Version classiqueVersion mobile

L'armée en Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Stéphane Perréon

Première partie. Les rouages et les acteurs de l'institution militaire

Chapitre II. Vestiges d’un passé révolu et indispensables intermédiaires : les intervenants à l’échelle locale et paroissiale

Texte intégral

  • 1 ADIV, C 489, délibération de la communauté de Dinan, 16 août 1787.

La communauté a arrêté de faire rafraîchir les numéros des maisons de cette ville pour la facilité du logement des troupes et d’en faire mettre des neufs où il en manque1.

1Les principaux intervenants dans les affaires militaires à l’échelle provinciale s’appuyaient sur un réseau relativement dense de subdélégués ou correspondants locaux. Ces derniers agissaient, plus ou moins activement, à l’échelle locale. Néanmoins, ils devaient compter avec des personnages disposant localement d’un pouvoir non négligeable sur l’armée et son administration. S’attacher au rôle de chacun, pas forcément en accord avec des attributions théoriques quelquefois désuètes, paraît indispensable pour saisir les rouages de l’intendance militaire dans leur complexité et jusque dans leurs blocages éventuels, dus, en particulier, à des conflits de préséance. Certains responsables, officiers généraux de passage bénéficiant le plus souvent de lettres de service précisant l’étendue de leur pouvoir et commissaires des guerres aux départements vastes et mouvants, se situaient à l’interface de la province et du local. D’autre part, un certain nombre de localités disposaient d’une hiérarchie militaire plus ou moins complète dont il est indispensable de préciser les attributions. Enfin, les autorités municipales ou simplement paroissiales constituaient des auxiliaires aussi précieux qu’indispensables pour une administration militaire encore largement dépendante du pouvoir civil quant à sa logistique.

À l’interface du local et du provincial : officiers généraux et commissaires des guerres

Les officiers généraux en mission : « [ils] ne doivent commander que les troupes envoyées dans les postes du pays qui leur sont confiés »

  • 2 SHAT, A1 1315, lettre du 10 octobre 1695.
  • 3 A. Blanchard, Vauban, Paris, Fayard, 1996, p. 331-333.
  • 4 J. Peter, Vauban et Brest. Une stratégie modèle de défense portuaire (1683-1704), Paris, Economica (...)

2Les impératifs de la défense côtière nécessitaient en période de menace la présence d’officiers généraux. Plusieurs cas de figure se présentèrent au cours du xviiie siècle. De hauts officiers apparurent couramment en Bretagne avec une autorité plus ou moins définie dans l’espace et le temps. Le plus célèbre de ces hauts gradés reste Vauban qui se rendit plusieurs fois à Brest et à Saint-Malo, notamment en 1689, 1694 et 1695. Il dispose à chaque fois de prérogatives importantes. Non seulement il commande les troupes défendant Saint-Malo et Brest, assistant en 1694 au combat de Camaret, mais il choisit aussi les cantonnements et correspond directement avec le ministre sur le sujet2. En 1694, il reçoit du roi deux lettres, une pour commander à Brest et la seconde dans les évêchés de la côte nord, de Dol aux frontières du Léon3. Il a dès lors un véritable commandement militaire sur les troupes de mer comme de terre afin de coordonner la défense littorale4. Certes, Vauban bénéficiait d’une aura supérieure à celle de beaucoup d’officiers généraux. Toutefois, ses interventions limitaient inévitablement l’autorité du commandant en chef. Or, d’Estrées était maréchal de France et Vauban simple lieutenant général. En l’absence de témoignage quant à une quelconque rivalité entre les deux hommes, on conclura à un respect mutuel et à une coopération efficace, le maréchal d’Estrées ayant eu la sagesse de ne pas trop s’embarrasser de questions de préséance.

  • 5 SHAT, A4 40, « Emplacement des troupes en Bretagne ».
  • 6 SHAT, A1 1205.
  • 7 SHAT, A1 1609.
  • 8 SHAT, A4 40, lettre de service de Monsieur de Filley, 1766.

3Par la suite, on évita les conflits en plaçant clairement les nouveaux arrivants sous l’autorité du commandant en chef5. Les lettres de services des officiers généraux leur assignaient une mission précise, souvent circonscrite dans l’espace et le temps. En juin et juillet 1693, le maréchal d’Humières n’exerce son autorité que sur le camp de Vitré6. Durant l’été 1702, Du Deffand de La Lande supervise la défense de Brest et des environs et c’est seulement à ce titre qu’il s’occupe du ban et arrière-ban ainsi que des milices garde-côtes7. Quant à la lettre de service de Monsieur de Filley, lieutenant général, elle précise bien qu’il reçoit un commandement en Bretagne uniquement pour cinq mois, du 1er juin au 1er novembre 17668.

  • 9 B. Durand, Les commandants en chef des provinces sous l’Ancien Régime, thèse dactylographiée, Mont (...)
  • 10 ADIV, C 4942, p. 365, séance du 31 mai et A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, Paris (...)

4La guerre et la crainte d’un débarquement anglais provoquaient un afflux soudain d’officiers généraux dans la province : on en compte trois en 1755 mais onze en 17589. L’établissement de camps et, de façon générale, toute concentration inhabituelle de troupes, s’accompagnait de l’envoi d’un officier général. Le marquis de La Rozière, maréchal de camp, reçut ainsi toute autorité sur les camps de soldats travailleurs de 1784 à 1786 alors que M. de Stainville, maréchal de France, commandait les troupes établies à Rennes lors de l’agitation de 178810. Le grade de l’envoyé variait donc en fonction du nombre de soldats et de leur mission.

  • 11 SHAT, A4 40, articles 4 et 9.
  • 12 SHAT, A1 1897, lettre du 12 juin 1705.

5L’irruption de ces hauts gradés n’allait pas sans contestations liées à l’autorité et à la préséance. Les principales difficultés se rencontraient avec les commandants de place et les gouverneurs particuliers. Les officiers généraux envoyés dans les provinces prenaient le pas sur les commandants des places, comme le rappela l’ordonnance du 1er mars 176811. On imagine que certains gouverneurs ou commandants de place se prêtaient de mauvaise grâce à une coopération totale avec un officier général qui, d’une certaine façon, venait s’immiscer dans leurs affaires et rogner leurs prérogatives. Tout dépendait du tact du nouveau venu et de la susceptibilité de l’hôte. Le major de Port-Louis, Desgraviers, refuse ainsi, en 1705, d’obéir au marquis de Thiange, nommé pour la défense des côtes, exposant que « les généraux ne doivent commander que les troupes envoyées dans les postes du pays qui leur sont confiés, et à la coste, et non dans les places ny dans les garnisons12 ».

  • 13 SHAT, 1M 1823, 23 juin 1756.

6Un problème quelque peu différent se pose en 1756 puisque l’officier chargé de la défense côtière n’est autre que M. de Balleroy, commandant en second et par ailleurs brigadier. Sa résidence à Brest inquiète le comte de Gonidec, lieutenant de roi, qui s’en ouvre au ministre. Le maréchal de Belle-Isle répond alors que « m. de Gonidec estant placé dans Brest, un brigadier employé ne [peut] pas luy en ôter le commandement ni le détail de sa place ». Il ajoute, dans sa lettre au duc d’Aiguillon : « Tachez, s’il vous est possible, d’arranger cela de façon que tout le monde soit content, bien entendu, néanmoins, que le bien du service et la seureté de la besogne doit aller avant tout13. » Cette prudence illustre la volonté de ne pas heurter les responsables de places de guerre et d’éviter des heurts nuisibles au bien du service.

Le « mauvais esprit » de la marine à l’encontre de l’armée

  • 14 SHAT, 1M 1093, « Instructions pour MM. les officiers commandant les détachemens embarqués à bord d (...)
  • 15 SHAT, A4 40, lettres du 10 novembre 1765 et du 1er avril 1766.

7D’autres officiers venaient quelquefois exercer un commandement dans la province : les marins. Aucun problème ne se posait sur mer, l’infanterie embarquée obéissant aux capitaines de vaisseaux et chefs d’escadres14. Dans les ports, l’autorité du commandant local l’emportait. Cependant, à Brest, la marine imprégnait tellement la ville que le comte de Roquefeuil, chef d’escadre, se vit confier le commandement du château, en sus de celui du port. À ce titre, il intervenait directement dans la gestion des casernes et le maintien de l’ordre15. Un haut responsable de la marine s’intercalait donc dans la hiérarchie de l’armée de terre.

  • 16 SHAT, A1 1306, 19 avril 1695.
  • 17 SHAT, 1M 1787, lettre de Louis XIV et Pontchartrain à d’Estrées, 15 mai 1697.
  • 18 SHAT, A1 1428, lettre de Bouridal, 9 septembre 1697.
  • 19 SHAT, 1M 1787, 10 septembre 1697.
  • 20 Ibidem, 12 juin 1706.

8Les différends entre officiers des deux corps se réveillaient surtout à l’occasion de commandements temporaires. Les marins, en effet, étaient parfois amenés à commander à terre. Restait à savoir s’ils pouvaient donner des ordres aux officiers de l’armée ou n’avaient qu’à en recevoir. Vauban, perplexe, demande le rang que doivent prendre ces officiers lorsqu’ils servent à terre, car les désaccords fleurissent : « Les officiers de terre disent qu’ils n’ont servy que comme cadets ou derniers lieutenans généraux et maréchaux de camp. Les autres soutiennent le contraire et disent qu’ils ont pris rang à terre suivant l’ancienneté de leur commission de mer. J’ay tant veu d’affirmation et de négation de part et d’autre sur cela que je me trouve dans une espèce d’incertitude16. » Deux ans plus tard un ordre du roi permet au maréchal d’Estrées d’employer les différents chefs d’escadre présents en Bretagne, y compris pour la défense terrestre17. Or, quand le maréchal s’absenta, ces cinq officiers de marine entendirent commander en son absence. Châteaurenault, le plus ancien, déclara à Campagnole qu’il devait « prendre l’ordre de luy suivant l’ordre de Monseigneur le Maréchal ». Campagnole refusa de céder18. M. de Lavardin s’insurge alors contre les prétentions des amiraux : « Les officiers de terre ne commandent pas à la mer et ceux de mer commanderoient à l’un et l’autre […], cela ne s’est jamais veu19. » On sent poindre dans ces affaires la vieille rivalité entre la marine et l’armée, que les autorités tranchèrent plutôt en faveur de la seconde. Quand un officier de marine prétend, en 1706, visiter le fort et les magasins de Saint-Malo en ignorant le gouverneur, Chamillart rappelle que les lettres de service permettant aux officiers de marine de commander à terre « ne leur donnent aucun caractère dans les places fortes où il y a un état major à moins qu’ils n’eussent un ordre exprès20 ».

  • 21 SHAT, A1 3535, lettre au duc de Belle-Isle, 2 août 1759.

9Les différents règlements et la jurisprudence héritée du règne de Louis XIV facilitèrent les choses par la suite sans éviter pour autant des conflits plongeant les autorités dans l’incertitude voire l’embarras. Le commandant en chef lui-même se heurta en plusieurs occasions à la mauvaise volonté des officiers de marine. Alors que l’ennemi menaçait le littoral breton, le duc d’Aiguillon voulut en 1758 exercer son autorité sur les officiers de marine commandant les batteries de la rade de Brest et des côtes de Léon et de Cornouaille. M. de Blénac, commandant du port de Brest, ne l’entendit pas ainsi et lui fit les pires difficultés, ce qui ulcéra le duc et envenima les relations entre l’armée et la marine21. Fort heureusement, ces dissensions n’obérèrent pas la défense côtière et n’eurent donc pas de suites fâcheuses. La Bretagne présentait par conséquent les mêmes caractéristiques que les autres provinces maritimes avec l’éternel rivalité entre marine et armée, exacerbée quand les marins demeuraient à terre.

Des commissaires des guerres indispensables mais trop peu nombreux

10Véritables spécialistes et professionnels de l’administration militaire, les commissaires des guerres jouaient un rôle essentiel quoique discret. Malgré leur appellation, il s’agissait en fait d’officiers propriétaires de leur charge. Il importe de préciser leur fonction et leur place dans l’administration militaire en Bretagne et de s’interroger sur leur implantation locale, susceptible de peser sur leurs décisions.

  • 22 N.-L. Caron, L’administration des États de Bretagne (1493-1790), Nantes, 1872, p. 50.
  • 23 ADIV, C 2622 et C 2623, actes de la procédure. 335 témoins furent entendus.

11Les commissaires des guerres exerçaient une activité de contrôle. Ils étaient d’abord garants de la validité des routes des troupes en déplacement. En effectuant des revues aussi régulières que possibles, ils indiquaient le nombre d’hommes de chaque régiment, bataillon ou détachement. Le système des étapes et toutes les fournitures, reposaient sur la fiabilité de leurs indications. Toute inexactitude pouvait donc être lourde de conséquence, d’autant qu’elle jetait la suspicion sur le commissaire incriminé. En 1745, la commission intermédiaire, ayant relevé des erreurs dans les revues d’un commissaire des guerres, s’en plaignit directement au ministre qui réprimanda personnellement le coupable mais s’arrêta là, sa probité n’étant pas en cause22. Un seul commissaire des guerres abusa de son pouvoir de contrôle pour commettre des prévarications à grande échelle. Duclos de Jaurecourt, qui s’attacha plusieurs complices, vendit des billets blancs pour assurer à des jeunes gens l’exemption de milice moyennant la somme de deux louis. Le nombre de paroisses concernées, situées dans les évêchés de Rennes, Dol et même au-delà, fit que l’intendant fut informé et engagea en 1701 une lourde procédure contre l’officier indélicat23.

  • 24 L’ordonnance des 1er et 3 juillet 1749 stipule encore : « aucun de ces congés ne sera délivré, qu’ (...)
  • 25 SHAT, A1 1609, lettre du 18 novembre 1702.
  • 26 Ibidem, 9 décembre 1702.
  • 27 S. Gibiat, La militarisation des commissaires des guerres à la fin de l’Ancien Régime (1767-1791), (...)

12Il appartenait aussi aux commissaires des guerres de confirmer les congés ou d’en procurer. La répétition des ordonnances à ce sujet suggère des difficultés d’application, essentiellement dues à la mauvaise volonté de certains officiers24. En 1702, à Nantes, le commissaire Gaigne se heurte ainsi à un colonel : « Le sieur Martel […] prétend seul donner des congés aux soldats du régiment qu’il commande sans que je sois en droit ny de congédier les mauvais soldats qui me sont présentés ny de connoistre les enrollemens faits par violence tant par luy que par les officiers du régiment, disant qu’il est l’inspecteur de son régiment et que je n’ay d’autre fonction que de compter le nombre des soldats25. » Le colonel agit ainsi parce que bon nombre de ses recrues sont trop petites mais également parce que le redoutable lieutenant de roi, M. de Mianne, le soutient. L’affaire se double, en effet, d’un affrontement entre Gaigne et de Mianne, le premier se plaignant des prétentions hégémoniques du second26. Cet épisode illustre le dédain sinon le mépris des commandants de place et des chefs de régiments, souvent issus d’une noblesse ancienne et prestigieuse, pour des commissaires des guerres fréquemment d’origine bourgeoise. Il faut également y voir la répugnance de chefs militaires à subir les contrôles de personnels plus de plume que d’épée. Néanmoins, grâce à une progressive militarisation, les commissaires s’imposèrent graduellement au cours du xviiie siècle27.

  • 28 ADIV, C 61, lettre à l’intendant, 5 février 1757.
  • 29 SHAT, A1 2347, 31 janvier 1711.

13Le commissaire des guerres, plus que tout autre, devait veiller à la bonne discipline des troupes. Lorsqu’une troupe connaissait un phénomène de désertion important et contagieux, il employait des moyens adéquats. En 1757, Boursier, en poste à Port-Louis, s’aperçoit de la défection croissante des soldats revenus des prisons anglaises. Non seulement il effectue des revues tous les cinq jours mais il place aussi des espions dans les cabarets et soudoie quelques soldats pour le renseigner sur les embaucheurs qui cherchent à les faire déserter pour joindre un autre régiment28. Les affaires criminelles dépassent son pouvoir coercitif mais on peut avoir recours à lui pour des éclaircissements et il manque rarement de donner son opinion, comme Milon, qui sollicite la clémence envers un officier coupable d’homicide29.

  • 30 ADIV, C 885, d’Argenson à Viarmes, 9 juin 1746.
  • 31 Ibidem, 24 décembre 1746.
  • 32 ADIV, C 62, 14 décembre 1757 et C 892, 30 avril 1767.
  • 33 SHAT, A1 961, 28 mai 1690 et ADIV, C 1091, lettre de l’intendant, 7 décembre 1757.
  • 34 ADIV, C 1091, ordre du 20 novembre 1757 pour payer trois cordonniers rennais.

