région englobant la quasi-totalité des évêchés de Rennes, Saint-Brieuc et Tréguier et poussant même quelques pointes vers ceux de Saint-Malo et Dol voire certaines villes de la côte nord du Léon (Saint-Pol et Roscoff). Après un examen plus attentif, deux zones se singularisent cependant : un territoire s’étendant approximativement de Saint-Brieuc à Tréguier et un autre autour de Rennes (dont sont originaires neuf recrues). La compagnie de Treffa l’aîné, du même régiment, possède une assise de recrutement assez semblable, seules les dates d’engagement différant puisqu’elles s’étalent pour la plupart du 10 novembre 1745 au 15 février 1746, s’inscrivant par conséquent pleinement dans le congé de semestre de l’officier.

  • 330 SHAT Yb 123 f 223.

180Cette analyse amène à émettre l’hypothèse d’un recrutement double, d’une part dans les campagnes limitrophes des évêchés de Tréguier et Saint-Brieuc et d’autre part sans doute à Rennes : recrutement seigneurial complété par une forme de racolage ? Les recrues du 15 février 1746 de la compagnie de Treffa l’aîné sont nées à Bothoa, Tréguier, Saint-Brieuc, Plonével, Guingamp et Plouagat, un engagé du 12 février vient de Plouha : il apparaît presque certain que c’est dans cet espace géographique que l’officier finit de compléter sa compagnie en janvier et février alors que les recrues originaires de Rennes et des environs s’engagent pour la plupart en novembre et décembre. On ne peut pas non plus exclure des échanges de recrues et une coopération étroite entre Chollet et Treffa l’aîné. Le second, d’origine allemande, n’était pas possessionné en Bretagne alors que le premier – sur lequel on dispose de peu d’informations – pourrait être originaire de l’évêché de Saint-Brieuc330.

Figure 12 : Les lieux de naissance des Bretons engagés dans les compagnies de Chollet et Treffa l’aîné, Saxe-Volontaires, en 1745 et 1746 (d’après SHAT, 7Yc 40).

181Les contrôles de troupes mettent en évidence des cas bien plus nets de recrutement local. Par exemple, le sieur du Fou, capitaine de la compagnie portant son nom, du régiment de La Tour-du-Pin, lève 34 hommes dans les environs de Pontivy et de Mûr. Là encore, les recrues sont engagées tôt : 23 hommes le 26 février 1747. En revanche, 6 autres recrues s’échelonnent entre avril et septembre alors que 5 joignent la troupe au printemps 1748. Plus du tiers des recrues sont nées à Pontivy et la plupart aux environs proches ou à Mûr. Quelques-unes viennent aussi de Haute-Bretagne (Rennes, Quintin). La nécessité de compléter la compagnie, certainement éprouvée par la guerre, explique aisément que le recrutement ne pouvait se limiter au cadre seigneurial.

  • 331 SHAT, 1Yc 101. Régiment de Béarn.

182C’est pourtant sur un territoire restreint que recrute le seigneur de Quengo en 1742331. Il fait quelques recrues entre 1731 et 1741, dans les environs de Rohan, où se situe le château familial, mais surtout douze recrues en 1742, peut-être confronté à une pénurie d’hommes due à la guerre. Pratiquement tous ces engagés sont nés dans un rayon de moins de vingt kilomètres de Rohan. Seuls deux garçons nés respectivement à Augan et Allineuc font quasiment figure d’étrangers. Encore est-il possible que des déplacements les aient amenés plus près de Rohan. Fait notable mais finalement peu surprenant, alors que le centre de recrutement se situe à quelques kilomètres de la frontière linguistique, aucun Bas-Breton ne s’engage : la zone de recrutement dessine un demi-cercle remarquable ! Les compagnies levées en Basse-Bretagne et évoquées précédemment, en revanche, comptent en leur sein une proportion jamais négligeable de Hauts-Bretons. Si les compagnies levées en Haute-Bretagne dans un cadre local paraissent largement imperméables aux Bas-Bretons, la réciproque ne se vérifie donc pas.

Figure 13 : Les lieux de naissance des engagés bretons de la compagnie de Quengo (régiment de Béarn, 1731-1742) (d’après SHAT, 1Yc 101).

  • 332 SHAT, 3Yc 247.
  • 333 SHAT, 3Yc 129 (1737) et 1Yc 101.
  • 334 SHAT, 1Yc 820.

183Il ne faudrait néanmoins pas en déduire que tous les officiers bretons recrutaient largement aux abords de leur seigneurie ou même, tout simplement, en priorité en Bretagne. L’implantation locale de la famille de l’officier, son rayonnement et, plus encore, la tradition du régiment, influaient notablement. Certains officiers bretons recrutent peu chez eux voire pas du tout. En 1749, la compagnie Talhouët de Royal-Étrangers ne comporte que trois Bretons qui ont pu être engagés par racolage332. La compagnie de Kervaségan de Lénoncourt cavalerie comme celle de Kergu du régiment de Béarn ne comptent, quant à elles, que quatre Bretons333. Quant au sieur de Sécillon, du régiment du Roy, il engage huit hommes entre juin 1753 et avril 1762, jamais plus de deux chaque année334. Cela donne l’impression qu’il profite de ses congés de semestre pour éventuellement compléter sa compagnie mais qu’il ne s’agit pas pour lui du mode de recrutement préférentiel, d’autres recruteurs agissant ailleurs pour son compte. Cet officier ne parvient peut-être simplement pas à faire des recrues dans sa région d’origine. On remarque en effet que le sieur de Sécillon, résidant à Guérande, n’engage que des natifs de Guérande ou du bourg paludier de Saillé, à l’exception d’un certain Malo Mac Mahon, né à Saint-Malo. Notons au passage le recrutement en 1759 de Jean Perrot qui a déjà servi trois ans dans Dauphin dragons mais qui, âgé (53 ans !) et probablement usé, décède peu de temps après, à l’issue de l’éprouvant voyage le conduisant en Allemagne. Le sieur de Sécillon n’arrivait donc pas à se créer une véritable aire d’attraction.

  • 335 S. Perréon, « Le recrutement de l’armée de terre au xviiie siècle. L’exemple breton », ABPO, 2001, (...)

184Par ailleurs, les coopérations entre officiers d’une même troupe n’étaient pas rares, surtout en temps de guerre, lorsque le besoin de recrues se faisait urgent. Le recrutement des compagnies de Vay et Descazaux du régiment de Lyonnais commence ainsi le même jour (8 janvier 1756), le nombre de recrues est équivalent et surtout le 3 mars 1756 voit s’engager plusieurs garçons, cinq dans la compagnie de Vay et trois dans celle de Descazaux. Ici, point de concurrence entre ces deux officiers mais au contraire une réelle coordination et coopération. Si la date de clôture du recrutement diffère, c’est probablement parce que le sieur de Vay juge son recrutement suffisant le 3 mars alors que son collègue a l’opportunité d’engager encore deux hommes le 2 avril. Le recrutement effectué en Bretagne pour Penthièvre infanterie en 1743 se rapproche de ce cas de figure mais concerne beaucoup plus d’hommes335.

  • 336 Kanou Kalon-Vreizh/Chants profonds de Bretagne, op. cit.

185Par conséquent, même si le racolage n’était pas négligeable, le recrutement par des officiers du cru, dans un cadre seigneurial ou non, restait prépondérant. C’était encore plus vrai pour les Bas-Bretons qui s’engageaient plutôt en groupe et auprès d’un officier connu et bretonnant. La mémoire populaire resta d’ailleurs très sensible à cet aspect si l’on en juge par certaines gwerziou mettant en scène des nobles locaux levant leur compagnie. La gwerz Silvestrig, par exemple, décrit avec maints détails le recrutement effectué non loin de Guingamp par des « jeunes gentilshommes » (jentil tud yaouank)336.

  • 337 J. Chagniot, Paris et l’armée…, op. cit., p. 500-501.

