Version classiqueVersion mobile

Henri de Kerillis

 | 
Jean-Yves Boulic
, 
Annik Lavaure

Conclusion

Texte intégral

1Le nom d'Henri de Kerillis est aujourd'hui ignoré des Français. Sauf d'anciens lecteurs de l'Écho de Paris ou de l'Époque, de nostalgiques du Centre de propagande des républicains nationaux, de quelques élèves ou anciens élèves de Sciences-Po et des spécialistes des années 30. Dans des livres d'Histoire ou de témoignages sur l'entre-deux guerres, son nom apparaît au détour d'une phrase ou en note de bas de page... Pourquoi cet oubli ? Pourquoi cette « injustice de la mémoire » comme le dit si bien Jean-Noël Jeanneney ? Certes, il y a des explications évidentes : la coupure de la guerre, son exil définitif aux États-Unis et donc son absence de la vie politique nationale, la disparition de sa signature dans les journaux, et notamment dans une presse d'opinion dont il avait porté haut les couleurs et qui elle-même péréclitait. Mais il faut chercher au-delà.

  • 1 lettre à Maître Marie de Roux, avocat de l'Action française.

2Après la guerre, ni les pétainistes ni les gaullistes n'avaient aucune raison de perpétuer le souvenir d'un personnage qui les avait tour à tour si violemment accusés, dénoncés, vilipendés. Pour le farouche cavalier de l'« escadron de Gironde », la guerre de 14 ne s'est jamais tout à fait terminée. L'Allemagne est restée sa hantise, le « danger révolutionnaire » des Soviets lui paraissant moins urgent, moins extrême que l'hitlérisme. Aussi, avec le martèlement obsessionnel d'un Caton désignant la puissance menaçante de Carthage, Kerillis n'a cessé de montrer la priorité du danger nazi. Et face à ce danger : les faiblesses de la France, c'est-à-dire des Français. Non pas des seuls gouvernements et partis politiques, mais de chaque citoyen qui détient une part de responsabilité par son bulletin de vote et sa faculté d'expression. Il a particulièrement fustigé la bourgeoisie, infidèle selon lui à ses devoirs, et les élites du pays, trop peu lucides ou trop molles à réagir. La guerre de 14 lui avait ouvert les yeux sur des réalités auxquelles ni son milieu ni sa formation ne l'avaient rendu sensible. De cette « grande épreuve », l'aristocrate républicain était revenu « démocrate »1. « Je pense que le peuple est chez nous supérieur en qualité à ce qu'il est convenu d'appeler les classes dirigeantes » osait-il écrire dans le très élitiste Écho de Paris.

3Mais s'il eut souvent raison, il l'a fait trop souvent savoir en termes acerbes ou provocateurs ; s'il a su faire preuve d'un courage rare et constant, il a aussi maintes fois donné l'occasion de passer pour un exalté, aux yeux de ses adversaires et même de ses amis. Toutes proportions gardées, on pourrait dire qu'Henri de Kerillis a été à la politique et aux hommes politiques ce que l'impétueux Léon Bloy a été à la religion et aux âmes tièdes, le Léon Bloy qui écrivait dans son Journal : « J'irai ainsi... m'exaspérant de plus en plus, prodiguant une caresse tous les six mois et dix mille claques par jour, sourd à toute prudence comme à toute crainte ». Bref, pendant la quinzaine d'années de son intense activité journalistique et politique, Kerillis déploya beaucoup de talent et de persévérance pour se créer des ennemis et alimenter leur hargne, sinon leur haine. Après la guerre, l'exilé sera rejeté de la mémoire collective comme un témoin gênant de l'aveuglement d'une époque révolue, et des faiblesses de ses responsables. Rejeté aussi peut-être comme un donneur de leçons qui ne réussit pas à jouer le rôle éminent que ses mérites auraient pu lui permettre d'exercer.

4Henri de Kerillis est sans doute passé tout près d'un grand destin. L'homme ne manquait ni de lucidité, ni de bravoure, ni d'imagination. Il avait la noblesse d'un chevalier, l'ardeur d'un combattant. Avec lui, il fallait voir large, aller droit, vouloir haut. Il n'appartenait pas à la tribu des tièdes et des accommodants, mais à la petite cohorte des héros ou des fondateurs d'ordre. S'il fut un journaliste de grand talent, percutant et influent, ce n'était pas un « animal politique » : trop de nerfs, trop d'absolu, « pas assez de ruse, pas assez d'instinct de conservation, trop de fougue », comme l'écrira plus tard Françoise Giroud à propos d'un autre journaliste émérite : Jacques-Jacques Servan-Schreiber (lequel, du reste, fut un admirateur du patron de l'Époque). En un mot, il y avait beaucoup de Don Quichotte chez Kerillis, et rien de Machiavel.