14Toutefois, en dehors des revues des troupes, les questions de subsistances absorbaient l’essentiel de l’énergie des commissaires. Fourrages, bois et lumières entraient dans leurs compétences. Le commissaire Seroux de Biscours passe ainsi un marché pour la fourniture du bois et de la lumière aux corps de garde du château de Brest30. La même année le voit négocier deux adjudications pour le traitement des soldats malades aux hôpitaux de Brest31. On leur laissait l’initiative de ces entreprises locales car leur expérience conjuguée à leur compétence les en rendait dignes, en général. On comptait en outre sur leurs observations et initiatives. Boursier informe ainsi l’intendant que les officiers du 3e bataillon des Volontaires-Étrangers n’ont pas touché leurs appointements depuis quatre mois et s’alarme de la taxation de la viande par les juges d’Hennebont au préjudice des troupes32. Lorsque des effets destinés à des troupes en quartiers arrivaient, ils se chargeaient de la distribution : Houvet livre des gilets et des culottes aux hommes revenus d’Angleterre33. En ces circonstances particulières, conclure des marchés avec des fournisseurs locaux était indispensable mais les commissaires des guerres n’en avaient pas l’apanage : celui de Vannes traite avec des cordonniers de la ville mais à Rennes c’est Audouard, le subdélégué, qui s’occupe de cet aspect34.

  • 35 SHAT, A1 1287, 24 décembre 1694.
  • 36 ADLA, C 536, 4 août 1789.
  • 37 AN, G7 177, 29 octobre 1694.
  • 38 SHAT, A1 1287, lettre de Bouridal, 29 octobre 1694.

15Enfin, les commissaires des guerres pouvaient être conduits ponctuellement à inspecter les casernes avec comme objectif de vérifier la conformité du logement et des ustensiles fournis avec les règlements. Ils intervenaient d’ailleurs souvent à la requête des militaires dont ils n’hésitaient pas à relayer les plaintes pour peu qu’elles fussent justifiées. Ils apparaissent à cet égard comme les administrateurs les plus proches des soldats et donc leurs meilleurs défenseurs. Tixier, en poste à Port-Louis en 1694, proteste véhémentement contre le délabrement des casernes et la médiocrité des lits, n’hésitant pas à jeter la suspicion sur Desgraviers, le major de la place35. Près d’un siècle plus tard, Teynier du Pradellet lui fait écho dans une description saisissante des casernes du régiment de Rohan à Nantes36. Cette propension à défendre les droits des soldats à disposer d’un logement décent indisposait les responsables municipaux ou le correspondant local de la commission qui avaient néanmoins la sagesse, généralement, de ne pas envenimer l’éventuel contentieux. On constate cependant quelques dérapages. En 1694, Lars, maire de Brest, se plaint de l’irruption brutale de plusieurs soldats à son domicile sur l’ordre, affirme-t-il, du commissaire Ruelle37. Il oublie toutefois de préciser l’origine du conflit, à savoir sa volonté de changer journellement le logement des soldats en quartiers de son propre chef et sans en avertir le commissaire38.

  • 39 N.-L. Caron, op. cit., p. 50.

16D’une façon générale, à moins de fautes caractérisées, les commissaires pouvaient compter sur le soutien de l’administration de la Guerre. Les erreurs d’appréciation ne portaient guère à conséquence, valant tout au plus une réprimande au fautif, comme M. de Montcarville qui ne transmettait pas l’intégralité de ses revues à la commission intermédiaire, ayant mal interprété l’ordonnance du 25 mars 177639.

  • 40 S. Gibiat, op. cit., t. 1, p. 123.
  • 41 Ibidem, p. 127.
  • 42 A. de Montandre-Longchamps, État militaire de France, Paris, 1763, p. 3-8.
  • 43 ADIV, C 892, liste et C 89, appointements des commissaires des guerres employés en Bretagne.
  • 44 A. de Montandre-Longchamps, op. cit., p. 3-8. ADIV, C 893, lettre de Monteynard à d’Agay, 25 mars (...)
  • 45 F. de Chennevières, op. cit., t. 1, p. 166.

17Au cours du dernier siècle de l’Ancien Régime, la Bretagne comptait un commissaire provincial et plusieurs commissaires ordinaires, parfois un voire deux commissaires ordonnateurs. Le nombre des départements attribués chacun à un commissaire connut des variations et certains postes restèrent parfois vacants. La difficulté pour préciser les différents départements et leur étendue provient aussi du fait que, pendant longtemps, les commissaires n’étaient pas forcément employés dans le département correspondant à leur office40. C’est seulement l’ordonnance du 14 septembre 1776 qui fixe « pour la première fois la liste de leurs résidences et le nombre de commissaires affectés dans chaque province. Aucune dispense de résidence n’est délivrée désormais41 ». On compte ainsi seulement six commissaires en 176342. En 1767, ils sont huit et neuf en 177943. Les centres où étaient établis les commissaires des guerres correspondaient aux principales places et villes de Bretagne, à savoir Nantes, Rennes, Brest, Port-Louis (ou Lorient) et Saint-Malo. On en trouve parfois un à Belle-Île, Vannes ou Saint-Brieuc. Le commissaire provincial, bien que plus élevé en dignité, dirigeait un département comme les autres et aucune place en particulier ne lui était attribuée : Capet, en 1763, est basé à Nantes et Deslandes, son successeur en 1771, à Saint-Brieuc44. Il en allait de même du commissaire ordonnateur qui, avant la réforme de 1776, n’était jamais qu’un commissaire provincial ou ordinaire distingué en raison de services rendus45.

  • 46 ADIV, C 69, lettre de Choiseul, 12 avril 1761.
  • 47 ADIV, C 892, lettre de Flesselles à La Rouerie, 24 août 1767.
  • 48 ADIV, C 6148, lettres de Houvet, 25 mai 1761 et de l’intendant, 17 mai 1761.

18Vacances de postes, congés, rassemblements extraordinaires de troupes conduisaient à une gestion très souple de l’institution, chacun pouvant opérer hors de son département. Lorsque Senant obtient un congé pour régler des affaires personnelles à Paris, deux de ses collègues, Boursier et Tuffin de La Rouerie, se partagent alors son département46. Quelques années plus tard, La Rouerie, alors en poste à Lorient, se charge aussi des troupes présentes dans le comté de Nantes pendant quatre mois, durée du congé de Capet47. De même, la répartition des troupes dans la province connaissant souvent de forts contrastes, un commissaire sous-employé pouvait épauler un collègue débordé par la tâche à accomplir. En 1761, Houvet et Senant se partagent ainsi les revues des régiments et escadrons de l’évêché de Vannes alors que Morlat, employé normalement à Saint-Brieuc, dresse l’état des fourrages disponibles dans les environs de Quimper48.

  • 49 SHAT, A1 1525, lettre de Sainte-Marie, lieutenant de roi à Saint-Malo, 25 septembre 1701.
  • 50 SHAT, Ya 53, mémoire de juin 1777 pour obtenir une gratification extraordinaire.

19Depuis le xviie siècle, les déplacements pour remplir une mission particulière étaient monnaie courante : en 1701, Villeneuve quitte Rennes pour Saint-Malo pour faire tirer au sort les officiers de la garnison qui pourront partir en semestre49. Afin de remplir leurs obligations, les commissaires se déplaçaient beaucoup au préjudice de leur pécule sinon de leur efficacité. En 1777, Senant fils calcule qu’il parcourt 63 lieues tous les deux mois pour passer en revue deux régiments de cavalerie et 36 lieues tous les quatre mois pour la maréchaussée50. Cela fait plus de 40 lieues par mois, sans compter les inévitables déplacements pour inspecter les magasins de vivres ou d’autres fournitures.

20Toutefois, on se passait quelquefois d’un commissaire des guerres, quitte à prendre quelques libertés avec la réglementation. Les périodes de conflit, en accroissant considérablement la charge de travail, rendaient plus criante la faiblesse des effectifs pour une vaste province. La pénurie fut d’ailleurs chronique pendant la guerre de Sept Ans. On a déjà évoqué la suppléance effectuée par certains subdélégués en 1758. L’année suivante, malgré la nomination de Capet à Nantes, les difficultés subsistent et Le Bret s’en plaint :

  • 51 ADIV, C 65, lettre à Crémilles, 15 avril 1759.

« Saint-Malo est actuellement sans commissaire des guerres, Monsieur de Morlat étant actuellement à Paris malade et par conséquent incertain du tems où il pourra revenir icy ; Monsieur Houvet est trop jeune pour pouvoir luy confier une place de cette importance. Il ne peut servir que d’aide dans le besoin à un autre commissaire plus expérimenté. Je ne puis tirer Monsieur Capet de la partie de Nantes puisque Monsieur le duc d’Aiguillon y fait cantonner des troupes ; il en est de même de Monsieur Boursier qui par la même raison ne peut quitter son département ; Monsieur de Saint-Simon est surchargé et pour le soulager, je suis obligé de le faire aider par mon subdélégué à Quimper51. »

  • 52 En 1735, Hébert, commissaire des guerres à Belle-Île, étant malade, le trésorier Dalion le supplée (...)
  • 53 SHAT, Ya 53, mémoires de 1775 et 1780.

21Cette lettre confirme l’importance inégale des différents départements et la fréquence des remplacements, non seulement entre commissaires mais parfois par un subdélégué voire par le trésorier des troupes52. Le cumul peut aussi constituer une solution provisoire quoique peu satisfaisante. Quand, en 1775, Senant fils cumule par intérim les départements de Vannes, Lorient, Nantes et Belle-Île, il doit non seulement entretenir sur ses appointements un secrétaire mais également « plusieurs scribes pour faire face à la correspondance53 ».

  • 54 Voici les noms de ces commissaires : Allemand de Brunières (Etienne et Pierre-Aimé), Benet de Mont (...)
  • 55 S. Gibiat, op. cit., t. 3, p. 823-824.
  • 56 SHAT, Ya 53.

22Identifier les commissaires des guerres et retracer leur carrière se heurte à un obstacle de taille, le manque de sources. Pratiquement aucun dossier de la série Ya de Vincennes n’est antérieur à 1767 et les lacunes demeurent nombreuses par la suite. On se bornera donc, à partir d’un échantillon d’une vingtaine de commissaires ayant servi en Bretagne, à indiquer quelques pistes de réflexion54. On remarque d’abord que la plupart possèdent peu d’attaches avec la province. De façon générale, ils sont nés dans la généralité de Paris ou dans les provinces du Nord et de l’Est du royaume. Seuls deux Bretons se distinguent : Jean-Louis de Senant et Marie-Charles-Joseph Tuffin de La Rouerie, seigneur du Breil. Ce dernier succède à son oncle Védier, également subdélégué général, après une carrière militaire stoppée par une grave blessure reçue à Minden55. Quant au premier, il est issu, par son père mais surtout par sa mère, d’une longue lignée de commissaires remontant au moins à 1692. En effet, si Jacques-Jean-Augustin, son père, premier président et sénéchal du présidial de Vannes, obtint la charge en 1748, sa mère Marie-Louise était la fille du commissaire Capelle, longtemps en poste à Port-Louis56. Senant et Tuffin du Breil sont bien implantés dans la province et n’éprouvent pas le besoin d’en sortir, quitte à tirer une croix sur une éventuelle promotion. La gestion de leur patrimoine passe assurément avant une brillante carrière : Tuffin du Breil exerce de 1764 à 1792, à Rennes pour l’essentiel, et Senant de 1770 à 1791, principalement à Vannes.

  • 57 S. Gibiat, op. cit., t. 3, p. 637-638.
  • 58 Ibidem, t. 1, p. 194-196.
  • 59 Ibid., t. 1, p. 323 ; t. 3, p. 705.
  • 60 Ibid., t. 3, p. 618-619 et 650.
  • 61 Ibid., t. 3, p. 775-776. Pétiet fut ministre en 1796-1797.

23Jusqu’en 1789, la durée moyenne de service dans la province est de onze ans environ, avec de forts contrastes. Une dizaine sert dix ans ou bien davantage alors que, pour un nombre équivalent, la durée de présence en Bretagne n’excède pas cinq ans. Cette dernière catégorie n’a, bien évidemment, guère d’attaches avec la province et change fréquemment de poste. Jean-François-Henry Collot, par exemple, exerce successivement à Montlouis, Chaumont, Sedan, en Allemagne, à Bar-le-Duc, à Soissons, à Grenoble, en Bretagne puis à Nancy57. Pour cet itinérant, son poste en Bretagne ne représente qu’une expérience parmi beaucoup d’autres. À partir du ministère de Choiseul, la mobilité géographique favorisa la promotion et explique ces passages éclair dans un poste58. Néanmoins, certains étrangers à la Bretagne y demeuraient suffisamment longtemps pour y établir des alliances familiales. Hullin de Champéroux, nommé à Brest en 1770, s’y marie trois ans plus tard avec Marie-Catherine-Françoise Nicolas de Luzernan, fille d’un juge président des traites59. Boursier, Doizon convolent à Port-Louis et s’implantent définitivement en Bretagne60. Ils ne montraient peut-être pas plus d’efficacité que leurs homologues mais leur implantation locale leur conférait sans nul doute davantage de prestige et d’autorité. De façon générale, une résidence plus longue permettait de mieux prendre la mesure des particularités bretonnes et obligeait le titulaire de la charge à s’impliquer davantage. Pour quelques-uns, la Bretagne fut même le point de départ de brillantes carrières dont l’archétype est celle de Claude-Louis Pétiet, ministre de la Guerre sous le Directoire61.

  • 62 Ibid., t. 1, p. 67-68.

24En fin de compte, les commissaires des guerres présents en Bretagne ne se distinguaient pas de l’ensemble du corps. Plus que dans beaucoup d’autres provinces, il existait toutefois une véritable osmose entre le corps des commissaires des guerres et les services de l’intendance. L’exercice du poste de subdélégué général par Védier (1733-1764) puis Raudin (1765-1772), tous deux commissaires, explique largement l’absence des tensions parfois constatées ailleurs. De ce point de vue, la Bretagne s’apparenterait ainsi à des provinces frontières, comme l’Alsace et la Flandre, où un même personnage cumulait fréquemment les fonctions d’ordonnateur et de subdélégué général62. À la fin de l’Ancien Régime, Pétiet suivit le chemin inverse : premier secrétaire de l’intendance de 1774 à 1778, il devint ensuite commissaire des guerres et demeura dans la province, perpétuant le lien inauguré par Védier.

Des autorités militaires locales parfois influentes mais souvent inutiles

  • 63 Les attributions des gouverneurs de place furent décrites en détails dans l’ouvrage d’Antoine de V (...)
  • 64 F. Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 878.

25Par autorités militaires locales, il faut entendre non les officiers des troupes en quartiers mais des responsables détenant une autorité militaire et théoriquement présents en permanence. Cette catégorie comprenait en premier lieu les gouverneurs de places et leurs adjoints les lieutenants de roi. Le problème que pose le xviiie siècle est celui de la réalité et de l’étendue de leur pouvoir, qui, bien souvent, ne correspondait plus aux attributions décrites en détail au xviie siècle63. Dans les places de guerre, un commandant et un major complétaient en général la hiérarchie militaire. Par ailleurs, les divers états militaires de la France, régulièrement publiés, incluent dans la hiérarchie militaire locale les lieutenants des maréchaux de France. Toutefois, bien que nommés par les maréchaux de France, ces officiers ne disposaient pas d’attributions véritablement militaires puisque leur rôle consistait à régler les différends entre gentilshommes et les affaires touchant le point d’honneur64. Ils n’intervenaient donc pas dans les affaires militaires locales.

Foisonnement des gouvernements particuliers et imprécision des fonctions

26Les termes généraux de gouverneurs et de lieutenants de roi recouvraient des réalités contrastées et parfois fort différentes. Il s’agit bien ici des gouverneurs de places, dits à l’époque gouverneurs particuliers. Ce dernier terme est d’ailleurs préférable car beaucoup de gouvernements n’étaient plus des places de guerre au xviiie siècle. En ce qui concerne les lieutenants de roi, on ne s’intéresse pas ici à ceux de la province mais à ceux attachés à une ville ou une forteresse.

  • 65 A. de Montandre-Longchamps, op. cit.
  • 66 J. Trévédy, Histoire militaire de Redon, Rennes, Caillières, 1893, p. 129.
  • 67 A. Corvisier, Les contrôles de troupes de l’Ancien Régime, Vincennes, SHAT, 1969, t. 3, p. 513.
  • 68 P. Lemau de La Jaisse, Carte générale de la monarchie française, contenant l’histoire militaire de (...)