186Le peu de succès du système des recrues provinciales en Bretagne s’explique largement par le fait que les éventuelles recrues bretonnes rechignaient fortement à être versées dans un corps commandé par des officiers inconnus. On constate pareille réticence après la réforme des Gardes françaises en 1764. En effet, au recrutement traditionnel fait lors des semestres succèdent alors de véritables recruteurs. Or, pour la Bretagne, un seul se distingue : La Moussaye, officier dudit régiment, installé à Lamballe. Encore ne fait-il que onze recrues entre le 16 juillet 1785 et le 12 juillet 1789, ce qui témoigne d’un succès modeste quand un homologue de Saumur en engage près du double337. Monsieur de Lambilly, lieutenant des Gardes françaises, fait également une recrue en 1784 et deux autres en 1787, très certainement en Bretagne, ce qui ne suffit guère à le qualifier de recruteur car son activité est plus qu’épisodique.

Les autres recruteurs : soldats, épouses et subdélégués

  • 338 ADIV, C 882, lettre du 21 juin 1737.

187Les officiers en semestre n’avaient pas le monopole du recrutement. Tout d’abord, le semestre n’était pas obtenu chaque année ni absolument automatique car lié aux impératifs du service d’où des exemples de délégation pour recruter. Les proches de l’officier, parmi lesquels son épouse, jouaient un rôle non négligeable, bénéficiant de la connaissance du « terroir » de recrutement et des recrues éventuelles. Un événement survenu en 1737 est, à cet égard, très révélateur. Madame de Musuillac, châtelaine de Kerverniou en Elliant, recrute à l’occasion pour son époux, officier de l’armée d’Italie. Elle engage en particulier Le Moal, valet d’un meunier et fugitif car ayant blessé un homme. Le Moal reçoit une lettre le recommandant au comte du Lac mais, le blessé s’étant rétabli, il se garde bien d’aller trouver ce gentilhomme et disparaît. Le subdélégué donne tort à Mme de Musuillac, considérant que ce type de recrutement n’équivaut pas à celui fait par l’officier lui-même : « L’épouse d’un officier peut faire des engagements par parolles [mais] après un interval un peu long il y a lieu à faire exister un pareil engagement338. »

  • 339 ADIV, C 27, l’intendant à d’Angervilliers, 16 septembre 1735.

188Par ailleurs, certains bas-officiers ou soldats recrutaient également au cours d’un congé limité. L’exemple de Véniens de La Boixière, soldat de la compagnie d’Anzel au régiment de Lorraine, est particulier car il s’agissait d’un gentilhomme. Quelques mois après son engagement, en 1729, ce nobliau procura deux hommes à son capitaine et les nourrit chez lui pendant deux mois alors que sa famille était peu fortunée339.

  • 340 ADIV, C 892, Choiseul à Flesselles, 16 février 1767.
  • 341 ADIV, C 884, d’Argenson à Védier, 10 juin 1743.
  • 342 Ibidem, lettre d’Argenson à Viarmes, 6 avril 1744.

189Les archives signalent quelquefois des recruteurs mais l’inconvénient de ce terme, fréquemment employé au xviiie siècle, consiste dans son ambiguïté, ne distinguant jamais recruteurs professionnels et occasionnels. À quelle catégorie appartient Saint-Aubin, « recruteur » pour le régiment du Roy, qui exerce à Châteaubriant en 1767340 ? À la seconde catégorie se rattachent les soldats en semestre qui opèrent, en général, dans leur paroisse d’origine ou dans les environs. C’est, par exemple, Kernilien, dit Du Clos, soldat du régiment de Bigorre, qui engage deux particuliers à Châteaulin en 1743341. Le soldat a bien reçu mandat d’un officier puisqu’il verse 30 livres à une de ses recrues. Le cas de Tardiveau, cavalier du régiment de Brionne qui recrute à Machecoul, semble assez proche342.

  • 343 ADIV, C 27, lettre d’Angervilliers à Viarmes, 17 novembre 1735.

190Les différences entre ce type de recrutement et celui évoqué précédemment portent sur plusieurs points. Ils différaient d’abord quantitativement. Alors que les officiers engageaient rarement moins d’une dizaine d’hommes et parfois une compagnie entière, les soldats en semestre se contentaient d’un ou de quelques hommes, pour des raisons financières mais aussi parce qu’ils ne disposaient pas de la même autorité qu’un noble local. En revanche, leur proximité culturelle avec le petit peuple des villes et des campagnes leur permettait probablement d’annihiler certaines réticences et de convaincre les hésitants. Le fait de confier le recrutement à de simples soldats ressortissait peut-être à une stratégie visant à banaliser l’engagement, ramené à un acte rapide dénué de toute solennité, d’autant plus que conclu avec quelqu’un de niveau social proche. En un sens, ce recrutement complétait celui des officiers, élargissant le spectre d’action. Si le chevalier de Bruslé, capitaine au régiment d’Anjou infanterie, se fait accompagner d’un vieux soldat – venu avec lui de l’armée d’Italie – alors qu’il recrute à Hennebont, c’est sans doute pour faciliter certains engagements343.

  • 344 ADIV, 8 B 558, procédure d’août 1780.
  • 345 Sur 75 engagements, seuls 3 sont le fait d’un subdélégué, à Nantes, Brest et Quintin. SHAT, 1 Yc 2 (...)

191Les soldats qui battaient la caisse et haranguaient les jeunes gens manifestaient un certain professionnalisme mais leur identification s’avère difficile sinon impossible. En général, ils recrutaient pour une troupe en quartiers dans la province. En 1779, la Légion de Nassau étant casernée à Rennes, deux soldats essaient d’engager des recrues, hantant les cabarets344. Lors du système des recrues provinciales (1761-1767), des préposés furent nommés par l’intendant pour recruter dans la province. On mobilisa aussi les subdélégués mais, au vu des recrues destinées au régiment de Cambrésis, leur activité resta modeste345.

  • 346 ADIV, C 69, lettre à Choiseul, 6 novembre 1761.

192La présence de troupes en quartiers favorisait-elle le recrutement dans la province ? Une lettre de Védier semble l’indiquer, le subdélégué général affirmant que « le grand nombre de troupes qui se trouvent actuellement en Bretagne rend l’opération des recrues provinciales d’autant plus difficile et lente dans cette province que les particuliers qui veulent s’engager le font de préférence dans les régiments346 ». Ce témoignage est toutefois très circonstancié et confirme surtout le peu de succès du système des recrues.

193En savoir plus nécessite de connaître la période approximative du séjour d’un régiment ou d’un bataillon et de disposer d’un contrôle établi après ce séjour. On sait que le régiment de Beauvaisis séjourna à Morlaix en 1763. Un contrôle de cette troupe fut établi en 1765. Pendant la période du séjour du régiment, les recrues bretonnes furent minoritaires : on note l’engagement de nombreux Normands et Auvergnats. En outre, aucun natif de Morlaix ou des environs ne s’engagea. Les quelques Bretons qui joignirent Beauvaisis étaient nés dans plusieurs évêchés et couvraient un espace géographique assez vaste. Tout juste peut-on remarquer qu’au sein du second bataillon, ils venaient plutôt des environs de Saint-Brieuc et de Dol alors que le premier bataillon comptait davantage de Bas-Bretons et de natifs de l’évêché de Nantes. De même, le régiment de Penthièvre cavalerie était en quartiers à Châteaulin en 1771. Or, seuls deux Bretons, François-Joseph Martin, natif de Nantes, et Jean-François Bot, né à Ploudaniel, s’engagèrent cette année-là. Les engagés bretons étaient donc peu nombreux et non originaires des environs immédiats où séjournait la troupe alors que les autres recrues de 1771, assez peu nombreuses il est vrai, venaient de Lorraine et de Champagne, ce qui correspondait au recrutement traditionnel du régiment. On peut donc affirmer que le séjour de régiments en quartiers en Bretagne ne drainait pas vraiment un recrutement local plus important, la troupe comptant surtout sur les engagements effectués par les officiers en semestre ou le racolage dans d’autres provinces.

