Version classiqueVersion mobile

L'armée en Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Stéphane Perréon

Première partie. Les rouages et les acteurs de l'institution militaire

Chapitre III. L’administration militaire en fonctionnement : l’étape et les camps en Bretagne

Texte intégral

  • 1 1. ADLA, C 539, bail des étapes pour 1759 et 1760, article XXVI.

L’adjudicataire fournissant des cautions reconnues solvables par la Commission Intermédiaire, ladite Commission lui fera faire des avances proportionnées aux fournitures qu’il aura à faire1.

1Les deux chapitres précédents ont précisé les différents acteurs intervenant dans les affaires militaires en Bretagne et leur rôle tant théorique qu’effectif. Toutefois, la meilleure façon de l’apprécier est encore d’examiner concrètement l’action des différents intervenants dans des opérations routinières sinon quotidiennes. À cet effet, nous avons jeté notre dévolu sur l’étape et les camps provisoires établis le plus souvent sur les côtes. Les aspects économiques et sociaux – profits réalisés, profil social des entrepreneurs – seront pour l’instant exclus car examinés dans la troisième partie. De même, l’étude des routes et des lieux d’étape trouvera naturellement sa place au sein de la deuxième partie, l’examen des charges pesant sur la population nécessitant des précisions géographiques. Ceci permettra de se focaliser sur les rouages administratifs. Plus que la subsistance journalière des troupes, assurée par des munitionnaires, l’étape présente l’intérêt de mettre en scène la commission intermédiaire et ses représentants locaux, les responsables municipaux et paroissiaux, mais aussi, moins systématiquement il est vrai, le commandant en chef et l’intendant, relégué au second plan à partir de 1734. L’étudier nécessite donc de se situer à la fois aux échelles provinciale et locale. Maillon essentiel de la logistique militaire en dehors des espaces guerriers, l’étape était en outre quotidienne et permanente. À l’inverse, les camps estivaux constituaient des rassemblements aussi spectaculaires qu’exceptionnels. Plus spécifiques que les quartiers habituels des troupes dans les villes et campagnes, ils nécessitaient une coordination importante des différents responsables. Ils illustrent, de ce fait, une autre face de la gestion des affaires militaires en Bretagne.

Principes, succès et insuffisances de l’étape bretonne

  • 2 A. de La Chesnaye des Bois, Dictionnaire militaire, Dresde, 1751, t. 1, p. 979 et suivantes.

2L’étape, désignant à l’origine l’arrêt d’une troupe en marche, prit par extension une signification plus large. Au xviiie siècle, on peut la définir stricto sensu comme la fourniture des subsistances nécessaires aux troupes en déplacement2. Le logement n’en faisait pas partie à proprement parler mais lui était intimement lié et souvent associé. L’étape ne concernait pas non plus les troupes en quartiers, qui devaient théoriquement subsister au moyen de leur solde, mais bien exclusivement celles qui se déplaçaient. Quand les troupes recevaient l’étape, cela sous-entendait nourriture, boisson et toit pour la nuit. La grande machine de l’étape mettait en scène nombre des personnages et institutions évoqués précédemment. Au niveau supérieur agissaient États provinciaux, intendant et grands entrepreneurs alors qu’autorités municipales et paroissiales, correspondants de la commission intermédiaire et étapiers locaux œuvraient au quotidien dans les villes et bourgs. Si la thèse de Dominique Biloghi a permis d’éclairer en détail les rouages de l’étape languedocienne, sa consœur bretonne demeure largement dans l’ombre. Au-delà du caractère commun induit par l’appartenance à la catégorie des pays d’États, on doit s’interroger sur les éventuelles particularités bretonnes mais également se demander comment l’étape bretonne se situait dans les débats du siècle sur le ravitaillement des troupes.

Les grandes lignes de l’évolution de l’étape bretonne

  • 3 A. de Goué, Les charges et obligations militaires de la Bretagne depuis la fin du xvie siècle jusq (...)
  • 4 N.-L. Caron, L’administration des États de Bretagne (1493-1790), Nantes, 1872, p. 93-95.

3La création du système de l’étape en Bretagne date de 16753. Colbert, contrôleur général mais aussi ministre en charge de cette province, donna l’impulsion décisive. Comme ils ne manquèrent pas de le souligner dans la plupart de leurs remontrances tout au long du xviiie siècle, les États protestèrent contre cet établissement, s’appuyant notamment sur un édit de Charles VIII de novembre 1493, plusieurs fois confirmé par la suite, en particulier par les contrats de 1634 et 16384. Jusqu’alors, l’étape n’avait été fournie qu’exceptionnellement, pendant la guerre de la Ligue pour l’essentiel. C’est donc bien le pouvoir central qui établit cette institution pour faciliter la subsistance de ses armées.

  • 5 Ibidem, p. 102.
  • 6 L’ordonnance du 15 avril 1718 supprimait les étapes et le logement personnel sauf en pays d’États. (...)

4Il n’existait alors aucune différence avec les autres provinces, mis à part la provenance des fonds. En effet, la somme nécessaire à l’étape provenait du produit des devoirs et des fouages, impôts levés par les États. Il n’existait donc pas d’imposition spécifique à l’étape5. Avant la création de la commission intermédiaire, l’intendant gérait la répartition de ces fonds ; la responsabilité fiscale échut ensuite à la Province. L’année 1701 vit un changement modeste, l’adjudication des étapes se faisant désormais lors de l’assemblée des États, pour une année seulement, l’intendant gardant la haute main sur la seconde année. En 1710, les États obtinrent par rachat l’examen et le jugement du compte des étapes, attribués en 1705 à la Chambre des comptes. Les vicissitudes de l’étape à l’échelle du royaume dans les années 1720 ne concernèrent pas les pays d’États et épargnèrent par conséquent la Bretagne6.

  • 7 N.-L. Caron, op. cit., p. 76.

5La période charnière et décisive date de 1732-1734. La première année voit l’attribution pleine et entière aux États de l’adjudication pour les deux années situées dans l’intervalle de leurs sessions. La seconde se traduit par la création de la commission intermédiaire. L’étape bretonne, financée, administrée et contrôlée par les États, succède à l’étape « nationale » dont la gestion incombait essentiellement à l’intendant. À partir de ce moment, les modifications sont mineures et concernent l’hésitation chronique au sujet du mode d’organisation. En outre, la fourniture du fourrage est souvent considérée comme indissociable de l’étape. En effet, à partir de 1763, cette fourniture, effectuée en nature, fait l’objet d’un bail de deux ans et s’adjuge conjointement avec les étapes. Auparavant, les régiments se chargeaient eux-mêmes de la subsistance de leurs chevaux et percevaient une certaine somme par ration, partie acquittée par le roi et partie par la province7.

Les bases réglementaires

  • 8 ADLA, C 262, lettres des 9 et 11 novembre 1727.
  • 9 N.-L. Caron, op. cit., p. 106-107.

6La fourniture de l’étape intéressait presque tous les acteurs des affaires militaires en Bretagne. Tous agissaient dans un cadre réglementaire bien précis reposant d’abord sur les ordonnances royales, quelquefois explicitées par l’intendance. À la question de Mellier pour savoir si l’ordonnance du 13 juillet 1727 doit avoir « son application de tous les chefs qu’elle contient sans discrétion en Bretagne », La Vergne, secrétaire de l’intendant, répond par l’affirmative, précisant que le commissaire départi n’a conclu aucun engagement à ce sujet et que seuls les États pourraient y modifier quelque chose8. Les ordonnances royales fixaient la teneur des rations et leur donnaient un caractère intangible dans l’ensemble du royaume. Au cours du siècle, les quantités fournies varièrent dans des proportions notables au gré des divers règlements. L’éventualité de telles modifications conduisit la commission intermédiaire à indexer le prix du bail sur les variations de la ration de bouche9.

  • 10 ADLA, C 539, conditions du bail pour la fourniture des étapes et des voitures pour 1759 et 1760, a (...)
  • 11 ADIV, C 3674, requête de Barthélémy Burnel, adjudicataire pour 1729 ; requête des adjudicataires d (...)

7Le bail des étapes constituait l’autre base réglementaire. La plus grande précision s’imposait quant à sa rédaction car il importait impérativement, sous peine de futures contestations, de borner précisément droits et devoirs de l’adjudicataire. Les règlements notifiaient bien à l’entrepreneur qu’il devait assumer tous les risques inhérents à sa fonction : « Ne pourra l’adjudicataire prétendre aucune augmentation ni indemnité, soit pour l’augmentation qui pourroit subvenir sur le prix des denrées nécessaires à la fourniture, par la disette des récoltes ou autrement, pour cause de guerre, ou autre prétexte que ce soit10. » Cette affirmation péremptoire n’empêcha pas plusieurs requêtes, justifiées par des circonstances exceptionnelles11.

  • 12 ADLA, C 539, conditions du bail pour la fourniture… Article XIV.
  • 13 Ibid., article VIII.
  • 14 N.-L. Caron, op. cit., p. 80.