27La première constatation, c’est le nombre élevé des gouvernements particuliers en Bretagne. L’état militaire de la France pour l’année 1763 en recense 28, précisant que « la plupart des villes de la province possèdent un gouverneur65 ». Trévédy, pour sa part, indique 33 gouvernements en Bretagne66. Certains de ces gouverneurs commandaient effectivement une place forte et disposaient donc d’une vraie autorité militaire. Il s’agissait, pour l’essentiel, de ceux de Belle-Île, Port-Louis, Brest, Saint-Malo, Nantes voire du château du Taureau, en baie de Morlaix. Le caractère militaire de la place était mis en évidence par la présence d’un officier militaire, major, comme Mustel à Belle-Île ou Boislève à Brest en 1763, ou « commandant », comme Delor, capitaine invalide, au château du Taureau à la même date67. Lemau de La Jaisse distingue les états majors complets (Brest) et les non complets (Nantes, Belle-Île, Port-Louis et Saint-Malo), la hiérarchie complète comprenant gouverneur, lieutenant de roi, major, aide-major et capitaine68. Il s’agissait bien là des seules places de guerre de Bretagne, marquées, pour la plupart, par la résidence permanente de compagnies d’invalides et le casernement fréquent de troupes de passage.

28D’autres gouverneurs, en revanche, commandaient des localités la plupart du temps dépourvues de troupes et parfois de fortifications efficaces. Encore certaines, comme Dinan, disposaient-elles d’un château à moins que le gouvernement lui-même ne correspondît qu’à une forteresse (Fort La Latte, par exemple). Dans bien des cas, tous ces gouvernements, souvent fort anciens, correspondaient à d’anciennes places de guerre qui, au xviiie siècle, avaient perdu la majeure partie de leur rôle stratégique. La permanence de ces gouvernements tout au long du xviiie siècle n’en est que plus remarquable.

  • 69 N.-L. Caron, op. cit., p. 528-530 (réimpression de l’Abrégé de la carte du militaire de France pou (...)

29La tour de Pirmil qui s’élevait au sud de Nantes, au débouché des ponts sur la Loire, en fournit un éclatant exemple : à demiruinée, sans garnison, elle avait toujours son gouverneur qui, évidemment, n’y résidait pas ! Par ailleurs, aucun règlement ne prohibait le cumul des gouvernements particuliers si bien que le marquis d’Haussy est, en 1740, gouverneur de Guérande, du Croisic et de Guingamp69.

Figure 1 : Les principaux gouvernements particuliers en Bretagne dans les dernières décennies de l’Ancien Régime (d’après L’État militaire de France, 1763, 1777, 1789).

  • 70 D. Riet, La ville et les armes : milices et troupes à Saint-Brieuc au xviiie siècle, mémoire de ma (...)
  • 71 AN, G7 177, 26 mars 1694.

30Si certains gouvernements étaient donnés par le roi, qui en conservait la propriété, d’autres appartenaient totalement à leur titulaire, ce qui explique qu’une même famille pouvait en disposer des décennies durant. À Saint-Brieuc la famille de La Rivière garda la charge de gouverneur de la cité de 1667 à 1781, à travers quatre générations70. D’autres lignées montrèrent un attachement réel à une charge de gouverneur mais avec quelques interruptions, volontaires ou contraintes. Les marquis du Cambout furent ainsi gouverneurs de Rhuys (Sarzeau) sans interruption de 1641 à 1701 puis plus périodiquement ensuite (en 1763 notamment). L’enracinement des familles n’était pas toujours aussi fort, loin de là. Certains se débarrassaient volontiers de leur gouvernement, par opportunisme ou besoin de liquidités, tels le marquis de Guémadeuc qui, bien que son grand-père puis son père l’aient possédé avant lui, vend celui de Ploërmel pour 6000 livres en 169471.

  • 72 Ibidem, requête de M. de Méjussaume, 22 août 1694.

31D’autre part, quand bien même le pouvoir militaire effectif attaché à ces charges était très restreint, les autorités n’agréaient généralement pas de jeunes enfants comme titulaires : ceux du défunt marquis de Mausson ne purent ainsi prétendre au gouvernement de Fougères en août 169472.

  • 73 J. Trévédy, op. cit., p. 128.

32Un personnage allait souvent de pair avec le gouverneur : le lieutenant de roi. Ce terme était générique et recouvrait en fait deux institutions différentes. D’une part, il existait trois lieutenants de roi qui flanquaient les lieutenants généraux de la province. D’autre part, il y avait des lieutenants de roi attachés à des gouvernements particuliers. En 1763, par exemple, on trouve des lieutenants de roi à Rennes, Nantes, Belle-Île, Port-Louis, Brest, Saint-Malo, Dinan et Carhaix. Il se peut, par ailleurs, que certaines charges soient vacantes. Dans les gouvernements de peu d’importance, le lieutenant de roi compte encore moins que le gouverneur. Les différentes éditions de l’État militaire de France ne signalent qu’une seule fois un lieutenant de roi à Redon alors que plusieurs autres sont avérés73.

  • 74 AN, G7 190, le comte de Lannion au contrôleur général, 7 septembre 1710 ; G7 536, 3e dossier, Voys (...)
  • 75 SHAT, A1 1525, A1 1609 ; N.-L. Caron, op. cit., p. 528.

33Existaient également des commandants qu’à l’instar des gouverneurs de places, on pourrait nommer commandants particuliers. Sous les ordres du commandant en chef ou de ses seconds, ils exerçaient leur pouvoir sur une ville et ses alentours. Un des plus célèbres fut le comte de Lannion, en poste à Nantes de 1710 à 1714. À l’origine de sa nomination, on trouve des troubles antifiscaux. Sa mission consista donc à ramener l’ordre. Sa commission étant provisoire, la Cour dut la prolonger à plusieurs reprises74. Dans les années 1780, on jugea utile de placer un commandant à Rennes ; ce fut M. de Broc. La place de Brest comporta aussi souvent un commandant : M. de Campagnole au début du siècle, M. de Coëtmen en 174075. Cependant, la difficulté consistait à faire accepter ces personnages par les gouverneurs particuliers et autres lieutenants de roi, très imbus de leurs prérogatives, même théoriques. Les démêlés entre le comte de Lannion et M. de Mianne, lieutenant de roi à Nantes, restèrent célèbres mais ne furent pas les seuls.

  • 76 Guérin de Fremicourt, Vie militaire de M. Guérin de Fremicourt, chevalier de l’ordre royal et mili (...)

34Le commandement d’une place constituait sans conteste une récompense pour un officier ayant fait ses preuves. Les mémoires de Guérin de Fremicourt, largement hagiographiques, permettent de préciser cet aspect76. Ayant commencé sa carrière en 1735 à l’âge de treize ans, Guérin devint capitaine et aide-major pendant la guerre de Succession d’Autriche. Valeureux, chevalier de Saint-Louis en 1752, il se fit remarquer du ministre par divers mémoires. Cependant, son origine sociale le condamna à végéter dans son grade jusqu’en 1756. Il passa alors au service de la Compagnie des Indes et commanda six ans durant à l’Île de France comme lieutenant-colonel. Revenu en métropole, il sollicita le commandement de Lorient et l’obtint aisément en 1763. L’homme correspondait parfaitement au poste, ayant une bonne connaissance de la Compagnie et une évidente motivation. Même si cet exemple ne permet pas d’extrapoler sans une extrême prudence, il semble bien que ces commandants locaux étaient des militaires compétents et expérimentés.

L’appât du gain, un attrait puissant

  • 77 AN, G7 177, lettre du 26 août 1694.
  • 78 « Le marquis de Saint-Sernin, gouverneur de Belle-Île », Association pour l’histoire de Belle-Île- (...)
  • 79 ADIV, C 1150, état des officiers retirés en Bretagne, 1758. SHAT, Yb 120 f° 221, 121 f° 263, 123 f (...)

35Les officiers servant dans les armées du roi considéraient ces postes de gouverneurs particuliers et lieutenants de roi comme une nécessité pour soutenir leur train de vie ou simplement comme une récompense méritée après de longues années de service. Monsieur de Catuelan, brigadier servant depuis 29 ans, revendique le gouvernement vacant de Fougères. Il s’en explique : « Tous les brigadiers comme moy ont des gouvernemens ou de grosses pensions, celluy que ie demande est petit […] mais il m’aideroit a soutenir mes services […] et a y maintenir mon fils77. » Les gouvernements qui réclamaient la résidence de leur titulaire et ne se résumaient pas à une simple sinécure échoyaient à des officiers confirmés sinon brillants. Monsieur de Soulages-Armagnac, marquis de Saint-Sernin, devient gouverneur de Belle-Île-en-Mer fin 1740 à 65 ans. Sa carrière avait débuté en 1698 dans les mousquetaires et s’était poursuivie pendant la guerre de Succession d’Espagne et à l’armée d’Italie en 1733-1734. S’étant illustré aux batailles de Parme et de Gastella, il obtint le grade de lieutenant général par pouvoir le 18 octobre 173478. Le gouvernement de l’île fait autant figure de récompense que d’aboutissement pour cet officier de moyenne extraction. Les titulaires de postes de moindre importance justifiaient rarement de tels états de service mais la plupart d’entre eux avaient exercé un commandement dans l’armée. Le comte de La Bretonnière succède à son père au gouvernement de Dinan en 1756 après quelques années de service au sein des Gardes françaises. Visdeloup du Liscouët, capitaine dans Royal-La Marine, se retire à Quintin en 1755 et en obtient le gouvernement douze années plus tard79.

  • 80 AN, G7 177, requête de Monsieur de Méjussaume, 22 août 1694.
  • 81 J. Trévédy, op. cit., p. 128.

36Ces charges de gouverneurs étaient recherchées car intéressantes financièrement et souvent dépourvues d’obligations. Les sources indiquent rarement à la fois le prix d’achat et le revenu annuel. On sait néanmoins que le gouvernement de Fougères, vendu 10000 écus, rapportait deux mille à trois mille livres par an80. Il fallait donc au moins quinze ans pour obtenir le remboursement du prix d’achat. Compte tenu de l’apport initial, l’intérêt financier ne semble pas évident de prime abord mais c’était l’assurance d’un revenu régulier. De même, les lieutenances de roi consistaient bien souvent en de simples sinécures dont l’attrait principal se résumait en espèces sonnantes et trébuchantes. En 1718-1719, Michiel de Carmoy paie la charge de lieutenant de roi de Redon 4 000 livres. En 1748, le titulaire de cette même charge reçoit 320 livres de gages annuels81. Une douzaine d’années était donc nécessaire pour rembourser la mise initiale.

  • 82 AN, G7 175, lettre du 11 août 1692.
  • 83 Ibidem, 4 septembre 1692.
  • 84 P. de La Condamine, « Deux gouverneurs de Guérande choisis par le Roi Soleil », Cahier des amis de (...)

37À la fin du xviie siècle tout du moins, les gouvernements accordés gratuitement par le roi représentaient une source de revenus vitale pour certains officiers. Écoutons M. de Guer, qui sollicite le gouvernement de Guérande : « Il est vacant depuis quelque tems, le peu de revenus qui y est attaché me serviroit pour m’entretenir dans le service, il ne demande point de résidance comme il n’est point de consequance82. » Un autre prétendant, M. de Lachapelle Coquerye, major dans le régiment de Guébriant, est encore plus direct : « Si le Roy n’a pas la bonté de m’accorder ce poste, je me trouve hors d’estat de pouvoir servir83. » Ces sollicitations appellent plusieurs remarques. D’abord, ces places, sans réel intérêt stratégique, ne requéraient pas de service effectif, leurs titulaires n’y résidant pas. Ensuite, la demande l’emportait sur l’offre d’où la nécessité des sollicitations. Cet exemple du gouvernement de Guérande met en exergue l’importance des réseaux d’influence et de la faveur royale. Connu comme intriguant, le baron de Lanjamet obtint ce gouvernement après avoir servi comme aide de camp de Louis XIV pendant la campagne de 1692. Le marquis d’Haussy, qui lui succéda en 1711, obtint la place à titre de dot puisqu’il épousa une jeune protégée de Madame de Maintenon84.

  • 85 A. M. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des p (...)
  • 86 ADIV, C 1150, état des officiers retirés en Bretagne, 1758.

38Les revenus attachés à la charge de gouverneur étaient un puissant aiguillon. Les différences de revenus étaient sensibles d’une place à l’autre : le marquis de Goesbriant père fut ainsi pourvu du gouvernement du château du Taureau en 1662 avec 10 000 livres d’appointements annuels à prendre sur les impôts et billots des vins de la ville de Morlaix. L’importance militaire de la place jouait certainement : le château du Taureau restait une forteresse alors que Fougères, bien que gardant ses remparts médiévaux, était désormais une ville démilitarisée de l’intérieur, comme Guérande, du reste, dont le revenu annuel se montait à 3 000 livres en 170885. L’ordonnance du 18 mars 1776, qui supprima de nombreux gouvernements, distinguait trois catégories : les gouvernements de première classe, à 12 000 francs d’appointements annuels, ceux de deuxième classe à 10 000 francs et ceux de troisième classe à 8 000 francs. L’importance de la place s’accordait avec le rang du titulaire. Les gouvernements les plus petits revenaient à de modestes officiers. Gourcun de Keromnès devient gouverneur de Carhaix après 29 ans passés dans les Gardes du Roi. Sa fortune, qualifiée de médiocre par le subdélégué, ne prospère guère grâce à son poste qui ne lui rapporte que 450 livres par an – y compris une prime versée par les États – mais qui a le mérite de compléter fort opportunément sa modeste pension de 300 livres86.

  • 87 AN, G7 177.

39Les gouverneurs étaient très attachés à l’intégralité de leurs revenus et gare à qui voulait les rogner ! En 1694, la plainte des habitants des faubourgs de Guérande à propos du prélèvement par le gouverneur de six sols par feu où il y a un homme et de trois sols par veuve n’aboutit pas car le sieur de Lanjamet s’appuie sur la Coutume de Bretagne qui autorise ce paiement s’expliquant par le fait que les habitants des faubourgs, comme du plat pays, peuvent se réfugier dans l’enceinte en cas de menace87. Le sieur de Lanjamet fait d’ailleurs preuve d’une certaine pingrerie à cette occasion, la taxe lui rapportant au mieux 165 livres par an.

  • 88 AN, G7 181, Nointel au contrôleur général, 29 décembre 1697.
  • 89 ADIV, C 63, lettre de l’intendant à Paulmy, 18 janvier 1758.
  • 90 ADIV, C 1090, lettre anonyme au gouverneur, 8 juillet 1707 ; lettre anonyme au ministre, 9 août 17 (...)

40Certains, en outre, n’hésitaient pas à créer des taxes de toutes pièces. Le sieur de Vaucouleurs, gouverneur de Concarneau, « se fait payer 60 sols par chaque charroy d’une certaine quantité que les habitans des douze paroisses de son gouvernement doivent fournir à proportion de leur grandeur », taxe qui lui rapporte 600 à 700 livres par an et qu’il prétend avoir établie pour décharger les paroisses de l’obligation de charroyer les bois nécessaires au chauffage de la garnison88. L’intendant a alors beau jeu de démontrer que la garnison est récente et que le bois de chauffage lui est fourni par l’administration royale… Quant au gouverneur de Dinan, il tire profit de la présence de prisonniers anglais : « Il n’est que trop vrai que M. de La Bretonnière vend à des particuliers le privilège exclusif de fournir les menuës denrées nécessaires aux prisonniers anglais […] et qu’il tire aussi parti des boissons qui s’y débitent. […] Ce gouverneur ne s’en cache pas disant qu’il ne fait en cela que suivre l’exemple de ses prédécesseurs et user d’un droit qui est attaché à sa place89. » Encore ne s’agit-il pas là de malversations à proprement parler mais l’esprit de lucre mettait parfois ces personnages dans des positions délicates. En 1707, à Dinan, de graves accusations sont portées contre le lieutenant de roi, Monsieur de Maux. On l’accuse de laisser partir des prisonniers anglais contre paiement et d’exiger de nombreux présents des particuliers logeant les Anglais90.

  • 91 SHAT, Ya 511.
  • 92 J. Trévédy, op. cit., p. 123.

41Ces gouverneurs bénéficiaient pour la plupart d’un logement payé par les communautés. Les versements annuels variaient de 300 livres pour les petites places (Carhaix, Guérande, Lannion, Le Croisic) à 2000 livres pour les plus importantes (Nantes, Saint-Malo). À Saint-Brieuc, alors qu’il touche 600 livres, le sieur de La Rivière occupe en outre un logement dans l’hôtel commun de la ville, droit que la communauté lui conteste mais confirmé par un arrêt du Conseil du 22 janvier 176791. Du reste, les difficultés à propos du logement du gouverneur n’étaient pas rares. En 1726, la communauté de Redon accepte d’allouer au chevalier de Kermoysan la somme de 300 francs par an sur les revenus d’octrois au cas où il viendrait à résider. Cependant, la ville rechigne bientôt à payer parce que son gouverneur ne vient jamais : en 1734, il réclame le paiement de son indemnité pour les années 1732, 1733 et 173492.

