Version classiqueVersion mobile

Henri de Kerillis

 | 
Jean-Yves Boulic
, 
Annik Lavaure

Chapitre 8. « On fait la guerre aux poltrons »

Texte intégral

1Si les hommes politiques de l'époque goûtent le dilettantisme, tel n'est pas le cas d'Henri de Kerillis. Le mouvement est son état naturel et l'action sa drogue. Ses déplacements l'éloignent souvent de son travail et de sa famille. Quand il est à Paris, ses journées se découpent à peu près de la même manière : petit déjeuner chez lui, Villa Madrid à Neuilly, avec ses enfants « Kate » et Alain ; lecture des journaux que lui a apportés sa secrétaire, Gabrielle de Larosière (engagée dès 1927) ; arrivée vers 11 heures à l'Écho de Paris : dépouillement du courrier et réponses.

  • 1 Philippe Henriot (1889-1944), député de Bordeaux à partir de 1932. Proche du général de Castelnau (...)

2À l'heure du déjeuner, il se rend fréquemment de l'autre côté de la place de l'Opéra, au Café de Paris, en compagnie de sa jeune consœur Geneviève Tabouis, de Paul Reynaud, d'André Tardieu, de Philippe Henriot1, ou d'autres. Parfois il emmène tel ou tel déjeuner (à l'improviste) à Neuilly. De passage dans la capitale, il n'est pas rare que le général Lyautey (résident général au Maroc) s'invite lui-même, en utilisant toujours la même formule : « Allo Kerillis ! Je viens, mais en toute simplicité : les enfants à table et des fraises au dessert ! » Quand il s'annonce ainsi, en plein hiver, la maîtresse de maison en éprouve quelque embarras... Le déjeuner peut être suivi d'une sieste, pour tenter de compenser ses nuits d'insomniaque asthmatique, ou d'une marche, le seul « sport » qu'il pratique, ou de rendez- vous divers. Mais le retour à son bureau étroit du journal a lieu impérativement vers 17 heures. « Georges, de quoi faudrait-il parler ? » lance-t-il alors au placide Gautier. Assez souvent, il se laisse aller à converser avec les visiteurs venus aux nouvelles : Louis Madelin, Henry Bordeaux, Édouard Frédéric-Dupont... En une heure son éditorial est bouclé : il y pourfend des radicaux, ferraille avec Léon Blum, s'inquiète des faiblesses de notre politique étrangère, mordant ainsi sur le domaine de son collègue Pertinax...

3Après le dîner, il s'enferme dans son bureau pour des conversations téléphoniques prolongées. Au théâtre ou au cinéma, il préfère le cirque ou, plus tard, un concert d'Édith Piaf ; il prend beaucoup de plaisir aux tours de carte et au jeu d'échec. Tous les mercredis soir, quand il le peut, il ne manque pas d'animer le cours d'orateur. Mais il trouve aussi le temps de mener une vie mondaine. Brillant commentateur de la vie politique, il est d'ailleurs très recherché des maîtresses de maison. Ses tirades passionnées tiennent son auditoire en haleine. Les femmes, de tous âges, lui trouvent beaucoup de charme, mais il agace souvent les hommes par ses opinions trop tranchées.

4En cette fin d'été 1931, les salons parisiens bruissent des échos du sous- marin Nautilus en mission sous la banquise du pôle Nord. Mais Kerillis qui n'a cessé, depuis la fin de la guerre, d'observer la vie politique allemande, est angoissé par la progression du parti nazi. Dès septembre 1930, les Nationaux-Socialistes se sont imposés comme le deuxième parti du Reichstag. « Les élections allemandes signifient que le Reich s'oriente vers un régime de force » avait annoncé Pertinax dont les commentaires sont lus avec attention. Il arrivera aux deux journalistes de diverger dans leurs appréciations et même de se chamailler publiquement. Mais ils seront toujours d'accord pour dénoncer la volonté de revanche des Allemands, le danger de leur réarmement et la passivité des gouvernements français.

« Il faut marcher, je marche »

  • 2 André François-Poncet (1887-1978) : membre de plusieurs gouvernements. Spécialiste de l'Allemagne. (...)

5À quelques semaines des élections législatives de 32, Kerillis annonce soudainement sa candidature au siège laissé vacant dans le 7e arrondissement de Paris par André François-Poncet2. Quelques mois plus tôt, en effet, ce dernier, germaniste réputé, a été nommé ambassadeur à Berlin. En acceptant ce poste, il a renoncé ipso facto à son mandat parlementaire. « Pendant six ans, je n'ai jamais posé ma candidature, repoussant parfois des offres bien tentantes parce que je voulais patiemment édifier une œuvre que je savais utile à la cause nationale, explique Kerillis. Aujourd'hui, l'équipe est en place (...) Si nous sommes attaqués, je pourrai mieux nous défendre au parlement. Voilà pourquoi je suis candidat, entraîné par le déroulement logique des événements. Il faut marcher, je marche. Et je me jette dans la mêlée avec confiance et allégresse ».

6Ce bel optimisme ne va pas durer. À peine le président de l'ancien comité électoral d'André François-Poncet a-t-il déclaré qu'Henri de Kerillis est le « plus susceptible de faire l'union des Républicains nationaux appartenant aux différents partis de la majorité et aussi des anciens combattants », que trois autres candidats se font connaître, au nom des mêmes sensibilités politiques. Kerillis, le chantre de la discipline électorale, se voit accusé par Jacques Ditte, son concurrent le plus acharné, d'avoir négligé le verdict du comité d'Union républicaine et nationale qui devait désigner un seul candidat. Journaliste à l'Ami du Peuple, le quotidien du parfumeur François Coty, Ditte est de surcroît le beau-frère de Paul Reynaud. La confusion est extrême. Pendant quelques semaines, il n'est question que de jury d'honneur, d'investiture usurpée, de trucages et d'incorrections. Le cauchemar des querelles de 1926 se renouvelle !

7Henri de Kerillis doit attendre le 14 avril (le premier tour de scrutin est fixé au 1er mai) pour annoncer que la Fédération républicaine le soutient officiellement, et que l'Alliance démocratique et les Démocrates populaires ne présentent pas de candidat contre lui. André François-Poncet, désormais à Berlin, ne prend pas parti.

  • 3 En 1936, Jacques Ditte aura quitté l'Action française. Kerillis financera alors sa campagne électo (...)