Les dynamiques du recrutement

194Parmi les dynamiques pouvant assurer un certain succès à une opération de recrutement, il convient de ne pas négliger l’effet d’entraînement, c’est-à-dire l’engagement simultané ou quasi simultané de jeunes gens d’une même paroisse, parfois apparentés entre eux. Il peut en effet s’agir de garçons d’une même famille, dont certains nous échappent s’ils ne portent pas le même patronyme. Ainsi, Elie et Jean Ménard, de Mouzeil, s’engagent dans Penthièvre en 1760, comme Pierre et Jean Guéret, de Plélo, joignent Saxe-Volontaires en 1745. Ces engagements ne sont pas exactement simultanés et si Jean Ménard suit, à un mois de distance, son aîné d’un an, Jean Guéret est âgé de 27 ans contre 16 pour Pierre ; dans ce cas c’est le plus jeune qui s’engage en premier. Jean l’imite-t-il quatre jours plus tard pour veiller sur lui ?

  • 347 SHAT, 7Yc 26.

195D’autre part, on constate souvent que les âges des recrues d’un même lieu sont proches : en 1747, quatre garçons d’Augan âgés de 18 à 19 ans s’engagent dans la compagnie de la Bourdonnaye du régiment de La Tour-du-Pin. C’est la même chose à Pontrieux le 25 avril 1769 où Jean-François Reuvial (17 ans), Augustin Legal (18 ans) et Pierre Lebeff (18 ans) incorporent Monteclerc dragons347. Il ne fait guère de doute que non seulement ces garçons se connaissaient mais qu’en outre une franche camaraderie les liait : il était forcément plus facile de s’engager à plusieurs, entre amis, pour ainsi dire. La rupture avec les racines, le pays natal en était d’autant moins durement ressentie et il restait toujours possible de s’attendrir sur les êtres chers restés au pays, douce amie comprise, même dans la froidure d’un campement lorrain ou flamand. Pour les Bas-Bretons, c’était aussi la garantie de converser dans leur langue.

  • 348 F. Le Lay, op. cit., p. 383-386.
  • 349 F.-M. Luzel, Soniou et gwerziou, Paris, Maisonneuve et Larose, rééd. 1971, t. 1, p. 363, 2e versio (...)

196L’effet d’entraînement possédait toutefois un caractère pervers : une fois dissipée l’exaltation de l’engagement aux côtés de camarades, la recrue pouvait regretter cette impulsion parfois irraisonnée. Intervenait alors la famille du nouveau soldat, à condition d’en avoir les moyens. À Pontivy, Vincent Le Pavic, d’une riche famille de marchands de toile, s’engage quatre fois entre 1745 et 1754, successivement dans L’Hôpital dragons, Brionne, Bellefonds cavalerie et La-Tour-du-Pin348. A chaque fois, sa sœur le dégage, après d’âpres négociations avec le capitaine sur la somme à acquitter : 550 livres sont nécessaires pour le régiment de Bellefonds et 600 pour celui de La-Tour-du-Pin ! Au maximum, Le Pavic servit deux mois consécutifs… Il va sans dire que cet exemple demeure exceptionnel et que peu de familles pouvaient se permettre de telles dépenses. Quant à apitoyer l’officier recruteur, il n’y fallait pas trop songer, même avec l’appui de notables locaux. Le capitaine de la gwerz Silvestrig conclut son entretien avec le père éploré du jeune homme par : « Vous voulez tromper le roi et avoir ses soldats ? Il a touché l’argent, il faut qu’il aille à l’armée349. »

Les recrutements abusifs et forcés : un palliatif à la pénurie

  • 350 ADIV, C 68, l’intendant à Choiseul, 8 mars 1761.
  • 351 Ibidem, supplique de Nicolas Montaudouin et lettre du subdélégué de Machecoul, 26 janvier 1761.
  • 352 F. Le Lay, op. cit., p. 383.

197Au xviiie siècle, le théâtre, d’abord populaire puis mondain ensuite, mettait fréquemment en scène un recruteur retors et un garçon naïf qui constituait une victime toute désignée. La réalité était souvent plus complexe et les subterfuges fonctionnaient en général lorsque la victime potentielle ne disposait plus de tout son discernement. Si Olivier Morin, cordonnier à Rennes, signe un engagement, c’est parce qu’il est ivre et que des officiers lui forcent la main350. Quant à Laurent Bertret, métayer à Machecoul, il s’endort au cabaret après une consommation excessive de vin et trouve à son réveil une cocarde à son chapeau, signe de son prétendu engagement351. Dans d’autres cas, la malheureuse victime retrouve une pièce dans sa poche, avance faite sur l’argent du roi que la recrue touche au moment de son engagement : Vincent Le Pavic hérite ainsi d’un écu de six livres352.

  • 353 G. Girard, Racolage et milice, Paris, 1922, p. 78.
  • 354 ADLA, C 263, lettre de Trébuchet, 27 juin 1717, et correspondance entre le conseil de la guerre et (...)

198À chaque fois, le lieu de prédilection de ces engagements abusifs est un cabaret, « vrai quartier général et résidence ordinaire de l’officier en recrue353 ». Morin est ainsi engagé dans une auberge où les officiers ont coutume de descendre quand ils recrutent à Rennes. Ce procédé permettait notamment aux officiers de bénéficier éventuellement du témoignage de certains clients ou du patron désireux de ne pas s’aliéner une partie fidèle de sa clientèle. Cela n’empêchait pas, quelquefois, l’aubergiste de prendre fait et cause pour la victime, comme lors de l’affaire Trébuchet, survenue à Nantes en 1717 : ni les promesses ni les menaces ne parvinrent à suborner les principaux témoins354.

199Lorsque le subterfuge ne suffisait pas et que la prétendue recrue clamait son irresponsabilité et, sûre de son bon droit, résistait, le recruteur n’hésitait pas à utiliser la force. Certes, il n’existait pas véritablement de « fours » sur le modèle parisien en Bretagne mais de fortes contraintes étaient parfois exercées. C’est ainsi que Bertret et Trébuchet se retrouvent emprisonnés, dans le château de Nantes pour le second, c’est-à-dire à la totale merci des militaires. Toutefois, au moins à partir du règne de Louis XV, ces affaires suscitent souvent une enquête officielle qui limite en général les abus. Il n’en allait pas de même sous Louis XIV, où seules des violences caractérisées attiraient l’attention des autorités.

  • 355 SHAT, A1 2347, dossier et correspondance, avril-juillet 1711.
  • 356 ADIV, C 885, d’Argenson à Viarmes, 17 juin 1747.

200C’est pendant la guerre de Succession d’Espagne que les abus furent les plus criants et les plus systématiques, la pénurie de soldats se faisant cruellement sentir. Le recrutement de type seigneurial avait lui aussi sa part de responsabilité, certains officiers étant prêts à tout pour compléter leur compagnie. Ainsi, le sieur Visdeloup de Bonamour, officier du régiment Royal-La Marine, fait régner la terreur à Quintin, Moncontour et dans les campagnes environnantes en 1711355. Soucieux de ne pas tomber dans les filets de ce recruteur violent et dépourvu de scrupules, les paysans n’osent plus apporter leur blé et farine, ce que confirment les marchands de Quintin. Dans une lettre du 3 juillet 1711, l’intendant Ferrand reconnaît : « Le sieur Bonamour est d’un caractère fort dangereux, nous le connaissons depuis longtemps. » L’état d’extrême tension qui résulte de cette situation trouve son aboutissement dans l’agression de Bonamour et de son frère par une bande de jeunes gens protégés, semble-t-il, par La Lande, agent du duc de Lorges. Au vu des protagonistes, on soupçonne que cette affaire s’inscrit également dans des luttes d’influence entre le puissant duc de Lorges et sa clientèle et certains modestes seigneurs des environs. Des tensions similaires surgirent parfois par la suite. En 1747, un lieutenant du régiment de Ponthieu subit une agression alors qu’il recrutait sur une terre appartenant au président de Robien. L’officier se plaignit amèrement non seulement de sa mésaventure mais aussi de l’arrêt des poursuites envers les coupables, qu’il attribua au parlementaire356. De puissants seigneurs protégeaient donc leurs « vassaux » contre les entreprises des recruteurs.