  • 93 AN, G7 187, 12 octobre 1707.
  • 94 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 3, p. 391.

42En sus de ces revenus, les gouverneurs pouvaient raisonnablement espérer profiter de certaines largesses de la part du souverain ou de ses représentants. M. de La Bretonnière, brigadier des armées du roi, demande une gratification de 6000 livres comme gouverneur de Dinan, les États de la province devant y tenir leur assemblée. L’intendant Ferrand rétorque : « L’usage constant et certain a été de ne donner cette gratification qu’aux gouverneurs présents pour les indemniser de la dépense qu’ils sont obligés d’y faire. Monsieur de la Bretonnière ne peut se rendre à Dinan étant actuellement employé en Roussillon93. » Toutefois, un peu plus tard, le prince de Léon, président de la noblesse aux États, se propose d’accorder la gratification demandée, sans que la présence du solliciteur soit nécessaire. Les États eux-mêmes pouvaient donc prodiguer leurs largesses, a fortiori quand un gouverneur y jouait un rôle de premier plan, comme le sieur de La Rivière qui, en 1709, préside en l’absence du prince de Léon et reçoit à ce titre 4000 livres94.

  • 95 AN, G7 192, septembre 1711.
  • 96 SHAT, A1 1609, en 1702.

43Cependant, un gouverneur ou un faisant fonction avait un rang à tenir, ce qui impliquait à l’occasion des dépenses somptuaires. Le comte de Lannion, commandant à Nantes, se plaint en 1711, de l’insuffisance de ses revenus : « Je suis obligé de faire beaucoup de dépenses estant commandant de Nantes qui est une grande ville où un commandant est obligé de représenter95. » D’autre part, cas unique en Bretagne, le gouverneur du château du Taureau, en baie de Morlaix, entretint une garde personnelle jusqu’en 1745. Au début du xviiie siècle, celle du marquis de Goesbriant, officier dans le régiment de Berry, comprenait ainsi une garde franche composée de cinq hommes de troupe, un lieutenant et un enseigne96.

  • 97 J. Trévédy, op. cit., p. 125. Si le gouverneur ne vint jamais, son épouse résida quelquefois, plut (...)

44La motivation financière était donc essentielle dans l’achat ou la conservation des gouvernements particuliers. Elle explique l’âpreté de la compétition pour leur acquisition. D’autres considérations pouvaient toutefois entrer en compte. Si le comte de Lorges acquiert le gouvernement de Redon en 1749, c’est probablement parce que son épouse, née Brétault de Marzan, possède des domaines non loin de la ville, en la paroisse d’Avessac97.

45Les gouvernements procuraient donc à leurs titulaires des revenus non négligeables qui leur permettaient soit de se soutenir au service soit d’aider un parent officier militaire. Encore fallait-il pouvoir acheter la charge tant convoitée ou bénéficier du choix exercé à Versailles. En dehors des heureux élus, combien de vieux officiers retirés modestement sur leurs terres ou servant jusqu’à l’ultime vieillesse !

Une inégale tutelle sur les militaires et les communautés

  • 98 F. de Chennevières, op. cit., t. 1, p. 90.
  • 99 SHAT, A1 1206, lettre du duc de Chaulnes, 15 juillet 1693.
  • 100 SHAT, A1 3188, lettre du 4 juin 1746.
  • 101 ADIV, C 2461, lettre de Roger, subdélégué de Belle-Île, à l’intendant, 20 mars 1742.

46Les pouvoirs de ces personnages n’étaient pas les mêmes suivant qu’il s’agissait d’une place de guerre ou non. Dans les places de guerre, le gouverneur avait théoriquement autorité sur tous les militaires, ceux qui y demeuraient en permanence et ceux qui y séjournaient temporairement. C’était même un devoir pour les officiers des troupes qui arrivaient dans une place de se placer sous l’autorité de son commandant98. Malgré la clarté du règlement, cela n’allait pas toujours sans difficulté, les officiers commandant les troupes de passage « oubliant » parfois d’aller voir le gouverneur ou, tout du moins, faisant preuve d’une évidente mauvaise volonté. Quand, en juillet 1693, M. de Guémadeuc, gouverneur de Saint-Malo, demande à M. Du Fresnoy, colonel du régiment des Vosges campé à une demi-lieue de la ville close, de lui envoyer demander l’ordre, ce dernier rechigne tout en finissant par s’y plier « quoiqu’il crût avoir des raisons pour qu’il s’en dispensât99 ». D’autre part, un gouverneur nouvellement arrivé trouvait sous ses ordres de vieux officiers empreints d’habitudes et fiers de leur connaissance de la place. Une pointe de dédain ou de suffisance du nouveau commandant pouvait conduire à une contestation larvée et fort pénible. C’est ce dont fut victime M. de Saint-Sernin après sa nomination comme gouverneur de Belle-Île en décembre 1740. Il déplora le « manque d’obéissance et de subordination de ceux qui [lui] étoient subordonnés et s’imaginant être indépendants100 ». Sachant que Saint-Sernin demeura quatorze mois d’affilée dans l’île, ce climat pesant et délétère le conduisit au bord de la dépression, si bien qu’il se retira ensuite six mois sur le continent. Isolé, en butte à une sourde contestation, il prit quelques initiatives malheureuses, comme le relèvement des détachements des îles d’Houat et d’Hoëdic tous les dix jours, malgré de réels problèmes techniques. Le major de la place aurait alors dit de son supérieur que c’était « un homme dont les projets n’avoient pas de fin, qu’enfermé presque cent jours entiers dans sa chambre, sa solitude, son imagination luy fournissoient des idées qui n’étoient pas trop bien digérées101 ». Dans les places de guerre, acquérir la confiance de ses subordonnés s’avérait par conséquent primordial.

  • 102 SHAT, A1 1042, « Renouvellement de la commission à M. de Chazeron père pour commander à Brest en l (...)
  • 103 SHAT, A1 1609, 17 mai 1702.

47La présence du gouverneur ou du lieutenant de roi, véritable suppléant, était indispensable dans les places de guerre, quand bien même un major s’occupait du détail des affaires militaires. Les vacances de la charge comme la non-résidence étaient, de ce fait, exceptionnelles ou tout du moins compensées. Quand le gouverneur de Brest, M. de Chazeron, s’absente en 1691, il est suppléé par son père qui obtient à cet effet une commission102. C’est suivant la même logique que le comte de Goesbriant demande de pouvoir commander le château du Taureau en l’absence de son frère gouverneur qui combat en Italie103.

  • 104 A. Corre, « Les milices bourgeoises de Brest », BSAF, 1894, t. 21, p. 345.
  • 105 ADIV, C 1142.
  • 106 SHAT, A1 1609, 15 février 1702.

48Dans les gouvernements ne correspondant pas à des places de guerre, le pouvoir du gouverneur était limité de fait mais variait en fonction des circonstances et de la personnalité du titulaire de la charge. Dans tous les cas, cependant, le gouverneur ou le lieutenant de roi exerçait son autorité sur la milice bourgeoise de la ville et pouvait, par ce biais, s’immiscer dans les affaires municipales. Les milices bourgeoises étant considérées comme de véritables auxiliaires des troupes réglées dont elles copiaient l’organisation, il était logique que leur commandant naturel fût le gouverneur. À Brest, il est « de coutume et d’un usage non interrompu que la milice bourgeoise prenne les armes dans le mois de may de chaque année pour passer en revue devant le commandant de la place104 ». En 1756, c’est le comte de Gonidec, lieutenant de roi, qui préside. En 1760, le même personnage fait des reproches à la communauté qui a procédé à l’élection d’officiers de la milice bourgeoise sans l’avertir105. La tutelle du gouverneur sur la milice bourgeoise était plus ou moins bien acceptée d’où parfois des tensions, comme à Saint-Malo où M. de Sainte-Marie connaît en 1702 des démêlés avec quelques capitaines de la milice de la ville106.

49À Nantes, l’influence du gouverneur particulier déterminait largement le choix des officiers. C’était en partie dû à la personnalité des titulaires, notamment les d’Estrées père et fils, mais aussi à l’imbrication étroite des charges. Sans que cela fût systématique, le gouverneur de la place de Nantes était souvent lieutenant général du comté et donc commandant en chef de la province. Les exemples les plus nets furent ceux de Victor-Marie d’Estrées, du duc de Brancas et du duc d’Aiguillon, qui garda la lieutenance-générale et même le gouvernement de Nantes après l’abandon de sa commission de commandant en chef. Cette particularité conférait au gouverneur de Nantes des pouvoirs forts étendus mais caractérise peu l’action de ces personnages puisque, à travers le gouverneur, c’était le commandant en chef qui agissait.

  • 107 D. Riet, op. cit., p. 24.
  • 108 AN, G7 173, lettre de Pomereu, 27 mai 1691.
  • 109 G. Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine 1598-1720, Rennes, PUR, 1996, (...)
  • 110 AMN, EE 105, « Conflits d’autorité entre les maires de Nantes et les lieutenants du Roi et majors (...)

50L’influence des autres gouverneurs locaux n’était pas aussi importante. La frontière était toutefois mince entre les attributions traditionnelles du gouverneur et des abus de pouvoir purs et simples. Quand le gouverneur de Saint-Brieuc interprète à son gré certains arrêts du Conseil ou accable de billets de logement des gens de guerre les personnes qui lui déplaisent, on entre bien dans la seconde catégorie107. Les susceptibilités personnelles jouaient aussi leur rôle dans ces conflits. Les tensions à Saint-Malo entre le gouverneur et le nouveau procureur syndic trouvent leur origine dans le fait que le premier ne veut pas assembler la communauté pour la réception du second mais on ignore pourquoi108. Néanmoins, en cas de désaccord voire de conflit, s’établissaient des rapports de force ne tournant pas forcément au profit du gouverneur ou de son lieutenant. Quand, en 1719, le commandant du château de Nantes veut s’opposer à l’élection des officiers de la milice bourgeoise, il est mis en minorité devant le grand bureau et préfère quitter la salle, impuissant à imposer sa volonté109. À Nantes toujours, l’année 1723 voit éclore un conflit entre Menou, lieutenant de roi du château, et Mellier, maire et, à ce titre, colonel de la milice bourgeoise. Le comte de Menou avait interdit aux officiers et sergents de la patrouille d’adresser leur rapport au maire, au grand dam de ce dernier qui protesta. Le comte de Toulouse proposa ses bons offices et écrivit au Magistrat de nombreuses villes pour savoir comment on y procédait110. La milice bourgeoise, à cause de son caractère ambivalent, constituait le terrain d’affrontement privilégié entre gouverneurs particuliers (ou lieutenants de roi) et municipalités. Les dépositaires de l’autorité militaire n’y voulaient voir qu’une troupe comme une autre et le Corps de ville l’institution la plus représentative de la cité, après lui-même.

Des personnages jaloux de leurs prérogatives,
à l’origine de nombreuses contestations

  • 111 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 3, p. 366, 30 novembre 1706.
  • 112 SHAT, A1 2338, 17 janvier 1711.
  • 113 Ibidem, 28 janvier 1711.

51La première difficulté qui ne manquait pas de se poser et portait en elle-même des germes de contestation était celle de l’étendue géographique de l’autorité du gouverneur. La situation de Nantes s’avère à cet égard révélatrice car assez complexe. Rappelons qu’il existait non seulement un lieutenant général flanqué d’un lieutenant de roi pour le comté nantais mais aussi un gouverneur particulier et un lieutenant de roi pour la place de Nantes. Si le gouverneur particulier résidait rarement, il en allait autrement pour le lieutenant de roi du château. Au début du xviiie siècle, c’est surtout M. de Mianne qui défraie la chronique tant ses prétentions de commandement sont usurpées. En théorie, son pouvoir se limite au château et il ne peut envoyer des soldats en mission à l’extérieur que sur les ordres du commandant en chef ou du gouverneur particulier, son supérieur direct. En réalité, M. de Mianne entend régenter une partie de la ville111. Il y fait arrêter certains particuliers ayant eu le tort de chasser sur des terres qu’il s’est réservé, provoquant les protestations de l’évêque. De Mianne persiste néanmoins en 1711, contestant l’envoi sur l’île du Pilier, non loin de Noirmoutier, d’un détachement de deux compagnies de marine. Il écrit même au ministre, avec un manque de tact qui frise l’inconscience : « Monsieur de Pontchartrain veut soustraire cette isle a votre autorité pour la mettre sous la sienne112. » En quelques lignes, le maréchal de Châteaurenault, commandant en chef dans la province, balaie les prétentions du lieutenant de roi, précisant que M. de Mianne « n’a aucun commandement que dans le château. […] je me souviens que quand je vins commander dans la province il y a sept ans, il me fit beaucoup de représentations au sujet des choses qui se passoient en ville et qui s’y faisoient sans sa participation113 ».

  • 114 SHAT, A1 3188, en 1746.
  • 115 Ibidem.

52À Lorient, le gouverneur de Port-Louis s’irrite de n’avoir aucune autorité sur un vaste territoire relevant de la Compagnie des Indes. Un mémoire anonyme défend ses pouvoirs : « C’est au gouverneur de répondre de ceux qui ont l’honneur d’être brevetés, c’est luy seul qui doit leur donner le mot, règle et discipline militaire, on ne peut luy refuser dans le port de Lorient les honneurs qu’il a le droit de prétendre de la garnison du Port-Louis et des autres villes de son gouvernement114. » Le contentieux débouche sur un compromis : l’autorité du gouverneur du Port-Louis s’exercera aux habitants et milices bourgeoises, à la garde de l’enceinte de la ville « sans qu’il puisse se mesler de l’intérieur du parc qui forme l’établissement de la Compagnie et de ses employés115 ».

  • 116 AN, G7 190, lettre du 24 juillet 1710 au contrôleur général.
  • 117 SHAT, A1 2338, 6 avril 1711.
  • 118 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 3, p. 422.
  • 119 SHAT, A1 2924, lettre du 18 novembre 1740.

53La nomination de certains commissaires locaux limitait parfois l’influence du gouverneur ou du lieutenant de roi. Ainsi, le comte de Lannion reçut une commission pour commander à Nantes. L’origine en fut la nécessité de venir à bout de troubles antifiscaux116. Le comte de Lannion cumulait cette fonction avec la charge de gouverneur de Saint-Malo117. Sa présence entraîna des frictions avec de Mianne, lieutenant de roi au château. En effet, ce dernier commandait normalement en l’absence du gouverneur particulier, à savoir Victor-Marie d’Estrées à cette date. La venue du comte de Lannion le privait donc de l’exercice de ses pouvoirs. Il chercha par conséquent à évincer l’intrus, se déplaçant même à Paris pour rencontrer le maréchal d’Estrées, voyage dont se plaignit le comte de Lannion118. Les intrigues du lieutenant de roi furent cependant sans effet puisque le comte demeura en place jusqu’en 1714. Plus tard, la situation se simplifia car, sans doute pour éviter ce genre de contestation larvée, le comte de Menou, lieutenant de roi au château, reçut un ordre particulier du roi pour commander également la ville. Toutefois, en 1740, Menou, confronté à des difficultés financières, souhaite se démettre du commandement de la ville, ce qui inquiète le marquis de Brancas qui juge indispensable la présence d’un commandant à Nantes119. De façon générale, ces commandants particuliers furent nommés dans les places de guerre. Ils y exerçaient une autorité sans conteste supérieure à celle du gouverneur et du lieutenant de roi, bien qu’il soit difficile de préciser ce qui revient à l’un et aux autres.

  • 120 ADIV, C 90, lettre au duc de Penthièvre, 15 février 1780.
  • 121 ADIV, C 885, Argenson à Viarmes, 4 février 1747.
  • 122 Le parlement rendit un arrêt le 28 janvier 1758 contre le major de Lorient. ADIV, C 65, Le Bret à (...)