8La violence des attaques portées contre lui étonne et blesse l'animateur du Centre de propagande des Républicains nationaux. Dans ce quartier de la capitale, l'adversaire le plus dangereux n'est pas le parti communiste comme dans les arrondissements populaires où il s'était présenté avec Paul Reynaud en 1926. C'est Jacques Ditte, finalement soutenu par l'Action française, qui lui assène les coups les plus durs : fractionnisme, utilisation frauduleuse des fonds du CPRN, polémique sur les avions Farman, tout est source d'accusations, d'attaques basses, de vilenies. Kerillis répond par un tract aux treize « critiques et calomnies parvenues jusqu'à (ses) oreilles »3

9Lorsqu'il peut se soustraire aux polémiques personnelles, il expose ses idées à ses électeurs parisiens : « Si vous voulez que les masses voient clair, instruisez-les sur les deux grands problèmes du moment : l'école unique et le désarmement ». Comme en 1926, il est farouchement opposé au monopole de l'éducation. Il proclame haut et fort cette formule à la logique incertaine : « Aussi longtemps que la mère allaitera l'enfant, eh bien l'enfant n'appartiendra pas à l'État ». Pour parler du désarmement, il retrouve sa vigueur habituelle : « Désarmer ? En même temps que les autres ? Oui. Si longtemps que l'Allemagne armera, mobilisera ses anciens combattants ? Non ! Si longtemps que la Russie armera ? Non ! »

10Et pour répondre à Maurras qui lui reproche « son manque d'idées, de doctrine, d'idéal et son électoralisme sans but », Kerillis précise : « Tout cela peut sembler maigre, mais si nous adoptions un programme à nous, nous ferions de la concurrence aux autres. Nous ajouterions au désordre. Notre position de liaison entre tous les partis nous oblige à n'avoir de programmes positifs que sur les problèmes communs à tous, et nous condamne à une certaine pauvreté. J'ai de la méfiance à l'égard des programmes et des doctrines, conclut-il dans un véritable cri du cœur. Je vois le péril socialiste : je le combats. Et je prends exemple sur Clemenceau : je fais la guerre ».

  • 4 À l'occasion de cette élection Henri de Kerillis a pris l'engagement d'adhérer -en cas de succès b (...)

11Il veut soutenir « la politique de Poincaré-Tardieu-Laval » qui se sont succédés au pouvoir depuis trois ans. Il se situe « au centre », mais avec « l'énergie, la conviction et la flamme d'un droitier ». Arrivé en tête au premier tour, il est la cible de tous ses adversaires au second, vaincu finalement par le troisième candidat national, un éditeur de musique du nom de Dommange, qui a profité de l'empoignade des deux autres et de l'animosité dont pâtit le journaliste de l'Écho de Paris4

12La politique de « Poincaré-Tardieu-Laval » ne connaît pas davantage le succès auprès des électeurs. La crise économique a fait son apparition en France : elle enlève leur crédibilité aux thèses d'André Tardieu qui reposent en grande partie sur le maintien de la prospérité. Les radicaux gagnent les élections dont Kerillis sort « un peu endolori sans doute, un peu meurtri, battu mais non abattu ».

« D'abord refaisons la France »

13Les six gouvernements radicaux qui se succèdent rapidement, des élections législatives de 1932 au 6 février 1934, vont lui donner de fréquentes occasions de batailler pour ses idées, et avec quelle fougue ! Allergique aux radicaux, il leur reproche (à Édouard Herriot en particulier) leur alliance avec les socialistes, mais aussi les apparences rassurantes et patelines qu'ils se donnent. Et Dieu sait qu'Édouard Herriot ne veut surtout pas inquiéter la droite en 1932, pour éviter les erreurs idéologiques qui lui ont coûté si cher en 1924 ! Kerillis fustige moins violemment les communistes et les socialistes. Il leur reconnaît une certaine forme de clarté et de continuité dans l'attitude. Au moins ne cherchent-ils pas à passer pour des modérés ; ils affirment, net et clair, leurs convictions de gauche et le bretteur de l'Écho de Paris respecte ce choix.

14Mais surtout, il ne cesse de tempêter contre ces gouvernements faibles, inconscients du péril hitlérien, qui pourtant se précise. En mars 1932, le jour même des obsèques du « Pèlerin de la Paix », Aristide Briand, le candidat Adolf Hitler aux élections présidentielles allemandes obtient 30 % des voix. Il est devancé par le maréchal Hindenburg qui sera élu au second tour. Lors des élections générales au Reichstag, quatre mois plus tard, les nazis passent de 107 à 230 sièges. L'Écho de Paris sonne l'alerte.

15Les manifestations des soldats allemands se multiplient pour réclamer « les provinces perdues : l'Alsace et la Lorraine ». Hitler refuse de participer à un gouvernement dont il ne serait pas le chef. À Paris, le président du Conseil, Édouard Herriot, fidèle à sa doctrine, réaffirme sa volonté de paix. Kerillis l'adjure d'ouvrir les yeux : « L'Allemagne a repris sa marche ascensionnelle. Elle répudie l'idéal de l'empire fédéral et démocratique voulu par l'Assemblée de Weimar, revient à sa tradition hanséatique et se rassemble sous l'hégémonie de la Prusse ».

16L'échec relatif des nazis aux élections anticipées de septembre suscite en France un vent de commentaires optimistes : « Hitler est désormais exclu du pouvoir, écrit Léon Blum dans Le Populaire, il est même exclu, si je puis dire, de l'espérance du pouvoir ». Il n'est pas le seul à se leurrer : l'Action française évoque « le crépuscule d'Hitler » et Pertinax, un instant égaré, renchérit dans l'Écho de Paris : « Hitler décline, l'autorité suprême ne lui appartiendra pas ».

17Fin janvier 1933, Hitler prend le pouvoir. La France vit alors une nouvelle crise gouvernementale. Le cabinet Paul-Boncour, qui n'a succédé à celui d'Édouard Herriot que pendant six semaines, est renversé à son tour. Daladier, l'autre « Édouard » du parti radical, va le remplacer. Il ne parviendra pas davantage à résoudre le profond malaise que traverse le système politique français. Le régime parlementaire semble usé jusqu'à la corde. Georges Mandel parle de « crise des caractères ». Mais, pour Kerillis, la faiblesse des hommes va de pair avec la crise des institutions. Au même moment, à la Comédie Française, lors de la répétition générale du Coriolan de Shakespeare, les spectateurs applaudissent à grand bruit certaines tirades qui font écho à l'actualité :

  • « Vous les délégués du peuple, vous êtes exactement bons à ne rien faire ».
  • « Les intérêts de la Patrie, on les néglige, on les oublie. Rien ne se peut plus faire au moment opportun. C'est la débâcle inévitable de l'État ».
  • « Saurez-vous, Patriciens et Sénateurs, dans votre amour pour Rome et ses traditions, les soutenir, s'il le faut, par un grand changement ? »

18Les partis politiques de droite comme de gauche ne font plus recette. « Ils n'ont fait aucun effort, dénonce Kerillis, pour s'adapter aux temps nouveaux, pour recruter des « élites fraîches ». Ils sont restés confinés dans leurs formes vétustés, incapables d'un renouveau doctrinal, englués dans leurs visions du début du siècle et absorbés dans leurs chamailleries de clans ». Cette « décomposition générale », cette « anarchie annonciatrice de la fin d'un système » l'inquiètent. Le trouble est profond. Les classes moyennes ruinées par la crise économique sont ébranlées. La jeunesse met en accusation le passé, et se cherche des maîtres.

19Comment rénover la vie politique. ? Dans quelle direction ? Certains croient voir le salut de la France au sein d'un ensemble européen. Kerillis est sceptique. L'évolution de l'Europe lui paraît aller dans le sens de la division, de la dislocation, presque de l'anarchie à cause de l'exaspération des nationalismes. Certes, « il existe en Europe une certaine solidarité de civilisation, note-t-il, mais le temps est loin où les dangers communs des invasions et la foi chrétienne constituaient un intérêt et un idéal communs. Aujourd'hui l'Angleterre, en raison de son immense empire, est plus mondiale qu'européenne. La France, dont trois départements mordent sur la terre d'Afrique, n'est-elle pas également extra-continentale ? Quant à la Russie et aux Balkans, ils sont plutôt asiatiques. Refaisons la France, conclut Kerillis incrédule face aux chimères des « européanistes », nous verrons plus tard si nous pouvons faire une Europe ».