5Il aurait pu être le rénovateur de la droite. Il l'a tenté pendant toute une décennie, formant ou contribuant à former, à travers le CPRN, ses argumentaires et ses cours d'orateur, nombre de ceux qui, ensuite, se sont distingués dans les assemblées parlementaires sous la IVe République et au- delà. Mais en imposant la propagande politique dans les circonscriptions de députés qui s'en passaient fort bien ; en se mêlant du jeu des partis et des ligues ; en se posant en arbitre sourcilleux des investitures à droite, il ne pouvait qu'empiéter sur des « chasses gardées » et se faire accuser d'ingérence ; en lançant ses éternelles souscriptions, il piétinait un territoire jalousement réservé à l'action des comités « ad hoc » : le Redressement français, le Comité des forges ou l'Union des intérêts économiques ; en houspillant à longueur d'articles, parfois sur l'air du « n'y a qu'à... », les grands et petits acteurs de la IIIe finissante, il s'attirait les applaudissements d'une foule de lecteurs mais voyait fondre sur lui la colère des notables. Partisan, au lendemain de l'Anschluss, d'une forme de gouvernement d'union nationale proposée par Léon Blum, il s'est heurté au refus de l'ensemble de la droite (à de remarquables exceptions près comme Mandel et Reynaud).

6Bref, cet empêcheur de dormir tranquille, ce guetteur jamais au repos, n'a pas su convaincre les élites, qui constituaient sa cible préférée, pas su non plus mobiliser à long terme ses partisans, et s'est révélé impuissant à enrayer la marche funèbre de l'Histoire. Et pourtant, combien d'hommes ont fait preuve d'une telle clairvoyance ? Bien sûr, il lui est arrivé, de se tromper. Comme bien d'autres, à droite, il s'est laissé séduire par les sirènes mussoliniennes, et le « Duce » lui doit quelque portrait flatteur : « un merveilleux homme d'action, grand tribun au cœur généreux qui a galvanisé d'immenses forces ouvrières, paysannes, bourgeoises, jeunes, catholiques, juives » écrivait-il en 1933. Toujours dans le souci d'isoler Hitler, il a un moment choisi d'apporter son soutien à Franco. Sans doute a-t-il aussi surestimé la solidité du rapprochement franco-soviétique entre 34 et 36, et largement sous-estimé la capacité de revirement de Staline à la veille de la guerre. Mais ces erreurs d'appréciation, il les a partagées, cette fois, avec une large majorité d'acteurs et d'observateurs.

7L'homme avec lequel, à la veille de la guerre, les convergences étaient, sur le fond, les plus fortes (et d'ailleurs déjà anciennes) s'appelait le colonel, bientôt général de Gaulle (lui-même proche de Paul Reynaud et du secrétaire général de l'Écho de Paris, André Pironneau). Kerillis aurait-il pu être de Gaulle ? Sans aucun doute il l'aurait voulu. Tout au moins un autre de Gaulle, en jouant à New York un rôle un peu analogue à celui du chef de la France libre à Londres. Après tout, si l'on avait mis les deux hommes sur le plateau d'une balance en 1940, la légitimité et la crédibilité du député de Kerillis n'aurait pas pesé moins lourd que celle de l'éphémère sous-secré- taire d'État à la Défense, général de division à titre provisoire.

8Bien évidemment on ne refait pas l'Histoire. Celle-ci, qui avait réuni les deux hommes à Londres dans une farouche volonté commune de poursuivre le combat, les a ensuite séparés, puis opposés, très violemment en ce qui concerne Kerillis. Sans doute avait-il trop admiré, trop idéalisé, ce brillant officier d'un an son cadet, pour que, blessé dans son orgueil, heurté dans sa conception du rôle du soldat, plus ou moins désinformé par les services secrets anglo-saxons, il ne se mette pas à le haïr et à le combattre, avec encore plus de vigueur qu'il n'en avait mis à le louer et à le défendre.

9Le destin de ces deux solitaires et visionnaires sera finalement très dissemblable. La renommée du général de Gaulle commence au moment même où celle de H de K s'apprête à décliner. Héros de la première guerre mondiale, Henri de Kerillis qui comptait parmi les douze ou quinze personnalités françaises les plus connues dans les années 30 –l'un des « rois de Paris »– deviendra fermier à Long Island. Charles de Gaulle, dont la notoriété avant la guerre ne dépassait guère un cercle de militaires, de journalistes et de parlementaires, se hissera au rang de héros national, voire international, puis de président fondateur de la Ve République.

10Mais l'un et l'autre partageaient le même ardent patriotisme. Et s'il y a un mot qui doit resté accolé, à jamais, au nom d'Henri de Kerillis, c'est bien celui de patriote. « Je ne laisse pas, avait-il coutume de dire, le bourgeois parler en moi plus fort que le patriote ». Il n'a recherché ni la fortune ni les honneurs, mais a toujours placé la France au-dessus de tout. Dans son ouvrage Français, voici la guerre (publié en 1936), il écrivait : « Avant ma classe sociale, il y a la France. Avant le capitalisme, il y a la France. Avant notre régime politique, il y a la France. Avant toutes mes préférences idéologiques, il y a la France... Ne plus placer la France au-dessus de tout, voilà la décadence ! ». Obsédé par l'idée de la « grandeur française », la crainte de la « décadence » le torturait. C'était un croisé, un « drogué » de la France, possédé par la passion de la patrie, comme un artiste par son art.

Notes

1 lettre à Maître Marie de Roux, avocat de l'Action française.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search