54Les gouverneurs particuliers, lieutenants de roi et majors des places disposaient de pouvoirs de police importants dont ils usaient avec plus ou moins de clairvoyance. Au premier chef, cela concernait les troupes, invalides comme militaires en quartiers. La milice bourgeoise dépendant du gouverneur ou de son représentant, toute insubordination pouvait conduire en prison sur son ordre. Les faits survenus à Dinan en 1779 illustrent bien cette possibilité. Une assemblée de la milice avait été convoquée le 15 novembre pour la réception de M. Ferron comme nouveau lieutenant de roi. Or, Denoual, officier de cette milice, non seulement ne s’y présenta pas mais assista à la cérémonie d’une fenêtre, se gaussant ouvertement de la troupe bourgeoise. Le sang du gouverneur, M. de La Bretonnière, ne fit qu’un tour. Le récalcitrant fut conduit incontinent en prison120. Les pouvoirs de police du gouverneur étaient toutefois plus étendus : tout individu, bourgeois ou non, accusé de troubler l’ordre public, pouvait faire l’objet d’une arrestation. On n’évitait ainsi pas toujours l’arbitraire, d’où des plaintes contre des abus de pouvoir de l’autorité militaire locale. Louis Brouard, marchand orfèvre à Nantes, accuse ainsi M. de Livernière, major du château, d’avoir fait loger chez lui une recrue de son parent Charette de la Verrière, officier des troupes réglées. Le bourgeois ayant eu des mots avec l’officier, il se retrouva emprisonné une journée au château121. Ce pouvoir quasi discrétionnaire portait le flanc à la contestation devant la justice ordinaire. À Grenoble, quelques ordonnances de police du commandant de la place se virent contestées par le parlement mais la fermeté du secrétaire d’État à la Guerre régla la question. Le parlement de Rennes rendit plusieurs fois des arrêts contre des officiers trop prompts à emprisonner mais n’en fit jamais une arme contre l’administration militaire et l’absolutisme royal122.

  • 123 ADIV, C 1142.
  • 124 Ibidem, lettre au duc de Penthièvre, 13 octobre 1758.
  • 125 SHAT, A1 1042, article 4, 23 novembre 1691.
  • 126 SHAT, A4 77, 2e carton, lettre à Scott, lieutenant de roi à Saint-Malo, 23 décembre 1764.

55Enfin, le gouverneur entendait quelquefois mettre en coupe réglée la communauté où il exerçait sa charge. C’est ainsi que celui de Josselin, Monsieur du Bot Talhouët, veut contrôler toutes les délibérations de la communauté et demande même des copies au greffier123. Le subdélégué général Védier dénonce alors ces prétentions comme infondées, l’intendance étant seule habilitée à surveiller les communautés124. Certes, le gouverneur disposait d’un droit de regard sur les activités de la communauté mais pas de contrôle. Un règlement élaboré à Brest à la suite de contestations délimite clairement son pouvoir et les obligations du corps de ville : « Et lorsqu’on voudra convocquer des assemblées générales des habitans et communauté de Brest, les maires et eschevins seront tenus d’en avertir celuy qui commandera en laditte ville et mesme de l’informer des motifs de laditte assemblée sans toute fois qu’il y puisse prétendre de séance125. » En plusieurs occasions, le commandant en chef lui-même remet à sa place le gouverneur de place ou son adjoint. Le duc d’Aiguillon précise ainsi le rôle du lieutenant de roi lors des assemblées municipales : « Comme vous n’y êtes que pour veiller à ce qu’il ne s’y passe rien contre le Service du Roy et la Sureté de la Place qui vous est confiée, je crois que vous n’êtes point en droit de censurer les délibérations lorsqu’elles n’intéressent point ces deux objets, encore moins de faire des réquisitions relatives à leur rédaction126. »

  • 127 SHAT, Ya 511.
  • 128 Ibidem, lettre du 11 septembre 1767.
  • 129 Ibid., lettre du 11 octobre 1767.
  • 130 Ibid., lettre du 13 décembre 1767.

56L’affaire qui survint à Landerneau en 1767 atteignit de toutes autres dimensions et illustre le décalage entre les pouvoirs théoriques d’un gouverneur et ce qu’ils étaient réellement suivant l’usage établi au fil du xviiie siècle. Le nouveau gouverneur, sieur du Rozel Beaumanoir, cherche dès son arrivée à régenter toutes les affaires militaires mais aussi civiles de la cité. Il envisage de présider toutes les assemblées de la communauté, d’approuver ou non les délibérations, d’assembler quand il lui plaît la milice bourgeoise sans la participation du maire, de créer et réformer les compagnies de sa propre initiative, de contrôler la route des troupes et de superviser leur logement 127 ! Respectueux de la hiérarchie, cet ancien capitaine de vaisseau demande des instructions au duc d’Aiguillon afin de commander sans partage à Landerneau128. Sa naïveté est vite refroidie par deux lettres venues de Versailles qui lui font comprendre la quasivacuité de sa charge. Le duc de Choiseul affirme sans ménagements que « Sa Majesté n’entend point que ces postes de gouverneurs ayent aucune autorité sur les troupes129. » La missive de Saint-Florentin plonge presque du Rozel dans le désespoir : « L’intention de ce ministre est que je sois restreint à toucher mes émoluments comme la rente d’un fond perdu, sans que je puisse m’immiscer en rien pour les intérêts du roy, de l’état, de la sureté de la ville et du citoyen130. » Le gouverneur frustré ne comprend visiblement pas que « les ordonnances, les règlemens et les arrêts du conseil qui [lui] attribuent incontestablement la présidence à toutes les assemblées de maison de ville, publiques et particulières, l’autorité sur les habitants et le droit de commander » ne sont plus d’actualité dans cette seconde moitié du xviiie siècle, l’usage ayant converti la charge de gouverneur de Landerneau en une simple sinécure.

  • 131 Ibid.
  • 132 Ibid.
  • 133 SHAT, A1 3188, lettre du 23 octobre 1746.
  • 134 Ibidem, 4 avril 1746.

57Le sieur du Rozel souhaitait exercer une véritable juridiction militaire et il semble bien que ce fût là une motivation non négligeable jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Du Rozel, qui demandait au duc d’Aiguillon s’il devait porter un uniforme, affirme fin 1767 que s’il s’était douté qu’on lui refuserait des lettres de services pour commander les militaires, il aurait gardé son argent et acheté une autre charge131. En novembre de la même année, comme il sollicite le gouvernement de Quintin, le sieur Visdeloup du Liscouët affirme qu’il est nécessaire que ce poste soit pourvu pour faire cesser le « désordre continuel par le deffault de police 132 ». En cette seconde moitié du xviiie siècle, l’attrait financier semble moindre – ou est moins facilement avoué – alors que le goût du commandement, acquis et entretenu par de longues années de service, conduit parfois à vouloir mener les bourgeois comme une compagnie ou un bataillon. Le rôle militaire des gouverneurs, y compris les plus modestes, ne fut jamais totalement abandonné, surtout en période de guerre. En 1746, par exemple, M. de Saint-Sernin, gouverneur de Belle-Île, Rhuys et de Malestroit, fut chargé de trouver des troupes dans le ressort de son gouvernement pour défendre les côtes de Bretagne133. Cette même année, le duc de Penthièvre encourage le chevalier de Kermoysan, colonel d’infanterie réformé et gouverneur de Redon, à se rendre sur la côte, précisant : « Il est du devoir du gouverneur d’une ville située à portée de l’ennemy d’y résider134. » Le duc envisage même de confier au chevalier le commandement « d’un bataillon de milice du pays ».

  • 135 ADIV, C 1086, lettre à l’intendant, 11 juin 1758.
  • 136 Ibidem, lettre du 16 juin 1758.

58Lorsque des gouverneurs particuliers ou lieutenants de roi non résidents ou effacés se manifestaient pour exercer leur pouvoir, dans des circonstances urgentes, ils s’exposaient à bien des avanies. Deux épisodes survenus en 1758 le montrent parfaitement. Rappelons qu’au mois de juin un débarquement anglais à Cancale mit la Bretagne en émoi. C’est ce qui pousse M. de Kerjégus à solliciter de pouvoir exercer les fonctions originellement liées à sa charge de lieutenant de roi de Carhaix : « Permettés donc, Monseigneur, je vous en supplie, que dans cette occasion je fasse pour quelques jours les fonctions de ma charge pour éviter la honte qui rejaillit sur moy et ma famille de mon absence dans un tems si critique135. » Triste confession d’impuissance ! Kerjégus se retrouve réduit au rôle de spectateur lors du seul moment où sa présence peut s’avérer utile, et il le vit mal. Cependant, être autorisé à exercer ses fonctions ne suffisait pas forcément pour obtenir l’obéissance de ses subordonnés. Quand M. Du Bot Talhouët, gouverneur de Josselin, se présente au château du lieu pour « donner l’ordre aux habitans et autres gens commis à [la] garde » des prisonniers anglais, le capitaine de milice bourgeoise Jehanno déclare ne pas le connaître et le refoule ! Le gouverneur rebrousse chemin dignement mais ne manque pas d’exprimer son indignation à l’intendant : « Il est bien cruel pour un honnête homme de mon rang qui ne cherche qu’à prouver son zèle à son prince et dont l’ayeul avoit l’honneur de commander la noblesse de Bretagne de se voir méconnoitre et insulté par un masnant décrassé qui n’a jamais servi136. » Si gouverneurs et lieutenants de roi abusaient parfois de leur pouvoir, leurs administrés le leur rendaient donc bien dans certains cas et il ne semble pas que l’administration royale s’en offusquait outre mesure, les refus d’obéissance ne la concernant pas directement ni ne mettant en danger la sûreté publique.

  • 137 N.-L. Caron, op. cit., p. 537-538 (réimpression de l’ordonnance de 1776).

59L’ordonnance du 18 mars 1776, s’inscrivant dans les réformes du comte de Saint-Germain, supprima la plupart des gouvernements, huit seulement étant conservés en Bretagne. Il s’agissait de places stratégiques (Belle-Île, Port-Louis/Lorient, Château du Taureau), de ports importants dans le cadre de la défense côtière (Saint-Malo, Quimper, Vannes) et des deux principales villes de la province (Rennes, Nantes)137. Cependant, l’ordonnance supprimait les gouvernements mais laissait les gouverneurs en place ainsi que leurs éventuels survivanciers : la place resterait simplement vacante à leur mort. Les motivations financières de cette décision étaient indéniables et s’accompagnaient de la volonté de faire coïncider gouvernement local avec autorité militaire réelle d’où la nécessité d’abolir les gouvernements où le titulaire ne résidait pas. Cependant, la longévité des titulaires comme la pratique de la survivance firent que de nombreuses villes gardèrent un gouverneur et un lieutenant de roi jusqu’à la Révolution.

Les responsables communaux et paroissiaux : des acteurs modestes mais indispensables

60L’administration étatique d’Ancien Régime reposait largement sur la collaboration des responsables des villes et villages. L’armée ne faisait pas exception à cette règle. Les administrateurs militaires locaux, comme les commissaires des guerres, étaient peu nombreux. En outre, ces personnages, à l’instar des correspondants locaux de la commission intermédiaire, ne disposaient d’aucune administration sous leurs ordres. L’entente et la collaboration avec les autorités municipales et paroissiales s’avéraient par conséquent indispensables. Qu’il s’agisse de la commission intermédiaire, de l’intendance ou du commandant en chef, les gestionnaires de la province s’en remettaient largement aux administrateurs locaux. Connaître le degré d’intervention de ces derniers, leur latitude d’action, leur efficacité même, ne peut donc qu’éclairer les rouages de l’administration militaire en général.

Une lourde charge, le logement des troupes

61Quelques remarques préliminaires s’imposent. D’abord, le cumul des fonctions génère parfois un flou indéniable. L’exemple le plus répandu est celui des maires également subdélégués de l’intendant. Dans certaines villes, le cas est d’autant plus fréquent que l’intendance a mis en coupe réglée ces communautés, favorisant sinon imposant son candidat. On pense en premier lieu à la ville de Nantes à partir de 1720 où Gérard Mellier puis Gellée de Prémion, notamment, représentent bien ces maires-subdélégués. Quand le maire est aussi correspondant local de la commission intermédiaire, comme David de Drésigné au Croisic dans les années 1780, l’administration s’en trouve facilitée – un échelon saute – mais pas la tâche de l’historien ! Toutefois, cela n’empêche pas l’examen de l’action des municipalités. L’important est de voir à l’œuvre les différents rouages municipaux. La réserve précédente s’applique aux villes, pas aux paroisses rurales. Les villages rencontraient cependant les mêmes problèmes et leurs responsables, bien que moins instruits et, pour tout dire, moins aptes à s’occuper du détail militaire, devaient y faire face. Pour certains domaines néanmoins, les campagnes étaient clairement subordonnées aux villes et plusieurs exemples montrent que maires et échevins exerçaient des responsabilités bien supérieures aux fabriciens et marguilliers. Ceci, ajouté au faible nombre de documents évoquant les villages, conduira cette étude à privilégier le contexte urbain.

  • 138 AMN, EE 95, Règlement pour le logement des troupes à Nantes, 1721.
  • 139 ADF, 2E 1515, « Rolle des habitans de la ville de Quimper qui sont en état de loger des trouppes e (...)
  • 140 D. Riet, op. cit., p. 89.

62Le principal domaine d’intervention des autorités communales et paroissiales était le logement des gens de guerre. En l’absence de casernes permanentes, le logement s’effectuait soit chez l’habitant soit dans des maisons louées pour abriter les troupes. Concernant le logement personnel, l’action des responsables municipaux et paroissiaux consistait d’abord à déterminer les capacités de chacun. À cet effet, des listes précises distinguant contribuables et exempts étaient dressées, au moins dans les principales villes de la province. Le souci affiché d’une certaine équité conduisit les municipalités à instruire pour cela de véritables enquêtes de voisinage. À Nantes, les officiers de milice bourgeoise devaient ainsi élaborer des listes au sein des différentes compagnies138. Ils visitaient les maisons, et appréciaient la situation matérielle des habitants afin de déterminer la « force » de chacun, c’est-à-dire sa capacité ou non à loger. Le rôle réalisé à Quimper laisse soupçonner une méthode similaire, les contribuables étant classés par secteurs géographiques correspondant aux différentes compagnies de milice bourgeoise139. Les villages ne disposaient pas d’une telle organisation mais, chacun se connaissant, il était relativement aisé de répartir les soldats aussi équitablement que désiré. On suivait normalement l’ordre du rôle, de façon à ce que chaque contribuable logeât tour à tour. L’uniformisation administrative, sous l’autorité de la commission intermédiaire, conduisit à la confection de billets de logement imprimés à Rennes, envoyés ensuite dans les différentes villes de Bretagne. En octobre 1787, le maire de Saint-Brieuc reçoit ainsi 6 000 billets de logement140.

  • 141 AMN, EE 84, mai 1742.

63Le redoutable privilège d’exempter certains de leurs administrés appartenait en premier ressort aux magistrats municipaux. Ils se basaient pour cela autant sur les ordonnances parvenues à leur connaissance que sur les directives de l’intendance ainsi que sur leur expérience des réalités locales. Certes, les plaintes de particuliers accusant maire ou syndic de fouler aux pieds leurs privilèges et de faire preuve de favoritisme ne manquaient pas. Toutefois, ceux s’estimant lésés bénéficiaient d’un recours possible, à savoir l’intendant. Ce dernier suivait en général l’avis formulé par les municipalités. L’affaire de la veuve Guiton en fournit un bon exemple. Cette femme prétend à l’exemption comme son défunt mari, conseiller au siège royal de l’Amirauté de Nantes. La communauté la déboute, aucun règlement n’évoquant les veuves des officiers exemptés ; Védier approuve cet avis et confirme l’assujettissement au logement personnel141.

  • 142 ADIV, C 61, lettre du syndic à l’intendance, 16 juillet 1757.
  • 143 ADIV, C 882, lettre de Pontcarré de Viarmes à d’Angervilliers, 5 octobre 1737.
  • 144 F.-X. Emmanuelli, Pouvoir royal et vie régionale en Provence au déclin de la monarchie. Psychologi (...)

64En cas d’affluence de militaires, le maire ou syndic pouvait décréter le cas de foule, réduisant à néant exemptions et privilèges. Le syndic de Landivisiau ne s’en tint d’ailleurs pas là lors du séjour du premier bataillon de Bourbon infanterie puisqu’il envoya des soldats loger dans des villages, jusqu’à une demi-lieue autour de la ville142. Si la valeur d’un administrateur local d’Ancien Régime se mesure à sa propension à épargner des charges redoutées à ses administrés, alors on ne peut tarir d’éloge sur certains maires ou syndics. Ils n’avaient bien souvent de cesse, en effet, de demander l’extension de la contribution aux villages environnants. En 1737, le premier marguillier de Savenay demande que les lits nécessaires pour les troupes soient aussi fournis par les paroisses voisines de Campbon, Prinquiau et La Chapelle-Launay143. Les responsables paroissiaux bretons ne faisaient en l’occurrence pas preuve d’originalité puisqu’on constate des démarches similaires dans d’autres provinces, la Provence en particulier144.

  • 145 ADF, C 48, lettre des commissaires à Le Guen l’aîné, maire de Brest, 4 décembre 1787.