Le « pragmatisme » de Mussolini

20En ce début des années 30, on se livre à un examen plus ou moins confus du meilleur système politique. La monarchie ? Kerillis n'y croit pas : l'Action française n'est pas parvenue à s'enraciner profondément. Ses violentes campagnes contre les « nationaux » et sa rupture avec les autorités catholiques ont fait le vide autour d'elle. Les ligues, qui semblent retrouver un second souffle, peuvent-elles apporter ce renouveau si nécessaire au pays ? Kerillis y voit une « effarante dispersion des efforts d'unité ». Il constate néanmoins que pour les anciens combattants et les jeunes qui en forment l'ossature, elles sont plus attrayantes que les partis. « Le chef seul ordonne et tout le monde obéit. Tant vaut le chef, tant vaut la ligue « .Cela ne signifie pas, selon H de K, « un intérêt pour le fascisme, mais une aspiration à un régime d'autorité ». Les Français sont trop individualistes pour être fascistes : « ceux qui appellent un dictateur de leurs vœux ne le supporteraient pas ». Au cours d'une conférence publique, il définit le fascisme de « l'Europe brune et noire » comme « l'exaspération du nationalisme due à la frénésie de la jeunesse, le prolongement dans la paix de l'esprit de la guerre, le culte païen d'un homme, un régime voué à la démagogie, qui écrase l'individu et condamne la liberté. »

21On reproche beaucoup à Henri de Kerillis son admiration pour Mussolini qu'il découvre en 1933 au cours de plusieurs voyages en Italie. (Il est loin d'être le seul à cette époque). En fait, il distingue nettement « l'homme qui a fait l'unité de l'Italie » –aujourd'hui, on dit « Je suis Italien et non Piémontais ou Sicilien »– de « l'instrument dangereux » : le fascisme, dont les circonstances l'ont obligé à se servir. « Mussolini et le fascisme ont déchaîné, note-t-il, une tempête irrésistible qui a renversé les barrières centenaires, mélangé, brassé, fondu dans le même creuset tout ce qui était dispersé, contradictoirement, inassimilé dans l'italianisme. Quand bien même il ne resterait que cela, quel résultat ! Il y a désormais une grande nation de plus dans le monde »...

22Dans le regard qu'il porte sur l'Italie, essentielle est la conviction que la France doit tout faire pour éviter de rejeter ce pays -à commencer par son chef- dans la sphère d'influence d'Hitler. En outre, il n'est pas insensible au charme du dictateur, et partage assez son pragmatisme : « Pour avoir un programme, lui a déclaré Mussolini au cours d'un entretien, il faut être prophète. Ce matin, je ne sais pas ce que sera ce soir ». Et Kerillis ajoute : « Il s'est totalement adapté aux circonstances. Républicain, il s'est entendu avec la monarchie. Anticlérical, il a préparé les accords de Latran. Anticapitaliste, il a libéré l'héritage des droits de transmission ». En politique étrangère, il est « tantôt pour Dollfuss, tantôt pour Hitler, tantôt contre la France, tantôt pour elle, suivant la nécessité et l'intérêt du moment ». Sans adhérer à ce qu'il considère comme un opportunisme absolu, Kerillis est lui-même le contraire d'un dogmatique, un adversaire des idéologies. L'intelligence de l'action, avec pour arme le courage, pour morale la fidélité à soi-même, et comme boussole la recherche de la vérité, tel lui paraît être l'idéal de l'homme politique.

Vous avez dit « sourd » ?

23À peine Kerillis a-t-il publié ses premières impressions italiennes, que Léon Daudet (le « gros Léon ») l'accuse, dans l'Action française, d'avoir fait le voyage à Rome « sans doute appointé par la police » et d'être « à la solde de l'ennemi intérieur ou extérieur ». La réponse est cinglante. Il y est peu question de Mussolini. Kerillis attaque le pamphlétaire tonitruant de l'Action française sur son attitude pendant la guerre, et le traite « d'embusqué ». Daudet qui, depuis la mort mystérieuse de son fils en 1923, a perdu de sa virulence, n'est tout de même pas le « Petit Chose » de son père Alphonse. Il ne peut laisser passer l'injure, et l'on assiste à un échange de propos savoureux entre les deux polémistes :

24« J appartenais à la classe 1886 à titre de médecin auxiliaire, écrit Daudet à l'Écho de Paris en demandant réparation. Cette classe n'a jamais été appelée. Il ne saurait donc être question d'embuscade.

25– Vous aviez 46 ans, rétorque Kerillis, et vous étiez gros, gras, florissant, fort comme un turc ! Et combien ai-je vu d'engagés volontaires de 46 ans et même de 50 ! Vous aviez 46 ans, Monsieur, c'est-à-dire à deux ans près l'âge que j'ai aujourd'hui. Qu'est-ce que vous diriez de moi, si la guerre éclatant demain, je filais à Angers sous prétexte que mon livret militaire me le permet ? Vous diriez que je suis un poltron et un lâche, n'est-ce pas ? Et qu'est ce que vous penseriez, si ensuite, sortant de mon embuscade, la guerre finie, je reprenais mon poste pour donner, à coups d'injures, des leçons de bravoure et de patriotisme à tout le monde ? »

26Maurras se mêle au débat pour venir en aide à son ami Daudet. « En 1914, j'étais sourd et réformé, plaide-t-il, j'aurais mieux aimé être à bord d'un torpilleur ou d'un avion ». Mal lui a pris d'évoquer cette infirmité. Dès le lendemain Kerillis lui lance : « Mais dans le rugissement des moteurs, nous n'entendions rien. C'était la place des sourds ! » Et d'évoquer le lieutenant Verdié, sourd, l'adjudant Maupois, sourd également, et le « cher Laquesse de la C 66 qui n'avait qu'une oreille ». « Sourd ? Mais, c'est bon pour une réforme de temps de paix ! ». Il exige une confrontation publique avec les deux ardents royalistes. Ceux-ci refusent. « Il y a toujours quelque chose de mélancolique à une exécution, conclut Kerillis. Tant pis, j'achève ma besogne. Après avoir tenté de me déshonorer, ils ont refusé de me laisser m'expliquer devant un public d'Action française alors que les communistes n'avaient pas osé me retirer le droit sacré de la défense. Je les tiens pour des lâches. Je ne veux plus les connaître. Ils se sont terrés comme des crapauds, qu'ils restent sous terre ! »

27L'affaire se terminera devant les tribunaux. Lyautey n'hésite pas à lui apporter son soutien publiquement. Un réconfort moral et un encouragement de poids pour Kerillis qui a le don persévérant d'attirer la contradiction violente et retentissante. Il évoque l'éventualité d'une guerre ? Donc il annonce la guerre, donc c'est un dangereux belliciste... Ne serait-il pas à la solde des marchands de canons ? Il explique à ses lecteurs : « Quand nous développons nos idées devant les auditoires populaires, quand nous venons dénoncer le danger hitlérien, parler des 400 000 nazis incorporés dans la nouvelle armée allemande, montrer la passion furieuse et cruelle qui les anime –passion aujourd'hui tournée contre les juifs, contre les communistes, mais qui demain peut chercher un dérivatif contre nous– quand nous signalons le danger de l'aviation civile, des usines monstres, de la fabrication des gaz, que nous révélons des préparatifs de guerre, alors les socialistes nous jettent au visage l'abominable injure : « Vous êtes à la solde des marchands de canons ». Non, nous ne sommes pas à la solde des marchands de canons quand nous conjurons le pays de garder une armée forte, mais les socialistes travaillent pour les marchands de cercueils quand ils cherchent à livrer le peuple sans défense à l invasion étrangère ». Il reprendra sans cesse ce thème qui devient son leitmotiv... jusqu'à la guerre.