8Par ailleurs, l’adjudicataire n’était pas tenu de disposer d’un préposé dans chaque lieu de passage établi mais il devait alors en assumer la responsabilité, à savoir rembourser les boulangers, bouchers et autres commerçants fournissant la troupe12. Il valait mieux pour lui éviter autant que possible ce cas de figure qui augmentait ses frais presque à coup sûr. Les clauses du bail protégeaient aussi, à certains égards, l’entrepreneur. Maires, échevins et syndics délivraient parfois, par complaisance ou à la suite de pressions, une plus grande quantité de places de bouche que celle spécifiée sur la route des soldats. En ce cas, « ils [étaient] obligés d’en payer le montant à l’adjudicataire, sauf leur recours vers les officiers13 ». Le bail pour la fourniture du fourrage en nature assujettissait l’entrepreneur à disposer d’un magasin général dans chaque lieu occupé par la cavalerie avec, au minimum, des réserves pour quatre jours14.

La nécessaire hégémonie de l’entreprise, les insuffisances de la régie

  • 15 Comte de Guibert, Stratégiques, Paris, L’Herne, 1977, p. 458-474.

9Il existait deux modes d’organisation de l’étape au xviiie siècle : l’adjudication et la régie. La Bretagne connut les deux systèmes avec, toutefois, une nette prédominance du premier. Cette valse hésitation entre les deux systèmes concerna tout le royaume et alimenta un débat passionné entre spécialistes. De grands écrivains militaires ne dédaignèrent pas entrer dans la discussion entre les deux systèmes de fournitures. Guibert, qui traitait plus des subsistances en général que de l’étape en particulier, se prononça résolument contre l’entreprise, même s’il reconnut que la plupart des états européens y avaient couramment recours15. Si la question se posa surtout pour la seconde moitié du siècle, des entorses au règne de l’entreprise se produisirent auparavant. La plus célèbre reste la suppression de l’étape entre 1718 et 1727, sauf en pays d’États. Les difficultés rencontrées expliquent le retour à l’entreprise des étapes en 1727.

  • 16 Andreu de Bilistein, Institutions militaires pour la France ou le Végèce françois, Amsterdam, 1762 (...)
  • 17 Ibidem.

10Pourtant, l’entreprise restait marquée d’une tare aux yeux de beaucoup : l’esprit de lucre. Considérations religieuses et morales s’ajoutaient à d’autres, plus concrètes, pour la condamner sans appel. Andreu de Bilistein, un temps secrétaire de Crémilles et ayant aussi exercé dans les Vivres, se montre catégorique, résumant un avis largement partagé : « Les compagnies ne traitent que pour s’enrichir et toutes s’enrichissent. Le gain se prend ou sur le soldat ou sur le roi16. » Au contraire, pour Bilistein, la régie cumule efficacité et économie, tout en étant « plus glorieuse au roi et plus honorable au soldat17 ».

  • 18 A. Corvisier, (dir.), Histoire militaire de la France, t. 2, p. 14.
  • 19 J.-Cl. Devos, « Le secrétariat d’État à la Guerre et ses bureaux », RHA, 1986, n° 1, p. 95.

11Toutefois, ces remarques omettaient un aspect. Le ressort de l’entreprise reposait, certes, sur l’espérance d’un gain substantiel pour la compagnie engagée mais également sur le maintien d’une administration minimale ainsi soulagée d’une tâche ingrate. Les nombreux écrits favorables aux changements incitèrent néanmoins l’État à battre en brèche le système de l’entreprise. En 1775, par exemple, la régie lui fut substituée pour la fabrication et le débit des poudres et salpêtres18. L’acuité du débat, alimenté par force publications et manuscrits, explique la valse hésitation de Versailles sur le sujet, au gré des changements de ministères19.

  • 20 ADIV, C 4700, « Lettre circulaire à Messieurs les maires et syndics de chaque lieu de passage », 1 (...)

12En Bretagne, l’entreprise régna sans partage jusqu’en 1746. Cependant, la session des États de cette année-là décida de charger la commission intermédiaire de faire la régie de l’étape. Différents facteurs jouèrent un rôle. Le premier tint à l’existence du dense réseau des correspondants de la commission. Le passage à la régie ne modifiait pas fondamentalement leur fonction, consistant pour l’essentiel à superviser l’action des étapiers locaux. Seule une multiplication mal maîtrisée de ces derniers pouvait les submerger sous la tâche à accomplir. La commission comptait donc sur ses correspondants comme sur les maires et syndics pour lui indiquer d’éventuels adjudicataires locaux dignes de confiance : « L’intention de la commission est d’affermer lesdites fournitures à des domiciliés de chaque lieu de passage, dont la solvabilité et l’intelligence soit connue, afin d’assurer de plus en plus cette partie du service ; en conséquence, nous vous prions, Monsieur, après avoir lu lesdites conditions, de vous concerter avec notre correspondant pour nous procurer quelqu’un de votre ville ou bourg pour seconder nos vues20. »

  • 21 N.-L. Caron, op. cit., p. 97.

13Il ne s’agissait donc pas d’une régie proprement dite, les étapiers locaux agréés par la commission par le biais d’adjudications particulières pourvoyant aux vivres21. Par rapport au système en vigueur précédemment, on avait seulement supprimé l’échelon intermédiaire de l’entreprise générale de l’étape, grande compagnie agissant à l’échelle de la province. Quand aucun particulier ne se présentait pour assurer la fourniture dans un lieu d’étape, les correspondants étaient eux-mêmes chargés de subvenir aux besoins des troupes.

  • 22 AN, H1 353, réponse au cahier des États de Bretagne présenté au roi en 1766.
  • 23 AN, H1 322, observation de Pontcarré de Viarmes sur l’article 11 du « projet de mémoire pour servi (...)
  • 24 ADIV, C 4700, lettre à Alain Méen, 23 janvier 1751.

14Il devait logiquement résulter du nouveau système une économie substantielle qui ne laissa pas les États insensibles. À la session de 1748, les commissaires déclarèrent avoir économisé plus de 50 000 livres grâce à la nouvelle organisation22. Quand les États demandèrent au roi de pouvoir continuer la régie, ils « fondèrent leur demande sur l’avantage qui en avoit résulté pour la province qui y avoit trouvé au moins le même bénéfice qu’auroit pu faire un étapier général sur les sous-étapiers23 ». La commission faisait jouer la concurrence à son profit. Elle s’adresse ainsi à l’étapier du Faou en 1751 : « Comme vous n’avez pas voulu vous réduire à un prix proportionné à la valeur des denrées et que vous demandez même une augmentation, la Commission a pris le parti d’affermer Le Faou à un autre étapier pour 1751 et 1752, qui sera chargé d’y faire le service à un prix raisonnable24. » Cela supposait néanmoins qu’il y eût au moins un autre candidat en lice.

  • 25 AN, H1 322, 9 novembre 1748.

15L’affaire concernant au premier chef la province, Versailles n’avait pas de religion précise sur le sujet. Comme le souligne sans ambages le contrôleur général à son collègue d’Argenson, il paraît « assez indifférent que la fourniture de l’étape soit faite en Bretagne par régie ou par adjudication pourvu qu’elle soit faite25 ». Enfin, les événements de Lorient ont peut-être constitué un révélateur : dans des conditions d’urgence, on réussit à fournir les troupes marchant pour la défense côtière, parfois en se passant de l’entreprise de l’étape.

16La régie cessa en 1757, déchéance sans doute précipitée par l’afflux de troupes en Bretagne aux débuts de la guerre de Sept Ans. Une dernière tentative des États pour se passer de l’entreprise eut lieu de 1769 à 1771 mais ne fut pas reconduite. Avantages et inconvénients des deux systèmes sont excellemment mis en évidence par Chardel :

  • 26 N.-L. Caron, op. cit., p. 98-99.

« Une compagnie ne se charge de cette entreprise que lorsqu’elle y voit des profits qui puissent balancer les risques : elle ne régit que lorsqu’elle ne trouve pas à soustraiter, et elle ne soustraite qu’à des prix inférieurs à ceux de son bail. Il est donc certain qu’il devroit y avoir un bénéfice pour la Province à préférer les adjudications partielles ; mais cet avantage est balancé par les risques de compromettre le service. Il est toujours assuré avec une compagnie, il ne l’est pas avec des particuliers dont les ressources sont très bornées26. »

17La régie pouvait suffire en temps de paix mais la guerre, avec son corollaire, les menaces côtières, provoquait de tels passages de troupes que seule une compagnie solide pouvait y faire face. Sensibles aux sirènes de l’économie, les États durent pourtant se rendre à l’argument selon lequel le service de l’armée primait toute autre considération.

Des adjudications étroitement balisées

  • 27 A. M. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des p (...)
  • 28 ADIV, C 4700, procès-verbaux des différentes adjudications.

18Lorsque l’intendant contrôlait l’adjudication du bail des étapes, il était tenu de conclure l’affaire avant le 15 octobre, date à laquelle s’amorçaient les mouvements vers les quartiers d’hiver27. Le respect absolu de cette date butoir s’avérait en revanche impossible quand le bail était signé lors des États, tout dépendant de la date de session de ces derniers. À partir des années 1760, l’adjudication ne s’effectua plus lors de l’assemblée des États mais directement devant les membres de la commission intermédiaire. Cela traduit la montée en puissance de cette institution et sa maturité. Les baux commencèrent dès lors le 1er juin puis le 1er juillet (à partir de 1767), avec un glissement de plus en plus prononcé vers l’automne (1er septembre en 1781, 1er octobre en 1783)28.

  • 29 AN, H1 260, requêtes des États de 1730 et réponses de l’intendant.
  • 30 AN, G7 200, Feydeau de Brou au contrôleur général, 7 février 1720.
  • 31 ADLA, C 539.