  • 357 Ibidem, lettre du 11 janvier 1747.
  • 358 Ibid., lettre du 20 janvier 1747.
  • 359 Ibid., d’Argenson à Viarmes, 17 mars 1747.

201Sous Louis XV, on peut trouver trace d’abus, en période de guerre du moins. Le colonel de Kermellec et ses officiers usèrent de divers moyens de pression voire de violence pour se procurer les recrues nécessaires à la mise sur pied du régiment, ne suscitant guère de réaction de la part de la haute administration qui privilégiait le service du roi357. Certaines paroisses, désireuses de se débarrasser d’individus indésirables, sollicitaient même des officiers. Le recteur d’Hanvec et ses principaux paroissiens s’adressent ainsi au chevalier de Saint-Pons, capitaine dans le régiment des Volontaires-Bretons pour qu’il engage sept « mauvais sujets ». Qualifiés de « tapageurs, yvrognes, paresseux, querelleurs, impies, scélérats sans état ny bien », ils sont « redoutés autant que détestés de tous les paroissiens358 ». Ce portrait n’effraie pas l’officier qui verse trente-deux livres à six d’entre eux, lesquels refusent finalement de le suivre. Le ministre adopte à cette occasion une position assez souple : « Si vous y trouvés de la difficulté, il faut tacher de leur faire signer un engagement en bonne forme en leur faisant craindre les suites de leur mauvaise conduite. En cas qu’ils demeurent libres il y aura à leur faire païer le montant de la dépense qui a été faite à leur occasion359. »

Conclusion

202Plusieurs évolutions étaient à l’œuvre dans la Bretagne du xviiie siècle, comme dans l’ensemble du royaume. La professionnalisation de l’armée n’avait pas fait disparaître les troupes issues en droite ligne de l’époque médiévale, ban et milices bourgeoises. Leurs rassemblements, fréquents à la fin du règne de Louis XIV, beaucoup plus épisodiques ensuite, affirmaient leur fonction militaire, quand bien même leur efficacité était devenue douteuse malgré la présence en leur sein d’anciens officiers et soldats. Cependant, le rôle social l’emportait, qu’il s’agît de manifester l’esprit de corps et la vocation guerrière de la noblesse ou le patriotisme urbain. D’une certaine façon, lorsqu’il s’assemble dans l’urgence pour contrer une descente ennemie, le ban et arrière-ban du milieu du xviiie siècle semble supérieur à son devancier du règne de Louis XIV, disposant d’un atout supplémentaire : la motivation. De même, l’épanouissement de la garde nationale en 1789 procéda largement d’une réactivation des milices bourgeoises auxquelles le ferment patriotique donna un idéal. En dépit d’un caractère militaire finalement restreint, la permanence même de ces troupes maintenait un lien entre l’armée et la société civile. L’institution de la milice provinciale aurait pu remplir cette fonction à une plus grande échelle mais la multitude d’incapacités physiques et d’exemptions comme les inégalités géographiques de la charge la faisait retomber sur une minorité de la population. À la fin de l’Ancien Régime, l’institution subissait aussi l’effet de la longue période de paix consécutive à la guerre de Sept Ans, la guerre d’Amérique n’ayant entraîné qu’une mobilisation minimale. Loin de la milice prédatrice, mangeuse d’hommes, de Louis XIV, celle de Louis XVI posait la question de la mission et de l’utilité d’une troupe de réserve en temps de paix. Quant à l’armée réglée, elle suscitait peu de vocations dans la province, particulièrement en Basse-Bretagne où la barrière de la langue semble avoir constitué un réel facteur dissuasif à l’engagement. Pour le recrutement de l’armée, on peut affirmer, comme le fait Georges Minois pour la culture : « la véritable frontière, c’est la frontière linguistique ». Au final, les ponctions en hommes au bénéfice de l’armée demeuraient relativement modérées, la population répugnant néanmoins à tout service non volontaire loin du pays ou de la province. Les fournitures en combattants étaient assurément de plus de conséquence mais moins fréquentes que les réquisitions matérielles, qui concernaient, quant à elles, une partie plus importante de la population bretonne.

Notes

1 SHAT, A1 1306, 19 avril 1695.

2 Kanou Kalon-Vreizh/Chants profonds de Bretagne, éditions Arion, 1991, vol. 1. Cette version diffère quelque peu de celle recueillie par Luzel.

3 L. Bély, Les relations internationales en Europe (xviie-xviiie siècles), Paris, PUF, 1992, p. 240. F. Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 760.

4 G. Daniel, Histoire de la milice françoise et des changemens qui s’y sont faits depuis l’établissement de la Monarchie françoise dans les Gaules jusqu’à la fin du règne de Louis le Grand, Paris, Saugrain, 1728, t. II, p. 490.

5 Les documents de l’époque emploient indifféremment « ban et arrière-ban », « ban », « arrière-ban », avec une prédilection marquée pour ce dernier terme, les trois étant toutefois devenus synonymes.

6 A. de La Chesnaye des Bois, Dictionnaire militaire, Dresde, 1751, article « ban et arrière-ban ».

7 A. Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France, Paris, Fayard, 1992, t. 1, p. 397.

8 L. Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, article « ban, arrière-ban ».

9 Au début de l’été 1696, quelques compagnies des dragons d’Asfeld constituent la totalité des troupes réglées défendant Brest et ses environs. SHAT, A1 1428, lettre du 2 juillet 1696 et état de troupes pour la même année.

10 La liste n’est peut-être pas exhaustive. Elle est dressée à partir de la sous-série A1 des Archives de l’Armée de Terre et de la sous-série G7 des Archives nationales.

11 SHAT, A1 1704, lettre du maréchal d’Estrées, 4 juillet 1703.

12 SHAT, A1 1897, lettre du maréchal de Châteaurenault, 12 juin 1705.

13 SHAT, A1 1428, « État des troupes pour la défense de Brest », 1696.

14 L. Maître, « L’insolence des gens de guerre sous Louis XIV. Épisode de l’histoire de Clisson », AB, 1906, p. 73-92.

15 SHAT, A1 904, lettre du 7 mai 1689, à propos de 150 gentilshommes du Maine.

16 Chevalier de Guignard, L’École de Mars ou Mémoires instructifs sur toutes les parties qui composent le Corps Militaire en France, avec leurs origines et les différentes manœuvres auxquelles elles sont employées, Paris, Simart, 1725, t. 1, p. 528.

17 SHAT, A1 1609, 10 juillet 1702.

18 SHAT, A1 904, 7 mai 1689.

19 SHAT, A1 1306, 19 avril 1695.

20 Ibidem, 31 juillet 1702.

21 SHAT, A1 1896, 20 mars 1705.

22 SHAT, A1 2338, 12 juin 1711.

23 SHAT, A1 961, 16 avril 1690.

24 ADCA, C 7, lettres de Le Cardinal de Kerglas, début xviiie siècle.

25 AN, G7 180, 1696.

26 « Journal d’un volontaire de la milice de Rennes en 1746 (mémoires inédits d’Anneix des Milleries) », présenté par F. Jouon des Longrais, Bull. et Mém. de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. 44, 1915, p. 461.

27 SHAT, A1 1609, lettre de Kerisac, 15 juin 1702.

28 Ibidem, 1er août 1702.

29 Ibid., 21 juillet 1702.

30 SHAT, A1 1704, 10 septembre 1703.

31 SHAT, A1 1897, lettre de Châteaurenault, 12 juin 1705.

32 SHAT, A1 1609, 10 juillet 1702.

33 Chevalier de Guignard, op. cit., t. 1, p. 529.

34 BMN, Ms 325, « État de la contribution des veuves, mineurs et autres personnes nobles de l’évesché de Vannes qui ne peuvent servir au ban convoqué par Sa Majesté pour l’an 1692 aussi par nous sénéchal et procureur du roi à Vannes », 3 août 1692.