65Contrairement au siècle précédent, la grande majorité des soldats logeait au xviiie siècle davantage dans des casernes improvisées que chez l’habitant. Cependant, les responsables n’imposaient pas obligatoirement le type d’hébergement pour une troupe donnée. Les municipalités bénéficiaient en l’occurrence d’une certaine liberté, à partir du moment où le bien du service n’en souffrait pas. Lorsqu’il faut loger le régiment de Normandie à Brest, en 1787, la ville abrite déjà plusieurs autres troupes. Constatant la saturation des casernes, le comte de Langeron propose le logement par billets chez l’habitant, d’autant plus que la location de nouvelles maisons comme casernes conduirait à expulser de très nombreux locataires. Le commandant comme les commissaires des États s’en remettent alors aux maire et échevins : « Nous adopterons dans cette circonstance le parti qui sera le plus conforme au bien général de la ville de Brest. C’est à votre communauté, Monsieur, à nous l’indiquer145. » Le choix relevait dans cette circonstance précise du dilemme, l’une ou l’autre solution retenue ne pouvant manquer de mécontenter plusieurs centaines d’individus. Commandant en chef et commission intermédiaire avaient donc beau jeu de déléguer ces délicates responsabilités aux autorités municipales, ne désirant point les endosser.

  • 146 ADF, 2E 1521, 1757.

66Les municipalités choisissaient les maisons qui devaient tenir lieu de casernes, sous réserve d’une confirmation ultérieure de la commission intermédiaire. Le choix s’effectuait généralement de concert avec le correspondant local de cette dernière. On voit dans certains cas les autorités municipales établir des descriptifs très précis des bâtiments servant de casernes, à seule fin de prévenir les fréquentes contestations de la part des propriétaires. On dispose, par exemple, pour Quimperlé, d’un « État des maisons destinées au logement des quarante dragons de la compagnie de Monsieur Château-Renard, capitaine au régiment de Marbeuf », indiquant le détail de chaque pièce ainsi que le mobilier s’y trouvant, y compris les patères 146 !

  • 147 N.-L. Caron, op. cit., p. 62.

67La grande affaire, c’était ensuite la fourniture du mobilier, en premier lieu des lits. Pour certaines villes, la commission intermédiaire traitait elle-même avec un entrepreneur. Pour d’autres, comme Port-Louis, c’était du ressort de la communauté qui conclut le 1er janvier 1779 un bail de neuf ans147. Dans la majorité des cas, toutefois, on préférait faire contribuer les habitants en nature. On confectionnait alors des listes précisant les contribuables, de la même manière que pour le logement personnel. Maires et échevins disposaient d’une souveraineté absolue pour décider qui fournirait un lit entier ou une part de lit.

  • 148 ADIV, C 69, lettre à l’intendant, 11 septembre 1761.
  • 149 Les subdélégués disposaient d’un droit de regard sur ces listes. Au Faou, comme probablement dans (...)
  • 150 ADLA, C 534, 5 mai 1789.
  • 151 ADLA, C 533, 22 juin 1788.

68En revanche, les détails inhérents à la fourniture ressortissaient aux correspondants locaux de la commission. Ces responsables requéraient néanmoins fréquemment le concours des autorités municipales. Lohier, maire de Dinan, fait ainsi acheter et convoyer 13 600 livres de paille pour remplir les paillasses des lits des casernes de la ville148. Les correspondants de la commission prennent également le soin de laisser aux maires le contrôle de la liste des contribuables pour la fourniture des lits149. Un tel procédé, qui partage les responsabilités, leur évite, en cas de contestation, de se retrouver seuls à assumer le règlement des contentieux. Les deux parties, sachant que quelques contribuables ne manquaient jamais de poser problème, se rejetaient donc la responsabilité du contrôle des fournitures. De façon générale, elles coopéraient volontiers, les quelques désaccords constatés ne dégénérant jamais sur une opposition frontale. Certes, Thébault de La Monderie, correspondant à Nantes, se plaint quelquefois du manque de diligence de la municipalité et les commissaires demandent au maire d’Ancenis le remplacement des mauvais matelas fournis pour les dragons de Conti, mais on en reste là150. Une lettre de Thébault illustre d’ailleurs son degré de dépendance élevé vis-à-vis de la municipalité. À propos des officiers municipaux, il écrit : « Ils sont fort embarrassés, il paroit que rien n’est prêt ni commencé, qu’on n’a point encore réglé les listes des fournisseurs ni envoyé les premiers avertissemens, ce qui me désole parce que le tems se passe et que nous ne pouvons rien faire ni avancer. […] cependant, il y avoit assez de tems pour préparer les casernes151. » Derrière l’agacement pointe l’inquiétude du correspondant, réduit à l’impuissance et ne disposant d’informations qu’à travers la municipalité.

  • 152 S. Perréon, Les problèmes militaires à Nantes sous le règne de Louis XV, maîtrise, J.-P. Bois (dir (...)
  • 153 ADIV, C 4698, lettre à Godefroy, commis au bureau de la commission intermédiaire, 9 mars 1772.
  • 154 AMB, 2 S 5, 9 septembre 1776.

69Les autorités municipales devaient faire preuve de célérité. Tout dépendait en fait du délai entre l’avis d’arrivée des troupes et l’arrivée effective. Il était souvent de dix à quinze jours152. La rumeur précédait souvent les missives officielles, suscitant interrogations et inquiétudes. En 1772, le maire de Vitré évoque une rumeur annonçant le passage de vingt-cinq bataillons allant à Brest et demande ce qu’il en est à la commission intermédiaire. « Comme cette nouvelle, écrit-il, m’intéresse infiniment à cause des logements, que nous ne recevons ordinairement de l’intendance que très tard les avis touchant le passage des troupes […]153. » Dès l’information parvenue, les autorités municipales s’activaient. Dans certains cas, on constate une concertation étroite avec les responsables militaires. Le régiment d’Enghien ne pouvant décemment pas loger à Brest, les officiers se rendent dans plusieurs villages proches pour examiner avec les recteurs et les syndics les capacités de chaque endroit154. Il est vrai qu’il s’agit là de paroisses ne disposant d’aucun rôle de logement.

  • 155 SHAT, A1 961, lettre du maréchal d’Estrées, 18 mai 1690.
  • 156 ADLA, C 261.

70Lorsque la troupe arrivait, le maire, les échevins et – quand il y en avait un – le commissaire des guerres, la passaient en revue afin de déterminer le nombre de soldats, qui correspondait rarement avec celui annoncé par la lettre quelque temps plus tôt du fait de l’importance des désertions. Ils devaient toutefois attendre – parfois de longues heures – les traînards et les éclopés. Le passage des Irlandais du régiment de Montcassel à Nantes, en 1690, témoigne de ces vicissitudes. Non seulement ils ne sont que 450 au lieu de 600 prévus mais encore la revue a-t-elle lieu aux flambeaux car ils ont attendu quatre heures à trois quarts de lieue de la ville « ou par nonchalance ou pour desrober aux yeux des spectateurs leur meschant équipage155 ». Afin d’éviter cette perte de temps, l’ordonnance du 30 novembre 1729 dispensa les magistrats municipaux d’effectuer des revues, sauf pour les recrues156. Les officiers municipaux gardèrent toutefois le redoutable privilège de refuser les fausses routes, de dénoncer les passe-volants et les mulets passés comme des chevaux.

71Ensuite, on procédait à la répartition des logements en présence des officiers puis on distribuait aux soldats des billets de logement portant la qualité et le nombre de ceux devant être logés ainsi que le nom et l’adresse du logeur. Seule la signature d’un officier municipal authentifiait le billet. Le casernement allégeait notablement le labeur de la municipalité. En effet, davantage que le séjour en quartiers de bataillons ou régiments entiers, le passage répété de petites troupes (simples compagnies, recrues, convalescents) absorbait le plus d’énergie. Enfin, les autorités municipales et paroissiales recevaient les plaintes relatives aux troubles et exactions commis par les soldats. L’octroi d’un certificat de « bien vivre » récompensait les troupes disciplinées alors que son absence sanctionnait délits et crimes et témoignait de mauvaises relations entre militaires et civils. L’administration royale avait donc accordé aux maires et syndics un rôle de surveillance du comportement des soldats, complémentaire de la protection des administrés.

Une responsabilité déterminante pour la fourniture des attelages

  • 157 N.-L. Caron, op. cit., p. 115.
  • 158 Ibidem, p. 128, 1782.
  • 159 Ibid., p. 130.

72Le concours actif des autorités municipales et paroissiales s’avérait indispensable pour la fourniture des chevaux et charrettes. Chardel précise que les contribuables à cette fourniture sont « commandés à cet effet par les maires et syndics des lieux indiqués par la route délivrée à la troupe157 ». Lourde charge et responsabilité souvent difficile à assumer ! Il fallait déjà maîtriser les subtilités d’une réglementation complexe sujette à de fréquentes modifications de détail. Certes, les directives de l’intendance précisaient ce qu’il convenait de fournir à telle ou telle troupe mais des cas imprévus se présentaient forcément. Les soldats et, plus encore, les officiers, ne manquaient pas de réclamer plus qu’il ne leur était alloué. On comprend que syndics et maires ne résistaient pas forcément à ce genre de sollicitation. À Rennes, le maire se fit plusieurs fois substituer par un « commis dans l’ordre de fournir » qui procura aisément des chevaux à des soldats soi-disant malades mais bénéficiant d’un certificat de complaisance158. L’année précédente, l’intendant dut écrire aux officiers municipaux du Croisic de se faire payer la fourniture des chevaux aux officiers du second bataillon de grenadiers de Bretagne avant leur déplacement ; les officiers avaient, en effet, pris la mauvaise habitude d’en emprunter pour convenances personnelles159.

  • 160 AMB, EE 3, imprimé, 25 juillet 1761.
  • 161 ADLA, C 539, 3 avril 1759.

73Maires et syndics refusaient parfois de fournir les voitures nécessaires, prétextant l’existence de préposés des adjudicataires des étapes. Le Bret leur expliqua la situation de la province en ce domaine et les rappela à leur devoir : « La Commission Intermédiaire n’ayant pu trouver d’entrepreneurs qui ayent voulu se charger de faire l’emplette des voitures, les maires et échevins et syndics doivent, suivant l’usage ordinaire, et en exécution des ordonnances du roi, expédier les ordres nécessaires pour faire fournir aux troupes les charrettes et les chevaux de selle dont elles ont besoin160. » L’existence même d’adjudicataires n’apportait pas forcément de garanties à ce sujet car ceux-ci trouvaient rarement des propriétaires acceptant de louer leurs attelages. Les autorités provinciales comptaient donc davantage sur les réquisitions, le règlement de 1759, par exemple, prévoyant que lorsque les adjudicataires ne pourront se procurer des chevaux de gré à gré, « ils s’adresseront aux maires et officiers municipaux du lieu qui en commanderont d’office à la manière accoutumée 161 ».

  • 162 AMN, EE 128, liste des contribuables de la paroisse de Doulon avec signature du subdélégué de Nant (...)

74Le rôle décisif dévolu aux maires et syndics les contraignait à un minimum d’organisation. La première mesure consistait à coucher sur le papier le nom de ceux possédant chevaux, bœufs et charrettes. Le règlement du 8 avril 1718, plusieurs fois rappelé, y obligeait chaque paroisse. Dans le moindre village, les fabriciens recensaient donc attelages et animaux, le subdélégué se contentant par la suite d’apposer sa signature sur la liste162.

75Face aux réquisitions, villes et villages n’étaient pas à égalité : les règlements subordonnaient clairement les seconds aux premières. L’article 7 de l’ordonnance de Le Bret du 24 février 1756 précise :

  • 163 AMB, EE 3.

« Au cas que le nombre de chevaux qui aura été déclaré ne se trouve pas suffisant pour fournir ceux qui seront nécessaires aux officiers du corps de troupes qui aura à passer dans quelques-unes desdites villes et lieux de passage, pourront alors lesdits maires ou sindics commander en ayde la quantité dont on aura besoin, dans les paroisses, bourgs et villages circonvoisins, à l’effet de quoi les sindics ou trésoriers et marguilliers desdites paroisses, bourgs et villages seront tenus de dresser sur le champ et aussitôt la publication de la présente ordonnance un état ou controlle exact de tous les chevaux163. »

  • 164 Ibidem, ordonnance du 2 septembre 1759.

76La municipalité envoyait donc l’ordre de fournir des moyens de transport aux fabriciens et choisissait à chaque fois la ou les paroisses qui contribueraient. Si les responsables paroissiaux coopéraient la plupart du temps, ils n’en cherchaient pas moins à alléger la contribution de leurs administrés. D’où la requête de Thoret, marguillier du Temple, pour faire contribuer des hameaux et fermes proches quoique dépendants de paroisses voisines exemptes dans la majorité des cas164.

  • 165 AMN, EE 128, tableau imprimé pour 1761.
  • 166 AMN, EE 129.

77La suprématie de Nantes se marquait par le lieu de rendez-vous, immuable, pour rassembler chevaux, bœufs et charrettes : la cour de l’hôtel de ville. En Cornouaille, Quimperlé, étape sur la route de Brest, proche de Lorient et de Port-Louis, jouait un peu le même rôle. En 1761, on y rassembla chevaux et charrettes d’une douzaine de paroisses environnantes165. Comme la fourniture n’était pas toujours exacte, l’emploi d’une force de persuasion s’avérait parfois nécessaire. Or, pour les environs de Nantes, qui voit-on intervenir ? Pas la maréchaussée mais bien les archers de ville. Un mémoire montre même qu’il s’agissait là d’une de leurs principales activités : on dénombre plus de 400 interventions pour la période 1755-1759166 ! Assurer le transport des bagages des troupes et de certaines catégories de militaires relevait par conséquent, du début à la fin, des autorités municipales.

Des informateurs et des auxiliaires précieux

78Les autres domaines d’intervention concernaient d’abord la milice provinciale, dans son étape préparatoire tout du moins. Cet aspect intéressait d’ailleurs plutôt les responsables paroissiaux des villages, maires et échevins s’en remettant fréquemment aux corps de métiers urbains. Les syndics ou fabriciens devaient remplir deux missions indispensables. En premier lieu, dresser la liste des garçons de la paroisse pour la remettre au commissaire chargé du tirage au sort. Cette faculté leur offrait une possibilité d’obstruction, l’inertie manifestant l’opposition de la communauté à la milice. D’autre part, les autorités paroissiales devaient prévenir les jeunes gens concernés de la date et du lieu du tirage au sort.

  • 167 ADLA, C 248, procès-verbal du 6 mars 1719.
  • 168 ADIV, C 893, Le Gallic Kerdaniel à l’intendant, 8 février 1775.
  • 169 La répartition de la capitation s’effectuait à l’échelle de la frairie. Concernant la milice, Chri (...)
  • 170 ADIV, C 6147, « État et nombre des garçons existant dans les rues de Montfort, Beaumanoir, de Pézé (...)

79On ne doit toutefois pas réduire leur rôle à celui de simples informateurs et courroies de transmission. Le fonctionnement des mécanismes à l’œuvre dans la phase préparatoire au tirage au sort est mal connu mais certains indices laissent entrevoir des initiatives du général de paroisse. Même à cette échelle microcosmique – eu égard à la lourdeur de l’institution – un partage des compétences était de mise. Comme la paroisse de Saint-Similien comprenait une partie urbaine, faubourg de Nantes, et une partie rurale, les fabriciens établis dans la première, décidèrent de choisir quelques habitants de la seconde pour y dresser la liste des garçons miliciables167. On procédait probablement de même dans certaines grandes paroisses de campagne, les habitants du bourg ne connaissant pas toujours bien ceux des trèves éloignées. La petite ville de Gourin est divisée en quatorze frairies ou parcelles et, explique le subdélégué, « il est d’usage que l’on nomme un particulier par chaque de ces parcelles pour donner les renseignemens avant le tirage de la milice168 ». La frairie, micro-circonscription de base, jouait un rôle important dans le recensement et la répartition des charges militaires, comme pour l’impôt169. En ville, quand le tirage au sort ne s’effectue pas dans le cadre des corps de métiers, la communauté désigne des commissaires chargés du recensement des garçons. Il s’agit le plus souvent d’échevins ou d’officiers de la milice bourgeoise. En 1766, à Rennes, les sieurs Layné, Ginguéné et de La Croix Herpin s’occupent ainsi de quatre rues de la paroisse Saint-Sauveur formant un pâté de maisons170. Le découpage géographique est, dans ce cas précis, certainement circonstanciel, ne correspondant ni à une paroisse ni à une compagnie de milice bourgeoise.

  • 171 ADIV, C 1083, état de vivres et de fourrages fournis en 1746.
  • 172 SHAT, A4 40, lettre de l’intendant, 3 août 1766.
  • 173 ADIV, C 885, 28 janvier 1747.