À contre-courant

28Car la menace se fait chaque jour plus présente, et Kerillis, conscient d'aller à contre-courant des tendances du moment et de ses lecteurs, ne cesse de montrer du doigt les nuages noirs qui montent dans le ciel des démocraties : « Nous continuerons cette besogne ingrate qui consiste à avertir, à prévenir l'opinion, à harceler les gouvernements. Nous ne disons pas : « C'est la guerre certaine », mais nous disons : « Tout se passe comme si ce devait être la guerre prochaine » et nous ajoutons : « Les théories nouvelles ont fait faillite. La SDN n'est plus qu'une ruine. Les pactes de non-agression, les pactes d'arbitrage, les condamnations solennelles de la guerre n'empêchent pas les incendies de s'allumer à toutes les extrémités du monde et les rumeurs menaçantes de rouler à nos frontières ». Sans relâche il répète : « Il faut inspirer le respect et la crainte. Rester forts et sages ».

29Pour lui, les risques de conflit sont évidents : la soif de revanche de l'Allemagne, ses difficultés intérieures après des campagnes électorales basées sur l'annulation des traités et la reprise des territoires perdus à Versailles ; la situation intérieure de la France, affaiblie par les scandales politico- financiers, notre absence de réaction face au réarmement allemand, etc...

30Contre vents et marées, inlassablement, Kerillis tente de réveiller et d'alerter ses compatriotes qui se passionnent plus pour les aveux de Violette Nozières, la parricide, ou pour l'affaire Stavisky, l'escroc qui a bénéficié des faiblesses du système politique, que pour l'ascension d'Hitler désormais investi des pleins pouvoirs. « Soyons forts, écrit-il, on fait la guerre aux poltrons, pas aux forts (...) Il faut que cela cesse. On peut sauver la paix à condition de sortir l'opinion publique de la torpeur où l'ont plongée ces perpétuelles chansons de paix, les impardonnables tromperies dont nos gouvernements ne cessent de l'abreuver. L'Allemagne songe à l'agression, mais elle n'a pas de ressorts moraux aussi puissants que les nôtres. Après le coup de la Marne, elle est restée frappée d'hébétement et n'a pas su profiter de son écrasante supériorité numérique et matérielle (...) Nous ne voulons pas qu'on nous mène à la guerre comme des agneaux. Nous en avons assez d'être conduits par des bavards et par des nains (...) Soyons forts, réveillons le pays. Rendons-lui son moral et nous sauverons la paix ».

31Le moral des Français est effectivement atteint. Impuissance politique et désagrégation des structures sociales nourrissent un climat de désarroi. Les manifestations de rues s'aggravent à la fin de l'année 1933. L'asthme dont souffre Kerillis l'oblige à quitter l'agitation parisienne pour le calme des Alpes suisses pendant quelques semaines. Quand il revient en France, au début de janvier 1934, Stavisky vient d'être « suicidé à bout portant » près de Chamonix, après avoir échappé à la justice pendant des années. « Le beau Sacha » avait manifestement bénéficié de l'indulgence de certains députés. Le régime parlementaire n'avait pourtant pas besoin de ce nouveau coup pour devenir le bouc-émissaire de toutes les misères de la France de 1934.

« Machination policière »

  • 5 Le colonel de la Rocque n'est pas présent lui-même à la manifestation.

32Le 6 février, le nouveau gouvernement Daladier se présente devant la Chambre. Sa première décision a été de muter le préfet de police, Jean Chiappe, coupable à ses yeux de sympathies trop marquées pour les ligues musclées qui manifestent presque quotidiennement depuis le début de l'année. L'Action française mène la danse, bientôt rejointe par les JP, Solidarité française, créée l'année précédente par le parfumeur François Coty (dont la ruine fera dire un peu plus tard à l'humoriste Forain : « l'odeur n'a plus d'argent »), la Fédération des contribuables (qui prétend représenter 700 000) assujettis) et, en dernier lieu, par les Croix de Feu du colonel de La Rocque5.

33Le limogeage du préfet Chiappe met le feu aux poudres. L'Union nationale des combattants, l'Association républicaine des anciens combattants (proche du parti communiste) et les conseillers municipaux de Paris, viennent renforcer les ligues et organisent ensemble une manifestation pour le soir même. Le matin, un énorme titre barre toute la « une « de Humanité : « Manifestez ! »

34Ce jour-là, Kerillis déjeune chez Carton, célèbre restaurant de l'époque, en compagnie d'André Tardieu, de Paul Reynaud et de deux jeunes militants du CPRN, Georges Riond et Marcel Didier : « Le nouveau préfet de police n'y connaît rien, s'inquiète Tardieu. Si cela barde, il y aura vingt morts ».

  • 6 Ce jour-là, au carrefour de la rue Saint-Dominique et du boulevard de la Tour Maubourg, un garçon (...)
  • 7 Eugène Frot : avocat socialiste, devient ministre de l'Intérieur cinq jours seulement avant la man (...)

35Il y en eut une quinzaine. Depuis la Commune, aucune démonstration de masse n'avait connu de telles conséquences6.Un vent de révolution souffle sur la capitale. Au-delà des appels angoissés à l'union nationale omniprésents dans la presse du lendemain, les commentateurs s'interrogent : « Comment en est-on arrivé là ? Cette explosion n'est-elle pas le fruit d'un complot ? » Les hypothèses vont bon train. La nuit même de l'émeute, le gouvernement, à la demande du ministre de l'Intérieur, Eugène Frot7, annonce « l'ouverture d'une plainte contre X pour complot contre la sûreté de l'État ». Le journal de droite Gringoire, dirigé par Horace de Carbuccia, gendre du préfet Chiappe, publie une liste d'arrestations décidées par Frot cette même nuit. Kerillis serait du nombre en compagnie d'André Tardieu, Paul Reynaud, Georges Mandel, Pierre Taittinger, Henry Simond, le colonel de La Rocque, Charles Maurras, Léon Daudet, Léon Bailby (directeur du quotidien le Jour) et de quelques autres. La liste a peut-être existé, mais peu d'hommes sont effectivement appréhendés. Trois dirigeants de l'Action française sont recherchés dans la nuit : Maurice Pujo est absent de son domicile, Léon Daudet conteste la procédure et reste chez lui. Quant à Charles Maurras, la surdité qui lui interdisait de piloter un avion pendant la guerre l'empêche d'entendre le coup de sonnette des policiers venus l'arrêter ! Il avait tout de même déclaré quelques jours auparavant : « Nous sommes résolus à nous battre. Non avec des mots, je dis avec des balles. »

36Furieux d'être mis en cause, Henri de Kerillis demande à être entendu par la commission d'enquête parlementaire chargée de comprendre les causes du désastre du 6 février. Il révèle comment il a été convoqué au cabinet du ministre de l'Intérieur, place Beauvau, pour apprendre que son frère Hervé aurait eu, avec trois autres aviateurs, l'intention de bombarder la chambre des députés. Kerillis s'indigne de tels mensonges : on veut l'atteindre en attaquant son frère. C'est une machination politique !