19Pour les autorités, une adjudication réussie se traduisait par un prix global en baisse par rapport à l’enchère de départ, fruit d’une compétition entre plusieurs compagnies. Par contre, l’hégémonie d’une compagnie signifiait de substantiels bénéfices pour celle-ci et une affaire médiocre pour la province. Avant 1732, le bail conclu par l’intendant dans l’intervalle des assemblées des États concentrait beaucoup de critiques. On accusait ces adjudications intermédiaires de se monter à une somme plus élevée que celles conclues devant les États, la compagnie ayant obtenu la première adjudication se retrouvant alors souvent sans concurrente. L’intendant La Tour réfuta l’argument à l’aide de contre-exemples et rien ne prouve effectivement que la concurrence fût plus vive devant les États29. On trouve, au contraire, un exemple inverse où l’intendant fit jouer ses relations pour obtenir des tarifs plus avantageux. En 1720, deux compagnies, l’ancienne et une nouvelle, se présentent devant Feydeau de Brou. Toutefois, l’intendant juge les tarifs considérables et sollicite une connaissance de Saint-Malo qui se porte candidat et emporte l’adjudication30. Le passage de toutes les adjudications sous la responsabilité des États ne modifia aucunement les entrepreneurs présents et leurs forces respectives. Une compagnie régnait souvent sans partage durant de longues années. C’est ainsi Barthélémy Burnel, marchand à Rennes, qui remporte cinq fois l’adjudication de 1721 à 1725 puis régulièrement de 1728 à 1744, excepté en 1730 et 173231.

  • 32 ADIV, C 3674, procès-verbal de l’adjudication du bail des étapes devant les États, 1720.
  • 33 Ibidem, affaire de la demoiselle Anne Julienne Ménard, veuve du sieur Le Pertel, contre Pierre Duf (...)

20L’adjudication des étapes devant les États correspondait à un rituel très précis qui mérite qu’on s’y attarde pour ce qu’il révèle des mécanismes internes du système. Tout d’abord, l’adjudication ne se concluait jamais du premier coup et deux ou trois séances étaient en général nécessaires. En effet, les candidats faisaient souvent défaut au début. En 1720, à Ancenis, personne ne se présenta aux deux premières séances32. D’autre part, les États pouvaient juger l’offre insuffisante, comme le 23 janvier 1716 à Saint-Brieuc, l’adjudication étant repoussée au 25 janvier. Les premières séances permettaient surtout de reconnaître le terrain mais on y voyait rarement apparaître celui qui remporterait au final l’adjudication qui, comme Pierre Le Roux en 1720 ou Jean Vallée en 1726, surgit lors du dernier feu pour remporter la mise. Il est par ailleurs probable que certains candidats s’accordaient entre eux, simplement parce qu’au service de la même compagnie. En 1716, Jacques Lambot et M. de Saint-Paul sont au coude à coude pour l’adjudication finale. Lambot l’emporte. Or, ce n’est pas lui le véritable adjudicataire mais une société comprenant Pariette, Jollivet, Dufresne et… Saint-Paul33 !

  • 34 Ibid., billet lié au procès-verbal des trésoriers de France généraux des finances de Bretagne, du (...)

21Un jeu feutré, avec des acteurs principaux masqués nouant entre eux des alliances réelles ou simplement tacites, avait donc lieu durant l’assemblée des États. Les procès-verbaux d’adjudication retranscrivent plus un théâtre d’ombres qu’une scène authentique. C’est seulement lorsque le soi-disant adjudicataire doit fournir une caution devant les trésoriers de France généraux des finances que les masques tombent. Des bourgeois entreprenants reviennent alors à leur modeste dimension d’hommes de paille. Jérôme Jaffrezo, bourgeois briochin, écrit sur un billet : « Je soussigné reconnois qu’encore bien que l’adjudication des étapes pour l’année 1725 soit en mon nom, la vérité est que je n’ay fait que prester mon nom pour faire plaisir à la compagnie34. » On sent poindre le soulagement de se débarrasser d’une responsabilité écrasante. Il existait néanmoins des quasi professionnels de l’adjudication desquels émerge Le Moine des Loges. On le trouve à pratiquement toutes les adjudications de 1720 à 1744. Représentant le marchand rennais Barthélémy Burnel, il s’oppose notamment à Belin, représentant moins inamovible de la principale compagnie concurrente.

  • 35 ADIV, C 4700, procès-verbal de l’attribution du bail pour la période 1767-1769, 23 juin 1767.
  • 36 ADIV, C 3674, affaire de la veuve Le Pertel contre Dufresne, 1731.

22La concurrence se limitait la plupart du temps à deux ou trois compagnies, quelquefois quatre, comme en 176735. Elle intéressait directement – on ne compte pas ici les étapiers locaux et nombreux fournisseurs – rarement plus de deux ou trois douzaines de personnes dans la province. Nul doute que les États décryptaient aisément un jeu qui apparaît pour le moins opaque deux siècles plus tard. L’entreprise de 1716, par exemple, ne se limitait pas aux quatre personnes susmentionnées. Certains associés étaient en effet cessionnaires, comme M. de Saint-Paul qui s’associa avec les sieurs du Haut Breil, Dupré et Priou des Rivières. Or, le dernier nommé au moins n’était en réalité qu’un prête-nom, le véritable intéressé dans l’affaire se nommant Pierre Le Pertel36. L’entreprise de l’étape reposait sur des associations complexes où il est souvent difficile de reconnaître les véritables investisseurs.

23En amont de la conclusion du bail et du choix de l’adjudicataire se situait la véritable tâche de l’intendant ou des États. L’établissement des modalités principales du bail ne posait guère de problème, étant reconductible et subissant peu de changements. En revanche, il fallait fixer le prix de l’adjudication en évitant les deux écueils d’une trop forte somme à débourser ou de conditions trop peu avantageuses qui auraient rebuté les compagnies éventuellement intéressées. De véritables enquêtes sur les ressources disponibles et, plus encore, les prix pratiqués s’avéraient nécessaires.

  • 37 ADLA, C 262, lettre à La Tour, 16 octobre 1731.
  • 38 AMN, EE 256, La Tour à Védier, 7 août 1731.

24Védier, alors subdélégué à Nantes, se livre en 1731 au calcul de la place de bouche en se basant sur les prix du pain, du vin et de la viande dans la cité ligérienne. Il arrive à une somme de six sous trois-quart, ce qui le conduit à déclarer irréaliste d’adjuger la place de bouche à cinq sous cinq deniers37. Des calculs identiques ont lieu pour la place de fourrage, l’intendant insistant sur la nécessaire discrétion de l’enquête menée dans le comté nantais alors que la récolte s’achève : « Il est bon que personne ne soit informé des éclaircissemens que je vous demande38. »

  • 39 ADIV, C 4700, « Lettre circulaire à Messieurs les correspondans de chaque lieu de passage pour sça (...)
  • 40 ADIV, C 3674, « Tarif ou évaluation des étapes de 1733 et 1734 », avec mention « Veu bon, le maréc (...)

25De même, les États s’appuyaient sur les correspondants de la commission intermédiaire pour anticiper le montant du futur bail. À cet effet, les correspondants disposèrent, au moins à partir de 1769, d’états pré-imprimés et d’instructions fort précises. Ils devaient se faire délivrer au greffe de police ou de juridiction de leur lieu d’exercice un état des différents apprécis pour les denrées et reporter ensuite le prix commun dans les colonnes adéquates. Toute initiative n’était cependant pas exclue : « Si vous avez quelques notes particulières sur chaque espèce de denrées, vous en ferez mention dans la colonne d’observations39. » Ces évaluations étaient communiquées, pour information, au commandant en chef et, probablement, à l’intendant40.

L’étape au quotidien : des difficultés qui n’entravent pas le système

  • 41 ADLA, C 262, le subdélégué d’Ancenis, Chesnard, à l’intendant, 4 novembre 1722.

26La condition sine qua non à la bonne fourniture de l’étape était l’anticipation. Les acteurs locaux devaient avoir connaissance des passages de troupes. Alors que les sous-étapiers se procuraient les vivres nécessaires auprès de leurs fournisseurs habituels, responsables municipaux et paroissiaux se préoccupaient du logement. L’existence de plusieurs niveaux d’étapiers nécessitait une certaine célérité de la transmission des avis de passage, faute de quoi l’étape n’était pas fournie ou alors dans la confusion la plus totale. Cela se produit à Ingrandes en 1722. Les fermiers généraux de l’étape pour la Bretagne omettent de prévenir à temps l’étapier de Nantes qui ne peut alors avertir son représentant à Ancenis41.

  • 42 ADLA, C 261, lettre de l’intendance au maire de Nantes, 24 août 1745.
  • 43 ADLA, C 262, correspondance entre Mellier et Charron, 1er et 3 septembre 1722.
  • 44 ADLA, C 261, lettre de l’intendance au maire de Nantes, 19 mars 1748.