35 SHAT, A1 961, 16 avril 1690.

36 AN, G7 173, lettre au contrôleur général avec un extrait du règlement joint, 8 mai 1691.

37 A. M. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des provinces, Paris, Imprimerie nationale, 1874-1898, t. 1, p. 245, 10 mai 1691.

38 SHAT, A1 1609, 21 juillet 1702.

39 Ibidem, lettre de Du Deffand de la Lande, 10 juillet 1702.

40 J. Gallet, « En Bretagne, seigneurie et pouvoir militaire du xvie au xviiie siècle », RHA, 1985, n° 1, p. 9.

41 L. Bély, (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, op. cit.

42 A. Endrès, « Charges militaires de Meaux et de son bailliage (1692-1695) », Actes du 103e CNSS, Nancy-Metz, 1978, t. 1, p. 511-519.

43 SHAT, A1 1609, 10 juin 1702 et A1 1896, mars 1705.

44 SHAT, A1 1704, 18 juin 1703.

45 BMN, Ms 325, « État de ceux lesquels prétendent estre exempts du ban et arrière ban », 7 mai 1690.

46 SHAT, A1 1609, 19 juin 1702.

47 SHAT, A1 2338, 12 juin 1711.

48 SHAT, A1 1609, 19 juin 1702.

49 Ibidem, 10 juillet 1702.

50 ADCA, C 7, contrôle de la compagnie de Kerglas effectué à Guingamp le 4 juillet 1702.

51 AN, G7 186, 18 juillet 1706.

52 Mme de Sévigné, Correspondance, NRF-La Pléiade, 1978, t. 3, lettres des 15 et 19 juin 1689 et 26 avril 1690.

53 ADCA, C 7, revue de la compagnie de Kerglas faite à Tréguier le 11 juin 1706.

54 Pour les détails voir B. Pocquet, Histoire de la Bretagne, Paris-Rennes, 1914, t. 6, p. 249-253.

55 ADCA, C 7, lettre de Deschamps, 2 octobre 1746.

56 SHAT, A1 3188, lettre du comte de Sullé, 17 octobre 1746.

57 Ibidem, lettres de Micault de Soulville, subdélégué, des 6 et 8 octobre 1746.

58 Ibid., lettre du comte de Sullé, 17 octobre 1746.

59 Ibid., lettre du duc de Rohan, 22 octobre 1746.

60 Ibid., lettre du comte de Carné-Trécesson, 24 octobre 1746.

61 ADIV, C 4263, C 4268 et C 4272, rôles de la capitation de la noblesse des évêchés de Saint-Brieuc, Tréguier et Vannes.

62 J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1966, p. 20.

63 SHAT, A1 3188, lettre du duc de Rohan, 18 octobre 1746.

64 Ibid., 20 octobre 1746.

65 ADIV, C 916, « État des officiers dont on se propose de former chaque compagnie de gentilshommes suivant les instructions de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc de Penthièvre », 23 juin 1747.

66 SHAT, A1 3188, respectivement 27 et 22 octobre 1746.

67 Ibidem, 27 octobre 1746.

68 Ibid., lettre du duc de Rohan, 29 octobre 1746.

69 Ibid., sans date précise (octobre 1746).

70 Ibid., 23 octobre 1746, lettre écrite de Rennes.

71 Ibid., lettre de Monsieur de La Blottière, 22 octobre 1746.

72 « Journal d’un volontaire de la milice de Rennes en 1746 », op. cit., p. 461.

73 C’est en 1756 que le chevalier d’Arc fait paraître La noblesse militaire ou le Patriote français, réponse aux incitations de l’abbé Coyer à pratiquer le commerce.

74 ADIV, C 1150.

75 ADIV, C 1082, printemps 1747, sans date précise.

76 Les dernières mobilisations du ban et arrière-ban ont alors lieu en Poitou, Saintonge et Aunis. L. Tuétey, Les officiers sous l’ancien régime, Paris, Plon-Nourrit, 1908, p. 19.

77 Contrairement à 1746, il ne s’agit pas d’une simple promenade. Les vingt volontaires marchant en tête de la colonne d’Aubigny jouèrent un rôle important dans la décision finale et payèrent un lourd tribut (quatre morts et cinq blessés). B. Pocquet, op. cit., t. 6, p. 272, note 1.

78 ADIV, C 2688 et C 2827. Liste des volontaires de Saint-Cast.

79 SHAT, A1 3496, lettre du 27 septembre 1758.

80 A. Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviiie siècle », dans Les hommes, la guerre et la mort, Paris, Economica, 1985, p. 223.

81 SHAT, A1 1704. Ce nombre a souvent été sous-estimé. Alain de Goué annonçait vingt-trois villes bretonnes disposant d’une milice bourgeoise, Claude Nières trente-huit au moins. A. de Goué, Les charges et obligations militaires de la Bretagne depuis la fin du xvie siècle jusqu’à 1789, Paris, 1906, p. 71 et Cl. Nières, Les villes de Bretagne au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2004, p. 460-461 et 560. D’autre part, l’état de 1703 est incomplet ; par exemple, il ne mentionne pas Guérande dont on sait qu’elle possédait une milice bourgeoise.

82 AMB, EE 2.

83 D. Riet, La ville et les armes : milices et troupes à Saint-Brieuc au xviiie siècle, maîtrise, F. Lebrun et Cl. Nières (dir.), Rennes II, 1978, p. 62.

84 AMN, EE 78 (1774-1776).

85 AMN, EE 54 et EE 56.

86 ADIV, C 1142, état de revue, 10 juin 1786.

87 ADIV, C 1143, état de la milice bourgeoise de Saint-Brieuc, août 1776.

88 ADIV, C 1142, état nominatif des miliciens de Hédé, 15 décembre 1781.

89 F. Ysnel, La défense de la baie de Morlaix aux xviie et xviiie siècles, DEA, Cl. Nières (dir.), Rennes II, 1991, p. 128, tirage au sort du 14 avril 1784.

90 SHAT, A1 1704, distribution des milices bourgeoises des villes de Bretagne.

91 D. Riet, op. cit., p. 62.

92 SHAT, A1 904, lettre du duc de Chaulnes du 3 avril 1689.

93 SHAT, A1 1896, lettre du 22 mars 1705.

94 D. Riet, op. cit., p. 67.

95 SHAT, A1 1801, lettre du ministre à Nointel, 10 février 1704.

96 Ibidem, lettre du 17 février 1704.

97 AMN, EE 103, requête de la communauté au duc de Penthièvre, février 1747.

98 SHAT, A1 3188, lettre du chevalier de Grossoles, 29 octobre 1746.

99 ADIV, C 254, dossier, en particulier lettre de l’intendant à Hévin, 6 mars 1763.

100 SHAT, A1 1704, lettre du maréchal d’Estrées, 24 septembre 1703.

101 SHAT, A1 1896, état des milices bourgeoises d’Ancenis, Clisson, Oudon et Nort, mars 1705.

102 ADIV, C 1143.

103 A. Corre, « Les milices bourgeoises de Brest », BSAF, 1894, t. 21, p. 350.

104 ADIV, C 1143, mémoire, mai 1758.

105 ADIV, C 3316, requête de la communauté de Saint-Malo aux États, de novembre 1772, qui évoque l’arrêt du conseil du 7 mai 1770.

106 SHAT, A1 1896, lettre du 7 avril 1705.

107 SHAT, A1 1704, rapport sur la flotte ennemie, 4 juin 1703. Les hommes étaient alors à la pêche à la sardine.

108 J. Pradel, Les problèmes militaires à Nantes à la fin du règne de Louis XIV 1688-1715, maîtrise, J.-P. Bois (dir.), Nantes, 1993, p. 58-64.

109 SHAT, A1 1897, Despinose, 19 mai 1705 ; on ignore le nombre d’hommes.

110 SHAT, A1 3188, lettre du subdélégué de Lamballe, 6 octobre 1746.

111 Ibidem.

112 SHAT, A4 23, n° 55, « État des habitants en état de porter les armes […] ».

113 A. de Goué, op. cit., p. 77.

114 SHAT, A1 3188, lettre du 27 octobre 1746.

115 « Journal d’un volontaire de la milice de Rennes en 1746… », op. cit., p. 436.