37De son côté, Eugène Frot (dont la bonne foi n'a pu être mise en cause) affirme qu'il a seulement voulu prévenir Henri de Kerillis qu'il tient pour « un adversaire passionné mais loyal ». Le demi-Breton, qui ne lâche pas facilement prise, revient plusieurs jours de suite dans l'Écho de Paris sur « la machination policière de l'attentat aérien ourdie par Frot », et mène avec célérité sa propre enquête pour balayer ces racontars. Tout en se réjouissant de l'arrivée à la tête du gouvernement du « sage de Tournefeuille » : Gaston Doumergue (qui succède à Daladier emporté par la tornade du 6 février), Kerillis reste sceptique sur ses chances de succès. « Si rien ne change, tout est perdu », écrit-il le 10 février. Il s'empresse surtout de mobiliser le CPRN qui édite, coup sur coup, plusieurs affiches : l'une d'elles dément « le complot royalo-fasciste du 6 février affirmé par les cartellistes » ; une autre proclame que « l'argent de Stavisky a payé l'élection du Cartel en 1932 » ; une autre enfin montre une veuve et un orphelin devant un homme mort : « Il avait échappé aux balles allemandes, les balles du Cartel ne l'ont pas raté »...

38On accuse Kerillis d'écrire des articles de pure polémique, de dépenser des millions pour dresser les Français les uns contre les autres : « Ce n'est pas le moment » lui reproche un ami. « Sur le plan gouvernemental, se défend H de K, je pratique la trêve et l'apaisement, mais sur le plan électoral, la bataille continue, rageuse ».

39Avec le recul, cette époque frappe par ses excès, l'agressivité des controverses, la démesure des empoignades. Kerillis est au cœur de ce maelström parisien, où l'exaltation et l'angoisse sont comme l'envers et l'endroit d'un même désarroi. L'atmosphère est si violente que la fille d'H de K, Antoinette, se voit flanquée d'un garde du corps, par crainte d'un enlèvement. De son côté Anne, son épouse, qui le voit très peu, vit dans une inquiétude permanente.

« Les Allemands forgent leurs canons »

40L'émeute du 6 février suscite des regroupements politiques : à gauche, le PC et la SFIO concluent un pacte d'unité d'action qui deviendra le socle du Front populaire. À droite, les Jeunesses patriotes, Solidarité française et l'Action française fondent le « Front national » présidé par Pierre Taittinger. Kerillis y adhère dès sa création. Mais au mois de mai, Pierre Taittinger l'informe que Philippe Henriot, influent député de droite, subordonne son acceptation de la co-présidence du Front national à un changement d'attitude de l'Écho de Paris à l'égard de Dommange. Le discret Monsieur Dommange n'est autre que le vainqueur d'H de K lors de l'élection législative de 1932 ; et celui-ci qui a mal digéré sa défaite le malmène quelque peu dans les colonnes du journal... Repoussant l'exigence d'Henriot, Kerillis se retire du Front national.

41Il lui reste le Centre de propagande, dont il est le maître incontesté. Il s'y consacre sans ménagement pour une santé toujours fragile. En mai 1934, au banquet du CPRN, H de K annonce que 75 000 affiches ont été collées dans plus de 17 000 communes depuis le 6 février et que deux millions de tracts ont été distribués. « On me critique ? Tant mieux ! Je reçois des coups ? Donc j'existe ! » s'exclame-t-il. « Le jour où on ne vous dira plus de mal de moi, où l'on vous racontera que je suis un charmant garçon, alors plaignez- moi, c'est que ma souscription ne marchera plus, que le Centre périclitera, que mes amis m'abandonneront et que je ne gênerai plus personne ».

42Il est fier de « son équipe », fier en particulier d'Albert Naud dont il a partiellement financé les études de droit ; fier de son autre poulain, Raymond Cartier, qui dirige la rubrique de politique intérieure du journal lors des absences du patron. « Les perroquets de Kerillis », comme on surnomme les orateurs du CPRN, font leur chemin.

43L'expérience de gouvernement d'union nationale créée autour de Gaston Doumergue tourne court. Une fois le danger de guerre civile écartée, les vieux démons des querelles intestines retrouvent leur vigueur. L'automne 1934 est morose : l'assassinat à Marseille du roi Alexandre de Yougoslavie et de Louis Barthou, ministre des affaires étrangères, la disparition de Raymond Poincaré, la démission du président Doumergue après le retrait des radicaux du gouvernement (sans compter la mort de Franc Nohain secrétaire général de l'Écho de Paris) affectent Kerillis. Il accuse Pierre-Étienne Flandin et Louis Marin d'avoir « battu tous les records de vitesse » pour former un nouveau gouvernement au lieu de chercher à retenir Gaston Doumergue, qui retourne à son cher « Tournefeuille » près de Toulouse. H de K n'est pas enthousiasmé par la personnalité de Pierre-Étienne Flandin, le nouveau président du Conseil, en qui il ne perçoit pas « le grand caractère à la manière de Clemenceau capable de sauver le pays ». Seule sa rencontre avec Mermoz, au banquet du Salon de l'Aviation, apporte une brève éclaircie à cette triste arrière-saison. Encore ce salon est-il endeuillé par l'accident mortel de l'aviatrice Hélène Boucher.

Où s'arrêtera Hitler ?

44À l'est, après le plébiscite sarrois prévu par le traité de Versailles, dont le résultat est largement favorable à l'Allemagne, Hitler se veut rassurant : il n'a plus de revendication territoriale à l'égard de la France. Pourtant l'escalade continue : le service militaire obligatoire est rétabli en Allemagne. Le 17 mars a lieu à Berlin la plus grande parade militaire jamais vue depuis 1914. Kerillis est effondré. Où s'arrêtera Hitler ? Prêt à tout pour susciter le sursaut des Français, il délaisse alors son ton habituel d'interpellateur musclé pour tenter une autre méthode : tendre la main aux hommes de tous les partis, aux chefs de l'opposition de l'extrême-droite à l'extrême-gauche, aux ministres, au président du conseil. « N'est-ce pas le moment d'oublier nos querelles ? N'est-ce pas le moment de nous serrer les-uns contre les- autres ? Plaide-t-il. Ne sentez-vous pas renaître en vous les souffles sacrés que nous croyions à jamais éteints et qui nous animaient en 1914 ? Nos cœurs autrefois si vibrants sont-ils si vieillis, si ravagés, qu'ils ne soient plus capables de battre à l'unisson dans l'angoisse d'une nouvelle guerre, et dans la volonté farouche de sauver encore la patrie ? »

45Mais la réaction du président du Conseil déçoit son espérance : « Il est venu au Sénat comme il était venu à la Chambre, avec ses mauvais papiers, avec ses mauvais projets, avec son même accent pauvre et terne ! » Flandin n'est à ses yeux qu'une « nature froide et insensible qui ne comprend pas les bouleversements de l'âme française ». Le courant ne passera jamais entre les deux hommes.