27Cependant, les troupes à faible effectif posaient les principaux problèmes. En effet, les autorités n’avertissaient pas, en général, de l’arrivée des recrues et remontes. Le petit nombre de soldats concernés n’aurait pas dû embarrasser l’étapier local à ceci près que ce dernier tenait communément à ferme plusieurs lieux de passage. En son absence, « il en résulte qu’on envoye la troupe à loger chez les aubergistes à grands frais, sans considérer si lesdits étapiers sont en faute ou non42 ». Encore ces troupes disposaient-elles de routes en bonne et due forme. Il n’en allait pas toujours de même des soldats isolés, convalescents sortis des hôpitaux pour la plupart. Leurs officiers oubliaient fréquemment de leur laisser un billet afin que l’étape leur soit fournie sur le trajet les menant à leur régiment et les responsables de la ville où était sis l’hôpital ne s’adressaient que rarement au secrétaire d’État à la Guerre pour leur obtenir une route. Certains de ces malheureux se résolvaient alors à demander l’aumône et on imagine que les désertions ne manquaient pas43. Certes, les autorités municipales pouvaient leur fournir vivres et logements mais si jamais la fourniture totale excédait le nombre d’hommes marqué sur la route du régiment ou de la compagnie, chacun s’en rejetait la responsabilité44.

  • 45 ADLA, C 262, Charron à Mellier, 18 juin 1720.

28Pour fournir l’étape comme le logement, les magistrats municipaux effectuaient des revues, jusqu’à ce que l’ordonnance du 30 novembre 1729 les en dispense. Ils se basèrent alors sur la route de la troupe et les éventuelles modifications effectuées par des commissaires des guerres. Cela nécessitait la coopération des militaires, pas toujours acquise, loin de là. Certains officiers exigeaient le logement et l’étape sur un pied complet, sans vouloir présenter aucune revue. En ce cas, le maire ou syndic s’inclinait mais dressait sur le champ un procès-verbal45.

  • 46 Ordonnance du 13 juillet 1727 rétablissant les étapes dans les pays d’élections.
  • 47 ADLA, C 261, 21 décembre 1739.
  • 48 Ibidem, 20 mai 1744.

29Les règlements demandaient aux responsables municipaux de dresser trois copies de la route de la troupe : une pour le ministre, une pour l’intendant et la dernière destinée à l’étapier, absolument indispensable pour qu’il obtienne paiement46. Dès lors, toute négligence s’avérait préjudiciable à l’étapier voire à l’ensemble du système. En 1739, Pontcarré de Viarmes adresse un rappel à l’ordre à certains maires et syndics qui ne font pas les trois exemplaires des routes47. Cinq ans plus tard, il sermonne particulièrement le maire et les échevins de Nantes qui n’ont rien fourni depuis le 1er juillet 1742 au grand dam de l’étapier48 ! La mise en garde adressée par l’intendant décrit bien les blocages engendrés par leur négligence : « Ils demeureront responsables en leurs noms des sommes qui seront rayées au suppliant [le directeur des étapes] par les Commissaires nommés par lesdits États pour l’examen de ses comptes, faute d’avoir pu représenter lesdits extraits. » Faute de justificatifs de la part de l’adjudicataire des étapes, la commission intermédiaire refuse donc d’effectuer aucun remboursement concernant Nantes. Remarquons que c’est l’intendant, pourtant dessaisi des étapes, qui intervient alors en priorité, plutôt que la commission. Il faut surtout y voir un rôle de tuteur des communautés urbaines.

  • 49 AMB, EE 3, imprimé de l’intendant Le Bret aux maires et syndics de Bretagne, 25 août 1761.
  • 50 ADIV, C 6148, lettre des commissaires à d’Agay, 16 mars 1771.

30La commission intermédiaire facilita la tâche des maires et syndics en leur fournissant, sur demande, des modèles imprimés de routes ou de billets de logement. Plusieurs années après la mise en place de ce système, beaucoup continuent cependant, par ignorance, de faire « transcrire les routes qu’ils délivrent aux étapiers sur des feuilles de papier, ce qui leur occasionne un travail considérable49 ». On voit, en outre, en plusieurs occasions, une communauté ou un général de paroisse se substituer à un étapier défaillant. Le Quentrec, syndic de Locminé, enjoint ainsi au marchand lardier Louis Jehanno de sustenter une recrue de la Légion de l’Isle de France le 25 octobre 1770. Or, non seulement personne ne loue son zèle mais les commissaires critiquent sa méconnaissance du « contenu des conditions [des] adjudications 50 ». En effet, ni l’adjudicataire ni le syndic n’ayant eu connaissance de l’arrivée des soldats, on pouvait refuser l’étape en nature. La bonne volonté manifeste des maires et syndics ne trouvait par conséquent pas toujours sa juste récompense !

  • 51 N.-L. Caron, op. cit., p. 110.
  • 52 Ibidem, p. 108. Ordonnance de la commission du 2 novembre 1765.
  • 53 Ibid.

31L’étape engendrait en certaines occasions des réquisitions. Un ordre brusque suivi d’une marche forcée ne permettait pas aux étapiers de prendre leurs dispositions à temps et de traiter de gré à gré avec leurs fournisseurs. Quand le régiment de Condé doit se rendre à Brest en 1778, la commission intermédiaire ordonne aux bouchers et boulangers situés sur son trajet de tuer des bestiaux et de cuire le pain. On contraint également les marchands de grain, de paille et de foin à livrer aux adjudicataires la quantité demandée51. De tels cas de figure se produisirent rarement et principalement lors de menaces côtières avérées et de descentes ennemies. Des réquisitions eurent néanmoins lieu en dehors de ces situations d’urgence. Le refus d’opérateurs locaux quasi indispensables de concourir à la fourniture les motiva. À Auray, la commission, sur la requête de l’adjudicataire, contraignit le boulanger tenant à ferme le four banal à fournir au préposé de l’étape le pain nécessaire à la subsistance d’un bataillon52. Encore ne s’agit-il ici que d’une décision ponctuelle motivée par le passage de nombreux soldats. Toutefois, le monopole de cuisson du four banal de certains villages ou bourgs ne laissait quelquefois d’autre choix que la réquisition, face à la mauvaise volonté du fermier. C’est ainsi qu’une ordonnance du 6 mars 1773 condamna celui de Belle-Isle-en-Terre à cuire de préférence le pain de l’étape53. La réticence à coopérer au service de l’étape traduit-elle le peu à gagner dans l’affaire ?

  • 54 ADLA, C 262, ordonnance du 20 février 1723.

32Le nombre et la diversité des protagonistes de l’étape rendaient inévitables certains dysfonctionnements. Les négligences des magistrats municipaux en ont mis quelques-uns en exergue. Maires et syndics étaient parfois abusés par des soldats retors. La propension des militaires à la fraude ne fait en effet guère de doute. Les subsistances médiocres voire notoirement insuffisantes distribuées pendant les quartiers constituaient, certes, des circonstances atténuantes. Par leur situation géographique, certains lieux d’étape présentaient des opportunités intéressantes. Les paroisses jumelles d’Ingrandes (Anjou) et de La Rue-du-Fresne (Bretagne) étaient dans ce cas. Les officiers profitaient de ce qu’elles dépendaient de juridictions différentes pour se faire fournir deux fois l’étape, convertie au moins pour moitié en espèces54.

  • 55 N.-L. Caron, op. cit., p. 104.

33Indépendamment de ces fraudes caractérisées, les officiers préféraient bénéficier d’une certaine somme plutôt que de recevoir l’étape en nature. L’officier y gagnait en liberté et en qualité de service et l’étapier réalisait à l’occasion un petit bénéfice. Bien que les règlements condamnent les responsables de la conversion de l’étape en argent à de lourdes peines, « c’est un arrangement sur lequel on ferme les yeux, tant qu’il ne donne lieu ni à des plaintes ni à des abus55 ». Cette tolérance n’était cependant pas de mise pour les simples soldats.

  • 56 « Journal d’un volontaire de la milice de Rennes en 1746 (mémoires inédits d’Anneix des Milleries) (...)
  • 57 N.-L. Caron, op. cit., p. 111. En 1769.

34La distribution de vivres de mauvaise qualité alimentait protestations et contestations. Dans certaines situations d’urgence, le passage quasi impromptu de nombreux soldats expliquait l’insuffisance de la fourniture. Si le cidre du détachement de milice bourgeoise de Rennes est, en 1746, coupé avec moitié d’eau, l’insuffisance des réserves de l’étapier peut l’expliquer56. Néanmoins, certains étapiers indélicats arrondissaient leurs revenus au détriment des soldats dont ils rognaient la ration, ou la composaient de produits médiocres. Ils s’exposaient, ce faisant, à une amende de la commission, si la troupe déposait une plainte. Le correspondant de Baud alla même jusqu’à envoyer aux commissaires à Rennes une ration du pain fourni au deuxième bataillon du régiment de Berry57 !

  • 58 ADIV, C 893, Monteynard à d’Agay, 21 mai 1771.
  • 59 ADLA, C 262, lettre à Charron, 2 mai 1720.

35Les exemples de fraude caractérisée sont relativement rares, les sous-étapiers connaissant les sanctions auxquelles ils s’exposaient. Le commissaire des guerres Senant, convaincu des malversations de l’étapier de Malestroit, le fait même emprisonner58. Plus que les correspondants de la commission, dépourvus de pouvoirs coercitifs, les étapiers locaux devaient donc craindre les foudres des intransigeants commissaires des guerres. Globalement, les dysfonctionnements évoqués sont assez rares et pas forcément imputables à l’adjudicataire des étapes. Les jugements négatifs sont donc conjoncturels, comme celui émis par le commissaire des guerres Princé en 1720 alors que de nombreuses troupes séjournent en Bretagne : « Cet homme [l’étapier général Lacoste] ne paye personne ni ne donne aucun ordre. Je vous prie de lui faire entendre que vous le rendrez responsable des désordres que les troupes font en chaque lieu fautte de fourniture59. »

  • 60 ADIV, C 4700, requête de Pierre Queudreu, fermier général des étapes et voitures des troupes pour (...)