116 Ibidem, p. 452.

117 Ibid., p. 472.

118 SHAT, A1 1609, lettre du 20 octobre 1702.

119 SHAT, A1 3188, lettre du 23 octobre 1746.

120 SHAT, 1M 1770, mémoire du 25 juillet 1763.

121 SHAT, A1 1609, lettre du 14 juin 1702.

122 D. Riet, op. cit., p. 73.

123 C’est le cas à Nantes en 1745. AMN, EE 103, requête de la communauté à l’intendant, sans date (probablement 25 mai 1746).

124 Ibidem.

125 SHAT, A1 3188, lettre de Menou du 27 octobre 1746.

126 Ibidem, lettre du subdélégué, 6 octobre 1746.

127 ADIV, C 2143, rôles de la capitation des marchands et artisans, 1748.

128 D. Riet, op. cit., p. 68.

129 SHAT, A1 3188, lettre du 4 avril 1746.

130 D. Riet, op. cit., p. 74.

131 « Journal d’un volontaire de la milice… », op. cit., p. 453-454.

132 AMB, EE 1, ordre de 1758 et un autre du 14 mars 1778.

133 AN, G7 175, 23 avril 1692.

134 SHAT, A1 1801, lettre de Monsieur de Sainte-Marie du 6 avril 1704.

135 SHAT, A1 1896, 18 mars 1705.

136 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 1, p. 409, 25 décembre 1695.

137 ADIV, C 99, ordonnance du 2 octobre 1728, reprise le 30 septembre 1732.

138 AMN, BB 66, 27 avril 1704.

139 AMN, BB 70, 26 avril 1714.

140 AN, G7 175, lettre du 23 avril 1692.

141 ADIV, C 1142, lettre du 24 octobre 1763.

142 AN, G7 175, 23 avril 1692.

143 SHAT, A1 1609, 24 décembre 1702.

144 ADIV, C 1142, lettre du 5 octobre 1763.

145 SHAT, A1 1896, lettre du 18 mars 1705. ADIV, C 1140, lettre de l’intendant au maître des requêtes Fournier de la Chapelle, 13 octobre 1776.

146 ADIV, C 1142, lettre du maire, 23 juillet 1759.

147 Ibidem, extrait du règlement de la milice bourgeoise du Croisic, joint à une lettre du maire du 10 juin 1786.

148 ADIV, 2 B 1944, 21 octobre 1788.

149 ADLA, C 405, lettre du 6 janvier 1778.

150 ADIV, C 1143, sans date.

151 SHAT, Ya 511, observations concernant le règlement, jointes à une lettre du maire, 9 décembre 1767.

152 A. Anne Duportal, « La milice bourgeoise à Hédé », BSAIV, t. 34, 1904, p. 343-346.

153 ADIV, C 1142, 5 octobre 1763.

154 A. M. de Boislisle, op. cit., t. I, p. 221, lettre du 16 juillet 1690.

155 AMN, EE 35, ordonnance du roi portant établissement d’un guet, 1er octobre 1786.

156 SHAT, 1M 1770, 25 juillet 1763.

157 SHAT, Ya 511, supplique de Louis Rouillé dit Desnoyers, 1762.

158 ADIV, C 1143, délibération de la communauté de Morlaix, 21 janvier 1778 ; état de la milice bourgeoise de Saint-Brieuc, août 1776 ; mémoire de la communauté de Lannion, sans date, intendance de Caze de La Bove (1775-1784).

159 ADIV, C 243, mémoire adressé au duc de Penthièvre par des membres de la garde bourgeoise, sans date.

160 AMN, FF 257, procès-verbal du 12 août 1735.

161 ADLA, C 405, arrêt du 16 février 1721.

162 AN, G7 200, lettre de Feydeau de Brou du 25 décembre 1720.

163 ADIV, C 1090, listes et correspondance, avril 1762.

164 ADIV, C 1142, Védier au duc de Penthièvre, 5 octobre 1758.

165 AMN, EE 134, lettre du major du château, 28 juillet 1747.

166 H. Fréville, L’intendance de Bretagne, Rennes, Plihon, 1953, t. 2, p. 48.

167 SHAT, A1 1704, lettre de De Mianne, 17 avril 1703.

168 ADIV, C 1143, état de la milice de Saint-Brieuc, août 1776.

169 ADIV, C 1142, supplique de Christophe de la Roche Nouvelle, capitaine, 1758.

170 P. Bois (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 218.

171 A. Henwood, « Un prince en Bretagne : sur les pas du comte d’Artois, de Saint-Malo à Nantes (mai 1777) », MSHAB, 1983, t. 60, p. 160-178.

172 M. Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989, p. 247.

173 Ibidem, p. 282.

174 ADIV, C 62, lettre au duc de Penthièvre du 14 décembre 1757.

175 AMN, EE 57, « Procès-verbal des officiers de milice bourgeoise contre le refus des officiers du régiment de Bourgogne de leur faire place sur la place Saint-Pierre dans une cérémonie publique », 19 septembre 1762.

176 Ibidem, lettre du 28 septembre 1762.

177 G. Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine 1598-1720, Rennes, PUR, 1996, p. 127.

178 AMB, EE 1, lettre de Saint-Florentin du 22 novembre 1752.

179 AMN, EE 58.

180 AMN, EE 57, procès-verbal des officiers de milice bourgeoise.

181 G. Daniel, op. cit., t. 2, p. 430.

182 J. Chagniot, « De l’armée de métier à la nation armée (1760-1793) », dans M. Vaïsse (dir.), Aux armes citoyens ! Conscription et armée de métier des Grecs à nos jours, Paris, A. Colin, 1998, p. 98.

183 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 116-118.

184 ADLA, C 681.

185 Ce comptage a été effectué en confrontant les paroisses du bataillon de Saint-Brieuc en 1759 et celles des tirages au sort des années 1780. SHAT, 2Yc 103 et ADIV, C 4704.

186 C’est le 22 décembre 1766 que le roi ordonne que le silence soit fait sur l’affaire de Bretagne. La décision de supprimer un des sept bataillons bretons est annoncée à l’intendant Flesselles par une lettre du 24 mars 1766. ADIV, C 892.

187 ADLA, C 681, ordonnance du 1er décembre 1774.

188 ADIV, C 4704.

189 A. Corvisier, « Les circonscriptions militaires de la France, facteurs humains et techniques », dans Les hommes, la guerre et la mort, Paris, Economica, 1985, p. 39-48.

190 ADIV, C 4704.

191 ADIV, C 881, lettre du 15 octobre 1726.

192 Ibidem, lettre du 31 janvier 1727.

193 G. Livet, L’intendance d’Alsace sous Louis XIV 1648-1715, Paris-Strasbourg, Le Roux, 1956, p. 805.

194 ADLA, C 249, « État des paroisses garde côte de l’évêché de Nantes tiré du registre du receveur des fouages dudit évêché ».

195 ADIV, C 1140, 3 juin 1726.

196 Ibidem, supplique des habitants de Saint-Frégant, 1726.

197 ADLA, C 249.

198 ADIV, C 1, questionnaire imprimé, 29 décembre 1728.

199 ADIV, C 1141, « Paroisses exemptées de la milice attendu qu’il y a des capitaineries établies pour la garde des côtes de la mer ».

200 ADLA, C 249.

201 ADIV, C 1140, lettre de La Barbinay Trouin, 16 juin 1726.

202 SHAT, A1 1704, lettre de Du Deffand de La Lande.

203 A. Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, p. 127-128.

204 En 1876, une bande côtière de cinq kilomètres regroupe un tiers de la population. G.Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 653-654. Cette concentration est certainement moins nette à la fin du xviie siècle mais elle existe déjà. Aussi 25 % des Bretons à moins de dix kilomètres des côtes semble une estimation plausible.