80L’étape pourvoyait normalement à l’approvisionnement des troupes en marche mais, en certaines circonstances, les municipalités durent se substituer à l’étapier local ou pallier ses défaillances. L’urgence l’exigeait parfois : en 1746, le syndic de Pont-Aven se démena pour envoyer 502 mesures de froment vers Lorient171. Il fallait aussi pouvoir prendre des initiatives en des circonstances moins exceptionnelles. Lorsque le régiment de Berry arrive à Landivisiau le 21 mai 1765, le vin de l’étapier n’est pas trouvé recevable. Le syndic fournit alors trois barriques de vin blanc de Bordeaux pour une somme de 162 livres172. Sans être explicitement stipulées par les ordonnances réglant l’étape, de telles interventions faisaient partie des « obligations de service » des maires et syndics. Ceci explique la mauvaise humeur de Maurepas, fustigeant l’inaction du maire de Landerneau alors qu’un détachement de troupes de la marine doit se contenter des viandes et boissons de mauvaise qualité distribuées par l’étapier 173.

Abus de pouvoir et apprentis despotes

81L’administration de détail des affaires militaires à l’échelle locale conférait aux maires et syndics une autonomie certaine. Certains ne manquaient pas d’en profiter. À cet égard, les abus dans la répartition des logements, relativement fréquents, ne représentent finalement que les manifestations les plus réduites de l’excès d’autorité. On peut aussi classer dans cette catégorie les omissions des listes de miliciables. Le magistrat municipal ou paroissial s’insérait dans tout un réseau de solidarités et les intérêts familiaux, socioprofessionnels, comme les inimitiés tenaces, influençaient sans conteste ses décisions. Plus que le domaine ultrasensible de la répartition de l’impôt, l’attribution des charges militaires permettait des passe-droits et des arrangements qui avaient plus de chance de ne pas entraîner trop de récriminations. Du moins les responsables locaux le pensaient-ils. Cependant, les plaintes et requêtes encore présentes dans les archives suffisent à montrer la vigilance de leurs administrés, qui n’hésitaient pas à en appeler à l’intendant.

  • 174 ADIV, C 62, 21 novembre 1757.
  • 175 ADIV, C 885, lettre d’Argenson à Viarmes, 3 mars 1746.

82Maires et syndics prenaient quelquefois prétexte des fournitures militaires pour outrepasser leurs droits et attributions. Peut-être l’institution militaire déteint-elle sur eux, toujours est-il qu’on les voit se comporter brutalement, souvent pour des motifs bénins. Ils ne semblent pas répondre alors aux sollicitations d’officiers ou d’un commissaire des guerres, mais ils agissent bien de leur propre chef. Ainsi, le syndic du Faou fait emprisonner plusieurs habitants d’Hanvec sous prétexte qu’ils ont manqué de se trouver avec leur charrette au lieu fixé pour transporter les bagages du régiment de Lorraine. Le subdélégué, constatant que l’ordre leur a été donné trop tard, les fait promptement délivrer et blâme le responsable paroissial174. Un même zèle, employé mal à propos, conduit le procureur fiscal de Machecoul à emprisonner deux particuliers pour « n’avoir pas voulu représenter les pouvoirs qu’ils prétendoient avoir de faire des recrues pour le régiment de Brionne ». Le ministre concède que les deux recruteurs ont mal agi mais considère aussi le châtiment comme disproportionné175.

83Cependant, l’archétype de ces tyranneaux locaux pourrait bien être Pouliquen, syndic de Landivisiau, qui s’attire les foudres de l’intendant. Constatant que la voiture d’Yves Kerouanton, qui doit transporter des bagages du régiment de Beaujolais de Landivisiau à Morlaix, ne convient pas, Pouliquen décide d’en changer. Il exige alors de Kerouanton quatre livres pour la voiture qui a suppléé la sienne mais le pauvre homme, qui n’a reçu que deux livres cinq sols, ne peut s’exécuter et est conduit en prison. Caze de La Bove tance vertement le syndic :

  • 176 ADIV, C 6148, 29 septembre 1776.

« Un pareil abus de votre part mériteroit sans doute d’être puni sévèrement. Cependant, je veux bien pour cette fois ne pas rendre d’ordonnance contre vous. Je me borne à vous enjoindre à restituer à Kerouanton en présence de mon subdélégué à Landerneau les trois livres quatre sous neuf deniers de trop que vous avez exigé de lui pour le remplacement de sa voiture ainsi que les trente sous qu’il a païé pour les frais de l’emprisonnement176. »

  • 177 ADIV, C 69, 18 juillet 1761 ; réponse de Choiseul du 3 septembre.

84Le commissaire départi ne pouvait fermer les yeux sur de tels abus, finalement préjudiciables au service, sans pour autant punir trop sévèrement les syndics coupables, ces administrateurs locaux étant indispensables. Il eut davantage de difficulté pour protéger le syndic de Jugon qui dépassa les bornes en donnant des ordres pleins de morgue au brigadier de la maréchaussée de Broons. « Il est absolument nécessaire, écrivit-il, que vous envoiez deux de vos archers pour premièrement tenir la troupe en règle et l’habitant et exécuter nos ordres. Nous espérons qu’il n’en sera pas de mesme que pour le régiment de Boulonnois où vos Messieurs arrivèrent trop tard, ce qui occasionna bien du dérangement icy et si par hasard cela arrivoit nous serions forcés de nous plaindre à Monseigneur l’intendant177. » Choiseul n’apprécia pas. Il rappela sèchement qu’en aucun cas la maréchaussée ne devait obéir à un simple syndic. Ces abus étaient le fait d’administrateurs de villages ou de petites villes. Les maires des villes moyennes et grandes, en effet, connaissaient leurs droits, ce qui ne pouvait que leur dicter une élémentaire prudence.

Des administrateurs généralement compétents

  • 178 AMN, EE 96, février 1722.

85Se pose dès lors la question de la compétence des administrateurs locaux et paroissiaux. Là encore, la taille de la communauté opérait des distinctions fondamentales. Instruits et souvent pétris de culture juridique, les maires connaissaient assez bien la réglementation et leurs obligations. En cas de doute, ils pouvaient avoir recours aux archives municipales pour consulter une ordonnance. Il ne faut néanmoins pas s’illusionner sur la gestion des documents administratifs, même dans les principales villes de Bretagne. Lorsqu’il cherche à éclaircir quelques points concernant le casernement, Mellier se rend compte de la gestion désordonnée de son prédécesseur Boussineau et morigène le greffier Préau : « J’ai peur, Monsieur, qu’on ne retrouve dans le dépôt de votre greffe que des feuilles volantes non suivies et mal arrangées concernant le casernement à Nantes178. »

  • 179 ADIV, C 69, 15 mai 1761.
  • 180 Ibidem, « Réponse aux demandes du sindic de Rostrenen portées par sa lettre du 4 may 1761 ».

86Outre le peu de soin apporté à la conservation des documents, la conception patrimoniale qu’en avaient beaucoup d’administrateurs les empêchait de les transmettre à leur successeur. Le sieur Piriou de Rosmeur, syndic de Rostrenen en 1761, s’en explique à Védier : « Comme on ne demeure qu’un an dans cette charge, chaque sindic garde par devers lui ou perd les instructions particulières qu’on lui envoye, ce qui cause que le nouveau sindic se trouve dans un embarras des plus grands touchant les fonctions de sa charge179. » Encore cet administrateur consciencieux (et prudent) s’adresse-t-il à l’intendance, posant une batterie de questions pratiques, démarche qui demeure rare180. Ces incertitudes de tous ordres alimentent contestations et conflits.

  • 181 ADIV, C 4698, 17 décembre 1779.
  • 182 ADIV, C 2466, 29 mai 1757.

87Plus que la mauvaise volonté ou l’excès de pouvoir, l’ignorance expliquait bien des insuffisances et des erreurs dans l’application de la réglementation. Les responsables paroissiaux incultes ou incompétents pouvaient cependant bénéficier du concours bénévole de quelques juristes locaux. À Broons, Pierre Auffray, « sachant à peine mettre son seing », ayant été nommé trésorier de la paroisse en 1779, il en appelle à l’avocat Buart pour l’aider. « Je l’ay fait, précise ce dernier, autant qu’il a dépendu de moy pour l’obliger et en même tems être utile au public, comme il y a en la province un grand remuëment de troupes, ce qui a occasionné des emplois de billets pour voitures, chevaux de selle181. » Tous les lettrés locaux ne montraient pas autant de désintéressement. Quand les marguilliers, souvent de simples paysans, se révélaient incapables de gérer la distribution des billets de logement des gens de guerre ou de confectionner les listes préparatoires au tirage au sort de la milice, un procureur y pourvoyait moyennant finance ; « cinquante francs et vingt écus » affirme le subdélégué de Derval, qui préconise la nomination d’un syndic pour ces opérations ou alors le recours au rapporteur des fouages182.

  • 183 ADF, C 40 ; ADM, 13C 1, 24 mars 1782.
  • 184 Ch. Kermoal, « Un exemple de notables paysans : les syndics et délibérateurs trégorrois à la fin d (...)
  • 185 ADIV, C 3834, séance du 18 janvier 1782, p. 1068-1071.

88Conscient de ces difficultés, Dupleix rendit en 1782 une ordonnance « pour la nomination des syndics faisant les fonctions de maires dans les lieux où il n’y a pas de communautés, tant pour le logement des troupes de passage que pour le commandement des chevaux et voitures nécessaires au transport de leurs bagages183 ». On insistait sur trois points fondamentaux : l’instruction, le syndic devant savoir bien lire et écrire, l’importance des revenus, au cas où une avance serait nécessaire, et la résidence dans le bourg. Ce texte témoigne de la volonté de l’intendance de pouvoir compter sur des administrateurs locaux instruits et compétents, la gestion des affaires militaires l’exigeant de plus en plus. Notaires et procureurs fiscaux occupèrent par conséquent en priorité de tels postes. Ce fut le cas, notamment, des paroisses de Belle-Isle-en-Terre et Plounévez-Moëdec, situées sur le grand chemin menant à Brest184. La commission intermédiaire approuva l’ordonnance, se contentant de quelques critiques mineures185. Les progrès de l’administration paroissiale durent donc beaucoup aux impératifs logistiques de l’armée, l’administration militaire ayant besoin de cadres compétents.

  • 186 ADF, 2 E 1515, procès-verbal du maire de Quimper, 20 septembre 1780.

89Plus que sur les abus et dysfonctionnements constatés, il convient d’insister sur le fait que maires, syndics et fabriciens donnaient la plupart du temps satisfaction en matière militaire. Leur application à faciliter le service était souvent indéniable, d’autant qu’ils payaient fréquemment de leur personne. Les exemples de menaces et d’insultes à leur encontre abondent. Le maire ou syndic n’avait pas toujours le loisir de procéder sereinement à la répartition du logement chez l’habitant. Les administrés mécontents n’hésitaient pas à menacer les magistrats municipaux jusque chez eux, comme ce marchand quimpérois qui se plaignit de devoir héberger des soldats du régiment d’Anhalt186.

  • 187 ADIV, C 89, 2 juin 1779.
  • 188 ADIV, C 2461, lettre de David, maire de Morlaix, à Breteuil, 18 mai 1742.
  • 189 ADIV, C 3816, p. 1642, 1666 et 1676-1677, mars 1760.

90Soldats et officiers n’étaient pas en reste et ajoutaient fréquemment intimidation physique aux insultes. Certains maires en étaient durement affectés. Celui de Saint-Brieuc est dérangé un soir à son domicile par un capitaine des grenadiers du régiment de Languedoc qui insulte son fils. Il demande alors à l’intendant de mettre « en sureté non seulement [sa] vie et celle de [sa] famille mais celle des autres maires, qui sans un exemple, seroit exposée au caprice du premier officier fougueux comme il s’en trouve quelquefois187 ». Ne sous-estimons pas, non plus, le mauvais exemple donné aux administrés enclins par nature à la contestation. Sans des réparations pour l’outrage subi, écrit le maire de Morlaix, l’autorité « seroit méprisée par le peuple188 ». Plus que les coups, les humiliations étaient durement ressenties et sapaient l’autorité des responsables locaux. Le summum fut probablement atteint quand un officier du régiment de Bigorre, mécontent de l’attitude du syndic de Bain, le fit garrotter et conduire dans cette fâcheuse posture jusqu’à Rennes189 !

  • 190 SHAT, A1 3188, 11 octobre 1746.
  • 191 ADIV, C 90, lettre de l’intendant à Sartine à propos de Guillou de Baulouet, 25 février 1780.

91Heureusement, les éloges adressés aux maires à l’occasion de circonstances particulières pansaient les blessures provoquées par les désagréments du service. L’action énergique de Du Menez, maire d’Auray, pour fournir les vivres nécessaires en 1746 lui vaut les félicitations du commissaire des guerres Houvet qui signale son dévouement à l’intendant190. Un zèle particulier pouvait trouver sa juste récompense dans une gratification exceptionnelle, comme celle dont bénéficia le maire de Josselin, par ailleurs subdélégué, qui avait pris soin des prisonniers anglais détenus dans la ville, affaire « absolument étrangère à son administration191 ».

  • 192 J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1966, p. 376 et 382-384.

92L’efficacité de quelques maires de places de guerre trouva sa récompense dans l’anoblissement dont ils bénéficièrent. À chaque fois, on mit en exergue leur attitude en période de guerre. En 1746, Montigny, maire de Lorient, reçut même du comte de Volvire, commandant en second, une charge provisoire de commissaire des guerres à laquelle il fit honneur, avançant notamment 12 000 livres sur ses fonds personnels. Deux de ses homologues brestois, Vincent Jourdain et Jean-Jacques Le Normand, furent anoblis pour leur rôle joué dans l’hébergement des troupes, respectivement en 1757-1758 et de 1780 à 1782192.

Conclusion

93Le fonctionnement de l’appareil militaire nécessitait le concours actif des responsables locaux. Les officiers généraux en mission, même s’ils se heurtaient parfois aux gouverneurs ou commandants de places voire à leurs homologues de la marine, ne disposaient que d’un pouvoir bien circonscrit dans l’espace et dans le temps. La gestion du détail incombait aux commissaires des guerres et aux administrateurs civils locaux. Les premiers, trop peu nombreux pour une vaste province, veillaient surtout au respect des ordonnances, à la présence effective des soldats et à leurs conditions matérielles. Ils étaient les relais indispensables du pouvoir central pour bien des aspects du détail militaire et renforcèrent notablement leur position grâce aux réformes engagées par Choiseul. Certains subdélégués de l’intendant les suppléaient si nécessaire. Néanmoins, la bonne marche du système, en particulier le logement et le transport des militaires, requérait la participation active des responsables municipaux et paroissiaux. Les impératifs de la gestion militaire mirent en exergue certaines insuffisances, surtout dans les paroisses rurales, et conduisirent en réaction à des efforts de rationalisation de l’administration paroissiale, basés notamment sur l’utilisation de notables plus instruits et compétents. L’armée contribua donc notablement aux progrès de l’administration locale et, en retour, en bénéficia. Toutefois, mis à part quelques (rares) louanges et la satisfaction du devoir accompli, ces administrateurs locaux n’avaient pas grand-chose à y gagner alors que le juste milieu entre la défense des administrés et la satisfaction des militaires était difficile à trouver. Les exigences de rationalisation nées des Lumières conduisirent à la disparition de nombreux gouverneurs et lieutenants de roi particuliers. À l’exception de ceux commandant une place de guerre ou, à tout le moins, une ville importante d’un point de vue stratégique, ils n’étaient plus titulaires que de sinécures, quand bien même certains anciens officiers avaient du mal à s’en convaincre. Les communautés supportaient mal ces accès d’autorité et les obligations financières afférentes à ces charges dont tout le monde, sauf parfois leurs propres titulaires, percevait la quasi vacuité. La réforme de 1776 tira donc les conséquences de cette situation. Cette évolution libéra les municipalités d’une tutelle quelquefois pesante tout en confirmant leur prééminence dans l’organisation matérielle des séjours et passages de soldats.

Notes

1 ADIV, C 489, délibération de la communauté de Dinan, 16 août 1787.

2 SHAT, A1 1315, lettre du 10 octobre 1695.

3 A. Blanchard, Vauban, Paris, Fayard, 1996, p. 331-333.

4 J. Peter, Vauban et Brest. Une stratégie modèle de défense portuaire (1683-1704), Paris, Economica, 1998, p. 228.

5 SHAT, A4 40, « Emplacement des troupes en Bretagne ».

6 SHAT, A1 1205.

7 SHAT, A1 1609.

8 SHAT, A4 40, lettre de service de Monsieur de Filley, 1766.

9 B. Durand, Les commandants en chef des provinces sous l’Ancien Régime, thèse dactylographiée, Montpellier, 1968, p. 192.

10 ADIV, C 4942, p. 365, séance du 31 mai et A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, Paris, A. Colin, 1931, t. 1, p. 230.