36L’étape subit cependant quelques perturbations conjoncturelles, dues essentiellement à l’afflux de troupes en temps de guerre. Pendant la guerre de Sept Ans, un certain nombre de régiments marchèrent sans bénéficier de l’étape, ce qui permit aux États d’effectuer de substantielles économies alors que le fermier général continuait de fournir voitures et chevaux et y perdait. Les contrordres et les changements de direction inhérents aux situations d’urgence firent quelquefois que les vivres et les consommateurs ne se trouvèrent pas au même endroit60. Les marches forcées de 1758 se passèrent également du système de l’étape, l’énergie des responsables de la logistique et la bonne volonté des fournisseurs évitant toute disette aux soldats. Il eût toutefois été difficile de généraliser un tel mode de fonctionnement. Les entorses à l’étape naquirent par conséquent de situations d’urgence.

L’établissement ponctuel de camps en Bretagne

  • 61 A. de La Chesnaye des Bois, op. cit., p. 373.

37Alors que l’étape mettait en scène l’administration dans sa quotidienneté, les camps établis en Bretagne se singularisaient par leur caractère ponctuel et même exceptionnel. On y retrouvait peu ou prou les mêmes acteurs mais pas forcément dans des rôles identiques. Une précision sémantique s’impose. Dans le langage du xviiie siècle, le terme de camp désigne tout ensemble regroupant des militaires sous des tentes ou dans des baraquements, quel que soit l’objet de l’établissement61. Dans les propos qui vont suivre, on réservera en priorité le mot à des regroupements exceptionnels de soldats que l’on ne peut assimiler aux troupes en quartiers. Les différentes ordonnances prévoyant un campement estival des soldats ne reçurent qu’une application limitée et la quasi totalité des camps de Bretagne répondent à d’autres objectifs. Mis à part l’aspect stratégique et tactique, apanage des grands officiers militaires, la subsistance était la préoccupation essentielle des autorités. Elle présentait les mêmes caractéristiques que celle des troupes en quartiers à ceci près que les camps se singularisaient par une concentration géographique jamais atteinte habituellement sauf, peut-être, en 1746 et 1758, alors qu’il fallait repousser l’ennemi ayant débarqué. Détailler la mise en place de ces camps permet de voir fonctionner l’administration militaire en Bretagne dans un autre contexte que celui, plus habituel, de l’étape.

Des camps répondant à divers objectifs

  • 62 SHAT, A1 1206, lettre au roi, 13 juillet 1693.
  • 63 ADIV, C 916, états du 18 juin 1747.
  • 64 Ibidem.

38L’établissement de camps périodiques en Bretagne a presque toujours répondu à des impératifs stratégiques et/ou tactiques intéressant en priorité la défense littorale. Deux périodes se singularisent toutefois. Jusqu’au milieu du xviiie siècle, on regroupa des soldats de différents corps, souvent à proximité des côtes, pour qu’ils fussent à même de s’y porter en cas de menace ennemie. Le séjour dans le camp se traduisit par des revues et des exercices. En 1693, cavaliers et fantassins séjournent environ un mois près de Vitré et le maréchal d’Humières précise : « On a aussi pris grand soin de les discipliner et de leur faire faire l’exercice62. » Quoique Vitré fût relativement éloignée de la mer, ce regroupement avait pour objet la défense des rivages de la Baie du Mont Saint-Michel, les soldats se rendant d’ailleurs à Pontorson à la mi-juillet. La finalité des camps côtiers établis en 1747 était encore plus évidente : quelques mois après l’épisode de Lorient, on comptait ainsi prévenir une nouvelle descente anglaise ou en tout cas se donner les moyens d’y répondre. En effet, ces camps s’adressaient notamment aux compagnies détachées de la garde-côtes : celui d’Hennebont regroupait 810 hommes et celui de Landerneau 98763. Le camp de Quélern, en presqu’île de Crozon, rassemblait, en sus de deux bataillons de garde-côtes, le bataillon de milice royale de Fontenay-le-Comte (Poitou) et le deuxième bataillon de Wittmer suisse64. Dans le cas spécifique des milices garde-côtes, on escomptait que le côtoiement de troupes de ligne contribuerait à leur militarisation : comme ceux de Quélern, les miliciens de Landerneau voisinaient avec les premiers bataillons des régiments de Ponthieu et Wittmer suisse. Si l’année 1747 fut particulièrement propice aux camps – il en existe un autre près de Cancale –, d’autres fonctionnèrent périodiquement dans la première moitié du xviiie siècle, pour l’essentiel à Quélern et aux Blancs-Sablons, près du Conquet.

  • 65 SHAT, 1M 1823, lettre du duc d’Aiguillon au ministre, 26 juillet 1756.
  • 66 Ibidem, état des camps en 1756.
  • 67 Ch. Helleu, Le duc d’Aiguillon, défenseur des côtes de Bretagne pendant la guerre de Sept Ans (175 (...)

39En 1756, la Bretagne voit apparaître un autre type de camp. Celui établi sous Saint-Malo n’a guère pour objet la défense de la côte mais est destiné à des manœuvres, de deux catégories : exercices d’artillerie avec des canons à la suédoise et opérations d’embarquement et de débarquement65. Cette année-là, dix autres camps côtiers sont établis de Granville à Dunkerque : celui de Saint-Malo s’inscrit donc dans le cadre d’un projet global66. Les autres desseins de la Cour, comme celui de débarquer à Jersey, ne furent jamais évoqués qu’en termes sibyllins et la prise des îles Chausey par les Anglais le 14 juillet les rendit caducs67.

  • 68 ADIV, C 4699, le duc d’Aiguillon aux commissaires, 30 juillet 1756.

40La mise en place de camps de manœuvres devait beaucoup aux théoriciens de l’art militaire, désireux de vérifier de visu les grandes options tactiques du moment sans le couperet de la défaite ou de la victoire sanctionnant une bataille. De tels rassemblements demeurèrent cependant exceptionnels. La rareté des camps s’explique certainement par le coût et les efforts nécessaires à leur approvisionnement, impossibles à reconduire fréquemment. Par ailleurs, le regroupement dans des camps n’était pas la seule possibilité d’exercer des troupes. Cavaliers et dragons ne se réunissent pas à Saint-Malo en 1756 mais s’exercent « à des manœuvres qui leur sont propres » dans plusieurs villes de Bretagne68.

  • 69 B. Pocquet, Les origines de la Révolution en Bretagne, Paris, Perrin, 1885, p. 139-142.

41En 1788, un camp particulier fut établi à Rennes. L’agitation antiministérielle, encouragée par le parlement, provoqua des troubles et l’arrivée de troupes le 30 mai. On proposa de les loger suivant l’usage dans des casernes mais la municipalité fit obstruction, si bien que les autorités militaires recoururent à l’expédient d’un camp établi aux portes de la ville69. Cet épisode illustre à l’envi le rôle central joué par les responsables municipaux dans le logement des soldats, seul le recours à un procédé extraordinaire, motivé par les circonstances, pouvant suppléer à leur inertie. En fin de compte, peu importe la fonction du camp puisque les modalités de fonctionnement et les inévitables difficultés étaient les mêmes dans tous les cas.

  • 70 ADIV, C 916.

42Qui dit camp dit logement provisoire, sous la tente généralement. La durée de vie de ces établissements était donc courte et, pour l’essentiel, limitée à la période estivale. D’autre part, l’emplacement d’un camp ne traduisait pas uniquement des impératifs stratégiques. Il s’avérait nécessaire de prendre en compte d’autres considérations. Pour des raisons de discipline, le camp ne jouxtait jamais tout à fait un bourg ou une ville. Celui de 1693 se situe à un quart de lieue de Vitré, comme les Blanc-Sablons par rapport au Conquet, alors que les troupes de 1756 et 1778 campent à une demi-lieue de Saint-Malo. Si la distance n’est pas plus importante, c’est notamment pour que les officiers supérieurs puissent disposer d’un logement en dur, confortable si possible : en 1756, un brigadier loge chez le connétable de Saint-Malo70.

  • 71 SHAT, A1 1205, lettre du 3 juin 1693.
  • 72 ADIV, C 916, description du camp sous Saint-Malo.
  • 73 SHAT, A1 1205, lettre du maréchal d’Humières, 2 juin 1693 et 1M 1823, lettre à l’intendant Le Bret (...)
  • 74 SHAT, L I C 1120, carte du camp de Saint-Malo ; L I D 124, camp de Paramé.

43On constate, par ailleurs, le souci réel d’épargner les terres cultivées et de ne pas priver les paysans de leur récolte. Le camp sous Vitré s’étend sur une lande inculte, assez loin des parcelles ensemencées71. Celui de Paramé s’établit de même sur une pelouse inculte et déborde seulement sur quelques terres cultivées très médiocres72. Quant aux camps de Quélern et des Blanc-Sablons, ils ne nuisent guère qu’à la dune. Pour les hommes et plus encore pour les chevaux, un élément s’avérait indispensable : l’eau. En 1693, les troupes campent non loin de la rivière et en 1756 le comte d’Argenson se félicite de la présence sur le site de nombreux puits, sources et fontaines, un ruisseau se jetant dans la baie de Rothéneuf le délimitant à l’est73. Le camp de 1778, qui s’inscrivait dans un triangle ayant pour sommets Paramé, Saint-Ideuc et Rothéneuf, tint également compte pour son implantation des chemins ruraux. Les deux régiments irlandais et celui de Lorraine longeaient le chemin menant au fort de La Varde alors que Royal-Roussillon et La Marine étaient campés au bord de celui de Limouëlou, qui débouchait sur le précédent. Plus à l’est, les régiments de Condé et Schomberg n’étaient guère éloignés d’un carrefour74.