  • 8 Philippe Serre (1901-1995) : sous-secrétaire d'État au travail en 1937 et 1938.

46Et Kerillis de recommencer à harceler le pouvoir : « Est-ce que nous allons demeurer longtemps ainsi non défendus par des ministres qui rêvent aux considérations électorales pendant que les Allemands forgent leurs canons et rassemblent leurs guerriers ? » Au parlement, comme dans la presse, on se querelle sur le nombre de soldats français susceptibles de riposter aux Allemands en cas de guerre. En 1932, le gouvernement Herriot, dans une période de restrictions budgétaires, a diminué les crédits militaires. Depuis 1934, ils ont repris une certaine progression, mais bien moindre qu'en Allemagne. Un nouveau débat a lieu sur le « corps cuirassé ». Le maréchal Pétain sort du silence qu'il observait depuis la démission du gouvernement Doumergue ( il y occupait le poste de ministre de la guerre). Il publie dans la Revue des Deux Mondes un article où, reflétant l'opinion de l'État-Major, il condamne implicitement les théories exposées par un certain lieutenant- colonel de Gaulle dans son ouvrage « Vers l'armée de métier ». Au contraire, Paul Reynaud, soutenu par le député Philippe Serre8 (indépendant de gauche), André Pironneau, secrétaire général de l'Écho de Paris, et Henri de Kerillis, prononce à l'Assemblée nationale un vibrant plaidoyer pour la création de divisions cuirassées (qu'on appellera ensuite « blindées »).

47Mais, quelques semaines plus tard, Reynaud et Kerillis se séparent sur le conflit italo-éthiopien. Kerillis est retourné en Italie en juillet 1935. Il aurait souhaité visiter en avion Bruxelles, Berlin, Prague, Budapest, Belgrade, Sofia, Vienne et Munich... Les Allemands lui ont refusé son visa. Toujours à cause du bombardement de Karlsruhe ! Il a donc changé de destination et choisi d'aller interviewer Mussolini, « ce grand étranger que j'aime » dira- t-il. Ses adversaires lui tiendront longtemps rigueur de telles déclarations, comme de son souhait de voir la France découvrir bientôt « son Mussolini ».

  • 9 Je Suis Partout : crée en 1930 par l'éditeur Arthème Fayard ce journal prône pendant toute la déce (...)

48La même année, Kerillis s'isole davantage encore en exposant dans ses articles, après la signature du pacte franco-soviétique, les avantages qu'il voit au rapprochement entre la France et l'URSS. Son argumentation est toujours la même : il s'agit d'isoler Hitler, de conclure des alliances, y compris avec des partenaires qui ne partagent pas notre idéal politique, pour l'empêcher de pouvoir en faire autant. Cette attitude lui vaut un échange véhément avec Pierre Gaxotte qui, dans Je Suis Partout, s'offusque qu'un journal « national » soutienne une thèse « de gauche »9. Un peu plus tard, le même Gaxotte accuse Kerillis et Émile Buré, directeur de l'Ordre, d'avoir contribué à la victoire du Front populaire au moyen de « l'alliance soviétique soutenue et prônée par quelques vendus et quelques cornichons de droite ».

49Les incursions de Kerillis dans la rubrique de politique étrangère du journal ne sont pas du goût de Pertinax qui en a la responsabilité officielle. Il le fait savoir à Henry Simond lequel doit demander à chacun de respecter ses attributions. Pertinax n'est pas seulement chatouilleux sur ses prérogatives, il ne partage pas du tout l'enthousiasme de son collègue pour le Duce. Kerillis met donc les choses au point dans l'Écho de Paris : « Pertinax assume seul ici les responsabilités de la politique étrangère comme j'assume seul celles de la politique intérieure » et, pour dédramatiser leur querelle, il ajoute : « Pertinax juge avec la froideur, la prudence et les calculs du diplomate. Moi, j'ai peut-être tendance à faire une grande part au sentiment. Mais il arrive toujours un moment où le sentiment et la raison se rencontrent ».

Le conflit éthiopien

  • 10 Conférences à caractère politique dont les leaders de la droite étaient les principaux invités, et (...)

50Depuis quelques mois déjà, le conflit s'envenime entre l'Éthiopie et l'Italie, mais l'intervention officielle de l'armée du Duce n'a lieu que le 2 octobre 1935. Devant la SDN, l'Angleterre demande des sanctions contre l'envahisseur. Pierre Laval, qui souhaite préserver notre alliance avec l'Italie, en retarde le vote, puis fait adoucir les mesures prises. Reynaud est favorable à la position britannique. Kerillis, quant à lui, approuve le gouvernement français « au nom de l'amitié italienne qu'il faut sauver avant tout ». Sa grande crainte est de voir une Italie isolée se rapprocher toujours plus de son voisin allemand. « Engrenage dangereux pour nous » prédit-il. Emile Buré, dans l'Ordre-journal dont l'audience est sans rapport avec son tirage très limité- accuse certains journalistes et hommes politiques « d'avoir le béguin » pour Mussolini. « Non, pas le béguin, rétorque Kerillis qui se sent visé : l'intérêt de la France ». Lors d'une « conférence des Ambassadeurs10 », Kerillis avait expliqué quelques mois plus tôt que l'Anschluss constituait un problème grave aux yeux des responsables italiens et créait entre la France et l'Italie des intérêts communs susceptibles de servir de base à une alliance.

51Les divergences avec Paul Reynaud n'altèrent en rien leur amitié. Ils se retrouvent après l'orage. « Je me sens plus léger depuis mon coup de téléphone, lui écrit Kerillis. Et surtout, j'éprouve le besoin de vous dire encore un mot d'amitié. Les meilleurs, les plus forts se trompent. Vous vous êtes trompé. Il n'y a rien de perdu si vous le sentez profondément, si vous trouvez dans l'affection de vos vrais amis le réconfort ». Et Kerillis, quelques semaines plus tard, vient réconforter son ami très isolé sur la scène politique. « Depuis que je me suis lancé dans les affaires politiques, j'ai rencontré bien peu d'hommes aussi dignes d'estime que vous. S'il est vrai que vous vous êtes parfois séparé de vos amis, vous ne l'avez pas fait, comme d'autres, par lâcheté, par ambition ou pour récolter des portefeuilles. Vous avez préféré être un farouche opposant et votre courage, votre talent et votre indépendance ont toujours forcé l'admiration ».

  • 11 De son côté, Kerillis participe à la fête commémorative de « l'escadron de Gironde », le 7 juillet (...)

52De leur côté, les ligues continuent leur recrutement et leurs démonstrations de masse. Les Jeunesses patriotes et Solidarité française ont périclité depuis février 1934, malgré leur tentative de renouveau au sein du « Front national ».Les relations bonnes à l'origine- qu'H de K entretenait avec Pierre Taittinger se sont détériorées lorsque le CPRN et les « JP » se sont trouvés en situation de concurrence pour leur recrutement. Mais les partisans du colonel de La Rocque, eux, ont le vent en poupe : 20 000 Croix de feu se rassemblent à Chartres, ils sont 80 000 près de Meaux en septembre 1935 pour commémorer la bataille de la Marne11.