205 Les chiffres utilisés sont ceux fournis par Sautai qui lui-même se basait sur les ordonnances de levées. A. Sautai, Les milices provinciales sous Louvois et Barbezieux, R. Chapelot, Paris, 1909, p. 13.

206 A. de Goué, op. cit., p. 31.

207 P. Laporte, La milice d’Auvergne, Clermont-Ferrand, G. de Bussac, 1956, p. 37-38.

208 On se base ici sur les chiffres de population donnés par J.-P. Goubert, Malades et médecins en Bretagne 1770-1790, Rennes, Klincksieck, 1974.

209 ADIV, C 4704, 1781-1786.

210 AN, G7 177, lettre de Nointel et requête des habitants, 14 juin 1694.

211 J. Gébelin, Histoire des milices provinciales (1688-1791), Paris, Hachette, 1882, p. 34-35.

212 D. Olier, Un siècle de milice en Bretagne 1688-1791. Ses répercussions sur la population, maîtrise, R. Dupuy (dir.), Rennes II, 1991, p. 38.

213 P. Laporte, op. cit., p. 37.

214 ADIV, C 1137, ordonnances du 12 novembre 1733.

215 F. Le Lay, Histoire de la ville et communauté de Pontivy au xviiie siècle. Essai sur l’organisation municipale en Bretagne, Paris, H. Champion, 1911, p. 217-218.

216 ADLA, C 140, février 1752. Ph. Jarnoux, « Une espèce de petite république. Les privilèges d’une paroisse bretonne : Le Gâvre, xiie-xviiie siècles », Histoire et sociétés rurales, 2002, n° 18, p. 159-185.

217 ADIV, C 1140 et C 2552, procès-verbaux de tirage au sort.

218 ADF, C 45, procès-verbaux de tirage au sort.

219 Cl. Vignes, Les milices en Provence de la fin du xviie siècle à la Révolution, thèse de droit dactylographiée, Aix, 1953, p. 55. P. Laporte, op. cit., p. 60.

220 ADF, C 45.

221 Ibidem, procès-verbaux de tirage au sort, 26 mars-17 avril 1787.

222 J. Gébelin, op. cit., p. 85-91.

223 ADLA, C 248, Mellier à de Brou, 19 mars 1719. Un arpent équivaut à une superficie de 20 à 50 ares.

224 ADLA, C 249, 9 avril 1726.

225 ADLA, C 244, ordonnance de Ferrand pour la levée de 1711.

226 ADLA, C 681, supplique, 5 avril 1766.

227 ADIV, C 2552, liste des garçons et des exempts.

228 ADF, C 45, procès-verbal du tirage de 1783.

229 ADIV, C 6147, certificat du recteur de Pleyber-Christ, 1er avril 1781. François Madec payait 138 livres au titre de la capitation et entretenait six domestiques.

230 ADF, C 45.

231 Ibidem, 18 janvier 1780.

232 Ibid., listes du tirage de 1783.

233 P. Laporte, op. cit., p. 69.

234 ADIV, C 4704, liste des garçons présents, exemptés et miliciens pour les années 1781, 1784 et 1786, par paroisse.

235 P. Laporte, op. cit., p. 60.

236 Expression employée par le comte de Guibert dans sa Lettre à l’Assemblée Nationale publiée sous le nom de l’abbé Raynal (10 décembre 1789). Comte de Guibert, Stratégiques, Paris, L’Herne, 1977, p. 672.

237 ADLA, C 244, 11 février 1711.

238 A. Corvisier, L’armée française de la fin du xviie siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, PUF, 1964, t. 1, p. 110.

239 ADLA, C 244, lettre du 24 février 1711.

240 ADLA, C 681, lettre aux négociants de Nantes, février 1780.

241 A. Bergerat, Histoire de Basse-Goulaine. Un village entre Loire et Goulaine, Ville de Basse-Goulaine, 1994, p. 70.

242 ADLA, C 248, Mellier à Feydeau de Brou, 11 avril 1719.

243 ADF, C 45, ordonnance imprimée, 24 décembre 1780.

244 E. Pélaquier, « Le recrutement des milices provinciales en Languedoc au xviiie siècle. Première approche », Histoire et défense, 1990, n° 21, p. 62.

245 SHAT, 2Yc 103.

246 E. Pélaquier, op. cit., p. 62.

247 ADIV, C 2553, juillet et août 1691.

248 2Yc 103, 1759. Le choix de 1753 pour le rôle de la capitation semble raisonnable. ADIV, C 4100 (Lamballe) et C 4110 (Guingamp).

249 ADLA, C 251, procès-verbal, 12 avril 1769.

250 AMN, BB 99, 18 mars 1767.

251 ADLA, C 251, supplique des mégissiers, 18 février 1734.

252 Ibidem, contrat du 3 mai 1788.

253 Y. Danard, A. Gautier, « La milice de l’Ancien Régime en Bretagne », RHA, 1996, n° 4, p. 120.

254 ADLA, C 248, contrat du 26 avril 1719.

255 SHAT, 1M 1770, 15 juin 1735.

256 ADIV, C 892, 18 février 1766.

257 A. Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France, op. cit., t. 2, p. 20.

258 A. de Goué, op. cit., p. 46.

259 Cité par A. Farge, Les fatigues de la guerre, Paris, Le Promeneur, 1996, p. 25.

260 Sautai évoque l’exemple d’un régiment comptant, en 1690, 300 morts et autant de malades dans les hôpitaux. A. Sautai, op. cit., p. 133.

261 ADIV, C 1137, Le Blanc à de Brou, 9 octobre 1727.

262 B. Deschard, « Les Grenadiers Royaux », dans L’armée au xviiie siècle, actes du colloque de 1996, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1999, p. 12.

263 A. de Goué, op. cit., p. 47.

264 ADIV, C 1141, état du 4 octobre 1756.

265 Ibidem, état de mai 1758.

266 B. Deschard, op. cit., p. 11-17.

267 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 462.

268 BN, NAF 371, mémoire du marquis de Langeron, 1780.

269 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 415-417 et cartes p. 430.

270 Juge, colonel, « Un corps de troupes sous Louis XV : le chevalier de Kermellec et le régiment des Bretons volontaires », MSHAB, 1928, t. 11, p. 157.

271 SHAT, A1 3188, 27 octobre 1746.

272 SHAT, 1M 1770.

273 Des Pommelles, Observations sur le recrutement et l’emplacement de l’armée active par cantons ou départements, Paris, Imprimerie royale, 1789, p. 7-8.

274 ADIV, C 69, 6 novembre 1761.

275 SHAT, A1 1896, 8 avril 1705.

276 Des Pommelles, op. cit., p. 6.

277 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 272.

278 G. Minois, op. cit., p. 653.

279 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 2, p. 639.

280 SHAT, 1 Yc 575.

281 A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 443.

282 Ibidem, p. 446.

283 SHAT, 1Yc 657 et 658, 1M 1770.

284 SHAT, 1M 1770.

285 ADIV, C 65, l’intendant à Crémilles, 3 juin 1759.

286 J.-P. Bois, Maurice de Saxe, Paris, Fayard, 1993, p. 433.

287 SHAT, 7Yc 40 (Saxe), 1Yc 575 (Montboissier), 1Yc 482 (La Tour-du-Pin).

288 SHAT, 7Yc 26.

289 Ce travail est possible grâce au répertoire établi par André Corvisier, Les contrôles de troupes de l’Ancien Régime, Vincennes, 1970, t. 4.

290 C. de Calan, « Les colonels bretons dans l’armée française de 1491 à 1789 », MSHAB, 1932, t. 13, p. 213-249.

291 SHAT, 1Yc 21.

292 SHAT, 1Yc 1055.

293 SHAT, 3Yc 215.

294 SHAT, 1Yc 235, 1764.

295 SHAT, 1Yc 575, régiment de Montboissier, compagnie de Kerlaud.

296 SHAT, 7 Yc 40 (1747), 1 Yc 656 (1744), 1 Yc 482 (1748).

297 Voir notamment la 6e brigade de Saxe-Volontaires et la compagnie du Halgouët du régiment de la Tour-du-Pin. Le nom des communes en breton est tiré de : Lec’hanvadur Breizh. Répertoire bilingue des noms de lieux de Bretagne, Rennes, Institut culturel de Bretagne, 1993.