44Qui choisissait l’emplacement précis du camp ? Peu loquaces sur le sujet, les archives mettent néanmoins davantage en exergue le rôle des plus hauts responsables militaires que celui de l’intendant. Pour le camp de Vitré, on peut légitimement soupçonner l’intervention du duc de Chaulnes, malgré son absence au moment du rassemblement (il reste à Saint-Malo pendant l’été). En 1746-1747, M. de Coëtmen, commandant en second, joue un rôle décisif et le duc de Penthièvre s’en remet à lui. Le choix du site de Paramé en 1756 doit beaucoup au duc d’Aiguillon, interlocuteur privilégié de Versailles.

  • 75 Soit un peu moins de 8 000 m2. ADIV, C 5036, Fi 69 et 70.
  • 76 SHAT, 1M 1094, « carte du cours de la Vilaine depuis l’écluse de Chancor jusqu’à le gailieu où l’o (...)
  • 77 ADIV, C 5036, Fi 70.
  • 78 Ibidem, Fi 73.
  • 79 ADIV, C 4942, p. 358, 27 mai 1784.

45Les camps établis pour les soldats travailleurs de la Vilaine dans les années 1780 présentaient moins de contraintes que ceux destinés aux manœuvres et exercices. D’abord, ils abritèrent des effectifs relativement limités : le plus grand, celui de La Rousselais, jouxtant le lac de Murin, compta 320 occupants pour une superficie totale inférieure à 200 toises carrées75. La localisation répondait au critère de la proximité des travaux et des sources d’eau potable. Le camp de Pont-Réan est à peine à 200 mètres de la rivière ; les autres s’en approchent encore davantage76. Quant à celui de La Rousselais, il « est placé entre deux fontaines qui fournissent suffisamment de l’eau pour les besoins des travailleurs77 ». En revanche, il n’était pas toujours possible d’établir les soldats sur des terres incultes. Le plan du projet du camp de La Molière, en 1788, précise les pièces de terre ensemencées ou en passe de l’être78. Ces camps présentaient enfin la particularité d’être bâtis en dur : il s’agissait de baraques en bois. La longueur du séjour (quatre à cinq mois) jusqu’à l’automne (fin octobre en général) ne permettait guère un autre choix. On envisagea toutefois la possibilité de démonter les baraques pour les déplacer au gré de l’avancement des travaux mais il ne semble pas qu’on mit ce projet à exécution79.

Une préoccupation essentielle : le ravitaillement

  • 80 Ibidem, lettre aux commissaires des États, juillet 1756.

46Chaque camp était placé sous l’autorité d’un officier de haut rang aux compétences exclusivement militaires : maréchal d’Humières à Vitré, marquis de Rothelin à Quélern en 1747, le duc d’Aiguillon en 1756, M. de Castries en 1779. Comme le précise le maréchal de Belle-Isle, « les généraux à qui le Roy juge à propos de confier les commandements de ses armées n’entrent point dans les détails de dépenses qui sont ordonnées, réglées et assignées par le secrétaire d’État ayant le département de la guerre et par les intendants des armées ou des provinces où les troupes sont réparties ou assemblées80 ». Les camps posaient de vrais problèmes de ravitaillement parce que les effectifs rassemblés dépassaient, souvent de loin, ceux des quartiers d’hiver : près de 2 000 hommes à Quélern en 1747 mais 8 000 à Paramé neuf ans plus tard !

  • 81 AN, H1 334, « dépenses du camp sous Saint-Malo », 1756.
  • 82 SHAT, 1M 1823, lettre au duc d’Aiguillon, 5 juillet 1756.

47Pourvoir à la fourniture des camps entraîna des tensions avec les États de Bretagne. En effet, les camps ne ressortissaient pas aux étapes mais n’étaient pas non plus tout à fait assimilables aux quartiers habituels des troupes. Le différend avec les États porta sur la fourniture d’ustensiles, de bois, de paille et surtout de fourrage. L’administration royale comptait sur la Province pour acquitter ces diverses dépenses, ce qui ne manquait pas d’entraîner les protestations des États. La commission intermédiaire eut aussi l’habileté de rappeler qu’elle n’était qu’un organe d’exécution, « sans pouvoir pour autoriser le trésorier de la province à fournir aux dépenses du camp assemblé sous Saint-Malo81 ». Cette obstruction inquiète même le maréchal de Belle-Isle qui convient que les difficultés « viennent de l’incertitude où peuvent estre les États de sçavoir si les frais du camp seront à leur charge ou à celle du Roy ». Il insiste alors sur les impératifs militaires : « Cette raison ne doit point empescher que le service ne se fasse ni mettre obstacle à l’établissement d’un camp qui a été jugé nécessaire et dont le retardement seroit contraire à ce qui a été projeté82. » Chacun campe donc sur ses positions.

  • 83 Ibidem.
  • 84 Ibid., lettre au duc d’Aiguillon, 9 juillet 1756.

48Cet épisode dévoile également des divergences d’appréciation entre les deux commissaires royaux. Le Bret a écrit au ministre que toute l’opération s’effectuerait sans difficulté alors que le duc d’Aiguillon, plus circonspect, fait part de quelques inquiétudes83. Excès d’optimisme de l’intendant ? Sans doute pas car instruit par son subdélégué général des précédents de 1747, il savait que la commission finirait par céder et ne souhaitait probablement pas alerter Versailles. La commission intermédiaire se plia effectivement à temps aux injonctions de Versailles au point que, quelques jours après sa lettre alarmiste, Belle-Isle se félicita de la « détermination des États de se charger de tous les approvisionnements relatifs au camp84 ». Cette acceptation ne traduisait pas l’entière capitulation de la Province. Les États payaient sur le coup mais n’avaient ensuite de cesse d’obtenir le remboursement des dépenses, grâce à force mémoires.

  • 85 AN, H1 334, « Dépenses du camp sous Saint-Malo », 1756.

49Les États se permirent néanmoins des critiques lourdes de sens. En 1756, ils remontrèrent que les camps des autres provinces étaient formés par des troupes qui y séjournaient déjà alors que le camp de Saint-Malo aurait provoqué un afflux particulièrement important de soldats en Bretagne. Dans la logique de ce raisonnement, ils affirmèrent même que « lors de l’assemblée du camp sous Saint-Malo, il y avoit en Bretagne plus de troupes qu’il n’en étoit besoin pour l’entière sûreté de la province85 ». Cela revenait non seulement à ignorer les finalités manœuvrières du camp de 1756 mais également à mettre en doute les capacités des plus hautes instances militaires du royaume, les commissaires connaissant mieux, soi-disant, les besoins réels pour la défense littorale !

  • 86 N.-L. Caron, op. cit., p. 64.

50Distinguons toutefois les paroles des actes. Toute dépense supplémentaire et inhabituelle entraînait systématiquement la protestation de la commission et des États qui, en outre, se faisaient un devoir de développer une argumentation sérieuse écornant parfois les prérogatives de Versailles. Cela ne les empêcha jamais d’apporter satisfaction aux demandes formulées et le bras de fer avec le pouvoir central et ses représentants demeurait épistolaire. En matière de camps, la stratégie des États était, par conséquent, d’acquitter le moins de dépenses possible et d’affirmer hautement leur caractère extraordinaire sinon illégal à leurs yeux. En résumé, ils payaient sans en accepter le principe. Leur obstination leur valut d’ailleurs d’être remboursés en 1757 de la majeure partie des dépenses engagées l’année précédente86.

  • 87 ADIV, C 916, lettre à Pontcarré de Viarmes, 23 juin 1746.
  • 88 SHAT, 1M 1823, extrait de l’acte d’adjudication.
  • 89 Ibidem, lettre des commissaires, 6 août 1756.
  • 90 Ibid., La Turie des Rieux aux commissaires, 24 juillet 1756.