  • 12 Jean Ybarnégaray, surnommé « Ybar » : avocat basque, dirigeant des Jeunesses patriotes, puis des C (...)

53Les gouvernements successifs ont plusieurs fois envisagé le « désarmement » des ligues, voire leur suppression. Le 6 décembre, un coup de théâtre se produit à la Chambre. Le député de droite, Jean Ybarnégaray12, l'un des meilleurs orateurs du Palais-Bourbon, accepte, au nom du colonel de La Rocque (qui n'est pas parlementaire), le principe d'une loi punissant de un à trois ans de prison tout homme trouvé porteur d'une arme à feu. Dans l'enthousiasme communicatif qui règne ce jour-là dans l'hémicycle, Léon Blum proclame à son tour qu'il est prêt à dissoudre immédiatement les organisations paramilitaires proches de la SFIO. Le communiste Maurice Thorez propose d'en faire autant. Pierre Taittinger, présent, se tait. Stupeur. Cette unanimité est trop belle pour être vraie... Kerillis, installé avec Raymond Cartier dans les tribunes, reste perplexe : « Est-ce la réconciliation générale ? Est-elle sincère ? Est-elle possible ? (...) Personne n'en sait rien, personne ne comprend. On se regarde avec étonnement. On s'interroge. Pour un peu, on s'embrasserait ».

54Mais l'enthousiasme se dissipe dans la nuit hivernale. Sur les murs de Paris, Pierre Taittinger fait apposer, dès le lendemain, des affiches où il accuse La Rocque, par l'intermédiaire d'Ybarnégaray, de « s'être rendu sans conditions » et d'avoir « découvert les autres ligues ». Le fondateur des « JP » rompt également avec Kerillis qui approuve la disparition des ligues.

Coup de force

55À nouveau les regards se tournent vers l'est. Dès janvier 1936, les journaux se font l'écho d'une rumeur lancée par Geneviève Tabouis –l'une des rares femmes journalistes de l'époque- toujours bien informée : Hitler aurait l'intention d'occuper la zone démilitarisée du Rhin. Imposée aux Allemands après la première guerre mondiale, cette mesure avait finalement été reconnue par le Reich. Celui-ci avait accepté, lors de la signature du traité de Locarno, qu'une éventuelle entrée de la Reichswehr dans cette zone soit considérée « comme une agression au même titre que le franchissement de la frontière ». Aussi la stupeur est-elle grande quand, le 7 mars (un samedi), 30 000 soldats allemands y pénètrent. Au Reichstag, le jour même, Hitler justifie ce coup de force par la signature, l'année précédente, du pacte d'assistance passé par la France avec un « Etat bolcheviste », pacte que le parlement français vient de ratifier. Depuis plusieurs mois, notre ambassadeur, André François-Poncet, avait averti le gouvernement français de la possibilité d'une telle action de la part d'Hitler. « Avec l'espoir, précise le jeune capitaine Paul Stehlin, alors attaché de l'Air à Berlin, que des mesures seraient prévues et prises pour y parer ».

  • 13 Albert Sarraut (1872-1962), frère de Maurice avec qui il fait de la Dépêche de Toulouse le princip (...)

56La première réaction du gouvernement français est ferme : « Nous ne laisserons pas Strasbourg exposé au feu des canons allemands » proclame le président du conseil Albert Sarraut13 à la radio, le lendemain. Mais le conseil des ministres décide simplement de consulter les autres signataires du traité de Locarno, suivant ainsi la volonté unanime de la presse qui redoute par dessus tout la guerre. « L'aboulie des gouvernements français et britannique consacre le fait accompli » constate amèrement Paul Stehlin.

57Kerillis critique ce gouvernement « qui n'a pris aucune précaution diplomatique ou militaire pour parer à un événement jugé inacceptable et susceptible de déchaîner la guerre ». À Bordeaux, quelques jours plus tard, lors d'un meeting organisé par le CPRN dans sa région natale, il préconise de garder son sang froid. Mais, début avril, exaspéré par les appels au rapprochement franco-allemand qui se multiplient dans la presse et à la Chambre, il s'emporte : « Hitler veut peut-être la paix, mais à condition que ce soit sa paix, la paix dictée, la paix allemande, la paix qu'on impose aux vaincus quand on les a écrasés (...) Le rapprochement franco-allemand ? Certes nous n'en repoussons pas le principe, mais le moment n'est pas venu de l'envisager, ni même d'en parler. Ce qu'on nous offre, c'est le rapprochement par l'esclavage. Nous répondons : « Jamais ! »

58Le 20 avril, Hitler fête son 47e anniversaire à Berlin, acclamé par 33 000 soldats en délire, dopés par le lyrisme des harangues et la musique militaire. Le soir même, notre ambassadeur note dans son télégramme quotidien destiné au quai d'Orsay que « l'abondance des chars lourds et moyens, des véhicules blindés et de transport de troupe, des moyens de transmission marque peut-être une date dans l'art de la guerre ».

59Ce même 20 avril, Kerillis annonce sa candidature aux prochaines élections législatives de 1936. Sollicité de se représenter dans le 7e arrondissement de Paris contre Dommange son vainqueur de 32, il se récuse. Il a déjà connu deux échecs, « un de moins que le grand Barrés » dit-il fièrement. Mais à 47 ans, il n'a plus la même envie de ferrailler pour l'honneur, sans résultat. Il sera cette fois candidat à Neuilly, où il habite depuis plus de dix ans.

  • 14 L'ancien préfet de police devenu président du conseil municipal de Paris.

60Échaudé par ses malheureuses expériences, mais encore plus convaincu de la nécessité de coordonner, dans l'ensemble du pays, les candidatures de droite pour éviter les désordres précédents, Kerillis participe activement pendant l'hiver 1935-1936 au comité d'entente et d'arbitrage des Républicains nationaux. Cependant, il ne parvient pas à convaincre le colonel de La Rocque de venir s'assoir à la table des négociations. Les Croix de feu vont jouer -il en est persuadé– un rôle prépondérant dans la bataille qui s'engage, mais l'ombrageux colonel estime que « les principes sur lesquels il a fondé son organisation (le) mettent dans l'impossibilité de participer à un comité d'arbitrage électoral ». Tenace, Kerillis insiste pour qu'il désigne un « agent de liaison ». « En effet, écrit-il à La Rocque en janvier 1936, dès l'instant où vous participez à la bataille électorale contre le Front populaire, vous vous comportez en fait comme un parti électoral et vos adhérents reçoivent des consignes formelles. Dans l'intérêt de la lutte que nous menons contre les partis de révolution, et pour éviter tout malentendu entre les partis nationaux, il serait vraiment souhaitable que nous connaissions vos intentions et que vous connaissiez les nôtres, sans vous engager en aucune manière puisque vous désirez rester indépendant ». Kerillis ne s'arrête pas là : il invite à un déjeuner au Café de la Paix (l'une de ses « cantines » attitrées) Léon Bailby, le puissant propriétaire du Jour ainsi que Jean Chiappe14, M.M. de Lasteyrie, Taittinger (pour les JP et l'Ami du Peuple), Désiré Ferry (pour La Liberté), Horace de Carbuccia (pour Gringoire), et Charles Trochu. Le but de la rencontre est de « chercher à mettre au point des méthodes d'action commune pour les élections ». Il lui reste peu de temps pour préparer sa propre campagne électorale !