298 A. Corvisier, Les contrôles de troupes de l’Ancien Régime…, op. cit., t. 1, p. 70.

299 SHAT, 1Yc 1055.

300 SHAT, Yb 58.

301 SHAT, A1 2347, lettre de Ferrand, 3 février 1711.

302 SHAT, 1Yc 657.

303 SHAT, 7Yc 40.

304 SHAT, 1Yc 575.

305 Les troupes concernées sont Durfort cavalerie (1730), Ancenis cavalerie (1746) et Monteclerc dragons (1763). SHAT, 3Yc 105, 3Yc 1, 7Yc 26.

306 Hypothèse formulée par David Olier mais jamais confirmée. D. Olier, Les officiers bretons de l’armée de terre royale au xviiie siècle ; sources, bibliographie et perspectives de recherches, DEA, R. Dupuy (dir.), Rennes II, 1992, p. 109.

307 A. Corvisier, « Les officiers retirés en Bretagne au milieu du xviiie siècle », Actes du 103e CNSS, Nancy-Metz, 1978, t. 1, p. 123.

308 G. Minois, op. cit., p. 570.

309 ADIV, 8 B 558, Joseph Sanguelin et Antoine Fabre, 3 juin 1780.

310 F. Broudic, La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995, p. 261-262.

311 A. Babeau, La vie militaire sous l’Ancien Régime, Paris, 1890, t. 1, p. 309.

312 SHAT, 3Yc 215.

313 SHAT, Yb 58.

314 J. Chagniot, Paris et l’armée au xviiie siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 1985, p. 314.

315 Ibidem, p. 329 (tableau).

316 SHAT, 1Yc 536.

317 SHAT, 1M 1770.

318 SHAT, 1Yc 820.

319 SHAT, 1Yc 235, 1764.

320 SHAT, 3Yc 105.

321 A. Corvisier, « Les soldats noirs du maréchal de Saxe. Le problème des Antillais et Africains sous les armes en France au xviiie siècle », dans Les hommes, la guerre et la mort, Paris, Economica, 1985, p. 112.

322 ADIV, C 2552, 28 novembre 1783.

323 ADIV, C 884, lettre du comte d’Argenson, 24 juillet 1743.

324 N. Genet-Rouffiac, « The Wild Geese, les régiments irlandais au service de Louis XIV », RHA, 2001, n° 1, p. 35-48. A. Corvisier, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 271.

325 ADIV, C 883, Breteuil à Viarmes, 23 août 1742.

326 AMN, BB 88, ordre royal, 15 août 1744.

327 Il s’agit de Pierre-André-François Descazaux (1718-1757), capitaine en 1745. SHAT, Yb 120 f° 94, Yb 123 f° 99, Yb 121 f° 120.

328 Les Bocozel étaient possessionnés pour l’essentiel dans des paroisses proches de Moncontour. P. Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, Mayenne, rééd. 1986, p. 464.

329 SHAT, 7Yc 40.

330 SHAT Yb 123 f 223.

331 SHAT, 1Yc 101. Régiment de Béarn.

332 SHAT, 3Yc 247.

333 SHAT, 3Yc 129 (1737) et 1Yc 101.

334 SHAT, 1Yc 820.

335 S. Perréon, « Le recrutement de l’armée de terre au xviiie siècle. L’exemple breton », ABPO, 2001, n° 3, p. 77-78.

336 Kanou Kalon-Vreizh/Chants profonds de Bretagne, op. cit.

337 J. Chagniot, Paris et l’armée…, op. cit., p. 500-501.

338 ADIV, C 882, lettre du 21 juin 1737.

339 ADIV, C 27, l’intendant à d’Angervilliers, 16 septembre 1735.

340 ADIV, C 892, Choiseul à Flesselles, 16 février 1767.

341 ADIV, C 884, d’Argenson à Védier, 10 juin 1743.

342 Ibidem, lettre d’Argenson à Viarmes, 6 avril 1744.

343 ADIV, C 27, lettre d’Angervilliers à Viarmes, 17 novembre 1735.

344 ADIV, 8 B 558, procédure d’août 1780.

345 Sur 75 engagements, seuls 3 sont le fait d’un subdélégué, à Nantes, Brest et Quintin. SHAT, 1 Yc 235.

346 ADIV, C 69, lettre à Choiseul, 6 novembre 1761.

347 SHAT, 7Yc 26.

348 F. Le Lay, op. cit., p. 383-386.

349 F.-M. Luzel, Soniou et gwerziou, Paris, Maisonneuve et Larose, rééd. 1971, t. 1, p. 363, 2e version.

350 ADIV, C 68, l’intendant à Choiseul, 8 mars 1761.

351 Ibidem, supplique de Nicolas Montaudouin et lettre du subdélégué de Machecoul, 26 janvier 1761.

352 F. Le Lay, op. cit., p. 383.

353 G. Girard, Racolage et milice, Paris, 1922, p. 78.

354 ADLA, C 263, lettre de Trébuchet, 27 juin 1717, et correspondance entre le conseil de la guerre et de Brou, 10-20 juillet 1717.

355 SHAT, A1 2347, dossier et correspondance, avril-juillet 1711.

356 ADIV, C 885, d’Argenson à Viarmes, 17 juin 1747.

357 Ibidem, lettre du 11 janvier 1747.

358 Ibid., lettre du 20 janvier 1747.

359 Ibid., d’Argenson à Viarmes, 17 mars 1747.

Table des illustrations

Légende Figure 2 : La capitation des gentilshommes venus défendre Lorient en 1746 (SHAT, A1 3188 ; ADIV, C 4263, 4268 et 4272).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-1.png
Fichier image/png, 523k
Légende Figure 3 : La capitation des gentilshommes de l’évêché de Tréguier venus défendre Lorient en 1746 (SHAT, A1 3188 ; ADIV, C 4268).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-2.png
Fichier image/png, 555k
Légende Figure 4 : Les détachements des milices bourgeoises mobilisables en 1703 (d’après SHAT, A1 1704).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-3.png
Fichier image/png, 761k
Légende Figure 5 : L’assise territoriale des bataillons de milice bretons à la fin de l’Ancien Régime (d’après ADIV, C 4704).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-4.png
Fichier image/png, 642k
Légende Figure 6 : Le poids des levées de milices dans différentes villes bretonnes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-5.png
Fichier image/png, 102k
Légende Figure 7 : L’importance des exemptions et des incapacités au tirage de 1781 (ADIV, C 4704).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-6.png
Fichier image/png, 115k
Légende Figure 8 : Pourcentage des recrues nées en ville parmi les Hauts et Bas-Bretons.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-7.png
Fichier image/png, 89k
Légende Figure 9 : Les lieux de naissance des engagés bretons du régiment de recrues de Rennes en 1764 (d’après SHAT, 1Yc 235).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-8.png
Fichier image/png, 601k
Légende Figure 10 : Les lieux d’engagement bretons des recrues du régiment de recrues de Rennes en 1764 (d’après SHAT, 1Yc 235).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-9.png
Fichier image/png, 528k
Légende Figure 11 : Les lieux de naissance des recrues bretonnes de trois compagnies du régiment de Lyonnais en 1756 (d’après SHAT, 1Yc 536).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-10.png
Fichier image/png, 763k
Légende Figure 12 : Les lieux de naissance des Bretons engagés dans les compagnies de Chollet et Treffa l’aîné, Saxe-Volontaires, en 1745 et 1746 (d’après SHAT, 7Yc 40).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-11.png
Fichier image/png, 434k
Légende Figure 13 : Les lieux de naissance des engagés bretons de la compagnie de Quengo (régiment de Béarn, 1731-1742) (d’après SHAT, 1Yc 101).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17609/img-12.png
Fichier image/png, 133k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search