11 SHAT, A4 40, articles 4 et 9.

12 SHAT, A1 1897, lettre du 12 juin 1705.

13 SHAT, 1M 1823, 23 juin 1756.

14 SHAT, 1M 1093, « Instructions pour MM. les officiers commandant les détachemens embarqués à bord des vaisseaux de l’armée navale du Roy commandée par M. le comte d’Orvilliers », 15 mai 1778.

15 SHAT, A4 40, lettres du 10 novembre 1765 et du 1er avril 1766.

16 SHAT, A1 1306, 19 avril 1695.

17 SHAT, 1M 1787, lettre de Louis XIV et Pontchartrain à d’Estrées, 15 mai 1697.

18 SHAT, A1 1428, lettre de Bouridal, 9 septembre 1697.

19 SHAT, 1M 1787, 10 septembre 1697.

20 Ibidem, 12 juin 1706.

21 SHAT, A1 3535, lettre au duc de Belle-Isle, 2 août 1759.

22 N.-L. Caron, L’administration des États de Bretagne (1493-1790), Nantes, 1872, p. 50.

23 ADIV, C 2622 et C 2623, actes de la procédure. 335 témoins furent entendus.

24 L’ordonnance des 1er et 3 juillet 1749 stipule encore : « aucun de ces congés ne sera délivré, qu’il n’ait été préalablement présenté au commissaire des guerres qui les visera, et en tiendra un contrôle exact ». F. de Chennevières, Détails militaires dont la connaissance est nécessaire à tous les officiers et principalement aux commissaires des guerres, Paris, 1750-1768, t. 1, p. 178.

25 SHAT, A1 1609, lettre du 18 novembre 1702.

26 Ibidem, 9 décembre 1702.

27 S. Gibiat, La militarisation des commissaires des guerres à la fin de l’Ancien Régime (1767-1791), thèse de l’École des Chartes, dactylographiée, Paris, 1996.

28 ADIV, C 61, lettre à l’intendant, 5 février 1757.

29 SHAT, A1 2347, 31 janvier 1711.

30 ADIV, C 885, d’Argenson à Viarmes, 9 juin 1746.

31 Ibidem, 24 décembre 1746.

32 ADIV, C 62, 14 décembre 1757 et C 892, 30 avril 1767.

33 SHAT, A1 961, 28 mai 1690 et ADIV, C 1091, lettre de l’intendant, 7 décembre 1757.

34 ADIV, C 1091, ordre du 20 novembre 1757 pour payer trois cordonniers rennais.

35 SHAT, A1 1287, 24 décembre 1694.

36 ADLA, C 536, 4 août 1789.

37 AN, G7 177, 29 octobre 1694.

38 SHAT, A1 1287, lettre de Bouridal, 29 octobre 1694.

39 N.-L. Caron, op. cit., p. 50.

40 S. Gibiat, op. cit., t. 1, p. 123.

41 Ibidem, p. 127.

42 A. de Montandre-Longchamps, État militaire de France, Paris, 1763, p. 3-8.

43 ADIV, C 892, liste et C 89, appointements des commissaires des guerres employés en Bretagne.

44 A. de Montandre-Longchamps, op. cit., p. 3-8. ADIV, C 893, lettre de Monteynard à d’Agay, 25 mars 1771.

45 F. de Chennevières, op. cit., t. 1, p. 166.

46 ADIV, C 69, lettre de Choiseul, 12 avril 1761.

47 ADIV, C 892, lettre de Flesselles à La Rouerie, 24 août 1767.

48 ADIV, C 6148, lettres de Houvet, 25 mai 1761 et de l’intendant, 17 mai 1761.

49 SHAT, A1 1525, lettre de Sainte-Marie, lieutenant de roi à Saint-Malo, 25 septembre 1701.

50 SHAT, Ya 53, mémoire de juin 1777 pour obtenir une gratification extraordinaire.

51 ADIV, C 65, lettre à Crémilles, 15 avril 1759.

52 En 1735, Hébert, commissaire des guerres à Belle-Île, étant malade, le trésorier Dalion le supplée. ADIV, C 26, de La Tour à d’Angervilliers, 10 avril 1735.

53 SHAT, Ya 53, mémoires de 1775 et 1780.

54 Voici les noms de ces commissaires : Allemand de Brunières (Etienne et Pierre-Aimé), Benet de Montcarville, Bertier, Paulin de Bertrand, Blanchard, Boursier, Capet, Collin de La Brunerie, Collot, Doizon, Guiroux, Hullin de Champéroux, Jujardy de Granville, Parseval, Patot de Gironville, Pétiet, Raudin, Senant (père et fils), Teynier du Pradellet, Tuffin de La Rouerie (ou Tuffin du Breil), Verron.

55 S. Gibiat, op. cit., t. 3, p. 823-824.

56 SHAT, Ya 53.

57 S. Gibiat, op. cit., t. 3, p. 637-638.

58 Ibidem, t. 1, p. 194-196.

59 Ibid., t. 1, p. 323 ; t. 3, p. 705.

60 Ibid., t. 3, p. 618-619 et 650.

61 Ibid., t. 3, p. 775-776. Pétiet fut ministre en 1796-1797.

62 Ibid., t. 1, p. 67-68.

63 Les attributions des gouverneurs de place furent décrites en détails dans l’ouvrage d’Antoine de Ville, De la charge de gouverneur des places, Paris, 1639.

64 F. Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 878.

65 A. de Montandre-Longchamps, op. cit.

66 J. Trévédy, Histoire militaire de Redon, Rennes, Caillières, 1893, p. 129.

67 A. Corvisier, Les contrôles de troupes de l’Ancien Régime, Vincennes, SHAT, 1969, t. 3, p. 513.

68 P. Lemau de La Jaisse, Carte générale de la monarchie française, contenant l’histoire militaire depuis Clovis jusqu’à la 15e année accomplie du règne de Louis XV, Paris, 1733.

69 N.-L. Caron, op. cit., p. 528-530 (réimpression de l’Abrégé de la carte du militaire de France pour l’année 1740).

70 D. Riet, La ville et les armes : milices et troupes à Saint-Brieuc au xviiie siècle, mémoire de maîtrise, F. Lebrun et Cl. Nières (dir.), Rennes II, 1978, p. 24.

71 AN, G7 177, 26 mars 1694.

72 Ibidem, requête de M. de Méjussaume, 22 août 1694.

73 J. Trévédy, op. cit., p. 128.

74 AN, G7 190, le comte de Lannion au contrôleur général, 7 septembre 1710 ; G7 536, 3e dossier, Voysin à Desmaretz, 14 novembre et 21 décembre 1710.

75 SHAT, A1 1525, A1 1609 ; N.-L. Caron, op. cit., p. 528.

76 Guérin de Fremicourt, Vie militaire de M. Guérin de Fremicourt, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, lieutenant-colonel d’infanterie, major-commandant pour le roi à L’Orient : pour servir d’instruction et d’exemple à son fils, Lorient, Baudoin, 1780.

77 AN, G7 177, lettre du 26 août 1694.

78 « Le marquis de Saint-Sernin, gouverneur de Belle-Île », Association pour l’histoire de Belle-Île-en-mer, n° 45, janvier-mars 1975, p. 21-22.

79 ADIV, C 1150, état des officiers retirés en Bretagne, 1758. SHAT, Yb 120 f° 221, 121 f° 263, 123 f° 485.

80 AN, G7 177, requête de Monsieur de Méjussaume, 22 août 1694.

81 J. Trévédy, op. cit., p. 128.

82 AN, G7 175, lettre du 11 août 1692.

83 Ibidem, 4 septembre 1692.

84 P. de La Condamine, « Deux gouverneurs de Guérande choisis par le Roi Soleil », Cahier des amis de Guérande, n° 23, 1977, p. 7-10.

85 A. M. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des provinces, Paris, Imprimerie Nationale, 1874-1898, t. 3, p. 206.

86 ADIV, C 1150, état des officiers retirés en Bretagne, 1758.

87 AN, G7 177.

88 AN, G7 181, Nointel au contrôleur général, 29 décembre 1697.

89 ADIV, C 63, lettre de l’intendant à Paulmy, 18 janvier 1758.

90 ADIV, C 1090, lettre anonyme au gouverneur, 8 juillet 1707 ; lettre anonyme au ministre, 9 août 1707.

91 SHAT, Ya 511.

92 J. Trévédy, op. cit., p. 123.

93 AN, G7 187, 12 octobre 1707.

94 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 3, p. 391.

95 AN, G7 192, septembre 1711.

96 SHAT, A1 1609, en 1702.

97 J. Trévédy, op. cit., p. 125. Si le gouverneur ne vint jamais, son épouse résida quelquefois, plutôt sur ses terres que dans la ville de Redon.

98 F. de Chennevières, op. cit., t. 1, p. 90.

99 SHAT, A1 1206, lettre du duc de Chaulnes, 15 juillet 1693.

100 SHAT, A1 3188, lettre du 4 juin 1746.

101 ADIV, C 2461, lettre de Roger, subdélégué de Belle-Île, à l’intendant, 20 mars 1742.

102 SHAT, A1 1042, « Renouvellement de la commission à M. de Chazeron père pour commander à Brest en l’absence du sieur de Chazeron son fils qui en est gouverneur », 6 août 1691.

103 SHAT, A1 1609, 17 mai 1702.

104 A. Corre, « Les milices bourgeoises de Brest », BSAF, 1894, t. 21, p. 345.

105 ADIV, C 1142.

106 SHAT, A1 1609, 15 février 1702.

107 D. Riet, op. cit., p. 24.

108 AN, G7 173, lettre de Pomereu, 27 mai 1691.

109 G. Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine 1598-1720, Rennes, PUR, 1996, p. 149.

110 AMN, EE 105, « Conflits d’autorité entre les maires de Nantes et les lieutenants du Roi et majors du château, au sujet de la milice bourgeoise ».

111 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 3, p. 366, 30 novembre 1706.

112 SHAT, A1 2338, 17 janvier 1711.

113 Ibidem, 28 janvier 1711.

114 SHAT, A1 3188, en 1746.

115 Ibidem.

116 AN, G7 190, lettre du 24 juillet 1710 au contrôleur général.

117 SHAT, A1 2338, 6 avril 1711.

118 A. M. de Boislisle, op. cit., t. 3, p. 422.

119 SHAT, A1 2924, lettre du 18 novembre 1740.

120 ADIV, C 90, lettre au duc de Penthièvre, 15 février 1780.

121 ADIV, C 885, Argenson à Viarmes, 4 février 1747.

122 Le parlement rendit un arrêt le 28 janvier 1758 contre le major de Lorient. ADIV, C 65, Le Bret à Crémilles, 14 mars 1759.

123 ADIV, C 1142.

124 Ibidem, lettre au duc de Penthièvre, 13 octobre 1758.

125 SHAT, A1 1042, article 4, 23 novembre 1691.

126 SHAT, A4 77, 2e carton, lettre à Scott, lieutenant de roi à Saint-Malo, 23 décembre 1764.

127 SHAT, Ya 511.

128 Ibidem, lettre du 11 septembre 1767.

129 Ibid., lettre du 11 octobre 1767.

130 Ibid., lettre du 13 décembre 1767.

131 Ibid.

132 Ibid.

133 SHAT, A1 3188, lettre du 23 octobre 1746.

134 Ibidem, 4 avril 1746.

135 ADIV, C 1086, lettre à l’intendant, 11 juin 1758.

136 Ibidem, lettre du 16 juin 1758.

137 N.-L. Caron, op. cit., p. 537-538 (réimpression de l’ordonnance de 1776).

138 AMN, EE 95, Règlement pour le logement des troupes à Nantes, 1721.

139 ADF, 2E 1515, « Rolle des habitans de la ville de Quimper qui sont en état de loger des trouppes et de contribuer aux fournitures des cazernes quand il y a un si grand nombre que la communauté n’y peut pas suffire », sans date.

140 D. Riet, op. cit., p. 89.

141 AMN, EE 84, mai 1742.

142 ADIV, C 61, lettre du syndic à l’intendance, 16 juillet 1757.

143 ADIV, C 882, lettre de Pontcarré de Viarmes à d’Angervilliers, 5 octobre 1737.

144 F.-X. Emmanuelli, Pouvoir royal et vie régionale en Provence au déclin de la monarchie. Psychologie, pratiques administratives, défrancisation de l’intendance d’Aix 1745-1790, Lille, 1974, p. 555.

145 ADF, C 48, lettre des commissaires à Le Guen l’aîné, maire de Brest, 4 décembre 1787.

146 ADF, 2E 1521, 1757.

147 N.-L. Caron, op. cit., p. 62.

148 ADIV, C 69, lettre à l’intendant, 11 septembre 1761.

149 Les subdélégués disposaient d’un droit de regard sur ces listes. Au Faou, comme probablement dans d’autres localités, c’est d’ailleurs le subdélégué qui établit le rôle dans les années 1730. H. Fréville, L’intendance de Bretagne, Rennes, Plihon, 1953, t. 1, p. 395-396.

150 ADLA, C 534, 5 mai 1789.

151 ADLA, C 533, 22 juin 1788.

152 S. Perréon, Les problèmes militaires à Nantes sous le règne de Louis XV, maîtrise, J.-P. Bois (dir.), Nantes, 1993, p. 110.

153 ADIV, C 4698, lettre à Godefroy, commis au bureau de la commission intermédiaire, 9 mars 1772.

154 AMB, 2 S 5, 9 septembre 1776.

155 SHAT, A1 961, lettre du maréchal d’Estrées, 18 mai 1690.

156 ADLA, C 261.

157 N.-L. Caron, op. cit., p. 115.

158 Ibidem, p. 128, 1782.

159 Ibid., p. 130.

160 AMB, EE 3, imprimé, 25 juillet 1761.

161 ADLA, C 539, 3 avril 1759.

162 AMN, EE 128, liste des contribuables de la paroisse de Doulon avec signature du subdélégué de Nantes, Du Rocher, 15 janvier 1748.

163 AMB, EE 3.

164 Ibidem, ordonnance du 2 septembre 1759.

165 AMN, EE 128, tableau imprimé pour 1761.

166 AMN, EE 129.

167 ADLA, C 248, procès-verbal du 6 mars 1719.

168 ADIV, C 893, Le Gallic Kerdaniel à l’intendant, 8 février 1775.

169 La répartition de la capitation s’effectuait à l’échelle de la frairie. Concernant la milice, Christian Kermoal conclut à une répartition des responsabilités plus floue, au moins pour le Trégor. Ch. Kermoal, Les notables du Trégor. Éveil à la culture politique et évolution dans les paroisses rurales (1770-1850), Rennes, PUR, 2003, p. 37 et 42.

170 ADIV, C 6147, « État et nombre des garçons existant dans les rues de Montfort, Beaumanoir, de Pézée et Du Guesclin, paroisse Saint-Sauveur », mars 1766.

171 ADIV, C 1083, état de vivres et de fourrages fournis en 1746.

172 SHAT, A4 40, lettre de l’intendant, 3 août 1766.

173 ADIV, C 885, 28 janvier 1747.

174 ADIV, C 62, 21 novembre 1757.

175 ADIV, C 885, lettre d’Argenson à Viarmes, 3 mars 1746.

176 ADIV, C 6148, 29 septembre 1776.

177 ADIV, C 69, 18 juillet 1761 ; réponse de Choiseul du 3 septembre.

178 AMN, EE 96, février 1722.

179 ADIV, C 69, 15 mai 1761.

180 Ibidem, « Réponse aux demandes du sindic de Rostrenen portées par sa lettre du 4 may 1761 ».

181 ADIV, C 4698, 17 décembre 1779.

182 ADIV, C 2466, 29 mai 1757.

183 ADF, C 40 ; ADM, 13C 1, 24 mars 1782.

184 Ch. Kermoal, « Un exemple de notables paysans : les syndics et délibérateurs trégorrois à la fin du xviiie siècle », dans Élites et notables en Bretagne de l’Ancien Régime à nos jours, actes du colloque de Brest (1997-1998), Brest, Kreiz, n° 10, p. 26-27.

185 ADIV, C 3834, séance du 18 janvier 1782, p. 1068-1071.

186 ADF, 2 E 1515, procès-verbal du maire de Quimper, 20 septembre 1780.

187 ADIV, C 89, 2 juin 1779.

188 ADIV, C 2461, lettre de David, maire de Morlaix, à Breteuil, 18 mai 1742.

189 ADIV, C 3816, p. 1642, 1666 et 1676-1677, mars 1760.

190 SHAT, A1 3188, 11 octobre 1746.

191 ADIV, C 90, lettre de l’intendant à Sartine à propos de Guillou de Baulouet, 25 février 1780.

192 J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1966, p. 376 et 382-384.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Les principaux gouvernements particuliers en Bretagne dans les dernières décennies de l’Ancien Régime (d’après L’État militaire de France, 1763, 1777, 1789).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17606/img-1.png
Fichier image/png, 604k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search