61Sa candidature à Neuilly est parfois l'objet de railleries : à un adversaire qui lui reproche un combat sans panache, dans une circonscription traditionnellement de droite, il réplique qu'il veut bien se présenter à Ivry-sur- Seine, fief communiste notoire, si Maurice Thorez est lui-même candidat dans l'Orne ou à Neuilly ! (C'est Jean Guérard, l'une de ses jeunes recrues du CPRN, qui affrontera le leader du PC chez lui). Cependant, histoire de ne pas perdre la main, il va porter la contradiction au grand chef communiste venu soutenir, contre lui, le candidat PC, dans une cour d'école de Neuilly. Kerillis le voit « direct, puissant de souffle et d'images. La sueur coule bientôt de son front apoplectique, sur sa nuque puissante que son mouchoir va éponger d'un geste machinal et précis ». Thorez accuse « les 200 familles qui dépouillent la France », thème habituel de la gauche dans les années 30, raconte ses voyages en URSS et entonne une « Internationale » vibrante qui rappelle à Kerillis quelques souvenirs de la réunion mouvementée de la Salle Japy 10 ans plus tôt... Derrière l'estrade, invisibles, deux autres candidats nationaux préfèrent se faire oublier, « assis sans bouger sur un petit banc encore trop large pour eux », note Kerillis impitoyable. Toutefois, il s'efforce de ne pas susciter de polémiques, adopte des comportements prudents, sans pour autant renoncer à proclamer ses convictions intimes. Il se présente comme « un combattant, pas un courtisan ». « Quand on a la chance d'avoir sa signataure et des influences dans un grand journal, constate-t-il, on peut s'en servir pour se faire des amitiés. J'ai méprisé cette conception du journalisme. J'ai distribué des coups à droite et à gauche. Comme directeur du Centre de propagande j'ai été, en cent circonstances, un gendarme électoral. Et les gendarmes ne sont pas toujours aimés ».

  • 15 Il n'attendra pas deux jours pour exprimer au colonel de la Rocque sa gratitude : « Je considère q (...)

62Le soir du 26 avril, les résultats nationaux sont incertains. La victoire du Front populaire ne sera confirmée qu'au second tour, le 3 mai. Mais l'Écho de Paris peut fièrement titrer sur sept colonnes à la Une, dès le premier tour : « Henri de Kerillis est élu à Neuilly »15.

Notes

1 Philippe Henriot (1889-1944), député de Bordeaux à partir de 1932. Proche du général de Castelnau puis de Pierre Taittinger. Écrit dans Gringoire, puis éditorialiste politique à Radio Vichy avant d'adhérer à la Milice. Qualifié d'« animal oratoire extraordinaire » par Raymond Aron. Abattu en juin 1944 par un commando des Corps Francs de la Libération.

2 André François-Poncet (1887-1978) : membre de plusieurs gouvernements. Spécialiste de l'Allemagne. Ambassadeur. Académicien. Père de Jean François-Poncet, ancien ministre des Affaires étrangères, sénateur du Lot-et-Garonne.

3 En 1936, Jacques Ditte aura quitté l'Action française. Kerillis financera alors sa campagne électorale à Verdun...

4 À l'occasion de cette élection Henri de Kerillis a pris l'engagement d'adhérer -en cas de succès bien sûr au groupe parlementaire de la Fédération républicaine.

5 Le colonel de la Rocque n'est pas présent lui-même à la manifestation.

6 Ce jour-là, au carrefour de la rue Saint-Dominique et du boulevard de la Tour Maubourg, un garçon d'une dizaine d'années regarde, effaré, des anciens combattants arracher les grilles qui protègent les arbres du boulevard. C'est un petit Réunionnais : il s'appelle Raymond Barre, le futur Premier ministre et maire de Lyon.

7 Eugène Frot : avocat socialiste, devient ministre de l'Intérieur cinq jours seulement avant la manifestation du 6 février. Sa demande de déplacer le préfet de police Chiappe provoque l'émoi des Ligues qui craignent d'être dissoutes et organisent la manifestation. La fusillade du 6 février qui lui sera reprochée entraîne sa démission.

8 Philippe Serre (1901-1995) : sous-secrétaire d'État au travail en 1937 et 1938.

9 Je Suis Partout : crée en 1930 par l'éditeur Arthème Fayard ce journal prône pendant toute la décennie un violent anti-communisme et un nationalisme extrême. Pour tomber, sous Vichy, dans la Collaboration et l'antisémitisme le plus outrancier.

10 Conférences à caractère politique dont les leaders de la droite étaient les principaux invités, et qui étaient organisées au Théatre des Ambassadeurs à Paris.

11 De son côté, Kerillis participe à la fête commémorative de « l'escadron de Gironde », le 7 juillet 1935 à Viilers-Cotteret. Venu en avion -il a atterri près du village- il retrouve là les commandants de Villelume et Ronin, les anciens brigadiers Rousseau et Gruel. Après la messe, H de K salue, au nom des survivants de l'escadron, Gaston de Gironde qui repose dans le cimetière tout proche, il l'appelle « le Guynemer de la cavalerie » et évoque « cette dernière charge de cavalerie de la guerre et de toutes les guerres, se terminant devant des avions, la cavalerie des temps nouveaux, celle des galops de l'espace et des royaumes du soleil ».

12 Jean Ybarnégaray, surnommé « Ybar » : avocat basque, dirigeant des Jeunesses patriotes, puis des Croix de feu. Ministre d'État dans le cabinet Reynaud du 10 mai au 15 juin 1940, puis ministre du Maréchal Pétain du 17 juillet au 5 septembre 1940.

13 Albert Sarraut (1872-1962), frère de Maurice avec qui il fait de la Dépêche de Toulouse le principal quotidien politique du Sud-Ouest, fer de lance du parti radical. Il occupe de très nombreux postes ministériels de 1906 à 1940 et fut deux fois président du conseil en 1933 et 1936.

14 L'ancien préfet de police devenu président du conseil municipal de Paris.

15 Il n'attendra pas deux jours pour exprimer au colonel de la Rocque sa gratitude : « Je considère que je dois mon élection à Neuilly au dévouement et à la camaraderie des Croix de feu et à l'ordre que vous leur aviez donné de marcher pour moi, ordre qu'ils ont exécuté avec la discipline absolue qu'ils vous témoignent et malgré les divergences de vue qui en éloignaient beaucoup de moi. Je n'ai pas attendu cet événement pour vous manifester mon dévouement. Depuis que je vous ai vu diriger votre mouvement avec tant d'abnégation et surtout avec tant de sagesse politique, je me suis efforcé par tous les moyens de servir votre cause et, désormais, à toutes les raisons qui ont guidé mon attitude dans le passé, s'ajoute la lourde dette de reconnaissance que je viens de contracter vis-à-vis de vous. Je tenais à vous le dire. Croyez, mon Colonel, en mes sentiments dévoués et permettez-moi d'ajouter très affectueux. »

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search