51Quelles modalités pratiques présidaient au ravitaillement des camps ? Tout d’abord, l’administration se réservait le droit de recourir aux réquisitions. Comme on évoquait l’éventualité de rassembler la cavalerie à proximité des côtes, le marquis de Coëtmen préconisa de se servir sur toutes les prairies environnantes et même dans les champs de céréales. D’Argenson ne s’y montra pas favorable87. On procédait donc, comme pour les troupes en quartiers, par le biais de marchés et d’adjudications. Le 25 juin 1756, la fourniture d’ustensiles, de bois et de paille au camp de Saint-Malo fut adjugée par la commission intermédiaire à Antoine-Jérôme Regnault de Beauvallon, négociant à Saint-Malo, François-Sébastien Gazon de La Maisonneuve, négociant à Rennes, se portant caution88. Le bail le contraignait à apporter directement les fournitures convenues au camp, ce qui signifiait en assurer également le convoyage. Cet objet entraîna de nombreuses contestations. En effet, compte tenu des quantités à transporter, seul un système de réquisition des charrettes pouvait convenir. Or, les seuls habilités à superviser ce genre de réquisition étaient les correspondants de la commission. La bonne marche du système supposait par conséquent une coopération étroite entre ces derniers et les préposés du sieur Beauvallon. Ce fut loin d’être le cas. Certains valets de l’adjudicataire réquisitionnèrent des charretiers à l’insu des correspondants, dispensant de cette corvée moyennant douze à quatorze sols et contraignant certains paysans à les abreuver généreusement89. Beauvallon encourageait aussi ses préposés à n’acquitter aux charretiers que des prix inférieurs à ceux stipulés par le bail, ce qui provoqua une sérieuse altercation entre celui de Dol et le correspondant de la même ville, La Turie des Rieux, qui menaça de stopper toute fourniture de charrette90. Des contestations à propos de la paille fournie s’élevèrent également. En tout état de cause, si cette adjudication permit effectivement au camp de disposer du bois et de la paille nécessaires, elle causa beaucoup de soucis à la commission qui, à cette occasion, apparaît plutôt protectrice des populations.

  • 91 ADIV, C 916, lettre du 21 avril 1746.
  • 92 ADIV, C 3674, mémoire sur le bail de 1777 à 1779.

52Trouver un adjudicataire ne s’avérait d’ailleurs pas toujours possible, une pénurie pouvant provoquer un tel enchérissement que les éventuels candidats, certains d’y perdre, renonçaient. La rareté du foin en pays vannetais au printemps 1746 conduit le commissaire des guerres Houvet à se montrer circonspect : « Je n’ose parler d’adjudication parce que quand bien même j’aurois trouvé un adjudicataire, on luy tiendroit le foin à plus haut prix que celuy de son adjudication91. » En 1778, la commission procède différemment. Les États sollicitent alors les adjudicataires de l’étape et des fourrages92. Les entrepreneurs ne purent guère refuser mais n’y trouvèrent pas leur compte financièrement. Pour la Province, en revanche, un tel procédé constituait une solution de facilité, le recours à un adjudicataire particulier étant source de travail supplémentaire voire d’inquiétude.

  • 93 ADIV, C 916, ordonnance imprimée de Pontcarré de Viarmes du 16 juin 1747.
  • 94 SHAT, 1M 1823, l’intendant Le Bret au duc d’Aiguillon, 11 juin 1756.

53La fourniture de nourriture et de boisson posait moins de difficultés mais elle n’allait pas de soi. Procurer des vivres à des milliers d’hommes pendant plusieurs semaines relevait parfois de la gageure. Une utilisation optimale des ressources locales s’avérait indispensable. Cet afflux de soldats provoquait également une hausse brutale de la demande et, par conséquent, des prix. Il était donc inconcevable de libéraliser ce marché particulier, par exemple en autorisant marchands et paysans à ravitailler directement les troupes. L’administration militaire n’y eût pas trouvé son compte. En 1747, Boyle, entrepreneur pour la fourniture du pain de munition, se plaint que son préposé du Conquet ne trouve pas sur le marché local de quoi s’approvisionner, les détenteurs de grains envisageant de vendre directement aux soldats pour accroître leur bénéfice93. La menace de disette pesant sur le camp des Blancs Sablons justifia les ordonnances des 14 mai et 16 juin menaçant d’amendes ou de prison les habitants peu coopératifs et trop âpres au gain. Prévoyant, Védier se rendit à Saint-Malo un mois environ avant l’établissement du camp pour examiner les possibilités d’avoir de la viande à un prix raisonnable94.

  • 95 Védier fut d’abord commissaire des guerres. C’est au moins autant à ce titre qu’à celui de subdélé (...)
  • 96 ADIV, C 916.
  • 97 Ibidem, ordonnance imprimée de Pontcarré de Viarmes du 6 juin 1747.
  • 98 Ibid., lettre du 3 juin 1747.

54C’est l’occasion de souligner l’action fondamentale des commissaires des guerres en ce domaine95. Un commissaire des guerres exerçait dans chaque camp : en 1747, on trouve ainsi Houvet à Hennebont, Séroux de Biscours à Landerneau et Morlat à Cancale96. En outre, leur action disciplinaire ne pouvait que faciliter la qualité du ravitaillement. En effet, les autorités encourageaient les paysans à vendre de menues denrées supplémentaires, sachant, cependant, que le bon fonctionnement de ce commerce nécessitait de veiller à la discipline des soldats97. En plein été et dans une contrée riche en potagers, le soldat ne pouvait guère se contenter de pain et de viande. Il importait donc de lui faciliter l’accès aux légumes de saison payés de gré à gré car, comme le remarquait Védier, « si l’on ne fait pas en sorte que le soldat trouve au camp des légumes à acheter, il pillera tous les jardins de la ville et des environs de la ville et tous ceux qui seront à portée du camp98 ».

De petits théâtres de la grande affaire militaire

  • 99 SHAT, 1M 1823, lettre du maréchal de Belle-Isle au duc d’Aiguillon, 29 juin 1756.

55En Bretagne, où les casernes, dans l’acception actuelle du terme, n’existaient pas, les camps présentaient l’originalité de constituer les seules véritables enclaves militaires avec, certes, les citadelles, mais l’étendue et la population de ces dernières étaient bien moindres. Le camp se présentait comme une petite ville provisoire peuplée de soldats. Elle possédait ses règles propres, empreintes de discipline militaire. À Paramé, une brigade de maréchaussée veille particulièrement au maintien de la discipline, pour prévenir crimes et délits. Les officiers disposent sans conteste d’une liberté supérieure mais on les empêche de s’absenter pour aller chasser ou pêcher99. Cette cité militaire dispose aussi de sa propre chapelle. L’imperméabilité du camp ne doit cependant pas faire illusion ; des soldats en sortent, des civils y entrent, en premier lieu les paysans venus vendre leurs légumes mais également les inévitables prostituées frayant dans le sillage des troupes.

  • 100 Ibidem, liste des principaux responsables civils du camp.
  • 101 Ibid., état de logement.

56Par ailleurs, il était hors de question de faire camper les officiers généraux ni les grands administrateurs civils. En 1756, l’intendant, le subdélégué général, le commissaire des guerres, le baron de Pontual, commissaire des États, tous logent à Saint-Malo100. Les listes indiquant le logement précis de ces différents personnages avaient une fonction précise et pratique : joindre avec le plus de célérité les principaux intervenants dans la gestion du camp. Ceci explique qu’elles indiquent l’adresse du maire, des deux administrateurs de l’hôtel-Dieu, de l’ingénieur en chef, du trésorier des troupes, du secrétaire de la ville, du munitionnaire, du distributeur du tabac et du fermier des devoirs. Tous interviennent effectivement à un titre ou à un autre. On remarque toutefois une séparation nette des chefs militaires et des administrateurs civils. Si toutes les personnes chargées de la logistique, intendant en tête, logent à Saint-Malo, les principaux officiers demeurent au plus près des troupes, dans des hameaux jouxtant le camp : quartier général, avec le duc d’Aiguillon et le comte de Balleroy, à Paramé, la plupart des autres à Saint-Ideuc101. L’établissement de tels camps offrait l’occasion fort rare de concentrer dans un même lieu les principaux acteurs de l’affaire militaire en Bretagne. Ces personnages se rencontraient probablement de temps en temps, à Rennes principalement, mais leur coopération était d’abord épistolaire. En 1756, ils œuvrent tous de concert et peuvent communiquer de vive voix, ce qui évite les éventuels malentendus. Cet exemple montre que ces hommes se connaissent et, du moins peut-on le supposer, s’estiment généralement. L’impression qui en découle est qu’au-delà des inévitables rivalités entre les institutions qu’ils représentent, l’entente l’emporte entre eux.

Conclusion

57Le service quotidien de l’étape – qui subissait toutefois des fluctuations importantes – et l’établissement plus exceptionnel de camps estivaux montrent une coopération étroite entre les différents acteurs des affaires militaires en Bretagne. Les querelles idéologiques et les conflits de pouvoir n’y avaient guère leur place. Mauvaise volonté, tricherie et malversations demeuraient l’exception. Les entrepreneurs et leurs préposés étaient surtout mis en difficulté par les aléas climatiques ou de la conjoncture politique, les périodes de guerre étant marquées, à partir de la guerre de Succession d’Autriche, par un afflux de soldats et des remuements consécutifs aux descentes ennemies. Quant aux militaires, ils comptaient sur les autorités civiles pour être déchargés des contingences logistiques et seul un réel mécontentement motivé par des dysfonctionnements pouvait les conduire à s’immiscer dans cette dernière matière. Le transfert de responsabilités à la Province n’influa en rien sur l’efficacité du système, la coopération l’emportant entre les différents responsables impliqués dans le service du roi.

58Le rôle joué par la Province dans l’administration militaire à partir de 1734 souligne un paradoxe. Alors que les doléances des États dénonçaient régulièrement la lourdeur des charges militaires pesant sur la Bretagne, la commission intermédiaire qui en émanait s’efforçait de remplir ses obligations vis-à-vis des militaires quitte, parfois, à ne pas ménager les contribuables.

59Pour la majorité des Bretons, l’armée apparaissait en effet d’abord à travers les fournitures demandées et toutes les charges inhérentes à l’institution militaire. Fournir des hommes, des lits, des montures, telle était la principale relation avec l’armée.

Notes

1 1. ADLA, C 539, bail des étapes pour 1759 et 1760, article XXVI.

2 A. de La Chesnaye des Bois, Dictionnaire militaire, Dresde, 1751, t. 1, p. 979 et suivantes.

3 A. de Goué, Les charges et obligations militaires de la Bretagne depuis la fin du xvie siècle jusqu’en 1789, Paris, Rousseau, 1906, p. 235.

4 N.-L. Caron, L’administration des États de Bretagne (1493-1790), Nantes, 1872, p. 93-95.

5 Ibidem, p. 102.

6 L’ordonnance du 15 avril 1718 supprimait les étapes et le logement personnel sauf en pays d’États. Les étapes furent rétablies par l’ordonnance du 13 juillet 1727.

7 N.-L. Caron, op. cit., p. 76.

8 ADLA, C 262, lettres des 9 et 11 novembre 1727.

9 N.-L. Caron, op. cit., p. 106-107.

10 ADLA, C 539, conditions du bail pour la fourniture des étapes et des voitures pour 1759 et 1760, article XXIII, 3 avril 1759.

11 ADIV, C 3674, requête de Barthélémy Burnel, adjudicataire pour 1729 ; requête des adjudicataires du bail pour la période 1777-1779.

12 ADLA, C 539, conditions du bail pour la fourniture… Article XIV.

13 Ibid., article VIII.

14 N.-L. Caron, op. cit., p. 80.

15 Comte de Guibert, Stratégiques, Paris, L’Herne, 1977, p. 458-474.

16 Andreu de Bilistein, Institutions militaires pour la France ou le Végèce françois, Amsterdam, 1762, p. 124.

17 Ibidem.

18 A. Corvisier, (dir.), Histoire militaire de la France, t. 2, p. 14.

19 J.-Cl. Devos, « Le secrétariat d’État à la Guerre et ses bureaux », RHA, 1986, n° 1, p. 95.

20 ADIV, C 4700, « Lettre circulaire à Messieurs les maires et syndics de chaque lieu de passage », 13 mai 1769.

21 N.-L. Caron, op. cit., p. 97.

22 AN, H1 353, réponse au cahier des États de Bretagne présenté au roi en 1766.

23 AN, H1 322, observation de Pontcarré de Viarmes sur l’article 11 du « projet de mémoire pour servir d’instruction particulière à Messieurs les commissaires du Roy à l’assemblée des États de Bretagne de l’année 1750 ».

24 ADIV, C 4700, lettre à Alain Méen, 23 janvier 1751.

25 AN, H1 322, 9 novembre 1748.

26 N.-L. Caron, op. cit., p. 98-99.

27 A. M. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des provinces, Paris, Imprimerie nationale, 1874-1898, t. 1, p. 181-182.

28 ADIV, C 4700, procès-verbaux des différentes adjudications.

29 AN, H1 260, requêtes des États de 1730 et réponses de l’intendant.

30 AN, G7 200, Feydeau de Brou au contrôleur général, 7 février 1720.

31 ADLA, C 539.

32 ADIV, C 3674, procès-verbal de l’adjudication du bail des étapes devant les États, 1720.

33 Ibidem, affaire de la demoiselle Anne Julienne Ménard, veuve du sieur Le Pertel, contre Pierre Dufresne, adjudicataire des étapes en 1716, 1731.

34 Ibid., billet lié au procès-verbal des trésoriers de France généraux des finances de Bretagne, du 11 décembre 1724.

35 ADIV, C 4700, procès-verbal de l’attribution du bail pour la période 1767-1769, 23 juin 1767.

36 ADIV, C 3674, affaire de la veuve Le Pertel contre Dufresne, 1731.

37 ADLA, C 262, lettre à La Tour, 16 octobre 1731.

38 AMN, EE 256, La Tour à Védier, 7 août 1731.

39 ADIV, C 4700, « Lettre circulaire à Messieurs les correspondans de chaque lieu de passage pour sçavoir la valeur de chaque espèce de denrée », imprimé, 22 avril 1769.

40 ADIV, C 3674, « Tarif ou évaluation des étapes de 1733 et 1734 », avec mention « Veu bon, le maréchal duc d’Estrées ».

41 ADLA, C 262, le subdélégué d’Ancenis, Chesnard, à l’intendant, 4 novembre 1722.

42 ADLA, C 261, lettre de l’intendance au maire de Nantes, 24 août 1745.

43 ADLA, C 262, correspondance entre Mellier et Charron, 1er et 3 septembre 1722.

44 ADLA, C 261, lettre de l’intendance au maire de Nantes, 19 mars 1748.

45 ADLA, C 262, Charron à Mellier, 18 juin 1720.

46 Ordonnance du 13 juillet 1727 rétablissant les étapes dans les pays d’élections.

47 ADLA, C 261, 21 décembre 1739.

48 Ibidem, 20 mai 1744.

49 AMB, EE 3, imprimé de l’intendant Le Bret aux maires et syndics de Bretagne, 25 août 1761.

50 ADIV, C 6148, lettre des commissaires à d’Agay, 16 mars 1771.

51 N.-L. Caron, op. cit., p. 110.

52 Ibidem, p. 108. Ordonnance de la commission du 2 novembre 1765.

53 Ibid.

54 ADLA, C 262, ordonnance du 20 février 1723.

55 N.-L. Caron, op. cit., p. 104.

56 « Journal d’un volontaire de la milice de Rennes en 1746 (mémoires inédits d’Anneix des Milleries) », présenté par F. Jouon des Longrais, BSAIV, 1915, t. 44, p. 444.

57 N.-L. Caron, op. cit., p. 111. En 1769.

58 ADIV, C 893, Monteynard à d’Agay, 21 mai 1771.

59 ADLA, C 262, lettre à Charron, 2 mai 1720.

60 ADIV, C 4700, requête de Pierre Queudreu, fermier général des étapes et voitures des troupes pour les années 1759 et 1760.

61 A. de La Chesnaye des Bois, op. cit., p. 373.

62 SHAT, A1 1206, lettre au roi, 13 juillet 1693.

63 ADIV, C 916, états du 18 juin 1747.

64 Ibidem.

65 SHAT, 1M 1823, lettre du duc d’Aiguillon au ministre, 26 juillet 1756.

66 Ibidem, état des camps en 1756.

67 Ch. Helleu, Le duc d’Aiguillon, défenseur des côtes de Bretagne pendant la guerre de Sept Ans (1756-1763), maîtrise, A. Corvisier (dir.), Paris IV, 1984, p. 18-19.

68 ADIV, C 4699, le duc d’Aiguillon aux commissaires, 30 juillet 1756.

69 B. Pocquet, Les origines de la Révolution en Bretagne, Paris, Perrin, 1885, p. 139-142.

70 ADIV, C 916.

71 SHAT, A1 1205, lettre du 3 juin 1693.

72 ADIV, C 916, description du camp sous Saint-Malo.

73 SHAT, A1 1205, lettre du maréchal d’Humières, 2 juin 1693 et 1M 1823, lettre à l’intendant Le Bret, 30 mai 1756.

74 SHAT, L I C 1120, carte du camp de Saint-Malo ; L I D 124, camp de Paramé.

75 Soit un peu moins de 8 000 m2. ADIV, C 5036, Fi 69 et 70.

76 SHAT, 1M 1094, « carte du cours de la Vilaine depuis l’écluse de Chancor jusqu’à le gailieu où l’on voit l’emplacement des trois détachemens du régiment de penthyèvre employé aux travaux de navigation de cette rivière »,

1785.

77 ADIV, C 5036, Fi 70.

78 Ibidem, Fi 73.

79 ADIV, C 4942, p. 358, 27 mai 1784.

80 Ibidem, lettre aux commissaires des États, juillet 1756.

81 AN, H1 334, « dépenses du camp sous Saint-Malo », 1756.

82 SHAT, 1M 1823, lettre au duc d’Aiguillon, 5 juillet 1756.

83 Ibidem.

84 Ibid., lettre au duc d’Aiguillon, 9 juillet 1756.

85 AN, H1 334, « Dépenses du camp sous Saint-Malo », 1756.

86 N.-L. Caron, op. cit., p. 64.

87 ADIV, C 916, lettre à Pontcarré de Viarmes, 23 juin 1746.

88 SHAT, 1M 1823, extrait de l’acte d’adjudication.

89 Ibidem, lettre des commissaires, 6 août 1756.

90 Ibid., La Turie des Rieux aux commissaires, 24 juillet 1756.

91 ADIV, C 916, lettre du 21 avril 1746.

92 ADIV, C 3674, mémoire sur le bail de 1777 à 1779.

93 ADIV, C 916, ordonnance imprimée de Pontcarré de Viarmes du 16 juin 1747.

94 SHAT, 1M 1823, l’intendant Le Bret au duc d’Aiguillon, 11 juin 1756.

95 Védier fut d’abord commissaire des guerres. C’est au moins autant à ce titre qu’à celui de subdélégué général qu’il intervient en 1756.

96 ADIV, C 916.

97 Ibidem, ordonnance imprimée de Pontcarré de Viarmes du 6 juin 1747.

98 Ibid., lettre du 3 juin 1747.

99 SHAT, 1M 1823, lettre du maréchal de Belle-Isle au duc d’Aiguillon, 29 juin 1756.

100 Ibidem, liste des principaux responsables civils du camp.

101 Ibid., état de logement.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search